Version classiqueVersion mobile

Rodumna (Roanne, Loire), le village gaulois

 | 
Marie-Odile Lavendhomme
, 
Vincent Guichard

Chapitre 1. Le site

Marie‑Odile Lavendhomme et Vincent Guichard

Résumé

Les seules mentions antiques de Roanne sont celles de la Table de Peutinger (Roidomna) et de Ptolémée (Rodumna), qui indiquent qu’elle est une ville des Ségusiaves, au même titre que leur capitale Forum Segusiavorum (Feurs). Au moment de la Conquête, les Ségusiaves constituent une entité politique autonome –mais dans la mouvance des Éduens– qui s’appuie sur une base territoriale dont le cœur est la plaine du Forez (fig. 1). Roanne est le centre d’un terroir bien individualisé au sein de ce territoire (la plaine du Roannais), situé dans sa partie septentrionale.

Le site de l’agglomération est à la fois un point de rupture de charge de la navigation sur la Loire et le carrefour de plusieurs itinéraires terrestres dont l’existence est certaine pour l’époque romaine et présumée pour la période précédente. En dehors de la ville elle‑même, la protohistoire du Roannais est très peu documentée. Les découvertes sont sporadiques pour les périodes anciennes de l’âge du Fer (antérieures au iie s. av. J.‑C.). En revanche, un autre site important est connu à la fin de l’âge du Fer, l’oppidum de Jœuvre, qui occupe un vaste méandre de la Loire (70 ha) aux parois très escarpées, à 10 km au sud de Roanne (fig. 2). On en connaît la fortification, faite d’un vallum recouvrant un munis gallicus plus ancien, mais on ignore précisément la période et la densité de son utilisation, en l’absence d’expioration archéologique suivie.

Le village gaulois est implanté au cœur de la plaine, sur la rive gauche de la Loire, au sommet d’une terrasse sableuse encadrée par le lit majeur du fleuve à l’est et une zone marécageuse à l’ouest (fig. 4). Son cimetière principal se trouve également au bord du fleuve, à 800 m plus au sud. Le site se développe probablement à un carrefour routier dont l’existence est certaine à l’époque romaine. Il connaît une occupation structurée continue depuis le iie s. av. J.‑C. Il s’agit d’une modeste agglomération dont l’étendue ne semble pas dépasser 4 ha au milieu du ier s. av. J.‑C. Le village s’accroît en revanche fortement à partir de l’époque augustéenne pour atteindre sa superficie maximum (30 ha) au milieu du ier s. ap. J.‑C., sans avoir connu dans l’intervalle de réorganisation fondamentale de son plan, toujours dicté par la direction des cheminements qui le traversent.

L’importance de l’occupation antique de Roanne est bien connue depuis le siècle dernier. La reconnaissance de l’occupation gauloise n’a pourtant été engagée que récemment, à la fin des années 50. La publication des premières fouilles, effectuée par M. Bessou en 1976, marque un tournant dans la connaissance de la fin de l’âge du Fer en France centrale, à cause de la périodisation précise qu’il propose pour le ier s. av. J.‑C. (il s’avère en fait que la fourchette chronologique couverte par les mobiliers exhumés par Bessou est bien plus longue, puisqu’elle démarre au début du siècle précédent). Notre monographie a été engagée à la suite d’une autre fouille (Saint‑Paul), effectuée en 1987 et exactement contiguë à celle de Bessou (Saint‑Joseph) et proche d’une autre effectuée dans les années 70 (rue Gilbertès). La surface totale dégagée est faible (moins de 1500 m2) mais elle apporte une information importante, par l’abondance des mobiliers exhumés et par la qualité de la stratigraphie observée. Cette monographie propose une reprise intégrale des données de fouille des trois dernières décennies.

La limite haute de l’étude est celle déterminée par le mobilier disponible, qui ne dépasse pas le tournant du iii8 et du iie s. av. J.‑C., à quelques exceptions près (cfinfra). La limite basse est en revanche arbitraire. En l’absence de rupture stratigraphique, elle a été fixée au moment où apparaissent plusieurs catégories de céramiques typiques du ier s. ap. J.‑C.

L’occupation structurée des iie et ier s. av. J.‑C. est précédée par une autre, beaucoup plus diffuse et presque totalement dépourvue de vestiges de structures d’habitat, rencontrée à la base de toutes stratigraphies. Elle n’a livré que du mobilier très fragmenté et dispersé, qui semble couvrir une période longue allant du ive au iii8 s. av. J.‑C. On note plusieurs oboles massaliètes et des fragments de cruches peintes originaires de la vallée du Rhône.

Texte intégral

1.1 Cadre géographique et historique

1.1.1 Roanne et le territoire ségusiave

1Les seules mentions antiques de Roanne sont celles de la Table de Peutinger (Roidomna) et de Ptolémée (Rodumna) (Géographie, II, 8, 11). Ce dernier indique qu’elle est une ville des Ségusiaves, au même titre que Forum Segusiavorum (Leurs). Malgré leur laconisme, les sources permettent donc au moins de connaître le nom antique de l’agglomération, que celle‑ci a toutes les chances d’avoir porté dès la fin de l’âge du Fer (Holder 1896 : col. 1224).

  • 1 L’extension vers l’est du territoire ségusiave se déduit de César – « Inde in Allobrogum fines, ab (...)

2Au moment de la conquête, les Ségusiaves constituent une entité politique autonome –mais dans la mouvance des Eduens (César, Bellum gallicum, VII, 75, 2)– qui s’appuie sur une base territoriale dont le cœur est la plaine du Forez. Le territoire de la cité gallo‑romaine (fig. 1) est en effet reconstituable avec une certaine précision. Le centre en est Feurs, ce dont témoignent tout autant l’urbanisme et les bâtiments publics révélés par l’archéologie que les vestiges épigraphiques (Valette, Guichard 1991). Ses confins occidentaux et méridionaux sont déterminés par les contraintes de la géographie physique : monts du Forez et de la Madeleine à l’ouest (qui le sépare du territoire arverne ; Ptolémée, Géographie, II, 8, 14), monts du Pilat au sud. À l’est, il franchissait en revanche la barre moins élevée des monts du Lyonnais et s’étendait jusqu’au cours inférieur de la Saône, puisque le territoire de la colonie de Lyon (qui englobait vraisemblablement tout le versant oriental des monts du Lyonnais) fut déduit, en 43 av. J.‑C., de celui de la cité ségusiave pour acquérir probablement dès cette époque un statut juridique complètement distinct de celui de la cité qu’il amputait1.

FIG. 1 ‒ Peuplement gaulois et gallo‑romain du nord‑est du Massif central.
Carré chef‑lieu de cité gallo‑romaine ; cercle autre agglomération gallo‑romaine ; triangle oppidum ; symbole plein occupation laténienne attestée. Sont également figurées les limites supposées de la cité ségusiave au Haut‑Empire (d’ap. Longnon 1885 : fig. 1 et 2), les principaux itinéraires routiers d’époque romaine et les reliefs supérieurs à 400 m.

CDAL del.

3C’est au nord et au nord‑est que les limites de ce territoire sont les moins facilement saisissables en l’absence de frontière naturelle. À l’époque romaine, celui‑ci englobait au moins Roanne –et donc une partie de la plaine du Roannais–, si l’on suit le témoignage de Ptolémée. Des données plus récentes permettent peut‑être de préciser davantage. Roanne réapparaît en effet dans les textes au début du xe s. comme le centre d’un pagus rodanensis situé dans le diocèse de Lyon, qui a alors englobé l’ancienne cité gallo‑romaine (Fournial 1964 : 13‑14). C’est à partir des limites septentrionales de l’archiprêtré de Roanne, qui lui succède à l’époque médiévale, que Longnon (1885 : fig. 2) restitue la frontière du territoire ségusiave dans l’Antiquité, qui coïncide aussi avec celle du comté de Forez. On peut aussi tirer argument de la situation de trois toponymes dérivés d’Equoranda situés à proximité de la frontière tracée par Longnon sur la rive gauche de la Loire. Cette proposition conduit à considérer le fleuve comme la frontière du territoire ségusiave vers l’est. Il n’est toutefois pas impossible que celui‑ci se soit étendu sur la rive droite dans une zone qui aurait alors été détachée du diocèse de Lyon lors de la formation, tardive, du diocèse de Mâcon (Bernard 1858 : 41).

4Néanmoins, si l’existence de limites administratives précises du territoire ségusiave est probable à l’époque romaine, celles de la fin de l’époque gauloise risquent en revanche d’être plus diffuses, résultant d’une organisation politique qui se fait jour progressivement depuis peut‑être deux siècles. Cette constatation rend assez vaine la recherche du tracé exact d’une frontière à cette époque et atténue le regret de ne pas disposer d’indications plus précises pour l’Antiquité. Il n’en demeure pas moins que l’agglomération de Rodumna doit appartenir aux Ségusiaves. Il faudra donc étudier dans quelle mesure les matériaux archéologiques confortent ce rattachement à un domaine culturel ségusiave, dont l’archétype serait le faciès gaulois mis en évidence à Feurs, au centre du territoire supposé de ce peuple.

5Le développement d’une agglomération sur le site de Roanne semble d’abord explicable par sa position géographique. C’est en effet un point de rupture de charge de la navigation sur la Loire, la remontée d’embarcations dans les gorges situées immédiatement en amont étant absolument exclue. Il est même possible d’en faire l’aboutissement du cheminement par terre long de 800 stades (150 km) qui, selon Strabon (Géographie, IV, 1, 14), permettait d’éviter les difficultés de la navigation sur une partie du cours du Rhône et de porter les marchandises en un point navigable du cours de la Loire. Une des deux restitutions possibles de ce parcours (la seconde, plus méridionale, permet d’accéder aux hautes vallées de la Loire et de l’Allier à travers le Vivarais) prend Vienne comme point de départ et se prolonge par deux itinéraires possibles, soit à travers la vallée du Gier et la plaine du Forez, soit par la rive droite du Rhône jusqu’à Lyon, et ensuite à travers les monts du Lyonnais (Jullian 1908 : 226, n. 2).

  • 2 Les auteurs de la récente synthèse sur ce site considèrent la principale découverte, une vaste ence (...)

6Le site de Roanne s’insère aussi dans un réseau d’agglomérations antiques reliées par des itinéraires routiers reconnus d’époque romaine (Blin à paraître : fig. 1). Bon nombre d’entre elles possèdent des indices d’une occupation laténienne, qui suggèrent que ce réseau était déjà au moins en partie en place dès le iie s. av. J.‑C. (fig. 1). Vers le sud, l’ancienneté de l’itinéraire emprunté par la voie romaine qui relie Feurs à Rodez se déduit de l’origine laténienne de plusieurs étapes, prouvée par l’archéologie –Saint‑Romain‑le‑Puy/Chézieux (Loire), Ruessium [Saint‑Paulien] (Haute‑Loire)– ou suggérée par la toponymie – Iciomagus [Usson‑en‑Forez] (Loire). De même, la situation du site de Chézieux, à l’embranchement d’un itinéraire se dirigeant vers Roanne, suggère l’origine laténienne de ce dernier. La même constatation peut être faite le long de l’itinéraire de Roanne à Lyon, avec l’agglomération de Pontchara‑sur‑Turdine/ Miolan (Rhône), candidate plausible à l’identification à un Mediolanum de la Table de Peutinger (Durand 1873 : 54) et riche d’un passé laténien (Chambost 1974 : pl. III, IV). Vers l’est, le réseau est sans doute complété par un autre centre de peuplement, à Amplepuis (Rhône), à 20 km de Roanne et à l’écart de la voie de Lyon (Périchon, Jacquet 1985)2.

7Bien que le dossier archéologique des agglomérations de la partie occidentale du territoire éduen soit encore généralement bien maigre, y compris pour l’époque romaine, quelques indices suggèrent enfin l’existence d’une implantation régulière d’habitats groupés laténiens en aval de Roanne. Deux sites des bords de Loire ont en effet une origine gauloise certaine : Bourbon‑Lancy (Saône‑et‑Loire) (Rebourg 1994 (3) : 79‑80) et Decize (Nièvre) (Périchon, Péronnet 1989). Il en est probablement de même dans la vallée de l’Arroux, le long de l’itinéraire de Roanne à Aucun, avec des données archéologiques positives à Geugnon (Saône‑et‑Loire) (Notet 1984).

8Le territoire ségusiave est également structuré par plusieurs oppida, qui rythment le cours de la Loire : Chambles/Essalois, Saint-Marcel-de-Félines/ Le Crêt‑Châtelard et Saint‑Jean-Saint‑Maurice-sur‑Loire/Jœuvre. Ceux‑ci semblent correspondre à un avatar de courte durée dans l’histoire du peuplement régional (cf. infra § 1.1.2 et 2.2.4), qu’il faudra néanmoins prendre en considération pour étudier l’évolution de l’agglomération antique de Rodumna.

1.1.2 Le terroir de Roanne

9La plaine du Roannais est un bassin d’effondrement tertiaire qui, contrairement à celui, limitrophe, du Forez, n’est pas entièrement cerné de barrières naturelles. Il est délimité au sud, par le seuil de Neulise, traversé par la vallée de la Loire, à l’ouest, par le massif élevé et aux pentes abruptes de la Madeleine et à l’est par les reliefs beaucoup plus doux des monts du Lyonnais et du Beaujolais. Il est en revanche ouvert au nord et se perd au nord‑est dans les coteaux calcaires du Brionnais.

10Les sols en sont médiocres, peu fertiles (Etlicher, Vitel 1993, avec bibliographie). À des dépôts superficiels souvent très caillouteux, s’ajoutent des formations imperméables d’argile qui font obstacle au drainage. Les positions les plus favorables à l’établissement de communautés d’agriculteurs sont finalement les rebords de terrasses alluviales, qui disposent de terrains plus légers et mieux drainés.

11L’occupation protohistorique du Roannais est peu connue en dehors de la ville même de Roanne. Cet état de fait doit autant à la focalisation de l’intérêt des chercheurs régionaux sur ce site, qui livre régulièrement des données archéologiques nouvelles depuis un siècle et demi, qu’à la difficulté de prospecter la campagne environnante, largement couverte de pâturages.

12L’occupation protohistorique antérieure à la période moyenne du second âge du Fer y était ainsi complètement ignorée jusqu’à ces dernières années, à l’exception de quelques dépôts d’objets métalliques de l’âge du Bronze, peu spectaculaires et d’origine parfois incertaine (Vaginay 1982 : 31‑34, sites nos 2, 3, 5, 18, 21, 22, 23) et des sites fortifiés dépourvus de datation : éperon barré très exigu de Perreux/ Les Heures (inédit), enceintes vitrifiées de Saint‑Alban‑les‑Eaux/Châtelus et Villerest/Châteaubrûlé (Bouttet 1912).

  • 3 À l’exception du site de Perreux/Le Pont de Rhins, tous les repérages ont été effectués lors de l’é (...)

13L’existence d’habitats protohistoriques (fig. 2) dans les environs de Roanne a été révélée par le suivi de travaux d’urbanisme et de voirie3. Ces indices demeurent modestes mais permettent de combler le vide archéologique du premier âge du Fer. De fait, des implantations humaines de cette époque jalonnent le cours inférieur du Rhins, affluent de la rive droite de la Loire qu’il rejoint à la hauteur de Roanne. Plusieurs de ces implantations, seulement localisées, se rapportent au Hallstatt C : Parigny/ Le Pont Mordon (vestige d’une construction circulaire sur le flanc d’une haute terrasse alluviale) et Notre‑Dame‑de‑Boisset/Château Noir (habitat avec silo sur le rebord de la même terrasse) ; d’autres sont à rattacher au Hallstatt D : Saint‑Vincent‑de‑Boisset/Chez Ruelle (mobilier colluvionné provenant probablement d’un habitat situé sur le rebord de la même terrasse) et Perreux/ Le Pont de Rhins (habitat de la fin du Hallstatt D (?) sur le rebord d’une terrasse moyenne, Vaginay 1983).

FIG. 2 ‒ Sites de l’âge du Fer en Roannais (CDAL del.). Cercle noir site de plaine ; triangle noir oppidum ; triangle vide éperon barré non daté. 1 Ambierle/Les Georges ; 2 Perreux/Les Heures ; 3 Roanne ; 4 Perreux/ Le Pont de Rhins ; 5 Saint‑Vincent‑de‑Boisset/Chez Ruelle ; 6 Notre‑Dame‑de‑Boisset/Château Noir ; 7 Parigny/Le Pont Mordon ; 8 Saint‑Alban‑les‑Eaux/Châtelus ; 9 Villerest/Château Brûlé ; 10 Saint‑Jean‑Saint‑Maurice/Jœuvre ; 11 Saint‑Priest‑la‑Roche/Salois. Équidistance des courbes de niveau : 100 m.

  • 4 Monnaie en électrum acquise par le musée de Roanne en 1867 (et volée vers 1900). L’inventaire manus (...)

14Les vestiges d’occupation du second âge du Fer sont peu nombreux en dehors de Roanne et de l’oppidum de Jœuvre. Si l’on exclut quelques signalements de tessons isolés sur des sites ruraux gallo‑romains, les seules découvertes notables sont celles d’Ambierle/Les Georges et de Saint‑Priest‑la‑Roche/Salois. Le premier site est à 15 km au nord‑ouest de Roanne, sur le piémont du massif de la Madeleine ; on conserve un petit lot de céramique datable de La Tène C découvert lors de sondages en 1937 (Périchon 1973 : 76 et pl. V ; mobilier en dépôt au musée Déchelette). Le deuxième, inédit (prospection B. Marchand, 1989), se signale également par un modeste ensemble de mobilier céramique datable de La Tène C et de La Tène D1, découvert dans un talweg bordant un étroit éperon des gorges de la Loire, à 11 km en amont de Jœuvre. Les objets isolés sont inexistants, sinon un statère au type de Philippe de Macédoine découvert en 1867 à Mably, à quelques kilomètres au nord du village gaulois de Rodumna (Coste 1871 : 11)4.

  • 5 Le trésor de Cordelle/Chévenet comprenait environ 900 (ou 1200 ?) statères d’or arvemes anépigraphe (...)

15L’oppidum de Jœuvre occupe un site de méandre au débouché des gorges de la Loire dans la plaine du Roannais, à 10 km au sud de la ville. Il est délimité par un important vallum qui recouvre un murus gallicus plus ancien (Périchon 1993) et a une superficie proche de 50 ha (Vaginay 1986). En l’absence d’explorations archéologiques suivies, on ignore l’ampleur et la durée de l’occupation gauloise du site. Tout au plus doit‑on signaler de nombreuses mentions de découvertes d’amphores vinaires républicaines, et celles, plus rares, de monnaies gauloises. Un important dépôt de monnaies arvernes de la première moitié du ie s. av. J.‑C. a également été découvert en 1830 à 2 km au sud de l’oppidum5.

1.2 La topographie du site et l’implantation gauloise

1.2.1 Le site

  • 6 – L’altitude moyenne de cette terrasse est de 280 m NGF. Les crues les plus fortes atteignaient au (...)

16L’agglomération moderne s’étend suivant une ligne parallèle au lit de la Loire, qui la borde du côté est, à 2 km seulement du débouché de ses gorges. Actuellement endigué, le cours du fleuve, probablement plus libre dans l’Antiquité, devait baigner le pied de la terrasse sur laquelle est implanté le site, à une dizaine de mètres au‑dessus du lit majeur6, entre les talwegs creusés par deux affluents mineurs, le Renaison et l’Oudan (fig. 3 et 4).

FIG. 3 ‒ Vue aérienne de Roanne vers l’ouest (1994). La flèche marque l’emplacement du centre du village gaulois.

cl. R.G./Comité régional de la recherche archéologique de Bourgogne

FIG. 4 ‒ Topographie du site de Roanne. 1 lit majeur de la Loire ; 2 anciens marais ; 3 extension supposée de l’agglomération à la fin du IIe s. av. J.‑C. ; 4 extension supposée de l’agglomération au début du Ier s. ap. J.‑C. ; 5 nécropole antique ; traits gras principaux cheminements antiques reconnus ou supposés. Le carré représente la zone agrandie de la fig. 5, no 1. Équidistance des courbes de niveau : 5 m. (CDAL de/.)

17La surface habitable était aussi limitée, à l’ouest, par une vaste zone marécageuse, comprenant deux points bas, dont la colonisation n’a été achevée que très récemment et dont le souvenir subsiste dans la toponymie. Le premier est le Marais de Roanne, situé immédiatement à l’ouest des murs du bourg médiéval et drainé dès le Moyen Âge afin d’alimenter ses douves ; son emplacement a été urbanisé au siècle dernier. Le second est le Grand Marais de Riorges, localisé 1 km plus à l’ouest, en cours de remblaiement et de lotissement. Une vue cavalière de la ville datée du début du xviie s. figure de façon très précise ces deux marais en arrière du bourg fortifié, le premier alors transformé en pâturages, le second encore en eau (Blin à paraître : fig. 4).

18L’habitat du second âge du Fer s’installe donc à la pointe sud d’une bande de terrain au sous‑sol sableux bien drainé située entre le fleuve et le marais. Une zone déprimée le sépare du site qui accueille, 800 m plus au sud, le cimetière du village gaulois et gallo‑romain.

19Divers vestiges montrent que cette topographie favorable avait déjà attiré des communautés humaines à plusieurs reprises avant le second âge du Fer, pendant la période néolithique et la Protohistoire. Toujours retrouvés dispersés à la base des niveaux d’occupation, ils ne permettent pas de localiser précisément les lieux d’implantation correspondants. Un seul chantier (61‑63, rue de Charlieu, sondages de 1989) a livré un horizon stratigraphique homogène du Néolithique final, mais la faible densité des vestiges recueillis indique seulement la proximité d’un site d’habitat, remanié par colluvionnement.

1.2.2 Le village gaulois

1.2.2.1 Historique de la recherche

20La richesse du sous‑sol roannais en vestiges gallo‑romains a été signalée dès le xviie s. La première mention d’objets gaulois date en revanche de la fin du xixe s. De fait, les découvertes effectuées avant la Seconde Guerre mondiale sont peu nombreuses. Le musée municipal ne conserve presque aucun objet d’époque gauloise collecté à l’emplacement du viens. Le plus anciennement mentionné est une monnaie d’argent, trouvée avant 1860 lors de la construction des casernes (route de Paris) (catalogue 1860 ; il s’agit probablement d’une monnaie au cavalier de la vallée du Rhône). La présence de Joseph Déchelette à la tête du musée à partir de 1893 ne change rien à la situation. Les vestiges gaulois découverts dans le sous‑sol de la ville, trop peu caractéristiques et toujours mêlés à ceux de la période romaine (en l’absence de méthode de fouille rigoureuse), sont rarement individualisés. Ainsi les seuls objets gaulois identifiés comme tels parmi les découvertes effectuées lors de la construction du collège Saint‑Joseph, en 1902, à l’emplacement exact du village protohistorique, sont trois monnaies de potin à la grosse tête (Déchelette 1902). À cette époque, les collections municipales sont surtout alimentées par les découvertes effectuées sur le site du cimetière antique, accidentelles, lors de la construction d’immeubles, ou provoquées, lorsque Déchelette fait explorer méthodiquement plusieurs parcelles en 1893. Cette riche moisson comporte quelques vases des iie et ier s. av. J.‑C., auxquels ce dernier prêtera cependant peu d’attention au moment de leur découverte, considérant que l’ensemble est datable du ier s. ap. J.‑C. (Déchelette 1903 : en particulier pl. V, no 2).

21La reconnaissance du village gaulois recouvert par l’agglomération roannaise ne se fait en réalité que cinquante ans après la mort de Déchelette, à la suite des explorations méthodiques engagées depuis la fin des années 50 (fig. 5). Une association archéologique locale, le Groupe de recherches archéologiques et historiques du Roannais, s’efforce depuis cette époque et jusqu’à ce que le service régional de l’Archéologie prenne le relais au début des années 80, d’enregistrer les découvertes occasionnées par les travaux d’urbanisme et de prévenir, dans la mesure de ses modestes moyens d’intervention, les destructions. Parallèlement, Marins Bessou explore méthodiquement le sous‑sol de l’institution Saint‑Joseph pendant les années 60. Il a la chance de mettre immédiatement la main sur des niveaux d’occupation bien stratifiés, accompagnés de fosses qui livrent un mobilier extrêmement abondant. Une méthode de travail rapidement forgée sur le terrain et beaucoup de perspicacité et d’intuition lui permettent d’élaborer un classement chronologique des mobiliers découverts, dont la publication définitive (Bessou 1976), qui intervient cinq ans après sa rédaction, marque un pas en avant significatif dans les recherches sur la fin du second âge du Fer en Gaule chevelue.

FIG. 5(1) Points de découverte des vestiges des IIe et Ier s. av. J.‑C. Triangles noirs occupation attestée depuis l’époque laténienne ; cercles noirs occupation depuis l’époque augustéenne. 1 rue Gilbertès (secteur agrandi) ; 2 13, rue Gilbertès (Blin 1996, découverte no 79) ; 3 rue de Charlieu (no 75) ; 4 rue de Charlieu (no 62) ; 5 rue Alexandre Roche (no 56) ; 6 Place Louis Flandre (no 44) ; 7 rue A. Thomas (no 88) ; 8 35, rue de Charlieu (no 64) ; 9 61‑63, rue de Charlieu (no 90). (2) Plan de synthèse des structures des IIe et Ier s. av. J.‑C. des chantiers Saint‑Paul, Gilbertès et Saint‑Joseph. En noir structures de la phase 1 ; en hachures structures de la phase 3.

CDAL del.

22Ces découvertes sont bientôt suivies d’autres à proximité immédiate, de l’autre côté de la rue Gilbertès. Provoquées par le percement d’un nouveau tracé de la route nationale 7 à travers la ville et échelonnées de 1966 à 1970, elles s’opèrent dans des conditions médiocres. Les chantiers successifs ouverts par Jean Poncet et le groupe archéologique de Roanne sont en effet soumis aux aléas des travaux édilitaires et manquent de la logistique nécessaire à une telle opération. Elle se conclura par la destruction, ou le bouleversement superficiel, de 12000 m2 de terrains recelant des vestiges archéologiques.

23Le site du cimetière antique fait également l’objet d’interventions répétées, échelonnées entre 1976 et 1986, à l’occasion de la restructuration du quartier qui le recouvre. La première, en 1976, effectuée sans moyens, se limite à des sondages manuels avant et pendant les terrassements. Les deux suivantes, qui bénéficieront d’une logistique plus décente, permettent de renouveler la connaissance du site funéraire, montrant que son occupation est continue depuis le iie s. av. J.‑C. (Poncet 1981 ; Guichard, Vaginay à paraître).

24En 1987, enfin, la construction d’un nouveau bâtiment scolaire dans l’enceinte de l’institution Saint‑Joseph –rebaptisée Saint‑Paul depuis la parution de l’ouvrage de Bessou– permet enfin d’explorer avec toute la minutie nécessaire un secteur de l’agglomération gauloise immédiatement contigu aux sondages des années 60.

1.2.2.2 Étendue du village

  • 7 Ces chantiers correspondent aux nos 59, 65 et 86 du répertoire des découvertes roannaises de Blin ( (...)

25Les trois chantiers ouverts de part et d’autre de la rue Gilbertès (désignés par la suite : chantier Saint‑Joseph, chantier Gilbertès et chantier Saint‑Paul ; fig. 5, no 1)7 ont livré des vestiges d’habitat assez semblables : couche d’occupation diffuse antérieure au iie s. av. J.‑C., occupation dense, structurée et stratifiée à partir du iie s., se prolongeant sans discontinuité à l’époque romaine. Il ne fait pas de doute que cet emplacement soit le centre de l’agglomération laténienne. Les découvertes et observations effectuées à sa périphérie permettent de cerner plus précisément ses limites.

26Vers le sud‑est, le village s’étend jusqu’à la bordure de la terrasse alluviale, comme le montrent des sondages dans la partie orientale de la rue Gilbertès (fig. 5, no 2) et des ramassages de tessons d’amphores vinaires républicaines lors de travaux dans l’enceinte de l’hôpital (fig. 5, no 3) et le long de la rue de Charlieu, lors du percement de la RN 7 (fig. 5, no 4).

27Vers le sud, le village semble ne pas atteindre l’enceinte du château médiéval. La construction d’une nouvelle poste en 1959, rue Alexandre‑Roche, (fig. 5, no 5) montre l’existence à cet emplacement de très riches niveaux augustéens, tandis que les vestiges plus anciens semblent à peu près inexistants (Cabotse, Périchon 1966). Les observations effectuées plus loin vers le sud‑ouest (place de‑Lattre‑de‑Tassigny et rue des Aqueducs) conduisent aux mêmes constatations.

28Vers l’ouest, les travaux, place Louis‑Flandre (fig. 5, no 6), n’ont mis en évidence que du mobilier d’époque romaine.

29Vers le nord, des sondages exploratoires effectués dans une grande parcelle longeant la rue Albert‑Thomas (fig. 5, no 7) ont’montré que les plus anciennes couches d’occupation de ce secteur étaient datables de la fin de la période augustéenne.

30Vers le nord‑est, des observations échelonnées tout au long de la rue de Charlieu (fig. 5, nos 8 et 9) indiquent également que l’occupation gauloise ne s’étend pas dans cette direction, la première installation antique n’étant pas plus ancienne que le changement d’ère.

  • 8 La superficie du site de Poncins/Goincet (Loire) atteint une dizaine d’hectares au ier s. av. J.‑C. (...)

31L’étendue de l’agglomération antérieure à la période augustéenne semble finalement ne pas excéder un carré de 200 m de côté. Sa superficie paraît donc plus faible que celle estimée pour les sites de plaine ségusiaves de Feurs et de Goincet8.

32À la période augustéenne, l’agglomération s’étend assez largement, d’abord vers le sud‑ouest, puis en direction du nord‑est. Sa superficie maximum (environ 30 ha) est atteinte avant le milieu du ier s. ap. J.‑C., la densité d’occupation demeurant plus forte à l’emplacement du noyau de peuplement gaulois.

33La topographie des lieux ne se prête absolument pas à la fortification. Ainsi, la défense du château médiéval s’appuie uniquement sur des circonvallations artificielles : rempart et fossé inondé par de l’eau canalisée depuis le marais tout proche. Il est donc très probable que le village gaulois soit demeuré un site ouvert. Néanmoins, la présence du marais à l’ouest et de l’escarpement du rebord de terrasse à l’est ne laisse qu’un cheminement possible, dirigé du nord‑est vers le sud‑ouest, qui peut être assez aisément contrôlé. Ce cheminement parallèle au fleuve, certainement très ancien, a largement conditionné les directions du développement de l’agglomération, autant dans l’Antiquité qu’aux périodes plus récentes. En effet, l’agglomération gallo‑romaine se situe exactement à l’endroit où un cheminement venant du sud se divise en deux itinéraires. L’un, dirigé vers le nord‑est, permet de gagner un lieu de franchissement du fleuve et se prolonge sur sa rive droite ; l’autre, dirigé vers le nord, suit l’autre rive (Blin à paraître). Il est tout à fait plausible que ce carrefour ait existé déjà à la fin de l’âge du Fer et soit à l’origine du développement du village.

1.3 Les chantiers

34La documentation qui sert de base à notre étude provient en quasi‑totalité des trois chantiers contigus de Saint‑Joseph, Gilbertès et Saint‑Paul. La qualité de l’information disponible pour chacune de ces opérations est néanmoins très inégale. Elle reflète l’importance des moyens mis en œuvre et l’évolution des méthodes d’enregistrement des données de fouille au cours des dernières décennies. On privilégiera donc celles issues de l’opération la plus récente, qui sont de loin les plus fiables et les plus précises, en les étoffant dans la mesure du possible avec celles provenant des autres chantiers.

1.3.1 Chantier Saint‑Paul

35Ce chantier a permis l’exploration exhaustive d’une surface de 500 m2 (fig. 6). Il s’est déroulé sur cinq mois, de mai à septembre 1987, sous la direction de Michel Vaginay. L’opération avait été provoquée par le projet de construction d’un bâtiment scolaire.

FIG. 6 ‒ Le chantier Saint‑Paul vu vers l’est. Le niveau dégagé est celui correspondant à la phase 3.

cl. CDAL

36La durée de l’intervention s’explique par la nature des vestiges archéologiques étudiés, dont les caractéristiques avaient heureusement été mises en évidence par les sondages préalables. Les niveaux d’occupation (jusqu’à 0,8 m) sont très finement stratifiés et recèlent des traces très nombreuses (mais souvent fugaces) de constructions en bois et en terre.

37La méthode utilisée est celle devenue classique en fouille urbaine : dégagement des structures archéologiques synchrones sur de grandes étendues et enlèvement dans l’ordre inverse de leur mise en place, indexation systématique des contextes stratigraphiques (sols, couches d’occupation, creusements et comblements de fosses, empreintes de poteaux et vestiges de construction...). Les numéros d’enregistrement définis sur la fouille (« unités stratigraphiques », US) et ceux créés pour regrouper les unités appartenant à un « fait » cohérent (une fosse et son comblement, une séquence d’aménagement d’habitation...) seront souvent rappelés dans le chapitre consacré à la description de l’organisation spatiale des structures d’habitat afin de faciliter une consultation éventuelle des archives de fouille. Ils seront toujours précédés du préfixe « SP » identifiant le chantier, de même que « SJ » se rapportera au chantier Saint‑Joseph et les sigles « G1 » à « G5 » aux différents sondages du chantier Gilbertès.

38On a pu individualiser à la base des dépôts archéologiques et sur la partie orientale du chantier une couche au mobilier peu abondant qui paraît dater d’une période antérieure à l’occupation gauloise la plus importante du secteur, tout en se rapportant aussi au second âge du Fer.

39L’occupation est dense et structurée à partir du iie s. av. J.‑C. Dans la partie orientale du chantier, un alignement de maisons a été dégagé, dont on a pu étudier l’évolution pendant un siècle (cf. infra fig. 14). Ailleurs ont seulement été repérés des aménagements annexes de ces habitations (puits, grenier, foyers, multiples fosses) (cf. infra fig. 14 et 15). Cette phase d’occupation s’achève avant le milieu du ier s. av. J.‑C. par un remblaiement systématique. D’autres constructions s’implantent peu après suivant de nouveaux alignements qui seront conservés pendant toute la durée de l’occupation romaine. Les vestiges en sont néanmoins beaucoup moins bien conservés en raison des nombreuses perturbations qui affectent le sol à cette époque (creusement d’une mare en particulier) (cf. infra fig. 20).

40À l’époque romaine, le secteur continue à être occupé par de l’habitat qui sera abandonné au iiie s.

1.3.2 Chantier Saint‑Joseph

41De 1961 à 1969, Marins Bessou a pratiqué sur les terrains de l’institution Saint‑Joseph d’assez nombreux sondages, suscités initialement par la construction d’un bâtiment scolaire et poursuivis par la suite dans des terrains libres (fig. 5, no 2 et infra fig. 11 et 18).

42Une superficie de 200 m2 environ d’un seul tenant a été explorée, complétée par des sondages ponctuels à l’est de la première fouille. La surface traitée en 1987 est immédiatement contiguë à l’un d’entre eux.

43Ces travaux firent l’objet de plusieurs articles (Bessou 1964 ; 1967) et surtout d’une monographie (Bessou 1976) qui proposait une vue d’ensemble des vestiges de l’occupation gauloise. Cette monographie est donc partielle puisqu’elle ne prend pas en compte les vestiges d’époque romaine. Par ailleurs, compte tenu de l’ampleur des données de fouille (volume estimé de 30 000 tessons de céramique, par exemple, hors amphore, contre 70 000 sur le chantier Saint‑Paul) et des moyens dont il disposait, l’auteur ne pouvait donner qu’une description très synthétique des données. Il aborde à peine le problème des structures d’habitat, dégagées sur de trop faibles surfaces pour permettre la reconstitution de plans cohérents. Il examine en revanche de manière détaillée les mobiliers, proposant un schéma d’évolution en trois périodes couvrant l’ensemble du ier s. av. J.‑C. Bien que cela ne transparaisse pas clairement à la lecture (le mobilier n’est pas présenté par ensemble clos), son raisonnement s’appuie sur des données stratigraphiques et sur des associations d’objets à partir du mobilier exhumé de fosses (cfinfra § 3.1). La comparaison avec les données du site voisin de Feurs nous a déjà permis de contrôler la justesse de ce système chronologique (Guichard 1988b : 154‑155).

44La présente publication prend en considération l’essentiel de la documentation de fouille de ce chantier. Elle tire parti des notes de fouille très précises de Bessou, qui permettent de reconstituer de façon fiable la stratigraphie et les associations de mobilier de la plupart des sondages, voire de repérer des traces de construction qui prolongent celles du chantier contigu de Saint‑Paul.

45La technique de fouille est en effet sommaire mais rigoureuse : le terrain est divisé en carrés, et le mobilier recueilli par niveaux. Tous les objets sont conservés, à l’exception des fragments d’amphores et des ossements. Les fosses et structures font toujours l’objet de relevés ou de croquis et les changements de nature du terrain sont enregistrés et cotés. Les objets particuliers (fibules, monnaies...) sont repérés en trois dimensions et dessinés sur le cahier de fouille. Il a donc été possible de reconstituer intégralement la stratigraphie des sondages, à l’exception de la grande fouille en aire ouverte du début des années 60, de corréler ces données avec les observations effectuées sur le chantier Saint‑Paul et de retrouver les lots de mobilier attachés aux couches repérées à la fouille. On a réindexé les structures et les unités stratigraphiques en utilisant les mêmes normes que celle utilisées sur ce dernier chantier.

46La stratigraphie générale est identique à celle observée en 1987, le principal apport de la fouille étant de fournir pour certaines phases d’occupation des ensembles clos de taille beaucoup plus importante que ceux découverts en 1987, qui sont autant de points de repère pour l’analyse de l’évolution des mobiliers.

1.3.3 Chantier Gilbertès

47La dernière zone ayant livré des couches d’occupation de l’âge du Fer se situe à quelques dizaines de mètres de la fouille de 1987, au sud de la rue Gilbertès (fig. 5, et infra fig. 10, 19 et 24). Occupée par des jardins jusqu’au milieu des années 1960, elle a été profondément bouleversée par la suite pour laisser la place à un nouveau tracé de la RN 7 contournant le centre‑ville et à un parc automobile attenant. La fouille a été menée entre 1966 et 1970 par le groupe archéologique de Roanne sous la direction de Jean Poncer et de Robert Périchon.

  • 9 Les minutes de fouille disponibles ne permettent pas de replacer précisément les sondages G2, G3 et (...)

48Cinq chantiers successifs, d’importance très inégale, ont été ouverts (désignés par la suite G1 à G5) et totalisent une surface d’environ 350 m2. Le plus vaste (G1) s’étend sur 250 m2. Le deuxième est une tranchée à la pelle mécanique réalisée à l’emplacement de la future voie, qui a permis de lever une coupe stratigraphique générale du site. Le troisième correspond à un sondage de faible ampleur au sud de G1, dont les données n’ont pas pu être exploitées par manque de précision des archives de fouille. En 1969, une nouvelle tranchée effectuée lors de travaux publics, élargie en quelques points, permet l’enregistrement de quelques données supplémentaires (G4). Enfin, en 1969 et 1970, une petite fouille de 60 m2 (G5) est ouverte au sud du sondage G39.

49L’essentiel de la documentation provient du premier chantier (Gl). La méthode de fouille est semblable à celle utilisée par Bessou : découpage du terrain en carrés et exploration des niveaux archéologiques par passes d’épaisseur arbitraire. On a donc dû se livrer au même travail de reconstitution des diagrammes stratigraphiques que pour le chantier précédent. Les couches archéologiques présentent les mêmes caractéristiques d’ensemble que les autres chantiers. Les structures d’habitat semblent néanmoins plus rares que dans la partie orientale du chantier Saint‑Paul, du moins dans les couches d’occupation des iie et ier s. av. J.‑C. Les niveaux gallo‑romains comportent en revanche de nombreux vestiges de constructions maçonnées.

50Les observations effectuées dans les autres sondages montrent une même densité de vestiges d’occupation des iie et ier s. av. J.‑C. Seul le chantier G5 se distingue par les structures d’habitat gauloises bien caractérisées qu’il a révélées, absentes dans les autres sondages.

51Toutes ces opérations n’ont fait l’objet que de publications ponctuelles.

1.4 Limites chronologiques de l’étude

52La limite haute de l’étude est celle fixée par le mobilier disponible. L’occupation du site n’est continue et bien documentée qu’à partir d’une période avancée de La Tène C (iies. av. J.‑C.). Une occupation gauloise plus ancienne a néanmoins été repérée mais la solution de continuité qu’elle présente avec celle de la fin de la période laténienne, discernable tant par le faciès du mobilier que par la stratigraphie, nous a conduits à en isoler les témoins et à les examiner séparément (cf. infra § 1.5). Les deuxième et troisième parties traiteront de façon beaucoup plus détaillée des structures d’habitat et du mobilier des iie et ier s. av. J.‑C.

53La limite basse est bien moins aisée à définir, l’occupation se prolongeant sans rupture à l’époque romaine. Ainsi, aucune coupure stratigraphique franche n’existe, sur le chantier Saint‑Paul, entre les couches laténiennes et gallo‑romaines. Celles de la seconde moitié du ier s. av. J.‑C. y sont de plus largement arasées, ce qui empêche souvent de mettre en relation les constructions et les ensembles clos de mobilier, qui proviennent toujours de fosses.

54L’introduction de techniques de construction d’origine méditerranéenne (tuiles en terre cuite, maçonneries de pierre et de mortier) ne peut servir de point de repère parce qu’elle semble progressive et ne s’accompagne pas de la mise en place concertée d’un nouveau cadastre urbain, qui aurait conduit à un scellement facilement repérable des couches antérieures.

55Le moyen le moins artificiel de définir cette limite est donc d’utiliser l’évolution du répertoire du mobilier. Reprenant le point de vue de Bessou (1976 : 5), qui arrête son étude à l’apparition de la céramique sigillée et des bols peints de type Roanne, on a retenu plusieurs critères typologiques dont la disparition ou l’apparition semble à peu près concomitante et datable de la fin du ier s. av. J.‑C. (ce qui sera précisé par la suite) :
‒ apparition de vases du service 2 de la terre sigillée de type italique ;
‒ apparition de la terra nigra (au sens le plus étroit, c’est‑à‑dire les productions estampillées à pâte kaolinique de la vallée de l’Allier ; Genin et al. 1992) ;
‒ apparition des bols peints globulaires typiques des ateliers roannais du ier s. ap. J.‑C. (caractérisés par leur pâte et leur morphologie) ;
‒ diversification des types d’amphores (aux dépens des amphores vinaires républicaines) ;
‒ disparition de la céramique indigène façonnée sans tour ;
‒ disparition de types de décors de céramique caractéristiques de la phase précédente (molette, peigne, lissage).

56Parmi les ensembles clos de mobilier disponibles, trois seulement sont difficiles à classer d’après ces critères, parce qu’ils se placent exactement à la charnière que ces derniers définissent (fosses SP 23 [F25] et SP 22 [F26] ; fossé SP 30 [F24]). Nous les avons retenus parce que le mobilier de tradition « gauloise » y est encore fortement représenté, mais il n’est pas possible d’affirmer qu’ils sont sensiblement plus anciens que les premières fosses qui sont étudiées dans le volume consacré à l’occupation gallo‑romaine du site (ainsi la fosse SP 30, ici considérée, appartient à la même structure qu’une autre, SP 27, étudiée dans le second ouvrage).

57De la même façon, les structures d’habitat appartenant à ce dernier horizon ont été prises en compte seulement lorsqu’elles prolongeaient des aménagements mis en place à une date plus ancienne.

1.5 La première occupation gauloise

1.5.1 Les traces d’occupation

58Une couche bien individualisée, située en dessous de celles des iie et ier s. av. J.‑C., a été repérée dans la partie orientale du chantier Saint‑Paul et dans deux sondages du chantier Saint‑Joseph (TB et TD), dans le secteur où l’occupation de l’âge du Fer présente la stratification la plus fine, soit environ 140 m2. L’existence de mobilier similaire à celui livré par ce niveau dans les couches profondes du chantier Gilbertès (G1) suggère qu’elle s’étendait vers le sud mais n’a pas été isolée au moment de la fouille.

59Cette couche est scellée par le plus ancien sol des habitations de la phase d’occupation suivante. Aucune stratification n’y a été reconnue, sa limite avec le sable du terrain naturel étant diffuse. Sur le chantier Saint‑Paul (fig. 7), une zone rubéfiée d’un mètre carré signale l’emplacement d’un foyer très érodé. À proximité a été retrouvée une rigole est‑ouest, de profil évasé en U (largeur de 0,5 m ; profondeur de 0,2 m) conservée sur une longueur de 3,5 m. Quelques fosses ou trous de poteaux peu profonds ont également été observés mais aucun plan de bâtiment n’est identifiable. Bessou signale aussi de nombreux trous de piquets (près de trente) et cinq fosses de faibles dimensions (diamètre et profondeur inférieurs à 0,5 m).

FIG. 7 ‒ Saint‑Paul : structures de la première occupation gauloise. En gris niveau d’occupation ; en gris foncé structures en creux ; en pointillé foyer.

CDAL de/.

60Un groupe de quatre fosses du chantier Saint‑Paul situées à une dizaine de mètres plus à l’ouest se rapporte aussi à cette occupation ancienne. L’une (SP 16114, diamètre : 0,3 m ; profondeur : 0,5 m) contenait des pierres de calage et des tessons provenant de quatre céramiques complètes.

61Le caractère diffus des vestiges de cette occupation (le mobilier associé est peu abondant et le sédiment est peu tâché par de la matière organique ou du charbon de bois, contrairement aux couches supérieures), sa faible extension et son érosion sans doute importante (qui se signale en particulier par le médiocre état de conservation du seul foyer repéré) ne permettent pas de préciser sa nature. La solution de continuité qui paraît exister avec les couches plus récentes oblige à émettre des réserves sur l’hypothèse, pourtant séduisante, qui consisterait à considérer que cette occupation ancienne –au demeurant mal datée (cf. infra)– témoigne de l’installation définitive d’un habitat groupé sur le site.

1.5.2 Le mobilier

62Le mobilier sûrement associé à cette couche d’occupation ancienne est peu abondant. Pour le chantier Saint‑Joseph, n’a été pris en compte que le mobilier issu avec certitude des niveaux les plus anciens des sondages, ce qui explique que la liste d’objets est plus réduite que celle fournie par Bessou (1976 : 28‑31).

63Le mobilier métallique caractéristique est quasi inexistant. Néanmoins on doit considérer comme un témoignage de cette occupation ancienne une bouterolle de fourreau massive, caractéristique de La Tène B (cf. infra § 3.3.2.1 et pl. 113, no 30 ; objet retrouvé dans un contexte daté des horizons 1‑2), et, de façon plus incertaine, deux fragments d’un bracelet en alliage cuivreux à décor de faux grènetis, considéré comme typique du IIIe s. mais retrouvé dans un niveau daté du ier s. ap. J.‑C. (cf. infra § 2.2.1.3 et pl. 109, no 24).

64Cinq monnaies en proviennent en revanche avec certitude (cf. infra § 2.4, nos 11, 20, 21, 24, 27 et pl. 123 et 124). Il s’agit d’oboles massaliètes de titre élevé dont une partie au moins appartient sûrement à des séries émises entre le ive et le iie s.

65La céramique méditerranéenne d’importation est représentée par les fragments d’au moins deux cruches à pâte siliceuse orangée et décor de bandeaux rouges avec surpeints bruns appliqués avant cuisson (pl. 2, nos 19‑21). Elles semblent appartenir à des productions originaires de la vallée du Rhône et datées des ive et iiie s. (Perrin 1990 : 142).

66La céramique indigène (tabl. II ; pl. 1 à 3) présente des particularités qui permettent de la distinguer aisément de celle des couches postérieures, en particulier l’absence totale de vases tournés. Le répertoire de formes est difficile à identifier en raison de la fragmentation élevée des vases. On s’est contenté de cataloguer systématiquement les vases du chantier Saint‑Paul, en ne retenant que les fragments particuliers sur les autres chantiers.

TABL. II ‒ Mobilier céramique de la première occupation gauloise (IVe‑IIIe s. av. J.‑C.) : effectifs des ensembles étudiés.

67Les céramiques modelées grossières sont les plus abondantes (82 % des tessons et 68 % des vases). Les formes hautes fermées (14 ex.) comprennent des vases généralement efflanqués, à col droit simple (6 ex.) ou marqué par un épaulement (3 ex. ; pl. 3, no 1) et des vases à col rentrant (4 ex., dont 1 complet), parfois à carène vive (pl. 1, no 1, pl. 2, no 2). La paroi extérieure peut posséder une finition grattée ou égalisée et est généralement décorée d’incisions ponctuelles à la liaison du col et de la panse. Les formes basses se limitent à des écuelles. Huit d’entre elles sont entièrement lissées, comme les écuelles de la classe 5 en céramique modelée des horizons postérieurs, mais elles s’en distinguent par leur profondeur et le profil peu marqué de leur lèvre (pl. 2, nos 8, 9, 22‑24). Un autre type, qui correspond à des vaisseaux de grande dimension à finition seulement égalisée et décor imprimé au doigt sur la lèvre, se retrouvera inchangé jusqu’au milieu du ier s. av. J.‑C. (3 ex. ; pl. 1, nos3‑5, pl. 2, no 23). Une variante de ce dernier type comporte une excroissance appliquée sur le sommet de la lèvre.

68La catégorie la plus caractéristique, bien que minoritaire, est une céramique fine de technologie plus élaborée, probablement finie à la tournette, soigneusement polie et souvent pourvue de décors lustrés complexes. Le répertoire morphologique comprend surtout des formes hautes fermées, représentées par des lèvres arrondies lissées (6 ex. ; pl. 2, nos 10‑11), plusieurs pieds hauts creux (pl. 2, nos 16, 26‑28) et quelques fragments de paroi à décor lustré, des jattes carénées profondes lissées (3 ex. ; pl. 1, no 2, pl. 2, no 29) et des assiettes à lèvre en bourrelet (1 ex. ; pl. 2, no 12). Le décor lustré, quand il existe, est toujours tracé sur la surface préalablement polie du vase. Ce procédé, qui rend le décor peu lisible, a disparu dans les horizons postérieurs. Les décors sont variés, de construction souvent élaborée et résolument différente des décors lissés plus récents (pl. 2, nos 17, 18, 30‑32, pl. 3, nos 10‑16).

69La céramique de cette catégorie a presque totalement disparu des ensembles de l’horizon 1, à l’exclusion toutefois d’un gros fragment de vase haut de la fosse SP 50 (horizon 2 ; pl. 96, no 1), qui s’explique probablement par la conservation prolongée d’un objet. Cet ensemble de mobilier présente en revanche de fortes affinités avec celui du Châtelard de Lijay (Béfort et al. 1986), auquel a pu aussi être rattaché un petit lot de mobilier de Feurs (Vaginay, Guichard 1988 : 16‑17). Il se caractérise par un faciès à céramique fine régularisée à la tournette, enfumée et parfaitement lissée, généralement dotée de décors lustrés, dont le répertoire de formes comporte surtout des vases à piédestal et des jattes carénées. Les vases en céramique modelée possèdent souvent un profil plus simple que ceux des horizons postérieurs qui en dérivent : les écuelles ont une lèvre peu marquée, les vases hauts sont efflanqués (quand ils ne possèdent pas, au contraire, une carène vive caractéristique). Une datation précise de l’ensemble est impossible dans l’état actuel de la documentation. Ce faciès ne peut se prolonger au‑delà de la fin du iiie s. en raison des différences qu’il présente avec celui de l’horizon 1, placé dans la première moitié du iie s. L’époque de sa formation ne pourra être appréciée que lorsque l’on disposera de suffisamment d’ensembles de référence dans le cadre régional. La série de Lijay nous avait semblé continuer un ensemble homogène et peu étalé dans le temps. Au vu des quelques objets métalliques auxquels elle était associée, nous avions proposé son rattachement à la phase culturelle La Tène B2. L’identification récente des fragments de céramique à vernis noir du site à de la vaisselle attique suggère en fait de vieillir tout ou partie de la série. Nous nous contenterons donc de proposer une fourchette très large pour le mobilier roannais de cette première occupation gauloise : le ive et le iiie s. Il a du moins l’intérêt de témoigner, comme à Feurs, d’une présence humaine sur le site dès les phases anciennes du second âge du Fer, alors que cette époque est complètement inconnue par ailleurs en plaine dans le département de la Loire.

Notes

1 L’extension vers l’est du territoire ségusiave se déduit de César – « Inde in Allobrogum fines, ab Allobrogibus in Segusiauos exercitum ducit. Hi sunt extra prouinciam trans Rhodanum priml. » [de là, il conduit ses troupes chez les Allobroges, et des Allobroges chez les Ségusiaves. C’est le premier peuple qu’on rencontre hors de la Province au‑delà du Rhône.] (Bellum gallicum, I, 10, 5) ; « Hic constituas rebus Haeduis Segusiauisque, qui sunt finitimi [ei] prouinciae, decem milia pedltum imperat. » [Ces mesures prises, il ordonne aux Éduens et aux Ségusiaves, qui sont à la frontière de la Province, de mettre sur pied dix mille fantassins.] (Bellumgallicum, VII, 64, 4) –, de Strabon – « Κατελθὡν δέ εἰς τὰ πεδία τῆς χώρας τῆς ’Αλλοβρἰγων καἰ Σεγοσιανῶν συμβάλλει τῷ "Αραρι κατὰ Λούγδουνυν πόλιν τῶν Σεγοσιανῶν. » [Puis, descendant vers les plaines du pays des Allobriges et des Ségusiens, il [Le Rhône] s’unit à l’Arar à Lugdunum, ville des Ségusiens] (Géographie, IV, 1, 11) –et de Pline– « Secusiani […] in quorum agro colonia Lugdunum » [Les Ségusiaves, sur le territoire desquels se trouve Lyon] (Hist. nat., III, V, 4) –. L’ambiguité d’un passage de Strabon – « Προκάθηται δέ τοῦ ἔθνους τωῦ Σεγοσιανῶν ή πόλις αὕτη » [cette ville [Lugdunum] est la première du peuple des Ségusiens] (Géographie, IV, 3, 2)–, qui nous est parvenu corrompu par les copistes, a fait beaucoup gloser sur le statut juridique de la cité ségusiave et ses relations avec la colonie au début de l’époque impériale (Goudineau 1989 : 29‑30). Il semble finalement, au vu des données historiques, épigraphiques et archéologiques, qu’il faille considérer la teneur de ce passage comme une Indication seulement spatiale : Lyon est en avant du territoire des Ségusiaves (avis auquel se range désormais Chr. Goudineau ; inf. orale).

2 Les auteurs de la récente synthèse sur ce site considèrent la principale découverte, une vaste enceinte fossoyée rectangulaire datable de la fin du iie s. ou du début du ier s. av. J.‑C. (horizon 3 de Roanne, cf. infra) comme un aménagement « cultuel », tirant surtout argument de la présence d’un puits dans l’enceinte, à l’image de certains sanctuaires laténiens d’Allemagne du Sud (comme Otzhausen ou Fellbach‑Schmiden). Il semble néanmoins qu’une cruche en céramique datable du iiie s. ap. J.‑C. et conservée au musée Déchelette (inv. 476 ; don P. de Varax, 1895) fasse partie des vases à puiser signalés par le fouilleur dans son comblement, ce qui indique qu’il n’a rien à voir avec les aménagements laténiens. Par ailleurs, la dispersion des vestiges laténiens dans un rayon d’un kilomètre autour d’Amplepuis montre que l’occupation de cette époque ne se réduit pas à cette seule enceinte.

3 À l’exception du site de Perreux/Le Pont de Rhins, tous les repérages ont été effectués lors de l’étude d’impact archéologique du contournement routier est de l’agglomération roannaise (observations inédites de 1989‑1990, V. Guichard). Parmi les découvertes se rattachant aux périodes anciennes de l’âge du Fer, une fibule à double spirale des collections du musée Déchelette (inv. 583 ; Périchon 1973 : pl. II, no 1) que les inventaires signalent comme de provenance roannaise est certainement à exclure de la liste des témoignages fiables d’occupation de cette période (comme le fait Déchelette, qui s’abstient de la mentionner dans son Manuel), de même qu’un dépôt de bracelets d’Ambierle, connu seulement par des dessins d’un amateur peu éclairé du XIXe s. (Vaginay et al. 1981 : 24, site 1) et les prétendus tessons de céramique grecque de l’oppidum de Jœuvre (Vaginay 1986 : 66, note 5).

4 Monnaie en électrum acquise par le musée de Roanne en 1867 (et volée vers 1900). L’inventaire manuscrit du musée en donne la description suivante : « Face : tête de Philippe de Macédoine ; revers : un cocher armé d’un fouet conduisant un bige, au‑dessous le mot PHILIPPON en caractères grecs ; entre les jambes d’un cheval un lambda », qui permet son identification vraisemblable au type dit « au monogramme alpha‑rhô », dont la zone de diffusion recouvre l’ensemble de la Gaule du Centre‑Est (Fischer 1991 : 139).

5 Le trésor de Cordelle/Chévenet comprenait environ 900 (ou 1200 ?) statères d’or arvemes anépigraphes (Loriot et al. 1987 : 77). Les seules restes probables de cette découverte, immédiatement dispersée, sont trois pièces du médaillier du musée départemental des Antiquités de Rouen, acquises vers 1840 sur le marché de l’art parisien.

6 – L’altitude moyenne de cette terrasse est de 280 m NGF. Les crues les plus fortes atteignaient au XIXe s. la cote de 273 m NGF, avant l’endiguement du fleuve.

7 Ces chantiers correspondent aux nos 59, 65 et 86 du répertoire des découvertes roannaises de Blin (à paraître).

8 La superficie du site de Poncins/Goincet (Loire) atteint une dizaine d’hectares au ier s. av. J.‑C. Des observations récentes inédites montrent par ailleurs que l’étendue du village qui a précédé la ville romaine de Feurs est à La Tène DI au moins le double des 5 ha qui ont été proposés (Vaginay, Guichard 1988 : 24).

9 Les minutes de fouille disponibles ne permettent pas de replacer précisément les sondages G2, G3 et G4, qui ne figurent donc pas sur la figure 15.

Table des illustrations

Légende FIG. 1 ‒ Peuplement gaulois et gallo‑romain du nord‑est du Massif central. Carré chef‑lieu de cité gallo‑romaine ; cercle autre agglomération gallo‑romaine ; triangle oppidum ; symbole plein occupation laténienne attestée. Sont également figurées les limites supposées de la cité ségusiave au Haut‑Empire (d’ap. Longnon 1885 : fig. 1 et 2), les principaux itinéraires routiers d’époque romaine et les reliefs supérieurs à 400 m.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43313/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Légende FIG. 2 ‒ Sites de l’âge du Fer en Roannais (CDAL del.). Cercle noir site de plaine ; triangle noir oppidum ; triangle vide éperon barré non daté. 1 Ambierle/Les Georges ; 2 Perreux/Les Heures ; 3 Roanne ; 4 Perreux/ Le Pont de Rhins ; 5 Saint‑Vincent‑de‑Boisset/Chez Ruelle ; 6 Notre‑Dame‑de‑Boisset/Château Noir ; 7 Parigny/Le Pont Mordon ; 8 Saint‑Alban‑les‑Eaux/Châtelus ; 9 Villerest/Château Brûlé ; 10 Saint‑Jean‑Saint‑Maurice/Jœuvre ; 11 Saint‑Priest‑la‑Roche/Salois. Équidistance des courbes de niveau : 100 m.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43313/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende FIG. 3 ‒ Vue aérienne de Roanne vers l’ouest (1994). La flèche marque l’emplacement du centre du village gaulois.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43313/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Légende FIG. 4 ‒ Topographie du site de Roanne. 1 lit majeur de la Loire ; 2 anciens marais ; 3 extension supposée de l’agglomération à la fin du IIe s. av. J.‑C. ; 4 extension supposée de l’agglomération au début du Ier s. ap. J.‑C. ; 5 nécropole antique ; traits gras principaux cheminements antiques reconnus ou supposés. Le carré représente la zone agrandie de la fig. 5, no 1. Équidistance des courbes de niveau : 5 m. (CDAL de/.)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43313/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende FIG. 5(1) Points de découverte des vestiges des IIe et Ier s. av. J.‑C. Triangles noirs occupation attestée depuis l’époque laténienne ; cercles noirs occupation depuis l’époque augustéenne. 1 rue Gilbertès (secteur agrandi) ; 2 13, rue Gilbertès (Blin 1996, découverte no 79) ; 3 rue de Charlieu (no 75) ; 4 rue de Charlieu (no 62) ; 5 rue Alexandre Roche (no 56) ; 6 Place Louis Flandre (no 44) ; 7 rue A. Thomas (no 88) ; 8 35, rue de Charlieu (no 64) ; 9 61‑63, rue de Charlieu (no 90). (2) Plan de synthèse des structures des IIe et Ier s. av. J.‑C. des chantiers Saint‑Paul, Gilbertès et Saint‑Joseph. En noir structures de la phase 1 ; en hachures structures de la phase 3.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43313/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Légende FIG. 6 ‒ Le chantier Saint‑Paul vu vers l’est. Le niveau dégagé est celui correspondant à la phase 3.
Crédits cl. CDAL
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43313/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende FIG. 7 ‒ Saint‑Paul : structures de la première occupation gauloise. En gris niveau d’occupation ; en gris foncé structures en creux ; en pointillé foyer.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43313/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Légende TABL. II ‒ Mobilier céramique de la première occupation gauloise (IVe‑IIIe s. av. J.‑C.) : effectifs des ensembles étudiés.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43313/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 23k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search