Version classiqueVersion mobile

Forêts et sociétés en Languedoc (Néolithique final’ Antiquité tardive)

 | 
Lucie Chabal

Partie II. Les transformations du paysage en Languedoc

Chapitre 2. Pratiques humaines et déforestation

Résumé

Les transformations de la forêt par l’homme aux âges de métaux et durant l’Antiquité ne sont pas indépendantes d’une histoire plus ancienne. Les sociétés paysannes néolithiques ont incontestablement marqué le paysage forestier avec la transformation progressive et réversible des futaies en forêts secondaires de repousse. Mais ces transformations physionomiques ne doivent plus être assimilées à des déforestations, que ne justifient ni la paléoécologie, ni les techniques agricoles, pastorales et d’exploitation du bois, ni l’importance des besoins économiques. Ce chapitre tente de faire le point sur les effets de chaque sphère d’activité sur la forêt. Eclaircie de façon temporaire et locale, sans destruction des souches, la forêt a dû être longtemps favorable à toutes les activités, sans cloisonnement fonctionnel de l’espace.

Texte intégral

2.1 Jalons de l’extension postglaciaire des forêts

1Avec le réchauffement holocène qui fait suite à la dernière glaciation, vers 9800 av. J.‑C., se succèdent d’importants changements du climat, du niveau marin, du trait de côte, de la répartition de la flore. Les conditions de vie changent avec un réchauffement croissant. Dans le sud de la France, dès le Mésolithique, on enregistre l’augmentation du Chêne blanc, jusqu’à l’optimum climatique qui voit l’apogée de la forêt néolithique.

2Les périodes bioclimatiques holocènes classiquement distinguées en Europe occidentale, notamment par les palynologues, sont le Préboréal et le Boréal (correspondant à peu près au Mésolithique), l’Atlantique (qui recouvre à peu près le Néolithique), le Subboréal (de l’âge du Cuivre à l’âge du Bronze), et le Subatlantique (de l’âge du Fer à factuel). Les limites chronologiques entre ces périodes sont définies par des critères bioclimatiques : par exemple, la limite Subboréal/Subatlantique a souvent été définie comme l’amorce du « déclin définitif » de la forêt caducifoliée, mis en évidence par la palynologie.

3Mais cette classification n’exclut pas des variations climatiques et des modifications de la végétation à l’intérieur de chaque période. Elle ne recouvre d’ailleurs pas exactement les principales phases de végétation postglaciaires décrites par l’anthracologie pour le Languedoc et la Provence (Vernet et al. 1987 ; Vernet, Thiébault 1987).
● La phase I, de 11000‑10000 jusqu’à 6000 av. J.‑C. (Épipaléolithique et Mésolithique), voit la disparition du Bouleau et la dominance des Genévriers.
● La phase 2, de 6000 à 4000 av. J.‑C. (première moitié du Néolithique), est la période d’optimum climatique avec extension et apogée du Chêne pubescent, régression des Genévriers et légère extension des espèces thermophiles, dont le Chêne vert et, en Provence, le Pin d’Alep. Ces changements sont dus au réchauffement climatique.
● La phase 3, de 4000 à 2500 av. J.‑C. avec le Néolithique moyen (Chasséen), récent et final, est le début des transformations certaines du milieu par l’homme, avec notamment une importance relative croissante du Buis et du Chêne vert dans les étages mésoméditerranéen supérieur et supraméditerranéen.
● La phase 4, postérieurement à 2500‑2000 av. J.‑C. (âges des métaux et périodes historiques), a longtemps été considérée globalement, faute d’études suffisamment précises pour décrire un effet croissant des activités humaines sur la végétation. Ces transformations ont conduit aux paysages actuels au terme de cycles régressifs et progressifs.

4Cependant, nous pensons que les deux dernières phases anthracologiques ainsi définies, descriptives, sont le fait d’évolutions qui mériteraient avant tout d’être étroitement corrélées à la chronologie culturelle. D’une part, au plan des processus de transformation de la forêt, des évolutions semblables pour des périodes aussi éloignées que la fin du Néolithique et la période gallo‑romaine peuvent être décrites dans ces deux phases. D’autre part, chacune de ces transformations du milieu devra à terme être expliquée en détail à la lumière d’activités humaines précises, qui ne sont bien sûr pas les mêmes à plusieurs milliers d’années d’intervalle, y compris lorsque la réponse du milieu semble apparentée.

2.2 Des végétations luxuriantes occupées par l’homme

2.2.1 Les forêts ont‑elles été déboisées dès le Néolithique ?

5Pour comprendre les deux ou trois millénaires d’histoire des boisements qui précèdent la romanisation, il n’est pas possible de faire abstraction des états antérieurs du paysage. En particulier, il est clair que l’état des forêts développées au Néolithique à l’apogée du réchauffement postglaciaire sous un climat plus favorable que l’actuel, conditionne le point de départ de nos observations. Leur évolution n’est peut‑être pas indépendante du climat. Toutefois, à partir de cette période, l’élément dominant de la transformation des forêts est l’homme. L’archéologie a mis en évidence dans toute l’Europe le développement de sociétés agropastorales bien outillées – possédant notamment des haches de pierre et des herminettes efficaces – et nombreux sont les indices paléoécologiques certains d’un effet de leurs activités sur les luxuriantes forêts néolithiques. Cependant, l’archéologie et la paléobotanique nous paraissent faire une part trop systématique, y compris à partir du Néolithique moyen qui voit un net développement agricole, à l’idée d’un recul de la forêt, sans que cette idée soit toujours bien précisée. L’idée est très répandue que « l’installation de l’homme dans un massif forestier s’accompagne obligatoirement d’une réduction plus ou moins importante de la surface boisée » (Jalut 1976). Pourtant, il nous paraît injustifié de glisser de l’idée d’activité agropastorale et de transformation de la forêt à celle de déforestation.

6Également pour la fin du Néolithique, l’âge du Cuivre, l’âge du Bronze, et peut‑être ultérieurement, il est permis de se poser la question du degré de disparition des espaces boisés au profit d’espaces cultivés, herbacés ou arbustifs. Rien ne permet d’affirmer que les paysages actuels se sont constitués à ces périodes. En réalité, trop souvent le diagnostic de « l’action de l’homme » ou de « l’anthropisation » témoigne d’une impossibilité à comprendre les pratiques réelles d’exploitation du milieu. Les effets précis du pâturage, de l’agriculture, du feu et des coupes de bois, répercutés dans la végétation ou enregistrés par d’autres marqueurs, ne peuvent pas toujours être démêlés les uns des autres, parce qu’on ne connaît pas les procédés propres à chaque période, mais surtout parce que longtemps ces pratiques ont dû être étroitement imbriquées. De plus, leur effet dépend directement des besoins, donc de la densité des populations à chaque époque. Or, cette densité est encore très mal connue pour la France néolithique, protohistorique ou du haut Moyen Âge (Guilaine 1991 : 25). Enfin, l’éventail d’adaptation écologique de chaque espèce végétale est large et non univoque, et les interprétations paléobotaniques sont délicates. En particulier, le taux de boisement est l’une des questions les plus difficiles à maîtriser. À l’opposé du flou relatif du langage de la paléoécologie, les interprétations qui consistent, pour expliquer le passé, à se référer aux pratiques actuelles ou historiques de gestion de l’espace et des ressources, conviennent rarement et encouragent l’idée de déforestation.

7Si l’on pouvait replacer dans une chronologie réelle les techniques agricoles, pastorales et d’exploitation du bois, il serait possible d’utiliser correctement les indices paléobotaniques, qui à eux seuls suffisent rarement pour proposer des interprétations justes. Cette chronologie n’est pas précisément connue et sans doute dépend‑elle beaucoup du cadre géographique considéré (Sigaut 1985). Mais nous pouvons proposer la démarche inverse, en tentant de comprendre la traduction physionomique et écologique, sur les forêts passées du sud de la France, de diverses techniques d’exploitation et d’aménagement que l’homme peut utiliser. Il sera ensuite possible de rattacher les indices de la paléobotanique à des transformations vraisemblables du paysage. Nous ne prétendons pas y parvenir mais proposer quelques pistes en ce sens.

2.2.2 Un défrichement n’est pas un déboisement

8Une transformation de la forêt par l’homme n’implique pas son déboisement. Que l’idée actuelle de pâturage soit tellement attachée à celle de pré, et celle de culture céréalière à celle de champ permanent, ne doit pas nous faire oublier l’existence d’autres pratiques anciennes. Les indices d’activités agropastorales, ou de fabrications consommatrices de bois (bois d’œuvre, bois de feu), ne sont pas en eux‑mêmes des indices de déboisement. Les augmentations de taux de pollens de Céréales, d’herbacées ou de rudérales ne sont pas obligatoirement le signe que la forêt recule. Or, l’équivalence Céréale/déboisement, l’antinomie agriculture/forêt, l’équation pâturage ou métallurgie = forêt ravagée sont des notions si tenaces qu’elles méritent de s’y attarder.

9Qu’est‑ce qu’un déboisement ? S’accorder sur une terminologie unique est ici particulièrement important. Le terme de déboisement devrait être réservé à la suppression d’un boisement sans repousse donc avec destruction de la souche des arbres, quelle qu’en soit la finalité. Pour une exploitation du bois avec repousse, il faudrait parler seulement de coupe ou d’abattage. En revanche, défricher* est rendre un terrain propre à la culture, quel qu’en soit l’état de départ (le sortir de l’état de friche*, c’est‑à‑dire de terre non cultivée) : l’écobuage* d’une prairie pour la mettre en culture est un défrichement. Et une parcelle de forêt défrichée n’est pas nécessairement une parcelle déboisée. Rendre une parcelle de forêt propre à la culture ne nécessite pas d’éliminer les individus‑arbres. Il n’y a pas antinomie obligatoire entre agriculture et forêt, comme trop souvent on se le représente.

10F. Sigaut (1975) nous rappelle, par l’ethnologie historique, que le procédé le plus répandu de l’agriculture ancienne, c’est‑à‑dire l’essartage* ou culture temporaire sur brûlis de forêt, a existé jusqu’au XIXe s. en Europe. C’est une gestion du milieu forestier au profit de l’agriculture, qui ne nuit pas à la forêt. L’essartage* le plus souvent ne détruit pas les souches et les racines, mais stimule le redémarrage des arbres par voie végétative (rejets* de souches et drageons*), par exemple au bout de 1 ou 2 ans de cultures (jusqu’à 5‑6 ans). Avant l’apparition d’outils de travail du sol en fer, qui seuls permettent l’écobuage* des friches et des herbages *, l’agriculture forestière était peut‑être une nécessité technique et la destruction définitive des forêts était très défavorable à l’agriculture. Dans cette pratique qui revêt des modalités variables, l’absence de travail du sol et l’absence d’apport de fumure constituent deux constantes essentielles. Le bois peut être récupéré. La forêt mobilise les réserves minérales du sol, les transforme en matière organique, améliore la texture du sol par l’accumulation d’humus. L’essartage* nettoie le terrain et le fertilise.

11Au bout d’un cycle de culture, la parcelle est largement envahie par des herbacées et des rudérales*, dont les pollens s’ajoutent aux Céréales et messicoles*, perçues par la palynologie (si la parcelle était proche du point de sondage). Ces indices permettent de parler d’éclaircissement du couvert forestier, mais local et temporaire. En effet, la croissance des rejets de souches ou des drageons* est si rapide par opposition à ce que serait une reforestation par semis, que cette parcelle mérite très rapidement d’être considérée comme une parcelle boisée. Le Chêne vert, par exemple, peut donner des rejets de souche de plus de 3 m de haut en 4 ans, alors qu’un Chêne vert de 5 ans issu d’un gland mesure quelques décimètres et n’est pas encore tiré d’affaire. La concurrence entre les rejets végétatifs et les semis est très largement en faveur des premiers. Au bout d’une période variable selon les époques et les usages (5, 15, 20, 25 ans ou plus), le boisement coupé ou essarté est suffisamment reconstitué et le cycle peut recommencer. Les surfaces cultivées ne se cumulent pas d’une année sur l’autre mais retournent à l’état de taillis *. Grâce à cette reconstitution forestière, la forêt ne recule pas en réponse à l’essartage* et un équilibre culture/forêt peut exister.

12Si nous insistons sur ces pratiques, c’est parce qu’elles sont les plus vraisemblables dans le cadre de l’avancement des techniques antérieurement au fer, et parce qu’elles nous paraissent compatibles avec les informations paléobotaniques pour le sud de la France. La maîtrise de territoires agricoles largement déboisés, comme on l’a écrit au sujet de l’agriculture danubienne, poserait la question technique de leur entretien et celle, démographique, de leur perduration sans reconquête forestière.

13Lors d’une coupe ou d’un essartage*, la forêt qui repousse est évidemment de même composition que la futaie entamée, puisque la régénération en est végétative (excepté pour les Conifères) ; elle n’est secondaire que par sa physionomie (taillis) et on ne voit pas pourquoi elle mériterait d’être qualifiée de forêt « dégradée » (Pétrequin, Pétrequin 1988 : 136). Bien sûr, toutes les espèces ne réagissent pas de la même façon, et leurs réactions précises, supposant des techniques adaptées, méritent d’être étudiées cas par cas. Par exemple, le Hêtre, pour être traité durablement en taillis, doit faire l’objet de coupes situées à chaque fois plus haut sur les brins que la coupe précédente. Que des essences soient coupées à la base pour mettre momentanément des espaces en culture n’implique en rien que ces espaces soient immédiatement libres pour une recolonisation par de nouvelles essences ligneuses, qualifiées de pionnières pour leur aptitude à se semer dans les espaces éclairés. La composition du boisement en proportion des essences n’évolue qu’à la longue. Certaines essences peuvent se trouver favorisées dans leur croissance par rapport à d’autres parce qu’elles supportent mieux les coupes à courte révolution (Chêne vert par rapport au Chêne blanc), ou parce que l’éclairement de la forêt les favorise. Il est ainsi logique pour le paléobotaniste d’essayer d’interpréter l’évolution de la forêt à partir de celle des proportions entre ligneux.

14Que la finalité des coupes soit l’essartage* ou la recherche de bois, la question importante pour le couvert forestier est surtout de savoir combien de temps peut durer un tel système sur un territoire forestier donné. En effet, le taillis issu de rejet ne supporte pas d’être indéfiniment coupé. Alors que les effets de l’essartage* ne peuvent pas être observés dans le midi de la France actuellement, celui des coupes de bois a donné lieu à beaucoup d’études.

2.2.3 Coupes de bois et renouvellement forestier

15Les premières coupes à blanc donnent un « coup de jeunesse » au taillis dont la production est stimulée, et ce cycle peut durer de longues décennies. Mais à la longue, la cépée, c’est‑à‑dire l’ensemble des brins issus d’une même souche, vieillit et s’épuise. C’est pourquoi la sylviculture actuelle prévoit un pourcentage de renouvellement des arbres par semis, et un étalement des âges des arbres. Mais ces semis se font parfois difficilement dans la nature : ainsi le Chêne vert se reproduit difficilement par glands sous son propre taillis, du fait d’inhibitions des germinations et de problèmes de croissance (Bran et al. 1990 ; Bacilieri et al. 1992 ; 1993). Des techniques de régénération qui consistent à faire éclater la souche sont connues dans le midi de la France (« saut du piquet ») : ils ne sont pas d’une efficacité totale, mais tendraient justement à créer, tout comme le fait la mort des souches, des zones dénudées favorables aux semis (Fabre 1996). L. Fabre a étudié précisément l’écologie du taillis de Chêne vert à travers l’anthracologie de charbonnières languedociennes. Le maintien du Chêne vert en taillis presque pur, sur plus de 150‑250 ans, temps au‑delà duquel la souche d’un individu s’épuise, pose question puisque des siècles d’exploitation historique ne l’ont pourtant pas éliminé. Une régénération par glands est nécessaire. Mais alors que le Chêne vert se sème assez bien dans des stades préforestiers pionniers, sa régénération sexuée dans le taillis semble devoir passer par une extension intermédiaire du Chêne blanc, dont les semenciers ne sont jamais totalement absents. Ainsi, dans un taillis vieillissant de Chêne vert, le Chêne blanc se ressème mieux, et c’est dans cette chênaie mixte que les semis de Chêne vert se développeront plus tard. Puis l’exploitation par coupes permet à nouveau au Chêne vert d’exprimer sa supériorité végétative. Ainsi, le charbonnage, par les coupes répétées, permet à la suprématie du Chêne vert sur le Chêne blanc de s’exprimer, mais le renouvellement du boisement passe par le Chêne blanc. Le Chêne blanc est dans ce cas à la fois le stade forestier mature dans une évolution naturelle, et une composante nécessaire du renouvellement de la chênaie de Chêne vert (Fabre 1996). Sur cet exemple, qui met en jeu deux essences majeures des paysages languedociens depuis le Néolithique, il est clair que les coupes de bois interfèrent de façon complexe avec les tendances naturelles des essences. Des équilibres subtils dans les successions ont dû se créer de très longue date.

16Il n’est pas faux d’écrire que les végétations actuelles sont « anthropisées ». Cependant, s’en tenir là serait oublier que l’homme, avec ses pratiques séculaires réglées de façon empirique mais très précise, est un agent écologique soumis lui aussi à des lois adaptatives, non conscientes, dont les effets sur le milieu peuvent être analysés.

2.2.4 Consommation de bois et productivité ligneuse

Le Néolithique final du lac de Chalain

17Il est nécessaire de considérer quelques chiffres si l’on veut avoir une idée de l’impact des coupes de bois sur la forêt. Prenons un cas hors de notre zone d’étude : l’occupation du Néolithique final (3100‑2700 av. J.‑C.) du lac de Chalain (Jura). Un calcul de la consommation en bois pour une période de dix ans, durée de vie d’une communauté de douze maisons, a été proposé (Pétrequin, Pétrequin 1988 : 143, 145). Additionnant la consommation en bois d’œuvre et celle de bois de feu, les auteurs en déduisent la profonde modification des environs du village, conduisant à son abandon au bout de dix ans. Pourtant, en reprenant ces chiffres il importe de reconsidérer leur signification. Tout d’abord, le bois d’œuvre qui est prélevé en une fois (voire deux en considérant les réfections) ne doit pas être additionné au bois de feu qui est prélevé, au fur et à mesure des besoins, dans la forêt. Le bois d’œuvre prélevé est constitué par 10 stères * de bois pour la palissade, 50 stères pour le chemin de bois et 10 pour la construction des douze maisons, soit 180 stères. Or, pour une chênaie européenne à l’état de futaie, la masse totale de fûts est d’environ 400 m3/ha. Le village peut donc être entièrement construit avec une surface de forêt de 0,45 ha, soit un carré de forêt de 67 m de côte. Quant à la consommation de bois de feu (cuisine et chauffage), elle est évaluée par les auteurs à 2 640 stères pour dix ans, pour les douze maisons. Si, comme le pensent les auteurs, ce bois est prélevé uniquement sous forme de fûts, ce qui est le cas de figure le plus défavorable à la futaie, alors la surface entamée est de 1,5 ha par an, soit une coupe à blanc par an d’un carré de 123 m de côté (qui commence aussitôt à repousser). Mais si, comme nous le pensons, les repousses issues de futaie sont entamées en priorité, alors sachant que la productivité d’une chênaie ou d’une hêtraie d’Europe occidentale est d’environ 12 tonnes/ hectare/an, les 264 stères annuels seront entièrement produits par la croissance annuelle d’une surface de forêt d’environ 16 ha. C’est‑à‑dire que si l’on retire à une surface de forêt de 400 m de côté uniquement ce qu’elle produit en bois nouveau par année, donc sans l’entamer, les besoins en bois de feu seront couverts. Il est clair, au vu de ces estimations, que l’on est très loin de compromettre le confort de la communauté dans son environnement et que la consommation en bois est d’un impact insignifiant sur la forêt eu égard à la faible densité d’occupation, qui est ici d’un village pour environ 30 km2 (Pétrequin, Pétrequin 1988 : 17).

18Il ne faut donc pas perdre de vue que la consommation en bois peut être forte, mais que la forêt repousse vigoureusement. Alors qu’une futaie produit beaucoup de bois mais disponible une seule fois tous les 150 ans par exemple, une forêt de repousse a une productivité annuelle très forte. Il faut considérer non la masse ligneuse à l’hectare, disponible en une coupe, mais la masse produite par hectare et par an, gérable sur la durée par révolutions de coupes.

Le village des potiers gallo‑romains de Sallèles‑d’Aude

19Un autre exemple édifiant de consommation quantifiée nous est fourni par le village des potiers gallo‑romains de Sallèles‑d’Aude, 3 000 ans plus tard : dans la plaine de l’Aude, durant les trois premiers siècles de notre ère, les fours énormes (jusqu’à 124 m3 chacun) ont produit des tonnes de céramiques et consommé des volumes de bois considérables (Laubenheimer 1990). Les combustibles ont été étudiés par l’anthracologie pour dix fours, échelonnes sur les trois siècles (Chabal, Laubenheimer 1994 ; Chabal à paraître) : 5 300 charbons de bois révèlent 30 essences utilisées, dont 5 en priorité. Ils reflètent l’évolution du couvert végétal exploité, à la jonction de la plaine alluviale et des collines : après un déboisement des abords du site en quelques décennies (frênaie‑ormaie et chênaie de Chêne blanc), la chênaie des collines est seule exploitée, certainement en taillis à courte révolution. Sous l’effet des coupes, cette chênaie se transforme en plus d’un siècle, avec raréfaction du Chêne blanc au profit du Chêne vert (cf. infra partie II, § 3.3). La modélisation permet de calculer les volumes et les surfaces de taillis nécessaires (Jamet à paraître) : ce sont 1 544 m3/an qui sont consommés à l’apogée de la fabrique vers 35 de n. è., et la surface maximale de taillis exploitée ne dépassera jamais 675 ha. C’est‑à‑dire qu’une surface de boisement d’au maximum 1,5 km de rayon suffit par sa repousse à fournir le bois nécessaire (les Romains pratiquaient des révolutions de 5 ans pour cet usage). Les besoins des communautés lacustres néolithiques paraissent faibles en regard de ceux‑ci. Qui plus est, on est dans une végétation méditerranéenne fragile et occupée depuis longtemps. Pourtant, il est clair que les besoins en bois sont parfaitement couverts par l’environnement du site, et que la fabrique ne s’est pas arrêtée faute de bois mais pour d’autres raisons économiques (Jamet à paraître).

Conclusion : la forêt repousse

20Ces deux exemples extrêmes, du Néolithique et de la période romaine, suffisent à montrer que les coupes de bois, même de courte révolution, permettent la perduration des boisements secondaires. La consommation de bois d’œuvre, les activités consommatrices de combustible, ont fait disparaître les futaies, mais de la Préhistoire à l’actuel elles n’ont pas ravagé les boisements et il est rare qu’elles aient compromis leur renouvellement. Ce n’est pas sous‑estimer ces consommations, on l’a vu, mais comprendre leur faible impact sur une végétation en renouvellement permanent. Certainement, des réglementations telle la mise en défens, installées progressivement, en ont été la condition à certaines périodes.

21Les coupes de bois pour le bois d’œuvre et le bois de feu ont transformé l’écologie des boisements à travers les millénaires. Au plan physionomique, on est passé de futaies à des boisements de repousse (bien plus productifs). Puis des essences ont été favorisées, sous l’effet de processus progressifs de substitution des vieilles souches des essences originelles par des semis d’essences de remplacement, mieux adaptées.

22Pour les périodes antérieures à l’âge du Fer, les coupes de bois (bois d’œuvre et bois de feu) pouvaient être intégrées aux autres exploitations de la forêt mais, dans l’hypothèse inverse, elles ont dû tout au plus créer des clairières d’un faible impact spatial et de caractère temporaire. Les consommations de bois pour la métallurgie aux âges des métaux mériteront d’être étudiées en détail, en particulier à travers le charbonnage nécessaire à la préparation du fer. La période romaine et l’histoire connaissent assurément des paysages forestiers en mosaïque dûs aux révolutions de coupe.

23Mais aucune raison ne justifie d’associer la consommation de bois à une déforestation. Les énormes consommations de fûts (pour la charpenterie et la marine) ne datent probablement que d’époques historiques ; elles ne compromettent pas la repousse de boisements secondaires. La peur de manquer de bois de feu date des xviiie et xixe s., à l’apogée du développement des industries fortes consommatrices de combustible, telle la métallurgie du fer qui consommait 4 kg de charbon pour produire 1 kg de fer (Dornic 1984).

2.2.5 Le troupeau et la forêt

24Dans les années 1950, dans le midi de la France, on a dénoncé l’usage du feu pour le pâturage, parce que ces pratiques historiques avaient laissé leur marque profonde dans le paysage (Kuhnholtz‑Lordat 1938 ; 1958), jusqu’à il y a une trentaine d’années. Alors que la raréfaction de la matière organique due à la disparition des boisements est réversible, l’érosion des sols sur les pentes les plus fragiles a laissé autour de la Méditerranée une empreinte plus ou moins définitive de ces périodes. Mais, avec l’exode rural, l’arrêt des fortes consommations de charbon de bois depuis les années 1950, les reboisements, la prévention contre les feux et les mises en valeur touristiques et cynégétiques, nous assistons dans nos régions à une reprise de la croissance des boisements. Les taillis de Chênes s’élèvent, la succession Pin d’Alep/Chêne vert ou Chêne vert/Chêne blanc s’opère, la brousse à Chêne kermès abrite des germinations fructueuses de Chênes blancs, etc. Dans le contexte de cette reforestation naissante, on cherche à définir les conditions de systèmes sylvopastoraux équilibrés (Étienne 1995). La mise en valeur des boisements par l’élevage est l’occasion de se souvenir que la dénudation n’est pas le seul terme possible du pâturage, et que la forêt est source de nourriture. L’élevage en forêt est pratiqué depuis longtemps.

25Si les prairies artificielles sont une notion moderne, les cultures fourragères ne semblent commencer qu’avec l’Antiquité : elles étaient constituées d’un mélange de Graminées et de Légumineuses, destinées à être consommées en vert. Mais il semble qu’elles aient été cultivées surtout pour nourrir le Cheval, animal de guerre (Haudricourt, Hédin 1987). Ces pratiques récentes ne concernent pas la période qui nous occupe.

26L’élevage du bétail a dû s’exercer longtemps dans un milieu forestier, comme l’agriculture. En fait, c’est l’exploitation des champs, de la forêt et des parcours qui est inséparable. Les espaces cultivés sont livrés au bétail après la récolte, c’est le cas du vignoble, des chaumes. Le troupeau apporte en échange sa fumure. La forêt est source de nourriture et bénéficie en retour du débroussaillage, et sa fréquentation par le troupeau accroît de 1 à 5 le potentiel pastoral (Thiault 1981). Cependant, un antagonisme existe de longue date entre les intérêts du troupeau et ceux de la forêt et des espaces cultivés. L’élevage a nécessité de tout temps la recherche de solutions pour l’intégrer et le contrôler. Les affinités et les antagonismes entre les boisements et les troupeaux sont réglés par les caractéristiques comportementales et physiologiques des animaux et par l’écologie des boisements.

27Plus la forêt est éclaircie, plus l’herbe est abondante, ce qui explique l’usage du feu mais les troupeaux freinent aussi le développement des formations arbustives (Étienne et al. 1990). À l’opposé, la forêt abrite l’herbe des premiers effets de la sécheresse (Étienne 1977). De plus, la consommation dans la forêt des glands ou des châtaignes par les porcs, les moutons et les chèvres est un apport important. La glandée produit pour les taillis de plus de 15‑20 ans à raison de 25‑30 litres/hectare et peut partiellement nourrir à partir de novembre les moutons (1 litre par jour) et les porcs (1‑3 litres par jour). Mais la consommation des feuillages est souvent mésestimée. Par exemple, la consommation de féculents (glands, châtaignes) est suivie de celle de fibres (Genêts). Plus généralement, les chèvres et les brebis ne se contentent pas de prendre ce qu’il y a, elles composent leur ration alimentaire. Durant les saisons où l’herbe est rare, les brebis tentent de conserver une ration 50/50 feuillages/ herbe, mais si la proportion de feuillages est trop grande, elles digèrent moins bien et limitent leur consommation. Les chèvres se reportent volontiers à 80‑90 % sur les ligneux, par exemple le Chêne blanc : au‑delà, elles manquent d’azote et de minéraux (Étienne et al. 1990). Il existe néanmoins une certaine adaptation des comportements et de la physiologie. L’apprentissage, le conditionnement, peuvent modifier les aptitudes. L’important est la possibilité pour les ovins et caprins de faire des choix sur le parcours en fonction de la valeur nutritive et de la digestibilité des végétaux. L’hiver, le milieu forestier légèrement éclairci est très favorable : l’herbe, les glands, le lierre, les ronces, les feuillages sempervirents offriront une nourriture abondante sous la protection des feuillages, à l’abri de la gelée au contraire des espaces dénudés (M.‑C. Cassan, communication orale). La dépaissance* directe pratiquée en forêt présente ainsi de nombreux avantages.

28Mais plaçons‑nous dans le cas d’une futaie de feuillus, telle la forêt néolithique. Sous un couvert forestier encore dense, sombre et pourvu d’une litière épaisse, l’herbe peut rester assez rare. Les feuillages sont alors la principale source de nourriture pour les troupeaux. Pour les rendre accessibles, il faut au départ l’intervention de l’homme. L’abattage pur et simple de l’arbre était assez courant autrefois en France dans les forêts de Hêtre pour la chèvre et le mouton (Kuhnholtz‑Lordat 1958 : 61). Des traitements comme l’émondage* (fig. 31e) des Chênes, Ormes, Frênes, ou la taille en têtard* (fig. 31d) des Saules, Ormes, Chênes, consistent à couper l’arbre plus ou moins haut puis à couper toujours au(x) même(s) endroit(s) les branches qui en repoussent vigoureusement, comme dans le cas du taillis (fig. 31a à c) (Cochet 1971). De nombreuses essences s’y prêtent. L’émondage ou l’étêtage conduisent à préserver sélectivement les essences ainsi exploitées et ont contribué à créer les haies de nos paysages bocagers actuels. Les études polliniques ont souvent mis en avant l’Orme ainsi que le Frêne comme les plus usités dans le passé pour cet usage. Leurs feuillages riches en azote sont de bons fourrages, mais ils ne sont pas les seuls utilisés. P. Rasmussen (1989) a identifié dans des coprolithes néolithiques en Suisse les pollens de nombreuses essences de ligneux consommés par les moutons et les chèvres en stabulation. Dans les mêmes niveaux archéologiques, le bois des rameaux de quelques années s’est aussi conservé. La date de pollinisation et l’observation du dernier cerne annuel des rameaux indiquent la saison de consommation : ainsi, des ramilles de Bouleau, Noisetier, Saule et Orme ont été consommées, à l’état défeuillé, avec leurs chatons au début du printemps. Le Tilleul, l’Érable et le Chêne ont été consommés à l’état feuillé. Ailleurs, ce sont le Frêne, le Tilleul, le Lierre, le Saule, etc. qui ont été consommés en hiver (Rasmussen 1989). Au moins une partie de cet apport concerne ainsi la ramille non fouillée, pour faire face à la période critique de la saison froide. Les bovins semblent supporter longtemps une alimentation uniquement composée d’Orme (Rasmussen 1993). I. Austad (1988) a souligné la facilité de coupe des rameaux par rapport à un fourrage herbacé (toujours pour faire face à la mauvaise saison) et les nombreuses essences ainsi utilisées à l’époque historique en Norvège. Dans le sud de la France, encore récemment, c’est la sécheresse de la fin de l’été qui était la période critique et justifiait l’émondage de toutes sortes de feuillus pour le bétail.

29Cette utilisation sélective des ligneux a été mise en avant en anthracologie comme distorsion possible des pourcentages des essences, puisque les essences concernées ont pu être utilisées secondairement comme combustible (Thiébault 1988 : 67). Il faut cependant remarquer qu’un très grand nombre d’essences conviennent pour cet usage et sont potentiellement concernées par ce raisonnement. D’autre part, comme dans bien d’autres cas d’utilisation des ligneux, les plus disponibles ont dû être utilisés en priorité et leur fréquence dans le site reflète alors leur disponibilité dans le milieu. De même, les palynologues interprètent souvent les récessions relatives de l’Orme, du Frêne et du Tilleul, observées dans les diagrammes polliniques pour le Néolithique d’Europe du Nord, comme un effet de leur consommation par les troupeaux qui les aurait raréfiées dans le paysage au profit de l’installation d’essences plus héliophiles (Aaby 1986 ; Jalut 1991). Pourtant, remarquons que les autres essences, Chêne, Noisetier, Aulne et Bouleau (dont la proportion croît parallèlement), sont aussi d’excellentes fourragères. Comment expliquer ces contradictions ? Avant de supposer des transformations durables de la forêt, ne faudrait‑il pas faire intervenir dans la perception pollinique de ces essences, qui sont peut‑être toutes exploitées pour leur feuillage, la relation entre les dates de pollinisation et les saisons de coupes ? Une essence héliophile pollinisant en fin d’hiver, et consommée avec ses chatons à cette période (rameaux défeuillés) comme nous le dit P. Rasmussen (1993), ne serait‑elle pas systématiquement sous‑représentée dans la pluie pollinique de l’année ? Et une sous‑représentation ne peut‑elle se présenter pour les espèces pollinisant tard et consommées en feuilles ? Ici encore, la prise en compte des pratiques réelles est indispensable, en n’oubliant pas que, de toute façon, l’exploitation des branchages n’ouvre pas la forêt mais stimule la repousse des arbres.

FIG. 31 – Méthodes de traitement des arbres pour la coupe du bois, a Taillis : coupe à blanc avec révolution de coupe, b Coupe à blanc préservant un baliveau, c Taillis fureté (Hêtre), d Taille en têtard, e Émondage.

30Comme dans le cas de l’exploitation du bois d’œuvre et du bois de feu, il n’y pas de raison de penser que l’utilisation des feuillages par la coupe pourrait compromettre la repousse des ligneux exploités. En revanche, il importe de replacer la consommation de ligneux dans l’ensemble des exploitations de la forêt. En effet, dans un contexte originel de futaie, les premiers arbres essartés près d’un site vont donner, après un cycle de cultures, les premiers espaces enherbés et les premiers rejets* et drageons*, On peut se demander si ces milieux n’ont pas été, à l’origine, les plus spontanément fréquentés par les troupeaux. En effet, d’une part, l’apport de feuillages ou de rameaux défeuillés n’est qu’un complément à l’apport d’herbacées : dans un pâturage direct le bétail tend spontanément à rechercher les espaces riches en herbe. De plus, les rejets de souches et drageons* sont accessibles directement, non les branches élevées des arbres qui doivent être coupées par l’homme. Il n’est pas exclu que la repousse des premiers taillis après culture ait été d’autant plus entravée que les espaces ouverts étaient rares et donc aussi les surfaces enherbées. En Languedoc par exemple, aurait pu s’instaurer immédiatement une concurrence double entre le Chêne vert et le Chêne blanc, l’une due à la plus grande aptitude à la repousse du premier, l’autre due à l’intérêt alimentaire bien plus grand du second. La recherche directe de feuillage, accessible dans les espaces récemment ouverts, aurait contribué à les maintenir plus longtemps en herbe à chaque cycle, mais surtout aurait accéléré la récession du Chêne blanc.

31L’histoire nous confirme que la forêt peut souffrir du troupeau. L. Fabre (1996) rappelle les conflits historiques incessants entre les charbonniers et les bergers. Les arrêtés interdisaient au bétail d’aller dans les taillis pendant trois à dix ans après une coupe (Regimbeau 1879 : 137). Les troupeaux tendent à passer toujours aux mêmes endroits, ce qui tasse le sol et crée des espaces herbeux. Les espèces non consommées (le Buis, certains Cistes et Euphorbes...) se développeront au détriment d’autres espèces. Ce n’est donc pas seulement l’homme, aidé ou non du feu, qui ouvre la forêt pour le troupeau, c’est la dent même du bétail. Paradoxalement, les Bovins font moins de dégâts que les Ovins et surtout que les Caprins, parce qu’ils ne choisissent pas leur nourriture (Regimbeau 1879). Les Ovins et Caprins opèrent une sélection parmi les feuillages, branches, écorces, drageons*. L’action sur les rejets est tempérée par le fait que les jeunes feuilles paraissent au même moment où poussent les herbes, plus prisées. L’action sur les drageons* est plus grave parce qu’ils s’élèvent lentement : broutés dès leur jeunesse, ils resteront toujours abroutis* (Regimbeau 1879 : 135). Du fait qu’un hectare de taillis ne peut nourrir par sa seule herbe qu’un mouton, il est clair que la consommation par le troupeau risque de se porter rapidement sur les ligneux et de compromettre leur repousse. Ces nuisances, connues dans les parcours depuis longtemps exploités, nécessitent de protéger la repousse des taillis par leur mise en défens. Ainsi, un cycle de 36 ans de succession agrosylvopastorale équilibrée au Moyen Âge a été décrit par R. Bechmann (1984). La figure 32 tente de représenter spatialement les étapes d’un tel cycle, comprenant trois activités imbriquées dans le temps et l’espace forestier.

FIG. 32 – Un cycle de culture temporaire sur essart au Moyen Âge : le cycle d’environ 36 ans comprend deux ans de culture, et trois révolutions de taillis permettant trois récoltes de bois et une période de pâturage pendant la régénération du taillis. Des arbres de la forêt primaire sont conservés sur plusieurs cycles et des baliveaux sont préservés lors des coupes. La régénération se fait par rejets de souche et ensemencement naturel (texte d’après Bechmann 1984).

32En Languedoc, dans le cadre d’une futaie de départ dominée par le Chêne blanc, on peut penser que la dépaissance directe en forêt, hors même de toute action du feu, accompagnée ou non d’une récolte par l’homme des feuillages et des rameaux, a pu être une des trois causes de transformation de la chênaie de Chêne blanc néolithique en chênaie dominée par le Chêne vert, les deux autres causes étant l’essartage* et les coupes de bois. Mais, alors que l’agriculture ancienne et l’exploitation du bois n’ouvrent la forêt que localement et temporairement, et la transforment en qualité sans l’éliminer, les troupeaux tendent à freiner sa repousse, voire à détruire les arbres (Prax 1984 : 46). Dans un contexte de coupes de bois ou d’essartage* non accompagnés d’une protection des repousses, la dépaissance en forêt pourrait alors avoir largement contribué au maintien de l’ouverture de la forêt, à des périodes qu’il faut déterminer.

2.2.6 Difficultés de la paléobotanique

33L’anthracologie travaillant sur 100 % de ligneux est en difficulté pour connaître le taux de boisement, qui ne peut être interprété que de façon diachronique, à travers l’évolution de la composition des boisements, la non‑repousse d’essences jusque‑là attestées, et sur la base de l’abondance des espèces arbustives (cf. supra, partie I, § 4).

34Les palynologues connaissent bien l’existence de distorsions concernant la représentativité des pollens par rapport à la végétation dont ils proviennent. La production de pollen, sa dissémination, sa conservation varient selon l’espèce. La perception de chaque espèce dépend de l’ensemble de la communauté, avec prédominance de la représentation pollinique locale. Le taux de pollens d’arbres n’est corrélé au taux de boisement que pour les valeurs très fortes ou très faibles du rapport pollens d’arbres/pollens totaux. Même dans ce cas, ses variations ne signifient pas forcément la fermeture ou l’ouverture de la forêt et ce rapport n’est pas forcément très utilisé par les palynologues eux‑mêmes (Richard 1995). Par exemple, lorsqu’une chênaie ou une sapinière sont éclaircies, la production pollinique des arbres augmente, ce qui pourrait, dans une interprétation de la végétation ancienne, conduire à des conclusions erronées (Troels‑Smith 1981 ; Reille 1990 : 49). De même, une espèce peut faire écran à une autre : J. Heim (1970) signale que les plantes herbacées sont sous‑représentées par rapport à leur recouvrement réel, dans les spectres de sites boisés, ce qui pourrait conduire à exagérer leur importance soudaine si le site est déboisé.

35Ces difficultés d’interprétation des diagrammes en paléobotanique ne signifient pas l’impossibilité de toute interprétation, mais elles justifient une prudence particulière en ce qui concerne la question des déboisements qui ne sont pas l’expression nécessaire et unique de la présence humaine dans la forêt. Enfin, trois derniers points restent à évoquer.

36● L’écologie des espèces, base de l’interprétation paléobotanique, est analysée à partir de situations actuelles ou d’évolutions récentes connues. Mais la physionomie actuelle des formations végétales n’est pas l’unique expression possible des exigences écologiques des plantes. L’abondance d’une espèce dans une situation écologique particulière n’exprime pas forcément au mieux ses préférences, ni même ses aptitudes, mais en premier lieu son histoire. Or, le pas est trop souvent franchi d’une assimilation des transformations identifiées dans le passé, sur la base de la synécologie*, à des paysages actuels très ouverts. Par exemple, le Buis non consommé par les troupeaux existe sur le causse du Larzac dans des paysages très ouverts où le Chêne blanc ne joue plus qu’un faible rôle : mais ailleurs, le Buis s’étend fortement en sous‑bois des taillis denses de Chêne blanc ou de Chêne vert. Il en est de même d’autres espèces des garrigues actuelles, telle la Pilaire, à sa place dans une forêt bien développée. Pareillement, le Noisetier est connu pour son aptitude à coloniser les espaces éclairés, mais ce n’est pas sa seule écologie et il croît bien à l’ombre (Evreinoff 1963). Quant à l’éventail adaptatif des essences, il doit être utilisé à bon escient : ainsi le Frêne est considéré tantôt comme essence d’ombre (plus que le Bouleau), tantôt comme héliophile (plus que l’Orme).

37● La densité des populations, même aux périodes les plus favorables de la Préhistoire, n’est pas comparable à celle des populations historiques. Les espaces entre les sites, en périphérie de leurs territoires, ont dû connaître un état très préservé, jouant le rôle de réservoir biologique et non perçus de l’anthracologie. On peut imaginer des sites favorables occupés à de multiples périodes et de vastes zones très peu utilisées : ces réserves de milieux forestiers, permettant à la forêt de se refermer, ont dû exister très longtemps. Ainsi, ce qui est perçu autour des sites ne représente pas forcément toute une région, ni toute une période, Pour un site dont la première occupation attestée est par exemple l’âge du Cuivre, ou du Bronze, rien n’implique que l’histoire du paysage y reprenne là où l’avaient laissée, sur d’autres sites, des activités humaines antérieures. Ces sites ont pu voir les débuts de leur transformation par l’homme tardivement.

38● Les échelles de temps, notamment les durées réelles d’occupation, les hiatus d’occupation ou d’information, doivent être pris compte par les études paléobotaniques. Une centaine d’années s’écoulant entre deux occupations d’un site peut suffire pour la régénération complète d’une futaie si les sols n’ont pas été érodés. On a souligné que les habitats qui paraissent synchrones peuvent être successifs. Et si la séquence d’un site est continue quant aux périodes culturelles représentées, elle peut n’être qu’un pointillé chronologique d’occupations réelles, qu’il s’agisse d’occupations occasionnelles, saisonnières, ou de quelques générations. Même lorsque la paléobotanique arrive à obtenir une image moyenne tous les 25 ans, on reste en dessous des pratiques quotidiennes évoluant à l’échelle de quelques années. En décrivant des états successifs du paysage, la paléobotanique ne doit pas supposer leur permanence dans le temps sur la longue durée, ni leur irréversibilité.

2.2.7 Les oiseaux, indicateurs de forêts et de milieux découverts ?

39L’identification ostéologique des oiseaux présents dans les sites archéologiques peut être mise en parallèle avec la végétation passée. En effet, lorsque les espèces d’oiseaux sont classées en catégories climatoécologiques, elles nous renseignent sur les biotopes* présents dans l’environnement du site. L’important travail de P. Vilette (1983) sur l’avifaune pléistocène et holocène a ainsi conduit en particulier au calcul de proportions entre les oiseaux de forêt tempérée (de la forêt dense aux bois clairs) et ceux d’espaces découverts tempérés, en vue d’une approche de la densité du couvert forestier. Les variations climatiques importantes sont bien reflétées par les oiseaux ; on observe par exemple une bonne concordance entre le Néolithique et l’abondance relative des oiseaux de forêts. Ainsi, à Fontbrégoua (Var) les oiseaux forestiers représentent jusqu’ à 60 % du nombre des individus, et 40‑50 % à l’Abeurador (Hérault).

40Mais pour les études qui concernent la physionomie des paysages au Néolithique, et spécialement l’ouverture éventuelle de la forêt par l’homme, deux difficultés se présentent. D’une part, l’appartenance d’une espèce à un milieu n’est pas aussi tranchée qu’on pourrait l’espérer. Les biotopes des oiseaux comprennent des espaces complémentaires. Par exemple, le Pigeon colombin fait son nid dans les arbres, mais se nourrit en espaces découverts (Vilette 1983 : 37). De plus, il existe des adaptations : le Merle noir se rencontre de nos jours aussi bien dans les bois que les bosquets ou les buissons (Vilette 1983 : 49), mais « l’habitat originel du Merle était formé de forêts ayant un sous‑bois épais et un sol humide. » (Yeatman 1976, cité par Vilette 1983 : 49). Peut‑on juger avec certitude de l’habitat passé de ces espèces ? Or, le « choix » d’un biotope, pour une espèce, peut peser très lourd dans la balance d’appréciation des milieux en présence. En effet, et c’est la deuxième difficulté pour cette discipline, la rareté des restes et le calcul d’un nombre minimal d’individus conduisent à des effectifs très faibles par niveau et posent la question de la signification statistique des restes d’oiseaux.

41Prenons l’exemple de l’abri de Font Juvénal (Aude), occupé du Néolithique ancien au Moyen Âge. P. Vilette identifie de 1 à 36 individus par niveau pour 46 espèces d’oiseaux, avec au maximum 5 individus d’une espèce pour un niveau. Les pourcentages d’oiseaux de forêts tempérées et ceux d’espaces découverts tempérés sont calculés pour douze niveaux d’effectifs compris entre 11 et 36 individus (fig. 33a). Selon P. Vilette (1983 : 106), le pourcentage des oiseaux de forêt diminue entre le Néolithique ancien‑Epicardial et le Néolithique moyen, puis encore entre le Néolithique moyen et une période qui va du Néolithique récent au Bronze moyen. De même, les pourcentages d’oiseaux de milieux ouverts sont interprétés comme croissants (fig. 33b), et l’auteur en déduit une « régression des milieux arborés sensible à partir du Néolithique moyen » (Vilette 1983 : 110). Les implications de ce résultat pour la forêt sont grandes et il importe d’utiliser des tests statistiques rigoureux pour s’assurer du caractère significatif ou non des variations ainsi interprétées.

FIG. 33 – Pourcentages d’oiseaux de forêts tempérées (a) et d’oiseaux d’espaces découverts (b) au cours du Néolithique et des âges des métaux à Font Juvénal (Aude), d’après Vilette 1983 : des tests statistiques montrent que les variations ne sont significatives que sur la longue durée (à partir de sept niveaux successifs) et que la tendance croissante pour les oiseaux d’espaces découverts n’est pas significative au‑delà du niveau 3 (Néolithique final).

42Le calcul des intervalles de confiance statistiques sur les pourcentages (en gris sur la figure 33a) montre de larges chevauchements. Pour tester la signification des écarts observés entre deux valeurs, il est plus exact de calculer les écarts réduits (Schwartz 1963) : il apparaît que les variations successives des douze niveaux, de proche en proche, ne sont pas significatives. Il n’y a donc pas de variation de la fréquence des oiseaux forestiers pour chacun des niveaux de la période considérée. Cependant, il y a à l’évidence beaucoup moins d’oiseaux forestiers à la fin de la séquence qu’au début. Où se situent alors les variations significatives ? Les tests du chi‑2 de linéarité et du chi‑2 de pente (Fleiss 1981) sont à même de tester la signification statistique de la tendance générale d’une suite ordonnée de valeurs (ici, l’ordre des valeurs est donné par l’axe du temps). Ces calculs indiquent que la série des pourcentages d’oiseaux de forêts tempérées, pour la séquence considérée en totalité, présente une linéarité et une pente significatives. Cependant, on doit modérer ce résultat : en effet, le test du chi‑2 de pente indique une pente nulle (une tendance linéaire sans variation) si l’on considère seulement la série des niveaux 13 à 7 ou seulement la série des niveaux 6 + 5 à 2A. En revanche, la série 13 à 7 augmentée d’un niveau postérieur (ou plusieurs) montre une pente significative. Il n’est donc pas exact que dès le Néolithique moyen la tendance décroissante du pourcentage d’oiseaux forestiers soit significative, elle ne l’est que pour une série longue à l’intérieur de l’ensemble de la séquence, ce qui indique des variations extrêmement progressives.

43Qu’en est‑il des oiseaux d’espaces découverts ? Comme précédemment, le calcul de l’écart réduit montre l’absence de variation significative entre deux niveaux successifs (fig. 33b). Pour l’ensemble de la série, il n’est pas surprenant que les tests du chi‑2 de linéarité et du chi‑2 de pente montrent une tendance linéaire sans variation. En effet, la série donne l’impression d’être croissante puis décroissante. On peut alors essayer d’isoler des phases comme précédemment. Les tests du chi‑2 de linéarité et de pente indiquent, comme pour les oiseaux forestiers, deux tendances linéaires de pente nulle, l’une pour la série des niveaux 13 à 7, l’autre pour la série des niveaux 6 + 5 à 2A. En revanche, comme précédemment, une tendance linéaire apparaît dès la série 13 à 6 + 5, donc pour une série longue. Mais ici la tendance croissante s’arrête avec la série 13 à 3. Ainsi, d’une part il n’y a une variation significative croissante des oiseaux d’espaces découverts que sur la longue durée, mais d’autre part elle ne va pas au‑delà du Néolithique final.

44Pour résumer ces tests, disons qu’ils ne confirment pas « l’impression » donnée par les pourcentages (parce que ceux‑ci sont basés sur des effectifs faibles). De plus, ils nuancent l’interprétation proposée par P. Vilette. Les variations relatives testées s’avèrent significatives sur la longue durée seulement et on ne peut pas alors se permettre d’isoler des phases successives. Par exemple, si on n’avait disposé que des niveaux du Néolithique ancien, moyen et jusqu’à la transition Néolithique moyen/Néolithique récent, on n’aurait pu démontrer aucune variation significative des oiseaux de forêts tempérées ni des oiseaux d’espaces découverts. Ces variations ne s’expriment qu’à partir du Néolithique récent, mais c’est par rapport à l’ensemble des niveaux plus anciens et non une particularité de cette période. Pour les oiseaux de forêts, la tendance décroissante continue ensuite. Pour ceux d’espaces découverts, l’augmentation relative s’arrête avant la fin du Néolithique. Toute conclusion plus précise serait abusive dans les limites de signification de tels tests.

45Nous pouvons proposer des pistes d’interprétation dans lesquelles le recul de la forêt n’est pas obligatoire, en tenant compte de l’étude anthracologique du site (Thiébault, Vernet 1992 ; cf. infra partie II, § 3.3.1) : les oiseaux de forêts tempérées auraient pu très progressivement (sur plus de 2 000 ans) être gênés par les transformations de la forêt. On peut imaginer au Néolithique ancien des futaies élevées de Chêne blanc, aux frondaisons dégagées : il s’agit là d’un milieu très spécifique pour les oiseaux, au regard du vol, du nichage, du rapport aux prédateurs, de la nutrition, etc. Il semble d’après l’anthracologie que ces forêts soient très lentement passées à des boisements secondaires de repousse (moins riches en Chêne blanc, de plus en plus riches en Chêne vert), de type taillis élevés, donc plus bas que la futaie, composés de nombreuses tiges au lieu de troncs, et moins dégagés en sous‑bois (enrichis en Buis) (cf. infra partie II, § 3.3). Cette modification ne pourrait‑elle suffire à justifier le départ d’espèces d’oiseaux adaptées aux futaies, vers d’autres futaies voisines non transformées ? Quant aux oiseaux d’espaces découverts, ont‑ils nécessairement dépendu d’espaces dénudés ? Pourquoi dans ce cas n’augmentent‑ils plus dès la fin du Néolithique ? N’ont‑ils pas plutôt profité de niches écologiques désormais libres dans un milieu forestier légèrement éclairci ? À cela, seule l’ornithologie pourra répondre. Enfin, les oiseaux d’espaces découverts sont‑ils réellement plus nombreux, ou leur augmentation relative au cours du Néolithique n’est‑elle que l’effet en pourcentage de la diminution des oiseaux forestiers (l’inverse restant possible) ?

2.3 De la futaie originelle à la forêt socialisée

46Nous avons essayé d’aborder dans ce chapitre deux problèmes corrélés, celui de la densité du couvert forestier et des étapes anciennes de son « ouverture », et celui de l’interprétation des transformations écologiques de la forêt enregistrées par la paléoécologie depuis le Néolithique. En effet, que les interprétations des activités humaines se limitent au terme prudent « d’anthropisation » ou à celui radical de « déforestation », trop souvent le recul de la forêt au profit d’espaces déboisés paraît sous‑entendu, comme allant de soi. C’est sans doute cette certitude qui pousse à opposer la forêt à l’agriculture jusqu’à écrire : « Le diagramme pollinique montre un grain de céréale dès la base dans un contexte où le Quercus à feuillage caduc est omniprésent. Il n’est donc pas nécessaire d’y voir un impact de l’anthropisation. » (Ambert et al. 1995). N’a‑t‑on pas trop volontiers transposé à des passés anciens des pratiques récentes, historiques, qui marquent définitivement nos paysages actuels ?

47Les transformations de la forêt au Néolithique ancien, moyen, et probablement beaucoup plus tard, ne doivent pas être assimilées a priori à des déforestations ou à des déboisements. La paléoécologie en l’état actuel peinerait à l’argumenter. Ce n’est pas remettre en cause un effet de l’homme sur la forêt, mais sa traduction physionomique, dans une vision cumulative des « ouvertures » du couvert forestier dues à l’homme : d’une part la forêt a une grande capacité de régénération contre laquelle il est plutôt difficile de lutter, d’autre part y vivre n’implique pas l’élimination des arbres qui sont favorables à toutes les activités humaines. Un grand nombre d’auteurs reconnaît d’ailleurs plus ou moins l’importance des régénérations forestières et le faible impact spatial des activités, productrices ou prédatrices, de l’homme néolithique. Sans doute faut‑il faire la part des témoins paléoécologiques de l’ouverture du couvert forestier qui ne sont représentatifs que de phénomènes localisés.

48Les forêts ont certainement dû passer très progressivement au cours du Néolithique de l’état de futaies à des physionomies de repousse, à croissance plus rapide, de type taillis, avec de multiples retours à la futaie. Au départ, ces forêts secondaires avaient la même composition que les futaies, c’est pourquoi les premiers indices d’activités humaines doivent être plus sensibles à travers la carpologie et la palynologie (herbacées) qu’à travers l’anthracologie.

49Ne faut‑il pas se représenter la forêt socialisée de la Préhistoire, y compris en situation de sédentarisation, comme un espace de pluriactivité, non cloisonné en champs, bois, et pâturages, mais utilisé tour à tour pour toutes les productions et consommations ? Les effets des activités agricoles, de la collecte de matières premières et de l’action des troupeaux sur la forêt pourraient être ensemble responsables des transformations écologiques observées.

50Quoi qu’il en soit, l’agriculture ne nous semble pas pouvoir être responsable dès l’origine d’une ouverture croissante et cumulative de la forêt. D’une part, l’agriculture forestière (comme les coupes de bois) permet une reprise végétative immédiate et vigoureuse des arbres et ne justifie pas l’idée de déforestation. D’autre part, même dans l’hypothèse de la destruction des souches, le déboisement est suivi de reprises forestières, parce qu’un champ permanent dans une agriculture sédentaire n’est pas un champ éternel, il retourne périodiquement à l’état de friche : en quelques années, ronces, genêts et autres buissons l’envahissent et la forêt s’y ressème très rapidement. Des espaces ainsi déboisés ne se cumuleraient pas au cours des générations, hormis dans des situations spécifiques, telle l’érosion de pente.

51En admettant comme principe de base la réalité biologique et écologique de la tendance à la régénération des forêts, les hypothèses de déforestation doivent trouver une justification en termes de besoins économiques (démographie) et de moyens techniques pour y parvenir.

52À des périodes qu’il faut déterminer selon les régions, une exploitation plus intensive a dû conduire à une ouverture croissante de la forêt, toujours réversible. Peut‑être une utilisation pastorale mal contrôlée des surfaces essartées, ou la multiplication de champs permanents supposant la maîtrise du fer, ont‑elles été les moyens de cette ouverture. Mais ses causes premières ne nous paraissent pas devoir être cherchées dans l’écologie, les techniques ou une mauvaise gestion du milieu naturel : dans l’avenir, c’est la question des besoins, à travers la démographie et l’économie, qui sera sans doute au premier plan des modèles proposés pour expliquer les reculs de la forêt.

53Par exemple, la mutation agricole du Moyen Âge dès le xiiie s., avec l’extension des champs permanents dans une organisation privative, correspond à des besoins accrus et à la recherche de meilleurs rendements par l’assolement, dans le cadre d’une expansion démographique. À cette époque, l’essartage* et les productions spontanées de la forêt deviennent moins importants dans l’alimentation. L’agriculture, l’élevage et la sylviculture tendent à se séparer, de grands défrichements sont organisés, l’élevage est pratiqué de façon extensive et les espaces boisés sont ceux qui ne conviennent pas aux cultures (Bechmann 1984).

54La densité du couvert forestier est loin d’être une question secondaire, parce qu’elle a des conséquences très importantes sur le pouvoir de régénération des boisements et des sols. La présence de semenciers adultes, le couvert protecteur pour les essences sensibles à la sécheresse, la fixation des sols, leur fertilité, etc. sont autant de composantes qui conditionnent à chaque moment le devenir du milieu et de l’homme.

2.4 Le partage de l’espace

55La question du cloisonnement fonctionnel des espaces utilisés est très délicate. Au plan des signes que nous pouvons en espérer, remarquons que des réactions similaires de la forêt existent à travers l’espace et les millénaires : l’exemple de la chênaie méditerranéenne montre que l’écologie des essences s’exprime, en réponse aux activités humaines, selon des processus assez constants à plusieurs milliers d’années d’intervalle (cf. infra partie II, § 3.3), sans que l’on puisse, pour l’instant, pointer une sphère d’activité responsable de telle ou telle réponse de la forêt. Est‑ce parce que des pratiques imbriquées dans l’espace ont toujours existé ? Qui prétendrait que les espaces dévolus aux troupeaux, à la forêt et aux cultures ont jamais été totalement séparés dans une société sédentarisée ?

56Cependant le partage de l’espace ne dépend pas seulement de l’utilisation des ressources du milieu et des pratiques sous‑jacentes, mais aussi des modes de perception et de représentation de l’environnement.

57La séparation entre ager, saltus et silva explicitée par les auteurs latins correspond‑elle à un système fonctionnel de secteurs d’activité séparés, dans la Gaule romanisée ? Ou ne puise‑t‑elle ses sources que dans la volonté d’un partage et d’une mesure des terres, de caractère juridique et sacré (Ledrut 1990) ? Cette organisation des territoires est‑elle réelle, naissante ? P. Leveau et al. (1993 : 46) nous rappellent que les activités agricoles ont toujours constitué une partie intégrante des villes antiques. De plus, on note la permanence de la vie rurale, l’existence d’habitats agglomérés de paysans avant la conquête romaine, qui perdurent avec la romanisation (Leveau et al. 1993 : 52). L’organisation de l’espace rural a‑t‑elle vraiment changé à cette époque ? Ou au contraire reprend‑elle des pratiques plus anciennes qui auraient anticipé en Gaule le partage de l’espace ?

58Dans ces questionnements qui concernent d’une part les systèmes sociaux, culturels, politiques et juridiques, d’autre part l’environnement, la paléobotanique peut apporter sa part d’hypothèses à travers les contraintes naturelles du milieu. La connaissance du milieu et de ses réactions doit nous aider à faire une juste place à l’influence naturelle, par rapport à l’influence culturelle.

Table des illustrations

Légende FIG. 31 – Méthodes de traitement des arbres pour la coupe du bois, a Taillis : coupe à blanc avec révolution de coupe, b Coupe à blanc préservant un baliveau, c Taillis fureté (Hêtre), d Taille en têtard, e Émondage.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43460/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Légende FIG. 32 – Un cycle de culture temporaire sur essart au Moyen Âge : le cycle d’environ 36 ans comprend deux ans de culture, et trois révolutions de taillis permettant trois récoltes de bois et une période de pâturage pendant la régénération du taillis. Des arbres de la forêt primaire sont conservés sur plusieurs cycles et des baliveaux sont préservés lors des coupes. La régénération se fait par rejets de souche et ensemencement naturel (texte d’après Bechmann 1984).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43460/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende FIG. 33 – Pourcentages d’oiseaux de forêts tempérées (a) et d’oiseaux d’espaces découverts (b) au cours du Néolithique et des âges des métaux à Font Juvénal (Aude), d’après Vilette 1983 : des tests statistiques montrent que les variations ne sont significatives que sur la longue durée (à partir de sept niveaux successifs) et que la tendance croissante pour les oiseaux d’espaces découverts n’est pas significative au‑delà du niveau 3 (Néolithique final).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43460/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 119k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search