Version classiqueVersion mobile

Voies romaines du Rhône à l’Èbre : via Domitia et via Augusta

 | 
Mayans [A.I. M.] Alex
, 
Ayglon [H.A.] Henry
, 
Got Castellvi [S.G.C.] Sabine
, 
et al.

Partie 1. La via Domitia du Rhône aux Pyrénées

Chapitre 2. Le tracé général

Jean Laforgue, Georges Castellvi et Jean‑Pierre Comps

Résumé

Du Rhône aux Pyrénées, de Beaucaire au col de Panissars (Le Perthus) ce sont près de 240 km de tracé qui ont été reconnus, précisés et cartographiés (sur carte IGN au 1/100 000). Son étude se présente sous la forme de onze parties correspondant à autant de tronçons d’une vingtaine de kilomètres chacun, pour lesquels sont décrits le passage exact ou supposé de la voie et l’ensemble des vestiges qui lui sont liés (ponts, milliaires, stations, etc.).

Texte intégral

● De Beaucaire (Ugernum) à Nîmes (Nemausus) (fig. 2 et 3)

1Le tracé de la voie est bien connu. L’itinéraire est long de 22 km. Sur ce tronçon, de nombreuses bornes milliaires ont été retrouvées, certaines sont encore en place.

2Trois tronçons peuvent être différenciés :
‒ sur la colline à l’ouest de Beaucaire, la voie se présente aujourd’hui sous la forme d’un chemin rectiligne qui passe au milieu des cimetières situés à la sortie de la ville, puis traverse les résidences des Hauts d’ Ugernum avant de longer par le sud la Halle des Sports ; plus loin, il est bordé de pierres plates dressées ; ensuite, construit en remblai, il traverse un vallon puis emprunte le défilé de Roquepartide aménagé par les Romains ;
‒ la voie continue ensuite jusqu’au domaine de l’Enclos d’Argent. Peu avant cet endroit, un groupe de milliaires est conservé en place ; les carrières du secteur ont détruit à jamais une bonne portion de la voie qui devait légèrement contourner le relief des Moures de Gayen par le sud ; ensuite, sur 7 km environ, son tracé rectiligne O./N.‑O. se conserve dans le paysage, sous forme de tronçons de chemins de desserte locale, jusqu’au Mas des Pins, situé au S.‑E. du village de Redessan ; à mi‑chemin de ce parcours, à 750 m à l’est du mas de Pradas, on trouve in situ un milliaire, à l’emplacement du Xe mille à partir de Nîmes ; la borne suivante est elle aussi visible sur place, au lieu‑dit Peire di Novi ;
‒ du Mas des Pins à Nîmes, sur une distance de 11 km environ (les 7 premiers milles à l’est de Nîmes), le tracé de la voie est aujourd’hui recouvert par la D 99 ; il est ensuite recoupé par la RN 86 puis se retrouve à nouveau marqué dans le paysage sous la forme d’un chemin rectiligne joignant en ligne droite la porte d’Auguste à Nîmes, qui marque le point 0 de la via Domitia vers l’est.

3Au Bas‑Empire, la voie d’Arles à Nîmes évite Beaucaire, ce qui réduit le parcours Arles‑Nîmes de 4 milles, et passe par le relais de Pons Aerarius, traditionnellement situé aux abords de Bellegarde, mais cet itinéraire n’a pas été reconnu avec certitude.

● De Nîmes (Nemausus) au Vidourle (Pont d’Ambrussum) (fig. 3 et 4)

4Le tracé de Nîmes au Vidourle (23 km) demande à être précisé. Sur 15 km environ, à partir de la porte d’Auguste jusqu’au lieu‑dit Le Fès –à l’E./S.‑E. de Vergèze–, le tracé est repris grosso modo par la RN 113 en direction du sud‑ouest, mais celle‑ci s’éloigne parfois de quelques centaines de mètres du tracé de la via Domitia.

5Au carrefour du Fès où se rejoignent en étoile de nombreux chemins de desserte locale, la voie sc redressait plus vers l’ouest tout en gardant la même direction générale vers le sud‑ouest. À partir de là, le tracé est perturbé de nos jours par la traversée des villages de Codognan et de Gallargues‑le‑Montueux, ainsi que par les intersections de la voie ferrée et de l’autoroute A 9. Ce tronçon se compose ainsi de petits morceaux de chemins ou de routes d’intérêt local ; il est connu sous le nom de Chemin de la Monnaie. La voie arrive alors au Vidourle –limite actuelle des départements du Gard et de l’Hérault– qu’elle traversait au moyen d’un pont à onze arches et de 180 m de long à l’origine.

● Du Vidourle (Ambrussum) au Lez (Sextantio) (fig. 4 et 5)

6Le tronçon est long de 23 km environ. Après le passage du Vidourle, le tracé de la voie s’infléchirait vers le sud pour contourner le site d’Ambrussum, étape‑relais, établie sur un oppidum pré‑romain. Sur toute la durée du tronçon, la voie conserve le nom de Chemin de la Monnaie. C’est une portion de voie très bien conservée malgré la présence obsédante de l’autoroute A 9 qui la borde et la traverse quatre fois dans la première moitié de son parcours. Elle se présente de nos jours comme une suite de chemins ou de routes de desserte locale reliant quelques hameaux ou mas isolés tels Fontcendreuse (au nord de Lunel‑Viel), Nabrigas (entre Saint‑Géniès‑des‑Mourgues et Valergues), Mas de Roux (au nord de Baillargues). Son tracé rectiligne orienté O./S.‑O. a même servi de limite à un certain nombre de communes (Vérargues et Lunel, Saint‑Géniès‑des‑Mourgues et Saint‑Brès, Castries et Baillargues).

7À mi‑chemin (13,5 km du Vidourle), le tracé est coupé par la D 26 reliant Castries (au nord) à Baillargues (au sud) ; le tracé se perd ensuite quelque peu, puis se retrouve fossilisé par la rue principale traversant Vendargues. À la sortie se trouve un calvaire placé à l’emplacement exact du 26e mille de Nîmes (ou 65e par rapport à Narbonne). Entre ce village et la rivière du Salaison, limite communale avec le Crès, le tracé de la voie a plus ou moins disparu, affecté par le développement de la zone industrielle. Après le Salaison, la voie passe au pied de l’église du Crès qui conserve, en remploi, un fragment de borne milliaire. À cet endroit, l’axe de la voie s’infléchit très légèrement, de 3° vers le nord, tout en gardant son orientation générale O./S.‑O.

8Entre ce point et Castelnau‑le‑Lez, la voie suit un parcours de garrigue ; ce tronçon représente assez bien l’état de la voie au Moyen Âge. Certaines parties sont pavées de pierres posées de chant ; la traversée d’un vallon est construite en remblai (agger) ; et une carrière de meules médiévale y est associée. La voie traverse ensuite les quartiers neufs, situés au nord de Castelnau‑le‑Lez : Substantion –nom qui rappelle la station de Substantio– et La Gardie. Le Lez était autrefois franchi par un pont dont on n’a retrouvé que les fondations des piles.

● Du Lez (Sextantio) à Montbazin (Forum Domitii) (fig. 5 et 6)

9Le tronçon est long de 21 km environ. Le développement des quartiers neufs au nord‑est de Montpellier rend difficile le repérage du tracé de la voie sur 1,250 km environ à l’ouest du Lez. Sur un peu plus de 2 km, celui‑ci a été repris par la rue de l’Aiguelongue, les avenues du Dr‑Pezet, de F.‑Sabatier‑d’Espeyran et de la via Domitia jusqu’au rond‑point du Général‑Paris‑de‑la‑Bollardière. Les 2 km suivants sont aujourd’hui en grande partie effacés par les quartiers ouest de la ville, entre l’école d’Agronomie et la voie rapide ; seul subsiste encore un tronçon de 370 m environ bordant le lycée du Mas de Tesse. On peut suivre à nouveau le tracé de la voie à l’ouest de la voie rapide, toujours en direction du sud‑ouest ; c’est une portion de route passant par le Mas Chivaud et Château‑Bon, longue de 2 km environ et qui se perd quelque 400 m avant le franchissement de la Mosson. Du Lez jusqu’à ce point, la distance parcourue est de 8,5 km environ.

10De la Mosson à Montbazin, le tracé de la voie, orienté vers le sud‑ouest, se perpétue d’abord par la D 5E jusqu’à Lavérune, puis la D 185E jusqu’au croisement avec la D 185, puis enfin par des chemins et des routes de desserte locale jusqu’à Montbazin. À signaler sur ce dernier parcours, 400 m environ avant le croisement de la D 185E avec la D 185, les vestiges d’un ponceau romain sur le Coulazou, constitués de deux piles de calcaire coquillier. Au nord‑est de Montbazin, la voie est encore conservée en un talus caractéristique (agger).

● De Montbazin (Forum Domitii) à Saint‑Thibéry (Cessero) (fig. 7 et 8)

11Le tronçon est long de 27 km. Le tracé de la voie est repris, à la sortie de Montbazin, par la D 119E sur près de 3 km, en direction du sud‑ouest, jusqu’au croisement avec la D 2 au lieu‑dit des Quatre Chemins, puis, toujours dans la même direction, sur 2 km, par un chemin menant vers le lieu‑dit l’Elbèche. De là, la voie continuait à flanc de colline (Puech de Madame) sur 3,5 km en prenant une direction légèrement plus infléchie vers l’ouest. Elle passait entre les collines de Puech Monier (181 m) et de la Languette (105 m), à proximité de La Fontaine des Chiens, avant de traverser un gué. Le tracé change ensuite d’axe, s’infléchissant à nouveau légèrement vers l’ouest pour prendre une direction O./S.‑O. Ce secteur de La Combe Rouge, au nord de Loupian, est en partie affecté par l’extension des mines de bauxite, la voie descendant alors en forte pente par la tranchée du tènement des Beatimes jusqu’au ruisseau de Pallas.

12Après 1 km parcouru en pleine garrigue, le tracé de la voie se retrouve fossilisé dans le paysage, repris par un chemin sur 2,5 km environ jusqu’à la Métairie de Saint‑Paul Marseillais ; le tracé se perd ensuite quelque peu puis se retrouve après le gué du ruisseau de Nèguc‑Vaques et le croisement de la D 159E. De là jusqu’à l’Hérault (Saint‑Thibéry), le tracé est conservé, repris par un chemin en partie goudronné appelé aujourd’hui Chemin de la Reine Juliette, et anciennement Chemin Brunechels (12 km environ). La voie abordait la rive gauche de l’Hérault en s’infléchissant vers le sud. Le franchissement de ce fleuve côtier, le plus important entre Rhône et Pyrénées, devait se faire en amont des ruines du pont médiéval actuellement visibles. La voie remontait ensuite vers le nord, fort probablement, atteignant l’oppidum pré‑romain de Cessero.

● De Saint‑Thibéry (Cessero) à Béziers (Baeterrae) (fig. 8 et 9)

13Le tronçon est long de 18 km. Ce trajet, de direction sud‑ouest, est bien conservé dans ses huit premiers kilomètres, entre Saint‑Thibéry et la rivière du Libron. Il est d’abord repris par la D 18 sur 2,5 km, puis se poursuit par une série de chemins vicinaux sur 3,5 km ; à signaler dans ce tronçon le ponceau romain permettant le franchissement du ruisseau de Laval près duquel a été retrouvé un milliaire. Ensuite sur 2 km de plus, il se conserve grosso modo sous l’apparence de chemins de garrigue entre le mas de Bel Air et le hameau de Bourgade. La voie traversait alors le ruisseau du Rouyre, puis le bois dit Le Grand Bois, avant d’atteindre le Libron au lieu‑dit Vignes de Clairac, un peu au nord‑ouest du village du même nom.

14Le franchissement antique n’est pas conservé en raison de l’évolution des rives et, par la suite, ce franchissement s’est transporté par étapes toujours plus vers le sud‑est. La voie disparaît sur 2,5 km dans les vignes de Clairac et les garrigues de Saint‑Jean de Libron. Le tracé est à nouveau perceptible sur 3 km environ, repris par la D 28 jusqu’au grand rond‑point situé à l’entrée est de Béziers. Dans l’agglomération de Béziers, le tracé de la voie se perpétue aujourd’hui par l’avenue L. Gallet, l’avenue Camille‑Saint‑Saëns, la rue du Puits‑des‑Arènes, la rue Cantarelle puis gagne le pont médiéval sur l’Orb. Une borne milliaire a été retrouvée au carrefour de l’avenue Saint‑Saëns et du boulevard de la Liberté.

15Le Pont‑Vieux de Béziers est difficilement datable, mais les fondations de ses neuf arches, comparables à celles des ponts romains languedociens (Ambrussum, Sommières, Boisseron), peuvent remonter à l’Antiquité.

• De Béziers (Baeterrae) à Narbonne (Narbo Martius)

16Le tronçon est long de 24,5 km.

17Premier tronçon : de Béziers à Monsac (14 km) (fig. 9 et 10)
Passé l’Orb, le tracé de la voie est aujourd’hui repris par la RN 9 sur une distance de 1 km environ (quartier du Faubourg). Sur 6 km, c’est ensuite un chemin goudronné, orienté toujours vers le sud‑ouest, qui dessert quelques hameaux (Combecal, Vieille...) et passe au sud‑est du village de Colombiers avant d’atteindre le carrefour du Malpas où se rencontrent aujourd’hui huit chemins et se superposent trois tunnels (canal d’assèchement de l’étang de Montady du xiiie s., canal du Midi du xviie, et voie ferrée du xixe). Dans ce secteur, la voie a été endommagée par le canal du Midi, qui la recoupe deux fois sur un tronçon de 1 km. Après 1 km de chemin à nouveau goudronné, le tracé est repris par la D 37 E5 sur près de 2 km. Il se poursuit ensuite sur 2,5 km de plus, repris par un chemin de terre aboutissant au sud de l’étang de Capestang. La voie passe par Monsac, entrée nord du pont de Pontserme. À noter sur ce parcours, la situation de l’oppidum ibéro‑languedocien d’Ensérune, au nord‑ouest du Malpas (commune de Nissan‑lez‑Ensérune).

18Deuxième tronçon : de Monsac à Narbonne (10,5 km)
Quelque 400 m après Monsac, se produit un changement d’axe de la voie qui prend la direction S./S.‑O. Ce lieu marque également la limite des départements actuels de l’Hérault et de l’Aude. Sur 1,3 km environ, la voie emprunte la chaussée de Pontserme permettant le passage hors d’eau en limite d’étang. C’est une construction sur arches, les vestiges de cinq d’entre elles sont encore visibles. Ensuite, sur 3,5 km, le tracé de la voie a été repris par un chemin qui longe le canal de la Noer jusqu’à l’Aude. Les différents atterrissements dus aux crues de ce fleuve côtier dans son bassin inférieur masquent aujourd’hui le tracé de la voie sur 1 km ; celui‑ci se retrouve à hauteur du hameau du Rivage‑Haut, légèrement décalé de quelques mètres vers l’ouest. Après 3 km de chemin rectiligne, la voie se redressait légèrement vers l’ouest pour atteindre Narbonne.

19Dans cette cité, la voie présente deux variantes : occidentale, qui correspond au boulevard du Maréchal‑Joffre et à l’avenue du Général‑Leclerc, et orientale reliant le Capitole au Pont‑Vieux par la rue Droite, c’est le cardo maximus de la fin du ier s. av. J.‑C. Le Pont‑Vieux ou Pont des Marchands a servi au Moyen Âge d’assiette à la construction de maisons comme le ponte vecchio de Florence ; il est donc difficile d’observer aujourd’hui les parties romaines de la construction.

● De Narbonne (Narbo Martius) à Roquefort‑des‑Corbières (fig.11)

20La longueur du tronçon présumé est de 22 km. Ce tronçon est mal connu. On peut penser que la RN 9 emprunte en majeure partie le même tracé que la voie antique, passant par Prat de Cest (anciennement Pratum Sextuwi), où était le vie mille, puis changeant d’axe plusieurs fois pour s’adapter au mieux au relief jusqu’au hameau de Ville False. C’est là vraisemblablement que la via Domitia, héritière de l’ancienne voie Héracléenne, franchissait la Berre, à proximité de l’oppidum protohistorique de Pech Maho. Ensuite, la voie longerait l’autoroute par l’ouest sur 5,5 km ; c’est un tracé sinueux à l’image de l’autoroute.

• De Roquefort‑des‑Corbières à Salses (Salsulae) (fig. 12)

21La longueur du tronçon est de 20 km environ. À l’est de Roquefort, là où la D 66 se raccorde à la RN 9, le tracé de la voie est aujourd’hui repris par la RN 9 en direction du S./S.‑E. sur 11 km. À mi‑chemin ont été découverts de nombreux vestiges qui permettent de localiser la station d’Ad Vicensimum (le xxe mille de Narbonne). À signaler dans le secteur la découverte en 1949, au Rieu de Treilles, du milliaire de Cneus Domitius Ahenobarbus, milliaire le plus ancien de Gaule. Le franchissement du Rieu se faisait peut‑être par un pont ; des restes de culée d’apparence antique ont été découverts sur les lieux.

22Un peu avant Les Cabanes de Fitou, les traces de la voie seraient à rechercher plus à l’ouest que l’actuelle nationale, à La Madeleine, puis à l’ouest dudit hameau, enfin au Pech des Teissonières. Au Malpas, qui marque la limite des départements de l’Aude et des Pyrénées‑Orientales, les deux tracés se confondraient à nouveau jusque vers le Mas Font Dame, où les recherches récentes placent la station de Salsulae. À partir de ce point Jusqu’à l’ancien château de Salses, au nord‑est du fort actuel, la voie occuperait à peu près la place de la ligne du chemin de fer.

• De Salses à Château‑Roussillon (Ruscino) (fig. 12 et 13)

23La longueur du tronçon est de 14 km environ. À 1 km au S./S.‑E. de Salses, la voie est conservée dans le paysage par la longue ligne droite (7 km) d’un chemin communal, continuée sur 1 km par les limites de parcelles. On la perd 1 km avant l’Agly, par suite des divagations du fleuve côtier, mais l’emplacement du passage antique, dont on ignore tout, est encore marqué par un gué sans doute médiéval. Sur ce tronçon a été repérée la station de Combusta, près du Mas Guiter.

24Au sud de l’Agly, après une légère rectification de direction vers le sud, la voie gagnait directement Ruscino ; il n’en reste que de petits tronçons de chemins d’exploitation. Le franchissement du ruisseau de Torreilles se faisait sur un pont dont on a retrouvé piles et culées. On ne sait pas comment était passée la Tet.

• De Château‑Roussillon (Ruscino) à Elne (Illiberris) et au Tech (fig. 13)

25La longueur du tronçon est de 15 km environ. Il semble que la voie longeait l’oppidum sans véritablement y pénétrer. Au sortir de la vallée de la Tet, elle se dirige toujours S./S.‑E. ; ce tronçon de 2,5 km, aujourd’hui occupé par un chemin communal, est connu sous le nom de Chemin de Charlemagne.

26À la cote 36, on note un changement d’orientation : la voie, ou plutôt le chemin d’exploitation que l’on voit aujourd’hui, prend directement plein sud jusqu’au passage de la Fosseille. La suite est encore très mal connue. L’hypothèse la plus probable est la suivante : de la Fosseille au Réart, le tracé, tout à fait effacé de nos jours, se poursuivrait en ligne droite, toujours plein sud. Après le Réart, intervient un nouveau changement d’orientation vers le S./S.‑E. Le tracé antique est perpétué successivement par la limite des communes de Saleilles et de Saint‑Nazaire, la D 22, puis, sur la majeure partie du parcours, par un chemin d’exploitation à peu près rectiligne qui rejoint, avant de passer le petit col entre les collines du Moulin Tourné et du Puig Ferrant, un autre Chemin de Charlemagne. La station Ad Stabulum pourrait se situer à 1 km après les collines, au lieu‑dit Palol d’Avall. À partir de là, la voie s’inclinerait à nouveau vers le sud, pour rejoindre le Tech à la chapelle Sainte‑Eugénie de Tresmals, mais il n’en reste rien sur le terrain. La liaison avec Elne, l’oppidum d’Illiberris, se ferait par deux bretelles : la première, par le Chemin de Saint‑Cyprien, immédiatement au sud du col précité ; la seconde, par le chemin joignant Palol d’Avall à Elne.

• Du Tech aux Pyrénées (Summum Pyrenaeum) (fig. 13 et 14)

27La longueur du tronçon est de 27 km environ.

28Du Tech au Boulou (17 km environ)
Ce tronçon, comme le précédent, n’est pas vraiment reconnu ; nous en sommes toujours à exposer l’hypothèse la plus vraisemblable. Après le franchissement du Tech, trois itinéraires gagneraient l’Espagne : l’un, vers le sud‑est, longerait la côte, c’est la voie maritime ; l’autre, vers le S./S.‑E., emprunterait la vallée de Lavall, passant par la montagne ; le dernier, vers l’O./S.‑O., suivrait la vallée du Tech sur la rive droite jusqu’au Boulou : ce serait la via Domitia.

29Depuis le Tech, le tracé antique, dont il ne reste rien, se dirigerait en ligne droite jusqu’à la route de Villeclare au sud‑ouest de Palau‑del‑Vidre, en passant par le lieu‑dit Camp de la Pedre, où a été retrouvé un milliaire in situ. Sur 1 km, la route de Palau à Villeclare a conservé la direction antique. Au hameau de Villeclare, le tracé s’infléchit très légèrement vers le sud, il est perpétué aujourd’hui par le chemin de terre (3 km) qui rejoint Saint‑Génis‑des‑Fontaines. À partir de Saint‑Génis, le tracé pourrait se confondre avec la D 618 jusqu’au carrefour routier nouvellement construit entre la D 618 et la RN 9 à l’entrée sud du Boulou.

30Du Boulou aux cols du Perthus et de Panissars (10 km)
Du grand carrefour routier du Boulou (rive droite du Tech) à Saint‑Martin de Fenollar, emplacement présumé de la station d’Ad Centuriones ou Ad Centenarium, le tracé de la via Domitia n’est pas connu avec exactitude. On admet généralement que celle‑ci a, sur le plateau du Pla de l’Arca (région du Mas Fourcade), un tronçon commun de 2 km environ avec la voie menant au col d’Ares par Céret, tronçon aujourd’hui coupé par l’autoroute B 9. La voie aurait ensuite rejoint Fenollar. Il n’est cependant pas impossible qu’un cheminement direct ait pu mettre en relation le secteur du Tech et Fenollar par la rive gauche de la rivière Rom, affluent du Tech. Après Saint‑Martin de Fenollar, la voie remontait le cours de la Rom, probablement par la rive droite jusqu’à la Cluse del Mitg, puis par la rive gauche jusqu’à la Porte des Cluses (3,6 km) ; son tracé est repris aujourd’hui en partie par la traverse de Maureillas à la Cluse del Mitg.

31À partir du pont médiéval du moulin de la Cluse del Mitg jusqu’aux cols du Perthus et de Panissars (sur 4,5 km environ), on retrouve les traces de la voie aménagée dans le rocher (retailles du rocher, terrasses encore in situ, ornières). À la Porte des Cluses, la voie est dominée par les ruines du fort romain du Castell dels Moros ou Château des Maures ; après le franchissement de cette tour‑porche –probable poste de péage ou portorium–, la voie passait sur la rive droite qu’elle ne quittait plus jusqu’au pont du Piló situé au sud du terrain de football du Perthus, 1 km au nord du col du même nom (271 m). Cependant, à 1,2 km environ au sud de la Porte des Cluses démarrait un autre itinéraire menant au col de Panissars –situé à l’ouest du précédent– par la vallée de la Freixe. Ce dernier itinéraire doit être considéré comme la voie principale, au moins depuis l’époque de la construction du trophée de Pompée (71 av. J.‑C.) jusqu’à la chute de l’Empire romain.

32Au col de Panissars, emplacement très probable des vestiges du trophée de Pompée au Summum Pyrenaeum, ont été mis au jour les fondations d’un monument public de grandes dimensions (120 x 100 pieds) ainsi qu’un fragment de milliaire attribuable à Constantin. Les deux branches (vallée de la Rom et vallée de la Freixe) se rejoindraient ensuite, sur le versant espagnol, au lieu‑dit Pont d’Espanya (1,5 km au sud des deux cols). Il faut cependant ajouter qu’il a pu exister une branche de crête dès le Bas‑Empire entre la Cluse del Mitg et le pont du Piló, passant à l’est du fort de la Cluse Haute (iiieives.).

FIG. 2 ‒ Tracé de la via Domitia entre Nîmes et le Rhône.

carte IGN 66, Avignon‑ Montpellier, 1/100 000, éd. 1990, d’apr. J.L, J.P., M.H./MC del.

FIG. 3 ‒Tracé de la via Domitia dans le secteur de Nîmes.

carte IGN 66, Avignon‑Montpellier, 1/100 000, éd. 1990, d’apr. J.L., J.P., M.H./ MC del.

FIG. 4 ‒ Tracé de la via Domitia dans le secteur d’Ambrussum : A Pont Ambroix sur le Vidourle (Villetelle).

carte IGN 66, Avignon‑Montpellier, 1/100 000, éd. 1990, d’apr. J.L., J.P., M.H./MC del.

FIG. 5 ‒ Tracé de la via Domitia entre le Lez et le Vidourle : B Pont sur le Lez (Castelnau‑le‑Lez).

carte IGN 66, Avignon‑Montpellier, 1/100 000, éd. 1990, d’apr. J.L., J.P., M.H./MC del.

FIG. 6 ‒ Tracé de la via Domitia entre Montpellier et Montbazin : C Pont du Bordelet sur le Coulazou (Fabrègues).

carte IGN 65, Béziers‑Montpellier, 1/100 000, éd. 1990, d’apr. J.L., J.P., M.H./MC del.

FIG. 7 ‒Tracé de la via Domitia au sud‑ouest de Montbazin.

carte IGN 65, Béziers‑Montpellier, 1/100 000, éd. 1990, d’apr. J.L., J.P.. M.H./MC del.

FIG. 8 ‒ Tracé de la via Domitia dans le secteur de Saint‑Thibéry : D Pont des Castans sur le ruisseau de Laval (Montblanc).

carte IGN 65, Béziers‑Montpellier. 1/100 000, éd. 1990, d’apr. J.L., JP., M.H./MC del.

FIG. 9 ‒ Tracé de la via Domitia dans le secteur de Béziers : E Pont‑Vieux sur l’Orb (Béziers).

carte IGN 65, Béziers‑Montpellier, 1/100 000, éd. 1990, d’apr. J. L, J.P., M.H./MC del.

FIG. 10 ‒ Tracé de la via Domitia entre Colombiers et Narbonne : F Pont de Pontserme sur l’étang de Capestang (Coursan).

carte IGN 72, Béziers‑Perpignan, 1/100 000, éd. 1989, d’apr. J.L., J.P., M.H./MC del.

FIG. 11 ‒ Tracé de la via Domitia entre Narbonne et Roquefort‑des‑Corbières : G Pont des Marchands sur la Robine, ancien cours de l’Aude (Narbonne).

carte IGN 72, Béziers‑Perpignan, 1/100 000, éd. 1989, d’apr. J.L., J.P., M.H./MC del.

FIG. 12 ‒ Tracé de la via Domitia entre Roquefort‑des‑Corbières et Claira : H pont sur le Rieu de Treilles (Caves).

carte IGN 72, Béziers‑Perpignan, 1/100 000, éd. 1989, d’apr. J.L., J.‑P. C., J.P., M.H./MC del.

FIG. 13 ‒ Tracé de la via Domitia entre Claira et Elne : I pont du Bougariu Alt sur le ruisseau de Torreilles (Claira).

carte IGN 72, Béziers‑Perpignan, 1/100 000, éd. 1989, d’apr. J.L., J.P. C., J.P., M.H./MC de/.

FIG. 14 ‒ Tracé de la via Domitia au franchissement des Pyrénées : J pont du Piló sur la rivière de Rom (Le Perthus).

carte IGN 72, Béziers‑Perpignan, 1/100 000, éd. 1989, d’apr. J.L., J.‑P. C., J.P., M.H./MC del.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42950/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Légende FIG. 2 ‒ Tracé de la via Domitia entre Nîmes et le Rhône.
Crédits carte IGN 66, Avignon‑ Montpellier, 1/100 000, éd. 1990, d’apr. J.L, J.P., M.H./MC del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42950/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 383k
Légende FIG. 3 ‒Tracé de la via Domitia dans le secteur de Nîmes.
Crédits carte IGN 66, Avignon‑Montpellier, 1/100 000, éd. 1990, d’apr. J.L., J.P., M.H./ MC del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42950/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 201k
Légende FIG. 4 ‒ Tracé de la via Domitia dans le secteur d’Ambrussum : A Pont Ambroix sur le Vidourle (Villetelle).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42950/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 203k
Légende FIG. 5 ‒ Tracé de la via Domitia entre le Lez et le Vidourle : B Pont sur le Lez (Castelnau‑le‑Lez).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42950/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende FIG. 6 ‒ Tracé de la via Domitia entre Montpellier et Montbazin : C Pont du Bordelet sur le Coulazou (Fabrègues).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42950/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 233k
Légende FIG. 7 ‒Tracé de la via Domitia au sud‑ouest de Montbazin.
Crédits carte IGN 65, Béziers‑Montpellier, 1/100 000, éd. 1990, d’apr. J.L., J.P.. M.H./MC del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42950/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 218k
Légende FIG. 8 ‒ Tracé de la via Domitia dans le secteur de Saint‑Thibéry : D Pont des Castans sur le ruisseau de Laval (Montblanc).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42950/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 246k
Légende FIG. 9 ‒ Tracé de la via Domitia dans le secteur de Béziers : E Pont‑Vieux sur l’Orb (Béziers).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42950/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 214k
Légende FIG. 10 ‒ Tracé de la via Domitia entre Colombiers et Narbonne : F Pont de Pontserme sur l’étang de Capestang (Coursan).
Crédits carte IGN 72, Béziers‑Perpignan, 1/100 000, éd. 1989, d’apr. J.L., J.P., M.H./MC del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42950/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 207k
Légende FIG. 11 ‒ Tracé de la via Domitia entre Narbonne et Roquefort‑des‑Corbières : G Pont des Marchands sur la Robine, ancien cours de l’Aude (Narbonne).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42950/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 399k
Légende FIG. 12 ‒ Tracé de la via Domitia entre Roquefort‑des‑Corbières et Claira : H pont sur le Rieu de Treilles (Caves).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42950/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 335k
Légende FIG. 13 ‒ Tracé de la via Domitia entre Claira et Elne : I pont du Bougariu Alt sur le ruisseau de Torreilles (Claira).
Crédits carte IGN 72, Béziers‑Perpignan, 1/100 000, éd. 1989, d’apr. J.L., J.P. C., J.P., M.H./MC de/.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42950/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Légende FIG. 14 ‒ Tracé de la via Domitia au franchissement des Pyrénées : J pont du Piló sur la rivière de Rom (Le Perthus).
Crédits carte IGN 72, Béziers‑Perpignan, 1/100 000, éd. 1989, d’apr. J.L., J.‑P. C., J.P., M.H./MC del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42950/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 435k

Auteurs

Enseignant, archéologue, Perpignan (Pyr.‑Or.).
Cette étude a été réalisée à partir du travail de J. Laforgue (Laforgue 1985) par G. Castellvi et J.‑P. Comps qui, par ailleurs, ont utilisé les résultats de leurs propres recherches pour la partie comprise entre Salses et les Pyrénées (cf. infra, Comps, part. 1, § 4.1 ; Castellvi, part. 3, § 1.3).

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search