Version classiqueVersion mobile

Archéologie et histoire du Sinnamary du xviie au xxe s. (Guyane)

 | 
Olivier Puaux
, 
Michel Philippe
, 
Régis Picavet

Introduction

Résumé

La construction d'un barrage hydroélectrique au lieu-dit Petit Saut sur le Sinnamary, 5e fleuve de la Guyane française, a été l'occasion de la mise en place du premier sauvetage archéologique programmé dans ce département entre 1990 et 1995. Les 310 km2 de superficie du futur lac de retenue du barrage ont servi de cadre au développement des recherches tant historiques qu'archéologiques.

Texte intégral

Cadre géographique et contexte géologique

La Guyane

1La Guyane française se situe sur la côte nord‑est de l’Amérique du Sud, ouverte sur l’océan Atlantique, entre 2° et 6° de latitude nord et entre 51°30 et 54°30 de longitude ouest (fig. 1). Ses frontières avec le Surinam et le Brésil correspondent à des limites naturelles : le fleuve Maroni à l’ouest, le fleuve Oyapock à l’est et la limite du bassin de l’Amazone au sud. Ses 83 350 km2 sont recouverts, pour les neuf dixièmes, par une forêt vierge appartenant au bloc amazonien. Elle est localisée dans la zone équatoriale de l’hémisphère Nord. Il en résulte un climat chaud (température moyenne annuelle de 28°C) et humide (humidité moyenne : 86 %), ventilé par des alizés de secteur est dominant. Deux saisons principales se succèdent : une saison sèche d’environ trois mois et une saison pluvieuse de neuf mois, entre novembre et juillet, interrompue par le « petit été de mars ».

FIG. 1 – Partie nord‑est de la Guyane française.

OP del./ Afan

2Le département s’intégre dans le vaste plateau des Guyanes (ou bouclier guyanais) délimité par les fleuves Amazone et Orénoque et par l’océan Atlantique. On distingue les terres basses et les terres hautes. Les premières sont constituées par la frange littorale composée de sédiments quaternaires et actuels. Les secondes (94 % du territoire) correspondent à un socle précambrien dont l’évolution complexe est liée au métamorphisme et à des phases d’intense érosion, laissant subsister un modelé caractéristique en « peau d’orange » et créant un relief accidenté de basse altitude. Un manteau d’altération ferralitique déterminant des sols acides constitue sa partie supérieure.

3Enfin, le réseau hydrographique de la Guyane est marqué par son extrême densité, ses faibles pentes, la sinuosité des cours d’eau et la présence de barres de roches appelées localement « saut ».

Le bassin du Sinnamary

  • 1 Les points kilométriques sont calculés à partir de l’océan.

4Le fleuve Sinnamary, d’une longueur de 262 km, constitue le cinquième bassin versant (6 565 km2) du département. Il prend sa source au nord de Saül à 200 m d’altitude et s’écoule plein nord sur de faibles pentes. Au point kilométrique1 (PK) 165 il est rejoint sur sa rive gauche par la rivière Courcibo de 110 km de long. Il atteint alors 80 m de large.

5Tout le long de son cours, le Sinnamary reçoit l’apport de très nombreux petits émissaires d’importance variable nommés « criques ». Les plus importantes, de l’amont vers l’aval, sont les criques du Péril, Alaparoubo, Aïmara, Tigre et Plomb. Il en est de même pour la rivière Courcibo qui reçoit les eaux des criques Bonne Nouvelle, Foucault et Leblond. Les criques de faible importance sont souvent asséchées pendant les basses eaux et encombrées de bois morts. Le débit des cours d’eau fluctue très rapidement en fonction des précipitations (2 750 mm de pluie annuelle) et de la nature imperméable des sols qui favorise un ruissellement important, malgré une forte évaporation en forêt. Le débit moyen du Sinnamary est de 260 m3/s (simulation Orstom). L’aspect des cours d’eau diffère très nettement entre saison humide et saison sèche (variation moyenne de 6 à 7 m). Des variations de plus de 1 m sont possibles en une journée. En saison sèche, la navigation est rendue plus difficile par l’émergence de multiples affleurements rocheux. En effet, des barres de roches d’importance et de morphologie variables entravent les cours d’eau. Elles correspondent soit à un rétrécissement du fleuve (goulet), soit à un élargissement de celui‑ci sur une émergence du socle. Elles forment des rapides souvent encombrés d’îlots, voire d’îles, et exceptionnellement de chutes. Elles sont désignées par le terme générique de « saut ». Sur les cartes actuelles (1983) de l’Institut géographique national (ign), on recense 22 sauts dans l’emprise, sur le Sinnamary et le Courcibo, et 14 barres de roches de moindre importance et sans toponyme. Les ruptures de charge maximales atteignent 5 m. Les plus marquées sur le Sinnamary sont Saut Vata (2,5 m), Saut l’Autel (3 m), Saut Coumarou (1 m) et Saut Takari Tanté (4 m). Sur le Courcibo, on peut citer Saut Kawènn (4 m), Saut Caca (1 m), Saut Impossible (2 m), Saut Saint‑Vincent (1 m), Saut Jupiter (3 m) et Saut Lucifer (5 m). Leur passage se fait souvent par transbordement sur berge, voire par passage à la « cordelle » (embarcation tirée à la corde dans les rapides).

6Petit Saut est la dernière barre de roches d’importance à 50 km d’un vaste estuaire. L’onde des marées s’y fait ressentir. Elle a pour conséquence de faire varier le niveau du fleuve de 30 cm à 1 m. Quant au « coin salé », lié à l’évolution de l’estuaire et tributaire des mouvements des bancs de vase, il s’arrête en aval de la ville de Sinnamary.

7Le lit du fleuve recoupe la quasi‑totalité des séries géologiques constituant le bouclier guyanais ; elles sont visibles au niveau des barres de roches et se prolongent en forêt. Dans les terrains métamorphiques antécambriens, on trouve les séries : Orapu (schiste), Bonidoro (schiste et quartzite), Paramaca (rhyolithe et lave basique), complexe de l’île de Cayenne (quartzite, amphibolite et migmatite). Quant aux roches éruptives et cristallines, il s’agit des granites caraïbes (dont les granites galibis), des gneiss et migmatites caraïbes, des gneiss et granites guyanais, des diorites, des diorites quartzites, des gabbros, des pyroxénolithes, des péridolites et des serpentines. Enfin, les filons de dolérites sont les derniers à se mettre en place. Ils sont tous orientés S./S.‑E.‑N./N.‑O. Le cours du fleuve est corollaire de la direction des affleurements. L’altération ferralitique affecte les terres hautes dans leur ensemble. Elle constitue un manteau uniforme d’argile de type kaolinite à faible capacité d’échange d’oxyde et d’hydroxyde de fer et d’alumine, ainsi qu’un squelette quartzeux en proportions variables suivant la nature de la roche mère et du sédiment. L’ensemble est fortement désaturé et acide.

8La forêt recouvre les terres et offre un aspect uniforme. La flore est extrêmement riche. Sa composition varie en fonction de la nature du sol, du drainage et de la topographie. Il n’existe pas d’inventaire complet de celle‑ci. Par sa diversité, elle fournit des matières premières abondantes et diversifiées (alimentation, construction, pharmacopée…). Les individus d’une même espèce sont généralement dispersés. L’enracinement est superficiel à l’exception des essences à racine pivot. La taille des arbres excède rarement 35 m mais peut culminer exceptionnellement à 60 m. On note des différences entre la forêt ripicole (de bord de fleuve), la forêt de terre ferme (16 000 ha sur l’emprise du barrage) et la forêt de sol marécageux ou hydromorphe (7 000 ha sur l’emprise). Dans chacun des cas, les étages forestiers et les essences varient. Si l’on prend l’exemple de la forêt de berge, les arbustes et les fûts plus importants se côtoient. Cette situation est liée au phénomène de lisière. La colonisation s’opère vers le fleuve, espace vide, source de lumière à l’origine d’une augmentation de la densité de la flore. Sur les rives, l’abondance de la végétation donne un aspect impénétrable qui disparaît en sous‑bois. Mais les secteurs de chablis et certaines zones de végétation secondaire sont très difficilement pénétrables. Le plus souvent, ils interdisent ponctuellement la progression et induisent leur contournement.

Le barrage de Petit Saut

  • 2 Brûletout de Préfontaine : Voyage du Sieur de Préfontaine, commandant de la partie nord de la Guian (...)
  • 3 adg, série 4, paquet 32.

9Dès le xviiie s., Petit Saut et la crique Cœur Maroni qui se jette immédiatement en amont du saut sont perçus par les explorateurs comme un lieu propice pour utiliser l’énergie hydraulique. Brûletout de Préfontaine en est d’ailleurs conscient en 1763 lorsqu’il annote sur la carte du Sinnamary qu’il vient de dresser que « s’il n’eut pas été si tard j’aurois examiné plus exactement une belle Cascade qui me paroit propre à remplir bien des Objets hydroliques »2. En 1920, un projet élaboré par un industriel, M. Raoul Delannon, consiste à construire un barrage en maçonnerie de 0,40 m de hauteur, avec réservoir, dans la crique Cœur Maroni et une dérivation d’eau partant du barrage (fig. 2), actionnant une turbine, et rendue à la rivière Sinnamary3.

FIG. 2 – Croquis du projet de captation d’eau sur la crique Maroni par M. Delannon, le 16 mars 1920.

ADG, série II, paquet 32

10La Guyane connaît depuis 1976 un taux de croissance annuel de ses besoins en électricité de l’ordre de 12 %. D’année en année, le programme européen d’Ariane Espace requiert plus de puissance. Ces deux éléments justifient l’accroissement des moyens de production électrique. Plusieurs solutions se sont offertes alors à Électricité de France (edf). Le département dispose déjà de deux centrales thermiques au fuel. L’alternative du charbon est à exclure, essentiellement pour des raisons de coût (mise en place d’installations portuaires en eau profonde). En 1975, edf reprend l’inventaire du potentiel hydraulique du département commencé en 1953. Un aménagement hydroélectrique assurant l’indépendance énergétique de la région est retenu. Des sites potentiels sont repérés sur le Maroni, la Mana, l’Approuague, l’Oyapock, la crique Daï Daï (montagne de Kaw), la crique Tibourou, etc. Mais Petit Saut (fig. 3), sur la rivière Sinnamary, est finalement choisi comme lieu d’implantation de l’ouvrage d’art, principalement en raison de sa proximité avec les zones de consommation (50 km de Kourou et 80 km de Cayenne) et de la configuration géologique des lieux. L’année 1978 marque le début de l’étude d’avant‑projet achevée en 1981. En 1987 a lieu l’enquête d’utilité publique qui ne peut prendre en compte le potentiel quantitatif et qualitatif des sites archéologiques en raison de l’absence de tout cadre comparatif réalisé jusqu’alors en Guyane. En 1989, la dup (déclaration d’utilité publique) est signée : l’État autorise edf à réaliser un barrage à Petit Saut.

FIG. 3 – Carte de la retenue d’eau du barrage de Petit Saut.

HH del./Afan

11De nombreux affleurements granitiques en rive et dans le lit du fleuve contribuent à former un resserrement naturel favorable à l’installation d’un tel ouvrage. Ils appartiennent à la série géologique « galibi » non loin du contact avec les séries détritiques du Bonidoro et de l’Orapu. Le barrage se développe sur une longueur de 740 m. À la cote maximale de 35 m, la retenue d’eau couvre une surface de 310 km2. C’est dans cette aire que se sont développées les recherches historiques et archéologiques.

Historique et organisation de la recherche en Guyane

12Le goût pour le fait archéologique est lié à l’histoire de la Guyane. Avec l’arrivée des Européens, un changement décisif s’opère, inséparable de la culture des nouveaux arrivants. Les contacts entre l’Amérique et l’Europe à l’extrême fin du xve s. engendrent le passage d’un monde de tradition orale à une société épigraphe, de la période dite « précolombienne » à la période dite « historique ».

13Durant le xviie s., la stabilisation de ce morceau de « France équinoxiale » marque l’apparition des premières descriptions significatives sur la Guyane. Les récits de voyageurs ou d’explorateurs, les cartes, l’iconographie se multiplient. La connaissance de la région s’améliore. La bande littorale est privilégiée, particularité liée à son urbanisation par les nouvelles populations. La zone intérieure et ses occupants demeurent un monde de mystère. Faut‑il rappeler la venue d’Indiens galibis au Jardin d’acclimatation en 1882, puis 1892, présentée comme une exhibition de spécimens de peuples plus ou moins sauvages ?

14Cette société, alors marquée par les cabinets de curiosités puis les institutions savantes des xixe et xxe s., ne différencie pas encore archéologie, ethnographie et récits de voyageurs. Ce n’est que tardivement, dans les années 1950, que chacun acquiert une importance propre. La seconde moitié du xxe s. voit l’apparition d’un intérêt croissant pour la période historique. Il est lié à une prise de conscience d’un héritage récent, importé, pour lequel toutes les sources ne sont pas encore connues ou dépouillées. Une volonté de sauvegarder le patrimoine industriel émerge aussi.

15Globalement, on peut diviser l’histoire guyanaise en deux grandes phases culturelles : la première dite « précolombienne » s’inscrit dans une vaste période aux jalons chronologiques mal définis ; la seconde, dite « historique », est frappée du sceau de la colonisation et de l’industrialisation.

16La phase historique est elle‑même marquée par trois grandes étapes qui s’échelonnent entre 1550 et nos jours : les périodes de colonisation, moderne et contemporaine.

La période de colonisation (1550‑1850)

17Elle est marquée par l’arrivée des Européens et la retranscription écrite de leur histoire dans cette partie de l’Amérique du Sud. Nous possédons peu de documents datant des premières périodes de contact. De multiples conflits politiques entre les nouveaux arrivants (Espagnols, Portugais, Hollandais, Anglais, Français…) vont donner à cette époque une image d’instabilité. Elle s’estompe avec la suprématie française au cours du xviie s. Les missions jésuites se mettent en place au début du xviiie s., pour disparaître à la fin de ce même siècle. Elles laisseront une empreinte importante dans l’histoire de la Guyane.

18Les populations européennes restent fixées sur la côte. De nombreuses « habitations » d’importance variable, ainsi que des forts et des postes sont dispersés sur la zone littorale. De nouveaux produits apparaissent et circulent : métal, verre, céramiques tournées et cuites à haute température (faïence, grès…), etc.

  • 4 In : La feuille de la Guyane, 1821, séance du 2 janvier de la Société guyanaise d’Instruction.

19Les premières explorations de l’intérieur des terres ont lieu. On note quelques remarques d’intérêt archéologique dans les récits d’explorateurs : D. de La Ravardière en 1604 (Mocquet 1830), Robert Harcourt en 1613 (Harcourt 1613), Jesse de Forest en 1625 (Forest 1990), l’abbé Antoine Biet en 1652 (Biet 1664), PP. Griller et Béchamel en 1674 (Demontezon 1857 : 183‑210), etc. Plus tard, en 1821, une pirogue intacte contenant des pagaies et de la céramique est retrouvée lors du creusement du canal de Torcy, près de Cayenne4.

20Les conséquences de la colonisation sur les populations amérindiennes se traduisent par une récession de leur démographie (introduction de nouvelles maladies...), un éclatement des structures sociales et une déstabilisation des valeurs au contact des jésuites. L’introduction du métal est une révolution technique qui change le comportement de l’homme au sein de son écosystème. Selon Pierre Grenand, dès 1730, toutes les populations indiennes ont subi des répercussions de la présence européenne.

La période moderne (1850‑1945)

21On la fait arbitrairement débuter en 1850. Cette date charnière souligne à la fois l’abolition de l’esclavage (1848), le début des installations pénitentiaires (1852) et la découverte de l’or en Guyane (1855). Cette dernière entraîne une colonisation ponctuelle de l’intérieur du département. Des prospections et des exploitations sont alors réalisées sur de nombreux fleuves et criques, des campements s’installent un peu partout de manière temporaire. La carte de la Guyane reste aujourd’hui encore parsemée de toponymes liés à l’orpaillage. L’exploitation des bois précieux (bois de rose, balata) s’étend quant à elle à l’ensemble de la région (cf. annexe 1).

22Durant la seconde moitié du xixe s., les découvertes archéologiques se multiplient. Jules Crevaux décrit des polissoirs et des pétroglyphes dans le bas Maroni, Henri Coudreau fait des observations sur des polissoirs et des pétroglyphes de l’Oyapock et sur quelques sites funéraires de l’Amapa. En 1899, le voyageur naturaliste François Geay, en mission pour le Muséum d’histoire naturelle de Paris, effectue les premières reconnaissances archéologiques. Il trouve des grottes, probablement funéraires, dans les collines de Ouanary. Il rapporte en métropole plusieurs fragments de céramiques et quelques pièces entières. Il découvre des roches gravées dont celle du « Serpent du Mahury » ainsi que plusieurs polissoirs sur le littoral.

23Au tournant du siècle, et jusque dans les années 1950, les découvertes archéologiques amérindiennes se poursuivent : site funéraire sur le haut Maroni mis au jour par Paul Sanguier, descriptions de lames de haches isolées par A.‑H. Harmois, etc.

La période contemporaine (depuis 1945)

24Elle commence après la guerre et est marquée par la fin des bagnes (1945), le nouveau statut juridique de la Guyane (1946), la récession de l’orpaillage (1950) et par l’installation du Centre spatial guyanais en 1954. Elle connaît un regain d’intérêt pour le patrimoine archéologique et historique guyanais.

Le développement de l’archéologie amérindienne

25Les premières tentatives de classification du matériel ou de recensement systématique des sites débutent en 1946. Henry et Paule Reichlen réalisent à Paris la première étude archéologique sur la Guyane. Ils y décrivent polissoirs et pétroglyphes et classent vingt pièces lithiques en quatre catégories typologiques. En 1952, Émile Abonnenc publie un inventaire de 120 sites et indices de sites amérindiens. Dans les années 1960, Jean Hurault (ign) fait des relevés précis de géoglyphes localisés dans le massif de Mitaraka ainsi que de pétroglyphes situés dans la crique Marouani. En 1979, dans l’Atlas des départements d’outre‑mer (La Guyane 1979), Jean‑François Turenne effectue une synthèse des données archéologiques amérindiennes, les rattachant à l’aire culturelle du manioc du bas bassin amazonien. Il dénonce l’absence de travaux en forêt, cette situation donnant une image fausse de la densité d’occupation entre intérieur et bande côtière. Cet atlas s’inscrit dans le cadre plus vaste d’un ouvrage complet traitant entre autres du département, de son histoire et de son environnement. En 1990, Alain Cornette réitère la démarche d’Émile Abonnenc et présente une carte archéologique de la région où sont recensés 108 sites amérindiens. Par ailleurs, des associations d’amateurs interviennent sur quelques sites. Des publications sont réalisées par Alain Cornette, Hugues Petitjean‑Roget, Andrée Loncan.

26Quand le programme de Petit Saut débute, quatre datations par radiocarbone sont disponibles sur l’ensemble de la Guyane. Elles correspondent à des objets isolés et peuvent être difficilement rattachées à un contexte stratigraphique. Elles ne permettent en aucun cas la mise au point d’une typochronologie. Enfin, en 1994, Stéphen Rostain soutient une thèse de Doctorat à Paris I Panthéon‑Sorbonne intitulée Occupation amérindienne ancienne du littoral de Guyane.

Le développement de l’archéologie de la période historique

27La période historique –qui englobe les périodes de colonisation, moderne et contemporaine– fait l’objet de nombreuses recherches et publications. Elles concernent plus particulièrement l’histoire générale de la Guyane et les faits de société étroitement liés à l’image du département tels le bagne et l’orpaillage (Henry 1989). À partir de 1982, sous l’impulsion de Yannick Le Roux, des fouilles sont entreprises sur des sites de période coloniale. Les premières sont effectuées sur l’habitation Poulin à Rémire, puis, à partir de 1984, de façon beaucoup plus exhaustive, sur l’habitation Vidal. À la même époque débutent le classement de monuments et leur restauration.

28L’ensemble de ces démarches, tant concernant la phase culturelle précolombienne que celle dite historique –cadre de ce travail– marque les premiers pas de l’archéologie guyanaise dans la zone littorale. Le domaine sylvestre reste alors encore délaissé. Il est réputé pour sa difficulté d’accès et les problèmes liés tant aux déplacements qu’à une éventuelle conservation de vestiges anciens.

Mise en place des structures de la recherche

29La mise en place des cadres juridiques et administratifs de l’archéologie a connu un décalage par rapport à la métropole. La loi du 27 septembre 1941 portant sur la réglementation des fouilles archéologiques ne devient applicable dans les départements d’outre‑mer (dom) qu’à partir de 1965. La circonscription archéologique de la Guyane, devenue direction des Antiquités puis service régional de l’Archéologie, est créée en 1972. Les directeurs indemnitaires et intérimaires se succèdent (J.‑F. Turenne 1972‑1974, D. Groene 1974‑1976, J.‑M. Moreau 1976‑1987, F. Rodriguez‑Loubet 1987‑1992) sans que des structures stables soient mises en place. Il faut en effet attendre 1992 pour que la Guyane soit pourvue d’un service régional qui lui soit propre avec la création d’un poste de conservateur. Guy Mazière en est le premier titulaire.

30Sous l’impulsion de Danièle Lavallée, directeur de recherche au Centre national de la recherche scientifique (cnrs), un poste d’archéologue professionnel (volontaire à l’aide technique ou vat) est créé en 1984 pour structurer et assurer le suivi de la recherche archéologique en l’absence d’organisme de recherche implanté localement. Le poste, occupé successivement par deux archéologues (A. Cornette puis S. Rostain), est supprimé en 1987. De 1987 à 1991, le centre Orstom de Cayenne accueille un étudiant (S. Rostain) en thèse d’archéologie en lui offrant une bourse d’étude.

31À partir de 1979, plusieurs associations régies par la loi de 1901 prennent corps :
– l’association guyanaise d’Archéologie et d’Ethnographie (agae, 1979) ;
– l’atelier de Recherche archéologique (ara, 1987) ;
– l’association rouranaise d’Archéologie et d’Ethnographie (arae, 1987) ;
– le collectif d’Études et de Recherches archéologiques de Guyane (cera‑Guyane, 1989).

Historique des recherches sur le bassin du Sinnamary

Les sources archéologiques

  • 5 Le numéro de site correspond à l’inventaire établi sur l’opération du barrage de Petit Saut.

32Concernant la phase culturelle amérindienne, les données archéologiques sont extrêmement pauvres. Deux sites de plein air sont connus et inventoriés. Le premier (bps [barrage de Petit Saut] 14)5 est localisé sur le Courcibo, affluent majeur du Sinnamary, au niveau d’une importante rupture de charge de 4 m de dénivelé (Saut Kawènn). Des sondages sont réalisés par l’agae en juillet 1983, suite à la remise de l’avant‑projet de Petit Saut. Des éléments céramiques et une hache polie sont découverts dans une couche de 40 cm d’épaisseur. Le second (bps 1), éloigné du fleuve, est situé dans la partie inférieure de la route d’accès au barrage, à la jonction entre forêt et savane. Il est repéré en 1988 par un agent de l’Office national des forêts (onf), D. Feuillet, qui y effectue des ramassages.

33Huit sites à polissoirs sont répertoriés par Émile Abonnenc sur le bassin du Sinnamary, dont 5 dans l’emprise. Ils sont situés sur le cours du fleuve à Saut l’Autel (bps 94) « de nombreux polissoirs en cupules et fuseaux sont mentionnés par J. Hurault et B. Choubert », et sur ses affluents majeurs : confluence avec la crique Cœur Maroni (bps 108) « il mentionne deux ensembles de polissoirs regroupant 10 gouttières et 8 cupules », la crique Tigre en aval de Gare Tigre (bps 244), « on signale 3 groupes, 2 cupules et 5 à 6 gouttières », et au dégrad Pierre (bps 289) « il signale quelques polissoirs », le Courcibo à Saut Kawènn (bps 52) « 4 polissoirs sont relevés par M. Baud sur ce site » (Abonnenc 1952). L’agae confirme la présence de nombreux polissoirs et les classe en 4 types : cupule simple, cupule à nombre, en fuseau, en trait fin. Selon les intervenants, ces derniers peuvent être interprétés comme des pétroglyphes.

34La présence d’anciennes populations amérindiennes est aussi attestée par des découvertes faites par des orpailleurs, seule population actuelle du Sinnamary. Ils mentionnent de nombreux sites à polissoirs et découvrent des objets en fond de rivière. À partir de 1980, ils utilisent des « dragues suceuses ». Ce sont des pontons flottants équipés de pompes à graviers employées par un plongeur pour aimanter le sluice (cf. doc. 8, p. 78). Le lit du fleuve est exploité. De multiples pièces céramiques, lithiques et en bois sont découvertes. Généralement en excellent état de conservation, elles sont réparties dans une multitude de collections privées pouvant parfois regrouper plus d’une centaine de pièces.

35Pour la période historique, aucune recherche archéologique n’avait été entreprise dans l’ensemble du bassin du Sinnamary avant l’opération de Petit Saut.

Les sources historiques

Les fonds d’archives

36La recherche historique a consisté d’abord à rassembler la documentation bibliographique et cartographique, en particulier à la Bibliothèque nationale de France (bnf, salle des Imprimés, Cartes et Plans et Périodiques) ainsi qu’à la bibliothèque du centre des Archives d’outre‑mer d’Aix‑en‑Provence (caom), à la bibliothèque de la Compagnie de Jésus à Chantilly, à la bibliothèque du Muséum d’histoire naturelle (Paris) et à la bibliothèque municipale de Lyon et, de façon plus épisodique, dans les fonds de l’ign, et de Keystone‑L’Illustration, etc.

37Outre les ouvrages imprimés, l’effort le plus important a porté sur les fonds d’archives (documents écrits, cartes et plans, photographies). Conformément aux axes définis avec Philippe Nowacki‑Breczewski, il s’agissait d’abord d’appréhender la qualité et le renouvellement du peuplement du bassin du fleuve dans la seconde moitié du xviiie s. Les Archives nationales (an) ont formé la base indispensable pour le xviiie s., grâce à la série C14 (Correspondance à l’arrivée. Guyane) et la collection Moreau de Saint‑Méry (série F3). La salle des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France a permis de compléter la documentation bibliographique mais surtout d’avancer, de compléter et parfois de recouper les informations de la série C14. Les archives des jésuites, à Vanves, nous ont livré des éléments épars –peu ou pas connus– sur la Compagnie de Jésus en Guyane et à Sinnamary, de même que celles du caom d’Aix‑en‑Provence et les archives départementales de Guyane, à Cayenne. Les archives du Génie et celles de la Marine, à Vincennes, ont fourni des cartes et des dessins complémentaires.

38La recherche sur l’histoire de l’or s’est faite principalement à Cayenne, dans les très riches fonds –en cours de classement– de la direction régionale de l’Industrie et de la Recherche (Drire). Ceux‑ci ont été complétés grâce au fonds des faillites d’entreprises des Archives nationales (65 AQ) et par quelques dépouillements au caom, ainsi que par les fonds de photographies de la société de Géographie, conservés à la Bibliothèque nationale de France. Une aide précieuse nous a été fournie par M. Masson à ce sujet. Les fonds de la Drire ont permis également de faire progresser nos recherches relatives au bagne des Annamites de Saut Tigre, bien entamées cependant au caom d’Aix‑en‑Provence (série H, photographies).

39Sans la prétendre exhaustive, faute d’avoir dépouillé certains fonds au Brésil (Para/Bélem) ou au Surinam, la masse documentaire repérée est considérable, accessible et elle complète les données apportées par le terrain.

Les prémices historiographiques

40L’histoire de l’exploration et de la colonisation de la Guyane livre plusieurs versions de la quête éternelle de certains mythes, voire d’un paradis. La particularité de ce programme réside dans l’absence de toute référence archéologique disponible sur cette zone d’étude pour la période historique. Avant la colonisation –amorcée véritablement sous Louis XV– la Guyane fait partie de ces terres mythiques, inspirant voyageurs et aventuriers en quête de l’Eldorado décrit par Raleigh et Keymis (Bois 1967). Elle représente le paradis de la fortune matérielle –plus encore même quand on connaît les vertus enthousiasmantes du métal jaune– et puise sa référence dans la puissance nouvelle de l’État espagnol au xvie s. Elle offre, au xviie s., des espaces à conquérir par le commerce mondial des compagnies et, simultanément, des peuplades à affranchir par les pères capucins et jésuites. Le monde chrétien voit désormais l’intérêt réciproque de « traiter », c’est‑à‑dire d’avoir des relations commerciales et « spirituelles » avec les Indiens, par le biais de la conversion. Le récit du père de La Mousse (1684‑1699) répond particulièrement à cette vision qui aboutira à l’établissement des missions jésuites et à des relations commerciales plus régulières avec les Indiens de la côte. Ces récits de pères portugais et français nous ont fort inspiré, par leur abondance de détails et leur relation de proximité avec les Indiens (cf. les récits de Grillet et Béchamel [1674], Demontezon [1857] et les lettres du père Lombard [Lettres édifiantes 1781]). C’est ce sentiment profond qui anime, vers 1760, les promoteurs de la colonie guyanaise Turgot et Chanvallon, dont P. Michel (1989) a traité longuement et qui trouve un premier aboutissement dans la synthèse historique d’Artur (fin xviiie s.) avant celle, plus contemporaine, d’Henry (1989). Indiens et colons se réunissent pour bâtir la colonie et pour combattre tous ceux qui peuvent lui nuire : puissances coloniales concurrentes, Noirs marrons, déserteurs... L’esprit de la colonie, c’est le désir d’organiser, dans l’intérêt de tous, une population étrangère. Cette période abonde de récits de scientifiques et de « militaires », mandatés par l’administration coloniale pour découvrir et marquer ce territoire par des cartes et des rapports qui se concrétisent par l’édification de bourgs et de fortifications. Ce nouveau paradis économique et social réunit des gens socialement très différents, des ethnies, des aventures dans un but commun : construire une nouvelle société, non pas dans l’esprit de Rousseau, mais presque... Les gens, sur place, sont (presque) des égaux, surtout les Blancs, puis les Indiens –les hôtes de ce territoire commun– enfin les Noirs des habitations, voir les récits (Chanvallon, Préfontaine 1763, Fusée‑Aublet 1775, Fitz‑Maurice 1787, Barbé‑Marbois 1797, Ramel 1799, Banon 1819), avec le regard de l’ethnologue à ce sujet (Hurault 1989), et surtout une description abondante de ce nouveau monde par des cartes et des plans de villes (Préfontaine 1764a, b ; Boulongne 1765 ; Dessingy 1770 ; Leblond 1789). La Révolution ne changera pas cet état d’esprit neuf, empreint à la fois du conservatisme le plus féodal et de velléités plus libérales... Jusqu’à Schoelcher, peut‑être, et à cette fin de xixe s. qui ravive les passions et fait renaître le paradis de l’or, cet or accessible à tous, Indiens, Antillais anglophones et francophones, Américains et Brésiliens, mais qui sacrifie les Amérindiens dans sa quête (Mam‑Lam‑Fouck 1987).

41Le métal aurifère a attiré beaucoup de monde, depuis les ingénieurs, géographes, géologues et autres prospecteurs, en particulier Chapel (1788). Il faut remarquer que les techniques de l’orpaillage en Guyane ont inspiré nombre d’auteurs dès la découverte de l’or dans cette région en 1866. La bibliographie établie par Abonnenc (Abonnenc et al. 1956) est à ce titre une source primordiale pour toute recherche sur ce thème. Au xixe s., des historiens abordent, dans des ouvrages généraux sur la Guyane, les aspects représentatifs des périodes les plus récentes du Sinnamary. Lezy (1989), Mam‑Lam‑Fouck (1987) et Petot (1986 ; 1993) soulignent l’importance de la découverte de l’or dans le bassin du fleuve, en particulier, sur les placers d’Adieu Vat et de Saint‑Élie.

42La ruée vers l’or en Guyane correspond à peu près à l’implantation du bagne. À ce sujet, seul Ballof (1979) présente une synthèse assez complète de l’histoire des trois camps annamites –au statut particulier– ayant fonctionné entre 1933 et 1945, dont celui de Saut Tigre sur le Sinnamary.

Historique de l’opération de sauvetage archéologique de Petit Saut

43Depuis la fin de l’année 1994, le plan d’eau du barrage hydroélectrique de Petit Saut recouvre plus de 300 km2 de forêt amazonienne. Les études préalables à la construction de l’ouvrage d’art ont pris en compte, au même titre que les recherches à mener sur l’environnement, la nécessité de développer un programme de recherche archéologique. À l’exception de fouilles archéologiques ponctuelles menées par une association d’amateurs (agae), les connaissances de l’histoire du bassin du Sinnamary restaient lacunaires. Une étude d’impact archéologique est néanmoins demandée à Alain Cornette (cera‑Guyane), dans le cadre de la préparation du dossier de déclaration d’utilité publique. Suite aux résultats positifs de l’étude, une convention‑cadre est négociée et mise en place par François Rodriguez‑Loubet en 1989 et développée par Guy Mazière en 1992. Ce programme de recherche exécuté par des personnels de l’Association des fouilles archéologiques nationales (Afan) est placé sous le contrôle scientifique du ministère de la Culture, sous‑direction de l’Archéologie. Il est financé par Électricité de France avec le soutien de l’État et de la Région. En 1992, le Département s’est intégré indirectement à la recherche par une action parallèle sur le patrimoine industriel.

La zone d’emprise du barrage

44L’étendue du secteur de recherche, 310 km2, fait de l’opération de Petit Saut une des plus importantes si ce n’est la plus importante opération de sauvetage menée sur le territoire français. Elle s’est déroulée dans un contexte spécifique (forêt équatoriale) sans qu’aucun archéologue en début d’opération puisse revendiquer une maîtrise de celui‑ci (milieu quasiment vierge d’étude).

45Seule la zone d’emprise de l’ouvrage d’art et de ses voies d’accès offre certaines similitudes avec un chantier métropolitain par la présence d’infrastructures classiques (proximité de zones urbanisées, voies routières, moyen de communication, etc.) et la possibilité d’utiliser des engins mécaniques à disposition sur le site. L’emprise du lac de retenue représente plus de 95 % de la zone d’investigation. La voie d’accès privilégiée en est le fleuve. Les déplacements s’opèrent en coque de bois ou d’aluminium, que l’on nomme localement « pirogue », propulsées par des moteurs de puissance variable.

46L’aire de recherche du sauvetage programmé de Petit Saut est répertoriée au service régional de l’Archéologie de Guyane. En début d’opération, un unique numéro d’inventaire a été attribué au secteur touché par les travaux : 97 312 240 AH.

47La zone est localisée entre les coordonnées mtu (Mercator Transverse Universel) suivantes :
– entre 5°05’ et 4°35’de latitude nord ;
– entre 52°50’ et 53°20’de longitude ouest.

48Elle est sise sur les communes de Sinnamary (312), Saint‑Élie (358), Kourou (310) et sur des terrains appartenant à l’État. Elle est cartographiée par l’ign (1/50 000) et l’Orstom (fonds hydrographique).

49Les zones d’intervention archéologique ont été :
– la zone de l’aménagement du chantier du barrage localisé en berge droite et de manière moindre en berge gauche du Sinnamary, au lieu‑dit Petit Saut ; elle est défrichée sur environ 2 km2 ; les travaux d’aménagements ont commencé dès 1989 (aménagement des locaux edf, base‑vie, déboisement en amont de l’ouvrage, carrière, zones d’emprunts, terrassements divers...) ;
– la route construite pour l’accès au chantier à partir de la « route de l’Espace » (ancienne RN1) ; elle s’étend sur 42 km serpentant sur une ligne de crête déboisée (en 1986) sur une emprise de 100 m ; la ligne électrique à haute tension, servant à l’évacuation de l’énergie s’y inscrit pour sa plus grande partie ; dans sa section nord, elle recoupe la jonction entre savane et forêt ;
– les layons d’exploitation forestière ouverts à partir de la piste d’accès au barrage ; ils sont réalisés par le passage d’engins mécaniques de débardage vers les essences recherchées, repérées en prospection pédestre ; ils forment des réseaux de ramifications multiples à partir d’un axe principal ne dépassant pas 3 km de pénétration dans la forêt ;
– les « digues au large » ; ce sont quatre cols d’altitude imprécise, localisés en limite de partage des eaux du Sinnamary et du Kourou ; ils ont fait l’objet de terrassements, sur 7 ha, pour assurer la fermeture de la retenue d’eau ; ils sont isolés en forêt à 40 km au sud‑est de l’ouvrage ; l’accès se fait par voie aérienne ;
– la nouvelle gare Tigre et son layon d’accès (22 km sur 30 m de large) ; ce lieu d’accostage (« dégrad ») permet d’accéder au layon menant à Saint‑Élie ; l’ensemble représente une surface de 46 ha ;
– l’ensemble de la retenue d’eau en amont du barrage, 150 km2 d’une altitude inférieure à 25 m ; cette zone, non défrichée, s’étend de Petit Saut à Saut Takari Tanté sur le Sinnamary et à Saut Lucifer sur le Courcibo ; elle concerne le cours du moyen Sinnamary sur 90 km et le cours supérieur de certains de ses affluents ; elle présente une extrême dispersion de ses ramifications liée à la nature du relief avec formation d’îles et d’îlots ;
– le lit du Sinnamary qui fut asséché lors de la mise en place des batardeaux ;
– de plus, deux missions ont été réalisées sur le bassin versant du Sinnamary, en dehors de l’emprise de la retenue d’eau ; l’une a été effectuée sur le haut cours du Sinnamary jusqu’aux environs de la crique Neptune ; l’autre concerne une reconnaissance de l’inselberg de la Trinité.

Chronologie de l’opération (1990‑1995)

50La perspective d’un sauvetage archéologique en Guyane et en milieu équatorial est neuve. Des méthodes d’investigation sont mises au point en fonction des impératifs dictés par l’environnement. En 1990, les priorités se portent plus particulièrement sur l’installation d’un embryon de service régional de l’Archéologie (rénovation des locaux, mise en place d’un fonds bibliographique). Des interventions privilégiées sont effectuées sur les sites historiques d’Adieu Vat et du bagne des Annamites (inventaires, topographies, sondages...), sur les premières prospections‑inventaires des sites à polissoirs ainsi que sur la reconnaissance de la piste d’accès menant à Petit Saut. Parallèlement aux travaux de terrain, des recherches en archives sont réalisées à la Bibliothèque nationale de France à Paris et aux archives départementales à Cayenne. Cette première année se déroule dans le contexte du début de chantier qui voit la mise en place des structures d’accueil. L’équipe est constituée de deux archéologues de l’Afan (Philippe Nowacki‑Breczewski, chef de projet, et Olivier Puaux, topographe).

51En 1991, les prospections‑inventaires se poursuivent et près d’une trentaine de sites sont repérés, qu’il s’agisse d’implantations amérindiennes ou historiques. Compte tenu des moyens humains, ces prospections sont consacrées principalement au suivi des défrichements et des décapages des abords du chantier. Six sites amérindiens de plein air font l’objet d’interventions dont deux avec décapage à l’aide d’une pelle mécanique. Pour la première fois en Guyane, la fouille de ces sites fournit une vision extensive des occupations et de leur stratigraphie. Outre du mobilier, les structures avec dépôt organisé de matériel céramique sont fouillées. Les premières datations 14C sont effectuées par le laboratoire Archéolabs. La courte mission à l’inselberg de la Trinité a lieu. L’étude du mobilier céramique collecté par l’agae sur le site bps 14 est réalisée. Une technicienne guyanaise en archéologie (Sandra Kayamaré) est recrutée par le biais d’un contrat emploi solidarité (ces).

52À partir de 1992, le programme archéologique de Petit Saut prend une nouvelle dimension. L’équipe est renforcée par trois personnels de l’Afan (deux archéologues, Sylvie Jérémie et Stéphane Vacher, une dessinatrice, Héléna Hostein). La prospection se concentre sur la future retenue d’eau et, à la fin de l’année, 195 sites sont répertoriés. Il s’agit essentiellement d’implantations amérindiennes (occupations de plein air, polissoirs). Une phase de sondages‑évaluations est entreprise en parallèle. Un inventaire des pièces archéologiques trouvées sur le Sinnamary et provenant des collections privées d’orpailleurs est mené à bien. Une mission sur le haut Sinnamary organisée par l’Orstom a lieu. Le site d’implantation des « digues au large » est prospecté. Une prospection subaquatique est effectuée au droit du barrage de Petit Saut. Lors de la coupure du fleuve, des observations sont réalisées dans le lit du Sinnamary. Des travaux connexes à l’opération de sauvetage sont entrepris sur la zone de sauvetage. Il s’agit de relevés archéologiques réalisés par Régis Picavet sur la drague aurifère de Courcibo (cf annexe 3). Cette accélération de l’activité archéologique demande la création de nouveaux outils aptes à recevoir et gérer les données collectées jusqu’en fin d’opération : carte archéologique, etc.

53La phase de prospections‑sondages entamée en 1992 se poursuit en 1993. Au 31 décembre, 276 sites sont localisés, répartis en grande partie sur l’ensemble de l’emprise de la future retenue d’eau. Grâce au soutien logistique d’edf, des interventions plus lourdes sont réalisées. Trois sites sont décapés en forêt primaire à l’aide d’une pelle mécanique. La remontée de l’engin sur une barge s’effectue jusqu’à 32 km en amont de Petit Saut. Outre la vision extensive des occupations et de leur stratigraphie, la fouille de ces sites livre une quantité d’informadons sans précédent. Une prospection est entreprise sur les sites historiques mentionnés sur les cartes ign. Une recherche de plus grande ampleur sur les données historiques débute au centre des Archives d’outre‑mer à Aix‑en‑Provence et aux Archives nationales à Paris (Michel Philippe). Des contacts sont pris pour mettre en place, lors de la phase de synthèse, des études ostéologiques, anthracologiques et sédimentologiques.

54Après le décès, au mois d’octobre 1993, du responsable scientifique de l’opération Philippe Nowacki‑Breczewski et le départ de la dessinatrice à la fin de la même année, deux nouveaux archéologues sont recrutés (Alain Lagme‑Urgal et Jérôme Briand). La phase de prospections‑sondages s’achève au début de la mise en eau, en février 1994. Depuis le début de l’opération, 288 sites ont été repérés toutes époques confondues.

55Dès le début de l’année, une partie puis la totalité de l’équipe entreprend l’étude des données résultant de quatre ans de terrain. Le travail préparatoire est considérable : uniformisation des données, fin du lavage du mobilier (septembre 1994), remontage, mise en place d’une terminologie de référence. La synthèse sur la partie historique est achevée après un complément de recherche en archives effectué d’une part par François Masson, d’autre part par Olivier Puaux et Michel Philippe. Plusieurs programmes d’études, engagés en 1993, sont mis en place et doublés de nombreuses analyses dans des laboratoires spécialisés : Muséum d’histoire naturelle (ostéologie) et l’Orstom (sédimentologie). Une convention est signée avec le centre Orstom de Bondy pour mener à bien la datation de 100 échantillons de charbons de bois. L’ensemble du mobilier et archives de fouilles a été déposé au service régional de l’Archéologie.

56Si les études sur la période historique ont pris fin en 1994, celles concernant la période amérindienne se poursuivent en 1995, en raison de la masse de données restant à traiter. Le nombre de sites inventoriés est passé à 305.

57Ce programme archéologique qui vient de se dérouler pendant près de six années sur le barrage de Petit Saut restera comme le premier travail d’envergure jamais réalisé en Guyane. Démontrer que la forêt amazonienne ne fait pas obstacle au développement de travaux de ce type est l’un des objectifs de ces recherches. Bien que l’ensemble de la zone d’étude n’ait pu être couverte (près de 300 km2), il s’agit avant tout d’acquérir ou d’appliquer des méthodes de prospections et de fouilles propres à ce type de milieu. Quant aux recherches menées en archives, il s’avère que les fonds disponibles, bien que dispersés aux quatre coins de la métropole et au‑delà, sont d’une richesse insoupçonnée. L’ensemble des données recueillies pendant le déroulement de ce programme doit servir de cadre de référence et permettre de s’intégrer dans des programmes régionaux de recherche.

Notes

1 Les points kilométriques sont calculés à partir de l’océan.

2 Brûletout de Préfontaine : Voyage du Sieur de Préfontaine, commandant de la partie nord de la Guiane qui remonta le cours du Sinamary en 1763 (CAOM : fonds Moreau de Saint‑Mery, Col F3‑289 no 22).

3 adg, série 4, paquet 32.

4 In : La feuille de la Guyane, 1821, séance du 2 janvier de la Société guyanaise d’Instruction.

5 Le numéro de site correspond à l’inventaire établi sur l’opération du barrage de Petit Saut.

Table des illustrations

Légende FIG. 1 – Partie nord‑est de la Guyane française.
Crédits OP del./ Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42738/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Légende FIG. 2 – Croquis du projet de captation d’eau sur la crique Maroni par M. Delannon, le 16 mars 1920.
Crédits ADG, série II, paquet 32
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42738/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Légende FIG. 3 – Carte de la retenue d’eau du barrage de Petit Saut.
Crédits HH del./Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42738/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 56k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search