Version classiqueVersion mobile

Forêts et sociétés en Languedoc (Néolithique final’ Antiquité tardive)

 | 
Lucie Chabal

Partie 1. L’anthracologie, de Véchantillonnage à l’interprétation paléoécologique

Chapitre 4. L’interprétation des diagrammes anthracologiques. Principes et limites

Résumé

Pour un site, les spectres de fréquences des essences (liste et proportions) successifs s’organisent en diagramme anthracologique. L’étude paléoécologique d’un diagramme n’est pas une simple lecture mais nécessite un travail d’interprétation inhérent au caractère synthétique de l’information. Les proportions et les variations relatives diachroniques doivent être traduites correctement en variations absolues des essences et en aire d’approvisionnement en bois. L’écologie des espèces et des communautés végétales actuelles, leurs réponses adaptatives aux perturbations, alimentent les hypothèses. L’évolution des activités du site et l’avancement des techniques fournissent l’explication de ce qui est objectivé par l’interprétation paléoécologique.

Texte intégral

4.1 Que représentent les spectres anthracologiques ?

1Malgré la faible déformation apparente des spectres anthracologiques (la liste et les proportions entre espèces ligneuses, mesurées en nombre relatif de charbons de bois) par rapport à la végétation passée, on ne sait pas traduire précisément un spectre isolé. Ceci n’est pas étonnant, puisque tout spectre anthracologique est une information très résumée par rapport à la végétation d’origine. Il ne nous renseigne pas directement :
– sur la masse totale de bois brûlée,
– sur l’aire totale d’approvisionnement en bois,
– sur le taux de boisement dans cette aire et, d’une manière plus large, sur la structure de la végétation dans cette aire.

2On peut trouver, par exemple, 80 % de Chêne vert dans le bois de feu à la période romaine en Languedoc. Ce pourcentage peut rendre compte d’un paysage très boisé mais peut tout aussi bien se rapporter à un paysage très déboisé, dans lequel la prédominance du Chêne vert dans les taillis exploités est seulement relative (Chabal 1989a), ce que confirme éventuellement la palynologie (Planchais 1989).

3Il semble que beaucoup d’information soit perdue dans cette projection d’un système hétérogène, structuré, complexe, vers une expression quantifiée simple. On a finalement une projection d’un ensemble de départ qui est de dimension trois, la végétation, vers une grandeur qui est de dimension un, la distribution de fréquences des taxons dans les charbons de bois (fig. 24). Cette projection ne peut pas donner tous les détails du volume qu’elle représente. C’est pourquoi, avant même de se demander si un spectre anthracologique est déformé par rapport à la végétation d’origine, il faut d’abord considérer qu’il est fortement transformé, c’est‑à‑dire qu’il nous donne une information très différente de ce que l’on peut observer ou mesurer dans un paysage actuel : il est, au mieux, une fonction de la végétation dans faire de prélèvement du bois.

FIG. 24 – Le spectre anthracologique, projection en dimension 1 d’une réalité de dimension 3.

4Si l’on pouvait ramener les pourcentages des espèces ligneuses dans les charbons de bois à des biomasses relatives dans la végétation, on n’aurait pas une image du milieu plus exacte ni plus représentable visuellement que les pourcentages anthracologiques. En effet, la biomasse ne suffit pas à rendre compte de la structure de la végétation. Or, l’homme qui s’approvisionne en bois prend en compte des biomasses (parce qu’il veut une certaine masse de bois), des individus (parce qu’il prélève des branches et des troncs), et des recouvrements (parce qu’il explore des surfaces). L’homme se sert en bois dans une végétation, non dans une masse indifférenciée. Par exemple, une futaie produit plus de bois mort, mais un taillis est plus facile à exploiter pour le bois vert. À biomasse vivante de départ égale, la futaie et le taillis de Chênes vont peut‑être livrer un pourcentage de Chêne différent pour le bois de feu.

5Le pourcentage d’une espèce dans les charbons de bois est sans doute exprimé dans une unité complexe, synthétique, irréductible à des quantités simples comme la biomasse relative ou le recouvrement relatif, et intégrant plusieurs aspects de la structure des boisements. Il ne faut pas forcément essayer de décoder cette unité.

6L’anthracologie n’est pas descriptive, parce qu’il y a un saut non descriptible entre l’objet de l’observation (le spectre anthracologique) et l’objet de la recherche (la végétation passée). L’objet de l’observation et l’objet de la recherche ne sont pas dans un rapport de continuité, mais de similarité (telle une analogie). C’est pourquoi la démarche est interprétative. Mais le mot « interprétation » est parfois marqué péjorativement en sciences. Interpréter n’exclut pourtant pas la rigueur, et ne signifie pas conjecturer. Il suffit de penser aux interpréteurs utilisés en informatique pour traduire un code en un autre, sans ambiguïté.

7L’anthracologue interprète l’évolution de la végétation passée à travers la succession diachronique des spectres anthtracologiques (diagramme anthracologique), c’est‑à‑dire sur la base des variations dans le temps des pourcentages des essences. Chaque diagramme fait l’objet d’une interprétation qui présente ses difficultés propres. L’évolution d’un boisement est soit progressive (elle tend spontanément vers la forêt, état d’équilibre) soit régressive (sous l’effet d’un facteur perturbateur) : sur ce diagnostic de base, on peut caractériser une évolution écologique plus précise. La signification d’une modification de l’équilibre des essences n’est pas toujours univoque. Par exemple, les Cistes en zone méditerranéenne peuvent s’étendre en réponse à des feux répétés, mais aussi à la faveur de simples lisières dans une évolution progressive. L’Arbousier, lorsqu’il augmente en proportion, signale la surexploitation de la chênaie de Chêne vert, le pâturage, les incendies. Mais il indique aussi un état plus fermé et plus humide de la chênaie que si c’est la Bruyère arborescente qui est abondante et progresse. Selon le sens de variation de l’Arbousier par rapport au Chêne vert, une même abondance relative peut indiquer des évolutions opposées de la chênaie. De même, en Languedoc, la Bruyère arborescente existe dans le sous‑bois de chênaies méditerranéennes sur sol acide, et son augmentation relative peut avoir diverses significations : les coupes répétées, le feu ou le pâturage sont des causes possibles d’une ouverture des boisements et d’une xéricité * croissantes qui la rendent concurrentielle. Mais elle peut se placer en début de reconquête forestière. À l’inverse, sa récession n’est pas forcément le signe d’une régénération forestière, puisqu’une recarbonatation du sol suffit à évincer cette essence calcifuge.

8Ces exemples des nuances de l’écologie donnent un aperçu de la difficulté mais aussi de la richesse des interprétations possibles de l’évolution de la végétation. Ils concernent l’interprétation des variations dont le sens, progressif ou régressif, a été bien reconnu. Mais l’état et l’évolution d’un boisement ne sont pas forcément faciles à diagnostiquer. Lors de l’étude de chaque diagramme, trois difficultés dues aux informations qui manquent dans le spectre de fréquences doivent alors être prises en compte.

4.2 Quantité relative ou absolue d’une essence

9Les quantités relatives des essences dans les charbons de bois, même en supposant qu’elles reflètent très fidèlement leurs proportions dans la végétation passée, ne sont pas des quantités absolues et par là ne nous disent rien sur l’importance des espaces boisés par rapport aux espaces dénudés (fig. 25).

FIG. 25 – La quantité relative d’une essence dans un spectre anthracologique ne nous dit pas sa quantité absolue, du fait de l’existence possible d’espaces non boisés (ici, dans le cas où l’essence donne 100 % des boisements, ce qui ne tient pas compte de la réalité écologique).

10Cette difficulté est inhérente à la différence entre le total « observé » (100 % de ligneux) et le total finalement interprété (un paysage dans son ensemble). Cette question est très importante pour les sites et les périodes pour lesquels on peut soupçonner des déboisements. Bien sûr si l’essence est totalement éliminée du paysage, on ne la percevra pas. Mais si on a un état moyennement déboisé on ne pourra pas forcément le comprendre.

11Deux cas peuvent permettre de soupçonner cette situation : soit parce qu’on a la dynamique de ce déboisement dans le même diagramme (l’essence décroît en proportion des autres et n’augmentera plus), soit parce que le déséquilibre écologique apparaît nettement dans les fréquences relatives des essences, par exemple par la forte représentation relative d’arbustes favorisés par un fort éclairement ou par le feu, ou par les occurrences nombreuses de petits ligneux sans intérêt majeur pour le feu, ou d’autres essences indiquant un comportement d’économie dans l’approvisionnement en bois. C’est le cas, par exemple, lorsque les ligneux bas qui caractérisent les végétations ouvertes du midi de la France, ou les arbres fruitiers représentés par des résidus de taille, sont abondants. À l’opposé, si la forêt occupe presque tout l’espace, les fréquences relatives des essences reflètent assez bien leurs fréquences absolues.

4.3 Évolutions relatives ou absolues de deux essences

12La figure 26 illustre une situation simple où. l’évolution absolue d’une espèce et son évolution relative ne se traduisent pas par le même sens de variation. L’essence qui a disparu sur le schéma voit son pourcentage passer de 50 % à 0 %. Celle dont la fréquence absolue n’a pas varié passe corrélativement de 50 % à 100 %. Notons bien que ces proportions, et ces variations relatives, sont exactes. C’est leur interprétation qui pourrait être faussée.

FIG. 26 – L’évolution relative d’une essence ne nous dit pas son évolution absolue, surtout si deux milieux évoluent indépendamment (on est ici dans le deuxième cas de la figure 27).

13De façon théorique, on peut définir cinq sens de variations absolues possibles qui vont se traduire par la même variation relative entre deux espèces (fig. 27). Tous ces cas ne sont pas également probables en termes d’écologie des boisements, ce qui permet d’argumenter, dans chaque cas, parmi deux ou trois possibilités seulement.

FIG. 27 – L’évolution relative de deux essences dans les charbons de bois peut refléter cinq sens de variations absolues théoriquement possibles dans la végétation passée : l’interprétation paléoécologique des diagrammes doit envisager chaque cas.

14Le risque d’erreur d’interprétation est maximal si le devenir d’une espèce est indépendant de celui des autres espèces. En particulier, il est toujours délicat d’interpréter l’évolution relative de deux ensembles floristiques inféodés à deux situations écologiques distinctes. Par exemple, si une forêt de plaine a été défrichée, pendant que s’effectue ce déboisement, les boisements de hauteur paraîtront s’étendre même s’ils n’ont pas varié, parce que leur représentation relative aura effectivement augmenté. C’est le cas de la chênaie par rapport aux boisements de plaine au Marduel à l’âge du Fer (cf. infra partie II, § 4.5.1). Au contraire, lorsqu’une transformation liée à plusieurs espèces concerne le même milieu, l’évolution quantitative de l’une doit influer sur l’équilibre écologique de l’ensemble du boisement, qu’il est alors plus facile de comprendre en pourcentage dans les charbons de bois. C’est le cas, par exemple, des variations relatives du Chêne vert et du Chêne blanc dans le même milieu, deux espèces concurrentes, sous l’effet des activités humaines.

4.4 Évolution relative d’une essence et variation de l’aire d’approvisionnement

15Lorsque l’environnement d’un site est de plus en plus déboisé, la végétation peut se trouver exploitée de plus en plus loin du site. La simple augmentation des besoins (en bois ou en espaces), ou toute autre cause d’agrandissement de l’aire d’activité, conduira à une perception anthracologique plus large. Dans ce cas, de nouveaux boisements vont entrer en ligne de compte à un moment, alors qu’ils existaient auparavant, mais non exploités et non perçus dans le diagramme (fig. 28). L’interprétation ne doit pas, à tort, y voir l’extension de ces boisements dans un espace perçu supposé fixe.

FIG. 28 – L’évolution relative des essences peut traduire une évolution de l’aire d’approvisionnement en bois de feu, c’est‑à‑dire un changement dans le total de référence. L’essence qui augmente en proportion de l’autre n’a pas varié dans l’environnement, mais précédemment elle n’était pas perçue.

16Ainsi, le site portuaire antique de Lattara, implanté dès l’âge du Fer dans le delta du Lez, est environné par une zone lagunaire au sud et au sud‑ouest, et par de faibles hauteurs au nord et au nord‑est. Antérieurement au iiie s. av. J.‑C., la plaine du delta est défrichée. Puis sur les hauteurs la chênaie de Chêne vert, très certainement de plus en plus ouverte, est exploitée et s’enrichit progressivement en Arbousier puis en Bruyères, normalement subordonnés dans la chênaie, jusqu’au changement d’ère. À cette époque, il y a lieu de penser que le bois de feu exploité autour de l’importante agglomération a dû être fortement raréfié du fait des activités agropastorales. C’est probablement la meilleure explication de l’augmentation relative du Tamaris dans le diagramme, qui n’est pas l’extension de cette espèce peu productive mais plutôt l’extension de l’aire d’approvisionnement en bois vers les zones lagunaires (Ambert, Chabal 1992 ; cf. infra partie II, § 4.5.3).

17Un autre exemple est donné par des occupations de hauteur à la fin de la Préhistoire, aux emplacements qui verront plus tard le développement des oppidums à l’âge du Fer. C’est le cas de l’occupation du Néolithique final (culture de Ferrières) à Ambrussum (cf infra partie II, § 4.6.1). On perçoit uniquement la chênaie des collines durant cette période. L’absence de témoin anthracologique d’occupations antérieures ne permet pas de juger si les boisements de la plaine sont absents (déboisés) ou simplement non perçus au Néolithique final à Ambrussum, alors qu’à la période romaine, il paraît acquis que la plaine est au moins localement défrichée. Nous pensons que le rayon de prélèvement en bois est limité à la chênaie au Néolithique final, et que les activités se déroulent sur les hauteurs. Le diagramme témoignerait alors d’une aire d’activités de dimensions très différentes entre ces deux termes de l’occupation. De la même façon au Bronze final IIIb au Marduel, la chênaie est seule perçue. Mais ici la plaine sera clairement défrichée dans le courant de l’âge du Fer, ce qui incite d’autant plus à interpréter sa non‑perception antérieure comme un faible rayon d’action (cf. infra partie II, § 4.5.1).

18Pour évaluer l’importance de l’emprise d’un site sur son territoire, l’école anglaise a essayé de chiffrer le site catchment autour d’un habitat, c’est‑à‑dire la surface explorée pour les activités de subsistance. Il est parfois évalué à un rayon de 5 km autour du site (Geddes 1987) ou à une journée de marche, d’après des arguments théoriques. L’interprétation des diagrammes anthracologiques permet souvent d’avancer des hypothèses sur les variations, en fonction du temps, de la surface exploitée pour le bois de feu domestique. Son étendue réelle, absolue, reste difficile à cerner, car les milieux lointains reproduisent en général les oppositions écologiques des environs proches du site, qui servent de base à l’argumentation.

4.5 Conclusion

19L’interprétation paléoécologique, en anthracologie, doit tenir compte de nombreuses difficultés inhérentes au caractère très synthétique de l’information disponible. Mais c’est paradoxalement cet effet de synthèse qui rend l’anthracologie possible, puisqu’une information trop riche et nuancée ne serait pas compréhensible. Si on enregistrait par exemple, plutôt qu’une image moyenne de l’espace des activités, les fluctuations de l’aire visitée pour le bois au cours de durées d’activités plus brèves, on aurait peu de chances de les spatialiser correctement et de pouvoir même les utiliser.

20Un diagramme anthracologique n’est pas lu de façon univoque mais fait l’objet d’hypothèses tenant compte précisément de l’écologie de la végétation actuelle, y compris ses situations extrêmes et ses exceptions, et d’autres informations, archéologiques ou paléoécologiques. En général, plusieurs observations congruentes dans le diagramme, ou dans d’autres diagrammes témoignant d’évolutions similaires, permettent de confirmer les interprétations.

21La confrontation avec des observations archéologiques ou avec d’autres disciplines apporte parfois des explications simples aux modifications du paysage. Par exemple, l’oppidum du Marduel dans le Gard voit à l’âge du Fer une récession importante des boisements de la plaine du Gardon, représentés principalement par le Frêne et l’Orme. Cette destruction forestière correspond certainement à des défrichements aux fins de mises en culture, si l’on en croit l’augmentation des céréales carbonisées, des silos et des meules dans le site. Le même phénomène est interprété sur d’autres sites à la même époque (cf. infra partie II, § 4).

22Parallèlement, l’étude de plus en plus systématique de combustibles à usage spécialisé (fours de potiers, métallurgie, incinérations funéraires...) ou de bois de construction complète notre connaissance de l’exploitation du milieu. Alors que le bois de feu domestique révèle directement l’état de la couverture boisée, en particulier en réponse aux activités agropastorales, les utilisations spécifiques du bois nous informent sur un autre aspect de son exploitation et des causes de ses transformations.

Table des illustrations

Légende FIG. 24 – Le spectre anthracologique, projection en dimension 1 d’une réalité de dimension 3.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43445/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Légende FIG. 25 – La quantité relative d’une essence dans un spectre anthracologique ne nous dit pas sa quantité absolue, du fait de l’existence possible d’espaces non boisés (ici, dans le cas où l’essence donne 100 % des boisements, ce qui ne tient pas compte de la réalité écologique).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43445/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende FIG. 26 – L’évolution relative d’une essence ne nous dit pas son évolution absolue, surtout si deux milieux évoluent indépendamment (on est ici dans le deuxième cas de la figure 27).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43445/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende FIG. 27 – L’évolution relative de deux essences dans les charbons de bois peut refléter cinq sens de variations absolues théoriquement possibles dans la végétation passée : l’interprétation paléoécologique des diagrammes doit envisager chaque cas.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43445/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende FIG. 28 – L’évolution relative des essences peut traduire une évolution de l’aire d’approvisionnement en bois de feu, c’est‑à‑dire un changement dans le total de référence. L’essence qui augmente en proportion de l’autre n’a pas varié dans l’environnement, mais précédemment elle n’était pas perçue.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43445/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 21k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search