Version classiqueVersion mobile

Voies romaines du Rhône à l’Èbre : via Domitia et via Augusta

 | 
Mayans [A.I. M.] Alex
, 
Ayglon [H.A.] Henry
, 
Got Castellvi [S.G.C.] Sabine
, 
et al.

Partie 2. La via Augusta des Pyrénées à l’Èbre

Chapitre 3. Études ponctuelles

Josep Maria Nolla I Brufau, J. Casas I Genover, Josep Estrada Garriga, Francesc Xavier Menéndez I Pablo, Josep Maria Solías I Aris, ted’ a et Pere Izquierdo I Tugas

Résumé

Les auteurs rappellent au préalable le fait que la via Augusta ne constituait pas un axe unique, mais un véritable réseau routier, mettant en relation les premiers établissements de la côte et les stations intérieures situées au débouché des cols orientaux des Pyrénées. Ils décrivent ensuite les récentes découvertes effectuées sur le territoire de la province de Gérone en relation avec la voie : milliaire de Medinyà, pile antique d’un pont à Bàscara, tours de guet romaines de Sant Julià de Ramis et de Castell Falgars. Ils concluent en établissant que ces tours devaient être en liaison optique avec les principaux établissements romains pré‑cités et assurer le contrôle de la voie.

L’article traite le thème assez controversé de l’identification de quelques‑unes des stations de l’Itinéraire des Gobelets de Vicarello dans le trajet Gerunda‑Tarraco. Sont étudiées de façon plus approfondie les stations de Praetorium (Llinars del Vallès) et Semproniana (Granoilers), importants centres romains situés sur le passage naturel (le couloir prélittoral) qui va du Gironés au Penedés en passant par la Selva et le Vallès. C’est pour cela que l’on ne peut oublier les centres quand on étudie les itinéraires romains de ce « corridor ».

La via Augusta de la colonia Barcinó à Martorell traverse le Pla de Barcelona en direction de l’ouest, jusqu’au fleuve Llobregat. La voie remonte par la rive gauche du fleuve jusqu’à Martorell où il faut localiser la mansio ad Fines, important nœud de communications. La voie traverse le célèbre pont de Martorell et poursuit vers Tarraco par l’intérieur. Nous n’avons pas de vestiges de voie conservés, ni de monuments funéraires clairement liés à la voie pour nous aider à établir le tracé exact.

Mais malgré les nombreuses transformations anthropiques du paysage, certains éléments –milliaires, toponymes liés à l’emplacement de milliaires (Ad Eluartum, Eluintiano, Duodecimo), situation de villae et nécropoles, conditions géomorphologiques et réseau routier d’époque médiévale– nous ont permis de restituer le tracé.

Les auteurs tracent d’abord un aperçu historique de la création de Tarraco en 218 av. J.‑C. comme praesidium, puis de son développement urbain tout au long de la République et du Haut‑Empire. À partir des sources antiques, de l’épigraphie et des vestiges de monuments publics connus à ce jour, ils soulignent le rôle primordial joué par Auguste (statut de colonie romaine, capitale de province). Suit l’étude détaillée des accès terrestres, du tracé des murailles, de l’emplacement des portes et du passage de la via Augusta à travers la ville (60 ha).

À la suite de travaux sur des chemins agricoles, un tronçon de la via Augusta, long de 3,540 km et large de 8,70 m en moyenne, a été mis au jour en 1988 sur le territoire de la commune du Perelló. L’auteur en étudie les caractéristiques essentielles : tracé, pendage, aménagements particuliers, revêtement, etc. Cette découverte est ensuite replacée dans le contexte historique et archéologique connu de la via Augusta dans la traversée de la région de l’Èbre, ce qui permet de préciser l’emplacement des stations d’Oleastrum, Pinos, Subsaltu et Tria Capita.

Texte intégral

3.1 Nouvelles données sur la via Augusta dans le secteur nord‑est de la Catalogne

1j.m. nolla i brufau, j. casas i genover

3.1.1 Introduction

2Les caractéristiques et la situation géographique de notre région en ont fait un lieu de passage et de communication entre la péninsule Ibérique et le reste du continent européen. Les cols des Pyrénées orientales n’ont jamais constitué une barrière pour les différents peuples qui traversèrent les montagnes lors des nombreuses vagues migratoires et ce depuis la plus lointaine Préhistoire.

3Le premier grand chemin attesté dans ces contrées fut la voie Héracléenne qui, selon de vieilles sources écrites, rattachait la péninsule Italique à la péninsule Ibérique. Cette voie ne devait être en définitive qu’un chemin ou une piste préhistorique, qui, postérieurement, et en particulier après les fondations grecques d’Emporion et de Rhode, fut arrangé et borné. Sur cette voie antique, que nous ne connaissons qu’à travers les textes, vint s’établir, en suivant approximativement le même itinéraire, la première voie romaine, bornée dès la première moitié du iie s. av. J.‑C., comme le confirme Polybe (III, 39, 8). Celle‑ci fut d’abord utilisée pour faciliter la circulation des troupes romaines, mais elle devint rapidement un grand axe terrestre, donnant naissance à un réseau de chemins de plus en plus dense d’une utilité considérable. La conquête du Midi de la Gaule par Domitius Ahenobarbus et la fondation de Narbo Martius vers 118 av. J.‑C. renforcèrent cette voie en unissant les voies péninsulaires avec celles du Midi de la Gaule ; celle‑ci fixée, améliorée et bornée par Domitius, permit un rattachement terrestre entre l’Hispanie et l’Italie. Cent ans plus tard, lors du changement d’ère, Auguste préconisa la construction d’une nouvelle voie.

4En réalité, la voie antique, une fois remise en état, reçut le nom de via Augusta, comme le confirme un des milliaires de Gérone qui comporte le nom de via Augusta à côté de la distance, en milles, séparant le point d’implantation de la borne d’un point déterminé qui correspondrait au Summum Pyrenaeum, situé au col de Panissars. Le parcours de la via Augusta a toujours été discuté et, depuis cent ans, les chercheurs ont proposé principalement deux itinéraires différents, sujets à des variations, des précisions et des nuances diverses. Encore aujourd’hui, nous ne sommes pas sûrs du parcours exact du chemin dans sa totalité (fig. 80). Pour certains auteurs, l’antique via Augusta suivrait un itinéraire assez semblable ou quasiment identique à celui de factuelle N II. Pour d’autres, au contraire, le tracé serait plus oriental, passant par Siurana, Sant Miquel de Fluvià, Cervià et Gérone, coïncidant pour quelques tronçons avec le trajet de la voie ferrée. Les recherches les plus récentes tendent à démontrer que ces deux circuits ont été utilisés simultanément. Ceci n’a rien de surprenant, car cette dualité interviendra aussi le long du parcours de la via Augusta elle‑même, où à un moment donné, une bifurcation du chemin laisse la dépression pré‑littorale –chemin le plus commode et le plus direct–, pour rejoindre la mer en longeant la côte du Maresme par Iluro, Baetulo et aboutir à Barcino d’où elle partirait rejoindre à Martorell l’autre bifurcation du Vallès. Il est probable, dans ce secteur nord‑oriental, que, tout en fonctionnant simultanément, le chemin proche d’Empúries fut à certaines époques plus important qu’à d’autres ; c’était seulement la voie occidentale. L’hypothèse la plus raisonnable est que les bifurcations devaient être contemporaines dans leur utilisation alors même qu’elles étaient considérées par Rome comme formant une voie unique.

FIG. 80 ‒ La via Augusta dans le nord‑est de la Catalogne. Parcours principal par Bàscara ; en pointillés : itinéraire secondaire par Sant Miquel de Fluvià, particulièrement bien documenté. Du nord au sud sont indiquées, par une étoile noire, les mansiones signalées dans les itinéraires (Summum Pyrenaeum, Deciana, luncaria, Cinniana, Gerunda, Aquis Voconis et Seterrae).
1 Église de Medlnyà où se situe le milliaire ; 2 Bàscara, avec localisation sur le Fluvià d’une pile de pont ; 3 montagne de Sant Julià de Ramis oû se trouve la tour quadranguiaire romaine ; Castell Falgars, à l’extrémité orientale de la montagne de la Mare de Déu del Mont, où se situe la grande tour cylindrique en opus polygonal.

d’apr. J.M.N.B. et J.C., M.H./MC del.

5Comme sur les principaux chemins romains, on trouve le long de la via Augusta différentes mansiones, des auberges, des vici et des villes, dans lesquelles il y avait des petits détachements militaires, où le voyageur pouvait s’arrêter et se reposer. Les stations de cette voie étaient, du nord au sud, Deciana, non loin de La Jonquera, Iuncaria, probablement à l’Aigüeta, à côté de Figuères, Cinniana à proximité de Cervià de Ter ou Viladasens, Gerunda (Gérone), Aquae Voconiae près de Caldes de Malavella et Seterrae, à Hostalrich ou à proximité. Cependant, les auteurs ne sont pas d’accord pour situer les autres stations. Dans tous les cas, les distances signalées par les différents Itineraria pour chacune d’entre elles, indiquent des endroits très proches de ceux que nous avons signalés (fig. 80).

6La via Augusta n’était pas le seul chemin romain de notre région. En fait, elle représentait l’axe d’articulation de toute une série de chemins locaux de second ordre provenant de part et d’autre du territoire et qui mettaient en communication les différentes implantations humaines, les villes, les vici et les villae, avec le chemin principal ainsi qu’avec les marchés, essentiellement ceux de Gerunda et d’Emporiae, ne laissant de ce fait aucun endroit à l’écart des centres administratifs, religieux ou commerciaux. Ainsi, il apparaît que la seconde voie importante, qui traversait ces contrées était celle que nous appelons aujourd’hui la via del Capsacosta qui rattachait Empúries au Col d’Ares en longeant en partie la berge droite du Fluvià par Ventelló, Bàscara, Besalú et Camprodon, et dont on conserve des vestiges importants dans la montée du Capsacosta à proximité de Sant Pau de Seguries. En fait cette voie était constituée de deux tronçons de sortie, deux points initiaux qui se rejoignaient près de Besalú. Le premier débouchait de luncaria et suivait un parcours proche de l’actuelle route de Figuères à Besalú, le second débutait à la cité d’Empúries.

7Le second chemin reliait Gerunda et Emporiae en passant par le Baix Empordà et en parcourant le versant nord des Gavarres selon un itinéraire en forme de U d’où provenaient de nombreux chemins locaux et, de ce fait, il reliait les deux villes déjà mentionnées avec les multiples villae et les exploitations agricoles de cette aire géographique. L’existence de trois autres chemins est également attestée dans l’Empordà : celui qui reliait Rhode et luncaria, selon un parcours quasiment identique à celui de factuelle route de Figuères à Roses, mais déviant légèrement vers le nord afin d’éviter les anciens étangs ; celui qui mettait en rapport luncaria avec Emporiae en suivant en ligne droite depuis cette mansio jusqu’à un point situé entre Viladamat et Cinc Claus, où il rejoignait le tronçon le plus oriental de la voie dite du Capsacosta (Casas 1983), et finalement, un troisième chemin qui se dirigeait vers le nord de luncaria au col de Banyuls (sur le parcours de la via Augusta dans le nord‑est de la Catalogne, cf. Casas 1979a, 1979b, 1981a, 1982 et Nolla, Casas 1985). Il est certain que le réseau routier romain de ce territoire était beaucoup plus dense que ce que nous pouvons imaginer ; aussi, s’il est difficile d’identifier les voies principales, il est quasiment impossible de localiser les chemins de desserte locale ; le plus souvent ce devaient être des pistes de terre qui reliaient les petits habitats aux villes. Quoi qu’il en soit, nous centrerons maintenant notre intérêt sur la via Augusta, l’axe d’articulation de tout le réseau ainsi que sur les découvertes les plus récentes qui s’y rattachent et que nous commenterons.

3.1.2 Les nouvelles découvertes

8Ces dernières années, de nouvelles découvertes totalement inédites ou la mise en valeur de stations peu connues ou mal interprétées ont apporté des éclaircissements sur le parcours de la via Augusta entre le Summum Pyrenaeum et Gerunda ; si elles ne modifient en rien son tracé, elles permettent néanmoins d’approfondir l’étude de ce chemin N.‑S., véritable épine dorsale du territoire. Nous présentons ici trois grandes nouveautés que nous soumettons à la discussion scientifique, immédiate ou à venir, afin d’en extraire toutes les conclusions possibles.

3.1.2.1 Le militaire de Medinyà

9FIG. 80, no 1 et FIG. 81

  • 1 Nous remercions l’abbé Martirià Brugada et l’abbé Modest Prats, curé de Medinyà, pour nous avoir ge (...)

10Il a été identifié en 1988 par l’abbé Martirià Brugada i Clotas, curé de Sant Jordi Desvalls1, lors d’un travail de recherche en collaboration avec la section de Lettres du collège universitaire de Gérone (UAB). Il s’agit d’un fragment cylindrique de grès local de 1,03 m de hauteur et de 0,59/0,60 m de diamètre qui, dans l’état actuel, sert de piédestal à la statue de Sant Sadurní (Saint‑Saturnin), située dans l’une des chapelles latérales, du côté de l’Évangile, de l’église paroissiale dédiée à ce martyr gaulois, premier évêque connu de Toulouse, mort au milieu du iiie s. ; le milliaire se trouve à l’intérieur du château qui domine le village, la route principale et la plaine fluviale sur la rive gauche du Ter. Cette disposition semble récente, car il aurait servi de base à l’autel du Sacré‑Cœur, situé auparavant à la place des fonts baptismaux.

11Bien que le curé de Medinyà, l’abbé Modest Prats, ait effectué des recherches dans les archives et auprès des plus vieux fidèles, nous ne disposons d’aucun renseignement antérieur à cette situation. On suppose donc que ce fragment cylindrique a toujours été conservé dans l’église servant de piédestal, de base ou de support quelconque. L’église est de style néoclassique, mais elle conserve des vestiges de murs en opus spicatum et des fragments plus importants de l’époque romane.

  • 2 Dans IRC on trouve de nouvelles propositions de lecture des milliaires de Palau et Sarrià.

12Le cylindre présente une face extérieure entièrement martelée qui lui donne un aspect uniforme. On peut cependant remarquer, sur l’un des côtés, des restes d’écriture, malheureusement très abîmés, et qu’il nous est impossible de lire (fig. 81). Nous sommes sans aucun doute en présence d’un fragment d’un des milliaires de la via Augusta, identique par le type de pierre utilisé et par les dimensions aux autres fragments plus connus de Sarrià de Ter et de Palau Sacosta (Casas 1982‑83)2. Ce milliaire devait se situer non loin de l’église paroissiale de Medinyà, peut‑être aux abords du chemin qui passe entre le village actuel et le château, soit un peu plus à l’ouest de factuelle route principale, et qui provenait de la Costa Roja en suivant, à mi‑hauteur, les contreforts montagneux qui délimitent, à l’ouest, la Vall del Ter axée vers le nord. Il est fort probable que ce fragment soit parvenu dans l’église lors de sa construction, vers le ixe ou le xe s. ou même plus tard, mais il fut alors taillé selon la forme et les dimensions que nous lui connaissons afin de l’adapter à sa nouvelle fonction de base ou de piédestal. L’inscription fut probablement effacée à la même époque.

FIG. 81 ‒ Église de Medlnyà : soubassement cylindrique en grès réutilisant très probablement un milliaire romain qui fait office de piédestal à la statue de Sant Sadurní.

cl. J.M.N.B. et J.C.

3.1.2.2 Pilier du pont de Bàscara

13FIG. 80, no 2 et FIG. 82, 83 et 84

  • 3 Nous remercions A. Riera de nous avoir communiqué les premières données concernant la pile du pont. (...)
  • 4 Nous remercions Jordi Merino qui collabora activement à ces relevés.

14Il fut découvert après les fortes crues et les inondations du Fluvià, lors de l’automne 1987. Les crues modifièrent fortement le cours des eaux, ce qui permit sa mise au jour et son identification par A. Riera qui s’aperçut de l’importance de la découverte et nous la communiqua aussitôt ; il a fait depuis une étude exemplaire à partir de la documentation écrite3. Nous avons eu l’occasion de visiter les lieux, de relever le plan des vestiges du pont et d’en faire une analyse détaillée4.

15Le pilier se situe à 2 km environ au nord‑est du village de Bàscara, en aval du fleuve, et son existence était complètement inconnue jusqu’à ce jour. Il n’existait aucun souvenir de ce pont, ni chez les vieux habitants du village, ni dans les archives municipales. Pourtant, il se trouve au‑dessus de l’ancien chemin venant du sud depuis Sant Esteve de Guialbes et qui se dirigeait vers l’Aigüeta et Figuères, un des parcours de la via Augusta se divisant en deux au‑delà de Medinyà pour traverser le Fluvià à Bàscara ou à Sant Miquel et rejoindre luncaria à proximité de Figuères par une bifurcation actuellement utilisée par la route nationale (Bàscara) et la voie ferrée (Sant Miquel).

16Seul un pilier est visible dans ce secteur très large du lit du fleuve, mais il ne reste aucun vestige des piles septentrionale et méridionale, le Fluvià ayant fortement sapé les deux rives lors de ses fréquents changements de lit (fig. 82). Le pilier, de forme heptagonale, est orienté d’ouest en est, avec la pointe supérieure à contre‑courant et la base à l’est. Sa longueur maximale est de 8,35 m à la partie supérieure du soubassement et de 8,50 m au niveau des fondations ; la largeur maximale est de 4,75 à 4,80 m, la hauteur de 1,70 à 1,75 m au‑dessus du niveau de l’eau, ce qui coïncidait avec la plate‑forme de fondation, en partie recouverte par l’eau, la vase et le sable qui en cachent la base. Le plan de ce pilier se compose de trois corps : un triangle isocèle de 3,50 m de côté, de 4,70 m de base et 2,75 m de hauteur, un rectangle de 3,50 m de largeur (nord‑sud) et de 4,75 m de long (est‑ouest) et un trapèze de 4,75 m de base, 1,70 m de largeur et 2,40 m pour chacun des côtés latéraux.

FIG. 82 ‒ Coupe horizontale du pilier du pont ancien de Bàscara. La trame met en évidence la construction interne en pierre et en mortier de chaux, l’extérieur étant fait de blocs taillés de grès.

d’après J.M.N.B. et J.C., M.H./MC del.

17La construction a pour fondation une plate‑forme bâtie dans le lit de la rivière, plus large et plus grande que le pilier, également de forme heptagonale mais dotée d’un bord plus arrondi. Elle utilise du mortier de chaux, de la pierre calcaire et des galets de rivière d’une grande solidité. Sur un socle de deux assises de pierres de 0,35 m chacune, bâties extérieurement en blocs de grès taillés, le pilier s’élève avec un parement extérieur de grès taillés disposés en quinconce, dont la longueur se situe entre 0,30 m et 0,42 m et la hauteur autour de 0,25 m pour l’assise inférieure, et 0,19 m pour les autres. Trois assises sont conservées et cinq autres visibles dans les empreintes laissées sur l’âme de béton. L’intérieur est fait de pierraille, de mortier de chaux et il est évident que les blocs extérieurs taillés servirent de coffrage lors de sa construction (fig. 82, 83 et 84).

FIG. 83 ‒ Vue latérale, depuis le sud, du pilier du pont ancien de Bàscara. On aperçoit au ras de l’eau la fondation en pierraille et en galets et par dessus, les assises de pierres de taille rectangulaires en grès. Plus haut, sous forme d’empreintes, on peut voir le blocage intérieur fait de mortier de chaux et de pierre, avec les assises extérieures du coffrage bien marquées.

cl. J.M.N.B. et J.C.

FIG. 84 ‒ Vue par l’arrière (est) du pilier du pont ancien de Bàscara.

cl. J.M.N.B. et J.C.

  • 5 ADG Mitra C. 23, nurn. 168, 27 novembre 1220. Testament de Dalmau de Creixell : Item dimito Ad pont (...)

18Les données dont nous disposons ne permettent pas de déterminer une chronologie exacte, mais la technique employée démontre qu’il s’agit d’un pont très ancien. La situation, la technique de construction, le manque de données sur l’existence d’un pont à l’époque moderne, et les toponymes se référant à La Barca ou à Pontós, sembleraient confirmer l’ancienneté de l’édifice. Des documents identifiés par A. Riera semblent prouver l’existence d’un pont au xiie s. près de Bàscara, sur le Fluvià, dont le péage fournissait des bénéfices considérables5. Est‑ce ce même pont ou un autre qui devait disparaître à la fin du bas Moyen Àge ? Pour le moment, nous ne le savons pas, même si l’aspect général et les similitudes avec d’autres ponts semblent révéler une chronologie médiévale plutôt que romaine.

19Cependant, sa localisation sur la via Augusta, son éloignement relatif de Bàscara ou de tout autre habitat antique ou moderne, nous permettent d’estimer à sa juste valeur l’ancienneté du chemin et l’existence éventuelle d’un pont plus ancien qui aurait été refait plusieurs fois avant de disparaître peu après 1220. Avant la récente construction du pont actuel dans la partie basse de la ville, la rivière se traversait à gué ou en barque. Rappelons qu’en 1814 le roi Ferdinand VII, de retour de captivité en France, dut traverser le Fluvià de cette façon. Signalons aussi l’importance de Bàscara aux viiie et ixe s. comme lieu d’incessants conflits entre l’évêque de Gérone et les seigneurs des environs, ce qui est bien la preuve de l’intérêt que cet endroit devait présenter de longue date par le fait même qu’il se trouvait sur le passage de la via Augusta et ultérieurement de la via Francina ou Francesco.

20La bifurcation de la via Augusta de Medinyà à luncaria n’aurait aucune raison d’être s’il n’y avait un pont ou tout autre façon commode de traverser au niveau de Bàscara qui rivalisât avec le pont de Sant Miquel. On pourrait alors expliquer l’alternance et la prédominance de la route occidentale sur la route orientale à partir du Bas‑Empire et de l’Antiquité tardive, comme un reflet de l’importance de Gerunda ou bien comme un indice de la disparition du pont de Sant Miquel. Quoi qu’il en soit, nous pensons qu’il s’agit d’un document de grande valeur et nous devrons continuer à chercher dans les archives toutes les données permettant de déterminer la chronologie du pont et d’en estimer la valeur historique.

3.1.2.3 Les tours de guet de Sant Julià de Ramis et du Castell Falgars à la Mare de Déu del Mont

21FIG. 80, nos 3 et 4

22Il s’agit de deux sites distincts mais qui, selon nous, font partie d’un même système d’information et de contrôle du territoire en relation –non exclusive– avec les grands chemins de communication.

23Pour la tour de Sant Julià de Ramis, nous avons une assez riche bibliographie (Pallol 1950 : 79 ; Oliva 1967 : 59 ; Rodà 1973 : 503 ; Rodà 1974 : 74), même si la tour n’a jamais fait, à notre connaissance, l’objet d’une description détaillée ou d’un plan, ni même d’une illustration photographique. Elle se situe dans la partie centrale de la colline de Sant Julià de Ramis, masse montagneuse de schiste d’une hauteur maximale de 203 m au‑dessus du niveau de la mer, un des contreforts de la chaîne pré‑littorale qui, à cet endroit, entre en contact avec les derniers contreforts des Gavarres, par un passage étroit, le Congost, taillé par la rivière Ter, et constituant le lieu de passage obligé entre les plaines de La Selva et du Gironès au sud, et de l’Empordan au nord.

24La tour se situe au beau milieu de la colline, au nord‑ouest de l’église dédiée à Sant Julià et à Santa Basilisa, à l’abri de la partie la plus haute de la montagne. En fait, elle est équidistante de la fortification moderne et de la petite église, à 185 m environ de hauteur, dominant vers l’ouest et le sud‑ouest la zone de Campdorà, Sarrià et Pont Major et vers l’est, la vallée du Ter à Medinyà, Cervià, Celrà et Bordils, et jouit d’un extraordinaire point de vue (fig. 80, no 3).

25La tour est monumentale, de forme quadrangulaire de 10 m de côté environ. La façade méridionale est la seule en partie visible, elle conserve l’angle sud‑est quelque peu abîmé. Ce secteur fit l’objet de fouilles anciennes, fort probablement effectuées par Miquel Oliva, dont les sondages semblent constituer l’unique exploration de la fortification dans ses moindres détails. Le parement extérieur, dont quelques assises de pierres sont visibles, est fait en petit et moyen appareils, disposés en assises bien rectilignes, solidement liées au mortier de chaux. La pierre du site, sorte de schiste très foncé, prédomine, bien que soient aussi utilisés de plus grands blocs de grès ou de calcaire, pierres peu communes dans ce secteur malgré l’abondance des filons de grès et de calcaire dans un rayon de 5 km ; ces pierres proviennent d’une construction antérieure. Il convient de remarquer un grand bloc, en calcaire gris, de 0,80 m environ de longueur, qui semblerait correspondre à un chapiteau ou à tout autre élément architectonique. Pour cette face, la hauteur conservée et visible est de 0,60 m.

26À l’intérieur de la tour, non loin de l’angle sud‑est et de la limite est, un secteur très abîmé, et qui semble avoir surtout souffert de l’érosion, permet d’établir la technique de construction de l’édifice ; toutefois une exploration plus approfondie assurerait des conclusions incontestables. Il semblerait que nous nous trouvions devant un soubassement intérieur très solide et massif, fait de pierraille, de mortier de chaux et de fragments de tegulae et d’imbrices. C’est précisément dans ce secteur que l’on a récupéré quelques fragments de matériau de construction antiques. Aucun autre élément ne nous permet à l’heure actuelle de dater la fortification.

  • 6 Forteresses citées par Julien de Tolède dans son écrit intitulé Historia Wambae regis, 11‑13.

27Les façades nord, ouest et sud de la tour se situent à l’aplomb de la falaise, profitant ainsi des particularités topographiques et des avantages défensifs du lieu. Seule la face est n’offre pas de bonnes conditions naturelles de défense ; il s’agit justement du secteur le plus ruiné. Comme nous l’avons déjà dit, nous ne disposons pas de données archéologiques susceptibles de donner avec certitude une chronologie approximative de cette tour, encore que les quelques rares mentions bibliographiques la considèrent comme du Bas‑Empire. L’appareil extérieur rappelle très certainement les fortifications des Clausurae (Castellvi 1995)6, au‑delà de Panissars, en Roussillon.

28La première notice sur la tour de Castell Falgars est de P. Vayredà (Vareydà 1931 ; 17) qui la décrit brièvement. Cependant, il faudra attendre la publication de Ramon Salà (1976 : 378) pour en reparler et pour la situer dans le contexte de la romanisation. Ce n’est pourtant qu’après l’inventaire archéologique de la Garrotxa, établi par X. Colomer et J. Oller, que l’on décida, sous l’égide du service archéologique de la Generalitat de Catalunya, et avec le soutien des techniciens du service et de l’archéologue Jordi Turà, d’en faire l’étude globale et systématique. Une référence ponctuelle, utile quoique insuffisante, a été introduite dans le fascicule de la Carte archéologique consacré à la région de la Garrotxa (Servei d’Arqueologia 1989 : 25‑26 ; Turà 1991 : 111‑119) (Fig. 80, no 4 et fig. 85 et 86).

FIG. 85 ‒ Tour de Castell Falgars où l’on peut apprécier la hauteur de l’édifice et la technique de construction en opus polygonal à base de grands blocs de calcaire nummulitique.

cl. J.M.N.B. et J. C.

FIG. 86 ‒ Détail du parement extérieur de la tour de Castell Falgars, où l’on peut observer le bossage sur la face extérieure des blocs.

cl. J.M.N.B. et J.C.

29Cette tour monumentale, cylindrique, très bien conservée, se situe sur la montagne de la Mare de Deù del Mont, dont elle occupe l’extrémité orientale, opposée au sanctuaire surplombant la plaine de l’Empordan et la moyenne et basse vallée du Fluvià, à mille mètres environ d’altitude, sur le territoire municipal de Beuda. L’accès en est difficile tant le lieu est boisé. La tour conserve pour certains points, au sud, à l’est et à l’ouest, une hauteur imposante de 3,40 à 3,50 m dans les parties les mieux conservées. Elle est faite de grands blocs polygonaux en calcaire local, nummulitique, de taille considérable pour certains, avec un bossage grossier bien visible ; les espaces entre les blocs sont remplis de pierraille formant des assises plus ou moins horizontales (fig. 85 et 86). La technique de construction est celle de la pierre sèche, même si l’on observe la présence de mortier de chaux dans le jointoyage de certaines pierres de taille. Le secteur le plus intact conserve près de onze assises de pierres. Intérieurement, la tour est formée d’un mur à double parement dont l’espace interne de 0,80 m renferme une maçonnerie de remplissage (pierraille et terre) et laisse au beau milieu un espace circulaire de 2,50 m environ de diamètre qui, actuellement, est plein de terre et de blocs écroulés. En ce qui concerne le secteur sud, on suppose qu’il y aurait eu une chambre adossée à la tour ; toutefois, dans l’attente d’une exploration plus approfondie, nous nous abstiendrons de toute conclusion définitive. Les prospections de terrain n’ont même pas permis de récupérer le moindre morceau de céramique pouvant servir à la datation archéologique de l’édifice et à la détermination de sa fonction.

  • 7 Sur les murailles de la basse époque républicaine de Gérone : Serra 1927 : 31 ; avec les rectificat (...)

30Par la technique et la structure, cette tour ressemble à la Torrassa dels Motos de Llinars del Vallès, elle aussi cylindrique et approximativement de la même taille, mais bâtie en opus quadratum et avec un parement polygonal qui rappelle les murailles républicaines de Gentnda et celles de la ville romaine d’Empúries (Ruiz 1986 : 302‑309), la Neapolis ou la forteresse de Riells, à La Escala7. Les dimensions et la technique de construction permettent de supposer, en nous appuyant toutefois sur des éléments fiables, qu’il s’agirait d’une tour de guet de la basse époque républicaine, à l’activité intense. Toutes ces tours, celle de Sant Julià, celle de Castell Falgars –appelée aussi Torre del Far– et bien d’autres, furent sans aucun doute en relation directe avec la via Augusta en particulier mais, aussi, avec tout le réseau routier en général et ce, non pour contrôler les chemins, mais comme points‑clefs de réception et d’émission d’avertissements lumineux ou de signaux de fumée visibles de loin (voir pour cette question les considérations intéressantes recueillies par Balil 1977). En effet, à Castell Falgars, on a un panorama depuis le château de Bellegarde et Santa Maria de Panissars (Le Perthus) –le Summum Pyrenaeum des Itineraria– jusqu’à Sant Julià de Ramis et la mer, avec Empúries et Roses, jusqu’à Besalú, Banyoles et une partie de la vallée du Fluvià, et au‑delà vers la Garrotxa. Il est cependant impossible d’observer en détail les chemins ; c’est pourquoi la difficulté d’accès et les petites dimensions de l’édifice permettent de dire que la fonction d’émission et de réception de signaux fut la seule possible.

31La tour de Sant Julià, de hauteur moindre et plus grande, aurait pu jouer un rôle décisif dans la défense fortifiée de la voie puisqu’elle dominait le Congost, lieu étroit et passage obligé, selon la formule des Clausurae, du côté roussillonnais du Summum Pyrenaeum, bien que sa fonction primordiale fût de transmettre rapidement des nouvelles. On peut constater, toutefois, que la tour de Sant Julià reste à l’écart du point de mire de Gerunda, ce qui amène à penser qu’une tour intermédiaire pouvait se trouver à Sant Miquel, lieu surplombant Celrà et la Vall de Sant Daniel, et contrôlant une longue distance vers le nord‑est et l’est, au nord des Gavantes. Sant Miquel est parfaitement visible depuis la tour romaine de Sant Julià de Ramis et depuis la Torre Gironella, qui constitue le point le plus élevé des tours de guet des murailles de Gérone.

Bibliographie

32Balil 1977 : BALIL (A.). — Comunicaciones ópticas del Mundo Antiguo. In : XIV Congreso Nacional de Arqueología, Victoria, 1975. Zaragoza, 1977, p. 833‑842.

33Barruol 1975.

34Casas 1979a.

35Casas 1979b.

36Casas 1981a.

37Casas 1982‑83.

38Casas 1983 : CASAS (J.). — La Via romana del Capsacosta. Olot, 1983.

39Casas 1984.

40Castellvi 1995.

41Fabre et al. 1990.

42Nieto, Nolla 1985 : NIETO (F.‑J.), NOLLA (J.‑M.). — El Yacimiento arqueológico submarino de Riells‑La Clota y su relación con Ampurias. In : VI Congreso International de Arqueología Submarina, Cartagena, 1982. Madrid, 1985, p. 265‑283.

43Nolla 1979‑80 : NOLLA (J.‑M.). — Noves aportacions a l’estudi dels orígens de Gerunda. Annals de l’Institut d’Estudis Gironins, XXV‑I, 1979‑1980, p. 107‑118.

44Nolla 1988.

45Nolla, Casas 1985 : NOLLA (J.‑M.), CASAS (J.). — Carta arqueològica de les comarques de Girona. El poblament d’època romana al nord‑est de Catalunya. Bellaterra, 1985.

46Oliva 1963 : OLIVA (M.). — Recintos fortificados de tipo ciclópeo en tierras gerundenses. In : Arquitectura megalítica y ciclópea catalano‑balear. Barcelona, 1963.

47Oliva 1967 : OLIVA (M.). — Inventario de los castillos, fortalezas, recintos amurallados, terres de defensa y casas fuertes de la provincia de Gerona. Revista de Gerona, 41, 1967.

48Palol 1950 : PALOL (P. de). — Fibulas y broches de cinturón de época visigoda en Cataluña. Archive Español de Arqueologia, 78,1950.

49Ripoll, Llongueras s.d. : RIPOLL (E.), LLONGUERAS (M.). — Embarcadère romano en Rlells en el ámbito ampuritano. In : Miscelánea Arqueológica : XXV Aniversario de los Cursos Internationales de Prehistoria y Arqueología en Apurias, II. Barcelona, p. 272‑295.

50Roda 1973 : RODÀ (I.). — Nuevas investigaciones en el poblado ibérico de Sant Julià de Ramis. In : XII Congreso National de Arqueología, Jaén, 1971. Saragossa, 1973.

51Rodà 1974 : RODÀ (I.). — Reseña de los hallazgos arqueológicos en los términos municipales colindantes de Sant Julià de Ramis. Revista de Gerona, 66, 1974.

52Ruiz de Atbuló 1986 : RUIZ de ARBULÓ (J.). — Emporiae (218 A.C. ‑100 D.C.) : Tesi Doctoral. Barcelona : Universitat de Barcelona, 1986.

53Salà 1976 : SALÀ (R.). – La Romanització de la Garrotxa. In : III Assemblea d’Estudiosos sobre el Comtat de Besalú. Besalú, 1976, p. 378.

54Sanmartí, Nolla 1986 : SANMARTÍ (E.), NOLLA (J.M.). — La Datation de la partie centrale du rempart méridional d’Emporion (L’Escala, Alt Empordà, Catalogne). DAM, 9, 1986, p. 81‑110.

55Serra‑Rafols 1927‑31 : SERRA‑RAFOLS (J. de C.). — Les Muralles ibériques i romanes de Girona. In : Anuaride l’Institut d’Estudis Catalans, 1927‑1931, p. 69‑84. Servei d’Arqueologia del Departament de Cultura de la Generalitat de Catalunya, Inventari del Patrimoni Arqueològic de Catalunya. Carta Arqueològica. Comarca de la Garrotxa. Barcelona, 1989, p. 25‑26.

56Servei d’Arqueologia 1991 : Servei d’Arqueologia del Departament de Cultura de la Generalitat de Catalunya, Inventari del Patrimoni Arqueológic de Catalunya. Carta Arqueologica. Comarca de la Garrotxa, Barcelona, 1989, p. 25‑26.

57Turà 1991 : TURÀ (J.). — Castell de Falgars, una torre romana a la Garrotxa, Cypsela, IX. Girona, 1991, p. 111‑119.

58Vayredà 1931 : VAYREDÀ (P.). — Santa Maria del Mont. Girona, 1931.

3.2 El itinerario de los Vasos Apolinares en el trajecto de Girona a Tarragona

59j. estrada garriga

3.2.1 Consideraciones iniciales

3.2.1.1 Los principales itinerarios antiguos

Los Vasos Apolinares

60El istinerario que nos presentan los cuatro Vasos Apolinares, llamados también de Vicarello, hace referencia a una ruta que ya existía de mucho antes y que los autores de la Antigüedad distinguían con el nombre de via Heraclea. Se trata de un camino que fué el antecesor de la via Augusta, por lo que crcemos que su estudio puede resultat interesante (fig. 87).

FIG. 87 ‒ Caminos romanos del Vallès y del Marasme (fin. del s. I a. C.).

D’apr. J.E.G., M.H./MC del.

61Desde el primer momento del desembarco de los Romanos en Ampurias, el año 218 antes de J.‑C., el trazado de la via Heraclea resultó un camino adecuadísimo para sus planes de conquista. Los Romanos procedieron pronto a arreglarla para permitir el rápido desplazamiento de sus tropas y la convirtieron en la vía más importante para su penetración militar por las tierras de la península Ibèrica (Marinez 1974 : 74‑75).

62En opinión de ciertos autores, el itinerario presentado por los Vasos da la impresión de referirse a la situación de los primeros tiempos de Augusto (Heurgon 1952a : 27‑28). Hasta nos atreveríamos a decir que, en el tramo que venimos estudiando de Girona a Tarragona, todos los paradores que se citan en los Vasos se podrían considerar como construídos durante la primera mitad del s. I a. J.C.

La via Augusta

63Nuestra via Heraclea sale beneficiada de las reformas de Augusto, que la transformaron en via Augusta. El Emperador la mejora notablemente, substituyendo su paso por la comarca prelitoral del Vallés por el de la costa, mucho más llano y con unos intereses económicos más fuertes. La via Augusta, continuación de la via Domitia procedente del S.‑E. de las Galias, tenía hasta tres posibilidades, en su trayecto de Aquae Voconiae (Caldes de Malavella) a Seterras (Hostalric), para incorporasse a la Costa. La prueba del nuevo trazado de la via Augusta la constituyen los diverses miliarios encontrados en diferentes lugares de esta variante, très de ellos haciendo mención de su nombre.

Los « itinerarios de Antonino »

64Los itinerarios llamados de Antonino son un resumen de recorridos de las principales carreteras romanas referidos a un período que se suele situar a finales del s. III (Saavedra 1914 ; Pallí 1985 : 49‑56).

  • 8 Las iniciales mp o m p. significan milia passuum (mil pasos), que es tal como se llama la unidad de (...)

65De los numerosos caminos que se enumeran en estos itinerarios, hay uno que nos interesa especialmente porque, desde la parada del Summo Pireneo hasta Tarragona, detalla las mismas estaciones que constan en los Vasos Apolinares. Los nombres de los paradores y las distancias entre ellos vienen a ser los mismos. Todo es idéntico con la excepción de que en el lugar donde los Vasos Apolinares sitúan el parador de Arragone (Sierra de la Salud, Sabadell) el itinerario de Antonino pone Barcenone. Puede darse el caso de que el copista que reprodujo el itinerario fuese consciente de esta substitución. En este supuesto, habremos de preguntarnos porqué no modificó asimismo las distancias, haciendo constat 25 mp8 de Praetorio a Barcenone y 20 mp de Barcenone a Ad Fines –que son los que realmente hay– en lugar de copiar las mismas 17 y 20 mp que ponen los Vasos Apolinares para los auténticos tramos de Praetorio‑Arragone y Arragone‑Ad Fines, verdadero camino transversal de la comarca del Vallés (véase cuadro no IV).

66En este error podría haber influĺdo el hecho de que todas las copias que se conservait de los itinerarios de Antonino –más de treinta– son muy tardías ; la mas antigua es una del s. viii, que se conserva en El Escorial. Es posible que los copistas, viendo que el camino de Girona a Tarragona citaba un lugar denominado Arragone, pero no hablaba del paso por Barcelona, a pesar de que desde Augusto el camino oficial ya la cruzaba, creyeron de buena fe que ello era debido a un error de copia anterior y, tranquilamente, cambiaron Arragone por Barcenone. Arragone había sido un importante núcleo republicano, pero, los últimos siglos del Bajo Imperio era posiblemente desconocido fuera de la comarca del Vallés, mientras que Barcenone, era una ciudad de renombre en aquellos siglos tardíos, con fuertes murallas y un puerto muy importante (Arias 1968b).

3.2.2 Dos cuadros explicativos

67Nuestras propuestas están contenidas en los dos cuadros que adjuntamos al final de este trabajo y que explicamos a continuación.

Probable camino (equivalente al itinerario unificado del texto) seguido por el itinerario de los Vasos Apolinares (tabl. iii)

TABL. III Probable camino (Llamado en el texto « itinerario unificado ») seguido por el itinerario de los Vasos Apolinares.

68El sector Seterras‑Antistiana del camino de Girona a Tarragona ha sido medido sobre mapas del Area Metropolitana de Barcelona, escale 1/10 000, y los demás sectores, con mapas del Instituto Geográfico Nacional, escala 1/50 000. La longitud total ha resultado ser de 188,35 km En todo momento se ha procurado seguir –dentro de lo posible– el camino más corto y, a la vez, más llano, o, en todo caso, con las pendientes más practicables sin un excesivo esfuerzo. Estas condiciones resultan indispensables al tratarse de un camino cuyo objetivo principal era lograr una rápida penetración militar en nuestra Península.

69Para la identificatión de nuestro camino se han rechazado expresamente muchos trayectos servidos por « caminos reales », principalmente de los siglos XVI y XVII, por no representât en muchas ocasiones las vías más primitivas que se utilizarian en los primeras siglos de la ocupación romana. Si convenimos que la milla romana (mp) que se adoptó precozmente en nuestro país fue la de 1480 m. actuales (Arias 1968c), resulta para el trayecto del cuadro no III una longitud de 127, 26 mp. En los Vasos Apolinares, si totalizamos las distancias que se indican para las nueve etapas comprendidas dentro del trayecto Gerunda‑Tarracone, anotaremos los siguientes resultados : Vasos no 1, 126 mp ; Vaso no 2,, 128 mp ; Vaso no 3, 125 mp ; Vaso no 4, 126 mp.

Comparacíon entre itinerarios diversos segúm documentas antigüosy nuestro « itinerario unificado » (tabl. iv)

TABL. IV Comparación entre itinerarios romanes documentados y el « itinerario unificado » que se propone. Observaciones : las abreviatura mp corresponde al concepto de « millas romanas » ; una mp équivales a milia passuum (mil pasos), con un valor actual 1.480 métros (et. dans ce même chapitre les notes 1, 2, 3 et 41.

  • 9 El trayecto entre el Pirineo, Tarragona y Tortosa, o sea, el que utiliza para su recorrido la depre (...)
  • 10 Otros textes son la Tábula de Peutinger, a la cual le falta, hoy día, la hoja correspondiente a His (...)

70Este cuadro es una comparación entre varies Itinerarios tomando como base los datos que nos proporciona la documentación antigua, es decir, los itinerarios de los Vasos Apolinares y un itinerario de Antonino –el conocido como « camino no 2 » de los que entran en España (Blasquez 1892 : 259)9–, que son, en definitiva, los únicos que, con cierto detalle, siguen el camino Pre‑Litoral. Hemos prescindido de otros10, que no tienen valor informativo alguno para nuestro propósito. Como elemento de contraste situamos también en este Cuadro nuestro « itinerario unificado », tal cómo se expone en el cuadro no III.

71Para una mejor interpretación del significado de los datos que nos suministra el cuadro, deben tenerse en cuenta las siguientes notas :
– la numeración de los Vasos y la nomenclatura de las mansiones son las que adopta Hübner en el
CIL II y Suplemento (Hübner 1881 : 13‑14 ; Heurgon 1952a ; Balil 1953) ;
– las diferentes copias existences del llamado itinerario de Antonino dan a veces cifras distintas para la distancia que media de una mansión a otra ; en tales casos, si disponemos de dos o más longitudes designâtes para un mismo trayecto, ponemos las dos que nos han parecido más verosímiles ;
– cabe recordar que, en el itinerario de Antonino, el nombre de
Arragone es substituido por el de Barcenone, un cambio que se interpreta como un error de copia por la generalidad de autores ;
– todos los Itinerarios, tanto el de los Vasos Apolinares como los de las diferentes copias del de Antonino, coinciden en asignar 20 mp al tramo
Arragone‑Ad Fines ; sin embargo, de la treintena de copias del itinerario de Antonino que se conocen, hay uma –la del Códice N. Vaticanum, que es del s. XIV–, que solamente le atribuye 15, que son las que realmente existera (Parthey, Pinder 1848 : 191) ; debido a los problemas que comporta querer mantener las 5 mp de exceso, parece que los más sensato es interpretar las 20 mp que suele poner la documentación antigua para este tramo concreto, como un simple error de copia inicial de un ejemplar primigenio, resultado posiblemente de confundir el numeral romano XX con el XV ; de acucrdo con estos puntos de vista y con la distancia real, en el « itinerario unificado » ponemos tan sólo 15 mp como longitud de esta etapa.

3.2.3 Observaciones generales sobre las mansiones o paradores y las distancias entre ellos

72Después de un breve examen de los problemas que habitualmente se plantean en este tipo de cuestiones, hemos llegado a la conclusión de que se hace necesario establecer unas normas para fijar el emplazamiento de las mansiones. Un lugar determindao podría considerars como posible ubicacion de una parada del camino oficial siempre que reuniese las tres condiciones siguientes :
– un recorrido documentado de la etapa ;
– un emplazamiento estratégico, que desde un punto de vista viario pueda ser considerado como un buen centro de comunicaciones ;
– y un contexte arqueológico, en el que se encuentre cerámica propia de finales del s. I antes de J.‑C, ; la presencia de cerámica campaniense B ayudaría a reforzar esta suposición.

Aquae Voconiae es Caldas de Malavella

73Caldas de Malavella conserva vestigios materiales de su poblamiento urbano de finales del s. I antes de J.C., con restes importantes de una piscina situada en el cerro llamado Puig de Sant Grau. También se han localizado dos lápidas con inscripciones romanas. Otros restes han sido señalados en el Puig de tes Ánimes. Los itinerarios señalan 12 mp desde Girona a esta población, una distancia que juzgamos muy correcta. Entre Aquae Voconiae (Caldes de Malavella) y Seterras (Hostalric) el terreno es muy llano, con la posibilidad de que en otros tiempos tuviese un carácter entre semipantanoso y lacustre, como lo demuestra la cxistencia de la Laguna de Sils, hoy día desecada, que era una consecuencia de un deficiente ststema hidrológico. A pesar de ello, en esta zone son –y siempre han sido posibles– dos y hasta très recorridos diferentes, con una longitud muy similar.

Seterras queda bien emplazada en Hostalric

74El cerro llamado Turó de Hostalric constituye un paso forzado de la via romana entre Girona y Tarragona. Este estratégico cerro fué asiento de un importante poblado ibérico, cuyo topónimo podría sido el mismo Seterras de la época romana. Lo visité en el año 1949, cuando aún estaba sin catalogar, y recogí en él, además del material ibérico consctudinario, varios fragmentos de tegula romana. Más tarde, en época medieval, la familia de los Cabrera construyó alli un castillo que, reconstruído en el s. xviii, ha resistido –más o menos alterado– hasta nuestros días. La población conserva aún una buena extensión de muralla, junte con varias terres de defensa. La parte romana, que forzosamente estaría radicada allí, no ha merecido todavía la atención de ningún estudioso. Entre Aquae Voconiae y Seterras los Vasos indican una distancia de 15 m p. Por mi parte, sólo he medido 14, que son los que he adoptado.

Praetorio corresponde a Llinars del Vallès

75Praetorio ha sido diversamente asignado a Llinars del Vallés y a La Roca del Vallés. Sin embargo, esta última población está situada 8750 m más allá de Llinars y, por tanto, su situación no se corresponde con las distancias que nos dan los Vasos. Ademâs, se halla emplazada en el camino que lleva a Barcelona, con una dirección muy apartada del que conduce a Tarragona, por otro lado, en el núcleo del pueblo de La Roca no se conoce por ahora ningún yacimiento de época romano‑republicana.

  • 11 En Llinars del Vallés, a principios del s. IX, la Strata Francesca –tamblén llamada via Calciata– s (...)

76Llinars es, además de un importante cruce geográflco de caminos11, un centro arqueológico muy interesante, a poca distancia de la Atalaya romana llamada la Torrassa del Moro, situada en lo alto de la cercana Sierra Litoral. El núcleo romano de Praetorio se localizaba en la casa de labor conocida por Can Rossell, que se levantaba a poniente de la población de Llinárs. En aquel emplazamiento, hace años –en 1956– tuvimos la oportunidad de anotar la existencia de un magnífico y extenso yacimiento, surgido en pleno s. II antes de J.‑C. Unas recientes excavaciones (año 1989) han puesto de relieve la importancia de la estación. Praetorio se encuentra, según unos itinerarios, a 16 mp de Seterras y, segun otros, a 15 ; esta última distancia es la que resulta de mi medición, y que anoto en el « Itinerario unificado ».

Semproniana ha de identificarse con Granollers

77Por lo que hace referencia a Semproniana, cabe situada en el núcleo antiguo de Granollers, donde se han localizado importantes restes romanos consistentes en abundantes cimientos, varias habitaciones con mosaicos enteros y un ninfeo de estilo pompeyano junto con unas termas. Se ha recogido cerámica de diversas clases, monedas y otros tipos de hallazgos, que, como mínimo, certifican que el yacimiento ya estaba en actividad hacia el año 30 antes de J.‑C. (Estrada, Villaronga 1967 : 165 ; Estrada 1969 ; Arrizabalaga et al. 1984 ; Pardo 1984). En la actualidad se está excavando una importante necrópolis, con un área muy importante de sepulturas de inhumación.

78A mi juicio, no es posible admitir, como ha sido sugerido, la ubicación de Semproniana en Cal Vermeil (Pallí 1985 : 75), a media cuesta del Coll de la Manya, a 1500 m del núcleo romano de Granollers en dirección a Sabadell, en un paraje donde no existe posibilidad alguna de instalar una mansio, con los diferentes servicios anejos. Esta falta de adecuación de los terrenos de Cal Vermell, que no cumple ni tan solo una de las tres condiciones que –cómo antes hemos señalado– cabe exigir para el emplazamiento de una mansio, se repite con respecte a otras identificaciones que se ban propuesto y que por tal motivo deben recharzarse. En nuestro caso, los itinerarios indican que Semproniana se encuentra a 50 o 51 mp de Girona. Según los Vasos I y IV serían 51 ; según los Vasos II y III, sólo se contarían 50. Después de haber medido con el máximo cuidado el camino entre Girona y Granollers, sólo liemos registrado 50, que son las que se anotan.

El parader de Arragone bien documentado en el Santuario de la Salud, de Sabadell

79El trayecto entre Semproniana y Arragone (Sabadell)
El camino real mediéval entre Granollers y Sabadell sigue en toda su extensión el trazado de la via romana entre las dos poblaciones. Pasado Polinyá, antes de llegar a Sabadell, el camino sube por la Sierra de la Salud y, después, baja por el barranco de Torre Romeu hasta el lugar donde debiera situarse el punto de unión con el ramai de 1600 m de longitud que conduce al Santuario de la Salud. De aquel punto de unión no queda hoy ni rastro, debido a la enorme rosión causada por la torrentera.

80Hechos los primeros 400 m de aquel enlace hacia La Salud –cuyos 100 m iniciales también ban desaparecido arrastrados por la misma erosión que se llevó el camino real de Polinya– nos encontramos ante la antiquísima capilla de San Salvador de Arrahona, con restes romanos. Siguiendo el mismo camino unos 1200 m más hacía Poniente, quedamos situados en el propio centro de las ruinas de la villa romana de Arragone, donde vivía el dominas del fondus (Mas 1964 ; Renom, Mas 1950) y que hoy día sirven de cimiento a las paredes del Santuario de la Salud.

81El parador de Arragone se habría levantado, pues, cerca de la bifurcación que acabamos de describir, o, a lo más, entre este punto y la actual capilla de San Nicolás de Arrahona. Esta localización tiene más posibilidades que una alternativa dentro del conjunto de edificaciones que integraban la villa romana vecina, hoy día enterrada bajo el santuario. Así las cosas, la longitud de la etapa quedaría establecida en 16,8 km, equivalentes a 11,4 mp, que, redondeadas a 11 mp, es la longitud que se ha anotado para este trayecto en el « Itinerario unificado ».

  • 12 Estrada Garriga Josep, Excursions realitzades a Castellbisbal els dies 12/7/53, 13/6/63 y 15/5/67. (...)

82El trayecto de Arragone a Ad Fines (Martorell)
El camino sale de Sabadell, dirigiéndose por Can Feu hacia Sant Quirze del Vallés. Sigue en dirección a Rubí, pasa por Can Ferran y por la pequeña iglesia de Sant Feliu de Vilamilanys (Mayer, Rodà 1984 : 20) y llega a Rubí, de donde sale en dirección a Can Fatjó, cstación arqueológica muy conocida por los importantes restos ibero‑romanos que se descubrieron allí hace años (Almagro
 et al. 1945). El camino continúa hacia Castellbisbal, prosiguiendo por Can Campaña y por Can Riquer –masia con restos romanos12. Entramos en Castellbisbal por delante de Can Rebella, desde donde giramos a la derecha, bajando por el Serrat de les Garces hacia el llano del río Llobregat. Bordeando este río, pasamos por Can Coromines, hasta llegar frente a la población de Martorell.

  • 13 Bencomo et al. 1985 : 108 : « […] existeixen constatacions d’un camí real de Rubí a Martorell, que (...)

83El recorrido de esta etapa es, en muchos puntos, fragoso en extremo. Se trata de un trayecto difícil, con algunos tramos actualmente abandonados, pero que en otras épocas hizo un buen servicio13. Algún autor ha considerado que, al llegar el camino a Sabadell, giraba en ángulo recto hacia el este en dirección a Sant Cugat del Vallés, dirigiéndose por otro camino hacia el llano del río Llobregat. Seguidamente, enfilaba por la orilla izquierda del Llobregat hasta llegar frente a la importante masia de Can Coromines, donde se unía con el primitive camino que descendía de Castellbisbal, y, juntos, llegaban al punte medieval sobre el río, situado a la entrada de Martorell (Pallí 1985 : 75, 139). No obstante, la referida variante alarga 3,90 mp –5800 m– el camino antiguo de Girona a Tarragona, por lo que, desde el punto de vista que se contempla aquí, no resulta conveniente.

El lugar de Martorell llena todos los resquisitos para adjudicarle la mansión de Ad Fines

84Según estudios recientes (Fabre 1987 : 287‑288), la obra de fábrica que se conserva del antiguo puente romano de Martorell –entre otros elementos, con un arco monumental de entrada por el lado de poniente– demuestra que este puente fué levantado ya en tiempos de Auguste.

85En su sentido más amplio, un topónimo tan expresivo cómo Ad Fines –que significa « A los Límites »– no cabe situarlo ni en Castellvi de Rosanes ni en Gelida, poblaciones situadas a 4 y 7 km, respectivamente, de Martorell y que no límitan con ninguna región, a pesar de algunas interpretaciones que alguna vez se dan a las distancias que marcan los Itinerarios antiguos. Lógicamente, para este topónimo resulta muy apropiado un lugar como Martorell, por donde corría a lo largo del río Llobregat el limite entre el Vallés, poblado por iberos Layetanos, y el Penedés, ocupado por iberos Cosetanos con su capitalidad en Tarragona. En la zona norte estaban los Lacetanos por un lado y los Ausetanos por otro. Son datos que por si sólos ya inclinan a considerat que la mansión Ad Fines, a falta de otros elementos materiales –que tampoco es el caso– cabría establecerla en el lugar de Martorell, punto estratégico donde confluyen dos rios y un gran numéro de caminos, a más de dos comarcas bien diferenciadas.

86Arqueológicamente, al núcleo urbano de Martorell, por lo que se conoce hasta ahora, se le puede conceder una buena valoración. Restos de época romana han sido localizados cerca de la piscina del Club de Natación, en la parte baja de la población, siendo aún más interesantes los que se han efectuado al otro lado del río Anoia, a un km y medio del núcleo antiguo, en el lugar conocido como Estación de Martorell‑Empalme (Maurí, inéd.). También se hallan restos romanos en la ermita de Santa Margarita –antiguo priorato de Sant Genis de Rocafort–, a un km y medio en dirección a mediodía, y a media montaña, en la Torreta del Clos (Clopas 1945).

87La longitud de esta etapa, desde la Serra de la Salut (Arragone) hasta Martorell (Ad Fines) es de 23,3 km, equivalentes a 15,07 mp, que, redondeadas, quedan por 15, que son las que hacemos constat en nuestro « itinerario unificado », de conformidad con lo que hemos explicado en el Apartado 4 del Epígrafe 2.2.1.

El trayecto de Ad Fines a Antistiana, mansión que se sitúa en el caserlo de La Rápita (municipio de Els Monjos)

  • 14 Giró 1950 : 111 : « […] Y a propósito de la construcción de aquella nueva carretera, D. Manuel Milá (...)

88De Martorell a Sant Sadurní d’Anoia, debido al terreno tan sinuoso y cstrecho por el que discurre el río Anoia, el camino no tiene otra alternativa que la del mismo lecho del río. Parece forzoso admitirlo así, aún para la época romana, teniendo en cuenta los antecedentes existentes14. Pasado ese tramo tan difïcultoso, el camino hasta cl caserío de La Rápita discurre siempre por unos terrenos muy llanos. Tiempo atrás estaba bastante convencido de que era posible mantener la identificación de la mansión Antistiana de los Itinerarios romanos con la población de Vilafranca del Penedés. Pero, una vez contrastada la longitud del trayecto con mapas a escala mayor, he podido disponer de mejores elementos de juicio que me ban permitido estudiar la cuestión con mayores posibilidades de acierto.

89En estos momentos, tengo la plena convicción de que el arqueólogo vilafranquense Pere Giró Romeu tenía razón cuando sugería que el emplazamiento de Antistiana debcría colocarse en la zona de La Rápita, en el municipio de Els Monjos, y más exactamente en el paraje conocido con el nombre de Els Pins d’en Sellarés, cerca de la ermita o villa de Santa Tecla, un lugar donde han sido localizados gran numéro de yacimientos romanos, tanto de época republicana cómo de época imperial (Giró 1950 : 119‑120). La distancia de Martorell a La Rápita es de 33,55 km, que equivalen a unas 22,67 mp, o sea, eliminando decimales, 23 mp.

De Antistiana a Palfiiriana (Elostal del Garrofer, en ruinas), cerca de la estación de Sant Vicenç de Calders)

  • 15 Rius 1947 : Doc. no 1132, del año 1180. Este documente habla del vilare de Comarrugay, al especific (...)

90Saliendo de La Rápita y después de una quincena de kilómetros, el camino entra en El Vendrell. De esta poblacion, el camino sale por el Barrio de la França, siguiendo un trazado que aún conserva segmentes de empedrado romano y que va a morir actualmente en el km 306 de la carretera de Tarragona, frente a La Devesa, una masia con yacimiento romano‑republicano. En un margen del citado camino, frente al 1cm 307, fué hallado, ya hace años, un miliario anepígrafe15.

91Algo más abajo, en el km 304,6 y a unos 400 m de la Estacíon de f.c. de Sant Viccnç de Calders, sc encuentra la mansión Palfiiriana, punto estratégico muy importante, ya que, a más de representar el punto donde el camino romano procedente de Roma reencontraba finalmente el Mediterráneo, era también lugar de conjunción con la ruta romana que venía del Norte por la línea de la costa, pasando por estaciones romanas como Sitges, Vilanova 1 la Geltrú, Calafell i la ermita de Sant Salvador en el barrio marítimo de Comarruga.

  • 16 El Hostal del Garrofer aparece citado en la obra de Serra 1814 : Itinerarios no 31 y 32 ; entre los (...)

92Justamente, en el punto de confluencia de los dos caminos, aún pueden verse –en el lado dereche de la carretera en dirección a Mediodía– los restos de un caserón que pudo haber pertenecido a alguna del establecimiento que los Itinerarios de principios del s. XIX llamaban Hostal del Garrofer16.

  • 17 Estrada Garriga Josep, Excursions realitzades des del Camping del Francás (cerca de El Vendrell), d (...)

93Asimismo, el camino que procede de la costa norte –como se acaba de explicar–, al juntarse con la carretera de Tarragona en el km 304,6, forma un ángulo cuyo vértice apuntaría a El Vendrell mientras que la apertura del arco así formado se abriría delante de Comarruga ; dentro de este ángulo, a unos 180 m al norte del viejo Hostal del Garrofer, en unos campos de siembra se encuentran los restos de un importante yacimiento republicano romano, en el que recogí (año 1964) cerámica ibero‑romana, campaniense B, C y de imitación (clasificación Lamboglia), cerámica de cocina ibérica, sigillata aretina, sudgálica e hispánica, sigillata clara, ánforas de tipo diverso, restos de pavimento de finales del s. I antes de J.C., estuco pintado de encarnado y otros tipos de materiales17. Estoy convencido de que este lugar había sido el emplazamiento de Palfiiriana.

94El recorrido desde Antistiana (La Rápita) hasta el lugar anterior –km 304,6– donde se sitúa Palfuriana es de 18,80 km, equivalentes a 12,7 mp, que se anotan como 13 mp, distancia de acuerdo con las cifras del « Itinerario unificado » y con las millas que dan los Vasos Apolinares.

De Palfuriana a Tarragona

95La vía romana, desde Palfiiriana hasta la acrópolis de Tarragona, no presenta ningún punto dificultoso. Son 23,5 km de recorrido, que se traducen en 16 millas. Es la distancia que marcan los Itinerarios.

3.2.4 Conclusion

96Al comienzo del Epígrafe supra 3.2.2 ya se ha dicho que una medición –tan exacta como ha sido posible– de la distancia entre Girona y Tarragona –las dos plazas más seguras del itinerario de los Vasos Apolinares en su travesía de Cataluña– daba un resultado de 188 1 cm, equivalentes a 127 mp. Son unas cifras que hemos de considerar bien establecidas mientras no se demuestre un siempre posible error.

97Asimismo, los criterios que se han ido exponiendo sobre identificación de paradores y eliminación de algunos errores en la determinación de distancias han servido de fundamento para edificar toda la estructura vial que hemos montado alrededor de los Vasos Apolinares, permitiéndonos élaborar un « Itinerario unificado » desde Girona a Tarragona, en el cual, mediante aquellos documentes itinerarios antigüos que aún se conservan, se ha podido establecer la posición de las diferentes mansiones a lo largo de ese primitivo camino. Un camino bastante desconocido, quizás, por las muchas rectificaciones ocasionadas por la construcción, durante la Edad Media y Moderna, de los nuevos « caminos reales » en las zonas servidas por el itinerario de los Vasos Apolinares.

Bibliographie

98Almagro et al. 1945.

99Arias 1968b.

100Arias 1968c : ARIAS (G.). — Sobre lalongitud de la milla en la Hispania romana. El Miliario Extravagante, 14. Paris, 1968, p. 391‑393.

101Arrizabalaga et al. 1984.

102Balil Diana 1953 : BALIL ILLANA (A.). — La Fecha de los Vasos de Vicarello. Arch. Esp. Arq., 27, XXVI, 1953, p. 187‑188.

103Bencomo Mora et al. 1985 : BENCOMO MORA (C.), IBANEZ MAS (D.), LOPEZ MOLIN (F.). — Aproximació a la história de Rubí. Ayuntamiento de Rubí, 1985. 280 p.

104Blasquez 1892 : BLASQUEZ (A.). — Nuevo estudio sobre el Itinerario de Antonino. Boletín de la Real Academia de la Historia, 33. Madrid, 1892.

105Clopas 1945.

106Estrada Garriga 1964 : ESTRADA GARRIGA (J.). — Excursions realitzades des del Camping del Francás (cerca de El Vendrell), días 29/9/64 y 30/9/64. Apuntes particulares.

107Estrada Garriga 1969.

108Estrada Garriga 1984 : ESTRADA GARRIGA (J.). — Note historiques sobre camins antics i modems de la rodalia de Granollers. Granollers : Ponències, 1984.

109Estrada Garriga, Villaronga 1967 : ESTRADA GARRIGA (J.), VILLARONGA (L.). — La Lauro monetal y el hallazgo de Cánoves (Barcelona). Monograffa XXVIII. Barcelona : Instituto de Prehistoria y Arqueologîa de la Diputaciôn Provincial de Barcelona, 1967.

110Fabre et al. 1984b.

111Girô 1950.

112Heurgon 1952a.

113Hübner 1881 : HÜBNER (E.). — La Arqueología en España. Barcelona, 1881.

114Marinez Gasquez 1974 : MARINEZ GASQUEZ (J.). — La Campaña de Catón. Esplugues de Llobregat : Edit. Hispania, 1974.

115Mas i Gomis 1964 : MAS I GOMIS (L.). — Razón topográfica del emplazamiento de la primera sede parroquial de San Félix de Arrahona en relación con el trazado de la vía Augusta. Bol. del Museo de la ciudAd de Sabadell, 1 octubre 1964, no 8.

116Maurï ined. : MAURÍ (A.). — Apunts particulars sobre arqueologia de Martorell (ined.).

117Mayer, Rodà 1984.

118Palli 1985.

119Pardo 1984.

120Parthey, Pinder 1848.

121Renom, Mas 1950 : RENOM COSTA (V.), MAS GOMIS (L.). — Las Excavaciones del poblado de Arragona. Arrahona, Rev. del Museo de Sabadell, 1950, p. 93‑116.

122Rius 1947 : RIUS (J.). — Cartulario de Sant Cugat del Vallès, vol. III. Barcelona, 1947.

123Saavedra 1914 : SAAVEDRA (E.). — Las Obras públicas en los tiempos antiguos. In : Discursos leídos ante la Real Academia de la Historia en la recepción pública de Don Eduardo Saavedra el día 28 de diciembre de 1862. Madrid, 1914.

124Serra 1814.

3.3 La via Augusta de Barcelone à Martorell

125f.x. menendez i pablo, j.m. solias i aris

3.3.1 Introduction

126L’objectif de ce travail est de reconstruire la topographie de la via Augusta dans son itinéraire de Barcino à Ad Fines, de la relier à son contexte archéologique et de la replacer dans son cadre historique et économique.

FIG. 88 ‒ Plan schématique de la via Augusta de Barcino à Ad Fines, avec mention des principales voies secondaires, des sites et des découvertes archéologiques.
– Les sites archéologiques :
Montjuïc (Barcelone) : 1 Nostra Senyora del Port, 421 ; 2 Fossar de la Pedrera (cimetière S.‑O.) ; 3 Stade. S.‑O. Barcelone : 4 Sant Pau del Camp ; 5 Can Batllori (Sarrià) ; 6 Pedralbes ; 7 Club de Polo. L’Hospitalet de Uobregat : 8 La Torrassa ; 9 Factoria Vanguard ; 10 Santa Eulàlia de Provençana ; 11 Torre Ubach. Cornellà de Llobregat : 12 Place de l’Hôtel de Ville (Plaça de L’Ajuntament) ; 13 Castell Nou. Sant Just Desvern : 14 Can Modolell ; 15 Tres Santos ; 16 La Torreblanca ; 17 Can Sagrera ; 18 Can Ginestar‑place de l’Eglise ; 19 Can Eliosca (ou Can Cortès) ; 20 Can Vilar de la Muntanya ; 21 La Riba ; 22 Can Roldan ; 23 Can Gelabert ; 24 Mas Lluí.
Sant Joan Despí : 25 Pla del Vent ; 26 Carrer Carril ; 27 Ermitage de la Mare de Déu del Bon Viatge ; 28 Les Begudes.
Sant Feliu de Llobregat : 29 Ca l’Estanquer ; 30 Torre de la Presó (+ Can Ricart) ; 31 Can Maginàs ; 32 La Salut ; Molins de Rei ; 33 Sant Pere de Romaní (ou Ca La Córdia) ; 34 Plaça de les Bruixes II.
El Papiol : 35 Can Tintorer.
Castellbisbal : 36 Can Pedrerol de Baix ; 37 Can Estapé ; 38 Can Riquer (ou Can Riquet).
Martorell : 39 Club de Natation (ou Caves Rubricatus ou l’Enrajolada) ; 40 Martorell‑Correspondances (ou thermes Glude). 
– Les nécropoles :
Montjuïc (Barcelone) : 1 Musée Ethnologique ; 2 Vista Alegre. 
S.‑O. Barcelone : 3 Sant Pau del Camp ; 4 Can Batllori (Sarrià) ; 5 Travessera de les Corts ; 6 Carrer Begur,
L’Hospitalet del Llobregat : 7 Can Picot. Cornellà de Llobregat : 8 place de l’Hôtel de Ville.
Esplugues de Llobregat : 9 La Gavarra (incertain ; localisation approximative).
Sant Just Desvern : 10 Can Ginestar‑Place de l’église. Martorell : 11 Santa Margarida. Castellví de Rosanes : 12 Château de Sant Jaume (ou de Rosanes). 
– Les milliaires et autres vestiges (épigraphie, sculpture, monuments) :
1 cimetière S.‑O. (Montjuïc) : divers éléments d’un monument (inscription C. COELIUS ; exèdre ; corniches numérotées et autres éléments) ; 2 milliaire de Santa Madrona (Montjuïc) ; 3 priape d’Hostafrancs ; 4 milliaire d’Hostafrancs ; 5 milliaire de Sants ; 6 relief de la Méduse de Santa Eulàlia de Provençana (L’Hospitalet de Llobregat) ; 7 tour de Picalquès (Esplugues de Llobregat) (avec deux inscriptions romaines d’origine Incertaine) ; 8 dalle funéraire de la Riba ; 9 fragment d’un éventuel sarcophage de la Tour de la Presó (Sant Feliu de Llobregat) ; 10 milliaire de Can Estapé (Castellbisbal) ; 11 dalle funéraire de Can Estapé (Castellbisbal) ; 12 arc du Pont del Diable (Castellbisbal) ; 13 Pont del Diable (avec des inscriptions...) ; 14 milliaire de Santa Margarida (Martorell) ; 15 tour de guet du Château de Sant Jaume (Castellví de Rosanes) ; 16 embarcadère fluvial probable à Molins de Rei.

Sont exclues diverses informations incertaines : inhumations (Montjuïc, Cornellà…), tours romaines (Martorell....), Columbarium de Castellbisbal, découvertes de céramiques non étudiées ou insuffisantes, etc. ainsi que les découvertes de monnaies (Baix Llobregat, Sarrià, l’Hospitalet…).

d’apr. F.X.M.P. et J.M.S.A., V.T./MSH del.

127Comme on le sait, l’expression via Augusta était le nom donné en Catalogne à tout un réseau de chemins principaux qui la traversaient. L’axe nord‑sud, la voie qui depuis les Pyrénées se dirige vers le sud en passant par la capitale de la Tarraconaise, Tarraco, et traverse la dépression du Vallès, se dote, à la fin du ier s. av. J.‑C., d’un nouveau tronçon côtier, incorporant de ce fait la nouvelle colonie de Barcino au réseau de la via Augusta. Ce tronçon, qui suivait la côte de Tordera jusqu’au Llobregat, remontait le fleuve jusqu’à Martorell, l’enjambait, et mettait en communication des villes importantes telles que Iluro, Baetulo et Barcino. Cette voie a été considérée traditionnellement, par définition et chronologie, comme la via Augusta, alors qu’elle était systématiquement ignorée de toutes les sources et des itinéraires qui considéraient comme voie principale le tronçon du Vallès par Praetorio, Arragone et Ad Fines.

128Un seul itinéraire antique, celui d’Antonin, cite Barcenone entre Ad Fines et Praetorio ; par les distances mentionnées, il semble bien que cet itinéraire faisait aussi référence au tronçon vallésien de la via Augusta, Barcenone apparaissant comme une interpolation ou une erreur de transcription à la place d’Arragone. Ni les sources itinéraires, ni les sources littéraires ne nous aident donc à reconstruire la topographie de la voie.

129Sur le tronçon du Maresme à Barcelone ont été identifiés trois milliaires dont deux augustéens, datant avec exactitude la construction de la voie, ainsi que des restes fossiles du tracé sur le Garní del Mig. Par contre, pour le tronçon de Barcelone à Martorell –où se situerait Ad Fines– les documents sont rares et les travaux antérieurs ayant traité du thème n’ont pas atteint, à cause de leur caractère d’ouvrages généraux, la profondeur souhaitable (essentiellement, Mayer et al. 1983 ; Pallí 1985). La radicale transformation anthropique du territoire, fortement industrialisé et urbanisé, empêche la reconstruction du paysage antique. D’ailleurs la photographie aérienne et les images‑satellite consultées (SPOT‑1) n’ont pas été d’une grande utilité. On ne peut, non plus, compter sur aucun reste fossile de chemin, qui, archéologiquement, pourrait remonter à l’époque romaine. La documentation milliaire –seulement trois bornes– ne suffit pas à établir le parcours. De plus, en général, nous ne disposons d’aucun autre élément d’identification incontestable, comme les monuments funéraires, les tours de guet ou les ponts, excepté, évidemment, celui de Martorell qui constitue le terminus de notre tronçon.

130Nous pensons cependant, grâce à l’étude que nous avons amorcée à partir de la cartographie actuelle et antique –fort réduite elle‑aussi–, et de la documentation médiévale et moderne, avoir cerné le réseau des chemins de la zone au haut Moyen Age. Ceci, combiné à la reconstruction du cadre géomorphologique (surtout le réseau hydrographique), à la compilation de données toponymiques et à la contextualisation de nouveaux éléments archéologiques –liés surtout au peuplement– nous a permis une approche de la topographie du réseau routier de l’époque romaine dans le Baix Llobregat, et plus précisément sur le parcours de la via Augusta de Barcelone à Martorell.

131Avant d’analyser certains des éléments mentionnés (pour des raisons de place nous nous bornerons aux éléments archéologiques et toponymiques), il convient de citer le fleuve Llobregat comme axe essentiel du territoire étudié. Il s’agit, en effet, d’une importante voie de communication vers l’intérieur, grâce au large estuaire qui s’ouvrait à son embouchure (actuellement un delta) et à sa navigabilité. Un grand port de mouillage sur la rive droite de l’estuaire accueillait, au moins depuis le ive s. av. J.‑C., le trafic des navires marchands transitant en amont et en aval de la voie fluviale (Izquierdo 1985‑86). En fait, le nouveau tronçon de la via Augusta suivait la rive gauche du cours d’eau de Barcelone jusqu’à Martorell, lieu propice pour construire un pont et franchir la rivière.

132La construction et le bornage du trajet de la façade maritime de la via Augusta, passant par le Maresme et Barcelone, est un phénomène tardif à mettre en rapport avec le second séjour d’Auguste en Tarraconaise. La nécessité de relier les villes côtières et la colonia Barcino récemment fondée avec le réseau routier général, entraîna, à la fin du ier s. av. J.‑C., parallèlement à la construction de Barcino, la restructuration du réseau et l’édification d’une nouvelle route et du pont, probablement protégé par la mansio Ad Fines.

133Notre étude en cours sur le tronçon de voie de Barcelone à Martorell, qui remontait le Llobregat sur la rive gauche, propose un itinéraire à deux chaussées parallèles mais différentes dans le début du parcours, entre le Coll d’Inforcats et Sant Feliu de Llobregat. Il s’agit de deux chemins de grande importance à l’époque médiévale : le Garní Ral (par Esplugues et Sant Just) et le chemin de Provençana (par l’Hospitalet et Cornellà).

3.3.2 La documentation milliaire

134On compte trois milliaires sur le même secteur géographique (entre Montjuïc et Sants), encore que leur emplacement d’origine reste obscur. Ils pourraient appartenir aux premiers milles du tronçon initial de l’itinéraire Barcelone‑Martorell.

135Tout d’abord, nous connaissons l’existence d’un milliaire probable signalé en 1556 à l’ermitage de Santa Madrona de Montjuïc, suite à des travaux de réfection grâce à la notice et à un dessin de Pujades (1609), information recueillie ensuite par les chroniqueurs. La pièce (CIL II : 4955 ; IRC, no 186), aujourd’hui perdue, fut reléguée par l’historiographie barcelonaise jusqu’à ce que Bonneville, dans son étude (1981), l’interprète comme un milliaire dédié à Flavius Valerius Sévère, empereur sporadique des années 306‑307 ap. J.‑C. Dans leur étude, Fabre, Mayer et Rodà (Fabre et al. 1984a) considèrent que l’inscription faisait plutôt référence à Constance Chlore (305‑307 ap. J.‑C.), sans pour autant exclure qu’il puisse s’agir de Constantin (307‑337 ap. J.‑C.) ou même d’un de ses héritiers (Constance II). Bien qu’il dût y avoir à Montjuïc bon nombre de chemins secondaires, il convient de rattacher le milliaire à la via Augusta située 650 m environ au nord de l’ermitage. Il est possible que la pierre provienne des carrières romaines de Montjuïc, où elle serait restée inachevée jusqu’à son emploi comme matériau lors des travaux de restauration de l’ermitage (IRC : 220).

136La seconde borne connue est celle d’Hostafrancs, découverte en 1888 aux abords de l’église paroissiale, près de la route de la Creu Coberta (CIL II, no 6242 = 6324a ; IRC, no 185), et conservée depuis 1974 –date de sa redécouverte– au musée d’Histoire de la ville de Barcelone (no inv. 9397). Le texte de l’inscription fait nettement référence à la via Augusta. Jusqu’alors considérée comme de l’époque de Claude, à la suite d’une lecture plus attentive, elle a pu être datée de l’époque de Caracalla, entre 213 et 217 ap. J.‑C. (IRC : 218).

137Enfin, le troisième milliaire est anépigraphe –encore s’agit‑il d’un hypothétique milliaire ; il est conservé au Musée archéologique de Barcelone (no inv. 7598) et provient de Sants où il fut trouvé près de l’église paroissiale à une date inconnue (Mayer et al. 1983 ; IRC, no 187) (fig. 89).

FIG. 89 ‒ Milliaire anépigraphe de Sants (IRC no 187) (Musée archéologique de Barcelone ; no inv. 7598). Sur la photographie, le tambour inférieur est celui de Sants, servant de piédestal au fameux milliaire claudien de Sant Cugat del Vallès.

cl. F.X.M.P. et J.M.S.A.

138Les milliaires de Sants et d’Hostafrancs sont sculptés dans le grès de Montjuïc et tous deux furent découverts près de l’ancienne route de la Creu Coberta et Sants qui suivait l’ancien Garní Ral, où passait jadis la via Augusta. Le milliaire de Santa Madrona pourrait avoir été taillé dans la même pierre, s’il provenait directement des carrières. Il s’agit donc –au moins pour ceux de Santa Madrona et d’Hostafrancs–, de milliaires tardifs, du Bas‑Empire, respectivement de la première moitié du ive s, et du début du iiie s., et donc très éloignés dans le temps du possible bornage de la via Augusta à la fin du ier s. av. J.‑C.

139Les deux autres milliaires du Baix Llobregat sont tardifs et ne sont pas à rattacher directement à l’étape Barcelone‑Martorell de la via Augusta. Le milliaire de Santa Margarida, à Martorell (IRC, no 164) date du milieu du ive s. ap. J.‑C. et aurait jalonné le tronçon de Martorell à Sant Sadurní d’Anoia. Le possible milliaire de Can Estapé, à Castellbisbal (IRC, no 78), peut‑être lui aussi du Bas‑Empire, appartiendrait plutôt au tronçon vallésien de la via Augusta, juste avant qu’il ne s’embranche sur celui remontant le Llobregat.

3.3.3 La documentation toponymique

140Dans la zone que nous étudions deux toponymes faisant nettement référence à la localisation d’anciens milliaires (Quart et Duïsme), ont été détectés, ainsi qu’un troisième (Quincià). Ils sont tous déjà attestés au xe s., mais n’ont pas survécu dans le paysage actuel ; c’est uniquement par la documentation médiévale que nous en avons connaissance, aussi nous est‑il impossible de les situer de façon exacte (nous omettrons, faute de place, les citations originales et les références aux sources médiévales, recueillies par ailleurs dans Menéndez 1989).

141Le toponyme Quart (Quartum, Quarto, Valle de Quarto…), plusieurs fois cité dans les documents des xe et xie s., se situe en un lieu indéterminé de la paroisse de Santa Eulàlia de Provençana (actuellement dans la commune de l’Hospitalet de Llobregat). Une des citations fait référence à un torrent qui, provenant du Puig d’Orsa (Sant Pere Màrtir), coule dans la vallée de Quart jusqu’à la mer. Selon Morán (1980), cette ravine est le torrent Gornal. Le toponyme Quart dérive, sans aucun doute, de Ad Quartum, le quatrième mille de la voie, comme le souligne la bibliographie depuis Carreras Candi (1916). Il existe dans les pays Catalans des cas identiques : ce toponyme est attesté à 6 km environ (4 mille passum) de Genmda, Tarraco et Valentia.

142Le toponyme Quincià (Chinchiano, Quintiano…) est abondamment attesté depuis le xe s. dans la commune de Santa Eulàlia de Provençana. Ce terme est, sans nul doute, une forme anthroponymique et la majorité des linguistes (Moreu‑Rey 1984 : 99 ; Morán 1982 : 35) l’ont classé comme anthroponyme d’origine romaine, dérivé de Quintus. Bien que nous ne connaissions pas sa localisation exacte, sa situation à Provençana, où passait la via Augusta et non loin de Quart, fait que nous ne rejetons pas l’origine routière du terme, en relation avec le cinquième mille de la voie, qui aurait ensuite dérivé vers un toponyme de possesseur.

143Duïsme (Duodecimo, Dutimo, Dudizme, Dudisme, Dussime…) indiquant sans aucun doute le douzième mille de la voie est associé, à partir du xie s., à l’ermitage de Sant Pere de Romaní (Molins de Rei), situé entre Sant Feliu et Molins (Jordà 1985 ; Morán 1982 : 35 ; Fabre et al. 1984a : 35 ; Fabre et al. 1984b : 283) non loin d’une villa romaine (no 33). Le fait que quelques citations relient directement Duodecimo à Mizano, toponyme lui aussi mentionné dès le xe s. et incontestablement situé à Sant Joan Despí, a conduit à localiser Duodecimo à Sant Joan (Feliu 1984 : 189). Entre ce centre –où passait la voie et où se trouvait une importante villa romaine (no 27)– et l’ermitage de Sant Pere, il y a environ 5 km en ligne droite soit plus de 3 milles romains.

144D’autres toponymes liés aux voies ont été signalés dans cette zone (notamment par Pallí 1985), mais nous les considérons plutôt comme des créations médiévales et modernes. Les anthroponymes d’origine romaine attestés sur la rive gauche du Llobregat sont un autre type de toponymes significatifs, comme le confirme la forte densité rurale du peuplement sur ce territoire : Cornellà, Sarrià, ainsi que Quincià et Provençana (à l’Hospitalet), Verç (à Sant Just Desvern) et Miçà (à Sant Joan Despí) (Morán 1980 et 1982 ; Moreu‑Rey 1984).

145Le toponyme le plus important, du fait de sa localisation, est sans aucun doute le Coll d’Inforcats, attesté dès le xe s., où se trouvait une croisée de chemins à partir de laquelle les deux principaux chemins médiévaux sillonnant le côté est du Plà de Barcelone vers le Llobregat se séparaient : le Garni Ral (par Sants et Esplugues) et le chemin de Provençana (par l’Hospitalet et Cornellà), ainsi que la route du port contournant par l’ouest la montagne de Montjuïc. Les Inforcats se situe près de l’actuelle place d’Espagne de Barcelone. Força est un toponyme bien romain indiquant un carrefour (Chevallier 1972 : 145).

3.3.4 Le peuplement rural et les données archéologiques

146Sur le territoire de Barcelone à Martorell, comprenant aussi le territoire de Martorell et la montagne de Montjuïc, entre la rivière et la montagne de Collserola (c’est‑à‑dire sur une zone relativement étroite et s’étirant sur 25 km environ en ligne droite), on a localisé une quarantaine de sites romains de type rural et onze nécropoles en plus d’autres découvertes éparses (sculptures, documents épigraphiques, milliaires, trésors numismatiques, etc.) (fig. 88).

147La situation de la majorité des villae, très près des principaux chemins médiévaux, a permis d’approcher le tracé originel des principales voies romaines qui se trouvaient à proximité de la via Augusta. Le peuplement est sans aucun doute très important. Environ la moitié –19 sites–, est concentrée dans la Vall de Verç, vallée fertile entre le Llobregat, derrière Sant Pere Màrtir, et près de la Riera de Sant Just (qui débouche dans le Llobregat), occupant ainsi la presque totalité des communes actuelles de Sant Just Desvern, Sant Joan Despí et Sant Feliu de Llobregat (Guasch et al. 1989a).

148Les nécropoles, par contre, ne sont ni nombreuses ni significatives ; la plupart sont tardives et une grande partie d’entre elles sont des inhumations isolées ou des sépultures situées à l’intérieur même des villae, aussi n’aident‑elles pas à établir la topographie de la voie.

149En ce qui concerne la documentation épigraphique, il faut citer l’existence, sur ce parcours, des deux pierres de Picalqués et de la dalle funéraire de La Riba. Les deux premières, conservées dans l’actuelle Tour des Lions d’Esplugues, ancienne Tour de Picalqués (importante maison forte médiévale située à un carrefour significatif et qui devint par la suite une auberge), sont deux piédestaux commémoratifs, chacun dédié à un personnage barcelonais du iie s. ap J.‑G. (CIL II, nos4523 et 4536a). La tradition veut qu’ils aient été déplacés de Barcelone à une époque récente ; ils seraient donc étrangers à Esplugues (Fabre et al. 1984a : 35), mais leur présence à Esplugues avant même le remploi d’éléments épigraphiques pour remblayer la muraille du Bas‑Empire de Barcelone, et leur situation stratégique sur le passage de la voie à une croisée de chemins sans doute ancienne, nous encourage à poursuivre une recherche, encore dépourvue de conclusion, sur la fonction et l’emplacement d’origine de ces éléments. La dalle de La Riba est une inscription funéraire du ier s. ap. J.‑C. (IRC, no 5), découverte en 1969, cassée en deux fragments et réutilisée comme banquette dans une habitation de la fin de l’Empire à La Riba, à Sant Just Desvern (Guasch et al. 1989b).

150Nous tenons aussi à mentionner la présence du Priape d’Hostafrancs, trouvé en 1848 à proximité de l’endroit où fut découvert plus tard le milliaire. Il s’agit de la sculpture colossale, en pierre de Montjuïc (grès), d’un Priape ithyphallique, conservé au Musée archéologique de Barcelone (no inv. 1161) (Albertini 1911‑13, no 154), qui devait appartenir à un monument, comme le suggère son revers aplati.

151La sculpture la plus intéressante, et la plus en rapport avec le tracé du réseau routier, est la Méduse de Provençana. À la fin du xixe s., lors de l’ouverture de la route de L’Hospitalet‑Centre, près de l’ermitage de Santa Eulàlia de Provençana, un ensemble de vestiges de l’époque romaine fut mis au jour, notamment un disque sculpté représentant une tête de méduse (fig. 90). En 1977 se confirma, sur les lieux, la présence d’une villa romaine. La pièce se trouve actuellement au Musée archéologique de Barcelone (no inv. 19025) et a Fait l’objet d’une étude superficielle (Albertini 1911‑13, no 174 ; Garcia Bellido 1949 : 108). Il s’agit d’un haut‑relief en marbre, en forme de disque de 0,52 m de hauteur et 0,27 m d’épaisseur, qui présente la particularité d’avoir un revers lisse ; il est daté de l’époque d’Antonin. Les caractéristiques iconographiques et stylistiques de cet élément sculpté, ainsi que sa localisation à proximité de l’ancien chemin de Provençana, ont suggéré son appartenance à un monument funéraire d’une grande villa romaine, située sur le tracé de la voie. On trouve des cas semblables à Iluro et même à Barcino, comme le signale Balil (1979) –il appelle par erreur notre méduse, Méduse de Santa Eulàlia de Ronçana.

FIG. 90 ‒ La Méduse de Provençana, haut‑relief de pierre calcaire de Santa Eulàlia de Provençana (l’Hospitalet de Llobregat). Elle pourrait appartenir à un monument funéraire (Musée archéologique de Barcelone, no inv. 1161).

cl. F.X.M.P. et J. M.S.A.

152Un autre élément funéraire possible, situé sur notre parcours et pratiquement inédit, se trouve à Sant Feliu de Llobregat. Selon Garcia de Sanfeliu (1966), lors d’une démolition de l’ancienne tour de la Prison, en 1965, dans le centre urbain, un ensemble de vestiges romains furent mis au jour, qui recelaient un fragment de marbre abîmé par le feu, de 0,30 m, de long, décoré de feuilles disposées en épi qui appartient à un sarcophage romain.

153Les tours de guet, quant à elles, sont absentes du Collserola, sur la voie le long du Llobregat ; toutefois, nous tenons à faire état, sur l’autre rive, d’une tour romaine, circulaire, d’appareil en bossage d’opus quadratum, et située au château de Sant Jaume, à Castellví de Rosanes (Pagés 1988). Il s’agit d’une tour de guet, morphologiquement semblable à la Torrassa dels Moros de Llinars dcl Vallès, située stratégiquement afin de contrôler, visuellement et à distance, la via Augusta, ou plus exactement le Congost (défilé) de Martorell, le tronçon supérieur du Llobregat (de El Papiol à Martorell) et le tronçon supérieur de l’Anoia (de Martorell à Gelida). Il est difficile, au contraire, d’affirmer l’origine romaine des petites tours de Martorell (du Clos et de la Grimanella), situées sur le Congost et sur l’Anoia, comme le suggère Clopas (1961). Cependant, il est clair que l’arc et le pont de Martorell sont les monuments les plus indispensables à la bonne connaissance de la voie en fin de parcours.

3.3.5 Le pont de Martorell

154Le pont de Martorell, appelé aussi pont du Diable ou de Sant Bartomcu, se trouve dans le défilé de Martorell sur le fleuve Llobregat, entre le Turó de les Forques et le débouché de la rivière Anoia dans le Llobregat, et entre les communes de Martorell et de Castcllbisbal (fig. 91). Le Pas du Congost (Pas du défilé) ferme au nord la vallée inférieure de la rivière et, de la mer jusqu’en amont, c’est le premier passage étroit, dont les rives ont un substrat ferme, capable de supporter la construction d’un pont sur le Llobregat.

FIG. 91 Pont de Martorell, construit en 1283 sur des bases romaines, reconstruit vers 1960.

cl. F.X.M.P.

155Le pont romain fut détruit par une crue en 1143, mais factuel pont gothique (construit en 1283 et reconstruit récemment dans les années soixante) conserve encore, dans les piles, une partie de la structure originelle (fig. 92). L’ancien pont romain mesurait 85 m de long et se composait de 3 ou 4 arches. Sur la pile est s’élève un arc de triomphe, haut de 9 m environ ; quant aux dimensions de la pile ouest, nous ne sommes pas en mesure de prouver l’existence d’un second arc, comme le signalait Puig i Cadafalch (1934) après Laborde.

FIG. 92 ‒ Pont de Martorell : vue d’une partie des structures romaines.

cl. F.X.M.P.

156Le pont et l’arc de Martorell constituent un monument de grande valeur qui n’a toujours pas fait l’objet d’une véritable étude monographique. Faute de place nous n’en ferons pas la description, nous remettant pour cela à des études anciennes et partielles comme celle de Clopas (1963) ou de Fernández Casado (1981). Nous ne mentionnerons que certains aspects à rattacher à la voie et à sa chronologie. Les deux faces de la pile est du pont présentent un ensemble de dix‑sept marques de tailleurs de pierre d’époque romaine (fig. 93) portant des chiffres L. III, L. VI et L.X (IRC, no 1), qui ont été étudiés par Fabre et al. (1984b). Les marques découvertes sur le pont correspondent aux légions IV Macedonica, VI Vitrix et X Gemina, qui furent chargées, non seulement de construire le pont, mais aussi de tailler les pierres et de les amener de la carrière, ce qui explique pourquoi certaines portaient de telles empreintes (Fig. 94). Les piles du pont étaient bâties en grès du Bundsandstein de couleur rouge intense, avec une forte proportion de quartz détritique à petit grain et d’autres roches telles que feldspath et micas. Les blocs pourraient provenir des carrières antiques proches du Llobregat, et avoir été extraits par les légions qui construisirent elles‑mêmes le pont (analyse d’A. Alvarez dans Mayer et al. 1983). Elles participèrent aussi à la fondation de Caesaraugusta et au bornage des voies aragonaises à la fin du ier s. av. J.‑C. Il est logique de penser que ces mêmes légions furent chargées, en plus du pont (Fabre et al. 1984b), de la construction du tronçon routier Barcelone‑Martorell et peut‑être aussi des murailles de Barcino (Granados 1984 : 61).

FIG. 93 ‒ Une des marques de tailleurs de pierre d’époque romaine, située sur la pile du pont de Martorell et dotée du chiffre L. VI (Legio VI Victrix) (IRC no 1).

cl. F.X.M.P.

FIG. 94 ‒ Mur doté d’un appareil en bossage, situé perpendiculairement à la pile ouest du pont de Martorell, du côté de la montagne, sous la route de Martorell‑Terrassa, bibliographiquement inédit. Il peut être mis en relation avec la voie elle‑même.

cl. F.X.M.P.

157Alors que la pile est du pont peut être datée de la fin du ier s. av. J.‑C., le contrefort ouest, pour une partie du moins, appartiendrait à une étape de construction postérieure, liée peut‑être à l’édification de l’arc qui le surmonte. Les pierres de taille sont plus petites que celles du pont et d’un type de construction différent. Le parement se compose de deux types de matériaux : la calisse fossilifère du Miocène, typique lumachelle de couleur jaune clair avec des taches rouges (d’oxyde de fer) provenant de la rive du Llobregat, entre ce fleuve et l’Anoia, et le grès de Bundsandstein d’un rouge intense (analyse d’A. Alvarez dans Mayer et al. 1983).

158À proximité du contrefort ouest du pont, à une cote très basse et en amont sous factuelle route passant devant l’arc en direction d’Olesa (et peu après Terrassa sur la C 243), nous avons observé le parement d’un grand mur à bossage, probablement de facture romaine, par sa technique de construction identique à celle de la pile du pont, mais dont il n’est fait aucune mention dans la bibliographie (fig. 94). Il pourrait s’agir d’un support de construction de la voie qui, venant de Barcelone, n’aurait pas franchi le fleuve par le pont, mais aurait continué vers Terrassa –comme aujourd’hui–, en passant justement devant l’arc (et non pas dessous). De l’autre côté de l’arc, on distingue un autre mur en maçonnerie irrégulière, qui semble être dans le prolongement du mur déjà cité.

3.3.6 Le problème de la. localisation de Ad Fines

159La plupart des auteurs tendent à localiser la mansio Ad Fines à Martorell (Clopas Batlle 1963 ; Fabre et al. 1984a et b ; Estrada 1987…). Les raisons qui avalisent une telle hypothèse sont de type plus géomorphologique qu’archéologique :
– Martorell se situe sur un lieu idoine, au seuil de la dépression du littoral, au confluent de l’Anoia et du Llobregat ;
– elle se situe dans un défilé naturel du fleuve, propice à la construction du pont ; aussi, est‑il logique que la mansio soit à proximité du pont, afin de le protéger et de le contrôler ;
– Martorell est un carrefour naturel de chemins depuis l’époque antique : les routes romaines y convergent : en direction de Granollers et Mataró, passant par Terrassa et Caldes de Montbui (route d’époque républicaine), en direction d’Anoia, par Masquefa (et continuant vers Lérida), en direction du Bages en remontant le Llobregat et le Cardoner, et en direction de Sant Boi par la rive droite du Llobregat (Mayer et al. 1983), en plus des voies du réseau principal (via Augusta), de celle du Vallès (par Sabadell) et de celle de la côte (par Barcelone) ; par conséquent, Martorell apparaît comme un important nœud de communications au centre de la Catalogne, qui a pu devenir, à l’époque républicaine, le caput viae, du moins pour le tronçon de la voie se dirigeant vers Lérida (Mayer, Rodà 1986 : 161) ;
– le nom même d’Ad. Fines est significatif : il indique une fin, une limite, c’est un nom de mansio abondamment cité dans les itinéraires romains, il se référait probablement à la limite, à la frontière entre deux régions.

160Martorell se situe justement entre deux régions naturelles : le Vallès et le Penedès. La situation géographique est de ce fait indiscutablement frontalière. La présence de l’arc vient renforcer cette interprétation : il indiquait très certainement la limite entre deux conventus, entre les territoires de Tarraco et Barcino. C’est à cet endroit que devait se trouver la limite entre les Laierans, les Cossetans et les Lacetans (Estrada 1987). Certains ont voulu y voir la légendaire Rubricata de Ptoléméc ou la Tolobis de Mela. Il faut aussi faire état de fausses données associées à l’identification de Martorell/Ad Fines. Les sources itinéraires établissent 20 milles entre Arragone et Ad Fines. Si nous comptons 20 milles de La Salut (Sabadell) en direction de Martorell et de l’Anioa, nous arrivons près de Gelida où Pallí (Pallí 1985 : 15) situe Ad Fines. D’autres auteurs locaux, partant de Tarragone, proposent des localisations semblables, entre Castellví de Rosanes et Gelida. Estrada (1987) qui situe Ad Fines à Martorell reconnaît que la distance réelle entre Sabadell et Martorell est de 15 milles environ, mais il croit à une erreur possible de transcription dans la transmission des sources itinéraires (XX milles au lieu de XV). Les distances avancées par Estrada (XV milles) sont forts réduites, alors qu’il prétend que la via Augusta du Vallès (qu’il nomme « des vases apolliniens » et non Augusta), après Sabadell et Rubí, passait par Castellbisbal (par Can Campanyà, Can Riquer [no 38] et Can Rabella), non loin de Can Estapé (no 37, où fut identifié un milliaire), par des chemins tortueux et accidentés, à travers la Serra de Can Balasch, pour arriver à Can Corominas, au pied du Llobregat, où elle rejoignait la voie Barcelone‑Martorell qui remontait le fleuve jusqu’au pont. Ce parcours, bien que plus court, nous paraît difficile, et nous pensons qu’il serait plus logique et plus facile que la via Augusta du Vallès suive, après Rubí, la rivière de Rubí jusqu’au Llobregat et de là jusqu’à Martorell. Ce trajet est évidemment plus long, soit 17 ou 18 milles romains environ (de La Salut de Sabadell au pont de Martorell), distance qui se rapproche des 20 milles des sources itinéraires. Il faut mentionner toutefois que de Barcelone jusqu’au pont, en passant par la voie du Llobregat, il y a 20 milles (19 par le chemin, 20 par la route de Provençana). Les vestiges archéologiques sont quelque peu insignifiants. Nous connaissons une villa romaine (no 40) à la gare de Martorell‑Correspondances, mais elle se trouve à 2 km du pont, en amont du Llobregat et loin de la via Augusta, ce qui permet d’affirmer qu’il ne s’agit en aucun cas de Ad Fines. Les seuls vestiges romains du centre urbain de Martorell dont nous ayons connaissance sont fort rares et se situent dans la zone du club de natation de la ville, à proximité des anciennes caves Rubricatus et du Musée de l’Enrajolada (no 19), près de l’Anoia (rive droite), et à côté de l’église paroissiale (où passe le chemin médiéval). Ils se trouvent à 700 m environ du pont et constituent les seuls vestiges assimilables à la mansio, qui se situerait, comme nous le supposons, près du pont et au confluent du Llobregat et de l’Anoia. D’autres auteurs (Fabre et al. 1984a et b) la situent, en revanche, un peu plus à l’ouest, en particulier à l’ermitage de Santa Margarida du prieuré de Sant Genís de Rocafort, à 2 km environ du pont en direction de Gelida, en amont de l’Anoia.

161Cette localisation est celle qui se rapproche le plus des distances proposées par les itinéraires antiques (20 milles). La principale raison de cette identification est la découverte, en ce lieu, du milliaire de Magnence, qui signale le tracé de la voie mais n’indique en aucun cas l’existence d’un peuplement ou d’une mansio. Il nous est de même impossible de certifier la présence d’un site romain à Santa Margarida, à la différence des auteurs déjà cités, étant donné que les fouilles (régulières et systématiques depuis la fin des années 70) n’ont rien donné, si ce n’est quelques fragments de poterie romaine et de tegulae trouvés dans les sols médiévaux, mais très insuffisants pour prétendre à l’existence d’une villa ou d’une mansio.

3.3.7 La topographie de la voie

3.3.7.1 De Barcelone aux Inforcats

162L’itinéraire commence à la porte sud‑ouest de la colonie de Barcino, celle qui donnait sur factuelle rue du Call (la Porta Principalis Dextra de la colonie, selon Balil 1964). À partir de là, l’itinéraire de la via Augusta partait en direction de Martorell et Tarragone qui, comme on sait, était le prolongement de la via Augusta venant du Maresme et traversant Barcino. La voie s’engageait dans la rue du Call, franchissait la Rambla (ruisseau de l’Areny de Collserola ou de Sant Miquel) et longeait les rues actuelles de l’Hospital et de Sant Antoni Abat ; puis passant sous l’ancien Portal de Sant Antoni (de la muraille du xve s.), elle débouchait sur factuel Eixample (quartiers nouveaux construits à partir du xixe s.). Le parcours antérieur traversait d’autres ruisseaux qui, depuis le Collserola, se dirigeaient vers la mer, tels les torrents de la Creu d’en Malla, de Bargalló et de Valldonzella. Ensuite la voie s’engageait dans l’actuelle avenue Mistral (avenue non prévue par le Plan Cerdà, mais qui, du fait de sa tradition et de son ancienneté, fut conservée) jusqu’à la zone de la place d’Espagne. Dans ce secteur, on détecte, dès l’époque médiévale, un important carrefour de chemins, le Coll d’Inforcats qui indique en fait une bifurcation de chemins. On trouvera à ce même endroit, postérieurement, un important croisement. À l’époque médiévale, arrivaient à ce carrefour le Camí Ral par Esplugues, la route de Santa Eulàlia de Provençana et quelques chemins depuis Montjuïc, comme la route du port. Cette bifurcation devait déjà exister à l’époque romaine, et nous pensons que la via Augusta s’y divisait en deux : le chemin qui passait à Esplugues par la Vall de Verç et celui qui allait vers Provençana (l’Hospitalet) et Cornellà. Ces deux embranchements suivaient des routes distinctes jusqu’à Sant Feliu de Llobregat.

163Sur le chemin de Barcelone aux Inforcats, aucun site n’a été découvert alors que la villa la plus proche, Sant Pau del Camp (no 4), se trouve à 420 m à peine de la voie. En ce qui concerne le calcul milliaire du premier tronçon, nous devons signaler que le mille II se situerait à proximité des Inforcats, dans la partie basse d’Hostafrancs, près de la place d’Espagne. C’est dans cette zone qu’on découvrit le milliaire et le Priape d’Hostafrancs. Le milliaire de Santa Madrona, quant à lui, fut trouvé à 650 m environ de la voie et à moins de 1 000 m en ligne droite du premier milliaire. Tous deux, à des époques différentes, ont pu signaler le second mille de la voie. Nous ne disposons d’aucune preuve archéologique ni toponymique permettant de localiser le mille sur la place du Pedró, comme le prétend Pallí (1985 : 19 et 22), qui voit en Pedró un toponyme de mille. Le Pedró se situe à 825 m environ de la porte de la colonie. Aussi, afin de localiser le mille 0, cet auteur prend son point de départ au Pedró, compte 1 480 m en direction de Barcino, traverse la colonie et situe la borne de l’autre côté de la ville à la chapelle Marcús, de la rue Carders, sur la route en direction de Badalone (Palllí 1985 : 22). L’église romane de Marcús, du xiie s., est dédiée à la Vierge de La Guia, patronne des messagers ; c’est sur cette prétendue fonction que Pallí fondait l’hypothèse de la localisation du mille 0 à cet endroit précis ; mais il omet que cette dévotion fut transférée à la chapelle Marcús, au xviiie s., d’une chapelle située au Portai Nou et détruite lors de la guerre de Succession. C’est uniquement à cette époque, et non avant, que les messagers se mirent sous la protection de la Vierge de Marcús (Duran 1960 : 35).

3.3.7.2 Des Inforcats à Sant Feliu en passant par la Vall de Verç

164Sur ce trajet, la via Augusta tend à se confondre avec l’antique Garní Reial. Celui‑ci, dès l’époque médiévale, longeait la route romaine, et était, il y a encore quelques siècles, la route de Tarragone vers le centre de la Péninsule. Le Garní Ral fut remplacé par la Carretera Reial, construite au xviie s. sous Charles iii et qui décrit un itinéraire à peu près semblable. La voie passait à proximité de l’actuelle route de la Creu Coberta, puis non loin de celle de Sants. Dans ce secteur, elle devait franchir le ruisseau de Magòria (certains auteurs la font passer entre les Inforcats et Barcelone) puis les ruisseaux de Sants et d’Escuder. Il y a, entre les auteurs, de telles contradictions quant aux noms et à la localisation des ruisseaux, que seul un approfondissement de la recherche peut les résoudre. Près de la voie, à 300 m environ, se situe la nécropole de la rue de Begur (no 6). À 600 m du point le plus près de la voie, entre celle‑ci et la nécropole (au mille III supposé), on atteignait la Riera Blanca qui devait être franchie. Par la suite, à l’intérieur même du territoire de l’Hospitalet, la route suivait Factuelle rue de Collblanc ; puis à 300 m environ après la Riera Blanca, à la hauteur de la rue du Llobregat, notre chemin continuait par l’ancienne traverse de Collblanc, qui est fossilisé dans le tissu urbain de l’Hospitalet. Près de là, une voie longitudinale, traversant le Pla de Barcelone, aboutissait à la via Augusta. Il s’agit de l’ancien chemin médiéval dit via Francisca, selon nous d’origine romaine, et emprunté à l’heure actuelle par les traverses des Corts et de Gràcia. La voie romaine passait par l’ancienne Travessera de Collblanc et franchissait le torrent Gornal en le longeant partiellement. Après avoir traversé l’actuelle route de Collblanc (la Carretera Reial de Charles iii, aujourd’hui la N II), la voie suivait une ligne étroite et tortueuse appelée rue de Sant Mateu. Nous venons de sillonner la Vall de Quart : à cet endroit, près du torrent Gornal, nos calculs situeraient le mille IV.

165La via Augusta pénétrait dans l’actuelle commune d’Esplugues par la rue de Sant Mateu, qui n’est autre que l’antique Garní Ral fossilisé. Celui‑ci s’achève rapidement car il fut détruit lors de la construction de l’autoroute A 2 (de Barcelone à Tarragone) et de ses bretelles d’accès. On le retrouve un peu plus haut sous l’appellation chemin du Raval de Sant Mateu (ou ancienne route de Madrid ou ancien chemin royal, sur les cartes). Sur ce tronçon, la voie longeait le cours du torrent Gornal, appelé torrent d’Oliveres et de Sant Pere Màrtir dans la commune d’Esplugues. À l’endroit même où la voie traversait ce qui fut par la suite le noyau médiéval du Raval d’Esplugues, se situe, à moins de 200 m de la voie, entre les milles V et VI, la Tour de Picalquès, dont nous avons déjà parlé à propos des deux inscriptions romaines. Cet ancien relais médiéval constituait un important carrefour de chemins car l’antique chemin de Sarrià y rejoignait la voie principale. Il s’agit de l’ancien chemin des Traginers, de Sarrià ou de Finestrelles, qui lui‑aussi traversait longitudinalement le Plà de Barcelone, parallèlement à la vía Francisca et en contournant les premières dénivellations du Collsserola. Il provenait de l’axe du Besós et d’Horta et passait par Pedralbes (no 6). Après la Tour de Picalquès, la voie devait suivre la rue de Sant Mateu, qui s’oriente légèrement vers l’ouest en direction de Sant Just. Dans le secteur longeant l’actuel collège allemand, la municipalité d’Esplugues a baptisé la rue de façon curieuse et symptomatique : elle s’appelle maintenant la via Augusta. La voie traverse peu après le torrent d’Esplugues et, aux abords de la commune de Sant Just, elle franchit un nouveau cours d’eau : le torrent de Fontsanta. Dès lors la via Augusta suivra les rues actuelles de Sant Just, dites de la Creu, Arrabal, Badó, puis la place Campreciós et la place Verdaguer. Un habitat romain (avec des silos ; no 18) et une nécropole se situent fort probablement sous cette place. Par la suite, la voie descendait en direction du ruisseau de Sant Just par la rue M. Antoní Tenes, en passant non loin de Can Sagrera (où se trouve une autre batterie de silos, no 17, à 250 m environ à l’ouest du no 10). En continuant par l’actuelle avenue de la Pau, la voie débouchait sur le ruisseau de Sant Just et devait le franchir dans ce secteur.

166Le ruisseau de Sant Just a creusé une étroite vallée (la Vall de Verç), riche, fertile et fortement peuplée à l’époque romaine (19 gisements). La via Augusta remontait la vallée et favorisait ainsi cette concentration géographique. Après avoir traversé le ruisseau (près des nos 22 et 23, tous deux proches du cours d’eau et de la voie et par conséquent du mille VII), nous supposons que la voie suivait soit la rive droite du ruisseau jusqu’à Sant Feliu, soit une route de crête parallèle à la ravine (à 250 m environ au nord‑ouest), afin de se diriger plus directement vers Sant Feliu. En ce lieu, la voie devait rejoindre l’autre itinéraire de la via Augusta, qui passait par l’Hospitalet et Cornellà, et ces deux chemins unis en un seul poursuivaient en amont du Llobregat en direction de Martorell.

3.3.7.3 Des Inforcats à Sant Feliu en passant par Provençana

167Comme nous l’avons déjà dit, nous pensons que Factuelle route de Santa Eulalia de Provençana est un chemin très ancien déjà utilisé à l’époque romaine. Son itinéraire est un peu plus long (2 km) que la route précédente : depuis Barcelone, il se dirigeait en ligne droite vers Cornellà et obliquait à angle droit, en longeant le Llobregat, vers Sant Feliu où il rejoignait l’autre voie. Des Inforcats, la voie s’engageait par l’actuelle route de La Bordera et dans les rues Gavà et Constitució, dans le territoire de Barcelone. Jusqu’ici, elle devait, comme la route précédente, traverser le ruisseau de Magòria (avec les réserves émises ci‑dessus) et le ruisseau dit la Riera Blanca. Le premier gisement, trouvé à 400 m environ à l’ouest de la Riera Blanca et à 100 m de la voie, est le silo de la Terrassa (no 8). Non loin de là, la voie franchissait le torrent Gornal (rappelons qu’à cet endroit ou un peu plus au nord‑ouest se situait la Vall de Quart) et à quelques mètres, au pied de la route, se trouvait une importante villa romaine, celle de Santa Eulàlia de Provençana (no 10). C’est là que l’on récupéra la tête sculptée d’une méduse qui, comme nous l’avons vu auparavant, devait appartenir à un monument funéraire situé, selon la coutume romaine, à proximité de la voie. À 200 m environ au nord‑ouest de Provençana, a probablement été mis au jour un autre silo, alors qu’en suivant la route, à 700 m de Provençana et à 200 m au nord‑ouest de la voie, se situerait une villa, la Torre Ubach (no 11). À 300 m de là, et à la hauteur de la place Mestre Clavé, la route actuelle bifurque. Au nord se trouve la rue de Barcelone et au sud la Grand’ rue (Carrer Major). Toutes les deux traversent le noyau antique de l’ancien village de l’Hospitalet. C’est le Carrer Major qui est bel et bien le chemin antique. Dans cette zone, il s’agit de franchir les ruisseaux provenant de Sant Pere Màrtir et d’Esplugues, essentiellement le torrent de la Creu et le ruisseau de Canyet (dans chaque village, les cours d’eau portent des noms différents, aussi est‑il difficile de les identifier et surtout de situer les anciens lits de rivière). Les deux rues mentionnées, Carrer Major et rue de Barcelone, se rejoignent au niveau de la caserne de la Remonta. Dès lors nous nous trouvons aux abords de la commune de Cornellà de Llobregat et de la route B 200 de Barcelone à Santa Creu de Calafell. Le fait que cette route poursuive le tracé de la voie romaine nous pousse à continuer notre voyage en direction du Llobregat et de Cornellà ; il nous faut pour cela franchir le lit du Solanes et le torrent de la Gavarra, situé à 800 m environ de la commune de l’Hospitalet.

168Dans le centre urbain de Cornellà, cette route (la rue Rubió i Ors) bifurque à Sant Boi, alors qu’anciennement elle se dirigeait vers Sant Feliu (actuellement BV 3340). Cette route, parallèle à la rivière, pourrait suivre le tracé de la via Augusta bien que nous situions celle‑ci un peu plus vers l’intérieur. De ce fait, la voie présenterait à Cornellà un tracé légèrement plus éloigné du fleuve, qui passerait par la rue V. Pradera et l’avenue Clavé. C’est dans cette zone du centre urbain de Cornellà, entre les milles VI et VII de notre route, que se trouve une importante villa (no 12) dotée d’une basilique et d’une nécropole (no 8) du Bas‑Empire. Les autres vestiges (no 13) mis au jour à 200 m de distance pourraient provenir du même endroit. À partir de Cornellà, il est difficile d’identifier l’ancien chemin en direction de Sant Feliu. Toutefois son orientation semble parfaitement correspondre au tracé de la voie ferrée (de la RENFE) qui, construite parallèlement au Llobregat, suivrait le parcours de l’antique voie romaine qu’elle aurait détruite dans sa totalité ; aussi est‑ce à l’intersection de l’ancien lit de la rivière et des contreforts montagneux que nous situons le tracé du chemin romain. En suivant la direction de Cornellà on aboutit à Sant Joan Despí. Immédiatement après avoir franchi le torrent de la Fontsanta, où nous situons le mille viii, deux nouvelles villae (nos 26 et 27) ont été localisées à 1 700 m des deux autres : la première est occultée par la voie ferrée ; la seconde, à 400 m à peine de la première, se trouve à proximité de l’ancien chemin médiéval et, par conséquent, sous l’église paroissiale Nostra Senyora del Bonviatge (du Bon Voyage). À 1 000 m environ, il faut signaler un nouveau gisement, Les Begudes (no 28), situé près d’un chemin antique partiellement conservé et qui pourrait être, selon nous, cette même voie romaine.

169Après la traversée du ruisseau de Pahissa (ou de Sant Just) (dans une zone proche du mille IX), et à 900 m du précédent gisement, deux nouveaux sites (nos 29 et 30) situés près de la voie ont été localisés dans le réseau urbain de Sant Feliu. En suivant la direction de Martorell, un autre site, lui aussi occulté par la voie ferrée, a été signalé à 600 m du no 30 et sur l’autre rive du ruisseau de La Salut. C’est entre les nos 30 et 31 que nous faisons se rejoindre les deux routes jusqu’ici décrites, la voie la plus courte passant par Sants et Esplugues et la voie la plus longue passant par Provençana et Cornellà. Désormais, à partir de Sant Feliu, la via Augusta continuait d’un seul trait en direction de Martorell.

3.3.7.4 De Sant Feliu de Llobregat à Martorell

170À partir de Sant Feliu nous sommes confrontés aux mêmes problèmes d’identification déjà abordés. En effet, la forte transformation anthropique du paysage rend la tâche difficile. Comme nous l’avons dit, la voie ferrée occulte très certainement le meilleur itinéraire de la route, situé entre l’arête la plus basse de la montagne et le lit du Llobregat, où se situerait la voie romaine, plutôt que sur la N II (de Sant Feliu à Molins del Rei), dont le tracé, proche de la rivière, passe entre 100 et 200 m à l’ouest de la voie de chemin de fer. C’est aussi à proximité de la voie ferrée que se trouve le site suivant, à Sant Pere de Romaní (no 33), à 2 250 m du précédent (no 31), que l’on atteint après avoir traversé plusieurs cours d’eau (de Terme, de Can Miano, de Can Pahissa et de Bonet). Rappelons qu’à Sant Pere de Romaní, se trouve le toponyme Duodecimo, indiquant le mille XII. Toutefois, le calcul milliaire que nous avons effectué situerait ce dernier un peu plus haut. En passant par la route de Provençana, Sant Pere se trouve entre les milles XI et XII, alors que par le Camí Ral, beaucoup plus court, il se situe au mille X. Dès lors aucun autre site n’est signalé à proximité de la route. Le suivant est localisé beaucoup plus vers l’intérieur (no 34). L’orographie quant à elle révèle qu’au‑delà de Molins, la voie se rapproche de la rivière. Avant d’arriver à la Riera de Rubí elle devait franchir plusieurs ruisseaux, le Sant Bartomeu, le Vallvidrera et des Argiles. Mais l’obstacle le plus problématique était la traversée de la Riera de Rubí, après avoir franchi le Papiol. La Riera de Rubí était une rivière à grand débit, d’autant plus important que l’on se rapprochait de son confluent avec le fleuve Llobregat. Cette difficulté a dû occasionner la construction d’un pont, primitivement construit en bois. Il se situait, fort probablement, entre les deux villae munies de fours à amphores, Can Tintorer (no 35) et Can Pedrerol de Baix (no 36) non loin de cette dernière. C’est sûrement à proximité de Can Pedrerol, que se trouve le mille XIV (par le Camí Ral) ou le mille XV (par Provençana). D’autre part, comme nous l’avons déjà mentionné, la via Augusta du Vallès (passant par Arragone) devait dévaler par la Riera de Rubí et fusionner avec la voie que nous étudions. À partir de la Riera de Rubí jusqu’à Martorell, nous empruntons l’autoroute A 2, située sur la rive gauche du Llobregat, et qui entrave l’étude de ce chemin antique, totalement détruit par sa construction et les usines. Avant l’aménagement de l’autoroute, un chemin tortueux (le chemin de la Palanca) longeait, en bordure du ruisseau, la crête de la montagne. Ce chemin, aujourd’hui disparu, est encore partiellement localisable sur certaines cartes. Une fois les ruisseaux de Mateu, du Castell et de Pegueres franchis, nous arrivons à Can Coromines, situé à 4 200 m de Can Pedrerol de Baix. Depuis ce mas, il est possible actuellement, de suivre un chemin parallèle à la crête. Celui‑ci longe la colline de la Coromina, traverse le torrent del Bo et poursuit par le Turó de les Forques en décrivant une courbe prononcée, à cause de la morphologie des collines et du méandre du fleuve. De Les Forques, le chemin aboutit en face de l’arc du pont de Martorell. La situation du pont correspond à celle du mille XIX (si nous le calculons par la route du Camí Ral) ; par l’autre itinéraire, le pont se trouve entre les milles XX et XXI. Le chemin décrit, encore utilisable de nos jours, pourrait être la via Augusta, mais nous ne sommes pas en mesure de le confirmer. La construction d’une nouvelle voie ferrée (celle des Chemins de fer catalans, FFCC Catalans) sur ce dernier tronçon, semblerait confirmer le fait que l’on ait profité des avantages de la route antique.

3.3.8 La construction de la voie dans son contexte territorial et économique

171À partir de Barcino, la via Augusta remontait le long de la rive droite du Llobregat jusqu’à Martorell, où se trouvait très certainement la mansio Ad Fines. Lequel des deux itinéraires proposés pour ce tronçon de voie –des Inforcats à Sant Feliu– est le plus important ? Lequel des deux chemins était la via Augusta.? Comme nous l’avons vu, la situation des bornes milliaires ne nous donne aucune indication précise. En ce qui concerne les toponymes, Quart pourrait se référer à n’importe lequel des chemins (bien que son appartenance au Camí Ral semble la plus évidente) ; par contre, Duodecimo, associé à Sant Pere de Romaní, semble correspondre au chemin le plus long, celui de Provençana. Le Camí Ral est, par ailleurs, le plus court, le plus direct et par conséquent le plus adéquat ; mais il ne s’agit pas pour autant d’oublier que l’autre route est jalonnée de villae rurales très importantes et d’un monument funéraire probable. Si nous n’excluons pas pour autant que le chemin de Provençana soit l’authentique via Augusta et l’autre chemin, un raccourci médiéval, les données dont nous disposons actuellement révèlent que tous deux existaient à l’époque romaine ; aussi devant l’impossibilité de les identifier, est‑on contraint de les considérer comme les éléments constitutifs du principal réseau romain allant de Barcelone au Llobregat.

172Antérieurement à la colonie de Barcino, pour aller des Pyrénées à Tarraco, on passait par le Vallès et par la via Heraclea (ensuite via Augusta) qui traversait Arragone et Ad Fines. La déviation passant par le Maresme et Barcelone –la via Augusta du littoral– est un phénomène tardif à rattacher à la fondation de Barcino. La création de la colonie se situe à la fin du ier s. av. J.‑C., lors du second séjour d’Auguste dans la Tarraconaise, dans les années 15/13 et 8 av. J.‑C. Par ailleurs les légions IV, VI et X qui, comme nous l’avons vu, contribuèrent à la construction du pont de Martorell (Fabre et al. 1984b), collaborèrent activement à l’édification du nouveau tronçon côtier de la via Augusta qui, au moment de la fondation de Barcino, mettra en relation les villes du Maresme, établies depuis près d’un siècle (Iluro/Mataró et Baetulo/Badalone) avec la nouvelle colonie et le Llobregat. Ces légions coopérèrent très certainement à l’édification des murailles de Barcino (Granados 1984).

173Comme nous l’avons vu, l’ensemble de ces faits, tous contemporains –le remodelage et l’élargissement de la via Augusta, la construction du pont et la fondation de la colonie– sont à rattacher au processus de transformation du territoire du Plà de Barcelone à la fin du ier s. av. J.‑C. La fondation de Barcino implique la restructuration des formes d’exploitation de l’ager du Plà de Barcelone et du cours inférieur du Llobregat où, depuis le début de ce siècle, un important peuplement agricole de villae s’était enraciné, sans qu’aucune ville ne les dirigeât politiquement, à la différence du Maresme. L’importance de la nouvelle deductio est incontestable, aussi occasionnera‑t‑elle la construction d’une autre route laquelle, appartenant au réseau principal et construite ou non sous l’égide d’Auguste, se branchait sur le vieil itinéraire de la dépression centrale de Catalogne (l’ancienne via Heraclea) en remontant le Llobregat jusqu’à Ad Fines. Dès lors, un important peuplement de villae s’installera autour de la voie et s’établira principalement sur le territoire riche en argile du Quaternaire provenant essentiellement du ruisseau de Sant Just (Vall de Verç) (Menéndez, Solías 1997).

174Le peuplement du cours inférieur du Llobregat est, quant à lui, à mettre en relation directe avec le port de mouillage de son estuaire (Izquierdo 1985‑86) et avec la voie fluviale de pénétration commerciale que représente ce fleuve, le Rubricatus Flumen des sources. Les deux principaux secteurs économiques, les mines et l’agriculture, profitaient du fleuve et du port mais aussi des voies sur berges du Llobregat (essentiellement la via Augusta sur la rive gauche et le chemin secondaire sur la rive droite) (Solías 1989).

175Au ier s. ap. J.‑C. la forte hausse démographique de ce territoire est surtout redevable à l’exploitation du vin des Laietans, comme en témoignent la présence de structures industrielles (pressoirs à vin, réservoirs, dolia…) et la grande quantité de fours à amphores des Laietans (Dressel 1, Pascual 1 et Dressel 2/4) trois ou quatre sur les rives du Llobregat (dont deux sur la rive gauche : nos 35 et 36), deux à Montjuïc (nos 1 et 3) et un à Barcelone (Solías, Menéndez 1993). Cette spécialisation d’un bon nombre de villae dans la production du vin –phénomène répandu sur toute la Laiétanie vers la fin du ier s. av. J.‑C. et durant les deux premiers tiers du ier s. ap. J.‑C.– impliquait l’utilisation de l’estuaire du Llobregat comme s’il s’agissait d’un port, afin de pourvoir aux exportations massives vers la Méditerranée occidentale. Le vin transitait (utilisant pour cela le réseau principal de communication, notamment la voie fluviale mais aussi la voie terrestre), des centres producteurs aux centres de conditionnement et de distribution, et de là, au port de mouillage où il était embarqué. De ce fait, les centres tels que Can Tintorcr ou Can Pedrerol de Baix (ou Sant Boi et Sant Vicenç dels Horts, sur l’autre rive du fleuve), essentiellement des centres de fabrication d’amphores et de conditionnement du vin pour sa distribution et son expédition par voie fluviale, étaient situés stratégiquement sur les rives des fleuves (Llobregat et Riera de Rubí dans ce cas précis) et à proximité des voies terrestres les plus importantes.

Bibliographie

176Albertini 1911‑13 : ALBERTINI (E.). — Sépultures antiques du Conventus Tarraconensis. Anuari de l’institut d’Estudis Catalans, Any IV, 1911‑13, Barcelona, p. 323‑474.

177Balil 1964 : BALIL (A.). — Colonia lulia Augusta Patenta Faventia Barcino. Biblioteca Archaeologica, IV, Instituto Español de Arqueologia. Madrid : CSIC, 1964.

178Balil 1979 : BALIL (A.). — Los Gorgoneia de Barcino. Faventia 1/1, UAB, 1979, p. 63‑70.

179Bonneville 1981.

180Carreras Candi 1916.

181Chevallier 1972.

182Clopas Batlle 1961 : CLOPAS BATLLE (I.). — Martorell (notas de arqueologia de Cataña i Baleares). Ampuria, XXII‑XXIII. Barcelona : I.P.A., Diputacio de Barcelona, 1961, p. 340‑341.

183Clopas Batlle 1963 : CLOPAS BATLLE (I.). Historia y leyenda del Puente del Diable de Martorell. Martorell, 1963.

184Duran I Sanpere 1960 : DURAN I SANPERE (A.). — Caminos y correos. San Jorge, num. 37, Barcelona : Diputaciôn de Barcelona, 1960, p. 30 i sqq.

185Estrada Garrlga 1987 : ESTRADA GARRIGA (J.). — L’Itinerari dels Vasos Apolinars en el trajecte de Granollers a Tarragona. In : Jornades Internacionals d’Arqueologia Romana, Pre‑Actes, Museu de Granollers, 5‑8, en premsa, feber de 1987, p. 336‑351.

186Fabre et al. 1984a.

187Fabre et al. 1984b.

188Feliu i Monfort 1984 : FELIU I MONFORT (G.). — La Toponimia del Plà de Barcelona al segle X. In : Actes del I Congrès d’Història del Plà de Barcelona : El Plà de Barcelona i la seva Història, Barcelona, 12‑13/XI/1982. Barcelona, 1984.

189Fernández Casado 1981.

190Garcia y Bellido 1949 : GARCIA Y BELLIDO (A.). — Esculturas romanas de Espan a y Portugal. Madrid, 1949.

191Garcia de Sanfeliu 1966 : GARCIA de SANFELIU (A.). — La Torre de la Presó. Col.leccio monografies históriques de Sant Feliu ‑1. Sant Feliu de Llobregat, 1966.

192Granados 1984 : GRANADOS (J.O.). — La Primera fortificación de la Colonia Barcino. Papers i Iberian archeology. Oxford : BAR, 1984 (British archaeological reports, International series ; 193).

193Guasch et al. 1989a : GUASCH (D.), MENÉNDEZ I PABLO (F.X.), SOLÍAS I ARIS (J.M.), — La Riba (Sant Just Desvern). In : I Jornades d’Arqueologia del Baix Llobregat, Pre‑Actes, Vol. I. Castelldefels, 1989, p. 264‑285.

194Guasch et al. 1989b : GUASCH (D.), MENÉNDEZ I PABLO (F.X.), SOLÍAS I ARIS (J.M.). — Notes per a l’estudi del poblament d’època romana a la Vall de Verç : relació dejaciments. In : I Jornades d’Arqueologia del Baix Llobregat, Pre‑Actes, Vol. I. Castelldefels, 1989, p. 383‑389.

195Izquierdo i Tugas 1985‑86 : IZQUIERDO I TUGAS (P.). — Les Sorres : un punt d’ancratge iberopùnic i romà al delta occidental del Llobregat. Observació preliminar. La Sentiu, núm. 8 (I), Juliol de 1985, i núm. 10 (II), gener‑juliol de 1986.

196Jorda i Capdevila 1985 : JORDA I CAPDEVILA (J.M.). — L’Ermita de Sant Pere de Romaní i el seu entorn. Molins de Rei, 1985.

197Mayer, Rodà 1986 : MAYER (M.), RODÀ (I.). — La Epigrafía republicana en Catalunya. Su reflejo en la red viaria. In : Reunion sobre epigrafia hispànica de época romano républicana (Actas). Zaragoza, 1‑3/12/83. Zaragoza, 1986.

198Mayer et al. 1983.

199Menéndez I Pablo 1989 : MENÉNDEZ I PABLO (F.X.). — El Trajecte de la via Augusta de Barcino e Ad Fines i la xarxa viària romana al Baix Llobregat : Treball de Doctorat, Universitat Autònoma de Barcelona. Barcelona, 1989, inédit.

200Menéndez i Pablo, Solías Aris 1997 : MENÉNDEZ I PABLO (F.X.), SOLÍAS ARIS (J.M.). — La Romanització del territori méridional de la Colònia Barcino. El cas de la vall de la Riera de Sant Just (Baix Llobregat). In : Annals, XXXVII (Congrès Hispania i Roma. Homenatge al Dr. Palol). Girona, 1997.

201Morán i Ocerinjauregui 1980 : MORÁN I OCERINJAUREGUI (J.). — Toponimia del Plà de Barcelona. In : Homenatge a J.M. Casacuberta, I. Montserrat, 1980, p. 103‑115.

202Morán i Ocerinjauregui 1982 : MORÁN I OCERINJAUREGUI (J.). — Els Noms de bloc al Baix Llobregat. In : I Jornades d’Estudis sobre el Baix Llobregat. Sant Feliu de Llobregat, 1982.

203Moreu‑Rey 1984 : MOREU‑REY (E.). — Toponimia Antiga i Moderna del Plà de Barcelona. In : Actes del I Congrès d’Història del Plà de Barcelona, Barcelona, 1982. Barcelona : La Magrana, IMH, Ajuntament de Barcelona, 1984.

204Pagès 1988.

205Pallí 1985.

206Puig 1934.

207Pujades 1609 : PUJADES (J.). — Chronica universal del Principal de Cathalunya. Barcelona : Ed. Margarit, 1609.

208Solías i Aris 1989 : SOLIAS I ARIS (J.M.). — La Romanitzció del curs inferior del Llobregat. In : I Jornades d’Arqueologia del Baix Llobregat, Pre‑Actes, vol. II. Castelldefels : Ponències, 1989.

209Solías i Aris, Menéndez i Pablo 1993 : SOLIAS I ARIS (J.M.), MENÉNDEZ I PABLO (F.X.). — La Villa romana de Ca l’Espluga (Pallejà). Observacions sobre l’estructuració territorial i econòmica del curs del Llobregat en época romana. Empúries, n. 48‑50, vol. Il, 1993.

3.4 Le passage de la via Augusta par la mansio de Tarraco

210Taller Escola d'Arqueologia de Tarragona (ted'a)

3.4.1 La topographie et le développement urbain de Tarraco

  • 18 Ce chapitre est une adaptation de la publication TED’A 1987 avec la bibliographie spécifique corres (...)

211Avant de commencer à analyser la question des voies d’accès à Tarraco18 il nous semble indispensable de décrire brièvement les caractéristiques topographiques de l’établissement romain et de son évolution.

212L’état actuel de la recherche archéologique nous permet de réaffirmer –tout en la nuançant– la tradition recueillie par Pline et selon laquelle Tarraco fut une fondation des Scipion : Tarraco Scipionum opus, sicut Carthago poenorum (NH, III, 21). Antérieurement à 213 av. J.‑C., on ne connaît que quelques 218 vestiges qui semblent être ceux d’un petit village ibérique habité au moins depuis le ve s. av. J.‑C., et situés dans la partie de la ville basse, sur une petite élévation de terrain correspondant aux actuelles rues de Sevilla, du Dr Zamenhof, Soler et du Gazomètre. Cette butte se situe au débouché du Francolí, dominant la petite baie utilisée comme port. Nous ne savons pratiquement rien de ses caractéristiques ni de son évolution historique.

213Diverses références tirées des historiographes grecs et latins mentionnent les avatars qui contribuèrent à l’établissement d’une garnison en ce lieu en 218 av. J.‑C. et à son maintien comme base militaire durant la Seconde Guerre Punique ainsi que le procès de consolidation et d’expansion de ce qui deviendrait la capitale de la province de l’Hispanie Citéricure. Les restes connus de ce premier établissement romain présentent des caractéristiques typiquement militaires. Situé, stratégiquement, sur la partie la plus haute de la butte tarragonnaise –inaccessible par les côtés oriental, occidental et une partie du côté nord–, il fut renforcé par un système défensif dont nous ne connaissons malheureusement que trois tours et deux pans de muraille. Les dimensions de ce campement militaire stable, ou praesidium, ses limites méridionale et orientale, ou sa distribution intérieure nous sont inconnus, mais malgré cela, sa situation privilégiée pouvait permettre le contrôle du peuple indigène ainsi que celui de la zone du port et de l’hinterland.

214Les données sur l’évolution de ces premiers établissements romains de l’époque républicaine sont bien minces. Nous savons cependant que le rôle de Tarraco comme base militaire s’est accru tout au long du iie s. av. J.‑C. à l’occasion des différentes campagnes en Celtibéric. Durant toute cette époque, la ville fut un centre d’hivernage et un port de ravitaillement très important. Dans la seconde moitié du iie s. av. J.‑C., Tarraco connut une grande période de réformes, caractérisée par la restauration et l’agrandissement des murailles dans la partie haute de la ville (fig. 95). Les limites du praesidium s’étendent vers l’est et peut‑être vers le sud, et donnent à la partie haute la configuration d’un circuit, longé de murailles, qui demeura tel quel jusqu’à la fin de l’Antiquité et qui s’est conservé après divers remaniements successifs jusqu’à nos jours. Nous ne savons pas comment ces travaux affectèrent les relations entre le praesidium et l’agglomération ibérique, mais il est logique de supposer que c’est à ce moment‑là que se définissent les limites de la future ville impériale. Dans la partie haute, l’enceinte fortifiée suit le Passeig Arqueològic, les allées de Torroja et de Sant Antoni et dans la partie basse, plusieurs découvertes des deux derniers siècles semblent définir un tracé de la muraille depuis la voie de l’Empire romain jusqu’à la rue du Dr Zamenhof, en passant par les rues de Lérida et de Séville, et allant jusqu’à la mer par les rues actuelles des Caputxins et d’Apodaca. Les limites actuelles de la mer et de la butte définissent le bord oriental de la ville, mais les travaux de la carrière du port ont anéanti tous les vestiges antiques de ce secteur urbain. C’est à l’intérieur de ces limites (d’une étendue approximative de 60 ha) que se concentra la population et se développa la ville de Tarraco durant la République et le Haut‑Empire (cf. supra, fig. 78).

FIG. 95 ‒ Plan de la ville de Tarragone avec indication du périmètre de Tarraco à la fin de la République. La flèche indique la situation de la porte ouverte dans la muraille au milieu du IIe s. av. J.‑C.
xxx localisation des découvertes funéraires récentes.

d’apr. TED’A, M.H./MC del.

FIG. 96 ‒ Carte topographique des environs de Tarragone avec indication de la position de la ville antique par rapport à la ligne de la paléo‑côte et au tracé routier à l’époque impériale.

d’apr. TED’A M.H./MC del.

215Le séjour d’Auguste dans la ville, à l’occasion des guerres cantabres (en 26 et 25 av. J.‑C.), donna une impulsion à l’ascension politique de Tarraco, convertie en colonie romaine, centre d’une circonscription juridique et capitale de province (fig. 97). Ce nouveau rôle politique et administratif engendra le déplacement de l’ancien siège militaire et permit le développement d’une grande architecture de prestige. La numismatique du début de l’Empire renferme quelques monuments, comme l’autel d’Auguste ou le temple d’Auguste divinisé, que nous connaissons par le biais des sources écrites, mais que nous ne pouvons pas encore situer topographiquement. L’épigraphie témoigne de l’existence dans la ville des principaux organismes administratifs de la province, tout le long de l’époque impériale : les archives (tabularium), le trésor (arca) et le palais du gouverneur (praetorium consulare), occupés par un corps de fonctionnaires.

FIG. 97 ‒ Périmètre et principaux monuments de la Tarraco impériale superposés au tissu urbain actuel ; A remparts ; B complexe provincial : 1 forum provincial : enceinte du culte ; 2 forum provincial : place de représentation ; 3 cirque ; C forum de la colonie ; D amphithéâtre ; E théâtre ; F port ; en noir, le tracé de la via Augusta.

d’apr. TED’A M.H./MC de/.

216À l’époque des Flaviens, on érigea, dans la partie haute, un grand complexe architectural destiné à abriter les réunions annuelles du conciliurn provinciae Hispaniae citerions, l’assemblée des notables des municipes de la province, qui choisissait chaque année les sacerdotes provinciaux du culte impérial.

  • 19 Les données concernant la partie haute de la ville ont été étudiées monographiquement dans deux aut (...)

217Nous connaissons le reste de la ville presque uniquement par ses édifices de spectacle : le cirque, le théâtre et l’amphithéâtre, le forum de la colonie, la basilique et quelques constructions domestiques ainsi que des vestiges isolés : habitats, thermes, etc. Les études en cours nous permettront d’approfondir la problématique de ces principaux ensembles, mais il nous manque encore, pour le moment, les données minimales nécessaires à la définition du centre urbain de la ville au Haut‑Empire19.

3.4.2 Les accès terrestres

3.4.2.1 Les accès antérieurs

  • 20 Itinerario del Viaje que SS. MM. han resuelto hacer desde Barcelona a Valencia, saliendo (el) dià 8 (...)

218Il est difficile de connaître le tracé des chemins antérieurs à la via Augusta et plus encore de ceux qui précédèrent l’arrivée des troupes des Scipion. Nous pouvons supposer, vu les caractéristiques topographiques de la butte tarragonaise, jouxtant la mer et l’embouchure du fleuve Francolí, l’antique Tulcis, que le chemin primitif (la mythique via Herculed) contournait par la plaine septentrionale la montagne, où s’établirait à partir de 218 av. J.‑C. le praesidium romain, en suivant (mutatis mutandis) quasiment le schéma routier de l’actuel périphérique en établissant une communication –peut‑être secondaire– avec l’agglomération indigène située sur une élévation du terrain, à proximité du fleuve, dont elle contrôlait le gué. En ce sens, nous devons rappeler que, au cours de l’histoire récente, ce chemin, longeant l’extérieur des murs de la ville, est suffisamment attesté dans les documents20.

  • 21 Morera 1893 (« Dr. Romera ») donne le nom de puerta del Rey à cette porte, alors récemment derribad (...)

219Comme nous l’avons dit, la consolidation de la base militaire romaine contribua à délimiter un nouveau réseau d’accès à l’enceinte supérieure. Nous ne connaissons qu’une seule porte dans le secteur nord de la muraille (en plus des six petites poternes situées dans le périmètre fortifié), correspondant à la seconde phase de construction de l’enceinte. Cette porte, toujours conservée –bien que murée– est la porte dite dels Socors (fig. 99), ouverte à proximité de la Tour de Sant Magi ou de Minerve et qui fut en usage à l’époque médiévale en alternance avec le Portai del Carro, jusqu’à ce que toutes deux soient définitivement supprimées à l’époque moderne au bénéfice du Portal de Sant Antoni (encore aujourd’hui accès principal de ce secteur urbain). Le Portai del Carro était situé de l’autre côté de la Torre Minerva et il fut fermé, au xviiie s., au moment de la construction de la petite église de Sant Magí, qui prêta son nom à la tour jusqu’à l’apparition, en 1932, d’un fragment de relief de la déesse. La porte dels Socors, dont la façade est en bonne partie conservée au Passeig Arqueològic, est aussi visible dans le pan intérieur de la muraille à l’arrière de l’édifice de l’ancien abattoir, et plus précisément dans la partie occupée actuellement par le Taller Escola d’Arqueologia ; elle fut étudiée, il y a quelques années, par le Dr Hauschild (Hauschild 1973‑74). Nous savons d’autre part qu’il existe, dans l’enceinte supérieure, une seconde porte, disparue au xixe s., plus ou moins identique à celle dels Socors, et située à proximité de la grande tour du Castell del Rei (lieu‑dit Pretori et actuel siège du musée d’histoire de Tarragone), approximativement à l’endroit où se trouve aujourd’hui la communication entre la rue de la Portella et les allées de Sant Antoni21.

  • 22 Consulter, par exemple, le plan correspondant à la Guerre dels Segadors publié dans Negueruela 1985

220Les profondes transformations qui affectèrent toute la zone orientale de la ville extra muras (dans un secteur plus ou moins compris entre l’actuelle voie ferrée et la fin du Passeig Arqueologic), lors des siècles derniers (et plus précisément à partir du xvie s. avec la construction des premiers boulevards) rendent difficile une approche topographique définitive. D’autre part, les données archéologiques concernant les inhumations dans toute cette zone (considérablement étendue) sont très minces et très mal cataloguées étant donné l’époque et les circonstances des découvertes (TED’A 1987 : 183‑188). Le chemin médiéval dit de La Cuixa semble fossiliser celui de l’époque de la République tardive qui se dirigeait vers la porte dels Socors située au nord‑est de l’enceinte fortifiée22.

221Les vestiges funéraires connus, d’époque républicaine, se situent exclusivement dans la zone jouxtant le fleuve, à l’ouest de la ville (TED’A 1987 : 183, pl. VIII), mais ils ne nous renseignent pas sur le réseau routier qui, à cette époque, entourait la ville. À partir de l’époque augustéenne cependant, les aires funéraires s’étendent, probablement en fonction de la configuration définitive de la ville et de la réfection du réseau routier due à Auguste.

3.4.2.2 La via Augusta

  • 23 Alfòldy 1975 : 409, no 934 (pl. CXLI, 1‑2) ; voir la correction du nombre des milles dans Pallí 198 (...)

222Peu avant notre ère s’achève la réfection de la voie ordonnée par Auguste, à laquelle il donna son nom, attestée à Tarragone grâce à l’existence d’un milliaire de la même époque (477’934), dont la date se situerait entre l’an 12 et l’an 6 av. J.‑C. Cette colonne milliaire porte la mention de via Augusta et le nombre de milles qui séparent la localité des Pyrénées23 (fig. 102). Les grands monuments routiers, spécialement l’arc de Berà ou Barà (Dupré 1986), sont à mettre en relation avec cette réfection due à Auguste. D’autre part, on remarque une nouvelle zone de sépultures située à l’est de la ville et suivant le tracé de la vieille route de Barcelone. Cette nécropole s’étendait pratiquement jusqu’à la plage, et plusieurs de ces tombes ont été localisées récemment sous l’arena de l’amphithéâtre, qui occupait cette position extra muras à une époque relativement avancée, soit dans la première moitié du iie s. ap. J.‑C. (TED’A, s.d. [a]).

  • 24 Recasens 1962 : 64 ; Magrina 1901 : 51 ; Gilbert 1988 : 78 ; à propos de la construction du nouveau (...)
  • 25 On peut facilement imaginer un accès à la partie basse de la ville qui aurait communiqué avec la zo (...)
  • 26 Sur cette porte de la rue Sant Ermenegild, consultez TED’A s.d(b). En ce qui concerne la porte dite (...)

223L’établissement de la via Augusta est à relier avec l’ouverture d’une porte dans le pan sud‑ouest de la muraille républicaine ; les pieds‑droits ont été localisés récemment sous la fondation intérieure de la Torre de les Monges, une tour médiévale, à proximité de la façade du cirque (fig. 100) (Dupré et al. 1988 : 65). À l’époque flavienne la construction de tout le complexe monumental du forum provincial, cirque inclus, au pied de la seconde grande terrasse, utilisera la traverse de la via Augusta (qui passait devant l’imposante façade du cirque) comme ceinture de séparation entre l’enceinte supérieure à caractère provincial, et l’enceinte inférieure du ressort de la colonie proprement dite. Cette utilisation de la porte d’époque augustéenne semble comporter la construction d’un nouveau tronçon de chemin, de la même manière que fut faite en 1802 la nouvelle entrée de la route de Barcelone dans la ville par la porte de Santa Clara (au début de l’actuelle Rambla Vella) en remplacement du vieux chemin dit Garni de la Cuixa et du Portal de Sant Antoni24.Ce nouveau tronçon, assimilable grosso modo à l’actuel tracé de la via Augusta (nom que porte de nos jours la route de Barcelone) expliquerait, du fait de sa proximité, la mise au jour sous l’arma de l’amphithéâtre, des vestiges d’inhumations de la première moitié du ier s. mentionnés ci‑dessus, et leur mise en relation avec un chemin complémentaire de la voie qui communiquait avec la zone basse de la ville (le port et le théâtre), sans rentrer nécessairement dans l’enceinte25. La construction du cirque, bâti vers 90 ap. J.‑C. impliquerait elle‑aussi l’ouverture de deux portes dans la muraille républicaine, situées au milieu des côtés les plus courts (fig. 101). L’une ne conserve que les pieds‑droits récemment mis au jour par les fouilles du TED’A dans l’ancienne rue Sant Ermenegild, et l’autre, derrière la zone des carceres, fut abîmée et occultée par la construction d’une maison dans la rue de les Salines au milieu du xixe s.26.

FIG. 98 ‒ Détail d’une gravure de Perelle (seconde moitié du XVIIIe s.) qui représente Tarragone depuis la rive droite du Francolí. Au premier plan, à la droite de l’observateur, le Pont de Pedra.

cl. TED’A

FIG. 99 ‒ État actuel de la porte du IIe s. av. J.‑C. (porte dels Socors), dans le Passeig Arqueologic.

cl. MNAT

FIG. 100 ‒Détail de la zone de contact entre l’extrémité orientale de la façade méridionale du cirque et la porte augustéenne.

d’apr. Dupré et al. 1988

FIG. 101 ‒ Reconstruction hypothétique de l’extrémité orientale de la façade sud du cirque en contact avec la porte augustéenne, par laquelle la via Augusta entrait dans la ville (d’apr. Dupré et al. 1988).

FIG. 102 ‒ Le milliaire de l’époque d’Auguste trouvé lors des travaux de construction de la Plaça de Toros.

cl. MNAT

  • 27 Ce tronçon de muraille a déjà été décrit par L. Pons d’Icart au xvie s. (Duran 1984 : 103‑105), mai (...)
  • 28 Une représentation de cette porte au xixe s. (une peinture à l’huile de la collection J.‑P. Virgili (...)

224En ce qui concerne les accès à la ville du côté ouest, nous ne disposons que de quelques données archéologiques se référant au pan sud‑est de la muraille romaine. Il s’agit essentiellement des vestiges localisés par Serra i Vilaró dans la rue de Lleida (Lérida)27 et des notices se rapportant à la Porta de Lleida aujourd’hui disparue28, mais ouverte jusqu’à la fin du xixe s. à l’endroit même de Factuelle plaça del Ponent, au début de la rue Prat de la Riba, dont le tracé correspond à celui de la route de Lérida, construite entre 1817 et 1821 (Rovira 1985). Lluís Pons d’Icart suppose qu’il existe un portail principal, dit de Sant Fructuós, situé dans le pan de la muraille romaine (à l’endroit même des vestiges actuels de la basilique du forum de la colonie) et plus précisément entre les deux tours, alors encore debout (au milieu du xvie s.) et sur les lieux où passait le chemin de la Crivallera (ou Crivellera), qui menait au Francolí et qui, après le pont ou le gué (fig. 98), se dirigeait vers Valence (il s’agit de la vieille route de Castellon ou de Valence). De ce fait, il pense que cette porte ou portail « devait bien s’appeler de Sagunto » (Duran 1984 : 103‑114). L’existence dans cette zone, au moins depuis l’époque d’Auguste, du forum de la colonie romaine, semble impliquer la possibilité d’un accès direct à ce secteur urbain par l’extérieur, qu’il faudrait mettre en relation avec cette supposée porte de Sagonte. A tout ceci, il conviendrait d’ajouter le milliaire de l’époque d’Auguste (fig. 102) trouvé lors des travaux de construction de la plaça de Toros en 1883, même s’il n’apparut pas in situ (Hernández 1883 ; et pour la lecture du milliaire : Palli 1985 : 108‑110), et les vestiges d’une rue dallée, de six mètres de large, rue de Mallorca (Sánchez 1971‑72 : 180).

225Enfin, il convient de tenir compte de deux données souvent sous‑estimées : l’existence d’un pont sur le Francolí déjà signalé au Moyen Âge, et probablement plus ancien (TED’A 1987 : 21‑23), et celle d’une dédicace à un certain iiii uir viarum curandarum (RIT 134). Le vieux pont de pierre se conservera (après bien des réparations et des réfections effectuées à différentes époques bien connues) jusqu’au xixe s., un peu plus en aval de l’actuel Pont Nou ou du viaduc de la route N 340, au bout du vieux chemin de la Paret Alta, qui, fort probablement, a fossilisé le tracé de la voie romaine. Il reste de ce pont une intéressante série de dessins, de cartes et de gravures (fig. 98) qui permettent d’observer (malgré les divergences dans les détails, surtout en ce qui concerne le nombre des piliers de soutien) sa faible largeur : une description faite peu après sa disparition nous informe que por el sólo podía transitar un carro defi‑ente (« seule une charrette pouvait y passer ») (Diario de Tarragona, no 283, 18 octobre 1874).

  • 29 En réalité, selon le manuscrit Epigrammata Antiquas Urbis Tarraconensis, de L. Pons d’Icard, actuel (...)

226En ce qui concerne la pièce épigraphique citée et aujourd’hui disparue et dont la date est comprise entre l’an 60 et l’an 65 ap. J.‑C. (Alföldy 1975 : 69‑70, donne une provenance eronnée de la pièce)29 ; il convient de signaler qu’elle provenait d’une zone du territorium de Tarraco située à l’écart de la ville (précisément dans le secteur où passait la voie romaine qui se dirigeait vers Ilerda).

227Tarragone, octobre 1989.

Bibliographie

228Alföldy 1975.

229Dupré 1986.

230Dupré et al. 1988 : DUPRÉ (X.), MASSÓ (J.), PALANQUÈS (L.), VEDUCHI (P.). — El Circ romà de Tarragona, I. Les voltes de Sant Ermenegild. Excavacions Arqueológiques de Catalunya, núm. 8. Barcelona, 1988.

231Duran 1984 : DURAN (E.). — Lluis Ponç d’Icard i el « Llibre de les Grandeses de Tarragona ». Barcelone, 1984.

232Gilbert 1988 : GILBERT (A.‑M.). — Aplec documentat de notícies històriques : Solcina (Vilaseca). Taragone. Rééd. Vila seca et Salou, 1988.

233Hauschild 1973‑74 : HAUSCHILD (T.). — La Puerta romana de la muralla de Tarragona. Boletín Arqueológico, ép. IV, fasc. 121‑128, 1973‑74, 23‑33, publié à l’origine en allemand dans Madrider Mitteilungen, 15, 1974.

234Hernández Sanahuja 1881 : HERNANDEZ SANAHUJA (B.). — Opúscules históricos, arqueológicos y monumentales. Tarragone, 1881.

235Hernández Sanahuja 1883 : HERNÁNDEZ SANAHUJA (B.). — Una Columna miliaria. Diario de Tarragona, nos 199‑202, 22 et 25 août 1883.

236Hernández Sanahuja 1885 : HERNÁNDEZ SANAHUJA (B.). — Nuevos descubrimientos arqueológicos de Tarragona. Boletín de la Real Academia de la Historia, VI, 1885, 234‑236 (cahier ; IV).

237Hernández Sanahuja s.d. : HERNÁNDEZ SANAHUJA (B.). — El Circo Màximo. Recuerdos Monumentales de Tarragona. Manuscrit conservé aux Archives historiques de l’Archidiocèse de Tarragone.

238Hernández Sanahuja, Terres 1867 : HERNÁNDEZ SANAHUJA (B.), TORRES (J.M. de). — El Indicator Arqueológico de Tarragona. Tarragone, 1867.

239Kagan et al. 1986 : KAGAN (R.‑L.). — Ciudades del siglo de Oro : las vistas espanolas de Anton Van den Wyngaerde. Madrid, 1986.

240Magrina 1901 : MAGRINA (A. de). — Tarragona en el siglo XIX. Tarragone, 1901.

241Morant 1983 : MORANT (J.). — La Plaça de Toros de Tarragona. Tarragone, 1983.

242Morera 1893 : MORERA (E.). — El Primer màrtir del Cristianismo en Cataluña. El Tarraconense, no 115, 24 août 1893.

243Morera 1959 : MORERA (E.). — Tarragona Cristiana, volum V, posthume. Tarragone, 1959.

244Negueruela 1985 : NEGUERUELA (I.). — Dos Importantes pianos de Tarragona en el Archive de Simancas. Quaderns d’Història Tarraconense, V. Tarragone, 1985, p. 59‑72.

245Pallf 1985.

246Recasens 1962 : RECASENS (J.‑M.). — El Dinamismo urbanista de la generación creadora de la moderna ciudad de Tarragona. Revista Técnica de la propiedAd Urbana, no 5. Tarragone, 1962.

247Recasens 1963 : RECASENS (J.‑M.). — El Corregimiento de Tarragona en el último cuarto del siglo XVIII. Aspectos económico y político‑social. Tarragone, 1963.

248Rovira 1985 : ROVIRA (S.‑J.). — Els Origens de la carretera de Tarragonaleida (1804‑1920). Revista Técnica de la PropiedAd Urbana, no 34. Tarragone, 1985, p. 103‑116.

249Sánchez 1971‑72.

250Serra I Vilaro 1932 : SERRA I VILARO (J.). — Excavacions en Tarragona. Madrid, 1932.

251Serra i Vilaro 1936 : SERRA I VILARO (J.). — Fructuós, Auguri i Eulogi, màrtirs sants de Tarragona. Tarragone, 1936.

252TED’A 1987 : TED’A. — Els Enterraments del Parc de la Ciutat i laproblemàtica funerària de Tàrraco. Memóries d’Excavació, 1. Tarragone, 1987.

253TED’A 1989a : TED’A. — Un Abocador del segle V de en el Fòrum Provincial de Tàrraco. Memóries d’Excavació, 2. Tarragona 1989.

254TED’A 1989b : TED’A. — El Foro Provincial de Tàrraco, un compljo arquitectònico de época Flavia. AESPA, 62. Madrid, 1989, p. 141‑191.

255TED’A, s.d. (a) : TED’A. — L’Amfiteatre romà de Tarragona. Memóries d’Excavació, 3. Tarragona.

256TED’A, s.d. (b) : TED’A. — El Cire Romà de Tarragona, II. Memóries d’Excavació, 4. Tarragona.

3.5 La via Augusta d’ Oleastrum à Dertosa le tronçon du Perelló

257p. izquierdo i tugas

258Le passage de la via Augusta dans la région de l’Èbre n’était connu, jusqu’ici, faute d’études sérieuses de terrain, que par les sources classiques, des références toponymiques et quelques données éparses à propos de découvertes archéologiques et les bornes milliaires. À partir de ces renseignements, partiellement recueillis, différents auteurs ont avancé des hypothèses totalement divergentes concernant le tracé de la voie. Son étude fut déclenchée suite à la mise au jour d’un tronçon de route antique lors de travaux de réfection des chemins situés au sud du village du Perelló (Baix Ébre) ; il s’agissait alors de déterminer si ce tronçon s’identifiait à la via Augusta afin de prendre les dispositions utiles à sa conservation. Face à ce problème il fallut donc remonter aux informations originelles, les compiler de façon systématique et les vérifier sur le terrain, ce qui permit d’obtenir les résultats présentés ci‑dessous.

3.5.1 Le tronçon du Perelló

259Le chemin étudié fut abandonné au début du siècle, mais il continuait à être emprunté partiellement. La terre et la végétation l’envahirent, ne laissant à l’usage vicinal et à la desserte des champs d’oliviers qui l’entourent qu’une piste d’à peu près deux mètres. Une partie de la section, proche du Perelló, fut recouverte d’asphalte afin de faciliter l’accès à l’ermitage de Sant Cristòfol, de construction récente (fig. 103). Un tronçon de route du début du siècle, superposé à la voie romaine, mais la conservant, situé sur la crête entre le ravin dels Garidells et le ravin de la Cova d’en Gambosa, fut à son tour abandonné dans les années 60, jusqu’au Pont del Salvador, et apparaît dans le prolongement du premier fragment abandonné (fig. 104).

FIG. 103 ‒ Carte des terres de l’Èbre avec indication des toponymes en rapport avec la via Augusta ⚈, les milliaires ■. les gisements archéologiques d’époque romaine ∆ et les hôtelleries ou hôpitaux médiévaux (H). Le tracé envisagé de la via Augusta dans la région du Baix Èbre est signalé par des pointillés alors qu’un trait plein se réfère au tronçon concerné par le projet de restauration.

d’apr. P. I.T., M.H./MC del.

260Lors des travaux, la redécouverte d’un chemin « anormalement large », incita la ville du Perelló à solliciter le concours du service d’Archéologie de la Generalitat de Catalunya qui, face à une hypothétique voie romaine et à la nécessité impérieuse de rétablir l’accès aux cultures, engagea une opération de sauvetage archéologique pour vérifier la chronologie, s’assurer des éléments de construction et évaluer l’état de conservation (Carbonell 1988).

261La section du chemin qui nous intéresse est d’une longueur de 3 540 m pour une largeur considérable de 8,70 m sur la plus grande partie du tracé, ce qui équivaut à trente pas romains, en tenant compte des accotements. Sa direction nord‑sud la rend plus rectiligne que les déviations postérieures, mais aussi beaucoup plus accidentée, avec des dénivellations de 100 m au nord et de 128 m au sud (fig. 104).

FIG. 104 ‒ Coupe transversale (haut), au niveau de l’ermitage de Sant Cristòfol et coupe longitudinale (bas) du tronçon du Perelló étudié dans le projet de restauration. A Pont del Salvador (Ravin dels Garidells) ; B Ravin de La Cova d’en Gambosa ; C Ravin de Les Cornes. Échelles : horizontale 1/25 000 ; verticale 1/2 500.

d’apr. P. I.T., M.H./MC de/.

262Le premier tronçon débute au ravin de Les Cornes, sous le village du Perelló (0° 42’ 48” E., 40° 52’ 23” N.) où se trouvent deux murs parallèles en pierres et mortier de chaux, ainsi que des blocs allogènes de grandes dimensions pris dans le lit du torrent. À l’est, un mur en pierre sèche présente un écoulement transversal appareillé ; il devait correspondre à un chemin auxiliaire, probablement d’époque moderne, construit pour franchir le gué. À ce niveau, l’altitude est de 90 m. Après avoir contourné le torrent, le chemin, fort pentu, taillé dans les conglomérats d’alluvions, prend une direction s./S.‑E. Dans la partie supérieure de la courbe, comme sur la plus grande partie du tracé, on note la présence d’un fossé peu profond, de section rectangulaire et d’un pied de large, taillé dans la roche calcaire du côté est. Les clôtures des propriétés ont fossilisé la largeur originelle du chemin, actuellement suivi, côté ouest, par une petite piste de 2 m de large, bien en contrebas du niveau primitif et ce, à cause de la circulation, quasiment nul de nos jours, et de l’érosion de l’eau. Quatre cents mètres après le début du tronçon, côté ouest, il est à nouveau taillé dans la roche calcaire. Dans ce secteur la déclivité est de l’ordre de 15 %. À proximité de là, la voie disparaît sous l’asphalte de la déviation du chemin muletier probablement du Moyen Âge allant du Perelló à Tortose par le Coll de l’Alba et du chemin de l’ermitage de Sant Cristòfol, qui est la voie romaine réutilisée. Sur les 510 m suivants, le chemin est asphalté sur la quasi‑totalité de sa largeur. Après un double virage assez ouvert, il continue droit en direction s./S.‑E., jusqu’aux abords de l’ermitage de Sant Cristòfol, où il s’appuie sur un mur imposant en pierre sèche qui gravit la montagne à mi‑versant. Les deux courbes sont pourvues d’un couloir d’écoulement appareillé. La déclivité de ce tronçon est de 8 %.

263Au col de l’ermitage de Sant Cristòfol, à une altitude de 190 m, la voie dévie et perd son revêtement, mais se conserve relativement bien sur 1 900 m. Au sud de l’ermitage, le chemin, d’une largeur remarquable, taillé dans la roche côté ouest, se dirige en ligne droite vers le sud‑ouest et, à 300 m de là, amorce une large courbe vers le sud. Peu avant ce virage, la voie est surélevée par des murs en pierre sèche, constitués de grands blocs irréguliers de calcaire, à peine travaillés (fig. 105). À 100 m environ en contrebas se trouve un couloir d’écoulement oblique, appareillé sur 12 m de long (fig. 106). Le liant en gravier grossier, argile et mortier est érodé mais assez bien conservé par endroits. On note, un peu plus bas, du côté est, la présence d’un canal d’écoulement (fig. 107 et 108), alors que le côté ouest se trouve sur un mur en pierre sèche rectiligne, d’une centaine de mètres environ. Plus loin vers le sud, on remarque, à l’ouest, divers canaux d’écoulement tantôt taillés dans la pierre, tantôt délimités par des murets. Finalement, après d’autres passages taillés dans le roc sur le côté est, on arrive sur le tronçon épargné en 1987 par la réfection du chemin. On peut y observer nettement le système de pavage en couches de galets, de pisé et de mortier de chaux, délimitées par des alignements d’ardoises en ruban, disposées transversalement ou en oblique, afin de dévier l’eau de la chaussée. Sur le côté est, la roche grossièrement taillée, ménage un canal d’écoulement dont la particularité réside dans la présence d’un petit muret transversal destiné à freiner la force de l’eau et d’un déversoir la déviant vers une profonde fente de la roche. À partir de là, le chemin est quasiment abandonné, recouvert de terre et de végétation jusqu’à l’endroit où il traverse l’actuelle N 340 ; la déclivité de ce tronçon est estimée à 4,5 %.

FIG. 105 ‒ Détail de la voie.

cl. P. I.T.

FIG. 106 ‒ Mur de rétention et bouche d’égoût à demi‑enterrée.

P. I.T. del.

FIG. 107 ‒ Fossé taillé dans la roche.

cl. P. I. T.

FIG, 108 ‒ Fossé taillé dans la roche.

cl. P. I.T.

264Depuis la traversée est de la No340 jusqu’à la superposition de la route du début du siècle, nous sommes en présence d’un tronçon de 300 m non pavé, que suit la voie, qui s’appuie à l’ouest sur le versant et à l’est sur un mur en pierre sèche. Le passage de la route actuelle a provoqué la rupture d’un canal d’écoulement, dont l’issue bien conservée et totalement à ciel ouvert sert de cabane à outils d’un champ de caroubiers voisin. Recouvert de terre et de végétation, ce tronçon a une direction plein sud et une déclivité de 5 %. Peu après vient s’y superposer l’ancienne N 340, encore asphaltée et à usage communal, dont le tracé rectiligne vers le sud est surélevé sur le torrent des Garidells par un mur en pierre sèche, assez haut, portant en plusieurs endroits des traces de réparations. Cent mètres avant le Pont del Salvador, on trouve un autre couloir d’écoulement rempli de terre. Des traces de murs sont visibles de part et d’autre ; plus larges que la route, elles se prolongent dans les murs du pont évidemment postérieur. Ce pont a été nécessaire à toutes les époques pour franchir le torrent de Garidells. Le pont actuel est construit en pierres de taille et claveaux aux proportions monumentales des xviie et xviiie s. et renforcé par du béton moderne ; son altitude actuelle est de 66 m. Sous l’asphalte, mais bien délimitée par les vestiges des murs latéraux, la route, après un léger virage au sortir du pont, continue vers le sud et aboutit sous factuelle No340 au départ de la ligne droite menant à Ampolla et coïncidant probablement avec le tracé original, au carrefour de l’ancienne No340, du sentier du Cap Roig et de l’actuelle No340 (0° 42’ 43” E., 40° 50’ 32” N.).

265Il est très difficile de déterminer la chronologie des éléments conservés, car lors des reprises à l’époque moderne, des constructions et des réparations, on a imité les composantes des voies romaines qui constituent encore l’essentiel du réseau de communications terrestres. Ainsi, on se trouve en présence de couloirs d’écoulement appareillés sur le chemin romain de Puerto del Pico1 mais aussi dans les systèmes de construction des routes du xviiie s. En tout cas, il est certain qu’il existe des vestiges de toutes les époques qui sont pour nous aussi importants les uns que les autres. Afin de connaître la chronologie, les caractéristiques de construction du tracé et la philosophie qu’elle renferme, nous pensons qu’il est nécessaire de réaliser des programmes de documentation et de recherche dans le cadre du projet « Plà d’Estudi i Restauració del tram de via Augusta i posterior carretera Tarragona‑València del Perelló (Baix Ebre) » et dont nous avons parlé dans ce même colloque.

3.5.2 Les sources

266Les principales sources de l’époque antique sur le tronçon de la via Augusta entre le col de Balaguer et la rivière Sénia, sont les listes de stations provenant des Gobelets de Vicarello d’époque augustéenne et de l’itinéraire d’Antonin, ainsi que l’inventaire des mansiones de l’Anonyme de Ravenne (Roldán 1975) et la tegula marquée de Valence (CIL II, suppl. : 999, 6239). De Tortose à Tarragone les sources donnent les renseignements indiqués dans le tableau v.

TABL. V ‒ De Tortose à Tarragone : renseignements donnés par les sources.

267En résumé, de Tarragone à Tortose, la via Augusta mesurait 62 milles de long (91,9 km) ; à 21 milles de Tarragone (31,1 km) elle passait par la mansio d’Oleastrum, appelée Oleastron par Strabon (Geographia, III : 4, 6) ; 4 milles plus au sud (5,9 km) se trouvait Subsaltu. Elle passait ensuite par Pinos ou Pinon d’où elle se dirigeait vers Tria Capita, situé à 20 milles (29,6 km) de Subsaltu et à 17 de Dertosa (25,2 km).

268L’identification de ces mansiones a fait l’objet de bien des discussions depuis deux cents ans, suivant le tracé que proposait chaque auteur pour cette section de la via Augusta. Ainsi Tria Capita a été située au Perelló (Cean Bermudez 1832 ; Saavedra 1863), à Ampolla (Blázquez, Blázquez 1925 ; Pallí 1985), à Tivissa (Madoz 1846), à Miravet (Blázquez 1892) et entre Ginestar et Benifallet (Blázquez 1898 ; Morotte 1979 ; Pallí 1985 ; Muñoz 1972). L’origine de cette diversité d’opinions réside dans la complexité du relief de ce secteur et dans le décalage entre les distances mentionnées par les sources classiques et la distance réelle, en ligne droite d’une ville à l’autre. Il semble que la voie décrivait un grand virage dans ce secteur, contournant ou d’un côté ou de l’autre les montagnes de Gardó, Cabrafeixet et le Coll de l’Alba, au lieu de les traverser, ce qui aurait permis de réduire la distance, mais entraîné des difficultés techniques par suite d’une déclivité considérable.

269En ce qui concerne les textes littéraires, les références à ce chemin sont très rares. Tintée (iveiiie s. av. J.‑C.) mentionne une via Heraclea qui allait d’Italie jusqu’en Celtique à travers les terres des Celtibères et des Ibères (Mirabilis Auscultaciones, 85), sans que rien n’indique un aboutissement à Cadix comme le proposeront certains auteurs. Polybe nous informe que, peu après la conquête, les Romains marquèrent la voie avec des milliaires placés tous les huit stades (Hist. III : 39, 1‑3), sans préciser quel était le tronçon jalonné. M.T. Cicéron (106‑43 av. J.‑C.) mentionne que l’on pouvait se rendre en Hispanie soit par terre, soit par mer (In Vatinium, 12). Au ive s., Ammien Marcellin (Li. XV, 10), mentionne à nouveau la légendaire via Heraclea, oeuvre d’Hercule de Thèbes. D’autre part, F. Pallí (Pallí 1981‑82) a réalisé un recueil de toponymes pouvant se référer à la via Augusta ; il signale les noms suivants pour les terres de l’Èbre : Pont de l’Alcance (Plà de les Sitges, Tortose, selon Bayerri il proviendrait d’Al Qantara) (Bayerri 1948, vol. V : 564) ; Malla de la Pedra (Tortose) ; Garni del Molló (Tortose) ; Tortose (Dertosa) ; Amposta (proviendrait d’Ad Posta) (Carerras 1940 : 41‑43) ; Mas de Via (L’Aldea) ; Hostal dels Ails (L’Aldea, hôtellerie médiévale) ; Hospital de la Font de Perelló (hôtellerie médiévale) ; La Pedra Blanca (El Perelló) ; L’Hospitalet de l’Infant (Vandellós, hôtellerie médiévale) ; Riu Llastres (Montroig, proviendrait d’Oleastrum).

270Cet auteur y inclut d’autres toponymes qui n’ont, à notre avis, aucun rapport avec le chemin, ainsi la Roca Blanca (El Perelló), le Mas de Roig et le Coll de l’Alba (Tortose), alors qu’il en néglige d’autres comme Font de Quinto (vraisemblablement d’origine mozarabe et souvent catalanisé en Quint) qui est un hameau situé à proximité de la rivière, à 5 milles au sud de la ville de Tortose, le Mas de Ponç (L’Amedla de Mar), transformation évidente de Ponts, La Creveta (El Perelló) ou Mil.liana, hameau situé à côté du village d’El Pas, avant d’arriver à la rivière Sénia. Il est possible que le Barranc del Pi, petit cours d’eau de la commune de L’Ametlla, soit également en relation avec la mansio de Pinos/ Pinon. Le nom même de Perelló pourrait se référer aussi à une borne milliaire.

271Les milliaires romains, quoique fort rares, constituent la troisième source importante d’information. Le plus connu fut découvert par le Père Fita à l’ermitage de la Mare de Déu de L’Aldea ; il fait actuellement partie d’une collection privée et se trouve déposé dans une maison de la rue Santa Anna i Garidells de Tortose (CIL II : 4952). Un autre fut identifié par le Dr Jesus Massip près de Sant Jordi d’Alfama ; il comporte un L archaïque, ce qui permettrait de le situer parmi les premiers bornages du chemin (Massip 1968 ; Massip 1987 ; Mayer, Rodà 1985 : 718). Enfin une base de milliaire cylindrique a été trouvée récemment à L’Aldea, entre la Burjassènia et l’Èbre.

3.5.3 Reconstitution du tracé

272Pour suivre sur les lieux le tracé de la via Augusta, il faut rattacher entre elles les sources d’information, les caractéristiques orographiques du terrain, et les localisations de gisements archéologiques d’époque romaine dont certains correspondent aux mansiones citées par les itinéraires. Il faut signaler que, sur le territoire de Tortose, on connaît relativement peu de gisements d’époque romaine par manque de prospections systématiques, mais aussi en raison du fort dépôt sédimentaire sur les terres basses en temps de crue.

  • 30 Il existe des cas de structures semblables à celles du Perelló dans Palomero 1987.
  • 31 Nous remercions MM. Antoni Boyer et Amadeu Pallarès pour leur aimable collaboration.

273Au nord, sur une plate‑forme face à L’Hospitalet de l’Infant et à proximité de la rivière de Llastres (ou plutôt Ullastres), sur la commune de Montroig (Baix Camp), on distingue ce qui semblerait être le gisement d’Oleastrum, découvert en 1924 (Blázquez, Blázquez 1925). Il se trouve à environ 30 km de Tarragone par l’actuelle nationale, ce qui semble coïncider avec les 31,1 km déduits à partir des vases de Vicarello. Sur le versant sud du col de Balaguer, entre l’autoroute et la centrale nucléaire de Vandellós (Ferrándiz 1987)30, divers tessons de céramiques romaines ont été trouvés ainsi que des blocs de calcaire taillés, de grandes dimensions, qui pourraient correspondre à Subsaltu, étant donné que les distances réelles coïncident avec celles des itinéraires (4 MP = 5,9 km) et que l’endroit se situe au pied du passage obligé du col de Balaguer. À 7,5 km plus au sud (5 MP) entre Calafat et Sant Jordi d’Alfama, des photographies aériennes prises avant la construction des quartiers résidentiels du même nom, montrent un chemin large et droit qui coïncide avec le lieu de la découverte du milliaire de Sant Jordi. Dans la plaine qui entoure le château de Sant Jordi, bâti en 1201, se trouve un autre gisement romain, apparemment fort arasé, qui domine le torrent du Pi (Martín et al. 1989). Il est situé à 7,5 km (5 MP) au sud de l’endroit où nous plaçons Subsaltu. À 1 km environ au nord du Perelló, au départ de la Creveta, se trouve un terrain où jadis on a trouvé une quantité de céramiques et de monnaies romaines, aujourd’hui perdues31. Le village du Perelló, appelé aussi Font del Perelló dans la documentation médiévale, fut créé au xiiie s. afin d’y bâtir une hôtellerie, ce que confirmerait le passage du chemin principal (cela paraît évident quand on observe la structure urbaine du village). La présence de trois fontaines couvertes de voûtes en berceau explique bien le choix du lieu au beau milieu d’une zone sèche ; ce qui rend évidente l’existence d’un habitat, antérieurement à la carta de població (charte de peuplement) du 18 novembre 1294 (Font 1969).

  • 32 Le toponyme Tria Capita a suscité plusieurs interprétations, comme Très Fonts, Cruïlla de tres Cami (...)
  • 33 Nous remercions M. Antoni Novell pour nous avoir aimablement communiqué la découverte d’un élément (...)
  • 34 Cette inscription sera publiée dans un prochain volume de la revue Fonaments.

274Au centre de L’Ampolla, non loin de la mer, Blázquez découvrit un gisement romain qu’il publia en 1924 et qu’il identifia comme la mansio de Tria Capita (Blázquez, Blâzquez 1925)32. Le musée municipal (service d’archives) de Tortose conserve quelques fragments de céramiques provenant de ces gisements et en particulier une série d’antéfixes. L’endroit exact de ces découvertes, qui ne figure pas dans la publication, nous a été précisé par de vieux pêcheurs. Celui‑ci se trouve à 30 km de Subsaltu suivant le parcours proposé. Cette distance semblerait correspondre aux 20 milles cités dans les itinéraires. En longeant le delta de l’Èbre, dont on ne connaît aucune mention antérieure à l’ère chrétienne (1148), et qui devait être encore sous la mer au temps des Romains, on trouve le Bordissal de Camarles, gisement d’origine pré‑romaine où on a découvert dans les années 50 de nombreux brûle‑parfums portant la représentation de Déméter (Villaseca 1953‑54 ; Pallarès et al. 1986 ; Pallarès et al. 1987), et le site de L’Aldea, qui est attesté avant 1148. Entre L’Aldea et l’Èbre, au sud du canal, nous avons remarqué des pierres de taille sculptées de bas‑reliefs de type végétal, qui pourraient appartenir à un monument funéraire proche de la via Augusta 33. A Font de Quinto, on relève des vestiges d’époque romaine, et en particulier une inscription funéraire découverte par un habitant du village en 198734. Après être passée sur la falaise fossile marine que surplombe actuellement Campedró, hameau doté d’une structure parfaitement linéaire en bordure d’un important chemin aujourd’hui disparu, la via Augusta entrait à Tortose par le col de Sant Joan, à peu près sur le tracé de l’actuelle voie ferrée, et légèrement à l’est de la nécropole du Bas‑Empire de la place Alphonse XII (Barrasetas 1988).

3.5.4 Conclusions

  • 35 « Desde aquí hasta Perelló, que es un lugar mui malo, el camino esta siempre penosísimo y requiere (...)

275Il semble qu’un chemin aussi important que la via Augusta, bien construit dès l’époque romaine, ait forcément subsisté pendant tout le Moyen Âge, subissant des réparations sans conséquence pour le tracé, survivant dans les tronçons les meilleurs au sein du réseau routier de l’époque moderne et contemporaine. Aussi, la mention d’un chemin en mauvais état, dans un rapport du xviiie s., semble indiquer qu’il s’agissait d’un chemin très ancien sans réparations régulières35. À partir de 1765, on réalise une réfection générale de la route de Barcelone à Valence à partir de Valence (AA. VV. 1988). L’itinéraire, dans la pratique, nous est parvenu intact, comme le confirment les références des voyageurs de toutes les époques et les itinéraires contemporains que nous avons retrouvés, le plus ancien étant une réimpression de 1838 (AA. VV. 1838).

276Il est à peu près certain donc que la via Augusta suivait approximativement le tracé de la route Barcelone‑Valence en usage jusqu’au début du siècle, avec cependant quelques variations dans la région du col de Balaguer et de Sant Jordi d’Alfàma. Dans le secteur du Perelló, la voie s’éloigne de la côte afin d’éviter les forts dénivelés transversaux causés par les torrents et les falaises abruptes ; elle suit les crêtes nord‑sud, plus douces, pour se diriger ensuite vers l’embouchure de l’Èbre. Il est difficile d’invoquer dans ce secteur l’existence d’un itinéraire côtier, car le relief contraindrait la voie à d’innombrables montées et descentes ou bien à entamer la roche et à passer sur des viaducs, parti pris plus tard pour la réalisation de la voie ferrée et de l’autoroute. Au sud de L’Aldea, la voie devait dévier vers le nord‑ouest et arriver à Tortose par Font de Quinto et Campredó. À notre avis, il devait exister un raccourci vers le sud qui évitait Dertosa et rejoignait le passage de l’Èbre par Amposta, sans que les études réalisées jusque‑là nous permettent de savoir où il regagnait la bifurcation principale dont parlent les itinéraires antiques.

277De toute façon, la connaissance détaillée du tracé de la voie de communication la plus importante des pays catalans durant l’Antiquité ne sera effective qu’après la réalisation d’une série d’études globales sur des portions précises parmi lesquelles le « Plà d’Estudi i Restauració del Tram de via Augusta i posterior carretera Tarragona‑València du Perelló » est une expérience pilote.

Bibliographie

278AA. VV. 1988 : AA. VV. — Las Obras públicas en el siglo XVIII. MOPU, 356, juliol‑agost 1988, número monogràfic.

279AA. VV. 1838 : AA. VV. — Itinerario de lamayor parte de los caminos y veredas de las cuatro provincias de Barcelona, Tarragona, Lérida y Gerona con los pueblos y posadas situados en sus carreteras y las horas que á paso de tropa distan unos de otros. Barcelona : Imp. Manuel, 1838.

280Barrasetas 1988 : BARRASETAS (E.). — Informe‑Memória de la campanya d’excavacions arqueològiques de salvament de 1988 a la Plaça d’Alfons XII. Tortosa, Baix Èbre. Inédit.

281Bayerri 1948.

282Blázquez 1892 : BLÁZQUEZ (A.). — Nuevo estudio sobre el Itenerario de Antonino. Boletín de la Real Academia de la Historia, 21. Madrid, 1892, p. 54‑128 ; Boletín de la Sociedad Geográfica, 33. Madrid, 1892, p. 201‑275.

283Blázquez 1898 : BLÁZQUEZ (A.). — La Milia romana, Boletín de la Real Academia de la Historia, 32. Madrid, 1898, p. 440‑450.

284Blázquez, Blázquez 1925.

285Cabestany 1978 : CABESTANY (J.F.). — La Red viaria catalana en 1779. Cuadernos de Historia Económica de Cataluña, XIX. Barcelona, 1978, p. 199‑212.

286Carbonell 1988 : CARBONELL (M.). — Informe‑Memória de l’excavació arqueològica de salvament a la via Romana del Perelló. Servei d’Arqueologia de la Generalitat, 1988, inédit.

287Carreras 1940.

288Cean Bermudez 1832 : CEAN BERMUDEZ (J.A.). — Sumario de lasantigüedades romanas que hay en España, XXVIII. Madrid, 1832. 536 p.

289Ferrándiz et al. 1987 : FERRÁNDIZ (F.), MARTINEZ (J.‑L.), PINEDO (J.), SOBA (R.). — La Calzada romana del Puerto del Pico (Avila). Revista de Arqueología, Madrid, i987, p. 16‑24.

290Font i Rius 1969 : FONT I RIUS (J.M.). — Cartas de población y franquicias de Cataluña. CSIC. Barcelona, 1969.

291Madoz 1846 : MADOZ (P.). — Diccionario geográfico‑estadístico‑histórico de Espan a y sus posesiones de Ultramar, 16 tomos. Madrid, 1845‑1850.

292Martin et al. 1989 : MARTIN (A.), SINTAS (E.), RIGO (A.). — Memória de la campanya d’excavacions arqueològiques del 1988 a Sant Jordi d’Alfama. Tortosa, 1989. Inèdita.

293Massip 1968 : MASSIP (J.). — El Lapidari romà de Tortosa. La Voz del Bajo Ebro, I‑III‑1968.

294Massip 1987 : MASSIP (J.). — Un Quart de segle del Museu i Arxiu Municipal de Tortosa. Tortosa, 1987.

295Mayer, Rodà 1985 : MAYER (M.), RODA (I.). — Consideraciones sobre elconjunto epigrafico de Dertosa. XVII C.N.A. Saragossa, 1985.

296Morote 1979.

297Muñoz 1972.

298Pallarès et al. 1986 : PALLARÈS (R.), GRACIA (F.), MUNILLA (G.). — Las Ceramicas aticas y de barniz negro precedentes de la partida de El Bordisal, Camarles, Tortosa. Butlletí Arqueològic. Tarragona, 1986, p. 3‑19.

299Pallarès et al. 1987 : PALLARÈS (R.), GRACIA (F.), MUNILLA (G.). — Presencia del culto griego en la desembocadura del Ebro, Representaciones de Démeter en el Museo Municipal de Reus. Saguntum, 20, 1987, p. 123‑149.

300Pallí 1981‑82.

301Palli 1985.

302Palomero 1987 : PALOMERO (S.). — Las Vias romanas en la provincia de Cuenca. Cuenca, 1987.

303Roldán 1975.

304Saavedra 1863 : SAAVEDRA (E.). — Las Obras públicas en los tiempos antiguos. Discurso leído en el dia de surecepción pública en 28‑XII‑1862. Contestación por el Señor don A. Fernández Guerra y Orbe. Madrid, 1863. 168 p.

305Vilaseca 1953‑54 : VILASECA (M.‑L.). – Hallazgos helenísticos en Camarles. Ampurias, XV‑XVI. Barcelona, 1953‑54, p. 355‑358.

Notes

1 Nous remercions l’abbé Martirià Brugada et l’abbé Modest Prats, curé de Medinyà, pour nous avoir gentiment fourni cette information et nous avoir permis d’étudier le milliaire.

2 Dans IRC on trouve de nouvelles propositions de lecture des milliaires de Palau et Sarrià.

3 Nous remercions A. Riera de nous avoir communiqué les premières données concernant la pile du pont. Nous espérons voir bientôt publiés les résultats de l’étude des documents écrits qui serviront à déterminer la chronologie exacte du monument.

4 Nous remercions Jordi Merino qui collabora activement à ces relevés.

5 ADG Mitra C. 23, nurn. 168, 27 novembre 1220. Testament de Dalmau de Creixell : Item dimito Ad pontem de Fluviano qui est ante villam de Bascharas. Mille solides. Pour le moment c’est l’unique référence connue d’un pont à proximité de Bàscara ; Il s’agit fort probablement du soubassement dont nous parlons. À l’heure actuelle, nous ne disposons d’aucune autre notice.

6 Forteresses citées par Julien de Tolède dans son écrit intitulé Historia Wambae regis, 11‑13.

7 Sur les murailles de la basse époque républicaine de Gérone : Serra 1927 : 31 ; avec les rectifications chronologiques opportunes de Nolla 1979 : 80 et Nolla 1988. Sur les fortifications de la ville romaine d’Empúries : Ruiz 1986 : 302‑309 ; en ce qui concerne la muraille sud de la Neapolis : Sanmartí, Nolla 1986. Sur le Corral d’en Pi : Oliva 1963 et Ripoll, Llongueras s.d. ; avec la chronologie exacte mais avec une interprétation fonctionnelle erronée : Nieto, Nolla 1985.

8 Las iniciales mp o m p. significan milia passuum (mil pasos), que es tal como se llama la unidad de cálcule romana para las distancias. El paso, que vale 5 pies de 0,2976 m, o bien, 4 codos de 0,370 m, mide 1,48 m. La milia romana equivale, pues, a 1480 m.

9 El trayecto entre el Pirineo, Tarragona y Tortosa, o sea, el que utiliza para su recorrido la depresión prelitorai catalans, es clasificado como « Camino no 2 ».

10 Otros textes son la Tábula de Peutinger, a la cual le falta, hoy día, la hoja correspondiente a Hispania, y el Anonymi Ravennatis, que detalla los itinerarios que penetran en la península Ibérlca a través de Cataluña, pero, sin hacer referencia a las distancias entre las mansiones.

11 En Llinars del Vallés, a principios del s. IX, la Strata Francesca –tamblén llamada via Calciata– se separaba de la antigua vía de los Vasos Apolinares y, por el valle del Mogent, a través de La Roca del Vallés, se dirigía hacia Montcada donde se desdoblaba, dirigiéndose un ramai hacia Sant Cugat del Vallés, comarca del Penedés y Tarragona, mientras que otro ramai continuaba hacia Barcelona. Ver : Estrada 1984.

12 Estrada Garriga Josep, Excursions realitzades a Castellbisbal els dies 12/7/53, 13/6/63 y 15/5/67. Apuntes particulares.

13 Bencomo et al. 1985 : 108 : « […] existeixen constatacions d’un camí real de Rubí a Martorell, que partiria de la zona Castell/Can Fatjó, localitzat cap a l’any 1610. » ; 109 : « Al segle XVIII, hi ha constants referèneies al camí reial de Rubí a Martorell (1702‑1760). »

14 Giró 1950 : 111 : « […] Y a propósito de la construcción de aquella nueva carretera, D. Manuel Milá y Fontanals dijo entonces : « […] desde esta villa (Vlllafranca del Penedés) a San Sadurní), va a aprovecharse el camino antiguo que fué en su tiempo vía romana de primer orden o sea la de Arles a Tarragona (elsubrayado es nuestro) ; siguió aquel trayecto como carretera hasta el siglo xviii, a mediados del cual se construyó la que hoy (1900) enlaza nuestra villa con Barcelona por Ordal y Molins de Rey […]. «
En la pág. 120, explica que la
via Augusta, procedente de Cádlz, al salir de Sant Sadurní d’Anoia « […] descendía por el curso del río Noya (el subrayado es nuestro), camino utilizado hasta el pasado siglo como vía de comunación entre San Sadurní y Martorell ».

15 Rius 1947 : Doc. no 1132, del año 1180. Este documente habla del vilare de Comarrugay, al especificar la confrontación de limites de la propiedad por oriente, dice, haciendo una clara alusión a este miliario : « […] slcutest terminatum et fixuriatum de ipsa columna que sita est in ipsa calciata usque ipsam aquas que descendit de s. cliva […] »

16 El Hostal del Garrofer aparece citado en la obra de Serra 1814 : Itinerarios no 31 y 32 ; entre los mapas que lo citan puede señalarse uno defrancés, militar, editado por el « Dépôt Général de la Guerre » durante los años 1822 y 1823, en el que este Hostal es llamado « Auberge du Garrofer ».

17 Estrada Garriga Josep, Excursions realitzades des del Camping del Francás (cerca de El Vendrell), días 29/9/64 y 30/9/64. Apuntes particulares.

18 Ce chapitre est une adaptation de la publication TED’A 1987 avec la bibliographie spécifique correspondante.

19 Les données concernant la partie haute de la ville ont été étudiées monographiquement dans deux autres travaux du TED’A : 1989a et b.

20 Itinerario del Viaje que SS. MM. han resuelto hacer desde Barcelona a Valencia, saliendo (el) dià 8 de Noviembre del corriente ano 1802…, Barcelone 1802, 12.

21 Morera 1893 (« Dr. Romera ») donne le nom de puerta del Rey à cette porte, alors récemment derribada, con motivo de la abertura de la muralla al lado del conocido castillo de Pilates (« détruite, à l’occasion de l’ouverture de la muraille à côté du château de Pilatos »). Plus loin, l’auteur donne la date de démolition de cette porte, qu’il compare avec la porte dels Socors : hablendose descubierto en 1892 otra puerta igual, que era llamada del Rey, en el extremo inferior de la calle de la Portella, al lado del castillo de Pilatos, derribada al construirse en dicho an o la casa num. 3 de la referida calle (« on découvrit en 1892 une autre porte identique, appelée porte del Rey, située à l’extrémité inférieure de la rue de la Portella à proximité du château de Pilatos, et détruite lors de la construction, lamême année, de la maison au no 3 de cette rue ») : voir Morera 1959 : 47 et note 45.

22 Consulter, par exemple, le plan correspondant à la Guerre dels Segadors publié dans Negueruela 1985.

23 Alfòldy 1975 : 409, no 934 (pl. CXLI, 1‑2) ; voir la correction du nombre des milles dans Pallí 1985 : 108‑110. La lecture complète serait la suivante : Imp (erator) Caes [ar Divi F(ilius)]/Aug (ustus) co (n) s (ul) XI, imp (erator)…], /trib (unicia) pot (estate) X[… pontif (ex)]/max (imus). Via [Augusta], / (millia passuum) C[LXIX], Sur les circonstances de la trouvaille en 1883, lors des travaux de construction de la plaça de Toros, consulter Hernández Sanahuja 1883 et 1885 : 234‑236. Le milliaire fut donné par la Comp. de la Plaza de Toros au Musée archéologique (Livre d’actes de la Commission des monuments de Tarragone, session du 8 novembre 1883, fols. 47V‑48, Archives historiques de Tarragone).

24 Recasens 1962 : 64 ; Magrina 1901 : 51 ; Gilbert 1988 : 78 ; à propos de la construction du nouveau tracé de la route de Castellon à Tarragone lors du voyage que fit la famille royale. Sur l’état des voies de communications terrestres de Tarragone à la fin du xviiie s., consulter Recasens 1963 : 45‑50 (planche du frontispice).

25 On peut facilement imaginer un accès à la partie basse de la ville qui aurait communiqué avec la zone du forum de la colonie, en parcourant le poemarium, mais à cause de la destruction de tout ce secteur de la ville, lors des travaux de construction du port (surtout au xixe s., avec l’exploitation d’une immense carrière) et de la voie ferrée, une telle hypothèse s’avère indémontrable.

26 Sur cette porte de la rue Sant Ermenegild, consultez TED’A s.d(b). En ce qui concerne la porte dite « puerta Ostia » par B. Hernández Sanahuja, ouverte derrière les geôles du cirque, Hernândez, Torres 1867 : 14, signalaient que se veia hasta hace poco en la muralla moderna detràs de Santa Domingo, pero fué tapiada en 1862 al construirse la casa N.1 de la misma calle ; solo apareclan las robustisimas dovelas que constituian el arco en semicirculo de la puerta, pues las jambas estaban enterradas en una cisterna construida en el hueco que dejaba esta puerta en el muro ; allí las vimos en 1857, y para examinarlas mejor bajamos a dlcha cisterna (« la maison no 1 de la rue Rera Sant Domènec est contigüe au no 2 de la rue des Salines »). Plus loin, Hernández réitèrera la notice à diverses occasions ; l’une d’elles donne un peu plus d’informations sur cette puerta Ostia […], la quai existia no hace mucho tiempo en el punto que occupa una torre cuadrada saliente, que se vé en el lienzo de muralla que va de la puerta moderna del Rosario a la de San Francisco, exteriormente, e interiormente en la calle de las Satinas, en donde existia en las ruinas de una casa incendiada por los Franceses en 1811 y allí la vimos repetidas veces ; era de medio punto y formada de grandes dovelas de piedra de sileria, al igual del muro romano (oppidum) que la contenta, y hubo de desaparecer nuevamente al reconstruit la casa N.2 de la indicada calle ; sin embargo, tuvimos buen cuidado de sacar antes un dibujo exacte de ella (Hernández s.d., pl. 77) ; le dessin que mentionne Hernândez n’a pas encore été retrouvé, à moins qu’il soit perdu.

27 Ce tronçon de muraille a déjà été décrit par L. Pons d’Icart au xvie s. (Duran 1984 : 103‑105), mais à cause des réutilisations successives que l’on fit des pierres de taille de la défense romaine, –bien qu’elles soient connues graphiquement, grâce aux dessins de A. Van den Wyngaerde (Kagan et al. 1986 : 177)–, spécifiquement entre 1821 et 1822 (Hernández 1881 : 61), il n’a été possible de localiser que lesvestiges du socle mégalithique à proximité du carrefour des rues du Cardinal Cervantes et Lleida (Lérida) lors des fouilles dirigées par J. Serra i Vilaro entre 1929 et 1930 (Serra 1932 : 14‑15 ; une photographie du « mur cyclopéen situé dans la rue Colom » fut publiée dans Serra 1936 : 112, fig. 44).

28 Une représentation de cette porte au xixe s. (une peinture à l’huile de la collection J.‑P. Virgili) a été publiée par Morant (1983 : 7).

29 En réalité, selon le manuscrit Epigrammata Antiquas Urbis Tarraconensis, de L. Pons d’Icard, actuellement conservé à la bibliothèque du Prince Auguste de Wolfenbüttel, l’inscription se trouvait alors à l’endroit, aujourd’hui disparu, de la Font de l’Astor, rattaché de nos jours à la commune de Vilallonga del Camp (Tarragonès). La lecture que donne Alföldy (faite à partir de la tradition érudite) est la suivante : M(arcus) Fabius (?)/Priscus/llllvir viarum curan/darum, trib (unus) mil (itum) leg (ionis) I, /q (uaestor) provinciae Achaiae/C(aio) Apronio (?)/Secundo f (ecit).

30 Il existe des cas de structures semblables à celles du Perelló dans Palomero 1987.

31 Nous remercions MM. Antoni Boyer et Amadeu Pallarès pour leur aimable collaboration.

32 Le toponyme Tria Capita a suscité plusieurs interprétations, comme Très Fonts, Cruïlla de tres Camins ou Les très boques del riu Ebre (Pallí 1981‑82). Si les distances milliaires indiquent qu’il s’agit de L’Ampolla, il semble plus logique de prendre le nom dans son sens littéral et d’y voir une référence à trois caps, soit le Capelo, le Cap Roig et L’Ampolla.

33 Nous remercions M. Antoni Novell pour nous avoir aimablement communiqué la découverte d’un élément sculpté.

34 Cette inscription sera publiée dans un prochain volume de la revue Fonaments.

35 « Desde aquí hasta Perelló, que es un lugar mui malo, el camino esta siempre penosísimo y requiere una formal recomposición o casi nueba compostura, siempre tendrà mucho gasto y aún no poca dficultad para construirle bueno hasta Tortosa, porque es el terreno barrancoso, por lo que neceslta muchos puentes… [Relación indibidual de los caminos generales y principales que se dirigen desde esta ciudad de Barcelona a los reynos de Valencia, Aragón y Fransia, y pueden servir y sirven a la comunicación de las mas de las provincias o corregimientos ynteriores del Principado de Cataluñ a, y de la neoesidad de su firmeza y estabilidad para el beneficio del tráfico y comercio interior] », fols. 6 i 6v (1779), cité par Cabestany 1978.

Table des illustrations

Légende FIG. 80 ‒ La via Augusta dans le nord‑est de la Catalogne. Parcours principal par Bàscara ; en pointillés : itinéraire secondaire par Sant Miquel de Fluvià, particulièrement bien documenté. Du nord au sud sont indiquées, par une étoile noire, les mansiones signalées dans les itinéraires (Summum Pyrenaeum, Deciana, luncaria, Cinniana, Gerunda, Aquis Voconis et Seterrae). 1 Église de Medlnyà où se situe le milliaire ; 2 Bàscara, avec localisation sur le Fluvià d’une pile de pont ; 3 montagne de Sant Julià de Ramis oû se trouve la tour quadranguiaire romaine ; Castell Falgars, à l’extrémité orientale de la montagne de la Mare de Déu del Mont, où se situe la grande tour cylindrique en opus polygonal.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43060/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Légende FIG. 81 ‒ Église de Medlnyà : soubassement cylindrique en grès réutilisant très probablement un milliaire romain qui fait office de piédestal à la statue de Sant Sadurní.
Crédits cl. J.M.N.B. et J.C.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43060/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende FIG. 82 ‒ Coupe horizontale du pilier du pont ancien de Bàscara. La trame met en évidence la construction interne en pierre et en mortier de chaux, l’extérieur étant fait de blocs taillés de grès.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43060/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Légende FIG. 83 ‒ Vue latérale, depuis le sud, du pilier du pont ancien de Bàscara. On aperçoit au ras de l’eau la fondation en pierraille et en galets et par dessus, les assises de pierres de taille rectangulaires en grès. Plus haut, sous forme d’empreintes, on peut voir le blocage intérieur fait de mortier de chaux et de pierre, avec les assises extérieures du coffrage bien marquées.
Crédits cl. J.M.N.B. et J.C.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43060/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende FIG. 84 ‒ Vue par l’arrière (est) du pilier du pont ancien de Bàscara.
Crédits cl. J.M.N.B. et J.C.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43060/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende FIG. 85 ‒ Tour de Castell Falgars où l’on peut apprécier la hauteur de l’édifice et la technique de construction en opus polygonal à base de grands blocs de calcaire nummulitique.
Crédits cl. J.M.N.B. et J. C.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43060/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende FIG. 86 ‒ Détail du parement extérieur de la tour de Castell Falgars, où l’on peut observer le bossage sur la face extérieure des blocs.
Crédits cl. J.M.N.B. et J.C.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43060/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Légende FIG. 87 ‒ Caminos romanos del Vallès y del Marasme (fin. del s. I a. C.).
Crédits D’apr. J.E.G., M.H./MC del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43060/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende TABL. III ‒ Probable camino (Llamado en el texto « itinerario unificado ») seguido por el itinerario de los Vasos Apolinares.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43060/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Légende TABL. IV ‒ Comparación entre itinerarios romanes documentados y el « itinerario unificado » que se propone. Observaciones : las abreviatura mp corresponde al concepto de « millas romanas » ; una mp équivales a milia passuum (mil pasos), con un valor actual 1.480 métros (et. dans ce même chapitre les notes 1, 2, 3 et 41.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43060/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Légende FIG. 88 ‒ Plan schématique de la via Augusta de Barcino à Ad Fines, avec mention des principales voies secondaires, des sites et des découvertes archéologiques. – Les sites archéologiques : Montjuïc (Barcelone) : 1 Nostra Senyora del Port, 421 ; 2 Fossar de la Pedrera (cimetière S.‑O.) ; 3 Stade. S.‑O. Barcelone : 4 Sant Pau del Camp ; 5 Can Batllori (Sarrià) ; 6 Pedralbes ; 7 Club de Polo. L’Hospitalet de Uobregat : 8 La Torrassa ; 9 Factoria Vanguard ; 10 Santa Eulàlia de Provençana ; 11 Torre Ubach. Cornellà de Llobregat : 12 Place de l’Hôtel de Ville (Plaça de L’Ajuntament) ; 13 Castell Nou. Sant Just Desvern : 14 Can Modolell ; 15 Tres Santos ; 16 La Torreblanca ; 17 Can Sagrera ; 18 Can Ginestar‑place de l’Eglise ; 19 Can Eliosca (ou Can Cortès) ; 20 Can Vilar de la Muntanya ; 21 La Riba ; 22 Can Roldan ; 23 Can Gelabert ; 24 Mas Lluí. Sant Joan Despí : 25 Pla del Vent ; 26 Carrer Carril ; 27 Ermitage de la Mare de Déu del Bon Viatge ; 28 Les Begudes. Sant Feliu de Llobregat : 29 Ca l’Estanquer ; 30 Torre de la Presó (+ Can Ricart) ; 31 Can Maginàs ; 32 La Salut ; Molins de Rei ; 33 Sant Pere de Romaní (ou Ca La Córdia) ; 34 Plaça de les Bruixes II. El Papiol : 35 Can Tintorer. Castellbisbal : 36 Can Pedrerol de Baix ; 37 Can Estapé ; 38 Can Riquer (ou Can Riquet). Martorell : 39 Club de Natation (ou Caves Rubricatus ou l’Enrajolada) ; 40 Martorell‑Correspondances (ou thermes Glude). – Les nécropoles : Montjuïc (Barcelone) : 1 Musée Ethnologique ; 2 Vista Alegre. S.‑O. Barcelone : 3 Sant Pau del Camp ; 4 Can Batllori (Sarrià) ; 5 Travessera de les Corts ; 6 Carrer Begur, L’Hospitalet del Llobregat : 7 Can Picot. Cornellà de Llobregat : 8 place de l’Hôtel de Ville. Esplugues de Llobregat : 9 La Gavarra (incertain ; localisation approximative). Sant Just Desvern : 10 Can Ginestar‑Place de l’église. Martorell : 11 Santa Margarida. Castellví de Rosanes : 12 Château de Sant Jaume (ou de Rosanes). – Les milliaires et autres vestiges (épigraphie, sculpture, monuments) : 1 cimetière S.‑O. (Montjuïc) : divers éléments d’un monument (inscription C. COELIUS ; exèdre ; corniches numérotées et autres éléments) ; 2 milliaire de Santa Madrona (Montjuïc) ; 3 priape d’Hostafrancs ; 4 milliaire d’Hostafrancs ; 5 milliaire de Sants ; 6 relief de la Méduse de Santa Eulàlia de Provençana (L’Hospitalet de Llobregat) ; 7 tour de Picalquès (Esplugues de Llobregat) (avec deux inscriptions romaines d’origine Incertaine) ; 8 dalle funéraire de la Riba ; 9 fragment d’un éventuel sarcophage de la Tour de la Presó (Sant Feliu de Llobregat) ; 10 milliaire de Can Estapé (Castellbisbal) ; 11 dalle funéraire de Can Estapé (Castellbisbal) ; 12 arc du Pont del Diable (Castellbisbal) ; 13 Pont del Diable (avec des inscriptions...) ; 14 milliaire de Santa Margarida (Martorell) ; 15 tour de guet du Château de Sant Jaume (Castellví de Rosanes) ; 16 embarcadère fluvial probable à Molins de Rei. Sont exclues diverses informations incertaines : inhumations (Montjuïc, Cornellà…), tours romaines (Martorell....), Columbarium de Castellbisbal, découvertes de céramiques non étudiées ou insuffisantes, etc. ainsi que les découvertes de monnaies (Baix Llobregat, Sarrià, l’Hospitalet…).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43060/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende FIG. 89 ‒ Milliaire anépigraphe de Sants (IRC no 187) (Musée archéologique de Barcelone ; no inv. 7598). Sur la photographie, le tambour inférieur est celui de Sants, servant de piédestal au fameux milliaire claudien de Sant Cugat del Vallès.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43060/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende FIG. 90 ‒ La Méduse de Provençana, haut‑relief de pierre calcaire de Santa Eulàlia de Provençana (l’Hospitalet de Llobregat). Elle pourrait appartenir à un monument funéraire (Musée archéologique de Barcelone, no inv. 1161).
Crédits cl. F.X.M.P. et J. M.S.A.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43060/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende FIG. 91 Pont de Martorell, construit en 1283 sur des bases romaines, reconstruit vers 1960.
Crédits cl. F.X.M.P.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43060/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende FIG. 92 ‒ Pont de Martorell : vue d’une partie des structures romaines.
Crédits cl. F.X.M.P.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43060/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende FIG. 93 ‒ Une des marques de tailleurs de pierre d’époque romaine, située sur la pile du pont de Martorell et dotée du chiffre L. VI (Legio VI Victrix) (IRC no 1).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43060/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende FIG. 94 ‒ Mur doté d’un appareil en bossage, situé perpendiculairement à la pile ouest du pont de Martorell, du côté de la montagne, sous la route de Martorell‑Terrassa, bibliographiquement inédit. Il peut être mis en relation avec la voie elle‑même.
Crédits cl. F.X.M.P.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43060/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende FIG. 95 ‒ Plan de la ville de Tarragone avec indication du périmètre de Tarraco à la fin de la République. La flèche indique la situation de la porte ouverte dans la muraille au milieu du IIe s. av. J.‑C. xxx localisation des découvertes funéraires récentes.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43060/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende FIG. 96 ‒ Carte topographique des environs de Tarragone avec indication de la position de la ville antique par rapport à la ligne de la paléo‑côte et au tracé routier à l’époque impériale.
Crédits d’apr. TED’A M.H./MC del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43060/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Légende FIG. 97 ‒ Périmètre et principaux monuments de la Tarraco impériale superposés au tissu urbain actuel ; A remparts ; B complexe provincial : 1 forum provincial : enceinte du culte ; 2 forum provincial : place de représentation ; 3 cirque ; C forum de la colonie ; D amphithéâtre ; E théâtre ; F port ; en noir, le tracé de la via Augusta.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43060/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Légende FIG. 98 ‒ Détail d’une gravure de Perelle (seconde moitié du XVIIIe s.) qui représente Tarragone depuis la rive droite du Francolí. Au premier plan, à la droite de l’observateur, le Pont de Pedra.
Crédits cl. TED’A
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43060/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende FIG. 99 ‒ État actuel de la porte du IIe s. av. J.‑C. (porte dels Socors), dans le Passeig Arqueologic.
Crédits cl. MNAT
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43060/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende FIG. 100 ‒Détail de la zone de contact entre l’extrémité orientale de la façade méridionale du cirque et la porte augustéenne.
Crédits d’apr. Dupré et al. 1988
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43060/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Légende FIG. 101 ‒ Reconstruction hypothétique de l’extrémité orientale de la façade sud du cirque en contact avec la porte augustéenne, par laquelle la via Augusta entrait dans la ville (d’apr. Dupré et al. 1988).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43060/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende FIG. 102 ‒ Le milliaire de l’époque d’Auguste trouvé lors des travaux de construction de la Plaça de Toros.
Crédits cl. MNAT
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43060/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende FIG. 103 ‒ Carte des terres de l’Èbre avec indication des toponymes en rapport avec la via Augusta ⚈, les milliaires ■. les gisements archéologiques d’époque romaine ∆ et les hôtelleries ou hôpitaux médiévaux (H). Le tracé envisagé de la via Augusta dans la région du Baix Èbre est signalé par des pointillés alors qu’un trait plein se réfère au tronçon concerné par le projet de restauration.
Crédits d’apr. P. I.T., M.H./MC del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43060/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende FIG. 104 ‒ Coupe transversale (haut), au niveau de l’ermitage de Sant Cristòfol et coupe longitudinale (bas) du tronçon du Perelló étudié dans le projet de restauration. A Pont del Salvador (Ravin dels Garidells) ; B Ravin de La Cova d’en Gambosa ; C Ravin de Les Cornes. Échelles : horizontale 1/25 000 ; verticale 1/2 500.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43060/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende FIG. 105 ‒ Détail de la voie.
Crédits cl. P. I.T.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43060/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende FIG. 106 ‒ Mur de rétention et bouche d’égoût à demi‑enterrée.
Crédits P. I.T. del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43060/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Légende FIG. 107 ‒ Fossé taillé dans la roche.
Crédits cl. P. I. T.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43060/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende FIG, 108 ‒ Fossé taillé dans la roche.
Crédits cl. P. I.T.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43060/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende TABL. V ‒ De Tortose à Tarragone : renseignements donnés par les sources.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43060/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 30k

Auteurs

Archéologue, Camallera (Gérone), Espagne.

Expert‑comptable, archéologue, Granollers (Barcelone), Espagne.

Conservateur du musée d’archéologie de Catalogne, Barcelone, Espagne.

Directeur de musée, Hospitalet de Llobregat (Barcelone), Espagne.

Taller Escola d’Arqueologia, Tarragone, Espagne.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search