Version classiqueVersion mobile

Archéologie et histoire du Sinnamary du xviie au xxe s. (Guyane)

 | 
Olivier Puaux
, 
Michel Philippe
, 
Régis Picavet

Annexe 1

Le bois de balata

Michel Philippe

Résumé

L’exploitation du balata, utilisé entre autres pour des travaux de charpenterie ou de sculpture, témoigne d’une activité peu dynamique qui s’est développée à la fin du xixe s. dans la région du Sinnamary.

Texte intégral

1L’activité économique paraît naturellement se développer dans l’exploitation des bois. La forêt représente en effet la matière première la plus importante et la plus évidente de la Guyane. L’abondance et la proximité de ce produit sur la côte en font le premier chantier. Avec la découverte de l’or dans l’intérieur des terres, les exploitants de bois pénètrent davantage dans la forêt primaire, à proximité des voies fluviales, souvent en complément d’activités extractives. Mais cette sylviculture n’est jamais véritablement rentable tant son caractère scientifique est rendu impossible par la dispersion des variétés et la lourdeur des aménagements nécessaires.

  • 1 AN, 014-35, lettre du 4 décembre 1767 : « les pièces mesurent de 15 à 30 pieds de long et 6 ou 7 po (...)
  • 2 ADG, X 84, elle habite à six lieues du fleuve Iracoubo, à la crique Malventre.
  • 3 ADG, X 587, télégramme du 24 février 1904.

2Il s’agit en premier lieu du bois de construction des habitations et des bateaux. Déjà, en 1767, une lettre de M. Maillant signale à M. Dubucq des épreuves de résistance à l’eau de mer que même le balata, bois pourtant fort réputé, ne supporte pas. Balata et ouacapou lui paraissent cependant d’excellents bois d’œuvre1. De telles exploitations sont signalées au siècle suivant dans la région de Sinnamary et d’Iracoubo. Vers 1820, Jeanne Marie Le Roi, veuve Briffon, signale que depuis trente ans qu’elle habite et cultive son terrain du quartier d’Iracoubo, elle n’a jamais manqué de bois qu’elle utilise pour protéger ses abatis de coton, vivres et café. Elle demande la permission de planter 10 000 palissades ou piquets de bois fendu nommé balata2. Une autre demande est effectuée par Jaquet, d’Iracoubo, pour obtenir la permission d’exploiter les bois de grignon, ouapa, ouacapou et autres. D’après lui, le ouacapou est le meilleur bois de la colonie. Le balata est plus fort mais il résiste mal au temps et aux perturbations climatiques. Ce n’est qu’à la fin du siècle que l’attention se fixe davantage sur la sève du balata, productrice d’une gomme, que sur le bois lui-même. Il ne semble pas, d’après nos documents, que cette région connaisse de véritable engouement pour cette production, au contraire de celles de la Mana et du Maroni, exploitées par les balatistes hollandais. Le maire de Sinnamary signale cependant la présence d’une concession de balata en exploitation dans la commune, au début du xxe s.3 C’est alors la grande époque pour cette exploitation, très cyclique, la plupart du temps complémentaire d’autres activités économiques, dans la région. Elle paraît totalement éclipser celle du bois de rose, quasiment absente (tabl. xxxiv).

TABL. XXXIV – Nombre de demandes de permis de concession du bois de balata selon quatre épisodes chronologiques.

MP/Afan

3Le balata est un bois très dur et très lourd qui produit un latex blanc, abondant, dont la récolte est possible par écoulement, à la saignée. C’est d’abord un bois d’œuvre, utilisé pour faire des traverses de chemin de fer et dans la charpenterie, ainsi que dans la marqueterie et la sculpture. Mais sa gomme, c’est-à-dire le coagulum du latex de balata franc, présente de nombreuses qualités qui l’ont fait substituer, dans certains usages, au caoutchouc. Très peu élastique, très peu hygroscopique, grande résistance à la chaleur, grande résistance à la traction de la courroie de balata ; ces qualités la rendent indispensable, comme isolant, dans les câbles téléphoniques sous-marins et les courroies industrielles, de même que dans les semelles, les colles et collages, les tuyautages et récipients pour le travail des acides, pour la galvanoplastie et la photographie, etc. Son mode de récolte en Guyane a été très controversé car il a entraîné la dévastation des zones de cultures côtières.

4Dans le bassin du Sinnamary, cette exploitation atteint la basse et la moyenne vallée du fleuve et ses affluents, les criques Tigre, Saulnier, Toussaint, Grégoire, Chapeau, Vénus, Plomb, etc. (tabl. xxxv).

TABL. XXXV – Les concessions pour l’exploitation du balata (et accessoirement du bois de rose) dans le bassin du Sinnamary : périodes 1900-1913 et 1943-1945.

MP/Afan, d’ap. le Journal officiel de la Guyane française

  • 4 Journal officiel de la Guyane française, 10 février 1900. Il exploitera également une concession de (...)
  • 5 Journal officiel de la Guyane française des 27 mars 1943, 11 mars, 15 avril 1944 et 10 mars 1945.

5La législation empêche les exploitants, non titulaires de permis d’exploitation fluviale ni concessionnaires miniers, d’avoir des concessions supérieures à 1000 ha. De fait, nous retrouvons surtout des « industriels » et des chercheurs d’or parmi eux : Frédéric Rambaud, Aristide Vitalo, Gosse Gardet, Charles Henry, négociant à Cayenne, et surtout Charles Marie Sainte, « industriel » de Cayenne qui, en s’adjugeant le même jour quatre concessions de 25 000 ha durant quatre ans, quadrille l’espace entre le Sinnamary et la crique Tigre4. Quant au dénommé Bedrich Kriwsky, établi en 1943 sur la crique Chapeau et en 1944 sur la crique Florian (pour 10 000 ha tout de même), il est un fabricant de chaussures en balata. À noter également le permis d’exploitation de 10 500 ha obtenu en mars 1944 par Fernandi Monsigna dans la région de Petit Saut5.

Notes

1 AN, 014-35, lettre du 4 décembre 1767 : « les pièces mesurent de 15 à 30 pieds de long et 6 ou 7 pouces d’équarrissage ».

2 ADG, X 84, elle habite à six lieues du fleuve Iracoubo, à la crique Malventre.

3 ADG, X 587, télégramme du 24 février 1904.

4 Journal officiel de la Guyane française, 10 février 1900. Il exploitera également une concession de 1000 ha à l’embouchure de la crique Saulnier et d’autres encore. Journal officiel de la Guyane française des 7 juillet, 18 et 25 août 1900. Lui et tous ceux dont nous avons cité les noms figurent dans la liste des électeurs au titre des permis d’exploitation de la Commission consultatif (sic) des Mines dressée le 30 avril 1902. Journal officiel de la Guyane française du 12 mai 1902.

5 Journal officiel de la Guyane française des 27 mars 1943, 11 mars, 15 avril 1944 et 10 mars 1945.

Table des illustrations

Légende TABL. XXXIV – Nombre de demandes de permis de concession du bois de balata selon quatre épisodes chronologiques.
Crédits MP/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42778/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende TABL. XXXV – Les concessions pour l’exploitation du balata (et accessoirement du bois de rose) dans le bassin du Sinnamary : périodes 1900-1913 et 1943-1945.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42778/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 110k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search