Version classiqueVersion mobile

Atlas historique de Saint-Denis

 | 
Michaël Wyss

3. Monasterium

Jannie Mayer et Michaël Wyss

Résumé

Grégoire de Tours mentionne l’existence de « gardiens » établis aux abords du sanctuaire. Durant la première moitié du viie s.,

Dagobert Ier et Clovis II tentèrent d’imposer à cette communauté le mode de vie monastique. Dirigé par les abbés les plus influents de l’empire carolingien, le monastère oscilla un certain temps entre la règle des chanoines et celle de saint Benoît. En 867, Charles le Chauve fut nommé abbé de Saint‑Denis et, jusqu’au début du xie s., le monastère vécut sous le régime de la commende, avec l’obligation d’accueillir, trois fois l’an, la cour royale.

Au nord de l’abbatiale, un aqueduc et un édifice civil carolingiens témoignent d’un vaste ensemble à l’allure monumentale. Quant à l’identification de ce bâtiment à un palais, elle demeure hypothétique.

À l’apogée de l’abbaye, au xiiie s., on dénombrait à Saint‑Denis jusqu’à cent cinquante moines. Conformément à la tradition bénédictine, les bâtiments communautaires étaient centrés sur le cloître qui était attenant au flanc sud de l’abbatiale. Le monastère était abrité par une enceinte percée de plusieurs portes fortifiées.

En 1633, l’abbaye fut reformée par la congrégation de Saint‑Maur. Jugés vétustes, les bâtiments médiévaux furent progressivement démantelés pour permettre, à partir de 1700, leur reconstruction par l’architecte Robert de Cotte. F.‑A. Gautier nous décrit les aménagements intérieurs qui disparurent lors de l’installation, en 1795, d’un hôpital militaire auquel se substitua, en 1808, la maison d’éducation de la Légion d’honneur.

Texte intégral

Ce troisième chapitre contient principalement un essai topographique sur les bâtiments conventuels complété par une série de textes : extraits d’actes, de comptes, descriptions et procès‑verbaux de visites, notamment. La plupart de ces documents sont mentionnés dans l’« Histoire de l’abbaye de Saint‑Denis en France » de Félicie d’Ayzac. Toutefois, cette étude, qui date de 1861, ne répond plus aux exigences de la recherche actuelle en ce qui concerne les sources écrites, et l’interprétation des textes y est souvent erronée. Il ne nous était guère possible, en si peu de temps, de combler cette lacune, aussi notre étude na‑t‑elle pas la prétention défaire le point sur cette vaste question.
Si l’on considère la superficie occupée par le monastère et ses abords, le champ des investigations archéologiques reste somme toute limité. A l’est, au sud et à l’ouest de l’abbatiale, le sous‑sol fut peu exploré. Seul J. Formigé, en démolissant le calorifère de Viollet‑le‑Duc (
fig. 70), dit avoir fouillé l’entrée du monastère, sous la salle du trésor et une travée de la cave de l’hôtellerie contiguë (Formigé 1957), mais ses travaux ne semblent pas avoir fait l’objet de la moindre documentation. Aussi, les bâtiments monastiques sont‑ils essentiellement connus par la documentation écrite et iconographique. Le début du chapitre (§3.1) résume brièvement les plus anciens témoignages de la construction et rappelle un certain nombre de données historiques. Suit un tour d’horizon des édifices qui se limite à l’Epoque moderne : les bâtiments autour du cloître ; les infirmeries, les palais abbatiaux et royaux, à l’est ; les dépendances autour de la cour d’entrée de l’abbaye, à l’ouest,
La démolition du cloître médiéval se fit parallèlement à la lente reconstruction des bâtiments toujours conservés. La seconde partie (§ 3.2) précise la chronologie de ces travaux qui ont duré de 1700 à 1781. Un dossier iconographique ainsi que la relation très détaillée de Gautier nous restituent l’aspect du monastère avant la Révolution.

3.1 Le monastère médiéval des origines au xviiie s.

3.1.1 Aperçu historique

1Depuis le milieu du viie s., la communauté des frères est assujettie à une vie régulière dont l’observance a été plus ou moins respectée. Réformé successivement par les abbés Waldo (806‑813), Hilduin en 829, Odilon de Cluny (1005‑1008), Vivien (1008‑1031), Suger en 1127 et les mauristes en 1633, le monastère de Saint‑Denis suit la règle de saint Benoît que les papes rendirent moins contraignante.

2L’estimation de l’importance de la communauté pratiquant la prière perpétuelle ou laus perennis est controversée, les moines de Saint‑Denis ayant semble‑t‑il peu donné suite à cet office souhaité par Dagobert Ier (629‑639) et Clovis II (639‑657). En 832, la mense conventuelle est censée subvenir aux besoins de cent cinquante moines, de leurs serviteurs et des hôtes de l’abbaye (Levillain 1909b). Cinq ans après, une liste des moines vivant à Saint‑Denis cite 127 noms (Oexle 1978 : 112‑119). Le 13 avril 1295, le pape Boniface VIII fixe à deux cents le nombre maximal de religieux pouvant être admis à l’abbaye de Saint‑Denis (Félibien 1706 : 258), mais ce nombre ne fut probablement jamais atteint. Un siècle plus tard, le « Livre vert de Saint‑Denis » précise que leur nombre doit s’élever à cent cinquante mais qu’ils ne sont plus que cent vingt‑huit dont soixante‑dix résidant à Saint‑Denis, dix à Paris et le reste dans les prieurés (Lebel 1935a : 38). Au moment de la dernière réforme, le monastère, qui ne compte plus que cinquante‑deux religieux, accueille trente‑quatre religieux de la congrégation de Saint‑Maur.

3La description de la basilique de 799 distingue l’église abbatiale, basilica ou ecclesia, des bâtiments conventuels, monasterium (doc. 7). En 862, le précepte de Charles le Chauve cite quelques composantes du monastère sans les décrire : un réfectoire, refectorium, un dortoir, dormitorium, un vestiaire, camera fratrum, une salle chauffée, caminata, une cuisine, coquina fratrum, un noviciat, cella novitiorum, des bains, balneatorium, des ateliers, officinae, une boulangerie, pistrinum et un cellier, cellarium (Tessier 1952 : no 247). En 875, le même roi abandonne aux religieux la villa de Rueil « à charge de placer quinze lampes en trois groupes au réfectoire, où elles seront allumées quand il sera besoin » (Tessier 1952 : no 379).

4Le monastère est également un centre d’accueil, comme en témoignent l’hospice, senodochium, mentionné dans les Gesta Dagoberti regis (Hincmar, Krusch 1888 : 411), ou l’hôpital des pauvres, hospitale pauperum, cité avec l’hôtellerie, cella hospitum, dans un diplôme de Charles le Simple en 898 (doc. 64).

  • 1 Ainsi, nous remettons en question une précédente proposition qui identifiait ce bâtiment à l’hôtell (...)

5Les sources écrites ne font pas état de l’organisation spatiale de ces bâtiments qui s’élevaient aux abords de l’abbatiale ; pourtant, en proposant de reconnaître, au nord de l’église, les vestiges d’un palais carolingien, l’archéologie soulève le problème de l’extension du monastère haut‑médiéval : nous savons que Suger achète en 1140 une « terre du domaine royal », terram regiae domus, à Guillaume de Cornillon (doc. 38). Or, on se rappelle que ce même achat est mentionné avec une précision topographique « place voisine du cimetière près de l’église Saint‑Michel » (cf. supra § 2.2.2 et doc. 64). Les découvertes récentes ont établi qu’un important bâtiment carolingien (cf. supra  § 2.1.3) jouxtait l’église Saint‑Michel‑du‑Degré. Si l’on admet que ces deux vocables se rapportent à la même église, nous pourrions proposer de reconnaître dans ce bâtiment une demeure royale, peut‑être la domus que Philippe Ier avait précédemment cédée à l’abbaye (doc. 37) et que celle‑ci aurait perdu par suite d’une inféodation. La présence à Saint‑Denis d’un palais, avant 800, paraît assurée (Brühl 1975) (cf. supra § 1.7 et doc. 35)1. Cependant, notre attribution reste hypothétique car Doublet assure avoir pris connaissance d’un acte de Robert le Pieux prouvant que cet ancien palais s’élevait à l’emplacement des logis du courtillier et du trésorier, c’est‑à‑dire au sud de l’abbatiale où il identifie aussi la chapelle palatiale (cf. infra § 3.1.4).

6Il faut également observer que des bâtiments du monastère pouvaient être distants de l’église abbatiale. Ce fait est assuré pour les deux sanctuaires, Saint‑Martin et Saint‑Denis‑de‑l’Estrée, situés à près de six cents mètres à l’ouest, sur les bords de la voie antique : le premier, désigné au début du xie s. comme petit monastère, monasteriolum, est destiné alors aux religieux malades de l’abbaye ; le second, bientôt érigé en prieuré, abrite au xie s. l’école monastique que fréquentèrent Suger et le futur roi Louis VI le Gros (cf. infra § 4.1.1). Mais nous n’avons encore pu vérifier l’assertion de Doublet selon laquelle il aurait existé au nord de la ville, près du pont de Pierre, ou pont de la « Maison de l’Infirmerie » (fig. 298), un établissement où les religieux malades « alloient prendre l’air » (doc. 59).

7Si l’on en croit le testament de Suger en date du 17 juin 1137, le chantier de l’abbatiale, alors en cours, comprenait également la construction de l’hôtellerie, domus hospitum, ainsi que la rénovation du dortoir et du réfectoire (doc. 36).

8Au début du xive s., après une période prospère qui s’est traduite par la reconstruction de la plupart des bâtiments communautaires, le monastère est à son apogée. Son aspect devait alors se rapprocher de celui que le Monasticon Gallicanum figurera à la fin du xviie s. (fig. 139).

9Quant à la gestion et à l’administration de l’abbaye, elles sont assurées par l’abbé, secondé de plusieurs dizaines d’officiers, véritables dignitaires ecclésiastiques qui demeurent habituellement dans l’enceinte monastique, en leur logis particulier (doc. 101). Les comptes de la commanderie des xiiie et xive s. témoignent de la multitude des bâtiments (doc. 39 et 40) qui s’organisent autour de plusieurs cours ou cloîtres (doc. 20).

10Très éprouvée par l’occupation anglaise lors de la guerre de Cent Ans, l’abbaye décline dans le courant du xve s. Après le concordat de 1516, la communauté passe sous le régime de la commende ; dorénavant, le roi désigne comme abbé une personnalité de son entourage. Ainsi, jusqu’en 1679, se succèdent à la tête de l’abbaye de grands personnages dont la présence se manifeste par le développement monumental du palais abbatial.

11En 1633, l’abbaye est investie par des moines dont le supérieur général réside à Saint‑Germain‑des‑Prés.

12L’ordonnance promulguée à cette occasion stipule que : « Seront delaissez ausdits Religieux reformez l’Eglise haute & basse de ladite Abbaye, la Chapelle nostre Dame & celle de Valois, la Sacristie & ornemens appartenans à icelle, les Reliques, tant celles du Tresor que autres, ensemble le Tresor des Chartres, en ce qui a accoustumé d’estre gardé par les Religieux anciens, les chambres de present occupées par le Chevecier entre l’Eglise & le Dortoir, le Cloistre, le Chapitre, les Parloirs & Parlement, le grand & petit Dortoir, le Convent d’en haut, le réfectoire, la cuisine, les greniers, caves & celliers, à present tenus par le Commandeur, le jardin de la Cousture, l’une des portes principales de l’Abbaye, l’autre demeurant pour l’usage des anciens Religieux, & generalement tous les lieux réguliers. » (Félibien 1706 : CXLIV).

13Quant au grand prieur, aux officiers et anciens religieux au nombre de cinquante‑deux, ils retiendront « leurs logemens ordinaires & accoustumez hors des lieux necessaires pour la regularité ; & à ceux qui logent à present dans lesdits lieux reguliers, seront assignez autres logemens les plus commodes que faire se pourra (...) » (Félibien 1706 : CXLV). [M.W.]

Document 35
Épigraphe relative à la demeure de Charlemagne, écrite par Fardulfe, Lombard amené en France par l’empereur après la prise de Pavie et placé plus tard à la tête de Saint‑Denis (797‑806).
Source – Fardulfe, Dümmler 1881 : 353 ; traduction française : a.d.

(...) A lui aussi, qui lui avait gardé le don de sa foi, le roi très illustre fit de nombreux présents. Ainsi, par la faveur de Charles le Pacifique, fut‑il placé à la tête de la basilique de Saint‑Denis. Pour son bienfaiteur, l’avisé Fardulfe construisit cette demeure afin qu’il s’y divertisse avec ses familiers et que, prince puissant par les armes, il puisse à ses serviteurs fidèles faire partager sa Joie. (...)

14.

Document 36
Les travaux de construction et de rénovation dans le monastère, d’après le testament de Suger du 17 juin 1137.
Dans cet extrait, Suger nous apprend que c’est à l’office du cellérier qu’incombent les frais du premier agrandissement de l’abbatiale, de la construction de l’hôtellerie et de la rénovation du dortoir et du réfectoire.
Source – Suger, Lecoy de la Marche 1867 : 336‑337 ; traduction française : F.G.

(...)
Cependant nous supplions humblement ce frère [cellérier], qu’il nous ait connu ou non, de ne pas regretter ces dépenses puisque nous avons eu soin de faire beaucoup de frais touchant en grande partie son office : à savoir dans l’agrandissement du nouvel et vaste édifice de l’église, dans la construction de la grande et généreuse hôtellerie, dans la rénovation du dortoir et du réfectoire, dans l’accroissement du domaine du trésor et dans beaucoup d’autres œuvres somptueuses touchant aussi bien l’église que les ateliers, que nous ne voulons pas énumérer de crainte que l’on ne nous accuse de vaine gloire ou de quelque arrogance, ce dont mon âme n’a que faire. (...)

Document 37
Renouvellement par Louis VI de la concession faite par son père, Philippe Ier, de la maison qu’il possédait à Saint‑Denis, après le 3 août 1112.
Source – Dufour 1992 : no 74, p. 167 ; traduction française : J.D.

Au nom du Seigneur. Je, Louis, par la grâce de Dieu roi de France. A tous les serviteurs de la sainte Eglise de Dieu, tant futurs que présents, nous voulons faire savoir que notre père, le roi Philippe Ier, a donné à Saint‑Denis une maison, sise à Saint‑Denis et autrefois possédée par notre aïeul, le roi Robert [le Pieux], et que nous‑même nous renouvelons la concession de cette même maison avec sa curtis, ses hôtes et l’ensemble de ses dépendances, pour le repos de l’âme de notre père Philippe Ier, pour notre salut et pour la stabilité du royaume qui nous a été confié. En outre, nous abandonnons, remettons et donnons à Saint‑Denis toutes nos coutumes, à l’exception de celle du vin, perçues par nos sergents chaque année au temps des vendanges, notamment celles levées au marché sur les poissons, les fruits, les saucisses, les coquilles et le sel, ainsi qu’au four sur les pains. (...)

FIG. 138 – Plan de l’ensemble monumental pour les périodes médiévale et moderne.

FIG. 138 – Plan de l’ensemble monumental pour les périodes médiévale et moderne.

1 église abbatiale ; 2 massif occidental ; 3 crypte et chevet ; 4 église Sainte‑Geneviève ; 5 église Saint‑Michel‑du‑Degré ; 6 église Saint‑Barthélemy ; 7 église des Trois‑Patrons ; 8 église Saint‑Michei‑du‑Charnier‑Saint‑Symphorien et chapelle de la Vierge ; 9 église Saint‑Pierre ; 10 église canoniale Saint‑Paul ; 11 maison du chantre de Saint‑Paul ; 12 église de la Madeleine ; 13 mausolée des Valois ; 14 bâtiment carolingien (domus regiae ?) ; 15 maison de la Cène ; 16 parvis et pont de l’Eglise ; 17 dortoir ; 18 chapelle Saint‑Clément ; 19 réfectoire ; 20 lavabo ; 21 cuisine ; 22 logis du prévôt de la Garenne ; 23 latrines (?) ; 24 hôtellerie ; 25 entrée du monastère et trésor ; 26 infirmerie ; 27 chapelles de l’infirmerie ; 28 infirmerie (dite ancienne à partir du XVIIIe s.) ; 29 logis du grand prieur et église Saint‑Jean‑Baptiste (?) ; 30 tour de Salut ; 31 logis de la commanderie ; 32 logis du sousprieur ; 33 maison de l’Aumône ; 34 porte de l’Abbaye ; 35 logis du prévôt portier ; 36 logis du courtillier ; 37 logis du cénier ; 38 logis du trésorier ; 39 chapelle Saint‑Cucuphas .

A.B. del./UASD

FIG. 139 – L’abbaye de Saint‑Denis d’après le Monasticon Gallicanum, vers 1690 (Germain, Peigné‑Delacourt, Delisle 1871 : pl. 66) ; gravure ; 26 x 19 cm.

FIG. 139 – L’abbaye de Saint‑Denis d’après le Monasticon Gallicanum, vers 1690 (Germain, Peigné‑Delacourt, Delisle 1871 : pl. 66) ; gravure ; 26 x 19 cm.

Dom Michel Germain offre une image quelque peu idéalisée des bâtiments que nous pouvons contrôler en la confrontant avec des documents contemporains, plans et sources écrites. II apparaît qu’entre l’ancien dortoir et l’infirmerie, le graveur a figuré le nouveau dortoir, projet qui n’a jamais été réalisé. De manière générale, les bâtiments désaffectés ou en ruine sont omis ; à leur place sont tracés des jardins d’agrément et des vergers. Hormis ces réserves, cette vue reste un document fondamental pour l’étude de la topographie du monastère dont les bâtiments sont représentés de façon très fidèle. On remarque également la tour du Triangle à gauche du transept.

cl. P.M./ADSSD

Document 38
Extrait de la charte dite ordlnatio localisant l’ancien domaine royal au nord de l’église abbatiale, vers 1140.

Ce passage est extrait de la charte contenant les dispositions, ordinatio, prises par Suger et approuvées en chapitre. II se rapporte à l’affectation d’une « terre du domaine royal » au luminaire des trois oratoires du massif occidental de l’abbatiale. En confrontant le texte au rappel de cette même donation que Suger fait dans son De consecratione, on observe que cette « terre » est très probablement identique à la « place voisine du cimetière, près de l’église Saint‑Michel » (doc. 11).
Source – Suger, Lecoy de la Marche 1867 : 356‑357 ; traduction française : F.G.

La dix‑neuvième année de notre administration, après avoir besogné sans relâche, de bon gré et fidèlement, au nouvel œuvre dans la partie antérieure de l’église, et l’avoir uni à l’ancien par une belle harmonie de colonnes nouvelles et d’arcs, nous avons fait consacrer par le vénérable archevêque de Rouen, Hugues, et d’autres vénérables évêques l’oratoire supérieur de saint Romain, au niveau inférieur l’oratoire de saint Hippolyte et de l’autre côté celui de saint Barthélemy, avec la nouvelle église elle‑même, et nous avons garanti à ces trois oratoires, pour leurs luminaires, la concession perpétuelle, en pieuse donation, d’une terre du domaine royal que nous avons achetée pour quatre‑vingts livres à Guillaume de Cornillon, avec l’accord de ses enfants et de ses parents, pour la louer et la peupler. C’est alors que l’amour et le zèle pour les saints martyrs, nos seigneurs et protecteurs, nous emporta dans le désir d’augmenter et amplifier le chevet de l’église supérieure.

FIG. 140 – Page d’un compte de la commanderie de Saint‑Denis pour l’année 1290‑1291. AN, LL 1240 ; f° 111 ; parchemin.

FIG. 140 – Page d’un compte de la commanderie de Saint‑Denis pour l’année 1290‑1291. AN, LL 1240 ; f° 111 ; parchemin.

Bien que lacunaires, les comptes de la commanderie sont d’une grande richesse. Ici, le chapitre des dépenses faites en la ville, expensa de facturis in villa, qui concerne le bourg de Saint‑Denis et le monastère.

cl. AN

Document 39
Extraits des comptes de la commanderie de Saint‑Denis (1229‑1302).

Le plus ancien registre des comptes de la commanderie de Saint‑Denis (AN, LL 1240), dont nous donnons ci‑après quelques extraits, renferme un compte fragmentaire de l’année comptable 1229‑1230 publié autrefois par J. Depoin (Depoin 1923) ; il est suivi d’une série presque ininterrompue de comptes pour les années 1280 à 1304. L’année 1284‑1285 a été publiée par G. Lebel (Lebel 1935a : 322‑363).

Les textes présentés sont des extraits de comptes dans lesquels étaient portées les recettes et les dépenses faites par le trésorier. Les passages retenus font état de paiements effectués pour des fournitures ou des travaux relatifs aux bâtiments appartenant à l’abbaye, et situés sur le territoire de la ville de Saint‑Denis, voire dans l’enceinte abbatiale elle‑même.
De formulation très laconique, ces écritures comptables se contentent dans bien des cas d’indiquer l’objet de la dépense et la somme versée. Quelquefois figure le nom du récipiendaire. La traduction de ce type de document se heurte à plusieurs difficultés. La première, et non la moindre, tient à l’emploi d’un vocabulaire mal connu qui mêle latin classique, latin médiéval et mots français, latinisés ou non. S’ajoute à cela une orthographe très fluctuante qui entrave l’identification de certains termes. Enfin, les annotations concises portées par le comptable perdent beaucoup de leur clarté hors d’un contexte qui nous échappe en partie. Toute traduction est une interprétation, nous avons essayé d’étayer la nôtre par la connaissance des lieux et des pratiques médiévales pour lever l’ambiguïté de quelques formules. Nous ne prétendons pas avoir résolu toutes les énigmes, ou présenter une version imperfectible.
Nous avons pris le parti de rester au plus près du texte latin afin de faciliter le passage éventuel du document initial à sa traduction, tout en conservant la forme répétitive du document et certaines de ses imprécisions. [PB.]
Source‑AN, LL 1240 ; collationnement du texte : A.D. ; traduction française : P.B.

Note pour l’édition OEB
Les traductions (en italique) viennent à la suite des textes originaux par tranche de périodes.

[1229‑1230]
[f°5] In ista villa,
xlv lb. domui Del reddite que posite fuerunt per elemosinarium in domo magna juxta cimiterium, de legato Odonis Bonemin.

Ad ripam, pro porta nostre curie facienda et curia claudenda, xiiii lb., xiiii s. et dimidium.
Pro domo Juxta portant
Copoise reparanda, iiii s.
Pro domo Radulfi
Bocart reparanda, vii lb. et xvii s.
Pro prima parte halarum, carpentariis
lx lb.
Pro tegula,
ix lb. et xvii s. Recoopertoribus, xxix s.
Pro veteris [
sic] domibus dirutandis ubi hala sita est, lx s.
Pro alla parte de novo facta,
iic lb. et c s.
Pro ferraturis, xx s.
Pro muro faciendo inter duas halas, in loco ubi fuit vetus geola,
ix lb., xvi s., v d.
Pro halls veteribus recooperiendis,
lx s.
Pro guteriis et boettis faciendis ibidem,
xlii s. et dimidium.
Pro ostio et gradu cellarii juxta cimiterium faciendis, lxiii s. et dimidium.
Pro fenestris ferreis ibidem factis, xxvi s. et dimidium.
Pro puteo fratrum minorum faciendo, vi lb. et pro coopertura ejusdem putei et quodam muro ibidem facto, iiii lb. et xix s.
Pro barris, cathenis et serraturis ville emptis et assidendis, xxxi lb. et xii s.
Pro quodam ostio de porta Basoini estupando, v s.
Pro geola ville facienda, cementariis, xvii lb. et xiii s.
Pro meremio et carpentariis, vi lb. et dimidium.

In ista domo.
Pro thurre reparanda,
xvi lb. et dimidium.
Pro tumba defuncti Pétri abbatis facienda,
viii lb.
Pro voltis capelle domini abbatis carrelandis, vii lb. et viii s.
Pro crucifixo et pileriis pingendis, viii lb. et xiii s.
Pro chassis sanctuariorum reparandis, v s.
Pro uno pilerio in monasterio assidendo, xx s.
Pro bretechia rétro chorum dirutanda et volta pavanda et carellis, iiii lb. et xii d.
Pro sartrino in volta facienda,
vii lb.
Pro geola tornelle domini abbatis reparanda,
x s.
Pro serraturis vitrearum in infirmaria assidendis,
v s.
Pro petris et terra in curia removendis et morterio faciendo,
xv s.
Pro domo Bannerie, cementariis,
xii lb. et dimidium.
Pro meremio et carpentariis, vii lb., xv s. et iiii d.
Pro tegula, lx s., et recoopertori, ix  . et vii d.
Pro fornesia et betio Crotani faciendis, xiii lb. et xv s. [lacune],
Pro una calderia, un lb.
Pro craticula et tripodio subtus calderiam, c et x s.

[f°5v°] Pro uno tuello cupreo et tribus clavis, iiii lb., ix s. et dimidium.
Pro estuva facienda, xxxiii s. et iiii d.
Pro calefactorio mandati et conventus, xxi s.
Pro ferraturis ostiorum et fenestrarum, iiii lb., xii s. et viii d.
Pro appendiciis ettornellis jardini recooperiendis, lxxiii s.
Pro domo veteris inflrmarie dirutanda, viii s.
Pro camera domini abbatis reparanda, xiii lb., vi s. et v d.
Pro iiiim de lambrusco, vi lb.
Pro camino aule domini abbatis et atrio faciendis, xxx s. et dimidium.
Pro xxx quadrigatis de plastre ad curiam adducendis, xii s. et dimidium.
Pro caméra Dyonisii scriptoris, x s.
Pro puteo coquine faciendo et coquina pavanda, xii lb. et xvii s.
Pro domo facta juxta stabulum magistri prioris, xi lb. et un s.
Pro caméra prioris et camino vitrearii reparandis, iiii lb. et iii s.
Pro tachia magistri Johannis, ixxx lb. Reddite
Pro clavis ad latandum, xii lb., xi s. et dimidium.
Pro ostiis Sancti Eustachii removendis, xliii s. et viii d.
Tertia summa viie iiiixxxvii lb., xvi s. et vi d.

[1229‑1230]
Dans (le territoire de) cette ville, 45 lb. de rente du legs de Eudes Bonemin à l’Hôtel‑Dieu, qui ont été placées par l’aumônier sur la grande maison près du cimetière.

Vers la rive, pour la façon de la porte de notre cour et pour la fermeture de la cour, 14 lb., 14 s. et demi. Pour la réparation de la maison près de la porte Compoise, 4 s.
Pour la réparation de la maison de Raoul Bocart, 7 lb. et 17 s.
Pour la première partie des halles, aux charpentiers, 60 lb.
Pour de la tuile, 9 lb., 17 s.
Pour les couvreurs, 29 s.
Pour la destruction des vieilles maisons sur l’emplacement de la halle, 60 s.
Pour une autre partie (des halles), nouvellement faite, 200 lb. et 100 s.
Pour des ferrures, 20 s.
Pour la façon d’un mur entre les deux halles, dans le lieu où était la vieille prison, 9 lb., 16 s., 5 d. Pour refaire la couverture des vieilles halles, 60 s.
Pour y faire des gouttières et des chéneaux, 42 s. et demi.
Pour la façon de la porte et de l’escalier du cellier près du cimetière, 63 s. et demi.
Pour les fenêtres grillées faites à cet endroit, 26 s. et demi.
Pour la façon du puits des frères mineurs, 6 lb., et pour la couverture de ce puits et quelque mur fait à cet endroit, 4 lb. et 19 s.
Pour l’achat des barres (de fermeture), des chaînes et des serrures de la ville, et pour leur fixation, 31 lb. et 12 s.

Pour la fermeture d’une porte de la porte Basoin, 5 s.
Pour la façon de la prison de la ville, aux maçons, 17 lb. et 13 s.
Pour le bols d’œuvre et les charpentiers, 6 lb. et demie.

  • 2 Maison : Il s’agit vraisemblablement ici des bâtiments abbatiaux.
  • 3 Abbé Pierre : Pierre d’Auteuil, mort le 6 février 1229.

Dans cette maison2.
Pour la réparation de la tour, 16 lb. et demie.
Pour la tombe du défunt Pierre, abbé
3, 8 lb.
Pour décorer d’un faux‑appareil les voûtes de la chapelle du seigneur abbé, 7 lb.et 8 s.
Pour la peinture du crucifix et des piliers, 8 lb. et 14 s.
Pour la réparation de la châsse des reliques, 5 s.
Pour la pose d’un pilier dans l’église, 20 s.
Pour la démolition de la bretèche derrière le choeur, pour le pavage d’une pièce voûtée et les carreaux, 41b., 12 d.
Pour la façon d’un vestiaire dans la pièce voûtée, 7 lb.
Pour la réparation de la prison de la tourelle du seigneur abbé, 10 s.
Pour la fixation des serrures des vitrages dans l’infirmerie, 5 s.
Pour l’enlèvement des pierres et de la terre de la cour, et (pour) la façon du mortier, 15 s.
Pour la maison de la Bannière, aux maçons, 12 lb. et demie.
Pour le bois d’œuvre et les charpentiers, 7 lb., 15 s. et 4 d.
Pour la tuile, 60 s., et le couvreur, 9 s. et 7 d.
Pour la façon du four et (celle) du bief du Croult, 13 lb. et 15 s.
Pour un chaudron, 4 lb.
Pour la grille et le trépieds, sous le chaudron, 110 s.

  • 4 Lavoir : ici, pièce ou bâtiment dans lequel on procède au mandatum ou lavage rituel des pieds.
  • 5 Cheminée, âtre : les comptes distinguent le conduit de cheminée (caminus) du foyer (atrium). Afin d (...)
  • 6 Vitrier : officier du couvent.
  • 7 Porte Saint‑Eustache : il s’agit sans doute de la porte citée par Suger, ostium sancti Eustachil (d (...)

[f°5v°] Pour un tuyau de cuivre et trois clés, 4 lb., 9 s. et demi.
Pour la façon de l’étuve, 33 s. et 4 d.
Pour le chauffoir du lavoir
4 et du couvent, 21 s.
Pour les ferrures des portes et des fenêtres, 4 lb., 12 s. et 8 d.
Pour recouvrir les appentis et tourelles du Jardin, 73 s.
Pour la démolition de la vieille infirmerie, 8 s.
Pour la réparation de la chambre du seigneur abbé, 14 lb., 6 s. et 5 d.
Pour 4 milliers de planches de lambris, 6 lb.
Pour la façon de la cheminée et de l’âtre
5 de la salle du seigneur abbé, 31 s. et demi.
Pour le transport de 30 charretées de plâtre dans la cour, 13 s. et demi.
Pour la chambre de Denis, le scribe, 10 s.
Pour la façon du puits de la cuisine et le pavage de la cuisine, 12 lb. et 17 s.
Pour la façon de la maison près de l’étable du maître prieur, 11 lb. et 4 s.
Pour la réparation de la chambre du prieur et de la cheminée du vitrier
6, 4 lb. et 3 s.
Pour le travail de maître Jean, 180 lb. de rente.
Pour des clous à latter, 12 lb., 11 s. et demi.
Pour enlever les vantaux de la porte Saint‑Eustache
7, 43 s. et 8 d.
Troisième total 797 lb., 16 s. et 6 d.

[1282‑1283]
[f°20] Expensa de facturis in villa.

Pro merrennio empto, iiiixxxviii lb., ix s.
Pro
lx milliaribus tegule emptis, iiiixxx lb.
Pro quarrellis et festeriis emptis,
iiii lb., ii s.
Pro esceula empta,
xl lb.
Pro studio subprioris reparanda [sic],
xvii lb., xiiii s.
Pro granchia de Marcheio reparanda,
xi lb., vii s., ii d.
Pro fornesia et domo lotricis conventus reparanda,
xlviii s., iiii d.
Pro operando in balneria,
lxvi s., vi d.
Pro sex truberibus factis in ecclesia,
liiii s.
Pro ponte ante carnificeriam reparando,
liiii s.
Pro passibus ante cameram magistri caritatum factis,
xlvi s.
Pro atriis factis per abbatiam,
xxx s.
Pro minutis operibus factis per fratrem Albericum in abbacia,
xlviii s.
Pro camino aule regis reparando,
xii lb.
Pro conductu lavatorii conventus reparando,
xiii lb., ii s.
Pro campanis turris ecclesie removendis et pro merenno removendo et portando et pro ingeniis et cordis,
xxii lb., ix s.
Pro cooperiendo per abbatiam et , alibi per annum,
xxxiiii lb., xix s., ii d.
Pro chassilliis aule domini abbatis reparandis,
xiiii lb., v s., vi d.
Projoela et carceribus joele reparandis et edificandis,
xx lb., iii s., ii d.
Pro conductu parvi vivarii reparando,
xlviii s, i d.
Pro caméra alutarii reparanda,
vi lb., xiiii s.
Pro domibus prope molendina Curticule reparandis,
v s.
Pro fornesia coquine in omnibus,
iiiixxiii lb., x s, ix d.

Somma iiiiciiiixxviii lb., xviii s., viii d.

[1282‑1283]
Dépense des travaux dans (le territoire de) la ville.

  • 8 Faîtière ; tulle courbe recouvrant un faîtage.
  • 9 Aissante : bardeau, tuile de bois.
  • 10 Marché : Il s’agit de la place du Marché‑aux‑Guesdes (cf. infra § 4.4.7).

Pour le bois d’œuvre acheté, 98 lb., 9 s.
Pour 60 milliers de tuiles achetées, 90 lb.
Pour les carreaux (de pavement) et les faîtières
8 achetés, 4 lb., 2 s. Pour les aissantes9 achetées, 40 lb.
Pour la réparation de la salle d’étude du sous‑prieur, 17 lb., 14 s.
Pour la réparation de la grange du Marché
10,11 lb., 7 s., 2 d.
Pour la réparation du four et du lavoir du couvent, 48 s., 4 d.
Pour travailler dans les bains, 47 s., 6 d.
Pour six brancards faits dans l’église, 54 s.
Pour réparer le pont devant la boucherie, 54 s.
Pour les passages faits devant la chambre du maître des charités, 46 lb.
Pour les âtres faits dans toute l’abbaye, 30 s.
Pour de menus travaux faits par frère Aubry dans l’abbaye, 48 s.
Pour la réparation de la cheminée de la salle du roi, 12 lb.
Pour la réparation de la conduite du lavoir du couvent, 13 lb., 2 s.
Pour l’enlèvement des cloches de la tour de l’église et pour l’enlèvement et le transport du bois ; pour les engins (de levage) et les cordes, 22 lb., 9 s.
Pour (les travaux de) couverture pendant un an, dans toute l’abbaye et ailleurs, 34 lb., 19 s., 2 d.
Pour la réparation des châssis de la salle du seigneur abbé, 14 lb., 5 s., 6 d.
Pour la réparation et l’édification de la prison et des cachots de la prison, 20 lb., 3 s., 2 d.
Pour la réparation de la conduite du petit vivier, 48 s., 1 d.
Pour la réparation de la chambre du mégissier, 6 lb., 14 s.
Pour la réparation des maisons proches des moulins de la Courtille, 5 s.
Pour le four de la cuisine, en tout, 83 lb., 10s., 9 d.

Total 488 lb., 18 s., 8 d.

[1284‑1285]
[f°32] Expensa de facturis in villa.

Pro pluribus ferraturis factis per abbatiam et Parisius, per magistrum G[alterum], lii lb., vii s., viii d.
Pro hallis, xxv lb., xvi s., x d.
Pro domo lavendaria reparanda, xix lb., xviii s.
Pro puteo hospicii, xxxv lb., x s., vii d.
Pro logia fratris Jacobi, lxxviii s., iiii d.
Pro lectis infirmarie reparatis, lvi s., vi d.
Pro conductis abbatie, xl lb., xv s.
Pro expensis domini abbatis, xlvi s.
Pro tegulis rubeis et plombatis, xlvii lb.

[f°32v°] Item pro cooperire, xxxiii lb., viii s., vii d.
Pro iiiclxvi miliaribus scedule, lxiii lb., viii s.
Pro iicl peciis merrenni emptis a Petro Juvene et vectura, liii lb., iiii s.
Pro domibus nostris reparandis intus et in villa, per magistrum Robertum, fratrem Johannem et Johannem presbiterum, xiii lb., viii s., x d.
Pro batellis, bouticulis et bannetonnis coquinarii reparatis, vii lb., x s.
Pro cathenis factis in Justicia Indicti, x lb., iii s.
Pro armariis compoti preceptoris, iiii lb., xv s.
Pro xvii mensis et formis et tripedibus, per magistrum Robertum, xxi lb., xv s., ii d.
Pro quodam appendicio inter capellam regis et ecclesiam reparato, lix s.
Pro parva aula domini abbatis picturanda, xxiiii s.
Pro molendino de Raencon, un lb., vi s.
Pro molendino de Ramicuria, xviii s.
Pro molendino Curticule, xiii s.
Pro cruce super capellam infirmarii et nido reparandis, xxvi s., iii d., per magistrum Robertum et per magistrum Galterum, lviii s.
Pro via infirmarie, xxx s., pro petra.
Pro logia curie hospicii diruenda, xii s.
Pro camera antiquorum,
xx s.
Pro pratello domini abbatis,
vi s.

Summa iiiclxxii lb. et iiii s.

[1284‑1285]
Dépense des travaux dans (le territoire de) la ville.

  • 11 Boutique : bateau de pêcheur pour conserver le poisson (Littré 1987).
  • 12 Banneton : coffre percé d’un grand nombre de trous qui sert à conserver le poisson dans l’eau (Litt (...)
  • 13 Gibet du Lendit (cf. infra § 5.5.3.1).
  • 14 Précepteur : personne qui gère les intérêts matériels du monastère.
  • 15 Nid : s’agit‑il du « nid de cigogne » mentionné dans le compte suivant ?

Pour plusieurs ferrures faites, dans l’abbaye et à Paris, par maître Gautier, 52 lb., 7 s., 8 d.
Pour les halles, 25 lb., 16 s., 10 d.
Pour la réparation du lavoir, 19 lb., 18 s.
Pour le puits de l’hôtellerie, 35 lb., 10 s., 7 d.
Pour le logis de frère Jacques, 78 s., 4 d.
Pour les lits de l’infirmerie (qui ont été) réparés, 56 s., 6 d.
Pour les conduites de l’abbaye, 40 lb., 15 s.
Pour les dépenses du seigneur abbé, 46 s.
Pour des tuiles, rouges et (vernies) au plomb, 47 lb.
[f032v°] Item pour couvrir, 33 lb., 8 s., 7 d.
Pour 366 milliers de planches, 63 lb., 8 s.
Pour 250 pièces de bois, achetées à Pierre le Jeune, et (leur) transport, 53 lb., 4 s.
Pour la réparation de nos maisons, à l’intérieur (de l’enceinte abbatiale) et en ville, à maître Robert, frère Jean et Jean, le prêtre, 14 lb, 8 s., 10 d.
Pour les bâteaux, les boutiques
11 et les hannetons12 des cuisiniers, (qui ont été) réparés, 7 lb., 10 s.
Pour les chaînes faites au gibet du Lendit
13 10 lb., 3 s.
Pour les placards (où se trouvent les livres) de compte du précepteur
14, 4 lb., 15 s.
Pour 17 tables et bancs et tabourets, à maître Robert, 21 lb., 15 s., 2 d.
Pour quelque appentis, entre la chapelle du roi et l’église, (qui a été) réparé, 59 s.
Pour la peinture de la petite salle du seigneur abbé, 24 s. Pour le moulin de Ranson, 4 lb., 6 s.
Pour le moulin de Romaincourt, 18 s.
Pour le moulin de la Courtille, 13 s.
Pour la réparation de la croix, sur la chapelle de l’infirmerie, et du nid
15, 26 s„ 3 d., à maître Robert et, à maître Gautier, 58 s.
Pour la rue de l’infirmerie, 30 s., pour la pierre.
Pour la démolition du logis de la cour de l’hôtellerie, 12 s.
Pour la chambre des anciens, 20 s. Pour le préau du seigneur abbé, 6 s.

Total 472 lb. et 4 s.

[1285‑1286]
[f°42] Expensa de facturis in villa.

Pro xlviiim tegularum emptis de Nicholao Le Faucheur, xxxii lb. ; pro vectura xiii s.
Item pro tegulis et nois a Richardo Auger emptis, viii lb., iii s., vi d.
Item coopertoribus, xiiii lb., xiiii s.
Pro viiixx et iiiim scedule empte a preposito, xxiii lb., xvii s., per magistrum Robertum.
Item, xiii s., pro vectura.
Pro domo cerarie reparata, vii lb., iiii s.
Pro domo Sancti Quintini et quibusdam aliis, vi lb., xi s., vii d.
Pro logia magistri Johannis Malot, xlii s.
Item pro clausura iiiior hostiorum tribus fenestris, lxiiii s.
Pro caméra fratris Radulfi et pro quibusdam aliis, xxvii s.
Pro celario facto subtus granaria, xl s.
Pro coquina infirmarie, xviii lb., xvi s.
Pro una bouticula per coquinarium, cxvi s.
Item pro aliis reparatis, xxxiiii s.
Pro mundare Pantheram in adventu regis, lx s.

[f°42v°] Pro granchia de Marcheio reparata, un lb., ii s., iii d.
Pro domo Sancti Lazari,
vi lb., ix s.
Pro conductu camere prioris,
xlviii s.
Pro caméra infirmarii,
xiiii lb., xvi s.
Pro scrinio prioris,
xxii s.
Pro granchia Buorde,
vii lb., iiii s., vi d., per magistrum Robertum.
Pro logia fratris Jacobi,
viii s., vi d.
Pro fenestris cave,
x lb., ix s., iiii d.
Pro domo super cameras juxta portam domini abbatis,
xlv s.
Pro l’
eschassis aule regis, x s.
Pro domibus reparatis, per Johannem presbiterum,
lxvii s., vu d. Item pro establiis in festo beati Dyonisii, xxvi s.
Pro caméra prioris,
xxxvii s., vi d.
Pro conductu ante Sanctum Clementem,
cix s., i d.
Pro pressorio orti,
iiii s., viii d.
Pro caméra supprioris,
lxxiiii s., per fratrem Jo[hannem]
Pro camera super stabula portarii,
xxx s.
Item pro mensis et formis in stabulo portarii,
xx s., per magistrum Robertum.
Pro coquina conventus,
iiii lb., ii s., vi d.
Pro establiis ibidem novis,
lix s., iiii d.
Pro domo de Plancha Hasardi,
xlv s.
Pro una gutteria et aliis factis in infirmaria per magistrum Robertum de mandata cenarii,
lxix s. Item ibidem, iii s., vi d.
Pro uno hostio novo, scanno in caméra scrlptorum,
viii s., per magistrum Robertum.
Pro pluribus factis per magistrum Galterum fabrum per abbatiam,
xxviii lb., ix s., viii d.
Pro uno barillo ad mundificandum loricas,
v s.
Pro fenestris in refectorio,
xxiiii s.
Pro
ii cordis in puteo cave domini abbatis, viii s.
Pro candelabro regis et illud picturare,
i. s.
Pro scriniis ipsius,
xiiii s.
Pro fenestris et hostiis in cava et veteri celario et in nido cithonie,
xx s., viii d.
Pro reparatione porte de
Guingnehochet et hostiorum stabulorum subtus aulam regis, vii s., ii d.
Pro réparations molendinorum per panetarium,
li s., viii d.Pro gisto molendinorum de Raencon et de Becherel, quando fuerunt exclusi propter curationem Crotani, vi lb.
Pro conductis per magistrum Clementem,
xxxii lb., xviii s. Item pro porta Coupoise per eundem, viii lb., xix s. Item Clementi, cxii s.

Summa iiicxv lb., v s.

[1285‑1286]
Dépense des travaux dans (le territoire de) la ville.

  • 16 Noue : élément creux (ici sans doute en terre cuite) placé dans l’angle rentrant formé par la renco (...)
  • 17 Prévôt : laïc qui a en charge les intérêts matériels du monastère.
  • 18 « Cirerie », ceraria : nous désignons par ce néologisme le lieu où l’on vend ou fabrique de la cire (...)
  • 19 Maison de Saint‑Lazare : probablement la léproserie Saint‑Lazare hors la ville (cf. infra § 4.2.2.3 (...)
  • 20 La fête de saint Denis : le 9 octobre cette fête marque le début de la foire de la Saint‑Denis.
  • 21 Planche‑Hasard : lieu‑dit, puis nom d’une rue dans le quartier oriental de la ville (cf. infra § 4. (...)
  • 22 Cénier : officier de l’abbaye et l’un de ses quatre grands dignitaires. II était tenu de fournir et (...)
  • 23 « Nid de cigogne » : sorte de belvédère ?
  • 24 Porte de Guignehochet : porte de l’enceinte monastique (cf. infra § 4.3.1).

Pour 48 milliers de tuiles achetées à Nicolas le Faucheur, 32 lb., pour le transport, 13 s.
Item, pour des tuiles et des noues
16 achetées par Richard Auger, 8 lb., 4 s., 6 d.
Item, aux couvreurs, 14 lb., 14 s.
Pour 164 milliers de planches achetées par le prévôt
17, à maître Robert, 23 lb., 17 s.
Item, 13 s., pour le transport.
Pour la « cirerie »
18 (qui a été) réparée, 7 lb., 4 s.
Pour la maison de Saint‑Quentin et quelques autres, 6 lb., 11 s., 7 d.
Pour le logis de maître Jean Malot, 42 s.
Item, pour une fermeture de 4 volets, à trois fenêtres, 64 s.
Pour la chambre de frère Raoul et pour quelques autres, 27 s.
Pour le cellier fait sous les greniers, 40 s.
Pour la cuisine de l’infirmerie, 18 lb., 16 s.
Pour une boutique, au cuisinier, 116 s.
Item, pour d’autres, (qui ont été) réparées, 34 s.
Pour nettoyer la (place) Panetière pour l’arrivée du roi, 60 s.
Pour la grange du Marché, (qui a été) réparée, 4 lb., 2 s., 3 d.
Pour la maison de Saint‑Lazare
19, 6 lb., 9 s.
Pour la conduite de la chambre du prieur, 48 s.
Pour la chambre de l’infirmier, 14 lb., 16 s.
Pour le bureau du prieur, 22 s.
Pour la grange de Buhort, à maître Robert, 8 lb., 4 s., 6 d.
Pour le logis de frère Jacques, 8 s., 6 d.
Pour les fenêtres de la cave, 10 lb., 9 s., 4 d.
Pour le logement, sur les chambres, près de la porte du seigneur abbé, 45 s.
Pour le(s) châssis de la salle du roi, 10 s.
Pour des maisons réparées par Jean, le prêtre, 67 s., 7 d. item pour des tréteaux (montés) pendant la fête de saint Denis
20, 26 s.
Pour la chambre du prieur, 37 s., 6 d.
Pour la conduite, devant (la chapelle) Saint‑Clément, 109 s., 1 d.
Pour le pressoir du jardin, 4 s., 8 d.
Pour la chambre du sous‑prieur, à frère Jean, 74 s.
Pour la chambre sur l’étable du portier, 30 s.
Pour des tables et des bancs, dans l’étable du portier, à maître Robert, 20 s.
Pour la cuisine du couvent, 4 lb., 2 s., 6 d.
Pour des tréteaux neufs, à cet endroit, 59 s., 4 d.
Pour la maison de Planche‑Hasard
21, 45 s.
Pour une gouttière et d’autres (choses) faites dans l’infirmerie par maître Robert, à la demande du cénier
22, 69 s. Item, pour la même chose, 3 s., 6 d.
Pour une porte neuve et une banquette, dans la chambre des scribes, à maître Robert, 8 s.
Pour plusieurs (travaux) faits, dans l’abbaye, par maître Gautier, forgeron, 28 lb., 9 s., 8 d.
Pour un baquet à laver les cottes de maille, 5 s.
Pour des fenêtres dans le réfectoire, 24 s.
Pour 2 cordes dans le puits de la cave du seigneur abbé, 8 s.
Pour le chandelier du roi et (pour) peindre celui‑ci, 50 s.
Pour les bureaux du même, 14 s.
Pour les fenêtres et les portes dans la cave et le vieux cellier et dans le « nid de cigogne »
23, 20 s., 8 d.
Pour la réparation de la porte de Guignehochet
24 et des portes des étables sous la salle du roi, 7 s., 2 d.
Pour la réparation des moulins, au panetier, 51 s., 8 d.
Pour la redevance des moulins de Ranson et de Becherel, quand ils ont été empêchés à cause du curage du Croult, 6 lb.
Pour les conduites, à maître Clément, 32 lb., 18 s.
Item pour la porte Compoise, à celui‑ci, 8 lb., 19 s. Item, à Clément, 112 s.

Total 315 lb., 5 s.

[1288‑1289]
[f°79v°] Expensa de operibus in villa.

Pro scambio prepositorum reparando, iii lb., viii s., ix d.
Pro molendinis porte Balsouini et ante domum Dei reparando pro carpentario et merrennio, xiii lb., xvi s., iii d.
Pro merreno et carpentario super refrectorio, xxv s., ii d.
Pro comestoriis et minutis per abbaciam faciendis per magistrum Robertum, iiii lb., v s. et x d.
Pro essendis computandis, adunandis et enroseler, xiiii s. et viii d.
Pro domo socii nostri de Sancto Lazaro reparanda, xx s.
Pro domo Pocheron cooperienda et reparienda, xxi s. et viii d.
Pro domo Andree de Rippa reparanda, xviii s., vi d.
Pro domo Sarraceni reparare, xii s. et viii d.
Pro domo molendini reparare, x s., iiii d.
Pro furno posterne reparare, viii s., x d.
Pro domo de la Berruiere reparare, xxvi s., vi d.
Pro clausura ante Sanctum Clementem, xxii s., viii d.
Pro camino domini abbatis faciendo de novo in camera ipsius, plaustro, ligaturis, operariis et escherfaus, cxviii s.
Pro cooperiendo ibi et alibi, xxviii s., vi d.
Pro tuleis ad caminum in dicta caméra reparare, xvi s.
Pro clausura de carnellis in via Cousture, xxi s.
Pro camino coquino conventus reparando, xxxviii s.
Item ibidem pro furnellis reparandis, xxvi s.
Pro scindendo ulmo curie domini abbatis, v s.
Pro pictura logie domini abbatis, x lb., […] xl s.
Pro le treilleis cappellarum subtus letrinum et aliis minutis faciendis, iiii lb., iii s., viii d.
Pro caméra hospitum et callefactorio conventus reparare, xxii s.
Item pro tegula et quarrellis, xl d.
Pro scanno in aula domini abbatis et aliis minutis faciendis, lvi s.
Pro comestoriis et resteliers faciendis de novo et alios reparare, xix s., viii d.
Pro faciendo le dresouer ante cameram domini abbatis, vii s.
Pro sedibus in refrectorio reparare et aliis minutis, plastro et pena, xxii s.
Pro reparare lambrusto de claustro, pro clavis, pictura et pena, xii s., vi d.
Pro logiis antiquorum reparare, vi s.
Pro clausura in carpentario stabulo Janitoris et aliis minutis faciendis, xxix s., et iiii d.
Pro aula regis reparanda et tegenda et pro tegula, xxii s.
Pro domo Mathei dicti Bigot et domo Thome dicti Cresson reparare, lviii s.
Pro calcela facienda et reparanda apud Sanctum Lazarum, xxxviii lb. et xi s.
Pro calce ad predictum opus,
vii lb. et iiii s.
Pro potellis ville reparare, xviii s.

Summa vixx lb., xviii s., x d.

[1288‑1289]
Dépense des travaux dans (le territoire de) la ville.

  • 25 Four de la poterne : il s’agit sans doute de l’un des nombreux fours attestés près de la poterne Sa (...)
  • 26 Dressoir : étagère sur laquelle on plaçait toutes choses flatteuses à montrer (Littré 1987).
  • 27 Chaussée : chemin de passage dans les lieux marécageux ou levée de terre servant à retenir l’eau d’ (...)
  • 28 Poteaux : d’autres documents permettent de préciser la localisation de certains de ces poteaux : au (...)

Pour la réparation du change des prévôts, 4 lb., 8 s., 9 d.
Pour la réparation des moulins (situés) à la porte Basoin et devant l’Hôtel‑Dieu, pour le charpentier et le bois, 14 lb., 16 s., 3 d.
Pour le bois et le charpentier, pour le réfectoire, 25 s., 2 d.
Pour faire les mangeoires et les menus (travaux), dans toute l’abbaye, à maître Robert, 4 lb., 5 s. et 10 d.
Pour acheter et assembler les aissantes, et couvrir de roseaux, 14 s. et 8 d.
Pour la réparation de la maison de notre associé de Saint‑Lazare, 20 s.
Pour la couverture et la réparation de la maison de Pocheron, 21 s. et 8 d.
Pour la réparation de la maison d’André de Rive, 18 s., 6 d.
Pour réparer la maison du Sarrasin, 12 s. et 8 d.
Pour réparer la maison du moulin, 10 s., 4 d.
Pour réparer le four de la poterne
25, 8 s„ 10 d.
Pour réparer la maison de la Berruière, 26 s., 6 d.
Pour la clôture devant (la chapelle) Saint‑Clément, 22 s., 8 d.
Pour faire de neuf la cheminée du seigneur abbé dans la chambre de celui‑ci, pour le plâtre, les liens, les ouvriers et les échafaudages, 118 s.
Pour couvrir, là et ailleurs, 28 s., 6 d.
Pour réparer les tuyaux de cheminée dans cette chambre, 16 s.
Pour la clôture en créneaux sur la rue de la Couture, 21 s.
Pour la réparation de la cheminée de la cuisine du couvent, 38 s. Item, en cet endroit, pour la réparation des fours, 26 s.
Pour le sciage de l’orme de la cour du seigneur abbé, 5 s.
Pour la peinture du logis du seigneur abbé, 10 lb., […] 40 s.
Pour faire la claire‑voie des chapelles (coffres à livres ?) sous le lutrin et d’autres menus (travaux), 4 lb., 3 s., 8 d.
Pour réparer la chambre des hôtes et le chauffoir du couvent, 22 s.
Pour la tuile et les carreaux, 40 d.
Pour la façon de la banquette dans la salle du seigneur abbé, et d’autres menus (travaux), 56 s.
Pour la façon de mangeoires et de râteliers neufs, et (pour) réparer les autres, 19 s., 8 d.
Pour la façon du dressoir
26 devant la chambre du seigneur abbé, 7 s.
Pour réparer des sièges dans le réfectoire et d’autres menus (travaux), (pour) le plâtre et la peine, 22 s.
Pour réparer le lambris du cloître, pour les clous, la peinture et la peine, 12 s., 6 d.
Pour réparer les logis des anciens, 6 s.
Pour la façon d’une clôture dans l’étable en bois du portier, et d’autres menus (travaux), 29 s., 4 d.
Pour la réparation et la couverture de la salle du roi, et pour la tuile, 22 s.
Pour réparer la maison de Mathieu, dit Bigot, et la maison de Thomas, dit Cresson, 58 s.
Pour la façon et la réparation de la chaussée
27 près de Saint‑Lazare, 38 lb., 11 s.
Pour la chaux pour l’œuvre susdite, 7 lb. et 4 s.
Pour réparer les poteaux
28 de la ville, 18 s.

Total 120 lb., 18 s., 10 d.

[1290‑1291] (cf. fig. 140)
[f°111] Expensa de facturis in villa.

Pro domo Sarraceni reparare per Johannem presbiterum, xxxviii s., iiii d.
Pro domo de molendino reparare, xx s., iiii d.
Pro domo Pescheveron reparare, xviii s., vii d.
Pro domo lotricis conventus tam in operibus quam in tegula, cxvi s.
Pro porta monasterii, xiiii lb., viii s.
Pro cupro pro eadem porta, vii lb., xviii s.
Pro asseribus secandis, l s.
Pro logiis antiquorum reparare, xxx s.
Pro camera antiquorum et camera ibi [sic] ponuntur armature, xv s., x d.
Pro sarreuris et vairoliis pro domo posterne, xvi s.
Pro gracili carceris de balneria, xxxviii s.
Pro muro faciendo ante domum magistri Roberti, xxxv s.
Pro scambio et pro aliis domibus reparare per prepositos, xlv s., viii d.
Pro pilariis ante Sanctum Clementem faciendis, iiii lb., xvi s.
Pro magna aula de infirmariis cooperire et reparare, cxii s.
Pro porta de granchia ante cameram subprioris, xxxiiii s., vi d.
Pro stabulo preceptoris, capitulo et in multis aliis locis reparandis per abbaciam, xlviii s., ix d.
Pro tibia lignearii de hospicio, stabulo et aliis multis minutis, lxx s., vi d.
Pro scriptorio fratris Guillelmi Surdi xxviii s., vi d et pro lambrussio, vii s.
Pro camino camere domini Richardi de Pontisara, xlviii s., viii d.
Pro la tremuie camere nostre et aliis faciendis, xxv s., iii d.
Pro garneriis de hospicio cooperiendis, reparandis et pro gouteriis, vi lb., xii s.
Pro chaaliz facere et cooperire super cameram hospicii, xxviii s., vi d.
Pro domo Sarraceni reparare per fratrem Johannem, xxxviii s.
Pro muro de inflrmariis facere, lii s.
Pro domo socii nostri de Sancto Lazaro, lxviii s., vi d.
Pro le puignon de dormitorio, iiii lb., xvi s.
Pro gradu de aula regis, iiii lb., iiii s. Item pro predicto gradu, per fratrem Petrum, liiii s.
Pro caméra subprioris cooperire et aliis facere, liiii s., vi d.
Pro lignearlo Secane, stabulo domini abbatis et multis aliis, xxxvii s.
Pro cooperire super dormitorium et alibi, xxi s., iii d.
Pro cruce de Panteria, xxvi lb., et pro pictura.
Pro stabulo hospitum ulmo reparare, ortum domini abbatis reflcere cum duabus scalis, xxxv s.
Pro trubeto ad portandum caput beati Dyonisii, viii s.
Pro aula domini abbatis cooperire et reparare, xxviii s., vi d.
Pro granchia de Marcheyo reparare et cooperire, xiiii lb., xvii s.
Pro prisione cooperienda et reparanda, liiii s.
Pro stabulo magistri prions, stabulo de hospicio et multis aliis, lv s.
Pro multis minutis per abbatiam faciendis, per fratrem Petrum, xlviii s., viii d.
Et per fratrem Johannem, lxx s.
Pro yranea camere preceptoris ponere, viii s.
Magistro Roberto l’Eschacier pro merreno porte de l’Estré et pro pena, xii s.
Pro le pignon de dormitorio et lambrussio de eodem et pro pena carpentarie et merreno, lxx s.
Pro portare iiic et dimidium circulorum et ducere ad abbatiam, vii s.
Pro granchia Buorde sustinere et reparare, xvi s.
Pro circulum ducere de Chalevanne ad abbaciam, xiiii s., viii d.
Pro ingenio super votas monasterii, xxxiiii s., viii d.

Summa viiixx lb., v s., i d.

[1290‑1291] (cf. fig. 140)
Dépense des travaux dans (le territoire de) la ville.

  • 29 Scriptorium : atelier où l’on copie des manuscrits.
  • 30 Bûcher de Seine : entrepôt de bois à brûler situé très probablement au port sur la Seine.

Pour la réparation de la maison du Sarrasin, à Jean, le prêtre, 38 s., 4 d.
Pour réparer la maison du moulin, 20 s., 4 d.
Pour réparer la maison Pescheveron, 18 s., 7 d.
Pour le lavoir du couvent, tant en travaux qu’en tuiles, 116 s.
Pour la porte de l’église, 14 lb., 8 s.
Pour du cuivre pour cette porte, 7 lb., 18 s.
Pour le sciage des chevrons, 50 s.
Pour la réparation du logis des anciens, 30 s.
Pour la chambre des anciens et la chambre où sont entreposées les armures, 15 s., 10 d.
Pour des serrures et des verrous pour la maison de la poterne, 16 s.
Pour gracili carceris des bains, 38 s.
Pour la façon du mur devant la maison de maître Robert, 35 s.
Pour le change et pour réparer d’autres maisons, aux prévôts, 45 s., 8 d.
Pour la façon des piliers devant (la chapelle) Saint‑Clément, 4 lb., 16 s.
Pour couvrir et réparer la grande salle des infirmeries, 112 s.
Pour la porte de la grange, devant la chambre du sous‑prieur, 34 s., 6 d.
Pour des réparations à l’étable du précepteur, à la salle capitulaire et en de multiples autres lieux dans l’abbaye, 48 s., 9 d.
Pour le Jambage du bûcher de l’hôtellerie, l’étable et de multiples autres (travaux), 70 s., 6 d.
Pour le scriptorium
29 de frère Guillaume Sourd, 28 s., 6 d., et pour le lambris, 7 s.
Pour la cheminée de la chambre du seigneur Richard de Pontoise, 48 s., 8 d.
Pour la façon de la trémie de notre chambre et d’autres (travaux), 25 s., 3 d.
Pour la couverture (et) la réparation des greniers de l’hôtellerie, et pour les gouttières, 6 lb, , 12 s.
Pour faire des châlits et couvrir la chambre de l’hôtellerie, 28 s., 6 d.
Pour réparer la maison du Sarrasin, à frère Jean, 38 s.
Pour faire le mur des infirmeries, 52 s.
Pour la maison de notre associé de Saint‑Lazare, 68 s., 6 d.
Pour le pignon du dortoir, 4 lb., 16 s.
Pour l’escalier de la salle du roi, 4 lb., 4 s.
Item, pour le susdit escalier, à frère Pierre, 54 s.
Pour couvrir la chambre du sousprieur et faire d’autres (travaux), 54 s., 6 d.
Pour le bûcher de Seine
30, l’étable du seigneur abbé et de multiples autres (travaux), 37 s.
Pour couvrir le dortoir et d’autres lieux, 21 s. 3 d.
Pour la croix de la (place) Panetière, 26 lb. et pour (sa) peinture.
Pour réparer avec de l’orme l’étable des hôtes, refaire le jardin du seigneur abbé avec deux niveaux, 35 s.
Pour un brancard pour porter le chef de saint Denis, 8 s.
Pour couvrir et réparer la salle du seigneur abbé, 28 s., 6 d.
Pour réparer et couvrir la grange du Marché, 14 lb., 17 s.
Pour la couverture et la réparation de la prison, 54 s.
Pour l’étable du maître prieur, l’étable de l’hôtellerie et de multiples autres (choses), 55 s.
Pour la façon de multiples menus (travaux), dans l’abbaye, à frère Pierre, 48 s., 8 d
Et à frère Jean, 70 s.
Pour poser des barres de fer aux fenêtres de la chambre du précepteur, 8 s.
A maître Robert l’Echacler pour le bois de la porte de l’Estrée et pour la peine, 12 s.
Pour le pignon du dortoir et le lambris de ce dernier ; pour l’œuvre de charpenterie et le bois, 70 s.
Pour porter 350 cerceau(x) (de tonneau) et (les) conduire à l’abbaye, 7 s.
Pour soutenir et réparer la grange de Buhort, 16 s.
Pour conduire le(s) cerceaux (de tonneau) de Chalevanne à l’abbaye, 14 s., 8 d.
Pour l’engin (de levage) sur les voûtes de l’église, 34 s., 8 d.

Total 160 lb., 5 s., 1 d.

[1294‑1295]
[f°166v°] Expensa de facturis in villa.
Pro viiixxii milliaribus de essandis emptis, xxiii lb., x s.
Pro xxvi milliaribus tegule empte pro onerando et adducendo, xxx lb., x s.
Pro carpentaria de revestiario, iiii lb., vi s.
Pro una tabula facta in ceraria et pro minutis ibidem, xxiii s.
Pro muro de vivario abbacie faciendo, lvi lb., xviii s.
Pro terra removenda de vivario predicto et pro ducere ad campos, xlv s.
Pro sabulo et petra adducenda pro dicto vivario, xl s.
Pro logiis domini abbatis et pro aula pingenda, lxx s.
Pro altari de logiis et doxerio et pro pluribus ad altare pertinentibus, viii lb., xvi s., vi d.
Pro quodam stabulo facto coram granchia feni, xxxviii s.
Pro cooperire per abbaciam et in jola et in domo lotricis et pro minutis factis in abbacia, xvi lb., xii s.
Pro duabus lucernis in granchia Buhorde, xxxviii s.
Pro brancardis reparandis, xl s.
Pro fourmis et fenestris faciendis et uno hostio faciendo prope vivarium, xxv s.
Pro via molendinorum de Curticula reparanda, xix s.
Pro tabula de altari Martini pingenda, x lb., iii s.
Pro magnis timpanis reparandis, per fratrem Petrum, iii s.
Pro les esclotoeres magistri Clementis, vi s.
Pro duobus asseribus pro fratre Lamberto, viii s.
Pro ponte et molendino domus Dei reparando, iiii lb., x s.
Pro domibus de posterna cooperiendis, per Johannem presbiterum, xxx s., iii d.
Pro plancherio stabulorum hospiciarii reparando, xii s.
Pro molendinis de curticula de novo faciendo tam per fratrem Petrum quam per fratrem Johannem et pro merreno empto pro dictis molendinis, cxix lb., xiiii s.
Pro merreno pro pressorio, pro chevrons et pro soliviis et pro alio merreno empto, per fratrem Petrum, iiiixx lb., xi s.
Pro parte nostra domus Marie la Rigote cooperienda, xvii s.
Pro petra empta ad faciendum murum de vivario, xx lb., xvi s.
Pro granchia de Marcheio reparanda, viii lb.

Summa iiiciii lb., ix s., ix d.

[1294‑1295]
[f°166v°] Dépense des travaux dans (le territoire de) la ville.

  • 31 Vestiaire : endroit d’un couvent où l’on renferme les habits et les étoffes dont on les fait (Littr (...)
  • 32 Autel de Saint‑Martin : Saint‑Martin‑de‑l’Estrée ?

Pour 162 milliers d’aissantes achetées, 23 lb., 10 s.
Pour 26 milliers de tuiles achetées, pour (leur) chargement et (leur) transport, 30 lb., 10 s.
Pour la charpente du vestiaire
31, 4 lb. 6 s.
Pour une table faite dans la « cirerie » et pour de menus (travaux) dans ce lieu, 23 s.
Pour la façon du mur du vivier de l’abbaye, 56 lb., 18 s.
Pour l’enlèvement de la terre du vivier susdit et pour l’amener dans les champs, 45 s.
Pour le transport de sable et de pierre pour ledit vivier, 40 s.
Pour le logis du seigneur abbé et pour la peinture de la salle, 70 s.
Pour l’autel du logis, le drap d’autel et pour plusieurs (choses) relatives à l’autel, 8 lb., 16 s., 6 d.
Pour une étable faite devant la grange à foin, 38 s.
Pour couvrir, dans l’abbaye, dans la prison et dans le lavoir, et pour de menus (travaux) faits dans l’abbaye, 16 lb., 12 s.
Pour deux lucarnes dans la grange de Buhort, 38 s.
Pour la réparation des brancards, 40 s.
Pour la façon de bancs et de fenêtres et pour la façon d’une porte près du vivier, 25 s.
Pour la réparation de la rue des Moulins‑de‑la‑Courtille, 19 s.
Pour la peinture de la table de l’autel de (Saint‑) Martin
32,10 lb., 3 s.
Pour la réparation des grandes cloches, à frère Pierre, 3 s.
Pour les écluses de maître Clément, 6 s.
Pour deux chevrons pour frère Lambert, 8 s.
Pour la réparation du pont et du moulin de l’Hôtel‑Dieu, 4 lb., 10 s.
Pour la couverture des maisons de la poterne, à Jean, le prêtre, 30 s., 3 d.
Pour la réparation du plancher des étables de l’hôtelier, 12 s.
Pour les moulins de la Courtille, refaits à neuf, tant par frère Pierre que par frère Jean, et pour le bols d’œuvre acheté pour lesdits moulins, 119 lb., 14 s.
Pour le bois d’œuvre pour le pressoir, pour des chevrons et pour des solives et pour (quelque) autre bois d’œuvre acheté, à frère Pierre, 80 lb., 11 s.
Pour la couverture de notre partie de la maison de Marie la Rigote, 17 s.
Pour de la pierre achetée pour faire le mur du vivier, 20 lb., 16 s.
Pour la réparation de la grange du Marché, 8 lb.

Total 404 lb., 9 s., 9 d.

[1295‑1296]
[f°180] Expensa de facturis in villa.

Pro essandis emptis, xiiii lb., xv s.
Pro scambio reparando, ix lb., viii s.
Pro merreno de berfray pro dietis carpentariorum et fabri, iicxv lb., xvi s., ii d.
Pro corda et uno chaable empto pro dicto berfreyo, xi lb., iiii s., vi d.
Pro veteri berfreyo cooperiendo, xii s.
Pro tegulis et festeriis emptis et plombo ac gouteriis, xl lb., xvi s.
Pro aula regis et aula domini abbatis et aliis domibus In abbacia cooperiendis, xxviii lb., xviii s.
Pro tabulis majoris altaris et martirum pingendis et reparandis, xii lb., xvi s.
Pro quodam pronello et aliis minutis factis in capella logiarum domini abbatis, l s.
Pro tumba Nicholai de Gonnessia, xvii s., x d.
Pro alogiis monasterii reparandis, xxxi s.
Pro prisione ville reparanda et pro uno cep facto ibidem, lxx s.
Pro ponte molendinorum de Curticula et muro facto de novo, lxxvii s.
Pro harciis et clayis, xl s.
Pro pavando de parvis karellis in claustro, lx s., viii d.
Pro chauferria in qua reponuntur nova sanctuaria, s.
Pro gradibus coquine domini abbatis reparandis et pluribus factis in eadam, xxi s.
Pro hostio camere in qua reponuntur armature facto de novo, xiiii s.
Pro porta juxta caveam reparata, xiii s.
Pro porta Brltonis portarii reparata, x s.
Pro fyolis clocherii estayendis, xviii s.
Pro pronellis subtus capellam de curia factis de novo, xiii s.
Pro minutis operibus factis in ceraria, xviii s.
Pro pluribus minutis factis in camera prions, xviii s.
Pro pluribus factis in stabulis de abbacia et aliis locis ibidem, vi lb., xvi s.
Pro duobus coffris positis in caméra domini abbatis, xxxvi s.
Pro treliciis celarii de hospicio, xlviii s.
Pro vado justa vivarium abbatie facto de novo, iiiiXX lb.
Pro calceya facienda et pro chaus, xxxv lb., xv s.
Pro coopertura domorum et reparacione, per J[ohannem] presbiterum,
xlv s.
Pro hostio de buco vivarii et pro ferratura,
xxxiiii s.

[f°180v°] Pro auvento facto de novo ante cavam, xx s.
Pro chaciis positis in aula regis,
xiii s.
Pro camino calforii de conventu,
xii s.
Pro tumulis ad reponendum corpora defunctorum,
x s.
Pro duabus
feynieres, viii s., ix d.
Pro claustro et capitulo pingendis et ante Sanctum Clementem,
xvii lb., vi s.
Pro capella de Auversio pingenda,
xlii s.
Pro pulpito pingendo per magistrum Johannem de Noviomo,
c s.
Pro revestiario et pro les establies,
vi lb., xiiii s.
Pro chaufernis et forgia,
xiii lb., ix s.

Summa vexxxix lb., xvii s., xi d.

[1295‑1296]
[f°180] Dépenses des travaux dans (le territoire de) la ville.

  • 33 Harcel : porte faite de branches entrelacées, en forme de claie (Godefroy 1982).
  • 34 Porte du Breton : porte de l’enceinte monastique (cf. infra § 4.3.1).
  • 35 Auvers : Auvers‑sur‑Oise (Val‑d’Oise) fait partie du domaine de Saint‑Denis.

Pour les aissantes achetées, 14 lb., 15 s.
Pour la réparation du change, 9 lb., 8 s.
Pour le bois d’œuvre du beffroi, pour les journées des charpentiers et du forgeron, 215 lb., 16 s., 2 d.
Pour de la corde et un câble achetés pour le dit beffroi,
11 lb., 4 s., 6 d. Pour la couverture du vieux beffroi, 12 s.
Pour les tuiles et les faîtières achetées ainsi que du plomb et des gouttières, 40 lb., 16 s.
Pour la couverture de la salle du roi, de la salle du seigneur abbé et d’autres demeures dans l’abbaye, 28 lb., 18 s.
Pour la peinture et la réparation des tables du grand autel et (de l’autel) des martyrs, 12 lb., 16 s. Pour une grille et d’autres menus (travaux) faits dans la chapelle des appartements du seigneur abbé, 50 s.
Pour la tombe de Nicolas de Gonnesse, 17 s., 10 d.
Pour la réparation des stalles de l’église, 31 s.
Pour la réparation de la prison de la ville et pour un billot fait en ce lieu, 70 s.
Pour le pont des Moulins‑de‑la‑Courtille et un mur, faits de neuf, 77 s.
Pour des harcels
33 et des claies, 40 s.
Pour le pavage du cloître en petits carreaux, 60 s., 8 d.
Pour l’estrade sur laquelle sont déposées les nouvelles reliques, 50 s.
Pour la réparation des escaliers de la cuisine du seigneur abbé et plusieurs (choses) faites dans celle‑ci, 21 s.
Pour la porte de la chambre dans laquelle sont entreposées les armures, faite de neuf, 14 s.
Pour la porte près de la cave, (qui a été) réparée, 14 s.
Pour la porte du portier de la porte du Breton
34, réparée, 10 s.
Pour l’étayage des piliers du clocher, 18 s.
Pour les grilles sous la chapelle de la cour, faites de neuf, 13 s.
Pour de menus travaux faits dans la « cirerie », 18 s.
Pour plusieurs menus (travaux) faits dans la chambre du prieur, 18 s.
Pour plusieurs (travaux) faits dans les étables de l’abbaye et, en même temps, (dans) d’autres lieux, 6 lb., 16 s.
Pour deux coffres posés dans la chambre du seigneur abbé, 36 s.
Pour les claire‑voies du cellier de l’hôtellerie, 48 s.
Pour le gué près du vivier de l’abbaye, fait de neuf, 80 lb.
Pour la façon de la chaussée et pour la chaux, 35 lb., 15 s.
Pour la couverture des maisons et (leur ?) réparation par Jean, le prêtre, 45 s.
Pour la menuiserie de l’ouverture du vivier et pour des ferrures, 34 s.
Pour l’auvent fait de neuf devant la cave, 20 s.
Pour les châssis posés dans la salle du roi, 14 s.
Pour la cheminée du chauffoir du couvent, 12 s.
Pour des tombeaux pour recevoir le corps des défunts, 10 s.
Pour deux fenlères, 8 s., 9 d.
Pour peindre le cloître, la salle capitulaire et devant (la chapelle) Saint‑Clément, 17 lb., 6 s.
Pour peindre la chapelle d’Auvers
35, 42 s.
Pour la peinture du pupitre par maître Jean de Noyon, 100 s.
Pour le vestiaire et les étagères, 6 lb., 14 s.
Pour les échafaudages et la forge, 14 lb., 9 s.

Total 539 lb., 17 s., 11 d.

[1296‑1297]
[f°195v°] Expensa de facturis in villa.

Pro uno batello reparando, xxvii lb., xiii s., vi d.
Pro
chaable illius batelli, iv s.
Pro remigiis,
x s.
Item pro calce empta,
xii lb., v s.
Pro putheo in claustro reparando et curando,
cx s.
Pro tournella de super refectorium et pro petra empta,
vii lb., iii s.
Pro pontello calceie Sancti Leodegarii reparando,
xlv s., vi d.
Pro gouteriis emptis,
xiii lb., vii s.
Pro camino camere ballivi noviter facto,
lxiii s.
Pro barra de Sancta Cruce reparanda,
xxxviii s., vi d.
Pro fornace et camino conventus reparandis,
xxviii s.
Pro sede capituli reparando et pro capisterio superposito,
cvi s.
Pro treleyo facto in celario domini abbatis,
iiii lb., iii s.
Pro coopertura thesauri et pro plombo empto, per fratrem Johannem,
x lb., vii s.
Item pro eadem, per magistrum N., pro pommellis et pro plombo empto et merreno,
xx lb., xiiii s., iiii d.
Pro bucherio Secane reparando,
vi lb., v s., per fratrem Johannem. Item pro eschaufauderis et cooperire portam introitus istius domus, per fratrem Johannem, iiii lb., xii d.
Pro granchia
a la Buorde reparanda, xxxv [lacune],
Pro cooperire infirmariam, aulam regis et in pluribus aliis locis intus,
ix lb., xv s., ix d.
Pro indagare [et] prisiones repererre [
sic], lvii s., x d.
Pro tegula empta pro thesauro et in claustro et pluribus aliis,
xlii lb., xii s.
Pro catenis ville et pro potellis,
xxv s.
Pro tretellis emptis, per magistrum N.,
xxv [lacune],
Pro merreno pollinnorum celerarii et factura,
lxx s.
Pro tornella infirmarie reparanda,
xxviii [lacune].
Pro omni factura in claustri, per magistrum N. et fratrem Johannem,
xiixx lb., xxxv s., viii d.
Pro gradu de veteri thesauro laterando,
lvii [lacune],
Pro edificio molendinorum per panetarium,
xviii lb., iiii s., vi d.
Pro domibus pauperum cooperandis et domo presbiteri de elemosinis,
vi lb., xiiii s.
Pro merreno empto per prepositum,
vi lb., xiii s.
Pro
xiixxxii milliaribus d’esceules, xxxv lb., viii s., iiii d.
Pro eslogiis reparandis,
xxxiii s.
Pro una chafferna in gardaroba domini abbatis,
iiii lb., vi s.
Pro pluribus escrennis emptis,
xvi s.
Pro porta Britonis in omnibus,
iiii lb.
Pro chaffernis claustri amovendis et reparandis,
xx s.
Pro pontello ante domum Droconis
Coquin, IIII lb., v s.
Pro logiis infirmarii reparandis,
lxxvii s.
Pro porta cymiterii reparanda,
xii s.
Pro domo lotricis cooperianda et reparanda,
x lb., x s.
Pro pingendo lapide de lestrino per magistrum J[ohannem] Noviomensem,
xl s.
Pro pingendo claustra, capitulo, portaria et aliis,
xliii [lacune],
Pro estableis factis in coquina de hospicio,
x s.
Pro minutis operibus factis, per fratres Johannem et Petrum conversos et magistrum N.,
xxxvi s.,

Summa vciiiixx lb., lxiiii s., xi d.

[1296‑1297]
[f°195v°] Dépense des travaux dans (le territoire de) la ville.

  • 36 Pommeau : petite boule en forme de pomme placée au sommet de quelque chose (Godefroy 1982). On peut (...)
  • 37 Cellérier : religieux qui a soin des provisions et de la nourriture du couvent (Littré 1987).
  • 38 Ecran : sorte de meuble dont on se sert pour se garantir de l’action directe du feu (Littré 1987).

Pour la réparation d’un bateau, 27 lb., 14 s., 6 d.
Pour l’amarre de ce bateau, 55 s.
Pour les rames, 10 s.
Item, pour de la chaux achetée, 12 lb., 5 s.
Pour la réparation et le curage du puits du cloître, 110 s.
Pour la tourelle au‑dessus du réfectoire, et pour la pierre achetée, 7 lb., 3 s.
Pour la réparation du petit pont de la chaussée de Saint‑Léger, 45 s., 6 d.
Pour les gouttières achetées, 13 lb., 7 s.
Pour la cheminée de la chambre du bailli, nouvellement faite, 63 s.
Pour la réparation de la barrière de Sainte‑Croix, 38 s., 6 d.
Pour la réparation du four et de la cheminée du couvent, 28 s.
Pour la chaire de la salle capitulaire et pour le dais placé au‑dessus, 106 s.
Pour la claire‑voie faite dans le cellier du seigneur abbé, 4 lb., 3 s.
Pour la couverture du trésor et pour le plomb acheté, à frère Jean, 10 lb., 7 s.
Item pour celle‑ci, à maître N., pour les pommeaux (du toit)
36, pour le plomb acheté et (pour) le bois d’œuvre, 20 lb., 14 s., 4 d.
Pour la réparation du bûcher de Seine, 6 lb., 5 s., à frère Jean. Item, pour les échafaudages et (pour) couvrir la porte d’entrée de ce bâtiment, à frère Jean, 4 lb., 12 d.
Pour la réparation de la grange à la Buhort, 35 […].
Pour couvrir l’infirmerie, la salle du roi et plusieurs autres lieux au‑dedans (de l’enceinte abbatiale), 9 lb., 15 s., 9 d.
Pour rechercher et reprendre les prisonniers, 57 s., 10 d.
Pour les tuiles achetées pour le trésor, le cloître et plusieurs autres (lieux), 42 lb., 12 s.
Pour les chaînes de la ville et pour les poteaux, 25 s.
Pour les tréteaux achetés, à maître N., 25 […].
Pour le bois d’œuvre du cellérier
37 des farines et la façon (de celui‑ci), 70 s.
Pour la réparation de la tourelle de l’infirmerie, 28 […].
Pour tous les travaux (effectués) dans le cloître, à maître N. et frère Jean, 240 lb., 35 s., 8 d.
Pour la couverture de l’escalier du vieux trésor, 57[…].
Pour l’édification des moulins, au panetler, 18 lb., 4 s., 6 d.
Pour la couverture des maisons des pauvres et de la maison du prêtre des aumônes, 6 lb., 14 s. Pour le bois d’œuvre acheté, au prévôt, 6 lb., 13 s.
Pour 252 milliers d’aissantes, 35 lb., 8 s., 4 d.
Pour la réparation des logis, 34 s.
Pour une étagère dans la garderobe du seigneur abbé, 4 lb., 6 s.
Pour plusieurs écrans
38 achetés, 16 s.
Pour la porte du Breton, en tout, 4 lb.
Pour l’enlèvement et la réparation des estrades du cloître, 20 s.
Pour le petit pont devant la maison de Dreux Coquin, 4 lb., 5 s.
Pour la réparation du logis de l’infirmier, 77 s.
Pour la réparation de la porte du cimetière, 12 s.
Pour la couverture et la réparation du lavoir, 10 lb., 10 s.
Pour la peinture de la maçonnerie du lutrin, à maître Jean de Noyon, 40 s.
Pour la peinture du cloître, de la salle capitulaire, de la porterie, et d’autres, 43 [...]
Pour les tréteaux faits dans la cuisine de l’hôtellerie, 10 s.
Pour les menus travaux faits, à frères Jean et Pierre, convers, et maître N., 36 s.

Total 580 lb., 64 s., 11 d.

[1298‑1299]
[f°225] Expensa de facturis in villa.

Pro cameris aule regis faciendis, iiiicvi lb., xii s., i d.
Pro stallis ad panem faciendis,
xxx lb., xiii s.
Pro vivario novo, LI lb.,
xvii s., vii d.
Pro merreno palicii eiusdem vivarii,
xix lb., iiii s., ii d.
Pro cava nova in omnibus facienda,
c lb., xvii s., vi d.
Pro forefactis factis in festo beati Ludovici per manum preceptorem [
sic], xxv lb.
Item illa cava pro entis emptis,
xv lb.
Item Illa tam per manum panetarii et hospiciarii,
lv lb., xi s.
Item pro merreno empto pro cultura, xxx
iii lb.
Pro puteo claustri pro coopertura
supra  lavatorio et pro lapidlbus conduitorum faciendis in omnibus, xiii lb., v s., iiii d.
Pro domo presbiteri de elemosinis cooperienda,
lxxvi s.
Pro prisionibus porte Compaise reparandis,
cv s., iiii d.
Pro muro camere coquinarii faciendo et pro cooperiendo cameram,
viii lb., v s.
Pro muro pratelli et pro tournella uxta cameram preceptoris faciendis,
xix lb., ii s.
Pro quodam muro facto ante turrym de Inflrmariis,
vi lb., x s.
Pro atriis et caminis in camera prions reparandis,
xx s., x d.
Pro uno lavatorio in camera armigerio faciendo,
xxiii s.
Pro camino in camera subprioris et pro aliis minutis,
lxxii s.
Pro batello vivarii reparando,
lxxvii s., vi d.
Pro fournesiis coquine reparandis,
xxviii s., vi d.
Pro quibusdam cofris pro domino abbate,
lvi s.
Pro pavimento in claustra empto,
xxxiii s., vi d.
Pro merrenno empto, per magistrum Nicholaum pro garnisyone,
xxx lb., ii s.
Pro ymaginibus refectoris et pro tabernaculo Sancti Cucuphati pingendo,
viii lb.
Pro callida empta pro garnitione, per magistrum R.,
xv lb., xviii s.
Pro escella empta pro garnitione,
xiii lb.
Pro lata empta pro garnitione,
vi lb.
Pro gouteriis emptis,
lxi s., vi d.
Pro tegula pro garnitione empta,
lxiiii lb., xvii s.
Pro domibus cooperandis in abbatla, scilicet Merevilla,

[f°225v°] Dugniaco, Ruolio, Curianova et plurlbus aliis locis, xxx lb., xiii s., iiii d.
Pro baanlectis factis in stabulo domlni abbatis,
xvii s.
Pro uno poullarerio facto in
Guignehochet, xi s.
Pro praello domini abbatis faciendo,
xlii s.
Pro carnellis
supra  praello faciendis et pro réparatione muri iuxta quoquinam, xxxvi s.
Pro camino magne aule reficiendo,
xxviii s.
Pro ferraturis in turrim quadratam positis,
xxxii s.
Pro fornace pro plumbo fundendo, pro operatore, pro adjutorio élus, pro operiendo de plumbo apud Merevilla et
supra  tournellam Sancti Ludovici, vii lb., ii s., iii d.
Pro soudura empta,
l s.
Pro minutis per abbatiam factis, per magistros R. et N.,
vi lb., xii s.
Pro chassiliis Parisius, Merevilla, Dugniaco, Ruolio, etfenestris faciendis et pro ferraturis,
cxvi s., vi d.
Pro justitia sustinenda,
xx s., vi d.
Pro calderla piscium assedenda,
xxx s.
Pro edificiis de novo factis in garneriis et in domo Roberti Fullonis,
xxii lb.
Pro domo Morelli Clamati reparanda,
vi lb., ii s.
Pro domibus Mathei de
Fay sustinenda, xii s.
Pro minutis operibus factis in refectorio, cava et alibi per magistrum Nicholaum,
xv s.
Pro reparatione magnl batelli,
ix lb., v s.

Summa mlii lb., xiii s., v d.

[1298‑1299]
[f°225] Dépense des travaux dans (le territoire de) la ville.

  • 39 Saint‑Cucuphas : chapelle de l’église abbatiale (fig. 74).
  • 40 La tournelle Saint‑Louis : cette tourelle fait partie de l’enclos de la Couture (cf. infra § 4.3.1)

Pour la façon des chambres de la salle du roi, 406 lb., 12 s., 1 d.
Pour la façon des étals à pain, 30 lb., 13 s.
Pour le vivier neuf, 51 lb., 17 s., 7 d.
Pour le bois de la palissade de ce vivier, 19 lb., 4 s., 2 d.
Pour la façon de la cave neuve, en tout, 100 lb., 17 s., 6 d.
Pour les amendes réglées lors de la fête de Saint Louis, au précepteur, 25 lb.
Item (pour) cette cave, pour les piliers (?) achetés, 15 lb.
Item (pour) celle‑ci, tant au panetier qu’à l’hôtelier, 55 lb, 11 s.
Item pour le bois d’œuvre acheté pour le clos de la Couture, 33 lb.
Pour le puits du cloître, pour la couverture au‑dessus du lavabo et pour la façon des conduites, en tout, 13 lb., 5 s., 4 d.
Pour la couverture de la maison du prêtre des aumônes, 76 s.
Pour la réparation des prisons de la porte Compoise, 105 s., 4 d.
Pour la façon du mur de la chambre du cuisinier et pour la couverture de (cette) chambre, 8 lb., 5 s.
Pour la façon du mur du préau et pour la tourelle proche de la chambre du précepteur, 19 lb., 2 s.
Pour un mur fait devant la tour des infirmeries, 6 lb., 10 s.
Pour la réparation des âtres et des cheminées dans la chambre du prieur, 20 s., 10 d.
Pour la façon d’un lavabo dans la chambre de l’écuyer, 23 s.
Pour une cheminée dans la chambre du sous‑prieur et pour d’autres menus (travaux), 72 s.
Pour la réparation du bateau du vivier, 77 s., 6 d.
Pour la réparation des fours de la cuisine, 28 s. 6 d.
Pour quelques coffres pour le seigneur abbé, 56 s.
Pour l’achat du pavage du cloître, 33 s., 6 d.
Pour le bois d’œuvre acheté pour (en faire) provision, à maître Nicolas, 30 lb., 2 s.
Pour les statues du réfectoire et pour la peinture du tabernacle de Saint‑Cucuphas
39, 8 lb.
Pour de la chaux achetée par maître R., pour (en faire) provision, 15 lb., 18 s.
Pour les aissantes achetées pour (en faire) provision, 13 lb.
Pour les lattes achetées pour (en faire) provision, 6 lb.
Pour des gouttières achetées, 61 s. 6 d.
Pour de la tuile achetée pour (en faire) provision, 64 lb., 17 s.
Pour la couverture de maisons dans (le domaine de) l’abbaye, à savoir : à Merville, Dugny, Rueil, La Courneuve et plusieurs autres lieux, 30 lb., 13 s., 4 d.
Pour les baanlectis, faits dans l’étable du seigneur abbé, 17 s.
Pour le poulailler fait à Guignehochet, 11 s.
Pour la façon du préau du seigneur abbé, 42 s.
Pour la façon des créneaux sur le préau et pour la réparation du mur près de la cuisine, 36 s.
Pour la réfection de la cheminée de la grande salle, 28 s.
Pour les ferrures posées dans la tour carrée, 32 s.
Pour le four à fondre le plomb, pour l’ouvrier, pour son aide, pour l’ouvrage de plomb (fait) à Merville et sur la tournelle Saint‑Louis
40 7 lb., 2 s., 3 d.
Pour la soudure achetée, 50 s.
Pour les menus (travaux) faits dans l’abbaye, à maîtres R. et N., 6 lb., 12 s.
Pour la façon de châssis et de fenêtres à Paris, Merville, Dugny, Rueil, et pour les ferrures, 116 s., 6 d.
Pour l’étayage du gibet, 20 s., 6 d. Pour la fixation du chaudron à poissons, 30 s.
Pour les ouvrages faits de neuf dans les greniers et dans la maison de Robert Foulon, 22 lb. Pour la réparation de la maison de Morel Clamat, 6 lb., 2 s.
Pour soutenir les maisons de Mathieu de Fay, 12 s.
Pour les menus travaux faits dans le réfectoire, la cave et ailleurs, à maître Nicolas, 15 s.
Pour la réparation du grand bateau, 9 lb., 5 s.

Total 1052 lb., 13 s., 5 d.

[1301‑1302]
[f°269] Expensa de facturis in villa.

Pro lx milliaribus tegule empte et pro ducendo, lxx lb.
Pro iiiixx et xii milliaribus esseule pro garnicione, xxxiii lb.
Pro merreno empto et adducendo pro garnicione, ixxxvii lb., v s.
Pro L taslis gouture emptis, vii lb., x s., iiii d.
Pro lata empta, xi lb., xii s.
Pro viii milliaribus de lambriis, xi lb., xv s.
Pro merreno secando, ex s.
Pro cooperiendo per totam abbatiam, Merevillam, Duigniacum, Garennam et alibi, xxxiii lb., iiii s., ix d.
Pro factione camini conventus pro piastre operarii, lii lb., iii s.
Pro factione taluti parvi vivarii pro lapidibus quadrigls et pro eodem evacuando, lxvi lb., xvi s.
Pro gressibus ad opus coquine conventus emptis, pro forgia talliatoribus, xxiii lb., x s., vi d.
Pro scala du pilori facienda et merreno, xviii s.
Pro quarrellis ad tombas emptis et factione tumbarum lx de Tibuvillari et lx de Pontisara, lxxv s., viii d.
Pro tomba domini P. Cambelli sitoenda, xxxiii s.
Pro establiis coquine domini abbatis et pro factione, vii lb., v s.
Pro establiis coquine conventos et pro factione, xlii s., x d.
Pro ligno facto et posito desuper natam capitoli, lxii s.
Pro domo clerici de atrio reparanda, iiii s., vi d.

[f°269v°] Pro poteo in Pantera reparando, xi lb., ix s., iiii d.
Pro puteo de infirmariis reparando, xviii s., iii d.
Pro barris ville reparandis, lx s.
Pro plancherio, expensis domini abbatis, et pro larderio reparandis, vii lb., v s., vi d.
Pro caminis et atriis per abbatiam reparandis et pro aliis minutis faciendis, viii lb., v s., viii d.
Pro chacillis factis in camera domini prioris, cvi s.
Pro hostiis, fenestris, escrannis factis per abbatiam, xlvii s.
Pro qoibusdam chafernis factis pro fratre Hoorrico, xxxii s.
Pro minotis factis operibus per abbatiam, per fratres Albericom, Mauricium et magistrum Nicholaom, vi lb., xviii s., iiii d.
Pro foornaisia coquine conventus reparanda, xx s., xii d.
Pro fenestris factis in aleia superioris aole domini abbatis, xvii s., vii d.
Pro domibus in villa reparandis per hospitariom, cvi s.
Pro aola inferiori domini abbatis et superiori caméra pingendis, pro merreno et lambrosio, lxiiii lb., xviii s.
Pro tournella juxta granchiam feni reparanda et pro merreno, plasto, pro fovea ibi facta, xxxii lb., xiii s., v d.
Pro chacillis de logiis domini abbatis, pro operariis et ferratura, xxvi lb., xix s.
Pro domo de Salgerio reparanda, xi s., iii d.
Pro capella Sancti Lodovici in operariis, lapidibos, calceya, merreno, vectoris, coopertora d’ardoise et qoatoor formis vitreis, xviciiixxxvi lb., xvi s., vi d.
Pro pictora regum aleiarum domini abbatis tam per fratrem Hoorricom quam per magistrom Johannem et filium et Reginaldom pro coloribos emptis osqoe dominicam diem ante festum beati Laorencii, xl lb., iiii s., viii d.
Pro factione carceris ad portam novam, per fratres Albericom et Maoricium, xxi lb., ix s.
Pro quadam camera facta de novo in victuaria, xx s., vi d.

Somma iimiiiiclxvii lb., xix s., n d.

  • 41 Lardier : lieu où l’on conserve le lard.
  • 42 Chapelle Saint‑Louis : chapelle de l’église abbatiale.
  • 43 Lancettes : compartiments de fenêtre séparés par une nervure (fig. 146b).

[1301‑1302]
[f°269] Dépense des travaux dans (le territoire de) la ville.
Pour 60 milliers de tuiles achetées et pour (leur) transport, 70 lb.
Pour 92 milliers d’aissantes pour (en faire) provision, 33 lb.
Pour le bois d’œuvre acheté pour (en faire) provision, et (pour son) transport, 187 lb., 5 s.
Pour 50 tasiis de gouttière achetés, 7 lb., 10 s., 4 d.
Pour les lattes achetées, 11 lb., 12 s.
Pour 8 milliers de (planches de) lambris, 11 lb., 15 s.
Pour le sciage du bois d’œuvre, 110 s.
Pour (les travaux de) couverture, dans toute l’abbaye, à Merville, Dugny, La Garenne et ailleurs, 33 lb., 4 s., 9 d.
Pour la façon des cheminées du couvent, pour le plâtre de l’ouvrier, 52 lb., 3 s.
Pour la façon du talus du petit vivier, pour l’assèchement de ce dernier et pour les charrettes de pierres, 66 lb., 16 s.
Pour les dalles achetées pour l’œuvre de la cuisine du couvent, pour la forge des tailleurs (de pierre), 23 lb., 10 s., 6 d.
Pour la façon de l’échelle du pilori et le bois, 18 s.
Pour les carreaux achetés pour les tombes et la façon des tombes, 60 de Tibiviller et 60 de Pontoise, 75 s., 8 d.
Pour bâtir le tombeau du seigneur P. Cambelle, 33 s.
Pour les tréteaux de la cuisine du seigneur abbé et pour (leur) façon, 7 lb., 5 s.
Pour les tréteaux de la cuisine du couvent, et pour (leur) façon, 42 s., 10 d.
Pour le bois fait et posé sur la natte de la salle capitulaire, 62 s.
Pour la réparation de la maison du clerc du cimetière, 53 s., 6 d.
Pour la réparation du puits de la (place) Panetière, 11 lb., 9 s., 4 d.
Pour la réparation du puits des infirmeries, 18 s., 3 d.
Pour réparer les barrières de la ville, 60 s.
Pour le plancher, les dépenses du seigneur abbé, et pour la réparation du lardier
41, 7 lb., 5 s., 6 d.
Pour la réparation des cheminées et des âtres, dans l’abbaye, et pour la façon d’autres menus (travaux), 8 lb., 5 s., 8 d.
Pour les châssis faits dans la chambre du seigneur prieur, 106 s.
Pour les portes, fenêtres et écrans faits dans l’abbaye, 47 s.
Pour certains échafaudages faits pour frère Hourric, 32 s.
Pour les menus travaux faits dans l’abbaye, à frères Aubry et Maurice, et maître Nicolas, 6 lb., 18 s., 4 d.
Pour la réparation du four de la cuisine, 20 s., 12 d.
Pour les fenêtres faites dans le corridor supérieur de la salle du seigneur abbé, 17 s., 7 d.
Pour la réparation de maisons, en ville, à l’hôtelier, 106 s.
Pour la peinture de la salle inférieure et de la chambre supérieure du seigneur abbé ; pour le bois d’œuvre et le lambris, 64 lb., 18 s.
Pour la réparation de la tourelle proche de la grange à foin, pour le bois d’œuvre et le plâtre, ainsi que pour la fosse faite à cet endroit, 32 lb., 13 s., 5 d.
Pour les châssis du logis du seigneur abbé, pour les ouvriers et la ferrure, 26 lb., 19 s.
Pour la réparation de la maison de Sauger, 11 s., 3 d.
Pour la chapelle Saint‑Louis
42, en ouvriers, pierres, chaux, bois d’œuvre, transport, couverture d’ardoise et quatre lancettes de verre43,1696 lb., 16 s., 6 d.
Pour la peinture des rois des corridors du seigneur abbé et pour les couleurs achetées, jusqu’au dimanche avant la fête de saint Laurent, tant à frère Hourric qu’à maître Jean, le fils (de maître Jean) et Réginald, 40 lb., 4 s., 8 d.
Pour la façon des prisons à la porte Neuve, à frères Aubry et Maurice, 21 lb., 9 s.
Pour une chambre faite de neuf dans le garde‑manger, 20 s., 6 d.

Total 2467 lb., 19 s., 4d.

15.

Document 40
Comptes de la commanderie de Saint‑Denis (1326‑1327).

Le deuxième registre de comptes (AN, LL 1241) couvre la période 1320‑1343. L’année 1329‑1330 a été publiée par G. Lebel (Lebel 1935a : 364‑399). L’extrait de l’année 1326‑1327 signale, entre autres, le salaire du vitrier de l’église abbatiale, monasterium, et les dépenses liées à l’entretien du système hydraulique du monastère. À partir du xve s. la comptabilité de l’abbaye est moins bien organisée et les registres, écrits sur papier, sont souvent en mauvais état de conservation.
Source‑AN, LL 1241 ; collationnement du texte : A.D. ; traduction française : P.B.

[f°63] Pro operibus in monasterio Pro penssione vitrearii, xvi libr. Pro facturis super monasterium, xxxix l., vii s., ix d.
Summa
lv libr., vii s., ix d.
Pro facturis in abbatia et villa.
Pro operibus et expensa Culture,
xv l., iii s., x d.
Magistro magni operis per necessariis mundandis et reparandis,
lxxvii libr. Pro locagio domus sue, xxxii s. Pro conductu magne cave reparando, cxii s.
Pro conductu capituli reparando,
xxxvii l., x s.
Pro quodam camino in coquina conventus,
lxxviii s.
Pro camino Juxta refectorium novo facto, calderia ibi et conductibus coquine reparandis,
ix l., vu s.
Pro lavatorio plombeo Juxta refectorium reparando,
cxv s. Pro lavatorio prioris reparando, l s.
Pro parvo studio domini abbatis,
lxxii s.
Pro trappa cave domini abbatis et travellio equorum novis factis per pena absque merreno,
cxvi s., v d.
Pro vivario Juxta granchiam ad fenum curando et colombario ibi reparando,
vii l., viii d.
Pro minutis operibus per abbatiam, L s.

[f° 63v°] Pro domo geolarii reparanda, vii l.
Pro domo Juxta geolam recooperienda,
xxiiii s., vi d.
Pro ponte molendinorum panetarium reparando, pro pena absque merreno,
iiii l., xix s., viii d.
Pro ponte Juxta Sanctum Leodegarium reparando, pro pena absque merreno,
lxxix s., vi d.
Pro cooperiendo in villa et abbatia,
lxxi l., xix s.

Summa iiclxvi libr., ix s., vii d.

[f°63] Pour les travaux dans l’église
Pour le paiement du vitrier, 16 lb.
Pour ce qui a été fait dans l’église, 391b., 7 s., 9 d.

Total 55 lb., 7 s., 9 d.

  • 44 Travail : machine à l’aide de laquelle on immobilise les chevaux.

Pour les travaux dans l’abbaye et (le territoire de) la ville.
Pour les travaux et la dépense du clos de la Couture, 15 lb., 3 s., 10 d.
(Au) maître du grand œuvre, pour les nettoyages et les réparations nécessaires, 77 lb.
Pour la location de sa maison, 32 s.
Pour la réparation de la conduite de la grande cave, 112 s.
Pour la réparation de la conduite de la salle capitulaire, 37 lb., 10 s.
Pour une cheminée dans la cuisine du couvent, 78 s.
Pour la cheminée neuve faite près du réfectoire, la réparation du chaudron, à cet endroit, et des conduites de la cuisine, 9 lb., 7 s.
Pour la réparation du lavabo de plomb près du réfectoire, 115 s.
Pour la réparation du lavabo du prieur, 50 s.
Pour la petite salle d’étude du seigneur abbé, 72 s.
Pour la trappe de la cave du seigneur abbé et le travail
44 (du maréchal‑ferrant), faits de neuf : pour la peine, sans le bois, 116 s., 5 d.
Pour le curage du vivier près de la grange à foin et, à cet endroit, réparer le colombier, 7 lb., 8 d.
Pour de menus travaux dans l’abbaye, 50 s.

[f° 63v°] Pour la réparation de la maison du geôlier, 7 lb.
Pour recouvrir la maison près de la prison, 24 s., 6 d.
Pour la réparation du pont des Moulins‑du‑Panetier : pour la peine, sans le bois, 4 lb., 19 s., 8 d.
Pour la réparation du pont près de Saint‑Léger : pour la peine, sans le bois, 79 s., 6 d.
Pour (des travaux de) couverture, en ville et dans l’abbaye, 71 lb., 19 s.

Total 266 lb., 9 s., 7 d.

3.1.2 Description des bâtiments entourant le cloître et la cour sud

16D’une manière générale les bâtiments conventuels de Saint‑Denis respectent la disposition traditionnelle des monastères bénédictins. Au sud de l’église abbatiale, les espaces communautaires s’organisent autour du cloître ; à l’est le dortoir et la salle capitulaire, au sud le réfectoire et à l’ouest l’hôtellerie.

17Nous ignorons encore à quel moment fut édifié le premier cloître. On peut observer que dans son état du xiiexiiie s., son orientation dévie sensiblement par rapport à celle de l’abbatiale, hormis la crypte hors œuvre d’époque romane (cf. supra § 1.8).

18En suivant la description de Doublet (doc. 41), on pénètre dans le cloître, soit en sortant de l’église par une porte latérale voisine de l’escalier qui mène au trésor (fig. 84), soit en entrant par la porte du monastère. Dans ce dernier cas, on traverse, au rez‑de‑chaussée du pavillon du trésor, une pièce approximativement carrée dont la voûte retombe sur un pilier central (fig. 141).

FIG. 141 – Plan de l’abbaye médiévale et projet de reconstruction ; agence J. Hardouin‑Mansart et R. de Cotte, vers 1700. BNF, Cabinet des Estampes, Va 438 : no 66 ; papier, crayon, encre, aquarelle ; 142 x 120 cm.

FIG. 141 – Plan de l’abbaye médiévale et projet de reconstruction ; agence J. Hardouin‑Mansart et R. de Cotte, vers 1700. BNF, Cabinet des Estampes, Va 438 : no 66 ; papier, crayon, encre, aquarelle ; 142 x 120 cm.

La Bibliothèque nationale de France conserve deux plans provenant de l’agence Jules Hardouin‑Mansart et Robert de Cotte ; ils représentent l’abbaye avant la reconstruction des bâtiments conventuels, à partir de 1700. L’objectif des architectes fut sans doute d’étudier l’impact du nouveau projet (ici en rouge) sur les anciennes constructions, que l’on continua d’utiliser pendant les longs travaux de reconstruction. Les deux plans sont complémentaires ; celui‑ci s’attache à représenter la distribution intérieure des corps de bâtiments. Au sud, on distingue les jardins dépendant des logis des officiers, que les religieux ont rachetés aux habitants de la ville dès le XVIe s. Initialement, R. de Cotte projetait une cour d’entrée ovale au sud du parvis de l’église abbatiale.

© cl. BNF, Paris

FIG. 142 – Plan de l’abbaye médiévale ; agence J. Hardouin‑Mansart et R. de Cotte, vers 1700. BNF, Cabinet des Estampes, Va 438 : no 64 ; papier, crayon, encre, aquarelle ; 180 x 118 cm.

FIG. 142 – Plan de l’abbaye médiévale ; agence J. Hardouin‑Mansart et R. de Cotte, vers 1700. BNF, Cabinet des Estampes, Va 438 : no 64 ; papier, crayon, encre, aquarelle ; 180 x 118 cm.

Le second plan de l’abbaye médiévale représente de façon plus sommaire les corps de bâtiments. En revanche, la figuration du réseau hydrographique –l’abreuvoir, les canaux du Croult, les puits– est ici plus soignée.

© cl. BNF, Paris

19Le cloître est longé sur deux côtés par le Groult. Des marches pratiquées dans les berges permettent d’accéder à l’eau (doc. 74). Selon Félibien, c’est l’abbé Aimar Gouffier (1517‑1529) qui « fit travailler à revestir de pierre le canal de la petite riviere de Crould qui passe dans les cloistres », puisque « on voit encore les armes de l’abbé Aimar sur la pierre du canal au costé du cloistre qui répond à l’église. » (Félibien 1706 : 379.)

20Le cloître est voûté, sauf peut‑être la galerie ouest. Vers la fin du xve s., l’abbé Jean [III] fait lambrisser de nouveau cette galerie qui longe l’hôtellerie, comme en témoigne « l’écusson de ses armes au lambris du costé de l’appartement des hostes » (Félibien 1706 : 367). C’est probablement de cette partie du cloître, démolie en 1752, que proviennent les éléments de décor sculpté d’une arcature du milieu du xiie s. récemment mis au jour (Johnson, Wyss 1992) (fig. 144). Toujours selon Félibien, les autres galeries sont plus récentes et correspondent à « un ouvrage (...) qui répond parfaitement à la structure de l’église refaite sous les règnes de s. Louis & de Philippe le Hardy son fils » (Félibien 1706 : 367).

21L’aile sud comprend dans l’angle ouest un pavillon hors œuvre qui abrite le lavabo (fig. 147). « La voûte sous laquelle il est posé, est soutenue de seize colomnes la pluspart de marbre. L’abbé qui le fit faire ou placer dans ce lieu, se nommoit Hugues, comme on l’apprend par les deux vers suivans gravez autour d’une espece de soubassement ou piédestail sur lequel sont quatre petites figures de bronze au milieu de la pierre destinée à servir de lave‑main : Hugoni Fratres Abbati reddite grates ; Hoc manibus Fratrum sustulit ille lavacrum. Le dernier Hugues abbé de Saint‑Denys estant mort sous Philippe Auguste en 1204, on peut par‑là juger de l’antiquité de cet ouvrage. » (Félibien 1706 : 588.)

22En 1298‑1299, l’abbaye dépense treize livres pour la couverture de ce lavabo et pour le puits qui lui était associé, afin de suppléer à d’éventuelles défaillances du système d’adduction d’eau (doc. 39).

23Suivant le Monasticon Gallicanum, la galerie qui longe le dortoir est surmontée au nord d’un étage.

24La galerie de cloître adossée à l’abbatiale est la mieux documentée (fig. 70). Elle se distingue par le développement architectural de la travée qui abrite le portail du bras sud du transept. À l’est de celui‑ci, entre les deux contreforts de la chapelle Saint‑Jean‑Baptiste, se trouvait jusqu’en 1432 un espace qui « servoit de librairie, c’est‑à‑dire de cabinet pour les livres à l’usage de l’église & du chapitre » (Félibien 1706 : 350 ; Nebbiai‑Dalla Guarda 1985 : 93).

25Les livres de comptes complètent nos informations sur l’aménagement du cloître : en 1465‑1466, ils y mentionnent des bancs et un cellier (doc. 73) puis, en 1542‑1543, précisent que le cadran de l’horloge qui s’y trouve est repeint (AN, LL 1248 : f°268v°).

26Avec ses onze travées, le dortoir est le plus long des bâtiments conventuels. L’architecte Debret a relevé l’élévation intérieure de son mur pignon nord (fig. 146b). Au rez‑de‑chaussée, côté église, une pièce de trois travées correspond à la salle capitulaire. De son architecture subsistent toujours les éléments d’une arcature ouverte sur le cloître, datés stylistiquement du milieu du xiiie s. (Formigé 1960 : 18‑22, 24). Quant aux stalles qui constituent le principal mobilier de cette pièce, les sources écrites attribuent à l’abbé un siège élevé de six degrés et au grand prieur un siège isolé (Félibien 1706 : 246). En 1567 « le beau Chapitre aussi fut ruiné, & toutes les belles vitres cassees : s’estoit un lieu bien enrichy de lambris d’or, & de peinctures. » (Doublet 1625 : 1348.) Il fut restauré, comme nous le prouvent les procès‑verbaux de 1672 (doc. 43).

27Au sud de cette salle, le plan de Robert de Cotte (fig. 141) représente une travée de passage qui établit la jonction entre le cloître et une galerie qui mène à l’infirmerie. Puis suit un escalier droit ouvert sur le cloître.

28La dernière pièce, longue de six travées et demie, comprend une porte sur le mur pignon sud que le Monasticon Gallicanum désigne comme porta Torcularis, la porte du Pressoir. Sous le dortoir est également situé le locutorium, le parlement, ou parloir (doc. 74), un endroit que Doublet décrit comme « le lieu où les Religieux s’assemblent pour deliberer de leurs affaires, (...) orné & embelly de riche lambry » (Doublet 1625 : 1348) ; il fut également saccagé en 1567, puisque l’année suivante, des maçons y réparent les sièges (doc. 95). Enfin dom Poirier localise sous le dortoir le grand bûcher (BNF, ms. fr. 20851 : f°126).

29A l’étage, les procès‑verbaux de 1672 (doc. 43) décrivent le dortoir des moines comme une longue pièce dont la charpente ouverte repose sur une arcature centrale constituée de dix colonnes. Les plans de François Mansart et de Robert de Cotte nous restituent l’escalier qui permet aux religieux de descendre au chœur de l’église (fig. 82, 149). Une autre horloge est attestée dans le dortoir en 1538‑1539 (AN, LL 1302 : f°160v°).

30Toutes les informations concordent pour identifier le corps de bâtiment greffé sur la façade est du dortoir à l’ancienne chapelle Saint‑Clément. Félibien, qui a vu disparaître cette chapelle, dit quelle « estoit ouverte de six grandes croisées au midy. Elle avoit dans œuvre soixante & dix pieds [environ 22,75 m] de long sur vingt‑six [environ 8,45 m] de large, & environ trente‑deux [environ 10,40 m] sous voute. » (Félibien 1706 : 281.) Doublet pensait que c’était Guillaume [IV] de Farréchal (1431‑1440) qui fit construire cette chapelle « en l’honneur de la Vierge Marie & de s. Clement : aussi fit faire les chaires d’icelle, peindre & enrichir les parois de belles peintures d’or & d’azur, & mettre un Autel pour y celebrer la Messe, fort exquis de porphyre avec le devant, & au dessus apposer l’Image de nostre Dame » (Doublet 1625 : 268). Félibien rectifie cette datation tardive –incompatible avec la sépulture de l’abbé Robert [III] de Fontenay († 1363) qu’elle abritait– en la faisant remonter à l’époque de Saint Louis. Une étude récente sur la liturgie dionysienne a permis de situer sa dédicace à saint Clément entre 1234 et 1259 (Walters 1986 : 202 ; Foley 1990 : 356).

31En 1287‑1288, on dépense six livres et huit sous pour les stalles de Saint‑Clément, pro stallo de sancto Clemente (AN, LL 1240 : f°65). La chapelle est subdivisée avant 1530‑1531, moment où l’on nous signale l’existence d’un « oratoire sur Saint‑Clement » (doc. 45). L’enquête de d. Nebbiai‑Dalla Guarda consacrée à la bibliothèque de l’abbaye établit que cette chapelle dut abriter, à l’étage, une partie de la bibliothèque de Saint‑Denis (Nebbiai‑Dalla Guarda 1985 : 82). Enfin, Poirier rappelle que c’était la chapelle des novices et des jouvenceaux (BNF, ms. fr. 20851 : f°218). En 1665, la chapelle Saint‑Clément est désaffectée, puis réparée pour 3 224 livres (AN, S 2384). C’est à ce moment que les religieux installent au rez‑de‑chaussée une « salle de récréation » ; les ossements sont alors transportés dans un caveau de la crypte de l’abbatiale (BNF, ms. fr. 20851 : f°218.) ; à l’étage, la bibliothèque est complétée par un chauffoir (doc. 43).

32Le réfectoire, salle de sept travées, dont la voûte très élancée est « haute d’environ trente‑quatre pieds [environ 11,05 m] & soutenue sur six colomnes dont le diamètre n’est que d’onze pouces [environ 0,30 m]. Le fust de chaque colomne a treize pieds [environ 4,20 m] de haut. » (Félibien 1706 : 588.) Les croisées sont ornées de vitraux (doc. 41). Les procès‑verbaux de 1672 précisent la disposition le long des murs de neuf tables –dont trois de bois et les autres en pierre de liais (Doublet 1625 : 325)– soutenues par trente‑trois piliers (doc. 43). Selon Doublet, l’abbé y est installé « à une table seule haute eslevee de plusieurs marches » et le grand prieur « en une place plus bas beaucoup que celle de l’Abbé, où il est seul » (Doublet 1625 : 355). À l’extérieur, le Monasticon Gallicanum nous révèle une façade du milieu du xiiie s. surmontée d’un crénelage plutôt symbolique. Il confirme également la présence de l’escalier hors œuvre de la chaire de lecteur indiqué sur les plans.

33On attribue communément le bâtiment de l’hôtellerie à Suger (doc. 36). Le rez‑de‑chaussée et l’étage de ce bâtiment sont dotés, côté cloître, de couloirs desservant les appartements (fig. 141). L’hôtellerie abrite également la procure du portier (doc. 43), déjà mentionnée au début du xve s. dans le « Livre vert de Saint‑Denis ».

34Le plan trapézoïdal du pavillon du trésor semble caractériser une construction postérieure. Les attachements de 1812 montrent qu’elle obstrue, côté église, deux croisées du milieu du xiiie s. (BHVP : f°AT 111). Le plan de l’abbatiale gravé par Inselin montre l’escalier de marbre (doc. 20) en L qui, depuis le collatéral sud, monte à la salle du trésor en enjambant le passage qui fait communiquer le cloître et l’église (fig. 84). « C’est une grande salle dont la voûte est soûtenuë par une colomne de marbre qui est au milieu » (Félibien 1706 : 536). En 1752, on y perce de nouvelles croisées et on refait les combles (AN, H54273). Le bâtiment n’est démoli qu’en 1812.

35Quant à l’officine du cellérier que le Monasticon Gallicanum représente adossée au pavillon du trésor (fig. 139, lettre P), les textes et les plans de Robert de Cotte semblent l’ignorer. On peut se demander si elle a jamais existé.

36Un enclos rectangulaire de bâtiments jouxte le réfectoire au sud. Il comprend, à l’ouest, la cuisine maigre que les sources écrites citent fréquemment en en détaillant l’équipement : puits, fours, cheminées, étables (doc. 39). C’est une construction de plan carré, solidement établie.

37L’officine la plus proche de la cuisine est léguée à la fin du xvie s. à l’infirmier, en échange de son hôtel adjoint au logis abbatial. Celui‑ci, en 1610, rétrocède cette même « maison et lieu qui fut et appartint de tout temps et anciennement audit benefice de prevost de la Garenne » car elle « estoit plus propre et plus commode pour le prevost de la Garenne pour estre proche de la cuisine des religieux qui est le lieu ou il doibt rendre les poix lards et aultres reddevances ». Elle consiste « en un corps de logis contenant cuisine cave dessoubz et salle deux chambres au dessus l’une garnie d’une petite allée allant à une tournelle servant de cabinet fesant le coing de la rue et encores autres chambres au dessus en forme de galletas et une autre petite chambre eslevee sur la montee garnie de cabinet ou garderobbe le tout convenablement rebasty et ediffié avec cours, puys, sallette a claire‑voie sur ladite cour et une autre courcelle contre la salle et l’encoignure de ladite maison lieux communs y tenantz et un autre cabinet ou petit grenier sur la porte d’entree de devant dudit logis le tout assis en ladite abbaie vis a vis des logis du Soubz‑prioré et de l’Aumosne faisant le coing du carrefour de devant la cuisine commune de ladite abbaie » (AN, L 855 : no 91).

38En échange le prévôt de la Garenne cède à l’infirmier la maison attenante qui également « fut et appartint de tout temps et anciennement audit benefice de prevost de la Garenne [et] qui se compose en un corps de logis contenant cuisine petite despence salle cabinet en poincte servant a présent de bûcher contre ladite salle deux grandes chambres au dessus l’une garnie de cabinetz en poincte regardant sur la grande cour commune de ladite abbaye (...) vis a vis du logis de la Commanderie (…) » (AN, L 855 : no 91).

39Quant à la bâtisse fermant la cour du côté oriental, elle a les caractéristiques d’une latrine, greffée sur le mur pignon sud du dortoir et traversée en son milieu par le Groult.

40En 1672, les experts énumèrent dans cette même cour une sommellerie ou dépense, le réfectoire des domestiques et serviteurs, une boulangerie, une lavanderie et des écuries (doc. 43).

Document 41
Description du cloître par Jacques Doublet en 1625.
Source – Doublet 1625 : 324‑326.

Apres l’entiere description des trois parties de l’Eglise de sainct Denys, à sçavoir de la Nef, du Chœur, & du Chevet, reste encore de descrire quelqu’autres particularitez. Premièrement du costé droict depuis l’entree de la porte de l’Eglise jusques au Jubé, ou frontispice du Chœur, ledit Chœur est fermé de ce costé‑là tout attenant la muraille qui enceint l’Eglise, où il y a seulement une porte, laquelle s’ouvre à certaines heures du jour : & tout proche est une autre grande porte, qui entre dedans les Cloistres des Religieux qui sont fort grands & spacieux, & y a un ruisseau de fontaine qui l’environne de deux costez, & atenant icelle se void la voute, de dessous la sale du Thresor que l’on admire pour sa grande largeur, laquelle n’est soustenuë que d’un pillier au milieu.

A l’entree de ceste porte, entrant en iceux Cloistres à main droite, se void l’effigie du Tres‑Chrestien Roy Dagobert, d’une grandeur extraordinaire, assise en une chaire la couronne sur la teste, & une pomme en la main droite (comme estant Empereur de la Monarchie Gauloise) ayant à ses deux costez les effigies de ses deux enfans Clovis & Sigibert, de pierre de liais. Aux pieds de ladite effigie les vers qui suivent sont gravez en la muraille.
Fingitur hac specie bonitatis odore refertus,
Istius Ecclesiæ fundator Rex Dagobertus,
Justitiæ cultor, cunctis largus dator æris,
Affuit & sceleris férus, ac promptissimus ultor.
Armipotens bellator erat, velutique procella
Hostes confregit, populosque per arma subegit.

  • 45 Martin Fréminet ou Freminel (1567‑1619) : peintre, graveur ; en 1603, il est nommé Premier peintre (...)

Lesdits Cloistres sont les plus beaux qui se voyent, pavez entierement de pierre de liais, enrichis de pilliers & colomnes, dont il y en a partie de pierre de liais, partie d’ardoise, partie de marbre, partie de pierres fonduës, diversifiees de tant de diversitez de couleurs, qu’il semble que cela ait esté fait par plaisir, & partie de grez. Et ce qui est digne d’estre admiré, c’est que de toutes ces colonnes & de tous ces pilliers qui sont en grand nombre, tous les chapiteaux sont de diverses façons, diversement taillez, & diversement élevez en bosse. En iceux Cloistres se void le Refectoir, qui est l’un des plus grands & des plus excellents qui soit en aucun autre Monastere de France : la structure duquel l’on estime grandement pour estre soustenuë seulement de pilliers au milieu, iceux tous d’une piece chacun, qui portent tout le faix, & sont d’une grande hauteur. Les vitres pareillement sont tres‑exquises, & peintes de riches couleurs. Il y a aussi audit Refectoir plusieurs tables grandes & larges de pierre de liais toutes d’une seule piece chacune. Proche d’iceluy Refectoir se void encore un très‑grand bassin de fontaine de pierre de liais tout d’une seule piece, ayant trente six pieds de Roy de tour, duquel l’on fait fort estat, tant a raison desdites particularitez, que principalement pour son antiquité, attendu qu’il est orné & enrichy tout autour de faces d’hommes, & de testes d’animaux representans plusieurs Deïtez des anciens. Lequel bassin pourrait avoir esté fait par curiosité des Romains residans en France, dautant que les François pendant leur Paganisme ne se sont employez à telle chose, ny n’ont esté si curieux qu’iceux Romains, lesquels l’on remarque par dessus toutes les nations du monde avoir esté fauteurs de l’idolatrie, superstitieux, & curieux de faire tailler & eslever les pourtraicts & effigies de leurs Dieux.
Des Cloistres l’on va au Dortoir, lequel est beau & clair, grand, bien basty, & soustenu de pilliers & colonnes de pierres de liais.
De l’autre costé desdits Cloistres, à main gauche, y a une autre grande porte (par où l’on descend encore susdits Cloistres) icelle fort belle ayant deux battans, l’entree de laquelle (en dedans d’iceux Cloistres) est enrichie de bien grandes figures de sainct Denys, sainct Rustic et sainct Eleuthere, de pierre de liais, chacune d’une seule piece, artistement élabourees, avec plusieurs autres belles façons : & particulièrement aussi y a une rose vis à vis de ladite porte dans le Cloistre, qui est de pierre de liais, laquelle j’ay ouy fort estimer par feu Monsieur Freminel45, & autres Sculpteurs fort experts, ensemble lesdites trois Images, pour estre portees & soustenuës (eu esgard à leur grandeur & pesanteur) de trois petites figures courbees, qui sont sous les pieds d’icelles.

FIG. 143 – La statue du roi Dagobert et de ses fils (?) dans le cloître, milieu du XIIIe s. (Montfaucon 1729‑1733, t. i : pl. XIII) ; BNF, Cabinet des Estampes, Qb 638 ; gravure ; 16 x 17 cm.

FIG. 143 – La statue du roi Dagobert et de ses fils (?) dans le cloître, milieu du XIIIe s. (Montfaucon 1729‑1733, t. i : pl. XIII) ; BNF, Cabinet des Estampes, Qb 638 ; gravure ; 16 x 17 cm.

Selon Doublet, la statue du roi assis, qu’on voyait à droite en entrant dans le cloître, représentait Dagobert Ier en qualité de fondateur de l’église Saint‑Denis (doc. 41). Aux côtés du roi se tiennent deux personnages que les savants du XIXe s. ont identifiés comme étant les fils de Dagobert : Sigebert et Clovis.

© cl. BNF, Paris

FIG. 144 – Restitution architecturale d’une arcature du cloître du milieu du XIIe s.

FIG. 144 – Restitution architecturale d’une arcature du cloître du milieu du XIIe s.

En 1990, la démolition d’un mur de clôture de l’ancienne abbaye a livré des voussoirs, archivoltes et écoinçons qui nous ont permis de restituer une arcature de cloître (Johnson, Wyss 1992). Plusieurs chapiteaux, impostes, bases et une statue‑colonne appartenant vraisemblablement à la même construction se trouvent aujourd’hui dispersés dans les musées d’Europe et des États‑Unis (Pressouyre 1986).

M.W. del./UASD

FIG. 145 – Dalles et monuments funéraires (XIIIe‑XVIe s.) du cloître dessinés vers 1700 pour Roger de Gaignières
a – Pierre tombale de Jean Mellet, prévôt, † 1482. BNF, Cabinet des Estampes, Pe 11a : f°94.
b – Pierre tombale de Philippe Godefroy, aumônier, † 1397. BNF, Cabinet des Estampes, Pe 11a : f°87.
c – Pierre tombale de Jacques, moine de Saint‑Denis (XIIIe s. ?), copie de H. Gerente du dessin original conservé à Oxford. BNF, Cabinet des Estampes, Pe 1b : f°8.
d – Monument funéraire de Guillaume Bazanier, prévôt et panetier, † 1522. BNF, Cabinet des Estampes, Pe 11a : f°215.

FIG. 145 – Dalles et monuments funéraires (XIIIe‑XVIe s.) du cloître dessinés vers 1700 pour Roger de Gaignières a – Pierre tombale de Jean Mellet, prévôt, † 1482. BNF, Cabinet des Estampes, Pe 11a : f°94. b – Pierre tombale de Philippe Godefroy, aumônier, † 1397. BNF, Cabinet des Estampes, Pe 11a : f°87. c – Pierre tombale de Jacques, moine de Saint‑Denis (XIIIe s. ?), copie de H. Gerente du dessin original conservé à Oxford. BNF, Cabinet des Estampes, Pe 1b : f°8. d – Monument funéraire de Guillaume Bazanier, prévôt et panetier, † 1522. BNF, Cabinet des Estampes, Pe 11a : f°215.

Gaignières a pris le soin de noter sur ces dessins la situation de chaque tombeau à l’intérieur du cloître :
« contre le mur de l’hôtellerie »,
« lelong du dortoir vers le coin » ou
« presque au coin lelong du dortoir »,
« au delà de l’escalier du dortoir »,
« devant la porte qui va au jardin »,
« devant la porte du chapitre » ou
« lelong du chapitre », « lelong de
l’église » et « tout contre les marches qui conduisent du cloître de l’église de l’abbaye ».
En 1706, Félibien publie soixante‑cinq épitaphes du cloître ; la plus ancienne remonte à la fin du XIIIe s. (Félibien 1706 : 579‑588). La plupart de ces dalles semblent avoir disparu à l’occasion de la démolition du cloître durant le deuxième quart du XVIIIe s.

© cl. BNF, Paris

Document 42
Restauration de la sacristie du bas‑chœur ou chapelle Saint‑Louis, par François Debret en 1832.

D’après ce compte rendu, la chapelle Saint‑Louis a été adossée au mur pignon du dortoir médiéval préexistant. Ce dernier est donc antérieur à 1299, date de construction de la chapelle. Les lettres A à L se rapportent aux levés joints (fig. 146a‑c).
Source – AN, F211451 : 40‑41.

Cour de la Madeleine, a été faite la restauration entière du pignon de la sacristie du bas‑chœur A et de son retour dans toute la hauteur de cet édifice. Le pignon A dégradé dans toute sa superficie ne présentait aucun indice de restauration depuis son origine. A son retour B était adossé une partie du vieux cloître dont on voyait encore les retombées. Son sol était celui du fond du fossé menagé autour du chevet par Monsieur Legrand, ainsi qu’on le voit aujourd’hui.
Les arrachemens que nous avons trouvés dans la partie supérieure E attestent qu’avant l’édification du pignon A la face B était l’intérieur d’une pièce élevée sur le cloître C. Le retranchement fait avec trop peu d’attention, à l’angle de retour de ce mur avec le pignon offrait la coupure de grandes ogyves qui abandonnée à elles mêmes sans épaulement suffisant, après la suppression de leurs retombées poussaient au vide et étaient cause de déchiremens remarquables et surtout de l’effort du fragment conservé en guise d’éperon d.
En fouillant au pied de l’éperon F et de l’arc‑boutant G je reconnus que leurs fondations n’atteignaient pas le bon sol. Je ne le trouvai qu’à 1m90 plus en contrebas. C’est‑à‑dire au niveau de la petite rivière [de Croult] qui avoisine ce bâtiment.
Après avoir fortement étayé cet angle je le repris en sous‑œuvre sur bon sol et par empatement, en forts libages. Les mouvemens que j’avais pu apprécier, après avoir fait échafauder les deux faces du bâtiment me décidèrent à profiter des fouilles pour élever le contrefort H dans toute la hauteur de l’édifice.
Le pignon J K L hors d’aplomb et délié dans toute ses parties a été totalement démonté de J en L. Ses matériaux étant ruinés par l’humidité.

FIG. 146 – La chapelle Saint‑Louis et l’élévation du dortoir médiéval, par Debret en 1832. AN, F211451 ; papier fin, encre ; 21 x 31 cm chaque feuille.

FIG. 146 – La chapelle Saint‑Louis et l’élévation du dortoir médiéval, par Debret en 1832. AN, F211451 ; papier fin, encre ; 21 x 31 cm chaque feuille.

Debret restaure la chapelle Saint‑Louis, un agrandissement du début du XIVe s. Les notes (doc. 42) et dessins de l’architecte attestent qu’une partie du mur pignon du dortoir médiéval constituait le mur gouttereau sud de cette chapelle. La face B (c) montre, au rez‑de‑chaussée, l’élévation intérieure de la salle capitulaire et, à l’étage, celle du dortoir. Les vitraux de la chapelle qui illustraient la vie de Saint Louis sont perdus, mais ils ont été reproduits dans l’ouvrage de Montfaucon (Montfaucon 1729‑1733, t. Il : pl. XXII‑XXV).

cl. P.M./ADSSD

FIG. 147 – Le lavabo du cloître dessiné par Arnold Van Buchel en 1585. Unlverslty Library Utrecht, ms. 798 (I) f°181 

FIG. 147 – Le lavabo du cloître dessiné par Arnold Van Buchel en 1585. Unlverslty Library Utrecht, ms. 798 (I) f°181 

En 1585, Arnold Van Buchel dessina le lavabo du cloître. Au milieu d’un bassin, la vasque de 3,80 m de diamètre repose sur des colonnes. Son pourtour est orné de vingt‑huit médaillons représentant des têtes de dieux, de héros païens, d’animaux et de figures allégoriques (Guilhermy 1875 : 144‑148 ; Sauerländer 1961). Elles alternent avec autant de gargouilles (non visibles sur le dessin). Au milieu de la vasque se dressaient, selon Félibien, quatre petites figures de bronze sur un piédestal portant une inscription attribuant l’œuvre à un certain abbé Hugues (Hugues [V] Foucaut, de 1186 à 1197, ou Hugues [VI] de Milan, de 1197 à 1204). Pour Gautier, ces figures de bronze qui disparurent à la Révolution « avoient été faites pour jouer, vu qu’il y avoient des tuyaux pour la conduite des eaux » (Gautier : 254). En 1403, le bassin fut refait ; vers 1410 la fixation de nouvelles « clefs » coûta dix‑huit sous (AN, LL 1244 : f°248v°). Lors de la démolition du cloître médiéval, la vasque fut transportée en bas du grand escalier du dortoir des nouveaux bâtiments, où Gautier la vit avant la Révolution. En 1791, elle fut transportée à Paris pour être successivement exposée au Muséum jusqu’en 1798, sur l’esplanade des Invalides jusqu’en 1809 et au musée des Monuments français (Courajod 1878‑1887, t. II : 50‑52), devenu école des Beaux‑Arts, Jusqu’en 1954. La vasque monolithe est aujourd’hui conservée à Saint‑Denis au dépôt lapidaire de la basilique.

cl. University Library

Document 43
Visites des bâtiments conventuels à l’occasion du partage de 1672.

Pour Félibien, les principales raisons qui poussèrent les religieux à exiger de leur abbé le partage des biens de l’abbaye étaient d’une part les contestations entre les moines et les agents des abbés, d’autre part le fait que les abbés ne versaient plus systématiquement aux religieux leur pension ordinaire (Félibien 1706 : 512).

Le conflit semble avoir atteint son paroxysme sous l’abbé Jean‑François‑Paul de Gondy, cardinal de Retz (1662‑1679) : c’était un homme criblé de dettes, soupçonné par les religieux de profiter de la riche prébende que représentait l’abbaye de Saint‑Denis (Bertière 1990). En 1672, les revenus de l’abbaye furent partagés en trois lots appelés mense conventuelle, mense abbatiale et mense distraite, cette dernière étant assignée à la réparation et à l’entretien des bâtiments du monastère.

Le procès‑verbal de ce partage donne lieu à trois visites de l’abbaye : la première fut menée par Hiérosme de Gamache, procureur des religieux ; les experts Estienne Joully, prieur de Saint‑Martln‑des‑Champs, et Jean Goussé, sous‑prieur de Sainte‑Geneviève‑du‑Mont, furent chargés de la deuxième ; la troisième incomba à Gabriel Le Duc, architecte ordinaire des Bâtiments du roi. Ces visites concernent à la fois l’église abbatiale, le chœur, les deux sacristies et le monastère : le cloître, le réfectoire, le chapitre, plusieurs dortoirs, les deux infirmeries (cf. infra § 3.1.3), l’hôtellerie, les trois pièces qu’abritait l’ancienne chapelle Saint‑Clément, à savoir le chauffoir, la bibliothèque et la salle de récréation, enfin la cuisine et les dépendances. Tous les experts reconnaissent la nécessité de construire un nouveau dortoir.

Du texte de ce partage, il existe au moins quatre copies plus ou moins semblables, conservées pour deux d’entre elles aux Archives nationales (AN, LL 1227 et AN, S 2384), une troisième aux archives départementales des Yvelines (ADY, D 707) et une quatrième aux archives municipales de Saint‑Denis (AMSD, GG 19).
Source‑AN, LL 1227 ; les amendements fondés sur le manuscrit AN, S 2384 sont imprimés en italique et placés entre crochets.

Première visite :

[f°16] Ledict Gamaches audit nom, assisté dudit Dom François Thomas, nous a supplié de remarquer et faire remarquer ausdits experts, que le choeur de ladicte église est très spacieux, qu’il est remply de deux rangs de chaises tout autour, au nombre de cent, scavoir vingt neuf haultes chaises de chasque costé, et vingt et une basse chaises aussy de chascun costé, qui sont cinquante huit hautes chaises et quarante deux basses, sans y comprendre la chaise dudit sieur abbé, que tant ledict choeur que la nef, les aisles et chapelles sont en bon et deub estat des réparations ordinaires.
De là estans entrez dans la basse sacristie, ledit de Gamaches nous a aussy supplié de remarquer et faire remarquer ausdits experts que la sacristie est d’une continance proportionnée audit choeur et en très bon estat de toutes réparations ordinaires, mesme qu’elle est garnie des diverses chappes et chasubles, tuniques, aubes, calices et autres ornemens, tant pour servir aux grandes messes et offices solennels, ministres de l’autel que céroferaires turifiraires [sic] et autres officiers et chantres.

[f°16v°] De là sommes montez à la sacristie d’en hault, laquelle nous avons pareillement trouvée garnie de chasubles, aubes, devants d’autels, calices et autres ornemens nécessaires pour la célébration des messes basses, laquelle est pareillement en un bon estat de toutes réparations et proportionnée au choeur de ladicte église.
De là nous estans transportez par les cloistres dans le réfectoire, ledit de Gamaches audit nom nous a pareillement supplié de remarquer et faire remarquer ausdits experts, que ledit réfectoire est très long et spacieux, composé d’un double rang de sept grandes arcades de voulte, faisant quatorze arcades soustenues par le millieu de six haults pilliers de pierre, ledit réfectoir tout entouré de tables, au nombre de neuf, dont il y en a six de pierre et trois de bois, soustenues de trente trois pilliers tout le long d’icelles, sans en ce comprendre les lieux où sont les lavoirs à mains et buffets à mettre les pots et ustenciles dudit réfectoir, dans lequel est aussy la chaise du lecteur fort grande, ledit réfectoire estant en bon et suffisant estat de toutes réparations ordinaires et estant capable de contenir le nombre de cent relligieux proportionnément au choeur.
Et dudit réfectoir, ledit de Gamaches nous ayant conduit avec

[f°17] lesdits experts dans ledit cloistre, nous a supplié de remarquer et de faire remarquer ausdits experts, que ledit cloistre est très grand et spacieux, que d’un costé il est de la mesme longueur que ledit réffectoire le long duquel il règne, et que du costé du chapitre le long duquel II règne pareillement il est encore plus long, et le tout proportionné tant au choeur de l’église qu’audit réfectoire, pour la continance de cent relligieux, estant en bon estat de touttes réparations ordinaires. Dudit cloistre estans entrez dans le chapitre, ledict de Gamaches audit nom nous a faict veoir et ausdicts experts, qu’il est de la contenance proportionné à ladicte église, réfectoire et cloistre, pour la continance de cent relligieux, tout entouré de sièges de bois de menuiserie, construites depuis quelques années, le tout en très bon estat de toutes réparations ordinaires. (...)

[f°17v°] Ce fait nous estans transportez dans ledit dortoir, accompagné

[f°18] des dites parties et en la présence desdits experts, ledict de Gamaches audit nom nous a supplié de remarquer et faire remarquer ausdits experts, que ledit dortoir n’a de longueur que trente et une thoises et de largeur six thoises et demye, le long de laquelle longueur et aux deux costez d’icelle sont deux randz de celulles au nombre de vingt neuf.
Et de là ayant esté conduits par un petit escallier dans une gallerie fort estroitte, nous y avons trouvé huict autres chambres fort petites, touttes lesquelles chambres, tant du grand que dudit petit dortoir, sont au nombre de trente sept seulement, qui n’est pas par conséquent capable de contenir le nombre de relligieux qui doibt estre dans ladicte abbaye proportionné non seulement aux autres lieux réguliers, scavoir aux église, chapitre, cloistre et réfectoire que nous avons desjà visitté, mais encore pour les grandes charges et fondations de ladicte abbaye, pour l’acquit desquelles le nombre desdicts relligieux ne doit estre moindre que de cent relligieux (…)

[f°18v°] Il n’y en a que trente sept relligieux de ladicte congrégation qui sont logés dans ledit dortoir, les autres estans obligéz de loger dans divers petits lieux et recoings irréguliers, que lesdicts relligieux ont esté obligez de praticquer de costé et d’autre, en des lieux très incommodes et périlleux, à cause de plusieurs accidents qui peuvent arriver la nuit que tous lesdicts relligieux sont obligez d’assister aux divins offices, et qui ne sont nullement descens ny convenables pour la régularité ny mesme pour la sureté des personnes desdicts relligieux, dont plusieurs sont infirmes et dans l’age fort advancé, se trouvans obligez, pour aller à l’église assister aux offices, de passer par dessus des couvertures et de desandre par différends petits escalliers destournez, et passer tant de jour que de nuit par une court et grande allée, tout à découvert, distant desdicts dortoirs de plus de quarente thoises, ainsy que ledit de Gamaches nous a faict remarquer et ausdits experts, de telle manière que ledict de Gamaches audit nom soustient qu’il est absolument nécessaire de bastir un nouveau dortoir pour y loger non seulement tous lesdits relligieux qui se retirent présantement dans lesdicts lieux et cellules destournez

[f°19] et praticquez ausdits endroits incommodes et dangereux, mais encore pour parfaire ledit nombre de cent relligieux. (…)

[f°19v°] Ladite infirmerie est un gros bastiment de pierre de taille, en bon estat de touttes réparations, et mesme tout nouvellement reparé, ayant dedans œuvre environ vingt quatre thoises de longueur et de largeur quatre thoises et demye, dans lequel il y a quantité d’appartements où sont touttes les offices de ladicte infirmerie, et estanz montez un grand escallier nouvellement basty, il nous a faict remarquer au premier estage quantité d’autres appartemens où sont les chambres des relligieux infirmes, et le tout proportionné aux autres bastiments et lieux réguliers scavoir à l’église, cloistre, réfectoire et chapitre deladicte abbaye, et nullement proportionné au dortoir.
De là ledit de Gamaches audit nom nous ayant conduit (...) dans l’appartement des chambres d’hostes, il nous a supplié (...) de faire remarquer (...) qu’il y a douze grandes chambres d’hostes qui ont leurs entrées le long de deux galleries, l’une haute, l’autre basse, qui régnent le long du bastiment, qui sont touttes en bon estat logeables et meublées pour servir à la

[f°20] réception tant des hostes séculiers que relligieux de tous les ordres et personnes ecclésiastiques qui surviennent fréquemment en ladite abbaye, le tout proportionné aux autres lieux réguliers cy dessus spécifiez.
De là ledit de Gamaches nous ayant fait repasser (...) dans ledit dortoir, il nous a conduit dans une chambre qu’il nous a dit estre la chambre ou chauffoir commun desdits relligieux, et nous a supplié (...) de faire remarquer susdits experts estre soubs une voulte de pierre de taille de longueur environ de cinq thoises sur quatre et demye de largeur, en bon estat de touttes réparations.
Et de ladicte chambre et chauffoir commun estans entrez dans la bibliothèque avec lesdits experts (...). De Gamaches nous a supplié (…) de faire remarquer susdits experts que ladicte bibliothèque est soubz la mesme voulte que le dict chauffoir, de longueur d’environ sept thoises et de largeur de cinq thoises, très bien réparée, meublée et remplie de libvres sur des tables et armoires de bois de menuiserie faictes tout

[f°20v°] à neuf, convenables à la grandeur de ladicte abbaye et susdit nombre de cent relligieux.
De là ledit de Gamaches nous a conduit (...) dans une grande salle qui nous a dit estre la salle de récréation desdicts relligieux au temps d’hiver, et servant de classes pour les disputtes de théologie et de philosophie qui s’exercent en ladicte abbaye par lesdits relligieux. Ledit de Gamaches nous a supplié (...) de faire remarquer ausdits experts que ladicte salle est au dessoubz desdits chauffoir commun et bibliothèque et tout le long d’icelle de longueur de onze thoises et demye [douze thoises et demye] dans œuvre et de largeur de cinq thoises, en très bon estat de touttes réparations.
De là ledit de Gamaches nous a conduit (...) dans les cuisines de ladicte abbaye et nous a supplié (...) de faire remarquer (…) estre de longueur environ de huict thoises et de largeur environ de cinq voultées de pierre de taille, garnies de ses cheminées, fours et fournaux et de touttes les batteries et ustancilz nécessaires à la cuisine.

[f°21] Et de là sommes entrez dans la sommellerie ou despence, ensuitte au réfectoire des domestiques et serviteurs, comme aussy dans les boullangeries et buletteries et ensuitte dans la lavanderie et les escuries tous lesquels lieux ledit de Gamaches nous a suplié de (...) faire remarquent…) estre en bon estat de touttes réparations ordinaires et proportionnez à tous les autres lieux réguliers cy dessus spécifiez.

Deuxième visite :

[f°70v°] (…) Avons trouvé que ladicte église est très grande et spacieuse, le choeur aussy d’icelle très grand et spacieux, autour duquel du costé du Jubé à l’opposite de l’autel sont deux rangs de chaises d’ancienne menuiserie, l’un hault l’autre bas, contenant en tout le nombre de cent chaises, sans comprendre celle de l’abbé qui est à la main droite du costé de l’autel.
Avons de plus trouvé que la place des officians et l’autel qui est toutte pavée de marbre est très grande et spacieuse plus qu’en aucunes églises que

[f°71] nous avons veues pour contenir grand nombre d’officians et dans ladicte église et choeur d’icelle avons trouvé ny avoir aucunes réparations à faire.
Sommes pareillement entrez dans deux sacristies, l’une du choeur, l’autre appellée du chevet au derrière du choeur, que nous avons trouvées proportionnéz à la grandeur de l’église et remplies de très beaux ornemens et en grand nombre.
De là nous estans transportez dans le cloistre de ladite abbaye avons remarqué iceluy estre très grand et spacieux, proportionné à la grandeur de l’église.
Et de là estans entrez dans le chapitre qui a son entrée dans ledit cloistre avons remarqué que tout autour d’iceluy reignent des bancs de bois de menuiserie cappables de contenir cent relligieux assis et le tout en bon estat de touttes réparations.
Dudit chapitre nous estans transportez au réfectoir avons trouvé ledit réfectoire estre très

[f°71 v°] grand et spacieux, voulté de pierres de tailles, composé d’un double rang de sept arcades soustenues par six pilliers, tout au tour duquel sont neuf grandes tables, six de pierres et trois de bois, capables de contenir le nombre de cent relligieux, sans y comprendre les lieux où sont les lavoirs et les armoires à serrer le linge et vaisselles servant audit réfectoir, contenant vingt trois thoises de longueur et onze de large.
Avons pareillement esté dans les infirmeries qu’avons remarqué estre un grand corps de bastiment de pierres de tailles, réparé dans œuvre tout à neuf, contenant vingt quatre thoises de longueur et cinq de largeur, le long duquel reigne une gallerie basse qui conduit tant dans touttes les offices de ladicte infirmerie qu’en aucunes chambres basses au nombre de neuf, y compris l’apoticquairrie, et estans montez par un grand escallier, avons trouvé une pareille gallerie qui conduit dans touttes les chambres haultes qu’avons trouvé estre au nombre de neuf, sans y comprendre la chapelle qui est près ledict

[f°72] degré, tous les lieux de ladicte infirmerie meublées de meubles convenables et le tout proportionné à la grandeur des autres lieux.
Nous nous sommes pareillement transportez dans une grande salle que lesdits relligieux nous ont dit estre la salle de récréation desdits relligieux en temps d’hiver et servir de classe pour les disputtes de théologie, dont il y a cours ordinaire dans ladite abbaye, que nous avons trouvée estre réparée dans œuvre et carrellée tout à neuf, contenant onze thoises et demye de long et cinq de large dans œuvre, sur le long de laquelle sont le chauffoir commun des religieux et la bibliothèque, tous deux ensembles de la mesme grandeur de ladicte salle de récréation et voûtée de pierres de tailles, aussy réparée en œuvre tout à neuf, y ayant dans ledit chauffoir une grande cheminée de pierre de taille toute nouvellement faicte et ladicte bibliothèque estante remplie de libvres posez dans des armoires de bois de menuiserie tout à neuf.
Avons pareillement esté en l’appartement des

[f°72v°] hostes que nous avons trouvé contenir environ vingt cinq thoises de longueur et cinq de largeur, dans lequel sont quatre appartemens, tant chambres que salles, y compris la procure et la chambre du portier, tous lesquelz appartemens en bon estat et meublez de meubles convenables. Comme aussy avons esté dans les lieux où sont les despences, boulangerie, lavanderie et réfectoir des serviteurs que nous avons trouvé estre en bon estat et de grandeur proportionnée à tous les susdits lieux.
Et ayans esté conduits par le cloistre et estans montez un escallier et entrez dans le dortoir avons trouvé iceluy estre deux rangs de galletas soubz la simple couverture de thuilles, sans aucun plancher ny lambris, soustenu par le millieu par un rang de cintres d’arcades posées sur dix pilliers de pierres de tailles, contenant en tout trente et une thoises de longueur et six thoises et demye de largeur, soubz chacunes

[f°73] desquelles galleries règnent deux rangs de cellules au nombre de vingt neuf.
Et de là sommes montez par un petit escallier dans une gallerie fort estroitte, estant le long de la bibliotècque et chauffoir, ou nous avons pareillement trouvé huict autres cellules fort petites ny ayant presque que la place d’une couche et d’une table. Touttes lesquelles chambres tant du grand que dudit petit dortoir composent le nombre de trente sept qui est tout ce que nous avons trouvé desdits dortoirs.
De là nous sommes tranportez par différente petites galleries et escalliers en plusieurs petits recoins séparez desdits dortoirs où nous avons trouvé que l’on avoit pratiqué neuf petites cellulles, lesquelles nous ont semblez fort incommodes tant à cause quelles [sont] fort augustiées que parce qu’elles sont hors desdits dortoirs et qu’aucunes d’icelles sont de difficile accèz, à raison que pour y arriver II faut passer par dessus les toits d’un des cloistreaux de l’église en sorte que les religieux estans obligez

[f°73v°] d’aller à l’office divin et autres exercices réguliers tant de jour que de nuit, sont en grand péril lorsquils passent sur lesdits toitz, spéciallement en temps de pluye ou de neige, n’estans pas à couverts le long desdits toitz.
De plus nous avons pareillement esté conduits dans un vieil bastiment du costé de l’infirmerie esloigné du dortoir de trente cinq ou quarante thoises, séparé en divers chambres sans aucune forme de dortoir, où nous avons trouvé que logeoient partie desdits religieux, lesquelz pour se trouver aux exercices de ladicte communauté sont obligez de passer tant de jour que de nuit le long d’une court et d’une autre grande alllée à descouvert et exposez aux injures du temps.

Troisième visite :

[f°76] Premièrement ay trouvé que dans le choeur de l’église d’icelle abbaye en trois sens il y a deux rangs de chaises de menuiserie de fort antienne

[f°76v°] construction, contenants environ cent chaises sans y comprendre celle de l’abbé qui est à main droite en entrant du costé de l’autel, et qu’il n’y a aucune réparation à faire.
Item ay trouvé qu’il y a un espace extraordinaire au devant du grand autel, formant une espèce d’estrade ou paslier eslevé de quelques marches au dessus de l’aire dudit choeur, pour contenir nombre d’officians à l’autel et pavée de marbre blanc et noir, comme aussy que les deux sacristies, l’une du choeur et l’autre appellée du chevet ou derrière du choeur, sont de grandeur proportionnez à l’église. Item ay trouvé que le cloistre de ladite abbaye est très grand et spacieux et proportionné à la grandeur de l’église, et que au pourtour du chapitre, qui a son entrée dans iceluy cioistre, reignent des bancs de bois de menuiserie capables de contenir cent religieux assis et le tout en bon estat de touttes réparations.

[f°77] Item me suis transporté dans le réfectoire de ladite abbaye, lequel ay reconnu estre très grand, voulté de pierre de taille, portez sur six colonnes qui sont au milieu et qui divisent la largeur en deux, autour des murs duquel réfectoire sont neuf grandes tables, six de pierres et trois de bois, où peuvent se tenir assis le nombre de cent religieux, sans en comprendre les lieux où sont les lavoirs et armoires à serrer le linge à vaisselles servantes audit réfectoire, contenant vingt trois thoises de long.
Me suis pareillement transporté dans les infirmeries qu’ay trouvé concister en un grand corps de bastiment construit de pierres de tailles, lequel a esté réparé à neuf en dedans, contenant vingt quatre thoises de long et cinq thoises de large, le long duquel règne une gallerie basse qui conduit tant dans les offices de ladite infirmerie que dans quelques chambres basses qui sont au nombre de neuf, compris l’apotiquairie, et ay monté par un grand escallier et trouvé une pareille gallerie qui communique à touttes les chambres haultes, au nombre de neuf, sans y

[f°77v°] comprendre la chapelle qui est proche ledit escallier, lesdits lieux garnis de meubles convenables et le tout proportionné à la grandeur des lieux.
Ensuitte me suis transporté dans une grande salle que les religieux de ladite abbaye m’ont dit estre la salle de récréation en temps d’hiver et servir de classes pour les disputtes de classe de théologie, dont il y a cours dans ladicte abbaye, que j’ay trouvée estre réparée et carrelée de neuf, contenant onze thoises et demye de long et cinq thoises de large dans œuvre, le long de laquelle sont les chauffoirs communs desdits religieux et la bibliotècque, contenans ensembles la mesme grandeur que ladite salle, laquelle est voultée de pierre de taille, reparée de neuf, et une grande cheminée dans ledit chauffoir nouvellement faicte de pierre de taille, ladicte bibliotècque remplie de libvres dans des armoires de bols de menuiserie neuf.
Ay pareillement esté dans l’appartement des hostes que j’ay trouvé contenir vingt cinq thoises de long sur

[f°78] cinq thoises de large ou environ, et concister en quatre appartemens, tant chambres que salle, compris la procure et la chambre du portier, le tout en bon estat et garny de meubles convenables, comme aussy ay veu les lieux ou sont les despences, boulangerie, lavanderie et réfectoir des serviteurs, que j’ay trouvé estre en bon estat, de grandeur proportionnez à tous lesdits lieux.
Item me suis transporté à un escallier pour monter au dortoir lequel dortoir ay trouvé contenir trente une thoises de long sur six thoises et demye de large ou environ divisé par le milieu d’un rang de dix colonnes de pierre de taille qui portent onze arcades qui s’eslèventjusques soubz le premier entre du comble ceintrée en dedans de cinq thoises de haut sur ledit ceintre de costé et d’autre. Le long des murs sont des chambres ou cellulles de relligieux faictes de charpenteries recouvertes de plastre au nombre de vingt neuf, scavoir douze du costé de l’église et dix sept de l’autre costé.

[f°78v°] Item ay trouvé un petit escallier conduisant dans une petite gallerie qui est le long de la bibliotècque et chauffoir, de laquelle on entre dans huict celulles fort petites ne pouvant qu’a peine contenir une couche et une table, lesquelles chambres trouvées audit dortoir composent ensemble le nombre de trente sept. Item me suis transporté en plusieurs galleries, escalliers et endroits séparez desdits dortoirs ou j’ay trouvé que l’on avoit fait neuf petites cellules que j’ay reconnu estre fort incommodes, tant par ce quelles sont fort petites qu’a cause quelles sont de difficil accez, estant besoing pour y entrer de passer sur les toits d’un des collastéraux de ladicte église, en sorte que les religieux, estans obligez d’aller à l’office divin et aux autres exercices tant de jour que de nuit, sont en grand péril lorsqu’ils passent sur lesdits toits, principallement en temps de pluye ou de neige, n’estans point à couvert le long desdits toitz.

[f°79] Item me suis transporté dans un vieil bastiment du costé de l’infirmerie esloigné dudit dortoir de trente cinq à quarante thoises, distribué en plusieurs chambre sans aucune forme de dortoir, ou j’ay trouvé que logeoient partie desdits religieux, lesquelz pour se trouver aux exercices de la communauté sont obligez de passer tant de jour que de nuit le long d’une grande allée à descouvert et exposez aux injures du temps.

41.

Document 44
Extrait des actes capitulaires de l’abbaye de Saint‑Denis relatifs à la démolition du cloître médiéval en décembre 1751.

Commencée en 1700, la reconstruction de l’abbaye durera Jusqu’en 1754 (cf. Infra § 3.2). Contournant le dortoir et le réfectoire, les premières campagnes de construction ont conservé le cloître médiéval. Progressivement désaffectés à partir de 1715, les vieux bâtiments tombent en ruine et seront démolis en 1752, lors de l’achèvement de la reconstruction.
Source‑AN, H5 4273.

(...) le Révérend Père Dom Jacque Nicolas Chrétien grand prieur de l’abbaye roialle de Saint‑Denis en France de l’ordre de Saint‑Benoist congrégation de Saint‑Maur : aiant fait assembler au son de la cloche en la manière accoutumée tous les religieux profès de la communauté leur a représenté que la grande caducité des anciens cloîtres et des autres bâtiments y joints fesoient craindre de continuels accidens et qu’il étoit d’une pressante nécessité de pourvoir à une nouvelle rédification qu’il y alloit de l’honneur et de l’avantage de la communauté, qu’il s’étoit souvent abouché avec Monsieur Bayeux habile architecte et très digne de notre confiance pour prendre les mesures nécessaires pour mettre la dernière main à tous ces ouvrages (...)

3.1.3 Les dépendances à l’est du cloître : infirmeries, palais abbatial et logis

42Dès l’époque de Suger, l’abbaye de Saint‑Denis est dotée de plusieurs infirmeries (Suger, Lecoy de la Marche 1867 : 352, Ordinatio). Les comptes du xiiie et du début du xive s. attestent leur présence et révèlent certains aspects de leur construction : fenêtres vitrées, cuisine, tourelle (doc. 39). Ces établissements comprennent une salle d’étude, studium (AN, LL 1240 : f°238v°) et des bains, balneria (AN, LL 1241 : f°84). Un oratoire de l’infirmerie placé sous le vocable de la Vierge, oratorium beatae Marie in infirmariis, est attesté dès le début du xiiie s. (Walters 1986 : 202). Le toit de la chapelle de l’infirmerie était surmonté d’une croix et d’un « nid de cigogne » (doc. 39). En 1324‑1325, on trouve à la rubrique des « Dépenses pour les nouveaux édifices : pour les chambres des infirmeries, 509 livres », Expensa de novis édifiais : Pro cameris infirmariarum, Ve IX l. (AN, LL 1241 : f°43v°).

43À la fin du xviie s., Robert de Cotte fait figurer, à l’est du cloître, plusieurs corps de bâtiments disposés assez librement et bien irrigués par le réseau de distribution des eaux du Croult. À la même époque, la vue extraite du Monasticon Gallicanum identifie deux d’entre eux à des infirmeries (fig. 139, lettres L). La plus proche du cloître est attribuée par Félibien à l’abbé Gilles de Pontoise (1304‑1325) (Félibien 1706 : 268‑269). Ce bâtiment, oblong, comporte un étage et une chapelle en saillie. Félibien nous apprend qu’en 1568 « Le cardinal Charles de Lorraine [abbé de 1558 à 1574] (…) fit bastir au dessus de la salle basse des infirmeries de grands appartemens qui n’eurent jamais rien de magnifique. Cette salle des anciennes infirmeries estoit ce qu’on y voyoit de plus beau : elle avoit dans œuvre plus de cent trente‑cinq pieds [environ 43,90 m] de long sur trente‑deux pieds [environ 10,40 m] de large & environ vingt‑huit [environ 9,10 m] de haut. La voûte estoit soûtenuë de huit colomnes. A ce bastiment estoient jointes du costé de l’Orient deux grandes chapelles l’une sur l’autre non moins belles & solides, que tout le reste de l’édifice. Celle d’embas avoit vingt‑huit pieds [environ 9,10 m] sous voute, celle d’enhaut vingt‑six [environ 8,45 m], & toutes deux soixante [environ 19,50 m] de longueur sur vingt‑deux [environ 7,15 m] de largeur. Ce grand logis que les abbez commendataires avoient usurpé sur la communauté, fut enfin cédé aux religieux par une transaction passée en 1668 avec le Cardinal de Retz dernier abbé de Saint‑Denys. On avoit depuis reparé & entretenu ce bastiment dans l’espérance de le joindre à l’ancien dortoir ; mais l’impossibilité de le faire entrer dans un dessein général tant soit peu régulier, a obligé de le démolir, lorsqu’on a jetté les fondemens du nouveau bastiment commencé en 1700. » (Félibien 1706 : 269.) Les travaux de réparation que cite l’auteur semblent avoir correspondu à l’adjonction, en 1671, d’un escalier hors œuvre, visible sur un autre plan de l’abbaye (AN, N II Seine 214, reproduit dans Le Moël 1980 : 23) et décrit à l’occasion des visites de 1672 (doc. 43). Sa chapelle comprenait deux oratoires superposés ; celui du haut était dédié à sainte Catherine, celui du bas à Notre‑Dame. Doublet précise que la chapelle « d’en bas servant à y celebrer la Messe, pour estre entenduë des malades, avec un Lavatorium, pour y laver les corps des Religieux trespassez : & celle d’au dessus en fort bel air, & bien exaucee, pour en faire une Librairie » (Doublet 1625 : 264). Cette bibliothèque à l’étage de l’infirmerie est attestée des 1538 (Nebbiai‑Dalla Guarda 1985 : 81).

44La deuxième infirmerie, un bâtiment au plan légèrement coudé, est située à l’écart, le long de la rivière du Croult. Actuellement, les ruines de cette construction, que Gautier prenait pour un « bâtiment du temps de l’abbé Suger et peut‑être encore plus ancien » (Gautier : 61), subsistent toujours dans le jardin de la maison d’éducation. En 1860, Félicie d’Ayzac y a vu démolir une pièce au décor sculpté gothique qu’elle prend pour la chapelle Sainte‑Catherine : « La voûte de cette chapelle, mise à nu en 1846 par la démolition du plafond moderne qui la masquait et complètement détruite aujourd’hui, était en bois de châtaignier et d’un admirable travail.

45Quoique peintes à la détrempe, les arêtes des arcs‑doubleaux gardaient l’empreinte des couleurs rouge, bleue et jaune dont elles avaient été revêtues. Au point de la brisure de l’axe de l’édifice subsistent encore, murées, les trois grandes baies ogivales qui donnaient accès dans la nef et dont un simple tore accompagne la découpure. Là, comme à l’extrémité opposée et aux deux côtés du large emmarchement qui reliait le sanctuaire à la nef, sont restés des faisceaux de trois colonnes engagées d’une extrême gracilité. Quelques fenêtres ogivales sont aussi demeurées intactes dans le mur septentrional : celles du rez‑de‑chaussée rappellent les lancettes nues et évasées du xiiie et du xive siècle ; celles de l’étage supérieur sont des lancettes géminées du style le plus gracieux ; les faisceaux de trois colonnettes qui supportent leurs retombées sont couronnés de chapiteaux formés de feuillages légers » (Ayzac 1860‑1861, t. II : 137). Les procès‑verbaux de 1672 nous apprennent qu’au xviie s. ce bâtiment servait de dortoir supplémentaire (doc. 43).

46Une troisième infirmerie, ou « maison servant aux religieux malades de contagions », nous est signalée à partir de la seconde moitié du xvie s., plus à l’est, le long des remparts à côté de la porte de la Couture (AN, LL 1216 : f°119 ; AN, LL 1218 : f°136). Peut‑être s’agit‑il du bâtiment situé au fond d’une cour que signale l’un des plans de Robert de Cotte (fig. 141) ?

47En 1543‑1544, les infirmeries sont dotées d’un nouveau jeu de paume (doc. 47).

48C’est également dans leur voisinage qu’il faut chercher la cuisine grasse. En 1469‑1470, l’abbé fait ménager à grands frais une nouvelle cuisine dans la tour aux Pois sise au fond du jardin (cf. infra § 4.2.2).

49Le Monasticon Gallicanum omet de représenter un bâtiment situé à une vingtaine de mètres à l’est du chevet de la basilique (fig. 149). Il est très probable que ce soit le logis du grand prieur car il est bâti dans le jardin qui porte le nom de ce religieux (AN, S 2435). En 1564, les comptes signalent des dépenses destinées à la démolition d’une galerie qui reliait ce logis à l’église (AN, LL 1254 : f°145).

50En 1603, l’abbé donne au chantre la tour de Salut, en échange de quoi ce dernier cède à l’abbé un « logis tenant au grand prieur » (AN, LL 1225 : f°96v°). En conséquence, le graveur identifie la tour comme domus cantoris (fig. 139, lettre O). Nous reviendrons sur cette porte fortifiée du monastère (cf. infra § 4.2). Entre le dortoir et l’infirmerie, le Monasticon Gallicanum représente le projet du nouveau dortoir, dormitorium novum (fig. 139, lettre E), une construction alors envisagée par les religieux, mais qui ne vit jamais le jour. Par conséquent, cette vue ne fait pas figurer les deux corps de bâtiment parallèles existants que Robert de Cotte, quant à lui, a levés à cet endroit (fig. 141, 142). Une partie de ces constructions fut peut‑être alors investie par les dortoirs de fortune des mauristes (doc. 43).

51Or nous savons que, dans ce secteur, se déployait à l’origine un important ensemble de constructions de qualité dont témoignent la vue de Belleforest (fig. 148) et celle de Chastillon (fig. 189). À proximité de l’infirmerie, les sources du xve s. confirment la présence des logements de l’abbé, du roi et de plusieurs officiers claustraux de l’abbaye : infirmier, sousprieur, chantre, cénier et panetier. On y signale également le grenier des Charités. Les guerres et le désordre dans lequel se trouve l’abbaye dans la seconde moitié du xve s. entraînent l’abandon de ces hôtels. Sur la base des maigres informations dont nous disposons, il n’est guère possible de connaître leur disposition précise car, aussitôt ces hôtels disparus, les terrains libérés furent annexés au logis abbatial, en pleine extension à partir du xvie s. Félibien signale la destruction en 1590 de « plusieurs logements intérieurs du monastère » (Félibien 1706 : 417). Dès le début du xiiie s., les abbés de Saint‑Denis occupent un palais comportant plusieurs bâtiments dont une chapelle. Les comptes de la commanderie y signalent plusieurs salles d’apparat superposées, aula, aula inferiori, parva aula, des galeries (logia, aleia superioris), une cuisine, un lardier, une cave et un cellier. Une tourelle abrite la prison. Dès le xve s., l’élément le plus important de ce palais abbatial semble être une grande tour. Elle est entourée d’eau, puisqu’en 1489 on reconstruit son pont‑levis (AN, LL 1251 : f°199v°). Cette « grosse tour ancien logis des abbez. » avec son escalier à vis est abondamment citée par la suite (doc. 45, 46).

Document 45
Comptes des réparations du palais abbatial (1530‑1531).

L’état des réparations et menues dépenses pour l’abbé mentionne, pour les années 1530‑1531, les réparations effectuées sur divers bâtiments conventuels, sur l’ancien logis abbatial, les frais engagés pour le tombeau d’un abbé et pour commencer l’hôtel du titulaire de l’abbaye, Louis [II] de Bourbon (1529‑1558).
Source – AN, LL 1302 ; collationnement du texte : C.B. (...)

  • 46 Il est probable qu’il s’agit du tombeau de l’abbé Aimar Gouffier, mort en 1529.

[f°19] Mise et despance faicte par ledit Benoist pour lez reparations du logis abbatial et autres lieux en l’abbaye Sainct‑Denis et es manoirs, appartenences et despendencez d’icelle abbaye depuis le premier octobre ve trente jusques audit Jour vctrente et ung. A Jehan Le Bel, carrier, demeurant a Sainct‑Leu de Seran, pour ung batteau de pierre contenant cinquante‑huit tonneaux demi ung pied et ung quart de ladite pierre, chacun tonneau au pris de treize solz neuf deniers tournois, taizé par le voyer et employé au bastiment de monseigneur, payé par marché et quictance 40 l. 5 s. 11 d.
A Robert Conseil‑Dieu, carrier, demeurant a Notre‑Dame‑dez‑Champs, pour deux pierrez de lyez contenant dix‑huit piedz, taillez et employez pour les piedz d’estratz de la sepulture de monseigneur46. Veriffié par ledit voyer et par quictance 5 I. 8 s.t.
A Guillaume Cartier et Jacques Guillemin, tailleurs de pierre, pour la taille des pierrez employez a l’oratoire sur Sainct‑Clement et dez pierrez de lyes a l’office de la cuisine de monseigneur, le tout a plain contenu en leur marché, payé par quictance 32 l.

[f°19v°] Aux dessusdits Cartier et Guillemin pour la taille dez chemynees des deux chambres haultez du logis abbatial, la taille du portail de la seconde salle basse, la taille de trois huisseryes dedans la grande salle et autres ouvraiges contenus en leur marché, payé par quictance 92 l.t. Aux dessusdits pour la taille de la reprinse de cinq pilliers dedans la cave soubz la gallerye neufve. Et la taille de l’huisserye de l’entree de l’escaillier de ladite gallerye et deux archez en forme de portailz pour la grand court, qui ne sont encorez assis, payé tant moins par quictance 40 l.t.
A Pierre Merlin, tailleur de pierre, pour reste et parpayé de la taille du reblanchissaige et autres restablessementz faictz au pend de mur du logis abbatial et autres ouvraigez contenuz en son marché et taisé du voyer, payé par quictance 42 I. 9 s.t.
A André Bourotte et Bonneaventure Marin, tailleurs de pierre, pour le reblanchissaige de la tournelle vers le cellier Et pour la taille d’une demye‑croisee entre

[f°20] la chappelle et la gallerye neufve avec autres ouvraiges contenus en leur marché payé par quictance 16 I. 10 s.t.
Aux dessusdits Bourotte et Marin pour plusieurs ouvraiges de leur mestier qu’ils ont faict en la grosse tour dez enffermeryes et pour avoir pavé le lavoir de la cuisine que l’on fit au garnier desdites enffermeryes au coronement de la Boigne par marché et quictance 9 I. 15 s.t.
A Charles Homont et Regnault dez Miraudez, tailleurs de pierre, pour la taille des pieds droitz et voulsoirs de six fermes de la chappelle abbatial le. Et pour l’ambrasement de six croisées en la chambre haulte du Roy. Et pour retailler et reblanchir hors œuvre quatre croisées de ladite chambre, par marché et quictance 26 s.t.
A Jacques Valleroy, tailleur de pierre, pour la taille de la sepulture de monseigneur quatre vertus de pierre d’albatre

[f°20v°] et autres menus ouvraiges pour ladite sepulture contenus en son marché par quictance 110 l.t.
Audit Valleroy pour la taille de troys colonnes de pierre dure et deux pierrez quarrez de deux pieds d’estratz et la taille de deux chappiteaux pour servir a deux pavillons. Et autres ouvraiges de son mestier a plain contenus en son marché, payé par quictance 24 l.t.
A maistre Gerosme de La Roubye ymagier du Roy, pour vingt et une medaille (sic) qu’il a livré et fourny pour les pandz de mur du logis abbatial, chacune medaille au pris de quatre livres dix solz tournois, payé par quictance 94 I. 10 s.t. A Collette Boucher, plastriere, demeurant a Sainct‑Denis, pour trente‑huit muys six sacz de plastre en pouldre livré a Nicolas Le Pelletier, maistre maçon, depuis le xvie aoust ve trente jusques au dernier de septembre ensuivant, chacun muy au pris de vingt‑sept solz six deniers tournois, veriffié par le voyer, payé par quictance 52 I. 9 d.t.

[f°21] A Jehan Hebert, marchant plastrier, demeurant audit Sainct‑Denis, pour quarante‑sept muyz de plastre en pouldre livré audit Le Pelletier, maçon, depuis le xvie aoust vc trente jusques au dernier de septembre ensuivant, chacun muy audit pris de vingt‑sept solz six deniers tournois, veriffié par le voyer, payé par quictance 64 l. 12 s. 6 d.
Audit Hebert, plastrier, pour quatre‑vings muys de plastre en pouldre livré audit Le Pelletier, maçon, depuis le vingt‑troisieme novembre ve trente jusques au vingt‑sixieme janvyer ensuivant, chacun muy au pris de trente solz tournois. Veriffié par le voyer, payé par quictance 120 l.t.
Audit Hebert, pour vingt‑quatre muys de plastre en pouldre livré audit Le Pelletier depuis le vingt‑sixieme janvyer VC trente jusques au premier d’apvril ensuivant audit pris. Veriffié comme dessus. Payé par quictance 36 l.t.
A Guillaume Baudesson, marchant de plastre, demeurant audit Sainct‑Denis pour trante‑neuf muys six sacz de plastre

  • 47 Vinantes (Seine‑et‑Marne).
  • 48 Hourt : éminence.
  • 49 Le four est construit près de la Seine, devant l’île du Châtellier, au lieu‑dit Vieux Port.

[f°21v°] en pouldre livré audit Le Pelletier, maçon, depuis le quatrième de decembre Ve trente jusques au dernier de janvyer ensuivant, chacun muy oudit pris, veriffié comme dessus, payé par quictance 58 I. 15 s.t. Audit Baudesson, plastrier, pour huit muys et demy douze sacz de plastre en pouldre livré audit Le Pelletier, maçon, au moys de febvrier Ve trente, chacun muy au pris de trente‑deux solz six deniers tournois, veriffié comme dessus, payé par quictance 14 l. 6 s. 10 d. A Pierre Tursault, chauffournier, demeurant a Vinantez47 pres Nantouillet, pour la façon d’ung four a chaulx sur le hault hourt48 de Sainct‑Ouyn49, Et pour une tournée de ladite chaulx par luy cuytte et affournee audit four, payé par marché et quictance, veriffié comme dessus 12 l.t.
A Jehan Des Coings, voicturier par eaue, pour l’amenaige de douze moulles de boys prins et chargé sur le port de la Riviere de Croust près Seyne et mené

[f°22] audit Sainct‑Ouyn pour la cuysson de ladite chaulx, payé par quictance 15 s.t.
A Ursin Hamel et Gillez Charry, manouvriers, pour d’estaindre et tirer ladite chaulx payé par quictance 4 I. 10 s.t.
A maistre Nicolas Le Pelletier, maçon, demeurant a Sainct‑Denis en France tantmoins des ouvraiges de maçonnerye de plastre faictz au logis abbatial et autres lieux dedans l’abbaye dudit Sainct‑Denis, payé par quictance 300 l.t. (...)

52.

Document 46
Comptes des réparations dans l’abbaye (du 1er octobre 1635 au 1er octobre 1536).

Ces comptes concernent les bâtiments conventuels et plus particulièrement le logis de l’abbé, qui comprend la grosse tour de l’ancien logis. Sont également cités les clochers de l’abbatiale et la tour, ou porte aux Pois, avec le pont de Derrière. L’aménagement du Jardin de l’abbé nécessite le remblaiement d’un étang situé devant la vieille tour. Les comptes précisent les matériaux de construction achetés : plâtre, chaux, bois de charpente, pavés et sable, verre à vitre, clous. Ils citent deux des artisans de l’abbaye : son vitrier et son plombier. Ils énumèrent les marchands et artisans employés. La plupart habitent Saint‑Denis même (plâtrier, menuisier, peintre, maçons, manœuvres, serruriers), certains résident à Paris (marchand potier de terre, serrurier, cloutler, charpentier), deux viennent de l’île Saint‑Denis et de Pierrefitte. Un marchand de « gros » verre (verre à vitre) est originaire de Martagny en Haute‑Normandie.
Source – AN, LL 1248 ; collationnement du texte : C.B.

[f°203] Mise par ledict pannetier pour les reparations de ladite abbaye, ses appartenances et despendances, pour ung an entier commençant le premier octobre 535 et finissant le pareil jour 536. A Jehan Gambie, laboureur a Pierreficte, la somme de 56 s. 3 d.t. pour le tiraige de ung cent et ung quarteron de plastre en pierre prins en la carrière de monseigneur oudit lieu de Pierreficte, par quictance cy. A Claude Marin, manouvrier, a … Sainct‑Denis, la somme de 18 s.t. pour avoir servi d’ayde et calucines [?] aux charretiers de ceant six jours ouvrables a charger et descharger ladite pierre de plastre cy.
A Jehan du Ponsel, plastrier oudit Sainct‑Denis, la somme de 48 s. 8 d.t. pour la cuysson et le bataige d’ung four de plastre qui a faict sept muyds ung quart de plastre en pouldre a raison de 6 s. 8 d.t. chacun muyd, par quictance veriffiee de Jehan de La Mare voyer cy.

[f°203v°] Oudict plastrier la somme de 40 s.t. pour la cuysson et le bataige d’ung four de plastre contenant demy cent de pierre qui a faict six muydz de plastre en poudre, chacun muy au pris dessus dit, tout le susdit plastre employé aux reparations necessaires de ladite abbaye, veriffié comme dessus cy. Tout le boys employé a la cuisson des deux fours dudit plastre a esté pris au bucher de monseigneur, pour ce neant.
A Jehan Hebert, marchant oudit Sainct‑Denis, la somme de 7 l.t. pour troys muyds et demy de plastre en pouldre employez a la tour ancien logis des abbez et autres lieux de ladite abbaye, par partyes, quictance veriffication dudit voyer cy.
A Pierre Diebenar, marchant a Paris, la somme de 4 I. 10 s.t. pour 6 septiers de chaulx employés au pavement de l’allee devant Sainct‑Clement et de la grande gallerye du logis abbatial de mondit seigneur, veriffié comme dessus cy.

[f°204] A Marion Feuresse, vefve de feu Guillaume Quardon, la somme de 4 l.t. pour 6 septiers de chaulx mise a l’atellier dudit voyer pour employer sur le dortoir es dalles de pierre de taille veriffié comme dessus cy.
A Guillaume Le Villain, maçon a Sainct‑Denis, la somme de 14 I. 8 s.t. pour les ouvrages de maçonnerye de plastre par luy faictz dedans le logis de mondit seigneur et en plusieurs lieux dedans ladite abbaye mentionnez en chacun article du taize sur ce fait par Jehan de La Mare, voyer, par partyes oudit taize et quictance cy.
Oudit maçon la somme de 8 I. 11 s.t. a luy deubz pour plusieurs restablissementz et autres ouvrages de maçonnerie de plastre par lui faictz en la tour abbatialle ancien logis des abbez et aultres lieux aplain declairez au taize dudit voyer par les partyes dudit taise et quictance dudit maçon cy.

[f°204v°] (…)
A Yves Moust, maistre potier de terre a Paris, la somme de 47 I. 8 s.t., tant pour achapt de 19 milliers de carreaux employés au pavé de l’allee devant Sainct‑Clement et en la grande gallerye au logis de monseigneur que pour la façon et assiette dudit carreau aux susditz lieux, montant a 57 tayzes 12 pieds par certiffication dudit voyer et quictance dudit potier cy.

[f°205] A Jehan Marin, paveur de petis carreaux, la somme de 5 s.t., pour menus restablissementz faietz ez pavez des salles du logis de monseigneur et quictance cy.
A Regnault Olivier et Michel Brot, manouvrier oudit Sainct‑Denis, la somme de 60 s.t., pour le tiraige et chargaige de 30 tombereaux de sablon employés soubz le pavé de petits carreaux en l’allee Sainct‑Clement et en la gallerie neufve du logis abbatial de mondit seigneur, par quictance veriffiee par ledit voyer cy.
A Jehan Guerin, pescheur en l’isle Sainct‑Denis, la somme de 12 s.t., pour le tiraige de 6 tumbereaux de sablon pour servir aux menues reparations de l’eglise veriffié comme dessus cy.
A Lucet Gillon, charpentier, la somme de 55 s.t., pour les ouvraiges de charpenterye qu’il a faict au pont aux Dames et plusieurs barderez au logis de monseigneur et aultres lieux dedans ladite abbaye declairez en ses partyes veriffieez par le voyer et par quictance cy.

[f°205v°] Oudict charpentier la somme de 20 I. 10 s.t., pour les ouvraiges de son mestier qu’il a faictz en la grosse tour ancien logis des abbés, au logis de monseigneur, dedans les clochers de l’eglise et en aultres lieux dedans la dite abbaye mencionnez en chacun article de ses partyes veriffiees par ledit voyer et par quictance cy.
Nota que tout le boys employé par ledit charpentier es lieux mentionez en chacun article de ses deux partyes cy dessus declairees est deu a Anthoisne de La Riviere, marchant a Paris, pour ce cy.
A Mahiet Bonvin et Jehan Bonvin, cherrons, la somme de 27 s.t. pour la façon de 8 eschellez contenant 27 tayses de long pour fournir aux affaires de l’eglise par quictance veriffiees du voyer cy.
A Estienne Perret, menuisier a Sainct‑Denis, la somme de 7 I. 17 s. 6 d.t.

[f°206] pour les ouvraiges de son mestier qu’il a faictz en plusieurs huisseryes et fenestraiges au Chastellet dudit Sainct‑Denis et en aultres lieux declairés ez parties veriffieez par Jehan de La Mare, voyer, par lesdites partyes et quictance cy. Oudit menuisier, la somme de 211. 4 s.t., pour les ouvraiges de son mestier qu’il a faictz es enffermeryes en la grant eglise, en la grosse tour ancien logis des abbez et autre lieux dedans ladite abbaye mentionnez en chacun article des partyes veriffiees par ledit voyer et par quictance cy. A Denis Voisin, menuisier oudit Sainct‑Denis, la somme de 4 I. 12 s. 6 d.t. pour menus ouvraiges de son mestier qu’il a faictz en plusieurs lieux dedans le logis de monseigneur declairez ez partyes veriffiees par ledit voyer et par quictance cy.

[f°206v°] A Laurens Le Clerc, serrurier a Paris, la somme de 15 I. 9 s. 10 d.t., pour les ouvraiges de son mestier qu’il a faictz au grant pont de Derrière qui va aux champs, au Chastellet dudit Sainct‑Denis et en la crosse qui porte le saint cyboire dedans l’eglise, pour parties veriffiees dudit voyer et quictance dudit le clerc cy.
Oudit serrurier, la somme de 18 I. 16 s. 10 d.t., pour les ouvraiges de son mestier qu’il a faictz et assis au grant logis abbatial de monseigneur et en la grosse tour ancien logis des abbés et aultres lieux mentionnez en chacun article des partyes veriffiees dudit voyer et par quictance dudit serrurier cy. A Bastin Le Goust, serrurier oudit Sainct‑Denis, la somme de 4 I. 8 s.t. pour menus ouvraiges de son mestier qu’il a faictz a ung des clochers de l’eglise, au dortoir des religieux et aultres lieux declairez es partyes veriffieez par ledit voyer et quictance dudit Le Goust cy.

[f°207] Oudit serrurier, la somme de 77 s. 3 d.t., pour menus ouvraiges qu’il a faictz en plusieurs lieux dedans ladite abbaye declairez es partyes veriffieez par ledit voyer et quictance dudit serrurier cy.
Oudit serrurier, la somme de 117 s. 8 d.t., pour menus ouvraiges qu’il a faictz au logis de monseigneur, a l’estable des mulletz et en la tour des Poys, et la serrure d’ung huys devant la plomberye par partyes verrifieez dudit voyer et par quictance dudit serrurier cy.
Oudit serrurier, la somme de 7 I. 6 s. 3 d.t., pour menus ouvraiges de son mestier qu’il a faictz et rassis a l’ung des grands clochers et a la tour ancien logis des abbés, au logis abbatial de monseigneur, et aultres lieux mentionnez en chacun article des partyes verriffieez dudit voyer et par quictance dudit serrurier cy.

  • 50 Lay : laïque.

[f°207v°] A Guillaume Poullain, serrurier oudit Sainct‑Denis, la somme de 15 s.t. pour avoir levé 5 serrures tant du pont de Derrière vers les champs que des prisons ou se tient le portier lay50, changé les gardes, garny lesdites serrures et y avoir faict clefz neufves par quictance dudit Poullain cy.
A Germain Le Goust, serrurier oudit Sainct‑Denis, la somme de 7 s. 6 d.t., pour avoir faict une clef et huit grandz clou serventz au grant coffre du trezor ou l’on mect les chappes, par quictance cy. A Guillaume Le Villain, maçon oudit Sainct‑Denis, la somme de 4 l.t., pour onze cens de thuille du moyen moulle mise et sarre dedans l’atellier du voyer, pour servir aux couvertures et recharchements des combles de ladite abbaye, par quictance veriffiee dudit voyer cy.
A Marin Paillet, serrurier oudit Sainct‑Denis, la somme de 100 s.t., pour les recharchemens et couvertures des combles de la chapelle

  • 51 Sans doute Martagny (Eure). La verrerie y est attestée dès le xvie siècle (Etienne, Benoit‑Cattin 1 (...)

[f°208] Sainct‑Loys, du grenier a l’avoisne, de l’oratoire du logis de monseigneur, de la chemynee de la chambre du conseil, et de la cuisine et vys de la grosse tour ancien logis des abbez, par parties veriffiees dudit voyer et quictance cy.
A Jehan du Quesnel, marchant de gros verre demeurant a Martigny51 en Normandie, la somme de 8 l.t., pour une somme de verre contenant 24 platz livree a Pierre Belin, verrier de ladite abbaye, pour servir et employer aux victres des logis de monseigneur, et en aultres lieux dedans ladite abbaye, par quictance et certlffication dudit Belin qui a receu ladite somme de verre cy.
A Pierre Belin, victrier de ladite abbaye, la somme de 4 l.t., pour le payement et la nourriture, paine et sallaire d’ung compagnon victrier qui a vacqué 16 jours ouvrables avec ledit Belin au moys de may 536 a reffaire et racoustrer les victres

[f°208v°] du logis de monseigneur et de la grosse tour ancien logis des abbes, par quictance verrifiee dudit voyer cy. Oudit victrier, la somme de 10 s.t., pour achapt du petit clou employé a tenir les victres des susditz logis, par quictance cy.
A Jehan de La Rue, cloutier a Paris, la somme de 10 s.t., pour 5 livres de clou a chanlatte livrés a Marin Paillet, plombier de ladite abbaye, pour employer sur le dortoir des religieux de ladite abbaye par quictance veriffiee comme dessus cy.
A Jehan de La Mare, peintre oudit Sainct‑Denis, la somme de 16 l.t. pour plusieurs ouvrages de peinture qu’il a faictz au logis de monseigneur et en aultres lieux menclonnez en chacun article des partyes veriffiees par ledit voyer et par quictance dudit peintre cy. (...)

[f°209] A Gaspart Marin, Michel Trontin et Régnault Colinier, manouvriers oudit Sainct‑Denis, la somme de 4 I. 10 s.t., pour leurs sallaires d’avoir vacqué plusieurs jours ouvrables a charger et descharger les immondices estans ez deux grandes tours de ladite abbaye en l’an de ce compte, par ordonnance de monseigneur le grant prieur et quictance cy. (...)

[f°210v°] Reparations pour le grand Jardin de monseigneur qui se faict de present a son abbaye.
A Eustache le Breton, Michel Buot, Gaspart Marin, Jehan Le Clerc, Herbert Gravelays, Martin Garrault, Denis de La Tour, Pierre Benoist, Jehan Malecoste, André Suart, Symon Le Houx et

[f°211] Denis Moreau, tous manouvriers a Sainct‑Denis, la somme de 99 l.t., pour leur sallaire d’avoir vacqué plusieurs jours ouvrables a gecter, houer, charger et charyer et descharger les terres, gravoys et Immondices estans en plusieurs lieux en ladite abbaye, dedans l’estang, devant la grosse tour ancien logis des abbez ou de present se faict le grant jardin pour monseigneur. Et ce depuis le 10 may an de ce compte jusques au 22e d’aoust ensuivant au feur de 3 s.t. par chaque jour, pour chacun manouvrier, par ordonnance de monseigneur partyes et quictances cy. A Denis Requiert, ledit comptable, luy esté alloué en mise la somme de 242 I. 1 s. 8 d.t. a luy deubz par l’arrest de son precedent cestuy cy.
Denis Requiert, ledit comptable, lui esté alloué en mise la somme de 18 livres.

53.

Document 47
Compte de construction du jeu de paume (du 1er octobre 1543 au 1er octobre 1544).

Cet extrait de compte détaille la reconstruction et l’aménagement d’un nouveau jeu de paume carrelé, recouvert d’un toit de tulles, éclairé par une seule fenêtre, défendue par trois barreaux de fer, mais avec trois portes d’accès.
Source – AN, LL 1248 ; collationnement du texte : C.B.

[f°305v°] Mise pour le jeu de palme faict es enfirmeries de ceans, en l’an de ce compte. Payé a Guillaume Le Villain, maçon demeurant a Sainct‑Denis, la somme de 193 l. 16 s. 6 d.t., pour les ouvraiges de son mestier faictz oudit Jeu de palme, par parties veriffiees par le voyer, maitre Jehan de La Mare, par quitance dudit, cy.
Payé oudit Le Villain, la somme de 32 I. 10 s.t., pour avoir desmoly les murailles et fondemens du vielz jeu de palme, ensembles les murailles, fondemens et pavé de l’abruvoirs près ledit Jeu de palme et avoir rendu le lieu tout prest a labourer, par marché et quitance dudit.
Payé a Tassin Gobet, la somme de 25 l.t., pour le tiraige de huit cens de plastre, a 50 s.t. le cent, cy. A Sebastien Hamet, demeurant a Sainct‑Denis, la somme de 112 s. 6 d.t., pour 2 muidz et demy de plastre en pouldre.
A Christofle Pocquet, maçon, demourant a Sainct‑Denis, la somme de 6 I. 15 s.t., pour vente de 3 muyds de plastre a 5 s.t. le muy, par quitance.

  • 52 Cieulx d’aiz : scieur de long.
  • 53 Syr : Cyr
  • 54 Gascourt : sans doute Gassicourt près de Mantes (Yvelines).

[f°306] A Anthoisne de La Riviere, marchant, demeurant a Paris, la somme de 57 I. 5 s. 6 d.t., pour le merrien livré pour ledit Jeu de palme, par parties veriffiees par ledit voyer.
A Lucet Gillon, charpentier, demeurant a Sainct‑Denis, la somme de 30 l.t., pour avoir falot la charpenterie du jeu de palme, par marché et quitance.
A Guillaume Bommart, cieulx d’aiz52, la somme de 4 I. 10 s.t., pour avoir par luy et son fils Syr53, six pieces de gros bois en potheaulx et chevrons et aultres pieces de cartelaige par quittance.
A maistre François de Larche, notaire a Paris, la somme de 18 I. 11 s.t., pour vente de 5 300 thuilles a 70 s.t. le millier, pour la couverture dudit jeu de palme.
A Fleurent Destort, la somme de 7 1.15 s.t., pour vente de deux milliers de thuiille [sic] de Gascourt54, pour employer oudit jeu de palme, a 77 s.t. le millier, cy.

[f°306v°] A Michel Hubert, maistre couvreur, demeurant a Sainct‑Denis, la somme de 9 l.t., pour avoir couvert le jeu de palme, par parties veriffiees par le voyer et quittance dudit.
A Pierre Le Roux, maître potier de terre, demeurant a Paris, la somme de 65 1.12 s.t., pour achapt de 8 milliers 200 de carreau, pour paver ledit jeu de palme a 8 l.t. le mille, par marché et quittance.
Oudit Le Roulx, la somme de 23 I. 2 s.t., pour l’assiette de 84 toises dudit carreau, a 5 s. 6 d.t. la toize, par marché et quitance.
A Denys Voisin, menuysier, la somme de 100 s.t., pour avoir livre 2 huitz neufz pour ledit Jeu de palme, et ung aultre une huitz qu’il a reparé pour ledit jeu.
A Nicolas Lamesson, demeurant a Sainct‑Denis, la somme de 75 s.t., pour avoir noircy ledit jeu de palme.
Pour une corde pour ledit jeu. Pour trois barreaulx de fer mis a la fenestre dudit jeu de palme pesans 19 livres, a 18 d.t. la livre 18 s.t.
Pour deux serrures et quatre verroux 25 s.t.

[f°307] Payé 15 l.t. a plusieurs manouvriers, pour avoir par plusieurs jours porté les pierres oudit jeu, avoir aidé a amené le plastre, le boys et pavé et pour aultres menuz affaires a employer oudit jeu de paulme, cy.

54Vers 1530, l’abbé Louis de Bourbon fait construire une nouvelle demeure abbatiale, le logis dit de Bourbon. Ce bâtiment, qui fut semble‑t‑il contigu à l’ancienne tour, comprenait une cave à piliers, une salle basse, des chambres hautes et une galerie soutenue par une arcature à colonnes, reliées par un escalier (doc. 45, 46). En 1535, on aménage les jardins de l’abbé. Vers le milieu du xviie s. dom Tixier nous signale l’hôtel dit du Petit‑Bourbon « tout devant le côté du dortoir qui regarde sur la grande cour » (Tixier, Douer d’Arcq, Le Roux de Lincy 1848 : 366). Il est séparé du dortoir des moines par la cour dite de la Plâtrière. Belleforest et Chastillon font tous deux figurer, entre le cloître et l’infirmerie, un bâtiment à la façade monumentale, accolé à une tour (fig. 148, 189). L’analogie entre ces deux représentations est si manifeste qu’elle nous invite à reconnaître dans cet édifice le nouveau et l’ancien palais abbatial.

FIG. 148 ‑ Vue perspective de l’ensemble monumental en 1575, détail du plan de Belleforest de la figure 177 (Belleforest 1575 : 280‑281).

FIG. 148 ‑ Vue perspective de l’ensemble monumental en 1575, détail du plan de Belleforest de la figure 177 (Belleforest 1575 : 280‑281).

A église abbatiale ; B cimetière ; C mausolée des Valois ; D cloître ; E, F, G églises Sainte‑Geneviève, Saint‑Michel‑du‑Degré et Saint‑Barthélemy, les trois paroisses sont réunies ; H église Saint‑Michel‑du‑Charnier ; I église Saint‑Pierre ; K église Saint‑Paul ; L église de la Madeleine ; q la tour de Salut ; r l’infirmerie.

55Les comptes du xiiie s. font également état d’une aula destinée au roi (doc. 39) ; on y monte par un escalier établi au‑dessus d’une petite pièce, camerula subtusgradium (AN, LL 1240 : f°56). Le roi a également une chapelle (doc. 39). Le 18 août 1382, l’abbé et les religieux attendent le roi près de la chapelle Saint‑Clément et aperçoivent de loin le souverain qui descend de son appartement (aula) (Pintoin, Bellaguet 1839‑1852, t. I : 176‑177). En 1517, l’enquête de Mathieu Gilbert précise que le roi habite une tour (doc. 20) puis, en 1530‑1531, les comptes décrivent sa chambre, éclairée par six croisées et surmontant la chapelle abbatiale (doc. 45).

56En 1647 on fait abattre le jeu de paume (BNF, ms. fr. 20851 : f°217v°). L’hôtel de Bourbon est démoli en 1665, puis en 1678 « on a abattu 2 ou 3 vieux bâtiments derrière le chevet » (BNF, ms. fr. 20851 : f°218v).

3.1.4 Les dépendances à l’ouest et au sud du cloître

57Les vues et plans anciens permettent de restituer les abords du cloître dans ce secteur. Une succession de bâtiments adossés à l’enceinte monastique ouvre, à l’ouest, sur une cour spacieuse et, au sud, sur un passage qui mène aux infirmeries.

58En 1668, l’abbé rétrocède aux religieux le logis de Lorraine, l’ancienne infirmerie, en échange de quoi les religieux lui lèguent « l’ancien logis de la Commanderie avec la court et jardin d’icelluy, les logis du Sousprieuré, Aumosnerye et prévost portier ensemble leurs courts et jardins, les grandes salles et greniers qui sont au dessus de la principalle voûte et entrée de ladite abbaye, le logis de la Courtille y attenant avec la court et jardin d’icelluy, ensemble le jardin de la Panneterye qui est proche de ladite grande porte de l’Abbaye, avec les jardins de la Cène et de l’Aumosne sciz derrière les logis cy dessus délaissez, la rue qui conduit à Vauboullon entre deux et pour séparer les bastimens et lieux ainsy délaissez de part et d’autre il sera loysible ausdits religieux de faire faire à leurs despens un mur de séparation à prendre depuis le coing de l’ancien logis de la Commanderie du costé du jardin en droicte ligne jusqu’à la rue qui conduit à Vauboullon et un autre mur depuis l’autre coing dudit corps de logis antien de la Commanderie en droicte ligne jusqu’au coing du logis qui est vis à vis où demeuroit feu monsieur de La Fontaine, en telle sorte que le nouveau corps de logis qui est tenant audit antien corps de logis de la Commanderie demeure ausdits religieux qu’ils n’entendent comprendre dans les lieux cy dessus délaissez et dans ledit mur sera faite une porte cochère pour y faire passer leurs chevaux et harnois comme aussy leur sera loisible de faire un mur de séparation de la court de l’entrée de ladite abbaye à prendre ledit mur au pavillon du logis de la Trésorerie du costé du logis de la Cène cy dessus delaissé audit seigneur abbé en droicte ligne jusqu’à un petit mur qui sépare ladite court avec le jardin de cl’hostellerie dans lequel mur sera faite une porte pour servir audit seigneur abbé et ses successeurs quand ils voudront aller à l’église (...) » (AN, LL 1226 : f°165). Vers 1690 le Monasticon Gallicanum nous montre, au sud‑ouest, cette cour nouvellement créée, area communis (fig. 139, lettres CC), ainsi que les maisons qui servaient alors de logis abbatial (fig. 139, lettre H).

59En suivant l’ordre de l’échange de 1668, cette enfilade de maisons commence à l’est par le logis de la Commanderie que le procès‑verbal des reparations de Robert de Cotte décrit, en 1689 (doc. 48), comme un bâtiment de huit travées comportant au rez‑de‑chaussée un vestibule, une salle, une chambre, une cuisine et un garde‑manger. Un escalier mène à deux chambres et deux cabinets à l’étage.

Document 48
Les bâtiments abbatiaux de Saint‑Denis le 28 février 1689.

En 1679 meurt le cardinal de Retz, dernier abbé de Saint‑Denis. En 1686, sur ordre du roi, la mense abbatiale passe à la maison de Saint‑Cyr, nouvellement construite, mais la Cour de Rome ne donne son accord que cinq ans plus tard. En 1689 Robert de Cotte, architecte ordinaire des Bâtiments du roi, est chargé par l’économe de l’abbaye de Saint‑Denis d’établir un devis des reparations à effectuer dans les domaines de la mense abbatiale. A l’abbaye, il commence sa visite par la maison abbatiale, l’ancien logis de la Commanderie. Puis l’architecte expertise l’ancien logement du sous‑prieur, la maison de l’Aumône, la porte de l’Abbaye, le logement du concierge (ancien logis du prévôt portier) et le logement du médecin (ancienne maison du courtillier).
Source – ADY, D 918. N.B. La cote se compose de deux registres. Notre texte est établi à partir du registre à couverture grise.

  • 55 Toponyme inconnu à Saint‑Denis ; il s’agit très probablement de la rue de Vauboulon.

[f°26] Ce Jourd’huy septiesme mars nous nous sommes transportéz à Saint‑Denis où ayans commencé par la visite de la maison abbatialle concistant en un bastiment de huict travées servant de logement à l’abbé applicqué par bas à un vestibulle, salle, chambre, cuisine, gardemanger et escallier montant à un estage carré applicqué à trois chambres, deux cabinets et une gallerie, au dessus dudit estage des greniers le tout couvert de thuisle et comble, d’une court et jardin au derrière dudit bastiment clos de murs, d’un autre Jardin de l’autre costé de la ruelle au Bouloir55 aussy fermé de murs, ledit bastiment inhabité depuis longtemps et sans y faire aucunes réparations les murs estans corrompus et bouclez en plusieurs endroicts ne faisant poinct mention de réparations pouvant subcister quelque temps en faisant les réparations à la couverture et mettre plusieurs thuiles avec la reffection du plastre pour ce quarante cinq livres.

[f°26v°] Plus il convient refaire 46 thoises de long de murs de closture du clos en plusieurs endroicts sur la hauteur desdicts murs compris leurs fondations construits de moislons et plastre pour ce 552 livres.
Plus un austre bastiment servant autres fois de logement au sousprieur tenant au logement abbatial contenant quatre travées appliqué par bas à un passage servant de vestibulle, cuisine et escallier montant à un estage carré composé de deux chambres et deux cabinets, au dessus dessus [sic] desquels il y a des greniers, d’une court servant de jardin au derrière dudit bastiment clos de murs, ledit bastiment inhabité depuis plusieurs années à cause de sa caducité estant de nulle valleur, tombant en ruine, estant inutile d’y faire aucune réparation mais seullement de refaire 20 thoises de long de mur de closture du jardin où court

[f°27] en deux sens sur la hauteur dudit mur construict de moislon et plastre pour ce 240 livres. Plus plusieurs bastiments concistans à une grande salle d’Aumosne contenant six travées au dessus duquel sur partie il y a un logement et un grenier sur l’autre partie.
Le rétablissement de la couverture de tuilles avec la reffection des plastres pour ce 45 livres.
Le logement au dessus de ladicte salle n’estant poinct habité est inutil de faire aucune mention de réparation.
Dans la salle de l’Aumosne il n’y a poinct de chassis aux croisées estans inutils.
Plus trois autres bastiments dépendans de l’Aumosne tenans ensembles par deux escalliers contenants ensembles sept travées couvertes de thuisles, de trois courts et un jardin. Le tout clos de murs, d’une terrasse

[f°27v°] lesdicts bastiments estans inhabitéz à cause de leur caducité et deffectuosité tombant partie en ruine estant inutil de faire aucune réparation mais seullement de refaire 15 pieds de long du mur de closture séparant la court du puisoy du jardin sur la hauteur dudit mur de pareille construction de moislon et plastre pour ce 20 livres.
Plus un autre bastiment faisant face sur le passage et tenant à la salle de l’Aumosne en retour faisant cinq travées couvert de thuisles applicqué par le bas à une cuisine, passage, escurie et escallier montant à un estage carré sur lequel il y a des greniers, d’une court close de murs le tout tombant en ruine et inhabité depuis longtemps.
Plus d’un gros pavillon formant l’entrée principalle avec deux tours aux encongnures applicqué par bas au passage de la porte cochère, des prisons et cachots, d’un escallier hors œuvre montant à un estage quarré composé d’un auditoire, chambre de conseil

[f°28] dans la tour d’une autre chambre et cabinet dans l’autre tour au dessus duquel estage il y a un grenier. Plus un autre bastiment servant de logement au geollier et portier applicqué par bas à une cuisine au dessus de laquelle il y a deux chambres et des greniers au dessus le tout couvert de thuisle. Réparations :
Faire la recherche de la couverture du pavillon et tours et mettre plusieurs thuisles necessaires avec la reffection des plastres pour ce 50 livres.
Dans le grenier le ceintre lambrissé de mairin partie ruiné estant inutil de retablir ledit mairain le grenier n’estant d’aucun usage comme aussy les ouvertures de croisées n’ayans de chassis estans inutils.
Dans ledit grenier le tuyau de cheminée qu’il convient retablir avec plastre pour ce 6 livres. Plus il convient mettre deux portes l’une au colombier et l’autre sur les terrasses au hault de l’escallier construites en planches de chesne barrées de leurs ferrures pour ce 16 livres. A l’étage carré au dessous du

[f°28v°] grenier à l’auditoire il manque la ferrure à la porte faulte d’entretient pour ce 2 livres 10 sous.
A la croisée du costé de la rue un chassis [blanc] et vitres pour ce 9 livres.
Le rétablissement des vitres aux autres croisées faulte d’entretient pour ce 1 livre 4 sous.
Le rétablissement de plusieurs trous pour ce astre et contrecoeur 6 livres.
A la chambre du conseil dans la tour le second plancher partie tombé et ruiné proceddant de caducité il convient le refaire avec sollives de bois de chesne de 5 et 7 pouces de gros lattées par dessus de lattes jointives et recouvertes de plastre dessus et dessous en entrevoust pour ce 60 livres.
A la porte de ladite tour il manque le cadenas pour ce 1 livre.
A la chambre à costé de l’auditoire le rétablissment des vitres y compris les quatre panneaux qu’il fault neufs et les verges nécessaires pour ce 6 livres. Au cabinet dans la tour il convient faire le chassis garny de ferrure et verre pour ce 8 livres.

[f°29] Audit cabinet il convient de faire une porte collée et amboisté avec ferrure pour ce 10 livres. Au logement du concierge le rétablissement de la couverture de thuisle où il convient faire une recherche et mettre plusieurs tuisles faulte d’entretient depuis douze ans et restablir la charpente pour ce 60 livres.
Au grenier le rétablissement de la maçonnerie du plancher pour ce 4 livres.
A l’estage au dessous le rétablissement des vitres aux deux chambres faulte d’entretient pour ce 3 livres.
Le rétablissement de la massonnerie des planchers pour ce 15 livres.
Au rez de chaussée le rétablissement des vitres de la cuisine pour ce faulte d’entretient 2 livres.
La porte de ladite cuisine estans de nulle valleur proceddant de caducité il convient en faire une de bois de chesne collée et amboistée avec sa ferrure pour ce 10 livres.
Le rétablissment de la porte de la petitte court sur le potager pour ce 2 livres.
Au bastiment servant de logement

[f°29v°] au médecin concistant à une court au fond de laquelle il y a un bastiment de trois travées applicqué par bas à une cuisine, passage et bûché, trois estages quarrés au dessus desquelz il y a des greniers, d’une aisle de bastiment en retour sur la court applicqué à un escallier dans l’angle servant tant au bastiment principal qu’à ladite aisle d’une salle et escurie, deux estages carréz au dessus, d’un passage et d’une estable ou escurie, au dessus des greniers, d’un bûcher à costé de la porte cochère avec un grenier au dessus le tout couvert de thuisle, d’un jardin clos de murs au derrière et tenant audit bastiment, d’un autre jardin clos de murs à costé de l’entrée principalle extérieurement.

Réparations :
Le rétablissement de la couverture du logement principal où il convient faire une recherche du costé du jardin pour ce avec le rétablissement du plomb de la noue 12 livres.
Au grenier le rétablissement des tuyaux de cheminées avec plastre pour ce 24 livres.
A l’estage au dessous du grenier

[f°30] le rétablissement du chassis du chassi [sic] du costé du Jardin et de la ferrure pour ce faulte d’entretient 3 livres.
Le rétablissement des vitres dudit estage et ferrures des chassis pour ce faulte d’entretient 8 livres 10 sous.
A l’estage au dessous à la chambre le rétablissement des vitres pour ce faulte d’entretient 1 livre 10 sous.
Au cabinet la croisée de nulle valeur proceddant de caducité pour une neuve avec ferrure et verre pour ce 7 livres.
Le rétablissement des guichets des croisées sur l’escallier et des vitres faulte d’entretient pour ce 5 livres 10 sous.
A l’étage au dessous le rétablissement des vitres et ferrures des croisées dudit estage y compris celle sur l’escallier pour ce faulte d’entretient 6 livres. Le rétablissement de l’aire du plancher 3 livres.
Au rez de chaussée le rétablissement des vitres de la cuisine et gardemanger et passage et escallier faulte d’entretient pour ce 6 livres 11 sous.
Le rétablissement de la maçonnerie de l’escallier du bas en hault pour ce 12 livres.

[f°30v°] Le rétablissement de la descente de cave pour ce 9 livres.
Le rétablissement des Jambages de la porte qui entre de la court au ardin pour ce 3 livres.
L’aisle en retour sur la court estant de nulle valleur proceddant de caducité depuis l’escallier pour la rétablir des mesmes forme et fasson pour ce 740 livres.
L’appenty à costé de la porte cochère estant de nulle valleur proceddant de caducité pour le réédiffier des mesmes formes et fasson pour ce 100 livres.
Le rétablissement de la couverture du poullallier faulte d’entretient pour ce 6 livres 10 sous.

60Puis, suit un logis de quatre travées occupé autrefois par le sous‑prieur et comprenant, au rez‑de‑chaussée, un passage et une cuisine et, à l’étage, deux chambres et deux cabinets desservis par un escalier.

61Félicie d’Ayzac identifie au logis du grand cuisinier un bâtiment en retour, de cinq travées, doté d’un passage, d’une cuisine et d’un escalier menant au grenier à l’étage (Ayzac 1860‑1861, t. II : 314).

62Le même auteur cite un procès‑verbal de visite de M. Petit en 1695, qui décrit la maison de l’Aumône comme « un bastiment contenant par bas une grande salle appelée l’Aumosne, de six travées de profondeur, au milieu de laquelle sont six colonnes de pierre pour soustenir le plancher attendu sa grande estendue. Une petite chapelle à costé, un sellier [sic] derrière, et à costé un escalier à deux noyaux. Deux chambres à cheminée au‑dessus, et à costé une grande pièce au‑dessus de l’Aumosne de quatre travées aussy avec colonnes de pierre et chambre à cheminée de deux travées et grenier au‑dessus couvert de tuilles. » (Ayzac 1860‑1861, t. I : 534.) Grâce à sa colonnade, ce bâtiment se laisse identifier sans ambiguïté sur les plans (AN, N II Seine 214, reproduit dans Le Moël 1980 : 23).

63Quant à la porte de l’Abbaye, la description qu’en fait Doublet (doc. 101) doit être complétée par celle de Robert de Cotte (doc. 48) : le pavillon avec les deux tours d’angle abrite au rez‑de‑chaussée, en plus de la porte cochère, la prison des moines. Un escalier hors œuvre mène à l’étage où se trouvent deux chambres dans les tours et une grande salle qui sert depuis 1590 d’auditoire au bailli de Saint‑Denis. Nous reviendrons sur cet ouvrage de fortification (cf. infra § 4.3).

64Dans la maison attenante à la tour nord de la porte sont logés successivement, durant le xviie s., le religieux courtillier, l’official et le médecin des religieux. Selon de Cotte, c’est un bâtiment de trois travées comportant trois étages avec une aile en retour, de deux étages. Le rez‑de‑chaussée comprend une cuisine, un bûcher, une salle et une écurie.

65Suivant Doublet (doc. 101), le logis du prévôt portier se trouve également dans la cour d’entrée de l’abbaye, face à celui du clerc de la porte. Seul le premier subsiste en 1689 ; le bâtiment comprend une cuisine et deux chambres à l’étage.

66Enfin, l’échange de 1668 confirme la localisation du nouveau logis du cénier, attesté dès le début de ce siècle du côté de l’hôtel du trésorier. Les plans y figurent un bâtiment très simple, que les vues ne représentent pas. En effet, dom Poirier signale pour l’année 1697 la « démolition de plusieurs maisons d’anciens joignant la salle de l’Aumône et la porte du monastère [porte de l’Abbaye] des deux côtés (...) pour disposer la place à une cour d’entrée » (BNF, ms. fr. 20851 : f°219v°).

67Il nous reste à évoquer le logis du trésorier. Bien que le bâtiment semble avoir perduré jusqu’en 1779, les renseignements le concernant sont chiches. Le « Livre des choses mémorables » (doc. 74) confirme l’existence d’une chapelle, au pied de la tour sud du massif occidental, que Doublet identifie comme la chapelle du palais du roi Robert : « L’on void encore les murs par lesquels il venoit en une Chapelle qu’il fit bastir en l’honneur de s. Cucuphas Martyr, & d’icelle descendoit en l’Eglise pour faire des devotions : ladite Chappelle est au logis du Religieux Thresorier. » (Doublet 1625 : 1274.) Quant au logis du trésorier, dom Tixier nous relate de manière détaillée sa prise lors des troubles de la Ligue (doc. 74). La maison comportait au rez‑de‑chausée une salle et une cuisine ; à l’étage des chambres et un grenier. Elle communiquait avec le parvis de l’église abbatiale et était traversée en sous‑sol par le Croult. En 1778‑1779, Gautier voit disparaître « une maison qui étoit isolée dans la cour d’entrée de l’abbaye, au pié [sic] de la tour des bourdons où étoient les bureaux des écrivains archivistes de l’abbaye. Les susdits bureaux furent transférés à l’entrée du grand bâtiment [soit l’abbaye reconstruite au XVIIIe s.] donnant sur la cour d’entre‑sol à gauche en entrant par le vestibule. » (Gautier : 134) (fig. 158).

68En conclusion, la documentation iconographique de la fin du xviie s. représente un monastère comprenant essentiellement des bâtiments du xiiie au xviie s. Mais cette image n’est plus que le pâle reflet d’un des plus importants complexes abbatiaux de la Gaule du Moyen Âge. Certes, une étude plus approfondie des abondantes sources écrites permettrait de préciser nombre de points concernant sa topographie générale, cependant l’emplacement exact des bâtiments et, de manière plus globale, les origines de l’abbaye restent du ressort de la recherche archéologique.

3.2 L’abbaye au xviiie s.

69L’abbaye de Saint‑Denis est sortie très éprouvée de la commende et des guerres de Religion. La réforme mauriste lui est imposée par une sentence du Conseil d’État du 21 juillet 1633 et dès le mois suivant, les moines de la nouvelle congrégation prennent possession des lieux. En 1686 sa mense abbatiale est unie à celle de la nouvelle fondation royale de Saint‑Cyr et l’abbaye perd une partie de ses revenus. En 1691 la dignité et le titre d’abbé sont supprimés au profit de Saint‑Cyr. Ces événements expliquent, en partie, le retard avec lequel on a entrepris la reconstruction des bâtiments dans le goût du temps.

70Cette reconstruction, qui s’inscrit dans le grand renouveau architectural monastique des xviie et xviiie s., est due à la ténacité de dom Arnoult de Loo, grand prieur de 1696 à 1702 et de 1708 à 1711, date à laquelle il devient supérieur de la congrégation. Dès son arrivée à Saint‑Denis, dom de Loo pratique une politique d’achat de terrains –logis abbatial, terrains au sud du couvent– (AN, S 2248) (doc. 49) et en 1698 il s’adresse à Robert de Cotte, futur Premier architecte du roi, pour établir les plans de la nouvelle abbaye. Ce vaste projet, qui entraîne la destruction des bâtiments existants –à l’exception de la porte de l’Abbaye–, est critiqué par une partie de la communauté. Dom de Loo s’adresse alors au roi qui le reçoit à Versailles le 6 juillet 1699 (BNF, ms. fr. 8600 : 111‑112). Le projet est enfin accepté par le chapitre général à la fin de 1699.

Document 49
Les bâtiments abbatiaux en 1696.

Entre 1696 et 1697, les religieux de Saint‑Denis rachètent aux dames de Saint‑Cyr les logis abbatiaux qui faisaient autrefois partie de la mense abbatiale. L’expertise, qui commence par la porte de l’Abbaye, concerne successivement le logement du portier, la maison de feu Charon (l’ancien logement du courtillier), la maison de l’Aumône et les trois bâtiments qui longent l’abbaye au sud, dont l’ancien logis du sousprieur. On constate que les bâtiments sont en ruine et inhabitables, « mesme partye estayez ».
Source – ADY, D104 : 297‑299.

(...) une grande entrée de porte cochère commune avec lesdits religieux au dessus de laquelle est laditte salle servant d’auditoire, et une autre grande salle à costé accompagnée de quatre tours dont deux sont sans couverture ni plancher, et les deux autres sont couvertes moitié d’ardoise, et moitié de thuyle, lesquelles quatre tours appartiennent ausdittes dames, du dessus du plancher dudit auditoire Jusqu’en haut, et le dessous appartient susdits religieux, servant de prisons domestiques, le tout tenant d’une part à la petite maison et court servant de logement au portier de laditte abbaye ; d’autre à la rue de l’Abbaye ; d’un bout au jardin anciennement occupé par ledit sieur Charon ; et d’autre, à la salle de l’Aumosne, contenant en tout six perches en superficie. Item une petite maison en ruine couverte de thuyle, servant de logement au portier de laditte abbaye, avec une petite court, le tout contenant une perche et demye, tenant d’un costé audit auditoire, d’autre à la maison ci après declarée ; d’un bout en pointe ; et d’autre au passage et entrée de laditte abbaye.
Item une autre maison aussi en ruine, partye tombée et estayée, court et Jardin ci devant occupez par feu Monsieur Charon official, et depuis par le medecin de laditte abbaye tenant d’un costé au petit bastiment et jardin, faisant partie des logis et jardins du Trésor appartenant susdits religieux ; d’autre à laditte maison du portier et chambre estant au bout de l’auditoire ; et ledit jardin, à la rue de l’Abbaye ; d’un bout par derrière, sur la rue de la Chevalerie ; et par devant sur la court de laditte abbaye, contenant le tout vingt deux perches. Item à l’autre costé de laditte porte cochère et première entrée de l’abbaye à main droitte la salle servant à faire l’aumosne, chapelle d’icelle pour faire la prière aux pauvres, sellier, escallier hors œuvre, le tout en assez mauvais état, dont la charpente est entièrement pourrie de vestuté. Un autre édifice joignant ledit escalier, petite court ; et un autre corps de logis de cinq travées entièrement en ruine, et inhabitable, tombant de tous costez, ayant face sur le passage pour aller à la basse court des religieux, petite court et jardin, tenant d’un costé le tout à la rivière servant d’abrevoir, à l’auditoire ci devant déclaré, et au passage servant d’entrée à laditte abbaye ; d’autre part au passage pour aller à la basse court, et à la maison où logeoit autrefois le sousprieur ; d’un bout à la maison ci après déclarée, et d’autre à la rue conduisant à Vauboulon ; contenant le tout soixante huit perches.
Item un autre corps de logis de quatre travées, un autre en retour de trois travées, le tout aussi entièrement ruiné et inhabitable avec une petite court contenant le tout sept perches : tenant d’une part à la premier court de laditte abbaye ; d’autre aux bastimens de l’Aumosne ci devant déclarez : d’un bout, sur l’entrée de laditte abbaye ; et d’autre faisant face au réfectoire sur ledit passage.
Item un corps de logis de cinq travées en assez mauvais état, où logeoit anciennement le sousprieur et jardin derrière, le tout contenant douze perches et demie, tenant d’une part à la maison ci dessus dernière déclarée ; d’autre à la maison ci après déclarée ; d’un bout sur ledit passage servant à aller à la basse court desdits religieux ; et d’autre bout sur laditte rue de Vauboulon.
Item un corps de logis de sept travées partie en mauvais état, et la couverture entièrement ruinée, faisant face sur le passage de laditte basse court ; une court et un jardin derrière, contenant le tout trente perches ; tenant d’une part à la maison cy dessus dernière declarée ; d’autre à une maison et Jardin derrière appartenant susdits religieux, d’un bout pardevant sur ledit passage ; et d’autre par derrière, sur laditte rue de Vauboulon. (…)

  • 56 Les projets de Robert de Cotte sont répartis entre la série N des Archives nationales et le Cabinet (...)

71Le projet de Robert de Cotte56 se présente comme un grand quadrilatère se développant autour d’un cloître avec deux ailes en retour au sud. Dans les angles formés par ces ailes l’architecte place, comme Mansart aux Invalides, deux pavillons en hors œuvre (cuisine et escalier du dortoir). Il établit un parterre devant l’aile est. Ce parti est conforme à la tradition monastique, par ses bâtiments se développant autour d’un cloître, et à l’esprit classique, par sa régularité. Par son ampleur, enfin, il résout la double fonction du lieu, abbaye et palais. Il implante à l’est la salle capitulaire et de grandes salles pour les cérémonies, au sud le réfectoire, à l’ouest, face à la ville, l’hôtellerie. L’étage est réservé aux dortoirs, qui prennent des dimensions considérables, aux chambres d’hôtes et à la bibliothèque. Les élévations est et ouest, où dominent les lignes horizontales, sont traitées selon le même schéma : rez‑de‑chaussée à arcades en plein cintre sommées d’agrafes, surmontées de tables et d’un étage de fenêtres. Leur décoration est réduite au minimum. Les façades du réfectoire et du cloître sont scandés de puissants contreforts. L’influence versaillaise, sensible dans les élévations, est encore plus nette dans le décor architectural des passages et du cloître qui reprennent le rythme de la galerie des glaces : arcatures aveugles en plein cintre surmontées d’agrafes, cantonnées par des pilastres à chapiteaux toscans sur lesquels retombent les doubleaux des voûtes. Les salles des ailes est et sud sont couvertes de voûtes en berceau scandées par des doubleaux retombant sur de grosses consoles sculptées de feuillages. L’austérité actuelle de ces salles était tempérée par la présence de boiseries et de tableaux.

72Les travaux débutent le 29 avril 1700 par la destruction d’une partie des bâtiments situés à l’est. Ils sont interrompus en 1702 avec le départ du grand prieur. Ils reprennent en 1707 et sont menés activement. En 1710 l’aile orientale est hors d’eau, et de 1711 à 1714 on travaille à sa décoration intérieure. En 1711 on jette les fondations du réfectoire qui est couvert en 1715 et inauguré en 1720. Les travaux intérieurs se poursuivent jusqu’en 1725. Le chantier s’arrête alors par manque de ressources (AN, H54273 ; AN, LL 1223 ; BNF, ms. fr. 8599 : 135).

73Il reprend en 1737 (AN, LL 1223). Dom Castel souhaite mettre au goût du jour la façade occidentale et l’ouvrir vers la ville en supprimant la porte fortifiée de l’Abbaye et l’enceinte médiévale, qu’il veut remplacer par une grille (fig. 161). Il demande à l’architecte provincial Charles Bonhomme de modifier le projet de Robert de Cotte dans ce sens. Bonhomme propose d’agrémenter l’aile ouest d’un avant‑corps central à pans coupés ; Jacques Gabriel met au net ce dessin et le signe (fig. 153).

74Les travaux débutent en 1738. Ils sont conduits à l’économie, sans réelle surveillance, et en 1739 de graves désordres apparaissent dans les maçonneries. Gabriel entreprend quelques travaux de renforcement (AN, H53691), en particulier la suppression des colonnes du vestibule du premier étage qui portaient à faux sur celles du rez‑de‑chaussée (doc. 50), mais en 1741 le chantier est interrompu. Seule la partie sud de l’aile est élevée (fig. 156). En 1741, Nicolas‑Sébastien Adam sculpte le fronton du pavillon sud‑ouest. Cette œuvre pleine de mouvement apporte une note baroque à cette façade.

75Une dernière campagne de travaux –1752‑1754– permet l’achèvement de l’aile ouest, la réalisation de la galerie nord et la liaison avec l’église (fig. 157). C’est un certain Bayeux, architecte, qui conduira ces travaux (AN, H53691 ; AN, H54273).

76Le décor intérieur aussi a été mis au goût du jour : la coquille rocaille et la flore sont partout présentes, elles ornent le grand escalier ouest et le salon des Princes du Sang dans le pavillon sud‑ouest.

77Robert de Cotte prévoyait deux entrées pour l’abbaye : l’une par la porte de l’Abbaye, l’autre, pour les hôtes, devant le pavillon nord de l’aile ouest, où il avait dessiné une cour fermée dans l’esprit de celle qu’il réalisera plus tard à l’évêché de Verdun (fig. 141, 149). Le changement d’axe de la composition en 1737 impose la modification de ce projet et a donné lieu à de nombreuses propositions pour l’aménagement de la cour d’entrée.

FIG. 149 – « Plan géométral de l’abbaye royale de Saint‑Denis en France », vers 1700. AN, N II Seine 214 ; papier, encre, aquarelle ; 148 x 102 cm.

FIG. 149 – « Plan géométral de l’abbaye royale de Saint‑Denis en France », vers 1700. AN, N II Seine 214 ; papier, encre, aquarelle ; 148 x 102 cm.

C’est le troisième projet de Robert de Cotte pour le rez‑de‑chaussée. L’architecte dispose ses nouveaux bâtiments au sud de l’église, à l’emplacement des constructions médiévales. Son plan, clair et simple –bâtiments se développant autour d’un cloître avec deux ailes en retour au sud–, agrandit nettement l’emprise qu’avaient les anciennes constructions, dont de Cotte ne conserve que la porte de l’Abbaye, une partie de l’enceinte ouest, le pavillon du trésor et l’infirmerie coudée. La distribution intérieure est traditionnelle : à l’est la salle capitulaire réalisée sur un plan elliptique, le vestibule central et de grandes salles pour les cérémonies ; au sud le réfectoire ; à l’ouest l’hôtellerie ; au nord un passage vers l’église. Les ailes est et sud ainsi que le cloître sont voûtés. Le grand escalier du dortoir est placé dans le pavillon en hors œuvre sud‑est. Seules les ailes est et sud seront élevées d’après les plans de Robert de Cotte (fig. 153). Parmi les aménagements projetés aux abords de la construction, une galerie reliant les nouveaux bâtiments à l’ancienne infirmerie est également construite. [J.M.]

cl. P.M./ADSSD

FIG. 150 – Coupe transversale sur l’aile sud, projet du début du XVIIIe s. AN, H53691 ; papier, encre ; 20 x 27 cm.

FIG. 150 – Coupe transversale sur l’aile sud, projet du début du XVIIIe s. AN, H53691 ; papier, encre ; 20 x 27 cm.

La congrégation de Saint‑Maur prévoit l’abandon du dortoir commun et la création de cellules individuelles dont elle précise les dimensions. Aussi de Cotte distribue‑t‑il quatre‑vingt‑dix‑sept cellules au premier étage des ailes est et sud, disposées de part et d’autre d’un couloir central. Cette coupe transversale sur les dortoirs montre comment de Cotte se proposait de résoudre à la fois le problème de la hauteur des cellules et celui de l’éclairage du couloir central, qui prenait Jour uniquement par les fenêtres des extrémités sud et nord. Cette disposition ingénieuse impliquait l’existence de lucarnes, qui figurent sur le projet de l’aile sud (fig. 152b) mais qui ne furent jamais réalisées, puisque selon Gautier l’éclairage du couloir central se faisait par la partie supérieure des fenêtres qui dépassait le plafond des cellules (doc. 51). [J.M.]

FIG 151 – Vue des bâtiments depuis les jardins en 1838, par V. Daunay. MAHSD na 813 ; papier, aquarelle ; 17 x 12 cm.

FIG 151 – Vue des bâtiments depuis les jardins en 1838, par V. Daunay. MAHSD na 813 ; papier, aquarelle ; 17 x 12 cm.

cl. EJ./UASD

Figure 152 – Trois projets des élévations des nouveaux bâtiments ; agence J. Hardouin‑Mansart et R, de Cotte, vers 1700. BNF, Cabinet des Estampes, Va 93 t. 6 ; papier, encre, aquarelle.
a – Premier projet pour l’aile est ; 58 x 15 cm.
b – Deuxième projet pour l’aile sud ; 55 x 21 cm.
c – Elévation de l’aile sud du cloître ; 50 x 21 cm.

Figure 152 – Trois projets des élévations des nouveaux bâtiments ; agence J. Hardouin‑Mansart et R, de Cotte, vers 1700. BNF, Cabinet des Estampes, Va 93 t. 6 ; papier, encre, aquarelle. a – Premier projet pour l’aile est ; 58 x 15 cm. b – Deuxième projet pour l’aile sud ; 55 x 21 cm. c – Elévation de l’aile sud du cloître ; 50 x 21 cm.

a Cette façade, où dominent les lignes horizontales, est composée de trente et une travées. Elle est scandée par trois pavillons en léger ressaut ; dans l’exécution tous trois sont surmontés de frontons triangulaires. Son décor est réduit au minimum : de grandes arcades en plein cintre, rappelant celles d’un cloître, surmontées de tables à triglyphes au rez‑de‑chaussée, et des fenêtres légèrement surbaissées sans aucune ornementation au premier étage. Un haut toit la couronne. II est intéressant de noter que, dans sa partie sud, une baie du rez‑de‑chaussée sur deux est fausse (fig. 149) et que les fenêtres de la salle capitulaire au nord sont murées à mi‑hauteur afin d’y adosser des boiseries (doc. 51).
b Pour l’élévation de l’aile sud, on connaît trois projets. Tous présentent le même parti : un haut soubassement au‑dessus duquel s’ouvrent douze fenêtres rythmées par de puissants contreforts s’élevant du sol à l’allège des fenêtres de l’étage. La décoration de l’extrémité des ailes en retour varie d’un projet à l’autre, très sobre ou plus ornée. Cette façade, où dominent les lignes verticales, contraste avec les façades est et ouest. La réalisation diffère légèrement de ces projets : le soubassement a été réduit à un simple mur bahut et les contreforts, qui s’incurvent en consoles, sont surmontés de pots à feux ; les pavillons du bout du dortoir et de l’aile ouest sont percés d’une fenêtre au rez‑de‑chaussée et les tables de pierre de l’étage sont remplacées par des fenêtres ; enfin, les consoles Jumelées soutenant les balcons ont disparu.
c L’architecte a adopté le principe du cloître classique, composé d’arcades en plein cintre séparées par des contreforts et surmonté d’un toit à une pente dissimulé derrière une balustrade. Au‑dessus, les étages sont en retrait par rapport aux galeries. Ce dessin montre aussi les coupes sur les ailes ouest et est. A l’ouest on remarque l’entresol et à l’est les grandes salles voûtées et le décor de leur portes. [J.M.]

© cl. BNF, Paris

FIG.  153 – Projets pour l’achèvement des travaux de reconstruction signés par Jacques Gabriel le 20 juillet 1737. AN, N II Seine 215 ; encre, papier, aquarelle ; 127 x 94 cm chacun.

FIG.  153 – Projets pour l’achèvement des travaux de reconstruction signés par Jacques Gabriel le 20 juillet 1737. AN, N II Seine 215 ; encre, papier, aquarelle ; 127 x 94 cm chacun.

a Ce projet présente le rez‑de‑chaussée de l’abbaye avec, en noir, les ailes est et sud élevées par de Cotte, et en gris les ailes ouest et nord à édifier. En 1737, dom Castel s’adresse à Charles Bonhomme pour modifier le plan de l’aile ouest selon ses souhaits. Il demande ensuite à Gabriel d’approuver ce projet et de le mettre en grand. Le plan de Robert de Cotte est mis au goût du jour par l’adjonction d’un pavillon central à pans coupés qui devient le centre de la composition. II se trouve dans l’axe de la galerie sud du cloître et fait pendant au vestibule est. Ce changement de parti entraîne des modifications dans la distribution intérieure. Le pavillon sud abrite sur toute la hauteur du rez‑de‑chaussée et de l’entresol la salle des Princes de Sang. Ce projet subira quelques modifications lors de sa réalisation. Le grand escalier tournant sera rejeté dans l’angle nord (fig. 157a) et le petit escalier droit remplacé par un second escalier tournant (fig. 156). Seule la partie sud de cette aile est réalisée en 1741.
b Ce plan présente l’ensemble du premier étage. Les ailes est et sud élevées par de Cotte sont occupées par les dortoirs, un chauffoir et les latrines. On notera l’ampleur de l’escalier du dortoir qui, à la charnière des ailes est et sud, occupe l’espace du pavillon hors œuvre, l’autre pavillon étant occupé par une salle de classe. L’aile ouest reste à élever. Le vestibule haut, ou salle des Grands Hommes et des Puissances, occupe toute la largeur de cette aile. Il est scandé de colonnes jumelées. Ces colonnes, qui portaient à faux sur le vestibule du rez‑de‑chaussée, ont été supprimées entre 1739 et 1741. Au sud de cette aile, l’architecte reprend le plan de R. de Cotte (Mariette, Hautecœur 1927) et y place la bibliothèque précédée d’un vestibule oblong terminé par deux hémicycles. Au nord, il dispose des chambres donnant vers la ville. Cette distribution sera modifiée lors de la réalisation. La bibliothèque sera remplacée par des chambres desservies par un couloir central et, dans la partie nord, on disposera des chambres du côté de la ville et une bibliothèque, aux dimensions réduites, du côté du cloître (fig. 157b). [J.M.]

cl. P.M./ADSSD

FIG. 154 – « Plan des héritages sels au mldy du nouveau bâtiment de l’abbaye de Saint‑Denis », milieu du XVIIIe s. AN, S 2248 ; papier, encre, aquarelle ; 74 x 48 cm.

FIG. 154 – « Plan des héritages sels au mldy du nouveau bâtiment de l’abbaye de Saint‑Denis », milieu du XVIIIe s. AN, S 2248 ; papier, encre, aquarelle ; 74 x 48 cm.

L’extension des jardins et la reconstruction des bâtiments conventuels nécessitèrent l’acquisition des terrains se trouvant au sud de la rue de Saint‑Jacques‑de‑Vauboulon ; à l’est (à gauche), l’église, le cimetière et la ferme de Vauboulon furent acquis en 1651 ; à l’ouest (à droite), le cimetière de l’Hôtel‑Dieu fut déplacé.

cl. P.M./ADSSD

FIG. 155 – Projet de plan et d’élévation de la nouvelle infirmerie, mars 1724, signé par dom Denys de Sainte‑Marthe, grand prieur de l’abbaye. BNF, Cabinet des Estampes, Va 438 ; papier, encre, aquarelle ; 82 x 43 cm.

FIG. 155 – Projet de plan et d’élévation de la nouvelle infirmerie, mars 1724, signé par dom Denys de Sainte‑Marthe, grand prieur de l’abbaye. BNF, Cabinet des Estampes, Va 438 ; papier, encre, aquarelle ; 82 x 43 cm.

L’infirmerie est située dans le jardin, perpendiculairement à l’aile est. On y accède soit par une galerie qui prolonge l’aile nord du cloître, soit par son pavillon central. Elle se compose d’un étage surmonté de combles et devait contenir vingt‑huit chambres desservies par un long couloir situé à l’arrière du bâtiment. Cette disposition permet à toutes les chambres d’être situées au sud. Les travaux sont menés de 1724 à 1728, mais le bâtiment réalisé se raccorde directement au pavillon nord et sa longueur initiale est réduite jusqu’au pavillon central. A l’arrière du nouveau corps de bâtiment subsiste l’ancienne infirmerie et le logis du grand prieur. [J.M.]

© cl. BNF, Paris

FIG. 156 – Plan de l’entresol de l’aile ouest vers 1739. AN, N II Seine 215 ; papier, encre, aquarelle ; 129 x 37 cm.

FIG. 156 – Plan de l’entresol de l’aile ouest vers 1739. AN, N II Seine 215 ; papier, encre, aquarelle ; 129 x 37 cm.

Dès l’origine, de Cotte prévoit dans cette aile un entresol. Commencés en 1738, les travaux s’interrompent l’année suivante en raison de malfaçons (doc. 50). Ce plan montre l’état d’avancement de la construction vers 1739. En gris, Gabriel indique les modifications à apporter au projet initial (fig. 153) et les colonnes du vestibule à reprendre en sous‑œuvre.

cl. P.M./ADSSD

Figure 157 – Plans du rez‑de‑chaussée et de l’étage des ailes ouest et nord en 1752. AN, N II Seine 215 ; papier, encre, aquarelle ; 99 x 66 cm chacun.

Figure 157 – Plans du rez‑de‑chaussée et de l’étage des ailes ouest et nord en 1752. AN, N II Seine 215 ; papier, encre, aquarelle ; 99 x 66 cm chacun.

Ce n’est qu’en 1752 que René Laneau, supérieur général de la congrégation de Saint‑Maur, approuve ces deux plans qui permettront d’achever le bâtiment. Il faut signaler, au rez‑de‑chaussée, le cloître double de l’aile ouest et les deux escaliers tournants : le premier mène à l’étage de l’hôtellerie, le second, placé au milieu de l’aile nord, dessert le chœur de l’église et la galerie établie sur le cloître qui reliait le dortoir à l’hôtellerie. La rotonde projetée par Robert de Cotte, entre le cloître et le portail sud de l’église (fig. 149), est remplacée par une simple galerie droite occupée à l’étage par l’appartement du suisse.

cl. P.M./ADSSD

FIG.  158 – Projet du nouveau chartrier à aménager dans l’entresol de l’aile ouest au‑dessous des chambres de l’hôtellerie, vers 1778‑1779 (?). AN, H5 4273 ; papier, crayon, encre ; 43 x 28 cm.

FIG.  158 – Projet du nouveau chartrier à aménager dans l’entresol de l’aile ouest au‑dessous des chambres de l’hôtellerie, vers 1778‑1779 (?). AN, H5 4273 ; papier, crayon, encre ; 43 x 28 cm.

L’histoire du chartrier de Saint‑Denis reste mal connue. L’important dépôt était divisé en un grand et un petit chartrier ; les documents y étaient rangés sur des tablettes ou dans des armoires (Atsma 1982). À la fin du XVIIIe s., les archives étaient conservées dans le logis du trésorier (cf. supra § 3.1.3). Vers 1778, le chartrier fut transféré dans l’entresol du nouveau bâtiment.

cl. P.M./ADSSD

FIF. 159 – La maison d’éducation de la Légion d’honneur par Justin Ouvrié en 1871. Musée de l’Île‑de‑France à Sceaux, no inv. 37.2.80 ; papier, crayon ; 26 x 21 cm.

FIF. 159 – La maison d’éducation de la Légion d’honneur par Justin Ouvrié en 1871. Musée de l’Île‑de‑France à Sceaux, no inv. 37.2.80 ; papier, crayon ; 26 x 21 cm.

Les chambres chauffées de l’hôtellerie qu’abritait cette aile expliquent la présence des nombreuses cheminées.

cl. Musée de l’Île‑de‑France

FIG. 160 – L’abbatlale de Saint‑Denis et la maison d’éducation de la Légion d’honneur, par Clé[ment] Aline en 1840. Musée de l’Île‑de‑France à Sceaux, no inv. 73.28.1 ; huile sur toile ; 81 x 100 cm.

FIG. 160 – L’abbatlale de Saint‑Denis et la maison d’éducation de la Légion d’honneur, par Clé[ment] Aline en 1840. Musée de l’Île‑de‑France à Sceaux, no inv. 73.28.1 ; huile sur toile ; 81 x 100 cm.

Depuis 1810, les bâtiments de l’ancienne abbaye sont affectés par Napoléon Ier à l’ordre de la Légion d’honneur pour y établir la « Maison Impériale » qui pourvoit à l’éducation des filles de ses compagnons d’armes (Le Moël 1980).

cl. Musée de l’Île‑de‑France

78En 1738, Gabriel propose trois projets schématiques qui ne sont pas retenus (fig. 161). Ce n’est qu’en 1774 (AN, 01 1904) que le prieur dom Boudier décide d’achever l’abbaye et demande à trois architectes, Samson‑Nicolas Lenoir, François Franque et Charles de Wailly, de dresser des projets pour la nouvelle cour d’entrée. Dom Boudier souhaite que le comte d’Angivillier, surintendant des Bâtiments du roi, examine ces propositions. Celui‑ci se rend à Saint‑Denis en avril 1776, accompagné de Watelet, Pierre et Soufflot, membres de l’Académie d’architecture, pour examiner les lieux (AN, 01 1904). Leur choix se porte sur un des projets de Franque. Mais le grand prieur ne suit pas cet avis, prétextant le coût trop élevé de ce projet. Ce sera finalement l’un des projets de Wailly qui sera retenu (fig. 163).

FIG. 161 – Troisième projet pour la cour d’entrée paraphé par Gabriel, 1737. AN, S 2248 ; papier, rabat, encre, aquarelle ; 45 x 36 cm.

FIG. 161 – Troisième projet pour la cour d’entrée paraphé par Gabriel, 1737. AN, S 2248 ; papier, rabat, encre, aquarelle ; 45 x 36 cm.

Trois projets, paraphés par Gabriel en 1737, accompagnent un procès verbal d’estimation établi par cet architecte pour l’acquisition de maisons situées à l’emplacement de la future cour d’entrée ouest et pour permettre l’élargissement de la petite rue de l’Abbaye qui conduit au couvent (doc. 91). Ce projet schématique prévoit une vaste cour, fermée par un hémicycle, qui s’étale devant l’ensemble de l’aile ouest. Deux allées s’y coupent à angle droit déterminant des parterres de gazon. L’allée est‑ouest s’évase en une patte d’oie. Cette disposition est une tentative de l’architecte pour axer le pavillon central ouest et la rue de l’Abbaye qui, bien qu’élargie, arrive toujours en biais devant le couvent, gênée par les bâtiments de l’Hôtel‑Dieu. Cette cour devait être fermée par des grilles laissant apparaître l’aile ouest. Ces dernières, dont la transparence est jugée peu conforme à la règle, sont vivement critiquées par une partie de la communauté. Les travaux de l’aile ouest ayant été interrompus en 1741, les projets de Gabriel sont abandonnés. [J.M.]

cl. P.M./ ADSSD

FIG. 162 – Projet pour la cour d’entrée par dom Pauchet, avril 1775. BNF, Cabinet des Estampes, Va 438 ; papier, encre, aquarelle ; 102 x 65 cm.

FIG. 162 – Projet pour la cour d’entrée par dom Pauchet, avril 1775. BNF, Cabinet des Estampes, Va 438 ; papier, encre, aquarelle ; 102 x 65 cm.

Ce projet de dom Pauchet, doyen du monastère, a été identifié grâce à un texte conservé aux Archives nationales (AN, H53691). Il reprend, dans ses grandes lignes, le troisième projet de Franque conservé dans le même album, une vaste cour se développant devant la façade ouest fermée par un bâtiment se creusant en demi‑cercle prolongé de part et d’autre par des communs. Cette cour, plus étroite que celle prévue par Gabriel et Franque, permet l’aménagement d’une place devant l’entrée de l’abbaye résolvant ainsi, en partie, le problème posé par l’arrivée en biais de la rue de l’Abbaye. Ce plan, qui a la préférence d’une grande partie des religieux car « il ne laisse aucune place vacante », est critiqué par d’autres qui lui reprochent de trop rétrécir la cour, la lourdeur des deux pavillons carrés à l’extrémité de l’hémicycle, les grilles qui les relient à l’aile ouest, et des erreurs de distribution dans les communs. Ce projet ne sera pas réalisé. Les architectes ont utilisé un fond de plan qui correspond à un levé succinct de la masse des bâtiments qui subsistent : la porte de l’Abbaye et l’abreuvoir devant celle‑ci. Au sud de l’église abbatiale, à l’emplacement du logis du trésorier, subsiste un vestige pouvant correspondre à l’ancienne chapelle Saint‑Cucuphas. [J.M.]

© cl. BNF, Paris

FIG. 163 – Élévation du portail d’entrée par Charles de Wailly en 1782. AN, N III Seine 167 ; papier, encre, aquarelle ; 58 x 42 cm.

FIG. 163 – Élévation du portail d’entrée par Charles de Wailly en 1782. AN, N III Seine 167 ; papier, encre, aquarelle ; 58 x 42 cm.

Les Archives nationales conservent six projets de Wailly pour l’aménagement de la cour d’entrée. Ces plans étaient annexés à un procès‑verbal de visite du 14 août 1782 dressé par un greffier des Bâtiments du roi à la suite d’un procès entre les héritiers du surveillant des travaux et les religieux (AN, Z1j1090). Ce projet présente le plan et l’élévation du portail d’entrée et des deux pavillons qui l’encadrent. L’un sert de parloir et l’autre de logement pour le suisse. Ce projet reprend le thème de l’arc triomphal à une arche, débarrassé ici des ornements tels que colonnes et frontons. C’est un simple parallélépipède de maçonnerie de refends dont le seul ornement est la sculpture qui s’inscrit dans l’ébrasement concave de la porte. Les bâtiments de la cour d’entrée ont été élevés d’après les projets de Wallly. La réalisation tempérera le néoclassicisme très affirmé de ce projet en l’agrémentant d’une arcade sommée d’une agrafe et de sculptures dans les écoinçons. [J.M.]

cl. P.M./ ADSSD

FIG. 164 – Portail d'entrée de la maison d'éducation de la Légion d'honneur, par V. Daunay, vers 1840. MAHSD ; papier, encre, lavis ; 8 x 10 cm.

FIG. 164 – Portail d'entrée de la maison d'éducation de la Légion d'honneur, par V. Daunay, vers 1840. MAHSD ; papier, encre, lavis ; 8 x 10 cm.

cl. EJ.jUASD

FIG. 165 – « Plan de l’abbaye de Saint‑Denis en 1740. » BNF, Cabinet des Estampes, Va 438 ; papier, encre, aquarelle ; 127 x 100 cm

FIG. 165 – « Plan de l’abbaye de Saint‑Denis en 1740. » BNF, Cabinet des Estampes, Va 438 ; papier, encre, aquarelle ; 127 x 100 cm

Ce plan situe l’implantation des bâtiments et des parterres de broderies qui s’étendent devant l’aile est. Au‑delà du parterre ordonnancé et des deux grandes allées est‑ouest et nord‑sud, le long des anciens fossés de la ville, s’étend la Couture plantée de vergers. Au sud subsistent encore les bâtiments de l’ancienne ferme de Vauboulon. Il faut noter qu’à la date indiquée par le document, la partie nord de l’aile ouest et la galerie nord du cloître ne sont pas encore construites. [J.M., M.W.]

© cl. BNF, Paris

FIG. 166 – Vue optique de la façade est et des jardins, fin du XVIIIe s. MAHSD ; bois gravé rehaussé de couleur ; 40 x 24 cm.

FIG. 166 – Vue optique de la façade est et des jardins, fin du XVIIIe s. MAHSD ; bois gravé rehaussé de couleur ; 40 x 24 cm.

cl. E.J./UASD

FIG. 167 – Plan des jardins de l’abbaye avec la Couture vers 1776. AN, N II Seine 216 ; papier, encre, aquarelle ; 79 x 79 cm.

FIG. 167 – Plan des jardins de l’abbaye avec la Couture vers 1776. AN, N II Seine 216 ; papier, encre, aquarelle ; 79 x 79 cm.

Au sud des bâtiments nouveaux se trouvait le potager et, à l’est, au‑delà du canal bordé d’une allée de pommiers, I’ » arrière‑jardin » planté de quinconces.

cl. P.M./ADSSD

79Les travaux débutent en 1778 par la destruction des anciens bâtiments (Gautier : 133). Le plan de Wailly se limite à deux ailes en fer à cheval, sans cours annexes, de part et d’autre d’un portail central en arc de triomphe. Les élévations des bâtiments sont une succession d’arcades en plein cintre et s’accordent parfaitement avec les façades dessinées par Robert de Cotte. La cour d’entrée est achevée en 1781. Ainsi, malgré quatre‑vingts ans de travaux, le décor de l’abbaye est d’une étonnante homogénéité.

80En 1790 l’abbaye devient un dépôt de farine et des moulins sont installés au rez‑de‑chaussée. En 1791 elle est occupée par les bureaux du district de Franciade (nom de Saint‑Denis sous la Révolution) et en 1795 transformée en hôpital militaire (fig. 168).

81C’est de cette époque que datent les plus importantes dégradations : suppression des cellules, disparition des ferronneries et des boiseries.

82Le bâtiment sera sauvé par la décision de Napoléon Ier d’y installer, en 1809, la seconde maison d’éducation de la Légion d’honneur. [J.M.]

Document 50
Lettre de Jacques Gabriel, architecte, à dom Castel, grand prieur, relative aux travaux de l’aile ouest des nouveaux bâtiments.
Depuis 1738, dom Castel a repris les travaux pour achever les nouveaux bâtiments. La première campagne concerne la partie sud de l’aile ouest, destinée à abriter la bibliothèque et le vestibule.
Les travaux progressent rapidement mais sont menés à l’économie, comme en témoigne cette lettre. De plus, d’importants désordres dans la maçonnerie du vestibule nécessitent la pose de tirants.
Source‑AN, H5 3691.

A Paris, le 8 juin 1740.
J’ay reçue mon très Réverend Père la lettre que vous m’avez fait l’honneur de m’écrire le 4 de ce mois, il estait assez inutil que vous en prissiez la peine après les décisions que vous et votre communautez avez faittes sans ma participation, je souhaitte que vous vous trouviez bien à l’avenir des conseils qui vous ont esté donnés, je connois le caractère de ceux que vous avez consultez, leur génie et leur but, vous en verrez les suittes je vous y attendre.
Il y a des deffauts dans l’exécution de vos bâtimens ; les grandes choses dont je suis chargé pour le service du Roy ne m’ont pas permis de les suivre personnellement et vous n’en devez imputer le mauvais succès qu’à l’empire que dom Labarre ’un de vos religieux, peut estre versé dans les choses qui concernent la régie de vos maisons mais peu intelligent en construction de grands édifices, s’est attribué, et que vous avez souffert avec trop de complaisance, ayant veu par moy meme votre adhérence dans des cas ou vous avez mieux aimé condescendre à ses avis que de prendre en main l’autorité pour suspendre des événemens que l’on pouvoit prévoir de crainte de luy déplaire, en un mot c’estoit luy qui décidoit en maître et non pas vous. Je vous ay plaint d’estre réduit à de pareilles condescendances indignes de votre caractère.
Je ne me suis aperceu de ces vices qu’à mon retour de Compiègne l’année dernière, Jusqu’à ce tems j’avois peu esté au bâtiment, Je me confiois entièrement à ceux qui en prenoient le soin qui ont eu l’imprudence de se voir contrarier dans des choses qu’ils proposoient pour le bien, même que l’on donnoit des ordres contraires à des ouvriers sans en rien dire.
Vous l’avez veu mon très Réverend Père dans la deffense qui fust faitte aux seruriers qui vous servent de faire travailler à des tirans de fer que j’avois demandé sur les voûtes du vestibule et sur celles de dessous de la bibliothèque dont l’inexécution a causé la plus grande partie des désordres arrrivez, et dans les bois employez aux charpentes trop foibles de mauvaise qualité et incapables par les assemblages de retenir les poussées que l’on m’a soutenu en face estre bien tels qu’il falloit.

  • 57 Denis Jossenay (1739‑1748), élève de Robert de Cotte, membre de l’Académie.

Je ne vous parle pas des fondations que vous avez fait faire avant qu’il y eust un devis des constructions déterminé, par votre premier maçon que vous avez Joint depuis à Rondel qui n’a esté conduit que par celuy qui dominoit sur les ouvrages, dans lesquelles fondations on n’a pas observé les épaisseurs des murs marquées par les plans ny d’empatemens suffisants, d’ailleurs construittes de mauvais mathéreaux de démolition la plus partie de pierre tendre et de mauvaise qualité, j’avoue que ceux qui ont fait ériger dessus ont eu un grand tort en diminuant la force des murs supérieurs pour n’estre pas obligé de démolir et refaire ces fondations afin d’en réparer les déffaults.
II y a plus, mon très reverend Père la suppression indiscrette d’un des articles du devis que j’avois réglé pour vos constructions nouvelles, par lequel j’avois marqué la manière de poser les pierres dans les murs sur des calles, et de les ficher en mortier [dans la marge : que l’on a rayé pour les metre posées à bain de mortier] comme il se pratique dans les maçonneries de moillon, ce qui a causé les ruptures et éclats à ces pierres qui ont paru depuis leur employ.
J’ajouteray encore que la sordide œconomie que l’on a voulu employer dans de pareilles constructions, a fait trouver à l’entrepreneur mis de votre part pour plaire au père qui le protégeoit, les moyens de sçier en diagonal les quartiers de pierres quarrez qui devoient entrer entiers dans le corps des murs pour en faire deux pierres de parement avec trois pouces de joints quarrez seulement, par ou il faisoit sa cour en montrant une épargne de moitié dans la consommation de la pierre, c’est ce que J’ay veu à la dernière visite que J’ay fait, et je blamayfort M. Jossenay57 de l’avoir souffert, on me dit qu’on l’ordonnoit ainsy à l’ouvrier, et Je soutiens que ces deux vices de la pose à bain de mortier dans des facades decorées, et cet indigne apareil des pierres ont le plus causez les mauvais effets qui sont arrivez.
Quant à M. Jossenay il a de la réputation dans Paris, il a esté choisy professeur de notre Accadémie royalle pour montrer aux élèves les règles de l’art, et a esté vingt ans auprès de M. de Cotte Premier architecte avant moy à conduire la plus grande partie des beaux édifices qu’il a faits, je ne le pouvois soupçonner d’une mauvaise régie, ma bonne opinion ne me le fais pas aprouver d’avantage dans sa conduitte, et quelques raisons qu’il m’ait aporté pour se justiffier sur la contrainte où il a esté et sur touttes les oppositions qu’il a trouvé, je n’en ay reçeu aucune, et luy ay déclaré plusieurs fois qu’il n’avoit qu’a m’en avertir, que j’aurois bien sceu y donner ordre, même avoir des ordres supérieurs de laisser construire ces bâtimens que Je regarde comme royeaux, dans leur régularité, il devoit même comme Je luy ay dit s’en retirer, et les abandonner plutost que de condescendre à des choses qui en altéraient la bonne exécution. Pour Rondel Je ne le protège comme tous ceux de son espèce qu’autant qu’ils satisfont à leur devoir, si on ne l’avoit pas forcé à prendre un associé tel qu’on luy a donné qui avoit la confiance de celuy qui voulloit prendre surtout, il se serait peut estre apliqué plus qu’il n’a fait.
Je n’ay pas veu vos bâtimens depuis la Toussaint (...), on m’a assuré qu’il n’avoient fait aucun effet depuis ce tems malgré la rigueur de l’hiver, j’y avois indiqué des remèdes convenables à l’état où je les avois trouvé.
J’observeray que j’ay veu le bout de l’aisle du château de Versailles qui regarde l’orangerie qui est un des [plus] beaux morceaux d’architecture qu’il y ait, avec de bien plus grands désordres que les vôtres, causez par une serre que l’on avoit pratiqué imprudement trop près de la fondation, il n’a rien fallu démolir, on y a remédié par des rengrais adjoutez dans le bas, et on a repris toutte les fractions survenues aux murs et façades, elle a esté rétablie et, je soutiens, dans sa perfection.

Au reste mon très Révérend Père faittes ce que vous jugerez à propos, je m’étois porté d’inclination et par un zèle naturel pour les grandes choses à y prendre part, J’ay cru avoir fait des dispositions capables de faire un monument mémorable pour l’avenir, je n’ay rien négligé de ce qui pouvoit regarder vos intérests, vous le savez Je ne vous en répètte pas les différents objets, mais je ne veux plus entendre parler de rien là dessus, on m’a marqué trop peu de considération dans cette conjoncture, et on a eu trop peu d’égards au choix qu’il a plus au Roy de faire de moy pour remplir la place dont Sa Majesté m’a honoré, Je verray tranquillement l’effet de touttes ces belles décisions sans m’en embarasser davantage et sans cesser de conserver toujours pour vous la respectueuse vénération avec laquelle j’ay l’honneur d’estre, mon très Révérend Père, votre très humble et très obéissant serviteur. GABRIEL

83.

Document 51
Description de l’abbaye du xviiie s. par F.‑A. Gautier.

Le manuscrit de F.‑A. Gautier contient huit pages d’une description très détaillée de la maison conventuelle, que l’auteur avait rédigée de mémoire en 1808. Des notices supplémentaires, éparpillées au fil de l’ouvrage, font état d’un certain nombre de réaménagements de la disposition intérieure.
Source – Gautier.

[p. 95] (…) D’abord, cette maison, qu’on peut appeler Royale, se présente de toutes les faces avec grâce et noblesse, et annonce la grandeur de ces fondateurs. Elle est bâtie entièrement de pierres de taille. Les murs à certains endroits ont environ cinq à six pieds d’épaisseur ; elle a coûté, dit‑on, six millions : ce qui gréva l’abbaye de trente mille livres de rente par les emprunts qu’elle fit pour l’entier achèvement de ce majestueux et vaste bâtiment. Ce bâtiment vu en général et pris en vue d’oiseau représente la lettre H, dont il a la forme. Il a trois façades, dont celle de l’entrée est très belle et très étendue. Je suppose qu’on soit dans la cour lorsqu’on a passé la première porte, et lorsqu’on est placé au perron du vestibule de l’entrée du grand bâtiment, et qu’on se retourne en regardant la première porte d’entrée, l’on voit le beau coup d’œil de cette cour régulière et de forme circulaire, construite toute en pierres de taille de petit bâtimens bas et d’un seul étage, lesquels accompagnent la porte d’entrée et ressemble à différentes portes des grands et beaux hôtels de Paris, cette porte est ceintrée. Deux petites portes sont aux côtés. Les petits bâtiments de cette cour, à droite en entrant, servoient pour les écuries, l’autre à gauche n’étoit presque pas habité, si ce n’est un pavillon du côté de l’église ou était une salle de billard, et un en entrant à gauche

[p. 96] qui servoit pour le logement du suisse de la porte ainsi que les petits garçons qui étaient avec lui demeurant pour faire les commissions et avertir les religieux lorsqu’on les demandoient et pour conduir les personnes chez eux lors qu’elles le désiroient. Le père Kunick [König] suisse de la porte à l’époque de la construction de cette entrée, n’y est entré à demeure que le lundi 22 novembre 1779, mais il ne commença à y coucher que la nuit du mercredi onze au jeudi douze avril 1781, temps où furent disposés les petits cabinets qui furent pratiqués dans le susdit pavillon d’entrée à gauche pour y loger le suisse et les petits commissionnaires attachés à la maison. Ils occupèrent dans l’intervalle les chambres qu’ils avoient dans la maison du temps de l’ancienne entrée.
Le vestibule d’entrée du grand bâtiment est très grand et très beau ; il est orné de colonnes et de sculpture avec divers ornemens au plafond. Au‑dessus de ce vestibule dont le faîte de la couverture se termine en espèce de petit dôme de forme octogone était une couronne royale fermée, en fer, ce qui faisoit un bel ornement. Le susdit vestibule est aussi de forme octogone. Au milieu de chacun des quatre pavillons des petits bâtimens neufs de la nouvelle entrée, étaient une fleur de lys en tôle, lesquelles fleurs de lys étaient quadruples, et pouvoient se distinguer entièrement en tous sens de quel côté qu’on fut placé.
(...)
C’est à dom Malaret grand prieur alors de l’abbaye, qu’on est redevable de cette nouvelle entrée, qui fait un nouvel embellissement à la maison, et qui a été finie en totalité en l’année 1781.

[p. 98] Le cloître est parfaitement carré, et contient quatorze arcades dans chacun des quatre côtés, d’une largeur proportionnée à la hauteur de l’édifice. A chaque extrémité des allées du cloître, est un petit vestibule carré, où à chaque est un petit dôme qui termine chacun des sus dits côtés. L’un des côtés du cloître est double, c’est celui qui est du côté de la cour d’entrée et du même sens faisant face à la cuisine et qui conduit à l’église lorsqu’on y arrive par le vestibule d’entrée. Dans ce côté double du cloître étaient plusieurs logemens à rez de chaussée, entr’autres celui du dépositaire, qui anciennement était occupé par le cellérier.
Les dortoirs étaient d’un aspect important, ils étaient voûtés et bien éclairés. On avoit pratiqué au dessus de chaque cellule une arcade à jour qui produisoit de la clarté par le haut des croisées de chaque cellule. Le plafond des susdites cellules était séparé de chacune d’elle en dedans, mais en dessus les dits plafonds étaient de plein pied de l’un à l’autre, et formoient une gallerie dans chaque partie des dortoirs : de sorte qu’on auroit pu se promener en dessus des cellules en communiquant d’une chambre à l’autre des dortoirs, et de toute la longueur, hors à l’endroit où était la classe, côté de Paris et du potager, attendu qu’elle formoit le commencement d’une aile en retour, à droite, et qui formoit partie de l’hôtellerie côté du midi. Les croisées du dortoir, c’est à dire des cellules, paroissoient en dehors plus hautes et plus larges, parce qu’en dehors les croisées étaient vu dans leur entier, et qu’en dedans, le plafond des cellules était plus bas d’un tiers environ que la totalité réelle des dites croisées, ce qui faisoit une réserve pour éclairer les dortoirs d’une portion des croisées des susdites cellules. En dehors les susdites croisées paroissoient de trois carreaux de front de chaque côté, mais en dedans elles n’étoient que de deux. Un carreau de chaque côté dans toute la hauteur de chaque venteau de la croisée était placée sur la pierre en dehors, et ils n’étoient qu’apparent, de même plusieurs grandes croisées du chapitre et des salles qui donnoient sur le jardin n’étoient que figurés, elles étaient cependant réelles, mais appliquées sur la muraille pour faire symétrie. Dans le chapitre, les croisées ne paroissoient pas aussi hautes que du côté du jardin, par la raison que la boiserie du chapitre était d’une certaine hauteur, ce qui empêchoit que les sus dites croisées ne parussent avoir autant d’étendue qu’en dehors. Le vitrau du milieu du chapitre était peint, je crois que c’était un Christ, ou tout autre sujet du culte catholique. Les cellules étaient toutes parquetées en points d’Hongrie. Les chambres de l’hôtellerie étaient en grands carreaux pour le carrelage, et mises en couleur.

Toutes les chambres de l’hôtellerie, celles de l’infirmerie et les cellules étaient à doubles croisées avec de fort beaux carreaux, comme dans les appartemens bourgeois. Les doubles croisées des cellules, en dedans, étaient moins hautes et moins larges que celles du dehors, en apparence, par les raisons qui ont été déduites plus haut. Les croisées des salles de compagnie qui donnoient sur la cour d’entrée étaient doubles pareillement, hors que celles du dehors étaient dans le style des grandes croisées d’églises, Je veux dire en

[p. 99] petits carreaux de plomb d’un dessin agréable. Ils étaient en plomb en dehors pour que cela fut uniforme avec tous les autres vitrages des autres croisées du rez de chaussée des autres parties de la maison. En dedans des salles c’étaient de grands carreaux d’appartemens. Les croisées se fermant à l’espagnolettes. Nota, les doubles croisées de l’hôtellerie et celles de l’infirmerie étaient de même grandeur que celles du dehors, parce que les planchers étoient bien plus hauts que ceux des cellules du dortoir, et c’étoient des chambres à feu, elles étoient dans d’autres dimensions, elles étoient blanchies les unes et les autres, avec un chambranle en menuiserie à panneaux à hauteur d’appui, c’est un lambris que Je veux dire et non un chambranle. Toutes les portes étoient à panneaux et à moulures, tant celles des chambres que des cellules et toutes peintes. Il y avoit à chaque cellule un petit ovale ouvert, recouvert d’un petit carré mouvant, lequel se levoit avec le doigt, cette ouverture étoit pour jetter les lettres dans la cellule et pour voir ce qui se passoit dans les susdites cellules, surtout chez les Jeunes profès ou candidats. De certaines cellules avoient en dedans au niveau de l’ovale dont il vient d’être question, une espèce de boîte dont les bas étoit ouvert pour pouvoir laisser tomber dans leurs chambres où cellules, les lettres qu’on y portoit et en même temps pour empêcher les curieux de satisfaire leur curiosité. Il y avoit à chaque cellule, à la porte, en dehors un crochet de fer adapté au cadre ou chassis de la porte ; là, on trouvoit dans un sac le linge de chaque religieux pour être remis au blanchisseur, et l’on replaçoit le blanc à la place. De cette manière tout se faisoit régulièrement avec ordre et sans confusion.
Les chambres de l’hôtellerie où étoient logés les étrangers et les religieux de considération particulière ; les susdites chambres étoient dans toute la hauteur du bâtiment, alors les croisées n’étoient pas rompeuses, elles étoient en dedans ce qu’elles paroissoient être en dehors, et aussi à doubles chassis ; les dessus des portes étoient pleins, et n’étoient pas garnis d’arcades comme aux cellules des dortoirs, on y voyoit cependant très clair par une magnifique croisée ceintrée qui étoit à chaque extrémité de la maison dans chaque partie, laquelle tenoit toute la hauteur du bâtiment, elle étoit ceintrée et prenoit la forme de la voûte et régnoit jusqu’aux dalles de pierre ou carreaux du rez de chaussée de la gallerie de l’hôtellerie. A l’extrémité de la croisée étoit un vitrau plein en tôle peinte, dans lequel étoit fait un trou qui étoit le méridien où point de midi, et sur le carreau de la gallerie à un certain éloignement étoient des lignes tracées très proprement, avec ce signe 69 qui marquoit le midi. Ce méridien étoit placé à la grande croisée fesant face au potager, qui est effectivement le midi, ou côté de Paris. A la pareille croisée du dortoir, et qui faisoit symétrie avec celle ci en dehors, il y avoit un pareil méridien. Ces grandes croisées, tant dans l’hôtellerie que dans une partie des dortoirs, au nombre de quatre étoient toutes en fer et à panneaux vitrés en carreaux de plomb comme les croisées d’églises. Elles étoient aussi grandes. Toutes les croisées de l’hôtellerie ainsi que celles des cellules paraissent en dehors toutes uniformes et de même grandeur, malgré que celles des dortoirs ne le fussent pas.
L’architecte a fort bien raisonné son plan pour la décoration extérieure et la commodité intérieure, au moyen des arcades des dortoirs, en faisant les cellules plus petites pourqu’elles fussent moins froides l’hyver, et pour se ménager

[p. 100] le terrein, et tout cependant avoit un air de majesté, chaque chose étoit à sa place, en un mot c’étoit l’une des plus belles maisons religieuses qu’il y eut dit en France.
Aux quatre extrémités de l’hôtellerie et des dortoirs, sous les grandes croisées dont il vient d’être fait mention, étoient, et sont peut être encore placés, des balcons en fer richement travaillés, il suffisoit qu’on parlasse de fer dans cette maison pour que cela fut du grand beau, on excelloit sur tout dans cette partie, rien n’étoit mesquin. Au centre de ces balcons étoient les armes de l’abbaye. Les balcons du midi étoient en saillie et en dehors, et l’on pouvoit se placer là, comme sur une terrasse élevée vu que le palier était assez spacieux pour pouvoir y circuler en sortant de l’hôtellerie et du dortoir.
Là, les curieux amateurs Jouissoient d’un des plus beaux points de vue que puisse présenter la belle nature ; ce qui n’est pas sans mérite, de pouvoir réunir dans une maison aussi belle les agréments pittoresques à ceux de différens genres de diverses espèces. Un autre point de vue non moins beau étoit lorsqu’on se plaçoit à la croisée du dortoir du côté du levant, là vous jouissiez de la vue du jardin dans toute sa plénitude, d’abord, les deux superbes parterres étoient ce qui présentaient à vos premiers regards, ensuite les yeux plannoient dans de magnifiques campagnes très riantes, et l’œil se perdoit agréablement de tous côtés, autant qu’il étoit possible d’atteindre et de pénétrer. Les deux grandes croisées faisant face aux extrémités de celles qui viennent d’être désignées donnoient sur la cour de la menuiserie ou de la Magdeleine.
Les balcons n’étoient pas en dehors à ces deux croisées, l’un étoit au bout du dortoir sur la sudite cour, l’autre donnoit dans un escalier qui rendoit au petit passage de l’eglise près la salle du trésor. Il n’y avoit pas de paliers à ces deux grandes croisées, on ne circuloit pas au dehors, vu que d’un côté le balcon étoit en dedans, et de l’autre il figurait dans l’escalier et fermoit un petit palier intérieur. Ils étoient a raze en dedans et au pied de ces grands et magnifiques vitraux. Tous les ouvrages de serrurerie étoient d’un fini précieux : les rampes des escaliers, les grilles de tous côtés, même une petite grille basse qui étoit sans conséquence, elle étoit dans le cloître, côté qui mène à la cuisine, elle ouvroit le passage pour aller dans le petit Jardin ou préau du cloître près d’un puits qui est dans l’intérieur du sus dit préau, toutes étoient dignes de fixer l’attention des connoisseurs. Les balustres de la tribune de l’orgue étoient très beaux, ils avoient été dorés. L’hôtellerie contenoit toute une gallerie, dont les croisées donnoient, d’un côté, sur la cour d’entrée et régnoient dans toute la longueur du bâtiment, depuis l’église jusqu’au potager. Les autres croisées, du côté gauche, étant sensé venir par l’escalier qui est près de l’église et près le passage qui mène à la salle du trésor, donnoient partie sur le préau du cloître, et partie sur le gazon qui est derrière le réfectoire.
Le côté de l’hôtellerie qui étoit à gauche étant placé dans le vestibule d’en haut et regardant la cour d’entrée. Les chambres portoient des noms de saints en place de numéros, tels que St. Denis, St. Martin, St. Benoît et autres. La partie à droite, toujours étant sensé dans le vestibule, les chambres étoient indiquées par des numéros en chiffres romains,

[p. 101] Toutes les cellules du dortoir étoient aussi numérotées.
Tous les dortoirs ainsi que l’hôtellerie étoient d’une propreté à ravir ; ils étoient blanchis au blanc des carmes ou autres manières, mais qui satisfesoit l’oeil des spectateurs. La voûte de l’hôtellerie étoit à moulures de distance en distance ce qui formoit un ornement fort agréable.

L’hôtellerie et les dortoirs étoient carrelés dans les passages en carreaux de pierre de liais, et parfaitement réguliers, et d’une propreté des mieux soignée.
Au dessus du vestibule d’entrée en étoit un autre qui partageoit l’hôtellerie, lequel est très vaste, et faisoit un superbe salon, et carrelé de pierre de liais, et de pierre ou espèce de marbre, en petits carreaux bleus ou noirs, comme sont la plupart des salles à manger des grandes maisons, le tout de la plus grande propreté. Dans ce vestibule d’en haut, étaient différents bustes en terre cuite sur des piédestaux en bois, faits en forme de gaines, ornés de moulures et dessins à la grecque et vernis. Ces bustes représentoient divers grands hommes de l’Antiquité et autres, tels qu’Homère, Virgile... le pape Benoit…, dans ce vaste salon ou vestibule qui se trouvoit meublé d’une manière agréable et intéressante.
Les dortoirs contenoient environ deux cents chambres y comprises celles de l’hôtellerie, de l’infirmerie, et comprises celles qui pouvoient être situées dans les autres parties de la maison. Ceci n’est qu’un apperçu, n’étant pas possible de rendre un compte parfaitement exact de mémoire. Il eût été aisé de le faire, cependant, mais n’ayant plus l’occasion d’entrer dans cette maison comme cy devant, ma mémoire est mon seul guide dans cette description. D’ailleurs, il n’eut pas été possible de vérifier cette grande quantité de chambres et cellules depuis que tout fut dévasté : si j’eusse prévu tout ce qui devoit arriver, j’aurois pu faire cette description plus exacte étant apporté alors d’en faire la vérification.
Les dortoirs étaient voûtés sans moulures. Dans deux des principales salles de l’abbaye, celle qui précédoit le chapitre, à gauche du vestibule qui conduit au ardin, en entrant par le cloître, et celle qui précédoit le salon de Toulouze, à droite du sus dit vestibule du jardin, étaient dans chacune quatre cheminées, lesquelles n’étoient pas visibles ny apparentes, elles étaient recouvertes ou bouchées lorsqu’elles ne servoient pas d’un panneau en menuiserie qui répondoit au reste du lambri qui régnoit au tour de toutes les salles, et ayant l’air de faire suite au reste du décor. Le salon de Toulouze qui est au bout d’une de ses salles, à droite, était garni de deux cheminées également garanties de la vue. Dans le temps des pompes funèbres, des quantités d’ouvriers et ouvrières étaient occupés dans ces salles aux objets qui leur étaient relatifs, tel que l’assemblage des draps noirs, velours.
Les escaliers étaient au nombre de six, d’une magnificence peu commune, voici leur situation. Le grand escalier est placé au bout d’un côté du cloître répondant au vestibule d’entrée, à droite, près le vestibule du jardin. Un autre, à droite dans le passage qui se trouve après avoir passé le vestibule d’entrée. Le troisième, celui qui conduit au passage de l’église près la salle du trésor, le quatrième qui est placé au milieu du côté du cloître qui est près et du même sens de l’église qui conduit à la sacristie

[p. 102] dite d’en haut ou des vielles, et qui conduit au chevet de l’église, à droite, lequel escalier se continu jusqu’à la grande gallerie qui sépare l’hôtellerie du dortoir : l’hôtellerie à droite, le dortoir à gauche. Nota, ce quatrième escalier fut démoli pour fournir un emplacement convenable sans que le terrain fut pris dans l’église pour construire cette belle sacristie. Le cinquième escalier est situé au bout de ce même côté du cloître près de l’église, en tournant un peu à gauche, comme pour aller à l’infirmerie, et tout à l’entrée de ce passage, à droite, sous une petite arcade, près d’une porte qui communique au jardin, laquelle est au bout de ce côté du cloître, est un petit escalier qui rend au premier étage de l’infirmerie, et en le continuant, il vous conduit au bout du grand dortoir, au pié d’un grand vitrau terminant le dortoir, vis‑à‑vis la chambre commune, tout près du logement du père prieur. Le sixième escalier, est dans le corps de bâtiment de l’infirmerie, et est placé presqu’au bout d’un corridor au dessus de la cuisine grace. Tous ces escaliers sont garnis de superbes rampes en fer richement travaillées : ce qui annonce que dans cette maison on ne négligeoit rien pour avoir les choses les plus recherchées. La chaire du réfectoire était aussi en fer, et d’une belle forme et d’une belle exécution.
Il y avoient neuf ou dix salons ou salles. Savoir, le salon des Princes, celui de Toulouze ou de Penthièvre, salle du Dauphin, salle de Turenne, salle attenant et près le chapitre, une autre, contiguë au salon de Toulouze. Salle des Dames, salle de Henry quatre, une autre auprès, salle au caffé, les deux réfectoires, savoir, le grand et celui de l’infirmerie. Le grand réfectoire tient toute la longueur du côté du cloître qui est entre les deux vestibules, celui de l’entrée et celui du jardin.
A la suite des salles qui donnent sur la cour d’entrée, tout au fond, était celle d’un cabinet d’aisance, qui était très propre, pour ceux qu’on recevoit en salle, dans lequel était un petit tambour en belle menuiserie garni d’une porte vitrée avec un rideau de taffetas vert où était renfermé le siège curial. L’intérieur de ce petit cabinet étoit peint en fonds petit gris, rechampis de moulures bleues. Le siège peint en marbre, et son dessus de toute la longueur. Les petits ustensiles nécessaires aux dames n’étoient pas oubliés. On avoit le soin d’éviter qu’elles fussent embarrassées lorsque quelques nécessitées les obligeoient impérieusement de quitter la compagnie. Des tablettes étaient posées pour plus grande commodité. Les lieux d’aisance étoient pratiqués dans toute la maison, de manière à ce que les écoulemens fussent placés sur la rivière qui passoit dans le jardin : par cette précaution l’on évitoit de vuider les fosses et cela donnoit moins de mauvaise odeur : il y en avoient en six endroits de la maison.
La classe où étudioient les jeunes gens étoit la partie du dortoir qui donnoit sur le parterre du derrière le réfectoire et au dessus de la grande cuisine, entre une aile de l’hôtellerie et le grand escalier. Ce fut dans cette classe où se tinrent divers chapitres généraux qui eurent lieu à différentes époques, comme étant plus commode que la salle capitulaire nommé le chapitre, où l’on ne dessendoit que lors qu’il y avoit quelques choses à faire qui exigeasse un cérémonial. Un suisse étoit à la porte et ne laissoit entrer que les membres capitulans. La boiserie du chapitre étoit belle et riche, étant ornée de sculptures, annonçant des attributs de l’Eglise et de la Royauté, tel que la sainte couronne d’épines, le saint clou de Notre Seigneur

[p. 103] des bâtons royaux, des fleurs de lys, des mains de justice, etc., le tout d’une belle exécution.
Nota, au dessus des portes des chambres de l’hôtellerie étoit à chacune un petit panneau en menuiserie, à peu près d’un pied et demi carré, sur lesquels étoit au centre une espèce d’ovale en travers, sur lequel étoit écrit sur un fond d’azur le nom de chacun des saints que portoient les susdites chambres ; celles de l’aile donnant sur le potager seulement. Les autres chambres de l’hôtellerie donnant du côté de l’église, étoient également garnies d’un panneau de menuiserie ainsi que d’un ovale peint en azur, mais au lieu de noms de saints estaient des numéros en chiffres romains, lesquels étoient peints en rouge ainsi que les noms de saints de l’autre côté. Les numéros des chambres de l’infirmerie étoient peints en rouge sur les portes tout uniment.
Sur les portes des cellules des dortoirs les numéros étoient en chiffres romains, noirs, imprimés sur un petit cartonnet et cloués sur la porte. Au dessus de chaque cellule, était un grand ovale pour donner un air doux lorsqu’on ne vouloit pas avoir de vent par les croisées ; et lorsqu’on vouloit être clos chez soi, un petit volet quarré se fermoit avec un cordon, en dedans de la cellule, et bouchoit l’ovale carément en dedans, et en dehors il l’était ovalement. Les diverses parties de sculpture dans l’intérieur de la maison étoient coloriées d’une teinte de pierres plus jaune que n’étoit le reste du bâtiment, vu que le tout étoit d’un blanc de neige éblouissant. Il existe un vieux bâtiment qui est peut être du temps de l’abbé Suger et qu’on nommoit la vieille infirmerie, ce qui est certain, c’est qu’il est fort ancien, c’est tout ce qui est resté de l’ancienne maison. Pour faire place à la nouvelle, on fit abbattre les anciennes constructions, dont je viens de donner des détails assez circonstanciés. J’espère d’après cette description très exacte qu’on pourra avoir une idée de cette vaste et magnifique maison, il y a encore quelques petits articles qui n’ont pas été placés icy, ils auront leurs tours dans les circonstances qui les amèneront tout naturellement (...).

[p. 168] (…) A l’article du cloître dans la description que j’ai donné de la maison de l’abbaye, j’ay oublié de faire mention, que, dans chaque pilier de séparation, d’une arcade à l’autre, qu’un pilastre étoit formé en saillie et pris dans l’epaisseur du mur, c’est à dire du pilier, ainsi que sa base formant le piédestal à moulure de même que le haut de chaque pilastre qui avoit aussi une moulure, et formant une espèce de corniche dans tout le pourtour du cloître. J’ai oublié également à dire, que les arcades étoient répétées, c’est à dire figurées vis‑à‑vis l’une de l’autre sur la muraille du cloître opposée aux arcades ouvertes, ainsi que les mêmes pilastres et leurs bases, ce qui faisoit une symétrie agréable à voir. Ces arcades figurées étaient saillantes, et elles paroissoient prises dans l’épaisseur du mur, et faisoient bon effet, ce qui formoit comme la répétition d’un double cloître dans les trois autres côtés. (…) J’ajoute que ce cloître étoit voûté partout et de distance en distance, par exemple d’une arcade à l’autre, des parties de cette voûte étoient saillantes. Les dortoirs ainsi que l’hôtellerie étoient également voûtés. Point de moulure à la voûte des dortoirs.

[p. 61] Au mois de juin ou de juillet 1770 j’ai occupé une chambre à l’hôtellerie de l’abbaye qui étoit le canton de la maison où il y avoient des chambres à cheminées, les susdites chambres étoient très propres, c’étoit là où étoient les étrangers qu’on recevoit avec distinction, il y avoient mêmes des chambres en lits de damas de diverses couleurs pour recevoir dans l’occasion les gens de la haute volée, quelquesfois des princes y furent logés, des archevêques, évêques etc. La chambre que j’ai occupé étoit au numéro quatre, les croisées donnoient sur la cour d’entrée dans le côté qui étoit près l’église.
Ce fut à l’occasion du rétablissement des soufflets que j’eus cette chambre momentanément, vu que ma chambre près de l’orgue étoit occupée par les facteurs d’orgue, laquelle leur servit d’atelier pour leurs opérations. J’ai cessé d’occuper cette chambre le 28 avril 1771. Dans quelques autres circonstances j’ai encore occupé une chambre à l’hôtellerie, ainsi qu’à la vieille infirmerie, bâtiment du temps de l’abbé Suger, et peut être encore plus ancien, 1150.

[p. 94] (…) dans le cours de cette année, vers le mois d’août, toujours en 1776, a été rétabli le canal du jardin de l’abbaye, et l’eau y fut remise dans le même mois par les soins de dom Dambry l’aîné, vu qu’ils étaient deux frères religieux bénédictins. Dom Dambry l’aîné était alors dépositaire. Ledit canal avoit été supprimé du temps de dom Cresson qui avoit été aussi dépositaire, pendant vingt ans, lequel avoit mis ce canal en rapport. Mais un canal était mieux dans une maison comme celle là, ce qui faisoit un embellissement au jardin, et d’ailleurs on y conservoit du poisson, ce qui était très nécessaire pour l’usage de la maison. Il y avoit près du petit pont de bois dans la cour de la Magdeleine canton de l’infirmerie, un endroit qu’on nommoit le banneton, où était mis en réserve le poisson. Ce banneton était des espèces de boîtes à jour bien fermées, lesquelles étaient construites, c’est à dire, placées sur la petite rivière qui passe dans le jardin, et là on trouvoit à chaque instant le poisson nécessaire pour la consommation de la maison en fait de poisson d’eau douce, vu que l’usage des bénédictins réguliers était de faire maigre toute l’année... Cette année, ou peut être celles d’avant ou d’après, n’importe, on fit dans l’arrière jardin qui était très étendu, dans la partie droite, côté d’Aubervilliers dit Notre‑Dame des Vertus, une nouvelle plantation dans un terrein en friche en forme de quinconce dans le goût des Champs Elysées, à Paris, ce qui produisit une promenade champêtre très agréable. On construisit des petits ponts de bois peints en rouge aux différens endroits de la petite rivière qui circule dans plusieurs parties du jardin. Le susdit jardin contenoit cent arpens, y compris l’église et les bâtimens de la maison conventuelle. Ce fut à dom Dambry qu’on était redevable de ces nouveaux embellissements.
Une partie du jardin était en fruits et en fleurs de toute espèce, et selon les saisons il y avoit un mur garni de pêchés très abondant. Le susdit mur était exposé au midi en plein, et pouvait être à peu près long comme la distance du pont Neuf à Paris, jusqu’au pont Nôtre‑Dame. Un autre renfermoient d’autres espèces de fruits, comme pommiers, cerisiers, poiriers et autres. Le Jardin paré consiste en tilleuls taillés de manière à ne pas offusquer la façade du bâtiment qui est d’un bel aspect ; lesquels tilleuls étant coupés très bas, procuroient toujours de l’ombre, vu que les branches s’ètendoient de droite et de gauche de chaque arbre et elles se réunissoient les unes aux autres dans le cours de chaque allée. Entre chaque arbre était un if, les

[p. 95]quels décoraient et embellisoient le jardin. Deux parterres magnifiques ornés de fleurs étoient au centre du jardin, dont le milieu était un large chemin sablé, au bout duquel était un pont de pierres de deux arches, sous lesquelles passoit le canal, précédé d’une grille de fer, et de là conduisoit à l’arrière jardin, où étoient, tant de face que des côtés plusieurs belles allées de tilleuls taillés comme ceux du premier jardin. Près de l’infirmerie était un petit jardin botanique où étoient cultivées par l’apothicaire de l’abbaye des plantes qui servent en médecine et dont il y avoit une certaine quantité et étiquetées. Au bout de ce jardin était un fort joli berceau en treillage, fait aux dépens du frère Antoine ancien apothicaire. Les rosiers, lilas et chèvre‑feuille entouraient le jardin de la pharmacie.

[p. 139] (…) Dans le cours du mois de mai 1783, on pratiqua dans le grand réfectoire de l’Abbaye une armoire pour serrer le linge de table du susdit réfectoire, dans une fausse porte qui faisoit le pendant et du même côté de la porte du réfectoire qui donne au pié du grand escalier.
Cette fausse porte ou nouvelle armoire était à côté de la table du père prieur, à sa gauche, côté des croisées. Cette armoire ne dérangeoit en rien la symétrie. II y avoit en face de la porte du réfectoire donnant dans le cloître, sous la dernière croisée, une petite cabanne pour le garçon de service du réfectoire, où il serroit divers ustensiles, tels que les chandeliers qui servoient le soir au réfectoire et autres objets. J’ai vu anciennement que ces chandeliers étaient en bois ou en fer, ensuite on introduisit l’usage de les avoir en cuivre. Les Religieux avoient anciennement des tasses d’étain pour boire, lesquelles restoient à leurs places ainsi que leurs serviettes et leurs couverts.
Depuis une quarantaine d’années on remplaça ces tasses par des gobelets de verre. On appeloit ces tasses d’étain, dans ces temps là, la calotte de saint Benoît. Les couverts des Religieux étaient en étain. II n’y avoit que lorsqu’on traitait en salle qu’on était servi en argenterie, de même au réfectoire lorsqu’on y recevoit des étrangers.
Cette cabanne du garçon du réfectoire était prise dans l’épaisseur du mur, et recouverte des lambris de la menuiserie qui régnoit au tour du réfectoire, de sorte qu’on ne s’appercevoit pas qu’il y eut là un cabinet lorsque la porte était fermée, vu qu’elle symétrisoit avec le décor de la menuiserie [dans la marge : seulement, il y avoient au plat fond de ce petit cabinet deux ouvertures en petits carrés treillagés en fer, ce qui donnoient de l’air à cette petite cabanne]. Non loin étaient le passoir de la dépense et celui de la cuisine. Vis‑à‑vis la dépense sous une grande croisée était un lave mains garni de six à sept robinets avec une grande cuvette en pierre, l’eau provenoit d’une pompe qui était près de la cuisine à côté de l’entrée de la dépense, et dont un homme était journellement occupé à fournir de l’eau à toutes les parties de la maison, ayant soin de tenir toujours les réservoirs pleins. Il y avoient des robinets dans certains lieux d’aisances, ceux qui étaient vis‑à‑vis la pendule du dortoir, sur le côté. Sous le réfectoire étoit une magnifique cave, beaucoup plus belle que celle des Bourbons, qui contenoit toute la longueur du susdit réfectoire, et partie de la dépense et de la cuisine, cette cave formoit un berceau comme les voûtes des églises, elle étoit longue comme l’un des côtés du cloître. Là, le dépensier pouvoit avec quelques amis discrets s’amuser à parcourir quelques volumes d’histoires de la plus haute antiquité (...). Les feuilles que nous parcourions étaient des extraits des volumes de Lunel…

[p. 140] de Chypre, de Malaga, de Porto, de Tokai, de Madère et autres bons auteurs à la mode, et qu’on goûtoit avec plaisir lors qu’on avoit mis le nez dans le verre, ou seulement dans la petite coquille d’argent. (...) La grande cuisine passoit pour être l’une des plus belles qu’il y eut, même chez le roi elles n’étoient pas aussi belles à ce qu’il me fut dit.

[p. 147] Dans le cours du mois de mars 1784 fut construit un très beau bureau en bas, dont l’entrée principale étoit à droite dessous le vestibule d’entrée de la maison, en face la salle dite des Dames, il y avoit une autre entrée du susdit bureau dans le corridor qui se trouvoit à droite en sortant du vestibule, et qui conduisoit droit à la salle des Princes et autres. Le susdit bureau fut pour dom Boniface cellérier de l’abbaye, qui avoit cy devant son bureau à l’entre sol donnant sur la cour d’entrée, côté du potager.
L’emplacement du nouveau bureau servoit avant de salle ou mangeoient les domestiques et qu’on nommoit la Mal Gouverne.
Le premier quartier qui me fut payé dans le nouveau bureau fut le dimanche dix huit juillet susdite année 1784. Ce bureau étoit très beau, boisé, parqueté, peint en blanc. Une alcove faite en bibliothèque, avec des portes treillagées en fil de léton et des rideaux de taffetas jaune. Une petite glace longue dans le sens de la longueur de la cheminée, et du reste très propre.

[p. 162] (…) Dans le courant du mois d’août année susdite, fut posée une figure en pierre ou en plâtre dans le parterre ou espèce de gazon faisant face au potager derrière le réfectoire de l’abbaye. Cette figure représentoit le Silence, ayant, pour le désigner, un doigt sur la bouche : elle étoit debout sur un piédestal. Fin d’août, où au commencement de septembre, idem, le canal du jardin de l’abbaye fut mis à sec, vu

[p. 163] qu’il s’y fit une pêche générale, ensuite l’eau y fut remise.

[p. 168] (…) Dans le cours du mois de décembre 1786 on commença de scier les traverses en pierre des arcades du cloître, du côté où il est double, le côté qui conduit à l’église, en entrant par le vestibule d’entrée de la maison, lequel côté est au couchant, afin de pouvoir passer librement à chaque arcade sans être exposé à se heurter les genoux lors qu’on s’adressoit pas à l’une des ouvertures qu’il y avoit avant qu’elles ne fussent toutes ouvertes. Il m’arriva une fois, la nuit, de tourner court à l’une des arcades, et je me donnai un violent coup aux genoux, au point de rester sur la place les mains posées sur l’appui de pierres qui existait alors à chaque arcade, exceptées celles qui étaient ouvertes de tout temps, jusqu’à ce que j’eusse repris mes sens : de quoi je me suis garanti par les suites, vu que ce petit accident m’arriva longtemps avant qu’on ne pensasse à faire ses nouvelles ouvertures. Des balustres en pierre régnent autour du cloître en dehors, côté du préau : ils sont à jour, hors le côté de l’église.
Au commencement de novembre susdite année, on ouvrit des soupiraux de la cave qui donnoit sous le grand réfectoire, les ouvertures se firent dans le cloître, et celles qui étaient du côté du potager en dehors, furent bouchées, à cause qu’elles étaient exposées en plein midi, et que s’étoit préjudiciable aux vins par la fermentation que cela occasionnoit. On attendit un peu plus tard, car il y avoit longtemps que cet inconvenient durait, et il a fini en 1792 pour ne plus se reproduire jamais. Du moins les apparences l’annoncent.

[p. 178] (…) Dans le courant du mois de mars susdite année [1788] fut repeint à neuf le laboratoire et les salles adjacentes de la pharmacie de l’abbaye, de même que toutes les armoires vitrées dans lesquelles les divers pots et bocaux pour les drogues étaient renfermés (...).

[p. 255] (… Au milieu du grand escalier, particulièrement, étoit une fort belle lanterne attachée au plafond, laquelle étoit ou en tôle ou en fer blanc peint, et d’un très bon goût, et faisant ornement. Une autre dans l’escalier qui conduisoit à la haute sacristie, celle des messes, au chevet, cet escalier aboutissoit à cette grande galerie qui, du côté droit communiquoit à l’hôtellerie, et du côté gauche au grand dortoir. Ce magnifique escalier fut démoli lors de la construction de la belle sacristie qui vient d’être nouvellement bâtie. Outre cela il y avoit dans le dortoir côtés du père prieur et du père sous prieur, deux lampes, celle du prieur étoit roulante et l’autre à demeure, pour procurer de la lumière aux religieux. Les grilles des escaliers, c’est à dire les rampes étaient garnies à leur naissance d’une couronne royale, c’est à dire fermée, lesquelles étaient à charnières et elles pouvoient être relevées pour y placer une bobèche faite pour la recevoir.
A l’un des angles du dortoir près le grand escalier étoit placé une pendule, et attenant étoit la corde de la cloche du dortoir. Une boîte aux lettres étoit sous la pendule pour le commissionnaire de Paris.

FIG. 168 – « Plan de l’hôpital militaire Saint‑Denis », vers 1795, par le Génie militaire. AMSD, 16 Fi ; papier, encre, aquarelle ; 33 x 35 cm, détail.

FIG. 168 – « Plan de l’hôpital militaire Saint‑Denis », vers 1795, par le Génie militaire. AMSD, 16 Fi ; papier, encre, aquarelle ; 33 x 35 cm, détail.

cl. EJ./UASD

FIG. 169 – Plan de l’abbaye avec projet de sacristie et de chapelles adossées au collatéral sud de l’église, par Jacques Legrand en 1806. AMH, Album Debret, no inv. 5769 ; papier, encre, aquarelle ; 53 x 43 cm.

FIG. 169 – Plan de l’abbaye avec projet de sacristie et de chapelles adossées au collatéral sud de l’église, par Jacques Legrand en 1806. AMH, Album Debret, no inv. 5769 ; papier, encre, aquarelle ; 53 x 43 cm.

cl. P.M./ADSSD

Notes

1 Ainsi, nous remettons en question une précédente proposition qui identifiait ce bâtiment à l’hôtellerie du monastère citée en 898 (Meyer 1993).

2 Maison : Il s’agit vraisemblablement ici des bâtiments abbatiaux.

3 Abbé Pierre : Pierre d’Auteuil, mort le 6 février 1229.

4 Lavoir : ici, pièce ou bâtiment dans lequel on procède au mandatum ou lavage rituel des pieds.

5 Cheminée, âtre : les comptes distinguent le conduit de cheminée (caminus) du foyer (atrium). Afin de conserver cette distinction, le terme cheminée sera employé pour désigner le conduit, tandis que le mot âtre évoquera le foyer.

6 Vitrier : officier du couvent.

7 Porte Saint‑Eustache : il s’agit sans doute de la porte citée par Suger, ostium sancti Eustachil (doc. 12) et que nous localisons à l’extrémité orientale du collatéral sud de l’église abbatiale (fig. 74).

8 Faîtière ; tulle courbe recouvrant un faîtage.

9 Aissante : bardeau, tuile de bois.

10 Marché : Il s’agit de la place du Marché‑aux‑Guesdes (cf. infra § 4.4.7).

11 Boutique : bateau de pêcheur pour conserver le poisson (Littré 1987).

12 Banneton : coffre percé d’un grand nombre de trous qui sert à conserver le poisson dans l’eau (Littré 1987). Un plan du Croult de 1704‑1705 en localise certains dans le jardin de l’abbaye (fig. 287) ; Gautier en signale dans la cour de la Madeleine (doc. 51).

13 Gibet du Lendit (cf. infra § 5.5.3.1).

14 Précepteur : personne qui gère les intérêts matériels du monastère.

15 Nid : s’agit‑il du « nid de cigogne » mentionné dans le compte suivant ?

16 Noue : élément creux (ici sans doute en terre cuite) placé dans l’angle rentrant formé par la rencontre de deux combles pour collecter l’eau de pluie.

17 Prévôt : laïc qui a en charge les intérêts matériels du monastère.

18 « Cirerie », ceraria : nous désignons par ce néologisme le lieu où l’on vend ou fabrique de la cire, des objets en cire. En 1233, le chèvecier, capicerius, est le dignitaire préposé à l’entretien du luminaire et à l’ornement des autels. Son logis était attenant à l’abbatiale (Aubry 1906‑1907 : 292).

19 Maison de Saint‑Lazare : probablement la léproserie Saint‑Lazare hors la ville (cf. infra § 4.2.2.3).

20 La fête de saint Denis : le 9 octobre cette fête marque le début de la foire de la Saint‑Denis.

21 Planche‑Hasard : lieu‑dit, puis nom d’une rue dans le quartier oriental de la ville (cf. infra § 4.4.3).

22 Cénier : officier de l’abbaye et l’un de ses quatre grands dignitaires. II était tenu de fournir et d’ordonnancer les soupers de toute l’année.

23 « Nid de cigogne » : sorte de belvédère ?

24 Porte de Guignehochet : porte de l’enceinte monastique (cf. infra § 4.3.1).

25 Four de la poterne : il s’agit sans doute de l’un des nombreux fours attestés près de la poterne Saint‑Jacques (doc. 66).

26 Dressoir : étagère sur laquelle on plaçait toutes choses flatteuses à montrer (Littré 1987).

27 Chaussée : chemin de passage dans les lieux marécageux ou levée de terre servant à retenir l’eau d’un étang.

28 Poteaux : d’autres documents permettent de préciser la localisation de certains de ces poteaux : au Pain‑de‑Paris et au Marché‑aux‑Fromages. Celui du Pain‑de‑Paris servait à attacher une chaîne (cf. infra § 4.4.1).

29 Scriptorium : atelier où l’on copie des manuscrits.

30 Bûcher de Seine : entrepôt de bois à brûler situé très probablement au port sur la Seine.

31 Vestiaire : endroit d’un couvent où l’on renferme les habits et les étoffes dont on les fait (Littré 1987).

32 Autel de Saint‑Martin : Saint‑Martin‑de‑l’Estrée ?

33 Harcel : porte faite de branches entrelacées, en forme de claie (Godefroy 1982).

34 Porte du Breton : porte de l’enceinte monastique (cf. infra § 4.3.1).

35 Auvers : Auvers‑sur‑Oise (Val‑d’Oise) fait partie du domaine de Saint‑Denis.

36 Pommeau : petite boule en forme de pomme placée au sommet de quelque chose (Godefroy 1982). On peut rappeler que des boules surmontent la ligne de faîte du toit de plomb de l’abbatiale.

37 Cellérier : religieux qui a soin des provisions et de la nourriture du couvent (Littré 1987).

38 Ecran : sorte de meuble dont on se sert pour se garantir de l’action directe du feu (Littré 1987).

39 Saint‑Cucuphas : chapelle de l’église abbatiale (fig. 74).

40 La tournelle Saint‑Louis : cette tourelle fait partie de l’enclos de la Couture (cf. infra § 4.3.1).

41 Lardier : lieu où l’on conserve le lard.

42 Chapelle Saint‑Louis : chapelle de l’église abbatiale.

43 Lancettes : compartiments de fenêtre séparés par une nervure (fig. 146b).

44 Travail : machine à l’aide de laquelle on immobilise les chevaux.

45 Martin Fréminet ou Freminel (1567‑1619) : peintre, graveur ; en 1603, il est nommé Premier peintre du roi.

46 Il est probable qu’il s’agit du tombeau de l’abbé Aimar Gouffier, mort en 1529.

47 Vinantes (Seine‑et‑Marne).

48 Hourt : éminence.

49 Le four est construit près de la Seine, devant l’île du Châtellier, au lieu‑dit Vieux Port.

50 Lay : laïque.

51 Sans doute Martagny (Eure). La verrerie y est attestée dès le xvie siècle (Etienne, Benoit‑Cattin 1989).

52 Cieulx d’aiz : scieur de long.

53 Syr : Cyr

54 Gascourt : sans doute Gassicourt près de Mantes (Yvelines).

55 Toponyme inconnu à Saint‑Denis ; il s’agit très probablement de la rue de Vauboulon.

56 Les projets de Robert de Cotte sont répartis entre la série N des Archives nationales et le Cabinet des Estampes de la Bibliothèque nationale de France, série topographique. Plusieurs plans et élévations ont été gravés par Mariette (Mariette, Hautecœur 1927 : pl. 20‑26).

57 Denis Jossenay (1739‑1748), élève de Robert de Cotte, membre de l’Académie.

Table des illustrations

Titre FIG. 138 – Plan de l’ensemble monumental pour les périodes médiévale et moderne.
Légende 1 église abbatiale ; 2 massif occidental ; 3 crypte et chevet ; 4 église Sainte‑Geneviève ; 5 église Saint‑Michel‑du‑Degré ; 6 église Saint‑Barthélemy ; 7 église des Trois‑Patrons ; 8 église Saint‑Michei‑du‑Charnier‑Saint‑Symphorien et chapelle de la Vierge ; 9 église Saint‑Pierre ; 10 église canoniale Saint‑Paul ; 11 maison du chantre de Saint‑Paul ; 12 église de la Madeleine ; 13 mausolée des Valois ; 14 bâtiment carolingien (domus regiae ?) ; 15 maison de la Cène ; 16 parvis et pont de l’Eglise ; 17 dortoir ; 18 chapelle Saint‑Clément ; 19 réfectoire ; 20 lavabo ; 21 cuisine ; 22 logis du prévôt de la Garenne ; 23 latrines (?) ; 24 hôtellerie ; 25 entrée du monastère et trésor ; 26 infirmerie ; 27 chapelles de l’infirmerie ; 28 infirmerie (dite ancienne à partir du XVIIIe s.) ; 29 logis du grand prieur et église Saint‑Jean‑Baptiste (?) ; 30 tour de Salut ; 31 logis de la commanderie ; 32 logis du sousprieur ; 33 maison de l’Aumône ; 34 porte de l’Abbaye ; 35 logis du prévôt portier ; 36 logis du courtillier ; 37 logis du cénier ; 38 logis du trésorier ; 39 chapelle Saint‑Cucuphas .
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42563/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Titre FIG. 139 – L’abbaye de Saint‑Denis d’après le Monasticon Gallicanum, vers 1690 (Germain, Peigné‑Delacourt, Delisle 1871 : pl. 66) ; gravure ; 26 x 19 cm.
Légende Dom Michel Germain offre une image quelque peu idéalisée des bâtiments que nous pouvons contrôler en la confrontant avec des documents contemporains, plans et sources écrites. II apparaît qu’entre l’ancien dortoir et l’infirmerie, le graveur a figuré le nouveau dortoir, projet qui n’a jamais été réalisé. De manière générale, les bâtiments désaffectés ou en ruine sont omis ; à leur place sont tracés des jardins d’agrément et des vergers. Hormis ces réserves, cette vue reste un document fondamental pour l’étude de la topographie du monastère dont les bâtiments sont représentés de façon très fidèle. On remarque également la tour du Triangle à gauche du transept.
Crédits cl. P.M./ADSSD
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42563/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 455k
Titre FIG. 140 – Page d’un compte de la commanderie de Saint‑Denis pour l’année 1290‑1291. AN, LL 1240 ; f° 111 ; parchemin.
Légende Bien que lacunaires, les comptes de la commanderie sont d’une grande richesse. Ici, le chapitre des dépenses faites en la ville, expensa de facturis in villa, qui concerne le bourg de Saint‑Denis et le monastère.
Crédits cl. AN
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42563/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Titre FIG. 141 – Plan de l’abbaye médiévale et projet de reconstruction ; agence J. Hardouin‑Mansart et R. de Cotte, vers 1700. BNF, Cabinet des Estampes, Va 438 : no 66 ; papier, crayon, encre, aquarelle ; 142 x 120 cm.
Légende La Bibliothèque nationale de France conserve deux plans provenant de l’agence Jules Hardouin‑Mansart et Robert de Cotte ; ils représentent l’abbaye avant la reconstruction des bâtiments conventuels, à partir de 1700. L’objectif des architectes fut sans doute d’étudier l’impact du nouveau projet (ici en rouge) sur les anciennes constructions, que l’on continua d’utiliser pendant les longs travaux de reconstruction. Les deux plans sont complémentaires ; celui‑ci s’attache à représenter la distribution intérieure des corps de bâtiments. Au sud, on distingue les jardins dépendant des logis des officiers, que les religieux ont rachetés aux habitants de la ville dès le XVIe s. Initialement, R. de Cotte projetait une cour d’entrée ovale au sud du parvis de l’église abbatiale.
Crédits © cl. BNF, Paris
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42563/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre FIG. 142 – Plan de l’abbaye médiévale ; agence J. Hardouin‑Mansart et R. de Cotte, vers 1700. BNF, Cabinet des Estampes, Va 438 : no 64 ; papier, crayon, encre, aquarelle ; 180 x 118 cm.
Légende Le second plan de l’abbaye médiévale représente de façon plus sommaire les corps de bâtiments. En revanche, la figuration du réseau hydrographique –l’abreuvoir, les canaux du Croult, les puits– est ici plus soignée.
Crédits © cl. BNF, Paris
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42563/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Titre FIG. 143 – La statue du roi Dagobert et de ses fils (?) dans le cloître, milieu du XIIIe s. (Montfaucon 1729‑1733, t. i : pl. XIII) ; BNF, Cabinet des Estampes, Qb 638 ; gravure ; 16 x 17 cm.
Légende Selon Doublet, la statue du roi assis, qu’on voyait à droite en entrant dans le cloître, représentait Dagobert Ier en qualité de fondateur de l’église Saint‑Denis (doc. 41). Aux côtés du roi se tiennent deux personnages que les savants du XIXe s. ont identifiés comme étant les fils de Dagobert : Sigebert et Clovis.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42563/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42563/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 4,3k
Titre FIG. 144 – Restitution architecturale d’une arcature du cloître du milieu du XIIe s.
Légende En 1990, la démolition d’un mur de clôture de l’ancienne abbaye a livré des voussoirs, archivoltes et écoinçons qui nous ont permis de restituer une arcature de cloître (Johnson, Wyss 1992). Plusieurs chapiteaux, impostes, bases et une statue‑colonne appartenant vraisemblablement à la même construction se trouvent aujourd’hui dispersés dans les musées d’Europe et des États‑Unis (Pressouyre 1986).
Crédits M.W. del./UASD
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42563/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Titre FIG. 145 – Dalles et monuments funéraires (XIIIe‑XVIe s.) du cloître dessinés vers 1700 pour Roger de Gaignières a – Pierre tombale de Jean Mellet, prévôt, † 1482. BNF, Cabinet des Estampes, Pe 11a : f°94. b – Pierre tombale de Philippe Godefroy, aumônier, † 1397. BNF, Cabinet des Estampes, Pe 11a : f°87. c – Pierre tombale de Jacques, moine de Saint‑Denis (XIIIe s. ?), copie de H. Gerente du dessin original conservé à Oxford. BNF, Cabinet des Estampes, Pe 1b : f°8. d – Monument funéraire de Guillaume Bazanier, prévôt et panetier, † 1522. BNF, Cabinet des Estampes, Pe 11a : f°215.
Légende Gaignières a pris le soin de noter sur ces dessins la situation de chaque tombeau à l’intérieur du cloître :« contre le mur de l’hôtellerie »,« lelong du dortoir vers le coin » ou« presque au coin lelong du dortoir »,« au delà de l’escalier du dortoir »,« devant la porte qui va au jardin »,« devant la porte du chapitre » ou« lelong du chapitre », « lelong del’église » et « tout contre les marches qui conduisent du cloître de l’église de l’abbaye ».En 1706, Félibien publie soixante‑cinq épitaphes du cloître ; la plus ancienne remonte à la fin du XIIIe s. (Félibien 1706 : 579‑588). La plupart de ces dalles semblent avoir disparu à l’occasion de la démolition du cloître durant le deuxième quart du XVIIIe s.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42563/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Titre FIG. 146 – La chapelle Saint‑Louis et l’élévation du dortoir médiéval, par Debret en 1832. AN, F211451 ; papier fin, encre ; 21 x 31 cm chaque feuille.
Légende Debret restaure la chapelle Saint‑Louis, un agrandissement du début du XIVe s. Les notes (doc. 42) et dessins de l’architecte attestent qu’une partie du mur pignon du dortoir médiéval constituait le mur gouttereau sud de cette chapelle. La face B (c) montre, au rez‑de‑chaussée, l’élévation intérieure de la salle capitulaire et, à l’étage, celle du dortoir. Les vitraux de la chapelle qui illustraient la vie de Saint Louis sont perdus, mais ils ont été reproduits dans l’ouvrage de Montfaucon (Montfaucon 1729‑1733, t. Il : pl. XXII‑XXV).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42563/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42563/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 4,0k
Titre FIG. 147 – Le lavabo du cloître dessiné par Arnold Van Buchel en 1585. Unlverslty Library Utrecht, ms. 798 (I) f°181 
Légende En 1585, Arnold Van Buchel dessina le lavabo du cloître. Au milieu d’un bassin, la vasque de 3,80 m de diamètre repose sur des colonnes. Son pourtour est orné de vingt‑huit médaillons représentant des têtes de dieux, de héros païens, d’animaux et de figures allégoriques (Guilhermy 1875 : 144‑148 ; Sauerländer 1961). Elles alternent avec autant de gargouilles (non visibles sur le dessin). Au milieu de la vasque se dressaient, selon Félibien, quatre petites figures de bronze sur un piédestal portant une inscription attribuant l’œuvre à un certain abbé Hugues (Hugues [V] Foucaut, de 1186 à 1197, ou Hugues [VI] de Milan, de 1197 à 1204). Pour Gautier, ces figures de bronze qui disparurent à la Révolution « avoient été faites pour jouer, vu qu’il y avoient des tuyaux pour la conduite des eaux » (Gautier : 254). En 1403, le bassin fut refait ; vers 1410 la fixation de nouvelles « clefs » coûta dix‑huit sous (AN, LL 1244 : f°248v°). Lors de la démolition du cloître médiéval, la vasque fut transportée en bas du grand escalier du dortoir des nouveaux bâtiments, où Gautier la vit avant la Révolution. En 1791, elle fut transportée à Paris pour être successivement exposée au Muséum jusqu’en 1798, sur l’esplanade des Invalides jusqu’en 1809 et au musée des Monuments français (Courajod 1878‑1887, t. II : 50‑52), devenu école des Beaux‑Arts, Jusqu’en 1954. La vasque monolithe est aujourd’hui conservée à Saint‑Denis au dépôt lapidaire de la basilique.
Crédits cl. University Library
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42563/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42563/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 4,6k
Titre FIG. 148 ‑ Vue perspective de l’ensemble monumental en 1575, détail du plan de Belleforest de la figure 177 (Belleforest 1575 : 280‑281).
Légende A église abbatiale ; B cimetière ; C mausolée des Valois ; D cloître ; E, F, G églises Sainte‑Geneviève, Saint‑Michel‑du‑Degré et Saint‑Barthélemy, les trois paroisses sont réunies ; H église Saint‑Michel‑du‑Charnier ; I église Saint‑Pierre ; K église Saint‑Paul ; L église de la Madeleine ; q la tour de Salut ; r l’infirmerie.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42563/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Titre FIG. 149 – « Plan géométral de l’abbaye royale de Saint‑Denis en France », vers 1700. AN, N II Seine 214 ; papier, encre, aquarelle ; 148 x 102 cm.
Légende C’est le troisième projet de Robert de Cotte pour le rez‑de‑chaussée. L’architecte dispose ses nouveaux bâtiments au sud de l’église, à l’emplacement des constructions médiévales. Son plan, clair et simple –bâtiments se développant autour d’un cloître avec deux ailes en retour au sud–, agrandit nettement l’emprise qu’avaient les anciennes constructions, dont de Cotte ne conserve que la porte de l’Abbaye, une partie de l’enceinte ouest, le pavillon du trésor et l’infirmerie coudée. La distribution intérieure est traditionnelle : à l’est la salle capitulaire réalisée sur un plan elliptique, le vestibule central et de grandes salles pour les cérémonies ; au sud le réfectoire ; à l’ouest l’hôtellerie ; au nord un passage vers l’église. Les ailes est et sud ainsi que le cloître sont voûtés. Le grand escalier du dortoir est placé dans le pavillon en hors œuvre sud‑est. Seules les ailes est et sud seront élevées d’après les plans de Robert de Cotte (fig. 153). Parmi les aménagements projetés aux abords de la construction, une galerie reliant les nouveaux bâtiments à l’ancienne infirmerie est également construite. [J.M.]
Crédits cl. P.M./ADSSD
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42563/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 445k
Titre FIG. 150 – Coupe transversale sur l’aile sud, projet du début du XVIIIe s. AN, H53691 ; papier, encre ; 20 x 27 cm.
Légende La congrégation de Saint‑Maur prévoit l’abandon du dortoir commun et la création de cellules individuelles dont elle précise les dimensions. Aussi de Cotte distribue‑t‑il quatre‑vingt‑dix‑sept cellules au premier étage des ailes est et sud, disposées de part et d’autre d’un couloir central. Cette coupe transversale sur les dortoirs montre comment de Cotte se proposait de résoudre à la fois le problème de la hauteur des cellules et celui de l’éclairage du couloir central, qui prenait Jour uniquement par les fenêtres des extrémités sud et nord. Cette disposition ingénieuse impliquait l’existence de lucarnes, qui figurent sur le projet de l’aile sud (fig. 152b) mais qui ne furent jamais réalisées, puisque selon Gautier l’éclairage du couloir central se faisait par la partie supérieure des fenêtres qui dépassait le plafond des cellules (doc. 51). [J.M.]
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42563/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Titre FIG 151 – Vue des bâtiments depuis les jardins en 1838, par V. Daunay. MAHSD na 813 ; papier, aquarelle ; 17 x 12 cm.
Crédits cl. EJ./UASD
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42563/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Titre Figure 152 – Trois projets des élévations des nouveaux bâtiments ; agence J. Hardouin‑Mansart et R, de Cotte, vers 1700. BNF, Cabinet des Estampes, Va 93 t. 6 ; papier, encre, aquarelle. a – Premier projet pour l’aile est ; 58 x 15 cm. b – Deuxième projet pour l’aile sud ; 55 x 21 cm. c – Elévation de l’aile sud du cloître ; 50 x 21 cm.
Légende a Cette façade, où dominent les lignes horizontales, est composée de trente et une travées. Elle est scandée par trois pavillons en léger ressaut ; dans l’exécution tous trois sont surmontés de frontons triangulaires. Son décor est réduit au minimum : de grandes arcades en plein cintre, rappelant celles d’un cloître, surmontées de tables à triglyphes au rez‑de‑chaussée, et des fenêtres légèrement surbaissées sans aucune ornementation au premier étage. Un haut toit la couronne. II est intéressant de noter que, dans sa partie sud, une baie du rez‑de‑chaussée sur deux est fausse (fig. 149) et que les fenêtres de la salle capitulaire au nord sont murées à mi‑hauteur afin d’y adosser des boiseries (doc. 51). b Pour l’élévation de l’aile sud, on connaît trois projets. Tous présentent le même parti : un haut soubassement au‑dessus duquel s’ouvrent douze fenêtres rythmées par de puissants contreforts s’élevant du sol à l’allège des fenêtres de l’étage. La décoration de l’extrémité des ailes en retour varie d’un projet à l’autre, très sobre ou plus ornée. Cette façade, où dominent les lignes verticales, contraste avec les façades est et ouest. La réalisation diffère légèrement de ces projets : le soubassement a été réduit à un simple mur bahut et les contreforts, qui s’incurvent en consoles, sont surmontés de pots à feux ; les pavillons du bout du dortoir et de l’aile ouest sont percés d’une fenêtre au rez‑de‑chaussée et les tables de pierre de l’étage sont remplacées par des fenêtres ; enfin, les consoles Jumelées soutenant les balcons ont disparu. c L’architecte a adopté le principe du cloître classique, composé d’arcades en plein cintre séparées par des contreforts et surmonté d’un toit à une pente dissimulé derrière une balustrade. Au‑dessus, les étages sont en retrait par rapport aux galeries. Ce dessin montre aussi les coupes sur les ailes ouest et est. A l’ouest on remarque l’entresol et à l’est les grandes salles voûtées et le décor de leur portes. [J.M.]
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42563/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 210k
Titre FIG.  153 – Projets pour l’achèvement des travaux de reconstruction signés par Jacques Gabriel le 20 juillet 1737. AN, N II Seine 215 ; encre, papier, aquarelle ; 127 x 94 cm chacun.
Légende a Ce projet présente le rez‑de‑chaussée de l’abbaye avec, en noir, les ailes est et sud élevées par de Cotte, et en gris les ailes ouest et nord à édifier. En 1737, dom Castel s’adresse à Charles Bonhomme pour modifier le plan de l’aile ouest selon ses souhaits. Il demande ensuite à Gabriel d’approuver ce projet et de le mettre en grand. Le plan de Robert de Cotte est mis au goût du jour par l’adjonction d’un pavillon central à pans coupés qui devient le centre de la composition. II se trouve dans l’axe de la galerie sud du cloître et fait pendant au vestibule est. Ce changement de parti entraîne des modifications dans la distribution intérieure. Le pavillon sud abrite sur toute la hauteur du rez‑de‑chaussée et de l’entresol la salle des Princes de Sang. Ce projet subira quelques modifications lors de sa réalisation. Le grand escalier tournant sera rejeté dans l’angle nord (fig. 157a) et le petit escalier droit remplacé par un second escalier tournant (fig. 156). Seule la partie sud de cette aile est réalisée en 1741. b Ce plan présente l’ensemble du premier étage. Les ailes est et sud élevées par de Cotte sont occupées par les dortoirs, un chauffoir et les latrines. On notera l’ampleur de l’escalier du dortoir qui, à la charnière des ailes est et sud, occupe l’espace du pavillon hors œuvre, l’autre pavillon étant occupé par une salle de classe. L’aile ouest reste à élever. Le vestibule haut, ou salle des Grands Hommes et des Puissances, occupe toute la largeur de cette aile. Il est scandé de colonnes jumelées. Ces colonnes, qui portaient à faux sur le vestibule du rez‑de‑chaussée, ont été supprimées entre 1739 et 1741. Au sud de cette aile, l’architecte reprend le plan de R. de Cotte (Mariette, Hautecœur 1927) et y place la bibliothèque précédée d’un vestibule oblong terminé par deux hémicycles. Au nord, il dispose des chambres donnant vers la ville. Cette distribution sera modifiée lors de la réalisation. La bibliothèque sera remplacée par des chambres desservies par un couloir central et, dans la partie nord, on disposera des chambres du côté de la ville et une bibliothèque, aux dimensions réduites, du côté du cloître (fig. 157b). [J.M.]
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42563/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 222k
Titre FIG. 154 – « Plan des héritages sels au mldy du nouveau bâtiment de l’abbaye de Saint‑Denis », milieu du XVIIIe s. AN, S 2248 ; papier, encre, aquarelle ; 74 x 48 cm.
Légende L’extension des jardins et la reconstruction des bâtiments conventuels nécessitèrent l’acquisition des terrains se trouvant au sud de la rue de Saint‑Jacques‑de‑Vauboulon ; à l’est (à gauche), l’église, le cimetière et la ferme de Vauboulon furent acquis en 1651 ; à l’ouest (à droite), le cimetière de l’Hôtel‑Dieu fut déplacé.
Crédits cl. P.M./ADSSD
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42563/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42563/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 4,3k
Titre FIG. 155 – Projet de plan et d’élévation de la nouvelle infirmerie, mars 1724, signé par dom Denys de Sainte‑Marthe, grand prieur de l’abbaye. BNF, Cabinet des Estampes, Va 438 ; papier, encre, aquarelle ; 82 x 43 cm.
Légende L’infirmerie est située dans le jardin, perpendiculairement à l’aile est. On y accède soit par une galerie qui prolonge l’aile nord du cloître, soit par son pavillon central. Elle se compose d’un étage surmonté de combles et devait contenir vingt‑huit chambres desservies par un long couloir situé à l’arrière du bâtiment. Cette disposition permet à toutes les chambres d’être situées au sud. Les travaux sont menés de 1724 à 1728, mais le bâtiment réalisé se raccorde directement au pavillon nord et sa longueur initiale est réduite jusqu’au pavillon central. A l’arrière du nouveau corps de bâtiment subsiste l’ancienne infirmerie et le logis du grand prieur. [J.M.]
Crédits © cl. BNF, Paris
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42563/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre FIG. 156 – Plan de l’entresol de l’aile ouest vers 1739. AN, N II Seine 215 ; papier, encre, aquarelle ; 129 x 37 cm.
Légende Dès l’origine, de Cotte prévoit dans cette aile un entresol. Commencés en 1738, les travaux s’interrompent l’année suivante en raison de malfaçons (doc. 50). Ce plan montre l’état d’avancement de la construction vers 1739. En gris, Gabriel indique les modifications à apporter au projet initial (fig. 153) et les colonnes du vestibule à reprendre en sous‑œuvre.
Crédits cl. P.M./ADSSD
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42563/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Titre Figure 157 – Plans du rez‑de‑chaussée et de l’étage des ailes ouest et nord en 1752. AN, N II Seine 215 ; papier, encre, aquarelle ; 99 x 66 cm chacun.
Légende Ce n’est qu’en 1752 que René Laneau, supérieur général de la congrégation de Saint‑Maur, approuve ces deux plans qui permettront d’achever le bâtiment. Il faut signaler, au rez‑de‑chaussée, le cloître double de l’aile ouest et les deux escaliers tournants : le premier mène à l’étage de l’hôtellerie, le second, placé au milieu de l’aile nord, dessert le chœur de l’église et la galerie établie sur le cloître qui reliait le dortoir à l’hôtellerie. La rotonde projetée par Robert de Cotte, entre le cloître et le portail sud de l’église (fig. 149), est remplacée par une simple galerie droite occupée à l’étage par l’appartement du suisse.
Crédits cl. P.M./ADSSD
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42563/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre FIG.  158 – Projet du nouveau chartrier à aménager dans l’entresol de l’aile ouest au‑dessous des chambres de l’hôtellerie, vers 1778‑1779 (?). AN, H5 4273 ; papier, crayon, encre ; 43 x 28 cm.
Légende L’histoire du chartrier de Saint‑Denis reste mal connue. L’important dépôt était divisé en un grand et un petit chartrier ; les documents y étaient rangés sur des tablettes ou dans des armoires (Atsma 1982). À la fin du XVIIIe s., les archives étaient conservées dans le logis du trésorier (cf. supra § 3.1.3). Vers 1778, le chartrier fut transféré dans l’entresol du nouveau bâtiment.
Crédits cl. P.M./ADSSD
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42563/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Titre FIF. 159 – La maison d’éducation de la Légion d’honneur par Justin Ouvrié en 1871. Musée de l’Île‑de‑France à Sceaux, no inv. 37.2.80 ; papier, crayon ; 26 x 21 cm.
Légende Les chambres chauffées de l’hôtellerie qu’abritait cette aile expliquent la présence des nombreuses cheminées.
Crédits cl. Musée de l’Île‑de‑France
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42563/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Titre FIG. 160 – L’abbatlale de Saint‑Denis et la maison d’éducation de la Légion d’honneur, par Clé[ment] Aline en 1840. Musée de l’Île‑de‑France à Sceaux, no inv. 73.28.1 ; huile sur toile ; 81 x 100 cm.
Légende Depuis 1810, les bâtiments de l’ancienne abbaye sont affectés par Napoléon Ier à l’ordre de la Légion d’honneur pour y établir la « Maison Impériale » qui pourvoit à l’éducation des filles de ses compagnons d’armes (Le Moël 1980).
Crédits cl. Musée de l’Île‑de‑France
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42563/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Titre FIG. 161 – Troisième projet pour la cour d’entrée paraphé par Gabriel, 1737. AN, S 2248 ; papier, rabat, encre, aquarelle ; 45 x 36 cm.
Légende Trois projets, paraphés par Gabriel en 1737, accompagnent un procès verbal d’estimation établi par cet architecte pour l’acquisition de maisons situées à l’emplacement de la future cour d’entrée ouest et pour permettre l’élargissement de la petite rue de l’Abbaye qui conduit au couvent (doc. 91). Ce projet schématique prévoit une vaste cour, fermée par un hémicycle, qui s’étale devant l’ensemble de l’aile ouest. Deux allées s’y coupent à angle droit déterminant des parterres de gazon. L’allée est‑ouest s’évase en une patte d’oie. Cette disposition est une tentative de l’architecte pour axer le pavillon central ouest et la rue de l’Abbaye qui, bien qu’élargie, arrive toujours en biais devant le couvent, gênée par les bâtiments de l’Hôtel‑Dieu. Cette cour devait être fermée par des grilles laissant apparaître l’aile ouest. Ces dernières, dont la transparence est jugée peu conforme à la règle, sont vivement critiquées par une partie de la communauté. Les travaux de l’aile ouest ayant été interrompus en 1741, les projets de Gabriel sont abandonnés. [J.M.]
Crédits cl. P.M./ ADSSD
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42563/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Titre FIG. 162 – Projet pour la cour d’entrée par dom Pauchet, avril 1775. BNF, Cabinet des Estampes, Va 438 ; papier, encre, aquarelle ; 102 x 65 cm.
Légende Ce projet de dom Pauchet, doyen du monastère, a été identifié grâce à un texte conservé aux Archives nationales (AN, H53691). Il reprend, dans ses grandes lignes, le troisième projet de Franque conservé dans le même album, une vaste cour se développant devant la façade ouest fermée par un bâtiment se creusant en demi‑cercle prolongé de part et d’autre par des communs. Cette cour, plus étroite que celle prévue par Gabriel et Franque, permet l’aménagement d’une place devant l’entrée de l’abbaye résolvant ainsi, en partie, le problème posé par l’arrivée en biais de la rue de l’Abbaye. Ce plan, qui a la préférence d’une grande partie des religieux car « il ne laisse aucune place vacante », est critiqué par d’autres qui lui reprochent de trop rétrécir la cour, la lourdeur des deux pavillons carrés à l’extrémité de l’hémicycle, les grilles qui les relient à l’aile ouest, et des erreurs de distribution dans les communs. Ce projet ne sera pas réalisé. Les architectes ont utilisé un fond de plan qui correspond à un levé succinct de la masse des bâtiments qui subsistent : la porte de l’Abbaye et l’abreuvoir devant celle‑ci. Au sud de l’église abbatiale, à l’emplacement du logis du trésorier, subsiste un vestige pouvant correspondre à l’ancienne chapelle Saint‑Cucuphas. [J.M.]
Crédits © cl. BNF, Paris
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42563/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Titre FIG. 163 – Élévation du portail d’entrée par Charles de Wailly en 1782. AN, N III Seine 167 ; papier, encre, aquarelle ; 58 x 42 cm.
Légende Les Archives nationales conservent six projets de Wailly pour l’aménagement de la cour d’entrée. Ces plans étaient annexés à un procès‑verbal de visite du 14 août 1782 dressé par un greffier des Bâtiments du roi à la suite d’un procès entre les héritiers du surveillant des travaux et les religieux (AN, Z1j1090). Ce projet présente le plan et l’élévation du portail d’entrée et des deux pavillons qui l’encadrent. L’un sert de parloir et l’autre de logement pour le suisse. Ce projet reprend le thème de l’arc triomphal à une arche, débarrassé ici des ornements tels que colonnes et frontons. C’est un simple parallélépipède de maçonnerie de refends dont le seul ornement est la sculpture qui s’inscrit dans l’ébrasement concave de la porte. Les bâtiments de la cour d’entrée ont été élevés d’après les projets de Wallly. La réalisation tempérera le néoclassicisme très affirmé de ce projet en l’agrémentant d’une arcade sommée d’une agrafe et de sculptures dans les écoinçons. [J.M.]
Crédits cl. P.M./ ADSSD
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42563/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre FIG. 164 – Portail d'entrée de la maison d'éducation de la Légion d'honneur, par V. Daunay, vers 1840. MAHSD ; papier, encre, lavis ; 8 x 10 cm.
Crédits cl. EJ.jUASD
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42563/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 257k
Titre FIG. 165 – « Plan de l’abbaye de Saint‑Denis en 1740. » BNF, Cabinet des Estampes, Va 438 ; papier, encre, aquarelle ; 127 x 100 cm
Légende Ce plan situe l’implantation des bâtiments et des parterres de broderies qui s’étendent devant l’aile est. Au‑delà du parterre ordonnancé et des deux grandes allées est‑ouest et nord‑sud, le long des anciens fossés de la ville, s’étend la Couture plantée de vergers. Au sud subsistent encore les bâtiments de l’ancienne ferme de Vauboulon. Il faut noter qu’à la date indiquée par le document, la partie nord de l’aile ouest et la galerie nord du cloître ne sont pas encore construites. [J.M., M.W.]
Crédits © cl. BNF, Paris
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42563/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Titre FIG. 166 – Vue optique de la façade est et des jardins, fin du XVIIIe s. MAHSD ; bois gravé rehaussé de couleur ; 40 x 24 cm.
Crédits cl. E.J./UASD
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42563/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre FIG. 167 – Plan des jardins de l’abbaye avec la Couture vers 1776. AN, N II Seine 216 ; papier, encre, aquarelle ; 79 x 79 cm.
Légende Au sud des bâtiments nouveaux se trouvait le potager et, à l’est, au‑delà du canal bordé d’une allée de pommiers, I’ » arrière‑jardin » planté de quinconces.
Crédits cl. P.M./ADSSD
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42563/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Titre FIG. 168 – « Plan de l’hôpital militaire Saint‑Denis », vers 1795, par le Génie militaire. AMSD, 16 Fi ; papier, encre, aquarelle ; 33 x 35 cm, détail.
Crédits cl. EJ./UASD
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42563/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Titre FIG. 169 – Plan de l’abbaye avec projet de sacristie et de chapelles adossées au collatéral sud de l’église, par Jacques Legrand en 1806. AMH, Album Debret, no inv. 5769 ; papier, encre, aquarelle ; 53 x 43 cm.
Crédits cl. P.M./ADSSD
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42563/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 47k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search