Version classiqueVersion mobile

La résidence aristocratique de Montmartin (Oise) du IIIe au IIe s. av. J.-C.

 | 
Jean-Louis Brunaux
, 
Patrice Meniel

Chapitre 3. Présentation de l’enclos 56

3 Die kultuelle und öffentliche Stätte

3 The enclosure no 56

Bruno Boulestin, Jean‑Louis Brunaux, Henri Duday, Gérard Fercoq du Leslay, Thierry Lejars et Patrice Méniel

Résumé

L’enclos 56, situé à la pointe de la confluence, est la structure la plus remarquable du site. Délimité sur deux côtés par un fossé de plus de 2 m de profondeur et sur les deux autres côtés par les versants abrupts des vallées, il a une superficie d’un peu moins d’1 ha. Toute la superficie intérieure, à l’exception du complexe 57‑99, était vierge de toute structure. Or ce secteur est le mieux conservé. On peut en conclure qu’il n’y avait aucun autre bâtiment, aucune autre installation. L’enclos a donc Joué le rôle de place fermée. Le fossé (56) a livré un très riche matériel qui nous renseigne sur la fonction de cette structure et son histoire. Il a connu la même évolution chronologique que le reste du site. Très tôt, ce fossé a servi à l’implantation d’un mur monumental, plusieurs fois reconstruit.

Dans le remplissage du fossé ont été découverts des restes animaux, assez différents de ceux rencontrés sur le reste de l’habitat, et surtout des vestiges humains exceptionnels. Il s’agit pour une part de pièces crâniennes qui montrent des traces de découpe et de décarnisation très poussée. Ces vestiges humains associés à de nombreuses armes ne laissent aucun doute sur la nature cultuelle de cette structure.

Ceci est confirmé par l’interprétation de l’ensemble 57‑99 qui est la reproduction quasi exacte, mais en dimensions réduites, de la structure centrale du sanctuaire de Gournay. Elle présente deux fosses cylindriques accolées, entourées de trous de poteaux. L’analyse stratigraphique et spatiale permet de distinguer cinq phases d’utilisation qui vont du simple autel creux à un petit temple, en passant par une forme archaïque d’autel couvert. C’est en gros l’évolution architecturale du temple de Gournay.

Texte intégral

3.1 Situation, forme et conservation

1j.‑l. brunaux

2On a voulu étudier à part cette structure exceptionnelle pour deux raisons. Tout d’abord parce que contrairement aux autres enclos, celui‑là n’a à aucun moment servi de clôture d’habitat, il a toujours été englobé à l’intérieur d’un enclos plus vaste. Deuxièmement parce que l’une de ses fonctions, celle de lieu de culte, exige une étude propre.

3Cet enclos occupe une position particulière (fig. 8 et 12). Il est à la pointe orientale de l’habitat, qui est aussi la pointe du confluent de l’Aronde et du ruisseau du Fond de Lagny. Il occupe un plan légèrement incliné qui descend en pente douce vers les marécages. La partie occidentale se trouve sur le haut du plateau, à une altitude de 67 m, quasiment à la rupture de pente et la partie orientale correspond au point le plus bas du site, sur le fond de la vallée à 57 m. Ce côté est permettait peut‑être un accès direct et en pente jusqu’au fond de la vallée, le talus qui borde Le Fond de Lagny de quelques mètres de hauteur est peut‑être récent. Cette situation n’est pas sans rappeler celle du sanctuaire de Gournay, orienté de la même manière, incline en pente douce vers le fond de la vallée tourbeuse, par conséquent aussi vers l’apparition du soleil (fig. 90).

FIG. 90 ‒ Situation comparée de l’enclos 56 de Montmartin (en haut) et du sanctuaire de Gournay (en bas).

J.‑LB./CNRS del.

4Le fossé de l’enclos 56 (fig. 91) est formé de deux branches perpendiculaires d’inégale longueur : la branche septentrionale, connue sur tout son tracé, a 30 m de longueur, la branche orientale est longue d’au moins 61 m. La forme de l’enclos n’est donc attestée que par les côtés ouest et sud délimités par ce fossé. En réalité les deux autres côtés nous sont également connus avec une relative précision. Au nord, la limite naturelle et intangible est donnée par le puissant talus du versant de la vallée de l’Aronde. À l’est, le côté de cet enclos pouvait être matérialisé par des constructions mais le bord du marécage suffisait à lui donner une limite infranchissable. De cette manière, la forme primitive de l’enclos nous apparaît, c’est un trapèze très régulier avec un petit côté occidental de 30 m, un grand côté oriental de 100 m et des côtés septentrional et méridional égaux de 80 m environ. On le voit, cette structure présente sa plus large ouverture à l’est.

FIG. 91 –Secteur C : vue aérienne de l’enclos 56.

cl. R.A.

5Toute la zone orientale se trouve aujourd’hui détruite par les travaux de l’autoroute A1 qui se sont traduits ici par l’élargissement de la vallée du Fond de Lagny et par le remblaiement de son fond tourbeux (fig. 8). De ce fait, l’un des secteurs les plus intéressants de cet enclos et à coup sûr le mieux conservé, échappe irrémédiablement à la connaissance. Le reste de l’enclos se présente en revanche comme l’une des zones les mieux conservées du site. Les abords des côtés ouest et nord ont peu subi l’érosion naturelle comme l’indiquent la profondeur du fossé 56 et les structures liées au bâtiment 57‑99. La bande méridionale le long du côté sud du fossé 56 est sensiblement moins bien conservée.

6La superficie intérieure de l’enclos serait donc d’une petite cinquantaine d’ares, soit trois fois la surface intérieure du sanctuaire de Gournay.

7L’enclos 56 comprend trois types de vestiges. C’est tout d’abord le fossé, avec ses branches nord et est, reconnu en décapage sur une longueur de près de 95 m. En rapport avec ce fossé existe un curieux ensemble de fosses et de trous de poteaux 57‑99. Enfin un ensemble de trous de poteaux longe la vallée de l’Aronde sur une bande étroite où l’on a du mal à distinguer des sous‑ensembles cohérents. Ces vestiges archéologiques sont loin d’occuper la totalité de la surface intérieure de l’enclos. De fait ils laissent presque entièrement vide cette surface, ce qui n’est pas sans intérêt et mérite examen. Celui‑ci sera fait dans la partie synthétique. Ici on évoquera seulement les vestiges matérialisés dans l’ordre qu’on vient d’énoncer.

3.2 Le fossé 56

3.2.1 Nature du fossé et stratigraphies

8j.‑l. brunaux

9Ce fossé et l’enclos qu’il délimite ont fait l’objet de la dernière tranche de travaux sur le site. On n’a pu leur consacrer qu’un mois de fouille de sauvetage proprement dite avec quatre fouilleurs salariés. Mais il a été accompli autant de travail par des fouilleurs bénévoles qui sont venus le week‑end jusqu’à l’année suivante. Ainsi lors des ultimes travaux d’aménagement de cet espace qui finalement a été remis en culture, on a pu suivre le décapage à but non archéologique d’une bande d’une dizaine d’ares le long du talus du Fond de Lagny. Celle‑ci s’est révélée tout aussi vierge de structure que la plus grande partie de la surface intérieure. Pendant ce laps de temps, nous avons pu fouiller des tronçons de fossé jusqu’en mai 1991.

10Ces conditions de travail expliquent la stratégie de fouille qui a été adoptée ici (fig. 92). Dans un premier temps, sur sept tronçons de 1 à 6 m de longueur, soit sur une longueur totale de 20 m, le remplissage du fossé a été fouillé finement jusqu’à son fond de façon à observer d’éventuelles structures internes, de relever les stratigraphies et d’exhumer le matériel par couches distinctes (fig. 92, no 2). À la fin de la période de fouille, une minipelle a été utilisée pour vider le matériel archéologique de la couche C.01, dernière couche de remplissage, la plus riche aussi, sur une longueur de 21 m (fig. 92, no 3). Les fouilleurs bénévoles, de leur côté, ont fouillé finement les structures situées dans le remplissage (trous de poteaux, traces de palissade) et en 1991, ils ont vidé manuellement la couche C.01 sur une longueur de 23 m (fig. 92, no 4). Car il est apparu, à l’évidence, que c’est ce matériel de la couche C.01 qui renseigne le mieux sur la nature et la fonction de cet enclos. Au total c’est donc sur une longueur de 63 m que le fossé a été fouillé partiellement, ce qui peut paraître important par rapport à la longueur décapée du fossé mais qui représente, en volume, à peine la moitié. On regrettera cependant de n’avoir pas pu fouiller la couche C.01 sur toute sa longueur (fig. 92, no 1).

FIG. 92 – Secteur C : plan d’ensemble du fossé 56. 1 zones non fouillées ; 2 zones fouillées couche par couche jusqu’au fond ; 3 zones où seule la couche C.01 a été fouillée ; 4 zones vidées à l’aide d’une minipelle.

J.‑L.B./CNRS del.

11Comme on l’a déjà noté, le fossé 56 est certainement l’une des structures les mieux conservées du site. Cependant sur un tracé de près de 100 m de longueur, l’état de conservation est variable : d’une manière générale les environs de l’angle sont parfaitement conservés, tandis qu’aux abords des talus des versants de vallée le fossé a été érodé sur près de 1 m d’épaisseur (fig. 93). Près de l’angle, sur la branche est (fig. 94) dans les premiers mètres, la surface du fossé apparaissant au décapage est selon toute vraisemblance celle de la surface de destruction de la dernière palissade et du comblement terminal du fossé. Les os qui se trouvaient à la surface de cette couche parmi les restes de torchis brûlé montrent des traces de corrosion atmosphérique qui indiquent bien que cette surface était celle du sol de cette époque. Les dimensions du fossé qu’on trouve là sont donc bien celles du fossé initial. Il a 3,50 m de largeur et une profondeur de 2,27 m (fig. 93) Sur toutes les sections relevées, le fossé présente un profil en V relativement aigu. Le fond n’apparaît jamais pointu sur ces sections, il est plat avec des angles plus ou moins arrondis.

FIG. 93 – Secteur C : vue en coupe du fossé 56.

cl. J.‑L.B./CNRS

FIG. 94 –Secteur C : le fossé 56, numérotation des carrés de fouille, mètre par mètre. NN : branche nord. EE : branche est.

J.‑L.B./CNRS del.

12Taillé dans une craie de bonne qualité (dense et sans inclusion d’argile ou de silex), le fossé a conservé des parois nettes, faciles à mettre en évidence en fouille. Contre toute attente, le remplissage est relativement peu marqué par la composante crayeuse qui aurait dû y être majoritaire mais le limon, le torchis brûlé, les cendres et les charbons de bois représentent des masses importantes. Le résultat en est des stratigraphies tout à fait contrastées qui facilitent évidemment leur lecture même si elles apparaissent relativement complexes. Ces stratigraphies dont nous livrons ici les exemples les plus significatifs (fig. 95 à 99) sont répétitives en ce qu’elles reproduisent toujours la même forme d’ensemble et un remplissage qui présente les mêmes caractéristiques (fig. 100). Neuf couches principales ont été mises en évidence (C.01 à C.09). Elles apparaissent sur la plupart des coupes stratigraphiques niais pas nécessairement sur toutes. Leur présence ou leur absence peut être liée à la présence d’un poteau précisément à l’emplacement de la coupe. La couche C.01 est la plus intéressante comme nous le verrons. Elle est composée en grande partie de blocs et de résidus de torchis brûlé, de nodules de craie, de charbons de bois et de matériel archéologique en abondance. Son épaisseur atteint parfois une cinquantaine de centimètres et on aurait pu la diviser en deux, une bande médiane contenant l’essentiel du matériel archéologique (C.01 A) et une bande externe et méridionale avec moins de matériel et une masse considérable de blocs de torchis (C.01B) (fig. 101). La couche C.02 est quasiment stérile en matériel archéologique, elle est composée de limon et de nodules de craie plus ou moins fins. La couche C.03 est un limon plus foncé, contenant des charbons de bois et parfois des blocs de craie. La couche C.04 est un limon plus clair avec une densité assez importante de blocs de craie. La couche C.05 est un mélange de limon clair et de craie très fine. La couche C.06 est un limon plus foncé comprenant des cendres et des charbons de bois dans la partie la plus orientale du site. La couche C.07 est une craie très fine. La couche C.08 est composée de limon presque pur. La couche C.09 est entièrement composée de blocs de craie de gros module, quelquefois sans sédiment entre les blocs.

FIG. 95 – Secteur C : coupe stratigraphique du fossé 56 en 50 E (cf. légende des coupes fig. 16).

C.L del.

FIG. 96 – Secteur C : coupe stratigraphique du fossé 56 en 44 E (cf. légende des coupes fig. 16).

C.L. del.

FIG. 97 – Secteur C : coupe stratigraphique du fossé 56 en 51 E (cf. légende des coupes fig. 16).

C.L. del.

FIG. 98 – Secteur C : coupe stratigraphique du fossé 56 en 24 N (cf légende des coupes fig. 16).

C.L. del.

FIG. 99 – Secteur C : coupe stratigraphique du fossé 56 en 37 E (cf. légende des coupes fig. 16).

C.L. del.

FIG. 100 – Secteur C : a interprétation schématique de la coupe en 37 E ; b vestiges en plan (cf. légende des coupes fig. 16).

J.‑L.B./CNRS del.

FIG. 101 – Secteur C : plan de la couche C.01 en 31‑36 E (cf. légende des coupes fig. 16).

J.‑L.B./CNRS del.

13Toutes les coupes stratigraphiques du fossé 56 sont intéressantes, parce qu’elles présentent assez souvent des particularités qu’on ne retrouve pas sur les autres coupes : ainsi sur la figure 98 la couche C.09 correspond très nettement au fantôme d’un poteau, le même phénomène apparaît sur la figure 96 au niveau de la couche C.04. Cependant c’est la stratigraphie du mètre 37E (fig. 99) qui est la plus lisible et la plus complète. On le comprend aisément grâce au relevé en plan correspondant (fig. 100, no 5). En cette zone, un incendie certainement très fort, en carbonisant les poteaux et en brûlant le torchis, permet de mieux appréhender l’installation de la dernière palissade (fig. 100, no 4). Par extrapolation on peut comprendre comment étaient installées les palissades antérieures et comment était utilisé cet ensemble. Sur la figure 100, nous avons interprété la stratigraphie du mètre 37, en représentant seulement les phases de construction. Il apparaît que le fossé a été creusé (fig. 100, no 1) de façon à accueillir des poteaux puissants d’au moins 30 cm de diamètre et qui devaient également être très hauts puisque leur enfoncement dans le fossé était de près de 2 m. Cependant il est probable que le fossé ne fut pas entièrement remblayé mais seulement à l’arrière des poteaux, tandis que du côté extérieur les poteaux furent maintenus par une épaisseur d’environ 80 cm de matériaux, de façon à ménager un fossé ouvert devant le mur. On ne connaît pas le mode de destruction des poteaux, ils n’ont laissé aucun charbon de bois, mais sur la branche nord au moins un d’entre eux (fig. 98) a dû pourrir sur place. Une seconde palissade (fig. 100, no 2) a été installée dans l’axe longitudinal du fossé, à 75 cm au‑dessus du fond. Cette palissade, comme la précédente, certainement très puissante était également doublée d’un fossé. Elle dut être également arrachée et l’on ne rencontre pas de charbons de bois correspondant aux poteaux. Un troisième état de la palissade (fig. 100, no 3) se trouve légèrement décalé par rapport à l’axe médian du fossé. Cette palissade avait très certainement une allure proche de celle du dernier état, celle sur laquelle nous sommes le mieux renseignés : des blocs de torchis brûlés indiquent que la construction était très semblable et qu’elle fut détruite violemment. Ce mur a été également reconstruit très rapidement (fig. 100, no 4). Nous connaissons assez bien son mode de construction (cf. infra § 3.2.2) grâce à la fouille du tronçon 35‑37 où le mur a brûlé avec une violence particulière. Celui‑ci était précédé vers l’extérieur d’un petit fossé qui est demeuré ouvert et qui laissait apparente la partie basse du mur (fig. 100), expliquant qu’il ait pu ainsi se consumer lors de l’incendie. Dans le fossé qui est resté en fonction quelque temps est venu s’échouer un matériel archéologique résiduel retrouvé appliqué contre la paroi extérieure du fossé. Mais l’essentiel du matériel archéologique de ce fossé y est parvenu plus tard, après la destruction de cette dernière installation sur laquelle nous reviendrons (cf. infra § 4.3.2).

14Les autres coupes stratigraphiques (fig. 95 à 99) sont, comme on l’a dit, moins complètes ; elles confirment néanmoins que l’installation de ces palissades aux quatre phases évoquées concernait l’ensemble du tracé du fossé. La description qu’on vient de faire de ce qui a été observé aux mètres 35‑37E n’est donc pas celle d’un phénomène isolé.

3.2.2 Restitution du mur

15g. fercoq du leslay

16En milieu terrestre, les constructions de terre et bois n’ont guère marqué le sol que par les traces de leurs fondations ; dans ce contexte l’état de conservation du dernier mur de clôture de Montmartin (structure 56) est exceptionnel (fig. 102). Il est dû à deux particularités : un type de construction dans lequel la fondation est implantée à l’intérieur d’un fossé laissé partiellement ouvert vers l’extérieur, ce qui a eu pour conséquence de préserver le niveau d’occupation ; une destruction par le feu au cours d’un incendie très violent qui en a fossilisé la structure.

FIG. 102 – Secteur C : 1 structure 56, reconstitution du dernier état de la palissade (a vue générale ; b détail du clayonnage) ; 2 coupe longitudinale du dernier état de la palissade Empreintes dans des fragments de torchis issus du fossé 56 (vues de dessus) : de poteaux verticaux (3) ; de piquets intermédiaires verticaux (4) ; de croisement des baguettes de clayonnage (5) ; de poteaux verticaux de fort diamètre (6) ; de poteaux verticaux équarris (7) ; de baguettes de clayonnage jointives (profil en coupe (8) ; de baguettes de clayonnage espacées (profil en coupe) (9) ; échantillons de torchis présentant des faces lissées (10).

J.‑L.B./CNRS, G.F./CGS del.

17Les conditions du sauvetage n’ont malheureusement permis qu’une collecte partielle et parfois approximative des informations. Il faut déplorer l’absence de relevé en coupe des poteaux, la longueur trop faible des tronçons dégagés en plan, le peu d’attention accordée au niveau de destruction. Les informations récoltées sont malgré tout d’une richesse telle qu’elles permettent de proposer la restitution structurelle du dernier état du mur de clôture. Cette reconstitution s’appuie sur la documentation graphique et sur l’examen d’un demi‑mètre cube de torchis provenant de la couche de destruction (C.01). L’on ne peut que regretter la grande part d’incertitude due aux lacunes de la documentation ; ainsi faute de connaître la profondeur d’implantation des poteaux, l’évaluation de la hauteur de la structure demeure fort hypothétique.

18La documentation graphique des mètres 35‑37 correspond à la zone où les vestiges étaient les mieux conservés et les plus lisibles, c’est celle qui a été utilisée pour ce travail de restitution. Le relevé de plans lisible ne concerne qu’une section longue de 2 m et nous sommes réduits à supposer qu’elle est véritablement significative et caractérise bien la technique de construction de l’ensemble du mur. Le plan (fig. 100, no 5) révèle les traces charbonneuses de deux alignements de poteaux formant un dispositif en quinconce. L’entraxe de ces éléments porteurs est de 60 cm entre individus de la même rangée et de 25 cm entre individus de rangées différentes. Les poteaux, dont le diamètre varie de 20 à 30 cm, ne sont pas visibles sur les coupes dont nous disposons, le fantôme du mur apparaît avec netteté (fig. 99), préservé sur une hauteur de 80 cm, il a été totalement démonté après l’incendie et le comblement final du fossé. La couche de destruction (C.01) où se mêlent charbons de bois et torchis brûlé scelle le niveau d’occupation, il s’agit là vraisemblablement de l’effondrement du parement externe du mur. La position stratigraphique de cette couche montre que le fossé était ouvert vers l’extérieur, alors qu’il était totalement remblayé à l’arrière du mur.

19Nous avons examiné plus d’une demi‑tonne de torchis, là encore nous déplorons que les échantillons de terre brûlée soient le fruit d’un ramassage non exhaustif en postfouille et non de prélèvements bien localisés. Ces fragments cuits accidentellement lors d’un incendie présentent des aspects différents, que l’imprécision de leur contexte archéologique ne permet malheureusement pas d’exploiter. Les mieux conservés ont une couleur brun à noir, ce sont des blocs de taille moyenne qui peuvent atteindre 125 cm3 et une épaisseur maximum de 8 cm ; de tels fragments ne se rencontrent que dans des contextes d’incendie de grande intensité, où le feu a couvé longuement (cf. supra § 2.7.3). D’autres ont une couleur orangée, ce sont des morceaux de petite taille qui atteignent en moyenne 20 cm3. Les fragments de taille plus importante sont rares. Ils ont généralement un aspect érodé, leur cuisson s’est effectuée dans des conditions différentes de celle des blocs de couleur brune, le vent et la violence de l’incendie ont dû jouer un rôle prépondérant (cf. ibid.).

20Le torchis est constitué d’un limon sableux contenant quelques cailloux de très petites dimensions (calcaire, silex). L’observation à la loupe binoculaire permet d’identifier une faible proportion de fibres d’origine végétale, assez courtes (foin, paillettes de lin ?). Les blocs de terre cuite ont conservé le fantôme de l’armature sur laquelle la terre crue avait été appliquée, l’empreinte de baguettes de clayonnage d’un diamètre variant de 1 à 3 cm, se distingue nettement. La disposition de ces empreintes est parallèle dans le plan vertical alors que des croisements sont très nettement visibles sur le plan horizontal (fig. 102, no 5). Certains fragments présentent les traces d’éléments horizontaux et verticaux, on reconnaît l’empreinte de piquets de bois brut ou de refend de 3 à 4 cm de section (fig. 102, no 4) et également celle de poteaux de fortes dimensions (fig. 102, no 6). Certains poteaux étaient sommairement équarris comme ont pu le montrer les observations faites lors de la fouille ainsi que les empreintes relevées sur certains fragments de torchis (fig. 102, no 7). Les éléments horizontaux étaient entrecroisés autour de l’armature constituée de poteaux porteurs et de piquets intermédiaires. L’angle de croisement des baguettes de clayonnage n’excède pas 35o, cela signifie que le clayonnage n’était pas simplement croisé autour de l’ossature verticale, mais que les constructeurs se sont efforcés de donner à ce clayonnage l’aspect le plus plan possible en plaçant des piquets entre les éléments porteurs et en fixant les baguettes dans des feuillures taillées à 3 cm en retrait de la surface externe des poteaux (fig. 102, no 3). Comparativement à la méthode plus simple de l’entrelacement direct du clayonnage sur les poteaux (fig. 102, no 4), cette technique a l’avantage d’accroître la cohésion de l’armature, elle permet de meilleures conditions d’application du torchis, et facilite la création d’une surface extérieure plane (fig. 102, no 2). C’est une technique proche de celle que l’on met en œuvre dans l’architecture des bâtiments en pans de bois, où l’épaisseur optimale de la maçonnerie de terre est de 10 à 15 cm, ce qui permet une économie de matériau.

21L’étude des empreintes montre aussi que l’espacement vertical du clayonnage n’est pas régulier, sur certains fragments les baguettes de bois sont pratiquement jointives (fig. 102, no 8), sur d’autres l’espacement atteint jusqu’à 3 cm (fig. 102, no 9). Le clayonnage de la partie basse du mur présente un aspect serré en réponse aux fortes pressions de la terre, alors que celui de la partie haute qui supportait moins de poids a pu être plus espacé. Quelques blocs de torchis ont un aspect tout à fait particulier qui pose problème (fig. 102, no 10), les cassures ne sont visibles que dans le sens de la longueur et en rebord de parement. La partie interne, qui présente des traces de lissage, semble ne pas avoir été en contact avec la maçonnerie du mur. Nous avons tout d’abord pensé que ces fragments, dont l’épaisseur varie de 1 à 4 cm, pouvaient appartenir à des aménagements pratiqués dans le mur, comme les morceaux de torchis à échancrure arrondie découverts sur les sites d’Otomani en Roumanie et du Fort‑Harrouard (Eure‑et‑Loir) (Audouze, Buchsenschutz 1989 : 101), voire même qu’ils pouvaient appartenir à d’autres structures. L’examen attentif d’un nombre important de ces fragments montre qu’il s’agit bien de fragments du mur et que leur aspect particulier est lié au montage de la maçonnerie, où on doit tenir compte du poids de la terre et de sa fluidité. Le torchis s’applique à l’état pâteux sur l’armature. Les premières dizaines de centimètres se montent assez rapidement, mais très vite le clayonnage a tendance à s’affaisser sous le poids du mélange et la progression en hauteur doit marquer une pause, le temps que la terre s’affermisse et supporte le poids d’un nouveau niveau d’élévation sans s’affaisser. Les baguettes de la partie basse du mur sont littéralement noyées dans le remplissage ce qui implique que le matériau a été appliqué très humide, alors que dans la partie haute on voit très nettement que le torchis a été poussé entre les lattes et qu’il n’a pas adhéré au reste du remplissage, seul le parement a fait l’objet d’un travail soigné. Il semble ici que l’épaisseur et la hauteur importante du mur aient contraint les bâtisseurs à un rythme assez lent, entrecoupé d’arrêts pouvant atteindre quelques jours, le temps que le premier niveau de torchis ait séché et offre de bonnes conditions d’adhérence à la nouvelle couche, ce qui explique l’aspect des blocs.

22La surface du torchis a été lissée. Tous les blocs examinés ne présentent pas le même aspect. Différents degrés de finition se rencontrent : lissage à la main sur une surface encore très molle qui produit un aspect grossier, travail au peigne sur une surface ferme qui est la finition la plus fréquente, quelques rares fragments présentent une surface soignée très plane et bien lisse fruit du travail d’un objet poli (galet ?) sur une surface très ferme. Un nombre important des blocs conservés dans la couche 01 présente très nettement des traces de réfection, un enduit de 2 à 3 mm d’épaisseur recouvre la surface lissée du torchis, sur quelques blocs on observe un enduit plus grossier dont l’épaisseur atteint 5 mm. Certains blocs présentent les traces d’une décoration : engobe de fine argile jaune ou peinture blanche, décor plastique au doigt.

23La trop faible quantité des prélèvements et l’imprécision du contexte archéologique des échantillons étudiés ne permettent pas d’établir si les différences de finition correspondent à des tronçons particuliers, à une différence de traitement entre l’intérieur et l’extérieur du mur, ou si elles ne sont pas dues tout simplement à la présence de quelques fragments intrusifs provenant d’autres structures.

24La figure 102 (nos 1 et 2) présente la synthèse des observations faites sur cette structure. Le mur est bâti à l’intérieur d’un fossé en grande partie comblé qui se présente sous la forme d’une cuvette aux bords évasés, profonde de 1 m et large d’environ 4,50 m. La construction n’occupe que le tiers de cette largeur, son armature est constituée de poteaux disposés en quinconce et formant deux rangées parallèles. Nous ne connaissons pas la profondeur d’enfoncement des éléments porteurs, néanmoins par comparaison avec l’état le plus ancien, une profondeur de 0,90 m semble vraisemblable. À partir du diamètre des poteaux et de leur profondeur d’enfouissement, nous estimons que la hauteur hors sol du mur devait atteindre un minimum de 5 m. À titre d’exemple, les normes utilisées par EDF pour l’implantation des poteaux en bois d’une ligne électrique sont de h/10 + 0,50 m, soit une profondeur de 0,90 m pour un poteau de 4 m. Les poteaux de la palissade de Montmartin ne sont, bien entendu, pas comparables à des poteaux de ligne électrique, ne serait‑ce que parce qu’ils ne sont pas isolés mais font partie d’un ensemble solidaire, maintenu sur un côté par un remblai de terre, dont il n’est pas exclu qu’il ait également pu constituer un talus et servir à bloquer des éléments de renfort transversaux, à l’image du poutrage interne des remparts. Vers l’extérieur, le fossé a été laissé ouvert, ce qui permettait d’accentuer au mieux la dénivellation entre le sommet du mur et sa base.

25Si l’on peut considérer comme certain que les deux réseaux de clayonnage aient été enduits de torchis, il ne l’est pas que l’espace interne ait été comblé. Des pierres brûlées (calcaire, grès, silex) ramassées avec le torchis pourraient provenir du « blocage » du mur, mais cela ne peut être tenu pour certain.

26La liaison au sommet des éléments porteurs est impérative pour une construction de cette importance. Réalisée à l’aide de poutres horizontales, elle doit être à la fois longitudinale et transversale, afin de contrebalancer les pressions déstabilisatrices du clayonnage et du torchis et conserver la géométrie de la structure.

27Il est certain que le faîte du mur a dû recevoir une couverture : que nous n’en ayons pas trouvé trace implique qu’elle devait être réalisée en matériau putrescible, du bois ou de la paille. Dans la restitution, nous avons choisi de représenter le mur recouvert de bardeaux, technique de couverture attestée sur le site de Hallstatt, en Autriche (Audouze, Buchsenschutz 1989 : 102).

28On estime à 130 m la longueur totale de cette construction, son épaisseur était de 50 cm. Si l’on admet que l’ossature du mur était totalement recouverte de torchis, la quantité de matériaux nécessaire à sa réalisation serait pour une hauteur de 5 m, de 440 poteaux verticaux représentant 120 m3 de bois, 52 000 baguettes de noisetier soit 22 m3, et 490 m3 de torchis à poser, ce qui représente un poids total de 980 t.

29La mise en œuvre d’une telle quantité de matériaux n’est pas sans poser des problèmes d’approvisionnement et de main‑d’œuvre. Si l’on se fie aux données de l’ethnologie, il faut imaginer que l’extraction de la terre a dû s’effectuer dans une carrière proche qu’il devrait être possible de localiser. La quantité de travail fournie pour la construction de cet édifice n’est pas estimable, nous ne connaissons ni la capacité de travail, ni le savoir‑faire des hommes de cette époque, nous ignorons également leur nombre. Compte tenu de l’ampleur de la construction, nous devons imaginer un travail réalisé par une centaine d’hommes, sur une période de l’ordre de deux mois, qui pour des raisons techniques (pose et séchage du torchis en dehors de tout risque de gel), n’a pu être effectué qu’aux beaux jours.

30Les traces d’une réfection du parement impliquent que cette structure a connu une certaine longévité. Une telle opération peut intervenir aussi bien dans le cadre de l’entretien courant, que dans celui une réparation ponctuelle ou même d’une réfection générale, il est donc difficile d’en déduire la durée d’existence du mur. Néanmoins, si l’on considère que la plupart des échantillons analysés proviennent d’un tronçon exposé à l’ouest et donc fortement soumis à l’action des intempéries, il faut imaginer qu’une opération d’entretien a dû se révéler nécessaire après une quinzaine d’années.

31Les murs de clôture des phases précédentes, perturbés par les réaménagements successifs, sont moins bien conservés. Il est tout à fait vraisemblable que le mur de la phase précédente, également détruit par incendie et pour lequel nous connaissons des fragments de torchis brûlés, ait été construit selon la même technique. Par contre nous ne savons pratiquement rien des murs des deux premières phases, si ce n’est qu’ils devaient être constitués de poteaux plus hauts et probablement plus massifs que ceux que nous venons de décrire.

32La technique de doublement des parois de clayonnage, qui montre une volonté de renforcement, est par ailleurs bien attestée pour la construction de bâtiments. Elle est connue du Néolithique ancien à la période carolingienne, les comparaisons les plus proches chronologiquement et géographiquement sont, à Chassemy dans l’Aisne pour la maison de La Tène ancienne (Boureux et al. 1969 : 107‑108) et sur le site de Gournay‑sur‑Aronde, où elle est mise en œuvre pour la construction du second état du temple à L, a Tène C2 (Brunaux et al. 1985 : 82‑83). Ces deux dernières constructions présentent la même double structure de poteaux ou piquets parallèles, elles ont également livré des fragments de torchis. La seule différence notable concerne la disposition des poteaux supports de l’armature qui, dans ces deux exemples, n’ont pas été mis en place en quinconce mais symétriquement. Leur diamètre est également plus petit mais nous avons affaire ici à des bâtiments où la structure des murs est renforcée par les gros poteaux porteurs de la charpente. En ce qui concerne les palissades de type Pfostenschlitzmauer, comme celle de Montmartin, cette technique de construction n’avait semble‑t‑il pas encore été rencontrée.

33En conclusion, nous n’avons pas affaire ici à une palissade ordinaire mais à un mur puissant, extrêmement solide, bien plus résistant qu’un mur en pierres maçonnées. La dénivellation conservée en fond de fossé vers l’extérieur renforce encore l’impression de puissance. Bien qu’il ne semble pas s’agir à proprement parler d’un élément défensif, cet édifice évoque la structure d’une fortification. Son caractère monumental nous incite à penser que parallèlement à son rôle d’écran, il devait assumer des fonctions qui dépassent de loin celles d’une simple clôture.

34La destruction de l’enceinte revêt également un caractère particulier : la nature de la cuisson du torchis et le fait que certains des poteaux verticaux semblent s’être consumés en profondeur témoignent d’un incendie long et violent. Les bois d’armature du mur ne constituent pas à eux seuls le combustible nécessaire pour alimenter un tel incendie, il faut donc envisager l’apport sur toute la longueur du mur d’une grande quantité de matières combustibles. Rapidement après l’incendie (comme l’indique le parfait état de conservation du torchis) le fossé est définitivement remblayé, puis ce qui reste de l’élévation du mur est soigneusement démonté, L’espace ainsi libéré est partiellement comblé par un remblai contenant un matériel attribuable aux activités cultuelles. Tout ceci montre bien que nous ne sommes pas en présence d’une destruction accidentelle, mais d’une démolition parfaitement organisée.

35Cette construction prestigieuse formait un obstacle à la fois visuel et matériel, isolant l’intérieur de l’enclos et ceux qui s’y trouvaient du monde extérieur.

3.2.3 Les entrées

36j.‑l. brunaux

37Le fossé 56 a la particularité de présenter un tracé ininterrompu d’une vallée à l’autre, de celle de l’Aronde à celle du Fond de Lagny. S’il y a donc une entrée sur la longueur de ce parcours, elle supposait le franchissement du fossé. On ne remarque en tout cas pas de trace correspondant à un porche monumental, trous de poteaux, etc., comme il est courant sur les sanctuaires ou même sur des enclos funéraires, L’état de conservation de cette zone est tel qu’on ne peut incriminer l’érosion naturelle. Et l’on doit se rendre à l’évidence : s’il existe une entrée monumentale, elle ne se trouve ni sur le côté occidental, ni sur le côté méridional.

38Cependant la fouille du remplissage du fossé révèle deux anomalies que l’on peut interpréter comme des entrées secondaires, ces deux entrées présumées n’appartenant pas à la même phase. La première se trouve sur le bord du talus du Fond de Lagny au mètre E 52 (fig. 94) ; elle se traduit par une interruption de la saignée marquant le fond du fossé et destinée à recevoir les poteaux. Dans les mètres suivants, la dénivellation est si forte et l’érosion par conséquent si intense qu’il a été impossible de distinguer l’extrémité de cette entrée qui correspond à la première phase de construction.

39La deuxième entrée qui concerne la dernière palissade est évidemment beaucoup mieux lisible (fig. 103). Elle se traduit par une interruption de 2 m de longueur de la couche C.01. Les extrémités des palissades sont marquées de chaque côté de ce passage par une dépression circulaire de 50 à 60 cm de diamètre correspondant certainement à un gros poteau. Au mètre 41 on note la présence dans l’axe de la palissade de la trace carbonisée d’une poutre ; c’est peut‑être la trace d’une sablière basse, car la position de la traînée de charbons de bois paraît en place. Il est difficile de trouver une fonction à un élément dont la présence ne s’explique que par l’assemblage qu’il présentait avec d’autres pièces. On peut penser à une réfection de la porte : celle‑ci large dans un premier temps de 3,50 m aurait été ramenée à 2,20 m. Comme il n’a pas été trouvé de trace de poteau au centre de cette entrée, on peut comprendre cette réfection. Si la porte ne comprenait qu’un seul vantail, celui‑ci avait environ 3,40 m de largeur, ce qui paraît beaucoup et devait fragiliser l’assemblage du bois. Si la porte était à deux vantaux, c’est leur ajustement et leur résistance qui devaient poser problème. On peut imaginer que la porte était munie d’une sorte de châssis dormant sur lequel venait se fermer un seul vantail.

FIG. 103 – Secteur C : plan de la couche C.01 en 38‑47 E (entrée).

J.‑L.B./CNRS del.

40Si cette porte ne se présentait nullement comme un porche, elle jouait néanmoins un rôle important dans le fonctionnement de l’enclos et dans son utilisation. Elle se trouve, en effet, au centre exact de la concentration du matériel (armes et ossements humains) qu’on pense être cultuel et dont la plus grande partie devait, à l’origine, être fixée sur les parois de l’enclos (fig. 102, no 1). De chaque côté de la porte, comme dans le sanctuaire de Gournay, et sur une dizaine de mètres de longueur, armes et crânes humains décoraient les parois. Le déficit de ces objets à l’est de la porte s’explique par l’érosion qui progressivement a fait disparaître la couche C.01.

41Cette porte qui a connu deux états et un déplacement suppose qu’elle n’était utilisée que par un groupe restreint (dignitaires du culte ou du pouvoir) ou bien, si elle fut malgré son étroitesse l’accès principal, que les utilisateurs du lieu n’entraient pas en groupe mais quasiment un par un. Nous verrons plus bas (cf. infra § 3.3) qu’il existait un accès à la rivière sur le côté nord mais qui n’avait certainement pas la même fonction.

3.2.4 Le matériel archéologique

42Ce matériel est tellement abondant (fig. 104 à 131) qu’à lui seul il suffirait à indiquer que nous sommes dans un contexte particulier. Les figures sont à cet égard significatives : aucune structure n’a livré un tel matériel. Celui‑ci, comme on aura l’occasion de le redire, est non seulement remarquable par sa quantité mais aussi par sa nature. Les objets métalliques de toutes sortes sont abondants mais on y trouve surtout des pièces telles que des armes qui ne se rencontrent qu’en dehors des lieux d’habitat, sépultures ou sanctuaires. La céramique également présente des particularités : on y trouve dans une forte proportion des pièces de grande qualité qui jusqu’à présent étaient inconnues dans la région. Les ossements animaux, à côté de vestiges culinaires habituels, appartiennent aussi à des ensembles d’un autre type (cf. infra § 3.2.4.2). Enfin la présence d’os humains (cf. infra § 3.2.4.4) en assez grande quantité et d’une nature également peu habituelle donne la dernière touche à ce tableau peu courant d’un matériel archéologique exhume d’un fossé de clôture.

3.2.4.1 La céramique

43La céramique n’est rappelée ici que pour mémoire, puisque son étude en a été faite globalement au cours de la présentation des vestiges d’habitat. On se reportera donc au chapitre précédent (cf. supra § 2.3).

FIG. 104 – Mobilier céramique du fossé 56, couche C.00.

J.‑L.B./CNRS del.

FIG. 105 – Mobilier céramique du fossé 56, couche C.00.

J.‑L.B./CNRS del.

FIG. 106 – Mobilier céramique du fossé 56, couche C.01 : vases hauts et petites coupes.

J.‑LB./CNRS del.

FIG. 107 – Mobilier céramique du fossé 56, couche C.01 : vases ovoïdes.

J.‑L.B./CNRS del.

FIG. 108 – Mobilier céramique du fossé 56, couche C.01 : vases ovoïdes.

J.‑L.B./CNRS del.

FIG. 109 – Mobilier céramique du fossé 56, couche C.01 : vases à provisions.

J.‑L.B./CNRS del.

FIG. 110 – Mobilier céramique du fossé 56, couche C.01 : vases tournés. 2 pâte micacée ; 7 peinture blanche.

J.‑L.B./CNRS del.

FIG. 111 – Mobilier céramique du fossé 56, couche C. 01 : vases hauts ouverts

J.‑L.B./CNRS del.

FIG. 112 – Mobilier céramique du fossé 56, couche C. 01 : formes diverses

J.‑L.B./CNRS del.

FIG. 113 – Mobilier céramique du fossé 56, couche C.01 : écuelles.

J.‑L.B./CNRS del.

FIG. 114 – Mobilier céramique du fossé 56, couche C.01 : écuelles. 1 vase tourné et peint.

J.‑L.B./CNRS del.

FIG. 115 – Mobilier céramique du fossé 56, couche C.01 : décors.

J.‑L.B./CNRS del.

FIG. 116 – Mobilier divers du fossé 56.1, 2 faisselles ; 3‑11 fusaïoles en céramiques ; 12 en craie ; 1314 lignite ; 15 verre ; 16 os ; 17 creuset.

J.‑L.B./CNRS del.

FIG. 117 – Matériel métallique du fossé 56, couche C.01 : fourreaux d’épées en fer.

T.L./CNRS del.

FIG. 118 – Matériel métallique du fossé 56, couche C.01 : épées en fer (2b : échelle au 1/4).

T.L./CNRS del.

FIG. 119 – Matériel métallique du fossé 56, couche C.01 : armes diverses en fer.

T.L./CNRS del.

FIG. 120 – Fibules du fossé 56. 2‑4, 9‑11, 13‑16 couche C.01 ; 1, 5 couche C.02. 1‑12 fer ; 13‑16 bronze.

T.L./CNRS del.

FIG. 121 – Outils métalliques du fossé 56.1, 3‑5, 7‑10, 12, 14‑17 couche C.01 ; 613 couche C.02 ; 11 couche C.03 ; 18 couche C.04 ; 1‑1012‑18 fer ; 11 bronze.

J.‑L.B./CNRS, T. L./CNRS del.

FIG. 122 – Pièces de fixation et de suspension en fer du fossé 56.1, 2, 4, 7‑10, 12, 14‑17, 10, 21‑24, 27 couche C.01 ; 25 couche C.04.

J.‑L.B./CNRS, T. L./CNRS del.

FIG. 123a Bracelets, anneaux, rivets du fossé 56. 1‑12, 14‑22 couche C. 01 ; 13 couche C. 03 ; 1‑9, 11, 16, 18‑20 fer ; 10, 12, 13, 17, 21, 22 bronze ; 14 bronze et fer. B Reconstitution du seau.

T.L./CNRS del.

FIG. 124 – Mobilier céramique du fossé 56, couche C.02 : amphores.

J.‑L.B./ CNRS del.

FIG. 125 – Mobilier céramique du fossé 56, couche C.02 : formes diverses.

J.‑L.B./CNRS del.

FIG. 126 – Mobilier céramique du fossé 56, couche C.03 : formes diverses.

J.‑L.B./CNRS del.

FIG. 127 – Mobilier céramique du fossé 56. couche C.04 : formes diverses.

J.‑L.B/CNRS del.

FIG. 128 – Mobilier céramique du fossé 56, couche C.05 : formes diverses.

J.‑L.B./CNRS del.

FIG. 129 – Mobilier céramique du fossé 56, couche C.06 : formes diverses. 4 vase tourné.

J.‑LB./CNRS del.

FIG. 130 – Mobilier céramique du fossé 56, secteurs fouillés à la minipelle : formes diverses.

J.‑L.B./CNRS del.

FIG. 131 – Mobilier céramique du fossé 56, secteurs fouillés à la minipelle : formes diverses.

J.‑L.B./CNRS del.

3.2.4.2 Les restes animaux

44p. méniel

Nature des vestiges

45L’essentiel des restes animaux découverts dans ce fossé provient des niveaux supérieurs (cf. infra fig. 157), fouillés sur une bonne partie du tracé, alors que les niveaux profonds, beaucoup plus pauvres, n’ont été vidés que sur quelques tronçons. Ce fossé a livré un mobilier abondant et bien conservé (5 418 restes, dont 3 247 déterminés, tabl. viii, ix). La plupart des vestiges se présentent comme des déchets culinaires, à savoir des fragments dont certains portent des traces de découpe et de dents de carnivores, mais d’autres, notamment des chevilles osseuses de bœuf, relèvent d’activités artisanales, tel le travail de la corne en l’occurrence. En plus de ces déchets, cette structure a livré des ensembles anatomiques, dont une carcasse de cheval. La situation de ce fossé, qui délimite une enceinte cultuelle au sein d’un site d’habitat, laisse envisager la possibilité d’un comblement mixte, issu de l’habitat et de l’enceinte, composé de déchets domestiques et d’éventuels restes d’activités cultuelles pouvant se dérouler dans l’espace intérieur, et dont les armes et les restes humains constituent un témoignage plus évident.

Les déchets culinaires

46Du fait de la distribution particulière des espèces dans le fossé, la composition du remplissage varie tout le long du tracé, ce dont ne rendent pas compte les décomptes globaux. Ces derniers permettent de caractériser l’ensemble : il s’avère riche en porcs (52 %), mais pauvre en bœufs (23 %), caprinés (15 %) et chiens (2,8 %) (fig. 79) ; seul le cheval (3,4 %) est représenté de la même manière que dans les autres structures.

47Ce matériel assez abondant nous offre la possibilité de rassembler des estimations d’âges d’abattage susceptibles de révéler les modalités de gestion des principales espèces domestiques. Pour le bœuf, sur la quarantaine d’individus dont l’âge a pu être estimé, un peu moins de la moitié ont été abattus après six ans et un quart des sujets réformés vers dix ans (fig. 132). À la viande de qualité, issue des bêtes de boucherie, c’est‑à‑dire de veaux et de jeunes adultes abattus surtout entre deux et quatre ans, s’ajoute, en proportion assez importante, celle d’animaux réformés. Ces derniers n’atteignent pas un âge très avancé, il peut s’agir de vaches laitières, abattues plus tôt que des bœufs de trait ; c’est également ce qu’indiquent les quelques déterminations de sexes, à savoir six os de vaches pour un de bœuf, obtenues lors de l’analyse biométrique. La viande bovine, issue de l’abattage préférentiel de vaches âgées, probablement des laitières, est d’une qualité moindre que celle des animaux jeunes consommés dans des circonstances privilégiées, lors des sacrifices à finalité alimentaire, comme à Ribemont‑sur‑Ancre ou à Bennecourt, par exemple.

FIG. 132 – Distribution des âges d’abattage des bœufs (fossé 56) d’ap. Ducos (1968).

P.M./CNRS

48Le choix de pièces de bœufs diffère de celui entrevu à partir du matériel des autres fossés, mais paraît assez proche de celui de l’habitat semi‑enterré. Les têtes y sont assez rares (tabl. x), au profit des côtes, des vertèbres et d’os longs des membres, à savoir les os des parties charnues, ce qui témoigne bien de la préparation de la viande.

49Les porcs sont surtout abattus entre un et quatre ans (fig. 133). En fait il est possible de distinguer plusieurs groupes, à savoir des porcelets, mis à mort entre six et neuf mois, peut‑être à l’automne, puis des sujets entre un an et un an et demi, puis de jeunes adultes, vers trois ou quatre ans, et, enfin, des sujets âgés de cinq ou six ans. Il est intéressant de noter que les proportions de sexes s’inversent entre les jeunes (13 mâles pour 7 truies) et les plus âgés (2 mâles pour 6 truies) ; les truies sont donc conservées plus longtemps que les verrats, ce afin d’assurer la pérennité du troupeau. L’abattage précoce des verrats, sans doute en partie motivé par le comportement agressif des plus âgés, est une constante de l’élevage porcin en Gaule (Méniel 1988b ; 1992b). Le choix des quartiers de viande répond aux critères mis en évidence ailleurs sur le site. En particulier les têtes et les pieds sont présents dans des proportions analogues, contrairement aux dépôts de sanctuaires où le porc est consommé (Bennecourt, Ribemont), caractérisés à la fois par l’abondance des têtes et l’absence des pieds. Aucune analogie ne peut donc être établie à ce niveau entre le remplissage de ce fossé et ceux des sanctuaires de la région.

FIG. 133 – Distribution des âges d’abattage des porcs (fossé 56).

P.M./CNRS

50L’âge des caprins touche essentiellement des adultes, abattus entre trois et sept ans (fig. 134). Comme pour les bovins, il semble que les produits de l’élevage, ici la laine, aient justifié la conservation d’animaux âgés, aux dépens d’une production de viande de qualité. L’inventaire des restes de caprins présente peu de différences avec ceux établis pour les autres structures, notamment le fossé 337.

FIG. 134 – Distribution des âges d’abattage des caprinés (fossé 56).

P.M./CNRS

51Les âges d’abattage des chevaux et des chiens ne peuvent guère être appréciés à partir des quelques ossements retrouvés. L’ensemble des restes de chevaux présentent quelques anomalies intéressantes vis‑à‑vis des autres. En effet, les têtes y sont particulièrement bien représentées (37 contre 17 % dans les autres structures), avec deux crânes complets d’adultes (30E, C.04 et 40E, C.01), aux dépens des os des parties charnues (22 contre 42 %) découpés comme sur l’ensemble du site.

52Dans ce fossé les restes de chiens sont beaucoup moins fréquents que dans la fosse 50 (3 contre 12,5 %), mais ces deux ensembles sont également pauvres en restes de têtes, au profit des os des parties charnues résultant de la découpe bouchère et de la consommation.

53Une soixantaine de restes de mammifères sauvages, lièvres (49), cerfs (2), sanglier (1), chatons (6), un jeune mustélidé, martre ou fouine (1), et hérisson (1), témoignent d’activités cynégétiques.

54L’abondance du lièvre est habituelle sur les sites de cette période bénéficiant de bonnes conditions de conservation et de collecte (Méniel 1992b). L’absence des parties les plus labiles et les plus petites, ainsi que les différences d’effectifs entre les os longs (11 tibias pour 2 fémurs, par exemple) témoignent de la précarité des conditions de préservation et de collecte des os de cet animal. Or, malgré ce handicap, le lièvre est mieux représenté que les grands animaux sauvages, ce qui témoigne de captures très abondantes relevant d’une chasse spécialisée, sans doute à l’aide de pièges ou de filets. Ces captures, peut‑être motivées par un souci de protection des cultures, ont apporté un complément alimentaire ainsi que des fourrures, dont la préparation peut expliquer la présence de pieds en connexion. L’utilisation de ces deux produits, la viande et la peau, se traduit par un ensemble composite qui rassemble des déchets culinaires, à savoir des os longs cassés et isolés, et des pieds en connexion issus de la préparation des peaux. La collecte des fourrures peut également expliquer la présence d’autres espèces, comme le chat sauvage et un mustélidé, fouine ou martre, représentées chacune par un sujet juvénile.

55En l’absence du chevreuil, le cerf et le sanglier sont les seuls animaux de vénerie. Or la chasse de ces grands mammifères est une activité réservée à une élite, dont témoignent la tradition antique et, de manière plus ponctuelle, des restes de sangliers découverts dans la cave d’une maison gauloise de Besançon, qui se distingue des autres par son architecture et son mobilier (Méniel 1992a). Plutôt qu’une simple collecte de venaison, on peut voir dans ces vestiges la concrétisation d’autres motivations, comme la valorisation personnelle, la dépense physique ou l’entraînement à la guerre, toutes choses bien difficiles à attester à partir des seuls vestiges osseux.

56Deux restes de poissons, dont une mâchoire de brochet, témoignent de la pêche, mais rappelons que l’Aronde, très poissonneuse, coule au pied du site.

57Du fait de la fragmentation, seule une partie (28) des 59 os d’oiseaux ont pu être déterminés. Ils proviennent surtout du coq (17) et du grand corbeau (10) ; à ces deux espèces s’ajoute le merle noir, avec un seul os. Les restes de coqs, dispersés, proviennent sans doute d’un grand nombre de sujets représentés par une infime partie de leurs restes alors que c’est l’inverse pour les grands corbeaux, dont les os, rassemblés en deux ensembles dans le tronçon nord, correspondent chacun à un individu, un adulte et un jeune (carrés 14 à 16N, C.01). La présence de ces grands corvidés s’explique peut‑être par la possibilité qu’ils ont eu de trouver leur pitance dans les déchets alimentaires et autres carcasses se trouvant au voisinage du fossé.

Les déchets artisanaux

58Une dizaine de chevilles osseuses sciées témoignent de la récupération de la corne de bœuf. La scie est utilisée par divers artisans, comme les tabletiers, mais pas par les bouchers, et ce jusqu’à une date assez récente. Le prélèvement de la corne, substance organique qui ne se conserve pas, laisse des traces sur les chevilles, entamées lors de cette opération (Krausz 1992). Cette activité se traduit parfois par d’importants dépôts de chevilles, notamment sur des sites, hallstattiens (Bragny‑sur‑Saône, fouille Flouest, étude Méniel, inédit), ou des ensembles plus modestes, comme à Acy‑Romance (Lambot, Méniel 1992).

59L’utilisation de la corne, souvent débitée en tronçons pouvant être redressés en vue d’obtenir des plaques rectangulaires (sur les sites hallstattiens), n’est pas connue. Il s’agit là de l’une des rares activités artisanales sur matière animale attestée sur le site. Tous ses déchets proviennent de ce fossé, ce qui s’explique sans doute par la proximité d’un atelier, qui ne peut être localisé plus précisément à partir de ces quelques vestiges.

60La pelleterie, autre activité artisanale, pourrait être à l’origine de la présence de pieds de chiens et de lièvres, d’un mustélidé et du chat sauvage. Mais ces vestiges sont trop peu nombreux pour permettre d’évoquer une activité régulière à proximité du fossé, c’est‑à‑dire celle d’un atelier comme celui de Villeneuve‑Saint‑Germain (Yvinec 1987), où le travail des peaux de divers carnivores se traduit par la présence de centaines d’os de pieds et de queues dans l’un des fossés.

61Le petit nombre de ces déchets peut s’expliquer de deux manières, soit les activités dont ils témoignent ont été occasionnelles, comme cela semble être le cas à Acy‑Romance, soit il s’agit de déchets erratiques d’ateliers éloignés du fossé. Du fait de l’érosion du site, les traces de bâtiments n’ont pas pu être localisées et il n’est pas possible de privilégier l’une ou l’autre de ces hypothèses.

Les dépôts de squelettes

62Dans ce fossé, où la plupart des ossements s’apparentent à des déchets culinaires, il n’est pas surprenant de découvrir quelques ensembles anatomiques assez modestes, tant par le nombre de pièces que par le volume, comme un tarse de porc, des paires de mandibules de chèvre et de bœuf, ou encore des doigts de bœufs ; de telles découvertes, tout à fait habituelles dans les dépotoirs, ne font que signaler l’enfouissement rapide, avant dislocation des ligaments, de parties éliminées lors de la découpe.

63Mais d’autres ensembles beaucoup plus importants ont été découverts dans ce fossé. Le plus spectaculaire est une carcasse de cheval (15E, C.05), les autres sont des squelettes incomplets de deux chiots (52E, C.03) et d’un chaton (35‑36E, C.05). U faut remarquer que tous ces ensembles proviennent de niveaux profonds et relativement pauvres en déchets culinaires, Le remplissage témoigne de profondes modifications des dépôts d’ossements au cours du comblement de ce fossé ; la fouille partielle de ces niveaux profonds est particulièrement regrettable.

64Le squelette du cheval se résume aux vertèbres, cervicales et thoraciques, aux côtes et aux coxaux d’une jument de plus de cinq ans (fig. 135) ; l’absence des lombaires et du sacrum, alors que les coxaux sont restés en position, est imputable aux chiens qui sont intervenus sur cette carcasse dans le fossé, au cours de la décomposition.

FIG. 135 – Secteur C, fossé 56 : carcasse de cheval.

cl. P.M./CNRS

65Cette jument a été découpée : des traces de couteau sont visibles sur l’axis, la cinquième cervicale, la quatrième thoracique, six côtes droites, deux gauches et sur les coxaux (fig. 136). Ces traces montrent que la tête et les cuisses ont été désarticulées ; il en a sans doute été de même pour les épaules mais cette étape de la découpe, faute d’articulation, ne laisse guère de trace sur les os du thorax. Le prélèvement de la viande est attesté par des traces sur les côtes, comme le sillon qui apparaît sur les parties distales (face exothoracique) de quatre côtes successives (9 à 12 droites).

FIG. 136 – Traces de découpe sur le squelette du cheval du fossé 56.

P.M./CNRS del.

66La tête et les membres (et le sternum ?) ont donc été découpés ; par contre, l’absence des lombaires, du sacrum, d’une thoracique (la dixième) et de deux côtes gauches est due aux chiens. En effet, les cervicales et les neuf premières thoraciques ont été rognées ; des traces de dents sont localisées sur des parties apparentes de ces os dans le fossé, à savoir les processus latéraux des quatre premières, les faces ventrales des corps des suivantes et sur les processus épineux des dernières (Th 6, 7 et 9). Il manque les extrémités distales des côtes droites, la plupart ont été croquées (les six premières de façon plus sévère que les suivantes) ; huit côtes gauches (1, 5, 9 à 11, 14 à 16) sont absentes, celles qui subsistent sont réduites à leur extrémité proximale. Les parties saillantes (crêtes iliaques, ischion) des coxaux ont également été croquées. L’absence de traces de dents sur les dernières thoraciques révèle peut‑être l’enfouissement précoce de cette région.

67Ce dépôt rappelle évidemment ceux du sanctuaire de Gournay, où les chevaux, isolés dans divers endroits du fossé, sont surtout représentés par leurs vertèbres et leurs côtes. Mais à Gournay c’est la décomposition, et non la découpe, qui est à l’origine de la dislocation des squelettes. Or ici la découpe a bien eu pour objet un prélèvement de chair, et non pas un simple équarrissage ; on est donc en présence de deux pratiques bien différentes. N’en reste pas moins que si le cheval a été découpé en vue d’être consommé, il l’a été selon un schéma original, puis enfoui dans un fossé où, notamment dans les niveaux profonds, les déchets culinaires ne sont pas très abondants. Le fossé, à ce moment là, n’a rien d’un dépotoir et la carcasse ne peut être considérée comme un déchet domestique ; cela oblige à voir dans cet ensemble le fruit d’une pratique alimentaire, mais qui ne rentre pas dans le cadre des activités domestiques.

3.2.4.3 Le matériel métallique

68t. lejars

69Cette structure est de loin celle qui a livré le plus grand nombre d’objets métalliques. Cent six objets, entiers ou fragmentaires, ont été identifiés. Ce chiffre paraît d’autant plus élevé que sont concentrés ici un peu plus des deux tiers des objets découverts sur le site. Cette différence, perceptible dans la répartition des mobiliers, est renforcée par la présence inhabituelle d’une petite série d’armes dont le nombre est cependant loin d’être négligeable. À cela s’ajoute le fait qu’il ne s’agit plus, comme pour les structures de l’habitat, de simples fragments résiduels, mais de pièces souvent bien conservées, parfois complètes. De plus, ces pièces présentent des marques de coups qui rappellent, tant les similitudes sont grandes, le matériel des sanctuaires voisins, celui de Gournay‑sur‑Aronde en particulier. Nous reviendrons ultérieurement sur ce problème.

70Le mobilier se compose pour l’essentiel de pièces en fer. Là encore, le bronze est rare et ne concerne que des objets de petites dimensions. Même si le matériel métallique est présent sur l’ensemble du tracé, c’est dans la partie est qu’il est le plus abondant. Notons enfin que la plus grande partie de ce matériel a été trouvé dans la couche supérieure du remplissage du fossé.

71Une centaine de pièces sont répertoriées. La parure avec une trentaine d’individus domine l’ensemble. Viennent ensuite les armes, les outils et les ustensiles divers ainsi que les éléments de constructions avec une quinzaine de pièces chacun. À cela, il faut ajouter une vingtaine d’objets divers de fonction indéterminée. Comme pour les autres structures, le nombre d’objets en bronze est faible et se limite à une petite dizaine d’exemplaires.

Inventaire du mobilier métallique

721 – Fourreau d’épée en fer (cf. supra fig. 117, no 1)
Deux parties sont conservées, l’une correspond à l’entrée, la seconde à l’extrémité inférieure. Rien ne permet d’affirmer que ces deux fragments appartiennent bien à la même arme.
L’entrée du fourreau, avec son embouchure en cloche, est relativement haute (25 mm). Le montage des tôles est obtenu par le sertissage de la plaque du revers par le droit. Le pontet, par sa forme, ses dimensions importantes et son emplacement relativement bas sur l’arme, évoque les fourreaux de la fin de La Tène moyenne qui sont généralement renforcés par une frette ornée de deux esses. Si l’exemplaire de Montmartin était renforcé par une frette de ce type, comme cela est fort probable, elle n’a laissé aucune trace. Comme pour la plupart des armes de ce type, nous n’avons relevé sur l’entrée aucun indice de décor gravé.
Longueur conservée : 315 mm ; largeur : 52 mm ; longueur du pontet : 75 mm ; longueur du passant : 23 mm.
Coordonnées : 49 Est, couche 01.
L’extrémité inférieure du fourreau est conservée sur un peu plus de 240 mm. La bouterolle est incomplète, tout comme la pointe de la plaque de droit du fourreau. Les gouttières de la bouterolle sont brisées à la hauteur des boutons (l’un d’eux a disparu). La barrette qui leur faisait pendant sur la face arrière est perdue. Le dessin de la bouterolle est conforme aux types contemporains de la fin de La Tène moyenne, pour lesquels on observe très souvent un décalage de quelques centimètres entre les côtés avers et revers de la partie correspondant à l’entrée. Le bouton conservé est orné de cercles concentriques profondément gravés.
Longueurs conservées : 240 et 65 mm ; longueur bouterolle conservée : 240 mm ; largeur : 52 mm.
Coordonnées : 50 Est, couche 01.

732 – Fourreau d’épée incomplet (cf. supra fig. 117, no 2)
Seule la partie supérieure est conservée. L’entrée est droite avec la plaque du revers et la partie haute de la pièce de suspension (la partie de la plaque de droit correspondant à l’entrée n’est pas conservée). Le sertissage est obtenu par recouvrement de la plaque du revers par l’avers. Particulièrement long, le pontet se compose de deux longues pattes de fixation (l’attache supérieur terminée en T souligne et renforce l’entrée du fourreau) avec au centre un passant de forme carrée. Le montage du pontet avec la plaque arrière du fourreau est assuré par quatre rivets, dont deux pour la seule barrette supérieure. Deux frettes en fer, situées de part et d’autre du passant, viennent compléter et renforcer la solidité du montage. Elles sont chacune ornées d’une série de trois rainures parallèles peu profondes.
Longueur conservée : 190 mm ; largeur : 38 mm ; longueur du pontet : 170 mm ; longueur du passant : 36 mm.
Coordonnées : 20/21 Est, couche 01.

743 – Fragments de fourreau, pliés et brisés (cf. supra fig. 117, no 3)
Il n’est pas possible de préciser s’il s’agit d’une plaque avers ou d’un revers.
Longueurs conservées : 150 et 60 mm ; largeur restituée : environ 38 mm.
Coordonnées : 29 Est, couche 01.

754 – Fragment de fourreau, plié et brisé (cf. supra fig. 117, no 4)
Comme précédemment, il n’est pas possible de préciser s’il s’agit ou non d’une plaque de droit.
Longueur conservée : 125 mm.
Coordonnées : 32 Est, couche 01.

765 – Fragment de fourreau, brisé (cf. supra fig. 117, no 5)
Longueur conservée : 94 mm ; largeur : 43 mm.
Coordonnées : 32 Est, couche 01.

776 – Fragment d’une barrette en fer (objet trouvé avec le fourreau no 1) (cf. supra fig. 117, no 6)
Longueur conservée : 46 mm ; largeur : 15 mm.
Coordonnées : 49 Est, couche 01.

787 – Fragment de bouterolle (cf. supra fig. 117, no 7)
Cette forme s’apparente à la série des bouterolles du groupe 4 de Gournay‑sur‑Aronde.
Longueur conservée : 35 mm.
Coordonnées : couche 01.

798 – Fourreau d’épée incomplet (cf. supra fig. 117, no 8)
La partie conservée correspond à l’extrémité inférieure de l’arme. L’objet, plié et brisé, a subi une violente torsion à la hauteur de l’entrée de la bouterolle. Ces manipulations ont eu pour autre conséquence le déchaussement et la disparition de l’extrémité de la plaque du côté revers. La bouterolle, malgré ces déformations, est entièrement conservée. Les disques que l’on trouve habituellement sur l’entrée de la bouterolle sont remplacés par une simple barrette. La gouttière de section arrondie devient dans la partie basse très nettement anguleuse. Les renflements, qui marquent sur les pièces plus anciennes le passage du corps de la bouterolle à la pointe, font désormais place à de puissantes pinces. Cette séparation entre le corps de la bouterolle et sa pointe est accentuée par l’allongement de cette dernière qui atteint ici 134 mm. Ces différentes caractéristiques sont la marque des armes du début de La Tène D1.
Longueur conservée : 286 mm ; longueur bouterolle : 260 mm ; largeur entrée bouterolle : 38 mm.
Coordonnées : 36 Est, couche 01.

809 – Épée en fer pliée et brisée (cf. supra fig. 118, no 1)
La lame étroite se caractérise par des tranchants parallèles. L’importance de la nervure médiane est accentuée par les deux larges gorges qui la bordent. L’épaulement de la poignée suggère l’existence d’une croisière métallique, maintenant disparue.
Longueur conservée : 647 mm ; largeur de la lame : 40 mm ; épaisseur : 5 mm.
Coordonnées : 31 Est, couche 01.

8110 – Épée en fer pliée (cf. supra fig. 118, no 2)
Des traces de coups sont visibles sur la pointe de l’arme. La lame, de section lenticulaire (sauf dans la partie haute où l’on observe une légère nervure), est longue et large. Elle s’achève par une pointe triangulaire, à peine marquée. La poignée était maintenue par l’écrasement de l’extrémité de la soie. Une croisière métallique en forme de cloche complète l’ensemble. Le dessin de cette dernière indique pour le fourreau une entrée relativement basse.
Longueur totale : 978 mm ; longueur soie : 161 mm ; longueur lame : 817 mm ; largeur : 49 mm ; épaisseur : 4 mm.
Coordonnées : 27 Est, couche 01.

8211 – Fer de lance (cf. supra fig. 119, no 1)
La pointe est brisée. La flamme, large, a été entaillée. Par sa morphologie, elle s’apparente au type IIIB défini par A. Rapin pour le mobilier de Gournay‑sur‑Aronde.
Longueur conservée : 140 mm ; longueur douille : 72 mm ; diamètre douille : 18 mm ; largeur flamme : 72 mm.
Coordonnées : 36 Est, couche 02.

8312 – Fer de lance (cf. supra fig. 119, no 2)
Seule l’extrémité de la flamme est conservée.
Longueur conservée : 70 mm.
Coordonnées : 47 Est, couche 01.

8413 – Talon de lance à douille (cf. supra fig. 119, no 3)
Longueur : 62 mm ; diamètre : 13 mm.
Coordonnées : angle du fossé 56, couche 01.

8514 – Umbo de bouclier (cf. supra fig. 119, no 4)
L’objet est complet en dépit des coups qui ont fortement altéré l’état de la coque. Deux petites entailles sont visibles sur le petit côté d’une des ailettes. Notons également qu’il ne reste rien des quatre rivets qui servaient à la fixation des ailettes. Cet umbo avec ses ailettes à bords convergents et ses rebords de coque saillants appartient à une forme évoluée caractéristique du début de La Tène finale.
Hauteur de coque : environ 95 mm.
Coordonnées : 29 Est, couche 01.

8615 – Lame d’épée (cf. supra fig. 119, no 5)
Seule la pointe est conservée ; elle a été ployée et brisée. De nombreuses entailles sont visibles sur un des tranchants, à l’exception de la partie correspondant au pliage. La lame, de section lenticulaire, est étroite et effilée.
Longueur conservée : 520 mm ; largeur : 35 mm ; épaisseur : 4 mm.
Coordonnées : 47 Est, couche 01.

8716 – Lame d’épée (cf. supra fig. 119, no 6)
Seule la pointe est conservée. Les tranchants portent la marque de nombreux coups. La lame, nervurée, est étroite et nettement effilée. Le dessin de la nervure est accentué par les deux larges gorges qui la bordent de chaque côté.
Longueur conservée : 365 mm ; largeur : 36 mm ; épaisseur : 5 mm.
Coordonnées : 38 Est, couche 01.

8817 – Talon de lance à douille (cf. supra fig. 119, no 7)
Longueur : 72 mm ; diamètre : 10 mm.
Coordonnées : ?

8918 – Fibule en fer incomplète, type 5 ? (cf. supra fig. 120, no 1)
L’arc est nettement surbaissé. Le ressort est à deux fois deux spires et corde extérieure. Le pied et l’ardillon ne sont pas conservés.
Longueur conservée : 67 mm.
Coordonnées : 14 Est, couche 01/02.

9019 – Fibule en fer incomplète de type indéterminé (cf. supra fig. 120, no 2)
Le ressort est à deux fois deux spires et corde extérieure. L’arc et le pied ne sont pas conservés.
Longueur conservée : 34 mm.
Coordonnées : 50 Est, couche 01.

9120 – Fibule en fer incomplète (cf. supra fig. 120, no 3)
Trois fragments sont conservés (un fragment de l’arc, l’ardillon et une spire du ressort), type indéterminé.
Longueur conservée : 77 mm.
Coordonnées : 50 Est, couche 01.

9221 – Fibule en fer incomplète de type indéterminé (cf. supra fig. 120, no 4)
Le ressort asymétrique est à une et deux spires avec corde extérieure. L’ardillon est complet. L’arc et le pied ne sont pas conservés.
Longueur conservée : 78 mm.
Coordonnées : 49 Est, couche 01.

9322 – Fibule en fer incomplète, type 6 (cf. supra fig. 120, no 5)
L’arc est surbaissé. Le pied est fixé sur le milieu de l’arc. Le ressort incomplet est à trois et quatre spires avec corde extérieure.
Longueur conservée : 97 mm ; hauteur : 19 mm.
Coordonnées : 14 Est, couche 02.

9423 – Fibule en fer incomplète, type 3 (fig. 120, no 6)
L’arc en segment de cercle devient légèrement oblique à l’approche du pied. Le pied est orné d’une perle. L’agrafe qui sert à maintenir le pied sur l’arc est décorée de deux fines incisions parallèles. Le ressort et l’ardillon ne sont pas conservés.
Longueur conservée : 37 mm.
Coordonnées : côté nord, couche 01.

9524 – Fibule en fer de type indéterminé (cf. supra fig. 120, no 7)
Le ressort est incomplet mais il y a de fortes chances pour qu’il soit à deux fois deux spires et corde externe. L’arc est nettement arrondi.
Longueur conservée : 106 mm ; hauteur : 26 mm.
Coordonnées : côté nord, couche 01.

9625 – Fibule en fer incomplète, type 8 (cf. supra fig120, no 8)
Le pied triangulaire vient se fixer sur le sommet de l’arc de forme arrondie. Le ressort, l’ardillon et une partie du pied font défaut.
Longueur conservée : 56 mm ; hauteur : 17 mm.
Coordonnées : 39 Est, couche 01.

9726 – Fibule en fer, type 8 (cf. supra fig. 120, no 9)
L’arc rectiligne se termine par un pied triangulaire qui vient se fixer à l’avant de l’arc. Du ressort, il ne subsiste plus que deux et trois spires.
Longueur conservée : 59 mm ; hauteur : 16 mm.
Coordonnées : 27 Est, couche 01.

9827 – Fragment de fibule à ressort en arbalète, type 7 (cf. supra fig. 120, no 10)
Le ressort est à deux fois huit spires et corde externe. L’arc, le pied et l’ardillon ne sont pas conservés.
Longueur conservée : 16 mm ; longueur du ressort : 35 mm.
Coordonnées : couche 01.

9928 – Arc de fibule ? en fer, de section quadrangulaire, type 4 ? (cf. supra fig. 120, no 11)
Longueur conservée : 37 mm.
Coordonnées : 49 Est, couche 01.

10029 – Variante en fer de la fibule de Nauheim, type 10b (cf. supra fig. 120, no 12)
Le porte‑ardillon est incomplet. Le ressort asymétrique est à trois spires et corde intérieure.
Longueur conservée : 47 mm ; largeur de l’arc : 13 mm.
Coordonnées : 41 Est, couche 01.

10130 – Fibule en bronze de type Nauheim, type 10a (cf. supra fig. 120, no 13)
Pièce de petit module. Quatre rainures ornent l’arc. Le ressort est à deux fois deux spires et corde interne.
Longueur conservée : 41 mm ; hauteur : 13 mm.
Coordonnées : 34 Est, couche 01.

10231 – Fibule en bronze de type Nauheim, type 10a (cf. supra fig. 120, no 14)
Pièce de petit module. Un mince filet gravé souligne le contour de l’arc. Le ressort est à deux fois deux spires et corde interne.
Longueur conservée : 40 mm ; hauteur : 11 mm.
Coordonnées : 43 Est, couche 01.

10332 – Fibule en bronze de type Nauheim, type 10a (cf. supra fig. 120, no 15)
Pièce de petit module. Décor sur l’arc de trois fines rainures. Un mince filet gravé soulignant le contour de l’arc complète l’ornementation. Le ressort est à deux fois deux spires et corde interne.
Longueur conservée : 41 mm ; hauteur : 12 mm.
Coordonnées : 46 Est, couche 01.

10433 – Fibule en bronze de type Nauheim, type 10a (cf. supra fig. 120, no 16)
Pièce de petit module. L’arc est orné de trois rainures et d’une ligne de croisillons finement gravés, disposés dans l’axe longitudinal. Près du pied, une croix de taille plus grande est encadrée de deux lignes transversales. Le ressort est à deux fois deux spires et corde interne.
Longueur conservée : 39 mm ; hauteur : 15 mm.
Coordonnées : 44 Est, couche 01.

10534 – Rasoir en fer à dos convexe (cf. supra fig. 121, no 1)
La soie de section rectangulaire est incomplète. La lame est perforée au milieu. Longueur conservée : 157 mm ; longueur lame : 130 mm ; largeur : 45 mm.
Coordonnées : 20/21 Est, couche 01.

10635 – Fragment de couteau en fer, à languette (cf. supra fig. 121, no 2)
L’usure est très importante.
Longueur conservée : 140 mm.
Coordonnées : ?

10736 – Languette de couteau en fer (cf. supra fig. 121, no 3)
Longueur conservée : 104 mm.
Coordonnées : 51 Est, couche 01.

10837 – Languette de couteau en fer (cf. supra fig. 121, no 4)
Longueur conservée : 41 mm.
Coordonnées : 48 Est, couche 01.

10938 – Tranchet en fer à soie rectangulaire (cf. supra fig. 121, no 5)
Longueur : 89 mm ; largeur : 35 mm.
Coordonnées : 21 Est, couche 01.

11039 – Pince à épiler en fer de forme triangulaire (cf. supra fig. 121, no 6)
Longueur : 69 mm ; largeur : 10 mm.
Coordonnées : couche 02.

11140 – Extrémité de ciseau en fer (cf. supra fig. 121, no 7)
Longueur conservée : 20 mm.
Coordonnées : 51 Est, couche 01.

11241 – Extrémité de ciseau en fer (cf. supra fig. 121, no 8)
Longueur conservée : 24 mm.
Coordonnées : 48 Est, couche 01.

11342 – Tige en fer de section carrée, terminée en pointe de chaque côté. Poinçon ? (cf. supra fig. 121, no 9)
Longueur : 59 mm.
Coordonnées : 38/39 Est, couche 01.

11443 – Ciseau en fer (cf. supra fig. 121, no 10)
Longueur : 105 mm ; largeur : 15 mm.
Coordonnées : côté nord, couche 01.

11544 – Tige en bronze, terminée en pointe de chaque côté (cf. supra fig. 121, no 11) La partie centrale est doublée.
Longueur : 168 mm ; section : 3 mm.

116Coordonnées : 47 Est, couche 03.

11745 – Tige en fer de section circulaire (cf. supra fig. 121, no 12)
Deux fragments sont conservés.
Longueurs conservées : 115 et 86 mm ; section : 3 à 4 mm.
Coordonnées : 48/49 Est, couche 01.

11846 – Tige en fer de section circulaire, terminée en pointe (cf. supra fig. 121, no 13)
Longueur : 120 mm.
Coordonnées : 24 Nord, couche 02.

11947 – Extrémité de crochet à viande (cf. supra fig. 121, no 14)
Le manche n’est pas conservé.
Longueur : 42 mm ; largeur : 41 mm.
Coordonnées : 49 Est, couche 01.

12048 – Tige en fer, de section circulaire, terminée en pointe (cf. supra fig. 121, no 15)
Longueur conservée : 54 mm.
Coordonnées : 52 Est, couche 01.

12149 – Barrette en fer, ployée (cf. supra fig. 121, no 16)
Il s’agit peut‑être, comme nous l’avons déjà envisagé pour d’autres pièces du même genre, d’un fragment de cercle de récipient.
Longueur conservée : 184 mm ; largeur : 9 mm.
Coordonnées : 50 Est, couche 01.

12250 – Tige en fer de section quadrangulaire, coudée (cf. supra fig. 121, no 17)
Longueur : 112 mm.
Coordonnées : 38 Est, couche 01.

12351 – Burin en fer (cf. supra fig. 121, no 18)
Longueur : 115 mm.
Coordonnées : couche 04.

12452 ª Piton en fer, à extrémité ajourée (cf. supra fig. 122, no 1)
Longueur : 82 mm.
Coordonnées : 38 Est, couche 01.

12553 – Gros piton en fer, de section carrée (cf. supra fig. 122, no 2)
Longueur : 145 mm.
Coordonnées : 24 Nord, couche 01.

12654 – Piton en fer à extrémité coudée (cf. supra fig. 122, no 3)
Longueur : 43 mm.
Coordonnées : angle fossé 56.

12755 – Languette à double perforation axiale (cf. supra fig. 122, no 4)
La pièce a été pliée et brisée.
Longueur conservée : 64 mm ; diamètres des perforations : 65 et 80 mm.
Coordonnées : 15 Est, couche 01.

12856 – Tige en fer, de section circulaire, coudée en arc de cercle (cf. supra fig. 122, no 5)
Longueur : 59 mm.
Coordonnées : ?

12957 – Barrette en fer (cf. supra fig. 122, no 6)
Il s’agit peut‑être d’un élément de cerclage de récipient.
Longueur conservée : 90 mm ; largeur : 15 mm.
Coordonnées : côté nord.

13058 – Pièce métallique avec œillet (cf. supra fig. 122, no 7)
Il s’agit peut‑être d’une attache de seau. Longueur conservée : 45 mm.
Coordonnées : 50 Est, couche 01.

13159 – Agrafe en fer avec extrémités repliées vers l’intérieur (cf. supra fig. 122, no 8)
Longueur : 46 mm ; hauteur : 28 mm.
Coordonnées : 49 Est, couche 01.

13260 – Agrafe en fer, incomplète (cf. supra fig. 122, no 9)
Longueur : 45 mm ; hauteur : 24 mm.
Coordonnées : 38/39 Est, couche 01.

13361 – Languette en fer, pliée et brisée, avec une perforation quadrangulaire (cf. supra fig. 122, no 10)
Voir le no 4 de la même planche.
Longueur conservée : 58 mm.
Coordonnées : 15 Est, couche 01.

13462 – Pointe en fer de section quadrangulaire (cf. supra fig. 122, no 11)
Longueur : 84 mm.
Coordonnées : ?

13563 – Agrafe en fer (cf. supra fig. 122, no 12)
Longueur : 48 mm ; hauteur : 28 mm.
Coordonnées : 49 Est, couche 01.

13664 – Fragment d’agrafe en fer (cf. supra fig. 122, no 13)
Longueur conservée : 48 mm.
Coordonnées : 14 Est, couche 01.

13765 – Fragment d’agrafe en fer (cf. supra fig. 122, no 14)
Longueur conservée : 41 mm.
Coordonnées : 20/21 Est, couche 01.

13866 – Fragment d’agrafe en fer (cf. supra fig. 122, no 15)
Longueur conservée : 56 mm ; hauteur : 21 mm.
Coordonnées : 35 Est, couche 01.

13967 – Tige en fer (cf. supra fig. 122, no 16)
Longueur : 78 mm.
Coordonnées : 24 Nord, couche 01.

14068 – Tige en fer coudée (cf. supra fig. 122, no 17)
Longueur : 46 mm.
Coordonnées : couche 01.

14169 – Tige en fer (cf. supra fig. 122, no 18)
Longueur : 70 mm.
Coordonnées : ?

14270 – Tige en fer (cf. supra fig. 122, no 19)
Longueur : 54 mm.
Coordonnées : ?

14371 – Fragment d’agrafe en fer (cf. supra fig. 122, no 20)
Longueur conservée : 43 mm ; hauteur : 14 mm.
Coordonnées : 20/21 Est, couche 01.

14472 – Fragment d’agrafe en fer (cf. supra fig. 122, no 21)
Longueur conservée : 43 mm.
Coordonnées : 20/21 Est, couche 01.

14573 – Fragment d’agrafe en fer (cf. supra fig. 122, no 22)
Longueur conservée : 28 mm ; hauteur : 13 mm.
Coordonnées : 27 Est, couche 01.

14674 – Agrafe en fer (cf. supra fig. 122, no 23)
Longueur conservée : 42 mm ; hauteur : 13 mm.
Coordonnées : 27 Est, couche 01.

14775 – Tige en fer (cf. supra fig. 122, no 24)
Longueur conservée : 26 mm.
Coordonnées : 27 Est, couche 01.

14876 – Clou en fer (cf. supra fig. 122, no 25)
Longueur : 24 mm ; largeur de la tête : 5 mm.
Coordonnées : 35 Est, couche 04.

14977 – Tige en fer (cf. supra fig. 122, no 26)
Longueur conservée : 24 mm.
Coordonnées : ?

15078 – Clou en fer à tête carrée (cf. supra fig. 122, no 27)
Longueur conservée : 41 mm ; largeur de la tête : 10 mm de côté.
Coordonnées : 51 Est, couche 01.

15179 – Jonc en fer de section plus ou moins circulaire (cf. supra fig. 123, no 1)
Il s’agit peut‑être d’un élément de torque. Longueurs conservées : 114 et 51 mm ; section : 2 à 3 mm de diamètre.
Coordonnées : 51 Est, couche 01.

15280 – Fragment d’un bracelet en fer orné (cf. supra fig. 123, no 2)
Le décor se compose d’une suite de gros nodules alternant avec deux plus petits.
Longueur conservée : 64 mm ; section : 4 mm de diamètre ; diamètre restitué : environ 80 mm.
Coordonnées : 51 Est, couche 01.

15381 – Fragment d’un bracelet en fer terminé par une extrémité sphérique (cf. supra fig. 123, no 3)
Longueur conservée : 87 mm ; section : 3 à 4 mm de diamètre ; diamètre restitué : environ 80 mm.
Coordonnées : 52 Est, couche 01.

15482 – Segment de bracelet (?), en fer, de section sensiblement quadrangulaire (cf. supra fig. 123, no 4)
Longueur conservée : 45 mm ; section : 4 mm de côté.
Coordonnées : 52 Est, couche 01.

15583 – Fragment de bracelet en fer de section quadrangulaire (cf. supra fig. 123, no 5)
Longueur conservée : 140 mm ; section : 5x7 mm ; diamètre externe : 67 mm ; diamètre interne : 54 mm.
Coordonnées : 52 Est, couche 01.

15684 – Jonc en fer de section quadrangulaire, orné d’une suite de cupules (cf. supra fig. 123, no 6)
Longueur conservée : 36 mm ; section : 3 mm de côté.
Coordonnées : 48 Est, couche 01.

15785 – Cabochon en fer à perforation axiale (cf. supra fig. 123, no 7)
Il s’agit très certainement d’un tampon de torque.
Diamètre : 31 mm ; épaisseur : 6 mm ; diamètre de la perforation : 4 mm.
Coordonnées : 51 Est, couche 01.

15886 – Cabochon en fer de forme conique (cf. supra fig. 123, no 8)
Un fragment de tige en fer occupe encore l’emplacement de la perforation centrale, ce qui pourrait confirmer l’hypothèse d’un embout de torque comme pour le no 84.
Diamètre : 23 mm ; épaisseur : 7 mm ; diamètre de la tige : 3 mm.
Coordonnées : 51 Est, couche 01.

15987 – Cabochon en fer à perforation axiale, avec un léger renflement central de la partie en creux (cf. supra fig. 123, no 9)
Diamètre : 20 mm ; épaisseur : 6 mm ; diamètre de la perforation : 2 mm.
Coordonnées : 51 Est, couche 01.

16088 – Petit bracelet ouvert en bronze (cf. supra fig. 123, no 10)
Diamètre : 44 mm ; section : 2 à 3 mm.
Coordonnées : 23 Est, couche 01.

16189 – Anneau ouvert en fer de section circulaire (cf. supra fig. 123, no 11)
Diamètre : 25 mm.
Coordonnées : 49 Est, couche 01.

16290 – Anneau ouvert en bronze avec une section de forme ovale (cf. supra fig. 123, no 12)
Diamètre : 29 à 32 mm ; section : 2 x 3 mm.
Coordonnées : 51 Est, couche 01.

16391 – Bouton en bronze (cf. supra fig. 123, no 13)
La tête, légèrement convexe, est montée sur une bélière.
Diamètre : 24 mm ; hauteur : 11 mm.
Coordonnées : 35 Est, couche 03.

16492 – Clou en fer (cf. supra fig. 123, no 14)
La tête, bombée, est recouverte d’une feuille en alliage cuivreux.
Longueur conservée : 28 mm ; diamètre : 22 à 24 mm.
Coordonnées : 49/50 Est, couche 01.

16593 – Anneau ouvert en fer (cf. supra fig. 123, no 15)
Diamètre : 22 à 23 mm ; section : 4 mm.
Coordonnées : 49 Est, couche 01.

16694 – Anneau en fer de section circulaire (cf. supra fig. 123, no 16)
Diamètre : 28 mm ; section : 5 mm.
Coordonnées : couche 01.

16795 – Petit rivet en bronze à tête hémisphérique (cf. supra fig. 123, no 17)
Longueur conservée : 10 mm ; diamètre : 9 mm.
Coordonnées : 39 Est, couche 01.

16896 – Fragment d’anse de seau (cf. supra fig. 123, no 18)
La pièce, en fer, est incomplète. L’extrémité coudée s’achève par une tête conique.
Longueur conservée : 80 mm ; diamètre tête : 10 mm ; section : 5 mm.
Coordonnées : 14 Est, couche 01.

16997 – Clou en fer à tête hémisphérique (cf. supra fig. 123, no 19)
Longueur conservée : 22 mm ; diamètre : 20 à 22 mm.
Coordonnées : 49 Est, couche 01.

17098 – Disque bombé en fer ; peut‑être une tête de rivet (cf. supra fig. 123, no 20)
Diamètre : 18 mm.
Coordonnées : 20 Nord, couche 01.

17199 – Petit fragment de tôle de bronze avec appendice perforé (cf. supra fig. 123, no 21)
Hauteur conservée : 7 mm.
Coordonnées : 52 Est, couche 01.

172100 – Barrette en bronze (cf. supra fig. 123, no 22)
L’extrémité de forme arrondie est perforée. L’autre est brisée. Elle est ornée sur une des faces d’une suite d’encoches.
Longueur conservée : 15 mm ; largeur : 4 mm.
Coordonnées : 51 Est, couche 01.

173101 – Élément de cerclage en fer, replié sur lui‑même (non figuré)
Longueur totale : 140 mm ; hauteur : 22 mm.
Coordonnées : 28 Est, couche 01.

174102 – Anse de seau en fer, partiellement conservée (cf. supra fig. 123, no 23)
Elle a été pliée et brisée.
Longueur conservée : 185 mm ; hauteur : 7 mm.
Coordonnées : 46/48 Est, couche 01.

175103 – Tige en fer coudée, de section circulaire (cf. supra fig. 123, no 24)
Longueur conservée : 41 mm ; diamètre : 6 mm.
Coordonnées : 46/48 Est, couche 01.

176104 – Talon de lance à douille, long et étroit (non figuré)
Longueur : 73 mm ; diamètre : 10 mm.
Coordonnées : 46/48 Est, couche 01.

177105 – Tige en fer de section circulaire, en forme d’anneau ouvert (cf. supra fig. 123, no 25)
Longueur totale : 120 mm ; section : 5 à 7 mm de diamètre.
Coordonnées : 16 Nord, couche 01.

178106 – Tige en fer coudée, brisée aux extrémités (non figurée)
Longueur totale : 110 mm ; section : 6 mm.
Coordonnées : 9/11 Est, couche 01.

179Comme pour l’habitat, nous avons réparti les 106 objets inventoriés en cinq catégories (les armes, la parure, les soins du corps, l’outillage et les ustensiles domestiques, les pièces d’assemblage et les éléments de construction). Toutefois, étant donné le caractère particulier de cet ensemble et l’importance des pièces d’armement, nous réserverons à ce matériel une place à part dans les développements qui suivent.

Les armes

180Dix‑sept pièces d’armement sont répertoriées. Certaines, assez bien conservées, sont de grande taille, ce qui est rarement le cas des objets découverts sur les sites d’habitat de cette période. Cette série présente de façon assez systématique des marques de destruction intentionnelle. Suivant les cas, il s’agit de simples opérations de bris et de pliage ou, comme pour les tranchants d’épées, de profondes entailles, répétées de façon plus ou moins régulière. Les tranchants d’épées présentent parfois des marques d’écrasement comme peuvent en occasionner des instruments contondants. Ces déformations touchent plus fréquemment encore les objets en tôle comme les umbos de boucliers ou les fourreaux d’épées. D’autres objets, tout aussi fragiles, sont simplement tordus. Les exemples de démontage de plaques de fourreaux ne sont perceptibles qu’à travers des pièces très fragmentées. À Gournay, le démontage des plaques touche principalement les fourreaux de types anciens caractérisés par des gouttières de sertissage larges et saillantes qui soulignent les contours de l’objet à la manière d’un cordon. À Montmartin, ces formes de fourreaux font totalement défaut, seuls sont attestés des exemplaires à gouttières étroites (la gouttière à peine marquée n’est plus visible que sur une des faces). Ce mode d’assemblage (obtenu par un simple rabat des bords d’une des plaques), développé à partir de la fin de La Tène C1, est plus résistant ; on ne s’étonnera donc pas de ne trouver davantage trace de cette pratique sur les armes de Montmartin. On le voit, ce matériel est bien plus qu’un simple ramassis d’armes usagées. Leur concentration dans un secteur limité de l’enclos et les marques de coups visibles sur chacune d’elles montrent le caractère exceptionnel de cet ensemble. S’il convient de s’interroger sur les raisons de leur présence en ce lieu, les similitudes avec le matériel des sanctuaires et la proximité d’un site comme Gournay indiquent clairement la voie à suivre (Brunaux et al. 1985 ; Brunaux, Rapin 1988 ; Lejars 1994).

181En dépit des similitudes morphologiques, nous n’avons retrouvé ni collage, ni appariement. À chaque fois, nous avons affaire à un spécimen original. Il y a tout lieu de croire, même si le fossé n’a pu être fouillé entièrement, que cette série d’armes ne constitue en fait qu’une fraction, peut‑être infime, d’un ensemble beaucoup plus important. Cela n’a rien de surprenant. À Gournay, les différents décomptes ont montré qu’il fallait envisager un déficit d’au moins un tiers pour l’ensemble des mobiliers (Lejars 1994).

182L’armement est principalement illustré par l’épée et le fourreau. Les armes d’hast et le bouclier, également présents, sont connus par quelques pièces isolées. Malgré la présence de plusieurs anneaux en fer, il est difficile de parler des systèmes de suspension d’épée, faute d’agrafe de ceinture ou d’anneaux directement associés à un fourreau. Aucun ceinturon métallique n’a été retrouvé. De même, aucune pièce n’est caractéristique de l’équipement du cavalier ou du char (éperon, mors, anneaux passe‑guide, etc.). Le fait que les armes les plus anciennes se réduisent le plus souvent à de simples fragments (l’élément de bouterolle no 7 de la fig. 117 par exemple) indique clairement le caractère erratique de ces mobiliers. De ce point de vue, on ne constate aucune différence avec le matériel d’habitat. Par conséquent, de même qu’il ne subsiste aucun morceau important d’épée ou de fourreau de cette période, l’absence de ceinturon métallique n’est pas surprenante dans ce contexte précis. En revanche, l’absence d’élément de suspension (agrafes et anneaux) pour les périodes plus récentes, qu’il s’agisse de la fin de La Tène moyenne ou du début de La Tène finale, étonne davantage si l’on considère le nombre d’armes, épées et fourreaux notamment, datées de cette époque. Quoi qu’il en soit, il semble bien que ces pièces, toutes issues de la couche supérieure du fossé, ont été jetées sans ordre avec les autres mobiliers (éléments de construction, etc.) lors du nettoyage de l’enclos et du colmatage du fossé.

Les épées

183L’épée de Montmartin est une arme longue, généralement étroite (moins de 40 mm sauf en ce qui concerne l’exemplaire no 10 [fig. 118, no 2] dont la largeur atteint 50 mm). Parmi ces pièces, nous distinguons deux catégories.

184La première se limite à un seul exemplaire (fig. 118, no 2) ; c’est aussi la seule pièce complète. La lame est légèrement nervurée dans sa partie supérieure. Les tranchants, parallèles, forment à l’extrémité une pointe à peine marquée. La poignée, longue de 161 mm, s’achève par une croisière en forme de cloche au dessin peu prononcé. Cette arme est proche des spécimens à extrémité mousse du sanctuaire de Gournay‑sur‑Aronde. Ce type d’épée correspond au groupe des fourreaux les plus récents trouvés dans ce sanctuaire (Lejars 1994). Par sa forme et ses dimensions, l’épée de Montmartin est proche d’une des armes d’Acy‑Romance (Lambot, Méniel 1992) qui est associée à un fourreau orné d’une barrette de renfort en esses, caractéristique du dernier horizon de La Tène moyenne. Plusieurs armes analogues figurent dans le riche ensemble fouillé à La Mailleraye en Haute‑Normandie (Lequoy 1993). La tombe 1 de Mokronog en Slovénie, datée de La Tène C2 (phase 4 de Gustin) en donne un nouvel exemple (Gustin 1977). L’épée ployée de Mokronog, est une nouvelle fois associée à un fourreau avec une barrette en esses, un umbo de bouclier à ailettes trapézoïdales et une fibule de schéma La Tène II avec pied rattaché loin à l’arrière de l’arc. W. Kramer a publié une épée semblable trouvée à Holheim en Bavière (Krämer 1985). Il faut également mentionner l’épée de la sépulture F2 d’Arqua Petrarca en Italie (Gamba 1987). Cette dernière est associée à un umbo avec ailettes curvilinéaires (GSA Rapin type Vile ; ce type précède l’apparition des umbos circulaires) et une fibule de schéma La Tène finale (type Cenisola) datée de La Tène D1 (Gebhard 1991 ; Gleirscher 1992). L’ensemble des comparaisons permet de situer de façon très précise l’utilisation de ces armes dans les toutes dernières années de La Tène moyenne.

185Les épées du second groupe sont longues et étroites, et leur pointe est effilée (la longueur de la lame peut facilement atteindre et dépasser 900 mm). La section de la lame est soit losangée, soit nervurée. Cette dernière est obtenue par enlèvement de matière de part et d’autre de l’axe médian. Cette forme est illustrée par trois exemplaires, dont deux extrémités inférieures et une partie supérieure avec garde et poignée.

186Ce type d’arme connu par des découvertes anciennes (Port‑Nidau, dragage de la Saône) n’a jusqu’ici jamais vraiment été étudié (Tschumi 1940 ; Müller 1991 ; Déchelette 1913). Il aura fallu attendre les fouilles et la publication de la grande nécropole de Wederath en Allemagne pour qu’enfin on s’intéresse un tant soit peu à l’étude de ces mobiliers (Haffner 1971 : t. 203 et 269 ; Haffner 1978 : t. 1178, 1191 et 1228 ; Haffner et al. 1989). Dans ce domaine, l’apport de la restauration est essentiel. Le développement de cette technique et les résultats obtenus dans le domaine de l’armement celtique en particulier, nous amènent à revenir sur certaines règles énoncées par J. Déchelette qui a fixé, il y a près d’un siècle, dans les pages de son manuel les principes de l’évolution de l’épée et de son fourreau. Dans cette perspective évolutive, de courte et effilée l’épée ne tarde pas à devenir, suivant l’auteur, un long sabre de cavalerie à extrémité arrondie (Déchelette 1914). En confondant la forme de l’épée avec celle du fourreau, il a puissamment contribué à forger le mythe du gaulois de La Tène finale armé de la longue épée à extrémité arrondie. Pour définir l’armement de cette période, il fondait son argumentation sur des ensembles exceptionnels comme les découvertes d’Alise‑Sainte‑Reine et la nécropole d’Ornavosso (Graue 1974). Or, comme il arrive très fréquemment avec ce type de mobilier, il est bien difficile de se prononcer, sans un examen radiographique préalable, sur la morphologie de l’épée lorsque celle‑ci est engagée dans un fourreau muni, de surcroît, d’une bouterolle « rectangulaire, renforcée par de nombreuses bandelettes transversales » (Déchelette 1914). Ce schéma qui prévaut encore dans de nombreux ouvrages s’appuie sur des ensembles funéraires préalablement datés dont l’auteur extrait les mobiliers les plus significatifs, tout en laissant de côté les « variétés intermédiaires » (Déchelette 1914). À décharge pour J. Déchelette et ses contemporains, il est juste de rappeler que ces erreurs sont surtout liées à des difficultés d’observation.

187En réalité, comme le montre clairement l’analyse des mobiliers les mieux documentés, les ensembles funéraires de la nécropole trévire de Wederath notamment, l’épée de La Tène finale, et plus précisément celle de La Tène Dl, se présente sous la forme d’une longue lame effilée gainée dans un fourreau dont la pointe est renforcée par une bouterolle à extrémité arrondie ou de forme plus ou moins rectangulaire (Haffner 1971, la tombe 203 est datée de La Tène D1 ; Haffner 1978, la tombe 1178 est attribuée à un horizon légèrement antérieur à La Tène Dl ; Haffner et al. 1989). On remarquera avec intérêt la forme rectiligne de l’entrée du fourreau trouvé dans la tombe 1178 qui est associé à un mobilier également daté du début de La Tène D1. Ce type d’arme ne concerne pas uniquement les régions septentrionales, on le rencontre de la même façon dans le Midi. La tombe 5 des Colombes, à Beaucaire, a livré une épée effilée mais large, avec une section nervurée analogue aux exemplaires de Montmartin (Dedet et al. 1974). Cet ensemble, associé à une fibule filiforme avec ressort à trois spires et corde extérieure, appartient comme les précédents à l’horizon D1. M. Bats qui a entrepris la révision de la chronologie des ensembles funéraires du sud de la France situe autour de 100 le terminus post quem de cette sépulture (Bats 1990). Le fourreau avec sa bouterolle massive de forme rectangulaire est semblable, tout comme celui de la tombe 203 de Wederath, à l’exemplaire de Montmartin (fig. 117, no 8). Cette bouterolle s’apparente au type de Ludwigshafen définit par U. Schaaff (Schaaff 1984). Cette forme de fourreau en bronze avec sa pièce de suspension à bande large est datée d’après le mobilier de la tombe 296 de Wederath vers 100 av. J.‑C. (Haffner et al. 1989).

188Même si l’étude d’ensemble des armes de La Tène finale est toujours à faire (et plus encore peut‑être celles de La Tène D2 et des débuts de la romanisation), il est important de noter que l’épée à extrémité arrondie, longtemps considérée comme l’arme d’excellence du guerrier gaulois de la dernière période de l’indépendance, caractérise en réalité une phase plus ancienne, relativement brève, correspondant au dernier horizon de La Tène moyenne. Cette phase correspond en outre aux séries les plus récentes découvertes à Gournay‑sur‑Aronde (Brunaux, Rapin 1988 ; Lejars 1994).

Les fourreaux

189Aucun fourreau n’est conservé en entier. Malgré cela, il est possible, comme pour les épées, de répartir les différents fragments en deux groupes principaux. Le premier comprend des pièces identiques aux exemplaires les plus tardifs du sanctuaire de Gournay‑sur‑Aronde. À Montmartin, ce premier groupe est illustré par deux fragments importants, l’un correspondant à l’entrée, l’autre à la partie terminale et sa bouterolle (fig. 117, no 1 ; rien cependant ne prouve que ces deux pièces appartiennent à une seule et même arme). Le second groupe comprend des objets qui évoquent un horizon légèrement plus tardif. Ce type, inconnu par ailleurs à Gournay, est également illustré par deux pièces importantes qui nous renseignent aussi bien sur l’aspect de l’entrée du fourreau que sur sa partie terminale (fig. 117, nos 2 et 8).

190Le premier type correspond aux grandes épées à extrémité arrondie (fig. 118, no 2 par exemple). La longueur du fourreau dépasse souvent 800 mm. L’entrée est marquée par une embouchure en forme de cloche plus ou moins prononcée, Elle est habituellement renforcée sur les côtés par les deux puissantes pinces d’une barrette simple ou à décor plastique en esses. La bouterolle est une longue pièce aux bords parallèles (265 à 275 mm suivant les cas) terminée par une extrémité plus ou moins arrondie (fig. 137). L’entrée de la bouterolle est marquée par un décalage de 20 à 30 mm entre l’entretoise du revers et les deux boutons rabattus sur l’avers (sur l’exemplaire conservé la bouterolle est incomplète, fig. 117, no 1). Une entretoise, située à mi‑hauteur, renforce parfois la bouterolle. La comparaison entre le tracé de l’entrée de fourreau de Montmartin et la forme de la croisière de l’unique épée complète (fig. 118, no 2) montre que ces deux pièces appartiennent à deux panoplies distinctes.

FIG. 137 – Extrémité de fourreau d’épée du fossé 56 après restauration. L : 240 mm (cf. fig. 117, no 1).

cl. P.G./IRRAP

191Ce type de fourreau n’est pas rare même si les ensembles parfaitement documentés sont encore peu nombreux. La sépulture d’Introbio, en Italie, présente en association avec une arme de ce type un umbo de bouclier à ailettes trapézoïdales (GSA Rapin type Vb) et une fibule de schéma La Tène II, munie d’un petit ressort en arbalète à douze spires (De Marinis 1977). Cette forme est également attestée dans la région d’Este, à Arqua Petrarca (Gamba 1987) et à Gomoria (Vitali 1989), en Bourgogne, à Montmort (Guillaumet 1979) ainsi qu’à La Maillcraye, en Normandie (Lequoy 1993). On la retrouve jusqu’en Slovénie, à Mokronog (Gustin 1977) et à Roje (Knez 1977) et en Yougoslavie, à Karaburma (Todorovic 1972). Ces ensembles sont caractéristiques de la fin de La Tène C2 ou du début de la période suivante pour les contextes les plus tardifs comme la tombe 3 de Mokronog. Dans ce dernier ensemble, l’arme est associée à un umbo circulaire à échancrures et une fibule avec ressort en arbalète de schéma La Tène finale (Gustin 1977).

192Le second type est illustré par deux fragments importants (fig. 117, nos 2 et 8). Il se présente comme un étui long et étroit. L’entrée peut être campaniforme ou droite. Le pontet avec son passant large, ses longues pattes de fixation et sa barrette transversale s’apparente aux fourreaux des tombes 1 228 de Wederath (Haffner 1978) et de Sion/Saint‑Guérin (Kaenel 1983), datés l’un et l’autre de La Tène D1. Dans le premier cas, l’épée est associée à un umbo de bouclier d’un type proche de l’exemplaire de Montmartin et une fibule fortement arquée dont le pied vient se fixer loin à l’arrière de l’arc. Dans le second, le fourreau en bronze est également associé à un umbo de même type. Mais c’est surtout l’ensemble méridional de Saint‑Laurent‑des‑Arbres qui fournit les meilleurs éléments de comparaison (Barruol, Sauzade 1972). Si le dessin de l’entrée du fourreau est rectiligne, la croisière de l’épée n’en reproduit pas moins la forme ancienne en cloche. M. Bats propose comme terminus post quem pour le dépôt une date située autour de 100 av. J.‑C. La datation repose sur le mobilier céramique d’accompagnement, le casque étant lui un peu plus ancien (Bats 1990). L’entrée du fourreau, rectiligne, est renforcée par deux frettes disposées de part et d’autre du passant. Longue de 870 mm, l’épée se termine par une pointe acérée (l’extrémité de la bouterolle est nettement quadrangulaire). L’innovation de ces fourreaux réside dans les modifications apportées à la morphologie de la bouterolle (fig. 117, no 8). Sa longueur est d’environ 250 mm. Elle se caractérise par une partie inférieure de grandes dimensions (près de 150 mm) que termine une extrémité massive légèrement arrondie (fig. 138). Cette forme paraît directement inspirée de certaines bouterolles de la fin de La Tène C2 (Lejars 1994). Les gouttières de section ronde deviennent dans la partie basse très nettement anguleuses. Les pinces, pointues et saillantes, qui soulignent le passage du corps de la bouterolle à la pointe s’estompent progressivement et font désormais place à de simples entretoises. Ce type de bouterolle, encore mal connu, s’apparente, malgré des différences notables de taille, aux exemplaires relevant du type dit de Ludwigshafen (Schaaff 1984 ; Schaaff 1986 ; Haffner et al. 1989). La bouterolle nettement quadrangulaire de ces armes peut atteindre suivant les cas 350 à 400 mm de longueur. Une légère antériorité des formes courtes et étroites est très vraisemblable. C’est ce que laisse supposer la pièce découverte à Vismes, près d’Abbeville (Barbet, Bayard 1996). Dans ce cas précis, la bouterolle se distingue de notre exemplaire par un décalage d’une vingtaine de millimètres entre les deux côtés de l’entrée et la présence sur le droit de deux disques au lieu d’une simple entretoise. Ces similitudes avec les séries les plus récentes de La Tène moyenne conduisent à envisager une filiation directe entre ces deux groupes d’armes ; le type de Ludwigshafen, qui correspond aussi à des armes plus lourdes, marque l’aboutissement de cette évolution (fig. 139). Un exemplaire de forme relativement proche, découvert dans l’habitat de Manching, situé à mi‑chemin entre les pièces de Vismes et Montmartin d’une part et la forme classique du type de Ludwigshafen d’autre part, fournit un jalon supplémentaire (Sievers 1989). Cette évolution, qui est avant tout morphologique, dut être relativement rapide puisque tous les exemplaires se situent dans La Tène D1 (Lejars 1996). Des formes plus ou moins proches ont été identifiées à Pîtres en Normandie (Cerdan 1993) et à Pommerceul en Belgique (Hubert 1982).

FIG. 138 – Extrémité de fourreau d’épée du fossé 56, avec traces de coups et déformations, après restauration. L. : 286 mm (cf. fig. 117, no 8).

cl. P.G./IRRAP

FIG. 139 – Comparaison entre les fourreaux de Montmartin, Manching et Ludwigshafen.

T. L/CNRS del.

193À côté de ces mobiliers qui se partagent entre la fin de La Tène moyenne et le début de La Tène finale, figurent de rares pièces nettement antérieures. C’est le cas d’un fragment de bouterolle (fig. 117, no 7) qui s’apparente à un type de fourreau maintenant bien connu, grâce aux découvertes de Gournay‑sur‑Aronde et de Ribemont‑sur‑Ancre (Lejars 1994). Ces fourreaux, datés de la fin de La Tène C1, sont généralement associés aux derniers types de suspension semi‑rigides (chaînes avec maillons à double torsade, « maillons alternés », « quart de tour » ou « gourmette ») et aux umbos de boucliers à coque étroite, avec ou sans nervure, et ailettes curvilignes complexes (Brunaux, Rapin 1988 ; Rapin 1987 ; Rapin 1993).

Les armes d’hast

194La lance est représentée par quatre pièces, deux talons et deux pointes. L’un des fers est presque complet (fig. 119, no 1 et fig. 140), tandis que le second se limite à l’extrémité de la flamme (fig. 119, no 2). Le premier appartient au type à empennage large tel que l’a défini A. Rapin pour le matériel de Gournay‑sur‑Aronde (GSA Rapin type IHb ou c ; Brunaux, Rapin 1988). Même s’il n’est jamais facile de proposer une datation pour ces objets, une attribution à la phase finale de La Tène paraît tout à fait exclue. Une date située dans la seconde moitié du iiie s. av. J.‑C. (La Tène C1) nous semble plus probable. Les deux talons de lance sont du type à douille (fig. 119, nos 3, 7). Leur utilisation comme embout de lance n’est pas totalement assurée du fait de leur faible diamètre d’ouverture. Il en va de même pour l’exemplaire du fossé 8 (fig. 42, no 6). Ces talons de forme conique et gracile ont pu servir à des armes légères munies de hampes fuselées. Des pièces analogues sont connues à Gournay‑sur‑Aronde et Ribemont‑sur‑Ancre, mais elles ne sont jamais très nombreuses. Elles sont également bien attestées sur divers sites d’habitat de La Tène moyenne et finale comme Feurs ou Levroux (Vaginay, Guichard 1988 ; Buchsenschutz et al. 1994, R 110 et 356). Si, de façon générale, le talon de lance de La Tène moyenne est beaucoup plus volumineux, nous ne disposons que de très peu d’information sur son évolution durant La Tène finale.

FIG. 140 – Fer de lance en fer de la structure 56, après restauration. L. : 140 mm (cf. fig. 119, no 1).

cl. P.G./IRRAP

Le bouclier

195Les éléments métalliques du bouclier ne sont représentés que par une seule pièce. Il s’agit d’un umbo du type à ailettes à bords convergents (fig. 119, no 4 et fig. 141). À Gournay, cette forme d’umbo occupe une place marginale et paraît relativement tardive (GSA 1332, 1396 et 1545 ; Brunaux, Rapin 1988). L’umbo de Montmartin, légèrement différent, se distingue des exemplaires de cette série par un rebord de coque, oblique, très prononcé. Cette modification de détail ne tardera pas à devenir une constante que l’on retrouvera tout au long de La Tène finale sur toutes les formes d’umbo non circulaire (Lejars 1996). Ces umbos généralement associés à la grande épée effilée comme dans les tombes 1178 et 1216 de Wederath sont datés du début de La Tène Dl, c’est à dire de la seconde moitié du iie s. av. J.‑C. (Haffner 1978). La tombe 1 216 est une sépulture mixte, datée des années 150 à 100 av. J.‑C. La fourchette chronologique proposée pour le second ensemble, plus précise, situe le dépôt dans les trois dernières décennies du iie s. av. n.è. (Haffner 1989). Cette forme est contemporaine des longues épées effilées.

FIG. 141 – Umbo de bouclier du fossé 56, avec traces de coups et déformations, après restauration (cf. fig. 119, no 4).

cl. P.G./IRRAP

La parure

Torques et bracelets

196Le fossé 56 a livré plusieurs pièces pouvant correspondre à des tampons de torques. Il s’agit de trois cabochons en fer à perforation centrale ; l’un d’eux possède encore un fragment de tige engagé dans l’axe (fig. 123, nos 7, 8, 9). E. Mantel nous signale la découverte d’une pièce analogue à Fesques en Haute‑Normandie (fouille E. Mantel). La datation de ces pièces est très incertaine. À titre d’exemple, on peut mentionner un torque avec des tampons de forme assez proche trouvé à Villarodin‑Bourget en Savoie ; cette pièce est datée de La Tène ancienne II (Bocquet 1991). Il n’est pas impossible que l’une des tiges (fig. 123, no 1) corresponde à un jonc de torque du fait de son importante circonférence.

197Aucun bracelet ni brassard n’est conservé en entier. Un fragment (fig. 123, no 3) terminé par une extrémité sphérique appartient à un type de bracelet ouvert à jonc lisse. Cette forme, qui n’a rien d’originale, est surtout connue par des objets en bronze. Le sanctuaire de Mirebeau en Bourgogne en a livré plusieurs spécimens (Brunaux et al. 1985b). Un des bracelets en fer (fig. 123, no 2) est orné d’un motif composé d’une suite de bossettes alternant avec deux fines moulures. Sans préjuger de sa datation, on peut remarquer que ce motif est relativement fréquent sur les bracelets en bronze d’époque ancienne, qu’ils soient attribués au premier âge du Fer et au début de la période suivante (par exemple Albiez‑Montrond et Saint‑Jean‑d’Arves en Savoie ; Willigens 1991). Ces formes sont encore bien attestées à La Tène moyenne et finale ; la fosse L 143 de Levroux a livré un bracelet à nodosités en fer associé à plusieurs fibules de schéma La Tène II (Buchsenschutz et al. 1994).

198Parmi les objets découverts dans le fossé 56 figurent encore deux petits bracelets (ou anneaux) ouverts, en bronze (fig. 123, nos 10, 12). Enfin, on notera la présence d’un bouton également en bronze (fig. 123, no 13). Des accessoires de ce type, avec bélière, ont été retrouvés sur les pieds d’un squelette de la nécropole du Mont‑Troté, dans les Ardennes, et identifiés comme des éléments de chaussure (Rozoy 1987). À Tiefenau, en Suisse, une pièce semblable est également attestée, mais sa fonction n’est pas précisée (Müller 1990).

Les fibules

199Avec une quinzaine d’exemplaires, le fossé 56 est l’ensemble qui a livré le plus grand nombre de fibules. Cet ensemble qui représente la moitié de l’effectif total, couvre une période longue de près de deux siècles.

200Les fibules du fossé 56 se répartissent en cinq types principaux. Par commodité et pour éviter tout risque de confusion par la suite nous reprendrons ici le classement et la numérotation établis pour le matériel de l’habitat. Les commentaires sont limités à l’essentiel ; pour une lecture détaillée on se reportera au chapitre 2.5.2.1 (fig. 83).

Type La Tène ancienne

2011 – Fibule en fer à pied libre, avec ressort à deux fois deux spires et corde extérieure. Ce type n’est pas présent dans le fossé 56.

Types La Tène moyenne

2022 – Fibule en fer de petites dimensions avec ressort volumineux à deux fois trois spires et corde extérieure. Ce type n’est pas présent dans le fossé 56.

2033 – Fibule en fer avec arc en segment de cercle et long pied. Le ressort est à deux fois deux spires et corde extérieure. Ce type est attesté par un exemplaire.

2044 – Fibule en fer à arc rectiligne avec ressort à deux fois deux spires et corde extérieure. Ce type n’est pas présent dans le fossé 56.

2055 – Fibule en fer à arc surbaissé avec ressort à deux fois deux spires et corde extérieure ; variante du type de Môtschwil. Ce type n’est pas présent dans le fossé 56.

2066 – Fibule en fer à arc arrondi avec ressort à deux fois quatre spires et corde extérieure. Ce type est attesté par un exemplaire, le seul trouvé dans la couche 02.

2077 – Fibule en fer avec ressort en arbalète à deux fois six, sept ou huit spires et corde extérieure. Ce type est attesté par un exemplaire.

Types La Tène finale

2088 – Fibule en fer avec ressort à deux fois trois spires et corde extérieure. Le pied triangulaire est fixé à l’arc au moyen d’une bague. Ce type est attesté par deux exemplaires.

2099 – Fibule en fer à arc filiforme et pied trapézoïdal. Le ressort est à deux fois deux spires et corde interne. Ce type n’est pas présent dans le fossé 56.

21010a – Fibule en bronze de type Nauheim. Les exemplaires de Montmartin sont de petit module, leur longueur n’excède pas 41 mm. Ce type est représenté par quatre spécimens de forme et de taille identiques ; seule l’ornementation change.

21110b – Fibule en fer ; variante de la précédente. Ce type est représenté par un exemplaire.

212Sur les dix fibules parfaitement identifiées trois appartiennent aux formes de La Tène moyenne contre sept à La Tène finale. Cette structure est la seule à avoir livré des exemplaires de type Nauheim. L’unique pièce qui ne provienne pas de la couche supérieure est une fibule (no 21) de La Tène moyenne (type 6 ; fig. 120, no 5).

Les soins du corps

213Les instruments de toilette se limitent à une pince à épiler et un rasoir en fer. La pince (fig. 121, no 6), avec son extrémité large, appartient à un type souvent rencontré sur les habitats de La Tène moyenne et finale (Jacobi 1974 ; Vaginay, Guichard 1988). Elle figure également dans le mobilier de certains ensembles funéraires comme les tombes 556, 1670, 1681 et 1700 de Wederath qui en contenaient chacune un exemplaire (Haffner 1971 ; Cordie‑Hackenberg, Haffner 1991). Parmi les ensembles récemment publiés de la région d’Acy‑Romance, cet accessoire n’est attesté que dans un seul cas, la tombe 9 de Thugny‑Trugny, datée de la fin de La Tène moyenne ou du tout début de la période suivante (Lambot et al. 1994). À Bouy, dans la Marne, deux pinces de ce type ont été trouvées dans une incinération associées à des fibules en fer, dont deux possèdent un long ressort en arbalète avec le pied rattaché au sommet de l’arc (Celtes en Champagne 1991).

214Le rasoir découvert dans le fossé 56 (fig. 121, no 1) s’apparente davantage par sa forme aux exemplaires de La Tène moyenne qu’à ceux des périodes plus récentes (Jacobi 1974). La perforation aménagée au centre de la lame a probablement été effectuée dans le but de faciliter son rangement avec d’autres ustensiles du nécessaire de toilette. Une pièce analogue, mais à double perforation cette fois, a été trouvée dans l’une des sépultures de la nécropole champenoise du Fer à Cheval à Bétheniville, dans un contexte daté de La Tène moyenne (Dupuis 1932).

L’outillage et les ustensiles domestiques

215Comme pour l’habitat, l’outillage est peu abondant. Les pièces sont souvent incomplètes et fortement usées. Il s’agit dans tous les cas de petits objets. Les pièces plus importantes ont visiblement été récupérées, soit pour être réutilisées en l’état, soit pour être retravaillées. À côté des tranchets (fig. 121, no 5) nous trouvons pour le travail des matières souples, des alênes et des poinçons (fig. 121, nos 11, 15) (Jacobi 1974). Pour le bois et le métal, qui nécessitent des outils plus résistants, seuls nous sont parvenus quelques pointes de burins ou de ciseaux (fig. 121, nos 7, 8, 9, 10) (Jacobi 1974 ; Boudet 1987). Le site de Hornaing, l’un des rares sites d’habitat de la fin de l’époque gauloise du nord de la France qui soit publié, a livré plusieurs pièces similaires (tranchet, ciseau et alène ; Barbieux et al. 1992).

216Contrairement à la partie correspondant à l’habitat, le fossé 56 n’a livré aucun couteau à douille. Seul le type à languette est attesté (fig. 121, no 2 à 4). Les exemplaires de Montmartin sont de la forme la plus simple. Le manche, en matière périssable qui a entièrement disparu, était fixé à la languette sans aucun rivet (voir la tombe 1.112 d’Acy‑Romance ; Lambot et al. 1994). Rien n’indique par ailleurs qu’ils étaient pourvus d’une extrémité annelée comme on l’observe sur certains exemplaires bien conservés découverts dans les sépultures et les habitats contemporains (voir en particulier les tombes I.100, I.106, I.109, I.110, I.120 d’Acy‑Romance : Lambot et al. 1994 ; Manching : Jacobi 1974 ; Maier et al. 1992).

217Il faut enfin signaler la présence d’un croc de fourchette à viande (fig. 121, no 14). La pièce en forme de U se caractérise par des extrémités coudées terminées en pointe. Le manche qui se présente généralement sous la forme d’une longue tige métallique, parfois torsadée, n’est pas conservé. Probablement soudé, le manche n’a laissé aucune trace sur le croc. Malgré l’absence de virole ou de tout autre système de préhension, on ne peut totalement exclure l’hypothèse d’un manche entièrement en bois fixé au moyen de ligatures. Ces ustensiles liés au service de la viande sont encore peu connus dans le nord de la France. Un exemplaire identique trouvé à Moronvilliers dans la Marne est conservé au Musée des antiquités nationales à Saint‑Germain‑en‑Laye. On les rencontre en revanche plus fréquemment dans les habitats méridionaux ou les grands oppida tel celui de Manching (Chapotat 1970 ; Jacobi 1974 ; Perrin 1990).

Les pièces d’assemblage et les éléments de construction

218Parmi les différents objets présents dans le fossé 56, on trouve un certain nombre de clous et de rivets. Ils sont à tête plate ou hémisphérique. L’un des rivets, en fer, est recouvert d’une feuille de bronze (les angles de la feuille sont repliés sous la tête, fig. 122, no 14). Deux pièces identiques sont signalées à Beauvais sur le site des Aulnes du Canada, mais leur fonction n’est pas précisée (Woimant 1990).

219Comme pour l’habitat, l’agrafe en fer est la pièce d’assemblage la plus fréquemment utilisée (Jacobi 1974 ; Vaginay, Guichard 1988 ; Lambot et al. 1992). Elle se présente sous la forme d’un simple crampon (une barrette aux extrémités coudées) ou bien d’un élément de cerclage (les extrémités sont repliées de manière à être enfoncées dans le bois). Ces pièces ont été utilisées pour maintenir ensemble des planches de bois relativement fines. Suivant la taille de l’agrafe on distingue trois groupes correspondant chacun à un module de planche : 7 mm (fig. 122, nos 14, 21, 22, 23), 15 mm (fig. 122, no 9) et 20 mm (fig. 122, nos 8, 12). À cela, il faut ajouter un certain nombre d’objets, pitons et pattes de fixation diverses, pour lesquels il n’est pas toujours possible d’assigner une fonction précise (fig. 122).

220Comme pour l’habitat, l’usage de seau en bois avec éléments métalliques, en bronze ou en fer, est confirmé par la présence de divers fragments : anse de section ronde (fig. 123, no 18) ou quadrangulaire. L’attache avec anneau plat (fig. 118, no 7) a pu être utilisée pour un récipient de ce type (Jacobi 1974).

3.2.4.4 Les restes humains

221b. boulestin, h. duday

Inventaire

222Le matériel qui nous a été confié comprend 48 pièces qui font l’objet de l’inventaire et de l’étude qui suivent. Afin de simplifier leur désignation ultérieure, nous avons attribué à chacune un numéro arbitraire (de 1 à 45) ; lorsqu’il a été possible d’établir une liaison entre plusieurs vestiges, nous les avons en effet regroupés sous le même numéro. Sauf mention particulière, tous les éléments se rapportent à des adultes ou des sujets de taille adulte.

1 – Structure 51

223Frontal incomplet. Une fracture ancienne au niveau de la fosse temporale droite a enlevé la portion située sous la ligne temporale inférieure, de la suture coronale en arrière à la ligne temporale supérieure en avant ; une autre fracture ancienne a fait disparaître toute la partie latérale gauche en dehors de la bosse frontale, ainsi que le processus maxillaire, le bord supra‑orbitaire jusqu’au foramen supra‑orbitaire et le segment orbito‑nasal gauches. Fracturation récente de l’os, en partie recollé, au bord de la suture coronale (début de la pars complicata). La face exocrânienne présente quelques petites plaques d’hyperostose poreuse, au niveau de la partie supérieure de l’écaille, dans la zone médiane et paramédiane.

2 – Structure 50 ; couche supérieure

224Fragment postérieur de pariétal droit, s’arrêtant en avant à la jonction des segments S2 et S3 de la suture sagittale, en bas et en dehors au‑dessus du sinus latéral. Fracturation ancienne. Toute la surface exocrânienne est marquée par un intense piqueté porotique.

3 – Structure 56 ; carré 24‑26 Est ; sondage 2

225Temporal droit. La partie supérieure de l’écaille au‑dessus de la branche postérieure de l’artère méningée moyenne est absente (cassure fraîche).

4 – Structure 337F ; carré ? ; couche 01 inférieure

226Partie postérieure de calva remontée comprenant : l’écaille de l’occipital au‑dessus de la ligne occipitale inférieure ; la partie postérieure du pariétal droit, limitée en bas et en dehors par le sinus latéral, s’étendant en avant jusqu’au milieu du segment S2 de la suture sagittale ; la partie postérieure du pariétal gauche, limitée en bas et en dehors par la ligne temporale supérieure, en avant par le milieu du segment S2 de la sagittale. Fracturation ancienne mais érosion récente des cassures par endroits.

5 – Structure 56 ; carré F0 (?) ; sondage 2

227Fragment d’écaille d’occipital, du foramen magnum à la protubérance occipitale interne, s’étendant jusqu’à la suture lambdoïde à droite, cassé à environ 2 cm de la ligne médiane à gauche. Les fractures supérieure et latérale gauche sont récentes.

6 – Structure 56

228Calvarium incomplet d’adulte jeune comprenant :
Carré 20‑21E ; couche 01
« Masque osseux » : face complète à l’exception de la mandibule (fig. 142). Le vomer et les cornets sont endommagés. La partie postérieure du zygomatique droit et le processus temporal du zygomatique gauche manquent (fracturation ancienne). Le frontal est complet ainsi que le sphénoïde, en dehors de l’extrémité de la grande aile droite cassée anciennement. La suture sphéno‑basilaire n’est pas soudée. Les dents 16, 17, 26 et 27 sont en place ainsi que la racine de la dent 14 (couronne fracturée anciennement). Les alvéoles des autres dents (y compris des troisièmes molaires) sont vides, les dents étant tombées post mortem. Il y a un impact frais au niveau de la bosse frontale gauche.
Carré 27E ; couche 01
Moitié antérieure du pariétal gauche jusqu’à la jonction des segments S2 et S3 de la suture sagittale. La fracture postérieure est ancienne. Il manque la région latérale de l’os, au niveau de la suture squameuse (cassure ancienne).
Pariétal droit recollé, endommagé dans la région ptérique (fracture récente) et à la jonction des segments L2 et L3 de la suture lambdoïde (fracture ancienne et pour partie récente). Il existe deux impacts frais au niveau de la bosse pariétale.
L’âge de ce sujet peut être estimé à environ 20 ans.

FIG. 142 – Masque osseux (no 6) de la couche supérieure du fossé 56.

cl. D.B.

7 – Structure 56 ; carré 20D‑21E ; couche 01

229Partie postérieure de calva comprenant l’écaille de l’occipital (sauf le quart latéral gauche) ; la partie postéro‑médiane du pariétal gauche ; environ la moitié postérieure du pariétal droit ; une partie du temporal gauche incluant la région mastoïdienne, le pétreux et la partie postérieure de l’écaille.
La fracturation est ancienne. Il existe une érosion, également ancienne, de la table externe au niveau du pariétal gauche et de la portion de la suture lambdoïde correspondante.
Ce sujet présente une hyperostose porotique très marquée à la partie supérieure de l’écaille de l’occipital et à la partie postéro‑supérieure du pariétal droit. La synostose des sutures crâniennes est pratiquement complète sur la face endocrânienne, moyennement avancée sur la face exocrânienne (adulte mature).

8 – Structure 338 ; carré 50‑53 ; tas de terre

230Fragment de frontal (région supéro‑médiane), sur environ la moitié de la longueur et sur une largeur s’étendant de chaque côté de la gouttière sagittale jusqu’à la jonction des segments C1 et C2 de la suture.

9 – Structure 56 ; carré 24‑26E ; couche 01

231Calvarium incomplet d’adulte composé de deux pièces séparées mais portant les mêmes indications de provenance :
– fragment de calvarium comprenant la région périorbitaire gauche de la face (nasaux, processus frontal et région sous‑orbitaire du maxillaire, zygomatique à l’exception du processus temporal) et le quart inféro‑latéral gauche du frontal dont la fracture du côté médian est récente. Léger aspect porotique de la région supra‑orbitaire gauche ;
– temporal gauche incomplet comprenant l’écaille, le processus zygomatique et la région glénoïdienne. Fracturation récente dans la partie antérieure. Le raccord avec la pièce précédente se fait par l’arcade zygomatique et la région ptérique.

10 – Structure 56 ; carré 31E ; couche 01

232Régions alvéolaire et palatine d’un maxillaire droit cassé anciennement à hauteur de la base de l’orifice nasal. Les dents 14, 15 et 16 sont en place, les autres sont tombées post mortem.

11 – Structure 56 ; carré 40E ; couche ?

233Partie antéro‑supérieure reconstituée de calva comprenant la majeure partie de l’écaille du frontal jusqu’aux bosses (sans les parties latérales), la région la plus antérieure du pariétal gauche au‑dessus de la ligne temporale supérieure et quelques fragments antérieurs du pariétal droit.

12 – Structure 56

234Fragment de calvaria composé de deux ensembles jointifs :
Carré 27E ; couche 01
Fragment d’un temporal gauche comprenant le pétreux, le processus mastoïde (exceptionnellement robuste) et la portion postéro‑inférieure de l’écaille. Fracturation ancienne.
Carré 35E ; couche 02
Fragment d’occipital comprenant le corps, les masses latérales et la base de l’écaille (région de la fossette vermienne). Fracturation ancienne, les condyles ont été érodés anciennement.

13 – Structure 56 ; carré 24‑26E ; couche 01

235Partie latérale gauche de calva comprenant la moitié gauche et la région paramédiale droite de l’écaille occipitale au‑dessus de la ligne nucale inférieure, ainsi qu’un fragment du pariétal gauche, au‑dessus de la suture squameuse en arrière, de la ligne temporale inférieure en avant.

14 – Structure 56 ; carré 29E ; couche 01

236Tiers postéro‑inférieur d’un pariétal droit ; la région lambdatique fait défaut. Fracturation ancienne. La moitié supérieure de l’os présente un aspect piqueté (hyperostose poreuse en phase de résorption).

15 – Structure 51 ; carré E3 ; couche ?

237Fragment de calva dans la région du lambda, s’étendant en avant jusqu’à la jonction des segments S2 et S3 de la suture sagittale, et comprenant l’angle supérieur de l’occipital, la partie postérieure et médiale du pariétal droit et une portion du pariétal gauche, d’une largeur moyenne de 3 cm à partir de la suture sagittale. Fracturation ancienne.

16 – Structure 12 ; couche 01

238Fragment de calva comprenant le segment S2 de la suture sagittale et les parties attenantes des pariétaux droit et gauche ; l’ensemble dessine un trapèze allongé dont le grand axe, long de 81 mm, est oblique de gauche à droite et d’avant en arrière ; le fragment de pariétal gauche est sensiblement rectangulaire (diamètre transversal 38,5 mm, diamètre sagittal 31 mm), le fragment de pariétal droit triangulaire (diamètre transversal 45 mm, diamètre sagittal 28 mm). Fracturation ancienne.

17 – Structure 56 ; carré 27E ; couche 01

239Fragment de temporal droit comprenant le pétreux, la mastoïde et la partie postéro‑inférieure de l’écaille ; l’angle postéro‑inférieur du pariétal est soudé au temporal au niveau de l’incisure pariétale. Fracturation ancienne.

18 – Structure 56 ; carré 27E ; couche 01

240Sphénoïde : fragment comprenant la partie gauche du corps et la partie proximale du processus ptérygoïde et de la grande aile gauches. Fracturation ancienne.

19 – Structure 56 ; carré 20‑21E ; couche 01

241Temporal gauche : fragment comportant la partie antéro‑inférieure de l’écaille, avec le processus zygomatique, le tubercule articulaire et la fosse mandibulaire, ainsi que le toit du trou auditif externe jusqu’à l’épine supramétique. Fracturation ancienne.

20 – Structure 56 ; carré 21E ; couche 01

242Calvarium complet fracturé en place et remonté. Dents 15 à 17 et 25 à 28 en place, les autres dents étant tombées post mortem. Fracturations pour la plupart anciennes. Il est à noter l’existence d’une suture métopique complètement ouverte.
Une mince couche de calcite tapisse la face endocrânienne : le crâne s’est donc comporté comme une véritable géode, ce qui démontre d’une part que la disjonction des fragments est relativement tardive, d’autre part que le crâne est resté complètement vide longtemps après son enfouissement.

21 – Structure 56 ; carré 52E ; couche 02

243Mandibule dont les processus condylaires sont détruits (lésions anciennes artificielles). Les dents 46, 47 et 48 sont en place ainsi que les racines de 37 et la racine mésiale de 36 dont les couronnes ont été cassées anciennement. Les autres alvéoles sont libres.

22 – Structure 56 ; carré 29E ; couche 01

244Mandibule dont les processus condylaires ont été endommagés anciennement. L’angle droit a été brisé récemment. Les dents 36 à 38 et 46 à 48 sont en place, les autres sont tombées post mortem.

23 – Structure 56 ; carré 27E ; couche 01

245Mandibule recollée dont le processus condylaire droit a été détruit anciennement. La branche droite a été endommagée récemment au‑dessus de l’angle. On note l’enlèvement récent d’un autre éclat à la face latérale de la partie droite du corps. Les dents 42 et 45 sont tombées post mortem, la 46 ante mortem (résorption alvéolaire). La 48 est absente (dent incluse ou plus probablement agénésie). La 37 est affectée par une volumineuse carie de la face distale avec effondrement partiel de la face occlusale.

24 – Structure 56 ; carré 28E ; couche 01

246Mandibule recollée présentant des lésions récentes, avec notamment la perte de la moitié latérale du processus condylaire gauche et une destruction au‑dessus du foramen mentonnier droit. Les dents 36 à 38, 47 et 48 sont en place. Tous les autres alvéoles sont vides.

25 – Structure 56

247Mandibule reconstituée comprenant :
Carré 31E ; couche 01
La moitié gauche du corps et le départ de la branche gauche, la région symphysaire et une portion de la partie droite du corps, jusqu’au foramen mentonnier ;
Carré 32E ; couche 02
La suite du corps, du foramen mentonnier à la partie inférieure de la branche droite. Ces deux fragments sont jointifs.
Fracturation ancienne de la branche droite. Altérations anciennes du bord alvéolaire et de la face médiale du corps à droite, du bord alvéolaire au niveau des dents 41, 31 et 32 et du foramen mentonnier gauche. Fracturation récente de la branche gauche. Les dents 35 à 38 sont en place, toutes les autres sont tombées post mortem.

26 – Structure 56 ; carré 24‑26E ; couche 01

248Mandibule, région symphysaire et moitié droite du corps. Cassures ancienne de l’extrémité postérieure, récente de l’extrémité symphysaire. Altération récente du bord alvéolaire. Seule la dent 47 est en place, les autres étant tombées post mortem. La 48 est absente (agénésie ?). On note en outre une carie du collet sur la face mésiale de la 47.

27 – Structure 338 ou structure 50 (tas de terre)

249Mandibule, région comprise entre les deux foramens mentonniers. Fracturation ancienne. La dent 45 est en place (carie du collet, face mésiale) ainsi que la racine de la 44 dont la partie supérieure est évidée (destruction totale de la couronne par une carie). Les alvéoles 41 à 43 et 46, 31 à 34 sont vides. Cependant, la 33 a peut‑être été perdue ante mortem (granulome apical fenestré sur la face externe, destruction du septum interalvéolaire 32/33). La 35 et la 36 sont tombées ante mortem (résorption alvéolaire).

28 – Structure 56 ; carré 21E ; couche 02

250Mandibule : partie gauche du corps, du tubercule mentonnier à l’extrémité postérieure de l’incisure préangulaire. En arrière de la dent 36, seul le bord inférieur est conservé sur une hauteur de 1 cm. Fracturation ancienne. La dent 36 est en place, les dents 34 et 35 sont tombées post mortem.

29 – Structure 56 ; carré 31E ; couche 01

251Mandibule : processus condylaire et partie supérieure de la branche gauche, jusqu’au foramen mandibulaire. Fracturation ancienne.

30 – Structure 56 ; carré 40E ; couche ?

252Axis. Les bords latéraux des processus articulaires crânial et caudal gauches et le bord caudal de l’arc vertébral ont été endommagés anciennement.

31 – Structure 56 ; carré 46E ; couche 01

253Quatrième vertèbre lombaire dont les processus costiformes, épineux et articulaire caudal droit, ainsi que le bord ventral du corps, ont été endommagés anciennement.

32 – Structure 56 ; carré 32E ; couche 02

254Cinquième vertèbre lombaire. Les processus articulaires caudaux, épineux et costiforme droit ont été endommagés récemment, le processus articulaire crânial droit et le bord ventro‑crânial du corps anciennement.
Il est possible que ces deux vertèbres appartiennent au même sujet.

33 – Structure 56 ; carré 34E ; couche 01 fond

255Sacrum, partie crâniale jusqu’au milieu de la deuxième vertèbre sacrée et fragments de la troisième vertèbre sacrée. Fracturation ancienne. On observe une déhiscence médiane sur l’arc vertébral de la première sacrée.

34 – Structure 56 ; carré 30E ; couche 01

256Scapula gauche. L’extrémité du processus coracoïde, l’angle inférieur et le bord spinal de la fosse sus‑épineuse ont été endommagés anciennement. Il existe également une lacune ancienne au niveau de la fosse sous‑scapulaire. L’acromion est profondément remanié par un processus pathologique : il est désaxé, rétréci et montre une excroissance osseuse anguleuse à sa partie antéro‑supérieure ; à la jonction entre le bord latéral de l’épine et la base de l’acromion, on voit une facette articulaire néoformée, poreuse et irrégulière, en direction latérale. Il pourrait s’agir d’une luxation postérieure invétérée de la tête humérale, ce que pourrait confirmer la présence de quelques reliefs osseux émoussés dans la portion moyenne de la cavité glénoïdale ; cependant, le bord postérieur de celle‑ci est d’apparence normale, ce qui rend le diagnostic précédent très incertain. En l’absence de l’humérus, il nous paraît donc impossible de proposer une interprétation précise.

35 – Structure 56 ; carré 43E ; couche 00

257Diaphyse d’humérus gauche. Les deux extrémités ont été détruites anciennement.

36 – Structure 56 ; carré 33E ; couche 02

258Deux tiers distaux d’un humérus gauche fracturé anciennement au‑dessus du V deltoïdien. Le capitulum et les épicondyles médial et latéral ont été détruits anciennement.

37 – Structure 56 ; carré 49E ; couche 01

259Diaphyse de radius droit. Les extrémités ont été cassées anciennement.

38 – Structure 56 ; carré 49E ; couche ?

260Diaphyse de fémur droit. La partie proximale a été détruite anciennement au‑dessus de la ligne pectinée, la partie distale (à partir du milieu de l’os sur la face antérieure, de la bifurcation de la ligne âpre sur la face postérieure) a été cassée récemment.

39 – Structure 56 ; carré 24N ; couche 06

261Tiers distal de diaphyse de fémur droit. Cassures anciennes.

40 – Structure 56 ; carré 34E ; couche 01

262Diaphyse de tibia gauche. Extrémités détruites anciennement. Fracturation récente de la face médiale au niveau du quart distal. L’insertion du muscle soléaire forme une profonde gouttière (fossa solei).

41 – Structure 56 ; carré B.2 inf. ; couche 02 supérieure

263Fragment de diaphyse de tibia droit (approximativement quart moyen‑distal). Fracturation ancienne des extrémités. Fracturation récente du bord médial dans la partie distale du fragment.

42 – Structure 56 ; près de l’angle N.E. ; couche ?

264Fragment antérieur de diaphyse de tibia (gauche ?) dans la portion moyenne de la crête tibiale. Fracturation récente de l’extrémité distale, fracturation ancienne par ailleurs.

43 – Structure 56 ; carré 29E ; couche 01

265Fragment antérieur de l’extrémité proximale d’un tibia gauche (jusque sous la tubérosité). Fracturation ancienne.

44 – Structure 56 ; carré 24N ; couche 06

266Phalange moyenne de main (troisième doigt de la main gauche ?).

45 – Structure 56 ; carré 48E ; couche 01

267Ulna droit appartenant à un sujet décédé en période périnatale. L’extrémité distale a été détruite anciennement. La longueur maximale de l’os est de 57,2 mm, ce qui correspond selon Fazekas et Kosa (1978) à une taille corporelle d’environ 49,3 cm.

Les traces

268La recherche des traces d’origine humaine a été réalisée de manière systématique en lumière rasante avec des incidences variables, d’abord par examen à l’œil nu, puis sous loupe binoculaire à grossissement faible (10 X), et les marques relevées lors de cette opération de « dépistage » ont été contrôlées à fort grossissement (30 à 40 X). Cette recherche a été souvent limitée par la médiocre conservation de la surface des os, essentiellement due à de nombreuses traces de radicelles de végétaux. Par ailleurs, certaines pièces sont encroûtées de sédiment.

269A la suite de plusieurs auteurs, T. White (1992 : 118‑120) a souligné l’importance de la conservation de surface pour ce type d’analyse : la dichotomie présence/ absence de traces n’est évidemment significative que dans la mesure où la pièce peut réellement être observée. En d’autres termes, si la conservation de surface est médiocre, la « non‑présence » d’artefacts n’implique pas l’affirmation d’absence. Pour coter cette variable, nous avons appliqué aux restes de Montmartin la méthode utilisée par White à Mancos (White 1992), qui consiste à donner pour chaque os le pourcentage estimé de surface intacte. Bien que très approximative, cette estimation a le mérite de donner une idée relativement précise de la valeur que l’on peut accorder à une observation négative.

270La surface de la zone érodée n’est pas le seul paramètre à considérer ; l’érosion en profondeur de l’os cortical est susceptible d’avoir « gommé » les traces de coupes les moins marquées. Nous avons tenté de la quantifier le plus simplement possible, en quatre stades : corticale intacte (stade 0), peu érodée (stade 1 : les traces mêmes les plus superficielles sont encore susceptibles d’être visibles), corticale moyennement érodée (stade 2 : ces mêmes traces peuvent avoir disparu), enfin corticale très érodée (stade 3 : même les traces de coupe profondes peuvent avoir été détruites).

271Avant d’entamer les descriptions, il nous est nécessaire d’effectuer une brève mise au point sur la terminologie que nous avons utilisée. Le terme de « strie » désigne une marque qui a été réalisée par un instrument manié au posé. On distinguera les « stries de coupe » (cutmarks) qui correspondent au cas où l’outil a été mû dans le sens du fil et les « stries de raclage » (scraping marks) qui ont été produites soit par un instrument au profil irrégulier, soit par un instrument tranchant déplacé à la surface de l’os dans une direction sensiblement perpendiculaire au fil. Dans le premier cas, il s’agit d’une intervention sécante, dans le second d’une action visant à détacher ce qui adhère à l’os.

272Pour conserver une correspondance logique avec la terminologie anglophone (chopmarks), nous avons réservé le terme de « coups » ou de « marques de coup » à des traces faites par un outil tranchant utilisé pour frapper l’os à la volée, dans une direction sensiblement perpendiculaire à sa surface. Il s’agit là aussi d’une intervention sécante. Dans certains cas, il n’a pas été possible de décider si une marque avait été produite par un coup lancé ou par un instrument manié dans le plan de l’os. Il s’agit de marques plus profondes que des stries simples, ayant une section nette en V, mais moins larges et moins profondes que des marques de coup. Ces artefacts peuvent tout aussi bien être redevables à une frappe de force faible qu’à une coupe appuyée. Nous avons alors employé le terme d’« entailles » pris ici dans une acception différente de celle qu’utilisent Binford comme Flinn, Turner et Brew (White 1992 : 148), pour qui le mot correspondant, hackmarks, est utilisé en lieu et place de chopmarks. Le sens que nous lui donnons rejoint plutôt celui de l’expression « percussion groove » (sillon ou rainure de percussion), utilisée par P. Villa pour désigner une marque plus petite et plus superficielle que la marque de coup (Villa, communication personnelle) ; cette expression sous‑entend toutefois qu’il s’agit bien d’une marque obtenue en percussion lancée, ce qui ne nous semble pas certain en ce qui concerne les entailles. Ces dernières, comme les coups, sont toujours visibles à l’œil nu ; il n’en va pas de même pour les stries de coupe et de raclage, beaucoup n’apparaissant qu’à l’examen sous loupe binoculaire.

273On trouve également des traces d’« écrasement » (crushing marks) qui résultent d’un coup frappé avec un objet contondant. Il ne s’agit donc pas d’une volonté de section mais de fracturation. Les marques obtenues s’accompagnent d’une destruction plus ou moins importante de l’os et d’un enfoncement du cortex à l’intérieur de l’os spongieux. Cet aspect est particulièrement net sur les bords des parties détruites où il revêt l’image de « fracture en bois vert ». Enfin, sur les crânes, nous avons eu à discuter le mode de fragmentation ou de disjonction des os de la voûte, certains aspects évoquant une fracturation sur os frais. En revanche, nous n’avons pas observé à Montmartin les « cupules de percussion » (percussion pits) qui traduisent l’impact d’un objet mousse sur l’os compact (diaphyses).

Sur les crânes

274Deux types d’action ont pu être relevés sur les crânes :
– des stigmates possibles de fracturation de l’os à l’état frais ;
– des stries de coupe et de raclage.

275Afin de simplifier les descriptions souvent fastidieuses de ces artefacts, nous avons choisi de définir les orientations par rapport aux trois plans principaux de référence. Ainsi, une strie sagittale aura une direction antéro‑postérieure, une strie frontale une direction médio‑latérale ou droite‑gauche (sans préjuger de l’inclinaison par rapport au plan transversal) et une strie transversale sera horizontale.

Frontal no 1

276Surface intacte : 95 % ; érosion de la corticale : stade 1.

Fracturation

277Sur le bord postérieur du processus zygomatique droit, il existe une fracturation rectiligne, située dans un plan vertical intermédiaire entre les plans frontal et sagittal. Son aspect très régulier peut évoquer l’action d’un outil tranchant, sans que cela soit une certitude. En arrière, au niveau de la fosse temporale, on note un arrachement de la table interne de l’os, ainsi qu’une série de trois lignes de fissure, sensiblement parallèles, qui partent du bord libre de la fracture vers la bosse frontale droite. Cet aspect plaide également en faveur d’un coup porté sur l’os frais, bien que les lignes de fissure ne revêtent pas l’aspect concentrique caractéristique que l’on observe habituellement dans ces conditions.

278A gauche, dans la région qui correspond à la naissance du processus zygomatique, on voit également un arrachement de la table interne avec deux lignes de fissure endocrâniennes se dirigeant vers la bosse frontale gauche. Aucune trace d’impact n’est par ailleurs visible, mais il n’est pas exclu qu’il s’agisse là aussi d’une fracturation volontaire sur os frais.

Coupe

279Face exocrânienne : on observe un ensemble de stries d’écorchage, réparties sur l’ensemble de la surface de l’os sans localisation prédominante (fig. 143A). Elles sont de longueur très variable : de 1 mm à peine pour les plus courtes jusqu’à 30 mm pour les plus longues. Ces dernières sont généralement sagittales.

FIG. 143A Stries d’écorchement sur la face exocrânienne du frontal no 1 ; B stries sur la face exocrânienne, marques de coupe et de raclage sur la face endocrânienne du frontal no 8.

B.B. del.

280Face endocrânienne : en arrière de la fosse frontale droite, il existe une strie transversale de 5 mm. Pour mémoire, on signalera la présence d’une strie récente près de la suture coronale, légèrement à gauche de l’axe médian de l’os.

Raclage

281Face exocrânienne : en deux points, des petites stries parallèles très rapprochées correspondent à du raclage – au niveau de la bosse frontale gauche, et surtout dans la région médiane près de la suture coronale où trois groupes peuvent être individualisés. Ces derniers sont dirigés à 45o en avant et à droite par rapport à l’axe sagittal (c’est‑à‑dire à peu près vers le processus zygomatique droit), ils mesurent entre 4 et 15 mm.

Pariétal no 2

282Surface intacte : 100 % ; érosion de la corticale : stade 1.
Aucune trace particulière n’a été observée sur cet os. Deux dépressions anciennes de la table externe signent très probablement des remaniements liés au processus porotique ; elles mesurent respectivement 7x2 mm et 9 x 2 mm.

Temporal no 3

283Surface intacte : 95 % ; érosion de la corticale : stade 1.
Aucune trace particulière n’est visible sur cet os. On note seulement une abrasion ancienne de l’extrémité du processus mastoïde, sans qu’il soit possible d’affirmer qu’elle résulte d’un coup.

Calva no 4

284Surface intacte : 50 % ; érosion de la corticale : stade 2.

Coupe

285Face exocrânienne : sur l’occipital, 3 cm à gauche de l’axe médian et 1 cm au‑dessus du niveau de la protubérance occipitale externe, se voit le départ d’une trace sagittale, longue de 1,3 mm. Elle est interrompue par un défect du cortex. A son extrémité libre et pratiquement dans son prolongement, se trouve une seconde strie moins nette de 2 mm de longueur.

286Plusieurs stries sont visibles sur le pariétal gauche :
– l’une, de 6,5 mm de long, se situe à environ 70 mm de l’axe médian, près du bord fracturé de l’os et à 15 mm en avant de la suture lambdoïde à laquelle elle est parallèle ;
– une deuxième trace est visible 30 mm en avant de la précédente et au même niveau. Elle mesure 1,2 mm et sa direction est frontale ;
– au bord de la cassure antérieure de ce même pariétal gauche, à 50 mm de la ligne médiane, débute une strie frontale de 9 mm de longueur. Elle est doublée par deux autres stries dans sa portion latérale, ce qui donne sur une longueur de 4 mm un aspect de raclage large de 0,3 mm ;
– une dernière strie frontale, longue de 2 mm, se trouve 20 mm en arrière de la précédente. On note aussi plusieurs stries sur le pariétal droit :
– la première, sagittale, près de la fracture antérieure du pariétal, à 10 mm de l’axe médian, mesure 2,5 mm. Elle est interrompue par la fracture ;
– la deuxième, également sagittale, est visible 10 mm en arrière de la précédente et très légèrement en dehors. Elle mesure 0,8 mm ;
– une troisième, toujours sagittale, à 55 mm en dehors de l’axe médian et 15 mm en avant de l’obélion, mesure 1,5 mm ;
– à proximité de la cassure antérieure du pariétal, en dessous de la ligne temporale supérieure dans la région d’insertion du muscle, on peut observer une strie de coupe de 11 mm de longueur, de direction frontale ;
– quelques millimètres en arrière et en dehors de cette dernière, une autre strie, de direction sensiblement identique, mesure 5 mm de long, mais elle est interrompue par l’érosion du cortex ;
– à environ 15 mm en arrière de cette strie, une strie de 7,5 mm de long, de direction frontale, est limitée à chacune de ses extrémités par l’érosion corticale ;
– à la partie postérieure du même pariétal, juste au‑dessus de l’astérion, on observe une série de traces : une petite strie de coupe de 0,7 mm et au bord de la suture lambdoïde, 10 mm au‑dessus de l’astérion, une trace de coupe de 4 mm de long, parallèle à la suture.

Raclage

287Face exocrânienne : à proximité de la cassure antérieure du pariétal droit, au‑dessous de la ligne temporale supérieure et dans la région d’insertion du muscle, il semble exister une série de raclages, malheureusement très difficiles à observer compte tenu de l’érosion corticale. Le plus net mesure 6,5 mm et est orienté dans le plan frontal. De son extrémité démarre un second, plus court, de direction sagittale. Une série de traces moins nettes borde ces deux premières. Un raclage oblique en bas et en avant, long de 1 mm et large de 0,7 mm, est situé au‑dessus de l’astérion droit ; ses extrémités sont érodées.

288Après cette longue énumération, il ne semble pas inutile de préciser les caractères généraux qui ressortent de l’observation de cet os. La disposition des stries –ténues mais indiscutables– ne semble pas aléatoire : dans la région médiane, on trouve uniquement des traces de coupes de direction sagittale, alors que dans les régions latérales (insertion des muscles temporaux), on voit des traces mixtes (coupe et raclage) de direction frontale. Ces deux secteurs sont séparés par une portion sans artefacts.

289Signalons enfin une petite dépression de la table externe, sur le pariétal droit, à 2 cm en avant de la suture lambdoïde et à mi‑distance entre le lambda et l’astérion. Elle mesure 20 mm de longueur et est à peu près horizontale. Son étiologie est inconnue.

Occipital no 5

290Surface intacte : 75 % ; érosion de la corticale : stade 2.
Aucune trace sûre n’a pu être mise en évidence sur cet os.

Calvarium no 6

291Surface intacte : 90 % ; érosion de la corticale : stade 2 à 3 selon les endroits.

Fracturation

292A la naissance du processus temporal du zygomatique droit, il existe sur la face latérale un aspect typique de desquamation sur os frais qui s’étend vers l’avant sur 12 mm ; il semble être en rapport avec un coup assené sur le processus ou une manœuvre de flexion destinée à le casser (fig. 144).

FIG. 144 – Cassure du zygomatique droit du calvarium no 6.

cl. B.B.

Coupe

293Face exocrânienne : sur le pariétal gauche, à 25 mm en arrière de la suture coronale et 10 mm au‑dessus de la suture squameuse, se trouve une trace frontale de 4 mm, dont il est cependant impossible d’affirmer avec certitude qu’elle n’est pas récente.

294Sur le pariétal droit, on observe deux stries :
– l’une, à 10 mm en arrière de la portion moyenne de la suture coronale et parallèle à celle‑ci, est très peu marquée. Elle est visible sur 6,5 mm ;
– l’autre, à 50 mm en arrière de la coronale et à 40 mm de la sagittale, à peu près frontale, a 2,5 mm de long.
Sur le frontal plusieurs traces sont également visibles :
– l’une se trouve au niveau de la crête crânio‑faciale droite, à 10 mm de la suture zygomatique. Oblique en bas et en dedans, elle mesure 2 mm ;
– les autres stries se situent dans la partie médiane du frontal, entre les deux bosses frontales. Elles se trouvent toutes dans la moitié antérieure de l’os ;
– à hauteur de la bosse frontale et à 10 mm à droite de l’axe médian, il existe une strie de 6,5 mm dirigée en arrière et à droite, inclinée de 45o par rapport à cet axe.

295On note quatre autres traces moins probantes car elles intéressent des zones où le cortex est très érodé. Les deux premières se situent au voisinage de la bosse frontale gauche : l’une, à 10 mm de l’axe médian, mesure environ 5 mm et a une direction frontale ; l’autre, 20 mm à droite, se voit sur environ 4 mm, dans une direction inclinée en arrière et à gauche (45o par rapport à l’axe sagittal). Les deux autres traces se trouvent dans la région antérieure du frontal : l’une, sur la glabelle, longue de 9 mm, est dirigée en bas et à gauche à 45o par rapport à l’axe sagittal ; l’autre, à 20 mm en haut et à gauche de la précédente, est visible sur un peu plus de 1 mm et a une direction sagittale.

296Sur le zygomatique gauche, une trace très discrète longue de 1,5 mm, dédoublée, est dirigée en bas et en avant. Son ancienneté est difficile à affirmer étant donné l’érosion de l’os.

Raclage

297Face exocrânienne : sur le pariétal droit, 20 mm en arrière de la coronale, en regard de sa portion moyenne, il semble exister quelques stries de raclage, mais l’érosion corticale n’autorise pas une identification certaine. A 60 mm de la coronale et 40 mm de la sagittale, sur le même pariétal, se trouvent deux stries de raclage de direction frontale, de 2 mm de long, strictement parallèles, séparées l’une de l’autre de 0,5 mm. Dans la région postérieure du pariétal, à 50 mm de la suture sagittale, on repère une série de traces sagittales qui démarrent à 60 mm en avant de la suture lambdoïde et se poursuivent sur environ 30 mm. Il s’agit de plusieurs traces parallèles évoquant un raclage, mais ici encore, l’érosion corticale est telle qu’il est difficile de se prononcer avec certitude. Il existe une trace fraîche à l’avant de ce groupe et perpendiculaire à celui‑ci.

298Une autre strie se trouve sur le frontal à 50 mm en avant de la suture coronale et 10 mm à gauche de l’axe médian. Elle est visible sur environ 5 mm, inclinée d’environ 10o sur l’axe sagittal. Cette strie semble bordée par une importante série de stries plus fines, difficilement visibles, l’ensemble évoquant un raclage plutôt qu’une coupe.

Calva no 7

299Surface intacte : 70 % ; érosion de la corticale : stade 2.

Coupe

300Face exocrânienne : deux traces douteuses ont pu être observées sur le pariétal droit : la première, à 40 mm à droite de la suture sagittale et 30 mm en avant de la lambdoïde, mesure 2 mm de long et a une direction pratiquement frontale. La seconde se trouve à 30 mm en avant de la première ; frontale, elle mesure 12 mm. Cet os porte par ailleurs plusieurs traces fraîches.

301Nous avons signalé plus haut une altération du pariétal gauche. Son aspect inhabituel pour une érosion d’origine taphonomique (bords nets très biseautés) pourrait faire évoquer l’hypothèse d’un enlèvement par instrument tranchant, mais son contour irrégulier rend cette interprétation incertaine.

Frontal no 8

302Surface intacte : 90 % ; érosion de la corticale : stade 1 à 2 selon les endroits.

Fracturation

303Le bord latéral droit de l’os est marqué par un décollement de la table externe sur environ 10 mm. Le bord latéral gauche vers la partie antérieure présente quant à lui un décollement de la table interne. Dans un cas comme dans l’autre, il n’existe ni trace de percussion, ni de fissuration. Il n’est donc pas certain que ces fracturations soient liées à une action humaine intentionnelle.

Stries

304Face exocrânienne : cette face est marquée par un réseau diffus de traces toutes très peu profondes et sans organisation apparente (fig. 143B et 145a). La plupart pourraient être dues à la friction du sédiment mais certaines, plus aiguës, traduisent peut‑être une action de coupe. Face endocrânienne : sur l’axe médian, à 20 mm en avant de la suture coronale, il existe une marque profonde, longue de 4 mm, large de 0,5 mm, orientée à 45o en arrière et à gauche (fig. 145b). La profondeur inhabituelle de cette trace est sans doute liée au fait qu’elle se trouve sur une portion convexe (marge d’une fossette granulaire). La lèvre antérolatérale gauche de l’incision est en outre enfoncée.
Plusieurs autres traces plus longues mais moins profondes de coupe et de raclage sont visibles sur cette face (fig. 143B et 145b). On note également en plusieurs points altérés par l’érosion des séries moins évidentes de raclages.

FIG. 145 – Frontal no 8 : a stries sur la face exocrânienne ; b marque profonde sur la face endrocrânienne.

cl. B.B.

Calvarium no 9

305Surface intacte : 95 % ; érosion de la corticale : stade 1.

Fracturation

306La fracturation postérieure du frontal forme un angle rentrant bordé par un décollement de la table interne. Il existe en outre une petite ligne exocrânienne de fracturation qui part du sommet de l’angle et se dirige vers l’avant. Cette ligne est doublée à la face endocrânienne par une ligne de même direction, légèrement décalée. Il est probable que cette lésion a été réalisée sur os frais.
Par ailleurs, on notera que la limite postérieure et inférieure du temporal gauche suit un parcours très inhabituel qui correspond très précisément à la fissure pétro‑tympanique, passe en arrière du tubercule zygomatique postérieur pour rejoindre la paroi postérieure du méat acoustique externe, immédiatement en arrière de l’épine supraméatique ; après une brève convexité correspondant au relief de la ligne temporale inférieure, la cassure se dirige vers le haut et légèrement en avant pour rejoindre le bord supérieur de l’écaille. Il manque donc à celle‑ci sa marge postérieure, au voisinage de l’incisure pariétale. Ce tracé s’inscrit parfaitement dans un plan vertical oblique de dehors en dedans et d’arrière en avant.

Maxillaire no 10

307Surface intacte : 100 % ; érosion de la corticale : stade 1 à 2.

Coupe

308Sur la face antérieure, on note deux traces parallèles d’environ 1,2 mm de long et distantes d’environ 2,5 mm, dirigées en bas et en dedans (45o), toutes deux situées sur la partie convexe de l’alvéole de l’incisive centrale supérieure droite.

Calva no 11

309Surface intacte : 10 % ; érosion de la corticale : stade 3.

310Aucune trace n’a pu être mise en évidence sur ce fragment très endommagé par l’action ostéolytique des racines.

Ensemble no 12

311Surface intacte : 70 % ; érosion de la corticale : stades 2 pour le temporal et 3 pour l’occipital.

Fracturation

312Nous avons seulement remarqué quelques traces fraîches sur le temporal. Il faut toutefois signaler un enfoncement punctiforme sur la face médiale du processus mastoïde : il s’agit indiscutablement d’une lésion ancienne qui semble avoir été accentuée récemment (lors du nettoyage ?) ; elle pourrait être due à la canine d’un petit carnassier. Il n’est donc pas certain que l’on doive y voir le résultat d’une action humaine intentionnelle.

313En revanche, il nous paraît nécessaire de revenir sur le contour de l’ensemble : le temporal gauche est brisé et la partie qui subsiste correspond exactement au complément de l’écaille temporale no 9, avec un arrachement de la ligne temporale inférieure et de l’épine supraméatique ; or les pièces 9 et 12 n’appartiennent pas au même sujet. Le plancher du canal carotidien est détruit et même si l’on note une perte de substance récente, il est manifeste que la cassure est ancienne. La pièce occipitale est également assez surprenante par sa symétrie : la partie basilaire est brisée en avant au niveau du sinus sphénoïdal ; de chaque côté, le contour suit les limites naturelles de l’os jusqu’à la portion postérieure de la suture occipito‑mastoïdienne, à partir de laquelle il se dirige à peu près en ligne droite vers la région sous‑iniaque : l’écaille est ainsi brisée à mi‑longueur de la crête occipitale externe, avec un arrachement de la table endocrânienne le long de la crête occipitale interne.

Calva no 13

314Surface intacte : 95 % ; érosion de la corticale : stade 1.

Fracturation

315Dans la partie antérieure du pariétal gauche, environ à 21 mm en arrière de la suture coronale et 56 mm en dehors de la sagittale, on note une perte de substance sensiblement carrée (mais il manque le bord inférieur de l’orifice) d’environ 11 mm de côté, avec un ébrasement sur la face endocrânienne ; il existe en outre une fissure rectiligne dans l’angle antéro‑supérieur et sans doute une autre, moins régulière, dans l’angle postéro‑supérieur sur cette même face endocrânienne. Dans la portion inféro‑latérale gauche de l’écaille occipitale, on retrouve un deuxième impact de dimensions similaires avec une perte de substance apparemment circulaire (mais ici encore, la moitié inférieure de l’orifice a disparu). Il existe un très important ébrasement endocrânien qui se développe au détriment de la berge inférieure du sinus latéral et se prolonge par une fissure sensiblement rectiligne oblique en haut et en dedans.

316Ces deux lésions correspondent manifestement à des percussions directes sur l’os frais.

Marques de coups

317De part et d’autre de la perte de substance occipitale se trouvent deux plages obliques par rapport à la surface de l’os, sur lesquelles la section de l’os a un aspect « poli » malgré des irrégularités. Bien que chacune soit sensiblement plane et que leur orientation générale soit identique, les deux surfaces ne sont pas exactement dans le prolongement l’une de l’autre : il n’est donc pas possible qu’elles résultent d’un même coup. La facette médiale se prolonge par une cassure arciforme légèrement concave (avec un débord de la table interne correspondant à la protubérance occipitale interne) dont la section paraît usée plutôt que véritablement polie. Si l’on se réfère aux traces beaucoup plus explicites que nous décrirons ultérieurement sur les mandibules nos 21 et 24, il n’est pas certain que l’on doive ici conclure à l’impact d’un instrument tranchant.

Coupe

318Face exocrânienne : à 20 mm en avant de l’obélion et 25 mm à gauche de la ligne médiane démarre une strie de 11 mm de longueur, dirigée vers la suture dans le plan frontal. Dans cette région se trouvent par ailleurs quatre petits ostéomes. A 45 mm au‑dessus de l’astérion et 15 mm en avant de la suture lambdoïde, on peut observer deux traces de 8 mm chacune, situées pratiquement dans le prolongement l’une de l’autre (elles se chevauchent de 2 mm avec un décalage de 0,6 mm). Ces stries sont obliques en haut et en dedans, à 45o par rapport au plan transversal. Il existe ici encore, en avant de la plus médiale des traces, un petit ostéome de 5 mm de diamètre environ.

319Trois traces très nettes aboutissent à la suture sagittale, respectivement à 9,5 mm, 20 mm et 31,5 m en arrière du bregma. La première (longueur 4,5 mm) est de direction frontale, les deux autres (longueurs 2,9 mm et 4,5 mm) sont obliques d’arrière en avant et de dehors en dedans. Il est probable qu’elles se prolongeaient sur le pariétal droit. Leur section affecte la forme d’un V très ouvert, avec un sillon axial très net. Leur caractère anthropique ne fait aucun doute ; il n’en va pas de même pour une marque cunéiforme beaucoup plus longue (13 mm), dont la section mousse et irrégulière évoque plutôt l’action d’une pierre dans le sédiment.

320Face endocrânienne : trois traces sont visibles. La première sur l’occipital, à 20 mm au‑dessus de l’astérion et 5 mm en arrière de la lambdoïde, mesure 1 mm de long et a une direction transversale. La deuxième se situe sur le pariétal, à 25 mm en arrière de la coronale et 10 mm à gauche de la sagittale ; elle se divise en deux segments mesurant respectivement 15 et 0,9 mm, qui bien que très certainement dus à une même action, sont séparés par un espace de 25 mm. La longueur totale de la trace est donc de 49 mm. Elle est dirigée de haut en bas et d’arrière en avant, inclinée de 40o environ par rapport au plan frontal. La troisième, la plus évidente, affecte la partie inférieure du pariétal, immédiatement en arrière du rameau postérieur des vaisseaux méningés moyens. Il s’agit d’une impression angulaire à sommet antérieur dont les branches asymétriques sont l’une verticale (relativement longue –7,9 mm– et étroite), l’autre oblique en bas et en arrière (plus courte –3,1 mm– mais nettement plus large et plus profonde). Bien que nous l’ayons décrite parmi les traces de coupe, il semble bien que cette marque résulte de l’enfoncement d’un objet aigu qui aurait déterminé la trace inférieure, et dont la pointe aurait ripé vers le haut.

Pariétal no 14

321Surface intacte : 100 % ; érosion de la corticale : stade 1.
Aucune trace particulière n’a été observée sur cet os.

Calva no 15

322Surface intacte : 100 % ; érosion de la corticale : stade 1.

Fracturation

323La bordure latérale de la portion de pariétal gauche présente :
– un arrachement de la table interne sur toute la longueur (soit 60 mm) et sur une profondeur maximale de 10 mm ;
– deux encoches irrégulières développées aux dépens de la table externe ; une ligne de fissure naît de l’encoche postérieure ; son tracé est sensiblement concentrique au contour de celle‑ci, l’aspect étant donc analogue à ce que l’on observe dans les embarrures. Il n’y a cependant pas ici de dénivelé au niveau de la table externe.
Ces atteintes évoquent une double percussion sur crâne frais.

Calva no 16

324Surface intacte : 100 % ; érosion de la corticale : stades 1 pour la face endocrânienne, 2 pour la face exocrânienne.

Fracturation

325On note un petit arrachement de la table externe sur le bord d’un des fragments de pariétal et un esquillage touchant les deux tables sur l’autre pariétal ; la signification de ces deux traces sera discutée infra.

Coupe

326Face exocrânienne : il existe une strie profonde et étroite très nette, longue d’au moins 3 mm, située au bord de la suture sagittale et parallèle à celle‑ci.

327Face endocrânienne : de fait, ce vestige doit être considéré comme une véritable pièce découpée. Le travail a été réalisé à partir de la face endocrânienne, ce qui implique naturellement l’ouverture préalable de la calotte. La figure (fig. 146) indique les traces principales. L’instrument tranchant utilisé avait une extrémité aiguë qui s’est profondément enfoncée dans le bourrelet osseux qui longe la suture sagittale (bordure du sinus médian). Cet outil a été employé avec une force surprenante : sur une longueur de 13 mm, il a sectionné de façon parfaitement rectiligne la table interne et toute l’épaisseur du diploë jusqu’à la zone où celui‑ci rejoint la table externe.

FIG. 146 – Traces de découpe sur le fragment de crâne no 16.

cl. B.B.

328Sur le bord opposé, on note une trace de coupe beaucoup plus large mais tout aussi efficace ; un petit fragment de la table interne, dont le bord libre rectiligne était en continuité avec le segment précédent, a basculé vers le diploë, réalisant une véritable embarrure. Enfin, l’un des côtés de l’extrémité triangulaire a été coupé en biseau : la section de la table interne a un aspect lisse et régulier, presque « poli ».

Temporal no 17

329Surface intacte : 100 % ; érosion de la corticale : stade 1.

Fracturation

330Ici encore, les cassures suivent un trajet tout à fait inhabituel : il ne subsiste de l’écaille que la partie située immédiatement en avant et au‑dessus de l’incisure pariétale ; l’arrachement de matière osseuse a enlevé toute la portion supramastoïdienne de la ligne temporale inférieure ; il manque par ailleurs la paroi antérieure du conduit acoustique externe. Le bord occipital est libre ; il présente un enfoncement avec embarrure, de contour arciforme, sur une longueur du 8,5 mm, accompagné d’un ébrasement tangentiel sur la face endocrânienne. La lésion devait se prolonger sur l’occipital.

Sphénoïde no 18

331Surface intacte : 100 % ; érosion de la corticale : stade 1.
Aucune trace significative n’est à retenir.

Temporal no 19

332Surface intacte : 100 % ; érosion de la corticale : stade 1.

Fracturation

333La limite postéro‑inférieure de ce fragment suit rigoureusement le même trajet que celle du temporal no 9, de la fissure pétro‑tympanique à l’épine supraméatique ; en revanche, la ligne temporale inférieure montre un arrachement tangentiel (desquamation) qui s’est manifestement produit sur l’os frais. La cassure de l’écaille temporale est beaucoup plus banale.

Calvarium no 20

334Surface intacte : 80 %, avec des traces de radicelles ; érosion de la corticale : stade 2.

Fracturation

335Il paraîtra sans doute surprenant que nous évoquions un processus de fracturation sur un calvarium dont nous avons indiqué qu’il avait été retrouvé complet. Bien que la forme globale du crâne ait été préservée dans le sol, on note de multiples fractures anciennes et certaines suivent un trajet qui n’est pas sans rappeler certaines des pièces précédentes : ainsi, un trait de refend prolonge la fissure pétro‑tympanique jusqu’à l’épine supraméatique ; de celle‑ci partent deux cassures, l’une oblique en haut et en avant qui subdivise l’écaille, l’autre oblique en haut et en arrière qui rejoint l’incisure pariétale. La partie inférieure de l’écaille occipitale est elle aussi cassée le long des lignes nucales inférieures, avec un ébrasement endocrânien médian le long de la crête occipitale interne. La présence d’un concrétionnement sur les fractures suffit à démontrer leur ancienneté.

Marque de coup

336Près de la suture lambdoïde, un peu au‑dessus de l’astérion gauche, la table externe de l’écaille occipitale présente un enlèvement qui se développe sur une hauteur de 27 mm. Son contour antéro‑latéral est convexe, très régulier ; en fait, cet aspect résulte de l’intersection de l’occipital bombé par le plan d’enlèvement qui est oblique de haut en bas, de dehors en dedans et d’arrière en avant. La surface de l’arrachement est parcourue par une succession de crêtes et de rainures assez irrégulières mais parallèles, perpendiculaires au contour de l’enlèvement. L’hypothèse la plus vraisemblable serait celle d’un coup tangentiel assené par un instrument au tranchant irrégulier.

Sur les mandibules

337Les mandibules sont les os de Montmartin qui présentent les artefacts les plus polymorphes. Signalons que les orientations citées, et en particulier celles qui décrivent les coups frappés, ont bien évidemment été données conformément à l’anatomie classique de l’os et ne préjugent en rien de la position qui était la sienne au moment de l’action.

Mandibule no 21

338Surface intacte : 90 % ; érosion de la corticale : stade 1.

Écrasements

339Les deux condyles ont été détruits anciennement par un (ou plusieurs) coup(s) non tranchant(s) (fig. 147). Les berges postérieures des parties détruites présentent des enfoncements et écrasements avec l’aspect caractéristique de fracture « en bois vert », principalement à droite. Le coup semble donc avoir été donné dans le sens postéro‑antérieur.

FIG. 147 – Traces de coups non tranchants sur la mandibule no 21.

cl. B.B.

Marques de coups

340Sur la moitié gauche du corps, entre le bord alvéolaire et le foramen mentonnier, il existe un enlèvement net oblique en haut, en dedans et en arrière (60o par rapport au plan inférieur de l’os) (fig. 148). Il résulte d’un coup donné par un outil tranchant mû dans le sens précédemment mentionné. Cet enlèvement s’étend de l’alvéole de l’incisive médiane jusqu’à celui de la première molaire. Il faut probablement lui rapporter la fracture de la première molaire et peut‑être de la deuxième. L’aspect lisse et régulier de l’enlèvement osseux indique l’utilisation d’un instrument parfaitement affûté.

FIG. 148 – Trace d’enlèvement sur la mandibule no 21.

cl. B.B.

341Une autre trace de coup est visible au bord postérieur de la branche droite, au‑dessous du processus condylaire. Le coup a été porté de bas en haut et d’arrière en avant, réalisant une large incision inclinée à 50o environ par rapport à l’axe du bord, soit 80o environ par rapport au plan inférieur horizontal. Alors que le versant inférieur de la lésion est ici encore lisse et régulier, son versant supérieur a un aspect ligneux qui témoigne de l’arrachement d’un éclat.

Coupe

342Face externe : une première strie d’environ 3 mm se trouve sur la partie gauche du corps, à l’aplomb de la deuxième molaire et juste au‑dessus de la ligne oblique. Elle est dirigée à 4o en haut et en avant.

343La deuxième mesure 2,5 mm de long, elle est située sur la branche droite, à 5 mm en avant du bord postérieur et 30 mm au‑dessus du plan inférieur. Elle est dirigée en haut et en avant et fait avec le plan horizontal un angle d’environ 50o.
Bords : sur le bord inférieur droit du corps, à 30 mm en avant de l’angle mandibulaire, on note une série de marques contiguës perpendiculaires à l’axe du bord, l’ensemble mesurant 2,5 mm de long et 0,5 mm de large. Elle paraît plutôt résulter du passage répété du même instrument que d’un véritable raclage. Sur le même bord, à 65 mm de l’angle, il existe une petite strie de 0,5 mm pratiquement parallèle à l’axe du bord.
Sur le bord inférieur gauche du corps, à 50 mm du gonion, on observe une strie de 25 mm orientée à 45o en avant et en dedans par rapport à l’axe du bord ; 20 mm en arrière, une autre strie mesure 2,6 mm et a la même orientation. Une troisième marque, 67 mm en avant du gonion, parallèle au bord, a une longueur de 0,4 mm.
Sur le bord postérieur de la branche gauche, à 25 mm au‑dessus du plan inférieur de l’os, il existe deux stries séparées de 1,2 mm. La plus basse mesure 1,3 mm, la plus haute 1,5 mm. Elles sont orientées à 45o en bas et en dehors par rapport à l’axe du bord. Situées 8 mm au‑dessus, on voit deux petites encoches parallèles et horizontales, séparées de 0,5 mm et longues de 0,5 mm.
Face interne : à 20 mm à droite de la symphyse et près du bord inférieur, se trouvent deux petites traces verticales, parallèles, séparées de 2 mm, et mesurant respectivement 1 et 1,5 mm. Une autre strie verticale de 1,5 mm se situe à l’aplomb de la face distale de la dernière molaire droite, à 10 mm au‑dessous du bord alvéolaire.

Raclage

344Face interne : des traces de raclage sont visibles en deux endroits. Sur la partie droite du corps, à l’aplomb de la deuxième molaire et à mi‑hauteur de l’os, une série de stries verticales parallèles se développe sur 7 mm de largeur, avec une longueur moyenne de 1 mm. Sous les deuxième et troisième molaires gauches, près du bord alvéolaire (au niveau gingival), on observe plusieurs traces de 1 à 2 mm de long sur 12 mm de front dirigées verticalement (fig. 148).

Mandibule no 22

345Surface intacte : 50 % ; érosion de la corticale : stade 2.

Coupe

346Face externe : à mi‑hauteur de la branche, près de son bord antérieur, un groupe de traces comprend d’une part deux petites stries parallèles de 0,5 mm, séparées de 0,2 mm, dirigées en haut et en avant, d’autre part, 4 mm plus bas, une strie horizontale de 2,4 mm en partie dédoublée à une extrémité. Sur la partie gauche du corps, à l’aplomb de la première molaire et à 5 mm au‑dessus du bord inférieur, une petite strie longue de 1 mm se dirige obliquement en bas et en avant.
Face interne : une strie verticale de 2 mm est située juste au‑dessus de l’incisure préangulaire gauche, 10 mm en avant du gonion. Un groupe de quatre petites stries divergentes de 1 à 2 mm se trouve juste en dedans de la crête buccinatrice droite, en arrière de la troisième molaire.

Raclage

347Face externe : il existe une marque de raclage de 3 mm de long sur 0,5 mm de large, horizontale, au niveau de l’éminence mentonnière.
Face interne : une marque horizontale au niveau gingival sous la première molaire gauche, mesure 5 mm de long sur 0,5 mm de large (fig. 149).

FIG. 149 – Stries sur la face interne de la mandibule no 22.

cl. B.B.

Mandibule no 23

348Surface intacte : 80 % ; érosion de la corticale : stades 1 pour la face interne, 2 à 3 selon les endroits pour la face externe.

Écrasements

349Une lésion typique d’écrasement affecte le processus condylaire droit, avec un enfoncement cortical postérieur et des micro‑esquilles « en bois vert ». Le coup a été porté d’arrière en avant.

Entailles

350Sur le versant latéral du bord postérieur de la branche droite, à 40 mm au‑dessus du plan inférieur horizontal, on trouve une entaille de 4 mm de longueur, profonde de 0,8 mm environ. Son plan de section est oblique en haut, en dehors et en avant (20o environ par rapport au plan horizontal). Une autre marque se situe au niveau de l’angle mandibulaire gauche, à la naissance de la branche. Elle est légèrement oblique en bas et en avant (10o par rapport au plan horizontal). L’os est entamé sur une profondeur de 4 mm. Un fragment a été partiellement arraché au‑dessous de la lésion. Il s’agit ici plus probablement d’un coup que d’une lésion de coupe.

Coupe

351Bords : une petite trace de 1 mm se dirige horizontalement sur la partie ascendante de l’angle madibulaire droit. A la face postérieure du processus condylaire gauche, on note une strie de 2,8 mm de direction horizontale. Il y a également trois traces fraîches à ce niveau.
Face interne : une petite trace verticale de 0,5 mm est présente à l’aplomb de l’emplacement de la première molaire droite, juste au‑dessus du bord de l’os. Dans la région symphysaire, immédiatement à droite des épines mentonnières, se trouvent plusieurs stries (fig. 150) : trois sont parallèles, obliques en haut et en arrière, décalées de 1 mm environ ; elles mesurent respectivement de bas en haut 3, 3 et 6 mm. À gauche de la plus haute, à l’aplomb du bord latéral de l’épine mentonnière droite, on observe une trace verticale plus petite, longue de 2 mm. La strie principale a la forme d’un arc de cercle à concavité médiale, centré sur les épines mentonnières, dont la corde mesure 11 mm. Cette strie a une section en V asymétrique, avec un bord latéral moins long et plus abrupt que le bord médial. Par ailleurs, l’extrémité supérieure de la trace est plus marquée que l’extrémité inférieure. Elle a donc été effectuée par un instrument tenu en biais par rapport au plan médian et animé d’un mouvement circulaire effectué de haut en bas dans le sens horaire.

FIG. 150 – Stries sur la symphyse de la mandibule no 23.

cl. B.B.

Mandibule no 24

352Surface intacte : 60 % ; érosion de la corticale : stade 2.

Marques de coups

353La branche gauche a été endommagée par un coup tranchant porté tangentiellement au bord postérieur. Il a déterminé un enlèvement rectiligne qui débute juste au‑dessus du gonion et se poursuit sur une longueur de 19 mm (fig. 151). Il n’y a pas d’argument sur la lésion elle‑même qui permette de décider du sens dans lequel le coup a été donné, mais étant donné la saillie du processus condylaire en arrière du plan de section, il serait difficile qu’il ait été porté autrement que de bas en haut. L’instrument ou l’arme utilisé devait être parfaitement affûté, car l’os a un aspect lisse, comme poli. Juste au‑dessus du gonion droit, on observe un petit enlèvement parfaitement symétrique et identique en tout point au précédent, si ce n’est qu’il est interrompu vers le haut par une destruction ancienne du bord de la branche montante.
Il est tout à fait possible, compte tenu de l’orientation respective des deux plans de section et de la symétrie observée, que ces deux lésions aient été produites par le même coup.

FIG. 151 – Trace d’un coup tranchant sur la branche gauche de la mandibule no 24.

cl. B.B.

Entailles

354Le bord inférieur du corps est marqué par de nombreuses entailles. On en compte sept du côté gauche entre l’aplomb de la deuxième molaire et l’aplomb de l’incisive latérale, soit sur une longueur de 35 mm (fig. 152). De l’arrière vers l’avant, elles possèdent les caractéristiques suivantes (par souci de simplification, les orientations sont ici données par rapport à l’axe du bord) :
– entaille de 2,2 mm de longueur, 0,3 mm de profondeur, dont le plan de section est dirigé à 45o en bas, en avant et en dedans ;
– entaille de 3,5 mm de longueur, 1 mm de profondeur, avec un plan de section oblique en avant, en bas (45o) et en dedans (20o) ;
– entaille de 2 mm de longueur, 0,5 mm de profondeur, perpendiculaire au bord ;
– enfin, quatre entailles parallèles, obliques en bas, en avant et en dehors (10o). Leur longueur et leur profondeur sont respectivement les suivantes : 2.4 mm et 1,0 mm ; 2,0 mm et 1,7 mm ; 1.4 mm et 0,4 mm ; 3,1 mm et 1,3 mm.
Du côté droit, le bord inférieur porte deux traces parallèles séparées de 1,2 mm à l’aplomb du foramen mentonnier, obliques en haut et en arrière (30o par rapport à l’horizontale). La médiale mesure 2 mm de longueur et 1 mm de profondeur, la distale 3 mm de longueur et 1,3 mm de profondeur.

FIG. 152 – Entailles sur le bord intérieur du corps de la mandibule no 24.

cl. B.B.

Coupe (?)

355A la face latérale de la branche gauche, à 5 mm en arrière du point médian de la concavité du bord antérieur, on note une strie horizontale très discrète de 2,5 mm.

Mandibule no 25

356Surface intacte : 70 % ; érosion de la corticale : stade 2.

Fracturation (?)

357On doit s’interroger sur l’enlèvement d’une large écaille au détriment de la face latérale du corps, au‑dessous du foramen mentonnier gauche. Il évoque l’action d’une pointe qui aurait pu être utilisée comme levier après avoir été introduite dans le foramen. Cependant, malgré le caractère très inhabituel de cette fracturation, il n’existe aucun argument positif qui permette d’affirmer son caractère intentionnel (la corticale est très érodée).

Entaille

358Il existe une profonde strie, longue de 21,5 mm, sur la face latérale gauche du corps, au‑dessus du foramen mentonnier ; elle s’étend de l’aplomb de la canine à l’aplomb de la racine médiale de la première molaire. Sa direction est légèrement oblique (10o environ) en bas et en avant. On note également une petite strie de 1 mm, relativement large, perpendiculaire à l’axe du bord inférieur droit du corps, à mi‑longueur de celui‑ci.

Coupe

359Face externe : une fine strie affecte la partie supérieure du tubercule mentonnier droit. Elle mesure 3,5 mm et est orientée à 45o en bas et en dehors.

360Bords : on voit une strie de 1,5 mm de long et 0,5 mm de large, sur le bord inférieur du corps, à 15 mm à gauche de la symphyse ; elle est oblique en avant et en dehors (45o par rapport à l’axe du bord).
Face interne : une petite strie horizontale d’environ 1 mm de long se trouve au‑dessous du bord alvéolaire (en situation gingivale), à l’aplomb de la racine distale de la troisième molaire gauche.

Mandibule no 26

361Surface intacte : 90 % ; érosion de la corticale : stade 1.
Aucune trace n’a été observée sur cet os.

Mandibule no 27

362Surface intacte : 95 % ; érosion de la corticale : stade 1.

Entaille

363On observe une trace de 11 mm de longueur, 0,5 mm de largeur et 0,7 mm environ de profondeur en avant et au‑dessous du foramen mentonnier droit, à l’aplomb de la première prémolaire. Elle est inclinée en bas et en arrière (45o par rapport au plan horizontal). Il s’agit ici plus probablement d’un coup porté que d’une strie au posé.

Coupe

364Face externe : immédiatement en avant du foramen mentonnier, au‑dessus de la lésion précédente et strictement parallèle à celle‑ci, une petite strie de 1,5 mm est doublée dans sa partie médiane par une autre plus petite encore.
Bord : une petite strie de 1 mm, sur le bord inférieur du corps, à 30 mm à gauche de la symphyse, est dirigée en arrière et en dehors (30o par rapport à l’axe du bord).
Face interne : sur toute la portion du corps comprise entre la symphyse et l’aplomb de la première molaire droite, on observe un important réseau de stries (fig. 153) plus ou moins verticales ou discrètement inclinées en bas et en dehors.

FIG. 153 – Réseau de stries sur la face interne du corps de la mandibule no 27.

cl. D.B.

Raclage

365Face interne : au‑dessous de la première molaire droite et à mi‑hauteur de l’os, une typique lésion de raclage, orientée à 45o en bas et en arrière (fig. 153), se développe sur 5 mm de large.

Mandibule no 28

366Surface intacte : 50 % ; érosion de la corticale : stade 2.

Fracturation

367Sur la face interne, la cassure médiale montre sur toute la longueur de son bord postérieur de petits arrachements tout à fait caractéristiques d’une fracture « en bois vert » ; il s’agit donc très vraisemblablement d’une lésion survenue sur un os relativement frais. Par ailleurs, le versant interne de la cassure postérieure, oblique en haut et en avant, a un aspect très inhabituel : il est parfaitement rectiligne bien qu’il se développe au détriment de zones de résistance osseuse très variable (fossette submandibulaire, ligne mylo‑hyoïdienne, partie alvéolaire). Il n’y a cependant pas d’évidence d’un impact direct et la section de la cassure n’a pas l’aspect lisse que nous avons signalé sur les mandibules nos 21 et 24 : on pense plutôt à une ligne de cassure qui aurait « filé » comme en avant d’un coin.

Entaille

368Une entaille de 8 mm de long – mais elle est interrompue par la fracture postérieure de l’os –, se trouve au‑dessous de la deuxième molaire inférieure gauche et à mi‑hauteur du corps, juste au‑dessous de la ligne oblique. Elle est sensiblement horizontale et le plan de section est dirigé à 45o en bas et en dedans.

Coupe

369Bord : une seule strie très discrète (1 mm de long) marque le bord inférieur gauche, dans l’incisure préangulaire, donc à peu près à l’aplomb de l’entaille précédente. Elle est oblique en avant et en dedans (45o par rapport à l’axe de la branche).

Mandibule no 29

370Surface intacte : 50 % ; érosion de la corticale : stade 2.
Aucune trace n’a été mise en évidence sur cet os.

Sur les vertèbres

Axis no 30

371Surface intacte : 90 % ; érosion de la corticale : stade 1.

Fracturation

372Le bord caudal de l’arc vertébral a été détruit anciennement. La berge dorsale de la fracture, en particulier au voisinage du processus articulaire caudal gauche, présente des enfoncements qui s’accompagnent du détachement de plusieurs micro‑esquilles. D’autre part, sur la face dorsale de l’arc, au niveau de sa jonction avec le processus articulaire caudal droit, il existe une desquamation corticale de l’os (aspect de fracture en bois vert) (fig. 154). Ces différents aspects font évoquer un coup porté sur l’os frais, dans un sens dorso‑ventral. Le bord latéral du processus articulaire caudal droit présente également de très discrets enfoncements corticaux, suggérant un écrasement.

FIG. 154 – Cassure sur os frais au niveau de la face dorsale de l’arc de l’axis no 30.

cl. B.B.

Raclage

373On note un raclage horizontal de 5 mm de long environ sur 0,5 mm de large sur la portion latéro‑crâniale de la lame gauche.

Vertèbre lombaire no 31

374Surface intacte : 40 % ; érosion de la corticale : stade 3.
Aucune trace n’a été mise en évidence sur cet os.

Vertèbre lombaire no 32

375Surface intacte : 80 % ; érosion de la corticale : stade 3.
Aucune trace n’a été mise en évidence sur cet os.

Sacrum no 33

376Surface intacte : 40 % ; érosion de la corticale : stades 2 à 3 selon les endroits.

Coupe

377Sur la face antérieure de la troisième vertèbre sacrée, une trace érodée se développe sur une longueur de 7 mm, près du deuxième foramen sacré antérieur gauche ; elle est dirigée à 45o en bas et en dehors. Il n’est pas exclu qu’elle puisse résulter de l’action du sédiment.

Sur le squelette appendiculaire

Scapula no 34

378Surface intacte : 75 % ; érosion de la corticale : stades 1 à 3 selon les endroits.
Aucune trace n’a été mise en évidence sur cette pièce. En revanche, on note sur l’épine, notamment vers la partie acromiale, des plages de coloration brunâtre, exfoliées et craquelées, qui pourraient peut‑être évoquer une exposition au feu.

Humérus no 35

379Surface intacte : 25 % ; érosion de la corticale : stade 3.
Aucune trace ne peut être retenue comme ancienne.

Humérus no 36

380Surface intacte : 25 % ; érosion de la corticale : stade 3.

Coupe

381On note une possible trace de coupe horizontale de 1 mm de long, sur le bord antérieur, immédiatement au‑dessus de la fosse coronoïdienne.

Radius no 37

382Surface intacte : 90 % ; érosion de la corticale : stade 2.

Coupe

383Plusieurs traces incertaines sont visibles sur cet os :
– sur la face médiale du col, au contact de la tubérosité, une strie de 1,6 mm, orientée à 30o en haut et en arrière ;
– sur le bord antérieur de la tubérosité, deux stries parallèles séparées de 1,5 mm, de 2 mm de longueur chacune, de direction horizontale ;
– sur la face antérieure de la diaphyse, à 5 mm au‑dessus du conduit nourricier, une trace probable mais très érodée, visible sur 1,2 mm, de direction sensiblement horizontale ;
– sur le bord postérieur, au niveau de la partie distale de l’insertion du muscle rond pronateur, deux stries parallèles séparées de 1 mm, obliques à 45o en haut et en dedans ; la supérieure mesure 1 mm, l’inférieure 2 mm ;
– sur le bord postérieur, près de l’extrémité distale de la diaphyse, trois stries jointives très érodées, visibles sur environ 1 mm, obliques à environ 20o en bas et en dedans.
On doit probablement rattacher ces traces à l’action des sédiments, mais on ne peut pas formellement exclure une origine humaine.

Fémur no 38

384Surface intacte : 50 % ; érosion de la corticale : stade 3.
Aucune trace n’a été mise en évidence sur cet os.

Fémur no 39

385Surface intacte : 80 % ; érosion de la corticale : stade 3.
Aucune trace n’a été mise en évidence sur cet os.

Tibia no 40

386Surface intacte : 50 % ; érosion de la corticale : stade 2.

Coupe et raclage

387Une dizaine de traces sont visibles sur cet os, dont l’emplacement est schématiquement indiqué sur la figure 155. Quelques‑unes sont nettes, les autres sont plus douteuses et peuvent résulter du frottement contre les sédiments.

FIG. 155 – Relevé des traces sur le tibia no 40 : 1 coupe ; 2 raclage.

B.B. del.

Tibia no 41

388Surface intacte : 95 % ; érosion de la corticale : stade 3.
Aucune trace n’a été mise en évidence sur cette pièce.

Tibia no 42

389Surface intacte : 25 % ; érosion de la corticale : stade 3.
Aucune trace n’a été mise en évidence sur cette pièce.

Tibia no 43

390Surface intacte : 5 % ; érosion de la corticale : stade 3.
Aucune trace n’a été mise en évidence sur cette pièce.

Phalange no 44

391Surface intacte : 80 % ; érosion de la corticale : stade 1.

Écrasement

392Il existe une toute petite lésion d’écrasement sur la face dorsale de la phalange, à l’union des tiers distal et moyen, de 2 mm de diamètre, mais il n’est pas du tout certain qu’elle soit d’origine humaine.

Ulna no 45

393Surface intacte : 50 % ; érosion de la corticale : stade 2.
Aucune trace ancienne ne semble pouvoir être retenue.

Dénombrement, sexe et âge au décès. Représentation par région anatomique

394Le NMI (nombre minimal d’individus) global (tabl. xiii), donné par la région symphysaire des mandibules, est de huit sujets de taille adulte (dont l’adolescent correspondant à l’ensemble no 6), auxquels il convient donc d’adjoindre un individu décédé en période périnatale, mais ce nombre est ici de peu d’intérêt compte tenu de la non exhaustivité de la fouille.

TABL. XIII – Répartition des restes osseux par région anatomique et par structure. Les nombres entre parenthèses indiquent le NMI : dans la ligne « Total », il s’agit du nombre minimal de personnes par structure ; dans la colonne « Total », du NMI global par région anatomique pour le site pris dans son ensemble.

B.B. ; H.D./CNRS

395En revanche, il apparaît d’emblée une énorme sur‑représentation de l’extrémité céphalique, en particulier de la mandibule, par rapport au reste du squelette. Même en tenant compte du fait que la fouille de Montmartin n’est que partielle, notamment en ce qui concerne les fossés, il est bien difficile d’attribuer cette observation au seul hasard et il est évident que nous sommes en présence d’un échantillon sélectionné. On notera que les différentes parties du neuro‑crâne sont à peu près également représentées, le NMI par région anatomique étant de sept pour l’angle occipital du pariétal, de six pour les frontaux et les occipitaux, et de cinq pour les temporaux.

396Aucun critère autre que celui de robustesse, dont on connaît la fiabilité toute relative, n’était utilisable sur les restes de Montmartin pour établir la diagnose sexuelle. Nous avons donc purement et simplement éludé cette question. En revanche, il est intéressant de constater la présence d’un os appartenant à un enfant décédé en période périnatale. Bien qu’isolé, il n’en apporte pas moins un témoignage important ; certes, il peut être arrivé « accidentellement » dans le fossé, par exemple à l’occasion du remaniement d’un dépôt antérieur, qu’il soit ou non de nature funéraire. Si l’on exclut cette éventualité, il n’est guère que deux hypothèses possibles : ou bien le nouveau‑né a subi un traitement identique à celui des adultes, ou bien ce traitement a concerné une femme enceinte proche du terme (et on retrouverait alors une autre circonstance « accidentelle »). Dans un cas comme dans l’autre, sa découverte semblerait alors contredire l’interprétation souvent invoquée pour les sanctuaires gaulois, à savoir que les restes humains qui y sont trouvés seraient ceux de guerriers. Nous rejoignons donc ici les conclusions de F. Poplin à Gournay‑sur‑Aronde, qui en montrant la présence probable de femmes, mettait du même coup un frein à « l’hypothèse guerrière » (Poplin 1985 : 162‑163). Rappelons également qu’à Ribemont, où l’étude anthropologique est loin d’être achevée, il semblerait y avoir des restes féminins (Cadoux 1991) et qu’à Manching, leur présence est assurée, ainsi d’ailleurs que celle d’enfants et de nouveau‑nés (Lange 1983 : 30 sq.).

Répartition, liaisons et conservation

397Les restes osseux humains de Montmartin proviennent pour la plus grande partie du fossé 56 (38 groupes de restes sur 45, soit 84 %). La signification des restes humains découverts dans les autres structures sera discutée dans la synthèse.

398Dans le fossé 56 la fouille n’est que partielle, ce qui limite bien évidemment la portée des observations. Sur la base des données disponibles, les ossements semblent se concentrer entre les bandes 21 et 35 principalement et les bandes 40 et 52 dans une moindre mesure, c’est‑à‑dire de part et d’autre d’une entrée présumée située vers les bandes 42 à 44.

399Dans ces secteurs, la répartition en fonction du type d’os n’est absolument pas homogène (fîg. 156). Les restes crâniens sont en effet concentres entre les bandes 21 et 27, avec 12 fragments sur un total de 16, dont 8 pour les seules bandes 24 à 27. Deux autres fragments se trouvent en 31 et 35, un dernier dans la bande 40 ; tous se situent donc à l’ouest de l’entrée. On retrouve la même distribution pour les mandibules : 7 fragments (sur un total de 9) se trouvent entre les bandes 27 et 32, les deux autres sont en 21 et 52 (cette dernière étant la seule à l’est de l’entrée). Le squelette post‑crânien se répartit de façon égale de chaque côté de l’ouverture présumée.

FIG. 156 – Secteur C : répartition des crânes humains dans le remplissage du fossé 56 : 1 crâne ; 2 mandibule ; 3 squelette axial ; 4 squelette appendiculaire ; 5 ulna périnatal ; 6 liaisons (le nombre correspond au numéro de la pièce) ; A zones non fouillées ; B zones fouillées couche par couche Jusqu’au fond ; C zones où seule la couche 01 a été fouillée ; D zones vidées à l’aide d’une minipelle ; E localisation présumée de l’entrée.

J.‑L.B./CNRS del.

400Il existe donc une localisation préférentielle du squelette céphalique sur la vingtaine de mètres qui s’étendent immédiatement à l’ouest de l’entrée. Est‑ce là le témoignage d’une zone d’exposition de « trophées » sur la clôture, comme le pense J.‑L. Brunaux (1991b), lesquels trophées auraient chu secondairement dans le fossé ? Faut‑il plutôt considérer les restes osseux comme des « détritus » et voir alors dans leur répartition différentielle l’expression de zones de rejet différentes correspondant à des unités fonctionnelles distinctes (à l’intérieur de l’enceinte ou sur l’habitat) ? Si l’exposition de têtes, avec ou sans les chairs, a de nombreux parallèles et n’aurait donc rien de bien surprenant, il n’en est pas de même pour d’autres ossements. Que penser en effet de l’exposition d’une vertèbre, d’un ulna de périnatal ou d’une phalange...?

401D’autre part, seules sont restées en place sur les maxillaires et les mandibules les dents pluriradiculées. L’absence des monoradiculées, qui adhèrent moins bien à l’arcade alvéolaire, est souvent considérée comme un excellent indicateur du déplacement des restes après décharnement (et disparition des ligaments dento‑alvéolaires). Si les crânes « frais » avaient été exposés sur les murailles au‑dessus des fossés, on aurait dû retrouver dans ces derniers les dents tombées ; or il n’a pas été trouvé d’incisives, de canines et de prémolaires isolées ; il est toutefois possible que les restes céphaliques n’aient été exposés qu’après un décharnement poussé, et donc après la chute des monoradiculées.

402L’exploitation de certaines des liaisons nous semble beaucoup plus significative :
– l’une est une liaison par collage qui concerne la mandibule no 25. Les deux parties jointives de cet os proviennent de 2 m successifs, et il n’y a aucune conclusion à en tirer ;
– il en est de même pour l’ensemble 9 dont les deux fragments constitutifs, liés par collage, ont été retrouvés dans le même carré ;
– les deux autres sont des liaisons par contiguïté articulaire (sutures) et intéressent les ensembles 6 et 12 : 6 m séparent les deux parties jointives pour le premier, 8 m pour le second. Ces écarts sont manifestement incompatibles avec l’hypothèse du déplacement de pièces qui auraient initialement été placées entières sur la muraille et qui seraient tombées dans le fossé. Sauf à supposer des remaniements tardifs et importants de ce dernier, il faudrait donc admettre que chaque ensemble aurait dès l’origine été scindé en deux parties exposées séparément. Il semble au moins aussi probable que les pièces aient pu être jetées directement dans le fossé.

403Nous ne disposons pas d’autres arguments pour trancher entre des dépôts de type détritique ou des trophées déchus, et il est même possible que ces deux modalités aient coexisté ou se soient succédé.

404Il nous paraît également utile de souligner que si le degré d’érosion de la corticale est très variable, il existe des différences notables entre les diverses régions anatomiques en ce qui concerne la surface conservée : le pourcentage moyen de surface corticale observable est de 86 % pour les crânes, 70 % sur les mandibules, et seulement de 62 % et 54 % pour les vertèbres et le squelette appendiculaire. Cette dernière valeur tombe à 49 % pour les grands os longs : dans ce groupe, seuls le radius no 37, le fémur no 39 et le tibia no 41 dépassent les 50 % et encore ces deux derniers sont‑ils très érodés (stade 3). Même en tenant compte d’une relative imprécision dans cette cotation, il semble bien qu’il y ait une différence notable de conservation entre les squelettes crânien et post‑crânien, qui pourrait être attribuée à un traitement différent dans sa nature ou sa durée. Des différences de corrosion ont déjà été observées par J.‑L. Cadoux et P. Lancelin pour les restes du sanctuaire de Ribemont‑sur‑Ancre (Cadoux, Lancelin 1987 ; 1989 ; Cadoux 1991).

3.2.5 Distribution du mobilier dans le fossé 56

405j.‑l. brunaux

406La part la plus importante (environ 80 %) de ce matériel appartient à la couche C.01 (fig. 106 à 119). Cette couche est d’une nature particulière : elle paraît relativement homogène dans la mesure où on la retrouve sur la plus grande partie du tracé du fossé, elle est également épaisse (jusqu’à 60 cm). Comme le matériel y est par endroits très abondant, les fouilleurs ont considéré qu’il s’agissait d’un même ensemble. La réalité est plus complexe, ainsi que l’indiquent les plans de relevé des sections 31E à 36E (fig. 101). On distingue très bien deux bandes, l’une centrale contenant l’essentiel du matériel archéologique, l’autre attenante, presque entièrement constituée de torchis dans lequel se trouve un petit lot de matériel plaqué sur les parois du fossé (tessons de céramiques et os animaux). Ces deux ensembles, même s’ils sont très proches chronologiquement, voire indistincts, auraient dû être sépares à la fouille, car leur modalité d’ensevelissement est totalement différente, par conséquent différente aussi l’interprétation des événements qui ont produit cet ensevelissement. En réalité il aurait fallu distinguer trois unités stratigraphiques, la première (C.01B) comprenant le fond du fossé du dernier état du mur, dans lequel s’est accumulé un matériel résiduel, provenant très majoritairement de l’extérieur de l’enclos (céramiques, os animaux, vestiges des ateliers métallurgiques extérieurs) ; la seconde correspondant à la destruction du mur au moment de l’incendie (essentiellement torchis brûlé, charbons de bois et cendres) ; enfin une troisième (C.01A) qui est le remblai volontaire d’une sorte de tranchée résultant de l’arrachage des parties encore en place du mur ruiné, cette dernière contenant l’essentiel du matériel (armes brisées, os humains et plus particulièrement éléments de la tête et os animaux) (fig. 156). Cette troisième unité stratigraphique dans la couche C.01 a dû représenter un volume assez considérable que l’on peut estimer à plus de 50 m3 répartis sur toute la longueur du fossé. Le haut de cette couche recouvrit alors le fossé sur presque toute sa largeur et dans les sections les mieux conservées du fossé, cette surface de la couche a été appelée C.00 (fig. 104 et 105).

407Les couches C.02 et C.03 correspondent au remblaiement postérieur à la troisième palissade. Le mobilier archéologique (fig. 124 à 126) n’est pas aussi abondant que dans la couche C.01. Les couches C.04 et C.05 correspondent au remblaiement postérieur à la deuxième palissade. Le matériel (fig. 127 et 128) y est relativement résiduel. Les couches C.06 et C.07 sont des couches de remplissage du fossé resté ouvert après le démontage de la première palissade. Les objets (fig. 129 à 131) y sont peu nombreux.

408Le matériel le plus ancien provient des couches C.05 et C.06. On regrettera donc que ni le creusement du fossé de la première palissade, ni sa destruction ne puissent être dates. Les couches C.05 et C.06 datent la fin du remblaiement du fossé, avant l’installation de la deuxième palissade. On y trouve une dizaine de formes céramiques (fig. 128 et 129) parmi lesquelles un vase haut avec un très léger épaulement dans la tradition de La Tène moyenne picarde (fig. 129, no 5) mais aussi, et déjà, des vases ovoïdes sans col (fig. 129, nos 1 et 2) et surtout un vase haut tourné, au pied décoré de moulures (fig. 129, no 4). Ce dernier, à la belle couverte noire lustrée, est une imitation importée de Gaule celtique, d’Armorique ou de Champagne d’un vase de métal. Il ne correspond à aucune tradition régionale et il obligerait à dater l’utilisation du tour rapide en Picardie dès le début de La Tène C2, ce qui pour l’instant est encore difficilement concevable.

409Aucun matériel ne permet de dater la deuxième palissade. En revanche le remblaiement de la troisième palissade, qui s’est fait dans des conditions assez similaires à celui de la dernière, a livré un matériel relativement abondant dont une part importante a dû disparaître lors du creusement de celle‑ci. Parmi la vingtaine de formes céramiques attribuables à cet horizon, on note des formes de tradition ancienne, telles que les écuelles carénées (fig. 126, nos 3 et 5), le vase haut à panse arrondie et col droit (fig. 125, no 1), à côté de vases plus récents tels que le vase balustre peigné (fig. 126, no 1) et les vases ovoïdes sans col. On se trouve encore dans la phase C2 de La Tène. Il est remarquable que les couches C.02 et C.03 ne contiennent quasiment aucun matériel métallique, en tout cas aucune arme.

410Comme il a été indiqué plus haut, le matériel de la couche C.01 est différent sur deux points de celui des couches inférieures : il est plus important en quantité et sa nature est sensiblement différente. Il comprend, en effet, un lot de fibules important (16 exemplaires), plusieurs bracelets en fer et en bronze (fig. 120 à 123) et des armes en quantité non négligeable (quatre épées, dix fourreaux ou fragments, deux fers de lance et un umbo de bouclier) (fig. 117 à 119). Les ossements humains présentent également une particularité : c’est dans cette couche que se trouve la majorité des os et surtout les calottes crâniennes. On note aussi (cf. supra 3.2.4.2) une forte proportion d’ossements de chevaux (dont ceux de grands chevaux importés).

3‑2.5.1 Les vestiges animaux

411p. méniel

412L’essentiel des vestiges (80 %) proviennent du niveau supérieur du fossé (fig. 157) (C.01) fouillé sur une bonne partie de sa longueur, soit une soixantaine de mètres.

FIG. 157 – Secteur C, remplissage du fossé 56 : nombre de restes par couches.

P.M./CNRS

413Deux critères ont été retenus pour étudier la distribution des ossements. Le premier est le poids des restes, afin de mettre en évidence les amas d’ossements, le second est le pourcentage des nombres de restes, pour la distribution des espèces. La pauvreté de certains carrés a été compensée par des regroupements en secteurs, afin d’obtenir des résultats plus fiables.

414Sur le côté nord, la densité de restes présente de fortes variations d’un carré à l’autre, des secteurs vides côtoient des secteurs très riches. Sur le côté est, la distribution est plus diffuse et les variations de densité se développent sur plusieurs mètres ; seul le carré 20E se distingue nettement de ses voisins par sa richesse. Quelques zones de fortes concentrations (sur le côté nord : 14, 16 et 24 ; sur le côté est : 15, 20, 27‑ 30, 38‑41, 48‑49) réparties tout le long du fosse témoignent de zones de rejets intenses et, peut‑être, de la proximité d’habitations, mais c’est sur le côté est que se trouvent les amas les plus denses (carrés 20, 28 à 31 et 46 à 49).

415Chacune des espèces présente une distribution originale (fig. 158). Dans l’amas du carré 20, les restes de bœufs, porcs et moutons, sont en nombres équilibres, tandis que dans les autres amas une ou deux espèces l’emportent sur les autres.

FIG. 158 – Secteur C, fossé 56 : répartition des espèces (en nombre de restes) dans la couche 1.

P.M./CNRS

416Au milieu du côté est (28 à 31), à proximité de carrés riches en bœufs, les restes de chevaux atteignent une fréquence que l’on ne rencontre nulle part ailleurs sur le site (9 % au lieu de 2 à 4 %) ; il s’agit là d’un lieu de dépôt privilégié.

417Mais les écarts les plus remarquables concernent les bœufs et les porcs. Les premiers sont relativement nombreux dans le secteur sud‑est, alors que les seconds sont particulièrement fréquents dans le secteur nord, où ils représentent les deux tiers des vestiges déterminés, soit une fréquence du même ordre que celles des sanctuaires de Ribemont et de Bennecourt.

418Les restes des caprinés se concentrent aux extrémités du côté est, et, dans une moindre mesure, dans la partie méridionale de la branche nord ; la distribution des ossements de chiens et de lièvres, pour autant que l’on puisse en juger, suit d’assez près celle des caprinés. Cette association rappelle celles des rejets culinaires de l’habitat 50.

419Les dix chevilles osseuses de bœufs sciées sont dispersées, avec, pour seule concentration, deux pièces dans le carré 14E ; aucune zone de rejet privilégiée et donc aucun atelier ne peuvent donc être localisés à partir de cette catégorie de rebuts.

3.2.5.2 Les os humains

420b. boulestin, h. duday

421Sur les 45 éléments humains étudiés figurent 30 éléments crâniens (nous comprenons parmi eux l’axis no 24). Ces derniers proviennent pour leur plus grand nombre du fossé 56.

422Sur les 30 éléments de crânes les 23 trouvés dans la structure 56 font figure de masse importante. Cette impression est encore renforcée par leur répartition spatiale à l’intérieur même de la structure. Ils proviennent tous de la branche est qui a été fouillée sur 60 m alors que la branche nord fouillée sur 30 m n’en a livré aucun. À cette représentation déséquilibrée il faut ajouter que si la structure était parfaitement conservée dans sa branche nord, la branche est à partir des mètres 45‑50, c’est‑à‑dire au‑delà de l’entrée, était particulièrement érodée dans ses niveaux supérieurs, ceux qui livrent les éléments crâniens justement. Le nombre de morceaux de crânes figurant dans la branche est devrait donc être beaucoup plus important, près du double de ce qu’il est.

423À l’intérieur de la structure 56, la répartition stratigraphique est également intéressante. Tous les éléments crâniens appartiennent aux couches supérieures, en réalité la couche C.01. Aucun n’a été trouvé dans les couches médianes ou profondes, tandis que deux éléments du squelette post‑crânien ont été rencontrés dans les couches profondes. Cette observation recoupe la distinction qui a été faite sur l’état d’altération de l’épiderme (cf. supra § 3.2.4.4) qui correspond à la distinction anatomique entre squelette crânien et squelette post‑crânien. Une conclusion s’impose : les restes post‑crâniens appartiennent à toutes les couches et n’ont jamais séjourné longtemps à l’air ; les restes crâniens sont cantonnés à la dernière phase d’utilisation de l’enclos 56 et sont restés exposés à une corrosion atmosphérique plus ou moins longue. Enfin, pour être plus précis, on doit ajouter qu’ils ne figurent que parmi les vestiges de la dernière phase, ce qui n’induit pas forcément qu’ils n’étaient pas présents antérieurement mais qu’ils ont pu chaque fois avoir été recueillis et préservés de la destruction des structures. Le choix entre les deux hypothèses n’est pas possible.

3.2.5.3 Les armes

424t. lejars

425La majorité des pièces métalliques découvertes dans le fossé 56 provient du tronçon est. Sur les 106 pièces inventoriées, la branche est en a livré 82, dont près de la moitié concentrées entre les mètres 46 et 52, contre 9 pour la partie nord (fig. 159). À cela il faut ajouter les deux objets trouvés dans l’angle ainsi qu’une douzaine de pièces dont l’origine n’est pas précisée. Tous ou presque ont été trouvés dans la couche supérieure du remplissage. Les couches 02 et 03 n’ont livré chacune que deux éléments métalliques.

FIG. 159 – Secteur C, fossé 56 : répartition des principaux types d’objets métalliques.

P.M./CNRS, T.L./CNRS

426Le plan de répartition des armes n’est guère différent du schéma d’ensemble. Aucune pièce n’est présente dans la branche nord. Si toutes les armes ont été trouvées dans la partie est, leur distribution n’est pas pour autant complètement aléatoire. Deux secteurs sont privilégiés, le premier correspond aux mètres 27/38, le second aux mètres 47/50. Les épées comme les fourreaux sont présents dans les deux secteurs. La dizaine de mètres qui les séparent n’a livré, de façon générale, que très peu de mobiliers. On remarque en revanche que c’est dans la zone des 47/50 mètres qu’ont été retrouvées pratiquement toutes les pièces de parure, anneaux, bracelets et éléments de torque. La distribution des fibules est sensiblement différente. Elles sont présentes sur l’ensemble du tracé. Cinq (dont trois Nauheim) proviennent de la zone comprise entre les deux secteurs à armes. Si les pièces d’assemblage comme les clous et les agrafes sont un peu plus nombreuses dans les zones à armes, d’autres ont été trouvées aux mètres 14/15 et 20/21 ainsi que dans la partie nord, au mètre 24, à quelques mètres seulement du bâtiment 57‑99.

3.2.5.4 Topographie du mobilier dans la couche C01

427j.‑l. brunaux

428La couche C.01, avec son matériel si riche, a fait évidemment l’objet d’une attention particulière. Bien que très épaisse (elle descend jusqu’à 70 cm sous le décapage), elle a été fouillée finement en plan sur des sections relativement longues. On l’a vu, c’est dans le secteur 35‑47E qu’elle était le mieux conservée, comme scellée par l’incendie. Le fond de la couche et son contact avec les couches inférieures ont permis de comprendre la construction du mur en torchis maintenu par des poteaux engagés (fig. 100, no 5). Le niveau immédiatement sous‑jacent offrait un autre intérêt qui tient à la répartition spatiale du matériel archéologique. Un bon exemple de l’aspect de ce matériel en place nous est donné par la section 31‑36E (fig. 101). On constate, à la simple vue du plan correspondant à 10 cm d’épaisseur de la couche (entre 60 et 70 cm sous le décapage), que le matériel se répartit en bandes parallèles et longitudinales dans l’axe du fossé. Une bande centrale est particulièrement riche en matériel (essentiellement des os animaux, du métal et un peu de céramique). Cette bande occupe la moitié de la couche C.01, elle‑même est caractérisée par l’abondance de cendres, de charbons de bois et de morceaux de torchis brûlés. La bordure méridionale de cette couche est marquée par une nouvelle bande composée presque exclusivement de morceaux de torchis plaqués contre la paroi du fossé. Enfin sur cette paroi oblique du fossé on trouve un matériel résiduel, essentiellement de la céramique, qui paraît avoir glissé du bord méridional du fossé.

429Si l’on superpose ce plan de relevé à celui des poteaux calcinés de la dernière palissade, eux‑mêmes relevés sur la même section (fig. 100, no 5), on s’aperçoit que le matériel archéologique de la bande centrale se trouve à l’aplomb des poteaux. La répartition spatiale et stratigraphique ainsi que l’aspect du matériel archéologique de cette bande centrale permettent de le distinguer nettement du reste de la couche C.01. Les objets sont disséminés sur une bande de 60 à 80 cm de largeur et sur une épaisseur d’une soixantaine de centimètres. Contrairement aux autres composantes de cette couche (torchis, charbons de bois, cendres), ni le fer ni les ossements ne portent les traces de l’action du feu. Par ailleurs toutes les armes portent des traces de destruction violente, ce qui exclut qu’elles puissent directement provenir d’un support où elles étaient exposées. On sait, en effet, grâce à l’exemple du sanctuaire de Gournay que cette destruction intervenait quand l’objet avait chu de son support aérien. Ces objets ne sont pas parvenus dans le fossé en même temps que le reste du mur, auquel cas ils auraient brûlé avec lui et seraient mieux conservés dans leur intégrité, tandis qu’on a là des fragments qui ne recollent pas et qui doivent provenir d’une masse initiale certainement importante. Leur présence dans la partie supérieure de la couche, voire dans la couche C.00, indique sans ambiguïté que leur arrivée dans le fossé est postérieure à celle des vestiges du mur brûlé. Si c’était l’inverse, ils auraient subi l’action du feu, au moins par contact.

430On pourrait penser que cette sorte de dépotoir s’est fait dans une dépression correspondant à l’emplacement des éléments boisés du mur, détruits par l’incendie et laissant un vide. La forme de cette couche avec une section grossièrement en V fait plutôt penser à une tranchée d’arrachage des restes du mur et notamment des poteaux dont certains étaient peut‑être mal consumés. Cette tranchée a dû être réalisée peu de temps après l’incendie et son rebouchage a certainement été exécuté immédiatement après, C’est la seule explication plausible au fait que le pied du mur brûlé n’était plus en place et qu’il restait en certains endroits des morceaux de poteaux carbonisés quasiment intacts (fig. 100, no 5).

431Le matériel de cette tranchée que l’on peut appeler C.01A se distingue nettement du reste du matériel trouvé parmi le torchis brûlé et notamment sur la paroi externe du fossé, qu’on appellera C.01B. C.01A comprend de nombreux ossements animaux, des ossements humains et des armes. C.01B est constituée d’os animaux, de céramiques et de vestiges d’activités métallurgiques. Les os animaux présents dans les deux sous‑couches n’ont pas les mêmes caractères : dans C.01A il s’agit d’os peu fragmentés parmi lesquels majoritairement des éléments de crânes (mandibules surtout) et des os longs ; dans C.01B ce sont des os fragmentés.

432Ceci s’explique évidemment par une différence d’origine. Le matériel de la couche C.01B, situé essentiellement sur la paroi externe du fossé, comprend aussi des scories et éléments de four dont tout porte à croire qu’ils proviennent de l’extérieur de l’enclos 56, là où se trouvait la zone des ateliers. La situation du matériel de la couche C.01A ne donne pas d’indication sur la provenance initiale de ce matériel. En revanche, ses caractères particuliers (composition : os humains et armes ; les traces qu’ils portent : découpe et destruction rituelle) permettent de le rapprocher d’ensembles tout à fait similaires rencontrés sur les sanctuaires, et plus particulièrement sur celui de Gournay. Si leur nombre relativement faible au regard des trouvailles de Gournay et de Ribemont et leur contexte moins bien défini n’autorisent pas à voir en eux l’exact équivalent de trophées (c’est‑à‑dire, pour résumer, de prises de guerre), il est loisible d’y voir pour le moins l’équivalent de ce qui en grec est appelé anathemata, c’est‑à‑dire des offrandes dressées ou suspendues (Rudhardt 1992 : 214). Un raisonnement un peu rapide pourrait nous faire conclure que les objets étaient tout simplement accrochés au mur dont nous évoquons ici les ruines. Ce serait oublier l’analyse stratigraphique que nous venons de faire et qui nous a conduit à imaginer un remplissage de la couche C.01 en deux temps, qui, même s’ils ont pu être très rapprochés, excluent une relation directe entre la situation des objets dans la couche C.01A et leur éventuelle position antérieure sur le mur.

433La fragmentation des armes et des crânes et l’absence de recollages entre ces différents morceaux (si ce n’est ceux d’une proximité étroite) semblent confirmer nos déductions précédentes : le matériel ne provient pas directement du mur, même s’il a pu y séjourner antérieurement. Il existe forcément une étape intermédiaire. Cette dernière est d’ailleurs la seule qui puisse expliquer la présence d’os animaux ainsi que d’os longs humains dont on n’imagine pas un seul instant qu’ils aient pu faire l’objet d’une exposition (cf. supra § S.2.4.4).

434Les os animaux présentent également les caractères des armes et des crânes qui viennent d’être exposés : absence de recollage et de connexions même lâches. Le sentiment se dégage, pour tout ce matériel, qu’il s’agit d’une partie d’un ensemble plus important dans lequel on est venu faire des prélèvements aléatoires pour les redisperser ensuite de façon tout aussi aléatoire. Il faut imaginer un dépôt quelque part, probablement à l’intérieur de l’enceinte, une sorte de favissa, ou provisoire (à cause des événements guerriers) ou régulière (il peut s’agir de l’un des éléments de l’aménagement habituel de ces lieux sacrés) où l’on stockait un matériel qui était partiellement désacralisé (offrandes exposées qui avaient accompli leur cycle d’exposition et qui étaient tombées d’elles‑mêmes, restes sacrificiels).

435Probablement la clôture du lieu de culte, à la marge de deux espaces de nature contraire, l’un chargé de sacré, l’autre ouvert au profane, exigeait‑elle un matériel au statut également ambigu, plus vraiment sacré mais nullement profane, pour son remblai, sa fermeture même partielle. On le voit bien à Gournay où les restes de trophées et de sacrifices viennent achever leurs cycles respectifs (Brunaux et al. 1985a). Ribemont‑sur‑Ancre nous en offre un exemple plus proche encore de Montmartin, puisque là de la même manière, l’arrachage des poteaux de clôture est suivi d’un remblai avec un matériel similaire provenant aussi d’un lieu de stockage intermédiaire (Brunaux 1994).

436Au‑delà de la question fondamentale de la provenance topographique des objets, cette analyse nous renseigne également sur l’utilisation de ce lieu qui, de ce point de vue, ne diffère guère des sanctuaires de Picardie. On y voit que le fossé précédant le mur était entretenu régulièrement : situé à proximité immédiate d’ateliers produisant des masses importantes de déchets, il ne s’est pas transformé en dépotoir. L’intérieur de l’enclos, et plus précisément son sol, était probablement soigneusement entretenu : on a affaire ici, comme à Gournay ou à Ribemont, à une véritable gestion des objets sacrés et des restes sacrificiels ; ces derniers suivaient des parcours définis, peut‑être quelque peu différents de ceux qui séjournaient dans les sanctuaires, où le hasard avait peu de place. Enfin les constructions connaissaient un sort similaire à celles des autres espaces sacrés. Leur destruction, leur reconstruction s’accompagnaient de rites définis dont on a ici les premiers témoignages.

437Malheureusement cet examen topographique ne permet pas de trancher la question du lieu ou des lieux d’exposition des offrandes. Rien ne prouve que le mur de clôture soit ce lieu, même s’il est fort probable qu’il a dû jouer un rôle ornemental de premier plan, qui est bien attesté par les découvertes de crânes humains sur les murs d’oppida et que l’on peut déduire de la répartition spatiale des objets dans le fossé (fig. 156). En tout cas, il est prudent de laisser une place à l’éventualité de telles expositions à la paroi intérieure du mur et au temple.

3.3 Le côté septentrional de l’enclos

438j.‑l. brunaux

439Le long de la vallée de l’Aronde, le côté nord de l’enclos 56 (fig. 12) présente un alignement spectaculaire de trous de poteaux (22 sur une longueur de 20 m). Il s’agit d’un ensemble complexe dont on connaît ou trop ou trop peu d’éléments. Plusieurs problèmes topographiques empêchent, en effet, une lecture satisfaisante de ces structures. Tout d’abord, la surface fouillée est trop étroite : si l’ensemble de ce côté nord avait pu être fouillé (soit environ 80 m), on aurait beaucoup plus de chances de classer les ensembles synchrones, notamment grâce au jeu de l’érosion différentielle. Autre problème topographique : on se trouve ici dans une zone de rupture de pente. La masse de remblai qui composait le rempart proprement dit n’est plus en place mais on la devine en contrebas. On ignore donc le rôle qu’elle a pu jouer lors de l’implantation des poteaux : beaucoup de ces poteaux mis en place alors que ce remblai existait n’ont pas été enfoncés dans la roche et n’ont par conséquent laissé aucune trace. À cet égard, il est révélateur que dans la bande la plus septentrionale, celle où l’érosion a été la plus forte, seuls apparaissent des gros trous de poteaux et, plus on s’éloigne du bord du plateau, plus on rencontre des trous d’un diamètre et d’une profondeur moyenne (fig. 160 à 162). Ainsi il est clair que ces 22 trous de poteaux sont loin de représenter la totalité de ceux qui ont existé sur ce secteur.

FIG. 160 – Secteur C : plans d’ensemble des trous de poteaux sur le côté nord de l’enclos 56.

J.– L.B./CNRS del.

FIG. 161 – Secteur C : coupes stratigraphlques des trous de poteaux 72, 73, 75, 76, 77, 78, 79, 80 (cf. légende des coupes fig. 16).

C.L del.

FIG. 162 – Secteur C : coupes stratigraphiques des trous de poteaux 81, 82, 83, 84, 85, 90, 91 (cf. légende des coupes fig. 16).

C.L. del.

440Le plan (fig. 160) et les stratigraphies des trous de poteaux (fig. 161 et 162) permettent cependant une analyse minimale qui n’en est pas moins digne d’intérêt. On remarque tout d’abord que cet ensemble s’interrompt en direction de l’ouest avec le trou no 72 qui se trouve à une distance de 7 m du fossé 56. Sur ces 7 m on ne rencontre qu’une structure, le trou de poteau no 98. Il n’est pas possible d’invoquer ici l’action d’une érosion plus importante car 3 m plus au sud se trouve le poteau 88 qui fait partie de la structure cultuelle mais qui est de faible taille. On doit donc croire que le système de clôture s’interrompait là, c’est‑à‑dire face à l’autel. On reviendra plus bas sur cette question d’un accès en direction de la vallée de l’Aronde.

441La lecture des stratigraphies indique, à l’évidence, que cette clôture a connu plusieurs phases, au moins trois, si on considère la nature des remplissages. Parmi celles‑ci, l’une est reconnaissable en stratigraphie. Une série de trous peut être isolée grâce à un remplissage comprenant des charbons de bois et surtout des fragments de torchis brûlé ; ce sont les trous nos 75, 76, 80, 82, 83, 86, 87, 88 et 90. Ces trous ne forment pas un ensemble cohérent ou tout au moins interprétable, il pourrait s’agir d’une réparation du parement interne du rempart, notamment grâce à un mur de bois et de torchis. Mais ce mur n’est pas directement associable aux éléments porteurs du parement extérieur. Tout ce que l’on peut dire, c’est que la phase qu’ils marquent (qui n’est peut‑être qu’une réparation ou une modification du rempart existant) est la plus récente.

442Un second ensemble peut être isolé sur plan tout d’abord (fig. 160) et confirmé par l’analyse des stratigraphies (fig. 161 et 162). Il s’agit de deux lignes parallèles de trous de poteaux –séparés les uns des autres de 2,50 m à 3,50 m– distantes l’une de l’autre de 3 m. La ligne septentrionale comprend les poteaux nos 73, 76, 85 et 103, eux‑mêmes de fort diamètre (en moyenne 1 m) et séparés les uns des autres de 3 à 3,50 m. À chacun de ces trous de poteaux correspond perpendiculairement sur une ligne méridionale un trou de poteau de diamètre sensiblement inférieur (0,50 à 0,60 m), les nos 92, 90, 82, 86. Un poteau isolé, le no 72, a la même configuration stratigraphique et semble être le poteau terminal de cet ensemble. La disposition de ces trous de gros poteaux du côté à défendre, de poteaux plus maigres à l’arrière et sur un axe perpendiculaire à l’axe général évoque évidemment les remparts à poutres verticales. Ce type de rempart est bien connu. Les anglais l’appellent box ramparts et en Europe continentale on le considère comme une variante du Pfostenschlitzmauer, qui souvent n’est marqué que par une seule ligne frontale de poteaux verticaux, comme par exemple à Manching (Maier et al. 1992). Le type auquel appartient le rempart de Montmartin est représenté par deux remparts bien étudiés, celui du Mont‑Vully en Suisse (Kaenel 1994) et celui de Heidcngraben en Allemagne (Reim 1977). La disposition des poteaux de Montmartin est tout à fait semblable à celle du Mont‑Vully, puisque sur ce rempart les deux lignes de poteaux sont également distantes de 3 m et les poteaux sont séparés de 3,50 m sur une même ligne. À Heidengraben les poteaux sur une même ligne sont plus rapprochés (2 à 2,50 m), en revanche l’écart entre parement externe et paiement interne (4 m) est plus grand. Au Mont‑Vully, la hauteur estimée du rempart est de 5 m. Cette hypothèse est confirmée par l’étude technique (Pflug 1994) : une telle construction sur une telle hauteur nécessite l’existence de traverses perpendiculaires sur le couronnement du rempart, ne serait‑ce que pour empêcher l’écartement des poteaux au moment du remplissage du caisson. Au Mont‑Vully des longrines disposées entre les poteaux verticaux, tout en rigidifiant l’ensemble, maintenaient probablement la pierraille du remplissage. À Montmartin le remplissage était probablement constitué de la craie sous‑jacente. Celle‑ci est gélive et ne pouvait de ce fait être utilisée en parement. À La Chaussée‑Tirancourt, le rempart dont le parement extérieur est de même nature et le remplissage composé également de craie, le problème a été résolu par l’emploi de blocs de grès disposés entre les poteaux et les longrines (Brunaux 1990). À Montmartin cette solution n’a pas été adoptée, s’il existe quelques morceaux de grès sur le site, aucun n’a été rencontré sur le rempart. Il est fort probable que le parement ait été constitué de torchis, d’une part parce que le mur de l’enclos 56 était protégé de cette façon, d’autre part parce qu’on a trouvé des morceaux de torchis brûlé dans les trous de poteaux les plus récents.

443Entre le mur de l’enclos 56 et le dernier poteau du rempart no 72 se trouve un poteau isolé, le no 98. Celui‑ci est situé à 4 m du bord du fossé 56. C’est la même distance que l’on retrouve entre le fossé 56 et le temple, on peut donc supposer –ainsi que pour des raisons tactiques– que derrière le mur de l’enclos 56 avait été aménagé un talus dont la largeur de l’emprise au sol était de 4 m. L’absence de poteaux entre les poteaux nos 98 et 72 doit donc être interprétée comme un accès à la vallée, en un endroit où le talus est encore assez haut pour ne pas fragiliser l’aménagement défensif. Une largeur de 4 m dans les installations défensives est relativement courante, c’est celle des passages des entrées de Manching (Osttor), de Fécamp, et de Le Trinchi/Cugnon, (Van Endert 1987). Dans le cas présent, la largeur de cet accès à la rivière contraste avec l’étroitesse de la porte du côté sud (cf. supra § 3.2.3). Cet accès du côté de la rivière devait être secondaire, il ne s’adressait en tout cas pas directement à la population de l’habitat. Il permettait, en revanche, d’accéder directement à un point d’eau, la rivière qui coulait juste en contrebas.

444Trois trous de poteaux ont livré du matériel (fig. 163), ce sont les poteaux 76, 85 et 81. Seul le matériel rencontré dans le trou de poteau 76 possède une réelle valeur chronologique. Le dolium (fig. 163, no 1), le vase haut tourné (fig. 163, no 2) et le vase ovoïde sont parfaitement contemporains de la couche C.01 du fossé 56, la dernière phase chronologique représentée sur le site et que l’on date de la transition La Tène C2/La Tène D1.

FIG. 163 – Matériel des trous de poteaux. 1, 2, 4 trou de poteau 76 ; 3 trou de poteau 81 ; 5 trou de poteau 85 ; 6 trou de poteau 58 ; 7 trou de poteau 60.

J.‑L.B./CNRS, T. L./CNRS del.

445La contemporanéité de la dernière phase du rempart septentrional avec la dernière phase du mur installé dans le fossé 56 suppose une cohérence de l’ensemble de la fortification de l’enclos. Celle‑ci apparaît bien dans la similitude des deux remparts, possédant le même type de parement extérieur appuyé sur des poteaux verticaux et maintenant à l’arrière un talus dont la largeur était de 3 ou 4 m. Deux différences sont notables, l’une tient au mode d’implantation des poteaux, l’autre dans la présence, peut‑être tardive, d’un parement intérieur. La longévité et l’histoire complexe de cette structure qui est l’une des plus anciennes du site et qui a continûment été utilisée expliquent très certainement ces particularités.

446Dans un premier temps qui est certainement celui de la naissance du site, l’enclos 56 fut seulement matérialisé par un fossé profond. Le creusement de ce fossé est peut‑être à mettre au compte d’un rite de fondation, comme il en allait sur les sanctuaires de cette région. Le reste de l’habitat n’était pas fortifié, et il paraissait inutile de renforcer la limite naturelle que dessinaient les deux flancs de vallée. De la même façon que sur les sanctuaires (Brunaux 1994), ce fossé a très vite servi de fondation à un mur. Une telle utilisation de cette structure creuse était à la fois naturelle (pourquoi recreuser en retrait une série de gros trous de poteaux alors qu’existait ce fossé ?) et imposée (la limite possédait un caractère sacré ou avait été consacrée). On comprend dès lors assez bien que le bord de la vallée de l’Aronde n’ait pas été défendu de la même manière à l’intérieur de l’enclos 56 et à l’extérieur, d’autant plus que l’aménagement défensif ne s’est peut‑être pas fait au même moment.

447Assez tôt, l’enclos 56 a fait figure de petite fortification centrale, de redoute ultime. L’ensemble de la structure n’est d’ailleurs pas sans rappeler l’acropole de Zavist (Motykova et al. 1984).

3.4 Le complexe 57‑99

448j.‑l. brunaux

449L’ensemble formé par la double fosse 57‑99 et les trous de poteaux 58, 60, 61, 62, 88, 96, 97 et 100 est le plus complexe qui ait été rencontré sur le site. Il est aussi le plus intéressant. Avec l’autel souterrain du sanctuaire de Gournay, et certainement mieux que celui‑ci, il est le représentant le plus typique de ce genre de structure à La Tène moyenne. Contrairement à ce dernier, il n’a pas été réoccupé par des temples gallo‑romains, il se prête donc mieux à une analyse fonctionnelle et évolutive. Par ailleurs ici le substrat crayeux rend la lecture des structures plus facile que sur les sanctuaires célèbres de Gournay et de Ribemont érigés sur un sol limoneux. S’il y a donc complexité des plans, elle n’est due qu’à la longévité exceptionnelle de l’installation cultuelle et aux multiples remaniements qu’elle a connus.

450Il s’agit, hormis la série de poteaux qui vient d’être examinée, du seul ensemble structural rencontré à l’intérieur de l’enclos 56 (fig. 164). Il a été indiqué plus haut que l’érosion dans ce secteur du site n’a joué pratiquement aucun rôle. Le caractère isolé de cet ensemble n’a donc rien de conjoncturel. On mesure par là son importance.

FIG. 164 – Secteur C : vue de l’autel enterré (57‑99) à l’intérieur de l’enclos 56.

cl. J.‑L.B./CNRS

451Ce rôle prééminent est également indiqué par la position de la structure dans l’enclos. Si elle ne se trouve pas au centre, comme on pourrait s’y attendre à trop garder à l’esprit les exemples des grands sanctuaires, elle se situe sur un emplacement doublement privilégié : pratiquement le point le plus haut à l’intérieur de l’enclos et sur l’axe général de symétrie de cet espace. De cet endroit, on a vue sur tout l’espace intérieur et surtout on dispose d’une vue très dégagée sur toute la confluence de la vallée de l’Aronde avec le ruisseau du Fond de Lagny et les marécages qui l’encombraient. Or c’est très exactement la même perspective qui s’offrait aux utilisateurs du sanctuaire de Gournay (fig. 90).

3.4.1 Description des structures

452j.‑l. brunaux

453Pour faciliter la compréhension de cet ensemble qui comprend plus d’une centaine d’unités stratigraphiques, on n’évoquera ici que les structures creuses (fig. 165), à savoir les deux fosses 57 et 99, les trous de poteaux et tranchées de sablières recoupant celles‑ci (nos 57.01, 57.02, 57.03, 96, 97, 99.01, 100) et les trous de poteaux situés dans la périphérie de ces fosses (nos 58, 59, 60, 61, 62 et 88).

FIG. 165 – Secteur C : plan d’ensemble de l’autel enterré et des bâtiments de couverture. Structures 57, 58, 59, 60, 61, 62, 88, 96, 97, 99, 100.

J.‑L.B./CNRS del.

454Pour ce faire on se reportera au plan général des structures (fig. 165) telles qu’elles sont apparues sous le décapage, au plan des fosses (fig. 166) à l’issue de leur fouille et à leur profil (fig. 167), aux stratigraphies de la double fosse (fig. 168 à 172) et aux plans et coupes des trous de poteaux isolés (fig. 173).

FIG. 166 – Secteur C : plan de l’autel enterré (57‑99) à l’issue de la fouille.

J.‑L.B./CNRS del.

FIG. 167 – Secteur C : profil des deux structures creuses (57 et 99) de l’autel enterré.

C.L. del.

FIG. 168 – Secteur C : coupe stratigraphique du complexe 57‑99 en A‑B (cf. légende des coupes fig. 16).

C.L. del.

FIG. 169 – Secteur C : coupe stratigraphique des structures 57.02 et 57.03 en G‑H (cf. légende des coupes fig. 16).

C.L. del.

FIG. 170 – Secteur C : coupe stratigraphique des structures 99 et 96 en C‑D (cf. légende des coupes fig. 16).

C.L. del.

FIG. 171 – Secteur C : coupe stratigraphique des structures 99‑97 en I‑J (cf, légende des coupes fig.16).

C.L del.

FIG. 172 – Secteur C : coupe stratigraphique des structures 57 et 100 en E‑F (cf. légende des coupes fig. 16).

C.L. del.

FIG. 173 – Secteur C : plans et coupes des trous de poteaux 58 à 62 (cf. légende des coupes fig. 16).

C.L. del.

455Il est apparu au cours de la fouille que la grande tache visible sur le plan (fig. 165) correspondait pour l’essentiel à deux grandes fosses cylindriques placées l’une contre l’autre. Ces deux fosses ont un remplissage complexe (fig. 168 à 172) marque par des couches de remblaiement volontaire, des éboulements de parois et des recreusements enfin par l’implantation de structures postérieures.

456Pour trier les différentes structures et pour reconstituer des ensembles synchrones, plusieurs méthodes ont été utilisées : l’analyse stratigraphique évidemment, la cohérence des plans pour ce qui est de l’équidistance des côtés et de la symétrie de leurs angles, enfin la similitude des plans et des profondeurs des trous de poteaux et celle de leur remplissage. Une excellente grille d’analyse a été fournie par les deux derniers ensembles marqués par des remplissages composés de cendres, de charbons de bois et de torchis. Ceux‑ci sont en tous points comparables aux deux dernières couches de remplissage du fossé 56 correspondant aux deux derniers états de la palissade, chaque fois détruite par le feu. Le dernier ensemble est particulièrement évident grâce à l’emplacement des bois brûlés laissés en place (poteaux et sablières). À partir de là, grâce au trou de poteau 58 (fig. 173) particulièrement précieux parce qu’il a connu deux recreusements avec à chaque fois un léger déplacement, il a été possible de déterminer trois états de construction, dont un, évidemment le plus ancien, qui ne montre aucune trace d’incendie.

457Pour ce qui est du rapport chronologique entre les deux fosses, la coupe stratigraphique A‑B (fig. 168) est très claire. Elle indique sans possibilité d’erreur que la fosse 57 est la plus récente et qu’il a existé une période où la fosse 99 n’était pas totalement rebouchée et communiquait avec la fosse 57 soit comme annexe, soit comme moyen d’accès à cette dernière. Autant la fosse 57 paraît entourée de nombreux poteaux, autant la fosse 99 paraît être demeurée isolée. À l’évidence les trois constructions successives n’ont intéressé que la structure 57.

458À partir de ces observations générales, il est possible de brosser à grands traits l’évolution de cet ensemble.

3.4.2 Le premier autel (fosse 99)

459Ce premier autel se présente comme une fosse parfaitement cylindrique de 2 m de profondeur pour un diamètre variant entre 0,90 et 1,90 m suivant les phases d’utilisation. Leurs stratigraphies (fig. 168 et 171) montrent, en effet, qu’après une période d’utilisation certainement peu longue (elle est marquée par quatre couches assez fines), les parois de la fosse se sont éboulées sur une épaisseur importante et la fosse s’en est trouvée comblée sur plus de la moitié de sa profondeur. Cette dégradation s’explique aisément par l’absence de couverture. Le gel est très dévastateur sur la craie dans laquelle la fosse était creusée.

460La fosse a alors été recreusée et élargie pour atteindre un diamètre d’1,30 m. Elle a été probablement boisée au moins dans la partie supérieure. Son fond n’était pas plat mais il était marqué par une dépression centrale d’une vingtaine de centimètres de profondeur. Cet état a connu à nouveau un remplissage de trois ou quatre couches. Et il semble qu’une fois de plus les bords se soient écroulés.

461Dans un troisième état la fosse semble avoir perdu sa forme cylindrique, elle est très évasée avec son plus grand diamètre qui avoisine 1,90 m. Les parois ne paraissent pas avoir été protégées. Une nouvelle fois, le remplissage comprend trois ou quatre couches, toujours de 10 à 20 cm d’épaisseur. À l’issue de cette période, le bord très évasé de cette fosse en forme d’entonnoir atteint un diamètre de près de 2,50 m.

462Hormis celles correspondant à un remblaiement naturel (effondrement des parois), les couches composant le remplissage de la fosse 99, comme celles de la fosse voisine, sont d’une nature bien particulière. S’il s’agit d’un remblai volontaire, celui‑ci par la quantité comme par sa nature était limité : on a chaque fois un peu de matériaux avec très peu de matériel archéologique. D’ailleurs la nature détritique de ce dernier n’est pas évidente : pratiquement pas de céramique (fig. 174) et un matériel osseux animal visiblement sélectionné (cf. infra § 3.4.8). Ces couches ressemblent beaucoup par leur allure, sinon par la nature du sédiment, aux couches de remplissage de la fosse centrale du sanctuaire de Gournay (Brunaux et al. 1985a : 86 sq.). Il s’agit soit de préparations du fond de l’autel, soit d’un remblai masquant les dépôts qui venaient d’être faits.

FIG. 174 – Mobilier céramique de l’autel enterré (57‑99). 1 structure 99 ; 2‑6 structure 57 ; 7 structure 97.

J.‑L.B./CNRS del.

463Il est difficile d’apprécier la longévité d’une telle structure. Taillée dans les lits supérieurs et par conséquent peu épais du banc de craie, elle était forcément très sensible à la gelée. Et c’est de cette façon qu’il faut interpréter l’éboulement que l’on observe dans la moitié inférieure. Dans un second temps, la conservation des parois verticales indique que la fosse était protégée, autrement que par un bâtiment, par conséquent par une sorte de couvercle. Ainsi, elle pouvait se conserver plus longtemps, autant que le permettaient sa profondeur, l’épaisseur et le nombre des couches qui viennent d’être décrites. A. Rybova et B. Soudsky avaient pour la grande fosse de Libenice déterminé un calendrier des opérations cultuelles qui leur permettait de dater la durée de celle‑ci (Rybova, Soudsky 1962 : 351). On ne se livrera pas à un exercice aussi hasardeux. Disons seulement que la fosse a été utilisée au moins pendant plusieurs années et au plus pendant plusieurs dizaines d’années. La seule indication chronologique dont nous disposons nous est donnée par une céramique (fig. 174, no 1). Par chance, celle‑ci est relativement caractéristique, il s’agit d’un vase en forme de situle dans la tradition de La Tène ancienne et qui paraît être courant sur les habitats du début de La Tène moyenne de la région (Malrain 1991 : 121‑125). Plusieurs autres céramiques datant du même horizon ayant été rencontrées dans le remplissage de la fosse voisine 57 (fig. 174, nos 3, 4 et 6), il est évident que l’ensemble a commencé à fonctionner à date haute, c’est‑à‑dire dès La Tène C1.

3.4.3 Le second autel (fosse 5)

464Cette fosse, de même nature que la fosse 99, lui est postérieure, même si les couches du remplissage supérieur sont les mêmes pour les deux structures. On peut donc dire que la fosse 57 a remplacé la fosse 99 comme l’indiquent les stratigraphies A‑B (fig. 168) et E‑F (fig. 172).

465La fosse 57 a été creusée à une vingtaine de centimètres du bord de la fosse 57 et, dans leur moitié inférieure, les deux fosses étaient encore séparées par une paroi de craie naturelle. La forme de la fosse 57 est également cylindrique. Son diamètre est sensiblement supérieur à celui de la précédente (2,60 m), sa profondeur aussi (2,60 m sous la surface du sol). Ces dimensions expliquent bien qu’il ait fallu recourir à un type de protection autre qu’un simple couvercle, difficilement réalisable et surtout peu manipulable. On reviendra sur ce mode de protection plus loin. De même la profondeur importante explique la présence d’une marche mieux assise à mi‑hauteur.

466La stratigraphie E‑F (fig. 172) présente les mêmes particularités qu’on a vues pour la structure 99, à savoir une succession de couches planes d’épaisseur constante. Là encore, on constate des recreusements, surtout un bien visible sur la paroi et qui a affecté la fosse sur toute sa profondeur. De toute évidence, la durée d’utilisation de cette deuxième fosse a été beaucoup plus longue. Il n’est pas sûr d’ailleurs que tous les recreusements aient laissé des témoignages stratigraphiques. Le matériel céramique (fig. 174) découvert dedans appartient probablement à sa phase la plus ancienne. Il peut s’agir aussi de matériel provenant de la fosse voisine et déplacé lors des recreusements. Comme on l’a dit plus haut, il s’agit de formes plutôt anciennes de la fin de La Tène ancienne (fig. 174, nos 3, 4 et 6) ou de La Tène C1 (fig. 174, no 7).

467Quand la fosse 57 fut creusée, la 99 n’était pas totalement comblée, une dépression d’une soixantaine de centimètres en marquait l’emplacement. Celle‑ci semble avoir été utilisée comme un accès à la nouvelle, ce qui expliquerait la plus grande profondeur de cette dernière. Il y avait peut‑être une contrainte religieuse qui explique cette constante de 2 m de profondeur.

468On peut penser que ce nouvel autel souterrain fut d’emblée protégé par une couverture. L’expérience qu’a dû constituer le destin du premier autel devait normalement y conduire. Mais on y verra un argument supplémentaire dans l’excellente conservation de ses parois surtout comparées à celles de la fosse précédente.

3.4.4 La première construction

469Même si un léger décalage chronologique entre la construction de la fosse et celle de la couverture qui la recouvrait n’est pas à exclure, on peut considérer qu’un second état de l’installation cultuelle (fig. 175) comprenait le nouvel autel (57), un corridor enfoncé installé dans la partie supérieure de l’autel précédent (99) et les poteaux 97, 88, 58 et 61 (fig. 176).

FIG. 175 – Secteur C : vue de l’autel enterré, à l’issue de la fouille.

J.‑L.B./CNRS del.

FIG. 176 – Secteur C : plan schématique du 1er bâtiment de couverture de l’autel.

J.‑L.B./CNRS del.

470L’ensemble constitué par les trous de poteaux se justifie de la manière suivante. Le poteau 88 n’a connu qu’un état, il a donc gardé trace du poteau lui‑même, les trous de poteaux 97 et 61 ont connu deux états, les traces de poteaux ont donc été oblitérées par l’état le plus récent. Le poteau 58 a connu trois états marques par de légers déplacements, l’un a une forme circulaire et les deux autres sont quadrangulaires. Si l’on se fie au poteau 88, le seul dont on soit sûr à priori de son appartenance à l’ensemble, on peut penser que tous les trous doivent avoir une forme curviligne. Sur le côté nord, les poteaux 88 et 58 nous donnent une longueur que l’on ne retrouve que sur le côté occidental, avec les poteaux 97 et 61, soit 5,20 m, 5 m pour le côté méridional et 4,90 m pour le côté oriental, mesures au demeurant approximatives puisqu’on ne sait –hormis pour le 88– où se trouvaient précisément les poteaux à l’intérieur de leurs trous.

471Le poteau 88 nous donne la section du poteau, circulaire et d’un diamètre de 40 cm environ. La proximité des bords de la fosse suppose que ces poteaux ne maintenaient aucune paroi, ce qui aurait rendu toute circulation impossible et l’accès à l’autel délicat. On doit croire qu’ils n’avaient pour fonction que de supporter une toiture. Ce type de plan a quatre poteaux disposés en carré d’environ 5 m de longueur est courant, même dans l’habitat contemporain. On en a de nombreux exemples à Manching (Maier et al. 1992). Pour ce qui est de l’élévation, on ne dispose d’aucun indice direct pour choisir entre un toit à double pente ou un toit à quatre pans. Mais nous disposons d’un argument indirect qui nous est donné par le troisième état de la construction (cf. infra 3.4.6) où on peut avoir la certitude que le toit était à double pente. Si l’on suppose que le poids de la tradition était fort pour ces constructions cultuelles, on a toute raison de penser que cette tradition s’est perpétuée là aussi.

3.4.5 La deuxième construction

472Ce deuxième ensemble (fig. 177) comprend la fosse 57 et les trous de poteaux 97, 57.01, 61 et 58. Au vu de la position de ces éléments, il apparaît à l’évidence que ce deuxième état de construction se traduit avant tout par un rétrécissement de la construction, rétrécissement contemporain de celui de la fosse 5 , recreusée sur un plus petit diamètre. S’il n’en était pas ainsi, le poteau 57.01 serait directement installé dans l’autel, ce qui est aberrant et est contredit par les stratigraphies.

FIG. 177 – Secteur C : plan schématique du 2e bâtiment de couverture de l’autel.

J.‑L.B./CNRS del.

473La deuxième caractéristique de cet ensemble, qui facilite le tri parmi les structures, nous est donnée par la forme des trous de poteaux. Ils ont cette fois une section nettement quadrangulaire et de grandes dimensions, de 1 à 1,20 m de côté. La seule trace de poteau se trouve dans la structure 61 qui ensuite n’est plus réutilisée : le poteau, probablement équarri, a une section d’environ 50 cm. Le plan d’ensemble de la construction est un carré très régulier dont les côtés mesurent 4,20 m.

474Ces caractéristiques indiquent qu’on a affaire à une construction nettement plus robuste et plus ramassée. Ces modifications peuvent avoir deux raisons. Ou bien on a cherché à remédier à des déficiences de la première construction, peut‑être trop légère, ou bien on a voulu élever ce bâtiment, lui donner une hauteur plus considérable. La présence de torchis mêlé de charbons de bois dans les trous 97, 57.01 et 58 semble indiquer qu’au moins sur les côtés ouest et nord des murs protégeaient la fosse. C’est vraisemblable dans la mesure où ce sont les deux directions d’où viennent les précipitations les plus importantes, celles aussi où d’éventuels participants au culte n’avaient pas accès, l’autel étant acculé du côté est au fossé 56 et du côté nord au mur de défense.

475La construction paraît avoir été détruite par le feu. Les trous de poteaux 97, 61 et 58 semblent en témoigner. Même si les traces ne sont pas aussi pertinentes que pour la phase suivante –cette dernière phase a justement remanié tous ces restes brûlés– les indices, torchis et charbons de bois, sont suffisamment nombreux. On est tenté de mettre en correspondance ce sinistre avec celui de l’avant‑dernière palissade du fossé 56. Les vestiges sont de même nature et sont remaniés de la même manière.

3.4.6 La troisième construction

476Sur le plan général (fig. 165) apparaît nettement un double alignement parallèle de chaque fois trois trous de poteaux, les nos 96, 60 et 62 au sud et les nos 57.01, 58 et 59 au nord. Le caractère homogène de cet ensemble (fig. 178) est confirmé par la forme et la taille des trous de poteaux, quadrangulaires et légèrement plus petits que les précédents (côtés compris entre 0,80 et 1 m). Il se vérifie également en stratigraphie : ils correspondent aux unités stratigraphiques les plus récentes. C’est donc pour cet ensemble que l’on retrouve le plus grand nombre de traces des poteaux eux‑mêmes (96, 60 et 57.01, elles existaient probablement dans le trou 58 mais n’ont pas été vues en fouille).

FIG. 178 – Secteur C : plan schématique des 3e et 4e bâtiments de couverture de l’autel.

J.‑L.B./CNRS del.

477Le plan (fig. 178) mis ainsi en évidence est un rectangle de 6 x 3 m (d’axe en axe). Si on regarde de plus près, on constate qu’en réalité il s’agit de deux carrés accolés, de 3 m de côté, les poteaux 60 et 58 étant communs. Si l’on pousse encore plus loin l’analyse en étudiant les remplissages des trous de poteaux, on est amené à penser que cet ensemble a lui‑même connu selon toute probabilité deux états. En effet, les trous de poteaux 62 et 59 qui appartiennent de toute évidence à cet ensemble n’ont pas le même remplissage que les autres (absence de torchis brûlé notamment) et n’ont pas gardé trace du poteau (le trou 59 présente d’ailleurs la trace d’un agrandissement, certainement dû à l’arrachage du poteau) . On doit donc croire que ces deux trous appartenaient à un premier état et que les poteaux n’étaient plus en place lors de la destruction du bâtiment. Ces deux états sont également indiqués par les traces de sablières 99.01 et 57.03 : si elles ont un tracé et probablement une fonction identiques, elles ne présentent pas le même remplissage ni la même forme. La sablière 57.03 est large et longue (elle s’arrête à une cinquantaine de centimètres du poteau 58), surtout elle ne contient pas de charbons de bois ni de torchis brûlé. La sablière 99.01 est plus étroite et a un tracé plus court (1,60 m à partir du poteau 96), elle est matérialisée par une couche noire riche en charbons de bois et en torchis brûlé.

478Deux états de cette construction paraissent donc assurés (ils sont représentés schématiquement dans un encadré de la figure 178). Dans un premier temps (fig. 178, A), le bâtiment au plan carré traditionnel était muni en direction de l’est soit d’un auvent, soit d’un prolongement de toiture à deux pans (ce qui paraît beaucoup plus vraisemblable). Les côtés nord, ouest probablement et sud étaient protégés de parois qui s’interrompaient au niveau des poteaux 60 et 58. Dans un second temps (fig. 178, B), cette sorte de pronaos vers l’est fut démonté pour une raison qui nous échappe, sur les trois autres côtés du bâtiment les parois qui viennent d’être évoquées furent raccourcies, reproduisant ainsi le plan précédent en plus petit. Il n’est pas évident que cette restructuration se soit accompagnée d’une modification des autres poteaux porteurs.

479Cette troisième construction s’est accompagnée d’un déplacement vers l’est de l’autel souterrain, en même temps que d’une diminution de son diamètre et de sa profondeur. Celui‑ci n’est plus visible dans la coupe A‑B (fig. 168) mais apparaît dans la coupe G‑H (fig. 169) en 57.02. Dans la dernière période d’utilisation de l’installation cultuelle, cet autel souterrain n’a plus qu’une allure symbolique, c’est une cuvette de 1,20 m de diamètre et de 0,40 m de profondeur. Son contenu, composé essentiellement de charbons de bois, de terre brûlée, de petits cailloux de calcaire et d’ossements, indique nettement que cette cuvette n’a pas servi, comme les grandes fosses qui l’ont précédée, de réceptacle aux dépouilles animales mais plutôt de réceptacle au produit des vidanges d’un foyer qui devait se trouver à proximité. Cette petite fosse utilisée pour vidanger le foyer était elle‑même curée régulièrement : la stratigraphie en G‑H montre au moins deux recreusements.

480La structure 57.02 est donc doublement intéressante. Elle prouve la présence d’un foyer situé à proximité de l’autel creux et, selon toute probabilité, au niveau du seuil du bâtiment. Elle permet d’établir un lien avec la série des autels creux de Gournay qui, de la même façon qu’à Montmartin, sont remplacés dans une phase ultime par un foyer. Cette question sera examinée de manière plus approfondie dans le paragraphe 4.2.5.2.

481Un trou de poteau (fig. 165, no 100 et fig. 169, stratigraphie G‑H) peu enfoncé, au remplissage similaire à cette dernière fosse, est visiblement en liaison avec celle‑ci. Il est peu probable qu’il ait joué un rôle porteur dans la couverture, bien qu’il se trouve quasiment au centre du bâtiment. On doit plutôt lui voir un rôle exclusivement cultuel. Un poteau assez semblable a été rencontré dans le temple de la phase IV à Gournay (Brunaux et al. 1985a : 74, fig. 45), tout près de la fosse cultuelle, il paraît ne pas avoir eu non plus de fonction architecturale.

3.4.7 La décoration des murs

482j.‑l. brunaux

483Le fossé 56 qui se trouve à seulement 3,50 m de l’autel a évidemment servi de réceptacle à des restes cultuels provenant de l’autel (cf. infra § 3.4.8) mais aussi à des restes de la construction proprement dite. Des morceaux de torchis, d’une épaisseur moindre que celle des morceaux rencontrés sur le reste du fossé, n’appartiennent pas au mur de clôture mais selon toute probabilité aux murs du temple lui‑même. La preuve en est qu’il s’agit de parois décorées finement, à la façon dont est décorée la céramique c’est‑à‑dire au brunissoir ou à la peinture noire. Ces témoins sont précieux car ils nous renseignent assez précisément sur l’apparence des constructions cultuelles de La Tène moyenne. Ces dernières n’avaient probablement pas l’allure de cabanes de bois qu’on leur donne habituellement. Elles ressemblaient plus certainement aux temples étrusques aux parois couvertes de plaques de terre cuite, d’autant que ces restes de torchis n’ont pas le même aspect que ceux rencontrés sur les autres parties du site. Mieux cuit, ce torchis présente une surface également plus dure, comme si, dès son application, il avait été passé à la flamme, opération nécessaire pour le durcissement autant que pour le noircissement de certains panneaux. Quelques fragments de torchis montrent une surface blanche artificielle, peinture blanche ou badigeonnage à la chaux. Les murs présentaient donc un double décor, à base de couleurs et de surfaces lissées (fig. 179).

FIG. 179 – Secteur C : restitution du 3e bâtiment de couverture de l’autel.

J.‑L.B./CNRS del.

484Ces restes de torchis proviennent de la couche C.01 du fossé 56. Comme les déblais de l’autel sont demeurés sur place lors de la destruction finale du lieu, on doit croire que les morceaux de torchis que l’on vient de décrire proviennent de l’avant‑dernière construction à moins qu’ils n’appartiennent à la phase A de la dernière construction.

3.4.8 Les restes animaux

485p. méniel

486Quatre fosses et dix trous de poteaux situés dans l’espace délimité par le fossé 56 ont livré quelques restes animaux, une centaine en tout. La plus grande partie de ces restes proviennent de bœufs, porcs et caprinés (92 %), auxquels s’ajoutent deux os de chevaux, un radio‑ulna fendu en deux (fosse 99) et une phalange III (poteau 80), une phalange de lièvre et trois os de coqs (no 80 : coracoïde et tarso‑métatarse ; no 86 : carpo‑métacarpe). Malgré le petit nombre de restes, une différence apparaît entre les trous de poteaux, qui contiennent essentiellement des restes de porcs (quatre cinquième des restes de mammifères domestiques), et les fosses, où les fréquences des mammifères domestiques, sauf le chien, sont très proches des valeurs moyennes du fossé 56 (tabl. xiv).

TABL. XIV – Fréquences (% NR) des animaux trouvés dans les structures de l’enceinte cultuelle et dans divers sanctuaires.

P.M./CNRS

487Dans les trous de poteaux, les restes de porcs sont surtout des mâchoires (5 sur 11) et des fragments d’os longs (un radius et deux tibias). Il s’agit de parties résistantes, mais une sélection au profit de la tête semble effective. Dans les fosses, où les conditions de préservation sont manifestement plus favorables, ce sont les os de membres qui sont les mieux représentés (11 sur 34), avec aussi bien des os de l’épaule que du jambon ; viennent ensuite les os de la tête, dont deux crânes de porcelets âgés de six mois environ (fosse 99), et six côtes, mais aucune vertèbre. Quelques os de pieds, aussi bien dans les fosses que dans les trous de poteaux, montrent que les règles de sélection en vigueur dans les sanctuaires de Gournay, Ribemont et Bennecourt, où ces parties sont absentes, n’ont pas été appliquées.

488La même remarque s’applique au bœuf, un métacarpe entier ayant été retrouvé dans un trou de poteau (no 61). Dans les fosses, cette espèce est surtout représentée par des os de membres, aussi bien antérieurs (5) que postérieurs (4), puis des côtes (4) ; les autres parties, tête (une mandibule) et pieds (deux calcanéum), sont nettement en retrait. Cet ensemble est donc essentiellement composé de parties comestibles ; toutefois les côtes, dont l’abondance caractérise les dépôts de restes d’animaux consommés dans les sanctuaires, n’y sont pas particulièrement fréquentes.

489Les neuf restes de caprinés sont surtout des os de membres, auxquels s’ajoutent trois restes de têtes (une molaire, un hyoïde et un prémaxillaire) et un métacarpe.

490L’os de cheval découpé, bien qu’isolé, s’oppose également à l’établissement d’une relation avec les sanctuaires.

Table des illustrations

Légende FIG. 90 ‒ Situation comparée de l’enclos 56 de Montmartin (en haut) et du sanctuaire de Gournay (en bas).
Crédits J.‑LB./CNRS del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43628/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende FIG. 91 –Secteur C : vue aérienne de l’enclos 56.
Crédits cl. R.A.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43628/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende FIG. 92 – Secteur C : plan d’ensemble du fossé 56. 1 zones non fouillées ; 2 zones fouillées couche par couche jusqu’au fond ; 3 zones où seule la couche C.01 a été fouillée ; 4 zones vidées à l’aide d’une minipelle.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43628/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende FIG. 93 – Secteur C : vue en coupe du fossé 56.
Crédits cl. J.‑L.B./CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43628/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Légende FIG. 94 –Secteur C : le fossé 56, numérotation des carrés de fouille, mètre par mètre. NN : branche nord. EE : branche est.
Crédits J.‑L.B./CNRS del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43628/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende FIG. 95 – Secteur C : coupe stratigraphique du fossé 56 en 50 E (cf. légende des coupes fig. 16).
Crédits C.L del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43628/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Légende FIG. 96 – Secteur C : coupe stratigraphique du fossé 56 en 44 E (cf. légende des coupes fig. 16).
Crédits C.L. del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43628/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Légende FIG. 97 – Secteur C : coupe stratigraphique du fossé 56 en 51 E (cf. légende des coupes fig. 16).
Crédits C.L. del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43628/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Légende FIG. 98 – Secteur C : coupe stratigraphique du fossé 56 en 24 N (cf légende des coupes fig. 16).
Crédits C.L. del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43628/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende FIG. 99 – Secteur C : coupe stratigraphique du fossé 56 en 37 E (cf. légende des coupes fig. 16).
Crédits C.L. del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43628/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Légende FIG. 100 – Secteur C : a interprétation schématique de la coupe en 37 E ; b vestiges en plan (cf. légende des coupes fig. 16).
Crédits J.‑L.B./CNRS del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43628/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Légende FIG. 101 – Secteur C : plan de la couche C.01 en 31‑36 E (cf. légende des coupes fig. 16).
Crédits J.‑L.B./CNRS del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43628/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Légende FIG. 102 – Secteur C : 1 structure 56, reconstitution du dernier état de la palissade (a vue générale ; b détail du clayonnage) ; 2 coupe longitudinale du dernier état de la palissade Empreintes dans des fragments de torchis issus du fossé 56 (vues de dessus) : de poteaux verticaux (3) ; de piquets intermédiaires verticaux (4) ; de croisement des baguettes de clayonnage (5) ; de poteaux verticaux de fort diamètre (6) ; de poteaux verticaux équarris (7) ; de baguettes de clayonnage jointives (profil en coupe (8) ; de baguettes de clayonnage espacées (profil en coupe) (9) ; échantillons de torchis présentant des faces lissées (10).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43628/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Légende FIG. 103 – Secteur C : plan de la couche C.01 en 38‑47 E (entrée).
Crédits J.‑L.B./CNRS del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43628/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende FIG. 104 – Mobilier céramique du fossé 56, couche C.00.
Crédits J.‑L.B./CNRS del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43628/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Légende FIG. 105 – Mobilier céramique du fossé 56, couche C.00.
Crédits J.‑L.B./CNRS del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43628/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Légende FIG. 106 – Mobilier céramique du fossé 56, couche C.01 : vases hauts et petites coupes.
Crédits J.‑LB./CNRS del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43628/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Légende FIG. 107 – Mobilier céramique du fossé 56, couche C.01 : vases ovoïdes.
Crédits J.‑L.B./CNRS del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43628/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Légende FIG. 108 – Mobilier céramique du fossé 56, couche C.01 : vases ovoïdes.
Crédits J.‑L.B./CNRS del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43628/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Légende FIG. 109 – Mobilier céramique du fossé 56, couche C.01 : vases à provisions.
Crédits J.‑L.B./CNRS del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43628/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende FIG. 110 – Mobilier céramique du fossé 56, couche C.01 : vases tournés. 2 pâte micacée ; 7 peinture blanche.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43628/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende FIG. 111 – Mobilier céramique du fossé 56, couche C. 01 : vases hauts ouverts
Crédits J.‑L.B./CNRS del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43628/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Légende FIG. 112 – Mobilier céramique du fossé 56, couche C. 01 : formes diverses
Crédits J.‑L.B./CNRS del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43628/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende FIG. 113 – Mobilier céramique du fossé 56, couche C.01 : écuelles.
Crédits J.‑L.B./CNRS del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43628/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Légende FIG. 114 – Mobilier céramique du fossé 56, couche C.01 : écuelles. 1 vase tourné et peint.
Crédits J.‑L.B./CNRS del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43628/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Légende FIG. 115 – Mobilier céramique du fossé 56, couche C.01 : décors.
Crédits J.‑L.B./CNRS del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43628/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende FIG. 116 – Mobilier divers du fossé 56.1, 2 faisselles ; 3‑11 fusaïoles en céramiques ; 12 en craie ; 1314 lignite ; 15 verre ; 16 os ; 17 creuset.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43628/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende FIG. 117 – Matériel métallique du fossé 56, couche C.01 : fourreaux d’épées en fer.
Crédits T.L./CNRS del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43628/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Légende FIG. 118 – Matériel métallique du fossé 56, couche C.01 : épées en fer (2b : échelle au 1/4).
Crédits T.L./CNRS del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43628/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Légende FIG. 119 – Matériel métallique du fossé 56, couche C.01 : armes diverses en fer.
Crédits T.L./CNRS del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43628/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende FIG. 120 – Fibules du fossé 56. 2‑4, 9‑11, 13‑16 couche C.01 ; 1, 5 couche C.02. 1‑12 fer ; 13‑16 bronze.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43628/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Légende FIG. 121 – Outils métalliques du fossé 56.1, 3‑5, 7‑10, 12, 14‑17 couche C.01 ; 613 couche C.02 ; 11 couche C.03 ; 18 couche C.04 ; 1‑1012‑18 fer ; 11 bronze.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43628/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Légende FIG. 122 – Pièces de fixation et de suspension en fer du fossé 56.1, 2, 4, 7‑10, 12, 14‑17, 10, 21‑24, 27 couche C.01 ; 25 couche C.04.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43628/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Légende FIG. 123a Bracelets, anneaux, rivets du fossé 56. 1‑12, 14‑22 couche C. 01 ; 13 couche C. 03 ; 1‑9, 11, 16, 18‑20 fer ; 10, 12, 13, 17, 21, 22 bronze ; 14 bronze et fer. B Reconstitution du seau.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43628/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende FIG. 124 – Mobilier céramique du fossé 56, couche C.02 : amphores.
Crédits J.‑L.B./ CNRS del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43628/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende FIG. 125 – Mobilier céramique du fossé 56, couche C.02 : formes diverses.
Crédits J.‑L.B./CNRS del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43628/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende FIG. 126 – Mobilier céramique du fossé 56, couche C.03 : formes diverses.
Crédits J.‑L.B./CNRS del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43628/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Légende FIG. 127 – Mobilier céramique du fossé 56. couche C.04 : formes diverses.
Crédits J.‑L.B/CNRS del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43628/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende FIG. 128 – Mobilier céramique du fossé 56, couche C.05 : formes diverses.
Crédits J.‑L.B./CNRS del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43628/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Légende FIG. 129 – Mobilier céramique du fossé 56, couche C.06 : formes diverses. 4 vase tourné.
Crédits J.‑LB./CNRS del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43628/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende FIG. 130 – Mobilier céramique du fossé 56, secteurs fouillés à la minipelle : formes diverses.
Crédits J.‑L.B./CNRS del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43628/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende FIG. 131 – Mobilier céramique du fossé 56, secteurs fouillés à la minipelle : formes diverses.
Crédits J.‑L.B./CNRS del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43628/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Légende FIG. 132 – Distribution des âges d’abattage des bœufs (fossé 56) d’ap. Ducos (1968).
Crédits P.M./CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43628/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Légende FIG. 133 – Distribution des âges d’abattage des porcs (fossé 56).
Crédits P.M./CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43628/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende FIG. 134 – Distribution des âges d’abattage des caprinés (fossé 56).
Crédits P.M./CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43628/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende FIG. 135 – Secteur C, fossé 56 : carcasse de cheval.
Crédits cl. P.M./CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43628/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende FIG. 136 – Traces de découpe sur le squelette du cheval du fossé 56.
Crédits P.M./CNRS del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43628/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende FIG. 137 – Extrémité de fourreau d’épée du fossé 56 après restauration. L : 240 mm (cf. fig. 117, no 1).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43628/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende FIG. 138 – Extrémité de fourreau d’épée du fossé 56, avec traces de coups et déformations, après restauration. L. : 286 mm (cf. fig. 117, no 8).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43628/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende FIG. 139 – Comparaison entre les fourreaux de Montmartin, Manching et Ludwigshafen.
Crédits T. L/CNRS del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43628/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende FIG. 140 – Fer de lance en fer de la structure 56, après restauration. L. : 140 mm (cf. fig. 119, no 1).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43628/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Légende FIG. 141 – Umbo de bouclier du fossé 56, avec traces de coups et déformations, après restauration (cf. fig. 119, no 4).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43628/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende FIG. 142 – Masque osseux (no 6) de la couche supérieure du fossé 56.
Crédits cl. D.B.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43628/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende FIG. 143A Stries d’écorchement sur la face exocrânienne du frontal no 1 ; B stries sur la face exocrânienne, marques de coupe et de raclage sur la face endocrânienne du frontal no 8.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43628/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende FIG. 144 – Cassure du zygomatique droit du calvarium no 6.
Crédits cl. B.B.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43628/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende FIG. 145 – Frontal no 8 : a stries sur la face exocrânienne ; b marque profonde sur la face endrocrânienne.
Crédits cl. B.B.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43628/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende FIG. 146 – Traces de découpe sur le fragment de crâne no 16.
Crédits cl. B.B.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43628/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende FIG. 147 – Traces de coups non tranchants sur la mandibule no 21.
Crédits cl. B.B.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43628/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende FIG. 148 – Trace d’enlèvement sur la mandibule no 21.
Crédits cl. B.B.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43628/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Légende FIG. 149 – Stries sur la face interne de la mandibule no 22.
Crédits cl. B.B.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43628/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende FIG. 150 – Stries sur la symphyse de la mandibule no 23.
Crédits cl. B.B.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43628/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Légende FIG. 151 – Trace d’un coup tranchant sur la branche gauche de la mandibule no 24.
Crédits cl. B.B.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43628/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende FIG. 152 – Entailles sur le bord intérieur du corps de la mandibule no 24.
Crédits cl. B.B.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43628/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende FIG. 153 – Réseau de stries sur la face interne du corps de la mandibule no 27.
Crédits cl. D.B.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43628/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende FIG. 154 – Cassure sur os frais au niveau de la face dorsale de l’arc de l’axis no 30.
Crédits cl. B.B.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43628/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Légende FIG. 155 – Relevé des traces sur le tibia no 40 : 1 coupe ; 2 raclage.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43628/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Légende TABL. XIII – Répartition des restes osseux par région anatomique et par structure. Les nombres entre parenthèses indiquent le NMI : dans la ligne « Total », il s’agit du nombre minimal de personnes par structure ; dans la colonne « Total », du NMI global par région anatomique pour le site pris dans son ensemble.
Crédits B.B. ; H.D./CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43628/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende FIG. 156 – Secteur C : répartition des crânes humains dans le remplissage du fossé 56 : 1 crâne ; 2 mandibule ; 3 squelette axial ; 4 squelette appendiculaire ; 5 ulna périnatal ; 6 liaisons (le nombre correspond au numéro de la pièce) ; A zones non fouillées ; B zones fouillées couche par couche Jusqu’au fond ; C zones où seule la couche 01 a été fouillée ; D zones vidées à l’aide d’une minipelle ; E localisation présumée de l’entrée.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43628/img-68.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende FIG. 157 – Secteur C, remplissage du fossé 56 : nombre de restes par couches.
Crédits P.M./CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43628/img-69.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende FIG. 158 – Secteur C, fossé 56 : répartition des espèces (en nombre de restes) dans la couche 1.
Crédits P.M./CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43628/img-70.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende FIG. 159 – Secteur C, fossé 56 : répartition des principaux types d’objets métalliques.
Crédits P.M./CNRS, T.L./CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43628/img-71.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende FIG. 160 – Secteur C : plans d’ensemble des trous de poteaux sur le côté nord de l’enclos 56.
Crédits J.– L.B./CNRS del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43628/img-72.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Légende FIG. 161 – Secteur C : coupes stratigraphlques des trous de poteaux 72, 73, 75, 76, 77, 78, 79, 80 (cf. légende des coupes fig. 16).
Crédits C.L del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43628/img-73.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Légende FIG. 162 – Secteur C : coupes stratigraphiques des trous de poteaux 81, 82, 83, 84, 85, 90, 91 (cf. légende des coupes fig. 16).
Crédits C.L. del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43628/img-74.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende FIG. 163 – Matériel des trous de poteaux. 1, 2, 4 trou de poteau 76 ; 3 trou de poteau 81 ; 5 trou de poteau 85 ; 6 trou de poteau 58 ; 7 trou de poteau 60.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43628/img-75.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende FIG. 164 – Secteur C : vue de l’autel enterré (57‑99) à l’intérieur de l’enclos 56.
Crédits cl. J.‑L.B./CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43628/img-76.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende FIG. 165 – Secteur C : plan d’ensemble de l’autel enterré et des bâtiments de couverture. Structures 57, 58, 59, 60, 61, 62, 88, 96, 97, 99, 100.
Crédits J.‑L.B./CNRS del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43628/img-77.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Légende FIG. 166 – Secteur C : plan de l’autel enterré (57‑99) à l’issue de la fouille.
Crédits J.‑L.B./CNRS del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43628/img-78.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende FIG. 167 – Secteur C : profil des deux structures creuses (57 et 99) de l’autel enterré.
Crédits C.L. del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43628/img-79.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende FIG. 168 – Secteur C : coupe stratigraphique du complexe 57‑99 en A‑B (cf. légende des coupes fig. 16).
Crédits C.L. del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43628/img-80.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Légende FIG. 169 – Secteur C : coupe stratigraphique des structures 57.02 et 57.03 en G‑H (cf. légende des coupes fig. 16).
Crédits C.L. del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43628/img-81.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende FIG. 170 – Secteur C : coupe stratigraphique des structures 99 et 96 en C‑D (cf. légende des coupes fig. 16).
Crédits C.L. del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43628/img-82.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende FIG. 171 – Secteur C : coupe stratigraphique des structures 99‑97 en I‑J (cf, légende des coupes fig.16).
Crédits C.L del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43628/img-83.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Légende FIG. 172 – Secteur C : coupe stratigraphique des structures 57 et 100 en E‑F (cf. légende des coupes fig. 16).
Crédits C.L. del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43628/img-84.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Légende FIG. 173 – Secteur C : plans et coupes des trous de poteaux 58 à 62 (cf. légende des coupes fig. 16).
Crédits C.L. del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43628/img-85.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Légende FIG. 174 – Mobilier céramique de l’autel enterré (57‑99). 1 structure 99 ; 2‑6 structure 57 ; 7 structure 97.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43628/img-86.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Légende FIG. 175 – Secteur C : vue de l’autel enterré, à l’issue de la fouille.
Crédits J.‑L.B./CNRS del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43628/img-87.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende FIG. 176 – Secteur C : plan schématique du 1er bâtiment de couverture de l’autel.
Crédits J.‑L.B./CNRS del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43628/img-88.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Légende FIG. 177 – Secteur C : plan schématique du 2e bâtiment de couverture de l’autel.
Crédits J.‑L.B./CNRS del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43628/img-89.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende FIG. 178 – Secteur C : plan schématique des 3e et 4e bâtiments de couverture de l’autel.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43628/img-90.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende FIG. 179 – Secteur C : restitution du 3e bâtiment de couverture de l’autel.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43628/img-91.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende TABL. XIV – Fréquences (% NR) des animaux trouvés dans les structures de l’enceinte cultuelle et dans divers sanctuaires.
Crédits P.M./CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43628/img-92.jpg
Fichier image/jpeg, 15k

Auteurs

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search