Version classiqueVersion mobile

La résidence aristocratique de Montmartin (Oise) du IIIe au IIe s. av. J.-C.

 | 
Jean-Louis Brunaux
, 
Patrice Meniel

Chapitre 1. Introduction

1 Einleitung

1 Introduction

Jean‑Louis Brunaux

Résumé

Le site de La Fosse Muette à Montmartin (département de l’Oise) a été découvert fortuitement lors des travaux occasionnés par le TGV Nord. La fouille de sauvetage a été réalisée dans des conditions difficiles, sous la direction de J.‑L. Brunaux, de février à août 1990, puis dans le courant de l’année 1991 par les seuls auteurs du volume. Réalisées avec de petits moyens, cette fouille et l’étude qui a suivi n’en sont pas moins exemplaires.

Installé sur le bord de la rive gauche de la rivière Aronde, le site se trouve à 3 km seulement du sanctuaire celtique de Gournay‑sur‑Aronde qui lui est parfaitement contemporain. Il s’agit d’une région archéologiquement riche et bien connue notamment pour la période de La Tène. L’habitat est représenté essentiellement par des établissements agricoles. Les agglomérations sont rares. Les nécropoles sont relativement nombreuses, ce sont toujours des groupes de moins d’une dizaine de sépultures, dont la plupart sont à incinération. Mais l’occupation humaine à l’époque de La Tène est également marquée par plusieurs sanctuaires dont deux proches du site (Gournay et Estrées‑Saint‑Denis) ont été fouillés récemment.

Le site de La Fosse Muette, installé sur le plateau crayeux, occupe une place triangulaire limitée sur deux côtés par la confluence de la rivière Aronde avec une vallée aujourd’hui sèche, appelée Fossé de Lagny. L’extension maximale de l’habitat est d’environ 13 ha, mais la fouille n’a porté que sur 3 ha, placés au plus près de la confluence. La fouille, morcelée par le début des travaux de la ligne TGV, a été arbitrairement divisée en trois zones : zone A (emprise du TGV ; partiellement observée mais non fouillée), zone B (emprise d’une carrière ; secteur le plus occidental ; fouillée), zone C (extrémité orientale de la confluence ; emplacement de la place cultuelle ; fouillée).

Texte intégral

1.1 Liminaires

  • 1 Avant les travaux occasionnés par le TGV, le site de La Fosse Muette n’était pas connu archéologiqu (...)
  • 2 Aucun des 17 échantillons d’analyse pollinique n’était fiable. L’analyse malacologique a révélé la (...)

1Les travaux de terrain menés pendant un peu plus de trois mois sur le site de Montmartin/La Fosse Muette par une équipe restreinte auraient pu ne donner lieu qu’à une publication succincte. Parce que ce site a son intérêt propre, parce qu’il est lié intimement à un site célèbre (le sanctuaire de Gournay‑sur‑Aronde) et à une recherche archéologique intense, parce qu’il est étudié par des spécialistes de toutes les questions qu’il soulève, c’est une monographie copieuse qui est proposée ici. Si l’on doit s’en réjouir, on ne doit pas pour autant perdre de vue, à sa lecture, que dans les circonstances normales qu’auraient dû être celles d’une fouille d’un site de cette importance (repérage par prospection1 [fig. 1], évaluation, fouille avec les moyens et le temps nécessaires, études paléoenvironnementales fiables2), la publication serait aujourd’hui plus copieuse encore. Elle serait surtout mieux équilibrée, faisant une meilleure place aux structures d’habitat et de clôture qui n’ont pu être recherchées et fouillées comme elles l’auraient dû. Le matériel présenté serait plus représentatif encore : trois ou quatre fois plus abondant (céramiques, ossements et métal), il livrerait des éléments décisifs pour la chronologie mais aussi pour la compréhension des relations commerciales.

FIG. 1 – Vue aérienne du site de La Fosse Muette par rapport à la vallée de l’Aronde et au tracé du TGV.

cl. R.A.

2Quoi qu’il en soit et avec les réserves qui viennent d’êtres faites, le site de Montmartin/La Fosse Muette fait figure de site clef pour l’étude de l’âge du Fer dans le nord de la France (fig. 2). Il doit cette place à quatre caractéristiques. C’est l’un des rares habitats où l’on observe la transition La Tène C/La Tène D. Il est, avec celui d’Acy‑Romance dans les Ardennes, le seul grand habitat groupé qui ne soit pas un oppidum ; mais à la différence de ce dernier, il est fortifié de façon légère. Il possède en son espace intérieur son propre lieu de culte. Enfin ce site entretient des relations privilégiées avec le sanctuaire de Gournay dont il n’est distant que de 3 km. Chacun de ces points suffisait pour faire à priori de Montmartin un site archéologique important.

FIG. 2 – Carte de localisation du site protohistorique de Montmartin.

V. T./MSH del. d’ap. J.‑L.B./CNRS

3Ces caractéristiques et le matériel abondant qu’a livré le site justifient pleinement la version monographique qu’on a voulu donner à la publication. Les tentatives de synthèse qui sont développées chaque fois qu’il y a matière à le faire ne figurent pas seulement ici pour contrebalancer l’aspect trop technique des descriptions archéologiques, elles cherchent toujours à mettre en perspective un apport de la fouille de Montmartin avec les contextes où cet apport peut prendre place : l’occupation du sol, l’habitat chez les Celtes, la fortification de l’habitat, les structures cultuelles, les structures publiques, le culte. Ces mises en perspective, nous l’espérons, valideront cette publication malgré une perte d’informations due à des circonstances indépendantes de la volonté des auteurs.

4À ce propos, un certain nombre de données relatives aux secteurs fouillés doivent être précisées. Deux segments des fossés 337 et 338 sur une longueur d’une centaine de mètres et qui se trouvaient sur le tracé même du TGV n’ont pu être que très partiellement vidés lors de la fouille bénévole de février. Sur cette même bande, d’autres structures ont été repérées (fossé 339, fosses 48 et 49) au moment du décapage, mais faute de délais suffisants elles n’ont pu être relevées ni fouillées. La suite des fouilles a montré que le secteur correspondant au tracé du TGV, notamment à proximité des habitats semi‑enterrés, était de loin le mieux conservé, celui où l’érosion a eu le moins de prise. Tout ce secteur a été détruit dans le courant du mois de février 1990.

5La première tranche de la fouille de sauvetage, qui initialement devait être la seule, a concerné pour l’essentiel la partie occidentale du site. Ce secteur, correspondant à l’emprise d’une carrière de matériaux destinés au remblai de la ligne de chemin de fer, ne se situe pas sur le sommet du plateau mais comprend le premier plan incliné de la vallée de l’Aronde jusqu’au talus qui borde les marais. Cette zone, d’une dénivellation de 7 m sur 100 m de longueur, a connu une très forte érosion. Ainsi le fossé 337 qui montrait une profondeur de 2 m à l’emplacement de la ligne TGV n’a plus que 0,50 m d’épaisseur avant le talus de la vallée de l’Aronde. C’est pourquoi les structures d’habitat qui devaient être nombreuses dans ce secteur ont presque totalement disparu, la fouille n’a donc concerné pour l’essentiel que les fossés de clôture.

6À l’est de la bande réservée au TGV, il existe une parcelle de terrain relativement étroite, enserrée par la voie ferrée à l’ouest et l’autoroute A1 à l’est. Dans l’ignorance du devenir de ce terrain (serait‑il encore cultivé ? Allait‑il lui aussi faire l’objet d’une carrière, ou serait‑il transformé en « délaissé » ?), nous avons pris l’initiative de le décaper au moins partiellement. C’est de cette façon qu’ont été découverts successivement les habitats semi‑enterrés et l’enclos 56. L’importance en taille et en mobilier de cette dernière structure a nécessité une prolongation de la fouille, objet d’un avenant correspondant à un mois supplémentaire. Toutefois ce mois de fouille, précieux parce qu’il a permis d’appréhender l’étude du fossé 56, n’a pas été suffisant pour mener la fouille convenable que cet ensemble remarquable méritait.

7Enfin en 1991, près d’un an après la fin de la fouille de sauvetage, le secteur oriental n’étant toujours pas détruit, les auteurs ont profité de l’occasion pour vider sur quelques dizaines de mètres le fossé 56 afin d’en extraire le maximum de matériel.

8Pour conclure, on peut dire que malgré les circonstances très particulières de ce « sauvetage », les travaux sur le terrain se sont déroulés dans de relatives bonnes conditions. Le mérite en revient aux quelques fouilleurs bénévoles qui n’ont jamais été avares de leur temps et de leurs efforts. Il en revient aussi au directeur des Antiquités, J.‑C. Blanchet, à l’inspecteur général, M. Gauthier, à J. Lasfargues, qui ont compris l’intérêt de cette fouille, et aux responsables de la SNCF, interlocuteurs agréables et sensibles aux problèmes du patrimoine archéologique. Que tous soient remerciés par les pages qui suivent. Nos remerciements vont aussi à tous ceux qui ont participé aux travaux de terrain, L. Pelletier, G. Blanquaert et leurs équipes ; plus particulièrement à C. Peyre et aux élèves de l’École normale supérieure qui sont venus effectuer des relevés topographiques, à M. Petit et son équipe de fouille spécialisée (puits, spéléologie) qui ont achevé la fouille des deux citernes, aux géomètres de la SNCF qui ont gracieusement réalisé les relevés des implantations, enfin à M. Demey et au Bureau d’études du département de la Somme qui ont effectué les tirages et les réductions des figures.

Chronologie de la fouille

  • Découverte du site au début du mois de février 1990 par un employé de l’entreprise Dragage lors du creusement de la ligne TGV.

  • Premiers relevés effectués par Laurent Pelletier (Afan).

  • Fouilles de sauvetage d’urgence par des bénévoles (J.‑L. Brunaux, P. Méniel, R.‑M. Arbogast et C. Marchand) mettant à profit une période d’intempérie.

  • Devant l’ampleur de la découverte, mise en place d’une fouille de sauvetage. Après concertation avec la SNCF, est comprise la fouille d’une zone attenante à l’emprise TGV (site futur d’une carrière).

  • Fouille de sauvetage de mars à mai 1990 : 4 personnes sous la direction de L. Pelletier (Afan) et J.‑L. Brunaux (CNRS).

  • Avenant à la fouille de sauvetage, au mois de juin 1990 : 5 personnes sous la direction de G. Blanquaert (Afan).

  • Fouille bénévole en juillet‑août 1990 et quelques weekends en 1991 : J.‑L. Brunaux (CNRS), P. Méniel (CNRS), C. Marchand (bénévole), P. Lancelin (bénévole) et R.‑M. Arbogast (CNRS).

1.2 Le site et son environnement

1.2.1 Le milieu géographique

9Le site archéologique de La Fosse Muette à Montmartin connaît une situation géographique quasi similaire à celle du site du Parc à Gournay‑sur‑Aronde. Le long de la rivière Aronde, il occupe précisément le flanc sud de la vallée et il est en partie limité par une petite vallée confluant avec celle‑ci. Comme à Gournay, ce site n’a pas de limite naturelle au sud et à l’ouest.

10La géologie du site est simple. On se trouve sur la frange méridionale du plateau Picard, plateau de craie santonienne orienté N.‑O./S.‑E. Celle‑ci est recouverte de limons de différentes natures. En l’occurrence, sur le site, il s’agit sur les bords de la vallée de l’Aronde de limons de pente et plus au sud de limons de plateau. Le versant ouest de la vallée sèche, le Fond de Lagny, est recouvert d’une masse importante de limons plus fins, spécifiques, qu’on caractérise d’ailleurs par l’appellation « limon de fond de vallée sèche » (Compiègne 1971). En ce sens, le site de La Fosse Muette est caractéristique de la géologie du plateau Picard qui répète inlassablement le même mouvement : les versants nord se dénudent et la craie affleure, tandis que les versants sud sont recouverts d’une épaisse couche de limon. Il est intéressant de noter que faire des vestiges archéologiques se limite précisément au versant nord, le reste des vestiges est probablement ennoyé sous la masse des limons et des colluvions du versant sud.

11Si la description géologique ne pose pas de problème, il est plus difficile de se faire une idée de l’évolution des sols dans le temps et de restituer l’importance des couches de limon quelques siècles avant notre ère. L’érosion provoquée par les méthodes culturales récentes, tout au moins celles qui sont pratiquées depuis le milieu du xixe s., ont profondément bouleversé la pédologie mais aussi la topographie. Sur le site même de La Fosse Muette, deux structures archéologiques au moins témoignent spectaculairement de ces mutations. Le silo no 54, dont la profondeur n’est plus que de 20 cm, indique sans conteste que l’érosion sur le plateau s’est traduite par la disparition d’au moins 1 m d’épaisseur de limon. À l’inverse le fossé no 30, dans la coupe la plus occidentale, est recouvert d’une masse de limon colluvionné d’1,50 m d’épaisseur (fig. 18). Ces constatations ne sont pas sans conséquences importantes pour la compréhension des structures archéologiques et pour d’éventuelles restitutions. Sur le plateau proprement dit qui correspond à 80 % environ de la surface du site, beaucoup de vestiges de construction ont de ce fait disparu totalement. De la même manière, beaucoup de structures creuses encore existantes doivent voir leur épaisseur revues à la hausse.

12Les fonds de vallée se sont également largement transformés depuis l’époque gauloise. L’Aronde et ses affluents sont des rivières issues de la nappe phréatique de la craie : leur régime actuel n’a plus rien à voir avec celui qu’elles connaissaient dans l’Antiquité. Les sources se rapprochent progressivement du lieu de confluence : ainsi l’on sait que celle de l’Aronde s’est déplacée de 3 km en trois siècles (Hemery 1964 : 11). Parallèlement leur débit s’est considérablement amoindri : au xve s., l’Aronde pouvait encore être remontée par des embarcations guerrières jusqu’à Gournay (Camus s.d.), aujourd’hui un transport sur barque est à peine concevable. Le lit de la rivière a été déplacé à toutes les époques pour l’utilisation de la force hydraulique. Beaucoup de petits ruisseaux issus de cette même nappe de la craie ont disparu. C’est le cas de celui qui nous intéresse et qui coulait dans la vallée actuellement sèche dite le Fond de Lagny. Il existait encore au début du xixe s. (Hemery 1964 : plan p. 47). À l’époque gauloise, son parcours devait connaître une longueur de plus de 1 km, la source se situant entre les lieux‑dits La Cancale et Le Moulin à Vent, dans l’emprise de la grande villa gallo‑romaine. Le fond de sa vallée, au moins sur toute la bordure orientale du site, était encombré de marécages. Quant à la masse considérable de tourbes qui s’est accumulée à l’emplacement même du site, à la confluence de l’Aronde et du ruisseau du Fond de Lagny –à cet endroit sous l’autoroute A1, des sondages ont révélé qu’elle atteint une épaisseur de 11 m– il est difficile de savoir l’aspect qu’elle présentait à l’époque gauloise. On sait seulement qu’au Parc, à Gournay, 2 m de tourbe se sont accumulés depuis l’époque gallo‑romaine (fouilles J.‑L. Brunaux, 1984).

13La troisième composante géographique et topographique qui nous intéresse concerne le rebord du plateau, entaillé par les deux vallées. Celui‑ci est le plus souvent très abrupt et prend l’allure d’un talus imposant dont la hauteur, le long du site archéologique, varie entre 15 et 20 m. Il est difficile de savoir s’il est entièrement naturel. Cette question a déjà été soulevée, d’une manière plus générale, pour les « rideaux » dont on a ici une variante et qui étaient si courants il y a peu encore en Picardie (Agache 1970). Les observations effectuées, lors des coupes occasionnelles, montrent que si leur formation est naturelle, leur origine a souvent une cause anthropique : limite agraire, palissade. À Montmartin on a très probablement pour la partie supérieure du talus affaire à un phénomène de ce type. Tout le bord du plateau, le long des fossés 26 et 30, est marqué par une bande de colluvions de 3 à 5 m de largeur, d’une cinquantaine de centimètres d’épaisseur dans la partie orientale mais pouvant atteindre jusqu’à 1,50 m à l’ouest. Ces colluvions surplombant le talus ont nécessairement été arrêtées par un obstacle artificiel, de toute évidence une palissade.

1.2.2 Le milieu archéologique

14Comme il a été indiqué plus haut, l’un des intérêts, et non des moindres, de la découverte de Montmartin tient au fait que le site se place à l’intérieur d’une micro‑région bien connue archéologiquement (fig, 3). La proximité avec le sanctuaire de Gournay en est certainement le point le plus remarquable mais il n’est pas le seul.

FIG. 3 – Le site de La Fosse Muette dans son contexte archéologique : la vallée de l’Aronde. Étoile nécropole à incinération ; cercle nécropole tumulaire ; losange habitat ; traits enclos ; carré sanctuaire. Liste des sites : 1 Montmartin/La Fosse Muette ; 2 Gournay‑sur‑Aronde/Le Parc ; 3 Antheuil‑Portes/Le Fond de Saint‑Maur ; 4 Gournay‑sur‑Aronde/Saint‑Maur ; 5 Wacquemoulin/Dompierre ; 6 Montiers/Les Noirs Cailloux ; 7 Estrées Saint Denis/Les Sablons ; 8 Venette/Les Terres de Corbeaulieu ; 9 Jaux/Le Camp du Roy ; 10 Montmartin/Les Vignettes (enclos visible d’avion) ; 11 Remy/Beaumanoir (enclos visibles d’avion.

B.H./Afan del. d’ap. J.‑L.B./CNRS

15Nous n’étudierons ici cette petite région qu’à l’époque laténienne. Les époques antérieures n’ont pas, en effet, de conséquences particulières dont l’étude serait nécessaire pour la compréhension. Quant à l’étendue de cette région, on la limitera à la vallée de l’Aronde et aux plateaux attenants, dans un rayon d’une dizaine de kilomètres autour de Montmartin. C’est une région physiquement homogène. On verra dans la dernière partie de cette étude (cf. chap. 5) qu’elle s’inscrit à l’intérieur d’un territoire ethniquement connu aux deux derniers siècles avant notre ère (fig. 4). Enfin ce devait être le milieu familier à la population agricole et artisanale, celui où pouvaient s’exercer les échanges de biens les plus courants.

FIG. 4 – Les principales tribus gauloises du nord de la Gaule à l’époque de César.

V.T./MSH del. d’ap. J.‑L.B./CNRS

16Nous avons parlé de l’époque de La Tène sans autre précision, or –c’est une première constatation d’importance– La Tène ancienne n’est pour ainsi dire pas représentée dans cette micro‑région, pas plus qu’elle ne l’est en Picardie occidentale, c’est‑à‑dire à l’ouest de la rivière Oise. Seules quelques traces discrètes ont été rencontrées à Gournay et correspondent plutôt à la fin du ive s. Cette absence de vestige ne signifie pas du tout absence de peuplement, ce qui serait difficilement croyable si l’on tient compte de la fertilité des terres et de la proximité avec l’une des cultures les plus brillantes de La Tène ancienne, le groupe Aisne‑Marne, dont l’extrémité occidentale ou sa frontière se situe sur la vallée de l’Oise à une douzaine de kilomètres de Montmartin. Il faut plutôt croire à une occupation très lâche. La céramique de Gournay (Brunaux et al. 1985a) comme la céramique du site plus ancien de Famechon (Vermersch 1975), situé à une cinquantaine de kilomètres plus à l’ouest, suggèrent une population autochtone n’ayant que de lointains rapports avec les grands centres de production, lesquels –deux au moins– se trouvent à une quarantaine de kilomètres de Montmartin, la région de Soissons avec ses nombreuses nécropoles et la région de Thiverny (Durvin, Brunaux 1983) près de Creil.

17De cette population nous ne connaissons que ce qui devait être un modeste lieu de culte à l’emplacement du futur grand sanctuaire belge. À Gournay (Brunaux et al. 1985a : 53 sq.) le tracé de l’enclos principal reprend en effet un enclos plus ancien, au moins du ive s., auquel attenait un petit tertre contenant des dépôts céramiques datant de la fin du ve ou du début du ive s. À proximité, la petite enceinte de l’oppidum de Gournay, dont le rempart fut tardivement aménagé en munis gallicus, a livré de rares tessons de la même période qui suggèrent que l’habitat contemporain se trouvait là. Mais nous ne savons pas si le système défensif existait dès cette époque ni quel était le type des constructions d’habitat. Quoi qu’il en soit, de tels sites devaient être rares dans cette région et celui‑ci explique l’implantation, à La Tène moyenne, du sanctuaire sur un site qui ne correspond pas aux règles topographiques courantes pour les nouvelles structures cultuelles (Marchand 1991).

18Avec le début de La Tène moyenne, cette situation se transforme radicalement : les découvertes dans cette micro‑région –comme d’une façon plus générale en Picardie– se font nombreuses et de toutes natures. On évoquera successivement les habitats, les sépultures et les lieux de culte.

1.2.2.1 L’habitat

19Malgré des témoignages plus nombreux, l’habitat reste mal connu. Trois formes ont été mises en évidence, de façon très inégale. Les exploitations agricoles, le plus souvent appelées très improprement « fermes indigènes » sont les structures qui posent le moins de problèmes car ce sont des ensembles simples et de faible étendue. Rencontrées dans la vallée de l’Oise à Verberie (Fémolant 1991), on en connaît maintenant un exemplaire à l’ouest de cette rivière dans le territoire qui nous intéresse, à Jaux (Talon 1993). Celle‑ci, comme très souvent dans l’ouest de la Picardie, est accompagnée d’un groupe de sépultures correspondant très probablement aux habitants de la ferme. De telles structures sont apparemment nombreuses dans cette région. Le caractère discret des constructions, la générale pauvreté du matériel archéologique font qu’elles ne sont mises en évidence que lors de fouilles de sauvetage d’une certaine ampleur. Mais la photographie aérienne, grâce aux comparaisons typologiques des enclos, suggère l’existence de nombreuses autres (Agache 1970 ; 1979). Entre le site de La Fosse Muette et le sanctuaire de Gournay, il pourrait en exister au moins une (fig. 3, no 10) dont des éléments d’enclos sont visibles d’avion (prospection B. Lambot), à moins qu’il ne s’agisse d’un site de même nature que celui de La Fosse Muette.

20L’habitat groupé, à fonction non exclusivement agricole, est maintenant bien connu grâce à la fouille dont la publication nous occupe ici. Sa mise en évidence, là encore, exige des moyens de fouille importants. Dans la région étudiée, Montmartin excepté, seul un site de ce type a été rencontré dans une fouille récente, malheureusement encore non publiée exhaustivement (Woimant 1991) à Estrées‑Saint‑Denis (fig. 5, no 7). Il s’agit d’un habitat contemporain de Montmartin (il en est distant de 6 1cm) et de Gournay (distant de 7 km). Les éléments les plus anciens du matériel rencontré sont datables de La Tène C2 voire C1. Le site comportait probablement dès La Tène C2 un petit lieu de culte qui est à l’origine d’un ensemble cultuel beaucoup plus important à l’époque gallo‑romaine. Ces dernières structures, but de la fouille proprement dite, ont oblitéré en grande partie l’habitat ancien et malheureusement considérablement brouillé sa lecture. On retiendra pour l’heure, et avant un réexamen général dans la partie synthétique de ce volume, qu’il s’agit d’un habitat groupé possédant sa propre structure cultuelle et contemporain du sanctuaire de Gournay.

FIG. 5 – La civitas des Bellovaques à La Tène moyenne et finale. Limites conjecturales de la civitas et des pagi qui la constituent. sanctuaire ; H habitat ; nécropole. Liste des sites : 1 Montmartin/La Fosse Muette ; 2 Gournay‑sur‑Aronde/Le Parc ; 3 Wacquemoulin/Dompierre ; 4 Gournay‑sur‑Aronde/Saint‑Maur ; 5 Gury ; 6 Montiers/Les Noirs Cailloux ; 7 Estrées‑Saint‑Denis/Les Sablons ; 8 Canly/Les Trois Noyers ; 9 Venette/Les Terres de Corbeaulieu ; 10 Jaux/Le Camp du Roy ; 11 Lacroix‑Saint‑Ouen/Le Pré des Iles ; 12 Lacroix‑Saint‑Ouen/Le Puits Féron ; 13 Lacroix‑Saint‑Ouen/ Hameau du Bac ; 14 Verberie/Le Buisson Campin ; 15 Verberie/La Plaine Saint‑Germain ; 16 Longueil‑Sainte‑Marie/La Butte de Rhuis ; 17 Chevrières/La Plaine du Marais ; 18 Bethisy‑Saint‑Martin/Le Barillet ; 19 Rocquemont/La Berlette ; 20 Orrouy/Champlieu ; 21 Pierrefonds/ Le Mont Berny ; 22 Compiègne/Les Secneaux ; 23 Vieux‑Moulin/Saint‑Pierre en Chastre ; 24 Compiègne/Le Carrefour d’Aumont ; 25 Attichy/La Maladrerie ; 26 Nampcel/Bois de Nampcel ; 27 Longueil‑Sainte‑Marie/Le Pré des Grisards ; 28 Creil/Les Cerisiers ; 29 Thiverny/Les Carrières ; 30 Mello/Les Aulnois ; 31 Laigneville/Le Camp Saint‑Remi ; 32 Cauffry/La Petite Vallée ; 33 Ansacq/ Le Bouillé ; 34 La Neuville‑en‑Hez ; 35 Bailleul‑sur‑Thérain/Le Mont César ; 36 Allonne/ Les Quarante Mines ; 37 Beauvais/Les Aulnes du Canada ; 38 Oroër/Sous le Bois Saint‑Martin ; 39 Saint‑Maur/Ecatelet ; 40 Breuil‑le‑Sec/Le Bois de Breuil ; 41 Saint‑Just‑en‑Chaussée/Le Rossignol ; 42 Noirémont/ La Chaussée du Bois d’Écu ; 43 Hardivillers/ Le Champ du Moulin ; 44 Beauvoir/Froidmont ; 45 Mory‑Montcrux/Sous la Vigne d’en Haut ; 46 Vendeuil‑Caply/Les Châtelets ; 47 Villers‑Vicomte/La Rosière et Le Travaillet ; 48 Rouvroy‑les‑Merles/Le Catillon ; 49 Tartigny/Le Chemin des Moulins ; 50 Villers‑Saint‑Paul/Au‑delà de l’Eau.

V.T./MSH del. d’ap. J.‑L.B./CNRS

21L’habitat fortifié pose de nombreux problèmes ; il sera d’ailleurs ici au centre de nos débats. Les oppida dans cette région et, d’une manière plus générale, à l’ouest de la rivière Oise sont rares et nulle part n’est attestée une occupation à La Tène moyenne. Le site du Parc à Gournay n’échappe pas tout à fait à cette règle. La plus petite enceinte, qui a livré les vestiges très résiduels d’une occupation à La Tène ancienne, était peut‑être fortifiée dès cette époque, comme le suggère la surface très restreinte de l’aire enclose. Cependant elle ne présente aucune trace d’occupation de La Tène C ou D. Le munis gallicus est daté de l’époque augustéenne. Sur le reste de l’oppidum les traces d’occupation mises en évidence sont tardives, elles ne remontent jamais au‑delà de La Tène D2 (Brunaux et al. 1985a : 43 sq.). Les prospections et les sondages ont été suffisamment nombreux pour qu’on soit assuré qu’au moins à la périphérie immédiate du sanctuaire il n’existait pas de structures d’habitat à La Tène moyenne.

22Le seul habitat qui présente des traces certaines de fortification dès La Tène moyenne est celui de La Fosse Muette. Néanmoins ce site, comme on aura l’occasion de le voir, ne saurait être caractérisé comme un oppidum, au sens où on l’entend habituellement.

23En résumé, à La Tène moyenne et au début de La Tène finale, l’habitat présente deux formes. Soit il s’agit d’habitations liées à un terroir et à son exploitation agricole et pastorale ; ce sont donc des petites unités qui peuvent aussi prendre l’allure d’un hameau. Soit il s’agit d’ensembles plus grands, de véritables villages ou bourgades présentant un certain nombre d’installations collectives, enceinte, lieu de culte commun, qui ne paraissent cependant pas suffisants pour les qualifier d’ensembles urbains.

1.2.2.2 Les sépultures

24Longtemps, dans toute cette région, les sépultures furent les seules structures archéologiques attribuables à La Tène moyenne, ce qui signifie évidemment que l’ensemble du matériel archéologique disponible était d’origine funéraire. Cette connaissance très déséquilibrée de la civilisation laténienne ne fut pas sans conséquence sur l’appréciation de la céramique, du matériel d’importation et, d’une manière plus générale, sur les rapports entre la culture de la Gaule Belgique et les cultures plus traditionnelles de la Gaule Celtique ou de la Celtique orientale. La région étudiée ici est, à cet égard, exemplaire. Avant la fouille de La Fosse Muette, nous ignorions s’il y avait une céramique spécifiquement funéraire, de la même manière qu’avant la découverte du sanctuaire de Gournay nous ne pouvions avoir la certitude que la population de cette région ait eu à sa disposition un véritable armement du type celtique le plus classique.

25Plutôt que de nécropoles on préférera parler ici de sépultures. Ces dernières sont, en effet, presque toujours découvertes dans des petits ensembles de deux à une quinzaine d’unités au maximum qui ne présentent aucun ordre ni aucun aménagement (enclos, allées, etc.). Cette dernière caractéristique –notamment l’absence d’enclos– pourrait désigner un groupe propre de nécropoles étendu à toute la moitié occidentale du département de l’Oise et la distinguant des ensembles les plus proches à l’est, à Bucy‑le‑Long par exemple (Constantin et al. 1993), et au nord, à Alon‑ville (Ferdière et al. 1973) où sont présents les petits enclos carrés si caractéristiques de cette période. Trois sites de cette nature se trouvent dans la petite région concernée. Au nord, à 6 km de La Fosse Muette, une vaste dépression naturelle (fig. 3, nos 3 et 4) semble avoir joué de tout temps le rôle d’espace réservé aux morts. Des cercles visibles d’avion y sont très nombreux. Deux ont été fouillés par nous‑même (Blanchet 1989a) mais l’état extrême de l’érosion n’a pas permis de les dater avec précision. Ils sembleraient en tout cas bien antérieurs au second âge du Fer. Au nord‑ouest de cette grande cuvette, quatre sépultures ont été fouillées à la fin du xixe s. (Blanchet, Duval 1975) : deux tombes à incinération et deux tombes à inhumation. Elles contenaient une douzaine de vases et des fragments d’objets en bronze et en fer (paire de forces notamment) qui permettent de les dater du début de La Tène C1 ; des formes assez proches ont, en effet, été découvertes dans le fossé du sanctuaire de Gournay.

26Un second ensemble a été découvert lors des travaux du TGV à 8 Ion au sud de Montmartin, à Canly (fig. 5, no 8) (Gaudefroy 1991). Il s’agit d’un groupe de trois incinérations comprenant un assez abondant matériel céramique –comme il est généralement coutumier à de telles incinérations en Picardie– et plusieurs fibules qui permettent de bien dater l’ensemble de la transition La Tène C2/La Tène D1.

27Le dernier groupe d’incinérations a déjà été signalé ; c’est celui qui se trouve à proximité de l’établissement agricole de Jaux, Le Camp du Roy (fig. 5, no 10). La céramique rencontrée sur le site –particulièrement des vases ovoïdes sans col et des écuelles– est très proche du matériel de Montmartin et de Canly. On doit donc dater l’établissement agricole et les sépultures de la transition La Tène C2/La Tène D1.

28Ces trois exemples, comme l’ensemble des découvertes similaires de Picardie, indiquent que nous avons là des structures archéologiques très discrètes, souvent difficiles à reconnaître même en fouille, donc à fortiori quasiment indécelables en prospections au sol ou aériennes. Le petit nombre de sépultures dans chaque ensemble, leur proximité des lieux d’habitat (notamment près des fermes) suggèrent qu’elles devaient être extrêmement disséminées dans la campagne.

1.2.2.3 Les sanctuaires

29La troisième composante du contexte archéologique est constituée par les sanctuaires. Étant donné la fonction particulière des structures de Montmartin (à la fois d’habitat et de lieu de culte), ces sanctuaires méritent toute notre attention. Il importera, en effet, à l’issue de cette étude, d’établir les rapports entre le site de La Fosse Muette, les lieux de culte ruraux et les sites d’habitat.

30Le sanctuaire de Gournay est évidemment le représentant le plus connu. Il est aussi le plus proche de Montmartin (3 km seulement) et de ce fait il entretient avec lui des relations privilégiées qu’on examinera à de nombreuses reprises. Ce sanctuaire laténien, comme on l’a vu plus haut, prend très certainement le relais d’un lieu de culte indigène plus ancien. Cependant sous sa forme la plus connue, celle du sanctuaire de La Tène moyenne, il s’agit d’un ensemble architectural propre et illustrant une conception nouvelle du lieu de culte. Elle a été mise en rapport conjecturalement (Brunaux 1993a) avec l’arrivée d’une population nouvelle, celle des Belges. La fouille exhaustive des installations cultuelles et la reconnaissance intensive de ses abords immédiats montrent sans ambiguïté qu’à l’époque de son apogée ce sanctuaire se trouvait isolé dans la campagne. De ce fait, l’habitat de Montmartin est actuellement le site contemporain le plus proche du sanctuaire. On est donc naturellement, si l’on peut dire, porté à mettre étroitement en rapport les deux sites.

31Si le caractère rural de ce lieu de culte est bien affirmé, on aurait tort d’y voir un lieu destiné à une population agricole et pastorale. La richesse des offrandes et surtout leur caractère éminemment guerrier indiquent sans conteste un lieu religieux à l’aire d’influence très large et au rôle politique bien affirmé (Brunaux 1993a). C’est là qu’on exposait les trophées, plus de 2 000 armes y ont été découvertes. Quant aux sacrifices, les restes exhumés ne laissent aucun doute sur la magnificence des rites qui s’y déroulaient : pour l’essentiel on mettait à mort des bovidés qu’on offrait en totalité à la divinité (Brunaux et al. 1985a).

32Délaissé à La Tène finale (là encore on aura à revenir en détail sur l’histoire précise de ces aléas certainement en rapport avec l’histoire de l’habitat de La Fosse Muette), ce grand sanctuaire connaît une destinée médiocre à l’époque gallo‑romaine alors qu’on assiste plutôt au phénomène inverse dans la plupart des cas : des sanctuaires laténiens dont l’origine n’est attestée que par des vestiges fugaces voient un développement considérable sous l’Empire.

33Le site des Sablons à Estrées‑Saint‑Denis a déjà été évoqué plus haut. En fait il est surtout connu par son complexe sanctuaire gallo‑romain dont l’origine est également laténienne. C’est avec le sanctuaire précédent un site clef. Si l’on ajoute à ces deux sanctuaires le site de La Fosse Muette, on dispose d’un ensemble remarquable propre à expliquer l’intégration des lieux de culte dans le territoire. En effet, le grand intérêt du sanctuaire d’Estrées à l’époque laténienne est qu’il se trouve au cœur même de l’habitat, parmi les constructions d’habitation, comme on présume qu’il en allait de même sur l’oppidum de Manching (Sievers 1991).

34Un troisième sanctuaire d’origine laténienne se trouve à Wacquemoulin (fig. 5, no 3) au lieu‑dit Dompierre. Connu essentiellement par les photographies aériennes de R. Agache (Agache, Bréart 1975 : 152), il s’agit d’un sanctuaire rural gallo‑romain typique de ceux que l’on trouve en grand nombre en Picardie. Il est situé sur un point haut du paysage, à l’écart de tout habitat et le long d’une voie secondaire. Quelques tessons ramassés en prospection de surface sont du même type que la céramique de Montmartin. Ils indiquent que la structure cultuelle de Wacquemoulin existait au moins depuis La Tène Dl, probablement sous la forme d’un ensemble de petites dimensions, ce qu’il est resté à l’époque gallo‑romaine même si le temple se trouve dans un enclos et est accompagné de plusieurs bâtiments.

35Deux autres sanctuaires gallo‑romains sont connus dans la région de la vallée de l’Aronde. L’un, situé à Montiers (fig. 5, no 6) au lieu‑dit Les Noirs Cailloux (Vasselle 1977), comprend au moins deux temples et des éléments d’enclos fossoyés. Il s’agit très probablement d’un ensemble d’origine protohistorique. L’autre est situé à proximité de la vallée de l’Oise dans un contexte géographique et politique intéressant puisqu’il est à la frontière des pays bellovaque et suession, à Venette (fig. 5, no 9) au lieu‑dit La Terre de Corbeaulieu (Agache 1979 : fig. 37). Non loin de l’habitat laténien final de Jaux, ce sanctuaire pourrait lui être contemporain mais nous n’en avons aucune preuve.

36On le voit, la densité des structures cultuelles à l’époque de La Tène moyenne et finale est étonnante. Dans l’état actuel de la documentation, on peut estimer que les lieux de culte étaient éloignés les uns des autres en moyenne de 5 à 6 km, autrement dit, sur un territoire de 200 km, il y avait au moins huit lieux de culte (Marchand 1991). Évidemment –mais on y reviendra– il existait une hiérarchie entre ces lieux qui n’avaient pas tous la même nature ni la même fonction.

37Pour conclure cette présentation du contexte archéologique, on insistera sur la densité des sites d’une part, sur leur diversité d’autre part. Il est encore rare en France pour l’époque concernée (La Tène moyenne et finale) de disposer d’une documentation de cette nature où les principaux types de vestiges sont représentés aussi largement. Le seul cas similaire nous est donné par la région d’Acy‑Romance (Ardennes) (Lambot, Méniel 1992). Une telle connaissance du contexte et la présence de sites aussi importants que Gournay et Estrées‑Saint‑Denis donnent évidemment toute sa valeur à la fouille de Montmartin.

1.2.3 Topographie générale du site

38Ignorant de l’ensemble des limites de l’habitat, la description topographique du site est un exercice un peu difficile (fig. 6). De tels habitats, qu’ils soient de type ouvert ou enclos (oppidum), peuvent connaître à un moment donné une extension considérable de leur surface utilisée dont on ignore bien souvent la ou les fonctions. À Montmartin nous connaissons au moins partiellement le tracé des enclos les plus petits (enclos 56 et 337‑8) ; les principales lacunes touchent l’enclos le plus vaste (26‑30) qui semble correspondre à l’extension maximale du site. Le long de la vallée de l’Aronde, le fossé de l’enclos a été suivi sur 350 m (fig. 7), en direction de l’ouest. Au‑delà la fouille n’a plus été possible, nous sortions de l’emprise de la carrière attenante à la ligne TGV. La présomption est grande cependant qu’à partir de ce secteur le fossé obliquait vers le sud‑ouest. Plus à l’ouest, en effet, le versant de l’Aronde ne présente plus d’abrupt suffisant mais forme de grandes terrasses étagées. D’autre part, une prospection aérienne, due à Bernard Lambot, indique plus au sud une trace correspondant à un fossé (fig. 8, xx) qui semble bien être le prolongement du fossé 26‑30 venant se raccorder à la vallée du Fond de Lagny, elle‑même marquée par un talus arasé visible sur photographie aérienne (fig. 8, yy). Ces différents éléments délimitent une surface d’une douzaine d’hectares, très grossièrement triangulaire, dont deux côtés correspondent aux deux vallées, le troisième étant marqué par ce fossé comblé de plus de 400 m de longueur coupant le plateau en son point le plus haut (cote 77).

FIG. 6 ‒ Vue aérienne de l’ensemble des secteurs fouillés. Les secteurs A (tracé TGV) et B (occidental, emplacement d’une carrière) sont déjà détruits.

cl. R.A.

FIG. 7 ‒ Vue aérienne du site depuis la vallée de l’Aronde. Au premier plan, le versant de la vallée.

cl. R.A.

FIG. 8 ‒ Topographie générale du site. En A. B et C, les trois secteurs de fouille, xx fossé repéré sur photographie aérienne ; yy ancien talus arasé.

J.‑LB./CNRS, S. L./Afan del.

39Le choix de l’emplacement est justifié par deux éléments primordiaux, la présence de la confluence de la vallée de l’Aronde avec le ruisseau du Fond de Lagny (fig. 7), et l’orientation de la pointe du plateau délimitée par les deux vallées. Il est difficile de savoir quel fut le caractère prédominant de cette confluence. Était‑ce la présence de l’eau, le caractère sacré du marécage, le rôle défensif des deux vallées, l’enclos qu’elles dessinent naturellement ? Même si cet habitat ne présente pas l’allure d’un lieu réellement fortifié et qui aurait permis de le qualifier à) oppidum, l’importance des fossés de clôture suggère qu’on a toujours cherché à protéger l’habitat contre toute agression extérieure. Ces fossés (337 et 338) au profil en V aigu et profond de plus de 2 m, comme ceux destinés à recevoir une palissade (8, 26, 30, 339), n’étaient pas seulement faits pour retenir le bétail, ils pouvaient arrêter un ennemi peu nombreux et ralentir au moins une intrusion plus violente. De la même manière, on ne doit pas négliger l’efficace défense naturelle que présentaient les fonds de vallée extrêmement tourbeux, eux‑mêmes doublés de puissants talus (fig. 8).

40Le second élément du paysage qui a présidé au choix de l’emplacement tient à l’orientation du plateau. Celui‑ci présente une pente assez douce, mais néanmoins sensible, tournée vers l’est. C’est l’orientation privilégiée de beaucoup d’habitats dans cette région, notamment de la plupart des villae gallo‑romaines. Elle est justifiée par le besoin de se protéger des vents dominants d’ouest assez puissants et porteurs de pluie. Ici la pente du terrain est suffisamment forte pour que la plus grande surface du terrain enclos se soit trouvée ainsi abritée. Il est probable que la partie la plus haute du site, celle qui se trouve à la cote 77, n’était pas occupée par des maisons, celles‑ci se trouvaient plus bas, entre les cotes 70 et 65.

41Les autres éléments topographiques tiennent à la configuration même des deux vallées. Au nord, la vallée de l’Aronde offre l’opportunité d’un versant très abrupt tel qu’il ne nécessite aucun aménagement particulier sauf probablement une simple palissade (fonction probable du fossé 26), d’autant qu’anciennement la rivière Aronde coulait directement au pied du talus (cf. supra § 1.2.2). À l’est, en revanche, le versant de la vallée du Fond de Lagny descend au moins en ses deux tiers supérieurs en pente plus douce, le tiers inférieur se présentant à l’époque gauloise comme un talus de 6‑7 à 2‑3 m de hauteur pour la partie qui nous intéresse. Moins efficace dans un éventuel rôle défensif, ce versant a l’avantage de rendre les points d’eau du fond de vallée beaucoup plus accessibles. C’est la raison qui explique l’installation sur ce côté des structures artisanales qui nécessitent d’assez grandes quantités d’eau (forges, travail des métaux).

42Ce sont là les principaux éléments topographiques. On peut leur ajouter deux données d’ordre géologique cette fois et qui ont aussi leur importance. La couverture limoneuse qui lors de l’implantation du site recouvrait la roche sur une épaisseur d’environ 2 m offrait un matériau de choix avant tout pour la construction des maisons (confection du torchis), mais aussi d’artefacts tels que poterie, fours, creusets, etc. Les bancs de calcaire sous‑jacents furent beaucoup moins exploités comme matière première, en revanche ils se prêtaient bien aux implantations de structures profondes telles que silos, citernes et fossés.

1.2.4 Catalogue des structures des trois secteurs fouillés

43L’ensemble du site de La Fosse Muette a fait l’objet d’opérations archéologiques diverses et échelonnées dans le temps. Ces différentes opérations correspondent chaque fois à des secteurs topographiques définis (fig. 8), traités archéologiquement de manière différente suivant les contraintes des travaux et du calendrier (tabl. i).

Secteur A

No

Structures

48

Fosse

49

Fosse

337

Fossé se prolongeant dans le secteur B

338

Fossé

339

Fossé

Secteur B

No

Structures

3

Trou de poteau

4

Trou de poteau

5

Fossé de palissade

6

Fossé de palissade

7

Fossé de palissade

8

Fossé reprenant le tracé de 337

9

Tranchée de ligne téléphonique de la Grande Guerre

10

Fosse en liaison avec 9

12

Grande fosse cylindrique

13

Fosse très érodée, à l’état de trace

14

Trou de poteau

20

Silo très érodé

21‑24

Trous de poteaux formant le plan d’un grenier

25

Grande fosse cylindrique

26

Fossé de palissade

27

Traces d’installation d’un canon de la Grande Guerre

29

Fossé, segment prolongeant le 337‑8

30

Fossé prolongeant le segment 26

32, 33, 34 35, 37, 38, 39, 40, 41, 42 54

Trous de poteaux très érodés formant un nuage le long du fossé 30
Silo

Secteur C

No

Structures

C sud

50

Maison semi‑enterrée

104

Foyer isolé

105

Maison semi‑enterrée

106

Maison semi‑enterrée

C nord

56

Fossé

57 (comprenant les sous‑structures 96‑97‑99‑100‑101)

Fosse double en liaison avec les trous de poteaux
58, 59, 60,61, 62

68, 70, 71, 89, 92

Trous de poteaux formant un bâtiment quadrangulaire

69, 93, 94 et 95

Trous de poteaux formant un grenier

72, 73, 74, 75, 76, 78, 79, 80, 81, 82, 83, 84, 85, 86, 87, 88, 90, 91, 98, 103 et 104

Trous de poteaux formant un nuage à l’intérieur de l’enclos 56 le long du versant de l’Aronde

102

Fossé, du type « petit fossé de clôture d’installation domestique »

TABL. I ‒ Numérotation et répartition des structures par secteurs.

J.‑L.B./CNRS

44Le secteur A (fig. 9) correspond à l’emprise du parcours du TGV sur le site, une bande d’une centaine de mètres de largeur coupant le site au moins sur 300 m de longueur. Sur ce secteur il n’y a pas eu à proprement parler de fouille, mais simplement un repérage quelquefois très imprécis des structures et, dans le meilleur des cas, la réalisation de stratigraphies et le vidage partiel des structures.

FIG. 9 ‒ Secteur A (emprise du TGV) : plan d’ensemble. 48 fosse ; 49 fosse ; 337 fossé se prolongeant dans le secteur B ; 338 fossé ; 339 fossé.

J.‑L.B./CNRS del.

45Le secteur B (fig. 10) situé à l’ouest de l’emprise du TGV, se trouve à l’emplacement d’une carrière liée à l’aménagement du réseau ferroviaire. C’est le secteur proprement dit de la fouille. Vers le sud comme vers l’ouest, le décapage a été poussé jusqu’aux limites extrêmes de l’emprise de la carrière.

FIG. 10 ‒ Secteur B (emprise de la carrière) : plan d’ensemble. 3 trou de poteau ; 4 trou de poteau ; 5 fossé de palissade ; 6 fossé de palissade ; 7 fossé de palissade ; 8 fossé reprenant le tracé de 337 ; 9 tranchée de ligne téléphonique de la Grande Guerre ; 10 fosse en liaison avec 9 ; 12 citerne ; 13 fosse très érodée, à l’état de trace ; 14 trou de poteau ; 20 silo très érodé ; 21222324 trous de poteaux formant le plan d’un grenier ; 25 citerne ; 26 fossé de palissade ; 27 traces d’installation d’un canon de la Grande Guerre ; 29 fossé, segment prolongeant le 337‑8 ; 30 fossé prolongeant le segment 26 ; 32333435373839404142 trous de poteaux très érodés formant un nuage le long du fossé 30 ; 54 silo.

J.‑L.B./CNRS, S.L./Afan del.

46Le secteur C (fig. 11) se trouve sur la bordure orientale de l’emprise du TGV et sur la bordure occidentale de l’autoroute A1. Cette zone, dont le sort définitif a été longtemps incertain pour finalement devenir un « délaissé », a fait l’objet d’une extension de la fouille prévue initialement sur le secteur B (fig. 12).

FIG. 11 ‒ Secteur C, partie sud : plan d’ensemble. 50 maison semi‑enterrée ; 104 foyer isolé ; 105 maison semi‑enterrée ; 106 maison semi‑enterrée.

J.‑L.B./CNRS del.

FIG. 12 ‒ Secteur C, partie nord : plan d’ensemble. Enclos 56 et structures périphériques. 56 fossé ; 57 (comprenant les sous‑structures 96‑97‑99‑100‑101) fosse double en liaison avec les trous de poteaux 58 à 62 ; 687071, 89, 92 trous de poteaux formant un bâtiment quadrangulaire ; 6993‑95 trous de poteaux formant un grenier ; 727374, 75, 76, 78, 79, 80, 81, 82, 83, 84, 85, 86, 87, 88, 90, 91, 98, 103, 104 trous de poteaux formant un nuage à l’intérieur de l’enclos 56, le long du versant de l’Aronde ; 102 fossé du type « petit fossé de clôture d’installation domestique ».

J.‑L.B./CNRS del.

47L’ensemble des structures et des vestiges du site de La Fosse Muette à Montmartin constitue ce qu’on désigne en archéologie du terme, très vague, d’habitat. Cependant, pour des raisons pratiques, on distinguera l’habitat qui comprend toutes les installations hormis celle de la place cultuelle, laquelle, bien qu’intégrée à l’habitat, sera traitée à part. Pour une meilleure compréhension de l’état des structures et des anomalies de la conservation différentielle, nous donnons dès maintenant le relevé des altitudes du secteur B (fig. 13).

FIG. 13 ‒ Secteur B : altitudes des structures relevées au niveau du décapage.

S.L./Afan del.

Notes

1 Avant les travaux occasionnés par le TGV, le site de La Fosse Muette n’était pas connu archéologiquement. Cependant deux lieux‑dits proches avaient révélé des vestiges : au nord de Montmartin, à La Cancale, des bâtiments gallo‑romains appartenant selon toute vraisemblance à une exploitation agricole apparaissaient en prospection au sol (prospections de J.‑L. Brunaux). Ces bâtiments sont peut‑être à mettre en rapport avec les vestiges découverts au Moulin à Vent (fouille dans le cadre des travaux du TGV‑Nord). À La Cancale, avaient été également découverts en prospection des éléments lithiques, néolithique ou chalcolithique. Sur le bord de la vallée de l’Aronde à l’ouest de La Fosse Muette, à 200 ou 300 m des vestiges laténiens les plus occidentaux (fig. 3, 1a), au lieu‑dit aujourd’hui oublié La Croix Saint‑Marc, furent découverts au xixe s. des sarcophages (Graves 1856 : 251, 322). Une petite fouille dans les années 1920 (Robine s.d.) amena la découverte de nouveaux sarcophages détériorés par les travaux agricoles et contenant un matériel qui parut au fouilleur daté du Bas‑Empire. Curieusement, ce dernier signale parmi ces vestiges plusieurs incinérations dans des petites fosses qu’il ne put dater. S’il s’agit bien d’incinérations, elles ne sont probablement pas contemporaines des sarcophages et l’on pourrait être tenté d’y voir l’une des nécropoles de l’habitat de La Fosse  Muette. La présence connue de ces vestiges aurait dû attirer l’attention des archéologues chargés de l’étude préalable du tracé TGV‑Nord, ainsi que l’abondant matériel contenu dans la terre arable sur plusieurs hectares et au moins sur 200 à 300 m de long : des tessons évidemment mais aussi de nombreux ossements animaux, des grès et des morceaux de torchis brûlés...

2 Aucun des 17 échantillons d’analyse pollinique n’était fiable. L’analyse malacologique a révélé la présence d’espaces découverts et la proximité de marécages... Nous n’avons jamais disposé de l’étude des macrorestes.

Table des illustrations

Légende FIG. 1 – Vue aérienne du site de La Fosse Muette par rapport à la vallée de l’Aronde et au tracé du TGV.
Crédits cl. R.A.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43603/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Légende FIG. 2 – Carte de localisation du site protohistorique de Montmartin.
Crédits V. T./MSH del. d’ap. J.‑L.B./CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43603/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende FIG. 3 – Le site de La Fosse Muette dans son contexte archéologique : la vallée de l’Aronde. Étoile nécropole à incinération ; cercle nécropole tumulaire ; losange habitat ; traits enclos ; carré sanctuaire. Liste des sites : 1 Montmartin/La Fosse Muette ; 2 Gournay‑sur‑Aronde/Le Parc ; 3 Antheuil‑Portes/Le Fond de Saint‑Maur ; 4 Gournay‑sur‑Aronde/Saint‑Maur ; 5 Wacquemoulin/Dompierre ; 6 Montiers/Les Noirs Cailloux ; 7 Estrées Saint Denis/Les Sablons ; 8 Venette/Les Terres de Corbeaulieu ; 9 Jaux/Le Camp du Roy ; 10 Montmartin/Les Vignettes (enclos visible d’avion) ; 11 Remy/Beaumanoir (enclos visibles d’avion.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43603/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Légende FIG. 4 – Les principales tribus gauloises du nord de la Gaule à l’époque de César.
Crédits V.T./MSH del. d’ap. J.‑L.B./CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43603/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende FIG. 5 – La civitas des Bellovaques à La Tène moyenne et finale. Limites conjecturales de la civitas et des pagi qui la constituent. sanctuaire ; H habitat ; nécropole. Liste des sites : 1 Montmartin/La Fosse Muette ; 2 Gournay‑sur‑Aronde/Le Parc ; 3 Wacquemoulin/Dompierre ; 4 Gournay‑sur‑Aronde/Saint‑Maur ; 5 Gury ; 6 Montiers/Les Noirs Cailloux ; 7 Estrées‑Saint‑Denis/Les Sablons ; 8 Canly/Les Trois Noyers ; 9 Venette/Les Terres de Corbeaulieu ; 10 Jaux/Le Camp du Roy ; 11 Lacroix‑Saint‑Ouen/Le Pré des Iles ; 12 Lacroix‑Saint‑Ouen/Le Puits Féron ; 13 Lacroix‑Saint‑Ouen/ Hameau du Bac ; 14 Verberie/Le Buisson Campin ; 15 Verberie/La Plaine Saint‑Germain ; 16 Longueil‑Sainte‑Marie/La Butte de Rhuis ; 17 Chevrières/La Plaine du Marais ; 18 Bethisy‑Saint‑Martin/Le Barillet ; 19 Rocquemont/La Berlette ; 20 Orrouy/Champlieu ; 21 Pierrefonds/ Le Mont Berny ; 22 Compiègne/Les Secneaux ; 23 Vieux‑Moulin/Saint‑Pierre en Chastre ; 24 Compiègne/Le Carrefour d’Aumont ; 25 Attichy/La Maladrerie ; 26 Nampcel/Bois de Nampcel ; 27 Longueil‑Sainte‑Marie/Le Pré des Grisards ; 28 Creil/Les Cerisiers ; 29 Thiverny/Les Carrières ; 30 Mello/Les Aulnois ; 31 Laigneville/Le Camp Saint‑Remi ; 32 Cauffry/La Petite Vallée ; 33 Ansacq/ Le Bouillé ; 34 La Neuville‑en‑Hez ; 35 Bailleul‑sur‑Thérain/Le Mont César ; 36 Allonne/ Les Quarante Mines ; 37 Beauvais/Les Aulnes du Canada ; 38 Oroër/Sous le Bois Saint‑Martin ; 39 Saint‑Maur/Ecatelet ; 40 Breuil‑le‑Sec/Le Bois de Breuil ; 41 Saint‑Just‑en‑Chaussée/Le Rossignol ; 42 Noirémont/ La Chaussée du Bois d’Écu ; 43 Hardivillers/ Le Champ du Moulin ; 44 Beauvoir/Froidmont ; 45 Mory‑Montcrux/Sous la Vigne d’en Haut ; 46 Vendeuil‑Caply/Les Châtelets ; 47 Villers‑Vicomte/La Rosière et Le Travaillet ; 48 Rouvroy‑les‑Merles/Le Catillon ; 49 Tartigny/Le Chemin des Moulins ; 50 Villers‑Saint‑Paul/Au‑delà de l’Eau.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43603/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende FIG. 6 ‒ Vue aérienne de l’ensemble des secteurs fouillés. Les secteurs A (tracé TGV) et B (occidental, emplacement d’une carrière) sont déjà détruits.
Crédits cl. R.A.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43603/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende FIG. 7 ‒ Vue aérienne du site depuis la vallée de l’Aronde. Au premier plan, le versant de la vallée.
Crédits cl. R.A.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43603/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende FIG. 8 ‒ Topographie générale du site. En A. B et C, les trois secteurs de fouille, xx fossé repéré sur photographie aérienne ; yy ancien talus arasé.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43603/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Légende FIG. 9 ‒ Secteur A (emprise du TGV) : plan d’ensemble. 48 fosse ; 49 fosse ; 337 fossé se prolongeant dans le secteur B ; 338 fossé ; 339 fossé.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43603/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende FIG. 10 ‒ Secteur B (emprise de la carrière) : plan d’ensemble. 3 trou de poteau ; 4 trou de poteau ; 5 fossé de palissade ; 6 fossé de palissade ; 7 fossé de palissade ; 8 fossé reprenant le tracé de 337 ; 9 tranchée de ligne téléphonique de la Grande Guerre ; 10 fosse en liaison avec 9 ; 12 citerne ; 13 fosse très érodée, à l’état de trace ; 14 trou de poteau ; 20 silo très érodé ; 21222324 trous de poteaux formant le plan d’un grenier ; 25 citerne ; 26 fossé de palissade ; 27 traces d’installation d’un canon de la Grande Guerre ; 29 fossé, segment prolongeant le 337‑8 ; 30 fossé prolongeant le segment 26 ; 32333435373839404142 trous de poteaux très érodés formant un nuage le long du fossé 30 ; 54 silo.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43603/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Légende FIG. 11 ‒ Secteur C, partie sud : plan d’ensemble. 50 maison semi‑enterrée ; 104 foyer isolé ; 105 maison semi‑enterrée ; 106 maison semi‑enterrée.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43603/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende FIG. 12 ‒ Secteur C, partie nord : plan d’ensemble. Enclos 56 et structures périphériques. 56 fossé ; 57 (comprenant les sous‑structures 96‑97‑99‑100‑101) fosse double en liaison avec les trous de poteaux 58 à 62 ; 687071, 89, 92 trous de poteaux formant un bâtiment quadrangulaire ; 6993‑95 trous de poteaux formant un grenier ; 727374, 75, 76, 78, 79, 80, 81, 82, 83, 84, 85, 86, 87, 88, 90, 91, 98, 103, 104 trous de poteaux formant un nuage à l’intérieur de l’enclos 56, le long du versant de l’Aronde ; 102 fossé du type « petit fossé de clôture d’installation domestique ».
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43603/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Légende FIG. 13 ‒ Secteur B : altitudes des structures relevées au niveau du décapage.
Crédits S.L./Afan del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43603/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 57k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search