Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Chapitre 4. Synthèse

p. 201‑208

Résumés

Français
English
Deutsch

On souligne la difficulté à raccorder les systèmes chronologiques de régions éloignées, en raison des différences de faciès du mobilier, en particulier dans le domaine de la céramique. Les objets utilisables en priorité pour les comparaisons sont les importations méditerranéennes, les monnaies et les parures vestimentaires, en partant du principe que la période d’utilisation d’un objet est la même dans toute les régions où il est rencontré, sauf preuve explicite du contraire.

Le système chronologique proposé, découpé en six horizons, est nettement plus précis que celui traditionnellement utilisé, qui ne distingue que quatre étapes dans la même durée du iie et du ier s. av. J.‑C. (La Tène C2, D1, D2 et l’Augustéen). Au sein de ce cadre général, des découpages plus fins ont été proposés dans diverses régions (est du Bassin parisien, moyenne vallée du Rhin, Plateau suisse) mais il est difficile d’établir des correspondances précises avec le système mis en place pour le pays ségusiave.

La prise en compte de diverses données de référence (datation des céramiques méditerranéennes d’importation et des monnayages à partir de sites disposant d’un terminus ante quem, comme Carthage, Alésia, les camps du limes germanique) permet de proposer une date approximative pour chacun des horizons. Ces dates ont été vieillies quelque peu par rapport à la proposition faite il y a quelques années pour Feurs (Vaginay, Guichard 1988). On peut contrôler leur cohérence avec les dates dendrochronologiques disponibles sur plusieurs sites possédant un faciès culturel peu différent de celui de Roanne (Besançon, Yverdon, etc.) (tabl. I).

Nos données de fouille permettent d’abord d’apprécier le rythme de la monétarisation de l’économie, qui est consommée à la fin du iie s. av. J.‑C. De ce point de vue, on peut même considérer que la romanisation a pour effet un recul de l’usage de la monnaie, avec l’abandon des espèces les plus légères en métal vil et la raréfaction des pertes. On mesure également bien l’intensification des relations avec le monde méditerranéen, qui deviennent réellement importantes à la fin du iie s. avec le début des importations massives de vin italien. Les échanges transversaux, entre régions de Gaule centrale, sont beaucoup plus difficiles à apprécier. On en a du moins mis en évidence deux particulièrement significatifs : les moulins à céréales, probablement importés depuis le Morvan et l’Auvergne dès le début du iie s., et les vases de type « Besançon » également originaires du Morvan. S’y ajoutent peut‑être les parures en verre, trop peu nombreuses pour témoigner d’un artisanat régional développé.

L’économie de subsistance n’a pu être abordée que par le biais de l’archéozoologie. Celle‑ci montre un type de consommation caractéristique des agglomérations de la fin de la période laténienne, qu’elles soient ouvertes ou fortifiées. Les activités de transformation sûrement attestées par la fouille sont très peu nombreuses (essentiellement le tissage), mais cela tient probablement à l’exiguïté de la fouille. L’étude précise de la céramique, que l’on peut présumer avoir été en grande partie fabriquée sur place, permet toutefois de mettre en évidence indirectement quelques traits marquants de l’évolution des activités industrielles. Le souci de rentabilité ne se fait en effet réellement sentir qu’à partir du début du ier s. av. J.‑C. Il se traduit par l’amélioration des techniques de fabrication et une normalisation accrue du répertoire (accompagnée d’un appauvrissement des techniques décoratives). On suppose même que c’est à cette époque que se mettent en place certains des ateliers organisés dont on connaît un si grand nombre en Gaule centrale au siècle suivant.

La composition des pertes monétaires rattache Roanne (et plus généralement le pays ségusiave) à la sphère éduenne et confirme ainsi l’assertion de César selon laquelle les Ségusiaves vivaient sous la dépendance de leurs puissants voisins. La céramique indigène montre par ailleurs une évidente communauté culturelle des sites inscrits à l’intérieur du territoire présumé de la cité ségusiave, qui couvre le Roannais et ses marches, la plaine du Forez, mais aussi la région lyonnaise. Cette communauté est discernable dès le iie s. av. J.‑C., époque où elle se distingue nettement du faciès des régions limitrophes, en particulier l’Auvergne. Elle n’empêche pas une évolution à des rythmes comparables (avec des différences de détail) des différentes régions du nord du Massif central, qui présentent diverses caractéristiques culturelles communes comme le formidable développement de la céramique peinte au iie s. av. J.‑C.

L’impact de la fondation d’un oppidum dans le terroir de Roanne, probablement à l’orée du ier s., est difficile à apprécier. Les données archéologiques seraient en faveur d’un fléchissement de l’activité au ier s. av. J.‑C., mais celui‑ci n’est pas mesurable précisément. Le fait marquant est en tout cas que le site n’est pas abandonné, comme on peut l’observer ailleurs. Au contraire, il se développe rapidement à partir du début de l’époque augustéenne, tandis que l’oppidum paraît désaffecté peu après la Conquête. On observe donc un scénario commun à l’ensemble du territoire ségusiave, caractérisé par la brièveté de l’épisode des oppida et l’impact bien plus significatif des sites implantés aux iiieiie s. av. J‑C. sur l’organisation du peuplement gallo‑romain. Plus précisément, la physionomie et l’économie de l’agglomération gallo‑romaine de Roanne semblent être déjà en grande partie fixées au moment de la romanisation.

This section first considers the difficulty of linking distant regional chronologies – due to the variability of regional assemblages, especially ceramics. The finds used primarily for making synchronisation are the Mediterranean imports, the coins and the Personal ornaments, with the assumption that an object is used simultaneously in all the regions where it appears, unless there is explicit proof to the contrary.

The chronological System proposed, divided into six horizons, is more precise than that traditionally used, which distinguishes only four stages during the period 2nd‑1st centuries BC (La Tene 02, D1, D2 and Augustan). Within this general framework, more precise chronologies have been proposed within diverse regions (e.g. the north‑east of the Parisian Basin, the central Rhine Valley, the Swiss plateau), but it is difficult to establish a precise correspondence with the System set up for the Segusiavi area.

Using varied fixed points (the dating of imported Mediterranean pottery and of the coins deposited on sites providing with a terminus ante quem such as Carthage, Alesia or the camps of the Germanie limes), an approximate date for all horizons can be proposed. These dates are slightly older than those previously proposed for the nearby site of Feurs (Vaginay, Guichard 1988). They are more consistent with tree ring dating now available on several sites of eastern Gaul (table 1).

The data permit us to document the rise of a monetary economy, which is achieved by the end of the 2nd century BC. From this point of view, romanisation seems to bring in some decline in the use of coins, with the abandonment of the lightest base‑metal types (with a subsequent drop in coin losses). The intensification of the relations with the Mediterranean world is equally well documented. It becomes really important at the end of the 2nd century with the start of massive importations of Italian wine. The « transverse » exchanges between the regions of central Gaul are much more difficult to identify. Nevertheless, there is evidence of large‑scale exchange for two particularly significate items: querns, probably imported from the Morvan and the Auvergne from the beginning of the 2nd century; Besançon wares, equally originating in the Morvan. We can perhaps add glass ornaments, which are too scarce to suggest a a local production.

The subsistence economy is indicated only by the evidence of archaeozoology. This shows a type of consumption characteristic of the larger LIA settlements. The industrial production attested by excavation is limited (weaving is the main one) but this is probably due to the small area of excavation. The detailed study of the pottery, which is presumed to have been mainly made locally, shows indirect evidence of some aspects of the evolution of industrial activities. Evidence of mass production for the market only appears at the beginning of the 1st century BC, as documented by improvements in the techniques of manufacture and standardisation in styles (accompanied by a decline in the range of decorative techniques). It may even be assumed that the same period witnesses the setting up of some craft workshops such as are known in great number in central Gaul in the following century.

The composition of the coin losses attaches Roanne (and more generally the territory of the Segusiavi) to the sphere of the Ædui. This confirms the assertion of Caesar that the Segusiavi were dependent on their strong neighbours. The local pottery also shows evidence of the cultural community of the sites lying within the presumed territory of this people, which includes the Roannais plain and its marches, the Forez plain and also Lyon and a part of its surroundings. This community is discernable from the 2nd century BC. At this time, the pottery style is clearly distinguishable from that of the adjacent areas of the north of the Massif Central, in particular the Auvergne. This does not mean that these various styles did not evolve in parallel: they share several cultural characteristics, like the major development of painted ceramics in the 2nd century BC.

The impact of the foundation of an oppidum in the territory of the Roanne, probably right at the beginning of the 1st century BC, is difficult to define. The archaeological data suggest a decrease in activity on the site during the 1st century, but this is not precisely measurable. Indeed, it is striking that the site is not abandoned, as happens elsewhere in central and eastern Gaul. On the contrary, it develops rapidly from the beginning of the Augustan period. Meanwhile, the oppidum appears to be abandoned shortly after the conquest. This is a general scenario, common for the whole territory of the Segusiavi, characterised by a brief episode of oppida construction and a much more significant importance of the sites founded in the 3rd/2nd centuries BC on the subsequent Gallo‑Roman settlement pattern. More precisely, the structure and the economy of the Gallo‑Roman site of Roanne seems to be already fixed to a large extent at the time of Romanisation.

Die Verknüpfung chronologischer Systeme auf der Grundlage der Keramik ist zwischen weit entfernten Regionen anerkanntermassen problematisch. In erster Linie eignen sich die Südimporte, die Münzen und die Trachtbestandteile zum überregionalen Vergleich.

Dabei muss (bis zum Beweis des Gegenteils) angenommen werden, dass der Zeitraum der Verwendung eines bestimmten Typs überall der gleiche ist. Das vorgeschlagene Chronologiegerüst ist mit sechs Horizonten um einiges feiner als das üblicherweise benutzte System, das denselben Zeitraum in vier Stufen zu gliedern pflegt (LT 02, D1, D2 und augusteisch). Innerhalb dieses allgemeinen Rahmens wurden bereits früher verschiedentlich feinere Unterteilungen vorgeschlagen, z. B. im östlichen Pariserbecken, am Mittelrhein und im schweizerischen Mittelland). Eine Korrelation mit dem in Roanne herausgearbeiteten System bleibt aber schwierig.

Unter Berücksichtigung verschiedener Referenzmerkmale (Datierung der Südimporte und der Münzen in Siedlungen mit einem terminus ante quem wie z. B. in Karthago, in Alesia und in verschiedenen Limeskastellen) ist es möglich, eine ungefähre Zeitangabe für jeden Horizont vorzuschlagen. Diese Daten wurden gegenüber den für Feurs vor einigen Jahren angegebenen Zeitmarken (Vaginay und Guichard 1988) etwas zurückversetzt. Dendrodaten von Siedlungen aus ähnlichem kulturellem Umfeld wie Roanne (z. B. aus Besançon und Yverdon) lassen sich zu Kontrollzwecken heranziehen.

Die Grabungsresultate ermöglichten es, den stetigen Ausbau des Münzsystems zu verfolgen, welcher am Ende des 2. Jh. v. Chr seinen Höhepunkt erreichte. Man muss sogar davon ausgehen, dass mit der Romanisierung ein Rückgang des Münzumlaufs stattfindet: Verstärkt treten dann leichte Typen aus minderwertigem Metall in Erscheinung; gleichzeitig nimmt der Verlust von Münzen ab. Ebenfalls feststellbar ist eine zunehmende intensivierung der Verbindungen zur Mittelmeerwelt, die gegen Ende des 2. Jh. v. Chr. mit einer erhöhten Einfuhr von italischem Wein ihre Blüte erreicht. Innerkeltische Verbindungen sind wesentlich schwieriger auszumachen. Mindestens zwei derartige Austauschvorgänge waren nachweisbar: Mühlsteine stammen vermutlich aus dem Morvan und der Auvergne, Töpfe vom Typ Besançon kommen wohl ebenfalls aus dem Morvan. Möglicherweise ist auch der Glasschmuck importiert, da seine Spärlichkeit eine Produktion am Ort unwahrscheinlich macht.

Subsistenzwirtschaft lässt sich nur anhand der Archäozoologie erschliessen. Diese zeigt ein für alle Siedlungen am Ende der Latènezeit typisches Bild. Sicher nachgewiesenes Handwerk (wie z. B. die Weberei) ist rar, was aber möglicherweise auf die Grabungstechnik zurückzuführen ist. Das Detailstudium der Keramik, die wohl grösstenteils am Ort hergestellt worden ist, erlaubt es immerhin, einige Entwicklungstendenzen herauszulesen. So ist erst ab dem 1. Jh. v. Chr. mit einer gewissen« Industrialisierung »zu rechnen. Sie drückt sich aus in einer Optimierung der Herstellungstechniken und in einer gewissen Vereinheitlichung des Formenspektrums, was einher geht mit einer Verarmung des Zierrepertoirs. Es ist sogar anzunehmen, dass zu diesem Zeitpunkt der Grundstein zu « industrielien »Töpfereien gelegt worden ist, wie sie dann ein Jahrhundert später in Mittelgallien so häufig sein werden.

Das Münzspektrum verbindet Roanne und das ganze Gebiet der Segusiaver mit der Einflusssphäre der Häduer und bestätigt somit Cäars Aussage, wonach die Segusiaver von ihren mächtigen Nachbarn abhängig gewesen sein sollen. Die einheimische Keramik zeigt auffällige Gemeinsamkeiten mit andern Siedlungen, die ebenfalls dem Herrschaftsgebiet der Segusiaver zugerechnet werden: Ausser dem Umland von Roanne ist dies die Ebene von Forez sowie die Region Lyon. Dieser eigenständige Kreis bildet sich seit dem 2. Jh. v. Chr. heraus und unterscheidet sich deutlich vom umliegenden Gebiet, besonders von der Auvergne. Andererseits sind auch ähnliche Entwicklungen (selbstverständlich mit Unterschieden in den Details) wie im Norden des Zentralmassifs feststellbar. Gemeinsam ist allen z. B. die Entwicklung der bemalten Keramik im 2. Jh. v. Chr.

Die Auswirkungen der Oppida‑Gründung im Einzugsgebiet von Roanne, vermutlich zu Beginn des 1. Jh. v. Chr., sind schwierig abzuschätzen. Die archäologischen Fakten legen im 1. Jh. v. Chr. einen Niedergang nahe, dessen Ausmasse aber nicht präzisiert werden können. Bemerkenswert bleibt Jedoch die Tatsache, dass der Siedlungsplatz Roanne nicht aufgegeben wurde, wie dies andernorts geschehen ist. Im Gegenteil, mit dem Beginn der augusteischen Zeit beschleunigt sich der Aufschwung von Roanne, während das Oppidum von Joeuvre nach der römischen Eroberung eher an Bedeutung verlor. Für das ganze Gebiet der Segusiaver ist ein analoger Vorgang festzustellen: Die Episode der Oppida ist relativ kurz; die viel grössere Wirkung für die gallo‑römische Entwicklung geht von den bereits im 3./2. Jh. v. Chr. gegründeten Siedlungen aus. Genau genommen scheint es, dass zum Zeitpunkt der römischen Eroberung sowohl die Siedlungsstruktur wie die Wirtschaftsorganisation des gallo‑römischen Roanne bereits weitgehend vorgegeben waren.


Texte intégral

4.1 Les problèmes de datation

4.1.1 Préliminaire

1Il s’agit seulement ici de regrouper les résultats de l’analyse des différentes catégories de mobilier qui a été conduite dans le précédent chapitre.

2L’usage est désormais définitivement établi d’utiliser pour la période laténienne un système chronologique dérivé de celui de Reinecke (par exemple, pour la fin de la période : Furger‑Gunti 1979 ; Miron 1986 ; Vaginay, Guichard 1988…). Selon ce système, l’occupation gauloise de Roanne se place dans les phases dites de La Tène C2 et de La Tène D (1‑2). L’analyse comparative précise des séquences qui ont pu être mises en évidence dans des régions différentes pose toutefois des difficultés, dues à la variabilité des faciès culturels. Elle doit donc s’appuyer en priorité sur les types d’objets communs à plusieurs régions (certains types de parures, les monnaies ou les objets d’origine méditerranéenne), en partant du principe que la période d’utilisation d’un type d’objet est la même dans toutes les régions où il est attesté, sauf preuve contraire explicite. Il est en revanche beaucoup plus hasardeux de prendre en compte les objets qui témoignent d’une spécificité culturelle régionale (la céramique indigène en premier lieu) si l’on veut dépasser le niveau des généralités (comme, par exemple, la généralisation de la céramique cuite en atmosphère réductrice ou des décors à la molette à La Tène D2). Bien au contraire, la comparaison des faciès de régions contiguës – dans notre cas ceux du Forez, de la Basse‑Auvergne et du pays éduen – montre souvent des décalages importants qui, s’ils étaient ignorés, fausseraient complètement l’approche chronologique. Contentons‑nous de deux exemples pour illustrer ce propos : la généralisation progressive des monnaies de bronze frappé aux dépens de celles de bronze coulé, qui se produit dans la première moitié du ier s. av. J.‑C. chez les Arvernes, alors que les Éduens continuent à utiliser presque exclusivement ces dernières jusqu’à la disparition de leurs ateliers monétaires ; la grande fréquence des vases de type Besançon en Roannais (et sans doute aussi en Morvan) dès le milieu du iie s., alors qu’ils n’apparaissent que timidement au siècle suivant dans la plaine du Forez et en Basse‑Auvergne.

3Inversement, la mise en évidence d’une chronologie interne propre au site à partir de l’évolution de la céramique fabriquée localement, et sa mise en regard avec d’autres régions par le biais d’objets « transculturels » ou importés, permettent de fixer très précisément les éléments les plus marquants du faciès régional et les étapes de son évolution sur une durée d’un siècle et demi.

4.1.2 Chronologie relative

4L’analyse des mobiliers roannais (céramique, parures vestimentaires, monnaies) montre que le site présente un faciès culturel pratiquement identique à celui de Feurs, à 35 km plus au sud. Les données archéologiques de Roanne et de Feurs peuvent donc être prises en compte globalement pour aborder les problèmes de chronologie. Une difficulté tient à l’inégale représentation des différents stades d’évolution pendant la période qui est illustrée. En effet, la documentation est très abondante pour les stades les plus anciens (horizons 1 à 3), mais beaucoup moins de l’horizon 4 à l’époque augustéenne incluse. La sériation montre même l’existence d’une solution de continuité entre l’horizon 4 et l’horizon 5.

5L’horizon 1, caractérisé par des fibules de schéma La Tène II en fer et de petite taille et par quelques rares bracelets en verre appartenant à des types de La Tène C2, ne peut pas être précisément ajusté sur d’autres systèmes chronologiques, pour deux raisons. La première tient au caractère régional marqué de ce type de fibules (Guichard 1988b : 155) et la seconde à un déficit documentaire observé à Roanne comme sur la plupart des agglomérations de plaine de la fin de l’âge du Fer en Gaule tempérée : l’absence d’horizon chronologique plus ancien bien caractérisé qui puisse servir de terminus post quem.

6Les données roannaises permettent en revanche de préciser le faciès de l’horizon 2. Celui‑ci présente des caractéristiques qui le rapprochent de l’horizon antérieur, en particulier l’unique type de fibule qui lui est attribué (petite fibule en fer de schéma La Tène II), et d’autres qui témoignent de fortes affinités avec l’horizon suivant, comme l’apparition d’un service de vaisselle indigène reprenant le répertoire de la céramique italique à vernis noir, l’apparition de parures en verre caractéristiques de La Tène D1 et l’utilisation généralisée des monnaies de bronze coulé.

7D’autres mobiliers considérés comme caractéristiques de La Tène D1 apparaissent à l’horizon 3 (fibules à pied ajouré, en particulier fibules de Nauheim). Les ensembles clos bien datés de l’horizon 4 (plus précisément, une fosse strictement contemporaine de la fosse 16, SJ 15261, qui caractérise un stade évolué de cet horizon) n’ont livré qu’une seule fibule typique de La Tène D2 (pl. 112, no 14), à côté de plusieurs exemplaires de types déjà présents à l’horizon précédent. Diverses études régionales récentes ont montré que la période située entre l’apparition des fibules à pied ajouré et la fin de l’utilisation des fibules de Nauheim était suffisamment longue pour qu’une subdivision soit discernable. C’est ainsi le cas dans la vallée de la Moselle (Miron 1986) et la vallée de l’Aisne (Lambot, Méniel 1992 : 162‑163 ; Guichard et al. 1993 : 34‑35). Dans une autre région, bien plus proche, la Basse‑Auvergne, une telle subdivision est particulièrement discernable, puisqu’elle correspond à l’abandon de certains sites de plaine et au début de l’occupation de l’oppidum de Corent (Guichard et al. 1993 : 31‑32). Autant les critères sur lesquels est fondée la distinction de deux sous‑périodes dans le Nord‑Est sont sans objet en Forez (ils correspondent à l’apparition de fibules à pied ajouré de type filiforme puis à celle du type de Nauheim), autant il semble possible de mettre en regard la périodisation auvergnate avec celle du Forez et de considérer comme contemporains l’horizon 4 et l’occupation, massive et de courte durée, de Corent. Le catalogue des objets importés confirme ce point de vue : l’horizon 3 et la phase ultime d’occupation du site de plaine arverne de Clermont‑Ferrand‑Aulnat/La Grande Borne se caractérisent par l’association de céramique campanienne A et d’amphores Dressel 1A, l’horizon 4 et l’occupation de Corent, par l’association de campanienne A et de campanienne B et d’un corpus d’amphores au sein duquel le type Dressel 1B semble encore nettement minoritaire.

8À une exception près (la très riche fosse 17, à laquelle s’ajoute une autre, strictement contemporaine, SJ 15261), aucun des ensembles clos de mobilier disponibles pour les horizons les plus récents ne livre un échantillonnage de mobilier réellement représentatif. Les objets de parure, en particulier, ne sont d’aucun secours pour préciser la chronologie de ces ensembles. Néanmoins, l’association de différents critères permet encore de proposer un regroupement en deux horizons cohérents avec l’évolution des mobiliers d’importation : diversification des types d’amphores à l’horizon 5, apparition de la vaisselle « pré‑sigillée » à vernis orangé à l’horizon 5, suivie de celle de la terre sigillée proprement dite à l’horizon 6, apparition des gobelets fuselés à parois fines et décor clouté à la fin de l’horizon 4, suivis par ceux à décor d’épingles ou moulé à l’horizon 5 et enfin par les gobelets‑tonneaux à l’horizon 6.

4.1.3 Datation

9La confrontation des indices fournis par les différentes catégories de mobilier permet finalement de proposer une datation de chaque étape de l’évolution.

10La fosse présentée dans cet ouvrage qui marque le stade le plus évolué de l’horizon 6 (fosse 26) dispose de mobiliers typiques du milieu de l’époque augustéenne (terre sigillée des services 1b et lc, gobelet‑tonneau). L’absence du service 2 n’est pas forcément significative, vu la faiblesse de l’échantillon. Toutefois, on propose une datation pour cette fosse nettement antérieure au changement d’ère. Des fosses augustéennes sûrement plus récentes (livrant en particulier de la terre sigillée du service 2) existent en effet à Roanne (Genin, Lavendhomme à paraître). Elles caractérisent la fin de l’horizon 6, qui est aussi calé par comparaison avec le mobilier abondant et fort différent d’une fosse plus récente (horizon 7) bien datée du début du règne de Tibère.

11Le faciès des céramiques importées de la fosse 17 est typique de la période tardo‑républicaine. L’absence de terre sigillée, à notre avis significative, empêche de proposer une datation postérieure à 30 av. J.‑C. Elle est confortée par d’autres découvertes régionales, en particulier l’ensemble issu du fossé de l’hôpital Sainte‑Croix à Lyon (Mandy et al. 1990), qui présente un faciès de vaisselle importée et indigène tout à fait comparable, auquel s’ajoute un faciès d’amphores dominé par le type Dressel 1B.

12Par contrecoup, l’ensemble caractéristique de la fin de l’horizon 4 (fosse 16), qui présente un faciès nettement différent, est certainement antérieur au milieu du ier s. On peut encore préciser en considérant que les amphores et la céramique campanienne associée à la fin de l’horizon 3 (fosse 12) ne peuvent s’accommoder d’une datation plus tardive que les premières années du même siècle. La campanienne B est en effet encore minoritaire, alors que les amphores Dressel 1B occupent, au plus, une place minime. Les ensembles qui définissent le début de l’horizon 3 (essentiellement les fosses 4 et 5 de Feurs) sont donc à rejeter à la fin du iie s. au plus tard (encore que J.‑P. Morel serait favorable à une datation encore plus ancienne ; cf. supra § 3.2.3.1), ce qui ajuste quelque peu la datation qui en avait initialement été proposée : entre 120‑100 et 80‑70 (Vaginay, Guichard 1988 : 189).

13Ces datations, qui s’appuient uniquement sur les céramiques d’importation, concordent parfaitement avec les données indépendantes livrées par la numismatique et la dendrochronologie. Pour ce qui est de la numismatique, les données sont indirectes. Elles tiennent en effet à ce que l’on peut mettre en regard la périodisation des sites ségusiaves avec celle des sites arvernes, qui livrent un monnayage beaucoup plus diversifié, pour lequel on dispose d’un point d’ancrage précis grâce à l’importante collection retrouvée dans les ouvrages militaires de 52 av. J.‑C. devant Alésia (Guichard et al. 1993 : 31‑34, 37‑38). Les quelques données complémentaires livrées par les monnaies trouvées en contexte stratigraphique sur les sites ségusiaves s’accorde généralement avec les datations proposées (à condition d’entériner l’apparition ancienne des monnayages de bronze coulé, dès l’horizon 2 à Roanne) (cf. supra § 3.4.5.2).

14La dendrochronologie apporte aussi une contribution significative à ce débat (Kaenel 1990). Pour ne s’en tenir qu’à elles, les dernières données publiées, relatives à l’oppidum de Besançon (Guilhot, Goy 1992), vont parfaitement dans le même sens : de nombreuses dates sont échelonnées depuis 123 av. J.‑C. sur un site dont la plus ancienne occupation se rapporte sans ambiguïté à La Tène D1.

15La datation des horizons 1 et 2 est beaucoup plus problématique. D’abord, on ne dispose pas d’importations méditerranéennes en nombre suffisant pour permettre une datation précise par ce biais. Signalons seulement que, considéré globalement, le faciès de la céramique campanienne du site semble couvrir la totalité du iie s., mais ne pas remonter au‑delà (à un tesson près). Les meilleurs indices sont donc ceux livrés par des objets de typologie « continentale » découverts en association avec des mobiliers méditerranéens sur des sites plus méridionaux. Les fibules sont de peu d’utilité, puisque les séries publiées provenant de sites du Midi bien datés du iie s. sont encore peu nombreuses. En revanche, les parures en verre, très bien représentées en Languedoc, ont fait l’objet d’un examen approfondi au cours des dernières années, qui livre des indications substantielles (Feugère, Py 1989). Ainsi, l’étude des contextes des types de La Tène C2 (en particulier la série 20, attestée par 68 ex. à Nages) montre qu’ils apparaissent timidement entre 200 et 175, sont présents massivement entre 175 et 125 et deviennent résiduels après 100. D’après ces données, La Tène C2 est bien calée sur la période 200‑125. Le premier horizon issu de la périodisation des sites ségusiaves, qui a livré quelques exemplaires de ces parures, se place donc certainement dans le iie s. Plus précisément, il doit être placé au plus tard au milieu du siècle, tant à cause d’arguments chronologiques extérieurs comme ceux qui viennent d’être rappelés qu’en raison des contraintes imposées par la périodisation régionale : l’existence de trois stades bien individualisés d’évolution dont le plus récent est antérieur au début du ier s.

16Les datations peuvent finalement être récapitulées en donnant le centre de la fourchette chronologique couverte par chaque horizon :
– horizon 1 : vers 160‑140 ? ;
– horizon 2 : vers 130‑120 ? ;
– horizon 3 : vers 110‑100 ;
– horizon 4 : vers 80‑70 ;
– horizon 5 : vers 40‑30 ;
– horizon 6 : vers 20‑10.

17Cette proposition conduit à un découpage uniforme de la durée prise en compte, avec une exception, qui résulte du hiatus documentaire entre l’horizon 4 et l’horizon 5. Une alternative, qui permettrait d’harmoniser le découpage, consisterait à regrouper les ensembles caractéristiques de la fin de l’horizon 3 et du début de l’horizon 4 et à créer une nouvelle séquence pour la fosse 16, qui inclurait la durée de ce hiatus. Il est d’ailleurs bien entendu qu’une chronologie relative peut être clairement discernée entre les ensembles représentatifs de certains horizons. Ainsi, les ensembles les plus récents de l’horizon 3 débordent sans doute sur le ier s. av. J.‑C. et ceux de l’horizon 6 (étudiés par Genin, Lavendhomme à paraître) sur le ier s. ap. J.‑C.

4.2 L’économie de l’agglomération gauloise

18Quelques indices archéologiques montrent que l’occupation laténienne du site de Roanne commence au plus tard au iiie s. Ces données sont toutefois trop faibles pour permettre de préciser les étapes de constitution de l’habitat organisé et groupé qui est attesté depuis le milieu du siècle suivant. Ce paragraphe est consacré à la description de quelques aspects de l’activité de ce village.

19La nature même de la documentation archéologique conduit à privilégier les champs d’activité liés à l’économie (commerce, production agricole et artisanale). Mais le fait que les seuls paramètres fiables dont dispose l’archéologue sont généralement ceux liés à la vie économique ne doit pas pour autant faire oublier les autres aspects de la vie sociale qui échappent plus ou moins complètement à l’observation. On tentera ainsi d’amorcer à la suite une discussion sur d’autres aspects que permet d’aborder (ou seulement d’effleurer) notre documentation.

4.2.1 Les relations commerciales

4.2.1.1 Circulation monétaire

20La mutation la plus marquante de la vie économique observée à la fin de l’âge du Fer est l’introduction de l’usage de la monnaie. Le site de Roanne permet particulièrement bien de suivre les étapes de ce processus, à l’exclusion de la plus ancienne, marquée par la circulation exclusive de monnayage d’or (on note toutefois que la couche d’occupation laténienne la plus ancienne, imprécisément datée des iveiiis., a livré plusieurs oboles massaliètes, tout à fait inhabituelles dans ce contexte « continental᛫). Les données compilées dans cet ouvrage apportent même un éclairage nouveau au problème, en confirmant et en étofifant des observations effectuées sur le site voisin de Feurs.

21Il en ressort d’abord que l’économie régionale est déjà largement monétarisée dès l’horizon 1. L’instrument d’échange utilisé à cette époque est un monnayage d’argent dont on a collecté un grand nombre d’espèces divisionnaires, toujours à bas titre, tant à Roanne qu’à Feurs (Guichard et al. 1993 : 40‑41). La typologie de ces espèces, calquée sur celle des émissions massaliètes, indique clairement l’origine du phénomène. Vu la difficulté à repérer ces monnaies de très faible module, il est toutefois impossible d’évaluer précisément l’ampleur du cadre géographique concerné par cet usage précoce de monnaies légères d’argent ; on ignore même s’il s’agit de frappes régionales (dont l’étalon serait alors inconnu) ou importées depuis la vallée du Rhône (où existent des frappes lourdes d’argent à la même époque). Pour s’en tenir aux régions limitrophes, indiquons seulement que le Dauphiné et la moyenne vallée du Rhône ne disposent pour le iie s. d’aucune série conséquente et publiée de mobilier issue d’ensembles clos. La situation n’est guère plus brillante pour le val de Saône. Les observations négatives effectuées sur les sites de la région de Clermont‑Ferrand paraissent en revanche montrer que la Basse‑Auvergne n’a pas connu ces monnayages (les premières émissions arvernes d’argent sont datées seulement de la fin du iie s.).

22Un stade ultime de monétarisation est atteint lorsque sont généralisés les monnayages coulés, dès l’horizon 2, qui puisent leur iconographie aux mêmes sources que leurs prédécesseurs et traduisent l’élargissement d’une pratique qu’avaient acquises les populations du littoral méditerranéen dès le début du iie s. Il ne sera plus dépassé pendant tout le siècle suivant. On peut même considérer que la romanisation se traduit dans ce domaine par un retour à un système plus archaïque, puisqu’elle voit la disparition des espèces légères de métal vil, dès le règne de Tibère.

23Au vu des données roannaises, la Conquête romaine n’a pas d’incidence immédiate sur la circulation. Bien au contraire, les monnaies « à la grosse tête » constituent encore l’essentiel des pertes jusqu’à une date avancée du règne d’Auguste. De la même façon, la part des monnaies de provenance non strictement régionale ne montre pas de tendance à la hausse jusqu’à l’horizon 5.

4.2.1.2 Importations méditerranéennes

24Des relations avec les régions méditerranéennes sont attestées, dès la première phase d’occupation laténienne du site, par des cruches à pâte claire et quelques monnaies massaliètes. Jusqu’à la fin de l’horizon 2, ces témoignages demeurent très disparates : tout au plus quelques tessons d’amphores, de vaisselle à vernis noir, de cruches ou de mortiers à pâte claire et, plus rarement encore, de cruches grises ampuritaines. Comme à Feurs, on note la rareté des amphores gréco‑italiques clairement identifiables, d’autant plus surprenante que ces amphores sont connues dans la moyenne vallée du Rhône (en particulier parmi les récentes découvertes, inédites, de la rue du Souvenir à Lyon‑Vaise ; information d’E. Plassot), à Amplepuis, à 20 km à l’est de Roanne (site Rousson ; Aulas 1988), et en plusieurs emplacements de la cité des Bituriges : Châteaumeillant (Cher) (Hugoniot 1963 : 172, n. 2 et mobilier inédit au musée local, en particulier 8 amphores complètes inscrites « fosse XXX »), Levroux (Indre) (information de Cl. Soyer).

25Le volume de ces importations ne devient mesurable qu’à partir de l’horizon 3, c’est‑à‑dire à la fin du iie s. Les amphores vinaires italiques forment l’essentiel de celles‑ci pendant la première moitié du ier s. : elles représentent sans doute près de la moitié des tessons de céramique rejetés à cette époque. En l’absence de données de comparaison, il est toutefois impossible d’estimer la qualité de l’approvisionnement de Roanne par rapport à celle d’autres sites de Gaule du Centre‑Est.

26Parmi ces amphores, le type Dressel 1B, le plus récent, est moins représenté à Roanne que son prédécesseur, du moins dans les ensembles clos. Trois facteurs peuvent contribuer à cet état de fait : un fléchissement des importations, une baisse d’activité du site ou simplement une déficience de l’échantillonnage. Malheureusement, le dernier facteur joue certainement pour beaucoup. Le déficit documentaire des horizons 5 et 6, discernable dans la plupart des autres catégories de mobilier, est en effet parallèle à celui des structures d’habitat bien conservées de la même époque. Il est également difficile d’apprécier le moment où s’interrompt l’importation de ces amphores, tant le mobilier résiduel est sans doute important dans les fosses de la fin du ier s. av. J.‑C. La diversification des denrées acheminées et des sources d’approvisionnement est en tout cas perceptible dès le début du règne d’Auguste.

27La vaisselle d’origine méditerranéenne utilisée à Roanne au ier s. av. J.‑C. demeure très peu abondante. Elle présente néanmoins une diversité inhabituelle sur les sites de Gaule chevelue (du moins dans l’état actuel de la documentation), sinon sur quelques oppida du Centre‑Est, en premier lieu desquels Gergovie (Guichard et al. 1994) et le Mont Beuvray. On trouve en effet, à côté de la classique céramique campanienne B, des productions moins fréquentes comme des gobelets italiques à parois fines et décor clouté ou un bol à décor moulé de Méditerranée orientale. Cette vaisselle italique est concurrencée par des productions gauloises à partir de l’horizon 5 : plats et coupes à vernis non grésé originaires de la moyenne vallée du Rhône, gobelets à parois fines. La fin de la période est enfin marquée par l’apparition de la terre sigillée d’origine italique. Sa présence demeure toutefois fort modeste pendant toute l’époque augustéenne par rapport à celle enregistrée sur les sites urbains de la vallée du Rhône ou encore sur le site du nouveau chef‑lieu de la cité ségusiave, Feurs : l’approvisionnement de Roanne semble alors affecté par le nouveau statut de l’agglomération (Genin, Lavendhomme à paraître).

4.2.1.3 Denrées d’origine gauloise

28Il est fort difficile de repérer parmi les mobiliers indigènes ceux qui ont à coup sûr été manufacturés en dehors du site ou de son proche environnement. On en est seulement réduit à des hypothèses, que seules des études poussées de technologie ou de matière première pourraient réellement éprouver.

29Les meules à céréales fournissent sans aucun doute le meilleur témoignage d’une industrie organisée dès la première moitié du iie s. Sa longévité est remarquable : la forme des meules et les matériaux utilisés n’évoluent quasiment pas pendant toute l’époque romaine. La nature de ceux‑ci (basalte bulleux et grès) témoigne d’au moins deux sources non locales d’approvisionnement (ce que traduisent aussi des détails de morphologie). La première est située au plus près dans l’ouest ou le sud de l’Auvergne, donc à plus de 100 km de Roanne, la seconde peut‑être en Morvan (les meules en grès sont très nombreuses au Mont Beuvray ; information de F. Boyer). Le site de Feurs, plus distant du Morvan, n’est d’ailleurs alimenté que par les premiers ateliers.

30La manufacture des objets de parure ne permet guère que des conjectures que l’archéologie est encore incapable de valider. Les compétences techniques requises pour la fabrication des perles et bracelets en verre, ainsi que la normalisation du répertoire de ceux‑ci, suggèrent l’existence d’ateliers peu nombreux pouvant écouler leur production à très grande distance. Les particularités relevées dans le domaine des parures métalliques (plus précisément les fibules ; cf. infra), alliées à la preuve du travail du fer et des alliages cuivreux dans les agglomérations gauloises de Feurs et Roanne, incitent en revanche à considérer celles‑ci, au moins en grande partie, comme des fabrications locales.

31Dans le domaine de la céramique, la catégorie la plus intéressante de ce point de vue est sans doute celle des vases de type Besançon. La spécificité de sa matière (argile enrichie de dégraissant très grossier de feldspath) et de son répertoire de formes semble indiquer une production normalisée « industrielle ». De fait, sa distribution géographique tend à montrer qu’elle est diffusée depuis une région bien déterminée, qui est le Morvan. Quels que soient la fonction exacte de ces récipients et les motifs de leur transport aussi massif dès le iie s. av. J.‑C. (cette catégorie représente 5 % de la vaisselle consommée à Roanne à cette époque), on doit au moins retenir qu’ils témoignent de l’existence d’une industrie et d’un réseau commercial organisés dès la première moitié du iie s., suffisamment performants pour résister plus d’un demi‑siècle aux bouleversements provoqués par la Conquête romaine.

32Il est plus malaisé de discerner parmi la vaisselle de table des catégories ayant pu faire l’objet de transactions à grande distance économiquement significatives, du moins avant le ier s. av. J.‑C. C’est particulièrement le cas des vases peints à décor animalier du iie s. av. J.‑C. qui, malgré une technique décorative élaborée et une iconographie très conventionnelle, sont certainement issus d’ateliers dispersés, comme l’indique l’analyse chimique des argiles.

33Le problème se pose en termes différents au ier s., avec l’apparition de groupes de production de plus en plus différenciés parmi la céramique « indigène », qui se traduit par la diversification du répertoire et des techniques de fabrication (tant dans la préparation des argiles que dans leur cuisson). Cette diversification s’accompagne d’une normalisation accrue qui témoigne d’une meilleure organisation et sans doute d’une concentration de la production. On a d’ailleurs tout lieu de penser que l’apparition de ces nouveaux « groupes de production » marque la mise en route d’ateliers spécialisés qui continueront à fonctionner suivant la même logique économique jusqu’à la fin de l’époque julio‑claudienne.

4.2.2 Les ressources agricoles

34Le témoignage le plus tangible dont on dispose pour traiter de l’économie vivrière des habitants de Rodumna est celui laissé par les restes animaux. En effet, la documentation disponible ne permet pas de restituer l’environnement végétal du site et encore moins de connaître le mode de mise en valeur du terroir environnant, occulté par l’agglomération moderne.

35L’étude des restes osseux permet en revanche de faire plusieurs constatations importantes à propos de la gestion du cheptel, malgré les réserves formulées par Patrice Méniel sur la représentativité de l’échantillon étudié.

36La répartition par espèces est notoirement différente de celle observée à Feurs pour des contextes répartis entre l’horizon 1 et l’horizon 3. Le faciès de ce dernier site répond en effet beaucoup plus au schéma classique des agglomérations de la Gaule tempérée, caractérisé par la place privilégiée occupée par le porc. S’y ajoute une présence anormalement élevée de restes de caprinés. À Roanne, en revanche, le bœuf, dont la part ira croissante, occupe apparemment la première place dans l’alimentation dès l’horizon 1, alors que les caprinés sont très peu nombreux. Il est difficile de croire que les deux agglomérations aient géré leurs ressources animales de façon sensiblement différentes : elles appartiennent au même ensemble culturel, sont situées strictement dans le même environnement et ont connu un développement apparemment comparable à la fin de l’âge du Fer (quoique l’agglomération forézienne soit sans doute plus étendue). Néanmoins, la déficience de l’échantillonnage ne semble pas suffire à expliquer la disparité des données, puisque presque tous les ensembles roannais présentent une proportion de bovidés plus forte que celle de Feurs. Ceux consommés à Roanne étant en plus souvent des animaux de réforme, doit‑on plutôt invoquer le statut social des habitants du petit secteur de l’agglomération gauloise concerné par les fouilles récentes ?

37Quoi qu’il en soit, l’évolution des données du seul site de Roanne permet de discerner plusieurs tendances. La composition du troupeau n’est pas affectée par la romanisation : elle continue au contraire une évolution engagée au moins un demi‑siècle plus tôt, qui se traduit par la prépondérance croissante du bœuf parmi les espèces consommées. Dans le cas de Roanne, cette caractéristique du cheptel gallo‑romain semble donc issue d’initiatives prises bien avant la Conquête. Tandis que l’apport d’animaux allogènes de grande taille demeure exceptionnel (repéré seulement pour le cheval, sur les restes d’un individu de l’horizon 4), on discerne aussi une amélioration lente et précoce de la gestion du troupeau. Celle‑ci se traduit par l’évolution progressive et globale de la taille des animaux.

4.2.3 Les activités de transformation

38Les indications livrées par la documentation archéologique roannaise demeurent fort modestes de ce point de vue. On pourrait même dire anormalement modestes : il n’est qu’à constater l’absence totale d’outillage spécialisé parmi le mobilier métallique découvert, alors qu’une relative fréquence est habituelle sur les sites gaulois de la fin de l’âge du Fer. De fait, la très grande majorité des vestiges mobiliers recueillis sur le site relèvent d’activités purement domestiques. C’est évidemment le cas de la céramique et des très nombreux rejets d’ossements, mais aussi de divers accessoires de chauffage et de cuisson de typologie variée (plaques de foyer, fours, braseros déplaçables, chenets...) et des meules à céréales. Cette constatation s’accorde parfaitement avec la nature des constructions dégagées, qui doivent toutes être considérées comme des habitations ou des aménagements annexes qui leur sont directement liés (grenier, puits).

39La seule activité artisanale formellement attestée sur les secteurs explorés de l’agglomération gauloise est le tissage, auquel se rapportent des pesons en nombre beaucoup plus élevé que dans la majorité des sites de la même époque et dispersés dans un grand nombre de fosses de rejets. Cette activité, qui pouvait sans difficulté trouver sa place dans le cadre domestique, est apparemment dissociée du filage de la laine, qui n’apparaît que très discrètement parmi les découvertes, avec seulement quatre fusaïoles. Elle ne se poursuivra apparemment pas à l’époque romaine.

40Des traces ténues mais indiscutables permettent néanmoins d’affirmer que le fer et les alliages cuivreux (voire les métaux nobles, avec les creusets à alvéoles) ont été travaillés sur place dès l’horizon 1. La même remarque vaut pour l’os et le bois de cerf.

41L’analyse du répertoire de la céramique indigène montre également que des affinités très fortes avec celle des sites de Feurs et Goincet n’empêchent pas de discerner quelques caractères originaux (fréquence de certains décors en particulier) qui ne doivent s’expliquer que par l’existence d’ateliers de potiers à Roanne même ou dans ses environs immédiats. L’analyse de la constitution élémentaire d’argiles utilisées pour le façonnage des céramiques peintes (Guichard et al. 1991 : 225) conforte cette hypothèse, ainsi que l’existence de nombreux ateliers sur le site à l’époque romaine. Certains produisent même des céramiques peintes dont la technique et le répertoire décoratif dérivent directement de celui de la fin de la période laténienne. On peut donc raisonnablement espérer qu’une fouille future mettra au jour des fours à céramique gaulois sur le site de Roanne.

42Même si la fouille n’a pas livré de vestiges organisés d’activités artisanales, on est donc en droit de penser que l’agglomération était dès le iie s. le siège de toutes les activités de transformation habituellement signalées sur les sites du même type.

4.3 Le faciès culturel ségusiave

43S’interroger sur l’existence d’un faciès culturel ségusiave peut permettre d’aborder deux des questions les plus intéressantes que pose la période finale de l’âge du Fer. La première est celle de la mise en place du système politique rencontré par César au moment de la Guerre des Gaules et de l’importance des clivages culturels qui accompagnent ce système (pour une approche archéologique de ces questions, cf. Buchsenschutz et al. 1993). La seconde est celle de l’impact des bouleversements qui affectent la Gaule chevelue à cette époque : redistribution du peuplement –et probablement mutation majeure, mais inappréciable par l’archéologue, du système politique– au moment de l’apparition des oppida, puis soumission à la puissance romaine. Les différents aspects de la réalité archéologique roannaise seront passés en revue dans cette perspective.

4.3.1 Les monnaies

44Parce qu’elle est marquée d’un signe distinctif par le pouvoir émetteur, la monnaie est un moyen privilégié pour étudier les clivages politiques. Dans ce domaine, un fait est particulièrement clair et frappant pour tous les sites foréziens : leur rattachement non ambigu à la sphère d’influence éduenne dès l’apparition des monnayages régionaux de bronze, vers le milieu du iie s. ou peu après. Cette situation n’évolue pas au ier s. : les Ségusiaves, dépendants de leurs voisins, n’émettront apparemment jamais de monnaie (ou du moins de monnaie de typologie originale, car on ne peut exclure sans étude plus précise qu’ils soient à l’origine d’une partie des émissions de potins « à la grosse tête ») et n’accepteront pratiquement pas plus que les Éduens la circulation des espèces d’origine arverne. Cette constatation est cohérente avec l’indication de César selon laquelle les Ségusiaves sont en 52 av. J.‑C. les clients des Éduens. Elle indique aussi l’ancienneté de cet état de fait.

4.3.2 Les parures vestimentaires

45L’analyse sera très brève, puisqu’elle ne peut prendre en considération que le faciès des fibules, le seul qui soit assez fourni pour présenter une valeur statistique, et encore seulement pour les horizons les plus anciens. De fait, la principale caractéristique du faciès des parures en verre, le second par ordre d’importance, est bien sa rareté ! Revenant aux fibules, on doit d’abord souligner que le faciès roannais est parfaitement similaire à celui mis en évidence à Feurs au cours des horizons 1 à 3. Un faciès ancien est caractérisé par de petites fibules de schéma La Tène II très normalisées, peu ou pas décorées, un faciès plus récent par l’association des mêmes fibules avec trois types nouveaux, tous à pied ajouré, qui deviennent prépondérants (fibules de Nauhcim, fibules à tête couvrante et fibules filiformes à corde interne). Il serait en revanche beaucoup plus hardi d’affirmer que ces spécificités définissent un faciès régional ségusiave, en raison du manque de séries de comparaison en provenance des régions limitrophes.

46Pour la période ancienne (horizons 1 et 2), les données partiellement publiées de Levroux, en Berry, (Bouyer, Buchsenschutz 1983) montrent que les fibules de schéma La Tène II de petite taille sont aussi la règle générale sur le site. Les autres séries de référence disponibles sont beaucoup plus lointaines : les fibules de schéma La Tène II sont presque systématiquement de petite taille en territoire trévire, mais certaines variantes de cette région sont inconnues en Forez. Le Plateau suisse et l’Allemagne méridionale présentent des différences beaucoup plus significatives, avec une proportion importante de fibules de plus grand module (cf. supra § 3.2.8.1). Le faciès du Languedoc oriental, bien caractérisé pour les parures en verre (Feugère 1992), l’est beaucoup moins pour les fibules, du moins pour la période considérée (iie s.). Sa principale originalité pourrait donc bien être, à l’opposé du Forez, la rareté de ces objets (Feugère 1985 : 186‑187 recense ainsi un seul exemplaire de fibule de schéma La Tène II en provenance de Nages, site qui a par ailleurs livré 190 fragments de parures en verre laténiennes), peut‑être amplifiée par une étude insuffisante des objets en fer sur les sites de référence.

47Pour la période suivante (horizon 3), les séries de comparaison cohérentes demeurent aussi peu nombreuses. La fréquence des fibules à tête couvrante, qui fait l’originalité des sites ségusiaves et, bizarrement, les rapproche de ceux du littoral languedocien, ne se retrouve pas dans plusieurs régions périphériques, ainsi à Levroux (mais les fibules appartenant à des types de La Tène D1 sont très peu nombreuses sur le site du village des Arènes), au Mont Beuvray (mais le corpus de fibules datables de La Tène D1 y est également peu fourni ; Guillaumet 1984) ou encore à Vienne (Chapotat 1970).

4.3.3 La céramique indigène

48Les abondantes collections de mobilier de Feurs et de Roanne issues des couches d’occupation du iie s. av. J.‑C. montrent une évidente communauté culturelle qui confirme celle suggérée par les parures. Il n’est pas utile de donner un inventaire exhaustif de ces affinités, que l’on discerne dans les moindres détails du façonnage et de la décoration des vases. Dans le domaine de la vaisselle de présentation, la céramique peinte est un des traits marquants de ce faciès, par sa fréquence comme par la diversité de sa décoration. Il en est de même de la céramique dérivée du répertoire de la campanienne, qui porte généralement des décors estampés originaux d’arcatures et de cercles. La vaisselle utilitaire témoigne de ces mêmes affinités (tout en laissant transparaître des clivages subtils entre les différents terroirs) : lèvres rainurées des pots à cuire modelés et rectifiés à la tournette, décoration lissée caractéristique, écuelles modelées à bord rentrant, morphologie et finition des pots à cuire en céramique tournée grossière... Outre Feurs et Roanne, plusieurs sites, tous dans l’emprise supposée du territoire ségusiave à l’époque césarienne (cf. supra fig. 1), présentent d’évidence le même faciès : Amplepuis (Périchon, Jacquet 1985), Poncins/Goincet (Vaginay, Guichard 1984), Lyon (Sandoz 1989), probablement aussi Chambles/Essalois (Preynat 1992), bien que la documentation publiée relève surtout de la période ultérieure.

49Aucune région limitrophe ne dispose d’un faciès suffisamment connu (ou du moins publié) pour que l’on analyse en détail ses liens et ses différences vis‑à‑vis du pays ségusiave au iie s. av. J.‑C. Mentionnons toutefois des différences significatives avec la Basse‑Auvergne, par exemple dans le répertoire de la vaisselle culinaire (avec les si typiques « jattes d’Aulnat » à anses en œillet, inconnues en Forez) ou la décoration de la céramique dérivée de la campanienne (qui ignore presque totalement les décors estampés d’arcatures mais comporte en revanche des décors de filets peints).

50D’un point de vue inverse et plus général, on doit en revanche ne pas manquer de relever des analogies avec le répertoire des régions limitrophes. Le Forez partage ainsi avec la Basse‑Auvergne et le pays éduen (pour autant qu’on puisse en juger) le même engouement pour la céramique peinte et pour la céramique dérivée de la campanienne (Genin et al. 1992 : 185‑186). S’y ajoutent, pour la céramique peinte, des correspondances précises du répertoire des décors animaliers tant avec le pays éduen qu’avec la Basse‑Auvergne (Guichard 1994 : 121‑122).

51La documentation permet donc d’identifier un faciès ségusiave bien défini au milieu du iie s. On pourrait faire de même pour les régions voisines. Cette constatation permet d’affirmer que le découpage politique du milieu du siècle suivant correspond à une réalité culturelle clairement discernable un siècle plus tôt. Le manque de documentation interdit en revanche de remonter plus haut dans le temps, du moins pour l’entité ségusiave (la situation est plus favorable pour l’entité arverne).

52La même communauté culturelle ségusiave existe au ier s. av. J.‑C., comme le montre la comparaison des séries de Roanne avec celles d’Essalois ou de Lyon (Mandy et al. 1990) par exemple. Elle se distingue toujours des séries arverne (illustrée par le mobilier de Gergovie ; Hatt 1945) et éduenne (illustrée par le mobilier du Mont Beuvray), même si l’apparition de groupes de production diffusés largement a tendance à estomper les clivages régionaux.

4.3.4 La romanisation

53Le terroir de Roanne est affecté au ier s. av. J.‑C. (ou peu avant) par la fondation d’un oppidum. On a déjà dit qu’il était difficile de discerner quel impact celui‑ci avait pu avoir sur le développement de l’agglomération de Rodumna. On sait du moins que celle‑ci n’a pas purement et simplement disparu au même moment, comme on peut l’observer ailleurs. En fait, le début du ier s. marque l’origine de plusieurs mutations irréversibles.

54L’agglomération a subi, au moins ponctuellement, des remaniements à cette époque, qui se sont traduits par un changement d’orientation du parcellaire. L’organisation spatiale de l’habitat ne témoigne pas d’autre réorganisation majeure par la suite dans le secteur étudié. On a même l’impression que la romanisation a seulement eu pour effet d’habiller de nouvelles formes architecturales une agglomération qui conservera dans une large mesure au Haut‑Empire sa structure d’avant la Conquête.

55C’est au même moment que l’acheminement de denrées issues du commerce avec le monde méditerranéen prend une ampleur considérable. L’interruption presque totale de ce trafic, un demi‑siècle plus tard, s’explique sans doute en bonne partie par la meilleure organisation économique de la Gaule, dorénavant capable de produire ce qu’elle importait auparavant. Le phénomène semble toutefois amplifié à Roanne parce que l’agglomération, de médiocre importance, n’a pas bénéficié de l’afflux de moyens financiers qu’ont connu les sites élus comme nouveaux chefs‑lieux de cités.

56C’est encore au début du ier s. av. J.‑C. qu’appartiennent les premiers témoignages d’une pratique éminemment révélatrice de l’influence méditerranéenne : l’écriture. Les données archéologiques roannaises permettent en effet de dater précisément l’époque où elle devient d’un usage quotidien en dehors des seuls cercles de l’élite cultivée. L’alphabet grec est d’abord utilisé exclusivement pour inscrire son nom à la pointe sèche sur des vases, avant d’être concurrencé par l’alphabet latin, dans les décennies qui suivent la Conquête. Il y a donc un retard de plus d’un siècle par rapport aux régions de Gaule méditerranéenne en contact direct avec Marseille. L’usage initial de l’alphabet grec –au moment où, paradoxalement, Rome renforce son emprise sur la Gaule méridionale– suggère que des populations plus anciennement hellénisées du Midi ont servi de relais avec la société indigène régionale (Bats 1988b : 145).

57Si l’évolution du répertoire de la céramique indigène avait déjà été stimulée une génération plus tôt par des influences méridionales (apparition des céramiques imitées de la campanienne), c’est enfin au même moment que les changements se précipitent. Ils témoignent sans doute d’une réorganisation rapide des moyens de production au sein d’ateliers moins dispersés et plus performants, encore appelés pour certains à une longue prospérité après la Conquête.

58L’impression que l’on retire finalement de l’examen minutieux de l’évolution de l’agglomération de Rodumna dans les décennies qui ont précédé et qui ont suivi la Conquête, est que celle‑ci semble pour une bonne part n’avoir fait qu’entériner des changements déjà engagés plusieurs décennies auparavant. Il est impossible de faire la part des différentes causes à l’origine de ces changements. Tout au plus peut‑on, dans une période riche en mutations et en événements, relever un certain nombre de paramètres qui y ont sûrement contribué de manière significative : l’état de développement et d’organisation atteint par la société gauloise à la fin du iie s., la pénétration accrue de l’influence méditerranéenne sous l’effet de la politique romaine et, sans doute, mais sous une forme que l’on ignore parce que l’on ignore tout autant le sens du phénomène, une réorganisation rapide et profonde de la société que l’apparition des oppida permet de soupçonner.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.