Version classiqueVersion mobile

Forêts et sociétés en Languedoc (Néolithique final’ Antiquité tardive)

 | 
Lucie Chabal

Introduction

Texte intégral

« L’Histoire, ce n’est donc pas une durée, c’est une multiplicité de durées qui s’enchevêtrent et s’enveloppent les unes les autres.
Il faut donc substituer à la vieille notion de temps la notion de durée multiple. »

(Michel Foucault, Dits et écrits, 1994, Gallimard, vol. II : 279).

1Dans les années 1970 et surtout 1980, se sont développées des disciplines issues de la biologie et de la géologie principalement, travaillant sur des matériaux et informations archéologiques, ou hors sites, pour contribuer à des questionnements paléoécologiques mais aussi à l’histoire des sociétés. Avec l’engouement généralisé pour ces sources nouvelles et apparemment illimitées, est pendant un temps apparue l’illusion que les analyses de laboratoire, souvent annexées à l’étude archéologique ou historique, pouvaient expliquer les choix et options de l’homme dans son cadre de vie, sans interprétation spécifique. Une autre tendance a été l’étude du milieu naturel pour lui‑même, préalable à tout peuplement et modifié par lui, dans un langage souvent coupé des réalités humaines. Ces étapes, sans doute inévitables pour des recherches nouvelles, reflétaient finalement la vieille opposition entre une analyse « déterministe » des relations des hommes avec leur environnement, et leur interprétation « possibiliste », entre l’ignorance des sociétés et celle du milieu naturel. Ces approches disparaissent de plus en plus dans le cadre d’une volonté pluridisciplinaire.

2Comment la pluridisciplinarité, dans ces sciences du passé, peut‑elle être tout à fait fructueuse, ou ne pas l’être ? Quels que soient les acteurs de la recherche, la seule erreur serait de juxtaposer les interprétations archéologiques, historiques ou paléoécologiques, sous le prétexte qu’elles répondraient à des questions distinctes. Or, on ne peut plus, dans l’état actuel des connaissances, prétendre à la dualité transformations de l’environnement/histoire des sociétés. L’irréductible séparation des compétences ne signifie pas la séparation des questionnements. On ne peut plus se demander en quoi le paysage s’est modifié sans chercher pourquoi et comment il a pu être modifié. On ne peut plus s’interroger sur l’économie et les phénomènes de société, sans en identifier le cadre et les moyens. La difficulté réside dans la formulation de questions identiques. À cette condition, les réponses seront satisfaisantes pour l’historien et pour l’écologue.

3Pour les derniers millénaires, la paléoécologie permet souvent de restituer le cadre naturel d’un site et ses potentialités. Ces renseignements sont d’un grand intérêt pour comprendre dans quelles conditions des communautés humaines se sont installées en un lieu et comment elles ont pu tirer profit de l’environnement. Les transformations du paysage, imputables aux activités des hommes dans leur territoire de vie, peuvent aussi s’être inscrites, en qualité et en intensité, dans les restes étudiés. Pour comprendre les causes des évolutions objectivées par la paléoécologie, on interroge souvent les traces archéologiques des activités humaines. Mais si la confrontation des causes et des effets n’est pas bilatérale, si on ne croise pas ces questions de façon symétrique, on court le risque d’interprétations erronées et, qui plus est, verrouillées pour longtemps. Ainsi, souvent le paléoécologue ne tient pas précisément compte des acquis concernant l’avancement des techniques, le peuplement, l’économie ou les courants culturels pour une période ou une région. Réciproquement, l’archéologue ou l’historien n’est pas forcément en mesure d’interpréter les modalités et l’intensité des modifications du territoire dont il a les témoins archéologiques.

  • 1 Les astérisques renvoient au lexique en fin de volume.

4L’anthracologie est l’étude de charbons de bois recueillis soit en milieu archéologique, soit dans des sédimentations naturelles. Beaucoup plus marginalement, on retrouve aussi du bois gorgé d’eau en contexte anaérobie1 (contenus de puits, de zones palustres...) ou imprégné d’oxydes métalliques (tel un manche d’outil) ou d’autres minéraux. Dans chacun de ces cas, la structure anatomique du bois est conservée, presque intacte dans les charbons de bois, et permet une identification botanique de l’essence (anthraco‑analyse). Puis est interprété, selon l’origine du dépôt, soit le milieu naturel dont provient le bois, soit l’usage que l’homme a fait de ce bois,

  • 1 Citons, en Hongrie, Stieber, en Italie, Fancelli‑Galetti, Castelleti, en France, Vernet et ses élèv (...)
  • 2 Thinon 1978 : 1979 : 1992.

5L’anthracologie est une discipline encore jeune. L’interprétation des transformations floristiques et structurales de la végétation passée, sur la base de charbons de bois provenant exclusivement du bois de feu domestique, et spécialement la prise en compte des proportions entre espèces, a été développée depuis une vingtaine d’années1, surtout en France par J.‑L. Vernet et ses élèves. Complémentaire, la pédo‑anthracologie2 porte sur des charbons de bois issus principalement d’incendies de végétation et non du bois utilise par l’homme.

6Dans le midi de la France, l’histoire holocène de la végétation bénéficie d’une importante documentation paléobotanique, en particulier sous forme de séquences palynologiques de référence en milieu littoral, mais aussi de nombreux travaux anthracologiques à partir de sites préhistoriques. La succession d’ensembles floristiques liés au réchauffement climatique postglaciaire est relativement synchrone pour les deux disciplines, et assez bien décrite à l’échelle de précision des datations 14C. Parallèlement, nombreux sont les signes palynologiques et anthracologiques des transformations de la végétation imputables à l’homme, d’abord discrets puis de plus en plus sensibles, de la fin du Mésolithique au Néolithique. Attribuées globalement aux activités agropastorales, ces modifications de la forêt néolithique développée sous un optimum climatique tempéré‑humide augmentent régulièrement, alors que les effets des variations climatiques sont de plus en plus discrets.

7À la suite de l’optimum néolithique, le climat a pourtant connu des variations mais elles n’ont plus causé de grands bouleversements dans la répartition des flores. En revanche, les activités humaines s’intensifiant, il en est résulté des modifications structurales des paysages. Dans les relevés paléobotaniques, la liste des espèces à une échelle régionale reste presque inchangée, mais leurs proportions varient dans le temps. Cette période, qui correspond à la fin du Néolithique et au début des âges des métaux, est particulièrement ardue à comprendre pour le paléoécologue. Chaque fois que l’on ne dispose, pour interpréter l’information paléobotanique, que de datations absolues, sans marqueur culturel d’occupation, ni indice précis de la nature des activités humaines et de l’importance des peuplements, on se heurte à des difficultés de précision. Sans doute les expressions trop floues d’« anthropisation » ou d’« action de l’homme » marquent‑elles cette difficulté à expliquer précisément les indices perçus.

8La palynologie des dépôts non archéologiques se heurte à des difficultés de précision chronologique pour les deux ou trois derniers millénaires, au regard de la précision des informations chronoculturelles recueillies en milieu archéologique. De ce fait, si les études de pollens recueillis en milieu archéologique posent des difficultés, dues à la déformation des spectres polliniques et au faible nombre d’échantillons fiables au regard de l’échelle chronostratigraphique, elles ont pourtant un intérêt majeur lorsque les spectres, et en particulier le taux de pollens d’arbres, sont interprétables.

9Pour les âges des métaux et l’Antiquité, à la précision des datations archéologiques disponibles, on connaît très mal les transformations de la végétation, dans le temps et l’espace. La paléoécologie et l’archéologie enregistrent pourtant, depuis longtemps, des signes de transformations du milieu pour toutes ces périodes.

10Pour la période romaine, l’analyse pollinique en Provence montre le « faible surcroît de l’impact de la colonisation romaine sur une végétation depuis trop longtemps amoindrie » (Triat‑Laval 1978).

11Mais des préhistoriens, des géographes et des historiens ont longtemps considéré que dès la fin du Néolithique et à l’âge du Cuivre, se joue définitivement le sort de la végétation languedocienne : « Sur les plateaux calcaires, dans la chênaie clairsemée des garrigues et des causses, tôt ravagée par le pacage, des pasteurs transhumants élèvent chèvres et moutons, pratiquent une maigre agriculture de complément... » (Le Roy Ladurie 1966). Les activités humaines de l’âge du Cuivre sont‑elles responsables d’une « destruction totale de la forêt primaire » (Bailloud 1975) ? Ou bien est‑ce que « la garrigue désertique n’était pas encore créée, l’érosion anthropique n’ayant pas encore ravagé les forêts sans doute épaisses » (Gasco 1976) ? Les informations textuelles, archéologiques ou autres ne manquent pas, pour forger de très nombreuses hypothèses sur cette évolution récente de la végétation, mais certaines ne reposent que sur des indices ou des présupposés fragiles. Rien ne prouve que la végétation des hauteurs ait été ravagée à cette époque. La réalité est sans doute très nuancée et il est certain qu’il serait illusoire de vouloir considérer les paysages actuels comme l’héritage exclusif de telle ou telle période. La maîtrise de techniques agricoles, les fluctuations démographiques régionales ou l’évolution des activités de production ne signifient pas pour autant, à chaque moment, des paysages homogènes depuis le Roussillon jusqu’à la Provence.

12Les premières études anthracologiques réalisées en Europe occidentale concernaient les abondants charbons de bois retrouvés dans des foyers domestiques préhistoriques. On a rapidement remarqué l’intérêt floristique de ces ensembles. On sait ainsi, depuis longtemps, que l’homme préhistorique prélevait des espèces très variées au plan des caractéristiques combustibles ou morphologiques, et qu’à cette fin des milieux divers étaient explorés. Ces études ont donné des informations partielles mais précieuses sur les milieux naturels passés. Parallèlement, des identifications de bois d’œuvre rendaient compte d’une sélection des espèces. Ainsi, la distinction entre le bois destiné à un usage spécialisé et le bois de feu domestique s’est imposée. Il apparaissait clairement que le bois de feu domestique donnait une image plus complète du paléoenvironnement.

13La prise en compte des proportions entre espèces dans le bois de feu, très importante pour reconstituer l’évolution structurale des paysages, posait plus de difficultés. Satisfaisante dans de nombreux cas, donnant des résultats nombreux et cohérents pour les périodes anciennes, la méthode présentait parfois des aberrations, mises au compte d’une distorsion inhérente au prélèvement du bois par l’homme, ou d’une représentativité statistique incontrôlable.

14Le projet d’étudier en détail des périodes récentes rendait un travail sur les méthodes en anthracologie particulièrement nécessaire. En effet, alors que les transformations de la végétation dues au climat étaient bien marquées et lentes à se mettre en place, ses transformations structurales et physionomiques dues à l’homme deviennent rapides, locales, changeantes, à l’image des activités humaines. Il apparaissait alors fondamental de pouvoir se fier à la signification écologique, et à la précision statistique, des proportions entre essences dans chaque échantillon de charbons de bois.

15Pour l’âge du Fer et la période romaine, les datations archéologiques sont souvent des intervalles de 20 à 50 ans, basés sur l’étude typologique du mobilier céramique et métallique. On dispose alors d’une échelle d’étude exceptionnellement précise, pour une période relativement courte, un millénaire environ, avec une sédimentation rapide dans les sites d’habitats. Toutes ces spécificités convergeaient vers l’idée d’une précision potentielle de l’étude : l’échelle de datations permet d’enregistrer des transformations rapides et structurales de la végétation, à une époque originale, profondément marquée par les activités humaines et avec une accélération certaine de l’emprise sur le milieu naturel.

16Depuis l’échantillonnage sur la fouille des charbons de bois provenant du bois de feu domestique, jusqu’à l’interprétation de l’évolution de la végétation passée, surgissent de nombreuses difficultés pratiques et théoriques dont la résolution conditionne entièrement la crédibilité de la discipline.

17En proposant des bases nouvelles concernant les méthodes de l’anthracologie, du terrain au laboratoire, il ne s’agissait pas seulement de justifier et de faire connaître les fondements théoriques actuels de la discipline. En effet, ces bases reposent entièrement sur la qualité de l’échantillonnage des charbons de bois. Actuellement, aucun travail sérieux ne peut être fait dans le domaine de la paléoécologie « archéologique » sans une collaboration étroite entre les responsables de fouilles et les chercheurs écologues. Un des buts de la première partie de l’ouvrage est d’expliquer les exigences de la méthode, afin d’organiser au mieux pour l’avenir le recueil du matériel et des informations archéologiques.

18L’interprétation de la répartition de la flore passée (la liste des espèces) à partir des charbons de bois, en vue de reconstitutions paléobiogéographiques, aboutit généralement à des conclusions indiscutables.

19Mais l’interprétation de la végétation passée, basée sur les proportions entre espèces dans chaque échantillon, est souvent perçue comme sujette à caution. L’idée paraît très naturelle que, de tout temps, les hommes ont dû choisir les espèces qu’ils prélevaient, les sélectionner notamment en fonction de leurs qualités combustibles spécifiques. Ainsi les espèces majoritairement représentées dans les charbons de bois seraient les espèces choisies, préférées. Sans doute, c’est vouloir prendre en compte la réalité humaine, que de supposer que l’homme ne peut pas être indifférent aux propriétés combustibles des essences. Pourtant, ce faisant, on la méconnaît.

20Pour comprendre la relation précise qui existe entre le bois de feu et la végétation dont il provient, on pourrait essayer de se référer aux sociétés traditionnelles actuelles, aux pratiques d’exploitation des boisements et d’utilisation domestique du bois. Cependant il reste très difficile, sous nos climats, de trouver des exemples transposables aux sociétés disparues. Sans doute actuellement les références historiques textuelles sont‑elles préférables.

21De plus, dans une telle démarche, la question de l’approvisionnement en bois et celle de la combustion se trouveraient dissociées de celles de la taphonomie et de la fouille. C’est pourquoi une autre approche consiste à analyser sans a priori les charbons de bois dans le contexte du gisement archéologique, pour tenter de déchiffrer leur signification.

22De nombreuses campagnes de terrain depuis les années 1980 sur des sites du midi de la France, principalement en Languedoc oriental, ont fourni une base de prélèvements expérimentaux pour ce travail, grâce à l’aide des archéologues.

23Le prélèvement des charbons de bois provenant d’un usage spécialisé, particulièrement le bois de construction incendié et le combustible d’activités spécialisées (métallurgie, boulange, poterie...) destinés à une interprétation de l’utilisation du bois, ne pose guère de problèmes théoriques. Il doit être exhaustif, et fractionné en sous‑unités pour permettre une analyse spatiale. L’annexe 1 de cet ouvrage donne les indications de terrain pour effectuer ces prélèvements.

24Pour les charbons de bois issus du bois de feu d’utilisation domestique (provenant de l’activité culinaire essentiellement), destinés à une interprétation paléoécologique du milieu, il était nécessaire de définir des modalités précises d’échantillonnage. En effet, après avoir délimité les ensembles archéologiques susceptibles de répondre à l’hypothèse de représentativité paléoécologique des charbons de bois, il est très important de représenter au mieux le contenu anthracologique de ces ensembles, puisqu’il est en général impossible d’étudier la totalité des charbons de bois d’un niveau. C’est là un problème statistique qui rencontre des solutions assez classiques. Cependant, c’est aussi une question très ambiguë. La fiabilité statistique de l’échantillon de charbons de bois ne permet pas d’argumenter sur sa représentativité paléoécologique. Plus l’effort d’échantillonnage est grand, mieux sera représenté le contenu du niveau archéologique, mais il n’est pas du tout certain que la végétation sera mieux exprimée.

25Depuis 1982, une méthode d’échantillonnage des charbons de bois dans les gisements archéologiques (Chabal 1982 ; 1988 ; 1991) est mise en pratique sur des fouilles du midi de la France. Certaines de ces questions ont été reprises par E. Badal Garcia (1990a ; 1990b), C. Heinz (1988 ; 1990a), et I. Figueiral (1990b) pour les fouilles préhistoriques.

26Mais il manquait à l’anthracologie une vision d’ensemble, rassemblant les idées qui fondent l’anthracologie « quantitative » depuis ses débuts sans être toujours explicitées, et les acquis récents.

27La signification paléoécologique des proportions entre espèces dans les charbons de bois (issus du bois de feu domestique et correctement échantillonnés) devait être argumentée. Pourquoi peut‑on supposer que les charbons de bois témoignent de l’environnement du site ? Peut‑on ensuite expliquer cette représentativité, non pas en dépit des motivations humaines lors de la récolte du combustible, mais à cause de celles‑ci ?

28Les effets physico‑chimiques de la combustion du bois (fragmentation et réduction de masse) déterminent‑elles une distorsion des proportions entre espèces ? Peut‑on justifier une unité statistiquement valable pour exprimer ces proportions ?

29Quant à l’interprétation anthracologique, elle nécessitait l’établissement de quelques principes de base, du fait que l’anthracologie enregistre une image transformée des paysages passés.

30Alors que le botaniste s’intéresse beaucoup à l’histoire de chaque essence, la première question que l’archéologue lui pose concerne la physionomie du paysage, c’est‑à‑dire l’importance relative de la forêt par rapport aux espaces dénudés. Cet intérêt provient bien entendu du projet d’apprécier les ressources et l’importance absolue de chaque activité. Mais c’est aussi s’interroger sur le cadre de vie, forestier, déboisé ou mixte, avec toutes les implications que ces aspects peuvent avoir pour la vie quotidienne et l’économie. Or, l’archéologue est souvent déçu. En effet, le taux de boisement est le point le plus difficile à apprécier, non seulement pour l’anthracologue, qui travaille sur 100 % de ligneux, mais aussi pour le palynologue, malgré le calcul du pourcentage de pollens d’arbres par rapport au total des pollens : les palynologues signalent tous la difficulté à interpréter ce rapport et bien souvent ne l’utilisent que très peu. On se retrouve dans la situation paradoxale où le paléobotaniste comprend davantage l’écologie des essences en présence et l’importance relative de chaque formation végétale, que leur localisation, leur forme ou leur importance absolue dans le paysage. Dès lors, on peut décrire des événements, des transformations d’une période par rapport à une autre, mais sans pouvoir en apprécier la signification paysagère. Il devient difficile, dans cette situation, de s’en servir pour décrire les espaces d’activités.

31Constatant cette difficulté première, nous avons choisi de nous interroger en premier lieu sur la question des déforestations. Puisque la paléoécologie peine à l’argumenter, il fallait partir d’autres analyses et informations et en extraire des processus généraux dans le domaine des rapports de l’homme et de la forêt, qui puissent ensuite nous aider à interpréter correctement les documents paléoécologiques. Il nous est apparu que des a priori tenaces pèsent sur notre conception de l’action humaine sur la forêt depuis le Néolithique, et influencent la paléoécologie.

32La paléobotanique utilise en effet la démarche récurrente, qui consiste à remonter de phénomènes connus, accessibles dans le temps, à des périodes anciennes pour lesquelles nous n’avons que des traces. Cette méthode présente ici au moins deux difficultés, l’une liée à l’écologie, l’autre à la connaissance des sociétés.

33D’une part, pour reconstituer la physionomie et les caractéristiques des milieux passés, la paléobotanique utilise l’écologie des espèces identifiées. Mais l’écologie des espèces est déduite de l’autoécologie* et de la synécologie* actuelles. C’est‑à‑dire que la présence d’une espèce dans certains milieux actuels et son intégration à certaines communautés de plantes sont les critères qui vont servir de base à l’interprétation de situations passées. Or, les situations actuelles ou récentes observées sont le dernier terme d’une longue histoire. Les potentialités, préférences et limites de chaque espèce ne s’y expriment pas tout à fait. Une espèce peut, par exemple, se montrer actuellement la plus concurrentielle dans des conditions de température ou d’humidité qui ne lui sont pas les plus favorables. Réciproquement, une espèce jugée d’après son aire actuelle a pu dans le passé être concurrentielle dans des milieux moins propices. Lorsque le climat, l’extension d’une autre espèce ou l’action humaine changent, ils modifient les conditions de vie et l’expression des possibilités d’une espèce. Ces possibilités, et les processus qui sous‑tendent leur expression, ne peuvent pas toujours être lus facilement, ni dans la nature actuelle, ni dans les documents paléobotaniques. Ils supposent un décodage prenant en compte de multiples facteurs. En particulier, des espèces actuellement liées à des formations boisées plus ou moins clairsemées ont pu exister, dans le passé, au sein de forêts plus denses.

34D’autre part, comme on l’a souvent souligné, la réalité économique, culturelle et sociale, mais aussi technique, qui sous‑tend les pratiques humaines anciennes ne saurait s’accommoder d’un référentiel actuel ni même historique. Or, les pratiques agricoles mises en place depuis le Moyen Âge, ou l’espace pastoral tel qu’il s’est imprimé dans nos paysages actuels, risquent d’influencer fortement l’interprétation paléoécologique et archéologique. Est‑il possible de nous dégager de ces référentiels ? La chose n’est pas simple. Nous n’en évoquerons que deux aspects.

35● L’antinomie entre agriculture et forêt ne semble‑t‑elle pas une nécessité à ceux‑là même qui reconnaissent la perduration historique d’une agriculture forestière ? M. Chalvet (1995) évoque les idéologies contradictoires qui condamnent dès le xixe s. les méfaits du monde moderne et des déboisements, sous‑tendues par le « mythe d’un âge d’or intemporel » de la forêt, espace d’harmonie et de bonheur perdu. N’est‑ce pas à travers les mêmes représentations que la civilisation et le progrès sont si volontiers associés à l’idée de déforestation ?

36● N’est‑il pas curieux que l’option prise par les paléoenvironnementalistes pour interpréter les premiers signes « d’anthropisation » soit si souvent celle d’une déforestation cumulative, quand celle de forêts vigoureuses au grand pouvoir de régénération s’impose la première ? Pourquoi les nombreux exemples actuels de régénérations forestières liées à l’exode rural que nous avons sous les yeux servent‑ils si peu de modèle pour interpréter les fluctuations anciennes de l’emprise humaine ? Ne faudrait‑il pas mettre en lumière par l’historiographie les fondements idéologiques sur lesquels s’est développée l’administration des Eaux et Forêts depuis le xviie s. et qui sont à l’origine de notions erronées sur les potentialités des boisements ?

37Ne faut‑il pas revenir, pour nos régions, sur des interprétations de déboisements peut‑être insuffisamment fondées ?

38Cet aperçu des processus de transformations de la forêt permettait alors de revoir quelques jalons de l’évolution de la chênaie méditerranéenne. Ces boisements caractéristiques des moindres reliefs en Languedoc sont en filigrane de toutes les interprétations paléoécologiques et sont indissociables de l’histoire humaine. L’histoire de l’homme s’est inscrite dans la chênaie, avec des constantes à travers les millénaires mais aussi des échelles de temps très variables.

39Les treize sites sur lesquels repose l’interprétation paléoécologique qui suit s’échelonnent du Néolithique final à l’Antiquité tardive. Les occupations concernent principalement l’âge du Fer et l’Antiquité. Treize sites seulement pour presque 3 000 ans riches en mutations économiques ne pouvaient suffire pour étudier l’évolution de la végétation ligneuse et des activités humaines qui s’y sont inscrites. C’est pourquoi ils sont utilisés dans une argumentation qui puise largement ses sources dans d’autres sites ou d’autres informations.

40L’histoire du peuplement en milieu lagunaire et dans la basse plaine du Languedoc est étroitement corrélée aux conditions de vie sur le littoral au cours des périodes préhistorique, protohistorique, antique et historique. Dans ce milieu instable, soumis au colmatage alluvial, les transformations écologiques sont essentielles dans l’histoire humaine. La paléoécologie nous informe sur ces conditions de vie, à partir des oppositions et rapprochements que l’on peut établir entre les habitats préhistoriques et ceux de l’Antiquité, mais aussi des étapes de la sédentarisation. L’écologie et l’archéologie s’interrogent mutuellement.

41L’arrière‑pays est proche : les occupations de plein air, du Néolithique final à l’âge du Fer, nous renseignent sur les conditions de vie et sur les transformations des chênaies de la zone des collines et plateaux calcaires, aujourd’hui en grande partie érodée et appauvrie. Sur de faibles reliefs au contact des plaines alluviales, les oppidums de l’âge du Fer ont parfois été occupés antérieurement. L’essor économique de l’âge du Fer et sa perception paléoenvironnementale à travers la transformation des plaines alluviales et des reliefs, deux pôles désormais complémentaires dans l’économie, peuvent alors être étudiés dans la continuité des périodes précédentes, sur les mêmes lieux. Les établissements et agglomérations de la période gallo‑romaine permettent de suivre, depuis la plaine languedocienne, la suite de l’histoire des territoires complémentaires, plaines et collines, avec tous les indices d’une intense organisation mais dans la continuité des paysages. L’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge, encore très peu documentés, posent la question de l’histoire de la forêt en plaine.

Notes

1 Citons, en Hongrie, Stieber, en Italie, Fancelli‑Galetti, Castelleti, en France, Vernet et ses élèves, travaillant surtout sur le midi de la France et la péninsule Ibérique (Badal Garcia, Bazile‑Robert, Chabal, Durand, Fabre, Figueiral, Grau Aimera, Heinz, Krauss‑Marguet, Machado Yanes, Pernaud, Rodriguez Ariza, Ros Mora, Solari, Tardy, Tengberg, Terral, Théry, Thiébault, Uzquiano...). Citons aussi les travaux de Thinon, Marguerie, en France, Schweingruber en Suisse, Willcox pour l’Anatolie, Neumann pour l’Afrique, Kreuz en Allemagne, Popova en Bulgarie, Tomescu en Roumanie, Deacon et Tusenius en Afrique du Sud, Smart & Hoffman aux États‑Unis, etc.

2 Thinon 1978 : 1979 : 1992.

Notes de fin

1 Les astérisques renvoient au lexique en fin de volume.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search