Version classiqueVersion mobile

Voies romaines du Rhône à l’Èbre : via Domitia et via Augusta

 | 
Mayans [A.I. M.] Alex
, 
Ayglon [H.A.] Henry
, 
Got Castellvi [S.G.C.] Sabine
, 
et al.

Partie 2. La via Augusta des Pyrénées à l’Èbre

Chapitre 2. Les stations routières

Résumé

Ce chapitre présente les différentes stations routières mentionnées par les itinéraires antiques depuis les Pyrénées jusqu’à l’Èbre. Pour chacune d’entre elles, on trouvera les sources antiques, la localisation, un résumé des observations effectuées et la bibliographie. Les notices concernant les agglomérations sont plus développées et accompagnées d’un plan.

Texte intégral

1 Summum Pyrenaeum

(Cf. supra, part. 1, chap. 3, no 20)

2 Deciana

Agullana, Alt Empordà/Gérone

1m. mayer, j. m. nolla, i. brufau, i. rodà

2Sources antiques

3– Table de Peutinger : DECLANA ;
– Anonyme de Ravenne : IV 42 (303, 1) : DICIANA ;
– Anonyme de Ravenne : V 3 (341, 10) : DECIANA.

4Localisation, résultats archéologiques

  • 1 Cf. supra Mayer, Rodà, part. II, § 1.3, note 23 ; Hübner s.d. ; Nolla I Brufau, Casas 1984 : 57 ; C (...)

5On situe généralement cette station à La Jonquera et, plus précisément, dans ses environs. Son nom est lié à un possessor du nom de Decius ; elle n’est mentionnée que par l’Anonyme de Ravenne et la Table de Peutinger, ce qui permet de supposer une chronologie tardive pour la création de cette mansio. Le nom de l’empereur Dèce, lié à de nombreux travaux de voirie de la via Augusta, n’a jamais été, avec beaucoup de prudence, associé à ce toponyme jusqu’à maintenant1.

6À l’occasion de la publication récente de mégalithes (Badia et al. 1987 : 97), une hypothèse de localisation a été formulée au.lieu‑dit Els Palaus situé à proximité du hameau de l’Estrada (commune d’Agullana), mais à 2 km au sud de La Jonquera sur la rive droite du Llobregat. Les toponymes Palaus et Estrada sont évocateurs ; la distance par rapport au site de Panissars s’avère identique à celle des sources antiques et, de plus, l’on y a découvert des fragments de tegulae et des fragments d’opus signinum.

Bibliographie

7Arias 1968b.

8Badia et al. 1987.

9Calderón 1983.

10Casas 1979a.

11Casas 1979b.

12Freixe 1900c.

13Heras 1882‑83.

14Hübner s.d. : HÜBNER (E.). — s.v., RE IV, col. 2269.

15Juando 1969.

16Nolla i Brufau, Casas 1984.

17Pallf 1985.

18Pons 1985.

19Tovar 1989.

3 Iuncaria

Figueres, Alt Empordà/Gérone

20m. mayer, j. m. nolla, i. brufau, i. rodà

21Sources antiques

22– Gobelets de Vicarello III (CIL XI : 3283), II (CIL XI : 3282), IV (CIL XI : 2384) : IUNCARIA ;
– Gobelet de Vicarello I (
CIL XI : 3281) : IUNCARIAM ;
– Table de Peutinger : IUNCARIA ;
– Itinéraire d’Antonin : 390, 3 et 397, 8 : IUNCARIA ;
– Anonyme de Ravenne : IV 42 (303 , 2) et V 3 (341, 11) : IUNCARIA ;
– Géographie de Guido : 81 (514, 9) : IUNCARIA.

23Localisation

  • 2 Cf. pour les découvertes anciennes : Pallï 1985 : 150 et supra, part. II § 1.3, note 3.5. Cartulari (...)

24Il semble s’agir de L’Aigüeta, au nord‑est de Figuères, point de rencontre des communes de Cabanes, Figuères et Vilabertran. En principe, la plupart des auteurs acceptent cette localisation et, par conséquent, le déplacement du toponyme attesté déjà par Strabon (3, 4, 9). Le fait qu’il s’agit d’une plaine pourrait expliquer ce déplacement toponymique à l’intérieur du territoire considéré. Il a été trouvé, à Figuères même, l’inscription d’un beneficiarius consularis (IRC III : 184) dont la mention semble renvoyer à l’existence d’un contrôle frontalier, certainement à caractère fiscal, lié à la redevance de la quadragesima et, à un moment donné de la quinquagesima, correspondant au portorium d’Hispanie2.

25Datation

26Le site semble fonctionner de la fin de l’époque républicaine jusqu’au Bas‑Empire et peut‑être au‑delà.

27Résultats archéologiques

28Il faut se reporter aux découvertes anciennes et au mobilier, céramique notamment, mis au jour lors de ces travaux, pour se faire une idée de la station et de son importance. La découverte à Figuères même d’une inscription funéraire romaine (IRC III : 184) et l’existence d’une nécropole tardo‑romaine, rue de Tapis située, semble‑t‑il, près d’une bifurcation de la via Augusta, confirment la localisation proposée.

Bibliographie

29Badia 1978 : BADIA (J.). — L’Arquitectura medieval de l’Empordà. II‑A. l’Alt Empordà. Girona, 1978, p. 72.

30Botet 1878.

31Calderón 1983 : 35.

32Heras de Puig 1882‑83.

33Marca 1688.

34Mayer, Rodà 1990.

35Muñiz 1982 : MUNIZ (J.). — El Sistema fiscal en la España romana (República y Alto Imperio). Zaragoza, 1982.

36Nolla I Brufau, Casas 1984.

37Pallí 1985 : 150.

38Tovar 1989 : 448.

4 Cinniana

Viladesens ou Cervià de Ter, Gironès/Gérone

39m. mayer, j. m. nolla, i. brufau, i. rodà

40Sources antiques

41– Gobelets de Vicarello III (CIL XI : 3283), II (CIL XI : 3282), IV (CIL XI : 3284) : CILNIANA ;
– Gobelet de Vicarello I (
CIL XI : 3281) : CILNIANAM ;
– Itinéraire d’Antonin : 397, 9 : CIN NIANA ;
– Anonyme de Ravenne : IV 42 (303,3) : CINMANA ;
– Anonyme de Ravenne : V 3 (341, 12) : CINIANA ;
– Géographie de Guido : 81 (514, 10) : VINIANA.

42Localisation, datation, résultats archéologiques

  • 3 Nolla i Brufau, Casas 1984 : 58‑59. Cf. supra, Mayer, Rodà, part. II, § 1.3, note 28 ; Hübner s.d. (...)

43L’hypothèse la plus probable est celle d’une localisation de la mansio à La Plana, entre Viladesens et Cervià de Ter ; chaque auteur ayant étudié ce thème propose en effet sa propre hypothèse en fonction de l’itinéraire (occidental ou oriental) suivi par la voie. En tous cas le nom a perduré Jusqu’à nos Jours puisqu’il désigne un ruisseau, le Cinnyana qui draine les eaux de la rive gauche du Ter. On a, par ailleurs, soulevé l’hypothèse que la version correcte du nom aurait été Cilniana qui pourrait provenir de Cilnius, nom propre d’une famille sénatoriale italique implantée à Barcino3.

44Le territoire traversé par ce ruisseau est si important qu’il est difficile d’attribuer à un lieu bien précis l’origine du nom et la localisation de l’ancienne station. Malgré tout, il faut dire que les seuls vestiges archéologiques mis au jour l’ont été à La Plana et à Raset, sur le bord même de la via Augusta. Le premier site a été prospecté superficiellement et repéré par photographie aérienne ; il a livré un mobilier archéologique allant du iie s. av. J.‑C. au vie ou viie s. ap. J.‑C.

45À Raset est connu l’emplacement d’une villa avec mosaïque, jamais fouillée et dont on n’a aucune idée des différentes phases de fonctionnement. Quelques centaines de mètres plus au sud, à un point plus éloigné que celui correspondant aux sources des itinéraires antiques, on trouve le site de La Qultana (Cervià de Ter) qui occupe une grande superficie où l’on a trouvé de nombreuses fondations et un mobilier qui doit être situé entre la fin du iie s. av. J.‑C. et le ve s. ap. J.‑C. ou au‑delà.

Bibliographie

46Calderón 1983 : 35.

47Casas 1979a et b.

48Constans 1950.

49Heras de Puig 1882‑83.

50Hübner s.d. : HÜBNER (E.). — s.v., RE III, col. 2562.

51Juando 1969.

52Nolla i Brufau, Casas 1984.

53Pallí 1985 : 150‑151.

54Pella 1883.

55Pons 1985.

5 Gerunda

Gérone, Gironès/Gérone

56m. mayer, j. m. nolla, i. brufau, i. rodà

57Sources antiques

58– Gobelets de Vicarello III (CIL XI : 3283), II (CIL XI : 3282), IV (CIL XI : 2384) : GERUNDA ;
– Gobelet de Vicarello I (
CIL XI : 3281) : GERUNDAM ;
– Table de Peutinger : CE<RU>NDA ;
– Itinéraire d’Antonin : 390, 4 : GERUNDA ;
– Anonyme de Ravenne : IV 42 (303, 4) et V 3 (341,13) : GERUNDA ;
– Géographie de Guido ; 81 (514, 11) : GERUNDIA.

59Localisation, datation, vestiges archéologiques

60La voie, ou du moins le chemin préexistant, est antérieur à la cité. De fait, la fondation de Gerunda, dans le premier tiers du ier s. av. J.‑C., s’explique avant tout comme lieu de contrôle de ce chemin nord‑sud (fig. 76). La via Augusta constitue le kardo maximus de la cité, le grand axe nord‑sud, fossilisé par le tracé de la rue actuelle de La Força et la place de la cathédrale. La porte nord (Sobreportes) est presque entièrement conservée, les tours romaines ayant été en partie reprises au Moyen Âge. À partir du Bas‑Empire, cette porte était protégée de chaque côté par deux tours géminées. La porte sud, très semblable, fut démolie en 1857 ; il en reste quelques informations et des témoignages suffisants. À signaler aussi : une nécropole à incinération, très mal connue, située à l’extérieur de la porte sud, à l’emplacement actuel de la placette del Correu Vell et au début de la rue Bonaventura Carreras Peralta, et un cimetière daté de l’époque augustéenne, situé bien au‑delà de la porte nord à l’endroit où devait également se trouver un martyrium dédié à Saint‑Félix (Sant Feliu), d’après les informations données par la toponymie, les sources écrites et les différentes découvertes effectuées dans le secteur.

FIG. 76 ‒ Plan de la cité romaine de Gerunda. 1 « Sobreportes » : porte nord ; 2 ancienne place « del Correu Vell », porte méridionale ; 3 Porte Rufina ; 4 poterne probable (bouche d’égoût) de Can Boschmonart ; 5 porte orientale ; 6 nécropole de Sant Feliu, avec des tombes à inhumation du Ier s. ap. J.‑C. ; 7 traces d’une nécropole à inhumation du Haut‑Empire (rue Carreras Peralta) ; 8 cimetière de l’Antiquité tardive de l’ancien hôtel des Italiens (rue de Ciutadans, partie haute de la Llebre).
Le tracé en gras, signalé par deux flèches, indique le passage de la voie romaine

J.M.N.B/ Univ. de Girona del.

61À noter qu’aucun fait ne vient corroborer l’information ancienne selon laquelle les vestiges d’un chemin empierré furent mis au jour à Pedret, à quelque 300 m au nord de Sobreportes.

62En 1991 fut découvert, dans le sous‑sol de l’ancien hôtel des Italiens, sur le côté est de la rue Ciutadans –où l’on avait toujours situé la via Augusta– un important cimetière tardo‑romain qui prouve clairement que l’ancienne voie avait été correctement identifiée.

Bibliographie

63Calderón 1983 : 35.

64Casas 1982‑83.

65Feliu 1992 : 137‑143.

66Matarô 1992.

67Mataró et al. 1994 : MATARÓ (M.), AGUSTI (B.), CODINA (D.). — L’Antic Hôtel dels Italians de Girona, Annals de l’institut d’Estudis Gironins, XXXIII, 1994, p. 171‑187.

68Nolla i Brufau 1988.

69Nolla i Brufau, Casas 1984.

70Pallï 1985 : 151.

6 Aquae Voconiae

Caldes de Malavella, La Selva/ Gérone

71m. mayer, j. m. nolla, i. brufau, i. rodà

72Sources antiques

73– Gobelet de Vicarello III (CIL XI : 3283) : AQUIS VOCONIS ;
– Gobelet de Vicarello II (CIL XI : 3282) : AQUIS VOCONI ;
– Gobelet de Vicarello I (CIL XI : 3281) : AQUIS VOCONTIS ;
– Gobelet de Vicarello IV (CIL XI : 2384) : AQUAS VOCONIAS ;
– Table de Peutinger : <AQUIS> VOCONI ; – Itinéraire d’Antonin : 398, 1 : AQUIS VOCONIS ;
– Anonyme de Ravenne : IV 42 (303, 5) : AQUIS VOCONIS ;
– Anonyme de Ravenne : V 3 (341, 14) : AQUIS BOCCONIS ;
– Géographie de Guido : 81 (514, 12) : AQUIS BUCONIS.

74Localisation, données archéologiques

75Durant de nombreuses années il avait été admis, sans discussion, qu’Aquae Voconiae devait s’identifier avec Caldes de Malavella mais la découverte, à cet endroit, d’un piédestal de statue portant l’inscription spécifique du municipe d’Aquae Calidae, terme donné par les sources écrites anciennes (Pline l’Ancien 3, 23 ; Ptolémée 2, 6, 29) a reposé le problème de la localisation de la station d’Aquae Voconiae.

76L’hypothèse la plus vraisemblable, qui s’adapte aux caractéristiques géographiques et topographiques, situerait la mansio à l’ouest de la ville : la voie augustéenne ne passerait pas par la ville mais ne ferait que la longer. La découverte puis la fouille d’une importante nécropole tardo‑romaine, rue de Sant Esteve, assez loin de l’endroit où l’on suppose l’existence du noyau urbain, laisse à penser que celle‑ci s’étendait entre la ville et la via Augusta. À Franciac, à 4 km au nord‑ouest de Caldes de Malavella, a été mis au jour, l’été 1990, un chemin empierré au lieu‑dit Camí Ral, qui correspondrait à un tronçon de la via Augusta, laquelle passerait donc à l’ouest d’Aquae Calidae et beaucoup plus près du parcours de l’actuelle N II. On possède de nombreuses données sur Caldes de Malavella, aucune par contre, pour le moment, sur Aquae Voconiae.

77Quoi qu’il en soit, Aquae Voconiae doit être lié au territoire voisin d’Aquae Calidae‑Caldes de Malavella sans qu’il y ait pour autant coïncidence entre la mansio et les restes archéologiques des thermes, celle‑ci se trouvant déplacée 3 km vers l’ouest.

  • 4 Aquae Voconiae est, sans aucun doute, la mansio d’Aquae Calidae (Caldes de Malavella) qui correspon (...)

78Le toponyme d’Aquae Voconiae paraît refléter une spécialisation de ces Aquae Calidae qui purent avoir de nombreuses sources, dont l’une correspondrait à la mansio et tirerait son nom d’un Voconius. L’utilisation de l’ablatif ou, dans un cas, de l’accusatif pluriel indiquerait que dans le territoire d’Aquae Calidae serait localisé un lieu appelé Aquae Voconiae4.

79Malgré la quasi‑unanimité des auteurs à localiser Aquae Voconiae à Caldes ou dans ses environs immédiats, une autre hypothèse a été avancée pour Maçanet de la Selva. La découverte, sous la mairie actuelle et autour, d’un important gisement d’époque romaine datable du iie s. av. J.‑C. au vie s. ap. J.‑C. au moins apporte un nouvel élément qui devra être pris en compte.

Bibliographie

80Beltrán 1980 : BELTRÁN (F.). — Epigrafía romana de Saguntum y su territorium. Valencia 1980.

81Botet 1876.

82Botet 1909.

83Calderón 1983 : 35.

84Casas 1982.

85Casas 1979a et b.

86Fita 1876.

87Mayer 1985.

88Merino et al. 1992a.

89Merino et al. 1992b : MERINO (J.), NOLLA (J.M.), SANTOS (M.). — Les Thermes romanes de Caldes de Malavella (La Selva). Tribuna d’Arqueologia, Generalitat de Catalunya, Barcelona 1992.

90Merino et al. 1994.

91Nolla i Brufau : NOLLA I BRUFAU (J.M.). — Les Ciutats romanes del nord‑est de Catalunya. El municipis d’época flàvia. Homenatge al professer Miquel Tarradell i Mateu. Barcelona : Universitat de Barcelona.

92Nolla i Brufau, Casas 1984.

93Pallï 1985 : 151‑152.

94Pla i Cargol s.d. : PLA I CARGOL (J.). — Comisión Provincial de Monumentos. Unsiglo de actuación. Anales del Instituto de Estudios Gerundenses, III, s.d., p. 145‑192.

95Pujol i Camps 1876 : PUJOL I CAMPS (C.). — Datos arqueológicos. Revista de Gerona, I, Girona, 1876, p. 68 74.

96Serra 1941.

97Tovar 1989 : 452.

98Vila 1982.

99Vila s.d. : VILA (M. del V.). — Inscriptión latina del Turó de Sant Grau (Caldes de Malavella, Girona). Pyrenae, 17‑18, s.d., p. 329‑334.

100Vin as i Serra 1876 : VINAS I SERRA (F.). — Arqueología prehistórica. Hallazgo en Caldas de Malavella. Revista de Gerona, I, Girona, 1876, p. 49.

7 Seterrae

Hostalric, La Selva/Gérone

101m. mayer, j. m. nolla, i. brufau, i. rodà

102Sources antiques

103– Gobelet de Vicarello III (CIL XI : 3283) : SAETERRAS ;
– Gobelet de Vicarello II (
CIL XI : 3282) : SITERAS ;
– Gobelet de Vicarello I (
CIL XI : 3281) : SETERRAS ;
– Gobelet de Vicarello IV (
CIL XI : 2384) : BAETERRAS ;
– Itinéraire d’Antonin : 398, 2 : SETTERAS ;
– Anonyme de Ravenne : IV 42 (303,6) : STERAS ;
– Anonyme de Ravenne : V 3 (341, 16) : SETERRAM ;
– Géographie de Guido : 81 (514, 14) : SETERRA.

104Localisation

105L’hypothèse la plus probable est d’identifier cette mansio avec l’actuel Hostalric en raison de sa position stratégique, très tentante, et de la découverte d’un lot de matériel céramique, récemment publié, attribuable aux iiie et iie s. av. J.‑C.

  • 5 Sur Seterrae, cf. Nolla i Brufau, Casas 1984 : 60 ; Pallí 1985 ; Tovar 1989 : 442 ; Calderón 1983 :(...)

106De nombreuses hypothèses ont encore situé cette mansio à Breda, Sant Celoni ou encore Gualba de Baix. Pour notre part nous soulignerons sa situation équidistante entre Aquae Voconiae et Praetorium et nous pensons que la localisation qui conviendrait le mieux serait La Batllòria ou à proximité. Les sources plus tardives situent cette mansio après Barcino, changement compréhensible si l’on tient compte que la déviation vers la branche côtière de la via Augusta en direction de Barcelone se produisait entre Aquae Voconiae et Seterrae. Une altération dans l’ordre devient ainsi plus intelligible5.

Bibliographie

107Fiches 1970.

108Fiches 1983.

109Bosch et al. 1990.

110Calderón 1983 : 35.

111Casas 1979a et b.

112Nolla i Brufau, Casas 1984 : 60.

113Oliva 1955 : OLIVA (M.). — La Adquisición del Puig de Sant Andreu de Ullastret y los trabajos arqueológicos en la provincia en 1952. Revista de Gerona, 1, 1955, p. 83‑92.

114Palli 1985.

115Pericot, Oliva 1952 : PERICOT (L.), OLIVA (M.). — Actividades de Comisaria Provincial de Excavaciones Arqueológicas de Gerona en 1952. Anales del Instituto de Estudios Gerundenses, VII, Girona, 1952, p. 350‑364.

116Tovar 1989 : 442.

117Vila 1982.

118Cf. infra Estrada Garrigua, part. 2, § 3.2.

8 Praetorium

La Roca del Vallès, Vallès Oriental/Barcelone

119m. mayer, j.m. nolla, i. brufau, i. rodà

120Sources antiques

121– Gobelets de Vicarello III (CIL xi : 3283), II (CIL xi : 3282), IV (CIL XI : 2384) : AD PRAETORIUM ;
– Itinéraire d’Antonin : 398, 3 : PRAETORIO ;
– Anonyme de Ravenne : IV 42 (303, 8) : PRETORIUM ;
– Anonyme de Ravenne : V 3 (341, 17) : PRETORIUM ;
– Géographie de Guido : 81 (514, 15) : PRAETORIUM.

122Localisation

  • 6 Cf. supra Mayer, Rodà, part. 2, ch. 1, note 33. De manière générale, pour le Vallès, cf. Estrada 19 (...)

123L’identification proposée le plus souvent est celle de Llinars del Vallès ; cependant il ne manque pas de partisans pour Granollers ou Cardedeu. Pour notre part nous préférons, à la suite d’autres, le lieu de La Roca et plus précisément au nord‑est autour de Can Messeguer. A. Tovar précisait, selon un bon critère, qu’il ne lui paraissait pas probable une réduction de Praetorium et Semproniana en un seul Praetorium Sempronianum ; lui‑même a essayé de situer Beteres cité dans Strabon, en indiquant l’existence de vétérans rattachés à un praetorium6.

Bibliographie

124Arias 1968b.

125Blázquez, Blázquez 1925.

126Calderón 1983 : 35.

127Estrada Garriga 1969.

128Mayer, Rodà 1984.

129Palli 1985 : 153.

130Roldán 1975.

131Tovar 1989 : 418, 460.

132Cf. infra Estrada Garriga, part. 2, § 3.2.

9 Semproniana

Granollers, Vallès Oriental/Barcelone

133m. mayer, j.m. nolla, i. brufau, i. rodà

134Sources antiques

135– Gobelet de Vicarello I (CIL XI : 3281) : SEMPRONIANA.

136Localisation

  • 7 Pour Semproniana et la zone proposée pour sa localisation, cf. Estrada 1955 ; Arrizabalaga et al, 1 (...)

137On situe traditionnellement cette station à Granollers mais il ne manque pas d’hypothèses pour La Roca, Caldes de Montbui ou entre Montmelo et Vilanova de la Roca. Les études les plus précises tendent à la situer entre Granollers et Gàllecs, sinon à Can Vermeil près de Granollers. Nous pensons qu’il s’agirait d’une mansio qui prend son nom d’un fundus appartenant à un Sempronius ou Sempronianus et qu’il devait être situé au sud‑ouest de Granollers aux environs du confluent du Besos et du Congost7.

Bibliographie

138Arias 1968b.

139Arrizabalaga et al. 1984.

140Calderón 1983 : 35.

141Estrada Garriga 1955.

142Estrada Garriga 1985.

143Estrada Garriga 1993.

144Mayer, Rodà 1984.

145Pallí 1985 : 153.

146Pardo 1984.

147Pons 1985.

148Roldán 1975.

10 Arrago

Sabadell, Vallès Occidental/Barcelone

149m. mayer, j.m. nolla, i. brufau, i. rodà

150Sources antiques

151– Gobelets de Vicarello III (CIL XI : 3283), II (CIL XI : 3282) : ARRAGONE ;
– Gobelet de Vicarello I (
CIL XI : 3281) : ARRAGONEM ;
– Gobelet de Vicarello IV (
CIL XI : 2384) : ABRAGONE ;
– Anonyme de Ravenne : IV 42 (303, 9) : ARRAGONA ;
– Anonyme de Ravenne : V 3 (342, 1) : ARAGONA ;
– Géographie de Guido : 81 (514, 15) : ARRAGONA.

152Localisation

153Cette station a été localisée à remplacement des ruines romaines de l’ermitage de la Salut, à Sabadell. On retrouve dans les textes du haut Moyen Âge le toponyme Arrahona, situé aux environs de Sabadell, qui perdure encore aujourd’hui dans le nom de l’église de Sant Nicolau d’Arraona (anc. Sant Feliu). Il faut prendre également en compte le fait que l’agglomération de Sabadell s’est développée autour du prieuré médiéval de Sant Nicolau d’Arraona.

Bibliographie

154Fiches 1970.

155Fiches 1983.

156Arias 1968b.

157Blázquez, Blázquez 1925.

158Calderón 1983 : 35.

159Mas 1949.

160Mayer, Rodà 1984 : 18 y 40.

161Palli 1985 : 153‑154.

162Roldán 1975.

163Tovar 1989 : 452.

164Cf. infra Estrada Garriga, part. 2, § 3.2.

11 Ad Fines

Martorell, Baix Llobregat/Barcelone

165m. mayer, j.m. nolla, i. brufau, i. rodà

166Sources antiques

167– Gobelets de Vicarello III (CIL XI : 3283), II (CIL XI : 3282), I (CIL XI : 3281), IV (CIL XI : 3284) : AD FINES ;
– Itinéraire d’Antonin : 398, 5 : FINES ;
– Anonyme de Ravenne : IV 42 (303, 10) et V 3 (342, 2) : FINES ;
– Géographie de Guido : 81 (514, 17) : FINES.

168Localisation

169Cette station a été située à Martorell, Gelida, Sant Sadurní d’Anoia… Elle est à localiser, d’après les distances des itinéraires, près de Martorell, vers l’église Santa Margarida.

  • 8 Pallí 1985 : 155 propose Gelida. Sur la toponymie de la zone cf. Morán Ocerinjauregui 1982. Pour le (...)

170Fines ou Ad Fines représente sûrement la limite de la pertica coloniale de Barcelone. Le pont de Martorell avec son arc ouvert vers la rive gauche du Llobregat constituerait la représentation monumentale de ce fait. À cet endroit convergeraient les deux branches de la via Augusta (la plus ancienne par le Vallès et celle de l’époque augustéenne par la côte). Autour de Barcino vers Fines on trouve une riche toponymie qui rappelle aussi bien les noms de propriétaires romains que la numérotation des milliaires. La mansio devait être située concrètement autour de l’église de Santa Margarida, d’après le nombre important de vestiges retrouvés dont la chronologie s’étend jusqu’à l’époque paléochrétienne et au Moyen Âge8.

Bibliographie

171Arias 1968b.

172Blázquez, Blázquez 1925.

173Calderón 1983 : 35.

174Estrada 1985.

175Fabre 1984.

176Hübner s.d. : HÜBNER (E). — s.v., RE VI, cols. 2322‑2323.

177Morán i Ocerinjauregui 1982 : MORÁN I OCERINJAUREGUI (J.). — Els Noms de lloc al Baix Llobregat : Jornades d’Estudis sobre el Baix Llobregat. Martorell 1982, p. 31‑44.

178Navarro, Maurí 1992 : NAVARRO (R.), MAURI (A.). — L’Aplicació del mètode Harris a l’excavació de la necròpoli de Santa Margarida. In : Harris Matrix. — Sistemes de registre en Arqueologia. Lleida 1992, vol. 2, p. 48‑75.

179Pallí 1985 : 155.

180Roldán 1975.

181Tovar 1989 : 449.

182Cf. infra Menendez I Pablo, Solias I Aris, part. 2, § 3.3.

12 Barcino

Barcelone, Barcelonès/Barcelone

183m. mayer, j.m. nolla, i. brufau, i. rodà

184Sources antiques

185– Itinéraire d’Antonin : 390, 5 et 398, 4 : BARCENONE ;
– Anonyme de Ravenne : IV 42 (303, 7) : BARCELONA ;
– Anonyme de Ravenne : V 3 (341, 15) : COLONIA BURCINO ;
– Géographie de Guido : 81 (514,13) : COLONIA BURGINUM.

186Localisation

  • 9 Sur le réseau routier autour de Barcino, Estrada 1969 ; Rodà 1991. Une bonne mise à jour des connai (...)

187Il s’agit, sans conteste, de Barcelone. Son absence sur les Gobelets de Vicarello est une confirmation supplémentaire que cette agglomération n’était pas importante avant l’époque d’Auguste (fig. 77). La déviation d’un tronçon important de la voie pour rattacher Blandae, lluro, Baetulo et Barcino joue également en faveur d’une nouvelle fondation coloniale ; son prestige dans les sources itinéraires tardives justifierait l’erreur de localisation par rapport à Seterrae et également le fait que celles‑ci mentionnent son statut colonial9.

FIG. 77 ‒ Plan de la cité de Barcino, avec le tracé des murailles.
1 Cardo (rues Bisbe Irurita, Ciutat, Regomir) ;
2 decumanus ou via Augusta (rues Boqueria, del Call, Llibreteria) ; A cathédrale ; B place Sant Jaume (au nord : la Generalitat, au sud : la mairie).

D’apr. J.O.G./Musée d’histoire de la ville de Barcelone, S.G.C. del.

Bibliographie

188Arias 1968b.

189Bernat 1983.

190Calderón 1983 : 35.

191Estrada Garriga 1969.

192Morán i Ocerinjauregui 1981.

193Morán i Ocerinjauregui 1982 : MORÁN I OCERINJAUREGUI (J.). — Gran Geografía Comarcal de Catalunya, vol. 8. Barcelona 1982.

194Pallí 1985 : 154.

195Rodà 1991 : RODÀ (I.). — Les Activitats econòmiques. In : SOBREQUÉS (J.) dir. — Història de Barcelona 1. La ciutat antiga. Barcelona 1991, p. 412‑413, notas 4‑17.

196Roldán 1975.

197Cf. infra Estrada Garriga, part. 2, § 3.2.

198Cf. infra Menendez i Pablo, Solias i Aris, part. 2, § 3.3.

13 Antistiana

Els Monjos ou La Ràpita, Alt Penedès/Barcelone

199m. mayer, j.m. nolla, i. brufau, i. rodà

200Sources antiques

201– Gobelets de Vicarello III (CIL XI : 3283), II (CIL XI : 3282) : ANTISTIANA ;
– Gobelet de Vicarello I (CIL XI : 3281) : ANTISTIANAM ;
– Gobelet de Vicarello IV (CIL XI : 3284) : ANTESTIANA ;
– Itinéraire d’Antonin : 398, 6 : ANTISTIANA ;
– Anonyme de Ravenne : IV 42 (303, 11) : ANTISTIANA ;
– Anonyme de Ravenne : V 3 (342, 3) : ANCISTIANO ;
– Géographie de Guido : 81 (514, 18) : ANCISTIANA.

202Localisation

203L’hypothèse la plus probable est de situer cette mansio entre Els Monjos et La Ràpita, ou bien à l’emplacement de l’une de ces deux agglomérations. La proposition faite pour Olérdola n’est pas convaincante ni celle de Vilafranca del Penedès, s’agissant d’un noyau médiéval important. Sans aucun doute le toponyme dérive du fundus d’un Antistius ou Antistianus ; on a voulu rapprocher ce gentilice des Antistii Veteres de catégorie sénatoriale qui furent liés de près à l’Hispanie par des charges gouvernementales. Il demeure en outre difficile de penser que, dans le cas où cette hypothèse serait vraie, Beteres, citée par Strabon sur le chemin de Tarraco et à la suite de la plaine de luncaria, a pu être, à cette époque, Antistiana.

Bibliographie

204Arias 1968b.

205Blázquez, Blázquez 1925.

206Calderón 1983 : 35.

207Giró 1985 : GIRÓ (P.). — Identificación de algunas vías romanas en el Penedès Recull de l’obra dispersa de l’arqueòleg Pere Giró Romeu. Museu de Vilafranca 1985, p. 66.

208Hübner s.d. : HÜBNER (E). — s.v., RE I, col. 2545.

209Pallï 1985 : 155‑156.

210Pons 1985 : 130.

211Roldán 1975.

212Tovar 1989 : 450‑451.

213Virella 1983.

214Cf. infra Estrada Garriga, part. 2, § 3.2.

14 Stabulum Novum

Baix Penedès/Tarragone

215m. mayer, j.m. nolla, i. brufau, i. rodà

216Sources antiques

217– Itinéraire d’Antonin : 390, 6 et 433, 3 : STABULO NOVO.

218Localisation

  • 10 Stabulum Novum est un nom purement fonctionnel ; la mansio a été située entre Gornal et l’Arboç dan (...)

219Comme son nom l’indique, cette station pourrait résulter d’un nouvel itinéraire, alternatif, qui serait passé près de la côte. On a proposé El Vendrell comme localisation, mais aussi Solar Roig de l’Arboç. Si l’on accepte un tracé par l’intérieur, l’hypothèse la plus probable consiste à placer cette station entre La Gornal et L’Arboç. Mais si l’on tient compte de l’idée d’un diverticule –ce qui paraît le plus réaliste–, elle se trouverait entre Cubelles et Cunit à hauteur du Mas Guineu et La Solana ; cependant, nous avons préféré ne pas proposer de localisation précise pour cartographier cette mansio, ou plutôt mutatio, en attendant de meilleures précisions10.

Bibliographie

220Arias 1968b.

221Calderón 1983 : 35.

222Girô 1950.

223Pallí 1985 : 156.

224Roldán 1975.

225Schulten s.d. : SCHULTEN. — s.v., RE III A, col. 1927.

226Tovar 1989 : 460.

227Virella 1983.

15 Palfuriana

Sant Vicenç de Calders, El Vendrell/Baix Penedès

228m. mayer, j.m. nolla, i. brufau, i. rodà

229Sources antiques

230– Gobelets de Vicarello III (CIL XI : 3283), II (CIL XI : 3282), IV (CIL XI : 3284) : PALFURIANA ;
– Gobelet de Vicarello I (
CIL XI : 3281) : PALFURIANAM ;
– Itinéraire d’Antonin : 398, 7 : PALFURIANA ;
– Anonyme de Ravenne : IV 42 (303,12) : PALTURIA ;
– Anonyme de Ravenne : V 3 (342, 4) : PALTURIANA ;
– Géographie de Guido : 81 (514, 19) : PALTURIANA.

231Localisation

  • 11 Nous remercions M. Altet, de Valldoreix, pour cette information.
  • 12 Pons 1985 : 130 et 134‑137 rattache la mansio avec Palfurius Sura dont la parenté avec Lucius Licin (...)

232Les auteurs penchent préférentiellement pour El Vendrell ou Sant Vicenç de Calders ; une autre localisation a été proposée à la place de l’actuelle gare de Coma‑ruga. Dans la cartographie que nous proposons, la station est placée aux environs de Sant Vicenç de Calders ; le lieu idéal à cette localisation correspondrait à la traversée de la route dans le quartier maritime de Coma‑ruga (Hostal del Garrofer) où l’on a trouvé un gisement avec de nombreuses céramiques en surface11. La relation de ce nom avec le nomen Palfurius est indubitable, sans pour autant le rattacher aux Palfurii Surae et, à travers eux, à Licinius Sura même si l’arc de Berà est proche12.

Bibliographie

233Arias 1968b.

234Blázquez, Blázquez 1925.

235Calderón 1983 : 35.

236Pallí 1985 : 156‑157.

237Pons 1985.

238Roldán 1975.

239Tovar 1989 : 460.

240Cf. infra Estrada Garriga, part. 2, § 3.2.

16 Tarraco

Tarragone, Tarragonès/ Tarragone

241Taller Escola d’Arqueoiogia (TED’A)

242Sources antiques

243– Gobelets de Vicarello III (CIL XI : 3283), II (CIL XI : 3282), IV (CIL XI : 3284) : TARRACONA ;
– Gobelet de Vicarello I (
CIL XI : 3281) : TARRACONEM ;
– Itinéraire d’Antonin : 391 ; 396, 2 ; 399, 1 ; 448, 3 et 452, 5 : TERRACONE ; 
– Anonyme de Ravenne : IV 42 (303, 13) : TARSAGONA ;
– Anonyme de Ravenne : IV 43 (309, 1‑ 2) : TARSAGONAM ;
– Anonyme de Ravenne : V 3 (342, 5) : TARRACONEM ;
– Géographie de Guido : 81 (514,20) : TERRAGONA.

244Localisation et datation

245Il s’agit de la cité de Tarragone qui s’est développée à partir d’un praesidium militaire fondé par les Romains en 218 av. J.‑C. Le réseau routier de l’époque préromaine est très mal connu à ce jour. D’un point de vue géographique, en considérant la topographie de la montagne et la baie de Tarragone, il est probable que la mythique voie Héracléenne –qui, restaurée à l’époque d’Auguste, prendra le nom de via Augusta– passait du côté septentrional de la montagne où fut ensuite construite Tarraco, et devait franchir la rivière –anciennement appelée Tulcis, aujourd’hui le Francolí– par un gué relativement proche de l’agglomération indigène, situé sur l’élévation la plus proche du littoral et la plus basse, comme le démontrent les récentes découvertes archéologiques.

246Relation entre voie et trame urbaine

247On connaît bien la situation résultant des grandes réformes d’époque flavienne quand s’éleva, sur la partie haute de la cité, le grand complexe provincial, formé d’un forum articulé sur deux places autour d’un temple de culte impérial et d’un cirque annexe. La via Augusta, connue archéologiquement par le milliaire RIT 934, traversait la cité après les réformes flaviennes en passant devant la façade méridionale du cirque et, de fait, séparait l’enceinte de la colonie du district provincial, indépendant des magistratures urbaines. Cet axe, fossilisé presque jusqu’à nos jours, deviendra également la limite de Tarragone au xive s.

248Entrées de la ville, monuments

249De l’époque républicaine (iie s. av. J.‑C.) datent les six petites portes mégalithiques et la porte à claveaux conservées ; il semble qu’il ait existé dans l’enceinte supérieure de la muraille de Tarraco une seconde grande porte dans la partie orientale, entièrement détruite en 1926, mais nous ne pouvons préciser les caractéristiques du réseau extérieur de la voie en relation avec ces portes.

250Selon les derniers travaux publiés (Dupré et al. 1988, TED’A 1987), la via Augusta entrerait dans la cité –en venant de Barcino– par une porte (ouverte dans la muraille républicaine) située à l’endroit occupé actuellement par la tour ou torre de les Monges (xive s.) et les restes du bastion de Charles v (xive s.). Le cirque, édifié à la fin du ier s. ap. J.‑C., élevait sa façade méridionale le long du passage de la voie, qui sortait de l’enceinte à l’endroit où de nos jours se trouvent les restes de la tour appelée torre Grossa (xivexve s.), devant le siège des Archives historiques de Tarragone (Arxiu Històric de Tarragona) ; ce passage portait, au Moyen Âge, le nom de carrer en‑llosat (rue dallée), il ne reste plus qu’un montant de la porte, abîmé par le passage des charrettes, et qui était encore noyé il y a peu dans le blocage interne du mur nou (nouvelle muraille) ou muralleta (petite muraille) du xive s., jouxtant les fondations de la torre de les Monges citée plus haut.

251Un vieux pont de pierre se conserva debout –en entier, avec ses différentes réparations et reprises, depuis l’époque médiévale, si ce n’est avant– jusqu’à un moment bien avancé du xixe s., un peu en aval de l’endroit où se trouve l’actuel pont nou (pont neuf) ou viaduc de la route de Valence (No340), à l’extrémité du Vieux chemin de la Paret Alta. On en conserve une série de dessins, de cartes et gravures qui permettent d’étudier l’emplacement de ce pont de pierre disparu, ainsi que son aspect (dans l’ensemble et le détail, le nombre de piliers, d’arches...).

252Le monument le mieux connu est, sans doute, l’arc dit de Berà, qui se trouve sur le territoire de la commune de Roda de Berà. Ce monument semble signaler la limite orientale du territorium de Tarraco. Selon les dernières recherches, il aurait été bâti à la fin du ier s. av. J.‑C. (précisément au moment de la création de la via Augusta), et restauré ou réformé au début du iie s. ap. J.‑C. (Dupré 1986).

253Nécropoles et mausolées

254Dans un récent ouvrage, le TED’A a procédé à un inventaire presque exhaustif des mausolées, tombeaux et sépultures –depuis l’époque républicaine jusqu’à l’époque wisigothique– recensés autour de Tarraco, à l’entrée et/ou à la sortie de la cité, le long de la voie ou à ses abords immédiats (fig. 78 et 79). À part les inscriptions, les tombeaux et les vestiges de mausolées localisés dans la cité et à l’extérieur (notamment dans la zone correspondant à la nécropole paléochrétienne, à côté de la rivière, où l’on connaît des mausolées monumentaux avec statuaire d’époque républicaine), il faut faire une mention spéciale pour la tour dite torre dels Escipions (tour des Scipions), édifice sépulcral situé à 6 km de la cité, en direction de Barcelone, construit durant le ier s. av. J.‑C., avec deux représentations du dieu phrygien Attis.

255Les enterrements, en nombre important, à l’est et à l’ouest de la cité, et les informations apportées par la statuaire et l’épigraphie permettent de couvrir l’espace de temps existant entre le ier s. av. J.‑C. et le viiie s. ap. J.‑C. (moment où se situe, vers 713 ou 714, la conquête musulmane de Tarragone) et de restituer, de manière approximative, le tracé des principaux axes routiers.

256Évolution et changements du tracé

257Nous ne conservons plus qu’une porte dénommée dels Socors, proche de la porte médiévale dite Portai del Carro (porte charretière) correspondant à la seconde phase de la muraille républicaine, à côté de la tour dite torre de Sant Magí ou de Minerva, dans le secteur septentrional de la cité. À cette porte aboutissait un chemin, utilisé au Moyen Âge, et qui, peut‑être, représentait la continuité d’une des voies primitives d’accès à l’agglomération originelle.

258L’étude poussée des cartes et dessins anciens facilitera évidemment la tâche pour analyser les tracés éventuels et les chemins fossilisés. L’agglomération ibéro‑romaine, située plus près de l’embouchure du Francolí –sous le praesidium militaire– était peut‑être en relation avec la voie venant du nord‑est, en supposant l’existence d’un chemin entre la montagne et la mer, à l’endroit où fut bâti, au Haut‑Empire, l’amphithéâtre de Tarragone –ce qui semble démontré par la mise au jour de sépultures tardo‑républicaines dans cette zone. Du côté occidental, la voie franchissait la rivière, probablement par un gué à l’endroit le mieux approprié, approximativement dans le secteur mentionné par les textes historiques et où se trouvent les gués et ponts actuels mettant en relation Tarragone et Tortose. Sous le Haut‑Empire, la voie –comme il a déjà été dit– aurait servi à séparer les deux grands secteurs urbains, définis par des monuments à partir de l’époque flavienne avec la construction du cirque sur le côté oriental du passage de la voie. La construction de l’amphithéâtre –à une époque encore mal déterminée, mais en tous cas postérieure à l’époque flavienne– semble également remettre en question le tracé de la voie venant de Barcino avec la partie basse de la cité et le port, de la même manière qu’ont dû être réalisés de nouveaux raccords secondaires avec le même port (près duquel s’est élevé le théâtre) du côté occidental.

FIG. 78 ‒ Les nécropoles de Tarraco au Haut‑Empire : tracé de la via Augusta et localisation des découvertes.
1 Monument funéraire de la nécropole paléochrétienne ;
2 columbarium de la Casa del Mar ;
3 monument funéraire du chemin de la Fonteta ;
4 monuments funéraires de la rue Rovira i Virgili ;
5 inhumation probable in situ sur le chemin du Cimetière (Camí del Cementiri) ; enterrements intra muros ; tracé probable de la via Domitia.
Monuments principaux : À remparts ; B forum principal ; C cirque ; D forum de la colonie E amphithéâtre.

d’apr. TED’A, M.H./MC del.

FIG. 79 ‒ Les nécropoles de Tarraco durant l’Antiquité tardive : localisation des vestiges. 1 chemin de la Paret Alta ; 2 nécropole paléochrétienne ; 3 parc de la Ciutat ; 4 chemin de la Fonteta ; 5 rue de Pere Martel ; 6 avenue de Ramón y Cajal ; 7 place de Braus ; 8 rue d’Estanilau Figueras ; 9 Rambla Nova ; 10 via Augusta ; 11 Amphithéâtre ; 12 rue de Robert d’Aguiló ; enterrements intra muros.

d’apr. TED’A, M.H./MC del.

259Structure de la voie

260On possède peu de données sur la structure de la via Augusta dans la traversée de Tarragone. Les mentions médiévales (xive s.) nous parlent du carrer enllosat, c’est‑à‑dire d’une rue dallée, dont on utilisa la presque totalité des pierres pour bâtir la muraille qui enferma le faubourg du Corral (correspondant aux vestiges du cirque) à partir de 1368. En faisant par ailleurs, une tranchée près de l’actuelle plaça de toros, rue Mallorca, c’est‑à‑dire extra muros de la cité romaine (dans ses faubourgs) et près de l’accès théorique au forum de la colonie, on trouva un tronçon de « una calzada empedrada » (une chaussée empierrée), de 6 m de large ; près de l’endroit où, lors de la construction, en 1883, de la plaça de toros, on avait mis au Jour une colonne milliaire de la via Augusta (RIT 934), datée des années 12/6 av. J.‑C.

261Nous ne connaissons pratiquement rien de la structure de la voie dans les secteurs plus éloignés de Tarragone, sûrement en raison de l’érosion continue des éléments naturels et de l’action anthropique, facteurs qui ont provoqué un décaissement du niveau de passage originel. À la sortie de la cité, en allant vers Tortose, les chemins héritiers ou continuateurs de la via Augusta se trouvent surcreusés dans le terrain, présentant l’aspect d’une tranchée large mais irrégulière, dans laquelle affleure souvent le sol vierge ou la roche. Le manque d’informations archéologiques (hormis la découverte ou la réutilisation de milliaires, relativement abondants) et toponymiques sur d’antiques chemins dallés, nous fait penser que la voie ne devait probablement pas jouir de cette sorte de pavement dans tout son parcours –comme cela a été suggéré–, mais uniquement dans les secteurs où c’était nécessaire (entrée et sortie de la cité, raisons topographiques, réparations, etc.).

262Plan de la cité

263Les fig. 78 et 79 représentent le tracé probable de la voie romaine et la localisation des secteurs de sépultures durant l’Empire romain (sources : TED’A 1987).

Bibliographie

264Aquilué et al. 1987 : AQUILUÉ (X.), DUPRÉ (X.), MASSÓ (J.), RUIZ DE ARBULÓ (J.). — Guia arqueológica Tarraconense (surtout les chapitres : Els monuments romans de la via Augusta, p. 121‑128 et Els monuments funeraris, p. 153‑160). Diari de Tarragona, Tarragona, 1987.

265Arbeloa 1987.

266Arias et al. 1987 : ARIAS (G.) et al. Repertorio de caminos de la Hispania romana. La Línea, 1987.

267Blázquez, Blázquez 1925.

268Dupré 1987.

269Dupré et al. 1988 : DUPRÉ (X.), MASSÓ (J.), PALANQUÈS (L.), VERDUCHI (P.). — El Cire romà de Tarragona, I. Les Voltes de Sant Ermenegild. Excavacions Arqueológiques de Catalunya, núm. 8, Barcelona 1988.

270Gamer 1982 : GAMER (G.). Sepulcrum Cnei et Publ. Cornel. Scipionum Tarrac. Das monument bei Tarragona und andere bauten in der nachfolge des maussoleions von Halikarnass. Madrider Mitteilungen, núm. 23, 1982, p. 296‑317.

271Hauschild 1983 : HAUSCHILD (T.). Arquitectura romana de Tarragona. Tarragona : Ajuntament de Tarragona, 1983.

272Hauschild et al. 1966 : HAUSCHILD (T.), MARINER (S.), NIEMEYER (H.G.). Torre de los Escipiones. Ein römischer Grabturm bei Tarragona. Madrider Mitteilungen, núm. 7, 1966, p. 162‑188 et pl. 43‑46.

273Hernández Sanahuja 1883 : HERNANDEZ SANAHUJA (B.). — Una Columna miliaria. Diario de Tarragona, núm. 199 à 202, 22 au 25 août 1883.

274Hernández Sanahuja 1892.

275Massé 1985.

276Massó 1987 : MASSÓ (J.). — Notas sobre un miliario desaparecido de la Via Augusta, entre las mansiones de Tarraco y Oleastrum. In : La Red viaria en la Hispania romana, Simposio Tarragona 1987.

277Massé et al. 1986.

278Montón 1976‑77.

279Pallí 1981‑82.

280Palli 1985.

281Roldán 1975.

282Sánchez 1971‑72.

283Serres 1978 : SERRES (E.). Noticia sobre las sepulturas de la calle Robert d’Aguiló. Boletín Arqueológico, ép. IV, fas. 141‑144, 1978, p. 154‑172.

284TED’A 1987.

17 Oleastrum

L’Hospitalet de l’Infant, Vandellós, Baix Camp/Tarragone

285m. mayer, j.m. nolla, i. brufau, i. rodà

286Sources antiques

287– Itinéraire d’Antonin : 399, 2 : OLEASTRUM.

288Localisation

  • 13 Cf. supra Mayer, Rodà, part. 2, § 1.3, note 1.

289Même s’il existe de nombreuses propositions de localisation, le nom du ruisseau Llastres et la découverte de céramiques à proximité ainsi que l’existence d’un pont romain sont des indices suffisants pour localiser à l’ouest de l’Hospitalet de l’infant cette mansio, qui maintient grâce à son toponyme actuel le souvenir de sa fonction originelle13.

Bibliographie

290Blázquez, Blázquez 1925.

291Calderón 1983 : 35.

292Hernández 1865.

293Massé 1985.

294Massé 1990a.

295Massé et al. 1986.

296Morote 1979.

297Palli 1985 : 157‑158.

298Roldán 1975.

299Tovar 1989 : 448.

300Schulten s.d. : SCHULTEN. — s.v., RE XVIII, cols. 2341‑2342.

301Cf. infra Izquierdo, part. 2, § 3.5.

18 Sub Saltu

Vandellós, Baix Camp/Tarragone

302m. mayer, j.m. nolla, i. brufau, i. rodà

303Sources antiques

304– Gobelets de Vicarello III (CIL XI : 3283), II (CIL XI : 3282), IV (CIL XI : 3284) : SUB SALTU ;
– Gobelet de Vicarello I (
CIL XI : 3281) : SUB SALTU ;
– Anonyme de Ravenne : V 3 (342, 6) : SALTU M ;
– Géographie de Guido : 81 (514, 21) : SALTU M.

305Localisation

  • 14 Calderón (1983 : 35) la situe au col de Balaguer ; Tovar (1989 : 465) la situe près d’Oleastrum.

306Cette mansio, peut‑être mutatio, se trouvait très proche de celle d’Oleastrum même si elles étaient dissociées. Elle devait se situer au pied du col de Balaguer dans la zone de la Almadrava14. Dans l’Anonyme de Ravenne : iv 42 (303, 14), on trouve entre Tarragona et Pinos la mention Saguntum, probablement une interférence erronée pour Sub Saltum.

Bibliographie

307Blázquez, Blázquez 1925.

308Calderón 1983 : 35.

309Fort 1970.

310Fort 1974.

311Morote 1979.

312Pallí 1985 : 158.

313Roldán 1975.

314Tovar 1989 : 465.

315Cf. infra Izquierdo, part. 2, § 3.5.

19 Pinon/Pinum

L’Ametlla de Mar, Baix Ebre/Tarragone

316m. mayer, j.m. nolla, i. brufau, i. rodà

317Sources antiques

318– Anonyme de Ravenne : IV 42 (303, 15) : PINOS ;
– Anonyme de Ravenne : V 3 (342, 7) : PINON ;
– Géographie de Guido : 81 (514, 22) : PINUM.

319Localisation

  • 15 Cf, supra Mayer, Rodà, part. 2, § 1.3, note 2.

320Comme dans le cas de Stabulum novum, il semble s’agir d’un diverticule côtier ou d’un itinéraire alternatif par le littoral ; il n’a pas été cartographié en raison de ia grande imprécision devant laquelle nous nous trouvons face à cette mansio, même s’il paraît certain que cet itinéraire côtier existait, passant par L’Ametlla de Mar d’où provient le milliaire républicain de Sant Jordi d’Alfama15 . Il faut mentionner l’existence dans ce territoire d’un ravin du Pin (Barranc del Pi) qui ne permet pas, malgré l’homonymie intéressante, de tirer de conclusion définitive en raison du caractère répétitif de ce toponyme.

Bibliographie

321Blázquez, Blázquez 1925.

322Morote 1979.

323Pallí 1985 : 158‑159.

324Roldán 1975.

325Cf. infra Izquierdo, part. 2, § 3.5.

20 Tria Capita

L’Ampolla, commune de El Perelló, Baix Ebre/Tarragone

326m. mayer, j.m. nolla, i. brufau, i. rodà

327Sources antiques

328– Gobelet de Vicarello III (CIL XI : 3283) : TRIA CAPITA ;
– Itinéraire d’Antonin : 399, 3 : TRAIA CAPITA ;
– Anonyme de Ravenne : IV 12 (304, 1) : CREA CAPITA ;
– Anonyme de Ravenne : V 3 (342, 8) : TREA CAPITA ;
– Géographie de Guido : 81 (514, 23) : TRIA CAPITA.

329Localisation

  • 16 Calderôn (1983 : 35) opte pour El Perelló ; Pallí (1985 : 159) incline pour L’Ampolla. Peut‑être s’ (...)

330Plusieurs localisations ont été proposées : El Perelló, Tivissa, Torre de l’Aliga, Miravet, etc. L’hypothèse la plus récente et la plus probable est celle qui situe cette station à L’Ampolla, à l’endroit où, dans l’Antiquité, l’Èbre se jetait dans la mer Méditerranée. Les distances par rapport aux stations voisines corroborent cette dernière hypothèse. Cette dénomination est probablement due à l’existence d’un trivium16.

Bibliographie

331Blázquez, Blázquez 1925.

332Massé 1985.

333Morote 1979.

334Pallî 1985.

335Roldán 1975.

336Tovar 1989 : 443.

337Cf. infra Izquierdo, part. 2, § 3.5.

21 Dertosa

Tortose, Baix Ebre/Tarragone

338m. mayer, j.m. nolla, i. brufau, i. rodà

339Sources antiques

340– Gobelets de Vicarello III (CIL XI : 3283), II (CIL XI : 3282), IV (CIL XI : 3284) : DERTOSA ;
– Gobelet de Vicarello I (
CIL XI : 3281) : DESTOSAM ;
– Itinéraire d’Antonin : 399, 4 : DERTOSA ;
– Anonyme de Ravenne : IV 42 (304, 2) : DERTUSA ;
– Anonyme de Ravenne : V 3 (342, 9) : DERTOSA ;
– Géographie de Guido : 81 (514, 24) : DERTOSA.

341Localisation

342Il s’agit de Tortose. La voie devait entrer dans la cité par le nord, par le col guère éloigné de Sant Joan –où passe aujourd’hui la voie ferrée–, et à l’est du cimetière tardo‑romain de la place Alphonse xii.

Bibliographie

343Arasa, Vicent 1981.

344Bayerri 1948.

345Blázquez, Blázquez 1925.

346Morote 1979.

347Roldán 1975.

348Cf. infra Izquierdo, part. 2, § 3.5.

Notes

1 Cf. supra Mayer, Rodà, part. II, § 1.3, note 23 ; Hübner s.d. ; Nolla I Brufau, Casas 1984 : 57 ; Calderón 1983 : 35 ; Tovar 1989 : 448.

2 Cf. pour les découvertes anciennes : Pallï 1985 : 150 et supra, part. II § 1.3, note 3.5. Cartulario Sant Cugat 1981 : 31, s.V. « fonte » ; Strabon, Jones 1988 : 92‑95. Pour luncaria, cf. Nolla I Brufau, Casas 1984 : 57‑58 ; Tovar 1989 : 448. Pour l’existence possible d’un portorium à luncaria, cf. Mayer, Rodà 1990 : 230. Sur les portoria d’Hispanie, cf. Muñiz 1982 : 225‑249. Pour Strabon, cf. part. II, § 1.3, note 10.

3 Nolla i Brufau, Casas 1984 : 58‑59. Cf. supra, Mayer, Rodà, part. II, § 1.3, note 28 ; Hübner s.d. Sur la question du gentilice Cilnius, signalons l’hypothèse de Pons 1985 : 129‑139, surtout p. 130‑ 131 et 135 ; pour Cilnius Ferox attesté sur un piédestal de Barcino, cf. IRB 28).

4 Aquae Voconiae est, sans aucun doute, la mansio d’Aquae Calidae (Caldes de Malavella) qui correspondrait au nom d’un praedium lié à une source thermale, propriété d’un Voconius, nomen à la racine italique, documenté à Tarraco (RIT : 356 y 384) et à Saguntum (Beltran 1980 : nos 47‑48, 63, 214). Tovar 1989 : 452. Pour les fouilles des fontaines de Caldes de Malavella et des vestiges monumentaux, cf. Merino et al. 1992b et 1994.

5 Sur Seterrae, cf. Nolla i Brufau, Casas 1984 : 60 ; Pallí 1985 ; Tovar 1989 : 442 ; Calderón 1983 : 35.

6 Cf. supra Mayer, Rodà, part. 2, ch. 1, note 33. De manière générale, pour le Vallès, cf. Estrada 1969, et Mayer, Rodà 1984 : 39‑44 bien que, à la suite de nouvelles découvertes, nous changions maintenant certaines hypothèses de 1984. Sur Praetorium, cf. Tovar 1989 : 418 et 460 ; Calderón 1983 : 35. Quant à la tour de Llinars connue comme « Torrassa del Moro », cf. supra Mayer, Rodà, part. 2, § 1.3, note 30.

7 Pour Semproniana et la zone proposée pour sa localisation, cf. Estrada 1955 ; Arrizabalaga et al, 1984 : 79‑80 ; Mayer, Rodà 1984 : 40 ; Pons 1985 : 130 ; Estrada Garriga 1993 : 138‑142. Pour les découvertes archéologiques de Granollers, cf, supra Mayer, Rodà, part. 2, § 3.1, note 34.

8 Pallí 1985 : 155 propose Gelida. Sur la toponymie de la zone cf. Morán Ocerinjauregui 1982. Pour les fouilles de Santa Margarida, cf. en dernier lieu, avec réf. des précédents auteurs, Navarro, Maurí 1992.

9 Sur le réseau routier autour de Barcino, Estrada 1969 ; Rodà 1991. Une bonne mise à jour des connaissances se trouve infra dans : Menendez i Pablo, Solias i Aris, part. 2, § 3.3. Pour les sources médiévales, cf. la cartographie de Morán 1982 : 44 ; Morán 1981 ; Bernat 1983.

10 Stabulum Novum est un nom purement fonctionnel ; la mansio a été située entre Gornal et l’Arboç dans Calderon 1983 : 35, à Solar Roig de l’Arboç par Pallí 1985 : 156, et au Vendrell par Tovar 1989 : 460, suivant lui‑même Schulten s.d. Sur la localisation à Calafell, cf. Giró 1950 : 65 et Virella 1983.

11 Nous remercions M. Altet, de Valldoreix, pour cette information.

12 Pons 1985 : 130 et 134‑137 rattache la mansio avec Palfurius Sura dont la parenté avec Lucius Licinius Sura est cependant loin d’être prouvée.

13 Cf. supra Mayer, Rodà, part. 2, § 1.3, note 1.

14 Calderón (1983 : 35) la situe au col de Balaguer ; Tovar (1989 : 465) la situe près d’Oleastrum.

15 Cf, supra Mayer, Rodà, part. 2, § 1.3, note 2.

16 Calderôn (1983 : 35) opte pour El Perelló ; Pallí (1985 : 159) incline pour L’Ampolla. Peut‑être s’agit‑il du Tiar lulia de Ptol. 2, 6, 63 et Pline 3, 32 cite les Teari qui luliense.

Table des illustrations

Légende FIG. 76 ‒ Plan de la cité romaine de Gerunda. 1 « Sobreportes » : porte nord ; 2 ancienne place « del Correu Vell », porte méridionale ; 3 Porte Rufina ; 4 poterne probable (bouche d’égoût) de Can Boschmonart ; 5 porte orientale ; 6 nécropole de Sant Feliu, avec des tombes à inhumation du Ier s. ap. J.‑C. ; 7 traces d’une nécropole à inhumation du Haut‑Empire (rue Carreras Peralta) ; 8 cimetière de l’Antiquité tardive de l’ancien hôtel des Italiens (rue de Ciutadans, partie haute de la Llebre). Le tracé en gras, signalé par deux flèches, indique le passage de la voie romaine
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43055/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende FIG. 77 ‒ Plan de la cité de Barcino, avec le tracé des murailles. 1 Cardo (rues Bisbe Irurita, Ciutat, Regomir) ; 2 decumanus ou via Augusta (rues Boqueria, del Call, Llibreteria) ; A cathédrale ; B place Sant Jaume (au nord : la Generalitat, au sud : la mairie).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43055/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende FIG. 78 ‒ Les nécropoles de Tarraco au Haut‑Empire : tracé de la via Augusta et localisation des découvertes. 1 Monument funéraire de la nécropole paléochrétienne ; 2 columbarium de la Casa del Mar ; 3 monument funéraire du chemin de la Fonteta ; 4 monuments funéraires de la rue Rovira i Virgili ; 5 inhumation probable in situ sur le chemin du Cimetière (Camí del Cementiri) ; enterrements intra muros ; tracé probable de la via Domitia. Monuments principaux : À remparts ; B forum principal ; C cirque ; D forum de la colonie E amphithéâtre.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43055/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 632k
Légende FIG. 79 ‒ Les nécropoles de Tarraco durant l’Antiquité tardive : localisation des vestiges. 1 chemin de la Paret Alta ; 2 nécropole paléochrétienne ; 3 parc de la Ciutat ; 4 chemin de la Fonteta ; 5 rue de Pere Martel ; 6 avenue de Ramón y Cajal ; 7 place de Braus ; 8 rue d’Estanilau Figueras ; 9 Rambla Nova ; 10 via Augusta ; 11 Amphithéâtre ; 12 rue de Robert d’Aguiló ; enterrements intra muros.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43055/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 703k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search