Version classiqueVersion mobile

Voies romaines du Rhône à l’Èbre : via Domitia et via Augusta

 | 
Mayans [A.I. M.] Alex
, 
Ayglon [H.A.] Henry
, 
Got Castellvi [S.G.C.] Sabine
, 
et al.

Partie 3. Structure de la voie et organisation de l’espace

Chapitre 1. Structure de la voie (fig. 114, fig. 116, fig. 117)

Martine Schwaller, Laurent Vidal, Didier Paya, Marc Lugand, Christian Gavage et Jean Laforgue

Résumé

Une fouille de sauvetage, réalisée extra muros, à proximité de la porte d’Auguste, a permis de reconnaître une zone de circulation bordant une petite construction, sans doute à destination funéraire. Cet espace de circulation, constitué de recharges successives et ne portant pas de trace d’ornières, est interprété comme un bas‑côté de la via Domitia réservé à la circulation pédestre. Pour sa phase ancienne, cet aménagement est daté de l’extrême fin du Ier s. av. n.è., période de construction des remparts et d’aménagement de la porte toute proche.

Au mois de novembre 1988 fut pratiquée la fouille d’un gué aménagé permettant le passage de la via Domitia sur le cours d’eau, appelé Salaison, et d’un tronçon de la voie sur un terrain jouxtant cette structure, sur la commune du Crès (Hérault). La voie se compose d’un blocage supportant un mélange destiné à soutenir le charroi, se présentant sous forme de blocs de petites tailles, de dalles, de graviers et de sable. Sur ses côtés furent aménagés deux talus, dont l’un a pu supporter une circulation pédestre. Cette voie semble avoir été restaurée deux fois ; tous aménagements confondus, elle mesurait entre 10 m et 11,50 m de large. La largeur des voies successives varie entre 3,90 m et 5,15 m.

Dans le secteur Pinet‑Florensac (Hérault) la via Domitia se présente sous la forme d’un important talus. Le simple nettoyage d’une coupe transversale a permis d’étudier la structure interne de la voie. Cinq phases de construction et d’entretien ont été observées. Le premier niveau de roulement est constitué d’une couche de galets compactés sur un sédiment fin. L’entretien de la structure fait intervenir ensuite les mêmes matériaux : nivellement de l’ancien ballast et pose d’un cailloutis damé. Le talus est lui aussi exhaussé, il semble avoir eu, pour fonction seconde, celle d’un trottoir ou d’un espace de dégagement.

Les prospections menées sur le terrain entre Le Boulou (versant nord des Pyrénées) et La Jonquera (versant sud) –soit sur une distance de 12 km environ– ont permis d’établir que la voie se ramifiait en un véritable réseau de cheminements parallèles (vallée de la Rom, vallée de la Freixe, voie de crête par La Cluse Haute) empruntés à un moment ou à un autre de l’Antiquité et du Moyen Âge. Au vu des quelques traces encore visibles sur les parcours des différentes branches, il a pu être établi un répertoire des techniques de construction mises en œuvre pour l’aménagement de la voie en montagne.

Texte intégral

1.1 La via Domitia aux abords de la porte d’Arles et de Beaucaire, à Nîmes

1m. schwaller, l. vidal

1.1.1 Introduction

  • 1 L’intervention de sauvetage se place 80 m à l’est de cette porte dite également porte d’Auguste.

2En 1986, une fouille de sauvetage préalable à la construction d’un parc de stationnement souterrain a été réalisée rue Condé à Nîmes par M.‑G. Colin, M. Schwaller et L. Vidal. L’intérêt de l’intervention repose dans sa localisation à proximité immédiate d’un secteur sur lequel les études d’urbanisme, en particulier celles réalisées par J. Benoît (1981 : 73), et les études sur le tracé de la via Domitia, entre Beaucaire et Nîmes (depuis le xixe s. : Charvet 1874 ; Aurès 1865 et 1877 ; Denizot 1958) ont attiré l’attention puisqu’il constitue le principal accès connu à la ville antique, matérialisé par la porte d’Arles et de Beaucaire1. Celle‑ci, marquant semble‑t‑il l’aboutissement du decumamis maximus (l’actuelle rue Nationale), constitue un passage obligé : plusieurs routes ou chemins y convergent sous la forme d’une « patte d’oie » formée sur le parcellaire moderne par les rues Condé, Séguier (vers Arles) et P. Sémard (via Domitia). Cette dernière, au carrefour du Plan‑Vacher, oblique au nord‑est et se prolonge sous le nom de chemin d’Avignon, la branche est se nomme alors rue de Beaucaire puis route de Beaucaire.

3La présence d’un ou plusieurs axes routiers majeurs dont la via Domitia, mais surtout les découvertes anciennes de sépultures romaines (Germer‑Durand 1866 ; Revoil 1868 ; Espérandieu 1926) aux alentours immédiats du lieu de l’intervention de sauvetage, ont permis d’envisager l’existence d’un secteur de nécropole antique.

4La fouille a mis au jour une zone de circulation longeant un petit monument (fig. 109). La surface d’exploration était de 100 m2 environ, et seuls 40 m2 de l’espace de circulation et une partie de l’édifice ont été reconnus. Les deux structures ont été explorées au moyen d’un sondage stratigraphique, de 4,50 m sur 1,50 m et 2,20 m de profondeur, jusqu’au substrat géologique (fig. 110).

FIG, 109 ‒ Nîmes : situation des vestiges découverts par rapport au tracé théorique de la via Domitia.

d’apr. M.S. et L.V., M.H./MC del.

FIG. 110 ‒ Coupe nord‑sud du bâtiment et de la voie.

d’apr. M.S. et L.V., M.H./MC del.

1.1.2 La surface de circulation

  • 2 Les recharges ponctuelles ont été éliminées de la représentation graphique de la stratigraphie.

5Huit plans de circulation successifs ont été individualisés2 s’organisant en deux grandes étapes de fonctionnement.

  • 3 De gros blocs sont employés pour les premières assises de fondation. Description suivant les normes (...)

6Dans une première phase (fig. 111), débutant soit à la fin du ier s. av. n.è., soit autour du changement d’ère et se terminant un peu avant la fin de la première moitié du ier s. ap. J.‑C., la zone de circulation est limitée au nord par un mur de pierres sèches (U.S. 1103), conservé sur 1,50 m de hauteur, à parement unique et constitué d’assises irrégulières de moellons bruts de calcaire (Poupet, Chazelles 1988)3. La première surface de circulation (U.S. 1157) se constitue sur le substrat pédologique, une argile brun‑rouge (U.S. 1158). Elle est surmontée de remblais, le plus ancien (U.S. 1153) datable du changement d’ère (10 av. J.‑C./10 ap. J.‑C.), supportant quatre niveaux de circulation dont seuls les deux derniers sont empierrés. La plupart des niveaux de fonctionnement sont liés au mur (U.S. 1103), mais il faut cependant observer que leur structure se modifie à son contact : en effet, ils sont alors mieux constitués en « dallage » s’ils sont caillouteux, ou plus damés s’ils sont simplement en terre et cela comme si cette bordure était aménagée intentionnellement de façon plus plane. Par ailleurs, on s’aperçoit que cette frange reçoit moins de recharges, celles‑ci affectant les parties les plus centrales de la surface fouillée.

FIG. 111 ‒ Les vestiges au cours de la première phase de fonctionnement.

M.S. et L.V./MC del.

  • 4 Datation du dernier niveau de circulation bien conservé.

7Dans une seconde phase de fonctionnement (fig. 112), de la fin de la première moitié du ier s. de n.è. à la fin du troisième quart du ier s.4, les niveaux de circulation sont désormais indépendants du mur (U.S. 1103) qu’ils recouvrent et s’appuient alors directement contre le parement extérieur du petit bâtiment. Leur aspect se modifie ; ils sont constitués de « galets » de calcaire très imbriqués, liés par une argile très compacte, sur lesquels se trouvent d’abondants fragments de poterie écrasés.

FIG. 112 ‒ Les vestiges au cours de la deuxième phase de fonctionnement.

M.S. et L.V./MC del.

  • 5 Pour la première phase : U.S. 1153 + 1152 ; pour la deuxième phase : U.S. 1098 + 1094.
  • 6 Pour la première phase : U.S. 1137 + 1133 ; pour la deuxième phase : ILS. 1087 + 1091.
  • 7 Le pendage est de 7 % pour la première phase, obtenu en accumulant les apports de terre contre le m (...)

8Au cours de chaque phase, on observe une constante dans le mode d’empilement des strates : ainsi, aux premiers niveaux de remblais (le plus souvent argileux) ou aux premières surfaces de circulation5 (fig. 110) quasiment horizontaux, succède un remblai très hétérogène6 à fort pendage nord‑sud7. Les sédiments et les niveaux de circulation accumulés par la suite se contentent de rattraper peu à peu la dénivellation en recouvrant totalement la partie haute du remblai ou en s’appuyant seulement sur elle, La mise en place de ces remblais pentus a été faite, pour la première phase, à peine une dizaine d’années après le changement d’ère, et pour la seconde phase vers le milieu du iers. ap. J.‑C.

1.1.3 Le monument

9C’est au cours de la première phase que le monument est construit : il recoupe largement le mur limitant la zone de circulation, tout en étant isocline. Il s’agit d’une construction rectangulaire enterrée dont seuls trois côtés ont été dégagés. I.’espace intérieur a une largeur de 2,50 m et une longueur minimale observée de 3,35 m. Les murs de moellons smillés, montés à joints secs et parementés du côté interne seulement, ont 0,65 m d’épaisseur et sont liés au mortier de chaux. Le sol est constitué de moellons, posés sur leur queue, semblables à ceux employés dans les murs.

  • 8 Nous devons la consultation des rapports à l’aimable autorisation de M.‑V. Lassalle.

10La destination première de cette structure est certainement funéraire, comme tend à le faire penser la comparaison avec les découvertes antérieures le long de la route de Beaucaire. En effet, trois constructions semblables, d’après les descriptions des inventeurs, ont été mises au jour depuis la fin du xixe s. le long de la via Domitia : la première, découverte en 1899, était accompagnée de cinq sépultures (Vigne 1899) ; la seconde, découverte en 1961, était accompagnée de trois sépultures (Lassalle 1961)8 et longée par une surface de circulation interprétée par le fouilleur comme étant la via. Domitia ; la troisième, découverte en 1958 (Lassalle 1958a, b, c ; Gallet de Santerre 1959a, b) contenait des fragments architecturaux et sculpturaux appartenant à un monument funéraire (Varène 1970).

1.1.4 Un bas‑côté de la via Domitia

11À aucun moment de son fonctionnement l’espace de circulation ne comporte de traces d’ornières. Cependant, l’abondance des recharges et des réfections montre que si elle ne constitue pas une chaussée à proprement parler, elle participe, en tant que bas‑côté réservé à la circulation pédestre, à un axe de circulation intense. Il faut rapprocher ce dispositif de celui, plus complet, mis en évidence lors de la fouille, à l’entrée d’Aix‑en‑Provence, d’un tronçon de la voie Aurélienne (Nin, Charlet 1987). Celui‑ci se composait de deux éléments parallèles bien distincts, séparés par une modeste rangée de blocs : la chaussée et le bas‑côté. Ce dernier mesurait 4,40 m de large et était bordé vers l’extérieur par un mur de moellons, monté à sec, à double parement. Cela montre qu’il n’existait pas, à cet endroit, de dénivellation importante entre la voie Aurélienne et les terres riveraines. Par contre, le dispositif nîmois, bordé d’un mur à parement unique formant terrasse (fig. 110) se présentait comme une structure encaissée du type chemin creux. Cette dissemblance morphologique est peut‑être à l’origine de la différence qu’il faut remarquer dans le mode d’empilement des recharges : à Nîmes, elles ont un pendage, à Aix‑en‑Provence, elles sont quasi horizontales.

12L’appartenance du bas‑côté au système routier de la via Domitia est démontrée par l’alignement parfait du mur 1103, puis du mur du petit monument, avec le mur nord du passage piéton nord de la porte d’Auguste ce qui, si l’on considère la largeur de la voie comme au moins égale à la largeur de la porte (18 m environ), place les vestiges découverts sur le bord du tracé théorique de la via Domitia.

  • 9 Fouilles de sauvetage du Kenne, avenue Georges‑Pompidou, juin‑septembre 1989, inédites, communicati (...)

13La datation la plus haute possible proposée pour les niveaux les plus anciens du bas‑côté, remonte à la fin du ier s. av. J.‑C. (ils sont certainement à mettre en liaison avec la création de la porte en 16‑15 av. J.‑C.) ; il n’existe aucune trace d’une « voie antérieure » mais notre sondage étant restreint (fig. 111) son existence ne peut être exclue, d’autant plus que, comme les fouilles récentes menées par M. Monteil9 le montrent nettement, la via Domitia primitive pouvait ne pas excéder 6 à 8 mètres de large. Il est donc probable que nous n’avons pas atteint les phases les plus anciennes et les plus étroites.

Bibliographie

14Aurès 1865.

15Aurès 1877.

16Benoit 1981 : BENOIT (J.). — Nîmes : études sur l’urbanisme antique : problèmes de méthode et résultats. BEAN, 16, 1981, p. 69‑90.

17Charvet 1874.

18Denizot 1958,

19Espérandieu 1926 : ESPÉRANDIEU (E.). — Note sur une découverte faite à Nîmes. RM, 7, 1926, p. 240‑242.

20Gallet de Santerre 1959a : GALLET DE SANTERRE (H.). — Une Trouvaille de statues romaines faite récemment à Nîmes. In : Rhodania : XXXIIe congrès de Nyons, 1958. Montélimar : Société archéologique du Bassin du Rhône, 1959, p. 23‑28.

21Gallet de Santerre 1959b : GALLET DE SANTERRE (H.). — Informations archéologiques. Gallia, 17. Paris : CNRS, 1959, p. 170‑173.

22Gallet de Santerre 1962 : GALLET DE SANTERRE (H.). — Informations archéologiques. Gallia, 20. Paris : CNRS, 1962, p. 632.

23Germer‑Durand 1866 : GERMER‑DURAND (E.). — Note sur un cercueil en plomb trouvé à Nîmes en 1865. MAG, 1864‑1865, 1866, p. 161‑163.

24Lassalle 1958a : LASSALLE (V.). — Découvertes de la route de Beaucaire. 1958.10 p. (Rapport inédit déposé au SRA Languedoc‑Roussillon).

25Lassalle 1958b : LASSALLE (V.). — Découvertes de la route de Beaucaire, copie du rapport adressé à M. l’Adjoint aux Beaux‑Arts de la Ville de Nîmes. 1958. 2 p. (Rapport inédit déposé au SRA Languedoc‑Roussillon).

26Lassalle 1958c : LASSALLE (V.). — Courrier du 6 mai 1958 adressé au directeur des Antiquités historiques du Languedoc‑Roussillon. 1 p. (SRA Languedoc‑Roussillon).

27Lassalle 1961 : LASSALLE (V.). — Rapport d’activité de l’année 1961 : Recherches au Clos d’Orville. 1961. (Rapport inédit déposé au SRA Languedoc‑Roussillon).

28Nin, Charlet 1987 : NIN (N.), CHARLET (J.‑L.). — La Voie Aurélienne et ses abords à Aix‑en‑Provence. Nouvelles données sur un paysage périurbain. RAN, 20, 1987, p. 191‑280.

29Poupet, Chazelles 1988 : POUPET (P.), CHAZELLES (C. de). — Approche dimensionnelle des calibres dans la construction en pierre protohistorique. La granulométrie dessolins et des murs. In : Mélanges d’histoire et d’archéologie de Lattes. Lattara, 1, 1988, p, 175‑185.

30Raynaud 1983 : RAYNAUD (C.). — Note sur la démolition de monuments funéraires à Nîmes au ive s. Archéologie en Languedoc, 5, 1983, p. 135‑148.

31Revoil 1868 : REVOIL (A.‑H.). — Sépultures gallo‑romaines découvertes dans les fouilles de l’église neuve de St‑Baudile à Nîmes. Mémoires de l’Académie du Gard, nov. 1866‑août 1867, 1868, p. 265‑274 ; voir aussi nov. 1865‑août 1866, 1867, p. 176‑177, pl. i, ii, iii.

32Varène 1970 : VARÈNE (P.). — Blocs d’architecture funéraire découverts à Nîmes. Gallia, 17, 1. Paris : CNRS, 1970, p. 91‑125.

33Vigne 1899 : VIGNE (A.). — Un Coin du sol nîmois. Bulletin du comité d’art chrétien (diocèse de Nímes), VI, 1899, p. 42‑60.

1.2 Observations sur différentes coupes de la voie dans la plaine en Languedoc

1.2.1 La fouille d’un tronçon de la via Domitia : l’exemple des « rives du Salaison » au Crès

34d. paya

1.2.1.1 Introduction

35Au mois de novembre 1988, une fouille de sauvetage a été effectuée sur le lieu‑dit Les Rives du Salaison sur la commune du Crès (Hérault) (fig. 113) ; plusieurs sondages ont été pratiqués afin d’identifier le mode de franchissement du cours d’eau le Salaison.

36Au cours de nos investigations qui n’ont pas permis de découvrir de mobilier datant les structures découvertes, nous avons exploré les restes très endommagés d’un gué aménagé, alors que sur le terrain jouxtant le passage, terrain sur lequel se trouve un tronçon de la via Domitia en bon état, nous avons pu pratiquer plusieurs sondages et deux tranchées (perpendiculaires au sens de la voie) qui nous ont permis d’établir deux coupes au travers desquelles nous avons étudié le mode de construction de la voie (fig. 113). Le gué a beaucoup souffert des crues du cours d’eau et, lors des investigations sur les rives, nous avons remarqué des traces de taille sur certains rochers (des aplanissements afin de recevoir des structures construites ?). Nous avons pensé, sans en avoir la preuve formelle, qu’il y a peut‑être eu un pont antérieur au gué.

FIG. 113 ‒ Localisation du tracé de la via Domitia et des fouilles (novembre 1988) aux « Rives du Salaison • (commune du Crès) a carte IGN ; b relevé.

d’apr. D.P., M.H./MC del.

37Sur la commune du Crès a été découvert un milliaire attribué à Auguste (30/3) (Peyre 1985‑86 : 22). Il existe aussi une portion de ballast conservée sur près de 2 km (entre la zone artisanale de Castelnau‑le‑Lez et le CES du Crès). La voie, venant de la direction de Castelnau‑le‑Lez, cheminait en côte vers l’actuel centre du village du Crès, situé sur le sommet d’une colline, puis redescendait en milieu de garrigue vers le Salaison. Notons que le terrain sur lequel nous avons étudié la structure de la voie est plat.

1.2.1.2 Coupe A

38La tranchée pratiquée mesurait 18,50 m de long et 0,50 m de large. Nous avons étudié la face ouest de la tranchée. À cet endroit, la voie, tous aménagements compris, mesurait 11,50 m de large et possédait une épaisseur maximale de 0,65 m. Les divers aménagements reposent sur le substrat calcaire très accidenté, dans les creux duquel se trouve une argile rouge.

FIG. 114 ‒ Coupe stratigraphique N.‑S. de la voie au niveau de la tranchée À.

relevé D.P. et S.G.‑C. del.

FIG. 115 ‒ Sondage 2 (tranchée A) : surface de roulement de la voie.

cl. D.P.

FIG. 116 ‒ Coupe stratigraphique N.‑S. de la voie au niveau de la tranchée B.

relevé D.P. et S.G.‑C. del.

La première voie

39Sur le substrat fut aménagé un blocage composé de blocs calcaires (même roche que le substrat), aucun liant ne fut utilisé. Cependant, nous avons retrouvé, dans les parties latérales, de la terre mêlée au blocage ; il s’agit vraisemblablement d’infiltrations. Sur cet aménagement, dont la largeur avoisine les 5,60 m, se trouve la structure destinée à supporter le charroi. Elle est composée de sable, de graviers et d’éclats de calcaire dur, résultat d’un damage destiné à créer une sorte de macadam. L’épaisseur de cette surface de roulement atteint 0,10 m et des blocs du même calcaire sont présents ; ce premier support de charroi mesurait 3,90 m environ.

  • 10 Le sable dit « de Pignan » est le fruit de la taille de la molasse, calcaire à gros grain très fria (...)

40Pour que cette première voie conserve sa stabilité, il lut mis en place sur le versant nord un aménagement contrebutant dont les mesures maximales sont de 0,25 m de largeur et 0,15 m d’épaisseur. Sur le versant sud, il n’y a aucune trace d’une telle structure. Nous pouvons remarquer en certaines parties de la coupe que du « sable de Pignan »10 a été disposé sur la surface de roulement. Il s’agit vraisemblablement de recharges partielles destinées à obstruer des creux occasionnés par le charroi.

La première restauration

41Par la suite, une première restauration fut opérée. Sur l’ancienne voie fut déposée une structure composée de pierres en calcaire dur, mêlée à de la terre argileuse et gravillonneuse (que l’on trouve localement) ; cet aménagement mesure 6 m de large environ. Ce blocage peut n’être épais que de quelques centimètres lorsqu’il se situe sur la voie (entre 0,04 et 0,20 m) ; dans sa partie sud, il atteint 0,45 m. Sur cette structure repose une épaisseur de sable, de graviers, d’éclats et de blocs en calcaire dur (surface plane en position supérieure) ; la mesure maximale de la surface de roulement est de 5,15 m. Sur une largeur de 1,70 m, cette surface n’est pas couverte par le macadam ; nous avons pu en dégager une surface compacte composée de cailloux et de dalles (sondage 2). Seules quelques traces subsistent d’une possible couverture de sable et de graviers de calcaire dur qui aurait disparu à l’usage, surtout si l’on accepte l’hypothèse d’une deuxième restauration sur le côté sud de la voie.

42En ce qui concerne cette première restauration, afin que cette dernière ne se déstabilise pas, des aménagements « contrebutants » ont été mis en place. Sur le côté sud, nous avons une structure composée de blocs de taille petite et moyenne (entre 0,10 et 0,30 m de large), liés par un mélange très compact de terre argileuse et gravillonneuse et de « sable de Pignan ». Cet aménagement semble bloquer un amoncellement de terre. Le tout est le « contrebutant » sud. Sur la partie nord de la voie, nous avons un aménagement différent dont la largeur est de 3 m et dont l’épaisseur maximale est de 0,30 m. Il est composé de terre argileuse gravillonneuse et de galets (plus rarement de cailloux en calcaire dur). Sur sa surface se trouvent des blocs et des dalles en calcaire dur, qui, selon un riverain, s’agençaient en opus incertum (sondage 1 : fig. 115). La plupart de ces éléments ont été prélevés par les riverains pour servir de pierres de clôtures (lorsque nous avons pratiqué un sondage sur le contrebutant, nous avons retrouvé cet aménagement à l’état de lambeaux). Certaines de ces pierres portent des traces d’usure vraisemblablement dues à des sources d’érosion naturelle, mais aussi à une circulation peut‑être pédestre ; il s’agirait alors d’un trottoir, mais cela n’est qu’une hypothèse que nous n’avons pu vérifier.

La deuxième restauration

43Sur une épaisseur maximale de 0,25 m et une largeur de 3,90 m, nous avons un mélange de terre argileuse et gravillonneuse. Sur la partie supérieure sud de cet aménagement, nous avons dégagé une couche de sable de Pignan, peut‑être les restes d’une troisième surface de roulement qui aurait emprunté dans sa partie nord un fragment de la deuxième surface de circulation (lui donnant une largeur de 4,40 m). Cette hypothétique dernière restauration serait restée inachevée, ou n’aurait pas résisté aux déprédations dues à la végétation et autres sources de perturbation.

1.2.1.3 Coupe B

44La tranchée mesurait 17 m de long et 0,50 m de large. Nous avons étudié la face ouest. À cet endroit la voie, tous aménagements confondus, mesurait 10 m de large et 0,50 m de hauteur. Comme pour la coupe précédente, les divers aménagements reposent sur le substrat calcaire très accidenté, dans les creux duquel se trouve une argile pure rouge.

La première voie

45Sur le substrat précédemment décrit, se présente un blocage dont la largeur est d’environ 5,30 m et l’épaisseur maximale de 0,45 m. Il n’y a aucun liant, la terre que l’on trouve dans la partie latérale et supérieure semble toujours le fruit d’infiltrations. Sur cette structure fut mise en place la première surface de circulation dont la largeur atteint ici 4,40 m. Son épaisseur est de 0,05 m au maximum et de 0,01 m au minimum. On remarque aussi la présence de sable de Pignan sur cette surface ; ici, aucune trace d’un quelconque contrebutant.

La première restauration

46Par la suite, un deuxième support est aménagé, sa composition est un mélange de terre argileuse gravillonneuse et de blocs de calcaire dont la largeur est comprise entre 0,07 et 0,25 m. Ce blocage a une épaisseur variable : à certains endroits, il peut atteindre 0,15 m, à d’autres il est inexistant, la deuxième surface de roulement se trouvant directement sur la première. Il fut même parfois difficile d’identifier les différents aménagements, surtout avec la possibilité d’un réemploi de certains fragments de l’ancienne surface de roulement. La couche sur laquelle se trouve celle‑ci est composée de blocs, d’éclats, de graviers et de sable de calcaire dur, ainsi que nous l’avons vu pour la coupe précédente. Son épaisseur atteint 0,10 m et la largeur de la surface de roulement peut se situer autour de 4,40 m, bien que nous n’ayons retrouvé le macadam que sur une largeur de 2,80 m. Le contrebutant est composé de l’amalgame compact de terre argileuse gravillonneuse, sable de Pignan et blocs (quelques‑uns sont en « molasse de Castries »). Son épaisseur maximale est de 0,40 m et sa largeur de 1,10 m. Sur le côté nord, nous avons l’aménagement déjà rencontré : terre argileuse gravillonneuse et galets, dont l’épaisseur maximale atteint 0,40 m et la largeur maximale 4,40 m.

1.2.1.4 Conclusion

47Les coupes décrites présentent quelques différences : il apparaît que la coupe B montre une première voie, avec une restauration dont les épaisseurs cumulées sont inférieures à celles que l’on peut observer sur la coupe A. L’explication que l’on peut donner pour justifier ce fait est la proximité du gué. Il a fallu aménager une pente en direction du cours d’eau. Les aménageurs et restaurateurs de la via Domitia ont dû en tenir compte et ont diminué les épaisseurs des supports de surfaces de roulement en direction de l’ouest, surtout lors des restaurations ; ceci expliquerait d’ailleurs l’absence d’une possible deuxième restauration sur la coupe B.

48Les largeurs des différentes surfaces de roulement se situent autour de 4,50 m puisque dans les coupes A et B, la première mesure 3,90 m et 4,40 m, la deuxième mesure 5,15 m et 4,40 m, la troisième mesure 4,80 m. Il semble que la superposition des surfaces de circulation ait entraîné un léger élargissement des plus récentes par rapport à la plus ancienne. Notons aussi les différences d’aménagement des contrebutants, avec peut‑être la présence d’un trottoir : une surface permettant un déplacement, mais qui n’était pas prévue pour le charroi.

49Enfin en ce qui concerne les matériaux utilisés, nous remarquons que ces derniers ont été extraits sur place ou à quelques kilomètres seulement et qu’ils forment une structure capable de résister aux inondations. Rappelons la proximité du Salaison dont les crues décennales sont importantes et violentes.

1.2.2 Observations sur le mode de construction de la via Domitia à Pinet

1.2.2.1 Présentation

  • 11 Stace, Silves, IV, 3, vers 40 à 55 (traduction tirée de l’article Duval 1959 : 176 à 186).
  • 12 Une étude plus développée de ces résultats a déjà été publiée (Lugand 1986).

50Si le tracé de la via Domitia, de la Provence aux Pyrénées, est aujourd’hui bien connu11, son aspect d’origine, son mode de construction et d’entretien restent à éclaircir. La seule documentation étant le texte de Stace12 et des observations archéologiques se rapportant à des tronçons de voies urbaines ou péri‑urbaines (Laforgue 1985 ; Sillières, Vernhet 1985 ; Fiches, Fenouillct 1979 ; Fiches 1985 ; Richard inédit), notre équipe décida de relever plusieurs coupes visibles dans sa traversée du bassin de Thau, sur les communes de Florensac et Pinet. Il s’agissait de résoudre des problèmes apparus à l’issue de l’enquête préliminaire :
‒ identification des matériaux et de leur mise en œuvre ;
‒ identification des étapes de construction et d’entretien, datation ;
‒ assise de la voie, présence d’une fondation excavée ;
‒ largeur de la voie ;
‒ aménagement des bas‑côtés, fossés, talutage...

51La coupe que nous avons choisi d’étudier ici a été pratiquée au nord de l’agglomération de Pinet3. Grâce à une micro déviation de la route médiévale, un tronçon de la voie semblait s’être fossilisé sous la forme d’un talus, long de 100 m.

FIG. 117 ‒ Localisation de la fouille de La Vallongue (commune de Pinet).

d’apr. M.L., M.H./MC del.

1.2.2.2 Description

52Après un rapide nettoyage, nous avons constaté que la micro déviation avait réduit une partie du talus, entraînant une dégradation importante du côté sud de la voie. De ce fait, les questions concernant la largeur des niveaux de roulement, leur profil et l’aspect du bas‑côté sud sont restées sans réponse. Malgré cela, 21 ensembles archéologiques ont été isolés et leur observation autorise la restitution de cinq états d’aménagement et de vieillissement de la structure.

53La structure interne de la voie apparaît comme un empilement de couches d’éléments fins et d’éléments grossiers :
‒ argile rouge : affleurements résiduels visibles dans un rayon de 100 à 200 m de la coupe, présente dans l’ensemble 6’ ;
‒ argile jaune, argile brune : présentes dans la pédologie mais non observées à l’état pur dans les environs immédiats de la coupe ; présentes dans les ensembles 3’, 10, 12 ;
‒ gravier blanc (avec ou sans nodules détritiques roses, mauves et nodules d’argile jaune) : entre dans la composition de l’agrégat formant le substratum tel qu’il fut observé dans la coupe (ensemble 14) ; il est utilisé tel quel dans les ensembles 8’ et 9, ou mêlé à un sédiment argileux dans les ensembles 11, 13, (8 ?) ;
‒ galets roulés de calcaire gris (parfois pris dans une gangue de concrétions) : ils se rencontrent en conglomérat instable (brèche) dans le milieu géologique ; des traces d’extraction possible se remarquent à moins de 30 m de la coupe ; ces galets sont présents dans les ensembles 1, 4, 5, 6, 7’ ;
‒ blocs (ou blocs éclatés) de calcaire blanc : affleurements visibles dans un rayon de 50 à 100 m autour de la coupe (traces d’extraction possible) ; présents dans les ensembles 5, 6’, 17.

54Les galets sont utilisés de façon exclusive pour la réalisation du revêtement (niveau de roulement), les blocs ou éclats de blocs se rencontrent sous les niveaux de galets et dans les couches d’assise. Ils semblent jouer un rôle de raidisseur pour le couple « nivellement/roulement ». Les éléments fins sont utilisés pour niveler le revêtement dégradé, ou, en alternance avec des couches de gravier, pour composer l’assise de la voie. Cette alternance de matériaux permet un autoblocage efficace du système d’assise.

55L’étude des niveaux supérieurs permet de proposer plusieurs séquences de fonctionnement de la structure (voir le schéma de fonctionnement fig. 120). Nous appellerons « séquence de fonctionnement » l’association d’un niveau d’assise (ou de nivellement), d’un niveau de roulement et d’un système de talutage latéral.

• État 1 (fig. 118)

56Posées sur le substrat (ensemble 14) qui ne présente aucune trace de creusement préalable, plusieurs couches de graviers détritiques et d’argile s’empilent, formant l’assise de la voie : ensembles 13, 12, 11, 10, 9. La puissance de cette assise ≃ 0,60 m) semble indiquer que, dès sa construction, la voie se présentait sous la forme d’un talus important.

57La première séquence de fonctionnement prend place sur cette assise. Quelques blocs et éclats sont visibles à la base de l’ensemble 6’ et marquent peut‑être l’existence d’un « raidisseur » noyé dans le sédiment argileux de nivellement. C’est sur celui‑ci qu’est posé le niveau de roulement (ensemble 6’) composé de galets de petite taille. Soigneusement damée, la couche est parfaitement horizontale.

58On remarquera la bordure nord de l’ensemble 6 ; elle s’appuie sur l’ensemble 8 en débordant l’ensemble 6’ et se compose à cet endroit de galets plus gros ainsi que de quelques petits blocs. Ainsi le nivellement 6’ se trouve bloqué latéralement, mais par un aménagement léger dans lequel il est difficile de reconnaître les umbones décrits par Stace. L’ensemble 6, quant à lui, reçoit le contrefort latéral du système de remblai/talutage 8’, 15, 8. Ces trois ensembles reposent sur l’assise de la voie et sont agencés de façon à former une bande presque plane sur le côté du revêtement. Le profil général de l’ensemble 15 se rapproche de celui de l’ensemble 3’ et indique la possibilité d’une remontée dans le talutage comme pour protéger d’un éventuel drain/fossé bordant la voie. Le talutage latéral, utilisant un gravier détritique de nature auto‑blocante, a peut‑être pour vocation secondaire la fonction de trottoir ou zone de retrait pour le marcheur évitant le passage d’un équipage plus rapide ou plus volumineux.

• État 2 (fig. 118)

59Cet état marque l’utilisation et la dégradation de l’état 1. L’altération du revêtement entraîne une réfection du niveau de roulement caractérisé par la mise en place d’une nouvelle séquence de fonctionnement (état 3). L’état 2 est avant tout marqué par la formation de l’ensemble 7’, composé d’éléments arrachés à l’ensemble 6, et entraînés dans le bas‑côté par le ravinement. Les galets composant l’ensemble 7’ sont en effet disposés sans agencement et ne sont pas damés sur le système de talutage 8’, 15, 8. L’ensemble 7 permet ainsi de mettre en évidence le système de remblai/talutage décrit plus haut (état 1). Nous remarquerons également une intercouche 7/7’ composée d’un fin et immatériel tapis de cendres, interprété comme les traces d’un débroussaillage par incendie du bas‑côté de la voie.

FIG. 118 ‒ La Vallongue : coupe transversale de la via Domitia. États 1 et 2.

M.L. del.

• État 3 (fig. 119)

60Seconde séquence de fonctionnement : l’ensemble 5’ nivelle l’ensemble 6 dégradé, puis l’ensemble 5 est posé ; il s’agit d’un niveau de blocs éclatés servant d’assise à l’ensemble 4 immédiatement au‑dessus. L’ensemble 4 est le nouveau niveau de roulement composé de galets de taille inégale, soigneusement damés. Le remblai/talutage est également renforcé par les ensembles 7, 3’, 3, superposition d’une argile et d’un gravier détritique. Comme pour l’état 1, la couche de nivellement 5’ se trouve bloquée latéralement par le débordement du niveau de roulement 5 avec la présence ponctuelle de gros éléments. Nous remarquerons que la technique de construction adoptée pour la séquence de fonctionnement no 2 est sensiblement différente de celle de la séquence 1. L’apport d’un niveau de blocs éclatés (ensemble 5) est‑il devenu indispensable par une dégradation trop rapide de l’ensemble 6 ?

• État 4 (fig. 119)

61Cet état semble avoir beaucoup souffert de l’abandon de la voie. L’ensemble 1 apparaît comme une couche de contact, peut‑être un ultime niveau de roulement très dégradé, mobilisé par l’envahissement de la végétation. L’ensemble 2 trouverait alors sa fonction dans le talutage du système nivellement/niveau de roulement désormais décomposé (ensemble 1), à moins que cet important apport de sédiment ne marque un déplacement de l’axe de la voie ; l’ensemble 2 correspondrait alors à une couche de nivellement préparatrice à la pose d’un niveau de roulement aujourd’hui presque totalement détruit.

État 5 (fig. 119)

62À une époque indéterminée mais supposée récente, une importante intrusion (ensemble 16) perturbe le côté nord du talus. Il s’agit de la mise en place d’une architecture de construction grossière (ensemble 17), dont la fonction présumée est le soutènement du talus formé par la voie, de façon à protéger la terrasse cultivée s’étendant au nord de la structure (commune de Castelnau‑de‑Guers).

FIG. 119 ‒ La Vallongue : coupe transversale de la via Domitia. États 3, 4 et 5.

M.L. del.

FIG. 120 ‒ Schéma de fonctionnement des différentes séquences.

d’apr. M.L., M.H./MC del.

1.2.2.3 Conclusion

63L’étude de la coupe de la Vallongue permet de dégager le principe d’une assise puissante, posée sur le substrat détritique. Cette assise est composée de sédiments argileux et détritiques alternés assurant le caractère autobloquant de la structure. Sur celle‑ci prend place « la séquence de fonctionnement » qui comprend le nivellement (sédiment fin), le niveau de roulement (galets) (fig. 124) et le système de talutage du bas‑côté (fig. 121). On remarque le débordement latéral du niveau de roulement chargé de maintenir le nivellement. Cet aménagement se trouve contrebuté par le talutage du bas‑côté, de nature semblable à celle de l’assise et dont la fonction seconde est peut‑être celle de trottoir. L’entretien de la structure suppose le nivellement du revêtement dégradé, la pose d’un nouveau niveau de roulement et l’exhaussement du talutage.

FIG. 121 ‒ Système théorique de construction et de réfection.

d’apr. M.L., M.H./MC del.

  • 13 La coupe de Florensac (Hérault), bien connue quoique souvent mal interprétée (Clavel‑Levêque 1970 : (...)

64Les problèmes de datation de cette construction restent entiers, la coupe de la Vallongue étant caractérisée par l’absence totale d’éléments anthropiques. Les premières interventions menées sur la via Domitia à Florensac13 (fig. 122 et 123) avaient permis le prélèvement d’un mobilier archéologique très résiduel : les couches les plus hautes livrant quelques fragments de céramique commune du Haut‑Empire, les niveaux d’assise, du matériel céramique non tourné (IIe âge du Fer).

FIG. 122Via Domitia à Florensac : fouilles 1985, VD/D 161. Coupe longitudinale.

M.L. del.

FIG. 123 ‒ Coupe de la via Domitia à Florensac. Empilement des niveaux de roulement (nivellements, empierrements).

cl. M.L.

65Pourtant, la romanité du tronçon de la Vallongue ne fait pour nous aucun doute. Ce dernier s’intègre totalement dans un tracé bien connu (les observations citées plus haut ont été réalisées à moins de 2,5 km). De plus, la coupe étudiée n’appartient visiblement pas à une séquence de la voie, le chemin actuel marquant à cet endroit une micro déviation de l’axe de communication. Les problèmes de datation restent néanmoins à résoudre de façon urgente, et la fouille stratigraphique d’un tronçon semble seule capable de nous fournir des arguments de réflexion.

FIG. 124 ‒ Nettoyage de surface de la via Domitia (La Vallongue). Détail sur un niveau de roulement avec ornières.

cl. M.L.

Bibliographie

66Clavel 1970.

67Clément 1984.

68Duval 1959.

69Fiches, Fenouillet 1979 : FICHES (J.‑L), FENOUILLET (M.). — L’Oppidum d’Ambrussum, relais sur la via Domitia. Archéologia, 51, octobre 1979.

70Fiches 1985.

71Laforgue 1985.

72Lugand 1986.

73Peyre 1985‑86.

74Richard inédit : RICHARD (M.). — Nécropole et via Domitia à Lavérune (inédit).

75Sillières, Vernhet 1985 : SILLIÈRES (P.), VERNHET (A.). — La Voie romaine Segodunum‑Cessero à l’Hospitalet du Larzac. In : CTHS. — Les Routes du sud de la France de l’Antiquité à l’époque contemporaine : 110e congrès, Montpellier, 1985. Paris : CTHS, 1985, p. 80‑89. (Colloques du CTHS ; 1).

1.3 La via Domitia en montagne : le franchissement des Pyrénées

76g. castellvi avec la collaboration de c. gavage et j. laforgue

1.3.1 Introduction

  • 14 Bibliographie sur Panissars (cf. la bibliographie générale). Suite aux résultats encourageants des (...)

77À la suite de la découverte, le 15 août 1984, des fondations du monument romain de Panissars –vestiges du trophée élevé par Pompée dans les Pyrénées–, nous avons mené en équipe, entre cette date et 1990, principalement avec Christian Gavage, habitant Le Perthus, et Jean Laforgue, architecte, une prospection méthodique et systématique afin de retrouver les traces de la via Domitia au franchissement des Pyrénées, entre Le Boulou (versant français) et La Jonquera (versant espagnol)14. Cette recherche sur le terrain –sur une distance d’environ 12 km– s’est doublée d’un recensement, autant que possible exhaustif, des différentes sources écrites : auteurs antiques, publications, cartographie..., nous informant sur la voie et les sites antiques qui la jalonnent, dans les limites du secteur considéré (fig. 125).

FIG. 125 ‒ Le réseau de la via Domitia au franchissement des Pyrénées.

d’apr. G.C. et S.G.‑C., M.H./MC del.

1.3.2 Parcours des différentes branches

1.3.2.1 Arrivée de la via Domitia au nord de Saint‑Martin de Fenollar

  • 15 La découverte au Camp de la Pedra, de Palau‑del‑Vidre, d’un milliaire que l’on est en droit d’attri (...)
  • 16 Au Moyen Âge le franchissement du Tech à hauteur du Boulou se faisait par un pont en pierre de tail (...)
  • 17 Selon Freixe (1901 : 390) on appelait ainsi ce tronçon « route de Collioure » car il était à la foi (...)

78Entre Elne et Le Boulou, la voie devait remonter le cours du Tech, soit par sa rive gauche (Barruol 1975b : 25 ; Pujol 1989 : 222/223) soit par sa rive droite15. Dans ce dernier cas, que le franchissement du Tech ait eu lieu directement au sud d’Elne, au nord de Palau‑del‑Vidre (Ménétrier 1870 : carte h.t.) ou au droit de la chapelle Sainte‑Eugénie‑de‑Tresmals (Comps 1990 : 21, 22) ou encore, plus en amont, à hauteur de celle de Nidolères (Freixe 1901a : 391 ; Freixe 1901b : 209 et 210 ; Freixe 1907 : 492), son tracé se confondrait, au sud‑est du Boulou, avec l’ancien chemin de la Costa d’Agleus (Freixe 1901a : 391 ; Mesqui 1989 : 35)16. Ce chemin, coupé depuis 1850 par le pont routier du Boulou, continuait à longer la rive droite du Tech jusqu’au confluent avec la rivière de Rom, aux lieux‑dits Pla de les vinyes et Sant Marti. La voie devait alors franchir la rivière par l’intermédiaire d’un ponceau. De là, selon Freixe (1907 : 492) « elle montait sur le plateau qui s’étend entre ces deux cours d’eau, où elle existe encore sous le nom de route de Collioure »17.

  • 18 Ce phénomène de rétrécissement de la voie à l’époque médiévale est attesté en Empordan (Nolla, Casa (...)

79Sur près de 1,5 km, ce tronçon du Pla de l’Arca serait commun à la via Domitia et à la voie remontant vers le Vallespir (haute vallée du Tech) (Freixe 1901a : 390). Entre la limite des communes du Boulou et de Maureillas et jusqu’à la coupure de l’autoroute B 9 (ouverte à la circulation en 1976), c’est un tronçon plus ou moins rectiligne, long de 450 m, entièrement empierré en galets de rivière ; sa largeur initiale paraît supérieure à celle du revêtement de goudron qui est de 2 m en moyenne. C’est le vestige incontestable d’un chemin ancien dont le tracé a repris celui de la voie romaine, certainement plus large à l’origine18. La voie du Vallespir continuait ensuite sur Céret par Vilargell ; dans ce secteur furent signalés au xviie et au xviiie s. des « restes de chaussée et des endroits pavés » (Andréossy 1776 ; Carrère 1788 : 4). Selon Freixe (1901 : 390), la via Domitia se détachait ensuite du tronçon commun pour gagner, à l’est, le terroir actuel de Saint‑Martin‑de‑Fenollar. Ne pourrait‑on imaginer qu’il ait pu exister un chemin plus direct entre ce dernier lieu et le confluent de la Rom avec le Tech, immédiatement à l’ouest du mas d’En Baptiste ?

1.3.2.2 Le franchissement des Pyrénées, entre Saint‑Martin‑de‑Fenollar et Sant Marti del Forn del Vidre

80À partir de Saint‑Martin‑de‑Fenollar, Freixe (1900 : 362, 1901 : 390, 1907 : 503) fait suivre le tracé de la voie par la rive gauche de la Rom jusqu’à la cote 99 de la carte IGN au 1/25 000. À cet endroit, la voie se confondrait ensuite avec le chemin de traverse des Cluses à Maureillas, jusqu’au pont médiéval qui se situe à hauteur du moulin en ruines de La Cluse del Mitg. Selon cette hypothèse ce tracé aurait dû comporter deux passages de rivières sur une distance de 1,4 km : d’abord, à 400 m au sud‑ouest de Fenollar, celui de la rivière de Maureillas à son confluent avec la Rom, puis la Rom à 1 km au sud‑est de ce point. En l’absence de vestiges visibles sur cette rive, il est bon d’envisager l’éventualité d’un cheminement de la voie par la rive opposée, la rive droite, par ailleurs plus basse à hauteur du confluent avec la rivière de Maureillas. En faveur de cette deuxième hypothèse il faut souligner le fait que ce tracé ne comporte qu’un seul passage de rivière qui pourrait s’effectuer immédiatement au sud de Saint‑Martin‑de‑Fenollar.

81La voie longerait ensuite la rive droite, soit en basse terrasse, soit en haute terrasse, contournant par l’ouest le lieu‑dit Vignes d’en Grau où un petit site des ier s. av. et ier s. ap. J.‑C. a été découvert en 1988 par Alain Vignaud (Castellvi et al. 1990c : 24‑25). Comme Freixe (1901 : 390), nous pensons que le tracé de la voie doit ensuite se confondre, au sud de la côte 99 et sur une longueur de 300 m environ, avec la terrasse des Cluses à Maureillas (D 13b), puis sur 1 km de plus avec l’ancienne traverse passant par La Cluse Basse. 500 m avant ce dernier point, la voie devait traverser à nouveau la Rom, passant sur la rive gauche qu’elle ne quittait plus jusqu’à la Porte des Cluses, située au pied des forteresses du Bas‑Empire (Clausurae).

  • 19 La Pava est le dérivé catalan du terme latin pausa, « l’endroit où l’on s’arrête, où l’on fait étap (...)

82Les premières ornières conservées dans la roche sont visibles à l’entrée des gorges de la Rom –rive gauche donc–, à hauteur du pont médiéval de La Cluse del Mitg (Rom I) (fig. 126). Dans ce secteur la via Domitia, jusque‑là unique, se ramifiait en deux branches parallèles, l’une utilisant un cheminement de crête par La Cluse del Mitg, La Cluse Haute et le col du Perthus, l’autre suivant le passage naturel du fond de vallée (fig. 127). 2 300 m plus loin, cette dernière branche se dédoublait elle‑même au lieu‑dit Prat Massot : une branche remontait, vers le sud, la vallée de la Freixe, affluent de la Rom, d’abord par sa rive droite jusqu’à mi‑parcours, puis de là par sa rive gauche jusqu’au col de Panissars ; l’autre branche poursuivait en remontant la rive droite de la Rom jusqu’au col du Perthus où elle retrouvait la branche de crête passant par La Cluse Haute et le Camp de la Pava19.

FIG. 126 ‒ Le réseau de la via Domitia dans la traversée de la commune des Cluses. Système défensif des Cluses (IVe s.) : 1 porte des Cluses (tour‑porche) ; 2 Castel 1 Dels Moros (fort) ; 3 La Cluse haute (fort).

D’apr. G.C. et S.G.‑C., M.H./MC del.

FIG. 127 ‒ Le réseau de la via Domitia dans la traversée de la commune du Perthus.

d’apr. G.C. et S.G.‑C., M.H./MC del.

83La branche du col du Perthus filait ensuite en territoire espagnol en direction de Sant Martí del Forn del Vidre, en ligne quasiment rectiligne sur près de 1 500 m, pour atteindre la rivière du Llobregat au lieu‑dit Pont d’Espanya. Freixe (1900 : 332) signalait y avoir vu des traces de la voie. Celles‑ci ont disparu depuis, suite aux travaux d’élargissement de la route nationale qui se superpose au tracé de la voie depuis le col du Perthus. Quelques mètres au nord du pont routier s’embranche un chemin carrossable menant vers le nord‑ouest en direction de Panissars, situé à 1 500 m de ce point. Ce chemin dessert aujourd’hui le mas de Cal Rei, après être passé 150 m en contrebas des ruines de Panissars ; il comporte un tronçon empierré d’une centaine de mètres de longueur, imprimé d’ornières distantes de 1,20 m, probablement d’époque moderne (un même type d’empierrement lié à la desserte du prieuré de Panissars a été daté du xvie s. [Castellvi 1988 : 22, 23]).

84Pour Badia i Homs (1978 : 205), il est probable que ce chemin soit un vestige du camí francès ou camí ral du Moyen Age qui reprendrait le tracé de l’antique via Augusta démarrant au col de Panissars. Si l’on prolonge l’itinéraire par ce chemin, depuis le Pont d’Espanya jusqu’au site de Panissars, la mesure est sensiblement égale à 1 500 m. On peut donc émettre l’hypothèse que la jonction des deux voies romaines pouvait se faire au Pont d’Espanya, situé exactement à un mille des cols du Perthus et de Panissars ; ce pourrait être ainsi l’emplacement du premier mille de la via Augusta au sud des Pyrénées.

  • 20 Le passage naturel du col du Perthus a certainement été de tous temps utilisé par les migrations hu (...)

85La branche principale fut certainement, d’abord, celle du col du Perthus, antérieurement à l’aménagement de la via Domitia entre 120 et 11720 ; peut‑être le resta‑t‑elle jusqu’à la construction du trophée de Panissars en 71 av. J.‑C., à moins que la branche passant par ce dernier col corresponde au tracé initial de la via Domitia ?

1.3.3 Techniques d’aménagement de la voie en montagne

86Les différentes branches du réseau routier de la via Domitia au franchissement des Pyrénées présentent encore, par endroits, des traces d’aménagement comparables. Ces points ont fait l’objet d’études particulières développées ailleurs (Castellvi et al. 1990c : 21‑37). Nous en présentons ici une synthèse, où l’on trouvera les noms des points caractéristiques.

1.3.3.1 Tracé de la voie et franchissement des cours d’eau

87Quand cela a été possible, les constructeurs ont aménagé des tronçons rectilignes : départ de la voie du Vallcspir au Pla de l’Arca, tronçon entre les 61e et 62e milles supposés par rapport à Narbonne, tronçons de La Dressera, du Camp de la Pava, et entre le Perthus et le Pont d’Espanya. Dans ces cas, l’assiette de la bande de roulement a été entièrement aménagée à partir du substrat, terrasse ou rocher.

88En fond de vallée et sur les versants, la voie est parfois taillée en corniche, parfois aménagée en grande partie en remblai retenu par un mur de soutènement. Dans les deux cas, son tracé est très souvent parallèle au cours du torrent. Pour le franchissement des ravins, à sec les trois‑quarts de l’année, la voie pénètre souvent quelques mètres à l’intérieur des talwegs, et passe d’une rive à l’autre au moyen parfois d’un simple remblai sur libage (ravin du Mas Bardes, peut‑être aussi ravin du Blat Negre). Les différents franchissements de la Rom (8 au total) et celui de la vallée de la Freixe devaient se faire au moyen de ponts entièrement maçonnés (ruines du Piló ; probablement existait‑il aussi un pont pour le franchissement de la rivière de Riunoguès) ou en partie mixtes (hypothèse pour le franchissement après la Porte des Cluses et peut‑être également dans la vallée de la Freixe). On sait d’ailleurs que ces deux types de ponts ont pu coexister sur un même tracé routier (Lagrange 1985 : 158).

89À 300 m au nord du col du Perthus, et à 50 m au sud du Vieux Pont, après la jonction de la branche remontant la vallée de la Rom avec celle descendant de La Cluse par le Camp de la Pava, la voie franchissait alors la rivière sur un pont dont il existait « des vestiges sur un rocher placé au milieu du lit » (Ménétrier 1870 : 268). Pour Freixe (1900 : 233 ; 1907 : 503), il s’agissait « d’un pont à deux arches auxquelles un gros bloc de granit situé au milieu de la rivière servait de support central ». Ce rocher, connu sous le nom catalan de lo Piló (= la pile) était surmonté, jusqu’en 1898, « de restes de maçonnerie assez considérables pour permettre de distinguer la courbure des arches ». Cette maçonnerie a presque été entièrement emportée lors de la grande crue du 4 octobre 1898, rapportée par Freixe, mais il en reste encore des traces sur le rocher central ainsi que sur le rocher de la rive droite (fig. 128). Sur cette rive, on distingue des traces de mortier sur un rocher d’une largeur de 2,20 m, contigu à un amoncellement de blocs et de fragments de blocage de mortier de chaux sur une largeur supplémentaire de 2 m. Le rocher central, qui émerge de l’eau à une hauteur de 1,70 m environ, présente à son sommet la partie orientale de la base d’une pile construite en mortier et parementée à l’extérieur. Les axes de la maçonnerie et l’emprise du mortier permettent de reconstituer le dessin d’une pile octogonale d’environ 4 m de long sur 2,50 m de large. L’espace entre le bord de la pile et la rive droite est de 5,80 m ; celui entre les dernières traces de mortier à l’ouest et la rive gauche est de 7,40 m. Cette rive, en partie remblayée par la construction du grand parc automobile du col du Perthus, ne livre pas, à la vue, de traces de mortier de chaux.

FIG. 128 ‒ Pont romain du Pilô : plan des vestiges.

d’apr. G.C. et S. G.‑C., M.H./MC del.

90Le pont du Piló pourrait dater du milieu du ive s. L’un des angles de la pile centrale laisse apparaître en parement un bloc de grès taillé de 0,57 x 0,36 m. Ces dimensions sont identiques à celles de certains blocs de la tour‑porche des Cluses (Porte des Cluses), probablement construite en même temps que le fort du Castell dels Moros ; elles sont également comparables à celles des remplois romains utilisés dans la construction de l’église romane de Panissars et qui proviennent de la mise en carrière du monument républicain. Pour ces raisons et pour d’autres, on peut penser à juste titre que le pont du Piló a pu être construit ou reconstruit au même moment où furent érigés la tour‑porche des Cluses (portorium) ainsi que le Castell dels Moros à partir de la mise en carrière du monument de Panissars ou trophée de Pompée, c’est‑à‑dire vers le milieu du ive s. (Castellvi 1991).

1.3.3.2 Les différentes techniques de construction de la voie

Chaussée en remblai (agger)

91Dans un système de plaine (tronçon du Pla de l’Arca), la voie est certainement constituée d’un agger en remblai plus ou moins perméable dont la première couche est empierrée de galets et bordée de fossés latéraux. Lors de certains passages en tranchées creusés dans le rocher, quand pouvait se poser un problème d’évacuation des eaux de ruissellement, l’assiette rocheuse était peut‑être recouverte d’une ou plusieurs couches de terre riche en pierraille calibrée (Rimbaut II) (fig. 129).

FIG. 129 ‒ Branche du col de Panissars : passage en tranchée de Rimbaut II ; coupe E.‑O. Les mesures sont données en centimètres

d’apr. G.C. et S.G.‑C., M.H./MC del.

Passage en tranchée

92En crête (La Dressera, La Cluse Haute) (fig. 130), au franchissement des cols (Panissars et certainement Le Perthus), ou à la faveur d’un méplat sur le versant (Rimbaut II, Mas de Panissars), le passage était aménagé en tranchée. Quand le rocher côté précipice n’empêchait pas la visibilité latérale (La Dressera à 35 m au sud de l’intersection avec la D 71b, Rimbaut II, Mas de Panissars), il semble que celui‑ci ait été taillé à plat à 0,40 m au moins au‑dessus de la bande de roulement ; sa fonction devait être identique à celle d’un parapet.

FIG. 130 ‒ Passage en tranchée de la voie de crête au droit du fort romain de La Cluse Haute : coupe E.‑O. Les mesures sont données en centimètres.

d’apr. G.C. et S.G.‑C., M.H./MC del.

Passage en corniche

  • 21 C’est le cas également sur la via Aurelia (Via Aurelia 1968 : 85).

93Le long de la Rom, ou en remontant la vallée de la Freixe, la voie avait été la plupart du temps aménagée en corniche. Au voisinage de versants au profil oblique, la bande de roulement peut être entièrement aménagée dans le rocher (ex. Rom II, Colom II, Bardes I) (fig. 131, 132) ; dans ce cas, une entaille du côté du précipice indique les fondations d’un parapet dont la largeur devait être comprise entre un et deux pieds. La surface de roulement présente parfois une légère pente latérale vers le ravin (fig. 131, 137)21.

FIG. 131 ‒ Passage de la voie en corniche au point Rom II : coupe E.‑O. Les mesures sont données en centimètres.

d’apr. G.C. et S.G.‑C., M.H./MC del.

FIG. 132 ‒ Branche du col de Panissars : passage de la voie en corniche à Bardes I ; coupe E.‑O. et plan. Les mesures sont données en centimètres.

d’apr. G.C. et s.G.‑C., M.H./MC del.

Passage sur terrasse aménagée

94Quand le versant à passer était trop pentu (profil sub‑vertical à vertical), une partie de la bande de roulement était taillée dans le rocher et l’autre partie remblayée par un comblement retenu par un mur de soutènement (encore en place à Blat Negre II ; disparu à Rom I) (fig. 133, 134, 135). À proximité des eaux de la rivière, ce mur pouvait être maçonné (Colom I A, B, C). Il arrivait également que la corniche soit entièrement aménagée en remblai (hypothèse pour le tronçon manquant sur 100 m de longueur entre le passage en tranchée Rom iii et la corniche de la Porte des Cluses) (fig. 136, 137). Ce type d’aménagement en terrasse est classique aux époques romaine et médiévale, notamment en Catalogne‑Sud (Vega 1984 : 92, fig. 2 ; Nolla, Casas 1984 : 65, fig. 86).

FIG. 133 ‒ Branche du col de Panissars : Miquelets I. Schémas de principe de la construction (A, B), du fonctionnement (C) et de la réutilisation (D) post‑antique du système en terrasse.

d’apr. J.L., G.C. et S.G.‑C., M.H./MC del.

FIG. 134 ‒ Branche du col de Panissars : passage en corniche et sur terrasse à Blat Negre II. Les mesures sont données en centimètres.

d’apr. G.C. et S.G.C., M.H./MC del.

FIG. 135 ‒ Passage en corniche et sur terrasse (disparue) ; Rom I : coupe E.‑O. Les mesures sont données en centimètres.

d’apr. G.C. et s.G.‑C., M.H./MC de/.

FIG. 136 ‒ Passage en corniche de La Porte des Cluses ; vue prise de l’est.

cl. G.C.

FIG. 137 ‒ Passage en corniche de La Porte des Cluses ; vue prise du sud.

cl. G.C.

FIG. 138 ‒ Réaménagement d’un passage Initialement taillé en corniche (4,70 m) ; après effondrement de celui‑ci (Rom III‑A) au sud, le nouveau passage (Rom III‑B) a été obtenu par percement du rocher en tranchée (3,20 m). Coupe E.‑O.

d’apr. G.C. et S.G.‑C., M.H./MC del.

1.3.3.3 Pente de la voie

95Si l’on considère que le Prar Massot est à 180 m d’altitude, le col du Perthus à 270 m et celui de Panissars à 330 m, et que le parcours de chaque branche est égal à 2 500 m, on obtient une pente théorique de 3,6 % pour la branche du Perthus et de 6 % pour celle de Panissars. Selon Freixe (1900 : 234 et 235), la branche du col du Perthus est voisine de 2 % et celle du col de Panissars n’était pas inférieure à 5 %. Dans la réalité, la pente bien que régulière dans l’ensemble de ces parcours, présente localement des rampes plus importantes ; elle est ainsi réduite dans la partie la plus longue du parcours.

  • 22 La pente moyenne est de 4,4 % sur 26 m à hauteur de la Porte des Cluses (Castellvi et al. 1989 : 7) (...)
  • 23 « En général, les voies romaines en terrain accidenté forment une succession de courbes de niveaux (...)

96Sur deux tronçons que nous avons particulièrement étudiés (la Porte des Cluses et le secteur du ravin des Miquelets), nous avons relevé une pente de l’ordre de 4 %22. Cependant, au nord du passage de Miquelets I, la pente s’accentue brusquement sur 20 m de longueur à 12 % (Castellvi et al. 1987 : 17). De même les franchissements des deux cols du Perthus et de Panissars présentent des rampes de l’ordre de 15 % (fig. 139). Cette manière de faire (pente moyenne de l’ordre de 4 %, courtes rampes de 10 à 15 %) se retrouve sur de nombreuses autres voies de montagne23.

FIG. 139 ‒ Franchissement en tranchée de la voie à l’entrée nord du col de Panissars.

cl. G.C.

1.3.3.4 Largeur de la voie

  • 24 La largeur moyenne des viae publicae d’Italie est comprise entre 4 m et 4,50 m (Sterpos 1971 : 36)  (...)
  • 25 Les passages en tranchées de la voie du Verdon atteignent 3 à 4 m de large (Barruol 1987 : 137).

97Quand la voie a été entièrement aménagée dans le rocher, en tranchée ou en corniche, l’assiette atteint souvent 4,50 m à plus de 5 m de large (La Dressera, Rom III A, Bardes I, etc.). Les passages en corniche ont été systématiquement aménagés, côté précipice, d’un parapet dont la fondation atteint un pied de large sur plus d’un pied de profondeur ; les fondations pouvaient être entièrement engravées (Colom I, Bardes I, au nord de la Porte des Cluses) ou en partie visibles extérieurement (Rom III A, Colom I) ; la bande de roulement était ainsi réduite d’autant (4,70 m à Bardes I ; 4,55 m à Rom III A ; 4,35 m au moins à Colom II) (fig. 126, 138). Ces mesures sont voisines de celles relevées sur les viae pu‑blicae de Gaule et d’Italie24. Quand le percement du rocher était important, la largeur du passage était parfois réduite : le passage en tranchée de La Cluse Haute se réduit à 3,80 m de large (fig. 130), celui de Rom III B à 3,20 m (encore s’agit‑il dans ce cas d’un réaménagement à la suite de l’effondrement du passage initial Rom III A)25 (fig. 138).

98La largeur des terrasses aménagées est souvent identique à celle des passages en corniche, taillés entièrement dans le rocher (Molí II A et B, Rom 1, Blat Negre, etc.), parfois inférieure (Miquelets I). À deux endroits où semble‑t‑il s’était posé le problème de réfection du parapet, la solution adoptée a été celle d’une retaille en retrait des fondations sans qu’il y ait eu pour autant retaille de la paroi rocheuse côté montagne (Colom I, Bardes I).

99Aux tournants des ravins du Blat Negre et du Mas Bardes, la voie sur terrasse atteint une largeur de 5,60 m et plus ; cette mesure supérieure à la moyenne trouverait son explication dans le fait que les véhicules romains à quatre roues ne possédaient pas d’avant‑trains pivotants et nécessitaient donc un rayon de braquage assez important (Fustier 1968 : 82).

1.3.3.5 Les ornières

Branches de la Rom et du col de Panissars

  • 26 À Ambrussum, dans la traversée de l’agglomération, l’entraxe des roues est constamment de 1,49 m (F (...)

100Le rocher est imprimé d’ornières régulières, larges et rarement profondes. On ne connaît que peu de passages où la bande de roulement soit rythmée de nombreuses ornières parallèles (entrée sud de la Porte des Cluses, col de Panissars). La plupart du temps les ornières ne dessinent qu’un seul cheminement, de part et d’autre de l’axe de la voie. L’entraxe, pris bord à bord des ornières (bord externe à bord interne ou bord interne à bord externe) est régulièrement proche de 1,50 m (Rom ii, Porte des Cluses, Bardes I, entrée nord du monument de Panissars) (fig. 131, 132, 140). Cette mesure est très voisine de celles relevées dans le Midi de la Gaule ou en Italie26.

FIG. 140 ‒ Détail sur les ornières à l’entrée nord du col de Panissars.

cl. G.C.

101Au passage Rom I, initialement aménagé en terrasse côté ravin, on ne trouve qu’une seule ornière, à 1,90 m de la montagne. Dans ce cas, l’ornière, par ailleurs large (0,20 m), n’indique qu’un seul cheminement utilisé dans l’axe de la voie. Près de 100 m en amont, au passage Rom II entièrement taillé dans le rocher, on trouve l’ornière intérieure, à 2 m de la montagne, et celle extérieure à 3,50 m. Ceci peut expliquer que, dans certains passages taillés en partie en corniche et aménagés d’une terrasse côté ravin, on ne trouve pas de trace d’ornière quand la largeur de la corniche est inférieure ou égale à 2 m (Moll II B, Rimbaut I) (fig. 135) ; l’absence d’ornière intérieure peut indiquer, dans d’autres cas, que le substrat taillé pouvait être recouvert d’un remblai (Blat Negre I ?, Miquelets I).

102Hormis le passage du monument de Panissars –où elles peuvent atteindre près de 0,40 m de profondeur et de largeur–, les ornières sont généralement peu prononcées, de 0,03 m à 0,08 m, rarement 0,10 m. À l’approche de la Porte des Cluses, avant de se ramifier en plusieurs cheminements, les ornières atteignent cependant une profondeur de 0,20 m.

La voie de crête par La Cluse Haute et tronçon du Camí de Cal Rei (de Panissars au Pont d’Espanya)

103Nous traitons à part ces deux tracés qui, bien que d’origine antique, ont été utilisés intensément jusqu’au xviiie s. La voie de crête (La Dressera) (fig. 126) présente des couples d’ornières dont l’entraxe est voisin d’un mètre de large. Cette mesure est proche de l’unité médiévale employée dans le pays, soit la petite « canne de Montpellier » équivalant à 0,99 m.

104L’empierrement du Garni de Cal Rei, dont le tracé aboutit aujourd’hui au mas de même nom, présente des ornières de 1,20 m d’entraxe. Cet aménagement pourrait être d’époque moderne ; un même type d’empierrement lié à la desserte du prieuré de Panissars a été daté du xvie s. (Castellvi 1988 : 22, 23).

  • 27 Les passages par les cols de Fenêtres et de la Madeleine (ou de l’Arche ou de l’Argentière) se rejo (...)
  • 28 Selon Radke, la via Julia Augusta se dédoublait au franchissement des Alpes : branche de la Turbie (...)

105En conclusion, la recherche du réseau routier antique au franchissement des Pyrénées démontre qu’il a existé, soit à la même période, soit à des périodes différentes, plusieurs cheminements possibles pour relier Saint‑Martin de Fenollar –emplacement présumé de la station Ad Centuriones ou Ad Centenarium– au versant espagnol. Jullian (cité par Grenier 1934 : 392) a signalé à plusieurs reprises des « voies doubles, en particulier parmi les chemins qui mènent aux frontières » (Jullian 1923 : 84, sq ), Chevallier (1970 : 2) en signale un exemple dans les Alpes27 ainsi que Radke (1971 : 364) pour le franchissement alpin de la via Julia Augusta 28; ce phénomène paraît donc un fait bien établi dans le monde romain. Par ailleurs les techniques de construction de la via Domitict au franchissement des Pyrénées sont comparables à celles mises en œuvre pour les voies romaines du versant sud des Pyrénées, des Alpes ou de l’Apennin.

Bibliographie

106Adam 1984 : ADAM (J.‑P.). — La Construction romaine, matériaux et techniques. Paris : Picard, 1984.

107Alart 1878.

108Andréossy 1776.

109Appia Antica 1984 : APPIA ANTICA. — Piano per il parco dell Appia Antica, 2 vol. Roma, 1984.

110Badia i Homs 1978 : BADIA I HOMS (J.). — L’Arquitectura medieval de l’Empordà II‑A, Alt Empordà (Agullana‑Peralada). Girona : Diputació provincial, 1978.

111Barruol, Martel 1962 : BARRUOL (G.), MARTEL (.). — La Voie romaine de Cavaillon à Sisteron. REL. XXVIII. Bordighera, 1962, p. 125‑162.

112Barruol 1975a : BARRUOL (G.). — Les Peuples préromains du sud‑est de la Gaule. Paris : De Boccard, 1975. (Suppl, à la Revue archéologique de Narbonnaise ; 1).

113Barruol 1975b.

114Barruol 1987 : BARRUOL (G.). — Ouvrages routiers antiques à Sainte‑Croix du Verdon et à Riez (Alpes‑de‑Haute‑Provence). RAN, 19, 1986, p. 133‑158.

115Cadastre xixe s, : Fenollar (act. commune de Maureillas‑Las‑lllas) ; 1024 W 24. ADPO.

116Carrère 1788.

117Castellvi et al. 1987 : CASTELLVI (G.), GAVAGE (C.), LAFORGUE (J.). — Études sur la via Domitia entre le LXe et le LXVe milles de Narbonne (Ad Centuriones‑Summum Pyrenaeum). Rapport de prospection, 1987. (Rapport inédit déposé au SRA Languedoc‑Roussillon).

118Castellvi 1988 : CASTELLVI (G.). — Fouilles programmées de Panissars. 1988. (Rapport inédit déposé au SRA Languedoc‑Roussillon).

119Castellvi 1989.

120Castellvi 1991.

121Castellvi et al. 1989b : CASTELLVI (G.), GAVAGE (C.), LAFORGUE (J.), TRAUTMANN (T.). — Études sur la via Domitia entre le LXe et le LXVe milles de Narbonne (Ad Centuriones‑Summum Pyrenaeum). Rapport intermédiaire de prospection programmée au sol, 1989 et sondage La Porte des Cluses. (Rapport inédit déposé au SRA Languedoc‑Roussillon).

122Castellvi et al. 1990 : CASTELLVI (G.), GAVAGE (C.), LAFORGUE (J.). — Études sur la via Domitia entre le LXe et le LXVe milles de Narbonne (Ad Centuriones‑Summum Pyrenaeum). Rapport de synthèse, prospection programmée au sol, 1988‑1990. (Rapport inédit déposé au SRA Languedoc‑Roussillon).

123Chevallier 1970 : CHEVALLIER (R.). — Notes sur les voies romaines (cours d’archéologie). Caesarodonum, univ. Orléans‑Tours, 1970. (Suppl. ; 11).

124Comps 1990 : COMPS (J.‑P.). — La Voie Domitienne. In : CASTELLVI (G.), COMPS (J.‑P.), KOTARBA (J.), MARICHAL (R.), PEZIN (A.). — En suivant la voie domitienne... en Roussillon. Perpignan : AAPO – CDDP, 1990, p. 13‑22.

125Étienne 1955.

126Fiches 1979 : FICHES (J.‑L.). — Ambrussum, l’oppidum et le pont romain. Caveirac : ARALO, 1979. (Guides de l’ARALO ; 1).

127Freixe ca. 1900 : Fonds Freixe (ca. 1900) ; 5 J 151. ADPO.

128Freixe 1900b.

129Freixe 1901a.

130Freixe 1901b.

131Freixe 1907.

132Fustier 1968.

133Grenier 1934.

134Heurgon 1952a.

135Jullian 1923 : JULLIAN (C.). — Histoire de la Gaule, V. Paris, 1923.

136Laflou 1870.

137Lagrange 1985 : LAGRANGE (.). — Les Ponts romains : diffusion des techniques et politique routière. In : CTHS. — Les Routes du sud de la France : 110e congrès des sociétés savantes, Montpellier, 1985. Paris : CTHS, 1985, p. 119‑133. (Colloques du CTHS ; 1).

138Ménétrier 1870.

139Mesqui 1989.

140Nolla, Casas 1984.

141Otthobon 1567.

142Ponsich 1985a.

143Ponsich 1985b.

144Pujol 1989.

145Radke 1971.

146Sterpos 1971 : STERPOS (D.). — La Strada romana in Italia. Roma : Società Autostrade, 1971 (éd. it. 1969, trad.fr. 1971).

147Vega 1984 : VEGA (J. de la). — Els Camins històrics del sector Occidental de Catalunya. In : Hannibal Pyrenaeum Transgreditur : 5e col. loqui de Puigcerdà, 1982. Puigcerdà : Institut d’Estudis Cerretans, 1984, p. 89‑132.

148Via Aurelia 1968 : La Via Aurelia da Roma a Forum Aureli, pref. F. Castagnoli. Roma, 1968.

Notes

1 L’intervention de sauvetage se place 80 m à l’est de cette porte dite également porte d’Auguste.

2 Les recharges ponctuelles ont été éliminées de la représentation graphique de la stratigraphie.

3 De gros blocs sont employés pour les premières assises de fondation. Description suivant les normes préconisées dans Poupet, Chazelles 1988.

4 Datation du dernier niveau de circulation bien conservé.

5 Pour la première phase : U.S. 1153 + 1152 ; pour la deuxième phase : U.S. 1098 + 1094.

6 Pour la première phase : U.S. 1137 + 1133 ; pour la deuxième phase : ILS. 1087 + 1091.

7 Le pendage est de 7 % pour la première phase, obtenu en accumulant les apports de terre contre le mur 1103, où ils peuvent atteindre 0,35 m alors qu’ils sont épais d’une dizaine de centimètres 3,70 m plus au sud. Pour la deuxième phase, le pendage est de 8 % : contre le mur du petit monument l’accumulation peut atteindre 0,50 m, alors qu’elle est d’une quinzaine de centimètres 3,70 m plus au sud.

8 Nous devons la consultation des rapports à l’aimable autorisation de M.‑V. Lassalle.

9 Fouilles de sauvetage du Kenne, avenue Georges‑Pompidou, juin‑septembre 1989, inédites, communication orale du responsable de l’opération.

10 Le sable dit « de Pignan » est le fruit de la taille de la molasse, calcaire à gros grain très friable.

11 Stace, Silves, IV, 3, vers 40 à 55 (traduction tirée de l’article Duval 1959 : 176 à 186).

12 Une étude plus développée de ces résultats a déjà été publiée (Lugand 1986).

13 La coupe de Florensac (Hérault), bien connue quoique souvent mal interprétée (Clavel‑Levêque 1970 : 420 ; Clément 1984 : 112) a fait l’objet d’un nettoyage et d’un relevé par notre équipe en 1985 (relevé 1/20 ArchéOfactory, M. Lugand 1985). Il s’agit d’une coupe longitudinale dégageant sur 13 m de long (de 0,5 à 3 m de haut) l’extrême bas‑côté de la via Domitia. L’empilement impressionnant de couches d’éléments fins et d’éléments grossiers alternés permet la restitution d’une puissante assise et d’au moins trois séquences de fonctionnement matérialisées par un niveau de roulement (galets compactés), posé sur une couche de nivellement, Le caractère même de cette coupe en long limite les possibilités d’observation du mode de construction de la voie. Signalons la présence résiduelle de céramique non tournée (probablement second âge du Fer).

14 Bibliographie sur Panissars (cf. la bibliographie générale). Suite aux résultats encourageants des premières prospections (1984 à 1987), nous avons poursuivi notre recherche dans le cadre d’une « prospection programmée au sol » (PPS), rattachée au programme H6 « Le réseau de communications » émanant de la sous‑direction de l’Archéologie (1988 à 1990) (Castellvi et al. 1990b).

15 La découverte au Camp de la Pedra, de Palau‑del‑Vidre, d’un milliaire que l’on est en droit d’attribuer à Constantin (cf. supra, part. 1, § 4.3.3 la contribution de J.‑P. Comps et A. Pezin sur ce sujet), est un bon argument pour appuyer la thèse du passage de la via Domitia par la rive droite du Tech, après le franchissement à Sainte‑Eugénie‑deTresmals, ce qui n’exclut pas un chemin plus direct (ayant peut‑être existé dès l’Antiquité), entre Ruscino et Le Boulou, desservant Cabestany, Saint‑Julien‑de‑la‑Raho, Bages, Saint‑Jean‑la‑Cella et la Vila Vella de Banyuls‑dels‑Aspres (actuel Mas Vidalou, site romain et médiéval). Ce chemin, dénommé caminum franceschum, reliait directement au Moyen Âge la cité de Perpignan à la frontière des Cluses, comme l’atteste une charte de 1150 (citée par Alart 1878 : 56) : « […] ipsum honorem, quomodo caminum franceschum, qui venit de Clusa et transit per Baniuls et vadit ad Perpinianum, dividit

16 Au Moyen Âge le franchissement du Tech à hauteur du Boulou se faisait par un pont en pierre de taille, à plusieurs arches, aménagé entre la Maison de l’Éclusier (rive droite) et la rue du Moulin (rive gauche). Ce pont connu sous le nom del Piló a été emporté par une crue en 1421 (Laflou 1870 ; repris par Freixe, ADPO, 5J151). Il reste une pile de ce pont dans le lit du Tech, rive gauche.

17 Selon Freixe (1901 : 390) on appelait ainsi ce tronçon « route de Collioure » car il était à la fois commun à la via Domitia et à la voie du Vallespir menant par Céret au port de Collioure. Sur le cadastre de 1823, cette route porte le nom de « route de Céret à Collioure » (ADPO, 1024 W 24).

18 Ce phénomène de rétrécissement de la voie à l’époque médiévale est attesté en Empordan (Nolla, Casas 1984 : 60).

19 La Pava est le dérivé catalan du terme latin pausa, « l’endroit où l’on s’arrête, où l’on fait étape ». Les prospections que nous avons menées sur le terrain ne nous ont pas permis d’établir, sans la nier, la présence d’une occupation antique ou protohistorique. On retrouve un toponyme identique, 12 km à l’est à vol d’oiseau, toujours au piémont des Albères, sur une voie secondaire menant en Espagne par la vallée de Lavall ; à cet endroit a été mise au jour, en 1949, une nécropole de la période Hallstatt D (20 tombes à loculi) (G. Claustres, La nécropole de la Pave, REL, Bordighera, 1950, p. 140‑150). P. Ponsich (1985a : 98) signale également tes vestiges d’une nécropole romaine et la construction de l’église romane dédiée à Saint‑Alexandre. Le terroir de la Pausa dépendait au xiie s. du territoire d’Ultrera, dont le château (Vulturaria) contrôlait, au Bas‑Empire, le passage vers l’Espagne.

20 Le passage naturel du col du Perthus a certainement été de tous temps utilisé par les migrations humaines et, au quotidien, pour les échanges entre les deux versants pyrénéens. Le site archéologique du Mas Rimbaut, dont les origines remontent à l’âge du Fer, domine à l’ouest le col du Perthus. Dans la première moitié du ier s. av. J.‑C. ce site et celui du Camp de la Torre, implanté en vis‑à‑vis à l’est du col, en commandaient le passage ; les sites romains du col du Perthus furent probablement détruits dans la première moitié du ier s. av. J.‑C. au plus tard en 49 av. J.‑C. lors de la conquête des cols pyrénéens par les légions césariennes de Fabius contre les Pompéiens commandés par Afranius (Étienne 1955 ; Castellvi 1989 : 14 ; 1990 : 57 et 58).

21 C’est le cas également sur la via Aurelia (Via Aurelia 1968 : 85).

22 La pente moyenne est de 4,4 % sur 26 m à hauteur de la Porte des Cluses (Castellvi et al. 1989 : 7), et de 4 % de part et d’autre du franchissement du ravin des Miquelets (Castellvi et al. 1987 : 17).

23 « En général, les voies romaines en terrain accidenté forment une succession de courbes de niveaux reliées par des pentes raides [jusqu’à 15 %] » (Fustier 1968 : 82). Pour tout le parcours de la voie romaine entre Cavaillon et Sisteron (110 km), la pente moyenne est de 4 % avec parfois des rampes de 10 % maximum (Barruol, Martel 1962 : 192).

24 La largeur moyenne des viae publicae d’Italie est comprise entre 4 m et 4,50 m (Sterpos 1971 : 36) ; les viae Labicana et Cassia ont en moyenne 4 m de large, la via Prenestina 4,30 m (Sterpos 1971 : 26 ; Adam 1984 : 303). Au sud de Rome, la chaussée dallée de la via Appia a une largeur d’environ 4,15 m, soit 14 pieds romains ; cette mesure était devenue quasi canonique dans l’Antiquité pour les routes de grande communication car elle permettait facilement le croisement des chars (Appia Antica 1984 : 63).

25 Les passages en tranchées de la voie du Verdon atteignent 3 à 4 m de large (Barruol 1987 : 137).

26 À Ambrussum, dans la traversée de l’agglomération, l’entraxe des roues est constamment de 1,49 m (Fiches 1979 : 28) ; même mesure à Aix, au passage de la via Aurelia (Grenier 1934 : 368). Nous avons nous‑mêmes (Castellvi, Laforgue) relevé les ornières de la chaussée dallée de la via Appia, au sud de Rome, entre les mausolées de Caecilia Metella et de Cotta : il existe plusieurs couples d’ornières dont l’entraxe avoisine 1,44 m, 1,46 m ou 1,49 m.

27 Les passages par les cols de Fenêtres et de la Madeleine (ou de l’Arche ou de l’Argentière) se rejoignaient, versant italien, avant d’atteindre la douane (Quadragesima Galliarum) de Pedo (Borgo s. Damaso).

28 Selon Radke, la via Julia Augusta se dédoublait au franchissement des Alpes : branche de la Turbie par le trophée d’Auguste, branche de Monaco.

Table des illustrations

Légende FIG, 109 ‒ Nîmes : situation des vestiges découverts par rapport au tracé théorique de la via Domitia.
Crédits d’apr. M.S. et L.V., M.H./MC del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43100/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende FIG. 110 ‒ Coupe nord‑sud du bâtiment et de la voie.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43100/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Légende FIG. 111 ‒ Les vestiges au cours de la première phase de fonctionnement.
Crédits M.S. et L.V./MC del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43100/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende FIG. 112 ‒ Les vestiges au cours de la deuxième phase de fonctionnement.
Crédits M.S. et L.V./MC del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43100/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43100/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Légende FIG. 113 ‒ Localisation du tracé de la via Domitia et des fouilles (novembre 1988) aux « Rives du Salaison • (commune du Crès) a carte IGN ; b relevé.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43100/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende FIG. 114 ‒ Coupe stratigraphique N.‑S. de la voie au niveau de la tranchée À.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43100/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende FIG. 115 ‒ Sondage 2 (tranchée A) : surface de roulement de la voie.
Crédits cl. D.P.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43100/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43100/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 6,3k
Légende FIG. 116 ‒ Coupe stratigraphique N.‑S. de la voie au niveau de la tranchée B.
Crédits relevé D.P. et S.G.‑C. del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43100/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende FIG. 117 ‒ Localisation de la fouille de La Vallongue (commune de Pinet).
Crédits d’apr. M.L., M.H./MC del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43100/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende FIG. 118 ‒ La Vallongue : coupe transversale de la via Domitia. États 1 et 2.
Crédits M.L. del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43100/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 194k
Légende FIG. 119 ‒ La Vallongue : coupe transversale de la via Domitia. États 3, 4 et 5.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43100/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende FIG. 120 ‒ Schéma de fonctionnement des différentes séquences.
Crédits d’apr. M.L., M.H./MC del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43100/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Légende FIG. 121 ‒ Système théorique de construction et de réfection.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43100/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende FIG. 122Via Domitia à Florensac : fouilles 1985, VD/D 161. Coupe longitudinale.
Crédits M.L. del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43100/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende FIG. 123 ‒ Coupe de la via Domitia à Florensac. Empilement des niveaux de roulement (nivellements, empierrements).
Crédits cl. M.L.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43100/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende FIG. 124 ‒ Nettoyage de surface de la via Domitia (La Vallongue). Détail sur un niveau de roulement avec ornières.
Crédits cl. M.L.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43100/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende FIG. 125 ‒ Le réseau de la via Domitia au franchissement des Pyrénées.
Crédits d’apr. G.C. et S.G.‑C., M.H./MC del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43100/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Légende FIG. 126 ‒ Le réseau de la via Domitia dans la traversée de la commune des Cluses. Système défensif des Cluses (IVe s.) : 1 porte des Cluses (tour‑porche) ; 2 Castel 1 Dels Moros (fort) ; 3 La Cluse haute (fort).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43100/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43100/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 6,9k
Légende FIG. 127 ‒ Le réseau de la via Domitia dans la traversée de la commune du Perthus.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43100/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Légende FIG. 128 ‒ Pont romain du Pilô : plan des vestiges.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43100/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende FIG. 129 ‒ Branche du col de Panissars : passage en tranchée de Rimbaut II ; coupe E.‑O. Les mesures sont données en centimètres
Crédits d’apr. G.C. et S.G.‑C., M.H./MC del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43100/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende FIG. 130 ‒ Passage en tranchée de la voie de crête au droit du fort romain de La Cluse Haute : coupe E.‑O. Les mesures sont données en centimètres.
Crédits d’apr. G.C. et S.G.‑C., M.H./MC del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43100/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende FIG. 131 ‒ Passage de la voie en corniche au point Rom II : coupe E.‑O. Les mesures sont données en centimètres.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43100/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende FIG. 132 ‒ Branche du col de Panissars : passage de la voie en corniche à Bardes I ; coupe E.‑O. et plan. Les mesures sont données en centimètres.
Crédits d’apr. G.C. et s.G.‑C., M.H./MC del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43100/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende FIG. 133 ‒ Branche du col de Panissars : Miquelets I. Schémas de principe de la construction (A, B), du fonctionnement (C) et de la réutilisation (D) post‑antique du système en terrasse.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43100/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende FIG. 134 ‒ Branche du col de Panissars : passage en corniche et sur terrasse à Blat Negre II. Les mesures sont données en centimètres.
Crédits d’apr. G.C. et S.G.C., M.H./MC del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43100/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Légende FIG. 135 ‒ Passage en corniche et sur terrasse (disparue) ; Rom I : coupe E.‑O. Les mesures sont données en centimètres.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43100/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende FIG. 136 ‒ Passage en corniche de La Porte des Cluses ; vue prise de l’est.
Crédits cl. G.C.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43100/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende FIG. 137 ‒ Passage en corniche de La Porte des Cluses ; vue prise du sud.
Crédits cl. G.C.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43100/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende FIG. 138 ‒ Réaménagement d’un passage Initialement taillé en corniche (4,70 m) ; après effondrement de celui‑ci (Rom III‑A) au sud, le nouveau passage (Rom III‑B) a été obtenu par percement du rocher en tranchée (3,20 m). Coupe E.‑O.
Crédits d’apr. G.C. et S.G.‑C., M.H./MC del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43100/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Légende FIG. 139 ‒ Franchissement en tranchée de la voie à l’entrée nord du col de Panissars.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43100/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende FIG. 140 ‒ Détail sur les ornières à l’entrée nord du col de Panissars.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43100/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 55k

Auteurs

Artisan, archéologue, Le Perthus (Pyr.‑Or.).

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search