Version classiqueVersion mobile

Archéologie et histoire du Sinnamary du xviie au xxe s. (Guyane)

 | 
Olivier Puaux
, 
Michel Philippe
, 
Régis Picavet

Partie 1. Formation, composition et environnement d’une colonie aux xviie et xviiie s

Chapitre 2. L’établissement d’une nouvelle colonie

Résumé

L'installation des jésuites au début du XVIIIe S. permet de rassembler les populations indiennes autour de leurs missions. Celle de Sinnamary est l'une des plus florissantes, jusqu'à sa disparition vers 1759-60. Dès cette date, nous pouvons suivre plus facilement l'évolution du bourg neuf de Sinnamary et les relations chaotiques entre les colons et les Indiens. Les échanges suivis de correspondances entre la métropole Résumé (ministère de la Marine et des Colonies, Choiseul) et l'administration locale (le gouverneur Fiedmond) permettent de bien appréhender les incompréhensions existant d'une côte à l'autre de l'Atlantique. La nouvelle colonie est à l'essai et fait, comme telle, l'objet de recherches, d'enquêtes et de rapports sur l'organisation du bourg, sur les relations avec les Indiens et les Noirs marrons (esclaves révoltés contre leurs maîtres hollandais) et sur l'implantation idéale pour des colons ... La vie se perpétue plutôt mal cependant parmi cette population hétérogène (repris de justice, immigrants canadiens fuyant les Anglais), aux cultures multiples: Créoles, Allemands, Français, côtoyant des Indiens de plus en plus distants. Ils développent une économie principalement agricole (culture du coton, garde des tortues), artisanale, où l'administration est très, voire trop, présente (police et sécurité de la colonie, hôpital). La vigueur démographique des Créoles supplante peu à peu la faible natalité des premiers colons blancs. L'arrivée dans les dernières années du siècle d'un contingent d'hommes politiques bannis par la Révolution (parmi lesquels de grands noms) et de prêtres réfractaires, fournit le seul contingent conséquent, mais tellement éphémère et dérisoire, à une colonie qui cherche toujours un idéal de vie au milieu du XIXe siècle.

Texte intégral

2.1 La colonisation de la côte et de la vallée

2.1.1 Les premières tentatives

  • 1 Un premier fort fut d’ailleurs construit à cette occasion, muni de 5 pièces de canon et d’une garni (...)
  • 2 AN, F3 Col. 213, fol. 105. C14‑1, 8 septembre 1665.

1En 1624, explique le docteur Artur, « quelques négociants de Rouen envoyèrent 26 hommes en Guyane qui commencèrent un établissement à l’embouchure du Senamari et deux ans après, une autre troupe à Conamama, 5 lieues plus au nord, mais elle n’eut pas de suite » (Artur xviiie s.)1. Une nouvelle tentative est marquée en septembre 1665 par la « prise de possession de Sinnamary dans la terre ferme de l’Amérique, par Anthoine de Noël et Samuel Picart, ecuyer sieur de Flavigny ». Pour marquer cette prise de possession, le premier fait célébrer la messe, planter une grande croix et arborer les armes de France et de la Compagnie des Indes occidentales, tirer par trois fois le canon et les mousquets, proclamer à diverses reprises Vive le roi, couper plusieurs arbres et allumer divers feux. Un fort est édifié à l’embouchure du fleuve, « du coté de Maroni » par la Compagnie des Indes occidentales, la côte de Sinnamary entre alors dans le domaine du roi de France2. Cette époque correspond à peu près à l’installation du père Grillet, premier supérieur de la mission jésuite de Guyane.

  • 3 AN, 2JJ19, carte no 39. Concernant le capitaine Trompette et son rôle en Guyane, se reporter au man (...)

2Au cours de son deuxième voyage à Sinnamary, en 1684, le père Jean de La Mousse s’attarde à décrire la population indienne de la région, même s’il ne s’aventure qu’à quelques lieues le long du fleuve, qu’il connaît par le récit d’un voyageur nommé Chrétien. Il nous présente plusieurs hameaux où les Indiens vivent en nombre, dans une paix endeuillée par la maladie. Une population jeune, à laquelle il donne les sacrements de l’Église, bien qu’il doive, à son départ, abandonner « 150 instruits suffisamment pour le baptême ». Une population fragile, en proie à des fièvres souvent mortelles, qui ne l’épargnent pas lui‑même. Revenu en 1690, il constate de nombreux décès depuis son précédent voyage. Il décrit en particulier la veillée autour du cadavre d’un « fameux » capitaine, Amoussi (ou Yamoussi), baptisé précédemment, comme deux de ses enfants, par des pères. Il s’agit d’une population christianisée, imprégnée par l’action des religieux, à commencer par « le plus fameux capitaine des Galibi » appelé Trompette, et qui se réunit dans une chapelle érigée par les soins du père. Malgré des relations plus anciennes et privilégiées avec les religieux portugais et français, les Indiens commercent aussi avec les colons et sont bien disposés à leur égard. Alors que le père de La Mousse adopte un nom indien (Aroucamono), l’Indien Manarou prend celui de La Ferté. La population des Galibis est établie en plusieurs groupes le long de la côte. Elle reste en contact avec des Indiens « du milieu des terres et du haut de la rivière Sinnamary » qui n’avaient jamais vu la mer jusqu’alors. Cette présence conjointe des Indiens de la côte et des montagnes, appelés aussi « Tounoïennes ou Galibi réputés sauvages », se confirme dans une carte établie en 1729 par d’Anville (La Mousse 1684‑1699)3. Les premiers établissements de la Compagnie des jésuites dans la région de Sinnamary, à l’exception de Icaroua/Kourou dans les premières années du xviiie s., seront plus tardifs.

2.1.2 La mission jésuite

3La colonisation de la région commence à Kourou et a pour origine les jésuites. Au xviie s., il est difficile de dissocier la population des deux bourgades de Kourou et de Sinnamary car l’activité des jésuites de la première s’étend jusqu’à Iracoubo, voire Organabo. De plus, Kourou sera en Guyane la base d’une nouvelle population d’émigrés qui renouvellera et fortifiera la population de sa voisine.

4Dès l’origine de l’implantation durable des jésuites en Guyane, leur puissance économique et leur dynamisme en font un pouvoir parallèle, hiérarchisé, en concurrence directe avec l’administration royale. Elle l’est d’autant plus qu’elle paraît aisément s’imposer aux populations indiennes auprès desquelles elle s’installe, alors que le pouvoir royal reste lui très soumis au ministère de Paris et très dépendant économiquement de la métropole. Durant ces années, alors que les missionnaires jésuites forment des structures économiques vivant en autarcie, notamment grâce aux plantations de la montagne Saint‑Xavier, près de Kourou, l’administration royale a du mal à s’organiser sur place et se montre dépendante de la métropole en ce qui concerne certains biens alimentaires, de la vaisselle et des outils, comme l’illustre l’état qui suit (doc 2). Cette dépendance économique demeure jusqu’à nos jours un caractère fondamental de la structure de la Guyane tout entière.

  • 4 Sur des aspects plus contemporains, se reporter à Mam‑Lam‑Fouck 1987.

Document 2
« Facture de marchandises propres pour le chargement d’un navire pour Cayenne (18/10/1723) »
Source : CAOM, DFC, carton 60, pièce no 474.

30 tonneaux de bon vin de Bourdeaux choisy
50 à 60 barils de bœuf frais d’Irlande
50 à 60 barils de farine de bon froment
25 barils de lard dont moitié sera en demi barils pour la commodité des habitants
200 pots d’huile dolive en petites cannes de terre tenant trois ou quatre pots chacune
400 livres de savon d’Alicante
1000 livres de bon beurre en petits barils tenant 25 à 30 livres chacun
2 barriques de bon jambon et langues seiches
30 barriques de sel
4 quintaux de lard à larder, préparé
2 barriques de fayence de toute espèce et surtout dassiettes
2 barriques de verres à boire qui soient partie grands
2 barriques de souliers tant pour homme que pour femme, cirez et de bonne qualité
2 barriques de chapeaux fort communs, pour les noirs, et une douzaine plus propres pour les blancs
600 pièces de ferrements, le tiers de haches, le tiers de serpes, le tiers de houées venant de Dieppe
2000 aulnes de grosses toiles autrement melly, ou de halle pour les noirs
100 petites chaudières de potain tenant depuis 4 pots de mesure jusques a huit
50 à 60 livres de café
10 livres de thé choisi et quelques porcelaines
50 caissons de bonne chandelle montée tenant chacun 25 à 30 livres
1 barrique de bon fromage
30 livres de poivre, 20 de giroffle, canelle et muscade
200 aulnes toile de Rouen de trois classes
25 pièces de toile de Morlaix et 40 de Quintin
12 pièces de toile de Laval
12 pièces de cotonine, 6 pièces de coton halende et 6 propres à coiffure
200 aulnes de grand brin
10 pièces de siamoise large, bleue et blanche quelques étoffes pour 6 habits d’hommes qui soient assorties de toutes garnitures dont 2 à boutons et bordées d’or ou d’argent autant pour femme de taffetas d’Angleterre et ras de Saint Maur
12 paires bas de soie pour homme et autant pour femme
4 douzaines de beaux bas de fil écreu pour homme
20 pièces de véritable indienne
12 pièces de coiffy commun et 2 pièces d’Hollande à petites rayes
1 douzaine de paires de mulles qui soient propres pour femme quelques rubans et quelque peu de dentelle dont la plus belle ne passera pas 6 livres l’aulne en France, de la soie de plusieurs couleurs
25 à 30 livres de gros fil de Rennes et 10 livres de fil fin, aiguilles assorties et épingles
20 chaudières de potain tenant environ 40 pots de mesure. Elles sont propres à cuire le rocou. Quelques casserolles de cuivre rouge, cuillères et écumoires à sucre
10 quintaux de clous de plusieurs longueur, dont les plus longs ne passeront pas 4 à 5 pouces et au besoin 15 à 20 milliers de carreau pour carreler les maisons et des futailles en bosse le tout ne doit pas dépasser 100 à 120 tonneaux pour un seul navire signé Gras.

2.1.2.1 La mission de Kourou

  • 5 Le père Lombard naît le 28 juin 1678 à Lyon. Il entre au noviciat le 3 novembre 1693. Il enseigne l (...)
  • 6 AN, C14‑6, fol. 197, 17 avril 1711, lettre adressée de Paris à Monseigneur.
  • 7 Il s’agit d’une lettre du père Lombard à son frère sur la mission de Kourou, 13 décembre 1723.

5C’est en 1709 que le père Lombard5 débarque au dégrad d’Icaroua. Un village indien se trouve à une lieue environ. C’est une période de prosélytisme euphorique auprès des Galibis et des Palikours. Dans une lettre d’avril 1711, un jésuite espère qu’avant un ou deux ans « tous les sauvages qui sont depuis Cayenne jusques a la rivière de Maroni seront bons chrétiens et fidelles serviteurs du Roy ». Pour cela, il faut de la peine et des moyens6. De fait, le père Lombard va se dépenser sans compter pour faire vivre et accroître la colonie de Galibis qu’il a prise sous sa protection, mais aussi pour la protéger des colons aux mœurs dépravées et trop enclins à exploiter les Amérindiens selon les jésuites. Vers 1715, le père Lombard s’installe à Kourou où il fait construire une église et une école. En 1723, les Galibis en forment la principale et la plus nombreuse « nation ». Ce peuple s’étend depuis Cayenne jusqu’à l’Orénoque, et même au‑delà, quoiqu’il y ait quelques autres nations mêlées. À Kourou, ils sont répartis dans deux villages (ou carbets) avec les capitaines Louis‑Rémi Tourappo et Valentin, ce dernier ayant succédé à son oncle, mort quatre ans auparavant dans un voyage « aux Amazones ». Il s’y trouve 250 personnes environ. Dans un autre carbet, des Coussaris sont venus, environ huit ans plus tôt, d’au‑delà d’Oyapock, à raison de trente ou quarante personnes ; il se trouve également une trentaine de Maraones et plus de cinquante Arouacs issus d’une mission portugaise. Beaucoup viennent à la mission d’eux‑mêmes, séduits peut‑être par l’aspect paternaliste et sécurisant des jésuites, mais on va aussi les chercher : deux ans auparavant, Lombard a ramené d’un voyage à Counamama et Iracoubo quatorze individus (Demontezon 1857 : 277)7. Cet établissement, établi selon le Dr Barrère sur les bords de la rivière, à une lieue de l’embouchure, compte plus de 500 personnes lorsque se développe celui de Sinnamary. Très rapidement, ce dernier parviendra à égaler son aîné.

2.1.2.2 La mission de Sinnamary

  • 8 Né en 1702, admis dans la Compagnie des jésuites en 1719, le père Matthieu de Caranave arrive en Gu (...)
  • 9 Arch. jésuites, F An 1, Inventaire des documents concernant les Antilles et la Guyane aux Archives (...)

6D’après un plan de Brûletout de Préfontaine, cette nouvelle mission se situe sur les bords du fleuve, en rive droite, à mi‑chemin entre la bourgade actuelle (ancien camp) et l’embouchure du fleuve (Michel 1989 : pl. 10). Elle a pour origine le père Matthieu de Caranave8. Fondée entre 1734 et 1741, placée sous le patronage de saint Joseph, la mission est mentionnée pour la première fois par le père Fauque en 1741. D’après une lettre du père de Villecombe, supérieur des jésuites à Cayenne, l’état de la mission des jésuites en Guyane s’établit au 16 mai 1742 comme le montre le tableau iii. On le voit, même si les chiffres donnés semblent plutôt approximatifs, les jésuites revendiquent toute la population de la Guyane9. Quelques années plus tard, M. Metterand estime la population entre 500 et 600 personnes. La mission de Sinnamary égale celle de Kourou, elle‑même guère inférieure à celle de Cayenne (Demontezon 1857 : 148).

TABL. III – Répartition géographique des jésuites en Guyane en 1742.

MP/Afan

7Le Dr Artur évoque aussi le souvenir de la mission, dans l’année 1744 (et non 1745, comme cela a été copié et recopié par erreur) :

« Les Jésuites avoient une autre mission a peu pres de la même force [que celle de Kourou] a dix ou douze lieues de courou, à l’embouchure de la rivière de Senamary. Elle étoit toute composée de Galibi et semblable au reste a celle de Courou. Les Jésuittes l’avoient formée comme celle‑cy à leurs frais, mais le père Lombard, comme nous l’avons remarqué, avoir obtenu depuis une pension de mille livres, comme les curés de la colonie, au lieu que le missionnaire de Senamary fut toujours a la charge de sa compagnie. Ces deux missions perdirent à l’arrivée de la nouvelle colonie qui prit poste dans ces deux endroits et obligea les Indiens, qui ont de bonnes raisons pour n’aimer point le voisinage des Européens de chercher des retraittes ailleurs. » (Artur xviiie s. : livre VIII, an. 1714.)

8On l’a compris, la réussite de cette mission doit, comme celle de Kourou, à la personnalité de son créateur mais profite de la présence d’un fort contingent de population galibi. Son échec résulte du fait qu’elle ne bénéficie pas d’autant de privilèges que sa voisine et qu’elle va souffrir en premier du changement de la politique royale à l’égard des jésuites.

  • 10 Le père O’Reilly naît à Ardeath (Meath) en Irlande le 10 décembre 1719. Il entre au noviciat de Mal (...)
  • 11 Préfontaine signale la reconstruction d’une deuxième mission en 1746. AN, F3 289 (22). La première (...)
  • 12 AN, C14‑15, fol. 6, 22 février 1731, lettre de Lamirande à propos du père Lombard. Manteque : grais (...)

9Nous n’avons pas d’autre document sur les années précédant la fin de la mission. Elle est desservie à partir de 1752 par le père O’Reilly10, de la mission de Kourou (tabl. iv). D’après Hurault, elle est la première supprimée, en 1759 ou 1760. Elle ne compte alors plus que 110 personnes. Les Indiens de Sinnamary demeurent administrés par le missionnaire de Kourou, qui s’y rend plusieurs fois par an et tient à jour le registre des baptêmes, mariages et sépultures (Hurault 1989 : 62)11. Fusée‑Aublet, à la fin de 1762, est le premier à la décrire alors qu’elle est abandonnée depuis près de deux ans : « Il n’y a point trace d’établissement ; les bords du rivage sont couverts par des palétuviers ; l’intérieur par la forêt ; l’église et le grand presbitère avec une dépendance en magasin considérable sont même attenant les grands bois. L’on ne voit donc que quelques carbets cachés dans les broussailles où se tiennent les indiens qui servent à la chasse et à la pêche considérable que MM. les Jésuites font. » Il évoque l’église en mauvais état, une belle maison pour les missionnaires, « toujours dans la position avantageuse d’être les maîtres de la rivière », le magasin où on trouve sucre, café, lait, manteque12, poules, riz, et les dépendances, un petit troupeau, une basse‑cour et un colombier. Comme il est en délicatesse avec les jésuites de Kourou du père O’Reilly qui le surveillent, c’est « en douce » qu’il visite certains appartements. Il y trouve des boussoles de toutes grandeurs, des instruments pour prendre hauteur, pour mesurer les terres, des brouillons de « routes », dont un traite de la source de l’Oyapock, les noms de nations indiennes, les plans et profils de vastes bâtiments, faits à la plume et au crayon ; une quantité de grages à manioc, couleuvres, pagayes, pagaras pour Surinam. Et il mentionne, toujours, le grand nombre d’Indiens restés sur place (Fusée‑Aublet 1762)12.

TABL. IV – Desserte de la paroisse de Sinnamary, d’après les registres d’état civil

MP/Afan

  • 13 Fusée‑Aublet laisse entendre que le supérieur de la mission de Kourou, le père O’Reilly, se livrera (...)

10Le rôle des jésuites est controversé et assez diversement apprécié selon le parti qu’on adopte. Ils cherchent à éduquer les Indiens dans une religion qui leur est totalement étrangère et les forcent à vivre en autarcie. Ce système les tient éloignés des colons, des maladies qu’ils propagent, et d’une forme d’exploitation. Cela étant, les jésuites maintiennent les Indiens dans leur propre exploitation et exercent une pression morale sur eux, en plus de l’exploitation matérielle de leur main‑d’œuvre. Leur rôle semble devenir plus politique dans les dernières années du xviiie s., sous la pression d’une administration de plus en plus hostile, mais peut‑être aussi grâce à leur réseau mondial, organisé et puissant. Fusée‑Aublet rapporte plusieurs exemples de la rigueur des jésuites à l’égard des Indiens et des Noirs (doc. 3). Le père Caranave est mis en cause pour avoir déchiré dans l’église, le jour des Rois, le tablier d’une domestique « car il ne vouloit pas que les negresses soient si belles ». Le botaniste reprend les accusations des capitaines Mayac et Augustin contre le père O’Reilly pour avoir exercé des pressions morales et physiques sur les Indiens « par jalousie des rapports que ceux‑ci pouvaient avoir avec les blancs ». Et de citer plusieurs exemples : « Il a pris la pirogue de Teni et l’a vendue. Il a brûlé lui‑même la maison de Zakari, capitaine, avec tous ses effets. Il a pris à Aimé son cotton, son coffre et brûlé son carbet. Il a mis Simon aux fers et l’a fouetté. Il a fouetté Benjamin lors de la messe. Il a brûlé la maison de Sopé. Lui faire tout cela pour nous venir son esclave parce que nous aller servir blanc à Cayenne et habitation. » Ce ne sont pas des accusations à la légère. Zakari, Sopé voire Teni (Tony, Theugni ?) sont des capitaines connus et estimés. Seule la mise en cause directe du père dans ces crimes peut prêter à caution. Mais elle émane de deux des plus prestigieux capitaines indiens... Quant à Fusée‑Aublet, il impute à cela la fuite d’Indiens vers le Maroni, à la fois frontière politique et barrière naturelle (Fusée‑Aublet 1762)13.

Document 3
« Voyage de Senamary par le Sr Aublet en Octobre‑Novembre 1762 »
Source : copie CAOM, DFC, carton 60.

Je partis du quartier d’Oyac pour me rendre a Cayenne le 27 septembre 1762, de chez Me la Vve Bertier ou je venois de verifier que la mine pretendue de mercure étoit une chimere. J’y arrivai le même jour.

Quoi que mes jambes fussent encore malades et mes playes a peine fermées, je communiquai a Mrs Beague et Morisse le projet que j’avois d’aller à Marony, de remonter ce fleuve et de pénétrer par la au Camopi. Ils se porterent a favoriser mon entreprise, et vue la quantité de papier, d’armes, deffets qui metoient nécessaires, on commanda un equipage d’Indiens de Courou pour venir prendre mon bagage ; je devois y aller par terre, ils voulurent que je menasse avec moy le mulatre Jeannot.

Le P. Le Juste Jésuite missionnaire d’Oyapock, alors a Cayenne, instruit du projet qu’il parut approuver, s’offrit de m’accompagner jusqu’à Courou. J’ai eu lieu de juger depuis que ce n’etoit pas pour me procurer des facilités. Je n’ai pû scavoir si luy ou le supérieur des Jesuites avoient ecrit a Courou pour empecher que je ne pusse être en liaison avec les indiens, la suite me l’a fait croire, mais le P. Orely missionnaire de Courou manda quil ny avoit point d’indiens et envoya ses negres et sa pirogue, il est vrai quelle etoit comble de marchandises. Je laissai pour garder mon bagage, mon negre, et Silvain petit mulatre que j’avois amenés tous deux de l’Isle de France.

Nous partimes le 10 octobre a cinq heures du soir et le landemain 11 nous nous mimes en route à pied deux heures avant le jour. Le P. Le Juste, malgré les représentation (sic) de Jeannot voulut être nôtre guide, et nous fit faire 4 ou 5 lieues de plus, sous pretexte, nous dit‑il après, de vouloir s’instruire : mes playes se rouvrirent, nous arrivames a midy chez Me de Prefontaine qui nous donna des cheveaux pour aller coucher chez Mr Grossou conseiller. Il avoit la fievre, nous y restâmes juqu’à ce qu’il fut gueri. Le P. le Juste, moins inquiet de ma santé, me proposoit aller courir la campagne, Je moccupay a me mettre en etat de pouvoir marcher, ce que je fis en delaiant quelques grains de sublimé corrosif dans de la chaux que je trouvai par hazard, et en m’en frottant les jambes.//

Ce fut là que je fus etonne de retrouver mon negre a qui j’avois défendu de quitter mon bagage. Dès qu’il avoit été debarqué, le P. Orely me l’avoit renvoyé sous pretexte qu’il y avoit pas de quoy le nourrir. J’ai scu que le Pere avoit visité mon bagage, mais il ny avoit ny note ny journal.

Nous continuames notre chemin le 17 au matin, nous nous trouvames au jour tombant a l’entrée d’une forest de trois lieues qui appartient aux Jesuites. Nous la traversames au milieu des broussailles et de palmistes epineux, a 9 heures du soir nous traversames la riviere de Courou pour arriver a la mission. Les negres coucherent dans la forest.

Sans entrer icy dans un detail circonstancié sur cette mission en général et sur ses dépendances je ne ferai que quelques observations.

Par l’emplacement qui a été choisy on est maître de la rivierre.

Quelques carbets cachés dans les broussailles sont la retraite des indiens employés a la chasse et a la pêche.

Le missionnaire est un commandeur qui fait valoir une habitation.

J’ai vu dans le magazin plus de 4000 £ de poisson salé ou boucané ainsi quune grande quantité de gibier. C’est là une des branches de leur commerce avec Surinam.

Un bruit etonnant que j’entendis dans une chambre fermée, me donna la curiosité de scavoir ce que ce pouvoit être. Une esclave y entra, je la suivis, je trouvai la chambre tapissée de cages de peruches. Le P. Orely m’y surprit : c’est, dit‑il madame la gouvernante de Surinam qui ma demandé des perruches ; j’attend que quelque indien ait envie de s’y aller promener pour les luy envoyer. Nous avons par là des nouvelles des differentes affaires du temps que nous communiquons a Mr le Gouverneur. Nous nous rendons utiles tant que nous pouvons. Je parus tout croire, nous sortimes ; l’esclave fut battüe. C’etoit une indienne d’Oyapock que les jesuites ont forcé dépouser un de leurs negres de qui elle a eu trois filles et un garçon. Je dis au Pere, Voila une indienne qui a des enfans négres. Vrayment, dit‑il, nôtre supérieur général a bien grondé de ce mariage.

Je comptois, dès Courou, commencer mes recherches, visiter les terres, remonter la rivierre. Le P. le Juste s’y opposa d’abord en ne me quittant pas, et puis en me proposant// d’aller pour quinze jours sur la montagne de Courou, a leur habitation, a une lieue de la mission, ou je pourrais satisfaire mon goût pour la botanique. Je voulois y aller par terre il me promit que ce serait au retour. Le séjour de quinze jours se réduisit a deux, et je nétois jamais seul : les indiens avoient ordre de ne point paroitre ; j’en trouvai par hazard qui se baignoient dans un ruisseau ; des qu’ils m’eurent apperçu ils prirent la fuite. Je ne pus obtenir le retour par terre ; j’aurais vu des plantations de magnoc et des carbets d’indiens, mes jambes furent le pretexte du refus.

J’insistois toujours pourvoir des indiens dans l’intention de m’arranger avec eux pour continuer mon voyage, je ne trouvai point dans le P. le Juste l’effet des promesses qu’il m’avoit faites a Cayenne, le P. Orely plus hardy m’assura que je n’en trouverais point, que des qu’ils voyoient un blanc, ils craignoient qu’on ne les menât en corvée, qu’au surplus ils n’avoient rien a leur commander etc.

Au bout de 3 ou 4 jours le hazard m’en fit rencontrer cinq je leur proposai de me mener a Senamary. Ils me repondirent Si mon pere Orely le veut, nous irons avec toy, je le dis aux missionnaire et luy parlai assez ferme. Le P. s’adoucit, et daccord avec le P. le Juste me proposa de me faire conduire a Senamary par ses propres négres, ajoutant qu’il y avoit la beaucoup d’indiens et qu’il me donnerait la liste des chefs. Je m’adoucis a mon tour. Ils me prierent alors d’ecrire a Mr le duc de Choiseuil en leur faveur, et combien ils se prêtaient a ce qu’ils desiroit.

Malgré cette espece de reconciliation et les offres de service que le P. Orely me faisoit de tout ce qui etait dans ses magazins, il avoit donné ordre de me tout refuser, mon negre et son camarade Silvain vivoient d’industrie. Ne perdant point de vüe mon projet, je feignis de ne m’en point apercevoir.

Ce fut alors qu’ils me proposerent de remonter une des branches de la Rivierre de Senamary, d’aller jusqu’à Manné et de descendre a Marony. Le P. le Juste partit pour retourner a Cayenne, il avoit rempli sa mission. Le P. Orely etait instruit des mesures qu’il avoit a prendre et elles n’etoient pas// comme on le verra a mon avantage, j’ecrivis par luy a Mr Morisse pour qu’il menvoyât de nouveaux effets de traite, en consequence du nouveau projet, mon dessein étant de passer tout le mauvais tems avec les sauvages. Ce fut le P. Orely qui me dicta la quantité et la qualité des effets necessaires. Je ne devois point partir de Courou que je n’eusse receu la reponse.

Aussitot apres le depart du P. le Juste, le P. Orely mamena 20 indiens pour me conduire a Senamary a condition qu’ils iroient se faire payer a Cayenne : ainsi sans que je pûsse en deviner la raison les premiers obstacles qu’on mavoit opposés disparurent. Je cherchai pendant mon séjour a Courou de gagner et de sonder les missionnaires. Je choisissois le tems de la table qu’il ne haïssoit pas. Je fis tomber la conversation sur ce qui se passoit en france par rapport a eux, il m’avoua qu’ils etaient embarassés, que si on les rapelloit, il iroit a Surinam ou il serait accueilli de Mde la Gouvernante, que de la il passeroit dans son pays ou la religion catholique venoit d’être authorisée (nota il est Irlandois). Il ajouta le P. le Juste est profès, je ne le suis pas, il m’a dit les mêmes choses que vous ; il a vendu sa grande pirogue 2000 £ : laissez le faire, il se fera un trousseau ; Je voudrais que ces fêtes il restât a Cayenne, j’irois le joindre pour me concerter avec nos peres, il est bien juste que nous ne partions pas les mains vuides. J’approuvai tout, et pour massocier sa confiance, jécrivis une lettre que je lui donnai à lire, par laquelle independamment d’autres détails je reprochois d’amitié au P. le Juste de ne m’avoir pas fait part de ses projets que le P. Orely mavoit communiqués, et que je m’offrais de lui rendre les services qui dependraient de moy. Il ne repondit pas a cet article de ma lettre, il m’annonça les secours de Mr Morisse, feignit de me plaindre d’aller ainsi vivre avec les sauvages et se fit un merite d’avoir demandé par interest pour moy qu’on m’envoyât le nommé La Forest, homme ferme, accoutumé a commander à des indiens pour qu’il m’accompagnât : cela me fut un peu suspect, il mavoit vanté// plusieurs fois la fidélité de Jeannot que Mss Beague et Morisse m’avoient donné, et il m’avoit asuré que les indiens étaient de bonnes gens dont je me trouverais fort bien, et dont quelques uns parloient françois.

Je reviens au Pere Orely, qui ne se gênant plus avec moy, me tenoit a toute occasion des discours si indécens que je craindrais de les repeter, tant contre les Parlemens que contre la Cour et les Ministres. Je m’apperçus pourtant que ma présence le gênoit. Il aurait voulu être a son habitation le fouet a la main pour faire travailler ses negres jusqu’à onze heures du soir. Sans m’en prevenir, il fit avertir les indiens qui devoient me conduire, ils arriverent, je les fis attendre, au bout de deux Jours, ils s’impatienterent par ce qu’ils consommoient leurs vivres : il fallut partir sans avoir eu la reponse que jattendois de Cayenne.

Je m’embarquay le 28 Octobre dans la grande pirogue du P. Orely. Il en avoit la veille remplacé les voiles par une seule d’une pirogued a pêcheur et ne l’avoit pas fait pour me faire plaisir a ce que j’imagine : nous courîmes le risque d’être submergés par des lames qui sont terribles sur cette côte, etant obligés d’aller contre les vents, les courans et la marée : nôtre gouvernail fut brisé, et nous nous sauvales dans une anse a vase, ou la mer est ordinairement plus tranquille.

Je dois observer que le P. Orely avoit fait embarquer avec moy son negre Joseph, qui parloit indien, sous le pretexte d’aller a Senamary aider a un autre negre nommé Jacques pour planter du ris. La pirogue ne fut pas plus tot assurée, que Joseph se hâta de débarquer ses effets de traite et se disposa a partir quoique ce fut a l’approche de la nuit cette impatience me donna a penser, je le suivis avec deux indiens ; il voulut m’en empécher en me representant la Crique de Paracou qu’il falloit passer a la nage, comme très dangereuse : je persistai, et nous passames, a une heure de nuit, a 7 heures du// soir, la crique a mer basse, avec de l’eau jusqu’à la moitié du corps. Dela nous cotoyames la mer jusqu’à neuf heures que nous coupames la pointe de sable formée par la Rivierre de Senamary et la mer.

Les moustiques nous forcerent de nous approcher de l’anse, et sur des piquets nous tendimes nos hamacks, nous y passames la nuit sans manger et sans boire faute deau. Au point du jour je suivis un sentier qui me conduisit a une espece de mare remplie d’eau saumatre dont je fus trop heureux de pouvoir profiter avec quelques citrons.

Nous partimes pour aller a la mission, Jacques, qui pêchoit, arriva aux cris de Joseph. Celuy cy lui dit en son langage ; le P. Orely te defend de donner a ce blanc, sucre, caffé, lait, manteque, poule etc. excepté un peu de ris qu’il lui a promis, et pas beaucoup, je nen perdis pas un mot. Jacques sen apperçut et dit a Joseph ; nous parlerons la haut, Blanc nous écoute. Je scavois, a la verité, assez du langage creole pour l’entendre et en consequence de l’ordre on me refusa tout.

Les indiens arriverent sur les onze heures du matin avec mon bagage. Les negres voutaient m’engager a faire transporter mes effets a la mission, je defendis de rien debarquer. En parcourant les chambres je trouvai des niveaux, des boussoles, des instrumens a prendre hauteur, a mesurer les terres ; des brouillons de routes, dont un traitait de la source d’Oyapock, d’Yrapeu ; des plans de differens lacs et rivierres mais en trop mauvais ordre pour etre utiles a dautres qu’à celui qui les avoit faits : je crois aussi plusieurs effets qu’on destinoit pour Surinam.

Les indiens firent difficulté de remonter la rivierre. Le P. Orely le leur avoit defendu. Un coup de tafia les détermina. Et le 29 a une heure après midy, la marée étant bonne, nous nous mimes en route, nous relachames// a un carbet sur les cinq heures, nous repartimes a minuit pour proffiter de la marée et nous arrivames au jour chez le capitaine Mayac qui est a trois lieues, c’etoit le 30.

J’avois voulu devancer le negre du Jesuite, il m’avoit vu partir a regret, et ne laissant a la mission, aucun de mes effets dont il sétoit flatté peut être de profiter. Je me defiois toujours et du jesuite et de son negre : arrivé chez Mayac, je commençai par regaler ses gens, je pris a mon service deux indiens de Courou dont l’un se nommoit Augustin. Je fis lire l’ordre de Mr d’Orvilliers ; Mayac qui scavoit un peu de françois le traduisit a ses indiens. Je dis alors a Mayac je veux connoitre ta femme et tes enfans ; il les amena ; je leur fis present de boucles d’oreilles, de bagues, tabatieres, rubans, etuis et autres merceries qui m’appartenoient ; et je m’en trouvai bien dans la suite. Je fis plus ; je donnai a Mayac au nom du Roy un fusil et un sabre en lui disant que tout ce qu’il me fournirait luy serait payé, que le Roy scavoit recompenser ceux qui le servoient bien. D’autres indiens vinrent, je leur fis de petits cadeaux.

Pour m’attacher d’avantage Mayac, je deposay chez lui tout mon avoir a l’exception de la munition et de mes papiers que je gardai dans mon carbet.

La Pirogue qui m’avoit amené redescendit la rivierre le 30 : jécrivis par elle a Mr Morisse. Le meme jour plusieurs indiens vinrent a moy et me promirent de me conduire en 15 jours a Manné, ils prirent avec Mayac, Augustin, et moy des arrangemens pour faire des vivres. Tout sembloit devoir reussir, le jour du depart etant fixé au 1er dimanche du mois de Novembre.

Je me mis en marche au travers de la forest. j’allay ainsi pendant//cinq jours : le tourment des insectes me fit revenir sur mes pas. Je fus étonné de voir a mon lever Mayac avec sa canne, et Augustin avec ses gens me preter serment de fidelité ; le 1er me dit qu’en vertu de la canne que le Roy luy avoit donné, il ne mabandonneroit pas, et qu’on ne me ferait aucun mal ; qu’il ne croyoit pas ce qu’on lui avoit dit, qu’il ne ferait pas ce qu’on lui avoit conseillé et dont on l’avoit pressé. Mais ajouta t il Tu niras pas a Manné, les indiens sont epouvantés ils n’ont point fait de vivres.

Je le fis expliquer il me dit alors. Le P. Orely nest pas bon, c’est un méchant. Joseph et Jacques ses negres sont venus nous dire de tabandonner, que tu nétois ny negre ny chretien, que nous allions gagner malheur avec toy. Jai repondu que tu etois bon blanc, que tu nous faisoit manger avec toy, que tu nous donnois tout quelque chose, et que tu ne battais pas nos enfans. Le P Orely n’est pas content, petit blanc, toy venir nous voir.

Il majouta ensuite, Joseph et Jacques ont passé chez Capitaine Mathias, lui dire que sous pretexte de fleurs, d’oziers, tout quelque chose qu’on n’avoit jamais vu un homme comme toy vivre dans les bois, ne pas entendre la messe, que tu avois ordre d’examiner nos abbatis, nos plantages, nos carbets, nos femmes, nos enfans, si nous etions beaucoup ; quensuitte venir soldats avec navire de France pour nous mener esclaves du Roy. Tous indiens de la Rivierre sont en colere et ont grand peur.

Je me recriai sur une pareille perfidie, au desespoir de me voir arreté en un aussi beau chemin, je les rassuray sur les projets qu’on m’attribuoit, je cherchai a me rassurer moy même, je sentois bien que ma vie n’etoit pas trop en sureté. Mais par mes dons, par ma façon d’etre avec eux, je les avois heureusement prevenus pour moy, je les assurai que le Roy vouloit que les// indiens fussent libres comme les blancs, et payés quand ils travailloient etc.

Le 7 Novembre une Pirogue armée d’environ 30 indiens fut a Cayenne s’informer du P. Rouelle superieur des Jesuites s’il etait vray qu’on voulut les rendre esclaves. Mayac me dit bien qu’une Pirogue alloit a Cayenne sans m’en dire le sujet, et me proposa décrire, décrivis a Mr Morisse de supprimer l’envoy que j’avois demandé, et de le faire rentrer dans les magazins du Roy, n’osant pas l’instruire du fait par une lettre, et pretextant la rigueur de la saison.

Les indiens passerent a Courou pour s’informer du Patron qui m’avoit conduit a Senamary s’il avoit entendu parler du dessein qu’on avoit contre eux.

Malgré mes craintes et mon chagrin, je voulus aller en avant. Je fis former a Mayac un equipage avec les vivres necessaires ; je laissai mon petit mulatre convalescent chez lui ainsi que mon bagage et mon negre pour les garder. Nous montames pendant dix jours la Rivierre, Augustin nous quitta le 6e pour aller a Courou prendre de nouvelles connoissance avec son Capitaine, il me rejoignit a mon retour chez Mayac mais auparavant j’avois eu beaucoup a souffrir et surtout a nôtre dernier campement. Cétoit sur un Islet de sable ou les impressions des pattes de tigres etoient recentes et très abondantes. La fievre avoit pris au capitaine, à son enfant, à Jeannot, Je n’en fus pas exempt, je fus le plus maltraité ; des foiblesses, le delire, tout m’annonçoit la mort. Il fallut renoncer au voyage et rebrousser chemin, j’arrivay le 23 chez Mayac, d’où avec mon petit mulatre aussi mourant je me fis conduire a Senamary, je n’y trouvai aucun secours, tout my fut refusé, j’obtins pour 3 £ du negre du P. Orely une mechante poule pour faire du bouillon, je membarquay le landemain. La mer dans cette saison fait trembler, nous fumes plusieurs fois dans le plus grand danger, nous relachames a la faveur d’une anse. On me fit un auvent de la longueur de mon hamac avec des feuilles d’aloes pitte. La playe très forte dura toute la nuit. Le landemain au risque cent fois d’etre submergé nous entrames dans la Crique de Corouobo a 4 lieues de Courou. Il fallut// dans létat ou j’etais, traverser 600 pas dans des vases Jusqu’au genous ; un peu de vin que j’avois me soutenoit contre des foiblesses très frequentes. Nous arrivons a Courou, le P. Orely etait a Cayenne, ses negres me refuserent encore tout, ils voutaient m’enlever Jusqu’à la bougie qui m’eclairoit pour ecrire a Mr Morisse.

Je voulois me reposer a Courou, mais le nommé St Jean soldat de la Garnison, qui nous avoit servi de patron depuis chez le Capitaine Mayac, s’y opposa formelement, il me dit vous n’êtes pas bien icy, il y a plus de danger que vous ne croyez, je vous verray partir par terre, ou je vous embarqueray avec moy.

Je me mis en route parterre ; quel supplice dans l’etat ou jétois ! J’arrive enfin chez Mr Macot ou je fus... accueilli ; il me donna un guide et un cheval pour me conduire chez Mr Grossou qui ne voulut pas me laisser partir que je ne fusse a peu près en état. Je ne revins a Cayenne qu’aux testes de Noel.

Le bruit de mon avanture sétoit répandu ; Les jesuites crièrent beaucoup contre moy a l’imposture. Ils firent venir une bande d’indiens de Courou chez Mss Beague et Morisse pour se justifier de ce qu’on accusoit le negre du P. Orely d’avoir été dire aux indiens. Ils croyoient avoir gagné les indiens et demandaient réparation pour le P. Orely. Augustin en était ; ayant été interrogé quand je fus arrivé, il repondit que cétoit la verité pure. Sur cet aveu les jesuites sans se deconcerter se disculpant sur l’authorité que devoit avoir le discours d’un Prestre, d’un Missionnaire plustot que ce que moy et des indiens pourraient dire.

Mss Beague et Morisse sortirent. Le P. Rouelle superieur resta avec moy, il convint que le P. Orely pouvoit avoir eu quelques torts, et m’avoua que la terreur avoit pris aux indiens qui lui avoient envoyé demander si on vouloit les faire esclaves.

Il est certain que les jesuites s’opposeront toujours a toutes les tentatives qu’on pourra faire pour connoitre l’interieur des Terres. En arrivant a Cayenne, je les consultai sur les voyages que je projettois, ils mes les representaient impossibles//.

Un indien de Senamary qui se trouva chez eux me promit de me conduire jusqu’à l’Orénoque si je voulois : le P. Rouelle qui l’entendit s’avança et d’un ton goguenard dit à l’indien en parlant de moy, Ne t’y fie pas. C’est un sorcier : Nota que pour eux un sorcier cest le Diable. Si par crainte de lui, ils ne le tuent pas, ils le fuient. Comme j’etois toujours très determine a courir le pays, le P. le Juste parut m’approuver et même m’y exciter, d’accord probablement avec ses superieurs, il m’accompagna jusqu’à Courou pour instruire le P. Orely qui fut chargé de m’empecher de réussir. Je devois perir mille fois.

Ce nest pas icy le lieu de devoiler toutes les manœuvres que les Jesuites employent pour se rendre les maitres de la colonie et des indiens. Il y en aurait trop a dire et j’ai du me borner a ce qui me concerne. J’ai dit les faits dans la plus exacte vérité ; J’ai cru reconnoitre de la fausseté, de la mechanceté, de la perfidie, de l’impudence. Je ne scai si lidée que je men suis faite et mes conjectures sont fausses, mais les faits sont vrays.

  • 14 CAOM, DFC carton 65, Mémoire de Fitz‑Maurice, pièce 440, 1787, et recensements de Bessner.

11Les premières années qui suivent l’élimination des jésuites mettent en évidence des contradictions politiques au sein de l’administration. Celle‑ci tente de faire oublier leur existence par l’envoi en Guyane de nouvelles congrégations religieuses, mais manifeste le souci politique de restaurer une barrière de surveillance et de protection contre les Noirs marrons et certains colons ; ce que les missionnaires de la Compagnie de Jésus avaient parfaitement établi par leur rôle de proximité auprès des Indiens. Entre‑temps, des Indiens désertent en partie la région et se dirigent vers la frontière du Maroni, fleuve assez large et pratique pour les protéger de la menace des uns comme des autres. Mais beaucoup restent. Barbé‑Marbois dit qu’il y a encore 450 Galibis dans le voisinage de Sinnamary vers 1760, ils sont 59 à Kourou et passent de 370 à 269, vers 1787, entre les fleuves de Sinnamary et de Maroni14. Avec cette nouvelle période s’amorce le début véritable de leur relation avec les colons, autrement que dans un système de dépendance organisée. Mais cela ne se fera pas sans heurts.

2.2 Sinnamary bourg royal

2.2.1 L’évolution de la population (1750‑1800)

12Même si l’espace de définition varie quelque peu d’une année sur l’autre, les recensements suivants ont pour point commun l’appartenance plus ou moins directe, au bourg de Sinnamary, à l’exemple d’habitations distantes de plus de dix lieues mais comptées comme telles. Ce que l’on remarque d’emblée (tabl. v), malgré l’absence de certaines données, c’est la fragilité démographique générale de cette population. En fin de compte, elle pourrait être stabilisée au tournant du siècle grâce à la population croissante des Noirs. Sa structure a en effet profondément changé en une cinquantaine d’années, de la dominante indienne de départ, à celle des colons blancs dans les années 1760‑1770 puis à celle des Noirs. Cette impression se confirme à la lecture de l’évolution des baptêmes, mariages et sépultures qui donne le rythme du renouvellement interne de ce peuplement (tabl. vi). Ce solde, positif du temps de la dominante indienne, devient négatif à partir des années 1760, à quelques exceptions près. Dès lors, le remplacement de cette population s’effectue grâce à de nouveaux apports migratoires, extérieurs à la Guyane d’abord, internes ensuite, mais de moins en moins forts : renouvellement de l’administration coloniale, déportation ! Malgré tout, le taux de nuptialité paraît stabilisé, à partir de 1770, entre trois et cinq mariages annuels, soit cinq pour mille en 1787.

TABL. V – Évolution de la population de Sinnamary dans la seconde moitié du XVIIIe s.

MP/Afan

TABL. VI – Baptêmes, décès et mariages à Sinnamary, dans la seconde moitié du XVIIIe s.

MP/Afan

13La population noire réunit et les esclaves et les hommes libres du tableau v. Population à l’origine la plus faiblement représentée, elle s’accroît régulièrement pour devenir la plus importante à la fin du siècle. Les Noirs participent aux travaux de force (chantiers, bâtiments, défrichements, construction de ponts...), et aux cultures des habitations. Beaucoup sont employés par l’administration et travaillent à l’hôpital du lieu.

14La population blanche tend à diminuer dans les dernières années du siècle. Après les contingents formés principalement de Français, de Canadiens et d’Allemands, de 1764 à 1766, le renouvellement de cette population s’effectue, plutôt mal que bien, par la migration d’autres régions guyanaises. Certains d’entre eux vivront jusqu’à la fin du siècle (Morgenstern, la veuve de Trion). Barbé‑Marbois mentionne une quinzaine de familles blanches divisées en trois factions à Iracoubo, ville voisine à l’ouest. Ces Blancs « de la campagne » cultivent principalement des carrés de coton et de plantes vivrières. Alors qu’on louait vers 1765 l’air salubre de la région, Sinnamary passe désormais pour une ville où l’air est malsain.

2.2.1.1 La population indienne

Aspects démographiques et répartition

  • 15 La signification du nom galibi de Simapo est probablement le Simapou qui est un « bois à enyvrer » (...)
  • 16 Selon un autre déporté, Laffon de Ladebat, Simapo et des Indiens de Simaporou (ou Simapo) partent l (...)

15Les Indiens constituent une population fragile de la région de Sinnamary. Près de 500 vers 1740, ils seraient une soixantaine à la fin du siècle. Ceux qui restent sont établis à quatre lieues de Sinnamary, à Simapo15, mais surtout au‑delà d’Iracoubo, d’où ils s’échappent de temps en temps pour aller chercher, vers le Maroni, du tafia meilleur marché. Entre Simapo et Sinnamary, Barbé‑Marbois recense une dizaine d’habitations abandonnées : « Les villages voisins de Sinnamary sont les moins peuplés et renferment les plus faibles tribus de la Guyane. Un petit peuple d’Arouagues s’est installé au bord de l’Iracoubo et de la Counamama. » (Barbé‑Marbois 1834.)16 Les données enregistrées sur le terrain, la cartographie et les sources d’archives se conjuguent ainsi pour nous confirmer les changements intervenus dans la toponymie régionale, et pour nous l’expliquer. Le phénomène général observé est d’une part le déplacement des villages indiens vers l’ouest de la colonie –et notamment au‑delà de Sinnamary– d’autre part l’accentuation de la différence entre les Indiens de l’embouchure des rivières (les Tayras) et les habitants des montagnes (Itouranés). Comment en est‑on arrivé là ?

  • 17 Cet Achinochi a peut‑être un lien avec Valentin, fils de Anchinochi et de Annette Tintinnabonumbo, (...)

16Vers 1729, la population des Galibis se trouve principalement installée le long du fleuve Kourou (carbet de Sani) et à la mission du père Lombard, dans l’intérieur des terres vers Paracou (Araiou, Aroipo ou Sarabia) et le long des fleuves Sinnamary (carbet de Malet), de Counamama (Tibourou et Avacarai), entre les fleuves d’Iracoubo et de Mana (Sansegrin et Apowari, Iochi, Sani et Achinochi)17, enfin au‑delà du Maroni, là où figurent les Taïra, ou Galibis réputés sauvages du capitaine Peabec.

  • 18 BNF, Fr 6244, voyage de Chanvallon ; AN, 2JJ 19.

17Le dépouillement des registres d’état civil, à partir de la fin des années 1740, nous renseigne sur les populations indiennes de la région. La nation la plus nombreuse est formée par les Galibis (ou Galinas), qu’il faut entendre ici comme des Indiens de l’embouchure des rivières. Sont aussi représentés les Tounoïennes de Mayac, c’est‑à‑dire des Galibis des montagnes, en plus faible nombre sans doute. Mais Sinnamary est aussi un lieu de passage qui accueille des Indiens venus de l’est (en 1773, Asopo, du village du capitaine Taquier et Jean Baptiste Amaron du quartier d’Approuague, des palikours de l’Oyapock en 1779), et de l’ouest, de la Mana à l’Orénoque (1779). La migration d’Aracari est plus intéressante. En mai 1764 Chanvallon et Mayac, avant d’être rejoints par Préfontaine, font étape à l’habitation indienne d’Aracari, dans la basse vallée du fleuve. Ce « grand indien très bien fait » habitait précédemment le Maroni car on (c’est‑à‑dire des Indiens se faisant l’écho des jésuites) lui avait rapporté qu’il deviendrait l’esclave des Blancs. « C’est Mayac et son frère Michel qui le rassurèrent sur notre compte » écrit Chanvallon. Il ajoute à propos de cet indien différent « [qu’il est] venu depuis long temps du Mississipi avec plusieurs des siens et s’[est] arrêté dans ces contrées ». Nous identifions son nom dans la carte de Préfontaine : « 8 maisons abandonnées par Ariguary » et dans celle de Boulongne : « Maison abandonnée par Atacari ». Peut‑être existe‑t‑il un lien avec le peuple d’Avacarai établi sur la Counamama en 172918 ?

18Les registres paroissiaux sont peu loquaces et peu précis sur les habitations indiennes, mentionnant seulement leur présence sur le fleuve. La cartographie pallie avec bonheur cette carence. Tout nous porte à croire qu’il existe un peuplement indien fort haut sur le Sinnamary et ses grands affluents Courcibo et Takeribo (Tigre), et ce depuis sans doute avant l’époque du père de La Mousse, vers 1680. La mission jésuite en a rassemblé une partie, qui conserve des abatis plus bas sur le fleuve ou sur la côte.

19La population indienne commence à quitter la mission de Sinnamary à partir des années 1750. Cette mission va à vaul’eau ; elle est irrégulièrement desservie par le père O’Reilly, dont on connaît désormais la réputation, ou par des pères de passage, fixés ailleurs. Les Indiens fuient le vide, l’absence et l’inconnu, c’est‑à‑dire ces colons dont on leur a dit pis que pendre. Nous savons, grâce à l’apport de la carte de Tugny, qu’en 1763 certains de ces Indiens se trouvent sur le moyen Sinnamary (Mayac, Saupé, Maniga…) ou plus bas (Michel Mayac).

  • 19 BNF, Fr 6244, voyages de Fusée‑Aublet et de Chanvallon ; AN, C14‑35, fol. 324, recensement de Sinna (...)

20La grande phase de colonisation qui commence à l’automne 1764 nécessite beaucoup de main‑d’œuvre indienne qui sera employée ensuite à d’autres fins. Les Indiens reviennent, s’installant près du bourg lorsque celui‑ci a pour vocation essentielle de récupérer les immigrants qui engorgent Kourou et les îles du Salut. Les colons vivent près d’eux, le long du fleuve, lorsque s’amorce, après 1765, la colonisation du Sinnamary, et parfois avant, comme dans le cas du sieur Saint‑Honoré. Deux de ces colons méritent plus d’attention. La Forest est un métis dont on retrouve le nom sur chacune des cartes de Préfontaine et Dessingy. Il apparaît en amont de Saut Vata, sur le chemin menant de Saut Bérard à Saut Léodate, sur la rivière de Kourou avec l’indication suivante : « indien d’un blanc et d’une indienne Piroui… et fort respecté des autres, donna son nom à cette montagne dans le tems qu’il vint ». Fusée‑Aublet en parle comme d’un homme ferme, plein de résolution, habile à commander les « sauvages », et... bien portant. Vital Durupt, dit Saint‑Honoré, est d’un autre calibre. Originaire du Forez, il a sans doute vécu à l’origine dans la basse vallée du fleuve, à en croire la toponymie. Chanvallon le croise en mai 1764 sur le fleuve, à deux lieues de l’habitation de Mayac. Il le décrit comme un ancien soldat et « ancien habitant de la rivière » établi depuis plusieurs années avec son camarade de troupe nommé Saint‑Jean, mort depuis. Ils ont défriché en commun 20 pieds de café, de cacao, coton, manioc, mil ou maïs, ananas, « herbes ». Il parle « l’indien ». C’est peut‑être pour échapper à la solitude qu’il a épousé Marie‑Jeanne Dupont, du Frety‑Saint‑Gorgon dans les Ardennes, dont il a une fille âgée d’un an en 1767. Installée alors depuis neuf mois dans leur habitation, soit depuis février 1767, cette famille vit avec un « négrion », à treize lieues de Sinnamary (Coëta 1993 : 53)19.

  • 20 AN, C14‑28. Hoccos : genre d’oiseaux gallinacés qui habitent l’Amérique équatoriale ; marail : genr (...)

21Cette cohabitation prend un tour tragique quand, sur les instructions de Préfontaine, les colons réquisitionnent les abatis et les habitations apparemment délaissées par certains Indiens. À l’exemple de Mayac lui‑même, les Indiens fuient à nouveau les colons, créant de nouvelles habitations dans le moyen Sinnamary et ses affluents : Coachi, Gabriel, Marcellin, « nouvelle habitation Mayac ». Le 16 juillet 1765, les capitaines indiens Germain et Michel Mayac, du poste de la rivière Sinnamary, portent plainte devant le commandant général de la Guyane et le procureur général car le sieur de Marcenay, commandant du lieu, a pris deux abatis plantés de vivres à Germain pour les donner aux nouveaux habitants. On y trouve notamment des volailles, des perroquets, deux hoccos mâle et femelle, des marails et des agoutis20. Les Indiens expliquent que les colons disposent de magasins du roi alors qu’eux‑mêmes ont besoin de leurs abatis pour vivre, forcés qu’ils ont été de quitter leurs habitations, sous la menace de coups de couteau et de chercher de nouveaux emplacements dans le haut de la rivière. Cette grave maladresse, compensée bizarrement par le don d’un couple d’esclaves, convient mal à deux personnalités ayant si bien encouragé la colonie... Il semble que les Indiens migrants soient surtout partis vers l’ouest, de Counamama au Maroni, toujours à proximité des fleuves.

  • 21 AN, C14‑36, fol. 136.

22D’autres raisons contribuent à la forte mobilité des Indiens de la région à cette époque. En mars 1768, le gouverneur Fiedmont explique qu’une grande partie des Indiens qui étaient à Cayenne ont quitté la colonie à cause du mauvais temps qui a engendré des maladies mortelles. Certaines nations éloignées, précise‑t‑il, se sont décidées à quitter leurs établissements pour se mettre au service de la colonie21.

  • 22 Cette cité, localisée par l’armateur sur la rive droite du fleuve, figure auparavant dans une carte (...)

23À partir de 1776 environ, de fortes vagues de baptêmes s’effectuent dans la région de Sinnamary, de Malmanoury à Counamama et Iracoubo. Mais ceux‑ci sont plus nombreux encore sur le Maroni : 23 Indiens baptisés par Jacquemin à Murakare, village dont Magaran est le capitaine, le 18 décembre 1782 ; 32 le jour suivant à Pirorombo, dont Tairouai est capitaine... À la veille de la Révolution, un certain L.M.B. (armateur) compare le « grand bourg » de Tonnayaribo, sur la rive droite du Sinnamary, au petit village des colons. Il s’agit d’un village indien, mal localisé, sans doute dans le haut du fleuve22.

24Les Indiens sont toujours présents localement, mais les nombreux déménagements et le renouvellement de ces populations transparaissent à la lecture de cartes détaillées qui montrent clairement que la toponymie indienne a été progressivement remplacée par des appellations d’origines très diverses.

Organisation et rôle de la population indienne dans la colonie

Des « capitaines »

25Les Indiens de la région de Sinnamary sont commandés par des capitaines dont les noms reviennent fréquemment dans nos sources, de par leurs rapports fréquents avec les jésuites et la colonie. L’un d’eux détient, seul, le commandement général.

26En avril 1764, il s’agit de Manigat. S’il venait à mourir, explique Chanvallon, le commandement général des Indiens échoirait au capitaine Augustin, de Kourou, un proche de Mayac. Manigat possède deux ou trois autres noms. Celui‑ci –malheureusement le seul que nous connaissions à son sujet– lui a été donné unanimement par les Blancs et les Noirs à cause de son intelligence (?). Il ne comprend pas le français, habite Iracoubo et sa femme est malade au moment du séjour de Chanvallon. Un mois plus tard, il s’établit sur le Sinnamary, ce que confirment les cartes de Préfontaine (« Maniga, 5 maisons, un canot cabestan ») et de Boulongne (« Maniga ») mais on ne le voit plus sur celle de Dessingy en 1770. Ce grand capitaine a également sous son commandement une habitation d’Indiens dont Zopé (Saupé, Sopé), avant sa mort, était capitaine, au premier saut sur le fleuve. Ces capitaines, à l’exemple de Magaran sur le Maroni en 1789, sont investis par la colonie en vertu de lettres patentes.

27Le capitaine Mayac est d’une autre trempe (doc. 4). Sa personnalité et son action lui confèrent le rôle de principal interlocuteur de la colonie et, comme tel, il est l’un de ses plus éminents fondateurs. Germain Mayac (Maya, Mayakue) est présenté comme « chef de la tribu des Tounoyennes », c’est‑à‑dire des Galibis de la montagne, ou encore du haut Sinnamary. Nous lui connaissons plusieurs habitations et abatis, de même que pour son frère Michel, tout aussi bien considéré. Chanvallon, dans son voyage, fait halte à une habitation d’Indiens « de la dépendance de Mayac ». Sous la direction du capitaine Theuti (ou Theugni, voire Tony cité par Barbé‑Marbois ?), il s’arrête à la crique Serpent où habite Michel, avec plusieurs Indiens « de la dépendance de son frère ». Tous ces noms illustres, sauf Mayac, sont devenus des toponymes actuels (Maniga, Augustin, Saupé…).

Document 4
Généalogie de la famille du capitaine Mayac, chef des Tounoyennes (Mayakue, Maya)

1747
Germain Mayakue, plus souvent appelé Mayac ou Maya, se marie cette année à Lucine Mo, fille de Gilbert Limousimbo, capitaine de Malmanoury. Il est alors présenté comme « chef des Tounoyennes ». Le futur beau‑père de son beau‑frère Gilbert, Mathias Onouteri, est présent au mariage célébré « en face de la sainte église catholique » par le père Caranave, parmi d’autres présents. Le même jour a lieu un autre mariage entre un Galibi (Valentin fils d’Anchinochi et d’Annette Tintinnabonumbo) et la tounoyenne Victoire Tonton.

1749
Il assiste à un mariage, en présence de Pacaopi, capitaine, de la fille de Passicou, capitaine de Sinnamary…

1753
Année de la mort de sa fille Marie âgée d’environ 4 ans à la Mission. Elle est enterrée dans l’église.

1756
Naissance de François, son fils. Son parrain est l’esclave François et sa marraine Anne Marie Tonaronne, femme de son beau‑frère Gilbert Wayakue. François meurt l’année suivante (registre d’état civil de Sinnamary).

1762
Le voyageur Fusée‑Aublet le rencontre à son abatis situé à trois lieues de la mission de Sinnamary. Il connaît un peu de français et traduit le message de Fusée à ses Indiens. Il a femme et enfants. Fusée lui fait cadeau de boucles d’oreilles, de bagues, de tabatières, de rubans, d’étuis et autres merceries qui lui appartenaient. Il lui donne en outre un fusil et un sabre. Il fait également de petits cadeaux à d’autres Indiens. Pour s’attacher davantage Mayac, Fusée dépose tout son avoir chez lui, à l’exception de ses munitions et de ses papiers personnels. Il couche dans un carbet. Il a une canne, cadeau du roi. Ses gens et lui prêtent serment de fidélité à Fusée, donc au roi. Mayac et ses enfants n’échappent pas à la fièvre. Cette même année, en compagnie du capitaine Augustin, ils se livrent à une campagne de dénigrement à l’encontre de certains pères jésuites (en particulier le père O’Reilly) qui se sont livrés à des exactions contre les Indiens, et indirectement, contre les colons (CAOM, DFC Guyane, carton 60 et BNF, Fr 6244).

mai 1764
Mayac rencontre Chanvallon, qu’il guide sur le Sinnamary, malgré le chavirement de son bateau ; autre rencontre, chez lui, avec Préfontaine (BNF, Fr 6244). Cette année, Mayac participe directement à la fondation du bourg de Sinnamary, en mettant à la disposition de l’administration coloniale sa troupe d’Indiens et en ramenant vers la colonie des capitaines indiens « montés » par les jésuites contre les colons. Son frère Michel doit être englobé avec lui.

16 juillet 1765
Les capitaines indiens Mayac et Michel, du poste de la rivière Sinnamary, portent plainte car le sieur de Marcenay, commandant du lieu, a pris deux abatis plantés de vivres à Mayac pour les donner aux nouveaux habitants. On y trouve notamment des volailles, perroquets, deux hoccos mâle et femelle, des marails et des agoutis. Mayac et les autres Indiens sont contraints de quitter leurs habitations. Ils vont s’installer dans le haut de la rivière Sinnamary (AN, C14‑28).

10 mai 1766
Lettre de Fiedmont à Choiseul. Après avoir visité les nouveaux établissements de Kourou et de Sinnamary, il cite Mayac comme le chef de la rivière à Sinamary : « un de ceux qui a donné le plus de preuves de son affection constante pour le service du Roi et de la colonie et qui ne s’est jamais éloigné ». Fiedmont pense qu’il faut lui attribuer une grande médaille pour « les meilleurs et fidèles sujets qui se distinguent par leur zèle et par leurs services ». Il émet des considérations sur la manière de distribuer les médailles en général. On peut se demander s’il ne s’agit pas, déjà, d’un fils Mayac (AN, 014‑32). C’est la dernière mention connue de ce grand homme, l’un des fondateurs de la Guyane. Il serait injuste que ce nom restât dans l’oubli et ne soit pas honoré, au moins, par les élus régionaux.

1770
Il est indiqué en plusieurs endroits de la carte de Dessingy de 1770 les emplacements d’habitations (actuelles et récentes) de Mayac et de son frère Michel, sur les rivières de Sinnamary et du Courcibo.

8 août 1773
Baptême à l’âge d’un mois de Marie, fille de son frère baptisé Michel et de Françoise. Son parrain est Étienne Vergue. Sa marraine se dénomme Marie Petitpas, d’une famille connue à Sinnamary, épouse d’Antoine Jacquet. Son nom est illustré tout au long du xviiie s. Il n’est fait nulle autre mention de la famille Mayac au‑delà de cette année 1773.

La toponymie définie par la cartographie se réfère souvent à des abatis ou des habitations de Mayac ou de son frère, sur le Sinnamary ou la crique Tigre. Nous n’y revenons pas.

  • 23 AN, C14‑27, fol. 89,1er janvier 1764. Sur le récit de Chanvallon, BNF, Fr 6244. Sur les information (...)

28Les capitaines sont présentés comme des êtres intelligents (Mayac, Manigat) ou forts (Aracari/Avacarai). À la différence de Manigat, Augustin et Mayac connaissent la langue française. D’après nos documents, le titre de capitaine est héréditaire, et des alliances s’effectuent entre familles de capitaines. Le fils d’Avacarai, Michel Ange Pariouraque, sera capitaine de Counamama après son père. Mayac lui‑même est le gendre de Gilbert Limousimbo, capitaine de Malmanoury. Un parent, Victorin Waikue, est capitaine de Corossony en 1755. Fusée‑Aublet rapporte que Mayac lui a dit que s’il mourrait, son fils aîné deviendrait capitaine à sa place. « Le Commandement suit le même ordre que la succession des biens. Le Capitaine Maiac m’a dit que c’étoit son fils qui devoit lui succeder et devenir le Chef de la peuplade ; mais que si son fils étoit trop jeune lors de sa mort, pour avoir le Commandement, le frère de Mayac commanderait jusqu’à ce qu’il eût l’âge nécessaire, et dans le cas ou l’enfant serait mort avant le père, le même frère devrait être reconnu pour Chef. » (Fusée‑Aublet 1775 : 106‑108.) Barbé‑Marbois mentionne, plus tardivement, que le fils de Sopari, d’Iracoubo, sera capitaine après son père... L’administration coloniale tente d’agir sur ce commandement suprême des Indiens. En 1764, Préfontaine donne au sieur Mettereau, créole de Cayenne, issu de parents indiens, le titre de capitaine général des Indiens de la Guyane. Investi par le représentant du roi en Guyane, Mettereau fait distribuer, en son nom, des présents à trois capitaines indiens. Par ce système de reconnaissance et de dépendance, les indigènes deviennent des sujets du roi de France23.

Des guides
  • 24 BNF, Fr 6244, fol. 92 et suiv., à compter du 27 avril 1764. Tapouy : habitation indienne de grandes (...)

29Historiquement, les Indiens servent de guides –et plus précisément de bateliers– pour les voyageurs jésuites, négociants ou officiers d’administration et autres qui s’enfoncent dans les terres. Germain Mayac, en particulier, mène le voyageur Chanvallon, entre autres, en mai 1764 sur le Sinnamary. Un dessin du Saut des Titans (Petit Saut), sur lequel est représenté une pirogue et un carbet, pourrait être le témoignage vivant de ce périple (fig. 19). Le 13 de ce mois, c’est lui qui « gouverne » la grande pirogue indienne qui malheureusement chavire à marée basse. Le capitaine indien est le dernier à rester à bord ; il sauve le gouvernail, mais les hamacs et bagages des Indiens comme des Blancs sont perdus. Cela cause un grand trouble au groupe d’Indiens du convoi, et surtout à Mayac, selon les termes de Chanvallon « abattu par un motif d’honneur parce que c’est lui qui gouvernait la pirogue et que c’était sa faute ». Le voyage se poursuit, sans bagages, sur la grande pirogue reprise aux flots. Le couple Préfontaine rejoint le groupe de Chanvallon chez Mayac, plus haut sur le fleuve, où ils sont logés sous le tapouy24.

FIG. 19Dans la rivière Sinnamary. Vue du saut des Titans et d’une cascade de 30 à 40 pieds de chuttes, xviiie s. Dessin de J.B.A. de Béhague (Béhague s.d.).

© cliché Bibliothèque Nationale de France, Paris

Des bâtisseurs
  • 25 AN, C14‑31bis, 19 septembre 1763 ; C 14‑ 27, fol. 94 v°‑95 et BNF Fr 6251. Une lettre assure à Bomb (...)

30Stratégiquement, les Indiens participent directement à l’édification de la colonie. L.M.B. souligne que les Galibis sont de parfaits bâtisseurs, qu’ils ont le « talent de bâtir à l’indienne » et qu’ils sont appréciés pour la construction des cases d’habitations (L.M.B. 1797). Ces qualités s’expriment parfaitement lors de l’aménagement, à Sinnamary, de six grandes cases de 120 pieds de long –soit près de 40 m–, d’un magasin et d’un hôpital, destinés à recevoir une cinquantaine de familles. Préfontaine assure même, en septembre 1763, que « soixante familles sont logeables dans deux mois si les indiens me tiennent la parole qu’ils m’ont donnée ». Les ordres datent de janvier 1764. Lorsque les travaux parallèles de Kourou sont suffisamment avancés, Préfontaine revient le 15 septembre 1764 à Sinnamary. Il y trouve les six grandes cases élevées et très avancées. Elles ont, à ses yeux, sur celles de Kourou, l’avantage d’être bâties de mains indiennes. Il ordonne à l’architecte Tugny de tracer un grand magasin face à l’embouchure du fleuve pour décharger les bâtiments d’approvisionnement. Il fait rassembler tous les Indiens et convient avec eux du paiement de cette centaine de travailleurs. Si cela n’est pas explicite, nous estimons que des chefs indiens tels Mayac, voire Augustin, ont participé directement à ces transactions. Leur contribution dépasse, en outre, le seul cadre local. L’intendant envoie Michel Mayac –le frère– avec sa troupe pour effectuer la couverture des fours et du magasin de Cayenne : « Ce Michel n’est point un homme ordinaire. L’intendant l’a fait manger à sa table. » À Cayenne, lui seul pourra boire du vin, sa troupe de potos (alliés) se contentant de tafia25.

Des hommes de confiance

31Politiquement, les Indiens ont un rôle essentiel pour la colonie, en rassurant ou en attirant les Indiens des montagnes et des marges vers elle, en ramenant ou chassant les déserteurs et en protégeant la colonie contre les Noirs marrons de la Guyane hollandaise. La première fonction est, là encore, assurée par la famille Mayac. Michel Mayac est récompensé pour avoir amené de l’Approuague à Kourou vingt‑deux Indiens « pour la nouvelle colonie ». Ils reçoivent 44 cassaves, des lamantins, 11 pots de tafia et Michel se voit en plus gratifié de biscuits, de lard et de deux bouteilles de tafia en novembre 1763. Cette main‑d’œuvre étrangère contribue sans doute à l’édification de la bourgade de Kourou. Nous l’avons vu plus haut, Germain Mayac et le capitaine Augustin ont pris le parti de la colonie en dénonçant les agissements des pères O’Reilly et Caranave à leur égard. Le premier protège également le botaniste Fusée‑Aublet aux prises avec le père de Kourou en 1762. Les deux frères ramènent enfin Aracari, ce capitaine indien fixé sur le Maroni, de peur de devenir l’esclave des colons.

2.2.1.2 La population des colons

32En 1765, 282 personnes sont recensées, 227 en 1767 ; la population très cosmopolite est constituée en majorité d’immigrants d’Amérique du Nord, à savoir du Canada (respectivement, pour ces deux années, 58 et 51 individus, dont à chaque fois 46 de Louisbourg) et de l’Acadie (57 et 17), enfin de l’île Saint‑Jean (25 puis 10 individus) (tabl. vii). La place de Louisbourg, la plus puissante forteresse construite au Canada par les Français, avait été reprise définitivement par les Anglais le 26 juillet 1758. Ce premier contingent vient donc de « Français coloniaux » ; il s’y superpose le contingent des nouveaux colons issus de toute la France (surtout de la façade ouest) mais les recruteurs de Turgot et Chanvallon ont été jusqu’en Alsace, en Lorraine et surtout en Allemagne. Ce contingent est passé donc par Kourou avant de s’installer plus loin, fuyant la faim et les épidémies ; peu d’effectifs sont guyanais au départ en 1765 (1 personne) mais il en vient dans les mois qui suivent (16 en 1767).

TABL. VII – Origine et évolution de la population de Sinnamary de 1765 à 1767. Nota : le centre‑ouest correspond à l’Angoumois et à la Saintonge ; le centre‑est à la Bourgogne et à la Franche‑Comté ; l’île Saint‑Jean est à rattacher au groupe canadien.

MP/Afan

  • 26 AN, C14‑28, fol. 331 et suivants pour le recensement de 1765. Dans ce recensement sont indiqués les (...)

33Ce qui frappe le plus l’attention, c’est le renouvellement très fort de cette population en une vingtaine de mois. Sur le premier contingent d’environ 140 « Américains » (Québec, île Saint‑Jean, Acadie), il n’en reste plus que 78 deux ans plus tard ; les « Français de France » et les Allemands les remplacent progressivement dans les mois qui suivent, rejoints par des Guyanais. Très peu d’individus (à l’exception notamment de M. de Marcenai, commandant du poste) sont comptés dans les deux recensements26.

34On le voit ici (tabl. viii), ces populations de colons sont jeunes et ont souvent émigré en groupes familiaux importants parmi lesquels les Saunier (Acadie), Hébert (Acadie, Nouvelle‑Angleterre, Morlaix), Trahan et Leblanc (Acadie et Nouvelle‑Angleterre), Cousin (Louisbourg), pour la première génération de migrants. Ceux venant d’Europe sont seuls ou en couple. Les habitants présents en 1767 (tabl. ix) ont, pour les plus anciens installés, deux ans et demi de présence dans cette région. Certains contingents (décembre 1765, février‑mars 1767) sont plus fournis. Plusieurs raisons peuvent être invoquées. Nous privilégions notamment les déplacements familiaux, à l’exemple des Saunier et des Cadet, deux familles de cinq personnes chacune, qui arrivent ensemble en mars 1767, et habitent toutes deux à cinq lieues du bourg. Le plus gros contingent est venu dans l’année 1767 (78 personnes) et souligne la forte mobilité de la population de cette région.

TABL. VIII – Pyramide des âges de la population de Sinnamary en 1765.

MP/Afan

TABL. IX – Période d’arrivée des colons à Sinnamary, d’après le recensement de 1767 (concerne uniquement les colons extérieurs au camp et au poste).

MP/Afan

35Plus de la moitié de la population vit éloignée du bourg (tabl. x), et parfois fort loin, comme les Le Craicq et les Rumigny installés à 14 lieues du camp, soit à plus de 55 km. C’est dans ces habitations écartées qu’on emploie les esclaves noirs (dix mentionnés dans le contingent situé de 11 à 15 lieues ; cinq dans celui de 6 à 10 lieues).

TABL. X – Répartition géographique de la population de Sinnamary, d’après le recensement de 1767.

MP/Afan

36Selon un autre recensement, de juillet 1765, la population est majoritairement masculine (135 H, 85 F) mais il existe davantage de jeunes femmes d’âge inférieur ou égal à 17 ans que de jeunes hommes (53 contre 41). Ce document nous est fort utile pour la représentation des métiers des migrants, encore ne sommes‑nous pas sûrs que certains d’entre eux n’aient été adoptés, en Guyane, en raison des nécessités du moment. Sur 317 personnes comptabilisées, 96 travaillent effectivement, soit une sur trois environ. La population inactive (pour raison d’âge, de maladie, d’infirmité physique ou mentale, ou par sécurité) a pu peser sur le développement de l’activité économique de Sinnamary.

  • 27 AN, C14‑28, fol. 331 et suiv.

37Parmi les métiers, celui d’artisan est le plus représenté : 6 charpentiers, 4 maçons, 2 menuisiers, jardinier, tonnelier, forgeron, charron..., au total 29, dont six sont employés par le roi. Les professions liées à la marine (marins, calfats) sont importantes également au moment de l’installation des colons (22 personnes), mais diminuent sans doute les années suivantes quand l’activité commerciale et le trafic du petit port local s’affaiblissent. Quatre employés s’occupent du magasin ; quatre autres gardent les tortues. Un dispositif précis avait été établi pour surveiller la côte de Kourou à Sinnamary, mais nous pensons que ces garde‑tortues s’activent, près de l’embouchure du fleuve, dans une petite anse aménagée à cet effet et qui apparaît dans la cartographie. Tous contribuent directement à l’activité économique du bourg, de façon productive, soit 59 personnes. Dix‑neuf habitants disposent, soit d’une habitation, soit d’une concession, en dehors du bourg, exerçant alors l’agriculture et l’élevage. Le reste de la population active est formé par la branche « tertiaire », c’est‑à‑dire les professions médicales de l’hôpital (7 personnes) et les employés d’administration ou de commandement (11 personnes)27.

  • 28 AN, C14‑32, serait‑ce un effet du fameux « climat amollissant de la Guyane » ?
  • 29 AN, Col F3 22, lettre de Fiedmont, 25 juin 1768.

38Bien que la population paraisse s’accroître, les échanges de courriers entre le gouverneur Fiedmont et le ministère ne sont pas optimistes. Les colons, particulièrement « nord américains » souffrent de la chaleur, de la pourriture des vivres, de l’inondation des plantations. Une lettre du 10 mai 1766 critique « la paresse des Allemands en particulier », passés par le camp de Kourou, où ils auraient acquis un état d’esprit inactif28. Il faut des forces pour travailler les habitations, de la main‑d’œuvre pour aider ces colons – c’est‑à‑dire des esclaves – et renvoyer les inactifs ou les impotents d’où ils viennent. Mais cela demande, il en convient, certains sacrifices. Après beaucoup d’espoirs, c’est la désespérance. En particulier, le plan de formation des villages par dix familles, suivant les indications du baron de Bessner, souffre dans son exécution d’obstacles et de difficultés insurmontables. On a fait avec soin le choix des familles et des terrains mais les colons ne veulent ni travailler ni essuyer la moindre contradiction. Malgré des personnalités telles MM. Fiedmont, Pradine ou Brûletout de Préfontaine, le courage commence à faire défaut. On cherche de nouvelles solutions, par exemple attirer des recrues parmi les soldats ayant obtenu leur congé pour travailler et défendre la colonie. Fiedmont réclame un secours du roi de 15 000 à 20 000 livres pour mettre ces malheureux colons en état de s’approvisionner en vivres et en vêtements et les tirer ainsi de la misère29.

2.2.1.3 L’attitude à l’égard des Indiens : « comme les autres colons et sujets du Roi »

  • 30 AN, C14‑75, fol. 235. Simapo est le nom d’un chef indien que nous rencontrons dans les registres d’ (...)

39Selon Barbé‑Marbois, « les indiens galibis ont leurs établissemens épars dans les forêts qui entourent Sinamary. Il y en auroit encore une petite peuplade a quatre ou cinq lieues du bourg. Il en venoit frequemmens de différents endroits, soit pour la peche, soit pour la chasse ou pour servir comme rameurs sur les batimens des caboteurs dans les voyages à Cayenne ou à Surinam. » L’auteur voyage aussi à Simapo, village de Galibis à deux ou trois lieues par terre de Sinnamary30.

40Il semble difficile à l’administration coloniale, traversée de conceptions divergentes en la matière, d’adopter une attitude stable et régulière avec les Indiens. Ils sont tantôt considérés comme les égaux des colons, tantôt comme de nouveaux ou potentiels esclaves, et subissent déjà un siècle de colonisation.

41Fiedmont exprime assez la tendance humaniste, intégrationniste mais sans doute peu réaliste, parmi les officiers de l’administration royale dans un courrier du 11 mars 1767 :

  • 31 AN, C14‑34.

« MM. Pradines et Brisson sont les capitaines chargés de la conduite de nos nouveaux établissements sur les rivières d’Oyapock et de Sinnamary. Brisson entend et parle la langue des indiens. » L’idée est « d’emmener ces nations que la mauvaise conduite des habitants envers eux et tous les malheurs de la Colonie avaient éloignés et rendus contraires à leurs intérêts ; regagner leur confiance et amitié ; les attirer dans l’intérieur de la colonie ou dans le voisinage ; les engager à s’y fixer, exciter et encourager les mariages des colons avec les Indiennes ; s’instruire de tout ce qui se passera entre eux et leurs marchés, conventions et habitudes avec les Blancs ou les esclaves ; avoir attention qu’il ne soit exigé d’eux aucun travail forcé et contraire à leurs intentions ; que le salaire dont on sera convenu avec eux de gré à gré soit exactement payé ; empêcher tout ce qui pourrait troubler leur tranquillité et la liberté dont ils doivent jouir comme les autres colons et sujets du Roi dont ils ont également la protection ; vérifier leurs plaintes contre les habitants et autres, pour qu’il leur soit rendu promte et satisfaisante justice ; les engager ainsi que les colons à courir sur tous les déserteurs soit blancs, soit noirs et les arrêter morts ou vifs tant sur mer que sur terre ; et enfin veiller avec le plus grand soin aux intérêts de toutes ces nations relativement à ceux de la colonie31. »

  • 32 CAOM, DFC Guyane, carton 60. Le chevalier Turgot demande en juillet 1764 qu’il lui soit remis douze (...)

42Cette attitude est également celle de Fusée‑Aublet. Il s’agit d’abord d’établir la confiance avec les Indiens, et de les fidéliser. Il montre en l’occurrence un souci particulier de l’intérêt public. Lors de son voyage à Sinnamary à l’automne 1762, il s’attire la confiance des Indiens et de leur chef Mayac, avec qui il communique d’autant mieux que celui‑ci sait un peu de français. Alors qu’il est constamment sous la surveillance des jésuites, il s’attache le capitaine indien par des présents, boucles d’oreilles, bagues, tabatières, rubans, étuis et autres merceries lui appartenant. Il lui donne, au nom du roi, un fusil et un sabre, en lui disant que tout ce qu’il lui fournirait lui serait payé, que le roi sait récompenser ceux qui le servent bien. Mayac, avec sa canne, lui fait serment de fidélité alors que les jésuites ont discrédité le botaniste auprès de l’Indien. Autre preuve de cette confiance, Aublet dispose chez son hôte tout son avoir à l’exception de sa « munition » et de ses papiers. Il fait également de petits cadeaux aux autres Indiens. Alors que les Indiens vivent dans une sorte de terreur sous les jésuites, Aublet leur présente une image plus rassurante de l’homme blanc, et de l’administration royale. Cela lui servira, ainsi qu’à la colonie32.

  • 33 AN, C14‑32, lettre de Fiedmont à Choiseul, 10 mai 1766 ; il y aura même un « conservateur des indie (...)

43Fiedmont aussi explique en 1766 combien il apprécie l’attitude du capitaine Mayac « qui est un de ceux qui a donné le plus de preuves de son affection constante pour le service du Roi et de la colonie et qui ne s’est jamais éloigné de nous ». Cela lui vaut une grande médaille. Le gouverneur développe alors une théorie de l’attribution de celles‑ci, qui ne doivent être distribuées qu’aux meilleurs et fidèles sujets sous peine de perdre de leur valeur symbolique, en écartant ceux qui en sont « indignes » ou bien qui sont trop jeunes. Ces médailles doivent jouer un grand rôle dans la fidélisation à l’administration royale, tout comme le choix des capitaines, à la fois porte‑paroles des Indiens et contacts privilégiés de la colonie33.

44Pour mieux intégrer ces populations, il faut redonner vigueur à l’action de « proximité » qu’avaient précédemment exercée les jésuites, mais en concertation avec la politique coloniale. Dans un courrier non signé du 28 février 1781, l’auteur revient sur le projet de fixer au travail les Indiens épars. Sartine souhaite en 1777 envoyer quatre missionnaires portugais connaissant les habitudes et les idiomes des Indiens dans le Mayacaré. Fiedmont et Préville remarquent que le seul missionnaire restant demande son remplacement pour passer à Macari où il espère pouvoir réunir un plus grand nombre d’Indiens. La bonne volonté domine, mais suffit‑elle ?

  • 34 AN, C14‑53. Magaran, chef des Indiens du Maroni en 1789 doit en particulier jouer ce rôle de « défe (...)
  • 35 C’est le cas pour Julien Grépand et pour la famille Foulard ; CAOM, carton 62, no 202, 30 juillet 1 (...)

45Fiedmont, en particulier, observe que le défaut de « bons missionnaires » (à l’exemple des jésuites ?) a rendu inutiles les soins qu’il avait pris pour regagner la confiance des Indiens que des mauvais traitements avaient éloignés de la colonie. Les Galibis, réfugiés sur les possessions hollandaises, n’ont pu être rappelés qu’à force de présents. Les Arrouages, nation « bonne et laborieuse établie sur les possessions hollandaises (a été) invité(e) à venir se fixer près de Sinnamary ». Mais il est à craindre, selon lui, qu’ils ne soient bientôt corrompus par les Galibis. C’est un constat d’échec de la colonisation des Indiens dont on souhaite se servir comme barrière contre les Noirs marrons34. Car derrière tous ces aspects humanistes se profilent évidemment des soucis politiques. La côte est fréquemment parcourue par des navires anglais ou hollandais qui enlèvent des colons, en particulier « canadiens » à qui ils font miroiter le retour dans leur pays d’origine où ils doivent recouvrer tous leurs biens35. Les Galibis de Sinnamary, à la frontière avec la Guyane hollandaise, sont utilisés comme défenseurs de la colonie, à la fois contre les déserteurs blancs, mais surtout dans la guerre que les esclaves déserteurs de la colonie hollandaise ont propagée dans la colonie française. Cette politique, souvent ponctuée de succès, n’empêchera pas des rapprochements entre les Noirs marrons (Saramacas, Bonis, Boschs) et les Indiens.

46Fitz‑Maurice défend en 1787 l’intérêt commercial et économique de la bonne relation avec les Indiens :

47« Ceux qui habitent sur les bords de Mana et du Marony ont communiqué pendant plusieurs années avec les Hollandais de Surinam chez lesquels ils allaient faire leur traite de préférence, parce qu’ils prétendaient que les outils tranchants et autres objets de traite dont ils avaient besoin étaient d’une meilleure qualité chez cette nation que ceux qu’ils auraient pu se procurer dans les magazins en venant les chercher à Cayenne. Mais depuis l’administration de M. Lescallier ces indigènes étant attirés au chef lieu par les encouragemens qu’ils reçoivent en leur faisant payer à un plus haut prix que ci‑devant les objets qu’ils y portent vendre, et leur donnant au prix de France les objets qu’ils prennent au magasin du Roi, ils ne vont plus aussi fréquemment chez les Hollandais. On les encourage à se livrer à l’industrie ; ceux d’Iracoubo paraissent s’adonner sérieusement à l’éducation des bestiaux dont les administrateurs leur ont fait avance pour servir de souches. »

Document 5
« État de marchandises à l’usage des indiens »
Source : Fitz‑Maurice 1787.

chemises de toile commune garnies de baptiste

chemises de toile de jinga

toiles peintes en bleu, telles que celles de la fabrique de Rouen

toiles peintes en grandes fleurs et haute couleur, en pièces, en culottes et en vestes
haches, herminelles creuses grandes et petites, serpes, couteaux, d’une bonne qualité, il n’y en a que de très mauvaises dans les magazins du Roi

rassade. Nous n’en avons que de la plus commune que les indiens n’estiment pas ; je joins la montre de celle qui manque au magazin et que ces nations préfèrent

chapeaux bordés d’argent pour les chefs

habits ouverts, un peu amples et galonnés de larges galons en or ou argent faux. L’on en a fait passer ici qui étaient destinés pour les sauvages du Canada, et que ceux‑ci trouvent trop pesants

grelots de différente grosseur dont les plus gros sont comme ceux des mulets

cannes à poignée d’argent ou sont gravées les armes du Roi

  • 36 AN, C14‑34, fol. 32 et 32v°, créa 1767. CAOM, DFC carton 65, Fitz‑Maurice 1787.

(à demi effacé) bracelets d’une feuille mince d’argent larges d’un pouce et demi et de trois quarts de pouce dont les sauvages du Canada font beaucoup d’usage36.

  • 37 AN, C14‑28.

48Mais ces tentatives ont aussi leur revers –le contact de deux civilisations aussi différentes, des colons actifs cherchant à imposer leur politique à des Indiens passifs– se traduit, en juillet 1765, par l’affront et la plainte déposée devant les officiers d’administration par Germain et Michel Mayac, évoquée plus haut37.

49De fait, les Indiens établissent plusieurs abatis tout au long du fleuve (plusieurs abatis de Mayac recensés sur les cartes) mais aussi des villages dont celui de Simapo, tout en s’installant également entre Sinnamary et Counamama et ainsi jusqu’au Maroni (projet de bagne).

2.2.2 La ville

2.2.2.1 Les débuts de l’urbanisation

50L’objectif de l’administration coloniale est dans un premier temps d’attirer des colons en nombre et de les fixer dans un bourg. En ce sens, le développement de la ville de Sinnamary doit beaucoup à l’échec du projet Chanvallon/Turgot. Toujours ce lien entre les deux bourgades voisines... Et pourtant, Sinnamary paraît décidée à se défaire de ce cordon ombilical démographique et culturel.

51Le projet architectural est dû à l’ingénieur Tugny. Lui et le sieur de Villers cherchent à établir, avec l’aide des Indiens, plusieurs dizaines de colons dans une cité faite pour les accueillir. D’autres avaient été incités précédemment à dresser leurs habitations isolément, parfois jusqu’à plus de 50 km au bord du fleuve ou sur la côte. Une manière de s’approprier ce vaste espace, tout en s’y fondant presque naturellement.

  • 38 AN, C14‑31bis, lettre de Préfontaine à Monseigneur, 19 septembre 1763. On peut penser que ces grand (...)
  • 39 BNF, Fr 6251, 31 août 1764 ; AN, C14‑27. La colonisation des rivières répondait à des plans soigneu (...)

52La mission de Sinnamary comporte en 1763 six grandes maisons (fig. 20). Tugny et de Villers comptent alors pouvoir placer cinquante ou soixante familles dans les deux mois, soit avant la fin de l’année 1763, et récupérer les logements et églises des missions jésuites de Kourou et de Sinnamary ; mais il y aura un an de retard38. Selon les instructions du roi, les établissements doivent être formés de la manière la plus propre à les mettre « à l’abri d’insultes ». Pour cela, le chevalier Turgot les éloigne suffisamment de la mer et il laisse entre eux une lisière de bois de trois ou quatre lieues. L’endroit doit se situer sous un air salubre et à proximité d’eaux saines. Pour faciliter le transport des denrées, les habitants sont placés sur le bord des rivières, mais il faut se méfier des inondations. L’établissement de Sinnamary répond davantage à ces directives que Kourou. La vallée est moins soumise aux débordements que celle, plus basse, de sa voisine orientale. Les travaux, amorcés dès l’été 1763, se sont surtout déroulés en 1764, permettant dès l’automne de recevoir les premiers contingents. Les Indiens et les Noirs ont construit ce campement. Ils ont participé à la découverte des terrains, au défrichage des abatis et à tous les gros travaux. Tugny, ingénieur géographe et le chevalier de Villers mandaté par Préfontaine, ont été chargés du gros œuvre. Le dessein de Préfontaine, raisonnant semble‑t‑il selon les habitudes climatiques françaises, est d’approvisionner la place pendant l’été pour tout l’hiver. Les deux hommes sont aussi chargés de tracer un chemin de Kourou à Sinnamary, et de distribuer des terrains attenants aux habitants. Mais ce projet sera remis à plus tard à cause de la traversée de zones de savane noyées, des pluies et de l’incapacité du chevalier, blessé aux jambes, de se mouvoir durant deux mois. Le camp reçoit la visite de Préfontaine à la mi‑septembre 176439.

FIG. 20 – Plan de la mission de Sinnamary dressé par Tugny, le 18 octobre 1763 (CAOM, cote DFC110 B, port. 21).

Cl. Archives Nationales, caom. Tous droits réservés

  • 40 CAOM, DFC Guyane port. 21,110B ; BNF, SGU D 337 ; AN, C14‑31bis, fol. 113.

53Nous avons consulté plusieurs plans de ce bourg. Le camp est loti au bord d’un méandre du fleuve, avec, côté aval l’hôpital, et côté amont le magasin général. Préfontaine a fait bâtir un quai en bois, gardé par une petite batterie et un corps de garde pour le déchargement des marchandises. En retrait figure un jardin potager. Derrière se situent le logement ancien des missionnaires qui abrite le « gouvernement » de la ville, l’église et le cimetière. À l’opposé, un poulailler et une vacherie (ou parc à bœufs) entourent un magasin. Les six grandes cases destinées aux colons cultivateurs apparaissent au fond. Les carbets du village indien encerclent alors le village des colons. Un inventaire du magasin est réalisé en octobre 1764, époque de l’installation des premiers colons :
– 17 barils de bœuf ;
– du riz, pois, haricots, biscuits, farine, huile, beurre, lard, tafia, savon, chandelles ;
– 7 barriques de vin ;
– 208 haches, 15 arminelles, 105 serpes, 126 houx, 48 pelles, 19 langues de fer, 3 scies toutes montées, une scie à main, un passe‑partout, 4 terières, 6 limes, des clous et des clous à latte ;
– de la poudre, des balles, 16 râpes pour la carabre ;
– dix couleuvres, des marmites de fer, des dames‑jeannes, des cannes de gray ;
– des meules à reguiser, des bandes de fer blanc ; des assiettes de terre, des pots à eau, une enclume, des fusils, un (e) crouaire ; des cruches à bec ;
– des indiennes, des culottes rouges40.

54Deux ans plus tard, M. Pradine commandant particulier de Sinnamary décrit la situation. Il voit les habitations sur les bords de la mer et le long de la rivière. Il comprend que le terrain est fertile et que les savanes naturelles vont nourrir du bétail. Il s’intéresse aux bois et aux pierres à bâtir, constate leur défaillance, sauf le grison, fort difficile à travailler. Il sent l’air, fort tempéré, dont la chaleur est modifiée par les fortes brises du nord‑est et du sud‑est, trouve du bon aux cinq ou six mois de pluie par an. Il ne craint pas le marronnage des Noirs car la chasse que leur donnent les Indiens de la côte rend ces derniers maîtres de ce territoire : « À mon arrivée à Sinnamary, j’ai trouvé près de 80 malades sur environ 340 hommes, point d’hôpital, peu de prévoyance pour les secours et les rafraîchissements. Le magazin du roi est délabré et ouvert de tous côtés, sans ordre ni inventaire. De 25 habitants que M. de Marcenai croyait avoir établi dans le haut de la rivière, 13 sont déjà revenus, les autres étant sur le point de les suivre. La mission les forcera à prendre ce parti, à moins de secours extraordinaires pour les aider dans les travaux. » On retrouve dans les cartes de Dessingy, Boulongne, etc. les traces de cet habitat colon éphémère le long du fleuve appelé « ancienne habitation ».

  • 41 AN, C14‑28,15 novembre 1765 et C14‑ 42, fol. 277 à 278. Plusieurs témoignages font état de la bravo (...)

55Les officiers Bessner et Fiedmont semblent conscients de cet état de fait. Le commandant Pradine a, depuis son arrivée, réaménagé le poste. L’hôpital fonctionne, le magasin du roi a été inventorié. Dix familles ont été établies en six semaines grâce à un nouveau plan de village de Fiedmont. Les abatis semblent considérables à ces deux officiers. Deux autres villages de dix familles sont projetés avant la saison des pluies. Le vœu de Pradine est de revenir à une politique de regroupement des colons plutôt qu’à leur dispersion41.

56De fait, lorsque nous observons les recensements de ces années, la population se trouve répartie en cinq groupes : ceux qui habitent en « haut de la rivière », ceux de « l’embouchure », ceux de la « côte de Sinnamary » (c’est‑à‑dire sur l’actuelle route de l’Anse), ceux du « camp », soit du bourg même et les « employés et ouvriers du poste » établis au nord du camp.

2.2.2.2 Le développement de la ville

  • 42 AN, C14‑44, fol. 67 et suiv., année 1777.

57Dès 1777, les députés de Sinnamary sollicitent des « nègres » pour les habitants éleveurs de leur quartier afin de rendre leurs travaux plus supportables et plus fructueux. Ils demandent aussi que le magasin du roi dans ce poste soit pourvu de produits de première nécessité pour soustraire les habitants aux vexations des caboteurs. Ils souhaitent l’accroissement possible et nécessaire des ménageries – et notamment l’établissement de haras – jusqu’à présent seulement installées dans les plaines de Sinnamary et Kourou. Ils comptent cultiver les terres sablonneuses de Kourou et de Sinnamary en coton, indigo et faire des essais en sucre42. On le voit, la population de la bourgade semble bien disposée à se développer et à faire valoir ses droits.

  • 43 AN, C14‑61.

58La ville est occupée par les Hollandais au début des années 1780. Elle s’apparente désormais à un petit village et non plus à une colonie. Côté aval figurent les carbets des habitants ; côté amont le fort, incluant l’église, la maison du curé, celles du commandant et de l’officier Ronings ; à l’extérieur se trouve un hôpital. En 1789, L.M.B. n’y voit qu’un petit hameau se réduisant à dix ou douze cases, à peu près semblables « à nos misérables chaumières ». Le sol reste très fertile : un demi‑arpent peut faire subsister plusieurs hommes par les fruits, légumes, etc. Fitz‑Maurice nous en apporte une autre description en 1787. Le quartier de Sinnamary s’étend de la rivière de Carouabo jusqu’au Maroni. Avec 285 habitants, c’est le plus peuplé de la colonie, sans compter les Indiens d’Organabo, Mana, Maroni… On y élève un peu de coton et de vivres, seulement pour les esclaves. C’est surtout une région d’élevage de gros et menu bétail. La ménagerie du roi dans la savane ronde près de Sinnamary comprend des veaux, des vaches, des bœufs, à raison de 184 têtes selon le vétérinaire Barré (Wollant 1782 ; L.M.B. 1797 : 284‑286)43. Le poste militaire comprend un caporal et huit fusiliers aux ordres du commandant du quartier. L’abbé Hochard dessert alors la paroisse.

  • 44 ADG, X 22 bis, 2 brumaire an IX.

59En parcourant les registres de notaires de la région pour cette période de la fin xviiie, début xixe s., nous découvrons la vie des habitants. Des prêtres réfractaires forment ici un nouveau contingent de déportés. La viande manque et la morue, qu’on ne peut même pas offrir à la troupe, tombe en miettes et sent très fort. La ménagerie de Sinnamary est « très belle et très bien tenue par le citoyen Renairi qui la défriche beaucoup ». On exploite le coton et il y a le projet de plantation de quelques milliers de pieds de café qui, « dans trois ans, le mettront à son aise et feront de ce beau local, non seulement la plus belle ménagerie de la République mais une charmante habitation qui sera d’un rapport honnête et capable de faire un sort à son économe »44. Le capitaine Léger commande le détachement de Sinnamary (tabl xi). Il ne trouve pas de moustiquaire de France au magasin du lieu. Le curé Pillon, qui dessert vers 1803 les cures de Kourou, Sinnamary et Iracoubo demande une aide financière pour s’acheter un canot et un cheval. Pour certains habitants, la colonisation récente ouvre de nouvelles perspectives plus optimistes. M. Morgenstern, garde‑magasin du poste de Sinnamary, est arrivé en juillet 1765, âgé de 17 ans, et connaît tout le monde (cf son habitation sur la carte de Boulongne). En février 1787, lui est né de Marguerite Braune un enfant baptisé Joseph. Il s’est un peu confié à Barbé‑Marbois : « Parti de Mayence, (mais originaire de Landau selon les recensements), il reçut à Mannheïm, de l’envoyé de France, quelque argent pour se rendre à la première ville française et là de nouveaux secours pour aller à Rouen, port de l’embarquement. »

TABL. XI – L’administration du poste de Sinnamary dans la seconde moitié du XVIIIe s.

MP/Afan

60En 1798, le déporté Ramel décrit le poste de Sinnamary :

« Nous arrivâmes devant le fort de Sinamary, qu’on ne découvre, en sortant des bois, qu’à une portée de fusil. Ce fort, construit en madriers et palissadé, n’a aucun ouvrage extérieur : c’est un quatre d’environ cent toises, flanqué de quatre bastions et entouré d’un large fossé, dans lequel on a introduit les eaux de la rivière, de manière que le fort se trouve isolé.../.../. Les casernes pour la garnison, le logement du commandant et quelques huttes pour les vivandiers occupent la courtine à droite du côté de la rivière : la garnison étoit composée de 80 hommes, moitié de blancs, et moitié de nègres ; c’étoit un détachement de l’ancien régiment d’Alsace, presqu’entièrement renouvelé depuis son arrivée à la Guyanne. Le long de la courtine opposée à celle du côté de la rivière, est l’ancienne chapelle que les révolutionnaires blancs ont dévastée, et que les nègres respectent encore. A côté de la chapelle est un hangard ou carbet, sous lequel sont bâties huit mauvaises cases, qui servoient autrefois de prison pour les negres marrons et criminels. En face de l’entrée du fort est le logement du garde‑magasin ; les terre‑pleins des bastions sont occupés par des magasins de vivres et de munitions ; et l’un des quatre, celui du côté de la rivière, sert de corps‑de‑garde ; l’espace qui reste au milieu du fort est planté d’orangers. » (Ramel 1799 : 101‑103.)

61L’église qui sert de magasin demande des réparations. Un inventaire du magasin est dressé par Morgenstern et par son successeur. À l’hôpital, une petite chambre, séparée, est destinée au logement des femmes en traitement. L’établissement comprend huit employés non médecins. De menus travaux de communication sont entamés, à l’exemple de ce pont sur une crique proche de Sinnamary (doc. 6).

Document 6
Devis de construction d’un nouveau pont sur la crique

Source : ADG, X22 bis.

12 pilotis de 28 pieds chaque sur 8 pouces d’équarrissage
4 chapeaux de 20 pieds de long sur
8 pouces d’équarrissage
6 longerons de 24 pieds de long sur
8 pouces
18 pieds de bois pour les pottelets. Ils doivent avoir 5 pouces d’équarrissage
8 appuis de 12 pieds de long
10 madriers de 12 pieds de long
2 liens de fer de 6 pouces en quarré pour servir à enfoncer les pilotis 1 sonnette.

  • 45 AN, C14‑75, fol. 233‑234. À la même époque, le général Pichegru dessine une intéressante « Vue de S (...)

62La ville nouvelle de Sinnamary nous est enfin décrite à la fin du xviiie s. par le révolutionnaire déporté Barbé‑Marbois45 : fol. 233 r° : « Le bourg de Sinnamary est dans les terres à environ une lieue de l’embouchure de la rivière...

fol. 233 V° : « Sinnamary est situé à l’ouest de Cayenne. Ce bourg est tracé sur un plan régulier à peine a t on pu donner des habitants pour le quart des emplacemens ; au mieux n’y a sur chaque îlot occupé qu’une même case et un jardin entouré de qqs (pi..) ou de haies vives. On voit qqs chaumières abandonnées qui servent de retraite aux (…) lorsqu’ils viennent à Sinamary. Des ronces et des halliers couvrent le reste des terres et se sont même emparées des rues les plus fréquentées du village. La place publique produit une bonne herbe qui sert à la pâture du bétail. Toutes les cases sont construites en bois ou en terre ; la plupart sont de feuillages secs les plus soignées le sont en bardeau. Les fenetres ne sont faites que d’un contre vent sans jalousies et sans canevas. Les carreaux de verre ne sont pas en usage dans les colonies et y sont incommodes. Plusieurs cases ne sont fermees que par un loquet : il n’y a qu’une seule maison qui soit carrelée : le sol de toutes les autres est une terre battue, moins (saine) et moins propre que les aires de nos (p…). L’église est une grande halle ouverte (de) tous cotes, construite il y a quarante ans par les jésuites. Le crucifix était encore sur l’autel. Les ornemens étaient dans la sacristie. Quelque Dibutade de la Guyane a peins un sous sol// aux pieds duquel sont prosternés des indiens et des européens. Le tableau grossier le seul ornement de ce temple restant a éprouvé les injures de la Révolution, comme tel ont été (ceux) de Le Sueur ou du Pontin. L’église a bientôt apres été convertie en (magasin).
« Les Jésuites avoient aussi une assez bonne case qui, à l’extinction de l’ordre, devint le prebitere et qui est presentement la maison du commandant.
« Vis à vis est un camp de casernes et, un peu plus loin, un hôpital, maison malheureusement tres nécessaire à Sinamary.
« La riviere borne le bourg au couchant. Il est entouré des trois autres côtés par des savanes en partie submergees et souvent impraticables.
« Il y a vingt un menages ou, pour mieux dire, vingt une cases habitees et le plus miserable village (de) France est mieux (conçu) et plus peuple que celui‑ci. « Le maire, le juge de paix, le garde magasin et le commandant avoient tous la fievre. Le predecesseur de ce dernier était mort depuis peu. Le medecin lui‑même ne pouvoit se guerir. Enfin, tous les habitans avoient qq infirmités. Des vapeurs malfaisantes s’élèvent des marais voisins. On y trouve des caïmans ou d’énormes reptiles. Il y a peu de jours qu’un negre qui nous sert tua une couleuvre qui avoit trente pieds de longueur et quatorze petits dans le corps.//

fol. 234 v° : « La chasse autrefois si profitable est présentement fort negligée : une épizootie dont les causes sont encore inconnues a diminué le gibier, que les meilleurs chasseurs parcourant les bois des jours entiers (sans) rien tuer. La terre est couverte de reptiles et d’insectes dangereux, de moustiques redoutables (qui vivent dans des) eaux stagnantes echauffees par le soleil et produisent des milices armées qui repoussent le plus intrépide chasseur.
« Quant au commerce, il se reduit a Sinamary à vendre du taffia, des (épices) du tabac, qqs toiles grossières. Chacun est marchand ou cabaretier et tire à peine de quoi vivre de ces produits. Le coton est la principale production du canton ; mais chaque planteur vend lui‑même le sien à des caboteurs de Cayenne et on l’envoie dans cette petite capitale en correspondance.
« Quant à la plaidoierie, chacun est son avocat. Il n’y a gueres de démêlés que ceux qui prennent naissance dans un cabarect ; les procès sont fort rares, ce serait un grand bonheur si la cour (…) ce bon acord n’étoit l’abandon de presque toutes les propriétés ; ici le tien et le mien sont à peine applicables à la terre// ceux qui aspirent à de vastes domaines n’ont qu’à choisir. Des milliers d’arpens d’un sol féroce s’offrent a leur activité mais il sera longtemps stérile faute de bras pour cultiver, de capitaux pour la construction des edifices, sans lesquels il n’y a point d’exploitation. »

  • 46 caom, SG Guyane, H6 (19), carton 77, plans de Sinnamary, 1852 et statistiques.

63L’évolution de l’urbanisation au cours du xixe s. se caractérisera par l’extension du bourg sur les bords du fleuve, autour des ménageries et des cultures. La ville au milieu du siècle fera se côtoyer cases en pailles et maisons en bardeaux, comme en atteste un plan dressé par M. Louvrier‑Saint‑Méry. Des outils statistiques permettent de représenter le patrimoine des propriétaires fonciers (telle la famille Florian), leurs cultures et leur bétail46. L’exploitation des bois participera également du développement de l’activité économique. Cette époque verra surtout la mise en place de l’abolition de l’esclavage qui libèrera des centaines d’esclaves prêts à donner une nouvelle dimension à l’expansion de la colonie. Une formidable occasion lui en sera donnée avec la découverte de l’or dans cette région.

Notes

1 Un premier fort fut d’ailleurs construit à cette occasion, muni de 5 pièces de canon et d’une garnison de 80 hommes. Sinnamary Jouait en ce temps‑là le rôle de place‑frontière du côté du Surinam, occupé par les Anglais. Les Galibis avaient alors, toujours selon Artur, 4 ou 5 carbets dans la région de Sinnamary et autant à Counamama, quelques autres à Kourou et à Maroni. AN, C14‑91. Cette colonie est commandée par le Sr de Chamail et par le Sr Chambault, son lieutenant.

2 AN, F3 Col. 213, fol. 105. C14‑1, 8 septembre 1665.

3 AN, 2JJ19, carte no 39. Concernant le capitaine Trompette et son rôle en Guyane, se reporter au manuscrit d’Artur (Artur xviiie s.) et à l’ouvrage du docteur Henry (1989 : 27).

4 Sur des aspects plus contemporains, se reporter à Mam‑Lam‑Fouck 1987.

5 Le père Lombard naît le 28 juin 1678 à Lyon. Il entre au noviciat le 3 novembre 1693. Il enseigne la grammaire à Avignon et en 1704, la rhétorique à Embrun. Après son ordination, il part pour la Guyane française et y arrive en 1709. Il s’éteint à Cayenne le 11 novembre 1748.

6 AN, C14‑6, fol. 197, 17 avril 1711, lettre adressée de Paris à Monseigneur.

7 Il s’agit d’une lettre du père Lombard à son frère sur la mission de Kourou, 13 décembre 1723.

8 Né en 1702, admis dans la Compagnie des jésuites en 1719, le père Matthieu de Caranave arrive en Guyane en 1734. Curé d’Oyapock, il meurt en 1768. D’après Préfontaine, c’est la deuxième mission du père. La première se trouvait établie vers l’actuelle Pointe Combi (en aval de Petit Saut). Sur les problèmes de la succession de Caranave, AN F3 Col 212, Annales du Conseil supérieur de Cayenne, fol. 235.

9 Arch. jésuites, F An 1, Inventaire des documents concernant les Antilles et la Guyane aux Archives romaines. Cette lettre du 16 mai 1742 figure aux Archives vaticanes sous la cote SJ. Gal. 106 II 422‑423.

10 Le père O’Reilly naît à Ardeath (Meath) en Irlande le 10 décembre 1719. Il entre au noviciat de Malives le 12 septembre 1741. En 1751, il part pour la Guyane et rentre en Irlande en 1773. Il meurt à Dublin le 24 février 1775.

11 Préfontaine signale la reconstruction d’une deuxième mission en 1746. AN, F3 289 (22). La première église mentionnée en ce lieu est en 1747 dédiée à saint Matthieu et aux apôtres. À partir de 1752 existe l’église Saint‑Joseph « en la savane », appelée paroisse dès 1765 et qui se trouve sans doute dans le bourg même, alors que Saint‑Matthieu se situe plus bas vers l’embouchure. En 1771 est mentionnée la paroisse Notre‑Dame. Nous ne savons pas à qui était dédiée la première mission ou « ancienne demeure du Père Caranave » située en amont. BNF, Portefeuille 164, div. 2, pièce 2‑II (2e feuille).

12 AN, C14‑15, fol. 6, 22 février 1731, lettre de Lamirande à propos du père Lombard. Manteque : graisse de certains animaux dont on se sert pour faire du beurre ; grage à manioc : espèce de râpe de cuivre dont on se sert pour réduire le manioc en farine ; couleuvre : sorte d’étui de vannerie, en forme de couleuvre, dont on se sert pour la conservation du manioc ; pagaye (pagaie) : arbre de Guyane (yakelele) dont le bois sert à faire des fourches, des canots et des avirons ; pagaras : paniers.

13 Fusée‑Aublet laisse entendre que le supérieur de la mission de Kourou, le père O’Reilly, se livrerait à une forme d’espionnage en Guyane hollandaise.

14 CAOM, DFC carton 65, Mémoire de Fitz‑Maurice, pièce 440, 1787, et recensements de Bessner.

15 La signification du nom galibi de Simapo est probablement le Simapou qui est un « bois à enyvrer » (La Salle de Lestaing 1763).

16 Selon un autre déporté, Laffon de Ladebat, Simapo et des Indiens de Simaporou (ou Simapo) partent le 29 germinal an vii (18 avril 1799) pour Surinam « d’où l’on dit qu’ils ne reviendront pas. C’est une perte de quinze ou seize individus sur une soixantaine d’indiens qui restaient dans cette rivière » (Laffon de Ladebat 1912 : 316).

17 Cet Achinochi a peut‑être un lien avec Valentin, fils de Anchinochi et de Annette Tintinnabonumbo, dont le mariage avec la tounoïenne Victoire Tonton est célébré le même jour que celui de Germain Mayac et Lucine Mo. Cf. CAOM, registres d’état civil, 24 juillet 1747 et doc. 4.

18 BNF, Fr 6244, voyage de Chanvallon ; AN, 2JJ 19.

19 BNF, Fr 6244, voyages de Fusée‑Aublet et de Chanvallon ; AN, C14‑35, fol. 324, recensement de Sinnamary, 1767.

20 AN, C14‑28. Hoccos : genre d’oiseaux gallinacés qui habitent l’Amérique équatoriale ; marail : genre de gallinacé, voisin des hoccos ; agassi ou agouti : quadrupède rongeur de l’Amérique du Sud, assez analogue au lapin.

21 AN, C14‑36, fol. 136.

22 Cette cité, localisée par l’armateur sur la rive droite du fleuve, figure auparavant dans une carte dressée par d’Anville, en 1748, sur la rive gauche du fleuve (Anville 1748 : carte 24).

23 AN, C14‑27, fol. 89,1er janvier 1764. Sur le récit de Chanvallon, BNF, Fr 6244. Sur les informations relatives aux Indiens, registres d’état civil de Sinnamary, 1747‑ 1782 et 1783‑an VI, CAOM. Sur les rites d’initiation des capitaines, voir Artur (Artur XVIIIe s. : fol. 35). Sur les relations entre Fusée‑Aublet et Mayac (Fusée‑Aublet XVIIIe s.).

24 BNF, Fr 6244, fol. 92 et suiv., à compter du 27 avril 1764. Tapouy : habitation indienne de grandes dimensions.

25 AN, C14‑31bis, 19 septembre 1763 ; C 14‑ 27, fol. 94 v°‑95 et BNF Fr 6251. Une lettre assure à Bombarde le 28 février 1764 que « les indiens nous ont fait des carbets et que nous avons déjà des vivres à Sinnamary », d’après BNF, Fr 6242, fol. 27 ; AN, C14‑30, fol. 249, 30 novembre 1764.

26 AN, C14‑28, fol. 331 et suivants pour le recensement de 1765. Dans ce recensement sont indiqués les âges, l’état de santé, ia provenance géographique, la profession, les gens à écarter pour des raisons de santé ou d’état d’esprit ; ici, de plus, figure l’éloignement en lieues du bourg de Sinnamary. Comment expliquer ce renouvellement démographique ? Par l’émigration des premiers arrivés vers d’autres régions plus accueillantes ? Par leur disparition, naturelle ou causée par la maladie ? Par la fuite d’habitations envahies par les fourmis manioc ? Tout comme les Indiens, les colons semblent vulnérables à ce qu’on pourrait baptiser globalement les « maladies tropicales ». Mais il y aurait des différences entre ces décimations, récurrentes, tant des premiers que des seconds. Pour une tentative d’explication sur cette question sanitaire, voir l’ouvrage cité de M. Hurault (1989). Pour le recensement de 1767 (sans doute commencé en mai), voir AN, C14‑35, fol. 328 à 331. Le fleuve paraissait tellement propice à des implantations humaines fort éloignées du bourg que Préfontaine note, en 1763, que le fleuve, long de 200 lieues (soit 800 km), est partout habitable (Michel 1989 : pl. 4). Claude François Marie Edme de Marcenay de Guy est d’abord présent au camp de Kourou avant d’exercer des responsabilités à Sinnamary. Originaire de Tonnerre (ou de Saint‑Malo selon le recensement), il a 32 ou 33 ans en 1765 lorsqu’il devient le commandant du poste, puis commandant des milices à Cayenne, jusqu’en 1786.

27 AN, C14‑28, fol. 331 et suiv.

28 AN, C14‑32, serait‑ce un effet du fameux « climat amollissant de la Guyane » ?

29 AN, Col F3 22, lettre de Fiedmont, 25 juin 1768.

30 AN, C14‑75, fol. 235. Simapo est le nom d’un chef indien que nous rencontrons dans les registres d’état civil de Sinnamary en 1784 et 1785. D’un mariage avec Catherine naît Marie Claire, en janvier 1784, puis Michel en juin 1785 ; d’un autre mariage, avec Christine naît Jean, en juillet 1784. Cf. CAOM, état civil de Sinnamary, registre no 2, actes des 22 février et 31 octobre 1784 et du 23 septembre 1785. Voir aussi la note 16.

31 AN, C14‑34.

32 CAOM, DFC Guyane, carton 60. Le chevalier Turgot demande en juillet 1764 qu’il lui soit remis douze grandes et douze moyennes médailles d’argent afin de les distribuer suivant les circonstances aux chefs des Indiens de la Guyane, pour les attacher à la France, ainsi qu’il se pratiquait à la Louisiane pour les « sauvages ». La dépense formera un total estimé entre 300 et 400 livres. AN, C14‑ 27, fol. 34 no 3.

33 AN, C14‑32, lettre de Fiedmont à Choiseul, 10 mai 1766 ; il y aura même un « conservateur des indiens » dans la région du Maroni…

34 AN, C14‑53. Magaran, chef des Indiens du Maroni en 1789 doit en particulier jouer ce rôle de « défenseur de la colonie » contre les Noirs marrons. On a offert de lui envoyer un missionnaire. Il répond qu’il l’acceptera volontiers lorsqu’il aura formé son établissement où il projette de réunir 200 Indiens. Il lui a été fait différents présents ainsi qu’aux Indiens qui l’accompagnent, et surtout les lettres patentes de capitaine. AN, C14‑63 (204), 26 octobre 1789.

35 C’est le cas pour Julien Grépand et pour la famille Foulard ; CAOM, carton 62, no 202, 30 juillet 1772.

36 AN, C14‑34, fol. 32 et 32v°, créa 1767. CAOM, DFC carton 65, Fitz‑Maurice 1787.

37 AN, C14‑28.

38 AN, C14‑31bis, lettre de Préfontaine à Monseigneur, 19 septembre 1763. On peut penser que ces grandes maisons s’apparentent à celles figurant dans une « Vue de la colonie de Kourou » par Desmon (Michel 1989 : pl. 14 et 15). Deux autres planches (9 et 10) du même ouvrage situent côte à côte le magasin et l’église, plus au nord l’hôpital et, à l’embouchure, rive droite, le poste gardant celle‑ci, et, rive gauche, un magasin construit sur les ordres de Brûletout de Préfontaine « en cas d’accident de mer ».

39 BNF, Fr 6251, 31 août 1764 ; AN, C14‑27. La colonisation des rivières répondait à des plans soigneusement organisés, et dont nous avons gardé des traces pour les fleuves Counamama et Iracoubo. Les habitations commencent au‑delà de la bordure forestière. Elles longent ces deux fleuves en deux bandes régulières. BNF, Port. 164, Div.2, pièces 1 et 2, sans date (Projet de colonisation de ces deux fleuves).

40 CAOM, DFC Guyane port. 21,110B ; BNF, SGU D 337 ; AN, C14‑31bis, fol. 113.

41 AN, C14‑28,15 novembre 1765 et C14‑ 42, fol. 277 à 278. Plusieurs témoignages font état de la bravoure de Jean de Pradine. C’est un militaire qui a beaucoup voyagé. En 1758, il se rend à Louisbourg au Canada ; il sera emprisonné en Angleterre, il combattra en Allemagne avant d’être envoyé en Guyane. Cet ancien capitaine au bataillon de la Guyane devient, en mars 1765, commandant des milices du quartier de Sinnamary ; faisant preuve d’une conduite désintéressée et de fermeté, il s’attire le soutien des Indiens et de la population de Sinnamary en 1770. Il meurt en 1792. Quant à Fiedmont, il manifestera jusque dans la mort son attachement pour Sinnamary. À sa mort, le 15 décembre 1781, il laisse par testament tous ses biens pour fonder dans le quartier de Sinnamary un hôpital, mais toute sa fortune fut pillée et ses volontés ne furent pas respectées (Henry 1989 : 118).

42 AN, C14‑44, fol. 67 et suiv., année 1777.

43 AN, C14‑61.

44 ADG, X 22 bis, 2 brumaire an IX.

45 AN, C14‑75, fol. 233‑234. À la même époque, le général Pichegru dessine une intéressante « Vue de Sinnamary » (Michel 1989 : pl. 16). D’après AN, 207 AP2. Hallier : buisson épais ; Dibutadès : artiste légendaire auquel une tradition corinthienne, rapportée par Pline, attribuait l’invention de la plastique en terre cuite ; Le Sueur : sans doute Eustache, peintre du milieu du xviie s., auteur de nombreuses décorations d’églises.

46 caom, SG Guyane, H6 (19), carton 77, plans de Sinnamary, 1852 et statistiques.

Table des illustrations

Légende TABL. III – Répartition géographique des jésuites en Guyane en 1742.
Crédits MP/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42758/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende TABL. IV – Desserte de la paroisse de Sinnamary, d’après les registres d’état civil
Crédits MP/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42758/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende TABL. V – Évolution de la population de Sinnamary dans la seconde moitié du XVIIIe s.
Crédits MP/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42758/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende TABL. VI – Baptêmes, décès et mariages à Sinnamary, dans la seconde moitié du XVIIIe s.
Crédits MP/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42758/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42758/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende FIG. 19Dans la rivière Sinnamary. Vue du saut des Titans et d’une cascade de 30 à 40 pieds de chuttes, xviiie s. Dessin de J.B.A. de Béhague (Béhague s.d.).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42758/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Légende TABL. VII – Origine et évolution de la population de Sinnamary de 1765 à 1767. Nota : le centre‑ouest correspond à l’Angoumois et à la Saintonge ; le centre‑est à la Bourgogne et à la Franche‑Comté ; l’île Saint‑Jean est à rattacher au groupe canadien.
Crédits MP/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42758/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende TABL. VIII – Pyramide des âges de la population de Sinnamary en 1765.
Crédits MP/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42758/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Légende TABL. IX – Période d’arrivée des colons à Sinnamary, d’après le recensement de 1767 (concerne uniquement les colons extérieurs au camp et au poste).
Crédits MP/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42758/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Légende TABL. X – Répartition géographique de la population de Sinnamary, d’après le recensement de 1767.
Crédits MP/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42758/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende FIG. 20 – Plan de la mission de Sinnamary dressé par Tugny, le 18 octobre 1763 (CAOM, cote DFC110 B, port. 21).
Crédits Cl. Archives Nationales, caom. Tous droits réservés
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42758/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Légende TABL. XI – L’administration du poste de Sinnamary dans la seconde moitié du XVIIIe s.
Crédits MP/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42758/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 29k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search