Version classiqueVersion mobile

Forêts et sociétés en Languedoc (Néolithique final’ Antiquité tardive)

 | 
Lucie Chabal

Partie II. Les transformations du paysage en Languedoc

Chapitre 1. Le cadre de l’étude

Résumé

Les treize sites, dont douze de plein air, étudiés selon la méthode proposée dans la première partie, s’échelonnent du Néolithique final à l’Antiquité tardive, principalement en Languedoc oriental à basse altitude. La démarche de la deuxième partie de l’ouvrage comprend, outre la prise en compte des acquis de la paléoécologie à partir du Néolithique, une réflexion sur les modes d’exploitation de la forêt et leur incidence écologique. Le cadre géographique et écologique actuel est précisé, ainsi qu’une chronologie culturelle succincte.

Texte intégral

1.1 La démarche de l’étude

1Cette étude paléoécologique tente de faire le point sur l’histoire de la végétation ligneuse à l’aube des temps historiques en Languedoc et, à travers elle, du paysage, en liaison avec l’histoire du peuplement et des activités humaines.

2Pour cela, il n’était pas possible de s’appuyer uniquement sur les treize sites qui constituent notre base de données anthracologique pour cet ouvrage. Chaque site mérite une étude détaillée, pour sa chronologie d’occupation et son environnement propres, et apporte sa pierre à l’édifice paléoécologique. Mais il s’insère aussi dans une évolution à plus long terme, ayant son origine dans des temps plus anciens de la Préhistoire. Avec le foisonnement actuel d’informations paléoécologiques et en particulier paléobotaniques qui concernent cette problématique, présenter directement ces sites aurait nécessité de multiples redites et retours au passé fort indigestes pour le lecteur et difficiles à organiser. De plus, le raisonnement linéaire ne convenait absolument pas aux questions multiples qui sont soulevées.

3Nous avons préféré une autre démarche, qui cadre les problèmes dans le long terme pour faciliter et éclairer ensuite nos interprétations particulières. Ces considérations préalables ne s’appuient pas seulement sur la paléobotanique et l’archéologie des périodes anciennes. Nous proposons une réflexion analytique des processus de transformation de la forêt tempérée ou méditerranéenne par l’homme, qui puise ses sources dans les témoins du passé ancien ou récent, mais aussi dans les pratiques et l’écologie. Spécialement, la question des déforestations soulève des questions sur les rapports entre les pratiques humaines et l’écologie des boisements, depuis le Néolithique au moins et jusqu’à la période historique. Bien se situer dans la question des transformations physionomiques de la forêt nous a paru indispensable.

4Cette analyse est suivie d’un bilan de l’histoire sur le long terme de la chênaie méditerranéenne : ici encore, l’étude de chaque site n’est qu’un cas particulier dans une évolution globale et il serait presque impossible d’apprécier la signification et l’apport de chaque situation sans une vision d’ensemble préalable, que l’on doit aux nombreuses études déjà existantes. La chênaie est sans doute l’élément prépondérant de l’histoire des rapports de l’homme avec la forêt pour ces périodes et cette région. C’est un élément constant, et en cela il permet des comparaisons d’ensemble. Mais il n’occulte en rien l’importance d’autres formations boisées qui interviennent parfois au premier plan des interprétations de sites, telle la frênaie‑ormaie des plaines alluviales.

5L’étude paléoécologique qui suit porte sur treize habitats languedociens, dont douze de plein air et un en grotte, situés principalement en Languedoc oriental à basse altitude (fig. 29). Il s’agit d’une première approche paléoécologique pour cette période, qui ne prétend que jeter les bases de questionnements. L’âge du Fer et la période romaine, donc environ 1 000 ans, ont donné les résultats les plus documentés et les plus précis. Au contraire, on ne sait presque rien pour de longues périodes, tels le Bronze ancien et moyen.

FIG. 29 – Localisation des sites étudiés. 1 Oppidum de l’Agréable (11) : âge du Fer : 2 Lattes Saint‑Sauveur (Lattara) (34) : âge du Fer, gallo‑romain : 3 Port Marianne (Plaine de Chrétien et Espace Richter) (34) : Chasséen, Néolithique final, Chalcolithique Fontbouisse : 4 Tonnerre I (34) : Bronze final II, IIIa, IIIb : 5 Lunel‑Viel (34) : gallo‑romain, Antiquité tardive : 6 Dassargues (34) : Antiquité tardive : 7 Ambrussum (34) : Néolithique Ferrières, âge du Fer, gallo‑romain 8 Sites de Caissargues (Moulin Villard II et Grande Terre IV) (30) : Chalcolithique, Bronze final, gallo‑romain : 9 ZAC des Halles, Nîmes (30) : gallo‑romain : 10 Oppidum du Marduel (30) : Bronze final, âge du Fer, gallo‑romain : 11 Oppidum de La Jouffe (30) : âge du Fer : 12 Rocher du Causse (34) : Chalcolithique/ Bronze moyen : 13 Grotte du Hasard (30) : Néolithique Ferrières à âge du Fer.

6Chacun des sites étudiés a sa chronologie d’occupation (du Néolithique moyen et surtout final à l’Antiquité tardive), ses conditions écologiques, sa végétation actuelle. Ces caractéristiques seront données dans l’étude paléoécologique détaillée des sites, ci‑après § 4. Nous précisons ici le cadre géographique, climatique et écologique de l’ensemble de la zone d’étude, en replaçant les sites étudiés à l’échelle régionale et dans la chronologie culturelle. Un bref aperçu de l’évolution du niveau marin, de la ligne de rivage et du paléoclimat clôt cette présentation.

1.2 Les sites dans le cadre géographique

7Le Languedoc comprend, du sud au nord :
– un cordon littoral et une zone lagunaire ;
– une plaine alluviale faiblement inclinée vers le sud, formée de l’accumulation de sédiments fluviaux, traversée par des fleuves côtiers au régime méditerranéen ;
– une zone de collines crétacées occupée notamment par les garrigues actuelles de l’Hérault et du Gard, séparée de la plaine par une côte calcaire est‑ouest ;
– des régions montagneuses, Cévennes au nord, Montagne Noire au nord‑ouest, qui bordent notre zone d’étude.

8● Le premier site, l’oppidum de L’Agréable (Aude), se trouve dans le Lauragais à 276 m d’altitude, en Languedoc occidental entre Toulouse et Castelnaudary. Il est donc très excentré par rapport aux autres sites étudiés. Nous l’avons conservé parce qu’il apporte des éléments comparatifs très intéressants pour l’histoire de la végétation méditerranéenne à l’âge du Fer sous influence atlantique.

9Onze autres sites de plein air s’échelonnent de 1 à 408 m d’altitude en Languedoc oriental, du littoral jusqu’aux plateaux calcaires de l’arrière‑pays languedocien. La zone lagunaire, aujourd’hui aménagée et assainie, est partiellement colmatée par les fleuves côtiers, qui autrefois se déversaient dans des lagunes plus profondes (Ambert, Chabal 1992). Les étangs, aujourd’hui cloisonnés, formaient autrefois une seule unité (le Stagnum latera décrit par Pline), de l’Ingril jusqu’à l’étang de Mauguio au moins, permettant une navigation intérieure est‑ouest.

10● La cité portuaire antique de Lattara (Hérault), occupée de l’âge du Fer au début du iie s. de n. è., sur l’actuelle commune de Lattes aux portes de Montpellier, constitue un petit tell de 4 m d’altitude dans la plaine deltaïque actuelle du Lez, peu au nord de la bordure de l’étang du Méjean. À l’est de Lattes, un faible relief du Quaternaire ancien ou moyen est géomorphologiquement rattaché à la Costière du Gard.

11● À 4 km au nord de Lattes et à 9 km de la mer, sur la rive ouest du Lez ancien au niveau d’un méandre (rive est du Lez actuel), au pied de la colline occupée par la ville de Montpellier, les sites contigus « Port Marianne –Espace Richter » et « Port Marianne– Plaine de Chrétien » (Hérault) sont occupés au Chasséen, au Néolithique final et au Chalcolithique Fontbouisse.

12● Le site de Tonnerre I (Hérault), à 1 m d’altitude en bordure nord de l’étang de Mauguio à la limite de la frange de terre saisonnièrement inondée, est étudié pour son occupation de plein air du Bronze final. Il se trouve dans un environnement de basse plaine alluvionnaire, fortement soumis aux influences lagunaires, et parcouru de petits ruisseaux nord‑sud.

13● L’agglomération gallo‑romaine et médiévale de plaine de Lunel‑Viel (Hérault), à 14 m d’altitude, se trouve, entre les deux branches du Dardaillon, dans la partie haute de la plaine de Maugio‑Lunel, caractérisée par des épandages morphoclimatiques polyphasés. C’est le domaine des cultures et des voies de circulation actuelles. À la jonction du tracé de la voie domitienne, le site est adossé aux faibles reliefs occupés par les vignes et garrigues de l’Hérault.

14● L’habitat rural de Dassargues (Hérault), à l’est de Lunel‑Viel à la même altitude, se trouve à peu de distance du Vidourle. Il est occupé durant l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge.

15« Au nord‑est, l’oppidum d’Ambrussum avec son quartier bas (Hérault), dans la plaine de Maugio‑Lunel sur une rive du Vidourle, est sur le trajet de la voie domitienne. Il comprend : sur la colline du « Devès », une occupation du Néolithique final (culture de Ferrières) puis l’agglomération de l’âge du Fer et de la période romaine, et au pied de la colline sur la terrasse du « Sablas » un habitat gallo‑romain. L’oppidum est sur une colline calcaire à 56 m d’altitude et le quartier bas occupe une terrasse en bordure du Vidourle à 13 m d’altitude.

16● Les gisements du Chalcolithique Fontbouisse, du Bronze final et de la période gallo‑romaine de Caissargues (Moulin Villard II et Grande Terre IV) (Gard), à 27 m d’altitude, sont dans la plaine du Vistre immédiatement au sud de Nîmes. Outre l’environnement de plaine alluviale, ils se trouvent encadrés par les collines calcaires du Gard au nord, et les terrasses de la Costière du Gard au sud.

17● L’occupation gallo‑romaine de Nîmes (Gard) est peu connue au plan du paléoenvironnement. Le site de la ZAC des Halles, en zone urbaine sur la colline de Nîmes, a livré deux échantillons gallo‑romains.

18● L’oppidum du Marduel (Gard), occupé du Bronze final IIIb à la période romaine, occupe une colline calcaire de 50 à 100 m d’altitude et surplombe la basse vallée du Gardon au sortir des gorges, non loin du Pont du Gard et près du couloir du Rhône.

19● Au nord du Vidourle, dans l’intérieur des terres, l’oppidum de La Jouffe (Gard) à 200 m d’altitude, occupé surtout à l’âge du Fer, est installé sur un vaste massif calcaire, un peu en retrait de la vallée de la Courme.

20● Le Rocher du Causse (Hérault) est un habitat en pierre sèche du Chalcolithique Fontbouisse, à 408 m d’altitude sur un causse calcaire en arrière de la plaine. Il domine celle‑ci par des falaises abruptes.

21Le dernier site est un habitat de grotte, plus au nord à l’entrée des gorges de la Cèze, affluent du Rhône.

22● La grotte du Hasard (Gard), occupée de façon intermittente du Néolithique Ferrières au premier âge du Fer, est intéressante ici pour son occupation du Bronze. Elle se trouve à 130 m d’altitude, au bord d’une plaine alluviale près du village de Tharaux. L’environnement de la grotte est plus frais et humide que celui des autres sites.

1.3 Le climat actuel

23Le climat méditerranéen subhumide au sens d’Emberger est caractérisé par des hivers doux et des pluies brutales concentrées sur l’avant et l’arrière‑saison, avec trois à quatre mois d’été chaud et sec. Dans le sud de la France, la durée d’insolation annuelle est maximale en Provence. Les minima de températures sont atteints en Languedoc et dans le couloir du Rhône. Malgré une pluviométrie moyenne annuelle importante (700‑800 mm à Montpellier), la végétation doit principalement faire face à la sécheresse estivale, mais aussi à de fortes irrégularités de pluviométrie d’une année sur l’autre, en particulier sur le littoral. Cependant, vers l’ouest, le climat tend à devenir océanique, et lorsqu’on se rapproche des reliefs, la sécheresse estivale est atténuée. « La sécheresse estivale diminue régulièrement quand l’altitude augmente, depuis le littoral jusqu’à la ligne des crêtes des Cévennes. » (Godron 1988a). Le régime des vents est ici essentiel : les versants méridionaux des Cévennes et de la Montagne Noire, au nord‑ouest du Languedoc, sont arrosés par les pluies de sud‑est, alors que les vents d’ouest arrivent secs sur la plaine languedocienne. « Très schématiquement, ceci revient à dire qu’il n’y aurait pas de climats nettement méditerranéens en France si la barrière de la Montagne Noire et des Cévennes ne produisait pas un double effet de fœhn. » (Godron 1988a).

1.4 La végétation actuelle

24En Languedoc, on peut distinguer, du sud au nord : une végétation palustre, adaptée aux salinités fortes, du nord des étangs jusqu’à environ 1 m d’altitude, suivie d’une végétation mésophile exigeante en humidité, interpénétrée d’une végétation méditerranéenne typique, plus xérique, à partir de la côte altitudinale de 10 m environ, qui finit par dominer au nord.

25Dans la plaine, une polyculture intensive, dominée par la Vigne, laisse peu de place à la végétation boisée spontanée, dont les pleines potentialités sont difficiles à analyser. La bordure des cours d’eau douce livre une végétation arborée actuellement raréfiée (ripisilve), à base de Peupliers, de Saules, d’Orme champêtre, de Chêne blanc, de Frêne oxyphylle et, dans l’intérieur des terres, d’Aulne glutineux. Mais en arrière des cours d’eau dans la basse plaine, ce sont des boisements plus mésophiles qu’hygrophiles, avec l’Orme champêtre, le Chêne blanc, le Frêne oxyphylle, souvent cantonnés le long des ruisseaux et des fossés. En l’absence d’action de l’homme, il est probable que les Frênes et Ormes « méditerranéens », essences de lumière, auraient une grande extension dans la plaine (Le Floc’h et al. 1973). Dès que le relief s’élève un peu, la végétation mésophile des terres basses cède la place à une végétation riche en Chênes (Chêne vert ou Yeuse et Chêne pubescent ou Chêne blanc). En arrière de la zone littorale, la chênaie apparaît dès les premières collines, puis finit par dominer plus au nord. Le Chêne vert et le Chêne blanc n’occupent pas les mêmes biotopes. Sur calcaire, le Chêne blanc, plus exigeant en humidité, est compétitif sur les versants nord, les fonds de vallons humides, les sols les plus profonds tels ceux occupés par les cultures. Sur sols acides, il prospère en peuplements mixtes avec le Chêne vert : l’humidité édaphique vient alors compenser la sécheresse climatique. À basse altitude, M. Godron note que les effets d’une sécheresse climatique relative sont compensés par des réserves en eau du sol assez importantes, alors qu’une humidité climatique relative plus grande en altitude est compensée, les sols étant grossiers et pentus, par des réserves édaphiques plus faibles : « [...] partout, ou presque, du littoral aux flancs des Cévennes, le Chêne blanc et l’Yeuse peuvent trouver des biotopes favorables […]. Sur les sols profonds ou moyennement humides, la séquence du Chêne blanc a la priorité sur celle du Chêne vert ; sur les sols rocailleux ou relativement secs, c’est l’inverse qui s’observe. De sorte que les chênaies d’Yeuse du Languedoc apparaissent comme un archipel de buttes témoins et non pas comme une mer submergeant la plaine. » (Godron 1988b).

26Depuis une quarantaine d’années, on constate en Languedoc une régénération des formations boisées, qui s’explique par la régression du pâturage et des feux pastoraux, ainsi que par celle des coupes de bois corrélative de l’abandon des industries fortes consommatrices de bois (verreries, tanneries, fours à chaux, etc.). De plus, on observe actuellement « une augmentation flagrante de la fréquence des Chênes blancs » (Pons, Vernet 1978). Ceci a été noté par divers auteurs et s’explique bien puisque « doué d’une force de régénération extraordinaire, le Chêne vert supporte mieux que tout autre arbre les coupes répétées » (Braun‑Blanquet et al. 1951). Le Chêne vert est favorisé par le grand nombre de ses rejets* qui colonisent l’espace. Le Chêne blanc donne des brins à croissance rapide, mais moins nombreux par souche, et supportant moins bien les coupes fréquentes. C’est dans le cas de coupes fréquentes des taillis que le Chêne vert est favorisé. C’est pourquoi il est maintenant admis qu’en l’absence d’une exploitation intensive de la végétation par l’homme, le Chêne blanc connaîtrait à l’heure actuelle une extension plus importante, en Languedoc comme en Provence calcaire, non seulement dans les biotopes d’où il a été éliminé par les activités humaines (fonds de vallons, combes spécialement) mais aussi probablement dans d’autres conditions écologiques (pentes, collines, plateaux, etc.). L’érosion et la régression pédologique des sols, corrélatives de l’élimination de la végétation boisée, engendrent une sécheresse édaphique s’ajoutant à la sécheresse climatique, défavorable au Chêne blanc. La récession de cette essence, après le Néolithique où elle a eu une extension beaucoup plus importante qu’actuellement, serait ainsi indissociable de l’histoire de l’homme, comme l’avait déjà compris G. Kuhnholtz‑Lordat (1958).

1.5 Le cadre chronoculturel

27L’étude paléoécologique du milieu végétal, pour cette région et ces périodes, s’intègre à l’ensemble des recherches archéologiques et historiques sur les conditions d’implantation et l’évolution du peuplement, l’économie vivrière, les relations avec le monde méditerranéen. Les programmes de ces dernières années ont stimulé ces recherches et en particulier presque entièrement renouvelé nos connaissances sur l’habitat en plaine. D’une manière générale, l’occupation de la plaine, masquée par l’alluvionnement récent, a été très sous‑estimée pour les périodes préhistoriques, jusqu’au premier âge du Fer au moins.

28La figure 30 rassemble sur une chronologie les durées d’occupation des sites étudiés et les périodes ayant fourni des charbons de bois. Les niveaux stratigraphiques étudiés (et les autres sites évoqués dans cette étude) entre le Néolithique moyen Chasséen et l’Antiquité tardive ont principalement été datés par les témoins de la culture matérielle (céramique, objets de métal, etc.). Pour les périodes préhistoriques, les dates sont donc à situer par rapport aux chronologies 14C du midi de la France, obtenues à partir d’un grand nombre de dates calibrées en années réelles. Lorsqu’un site a fait l’objet d’une datation au radiocarbone, c’est celle‑ci qui a été indiquée. Sinon, nous avons centré la date d’occupation sur une chronologie indicative de la période culturelle considérée. En raison du faible nombre de sites ayant fait l’objet d’une étude anthracologique entre le Néolithique moyen et la fin du Bronze en Languedoc oriental, cette périodisation précise n’était pas ici essentielle. Elle fait l’objet de très nombreux travaux que les découvertes récentes viennent nourrir de données nouvelles. Il importe ici de ne pas perdre de vue que des sites appartenant à la même phase culturelle peuvent avoir existé à plusieurs centaines d’années d’écart, et que les durées d’occupation ne sont pas estimées dans la plupart des cas. Les interprétations paléoécologiques pourraient être fortement conditionnées par ces facteurs.

FIG. 30 – Chronologie des sites étudiés.

29Alors que le Néolithique ancien a fait l’objet de rares découvertes, dont certaines récentes, dans la plaine languedocienne, le Néolithique moyen (Chasséen) est fréquemment signalé dans la basse plaine languedocienne sous forme de témoins archéologiques dispersés. Quelques établissements plus importants, en particulier à Montpellier et Lattes, ont été signalés mais peu fouillés. Cette importante civilisation à vocation agricole est représentée ici par des fosses du site de Port Marianne (Plaine de Chrétien), qui ont pu être des fréquentations temporaires dont on ne connaît pas la durée individuelle (saisonnières ?) ni cumulée (quelques centaines d’années ?). Ceci doit être pris en compte mais n’implique pas un impact négligeable sur l’environnement, étant donné l’extension spatiale de ce site.

30Les premières traces régionales d’une métallurgie du cuivre datent du Néolithique final (Cabrières‑Roquemengarde, Néolithique culture de Ferrières) (Ambert et al. 1982 ; Guilaine 1992 ; Gasco 1994). Les cultures régionales de Ferrières (Néolithique final) et de Fontbouisse (Chalcolithique) présentent un chevauchement en datation, mais le Ferrières n’a jamais été trouvé au‑dessus du Fontbouisse en stratigraphie. Ce sont en fait de nombreux faciès locaux pour chacune de ces cultures, qui peuvent témoigner de périodes de mise en place progressives, à l’échelle régionale, et qui posent la question de leurs identités culturelles (Gutherz 1984 ; Guilaine, Gasco 1987 ; Gasco 1992 ; etc.). Ces cultures témoignent d’une vie communautaire intense (Guilaine 1980).

31Au Néolithique final (Ferrières) à Ambrussum, la pierre a pu être utilisée pour caler des structures en matériaux légers (Gutherz 1984). Mais la pierre sèche caractérise l’habitat développé au Chalcolithique Fontbouisse. Des maisons à abside ou rectangulaires ou circulaires, possédant des murs en pierre sèche à parements doubles ou imbriqués, d’une épaisseur de 1 m à 2,50 m, forment sur les hauteurs calcaires de l’intérieur des terres des villages de taille parfois imposante, certains ceinturés (Cambous, Boussargues...). Le Rocher du Causse est un petit village de ce type, barrant un éperon sur un causse calcaire. Ces villages témoignent de la poussée démographique pour cette époque.

32En plaine ce sont, depuis quelques années, de plus en plus d’installations du Chalcolithique Fontbouisse qui sont découvertes, certaines de plusieurs hectares. Dans la plaine de Mauguio‑Lunel, ce sont une trentaine d’établissements qui sont recensés (Jallot 1994). La pierre y est rare et les habitations sont en matériaux légers. Pour certains, de grands fossés ont pu servir à l’implantation de palissades (Moulin Villard I, Espace Richter). L’élevage –en particulier celui du Bœuf– semble avoir une place importante pour ces agriculteurs‑éleveurs. M. Py (1990 ; 1993 : 125) a rassemblé pour le Languedoc oriental les pourcentages de poids de viande consommée à partir des travaux archéozoologiques de T. Poulain‑Josien et P. Columeau. Au Chalcolithique, le Bœuf est majoritaire (75 à 85 %) par rapport au Porc (7 %), aux Ovicapridés (4 %) et aux animaux chassés (8 %). Par comparaison, au Bronze final IIIb on trouve un peu moins de Bœuf (50 %), plus de Porc (13 %), plus d’Ovicapridés (10 %) et plus d’animaux chassés (15 %, surtout le Cerf). La chasse ne conservera cette importance que brièvement, à l’âge du Fer entre ‑500 et ‑450. On a voulu voir des causes naturelles dans ces phases où la chasse est très représentée, tel un état très développé des forêts (Berger 1996 : 235). Pourtant, la chasse du Cerf par exemple reprend à Lattes au IIe s. av. J.‑C., à une époque où la forêt régresse. Pour expliquer cette chasse, sachant que le Cerf peut se contenter de boisements très ouverts, on ne peut qu’invoquer des « préoccupations alimentaires, culturelles ou symboliques » (Gardeisen 1996).

33En Languedoc, on manque encore d’informations sur le peuplement de l’âge du Bronze et sur le rôle de cette longue période dans l’évolution de la végétation, à basse comme à moyenne altitude. La grotte du Hasard apporte une contribution intéressante, mais avec un doute concernant la durée réelle des dépôts et la représentativité paléoécologique des charbons de bois.

34Vers le Bronze final II, on connaît des occupations de plein air, avec notamment des habitations en matériaux périssables en bordure des lagunes, tel Tonnerre I au bord de l’étang de Mauguio. Au Bronze final IIIb (900/725 av. J.‑C.) s’accélèrent les transformations sociales. L’habitat de plein air se multiplie, en plaine ou sur des hauteurs. On décèle un développement technologique et une amplification des courants d’échanges (parures, objets métalliques), presque certainement un artisanat. Les contacts avec le monde celte septentrional préfigurent les échanges futurs avec d’autres cultures méditerranéennes (Arcelin, Dedet 1985). Malgré tout, l’activité économique semble encore tournée vers une production de consommation (Py 1990). Ces échanges attestés témoignent de trajets inchangés pendant des siècles. « Les durées d’occupation apparemment courtes des habitats, la fréquence des réfections, caractérisent plutôt des communautés très dépendantes d’un écosystème agropastoral saisonnier. » (Arcelin, Dedet 1985). À partir du Bronze final, les populations, dépendantes de l’agriculture mais peu fixées, ne sont pas pour autant nomades. Les habitats, de type durable, sont caractéristiques d’une civilisation de type semi‑sédentaire, c’est‑à‑dire avec des déplacements migratoires, par exemple à l’échelle des générations. Ceci suppose un impact fort sur les terroirs (Py 1990). Entre les viiie et vie s. av. J.‑C., l’élevage, surtout celui du Bœuf, représente une très forte contribution à l’alimentation (jusque vers ‑525), par rapport à ce qu’il sera par la suite (Py 1990). À cette époque, se répand l’araire à traction animale (Py 1993 : 60). Le fer est apparu vers 700 av. J.‑C. mais on ne relève pas encore d’outils. L’habitat, à la fin de l’âge du Bronze et au début de l’âge du Fer, est constitué de constructions en torchis (terre crue sur armatures de bois), de forme rectangulaire ou ovalisée. Cette technologie perdurera plus tard. Mais on connaît déjà des murs de soutènement ou de terrasses sur les habitats de hauteur.

35Sur les occupations proches du littoral, on trouve dans le dernier quart du VIIe s. les premières importations étrusques et grecques. Pour l’âge du Fer et la période romaine, les datations sont basées sur la typologie et les proportions des céramiques d’importation, les objets de métal, etc. Les datations du début de l’âge du Fer sont moins précises que les suivantes qui atteignent la précision de 20 à 25 ans ou parfois moins, exactes à quelques années près.

36Les premiers villages de hauteur entourés d’une enceinte datent du début de l’âge du Fer, vers 625/550 av. J.‑C. À partir du vie s., les armes, rares dans les nécropoles antérieures, deviennent fréquentes dans le s tombes (Py 1993). Le port de Lattara est créé dans la deuxième moitié du vie s. Vers les vie et ve s., la sédentarisation s’intensifie, des côtes vers l’intérieur. Elle se manifeste dans l’architecture, les modes de stockage, l’activité d’échange, le mobilier.

37L’archéologie a permis de montrer aux vieve s. av. n. è. une période de croissance, avec la multiplication de petits habitats intermédiaires en plaine (fermes, hameaux). Ils révèlent dans certains secteurs « une exploitation rationnelle de grands espaces » (Py 1993 : 123). La stabilisation des habitats, la forte croissance du commerce, les échanges culturels avec le monde méditerranéen, les signes de l’activité agricole et des moyens de stockage (silos, doliums), etc. marquent dès la fin du vie s. et jusqu’à la fin du ve s. av. n. è. de profonds changements dans la société indigène (Py 1993). C’est l’époque de la sédentarisation définitive des populations, avec adoption de la construction en dur et de l’urbanisme préconçu. L’habitat en pierre est d’abord à pièce unique. La production de surplus négociables est liée aux relations de plus en plus prégnantes avec le monde grec, surtout à l’est de l’Hérault (à partir de la création de Marseille vers ‑600), puis romain, ainsi qu’aux progrès techniques et d’aménagement de l’espace.

38Au deuxième âge du Fer, c’est l’apogée des oppidums, communautés rurales installées sur des hauteurs fortifiées, qui dès le début jouent certainement le rôle de places de commerce, mais aussi de gestion politique et administrative d’un territoire possédé en propre. La construction d’enceintes, intensifiée à partir de 400 av. J.‑C., a au départ un rôle protecteur des personnes et des biens. Non exclusivement défensives (le rejet fréquent de déchets le long des remparts les rend militairement inutiles), elles prendront le caractère d’une affirmation sociale et politique à partir du iiie s. av. J.‑C., puis la domination romaine fera régresser ce mouvement architectural (Arcelin, Dedet 1985).

39La période comprise entre la fin du ve s. et le iie s. av. J.‑C. semble correspondre à une déprise généralisée de l’habitat dispersé de plaine (Michelozzi, Py 1980), ce qui ne signifie pas que les plaines ne sont plus cultivées mais suggère « que les terrains agricoles devaient être principalement gérés à partir des oppidums ou autres habitats groupés » (Py 1993 : 254). La zone lagunaire, très occupée depuis le Bronze moyen et final, se dépeuple également dès le deuxième âge du Fer.

40La présence romaine en Languedoc serait antérieure à 200. La voie domitienne est créée en 118‑117 av. J.‑C. entre Rhône et Pyrénées mais elle aurait déjà été bornée tous les milles avant la conquête, dès le milieu du iie s. av. J.‑C. (Fiches 1982). Narbonne est fondée en 118 av. J.‑C., mais les institutions de la Province de Narbonnaise sont mises en place dans les années 70 av. J.‑C. La conquête romaine n’est pas pour autant acquise et elle se poursuivra au cours du ier s. av. J.‑C. La colonisation romaine ne compromet pas l’économie des agglomérations du Languedoc, tels les oppidums d’Ambrussum, de Sextantio et le port de Lattara. Certaines d’entre elles s’agrandissent même. Des bourgs de tradition indigène existent au pied des oppidums.

41Vite implantée dans les villes, avec les importants oppidums préromains (Nîmes, Béziers, Arles, Narbonne), la présence romaine se développera aussi dans les campagnes, sans que l’archéologie puisse toujours faire la part de l’occupation italique et de l’occupation indigène. Est remise en cause l’image classique d’un habitat limité aux riches villae. Les formes d’habitat s’avèrent variées, avec l’habitat groupé et des exploitations isolées de petite taille qui se multiplient à partir du ier s. de n. è. Dans les cantons de Mauguio et Lunel, où très peu d’habitats sont connus antérieurement au ier s. av. J.‑C., les prospections de surface montrent que le développement de l’habitat dispersé en plaine apparaît spécifiquement gallo‑romain : il s’implante entre ‑50 et +50 (Amblard et al. 1985).

42Plusieurs cadastrerions successives quadrillent la plaine et orientent la structure agraire à partir de la deuxième moitié du ier s. av. J.‑C. (Amblard et al. 1985). Il est difficile de dater les fossés de drainage mais certains pourraient avoir fonctionné aux iie et iers. av. J.‑C. Ils seront abondants par la suite dans la basse plaine.

43L’outillage agricole s’améliore, l’artisanat se développe, et avec lui la production minière dans les Corbières, la Montagne Noire, les Cévennes. Les fonderies et les forges se multiplient. De nombreux outils, dont le tour à poterie en milieu indigène, les scies et les haches à emmanchement vertical, apparaissent. Le commerce italique inonde la région des produits les plus divers. La viticulture participe à la prospérité de la région. « Dans tous les domaines, on assiste à une spécialisation progressive des activités, et à une augmentation sensible de la productivité. » (Py 1982). L’histoire du vignoble est importante pour l’étude de l’environnement, mais ses fluctuations sont encore très mal connues. Aucun atelier d’amphore n’est connu dans la région de Montpellier et la viticulture n’est pas attestée à Lunel‑Viel.

44Aux iie et iiie s. on observe, sans pouvoir trancher entre une crise et une mutation, l’abandon de plus de la moitié des habitats dispersés de la plaine du Lunellois, alors que l’exploitation des terroirs demeure intense (Raynaud 1990 ; 1996). La fin du iiie et le début du ive s. voient en Languedoc l’essor d’agglomérations. À partir du iiie s., de grosses exploitations apparaissent. À Lunel‑Viel, a lieu une restructuration de l’architecture et de l’urbanisme, semblant indiquer l’accroissement de la densité d’occupation du site, sans récession économique : il est possible que l’agglomération ait alors joué le rôle de pôle attractif. L’importance particulière des échanges avec le monde méditerranéen dans une certaine permanence, du ive au vie s., est soulignée. Aux viie et viiie s. d’autres abandons de sites ont lieu dans la plaine de Mauguio‑Lunel. Les informations sont rares par la suite, et on ne retrouve d’habitats importants qu’au Moyen Âge (Amblard et al. 1985). Un nouvel essor s’affirme aux ixe et xe s.

1.6 Niveau marin, trait de côte et climat passés

  • 1 La baisse des températures et l’augmentation des précipitations provoquent une expansion des calott (...)

45La remontée holocène du niveau marin dans le golfe du Lion a fait l’objet de synthèses pluridisciplinaires. Après un plus bas niveau1 à ‑120 m NGF* durant la dernière glaciation, la transgression flandrienne, rapide, de 14000 BP jusqu’à la fin de l’Atlantique (Néolithique), est clairement démontrée. C’est la phase d’ingression : la mer gagne sur le continent. Cette phase a une importance évidente dans l’histoire du peuplement littoral puisque des terres, aujourd’hui submergées par la mer, ont pu être habitées. Cependant, la phase qui suit cette importante transgression n’a pas moins modifié les conditions de vie sur le littoral. En effet, la remontée des eaux marines freine désormais l’écoulement des fleuves à pente faible et leur charge sédimentaire se dépose à proximité des embouchures. La terre gagne en extension sur la mer même lorsque le niveau marin continue à monter légèrement. C’est la phase de progradation. Dans le port de Marseille, la progradation ne commence qu’à partir de 600 av. J.‑C. alors que la mer continue à monter (Morhange et al. 1995 : 75). Dans les plaines alluviales, les dépôts alluvionnaires s’accumulent et colmatent les reliefs des terrasses caillouteuses du Quaternaire, la microtopographie s’efface. Ce colmatage s’est fait progressivement, avec des crises géomorphologiques, mais le rôle spécifique du climat ou de la météorologie est difficile à isoler de celui de l’homme, agent d’érosion (Bravard et al. 1992).

46Les variations du niveau marin postérieures à la fin de la remontée rapide de la mer ne font pas l’unanimité parmi les sédimentologues et géomorphologues. Parmi les raisons de ces divergences, signalons la difficulté à obtenir des observations comparables en plusieurs points et la mobilité, verticale en particulier, des substrats ayant enregistré les niveaux marins. Le climat n’est pas la seule cause de variation du niveau marin par rapport au niveau terrestre de référence. Ces variations éventuelles concernent des amplitudes de quelques décimètres à 3 m environ.

47Selon J.‑C. Aloïsi et al. (1978), la fin de la remontée holocène s’accélère entre 8000 et 6000 BP dans le golfe du Lion (remontée d’environ 20 m) et un haut niveau marin (à environ +2 m NGF) se situerait vers 4500 BP.

48A. L’Homer et al. (1981) ont proposé une reconstitution fine de variations du niveau marin, avec une succession de « hauts niveaux » depuis 7200 BP (ne dépassant le niveau actuel qu’à 5400 BP), puis des oscillations situées au‑dessous du niveau actuel jusqu’à la période historique.

49En Méditerranée occidentale, un bas niveau antique, plus bas que le niveau actuel d’environ 0,50 à 1 m et tendant à remonter, existerait autour du changement d’ère (Pirazzoli 1976), ou plus précisément entre 2200‑2050 et 1500 BP (L’Homer et al. 1981). Il semble confirmé dans l’étang de Thau par des restes archéologiques gallo‑romains situés 0,50 m sous le niveau actuel (Ambert 1992).

50C. Morhange (1994) situe à 4500 BP le ralentissement de la montée relative du plan d’eau en Provence, et sa stabilisation (fin de la transgression) à un niveau proche de l’actuel aux vevie s. ap. J.‑C. à Fos et Marseille, jusqu’à atteindre peut‑être un niveau plus élevé que l’actuel au xie s. en Camargue occidentale (Provensal 1991 ; Morhange 1994 ; Arnaud‑Fasseta, Provensal 1993).

51Pour l’histoire de l’homme, les effets directs des variations du niveau marin sur l’habitabilité du littoral en Languedoc sont évidents. De faibles variations peuvent éventuellement submerger des terres ou les rendent insalubres. Cependant, la difficulté à distinguer les variations du niveau marin des variations du trait de côte dues au bilan sédimentaire (les atterrissements dus à l’activité humaine en particulier), ou des mouvements verticaux du sol, rend le diagnostic climatique très aléatoire.

52On s’accorde sur l’idée d’un climat de plus en plus chaud et humide au cours du Mésolithique et jusqu’au milieu du Néolithique. Les variations ultérieures sont moins évidentes. En Europe et en divers points de la Méditerranée occidentale, on situe généralement une période de froid peu humide (la plus froide de l’Holocène), vers le milieu de l’âge du Bronze (Magny 1995) et une période fraîche et humide vers la transition Bronze/Fer qui se terminerait dans le deuxième âge du Fer, entre 500 et 300/350 av. J.‑C. (Magny, Richard 1992 : 59). Celle‑ci serait démontrée à la fois par les accumulations d’alluvions grossières (activité fluviatile), par les variations de niveaux des lacs du Jura (Magny 1995), ainsi que par la baisse de la limite supérieure des forêts. Après une période où le bilan hydrique est réduit et où les forêts remontent en altitude, une légère « péjoration » climatique, controversée en région méditerranéenne, aurait lieu de la fin du ier s. av. J.‑C. jusqu’à la deuxième moitié du iie s. de n. è. (antérieurement à 250 ap. J.‑C.), suivie d’un retour à un climat plus favorable.

53Les variations de niveaux des lacs du Jura corrélées à l’activité solaire semblent un bon indicateur climatique intéressant tout l’hémisphère nord (Magny 1995). Cependant, l’impact sur les conditions de vie de ces variations de climat est difficile à mettre en évidence. En particulier, la végétation ne semble pas avoir enregistré ces variations d’une façon qui fasse l’unanimité parmi les paléobotanistes. Les changements de végétation peuvent avoir d’autres causes que les variations de climat moyen.

54Pour prendre une comparaison dans l’actuel, les différences microclimatiques peuvent régler la succession actuelle des étages de végétation sur la pente d’une montagne. Mais cela ne voudra pas dire que l’une de ces végétations, rencontrée ailleurs ou dans le passé, a la même signification climatique car les facteurs écologiques sont nombreux et se compensent.

  • 2 Les plantes réagissent aux conditions du régime climatique qui s’exprime tout au long des saisons à (...)

55Dans le passé, de nombreux paramètres ont pu varier. Les tendances du régime climatique annuel, en particulier la répartition des pluies et des températures au cours des saisons, ont dû avoir beaucoup d’importance pour les populations et la végétation2. Des différences climatiques entre les régions méditerranéennes et l’Europe tempérée ont pu rester déterminantes (Alexandre 1987). Le littoral et l’intérieur des terres n’ont pas le même régime de précipitations. Le régime des vents qui influe sur les pluies ou l’évaporation a pu varier dans le temps. Le microclimat, qui peut décider de la perduration d’une espèce en un lieu, est dépendant de l’état de la couverture forestière, notamment à travers la rétention d’humidité édaphique, l’entretien de sources, la limitation de l’érosion, le rôle tampon sur les écarts de températures ou les nébulosités, etc. Le niveau phréatique, l’alluvionnement des plaines et des littoraux, l’état pédologique du sol, dépendants de multiples facteurs non climatiques, ont pu avoir en certains lieux plus d’incidences sur la végétation locale que le climat régional. On pourrait multiplier ainsi les exemples de facteurs qui peuvent, ensemble, déterminer le maintien ou non d’un type de végétation. Et sait‑on lesquels de ces facteurs ont été les plus déterminants pour l’agriculture en particulier ? Toujours est‑il que les végétations ne sont pas un bon indicateur du climat pour les périodes qui suivent le réchauffement néolithique.

Notes

1 La baisse des températures et l’augmentation des précipitations provoquent une expansion des calottes glaciaires et le piégeage de l’eau sous forme de glace, d’où la baisse du niveau marin.

2 Les plantes réagissent aux conditions du régime climatique qui s’exprime tout au long des saisons à chaque moment clef de leur développement (démarrage de printemps, floraison, fructification, etc.).

Table des illustrations

Légende FIG. 29 – Localisation des sites étudiés. 1 Oppidum de l’Agréable (11) : âge du Fer : 2 Lattes Saint‑Sauveur (Lattara) (34) : âge du Fer, gallo‑romain : 3 Port Marianne (Plaine de Chrétien et Espace Richter) (34) : Chasséen, Néolithique final, Chalcolithique Fontbouisse : 4 Tonnerre I (34) : Bronze final II, IIIa, IIIb : 5 Lunel‑Viel (34) : gallo‑romain, Antiquité tardive : 6 Dassargues (34) : Antiquité tardive : 7 Ambrussum (34) : Néolithique Ferrières, âge du Fer, gallo‑romain 8 Sites de Caissargues (Moulin Villard II et Grande Terre IV) (30) : Chalcolithique, Bronze final, gallo‑romain : 9 ZAC des Halles, Nîmes (30) : gallo‑romain : 10 Oppidum du Marduel (30) : Bronze final, âge du Fer, gallo‑romain : 11 Oppidum de La Jouffe (30) : âge du Fer : 12 Rocher du Causse (34) : Chalcolithique/ Bronze moyen : 13 Grotte du Hasard (30) : Néolithique Ferrières à âge du Fer.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43455/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende FIG. 30 – Chronologie des sites étudiés.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43455/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 96k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search