Version classiqueVersion mobile

Forêts et sociétés en Languedoc (Néolithique final’ Antiquité tardive)

 | 
Lucie Chabal

Partie II. Les transformations du paysage en Languedoc

Chapitre 4. Paléoécologie de treize sites languedociens

Résumé

L’interprétation paléoécologique diachronique est proposée pour chaque site et son territoire. L’évolution de la chênaie et celle des forêts alluviales ou littorales montrent une emprise croissante des hommes sur leur environnement. Entre le Néolithique final et le Bronze final, le territoire d’activité des habitats de hauteur semble limité aux alentours des sites et à la chênaie, mais on ne connaît pas la végétation des vallées, non perçue. Longtemps, la chênaie est aussi la principale forêt présente et modifiée autour des sites dans les zones lagunaires ou alluviales : une topographie plus accidentée, c’est‑à‑dire moins colmatée, en est sans doute l’explication. Entre le Chalcolithique et l’âge du Fer, des boisements mésophiles s’étendent à basse altitude, probable effet de l’accélération de l’alluvionnement. Avec le développement des agglomérations de l’âge du Fer, des territoires sont déboisés durablement dans les plaines, interprétés comme espaces agricoles. Durant l’Antiquité, partout l’emprise forte sur les chênaies se précise et signale leur gestion, au moins pour le bois. Mais les plaines restent déboisées, avec un développement certain des cultures, fruitières en particulier. L’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge ont peut‑être vu une certaine reprise forestière en plaine.

Texte intégral

4.1 Le littoral durant la Préhistoire. Deux faux sites de plaine dans une topographie accidentée

4.1.1 Port Marianne. Du Néolithique moyen au Chalcolithique

Chronologie d’occupation des sites de Port Marianne : Plaine de Chrétien et Espace Richter

1Des occupations du Chasséen, du Néolithique final et du Chalcolithique ont été découvertes entre Montpellier et Lattes, Hérault (fig. 36). Deux sites installés sur la rive ouest du Lez à 40 m de celui‑ci, en amont du pont Trincat aux portes de Montpellier, fouillés de 1989 à 1992 dans le cadre d’un sauvetage programmé (fouille X. Gutherz, L. Jallot, G. Escallon), ont révélé un très grand nombre de fosses et des fossés, appartenant :
– pour le site de Plaine de Chrétien B (110 fosses), au Chasséen récent, au Néolithique final ancien et récent (proche de la culture Ferrières) ;
– pour le site du Stade Richter, au Chalcolithique Fontbouisse, avec en particulier un énorme fossé qui était doublé d’une palissade, ce qui laisse penser que ce site était mieux implanté que les occupations antérieures.

FIG. 36 – Situation du port antique de Lattara (fouilles de Lattes Saint‑Sauveur) à Lattes (Hérault) et des sites voisins de Port Marianne (Montpellier, Hérault) : Plaine de Chrétien et Espace Richter.

2Les charbons de bois proviennent de prélèvements dans des fosses, associés à d’autres restes domestiques. Ils ont été étudiés dans le cadre d’un programme du CNRS « Autour de Lattes (Hérault) : évolution d’un territoire à l’interface des milieux marin et terrestre, du Néolithique au Moyen Âge » (resp. : P. Blanchemanche, UMR 154).

3Récemment un autre site chasséen vient d’être découvert en aval, sur plus de 2 ha (site Jacques Cœur).

Écologie actuelle de Port Marianne

4Le site est entre 12 et 13 m d’altitude, dans des conditions de plaine alluviale. Les potentialités de ce site en zone urbanisée sont liées aux alluvions du Lez (Peupliers, Orme, Frêne). Les premiers reliefs, telle la colline de Montpellier à 50 m d’altitude (marnes pliocènes), commencent à quelques centaines de mètres du site.

Paléoécologie de Port Marianne

5Les charbons de bois révèlent a priori une inégalité de représentation des trois périodes par rapport au milieu (tabl. C, diagr. C, annexe 2). Aucune fonction particulière autre que domestique ne semble attribuable au combustible. Mais les essences révélées au Chasséen et au Néolithique final sont en très grande majorité les grandes Bruyères, avec seulement 1 fragment de Chêne vert et 3 de Chêne à feuillage caduc. Il ne faut pas perdre de vue que la Bruyère arborescente est un arbuste pionnier des terrains dénudés, ou qui peut envahir largement la chênaie sur les sols non calcaires. Son abondance relative est alors réelle, mais ici il faudrait supposer qu’elle forme des peuplements presque purs. Il se peut qu’on ait affaire à des occupations relativement temporaires (L. Jallot, communication orale) qui auraient permis de se contenter de milieux riches en cette essence sans les épuiser.

6Au Chalcolithique, le tableau est beaucoup plus riche, et écologiquement plus équilibré, avec onze essences au total et une majorité de Chêne à feuillage caduc, ce qui correspond à des boisements naturels. Notons des espèces subordonnées de la chênaie : Filaire et/ou Alaterne1, grandes Bruyères, Genévrier, Buis. Mais le Chêne vert est rare, ce qui paraît contraire à l’idée d’une exploitation durable de la chênaie. Le Pin de Salzmann a déjà été rencontré à Richement (Montpellier) au Chalcolithique Fontbouisse (Figueiral 1990a). Il doit s’agir au moins pour partie des Pins perçus par la palynologie dans la zone lagunaire en aval (Puertas inédit).

7Cette chênaie acidiphile fait écho aux bois actuels de Doscares et Grammont sur sols fersiallitiques lessivés (hautes terrasses rhodaniennes du Quaternaire moyen), chers aux botanistes pour leur végétation de maquis (Bruyère arborescente). Ces zones se trouvent à l’est du site à plus de 5 km et ne peuvent pas être à l’origine du bois de feu de Port Marianne. Mais elles correspondent certainement à un paysage qui était la règle à la fin de la Préhistoire jusqu’en bordure du Lez, avant que le colmatage ne soit trop avancé.

8La végétation qui devait spécifiquement border le Lez n’est pas perçue dans ce bois de feu. Selon l’hypothèse géomorphologique, le Lez, dont le cours a beaucoup divagué, devait être à environ 100 m à l’est du site (à l’opposé du cours actuel par rapport au site) (Ambert et al. 1989). L’absence de toute essence mésophile correspond, tout comme l’importance de la chênaie, à l’hypothèse d’un paysage au relief plus accusé que maintenant, avec un substratum ancien moins colmaté par les dépôts alluviaux. Il se peut qu’une chênaie développée autour du site ait suffi aux besoins en bois de feu, et que les berges du Lez, plus abruptes que maintenant, n’aient été que très faiblement bordées d’essences mésophiles ou hygrophiles, non perçues ici dans le bois de feu.

9Il est intéressant de comparer les listes d’essences identifiées sur ce site à celles trouvées dans des carottages à 4 km en aval, dans la zone lagunaire au sud de Lattes (exploitées dans le cadre du même programme). Les meilleures datations en sont données en l’état actuel par les chronozones polliniques (Puertas 1997). Dans la carotte d’Embouchac, vers la fin de l’Atlantique ancien, nous trouvons dans des charbons et des fragments de bois millimétriques le Chêne à feuillage caduc, le Pin de Salzmann, les grandes Bruyères. Dans la carotte Méjean I se trouvent, vers 8 m de profondeur, (Atlantique récent) le Chêne à feuillage caduc, les grandes Bruyères, la Filaire et/ou Alaterne, le Hêtre (sous réserve), le Saule. À Embouchac, vers la fin du Subboréal (fin de l’âge du Bronze), et dans le sondage Europe à ‑10 m, on trouve Rhin coriaria, le Sumac.

10Or, le Sumac signale des coteaux calcaires secs. Les « grandes Bruyères » (Bruyère arborescente, à balai ou multiflore) sont inféodées à des milieux assez secs. Le Pin de Salzmann, dont l’aire actuelle est très réduite et morcelée, demande une certaine humidité climatique mais des conditions édaphiques sèches. Le Chêne à feuillage caduc, la hilaire et/ou Alaterne proviennent d’une chênaie donc sur sols relativement drainés. Le Hêtre, mésophile, n’aime pas les sols trop humides et le Saule témoigne de la proximité de milieux d’eau douce, non lagunaires.

11Ainsi, les essences trouvées dans le site (bois de feu) et celles apportées dans la lagune se font directement écho. On peut penser à des pratiques d’incendies volontaires dans des végétations spontanées. Ceci expliquerait bien la présence du Sumac, essence d’assez faible calibre, de peu d’intérêt combustible mais formant des peuplements à croissance rapide susceptibles d’être éliminés par le feu. Les charbons de bois présents dans les carottes dans l’aval du delta pourraient provenir de pratiques de pâturage ou d’essartage* en amont, rejoignant par colluvionnement le trajet du Lez ou d’un autre bras fluvial, puis la zone des dépôts lagunaires. Ceci a pour intérêt de confirmer, sur le trajet des cours d’eau, la présence de milieux beaucoup mieux drainés qu’actuellement, relativement secs, propres à porter une chênaie, dans factuelle plaine du Lez. Au contraire, aucune forêt mésophile n’est perçue.

4.1.2 Tonnerre I. fig. 37

Chronologie d’occupation de la rive nord de la lagune de Mauguio

12L’occupation de Tonnerre I (Hérault) sur la rive de la lagune de Mauguio au Bronze final II, IIIa et IIIb (cal. 1095‑790 av. J.‑C.), avec des restes de constructions en torchis, et jusqu’au premier âge du Fer (525 av. J.‑C.), est sans hiatus culturel et aucun abandon n’est visible (Dedet et al. 1985 : 118‑119). Les fouilles de 1990 ont permis le prélèvement de charbons de bois pour les trois niveaux successifs du Bronze final (fouille M. Sternberg).

FIG. 37 – Situation de Tonnerre I (Mauguio, Hérault).

13Ce site n’est pas isolé et s’insère dans une occupation prolongée de cette zone de « terramares », considérée aujourd’hui et depuis le Moyen Âge au moins comme peu hospitalière, voire insalubre.

14Le rivage nord de la lagune de Mauguio comprend une frange de terres saisonnièrement inondées. En bordure immédiate de cette zone et la dépassant d’à peine un mètre, des buttes à surface aplanie ont révélé de nombreuses occupations (Prades et al. 1985 ; Dedet et al. 1985 ; Dedet, Py 1985). Les fouilles attestent des fréquentations et des occupations du Chasséen (11 sites), du Néolithique final (Ferrières), du Chalcolithique Fontbouisse (au moins 2 sites), dix habitats du Bronze final II, deux du Bronze final IIIa et huit du   final IIIb, des sols d’habitat sans structures bâties au premier âge du Fer, ainsi que des traces de fréquentation au deuxième âge du Fer. Pour la période gallo‑romaine, la présence répétée de tessons du Haut‑Empire à Tonnerre I et d’un trou de poteau ou de piquet (Tonnerre I) laisse plutôt penser à une mise en valeur agricole ou pastorale. Il en est de même pour les périodes médiévale et moderne.

15Le niveau marin était très certainement plus bas que l’actuel aux périodes les plus anciennes de l’occupation, mais paradoxalement le rivage de la lagune pouvait avancer davantage dans l’intérieur des terres, parce que le niveau des terres (le colmatage alluvial) était aussi plus bas que maintenant. Cette question du niveau marin est délicate pour la suite de l’occupation. De façon répétée, on a pu observer un lessivage des sols d’occupation (du Bronze au Fer), avec des apports de sable, graviers, petits coquillages et un littage fin des sédiments. De plus, il existe des niveaux de limons lagunaires entre certains niveaux archéologiques. Tout laisse penser que des inondations saisonnières ont affecté ces habitats. Le niveau lagunaire n’était donc pas loin.

Écologie actuelle de Tonnerre I

16Les sites lagunaires des terramares sont sur de faibles éminences (0,5 à 1 m NGF) très proches de la bordure de la lagune, actuellement dans les prés salés à la limite de la zone régulièrement inondée. Tonnerre I est à 500 m de la berge actuelle de l’étang. Celle‑ci est le domaine des Salicornes qui constituent la végétation des sansouïres* (sur sols très salés) et des Roseaux Phragmites (roselières d’eau saumâtre). Un gradient de salinité croissante est‑ouest est dû à l’apport d’eau douce plus important à l’est de la lagune. La végétation ligneuse est très rare, localisée aux zones de faible salinité alimentées par des sources ou des ruisseaux. Elle comprend sous forme d’îlots le Peuplier blanc, le Frêne oxyphylle, l’Orme champêtre, et des essences introduites. Par exemple, le Bois Despous à l’ouest de la Pointe du Salaison est associé à une source qui permet une nappe d’eau douce à faible profondeur. Avant les récentes opérations d’assainissement de la plaine de Marsillargues et de Saint‑Nazaire, les pluies d’automne s’accumulaient dans ces plaines et une infiltration lente vers l’étang maintenait une pression d’eau douce constante pendant au moins trois mois. Aujourd’hui, il n’y a plus de stockage de l’eau de pluie qui s’évacue très rapidement. Dans le passé, ce lavage des terrains salés devait être assuré par une hydrologie plus dynamique.

Étude anthracologique de Tonnerre I

17Le diagramme anthracologique de Tonnerre I (tabl. D, diagr. D, annexe 2) a pour intérêt principal de confirmer sur trois niveaux du Bronze final la présence d’essences de la chênaie mixte (avec Filaire/Alaterne, Arbousier, grandes Bruyères, ces deux derniers marquant l’exploitation de ce milieu, Cornouiller, Genévrier) et d’autres plus adaptées à une nappe phréatique élevée (Frêne, Orme champêtre). Le Hêtre, rare, a dû exister près des cours d’eau en situation drainée. L’absence de Saule et de Peuplier indique des berges de rivières au relief accusé et non colmaté, plus compatibles avec les exigences du Hêtre. L’hypothèse que seuls le Frêne, l’Orme, etc. seraient locaux et que la chênaie serait dans l’intérieur des terres n’est pas la meilleure. En effet, on a vu, au sujet du site de Port Marianne, que jusqu’à la Préhistoire récente, la plaine littorale a connu une topographie moins colmatée par les apports sédimentaires alluviaux, faite des microreliefs du substratum de la plaine alluviale (formations fluviatiles caillouteuses anciennes, anciens cordons littoraux). Cette topographie, probablement plus bombée que l’actuelle (Py 1985 : t. II, 117), mais surtout peu colmatée, explique bien des conditions de vie favorables du Néolithique au Bronze final ainsi que la présence de la chênaie voisinant avec la frênaie‑ormaie : la bordure de la lagune de Mauguio devait être un milieu salubre, fait d’éminences entourées de creux topographiques (lits des rivières côtières, topographie ancienne) jouant le rôle de drains naturels pour l’évacuation de l’eau des rivières et de pluie. Du fait que les creux topographiques étaient peu colmatés, la ligne de rivage de la lagune pouvait s’avancer plus avant dans l’intérieur des terres (même dans le cas d’un niveau marin plus bas que l’actuel de quelques décimètres ou davantage), voire même créer de petites îles et des promontoires s’avançant sur l’étang (Delano‑Smith 1979). Ce paysage n’avait probablement pas grand‑chose à voir avec l’actuel milieu plat, alluvial, hydromorphe ou halomorphe* et déboisé que nous connaissons.

Le peuplement et les conditions de vie au bord de l’étang

18Pour les périodes qui ont suivi le Bronze final, on peut s’interroger sur l’évolution du peuplement lagunaire et de la végétation, à travers d’autres sources que l’anrhracologie.

19C. Delano‑Smith (1979) a analysé diverses possibilités pour expliquer l’évolution du peuplement lagunaire, en particulier celle de la remontée du niveau marin à l’âge du Fer. Selon M. Py, une brusque remontée du niveau marin n’est pas à retenir parce que l’abandon des terramares est progressif au cours du troisième quart du vie s. av. J.‑C., et parce que rien n’empêchait les populations de se déplacer un peu vers le nord pour se mettre hors d’eau, ce que l’on n’observe pas aux vie et ve s. av. n. è. ; en revanche, l’auteur envisage une phase humide plus ou moins durable ayant dégradé les conditions de vie (Py 1985 : 78). Cependant, on ne doit pas supposer que la lente remontée du niveau marin (admise par beaucoup d’auteurs) aurait forcément provoqué une submersion. Ce serait ne pas tenir compte des atterrissements qui peuvent prendre de vitesse cette transgression.

20De plus, nous pensons qu’il n’est pas nécessaire d’invoquer un changement climatique, tout au moins pas pour les conditions de vie qu’elles impliquent directement. En effet, il ne faut pas oublier que des submersions périodiques, n’ayant pas découragé l’occupation, sont notées par l’archéologie sur ces sites des terramares. Le niveau de la lagune était donc proche des niveaux habités (les étangs peuvent monter de plusieurs décimètres à l’occasion d’une tempête). Cette situation de microreliefs très près de l’eau, où malgré tout des populations ont choisi de s’installer et de revenir durablement, nous indique à quoi tenait la salubrité des lieux, et son basculement à l’âge du Fer : en effet, alors qu’en milieu bien drainé, un climat plus humide n’aurait pas forcément causé plus de problèmes que dans l’intérieur des terres, en revanche le colmatage du relief aurait rendu critique tout apport supplémentaire d’eau, quelles que soient sa durée et son origine. Ainsi, une crue alluviale, toute remontée saisonnière de la lagune ou tout apport excessif de précipitations (exceptionnel ou climatique) ne pouvaient plus être évacués assez vite, les buttes n’étaient plus drainées et devenaient durablement humides et insalubres. Ne peut‑on ainsi penser que si l’abandon des terramares a lieu au début de l’âge du Fer, c’est parce que les atterrissements dus à l’apport alluvial des rivières deviennent critiques ? Cette interprétation est compatible avec une lente remontée marine, prise de vitesse par l’alluvionnement et ne provoquant pas la submersion des terres, ce qui explique les fréquentations ultérieures.

21Cependant, diverses causes peuvent être responsables du colmatage. Une phase humide, la remontée marine, ont pu accélérer le dépôt de la charge alluviale des Fleuves en freinant les écoulements. Mais n’est‑ce pas aussi une époque où s’installe justement dans certaines zones de l’arrière‑pays une agriculture permanente de plaine (cf. infra partie II, § 4.5.1), peut‑être responsable d’une érosion ?

22On peut remarquer que l’occupation gallo‑romaine rurale de la basse plaine, avec des ports fluviaux sur les petites rivières qui la traversent, est en retrait d’environ 150 m dans l’intérieur de la plaine par rapport à l’occupation des terramares (ATP 1993). Or, on évoque d’habitude plutôt un bas niveau marin pour l’Antiquité (cf. supra partie II, § 1.6). Il semblerait donc qu’à la période romaine les bordures lagunaires soient a priori hors d’eau. Il faut donc comprendre pourquoi elles ne sont plus habitées à cette époque : ne doit‑on pas penser que l’insalubrité de la bordure de la lagune était durable, depuis le deuxième âge du Fer et sans doute accentuée jusqu’à la fin du Moyen Âge au moins ? Il serait alors tentant de ne pas voir cette insalubrité comme un phénomène réversible, comme peuvent l’être des fluctuations du climat ou du niveau marin. Par contre, le colmatage est un phénomène de caractère définitif.

23D’autres informations sur la végétation montrent aussi que le milieu semble avoir changé postérieurement au Bronze final.

Étude palynologique de Tonnerre I : fin du Bronze final et période romaine

24En 1990, les sondages archéologiques de Tonnerre I ont été l’occasion de prélèvements palynologiques. Un échantillon du Bronze final et un autre gallo‑romain ont été exploitables ; ils révèlent de nombreux taxons et peu de Cichoriées (Puertas inédit). L’échantillon 10005 (fin du Bronze final) révèle 25 % de pollens d’arbres, dont 6 % de Chênes, 8 % de Frêne, 3 % de Pin, 1 % de Hêtre, l’Arbousier, la Bruyère arborescente, etc. et 21 % de Chénopodiacées, 28 % de Graminées, 5 % de Plantain lancéolé, 3 % de Céréales, etc. L’échantillon 10004 (période gallo‑romaine) révèle 60 % de pollens d’arbres, dont 25 % de Pin (apport lointain), 3 % de Chênes, 2 % de Filaire, 14 % de Frêne, 2 % de Tilleul, 3 % de Noisetier, 0,3 % de Hêtre... et 21 % de Chénopodiacées, 12 % de Graminées, 3 % de Plantain lancéolé, 0,3 % de Céréales, etc.

25D’une part, la présence de milieux halomorphes périodiquement inondés à proximité du site est confirmée par les 21 % de Chénopodiacées qui sont ici des Salicornes de la sansouïre, végétation caractéristique des bordures immédiates, très salées, de la lagune. Ceci rejoint l’idée de sites voisinant de très près le niveau de la lagune, au Bronze comme à la période romaine. D’autre part, la présence proche de boisements forestiers (dont l’importance ne peut pas ici être évaluée) de type chênaie et de type forêt mésophile (Frêne, Hêtre, Noisetier...), est probable et fait écho à nos propres résultats. La présence et la rareté du Hêtre dans la plaine répondent à nos propres observations. Si les différences entre ces deux échantillons sont significatives, elles concernent l’exploitation du milieu, avec plus de Graminées, de Céréales et de Plantain lancéolé au Bronze final IIIb, et peut‑être une progression des essences de plaine (Frêne) par rapport à la chênaie à la période romaine. Ces deux résultats confirmeraient une occupation humaine plus implantée à la fin du Bronze final qu’à la période romaine comme l’observe l’archéologie, et entre ces deux périodes, une progression du colmatage alluvial au détriment de la chênaie et au profit de boisements plus adaptés à l’humidité (cette progression de la forêt de plaine serait donc en sens inverse de ce qui est observé à l’intérieur du diagramme anthracologique de Tonnerre I au Bronze final II, IIIa et IIIb). La salinité par contre ne semble pas un facteur limitant pour la végétation boisée, elle ne varie sans doute pas entre ces deux périodes.

26Nous pouvons sur ces bases proposer un schéma qui ne vise pas à représenter les dépôts à l’échelle, mais la répartition de la végétation ligneuse selon le relief (fig. 38).

FIG. 38 – Représentation schématique du colmatage des microreliefs de la plaine lagunaire au contact de l’étang de Mauguio (Hérault), pour le site de Tonnerre I. Aucune échelle n’est respectée dans ce schéma.

Le sondage palynologique de Marsillargues du Néolithique au Moyen Âge

27Une autre comparaison palynologique avec encore plus de recul dans le temps est permise par le sondage palynologique de Marsillargues (Hérault), situé sur la bordure est de la lagune de Mauguio (Planchais 1982), à quelques kilomètres du site de Tonnerre I. Le diagramme pollinique va de la fin du Néolithique à la période historique, de 20 en 20 cm sur 8 m de sédimentation lagunaire (les forts taux de Hêtre doivent encore être expliqués, mais peut‑être aussi ceux de Noisetier et d’Aulne : on a évoqué un possible apport de pollens par l’eau, peut‑être le Vidourle, ce qui laisse penser qu’une partie du diagramme pourrait refléter l’arrière‑pays). Des points de compatibilité avec nos résultats et ceux de Puertas pour Tonnerre I concernent la chênaie principalement. Nous avons représenté (fig. 39) les proportions des Chênes identifiés : Chêne total, Chêne type Chêne vert et Chêne type Chêne liège (peu abondant). L’auteur n’ayant pas donné la courbe du Chêne à feuillage caduc, nous l’avons déduite des Chênes totaux par un procédé graphique (pour les autres taxons, cf. Planchais 1982 : fig. 2, 3, 4).

FIG. 39 – Extrait du diagramme palynologique de Marsillargues (Hérault) pour les Chênes seuls, d’après Planchais 1982. La courbe du Chêne à feuillage caduc, non donnée par l’auteur, a été déduite de celle des Chênes totaux et des deux autres espèces de Chênes.

28Si on ne regarde que les variations principales, le Chêne à feuillage caduc se développe avant le début de la séquence, a son maximum vers le Bronze final et décroît juste après pour finir à des taux très faibles après la période romaine. Le Chêne vert s’étend rapidement depuis des taux très faibles (Néolithique‑Chalcolithique), il a son maximum après la période romaine (avec la Bruyère arborescente) et finit par décroître bien après le Chêne à feuillage caduc, au Moyen Âge.

29Plus précisément, on peut distinguer trois phases.

30● Tout d’abord, a lieu une série de variations relatives du Chêne à feuillage caduc en opposition avec celles du Chêne vert, entre 4760 et 4460 ± 100 BP. Certainement, le Chêne vert est favorisé aux dépens du Chêne à feuillage caduc en fonction des activités humaines de la plaine lagunaire, au Néolithique final et/ou au Chalcolithique, avec un creux de représentation de la chênaie totale à la fin de cette phase.

31● Ensuite, les deux Chênes augmentent ensemble au cours de l’âge du Bronze (sauf un creux inexpliqué pour le Chêne à feuillage caduc) et ont un maximum commun autour de 2800 ± 90 BP (Bronze final ?). Sans doute alors une chênaie mixte tend à se régénérer jusqu’au Bronze final (l’Orme et le Frêne sont discrets et varient peu) : Tonnerre I prendrait place dans cette extension de la chênaie mixte, qui culmine au Bronze final. Cette extension pourrait être une régénération spontanée, simplement non entravée par l’homme en raison d’une faible occupation (au Bronze ancien et moyen ?) contrairement aux périodes précédentes.

32● Puis ces deux Chênes recommencent à varier en opposition, en décroissant globalement. La récession du Chêne à feuillage caduc, progressive, commence très nettement après cette date de 2800 + 90 BP. Moyennant les amplitudes de dates 14C et l’absence de calibration, on peut se demander si cette date de récession du Chêne à feuillage caduc est bien la fin du Bronze final. Mais si cette récession correspond effectivement à l’abandon par l’homme des terramares en tant qu’habitat et si nos hypothèses sur les raisons de cet abandon sont exactes, on comprendrait très bien que l’on entre dans une phase de récession de la chênaie, gênée par le colmatage et l’humidité croissante du sol. Ce phénomène se serait étalé jusqu’après le Moyen Âge. Le fait que la zone continue à être mise en valeur durant l’âge du Fer et au‑delà (cf. supra) suffirait à expliquer que le Chêne vert perdure plus longtemps que le Chêne à feuillage caduc.

33Dans le diagramme de Marsillargues, l’Orme a justement son taux maximum (faible) dans une période qui recouvre le Bronze final, l’âge du Fer et la période romaine et on peut penser qu’il profite du colmatage. Le Frêne varie peu. L’Orme et le Frêne disparaissent au cours du Moyen Âge.

34Ce résultat serait congruent avec l’interprétation des pollens de Tonnerre I (cf. supra) d’une croissance de la forêt de plaine (Frêne) et d’une récession de la chênaie entre le Bronze final et la période romaine, pour des raisons liées au milieu naturel. L’activité humaine ne s’exprime qu’à travers la proportion entre les deux Chênes.

4.1.3 Conclusion

35Les sites de Port Marianne comme celui de Tonnerre I montrent un déterminisme naturel dans la présence de la chênaie, qui correspond bien au schéma d’un littoral moins colmaté que de nos jours, compatible avec l’écologie d’une chênaie jusqu’au début de l’âge du Fer, au moins. Les zones côtières, avec un microrelief de terrasses quaternaires et d’anciens cordons aujourd’hui recouvert par l’alluvionnement, révèlent des conditions beaucoup plus salubres qu’actuellement, mieux drainées et permettant une végétation mixte.

36Le Frêne et l’Orme ne devaient occuper que les sols les plus colmatés (pour Tonnerre I) et ont profité, au fur et à mesure, des atterrissements croissants. Dans le site de Lattes, on trouvera d’ailleurs ces deux essences, abondantes, au premier âge du Fer (cf. infra partie II, § 4.5.3) c’est‑à‑dire à une date où l’on peut penser que les atterrissements sont déjà importants en aval de Port Marianne. La proximité des cours d’eau, en zones néanmoins drainées par le relief, a dû permettre la perduration du Hêtre (rare) à basse altitude. La rareté des espèces de forêt riveraine liées à un niveau phréatique élevé (Peuplier, Saule) révèle sans doute un relief plus accusé, des cours plus encaissés, et de ce fait des surfaces faibles pour les accueillir.

37La chênaie, présente depuis le Néolidhique, est exploitée par l’homme et enrichie en essences arbustives à Port Marianne au Chalcolithique, ou à Tonnerre I au Bronze final II, IIIa et III b (à Port Marianne, l’usage presque exclusif de la Bruyère arborescente au Chasséen et au Néolithique final peut témoigner d’occupations temporaires, d’un biais dans la représentation du milieu, ou de pratiques d’incendie ayant favorisé cette essence). L’usage du feu est presque certain dans la vallée du Lez, si l’on en croit les essences retrouvées en aval, à plusieurs niveaux dans les carottages lagunaires holocènes. La chênaie a souffert du colmatage croissant et elle a dû être naturellement et progressivement éliminée du littoral lagunaire jusqu’à disparaître au cours de la période historique (en outre, le Chêne blanc, défavorisé par l’homme au profit du Chêne vert, a disparu le premier). Parallèlement, des boisements mésophiles (Frêne, Orme) se sont étendus, mais leur extension naturelle a dû être freinée par les déboisements de l’âge du Fer (cf. infra partie II, § 4.5.3).

4.2 Influence atlantique en Languedoc occidental. Permanence d’une chênaie‑hêtraie à basse altitude

4.2.1 L’oppidum de L’Agréable à l’âge du Fer

Chronologie d’occupation de L’Agréable

38L’Agréable (Villasavary, Aude) se trouve au sud‑est de Castelnaudary dans le Lauragais, faisant la jonction avec l’Aquitaine. Ce petit oppidum est implanté sur la plateforme sommitale (125 m sur 50 m) d’une colline, à 276 m d’altitude (fig. 40). Le site est bien défendu au nord, à l’est et à l’ouest, par des à‑pics. Deux autres petits habitats et des vestiges épars indiquent une occupation un peu plus importante à l’âge du Fer, dans ce secteur. La voie de circulation la plus proche était la piste d’Aquitaine (Narbonne‑Toulouse). L’habitat a une vocation agricole. Il est reconnu par deux maisons au moins (fouille M. Passelac et G. Rancoule), présentant des alignements de poteaux et une structure en bois (Chêne à feuillage caduc surtout), probablement un plancher. L’importation de vases grecs et d’amphores de vins massaliotes indique un niveau de vie correct. Des activités artisanales, avec la découverte d’un four de potier et la mise en évidence d’un atelier de bronzier, sont des résultats originaux pour le début de l’âge du Fer.

FIG. 40 – Situation de l’oppidum de L’Agréable (Villasavary, Aude).

39L’occupation est attestée au premier âge du Fer, de la fin du vie s. jusqu’à la première moitié du ve s. av. J.‑C., avec un incendie au milieu de cette période. Deux prélèvements de charbons de bois, dans des niveaux de type « remblai », datent de cette période. Une occupation au ier s. av. n. è. n’a pas fait l’objet de prélèvements (niveaux remaniés par les travaux agricoles).

Écologie actuelle de L’Agréable

40Le site de L’Agréable est, dans la zone méditerranéenne, à proximité de la zone subatlantique dont il subit l’influence climatique humide. Il appartient à une région de coteaux mollassiques avec intercalations de poudingues et calcaires lacustres. Cette région, formée de basses collines à topographie ondulée, est actuellement vouée à la polyculture et à l’élevage. La chênaie de Chêne blanc est bien développée autour du site et un peu moins le Chêne vert, présent, par exemple, à proximité du site sous forme de taillis hauts, entretenus et exploités, en conditions stationnelles chaudes ou drainées. Sont aussi présents le Merisier (Cerisier sauvage), l’Alisier blanc, l’Orme champêtre, le Sureau noir, etc.

Paléoécologie de L’Agréable

41Au début de l’âge du Fer, pour la fin du vie et le début du ve s. av. n. è., les deux niveaux de L’Agréable étudiés (tabl. A, diagr. A, annexe 2), avec 9 et 8 essences respectivement, révèlent un environnement dans lequel la chênaie de Chêne à feuillage caduc (79 %) domine les formations ligneuses. Le Chêne sessile (Chêne Rouvre) et le Chêne blanc sont possibles pour ce secteur. Les faibles pourcentages de Chêne vert rendent compte également de l’humidité climatique, qui rend le Chêne à feuillage caduc concurrentiel. Le Noisetier, l’Érable champêtre, le Cornouiller, l’Aubépine, le Sorbier et le Lierre peuvent appartenir à la chênaie. Par contre, le Hêtre (6,3 à 15 %) est absent du milieu actuel, parce qu’il demande des nébulosités fortes pour se maintenir, et ne trouve actuellement ces conditions que plus haut en altitude. Malgré la faible altitude du site (270 m), la forêt des environs de L’Agréable était donc une chênaie‑hêtraie. Il s’agit d’un résultat original par rapport aux sites du Languedoc oriental.

42Actuellement, le Hêtre n’est présent que vers 400 m d’altitude, sur les coteaux mollassiques de la Malepère ou du Razès, à quelques kilomètres du site, mais en avant‑poste de l’étage montagnard et de la zone atlantique, ce qui permet aussi au Charme, absent de la zone méditerranéenne française, de s’y maintenir. L’influence atlantique, ajoutée à la densité du couvert forestier elle‑même, pourrait expliquer cette perduration d’une chênaie‑hêtraie à plus basse altitude à l’âge du Fer.

43Le Frêne et l’Orme champêtre étaient discrets. Ces essences sont présentes autour du site, à l’heure actuelle. Par contre, le Merisier (Cerisier sauvage) est absent des charbons de bois à la fin du vie et au début du ve s., alors qu’il est très bien représenté actuellement, en lisières ou dans les boisements clairs. On peut penser que, exigeant en lumière, il a pu s’étendre plus tard, en réponse à une ouverture des boisements. Cette hypothèse va dans le sens d’un couvert forestier encore dense à l’âge du Fer. Il semble que les boisements denses n’aient pas été modifiés dans leur composition floristique, sur la faible durée étudiée.

Permanences climato‑écologiques dans le Lauragais à la période romaine

44À 8 km au nord‑est de L’Agréable, le vicus de Bram (Eburomagus), habitat rural aggloméré d’époque gallo‑romaine, vers 140 m d’altitude, a livré des fours de potiers. L’étude anthracologique des combustibles des fours est encore préliminaire. On peut néanmoins signaler, pour 337 charbons de bois provenant de deux fours, 88 % de Chêne à feuillage caduc, 11 % de Hêtre, 1 % d’Orme. Il est très intéressant de constater que le Chêne et le Hêtre sont dans des proportions identiques à Bram à la période romaine et à L’Agréable au premier âge du Fer. L’étude des combustibles des potiers gallo‑romains de Sallèles‑d’Aude a montré que les essences utilisées reflètent le milieu exploité pour le bois et ses transformations, et non des choix sélectifs (cf. supra partie II, § 3.3.2). À Bram on peut supposer qu’une chênaie‑hêtraie est exploitée à proximité du site, ou du moins dans un environnement forestier pas trop éloigné.

Des espèces médio‑européennes en Languedoc oriental à basse altitude

45L’abondance du Hêtre en Lauragais soulève la question de sa signification régionale à basse altitude. Le Hêtre est peu abondant dans les charbons de bois des sites du Languedoc oriental, mais il est régulièrement présent sous forme de quelques charbons de bois répartis dans les niveaux de nombreux sites, du littoral à l’arrière‑pays. La figure 41 montre sa répartition chronologique tous sites confondus (en Languedoc oriental et à basse altitude), ainsi que celle du Sapin : il faut immédiatement préciser que notre base de données est très en faveur des périodes récentes (en nombre de charbons de bois identifiés). Ces occurrences ne prouvent donc pas que le Hêtre et le Sapin aient une extension plus particulière à l’âge du Fer notamment. Quoi qu’il en soit, il s’agit de fréquences beaucoup plus faibles qu’en Lauragais. Il peut s’agir de peuplements relictuels, ayant perduré à basse altitude près des sites en conditions édaphiques humides ou au sein d’autres boisements qui les auraient protégés de la sécheresse estivale. Parce que ces fragments sont en faible quantité mais régulièrement très présents, y compris loin des rivières qui auraient pu transporter leur bois, il n’y a pas lieu de supposer des apports lointains, que rien par ailleurs ne justifie. Les populations auraient utilisé le bois de ces essences au hasard de l’approvisionnement dans les boisements qui les protégeaient. Elles n’auraient été éliminées de nos paysages qu’au cours de la période historique (Durand, Vernet 1987). Excepté notre résultat pour le Lauragais, en l’état actuel, l’anthracologie ne trouve pas comme la palynologie de fréquences élevées de Hêtre et de Sapin à basse altitude qui, pour de nombreux auteurs, signeraient des péjorations climatiques à l’âge du Bronze et à l’âge du Fer, tant dans le bassin de l’Aude (Guilaine 1995) qu’en Languedoc oriental (Planchais 1982). La question n’est pas résolue, en terme d’extension réelle et de signification de ces boisements. L’éventualité d’espèces autres que Abies alba ou Fagus silvatica, plus résistantes à la sécheresse (plus productives en pollens ?), a été évoquée.

FIG. 41 – Présences de charbons de bois de Sapin et de Hêtre dans les treize sites languedociens étudiés.

4.2.2 Conclusion

46L’existence en Lauragais d’une chênaie‑hêtraie au début de l’âge du Fer et à la période romaine, avec environ 10 % de charbons de bois de Hêtre, signifie une permanence de cette essence à basse altitude. Ce résultat, comparé aux faibles fréquences de Hêtre pour le Languedoc oriental à la même époque, souligne sans doute un décalage climatique semblable à celui qui caractérise actuellement cette partie du Languedoc occidental par rapport au Languedoc oriental. Il s’agit d’un résultat important puisque le climat actuel du Lauragais à basse altitude ne permet pas au Hêtre de s’implanter. Mais doit‑on affirmer que le climat était plus humide qu’actuellement en Languedoc à l’âge du Fer et à la période romaine ? Ne faut‑il pas plutôt supposer que la perduration du Hêtre dans la chênaie correspond à la permanence des conditions microclimatiques ou édaphiques, propres aux forêts denses installées sous climat plus humide ? Ces forêts se seraient maintenues en conditions limites, comme se sont maintenus des peuplements sans doute clairsemés d’essences non adaptées au climat de la basse plaine en Languedoc oriental (Hêtre, Sapin, Noisetier, Charme ou Charme‑Houblon, etc.) au côté d’essences thermophiles.

4.3 L’âge du Cuivre dans l’arrière‑pays : des forêts préservées ?

4 .3.1 Le Rocher du Causse au Chalcolithique Fontbouisse

Chronologie d’occupation du Rocher du Causse

47Le village chalcolithique du Rocher du Causse (Claret, Hérault) est installé à 408 m d’altitude sur un éperon rocheux, à l’extrémité de la « Montagne du Causse », en bordure est du causse de Pompignan (fig. 42). Le site est délimité par des falaises abruptes sur deux côtés, il surplombe de 200 m le village de Lauret au sud‑est, et plus loin la plaine de Valflaunès. L’habitat Fontbouisse est constitué par quelques cabanes de pierre à abside, flanquées de structures circulaires et reliées entre elles par des murs de clôture (Roux, Escallon 1992). Le site est réoccupé au Bronze ancien‑moyen avec des réaménagements des cabanes.

FIG. 42 – Situation du Rocher du Causse (Claret, Hérault).

48Les charbons de bois ont été prélevés au cours des campagnes de fouille 1987 à 1989 (fouille J.‑C. Roux, G. Escallon). Une partie provenait d’un incendie de la cabane 3‑6, l’autre du foyer 21 de la même habitation. Malgré le contexte céramique chalcolithique, les datations 14C ont donné des dates Bronze ancien‑moyen, cal. 2112/1764 av. J.‑C., et cal. 2292/1978 av. J.‑C. Ce problème en l’état actuel n’est pas résolu.

49Le foyer, à l’entrée de la cabane 3‑6, fait partie d’une zone de préparation des repas, comme l’attestent de nombreuses graines carbonisées, ossements animaux, meule, racloirs, vases de stockage. La fonction domestique du foyer ne fait pas de doute.

Écologie actuelle du Rocher du Causse

50Le causse de Pompignan est géologiquement rattaché au Crétacé inférieur (Berriasien moyen et supérieur, Valanginien). L’habitat est implanté sur des calcaires miroitants formant falaise, et domine au sud et à l’est les marnes liées à des combes (Combe du Rossignol, Ruisseau du Brestalou) et à la plaine de Lauret.

51Près du site, la garrigue qui tend à régénérer une belle chênaie de Chêne vert est marquée par le pâturage ovin comme l’indiquent le Panicaut champêtre, le Genêt scorpion et la petite taille de la Shérardie des champs. La végétation ligneuse est dominée par le Chêne vert, le Cade, le Pistachier térébinthe et la Filaire à feuilles larges. On y trouve également le Buis, le Romarin, le Prunellier, le Poirier faux‑Amandier, l’Amélanchier, le Chêne blanc, le Pin d’Alep. Près du Mas Neuf, on trouve des Oliviers, Amandiers, Mûriers blancs, Sureaux noirs, Micocouliers, Chênes verts, l’Érable de Montpellier ainsi que deux Chênes blancs de 10 à 15 m de haut. À l’est et au pied de l’éperon, plus de 200 m en contrebas, la garrigue sur marnes est dominée par le Pin d’Alep et le Chêne vert, avec de larges surfaces dénudées portant Oliviers et parcours. Les autres espèces ligneuses y sont : de très rares individus de Chêne blanc, le Pistachier lentisque, le Pistachier térébinthe, l’Alaterne, le Cade, l’Arbousier, le Buis, le Sorbier domestique, le Prunellier, le Romarin, etc. Remarquons, en bas de pente, la présence de plusieurs résurgences qui se rassemblent ensuite pour former une branche du Brestalou. Les sources ne devaient pas manquer au Chalcolithique sur les flancs du plateau.

Paléoécologie du Rocher du Causse

52Pour caractériser l’environnement du Rocher du Causse au Chalcolithique, le contenu du foyer 21 (tabl. M, diagr. M, annexe 2) et les bois de charpente incendiée se complètent. Le foyer 21 contient 85 % de Chêne à feuillage caduc et 12 % d’Érable de Montpellier, essence de la chênaie de Chêne blanc. L’Érable de Montpellier peut atteindre 12 m (Humphries et al. 1982 : 232), c’est une espèce sud‑européenne qui supporte le froid et la sécheresse, aime le calcaire, abonde dans les faciès les plus chauds du Chêne blanc. Plus rares dans le foyer, la Filaire et/ou l’Alaterne, le Cornouiller, le Pin d’Alep, le Genévrier, peuvent provenir de la même chênaie.

53On peut supposer une chênaie très peu marquée par l’homme, caractérisée par des Chênes blancs bien implantés sur le causse, avec un cortège floristique forestier. Le Pin d’Alep, peu abondant, vient confirmer son indigénat en Languedoc en limite nord de son aire actuelle. Ceci confirme des conditions pas trop froides sur le causse au Chalcolithique.

54La charpente révèle le Chêne à feuillage caduc dans deux poteaux (23 et 28) dont l’un d’un diamètre minimum de 24 cm. Très probablement, l’Érable de Montpellier, identifié dans un amas de charbons de bois, constituait un troisième poteau. Le Buis, la Filaire à feuilles larges et le Chêne vert sont présents, peu abondants, dans la charpente de la toiture (250 charbons de bois). L’Érable de Montpellier présente les plus forts diamètres (et les fragments les plus abondants). Suivent, en fréquence décroissante, la Filaire à feuilles larges puis le Chêne blanc. Si, comme il est probable, la chênaie était bien développée aux environs du site à cette époque, alors l’Érable de Montpellier devait être, dans les limites des possibilités de l’espèce, de belle venue. Il existe aujourd’hui des individus adultes dont le diamètre dépasse 20 cm, et qui sont suffisamment rectilignes pour faire des charpentes. Quant à la Filaire à feuilles larges, à feuillage persistant, dans les garrigues sèches actuelles, elle est le plus souvent à l’état d’arbrisseau. Mais elle peut atteindre 5‑7 m (Jacamon 1979) et même 15 m (Humphries et al. 1982 : 292).

55Les lieux humides ne sont pas représentés, certainement parce que le rayon d’approvisionnement en bois d’œuvre et en bois de feu sur le causse suffisait amplement à cette communauté de taille réduite. Il n’est pas exclu d’ailleurs que cette forêt se soit prolongée dans une partie de la plaine en contrebas. Ces hypothèses devront être confirmées par des résultats supplémentaires. On peut supposer une végétation encore très peu marquée par les activités humaines sur le causse et a fortiori convenant fort bien aux activités agricoles et pastorales.

4.3.2 Conclusion

56La petite communauté Fontbouisse du Rocher du Causse, installée sur un plateau calcaire, n’a probablement pas beaucoup modifié la forêt de Chêne blanc qui devait recouvrir le causse, comme en témoignent le contenu d’un foyer mais aussi les essences qui ont donné les plus gros calibres et le plus grand nombre de restes carbonisés de la charpente de la même habitation. On peut penser que le causse bénéficiait d’un sol brun encore non érodé et convenait à toutes les activités vivrières. Ce site est, parmi ceux de cette époque situés sur les hauteurs de l’arrière‑pays languedocien, celui qui indique la plus forte représentation du Chêne blanc par rapport au Chêne vert, celui‑ci n’étant présent, rare, que dans la toiture.

4.4 Les plaines alluviales du Chalcolithique à la période romaine. Développement des forêts et alluvionnement

4.4.1 Les sites de Caissargues. Du Chalcolithique à la période romaine

Chronologie d’occupation de Caissargues : Moulin Villard II et Grande Terre IV. fig. 43

57À l’occasion des travaux de l’autoroute A55, d’Arles à Nîmes, de nombreux habitats ont été découverts dans la plaine du Vistre, au sud de Nîmes (Gard). Cette zone a été très densément occupée à toutes les époques, depuis la Préhistoire jusqu’au Moyen Âge.

FIG. 43 – Situation des sites de Caissargues (Gard) : Moulin Villard II et Grande Terre IV, et de la ZAC des Halles à Nîmes (Gard).

58Les fouilles préhistoriques ont donné plus de 350 fosses et fossés (De Freitas 1987). Une occupation chasséenne discrète est signalée. Puis une occupation chalcolithique (culture de Fontbouisse, cal. 2976/2486 av. J.‑C.), comprenant des fossés défensifs, des trous de poteaux, des fosses subdivisant l’espace de l’habitat, des silos, des structures de combustion empierrées, a été fouillée (fouille De Freitas et al.). La céréaliculture y est attestée localement par la présence de pollens de Cerealia (Planchais, inédit). L’occupation chalcolithique se signale aussi par l’abondance remarquable du Bœuf dans les ossements et le rôle mineur de la chasse, comme ailleurs en Languedoc à cette époque. Notons que des niveaux de l’occupation chalcolithique étaient sous la nappe phréatique, ce qui a permis la conservation d’objets en bois, peut‑être des outils agricoles à bras (De Freitas 1987). Il importe pour l’interprétation environnementale de retenir que ces niveaux étaient forcément exondés, sinon salubres, au Chalcolithique. Une série de céramique campaniforme complète la chronologie de cette occupation.

59L’occupation du Bronze final (II ou III) a duré plusieurs décennies au moins, à la transition Bronze/Fer (De Freitas 1987). Elle est accompagnée d’aménagements en matériaux périssables qui évoquent des tentatives d’assainissement de l’habitat. Au début de l’âge du Fer (viies. av. J.‑C.) le site préhistorique est toujours occupé.

60Sur le même site, légèrement au sud‑est, existe une occupation de l’âge du Fer et d’époque romaine (ier s. av. J.‑C. au ive s. de n. è.) (fouille J. Kotarba et al.). À ce niveau, on note que le substrat fait d’un cailloutis dense de petits galets se trouve à 2,50 m de profondeur. Les sondages d’époque romaine sur les communes de Caissargues et Nîmes ont été de surface réduite. L’habitat « Grande Terre IV » est une cabane ovale du troisième quart du iers. av. J.‑C. D’époque romaine, mais d’occupation indigène, elle est formée par une profonde fosse remplie de cailloux, d’une fondation d’argile sableuse, et de murs élevés en adobe. La toiture était recouverte de limons. Des niveaux datés de 50/25 av. J.‑C. et 1/100 ap. J.‑C. ont fait l’objet de prélèvements anthracologiques. Attenante, l’occupation gallo‑romaine de Moulin Villard II est sans doute une exploitation agricole assez importante, ayant livré des puits, fosses, niveaux d’abandon et divers aménagements. Une faible surface du bâtiment a été retrouvée.

61Les prélèvements effectués dans les occupations gallo‑romaines des sites de Moulin Villard II (exploitation agricole) et de Grande Terre IV (cabane indigène) concernent des dépendances de ces habitations, et non des niveaux d’habitat bien caractérisés. Il est à noter que l’occupation modeste de Grande Terre IV a livré des arbres fruitiers au même titre que l’exploitation gallo‑romaine de Moulin Villard II. Ceci pourrait prouver l’exploitation du même terroir, ou du moins des activités agricoles semblables. Par exemple, les deux sites pourraient être des dépendances agricoles d’une résidence plus luxueuse, repérée à proximité mais non fouillée.

62Les charbons de bois du Chalcolithique et du Bronze final, recueillis dans les fosses de Moulin Villard II, ont été étudiés par C. Heinz et I. Figueiral (inédit) qui nous ont amicalement communiqué les résultats de cette analyse. Ceux de la fin de l’âge du Fer et de la période romaine ont été étudiés en collaboration avec I. Figueiral.

Écologie actuelle de Caissargues

63À l’extrémité orientale de la basse plaine languedocienne, la Vistrenque constitue un couloir d’alluvions, colluvions et apports éoliens de quelques kilomètres de large, logé entre les collines calcaires crétacées du nord de Nîmes et le plateau de la Costière du Gard au sud‑est. Hormis la ripisilve* bordant le Vistre, les vignes, champs, vergers et quelques jardins arborés préservés, la végétation spontanée se réduit, vers Caissargues, à de petites surfaces occupées par une garrigue de Chêne vert, maintenu dans les alluvions en raison du drainage. Les sols y sont limoneux, localement trop humides et nécessitant un drainage, mais la région fait surtout l’objet d’irrigations. C’est donc actuellement une zone alluvionnaire basse, bien arrosée, saisonnièrement inondable et encadrée de faibles reliefs, domaine naturel d’une chênaie aujourd’hui réduite à l’état de garrigue.

Paléoécologie de Caissargues

64L’intérêt majeur du site de Caissargues est de mettre en comparaison trois occupations, chalcolithique, du Bronze final et gallo‑romaine (tabl. ii, 12, diagr. I, annexe 2). On enregistre ainsi les relations entre des sociétés qui évoluent considérablement en un même lieu, et leur environnement. Trois états successifs peuvent être observés.

65● Au Chalcolithique, culture de Fontbouisse, le Chêne vert (55 %), le Chêne à feuillage caduc (23 %), les Bruyères (13 %) et l’Arbousier (6 %) forment l’essentiel de la couverture boisée. On trouve 2 fragments de Frêne et 2 d’Érable champêtre. Une chênaie est donc quasiment le seul boisement représenté.

66● Puis, au Bronze final, le Frêne (31 %), le Chêne à feuillage caduc (24 %), l’Orme champêtre (18 %), le Cornouiller (9 %) et l’Érable champêtre (9 %) dominent. Le Chêne vert est rare (1 %). Il s’agit d’une forêt mésophile, mais non hygrophile : le Peuplier, l’Aulne y sont absents, le Saule rare. Elle est une formation mixte de Frêne, Orme champêtre et essences de la chênaie néolithique originelle, riche en Chêne à feuillage caduc et en Cornouiller.

67● Enfin, à la période romaine, on observe un retour à une représentation majoritaire d’une chênaie, avec surtout du Chêne vert (24 %), des Bruyères (24 %) et très peu de Chêne à feuillage caduc (3 %). S’ajoutent de nombreux arbres fruitiers.

68Cette succession entre une chênaie mixte riche en Chêne vert au Chalcolithique, puis une forêt mésophile mixte au Bronze final, puis à nouveau une chênaie majoritaire à la période romaine, signifie‑t‑elle un cycle d’exploitation du milieu ? Étant donné que le site est implanté à quelques centaines de mètres du cours actuel du Vistre (qui, pris dans une topographie en amphithéâtre, n’a pu divaguer que très peu dans le passé), nous avions initialement interprété ces observations comme un état déboisé de la plaine du Vistre au Chalcolithique, suivi d’une régénération de la forêt de plaine à l’âge du Bronze puis de son déboisement, à nouveau, à la période romaine (Blanchemanche, Chabal 1995).

69Pourtant, pour le Chalcolithique, nous étions gênée par l’hypothèse de déboisements, qu’il fallait supposer accompagnés de la suppression des souches des arbres, pour expliquer que les essences mésophiles ne repoussent pas et ne soient pas perçues. On ne pouvait pas les justifier techniquement et surtout par leur ampleur spatiale, que ce soit pour l’agriculture ou l’élevage (l’émondage préserve les arbres). Or, l’absence presque totale d’espèces propres aux plaines alluviales rappelle leur absence, également, à Port Marianne au bord du Lez, du Néolithique moyen jusqu’au Chalcolithique (au moins), dans un domaine où le Frêne et l’Orme sont aussi actuellement tout à fait à leur place (cf. supra partie II, § 4.1.1). Dès lors, il convient d’être plus prudent. Le diagramme pollinique de Marsillargues en aval dans la lagune de Mauguio nous a aussi montré la très forte représentation de la chênaie au Chalcolithique, alors que les essences de plaine sont discrètes (cf. supra partie II, § 4.1.2). En nous souvenant qu’au Moulin Villard II les niveaux fouillés ont été durablement inondés à une date forcément postérieure à l’occupation chalcolithique, et ceci jusqu’à nos jours (cf. supra), il ne faut alors peut‑être pas supposer que la plaine du Vistre ait déjà été une plaine alluvionnaire humide telle que nous la connaissons. Comme sur le littoral, le profil de la vallée alluviale devait être plus encaissé, moins alluvionné ou colluvionné, et bien drainé jusqu’au bord du cours du Vistre. Une hydrologie plus dynamique dans le contexte de la fin de la transgression marine peut justifier cette morphologie, d’autant plus que la plaine du Vistre, au contraire de celles du Gardon et du Vidourle, est étroite et logée entre deux reliefs en gradins.

70Cette hypothèse nous paraît en l’état actuel la meilleure. Elle explique bien que les Chalcolithiques aient exploité le bois de feu uniquement dans une chênaie : cette forêt est la seule adaptée à leur environnement immédiat, des berges du Vistre jusque sur les reliefs proches (fig. 44). La chênaie a été exploitée comme l’indiquent les proportions entre essences : les 20 % d’Arbousier et la Bruyère arborescente (>10 %) signalent très probablement, par leur abondance relative, l’action du feu. Mais on se rend compte que malgré la forte proportion de Chêne vert, le Chêne à feuillage caduc reste très important au Chalcolithique (>20 %), beaucoup plus qu’il ne l’est à la période romaine. On peut alors supposer que la chênaie est bien développée, avec un fort pouvoir de régénération. La céréaliculture et l’élevage du Bœuf ont pu y trouver place.

FIG. 44 – Proposition d’une interprétation de l’évolution de l’environnement du Moulin Villard II et de Grande Terre IV à Caissargues (Gard).

71Que s’est‑il passé au Bronze final ? Nous percevons pour cette époque une forêt mésophile, une frênaie‑ormaie et le Chêne à feuillage caduc : cette forêt colonise probablement pour la première fois la plaine alluviale du Vistre. L’alluvionnement croissant de la plaine, dont le sol est corrélativement de plus en plus humide, aurait permis l’installation de cette formation, en remplacement progressif de la chênaie. C’est pourquoi sans doute le Chêne à feuillage caduc, adapté aux terrains « frais », pouvait y être encore fortement représenté. Nous ne savons pas quand s’est opérée cette substitution, mais près d’un millier d’années séparant la fin du Chalcolithique du Bronze final, il est vraisemblable qu’elle ne soit due qu’à l’évolution géomorphologique. Il ne nous paraît pas nécessaire de faire intervenir une variation climatique qui aurait changé les conditions d’humidité pour la végétation. Il est possible que l’alluvionnement et le remplacement de la chênaie par la frênaie‑ormaie près du Vistre se soient poursuivis jusqu’à l’âge du Fer, si on tient compte d’autres sites aux conditions semblables, tel Le Marduel (cf. infra partie II, § 4.5.1). À Caissargues, on peut penser qu’à l’âge du Bronze les reliefs ont continué à porter une chênaie de Chêne blanc, comprenant le Chêne vert. Celui‑ci est rare dans les charbons de bois : la chênaie de Chêne blanc s’est peut‑être régénérée depuis le Chalcolithique ou bien le rayon d’approvisionnement est limité à la plaine.

72L’âge du Fer manque dans nos échantillons de Caissargues. On peut penser que l’on y aurait trouvé, comme pour Le Marduel ou Lattes, les témoins d’une forêt de plaine en cours de déboisement, aux fins de mises en culture (ainsi que la chênaie).

73En effet, à la période gallo‑romaine, par rapport aux périodes précédentes, les essences de la plaine (Orme, Frêne, Tamaris) sont très peu représentées, mais davantage qu’au Chalcolithique (diagr. I, annexe 2). Il est probable que les zones alluvionnaires sont largement déboisées et cultivées, par exemple depuis le deuxième âge du Fer (moyennant les techniques de drainage et d’irrigation largement attestées par des fossés d’époque romaine, mais peut‑être antérieures). Les espèces fruitières sont abondantes : Vigne, Olivier, Noyer, Cerisier, Prunier domestique, Abricotier, Figuier, et d’autres Pomoïdées2 et Prunoïdées non identifiées. Signalons une espèce qui pourrait être le Néflier. Ce site est celui qui nous a fourni le plus d’espèces ligneuses potentiellement cultivées à la période romaine. On est aux portes de la cité de Nîmes, importante place commerciale qui a dû stimuler la viticulture, l’oléiculture, la production fruitière, et faciliter l’introduction d’espèces nouvelles. Il est en effet probable que l’Abricotier (introduit à la période romaine, ici présent à partir du ier s.) peut‑être le Cerisier (indigène) et le Prunier (introduit et subspontané) aient fait l’objet d’introduction de variétés productives. D’autres cultures ont pu bien sûr bénéficier des alluvions du Vistre. Dans ce contexte, la chênaie perçue, à travers le bois de feu, ne se trouve pas au contact du site comme c’était le cas au Chalcolithique, mais en retrait, en arrière des zones agricoles, probablement sur les premiers reliefs de la Costière, ou éventuellement de la colline occupée par la cité de Nîmes. Dans cette chênaie plus éloignée on observe que, par rapport au Chalcolithique, le Chêne à feuillage caduc a presque disparu, le pourcentage de Bruyères a augmenté et il n’y a presque plus d’Arbousier. On doit y voir une plus grande ouverture de la chênaie : les boisements plus ouverts sont de ce fait un milieu plus sec, qui profite davantage aux Bruyères qu’à l’Arbousier. Le Chêne vert a presque complètement remplacé le Chêne à feuillage caduc. Comme pour d’autres sites (Ambrussum, la ZAC des Halles), le Chêne vert est presque la seule espèce d’arbre exploitée pour le bois (hormis les fruitiers). Ces boisements pouvaient être exploités aussi comme parcours.

74Il est intéressant d’examiner l’évolution des essences à l’intérieur de la période romaine (diagr. I, annexe 2). L’évolution relative des espèces spontanées, pour les échantillons les plus fiables, montre entre le ier et le ive s. de n. è. la raréfaction du Chêne blanc au profit quasi exclusif du Chêne vert. Cette évolution est conforme à l’image régionale d’une chênaie qui continue à s’enrichir en Chêne vert sous l’effet de son exploitation à la période romaine, comme pour Ambrussum et Le Marduel. L’environnement de la Costière rapproche Caissargues de Lattes, par l’abondance de la Bruyère arborescente, espèce acidiphile favorisée par la dominante siliceuse des anciennes terrasses rhodaniennes. Seule l’agglomération de Lunel‑Viel a montré une évolution inverse à la même période, mais avec une zone rurale peut‑être moins intensément occupée (cf. infra partie II, § 4.6.3).

75Les différences dans la composition de la chênaie, à 2 000 ans d’intervalle, sont la preuve indirecte d’un état forestier moins altéré au Chalcolithique, et probablement d’un milieu beaucoup plus ouvert à la période gallo‑romaine. La fréquence des fruitiers, donnée tout à fait nouvelle, est remarquable dans la cabane de Grande Terre IV et surtout dans l’exploitation agricole de Moulin Villard II. Cette abondance prouve des activités agricoles au moins en partie semblables. La fréquence d’apparition de ces espèces, indigènes ou introduites, dans le bois de feu confirme un environnement immédiat très pauvre en boisements spontanés dans lequel le moindre déchet de taille ou d’élagage était récupéré pour le bois de feu. Mais surtout, on l’a vu, ces différences traduisent des exploitations très différentes du territoire, avec préservation de la chênaie par l’agriculture et l’élevage au Chalcolithique, et des déboisements importants, au moins pour l’arboriculture fruitière, à la période romaine.

4.4.2 La grotte du Hasard à l’âge du Bronze

Chronologie d’occupation de la grotte du Hasard

76La grotte, située dans les gorges de la Cèze (Tharaux, Gard), s’ouvre au nord‑est, à 130 m d’altitude, au pied d’une colline rattachée à un important massif calcaire (fig. 45). Au Hasard, les fréquentations temporaires ont alterné avec des périodes d’abandon. Les occupants de la grotte ont consommé des céréales et des animaux issus de l’élevage et de la chasse. L’étude archéologique (Roudil 1968 ; Roudil, Soulier 1976 ; Dedet, Roudil 1983 ; Roudil, Dedet 1993) révèle une occupation certaine au Néolithique, culture de Ferrières, au Bronze ancien, au Bronze moyen, au Bronze final I, IIa et IIb, ainsi qu’au ve s. av. J.‑C. Il y a donc deux hiatus d’occupation importants, celui correspondant au Chalcolithique Fontbouisse et celui du début du premier âge du Fer. De plus, l’occupation de la grotte est faite de fréquentations temporaires ou brèves, mais la durée des abandons ne peut pas être évaluée. Nous ne savons donc rien de l’évolution de la végétation entre deux occupations, un abandon de 50 à 100 ans pouvant permettre une reprise de la dynamique forestière.

FIG. 45 – Situation de la grotte du Hasard (Tharaux, Gard).

77Les charbons de bois concernent le Bronze moyen, deux niveaux successifs du Bronze final IIa et un du Bronze final IIb. Les niveaux étudiés par J.‑L. Vernet (1972) pour le Bronze moyen, le Bronze final IIa (fin) et le Bronze final IIb ont été cumulés à nos résultats (Roudil, Dedet 1993). Le Néolithique Ferrières et le Bronze ancien sont représentés par quelques fragments (Vernet 1972) (tabl. N, annexe 2). Un niveau du Bronze final IIa (début) a été ajouté. Aucun prélèvement de charbons de bois sur ce site n’a bénéficié des méthodes récentes d’échantillonnage. Des dépôts d’abandon de type concentré (foyers ou vidanges) n’ont pas été isolés. Il semble néanmoins possible de proposer des interprétations cohérentes, en attendant des vérifications ultérieures.

Écologie actuelle de la grotte du Hasard

78L’environnement de la grotte du Hasard est fait de deux ensembles contrastés (fig. 45) : la plaine d’alluvions récentes de la Cèze juste avant son entrée dans les gorges, et un massif calcaire crétacé, composé de calcaires compacts (Urgonien) autour du site et de calcaires marneux (Sannoisien) au nord‑ouest de la plaine alluviale. Au pied du site, la plaine alluviale, élargie sur environ 1 km de long (« la Plaine »), traversée sur sa bordure nord par la Cèze, est actuellement cultivée en Vigne et céréales. Le Noyer, le Frêne, l’Érable de Montpellier et un Érable hybride se trouvent en bordure des cultures. Au fond de la Plaine, les rives de la Cèze portent une ripisilve haute constituée de Chêne blanc, de Peuplier d’Italie, de Noyer, d’Érable champêtre, de Peuplier tremble, d’Alisier blanc, etc. L’absence actuelle de l’Orme champêtre est due à un champignon (graphiose). Sur le massif calcaire qui s’étend au sud et à l’est du site, mais aussi au‑delà de la bordure nord de la Plaine, le Chêne blanc et le Chêne vert, bien implantés, dominent par plages en alternance. En sous‑bois du Chêne blanc, le Buis peut être très développé. L’Érable de Montpellier, l’Alaterne, la Filaire à feuilles larges, le Cade constituent les autres essences dominantes. Le Pistachier térébinthe, l’Arbousier, le Pin d’Alep sont présents, mais rares.

Paléoécologie de la grotte du Hasard

79La grotte du Hasard est occupée au Néolithique Ferrières, puis à partir du Bronze ancien mais les cinq niveaux dont nous disposons vont du Bronze moyen à l’âge du Fer (tabl. N, diagr. N, annexe 2). Cette évolution a pu durer sept ou huit cents ans.

80Au Bronze moyen le Chêne vert (50 %), avec le Chêne à feuillage caduc (15 %), est majoritaire par rapport aux autres essences et par rapport aux périodes ultérieures. La représentation du Chêne vert plus forte que celle du Chêne à feuillage caduc au Bronze moyen marque une altération des chênaies (exploitées au moins pour le bois). Plus en aval, dans les gorges de la Cèze, la grotte du Prével à Montclus a révélé au Chalcolithique Fontbouisse une importance relative du Chêne vert un peu moins grande qu’au Hasard au Bronze moyen, de même ordre que celle du Chêne à feuillage caduc (Vernet 1972), et donc probablement un état moins avancé de l’altération de la chênaie. Nous avions précédemment supposé qu’au Hasard la plaine était largement déboisée au Bronze moyen (Roudil, Dedet 1993). Mais ceci pose problème, ici encore, car il faudrait supposer une surface de déboisements incompatible avec les besoins de l’époque pour expliquer la rareté relative des espèces de plaine. Il est plus probable que la plaine soit le domaine de la chênaie.

81Au Hasard, deux niveaux successifs du Bronze final IIa mettent en évidence un épisode dominé par l’Orme champêtre et le Chêne à feuillage caduc (signalons au passage le Noyer, indigène en Languedoc). Ne peut‑on mettre ce résultat en parallèle avec les résultats de Caissargues ? Bien que située plus en altitude, la plaine alluviale de la Cèze en avant des gorges a peut‑être connu, avant le Bronze final IIa, une colonisation par une forêt mésophile encore riche en Chêne blanc.

82À l’âge du Fer, les proportions entre essences sont cohérentes avec une image classique : le Buis s’est beaucoup développé depuis le début de la séquence, peut‑être en réponse au pâturage, mais avec des formations forestières qui se répartissent de façon équilibrée entre la plaine (Frêne, Noisetier, Érable) et le relief (Chênes).

83Il faut souligner la longue durée appréhendée, les hiatus d’occupation, les problèmes d’échantillonnage, et peut‑être rester prudent quant aux interprétations proposées. Quoi qu’il en soit, il est possible qu’une transformation importante du paysage ait eu lieu au cours d’une période comprise entre le Bronze moyen et le début du Bronze final IIa.

4.4.3 Conclusion

84À Caissargues (Moulin Villard II), comme à Port Marianne, la forêt chalcolithique près du site est une chênaie riche en Chêne à feuillage caduc, sur sols bien drainés, et qui s’avance très probablement jusqu’aux berges du Vistre. Le profil de la vallée alluviale devait être plus encaissé.

85Avant ou pendant le Bronze final, une forêt mésophile, mais encore riche en Chêne à feuillage caduc, s’est développée au détriment de cette chênaie sur les mêmes terrains, en raison d’une accumulation d’alluvions. Il est possible qu’il en soit de même dans la plaine de la Cèze devant la grotte du Hasard avant le Bronze final IIa.

86Il n’est pas nécessaire de supposer une humidité climatique plus grande pour expliquer le développement de cette végétation, tout au moins pas par rapport à factuel. En effet, la frênaie‑ormaie est la forêt actuelle la mieux adaptée aux plaines alluviales du Languedoc. La présence de l’Orme et du Frêne ne doit pas plus être attribuée aux climats humides qu’aux ripisilves. Faut‑il alors, à l’opposé, supposer un climat plus sec que de nos jours au Chalcolithique ? On ne voit pas pourquoi, puisqu’un faible drainage du sol suffit à permettre à la chênaie méditerranéenne actuelle de prospérer ; en particulier, elle est très bien implantée sur de petites surfaces, non loin du Vistre actuellement, en raison de la mise en valeur agricole et des travaux d’assainissement. Ainsi, les variations climatiques ne sont pas nécessaires pour comprendre cette évolution à long terme.

87Rien dans cette succession n’implique non plus un relâchement de la pression humaine avant le Bronze final, rien ne signale une reprise de dynamique forestière par rapport à un environnement déboisé précédent. En effet, rien n’indique un état déboisé au Chalcolithique. La chênaie est exploitée, transformée par les activités agricoles et l’élevage, du Bœuf principalement. Des pratiques anciennes compatibles avec un état forestier (agriculture forestière et exploitation de boisements de repousse) sont les plus probables au plan technique.

88Les activités agricoles de la période romaine (en particulier Vigne, Olivier, cultures de fruitiers) ont transformé le paysage de la plaine, dont le déboisement, sans doute très poussé, date peut‑être de l’âge du Fer. Les essences mésophiles qui avaient colonisé la plaine à l’âge du Bronze se sont considérablement raréfiées, mais leur faible taux témoigne de conditions écologiques qui leur restent potentiellement favorables. La chênaie est toujours exploitée mais plus loin de l’habitat, et par rapport au Chalcolithique elle s’est considérablement enrichie en Chêne vert sous l’effet des activités qui s’y déroulent (coupes, dépaissance, etc.).

4.5 Extension agricole à l’âge du Fer. Déboisements en plaine, exploitation des chênaies

4.5.1 L’oppidum du Marduel

Chronologie d’occupation du Marduel

89L’oppidum du Marduel (Saint‑Bonnet‑du‑Gard) fournit une stratigraphie protohistorique exceptionnellement longue pour l’âge du Fer (fouille M. Py et al). L’habitat, concernant environ 7 ha, est installé entre 50 et 100 m d’altitude au sommet d’une colline en pente vers l’est, limitée au nord‑ouest par un aplomb abrupt qui constitue une protection naturelle pour le site (fig. 46). Celui‑ci est formé de terrasses aménagées dans des vallons d’érosion naturels, en pente vers l’est. Il est entièrement tourné vers la large plaine alluviale du Gardon, en aval des gorges (et du Pont du Gard). Un épais rempart complétait les limites de l’agglomération à l’est et au sud.

FIG. 46 – Situation de l’oppidum du Marduel (Saint‑Bonnet‑du‑Gard).

90Le « quartier central » fouillé contre le rempart, à l’est du site, est occupé au Bronze final II, puis surtout au Bronze final IIIb, avec des signes de présence humaine pour le viie s. et la première partie du vies. av. J.‑C. L’oppidum sera occupé ensuite continûment de ‑525 jusqu’au changement d’ère, puis au ve s. de n. è. (Py, Raynaud 1982 ; Py, Lebeaupin 1986 ; 1989 ; 1992 ; 1994 ; Raynaud 1984). Dans la deuxième moitié ou le dernier quart du vie s., un premier rempart formé d’un mur simple de près de 3 m de large est construit. Apparaissent les premiers murs d’habitations en pierres. Au milieu du IIe s. av. J.‑C., le rempart est doublé d’un parement extérieur soigneusement appareillé. Vers 450/425 et vers 400 av. J.‑C., des incendies détruisent des habitations.

91Au pied de l’oppidum, des restes de céramique du Bronze final IIIb pourraient provenir d’un habitat. Du Haut‑Empire (ieriie s.) jusqu’au ve s. de n. è., l’agglomération de plaine gallo‑romaine est seule occupée, et l’oppidum semble délaissé. Cet habitat non fouillé est situé à la hauteur d’un ancien gué sur le Gardon, aujourd’hui ennoyé. Plus en aval sur le Gardon, un pont fluvial qui aurait été le point de débarquement le plus proche de la colonie romaine de Nîmes était relié à l’agglomération par une voie importante.

92Les nombreux échantillons étudiés couvrent le Bronze final IIIb et toute la période d’occupation à partir de la fin du vie s. jusqu’au changement d’ère, sauf de brefs hiatus d’échantillonnage.

Écologie actuelle du Marduel

93La colline du Marduel appartient à un vaste système de collines et plateaux calcaires, domaine naturel de la chênaie méditerranéenne, dominant à l’est la large vallée du Gardon. La colline où se trouve le site, de 4 Km de long, est actuellement la proie d’incendies fréquents et sa végétation est réduite à de rares plages de Chêne vert, Chêne kermès, Ciste blanc, laissant de larges plages de Brachypode rameux ou de sol nu. À l’est, les pentes et les terrasses révèlent une végétation à peine plus fournie comprenant le Pistachier térébinthe, le Buis, l’Alaterne, la Filaire à feuilles larges, le Genévrier de Phénicie, la Viorne‑tin, le Laurier noble, etc. En 1982, des rejets d’Oliviers, aujourd’hui disparus, témoignaient de l’exploitation récente des terrasses. Sur le versant nord, très abrupt, le Chêne vert, protégé par le mistral qui arrête les feux sur la crête, forme une couverture basse mais fermée et abrite la Viorne‑tin, le Buis, le Troène, etc. Dans cet état de raréfaction extrême de la couverture végétale, les différences géologiques (grès de l’Helvétien/calcaires durs de l’Urgonien) ne déterminent pas de différences floristiques essentielles.

94La large plaine du Gardon que domine le site est constituée d’épaisses terrasses würmiennes cultivées en vergers et productions maraîchères, ainsi que d’apports éoliens et alluviaux. La végétation naturelle, très réduite, peut être observée en deux types de milieux. Sur les bords du Gardon, on note surtout le Peuplier blanc, le Peuplier tremble, le Frêne oxyphylle, l’Orme champêtre, des Saules (série du Peuplier blanc). En longeant la colline au sud vers Meynes, sur cailloutis villafranchiens, les terrasses les plus hautes du Gardon portent une végétation boisée haute (10 m) comprenant surtout le Chêne blanc, le Chêne vert, l’Orme champêtre et des espèces habituellement arbustives mais ici très développées dans les clairières (Cade, Pistachier térébinthe, Filaire à feuilles étroites, etc.). Cette végétation, à la limite de la plaine alluviale et des collines, révèle probablement les potentialités forestières des terrasses du Gardon, actuellement surtout cultivées.

Paléoécologie du Marduel

95Avec l’habitat du Bronze final IIIb (de durée non connue dans l’intervalle 900/725 av, J.‑C.) puis une présence sur l’oppidum pendant plus de cinq siècles, l’occupation du Marduel donne pour l’anthracologie une séquence comprenant quinze niveaux. Cette séquence atteint une précision chronologique de 25 ans, exceptionnelle en l’état actuel sur une telle durée (tabl. Kl, K2 et diagr. K, annexe 2). Trente‑sept essences, nombre minimum, ont été identifiées.

96Les variations des principales espèces du diagramme permettent d’isoler cinq phases dans les changements de la végétation. Sur la figure 47, ces phases sont mises en correspondance avec une interprétation spatialisée dans l’environnement du site.

Phase 1 : approvisionnement en bois et activités agropastorales limités à la chênaie des collines et plateaux proches au Bronze final IIIb (900/725 av. J.‑C.)

  • 1 L’essence identifiée comme « Pilaire et/ou Alateme » n’est pas forcément un arbuste témoin de forma (...)
  • 2 Le groupe des Rosacées Pomoïdées en anthracologie désigne : le Pommier, le Néflier, l’Amélanchier, (...)

97À cette époque, la colline du Marduel fait l’objet d’une exploitation de la chênaie, par des populations bien installées mais assurément plus réduites qu’elles ne le seront plus tard, à l’apogée de l’occupation de l’âge du Fer. En l’état actuel, nous ne pouvons pas connaître la composition exacte de la forêt présente dans la vallée. L’Orme, le Peuplier, extrêmement peu perçus dans les charbons de bois, caractérisent sans doute pour partie ce milieu. La forêt de plaine ne fait probablement pas partie du rayon d’approvisionnement en bois. Il ne serait pas vraisemblable, pour ces périodes, pour expliquer la non‑perception de la vallée du Gardon, de supposer des déboisements (sans repousse). On peut penser que le rayon d’approvisionnement en bois comme celui des activités vivrières de production sont limités aux collines prolongeant le site en direction du sud‑ouest, parce que ces milieux conviennent et suffisent aux populations. La chênaie est presque entièrement constituée de Chêne vert, de Filaire et/ou d’Alaterne1, et de très peu de Buis ou de Chêne à feuillage caduc. Le Figuier doit être près du site. La rareté du Chêne à feuillage caduc suggère l’exploitation depuis au moins quelques décennies d’un boisement de repousse. On peut penser que l’ensemble des productions vivrières ont lieu sur les collines et plateaux (essartage*, dépaissance ?). Si des activités se déroulent en plaine (consommation de feuillages par le bétail ?), la chênaie de Chêne vert est suffisamment développée pour que ne se justifie pas la collecte de bois dans la vallée. En particulier, il est très improbable que des feuillages d’Orme ou de Frêne aient été remontés depuis la vallée jusqu’au site pour le bétail (notamment le Bœuf), sans quoi davantage de bois de ces essences se trouverait dans le feu.2

Phase 2 : exploitation de la chênaie avec augmentation du Buis. Extension de l’aire d’approvisionnement en bois (et de l’aire d’activités ?) en plaine au premier âge du Fer (525/450 av. J.‑C.)

98Deux siècles après l’occupation du Bronze final IIIb, vers 525/500 av. J.‑C., on retrouve la chênaie de Chêne vert presque identique (seulement un peu plus riche en essences qui peuvent signaler son exploitation, en particulier le Pistachier, 6 % de Cistes et 4 % de Buis, possible effet des troupeaux sur la durée). C’est pourquoi il est probable que la colline ait été fréquentée, sinon durant deux siècles, du moins avant la réinstallation d’un habitat : remarquons qu’à l’échelle régionale, l’élevage des Ovicapridés est, au vie s., à son maximum pour la période Bronze final IIIb/âge du Fer (Py 1993 : fig. 22). En revanche, la chênaie n’est pas en récession ; son plus faible pourcentage n’est que l’effet de l’agrandissement de l’aire visitée : ainsi la perception de la plaine est claire, avec l’Orme, l’Aulne glutineux, le Peuplier, le Frêne, le Saule.

FIG. 47 
Représentation synthétique des principales phases du diagramme anthracologique de l’oppidum du Marduel (30) et proposition d’une spatialisation des interprétations.

99Par rapport au Bronze final IIIb, il y a donc au premier âge du Fer agrandissement de faire d’activité. Jusqu’en ‑500/ ‑475 la proportion de l’Aulne glutineux, témoignant des berges du Gardon, va croître jusqu’à 24 %. La proportion de Peuplier atteint 16 % en ‑475/ ‑450. Dans cette phase, l’approvisionnement en bois s’étend dans la forêt riveraine (Aulne, Saule et Peuplier) avec éventuellement récupération de bois flotté depuis l’amont.

100Après l’Aulne, la proportion d’Orme champêtre augmente jusqu’en ‑475/ ‑450 et atteint 44 %, maximum de représentation des essences de la vallée. Avec sans doute le Frêne (5 % en ‑425), cette perception de la plaine alluviale (moins humide que la ripisilve) signifie des incursions un peu plus lointaines dans la vallée du Gardon et sur ses terrasses.

101Durant cet épisode d’environ 75 ans, de la fin du vie et de la première moitié du ve s. (‑525/ ‑450), la forêt dans la vallée est exploitée mais nous n’avons aucun signe de sa récession. En toute rigueur, on ne peut pas affirmer qu’il y ait déboisement pour cette perception croissante de la forêt des rives et des terrasses du Gardon. Il est possible que les arbres repoussent comme il se peut qu’ils soient détruits. Mais rappelons que le bois issu de défrichements ne peut pas être la cause unique d’un apport croissant de ces essences dans le bois de feu, pendant 75 ans (cf. supra partie I, § 2). Si ces essences sont abondantes dans le bois de feu, c’est qu’elles sont bien développées dans la vallée. En conséquence, quelles que soient les causes de l’agrandissement de faire de provenance du bois de feu et en particulier les activités vivrières auxquelles on peut penser, elles ne signifient pas, jusqu’en ‑450 au moins, qu’il y ait déforestation. S’il y a extension en plaine des zones cultivées ou pâturées par rapport à l’âge du Bronze, cela pourrait être dans une continuité des techniques d’exploitation de la forêt. À cette époque, une orientation pastorale de l’économie semble d’ailleurs privilégiée (Py 1993 : 61). Dans cette phase, la plaine est de mieux en mieux perçue et les activités humaines s’y investissent.

• Phase 3 : déforestations de plaine au deuxième âge du Fer (450/400 av. J.‑C.), maintenues ensuite

  • 3 Les peuplements actuels d’Aulne glutineux, dans la région méditerranéenne, se réduisent à des boise (...)

102À partir de ‑450, toutes les essences de plaine se raréfient dans le bois de feu : après – 475, l’Aulne glutineux3 décroît puis disparaîtra comme le Frêne après ‑175 ; après ‑450, ce sont l’Orme et le Peuplier qui chutent pour atteindre des taux insignifiants après ‑400 ; l’Orme disparaît après ‑100.

103Peut‑on supposer que les habitants de l’oppidum se soient simplement détournés des essences de plaine ? Cela ne paraît pas vraisemblable, car alors cette forêt aurait alors été d’autant plus luxuriante. Or, elle ne réapparaîtra pas dans le bois de feu, même avec les besoins accrus du deuxième âge du Fer. Pour ces raisons, et parce que le phénomène se répète pour d’autres sites, nous y voyons le signe d’une déforestation en plaine, tout au moins dans le territoire du village, puisque la vallée du Gardon est vaste.

104Ainsi, la deuxième moitié du ve s. av. J.‑C. représente une très importante mutation dans les activités. En effet, puisqu’il y a déforestation, il y a une intentionnalité qui n’est plus la recherche de bois, l’essartage* ou la recherche de fourrage (un boisement, traité en taillis, aurait repoussé) mais le dessouchage pour l’obtention de terrains non boisés. Ces déboisements, qui se manifestent surtout par la récession de l’Orme, se font en 50 ans environ.

105Ils coïncident très bien avec les informations archéologiques régionales d’une sédentarisation croissante et qui s’investit largement en plaine. À la fin du vie et au ves. av. J.‑C., dans la région nîmoise, la production absolue de viande d’élevage aurait chuté (les O vidés cédant du terrain aux Bovidés), au profit d’une production agricole en plein essor (Py 1990). On observe à la même époque, y compris au Marduel, la fréquence croissante des moyens de stockage (silos à grain, doliums, vases en torchis), des meules et des céréales carbonisées (Py 1990 ; 1993).

Phase 4 : développement de fruticées arbustives en réponse à l’exploitation soutenue de la chênaie (450/25 av. J.‑C.)

106Cette phase commence en même temps que la précédente mais ne concerne pas les mêmes milieux. Parallèlement au déboisement des plaines, à partir du milieu du ve s. et jusqu’au ier s. av. J.‑C., on observe l’exploitation des chênaies, marquée par le rapport croissant Chêne vert/Chêne à feuillage caduc, l’augmentation relative de l’Arbousier surtout, du Buis, et plus tardivement des Bruyères. La représentation du Genévrier, exigeant en lumière, est aussi plus forte à cette période (diagr. K, annexe 2).

107Dans un premier temps, on voit que le Chêne à feuillage caduc et le Chêne vert sont de mieux en mieux représentés. La chênaie ne s’étend pas. Ceci n’exprime que la participation relative de plus en plus grande de la chênaie mixte au bois de feu, corrélative de l’élimination de la forêt de plaine. On note aussi la fréquence relative croissante du Buis, qu’il faut associer aux milieux favorables au Chêne blanc. L’Arbousier signe des formations encore fermées. Le Buis et l’Arbousier non consommés par les animaux ont pu profiter d’une dépaissance sous taillis. Cette chênaie a pu être exploitée à des distances de plus en plus grandes, ce qui expliquerait que le Chêne à feuillage caduc y soit bien représenté en dépit de l’ancienneté de l’exploitation des environs immédiats. Pour satisfaire aux besoins en combustible, non seulement pour l’usage domestique mais aussi pour d’autres activités, les surfaces exploitées ont dû être croissantes.

108L’accélération des activités métallurgiques, attestée à cette époque, pourrait avoir justifié en partie l’exploitation des chênaies. Notons que d’autres essences que les Chênes conviennent au charbonnage mais que celui‑ci favorise la perduration du taillis de Chêne vert (Fabre 1996).

Phase 5 : exploitation d’une chênaie de Chêne vert presque pure, probablement gérée (25/1 av. J.‑C.)

109La dernière étape montre l’exploitation presque exclusive du Chêne vert, avec une proportion faible de Chêne à feuillage caduc et de Buis. L’Arbousier n’est pas présent dans les charbons de bois. Les échantillons pour ces niveaux sont un peu faibles, mais ils sont semblables à ce qui est observé à Ambrussum à la même époque (cf. infra partie II, § 4.6.1). Ils sont riches en Chêne vert et pauvres en autres espèces. Aussi, l’hypothèse paraît juste d’une gestion de la chênaie mixte appauvrie en Chêne blanc sous l’effet des coupes, avec peut‑être l’élimination volontaire dans les taillis des espèces indésirables au plan forestier (en effet, si ces espèces n’étaient simplement pas coupées, elles ne tarderaient pas à envahir la forêt). Une importante occupation d’époque romaine au pied du site pourrait avoir justifié cette gestion des boisements pour le bois de feu (les Bruyères, les Cistes, le Genévrier –rares–, peuvent alors représenter la végétation environnant immédiatement le site). La raison de cette gestion pourrait être l’importance accrue des besoins en bois, en partie pour la métallurgie, dans une végétation de plus en plus ouverte et un espace de plus en plus organisé.

110Le diagramme met ainsi en évidence, à une époque d’expansion économique, une extension du territoire dans la plaine, pour l’agriculture en particulier : l’usage du fer pour l’outillage agricole, les besoins accrus d’une population qui se développe et investit fortement dans les échanges, rendent ce schéma plus que probable. Rien n’exclut que les hauteurs aient toujours fait l’objet d’une exploitation agricole. Le pâturage a pu aussi profiter de tout l’espace disponible, mais nous ne pouvons pas le dire. Dans le même temps, la recherche ou la surexploitation de nouvelles chênaies, qui sont plus riches en Chêne à feuillage caduc, se distingue assez nettement de la première récession de la chênaie riche en Chêne vert. Aux IIe et Iers. av. J.‑C., le Frêne et l’Orme augmentent de nouveau légèrement, diminuent ensuite : il peut s’agir d’une phase de défrichements plus lointains dans la plaine.

111La Vigne fournit quatre charbons de bois entre 475 et 250 av. J.‑C. mais il peut s’agir de Vigne sauvage, et les restes de taille de cette espèce pouvaient ne pas être utilisés comme bois de feu sur le site. À toutes les périodes, des espèces fruitières sont représentées : l’Amandier, le Cerisier, une Pomoïdée2, pouvaient être cultivées. Le Noisetier, sauvage, et bien sûr l’Arbousier ont dû fournir leurs fruits. Aucun fruitier ne paraît spécifiquement lié à la phase de mise en culture de la plaine. Aucun fragment d’Olivier n’est présent. Comme pour d’autres sites, le Hêtre et le Sapin donnent quelques fragments (cf supra partie II, § 4.2.1).

4.5.2 L’oppidum de La Jouffe. fig. 48

Chronologie d’occupation de La Jouffe

112L’oppidum de La Jouffe (Montmirat, Gard), entre les Cévennes et la plaine languedocienne, au nord de Sommières et au sud‑est de Quissac, est occupé principalement à l’âge du Fer par des populations d’agriculteurs et de pasteurs (fouille B. Dedet).

113L’occupation de La Jouffe commence au Bronze final IIIb, avec déjà un système de terrasses. Après un abandon apparent jusqu’au début du vie s. av. J.‑C., une terrasse est édifiée, puis élargie vers l’ouest où elle sert de base à un habitat en matériau léger avec calage de poteau (Dedet 1984). L’occupation devient importante jusqu’à la seconde moitié du ve s. av. J.‑C., avec un mur d’enceinte. Il y a peut‑être à l’âge du Fer des hiatus d’occupation iiies. av. J.‑C.?). Une autre occupation majeure, qui n’a pas fait l’objet de prélèvements de charbons de bois, va de la seconde moitié du ier s. av. J.‑C. au Bas‑Empire (iiieive s.).

114Les prélèvements anthracologiques vont du deuxième quart du vie s. av. J.‑C. jusqu’au milieu ou à la seconde moitié du ve s. av. J.‑C.

Écologie actuelle de La Jouffe

115La Jouffe occupe le sommet d’une colline de 195 à 215 m d’altitude, en arrière de la bordure ouest d’un massif calcaire vallonné et allongé, et surplombant à l’ouest le village de Montmirat dans la dépression marneuse de la Gourme (fig. 48). À La Jouffe, les influences humides de sud‑est sont interceptées, à l’est, par la crête du massif. La Courme est issue du rassemblement de plusieurs ruisseaux non loin au nord, au sud de la vaste dépression marneuse de Lédignan. Elle se jette dans le Vidourle à 4,5 km au sud‑ouest du site. À moins de 2 km à l’est du site, la ligne de crête de ce vaste massif, occupée par le « Bois des Lens », culmine à 275 m d’altitude.

FIG. 48 – Situation de l’oppidum de La touffe (Montmirat, Gard).

116La plaine de la Courme est formée de marnes et calcaires argileux, très cultivés (Vigne, céréales) y compris sur ses bordures plus drainantes (Olivier, Abricotier, Amandier, mêlés de Mûrier, de Figuier). Les ripisilves sont réduites (Peuplier, Frêne oxyphylle, Chêne blanc). Des haies, de petits bosquets, situés sur les bordures de la dépression, abritent le Chêne blanc, l’Orme champêtre, le Chêne vert, le Pin d’Alep, le Cade, l’Alaterne, le Cerisier de Sainte‑Lucie, la Viorne‑tin, le Buis, etc.

117La végétation qui couvre le massif calcaire dépend de faction humaine passée, dont l’effet est directement lié au substratum géologique. On peut l’observer selon un axe ouest‑est depuis les calcaires marneux qui surplombent la vallée, jusqu’aux calcaires durs, au sommet du massif.

118Les collines qui surplombent directement le village de Montmirat (calcaires et marnes de l’Hauterivien) portent une garrigue très ouverte et hétérogène, témoignant d’une intense exploitation passée (Olivier, Amandier). Le pâturage est marqué par l’abondance des végétaux non consommés par les moutons. Les pentes marno‑calcaires, sur l’Hauterivien inférieur, sont érodables et sèches, mais malgré la forte altération de la végétation on devine une reprise assez vigoureuse des ligneux, avec le Chêne vert (jusqu’à 4 m de haut), le Pin d’Alep (dépassant 10 m), abondant au bas des pentes, avec de nombreux semis, le Cade, le Pistachier térébinthe, élevés. La vigueur de la reprise de la végétation près du site est due à la nature tendre des terrains, qui favorise la végétation ligneuse, depuis que les activités agricoles ont cessé. En effet, sur calcaires tendres, l’érosion et la sécheresse édaphique s’installent facilement, mais la végétation se régénère plus rapidement que sur calcaires compacts.

119En s’éloignant de la plaine vers l’est, on parvient au site de La Jouffe. La garrigue est plus fermée, guère plus haute (3 à 4 m) mais plus riche en Chêne vert. Le Pin d’Alep et le Cade se raréfient et on trouve la Viorne‑tin, la Viorne commune, le Cerisier de Sainte‑Lucie, le Cornouiller sanguin, l’Érable de Montpellier, et de très rares et jeunes individus de Chêne blanc. À l’est du site, toujours sur les calcaires marneux, les taillis de Chêne vert (4 à 5 m) deviennent impénétrables. Le Pin d’Alep se raréfie. Apparaissent le Lentisque, l’Alaterne et, pour la première fois, l’Arbousier. Ces boisements marquent la possibilité de régénération d’une chênaie de Chêne blanc.

120Avant d’atteindre la crête, sur les terrains marno‑calcaires de l’Hauterivien supérieur, une brousse basse de Chêne kermès, pauvre en Chêne vert, signale les incendies fréquents, tout spécialement au sud du massif. Sur ces calcaires plus durs la forêt pourrait être développée, mais là où le feu l’a éliminée, le sol érodé ne lui permet pas de se reconstituer.

121En revanche, sur la crête (calcaires durs de l’Urgonien), le Bois des Lens tranche par une garrigue élevée et très dense, riche en espèces, en mélange homogène. Les espèces arbustives ont jusqu’à 2‑3 m de haut. On trouve le Chêne vert, l’Arbousier, la Viorne‑tin, le Pistachier térébinthe, la Filaire à feuilles larges, le Buis, le Cade, le Romarin, l’Érable de Montpellier.

122Enfin, toute la pente orientale du massif (Barrémien faciès Urgonien) porte une végétation beaucoup plus ouverte que sur la crête, basse, en cours de régénération suite aux incendies.

123L’Arbousier s’étant révélé abondant dans les charbons de bois de La Jouffe, il est important de comprendre sa répartition actuelle. Pourquoi autour de La Jouffe, actuellement, l’Arbousier est‑il totalement absent ? Et pouvait‑il s’y trouver à l’âge du Fer ? Indifférent à la nature géologique et à la réaction acide ou basique du substrat, il redoute surtout la sécheresse édaphique (Aubert 1975).

124À l’ouest du massif et jusqu’au site, l’ancienneté de l’exploitation des sols a entraîné un rajeunissement pédologique, d’où une sécheresse édaphique importante, défavorable à l’Arbousier. Le toponyme « l’Arboussède » concerne un massif de substrat identique qui se trouve à l’ouest de La Jouffe, sur la rive droite de la Courme : il témoigne de l’importance que l’Arbousier a pu y avoir à une époque historique, alors qu’il y est peu représenté actuellement. À l’est de La Jouffe, sa présence sur des calcaires interstratifiés avec des marnes, très drainants, est due au fait que l’influence de l’homme y a été plus faible et la pédogénèse plus avancée, limitant la sécheresse édaphique. Encore plus à l’est, sur la crête du massif sur calcaires durs à silex, la pédogénèse a donné des argiles rouges de décarbonatation, enrichies en silice. Ces sols riches en éléments détritiques, comme ceux de la pente est du massif (qui est sous les influences humides de sud‑est), répondent actuellement aux exigences édaphiques de l’Arbousier.

125Ainsi, le déterminisme de la répartition de l’Arbousier est édaphique, lié à l’humidité, et l’évolution progressive* des boisements près de La Jouffe témoigne d’une évolution pédologique qui lui est de plus en plus favorable. À l’âge du Fer, l’Arbousier pouvait donc certainement se trouver à proximité immédiate du site de La Jouffe.

Paléoécologie de La Jouffe

126Beaucoup plus courte que celle du Marduel, la séquence anthracologique de La Jouffe concerne environ deux siècles à l’âge du Fer (tabl. L, diagr. L, annexe 2). Le diagramme comprend cinq niveaux pour deux phases, l’une de trois quarts de siècle au vie s. av. J.‑C., l’autre de la deuxième moitié du ve s., séparées par un hiatus (d’échantillonnage) de 50 ans.

127Tout laisse penser que cette évolution témoigne d’une exploitation du massif calcaire. La succession de boisements observée comprend surtout le Chêne vert et l’Arbousier. Le Chêne blanc, le Frêne et l’Orme auraient pu provenir de la plaine de la Gourme. Toutefois, la dépression marneuse de la Courme à l’ouest n’est pas directement à l’aplomb du site comme au Marduel mais un peu en retrait. Rien ne justifiait un ramassage de bois de feu aussi loin, il pouvait se faire localement. En outre, de nombreuses résurgences et des vallons, dus à l’hydrographie du relief, devaient être favorables à ces essences, localement. Des combes et des ruisseaux parcourent le massif qui représente probablement un milieu très complet au plan des ressources, y compris de l’eau. En témoignent des toponymes, « la Font du Frêne » ou « la Font du Saule » à 200 m d’altitude. Enfin, les cultures récentes, qui ont laissé leurs traces sur le moindre replat aux alentours du site, attestent de la qualité des sols pour l’agriculture.

128On peut penser que le Frêne, l’Orme, le Chêne blanc existaient sur les sols du massif les plus favorables aussi aux mises en culture. Ils sont assez peu représentés et leur décroissance dans le diagramme n’est peut‑être pas significative. Mais le Hêtre, le Peuplier, le Noisetier, le Sureau et le Pin de Salzmann ne sont présents qu’en début de diagramme. Il y a alors peut‑être des déboisements précisément dans les milieux frais. Des mises en culture pourraient avoir eu lieu aux points les plus frais du massif collinéen, dès le début de cette période (fin vie – début ve s. av. J.‑C.). Le bois de feu à cette époque est fourni par le Chêne vert, qui semble progresser aux dépens du Chêne blanc. Actuellement, le Chêne blanc est rare autour de La Jouffe, mais il est présent en bas de pente sur des collines voisines, c’est‑à‑dire sur des colluvions. Au début de l’âge du Fer, il pouvait former avec le Chêne vert une chênaie mixte sur le massif, près du site.

129Puis au Ve s. la proportion de l’Arbousier surtout, et celle de la Filaire et/ou de l’Alaterne, sont supérieures à celle du Chêne vert. L’arbousier caractérise un faciès de dégradation de la chênaie de Chêne vert : « Son abondance relative indique toujours un état de dégradation de la chênaie dû aux coupes trop fréquentes ou à l’incendie […] il repousse vigoureusement de souche. » (Braun‑Blanquet 1936). Pour les mêmes raisons, l’Arbousier est aussi une espèce de reconstitution qui s’installe dans une évolution progressive* où le couvert forestier se referme. Ici son abondance doit signaler une exploitation et une artificialisation croissantes d’une chênaie fermée. Les transformations de la végétation autour de La Jouffe sont, dans cette deuxième phase, peut‑être dues à l’élevage, du fait du faible attrait que l’Arbousier, et les Ericacées en général, exercent dans l’alimentation des animaux. Cependant, l’action du feu, l’essartage*, les coupes de bois, ont pu contribuer à défavoriser le Chêne vert au profit de l’Arbousier. Quant à la Filaire ou l’Alaterne, qui peuvent exister à l’état subordonné dans le contexte d’une chênaie vigoureuse, leur abondance ici signifie un envahissement de la chênaie, comme pour l’Arbousier.

130L’Arbousier devait trouver sur les calcaires tendres de la face occidentale du massif les conditions d’humidité édaphique relative qui lui sont nécessaires : sa progression à l’âge du Fer semble pouvoir concerner les alentours immédiats de l’habitat.

131On peut se demander si le dernier niveau de La Jouffe montre, vers la fin du ive s. av. J.‑C., l’inversion des transformations précédentes. Le Chêne à feuillage caduc et le Chêne vert reprennent un peu d’importance, par rapport à l’Arbousier et la Filaire et/ou l’Alaterne. L’Orme, le Frêne, l’Érable, le Cornouiller, le Saule, le Houx, sont dans le bois récolté. Il s’agit soit des fluctuations de la chênaie, encore vigoureuse, qui peut reprendre une partie de son importance initiale, soit de l’expression d’une perception spatiale, le ramassage du bois ne se faisant peut‑être plus exactement au même endroit. Sur une durée de 50 ans, ces évolutions sont tout à fait possibles mais leur déterminisme nous échappe.

132Globalement, l’abondance de l’Arbousier, l’absence du Pin d’Alep, la rareté d’autres ligneux héliophiles actuellement présents, la présence de plusieurs espèces qui évoquent la chênaie de Chêne blanc (Érable, Sureau, Cornouiller, Houx, Buis...) permettent d’imaginer l’existence d’une végétation très marquée par les coupes, le pâturage ou le feu, mais plus dense qu’actuellement et capable de se régénérer rapidement. On peut penser qu’à cette époque les activités humaines modifient profondément cette forêt, mais sans détruire encore ses potentialités. L’évolution du diagramme marquerait la forte empreinte de l’homme, mais la végétation témoignerait d’une vigueur préservée, et spécialement de sols encore évolués et à bonne rétention en eau. La densité actuelle des boisements sur la crête donne la mesure de ce qu’elle a pu être il y a 2 500 ans.

133Les fruitiers sont bien représentés : la Vigne, une Pomoïdée2, l’Olivier, pouvaient être cultivés ou sauvages. Les fruits du Noisetier, de l’Arbousier ont dû être consommés. De plus, une petite pomme carbonisée a été retrouvée : il peut s’agir d’un fruit sauvage ou cultivé.

4.5.3 La ville portuaire antique de Lattara

Chronologie d’occupation de Lattara

134La première occupation à Lattes (Hérault) est un important site du Néolithique moyen (Chasséen) sous la ville actuelle. Dans le delta du Lez, sont connues des occupations du Néolithique moyen, final et du Chalcolithique (Port Marianne) (cf. supra partie II, § 4.1.1). L’installation de l’agglomération portuaire antique de Lattara a lieu dans le dernier quart du vie s. av. J.‑C., dans un environnement topographique et hydrographique dont les détails nous échappent. Le niveau supérieur actuel du site est à 4 m d’altitude (fig. 36).

135Au temps de sa plus grande extension, l’agglomération portuaire couvrira près de 30 ha (y compris la zone funéraire) et contrôlera la majorité des échanges entre le monde méditerranéen et l’arrière‑pays. Au deuxième âge du Fer, Lattara a une importance régionale majeure, et constitue une voie de pénétration des influences culturelles grecques. Une extension importante a lieu aux iveiiie s., puis aux iieier s. av. J.‑C., jusqu’au iie s. de n. è. au moins. On ne connaît pas les raisons d’abandon de la ville. L’occupation ultérieure du delta est très mal connue, jusqu’au Moyen Âge où l’agglomération se déplace au nord‑est. À la période romaine, Lattara est prospère, mais concurrencée par les ports de Narbonne et d’Arles. Mise à l’écart du pouvoir administratif et économique, elle gardera un caractère traditionnel.

136Les fouilles du quartier situé au lieu‑dit Saint‑Sauveur (fouille M. Py et al.), bordé par un rempart, nous donnent beaucoup d’informations sur l’urbanisme, la voirie, l’architecture, la culture matérielle, la vie économique et l’environnement de la ville portuaire.

137La recherche des limites de la zone portuaire sur la lagune, la position du rivage nord de la lagune (le Stagnum latera de Pline) et celle du Lez ou d’autres bras fluviaux jouxtant la ville, fondent une partie importante des recherches actuelles, rendues difficiles par un environnement très colmaté. Durant l’Antiquité, les étangs formaient une seule étendue lagunaire, plus profonde et plus largement ouverte sur la mer qu’actuellement, entre le petit Rhône et le massif de la Gardiole (Ambert, Chabal 1992). On ignore quelle était la position exacte du cordon littoral, et celle des graus.

138Des études de paléoenvironnement systématiques ont été entreprises depuis quelques années, concernant l’occupation des vie s. av. J.‑C. – iie s. ap. J.‑C. de la ville antique. Elles s’appuient sur le développement de méthodes nouvelles basées sur l’expérimentation de terrain. À Lattes, l’adoption d’une cellule de flottation pour le tamisage rend compatible le prélèvement de divers types de macrorestes dans les mêmes niveaux. Pour la paléoécologie, quatre échantillons anthracologiques ont été étudiés (Chabal 1989b ; Ambert, Chabal 1992). Ils vont de 375 av. J.‑C. à 25 ap. J.‑C., seule la deuxième moitié de l’occupation ayant été fouillée à ce jour, en raison de la hauteur de la nappe phréatique.

Écologie actuelle du delta du Lez

139Lattes est située dans le delta du Lez, petit fleuve aux inondations brutales et spectaculaires. Le site fouillé, au lieu‑dit Saint‑Sauveur, est actuellement à 600 m au nord‑ouest des marécages saisonniers de l’étang du Méjean, à 1 km du rivage de l’étang et à 7 km du rivage sableux de la mer. Le cordon littoral, au niveau de l’étang du Méjean, est étroit et bas. L’environnement naturel du site est constitué par trois types de milieux : la zone lagunaire en bordure de l’étang, le delta du Lez formé d’alluvions profondes et fertiles générées par les crues du Lez, et des hauteurs comprenant une zone de « Costière » aux sols fersiallitiques, d’altitude supérieure à 10 m à l’est du site (actuelle butte de Pérols) et des collines calcaires (ville de Montpellier) au nord.

140Il s’agit d’un habitat lagunaire, caractérisé par les rapports conflictuels de l’eau (inondations, variations du niveau et du rivage de la lagune), de la terre (subsidence, atterrissements) et du sel. Le delta est largement inondable, les crues du Lez sont fréquentes et durables.

141En été, le niveau des cours d’eau baisse, mais ne tarit pas. La végétation et les cultures sont alors sous la dépendance de la présence du Lez, de petits cours d’eau telle la Lironde et d’un réseau d’irrigation et de drainage. Les hauteurs non inondables à l’est et au nord du site en direction de Montpellier complètent les possibilités agropastorales et forestières.

142La forêt riveraine de feuillus méditerranéens se maintient localement, sous forme d’un rideau d’arbres et de petits bosquets, en bordure du Lez, des petits cours d’eau et des canaux. La ripisilve typique comprend le Peuplier blanc, le Peuplier noir, le Saule blanc, le Saule fragile, et des espèces à enracinement plus profond acceptant un niveau phréatique moins élevé : le Frêne oxyphylle, l’Orme champêtre (très raréfié), le Cornouiller sanguin, etc. En 1948, le Noisetier était également signalé à Lattes sur les rives du Lez (Tchou 1948). Vers l’embouchure du Lez, l’influence de l’eau salée qui remonte le cours inférieur des rivières se fait sentir, la forêt de Peuplier s’appauvrit en espèces, Le Peuplier blanc disparaît le premier, puis l’Orme champêtre, et le Frêne oxyphylle s’avance le plus loin vers la mer ou la lagune. En bordure des étangs, sur les levées de terre, le Tamaris est le dernier arbre indigène résistant à la salinité.

143Les sols limono‑argileux de la plaine alluviale du Lez sont épais et fertiles, et se prêtent à des cultures variées. Le seul vrai défaut de ces terres fertiles est d’être menacées par le risque de crues violentes, surtout automnales. Tout comme les travaux d’assainissement en zone salée, le drainage et l’irrigation en plaine sont des techniques difficiles à maîtriser.

144À 1,25 km à l’est se trouve un large terroir qui dépasse la cote des 10 m. Cette avancée des hautes terrasses siliceuses rhodaniennes, géomorphologiquement rattachée à la Costière du Gard, est constituée par un sol fersiallitique, rouge, très épais et très lessivé, sur une roche‑mère riche en galets siliceux et en graviers. Actuellement, elle est occupée par les vignes, des zones urbanisées. Mais localement, on devine (maquis, arbres isolés) qu’elle serait favorable, en l’absence d’action humaine, au maintien d’une chênaie riche en Chêne blanc. Ce terroir plan, hors d’atteinte des crues, était le plus proche de la cité portuaire, d’où l’avancée vers le littoral de la chênaie mésoméditerranéenne. Par la forte représentation du Chêne vert dans les charbons de bois, on sait que ces terres faisaient partie du territoire de Lattara, probablement de son terroir. La Vigne y donne de faibles rendements mais un fort degré alcoolique, conditionnant qualité et conservation.

Paléoécologie de Lattara

145Alors que la lagune manifeste sa présence à tous les niveaux dans l’économie du site, par la pêche, la chasse et l’activité portuaire, l’anthracologie n’enregistre que les ligneux et nous renseigne sur le delta du Lez et sur les reliefs situés à l’est ou au nord du site. La couverture herbacée littorale, et spécialement celle qui participe des rapports conflictuels entre la terre, l’eau et le sel, n’est donc pas enregistrée.

146Au ive s. av. J.‑C., le diagramme de Lattara (tabl. B et diagr. B, annexe 2) montre l’abondance relative du Frêne et de l’Orme champêtre. On enregistre certainement là les derniers témoins d’une forêt mésophile de plaine. Le rôle économique de ces boisements a dû être important dans le delta. Ces bois sont utilisés, avec les essences de la chênaie, dans les charpentes et armatures en torchis d’habitations du ive s. av. J.‑C., qui semblent tirer parti au mieux des essences disponibles (Roux, Chabal 1996 ; Buxó et al. 1996). De plus, la forêt a un rôle écologique. Elle atténue les effets nuisibles des petites crues en limitant le ruissellement sur le sol, en brisant les courants superficiels, en jouant un rôle d’éponge au niveau de la couverture morte. Elle retient les débris organiques et la terre. La forêt assainit et assèche les marais par la transpiration des arbres, et le niveau phréatique y est toujours un peu plus bas que le niveau d’eau de la rivière. Au fur et à mesure que les arbres se développent, l’humidité décroît dans le sol et la couche du sol augmente. Sans l’action humaine, la forêt gagne sur les marais et les étangs littoraux (Tchou 1948).

147Mais à Lattes, ces espèces enregistrées au ive s. proviennent‑elles uniquement d’une forêt mésophile de plaine dans le delta du Lez (dominée, comme dans l’ensemble de la plaine du bas Languedoc, par le Frêne oxyphylle et l’Orme champêtre), ou bien aussi de la forêt riveraine dans le cours inférieur du Lez, sous influence saline ? Cette question est en effet propre à la zone littorale. L’étude des niveaux anciens de Lattara, entre le vie et le iiie s. av. J.‑C., nous apprendra certainement, par l’évolution des proportions entre le Peuplier, l’Orme et le Frêne, dans quel ordre ont été déboisées la plaine, la ripisilve dans le cours moyen du Lez, et la ripisilve dans son cours inférieur.

148De plus, dans les premiers temps de l’extension de cette forêt, qui ne semble pas encore exister au Chalcolidtique en amont (cf. supra partie II, § 4.1.1), le Chêne blanc devait se trouver dans le delta. Il n’est pas certain que les temps anciens de la ville portuaire révéleront ces stades de substitution de la frênaie‑ormaie à la chênaie néolithique ; ils sont peut‑être antérieurs comme à Caissargues (cf. supra partie II, § 4.4.1).

149Quelle que soit leur localisation exacte, le Frêne et l’Orme sont détruits au début du iiie s. av. J.‑C., alors que la cité portuaire est déjà occupée depuis presque deux siècles. Cette évolution de l’environnement des Lattois entre les ive et iiie s. av. n. è. est peut‑être due aux derniers défrichements de terroirs dans la plaine. Cette fin de la représentation de la forêt de plaine serait alors à rapprocher directement de la mise en culture de la plaine alluviale du Gardon observée à l’âge du Fer au Marduel (cf. supra partie II, § 4.5.1).

150Lattara, ville commerciale, possédait‑elle un terroir propre ? Les graines et fruits carbonisés (Buxó i Capdevila 1992) semblent attester une culture locale, avec la Vigne et les céréales (Orge vêtue et Blé dur/tendre surtout, mais aussi Blé amidonnier, Orge nue, Avoine, Millet, Millet italien), les Légumineuses (Pois, Lentille, Ers, Fève, Vesce), l’Olivier. À la charnière entre le iiie et le iie s. av. J.‑C., semble avoir lieu un changement fondamental dans les pratiques culturales, et pour l’instant tout laisse penser qu’il s’agit là de l’essor de la culture de la Vigne. Le caractère spéculatif probable de cette production, destinée plus à la vente qu’à la consommation, serait bien corrélé au développement de l’économie monétaire comme en témoigne la conjonction entre la croissance de la Vigne et l’apparition des monnaies dans les couches d’habitat, et avec le début de la récession des importations d’amphores de Marseille (Py 1989).

151L’anthracologie indique des fruitiers avec la Vigne, le Figuier, le Cerisier. Seuls les pourcentages de Vigne peuvent indiquer qu’elle est cultivée. L’utilisation de bois d’arbres fruitiers en très faible proportion dans les foyers domestiques signale très probablement une présence locale. Des fruitiers (Rosacées) ont pu être cultivés le long du Lez, comme au xiie s. (Bernard 1957) et comme actuellement. Ces espèces ont pu aussi occuper les sols non inondables de la butte actuelle de Pérols, et dans tous les cas le Cerisier, calcifuge, a certainement dû exister sur ces sols à cailloutis siliceux.

152Nous ne savons pas où était cultivée la Vigne mais elle pouvait se trouver sur les hauteurs :
– la Vigne, qui n’est pas directement affectée par l’humidité, donne dans la plaine de forts rendements mais un faible degré alcoolique et le vin se conserve mal ; les sols de plaine ; plus fertiles, ont probablement été largement réservés à des cultures plus exigeantes et nécessitant irrigation et drainage ;
– les transformations de la chênaie, sur les hauteurs, coïncident avec l’augmentation des fréquences des pépins de raisin ; R. Buxó i Capdevila (1988 ; 1989 ; 1992) a ainsi montré l’essor très probable de la viticulture à Lattes à partir de 225 av. J.‑C.

153Comme l’atteste le diagramme anthracologique, l’essentiel du bois utilisé pour l’activité domestique provient d’une chênaie, dominée par le Chêne vert dans un premier temps. L’évolution des proportions entre espèces entre le ive et le ier s. av. J.‑C. marque l’enrichissement relatif en Arbousier et Bruyère arborescente normalement subordonnés dans la chênaie. Peut‑on localiser cette chênaie exploitée par les Lattois ? La Bruyère arborescente, calcifuge, n’est pas enregistrée avec de telles fréquences dans les gisements protohistoriques situés dans un environnement de roches‑mères calcaires ou marneuses, tels ceux de La Jouffe ou du Marduel. Cette espèce n’a pu croître que sur des sols lessivés, pauvres en calcaire actif. Où pouvaient se trouver de tels sols ? Au plus près du site, on peut penser à la butte de Pérols (fig. 36). Mais les recherches récentes et en particulier l’étude de Caissargues au nord du site (cf. supra partie II, § 4.4.1) incitent à la prudence, puisqu’un environnement moins colmaté a existé par le passé, laissant peut‑être affleurer non loin du site des reliefs de terrasses quaternaires ou de cordons anciens. L’abondance de la Bruyère arborescente dans les pollens prélevés sur le site, généralement jugée comme une distorsion (Loublié 1992 ; Puertas 1995), serait peut‑être d’apport plus local qu’on ne le pensait.

154Entre le ive et le iiie s. l’Arbousier est en proportion croissante, mais il peut former avec le Chêne vert des boisements encore relativement denses (alors que la Bruyère arborescente meurt dans la chênaie quand la densité des arbres devient assez forte). Les exigences en humidité édaphique de l’Arbousier laissent imaginer un milieu de chênaie fermée. Puis, entre le iiie et le iers. av. J.‑C., la proportion de Chêne vert et d’Arbousier décroît et la Bruyère arborescente s’étend dans ces terrains plus ouverts et donc plus secs qui lui sont désormais favorables. Cette espèce colonise les terrains nus, elle s’accommode de milieux un peu plus secs que l’Arbousier. Il est possible que les boisements, raréfiés à cause de mises en culture de la Vigne à la place de la chênaie, aient d’autant plus souffert de l’exploitation soutenue du bois, du pâturage, peut‑être de l’action du feu.

155Au iers. av. n. è. a peut‑être lieu une extension de l’aire d’approvisionnement en bois, au sud et au sud‑ouest du site dans des zones plus littorales, ce qui expliquerait la représentation relative plus forte du Tamaris (qui ne signifie pas l’extension de cette essence). Une pénurie de bois pourrait être responsable de cet agrandissement de faire de prélèvement du bois. Les Lattois se sont tournés vers des boisements moins intéressants, mais peut‑être plus proches : ceci peut être inhérent à la situation écologique du site, qui n’est pas entouré de chênaies sur tout son pourtour. Il aurait probablement fallu effectuer des trajets beaucoup plus longs vers le nord que vers le sud et le sud‑ouest, pour trouver du bois de feu. Ainsi, le seul arbre témoignant des formations halophiles vient en relais de l’exploitation de la chênaie. Si les chênaies n’ont pas permis de satisfaire les besoins de la ville, on peut se demander si c’est à cause de leur raréfaction, ou parce que la ville n’avait pas le même type de territoire que les oppidums à la même époque.

4.5.4 Conclusion

156L’oppidum de La Jouffe bénéficie d’un environnement particulier sur un vaste massif calcaire riche en résurgences, relativement loin de la vallée de la Courme qui n’est apparemment pas perçue dans les charbons de bois. Aux vie et ve s. av. J.‑C. c’est un milieu contrasté qui est perçu, riche en essences de la chênaie mais révélant aussi un faible taux d’essences de milieux plus frais, voire même humides, dont la proportion décroît peut‑être, faiblement, au cours de l’occupation. Ces essences ont dû exister sur le massif calcaire. Les plus fortes transformations concernent la chênaie, elles peuvent être dues aux activités pastorales, aux coupes de bois mais aussi à l’essartage* et à l’usage localisé du feu. L’exploitation soutenue de cette chênaie riche en Arbousier, donc encore dense et fermée, sur un substrat très favorable à sa régénération, a perduré au moins jusqu’à la fin du ve s. av. n. è. À cette date, on n’est peut‑être pas encore entre dans une phase de mutations économiques comme sur l’oppidum du Marduel, mais pourrait‑on la percevoir sur ce massif essentiellement occupé par la chênaie ? Des cultures d’une certaine ampleur occulteraient‑elles notre perception, à travers le bois de feu, d’une chênaie extrêmement vigoureuse dans un milieu favorable aux boisements ? Nous pensons qu’il n’est pas possible de trancher entre l’idée d’une exploitation conforme aux traditions antérieures et une période de mutations agricoles ou pastorales. On retiendra surtout le fort pouvoir de régénération de la chênaie dans ce milieu particulier.

157L’oppidum du Marduel et la cité portuaire de Lattara sont dans des environnements sensiblement différents : Le Marduel est sur une colline, en bordure de la vallée alluviale du Gardon, alors que Lattara est dans un milieu lagunaire au contact entre le delta du Lez et les reliefs de Costière. Pourtant, une évolution semblable du milieu, attribuable à des mises en culture en plaine, peut être reconnue à l’âge du Fer.

158Au Marduel, une exploitation de l’environnement proche semble suffire aux besoins au Bronze final IIIb. Puis des déboisements ont lieu après ‑450 dans la plaine alluviale du Gardon au pied du site, suffisamment importants pour que, jusqu’au changement d’ère, cette forêt ne soit plus perçue dans le bois de feu. Pour la ville portuaire de Lattara, on assiste aussi, après ‑350, à la disparition du Frêne et de l’Orme. Dans les deux cas, ce sont probablement des choix économiques qui prévalent dans l’évolution des activités, à une époque d’intenses mutations régionales. Les besoins importants de ces agglomérations pour leur propre subsistance et le développement d’une économie spéculative cadrent bien avec ce qui est observé. Les moyens techniques et spécialement la maîtrise du fer ont dû permettre cette évolution très nouvelle.

159Pour les deux sites, un milieu de chênaie, probablement lieu d’activités multiples, va alors être le seul boisement exploité pour le bois. Il va se transformer avec certainement une ouverture des boisements, au Marduel en contexte calcaire, près de Lattara sur d’anciens reliefs du Quaternaire. Au Marduel, les besoins en bois et sans doute d’autres activités (pâturage) conduisent à une chênaie de Chêne vert presque pure. Pour Lattara, jusqu’à la fin du iiie s. av. J.‑C., on note aussi une forte représentation de la Bruyère arborescente avec le Chêne vert. Puis l’approvisionnement supplémentaire en Tamaris dans la zone lagunaire au ier s. av. J.‑C. s’explique peut‑être par un manque de bois qui confirmerait une raréfaction des boisements.

4.6 Gestion des plaines et collines à la période romaine

4.6.1 L’oppidum d’Ambrussum et son quartier bas. fig. 49

Chronologie d’occupation d’Ambrussum

160Sur la commune de Villetelle (Hérault), l’oppidum d’Ambrussum (Le Devès) et son quartier bas (Le Sablas), un habitat occupé à l’époque romaine, ont une position privilégiée en bordure de la vallée du Vidourle, dominant la basse plaine languedocienne au sud et sur le trajet de la voie domitienne à partir du Ier s. av. J.‑C. (fouille J.‑L. Fiches et al.).

161L’oppidum est occupé pour la première fois au Néolithique, culture régionale de Ferrières. La superposition des couches préhistoriques et la vaste répartition des vestiges laissent supposer une période d’occupation relativement longue, Des restes modestes d’habitation ont pu être observés. Ils évoquent une construction légère avec armature de bois et tenture calée au sol par de grosses pierres. Cette première occupation est scellée par la formation d’un paléosol. Puis, suit un abandon très long. La colline est réoccupée aux vieve s. av. J.‑C. C’est seulement à partir de la fin du ive ou au début du iiie s. av. J.‑C. que l’oppidum proprement dit est créé, avec des habitations indigènes modestes (Fiches et al. 1976 ; Fiches 1986). Un rempart à tours quadrangulaires existait probablement à cette époque. L’agglomération comprenait des portes, l’une au sud ouvrant sur le plateau, l’autre à l’est dominant le Vidourle, et peut‑être une au nord. Un nouveau rempart sur la colline, à tours arrondies, date du milieu du iiie s. De la fin du iiie jusqu’au milieu du iie s. av. J.‑C., un espace funéraire est établi au bord du Vidourle. Le Pont Saint‑Ambroix, sur le Vidourle, est construit entre ‑3 et +41 (Fiches 1982). Au iers. de n. è., sont construites de vastes maisons à cour intérieure, et la voirie est pavée. De nombreux outils et objets ont été trouvés, dont une scie, un pic, une herminette, etc. L’ensemble de la colline est abandonné dans les premières années du iie s. de n. è.

162Le quartier bas, une ferme ou un relais sur la voie domitienne, à vocation agricole, est occupé du troisième quart du ier s. av. J.‑C. au milieu du iiie s. ap. J.‑C., avec une réoccupation dans la deuxième moitié du ive s., sur la rive droite du Vidourle au pied de l’oppidum (Fiches 1989). Deux abandons ont lieu, au ier et au iie s. de n. è. Des crues importantes du Vidourle en ont‑elles été la cause ? Les inondations médiévales et modernes sembleraient postérieures à l’an mil (Garnier et al. 1995). Les pièces d’habitation de la partie résidentielle, modestes, sont situées au nord d’une grande cour carrée à deux portes charretières, qui a livré des appentis agricoles en torchis, un moulin à bras, un aménagement central comprenant un foyer construit, un bassin et un pilier, des caniveaux (Fiches 1989).

163Des charbons de bois ont été prélevés sur l’oppidum et dans le quartier bas (Chabal 1989b). L’âge du Fer n’a pas fait l’objet de prélèvements. Les charbons de bois prélevés sur l’oppidum concernent le Néolithique Ferrières et le ier s. av. J.‑C. Ceux du quartier bas correspondent à la période augustéenne (état 2a) et au ier s. de n. è. (état 3), séparés par une phase d’abandon de la ferme de 30‑40 ans au plus. De plus, le foyer central de la ferme a livré sept niveaux successifs d’utilisation se succédant sur moins de 30 ans (‑10/+ 10 à + 20). Les essences y sont diversifiées et il n’est pas prouvé que le foyer central ait eu une utilisation spécialisée. L’utilisation culinaire est attestée par les déchets domestiques, alors que l’activité de forge est seulement suggérée par les aménagements alentour. Le diagramme d’Ambrussum est construit à partir de la réunion d’échantillons provenant des deux habitats, l’oppidum et le quartier bas.

Écologie actuelle d’Ambrussum

164La colline du Devès fait partie des toutes premières hauteurs (56 m d’altitude) que l’on rencontre en remontant la plaine alluviale du Vidourle depuis la basse plaine (fig. 49). À la jonction de la basse plaine languedocienne et des premiers plateaux des garrigues, le site bénéficie ainsi, outre sa position stratégique, de la proximité de la plaine en rive droite du Vidourle. L’oppidum est implanté sur des calcaires durs du Valanginien inférieur. Une étude pédologique (Poupet 1989) a montré que les sols devaient autrefois y être favorables aux cultures. Actuellement, tant la plaine que les collines sont extrêmement artificialisées. Des cultures (Vigne, Olivier, vergers), des friches, des garrigues basses (cocciférales, taillis de Chêne vert) et, plus rares, des pinèdes de Pin d’Alep, constituent l’essentiel de la végétation, très sèche. La ripisilve se limite pratiquement à un rideau d’arbres sur les berges du fleuve : le Chêne blanc y accompagne le Frêne, les Saules, les Peupliers, le Fusain, le Laurier noble, la Viorne‑tin. L’Orme champêtre tend à disparaître. La colline est couverte par le Chêne kermès, avec, sur les sols moins érodés du plateau des Paredasses à l’ouest, le Chêne vert en bosquets isolés. De très rares Chênes blancs, jeunes et mal venus, s’installent dans le Chêne kermès. Plus au sud en terrains colluvionnés, le Pin d’Alep domine.

FIG. 49 – Situation d’Ambrussum (Villetelle), de Lunel‑Viel et de Dassargues (Lunel) dans l’Hérault.

Paléoécologie d’Ambrussum

165L’étude anthracologique d’Ambrussum concerne le Néolithique final et la période romaine (tabl. H1, H2 et diagr. H, annexe 2). L’âge du Fer manque.

166Les espèces de milieux frais (Orme champêtre, Frêne, Peuplier, Roseau, Érable champêtre, Sureau, Fusain d’Europe, Hêtre) représentent des fréquences très faibles dès le Néolithique final. Nous avions initialement interprété la faible représentation de cette forêt mésophile comme la conséquence d’une déforestation très importante de la plaine du Vidourle dès le Néolithique final, culture de Ferrières (Chabal 1989a). Cette interprétation ne nous paraît plus réaliste, Postérieure à la première étude d’Ambrussum, l’étude de l’oppidum du Marduel a aussi montré la perception exclusive de la chênaie au Bronze final IIIb (cf. supra partie II, § 4.5.1) : ce résultat ne pouvait pas signifier des déboisements sans repousse de la plaine alluviale du Gardon, plus large que la plaine du Vidourle. Nous avons souligné la difficulté technique pour obtenir des déboisements sans repousse cf. supra partie II, § 2.2). De plus, les essences de la plaine, héliophiles, se ressèment facilement après déboisement, et régénèrent. Enfin, l’extension des cultures à cette époque ne pouvait pas concerner de tels espaces, au Marduel comme à Ambrussum. De même qu’au Marduel, la colline qui s’étend à l’ouest et au sud de l’habitat semble un milieu favorable à toutes les activités. Pour l’instant, rien ne prouve, à Ambrussum, l’existence de cultures ou de déboisements en plaine avant l’époque romaine.

167Une étude pédologique a montré que les cultures préromaines pouvaient être localisées à l’ouest de l’oppidum, sur le plateau des Paredasses, qui offre une superficie de 210 ha (Poupet 1989). Au Néolithique final, on peut d’autant plus penser que ce plateau était cultivé. Mais il devait aussi fournir la totalité du bois nécessaire à l’usage domestique. Les très faibles fréquences de Frêne et d’Orme signifient simplement un rayon d’action limité et nous ne pouvons pas connaître l’extension réelle de ces essences dans la plaine à cette époque, en particulier par rapport au degré d’alluvionnement.

168La forte proportion de Chêne vert par rapport au Chêne à feuillage caduc à cette époque montre les effets de l’exploitation de ce plateau. La présence de Bruyère arborescente révèle des potentialités de sols évolués, qui ne correspondent plus aux sols actuels recarbonatés.

169À la période romaine, on retrouve en première analyse un spectre anthracologique semblable. Mais cela n’indique pas un paysage identique puisqu’il ne faut pas oublier que les charbons de bois ne donnent pas le taux de boisement. De plus, les besoins en bois des occupants de l’oppidum et du quartier bas devaient être plus importants que ceux des Néolithiques et leur territoire doit être considéré comme plus étendu. La forêt de plaine à cette époque devrait être perçue si elle était présente. L’alluvionnement à cette époque est suffisant pour qu’une frênaie‑ormaie soit la végétation potentielle de la vallée : elle existe d’ailleurs à Dassargues quatre à cinq siècles plus tard (cf. infra partie II, § 4.7). Si cette forêt n’est pas perçue, nous pouvons penser que c’est en raison de son déboisement, comme sur tous nos autres sites d’époque gallo‑romaine. Les pollens prélevés sur le site montrent au Ier s. av. J.‑C. un faible taux de pollens d’arbres, qui sont le Frêne, l’Orme, l’Aulne, le Peuplier, alors que les Céréales sont abondantes (Planchais 1989). Des mises en culture sont probables en plaine, pour ce site comme ailleurs, ainsi que cela est observé sur la terrasse du Sablas dans la première moitié du ier s. av. n. è. (Fiches 1989). La culture de la Vigne et celle de l’Olivier sont très probables (bois, fruits). La Vigne, s’il s’agit de Vigne cultivée, a fourni des déchets de taille pour les fours de boulange du quartier bas (Chabal 1989a). Le Noyer est également présent à la période romaine. Les Céréales et Légumineuses cultivées ont été étudiées (Ruas 1989), ainsi que l’élevage avec une consommation de Bœuf et de Porc principalement (Columeau 1989).

170Seuls les niveaux du deuxième âge du Fer nous apprendraient si la plaine est en cours de défrichement à cette époque, comme au Marduel et pour Lattara.

171Pour l’ensemble de la séquence, la très forte proportion du Chêne vert montre son importance relative majeure dans les formations végétales exploitées pour le bois (76 à 90 %). Que la chênaie de Chêne vert constitue la formation boisée la plus représentée à la période antique n’implique pas que celle‑ci soit abondante autour du site, par rapport aux espaces déboisés. Le diagramme anthracologique montre une récession du Chêne à feuillage caduc au cours de l’utilisation du foyer central, qui a duré une trentaine d’année. Les échantillons issus d’autres niveaux de l’habitat confirment cette évolution. Les quelques individus de Chêne blanc régénérant actuellement sur la colline témoignent des potentialités forestières de ces reliefs érodés. Les coupes de bois répétées, les mises en culture, peut‑être l’action du feu, la régression pédologique des collines ont favorisé le Chêne vert par rapport au Chêne blanc. Mais nous ne pouvons pas localiser cette chênaie, et la colline a pu être déboisée et exploitée pour l’agriculture, le pâturage, conjointement à la plaine.

172Au cours de l’occupation d’époque romaine, la chênaie exploitée tend à devenir une chênaie de Chêne vert presque pure, par élimination progressive du Chêne à feuillage caduc moins résistant aux coupes d’une part, et des espèces peu productives d’autre part (Arbousier, Filaire et/ou Alaterne, Pistachier, Bruyère). L’Arbousier est présent pour moins de 2 %, dans chaque niveau, ce qui peut signaler des milieux secs et ouverts dans lesquels il ne peut pas s’implanter, mais aussi une exploitation contrôlée de la chênaie, en taillis d’où il a été éliminé, comme au Marduel au ier s. av. J.‑C. Ici comme au Marduel, on peut penser que les espèces subordonnées étaient activement éliminées de ces taillis (cf. supra partie II, § 4.5.1). Le Pin d’Alep, pionnier des terrains laissés nus par l’homme, est totalement absent des déterminations à Ambrussum (les pollens de Pin étant d’apport lointain), comme sur les autres sites d’époque romaine, alors qu’il est abondant actuellement au sud de l’oppidum : ceci est peut‑être en faveur de taillis plus développés qu’on a pu le penser.

4.6.2 La ZAC des Halles à Nîmes aux ier et iiies. ap. J.‑C.

Chronologie d’occupation de la ZAC des Halles

173Le quartier de la ZAC des Halles à Nîmes (Gard) a livré une occupation rurale du ve s. av. n. è. mais les charbons de bois s’insèrent dans l’occupation urbaine d’époque romaine (Monteil 1993). Deux échantillons réduits provenant du bois de feu domestique ont été prélevés dans deux sols en terre d’une pièce de la domus A (fouille M. Monteil et al.). L’un est daté de la fin du ier s. ap. J.‑C., l’autre du début du iiie s. ap. J.‑C. Ce secteur urbanisé de Nîmes a été abandonné au iiie s. ap. J.‑C.

Écologie actuelle de la ZAC des Halles

174La ville de Nîmes est implantée sur un relief de calcaires crétacés (fig. 43), appartenant au domaine potentiel de la chênaie. La ZAC des Halles se trouve vers 50 m d’altitude.

Paléoécologie de la ZAC des Halles

175Les charbons de bois issus du bois de feu révèlent 11 taxons (tabl. J et diagr. J, annexe 2). L’intérêt de cette étude, malgré le faible effectif des échantillons, est de confirmer, pour une exploitation de bois de feu en milieu urbain et à la période romaine :
– l’utilisation d’essences diverses et non d’une ou deux espèces, laissant entendre, ici comme pour d’autres sites, que l’exploitation du bois se faisait de façon non sélective et dans un environnement large ;
– la représentation sans doute fidèle d’une chênaie où le Chêne vert domine sur le Chêne à feuillage caduc conformément aux autres sites de même époque ; ces boisements correspondent à l’environnement potentiel de Nîmes.

176L’Alaterne et/ou la Filaire, le Buis, l’Arbousier, la Bruyère et/ou des Cistes et une Rosacée Pomoïdée2 complètent le cortège floristique d’une chênaie. Le Noyer a pu être cultivé, ou seulement exploité, dans un milieu suffisamment approvisionné en eau, peut‑être dans la ville même. Le Hêtre et le Sapin marquent sans doute des boisements relictuels frais (cf. supra partie II, § 4.2.1) et non un transport à longue distance, contrairement à ce que l’on peut penser pour le Pin maritime qui constituait une poutre de longue portée sur le même site (Chabal 1993).

177Dans ces conditions, on peut se demander si le bois de feu est géré de façon centralisée ou prélevé de façon traditionnelle et individuelle. La diversité des espèces exploitées et leur nature font pencher pour la deuxième hypothèse, ce qui n’exclut pas des contraintes juridiques pour les territoires visités.

4.6.3 L’agglomération gallo‑romaine de Lunel‑Viel

Chronologie d’occupation de Lunel‑Viel, quartier ouest et quartier central

178Le village gallo‑romain de Lunel‑Viel dans l’Hérault apparaît vers 50 de n. è., après une occupation temporaire au iie s. av. J.‑C. (fouille C. Raynaud et al.). L’agglomération du Haut‑Empire (ieriie s.) couvre près de 3 ha. L’agglomération de Lunel‑Viel est la réunion d’habitations modestes, d’édifices publics (thermes...) et de demeures luxueuses présentant des placages de marbre, des sculptures et des mosaïques polychromes. Alors que le iie s. et le début du iiie s. sont marqués par une vague d’abandon touchant l’habitat dispersé de la plaine, l’agglomération est remaniée vers la fin du iie s., détruite au ive s. et déplacée au nord. Au vie s., le village se fixe durablement à l’emplacement du village actuel, et s’accroît aux xexie s. L’étude archéologique apporte des résultats nouveaux sur une période mal connue auparavant, spécialement quant à l’habitat (Raynaud 1990).

179Cette agglomération renouvelle la question de l’approvisionnement en bois de feu au cours de la période romaine entre le ier et le ive s. de n. è. Cependant, alors que le quartier ouest (LV 301) a livré des prélèvements provenant du bois de feu domestique (Chabal 1990b), le quartier central (LV 300) est marqué par la présence d’une résidence de notable, grande et luxueuse, et par une maison liée à une activité de forge (André et al. A paraître). Les charbons de bois proviennent de celle‑ci, avec des scories omniprésentes au ier s. surtout, mais aussi jusqu’aux ive et même ve s. La fonction du combustible pour cette maison pose question : l’activité de forge, forte consommatrice de bois, n’a‑t‑elle pas fait l’objet de circuits particuliers d’approvisionnement en bois ou charbon, et quelle est la part de ce combustible dans les charbons de bois retrouvés ? Le bois de feu domestique n’a‑t‑il pas bénéficié des mêmes circuits ? De plus, les prélèvements pour le quartier ouest ont été effectués dans des comblements secondaires de fosses, silos et dépotoirs et ont parfois posé la question, par la prédominance d’une essence, de leur représentativité par rapport à la durée. Enfin, la période 150/250 ap. J.‑C. n’est représentée qu’au quartier ouest, seul le ier s. ap. J.‑C. a donné des prélèvements pour les deux sites (fig. 50).

FIG. 50 – Chronologie des échantillons de charbons de bois à Lunel‑Viel du Ier au IVe s. ap. J.‑C. : le quartier ouest a livré du bois de feu domestique mais dans des comblements de fosses et silos principalement, alors que les niveaux du quartier central sont marqués par la présence de nombreuses scories de fer (activité de forge).

Écologie actuelle de Lunel‑Viel

180Le site est implanté dans la partie pliocène, d’altitude supérieure à 10 m, de la plaine languedocienne, actuellement intensément cultivée (fig. 49). Il s’adosse à une côte calcaire d’orientation sud‑ouest/nord‑est, qui délimite au nord une zone de collines crétacées d’altitude inférieure à 100 m, domaine des garrigues actuelles. Le site, à 6 km à l’ouest du Vidourle, bénéficie de la proximité des deux branches d’un ruisseau, le Dardaillon, bordé d’alluvions limono‑argileuses calcaires, et qui débouche dans la lagune de Mauguio (par l’intermédiaire aujourd’hui du Canal de Lunel). Plus au sud, à moins de 10 m d’altitude, la plaine lagunaire, formée d’alluvions fluviatiles récentes, borde largement l’étang de Mauguio, distant de moins de 7 km.

181La végétation naturelle est très réduite dans la plaine au sud, domaine naturel de la forêt de Frêne et d’Orme. Mais au nord, sur les collines, les boisements spontanés sont plus développés, et on peut observer l’abondance du Chêne vert et du Pin d’Alep sur le sommet des buttes qui parsèment le vignoble. De nombreuses espèces se trouvent en sous‑bois ou en lisière (Buis, Filaire à feuilles étroites, Cornouiller mâle, Alaterne, Chêne kermès, Ciste de Montpellier, Genévrier Cade, etc, ). Localement, des fourrés denses de Bruyère à balai occupent le sous‑bois de Pin d’Alep et de Chêne vert. De nombreux toponymes indiquent la présence de la Bruyère (« Le Bruc »), même lorsqu’elle n’existe plus dans les boisements spontanés. La Bruyère arborescente est absente au nord de Lunel‑Viel (jusqu’à 2 km du site), alors qu’elle est bien représentée dans les charbons de bois gallo‑romains, et cette différence traduit l’état pédologique des sols (cf. infra). Le Chêne blanc est absent ou rare. Il est un peu plus abondant dans le Bois de Vitargues (Restinclières). Entre les vignes, existent de rares haies de Peuplier, d’Orme, de Saules, de Chêne blanc, de Genêt d’Espagne.

Paléoécologie de Lunel‑Viel

182Comme pour les autres sites en bas Languedoc occupés à la période romaine (Caissargues, Ambrussum, Lattara, Le Marduel, la ZAC des Halles), on observe dans les deux quartiers de Lunel‑Viel la très faible représentation du Frêne et de l’Orme (tabl. E et F, diagr. E et F, annexe 2). Il s’agit, ici encore, d’un état déboisé de la plaine dès le ier s. de n. è. et non d’une aire d’approvisionnement en bois limitée aux chênaies. Les analyses polliniques en milieu archéologique confirment dans le quartier central de Lunel‑Viel cet état déboisé des environs du site, et la représentation majoritaire de la chênaie (André et al. à paraître). Comme pour Lattara et Ambrussum, la relative hydromorphie de la basse plaine qui s’étend immédiatement au sud de Lunel‑Viel devait être très favorable à une forêt mésophile. On ne peut pas supposer que l’existence de cette forêt puisse échapper à l’anthracologie, puisque la basse plaine était largement fréquentée. Or, le Frêne et l’Orme représentent une trop faible fraction du bois récolté à l’époque romaine à Lunel‑Viel, pour supposer que de tels boisements étaient développés. Aucune autre espèce trouvée ne peut correspondre à ce milieu. La viticulture est probable, d’après les taux un peu plus forts de la Vigne au Ier s. de n. è., mais son importance spatiale ne peut pas être connue. Outre la Vigne et l’Olivier (au ier s. pour le quartier central), les arbres fruitiers présents à Lunel‑Viel sont l’Amandier, le Cerisier, le Noyer, l’Abricotier, le Prunier domestique et peut‑être le Mûrier (noir ou blanc, présent par un seul fragment) : ce serait la plus ancienne mention du Mûrier en France. La plupart sont très probablement cultivés, mais il n’est possible de l’affirmer que pour l’Abricotier, le Mûrier et le Prunier domestique, introduits, puisqu’on ne les trouve jamais avant la période romaine. Pour les autres essences fruitières, on ne peut rien dire, parce que l’anatomie du bois ne permet en général pas de distinguer le bois des espèces sauvages de celui des espèces cultivées. Au Moyen Âge, on trouve en outre le Pommier (Durand 1990). Signalons l’identification du Charme‑Houblon ou du Charme, première mention par l’anthracologie de l’un de ces taxons actuellement absents du Languedoc (identifiés ponctuellement par la palynologie).

183Autour des agglomérations du Marduel et de Lattara, le déboisement des espèces mésophiles est un phénomène antérieur à la colonisation romaine. Pour Ambrussum, cela est possible mais on l’ignore encore. À Lunel‑Viel, l’agglomération n’existe pas à l’âge du Fer et on peut se demander si cette transformation du milieu a lieu avant, ou bien au tout début de la colonisation agraire de la plaine, phénomène ici spécifiquement gallo‑romain. En effet, excepté Ambrussum et les habitats lagunaires, les cantons de Lunel et Mauguio sont très peu occupés antérieurement au ier s. av. J.‑C. La zone lagunaire elle‑même, densément occupée depuis la fin de l’âge du Bronze, est en voie de dépeuplement depuis le deuxième âge du Fer et sera abandonnée au ier s. de n. è. Lunel‑Viel n’atteint une population importante qu’au Haut‑Empire (ieriie s.) avec une agglomération de 3 ha. C’est pourquoi ici, entre un déboisement de la fin de l’âge du fer ou de la période gallo‑romaine, il n’est pas encore permis de trancher. Les fouilles futures permettront de savoir si l’occupation ténue du iie s. av. J.‑C. est responsable de ces déboisements et nous permettront d’apprécier l’impact de cette période, loin des agglomérations de l’âge du Fer. Toutefois, ici comme ailleurs, un siècle ou deux auraient suffi à la forêt mésophile pour se resemer et se régénérer.

184À Lunel‑Viel, la chênaie est perçue, avec un grand nombre d’essences. Le Chêne vert, les grandes Bruyères (constituées en partie ou en totalité par la Bruyère arborescente) et le Chêne à feuillage caduc représentent la quasi‑totalité de cette chênaie. Pour les deux sites et l’ensemble de la période, ce sont les collines immédiatement au nord du site et éventuellement des terrains fersiallitiques à l’altitude du site, qui sont ainsi perçus. Pour une étude anthracologique plus fine, on doit séparer l’étude du quartier ouest de celle du quartier central.

185● Au quartier ouest, le combustible est du bois de feu domestique. L’analyse du contenu des échantillons a montré la surreprésentation du Sapin dans le fait 70 (une fosse) et la présence d’une concentration de Bruyère dans le fait 164. Ces distorsions n’auraient pas beaucoup modifié les totaux par période, mais nous avons préféré les en retirer. L’évolution relative du Chêne vert, du Chêne à feuillage caduc et de la Bruyère arborescente (diagr. E, annexe 2) permet une vision évolutive du paysage (Chabal 1990b) : à la fin du ier s. de n. è., la Bruyère arborescente est assez abondante, les Chênes sont moins représentés, ce qui suggère une chênaie très altérée. Puis, vers 150/200 de n. è., la Bruyère a fortement diminué en faveur du Chêne vert. Celui‑ci continue à augmenter en proportion, dans un milieu qui se referme et profite momentanément à l’Arbousier, à la fin du iie s. La suite de ces transformations voit l’augmentation relative du Chêne à feuillage caduc à partir de 200/250 de n. è. (corrélativement, l’Érable de Montpellier, essence compagne du Chêne blanc, est mieux représenté, les Bruyères sont très rares). Tout ceci suggère, entre la fin du iie s. et la première moitié du iiie s. de n. è., par rapport au ier s., une évolution progressive* de la chênaie, aboutissant à la régénération d’une chênaie mixte riche en Chêne vert et Chêne blanc. L’interprétation d’une régénération de la chênaie est justifiée par la succession écologique observée : une régénération forestière suppose une densité croissante du couvert des arbres, propre à éliminer les essences de sous‑bois. Ici, la Bruyère arborescente est éliminée par un effet de concurrence, sur les sols fersiallitiques acides, favorables à sa croissance comme à celle du Chêne blanc. Le Chêne blanc se réinstalle à la suite du Chêne vert, ce qui correspond aussi à une évolution progressive* connue. Il s’agit de variations assez lentes, sur 50 ans environ, c’est pourquoi l’hypothèse est acceptable.

186Ce schéma d’une évolution forestière entre le iie et le iiie s. de n. è. pourrait être corrélé à la vague d’abandons de sites ruraux observée dans le Lunellois à cette époque. Malgré la permanence d’occupation de l’agglomération et même si, pour L. Amblard et al. (1985) l’abandon d’habitats n’implique pas l’abandon de zones cultivées, on peut penser qu’une certaine déprise agricole a pu avoir lieu. À Lunel‑Viel même, vers la fin du iie s. et dans les premières décennies du iiie s. de n. è., faisant suite à l’occupation prospère du Haut‑Empire, une réorganisation sociale et économique inter vient dans l’agglomération. Les modifications architecturales constituent « une déchéance du cadre de vie » à la fin du iie s. (Raynaud 1990). Ainsi, on pourrait penser à une utilisation moindre de combustible, telle celle nécessaire aux thermes. Toutefois, l’utilisation de l’espace agricole et pastoral est plus probablement responsable des fluctuations de la chênaie que les coupes de bois (cf. supra partie II, § 2.2.4).

187L’évolution de la chênaie est‑elle confirmée par les échantillons du quartier central ? En effet, cette régénération forestière a pu ne concerner que les boisements exploités par les habitants du quartier ouest.

  • 4 Une étude récente a révélé que la fosse présente dans la pièce 5 n’était pas la forge (Raynaud inéd (...)

188● Pour le quartier central, le combustible est probablement en partie celui de la forge, bien qu’il soit retrouvé sous forme de charbons de bois épars dans les espaces domestiques. La forge n’a pas été trouvée mais elle est omniprésente dans les restes archéologiques sous forme de scories, surtout au ier s. Le regroupement des échantillons en trois diagrammes distincts correspond aux trois espaces domestiques4 fouillés, les pièces 5, 7 et 10 de la maison A. Chaque diagramme donne une représentation du ier, puis une du iiie et éventuellement du ive s. de n. è. Rappelons que la période 100/250 ap. J.‑C. manque (fig. 50).

189L’image de la végétation donnée par le combustible du quartier central n’est pas très différente de celle donnée par le bois de feu domestique du quartier ouest. En première analyse, il apparaît ainsi que l’usage du bois et son exploitation ne traduisent pas des impératifs fondamentalement originaux qui seraient liés à l’activité artisanale. Les Chênes et les Bruyères ont des propriétés opposées par leur dynamique de combustion mais dues à leur calibre (une bûche donne une chaleur soutenue et durable, les brindilles flambent), pour un pouvoir calorifique égal (quantité de chaleur par kg). En revanche, seules des tiges d’un certain calibre sont utilisées pour faire du charbon de bois nécessaire pour l’obtention de températures élevées.

190L’augmentation relative du Chêne vert puis du Chêne blanc et la diminution relative des Bruyères, dès la fin du ier s. ap. J.‑C. dans les pièces 5 et 10, pourraient être le reflet des mêmes transformations de la chênaie qu’au quartier ouest. Il n’y a donc pas de différence notable entre ce combustible, peut‑être lié à la forge, et celui utilisé au quartier ouest pour l’usage domestique.

191En revanche, on note l’originalité de la pièce 7, espace de séjour par opposition aux deux autres espaces domestiques, qui sont plus fonctionnels. Cette pièce révèle un peu plus de Chêne à feuillage caduc, pour toute la séquence (le fort taux de Pin maritime au ier s., inexpliqué, est soit une distorsion, soit un trait original également). On peut supposer que l’approvisionnement en bois est un peu différent pour cette pièce, en faveur du Chêne à feuillage caduc. Ce serait la première fois en anthracologie que de telles variations seraient mises en évidence dans un espace domestique, ou même à l’intérieur d’un site. Elles reflètent soit une sursélection du Chêne à feuillage caduc, soit des lieux d’approvisionnement distincts. Nous ne connaissons pas le découpage territorial (durable sur quatre siècles) ni les contraintes sociales qui pourraient être à l’origine de circuits d’approvisionnement en bois différents. Les occupants de la pièce 7 ont‑ils le même statut social que ceux du reste de la maison ? Existe‑t‑il une gestion de la chênaie par secteurs, qui refléterait des boisements à des degrés divers de l’évolution forestière ? Toujours est‑il que dans chacun de ces milieux toutes les essences disponibles semblent avoir été récoltées. Ceci n’est pas en faveur d’une sélection volontaire liée à la nature des essences (les deux Chênes sont d’ailleurs d’excellents bois de chauffage). Les combustibles des différentes pièces reflètent plutôt des milieux d’approvisionnements un peu différents entre eux.

La Bruyère arborescente, le Pin d’Alep et les façons culturales

192L’abondance de la Bruyère arborescente à la période romaine est très intéressante sur un plan écologique. La Bruyère arborescente est une espèce pionnière qui s’installe après incendie ou abandon de cultures sur les sols acides ou décarbonatés (Aubert 1975). Actuellement, cette espèce est absente dans un rayon important autour du site, malgré les nombreux toponymes du nord‑ouest de Lunel‑Viel : « Plaine de la Bruyère », « Pointe de la Bruyère », « le Bruc », etc. Ces toponymes apparus, au plus tard, aux xexie s., peuvent signifier soit une perduration historique de la Bruyère arborescente sur des sols décarbonatés, soit son remplacement par la Bruyère à balai (Erica scoparia), plus tolérante au calcaire (elle est actuellement présente, en sous‑bois étiolés du Pin d’Alep et du Chêne vert, sur de rares buttes au nord de Lunel‑Viel). Dans tous les cas, l’une ou les deux espèces ont marqué le paysage au Moyen Âge, comme en témoigne l’anthracologie (Durand 1990).

  • 5 Alors que le Pin d’Alep a une importance forestière dès le début du Néolithique en Provence (Thiéba (...)

193Parallèlement, le Pin d’Alep, espèce pionnière des terrains déboisés indifférente au calcaire, est très rare dans les niveaux romains de Lunel‑Viel alors qu’il est plus abondant, avec le Pin pignon, dans les niveaux du Moyen Âge (Durand 1990) et, surtout, bien représenté à l’heure actuelle au nord du site. C’est pourquoi la première extension du Pin d’Alep dans ce secteur semble immédiatement postérieure à la période romaine. Notre hypothèse est que le Pin d’Alep est venu remplacer en Languedoc oriental la Bruyère arborescente entre la période romaine et le Moyen Âge dans son rôle pionnier des terrains nus. Les sols de type fersiallitiques, initialement évolues, décarbonatés et favorables à la Bruyère, auraient été recarbonatés et seraient devenus défavorables à la Bruyère arborescente, disponibles pour l’extension du Pin d’Alep (Chabal 1990b). La concurrence trop forte exercée par la Bruyère arborescente n’aurait pas permis plus tôt à ce Pin, pourtant présent en Languedoc5, de s’étendre.

194Mais quelle serait la cause de cette recarbonatation ? À Lunel‑Viel, la progression du Chêne blanc apparaît corrélée dans le temps à une importance plus faible de la Bruyère arborescente. Celle‑ci ne pouvait, à proximité de Lunel‑Viel, trouver sa place que sur des sols décalcarisés de type fersiallitique, favorables également au Chêne blanc. Il est donc logique de situer l’altération de la chênaie au ier s., en priorité sur ces sols épais naturellement voués à une mise en culture. Ce serait l’érosion ou le remaniement par les façons culturales qui auraient recarbonaté les sols, et compromis le retour de la Bruyère arborescente, calcifuge stricte. Aussi longtemps que la décarbonatation des horizons supérieurs du sol a été respectée par les façons culturales et l’érosion, sur les cailloutis d’origine rhodanienne, les stades postculturaux sont restés extrêmement favorables à la Bruyère arborescente, interdisant toute introduction du Pin d’Alep. Le Pin d’Alep, indifférent au calcaire, aurait progressivement remplacé la Bruyère arborescente dans son rôle colonisateur de terrains déboisés, après recarbonatation des sols fersiallitiques, donc en liaison étroite avec l’activité humaine de déforestation et de labour.

4.6.4 Conclusion

195L’oppidum d’Ambrussum, l’agglomération de Lunel‑Viel et l’occupation urbaine de Nîmes à la ZAC des Halles montrent qu’à la période romaine en bas Languedoc, on continue à exploiter de façon assez complète des milieux de chênaie pour le bois de feu : ceux‑ci sont riches en Chêne vert et pauvres en Chêne à feuillage caduc. En revanche, il faut penser que la plaine est dès le départ dans un état déboisé autour de ces agglomérations, avec une agriculture que tout, par ailleurs, prouve très développée.

196On ne connaît pas la date des déboisements de plaine pour ces trois sites. Mais alors qu’à Ambrussum, le déboisement date peut‑être comme au Marduel de l’apogée de la communauté du deuxième âge du Fer, dont le combustible n’est pas connu, cela n’a rien de certain à Lunel‑Viel, créé vers 50 ap. J.‑C. dans un territoire presque inoccupé à la fin de l’âge du Fer.

197La chênaie connaît un enrichissement relatif en Chêne vert à Ambrussum autour du changement d’ère, sous l’effet de son exploitation et probablement de sa gestion.

198À l’inverse, au début de notre ère, une tendance à la régénération de la chênaie près de Lunel‑Viel semble prouvée par l’augmentation successive du Chêne vert puis du Chêne à feuillage caduc au détriment de la Bruyère arborescente. Cette évolution est le signe d’un relâchement dans l’exploitation de la chênaie. Elle est peut‑être le reflet d’un certain abandon des zones rurales aux iie et iiie s. ap. J.‑C. Il est aussi possible que l’agglomération elle‑même consomme moins de bois à cette époque, en raison de restructurations sociales liées à une présence moins grande de la classe possédante. Dans une maison du quartier central associée à une activité de forge, une légère spécialisation dans le bois utilisé pour l’une des pièces d’habitation semble maintenue sur quatre siècles. Alors qu’aucune sélection de bois n’apparaît liée à la forge, il s’agit peut‑être là d’une expression du partage de l’espace boisé, reflétant des circuits d’approvisionnement dans des chênaies un peu différentes.

4.7 L’Antiquité tardive dans la plaine. Perduration de la frênaie‑ormaie

4.7.1 L’habitat tardo‑antique de Dassargues

Chronologie d’occupation de Dassargues

199Cinq kilomètres à l’est de Lunel‑Viel (Hérault), l’habitat de Dassargues (fouille C. Raynaud et al.) a fait l’objet de fouilles de sauvetage, révélant sur plusieurs hectares des vestiges d’habitat et de larges pans d’un terroir avec son aménagement agraire (Garnier et al. 1995). Le site est occupé durant l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge (veviie s.). Trois phases d’occupation ont permis des prélèvements de charbons de bois qui proviennent certainement de l’activité domestique :
– une cabane (470/520 ap. J.‑C.) : deux échantillons ;
– une ferme (vie s.) : un échantillon ;
– une zone d’ensilage hors habitat (viie s.) : un échantillon, provenant d’un silo.

200Dassargues succède donc à Lunel‑Viel en chronologie.

Écologie actuelle de Dassargues

201Dassargues se trouve dans la partie basse de la plaine languedocienne, à 9 m d’altitude, à mi‑chemin entre la commune actuelle de Lunel et le Vidourle (fig. 49). Le site est sur le tracé d’un ruisseau fossile sur lequel un quai a été retrouvé, signalant une installation portuaire. Malgré la faible différence d’altitude avec Lunel‑Viel, la végétation ligneuse environnante, bien qu’actuellement assez réduite, est sensiblement différente. Autour de Dassargues, sur les alluvions du Vidourle, les zones urbanisées et les cultures dominent, mais l’Orme et le Frêne occupent les haies ou les talus, rares témoins de la forêt de plaine disparue. On observe aussi le Chêne blanc, le Noyer et d’autres essences mésophiles. Le Peuplier, plus hygrophile, est fréquent en bordure des fossés de drainage, ainsi que sur les rives des ruisseaux et du Vidourle. Dassargues n’est environné par aucun relief, les plus proches collines sont celles Ambrussum.

Paléoécologie de Dassargues

202À Dassargues, on a un minimum de 20 espèces pour 610 fragments (tabl. G et diagr. G, annexe 2). La forêt de plaine, caractérisée par le Frêne, l’Orme champêtre et une ou plusieurs Rosacées Pomoïdées2 (peut‑être une Aubépine ou un Sorbier), domine très largement dans le bois de feu domestique à Dassargues. Les Bruyères signalent un autre milieu, sans doute des sols fersiallitiques dans la partie haute de la plaine, mais on note comme à Port Marianne au Néolithique moyen et final, que les Chênes ne l’accompagnent pas. Il peut s’agir alors d’espaces dénudés envahis par des Bruyères. La présence des Pins (Pin d’Alep et peut‑être Pin maritime) confirme leur extension dans des milieux ouverts après la période romaine.

203Il est probable que pour ce petit habitat, le rayon d’approvisionnement en bois n’atteint pas les premières éminences et leurs chênaies plus ou moins transformées, situées au plus près à 1,5 km au nord de Dassargues. À une altitude à peine inférieure à celle de Lunel‑Viel, Dassargues est entièrement dans le domaine de la plaine alluviale du Vidourle, alors que Lunel‑Viel est directement au contact de la chênaie. Cette faible différence d’écologie entre les deux sites explique nos résultats. Même si les distances en cause paraissent faibles, il faut remarquer qu’un cercle de 1,5 km de rayon représente plus de 175 ha. Quels que soient les aménagements autour de la ferme du vie s. et le territoire agricole associé, on peut penser que l’exploitation du bois de feu ne nécessitait pas un territoire très important.

204La représentation presque exclusive d’essences mésophiles à Dassargues, liées à la plaine alluviale du Vidourle et des ruisseaux, est un résultat nouveau par rapport à la période antique, pour laquelle tous les sites montraient un état déboisé de la plaine. Comprendre à Dassargues cette représentation majoritaire de la forêt de plaine mésophile (qui n’est pas la ripisilve du Vidourle), revient à se poser la question de son histoire en rapport avec l’occupation du site : est‑ce une forêt qui a repoussé durant l’Antiquité tardive, mais a connu un état déboisé antérieur, comme à Lunel‑Viel ? Ou y a‑t‑il une permanence de la forêt mésophile depuis l’âge du Fer et durant toute l’Antiquité ? Bien sûr, ce site seul ne permet pas de répondre.

205Le diagramme anthracologique entre la fin du ve et le viie s. de n. è. (diagr. G, annexe 2) est fait de datations qui se chevauchent au sein de ces deux ou trois siècles, et rendent l’interprétation difficile. Les variations ne sont pas en l’état actuel interprétables, du fait que les exigences écologiques du Frêne et de l’Orme ne sont pas très différentes.

206À Dassargues, rien n’indique que les observations témoignent de phénomènes propres à l’Antiquité tardive ou au haut Moyen Âge, mais il reste possible que la forêt se soit régénérée par rapport à un état antérieur déboisé. Une occupation faible de cette zone aux siècles précédents suffirait à l’expliquer, et dans tous les cas ce résultat confirme la vigueur de la forêt de plaine en bas Languedoc et l’adaptation de la frênaie‑ormaie aux zones alluviales.

4.7 2 Conclusion

207Le petit site rural de Dassargues, occupé durant l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge, se trouve dans une forêt mésophile suffisamment développée pour que les collines distantes de 1,5 km ne soient pratiquement pas visitées. La frênaie‑ormaie a pu repousser après avoir connu un état déboisé à la période romaine. Mais elle a pu aussi perdurer depuis des temps plus anciens où elle s’était installée, si l’occupation dans cette zone a été d’un faible impact sur l’environnement. L’étude d’autres sites de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge dans des zones où ont existé des habitats antiques bien développés, nous dira si cette période historique est caractérisée par des régénérations forestières.

4.8 Synthèse

208Les charbons de bois de treize sites languedociens, un en grotte et douze de plein air, provenant du combustible domestique principalement, permettent de proposer une première synthèse de l’histoire des boisements dans le territoire des sites, entre le Néolithique moyen‑final et l’Antiquité tardive. Nos observations conduisent à quatre types de conclusions.

1 ‑ L’expression de potentialités du milieu naturel différentes de celles qui seront observées ensuite, ou par rapport à l’actuel

209Le bois de feu, pour certains habitats situés dans une topographie basse, révèle à la fin de la Préhistoire l’absence ou la rareté de toutes les essences que l’on pourrait s’attendre à trouver dans un milieu de plaine alluviale, alluvionné ou colluvionné. On les y trouve à des périodes ultérieures. On pourrait supposer que les populations occupant ces sites sont allées chercher le bois loin de l’habitat mais il est plus justifié de remettre en cause les conditions locales.

210● Jusqu’au Chalcolithique au moins, dans la vallée du Vistre (Caissargues) et dans la vallée du Lez (Port Marianne), le bois de feu révèle des essences de la chênaie. Le milieu n’est sans doute pas encore favorable à une forêt mésophile de type frênaie‑ormaie, que l’on n’observera que plus tard, au Bronze final à Caissargues (en mélange avec le Chêne à feuillage caduc), ou au milieu de l’âge du Fer dans le territoire de Lattara.

211● Au Bronze final II, IIIa et IIIb, une chênaie voisinant avec la frênaie‑ormaie existe à Tonnerre I dans la zone lagunaire en bordure de l’étang de Mauguio. D’après les pollens, cette chênaie se maintient jusqu’à la période romaine mais se trouve désormais enrichie en essences mésophiles (Frêne).

212● Au Bronze moyen en bordure de la plaine alluviale de la Cèze en amont des gorges, seule une chênaie est perçue dans les charbons de bois de la grotte du Hasard, alors qu’une forêt mésophile s’y ajoute ensuite au Bronze final IIa.

213Nos observations, concernant des végétations différentes de celles installées dans les milieux actuels à altitude égale ou dans la même région, s’expliquent bien dans le cadre d’un environnement géomorphologique différent de l’actuel. Au cours des phases récentes de la Préhistoire, le substratum des plaines alluviales (en particulier d’anciennes terrasses et d’anciens cordons) est moins colmaté qu’ultérieurement par les apports sédimentaires alluviaux et colluviaux. Une topographie plus accidentée que de nos jours, des rivières plus encaissées, peuvent expliquer que la chênaie y ait trouvé des sols favorables suffisamment drainés, et que la frênaie‑ormaie n’ait pas encore pu s’y étendre.

214L’évolution de la sédimentation durant les phases récentes de la Préhistoire serait responsable de la substitution forestière observée : le dépôt de la charge alluviale des fleuves et le colluvionnement de pente ont dû, pour ces sites, rendre le sol de plus en plus limoneux et humide, de plus en plus propice au développement de la frênaie‑ormaie qui pouvait alors concurrencer la chênaie. Le bois de feu des populations installées directement dans ces milieux de basse ou très basse altitude reflète à travers le temps cette transformation qui est sans doute progressive. Il est possible qu’à cette époque des variations climatiques aient participé à l’évolution des conditions géomorphologiques, mais on sait que l’érosion anthropique a pu contribuer beaucoup au colluvionnement. Par contre, il ne semble pas nécessaire de faire intervenir de variations climatiques, et en particulier une humidité climatique accrue, comme déterminisme direct de l’extension de ces forêts surtout exigeantes en humidité édaphique.

215Ce résultat a une conséquence importante : les chênaies disparues des zones alluviales ne peuvent être suivies sur le long terme, et leurs transformations par les activités agropastorales ne peuvent être étudiées qu’à travers les populations de la Préhistoire qui s’y sont directement installées, sans point de comparaison direct ultérieur sur les mêmes zones.

216Il semble que cette substitution forestière ne soit pas uniquement littorale et qu’on la retrouve dans la haute vallée de la Cèze après le Bronze moyen (Le Hasard). Pour les vallées alluviales du Vidourle (Ambrussum au Néolithique Ferrières) comme celle du Gardon (Le Marduel au Bronze final IIIb), des populations de la fin de la Préhistoire se sont installées sur les reliefs surplombant la plaine. Nous ne percevons pas de forêt mésophile et rien ne permet de tirer des conclusions sur la composition précise des forêts qui occupent ces vallées. Celles‑ci sont sans doute simplement non utilisées par ces communautés, plus réduites que les populations qui suivront, à l’âge du Fer. Nous savons seulement, à travers la liste des essences identifiées, que dans ces vallées existent déjà des essences qui caractériseront plus tard les plaines alluviales, notamment à l’âge du Fer pour la vallée du Gardon (Le Marduel) et le delta du Lez (Lattarà), ou durant l’Antiquité tardive pour la basse vallée du Vidourle (Dassargues). Mais nous ne savons pas de quand date l’extension de ces essences en boisements mésophiles dans la basse plaine du Gardon et dans celle du Vidourle. La palynologie trouve généralement ces essences au cours du Néolithique en même temps que le Chêne à feuillage caduc, mais sait‑on précisément leur abondance, leur écologie ? Probablement, les zones les plus humides et les plus alluvionnées leur ont permis de coexister à proximité de la chênaie, d’écologie complémentaire. Cela semble le cas sur la bordure lagunaire de l’étang de Mauguio au Bronze final. Cependant, aucun diagramme pollinique ne permet de dater et situer l’extension de ces espèces dans les plaines alluviales languedociennes.

217Le bois de feu d’autres sites témoigne du maintien à basse altitude de forêts que les conditions climatiques actuelles ne laissaient pas prévoir.

218● Près de l’oppidum de L’Agréable dans le Lauragais au début de l’âge du Fer, et à la période romaine dans la plaine proche, à Bram, une chênaie‑hêtraie révélant environ 10 % de Hêtre semble s’être maintenue. Cette forêt fait écho aux très faibles fréquences relictuelles de Hêtre trouvées à toutes les époques dans le bois de feu à basse altitude en Languedoc oriental. Cette différence est‑ouest pourrait exprimer le même décalage climatique qu’actuellement entre le Languedoc occidental, sous influence atlantique, et le Languedoc oriental. En Lauragais, le Hêtre s’est peut‑être simplement maintenu à l’âge du Fer et plus tard, à la faveur de forêts plus anciennes qui offraient des conditions édaphiques et microclimatiques fraîches et humides. Ces potentialités ne s’expriment plus aujourd’hui, mais c’est peut‑être seulement en raison de la déforestation.

219Lors de modifications du milieu, les potentialités des essences s’expriment par une répartition différente. Nos résultats suggèrent la nécessité, en région méditerranéenne, de relativiser l’impact direct sur la répartition de la flore passée de certains facteurs limitants ou favorisants de nature climatique. Le climat a participé du développement des forêts anciennes en Lauragais, comme il a conditionné la remontée marine, l’érosion et les dépôts alluviaux et colluviaux. Mais rien ne prouve qu’il ait déterminé directement l’extension spatiale de certaines essences ou forêts, aux périodes récentes de la Préhistoire.

2 ‑ Le rayon d’approvisionnement en bois et l’extension des territoires

220Le bois de feu nous informe‑t‑il directement sur l’étendue du territoire agropastoral ? Le bois de feu est d’abord souvent une information sur l’état de la couverture forestière : on peut supposer qu’un milieu comprenant des forêts très préservées (révélées par la nature et les proportions des essences) sera favorable aux cultures et aux autres activités, par le bon état des sols en particulier. De plus, l’exploitation des boisements révèle toujours des essences diverses, souvent des milieux très variés, y compris par la présence de bois de taille des arbres fruitiers, de la Vigne, de l’Olivier. L’exploitation du bois assez loin des sites à certaines périodes, par exemple dans la vallée du Gardon pour Le Marduel au début de l’âge du Fer (alors que la chênaie est aussi exploitée, plus près), laisse supposer que le bois de feu est en partie un sous‑produit d’autres activités telles, par exemple, les pratiques anciennes d’essartage* ou d’utilisation de fourrage ligneux. Ceci n’induit en rien une distorsion de la perception du milieu, au contraire. On peut penser qu’à toutes les périodes, l’approvisionnement en bois de feu se fait par l’exploitation de milieux associés dans l’espace et dans le temps aux autres activités (excepté peut‑être la chasse), ainsi que par un ramassage d’économie sur les trajets quotidiens. Probablement, le territoire dans lequel le bois est pris est‑il plus vaste que le périmètre dans lequel s’inscrit l’agriculture, et peut‑être le pâturage. Tout au moins, on ne voit pas comment il pourrait en être totalement disjoint. C’est aussi ce que suggère la grande diversité des essences trouvées et des milieux visités. Pendant l’Antiquité, tous les types de milieux sont exploités en raison des besoins en bois accrus : c’est pourquoi à cette époque, les indices qui permettraient de juger de variations d’extension des territoires sont plus rares. En effet, si ces variations ont existé, elles ne modifient pas forcément la liste et les proportions des essences, perçues à travers le bois de feu.

221Certains sites nous informent sur un territoire potentiel plus ou moins vaste, mais que l’on peut limiter dans l’espace, du fait de l’absence de représentation de boisements lointains.

222● Au Chalcolithique Fontbouisse, les habitants du Rocher du Causse ont probablement toutes leurs activités de subsistance sur le large plateau du causse de Pompignan (hormis d’éventuels déplacements saisonniers), dans le cadre d’une chênaie de Chêne à feuillage caduc presque pure, riche en Érable de Montpellier. Les sols épais formés sur les argiles de décarbonatation de la roche‑mère devaient convenir aux cultures.

223● Au Néolithique Ferrières à Ambrussum et au Bronze final IIIb au Marduel, l’espace des collines où sont implantés ces sites et leurs prolongements immédiats suffisent probablement à la plupart des activités de subsistance, sans que les plaines ne soient spécifiquement utilisées. Ces espaces offraient sur plusieurs kilomètres carrés un milieu forestier au fort pouvoir de régénération.

224● Au début de l’âge du Fer à La Jouffe, toutes les activités semblent s’être inscrites dans l’espace du vaste massif calcaire au sein duquel l’oppidum est implanté. Le bois de feu révèle une chênaie encore très fermée, riche en Arbousier qui peut signer le pâturage ou l’usage du feu. Ce massif, parcouru par un réseau de ruisseaux temporaires, est riche en replats, en vallons et en sources, sur roche‑mère marno‑calcaire ou sur calcaire riche en silice. Ce milieu favorable aux boisements et au pâturage convenait aussi certainement à l’agriculture.

225● La cabane tardo‑antique et la ferme du haut Moyen Âge de Dassargues révèlent principalement des boisements mésophiles. Ceux‑ci devaient être bien développés localement, alors que les chênaies plus lointaines ne sont pas perçues. Installés non loin du Vidourle sur ses alluvions, il est probable que les habitants ont cultivé l’environnement immédiat.

226D’autres sites ou périodes sont caractérisés par la perception de boisements nouveaux, dont la destruction sans repousse est interprétée comme l’extension des territoires pour l’agriculture.

227● Au Marduel entre 525 et 450 av. J.‑C., nous constatons une extension d’activités en plaine, dans ce premier temps sans récession des essences nouvellement exploitées, peut‑être sans changements majeurs dans les techniques d’exploitation. Puis, entre 450 et 400 av. J.‑C., la récession des mêmes essences, sans repousse, signifie très probablement des mises en culture avec l’établissement de champs permanents. Dans le même temps au Marduel, le bois de feu provient aussi des chênaies, dans un périmètre qui n’est pas précisé mais probablement croissant puisque l’agglomération s’agrandit.

228● La ville portuaire de Lattara exploite pour partie les boisements de plaine et pour partie la chênaie au ive s. av. J.‑C. Ces milieux correspondent à la plaine alluviale du Lez et, pour la chênaie, à des milieux plus drainés et décarbonatés. À cette époque on ne peut pas localiser les cultures avec certitude. Même si nous ne connaissons pas la topographie antique précise, ni le degré de colmatage du delta ou l’état pédologique des sols de costière, les chênaies les plus proches devaient se trouver à une distance du site de l’ordre du kilomètre. Au deuxième âge du Fer, on ne perçoit plus les essences de plaine dans le bois de feu et il peut s’agir de la fin d’une phase de défrichements commencés peut‑être beaucoup plus tôt, pour l’obtention d’un espace agricole. La ville n’exploite plus que le bois de la chênaie. Celle‑ci se transforme, sur les reliefs proches, et il est possible que la viticulture, attestée à partir de 225 av. J.‑C. par la carpologie notamment, s’y soit développée au détriment d’une partie de la surface boisée. Même dans l’hypothèse où les territoires ruraux qui nourrissent cette place commerciale n’appartenaient pas directement à la ville, le bois exploité pour l’agglomération reflète néanmoins l’évolution d’un espace agricole et pastoral alentour, qui pouvait utiliser largement le milieu de plaine alluviale et les hauteurs de costière proches. Au ier s. av. J.‑C., c’est probablement une pénurie en bois qui a poussé les Lattois à se tourner vers la zone lagunaire, et à exploiter le Tamaris. Est‑ce le signe que la ville aurait connu des difficultés pour organiser l’exploitation d’un territoire d’approvisionnement en bois ?

229Ces mises en culture du deuxième âge du Fer, observées en Languedoc oriental, permettent de dire qu’à l’aube de la conquête romaine, le paysage en Gaule du Sud est déjà déboisé et cultivé dans certaines zones alluviales. Ce phénomène, attesté pour quelques sites, est peut‑être plus largement régional. Cette hypothèse cadre bien avec une période de profondes mutations économiques et sociales. Une mutation agricole n’a peut‑être été possible que grâce à la maîtrise du fer, puisque seul l’outillage en fer permet l’écobuage* des herbages nécessaire aux cultures permanentes. Les mises en culture de basse altitude ne seraient donc pas directement dues à un aménagement de l’espace ni à des techniques culturales (irrigation, drainage) proprement romains, ni à l’expansion agricole d’époque romaine, qui semble n’avoir fait qu’accentuer des processus antérieurs. La culture des plaines est probablement imputable à l’évolution économique propre des populations indigènes.

3 – Des changements dans la composition des boisements témoignant des activités humaines et de leurs fluctuations

230La récession de la forêt de plaine sous l’effet de son défrichement, mise en évidence en diachronie à l’âge du Fer au Marduel et à Lattes (cf. supra), se retrouve à la période romaine sous forme d’un état déboisé de la plaine pour tous les sites étudiés, c’est‑à‑dire Lattara, Le Marduel, Ambrussum, Lunel‑Viel et la ZAC des Halles à Nîmes. Les défrichements pourraient dater, dans toute la région, de l’âge du Fer (on connaît encore très mal l’habitat rural de l’âge du Fer en Languedoc). Mais rien n’exclut que dans les territoires de certains de nos sites, la forêt de plaine ait été déboisée seulement à la période romaine. Rien n’exclut non plus, très localement, des forêts intactes à la période romaine, que l’anthracologie a peu de chance de percevoir si elles sont loin des habitats. Cependant, en l’état actuel, cet état déboisé de la plaine languedocienne à la période romaine n’est pas démenti, et reflète certainement l’extension des cultures à cette époque, en particulier la viticulture, l’oléiculture et la culture d’autres arbres fruitiers, partout attestés par les résidus de taille et la carpologie.

231De plus, la plupart des sites révèlent à un moment de leur exploitation un état transformé de la chênaie méditerranéenne par rapport aux stades matures de la forêt, riches en Chêne blanc et pauvres en Chêne vert, qui peuvent potentiellement s’installer sur tous les reliefs dans une dynamique spontanée. Les paysages en bas Languedoc étaient certainement encore très boisés à la fin du Néolithique, avec une chênaie encore vigoureuse et capable de se régénérer. Mais très tôt on observe la suprématie du Chêne vert sur le Chêne à feuillage caduc. Cette dominance, qui présente des degrés divers selon les sites, peut être attribuée à une altération de la chênaie dans laquelle le Chêne blanc est défavorisé, sous l’effet de l’exploitation du bois mais aussi de l’ensemble des activités qui se déroulent dans la forêt.

232À la fin de la Préhistoire, le Chêne à feuillage caduc existe parfois dans des proportions importantes, marquant la vigueur de la chênaie.

233● Au Rocher du Causse au Chalcolithique, il est majoritaire (cf. supra) en conditions d’altitude moyenne, plus fraîches que sur les collines et dans la plaine.

234● À Port Marianne au Chalcolithique, à Tonnerre I au Bronze final IIIb, à Caissargues à l’âge du Bronze, le taux de Chêne à feuillage caduc est élevé.

235Mais la plupart des sites montrent, depuis le Néolithique final, une prédominance du Chêne vert au détriment du Chêne à feuillage caduc.

236● À Caissargues au Chalcolithique et au cours de la période romaine, à Lattes à l’âge du Fer et au changement d’ère, à La Jouffe au début de l’âge du Fer, les taux de Chêne à feuillage caduc sont faibles et ceux de Chêne vert assez élevés mais accompagnés de Bruyère arborescente ou d’Arbousier, témoignant de l’abondance de fruticées arbustives, signant peut‑être l’usage du feu ou le pâturage.

237● À Ambrussum au Néolithique Ferrières et autour du changement d’ère, au Marduel au Bronze final IIIb et au iers. av. J.‑C., à la ZAC des Halles aux ier et iiie s. ap. J.‑C., le Chêne vert avoisine ou dépasse 70 % des charbons de bois.

238La diversité des paysages à chaque période, suggérée par ces taux variables des espèces de Chênes, ne permet pas d’éclairer la tendance des évolutions diachroniques. C’est en travaillant sur un seul site à la fois que l’on peut comprendre le sens de ces évolutions. Cependant, l’évolution qui conduit à des taux très élevés de Chêne vert n’est pas documentée en diachronie pour la fin de la Préhistoire (Néolithique final, Bronze final IIIb) et on ne peut pas interpréter sa cinétique. On l’observe bien en revanche à la fin de l’âge du Fer et à la période romaine.

239● Au Marduel et à La Jouffe à l’âge du Fer, la chênaie s’appauvrit en Chêne à feuillage caduc et s’enrichit en Chêne vert mais aussi en Arbousier, ce qui témoigne de formations intermédiaires encore denses et fermées. Au Marduel, on suit cette évolution jusqu’à une chênaie de Chêne vert presque pure à la période romaine.

240● À Caissargues aux portes de la ville de Nîmes entre le ier et le ive s. de n. è., à Ambrussum du iers. av. J.‑C. au changement d’ère, on note un appauvrissement croissant en Chêne à feuillage caduc.

241Ces périodes de l’Antiquité connaissent sans doute une organisation croissante de l’exploitation des taillis pour le bois de feu, profitable au Chêne vert. En effet, outre la récession du Chêne blanc, on constate la raréfaction des essences arbustives, sans doute leur élimination volontaire. Ceci s’explique bien : l’évolution de ces chênaies est reflétée grâce aux charbons de bois provenant de l’utilisation domestique du bois, mais ceci ne doit pas faire oublier la part de transformations des boisements dues à des besoins accrus en combustibles pour les activités de production (métallurgie, cuisson de céramique, etc.) au voisinage des agglomérations. L’exemple du village des potiers gallo‑romains de Sallèles‑d’Aude nous montre une telle gestion des boisements dans le cadre d’un territoire d’utilisation connue (cf. supra partie II, § 2.2.4 et § 3.3.2). Pour ces activités fortes consommatrices de bois, une gestion d’exploitation des boisements a conduit à de nouveaux équilibres forestiers, favorisant en particulier le Chêne vert. Cette gestion se reflète alors dans le bois de feu domestique. On pourrait alors s’étonner de ne pas trouver à la période romaine, dans le bois de feu de Lattara, de Caissargues ou de Lunel‑Viel, l’écho de boisements de Chêne vert presque purs, comme c’est le cas à Ambrussum ou au Marduel. Pourtant, ces taillis existent peut‑être. En effet, les environnements de Lattara, de Caissargues ou de Lunel‑Viel, riches en milieux propres à accueillir des sols fersiallitiqucs lessivés (costières, cailloutis siliceux) étaient si favorables à la Bruyère arborescente que celle‑ci a fortement envahi les terres. Elle a pu exister dans les boisements mais peut‑être surtout sur les espaces dénudés, en friche, incendiés ou pâturés. Nous avons vu que cette essence arbustive acidiphile a pu jouer dans le paysage, sur des sols décarbonatés, le même rôle pionnier que joue aujourd’hui le Pin d’Alep sur les mêmes sols, recarbonatés postérieurement à la période romaine. Cette hypothèse expliquerait bien en particulier l’abondance de cette Bruyère non accompagnée de Chênes, observée à Port Marianne au Néolithique moyen et final et à Dassargues durant l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge : il s’agirait dans ce cas de terrains mis à nus et reconquis en priorité par cette espèce. Ainsi, il n’est pas exclu, pour Caissargues et Lunel‑Viel, que l’on ait, dans le bois de feu domestique, une image cumulée de chênaies gérées en taillis presque purs, et d’espaces déforestés riches en Bruyère. Pour Lattara, le même phénomène existe peut‑être au nord du site, mais l’abondance de Tamaris, qui devra être confirmée par d’autres échantillons, témoigne bien d’une exploitation dans laquelle la chênaie ne suffit plus. À l’opposé, les territoires potentiels des oppidums d’Ambrussum et du Marduel sont riches en substrats calcaires propres à donner des sols bruns forestiers, peu favorables à la Bruyère arborescente. Ceci explique bien que seule la chênaie y soit perçue.

242Au cours de la période romaine, pour un seul site, une tendance à la régénération de la chênaie mixte semble possible.

243● À Lunel‑Viel aux iie et iiie s. de n. è., une évolution progressive avec régression de la Bruyère arborescente serait favorable au Chêne vert puis au Chêne à feuillage caduc. Dans le cadre d’une agglomération bien implantée, deux hypothèses se présentent :
– une certaine récession de l’implantation rurale, attestée autour de l’agglomération à cette époque, crise ou mutation, permet une régénération de boisements alentour ;
– la récession d’un certain luxe, liée à la présence moindre de la classe possédante, réduit les besoins en bois de l’agglomération.

244Dans les deux cas, la chênaie peut évoluer dans une dynamique naturelle de régénération.

4 – Des contraintes techniques, territoriales ou sociales ayant pu déterminer l’exploitation d’essences ou de boisements particuliers

245Des préférences, des choix ou des contraintes dans l’approvisionnement en bois, non commandés par la composition des boisements, peuvent bien sûr exister. S’ils ne modifient pas la cohérence des spectres et des diagrammes par rapport à l’ensemble des connaissances écologiques et paléoécologiques, pouvons‑nous les déceler ? La méthode hypothético‑déductive qui consiste à traquer les incohérences et les contradictions devrait faire surgir ce type d’information. En particulier, l’étude anthracologique de niveaux parfaitement synchrones d’un même site devrait finir par révéler des différences liées à la spécificité d’une habitation, d’un individu, d’usages particuliers, etc. Toutefois, ne perdons pas de vue que les préférences pour telle ou telle essence ne sont pas les seules causes possibles de ces différences. Un aspect important, l’accès aux espaces d’approvisionnement en bois, peut aussi conduire à ce type de variabilité. Mais n’est‑ce pas, dans ce cas, encore une information sur l’environnement, son hétérogénéité ?

246● À Lunel‑Viel, quartier central, le bois de feu utilisé dans la pièce 7 (espace de séjour) de la maison d’un forgeron est un peu plus riche en Chêne à feuillage caduc que celui des autres pièces de la maison, et ceci pour les ier, iiie et ive s. de n. è. Cette pièce ou ses occupants ont‑ils un statut social ou des activités qui justifieraient l’usage d’essences ou l’exploitation de boisements un peu différents de ceux reflétés dans les autres espaces de la maison ? En l’état actuel, ce résultat ne peut être corrélé à aucune motivation ou contrainte évidente dans l’utilisation du combustible, telle l’activité de forge. Pour ce site d’époque romaine, un découpage de l’espace lié à un circuit particulier d’approvisionnement en bois pourrait tout aussi bien être à l’origine d’une telle perception.

Notes

1 L’essence identifiée comme « Pilaire et/ou Alateme » n’est pas forcément un arbuste témoin de formations ouvertes, ce peut être la Pilaire à feuilles larges, petit arbre qui est abondant dans les chênaies bien développées.

2 Le groupe des Rosacées Pomoïdées en anthracologie désigne : le Pommier, le Néflier, l’Amélanchier, le Sorbier, l’Aubépine, le Poirier, le Cotoneaster ou le Cognassier. Ce n’est donc pas forcément la désignation d’une espèce fruitière.

3 Les peuplements actuels d’Aulne glutineux, dans la région méditerranéenne, se réduisent à des boisements implantés dans les lits des cours d’eau, avec surtout une aire plus septentrionale que celle du Peuplier blanc : dans la vallée du Gardon, l’Aulne devait être assez rare au sein des saulaies et peupleraies. Il n’occupait sûrement pas des espaces cultivables. Son maximum de représentation avant celui de l’Orme, à 10 et 24 % entre – 525 et‑475, désigne ces boisements riverains, les plus accessibles au pied de la colline. Mais on peut se demander à quoi correspond sa récession, qui ne peut être liée à des mises en culture.

4 Une étude récente a révélé que la fosse présente dans la pièce 5 n’était pas la forge (Raynaud inédit).

5 Alors que le Pin d’Alep a une importance forestière dès le début du Néolithique en Provence (Thiébault 1995 ; à paraître), longtemps son indigénat en Languedoc a nécessité des argumentations. Son extension actuelle y serait essentiellement postérieure à 1950. F. Brunner (1979) aurait identifié le Pin d’Alep dans les pollens de la lagune de Palavas (Hérault) à plus de 8000 BP, mais ce résultat n’a pas été renouvelé et il ne faut pas oublier les problèmes de distinction des espèces de Pins dans les pollens (Triat‑Laval 1978). En Languedoc occidental, le Pin d’Alep existe dans les charbons de bois d’un niveau du Néolithique Cardial (6800 BP) de l’île de Corrège à Leucate (Vernet 1980) et d’un niveau tardo‑romain à Ornaison, Aude (Durand, Vernet 1987). En Languedoc central, I. Figueiral (1987 ; 1990a) l’a identifié au Chalcoiithique Fontbouisse (Richemont, Montpellier : 1 fragment). Nous l’avons trouvé, toujours peu fréquent, en Languedoc central et oriental : en limite nord de son aire actuelle sur le causse de Pompignan au Chalcolithique Fontbouisse (Rocher du Causse : 3 fragments), à l’ouest de la vallée du Rhône dans deux niveaux de l’âge du Fer (Le Marduel : 6 fragments), dans le Gard en plaine en – 50/ – 25 (Caissargues : 1 fragment), entre 70 et 350 ap. J.‑C. (Lunel‑Viel : 8 fragments), en 450/520 ap. J.‑C. (Dassargues : 2 fragments), dans les fours de potiers gallo‑romains de Sallèles‑d’Aude entre le ier et le iiie s. de n. è. (13 fragments sur les 5 300 identifiés). Ces fréquences très faibles ou son absence dans les autres niveaux étudiés, indiqueraient la grande rareté du Pin d’Alep aux âges des métaux et à la période romaine, notamment dans le secteur où il connaît aujourd’hui une certaine extension en Languedoc.

Table des illustrations

Légende FIG. 36 – Situation du port antique de Lattara (fouilles de Lattes Saint‑Sauveur) à Lattes (Hérault) et des sites voisins de Port Marianne (Montpellier, Hérault) : Plaine de Chrétien et Espace Richter.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43470/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende FIG. 37 – Situation de Tonnerre I (Mauguio, Hérault).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43470/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende FIG. 38 – Représentation schématique du colmatage des microreliefs de la plaine lagunaire au contact de l’étang de Mauguio (Hérault), pour le site de Tonnerre I. Aucune échelle n’est respectée dans ce schéma.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43470/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Légende FIG. 39 – Extrait du diagramme palynologique de Marsillargues (Hérault) pour les Chênes seuls, d’après Planchais 1982. La courbe du Chêne à feuillage caduc, non donnée par l’auteur, a été déduite de celle des Chênes totaux et des deux autres espèces de Chênes.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43470/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende FIG. 40 – Situation de l’oppidum de L’Agréable (Villasavary, Aude).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43470/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Légende FIG. 41 – Présences de charbons de bois de Sapin et de Hêtre dans les treize sites languedociens étudiés.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43470/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende FIG. 42 – Situation du Rocher du Causse (Claret, Hérault).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43470/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Légende FIG. 43 – Situation des sites de Caissargues (Gard) : Moulin Villard II et Grande Terre IV, et de la ZAC des Halles à Nîmes (Gard).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43470/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Légende FIG. 44 – Proposition d’une interprétation de l’évolution de l’environnement du Moulin Villard II et de Grande Terre IV à Caissargues (Gard).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43470/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende FIG. 45 – Situation de la grotte du Hasard (Tharaux, Gard).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43470/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende FIG. 46 – Situation de l’oppidum du Marduel (Saint‑Bonnet‑du‑Gard).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43470/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende FIG. 47 Représentation synthétique des principales phases du diagramme anthracologique de l’oppidum du Marduel (30) et proposition d’une spatialisation des interprétations.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43470/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 210k
Légende FIG. 48 – Situation de l’oppidum de La touffe (Montmirat, Gard).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43470/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende FIG. 49 – Situation d’Ambrussum (Villetelle), de Lunel‑Viel et de Dassargues (Lunel) dans l’Hérault.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43470/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende FIG. 50 – Chronologie des échantillons de charbons de bois à Lunel‑Viel du Ier au IVe s. ap. J.‑C. : le quartier ouest a livré du bois de feu domestique mais dans des comblements de fosses et silos principalement, alors que les niveaux du quartier central sont marqués par la présence de nombreuses scories de fer (activité de forge).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43470/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 51k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search