Version classiqueVersion mobile

Archéologie et histoire du Sinnamary du xviie au xxe s. (Guyane)

 | 
Olivier Puaux
, 
Michel Philippe
, 
Régis Picavet

Partie 2. Les axes du développement aux xixe et xxes

Chapitre 2. Le bagne annamite de Saut Tigre

Résumé

Le camp de Saut Tigre est un des trois établissements pénitentiaires spéciaux (eps, décret du 22 janvier 1931) de Guyane. Installé au bord du Sinnamary, il accueille des condamnés indochinois, des politiques pour la plupart. Au prix de nombreuses pertes, les détenus (effectif d'environ 200 hommes en 1933 et 130 en 1944), encadrés par des militaires, réaliseront ponts, routes, campements, concessions agricoles, travaux qui s'inscrivaient dans le cadre de l'aménagement du territoire de l'Inini, conformément à la vocation de ces eps. Le camp, situé sur la rive gauche de la rivière, est organisé suivant un chemin parallèle au cours d'eau auquel se raccordent deux voies perpendiculaires ; le chemin se prolonge par une courbe qui rejoint une des perpendiculaires. D'après les plans anciens, les prospections et sondages archéologiques, le camp comprenait au moins 12 bâtiments maçonnés ou en matériaux périssables, prison, latrines, habitations; deux fours attenant à des constructions ; deux ponts de bois enjambant des criques. Le cimetière (18 tombes conservées) était situé sur la rive opposée au camp.

Texte intégral

2.1 Généralités

1On les appelle « bagnes » aujourd’hui, par réduction et assimilation avec les bagnes plus connus de Guyane ou de Nouvelle‑Calédonie. Créés par un décret du 22 janvier 1931, ces établissements n’en ont ni le statut, ni le nom officiel. À la différence des autres bagnes, qui dépendent de la direction de l’Administration pénitentiaire de Guyane, ceux de La Forestière, de Crique Anguille ou de Saut Tigre, baptisés Établissements pénitentiaires spéciaux (eps), sont créés dans le cadre du gouvernement de l’Inini, à la charge financière du gouverneur général de l’Indochine (fig. 44). De plus, une bonne partie des transportés sont des « éléments subversifs », nationalistes ou communistes d’Indochine, qu’on éloigne, en l’occurrence, du bagne de Poulo‑Kondor et de l’Indochine.

FIG. 44 – Localisation des trois Établissements pénitentiaires spéciaux (EPS).

OP del./Afan d’apr. La Guyane 1979).

  • 1 « À peu de frais » n’est pas une expression partagée par tout le monde. Cf. CAOM, H 2090, un articl (...)

2Dans un contexte économique morose –celui du début des années 1930 qui voit l’effondrement des cours des principaux produits d’exportation de la Guyane (balata, or, essence de bois de rose)– la création de ces eps répond à un projet ambitieux et représente une nouvelle démarche à la fois de rééducation par la peine, et à terme, de colonisation à peu de frais de régions plus éloignées de la bande côtière guyanaise1.

  • 2 CAOM, H 2090, 20 octobre 1933, d’après les termes de la demande.

« Le bagne indochinois de l’Inini pourrait être l’amorce d’une immigration dirigée et il ne fait aucun doute que les indochinois, avec leurs qualités de travail et d’intelligence seraient des auxiliaires précieux pour la mise en valeur du territoire2. »

  • 3 Idem.
  • 4 caom, H 5118.

3Les grands objectifs de la création de ces établissements sont rappelés dans une note pour la direction du Contrôle : « […] Les transportés d’origine asiatique ont toujours constitué, en Guyane notamment, un élément intéressant de colonisation ». Le gouverneur Siadous, dans un rapport no 1537 du 9 novembre 1929 le rappelle en ces termes froids et tendancieux : « l’Arabe et l’Asiatique résistent au climat. Pour le développement de la Guyane, l’Asiatique et le Malgache sont plus intéressants que l’Arabe ; ils sont plus résistants au climat, plus travailleurs, plus sobres ; c’est donc cet élément qu’il serait souhaitable de voir importer3. » De fait, cette main‑d’œuvre potentielle semble une aubaine pour le gouverneur de l’Inini, et ce sont des raisons d’économie et de politique qui empêcheront que le ministre des Colonies n’y donne plus d’ampleur. Après l’arrêté ministériel du 7 mai 1931 réglementant les Établissements pénitentiaires spéciaux de l’Inini, le ministre des Colonies, dans un courrier du 27 août 1931 (no 372), détaille le projet au gouverneur de la Guyane française chargé des fonctions de gouverneur de l’Inini : 1500 Annamites condamnés aux travaux forcés pourraient répondre à ces conditions. « Cette main d’œuvre, placée sous votre autorité directe et sous le commandement des administrateurs des colonies appelés à diriger les circonscriptions administratives du nouveau territoire, serait affectée à l’exécution d’un programme de travaux d’intérêt général : percement de pistes et de routes, défrichements de terres, aménagements de centres de colonisation, etc. Elle précéderait ainsi et préparerait la venue de la colonisation libre4. » On en revient à l’éternelle question du peuplement de cette contrée, après des échecs tragiques. Ce projet prévoit l’élaboration d’un texte spécial dans lequel, pour éviter la simple promulgation des actes édictés pour les condamnés depuis la métropole et mal adaptés à la mentalité des pays colonisés, il est tenu compte des conditions locales de son application.

  • 5 Idem.

4D’après ce projet, ces établissements seront placés sous l’autorité directe du gouverneur de l’Inini et sous le commandement des administrateurs‑chefs de circonscription. Un service administratif comprenant dans chaque camp un greffier‑comptable les représentera auprès du chef de la colonie ; la garde des condamnés sera assurée par les formations sénégalaises des postes, encadrées par des surveillants militaires choisis dans l’administration pénitentiaire, détachés et servant « hors cadres » dans l’Inini. Le régime disciplinaire des EPS pourra s’inspirer des dispositions du décret du 18 septembre 1926 réglementant ce sujet dans les colonies pénitentiaires, en tenant compte des conditions particulières de l’Inini ; les libérés seront astreints à une résidence obligatoire. On cherchera à « fixer au sol » les condamnés annamites par l’octroi de concessions agricoles. Les dépenses de transport seront à la charge de l’Indochine ; celles d’entretien seront assurées par l’Inini, à charge de remboursement par le budget de l’Indochine. Les Annamites devront constituer la main‑d’œuvre d’un programme de travaux publics et, si possible, de création de centres agricoles. Ils bénéficieront d’un pécule. Un interprète sera mis à leur disposition5. Ce groupe ne sera composé que de condamnés annamites, rien n’est dit cependant sur l’aspect politique de leur condamnation, voire de leur exil. À la différence des bagnards traditionnels, dont l’éloignement constitue la peine avant tout, l’isolement des Annamites a pour raison principale la recherche de la sécurité politique : fuir les contacts avec l’extérieur, empêcher leurs idées de circuler.

5Le 29 juin 1931, 535 condamnés indochinois débarquent en Guyane. Dirigés d’abord sur Cayenne, puis sur Saint‑Laurent du Maroni, ils sont installés plus en amont sur ce fleuve, à La Forestière, puis, près de Tonnegrande, à Crique Anguille. Dès la fin de l’année 1933, certains d’entre eux seront dirigés vers le nouveau poste de Saut Tigre, sur le Sinnamary, ce qui deviendra officiel à partir du 19 septembre 1934 (transfert d’une partie des condamnés de Crique Anguille et de La Forestière) (fig. 45).

FIG. 45 – Camp pénitentiaire de Saut Tigre dans les années 1935‑1940 (CAOM, agence des colonies, 1re série, Guyane 1, cliché 50).

Cl. Archives Nationales, caom. Tous droits réservés

6Le passé de ce camp peut sembler récent et l’étude réalisée par D. Ballof en 1979 paraître suffisamment complète et bien informée pour nous contenter d’en souligner les principaux aspects, tout en développant des points moins connus, tels la contribution des Annamites aux travaux collectifs. Or, la confrontation des données d’archives ne correspond qu’imparfaitement à ce qui a été recueilli sur le terrain. Dès lors, il nous paraît indispensable d’évoquer, en parallèle, les discours des théoriciens des Établissements pénitentiaires spéciaux, et leur matérialisation, toute relative, dans ce camp.

2.2 Saut Tigre : l’évolution d’un bagne provisoire

2.2.1 Topographie du site

2.2.1.1 Chronologie de la construction

7Reportons‑nous aux instructions du ministre des Colonies Pietri en août 1931 :

  • 6 Ibid.

« Les campements seront établis sur un point assez élevé, bien dégagé, à flanc de coteau, à proximité d’un point d’eau, mais pourtant distant de 800 mètres de toute rivière et de toute eau stagnante. Ceci ne veut pas dire toutefois qu’il faudra s’établir très loin d’un fleuve navigable, les cours d’eau devant faciliter le ravitaillement et les transports, au moins dans les débuts. L’emplacement choisi par le (commandant ?) sera entièrement défriché sur un rayon minimum de 500 mètres. Les excavations favorables aux gîtes larvaires seront comblées et des drainages effectués si nécessaires, sur un rayon de 500 mètres au minimum. Il serait utile d’ailleurs de faire procéder par un bactériologiste, avant le choix des emplacements, à la recherche des gîtes à larves de moustiques et à la détermination des variétés de la région (culex, anophèles, stegonyas)6. »

8Le camp de Saut Tigre (bps 24) est placé le long du fleuve Sinnamary par 5°00’ 40" de latitude nord et 53°01’45" de longitude ouest. Nous disposons de la mission photographique réalisée en 1976 par l’Institut géographique national (ign) au 1/20 000 pour le site. L’observation de l’emprise du camp permet plusieurs commentaires.

9La végétation, d’un secteur de 700 m le long de la rivière et de 400 à 500 m en pénétrant dans les terres, marque une discontinuité très nette avec la forêt des zones voisines. Elle se présente sous la forme d’une masse dans laquelle il n’est pas possible de distinguer individuellement chacun des arbres ; ceci s’explique, sur les secteurs que nous avons parcourus, par le fait que les vestiges sont dans une forêt secondaire aux arbres de taille moyenne (puisque le camp avait été défriché). Une forme géométrique rectangulaire apparaît, qui correspond à la construction en dur « A » qui sera étudiée plus loin (cf. infra § 2.1.1.3).

10En utilisant la vision stéréoscopique, on observe que le secteur pour lequel la forêt présente les particularités citées plus haut se trouve délimité à l’ouest par une ligne de relief correspondant au sommet d’un mamelon allongé. Une droite partant de la Sinnamary et passant par la construction rectangulaire se poursuit jusqu’à cette ligne de crête ; elle semble correspondre à une voie aménagée. Le vallonnement de tout le camp, pour lequel les reliefs sont séparés par des fossés et des criques, donne un aspect chaotique à la zone.

  • 7 CAOM, SG Guyane 148 IN3 (9) ; Crique Anguille avait succédé à Hermina, idem, 146 IN2 (13).
  • 8 CAOM, H 5184, arrêté n° 135, 17 septembre 1934, signé Lamy, article 1.

11Le camp actuel est placé beaucoup plus près du fleuve que prévu initialement, ce qui a peut‑être représenté un facteur favorable pour lui. Situé à proximité de plusieurs placers aurifères, relativement peu éloigné des bourgades de Plomb et surtout Saint‑Élie, il figure près d’un centre économique (et financier) actif pour la Guyane. Le fleuve, bien navigable, facilite toutes sortes de communications dans une région assez écartée des centres plus peuplés de Sinnamary, Kourou et Cayenne. La possibilité de créer dans cet arrière‑pays une zone de peuplement et de développement s’impose rapidement. L’administrateur des Colonies, Souvant, après d’autres commentateurs critiques, résume la situation dans les premières années des eps : « Crique Anguille est dans un véritable cul de sac, complètement isolé du reste de l’Inini, au surplus dans une région inhabitée et sans activité économique7. » Saut Tigre tire profit de cette situation favorable, au détriment de l’autre bagne (complémentaire) de Crique Anguille, en devenant le chef‑lieu de la circonscription administrative du Centre et de l’Ouest, à compter du 15 septembre 19348. Belle revanche pour un campement que l’on jugeait provisoire ! Un travail considérable sera dès lors conduit pour valoriser ce camp.

12Revenons aux instructions du ministre des Colonies en août 1931 : « Les installations devront présenter un caractère semi provisoire, les camps pouvant être appelés à se déplacer suivant les nécessités de travaux à entreprendre dans le territoire. Il ne faut pas que les établissements pénitentiaires de l’Inini se stabilisent dans les forteresses de pierre. » Malgré cela, les aspects sanitaires et hygiéniques sont mis en avant.

  • 9 CAOM, SG Guyane 148 IN3 (9).

13À Saut Tigre, les caractères semi‑provisoires sont développés par l’emploi du bois, avec peu de maçonnerie. Les cases de transportés et de tirailleurs sont des carbets provisoires, puis couverts de bardeaux9. D. Ballof (1979) donne dans son article un plan, non daté (une référence dans la légende indique la cession d’un lotissement en date du 19 mars 1938), censé être celui du bagne de Saut Tigre au 1/8 000 ; malheureusement il ne fournit aucune indication quant aux sources écrites ou orales qu’il utilise pour dresser ce document. D’après ce plan, le camp s’étend de part et d’autre du fleuve, à savoir sur 45 ha en rive gauche et 25 ha en rive droite, rive sur laquelle se situe le cimetière, à l’exception d’une zone de partage en bordure du fleuve. Rive gauche, les cinq bâtiments en gaulettes et toit de feuilles du cantonnement des condamnés asiatiques figurent au centre, parallèles à la berge ; à leur perpendiculaire se trouvent les trois bâtiments du camp des tirailleurs sénégalais, la briqueterie et les cachots. À leur périphérie sont installés les dépôts (de marchandises, d’affaires civiles qui deviendra gendarmerie, d’armes), et les maisons du docteur (avec cuisine) et du capitaine‑commandant (avec cuisine). L’infirmerie et le lazaret sont relégués plus à l’écart. Un dégrad ouvre l’accès au camp.

14Confrontées au terrain, les informations données conduisent aux remarques suivantes : le plan établi par le lieutenant Cassagnaud le 15 septembre 1936 (fig. 46), bien que plus ancien que celui de Ballof (fig. 47), apparaît bien plus précis. Celui signé par un ingénieur des Travaux publics, M. Paul Amusant, daté du 31 octobre 1938, donc postérieur à celui de Ballof, semble reprendre le plan de Cassagnaud.

FIG. 46Projet de développement du poste administratif de Saut Tigre. Plan no 206 de Cassagnaud, établi le 15 septembre 1936. (ADG, fonds Drire, paquet 14).

cl. ADG

FIG. 47 – Plan du camp pénitentiaire spécial de Saut Tigre vers 1945.

OP del./Afan d’apr. Ballot 1979

15La construction des bâtiments s’est déroulée en plusieurs temps. Jusqu’en 1936‑1937, c’est le règne du provisoire mais un programme d’installation définitive est approuvé par le gouverneur le 26 juillet 1937 comprenant :
– la reconstruction des latrines des transportés ;
– la reconstruction en bardeaux des carbets des transportés ;
– la construction des carbets des libérés au fur et à mesure des besoins.

  • 10 CAOM, H 2092.

16D’après des documents relatifs à Crique Anguille, des hangars métalliques démontables ont été commandés à l’entreprise Vcrbcom et Durouchard. Ceux de Saut Tigre doivent à l’origine être similaires. Ils mesurent 16 m x 10 m, et peuvent contenir 52 lits chacun. Un devis montre d’autres types de cases pour l’administrateur de Saint‑Élie, pour le directeur à Cayenne, pour l’infirmier et pour l’administrateur par intérim de Saint‑Laurent‑du‑Maroni10.

17L’infirmerie (no 10 sur le plan de Ballof), non repérée sur le terrain, figure parmi les travaux réalisés à partir de 1936. Elle est fort bien installée, selon les dires de l’inspecteur Bourgeois‑Gavardin. Les nouveaux bâtiments, achevés en juin 1936, sont situés sur un mamelon, nettement séparés du camp et bien ventilés. Ils comprennent :
– un pavillon de 20 m x 5 m, en planches et madriers, couvert en tôles, avec plancher et plafond comprenant une pièce de 12 lits, une pièce pour contagieux et une autre, avec 4 lits, pour les tirailleurs, à savoir des hamacs tendus sur des cadres de bois ;
– deux pavillons en bois, couverts en bardeaux sur sol cimenté abritant une salle de pansement, une salle de visite, une tisanerie‑magasin et le local des infirmiers auxiliaires.

18À 30 m sur le même mamelon, un bâtiment d’isolement pour tuberculeux, avec dépendances, est édifié en 1937 ; il n’a pas lui non plus été localisé précisément (peut‑être no 11, lazaret indiqué par Ballof). Ce pavillon de 12 m avec véranda, construit en briques, couvert de bardeaux et au sol cimenté, contient une salle pour maladies graves et une salle pour tuberculeux ambulatoires.

  • 11 CAOM, SG Guyane 148 IN3 (9).
  • 12 CAOM, H 5184 et H 2090. Journal officiel de la Guyane française, arrêté no 224 publié dans le numér (...)

19L’ensemble de l’infirmerie est dirigé par un médecin et un sous‑officier infirmier, alors l’adjudant Abonnenc11. La création à Saut Tigre d’un quartier spécial réservé à l’isolement des transportés atteints d’affections contagieuses chroniques, en particulier de tuberculose, résulte d’un arrêté de la fin octobre 1935. Il est complété par l’arrêté du 19 septembre 1938 attribuant à ce poste une case hospice pour condamnés infirmes ou impotents des Établissements pénitentiaires spéciaux, parvenus à l’expiration de leur peine, mais qui ne sont pas en état de pourvoir à leur subsistance par leur travail. Cette case, située à l’extérieur du quartier pénitentiaire, est placée sous la direction et la surveillance du chef de la circonscription du Centre et du médecin du pénitencier de Saut Tigre. L’admission est prononcée par le gouverneur du territoire de l’Inini sur proposition du chef du bureau des eps, du commandant et du médecin du camp. Les soins sont gratuits et les hospitalisés logés, nourris et vêtus12.

20De fait, hormis quelques cas de paludisme, l’état sanitaire des camps est particulièrement surveillé et satisfaisant. La peur du paludisme est soulignée par la demande d’achat en 1930 de 1 580 m de tulle pour moustiquaires mesurant 180 cm de large et de 1580 m de citron écru, d’une largeur de 80 cm, imputables au budget de l’Inini, exercice 1931.

  • 13 caom. H 2001, SG Guyane 146 IN 2 (13) et 148 IN3 (2).

21Au 31 décembre 1937, 411 prisonniers sont encore présents dans le pénitencier, 11 se sont évadés, 43 sont graciés ou libérés, 70 sont morts13.

2.2.1.2 Repérage des constructions

22Le cimetière est le seul ensemble situé sur la rive droite. Il est localisé à proximité de la berge. En rive gauche, on distingue d’une part les constructions le long de la berge, d’autre part les bâtiments, disposés hors du lit majeur, plus ou moins haut placés sur les reliefs. Le plan d’organisation des constructions suit le schéma suivant : un chemin parallèle à la berge sert de base, il en part deux perpendiculaires ; enfin un chemin qui part d’une extrémité du chemin parallèle à la berge décrit une courbe et rejoint l’une des perpendiculaires. Chacune des constructions est légendée, sa fonction est ainsi indiquée. Enfin, les lots de concessions donnés aux libérés asiatiques, chacun d’une surface d’1 ha, sont figurés au nord du camp (Ballof 1979).

23Sur le terrain, il est possible, compte tenu de la végétation, que quelques constructions nous aient échappé. Avec certains écarts limités, on peut établir les correspondances entre, d’une part, le plan que nous présentons (résultat de notre topographie au 1/2 500, fig. 48), et, d’autre part, les plans de Ballof (au 1/8 000), du lieutenant Cassagnaud et de Paul Amusant (au 1/2 500) (tabl. xxvi).

FIG. 48 – Plan du bagne de Saut Tigre.

PNB del./Afan

TABL. XXVI – Comparaison de l’appellation des constructions entre les différents plans (topographique, Ballof, Amusant/Cassagnaud).

OP/Afan

24Sur les 12 constructions que nous figurons sur notre plan topographique, seules 7 sont portées sur le plan de D. Ballof (sur un total de 11) et 10 sur le plan de Cassagnaud (sur un total de 20), enfin 4 seulement sur celui de Paul Amusant (sur une quinzaine de bâtiments).

25Plusieurs structures n’ont donc pas été repérées en raison de la densité de la végétation (forêt secondaire), mais également parce que de nombreux bâtiments ont été construits en matériaux périssables. C’est le cas de la plupart des carbets (en particulier celui de séchage des briques). Ballof indique à ce propos que « toutes les constructions reposaient sur une dalle en béton ou sur des supports en briques surélevés ».

26En ce qui concerne les relevés topographiques des différents plans, on peut apporter les remarques suivantes :
– les échelles semblent quelque peu fantaisistes sur les plans de Ballof et de Cassagnaud ; à titre d’exemple, la distance entre l’angle sud‑ouest de la structure A (fig. 48) et la berge du Sinnamary (en empruntant la voie d’accès) est d’environ 290 m et non pas de 260 m (Cassagnaud) ou encore moins de 170 m (Ballof) ;
– la localisation des cachots donnée par Ballof est erronée (à moins que ceux‑ci n’aient été déplacés après 1938) ;
– le plan de Cassagnaud annonce de futures constructions de routes et de bâtiments (en traits hachurés) ; or le plan de Paul Amusant confirme pour le moins la réalisation de la construction du bâtiment au nord‑ouest du groupe d’infirmerie des condamnés asiatiques ainsi que de la forge au bord du Sinnamary.

27En l’absence d’un plan original beaucoup plus précis datant de l’époque de la fermeture définitive du camp, il semble donc difficile de déterminer, pour un certain nombre de structures, leur fonction réelle. Il est également possible que la destination fonctionnelle de certains bâtiments ait évolué au fur et à mesure de l’agrandissement du camp et de l’évolution de la population pénale et de celle des gardiens. Comme le révèle le plan de Cassagnaud, plusieurs routes et bâtiments sont encore en projet à la fin de 1936.

28Nous avons trouvé sur le haut d’une butte, dans une situation qui pourrait correspondre à celle du no 11, les traces possibles du lazaret (Ballot) ou bâtiment représenté –en projet– dans un « Parc de la Résidence » (Cassagnaud).

29Le chemin qui part des constructions A et B (fig. 48) et descend vers le fleuve est très visible sur le terrain ; il est formé d’un talus de 7 m de large et se poursuit au‑delà des deux constructions dans la forêt ; c’est probablement le départ de la piste de Kérenroch.

30Le long du fleuve quelques rails subsistent ; ils conduisent du dégrad aux constructions E et G. Ils facilitaient sans doute les travaux dans le camp ; on retrouve quelques wagonnets le long de cet axe.

2.2.1.3 Description des constructions

31On trouve à Saut Tigre quatre bâtiments construits « en dur » dont les murs sont montés en brique avec un parement en ciment. Une cinquième construction « D », dont certains éléments de murs sont construits en béton, est peut‑être inachevée. Hormis le lazaret, il y a les traces d’au moins six constructions dont ne subsistent que des plots de brique destinés à surélever le plancher. Nous présentons ici les plans et certaines élévations ainsi que des détails des constructions : A, B, G, D ; puis les structures : E, F, G, H, I, J, K, L, M, enfin, le plan du cimetière N.

La construction A

32D’une emprise au sol de 27,50 m de longueur par 11 m de largeur, elle est composée d’une terrasse à l’appareil irrégulier sur laquelle est bâtie une maison entourée d’une galerie couverte ; 22 piliers surmontés de poutres supportaient la toiture de la galerie (fig. 49 et 50). L’accès à la maison se fait par trois escaliers placés contre la façade sudouest. La maison est subdivisée en trois ensembles. Chacun possède une porte au sud‑ouest et au moins une porte au nord‑ouest. Le plan d’ensemble montre la symétrie de la construction : chacune des deux extrémités de la maison est occupée par un ensemble de deux pièces en enfilade et d’un réduit en avancée sur la façade nord‑est ; au centre on trouve une pièce centrale simple. Un nombre important de volets, sans doute en bois de wacapou, est resté en place (fig. 51). Certains volets et portes sont tombés mais peuvent être reconstitués ; le faux plafond et une partie de la charpente sont encore en place ou effondrés dans les pièces. En contrebas de la terrasse se trouvent deux citernes à eau, de forme cylindrique, l’une est localisée à proximité immédiate de l’un des trois escaliers alors que l’autre apparaît contre la façade nord‑est de l’édifice.

FIG49 – Plan de la construction A « logement des officiers » (Ballof 1979 ; Cassagnaud 15/09/1936).

OP del./Afan

FIG. 50 – Élévations de la construction A : a façade nord‑est, b façade sud‑ouest.

OP del./Afan

FIG. 51 – Détail d’un volet de la construction A.

cl. archives SRA Guyane

La construction B

33Elle est bâtie selon les même principes architecturaux que la construction A (fig. 52), mais avec quelques différences :
– son emprise au sol est plus réduite, 20,70 m de longueur par 10,70 m de largeur ;
– la maison comprend trois pièces communicantes, de 4,70 m2 chacune ;
– un unique escalier, de 5 m de largeur, donne accès à la terrasse du côté nord‑est du bâtiment ;
– les portes n’apparaissent que du côté nord‑est du bâtiment ;
– une latrine a été construite dans l’angle nord‑ouest de la terrasse ;
– la galerie couverte reposait sur 19 piliers surmontés de poutres.

FIG. 52 – Plan de la construction B « logement du docteur et pharmacie » (Ballot 1979 ; Cassagnaud 15/9/1936).

OP del./Afan

34L’ensemble du bâtiment est apparu en meilleur état général de conservation. Une clef se trouvait encore dans l’une des serrures.

La construction C

35De 7 m de longueur par 4,65 m de largeur, elle est construite selon la même orientation que le bâtiment A ; elle est constituée de deux petites pièces de 4 m x 2,98 m, séparées par une cloison fermée (fig. 53 et 54). On trouve dans la pièce nord‑ouest un petit four ; le toit, effondré, se composait des tôles ondulées qui jonchent à présent le sol de la maison. Il est intéressant de constater que ce bâtiment en dur n’apparaît sur aucun des plans anciens présentés précédemment. Il semble logique de penser que sa construction est postérieure à 1938 (dernier plan établi porté à notre connaissance).

FIG. 53 – Plan et élévation de la construction C.

OP del./Afan

FIG. 54 – Prise de mesures de la construction C.

cl. Afan

La construction D

36De 8,95 m de longueur par 5,70 m de largeur, elle est bâtie selon le même axe que les trois précédentes constructions. Il s’agit d’une prison composée de huit cellules accessibles par l’entrée sud‑est, distribuées de chaque côté d’un couloir central (fig. 55). Chaque cellule de 1,95 m x 1,25 m recevait un lit monté sur charnières qui pouvait être remonté et fixé par un crochet le long du mur ; en position basse le lit était étayé par deux pieds de bois de section carrée. Les mortaises destinées au calage de ces pieds au sol sont bien marquées.

FIG. 55 – Plan et élévation de la construction D « cachots » (Ballot 1979).

OP del./Afan

37Sur la façade nord‑ouest, deux portes donnent accès à des pièces ; dans la pièce au nord de 2,10 m x 2,37 m il subsiste les traces d’un seul lit plus large que dans les cellules. Dans la pièce voisine, aux dimensions identiques à la précédente, on trouve les traces de deux lits au sein de la même cellule.

38Le plafond de la prison, fait de briques disposées entre des barres métalliques transversales, laisse suinter l’eau maintenant que le toit qui couvrait l’ensemble a disparu. Pour chaque cellule, on trouve à 1,90 m du sol une ouverture ronde de 0,52 m de diamètre, dans laquelle est scellée une grille faite de neuf barreaux verticaux, de section ronde, et d’une barre de renfort horizontale à mi‑hauteur. Trois plots de briques et une série de rails fichés verticalement dans le sol donnent à penser qu’une clôture de barbelés circonscrivait la prison.

La construction E

39Elle est construite sur une petite terrasse dans un secteur en déclivité. Une partie située au nord‑ouest s’est effondrée et l’on découvre au‑dessous un amas de tôles. L’ensemble donne l’impression d’être inachevé (fig. 56).

FIG. 56 – Plan de la construction E « théâtre des transportés » et de la construction G « logements des transportés » (Cassagnaud 15/9/1936).

OP del./Afan

La construction F

40Il s’agit d’une rangée de cinq W.‑C. à la turque alignés (fig. 57). Une construction en bois, dont les traces de poutres restent visibles, venait abriter cette installation réalisée en béton ; cette structure a sans doute été faite en trois phases.

FIG. 57 – Construction F, latrines : a plan, b élévations (1 côté nord, 2 côté sud, 3 côté est).

OP del./ Afan

La construction G

41C’est une aire de 16,40 m de longueur par 9,50 m de largeur constituée de 24 plots carrés de brique alignés en quatre par six lignes (fig. 56). Des rails, des buses métalliques, une benne de wagonnet jonchent le sol de cette zone.

La construction H

42Elle est formée de plots de brique répartis en cinq par trois lignes inscrites dans un périmètre de 16,40 m de longueur par 6,50 m de largeur ; un seizième plot est situé dans l’alignement d’une des lignes (fig. 58). Des câbles, des fûts, des isolants électriques, une benne de wagonnet et des éléments de maçonnerie recouverts de végétation sont situés aux abords de cette zone.

FIG. 58 – Plan de la construction H « dépôt de marchandises » (Ballot 1979).

OP del./Afan

La construction I

43Elle est inscrite dans une emprise de 7,25 m de longueur par 4,20 m de largeur. Il s’agit d’une construction en brique, en partie enterrée au nord‑ouest. Cette construction, composée de deux pièces, est largement effondrée sans doute pour deux raisons : elle est en partie enterrée et les briques gorgées d’eau reprennent la plastique de l’argile, d’autre part les promeneurs qui collectionnent les briques n’hésitent pas à effondrer des pans de murs entiers pour récupérer une brique estampillée « (AP) » : administration pénitentiaire. Certaines briques ne sont que partiellement estampillées « (A) », probablement en raison d’un tampon défectueux (fig. 59).

FIG. 59 – Briques estampillées : a « A P » b « A ».

a cl. archives SRA Guyane, b OP del./Afan

Les constructions J, K, L, M

44Ce sont quatre constructions dont ne subsistent que des plots de brique et qui sont concentrées sur une colline au nord‑ouest du camp. Du haut vers le bas on découvre les vestiges suivants :
– La structure J de 8,45 m de longueur par 4,80 m de largeur est composée de six plots ; dans l’angle sud on trouve un four décrit plus loin (fig. 60).
– La structure K est une aire qui forme un quadrilatère de 8,45 m de côté. Elle se compose de quatre rangées de trois plots et d’une rangée centrale de cinq plots de brique. Elle est implantée sur une pente (pendage vers le sud) ; l’emplacernent d’un escalier est matérialisé par une marche en béton située au centre de la face sud de la construction (fig. 61).
– La structure L est également une aire en forme de quadrilatère de 8,45 m x 8,40 m. Elle est agencée, comme la structure K, de quatre rangées de trois plots de brique et d’une rangée centrale de cinq plots. À l’angle ouest on trouve au sol une dalle de béton ; deux plots sont aménagés pour recevoir un conduit dans cet angle. Sur la face sud apparaissent deux marches de béton qui forment l’escalier qui permettait l’accès au niveau du sol de la maison (fig. 62).
– La structure M présente une aire et des dimensions (8,45 m de côté) équivalentes aux structures K et L. Elle se compose de quatre rangées de trois plots et d’une rangée centrale de cinq plots (fig. 63). Elle est installée sur une déclivité dont le point bas se trouve au nord‑est. Les traces d’un escalier de bois, qui prend appui sur une marche de béton, sont visibles à l’angle sud de la construction. Une petite fosse rectangulaire de 0,60 m de profondeur est à l’angle nord du bâtiment.

FIG. 60 – Plan de la construction J.

OP del./Afan

FIG. 61 – Plan de la construction K • logement du docteur de Saint‑Élie » (Cassagnaud 15/9/1936

OP del./Afan

FIG. 62 – Plan de la construction L « poste TSF » (Cassagnaud 15/9/1936).

OP del./Afan

FIG. 63 – Plan de la construction M « dépôt d’affaires civiles, gendarmerie » (Ballot 1979), ou « logement de l’adjoint des services civils » (Cassagnaud 15/9/1936)

OP del./Afan

Le secteur N

45Il est situé sur la rive droite du Sinnamary presque en face de la structure G : il s’agit des vestiges du cimetière du camp.

46Une clôture de 27 m de longueur subsiste en partie, parallèle à la berge. Deux portails en bois sont effondrés en place (le portail le plus à l’est a fait l’objet d’un relevé [fig. 64]). Des poteaux, tout comme les portails, gardent la trace, par deux mortaises, de traverses horizontales qui matérialisaient la clôture.

FIG. 64 – Secteur N « le cimetière » (Ballot 1979), clôture en bois, élévations de la palissade du secteur est.

OP del./Afan

47Le cimetière a livré un total de 11 pierres tombales, dont deux fragmentées et incomplètes, façonnées en béton ; les traces de sept tombes sont encore bien visibles au sol (fig. 65). Leurs dimensions sont, d’une manière générale, assez homogènes :
– long. 54 cm, larg. 19,5 cm, ép. 5 cm ;
– long. 39 cm, larg. 19,5 cm, ép. 4 cm ;
– long. 66 cm, larg. 17 cm, ép. 5 cm ;
– long. 46 cm, larg. 19,5 cm, ép. 5 cm.

FIG. 65 – Plan du cimetière (secteur N).

OP del./Afan

48Plusieurs pierres portent encore des inscriptions lisibles correspondant aux noms et aux dates de décès des personnes enterrées. Il serait possible de rapprocher les identités de celles des dossiers individuels des détenus morts qu’on a pu trouver aux archives.

49Les vestiges de deux petits ponts qui passent sur deux criques, à l’ouest et à l’est du camp, subsistent encore. Ces ponceaux sont composés de poutres mortaisées en travers desquelles étaient disposées des planches. Comme pour la charpente, les portes et les volets des constructions A, B, C et la clôture du cimetière, les restes de ces deux ponts montrent que des vestiges en bois peuvent se conserver en pleine forêt pendant un demi‑siècle sans disparaître.

2.2.1.4 Sondages et ramassages de matériel de surface

Le sol de la construction A

50La place délimitée par les structures A (au sud‑est) et C (au nord‑ouest) a fait l’objet des premières fouilles archéologiques du camp des Annamites. Il s’agit d’un sondage localisé à proximité de l’angle nord‑ouest de la structure A (fig. 66). Il est à signaler qu’en raison d’un couvert végétal dense, il n’a pas été possible d’établir une délimitation rigoureuse du sondage. La fouille a permis cependant la mise en évidence d’un sol cimenté, apparu directement sous la couche d’humus, à environ 5 cm de profondeur. Quelques rares vestiges matériels y ont été découverts :
– 1 tube à éprouvette en verre, entier, ainsi que de nombreux fragments appartenant à plusieurs autres tubes ;
– 1 bracelet montre en métal argenté ;
– 1 couteau au tranchant cassé et à manche en os ou ivoire ;
– 1 petite bouteille à base carrée et présentant l’inscription « TORVIL » ;
– quelques tessons de bouteilles ;
– 1 fusible ;
– des fragments de matière plastique ;
– des clous...

FIG. 66 – Esplanade, structures A, B, C : a plan, b coupe transversale.

OP del./Afan

Le sondage entre les plots de la structure G

51Il s’agit d’un sondage de 2,40 m2, délimité par quatre plots en béton. Le matériel archéologique est réparti sur les dix premiers centimètres, dans une couche de terre brun‑ocre argilo‑sableuse. L’inventaire du matériel recueilli laisse apparaître la présence exclusive d’objets en métal : clous de toutes les tailles ainsi qu’un tube de plusieurs mètres de long laissé sur place.

Le four de la construction C

52L’une des deux pièces de la construction C possède un four ou potager. Il est agencé dans l’angle nord‑est de la pièce nord de la maison. Les dimensions sont de 1,50 m de long par 1,25 m de large et 1,18 m de hauteur maximum. Il est construit en briques cuites non estampillées (le four présente plusieurs zones de destructions intentionnelles dues à des pillages) avec un revêtement en ciment (fig. 67). La partie supérieure du four est formée de deux paliers qui délimitent le caisson du foyer d’une part, et le caisson du four d’autre part. Du côté du foyer, on note la présence de deux plaques chauffantes constituées de petites barres de métal. Quant au four, on remarque le trou d’aération de la cheminée. Si l’on regarde la face nord‑est du potager, on distingue les deux entrées correspondant au foyer (à gauche) et au four (à droite). L’intérieur du four comprend deux ferrures.

Le four de la construction J

53Le four est placé dans l’angle nord (en angle droit par rapport au plot) de la structure J. Les dimensions du four sont de 1,24 m x 1,19 m x 0,80 m. Il présente un mode de construction presque identique à celui du four de la construction C. Les seules différences consistent d’une part en l’absence des deux paliers qui n’en forment ici qu’un seul, et, d’autre part, en la présence d’une troisième plaque chauffante en barres de métal (fig. 68). Le pourtour immédiat du four a fait l’objet d’une fouille superficielle. Celle‑ci a permis la mise en évidence d’une bouteille de bière portant l’inscription « la meuse », d’un tuyau cylindrique correspondant à la bouche d’aération du four et d’un verrou de la porte d’entrée du four.

Les isolateurs électriques

54La découverte, en surface, de plusieurs isolateurs en différentes parties du camp tend à prouver que l’ensemble du bagne était relié par des lignes téléphoniques ou électriques.

Les bouteilles

55Douze bouteilles ont été récupérées. On retrouve, en particulier, deux bouteilles de bière « la meuse » identiques à celle découverte à proximité du four de la construction J.

Les pierres tombales

56Une seule a été laissée sur place en raison de son scellement à la dalle funéraire.

FIG. 67 – Construction C, four : a plan, b élévation de la façade nord‑ouest.

OP del./Afan

FIG. 68 – Construction J, four : a plan, b élévation de la façade sudouest.

OP del./Afan

Conclusion

57Les recherches menées en archives et sur le site du camp des Annamites permettent de préciser le contexte historique et les conditions d’implantation du bagne et du poste administratif de Saut Tigre. Dans le domaine historique, des renseignements précieux nous sont livrés sur les conditions de vie des bagnards et de leurs gardiens. Les trois Établissements pénitentiaires spéciaux qui ont accueilli les reclus annamites paraissent, dans bien des domaines, se différencier des autres bagnes :
– par leur localisation en forêt et l’éloignement de la zone côtière, ce qui est le cas du camp de Saut Tigre ;
– par une population pénale homogène (puisque peuplée uniquement d’Annamites) ; de même, les gardiens sont presque essentiellement constitués de tirailleurs sénégalais ;
– par la durée relativement courte de ces eps, (à peine 10 ans pour le camp de Saut Tigre).

58La démarche d’inventaire archéologique de ce patrimoine, qui a été amené à disparaître avec la mise en eau du barrage de Petit Saut, apporte des informations totalement nouvelles par rapport aux renseignements d’archives et aux études historiques telles que celles de Ballof. En particulier, certains bâtiments repérés sur le terrain (structure F) ne figurent sur aucun plan d’époque. De même, les relevés topographiques réalisés sur l’ensemble des structures ont permis de découvrir ou de redécouvrir un type d’architecture typique de l’époque du bagne.

2.2.2 Le personnel du camp

2.2.2.1 Aspects démographiques

  • 14 CAOM, SG Guyane 148 IN3 (9).
  • 15 CAOM, carton 300, dossier 68 ; SG Guyane 148 IN3 (9) ; H 2090.
  • 16 CAOM, SG Guyane, carton 148 IN3 (9).

59Les documents sont quelque peu contradictoires (tabL XXVII). D’après Ballof et certaines archives, il y a 200 détenus à l’origine en 1933 à Saut Tigre. Venus de Crique Anguille ainsi qu’une partie des tirailleurs et des officiers, ces premiers arrivés aménagent le camp14. Ce nombre s’élève à 252 détenus en 1935, soit la moitié du contingent total de ces Indochinois en Guyane, au moment où le premier bagne annamite de La Forestière s’apprête à fermer et où celui de Crique Anguille envoie certains de ses prisonniers à Saut Tigre. En juillet 1936, 208 Annamites sont dénombrés à Saut Tigre, sur un effectif de 507 en Guyane (Ballof 1979 : 192) et 200 en 1937, sur un effectif de 436 (Ballof 1979 : 134). Cette année, Saut Tigre déplace 60 hommes à Crique Anguille. Il n’en reste que 130 en 1938 et 129 au total des deux camps de Crique Anguille et Saut Tigre en 1944, à savoir : 43 inaptes, 35 indisponibles, 27 employés, 24 disponibles (au travail)15. Au 11 décembre 1937, la population de Saut Tigre atteint le nombre de 140 transportés et de 69 tirailleurs. Les premiers sont localisés ainsi : 97 à Saut Tigre même ; 39 au détachement de Saint‑Élie ; 4 au détachement de Sinnamary. La composition des détenus se répartit selon trois classes, de cette manière16 (tabl. XXVIII).

  • 17 CAOM, carton 300, dossiers 67 et 68.

60La composition de la population de l’Inini dans l’entre‑deux‑guerres est présentée dans le tableau XXIX. Elle n’a guère varié depuis le recensement de 1931 où on comptait 3 511 personnes, dont 700 dans le moyen Sinnamary. Dans la faiblesse de cet effectif au 1er juillet 1936, il faut tenir compte du fait que, sur une population recensée de 3 520 personnes, 1620 n’auraient pas été atteintes par le recenseur17.

  • 18 L’arrêté n° 158 publié dans le Journal officiel de la Guyane française du 10 septembre 1938 porte d (...)

61Dirigées par un capitaine chef de circonscription, les forces de sécurité et de police du camp comprennent en 1937 : 1 sergent‑chef européen, 2 sergents comptables, 3 sergents indigènes, 5 caporaux indigènes et 61 tirailleurs, soit 4 Européens et 69 tirailleurs. Au 1er janvier 1938, on réduit le nombre des tirailleurs à 1 sergent, 3 caporaux et 36 tirailleurs, soit 40 au total. À la fin de cette année, il reste 2 sous‑officiers européens et 31 gradés ou tirailleurs sénégalais18 qui assurent la sécurité du camp. Pendant la guerre, le poste est confié à des officiers du service de santé. Ils sont en principe assistés d’1 sous‑officier infirmier, de 3 infirmiers annamites auxiliaires et d’ 1 tirailleur infirmier (tabl. XXX et XXXI).

  • 19 Journal officiel de la Guyane française, 3 juin 1939, 7 octobre 1939, 22 février 1941 et 6 février  (...)

62Pour être complet à ce sujet, il faut ajouter que le poste de Saut Tigre est devenu le chef‑lieu de la circonscription du Centre, sans doute jusqu’à son remplacement provisoire par Sinnamary en 1942 (ce qui detiendra officiel avec la modification des limites de cette circonscription en septembre 1944), et son commandant en est le responsable. Cela explique la présence d’une agence postale (réception des dépêches, vente de timbres‑poste) et d’un poste radiotélégraphique (structure L, fig. 62). Parmi les membres de ce poste, notons Faustin Bourguignon, présent en 1939, qui monte à la station radio de Saint‑Laurent‑du‑Maroni l’ancien poste ER à ondes courtes de Saut Tigre et quitte ce lieu en février 1942 pour les îles du Salut. Par ailleurs, Yves Laporte, chargé de la comptabilité‑matière et du matériel en service dans la circonscription et de l’administration des transportés indochinois, est nommé greffier et huissier de la justice de paix de Saut Tigre, par décision du 26 mai 1939, en remplacement d’Albert Blanchaton, lui‑même chargé de la surveillance des travaux de Kérenroch19.

TABL. XXVII – Mouvement et composition de l’effectif pénal de Saut Tigre de 1934 à 1937.

MP/Afan

Perpétuité

20 ans

5 à 20 ans

1re classe
2
e classe
3
e classe
Total

25
13
5
43

19
20
1
40

28
19
10
57

TABL. XXVIII – Répartition de l’effectif des détenus du bagne de Saut Tigre en 1937.

MP/Afan

Indiens, Bonis
Saramacas, Boschs
Non atteints par recenseur
Militaires européens
Militaires indigènes
Gendarmes
Service de santé
Services des domaines
Transportés de Crique Anguille
Transportés de Saut Tigre

1000
278
1620
10
131
4
5
11
253
208

TABL. XXIX – Composition de la population de l’Inini dans l’entre‑deux‑guerres.

MP/Afan

TABL. XXX – Chronologie du commandement du camp de Saut Tigre.
* Yves Laporte, ainsi que M. Thomas, mineur à Village Plomb, Roger Jacque min et Yvan Botineau, sergents d’infanterie coloniale hors cadre, et Faustin Bourguignon, chef de station TSF, bénéficieront tous les cinq d’un témoignage de satisfaction, par décision du 29 décembre 1938, pour s’être portés dans la nuit du 26 octobre au secours de douze personnes victimes du naufrage de leur canot sur le Sinnamary (Journal officiel 14/01/1939 : no 2).

MP/Afan

2.2.2.2 L’état d’esprit de cette population

  • 20 CAOM, H 5118 et Ballot 1979 ; cf. l’article de Nguyen Phan Long dans la Tribune indochinoise, 19 ma (...)

63Rien dans les instructions du ministre des Colonies n’évoque les antécédents judiciaires de ces condamnés. En 1931 circule une « liste des asiatiques affiliés au Viêt‑Nam portant cinquante matricules ». D’après Ballof, « ce sont des condamnés politiques, nationalistes ou communistes d’Indochine, éléments subversifs qu’on éloigne ». Quatre cents prisonniers sont des « droit commun » et 125 des politiques, soit plus d’un sur cinq. Certains d’entre eux avaient comparu devant les cours criminelles à la suite des événements du Tonkin et du Nord Annam en 1930 et 193120.

  • 21 ADG, IX 55, lettre-avion du 31 juillet 1936 : 78 dossiers sont joints.

64Cependant, l’Inini ne possède sur ces condamnés que des dossiers incomplets. En juin 1936, le nouveau gouvernement paraît prêt à des mesures de clémence en faveur de ces condamnés politiques ou pour des actes connexes à la politique. Soixante‑dix‑huit dossiers semblent rentrer, selon le gouverneur, dans des catégories définies par le ministre des Colonies (cf. télégramme no 145 du 16 juin 1936). Mais si la Guyane détient bien le dossier pénitentiaire de chaque condamné, leur dossier judiciaire reste en Indochine. Il est donc difficile aux autorités de se faire une opinion formelle sur les motifs de la condamnation comme sur les mobiles qui ont pu déterminer les actes retenus pour criminels. Le gouverneur se repose donc sur le ministre pour tout dossier comportant le plus léger doute et propose, au surplus, d’en référer au gouvernement général de l’Indochine qui fournira un avis motivé à partir du dossier judiciaire. Si l’aspect politique de certaines condamnations paraît difficile, ou délicat, à apprécier en Guyane, il ressort parfois accidentellement dans les camps, à travers des manifestations de violence ou lorsque des visites d’enquête nous en rapportent les faits21.

  • 22 CAOM, SG Guyane 148 IN3 (9), rapport Bourgeois-Gavardin et H 2092, document du 3 mars 1938.

65Plusieurs incidents notoires sont signalés en novembre, décembre 1937 et janvier 1938. Si les trois cinquième de l’effectif de Crique Anguille se révoltent, ceux de Saut Tigre semblent demeurer étrangers à ces faits, tout en s’avouant solidaires de leurs compatriotes. La révolte se traduit dans le refus de travail, le jeûne et la récurrence de souhaits communs à savoir la suppression de l’obligation de séjour en Guyane après leur libération, voire l’accomplissement de leur peine en Indochine. Déçus par les espoirs de changement de politique amorcés à l’arrivée du Front Populaire, ils cherchent, selon le gouverneur, à « forcer la volonté » du gouvernement pour amener le chef de l’État à accorder à tous la grâce dont certains ont pu bénéficier. Pour preuve de l’aspect politique de ce mouvement, le gouverneur remet copie de documents trouvés à l’occasion d’une fouille réglementaire dans une case d’hommes punis de prison. Les buts, les moyens, les tendances du mouvement sont mis en relief. Selon les auteurs et acteurs, ils constituent un épisode de la « Révolution annamite »22.

TABL. XXXI – Chronologie des médecins du camp de Saut Tigre.
* Par décision du 25 novembre 1939, le médecin Tasqué sera en outre chargé d’assurer le service d’assistance médicale des communes d’Iracoubo et de Sinnamary (Journal officiel 2/12/1939 : no 48 ; Journal officiel 25/01/1941 : no 4). Une présence médicale existe toujours à Saut Tigre en 1941 : remplacement de l’infirmier major de 2e classe Brénéol par l’infirmier de même grade Samson, par décision du 25 juillet 1941 (Journal officiel 2/08/1941 : no 31).

MP/Afan

  • 23 CAOM, SG Guyane 146 IN2 (13).
  • 24 CAOM, H 2092.

66Le gouverneur pressent ces risques futurs dans un rapport d’ensemble de 1932 sur l’organisation des camps et des postes du territoire : « Pour des raisons de protection des condamnés, et afin de faciliter la surveillance de certains éléments douteux qui sont un risque permanent de contagion pour les autres condamnés, j’installerai dans le plus bref délai tant à La Forestière qu’à Crique Anguille deux petits camps spéciaux qui seront l’amorce de camps disciplinaires. » Ce sera Apatou pour la région du Maroni23. En 1937‑1938, les incidents et grèves touchent en premier les condamnés astreints aux travaux les plus pénibles. D’autres enquêtes marquent le désir de l’administration de pacifier, désamorcer et minimiser des rapports parfois conflictuels entre les militaires, les tirailleurs sénégalais et les Annamites. À Saut Tigre, un incident entre le capitaine Jourdan et un tirailleur sénégalais provoque, en 1936, un retrait de la compagnie des tirailleurs sénégalais24.

  • 25 ADG, Drire 60.

67Mais en même temps, cette administration n’hésite pas à sévir dans des cas jugés graves. Une lettre du gouverneur du territoire de l’Inini au délégué de l’administration pénitentiaire, à Cayenne, demande le transfert d’un transporté asiatique aux îles (du Salut) afin qu’il y subisse une peine de deux ans de réclusion cellulaire « pour coups et blessures volontaires à un surveillant militaire ». Les frais d’entretien durant sa réclusion sur l’île Saint‑Joseph seront remboursés au budget colonial par le territoire de l’Inini25.

2.3 Les conditions de vie des Annamites de Saut Tigre

2.3.1 « Le bagne doit nourrir le bagne »26

2.3.1.1 Ne pas dépayser

68S’il n’est pas question de rendre confortable aux Annamites leur séjour guyanais, des mesures diverses témoignent du désir de prendre en compte leur culture dans trois domaines : le climat, le vêtement et l’alimentation.

Le trousseau du condamné

  • 27 ADG, Drire 60.

69Chaque condamné reçoit d’abord en Indochine : 1 chapeau de paille ; 2 vareuses de toile ; 2 pantalons de toile ; 1 couverture ; 2 serviettes de toilette ; 1 brosse à laver ; 1 gamelle, 1 cuiller, 1 quart. Lorsqu’il arrive en Guyane, on y ajoute : 1 paire de chaussures de cuir ; 1 bande molletière ; 1 manteau de pluie en paille ; 1 moustiquaire ; 1 natte en paille (délivrée à Cayenne) ; 200 grammes de savon ; 1 vareuse en laine27.

  • 28 CAOM, H 2092 et H 5184, 28 mars 1936, extrait d’un rapport relatif aux travaux de Saut Vata.

70Le climat guyanais présente des variations de température de jour et de nuit. Il diffère de celui de l’Indochine, ce qui implique de tenir compte de ces conditions particulières. « Au surplus, ces transportés ne sont pas assez couverts. Ils ne possèdent pas en particulier –à l’inverse des transportés européens– une casaque qui leur aurait été d’une très grande utilité au cours de ces journées à changement brusque de température » explique le médecin Leminor au capitaine Jourdan, chef de la circonscription du Centre. En 1936, 500 vareuses de laine, d’une valeur de 15 000 F, sont commandées pour les EPS. Les dimensions sont définies selon la taille des condamnés, variant de 1,60 m à 1,70 m, et le tour du buste de 0,80 m à 0,95 m. Le vêtement a une durée de vie estimée à deux ans28.

La nourriture

  • 29 CAOM, H 5118, extrait d’une lettre de Pietri, du ministère des Colonies, au gouverneur de la Guyane (...)

71« La question de l’alimentation des condamnés est primordiale et toutes les mesures d’hygiène seront insuffisantes si une bonne nourriture ne vient assurer aux travailleurs la vigueur physique dont ils ont besoin. Elle sera donc l’objet d’une surveillance toute spéciale en vue d’éviter, dans la mesure du possible, les maladies de carence et particulièrement le béri‑béri auquel l’indochinois est très sensible, d’augmenter sa résistance aux atteintes de certaines affections comme le paludisme et par suite d’améliorer son rendement au travail29. »

72On voit dans le tableau xxxii quelle est la base de cette alimentation. De la pâte azotée de poisson peut être donnée éventuellement selon les instructions médicales. La consommation d’alcool fermenté ou distillé est absolument interdite. En dehors des deux principaux repas, les transportés annamites ont droit à un petit‑déjeuner composé de riz (pris sur les 700 g alloués à chacun) et de thé. Au milieu de la matinée et de l’après‑midi, aux heures les plus chaudes, il est souhaitable qu’il soit fait sur les chantiers une distribution de boissons rafraîchissantes. De l’eau potable doit en outre être en permanence à la disposition des travailleurs. Ces aliments sont préparés par des cuisinières du contingent ou, loin des chantiers, pris dans des abris légers aménagés à cet effet.

TABL. XXXII – Base de l’alimentation des condamnés indochinois.

MP/Afan

  • 30 CAOM, H 5118. Journal officiel de la Guyane française, 24 septembre 1938, 3 février 1940,14 juin et (...)

73Les conditions des marchés d’approvisionnement des Établissements pénitentiaires spéciaux sont régulièrement publiées dans le Journal officiel de la Guyane française. M. Karam assure en 1938 la fourniture de bouvillons, la viande de porc figure également dans le régime alimentaire. En 1941, deux appels d’offre portent respectivement sur 32 000 et 30 000 kg de riz blanc, 50 bœufs (deux fois), 500 et 600 kg de saindoux, enfin 160 kg de thé (deux fois). L’essentiel de cette nourriture paraît alors être dirigé sur Crique Anguille. Cette question de l’alimentation est subordonnée à un ravitaillement attentif et minutieux mais également à l’établissement de cultures vivrières30.

Les cultures

  • 31 ADG, IX 88.

74Il s’agit de cultures vivrières massives et non de jardinage comme le précise le ministre des Colonies : manioc, riz, arrow‑root, maïs ; des cultures fruitières (orangers, bananiers, manguiers) ; de l’élevage, principalement de porcs dont les Asiatiques apprécient la chair. Pour réaliser ces entreprises, de vastes espaces sont nécessaires (quelques milliers d’hectares) qui pourront servir par la suite à l’octroi de concessions. Cet aspect est souligné le 10 juillet 1931 par un arrêté ministériel qui réglemente l’envoi en concession agricole des hommes en cours de peine inscrits à la première classe, c’est‑à‑dire « ceux qui reviennent au bien et qui méritent d’être favorisés » selon les critères de l’administration. Mais ce texte est resté sans application car l’effectif réduit ne permet pas de dégarnir les camps31. En fait, il en va différemment à partir de 1936 avec l’accroissement du nombre des libérés. Malgré tout, le sol d’argile rouge compacte du site de Saut Tigre nécessite d’y mettre des engrais et de le faire travailler. Cela est tenté avec des fortunes diverses.

2.3.1.2 Intégrer les bagnards à la Guyane : la libération

75L’arrêté réglementant l’attribution de concessions gratuites de terrains domaniaux aux libérés des eps ayant accompli leur peine date du 18 septembre 1936. Il annonce que le gouverneur accorde gratuitement à ces libérés, à titre provisoire, des concessions d’une superficie maxima de 25 ha. Ces concessions se trouvent à Sinnamary à proximité du camp, sur les bords du fleuve. On en dénombre treize de part et d’autre de la crique Commère, en face de Village Plomb. Le tiers du terrain, au moins, est défriché aux frais de l’administrateur. Le concessionnaire s’engage à mettre en valeur ce terrain par des cultures et des élevages de son choix et à y édifier son habitation, en bénéficiant d’aides fiscales, matérielles (outillage, animaux, grains), à la condition qu’il se soumette aux lois en vigueur.

  • 32 Une suggestion de Saut Tigre, en 1937, retient l’attention de l’administration. Il s’agit de l’élev (...)

76Cela coûte cher à l’État. Un projet de dépenses pour l’installation des libérés des eps à Saut Tigre prévoit en 1938 dix libérations pour un coût total de 25 000 F. Les activités professionnelles des libérés se répartissent ainsi : six cultivateurs, un journalier, un sampanier, un maraîcher, un commerçant ; quatre viennent de Crique Anguille à Saut Tigre (il y en aura 11 en fait). Ce projet prévoit pour chacun d’eux :
– la fourniture d’outillage (dix collections de neuf outils [sabre d’abatis, bêche, pioche, arrosoir, scie égoïne…]), à 170 F par individu ;
– l’achat d’animaux de petit élevage : une truie, quatre paires de volailles, à 235 F par individu32 ;
– l’achat de semences et plants divers, graines potagères, maïs, bananiers, choux de Chine, à 60 F par individu ;
– des fournitures diverses pour la construction de cases en matériaux du pays (cadenas, pointes, paumelles), à 70 F par individu ;
– la fourniture de la ration, pendant les six premiers mois de sa libération, à savoir 1 953 journées à 7 F ;
– les frais d’enregistrement et de timbre des titres de concession, à 50 F par individu ;
– des prévisions pour « améliorations et imprévus » : achat d’animaux, de semences et plants de qualité ; libération à la suite de mesures gracieuses ; hausse des prix (5 170 F).

  • 33 ADG, IX 88, 9 mars 1938.

77Pour assurer la réussite des plans d’intégration des libérés, il est prévu d’effectuer des expéditions vers Saut Tigre par le vapeur Tanon. En 1938, un télégramme‑lettre du gouverneur Veber au chef du secrétariat à la colonisation, à Cayenne, lui demande de faire savoir si 300 plants de bananiers peuvent être cédés à la circonscription du Centre, à Saut Tigre, par cession de la pépinière du Jardin botanique ou achat à des particuliers33.

78Concrètement, cela ne se passe pas toujours aisément. Par exemple, M.L. qui détient la concession no 4 à Saut Tigre obtient à sa requête le remplacement de ses instruments d’agriculture par des outils de menuiserie (valeur du matériel à acquérir : 463 F). Par ailleurs, les anciens détenus, peu sensibles à l’agriculture, lorgnent davantage vers les exploitations d’or voisines, vers Deux Branches et Adieu Vat : en 1938, trois libérés ont quitté Saut Tigre pour s’établir en amont de Deux Branches. Ils se livrent à la pêche, en vendent le produit, ont aménagé un abatis et y font quelques cultures vivrières. L’exemple de M.T. paraît significatif : matricule 14, titulaire de la concession no 3, il vient de Crique Anguille et arrive le 16 février 1937 à Saut Tigre, même s’il n’y est installé qu’en mars. Il met rapidement en valeur une partie de sa concession : 20 a de patates sont aménagés par ses soins. Ils fournissent 350 kg de légumes vendus tant à la compagnie des tirailleurs sénégalais que pour les besoins du pénitencier. Il possède environ 200 plants de bananiers et élève une trentaine de volailles. Tout comme d’autres, il a en revanche fait disparaître la truie qu’on lui avait confiée...

79En 1938, sur onze libérés, trois ont obtenu selon l’administration des résultats agricoles satisfaisants même si leur ardeur au travail s’est ralentie quelque temps, « conséquences de la propagande faite par M.H. venu de Crique Anguille ». Par ailleurs, il est permis aux libérés astreints à résidence obligatoire en Guyane de se rendre à Sinnamary ou à Cayenne, une fois par mois, pour une période définie.

80Pour Crique Anguille, nous avons d’autres précisions, plus négatives, comme l’écrit le capitaine Bureau :

  • 34 ADG. IX 88, 5 juillet 1937 et 25 octobre 1937, courrier de Souvant. Sur la réglementation des condi (...)

« Je ne crois pas que les libérés asiatiques auraient eu le désir de se fixer sur une concession agricole. En eux demeure toujours l’idée fixe d’un retour possible en Indochine et (…) ils préfèrent s’adonner à des industries n’exigeant pas leur fixation au sol, plus lucratives et d’un rapport immédiat d’autant que la proximité de Cayenne facilite l’écoulement de leurs produits34. » (doc. 13.)

Document 13
Compte rendu sur la situation des libérés de Crique Anguille

Source : extrait de ADG, IX 88, 25/10/1937.

J. SOUVANT, Administrateur, Chef du Poste Administratif de Crique Anguille

à Monsieur le Gouverneur du Territoire de l’Inini, à Cayenne.

Les libérés asiatiques des E.P.S. établis auprès du poste administratif de Crique Anguille sont logés dans des carbets individuels dont le type d’uniforme possède les caractéristiques suivantes : (voir fiche de renseignements jointe.)

Conformément à l’arrêté No 163 du 18 Septembre 1936 chacun d’eux a reçu une concession provisoire à titre gratuit et des avances non remboursables en outillage et en semences.

Ainsi équipés et aidés matériellement les libérés qui en plus ont été nourris gratuitement pendant 6 mois par le pénitencier, avaient toutes facilités pour mettre en valeur leur petit terrain mais aucun d’eux n’a défriché la moindre parcelle pour s’adonner aux travaux agricoles.

À leur décharge il faut reconnaître que le sol de Crique Anguille ne se prête guère aux cultures. La terre très aride est uniquement composée d’argile et si les cultures vivrières du poste ont pu donner un rendement assez médiocre, c’est uniquement grâce à l’apport d’engrais. Quoi qu’il en soit, même s’il était prouvé que la fertilité de la terre permettait des rendements de 45 tonnes à l’hectare pour les patates, de 40 tonnes pour le manioc, de 12 tonnes pour les ignames comme l’écrit le Capitaine g. bureau, je ne crois pas que les libérés asiatiques auraient eu le désir de se fixer sur une concession agricole.

En eux demeure toujours l’idée fixe d’un retour possible en Indochine et malgré toutes les recommandations employées, malgré tous les avantages qu’ils peuvent retirer des moyens qui leur ont été offerts, ils préfèrent s’adonner à des industries n’exigeant pas leur fixation au sol, plus lucratives et d’un rapport immédiat d’autant que la proximité de Cayenne facilite l’écoulement de leurs produits.

Sur les 12 libérés de Crique Anguille, l’un a été autorisé à tenir une cantine ; un autre était jusqu’à ces derniers temps employé comme aide‑mécanicien ; un troisième exmeneur politique au pénitencier a toujours refusé de travailler. Six font du charbon de bois et descendent chaque mois à Cayenne une moyenne de 350 à 400 sacs qu’ils vendent entre 7 et 10 fr.

Les matricules 15 et 19 confectionnent des planches et fournissent les gaulettes pour les barrages de pêche. La gaulette (6m50 de long et diamètre de base 0 m10 à 0 m15) est vendue 3f50 et les planches (4m00 x 0m30 x 0m05) entre 12 et 15 francs selon la qualité du bois.

Seul le Mle 22, vieux cambodgien trop faible pour s’adonner à des travaux demandant une certaine dépense d’énergie, fait de l’élevage. Il possède un courant d’une soixantaine de canards.

La présence des libérés à proximité du pénitencier ne favorise pas la surveillance car, très habiles dans l’art de se défiler, ces annamites restent en rapports quotidiens avec les travailleurs des équipes‑ Un contact étroit s’opère entre eux particulièrement pour le trafic d’alcool et pour la correspondance. La preuve en est dans la réception des lettres adressées aux transportés, la quantité remise officiellement ces derniers temps est dérisoire ‑à peine une douzaine par courrier‑ alors qu’au début de 1936 les bordereaux d’envoi mentionnaient 50 ou 60 lettres.

Dans l’état actuel des choses il est bien difficile de modifier le programme précédemment établi et correspondant au but de colonisation qui était un des motifs de la transportation indochinoise en Inini. Peut‑être y aurait‑il lieu :

1° – d’interdire à tout nouveau libéré (venant de l’A.P. ou des E.P.S.) de s’installer à proximité du pénitencier de Crique Anguille.

2° – d’appliquer strictement les règlements en sanctionnant de la peine prévue les libérés annamites arrêtés dans Cayenne et qui ne seraient pas munis de l’autorisation spéciale mentionnée par votre télégramme‑lettre No 609 du 28 Juillet 1937.

On éviterait peut‑être ou tout au moins on limiterait ainsi le trafic clandestin et délictueux qui s’opère dans les campements malgré l’activité déployée par le personnel de surveillance.

(signé) Souvant

  • 35 ADG, IX 88, 25 octobre 1937.
  • 36 Journal officiel de la Guyane française, no 16, 22 avril 1939, n° 25 du 24 juin 1939, n° 36 du 9 se (...)

81Une fiche de renseignements définit les caractéristiques de « l’immeuble destiné au logement de libéré »35. Un décret supprimera en avril 1939 l’obligation de résidence pour les indigènes transportés dans les Établissements spéciaux de l’Inini et condamnera sans doute, à court ou moyen terme, cette expérience. Par ailleurs, d’autres décisions d’une part interdiront les abords des pénitenciers spéciaux aux libérés, d’autre part, annuleront au total dix concessions provisoires à Crique Anguille et six à Saut Tigre. Celles‑ci feront retour au domaine36.

2.3.2 Le bagne au service de la collectivité

« Si tout le bagne avait produit autant que cette poignée d’Annamites, commandés il est vrai par des militaires de carrière, la Guyane serait maintenant dotée de centaines de kilomètres de routes, de champs immenses et nous n’aurions presque rien à importer. »

  • 37 CAOM, S0M 300 dossier 67, dans La Voix du Peuple, 26 août 193 (?).

82Ce commentaire élogieux d’Albert Darnal37 semble annoncer une réussite politique et économique à travers les objectifs d’isolement et d’avant‑garde de la colonisation. En une dizaine d’années seulement, les détenus annamites ont construit des campements, des ponts, des routes et collaboré largement à plusieurs travaux. Cette réussite leur aura coûté bien cher (fig. 69) !

  • 38 CAOM, série géographique Guyane, Inini 3-9, extrait d’un rapport non daté, signé Tournier.

« Le plus gros effort du pénitencier a été, indubitablement, les travaux de construction du pont de Saut Vata et de la route qui aurait dû rejoindre à la roche Léodate sur le Kourou, celle qui venait de Cayenne et Port‑Inini […]. Il n’y a pas de résultats effectifs utilisables actuellement. Et (cela a coûté) un très gros effort du personnel de direction et de surveillance et de la main d’œuvre pénale : décès par fièvre hémoglobinurique38. »

FIG. 69 – Bagnards annamites au travail dans les années 1935‑1945 (CAOM. agence des colonies, 1re série, Guyane 1, cl. 22).

CI. Archives Nationales, CAOM. Tous droits réservés.)

  • 39 CAOM, SG Guyane IN3 (9), note signée Tournier.

83Selon le chef du service de santé, « la fbh a été occasionnée par l’impaludation d’une part des Annamites, d’autre part, par le refroidissement produit par les travaux de piles du pont exécutés dans les eaux du fleuve, eaux très froides à cet endroit rapproché des rapides de Saut‑Vata ». Ces travaux sont suspendus en mars 1936, à la demande du service de santé bien que le commandant du pénitencier de Saut Tigre ait estimé qu’ils pouvaient être continués39.

  • 40 caom, H 2090.
  • 41 CAOM, H 2090, note du 20 août 1935.
  • 42 ADG, Drire 60.

84Les transportés asiatiques sont d’abord utilisés aux travaux des Établissements pénitentiaires spéciaux (tabl. xxxiii). Nous y reviendrons bien sûr. Ils peuvent également être mis au service du gouvernement, en tant que domestiques (hôtel du gouvernement, chalet du Bourda), voire employés aux travaux d’hygiène de Cayenne40. Des particuliers s’y intéressent aussi. Par lettre, en août 1935, M.P. Louys, exportateur en peaux de reptiles, demande des renseignements au département en vue de créer en Guyane et dans l’Inini une entreprise exploitant les produits de la chasse ainsi que les produits forestiers et de cueillette : balata, fèves de gaiac ou de tonka, feuilles de niaouli, fruits de palmistes, arbres à teinture et à produits tannants, lianes, etc. Il désire savoir dans quelles conditions il lui serait possible d’utiliser la main‑d’œuvre des condamnés asiatiques internés dans les eps41. La contribution de ces bagnards est surtout sensible dans la mise en valeur de l’hinterland guyanais : installation et entretien de campements, nettoyage d’abatis et du lit de la crique Tigre (cinquante Annamites, douze tirailleurs sénégalais, un sous‑officier européen)42 et construction d’infrastructures routières dans l’Inini, particulièrement au profit des entreprises d’exploitation aurifère de la région telle la sneav. Il s’agit, en l’occurrence, de l’édification du pont sur lequel la route venant de Crique Anguille traverse le Sinnamary, à Saut Vata, mais aussi du prolongement de la voie Decauville reliant Saint‑Élie à la crique Tigre (et au Sinnamary) par le Dégrad Saint‑Nazaire alias Gare Tigre.

TABL. XXXIII – Emploi de la main‑d’œuvre pénale au 11 décembre 1937.

MP/Afan

  • 43 Idem, d’après une note marginale « les travaux sont continués depuis quelques jours par un entrepre (...)

85Parmi les quatre projets de travaux de la sneav pour faciliter l’accès aux placers qu’elle exploite sur le Sinnamary (1, route Bordeaux‑Station/Eldorado ; 2, route reliant Gare Tigre à la route coloniale vers Tonate ; 3 élargissement et renforcement de la voie Decauville Saint Nazaire/Saint‑Élie ; 4, prolongement de la voie Decauville Saint‑Nazaire/Saint‑Élie le long de la crique Tigre jusqu’au Sinnamary), c’est le troisième qui a reçu initialement l’aide administrative sous forme de cession à titre onéreux des eps. Un arrêté du Territoire de l’Inini (no 112), en date du 16 août 1935, annonce qu’une corvée de cinquante hommes est mise à titre exceptionnel à la disposition de la sneav pour ces travaux de réfection. Elle est consentie moyennant la redevance de 11,50 F par homme et par journée d’emploi. La sneav doit en outre supporter les frais d’installation d’un camp. Cette équipe est prévue pour un emploi de trois mois. Par ailleurs, le pénitencier de Saut Tigre cède 50 m3 de madriers de bois dur au tarif (réduit) de 300 F le m3. Cela fait suite à une proposition du gouverneur en date du 22 juillet 1935, tenant compte du départ d’un contingent de cent hommes affectés provisoirement à Crique Anguille et de l’équipe fournie à l’ingénieur Amusant (effectif de Saut Tigre, environ 250). Les cinquante hommes, dirigés par un sous‑officier et des tirailleurs, referont une portion de 6 km en partant de Saut Tigre43.

  • 44 La livraison est prévue dans cinq ou six semaines ; un madrier de bois dur de 4 m demande environ 1 (...)

86La circonscription du Centre avait fourni auparavant à la sneav 600 plateaux de 4 m x 0,30 m x 0,06 m (soit plus de 40 m3) pour la transformation de la piste de Gare Tigre à Saint‑Élie (projet 4) « à condition que la cession ne gêne pas les travaux que le gouverneur compte entreprendre dès que possible vers Saut Vata »44. On aura même recours à un scaphandrier de l’administration pénitentiaire pour récupérer du matériel perdu à Sinnamary.

87Une autre demande de main‑d’œuvre de 100 personnes est effectuée au printemps 1936 par la sneav. Le 8 mai, le gouverneur Veber répond à son directeur que sa demande est excessive et rappelle l’arrêté ministériel du 7 mai 1931 limitant à 10 % de l’effectif des condamnés en cours de peine la cession de condamnés. Il est prêt, malgré tout, considérant l’intérêt de la société, à cette cession exceptionnelle en fonction de conditions de rémunération et d’assistance médicale. Deux jours plus tard, 45 transportés de Saut Tigre passent la visite médicale préalable à leur mise à disposition de la sneav pour la réfection de la voie ferrée reliant Saint‑Nazaire à Saint‑Élie. Veber demande des garanties :
– sur le nombre des travailleurs (45 prévus) ;
– sur le lieu où ils seront placés ;
– sur leur travail ;
– sur la durée de la cession (deux mois, avant une prolongation éventuelle) ;
– sur le cautionnement (prévu de 300 F par individu).

  • 45 ADG, Drire 60, courrier n° 98, fin mai 1936, arrivé le 30 mai 1936. CAOM, H 5184.

88Il reçoit une réponse officielle une dizaine de jours plus tard, laquelle confirme les termes énoncés par lui, tout en apportant des précisions : le détachement devra être divisé en deux, un premier groupe sera utilisé aux environs immédiats de Saint‑Élie (km 32, en partant de Gare Tigre) ; le deuxième groupe, de 25 hommes, sera d’abord employé aux environs du lieu‑dit République (km 24) puis aux environs du village Tonkin (km 28). Tous les hommes travailleront à la mise en état de la voie ferrée de 0,60 m de large reliant Gare Tigre au placer Saint‑Élie, et principalement à la réfection de ponts. Le premier groupe sera logé dans deux grands carbets pouvant recevoir chacun dix occupants. Un carbet de moindre importance sera mis à la disposition des tirailleurs d’encadrement. Le deuxième groupe sera logé dans les anciens carbets des bricoleurs qui ont abandonné la région depuis deux ans. Il existe plusieurs grands carbets en bon état à Tonkin (fig. 70). Le programme prévoit l’achèvement des travaux de première urgence pour fin juillet. La durée prévue de deux mois sera éventuellement prolongée pour permettre l’évacuation du gros matériel destiné aux installations futures, de parachever les travaux et de rendre la voie ferrée apte à supporter normalement le trafic intensif auquel elle sera soumise après l’achèvement des structures. Les horaires de travail sont fixés ainsi : le matin de 5 h 30 à 10 h 30 ; le soir de 14 h à 17 h 30. Dès réception de la lettre du gouverneur fixant la date à laquelle le détachement sera mis à la disposition de la sneav, un ingénieur sera délégué à Gare Tigre afin d’activer la mise en place des travailleurs et de fixer immédiatement le programme des travaux45.

FIG. 70 – Construction d’un carbet abri pour les transportés annamites dans les années 1935‑ 1945 (CAOM, agence des colonies, 1re série, Guyane 1, cl. 45).

Cl. Archives Nationales, CAOM. Tous droits réservés

89Les Annamites y travailleront effectivement du 11 juin 1936 au 28 juillet 1936, soit 1 644 h consacrées à la construction d’un grand pont en charpente de bois et au renforcement d’un grand pont de 50 m de long. Mais beaucoup d’entre eux vont souffrir, particulièrement du paludisme : 17 impaludés sur 55.

90Le 13 juillet, soit à deux semaines de la fin du contrat, le capitaine Huet rend compte au gouverneur des conditions dans lesquelles fonctionne la cession de ces 45 Annamites à la Société de Saint‑Élie : du 29 juin au 11 juillet, pose de sept travées du pont, dont le gros œuvre est terminé. Le poids approximatif des pilots est de quinze tonnes. Reste à effectuer la pose du tablier, qui sera assurée dans la semaine du 13 au 18 juillet. Il souligne les difficultés « assez grosses ». « Les pilots sont abattus à 1,5 kilomètre du chantier et les troncs qui pèsent 2 000 kilogrammes (soit deux tonnes) doivent être traînés au moyen de câbles d’acier rugueux. Par ailleurs, la mise en place des pilots est rendue difficultueuse en raison du manque de matériel de levage (treuils, chèvres). » Il n’y a eu aucun problème de ravitaillement, celui‑ci étant envoyé de Saut Tigre ; le service médical a été assuré par l’infirmier annamite et par le lieutenant‑médecin Richard. Le nombre croissant des patients, dû à des travaux assez durs exécutés parfois sous la pluie, ne leur paraît pas alarmant. Les gratifications ont été régulièrement distribuées par la Société de Saint‑Élie. Monsieur Lannuzel, des services civils, a visité les chantiers du 8 au 10 juillet en même temps qu’il mettait sur pied, à Saint‑Élie, les travaux nécessaires au recensement du placer. Enfin, le 12 août, le directeur de la sneav rend un compte sommaire au gouverneur de l’emploi de la main‑d’œuvre des EPS. Ce bilan rappelle la construction d’un grand pont à charpente de bois, long de 45 m, haut de 11,50 m, large de 2 m, avec l’emploi de 22 m3 de bois dont le transport a été rendu long et difficile par l’éloignement des chantiers d’abattage ; le renforcement d’un grand pont de 50 m de long, haut de 12 m, pour lui permettre de supporter des charges de 5 t entre palées. Pendant la durée de la cession, ont été distribués sous forme de gratifications tant aux Annamites qu’aux tirailleurs les produits suivants :
– 739 paquets de tabac Méfia ;
– 1,5 kg de viande de porc ;
– 110 kg de sucre ;
– 7 kg de confiture ;
– 1 boîte de lait sucré ;
– 1 boîte de sardines ;
– 18 paquets de cigarettes Méfia ;
– 5 kg de chocolat amer.

  • 46 ADG, Drire 60, 22 juillet 1937.
  • 47 ADG, Drire 60, 27 août 1937.
  • 48 ADG, Drire 60, 6 février 1936 ; cf. 2e partie, chap. 1.

91Un an plus tard, l’administration des eps n’est toujours pas dédommagée pour les travaux de cette main‑d’œuvre spéciale. Veber demande fin juillet au directeur de la sneav, client en l’occurrence de cette main‑d’œuvre, de payer au Trésor la somme de 29 044,23 F dont il reste redevable46. Fin août, il lui signale même qu’il ne peut accepter le mode de versement proposé47. Le 6 février 1936, M. Foissy, directeur de la société, demande à nouveau de la main d’œuvre annamite pour des travaux urgents, la mise en état de la route devant permettre de remonter le matériel pour la construction d’une centrale de 1 000 ch48.

  • 49 Journal officiel de la Guyane française, no 48, 27 novembre 1943, conformément à la décision 1244 S (...)

92Le pénitencier de Saut Tigre abrite assez peu d’hommes valides en 1939. Désormais en déliquescence, le poste de Saut Tigre existe encore en décembre 1941 et des décès d’Indochinois y sont enregistrés. La dernière activité effectuée en ce lieu paraît s’arrêter au début de février 1942, avec le départ du chef de la station radio électrique Bourguignon. Les condamnés en cours de peine sont sans doute transférés à Crique Anguille. Qu’advient‑il des derniers transportés libérés ? La dernière opération relatée en ce poste est le recensement du matériel, par une commission de deux membres désignés par le chef de la circonscription du Centre, fin 194349.

93Amorcée dès juin 1938 par la suppression de la transportation des condamnés aux travaux forcés, la liquidation des bagnes annamites se déroule à partir d’août 1944. Celle de Saut Tigre a lieu au mois de juillet 1945 (Adélaïde‑Merlande 1986 : 174‑176). À l’époque, l’effectif du pénitencier de Crique Anguille est de 120 personnes, dont 26 seulement sont disponibles : un effectif dérisoire pour servir la colonie. Ces hommes sont employés obligatoirement au déchargement de certains bateaux et ne peuvent plus travailler aux travaux agricoles qui fournissaient une partie de la nourriture des condamnés. L’objectif du gouverneur est de supprimer ce pénitencier et de confier les Annamites aux services pénitentiaires coloniaux, en conservant un certain nombre d’individus, à savoir 85, qui continueront à être administrés par des dispositions particulières (autonomie financière, nourriture différente, règles spéciales en matière de discipline et de justice) et seront si possible isolés des autres condamnés. Les impotents seront installés sur l’île Royale ou dans des camps de contagieux voisins ; les « travaux légers » seront installés à Cayenne, pour de petits travaux du pénitencier et, éventuellement, comme employés ; les disponibles resteront à Cayenne. Le matériel du camp sera ramené à Cayenne et cédé aux services autorisés ; les maisons démontables démontées ; les matériaux récupérables cédés au service des Travaux publics ; les meubles répartis entre les services intéressés, sauf le matériel nécessaire à l’installation des condamnés asiatiques ; le reste sera vendu sur place.

  • 50 CAOM, Affaires politiques, carton 2982, dossier 2, H 2090 et H 5118.

94Ce programme rentre immédiatement en vigueur, une équipe étant maintenue sur place jusqu’à la liquidation des jardins et des cultures en cours50. Concernant la suppression du bagne, le chef de la mission Guyane‑Martinique Lebegue résume ainsi son sentiment en septembre 1946 :

  • 51 CAOM, Affaires politiques, carton 2982, dossier 2, rapport du 20 septembre 1946.

« Mon impression d’ensemble est bonne ; la liquidation de cette institution se poursuit dans les conditions fixées par le ministre. Avec l’amenuisement continu de la population pénale, le bagne se transforme progressivement et à une allure croissante en un dépôt d’éclopés, d’infirmes et d’épaves. C’est pourquoi je me permets d’insister à nouveau pour la création de deux centres médico‑sociaux. Il reste à régler un point important : le choix de nouveaux lieux de détention pour les condamnés aux travaux forcés, question ressortissant au ministre de la justice, et le transfèrement en ces lieux des incorrigibles et individus dangereux se trouvant en Guyane (…). Le bagne a été largement humanisé au cours des deux dernières années. Ces mesures ont créé un état d’esprit jusqu’alors inconnu et un abaissement notable de la mortalité. Le bagne a continué de contribuer pour une bonne part à la vie économique de la Guyane, bien que le rendement de la main d’œuvre pénale soit de plus en plus faible51. »

95Le rôle de la presse américaine et française contre le bagne en général, celui de la presse indochinoise contre les bagnes annamites mais, plus largement, l’échec de la mission de ces bagnes ont causé leur fermeture ; davantage sans doute que les attaques sur les « manœuvres financières » réalisées en Guyane et en Inini par de grandes entreprises telle Schneider. Demain, il ne restera même plus de souvenir archéologique de celui de Saut Tigre. Que ces lignes et les archives servent au moins à honorer la mémoire de tous ceux qui ont vécu et souffert là‑bas, en particulier les Annamites.

96N.B.
Nous remercions cordialement Sylvie Clair, conservatrice au CAOM d’Aix‑en‑Provence, qui nous a permis d’accéder à certains fonds et Valérie Juillan qui a facilité nos recherches à ce sujet.

Notes

1 « À peu de frais » n’est pas une expression partagée par tout le monde. Cf. CAOM, H 2090, un article de la Tribune indochinoise, 19 mai 1933, rappelant celui de Maurice Printemps, dans la Revue d’outremer, 15 décembre 1932, qui dénonce une « véritable dictature de Wendel Schneider et Cie, en vue de leur livrer cet hinterland à l’instar du Katanga etc. » et le coût à payer par le budget de l’Indochine. Le territoire de l’Inini a été créé par décret le 6 juin 1930.

2 CAOM, H 2090, 20 octobre 1933, d’après les termes de la demande.

3 Idem.

4 caom, H 5118.

5 Idem.

6 Ibid.

7 CAOM, SG Guyane 148 IN3 (9) ; Crique Anguille avait succédé à Hermina, idem, 146 IN2 (13).

8 CAOM, H 5184, arrêté n° 135, 17 septembre 1934, signé Lamy, article 1.

9 CAOM, SG Guyane 148 IN3 (9).

10 CAOM, H 2092.

11 CAOM, SG Guyane 148 IN3 (9).

12 CAOM, H 5184 et H 2090. Journal officiel de la Guyane française, arrêté no 224 publié dans le numéro du 26 novembre 1938.

13 caom. H 2001, SG Guyane 146 IN 2 (13) et 148 IN3 (2).

14 CAOM, SG Guyane 148 IN3 (9).

15 CAOM, carton 300, dossier 68 ; SG Guyane 148 IN3 (9) ; H 2090.

16 CAOM, SG Guyane, carton 148 IN3 (9).

17 CAOM, carton 300, dossiers 67 et 68.

18 L’arrêté n° 158 publié dans le Journal officiel de la Guyane française du 10 septembre 1938 porte de 0,55 à 0,65 F par jour le montant de l’ordinaire de chaque tirailleur sénégalais en service en Inini.

19 Journal officiel de la Guyane française, 3 juin 1939, 7 octobre 1939, 22 février 1941 et 6 février 1942. Concernant le changement de chef-lieu de la circonscription du Centre, le médecin-lieutenant Le Guénédal, présent au poste de Sinnamary, est devenu le chef de la circonscription du Centre, peut-être dès novembre 1942. Il sera remplacé dans toutes ses activités par le médecin-capitaine des troupes coloniales Audemard, en décembre 1943.

20 CAOM, H 5118 et Ballot 1979 ; cf. l’article de Nguyen Phan Long dans la Tribune indochinoise, 19 mai 1933 ; et H 2092, dans l’Annam nouveau du 1er septembre 1938, « l’hécatombe des Annamites à l’Inini » : les protestations de la Ligue des Droits de l’Homme. L’auteur, H.T. rappelle les aspects politiques de la condamnation et cite une lettre de Félicien Challoye à un journaliste parisien « contre le régime affreux que subiraient nos condamnés politiques ».

21 ADG, IX 55, lettre-avion du 31 juillet 1936 : 78 dossiers sont joints.

22 CAOM, SG Guyane 148 IN3 (9), rapport Bourgeois-Gavardin et H 2092, document du 3 mars 1938.

23 CAOM, SG Guyane 146 IN2 (13).

24 CAOM, H 2092.

25 ADG, Drire 60.

26 CAOM, série géographique Inini 3-2, extrait d’un rapport d’inspection de Muller, 17 janvier 1934.

27 ADG, Drire 60.

28 CAOM, H 2092 et H 5184, 28 mars 1936, extrait d’un rapport relatif aux travaux de Saut Vata.

29 CAOM, H 5118, extrait d’une lettre de Pietri, du ministère des Colonies, au gouverneur de la Guyane, 27 août 1931.

30 CAOM, H 5118. Journal officiel de la Guyane française, 24 septembre 1938, 3 février 1940,14 juin et 13 décembre 1941.

31 ADG, IX 88.

32 Une suggestion de Saut Tigre, en 1937, retient l’attention de l’administration. Il s’agit de l’élevage de pigeons. Cf. ADG, IX 88, dossier approvisionnement.

33 ADG, IX 88, 9 mars 1938.

34 ADG. IX 88, 5 juillet 1937 et 25 octobre 1937, courrier de Souvant. Sur la réglementation des conditions de libération des transportés, se reporter notamment aux arrêtés no 222 du 10 décembre 1937 et no 153 publiés dans le Journal officiel de la Guyane française du 3 septembre 1938. Les libérés de Saut Tigre se rendant dans la région de Sinnamary ont droit à un séjour de cinq journées, avec quinze jours de délai entre deux séjours.

35 ADG, IX 88, 25 octobre 1937.

36 Journal officiel de la Guyane française, no 16, 22 avril 1939, n° 25 du 24 juin 1939, n° 36 du 9 septembre 1939.

37 CAOM, S0M 300 dossier 67, dans La Voix du Peuple, 26 août 193 (?).

38 CAOM, série géographique Guyane, Inini 3-9, extrait d’un rapport non daté, signé Tournier.

39 CAOM, SG Guyane IN3 (9), note signée Tournier.

40 caom, H 2090.

41 CAOM, H 2090, note du 20 août 1935.

42 ADG, Drire 60.

43 Idem, d’après une note marginale « les travaux sont continués depuis quelques jours par un entrepreneur et de la main d’œuvre spécialisée venue de Trinidad. M’en parler », 9 avril 1936, signature illisible. De tels projets remontent au moins à 1930. La Société de Saint-Élie explique alors qu’ayant son exploitation principale sur un affluent du Sinnamary, elle est actuellement obligée de faire franchir à son matériel deux rapides parfois dangereux. Elle a l’intention, pour éviter ces obstacles, de créer une piste qui prendrait naissance immédiatement en aval du premier saut et rejoindrait la voie ferrée qu’elle a établie entre Saint-Élie et Saint-Nazaire. Le gouverneur de la Guyane rend alors un avis très favorable, pour 100 h de cession de main-d’œuvre pénale à cette entreprise. CAOM, H 2091, 21 juin 1930.

44 La livraison est prévue dans cinq ou six semaines ; un madrier de bois dur de 4 m demande environ 12 h de travail ; il y a 14 madriers au m3 ; la valeur du m3 se situe entre 280 F et 300 F, d’après ADG, Drire 60. La réduction de l’effectif à 25 hommes au début de novembre, puis la suspension définitive de la cession dans le cours de ce mois s’expliquent par la nécessité de récupérer ce contingent pour l’employer à Saut Vata. CAOM, H 5184, arrêtés n° 161 et 165 des 12 et 21 novembre 1935.

45 ADG, Drire 60, courrier n° 98, fin mai 1936, arrivé le 30 mai 1936. CAOM, H 5184.

46 ADG, Drire 60, 22 juillet 1937.

47 ADG, Drire 60, 27 août 1937.

48 ADG, Drire 60, 6 février 1936 ; cf. 2e partie, chap. 1.

49 Journal officiel de la Guyane française, no 48, 27 novembre 1943, conformément à la décision 1244 SG/FI.

50 CAOM, Affaires politiques, carton 2982, dossier 2, H 2090 et H 5118.

51 CAOM, Affaires politiques, carton 2982, dossier 2, rapport du 20 septembre 1946.

Table des illustrations

Légende FIG. 44 – Localisation des trois Établissements pénitentiaires spéciaux (EPS).
Crédits OP del./Afan d’apr. La Guyane 1979).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42773/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende FIG. 45 – Camp pénitentiaire de Saut Tigre dans les années 1935‑1940 (CAOM, agence des colonies, 1re série, Guyane 1, cliché 50).
Crédits Cl. Archives Nationales, caom. Tous droits réservés
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42773/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende FIG. 46Projet de développement du poste administratif de Saut Tigre. Plan no 206 de Cassagnaud, établi le 15 septembre 1936. (ADG, fonds Drire, paquet 14).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42773/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Légende FIG. 47 – Plan du camp pénitentiaire spécial de Saut Tigre vers 1945.
Crédits OP del./Afan d’apr. Ballot 1979
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42773/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende FIG. 48 – Plan du bagne de Saut Tigre.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42773/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende TABL. XXVI – Comparaison de l’appellation des constructions entre les différents plans (topographique, Ballof, Amusant/Cassagnaud).
Crédits OP/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42773/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende FIG49 – Plan de la construction A « logement des officiers » (Ballof 1979 ; Cassagnaud 15/09/1936).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42773/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende FIG. 50 – Élévations de la construction A : a façade nord‑est, b façade sud‑ouest.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42773/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Légende FIG. 51 – Détail d’un volet de la construction A.
Crédits cl. archives SRA Guyane
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42773/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende FIG. 52 – Plan de la construction B « logement du docteur et pharmacie » (Ballot 1979 ; Cassagnaud 15/9/1936).
Crédits OP del./Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42773/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende FIG. 53 – Plan et élévation de la construction C.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42773/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende FIG. 54 – Prise de mesures de la construction C.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42773/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende FIG. 55 – Plan et élévation de la construction D « cachots » (Ballot 1979).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42773/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende FIG. 56 – Plan de la construction E « théâtre des transportés » et de la construction G « logements des transportés » (Cassagnaud 15/9/1936).
Crédits OP del./Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42773/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende FIG. 57 – Construction F, latrines : a plan, b élévations (1 côté nord, 2 côté sud, 3 côté est).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42773/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende FIG. 58 – Plan de la construction H « dépôt de marchandises » (Ballot 1979).
Crédits OP del./Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42773/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende FIG. 59 – Briques estampillées : a « A P » b « A ».
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42773/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende FIG. 60 – Plan de la construction J.
Crédits OP del./Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42773/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 5,4k
Légende FIG. 61 – Plan de la construction K • logement du docteur de Saint‑Élie » (Cassagnaud 15/9/1936
Crédits OP del./Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42773/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Légende FIG. 62 – Plan de la construction L « poste TSF » (Cassagnaud 15/9/1936).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42773/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende FIG. 63 – Plan de la construction M « dépôt d’affaires civiles, gendarmerie » (Ballot 1979), ou « logement de l’adjoint des services civils » (Cassagnaud 15/9/1936)
Crédits OP del./Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42773/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende FIG. 64 – Secteur N « le cimetière » (Ballot 1979), clôture en bois, élévations de la palissade du secteur est.
Crédits OP del./Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42773/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 9,7k
Légende FIG. 65 – Plan du cimetière (secteur N).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42773/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende FIG. 66 – Esplanade, structures A, B, C : a plan, b coupe transversale.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42773/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende FIG. 67 – Construction C, four : a plan, b élévation de la façade nord‑ouest.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42773/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende FIG. 68 – Construction J, four : a plan, b élévation de la façade sudouest.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42773/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende TABL. XXVII – Mouvement et composition de l’effectif pénal de Saut Tigre de 1934 à 1937.
Crédits MP/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42773/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende TABL. XXX – Chronologie du commandement du camp de Saut Tigre.* Yves Laporte, ainsi que M. Thomas, mineur à Village Plomb, Roger Jacque min et Yvan Botineau, sergents d’infanterie coloniale hors cadre, et Faustin Bourguignon, chef de station TSF, bénéficieront tous les cinq d’un témoignage de satisfaction, par décision du 29 décembre 1938, pour s’être portés dans la nuit du 26 octobre au secours de douze personnes victimes du naufrage de leur canot sur le Sinnamary (Journal officiel 14/01/1939 : no 2).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42773/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende TABL. XXXI – Chronologie des médecins du camp de Saut Tigre.* Par décision du 25 novembre 1939, le médecin Tasqué sera en outre chargé d’assurer le service d’assistance médicale des communes d’Iracoubo et de Sinnamary (Journal officiel 2/12/1939 : no 48 ; Journal officiel 25/01/1941 : no 4). Une présence médicale existe toujours à Saut Tigre en 1941 : remplacement de l’infirmier major de 2e classe Brénéol par l’infirmier de même grade Samson, par décision du 25 juillet 1941 (Journal officiel 2/08/1941 : no 31).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42773/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Légende TABL. XXXII – Base de l’alimentation des condamnés indochinois.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42773/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende FIG. 69 – Bagnards annamites au travail dans les années 1935‑1945 (CAOM. agence des colonies, 1re série, Guyane 1, cl. 22).
Crédits CI. Archives Nationales, CAOM. Tous droits réservés.)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42773/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende TABL. XXXIII – Emploi de la main‑d’œuvre pénale au 11 décembre 1937.
Crédits MP/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42773/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Légende FIG. 70 – Construction d’un carbet abri pour les transportés annamites dans les années 1935‑ 1945 (CAOM, agence des colonies, 1re série, Guyane 1, cl. 45).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42773/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 71k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search