Version classiqueVersion mobile

Forêts et sociétés en Languedoc (Néolithique final’ Antiquité tardive)

 | 
Lucie Chabal

Conclusion

Texte intégral

1Les développements récents de l’anthracologie ont mis en valeur l’étude du paléoenvironnement des habitats à travers le bois de feu domestique. Complétant l’étude des usages particuliers du bois, l’approche paléoécologique apparaissait riche d’informations historiques.

2Les boisements qui tendent à envahir certaines de nos campagnes depuis une cinquantaine d’années donnent la mesure des potentialités forestières que nos régions tempérées et nord méditerranéennes ont acquises au cours du réchauffement holocène. Autour des habitats, l’espace forestier n’est pas seulement le lieu de l’exploitation du bois ou du défrichement. Il participe d’un espace des ressources naturelles, non cloisonné, où se côtoient et se succèdent champs, espaces pâturés et boisements. C’est pourquoi le bois de feu qui en provient nous raconte l’histoire de ces durées et de ces espaces. L’histoire de l’homme s’est inscrite dans l’histoire des forêts.

3L’identification des essences, par l’anatomie du bois, est la phase la plus longue d’une étude anthracologique et doit être menée avec la plus grande rigueur et dans un souci d’amélioration des critères. Cependant, pour de nombreuses périodes ou régions, nos connaissances paléobotaniques n’avancent plus désormais en terrain vierge. Des charbons de bois recueillis sur le terrain sans méthode donneront une liste d’essences, mais elle sera souvent sans surprise ou incomplète et les proportions entre taxons n’auront aucun sens. C’est pourquoi l’identification, seule, n’est pas une fin en soi.

  • 1 L’utilisation du bois de feu domestique, au quotidien, a pu faire l’objet d’usages particuliers : b (...)

4Pour tout dépôt de charbons de bois on doit se poser, dès le terrain, la question de la fonction du bois utilisé et de la durée de création des résidus carbonisés. Dans un habitat, les charbons de bois mêlés aux autres rejets domestiques et dispersés au sein des sédiments proviennent d’une accumulation sur la durée, par exemple quelques années. Leur échantillonnage donne la perception de l’utilisation moyenne du bois de feu domestique pour cette durée1. Une telle image synthétique des boisements, dans l’aire d’approvisionnement en bois, permet de suivre l’évolution de la couverture forestière au cours de l’occupation d’un habitat.

5Pourtant, un échantillonnage rigoureux sur la fouille ne suffit pas. Il faut aussi que l’interprétation prenne précisément en compte l’écologie des boisements et quelques principes de raisonnement concernant les pourcentages exprimés dans les diagrammes.

6En particulier, on a depuis longtemps essayé de proposer des interprétations basées sur de prétendues propriétés combustibles : il est toujours possible de dégager les propriétés combustibles propres à une essence mais cela ne signifie pas qu’elle ait été utilisée pour cette raison. En effet, le calibre ou le taux d’humidité du bois, qui ne sont pas fonction de l’essence, sont tout aussi importants que les spécificités physico‑chimiques d’une espèce pour déterminer le comportement du bois au feu. Une essence est aisément remplacée par d’autres, en particulier en jouant sur le calibre.

7Pour toutes les périodes étudiées, il est clair pour l’écologue que l’on enregistre à travers le bois de feu domestique l’exploitation complète de boisements, et non le prélèvement de certaines essences. Les transformations des forêts anciennes, au profit de forêts de substitution et d’espaces temporairement ou durablement ouverts, sont interprétées par l’anthracologue au moyen d’un outil : l’écologie des milieux actuels – comprise comme la dynamique de la végétation spontanée, les rapports de concurrence entre essences et leurs réponses aux perturbations naturelles ou anthropiques. Les milieux actuels les mieux représentés ne sont pas toujours une référence adéquate. Ce sont leurs variations, constantes et situations marginales qui doivent être observées pour comprendre ce qui, à chaque époque, a pu faire loi ou exception pour les essences.

8La cinétique des transformations enregistrées, leur analyse comparée dans le temps et dans l’espace, les nombreuses corrélations avec l’écologie actuelle ou subactuelle, l’histoire, l’ethnographie, permettent de formuler des hypothèses pour expliquer les causes des transformations décrites. Sont prises en compte les contraintes naturelles possibles, tels le climat ou l’évolution géomorphologique, et celles dues à l’homme. Déterminer la part des unes et des autres est l’une des difficultés de la paléoécologie.

9Le climat moyen et le régime climatique annuel depuis le Néolithique ont certainement influencé la croissance et le développement des forêts. Cependant, ces changements climatiques mineurs ont‑ils tour à tour favorisé certaines espèces ? Et sont‑ils responsables de certaines transformations des équilibres forestiers et de la répartition des taxons dominants dans le midi de la France ? Les avis des paléobotanistes sont partagés sur ce point. On a souvent souligné l’importance des contraintes écologiques que l’homme détermine. Les activités humaines, intenses et rapides, imposent par leur action directe sur la végétation (coupes, feu...) de nouveaux équilibres entre les espèces, ou indirectement de nouvelles conditions microclimatiques et édaphiques. Ces conditions, à l’échelle du territoire des habitats ou même de tout un ensemble géomorphologique, ont pu être plus déterminantes pour la végétation que les faibles et lentes variations du climat, non négligeables mais non perceptibles d’après nos marqueurs. On peut concevoir, par exemple, une forêt globalement stimulée dans sa croissance par une humidité estivale accrue, mais dans laquelle les rapports de concurrence entre essences continuent à être réglés par l’homme. C’est bien l’impression donnée par la très lente transformation des chênaies de Chênes blancs en chênaies mixtes (Chêne vert et Chêne blanc), au cours du Néolithique, pendant l’optimum climatique. Ces chênaies étaient probablement douées d’un pouvoir de régénération plus fort qu’ultérieurement. En l’état actuel de la recherche, les variations diachroniques de la végétation enregistrées par la paléobotanique, depuis les périodes récentes de la Préhistoire, semblent bien s’expliquer par la seule présence humaine, même lorsque d’autres disciplines semblent enregistrer des modifications climatiques (notons que rares sont les disciplines totalement exemptes d’interférences avec l’activité humaine, et donc d’ambiguïté interprétative).

10Pour la paléobotanique, seuls les changements climatiques qui affectent des seuils de tolérance chez certaines espèces semblent perceptibles de façon certaine. C’est le cas, par exemple, de la limite altitudinale supérieure atteinte par les forêts dans les Alpes, enregistrée à travers les pollens, ou encore des fluctuations de végétation en bordure de marais, lacs ou dépressions (Magny, Richard 1992). On a noté le caractère exceptionnel de telles situations et, de plus, ce type de seuil n’est pas nécessairement compris de façon univoque : la limite supérieure des forêts peut varier sous l’effet de déboisements par l’homme, ou d’une érosion d’origine non climatique. Malgré ces restrictions, il serait d’un grand intérêt que les écologues se mettent d’accord pour définir à basse altitude de telles situations seuils. On n’en cachera pas la difficulté. Par exemple, le Hêtre, adapté à des nébulosités fortes, reconnu intolérant à la sécheresse atmosphérique, en particulier estivale, permet‑il de définir un seuil climatique d’humidité ? Bien perçu au Subboréal par la palynologie, suppose‑t‑il obligatoirement une pluviométrie moyenne plus élevée que l’actuelle, éventuellement un régime climatique non méditerranéen ? Ou au contraire, si l’on tient compte des situations exceptionnelles où l’espèce est trouvée actuellement à basse altitude malgré la sécheresse estivale, n’a‑t‑il pu se développer à la faveur d’une ambiance forestière protectrice ?

11L’évolution géomorphologique du milieu fait l’objet de nombreuses études, mais la chronologie et la géographie de ses effets sur la végétation sont encore incertaines. Ici encore, les variations de la morphologie du paysage minéral sont des contraintes sur la répartition spatiale des forêts qu’il est souvent difficile de distinguer des interventions humaines directes, depuis le Néolithique.

12De plus, pour ces périodes, l’imbrication des causes et des effets est étroite. Le développement de forêts mésophiles, dans les plaines alluviales à la fin de la Préhistoire, est‑il en partie une conséquence de l’alluvionnement holocène croissant ? L’extension en plaine de surfaces agricoles au deuxième âge du Fer en est‑elle un corollaire ? Et les déforestations de plaine ont‑elles accéléré le colluvionnement et le colmatage en aval dans la plaine littorale ? Probablement, ces facteurs jouent‑ils ensemble dans une dynamique où. l’homme a une large part en tant qu’acteur mais aussi, plus subtilement, en tant qu’agent : l’homme appartient à l’écosystème et participe de son fonctionnement selon des règles qui lui échappent. Le cadre de vie est à la fois la condition et la conséquence de l’installation des communautés humaines qui s’y succèdent, s’y adaptent, l’exploitent et le transforment. Des équilibres très lentement installés et insensiblement modifiés au cours des siècles, entre les modes d’exploitation du milieu forestier et les réponses et adaptations de la forêt, permettent sûrement de dire que le milieu transforme l’homme (son comportement) au fur et à mesure que l’homme transforme le milieu.

13Devant cette imbrication des causes naturelles et des causes humaines de modification de l’environnement, on a parfois voulu opposer les préoccupations de l’historien et de l’archéologue à celles du paléoécologue. Peut‑on distinguer des problématiques qui seraient plus liées à l’homme et d’autres plus « purement environnementales », laissées au spécialiste ? Ce débat paraît, en première analyse, assez surprenant, puisque l’homme est un agent écologique dont les effets sont enregistrés depuis le Néolithique au moins et qu’à l’échelle de l’évolution des sociétés, aucun paléoécologue ne prétend passer outre son intégration complexe pour comprendre des milieux prétendument naturels. De plus, comment pourrait‑on connaître les activités humaines autour des habitats sans exploiter le plus précisément possible les marqueurs biologiques qu’il est possible de recueillir, avec des méthodes adaptées, c’est‑à‑dire utilisant l’écologie, science des interrelations entre le monde vivant et son habitat, comme outil de connaissance et de raisonnement ? C’est bien la gradation du plus naturel au plus transformé, en diachronie comme en synchronie, avec toutes ses modalités, qui permet de mettre en évidence les activités de l’homme dans son milieu. Le « pôle naturel » des informations analysées, par exemple la dynamique spontanée de la végétation tendant à régénérer des biocénoses matures, ne peut pas être étudié à part, être isolé pour servir de cadre à des indices de l’exploitation des ressources par l’homme. L’écosystème est interprété, compris en totalité, comme une unité fonctionnelle. Pour cette raison, on ne peut pas séparer des objectifs interprétatifs différents, l’un naturaliste, l’autre historique, à partir du même matériel d’étude. Allons même plus loin, à travers un exemple : les espaces non défrichés d’un espace forestier sont tout aussi « anthropisés » que les parcelles mises en culture, si l’on veut bien inclure dans le terme vague d’anthropisation le choix volontaire de laisser les choses en l’état, pour de multiples raisons culturelles, économiques ou autres. Dès lors, les espaces plus ou moins transformés qui constituent le cadre de vie à chaque époque ne sont‑ils pas à ce titre des objets d’étude historique ?

14Pourtant la séparation entre histoire humaine et « histoire naturelle » est si souvent avancée qu’on peut s’interroger sur le véritable objet de ce débat. Nous ne pensons pas que l’importance des sciences naturelles dans l’approche du paléoécologue, même lorsqu’elle n’intéresse pas personnellement l’archéologue ou l’historien, soit en elle‑même considérée comme « hors sujet » pour l’histoire humaine. En revanche, dans l’utilisation qui est faite de ces bases de données, deux difficultés interprétatives actuelles de la paléoécologie nous paraissent des points sensibles. La première porte sur la spatialisation des interprétations, la seconde sur la restitution des pratiques et des techniques d’exploitation du milieu par l’homme.

15● La difficulté de la spatialisation paléoécologique tient au caractère synthétique du matériel d’étude, provenant d’un environnement plus ou moins large mais rassemblé dans une sédimentation, archéologique ou naturelle. Alors que l’habitat peut être directement connu dans certains de ses aspects spatiaux par l’archéologue, l’environnement reflété dans les documents de fouille est fondamentalement condensé et la dimension spatiale est, en apparence, perdue. Une étude paléoécologique idéale serait pourtant une représentation visuelle du paléoenvironnement, la description d’états successifs, comprenant par exemple l’importance et la hauteur des forêts, la situation et l’étendue des cultures, celle des espaces pâturés, etc. Au contraire, les résultats des études paléoécologiques ne sont pas la description d’états, mais la mise en évidence de différences diachroniques, de transformations relatives, de tendances, d’événements non quantifiés, etc., souvent très riches d’informations mais non immédiatement représentables.

16On peut aborder ce délicat problème de la spatialisation des résultats à travers les divergences de perception du milieu obtenues par les disciplines paléoécologiques.

17En milieu archéologique, ces divergences sont en partie dues à des échelles de perception propres à chaque discipline. Par exemple, lorsque la perception pollinique n’est pas trop déformée, les interprétations sont fréquemment compatibles avec celles de l’anthracologie : les pollens vont donner principalement une image du milieu proche dans un rayon qui dépend des espèces présentes, herbacées ou ligneuses, et d’éventuels « écrans » de végétation ; l’anthracologie percevra une image moyenne du territoire d’activité, d’extension sans doute très variable selon la population, la période, l’état forestier. La palynologie et l’anthracologie enregistrent ainsi souvent les mêmes essences de la flore ligneuse, dans des proportions non égales mais permettant des interprétations congruentes. Lorsque deux disciplines donnent ainsi des résultats différents mais complémentaires, et conduisent à un modèle paysager unique, la recherche ne peut que progresser. C’est précisément la confrontation des résultats entre disciplines qui nous aide à comprendre ces échelles de perception.

18Cependant, on peut aussi chercher à sortir du confort relatif de la cohérence propre de chaque discipline. Pourquoi, sur le littoral languedocien, les séquences polliniques hors habitat n’enregistrent que faiblement le Frêne et l’Orme, pourtant abondants dans le bois de feu pour tous les sites au contact des plaines alluviales à partir de la fin de la Préhistoire ? Pourquoi l’anthracologie enregistre‑t‑elle en abondance moindre que la palynologie certaines essences tels le Tilleul ou le Noisetier ? Puisque ces essences au bois léger ne subissent pas plus de réduction au feu que les bois denses, est‑ce la fragilité de leurs charbons de bois qui serait responsable de leur destruction relative après la combustion ? Mais s’il en était ainsi, pourquoi le Peuplier, bois léger également, donne‑t‑il souvent de fortes fréquences dans les charbons de bois ? Et pourquoi le Hêtre, au bois mi‑dur, est‑il présent mais peu abondant dans les analyses anthracologiques alors que la palynologie en enregistre souvent des taux élevés même à basse altitude au Subboréal ? N’est‑ce pas, dans ce cas, la perception pollinique qui est particulière, sachant que dans le midi de la France, la palynologie non archéologique ne peut explorer pratiquement que les dépôts lagunaires sur le littoral, les dépressions liées à d’anciens étangs asséchés en plaine et les milieux de tourbières en montagne ? L’étude de la pluie pollinique actuelle, ou l’expérimentation sur la combustion du bois, peuvent faire avancer ces questions, mais ne prennent pas en compte tous les paramètres en cause. Et il est légitime de se demander si ces divergences ne proviennent pas, en grande partie, de différences de perception spatiale plutôt que de distorsions propres à chaque méthode. Ici encore, il n’y aurait pas contradiction mais juxtaposition d’informations différentes, difficiles à spatialiser.

19De telles divergences n’avaient pas un retentissement considérable sur les conclusions paléobotaniques, tant qu’on ne cherchait pas à rattacher les évolutions décrites à une répartition spatiale fine et à les corréler exactement à la chronologie culturelle. N’est‑il pas temps de confronter toutes ces questions non résolues dans une interdisciplinarité qui ne soit plus seulement un vœu pieux ? À terme ne s’agit‑il pas de situer très finement chaque espèce dans l’espace et de préciser ses conditions de vie en termes de topographie, d’édaphologie, etc. ? On s’acheminerait alors vers une représentation spatiale du cadre de vie des populations humaines, à chaque époque.

20● La seconde difficulté actuelle de la paléoécologie tient à notre méconnaissance des pratiques et techniques de l’exploitation des ressources, en particulier vivrières, à chaque période de la Préhistoire, de la Protohistoire ou de l’Antiquité.

21Ces pratiques sont étroitement corrélées aux processus de transformation du milieu. Pourtant, nous n’en avons que des témoins synthétiques, et les déductions purement paléoécologiques semblent limitées : des réactions de la végétation similaires ne sont‑elles pas observées à des millénaires d’intervalle, donc pour des modes d’exploitation forcément différents ? L’évolution de la métallurgie, de l’outillage, ou les rares traces directes d’activité agricole sont précieuses mais ne suffisent pas pour connaître, par exemple, les modalités de préparation du champ, ou les rapports entre le pâturage et l’exploitation des boisements à chaque époque.

22Il paraît démontré que les longs processus d’évolution des sociétés et des paysages ont connu des moments clefs. Mais plus qu’événements, crises ou ruptures, ces transitions s’inscrivent dans la durée historique. Un demi siècle peut paraître une durée brève au préhistorien. Ne suffit‑elle pourtant pas à de profondes restructurations sociales ou paysagères ? C’est pourquoi, pour comprendre l’impact temporel et spatial de tels processus, il importe de les rapporter à la réalité du quotidien. En ne faisant aucune hypothèse en la matière, sous prétexte que nous ne pouvons pas connaître directement ces pratiques, nous courrions le risque d’adopter par défaut les représentations les plus proches de ce que nous connaissons, c’est‑à‑dire les plus improbables.

23Le vieux débat sur les contraintes culturelles ou naturelles des choix opérés par l’homme conduit généralement à reconnaître la part des unes et des autres mais dans une hiérarchie qui n’est pas souvent argumentée.

24Peut‑on, par exemple, considérer comme nécessaire l’existence, dans le territoire d’une communauté, de terroirs et espaces complémentaires par leurs caractéristiques géomorphologiques ? Une communauté installant une agriculture sur des terres alluviales le fait‑elle pour la qualité intrinsèque des sols ? Parce que des techniques nouvellement acquises rendent ce choix possible ? Parce que les contraintes du milieu ont changé ? Ou simplement pour agrandir l’espace du terroir, en raison de besoins économiques accrus ? Nous ne pouvons pas en l’état actuel connaître exactement l’état et donc la valeur de ces espaces, ni les techniques d’exploitation. Et l’histoire ne prouve‑t‑elle pas que les choix opérés en milieu rural ne correspondent pas forcément à une rationalité évidente ? Dans la gestion et l’organisation de l’espace, en particulier dans un but agricole, nous ignorons les critères des choix effectués à chaque période. Les exemples ethnographiques nous montrent qu’à des époques récentes, l’homme s’est bien souvent accommodé des défauts d’une nature qui nous paraîtrait aujourd’hui des plus ingrates. Les contingences, les rationalités ont changé et nous ne pouvons pas immédiatement comprendre le « pourquoi » d’une situation enregistrée par la paléoécologie. Paradoxalement, les pratiques possibles d’exploitation, qui sont de l’ordre du « comment », sont peut‑être moins inaccessibles.

25L’anthracologie, en révélant les milieux fréquentés au quotidien par une communauté et l’évolution de la couverture boisée, résultante de l’ensemble des pratiques d’exploitation du milieu forestier, peut fournir un cadre aux hypothèses concernant l’effet respectif des coupes de bois, de l’agriculture et de l’élevage.

26L’étude anthracologique de nombreuses activités non domestiques consommatrices de bois tient peu de place dans cet ouvrage mais elle est de plus en plus documentée. Particulièrement, les combustibles utilisés pour des activités de fabrication (métallurgie, poterie, etc.) ou pour l’incinération funéraire, ainsi que le bois de construction, apportent un précieux éclairage sur l’exploitation des boisements et les causes de leurs transformations. Le passage des futaies aux taillis a dû être progressif et réversible mais les technologies impliquées, en particulier avec les progrès de la métallurgie et de l’outillage, ont certainement déterminé des articulations dans la cinétique des transformations de la forêt, qu’il conviendra de préciser. Cependant, partout l’exploitation du bois tire le meilleur parti des boisements disponibles alentour, et parfois reflète assez fidèlement ceux‑ci (Chabal à paraître ; Buxó et al. 1996 ; Roux, Chabal 1996). En l’état actuel, seul le bois de construction, à la période romaine, semble avoir fait l’objet d’une recherche sélective et d’un transport, mais peut‑être à faibles distances (Chabal 1989a ; 1993). On a trop souvent exagéré l’impact des coupes de bois sur les boisements et spécialement leur pouvoir d’ouverture : avant la période moderne, les besoins ne sont pas considérables et les boisements secondaires gérés pour le bois ont un fort pouvoir de production et de régénération. La recherche de bois d’œuvre s’oppose à la consommation de combustible par le type de boisements recherchés. Une futaie entamée pour la recherche de bois d’œuvre met longtemps à se régénérer comme telle. Chez les feuillus, elle se transforme en boisements de repousse par rejets de souches. Le taillis, beaucoup plus productif que la futaie et qui donne des brins faciles à couper est, sur la durée, plus intéressant pour le combustible. Il présente aussi un intérêt pour le bois de construction.

27C’est pourquoi, en ce qui concerne l’exploitation du bois pour tous ses usages, certaines hypothèses restent les plus probables dès l’origine. D’une part, le très fort pouvoir de régénération des boisements, surtout en l’absence de dessouchage, doit rester l’option privilégiée. En particulier, l’exploitation du bois par une communauté n’est responsable que de transformations physionomiques et écologiques de la forêt, et non dévastatrices. À la fin de la Préhistoire, les activités agricoles et pastorales sont probablement plus impliquées dans les processus d’ouverture de la forêt. D’autre part, la transformation des futaies en taillis est coûteuse en termes d’effort et n’est réellement rentable sur la durée que pour la recherche de bois d’œuvre. Tout espace passant de l’état de futaie à celui de taillis par la coupe d’un arbre n’était‑il pas une source de combustible beaucoup plus facile à obtenir que par l’abattage et le débitage de nouveaux fûts ?

28Comment s’insèrent dans ce cadre l’agriculture et l’élevage ? « Dans de nombreuses régions et pendant de nombreux siècles, l’agriculture a été, et est encore parfois, l’art de ne pas cultiver la terre. La culture des végétaux existe depuis quelque dix mille ans. Mais le travail du sol, tel que nous le concevons en Europe, n’existe guère que depuis deux mille ans. » (Sigaut 1975 : 215).

29Pourquoi les agriculteurs néolithiques puis chalcolithiques n’auraient‑ils pas pratiqué uniquement l’essartage, sans destruction des souches, pour une fertilité optimale et un travail des sols minimal ? Pourquoi auraient‑ils créé des champs permanents difficile à débarrasser de leur couverture herbacée en l’absence d’outils de métal efficaces ? Pourquoi les mêmes communautés se seraient‑elles privées d’un pâturage facile en priorité dans ces clairières temporairement essartées, les plus riches en herbe et en jeunes rejets feuillés directement accessibles aux troupeaux ? Dans le cadre d’un couvert forestier encore dense, sans menace de pénurie de combustible, pourquoi se serait‑on soucié de protéger la régénération des souches de la dent des troupeaux ? Dans le midi de la France, n’en est‑il pas résulté un état de concurrence accrue entre le Chêne blanc et le Chêne vert, que l’agriculture seule, ou le pâturage seul, ne pouvaient pas entraîner ? On peut penser que les coupes de bois, l’agriculture et l’élevage, même s’ils ne s’articulent pas exactement selon le modèle propose ici, ont été responsables ensemble de l’ouverture progressive des boisements, toujours réversible. L’usage du feu, souvent présenté comme dévastateur des forêts, peut pourtant être contrôlé, tant pour l’agriculture que pour l’élevage. Les nombreux produits forestiers (fruits, feuillage) favorables au bétail, et la forêt elle‑même en tant que milieu protecteur, relativisent le caractère obligatoire de l’ouverture de la forêt pour les troupeaux. L’ouverture des boisements par le feu fait partie des transformations du milieu que la paléobotanique peut percevoir et doit démontrer à chaque époque. La présence de charbons de bois, dans les sédimentations hors habitat, peut témoigner de pratiques d’essartage localisées, et non d’incendies.

30Avec l’invention ou l’acquisition des techniques nécessaires et peut‑être l’accroissement des besoins, sont apparus le dessouchage et le champ permanent. Cette emprise plus marquée sur la forêt, toujours réversible et par là pouvant passer inaperçue selon nos marqueurs, ne peut être datée avec certitude ni par l’archéologie, ni par la paléoécologie. Peut‑être l’apparition de l’outillage en fer et l’apport de fumures en ont‑ils été les conditions techniques. Mais surtout, la perception que nous avons par l’anthracologie de la récession durable de boisements de plaine au deuxième âge du Fer incite à voir, dans les besoins économiques et les possibilités techniques de cette période, une charnière majeure dans les modes d’exploitation agricole.

31La période gallo‑romaine n’aurait fait que fixer plus profondément une certaine répartition fonctionnelle des espaces exploités, dont on ne connaît pas pour autant l’importance relative. Certainement le développement de la Vigne, de l’Olivier et de l’arboriculture fruitière a marqué le paysage, en plaine en particulier. Cette période est riche en documents archéologiques et historiques concernant la structuration de l’espace, l’habitat, les constructions, les productions, etc. La physionomie de l’environnement dans le sud de la Gaule n’en est pas pour autant bien connue. Il semble acquis que les déboisements importants, réalisés dès l’âge du Fer pour l’exploitation agricole des plaines, perdurent ensuite, et que les chênaies sont gérées pour le bois. Cependant, cela ne signifie pas des milieux homogènes dans toute la Narbonnaise, ni semblables à l’actuel. L’existence de forêts de plaine au Ier s. à Sallèles‑d’Aude, ou durant l’Antiquité tardive à Dassargues, tempère l’image de déboisements généralisés à basse altitude. L’exploitation, pour les constructions et dans le bois de feu, de ligneux méditerranéens voisinant avec des essences médio‑européennes, suggère la perduration à basse altitude de forêts relictuelles. L’identification fréquente du Chêne à feuillage caduc montre la vigueur des chênaies. C’est pourquoi il est indispensable de prendre en compte l’existence de ces boisements préservés. Le pouvoir de régénération des forêts est encore fort. C’est le rôle de la paléoécologie de proposer des scénarios et d’en exclure d’autres, en liaison avec les sources historiques et archéologiques.

32Les difficultés de traduction spatiale des éléments du paysage, ou de restitution des pratiques réelles d’exploitation par l’homme, sont source d’imprécision en paléoécologie. Mais ne sont‑elles pas liées aux lacunes concernant, par exemple, la densité du peuplement, le degré de sédentarité, les voies de communication ou les moyens de transport ? Particulièrement, la démographie ancienne et, corrélativement, la quantification des besoins économiques, sont la clef manquante de nombreuses interprétations, concernant les sociétés comme l’environnement. Peuvent‑elles trouver des arguments dans les récessions et progressions de la forêt ? C’est possible mais l’anthracologie, à cause de la nature de son matériel d’étude, percevra toujours mieux les territoires des habitats les plus riches en dépôts archéologiques, c’est‑à‑dire les milieux les plus occupés et les plus transformés. De ce point de vue, la palynologie offre un éclairage précieux pour les secteurs ou périodes peu marqués par l’homme. Quant à la carte archéologique du peuplement, chaque jour mieux documentée, elle comble peu à peu nos lacunes spatiales et chronologiques, en particulier dans le sud de la France à travers les villages préhistoriques de plaine, les rares occupations de plein air de l’âge du Bronze, les fermes indigènes de la Protohistoire, les petits habitats de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge.

33Toutes ces avancées suffisent‑elles pour espérer, à terme, une représentation quantifiée de l’occupation de l’espace, de l’habitat au territoire ? Nous ne le pensons pas et il est à souhaiter, dans les années qui viennent, que la modélisation assistée par l’informatique devienne un passage obligé pour l’archéologie et la paléoécologie. Il est nécessaire de ne plus limiter le champ des questions posées aux informations disponibles mais de s’interroger aussi sur les données manquantes. Pour l’anthracologie, comme pour d’autres méthodes, l’essentiel n’est pas le matériel d’étude mais les questions à résoudre, en rappelant que s’intéresser à la végétation sans s’intéresser aux sociétés n’aurait aucun sens.

Notes

1 L’utilisation du bois de feu domestique, au quotidien, a pu faire l’objet d’usages particuliers : bois d’allumage, bois destiné à diverses cuissons, etc. Ces objets d’étude potentiels ne peuvent être révélés que par des dépôts de type « instantané ». Tel est le cas, au ive s. av. n. è. sur le site de Lattara, d’un fagot de Bruyère arborescente et d’un stock de bûchettes de Chêne vert, figés par un incendie à proximité d’un four domestique (Buxó et al. 1996). De telles découvertes restent exceptionnelles et on enregistre plus couramment un usage moyen du bois de feu dans l’espace domestique, dans lequel les usages particuliers ne peuvent plus être différenciés.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search