Version classiqueVersion mobile

Atlas historique de Saint-Denis

 | 
Michaël Wyss

5. Territorium

† Claude Lorenz et Michaël Wyss

Résumé

Proche à la fois de l’Estrée et de la Seine, Saint‑Denis était dès l’origine parfaitement intégré dans le système des grandes voies de communication qui permettaient à l’abbaye de percevoir les redevances de ses vastes domaines, situés principalement en région parisienne et dans le nord de la France.

L’approvisionnement des chantiers en matériaux de construction était assuré par la bâtellerie. De plus, la possession de la grande boucle de la Seine habilitait les moines à prélever des taxes sur les marchandises qui transitaient par leurs ports fluviaux.

À l’échelle de son territoire, Saint‑Denis était relié à la campagne par un réseau routier rayonnant. Au début du ixe s., les moines firent creuser un canal de dérivation amenant les eaux de la rivière du Croult à l’abbaye. Très tôt, l’énergie du courant favorisa la construction de moulins. L’aménagement du paysage se devine également au travers du relevé des lieux‑dits. En 1399, la déclaration des revenus de la ferme de Merville détaille les différents types d’exploitation en vigueur dans ce domaine.

La restitution de la banlieue de Saint‑Denis est relativement aisée grâce à l’abondance des plans et des textes. Parmi ces pièces figure le dossier relatif au bornage du territoire de la ville, décidé en 1704. Simultanément, l’abbaye commanda à ses agents voyers la confection des plans terriers des quatre seigneuries limitrophes de la ville: La Courneuve, Saint‑Léger, Aubervilliers et La Chapelle.

Depuis le début du xiie s., la plaine entre Saint‑Denis et La Chapelle accueillait la foire du Lendit. Les nombreuses archives relatives à cet événement nous renseignent sur la topographie du champ de foire qui était annuellement implanté sur le territoire de l’abbaye, en bordure du grand chemin pavé de Saint‑Denis à Paris. En 1556, pour des raisons de sécurité, le Lendit fut définitivement transféré sur la place Panetière.

Texte intégral

Le présent chapitre situe Saint‑Denis dans la campagne environnante. Le cadre géographique est limité à la région nord de Paris car il s’agit du territoire qui subvient principalement à l’approvisionnement de l’abbaye et de la ville. Le témoignage de Doublet a l’intérêt de nous présenter, d’un point de vue économique et administratif, les seigneuries de l’abbaye limitrophes de la ville (doc. 101).

La réussite des foires de Saint‑Denis est sans doute pour une large part conjoncturelle, le site étant bien desservi par des axes commerciaux tels que la Seine et le réseau routier qui relie le Bassin parisien aux pays du Nord (cf. infra § 5.1 et 5.2). De plus, le détournement de la rivière du Croult a rendu possible l’établissement de nombreux moulins aux abords immédiats de Saint‑Denis ; ils constituent l’expression la plus manifeste du contrôle de l’organisation de la production locale.

Pour restituer la physionomie de la campagne environnante, nous proposons un recensement de la microtoponymie (cf. infra § 5.3) afin de recréer un paysage rural aujourd’hui presque totalement urbanisé.

En ce qui concerne le territoire de Saint‑Denis (cf. infra § 5.4), l’hypothèse qu’il existe une continuité entre un domaine antique (fundus) et le territoire des paroisses limitrophes de la ville, soumis à l’autorité seigneuriale de l’abbaye, a pu séduire M. Roblin, mais elle reste, de l’aveu même de l’auteur, invérifiable.

Les plans parcellaires des seigneuries permettent d’approfondir les aspects de l’occupation du sol (cf. infra § 5‑5). Les progrès de l’économie rurale se laissent apprécier, à la fin du xive s., grâce à l’exemple du domaine de la ferme de Merville.

Quant à notre enquête sur la célèbre foire du Lendit, elle ne concerne que l’organisation du champ de foire.

Pour finir, la dimension spatiale s’élargit à l’échelle de la région. L’étude géologique (cf. infra § 5.6) s’intéresse aux environs de Saint‑Denis sous l’angle de la provenance des matières premières utilisées dans la construction.

Document 100
La prétendue concession de la foire de la Saint‑Denis donnée par Dagobert Ier, un faux du début du xe s.

Entre 680 et 688, Thierry III (Atsma, Vezin 1981 : no 568) exempte l’acheminement des denrées vers Saint‑Denis des tonlieux que les agents royaux ont coutume de lever pour la traversée des lieux de passages (villes, ports, ponts, etc.). Cette franchise de transport, tractoria, est à mettre en rapport avec la foire annuelle qui se tient à l’abbaye le 9 octobre, jour de la fête de saint Denis. L’institution de ce marché remonterait à Clovis II (639‑657). Un diplôme confirmatif de Childebert III daté de 709‑710 (Atsma, Vezin 1982 : no 586) atteste, de plus, la concession à l’abbaye du revenu des tonlieux levés sur les marchands qui fréquentent la foire, parmi lesquels sont cités les Saxons, Saxones. Le même acte témoigne du transfert du champ de foire à proximité de Paris, entre les basiliques de Saint‑Laurent et de Saint‑Martin‑des‑Champs. D’après un diplôme de Pépin le Bref datant de 753, les marchands, tant saxons que frisons, ou venus d’autres nations voisines, se rendent au marché de Saint‑Denis pour y acheter du vin (Atsma, Vezin 1986 ; Brunel, Lalou 1992 : 63). En 814, un acte de Louis le Pieux cite également le commerce du miel (Félibien 1706 : XLVI) et l’on peut supposer qu’en contrepartie les marchands du Nord apportent des laines et des draps (Levillain 1930 ; Lebecq 1983). À partir de 845, les raids normands ont certainement perturbé ces relations commerciales. Toutefois, vers le début du xe s., un faussaire de l’abbaye fabrique ce diplôme, attribué à Dagobert Ier, qui témoigne de la reprise de la foire et figure en tête du « Cartulaire blanc de Saint‑Denis » (AN, LL 1157 : 2). Le faussaire a emprunté aux diplômes précités l’indication du lieu de foire, à Paris près de Saint‑Martin‑des‑Champs, ainsi que l’exemption des multiples tonlieux dont la traduction demeure un problème délicat. L’acte fixe, pour la première fois, la durée de la foire à quatre semaines et tente de protéger les marchands de toute concurrence, dans la limite du pagus. Par rapport aux sources antérieures, ce document apporte une précision supplémentaire sur les produits échangés en mentionnant le négoce de la garance. De même, aux côtés des marchands saxons, le faussaire ajoute ceux qui viennent d’Italie, d’Espagne, de Provence et d’« autres pays ». L’acte confirme l’importance des ports par où les commerçants avaient coutume d’arriver : Rouen et Quentovic (Wicus).
Source – Levillain 1930 : 15‑16, traduction française : L. Levillain.

Sache votre sollicitude et prudence que nous avons voulu et institué, en l’honneur de notre seigneur et glorieux patron Denis, un marché à construire sur l’estrée qui va à Paris, au lieu‑dit Pasellus sancti Martini, à l’occasion de cette messe qui a lieu une fois l’an, le septième jour des ides d’octobre, pour tous les marchands qui résident dans notre royaume ou qui viennent d’outremer. Et vous, nos délégués à ce marché, et vous, les habitants de toutes les cités de notre royaume, et surtout vous, qui venez d’outremer par les ports de Rouen et de Wicus pour acheter des vins, du miel et de la garance, sachez‑le : cette année‑ci et l’année suivante jusqu’à la troisième année, le tonlieu a été concédé tel qu’il existait auparavant ; à partir de la troisième année et désormais, les marchands paieront à l’abbaye de Saint‑Denis deux sous par charretée de vin et de miel, et deux sous également par charretée de garance. Les Saxons, les marchands de Wicus et de Rouen et tous les habitants des autres cités paieront pour leurs transports par eau douze deniers par cargaison, et, selon l’antique coutume, les voluntatici et passionatici, jusqu’au dernier de leurs successeurs et descendants. Nous ordonnons aussi que ce marché ait une durée de quatre semaines pour permettre aux marchands d’Italie, d’Espagne et de Provence et des autres pays d’y venir. Nous voulons encore et nous ordonnons expressément que nul marchand n’ose faire du négoce dans tout le pagus de Paris ailleurs que sur le marché qu’en l’honneur de saint Denis nous avons institué et instituons : si quelqu’un le fait, qu’il paie pour cela notre ban à l’abbaye de Saint‑Denis. Nous ordonnons enfin et vous mandons expressément, à vous tous, les fonctionnaires, à vos subordonnés et à vos successeurs, présents et à venir, que l’abbaye de Saint‑Denis n’éprouve jamais, de notre part ou de la vôtre, aucune opposition au sujet de ce marché, ni à l’intérieur de Paris ni au dehors dans le pagus, en ce qui concerne les tonlieux, à savoir les navigii, portatici, pontatici, rivatici, rotatici, vultatici, themonatici, chespetatici, pulveratici, foratici, mestatici, laudatici, saumatici, salutatici : toutes ces choses et, de toutes ces choses, ce qui pourrait être perçu pour notre trésor ou pour le fisc public sur les opérations commerciales faites à l’occasion de ce marché, que l’abbaye de Saint‑Denis et ses agents les aient à perpétuité, en vertu de notre concession et de notre autorité.

1.

Document 101
De l’abbé, des dignitaires et officiers de l’abbaye, par Doublet en 1625.

Dans le texte qui suit, Jacques Doublet énumère les officiers qui, sous la direction de l’abbé, participaient à l’administration de l’abbaye (on sait que l’historien exerça un certain temps l’office de cénier). Les détails qu’il fournit sur les charges et bénéfices permettent de distinguer les offices claustraux des offices ruraux ou prévôtés. Tous ces officiers étalent des moines qui possédaient, pour la plupart, des hôtels particuliers dans l’enceinte du monastère et, souvent, sur des domaines appartenant à l’office. Doublet rend également compte de la suppression de plusieurs offices qui passèrent sous le contrôle de l’abbé lui‑même.
Source – Doublet 1625 : 423‑430.

  • 1 Bois de Madrid : actuel bois de Boulogne.

Le venerable Abbé de sainct Denys, entre plusieurs beaux droits & prerogatives, a ce pouvoir, à son joyeux advenement & nouvelle promotion en la dignité d’Abbé, de donner une lettre de chacun mestier de ceux qui sont en la ville de sainct Denys, à sçavoir de Changeur, Espicier, Huylier, Pelletier, Cirier, Boucher, Teinturier, Drapier, Foulon, Tixerrant, Gantier, Tavernier, Bourrelier, Cordonnier, Sueur, Conroyeur, Frippier, Charpentier, Couvreur, Maçon, Crieur, Savetier, Languayeur, Courtier, Charcutier, Ceinturier, Menuisier, Serrurier, Tondeur, Mesureur, Arpenteur, Priseur, Compteur, Mouleur, Porteur, Deschargeur, & autres, tous lesquels Maistres ouvrans & tenans boutiques & ouvroirs doivent audit Abbé le Jour des Octaves de sainct Denys le droit de cens, lequel s’ils sont defaillans de payer, sont condamnez à l’amende. Pour lesquels mestiers il y a plusieurs belles ordonnances & constitutions, & pour la police d’iceux l’Abbé a ses Officiers qui ont le pouvoir de la faire garder & observer susdits Maistres. En l’Abbaye de sainct Denys l’Abbé y fait exercer la Justice tant pour le spirituel que pour le temporel. Pour la Justice spirituelle il y a le Religieux Official lequel cognoist de toutes matières spirituelles, de delicts, des mariages, monitoires, actions personnelles, & c. les appeaux duquel vont directement à Rome. II a les amendes de sa Cour, & a un Clerc qui fait & tient le registre de sadite Cour. II a un Promoteur, Appariteurs, & autres Officiers. Quand pour le faict de crime il y a un prisonnier Clerc pris, arresté, ou detenu par la Justice laïque, en quelque lieu qu’il ait esté pris en l’estenduë de la Chastellenie de sainct Denys, il est rendu audit Official en premier lieu, lequel le rend à l’Official de Paris, si la cognoissance du cas luy en appartient, ou pource qu’il est de la Juridiction de l’Archevesque de Paris, ou pour autre cause ; & ne doit point le Bailly le rendre audit Official de Paris, ains seulement à l’Official de sainct Denys pour en faire ce que de raison. Une chose est à remarquer, c’est que ledit Official de sainct Denys cognoist du crime de leze Majesté, comme il appert par un Arrest de la Cour de Parlement de Paris de l’unziesme Mars 1339 par lequel un Chanoine de sainct Paul de la ville de sainct Denys, atteint dudit crime, luy fut renvoyé pour luy faire son procez. Le Religieux grand Commandeur a la Justice temporelle pour l’Abbé, haute, moyenne et basse en l’Eglise, en l’Abbaye, & en l’enclos d’icelle sur les delinquans estans personnes laïques, pour l’exercice de laquelle il a un Bailly particulier, appellé le Bailly de la Commanderie, Lieutenant, Procureur, Greffier, & autres officiers. Lequel Bailly cognoist de tous crimes, & de tous delicts commis par les domestiques des Religieux & serviteurs, ou autres personnes seculieres, les appels duquel ressortissent directement en la Cour de Parlement. Or nul Juge, ny autre personne quelle qu’elle soit, ne peut prendre ny apprehender quiconque soit en l’Eglise, ny en l’Abbaye, ny en l’enclos d’icelle, ny y exercer aucune justice ny jurisdiction, pour cause du privilege des franchises & immunitez octroyez par les Roys de France, ainsi qu’en font foy leurs Chartes, à ladite Eglise. Apres le venerable Abbé, le premier en dignité est le reverend grand Prieur Claustral, lequel à cause de son benefice, qui se pourvoit en Cour de Rome, est seigneur temporel, haut, moyen et bas Justicier, du village, terre, & seigneurie de Dugny, & pour l’exercice d’icelle a un Bailly, Lieutenant, Procureur Fiscal, & autres Officiers.
L’Office des Charitez consiste en un bien separé d’avec celuy de l’Abbé, appartenant à la communauté des Religieux, duquel dépendent plusieurs belles terres & seigneuries en haute, moyenne et basse Justice. Cest Office est appellé Charitates, les Charitez, ou Officium Charitatum, l’Office des Charitez, dautant que ces biens ont esté donnez charitative, par charité, particulièrement aux Religieux & à leur communauté par les Roys, Reynes, Princes, Abbez, & autres personnes pieuses, afin de célébrer les Obits,
Anniversaires, Messes, suffrages, prieres & oraisons particulières. Pour lequel bien administrer, l’on eslit tous les ans à la sainct Jean un Religieux, qui au bout de l’an rend compte ; & le compte rendu, on procédé capitulairement à nouvelle election ; & si ledit Religieux a bien fait le mesnage, il est continué plusieurs années, sinon l’on change, & en eslit on un autre : & ce Religieux qui exerce cest office est appellé Magister Charitatum, le Maistre, le gouverneur, & le dispensateur des Charitez.
Le Religieux Chantre à cause de son benefice (qui se pourvoit en Cour de Rome) est seigneur temporel, mais seulement moyen et bas Justicier, l’Abbé estant le haut Justicier) de la terre & seigneurie du Port de Nully, anciennement Luny, & autres lieux adjacens, & a un Maire, Lieutenant, Procureur fiscal, & autres Officiers pour l’exercice de sa Justice, dont l’appel ressortit par devant le Bailly de sainct Denys. Il a son chauffage dedans le bois de Madry1, & est le chasteau royal dudit Madry basty sur sa seigneurie, pour raison de quoy le Roy lui paye tous les ans certaine redevance.
Le Religieux Cenier à cause de son benefice (qui s’admet en Cour de Rome) est seigneur temporel, moyen & bas Justicier du village de Pierficte où il a plusieurs beaux droits. Ce mot de Cenier vient du mot Latin Cœna, & de la dictus Cænarius, dautant qu’à luy appartenoit anciennement de donner le soupper aux Religieux, à cest effect avoit un grand revenu affecté à son benefice, que les Abbez ont mis à leur manse, & se sont chargez dudit soupper. Il fournit le dessert au Convent toute l’annee, & plusieurs autres redevances. Appartient au Cenier toutes les dismes tand de bled que de vin des villages & terroirs de Pierficte, Staings, la Courneufve, s. Leger, Villetaneuse, Villeneufve, & du Tartre, pour raison dequoy il est appellé le grand Dismeur, aussi il est chargé de grandes redevances, tant envers l’Abbé que les Religieux, l’infirmier, & Curez desdits villages. Le Religieux grand Aumosnier à raison de son benefice ( & qui se resigne en Cour de Rome) est seigneur temporel & spirituel, aussi haut, moyen & bas Justicier des villages & seigneuries de Grand‑puys, sainct Oüen, & Ver sainct Denys au pais de Brie, ensemble de la Chappelle prés la ville de Paris, de s. Oüen prés la ville de s. Denys, & de la moitié du village de la Villette prés Paris. Il a pareillement haute, moyenne & basse Justice, seigneurie, police, & un Tabellion qui passe les contracts en certains quartiers de la ville de sainct Denys, qu’on appelle les quatre chambres de l’Aumosne, à sçavoir en la ruë de l’Abbaye, & és ruës du Saulger, de l’Estree, & de sainct Remy. Il a toutes sortes d’Officiers pour l’exercice de sa Justice, avec un seel propre & particulier pour son Office, marqué de trois corbeilles. Ledit Office est de fondation royale.
Le Religieux Infirmier à cause de son benefice (qui se pourvoit en Cour de Rome) est seigneur temporel, haut, moyen & bas Justicier, & Vicomte du Plessis‑Belle‑Ville, aussi seigneur moyen & bas Justicier de s. Leger. C’est luy qui a la charge des Religieux malades, & qui leur doit administrer en partie ce qui leur est necessaire, l’Abbé estant tenu du surplus.
Le Religieux Thresorier à raison de son benefice (qui s’admet en Cour de Rome) est seigneur temporel, haut, moyen & bas Justicier du village de la Quarriere s. Denys. Il a particulièrement la charge des thresors, ornemens, & toutes autres choses, gardez en la salle où sont iceux thresors. En ceste considération il a une des clefs des armoires où ils sont enfermez, & les grand Prieur, Sousprieur & Chantre aussi en ont chacune une, & sont icelles clefs toutes dissemblables. II a dessous luy deux Religieux, à sçavoir le Sous‑thresorier, & le Compagnon du thresor, sur lesquels il a esgard. Il a plusieurs beaux droits & privilèges à cause de sondit benefice, dont il a esté parlé cy‑devant és sacres & enterremens des Roys. Il est tenu envers le Convent de la nourriture des Religieux quant à la pitance, le jour de sainct Eustache, aussi de certaines choses pour l’entretenement des chappes, & l’Abbé doit l’or, l’argent, & la soye pour la refection d’icelles.
Le Religieux grand Panetier à cause de son benefice (qui s’admet en Cour de Rome) a haute, moyenne & basse Justice, aussi droit de police en la ville de s. Denys sur les Paticiers, Meusniers, & Boulangers, & à cest effect il a un Bailly, & autres Officiers pour les visiter, chastier, & amander quand le cas y eschet. Il a puissance de donner des lettres de Maistrise desdits mestiers, & lors que quelqu’un veut se passer maistre, il faut qu’il face son chef‑d’œuvre, & soit receu par son Bailly & Officiers : & chaque Maistre luy doit le Jour de sa reception un plat de son mestier, ou soixante sols Parisis, avec autres droits. Il leur donne aussi le pouvoir de bastir des fours, & lors qu’ils sont tombez ils ne les peuvent rebastir ny agrandir sans son congé & permission, sur peine de 60 sols Parisis d’amende. Il est le premier seigneur du village d’Haultbervilliers, & de la plus grande partie d’iceluy, où il a moyenne et basse Justice, & est l’Eglise bastie sur sa seigneurie. Il est aussi seigneur en partie du village de Baignolet, & autres lieux, & a plusieurs arpens de terre en sa censive aux marests du Temple à Paris. Anciennement il avoit le soin de faire venir les bleds és greniers de l’Abbaye, & de faire faire le pain des Religieux : pareillement de faire fauscher les foins, & iceux serrer, mais les Abbez Commandataires ont tout changé cela, & s’en sont chargez, aussi ils ont pris le plus beau du revenu du benefice. Il doit le Jour de la s. Michel la pitance aux Religieux, & autres redevances.
Le Religieux Prevost de la Garenne de s. Denys à raison de son benefice (qui se resigne en Cour de Rome) est seigneur temporel, moyen & bas Justicier des villages de Gennevilliers, d’Asnieres, & Villeneufve, où il a plusieurs beaux droits, & en l’estenduë de la garenne, qui est ainsi nommee à cause d’un grand païs dans le contenu duquel il y a plusieurs villages où on va à la chasse, & est grandement fertile en lievres, lapins, & autre gibier : il est chargé de plusieurs redevances envers le Convent & quelques Curez pour leur gros.
Le Religieux grand Prevost Portier à cause de son benefice (qui se pourvoit en Cour de Rome) a droit de police en la ville de sainct Denys, & à avoir esgard sur les mesures du vin, sur le poids, & sur les aulnes dont les marchands aulnent leurs marchandises és foires, & n’en oseroient avoir d’autres sur peine d’amende. A luy appartiennent les amendes jusques à 60 sols. Il a son logis à l’entree de la porte de l’Abbaye, afin de prendre garde qui y entre & qui sort, & de donner advis de tout ce qui s’y passe : & vis à vis de sondit logis est aussi le logement du Prestre séculier appellé le Clerc de la porte, avec son serviteur, qui sont aussi pour soigner à ladite porte, l’ouvrir & fermer en temps & heure.
Laquelle porte de l’Abbaye est tres‑belle, ayant deux grosses tours bien flanquees, pavillons & tournelles, le tout de pierre, & aussi tout le devant pareillement de pierre où il y a une harce de peur de surprise, & anciennement il y avoit un pont levis devant que d’entrer en l’Abbaye, laquelle de toutes parts estoit environnee de bons fossez pleins d’eau, & de fortes murailles où il y avoit des tournelles, ainsi qu’il s’en void encore une partie. Le venerable Abbé Suggere fit faire ce beau bastiment de la somme de 200 livres, que donnerent les habitans de s. Denys pour le rachapt de leur servitude, ainsi qu’il le remarque en une sienne Charte [doc. 53]. Le Religieux Prevost de la Courneufve, à raison de son benefice (qui s’admet en Cour de Rome) est seigneur temporel, moyen et bas Justicier des villages de la Courneufve & de Crevecœur prés s. Denys.
Le Religieux Prevost du Pré s. Gervais, prés Paris, à cause de son benefice (qui se resigne en Cour de Rome) est seigneur temporel, moyen & bas Justicier du village dudit Pré s. Servais. Le Religieux Prevost de la Chastellenie de Cormeilles en Parisi, appellé d’ancienneté le grand Prevost (dont le benefice s’admet en Cour de Rome) estait jadis seigneur haut, moyen & bas Justicier dudit Cormeille, & des villages qui en relevent, mais les Abbez Commandataires ont mis leur revenu à leur manse, de sorte que ledit Prevost n’a presque rien que le tiltre & la Justice.
Le Religieux Prevost de la Chastellenie de Tremblay (le benefice duquel se resigne en Cour de Rome) estait aussi autrefois haut, moyen & bas Justicier dudit Tremblay & ses appartenances, mais le Prevost a peu de chose, les Abbez ayans mis le revenu à leur crosse.
Le Religieux Courtillier à raison de son benefice (qui se pourvoit en Cour de Rome) est seigneur censier, moyen & bas Justicier de quelques ruës de la ville de sainct Denys, appellees encore de present les ruës de la Courtille, & pareillement d’une maison seigneuriale aux champs prés icelle ville de s. Denys. Il est nommé en Latin Curticularius, d’oû est tiré le mot de Courtiilier, qui prend son origine de l’ancien mot courtil : aussi à raison de sondit benefice il est tenu de fournir d’herbes, choux, oignons, poireaux, naveaux, & racines de persil au Convent : & pareillement de fournir la pitance le Jour du Vendredy Sainct, à sçavoir de la poiree & des espinars qui sont cuits au sel & à l’eau.
D’ancienneté il y avoit un benefice appartenant à un Religieux appellé le Cuisinier, lequel estait de grand revenu (car l’on dit communément, qu’il faut bastir premièrement la cuisine avant toute autre chose) dautant qu’il luy falloit nourrir les Religieux en partie, attendu que le Cenier devoit le soupper. Ce benefice a esté reüny à la manse Abbatiale, de maniere que l’Abbé comme cuisinier est seigneur haut, moyen & bas Justicier sur la riviere de Seine appartenant à l’Abbaye de s. Denys (laquelle a neuf lieuës d’estenduë, à sçavoir depuis Chambrieu (en Latin Chambreyas) ou Tavel, prés le port au Pec, & en remontant jusques à Savre, ou Marinel, entre s. Cloud & Suresne, appellee l’Eau de s. Denys) & sur les petites rivieres, bras & ruisseaux, & a la cognoissance de tous les crimes & delicts, avec la correction & punition, aussi la puissance de faire & establir des loix & ordonnances, garder la police, & d’empescher les abus. A pareillement le droit de pesche par tout icelle riviere, a toutes sortes d’engins, & d’y mettre des pescheurs (lesquels n’oseroient avoir pesché, ny fait le mestier de pescherie qu’ils n’ayent pris lettres de luy) & cognoist des delicts & abus qui se commettent tant en icelle pesche qu’esdits engins, & des empeschemens faits aux cours des eaux. Il a semblablement le pouvoir d’establir les marchands & marchandes de poisson pour vendre & estaler, & les venderesses de harens pour les debiter en la ville de s. Denys, avec la jurisdiction des questions qui peuvent arriver à cause d’icelles marchandises. Et pour l’exercice de la Justice tant pour lesdites marchandises, que pour ce qui peut arriver en ladite riviere de Seine, & dépendances, il a un Bailly, Lieutenant, Procureur, Greffier, & autres Officiers. II a plusieurs beaux droits, comme d’espaves, confiscations, atterrissemens, isles, aubeines, mortemains, travers par eau & par terre, peages, botages, pontonages, chasses, & autres droits.
Donc l’Abbé estant cuisinier il nourrit les Religieux, & a dessous luy un Religieux appellé le Souscuisinier, qui presente ausdits Religieux estans au Convent, la viande & le poisson pendant le temps que ledit Abbé doit la pitance, à sçavoir depuis le jour du Jeudy Sainct, jusques au jour de la my‑Aoust, & quelques Journees à vau l’an qu’il doit la nourriture à cause de quelques fondations, & le reste de l’annee le revenu des Charitez, dont il a esté parlé cy devant, est employé à la nourriture d’iceux Religieux. Ledit Souscuisinier a plusieurs beaux droits sur la riviere de Seine en l’estenduë cy‑dessus. En premier lieu il est le premier Huissier d’icelle, c’est à dire le premier garde. II a le droit, seul, de pescher des deux grands engins appeliez la grande rets, & la grande trouble. Il peut mettre un pescheur de sa part qui prend lettre de luy, qui pesche ainsi que les autres pescheurs à toutes sortes d’engins, & d’abondant pesche luy seul desdits deux grands engins qu’il tient à ferme dudit Sous‑cuisinier (sur les peines establies aux contrevenans) aussi peut faire des ordonnances, & garder la police, & chastier les delinquans.
S’il arrive que quelques pescheurs prennent quelque poisson de remarque en la riviere de Seine, comme il eschet assez souvent qu’il y a de grands poissons de la mer qui suivent des bateaux, ou bien mesme du poisson d’icelle riviere, ils sont tenus, sur peine de grosse amende, de l’apporter & présenter à l’Abbé, ou à quelqu’un commis de par luy.
Les Religieux, Abbé & Convent de s. Denys ont un Admiral, lequel prend garde sur ladite riviere de Seine, & sur les petites rivieres, bras de rivieres, & ruisseaux, afin de maintenir & conserver les droits de l’Abbaye, & d’empescher de pescher, de chasser, de tirer au gibier, et toutes autres choses prohibées & defenduës en & sur icelles rivieres, si ce n’est que l’on ait sur ce puissance, congé, & permission de l’Abbé. Item de faire observer, garder et entretenir les loix, statuts, coustumes, & ordonnances : faire faulcher les prez, curer & purger lesdites petites rivieres & ruisseaux : d’empescher que l’on anticipe sur les heritages, chemins & chaussees voisines desdites eaux, & qu’il ne s’y commette aucun abus, ny aucun desordre. Outre ses gages & appoinctemens, il a ce pouvoir de prendre par toutes les petites rivieres, bras, & ruisseaux, autant de terre de part & d’autre des rivages, que l’on jette la bouë & purgation du canal, & d’y planter des saux à son profit. Jadis il y avoit un autre beau benefice, qui appartenoit à un Religieux, lequel estait exercé de par luy, nommé l’Hostellier, tant sainctement & tant pieusement institué, & tant charitablement ordonné, mais maintenant il est reüny à la manse Abbatiale, de maniere que l’Abbé, à cause dudit benefice, est Seigneur pour la pluspart de la ville de s. Denys, & a en icelle haute, moyenne, & basse Justice. A luy appartient la cognoissance des voyries, de bailler & acenser, les places vacantes, les avenuës, saillies, ovans, & enseignes. Il cognoist & tient cour des questions mouvantes pour toutes ces choses, & pour empeschement mis par les ruës.
La charge, Office & devoir de l’Hostelier est d’heberger les pauvres, les passans, les pelerins, personnes religieuses estrangeres, les parens, amis, & familiers des Religieux, & estans arrivez en l’hostelerie leur laver les pieds, les nourrir, sustenter, & alimenter, & au depart donner de l’argent à ceux qui sont pauvres afin de tirer & gaigner chemin. Pour quoy accomplir il y a un grand Domaine & revenu, mais helas, ce que je ne puis dire sans larmes & souspirs, le mal’heur des Commandes a apporté le desordre, que cela ne s’observe plus. Ce qui est directement contre l’exprez commandement de Dieu, contre la charité, & contre l’intention des fondateurs, de maniere qu’il n’y a plus de charité, ny d’hospitalité, & par ce moyen sont iceux fondateurs & bien faicteurs frustrez de leurs sainctes intentions, & les pauvres de leur patrimoine, de leur deub, & attente : bona Ecclesiæ sunt bona pauperum : il en faudra rendre compte tres‑exactement devant le Tribunal du tres‑juste & tres‑equitable Juge.
Les Religieux beneficiers qui reçoivent les personnes de qualité, & font l’honneur de la maison sont dignes de loüange, mais plus recommendables en ce qu’ils font les charitez & aumosnes. Messieurs les Abbez commandataires ont mis à leur crosse & manse le revenu de l’Hostellerie, de la Cene, de la Cuisine, de la Chevecerie, de la Celerie, des Prevostez de Cormeilles & de Tremblay, & autres bénéfices les meilleurs, delaissans aux Religieux titulaires, que peu de revenu, & à aucuns point du tout.
Outre les dignitez & bénéfices cy‑dessus, il y a encore les dignitez, Offices, & charges qui suivent. Apres le Reverend grand Prieur, est le Sousprieur Claustral.
En suite les Tiers, Quart, & Quint Prieurs Claustraux, qui sont dignitez.
Le grand Vicaire du venerable Abbé Commendataire, qui est une dignité.
Le Suffragant, qui est une dignité.
Le Chevecier, ou Sacristin.
Le Refectorier.
Le Celerier.
Le Maistre des Jouvenceaux.
Le Maistre des Novices.
Le Sousmaistre des Novices.
Les Soubs & Tiers Chantres.
Les Soubs‑Thresorier &
Compagnon du Thresor.
Le Maistre & gardien du Chef de sainct Denys.
Le Maistre & gardien des Chartes.
Le Maistre de la table.
Le Maistre & gardien du Gref & Registre du Convent.
Les Soubs‑Infirmier & Aumosnier.
Le Religieux servant pour le venerable Abbé, ou Souscuisinier.
Tout cela ne sont qu’offices & charges, ad nutum. (...)

5.1 Le réseau hydrographique

2Le réseau hydrographique des environs de Saint‑Denis comprend, hormis la Seine, quatre cours d’eau principaux : le Croult, le Rouillon, la Vieille‑Mer et le ru de Montfort.

3En outre, l’hydronymie nous révèle la présence de plusieurs sources dans les secteurs nord et est des abords de la ville ; leurs eaux, soit sulfureuses, soit rendues séléniteuses au contact du gypse, étaient investies de vertus curatives (Lombard‑Jourdan 1980a). Trois d’entre elles sont attestées principalement par les sources archivistiques : la fontaine Pouilleuse, proche de la léproserie Saint‑Lazare (fig. 299) ; une source située non loin de l’église Saint‑Remi, alimentant très probablement l’aqueduc du viiie s. (cf. supra § 4.4.8 et fig. 172) ; un ruisseau descendant d’une fontaine dite Saint‑Jacques citée en 1265 (AN, LL 1157 : 48). Plus à l’est, sur le territoire de La Courneuve, sont signalées la fontaine Saint‑Lucien, la fontaine Pet et la fontaine aux Bretons (fig. 356).

FIG. 299 – Le site du pont Trecine et de la léproserie Saint‑Lazare en 1779 d’après le terrier de l’Hôtel‑Dieu de Saint‑Denis, 1788‑1789. AMSD, 15 S 79 : f°1 ; papier, encre, aquarelle ; 47 x 61 cm.

FIG. 299 – Le site du pont Trecine et de la léproserie Saint‑Lazare en 1779 d’après le terrier de l’Hôtel‑Dieu de Saint‑Denis, 1788‑1789. AMSD, 15 S 79 : f°1 ; papier, encre, aquarelle ; 47 x 61 cm.

C’est au pont Saint‑Ladre, ou Trecine, que l’Estrée franchit le Croult et le Rouillon pour bifurquer ensuite vers Rouen, par le chemin de la Barre, et vers Senlis, par le chemin des Joncs. Des plans anciens, dont celui‑ci, indiquent à cet endroit la Maladrerie ou léproserie Saint‑Ladre –attestée dès le XIIIe s.– ainsi que la fontaine Pouilleuse. Le carrefour susbsiste jusqu’en 1750, date à laquelle il est délaissé au profit du nouveau chemin d’Epinay, au bord duquel on édifie en 1753 le moulin Chrétien. En 1779, l’Hôtel‑Dieu donne à bail à Carloman de Rhullière ses terres situées de part et d’autre de l’ancien chemin.

cl. EJ./UASD

4L’étude de la topographie des cours d’eau permet de distinguer le réseau naturel du réseau artificiel. La mise en place de ce dernier est mal documentée, seul son cours intra‑muros ayant pu faire l’objet de fouilles archéologiques.

Réseau naturel, rectifié par endroits : figures 332, 340, 341, figure 332

5Rouillon : le cours d’eau suit le thalweg et comprend des tronçons redressés. Dans les textes, il apparaît sous le nom de Rouillon, en 1125 (Lebel 1935b : 406) ou de Petit Croult, en 1461 (AN, LL 1193 : 9). Jusqu’au xiie s., l’hydronyme semble également s’appliquer au Croult (cf. infra),
Molette : un affluent du Rouillon ; après la traversée en tunnel (busine) du Croult, le canal prend le nom de Busine ;
ruisseau de Stains : un affluent du Rouillon ;
ru de Montfort : à l’origine il s’agit d’un affluent du Rouillon ; son parcours intra‑muros est aménagé dès l’époque carolingienne et prend, à partir du xve s., le nom de Merdret. Le ru traverse les fossés du rempart à la Busine ;
● « ruisseau qui descend de la fontaine Saint‑Jacques » : selon un acte de 1265, ce ruisseau se trouve à proximité de la rue Franc‑Moisin (AN, LL 1157 : 94) ;
ru d’Enghien : il alimente l’étang de Coquenart On l’appelle également ruisseau de l’étang de Montmorency, « la Chasse rivière » (fig. 344) ou Prêle (Lebeuf, Bournon 1883 : 598).

6n.b.
Pour les autres fontaines, ruisseaux et étangs nous renvoyons à la liste des lieux‑dits (cf. infra § 5.3), aux entrées Fontaine, Belle Fontaine, Sur le Goulet de la Fontaine, Marais, Ru, Vivier.

Réseau artificiel

7Croult : dérivation du Rouillon. L’hydronyme apparaît dès le ixe s. dans les actes relatifs à la mense conventuelle établie par l’abbé Hilduin en 832, où il est fait allusion au curage de la rivière : mundatio Crodaldi, en 832 (Tardif 1866 : 123), mundatio Crodoldifluminis, en 862 (Tessier 1952 : 247). Comme noms dérivés, on peut citer fluvium Chrodoldi en 894 (Bautier 1967, no 36), Crodoaldum, en 898 (Lombard‑Jourdan 1989 : 343), Crotaldus, en 1135 (Newman 1937a : 250), aqua Crotaudi, en 1208 (doc. 102) et Crotamis, en 1219 (doc. 103). L’orthographe française de ce nom connaît aussi de nombreuses variantes : Crou, Croux, Croust, Croud, Crould et Croult. Toutefois, jusqu’au xiiie s., l’hydronyme Croult ne semble pas être exclusif. Ainsi, un acte de 1262 (n. st.) cite une maison près de la porte Compoise entre la rue de la Fontaine et le Rouillon (AN, LL 1157 : 82). De même, en 1273, dans un miracle de Saint Louis, le nom Ruillon semble désigner le cours d’eau urbain (doc. 99).

Document 102
Arbitrage relatif à un conflit entre l’abbaye et Mathieu [II] de Montmorency, portant en particulier sur le détournement du Croult, février 1208 (n. st.).

Arbitrage de Simon, comte de Montfort, réglant en la salle du chapitre de Saint‑Denis les litiges entre Mathieu [II] de Montmorency et l’abbaye par les dispositions suivantes : les hommes de Mathieu, qui ont fait irruption dans le bourg fortifié de Saint‑Denis et qui y ont été arrêtés et blessés, seront soumis à l’amende, mais l’abbé la leur remettra. Les ormes enlevés en terre de Saint‑Denis y seront replacés ou leur équivalent. Les dommages corporels subis par la mairesse de Deuil feront l’objet d’une enquête. Aubert, maire de Notre‑Dame d’Argenteuil sera redevable, avec ses amis, de trente hommages. En ce qui concerne le trou provendier de Dugny et le détournement du Croult, Mathieu reconnaît sa culpabilité et en demande humblement l’absolution.
Sources – 
A. Original, Archives nationales, L 850 : no 6. Parchemin scellé d’un sceau pendant sur lacs de soie.
B. Copie de la fin du xiiie s., AN, LL 1157 : no 9, p. 389 ; analyse et édition de texte : L.F., A.D.

Ego Symon, comes Montisfortis, notum facio universis présentes lltteras inspecturis quod inter ecclesiam Beati Dyonisii et dominum Matheum Montismorenciaci plures controversie vertebantur.
Conquerebatur enim dominus Matheus quod major suus Montismorenciaci fuerat vulneratus ab Auberto, majore Beate Marie de Argentolio, et de hominibus suis apud Beatum Dyonisium arrestatis.
Ecclesia autem Beati Dyonisii adversus eundem Matheum hujusmodi querelas habebat de eodem Auberto majore, de hominibus domini Mathei qui castrum Beati Dyonisii infregerunt, de majorissa de Duolio verbata et vulnerata a servientibus ejusdein domini Mathei, de ulmis captis in terra Beati Dyonisii, de prebendario aque Dugniaci confracto et destructo. Tandem, mediantibus bonis viris et, litibus hiis sopitis, inter ipsos pacem cupientibus reformate, dominus Henricus, abbas Beati Dyonisii et dominus Matheus de Montemorenciaco in me compromiserunt super premissis querelis et se observaturos quicquid inde dicerem et observandum statuerem promiserunt, salvo Jure hereditatis ipsorum. Ego autem, horum veritate diligentius inquisita et cum viris prudentibus habite super istis consilio in aula Beati Dyonisii eisdem domino abbate Beati Dyonisii et domino Matheo domino Guillelmo Paste, domini regis baslivo et milite, et multis monachis, militibus et aliis laicis constitutis, et ipsis domino abbate et domino Matheo recognoscentibus se in me compromisisse dejamdictis querelis, ab eisdem plegios de dicto meo observando super predictis querelis accepi. Hii fuerunt plegii ex parte domini abbatis : Girardus Augeri, Radulphus Bocharz, Guillelmus Maleth. Hii autem plegii ex parte domini Mathei : Matheus de l’Islete, Hugo de Aneth, milites ; Guido de Petra lata. Quibus plegiis ego acceptis in hune modum protuli dictum meum : de hominibus domini Mathei qui castrum Beati Dyonisii infregerunt, dixi ut idem homines qui apud Beatum Dyonisium detenti et lesi fuerunt ad dominum abbatem Beati Dyonisii in curia sua veniant et ipsi abbati castri sui infractionem emendent et ipse abbas domino Matheo, pro amore ipsius, remittat ipsorum hominum et condonet emendam. De ulmis captis in terra Beati Dyonisii, dixi ut ipse ulmi ve valor earum reportentur ad locum ubi capte fuerunt ; et tune, magister Radulfus, elemosinarius et prior de Strata, Matheus de l’Islete, miles, Odo de Sancto Mederico et Matheus Augeri, tam de ipsis ulmis cujus esse debeant quam de majorissa de Dyolio diligenter veritatem inquirant et secundum inquisitionem a se factam Beato Dyonisio et domino Matheo de hiis jus suum tribuant, quod ego teneor facere si non poterunt concordare. De Auberto majore dixi ut triginta hommagia faciat fieri et a se et ab amicis suis majori Montismorenciaci pro pace reformata inter ipsos et preter hec adhuc faciat idem Aubertus quod predicti quatuor, videlicet magister Radulfus, Matheus de l’Islete, Odo de Sancto Mederico et Matheus Augeri, ipsi Auberto pro pace eadem dixerint faciendum. De prebendario aque Dugniaci confracto, dixi ut dominus Matheus de prebendario ipso destructo et de ruptura aque Crotaudi quod injuste fecerat quia non debebat, sicut ipsemet recognovit, veniret in capitulum Beati Dyonisii et in eodem capitulo, a domino abbate et monachis humiliter peteret se inde absolvi. Qui dominus Matheus, in capitulum Beati Dyonisii veniens, me présente et domino Guillelmo Paste, domini regis baslivo et milite, multisque aliis bonis viris presentibus cum humilitate et devotione congrua se advolvit ad pedes domini abbatis Henrici, absolutionem implorans super confractione ipsius prebendarii et ruptione aque Crotaudi, quia hoc injuste et inconsulte se fecisse dicebat, eumque benigne de istis dominus abbas et monachi absolverunt, ejus satisfactionem humilem acceptantes et gratam habentes. In cujus rei memoriam et firmam in posterum atque inviolabilem firmitatem ipsum dictum meum feci litteris commendari et presentem paginam inde conscriptam sigilli mei caractère communiri. Actum apud Beatum Dyonisium, anno Domini M°CC° septimo, mense februario.

8Le canal prend son origine au trou provendier de Dugny, prebendarium aque Dugniaci (doc. 102) ; il traverse les ruisseaux qui sont canalisés dans des busines : la busine de la Molette, la busine maître Antoine ; il alimente l’abreuvoir du faubourg Saint‑Remi cité en 1490 (AN, LL 1214) puis, sur un pont‑aqueduc, enjambe les fossés du rempart qu’il irrigue également, comme en témoigne cette mention du xve s. : « curer la dicte rivière depuis un lieu ou place qui est au‑dessus du pont Blutel, par lequel l’en met l’eaue es fossés de la ville de Saint‑Denis en alant tout en long de la dicte ville jusques au pont de Saint‑Ladre » (Duval, Barroux 1923 : col. 209). À l’intérieur de la ville, le canal se divise une première fois en deux bras au trou provendier de Saint‑Denis (fig. 287). Dans l’enceinte du monastère, le bras sud irrigue trois canaux ; celui qui longe la rue de la Chevalerie s’appelle également Petit Croult (cf. supra § 4.4.3, rue de la Chevalerie). Ces canaux se rejoignent à l’abreuvoir de la porte de l’Abbaye. Le bras nord alimente celui du moulin Choisel et celui de la rue de l’Alouette, devant le moulin de la Courtille. Les deux bras, nord et sud, se rejoignent au Dos d’Ane avant de quitter la ville ;

FIG. 300 – Configuration du même lieu d’après le « Plan de Saint‑Denis et des fortifications projetées autour de cette ville, 1834 », par Thomas Devoize, lieutenant, et Sigot, capitaine du Génie. Musée des Plans‑Reliefs, D 400 ; papier, encre, aquarelle ; 83 x 75 cm.

FIG. 300 – Configuration du même lieu d’après le « Plan de Saint‑Denis et des fortifications projetées autour de cette ville, 1834 », par Thomas Devoize, lieutenant, et Sigot, capitaine du Génie. Musée des Plans‑Reliefs, D 400 ; papier, encre, aquarelle ; 83 x 75 cm.

De nos jours, le site s’est considérablement transformé sous l’effet d’une urbanisation intense. Cependant, l’image de son relief originel nous est conservée grâce à ce plan du génie militaire dressé en 1834 à l’occasion d’un projet de fortification de Saint‑Denis. L’emplacement du pont Trecine est alors occupé par l’ermitage de Rhullière. Les coteaux conservent les traces laissées par les deux chemins supprimés. Le long de la route de Rouen, on distingue les levées de terre correspondant aux bastions édifiés en 1814.

cl. musée des Plans‑Reliefs

9 Merdret : canal ou égout qui part du carrefour Sainte‑Geneviève et se jette dans le Croult, rue de la Vieille‑Tannerie. L’hydronyme apparaît dans les sources écrites dès le xve s. (AN, LL 1193 : 211) ;

10Vieille‑Mer : les fonctions de ce canal ont pu être multiples : trop‑plein du Rouillon, drainage des prairies, irrigation des saussaies. En 1296‑1297 on cite en la chaussée Saint‑Léger le « petit pont » qui franchit le cours d’eau. Le nom n’apparaît qu’en 1484 : « rivière de la Vieillemer » (AN, LL 1193 : 193).

5.1.1 Le Croult

11Le Croult et ses affluents drainent un vaste bassin qui s’étend de la forêt de Montmorency, au nord, à l’ancienne forêt de Bondy, à l’est. La plupart de ces cours d’eau confluent en amont de Dugny puis se divisent une première fois, au trou provendier de Dugny, en deux bras : le premier, connu sous le nom de Rouillon, emprunte le thalweg pour se jeter, à l’ouest de Saint‑Denis, dans la boucle de la Seine ; le second, appelé Croult, est une rivière canalisée dont le tracé se modèle sur les pentes de la vallée pour se diriger vers Saint‑Denis. À l’intérieur de la ville, le Croult se divise, au trou provendier de Saint‑Denis, en deux cours d’eau : le bras nord traverse l’agglomération ; le bras sud, qui alimente le monastère puis la ville, reçoit les eaux du ru de Montfort, ou Merdret (cf. supra § 4.4.8). À l’extérieur de la ville, les deux bras se rejoignent au Dos d’Ane pour confluer avec le Rouillon à hauteur du pont du Croult (fig. 313).

12La coïncidence entre le tracé du Croult et les courbes de niveau (fig. 225) prouve, à elle seule, que l’on a affaire à un cours d’eau artificiel. Du trou provendier de Dugny à l’abbaye, cette dérivation mesure 6,4 km ; elle s’inscrit dans les vastes travaux hydrauliques de l’époque carolingienne mis en œuvre pour alimenter les grands monastères et les moulins de leurs domaines (Lohrmann 1989). En 832, l’acte constitutif de la mense et, en 862, l’acte confirmatif précisent que les villae affectées au curage annuel du Croult continueront d’assurer ce service : annualis etiam mundatio Crodoldi fluminis de villis ad hoc ex multo tempore ordinatis inexcusabiliter fiat (Tessier 1952 : 63). Il s’agit des premières mentions de cette corvée, à propos de laquelle d’autres sources nous fournissent des détails techniques : tout d’abord, le Croult est mis à sec en déviant ses eaux dans le Rouillon, puis l’évacuation de la boue se fait à l’aide d’outils particuliers : pelles, mannes d’osier, ou même avec une « machine » trainée par huit chevaux (doc. 103, 104). Après cette « sécheresse », la rivière doit rejoindre son cours habituel (doc. 103, 112).

Document 103
Accord entre l’abbaye et Mathieu [II] de Montmorency, mai 1219, touchant le curage du Croult.

Compromis entre l’abbaye de Saint‑Denis et Mathieu [II] de Montmorency relatif en particulier au Croult, sur lequel Mathieu avait édifié un pont et des constructions empêchant d’en purger le lit : lorsque le Croult aura rejoint son cours après la sécheresse, on ne pourra l’empêcher de couler librement ; les serviteurs de Saint‑Denis doivent pouvoir en purger le lit et Jeter la boue depuis chaque rive, quel qu’en soit le seigneur, aussi loin que la pelle le permet ; quant au pont et aux constructions, ils doivent être démolis.
Source – B. Copie de la fin du xiiie s., AN, LL 1157 : no 11, p. 391 ; analyse et édition de texte : L.F., A.D.

Frater Rogerus, monachus de Valle, frater P. de Autolio, monachus Beati Dyonisii, universis Christi fidelibus presentem paginam inspecturis salutem in Domino. Noverit universitas vestra quod cum controversia esset inter ecclesiam Beati Dyonisii, ex una parte, et nobilem virum dominum Matheum de Montemorenciaco, ex altéra, super variis querelis quas dicta ecclesia dicebat se habere adversus dictum Matheum et super querelis quas dictus Matheus dicebat se habere adversus dictam ecclesiam, tam dicta ecclesia quam dictus Matheus de prefatis querelis in nos compromiserunt. Sunt autem hee querele quas ecclesia Beati Dyonisii dicebat se habere contra dominum Matheum, videlicet de aqua sua que dicitur Crotanus in qua dominus Matheus fecit pontem et quedam edificia per que impediturjactus illorum qui purgant alveolum dicte aque, quemjactum nullus de Jure potest impedire (…) Nos autem de mandato et voluntate abbatum nostrorum dictum compromissum Juxta dictam formam pro bono pacis suscipientes, super querelis utriusque partis facta diligenti inquisitione et super inquisitis habita sicut debuit plena deliberatione, pronuntiamus per dictum nostrum et dicimus primo de aqua Crotani quod cum post siccitatem redierit ad cursum suum non impediatur quin libéré fluat, sicut ante siccitatem fluere solebat. De purgacione vero alveoli et jactu dicimus quod servientes Beati Dyonisii debent purgare alveolum etjacere lutum ex utraque parte ripe cujuscumque fuerit terra que ripis adheret, quantum longe purgator potest jacere de alveolo cum paia sua, nec aliquis potest vel debet impedire Jactum. Ideo dicimus ut pons cum appenditio removeatur (...)
Actum anno gratie M°CC° nonodecimo, mense maio.

13.

Document 104
L’affaire du curage du Croult et le grand niveau en 1730.

Pierre La Vigne et Jean Chopine font tous deux une déposition relative d’une part à un curage excessif du lit du Croult en aval du grand niveau, d’autre part à un affaissement de ce dernier, qu’ils considèrent comme les causes du moins bon écoulement des eaux dans le trou provendier.

Source – ADY, D 624 : 26.

(...) Pierre La Vigne manouvrier à Saint‑Denis âgé de 61 ans [signature], dépose que le 23 may dernier, second jour de l’écurage de la rivière de Crou, ladite rivière ayant été écurée par luy témoin et autres ouvriers au nombre de 50, depuis le pont de Marville jusqu’au grand niveau, qui est de pierre de taille aux deux tiers, en restant encore un tiers à écurer, luy témoin et les autres ouvriers étant encore à disner sur le bord de ladite rivière sur les 11 heures du matin, le nommé Lubin meusnier du moulin Basset appartenant aux dames de Saint‑Cir, qui le matin avoit fait entrer dans ladite rivière au pont de Marville une machine de bois de charpente ferrée et chargée de 4 hommes et trainée par huit chevaux conduits par deux chartiers que ledit Lubin accompagnoit, et fait labourer ladite rivière avec ladite machine en allant et revenant depuis ledit pont Marville jusqu’au niveau, fit après onze heures entrer ladite machine audit pont Marville et en fit labourer ladite rivière en allant seulement jusqu’au guay de La Courneuve autrement dit l’abreuvoir, et nous observe qu’au moyen de ce ladite machine ayant enlevé la terre de ladite rivière Jusqu’au tuf, l’eau va plus rapidement et entre beaucoup moins dans le trou provendier, ce qui fait du dommage dès à présent au moulin de la Truyze appartenant audit sire Du Chesne et au moulin Neuf appartenant audit sire Bellanger, adjoute ledit témoin que la terre que ladite machine avoit jettée à droite et à gauche de ladite rivière a été cause que luy témoin et les autres ouvriers ont été obligez de rejetter ladite terre hors de ladite rivière et de recommencer le curage, ce qu’ils ont fait le jour même et le lendemain qui est tout ce qu’il a dit sçavoir.

Jean Chopine maître maçon entrepreneur âgé de 29 ans [signature] dépose que l’entrée du grand niveau bâtie de pierre, ne se trouve que de 18 pieds 4 pouces dans son entrée, et à la sortie de 18 pieds 5 pouces et quelques lignes ; qu’à l’égard du fond du niveau il est en pente de trois quarts de pouce ou environ du costé des préz sans scavoir luy témoin s’il a baissé ou levé ; qu’à l’égard de la machine se souvient que le mardy 23 may dernier, autant qu’il peut se souvenir luy témoin a vu traîner avec une machine nommée Traine Malheur ou le Diable, composée d’une planche d’un pouce et demi d’épaisseur de la largeur de 7 pieds ou environ faite par le bas d’une barre de fer plat excédant la planche d’environ un pouce et demy par le dessous, dans laquelle planche passe au travers trois morceaux de bois ronds se joignant par un bout, sur lequel bout étoit attelé huit chevaux et trois chartiers montez sur les chevaux qui la conduisoient, laquelle machine a été trainée dans le lit de la rivière de Crou en présence du nommé Lubin au dessous du grand niveau de pierre jusqu’aux environs du pont de Marville, laquelle machine a enlevé toutes les boues du fond de ladite rivière et les jettoit sur les costez des berges qui ont été jettées au dessus desdites berges par les ouvriers qui écuroient et qu’il croit être au nombre d’environ 50 ouvriers, nous observant qu’il ne sçait point le tort que cela peut faire au moulin du dessus et du dessous, qui est tout ce qu’il a dit sçavoir. (...)

14Selon A. Dauzat, l’hydronyme « Croud » ou « Crould » serait dérivé du patronyme d’origine germanique Crodoald (Hrod‑wald), peut‑être celui du commanditaire de l’ouvrage (Dauzat et al. 1978 : 37).

15Le débit de l’eau qui s’écoule dans chacun des bras est réglé à hauteur des deux trous provendiers, soit par des rétrécissements du lit de la rivière, soit par des barrages (ou niveaux) établis en travers du cours artificiel (fig. 287, 304). Ces installations font l’objet de nombreux conflits, parfois armés, entre les meuniers qui se disputent la force motrice en périodes d’étiage, ou qui cherchent à se protéger des inondations en périodes de crue (Duval, Barroux 1923 : col. 201‑208).

FIG. 301 – L’ager parisiensis, dit Carte de La Guillotière, en 1598. ADSSD, Estampes, 6 Fi carte 4 ; gravure, aquarelle ; 46 x 33 cm.

FIG. 301 – L’ager parisiensis, dit Carte de La Guillotière, en 1598. ADSSD, Estampes, 6 Fi carte 4 ; gravure, aquarelle ; 46 x 33 cm.

Malgré son manque de précision, cette carte du Pays de France a l’intérêt d’offrir une illustration du réseau hydrographique du bassin du Croult. Le Croult prend sa source près de Louvres. À l’ouest, un premier affluent, le Rosne, vient d’Ezanville ; à l’est, on distingue, du nord au sud, le Hazeray (actuelle Morée) qui prend sa source à Tremblay, la Molette qui traverse le Bourget, puis le ru de Montfort qui passe par Bobigny (notons que, de manière erronée, le dessinateur figure deux cours d’eau dont un identifié par le nom « Mardret » qu’il fait se jeter dans le Croult, en amont de Saint‑Denis, alors que ce ru devrait traverser la ville). Tous ces cours d’eau drainent une bonne partie de la plaine du Pays de France et assurent au Croult un débit continu qui, par temps d’orage, peut occasionner des débordements catastrophiques.

cl. P.M./ ADSSD

FIG 302 – La vallée du Croult d’après un « Levé à vue de la route de Saint‑Denis à Louvres passant par Gonesse » de 1826. Service historique de l’armée de terre, archives du Génie, MR 1289 ; papier, encre, aquarelle ; 90 x 28 cm.

FIG 302 – La vallée du Croult d’après un « Levé à vue de la route de Saint‑Denis à Louvres passant par Gonesse » de 1826. Service historique de l’armée de terre, archives du Génie, MR 1289 ; papier, encre, aquarelle ; 90 x 28 cm.

La cartographie militaire du XIXe s. a produit des documents de ce type dans le but de fournir des renseignements utiles au déplacement des troupes, ici, sur la route qui mène de Paris à Louvres.
Allégés des détails secondaires, de tels documents gagnent en lisibilité, notamment en ce qui concerne le relief, rendu par des hachures. Le plan englobe le Croult dans toute son étendue, depuis sa source à Louvres jusqu’au confluent de la Seine. Sur le cours d’eau sont installés de nombreux moulins.

cl. P.M./ADSSD

FIG. 303 – Plan du Croult entre le trou provendier de Dugny et le grand niveau, après 1685. ADY, D 624 : no 25 ; papier, encre, aquarelle ; 51 x 34 cm.

FIG. 303 – Plan du Croult entre le trou provendier de Dugny et le grand niveau, après 1685. ADY, D 624 : no 25 ; papier, encre, aquarelle ; 51 x 34 cm.

Au trou provendier de Dugny, le débit du Rouillon est régularisé par trois barrages (ou niveaux) établis en travers du Croult. Le sommet de chacun de ces niveaux devait dépasser d’un pouce (2,7 cm) le seuil du trou provendier. Ce document indique également que les berges du canal sont stabilisées par des plantations.

cl. ADY

FIG. 304 – Schéma du trou provendier de Dugny, d’après un plan de 1796.

FIG. 304 – Schéma du trou provendier de Dugny, d’après un plan de 1796.

Le trou provendier, qui mesure 54 cm de large et 68 cm de haut, est aménagé dans une berge en pierre de taille. Les piédroits de son ouverture sont armés de plaques de fer. Le premier barrage (ou niveau) est placé en travers du Croult, à près de 6 m en aval du trou ; il consiste en une pièce de bois au‑dessus de laquelle est encastrée une barre de fer fixée par deux brides. Les démêlés entre les meuniers du Croult et ceux du Rouillon portent essentiellement sur l’ouverture du trou et sur le rapport entre la hauteur du niveau et celle du seuil du trou, qui influent sur le débit respectif des deux cours d’eau.

A.B. del./UASD d’ap. AMSD, et 959

FIG. 305 – Plan du grand niveau. ADY, B 624 : no 24 ; papier, encre, aquarelle ; 21 x 14 cm.

FIG. 305 – Plan du grand niveau. ADY, B 624 : no 24 ; papier, encre, aquarelle ; 21 x 14 cm.

À environ 170 m en aval du trou provendier, le Groult est traversé, depuis 1685, par le grand niveau. II s’agit d’une plate‑forme maçonnée, terminée en ses deux extrémités par deux niveaux et bordée, côté berges, par des parapets.

cl. ADY

FIG. 306 – Le Croult entre Saint‑Denis et Merville. AN, N III Seine 661 ; papier, encre, aquarelle ; 50 x 33 cm

FIG. 306 – Le Croult entre Saint‑Denis et Merville. AN, N III Seine 661 ; papier, encre, aquarelle ; 50 x 33 cm

Ce plan, très schématique, situe la ferme de Merville E, la ferme de Champtourtel D et l’entrée de la ville par la porte Saint‑Rémy A. Le document semble se rapporter à une saussaie G plantée en bordure du chemin F qui longe le Croult entre les moulins Basset B et Fevon C.

cl. P.M./ADSSD

FIG. 307 – Le pont de Merville en 1820. MAHSD ; papier, fusain

FIG. 307 – Le pont de Merville en 1820. MAHSD ; papier, fusain

cl. EJ./UASD

5.1.2 Les moulins

16En 894, est mentionné pour la première fois un moulin sur le Croult près du pont Trecine (pont Saint‑Ladre, fig. 332) (Bautier 1967 : no 36). Pour la période médiévale, le décompte précis des moulins établis sur cette dérivation reste cependant problématique en raison de la fluctuation de leurs appellations. Nous savons de plus que certains moulins eurent une existence éphémère (doc. 105). Approximativement, il est possible de dénombrer sur le Croult, entre le trou provendier de Dugny et le pont du Croult, une dizaine de moulins ; ils ont pu se répartir l’énergie produite par le dénivelé, que l’on peut estimer entre quatre et cinq mètres sur l’ensemble du parcours. Parallèlement, le Rouillon pouvait actionner jusqu’à sept roues, échelonnées du trou provendier de Dugny à l’endroit où il se jette dans la Seine.

Document 105
Un moulin à foulon sur le Croult en 1481.

Bail perpétuel accordé en 1481 par Jean [III] de Villiers, abbé de Saint‑Denis, à Colin Le Cral et Jean, son fils, marchands‑drapiers et foulons de draps à Saint‑Denis, d’une place à faire un moulin à foulon sur le Croult, à charge de construire le moulin, ses annexes, le logis du meunier dans un délai d’un an, moyennant le paiement, à partir de 1490, d’un cens de 12 d.p. et d’une rente de 8 l.p. Le moulin se trouvait à l’endroit où le Croult franchissait par un pont les fossés de la ville ; en 1575, le plan de Belleforest (fig. 177) représente à cet endroit une construction qui évoque un moulin dont on perd la trace par la suite.

Source – AN, LL 1214 ; texte collationné par C.B.

  • 2 Jean de Villiers ou de La Groslaye, abbé de 1474 à 1499.
  • 3 Recourse : retrait.
  • 4 Ploy, ploi : tour, contour

[f°65] Jehan par la miseration divine esveque de Lombes, abbé de l’eglise et abbaye Monseigneur Saint‑Denis en France2 et tout le couvent de ce mesmes lieu A tous ceuls qui ces presentes lettres verront salut en Nostre Seigneur. Savoyr faisons que pour le bien, proufit, augmentacion et utilite de nous et de notre dite eglise avons baillé, transporté et delaissé et par ces presentes baillons, transportons et delaissons a tiltre de croix de cens et rente annuelle et perpetuelle desmaintenant a tousjours, perpétuellement, sans aultre rapel, promis et, par ces presentes, promettons a garandir, delivrer et defendre envers et contre tout en jugement et dehors de tous troubles et empeschements (…) a Colin Le Cral et Jehan Le Cral, son filz, marchans drappiers et foullons de draps, demourans a present audit Saint‑Denis, preneurs audit tiltre, a ce presens pour eulx, leurs hoirs et leurs ayans cause le temps advenir une place a faire ung moulin a fouller draps, assise sur la riviere de Croust, pres de la tour du Bassin a l’endroyt d’un recourse3 qui est en ladite riviere et aux murs de la Cousture de ladite eglise, tenant d’une part a ladite Cousture et d’autre part a l’arriere‑fossé de la ville dudit Saint‑Denis, au quel lieu n’eust oncques moulin, une place oudit arriere‑fossé pour faire le logis du musnier dudit moulin contenant douze toyses de long et six de largeur du costé de la riviere et de deux toyses du costé du derriere, sans riens eslargir ne toucher es douves des fossez de ladite ville, une allee par dedens l’arriere‑fossé de ladite ville depuis la porte Saint‑Remy tant a pié, a cheval comme a charreté jusques audit moulin, la quelle allee et chemin lesdits preneurs feront a leurs despens. Et se fera le sault du moulin en ladite riviere de Croust a l’endroyt du ploy4 costé de la muraille de ladite Cousture et du coing du jardin qui tient audit arriere‑fossé et pour asseoir le nyveau du chenel dudit moulin feront faire lesdits preneurs ung bastardeau de terre au travers de ladite riviere de Croust a l’endroyt un peu audessouz dudit nyveau pour lequel bastardeau sera tenue l’eaue de ladite riviere pour la faire regorger jusques au pont Bluteau et non plus, et l’eaue estant en l’estat que dit est sera ledit niveau mis et assis a l’afleurement de la courbe de l’eaue dorment qui sera oudit bastardeau a ce que ne puisse prejudicier ne nuyre ores ne le temps advenir es autre moulins tant hault que bas qui sont en ladite riviere. La despence dudit moulin en tournera la roue avec deux piez et demy de largeur ainse que sont ou dowent estre les moulins qui sont au dessus. Et ne pourra tenir l’eaue de ladite riviere meule ou non meule que tousjours les portes tant a donner eaue comme a oster ne soyent ouvertes l’une ou l’autre affin que ycelluy moullin ne puisse prejudicier es autres moulins comme dit est. Et ne pourront lesdits preneurs édifier dedens les murs de ladite cousture que a troys piez pres desdits murs exepté les deux sommiers qui porteront les arbalestriers

[f°65v°] sur lesquelz sera assis l’abre seulement. Ne aussi monter ledit édifice si hault que on ne puisse avoir veue dedens ladite Cousture. Ce present bail, transport et delaissement fait moyennant le pris et somme de douze deniers parisis de croix cens et rente annuelle et perpétuelle portans ventes, saisines et amendes. Et de huyt livres parisis de croix cens et rente annuelle et perpetuelle que pour ce lesdits preneurs, leurs hoirs et ayans cause en sont et seront tenus rendre et payer par chacun an doresnavant. C’est asseavoir lesdits douze deniers parisis (...) a l’ostellier de nostredite eglise Saint‑Denis le jour des octaves Saint‑Denis et lesdltes huyt livres parisis (…) au comptouer de la commanderie de ladite eglise audit commandeur par les quatre termes en l’an audit Saint‑Denis acoustumez, a chascun desdits termes quarante solz parisis a commencer par les premiers termes et payemens tant dudit cens comme de ladite rente aux jours et terme Saint‑Remy et octaves Saint‑Denis qui seront l’an mil quatre cents quatre‑vingts et dix en continuant d’an en an et de terme en terme. Et avecques ce seront tenus lesdits preneurs, leurs hoyrs et ayans cause de faire lesdits moulin et ediffice ainsi comme dessus est parlé dedans ung an prouchain venant. Et delors en avant le tenir, soustenir et maintenir en tel si bon et soufisant estat que lesdits xii deniers parisis de cens et viii l.p. de rente y puissent estre prins et perceus bons, solvables et bien payables par chacun an (...) et ne pourront lesdits preneurs, leurs hoyrs (…) mettre, ne appliquer ledit moulin a faire ne servir a autre usage que faire seulement a fouler draps sans le consentement de nous.

(…)

17L’utilisation des moulins est variée. Il s’agit la plupart du temps de moulins à blé mais, dès le xve s., sont également mentionnés des moulins à tan et des moulins qui actionnent soit des marteaux à fouler les draps, soit des forces à tondre les draps (doc. 106). Au fil de leur existence, plusieurs moulins subirent des modifications internes : ainsi le moulin à blé de Romaincourt, construit sur le Rouillon, est converti en moulin à draps puis en moulin à fourbir les armures de guerre. Sous l’abbatiat de Louis [IV] de Lorraine (1594‑1622), l’infrastructure des moulins est en nette progression : coup sur coup sont construits les moulins du Dos‑d’Ane, de la Truie et de Richebourg, ce dernier comportant également un moulin à vent. Au milieu du xviie s., la quantité des moulins établis sur le Groult et le Rouillon devint telle que l’on tenta même d’implanter un moulin à draps sur le ru de Montfort ; le projet échoua cependant car le courant de cette rivière était trop faible (doc. 106). En 1673, les religieux achètent un moulin à tan pour le transformer en moulin à blé (AN, S 2384).

Document 106

Procès‑verbal touchant la commodité ou l’incommodité que pourrait entraîner la construction d’un moulin à apprêter les draps sur le ru de Montfort, 19 avril 1645.

Source – AN, S 2252B.

Les religieux, grand prieur et couvent de l’abbaye de Saint‑Denis en France, ausquelz a esté communiqué par Louis Fourneau me taillandier un résultat du conseil de Monseigneur le prince de Conty leur abbé [Armand de Bourbon] du sept du présent mois et an, aux fins de faire bastir un moulin a esmoudre les grandes forces a tondre draps et autres ouvrages, en certain endroit des fossez de la ville, pour donner leur advis sur la commodité ou incommodité, les Reverends Peres dom Bernard Audebert grand prieur de ladite abbaye et L.

Legrand frère de la communauté assistez de me juré Lemoustier (...) joignant bourgeois et antiens eschevins de ladite ville ont visité et fait descente sur le cours du ru de Montfort qui a sa chutte dans les fossez de ladite ville, entre la porte de la Cousture de ladicte abbaye, et la porte de Paris, au lieu vulgairement appellé la Buzino en la compagnie dudit Fourneau, ont recognu qu’il est impossible de bastir ledit moulin sans grandement incommoder le public, et particulièrement les domaines de ladite abbaye l’eaüe n’estant assez forte et n’ayant assez de pante pour faire tourner une roüe a l’effect du dessein dudit Fourneau sans retenir le cours et eslever des digues, ce qui ferait ruyner les héritages circonvoisins, aussy bien que ceux de ladite abbaye, entre le village d’Aubervilliers, et ladite ville de Saint‑Denis desja assez humides en leur scituation laquelle ruyne ne pourroit estre recompensée par l’entrepreneur pour cinquante mil livres, dont et de quoy nous avons dressé le présent procès verbal le dixneufiesme jour d’apvril 1600 quarente cinq.

18Au xixe s., bon nombre de ces moulins deviennent les points d’ancrage des premiers établissements industriels tels que les grandes minoteries (Blazy 1994). Travaillant pour le marché parisien en pleine croissance, les meuniers tentent d’accroître leur rendement en améliorant leur équipement au moyen de machines à vapeur.

19Enfin, il faut signaler la présence d’un important réseau hydrographique au nord de la ville. Il s’agit de fossés et de drains qui se déversent principalement dans la Vieille‑Mer. Cette rivière, dont l’hydronyme apparaît au xve s., semble artificielle si l’on en juge par son tracé rectiligne. L’étude comparative des plans des abords de la ville (fig. 296, 366) et le toponyme de la Saulsaye l’Hery indiquent que nous avons affaire à un réseau conçu pour drainer les prairies et irriguer les saussaies.

20Il est possible que ces prairies aient également servi à l’étendage des draps (poulies), car deux moulins à draps, celui de Romaincourt et celui de la Truie, sont implantés non loin, sur le Rouillon.

FIG. 308 – Croquis des moulins aux abords de la ville en 1605. AMSD, GG 103 ; papier, encre ; 29 x 18 cm.

FIG. 308 – Croquis des moulins aux abords de la ville en 1605. AMSD, GG 103 ; papier, encre ; 29 x 18 cm.

Sur ce plan, joint à un « Mémoire sur le droit de pêche prétendu par Mademoiselle de La Briche sur les rivières de Croust et de Rouillon », on reconnaît la ville derrière son rempart, puis le moulin du Dos‑d’Ane sur le Croult, le moulin à draps ou de Rouillon (moulin de la Truie) et les moulins Jumeaux (moulins Gémeaux) construits sur le Croult et le Rouillon. En face de la porte de Pontoise, on distingue le pont Saint‑Ladre. Plus à l’est, nous identifions le pont de Bois qui franchit la Vieille‑Mer et, sur le Rouillon, le pont de l’infirmerie (ou pont de Pierre) qui tire son nom du bâtiment situé à proximité appelé « l’Enfermerie ».

cl. EJ./ uasd

FIG. 309 – Moulin à eau près de Saint‑Denis, XVIIe s. BNF, Cabinet des Estampes, Va 93 t. 5 ; gravure, 24 x 13 cm.

FIG. 309 – Moulin à eau près de Saint‑Denis, XVIIe s. BNF, Cabinet des Estampes, Va 93 t. 5 ; gravure, 24 x 13 cm.

© cl. BNF, Paris

5.1.2.1 Les moulins à eau sur le Croult, le Rouillon et le ru d’Enghien

Moulins sur le Croult

21En aval du trou provendier de Dugny, se succèdent dans le sens du courant :

22● Moulin entre Merville et La Courneuve
– 1490 : « (...) une place ou jadis souloyt avoyr moulin avec une petite piece de terre en friche appartenant a ladite place nommez les vieulx moulins assis sur la riviere de Croust pres de lostel de Merville entre ledit Merville et la Courneufve » (AN, LL 1214 : f°70), sans localisation précise.

23Moulin Fevon, dit également « feu Yvon », Feyvon, Feyvron ou Fenon (fig. 298, 340)
– 1135 : Suger arrange un accord entre Adam, fils Yvon, et les chanoines de Saint‑Paul relatif à un conflit portant sur un moulin proche de l’église Saint‑Lucien : concordiam inter canonicos Sancti Pauli et Adam, filium Ivonis, determinavimus, scilicet de querela illa, que inter eos habebatur pro molendino ipsorum canonicorum quod est prope ecclesiam Sancti Luciani in fluvio, qui vulgo vocatur Crotaldum (Newman 1937a : 250) ;
– 1252 : moulin Yves (Lebel 1935b : 949).
Ce moulin disparaît dans le courant du xxe s. (Lombard‑Jourdan 1980a : 54‑55).

24Moulin Basset (fig. 298, 310, 340)
– 1240 : Jean Gressy vend le fief du moulin Basset (Lebel 1935b : no 741) ;
– 1590 : le moulin est abattu (Félibien 1706 : 415) puis reconstruit.
Ce moulin qui était propriété de l’abbé jusqu’en 1686 puis de la maison de Saint‑Cyr, jusqu’à la Révolution, disparaît dans le courant du xxe s.

FIG. 310 – Le moulin Basset et l’église Saint‑Remi, vers 1721. ADY, D 590 ; papier, encre, aquarelle ; 48 x 31 cm.

FIG. 310 – Le moulin Basset et l’église Saint‑Remi, vers 1721. ADY, D 590 ; papier, encre, aquarelle ; 48 x 31 cm.

Ce plan se rapporte à l’attribution de l’ancien chemin du Moulin‑Basset à la fabrique de l’église Saint‑Remi pour être mis en culture. Il montre l’église au milieu de son cimetière et, à proximité, le bureau d’octroi perpendiculaire au chemin de la « Cour Neuve » qui mène au pont Buleteau, sur le Croult. Le dessinateur donne également un plan très précis du moulin Basset dont la digue –ou jouée– a dû être refaite en 1689 (ADY, D 918). Le moulin comprenait un soubassement en pierre et des élévations en bois et en pierre. Il était attenant au logement du meunier.

cl. ADY

25Moulin à foulon (fig. 283)
– 1489 : construction d’un moulin à l’endroit où le Croult enjambe les fossés de la ville (doc. 105) ; il disparaît dans le courant du xvie ou du xviie s.
Dans la ville de Saint‑Denis, le Croult se divise en deux bras au trou provendier de Saint‑Denis ; sur le bras nord se succèdent :

26Moulin Choisel, dit également les Grands moulins ou moulins Jumeaux (xiiiexvie s.), moulin de l’Abbaye (fig. 177), moulin Plombier (xvie s.) ou moulin Plumier (fig. 251, 283)
– 1160 : Albert de Monthomé doit verser à l’abbaye une redevance annuelle de deux sétiers d’annone sur le moulin Choisel (Lebel 1935b : no 13) ;
– 1564 : « bail à loyer des moulins Jumeaux ou Grands Moulins dont il ne reste plus qu’un » (AMSD, GG 4) ;
– 1688 : « moulin Choisel ou Plombier faisant bled farine » (ADY, D 929) ;
– 1696 : le moulin est en mauvais état (ADY, D 104).
Il appartient successivement à l’abbé puis à la maison de Saint‑Cyr ; il est démoli dans les années 1970 (photographies conservées aux ADSSD).

27Moulin(s) de la porte Basoin
– fin du xiiie‑début du xive s. : les comptes de la commanderie et plusieurs actes mentionnent un ou plusieurs moulins, distincts du moulin Choisel, à proximité de la porte Basoin (doc. 39).

28Moulin(s) de la Courtille (fig. 251, 283)
– fin du xiiie s. : dans les comptes de la commanderie, on trouve en 1284‑1285 : molendinum Curticule, au singulier en 1294‑1295 : molendini de curticula, au pluriel (doc. 39) ;
– 1294‑1295 : la refection des moulins coûte 119 livres 14 sous (doc. 39) ;
– 1411 : « Raoulin Acart tanneur demourant a Saint Denys pour le moulin a tan assis sur Croust en la rue de la Courtille, 12 d. » (AN, LL 1209 : 51) ;
– 1418 : les boulangers de Saint‑Denis sont tenus de faire moudre le blé à ce moulin (AMSD, GG 104) ; 
– 1465‑1466 : on refait le moulin (doc. 73).
Jusqu’à la Révolution, il appartient aux religieux de l’abbaye et disparaît vers 1832.

29Moulins du panetier
– fin du xiiie‑début du xive s. : dans les comptes de la commanderie, les moulins sont cités molendini panetarium (doc. 40) ; en 1299‑1300, ils sont réparés ainsi que le pont de la Courtille : pro molendinis panetarii reparandis et pro ponte Curticule faciendo XL Ib. (AN, LL 1240 : f°238v°) ; il pourrait s’agir d’un autre nom désignant les moulins de la Courtille.
Sur les bras sud se succèdent :

30● Moulin de l’Hôtel‑Dieu (fig. 251, 283)
– 1253 : moulin sis à l’opposé de l’Hôtel‑Dieu (AN, LL 1190 : no 2116) ; le moulin est abondamment cité dans les comptes de la commanderie, molendinum domus Dei (doc. 39) ;
– 1477 : bail à cens du moulin à blé avec obligation de curer la rivière à partir du trou provendier de Saint‑Denis (AN, LL 1213 : f°194v°) ;
– 1682 : le chevet est construit en « pierre de grais » (Duval, Baroux 1923 : col. 216) ;
– 1749 : le moulin est prisé à 1 006 livres 88 sous et 6 deniers ; on mentionne six vieilles mannes d’osier servant au curage de la rivière (AN, S 2253).
Jusqu’à la Révolution, il appartient aux religieux de l’abbaye et disparaît au xxe s.

31● Moulin de la Boucherie (fig. 175, 283)
– 1209 : le moulin est donné en aumône à l’office des Charités (Lebel 1935b : 208) ; il pourrait se trouver rue de la Boulangerie, en face de la grande boucherie où les fouilles ont mis au jour les fondations d’une maison enjambant la canalisation.

32Moulin à Tan ou moulin de la Manufacture (fig. 251, 383)
– 1476 : première mention connue d’un « moulin a tan » à cet emplacement (AN, LL 1213 : f°136v°) ;
– fin du XVIIe‑début du xviiie s. : le moulin est intégré à la manufacture de cuir ;
– 1787 : dans un état de la Commune de Saint‑Denis, le moulin du dépôt des pauvres est dit propriété du roi (Commission des Archives 1906 : 185) ; 
– 1797 : transfert (fig. 291) et disparition du moulin, probablement au cours du xixe s.
Avant de quitter la ville, les deux bras du Croult se rejoignent ; puis se succèdent plusieurs moulins :

33Moulin du Dos‑d’Ane devenu les moulins Réunis (fig. 283, 298, 311, 340)
– vers 1603 : l’abbaye cède un terrain pour construire le moulin et autorise le constructeur à « passer et repasser par dedans le dos d’ane » du rempart de la ville ; le chevet du moulin est installé (Duval, Barroux 1923 : col. 212‑213 et AN, LL 1218 : f°229) ; le moulin est figuré en 1605 (fig. 308) ; jusqu’à la Révolution, il reste la propriété des religieux de l’abbaye de Saint‑Denis ;
– vers 1817 : le moulin est reconstruit ; il est doté d’une seconde roue et d’une machine à vapeur qui actionne des cylindres. En 1830, P.M.N. Benoît publie une description et des relevés de la machinerie des moulins Réunis (Evans, Benoît 1830 : 566‑588).
De nos jours, une partie de la construction du xixe s. subsiste, rue Albert‑Walter.

FIG. 311 – Plan du moulin du Dos‑d’Ane, vers 1730‑1740, attribué à Gilles Dumoutier, voyer de Saint‑Denis. AMSD, GG 98 ; papier, encre, aquarelle ; 32 x 19 cm.

FIG. 311 – Plan du moulin du Dos‑d’Ane, vers 1730‑1740, attribué à Gilles Dumoutier, voyer de Saint‑Denis. AMSD, GG 98 ; papier, encre, aquarelle ; 32 x 19 cm.

Le moulin du Dos‑d’Ane fut construit en 1603, à l’endroit où le Croult quitte la ville, en passant au travers du dos‑d’ane. Le moulin se compose de plusieurs corps de bâtiments et de grands jardins entourés de canaux qui drainent l’eau des fossés du rempart.

cl. EJ./ UASD

34Moulin Ranson, dit également Renchon, Raecon ou Rencon
– 1214 : le moulin « Renchon » est acheté pour 300 livres (Lebel 1935a : 121) ;
– fin du xiiie‑début du xive s. : le moulin est abondamment cité dans les comptes de la commanderie, molendinum de Raencon ou Rencon.
Il est mentionné jusqu’à la fin du xve s. ; dom Poirier localise le moulin disparu « près le Dos d’Ane et le pont Saint‑Ladre » (BNF, ms. Fr. 20851 : f°225).

35Moulin au‑dessus du pont Trecine (Saint‑Ladre)
– 894 : le roi Eudes cède à l’abbaye un moulin près du monastère sur le Croult au‑dessus du pont Trecine : molendinum juxta monasterium super fluvium Chrodoldi super pontem Tricine (Bautier 1967 : no 36) ; il n’est pas localisé précisément, il s’agit peut‑être du moulin Ranson.

36Moulins Gémeaux, dits anciennement moulins Jumeaux ou moulin des Porcherons sis sur le Croult et le Rouillon (fig. 298, 340)
– 1336‑1337 : première mention dans les comptes de la commanderie du molendinum Porcheronorum (AN, LL 1241 : f°162v°) ;
– 1390 : aveu d’un fief consistant en deux moulins installés sur le Croult et le Rouillon auxquels était attachée la banalité de trois boulangers de Saint‑Denis (AN, LL 1192 : no 4857) ;
– 1418 : moulin Jumeaux ; les boulangers de Saint‑Denis sont tenus d’y faire moudre leur blé (AMSD, GG 104) ;
– 1605 : « moulins Jumeaux » (fig. 308).
Les moulins Gémeaux disparaissent dans le courant du xxe s.

FIG. 312 – Élévation des deux roues des moulins Gémeaux en 1829. AMSD, et. 596 ; papier, encre, aquarelle ; 44 x 36 cm.

FIG. 312 – Élévation des deux roues des moulins Gémeaux en 1829. AMSD, et. 596 ; papier, encre, aquarelle ; 44 x 36 cm.

À l’aide des changements indiqués sur le document, le propriétaire veut renforcer la puissance des deux roues établies respectivement sur le Croult et le Rouillon.

cl. E.J./UASD

37Moulin près du pont Maubert ou pont du Croult
– fin du xiie‑début du xiiie s. : dans la charte de 1137‑1138 (doc. 24), Suger donne le molendinum juxta pontem Malberti à l’église Saint‑Paul (Suger, Lecoy de la Marche 1867 : 348). Cependant cette citation fait partie d’un passage interpolé à la fin du xiie‑début du xiiie siècle (Newman 1937a : 111‑114, 252‑256). Il pourrait s’agir soit du moulin Brise‑Echalas, soit du moulin Saint‑Paul (cf. infra).

FIG. 313 – Le pont du Croult en 1821. MAHSD, no inv. na 2444 ; papier, encre ; 20 x 25 cm.

FIG. 313 – Le pont du Croult en 1821. MAHSD, no inv. na 2444 ; papier, encre ; 20 x 25 cm.

Avant le XVe s., ce pont est connu sous l’appellation « pont de Bris‑Eschalas » ou « pont Maubert ». L’ouvrage est établi au confluent du Croult et du Rouillon, bien visible sur ce document. La reconstruction du pont est financée au début du XVIIIe s. par les dames de Saint‑Cyr (ADY, D 530). Cependant, l’ancien chemin d’Epinay qui l’empruntait est supplanté au milieu du XVIIIe s. par la nouvelle route d’Epinay.

cl. EJ./UASD

FIG. 314 – Le pont du Croult en 1824. MAHSD, no inv. na 2458 ; papier, encre ; 22 x 9 cm.

FIG. 314 – Le pont du Croult en 1824. MAHSD, no inv. na 2458 ; papier, encre ; 22 x 9 cm.

On reconnaît à l’arrière du pont : le moulin Saint‑Paul (à gauche) et la caserne des suisses (à droite).

cl. EJ./UASD

38Moulin Saint‑Paul (fig. 298, 340)
– 1491 : bail à rente d’un « moulin a tan assis lez ledit Saint Denis sur la riviere de Croust au dessus du pont de Briseschallaz » (AN, LL 1214 : f°76v°‑77) ;
– 1630 : prisée, visite et estimation du moulin de Saint‑Paul (Duval, Barroux 1923 : col 215).
Le moulin disparaît dans le courant du xxe s.

39Moulin Brise‑Echalas ou moulin Brûlé (fig. 298, 316, 340)
– 1211 : un chevalier abandonne tous ses droits sur le moulin Brise‑Echalas que les chanoines de Saint‑Paul ont entrepris de restaurer (Lebel 1935b : no 233) ;
– 1708 : moulin Brûlé ou Brise‑Echalas (fig. 343) ;
– vers 1900 : le moulin disparaît (Bournon 1902a : 294).

FIG. 315 – Bâtiment Identifié au moulin Brise‑Echalas, XVIIIe s. (?). BNF, Cabinet des Estampes, Va 93 t. 5 ; papier, crayon ; 18 x 13 cm.

FIG. 315 – Bâtiment Identifié au moulin Brise‑Echalas, XVIIIe s. (?). BNF, Cabinet des Estampes, Va 93 t. 5 ; papier, crayon ; 18 x 13 cm.

© cl. BNF, Paris

FIG. 316 – « Vue d’un moulin à Saint‑Denis » par J.‑V. Bertin, vers 1820. MAHSD ; huile sur toile ; 62 x 37 cm.

FIG. 316 – « Vue d’un moulin à Saint‑Denis » par J.‑V. Bertin, vers 1820. MAHSD ; huile sur toile ; 62 x 37 cm.

II s’agit très probablement du moulin Brise‑Echalas.

cl. EJ./ uasd

40Moulin de Richebourg (moulin à eau) (fig. 178)
– 1619 : bail à cens établi par l’abbé Louis [IV] de Lorraine à André Le Grand, receveur général des finances de Paris, pour « une place sur la rivière de Croud qui vient et passe par le moulin Briséchalas pour y faire bâtir et construire un moulin à bled au lieu et endroit le plus commode en dessous néamoins dudit moulin en tirant vers la rivière de Seine avec 46 perches de terre » (ADY, D 627) ;
– 1674 : acquisition d’un moulin à eau « sur le port de la rivière de Seine » (ADY, D 627).
Vers 1708, ce moulin semble figurer sur le plan manuscrit du terroir (fig. 343), mais disparaît par la suite.

41Moulin de Becherel
– fin du xiiie s. : ce moulin, cité dans les comptes de la commanderie (doc. 39), n’est pas localisé plus précisément sur le Groult.

Moulins sur le Rouillon

42En aval du trou provendier de Dugny se succèdent :

43Petit moulin de Dugny (fig. 340)
– il existe dès le xviie s. (fig. 303) et perdure jusqu’au xxe s.

44Moulin de Stains ou moulin Neuf (fig. 340)
– 1664 : Achille de Harlay construit ce moulin (ADY, D 624) qui subsiste jusqu’au XXe s.

45Moulin de Romaincourt (fig. 340)
– 1249 : l’abbaye rend deux parts du moulin qu’elle tient en fief (Lebel 1935b : no 889) ;
– 1284‑1285 : dans les comptes de la commanderie, le moulin est cité : molendinum de Ramicuria (doc. 39) ;
– 1288‑1289 : on achète pour 16 sous 4 deniers des tuiles et des tuiles faîtières pour réparer son toit ; l’année suivante, la réparation et la « fermeture » du moulin coûtent 64 sous (Fourquin 1966 : 21, d’après AN, LL 1240).
– 1461 : « moulin à draps » (AN, LL 1193 : 9) ;
– 1484 : « moulin qui souloit estre à bled et de present à fourbier armures de guerre » (AN, LL 1193 : 194‑195).

46Moulin de la Truie ou moulin de Rouillon (fig. 298, 340)
– 1604 : l’abbé Louis [IV] de Lorraine permet l’établissement du moulin (Bournon 1902a : 294) ;
– 1605 : « moulin à draps ou de Rouillon » (fig. 308) ; 
– 1900 : le moulin a disparu (Bournon 1902a : 294).

Moulins sur le ru d’Enghien

47Moulins de La Briche et de Coquenard (fig. 340)
– 1218 : acquisition par Mathieu [II] de Montmorency des moulins de La Briche et de Coquenard (Du Chesne 1624 : 35) ;
– 1231 : Bouchard [VI] de Montmorency abandonne à l’abbaye les moulins de La Briche et de Coquenard (Bedos 1980 : 289) ;
– 1365 : l’un des deux moulins pourrait faire partie du fief de Boniface (cf. infra § 5.5.2).
On ignore l’emplacement du moulin de La Briche. Celui de Coquenard se trouve au bout de l’étang du même nom ; il disparaît dans le courant du xixe s.

5.1.2.2 Les moulins à vent

 l’ouest

48Moulin de Richebourg (fig. 178, 298)
– 1619 : bail à cens établi par l’abbé de Saint‑Denis pour un terrain proche du « moulin [à eau] sur le port de la Seine » (cf. supra § 5.1.2.1, moulin de Richebourg) pour y construire un moulin à vent (AN, LL 1220 : f°32) ;
– 1674 : acquisition du moulin qui est en mauvais état et ruiné (ADY, D 627) ;
– 1718 : Henri Vanteclay cède un terrain, « actuellement une plâtrière », où se trouvaient le moulin à eau et la butte du moulin à vent (fig. 322) ;
– milieu du xviiie s. : le moulin est reconstruit : « masse d’un moulin à vent » (fig. 366).
Il disparaît à la fin du xviiie s.

49Moulin Fidel (fig. 298)
Le moulin apparaît sur les plans terriers dans le courant du xviiie s. (AN, N III Seine 477).
Jusqu’au début du xixe s., il figure sur plusieurs plans et vues (fig. 318, 321, 330).

50Moulins Gémeaux (fig. 298, 340)
– 1708 : le plan manuscrit du terroir figure ce moulin qui se trouve sur le chemin qui mène aux moulins à eau établis sur le Croult et le Rouillon (fig. 343).
Il disparaît au début du xixe s.

51Moulin Sauvage ou moulin Saint‑Paul (fig. 340)
– entre 1704 et 1725 : le moulin apparaît ; il est representé sur plusieurs plans en bordure du chemin de Pontoise, à l’est du moulin Saint‑Paul (fig. 328, 330, 337, 383c). Il figure pour la première fois, désigné comme moulin Sauvage, sur un plan de 1725 (AN, N III Seine 470) et disparaît vers la fin du xviiie s.

52Moulin Chrétien (fig. 299)
– 1753 : l’Hôtel‑Dieu autorise la construction d’un moulin sur le bord du chemin d’Epinay, à l’emplacement de l’ancienne léproserie Saint‑Lazare (AMSD, 15 S 26 et 15 S 252).
Le moulin disparaît entre la fin du xviiie et le début du xixe s.

Au nord

53Moulin de Stains (fig. 340)
– sur le territoire de Pierrefitte puis de Stains.

54Vieux‑Moulin (fig. 340)
– lieu‑dit de Pierrefitte, puis de Stains (cf. infra § 5.3).

À l’est

55● Moulin du chemin au Ladre
– cité en 1551 (Lombard‑Jourdan 1980a : 99). On ne connaît pas l’emplacement précis de ce moulin, mais on sait localiser la sente au Ladre (cf. infra § 5.2.1 et fig. 332) et le lieu‑dit Sente au Ladre (cf. infra § 5.3 et fig. 340) sur le territoire de La Courneuve.

56Moulin des Ponceaux (fig. 340, 341)
– sur le territoire de La Courneuve.

57Moulin d’Aubervilliers (fig. 341)
– sur le territoire d’Aubervilliers.

58Vieux moulin (fig. 341)
– sur le territoire d’Aubervilliers.

59Moulin‑Fondu (fig. 341)
– lieu‑dit d’Aubervilliers (cf. infra § 5.3).

Au sud

60Moulin Baiard
– 1224 : sur la rive droite de la Seine, entre Saint‑Ouen et Clichy, le moulin sert à délimiter le territoire de l’abbaye, a fiilvio Sequanœ videlicet a molendino quod vulgo appellatur Baiard (doc. 117) ;
– vers 1742 : un plan figure un moulin à vent légendé « place du moulin Bayard » (fig. 348).

5.1.3 La Seine, les ports et les îles de la Seine

61La possession de la grande boucle de la Seine par l’abbaye de Saint‑Denis est fondée sur un acte falsifié, de la fin du xe s. ou du début du xie s., attribué à Charles le Chauve (Tessier 1952 : no 496 ; Giry 1895). Elle est constituée de la pêcherie royale, forestis aqtiatica, qui s’étend du ruisseau de Sèvres (?), a fulvio Saure, situé dans le Bas‑Meudon, jusqu’à Chambry, usque Cambreias, ou port du Pecq (fig. 318). En outre, elle comprend les péages que les rois avaient le droit d’exiger sur l’eau et sur terre, quelle que soit l’autorité à laquelle les rives étaient soumises, omnes exactiones réglas in aqua, cuicumque potestati subditi sint ripatici, sive in terra. L’abbaye attribue ce domaine, compte tenu de sa nature, à la cuisine conventuelle. Aussi est‑ce le religieux cuisinier qui y exerce, en tant que seigneur de la « prévôté de la Cuisine », les droits comprenant la haute, moyenne et basse justice, la propriété des épaves, des bacs et l’exclusivité de la pêche à l’aide de loutres (doc. 107) et « d’engins » (doc. 101). Réunie à la mense abbatiale, la prévôté est offerte en 1696 aux dames de Saint‑Cyr (Bigard 1924).

FIG. 317 – La boucle de la Seine entre Sèvres et la machine de Marly, par Delagrive, 1738. BNF, département des cartes et plans, Ge CC 1389 : f°10 ; parchemin, encre, aquarelle ; 37 x 50 cm.

FIG. 317 – La boucle de la Seine entre Sèvres et la machine de Marly, par Delagrive, 1738. BNF, département des cartes et plans, Ge CC 1389 : f°10 ; parchemin, encre, aquarelle ; 37 x 50 cm.

En 1732, l’abbé Delagrive est chargé de cartographier le cours de la Seine. Le travail est achevé en 1738. La Bibliothèque nationale de France conserve deux grands recueils qui contiennent ces plans. La planche XXV correspond à peu près à la seigneurie de la « prévôté de la Cuisine ». Delagrive relève en plus des pêcheries (gords), des rapides et des « bassiers » (passages où l’eau est peu profonde). La Seine est longée par un chemin de halage, indiqué par une ligne en pointillés. On observe que ce dernier change de rive à hauteur du moulin de Clichy et au pont de Saint‑Cloud. Delagrive relève également les « ports aux pierres », « ports de moilons » et « plâtrières »,

© cl. BNF, Paris

FIG. 318 – Plan de la prévôté de la Cuisine, vers 1758. ADY, D 738 ; papier, encre, aquarelle ; 187 x 58 cm.

FIG. 318 – Plan de la prévôté de la Cuisine, vers 1758. ADY, D 738 ; papier, encre, aquarelle ; 187 x 58 cm.

Héritière de la « prévôté de la Cuisine », la maison de Saint‑Cyr est amenée à confectionner une série de plans terriers aujourd’hui conservés aux archives départementales des Yvelines. Ce plan d’assemblage montre la grande boucle de la Seine correspondant aux 40 km de cours d’eau dont l’abbaye était propriétaire. À Sèvres est indiquée, sur la rive gauche, la « prétendue borne de la séparation des seigneuries », qui marquait la limite entre le territoire de la prévôté de la Cuisine et celui de l’archevêché de Paris. Mais on notera surtout les nombreuses îles qui jalonnent le cours de la rivière jusqu’au Pecq : celles de Puteaux, de Neuilly, de Villiers, de Bécon, les deux îles de Bassières et de la Ruelle, celle de Guillemette puis le Javeau‑Prieur qui précède les deux îles longues, situées dans la boucle proprement dite : celles du Châtellier et de Saint‑Denis ; puis, viennent l’île d’Argenteuil –rattachée à la rive droite par le comblement du bras–, l’île Marande et l’île des Houtes. Enfin, se succèdent, interrompues par des chenaux ou « traverselles », les îles de Monthory ou de la Morüe, de la Carrière Saint‑Denis, de Chatou et de Giltier. On remarquera que les îles de Croissy, de Gautier, de la Loge et de Poirette sont déjà réunies. Des ponts enjambent la Seine à Sèvres, Saint‑Cloud, Neuilly, Chatou et au Pecq. Des bacs sont signalés à Asnières, Argenteuil et Bezon. Entre la Maison de Seine et La Briche, on relève le lieu‑dit « guet ».

cl. ADY

FIG. 319 – Plan de la Seine en 1699 ().
a – L’île du Châtellier. ADY, D 734 : f°24 ; papier, encre, aquarelle ; 30 x 45 cm.
b – L’île Saint‑Denis. ADY, D 734 : f°27v° ; papier, encre, aquarelle ; 60 x 45 cm.

FIG. 319 – Plan de la Seine en 1699 ().a – L’île du Châtellier. ADY, D 734 : f°24 ; papier, encre, aquarelle ; 30 x 45 cm.b – L’île Saint‑Denis. ADY, D 734 : f°27v° ; papier, encre, aquarelle ; 60 x 45 cm.

a Comme en témoigne ce septième plan du terrier de la « prévôté de la Cuisine » levé par Claude Lescuyer, voyer de Saint‑Denis, les censives de la Cuisine (référencées par des chiffres) concernent principalement des terrains situés sur les îles et sur les berges, ainsi que les innombrables pêcheries. Ces pêcheries sont des gords, tendus au milieu du fleuve, qui sont matérialisés sur le plan par des V orientés dans le sens du courant,
b Ce huitième plan du terrier nous révèle l’existence, entre cette île et celle du Châtellier. d’autres petites îles, nommées Saint‑Marcel et Heurtebout, ainsi que de javeaux (îles formées de sables et de limon), séparés les uns des autres par des « traverselles ». Selon l’abbé Lebeuf, le bailli de l’île eut sa demeure sur l’île du Châtellier « du côté qu’elle est contiguë à la grande isle » (Lebeuf, Boumon 1883 : 565).

cl. ADY

Document 107
Droits de l’abbé et du cuisinier d’autoriser à rompre les falaises de la Seine et de pêcher à la loutre, février 1212 (n.st.).

Engagement pris par Adam « deu » Chastelier, Gautier Bertrée, Pierre li Raz, Henri « deu » Chastelier, par devant Pierre, abbé de Saint‑Vincent de Senlis, Pierre, chantre de Saint‑Rieul de Senlis, Guillaume, chantre de Saint‑Frambourg de Senlis, tous trois juges délégués par le pape, de ne pas rompre les falaises ni pêcher à la loutre dans la Seine sans l’autorisation de l’abbé ou du cuisinier de Saint‑Denis.
Sources – A. Original, Archives nationales, L 850 : no 18. Parchemin Jadis scellé de trois sceaux pendant sur double queue, dont deux subsistent. B. Copie de la fin du xiiie s., AN, LL 1157 : no 1, p. 325 ; analyse et édition de texte : L.F., A.D.

Petrus, Del gratis abbas Sancti Vinoencii, Petrus, Sancti Reguli, et Willelmus, Sancti Frabaudi, cantores Silvanectenses, omnibus présentes litteras inspecturis salutem. Notum facimus quod cum abbas et monachi Beati Dyonisii coram nobis, a domino papa datis judicibus, deposuissent querimoniam quod Adam deu Chastelier, Galterus Bertree, Petrus li Raz, Henricus deu Chastelier, in aqua Beati Dyonisii, videlicet Sequana, in non modicam ecclesie suejacturam, falesias frangerent et piscationes cum lotris exercèrent, ex parte eorumdem hominum fuit responsum quod in supradictis jure suo usi fuerunt. Publicatis itaque juratorum testium hinc et inde productorum tam hominum deu Chastelier quant aliorum piscatorum depositionibus, quas ad perhennem memoriam sigillavimus, idem homines presentientes quod per dicta testium contrariam reportarent sentenciam, saniori usi consilio coram nobis injure, confessi sunt quod sibi in dicta aqua nec falesias frangere neque cum lotris piscari sine licentia abbatis sive coquinarii Beati Dyonisii aliquatenus licebatat, sacramento ab ipsis corporaliter prestito, firmarunt quod ibidem de cetera neque falesias frangèrent neque cum lotris piscarentur nisi prius licentiam a predictis, scilicet abbate sive coquinario Beati Dyonisii, impetrarent et mandatum haberent. Auctoritate etiam quam habebamus penes nos communi assensu partium retenta in eos tanquam in transgressores fidei statuendi, si ipsi, sue salutis immemores, contra juratoriam cautionem ab ipsis expositam agere temptarent. Ne autem in posterum recidiva super hoc oriatur contentio, présentent cartam inde annotatam sigillis nostris munivimus, anno Domini M°CC° undecimo, mense februario.

62Quant à la localisation du port de Saint‑Denis, elle demeure problématique. Le long de la Seine, les observations archéologiques font encore totalement défaut et on ne connaît aucune installation portuaire dans ce secteur. La documentation iconographique du xviiie s. représente des berges entre La Briche et la Maison de Seine (fig. 317). D’après un témoignage contemporain, les bateaux à plus fort tonnage s’arrêtent au port de La Briche pour éviter le haut‑fond du port de la Maison de Seine. Ce bassier est figuré sur le plan du « Cours de la Seine » de Delagrive, légèrement en aval de la Maison de Seine et c’est à cet endroit, selon Doublet, que les agents de l’abbaye percevaient les droits de travers sur le transit par eau (Doublet 1625 : 920). Un troisième port est indiqué vers Saint‑Ouen, par les toponymes Vieux Port et Port aux Poireaux (fig. 298, 341).

63La propriété des îles de la Seine préoccupe également l’abbaye. D’après les « Annales de Saint‑Bertin », les Normands s’étalent installés en 866 sur une île près de Saint‑Denis (Waitz 1883). Dès le xe s., Bouchard le Barbu s’établit à son tour sur une île fortifiée face à Saint‑Denis et y perçoit un péage (Guilmoto 1889). Jusqu’au xiiie s., l’abbaye doit se défendre contre cette seigneurie qui occupe ainsi une position stratégique et économique importante. Grâce à l’intervention de Philippe Auguste, elle obtient que les Montmorency n’y bâtissent plus de château‑fort (doc. 109, 110). Pendant la guerre de Cent Ans, l’île Saint‑Denis est de nouveau transformée en forteresse (doc. 72).

Document 108
Acquisition par l’abbaye de la coutume que payent les bateaux en abordant entre le Croult et la borne dite « Baiart », juin 1216.

Concession, à l’abbaye de Saint‑Denis, par Gautier sire de Nemours, des coutumes perçues au titre de sa maréchaussée sur les navires abordant entre le Croult et la borne « Baiart », moyennant un revenu annuel de 15 s.p. payable à la Saint‑Jean‑Baptiste, pendant la durée d’exercice de son office.
Source – B. Copie de la fin du xiiie s., AN, LL 1157 : no 7, p. 335 ; analyse et édition de texte : L.F., A.D.

Galterus, dominus Nemosii, universis présentes litteras inspecturis salutem in Domino. Universitati vestre notum facio quod ego omnes consuetudines quas pro marescalcia habebam in omnibus navibus que applicabant a fine Crotaldi usque ad metam de Baiart ecclesie Beati Dyonisii, quamdiu marescalciam tenuero, habendas concessi pro quindecim solid. par. mihi singulis annis reddendis in festo sancti Johannis Baptiste injunio. Actum anno Domini millesimo CC° sexto decimo, mensejunio.

64.

Document 109
Mathieu [II] de Montmorency promet de ne pas fortifier son île, novembre 1219.

Mathieu [II] de Montmorency, connétable de France, promet à Philippe [Auguste] de ne pas construire de forteresse sur l’île Saint‑Denis qu’il tient de lui. S’il s’en construisait une, le roi pourrait la faire raser jusqu’aux fondations et brûler la totalité du domaine.
Sources – A. Original, Archives nationales, J 151.
a. Du Chesne 1624 : 85.
b. Teu/et et al. 1866 : 492 ; analyse et édition de texte : L.F., A.D.

Ego Matheus, dominus Montismorenciaci, Francorum constabularius, notum facio universis presentibus pariter et futuris, quod karissimo domino meo Philippo, illustri Francie régi, firmiter creantavi et bona fide promisi quod de cetera non faciam fortericiam in insula que est subtus villam Beati Dyonisii, quam teneo a domino rege ; et si forte fieret ibidem fortericia, volo et concedo ut dominus rex, sine meffacere se, faciat eam dirui ac funditus prosterni et villam illius insuie totam comburi. In cujus rei memoriam et testimonium, présentes litteras sigillo meo munivi. Actum apud Sanctum Germanum in Laya, anno Domini mcc nonodecimo, mense novembri.

65.

Document 110
Réglementation des constructions sur l’île du Châtellier par Philippe Auguste en mai 1220.

Philippe [Auguste], ayant fait détruire la maison de Guillaume de Lagny, sergent de Mathieu de Montmorency, parce qu’elle était fortifiée, permet à Robert de Montmorency, sergent dudit Mathieu, de bâtir dans l’île du Châtellier sur la Seine une maison non fortifiée, de même hauteur que les autres maisons de l’île et dont les murs gouttereaux ne devront pas dépasser les autres.
Sources – 
A. Original, Archives nationales, S 2250A : no 25. Parchemin jadis scellé sur double queue.
B. Copie de la fin du xiiies., AN, LL 1157 : no 89, p. 67.
a. Du Chesne 1624 : 85.
b. Nortier 1979 : no 1638, p. 293 ; analyse et édition de texte : L.F., A.D.

Philippus, Dei gratis Francorum rex, universis présentes litteras inspecturis salutem. Quia domum Guillelmi de Latiniaco, servientis dilecti et fidelis nostri Mathei de Montemorenciaco, constabularii Francie, fecimus dirui, pro eo quod erat fortericia, volumus et concedimus quod Robertus de Montemorenciaco, serviens ejusdem Mathei, faciat unam domum si voluerit nomine suo absque forteritia in insula de Chasteler supra Sequanam, ejusdem altitudinis cujus sunt alie domus in eadem insula, videlicet quod parietes gutte altitudinem aliorum parietum ejusdem insuie non excedant. Quod ut firmum sit et stabile, praesentem cartam fecimus sigilli nostri auctoritate muniri. Actum apud Sanctum Germanum in Loia, anno Domini M°CC° vicesimo, mense maio.

FIG. 320 – L’île Saint‑Denis levée par La Noüe, arpenteur royal, en 1757‑1758. ADY, D 736 ; papier, encre, aquarelle ; 42 x 103 cm.

FIG. 320 – L’île Saint‑Denis levée par La Noüe, arpenteur royal, en 1757‑1758. ADY, D 736 ; papier, encre, aquarelle ; 42 x 103 cm.

L’île Saint‑Denis et l’île du Châtellier relevaient de Saint‑Marcel, à Saint‑Denis. En 1620, une succursale de cette paroisse fut établie et placée sous le vocable de Saint‑Sébastien ; en 1668, elle fut érigée en cure (Lebeuf, Bournon 1883 : 565 ; Bournon 1900b). La vue cavalière des agglomérations reste sommaire mais le dessinateur insiste sur la présence de demeures seigneuriales.

cl. ADY

FIG. 321 – « La maison de campagne de Papillon de La Ferté dans l’île Saint‑Denis « en 1787, par Lespinasse. Musée de l’Île‑de‑France à Sceaux, no inv. 37.2.64 ; papier, encre, aquarelle ; 58 x 35 cm.

FIG. 321 – « La maison de campagne de Papillon de La Ferté dans l’île Saint‑Denis « en 1787, par Lespinasse. Musée de l’Île‑de‑France à Sceaux, no inv. 37.2.64 ; papier, encre, aquarelle ; 58 x 35 cm.

Papillon de La Ferté était un gentilhomme chargé des Menus plaisirs du roi et administrateur des théâtres royaux. Soupçonné de receler en son château des armes et des vivres pour aider les gens de la cour à se soustraire à la justice révolutionnaire, il fut guillotiné en 1794 (Bournon 1900b : 11‑13). Sur cette vue, la demeure bâtie sur l’île Saint‑Denis est visible sur la droite. Selon Gautier, le propriétaire « donnoit de fois à autres des petits divertissements champêtres, et quelques amusements sur l’eau et autres récréations, et tout le monde étoit content. (...) Anciennement cette maison avoit appartenue à M. L’Archer marchand papier à Paris. Il y avoient aussi dans ces fêtes de Jolis feux d’artifice » (Gautier : 386). En face, sur la rive droite, est figurée la Maison de Seine (fig. 323). Si l’on en croit Lespinasse, la rive de la Seine était en pente douce à cet endroit. Son dessin confirme donc la faible profondeur de l’eau, à hauteur du « bassier » figuré par Delagrive (fig. 317). En amont, la pente s’accentue de nouveau et devient même abrupte au pied de la hauteur que surmonte le moulin Fidel.

cl. Musée de l’Île‑de‑France

FIG. 322 – Plan du port de Saint‑Denis, en 1722. ADY, D 928 ; papier, encre, aquarelle ; 33 x 51 cm.

FIG. 322 – Plan du port de Saint‑Denis, en 1722. ADY, D 928 ; papier, encre, aquarelle ; 33 x 51 cm.

Ce plan est lié à la requête d’Henri Vanteclay, « marchand de bois à brûler », qui, en 1722, souhaita faire déplacer un chemin et clôturer son terrain, occupé antérieurement par les moulins de Richebourg (ADY, D 627). Ce document figure également une plâtrière mais on ne sait s’il s’agit d’un four ou d’un entrepôt de gypse. Rappelons que la présence de fours à plâtre ou à chaux, à proximité des ports de la Seine, est attestée par les sources écrites (doc. 46) et que les comptes de la commanderie citent souvent le bûcher de Seine (doc. 39). Enfin, ce plan indique l’emplacement de l’ancienne Maison de Seine et confirme l’existence d’un chemin de halage sur la rive droite du fleuve.

cl. ADY

FIG. 323 – Plan de la Maison de Seine au début du XIXe s. BNF, Cabinet des Estampes, Va 93 t. 5 ; gravure ; 47 x 40 cm.

FIG. 323 – Plan de la Maison de Seine au début du XIXe s. BNF, Cabinet des Estampes, Va 93 t. 5 ; gravure ; 47 x 40 cm.

Mise à mal par les huguenots (doc. 59), cette demeure fut reconstruite au XVIIe s. sur un nouvel emplacement (fig. 322). D’après une estimation de 1778, le bâtiment comprenait une partie réservée à l’habitation et une autre destinée à l’exploitation des jardins, potagers et vergers qui dépendaient du domaine. Depuis le chemin des Poissonniers, on entrait par une porte cochère dans une vaste cour qui regroupait le logement du jardinier, plusieurs remises, un poulailler et un « trou de fumier ». Par une « grille à deux vanteaux entre deux piédroits de maçonnerie surmontés chacun d’un vase sculpté » ouvrant sur une allée d’arbres fruitiers plantés en espaliers, on accédait à l’habitation. Elle comprenait, au rez‑de‑chaussée, une salle à manger et une écurie. À l’étage, on nous signale plusieurs pièces dont un salon décoré de quatre grands tableaux. Au sud, le jardin formait une terrasse, protégée par une grille, donnant sur la rivière ; sur les deux autres côtés, il était enclos de murs (AN, Z1J1043).

© cl. BNF, Paris

FIG. 324 – Plan du port de La Briche, ou « port Saint‑Denis », vers 1750. ADY, D 528 : no 123 ; papier, encre, aquarelle ; 36 x 33 cm.

FIG. 324 – Plan du port de La Briche, ou « port Saint‑Denis », vers 1750. ADY, D 528 : no 123 ; papier, encre, aquarelle ; 36 x 33 cm.

Ce plan, très schématique, se rapporte au pavage du chemin d’Epinay, entre le château de La Briche et le pont du Croult. À l’arrière du hameau de La Briche, dont une partie des maisons s’élevaient sur le territoire de Saint‑Denis, le « chemin d’Angain » et le « nouveau chemin... » correspondent à des projets qui n’ont pas été réalisés.

cl. ADY

Document 111
Le travers par eau d’après le « Livre vert de Saint‑Denis ».

Le péage de Saint‑Denis se levait au profit de l’abbé et de l’office des Charités. S’y ajoutaient un péage, dit du fief de la Poterne, qui concernait les bateaux de sel et le péage d’Allegrin qui se levait « en la nage de Seine avallant par devant Saint‑Denis en France de quelque côté ou bras que ce soit » (Guilmoto 1889).
Source – AN, LL 1209 : chapitres IX et XI (par extraits et en italique) ; texte collationné par C.B.

  • 5 Ferré : tonneau cerclé de fer. Au Moyen Âge, les douves de tonneau sont majoritairement cerclées de (...)

[p. 101] Cy apres s’ensuit la declaration du travers par eaue appartenant a monseigneur l’abbé de Saint‑Denys a cause de son eglise, sur les nefz et vaissiaux chargiés de quelques denrees montans et avalans par my la riviere de Seine passant pardevant l’isle Saint‑Denys. Et premierement le droit du travers dessusdit est tel que chascun batel ou nef chargié de quelque denree que se soit si monte par la riviere dessus dicte doit neuf deniers pour le cours d’yceulx nefz ou bateaux et se ilz avalent iiii deniers.
Item se lesdictes nefz ou vaissiaux passent par ladicte riviere montans ou avalans ou par les destrois d’ycelle riviere sans payer l’acquit de leurs nefs, vaissiaux ou denrees, et qui soient passés oultre les bournes de ladicte riviere ou destrois d’icelle, les nefs, vaissiaux ou denrees cy sont confisquez a mondit seigneur, mais qu’il soient poursuis par mondit seigneur ou ses gens, et ainsy en use mondit Seigneur et a accoustumé d’en user.
La nef ou vaissel chargiees de blé ou autre grain quel qui soit doit pour chascun muy II deniers.
La nef ou vaissel chargiees de vin, soient tonneaux, queues ou poinsons, le tonnel plain de vin, la queue ou le poinson doivent II deniers pour chascune pieche et le ferré5 plain de vin doit iiii deniers. La nef ou le vaissel chargiez de futaille a vin comme tonneaux, ferrez, queues et poinçons, le tonneau vuyt deffonssé doit obole, la queue autant et aussy le poinsson, le ferré vuyt i denier et s’il a deux fons il doit II deniers. La nef ou vaissel chargiez de figues ou de roisins, d’amandes, de suif, de pion, d’estaing et de cyre, c’est assavoir cabat de figues ou de raisins, obole. Cent livres d’amandes obole chascune piece de suif, de pion, d’estaing et de cyre chascun obole. Et se cellui qui reçoit le travers ne scet les pièces chascun cent doit II deniers.

  • 6 Fes : faisceau.
  • 7 Sain : saindoux.

La nef chargee de fer ou d’acier le cent doit II deniers.
[p. 146] (...) La nef chargée de busche, de merrain, ou de foyn montant doit ix deniers.
[p. 102] La douzainne d’arsons a selles a chevauchier de chascune douzainne, i denier.
La douzainne de mortiers, I denier.
La huche ferree IIII deniers et celle qui est defferree, u deniers.
Chascun bacon de lart doit obole.
Le millier de seiches, II deniers.
Le millier de morues ou de maquereaux doit I denier.
Le millier de harranc, obole.
Le tour de moles, II deniers.
Le fes6 de chanvre, obole.
La somme d’uylle, miel ou sain7 doit iiii deniers.
Et doit avoir la somme sept septiers et demy.
La couste et coissin doit iiii deniers.
Le troussel de robe doit viii deniers.
Chascun chief de pelleterie doit obole.
La douzainne de cuirrain escru doit I denier.
La douzaine de corduen doit I denier.
Le sac de laynne doit viii deniers.
Le lot de cuirs doit II deniers.
Le lest de cuirs doit xx deniers si a ou lot xx cuirs et ou lest deux cens cuirs.
La nef vuyde montant ou avalant doit iiii deniers.

  • 8 Fiens : fumier. Cet engrais, toujours en quantité insuffisante sous l’Ancien Régime, servait surtou (...)

[p. 103] La nef chargiee de pierres, de plaistres, de tiens8, de tuille, de poz ne doit que IIII deniers.
La nef chargee de sel doit deux quartiers de sel. C’est assavoir depuis la veille Saint‑Andry mye nuit jusques a la veille Saint‑Denys mye nuit, et depuis la veille Saint‑Denys mye nuit jusques a la veille Saint‑Andry mie nuyt. La nef chargee de sel doit vi quartiers de sel. Et si doit ladicte nef xxvii deniers. La cause si est que le botaige commance depuis la veille Saint‑Denys mie nuit jusques a la veille Saint‑Andry mye nuyt. Et avecques ce doivent toutes les denrees qui montent ou avalent parmy la dicte riviere durant ycellui botaige chascun denier vault et doit valoir trois deniers durant ledit botaige. Et apres ycellui botaige failly, les denrees et nefs chargiees reviennent au premier acquis devant dit. Le troiz quartiers de sel valent a la mesure Saint‑Denys ung septier.
La nef ou bateau neuf montant ou avalant ladicte riviere double acquit. C’est assavoir hors botaige xviii deniers et en botaige xxvu deniers.
La nef chargee de queues de cendres pour taincturiers chacune queue doit xii deniers quant ils montent ou avalent par ladicte riviere. Hors botaige la queue doit III sols.

FIG. 325 – Le port de La Briche au début du XXe s.

FIG. 325 – Le port de La Briche au début du XXe s.

Vers 1750, les habitants de Saint‑Denis protestent contre la suppression du pavage du chemin d’Epinay qui desservait le port de La Briche. C’était un havre naturel où les bateaux pouvaient accoster et où l’on déchargeait les pierres, le grain, le foin, le bois de charpente et de chauffe. C’est également dans ce port que le receveur de Saint‑Cyr prélevait, au XVIIIe s., les droits dits de montage et d’avalage (Lemoine 1940 : 46). À l’arrière‑plan, on distingue les premiers établissements industriels.

Musée de la Batellerie ; photographie.

FIG. 326 – Saint‑Denis, par J.M.W. Turner, entre 1821 et 1832. ADSSD, 6 Fi Saint‑Denis 11 ; gravure de s. Fisher ; 14 x 10 cm.

FIG. 326 – Saint‑Denis, par J.M.W. Turner, entre 1821 et 1832. ADSSD, 6 Fi Saint‑Denis 11 ; gravure de s. Fisher ; 14 x 10 cm.

Turner a réalisé ce dessin pour la série « The Rivers of France, the Seine ».

FIG. 327 – Vue de la maison de Saint‑Ouen, par Israël Silvestre, en 1672. ADSSD, 6 Fi Saint‑Ouen 1 ; gravure ; 50 x 37 cm.

FIG. 327 – Vue de la maison de Saint‑Ouen, par Israël Silvestre, en 1672. ADSSD, 6 Fi Saint‑Ouen 1 ; gravure ; 50 x 37 cm.

Ce château se trouvait au sud du village de Saint‑Ouen. Il fut construit peu avant 1669 par Seiglières de Boisfranc, surintendant des finances du roi. Israël Silvestre nous montre la foire aux porcs qui occupe le pré situé entre le parc et la Seine. « Le dernier dimanche d’août, ainsi que le jour Saint‑Louis [25 août], on alloit promener à Saint‑Ouen ; le parc étoit ouvert au public, et l’on y dansoit. La foire consistait dans la vente des porcs vivants dont il y avoit une grande quantité, où les marchands de Paris et des environs se rendoient pour les spéculations de leur commerce. On alloit aussi à Saint‑Ouen en bateaux, lesquels étoient pris vers la Maison de Seine. » (Gautier : 385.)

cl. P.M./ADSSD

FIG. 328 – Projet d’un canal de Saint‑Denis à Paris, par le comte de Jumelle, en février 1725. BNF, département des cartes et plans, Ge D 14799 ; gravure de F. Baillieul ; 33 x 12 cm.

FIG. 328 – Projet d’un canal de Saint‑Denis à Paris, par le comte de Jumelle, en février 1725. BNF, département des cartes et plans, Ge D 14799 ; gravure de F. Baillieul ; 33 x 12 cm.

Plusieurs plans datés de 1725 étudient la faisabilité d’un canal qui permettrait d’éviter aux péniches la traversée de Paris en coupant la boucle de la Seine. Ils ont été levés dans le cadre d’un projet visant à créer un canal irrigué par les eaux du Croult et contournant Saint‑Denis par la vallée du Rouillon. Ce n’est qu’en 1821 que l’actuel canal Saint‑Denis, rejoignant le bassin de la Villette, est construit. À la différence du projet précédent, il contourne la ville par l’ouest et le sud (fig. 225).

© cl. BNF, Paris

FIG. 329 Saint‑Denis vue de l’île Saint‑Denis par John Gendall, en 1820, d’après le " Picturesque Tour of the Seine, from Paris to the Sea by M. Savan, published by R. Ackermann » en 1821. ADSSD, 6 Fi Saint‑Denis 9 ; lithographie de T. Sutherland ; 28 x 20 cm.

FIG. 329 – Saint‑Denis vue de l’île Saint‑Denis par John Gendall, en 1820, d’après le " Picturesque Tour of the Seine, from Paris to the Sea by M. Savan, published by R. Ackermann » en 1821. ADSSD, 6 Fi Saint‑Denis 9 ; lithographie de T. Sutherland ; 28 x 20 cm.

Sur la rive d’en face, on distingue les embouchures du Croult et du canal Saint‑Denis en cours de construction.

cl. P.M./ADSSD

FIG. 330 – Les environs de Saint‑Denis sur la « Carte topographique des environs de Paris », levée par Delagrive en 1740, feuille VIII. ADSSD, 6 Fi carte 77 (C) ; gravure ; 93 x 65 cm.

FIG. 330 – Les environs de Saint‑Denis sur la « Carte topographique des environs de Paris », levée par Delagrive en 1740, feuille VIII. ADSSD, 6 Fi carte 77 (C) ; gravure ; 93 x 65 cm.

Ce plan précise l’emplacement de tous les moulins sur le territoire de la ville. Dans le courant du XVIIe et du XVIIIe s., cinq moulins à vent font une apparition éphémère. Le document illustre également le projet, jamais réalisé, d’une route reliant Aubervillliers au carrefour en étoile de Saint‑Ouen.

cl. P.M./ADSSD

FIG. 331 – Vue de Saint‑Denis prise depuis le pont sur le canal par Mertens, début du XVIIIe s. ADSSD, 6 Fi Saint‑Denis 12 ; lithographie ; 45 x 30 cm.

FIG. 331 – Vue de Saint‑Denis prise depuis le pont sur le canal par Mertens, début du XVIIIe s. ADSSD, 6 Fi Saint‑Denis 12 ; lithographie ; 45 x 30 cm.

On note, au second plan, la porte de Paris et, derrière les maisons, le dôme de la chapelle des carmélites.

cl. P.M./ADSSD

5.2 Le réseau routier aux abords de la ville

66À neuf kilomètres au nord de Paris, Saint‑Denis est situé au carrefour de plusieurs routes menant à la capitale. L’Estrée, la voie antique, se reconnaît aisément sur les cartes anciennes et son existence semble confirmée par les recherches archéologiques. En venant de Paris, elle passe par le pas de la Chapelle et, de là jusqu’à Saint‑Denis, son tracé rectiligne coïncide avec le grand chemin pavé de Saint‑Denis à Paris, que prolongent le chemin des Fruitiers (fig. 332), la rue Catulienne et la rue de la Charronnerie. À la sortie de la ville, elle franchit le Groult et le Rouillon sur le pont Trecine (fig. 299, 300) pour bifurquer ensuite, au nord‑ouest, vers Pontoise et Rouen par le chemin de la Barre (fig. 337, 384) et, au nord, vers Luzarches et Senlis par le chemin des Joncs. Dès le xiiie s., un tronçon de la voie antique est partiellement abandonné au profit d’un itinéraire de détournement (rue de la Boulangerie, rue de la Cordonnerie et rue Compoise) qui passe devant l’abbaye et présente l’avantage de desservir le bourg monastique. L’Estrée est définitivement interrompue par le rempart qui sera construit à partir de 1356. De même, le chemin des Joncs est progressivement supplanté par le grand chemin de Pierrefitte, ou grand chemin de Beaumont à Paris, qui quitte la ville par la porte Saint‑Rémy. Durant le xviiie s., ce réseau routier est modernisé par les ingénieurs des Ponts et Chaussées (fig. 333, 337).

FIG. 332 – Les réseaux routier et hydrographique aux alentours de Saint‑Denis au début du XVIIIe s. avec la localisation des ponts et croix.

FIG. 332 – Les réseaux routier et hydrographique aux alentours de Saint‑Denis au début du XVIIIe s. avec la localisation des ponts et croix.

A.B. del./UASD

67À ces axes routiers s’ajoute un réseau dense de voies secondaires dont la fonction est surtout économique (fig. 332). Les chemins qui rayonnent autour de Saint‑Denis sont liés à l’exploitation agricole du territoire de la ville. Ils s’entrecoupent avec le faisceau des voies convergeant vers le col de la Chapelle qui est lié à l’approvisionnement de la capitale. C’est le cas du chemin des Poissonniers ou des Marchandises, qui relie le port de Saint‑Denis aux halles de Paris et du chemin d’Aubervilliers à Paris, ou chemin des Vertus, qu’empruntent les maraîchers d’Aubervilliers et de La Courneuve.

68Dès le xiie s., les sources écrites attestent l’accroissement de la circulation aux abords de Saint‑Denis. En conséquence, l’abbaye accentue son autorité sur la voie publique et s’efforce d’améliorer les axes routiers qui traversent son terroir (doc. 112 et cf. supra § 4.4.1). En échange des droits prélevés sur le passage des marchandises (doc. 113), elle assure l’entretien des routes et ponts comme en témoignent les comptes de la commanderie (doc. 39).

Document 112
Accord entre l’abbaye et Bouchard [VI] de Montmorency concernant la voirie de Saint‑Denis, le cours du Croult et les bornes, le 19 novembre 1243 ; le droit de voirie et de justice sur le pont Trecine et sur le chemin [des Joncs] menant à Pierrefitte est confirmé à l’abbaye en novembre 1247.

Rappel de l’accord conclu le 19 novembre 1243 entre Bouchard de Montmorency et l’abbaye de Saint‑Denis sous l’arbitrage d’Amaury de Meulan et de Nicolas d’Auvilliers : les hôtes de Bouchard ne peuvent poser leurs marchandises sur les sièges installés devant leurs maisons, ce qui serait contraire au droit de voirie de Saint‑Denis ; sur le dix‑neuvième point du conflit relatif au fait que Bouchard empêche les hôtes de l’abbaye de relever les fossés autour de leurs vignes, il est décidé que si le chemin est borné, les dits hôtes pourront relever leurs fossés depuis les bornes du côté des vignes et que si le chemin n’est pas borné, il doit l’être ; à propos du Croult, il est décidé qu’ on ne pourra l’empêcher de couler librement, lorsqu’il aura rejoint son cours après la sécheresse ; les serviteurs de Saint‑Denis doivent et peuvent en purger le lit et jeter la boue depuis chaque rive aussi loin que la pelle le permet. Les arbitres ont fait relever la borne placée au milieu de la route entre la maison des moines de Bonport et la villa de Montmagny, qui était peu visible.
En 1247, à la suite de l’enquête menée auprés des témoins il est décidé que la voirie et toute la justice appartiennent à Saint‑Denis sur tout le chemin allant du milieu du pont de Trecine jusqu’à la borne située au‑delà de Pierrefitte et que l’abbaye peut, quand elle le veut, réparer le pont de bois et de pierre, ainsi que le chemin jusqu’à la borne susdite.
La dame de Montmorency et ses héritiers n’ont aucun droit sur le pont, ni sur la chaussée, ni sur le chemin.
Sources – A. Original, Archives nationales, L 850 : no 23. Parchemin jadis scellé de deux sceaux pendant sur double queue, dont il subsiste un fragment. B. Copie de la fin du xiiie s., AN, LL 1157 : no 19, p. 396 ; analyse et édition de texte : L.F., A.D.

  • 9 Ce règlement est également conservé en original (AN, L 850, no 18), exposé au musée de l’ Histoire (...)

Anno Domini M° duccentesimo quadragesimo tercio, diejovis ante festum sancti Clementis, dominas Almarricus de Meulento et dominas Nicholaus de Altovillari, milites, arbitri saper qaerelis que vertebantur inter ecclesiam Beati Dyonisii in Francia, ex una parte, et dominum et heredes Montismorenciaci, ex altera, de quibus in eosdem ab ipsis partibus extiterat compromissent, simul concordaverunt in hunc modum : cum9 esset contencio super sedibus que adhèrent ipsis domibus in strata publica, super quas hospites domini Buchardi ponunt et vendunt marcandisias suas, quod dicti hospites non possunt nec debent facere, per verba carte, que talia sunt : « de viatura, dictum est quod tota terra usque ad limina ostiorum domorum hinc et inde usque ad parietes, sicut modo sunt, est Beati Dyonisii, salvis auvennis domorum, ita quod non noceant hominibus ad pedem neque equitantibus neque quadrigis, excepto gradu et platea supranominatis. Preterea, dominus Matheus et ejus hospites, abbas et conventus et eorum hospites non poterunt in strata predicta edificare aut stationes aliquas facere vel locare. Hospites etiam domini Mathei poterunt habere sedes ad sedendum ante domos suas ipsis domibus contiguas, habentes latitudinem pedis et dimidii ad pedem manus, si voluerint, propter aisiamentum suum, salva viatura », unde cum verba carte talia sint et debeamus terminare per cartas omnes contentiones super quibus in cartis mentio fit, videtur nobis et bona fide arbitramur quod hospites domini Bucardi super dictas sedes non possunt ponere mercandisias suas ; viatura enim in eis non esset salva. Contentionem vero decimam nonam que movetur super eo quod dominus Buchardus inhibet hospitibus domini abbatis ne relevent fossata vinearum suarum, terminamus et unanimiter pronunciamus quod si chiminum metatum est, dicti hospites a metis ex parte vinearum suarum fossata sua poterunt relevare ; si vero dictum chiminum metatum non est, dicimus quod metetur. Item de aqua Crotani pronuntiamus et arbitramur unanimiter quod, cum post siccitatem redierit ad cursum suum, non impediatur quin libéré fluat, sicut ante siccitatem fluere solebat. De purgatione alveoli et jactu pronunciamus et arbitramur verbis ipsius carte adherentes quod servientes Beati Dyonisii debent et possunt purgare alveolum etjacere lutum ex utraque parte ripe cujuscumque fuerit terra que ripis adheret, quantum longe purgator potest jacere de alveolo cum pala sua, nec aliquis potest vel debet impedire Jactum. Metam que posita erat in medio strate inter domum monachorum de Bono portu et villam de Monmeingnie quoniam minus apparebat fecimus per dictum nostrum relevari et assederi (...)
Item eodem anno XL° septimo, die lune post Exaltationem Sancte Crucis, concordaverunt quod abbas et ecclesia Beati Dyonisii sufficienter probant per testes hinc inde productos tam super ligneo ponte quam lapideo de Trecines quod viatura et omnimoda justicia est abbatis et ecclesie Beati Dyonisii in toto chemino sicut itur directe de medio ponte de Trecines usque ad metam que posita est ultra Petram fictam et quod abbas et ecclesia potest et debet, quando voluerint reficere et reparare tam dictum pontem ligneum quam lapideum et calceias a medio dicti pontis usque ad metam predictam et mala passagia dicti chimini et dicunt quod domina et heredes Montismorenciaci in dicto ponte de Trecines tam ligneo quam lapideo sive in calceia sive in chimino predicto nichil habent nec in toto nec in parte. Datum apud Parisius, anno Domini M°CC°XL° septimo, die sabbati proxima ante festum beati Martini hyemalis.

69.

Document 113
Le travers et le botage par terre d’après l’« Ancien coutumier » (première moitié du xive s.) copié dans le « Livre vert de Saint‑Denis » (1411).
De prime abord, ce droit privilégie les commerçants venant du Pays de France et du nord‑ouest de la France, région où les possessions de l’abbaye sont les plus nombreuses. Quant au « pertruage » et au « botaige », ils coïncident avec la foire de la Saint‑Denis qui dure sept semaines, entre la Saint‑Denis (9 octobre) et la Saint‑André (30 novembre), comme le confirme Louis VI le Gros par un acte datant de 1118 (Dufour 1992 : no 142).
Source : AN, LL 1209 : chapitre XI ; texte collationné par C.B.

[p. 124] (...) Le travers par terre. La charrette trespassant par ladicte ville de Saint‑Denys chargee de quelque marchandise que ce soit doit II deniers parisis, et le cheval chargié ung denier. Ceulx qui sont entre troiz eaues, c’est assavoir de Somme, de Marne et d’Oise, se ilz ne passent l’une de ces troiz eaus de l’aller ou du venir, n’en doivent riens. Et se ils les passent, ilz doivent comme dessus est dit. Excepté la ville de Chaumont, qui n’en doit riens, et la ville de Pontoise, qui en soulloit payer, mais ils en dient estre frans par l’accort de l’abbé

  • 10 Ce document date forcément de la première moitié du xive s. car deux abbés seulement ont porté le p (...)

[p. 125] Gilles10, et la ville de Saint‑Denys en est aussi franche de Pontoise. Le pertruage et botaige par terre les octaves de la Saint‑Denys durant Chascun cheval chargié de poisson doit un deniers. Chascun panier en charrette II deniers et la charrete doit II deniers pour le botaige.
Le cheval chargié de drapz doit xiiii deniers pour pertruage, ung denier pour botaige.
Item s’il est chargié d’avoir de poys, il doit xiiii deniers de pertruage et iiii deniers du cent pesant et I denier de botaige.
La charrette chargee de cuir en poil ou de laynes qui passent la ville durant lesdictes octaves doit xl deniers de pertruage et II deniers de botaige. Et se elle demeure en ladicte ville elle ne doit que II deniers de botaige. Item la charette chargée de cuir a poil ou de lainnes pour mener hors doit xl deniers lesdictes octaves durant et deux deniers de botaige.
Le botaige qui est deu depuis la teste Saint‑Denys jusques a la teste Saint‑Andry sans pertruage.
La charette chargée d’avoir de poys doit iiii deniers pour chascun cent et II deniers pour la charrette.
La charrette chargee de baterie doit iiii deniers du cent et II deniers de la charrette demeure en ladicte ville ou passe oultre. Et le cheval chargié des choses dessus dites doit iiii deniers du cent et le cheval ung denier. Et quant la baterie dessus dicte demeure en la dicte ville, et ilz tiennent loge, ils ne doivent que deux deniers pour la charrette et pour le cheval ung denier, ou a col ou a brouette obole. Et de toutes autres marchandises qui ne se poisent point doivent II deniers de la charrette et du cheval ung denier les dictes octaves passees jusques a la dicte Saint‑Andry. Item le cordouan la douzaine doit ii deniers en quelque maniere qu’il soit porté durant le botaige et les peaulx de veaulx autant. Et les basennes iii oboles la xiine, et se le dit cuir est en charrette, la charrette doit ii deniers avec. Et se il est a cheval, le cheval doit ung denier. Cuir de tour de buef ou de vache doit de la charrette II deniers seullement

[p. 126] soit durant le botaige ou autrement, et le cheval I denier.
Item ledit botaige durant la charrette chargee de guesde en la ville Saint‑Denys pour mener hors doit ii deniers, et bestes a III piés I denier.
Item chascun porcel ou truye passant par ladicte ville durant ledit botaige doit obole.
Chascun buef ung denier, la vache obole.
Chascune beste a lainne portant poite.
Et le cheval que l’en maine vendre ou que l’en viegne d’achetter II deniers.
Item la brouette et la charge au col doit chascun obole de quelque marchandise que ce soit. Excepté euvre de poys, qui doit pour chascun cent pesant iiii deniers.(...)

[p. 127] Le travers par terre hors botaige des betes passans par la dicte ville. Le porcel doit obole. Chascune beste a lainne poite, le buef i denier, la vache obole, le cheval II deniers. Se on le vient d’achatter ou se l’en le va vendre.

70De nombreuses croix se dressent en bordure des chemins ; les plus célèbres sont les montjoies du grand chemin pavé de Saint‑Denis à Paris qui furent élevées, selon la tradition, à l’initiative de Philippe le Hardi. D’une manière plus générale, R. Branner situe ces monuments ornés de statues de rois dans le contexte de la canonisation de Saint Louis qui marque une étape importante dans la sacralisation de la dynastie capétienne (Branner 1967). Abattues à la Révolution, ces croix ne nous sont connues que grâce aux témoignages iconographiques et aux sources écrites qui nous les restituent de manière ambiguë (doc. 114 et fig. 338). Leur nombre originel demeure également incertain (Lombard‑Jourdan 1976a). D’autres croix édifiées sur le chemin d’Aubervilliers à Paris sont à mettre en rapport avec le pèlerinage local de Notre‑Dame‑des‑Vertus, dont la fréquentation s’accroît à partir du xive s.

71Au début du xviie s., les registres des actes capitulaires font état d’un cycle de processions septénaire amenant les religieux de l’abbaye tour à tour aux églises d’Aubervilliers, de Pierrefitte, de Stains, de La Courneuve, de Montmartre, de Saint‑Ouen et de La Chapelle (AN, LL 1219). L’origine de ces processions annuelles est obscure ; elles se déroulent aux fêtes de Pâques et de Pentecôte et sont fréquemment annulées pour cause de mauvais temps (Lombard‑Jourdan 1976a). Elles tombent en désuétude dans les années 1630 et seule la procession septennale à Montmartre subsiste jusqu’en 1784 (doc. 115 et fig. 339).

5.2.1 Le réseau routier jusqu au début du xviiie s.

72Cette liste regroupe par ordre alphabétique les chemins, grands chemins, chaussées, routes, voies, pavés, rues, ruelles et sentiers indiqués principalement sur les cartes de la fin du xviie et du début du xviiie s. La seigneurie dont ils dépendent est indiquée entre parenthèses.

73La plupart des itinéraires sont identifiés sur le plan des réseaux routier et hydrographique aux alentours de Saint‑Denis (fig. 332) et le plan parcellaire des environs de la ville (fig. 298). La liste fournit également les variantes de leur appellation.

74n.b.
Pour les voies citées dans les source écrites mais que nous ne pouvons localiser avec précision, nous renvoyons à la liste des lieux‑dits (cf. infra § 5.3) aux entrées : Carrefour, Chemin, Entre Deux Chemins, Entre Deux Ruelles, Grand Chemin, Ruelle, Sur la Voie, Sur le Chemin, Voie.

75Ascension (ruelle de l’) (Stains).Aubertois (chemin d’), ou chemin d’Haubertois (La Chapelle).

76Aubervilliers (chemin d’), ou chemin de Saint‑Denis à Aubervilliers (Aubervilliers).

77Aubervilliers à Paris (chemin d’), ou chemin des Vertus (Aubervilliers).

78Bailli (chemin du) (La Chapelle, Aubervilliers).

79Barre (chemin de la) (Saint‑Léger).

80Beaumont à Paris (grand chemin de), voir : grand chemin de Pierrefitte.

81Biget (sente à) (Aubervilliers).

82Bois (voie du), voir : ruelle des Huleux.

83Bondy (chemin de), ou chemin de Saint‑Denis à Bondy (La Courneuve).

84Bourget (pavé du), voir : grand chemin de Paris au Bourget.

85Bretons (sente aux) (La Courneuve).

86Caille (ruelle du), voir : grande ruelle du Haut‑du‑Roi.

87Carreaux (chemin des) (Saint‑Ouen).

88Cerisaie (ruelle de la), ancienne ruelle des Poissonniers (Stains).

89Chapelle (chemin de La) (Saint‑Ouen).

90Clichy (chemin de) (Saint‑Ouen).

91Clignancourt (chemin de) (Saint‑Ouen).

92Clos (ruelle des), voir : ruelle des Rogations.

93Clos‑Hanot (ruelle du) (Stains).

94Couronnes (chemin des) (Saint‑Ouen).

95Crèvecœur (chemin de), ou chemin de Saint‑Denis à Crèvecœur (La Courneuve).

96Croix‑de‑l’Évangile (chemin de la) (La Chapelle).

97Courneuve (chemin de La) ; il franchit le Croult au pont Buletel (La Courneuve).

98Courneuve au Bourget (chemin de La) (La Courneuve).

99Courneuve à Dugny (chemin de La) ; il franchit la Molette au pont de la Molette (La Courneuve).

100Deux‑Ponts (chemin des), voir : grand chemin de Pierrefitte.

101Dugny (chemin de) (La Courneuve).

102Eguillons (chemin des) (Saint‑Ouen).

103Epinay (chemin d’), ou chemin de Montmorency, chemin de Pontoise ; il franchit le Croult au pont du Croult (Saint‑Léger).

104Epinettes (chemin des) (Saint‑Ouen).

105Estrée, voir : chemin des Fruitiers et grand chemin pavé de Saint‑Denis à Paris.

106Fillettes (chemin des), ou sente de Gardinou (La Chapelle, Aubervilliers).

107Fontaines (chemin des), voir : grande ruelle du Haut‑du‑Roi.

108Fourches (ruelle des) (Stains, Pierrefitte),

109Fruitiers (chemin des), ancienne Estrée (La Chapelle).

110Gardinou (sente de), voir : chemin des Fillettes.

111Garges (chemin de), voir : chemin de Gonesse.

112Garoust (rue), ou pavé de Pierrefitte (Pierrefitte).

113Glandier (sente du), voir : chemin du Landy.

114Gonesse (chemin de), ou chemin de Garges (Stains).

115Goulet (sente du) (Aubervilliers).

116Haran (chemin du) (La Courneuve).

117Haubertois (chemin d’), voir : chemin d’ Aubertois.

118Hatit‑du‑Roi (grande ruelle du), ou chemin des Fontaines, ou ruelle du Caille (Stains).

119Herbu (chemin) (1415 : AN, LL 1192 : no 5496) (Saint‑Léger).

120Heuleux (ruelle des), voir : ruelle des Huleux.

121Hucailles (ruelle des) (Stains).

122Huleux (ruelle des), ou ruelle des Heuleux, ancienne voie du Bois (Stains).

123Joncs (chemin des) ; il franchit un petit ruisseau sur le pont de Joncherole (Saint‑Léger, Pierrefitte).

124Ladres (sente aux) (La Courneuve).

125Landy (chemin du), ou chemin de Saint‑Ouen à Aubervilliers, ou sente du Glandier (Saint‑Ouen, La Chapelle, Aubervilliers).

126Lorget (chemin du), voir : chemin de Saint‑Ouen à Saint‑Quentin.

127Louvres (route de), voir : grand chemin de Paris au Bourget.

128Maison‑de‑Seine (chemin de la), ou chemin du Port, ancienne rue de Seine (La Chapelle, Saint‑Léger).

129Maladrerie (chemin de la) (Aubervilliers).

130Marcadée (rue) (La Chapelle, Clignancourt).

131Marchandises (chemin des), voir : chemin des Poissonniers.

132Merville (chemin ou chaussée de), ou chemin de Saint‑Denis à Merville ; il franchit le Croult au pont de Merville (La Courneuve).

133Montfort (sente de) (Aubervilliers).

134Montmorency (chemin de), voir : chemin d’Epinay.

135Mortuaire (chemin), « via mortuaria » (1229 : AN, LL 1157) (Saint‑Léger).

136Moulin‑Basset (ancien et nouveau chemin du) (fig. 310) (La Courneuve).

137Moulin‑de‑Stains (chemin du) (Stains).

138Moulin‑à‑Vent (ruelle du), devint grand chemin de Paris à Stains (Stains).

139Moustier (ruelle du) (Stains).

140Mûriers (chemin des) (La Chapelle).

141Neuve (rue) (Aubervilliers).

142Noisy (chemin de) (Aubervilliers).

143Paris au Bourget (grand chemin de), ou pavé du Bourget, ancienne route de Louvres ; il franchit deux petits ruisseaux aux lieux‑dits Pont de Pierre et Pont de Bois (La Chapelle, Aubervilliers, La Courneuve).

144Paris à Stains (grand chemin de), voir : ruelle du Moulin‑à‑Vent.

145Pierrefitte (pavé de), voir : rue Garoust.

146Petit‑Bois (sente du) (Aubervilliers).

147Pierre‑au‑Chat (ruelle de) (Pierrefitte).

148Pierrefitte (grand chemin ou grand chemin pavé de), ou grand chemin de Beaumont à Paris, chaussée de Saint‑Léger (XIIIe s., doc. 39), chemin des Deux‑Ponts ; il franchit la Vieille‑Mer au pont de Bois et le Rouillon au pont de Pierre (Pierrefitte, Saint‑Léger, Stains).

149Poissonniers (ruelle des), voir : ruelle de la Cerisaie.

150Poissonniers ou Poissonnières (chemin des), ou chemin des Marchandises (La Chapelle, Saint‑Ouen).

151Ponceaux (chemin des) (Aubervilliers).

152Pont‑Blanc (chemin du) ; il franchit le ru de Montfort au pont Blanc (Aubervilliers).

153Pont‑du‑Croult (vieux chemin du) (Saint‑Léger).

154Pontoise (chemin de), voir : chemin d’Epinay.

155Port (chemin du), voir : chemin de la Maison‑de‑Seine.

156Processions (chemin des) ou chemin de Saint‑Denis à Montmartre (La Chapelle, Saint‑Ouen).

157Raincy (chemin du), ou chemin de Saint‑Denis au Raincy (La Courneuve).

158Rogations (ruelle des), ou ruelle aux Vaches, ruelle des Clos (Pierrefitte, puis Stains).

159Romaincourt (sentier de) (Saint‑Léger, Stains).

160Rosiers (chemin des) (Saint‑Ouen).

161Saint‑Cloud (chemin de) (Saint‑Ouen).

162Saint‑Denis à Aubervilliers (chemin de), voir : chemin d’Aubervilliers.

163Saint‑Denis à Bondy (chemin de), voir : chemin de Bondy.

164Saint‑Denis à Crèvecœur (chemin de), voir : chemin de Crèvecœur.

165Saint‑Denis à Merville (chemin de), voir : chemin de Merville.

166Saint‑Denis à Montmartre (chemin de), voir : chemin des Processions.

167Saint‑Denis à Paris (grand chemin pavé de) ancienne Estrée (La Chapelle, Aubervilliers).

168Saint‑Denis à Saint‑Lucien (chemin de), voir : chemin de Saint‑Lucien.

169Saint‑Denis à Stains (chemin de), voir : pavé de Stains.

170Saint‑Denis au Raincy (chemin de), voir : chemin du Raincy.

171Saint‑Denis aux Fontaines‑de‑Stains (chemin de), voir : pavé de Stains.

172Saint‑Denis au Vieux‑Port (chemin de), voir : chemin du Vieux‑Port.

173Saint‑Léger (chaussée de), voir : grand chemin de Pierrefitte.

174Saint‑Lucien (chemin de), ou chemin de Saint‑Denis à Saint‑Lucien (La Courneuve).

175Saint‑Marc (ruelle) (Stains).

176Saint‑Maur (chemin de) (Aubervilliers).

177Saint‑Nicolas‑des‑Aulnes (rue), ou rue Saint‑Nicolas‑des‑Anes (XVe s.), ou rue aux Anes (Saint‑Léger).

178Saint‑Ouen à Aubervilliers (chemin de), voir : chemin du Landy.

179Saint‑Ouen à Saint‑Quentin (chemin de), ou chemin du Lorget (La Chapelle, Saint‑Ouen).

180Seine (rue de), voir : chemin de la Maison‑de‑Seine.

181Solet (chemin) (La Chapelle, Saint‑Ouen).

182Stains (pavé de), ou chemin de Saint‑Denis à Stains, chemin de Saint‑Denis aux Fontaines‑de‑Stains (Saint‑Léger, Stains).

183Tartre (sente du), ou sente des Tartres (Saint‑Léger).

184Vert (chemin ou grand chemin) (Saint‑Léger, Stains).

185Vertus (chemin des), voir : chemin d’Aubervilliers à Paris.

186Vaches (ruelle aux), voir : ruelle des Rogations.

187Vertus à La Courneuve (chemin des) (Aubervilliers, La Courneuve),

188Vieux‑Port (chemin du), ou chemin de Saint‑Denis au Vieux‑Port (La Chapelle).

189Villette (sente de La) (Aubervilliers).

190Vindanges (sente des) (Aubervilliers).

191Vivier (sente du) (Aubervilliers).

FIG. 333 – Le « nouveau chemin de Paris à Saint‑Denis » sur un plan de l’« Atlas de la seigneurie de La Chapelle », première moitié du XVIIIe s. AN, N III Seine 477 ; papier, encre, aquarelle ; 83 x 55 cm.

FIG. 333 – Le « nouveau chemin de Paris à Saint‑Denis » sur un plan de l’« Atlas de la seigneurie de La Chapelle », première moitié du XVIIIe s. AN, N III Seine 477 ; papier, encre, aquarelle ; 83 x 55 cm.

Sur ce plan, le » nouveau chemin de Paris », tracé en 1724, est superposé à l’« ancien chemin de Paris à présent en culture ». On sait en effet que les propriétaires terriens furent indemnisés des terres qu’on leur avait prises pour la construction du nouveau chemin par des terrains récupérés sur le vieux chemin. En bordure de ce dernier subsiste une montjoie.

cl. P.M./ adssd

FIG. 334 – Coupe du nouveau chemin ou « route de Saint‑Denis », en 1818. Service historique de l’armée de terre, archives du Génie, MR 1291 ; papier, encre, aquarelle ; H : 8 cm.

FIG. 334 – Coupe du nouveau chemin ou « route de Saint‑Denis », en 1818. Service historique de l’armée de terre, archives du Génie, MR 1291 ; papier, encre, aquarelle ; H : 8 cm.

Le nouveau chemin devait avoir 20 pieds de large (environ 6,50 m), 18 toises (environ 35 m) avec les accotements. Il était bordé de deux contre‑allées plantées de deux rangées d’arbres.

cl. P.M./ADSSD

FIG. 335 – Le « nouveau chemin de Paris à Saint‑Denis », d’après l’atlas de Trudaine, AN, F14bis 8448 ; papier, encre, aquarelle ; détail.

FIG. 335 – Le « nouveau chemin de Paris à Saint‑Denis », d’après l’atlas de Trudaine, AN, F14bis 8448 ; papier, encre, aquarelle ; détail.

À partir de 1747, Charles Trudaine fait réaliser par les Ingénieurs des Ponts et Chaussées un relevé systématique des grands chemins du royaume. Cet extrait montre une partie du nouveau chemin de Paris à Saint‑Denis, qui s’est substitué au vieux chemin sinueux dont on distingue encore les croix qui le jalonnaient. Depuis 1750, le « chemin venant de Saint‑Ouen », appelé aussi « route des Princes » ou « route de la Révolte », relie Saint‑Denis, ville de garnison, à Versailles. On remarque que la représentation des champs mis en culture est très schématique, surtout si on la confronte au plan parcellaire (fig. 333).

cl. P.M./ ADSSD

FIG. 336 – Vue optique de la rue d’Enghien à la sortie de la ville, du côté de la caserne des suisses, seconde moitié du XVIIIe s. MAHSD ; gravure de Maillet, rue Saint‑Jacques, aquarellée ; 40 x 24 cm.

FIG. 336 – Vue optique de la rue d’Enghien à la sortie de la ville, du côté de la caserne des suisses, seconde moitié du XVIIIe s. MAHSD ; gravure de Maillet, rue Saint‑Jacques, aquarellée ; 40 x 24 cm.

cl. EJ./ UASD

FIG. 337 – Plans des chemins nouveaux et en projet au nord de Saint‑Denis, d’après l’atlas de Trudaine, milieu du XVIIIe s.

FIG. 337 – Plans des chemins nouveaux et en projet au nord de Saint‑Denis, d’après l’atlas de Trudaine, milieu du XVIIIe s.

Ce plan montre, entre le chemin des Joncs et le vieux chemin de Plerrefltte, le « nouveau chemin de Pierrefitte à Saint‑Denis », percé en 1740 dans le prolongement de la rue d’Enghien. Le croisement en étoile, établi entre 1748 et 1751 (l’actuel Barrage), est également figuré, mais le percement du nouveau chemin d’Epinay et l’alignement du chemin de Garges sont encore en projet. De même, on envisage le redressement du chemin de la Barre, la voie romaine de Paris à Rouen. L’ancien bureau de péage qui se trouvait au pont Saint‑Ladre est transféré au nouveau pont sur le Rouillon. On remarque également les châteaux de Stains, de Villetaneuse, de La Chevrette, d’Ormesson et de La Briche, avec leurs parcs entourés de murs et plantés de taillis et de futaies. Entre le moulin implanté à la sortie de l’étang de Coquenard et La Briche subsiste la chapelle Saint‑Marc, un édifice d’origine incertaine qui fut détruit au XVe s., puis reconstruit et restauré en 1649 pour disparaître sous la Révolution (Bournon 1896b : 7‑8).

Cl. P.M./ADSSD

5.2.2 Les ponts

192n.b.
Pour les ponts situés à l’intérieur de la ville, nous renvoyons à la liste des rues et ponts § 4.4.3.

5.2.2.1 Ponts sur le Croult

193En aval du trou provendier de Dugny se succèdent, dans le sens du courant :

194Pont de Fust et pont de Jusnel
– 1399 : (doc. 121) sans localisation précise.

195Pont de Merville, sur le chemin de Merville (fig. 307, 332).

196Pont Buletel, Bluteau, Buleteau ou pont Marais, sur le chemin de la Courneuve (fig. 298, 332)
– dès la fin du XIIIe s., le pont Buletel par lequel passe la rue des Poulies, est situé dans la Couture (Lebel 1935b : nos1238, 1278) ; il est figuré sur plusieurs plans (fig. 306, 310) ; le plan du terroir le nomme pont Marais (fig. 343, 344).

197● Les deux ponts Saint‑Remi
– 1251 : un acte cite une maison sise entre les deux ponts Saint‑Remi (Lebel 1935b : no 930) ; on ne sait pas localiser avec plus de précision ces deux ponts.

5.2.2.2 Pont sur le Rouillon

198Pont de Pierre, pont Saint‑Léger, pont de la Grange‑de‑l’Infirmerie ou pont de l’infirmerie, sur le grand chemin de Pierrefitte (fig. 332)
– 1326‑1327 : le pont près de Saint‑Léger est réparé (doc. 40) ;
– 1338‑1339 : dépenses pour façon au pont vers la grange de l’infirmier, pro factis in ponte versus granchiam infirmant XXXIX s. viii d. (AN, LL 1241 : f° 185) ;
– 1376‑1377 : dépenses « pour faire un pont aupres la granche a lenfirmier, IV 1b. xviii s. » (AN, LL 1241 : f°259) ;
– 1533‑1534 : les « ponts devant la granche de l’enfermier » sont réparés par des charpentiers (AN, LL 1248 : f°185v°) ;
– 1605 : « pont de l’Enfermerie » (fig. 308) ;
– 1625 : le pont de la « Maison de l’infirmerie » (doc. 59) ;
– 1708 : « pont de Pierre » (fig. 344) ;
– 1782 : le « pont Saint‑Léger » comprend deux arches (Commission des Archives 1906 : 124).

5.2.2.3 Pont sur la Vieille‑Mer

199Pont de Bois, sur le grand chemin de Pierrefitte (fig. 332)
– 1296‑1297 : réparations au petit pont de la chaussée de Saint‑Léger (doc. 39) ;
– 1708 : « pont de Bois » (fig. 344).

5.2.2.4 Ponts sur le Croult et le Rouillon

200Pont Saint‑Ladre ou pont Trecine, sur le chemin de la Barre (fig. 332)
– 832 : l’acte de l’abbé Hilduin relatif à la mense conventuelle mentionne un enclos au pont Trecine, de Tuninus ad Tricinam in ponto (Tardif 1866 : no 123) et les « Miracles de saint Denis » citent le pré du pont Trecine, pratum ponti (…) Tricina dicitur (doc. 9, I/10) ;
– 894 : un moulin de l’abbaye est localisé super pontem Tricine (Bautier 1967 : no 36) ;
– xie s. : le pont auquel est associé un vivier sert à délimiter le territoire de l’abbaye, Tricinam pontem, vivarium in capite Tricinipontis (cf. infra § 5.4) ;
– 1243 : l’abbaye s’accorde la voirie du pont Trecine, fait de bois et de pierre, super ligneo ponte quam lapideo de Trecines (doc. 112) ;
– 1270 : dans une charte, il est précisé que la voie publique de l’Estrée, ou rue de la Charronnerie, mène du prieuré de l’Estrée jusqu’au pont Trecine, via publica de strata seu Charronneria quae ducit a domo prioratus de strata usque ad pontem de Trecines (Levillain 1925 : 92) ;
– 1323‑1324 : dépenses pour avoir réparé le pont Saint‑Lazare, pro ponte sancti Lazari reparato, CXIVs. (AN, LL 1241 : f°34v°).

201À partir du xviie s., le pont Saint‑Ladre est indiqué sur plusieurs plans (fig. 308, 344) et vues (fig. 170). Dom Poirier confirme : « le pont Trecines est le pont Saint‑Ladre » (BNF, ms. fr. 20851 : f°225).

202Pont près du moulin des Porcherons, moulins Gémeaux
– 1336‑1337 : dépenses pour ce qui a été fait au pont près du moulin, pro factis in ponte prope molendino Pocheronorum, XXVII lb. XIII s. VII d. (AN, LL 1241 : f°163) ; peut‑être s’agit‑il du pont du Croult (ci‑après) ?

203Pont du Croult, pont Maubert, pont de Brise‑Echalas ou pont du Moulin‑Saint‑Paul, sur le chemin d’Epinay (fig. 332
– fin du xiie‑début du xiiie s. : le pont Maubert, ponte Malberti, est cité dans la charte de donnation de l’abbé Suger datée de 1137‑1138, mais le passage semble avoir été interpolé à la fin du xiie‑début du xiiie s. (Newman 1937a : 225) ;
– 1231 : le pont Maubert cesse de constituer la limite entre les territoires de Saint‑Denis et de Montmorency (Lebel 1935b : no 564) ; l’abbaye acquiert la justice et la voirie ;
– 1533‑1534 : les comptes de la commanderie font état d’un ouvrage de charpente au « pont de Brise Eschallas » (AN, LL 1248 : f°185) ;
– 1568‑1569 : Jean Vaupail est payé 41. 10 s. t. pour avoir repavé le pont (AN, LL 1254 : f°310) ;
– 1570‑1572 : Pierre Manessier, charpentier, est payé 7 1. pour avoir réparé « le pont de Brisechallatz que la rivière avoit emporté » (AN, LL 1248 : f°325v°) ;
– 1652 : pont du « Moulin Saint‑Paul » (doc. 74) ;
– xviie s. : pont du Croult ;
– 1689 : Robert de Cotte expertise le bureau du receveur des droits de passage par terre qui est situé au « pont de bois sur la rivière de Croust » (ADY, D 918).

204Plusieurs plans et vues montrent ce pont (fig. 313, 314, 337).

5.2.2.5 Pont sur le ruisseau qui descend de Pierrefitte

205Pont de Joncherole, sur le chemin des Joncs (fig. 332).

5.2.2.6 Ponts sur le ru de Montfort

206Pont Blanc, sur le chemin du Pont‑Blanc (fig. 332).

207Pont‑aux‑Biches (Aubervilliers), lieu‑dit (fig. 341).

208Pont‑de‑Bois, sur le grand chemin de Paris au Bourget (La Courneuve), lieu‑dit (fig. 340, 341).

209Pont‑de‑Pierre, sur le grand chemin de Paris au Bourget (La Courneuve), lieu‑dit (fig. 340).

5.2.2.7 Pont sur la Molette

210Pont de Molette, sur le chemin de la Courneuve à Dugny (fig. 332).

5.2.3 Les croix

211– Croix de l’Abasset (fig. 383c) ou croix Aubasset (fig. 330), (La Courneuve).
– Croix Blanche (Stains).
– Croix de la Briche (Saint‑Léger).
– Croix Brisée (près de Stains [1480 : AN, LL 1193 : 151]) sans localisation précise.
– Croix aux Caves ou croix des Récollets (La Chapelle).
– Croix de l’Évangile (La Chapelle).
– Croix Faron, Furon, Feron ou croix du Lendit (montjoie), (La Chapelle) ; selon A. Lombard‑Jourdan, la montjoie appelée croix aux Ferrons dans un acte de 1456 tirerait son nom des « ferrons » qui s’y regroupaient lors de la foire du Lendit (doc. 124 et Lombard‑Jourdan 1976a : 165) ; il faut également citer le plan de la banlieue qui identifie sous le nom de croix Faron la montjoie anonyme située à l’intersection du grand chemin de Saint‑Denis à Paris et du chemin du Bailli (fig. 347).
– Croix Feu‑Jamin (La Chapelle).
– Croix Gilbert (La Chapelle).
– Croix du Lendit ou Landy, voir : croix Faron et croix Penchée.
– CroixMontlambert (La Courneuve).
– Croix Moreau (La Chapelle, Clignancourt).
– Croix des Moreaux (Pierrefitte).
– Croix Penchée ; ancienne croix aux Fins (Lombard‑Jourdan 1976a) ; pour Doublet, il s’agit également de la croix du Lendit (doc. 119), (La Chapelle).
– Première Grosse croix (montjoie) (La Chapelle).
– Croix des Récollets, voir : croix aux Caves.
– Croix du Reposoir ou croix Rouge (Stains).
– Croix du Reposoir (La Chapelle).
– Croix Saint‑Marc (Stains).
– Croix Saint‑Quentin (montjoie) (La Chapelle, Aubervilliers).
– Seconde ou Grosse croix (montjoie) (La Chapelle).

FIG. 338 – Les montjoies de la fin du XIIIe s. d’après une gravure anonyme du milieu du XVIIIe s. BNF, Cabinet des Estampes, Vx 16 : f°115 ; deux gravures,
a – détail.
b ‑16 x 24 cm (plaque).

FIG. 338 – Les montjoies de la fin du XIIIe s. d’après une gravure anonyme du milieu du XVIIIe s. BNF, Cabinet des Estampes, Vx 16 : f°115 ; deux gravures,a – détail.b ‑16 x 24 cm (plaque).

Sur les deux plaques le graveur reproduit neuf socles de plan hexagonal dont six sont décorés de trois statues de rois et sept surmontés d’une croix. Quatre des fûts de croix sont ornés du monogramme des Bourbons, un L couronné, rajouté dans le courant du XVIIe s. lors d’une restauration.

© cl. BNF, Paris

Document 114
Les croix et montjoies au xviiie s. d’après Gautier.

Gautier nous a laissé une description des nombreuses croix qui se trouvaient entre Saint‑Denis et Paris. Il faut faire la part entre les simples croix et les montjoies. La croix de la place Panetière, le Christ situé à l’entrée de la ville, la croix Penchée et une croix « vers Aubervilliers » appartiennent au premier groupe. Parmi les montjoies, l’auteur semble compter trois croix qui se dressent entre le couvent Saint‑Lazare à Paris et La Chapelle ; cinq autres montjoies se succèdent entre La Chapelle et Saint‑Denis. La description de leur décor est à confronter avec la gravure du xviiie s. représentant ces monuments (fig. 338).
Source – Gautier : 233‑236.

[p. 233] (...) Dans le courant du mois de septembre 1793, les croix en pierre qui étoient placées de distance en distance dans la plaine de Saint‑Denis ont commencées d’être abbatues, elles étoient au nombre de cinq. Il y en avoit une anciennement à l’entrée de l’avenue, à gauche en sortant du village de La Chapelle, sur le bord du chemin près des arbres, laquelle fut détruite vers l’année 1765 aux environs, je ne suit pas sûr au juste de l’époque. Il a existé une autre croix faubourg Saint‑Denis, à Paris, vers la rue de l’Echiquier, mais du côté opposé et très près des maisons, et que j’ai parfaitement connu ; elle fut démolie à peu près dans le même temps que celle ci dessus, ainsi qu’une qui étoit fort belle sur la place Pannetière à Saint‑Denis vis à vis l’abbaye. Il y en avoit une aussi dans le fauxbourg de Gloire en deçà du village de La Chapelle, à gauche en venant de Paris, elle fut détruite au mois de septembre ou d’octobre dernier, c’est à dire 1793. Une autre croix dans la plaine Saint‑Denis du côté d’Aubervilliers, plus connu sous le nom de Notre‑Dame des Vertus, fut abbatue le dimanche vingt octobre susdite année. Je vis ce jour là les ouvriers occupés à travailler à sa démolition ayant eu occasion de revenir ce jour là même de Saint‑Denis.
(...) Le Christ qui était à l’entrée de la ville en dehors, dans la demi lune du chemin, dit de la Révolte, dont l’avenue

[p. 234] conduit droit à la plaine des Sablons et aux bois de Boulogne, à été détruit. Ce Christ était couvert, étant placé sous une petit dôme recouvert en ardoises, et soutenu par plusieurs piliers en bois ; et avoit êté planté à l’occasion d’une mission qui avoit eue lieu anciennement. Je me souviens d’avoir vu faire ce dôme, et que le clergé de Saint‑Marcel fit une procession lorsqu’on répara le Christ qui était fort haut, c’est à dire la croix, et était ornée de quelques dorures et sculptures.
L’ancienne couverture de ce Christ étoit en forme de pointes sur les côtés et n’avoit pas aussi bonne grâce. Au pied de cette croix étoit une petite baraque, où une vieille mère Blondi, dans mon enfance, vendoit des chapelets et des petites brochures de dévotion à la Sainte‑Croix. Plusieurs lui ont succédés.
Finalement, il restait encore une croix, laquelle croix qui restait à abbatre étoit au milieu de la plaine Saint‑Denis, dans les champs, à gauche, en venant de Paris, laquelle étoit plus basse que les autres, se nommoit la croix Penchée, fut abbatue le lundi, 18 novembre susdite année.
Il y en avoit deux à Paris, savoir, l’une adossée au fonds de l’église Saint‑Lazare, et dont on a abbatue la colonne qui formoit la croix et le pied est resté, vu qu’il étoit pris en partie dans le mur du fond de l’église où étoit le maître autel. Une autre croix vis à vis, près la porte de la maison des Filles de Charité instituées par saint Vincent de Paul, laquelle fut détruite dans le même temps que celles cy dessus nommées. Cette dernière avoit été restaurée vers l’année 1768. Les saints de pierre qui étoient à celle de Saint‑Lazare furent abbatus en 1793 et la croix ainsi que l’église furent démolies dans le cours de l’année 1804.

[p. 235] Je revient à l’origine de la plantation de ces croix sur la route de Saint‑Denis. Le motif de la destruction de ces croix vient de ce quelle étoient ornées considérablement de fleurs de lys, quoique d’ailleurs ces petits monumens fussent très bien faits, et d’une architecture élégante délicate et hardie : lesquelles attiraient les regards des amateurs curieux de beaux ouvrages gothiques. Mais enfin ! on ne vouloit plus voir aucune trace des emblêmes de la royauté ny de la religion catholique. Ces croix avoient été plantée à l’occasion du corps de Saint Louis qui fut porté par Philippe le Hardi, son fils, et autres seigneurs, sur leurs épaules à Saint‑Denis le vingt‑deux mai 1271 sur veille de la Pentecôte : tel qu’on voit la gravure du commencement du livre de dom Félibien la représenter.
(...) Ces croix avoient été placées en mémoire des repos qui se firent dans le cours du trajet du transport du corps de Saint Louis à Saint‑Denis et non pas, comme le disoit le peuple peu instruit, qui débitait que cela indiquoit les poses que saint Denis fit, lorsqu’il porta sa tête dans ses mains depuis Montmartre, lieu de son martyre, Jusqu’au lieu nommé Saint‑Denis, qui prit son nom. (...)

[p. 236] (...) Entre le pied et la colonne qui formoient ses diverses croix, il y avoit une petite colonnade à Jour dont le haut formoit plusieurs arcades en mitres, et fournissoient trois emplacements où étoient représentés le roy Philippe le Hardi et les autres seigneurs qui l’accompagnoient revêtus de leurs habits de cérémonie : savoir Philippe le Hardi avec les attributs de la royauté qui étaient une couronne qu’il avoit sur la tête –dans ce temps là les couronnes royales n’étoient pas fermées– le sceptre qu’il tenoit de la main gauche, et relevé tout droit et appuyé sur l’épaule gauche avec une draperie en forme de manteau. Voilà comme étaient représentées les figures qui étaient placées dans les entrecolonnes, elles étaient debouts dans le costume du temps. La colonne qui terminoit chacun de ses petits édifices et dont l’extrémité était une croix, paraissoit être d’un seul morceau de pierre très menue, en raison de sa hauteur, laquelle pouvoit atteindre un premier étage. En général, ces monumens quoique peu conséquens en eux mêmes, n’en étaient pas moins agréables : plusieurs avoient été endommagés par le laps des temps, environ cinq cens ans. (...)

212.

Document 115

La procession septennale des bénédictins à Montmartre, le 2 mai 1784 par Gautier.

Un chapitre de l’Histoire de F.‑A. Gautier est consacré à la procession septennale des bénédictins de l’abbaye qui, depuis le xviie s., ramènent le chef‑reliquaire de saint Denis au lieu présumé de sa décollation. A. Lombard‑Jourdan a étudié le cérémonial de cette procession qui se déroule traditionnellement le 1er mai (Lombard‑Jourdan 1976a). Y participent, en plus des religieux de l’abbaye, les récollets, les chanoines de Saint‑Paul, les paroisses de la ville et l’administration municipale. Le cortège quitte la ville par le nouveau chemin de Saint‑Denis à Paris. Arrivé au croisement du chemin du Landy ou « grand chemin des Vertus », II emprunte sur la droite le chemin de Saint‑Denis à Montmartre, ou chemin des Processions (fig. 332). À la chapelle de la Sainte‑Trinité de Clignancourt, la procession rencontre les chapelains et aumôniers de l’abbaye de Montmartre. Un procès‑verbal fixe l’ordre de préséance pour l’ascension de la colline. Nous ne reproduisons pas la suite du récit qui traite des deux messes célébrées en l’église abbatiale de Montmartre, de la collation servie par les moniales et du retour à Saint‑Denis.
Source – Gautier : 149‑151.

[p. 149] (...) Le dimanche deux mai 1784 se fit pour la dernière fois la procession des sept ans de messieurs les religieux bénédictins de l’abbaye royale de Saint‑Denis en France, en celle de l’abbaye royale des dames religieuses bénédictines de Montmartre. Cette procession eut lieu le deux mai pour la première et dernière fois, attendu la suppression des fêtes d’apôtres et autres en l’année 1778. La précédente procession avoit été faite en l’année 1777 ; alors, elle fut le premier mai, jeudi d’avant l’Ascension, jour de Saint‑Jacques‑Saint‑Philippe, parce qu’il n’étoit pas encore question de cette suppression de fêtes dans ce moment là, et que l’usage étoit de la faire toujours le premier mai. L’origine de cette procession n’est pas bien connue. Ce qu’il y a de certain, c’est que les religieux de Saint‑Denis étoient dans l’usage d’aller aux fêtes de Pâque, de Pentecôte, en procession dans les lieux qui vont être désignés, mais seulement une fois par an, à tour de rôle, au nombre de sept, et Montmartre étoit la dernière ; savoir : Notre‑Dame des Vertus, Pierrefitte, Stains, La Courneuve, Saint‑Ouen sur Seine, La Chapelle et Montmartre. Peu à peu la dévotion de ses longues processions c’est refroidie : et l’on n’observoit plus que celle de Montmartre en mémoire du martyre de saint Denis, dont le patron étoit commun aux deux abbayes.
La première procession qui se fit depuis que j’eus l’âge de connoissance fut en l’année 1756, à la quelle J’ai assisté, et Je vis toutes celles qui se sont faites depuis, au nombre de cinq, et ai touché l’orgue à trois, savoir : en 1770, en 1777 et en 1784. Cette procession étoit très belle, et étoit générale et fort nombreuse. Toute la ville y assistoit, savoir : les paroisses, au nombre de sept les premières fois que je la vis, les chanoines, les récolets, le corps de

[p. 150] ville, le bailliage et les arquebusiers sous les armes. On portoit à cette procession le chef de saint Denis sur les épaules, à deux personnes sur un brancart, lequel chef saint Denis étoit sous un petit dais d’un velours fonds cramoisie richement brodé en or. Il n’y avoient que le célébrant et ceux qui portoient les reliques qui fussent en ornemens ainsi que celui qui portoit la croix. Le célébrant étoit en chape, et les autres en tuniques ou dalmatiques. La procession sortoit de l’église vers les cinq heures et demi du matin au son de toutes les cloches de l’abbaye. Les récolets marchoient en tête, ensuite les paroisses, les chanoines et messieurs de l’abbaye de Saint‑Denis ; chaque clergé, quoique réunis, avoit sa bannière et sa croix processionnales, toutes les bannières marchoient devant, venoit après celle de l’abbaye. Il y avoient dix croix de portées à cette procession.
Arrivés au village de Clignancourt au bas de Montmartre, les chapelains et aumôniers de l’abbesse de Montmartre et le bailliage dudit lieu venoient au devant de la procession près d’une petite chapelle située sur le penchant de la montagne, laquelle chapelle existe encore présentement. On faisoit station à cette chapelle, c’est‑à‑dire auprès de ladite chapelle, et après les encensements faits et quelques prières, la procession continuoit sa marche. J’ai ouï dire qu’on dressoit un procès verbal à Clignancourt, comme on répondoit des reliques, et on gardoit, dit on, des ôtages. Le procès verbal qui, soi disant, se faisoit, étoit motivé, sur ce qu’on a prétendu qu’une fois II arriva en pareille circonstance que ces dames, ou le clergé de l’abbaye de Montmartre voulurent s’emparer du chef de saint Denis qu’on portoit à la procession. Mais je ne crois pas à tout ces petits propos populaires qui se débitent dans le vulgaire peu instruit : comme celui qu’on prête aux dames de Montmartre relativement à l’une de leurs anciennes abbesses, et que voici : messieurs de Saint‑Denis craignant le mauvais temps firent dire à madame l’abbesse qu’ils feroient la procession un autre Jour où II ferait plus beau, et que madame l’abbesse répondit qu’il falloit qu’ils y vinssent, parce qu’ils avoient sept ans pour se sécher. Tous ces petits discours trivials sont dénués de fondement, alors, ils tombent d’eux mêmes ; cela n’empêchoit pas que tous les sept ans aux approches de cette procession qu’on entendoit dans le monde répéter ces mêmes propos, tant cela étoit enraciné dans le peuple par sa crédulité. Messieurs de Saint‑Denis n’avoient d’autres obligations pour cette procession qu’un ancien usage consacré par la dévotion qu’ils avoient conservé par respect pour le lieu du martyre de saint Denis leur patron, et l’annalogie, ou rapport de l’abbaye de Montmartre avec celle de Saint‑Denis qui étoient toutes deux sous la protection des mêmes intercesseurs auprès de Dieu. Voilà, je crois, les raisons qu’on peut opposer à ceux qui s’arrêtent aux fausses notions populaires.
La procession en sortant de Saint‑Denis, suivoit l’avenue de Paris Jusqu’au grand chemin des Vertus, et elle prenoit les chemins et sentiers de traverses sur la droite jusqu’à Clignancourt. Il arrivat une fois, vue la pluye qu’il fit la veille et qui avoit gâté les chemins de terre, qu’elle suivit l’avenue dans toute son étendue, et qu’elle se rendit à Clignancourt par la rue Marcadé, laquelle est à La Chapelle sur la droite au dessus de

[p. 151] l’église en venant de Saint‑Denis. Le clergé de la paroisse de La Chapelle se rendit à la porte de son église, et là, donna les encensemens aux reliques au passage de la procession.
Je reviens Joindre la procession que J’ai laissé à Clignancourt. On arrivoit à l’abbaye de Montmartre vers neuf heures un quart, et on déposoit le chef saint Denis à la grille du choeur de ces dames, en dehors, dans le sanctuaire, gardé par deux factionnaires chevaliers de l’arquebuse de Saint‑Denis. (...)

FIG. 339 – Vue optique de la procession septennale des bénédictins à l’abbaye de Montmartre, seconde moitié du XVIIIe s. BNF, Cabinet des Estampes, Va 416 ; gravure de Maillet, rue Saint‑Jacques, aquarellée ; 39 x 26 cm.

FIG. 339 – Vue optique de la procession septennale des bénédictins à l’abbaye de Montmartre, seconde moitié du XVIIIe s. BNF, Cabinet des Estampes, Va 416 ; gravure de Maillet, rue Saint‑Jacques, aquarellée ; 39 x 26 cm.

Le cortège quitte Saint‑Denis par la Porte de Paris en empruntant la grille qui existe de 1750 à 1777. À gauche, au fond de la contre‑allée d’arbres, on distingue le Christ décrit par Gautier (doc. 114) ; à droite est conservée la montjoie dite croix Saint‑Quentin. Comme en témoigne cette gravure, l’affluence des spectateurs est en rapport avec la solennité de l’événement.

© cl. BNF, Paris

5. 3 Le paysage au travers des lieux‑dits

213Les xviie et xviiie s. nous ont légué une remarquable série de cartes et de plans confectionnés à l’usage des terriers et des opérations de bornage des territoires limitrophes de Saint‑Denis. Cette collection de documents, souvent de grand format, se trouve aujourd’hui répartie entre les archives municipales de Saint‑Denis, les Archives nationales, la Bibliothèque nationale de France et les archives départementales des Yvelines. La plupart de ces pièces sont reproduites dans le présent ouvrage. Un premier travail cartographique a permis d’élaborer une restitution de la géographie des villages qui entourent la ville : Saint‑Ouen, La Chapelle, Aubervilliers, La Courneuve, Stains, Pierrefitte et l’Île‑Saint‑Denis. À quelques exceptions près, nous avons respecté le cadre choisi par le « Plan du terroir de Saint‑Denis » de Claude Inselin, 1708 (fig. 343, 344).

214Parmi les nombreuses perspectives de recherches que soulève ce travail, la microtoponymie occupe une place exceptionnelle, du fait de l’abondance de la documentation qui la concerne. Après avoir relevé de façon systématique les lieux‑dits indiqués sur ces cartes et plans, nous totalisons aujourd’hui plus de trois cents noms.

215L’index qui suit n’est qu’un simple relevé des microtoponymes figurant sur les documents, car leur étude onomastique fait encore défaut. Comme en témoignent les variantes d’écriture, la graphie ancienne est souvent fluctuante, ce qui rend l’interprétation délicate. En fixant une tradition orale, les cartographes de l’Ancien Régime ont été parfois amenés à faire des contresens et des cacographies. Ainsi, les Tratrels figurant sur le plan d’Inselin sont dus à une mauvaise lecture des Tartres.

216Si l’on examine la carte (fig. 340, 341) et l’index, on observe une proportion élevée de microtoponymes se rapportant à l’occupation du sol. Le long des cours d’eau, les terrains humides sont appelés Noues, Nouelles, Champoisseux, Champourri, Esseau, etc. Aux abords de la ville, les vastes champs cultivés en prairie (Pré aux Bœufs, Pré Entre Deux Eaux, Pré de la Conche) pourvoient à l’alimentation du bétail. Sur les terres propices à l’agriculture, la microtoponymie révèle des champs (Longue Raie, Flache, Carreaux, etc.) mais surtout les essences qui y sont cultivées : vignes, saules, osiers, ormes, mûriers, noyers. Les mentions fréquentes de clos, de haies et de fosses suggèrent la présence d’un bocage ancien ; mais nous ignorons quelle était son étendue et quand il a disparu. En revanche, la couverture forestière est réduite en lambeaux. La présence des Plâtrières sur les territoires de Stains et de Pierrefitte confirme l’existence de carrières de gypse (ou pierre à plâtre) attestées par les sources écrites (doc. 46). Les Plâtres ou Plâtrières plus proches de la ville, tout comme les Tuileries, se rapportent probablement à des fours. La carte des lieux‑dits est également précieuse pour nous signaler l’emplacement possible d’anciens sites d’exploitation rurale : granges et moulins. Viviers et gords évoquent la pisciculture et la pêche. Les agglomérations et habitations isolées ont également laissé leur empreinte : Masures de Saint‑Léger, Maladreries, « ancienne maison de la seigneurie » et, non loin de celle‑ci, le Colombier. Plusieurs noms se rapportent à la délimitation du territoire. Au sud de Saint‑Denis, les piliers (le Pilier et le « pilier de marbre sur le chemin aux poissonnières ») confirment le témoignage de Suger qui les cite pour la première fois (doc. 118). Enfin, sur tout le territoire, la haute justice est représentée par ses instruments de supplice (fourches, gibet, justice du Lendit et potence).

FIG. 340 – Restitution du plan du terroir de Saint‑Denis mentionnant les lieux‑dits (partie nord).

FIG. 340 – Restitution du plan du terroir de Saint‑Denis mentionnant les lieux‑dits (partie nord).

A.B. del./UASD

217En juxtaposant à la microtoponymie relevée sur les cartes celle citée dans les sources écrites, notre liste soulève le problème de la permanence de ces lieux‑dits. Antérieurement au xive s., les archives de l’abbaye ne nous signalent guère que la Couture, les prés de la Conche et de Franc‑Moisin, les clos de Lisiard et de Saint‑Lucien. Plus riche est la moisson de lieux‑dits dans le « Livre vert de Saint‑Denis ». Deux de ses articles ont été sondés : la déclaration des revenus de Merville de 1399 dont nous publions un extrait (doc. 121) et un état des cens prélevés aux cimetières paroissiaux de la ville datant du début du xve s. (AN, LL 1209 : 32‑80). Toutefois, ces textes étant de près de trois siècles antérieurs aux anciens plans, seul un tiers de la microtoponymie qui y est mentionnée semble avoir perduré sur les documents graphiques.

Index des lieux‑dits

218L’Index présenté ci‑après est organisé en quatre colonnes ; il emploie les conventions et abréviations suivantes :

219Première colonne :
Le lieu‑dit est présenté dans son orthographe actuelle (les agglomérations à fonction paroissiale sont indiquées en caractères gras).

220Deuxième colonne :
Sont indiquées ses principales variantes, proches de la graphie phonétique, relevées dans deux types de sources : les documents cartographiques et les sources écrites.

221– Lorsque la mention du lieu‑dit provient d’un document cartographique, elle est suivie d’une majuscule en exposant, chaque lettre correspondant à un plan :
A : plan manuscrit du terroir, vers 1708 (fig. 343) ;
B : plan du terroir gravé par Inselin en 1708 (fig. 344) ;
C : plan de la seigneurie de La Chapelle de 1704 (fig. 367) dont il existe une deuxième version (AMSD, GG 146) ;
D : plan de la seigneurie d’Aubervilliers (AMSD, GG 140) ;
E : plan de la seigneurie de La Courneuve en 1740 (fig. 356) ;
F : plan « géométral » de la seigneurie de Stains en 1689 (fig. 360) ;
G : plan parcellaire de Stains vers 1703 (fig. 361) ;
h : plan de Stains après 1703 (fig. 359) ;
I : plan de la seigneurie de Saint‑Léger vers le milieu du xviiie s. (fig. 366) ;
J : plan de la « prévôté de la Cuisine « vers 1758 (fig. 318) ;
K : plans des communes de la Seine dressés en 1854 par O. T. Lefèvre (fig. 182).

222– Lorsque la mention du lieu‑dit provient d’une source écrite et qu’elle figure dans sa graphie originelle, elle est imprimée en italique, suivie de sa date et de sa référence archivistique ou bibliographique entre parenthèses.
Les principales sources écrites utilisées sont :
AN, LL 1157‑LL 1159, « Cartulaire blanc de Saint‑Denis » ;
AN, LL 1209‑LL 1210 et doc. 121, « Livre vert de Saint‑Denis » ;
AN, LL 1212‑LL 1221, Actes capitulaires ;
AN, LL 1189‑LL 1202, .. Inventaire des titres commencé par F. Thomas en 1688 » ; (Pannier 1872), (Lebel 1935b), etc.

223– Quand le lieu‑dit figure dans une graphie modernisée, il est imprimé en caractères romains, entre guillemets.
Troisième colonne :
La seigneurie dont dépend le lieudit est indiquée.

224Quatrième colonne :
Pour chaque lieu‑dit qui a pu être situé, sont notées ses coordonnées renvoyant au carroyage superposé aux figures 340 et 341.

FIG. 341 – Restitution du plan du terroir de Saint‑Denis mentionnant les lieux‑dits (partie sud).

FIG. 341 – Restitution du plan du terroir de Saint‑Denis mentionnant les lieux‑dits (partie sud).

A.B. del./UASD

FIG. 342 – Saint‑Denis en 1773 d’après la carte des Chasses, feuille no 3, extrait. ADSSD, 6 Fi carte 19 (C) ; gravure ; 35 x 26 cm, détail.

FIG. 342 – Saint‑Denis en 1773 d’après la carte des Chasses, feuille no 3, extrait. ADSSD, 6 Fi carte 19 (C) ; gravure ; 35 x 26 cm, détail.

Destinée aux chasses royales, cette carte relève soigneusement les châteaux avec leurs taillis, les surfaces boisées et les remises de gibier. De plus, le document met en évidence les différentes natures de l’occupation du sol et atteste l’importance de la culture légumière entre Aubervilliers et La Courneuve que les sources écrites mentionnent, par ailleurs (Turek, Roy 1993). Le relief est figuré par des hachures.

cl. P.M./ ADSSD

5.4 La délimitation du territoire de Saint‑Denis

225L’« Inventaire des archives communales de Saint‑Denis » ouvre sur un arrêt du Conseil d’Etat, en date du 6 septembre 1704, qui rétablit la Ville dans ses anciens privilèges et exempte ses habitants de la taille (Duval, Barroux 1923 : col. 1‑5). Conformément à un deuxième arrêt, en date du 20 décembre 1707, (AMSD, DD4 ; Bournon 1902a : 42‑44) fixant les limites du territoire affranchi, Nicolas Aunillon, président de l’Election de Paris, procède, entre 1706 et 1709, à sa délimitation et à son bornage. Les ingénieurs du roi sont chargés de lever des plans. C’est probablement avec leur collaboration que Claude Inselin grave en 1708 le « Plan du terroir de Saint‑Denis » (fig. 344). Le Cabinet des Estampes de la Bibliothèque nationale de France en conserve une version manuscrite anonyme qui pourrait être la minute de la gravure (fig. 343). Les deux plans représentent le bornage du territoire.

FIG. 343 – Plan manuscrit du terroir de Saint‑Denis, vers 1708. BNF, département des cartes et plans, Ge F 5859 ; papier, encre, aquarelle ; 73 x 53 cm.

FIG. 343 – Plan manuscrit du terroir de Saint‑Denis, vers 1708. BNF, département des cartes et plans, Ge F 5859 ; papier, encre, aquarelle ; 73 x 53 cm.

Le « Plan du terroir de Saint‑Denis » est confectionné lorsque, en 1704, la ville est affranchie de la taille royale. Sur ce document qui pourrait être la minute de la gravure de Claude Inselin, exécutée à une échelle légèrement réduite (fig. 344), est esquissé le tracé des nouvelles limites. Entre 1708 et 1709, on implante quatre‑vingt‑douze bornes dont certaines sont ici marquées par des lettres. À l’intérieur du territoire sont précisées les terres où les cures de la ville prélevaient leurs dîmes. Le plan inclut également les paroisses limitrophes (Saint‑Ouen, La Chapelle, Aubervilliers, La Courneuve et Pierrefitte). Le document indique, au niveau de la Pointe du Landy, une colonne qui pourrait correspondre à l’un des trois piliers seigneuriaux observés par Doublet (doc. 119).

© cl. BNF, Paris

FIG. 344 – « Plan du terroir de Saint‑Denis », par Claude Inselin, 1708. BNF, département des cartes et plans, Ge D 5492 ; gravure ; 60 x 51 cm.

FIG. 344 – « Plan du terroir de Saint‑Denis », par Claude Inselin, 1708. BNF, département des cartes et plans, Ge D 5492 ; gravure ; 60 x 51 cm.

En ce qui concerne le réseau routier et la délimitation du territoire, le graveur est resté très fidèle à la minute (fig. 343). Quant à la représentation de Saint‑Denis, Inselin a utilisé une version simplifiée du plan de la ville qu’il avait gravé en 1704 (fig. 239). Le graveur apporte un certain nombre de modifications : il change l’orthographe de certains lieux‑dits, oublie de reporter certains toponymes (Pointe Devant l’Hôtel‑Dieu) tout en en ajoutant d’autres qui ne figurent pas sur la minute (Grande Muraille, Haie Coque, Coin des Morts). La matérialisation systématique des champs mis en culture surcharge le document, mais a l’intérêt de faire apparaître le regroupement des vignes près de Saint‑Ouen et sur le territoire de Pierrefitte. De petits sabres croisés Indiquent l’emplacement où se sont déroulées les batailles contre les Anglais (1436) et les huguenots (1567). Le plan est complété par plusieurs vignettes, dont une carte des environs de Paris.

© cl. BNF, Paris

FIG. 345 – Les divisions territoriales aux alentours de Saint‑Denis, au début du XVIIIe s.

FIG. 345 – Les divisions territoriales aux alentours de Saint‑Denis, au début du XVIIIe s.

Sur ce document, le périmètre du territoire de la ville, figuré par un trait rouge, se superpose aux seigneuries, indiquées en couleur. Ce plan met en évidence le rôle qu’ont joué les routes et les cours d’eau dans la délimitation des circonscriptions. L’abbaye détenait les seigneuries des environs de la ville ayant pour point commun de jouxter le rempart, au moins sur un côté. En 1703, celle de Stains accroît son domaine au détriment de Saint‑Léger, Pierrefitte et Dugny. En 1707, le territoire de Saint‑Denis se constitue aux dépens de cinq seigneuries : Saint‑Ouen, La Chapelle, Aubervilliers, La Courneuve et Saint‑Léger. À quelques détails près, Saint‑Denis et les communes limitrophes conservent de nos jours ces limites.

A.B. del./UASD

FIG. 346 – Restitution de la plaine entre Paris et Saint‑Denis au Moyen Âge.

FIG. 346 – Restitution de la plaine entre Paris et Saint‑Denis au Moyen Âge.

M.W. del./UASD

226La fixation de cette nouvelle limite fiscale autour de la ville, établie en 1706, s’appuie sur l’ancienne délimitation du territoire abbatial, tout comme l’acte d’affranchissement de 1704 avait rétabli d’anciennes franchises royales dont le monastère bénéficiait depuis l’époque mérovingienne. À l’occasion de ce bornage, les curés et les habitants de Saint‑Denis et des paroisses limitrophes viennent revendiquer sur le terrain leur droit de propriété en apportant des pièces justificatives : déclarations au terrier, baux de dîmes, etc. ; est également présentée la copie d’une charte attribuée à Charles le Chauve par laquelle le souverain aurait accordé à l’abbaye la propriété des terres comprises entre le pont Trecine, Montmartre et la route de Louvres (AMSD, DD1). Cette charte fait partie d’un dossier de documents faux qui sont pour le territoire de l’abbaye d’une importance fondamentale.

  • 11 L’acte connu sous le nom de « pseudo-Charles le Chauve », que le faussaire a daté du 25 avril 860, (...)
  • 12 Selon le praeceptum de fugitivis, que le faussaire a daté du 26 juin 624 ou 627, Dagobert Ier aurai (...)

227En 1008, Robert le Pieux cède, à la requête de Vivien, abbé de Saint‑Denis (vers 1008‑1031), le droit de justice intra vel extra castellum, à l’intérieur et à l’extérieur de l’enceinte carolingienne (Newman 1937b : no 31). J.‑F Lemarignier et L. Levillain ont tous deux démontré que cette concession fut accordée dans un espace délimité par un faux diplôme de Charles le Chauve11, celui qui fut présenté en 1706 (Lemarignier 1971 ; Levillain 1926). Il fut élaboré, peu avant 1008, à partir d’un acte également faux datant de la première moitié du xe s., appelé habituellement praeceptum de fugitivis 12. Selon les données topographiques fournies par ces deux faux, le territoire du monastère s’étendait du pont Trecine, au nord, à la colline de Montmartre, au sud et jusqu’à la route qui mène à Louvres, à l’est. Dom Poirier établit une équivalence entre le pont Trecine et le pont Saint‑Ladre. Les cartes anciennes nous restituent ce dernier au nord de la ville, face à l’ancienne léproserie Saint‑Lazare, c’est‑à‑dire à l’endroit où la voie romaine franchit le Rouillon (fig. 299). De plus, une charte de 1270 précise que l’Estrée, ou rue de la Charronnerie, conduit du prieuré de l’Estrée au pont Trecine (Levillain 1925 : 92). Quant à l’équivalence entre la voie publique qui mène à Louvres, viam publicam quae ad Luperam ducit, et la route d’origine antique de Paris à Senlis (qui sur notre carte est identifiée comme grand chemin de Paris au Bourget), elle est acceptée par tous les chercheurs. C’est donc sur un vaste territoire, de près de 3 000 ha, appelé proceinte que l’abbaye compte faire valoir ses prérogatives de juridiction laïque et ce, dès le xie s.

  • 13 (...) ut omnis presbiter vel clericus, ex his qui in ipso Castro prefati beatissimi Dionisii martir (...)

228Un troisième acte faux, le privilegium de Landri, daté du 1er juillet 653, a été fabriqué par l’abbaye entre 1061 et 1065 afin d’obtenir de l’évêque de Paris l’exemption spirituelle des églises dans et autour du castrum beatissimi Dionisii (Levillain 1926). Cette surface plus restreinte, d’environ 170 ha, était délimitée à l’est par un chemin qui conduisait de la fontaine Saint‑Remi à l’église Saint‑Quentin, en longeant le pré Formosum (Franc Moisin sur notre carte) ; son côté ouest bordait la « route royale », l’Estrée, jusqu’au vivier établi au bout du pont Trecine, et son côté nord coïncidait avec la prairie des frères13. Depuis le xve s., les actes capitulaires mentionnent un « jardin et saussoye (…) appellé communément le jardin de la Fontaine seant hors de la ville de Saint‑Denis devant la fosse au Fiens tenant dun costé au chemin de la chaussee qui va de ladite fosse au fiens a Merville et d’autre costé a une piece de pré appartenant a [lacune] aboutissant d’un bout sur la chaussee qui va dicelle fosse au fiens a Saint‑Leger (...) » (AN, LL 1212 : f°51). Ce même jardin de la Fontaine est dit « oultrc Saint‑Remy » (AN, LL 1212 : f°66v°). En 1625, Doublet rapporte : « Ceste fontaine est encore de present non guere loin de l’Eglise s. Remy qui est hors la ville de s. Denys » (Doublet 1625 : 444). En 1753, Bonamy précise que « La fontaine de Saint‑Remi subsiste encore aujourd’hui à deux cens pas des murs de l’abbaye vers l’Orient ». L’auteur établit, de plus, une équivalence qui nous semble arbitraire entre ce site et « Tricinas », lieu mentionné dans la Musa de Raoul de Presles, écrite vers 1363 ; A. Lombard‑Jourdan, reprenant récemment à son compte la corrélation entre ce lieu mythique et le toponyme Trecine, a été amenée à situer le pont du même nom à l’est de la ville (Lombard‑Jourdan 1989 : 78). Cependant, sa suggestion contredit la plupart des sources écrites qui identifient ce pont au pont Saint‑Ladre localisé sans ambiguïté à l’ouest de Saint‑Denis (cf. supra). Malheureusement, aucun plan ne nous indique de façon certaine la fontaine Saint‑Remi et les sources écrites la situent très approximativement dans les parages de l’église au vocable identique.

229En revanche, l’emplacement de l’église Saint‑Quentin est connu avec plus de précision (cfsupra § 4.2.1.7).

230C’est probablement sur la présentation d’une partie de ces actes faux qu’en 1112 l’abbé Adam obtient du roi Louis VI le renouvellement du droit de justice sur tout habitant de la banlieue de Saint‑Denis, c’est‑à‑dire dans le périmètre délimité par les anciens privilèges (doc. 52).

231En 1122, le roi s’interdit de construire des maisons et hostises entre Paris et le Lendit pour accorder ce droit à l’abbé (doc. 116).

Document 116
Extrait du diplôme de Louis VI relatif aux constructions dans l’espace situé entre Saint‑Denis et Paris, la Seine et la route de Louvres, 12 mars‑fin mars 1122.

Ce diplôme étend la juridiction de l’abbaye jusqu’aux portes de Paris et, très précisément, jusqu’aux deux ponts de Saint‑Lazare et de Saint‑Martin qui franchissent le ru de Ménilmontant. En raison de cette donnée topographique, L. Levillain a rapporté ce diplôme à la foire de la Saint‑Denis que les sources du haut Moyen Age localisent entre les basiliques de Saint‑Laurent et de Saint‑Martin‑des‑Champs, au Pasellus sancti Martini (Levillain 1930).
Source – Dufour 1992 : no 189, p. 396‑397 ; traduction française : J.D.

En outre, nous avons interdit et interdisons désormais, de l’autorité de notre majesté et à la prière de [Suger], abbé de [Saint‑Denis], toute construction de maisons et d’hostises que nous avions précédemment décidé d’effectuer, sur le conseil et la suggestion de certains de nos officiers, entre le Lendit et Paris ; comme nous pressentons que cette église des glorieux martyrs pourrait en subir inconvénients et préjudices très graves, nous interdisons donc et nous prohibons, de l’autorité de notre majesté, à toute personne étrangère à la juridiction des susdits martyrs de construire maisons ou hostises, premièrement entre le bourg [de Saint‑Denis] et l’église de Saint‑Laurent (sise près du pont de Saint‑Martin‑des‑Champs), deuxièmement, pour l’autre côté de la route royale, entre Saint‑Denis et un autre pont situé près de Paris (à côté de la maison des lépreux), troisièmement, du côté de la Seine, entre Saint‑Denis et Montmartre (exception faite de Clichy appartenant de toute antiquité au fisc royal), enfin entre Saint‑Denis et la route royale menant à Louvres.

232Le fameux diplôme de 1124, par lequel Louis VI donne à l’abbé Suger la propriété de la foire du Lendit, est fondamental. Le champ de foire est intégré à la banlieue de Saint‑Denis bornée, entre le moulin Baiard et Aubervilliers, par des piliers de marbre et des croix (doc. 117, 118).

Document 117
Extrait du diplôme de Louis VI accordant à l’abbaye la voirie et la foire du Lendit, peu après le 3 août 1124.

Jean Dufour a montré que cet acte royal fut produit par les destinataires, les religieux de l’abbaye (Dufour 1992 : 461‑ 465). Son contenu est d’une importance capitale pour l’abbaye. Sa première partie, ici non reproduite, est relative à la levée de l’oriflamme sur l’autel des Corps‑Saints (cf. supra § 1.11.1) ; la deuxième partie concerne la foire du Lendit et plus précisément le Lendit extérieur qui se déroule en même temps que celle du Lendit intérieur, ou fête de l’Endit, à l’occasion de laquelle l’abbaye expose les reliques de la Passion.
Source – Dufour 1992 : no 220, p. 465‑466.

La voirie, la justice et l’entière liberté que notre pouvoir et celui de nombreux rois de France possédaient dans le passé sur Saint‑Denis, vers Paris, dans l’espace que nous avons délimité par des bornes, à savoir de la Seine (à partir du moulin Baiard) Jusqu’au haut d’Aubervilliers, nous les avons données avec dévotion et pour toujours aux saints martyrs, nos guides et protecteurs, tant pour le salut de notre âme que pour le gouvernement et la défense de notre royaume, ou encore la protection de notre épouse [la reine Adélaïde de Maurienne] et de nos enfants. De plus, nous avons concédé à perpétuité tout pouvoir, toute justice et toutes les coutumes des foires du Lendit, puisque le Lendit a été établi en l’honneur des saintes reliques, le clou et la couronne du Seigneur, par l’autorité apostolique, la confirmation des archevêques et des évêques et la décision de nos ancêtres les rois de France. Nous avons en effet jugé convenable de rendre grâce au Seigneur Dieu par ces moyens et d’autres à notre disposition, car il a daigné élever notre royaume en ce Jour du Lendit par les insignes de sa Passion, à savoir le clou et la couronne, et les placer en la capitale de notre royaume, auprès des saints martyrs, afin de nous protéger nous‑même, comme nos ancêtres et nos successeurs.

233.

Document 118
Comment Louis VI céda à l’abbaye le Lendit extérieur et la voirie du territoire délimité par des croix et des colonnes.
Source – Suger, Waquet 1964 : 228‑229 ; traduction française : H. Waquet.

(...) Il [le roi] ne fit aucune difficulté pour leur rendre le Lendit extérieur, celui de la place – celui de l’intérieur appartenait déjà aux saints – et leur accorda solennellement, en la confirmant par un précepte royal, la possession de toute la voirie en général, dans les limites marquées par des croix et des colonnes de marbre qui s’élèvent, telles les colonnes d’Hercule à Gadès, comme des obstacles opposés à tous les ennemis. (...)

FIG. 347 – Plan indiquant la limite de la banlieue de Saint‑Denis, au début du XVIIIe s. AN, L 854 ; papier, encre, aquarelle ; 50 x 50 cm.

FIG. 347 – Plan indiquant la limite de la banlieue de Saint‑Denis, au début du XVIIIe s. AN, L 854 ; papier, encre, aquarelle ; 50 x 50 cm.

Ce plan figure, en pointillé, la limite de la banlieue établie par Louis VI le Gros, en 1124. Près de Saint‑Ouen, on distingue la borne du « Moulin Baillard » et, en bordure de la « grande rue de la Chapelle » entre la croix du Landy et la croix Penchée, la « borne de la banlieue ». De là, la limite se poursuit jusqu’au village d’Aubervilliers. Ce document restitue parfaitement le tracé rectiligne des deux voies d’origine antique ; la première, l’Estrée ou « route royale » emprunte ici la « grande rue de la Chapelle » et le chemin des Fruitiers ; la seconde, la route de Paris à Senlis, ou « voie publique qui mène à Louvres », correspond au grand chemin de Paris au Bourget.

cl. P.M./ ADSSD

FIG. 348 – Limite entre la banlieue de Paris et celle de Saint‑Denis vers 1742. ADY, D 600 ; papier, encre, aquarelle.

FIG. 348 – Limite entre la banlieue de Paris et celle de Saint‑Denis vers 1742. ADY, D 600 ; papier, encre, aquarelle.

En 1742, l’Hôtel‑Dieu de Paris faisait paître un troupeau de moutons sur le territoire de La Courneuve ; les religieux de Saint‑Denis, propriétaires de la seigneurie, protestèrent contre cette intrusion. Ce plan fut dressé à l’occasion du procès qui s’ensuivit ; il nous restitue, tout comme le plan précédent (fig. 347), les limites de la banlieue. La première borne est localisée sur les bords de Seine, entre Clichy et Saint‑Ouen. La limite, en trait plein, passe par la « place du moulin Bayard », rejoint le Reposoir ou la Pointe Lisiard pour se diriger ensuite sur le canton du Champourri. Depuis 1724, le grand chemin pavé de Saint‑Denis à Paris a été réaligné : la croix Penchée, la borne des deux banlieues et la croix du Landy (croix Faron), qui s’élevaient à l’origine au bord de ce chemin, sont donc dessinées sensiblement à l’écart du nouveau chemin.

cl. P.M./ADSSD

FIG. 349 – Plan de la banlieue de Paris, par Nicolas De Fer en 1717. BNF, département des cartes et plans, Ge C 728 ; gravure ; 75 x 52 cm.

FIG. 349 – Plan de la banlieue de Paris, par Nicolas De Fer en 1717. BNF, département des cartes et plans, Ge C 728 ; gravure ; 75 x 52 cm.

Plusieurs plans des environs de Paris figurent par des pointillés les limites fiscales de la banlieue parisienne. Ils illustrent le fait que la prévôté des marchands de Paris revendique le droit de percevoir des taxes sur certaines marchandises sur le territoire de Saint‑Denis, y compris le port établi à la Maison de Seine. En 1729, les échevins de la ville doivent même se défendre âprement contre l’extension intra‑muros de ces limites ; les agents du fisc justifient alors leur intrusion à l’aide d’un manuscrit daté de 1415 qui inclut dans la banlieue parisienne « la ville de Saint‑Denis, Jusqu’au greiz ou greil » (Lombard‑Jourdan 1985a : 109) ; ils identifient ce « greil » à un regard fermé par une grille, établi rue de la Boulangerie, au‑dessus du Merdret et en avant de la maison à l’enseigne du Gril (cf. supra § 4.3.4). Les bourgeois de Saint‑Denis répliquent que, de mémoire d’homme, ce regard ne fut Jamais grillagé et qu’il fallait lire « Grez », appellation de la borne de la banlieue de Saint‑Denis (ADY, D 708 : no 51). En 1985, lors d’un sauvetage archéologique rue de la Boulangerie, ce regard, découvert dans son dernier état, n’était en effet qu’une simple ouverture dans la chaussée, au‑dessus de la canalisation du Merdret.

© cl. BNF, Paris

Document 119
Les bornes de la banlieue de Saint‑Denis vues par Doublet en 1625.

Doublet situe la première borne sur les rives de la Seine, entre Clichy et Saint‑Ouen, près d’un grand colombier qui pourrait correspondre au vestige du moulin Baiard. De là, la limite de la banlieue de Saint‑Denis passe par la Pointe Lisiard, coupe le grand chemin pavé de Saint‑Denis à Paris –où Doublet signale deux bornes à proximité de la croix Penchée– pour se diriger vers Aubervilliers.
Source – Doublet 1625 : 421.

(...) La banlieuë de la ville de sainct Denys commence à une borne de marbre qui est sur la riviere de Seine vers la porte de Pontoise (anciennement Compoise) entre les villages de sainct Oüen & Clipchy, en venant de droit chemin à un grand coulombier, qui est audit village de sainct Oüen vers iceluy village de Clipchy, & de cestuy coulombier la banlieuë vient respondre à la pointe de deux chemins par lesquels l’on va de sainct Denys au village de Clignancourt, & à la ville de Paris ; & là mesme, proche de ce lieu, y a aussi une autre borne de marbre de l’autre costé, à sçavoir de la porte de la ville de sainct Denys (appellee la porte de Paris, dautant que par icelle l’on va droit en icelle ville) sur la chaussee du village de Haubervilliers, où sont assises deux autres bornes de marbre par delà la Croix du Lendit (dite la Croix aux fiens d’ancienneté, & depuis la Croix qui panche) par laquelle chaussee l’on va de s.
Denys à Paris, & sont icelles bornes plantees à l’endroit de la pointe Liziart, qui font la séparation de la banlieuë de s.
Denys, & de la ville de Paris, aussi de la chaussee du Roy, & de celle de s. Denys.
Item encore desdites bornes, en tirant vers la partie supérieure de la ville sainct Denys, la banlieuë s’estend du costé de la porte de sainct Remy, en allant droit au village d’Haubervilliers en un chemin qui est entre iceluy village & le village de Crevecœur, & de là en allant droit au village du Bourget à l’embouchement du chemin par lequel l’on va du chasteau ancien & maison de plaisance des Abbez de sainct Denys appellee Merville, au village preallegué du Bourget, pour aller au village de Louvre en Parisy, & jusques sur la chaussée, en laquelle banlieuë la royale Abbaye de sainct Denys a toute maniere de Justice, & sans reserve d’aucuns cas ny crimes. (...)

234.

Document 120
Le relèvement de la croix Penchée en 1741.

Sur le bord du vieux chemin de Saint‑Denis à La Chapelle, la croix « aux Fins » délimite la voirie et la justice de l’abbaye. À partir du xve s., elle est appelée croix Penchée (Lombard‑Jourdan 1976a). Avec le percement du nouveau chemin en 1724, l’ancien chemin, rendu inutile, fut mis en culture. Comme toutes les croix qui, originellement, bordaient le chemin, la croix Penchée s’est alors retrouvée au milieu des champs. Tombée en 1741, elle fut aussitôt relevée car elle servait toujours de borne.
Source – AN, L 865 : no 22.

(...) Nous sommes (...) transportés sur une pièce de luizerne appartenant à Méssieurs les Religieux de Saint‑Denis seigneurs au cedit lieu, située sur le territoire de cedit lieu environ au tiers de la distance dudit lieu de La Chapelle à Saint‑Denis, au canton vulgairement appellé la Croix Panchée à cause de la croix dont sera ci après parlé : sur laquelle pièce de luiserne nous avons trouvé couchée une ancienne croix de pierre de douze pieds de hauteur ou environ ci devant nommée la croix Panchée attendu son inclination considérable du côté dudit lieu de La Chapelle ; au pied de laquelle croix nous avons remarqué qu’il avoit été fouillé et fait un trou de deux à trois pieds de profondeur sur quatre de large et après que le voyer de cette justice a mesuré la distance de ce qui restait en place du pied et suport d’icelle croix à tous les héritages voisins, et qu’il nous a raporté qu’elle était plantée à soixante cinq toises d’une pièce de terre en luiserne appartenant à la veuve Chavigny du coté du midy, à vingt neuf toises et demi vers le septentrion d’une borne qui fait le coin de ladicte pièce de luiserne appartenant auxdits seigneurs de La Chapelle et la sépare d’avec une pièce de terre appartenant à [blanc] du coté de l’orient, à deux toises d’une autre pièce de pré luiserne appartenant au sieur Cossin et à trente quatre toises quatre pieds compris les deux toises ci dessus du milieu du fossé qui sépare le pré luiserne du sieur Cossin de l’allée d’arbres qui borde le grand chemin de Saint‑Denis à Paris ; laquelle allée ledit voyer nous a pareillement dit avoir neuf toises de largeur ; et enfin vers l’occident a dix sept toises du bout de l’héritage en terre labourable dependant de la succession du sieur Brot vivant curé de Sainte‑Croix à Saint‑Denis ; lequel héritage était anciennement à la gauche du vieux chemin de cedit lieu de La Chapelle à Saint‑Denis qui se trouve aujourd’hui renfermé et faire partie de ladite pièce de luiserne appartenant aux seigneurs de cedit lieu ainsi que des autres héritages qui le bordoient attendu qu’il a été donné en dédommagement aux propriétaires des héritages sur lesquels a été pris le nouveau grand chemin. Toutes lesquelles distances ont été mesurées par ledit voyer en notre présence, et les déclarations des tenans nous ont été faites par ledit procureur fiscal. Nous en conséquence de ce que dessus, d’autant que ladite croix Panchée servoit de désignation et de confins aux héritages qui en sont proches, que d’ailleurs elle peut estre d’une utilité et même d’une nécessité indispensable pour différentes autres occasions. Ouy d’abondant ledit procureur fiscal en ses remontrances et conclusions, ordonnons qu’a l’instant il sera procédé au rétablissement et replantation d’icelle croix au même endroit où elle a toujours été à la diligence dudit procureur fiscal par les maçons par lui amenés à cet effet desquels il tirera quitance de ses déboursés. Pour l’exécution de laquelle ordonnance lesdits maçons ont sur le champ travaillé à relever et planter icelle croix au même lieu et placé et sur le même pied sur lequel elle estait ci devant posée après avoir de nouveau scellé et rafermy autant que faire s’est pu le susdit pied pour plus longue durée. Dont et du tout nous avons dressé le présent procès verbal. (...)

5.5 Les seigneuries limitrophes de la ville

5.5.1 La Courneuve et Merville

235La seigneurie de La Courneuve appartient au religieux prévôt de La Courneuve qui y exerce la justice (doc. 101) et y possède son manoir (fig. 351). Le domaine comprend le village de La Courneuve, le hameau de Crèvecœur et plusieurs fermes, dont celle de Merville.

236Les recherches archéologiques et les sources écrites nous font connaître la genèse de cette agglomération. À l’ouest de La Courneuve (fig. 350), l’église paroissiale dédiée à Saint‑Lucien est née d’une nécropole mérovingienne (Ajot, Bulard 1980). Suger nous apprend qu’au début du xiie s., des serfs de l’abbaye y exploitaient des terres à leurs frais. L’abbé établit en ce même lieu un clos de vignes de près de quatre‑vingts arpents, puis fonde à proximité une nouvelle cour pour y installer plus de quatre‑vingts nouveaux hôtes (doc. 54).

FIG. 350 – Plan parcellaire du village de La Courneuve, extrait du terrier de l’abbaye, vers 1740. AN, N IV Seine 44 : pièce 1 ; papier, encre, aquarelle ; 56 x 44 cm

FIG. 350 – Plan parcellaire du village de La Courneuve, extrait du terrier de l’abbaye, vers 1740. AN, N IV Seine 44 : pièce 1 ; papier, encre, aquarelle ; 56 x 44 cm

L’examen de ce plan rend compte de la structure bipolaire que le village a conservée jusqu’au XVIIIe s. Autour de l’église paroissiale, l’agglomération est réduite à un hameau. À l’est, l’habitat s’est développé sur les bords de la voie d’accès à la prévôté, le manoir seigneurial. Plus au sud, une noble parisienne, Marie Brullart, acquiert en 1577 une maison seigneuriale et obtient du roi Henri III la permission de l’entourer de fossés d’eau. En 1634, le prévôt érige en fief ce château qui prend alors le nom de Sainte‑Foy (Lombard‑Jourdan 1980a : 70‑78).

cl. P.M./ ADSSD

FIG. 351 – Plan de la prévôté de La Courneuve, extrait du terrier de l’abbaye, vers 1740. AM, N IV Seine 44 : pièce 45 ; papier, encre, aquarelle ; H : 18 cm.

FIG. 351 – Plan de la prévôté de La Courneuve, extrait du terrier de l’abbaye, vers 1740. AM, N IV Seine 44 : pièce 45 ; papier, encre, aquarelle ; H : 18 cm.

Le manoir rural est composé de plusieurs corps de bâtiments (hôtels, granges, écuries, un four et un colombier) entourés d’un fossé d’eau circulaire. Depuis le XVIe s., la prévôté est louée à un fermier (Lombard‑Jourdan 1980a : 60‑62).

cl. P.M ./ADSSD

237Merville (Majoris villa ou villa quae Major dicitur) figure dès le ixe s. dans le patrimoine de l’abbaye. Les « Miracles de saint Denis » y situent une masure appartenant à une pauvresse (doc. 9, 1/16). G. Lebel a réuni une série d’actes de rachat d’anciens cens qui révèlent comment, durant le premier tiers du xiiie s., l’abbaye a constitué le domaine de Merville (Lebel 1935a : 86‑87). À partir du xiiie s., les comptes de l’abbaye font régulièrement état de dépenses pour la maison Merevilla appartenant à l’abbé. Doublet dit en effet qu’il s’agissait d’un « chasteau ancien et maison de plaisance des abbez de Saint‑Denis » (Doublet 1625 : 421). En 1399, le manoir est entouré de fossés et comprend une basse‑cour avec un colombier (doc. 121). En 1410, on rétablit le pont‑levis qui permettait de franchir le fossé (AN, LL 1244 : f°251). La demeure abbatiale semble être abandonnée au xvie s. En 1540, on arrache les pavés de la chaussée de Merville pour les réemployer sur le grand chemin de Pierrefïtte et la place Panetière (AN, LL 1299 : f°284). Au moment du partage des biens de l’abbaye, en 1672, le domaine de Merville est attribué à la mense distraite (doc. 43). L’hôtel abbatial était alors en ruine, mais la ferme comprenait toujours un pressoir, des granges, des étables et un colombier.

FIG. 352 – « Ferme de Merville près Saint‑Denis, détruite en 1841 ». BNF, Cabinet des Estampes, Ve 26g : f°119 ; papier, crayon ; 32 x 23 cm.

FIG. 352 – « Ferme de Merville près Saint‑Denis, détruite en 1841 ». BNF, Cabinet des Estampes, Ve 26g : f°119 ; papier, crayon ; 32 x 23 cm.

Le dessin d’un anonyme, exécuté juste avant la démolition de la ferme, nous montre, dans la cour, les vestiges d’une somptueuse habitation qui pourrait correspondre à l’ancien manoir de l’abbé ; son décor architectural invite à dater cette construction du XVe ou du début du XVIe s.

© cl. BNF, Paris

FIG. 353 – La ferme de Champtourtel près de Saint‑Denis, en 1824. MAHSD ; papier, crayon ; 22 x 14 cm.

FIG. 353 – La ferme de Champtourtel près de Saint‑Denis, en 1824. MAHSD ; papier, crayon ; 22 x 14 cm.

Le manoir de Champtourtel apparaît dès le XIIIe s. dans les sources écrites. Depuis le XVIIe s., la ferme appartient au séminaire parisien de Saint‑Sulpice. Au moment de sa vente comme bien national en 1791, elle consiste en « une maison bourgeoise, chapelle, logement pour le fermier, cour, jardin, granges, écuries, étables, bergeries, greniers, colombier et autres dépendances, entourés de fossés » (Lombard‑Jourdan 1980a : 87).

cl. EJ./UASD

FIG. 354 – La ferme de Champtourtel près de Saint‑Denis, en 1827. MAHSD ; papier, crayon ; 25 x 20 cm.

FIG. 354 – La ferme de Champtourtel près de Saint‑Denis, en 1827. MAHSD ; papier, crayon ; 25 x 20 cm.

cl. EJ./UASD

FIG. 355 – « La grande pièce de la ferme de Merville », vers 1740, extrait du terrier de l’abbaye. AN, N IV Seine 44 : pièce 16 ; papler, encre, aquarelle ; 22 x 35 cm.

FIG. 355 – « La grande pièce de la ferme de Merville », vers 1740, extrait du terrier de l’abbaye. AN, N IV Seine 44 : pièce 16 ; papler, encre, aquarelle ; 22 x 35 cm.

Cette pièce, délimitée sur trois côtés par des chemins et par la rivière du Croult, mesure deux cent soixante‑douze arpents, soixante‑treize perches, soit plus de 9,3 ha. En limite du champ, on remarque un pré circulaire entouré d’arbres dont le diamètre est de 70 m environ. On peut le comparer à un autre terrain de même forme, planté d’arbres, mais de diamètre inférieur (35 m environ) que l’on décèle sur le grand plan de la seigneurie, dans le canton du Saule Ruxon (fig. 356). L’origine de ces tracés ronds reste problématique. Le microtoponyme de la Motte aux Bergers, situé à proximité du second cercle, suggère l’existence d’un relief, d’une butte (motte castrale ou emplacement d’un moulin à vent ?).

cl. P.M./ ADSSD

FIG. 356 – Plan terrier de la seigneurie de La Courneuve en 1740. AMSD, GG 148 ; papier, encre, aquarelle ; 173 x 166 cm

FIG. 356 – Plan terrier de la seigneurie de La Courneuve en 1740. AMSD, GG 148 ; papier, encre, aquarelle ; 173 x 166 cm

En 1740, les religieux de Saint‑Denis commandent ce grand plan mural à Pierre Jubert de Basseville, ingénieur du roi, qui y travaille pendant six mois. Le territoire de la seigneurie est divisé en cinquante‑huit cantons, chacun marqué d’un chiffre romain et désigné au moins par un lieu‑dit. La numérotation des parcelles en chiffres arabes correspond à celle des articles rédigés dans les terriers. Sur ce plan, les propriétés de l’abbaye ont été aquarellées. On reconnaît le domaine de Merville, les terres de Vauboulon, dont la ferme est située à l’intérieur de la ville, ainsi que celles relevant de l’office du panetier, de l’infirmier et de l’aumônier. Trois cantons dépendant de la censive des chanoines de Saint‑Paul (le Clos Bertaut, les Lombards et l’Orme Seul) n’ont pas fait l’objet d’un levé parcellaire.

cl. P.M./ADSSD

FIG. 357 – Terrier de Saint‑Denis, vers 1740. AN, N IV Seine 44 : pièce 60 ; papier, encre, aquarelle ; 56 x 44 cm.

FIG. 357 – Terrier de Saint‑Denis, vers 1740. AN, N IV Seine 44 : pièce 60 ; papier, encre, aquarelle ; 56 x 44 cm.

Le terrier de la seigneurie de La Courneuve dont est extraite cette page, ainsi que les figures 350, 351 et 355, fut confectionné, vers 1740, probablement en même temps que le grand plan de la seigneurie (fig. 356). Ce brouillon témoigne du travail d’arpentage sur le terrain qui a dû précéder la réalisation des plans. Une parcelle sise à la Motte aux Bergers indique comme repères la fontaine aux Bergers et la mare aux Canes (fig. 342).

cl. P.M./ADSSD

Document 121
Déclaration des revenus de l’hôtel de Merville, en 1399, dans le « Livre vert de Saint‑Denis ».

Le domaine de Merville est situé à l’est de la ville de Saint‑Denis au bout d’un chemin privé de deux kilomètres de long, dans une zone marécageuse traversée par le Croult. Il fait partie des propriétés de l’abbé mais dépend administrativement de la prévôté de La Courneuve, autre possession de l’abbaye. La date de 1399 correspond à la première restauration agricole qui a bénéficié de la trêve instaurée en 1378 dans la guerre de Cent Ans. Merville se compose d’une Importante réserve, de quelques censives et de divers droits seigneuriaux.
La réserve comprend d’abord un ensemble d’un seul tenant : l’hôtel entouré de fossés à sec mais susceptibles d’être mis en eau et empoissonnés, un colombier devant dans la cour, un bois de 16 arpents (5,46 ha) derrière, des jardins avec treilles, arbres fruitiers (poiriers, pommiers, noyers) et arbres portant fruits (non entés). En revanche sont dispersées dans le finage dix‑huit pièces de terres labourables souvent bordées de saules totalisant 360 arpents 1 quartier (123,10 ha), six prés (11,44 ha) dont la moitié à deux herbes (à regain), plusieurs saussaies (plus de 0,34 ha) et des friches (plus de 4 ha). La plus petite de ces terres labourables couvre un arpent (0,34 ha), la plus grande 120 arpents (41 ha) mais la majorité oscille seulement entre 1 et 7 arpents (de 0,34 à 2,39 ha).
À cette époque, la réserve est gérée de deux manières. Bois et saussaies sont encore en gestion directe. Les ventes du bois, d’échalas, de bourrées (fagots de menues branches) et de plançons (épieux) représentent 5,15 et 13,13 % des revenus. On procède à des coupes tous les sept ans dans le bois, tous les trois ans dans les saussaies. Les prés sont d’ordinaire gérés directement. Ils sont ici exceptionnellement laissés au fermier. Cet important dédommagement (32,17 % des revenus) doit sans doute correspondre à des charges particulières à cette phase de restauration : remise en état de terrains en friche et/ou reconstruction de bâtiments à la charge du fermier. Un bail à fermage a en effet été conclu en 1397. Outre les prés, il concerne les terres céréalières qui sont, comme il est habituel en Île‑de‑France, en assolement triennal : blé, céréales de printemps et jachère. Avec un rendement escompté de 8 pour 1 –ce qui est déjà le rendement moyen des Temps modernes dans le Bassin parisien– les céréales, avec 45,63 % des revenus, en assurent la part la plus Importante. Le colombier, privilège seigneurial, est aussi cédé mais pour un an seulement. Ses profits représentent 3,92 % du fermage.
D’une valeur totale de 139 livres parisis, ce fermage est stipulé en nature : 12 muids de grain dont 8 en blé et 4 en avoine (1 muid de blé mesure de Saint‑Denis = 27,96 hl) portables à l’hôtel de l’abbé à Saint‑Denis au terme de la Saint‑Martin d’hiver (11 novembre), 4 pourceaux gras quérables à Merville, 26 douzaines de pigeons, 4 charretées de feurre (paille) portables au même hôtel ou à celui de Paris. L’abbaye possédait depuis le milieu du xiiie s. un collège et un hôtel sur la rive gauche, quai des Grands‑Augustins et rue Christine. Le fermier devait également 24 journées de corvée de charroi avec une voiture à trois chevaux.
L’hypothèse d’une gestion directe des terres labourables apporte de précieux renseignements. Outre le rendement du blé, nous apprenons que les charrues sont tirées par trois chevaux et les coûts respectifs des divers travaux agricoles (semailles : 21,05 %, sarclage : 5,26 %, moisson : 52,63 % et battage : 21,06 %).
En raison de la dépopulation due aux épidémies répétées de peste et des ravages des opérations militaires, les censives sont abandonnées. Leur « nulle valeur » explique leur énumération incomplète et leur description imprécise. Autrefois, les tenanciers habitaient Saint‑Denis et les trois paroisses situées au nord‑ouest de Merville : Saint‑Léger, Stains et Pierrefitte. Les cens, au total 20 sols parisis, sont portables au terme des huitaines de la Saint‑Denis (le 17 octobre) à une borne de Romaincourt, au nord de Merville, au‑delà du Rouillon.
D’autres droits seigneuriaux sont mentionnés. Pour les censives, des ventes sont payées par leur éventuel acheteur, des amendes pour non déclaration de cette cession. L’abbé a toute Justice haute, moyenne et basse, le droit de chaussée sur le chemin privé reliant Merville à Saint‑Denis qui interdit le passage des charrois et des bêtes de somme (sans doute en raison du terrain mal stabilisé des marécages), le droit de pêche dans le Croult et, probablement, le droit de chasse sur la Haie (garenne) du Clos aux Connins. Est évoqué aussi le droit de forage sur la vente du vin au détail.
Probablement achetée par les religieux au xiiie s., la seigneurie de Merville est restée dans leur temporel jusqu’à la Révolution. [C.B.]
Source – AN, LL 1210 ; texte collationné par C.B.

[p. 415] C’est la declaration de la revenue de l’ostel de Merville appartenant a Monseigneur l’abbé de Saint‑Denys en Franche tant en cens, rentes, terres, boys, prés, saulxoies, rivières comme de toutes autres choses quelxconques appartenant audit hostel declairees particulièrement en la forme et maniere qui s’ensuit.
Et premierement s’ensuit la declaration des terres labourables appartenant audit hostel. Premièrement une piece de terre contenant vixx arpens ou environ appellee la grant Cousture des noyers tenant a la riviere de Croust d’une part et au chemin qui va de Merville au Bourgeel d’autre part, et y a en l’un des coustez aule devers la riviere xxx testes de saulx ou environ.
Item une autre piece de terre contenant xxvi arpents ou environ appellee la piece de la Mote aux Bergiers aboutissant d’un costé au Chemin qui va de la Mote a Merville, et de touz autres coustez aux terres dudit hostel, et n’y a aucuns saulx.
Item une autre piece contenant xxii arpens ou environ tenant au grant chemin qui vient de la Court neufve a Duygny d’une part, et de tous autres costez aux terres dudit hostel, et n’y a aucuns saulx. Item une autre piece contenant sept arpens tenant au long de Denisot de Rosny d’une part et aboutissant sur la Molete d’autre part et y a nuls saulx.
Item une autre piece contenant xl arpens joignant a la riviere de Croust d’une part et au chemin qui va de la Mote au Clox aux Conins d’autre part, et est peuplee de saulx tout aubout du le devers la riviere.
Item une autre piece contenant xviii arpens tenant au long du Clox aux Conins d’une part et aux xl arpents dessusdits d’autre part, des quelx y a vi arpens ou environ qui doivent disme a la granche dismeresse de la Court neufve pour cause qu’elle vint par eschange d’un nommé feu Jaquet du Ru et peuplé de saulx au le devers la riviere.
Item une autre piece contenant cinq arpents assis devant Champtortel, tenant au Chemin qui va de Merville au moulin Fenon d’une part, et aux terres Thierry de la Porte d’autre part, et est peuplee de saulx au long du chemin et du fossé.
Item une autre piece contenant iiii arpens tenant au long du chemin qui va au moulin Fenon d’une part et aboutissant a la riviere de

[p. 416] Croust d’autre part peuplee de saulx devers la riviere.
Item deux autres pieces contenants deux arpents tenans au long de la riviere de Croust en alant au pré aux moysnes d’une part et a Thierry de la Porte d’autre part, peuplé de saulx au long de la riviere.
Item une autre piece contenant xvi arpens appelles le Clox devant la porte de l’hostel aboutissant au chemin qui va du Bourgeel au moulin Fenon d’une part, et a la sauxee qui va de Merville a Saint‑Denys d’autre part, peuplé de saulx tout en tour. Item une autre piece contenant xviii arpens ou environ appellee le Clox aux Coninx tenant a la riviere d’une part et au chemin qui va de Merville au Bourgel d’autre part, peuplee de saulx au long de la riviere.
Item une autre piece contenant vii arpents assis sur les marez de la Molete au long du Chemin, tenant a Denisot de Rosny d’une part, peuplee de saulx a l’un des costes.
Item une piece contenant v quartiers en hache tenant a Denisot de Rosny d’une part, et aux terres de l’hostel d’autre part. Item une piece contenant vi arpents tenant a Denisot de Rosny d’une part et aux friches d’autre part.
Item une piece contenant vii arpents tenant au long du pré aux beufs d’une part, et au chemin qui va de Merville a Saint‑Denys d’autre part, peuplee de saulx d’un costé.
Item une autre piece contenant lx arpens appellee la Grange Supplice tenant a la riviere de Croust d’une part et au long des marez et du Pastiz d’autre part, peuplee de saulx au long de la riviere et au long de dessus les mareiz.
Item une piece contenant ung arpent seant au bout du boys de Merville tenant a maistre Nicaise Bougie d’une part et a la riviere de Croust d’autre part, et sont toutes les pieces dessus dictes en la jurisdiction de la Court neufve si comme l’en dit.
Sommes de toutes les terres dessus dictes trois cens soixante arpens et ung quartier de terre, les quelles terres sont a present baillees a ferme a Robert le Normant avecques toutes les despoilles de tous les prez, dont cy dessoubz sera faicte particuliere mention, et entra en ladicte ferme, si comme il dit, en l’an iiiixx et xvii.
Et pour ce doit rendre pour chascun an durant sa dicte ferme a la feste

  • 14 La somme est restituée à l’aide de la copie conservée aux archives municipales de Saint-Denis, AMSD (...)

[p. 417] Saint‑Martin douze muys de grain c’est assavoir viii muys de blé et quatre muys d’aveine rendus a ses frez et despens en l’ostel Saint‑Denys et a la mesure dudit lieu, et peut valoir chascun muid communs ans portant l’un l’autre x sols parisis. Ainsy valent en somme lxxii livres parisis.
Item est tenu ledit Robert a cause de sa dicte ferme de baillier chascun an quatre porciaux gras a ses despens, et les doyvent prendre les gens de monseigneur audit lieu de Merville, si comme il dit, qui puent valoir communs ans viii livres.
Item est tenu de livrer chascun an durant sa dicte ferme quatre charretees de feurre rendu a Paris ou a Saint‑Denys a ses fraiz, au quel lieu qu’il plaira a monseigneur qui puent valoir commun an l’un par l’autre xxxii sols parisis. Item est tenu envers mon dit seigneur chascun an durant sa dicte ferme en xxiiii Journees de voiture de troiz chevaulx chascune voiture pour emploier es besognes de monseigneur et la ou il ly plaira ; et puet valoir chascune voiture x sols parisis. Ainsy valent en somme toute xii livres parisis.
Somme de la valeur de la dicte avalue par estimation communes annees IIIIxx XIII livres xii sols parisis.
Item s’ensuit la declaration des prez appartenant audit hostel, desquels le fermier a la despoille durant sa dicte ferme, si comme cy dessus est plus a plain declairé.
Premièrement xiiii arpens de pré en une piece assis au lieu que l’en dit le pré aux Beufs tenant au long de l’Islete du pré au pannetier de Saint‑Denys d’une part et au long du Boys dudit hostel d’autre part.
Et sont a II herbes, dont la darreniere herbe se doit fauxer en dedens le jour Saint‑Remy, ou autrement le bestail pourrait aler partout sanz dangier, et sont peuplez de saulx tout en tour. Et peut valoir la despoille de chascun arpent communs ans portant l’un l’autre xlviii sols parisis. Ainsy pevent valoir la despoille de xiii arpents dessus dits par chascun an en somme réservé la despoille desdits saulx qui en ce n’est point comprinse, [trente trois livres douze sols parisis]14.

[p. 418] Item une piece de pré contenant ung arpent et demy appellé le pré de la Cressonniere tenant a Jaquet de Mante d’une part et a Phelippe de Giaucourt d’autre part, lequel se fauxe a deux herbes comme les xiii arpents dessusdits. Et puet valoir la despoille de la piece communs ans lxxii sols parisis. Item une piece contenant III arpents et demi de pré tenant au pré de la Cressonniere d’une part et aboutissant aux prez du maistre des charitez de Saint‑Denys d’une part et a Jaquet de Mante d’autre part. Et ne sont que a une herbe, et puet valoir la despoille de chascun arpent par chascun an xxxii sols parisis. Ainsy vault la dicte piece en somme cxii sols parisis.
Item une piece contenant deux arpents et demi appellé le pré de l’Espinette tenant aux hoirs feu Jehan Segart d’une part et a Jaquet de Mante d’autre part a une herbe. Et puet valoir la despoille de chascun arpent par chascun an xxxii sols parisis valent en somme iiii livres parisis.
Item une piece contenant v arpents assis audit lieu tenant au pré que l’en dit Long Pré d’une part et a maistre Nicaise Bougie d’autre part, dont la despoille des saulx qui sont en tour valent en somme viii livres parisis.
Item une piece contenant sept arpens nommez les prés aux Moynes assis au gué de la Court neufve tenant a la riviere de Croust d’une part et a Robert d’Ermenonville d’autre part, dont la despoille de chascun arpent puet valoir réservé la despoille des saulx xxxii sols parisis valent en somme xi livres quatre sols parisis.
Somme de tous les prés dessusditz xxxiii arpens et demi qui puent valoir communs ans portant l’un l’autre en somme toute lxvi livres parisis.
Es quels prez le bestail ne puet ne doit converser depuis la My Quaresme Jusques a la Saint‑Remy reservé le jour de Pasques fleuries, le jeudi absolu, le vendredi benoist, la veille de Pasques et le jour de Pasques Jusques aprez le service, et non plus, et ou cas que aucun bestail y serait trouvé depuis en avant chascune beste devrait v sols d’amende a monseigneur, et en doit avoir la cognoissance le maistre d’ostel de monseigneur, et non pas le prevost de la Court neufve.

  • 15 Philippe [Ier] de Villette, abbé de 1398 à 1418.

[p. 419] Item s’en suit la declaration des boys appartenant audit hostel. Premiers d’arriere ledit hostel xvi seize arpens de boys ou environ tous en une piece, et sont enclox de la riviere d’un des costes, et de tous autres costez sont enclox de fossés, et se doyvent coupper lesditz boyz de sept ans en sept ans et non autrement. Ainsy puet l’en couper chascun an de boys dessusdiz deux arpens et ung quartier de boys ou environ. Lesquelx puet bien escheoir en la despoille de chascun arpent iiie javelles d’eschalas, dont chacun cent puet bien valoir, rabatu la façon, xxviii sols parisis. Item puet escheoir au dit arpent Ve de bourrees qui puent valoir, rabatu la façon, x sols parisis. Ainsy puet valoir la despoille des deux arpens et 1 quartier de boys chascun an franchement x livres xi sols vi deniers parisis. Somme de boys dessusdits en despoille par an x livres xi sols vi deniers parisis.
Et est assavoir que chascun arpent tant de terres, prez, boys comme autres choses quelsconques seans es lieus dessusdits contient c perches et chascune perche contient xviii piez tout a la mesure Saint‑Denys qui y a cours et non autre mesure. Et l’arpent du Roy contient c perches, et chascune perche contient xxv piez. Ainsy est plus grant en chascune perche vu piez qui montent en somme a l’arpent viie piez qui valent x perches xvi piez ou environ que l’arpent de Saint‑Denys est moindre que l’arpent du Roy.
Item s’ensuivent les saulxoies appartenant audit hostel. Premierement une piece de saulxoie appellee l’Islete contenant III quartiers de terre ou environ tenant au pré aux Beufs d’une part et au pré du pannetier de Saint‑Denys d’autre part. Item une autre saulxoie que monseigneur l’abbé Philippe15 a ait planter en l’an passé et ceste annee présente iiixx et xix seans dedens le clox aux Connix contenant environ ung quartier de terre. Et ne fut onques coupee et sera avant troiz ans ou plus que elle chee en couppe.
Item les despoilles de plusieurs autres saulxoies seans en tour les prez, boys, rivieres, terres et saulxee appartenant audit hostel qui se coupent de troiz ans en trois ans,

[p. 420] et puent bien valoir pour le temps present les despoilles des saulxoies dessusdictes communs ans portant l’un l’autre xiie javelles d’escharas dont chascun cent, rabatu la façon, puet bien valoir xxxvi sols parisis ; Ainsy vauldroient les xiie dessusdits franchement xxi livres xx sols parisis.
Item puet escheoir chascun an en la despoille desdits saulx I millier de plançons, dont chascun cent puet valoir, rabatu la façon, viii sols viii deniers parisis ; ainsy valent iv livres vi sols viii deniers. Item en la despoille desdiz saulx chascun an puet escheoir i millier de bourrées, la façon rabatue, valent xx sols parisis.
Somme de toute la revenue des saulxoies dessusdictes pour le temps present portant l’un l’autre, et rabatu la façon des ouvriers xvi livres xviii sols viii deniers parisis.
Et pourraient plus valoir ou temps advenir pour ce que il y a plusieurs jeunes saulx qui cherront en coupe.
Item en la basse court dudit hostel ha ung columbier peuplé de collons bien et souffisament, le quel ha esté baillé au fermier pour ceste annee IIIIxx et xix jusqu’a Pasques mil iiiie pour la somme de xxvi douzaine de pigons, et leur devoit donner a manger en l’iver a ses despens. Et puet bien valoir communs ans le prouffit dudit colombier viii livres parisis. Somme de la valeur du columbier viii livres parisis.
Item s’ensuit une piece de friches assis au dessus de la riviere de Croust contenant de viii a ix arpents tenant au pré de l’Epinette d’une part et a Jaquet de Mante d’autre part, et n’y doit aller aucun bestail fors que le bestail de monseigneur depuis la My Quaresme jusques aprez la despoille des prez sur l’amende. Item une piece de pastiz qui souloient estre prez seans a la Molette tenans d’une part au ruissel qui vient du Bourgel a la riviere de Crost et d’autre part a la granche Supplice, et ne sont a present en nulle valeur fors que le bestail de l’ostel y va paistre, et n’y doit aler autre bestail sur paine d’amende.

[p. 421] Item audit lieu ha une haye appellee les hayes du clox aux Connins qui contient de quatre a v arpens de terre, en laquelle ne chiet point de boys a coupe, pour ce que ce ne sont que espines, maiz est bien peuplee de grans ormes, les quelz le fermier puet emonderjusques aux houpes, quant mestier en est, et convertir les emondes a son prouffit. Item au dit lieu souloit avoir xx sols de cens ou environ portans les ventes et amendes deubz chascun an a Romaincourt le jour des huitaines Saint‑Denys, et ne sont a present en aucune valeur, et se doyvent recepvoir a une bourne qui est audit lieu de Romaincourt en la voyrie. Et sont de telle condition, si comme l’en dit, que ou cas que cheulx qui doivent lesdiz cens ne treuvent les gens de monseigneur a heure competent qu’ilz puent huyer trois fois et aprez mettre le cens qu’ilz doivent sur la dite pierre et eulx en aler sanz amende, et en doivent, si comme l’en dit, Denisot Jaloux demourant a Saint‑Denys, Guillaume Lescuier demourant a Stains, et Robin Maillet demourant a Saint‑Ligier comme tuteur des enfants de feu Colin Leryde Saint‑Ligier.
Item s’en suit le droit que monseigneur y a en la riviere de Croust, c’est assavoir que nul ne puet ou doit pescher en ladicte riviere depuis le pont que l’en appelle le pont de Fust jusques au pont Jusnel sans congie de monseigneur et sur l’amende, et se aucun y est trouvé le maistre d’ostel de monseigneur en doit avoir la cognoissance.
Item s’ensuit le droit que monseigneur a sur la chaulxee qui vient de Merville a Saint‑Denys. C’est assavoir que nul ne puet ou doit passer par my ladicte chaulxee excepté gens de pié ou de cheval a selle, sanz y passer aucun charroy ou chevaulx a somme ce se n’est par le commandement de monseigneur. Et y puet faire faire monseigneur barrières ou travers s’il lui plaist.
Item environ l’ostel ha plusieurs jardins peuples de trailles, de poiriers, pommmiers, noyers et autres arbres portant fruit, desquels le fermier dudit lieu ha tous les prouffiz durant sa dicte ferme, et pourraient valoir communs ans.
Item l’ostel manable de monseigneur l’abbé est clox a foussez tout entour, lesquelx pourraient valoir communs ans se ilz estaient curez plains de eaue et peuplez de telle peuple de poissons comme il y affiert.

[p. 422] Item en tous les lieux et places dessus devisés et declairés mondit seigneur l’abbé ha toute Justice haulte, moienne et basse.
Somme toute de toutes les parties dessusdictes a present en valeur, comme dit est, iiev livres II sols ii deniers parisis. Et y sont comprins lxvi livres pour la despoille des prez qui sont au prouffit du fermier comme dessus est declaire.
Ainsy demeure au prouffit de monseigneur vixxxix livres II sols II deniers parisis.
Quant aux terres labourables de l’ostel de Merville qui monte en somme iiielx arpents et I quartier de terre, les quelles sont a present baillees a ferme, elles se doivent mettre chascun an en troiz parties ; c’est assavoir vixx arpents a blé, vixx arpents a mars et vixx arpents a gachiere : Ainsy chiet chascun an en despoille tant en blé comme en mars xiixx arpents en xiixx arpents I quartier en gachiere ; Et puet bien raporter chascun arpent tant blé comme mars iiii sextiers ou environ ; Ainsy pourraient rapporter les xiixx arpents dessusdits par chascun an communes années portant le fort le foible IIIIxx muys de grain, Et pourrait valoir chascun muy communes années viii sols parisis : ainsy vauldroient les iiiixx muys dessusdits iiie iiiixx IIII livres parisis.
Et se monseigneur l’abbé vouloit tenir la chose en sa main II puet veoir s’il lui plaist les mises qui ad ce faire sont necessaires.
Premièrement n charruees montees de chacune iii chevaulx enharnaichez qui continuellement sans charrier ailleurs laborant diligemment es dictes terres.
Et pourront despendre les vi chevaulx dessusdits par an vi muys d’aveine qui puent valoir xviii livres xvi sols parisis.
Item pour chascun cheval deux charrettees de foin valent en somme xii charrettees de foing et en despendent plus se n’estaient les fourages de la granche, Et puet valoir chascune charrettee de foing xl sols parisis : ainsy valent xxiiii livres parisis.
Item pour feurres, charrons et borrelliers par chascun an anviron xvi livres.
Item pour le loyer de deux varles qui conduiraient lesdits chevaulx a charruee pour chascun valiet par an xiiii livres viii sols valent xxviii livres xvi sols parisis. Item pour la despense d’yceulx varles par an environ xvi livres, [p. 423] Item pour semer lesdictes terres pour chascun arpent une mine de grain ; Ainsy fault pour les douze vingt arpents de terre dessusdictes x muys de grains prises xlviii livres.
Item pour sacler chascun an xii livres.
Item pour sayer, faucher, lyer et entasser la despoille d’icelles terres pour chascun arpent x sols valent vixx livres.
Item pour batre et vanner les iiiixx muys de grains dessusdits pour chascun muy xii sols valent xlviii livres parisis.
Somme iiiexli livres xii sols.
Et la recepte pourrait estre iiiciiiixxiiii livres.
Ainsy monteroit plus la recepte xlii livres viii sols.
Et la despoille des prez que le fermier tient qui monte chascun an en valeur lxvi livres parisis.
Et le prouffit des forraiges etc. sans les nouritures et provisions de l’eglise que ce devroict faire audit hostel etvauldroit moult par an a l’eglise.
S’ensuivent les prez qui sont en la main de monseigneur l’abbé de Saint‑Denys assis en la grant couche devant Saint‑Lasdre.
Premierement une piece de pré contenant xvii arpens et demi de pré a une herbe tenants d’une part au prieur de L’Estree et d’autre part a Jehan Alegrin.
Item une autre piece contenant I arpent et demi a une herbe tenant au maistre des Charitez de Saint‑Denys de tous costes. Item une piece seant en Franc Moisain contenant I arpent et demi de pré a une herbe tenant a Jehan de Vabulon d’une part et au maistre des Charitez d’autre part. Item une piece assise en la Bretonnerie contenant vi arpens de pré a une herbe tenant a Jehan Alegrin d’une part et au foussez de la ville d’autre part.
Item une piece appellee le pré de la Chaucee contenant III arpens et demi tenant a Guillaume Ogier d’une part et au Jardin du maistre des Charitez d’autre part.
Item une piece nommee En Larchet contenant v arpens tenans au Roy notre Sire d’une part et au Viezmez d’autre part.
Item une piece de pré appelle le petit pré au Bourc contenant vu arpens tenant a Symon Binaille d’une part et a l’ostel Dieu de Saint‑Denys d’autre part. Item une piece appellee le grand pré au Bourc contenant quatorze arpents

[p. 424] ou environ tenant aux prez de l’ostel Dieu de Saint Denys d’une part et a l’Islete de monseigneur Saint‑Denys d’autre part.
Item une piece contenant deux arpens de pré assise d’arriere Romaincourt tenant a Jehannin Jaloux d’une part, et au grant pré au Bourc d’autre part.
Item une piece nommee le grant Hezeau contenant ix arpens a deux herbes tenant au maistre des Charitez d’une part et au grant pré au Bourc d’autre part Item une piece contenant iiii arpents et demi nommé le petit Hezeau et est a deux herbes, tenant au lonc du pré aux Beufs d’une part et ix arpens dessus dit d’autre part.
Item deux pieces de pré nommez les Clozeaux contenant vu quartiers de pré a deux herbes tenant au maistre des Charitez d’une part et a Droet Piede d’autre part.
Item une piece nommee la grant Mestoirie contenant vii arpents ou environ tenant au Jardin de Romaincourt qui souloit estre a [lacune] tenant a monseigneur l’abbé.
Item une piece appellee la petite Mestoirie contenant vi arpens de pré a deux herbes, tenant a maistre Nicaise Bougie d’une part et au pré de la grant Mestoirie d’autre part.
Item une piece contenant II arpents nommé le pré au Bailly a II herbes tenant a la riviere de Croust d’une part et au pré de Lonc Pré d’autre part.
Item une piece contenant xxiiii arpens et demi appellé le Long Pré tenant au maistre des Charitez d’une part et aux prés de l’ostel de Merville d’autre part. Item une piece contenant ix quartiers appellé le pré au Mouliner tenant a Jaquet de Mante d’une part et a Jehan de Censy d’autre part.
Somme de touts les prez dessusdits cxv arpents de pré, dont il en y a cvii arpents a II herbes et cviii arpents a une herbe tous enclox de saulx, et les doit faire faucher et faire entasser en granche, et faire botiler a ses despens le pannetier de Saint‑Denys parmy ce qu’il prent a son prouffit la despoille de touts les saulx qui sont entour les prés dessusdits. Et puet valoir chascun arpent communs ans portant l’un l’autre xl sols : ainsy valent xixxx livres parisis.
Item en la Cousture de Saint‑Denys xiii arpents et I quartier qui ne sont pas comprins en la somme dessusdicte puent valoir.
Et puet cheoir en la despoille des saulx dessusdits par chascun an communs ans iiiie Javelles d’escharaz vault chascune javelle la façon

[p. 425] rabatue xxxvi sols ainsy puent valoir en somme communs ans xv livres iiii sols. Item chascun an communs ans puet escheoir i millier de plancons, valent viii sols chascun cent la façon rabatue : Ainsy valent quatre livres.
Item chascun an communs ans II milliers de bourrees valent la façon rabatue XL sols. Somme toute de la valeur des despoilles desdits saulx communs ans portant le fort le foible xxxi livres iv sols parisis.
Item s’ensuivent autres héritages assis au Vau du Roy entre Goussenville et Bouqueval appartenants a monseigneur de Saint‑Denys.
Premierement une piece de pré contenant iiii arpens ou environ tous enclox a fossez et peupplés de saulx tout entour, et puet bien valoir la despoille de chascun arpent xxiiii sols parisis : Ainsy valent vi livres parisis.
Item une piece de saulxoie contenant iii arpens ou environ tenant a monseigneur Mahieu de Morency d’une part et au chemin qui va de Gonesse a Luzarches d’autre part, et puet bien valoir la despoille chascun an vie Javelles d’escaraz, dont chascun cent puet valoir la façon rabatue xxxvi sols parisis : Ainsy puent valoir communs ans portant l’un l’autre x livres dix sols.
Item puet cheoir chascun an portant l’un l’autre Ve de plancons chascun viii sols valent xl sols. Item puet escheoir 1 millier de borrees annees communes valent la facon rabatue XVI sols.
Item audit lieu ha de v a vi arpens de terre qui ne sont point en valeur.
Somme de la valeur desdits prez et saulxoies communes années xix livres vi sols sans le prouffit des terres.
Memoire de personnes qui doivent chascun an cens a monseigneur l’abbé de Saint‑Denys a cause de son hostel de Merville receups aux huitaines Saint‑Denys a Romaincourt.
Premièrement Jehannin et Guillemin enfants de feu Jehan Segart pour leur terre assise sur le chemin de Gonnesse tenant a Binaille d’une part et d’autre a Robert de Romainville xv deniers. Henry Marie de Stains pour 1 quartier de terre tenant a Symon Binaille et aux hoirs Jehan Segart. Symonnet le joesne de Pierrefrite pour III quartiers de terre tenant a Guillaume de Henonville d’une part et d’autre a Binaille.
Le curé de Saint‑Ligier pour I quartier et demi de terre tenant a Guillaume de Henonville d’une part et d’autre a Jehan Segart. Jehannin et Perrin enffans de feu Colin Lery pour sept quartiers de terre tenants a Ymbelet de Saint‑Benoit d’une part et a maistre Andrieu Soubs lorme d’autre part xxii deniers.
Denisot Jaloux de Saint‑Denys pour [lacune]
Guillaume Lescuier de Stains pour [lacune]
Guillaume de Henonville pour v quartiers de terre ou environ tenant au curé de Saint‑Ligier d’une part et [lacune].

5.5.2 Saint‑Léger, Stains et La Briche

238L’occupation du versant nord de la vallée du Rouillon, particulièrement propice à l’agriculture et notamment aux plantations de vignes, dut être précoce. Les vignobles de Saint‑Léger ou « Saint‑Ligicr » sont abondamment cités dans les sources écrites, mais dès la seconde moitié du xive s. ils semblent en voie de disparition et sont remplacés par des labours.

239En bordure du chemin de Gonesse, les plans identifient l’église paroissiale de l’ancien village Saint‑Léger‑de‑Gassenville (fig. 366). En 1980, une fouille de sauvetage permit à l’Unité d’archéologie de reconnaître, à proximité immédiate de l’église, les traces d’un habitat mérovingien et d’un cimetière dont les sépultures, établies dans des fosses anthropomorphes, sont attribuables au xexie s. (UASD 1981 : 67‑71). Lebeuf identifie ce village à la villa quœ Wasconis dicitur dont parlent les « Miracles de saint Denis » (doc. 9, 1/12 ; Lebeuf, Bournon 1883 : 580). En 832, à l’occasion du partage des biens de l’abbaye, Hilduin cède aux moines plusieurs villac dont Vuasconem‑villam (Tardif 1866 : no 123) ; cinquante ans plus tard, Charles le Chauve confirme aux religieux la possession de Wasconevilla (Tessier 1952 : no 247). Puis, en 1125, la dîme et le cimetière de Saint‑Léger‑de‑Gassenville figurent dans un dénombrement des biens que Mathieu le Bel détenait de l’abbaye, decima (…) et atrium sancti Leodegarii de Gassenvilla (AN, S 2309, fac‑similé dans Renaux 1981 : 68). En 1183, le pape Lucius III confirme à l’abbaye la possession de Saint‑Léger in episcopatu parisiensi (Félibien 1706 : CXII). Aussi l’église devient‑elle dès le xiiie s. une station de la procession des bénédictins le jour de la Saint‑Marc (Walter‑Robertson 1991 : 259). Les sources n’expliquent ni le moment ni les raisons de l’abandon du village. En 1697, « ladite église est totallement en ruine ; (…) il ny restoit que quelque partie de murs de huit à neuf pieds de hauteur, penchans et de nulle valeur ; le reste étant tombé jusqu’à la fondation, le dedans ainsi que le pourtour d’icelle comblé d’immondices » (AN, L 865). Son emplacement est attribué à la fabrique de l’église Saint‑Remi.

240Au nord‑est de Saint‑Denis, la paroisse de Stains est créée en 1213 suite à un démembrement de celle de Saint‑Léger (Félibien 1706 : 217). Cette seigneurie dépend à la fois de Saint‑Denis (doc. 101) et des templiers de Paris (Bournon 1896e). En 1703, son territoire est agrandi au détriment des seigneuries voisines de Pierrefitte, Saint‑Léger et Dugny (fig. 359).

241La Briche est située au nord‑ouest de la ville sur le chemin d’Epinay (fig. 324). En 1365, Guillaume Tois, bourgeois de Paris, lègue au monastère l’hôtel de La Briche, appelé Jardin Boniface (Félibien 1706 : 283). La propriété comprend un moulin, un vivier, un pressoir, des vignes, des terres, des prés et, dès la fin du xve s., une foulerie. Le fief de Boniface passe ensuite aux mains des seigneurs de Montmorency. Entre 1527 et 1561, Jérôme Hesselin, contrôleur général des tailles, fait augmenter l’hôtel d’une chapelle et d’un pavillon (Rey 1910). Le pavillon disparut au début du xixe s., la chapelle au cours de la première moitié du xixe s.

FIG. 358 – Vue de Saint‑Denis depuis le nord, par C.L. Frommel, entre 1809 et 1812. MAHSD ; lithographie ; 56 x 42 cm.

FIG. 358 – Vue de Saint‑Denis depuis le nord, par C.L. Frommel, entre 1809 et 1812. MAHSD ; lithographie ; 56 x 42 cm.

cl. E.J./UASD

FIG. 359 – Plan de la seigneurie de Stains, après 1703. AN, S 2262 ; papier, encre, aquarelle ; 51 x 85 cm.

FIG. 359 – Plan de la seigneurie de Stains, après 1703. AN, S 2262 ; papier, encre, aquarelle ; 51 x 85 cm.

Ce plan récapitulatif témoigne de la complexité des composantes de ce territoire : au centre, le village et le château seigneurial ne sont pas représentés, hormis la pièce d’eau du parc. Au nord, l’ancien territoire de Stains est teinté en violet ; à l’est, les terres du cénier de Saint‑Denis –où le curé de Stains a, depuis 1594, le droit de prélever la dîme– sont colorées en jaune ; au sud et à l’ouest sont figurées les terres annexées en 1703 : celles de Saint‑Léger, marquées d’un liseré jaune, et celles de Pierrefitte, différenciées par un liseré bleu ; au sud‑est une prairie, cernée de vert, fut démembrée du territoire de Dugny ; au‑dessus, le Val du Moulin rapporte au curé de Stains deux gerbes par pièce de terre ; à côté, on remarque le fief de la Maison Rouge avec le bois Adam.

cl. P.M./ADSSD

FIG. 360 – Plan géométral de la terre de Stains en 1689. AN, N II Seine 217 ; papier, encre, aquarelle ; 164 x 190 cm.

FIG. 360 – Plan géométral de la terre de Stains en 1689. AN, N II Seine 217 ; papier, encre, aquarelle ; 164 x 190 cm.

Ce remarquable plan mural représente, près d’un siècle avant la parution de la carte topographique de Delagrive (fig. 330), la nature de la couverture végétale au moyen de signes conventionnels : les vignobles sont parsemés de pieds de vignes, les bois plantés d’arbres, les labours marqués de rayures et les prairies de pointillés. Les jardins sont figurés à l’arrière des habitations. La couleur jaune désigne la propriété du seigneur, le noir celle des particuliers. En bas à gauche, on reconnaît, entourée de champs, l’église Saint‑Léger.

cl. P.M./ADSSD

FIG. 361 – Plan parcellaire de la seigneurie de Stains, vers 1703. ADY, D 888 ; papier, encre ; 90 x 105 cm.

FIG. 361 – Plan parcellaire de la seigneurie de Stains, vers 1703. ADY, D 888 ; papier, encre ; 90 x 105 cm.

Ce plan partiel est probablement relatif à l’annexion, en 1703, d’une partie des territoires de Saint‑Léger et de Pierrefitte à la seigneurie de Stains. La confrontation de ce document avec le plan précédent présente un double intérêt : il apparaît que, sur le plan aquarellé, l’orientation des rayures des labours est schématique puisqu’elle ne correspond pas à celle des parcelles ; si l’on examine la corrélation existant entre la nature de l’occupation du sol et la structure parcellaire, on remarque que les parcelles en lanière semblent caractéristiques des vignobles ; cependant, on les rencontre également dans les labours autour de Saint‑Léger.

cl. P.M./ADSSD

FIG. 362 – Le château de La Briche en 1782 (?) par un anonyme. MAHSD ; papier, encre, lavis ; 27 x 22 cm.

FIG. 362 – Le château de La Briche en 1782 (?) par un anonyme. MAHSD ; papier, encre, lavis ; 27 x 22 cm.

C’est suite à sa reconstruction par Hesselin vers le milieu du XVIe s. que le château prend l’aspect que nous transmet la documentation iconographique. Côté Seine, la demeure a l’apparence d’un château fort avec ses tourelles d’angle et son pont‑levis. On distingue également sa chapelle.

cl. EJ./ UASD

FIG. 363 – Le « château de la belle Gabrielle à La Briche », vers le milieu du XIXe s. par Charles‑Nicolas Ransonnette (1793‑1877). BNF, Cabinet des Estampes, Ve 26f.

FIG. 363 – Le « château de la belle Gabrielle à La Briche », vers le milieu du XIXe s. par Charles‑Nicolas Ransonnette (1793‑1877). BNF, Cabinet des Estampes, Ve 26f.

La proximité de Paris amena au château de La Briche quelques hôtes célèbres. À l’automne 1592, Gabrielle d’Estrées, favorite d’Henri IV, y séjourne (Rey 1910).

© cl. BNF, Paris

FIG. 364 – Ruine dans la Plaine Saint‑Denis, par un anonyme, 9 août 1833. BNF, Cabinet des Estampes, Ve 26g : f°110 ; papier, crayon ; 13 x 10 cm.

FIG. 364 – Ruine dans la Plaine Saint‑Denis, par un anonyme, 9 août 1833. BNF, Cabinet des Estampes, Ve 26g : f°110 ; papier, crayon ; 13 x 10 cm.

© cl. BNF, Paris

FIG. 365 – Ruine aux environs de Saint‑Denis, en 1884. BNF, Cabinet des Estampes, Va 93 t. 5, collection Paul Blondel ; papier, crayon, sanguine ; 24 x 15 cm.

FIG. 365 – Ruine aux environs de Saint‑Denis, en 1884. BNF, Cabinet des Estampes, Va 93 t. 5, collection Paul Blondel ; papier, crayon, sanguine ; 24 x 15 cm.

© cl. BNF, Paris

FIG. 366 – Le territoire de Saint‑Léger, au nord de Saint‑Denis, vers le milieu du XVIIIe s. AMSD, GG 150 ; papier, encre, aquarelle ; 176 x 95 cm.

FIG. 366 – Le territoire de Saint‑Léger, au nord de Saint‑Denis, vers le milieu du XVIIIe s. AMSD, GG 150 ; papier, encre, aquarelle ; 176 x 95 cm.

Le degré de précision de ce plan parcellaire peut être contrôlé par la confrontation avec la feuille du cadastre napoléonien déjà présentée (cf. § 4.4.9, fig. 296).

cl. P.M./ADSSD

5.5.3 Aubervilliers et La Chapelle

242La plus grande partie des terres d’Aubervilliers relève du panetier de l’abbaye. Jusqu’au XIIIe s., le hameau était doté d’une simple chapelle administrée par la cure de Saint‑Marcel à Saint‑Denis. Le territoire comprenait également une léproserie appelée Champourri.

243La seigneurie de La Chapelle dépend de l’aumônier. Vers 1130, Suger met cet officier en possession d’une couture située près du Lendit (doc. 122). Jusqu’à la fin du xviiie s., le lieu‑dit Terre de l’Aumône désigne un canton attenant au grand chemin de Saint‑Denis à Paris (fig. 367). Non loin, se trouve la grange du Lendit, un bâtiment polyvalent, puisqu’au moment de la foire du Lendit il est réquisitionné pour les marchands (doc. 125).

Document 122
Charte de Suger cédant à l’aumônerie de l’abbaye la couture du Lendit, vers 1130.
Source – Suger, Lecoy de la Marche 1867 : 332‑333 ; traduction française : F.G.

  • 16 Couture, cultura : terrain cultivé.

Nous voulons faire savoir aux hommes présents et à venir que moi Suger, par la patience de Dieu humble ministre de Saint‑Denis, avec l’accord général de notre chapitre, nous avons concédé, pour le salut et le remède de mon âme, à l’aumônerie [du monastère] pour la nourriture des pauvres du Christ, une couture16 située près du Lendit que le glorieux roi de France Louis a donnée à Saint‑Denis, afin qu’elle la possède à perpétuité. Et pour que cette décision soit valide nous l’avons fait mettre par écrit et confirmer de notre sceau.

FIG. 367 – « Second brouillon du plan de la terre et seigneurie de La Chapelle », par Jean Berthier, ingénieur du roi, le 12 juillet 1704. AMSD, GG 144 ; papier, encre, aquarelle ; 250 x 135 cm.

FIG. 367 – « Second brouillon du plan de la terre et seigneurie de La Chapelle », par Jean Berthier, ingénieur du roi, le 12 juillet 1704. AMSD, GG 144 ; papier, encre, aquarelle ; 250 x 135 cm.

Les archives municipales de Saint‑Denis conservent deux plans parcellaires de la seigneurie de La Chapelle, tous deux datés de 1704. Le premier (AMSD, GG 146), signé par David Loriot, est incomplet, aussi présentons‑nous le second. Le territoire est délimité principalement par des chemins ; celui des Poissonniers ou des Marchandises au sud, le grand chemin pavé de Saint‑Denis à Paris, le chemin du Bailli et le pavé du Bourget au nord. L’abondance des champs en lanière témoigne du fort morcellement des propriétés.
C’est sur le territoire de cette seigneurie que se tenait la foire du Lendit. Le périmètre du champ de foire est difficile à cerner. Suger parle de platea, d’un emplacement (doc. 118), et Charles VII dit, en 1144 : « sur le chemin par où l’on va de notre ville de Paris à nostre ville de Sainct Denys » (Doublet 1625 : 1084). En 1572, seize ans après le transfert définitif de la foire à l’intérieur de la ville (doc. 94), La Popelinière nous rapporte qu’elle se tenait à l’ouest du grand chemin pavé de Saint‑Denis à Paris (doc. 128). La microtoponymie conserve encore le souvenir du champ de foire : le Landy, la Pointe du Landy, la Grange, le Parc aux Moutons, le Reposoir. Le jour de la bénédiction de la foire, l’évêque de Paris arrivait en procession en empruntant le chemin des Poissonniers (Roussel 1897). À la Pointe Lisiard, une borne marquait la limite de la juridiction abbatiale. De là, le prévôt portier de l’abbaye et ses gens escortaient le cortège à la « Tournelle » (fig. 372).

cl. P.M./ADSSD

244Au Moyen Âge, la nature des cultures y paraît très variée. Au début du xve s., la microtoponymie du « Livre vert de Saint‑Denis » nous révèle la présence de vignes sises aux Caves, « sur la voye du Landy », etc. D’autres clos de vignes sont attestés derrière Saint‑Ouen, sur les rives de la Seine, non loin de champs de garance (doc. 123). Près de deux siècles plus tard, en 1572, La Popelinière décrit les environs de Saint‑Denis comme une « large campagne rase » où l’on cultive les céréales (doc. 128). Au xviie s., la documentation iconographique confirme la présence de cette monoculture (fig. 189, 205, 294).

FIG. 368 – Vue de la plaine de Saint‑Denis prise depuis les hauteurs du Pré‑Saint‑Gervais, par Edme‑François Daubigny (1789‑1843). BNF, Cabinet des Estampes, Ve 26g : f°104 ; papier, encre au lavis ; 33 x 23 cm.

FIG. 368 – Vue de la plaine de Saint‑Denis prise depuis les hauteurs du Pré‑Saint‑Gervais, par Edme‑François Daubigny (1789‑1843). BNF, Cabinet des Estampes, Ve 26g : f°104 ; papier, encre au lavis ; 33 x 23 cm.

La plantation des remises pour les chasses royales et celle de doubles allées d’arbres le long des nouveaux chemins confèrent au paysage de la plaine un aspect plus boisé.

© cl. BNF, Paris

FIG. 369 – « Plaine Saint‑Denis, 18 août 1850 » par César‑Auguste Lepeudry. Collection Jean‑Louis Rébière ; papier, crayon ; 18 x 6 cm.

FIG. 369 – « Plaine Saint‑Denis, 18 août 1850 » par César‑Auguste Lepeudry. Collection Jean‑Louis Rébière ; papier, crayon ; 18 x 6 cm.

FIG. 370 – La Plaine Saint‑Denis vue depuis la colline de Montmartre, par Jean‑Baptiste Langlace, vers 1825. Musée de l’Île‑de‑France à Sceaux, no Inv. 37.1.25 ; huile sur toile ; 43 x 26 cm.

FIG. 370 – La Plaine Saint‑Denis vue depuis la colline de Montmartre, par Jean‑Baptiste Langlace, vers 1825. Musée de l’Île‑de‑France à Sceaux, no Inv. 37.1.25 ; huile sur toile ; 43 x 26 cm.

Au premier plan, on distingue les carrières de gypse et, au loin, la butte Pinson, dite anciennement bois de Richebourg.

cl. Musée de l’Île‑de‑France

Document 123
Culture de la garance, des vignes et des céréales sur les terres du prieuré de l’Estrée et de l’infirmier de l’abbaye, 2‑30 avril 1274 à 1‑14 avril 1275 (n.st.).

Accord passé par devant Mathieu [de Vendôme], abbé de Saint‑Denis, mettant fin au litige opposant le prieur de l’Estrée à l’infirmier de l’abbaye : au prieur reviendra la totalité de la dîme de la garance récoltée sur les terres du prieuré, l’infirmier percevant la même dîme sur les terres relevant de son office, chacun d’eux renonçant au droit de suite de l’exploitant. La dîme de la vigne sise derrière Saint‑Ouen reviendra intégralement au prieur, tandis que la dîme des vignes sises sur les rives de la Seine reviendra à l’infirmier, à l’exception de la dîme des vignes du clos des Muneaux, que le prieur et l’infirmier se partageront par moitié. L’infirmier percevra tout ce qui revenait au prieur des grosses et menues dîmes depuis la chaussée Baudoin jusqu’à Pierrefittesauf celles du clos sis près du chemin d’Epineuil et contigu au pourpris de l’Estréemoyennant le versement annuel, dans la grange de l’infirmier sise au Marché‑aux‑Guesdes, de 9 setiers de grain, soit 5 setiers de blé d’hiver et 4 setiers d’orge et d’avoine, le droit de suite étant partagé entre eux. Enfin, l’infirmier échangera 8 arpents de terre au terroir de Vignou, contigus aux terres du prieur, sur lesquels le prieur percevra intégralement la dîme, contre 8 autres arpents sis dans les terres de l’infirmier sur lesquels ce dernier percevra la dîme, sans droit de suite, comme c’était le cas pour le prieur.
Source – B. Copie de la fin du xiiie s., AN, LL 1157 : no 25, p. 282 ; analyse et édition du texte : L.F., A.D.

  • 17 cum en marge.

Universis présentes litteras inspecturis, Matheus, miseratione divina ecclesie Beati Dyonisii in Francia abbas humilis, et totus ejusdem loci conventus, salutem in Domino sempiternam. Notum facimus quod cum17, in territoriis inferius nominandis et terris, prior noster de Strata et infirmarius ecclesie nostre, ratione administrationum suarum, decimas et fructus decimarum tam garancie quam aliarum ceterarum rerum quasi pro indiviso perciperent annuatim et affectantes ad invicem propter bonum obedientie jura administrationis sibi commissarum illese conservare super jure potiori et ampliori perceptionis dictarum decimarum et fructuum aliquantulum altérassent aliquantulum inter se, credentes ad invicem se in premissis potius jus habere, tandem, super premissis habito proborum et bonorum consilio, inter ipsos pacificatum, compositum, ordinatum et acordatum extitit in hune modum, videllcet quod dictus prior de Strata habebit et percipiet decetero intégré decimam garencie in territorio prioratus predicti ; infirmarius autem decimam garencie in territorio administracionis sue percipiet et habebit, et sic in territorio alterius alter sequelam in decima garencie ratione lucratoris de cetera non habebit. Item decima vinee site rétro Sanctum Audoenum dicto priori et ejus successoribus in prioratu predicto intégré erit ; décima autem tota vinearum sitarum supra rippam Secane dicti infirmarii et ejus successorum erit, excepta décima vinearum sitarum in clauso de Muneaus cujus dictus prior unam medietatem et dictus infirmarius aliam medietatem percipiet in futurum. Ceterum concordatum extitit quod dictus infirmarius habebit et percipiet quicquid dictus prior habebat in grossis et minutis decimis a calceia Baldoini usque ad Petram fictam, salvo dicto priori clausello sito juxta viam de Expinolio, contiguo porprlsio de Strata, pro novem sexteriis bladi annui redditus habendis et percipiendis a dicto priore in granchia dicti infirmarii sita in Marchisio, videlicet quinque sexteria ibernagii et quatuor sexteria tam ordei quant avene, sequela utrique alibi salva in grossis decimis ratione lucratoris. Item in compositione predicta fuit actum quod dictus infirmarius, nomine permutationis, traderet et assignaret dicto priori in territorio de Vignou octo arpenta terre juxta territorium dicti prioris, in quibus dictus prior décimant intégré percipiet pro octo aliis arpentis sitis in territorio dicti infirmarii in quibus dictus prior hactenus habuerat decimam sine sequela et ex quibus exnunc dictus infirmarius habebitjus quod habuerat dictus prior in eisdem. Et sic sopite sunt penitus et extincte contentiones quas inter se super premissis hactenus habuerant et habebant. Nos autem premissa omnia et singula rata habemus penitus et accepta. In cujus rei testimonium, presentibus litteris sigilla nostra duximus apponenda. Datum mense aprili, anno Domini millesimo CC° septuagesimo quinto.

5.5.3.1 La foire du Lendit

245Suger nous apprend qu’il existait, à l’origine, deux foires distinctes : le Lendit intérieur et le Lendit extérieur (doc. 118). La création du Lendit intérieur reste obscure ; elle est très probablement liée à la fête de l’Endit (du latin indictum, jour fixé, dont sont dérivés les noms : Lendit, Landit, Landy, etc.), célébrée en l’honneur des reliques de la Passion qui sont conservées à l’abbaye à partir du xie s. (cf. supra § 1.2). Vers le début du siècle suivant s’installe à proximité de Saint‑Denis la foire royale du Lendit extérieur (Levillain 1927). À partir de 1121, au plus tôt, elle reçoit la bénédiction de l’évêque de Paris qui s’y rend en procession avec les reliques de Notre‑Dame‑de‑Paris (Bautier 1971). En 1124, le Lendit extérieur est offert à l’abbaye (doc. 117).

246La prospérité croissante de cette foire est à mettre en relation avec le développement économique de Paris. L’abbaye profite surtout des revenus liés aux coutumes et aux droits de justice. Du temps de Suger, l’abbaye perçoit « trois cents sous en toute tranquilité » (doc. 54). Cette recette augmente ; entre 1285 et 1302, elle passe de 1 035 à 1 630 livres (Lebel 1935a : 211). Le « Livre vert de Saint‑Denis » renferme une liste du « priz des loiges du Lendit » (AN, LL 1209 : 450‑454). D’après cette source du début du xve s., l’abbaye taxe chaque loge selon des critères économiques. Ainsi, un chaudronnier paye 8 sous parisis, alors que les « soulliers de Brebant, entour de la granche jusques a l’huys du Baillé » doivent pour chaque loge 40 sous parisis. « La grant halle de Chartres doit chacun an » 40 livres. De même, les tavernes rapportent entre 24 et 40 livres et « les deux fours du Lendit, communément loez « 6 livres. Pour Saint‑Denis, la présence de ce grand marché amène l’essor de l’artisanat textile (cf. supra § 4.4.1 et 4.4.2). Les échanges commerciaux s’effectuent entre le deuxième mercredi du mois de juin et le 23 juin, veille de la Saint‑Jean‑Baptiste ; par conséquent, la durée de la foire oscille, selon les années, entre onze et seize jours. Les transactions marchandes s’ouvrent par la bénédiction de la foire par l’évêque de Paris (doc. 89 et fig. 372).

247À mi‑chemin entre La Chapelle et Saint‑Denis, les baraquements de la foire sont montés annuellement suivant un schéma d’implantation comparable à celui d’un lotissement : à partir du 1er mai, le prévôt de l’abbaye procède au marquage au sol des emplacements, plateae, où seront édifiées les loges, logiae

248(Guyotjeannin et al. 1993 : 138‑141). Au xve s., on en compte plus de mille (Lombard‑Jourdan 1989 : 228 ; doc. 125). Si l’on en juge par le témoignage des sources écrites, elles sont implantées au bord du grand chemin pavé de Saint‑Denis à Paris et le long d’une multitude de chemins transversaux. Les tavernes sont regroupées autour d’une place (doc. 124 et 125). L’abbaye fournit, aux frais des tenanciers, les matériaux utilisés pour la construction des loges : planches de bois, perches, branchages, etc. (Lebel 1935a : 206‑211). La grange du Lendit accueille la halle au cuir. Grâce au récit de l’incendie qui ravage les halles du Lendit en 1319, nous apprenons que l’abbé loue non seulement les loges, mais également des lits, des coffres et divers autres meubles (AN, L 854). Quant aux dignitaires de l’abbaye (l’abbé, le prieur et le prévôt‑portier, principalement), ils disposent d’un hôtel seigneurial. Comme point de repère, les sources écrites citent également la Tournelle. Enfin, le gibet du Lendit, dont l’entretien incombe à l’abbaye (doc. 39), est lié à la justice seigneuriale. Abattu par les vents en 1519, il est aussitôt relevé (AN, LL 1299 : f°139v°). C’est le seul élément du champ de foire qui subsiste sur les anciens plans (fig. 330, 335, 349, 383c).

Document 124
Le dit du Lendit rimé, fin xiiie ou première moitié du xive s.

Dans cette foire de gros, les principales transactions portent sur la draperie, la toilerie, le cuir, la pelleterie, la mercerie et les animaux. L’université de Paris s’y approvisionne en parchemin. Le dit du Lendit rimé résume les produits offerts à la vente et donne une liste des villes dont étaient issus les marchands qui, d’après ce poème, viennent surtout de la région du Nord, spécialisée dans la production drapière. Cependant, la foire ne se limite pas aux seules transactions commerciales, car la proximité de la capitale lui apporte une participation populaire notable.
Source – Fagniez 1900 : no 79, p. 173‑179.

  • 18 Il manque ici un vers dans le manuscrit.
  • 19 Ouvriers en pisé.
  • 20 Qui égale tous les autres ensemble.
  • 21 Ms. : la lions regart.
  • 22 Mentionnée.
  • 23 Avesnes-sur-Helpe (Nord).
  • 24 Aumale (Seine-Maritime).
  • 25 Termonde (Belgique, Flandre orientale).
  • 26 Ms. : d’iestre.
  • 27 Poeringh (Belgique, Flandre occidentale).
  • 28 Probablement Torigni-sur-Vire (Manche).
  • 29 Darnetal (Seine-Maritime).
  • 30 Bonneval (Eure-et-Loir).
  • 31 En commun, du nombre, ensemble.
  • 32 Le Temple (Loir-et-Cher). Jadis le Temple de Mondoubleau.
  • 33 Aire-sur-la-Lys (Pas-de-Calais).
  • 34 Hal (Belgique, Brabant) ; Grammont (Belgique, Flandre orientale) ; Tret est le nom français de Maas (...)
  • 35 Courtrai (Belgique, Flandre occidentale).
  • 36 Vilvorde (Belgique, Brabant).
  • 37 Pavilly (Seine-Maritime).
  • 38 Montivilliers (Seine-Maritime)
  • 39 Huy (Belgique, Liège).
  • 40 Tous ceux qui s’y assemblent.
  • 41 Ms. : ne mes asenne. Pour ne pas commettre une omission ?
  • 42 Ms. : ami.

Ci commence le dit du Lendit rimé.
En l’ouneurde marcheandie
M’est pris talent que je vous die,
Se il vous plaist, un nouvel dit.
Bonne gent, ce est du Lendit,
La plus roial foire du monde,
Si con Diex l’a fait a la ronde,
Puis que g’i ai m’entencion.
Premerain la pourcession
De Nostre Dame de Paris
Y vient, que Dieu gart de peris
Tous les bons marcheans qui y sont
Qui les granz richesses y ont,
Que Diez les puist tous avancier ;
L’evesque ou le penancier
Leur fet de Dieu beneison
Du digne bras s. Semion.
Devant, apres ne doit nus vendre.
Or vous voudrè ge faire entendre
La fernaisie qui me vint
Quant a rimoier me covint.
Au bout par desa regratiers
Trouvé barbiers et servoisiers,
Taverhiers et puis tapiciers,
Assez pres d’eulx sont II merciers,
A la coste du grant chemin
Est la foire du parchemin,
Et apres trové li pourpoint,
Dont maint homme est vestu a point,
Et puis la Grant Peleterie.
[...]18
La tiretaine dont simple gent
Sont revestu de pou d’argent.
Les lingieres n’i sont pas toutes.
Je m’en retourné par les coutes ;
Puis m’en reving en une plaine
La ou l’en vent cuirs cruz et laine,
Puis adresai au bout arrier
La ou je commençai premier
Par devers la crois du Lendit
Pour mieux aoonsevoir mon dit ;
M’en ving par la Feronnerie,
Apres trouvai la Baterie,
Cordouanier et bourrelier,
Sellier et fremier et cordier,
Chanvre fillé et cordouan.
Assez y ot paine et ahan
Marchans qui la sont assambléz,
Faus, apres fausilles a bléz,
Si y treuve on qui les set querre
Queus d’Ardenne et d’Engleterre,
Haches, coigniés et tarieres
Et trenchans de plusieurs maniérés,
Mortelier, baucier19 trouvai,
Taneur, megeis de bon conroi,
Chausier, huchier et changeour
Qui ne sont mie le menour ;
Ils se sont logié bel et gent.
Apres sont Il jouel d’argent
Qui sont ouvré d’orfaverie.
Ce me semble grant desverie,
Je n’i vi que trois espisiers,
Et si le mes convient noncier.
Puis m’en vins en une ruelle
Estroite, ou l’en vent la telle ;
Yceulz doi je bien anoncier
Et apres le chanevacier,
Ainçois que je soie a repos,
Platiaus, escueles et pos
Trouvé, qui sont ouvré d’estain.
Or diroi du mestier hautain
Qu’a matere miex apere,
C’est cis qui tous les autres pere20,
Ce sont li drapier que Dieur gart,
Par biaus dras la i ont regart (?)21 :
Diex gart ceus qui les sevent faire.
Des marcheans de bon afaire
Doit on parler en tous bons lieus.
Por ce que je ne soie oiseus
Voudrai nommer selonc mon sens
Toutes les viles por assens
Dont la foire est maintenue.
Premier est Paris amenteue22
Qui est du monde la meillour ;
Si li doit on porter honnour ;
Tous biens en viennent, dras et vins ;
Apres parleroi de Prouvins,
Vous savez bien comment qu’il siet,
Que c’est l’une des dix‑sept :
Apres Rouen en Normendie,
Or oez que je vous en die ;
En mon dit vous amenteuvrai
Gant et Ypre et puis Douay,
Et Maaline et Broiselles,
Je les doi bien nommer corn celles
Qui plus belles son a voir ;
Ce vous fai je bien assavoir :
Cambrai cité, et Moncornet,
Maubeuge, et Aves23 i met,
Nogent le Rotro et Dinem,
Manneval, Torot et Caen,
Louviers, et Breteul, et Vernon,
Chartes, Biauvais, cité de nom,
Evreux et Amiens noble halle,
Et Troie, et Sens, et Aubemalle24,
Endeli, Doullens, Saint Lubin
Serlou c’on dit en Constentin ;
Et Montereul desus la mer,
Et Saint Cointin et Saint Omer,
Abeville, et Tenremonde25,
Chaalons ou moult de pueple abonde,
Bons marcheans et plain d’engien,
Diest26 apres et puis Enguien,
Louvain, Popelines27 trouvai,
Valenciennes et puis Tournai,
Torigni28, et puis Darnestal29,
Et apres trouvai Boneval30,
Nogent le Roy et Chastiaudun,
Maufumier metrai en quemun31,
Aubenton y doit estre bel
Et le Temple de Montdoublel32,
Corbie, Courterai et Erre33,
Baieus, Chanbel ; m’i faut atraire
Hal et Grant‑Mont, Tret34 en Brebant,
Coutras35, et Gent plein de brans :
Villevort36 ne veul pas lessier ;
Pavilli37, ne Moutier Villier38,
Monsiaus y metrai, et Blangi,
Lille en Flandres, Cressi et Hui39,
Et Arras cité, et Vervin,
Par tans en sarez le convin40.
Estampes metrai en commun
Et le chastiau de Meileun,
Saint Denis ou Je fui tout aise
Nommerai et apres Pont aise,
Gamaches, Bailleul et en Sene.
Por ce que Je ne mesasenne41,
N’oubli pas Miaus ne Laigny,
Ne Chastiau Landon quant y fuy
Au Lendit ; merci Jhesu‑Christ
Je les mis tous en mon escrit.
Si n’obli pas, comment qu’il aille,
Ceus qui amainent la bestaille,
Vaches, bueus, brebis et porciaus,
Et ceuz qui vendent les chevaus,
Ronsins, palefrois et destrier,
Les meilleurs que l’en puet trover,
Jumens, poulains et palefrois
Tels comme por contes et pour roys.
Jhesus qui est souverain Diex,
Leur sauve a tretous leur chatiex
Et leur doint grace de gaaignier.
Quanqu’il est de bon por mengier
Et bon vin, tout vient au Lendit,
Il me semble que j’ai voir dit,
Et por mon dit miex peublier
Je n’i doit mie oublier
Les belles dames que Dieu saut,
Qui demeurent en Pipensaut.
Je prie Dieu qu’en terre et en mer
Gart tous marcheanz et veille amer,
Saint Eglyse est d’euz secourue
Et la povre gent soutenue.
A brief parler Diex les gart tous
D’anui42, de perte et de courous,
Et si leur doint marcheander
Qu’en Paradis puissent aler,
Et les marcheandes aussi,
Je prie a Dieu qu’il soit ainsi.

249Dès le xive s., l’importance de la foire va en diminuant. En 1556, Henri II fait transférer le Lendit intra‑muros (cf. supra § 4.4.5.1, doc. 94). En 1568, un an après la bataille de Saint‑Denis, on fait murer la grande porte de la « grange du Lendict aux champs », l’huisserie de la « Tournelle » et les fenêtres du logis, afin d’assurer la sécurité de leur charpente (AN, LL 1254 : f°308v°). En 1570‑1572, on paye un charpentier seize livres tournois pour avoir démoli la grange du Lendit et amené le bois à Saint‑Denis (AN, LL 1248 : f°326). Un mémoire de 1726 mentionne les « vestiges des maisons [à l’endroit] où l’on voit encore existante une borne d’albâtre appellée la borne de la banlieue » (Lemoine 1940 : 44), probablement à proximité de la Pointe du Lendit. Au début du xixe s., Gautier se souvient d’avoir entendu parler en ce même lieu de l’existence d’une auberge nommée « la baraque » (doc. 127). Cependant, aucune carte ni aucun plan du xviiie s. ne figure cette construction.

FIG. 371 – Les loges au Lendit dans les « Grandes Chroniques de France », fin du XVe s. Musée Goya de Castres.

FIG. 371 – Les loges au Lendit dans les « Grandes Chroniques de France », fin du XVe s. Musée Goya de Castres.

Cette miniature confirme l’utilisation du bois, de toiles ou de bâches dans la construction des loges.

cl. Giraudon

FIG. 372 – Bénédiction de la foire du Lendit dans un pontifical du milieu du XVe s. BNF, ms. lat. 962 : f°264 ; miniature.

FIG. 372 – Bénédiction de la foire du Lendit dans un pontifical du milieu du XVe s. BNF, ms. lat. 962 : f°264 ; miniature.

C’est l’évêque de Paris qui ouvre la foire par la bénédiction des marchands, donnée au « perron » ou en la « Tournelle » que l’on a proposé d’identifier à l’édicule carré, surmonté d’une loggia, que figure cette miniature (Lombard‑Jourdan 1987 : 306‑307). Une tourelle se trouvait en effet à proximité de la grange du Lendit. Si l’on en croit cette miniature, les loges et les tavernes sont identifiées par des enseignes. Nous savons que le jour de l’ouverture de la foire, le vin coule à flots dans les tavernes (Roussel 1897 : 77‑78). Le Lendit est un marché de gros : les draps et toiles arrivent par ballots, les moutons et chevaux par troupeaux.

© cl. BNF, Paris

Document 125
Le champ de foire du Lendit, en 1489 et 1490.
Bien que le but des registres de comptes ne soit pas de décrire le champ de foire, nous avons vu précédemment (doc. 93, 96) que les rubriques nous laissent entrevoir son organisation spatiale. Son implantation se superpose au réseau routier qui relie Saint‑Denis à Paris (la chaussée, la grande rue de Saint‑Denis). Des rues transversales s’embranchent perpendiculairement à ces grands axes ; le plus souvent, elles portent le nom de la catégorie des marchands qui s’y regroupent (rue des tapissiers, rue des merciers, rue des pelletiers) ou de leurs villes d’origine (rue de Lyon, rue d’Arras, rue de Tournai, etc.). Il apparaît qu’à la fin du
xve s., la foire n’est plus fréquentée que par des commerçants venant d’Île‑de‑France, de Normandie et du centre de la France. Le document fait également allusion aux nombreuses tavernes très prisées par la foule parisienne ; Il cite au passage la grange du Lendit, l’hôtel de monseigneur l’abbé, la Tournelle et le poids. Nous donnons une version allégée du texte : les noms des propriétaires et les montants des prix des loges ne sont pas reproduits. En revanche, le nombre des loges par côté de rue est indiqué. Nous avons retenu les comptes de l’année 1489 ; en note sont cités des extraits de ceux de l’année 1490 qui offrent certains compléments topographiques.
Source – AN, LL 1312 ; texte collationné par C.B.

[f°69v°] Registre de la foire du champ du Lendit pour l’an mil iiiieiiiixx et neuf. La premiere rue dudit champ du Landit se commence a la rue Neufve de la Chappelle dos vers Paris [8 loges].

[f°70] l’autre costé de ladite rue dos vers Saint‑Denis [8 loges],

[f°70v°] Toilles : seconde rue de la Chappelle dos vers Paris [8 loges],

[f°71] Toilles : l’autre costé de ladite rue dos vers Saint‑Denis [8 loges],

[f°71v°] Toilles : tierce rue aux Toillez, rue de la Tournelle dos vers Paris [8 loges],

[f°72] l’autre costé de ladite rue dos vers Saint‑Denis [8 loges],

[f°72v°] Toilles : quarte rue de Lyon dos vers Paris [8 loges],

[f°73] l’autre costé de ladite rue dos vers Saint‑Denis [8 loges],

[f°73v°] Toilles : cinquième rue de Lyon dos vers Paris [8 loges],

[f°74] l’autre costé de ladite rue dos vers Saint‑Denis [8 loges],

[f°74v°] Toilles : sixième rue de la Roze dos vers Paris [8 loges],

[f°75] l’autre costé de ladite rue dos vers Saint‑Denis [8 loges],

[f°75v°] Toilles : septieme rue de la cuysine de la Roze dos vers Paris [8 loges],

[f°76] l’autre costé de ladite rue dos vers Saint‑Denis [8 loges],

[f°76v°] Toilles : viiie rue du Four dos vers Paris [8 loges],

[f°77] l’autre costé de ladite rue dos vers Saint‑Denis [8 loges],

[f°77v°] Toilles : neufvieme rue aux Asnes dos vers Paris [8 loges],

[f°78] l’autre costé de ladite rue dos vers Saint‑Denis [8 loges],

[f°78v°] Tappiciers : premiere rue de Tapiciers dos vers Paris [8 loges].

[f°79] l’autre costé de ladite rue dos vers Saint‑Denis [8 loges],

[f°79v°] Tappiciers : seconde rue de Tappiciers dos vers Paris [8 loges],

[f°80] l’autre costé de ladite rue dos vers Saint‑Denis [8 loges],

[f°80v°] Tappiciers : tierce rue de Tappiciers, rue d’Arras dos vers Paris [8 loges],

[f°81] l’autre costé de ladite rue dos vers Saint‑Denis [8 loges],

[f°81v°] Mercies : premiere rue de merciers dos vers Paris [8 loges],

[f°82] l’autre costé de ladite rue dos vers Saint‑Denis [8 loges],

[f°82v°] Mercies : seconde rue au Feure dos vers Paris [8 loges],

[f°83] l’autre costé de ladite rue dos vers Saint‑Denis [8 loges],

  • 43 La recette de 1490 précise : [f°143] tierce rue de la Croix d’Or.

[f°83v°] Mercies : tierce rue de Paris43 dos vers Paris [8 loges],

[f°84] l’autre costé de ladite rue dos vers Saint‑Denis [8 loges],

[f°84v°] Mercies : iiiie rue de Tournay dos vers Paris [8 loges],

[f°85] l’autre costé de ladite rue dos vers Saint‑Denis [8 loges],

[f°85v°] Mercies : cinquième rue d’Arras dos vers Paris [8 loges],

[f°86] l’autre costé de ladite rue dos vers Paris [8 loges],

[f°86v°] Mercies : sixième rue de Valenciennes dos vers Paris [8 loges],

[f°87] l’autre costé de ladite rue dos vers Paris [8 loges],

  • 44 La recette de 1490 précise : [f°147v°] la Grant Rue au bout des mercies.

[f°87v°] Pelleterie : la Grant Rue des Pelletiers de Paris44 dos vers Paris [29 loges],

[f°89] Pelletiers : l’autre costé de ladite rue dos vers Saint‑Denis [30 loges].

[f°90v°] Pelleterie : rue de Pelletiers d’Orilhac dos vers Paris [16 loges], [f°91] l’autre costé de ladite rue dos vers Saint‑Denis [15 loges],

[f°91v°] Pelleterie : Pelletiers de Rouen au bout du Gest de Paris pres des pelletiers de Paris [8 loges],

[f°92] l’autre costé de ladite rue dos vers Saint‑Ouyn [6 loges],

[f°92v°] Loges sur la chaussee a commencer [vers] Saint‑Denis dos vers Haubervillers [24 loges],

[f°93] La rue ou fut le poix dos vers Saint‑Denis [5 loges], de l’autre coste de ladite rue dos vers Paris [5 loges],

  • 45 La recette de 1490 précise : [f°152v°] sur la chaussee joignant le four.

[f°93v°] Une autre petite rue ensuivant dos vers Saint‑Denis [5 loges], de l’autre part y a une grant place joignant la taverne des Corbillons, sur ladite chaussee ou souluet estre la cuysine de la Roze45 dos vers Saint‑Ouyn [1 loges],

[f°94] Cappelllers sur ladite chaussee despuis la taverne de la Gallee dos vers Haubervillez [17 loges],

[f°94v°] Cappelliers : l’autre costé de la dite rue a commencer contre la taverne de la Coronne dos vers Saint‑Ouyn [12 loges],

[f°95] Gantiers la Grant Rue Saint‑Denis compter vers Saint‑Denis dos vers Saint‑Denis [34 loges],

[f°96] l’autre part de ladite rue dos vers Haubervillers [1 loge],

  • 46 La recette de 1490 place entre les gantiers et les drapiers : [f°154v°] Joaillers : la Grant Rue Sa (...)

[f°96v°] Draperie46 : le Gest de Paris a commencer a la Tournelle [16 loges],

[f°97] Jusques aux loges des changeurs et au‑dessus desdits changeurs au bout de la Fosse a commencer vers Saint‑Denis [26 loges],

[f°98] Changeurs au bout dudit Gest vers Saint‑Denis [4 loges], Cloutiers au bout dudit Gestz vers Paris dos tourné la Rue des [lacune] [4 loges],

  • 47 La recette de 1490 précise : Bonnetiers de Rouen joignant ledit Gestz.

[f°98v°] Bonnetiers de Rouen pres la Tournelle a commencer vers Saint‑Denis dos vers Haubervillers47 [13 loges],

  • 48 La recette de 1490 précise : joignant les faucilles.

[f°99] de l’autre costé de ladite rue dos vers Saint‑Ouyn contre les saulx48 [2 loges],

[f°99v°] Draperie : premiere rue de Rouen dos vers Paris [11 loges],

[f°100] l’autre costé de ladite rue dos vers Saint‑Denis [11 loges],

[f°100v°] Draperie : seconde rue de Rouen dos vers Paris [11 loges],

[f°101] l’autre costé de ladite rue dos vers Saint‑Denis [12 loges],

[f°101v°] Draperie : tierce rue de Rouen dos vers Paris [12 loges],

[f°102] l’autre costé de ladite rue dos vers Saint‑Denis [11 loges],

[f°102v°] Draperie : iiiie rue de Rouen dos vers Paris [13 loges],

[f°103] l’autre costé de ladite rue dos vers Saint‑Denis [13 loges],

[f°103v°] Draperie : Abbeville rue ensuivant dos vers Paris [13 loges],

[f°104] l’autre costé de ladite rue dos vers Saint‑Denis [14 loges],

[f°104v°] Draperie : Beauvays rue ensuivant [pas de loges Indiquées],

[f°105] l’autre costé de ladite rue dos vers Saint‑Denis [14 loges],

[f°105v°] Draperie : la Cauchee rue ensuivant dos vers Paris [14 loges],

[f°106] l’autre costé de ladite ville dos vers Saint‑Denis [14 loges],

[f°106v°] Draperie : Louvyers rue ensuivant dos vers Paris [14 loges],

[f°107] l’autre costé de ladite ville dos vers Saint‑Denis [14 loges],

[f°107v°] Draperie : Amyens rue ensuivant dos vers Paris [14 loges],

[f°108] l’autre costé de ladite rue dos vers Saint‑Denis [14 loges],

[f°108v°] Draperie : Lysieux et Bernay rue ensuivant dos vers Paris [14 loges],

[f°109] l’autre costé de ladite rue dos vers Saint‑Denis [14 loges],

[f°109v°] Draperie : premiere rue de Texié en Normandie a commencer vers l’ostel de monseigneur dos vers Paris [11 loges],

[f°110] l’autre costé de ladite rue dos vers Saint‑Denis [12 loges],

[f°110v°] Draperie : seconde rue de Vire ensuivant dos vers Paris [13 loges],

[f°111] l’autre costé de ladite rue dos vers Saint‑Denis [14 loges],

[f°111v°] Draperie : la Grand Rue de Normandie a commencer vers Paris dos vers Saint‑Ouyn [65 loges],

[f°113] Draperie : l’autre costé de ladite rue dos vers Haubervilliers [31 loges],

[f°114] Au bout de ladite Grant Rue vers la granche y a une petite rue contre Lysieux et Bernay dos vers Paris [3 loges], de l’autre costé de ladite rue dos vers Saint‑Denis [3 loges], au bout en tirant vers ladite granche dos vers Haubervilliers [3 loges],

|f°114v°] Faulx et Ferrons rue dos vers Paris [5 loges]. l’autre costé de ladite rue dos vers Saint‑Denis [5 loges],

[f°115] Chaudronniers a commencer vers Paris dos vers Saint‑Ouyn [9 loges], l’autre costé de ladite rue dos vers Haubervilliers [6 loges],

[f°115v°] Freppiers au bout de la chausee vers Saint‑Denis dos vers Saint‑Ouyn [7 loges], Frepplers : contre la pelleterie de Paris a compte du pavé [5 loges]. Celliers a commencer vers Paris dos vers Saint‑Ouyn [11 loges],

[f°116v°] Boureliers a commancer vers Paris dos vers Saint‑Ouyn [4 loges],

[f°117] Cordiers a commancer vers Paris dos vers Haubervilliers [5 loges], l’autre costé de ladite rue dos vers Saint‑Ouyn [2 loges]. Au bout desdits cordiers tirant vers Saint‑Denis [4 loges],

[f°117v°] Coustiers a commencer vers Paris dos vers Haubervilliers contre les celliers [7 loges],

[f°118] Tappiciers : contre la granche [3 loges], contre l’ostel [2 loges]. Cordonniers devant la granche a commencer vers Saint‑Denis dos vers Haubervilliers [4 loges],

  • 49 La recette de 1490 précise : les estables contre la granche.

[f°118v°] La halle du cuyre dedans la granche.
Le poix.
La place aux laynes.
Le parc aux moutons.
Les fours.
Les estables49.
La place du fruitz.

[f°119] La taverne de la Pie.
La taverne de l’Escu de France.
La taverne des Corbillons.
La taverne de la Trye vollent.
La taverne de la Gallee.
La taverne de la Couronne.

[f°119v°] Places sur la chausee [une vingtaine],

[f°120v°] Places de Draperie [36 places],

[f°121] Places de Barbaudies [16 places],

[f°122] somme totale de la recepte du revenu du Landit, 2890 I. 18 s. 6 d.p.

250.

Document 126
Le champ de foire du Lendit, selon Doublet, en 1625.
Source – Doublet 1625 : 435‑436.

Ceste foire du Lendit se tenoit jadis hors la ville de sainct Denys au lieu qui s’appelle le champ du Lendit, & mesmes y avoit un Palais, Hostel, & Chasteau Seigneurial appartenant à l’Abbaye de sainct Denys, ou les Officiers de la Justice de la ville de sainct Denys se retiraient, & y avoit plusieurs sales pour y rendre la Justice, soit aux Marchands, ou à tous autres, duran icelle foire. Et là mesme le Religieux Prevost Portier, qui est le Prevost des foires, estant armé se retirait avec le Capitaine (estably de par luy appellé le Capitaine des foires) & ses Sergens, aussi le Chevalier du Guet, non de Paris, mais des Religieux, & ses Officiers, ensemble ceux dudit Prevost Portier armez, afin d’empescher & reprimer les insolences, & conserver par ce moyen les Marchands & leurs marchandises. (...)

Document 127
La Plaine Saint‑Denis d’après Gautier.
Source – Gautier : 344.

II y avoit anciennement au milieu de la Plaine St. Denis, vers le grand chemin de Notre‑Dame des Vertues [chemin du Landy], et du même côté, une seule maison, qu’on nommoit la baraque, c’étoit un aubergiste qui l’occupoit, mais comme elle étoit devenue une retraite de voleurs, on a jugé apropos de la faire démolir, attendu qu’ils étoient arrivés de fréquents accidents, entr’autres des personnes assassinées. Ce que je cite là est plus ancien que moi, jamais Je n’ai vu aucuns vestiges de cette maison ; mais j’ai connu des personnes qui l’avoient vu. On dit encore être à la baraque lorsqu’on est au grand chemin qui communique à Notre‑Dame des Vertues d’un côté, et à St. Ouen de l’autre, qui est approchant moitié de l’avenue, mais un peu passée en venant de Paris. Au dessus du dit chemin, en venant de Paris, au niveau du cinquième arbre lors des anciens arbres de l’avenue, il existe sur la grande route, au pied du sus dit arbre, et de chaque côté, une borne, que Je crois être en grès, lesquelles indiquoient les limites de la seigneurie de l’abbaye de St. Denis d’avec celles des domaines du roi dans l’Ancien Régime. Ce sont de ces bornes d’où partoit l’entretien du pavé de l’avenue, savoir, les dames de St. Cyr étaient obligées, comme dames de St. Denis, d’entretenir le pavé, depuis le chemin de Notre‑Dame des Vertus Jusqu’à St. Denis, le reste était au compte des domaines du roi : aussi s’appercevoit on de la différence, le pavé des dames était beaucoup plus doux et beaucoup mieux entretenu que celui des domaines du roi. Les rois ont toujours été trompés.

5.5.3.2 La bataille de Saint‑Denis, le 10 novembre 1567

251Pendant les guerres de Religion, Saint‑Denis joue un important rôle stratégique : en occupant ce poste avancé de la capitale, les assaillants peuvent couper Paris des campagnes fertiles du Pays de France, la privant ainsi d’une partie de son ravitaillement. Le 2 octobre 1567, la ville est prise par les huguenots. Le 10 novembre, la bataille de Saint‑Denis voit la victoire du parti catholique. Plusieurs documents iconographiques se rapportent à cet événement qui s’est déroulé dans la plaine entre Saint‑Denis et La Chapelle (fig. 344). En relatant, ou en représentant, les opérations militaires, les contemporains évoquent également la physionomie de cette campagne.

Document 128
Description du champ de bataille par La Popelinière, 1572.
Source – La Popelinière 1572 : f°63v°.

La bataille se donna entre Paris & saint Denys, eslongnez de deux petites lieuës l’un de l’autre : l’entre‑deux de ces villes est une grande et large campagne rase, si bien unie, que d’un lieu à l’autre vous y pouvez descouvrir ce qui est dessus. Toute ceste plaine est cultivee & de sa pluspart emblavee pour la nourriture du plus prochain Cartier : mipartie & divisee comme en deux, par un long & large pavé, qui de Paris mene droit à saint Denys. Du costé d’Aubervilliers, le bled estoit ja monté si haut que sa verdeur couvrait aiseement la couleur cendree de la terre qui le soustenoit : l’autre part avoit toutes ses façons & n’attendoit plus que la semence, pour la rendre au double au meilleur mesnager. Pres de saint Denys, à costé du pavé comme tirant vers saint Ouyn y a un grand Cartier, destiné pour la foire qu’on appelle Landit, où plusieurs marchans, que François qu’estrangers, viennent traffiquer avec les Parisiens, & autres qui se veulent accomoder de ce qu’ils y apportent.

FIG. 373 – “L’isle de France et lieux circonvoysins », vers 1594. AN, NN 192/3, 66 ; gravure ; 41 x 33 cm.

FIG. 373 – “L’isle de France et lieux circonvoysins », vers 1594. AN, NN 192/3, 66 ; gravure ; 41 x 33 cm.

Ce document, qui concerne le siège de Paris en 1590, représente l’Île‑de‑France parsemée d’une quantité de places fortes.

cl. P.M./ADSSD

FIG. 374 – La bataille de Saint‑Denis le 10 novembre 1567. Public Record Office, MP 4313 ; dessin ; 79 x 59 cm.

FIG. 374 – La bataille de Saint‑Denis le 10 novembre 1567. Public Record Office, MP 4313 ; dessin ; 79 x 59 cm.

Sir Henry Norris, ambassadeur d’Angleterre en France, fit exécuter ce dessin par l’un de ses proches pour le joindre à une lettre, en date du 29 novembre 1567, qui relate l’événement militaire. L’ambassadeur et son dessinateur assistèrent très probablement à la bataille depuis les hauteurs de Montmartre, comme beaucoup de Parisiens. Ayant établi leur campement à Saint‑Denis, que l’on reconnaît en haut de l’image, les protestants préparent leur offensive en disposant les cavaliers en arc de cercle, en avant des villages de Saint‑Ouen, à gauche, et d’Aubervilliers, à droite. L’armée du roi, venant de Paris, comprend des cavaliers, des fantassins et quatorze canons. La bataille dure une heure et se solde par un recul momentané des protestants (ils quitteront la ville le 13 novembre), mais prive l’armée des catholiques de son commandement : le connétable Anne de Montmorency y est mortellement blessé (Lombard‑Jourdan 1979a),

cl. Public Record Office

Figure 375 – « Description de la Bataille et victoire obtenue par le Roy nostre Sire contre ses subiets, rebelles entre Paris et s. Denis en France au mois de novembre l’an mil cinq cens soixante sept », 1570. BMSD, ms. E1 ; bois gravés et assemblés ; 41 x 52 cm (détail).

Figure 375 – « Description de la Bataille et victoire obtenue par le Roy nostre Sire contre ses subiets, rebelles entre Paris et s. Denis en France au mois de novembre l’an mil cinq cens soixante sept », 1570. BMSD, ms. E1 ; bois gravés et assemblés ; 41 x 52 cm (détail).

Trois ans après l’événement, cette gravure montre la même bataille, vue à vol d’oiseau depuis le nord. On a souligné l’intérêt de ce document, qui fournit d’intéressants détails topographiques (Lombard‑Jourdan 1979a). Pourtant, la représentation de Saint‑Denis, au premier plan, reste très schématique. En bordure du chemin de Paris à Saint‑Denis sont figurées les montjoies et, à proximité de la ville, l’église Saint‑Quentin.

cl. E.J./UASD

5.6 Le site géologique de Saint‑Denis et de ses environs

252Saint‑Denis, à proximité de Paris, profitait des mêmes conditions favorables à son développement que la future capitale. Située en un point où la grande voie sud‑nord, après avoir franchi la Seine dans l’île de la Cité, venait de nouveau rejoindre le fleuve en le côtoyant, cette agglomération bénéficiait de voies de transport permettant d’apporter tous les matériaux. Les couches géologiques offraient, à peu de distance, aussi bien les pierres de construction que le calcaire pour la chaux, le sable pour le mortier ou le grès pour les dallages, sans oublier le gypse, ou « pierre à plâtre ». Les terrains, plus ou moins calcaires, étaient favorables à la culture tandis que les collines sableuses portaient des massifs forestiers fournissant le bois.

5.6.1 Les grandes lignes de la géologie régionale

253Tous les terrains des environs de Saint‑Denis appartiennent à l’ère tertiaire et plus particulièrement à l’Eocène et à l’Oligocène. Ils forment des couches assez régulièrement superposées, qui se sont déposées lors des allées et venues de la mer pénétrant depuis l’Atlantique dans un golfe qui occupait le centre du Bassin parisien. Lors des retraits de la mer s’installaient des lacs et des marécages, laissant des dépôts argileux ou calcaires à fossiles continentaux.

254Par suite d’un très léger gauchissement de l’écorce terrestre, ces dépôts ont été légèrement déformés suivant un axe ouest‑nord‑ouest/est‑sud‑est en une sorte de gouttière (synclinal), dénommée « fosse de Saint‑Denis » de part et d’autre de laquelle les couches remontent et affleurent en surface.

Lutétien : le Calcaire grossier

255Le terrain le plus ancien des environs de Saint‑Denis est le Calcaire grossier. Ce calcaire qui sert de type à un étage géologique, le Lutétien, (du nom de Lutèce où il est bien développé) s’est formé, il y a 45 à 50 millions d’années, par l’accumulation de débris de coquilles et de petits organismes calcaires (Foraminifères) qui pullulaient dans les eaux chaudes d’un golfe peu profond s’étendant sur la région parisienne. Le climat était alors subtropical comme l’illustrent les restes de Palmiers retrouvés en carrières. Epais de vingt à trente mètres, le calcaire contient des niveaux plus ou moins durs, stratifiés et, vers le milieu de la série, des bancs fournissent des pierres de construction de très bonne qualité. C’est la pierre par excellence de la région parisienne.

256Le Calcaire grossier est masqué en profondeur et n’affleure pas aux environs immédiats de Saint‑Denis, mais il apparaît tant dans Paris (quartier de l’Etoile) qu’à la Défense, ou le long de la Seine vers l’aval, à Carrières‑sur‑Seine et jusqu’au confluent de l’Oise. Vers le nord, il faut atteindre la région de Louvres et de Marly‑la‑Ville pour le retrouver.

Bartonien : des sables surmontés de marnes et de calcaires

257Après un retrait de la mer à la fin du cycle précédent, une nouvelle avancée marine entraîne le dépôt des Sables de Beauchamp à fossiles marins et qui sont parfois indurés en grès. Épais de 10 à 20 mètres, ils affleurent vers l’ouest en direction de Pontoise, à Beauchamp notamment, et apparaissent au nord, à partir de Goussainville.

258Ils sont surmontés par des marnes et des calcaires dont les fossiles témoignent d’un dépôt en lacs après le recul de la mer. Ces derniers terrains peu résistants donnent les topographies molles de la région à l’est de Saint‑Denis.

Ludien : des argiles et du gypse

259Par suite d’une faible remontée du niveau marin, dans des lagunes et sous climat subtropical, l’évaporation des eaux a donné naissance à des dépôts de gypse (sulfate de calcium) ou « pierre à plâtre ». On en connaît quatre niveaux superposés (ou « masses ») ; le plus récent, le plus épais, mesure de 15 à 20 m dans les buttes de Montmartre, des Lilas, d’Orgemont, de Sannois, de Cormeilles, de Montmorency et, au nord de Saint‑Denis, dans les buttes de Montmagny (butte Pinson) et d’Ecouen. Ces masses de gypse sont séparées par des niveaux d’argile. L’ensemble est recouvert par les « marnes supra‑gypseuses ».

Stampien : les Sables de Fontainebleau

260Au‑dessus, une nouvelle couche argileuse (argiles vertes de Romainville et marne à huîtres) marque le retour progressif de la mer qui s’étend pour la dernière fois sur le Bassin parisien (vers 30 millions d’années) en déposant l’épaisse série des Sables de Fontainebleau, souvent cimentés en grès. Ces sables couvrent le sommet des buttes de gypse citées précédemment.

FIG. 376 – « Coupe géologique de la butte Montmartre », en 1814. Service historique de l’armée de terre, archives du Génie, MR 1291 ; papier, encre, aquarelle ; 23 x 36 cm.

FIG. 376 – « Coupe géologique de la butte Montmartre », en 1814. Service historique de l’armée de terre, archives du Génie, MR 1291 ; papier, encre, aquarelle ; 23 x 36 cm.

La galerie ogivale figurée dans la coupe est caractéristique d’une carrière de gypse.

cl. P.M./ADSSD

FIG. 377 – Carte géologique simplifiée des environs de Saint‑Denis.

FIG. 377 – Carte géologique simplifiée des environs de Saint‑Denis.

Cette carte a été établie à partir des cartes au 1/50 000 (feuilles de l’Isle‑Adam, Paris, Pontoise et Versailles) et au 1/25 000 (feuilles est et ouest de Paris), éditées par le BRGM. 1 alluvions (sables, graviers et argiles) : Quaternaire ; 2 terrains glissés ; 3 meulière : Oligocène supérieur ; 4 Sables de Fontainebleau : Stampien ; 5 marnes supra‑gypseuses et argile verte : Ludien supérieur – Stampien inférieur ; 6 série du gypse : Ludien ; 7 marnes et calcaires : Bartonien supérieur ; 8 Sables de Beauchamp : Bartonien inférieur ; 9 Calcaire grossier : Lutétien ; 10 calcaires, argiles et sables : Montien‑Yprésien ; 11 craie du Crétacé supérieur.

C.L. del./ CNRS

Oligocène supérieur : la meulière

261Il s’agit de la silicification irrégulière d’un calcaire lacustre produisant des masses plus ou moins compactes : meulière caverneuse et meulière compacte qui forment la couverture du massif de Montmorency et de la butte de Cormeilles. Avec ces meulières se termine la série des dépôts tertiaires de la région.

5.6.2 Le site de Saint‑Denis

262Près de son confluent avec la Seine, la large vallée du Croult constituait une zone plus ou moins marécageuse dans laquelle s’avançait une petite surélévation depuis la Porte de Paris en direction de la très légère éminence de la basilique. Le versant nord de la vallée présentait une pente faible atténuée localement par un petit vallon emprunté par le nouveau chemin de Pierrefitte (l’actuelle RN1).

263L’abbaye, implantée sur une petite bosse de marne, domine quelque peu cet environnement humide.

5.6.3 Origine possible des matériaux

264En dehors des bois de charpente fournis en abondance par les massifs forestiers des environs, encore présents mais réduits de nos jours, l’environnement géologique procurait tous les matériaux utiles au développement d’un centre urbain. Sables et graviers pouvaient être recueillis en abondance dans les berges et îles de la Seine et sur la rive opposée dans la grande boucle de Gennevilliers.

265Le plâtre, obtenu par cuisson du gypse (ou « pierre à plâtre »), pouvait être exploité à quelques kilomètres au sud, sur les flancs de la butte Montmartre ou même au nord à Sannois et à Montmagny, sans oublier qu’un petit niveau de gypse (masse inférieure) existe tant à la Porte de Paris (à quelques mètres de profondeur) que dans le versant nord de la vallée du Croult.

266La chaux pouvait être aisément obtenue par cuisson des calcaires lacustres du Bartonien ou à partir des déchets d’exploitation du Calcaire grossier.

267La pierre de taille, extraite du Calcaire grossier, pose un problème plus difficile à résoudre. Un texte de l’abbé Suger précise que pour la construction de l’abbatiale fut exploitée une carrière des environs (doc. 11) qu’il apparaît logique de situer dans la région de Carrières‑sur‑Seine (anciennement Carrière Saint‑Denis). Des études sur les éléments sculptés (portail, statues…) nous ont conduit à cette conclusion alors que la commission de l’Académie d’architecture, créée par Colbert pour rechercher les carrières ayant servi au bâtiment, trouvait une différence entre les calcaires de cette localité et ceux des murs de l’église (doc. 130). Cette commission proposait d’en rechercher l’origine dans des carrières proches de Pontoise (au Valhermeil ou « Val Armé ») ; peut‑être ses membres avaient‑ils été influencés par le texte de Suger précisant que les colonnes du nouvel édifice provenaient des environs de Pontoise (doc. 11) (Lorenz 1994). Ce point méritera d’être précisé dans l’avenir par une étude détaillée des appareils de la basilique comparée à diverses carrières. De toute manière ce Calcaire grossier aurait été apporté par bateau sur la Seine.

Une pierre de taille originale : la pierre de Vernon

268Dans les substructions du vestibule de l’église carolingienne exhumés sous la nef actuelle (fig. 18), de grands blocs de libage sont formés de pierre de Vernon, blanche à silex noirs, qui auront été remontés sur la Seine sur un trajet de près de 100 km.

Document 129
Échange d’une île de la Seine, près de Houilles, contre des terres et une haute falaise, 3‑30 avril 1233 à 1‑22 avril 1234 (n.st.).

Notification par l’official de Poissy de l’échange effectué, avec l’accord des hommes de Chatou, entre Raerius de Neaufle, Aalls, sa femme, et l’abbaye de Saint‑Denis de l’île de Colouvière, située devant la carrière de Saint‑Denis près de Houilles, contre le pré de Chatou, une pièce de terre à côté dudit pré et la moitié d’une haute falaise qui appartenaient à ladite abbaye. Les hommes de Chatou devront à Raerius et Aalis les vingt sous de cens annuels dus auparavant pour l’île, qui restera à perpétuité en toute propriété à l’abbaye. Les fils d’Aalis ratifient l’échange et Aalis renonce à tous ses droits sur l’île.
Source – B. Vidimus de même date par l’archidiacre de Poissy, AN, LL 1157 : no 13, p. 322 ; analyse et édition de texte : L. F, a.d.

Omnibus présentes litteras inspecturis, Hugo, rector ecclesie de Alodiis, officialis venerabilis viri Th., archidiaconi Pissiacensis, in Domino salutem. Noveritis quod cum homines de Chatou tenere [sic] de Raerio de Neaufle, milite, et Aalidi, uxore sua, ad annuum censum XX solidorum par., quamdam insulam sitam ante quarreriam Beati Dyonisii jux[ta] Hoilles, que insula vocatur Colouvreres, idem Raerius et Aalidis, uxor ejus predicta, in nostra presencia constituti, recognoverunt se, de consensu dictorum hominum de Chatou, dictam insulam cum ecclesia Beati Dyonisii in escambium commutasse, videlicet ad pratum de Chatou, cum quadam pecia terre site juxta dictum pratum et medietate alte falesie, que erant ecclesie Beati Dyonisii, ita tamen quod dicti homines de Chatou, de predictis prato, terra et medietate falesie, dictos XX solidos annui census dictis R. et A. et heredibus suis reddere tenebuntur quos de dicta insula antea reddebant, et eadem insula de Coluvreres ecclesie Beati Dyonisii immunis et libéra imperpetuum remanebit. Guillelmus autem de Basnanville, miles, et Matheus, frater ejusdem, filii dicte Aalidis, sub prestite sue fidei in manu nostra religione, dictam commutationem voluerunt, laudaverunt pariter et concesserunt et de non veniendo contra, per se vel per alium, promiserunt ; verum etiam dicta Aalidis prefatam commutationem voluit et concessit et quicquid juris in predicta insula de Coluvrieres, ratione dotis vel hereditatis seu alia quacumque ratione, habebat, fide sua in manu nostra prestita corporali, ecclesie Beati Dyonisii penitus et expresse se spontanea quitavit. Datum anno Domini M°CC° tricesimo tercio, mense aprili.

FIG. 378 – La butte Pinson, par E. Hussenot, 1871. BNF, Cabinet des Estampes, Va 93 t. 5 ; gravure ; 26 x 8 cm.

FIG. 378 – La butte Pinson, par E. Hussenot, 1871. BNF, Cabinet des Estampes, Va 93 t. 5 ; gravure ; 26 x 8 cm.

Les falaises que l’on reconnaît au pied de la colline correspondent très probablement au front de taille d’une carrière à ciel ouvert. Plusieurs plans, dont la carte des Chasses (fig. 342, 383b), représentent sur les versants de la butte Pinson, située à l’ouest de Pierrefitte, des excavations identifiées comme plâtrières. L’abbé de Saint‑Denis était propriétaire des carrières de Pierrefitte, aussi les plâtrières sont‑elles mentionnées de manière explicite dans les comptes de la commanderie. En 1229‑1230, on dépense 4 sous et demi pour ouvrir une plâtrière, Pro plastreria discooperienda, IIII s. et dimidium (Depoin 1923 : 252).

© cl. BNF, Paris

FIG. 379 – Plan partiel du cours de la Seine entre Chatou et Carrière Saint‑Denis en 1821. Service historique de l’armée de terre, archives du Génie, MR 1287 ; papier, encre, aquarelle ; 47 x 41 cm.

FIG. 379 – Plan partiel du cours de la Seine entre Chatou et Carrière Saint‑Denis en 1821. Service historique de l’armée de terre, archives du Génie, MR 1287 ; papier, encre, aquarelle ; 47 x 41 cm.

Le village de Carrière Saint‑Denis, l’actuel Carrières‑sur‑Seine, qui figure au centre du plan, est une Villeneuve fondée par Suger (Suger, Lecoy de la Marche 1867 : 185, De administratione). Quadraria, le toponyme latin de ce site établi au pied d’un coteau où le calcaire affleure, désigne clairement l’exploitation de la pierre. Le village et les vignes dans une « couture » toute proche sont donnés en 1137 au trésorier de l’abbaye (Suger, Lecoy de la Marche 1867 : 342‑343).

cl. P.M./ADSSD

Document 130
La visite par la commission de l’Académie royale d’architecture des carrières de Carrières‑sur‑Seine et du Vaihermeil près de Pontoise en 1678.

Enquêtant sur la qualité des matériaux de construction, cette commission examina d’anciennes constructions et s’efforça d’identifier l’origine des pierres. Suger affirme en effet dans son De consécrations qu’une carrière près de Pontoise (Val‑d’Oise) lui avait fourni les colonnes nécessaires au premier agrandissement de l’église carolingienne (doc. 11). Les résultats de l’enquête semblent confirmer les dires de l’abbé. D’autre part, l’officier trésorier de l’abbaye possédait la seigneurie de Carrière Saint‑Denis (doc. 101), l’actuelle Carrières‑sur‑Seine (Yvelines), lieu où l’on pouvait extraire la pierre à ciel ouvert. Curieusement, les membres de l’Académie qualifient la pierre qu’ils y trouvèrent de « nullement semblable » alors que c’est bien ce site qui paraît avoir fourni Saint‑Denis en pierres de construction (cf. supra).
Source – Lemonnier 1911 : 189‑190, 203‑204.

[Visite de l’église abbatiale, séance du 29 Juillet 1678 :]
L’on a passé par Saint Denis pour juger encore mieux s’il y a des pierres qui viennent des carières Saint Denis, comme quelques religieux nous avoient dit qu’elles y avoient esté toutes prises, et, pour cela, on a encore visité les lieux qui paraissent les plus anciens, dont la pierre est comme d’un cliquart très dur et nullement semblable aux carrières Saint Denis.
On a veu dans les chapelles basses, soubz le chœur, de vieux pilliers, apparament de la première fondation, faite de cette sorte de cliquart dur de hault appareil sur lesquelz on a refondé et basti les autres pilliers de l’église, quand Suger la fist rebastir et accroistre. Et, tant par ces pierres là que par plusieurs autres endroitz bastis tant par Dagobert que par Suger, on conoist que ces pierres là ont esté prises ailleurs qu’aux carrières Saint Denis. Aussy Suger luy mesmes escrit qu’il les fist venir d’auprès Pontoise, et c’est ce qu’il faudra vérifier. (...)

[Visite d’une carrière près de Pontoise, séance du 1er août 1678 :]
Nous avons sceu qu’à une demie lieue de là, dans un hameau appelé le Val Armé, il y a des carrières de pierre très dures où, estant allez, nous aurions trouvé, proche la bouche d’une carrière, un quartier de pierre d’un tonneau ou environ de 18 à 19 pouces d’appareil, dont l’eschantillon est marqué T, très dur et fort semblable à beaucoup de pierre que nous avons veues à Saint Denis.

FIG. 380 – « Carte minéralogique des environs de Paris », par Dupain‑Triel, ingénieur géographe, pour l’« Atlas » de Guettard (Guettard 1780), levé en 1766. BNF, département des cartes et plans, Ge DD 5515 ; gravure ; 43 x 23 cm).

FIG. 380 – « Carte minéralogique des environs de Paris », par Dupain‑Triel, ingénieur géographe, pour l’« Atlas » de Guettard (Guettard 1780), levé en 1766. BNF, département des cartes et plans, Ge DD 5515 ; gravure ; 43 x 23 cm).

Cette carte fut très probablement dressée après enquête sur le terrain. Elle est accompagnée d’une légende identifiant les « signes minéralogiques ». Trois coupes montrent, respectivement, la succession des strates dans une carrière de pierre calcaire, une glaisière et une carrière de gypse. On notera une concentration de signes sur les berges de la Seine, entre Neuilly et Saint‑Denis ; Ils signalent surtout la présence de sable, de glaise, de « cos » (cosse : première couche d’une carrière) et de calcaire coquillier. Au nord de Saint‑Denis, sur la route de Pierrefitte, est indiquée une fontaine plâtreuse ou séléniteuse.

© cl. BNF, Paris

5.7 Les possessions de l’abbaye

269Le privilège épiscopal que Landri accorde vers 650 à la communauté de frères établie à Saint‑Denis marque une étape décisive dans l’émancipation du temporel de la basilique de l’autorité administrative et juridique de l’évêque de Paris (cf. supra § 4.1.2) (Semmler 1989). Dorénavant, l’accroissement des domaines de l’abbaye se fait au rythme des donations, des achats et des échanges (Stoclet 1988). Sous la dynastie carolingienne, ces libéralités territoriales prennent une dimension nouvelle, Saint‑Denis étant « devenue un instrument de la politique de restructuration du monde franc » (Werner 1988 : 44). Toutefois, le déclin des royaumes mérovingiens puis carolingiens eut chaque fois pour conséquence la sécularisation des biens de l’abbaye. En témoigne la « grande restitution » du patrimoine de l’abbaye demandée par l’abbé Fulrad en 751 (Atsma, Vezin 1986 : no 595 ; Brunterc’h 1994 : 195‑204).

270À partir des données topographiques fournies par ces actes, plusieurs études ont souligné l’importance des domaines de Saint‑Denis. Dans le Parisis, l’abbaye bénéficie, dès le viie s., de terres du fisc royal : Rueil, Luzarches, etc. (Barbier 1988). Les quarante‑huit localités confirmées en 751 par Pépin le Bref sont plus septentrionales ; elles sont situées principalement entre la Somme, l’Oise, la Seine et la Manche (Stoclet 1989). En 777‑778, l’abbé Fulrad lègue par testament des propriétés en Moselle, Saint‑Mihiel, Salones, Saint‑Dié, le Val de Lièpvre en Alsace et la localité d’Esslingen en Alémanie (Stoclet 1993b ; Quarthal 1995). Tout aussi éloignés sont les biens que l’abbaye possède en Angleterre, Rotherfield, Hastings, Pevensey et une « place » dans le port de Londres (Atsma, Vezin 1988) ainsi que dans le Brabant, dans la Valteline (Italie septentrionale) et en Espagne, Fornellos. Il est toutefois difficile d’avoir une idée précise de l’ensemble de ces domaines avant le xiiie s., car les archives de l’abbaye n’en ont conservé aucun inventaire général (Lohrmann 1983).

271Dès l’époque mérovingienne, Saint‑Denis se trouve à la tête d’un temporel très étendu, principalement dans les régions où l’agriculture est prospère. Comme en témoignent les écrits de Suger, ce sont ces domaines qui constituent les fondements matériels de la richesse de l’abbaye.

272Par ses domaines et ses prieurés, l’abbaye est présente dans toute la région parisienne, et ce depuis les origines du monastère (Stoclet 1988 ; Stoclet 1989). Le dossier des documents qui se rapportent à l’établissement de la mense conventuelle en 832 est un précieux instrument, bien connu par les historiens depuis Félibien, et de plus en plus utilisé par les archéologues de la région (Cuisenier, Guadagnin 1988). L’abbé Hilduin affecte aux moines de Saint‑Denis plus d’une centaine de localités dont une quarantaine situées en Parisis. Malheureusement, l’état fragmentaire de la plupart de ces documents rend leur étude difficile : l’acte original d’Hilduin ainsi qu’un état des redevances de la même année (Levillain 1909b) sont tous deux lacunaires. Signalons cependant quelques denrées mentionnées : en tête figurent les céréales – le froment destiné à la fabrication du pain et l’épautre à celle de la cervoise ; les moines reçoivent de plus du vin, des légumes –fèves et pois–, du fromage et des volailles. Deux cents muids d’oing sont destinés aux cordonniers travaillant en la cordonnerie, sutorum officinam, du castellum (doc. 64).

273Dans la première partie du De administrations, Suger parle de ses efforts de réorganisation des domaines de l’abbaye. Par ses défrichements et créations de villeneuves (outre La Courneuve et Carrières‑sur‑Seine, déjà citées, il faut rappeler l’exemple, devenu célèbre, de Vaucresson près de Versailles), l’abbé inaugure la politique de peuplement du xiie s. (Higounet 1990 ; Bur 1991).

274À partir du xiiie s., les comptes rédigés par la commanderie de l’abbaye sont suffisamment précis pour autoriser les historiens à envisager une étude approfondie de l’économie régionale (Lebel 1935a ; Fourquin 1964 ; Fourquin 1966).

FIG. 381 – « Les environs de Paris », par Nicolas De Fer en 1690. AN, NN 192/28 ; gravé par Liebaux ; 75 x 52 cm.

FIG. 381 – « Les environs de Paris », par Nicolas De Fer en 1690. AN, NN 192/28 ; gravé par Liebaux ; 75 x 52 cm.

Cette carte met bien en évidence les massifs forestiers qui subsistent dans la région parisienne et dont un certain nombre furent exploités par l’abbaye. Dans la boucle de la Seine, on remarque un reste du bois de la « Garenne de Colombes « et le / bois de Boulogne, l’ancienne forêt de Rouvray. Plus réduites sont les anciennes forêts du Vexin français et des Yvelines, dans la vallée de Chevreuse, où Suger trouva les douze poutres destinées à l’agrandissement de l’église abbatiale (doc. 11).

cl. P.M./ADSSD

FIG. 382 – Paris et ses environs vers 1756, d’après la première feuille de la carte de Cassini. ADSSD 6 Fi carte 47 ; gravure ; 93 x 59 cm.

FIG. 382 – Paris et ses environs vers 1756, d’après la première feuille de la carte de Cassini. ADSSD 6 Fi carte 47 ; gravure ; 93 x 59 cm.

En 1746, Louis XV confie à Cassini de Toury le levé d’une carte de France, fondée sur le canevas géodésique du pays, auquel travailla l’académicien entre 1733 et 1747. Cette première feuille est publiée en 1756. L’échelle choisie (1/86 400) interdit à Cassini une figuration très détaillée du paysage. Les agglomérations trop petites et les édifices isolés sont réduits à des symboles. Cassini prend en compte le tracé du nouveau réseau routier. Cependant l’intérêt primordial de cette carte, reconnu par tous au moment de sa parution, est le positionnement exact des lieux.

cl. P.M./ ADSSD

FIG.  383 – Plan des environs de Saint‑Denis, vers 1740. ; papier, encre, aquarelle ; 56 x 35 cm chaque feuille. a – AN, N IV Seine 44 : pièce 74 ; b – AN, N IV Seine 44 : pièce 75 ; c – AN, N IV Seine 44 : pièce 76.

FIG.  383 – Plan des environs de Saint‑Denis, vers 1740. ; papier, encre, aquarelle ; 56 x 35 cm chaque feuille. a – AN, N IV Seine 44 : pièce 74 ; b – AN, N IV Seine 44 : pièce 75 ; c – AN, N IV Seine 44 : pièce 76.

Un terrier de l’abbaye, concernant la seigneurie de La Courneuve, renferme ces trois feuilles copiées sur une carte, aujourd’hui disparue, de la région entre l’Oise et la Seine. La « deuxième feuille du sixième rang » a montre l’arrière‑pays d’Argenteuil et d’Epinay ; la « troisième feuille du sixième rang » b va de Deuil à Garges ; la « troisième feuille du septième rang » c figure Saint‑Denis et Aubervilliers. En fonction de ces indications, on peut supposer que la série complète de ces copies quadrillait la partie nord de l’Île‑de‑France du nord au sud, au moins de Beaumont à Aubervilliers, et d’est en ouest, de Garges à Saint‑Germain‑en‑Laye. Ces feuilles nous renseignent surtout sur le réseau des grands chemins et des cours d’eau. L’étendue des agglomérations et des parcs est sommairement indiquée par la couleur rouge ou jaune. Cependant, si l’on en juge par la feuille de Saint‑Denis c, la carte originale représentait les jardins et le bâti de manière très précise, maison par maison. Certaines utilisations du sol sont indiquées par des lettres telle que V pour vigne, P pour prairie et B pour bois. Plusieurs limites de bornages figurent également. Enfin, la technique de matérialisation de la forme du relief à l’aide de lignes sinueuses, doublées d’un liseré jaune, est inhabituelle pour l’époque.

cl. P.M./ADSSD

FIG. 384 – La route de Saint‑Denis à Herblay, par A. Desplan, lieutenant au corps d’état‑major, 1822. Service historique de l’armée de terre, archives du Génie, MR 1287 ; papier, encre, aquarelle ; 90 x 28 cm.

FIG. 384 – La route de Saint‑Denis à Herblay, par A. Desplan, lieutenant au corps d’état‑major, 1822. Service historique de l’armée de terre, archives du Génie, MR 1287 ; papier, encre, aquarelle ; 90 x 28 cm.

Les archives du Génie conservent dans le fonds des Mémoires de Reconnaissance une série de plans aquarellés du début du XIXe s. qui reproduisent, de manière exceptionnelle, le paysage de la région autour de Saint‑Denis. Étudiant les possibilités d’interception d’un adversaire arrivant de l’ouest, le cartographe s’efforce de documenter de son mieux les abords de la route de Pontoise, depuis le « poste aux chevaux », près d’Herblay, jusqu’à la ville de Saint‑Denis. Au nord de cette route, la plaine est drainée par le ru d’Enghien qui alimente l’étang de Montmorency et celui de Coquenard, avant de se jeter dans la Seine au niveau de La Briche. Au sud, le massif de Cormeilles est figuré par des hachures ; on notera qu’une partie de ses pentes est investie par des carrières. Quatre couleurs différencient les masses de cultures : jaune citron pour les bois, vert pour les prés et les jardins ; le jaune paille correspond très probablement aux champs de blé ; la couleur dominante est le violet clair qui est affecté aux innombrables vignes et vergers qui « entrecoupent » le paysage, selon l’expression du mémoire qui accompagne le plan. La carte est limitée, au nord, par la « route de Pierrelaye à Ermont », à savoir l’antique chaussée Jules‑César qui, auparavant, rejoignait la route de Saint‑Leu à Saint‑Denis, ancien chemin de la Barre, aboutissant au pont Trecine (fig. 299, 300, 337). Très tôt, elle a été doublée, au sud, par la route de Pontoise à Saint‑Denis qui longe le pied du coteau. Dès le haut Moyen Age, le patrimoine de l’abbaye se développe le long de ces deux voies : à Epinay, Ormesson, Eaubonne et Franconville. Au XIIe s., l’abbaye prend possession de Saint‑Gratien, Cormeilles‑en‑Parisis et Montigny. En 1129, Suger réussit à récupérer le prieuré d’Argenteuil. Le développement des vignobles sur les coteaux bien exposés des buttes de Cormeilles est lié à l’extension des domaines de l’abbaye dans ce secteur. Au XIVe s., cette dernière localité, ainsi qu’Argenteuil, Franconville et Sannois, figure, avec Pierrefitte et Rueil, parmi les principaux domaines viticoles de l’abbaye (Lebel 1935a : 190).

cl. P.M./ADSSD

Notes

1 Bois de Madrid : actuel bois de Boulogne.

2 Jean de Villiers ou de La Groslaye, abbé de 1474 à 1499.

3 Recourse : retrait.

4 Ploy, ploi : tour, contour

5 Ferré : tonneau cerclé de fer. Au Moyen Âge, les douves de tonneau sont majoritairement cerclées de bois. Les systèmes métrologlques de capacité sont différents à Paris et à Saint-Denis au Moyen Âge. Seuls, les rapports restent inchangés dans le temps, les capacités étant modifiées à plusieurs reprises : à Paris, un tonneau vaut deux queues, un poinçon vaut une demi-queue ; à Saint‑Denis, un tonneau vaut aussi deux queues mais le poinçon vaut deux tiers de queue.

6 Fes : faisceau.

7 Sain : saindoux.

8 Fiens : fumier. Cet engrais, toujours en quantité insuffisante sous l’Ancien Régime, servait surtout pour les vignes.

9 Ce règlement est également conservé en original (AN, L 850, no 18), exposé au musée de l’ Histoire de France sous la cote AE II 1666.

10 Ce document date forcément de la première moitié du xive s. car deux abbés seulement ont porté le prénom de Gilles, Gilles [Ier] dit de Pontoise (1304-1325) et Gilles [II] Rigaud (1343-1351).

11 L’acte connu sous le nom de « pseudo-Charles le Chauve », que le faussaire a daté du 25 avril 860, accorde au monastère l’immunité sur une zone qui s’étend, du nord au sud, du pont Trecine à Montmartre et, d’est en ouest, de la « voie publique » qui mène à Louvres probablement jusqu’à la Seine : (…) Cui nimirum immunitati ipsos (…) terminas imponi censemus (…) id est usque ad eum locum quo ad eandem aecclesiam tendantes Tricenam pontem ingrediuntur neenon etiam usque ad Montem martyrum (…) similiterque usque ad viam publicam quae ad Luperam ducit (Tessier 1952 : no 479).

12 Selon le praeceptum de fugitivis, que le faussaire a daté du 26 juin 624 ou 627, Dagobert Ier aurait interdit à ses agents d’arrêter tout fugitif qui aurait atteint le pont Trecine, ou qui, en venant de Paris, aurait dépassé Montmartre ou encore qui, sortant de son palais (de Clichy-sous-Bois) aurait franchi la « voie publique » qui conduit à Louvres : (...) id est, ut quisquis fugitivorum pro qualibet scelere ad prefatam bahisilicam beatorum martyrum fugiens Tricinam pontem advenerit, vel ex parte Parisius veniens Montem Martyrum preterierit, sive de palatio nostro egrediens publicam viam quæ pergit ad Luperam transierit (…) (Omont 1900 : 81).

13 (...) ut omnis presbiter vel clericus, ex his qui in ipso Castro prefati beatissimi Dionisii martiris vel extra, ex loco qui dicitur Fons sancti Remigii, sicut via distingua, quae prebet iter juxta pratum, quod dicitur Formosum, usque ad aecclesiam sancti Quintini martiris, et illinc per regalem stratam donec veniatur ad vivarium in capite Tricini pontis, sicut prata fratrum distinguât, usque ad prefatum locum Fontis sancti Remigii, omnes illi, qui in hoc circumscripto spatio ecclesiis serviunt, sint liberi et absolut ! ab omni debito et redltione circadarum et sinodorum (…) (Tardif 1866 : no 10).

14 La somme est restituée à l’aide de la copie conservée aux archives municipales de Saint-Denis, AMSD, GG 18.

15 Philippe [Ier] de Villette, abbé de 1398 à 1418.

16 Couture, cultura : terrain cultivé.

17 cum en marge.

18 Il manque ici un vers dans le manuscrit.

19 Ouvriers en pisé.

20 Qui égale tous les autres ensemble.

21 Ms. : la lions regart.

22 Mentionnée.

23 Avesnes-sur-Helpe (Nord).

24 Aumale (Seine-Maritime).

25 Termonde (Belgique, Flandre orientale).

26 Ms. : d’iestre.

27 Poeringh (Belgique, Flandre occidentale).

28 Probablement Torigni-sur-Vire (Manche).

29 Darnetal (Seine-Maritime).

30 Bonneval (Eure-et-Loir).

31 En commun, du nombre, ensemble.

32 Le Temple (Loir-et-Cher). Jadis le Temple de Mondoubleau.

33 Aire-sur-la-Lys (Pas-de-Calais).

34 Hal (Belgique, Brabant) ; Grammont (Belgique, Flandre orientale) ; Tret est le nom français de Maastricht qui appartenait alors au duc de Brabant.

35 Courtrai (Belgique, Flandre occidentale).

36 Vilvorde (Belgique, Brabant).

37 Pavilly (Seine-Maritime).

38 Montivilliers (Seine-Maritime)

39 Huy (Belgique, Liège).

40 Tous ceux qui s’y assemblent.

41 Ms. : ne mes asenne. Pour ne pas commettre une omission ?

42 Ms. : ami.

43 La recette de 1490 précise : [f°143] tierce rue de la Croix d’Or.

44 La recette de 1490 précise : [f°147v°] la Grant Rue au bout des mercies.

45 La recette de 1490 précise : [f°152v°] sur la chaussee joignant le four.

46 La recette de 1490 place entre les gantiers et les drapiers : [f°154v°] Joaillers : la Grant Rue Saint-Denis a compter vers Saint-Denis dos vers Saint-Ouyn [34 loges], [f°155] l’autre costé de ladite rue dos vers Haubervillers [1 loge],

47 La recette de 1490 précise : Bonnetiers de Rouen joignant ledit Gestz.

48 La recette de 1490 précise : joignant les faucilles.

49 La recette de 1490 précise : les estables contre la granche.

Table des illustrations

Titre FIG. 299 – Le site du pont Trecine et de la léproserie Saint‑Lazare en 1779 d’après le terrier de l’Hôtel‑Dieu de Saint‑Denis, 1788‑1789. AMSD, 15 S 79 : f°1 ; papier, encre, aquarelle ; 47 x 61 cm.
Légende C’est au pont Saint‑Ladre, ou Trecine, que l’Estrée franchit le Croult et le Rouillon pour bifurquer ensuite vers Rouen, par le chemin de la Barre, et vers Senlis, par le chemin des Joncs. Des plans anciens, dont celui‑ci, indiquent à cet endroit la Maladrerie ou léproserie Saint‑Ladre –attestée dès le XIIIe s.– ainsi que la fontaine Pouilleuse. Le carrefour susbsiste jusqu’en 1750, date à laquelle il est délaissé au profit du nouveau chemin d’Epinay, au bord duquel on édifie en 1753 le moulin Chrétien. En 1779, l’Hôtel‑Dieu donne à bail à Carloman de Rhullière ses terres situées de part et d’autre de l’ancien chemin.
Crédits cl. EJ./UASD
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,9k
Titre FIG. 300 – Configuration du même lieu d’après le « Plan de Saint‑Denis et des fortifications projetées autour de cette ville, 1834 », par Thomas Devoize, lieutenant, et Sigot, capitaine du Génie. Musée des Plans‑Reliefs, D 400 ; papier, encre, aquarelle ; 83 x 75 cm.
Légende De nos jours, le site s’est considérablement transformé sous l’effet d’une urbanisation intense. Cependant, l’image de son relief originel nous est conservée grâce à ce plan du génie militaire dressé en 1834 à l’occasion d’un projet de fortification de Saint‑Denis. L’emplacement du pont Trecine est alors occupé par l’ermitage de Rhullière. Les coteaux conservent les traces laissées par les deux chemins supprimés. Le long de la route de Rouen, on distingue les levées de terre correspondant aux bastions édifiés en 1814.
Crédits cl. musée des Plans‑Reliefs
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre FIG. 301 – L’ager parisiensis, dit Carte de La Guillotière, en 1598. ADSSD, Estampes, 6 Fi carte 4 ; gravure, aquarelle ; 46 x 33 cm.
Légende Malgré son manque de précision, cette carte du Pays de France a l’intérêt d’offrir une illustration du réseau hydrographique du bassin du Croult. Le Croult prend sa source près de Louvres. À l’ouest, un premier affluent, le Rosne, vient d’Ezanville ; à l’est, on distingue, du nord au sud, le Hazeray (actuelle Morée) qui prend sa source à Tremblay, la Molette qui traverse le Bourget, puis le ru de Montfort qui passe par Bobigny (notons que, de manière erronée, le dessinateur figure deux cours d’eau dont un identifié par le nom « Mardret » qu’il fait se jeter dans le Croult, en amont de Saint‑Denis, alors que ce ru devrait traverser la ville). Tous ces cours d’eau drainent une bonne partie de la plaine du Pays de France et assurent au Croult un débit continu qui, par temps d’orage, peut occasionner des débordements catastrophiques.
Crédits cl. P.M./ ADSSD
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre FIG 302 – La vallée du Croult d’après un « Levé à vue de la route de Saint‑Denis à Louvres passant par Gonesse » de 1826. Service historique de l’armée de terre, archives du Génie, MR 1289 ; papier, encre, aquarelle ; 90 x 28 cm.
Légende La cartographie militaire du XIXe s. a produit des documents de ce type dans le but de fournir des renseignements utiles au déplacement des troupes, ici, sur la route qui mène de Paris à Louvres.Allégés des détails secondaires, de tels documents gagnent en lisibilité, notamment en ce qui concerne le relief, rendu par des hachures. Le plan englobe le Croult dans toute son étendue, depuis sa source à Louvres jusqu’au confluent de la Seine. Sur le cours d’eau sont installés de nombreux moulins.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Titre FIG. 303 – Plan du Croult entre le trou provendier de Dugny et le grand niveau, après 1685. ADY, D 624 : no 25 ; papier, encre, aquarelle ; 51 x 34 cm.
Légende Au trou provendier de Dugny, le débit du Rouillon est régularisé par trois barrages (ou niveaux) établis en travers du Croult. Le sommet de chacun de ces niveaux devait dépasser d’un pouce (2,7 cm) le seuil du trou provendier. Ce document indique également que les berges du canal sont stabilisées par des plantations.
Crédits cl. ADY
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 3,1k
Titre FIG. 304 – Schéma du trou provendier de Dugny, d’après un plan de 1796.
Légende Le trou provendier, qui mesure 54 cm de large et 68 cm de haut, est aménagé dans une berge en pierre de taille. Les piédroits de son ouverture sont armés de plaques de fer. Le premier barrage (ou niveau) est placé en travers du Croult, à près de 6 m en aval du trou ; il consiste en une pièce de bois au‑dessus de laquelle est encastrée une barre de fer fixée par deux brides. Les démêlés entre les meuniers du Croult et ceux du Rouillon portent essentiellement sur l’ouverture du trou et sur le rapport entre la hauteur du niveau et celle du seuil du trou, qui influent sur le débit respectif des deux cours d’eau.
Crédits A.B. del./UASD d’ap. AMSD, et 959
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Titre FIG. 305 – Plan du grand niveau. ADY, B 624 : no 24 ; papier, encre, aquarelle ; 21 x 14 cm.
Légende À environ 170 m en aval du trou provendier, le Groult est traversé, depuis 1685, par le grand niveau. II s’agit d’une plate‑forme maçonnée, terminée en ses deux extrémités par deux niveaux et bordée, côté berges, par des parapets.
Crédits cl. ADY
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 333k
Titre FIG. 306 – Le Croult entre Saint‑Denis et Merville. AN, N III Seine 661 ; papier, encre, aquarelle ; 50 x 33 cm
Légende Ce plan, très schématique, situe la ferme de Merville E, la ferme de Champtourtel D et l’entrée de la ville par la porte Saint‑Rémy A. Le document semble se rapporter à une saussaie G plantée en bordure du chemin F qui longe le Croult entre les moulins Basset B et Fevon C.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 3,5k
Titre FIG. 307 – Le pont de Merville en 1820. MAHSD ; papier, fusain
Crédits cl. EJ./UASD
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 253k
Titre FIG. 308 – Croquis des moulins aux abords de la ville en 1605. AMSD, GG 103 ; papier, encre ; 29 x 18 cm.
Légende Sur ce plan, joint à un « Mémoire sur le droit de pêche prétendu par Mademoiselle de La Briche sur les rivières de Croust et de Rouillon », on reconnaît la ville derrière son rempart, puis le moulin du Dos‑d’Ane sur le Croult, le moulin à draps ou de Rouillon (moulin de la Truie) et les moulins Jumeaux (moulins Gémeaux) construits sur le Croult et le Rouillon. En face de la porte de Pontoise, on distingue le pont Saint‑Ladre. Plus à l’est, nous identifions le pont de Bois qui franchit la Vieille‑Mer et, sur le Rouillon, le pont de l’infirmerie (ou pont de Pierre) qui tire son nom du bâtiment situé à proximité appelé « l’Enfermerie ».
Crédits cl. EJ./ uasd
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 3,3k
Titre FIG. 309 – Moulin à eau près de Saint‑Denis, XVIIe s. BNF, Cabinet des Estampes, Va 93 t. 5 ; gravure, 24 x 13 cm.
Crédits © cl. BNF, Paris
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Titre FIG. 310 – Le moulin Basset et l’église Saint‑Remi, vers 1721. ADY, D 590 ; papier, encre, aquarelle ; 48 x 31 cm.
Légende Ce plan se rapporte à l’attribution de l’ancien chemin du Moulin‑Basset à la fabrique de l’église Saint‑Remi pour être mis en culture. Il montre l’église au milieu de son cimetière et, à proximité, le bureau d’octroi perpendiculaire au chemin de la « Cour Neuve » qui mène au pont Buleteau, sur le Croult. Le dessinateur donne également un plan très précis du moulin Basset dont la digue –ou jouée– a dû être refaite en 1689 (ADY, D 918). Le moulin comprenait un soubassement en pierre et des élévations en bois et en pierre. Il était attenant au logement du meunier.
Crédits cl. ADY
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 2,9k
Titre FIG. 311 – Plan du moulin du Dos‑d’Ane, vers 1730‑1740, attribué à Gilles Dumoutier, voyer de Saint‑Denis. AMSD, GG 98 ; papier, encre, aquarelle ; 32 x 19 cm.
Légende Le moulin du Dos‑d’Ane fut construit en 1603, à l’endroit où le Croult quitte la ville, en passant au travers du dos‑d’ane. Le moulin se compose de plusieurs corps de bâtiments et de grands jardins entourés de canaux qui drainent l’eau des fossés du rempart.
Crédits cl. EJ./ UASD
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 3,9k
Titre FIG. 312 – Élévation des deux roues des moulins Gémeaux en 1829. AMSD, et. 596 ; papier, encre, aquarelle ; 44 x 36 cm.
Légende À l’aide des changements indiqués sur le document, le propriétaire veut renforcer la puissance des deux roues établies respectivement sur le Croult et le Rouillon.
Crédits cl. E.J./UASD
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 2,9k
Titre FIG. 313 – Le pont du Croult en 1821. MAHSD, no inv. na 2444 ; papier, encre ; 20 x 25 cm.
Légende Avant le XVe s., ce pont est connu sous l’appellation « pont de Bris‑Eschalas » ou « pont Maubert ». L’ouvrage est établi au confluent du Croult et du Rouillon, bien visible sur ce document. La reconstruction du pont est financée au début du XVIIIe s. par les dames de Saint‑Cyr (ADY, D 530). Cependant, l’ancien chemin d’Epinay qui l’empruntait est supplanté au milieu du XVIIIe s. par la nouvelle route d’Epinay.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7k
Titre FIG. 314 – Le pont du Croult en 1824. MAHSD, no inv. na 2458 ; papier, encre ; 22 x 9 cm.
Légende On reconnaît à l’arrière du pont : le moulin Saint‑Paul (à gauche) et la caserne des suisses (à droite).
Crédits cl. EJ./UASD
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 3,0k
Titre FIG. 315 – Bâtiment Identifié au moulin Brise‑Echalas, XVIIIe s. (?). BNF, Cabinet des Estampes, Va 93 t. 5 ; papier, crayon ; 18 x 13 cm.
Crédits © cl. BNF, Paris
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Titre FIG. 316 – « Vue d’un moulin à Saint‑Denis » par J.‑V. Bertin, vers 1820. MAHSD ; huile sur toile ; 62 x 37 cm.
Légende II s’agit très probablement du moulin Brise‑Echalas.
Crédits cl. EJ./ uasd
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Titre FIG. 317 – La boucle de la Seine entre Sèvres et la machine de Marly, par Delagrive, 1738. BNF, département des cartes et plans, Ge CC 1389 : f°10 ; parchemin, encre, aquarelle ; 37 x 50 cm.
Légende En 1732, l’abbé Delagrive est chargé de cartographier le cours de la Seine. Le travail est achevé en 1738. La Bibliothèque nationale de France conserve deux grands recueils qui contiennent ces plans. La planche XXV correspond à peu près à la seigneurie de la « prévôté de la Cuisine ». Delagrive relève en plus des pêcheries (gords), des rapides et des « bassiers » (passages où l’eau est peu profonde). La Seine est longée par un chemin de halage, indiqué par une ligne en pointillés. On observe que ce dernier change de rive à hauteur du moulin de Clichy et au pont de Saint‑Cloud. Delagrive relève également les « ports aux pierres », « ports de moilons » et « plâtrières »,
Crédits © cl. BNF, Paris
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Titre FIG. 318 – Plan de la prévôté de la Cuisine, vers 1758. ADY, D 738 ; papier, encre, aquarelle ; 187 x 58 cm.
Légende Héritière de la « prévôté de la Cuisine », la maison de Saint‑Cyr est amenée à confectionner une série de plans terriers aujourd’hui conservés aux archives départementales des Yvelines. Ce plan d’assemblage montre la grande boucle de la Seine correspondant aux 40 km de cours d’eau dont l’abbaye était propriétaire. À Sèvres est indiquée, sur la rive gauche, la « prétendue borne de la séparation des seigneuries », qui marquait la limite entre le territoire de la prévôté de la Cuisine et celui de l’archevêché de Paris. Mais on notera surtout les nombreuses îles qui jalonnent le cours de la rivière jusqu’au Pecq : celles de Puteaux, de Neuilly, de Villiers, de Bécon, les deux îles de Bassières et de la Ruelle, celle de Guillemette puis le Javeau‑Prieur qui précède les deux îles longues, situées dans la boucle proprement dite : celles du Châtellier et de Saint‑Denis ; puis, viennent l’île d’Argenteuil –rattachée à la rive droite par le comblement du bras–, l’île Marande et l’île des Houtes. Enfin, se succèdent, interrompues par des chenaux ou « traverselles », les îles de Monthory ou de la Morüe, de la Carrière Saint‑Denis, de Chatou et de Giltier. On remarquera que les îles de Croissy, de Gautier, de la Loge et de Poirette sont déjà réunies. Des ponts enjambent la Seine à Sèvres, Saint‑Cloud, Neuilly, Chatou et au Pecq. Des bacs sont signalés à Asnières, Argenteuil et Bezon. Entre la Maison de Seine et La Briche, on relève le lieu‑dit « guet ».
Crédits cl. ADY
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Titre FIG. 319 – Plan de la Seine en 1699 ().a – L’île du Châtellier. ADY, D 734 : f°24 ; papier, encre, aquarelle ; 30 x 45 cm.b – L’île Saint‑Denis. ADY, D 734 : f°27v° ; papier, encre, aquarelle ; 60 x 45 cm.
Légende a Comme en témoigne ce septième plan du terrier de la « prévôté de la Cuisine » levé par Claude Lescuyer, voyer de Saint‑Denis, les censives de la Cuisine (référencées par des chiffres) concernent principalement des terrains situés sur les îles et sur les berges, ainsi que les innombrables pêcheries. Ces pêcheries sont des gords, tendus au milieu du fleuve, qui sont matérialisés sur le plan par des V orientés dans le sens du courant, b Ce huitième plan du terrier nous révèle l’existence, entre cette île et celle du Châtellier. d’autres petites îles, nommées Saint‑Marcel et Heurtebout, ainsi que de javeaux (îles formées de sables et de limon), séparés les uns des autres par des « traverselles ». Selon l’abbé Lebeuf, le bailli de l’île eut sa demeure sur l’île du Châtellier « du côté qu’elle est contiguë à la grande isle » (Lebeuf, Boumon 1883 : 565).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre FIG. 320 – L’île Saint‑Denis levée par La Noüe, arpenteur royal, en 1757‑1758. ADY, D 736 ; papier, encre, aquarelle ; 42 x 103 cm.
Légende L’île Saint‑Denis et l’île du Châtellier relevaient de Saint‑Marcel, à Saint‑Denis. En 1620, une succursale de cette paroisse fut établie et placée sous le vocable de Saint‑Sébastien ; en 1668, elle fut érigée en cure (Lebeuf, Bournon 1883 : 565 ; Bournon 1900b). La vue cavalière des agglomérations reste sommaire mais le dessinateur insiste sur la présence de demeures seigneuriales.
Crédits cl. ADY
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Titre FIG. 321 – « La maison de campagne de Papillon de La Ferté dans l’île Saint‑Denis « en 1787, par Lespinasse. Musée de l’Île‑de‑France à Sceaux, no inv. 37.2.64 ; papier, encre, aquarelle ; 58 x 35 cm.
Légende Papillon de La Ferté était un gentilhomme chargé des Menus plaisirs du roi et administrateur des théâtres royaux. Soupçonné de receler en son château des armes et des vivres pour aider les gens de la cour à se soustraire à la justice révolutionnaire, il fut guillotiné en 1794 (Bournon 1900b : 11‑13). Sur cette vue, la demeure bâtie sur l’île Saint‑Denis est visible sur la droite. Selon Gautier, le propriétaire « donnoit de fois à autres des petits divertissements champêtres, et quelques amusements sur l’eau et autres récréations, et tout le monde étoit content. (...) Anciennement cette maison avoit appartenue à M. L’Archer marchand papier à Paris. Il y avoient aussi dans ces fêtes de Jolis feux d’artifice » (Gautier : 386). En face, sur la rive droite, est figurée la Maison de Seine (fig. 323). Si l’on en croit Lespinasse, la rive de la Seine était en pente douce à cet endroit. Son dessin confirme donc la faible profondeur de l’eau, à hauteur du « bassier » figuré par Delagrive (fig. 317). En amont, la pente s’accentue de nouveau et devient même abrupte au pied de la hauteur que surmonte le moulin Fidel.
Crédits cl. Musée de l’Île‑de‑France
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Titre FIG. 322 – Plan du port de Saint‑Denis, en 1722. ADY, D 928 ; papier, encre, aquarelle ; 33 x 51 cm.
Légende Ce plan est lié à la requête d’Henri Vanteclay, « marchand de bois à brûler », qui, en 1722, souhaita faire déplacer un chemin et clôturer son terrain, occupé antérieurement par les moulins de Richebourg (ADY, D 627). Ce document figure également une plâtrière mais on ne sait s’il s’agit d’un four ou d’un entrepôt de gypse. Rappelons que la présence de fours à plâtre ou à chaux, à proximité des ports de la Seine, est attestée par les sources écrites (doc. 46) et que les comptes de la commanderie citent souvent le bûcher de Seine (doc. 39). Enfin, ce plan indique l’emplacement de l’ancienne Maison de Seine et confirme l’existence d’un chemin de halage sur la rive droite du fleuve.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7k
Titre FIG. 323 – Plan de la Maison de Seine au début du XIXe s. BNF, Cabinet des Estampes, Va 93 t. 5 ; gravure ; 47 x 40 cm.
Légende Mise à mal par les huguenots (doc. 59), cette demeure fut reconstruite au XVIIe s. sur un nouvel emplacement (fig. 322). D’après une estimation de 1778, le bâtiment comprenait une partie réservée à l’habitation et une autre destinée à l’exploitation des jardins, potagers et vergers qui dépendaient du domaine. Depuis le chemin des Poissonniers, on entrait par une porte cochère dans une vaste cour qui regroupait le logement du jardinier, plusieurs remises, un poulailler et un « trou de fumier ». Par une « grille à deux vanteaux entre deux piédroits de maçonnerie surmontés chacun d’un vase sculpté » ouvrant sur une allée d’arbres fruitiers plantés en espaliers, on accédait à l’habitation. Elle comprenait, au rez‑de‑chaussée, une salle à manger et une écurie. À l’étage, on nous signale plusieurs pièces dont un salon décoré de quatre grands tableaux. Au sud, le jardin formait une terrasse, protégée par une grille, donnant sur la rivière ; sur les deux autres côtés, il était enclos de murs (AN, Z1J1043).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Titre FIG. 324 – Plan du port de La Briche, ou « port Saint‑Denis », vers 1750. ADY, D 528 : no 123 ; papier, encre, aquarelle ; 36 x 33 cm.
Légende Ce plan, très schématique, se rapporte au pavage du chemin d’Epinay, entre le château de La Briche et le pont du Croult. À l’arrière du hameau de La Briche, dont une partie des maisons s’élevaient sur le territoire de Saint‑Denis, le « chemin d’Angain » et le « nouveau chemin... » correspondent à des projets qui n’ont pas été réalisés.
Crédits cl. ADY
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 2,8k
Titre FIG. 325 – Le port de La Briche au début du XXe s.
Légende Vers 1750, les habitants de Saint‑Denis protestent contre la suppression du pavage du chemin d’Epinay qui desservait le port de La Briche. C’était un havre naturel où les bateaux pouvaient accoster et où l’on déchargeait les pierres, le grain, le foin, le bois de charpente et de chauffe. C’est également dans ce port que le receveur de Saint‑Cyr prélevait, au XVIIIe s., les droits dits de montage et d’avalage (Lemoine 1940 : 46). À l’arrière‑plan, on distingue les premiers établissements industriels.
Crédits Musée de la Batellerie ; photographie.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre FIG. 326 – Saint‑Denis, par J.M.W. Turner, entre 1821 et 1832. ADSSD, 6 Fi Saint‑Denis 11 ; gravure de s. Fisher ; 14 x 10 cm.
Légende Turner a réalisé ce dessin pour la série « The Rivers of France, the Seine ».
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Titre FIG. 327 – Vue de la maison de Saint‑Ouen, par Israël Silvestre, en 1672. ADSSD, 6 Fi Saint‑Ouen 1 ; gravure ; 50 x 37 cm.
Légende Ce château se trouvait au sud du village de Saint‑Ouen. Il fut construit peu avant 1669 par Seiglières de Boisfranc, surintendant des finances du roi. Israël Silvestre nous montre la foire aux porcs qui occupe le pré situé entre le parc et la Seine. « Le dernier dimanche d’août, ainsi que le jour Saint‑Louis [25 août], on alloit promener à Saint‑Ouen ; le parc étoit ouvert au public, et l’on y dansoit. La foire consistait dans la vente des porcs vivants dont il y avoit une grande quantité, où les marchands de Paris et des environs se rendoient pour les spéculations de leur commerce. On alloit aussi à Saint‑Ouen en bateaux, lesquels étoient pris vers la Maison de Seine. » (Gautier : 385.)
Crédits cl. P.M./ADSSD
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 3,3k
Titre FIG. 328 – Projet d’un canal de Saint‑Denis à Paris, par le comte de Jumelle, en février 1725. BNF, département des cartes et plans, Ge D 14799 ; gravure de F. Baillieul ; 33 x 12 cm.
Légende Plusieurs plans datés de 1725 étudient la faisabilité d’un canal qui permettrait d’éviter aux péniches la traversée de Paris en coupant la boucle de la Seine. Ils ont été levés dans le cadre d’un projet visant à créer un canal irrigué par les eaux du Croult et contournant Saint‑Denis par la vallée du Rouillon. Ce n’est qu’en 1821 que l’actuel canal Saint‑Denis, rejoignant le bassin de la Villette, est construit. À la différence du projet précédent, il contourne la ville par l’ouest et le sud (fig. 225).
Crédits © cl. BNF, Paris
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Titre FIG. 329 – Saint‑Denis vue de l’île Saint‑Denis par John Gendall, en 1820, d’après le " Picturesque Tour of the Seine, from Paris to the Sea by M. Savan, published by R. Ackermann » en 1821. ADSSD, 6 Fi Saint‑Denis 9 ; lithographie de T. Sutherland ; 28 x 20 cm.
Légende Sur la rive d’en face, on distingue les embouchures du Croult et du canal Saint‑Denis en cours de construction.
Crédits cl. P.M./ADSSD
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Titre FIG. 330 – Les environs de Saint‑Denis sur la « Carte topographique des environs de Paris », levée par Delagrive en 1740, feuille VIII. ADSSD, 6 Fi carte 77 (C) ; gravure ; 93 x 65 cm.
Légende Ce plan précise l’emplacement de tous les moulins sur le territoire de la ville. Dans le courant du XVIIe et du XVIIIe s., cinq moulins à vent font une apparition éphémère. Le document illustre également le projet, jamais réalisé, d’une route reliant Aubervillliers au carrefour en étoile de Saint‑Ouen.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 447k
Titre FIG. 331 – Vue de Saint‑Denis prise depuis le pont sur le canal par Mertens, début du XVIIIe s. ADSSD, 6 Fi Saint‑Denis 12 ; lithographie ; 45 x 30 cm.
Légende On note, au second plan, la porte de Paris et, derrière les maisons, le dôme de la chapelle des carmélites.
Crédits cl. P.M./ADSSD
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Titre FIG. 332 – Les réseaux routier et hydrographique aux alentours de Saint‑Denis au début du XVIIIe s. avec la localisation des ponts et croix.
Crédits A.B. del./UASD
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 223k
Titre FIG. 333 – Le « nouveau chemin de Paris à Saint‑Denis » sur un plan de l’« Atlas de la seigneurie de La Chapelle », première moitié du XVIIIe s. AN, N III Seine 477 ; papier, encre, aquarelle ; 83 x 55 cm.
Légende Sur ce plan, le » nouveau chemin de Paris », tracé en 1724, est superposé à l’« ancien chemin de Paris à présent en culture ». On sait en effet que les propriétaires terriens furent indemnisés des terres qu’on leur avait prises pour la construction du nouveau chemin par des terrains récupérés sur le vieux chemin. En bordure de ce dernier subsiste une montjoie.
Crédits cl. P.M./ adssd
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 3,2k
Titre FIG. 334 – Coupe du nouveau chemin ou « route de Saint‑Denis », en 1818. Service historique de l’armée de terre, archives du Génie, MR 1291 ; papier, encre, aquarelle ; H : 8 cm.
Légende Le nouveau chemin devait avoir 20 pieds de large (environ 6,50 m), 18 toises (environ 35 m) avec les accotements. Il était bordé de deux contre‑allées plantées de deux rangées d’arbres.
Crédits cl. P.M./ADSSD
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Titre FIG. 335 – Le « nouveau chemin de Paris à Saint‑Denis », d’après l’atlas de Trudaine, AN, F14bis 8448 ; papier, encre, aquarelle ; détail.
Légende À partir de 1747, Charles Trudaine fait réaliser par les Ingénieurs des Ponts et Chaussées un relevé systématique des grands chemins du royaume. Cet extrait montre une partie du nouveau chemin de Paris à Saint‑Denis, qui s’est substitué au vieux chemin sinueux dont on distingue encore les croix qui le jalonnaient. Depuis 1750, le « chemin venant de Saint‑Ouen », appelé aussi « route des Princes » ou « route de la Révolte », relie Saint‑Denis, ville de garnison, à Versailles. On remarque que la représentation des champs mis en culture est très schématique, surtout si on la confronte au plan parcellaire (fig. 333).
Crédits cl. P.M./ ADSSD
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Titre FIG. 336 – Vue optique de la rue d’Enghien à la sortie de la ville, du côté de la caserne des suisses, seconde moitié du XVIIIe s. MAHSD ; gravure de Maillet, rue Saint‑Jacques, aquarellée ; 40 x 24 cm.
Crédits cl. EJ./ UASD
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Titre FIG. 337 – Plans des chemins nouveaux et en projet au nord de Saint‑Denis, d’après l’atlas de Trudaine, milieu du XVIIIe s.
Légende Ce plan montre, entre le chemin des Joncs et le vieux chemin de Plerrefltte, le « nouveau chemin de Pierrefitte à Saint‑Denis », percé en 1740 dans le prolongement de la rue d’Enghien. Le croisement en étoile, établi entre 1748 et 1751 (l’actuel Barrage), est également figuré, mais le percement du nouveau chemin d’Epinay et l’alignement du chemin de Garges sont encore en projet. De même, on envisage le redressement du chemin de la Barre, la voie romaine de Paris à Rouen. L’ancien bureau de péage qui se trouvait au pont Saint‑Ladre est transféré au nouveau pont sur le Rouillon. On remarque également les châteaux de Stains, de Villetaneuse, de La Chevrette, d’Ormesson et de La Briche, avec leurs parcs entourés de murs et plantés de taillis et de futaies. Entre le moulin implanté à la sortie de l’étang de Coquenard et La Briche subsiste la chapelle Saint‑Marc, un édifice d’origine incertaine qui fut détruit au XVe s., puis reconstruit et restauré en 1649 pour disparaître sous la Révolution (Bournon 1896b : 7‑8).
Crédits Cl. P.M./ADSSD
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Titre FIG. 338 – Les montjoies de la fin du XIIIe s. d’après une gravure anonyme du milieu du XVIIIe s. BNF, Cabinet des Estampes, Vx 16 : f°115 ; deux gravures,a – détail.b ‑16 x 24 cm (plaque).
Légende Sur les deux plaques le graveur reproduit neuf socles de plan hexagonal dont six sont décorés de trois statues de rois et sept surmontés d’une croix. Quatre des fûts de croix sont ornés du monogramme des Bourbons, un L couronné, rajouté dans le courant du XVIIe s. lors d’une restauration.
Crédits © cl. BNF, Paris
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 186k
Titre FIG. 339 – Vue optique de la procession septennale des bénédictins à l’abbaye de Montmartre, seconde moitié du XVIIIe s. BNF, Cabinet des Estampes, Va 416 ; gravure de Maillet, rue Saint‑Jacques, aquarellée ; 39 x 26 cm.
Légende Le cortège quitte Saint‑Denis par la Porte de Paris en empruntant la grille qui existe de 1750 à 1777. À gauche, au fond de la contre‑allée d’arbres, on distingue le Christ décrit par Gautier (doc. 114) ; à droite est conservée la montjoie dite croix Saint‑Quentin. Comme en témoigne cette gravure, l’affluence des spectateurs est en rapport avec la solennité de l’événement.
Crédits © cl. BNF, Paris
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Titre FIG. 340 – Restitution du plan du terroir de Saint‑Denis mentionnant les lieux‑dits (partie nord).
Crédits A.B. del./UASD
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 278k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 521k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 589k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 545k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 632k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 586k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 507k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 518k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-68.jpg
Fichier image/jpeg, 554k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-69.jpg
Fichier image/jpeg, 513k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-70.jpg
Fichier image/jpeg, 549k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-71.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-72.jpg
Fichier image/jpeg, 334k
Titre FIG. 341 – Restitution du plan du terroir de Saint‑Denis mentionnant les lieux‑dits (partie sud).
Crédits A.B. del./UASD
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-73.jpg
Fichier image/jpeg, 270k
Titre FIG. 342 – Saint‑Denis en 1773 d’après la carte des Chasses, feuille no 3, extrait. ADSSD, 6 Fi carte 19 (C) ; gravure ; 35 x 26 cm, détail.
Légende Destinée aux chasses royales, cette carte relève soigneusement les châteaux avec leurs taillis, les surfaces boisées et les remises de gibier. De plus, le document met en évidence les différentes natures de l’occupation du sol et atteste l’importance de la culture légumière entre Aubervilliers et La Courneuve que les sources écrites mentionnent, par ailleurs (Turek, Roy 1993). Le relief est figuré par des hachures.
Crédits cl. P.M./ ADSSD
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-74.jpg
Fichier image/jpeg, 621k
Titre FIG. 343 – Plan manuscrit du terroir de Saint‑Denis, vers 1708. BNF, département des cartes et plans, Ge F 5859 ; papier, encre, aquarelle ; 73 x 53 cm.
Légende Le « Plan du terroir de Saint‑Denis » est confectionné lorsque, en 1704, la ville est affranchie de la taille royale. Sur ce document qui pourrait être la minute de la gravure de Claude Inselin, exécutée à une échelle légèrement réduite (fig. 344), est esquissé le tracé des nouvelles limites. Entre 1708 et 1709, on implante quatre‑vingt‑douze bornes dont certaines sont ici marquées par des lettres. À l’intérieur du territoire sont précisées les terres où les cures de la ville prélevaient leurs dîmes. Le plan inclut également les paroisses limitrophes (Saint‑Ouen, La Chapelle, Aubervilliers, La Courneuve et Pierrefitte). Le document indique, au niveau de la Pointe du Landy, une colonne qui pourrait correspondre à l’un des trois piliers seigneuriaux observés par Doublet (doc. 119).
Crédits © cl. BNF, Paris
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-75.jpg
Fichier image/jpeg, 339k
Titre FIG. 344 – « Plan du terroir de Saint‑Denis », par Claude Inselin, 1708. BNF, département des cartes et plans, Ge D 5492 ; gravure ; 60 x 51 cm.
Légende En ce qui concerne le réseau routier et la délimitation du territoire, le graveur est resté très fidèle à la minute (fig. 343). Quant à la représentation de Saint‑Denis, Inselin a utilisé une version simplifiée du plan de la ville qu’il avait gravé en 1704 (fig. 239). Le graveur apporte un certain nombre de modifications : il change l’orthographe de certains lieux‑dits, oublie de reporter certains toponymes (Pointe Devant l’Hôtel‑Dieu) tout en en ajoutant d’autres qui ne figurent pas sur la minute (Grande Muraille, Haie Coque, Coin des Morts). La matérialisation systématique des champs mis en culture surcharge le document, mais a l’intérêt de faire apparaître le regroupement des vignes près de Saint‑Ouen et sur le territoire de Pierrefitte. De petits sabres croisés Indiquent l’emplacement où se sont déroulées les batailles contre les Anglais (1436) et les huguenots (1567). Le plan est complété par plusieurs vignettes, dont une carte des environs de Paris.
Crédits © cl. BNF, Paris
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-76.jpg
Fichier image/jpeg, 545k
Titre FIG. 345 – Les divisions territoriales aux alentours de Saint‑Denis, au début du XVIIIe s.
Légende Sur ce document, le périmètre du territoire de la ville, figuré par un trait rouge, se superpose aux seigneuries, indiquées en couleur. Ce plan met en évidence le rôle qu’ont joué les routes et les cours d’eau dans la délimitation des circonscriptions. L’abbaye détenait les seigneuries des environs de la ville ayant pour point commun de jouxter le rempart, au moins sur un côté. En 1703, celle de Stains accroît son domaine au détriment de Saint‑Léger, Pierrefitte et Dugny. En 1707, le territoire de Saint‑Denis se constitue aux dépens de cinq seigneuries : Saint‑Ouen, La Chapelle, Aubervilliers, La Courneuve et Saint‑Léger. À quelques détails près, Saint‑Denis et les communes limitrophes conservent de nos jours ces limites.
Crédits A.B. del./UASD
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-77.jpg
Fichier image/jpeg, 182k
Titre FIG. 346 – Restitution de la plaine entre Paris et Saint‑Denis au Moyen Âge.
Crédits M.W. del./UASD
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-78.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Titre FIG. 347 – Plan indiquant la limite de la banlieue de Saint‑Denis, au début du XVIIIe s. AN, L 854 ; papier, encre, aquarelle ; 50 x 50 cm.
Légende Ce plan figure, en pointillé, la limite de la banlieue établie par Louis VI le Gros, en 1124. Près de Saint‑Ouen, on distingue la borne du « Moulin Baillard » et, en bordure de la « grande rue de la Chapelle » entre la croix du Landy et la croix Penchée, la « borne de la banlieue ». De là, la limite se poursuit jusqu’au village d’Aubervilliers. Ce document restitue parfaitement le tracé rectiligne des deux voies d’origine antique ; la première, l’Estrée ou « route royale » emprunte ici la « grande rue de la Chapelle » et le chemin des Fruitiers ; la seconde, la route de Paris à Senlis, ou « voie publique qui mène à Louvres », correspond au grand chemin de Paris au Bourget.
Crédits cl. P.M./ ADSSD
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-79.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Titre FIG. 348 – Limite entre la banlieue de Paris et celle de Saint‑Denis vers 1742. ADY, D 600 ; papier, encre, aquarelle.
Légende En 1742, l’Hôtel‑Dieu de Paris faisait paître un troupeau de moutons sur le territoire de La Courneuve ; les religieux de Saint‑Denis, propriétaires de la seigneurie, protestèrent contre cette intrusion. Ce plan fut dressé à l’occasion du procès qui s’ensuivit ; il nous restitue, tout comme le plan précédent (fig. 347), les limites de la banlieue. La première borne est localisée sur les bords de Seine, entre Clichy et Saint‑Ouen. La limite, en trait plein, passe par la « place du moulin Bayard », rejoint le Reposoir ou la Pointe Lisiard pour se diriger ensuite sur le canton du Champourri. Depuis 1724, le grand chemin pavé de Saint‑Denis à Paris a été réaligné : la croix Penchée, la borne des deux banlieues et la croix du Landy (croix Faron), qui s’élevaient à l’origine au bord de ce chemin, sont donc dessinées sensiblement à l’écart du nouveau chemin.
Crédits cl. P.M./ADSSD
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-80.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Titre FIG. 349 – Plan de la banlieue de Paris, par Nicolas De Fer en 1717. BNF, département des cartes et plans, Ge C 728 ; gravure ; 75 x 52 cm.
Légende Plusieurs plans des environs de Paris figurent par des pointillés les limites fiscales de la banlieue parisienne. Ils illustrent le fait que la prévôté des marchands de Paris revendique le droit de percevoir des taxes sur certaines marchandises sur le territoire de Saint‑Denis, y compris le port établi à la Maison de Seine. En 1729, les échevins de la ville doivent même se défendre âprement contre l’extension intra‑muros de ces limites ; les agents du fisc justifient alors leur intrusion à l’aide d’un manuscrit daté de 1415 qui inclut dans la banlieue parisienne « la ville de Saint‑Denis, Jusqu’au greiz ou greil » (Lombard‑Jourdan 1985a : 109) ; ils identifient ce « greil » à un regard fermé par une grille, établi rue de la Boulangerie, au‑dessus du Merdret et en avant de la maison à l’enseigne du Gril (cf. supra § 4.3.4). Les bourgeois de Saint‑Denis répliquent que, de mémoire d’homme, ce regard ne fut Jamais grillagé et qu’il fallait lire « Grez », appellation de la borne de la banlieue de Saint‑Denis (ADY, D 708 : no 51). En 1985, lors d’un sauvetage archéologique rue de la Boulangerie, ce regard, découvert dans son dernier état, n’était en effet qu’une simple ouverture dans la chaussée, au‑dessus de la canalisation du Merdret.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-81.jpg
Fichier image/jpeg, 246k
Titre FIG. 350 – Plan parcellaire du village de La Courneuve, extrait du terrier de l’abbaye, vers 1740. AN, N IV Seine 44 : pièce 1 ; papier, encre, aquarelle ; 56 x 44 cm
Légende L’examen de ce plan rend compte de la structure bipolaire que le village a conservée jusqu’au XVIIIe s. Autour de l’église paroissiale, l’agglomération est réduite à un hameau. À l’est, l’habitat s’est développé sur les bords de la voie d’accès à la prévôté, le manoir seigneurial. Plus au sud, une noble parisienne, Marie Brullart, acquiert en 1577 une maison seigneuriale et obtient du roi Henri III la permission de l’entourer de fossés d’eau. En 1634, le prévôt érige en fief ce château qui prend alors le nom de Sainte‑Foy (Lombard‑Jourdan 1980a : 70‑78).
Crédits cl. P.M./ ADSSD
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-82.jpg
Fichier image/jpeg, 780k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-83.jpg
Fichier image/jpeg, 4,3k
Titre FIG. 351 – Plan de la prévôté de La Courneuve, extrait du terrier de l’abbaye, vers 1740. AM, N IV Seine 44 : pièce 45 ; papier, encre, aquarelle ; H : 18 cm.
Légende Le manoir rural est composé de plusieurs corps de bâtiments (hôtels, granges, écuries, un four et un colombier) entourés d’un fossé d’eau circulaire. Depuis le XVIe s., la prévôté est louée à un fermier (Lombard‑Jourdan 1980a : 60‑62).
Crédits cl. P.M ./ADSSD
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-84.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Titre FIG. 352 – « Ferme de Merville près Saint‑Denis, détruite en 1841 ». BNF, Cabinet des Estampes, Ve 26g : f°119 ; papier, crayon ; 32 x 23 cm.
Légende Le dessin d’un anonyme, exécuté juste avant la démolition de la ferme, nous montre, dans la cour, les vestiges d’une somptueuse habitation qui pourrait correspondre à l’ancien manoir de l’abbé ; son décor architectural invite à dater cette construction du XVe ou du début du XVIe s.
Crédits © cl. BNF, Paris
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-85.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-86.jpg
Fichier image/jpeg, 3,5k
Titre FIG. 353 – La ferme de Champtourtel près de Saint‑Denis, en 1824. MAHSD ; papier, crayon ; 22 x 14 cm.
Légende Le manoir de Champtourtel apparaît dès le XIIIe s. dans les sources écrites. Depuis le XVIIe s., la ferme appartient au séminaire parisien de Saint‑Sulpice. Au moment de sa vente comme bien national en 1791, elle consiste en « une maison bourgeoise, chapelle, logement pour le fermier, cour, jardin, granges, écuries, étables, bergeries, greniers, colombier et autres dépendances, entourés de fossés » (Lombard‑Jourdan 1980a : 87).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-87.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-88.jpg
Fichier image/jpeg, 3,3k
Titre FIG. 354 – La ferme de Champtourtel près de Saint‑Denis, en 1827. MAHSD ; papier, crayon ; 25 x 20 cm.
Crédits cl. EJ./UASD
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-89.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre FIG. 355 – « La grande pièce de la ferme de Merville », vers 1740, extrait du terrier de l’abbaye. AN, N IV Seine 44 : pièce 16 ; papler, encre, aquarelle ; 22 x 35 cm.
Légende Cette pièce, délimitée sur trois côtés par des chemins et par la rivière du Croult, mesure deux cent soixante‑douze arpents, soixante‑treize perches, soit plus de 9,3 ha. En limite du champ, on remarque un pré circulaire entouré d’arbres dont le diamètre est de 70 m environ. On peut le comparer à un autre terrain de même forme, planté d’arbres, mais de diamètre inférieur (35 m environ) que l’on décèle sur le grand plan de la seigneurie, dans le canton du Saule Ruxon (fig. 356). L’origine de ces tracés ronds reste problématique. Le microtoponyme de la Motte aux Bergers, situé à proximité du second cercle, suggère l’existence d’un relief, d’une butte (motte castrale ou emplacement d’un moulin à vent ?).
Crédits cl. P.M./ ADSSD
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-90.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-91.jpg
Fichier image/jpeg, 3,8k
Titre FIG. 356 – Plan terrier de la seigneurie de La Courneuve en 1740. AMSD, GG 148 ; papier, encre, aquarelle ; 173 x 166 cm
Légende En 1740, les religieux de Saint‑Denis commandent ce grand plan mural à Pierre Jubert de Basseville, ingénieur du roi, qui y travaille pendant six mois. Le territoire de la seigneurie est divisé en cinquante‑huit cantons, chacun marqué d’un chiffre romain et désigné au moins par un lieu‑dit. La numérotation des parcelles en chiffres arabes correspond à celle des articles rédigés dans les terriers. Sur ce plan, les propriétés de l’abbaye ont été aquarellées. On reconnaît le domaine de Merville, les terres de Vauboulon, dont la ferme est située à l’intérieur de la ville, ainsi que celles relevant de l’office du panetier, de l’infirmier et de l’aumônier. Trois cantons dépendant de la censive des chanoines de Saint‑Paul (le Clos Bertaut, les Lombards et l’Orme Seul) n’ont pas fait l’objet d’un levé parcellaire.
Crédits cl. P.M./ADSSD
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-92.jpg
Fichier image/jpeg, 459k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-93.jpg
Fichier image/jpeg, 4,1k
Titre FIG. 357 – Terrier de Saint‑Denis, vers 1740. AN, N IV Seine 44 : pièce 60 ; papier, encre, aquarelle ; 56 x 44 cm.
Légende Le terrier de la seigneurie de La Courneuve dont est extraite cette page, ainsi que les figures 350, 351 et 355, fut confectionné, vers 1740, probablement en même temps que le grand plan de la seigneurie (fig. 356). Ce brouillon témoigne du travail d’arpentage sur le terrain qui a dû précéder la réalisation des plans. Une parcelle sise à la Motte aux Bergers indique comme repères la fontaine aux Bergers et la mare aux Canes (fig. 342).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-94.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Titre FIG. 358 – Vue de Saint‑Denis depuis le nord, par C.L. Frommel, entre 1809 et 1812. MAHSD ; lithographie ; 56 x 42 cm.
Crédits cl. E.J./UASD
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-95.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre FIG. 359 – Plan de la seigneurie de Stains, après 1703. AN, S 2262 ; papier, encre, aquarelle ; 51 x 85 cm.
Légende Ce plan récapitulatif témoigne de la complexité des composantes de ce territoire : au centre, le village et le château seigneurial ne sont pas représentés, hormis la pièce d’eau du parc. Au nord, l’ancien territoire de Stains est teinté en violet ; à l’est, les terres du cénier de Saint‑Denis –où le curé de Stains a, depuis 1594, le droit de prélever la dîme– sont colorées en jaune ; au sud et à l’ouest sont figurées les terres annexées en 1703 : celles de Saint‑Léger, marquées d’un liseré jaune, et celles de Pierrefitte, différenciées par un liseré bleu ; au sud‑est une prairie, cernée de vert, fut démembrée du territoire de Dugny ; au‑dessus, le Val du Moulin rapporte au curé de Stains deux gerbes par pièce de terre ; à côté, on remarque le fief de la Maison Rouge avec le bois Adam.
Crédits cl. P.M./ADSSD
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-96.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-97.jpg
Fichier image/jpeg, 3,6k
Titre FIG. 360 – Plan géométral de la terre de Stains en 1689. AN, N II Seine 217 ; papier, encre, aquarelle ; 164 x 190 cm.
Légende Ce remarquable plan mural représente, près d’un siècle avant la parution de la carte topographique de Delagrive (fig. 330), la nature de la couverture végétale au moyen de signes conventionnels : les vignobles sont parsemés de pieds de vignes, les bois plantés d’arbres, les labours marqués de rayures et les prairies de pointillés. Les jardins sont figurés à l’arrière des habitations. La couleur jaune désigne la propriété du seigneur, le noir celle des particuliers. En bas à gauche, on reconnaît, entourée de champs, l’église Saint‑Léger.
Crédits cl. P.M./ADSSD
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-98.jpg
Fichier image/jpeg, 445k
Titre FIG. 361 – Plan parcellaire de la seigneurie de Stains, vers 1703. ADY, D 888 ; papier, encre ; 90 x 105 cm.
Légende Ce plan partiel est probablement relatif à l’annexion, en 1703, d’une partie des territoires de Saint‑Léger et de Pierrefitte à la seigneurie de Stains. La confrontation de ce document avec le plan précédent présente un double intérêt : il apparaît que, sur le plan aquarellé, l’orientation des rayures des labours est schématique puisqu’elle ne correspond pas à celle des parcelles ; si l’on examine la corrélation existant entre la nature de l’occupation du sol et la structure parcellaire, on remarque que les parcelles en lanière semblent caractéristiques des vignobles ; cependant, on les rencontre également dans les labours autour de Saint‑Léger.
Crédits cl. P.M./ADSSD
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-99.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre FIG. 362 – Le château de La Briche en 1782 (?) par un anonyme. MAHSD ; papier, encre, lavis ; 27 x 22 cm.
Légende C’est suite à sa reconstruction par Hesselin vers le milieu du XVIe s. que le château prend l’aspect que nous transmet la documentation iconographique. Côté Seine, la demeure a l’apparence d’un château fort avec ses tourelles d’angle et son pont‑levis. On distingue également sa chapelle.
Crédits cl. EJ./ UASD
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-100.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-101.jpg
Fichier image/jpeg, 3,1k
Titre FIG. 363 – Le « château de la belle Gabrielle à La Briche », vers le milieu du XIXe s. par Charles‑Nicolas Ransonnette (1793‑1877). BNF, Cabinet des Estampes, Ve 26f.
Légende La proximité de Paris amena au château de La Briche quelques hôtes célèbres. À l’automne 1592, Gabrielle d’Estrées, favorite d’Henri IV, y séjourne (Rey 1910).
Crédits © cl. BNF, Paris
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-102.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Titre FIG. 364 – Ruine dans la Plaine Saint‑Denis, par un anonyme, 9 août 1833. BNF, Cabinet des Estampes, Ve 26g : f°110 ; papier, crayon ; 13 x 10 cm.
Crédits © cl. BNF, Paris
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-103.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre FIG. 365 – Ruine aux environs de Saint‑Denis, en 1884. BNF, Cabinet des Estampes, Va 93 t. 5, collection Paul Blondel ; papier, crayon, sanguine ; 24 x 15 cm.
Crédits © cl. BNF, Paris
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-104.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Titre FIG. 366 – Le territoire de Saint‑Léger, au nord de Saint‑Denis, vers le milieu du XVIIIe s. AMSD, GG 150 ; papier, encre, aquarelle ; 176 x 95 cm.
Légende Le degré de précision de ce plan parcellaire peut être contrôlé par la confrontation avec la feuille du cadastre napoléonien déjà présentée (cf. § 4.4.9, fig. 296).
Crédits cl. P.M./ADSSD
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-105.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-106.jpg
Fichier image/jpeg, 3,4k
Titre FIG. 367 – « Second brouillon du plan de la terre et seigneurie de La Chapelle », par Jean Berthier, ingénieur du roi, le 12 juillet 1704. AMSD, GG 144 ; papier, encre, aquarelle ; 250 x 135 cm.
Légende Les archives municipales de Saint‑Denis conservent deux plans parcellaires de la seigneurie de La Chapelle, tous deux datés de 1704. Le premier (AMSD, GG 146), signé par David Loriot, est incomplet, aussi présentons‑nous le second. Le territoire est délimité principalement par des chemins ; celui des Poissonniers ou des Marchandises au sud, le grand chemin pavé de Saint‑Denis à Paris, le chemin du Bailli et le pavé du Bourget au nord. L’abondance des champs en lanière témoigne du fort morcellement des propriétés.C’est sur le territoire de cette seigneurie que se tenait la foire du Lendit. Le périmètre du champ de foire est difficile à cerner. Suger parle de platea, d’un emplacement (doc. 118), et Charles VII dit, en 1144 : « sur le chemin par où l’on va de notre ville de Paris à nostre ville de Sainct Denys » (Doublet 1625 : 1084). En 1572, seize ans après le transfert définitif de la foire à l’intérieur de la ville (doc. 94), La Popelinière nous rapporte qu’elle se tenait à l’ouest du grand chemin pavé de Saint‑Denis à Paris (doc. 128). La microtoponymie conserve encore le souvenir du champ de foire : le Landy, la Pointe du Landy, la Grange, le Parc aux Moutons, le Reposoir. Le jour de la bénédiction de la foire, l’évêque de Paris arrivait en procession en empruntant le chemin des Poissonniers (Roussel 1897). À la Pointe Lisiard, une borne marquait la limite de la juridiction abbatiale. De là, le prévôt portier de l’abbaye et ses gens escortaient le cortège à la « Tournelle » (fig. 372).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-107.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-108.jpg
Fichier image/jpeg, 4,1k
Titre FIG. 368 – Vue de la plaine de Saint‑Denis prise depuis les hauteurs du Pré‑Saint‑Gervais, par Edme‑François Daubigny (1789‑1843). BNF, Cabinet des Estampes, Ve 26g : f°104 ; papier, encre au lavis ; 33 x 23 cm.
Légende La plantation des remises pour les chasses royales et celle de doubles allées d’arbres le long des nouveaux chemins confèrent au paysage de la plaine un aspect plus boisé.
Crédits © cl. BNF, Paris
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-109.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Titre FIG. 369 – « Plaine Saint‑Denis, 18 août 1850 » par César‑Auguste Lepeudry. Collection Jean‑Louis Rébière ; papier, crayon ; 18 x 6 cm.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-110.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Titre FIG. 370 – La Plaine Saint‑Denis vue depuis la colline de Montmartre, par Jean‑Baptiste Langlace, vers 1825. Musée de l’Île‑de‑France à Sceaux, no Inv. 37.1.25 ; huile sur toile ; 43 x 26 cm.
Légende Au premier plan, on distingue les carrières de gypse et, au loin, la butte Pinson, dite anciennement bois de Richebourg.
Crédits cl. Musée de l’Île‑de‑France
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-111.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Titre FIG. 371 – Les loges au Lendit dans les « Grandes Chroniques de France », fin du XVe s. Musée Goya de Castres.
Légende Cette miniature confirme l’utilisation du bois, de toiles ou de bâches dans la construction des loges.
Crédits cl. Giraudon
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-112.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Titre FIG. 372 – Bénédiction de la foire du Lendit dans un pontifical du milieu du XVe s. BNF, ms. lat. 962 : f°264 ; miniature.
Légende C’est l’évêque de Paris qui ouvre la foire par la bénédiction des marchands, donnée au « perron » ou en la « Tournelle » que l’on a proposé d’identifier à l’édicule carré, surmonté d’une loggia, que figure cette miniature (Lombard‑Jourdan 1987 : 306‑307). Une tourelle se trouvait en effet à proximité de la grange du Lendit. Si l’on en croit cette miniature, les loges et les tavernes sont identifiées par des enseignes. Nous savons que le jour de l’ouverture de la foire, le vin coule à flots dans les tavernes (Roussel 1897 : 77‑78). Le Lendit est un marché de gros : les draps et toiles arrivent par ballots, les moutons et chevaux par troupeaux.
Crédits © cl. BNF, Paris
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-113.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Titre FIG. 373 – “L’isle de France et lieux circonvoysins », vers 1594. AN, NN 192/3, 66 ; gravure ; 41 x 33 cm.
Légende Ce document, qui concerne le siège de Paris en 1590, représente l’Île‑de‑France parsemée d’une quantité de places fortes.
Crédits cl. P.M./ADSSD
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-114.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Titre FIG. 374 – La bataille de Saint‑Denis le 10 novembre 1567. Public Record Office, MP 4313 ; dessin ; 79 x 59 cm.
Légende Sir Henry Norris, ambassadeur d’Angleterre en France, fit exécuter ce dessin par l’un de ses proches pour le joindre à une lettre, en date du 29 novembre 1567, qui relate l’événement militaire. L’ambassadeur et son dessinateur assistèrent très probablement à la bataille depuis les hauteurs de Montmartre, comme beaucoup de Parisiens. Ayant établi leur campement à Saint‑Denis, que l’on reconnaît en haut de l’image, les protestants préparent leur offensive en disposant les cavaliers en arc de cercle, en avant des villages de Saint‑Ouen, à gauche, et d’Aubervilliers, à droite. L’armée du roi, venant de Paris, comprend des cavaliers, des fantassins et quatorze canons. La bataille dure une heure et se solde par un recul momentané des protestants (ils quitteront la ville le 13 novembre), mais prive l’armée des catholiques de son commandement : le connétable Anne de Montmorency y est mortellement blessé (Lombard‑Jourdan 1979a),
Crédits cl. Public Record Office
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-115.jpg
Fichier image/jpeg, 402k
Titre Figure 375 – « Description de la Bataille et victoire obtenue par le Roy nostre Sire contre ses subiets, rebelles entre Paris et s. Denis en France au mois de novembre l’an mil cinq cens soixante sept », 1570. BMSD, ms. E1 ; bois gravés et assemblés ; 41 x 52 cm (détail).
Légende Trois ans après l’événement, cette gravure montre la même bataille, vue à vol d’oiseau depuis le nord. On a souligné l’intérêt de ce document, qui fournit d’intéressants détails topographiques (Lombard‑Jourdan 1979a). Pourtant, la représentation de Saint‑Denis, au premier plan, reste très schématique. En bordure du chemin de Paris à Saint‑Denis sont figurées les montjoies et, à proximité de la ville, l’église Saint‑Quentin.
Crédits cl. E.J./UASD
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-116.jpg
Fichier image/jpeg, 490k
Titre FIG. 376 – « Coupe géologique de la butte Montmartre », en 1814. Service historique de l’armée de terre, archives du Génie, MR 1291 ; papier, encre, aquarelle ; 23 x 36 cm.
Légende La galerie ogivale figurée dans la coupe est caractéristique d’une carrière de gypse.
Crédits cl. P.M./ADSSD
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-117.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Titre FIG. 377 – Carte géologique simplifiée des environs de Saint‑Denis.
Légende Cette carte a été établie à partir des cartes au 1/50 000 (feuilles de l’Isle‑Adam, Paris, Pontoise et Versailles) et au 1/25 000 (feuilles est et ouest de Paris), éditées par le BRGM. 1 alluvions (sables, graviers et argiles) : Quaternaire ; 2 terrains glissés ; 3 meulière : Oligocène supérieur ; 4 Sables de Fontainebleau : Stampien ; 5 marnes supra‑gypseuses et argile verte : Ludien supérieur – Stampien inférieur ; 6 série du gypse : Ludien ; 7 marnes et calcaires : Bartonien supérieur ; 8 Sables de Beauchamp : Bartonien inférieur ; 9 Calcaire grossier : Lutétien ; 10 calcaires, argiles et sables : Montien‑Yprésien ; 11 craie du Crétacé supérieur.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-118.jpg
Fichier image/jpeg, 205k
Titre FIG. 378 – La butte Pinson, par E. Hussenot, 1871. BNF, Cabinet des Estampes, Va 93 t. 5 ; gravure ; 26 x 8 cm.
Légende Les falaises que l’on reconnaît au pied de la colline correspondent très probablement au front de taille d’une carrière à ciel ouvert. Plusieurs plans, dont la carte des Chasses (fig. 342, 383b), représentent sur les versants de la butte Pinson, située à l’ouest de Pierrefitte, des excavations identifiées comme plâtrières. L’abbé de Saint‑Denis était propriétaire des carrières de Pierrefitte, aussi les plâtrières sont‑elles mentionnées de manière explicite dans les comptes de la commanderie. En 1229‑1230, on dépense 4 sous et demi pour ouvrir une plâtrière, Pro plastreria discooperienda, IIII s. et dimidium (Depoin 1923 : 252).
Crédits © cl. BNF, Paris
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-119.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Titre FIG. 379 – Plan partiel du cours de la Seine entre Chatou et Carrière Saint‑Denis en 1821. Service historique de l’armée de terre, archives du Génie, MR 1287 ; papier, encre, aquarelle ; 47 x 41 cm.
Légende Le village de Carrière Saint‑Denis, l’actuel Carrières‑sur‑Seine, qui figure au centre du plan, est une Villeneuve fondée par Suger (Suger, Lecoy de la Marche 1867 : 185, De administratione). Quadraria, le toponyme latin de ce site établi au pied d’un coteau où le calcaire affleure, désigne clairement l’exploitation de la pierre. Le village et les vignes dans une « couture » toute proche sont donnés en 1137 au trésorier de l’abbaye (Suger, Lecoy de la Marche 1867 : 342‑343).
Crédits cl. P.M./ADSSD
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-120.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Titre FIG. 380 – « Carte minéralogique des environs de Paris », par Dupain‑Triel, ingénieur géographe, pour l’« Atlas » de Guettard (Guettard 1780), levé en 1766. BNF, département des cartes et plans, Ge DD 5515 ; gravure ; 43 x 23 cm).
Légende Cette carte fut très probablement dressée après enquête sur le terrain. Elle est accompagnée d’une légende identifiant les « signes minéralogiques ». Trois coupes montrent, respectivement, la succession des strates dans une carrière de pierre calcaire, une glaisière et une carrière de gypse. On notera une concentration de signes sur les berges de la Seine, entre Neuilly et Saint‑Denis ; Ils signalent surtout la présence de sable, de glaise, de « cos » (cosse : première couche d’une carrière) et de calcaire coquillier. Au nord de Saint‑Denis, sur la route de Pierrefitte, est indiquée une fontaine plâtreuse ou séléniteuse.
Crédits © cl. BNF, Paris
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-121.jpg
Fichier image/jpeg, 467k
Titre FIG. 381 – « Les environs de Paris », par Nicolas De Fer en 1690. AN, NN 192/28 ; gravé par Liebaux ; 75 x 52 cm.
Légende Cette carte met bien en évidence les massifs forestiers qui subsistent dans la région parisienne et dont un certain nombre furent exploités par l’abbaye. Dans la boucle de la Seine, on remarque un reste du bois de la « Garenne de Colombes « et le / bois de Boulogne, l’ancienne forêt de Rouvray. Plus réduites sont les anciennes forêts du Vexin français et des Yvelines, dans la vallée de Chevreuse, où Suger trouva les douze poutres destinées à l’agrandissement de l’église abbatiale (doc. 11).
Crédits cl. P.M./ADSSD
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-122.jpg
Fichier image/jpeg, 506k
Titre FIG. 382 – Paris et ses environs vers 1756, d’après la première feuille de la carte de Cassini. ADSSD 6 Fi carte 47 ; gravure ; 93 x 59 cm.
Légende En 1746, Louis XV confie à Cassini de Toury le levé d’une carte de France, fondée sur le canevas géodésique du pays, auquel travailla l’académicien entre 1733 et 1747. Cette première feuille est publiée en 1756. L’échelle choisie (1/86 400) interdit à Cassini une figuration très détaillée du paysage. Les agglomérations trop petites et les édifices isolés sont réduits à des symboles. Cassini prend en compte le tracé du nouveau réseau routier. Cependant l’intérêt primordial de cette carte, reconnu par tous au moment de sa parution, est le positionnement exact des lieux.
Crédits cl. P.M./ ADSSD
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-123.jpg
Fichier image/jpeg, 641k
Titre FIG.  383 – Plan des environs de Saint‑Denis, vers 1740. ; papier, encre, aquarelle ; 56 x 35 cm chaque feuille. a – AN, N IV Seine 44 : pièce 74 ; b – AN, N IV Seine 44 : pièce 75 ; c – AN, N IV Seine 44 : pièce 76.
Légende Un terrier de l’abbaye, concernant la seigneurie de La Courneuve, renferme ces trois feuilles copiées sur une carte, aujourd’hui disparue, de la région entre l’Oise et la Seine. La « deuxième feuille du sixième rang » a montre l’arrière‑pays d’Argenteuil et d’Epinay ; la « troisième feuille du sixième rang » b va de Deuil à Garges ; la « troisième feuille du septième rang » c figure Saint‑Denis et Aubervilliers. En fonction de ces indications, on peut supposer que la série complète de ces copies quadrillait la partie nord de l’Île‑de‑France du nord au sud, au moins de Beaumont à Aubervilliers, et d’est en ouest, de Garges à Saint‑Germain‑en‑Laye. Ces feuilles nous renseignent surtout sur le réseau des grands chemins et des cours d’eau. L’étendue des agglomérations et des parcs est sommairement indiquée par la couleur rouge ou jaune. Cependant, si l’on en juge par la feuille de Saint‑Denis c, la carte originale représentait les jardins et le bâti de manière très précise, maison par maison. Certaines utilisations du sol sont indiquées par des lettres telle que V pour vigne, P pour prairie et B pour bois. Plusieurs limites de bornages figurent également. Enfin, la technique de matérialisation de la forme du relief à l’aide de lignes sinueuses, doublées d’un liseré jaune, est inhabituelle pour l’époque.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-124.jpg
Fichier image/jpeg, 199k
Titre FIG. 384 – La route de Saint‑Denis à Herblay, par A. Desplan, lieutenant au corps d’état‑major, 1822. Service historique de l’armée de terre, archives du Génie, MR 1287 ; papier, encre, aquarelle ; 90 x 28 cm.
Légende Les archives du Génie conservent dans le fonds des Mémoires de Reconnaissance une série de plans aquarellés du début du XIXe s. qui reproduisent, de manière exceptionnelle, le paysage de la région autour de Saint‑Denis. Étudiant les possibilités d’interception d’un adversaire arrivant de l’ouest, le cartographe s’efforce de documenter de son mieux les abords de la route de Pontoise, depuis le « poste aux chevaux », près d’Herblay, jusqu’à la ville de Saint‑Denis. Au nord de cette route, la plaine est drainée par le ru d’Enghien qui alimente l’étang de Montmorency et celui de Coquenard, avant de se jeter dans la Seine au niveau de La Briche. Au sud, le massif de Cormeilles est figuré par des hachures ; on notera qu’une partie de ses pentes est investie par des carrières. Quatre couleurs différencient les masses de cultures : jaune citron pour les bois, vert pour les prés et les jardins ; le jaune paille correspond très probablement aux champs de blé ; la couleur dominante est le violet clair qui est affecté aux innombrables vignes et vergers qui « entrecoupent » le paysage, selon l’expression du mémoire qui accompagne le plan. La carte est limitée, au nord, par la « route de Pierrelaye à Ermont », à savoir l’antique chaussée Jules‑César qui, auparavant, rejoignait la route de Saint‑Leu à Saint‑Denis, ancien chemin de la Barre, aboutissant au pont Trecine (fig. 299, 300, 337). Très tôt, elle a été doublée, au sud, par la route de Pontoise à Saint‑Denis qui longe le pied du coteau. Dès le haut Moyen Age, le patrimoine de l’abbaye se développe le long de ces deux voies : à Epinay, Ormesson, Eaubonne et Franconville. Au XIIe s., l’abbaye prend possession de Saint‑Gratien, Cormeilles‑en‑Parisis et Montigny. En 1129, Suger réussit à récupérer le prieuré d’Argenteuil. Le développement des vignobles sur les coteaux bien exposés des buttes de Cormeilles est lié à l’extension des domaines de l’abbaye dans ce secteur. Au XIVe s., cette dernière localité, ainsi qu’Argenteuil, Franconville et Sannois, figure, avec Pierrefitte et Rueil, parmi les principaux domaines viticoles de l’abbaye (Lebel 1935a : 190).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42588/img-125.jpg
Fichier image/jpeg, 252k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search