Version classiqueVersion mobile

Atlas historique de Saint-Denis

 | 
Michaël Wyss

2. Cimeterium et ecclesiae

Michaël Wyss

Résumé

Les fouilles de l’Unité d’archéologie ont confirmé la présence, au nord de la basilique, d’une importante nécropole ad sanctos. Durant le viie s., elle était bordée d’une succession d’églises et de galeries funéraires.

Les remaniements architecturaux qui ont par la suite affecté ces églises indiquent leur changement de statut. Ainsi, c’est probablement dès le ixe s. que Saint‑Paul fut investie par un collège de chanoines. C’est du xiie et du début du xiiie s. que date l’insertion de nouvelles églises paroissiales dans cet ensemble monumental.

À la suite des guerres de Religion (15‑7), sa dégradation s’est accélérée. Les églises, en ruine, furent abandonnées et leurs paroisses réunies aux deux édifices qui subsistaient alors : Saint‑Michel et les Trois‑Patrons, construite vers 1‑00. Avec l’édification en 1572 du mausolée des Valois, sur le flanc nord de la basilique, la nécropole royale empiéta sur le cimetière de l’abbaye. Restée inachevée, cette rotonde fut rasée en 1719.

Texte intégral

Grâce aux récentes recherches de l’Unité d’archéologie, les abords septentrionaux de l’église abbatiale sont aujourd’hui particulièrement bien documentés. Nous avons vu que, dès le Bas‑Empire, cette zone est investie par des sépultures (cf. supra § 1.4). Cependant, c’est dans le rayonnement du culte de saint Denis qu’il faut chercher les raisons du développement de la nécropole ad sanctos. À partir du vie s., nous voyons, en bordure du cimetière, la formation d’un ensemble monumental qui associe églises funéraires et constructions civiles de qualité. Les remaniements architecturaux que subissent ces églises dans le courant de l’époque carolingienne sont à mettre en rapport avec leur changement de statut. Parallèlement, la lente transformation de la population inhumée dans le cimetière indique que la nécropole devient peu à peu cimetière paroissial. Aux xiie et début du xiiie s., l’essor de l’agglomération se traduit par la multiplication des paroisses et par l’insertion de nouvelles églises dans cet ensemble. A partir du xve s., cet ensemble connaît un processus de désagrégation, consécutif au déclin démographique du bourg. Il s’achève à la Révolution avec la suppression du cimetière et la fermeture des églises, dont la plupart seront détruites. Pour notre présentation, il convient donc de distinguer trois périodes : le haut Moyen Âge, le Moyen Âge et l’Époque moderne.
Du point de vue juridique, toutes ces églises relevaient de l’abbaye. Ce n’est qu’a la suite de la suppression du titre d’abbé de Saint‑Denis que le concordat de 1‑92 met l’archevêque de Paris en possession de la totalité des églises de Saint‑Denis.

2.1 Le haut Moyen Âge

2.1.1 Les abords de l’église abbatiale à travers les sources écrites

1Si les témoignages qui concernent le « cimetière des rois » dans l’église abbatiale sont nombreux (Erlande‑Brandenburg 1975), les textes ne traitent en revanche pas du champ de sépultures situé hors de l’édifice. Seuls les « Miracles de saint Denis » nous signalent qu’un chevalier de Pépin le Bref fut inhumé dans l’église Saint‑Pierre (doc. 9, I/4).

2Les sources insistent davantage sur l’aspect juridique et sur la nature architecturale des abords de l’église abbatiale. Dans plusieurs textes du viie s., il est question d’un atrium : le 27 septembre 626 ou 627, lors du concile de Clichy, quarante‑deux évêques se réunissent en une église dédiée à la Vierge située dans l’atrium de Saint‑Denis, in basilicam dominas Marias marris Domini, quae in atrium sancti Dyonisii martyris sita est (Maassen 1893 : 196). Cet atrium abrite également la demeure des matricularii ou « pauvres employés comme serviteurs pour l’entretien de l’église », matricularii (…) qui ad ipsa basilica vel infra eius atrio ad matriculas residere videntur (Levillain 1925 : 69). La « Vie de saint Eloi » nous rapporte qu’Eloi, passant de l’église à l’atrium, egressus Eligius templo deambulabat in atrio, aperçoit un paralytique gisant contre la tombe de saint Denis, contra sancti sepulcrum jacere (Krusch 1902 : 645). De manière plus générale, la description de la basilique en 799 confirme l’existence d’autres églises à l’intérieur du monastère : alias ecclesias infra monasterio (doc. 7). La même source suggère la présence d’un porche ou de portiques, porticos, attenants à l’église abbatiale. Peu après, une épigraphe de l’abbé Fardulfe atteste l’existence d’une église dédiée à saint Jean‑Baptiste, « précurseur du Seigneur » (doc. 22). En 1138, Suger localisera cette église dans le cimetière, in atrio (doc. 24). Quant à l’extérieur de l’église abbatiale, les « Miracles de saint Denis » parlent de vestibule (vestibulum), de portique (porticum) et d’atrium (atrium) (cf supra § 1.7).

Document 22
Épigraphe de l’abbé Fardulfe (797‑80‑) en l’honneur de saint Jean‑Baptiste auquel il avait promis, au moment de son exil, d’élever une chapelle.
Source – Fardulfe, Dümmler 1881 : 353, Il ; traduction française : A.D.

Pour toi, précurseur du Seigneur, Fardulfe a fondé ce riche sanctuaire orné pour les divins offices, s’acquittant de son vœu envers toi, de la promesse qu’en suppliant il t’avait Jadis faite, alors qu’il commençait à connaître l’épreuve de l’exil. (...)

3Nous savons que, pour les auteurs latins classiques, le mot atrium désigne une cour entourée de portiques. La signification du mot évolue au cours du haut Moyen Age pour nommer l’« enclos consacré en face ou tout autour d’une église » (Niermeyer 1984 : 67). En conséquence, l’immunité accordée à l’église comprend l’atrium. Pour Suger, le terme atrium correspond à l’aître, le grand cimetière au nord de son abbatiale (doc. 24).

4Pour résumer ces quelques données, il semble que l’atrium associé à la basilique mérovingienne était vaste, puisque l’on y trouvait au moins une église et la maison des pauvres. C’était également le lieu de la vie communautaire.

5L’abbatiale reconstruite par Fulrad comprenait, outre un atrium, un porche ou des portiques et un vestibule. L’acception de chacun de ces termes est difficile à établir. Aussi ces textes ont‑ils été diversement interprétés par les chercheurs pour restituer, à l’entrée de l’église, une cour entourée de portiques (Crosby 1942) ou une avant‑nef à la manière de Saint‑Germain d’Auxerre (Hubert 1950a). Les détails fournis par Suger relatifs à l’augmentum, l’agrandissement de Charlemagne (cf. supra § 1.6), n’ont pas permis à E. Panofsky de résoudre ce problème (Panofsky, Panofsky‑Soergel 1979 : 154‑157). [M. W]

2.1.2 La nécropole

6Nous évaluons actuellement la superficie du champ funéraire à environ un hectare. À l’intérieur de la basilique mérovingienne, les fouilles de la nécropole commencées par Viollet‑le‑Duc se sont poursuivies avec les recherches d’E. Salin et de M. Fleury. À l’extérieur, les architectes du xixe s. signalent des sarcophages de plâtre dans les sous‑sols de l’abbatiale, au chevet (cf. supra § 1.3) et autour du massif occidental (fig. 52b, 54). Au nord de celui‑ci, les fouilles de l’église des Trois‑Patrons en 1900‑1901 ont révélé l’importance du cimetière (fig. 110, 111) : plus d’une vingtaine de sarcophages furent mis au jour et examinés avec soin. Le résultat de ces fouilles fut publié très rapidement (Commission du Musée 1906) et la richesse du mobilier découvert incita la municipalité à ouvrir un musée. En 1948, J. Formigé effectue un sondage dans le jardin de la basilique ; une trentaine de sarcophages sont dégagés (fig. 112), mais les travaux ne semblent pas avoir bénéficié de surveillance archéologique et ne débouchèrent pas sur une publication. J. Hubert supposa que la nécropole pouvait également s’étendre vers le sud de la basilique, dans un espace qui, selon lui, aurait séparé l’église des bâtiments communautaires (Hubert 1950b) ; son hypothèse n’a encore pu être vérifiée. Les fouilles de l’Unité d’archéologie permettent de préciser les limites septentrionales du cimetière qui, par endroits, s’est développé au‑delà des églises secondaires (fig. 113). Au nord‑est, des sépultures en sarcophages de plâtre sont distantes d’une centaine de mètres de la basilique mérovingienne. Au‑delà, on remarque surtout des tombes isolées, plus rarement des regroupements de tombes.

FIG. 110 – Fouille de la nécropole sous l’église des Trois‑Patrons, 1901.
a – Levé des fouilles par A. et G. Cailleux. AMSD, 2R18 ; papier, crayon, encre bleue et rouge ; 30 x 20 cm.
b – Levé de la coupe sur A‑B par A. et G. Cailleux. AMSD, 2R1S ; papier, crayon, encre rouge ; 30 x 20 cm.
c – Plan des fouilles par A. et G. Cailleux (Commission du Musée 1906 : pl. V) ; gravure ; 36 x 24 cm.

FIG. 110 – Fouille de la nécropole sous l’église des Trois‑Patrons, 1901. a – Levé des fouilles par A. et G. Cailleux. AMSD, 2R18 ; papier, crayon, encre bleue et rouge ; 30 x 20 cm. b – Levé de la coupe sur A‑B par A. et G. Cailleux. AMSD, 2R1S ; papier, crayon, encre rouge ; 30 x 20 cm. c – Plan des fouilles par A. et G. Cailleux (Commission du Musée 1906 : pl. V) ; gravure ; 36 x 24 cm.

Vers 1901 est créée une commission municipale regroupant une dizaine de notables locaux parmi lesquels se trouvent les historiens Besnard et Monin, ainsi que les architectes A. et G. Cailleux ; elle poursuit plusieurs objectifs : travaux de terrain tels que la fouille de l’église des Trois‑Patrons (a, b), publication des fouilles (c), mise en valeur des découvertes dans le musée municipal nouvellement installé dans la chapelle de l’Hôtel‑Dieu (fig. 203) et dépouillement systématique du fonds archivistique moderne de la ville (Commission des Archives 1906). Cette fouille révèle pour la première fois l’importance de la nécropole ad sanctos. On reconnaît également sur ces levés le mur mitoyen des églises Sainte‑Geneviève et Saint‑Michel‑du‑Degré.

a cl. EJ./UASD, b cl. EJ./UASD

7Les origines de cette nécropole demeurent problématiques. Nous avons vu que l’ancienneté de l’utilisation funéraire du site de la basilique est aujourd’hui établie (cf. supra § 1.4). S’il est indéniable que le développement de la nécropole de Saint‑Denis soit dû à la présence de la tombe du martyr, en revanche la localisation de cette dernière reste encore sujette à caution. En effet, la « fosse des martyrs » découverte en 1957 à l’intérieur de l’abside mérovingienne (Formigé 1957 ; Fleury 1959) attend toujours un examen archéologique, seul susceptible de nous apprendre s’il s’agit d’une véritable fosse d’exhumation.

FIG. 111 – « La Commission du Vieux Paris et du Vieux Saint‑Denis sur le terrain des fouilles » le 5 juin 1901. AMSD, 2R18 ; photographie.

FIG. 111 – « La Commission du Vieux Paris et du Vieux Saint‑Denis sur le terrain des fouilles » le 5 juin 1901. AMSD, 2R18 ; photographie.

Les chercheurs reçurent la visite et les félicitations de la Commission du Vieux Paris (Sellier 1902).

cl. EJ./UASD

FIG. 112 – Fouille de la nécropole dans le jardin de la basilique, 1948 (Formigé 1960 : 17) (© Arch. phot. Paris/CNMHS).

FIG. 112 – Fouille de la nécropole dans le jardin de la basilique, 1948 (Formigé 1960 : 17) (© Arch. phot. Paris/CNMHS).

En 1948, Jules Formigé fouille une trentaine de sarcophages au nord de l’église abbatiale, dont le seul témoin restent aujourd’hui les clichés conservés dans le fonds photographique des Monuments historiques. La découverte ne semble pas avoir fait l’objet d’un relevé systématique.

FIG 113 – État des connaissances sur la nécropole et l’ensemble monumental du haut Moyen Âge.

FIG 113 – État des connaissances sur la nécropole et l’ensemble monumental du haut Moyen Âge.

Sur ce document sont figurées les constructions d’époque mérovingienne (la basilique, les églises Saint‑Barthélemy et Saint‑Pierre et leurs galeries) et celles d’époque carolingienne (l’église de Fulrad et le bâtiment carolingien). Parmi les inhumations du haut Moyen Age nous n’avons retenu que les tombes en sarcophage de pierre ou de plâtre. Il faut noter toutefois que le premier type se maintient jusqu’au Moyen Âge. En revanche le second type, majoritaire, est caractéristique de l’époque mérovingienne. La relation étroite qui existe entre les tombes et les constructions mérovingiennes souligne le caractère funéraire de ces dernières.

A.B. del./UASD

8À une cinquantaine de mètres au nord‑est de la basilique, le groupe de sépultures du Bas‑Empire reste pour l’instant isolé (cf. supra § 1.4 et fig. 12). Cette aire funéraire est abandonnée au ve s. Après un apport de terre, le site est réoccupé, comme en témoignent plusieurs foyers et fosses à déchets domestiques. Une première limite, vraisemblablement matérialisée par une palissade, sépare cette zone d’habitat, au nord, d’un espace qui paraît vide de toute trace d’occupation, au sud. Dans le courant du vie s., la construction de l’église Saint‑Pierre perpétue l’orientation de cette limite (fig. 113). À une vingtaine de mètres à l’ouest, une deuxième église, connue au Moyen Age sous le vocable de Saint‑Barthélemy, est édifiée au détriment d’installations artisanales (atelier de fondeurs) du vie‑début du viie s. (Périn 1993a). La construction de ces deux églises va dans le sens d’une croissance continue de la nécropole vers le nord. Des inhumations en sarcophage s’établissent tout autour de l’église Saint‑Barthélemy. Si, dans la basilique, les sarcophages sont presque exclusivement en pierre, dans la nécropole extérieure au bâtiment ils sont quasiment tous en plâtre. Il s’agit des produits d’une fabrication en série : les cuves de plâtre, souvent décorées, sont moulées d’une pièce, probablement dans un atelier limitrophe du cimetière, à l’aide d’un double coffrage, extérieur et intérieur. Certains moules sont tirés à plusieurs dizaines d’exemplaires. Transportés d’une seule pièce, les sarcophages sont enfouis sur le champ funéraire et dans les églises, en rangées plus ou moins rigoureuses. La juxtaposition des cuves trapézoïdales entraîne une disposition en éventail ; aussi l’orientation est‑ouest des sépultures n’est‑elle que très grossièrement respectée. Le rare matériel funéraire a été attribué à la fin du vie et au viie s. (Périn 1993a).

9L’étude anthropologique montre une nette prépondérance des sujets de sexe masculin (sur 105 individus, on compte 71 hommes et 29 femmes), présentant les signes de conditions de vie privilégiées (faible mortalité en bas âge) (Gallien 1994). Il est donc possible que la population inhumée aux abords de la basilique soit plus particulièrement constituée de religieux ; un indice nous est fourni par une inscription gravée à l’intérieur d’un sarcophage de l’église Saint‑Barthélemy identifiant le défunt à un moine (Héron 1992). Il faut néanmoins se garder d’extrapoler ces observations ponctuelles à l’ensemble de la nécropole.

2.1.3 Les églises funéraires et la construction civile carolingienne

10J. Hubert, le premier, s’est intéressé à cet ensemble monumental, lors de son enquête systématique sur les monastères du haut Moyen Âge (Hubert 1952 : 65666, pl. XXI). Il reconnut dans la dualité des églises dédiées à saint‑Pierre et à saint‑Paul la marque de leur origine mérovingienne (Hubert 1950b). Les fouilles qui furent pratiquées en 1842‑1844 à l’emplacement de ces deux édifices ne permirent pas d’étayer cette hypothèse, mais celle de Saint‑Pierre, récemment reprise pour vérification, paraît confirmer l’opinion du savant.

11L’église Saint‑Pierre (fig. 113) n’a pas été étudiée dans sa totalité ; nos investigations ont porté sur l’angle sud‑est de la nef et sur le chevet que les fouilles anciennes avaient arasé en quasi‑totalité, au niveau de sa première assise de fondation.

12L’abside de plan rectangulaire est adossée, au sud, à une galerie de 4 m de largeur intérieure et de plus de 50 m de longueur. Dans un deuxième temps, elle est agrandie vers le nord et vers l’est. L’abside est dotée d’une annexe septentrionale très partiellement reconnue, qui est subdivisée lors d’un remaniement. Nous pouvons supposer que la nef avait les dimensions de celle de l’époque médiévale.

13Des tombes en sarcophage occupent en grand nombre le sous‑sol de l’église, de la galerie et de l’annexe. Dans la galerie, les cuves sont établies à environ 0,30 m sous le sol ; un réhaussement de celui‑ci permet la mise en place d’un second niveau de tombes. Faute de vestiges conservés, nous ignorons totalement l’aspect architectural de cette galerie. Néanmoins, nous avons observé que les sarcophages situés le long de ses parois intérieures étaient les plus érodés, érosion sans doute due aux intempéries. Cette observation nous incite à restituer un portique couvert présentant des ouvertures latérales.

14L’église attestée à partir du xiiie s. sous le vocable de Saint‑Barthélemy nous est connue de manière plus complète (fig. 114). Elle comprend une nef unique et un chevet plat en trois parties, formé d’une abside semi‑circulaire flanquée de deux annexes latérales divisées en deux pièces inégales. Dans la nef, un arc triomphal, large d’environ 3 m, ouvre sur la profonde abside. Une galerie court autour de la nef. En façade, deux massifs carrés semblent indiquer l’existence d’un porche. À l’ouest de celui‑ci, d’autres vestiges témoignent d’une galerie longue de 36 m (fig. 113). À l’est de l’église, une fondation oblique venant s’accoler au chevet pourrait rejoindre le portique de l’église Saint‑Pierre.

FIG. 114 – Relevé pierre à pierre de l’état mérovingien de l’église Saint‑Barthélemy

FIG. 114 – Relevé pierre à pierre de l’état mérovingien de l’église Saint‑Barthélemy

Dans la nef de l’église, la fouille a permis de reconnaître les empreintes laissées par les sarcophages extraits au début du XIIIe s. Les tombes sont organisées en cinq rangées régulières.

M.W del./UASD

15Seuls la façade de la nef, le piédroit sud de l’arc triomphal et la moitié sud de l’abside ont conservé l’amorce de leur élévation. Les murs en petit appareil sont maçonnés avec un mortier très maigre et, dans l’abside, les joints sont tirés à la pointe. La pose d’un enduit de mortier lissé sur les parois intérieures intervient vraisemblablement très tôt ; celui de l’abside est peint en imitation de marbre (Wyss 1994). De la porte principale ouverte en façade ne subsiste que l’arrachement d’un seuil large d’environ 2,20 m. Une autre porte, large de 1 m, permet de communiquer entre l’abside et l’annexe sud.

16Les sols sont constitués d’un radier de petites pierres recouvert d’une couche de mortier de tuileau. La nef connaît deux sols successifs. Le premier étant établi à environ 0,50 m sous le sol de l’abside et sous le seuil de la porte principale, il faut donc restituer des marches aux deux extrémités de la nef. Dans un second temps, le sol de la nef est surélevé au niveau de l’abside et du seuil de l’entrée axiale.

17L’arc triomphal subit plusieurs remaniements. Dans son dernier état, le piédroit sud est doté d’une colonne (?) adossée dont le socle est marqué d’une entaille due, très probablement, à la présence d’une barrière de chœur (fig. 114).

18L’église a, dès l’origine, une fonction funéraire, comme l’indique la tombe d’enfant (fig. 114, no 3435) implantée dans l’abside au moment même de sa construction. Par la suite, des sarcophages sont installés dans toutes les pièces de l’édifice. Dans la nef, le réhaussement du sol est suivi par la mise en place d’un deuxième niveau de sarcophages. L’état de conservation du sous‑sol de l’annexe nord ne permet plus de savoir si celui‑ci abritait des sépultures.

19Stratigraphiquement, la plupart des tombes sont postérieures aux églises. Seuls les agrandissements vraisemblablement secondaires vers l’est et l’ouest de l’église Saint‑Barthélemy recoupent des sarcophages. L’époque carolingienne marque une nouvelle étape dans l’évolution de cet ensemble. A l’extrémité ouest, nous assistons à l’édification d’un grand bâtiment résidentiel (fig. 115). L’édifice mesure au moins 50 m de long sur 14 m de large. Il est bordé, au sud, par un portique de 2,20 m de largeur intérieure donnant accès, en arrière, à plusieurs salles. Dans l’une d’elles étaient enfouis cinq coffres et un tonneau en guise de resserre (Meyer 1993). Au sud‑est, la construction est dotée dès l’origine d’une tour d’angle qui a pu abriter un escalier menant à l’étage ; au nord‑est, une autre tour édifiée à l’angle pourrait lui être associée. Nous reviendrons plus loin sur l’interprétation de cette construction (cf. infra § 3.1.1). D’autres remaniements touchent les églises. Ainsi, le portique de Saint‑Pierre et l’annexe sud de Saint‑Barthélemy sont simultanément reconstruits. Mais dès la fin du ixe s., les églises voient leurs annexes progressivement supprimées. Des murs, ou palissades, sont établis entre les constructions subsistantes, conférant à l’ensemble monumental l’allure d’une enceinte autour de laquelle l’habitat vient s’agglomérer, recouvrant les zones investies par les anciennes sépultures périphériques.

FIG. 115 – Relevé pierre à pierre du bâtiment carolingien.

FIG. 115 – Relevé pierre à pierre du bâtiment carolingien.

M.W del./UASD

2.2 Le Moyen Âge

2.2.1 Le cimetière

20Au nord de l’église abbatiale, le grand cimetière de l’abbaye n’est autre que le prolongement de la nécropole du haut Moyen Âge. En 1229, l’acte constitutif de la confrérie de saint Denis établi par l’abbé Eudes Clément différencie les sépultures enterrées « en nostre aitre ou en l’aitre monseigneur saint Denys qui est commun a la ville », in atrio nostro vel in atrio communi ville Beati‑Dyonisii (Lombard‑Jourdan 1983b, d’après AN, LL 1183). Cependant, on ignore si la séparation des deux aires funéraires était matérialisée à la surface par une clôture. En 1575, la vue perspective de Belleforest (fig. 177) nous montre cet espace découvert et ceinturé d’édifices religieux et civils. Sur ce même document, le cimetière apparaît comme une place intégrée au réseau viaire de la ville médiévale, puisque entre les édifices sont ménagées des portes d’où partent les voies radiales du bourg.

21Les recherches de l’Unité d’archéologie ont porté sur d’importantes surfaces de ce cimetière, mettant au jour plus d’un millier de squelettes. Les observations effectuées au moment de la fouille concernent principalement l’organisation de l’espace et l’évolution des pratiques funéraires. D’emblée, on est frappé par la concentration exceptionnelle des inhumations. Ainsi, la fouille exhaustive d’un secteur de 50 m2 a livré près de 600 individus, les corps se superposant sur une hauteur de 2 m. L’étude stratigraphique permet de les regrouper en 46 phases d’inhumation échelonnées sur huit siècles, du viie au début du xve s. (Gallien, Langlois 1991). L’examen anthropologique effectué pour les premières phases qui succèdent à la nécropole mérovingienne nous restitue une population équilibrée (sur 157 individus on compte 78 hommes et 48 femmes) conforme à celle d’un cimetière paroissial (Gallien 1994).

22Tout au long du Moyen Âge, le cimetière semble avoir conservé des tombes organisées en rangées plus ou moins régulières, ménageant des espaces de circulation et permettant de garantir le respect des sépultures. Lorsque la surface est saturée, le sol est réhaussé par un apport de terre et une nouvelle organisation est mise en place. Aussi en huit siècles le niveau du cimetière est‑il monté de près de 1,50 m. Aux abords de l’église Saint‑Barthélemy, plusieurs zones étaient réservées aux sépultures d’enfants.

23À partir de la fin du haut Moyen Âge, la typologie des tombes se diversifie. L’emploi des sarcophages de plâtre cesse vers le début du viiie s. ; ils sont remplacés par des tombes construites à même la fosse d’inhumation avec des parois en maçonnerie ou des coffrages en bois, L’apparition des cercueils chevillés ou cloués n’est pas antérieure à la fin du xiiie s.

Figure 116 – Plan schématique des constructions mises au jour aux abords du cimetière de l’abbaye.

Figure 116 – Plan schématique des constructions mises au jour aux abords du cimetière de l’abbaye.

1 abbatiale ; 2 église Sainte‑Geneviève ; 3 église Saint‑Michel‑du‑Degré ; 4 église Saint‑Barthélemy ; 5 église des Trois‑Patrons ; 6 égliseSaint‑Michel‑du‑Charnier‑Saint‑Symphorien et chapelle de la Vierge ; 7 église Saint‑Pierre ; 8 église de la Madeleine ; 9 église canoniale Saint‑Paul ; 10 bâtiment carolingien ; 11 aqueduc ; 12 maison de la Cène ; 13 celliers ; 14 maison du chantre de Saint‑Paul.

A.B. del./UASD

2.2.2 Les églises et la maison de la Cène

24Nous ignorons quand les chanoines s’établirent à l’église Saint‑Paul. Ces derniers prétendaient que leur collège avait été fondé par Robert II le Pieux. Cette affirmation fut contestée par Félibien qui attribua aux abbés de Saint‑Denis, et plus particulièrement à Hilduin (814‑840), ce rôle de fondateur (Félibien 1706 : 142). L’église, ou basilica sancti Pauli, est citée dans une lettre de l’abbé Adam de 1114 qui accorde aux chanoines l’église Saint‑Pierre (Félibien 1706 : XCll). En 1137, Suger affranchit les chanoines des redevances dues au monastère et leur cède, en outre, le patronage de l’église Saint‑Jean‑Baptiste ainsi qu’un enclos renfermant des ateliers (doc. 24). En 1231, l’abbé Eudes Clément entre en conflit avec les chanoines qui « ne vivoient plus en commun comme autrefois » (Félibien 1706 : 226). De nouveaux statuts fixent à douze le nombre des vicaires, à six celui des chapelains et obligent les chanoines à résider auprès de l’église six mois consécutifs. En 1273, on réglemente la distribution des méreaux (AN, L 829), dont la frappe est attestée jusqu’à l’Epoque moderne (Longpérier 1883). Saint‑Paul possédait, en plus du maître‑autel, plusieurs chapelles dont celle dédiée à Notre‑Dame, fondée en 1308 (Lebel 1935b : no 1688). Trois autres autels ont pour vocable Saint‑Pantaléon‑Saint‑Laurent, les Saints‑Innocents et Saint‑Nicolas (AN, LL 1209 ; Longnon 1904 : 399).

FIG. 117 – Limites des aires de fouilles dans le centre monumental et à ses abords.

FIG. 117 – Limites des aires de fouilles dans le centre monumental et à ses abords.

A.B. del./UASD

Document 23
Procès‑verbal de la visite de l’église Saint‑Paul, le 22 octobre 1726, d’après une copie du décret de monseigneur de Noailles, archevêque de Paris, fait en parlement le 8 février 1727.

Le titre du prieuré de Saint‑Denis‑de‑l’Estrée s’étant éteint et ses biens et revenus étant donnés aux chanoines de Saint‑Paul, on décide de transférer le chapitre au prieuré. Depuis 1567, les chanoines se sont retirés dans une chapelle aménagée dans les ruines de l’ancienne collégiale romane (fig. 118), surmontée d’un clocher en forme de flèche (fig. 129). Le transfert se justifie par le délabrement de l’ensemble, souligné par les rapporteurs. Quant à l’église Saint‑Denis‑de‑l’Estrée, elle a également besoin de réparations à cause de la chute de son clocher. Suite à ce procès‑verbal, l’archevêque de Paris autorise, en 1728, la démolition de l’église Saint‑Paul.
Source – ADY, D 593 : liasse 8.

(...) il apere que laditte église de Saint‑Paul ne consiste que dans une partie d’un collatéral restant de l’ancienne église dont les ruines subsistent, que cette partie contient environs neuf toises [environ 17 m] de longueur sur trois toises [environ 6 m] de largeur : L’entrée de laditte église fermé d’un mur de plastre fort caduque menassant ruine, que le mur de l’église du costé de l’abbaye surplombe et panche en plusieurs endroits, que les pilliers boutans de l’ancienne église qui soutiennent le mur du costé du cloistre et la cloison de plastre qui sert de mur du costé de l’abbaye sont eux mesme soustenus par des pilliers boutans sans lesquels laditte église serait desja tombé ; que la voûte qui n’est que de plastre et dont les ceintres sont de pierre est ouverte et fractionné en plusieurs endroits, et menace ruine, que l’escalier qui conduit a la voûtte est en danger de tomber ainsi que le jubé, que la couverture de l’église est très mauvaise, que le clocher en forme de flèche panche extrêmement que la charpente du dit clocher est hors de son assemblage et en partie pourie ; qu’en l’état ou laditte église se trouve l’office divin ne s’y fait pas sans danger.
Que laditte église de Saint‑Denis de l’Estrée est en bon état à l’exception des dommages causées par la chute du clocher de laditte église arrivé il y a quelque mois. Il apere que laditte église de Saint‑Paul a du estre autrefois fort grande a en juger par les anciens vestiges de laditte église, mais qu’aujourd’hui elle est réduitte a la moitié d’un collatéral qui est si petit qui n’est pas possible que les chanoines puissent y faire désamant l’office divin, que cette petite église ou chapelle fermée par des cloisons de plastre est très caduque et ruineuse, qu’il n’est pas possible de rétablir l’église ruiné et tombé depuis très long tems à cause de la modicité des revenus des chanoines, que la plus part des maisons desdits chanoines sont aussi fort enciennes et caduques qu’il serait très convenable de transféré le dit chapitre au dit pleuré de Saint‑Denis [de l’Estrée] (…)

25.

Document 24
Extrait de la charte de l’abbé Suger confirmant les biens des chanoines de Saint‑Paul à Saint‑Denis, Noël 1137‑11 mars 1138.

L’église Saint‑Paul est desservie par une communauté de chanoines qui dépend des abbés de Saint‑Denis, ses principaux bienfaiteurs. En 1114, l’abbé Adam leur avait cédé l’église Saint‑Pierre. Suger y ajoute ici celle, toute proche, de Saint‑Jean et accorde aux chanoines la maîtrise de leurs hommes et possessions. La présence d’un enclos ou cloître, d’ateliers, de masures et demeures nous rappelle que les chanoines vivent en communauté. L’original de l’acte de la charte est aujourd’hui perdu. Nous connaissons le texte par deux copies, dont la plus ancienne se trouve dans le « Cartulaire blanc de Saint‑Denis » (AN, LL 1157 : p. 54) ; une seconde, plus récente, a été effectuée par les chanoines bénéficiaires. La confrontation des deux textes a permis à W.M. Newman de déceler une interpolation du xiiie s., ici non reproduite (Newman 1937a : 111‑114, 252‑ 256).
Source – Suger, Lecoy de la Marche 1867 : 345‑346 ; traduction française : F.G.

  • 1 Cloître ou enceinte, c’est‑à‑dire l’ensemble du territoire sur lequel s’exerce la juridiction de l’ (...)
  • 2 Ils, c’est‑à‑dire les religieux de Saint‑Paul.
  • 3 Aître ou cimetière au sens large d’unité topographique et juridique de l’église.
  • 4 Ableiges, Val‑d’Oise.
  • 5 Bercagny, Val‑d’Oise.
  • 6 Champigny‑sur‑Marne, Val‑de‑Marne.

(...)
Qu’il soit donc porté à l’attention des hommes, tant présents qu’à venir, que moi Suger, abbé de l’église de Saint‑Denis, avec l’assentiment de nos frères, nous avons décrété et décidé d’honorer et d’exalter l’église de Saint‑Paul qui est attachée à notre église comme un membre à la tête, parce que nous avons obtenu de la prédication de saint Paul, maître des nations, notre seigneur et protecteur saint Denis, mais aussi parce que tout ce que nous lui conférons d’honneur et d’intérêt se reporte entièrement sur notre honneur et notre intérêt. Le cloître1 de cette église, les atelier qui sont dans le cloître, les bâtiments qu’ils2 y possèdent et ceux qu’ils pourront posséder autour du cloître, nous les donnons en effet dans une liberté irréfutable et exempte de toute exaction, pour y construire les masures propres à l’église et les demeures des chanoines ; et non seulement en ce lieu mais partout où pourraient se trouver leurs demeures, pourvu qu’ils y habitent, nous affranchissons leurs maisons et leurs biens et ceux de leur domesticité respective. Si cependant ces possessions passaient entre les mains d’autres personnes, elles retourneraient au pouvoir de la juridiction de la villa, de par la loi du lieu. Cette liberté [que nous accordons] ne s’applique pas aux biens de nos ressortissants ou des autres hommes, dans leurs maisons ; de sorte que les biens des autres hommes seront remis à notre pouvoir par les clercs de Saint‑Paul. Ils auront à juger les larrons appartenant à leur domesticité et ceux qui se seront rendus coupables de vol envers eux. Les autres larrons fugitifs, ils devront les remettre à notre pouvoir, ainsi que les autres délinquants qui se seraient réfugiés auprès d’eux. Si toutefois un litige s’élevait entre eux et nous sur tel ou tel bien, et qu’ils puissent établir leur droit par serment, ce bien restera sans aucune contestation entre leurs mains ou celles d’une personne légalement investie. Cependant, afin que dans toute la succession des temps ils prient le Seigneur de nous pardonner, à moi pêcheur et à nos frères présents, passés et à venir, voulant remédier quelque peu, sur notre richesse, à leur pauvreté (serviteurs de Dieu comme nous, ils le sont en effet avec nous), nous accordons chaque année quarante sous, qu’ils recevront irrévocablement à Deuil, annuellement, sur le cens du Manse‑Arnoul, un muid de grain sur un moulin sis dans la villa d’Ormesson, ainsi qu’un muid de vin dans le cellier et dix sous sur le cens du vin des crieurs, à chaque fête de la Saint‑Paul, pour la réfection des chanoines, afin qu’ils servent avec plus de joie et de zèle Dieu et saint Paul. En outre nous donnons à cette même église de Saint‑Paul l’église de Saint‑Jean sise dans l’aître3 de Saint‑Denis, la moitié de la dîme d’une villa appelée Ableiges4, le quart de la dîme de Bercagny5 et la moitié de la dîme d’une autre villa appelée Champigny6.
(...)

26Quant à la construction de cette collégiale, nous disposons de plusieurs documents. En 1728, au moment de sa démolition, Gilles Dumoutier, voyer, dressa un « plan de l’emplassement de l’église de Saint‑Paul » (fig. 118). Les fouilles de 1842‑1844 ont dégagé, pour un temps, une partie de l’édifice (fig. 119, 120). Le plan qu’exécuta Cabillet à cette occasion n’est accompagné, à notre connaissance, que de la « Notice historique... » de Debret (doc. 25) et de quelques notes de Guilhermy (doc. 26). Cette documentation laisse entrevoir certains éléments d’une église romane. Les récentes recherches de l’Unité d’archéologie ont permis d’étudier la première travée de l’édifice, révélant l’existence d’états antérieurs à la construction du xiie s.

FIG. 118 – Plan de l’église Saint‑Paul par Gilles Dumoutier en 1728. AN, S 2248 ; papier, encre, aquarelle ; 33 x 20 cm.

FIG. 118 – Plan de l’église Saint‑Paul par Gilles Dumoutier en 1728. AN, S 2248 ; papier, encre, aquarelle ; 33 x 20 cm.

À la suite des dévastations des huguenots en 1567, les chanoines ont été contraints de se retirer dans une chapelle dédiée à saint Pantaléon. En 1728, les chanoines s’installèrent à Saint‑Denis‑de‑l’Estrée et abandonnèrent l’emplacement de leur ancienne église canoniale aux religieux de l’abbaye. Ce plan, dressé pour être joint à l’acte de cession l’année de la démolition de l’église, nous montre l’ancien édifice en apparence complet. Pourtant, le procès‑verbal de 1726 avait décrit un édifice en ruine (doc. 23).

cl. P.M./ADSSD

FIG. 119 – Vue du chevet par F. Benoist, vers 1845. ADSSD, 6 Fi Saint‑Denis 51 ; lithographie ; 25 x 35 cm.

FIG. 119 – Vue du chevet par F. Benoist, vers 1845. ADSSD, 6 Fi Saint‑Denis 51 ; lithographie ; 25 x 35 cm.

Au premier plan, on distingue les vestiges non remblayés de l’abside de Saint‑Paul.

cl. P.M./ ADSSD

FIG. 120 – Détail du plan des fouilles effectuées par Debret en 1842‑1844 et levées par E. Cabillet. AMH, no inv. 60408 ; papier, crayon, encre ; 110 x 94 cm.

FIG. 120 – Détail du plan des fouilles effectuées par Debret en 1842‑1844 et levées par E. Cabillet. AMH, no inv. 60408 ; papier, crayon, encre ; 110 x 94 cm.

Cabillet disposait visiblement pour restituer les églises d’un plan d’ensemble ou de plusieurs plans partiels, plus anciens, détaillant la disposition interne des édifices. La légende correspondant aux numéros figurés n’a pu être retrouvée. II faut émettre quelques réserves sur le « relevé d’après nature » des vestiges archéologiques. En effet, si nos fouilles de vérification (fig. 116) ont permis de confirmer l’emplacement des deux églises dégagées (Saint‑Pierre et Saint‑Paul) et celui de la maison du chantre (habitée par monsieur Brochon), elles ont révélé un manque de précision dans le rendu de certains détails tels que les sarcophages et une restitution abusive des sous‑sols de maisons (fig. 116). Ce plan nous révèle la collégiale Saint‑Paul comme une construction du XIIe s., si l’on en juge par les bases des colonnes. Un détail figure l’élévation du mur mitoyen avec l’église Saint‑Pierre. Le document est complété par des dessins d’objets découverts : une maille blanche de Charles IV (1322‑1328) (Duplessy 1988 : no 243), des sarcophages –dont un couvercle avec deux inscriptions et un panneau de tête décoré– et une céramique funéraire de la fin du XIVe‑début du XVe s. Au‑dessus de la porte de la maison du chantre, on note un écusson à un chevron accompagné de trois fleurs de chardons, au chef chargé de trois croissants, daté 1571.

cl. P.M./ADSSD

Document 25
Notice à propos des fouilles que François Debret fit effectuer à l’emplacement de la collégiale Saint‑Paul à partir de 1842.
Source – Debret 1843.

En démolissant, en 1842, les anciens ateliers de la cour de la Madeleine, qui longeaient la face latérale Nord de l’église royale de Saint‑Denis, ateliers qui avaient été construits par M. Legrand, architecte, lorsqu’en 1807 il commença la restauration de cette basilique, je ne tardai pas à reconnaître les ruines de l’ancienne collégiale de Saint‑Paul, citée par Belleforêt, l’abbé Le Beuf, dom Félibien et dom Doublet.
Dès ce moment, je commençai à faire lever un plan extrêmement exact de toutes les constructions enfouies sous le sol, ou qui se trouvaient bloquées dans les murs mitoyens de la clôture de l’abbaye. Bientôt Je trouvai l’abside et l’un des bas‑côtés de cette collégiale, et sur son sol des dalles gravées avec figures et inscriptions assez bien conservées ; sous ce même sol une infinité de tombes, tant en pierres que moulées en plâtre, des médailles ou monnaies, des fragments de vitraux, un moule de cloche à la profondeur d’un mètre environ, sous le pavé du bas‑côté Nord ; enfin de nombreuses inscriptions gravées sur la face intérieure du mur de l’abside, que M. de Fréville fut chargé de déchiffrer comme paléographe déjà attaché aux travaux de Saint‑Denis par M. le ministre des Travaux‑Publics.
La mauvaise saison interrompit ces recherches, qui se poursuivront cette année en faisant le déblaiement du terrain, et nous permettront d’en publier un plan et des détails plus complets que ceux que nous possédons aujourd’hui.
(...)
Ce que Je trouve de positif aujourd’hui, c’est que cette église se composait d’une nef terminée par une abside et de deux bas‑côtés qui ne se prolongeaient que jusqu’à l’entrée du sanctuaire. L’intérieur de l’édifice n’offre en totalité, Jusqu’à ce moment, que 40 mètres de longueur, aux dépens de laquelle 20 m 50 sont occupés par le sanctuaire. Le diamètre de l’abside, et par conséquent la largeur de la nef, est de 7 m 30.
La largeur de la totalité du monument, compris la nef et ses deux bas‑côtés, est de 20 mètres entre ses murs latéraux. De chaque côté de la nef était un rang de colonnes qui la séparait des bas‑côtés. Les murs de l’abside, qui ont 1 m 85 d’épaisseur, sont d’une très‑belle construction.
Les profils des bases des colonnes et leur ornementation, ainsi que des fragments de chapiteaux retrouvés dans les fouilles, indiquent un travail des xe ou xie siècles (...)

27.

Document 26
La fouille des églises Saint‑Pierre et Saint‑Paul d’après les notes de François de Guilhermy, 1842‑1856.

Guilhermy eut l’occasion de visiter la fouille de Saint‑Paul que Debret débuta en 1842 et celle de Saint‑Pierre qu’il entreprit l’année suivante. L’érudit observa les constructions mises au jour et s’intéressa tout particulièrement aux objets mobiliers recueillis qui furent déposés dans les divers « magasins ». Il publia le fragment de dalle funéraire de l’écuyer Pierre Hugon (no 133), le fragment de l’épitaphe d’Hugonne et d’autres inscriptions dans les « Inscriptions de France » (Guilhermy 1875 : 196‑197). Les notes publiées ci‑après portent des ajouts qui correspondent à une deuxième visite des magasins en 1856.
Source – BNF, Nouv. acq. fr. 6121.

[f° 231, fouille de Saint‑Pierre : ] J’en ai vu fouiller le sol en 8bre [octobre] 1843 pour les fondations d’une maison ; médaille ; trois étages de tombeaux le rang inférieur en auge de pierre (...) le deuxième rang en plâtre ; le supérieur en plâtre, bois, moellons.
Objets encore en magazin à la fin de 1842 (revus en 1856) :
[f° 240, en marge : fouille de 1842 (= Saint‑Paul)] Dans les derniers jours d’août 1842, on met à découvert le côté septentrional des substructions de l’ancienne église Saint‑Paul. On y recueille : [en marge : tombe 13e, 133] la partie supérieur d’une tombe sur laquelle figure un buste d’homme mains jointes sous un arc trilobé avec un mot en lettres du 13e siecle : Ici gist Pierre Hugon esc... de feste S. Andrei l’apostre (grand magasin 1856) ; [en marge : cercueils de plâtre, 134] des cercueils de plâtre dont l’un avec une espèce de monogramme du Christ (grand magasin 1856) ;
[en marge : tombe 13e, 134] une tombe entière gravée, très fruste, représentant une femme. On y lit avec peine : ... es Hugonne jadis fesme Simon le... trespassa l’an mccccxi le... (grand magasin 1856) ;
[en marge : un Christ xv8,136] des fragments d’un Christ en terre cuite, 15e (magasin des vitraux 1856) oû ? ;
[en marge : Pavés, 137] des morceaux de pavés vernissés fleur de lys (magasin des vitraux 1856) ;
[en marge : têtes xiie, 138] deux têtes de soldats et une de roi, provenant des voussures de l’église abbatiale (grand magasin 1856) ;
[en marge : Fouille 1843. Fouilles sur l’emplacement de Saint‑Pierre, octobre 1843. 3 étages de tombes, le plus bas en pierre, l’autre en plâtre d’une seule pièce, le plus haut maçonné en plâtre et moellons ; une medaille du 13e siècle, un gratien ; quelques vases en terre. Mars 1844. Continuation de fouilles près de Saint‑Paul, débris de tombeaux de pierre ; bases de colonnes et mur roman, 138 b] Bustes de saints xive. (…)
Ruines de Saint‑Paul. 4 décembre 1842, Je visite de nouveau les fouilles, octobre et decembre 43. Bas de l’abside découvert ; fragments de moulures engagés dans la maçonnerie, dans un contrefort, base de colonne romane avec scotie zigzaguée. Marque d’appareilleurs [six exemples de signes de forme : T, V, L, N et S]. Mur très épais. Deux inscriptions sur de simples pierres ; lettres mêlées : Deus habent animam Adami thesaurari et matris ejus.
Tombes en pierre brisées. Tombeau de plâtre dans lequel des vases en terres ; tombeau d’enfant en plâtre ; ossements ; le fond des tombeaux est un peu relevé à la tête et aux pieds. On tirait sans doute le corps d’un cercueil provisoire pour le placer dans la tombe. Fragments de tuiles à rebords.
[en marge : 139] Piliers de la nef très grossiers, dont quelques bases relevées dans un magasin, à peu de distance de leur place primitive (grand magasin 1856). Tronçon de colonnes de marbre rose trouvés dans la démolition d’une cave voisine.

28Il faut noter que l’église est implantée dans l’axe des constructions du haut Moyen Âge. Ainsi, la nef est établie dans le prolongement du chevet de Saint‑Pierre et, à l’ouest, les colonnades chevauchent les fondations de constructions préexistantes. Par ses proportions imposantes, près de 42 m de longueur intérieure et environ 20 m de largeur, l’édifice se distingue nettement des autres églises. La nef s’étend sur huit travées ; deux files de colonnes la séparent des collatéraux et des bras de transept. Les fouilles anciennes ont permis de retrouver trois de leurs bases. La forme plus élaborée qui caractérise celle de la quatrième colonne pourrait indiquer une séparation entre la nef laïque et le chœur liturgique. À l’extrémité occidentale de l’édifice, le mur mitoyen avec l’église Saint‑Pierre est doublé de colonnes et colonnettes engagées. Seraient‑ce les « colonnes et chapiteaux de marbre » que l’abbé Lebeuf avait remarqués en 1738 « dans le mur du fond de l’Eglise de S. Pierre par le dehors » (Lebeuf, Bournon 1883 : 524) ? Plus rien ne subsiste de ce mur. Dans le prolongement de la nef se trouve le chœur. Il comprend une abside semi‑circulaire que précède une travée droite, plus courte. Debret avait dégagé le mur de l’abside dont la paroi intérieure est scandée de quatre pilastres auxquels correspondent, à l’extérieur, autant de contreforts. Leur présence et l’épaisseur du mur suggèrent que cette partie de l’édifice devait être voûtée et ce, dès l’origine. Le plan de Dumontier figure dans l’abside une voûte à cinq quartiers. Ce même document nous montre que les fenêtres du chœur sont flanquées de colonnettes. Un clocher s’élève contre le mur sud de la dernière travée de la nef. Un escalier à vis lui est adossé, à l’est. Une saillie est indiquée à la hauteur de la sixième et de la septième travée, correspondant aux deux bras d’un transept‑bas (?) très peu débordant, à moins qu’il ne s’agisse de deux chapelles avançant à l’extérieur de l’église.

29Au nord de cette église, une fouille relativement étendue (fig. 2, aire 17) nous renseigne sur l’organisation de l’enclos (claustrum) des chanoines. De prime abord, ce secteur de l’agglomération n’a rien de particulier et il faut imaginer ce « cloître », sans galerie, comme un simple regroupement d’habitations aux abords de l’église. Au centre de l’îlot, la maison du chantre comprend une cave spacieuse, plusieurs fois remaniée.

30En 1140, Suger cite une église Saint‑Michel située près d’« une place voisine du cimetière », plateam quandam cimeterio collimitantem juxta ecclesiam sancti Michaelis. La topographie dionysienne distingue deux églises Saint‑Michel, localisées de part et d’autre de l’église Saint‑Barthélemy : Saint‑Michel‑du‑Degré à l’ouest, Saint‑Michel‑du‑Charnier à l’est. Or, seule la première semble avoir possédé ce vocable dès l’origine, la seconde étant dédiée jusqu’à la fin du xiiie s. à saint Symphorien. Les fouilles récentes ont montré que l’église Saint‑Michel‑du‑Degré est édifiée probablement en même temps que le massif occidental de l’abbatiale, vers 1 137, comme en témoignent les réemplois décelés dans les deux constructions (fig. 32). L’édifice comprend une nef unique et un chevet de plan rectangulaire. Il est adossé au nord à un mur de clôture et s’approprie –en guise de porche ?– la tour d’angle nord‑est du grand bâtiment carolingien (cf. supra § 2.1.3).

31L’église se joint aux quatre édifices préexistants : Saint‑Paul, Saint‑Jean‑Baptiste, Saint‑Pierre et Saint‑Barthélemy. Les deux derniers, d’origine mérovingienne, ont besoin d’être rénovés. Ainsi le chevet de Saint‑Pierre est‑il renforcé au moyen de contreforts ; par étapes, l’édifice est presque entièrement reconstruit durant le Moyen Âge. Sa fonction paroissiale est attestée dès 1114 (Félibien 1706 : xcii).

32L’église Saint‑Barthélemy est également rénovée. L’abside est reconstruite sur un plan rectangulaire. L’édifice est incendié dans le courant du xiiie s., puis partiellement reconstruit. Les sarcophages sont alors extraits. Aucun ossement n’ayant été retrouvé, on peut supposer que les corps ont été prélevés pour être déposés dans un ossuaire. La première mention historique de Saint‑Barthélemy comme siège d’une paroisse ne date que de 1239 (AN, LL 1157).

33Celle de l’église Saint‑Symphorien (1298) est encore plus tardive (doc. 85). Dans le courant du xive s., le vocable de Saint‑Michel‑du‑Charnier lui est associé (Longnon 1904 : 400). Les fouilles de l’Unité d’archéologie ont porté sur le mur pignon de la façade de cette église.

34L’église Sainte‑Geneviève, construite durant la première moitié du xiiie s., est mentionnée en tant qu’église paroissiale en 1270 (AN, LL 1157). En 1300, Hervé de Colombes y fonde un autel dédié à sainte Claire (AN, LL 1209) ; un autre autel était consacré à saint Nicolas (AN, LL 1191 : no 3215). L’église est aménagée entre le bâtiment carolingien, au sud, et le mur de clôture, au nord. La construction comprend trois nefs voûtées. Elle est dotée en façade d’un porche plusieurs fois reconstruit. À l’autre extrémité, le chevet contigu à l’église Saint‑Michel‑du‑Degré s’agrandit au détriment de l’ancien porche, ou tour de façade, de Saint‑Michel.

35En 1137‑1138, Suger offre aux chanoines de Saint‑Paul l’église Saint‑Jean, qui se trouvait dans le cimetière (doc. 24). En 1221, l’abbé Henri Troon fait reconstruire cette église paroissiale dans un lieu voisin (doc. 27). À la fin du xiiie s., ce sanctuaire fait l’objet d’un pèlerinage (doc. 29), puis l’édifice semble disparaître dans le courant du xive s., sa paroisse étant réunie dès 1395 à celle de Saint‑Jacques‑de‑Vauboulon (AN, LL 1192 : no 4931). Nous ignorons encore la localisation des deux états de construction de l’église. En 1625, Doublet identifie les vestiges d’une ruine « joignant le logis du sieur grand Prieur » (doc. 59) –soit au sud de la collégiale Saint‑Paul (fig. 138)– comme ceux de « Saint‑Jean‑le‑Rond ». Ce qualificatif qui évoque un édifice circulaire semble résulter d’un amalgame avec Saint‑Jean‑le‑Rond, le baptistère parisien possédé par les chanoines de Notre‑Dame de Paris.

36Sous l’abbatiat d’Eudes Clément (1229‑1245), les sources écrites nous signalent à Saint‑Denis la présence des frères mineurs ; les comptes de l’abbaye stipulent à la rubrique des dépenses le creusement d’un puits, sa couverture et la construction d’un mur (doc. 39). La lettre de non préjudice du provincial des frères mineurs (doc. 30) permet de supposer que la communauté était établie dans une maison (domus) située derrière l’église Saint‑Pierre où elle avait l’usufruit d’une chapelle (capella) dont nous ignorons le vocable. Peut‑être s’agit‑il de la chapelle de la Madeleine, mentionnée en 1352 comme dépendance des chanoines de Saint‑Paul (Longnon 1904 : 399) ? Les plans anciens représentent cette construction comme un bâtiment de plan rectangulaire dépourvu d’abside. Il est doté en façade d’un clocher‑porche cantonné de contreforts. Aucune fouille n’ayant encore concerné cet édifice, nous ne sommes pas en mesure d’en préciser la date de construction.

37Entre l’abbatiale et l’église Sainte‑Geneviève, le bâtiment d’origine carolingienne est progressivement abandonné. Pendant quelque temps, l’espace est de nouveau investi par le cimetière. Puis, vers 1300, une nouvelle demeure est construite en bordure de la rue de la Fromagerie. Dotée d’un vaste cellier, elle est désignée dans les sources écrites comme maison de la Cène (fig. 230). En fermant le cimetière, cette bâtisse a pu contribuer, tout comme les églises, à mettre à l’abri l’espace religieux.

38Issu d’un ensemble d’édifices funéraires, le groupe des églises paroissiales du Moyen Âge reste étroitement lié au fonctionnement du cimetière, comme en témoignent le vocable Saint‑Michel‑du‑Charnier et la charte de 1221 qui atteste la présence d’une crypte‑ossuaire dans l’église Saint‑Jean, reconstruite (doc. 27).

39Dans la liturgie de l’abbaye, seule l’église Saint‑Paul sert de station à l’occasion des rogations et des processions aux fêtes de saint Marc (le 25 avril) et de saint Paul (le 30 juin) (Foley 1990 : 248).

  • 7 Avant le 22 octobre de cette même année, date de la mort de l’abbé Henri Troon.

Document 27
Transfert de l’église Saint‑Jean‑Baptiste en 12217.

Henri Troon, abbé de Saint‑Denis, ayant transféré pour ses besoins propres l’église Saint‑Jean‑Baptiste, dépendant de l’église Saint‑Paul, dans un nouveau lieu voisin du précédent, en investit les chanoines de Saint‑Paul et leur attribue tous les droits dont ils jouissaient dans l’ancienne église, à condition toutefois que dans la crypte inférieure que l’abbé a fait construire pour les morts avec l’accord des chanoines, les ossements des morts soient par la suite déposés librement.
Source – B. Copie de la fin du xiiies., AN, LL 1157 : no 63, p. 61 ; analyse et édition du texte : L.F. et A.D.

Henricus, Dei gratia Beati Dyonisii abbas, et ejusdem loci conventus, omnibus présentes litteras inspecturis salutem. Cum ecclesia Beati Johannis Baptiste ex largitione predecessorum nostrorum sit ecclesie Beati Pauli, et nos, propter nécessitâtes nostras, dictam ecclesiam Beati Johannis transferentes, novam ecclesiam materialem in loco vicino edificaverimus, canonicos ecclesie Beati Pauli, salvo omni jure ipsorum et nostro, de ipsa in recompensationem veteris ecclesie investivimus, volentes et concedentes ut quicquid Juris sepefata ecclesia Beati Pauli habuit in veteri, habeat in ecclesia a nobis noviter edificata, ita tamen ut in cripta inferiori quam ex devotione nostra propter mortuos construi fecimus, de assensu et voluntate dictorum canonicorum et ipsius ecclesie presbiteri, ossa mortuorum deinceps libéré reponentur. Quod ut ratum sit, presentem paginam inde conscriptam sigillorum nostrorum caractère fecimus communiri. Actum anno Domini M°CC°XX° primo.

40.

Document 28
Garin, prêtre de Saint‑Jean et fabricant de livres, août 1225.

Garin, prêtre de Saint‑Jean, reconnaît devoir à la chèvecerie de l’abbaye de Saint‑Denis 3 deniers de chef‑cens, et à l’office des Charités de l’abbaye, une rente de quatre livres payable moitié à Pâques, moitié aux octaves de la Saint‑Denis, sur une maison avec son « pourpris », jadis appartenant à Guibert le Pot, et que Garin vient de reconstruire. Les frais de cette reconstruction ont été couverts par la vente à Thibaut de Corbie de sa maison de la Courtille, moyennant 24 livres, et par les deniers tirés de son enseignement et des livres qu’il a écrits et vendus.
Source – B. Copie de la fin du xiiies., AN, LL 1159 : no 11, p. 5 ; analyse et édition du texte : L.F. et A.D.

Pjetrus], Dei gratia Beati Dyonisii abbas, universis présentes litteras inspecturis salutem in Domino. Universitati vestre notum facimus quod Garinus, presbiter Sancti Johannis, in presentia nostra constitutus, recognovit se debere capicerie nostre très denarios capitalis census et IIIIorlibras caritatibus Beati Dyonisii census accrescentis, reddendas in Pascha medietatem et in sequentibus octabis Beati Dyonisii reliquam medietatem, de domo sua et porprisia que fuerunt quondam Guiberti le Pot, quam idem Garinus de novo edificavit de denariis quos habuit de domo sua de Curticula, quam vendidit Theobaldo de Corbeia pro viginti quatuor libris et de denariis quos idem G[arinus] acquisivit laborando in exercitio scole, parvos edocendo, et de libris suis quos scripsit et vendidit. Nos vero présentes litteras inde factas et sigillo nostro munitas prefato G[arino], salvo jure nostro, dedlmus in testimonium. Actum anno Domini M°CC°XX° quinto, mense augusto.

41-

Document 29
L’église Saint‑Jean dans un miracle de Saint Louis daté de 1274.

En 1271, les restes du corps de Louis IX sont inhumés dans l’église abbatiale, derrière l’autel de la Sainte‑Trinité. La sainteté du roi défunt se manifestant par des miracles, elle ne tarda pas à susciter un important mouvement de dévotion populaire. Le récit de la guérison miraculeuse de Jehannet nous montre les infirmes venus en grand nombre prier auprès du tombeau. L’abbatiale étant fermée le soir, les malades passent la nuit dans le cimetière où, en l’église Saint‑Jean, les personnes affligées du mal Saint‑Jean ont coutume de veiller. Les « Miracles de Saint Louis » furent rédigés par Guillaume de Saint‑Pathus, d’après une enquête sur la canonisation du roi menée en 1282‑1283, principalement à Saint‑Denis, auprès des témoins survivants (Delaborde 1896).
Source – Saint‑Pathus, Fay 1931 : 147‑150.

Seze ans avoit ja passez quant l’inquisicion de cest miracle fu fete, qui fu fete en l’an Nostre Seigneur MIIe quatre vinz et deus el mois de oitouvre [octobre], que Marie dite la Bourgoigne, femme Robert le Maçon, nee de Prissi de la dyocese d’Aucerre, demorant adonques a Paris, avoit eu un fiuz de son premier mari qui avoit non Jehennet, nez droiz et entiers de touz ses membres. Et einsi par trois mois et demi il mouvoit ses braz legierement et les levoit et abessoit ausi corn enfant de son aage. Et en un jour après Pasques comme le dit enfant n’eust pas quatre mois et la dite Marie sa mere l’eust mis eu berceul a dormir a heure de dormir, et aprés dormir la mere revenist a lui si com ele souloit et ele l’eust levé du berceul et deslié des liens du berceul, ele vit que li diz enfes ne se pooit aidier du destre braz, ainçois pendoit a son costé, ne ne paroit pas que il eust nule Heure de ners ou Jointure entre l’espaule et le gros du braz fors que de pel, et pooit cel braz destre estre demené avant et arriere. Et quant l’en le levoit et l’en le delessoit, il cheoittout maintenant comme braz qui n’avoit nule force de nature en la devant dite jointure. Et fu en tel estat par huit ans que il ne se pooit aidier du braz devant dit, ne soit pestre d’icelui braz ne abevrer, ne chaucier soi ne vestir, ne metre sa destre main a sa bouche ou a sa teste se il ne l’i portast a la senestre main. Et avoit li diz Jehennet le mestre os du dit braz sec du coute Jusqu’à l’espaule. Et nonpourquant il avoit le dit bras assez gras du coute par aval Jusqu’à la main. Et comme le dit Jehennet estait einsi malade, Guillaume, pere du dit enfant, vint a la dite Marie sa femme et le dit Jehennet son fiuz, et vindrent de Monestal, ou il demoroient adonques, demorer a Paris. Et mout de medecines furent misent au dit braz qui riens ne li valurent ne ne profiterent.
Et en aprés, corn il eussent oÿ que mout de miracles estaient fez au tombel du benoiet saint Loÿs, la dite Marie et Eideline sa suer vindrent a l’eglise de Saint Denis huit ans avoit passé a la teste saint Jehan Baptiste derrenierement passée. Et avoit esperance que Dieu par les merites du benoiet saint Loÿs delivrast le dit enfant de sa langueur. Et eles menèrent le dit enfant au tombel du benoiet saint Loÿs et firent l’enfant ilecques estre delez [à côté de] le tombel par onze Jours entre les autres malades, que Dieu par les merites du benoiet saint Loÿs le delivrast, et estaient les femmes delez le tombel avecques lui. Et es onze Jours les dites femmes, Marie et Eideline, furent hors de la meson Mabile dite la Chievre avecques l’enfant, en la quele meson eles demoroient a Paris en la parroisse Saint Jehan en Greve. Et par nuit es diz onze jours, por ce que l’en ne soufrait pas que eles demorassent en l’eglise, car l’en lafermoit, et gesoient en l’eitre [cimetière] de cele eglise hors de la porte qui est vers l’eglise Saint Jehan, ne ne gisoient pas en lit ne ne despoilloient.
Et adonc, quant ce vint au Jour de la vegile saint Jehan après vespres entor soleil esconsant [vers le coucher du soleil], comme les dites femmes et li dit Jehennet et les autres malades fussent hors mis de l’eglise de Saint Denis et se seissent delez hors de la porte, la dite Marie, mere de celui enfant, ala a l’eglise de Saint Jehan ou les malades estaient qui cele nuit sont malades du mal saint Jehan.
Et comme la dite Eideline se seist avecques l’enfant aprés la porte, il commença a crier et a dire a icele Eideline : « Ma tante ! ma tante ! veez, veez ! ». Et lors il dreça son braz destre que il tenoit pendant si com il avoit acoustumé et le leva petit et petit et le mist a sa bouche. Et quant li dit enfant fu guéri et les moines oïrent ce, il ouvrirent la porte et le mistrent dedenz l’eglise. Et aprés il le mistrent arriere et li donerent un esterlinc [denier anglais] et un tournois. Et lors fu la dite Marie apelee de l’eglise Saint Jehan, et quant ele revint ele trouva l’enfant gueri. Car il metoit sa main destre a sa bouche et a sa teste et s’aidoit bien du dit braz en dreçant amont et en ravalant a sa volonté icelui braz, ausi com un autre sain enfant. De quoi cil qui la estaient qui le virent gurei looient et beneissoient Nostre Seigneur et le dit benoiet saint Loÿs par les merites de qui il avoit esté gueri.
Et comme les dites femmes fussent revenues a Paris avecques cel enfant einsi gueri, ses voisins et autres li firent mout grant joie et looient et beneissoient Dieu de si grant miracle et le benoiet saint Loÿs. Et li dit Jehennet fu après sain du dit braz et bien s’en aida, et le metoit a son chief et a sa bouche et s’en pessoit et abevroit et vestoit et chauçoit, et le dreçoit et abessoit tout a sa volenté, et portait de cel braz un pot d’iaue de Saine, et en fesoit du tout ausi com un autre sain enfant fet jusques a la mort. Et vesqui après cele delivrance par trois ans, et lors il morut. Et disoit l’en communement en la dite rue que li dit Jehennet avoit esté guéri par les merites du benoiet saint Loÿs.

42.

Document 30
Lettre de non préjudice du provincial des frères mineurs, 26 octobre 1231.

Grégoire, provincial des frères mineurs de France, remercie Eudes, abbé de Saint‑Denis, de l’avoir logé dans sa maison lors de son pèlerinage à Saint‑Denis, reconnaît avoir été reçu en tant qu’hôte dans cette maison située derrière l’église Saint‑Pierre et déclare n’y avoir aucun droit. II promet en outre de n’attenter en rien aux droits et privilèges de l’abbaye dans la chapelle que l’abbé lui a concédée et de cesser, sur la demande de celui‑ci, d’y célébrer le culte divin.
Source – B. Copie de la fin du xiiie s., AN, LL 1157 : no 163, p. 77 ; analyse et édition du texte : L.F. et A.D.

Reverendis in Christo patribus domino Odoni, Dei gratia abbati Sancti Dyonisii, totique ejusdem ecclesie capitulo, frater Gregorius minister et servus fratrum minorum qui sunt in Francia, salutem et orationes in Christo. Inter reliqua charitatis vestre bénéficia quibus erga nos plurimum in misericordie visceribus habundatls in Christo, dilectissimi Patres, principaliter recolentes quod cum dudum apud Sanctum Dyonisium peregrini venissemus, non habentes ubi possemus capita reclinare, nos in domo vestra propria collocastis ; explicabiles grates referimus, nosque super hac gratia vobis imperpetuum obnoxios profitemur, et ne super hoc processu temporis vestra possit fraudari devotio, providentes indempnitati vestre, pro qua vitanda nosmetipsos vellemus opponere, plane recognoscimus in supradicta domo vestra sita rétro ecclesiam Sancti Petri de gratia a vobis nos esse receptos tamquam hospites ad manendum, nec in eadem nobis juris aliquid vendicamus : immo ad libitum vestrum quandocumque vixeritis a predicta domo in contradictione aliqua recedemus. Insuper cum desuper habundanti gratia concesseritis, nobis in eodem loco habere capellam, nolentes libertatem ecclesie vestre super hoc, et posse in aliquo processu temporis molestari, promittimus quod contra jura et privilégia vestra nihil attentabimus, et quod ad mandatum vestrum sive vobis cessantibus, sive non, in capella ejusdem loci cessabimus celebrare divina. Et ut hoc scriptum imperpetuum robur optineat firmitatis, illud communi sigillo fratrum minorum de Francia fecimus insigniri. Acta sunt hec apud Sanctum Dyonisium, anno Domini m°cc°xxxi, VII kalendas novembris.

2.3 L’Époque moderne

43Le dernier quart du xvie s. est marqué par la construction, dans l’emprise du cimetière, du mausolée des Valois, ouvrage commandé par Catherine de Médicis (Boislisle 1877 ; Lersch 1995). Si l’on en croit dom Poirier, le chantier débute en 1572 et « il y avoir au commencement plus de 1000 ouvriers. L’édifice de dessous étant achevé, il fallut recommencer et ruiner les douzes caveaux pour les réduire à six » (BNF, ms. fr. 20851 : f°213). En 1573, Jean Bullant signe le contrat de la construction et édifie le rez‑de‑chaussée ; entre 1582 et 1586, Baptiste Androuet du Cerceau achève le premier étage. Puis le chantier s’interrompt. Le mausolée en forme de rotonde qui abrite le tombeau de Henri II et Catherine de Médicis est greffé sur l’abbatiale, sa seule entrée se trouvant dans la chapelle de Notre‑Dame‑la‑Blanche située dans le bras nord du transept (fig. 81b, c). Il s’agit donc d’une extension du « cimetière des rois ». En 1665, François Mansart dessine le projet d’une rotonde comparable qui devait être placée au chevet et destinée à la sépulture des Bourbons (fig. 82). Faute de moyens financiers, elle ne verra pas le jour.

44Les églises de l’ensemble monumental subissent d’importants remaniements, consécutifs aux guerres de Religion et notamment à la mise à sac du monastère en 1567. La ruine de Saint‑Paul oblige les chanoines à se retirer dans une partie du collatéral de leur église. Les fouilles récentes (fig. 2, aire 17) ont révélé que cette partie de l’édifice est alors reconstruite (doc. 23 et fig. 118, 129).

45Poirier rapporte, pour la même année 1567, que les églises « de Saint‑Michel‑du‑Degré et de Sainte‑Geneviève etoient comprises en un seul bâtiment à deux étages. Saint‑Michel étoit au dessus et Sainte‑Geneviève au dessous en façon de grotte. Après les troubles on réunit ces deux paroisses à celle de Saint‑Barthélemi sous le nom de Trois Paroisses, et il fut arrêté que les trois curés vivroient paisiblement ensemble jusqu’à ce que deux d’iceux étant morts, leurs titres seroient supprimés et que le dernier survivant demeureroit seul curé » (BNF, ms. fr. 20851 : f°213). L’église Saint‑Barthélemy disparaît alors. En 1575, Belleforest figure son emplacement vide de construction ; en revanche, il représente l’édifice des « trois paroisses reduites maintenant en une » (fig. 177). En 1580, un titre est établi au nom de Saint‑Michel‑du‑Degré‑des‑Trois‑Paroisses (AN, S 2254A). Les fouilles ont d’ailleurs révélé que le chevet de l’église Saint‑Michel‑du‑Degré fut reconstruit sur un plan tréflé. La forme originale de cette reconstruction est à mettre en rapport avec le regroupement des trois paroisses après 1567. L’église rénovée semble alors se raccorder à celle de Sainte‑Geneviève, qui subsiste. Cette solution fut provisoire, puisqu’au début du xviie s. nous assistons à la reconstruction de l’église placée sous le vocable des Trois‑Paroisses ou Trois‑Patrons. Le 5 avril 1627, l’incendie de l’édifice provoque la mort de trois personnes ; le 5 juin de la même année, on consacre à nouveau l’église ; une châsse de saintes reliques est alors exposée sous le porche de l’église (Récit véritable 1627).

FIG. 121 – Vue de l’église et du mausolée des Valois par Jean Marot (1619‑1679). MAHSD ; gravure ; 26 x 13 cm.

FIG. 121 – Vue de l’église et du mausolée des Valois par Jean Marot (1619‑1679). MAHSD ; gravure ; 26 x 13 cm.

Dans le cimetière, on distingue deux croix monumentales dont l’existence est confirmée par un plan de 1708 (fig. 248). À droite est représentée la maison de la Cène.

FIG. 122 – Croquis du mausolée par Arnold Van Buchel en 1585. University Library Utrecht, ms. 798 (I) f°182.

FIG. 122 – Croquis du mausolée par Arnold Van Buchel en 1585. University Library Utrecht, ms. 798 (I) f°182.

Malgré son état d’inachèvement, la rotonde, inspirée de monuments antiques, suscita l’admiration des voyageurs. Van Buchel et Scamozzi (fig. 80) ont tous deux laissé des croquis de l’édifice.

cl. University Library

FIG. 123 – Vue du mausolée des Valois par Martellange en 1641. BNF, Cabinet des Estampes, Ub 9 rés. Format 5, pl. 11 ; papier, encre, lavis ; 52 x 40 cm.

FIG. 123 – Vue du mausolée des Valois par Martellange en 1641. BNF, Cabinet des Estampes, Ub 9 rés. Format 5, pl. 11 ; papier, encre, lavis ; 52 x 40 cm.

Le dessin montre l’œuvre inachevée : les colonnes du second ordre demeurent sans chapiteau, les ouvertures n’ont jamais été garnies de fenêtres. L’édifice fut sommairement couvert d’une charpente en cône. Ainsi exposé aux injures du temps, le monument se dégrada très rapidement. Au nord, on reconnaît l’église Saint‑Michel‑du‑Charnier.

© cl. BNF, Paris

FIG. 124– « Coupe de la chapelle des Valois à Saint‑Denis telle quelle devoit estre avec ses caves », XVIIe s. Musée de l’Île‑de‑France à Sceaux, no inv. 71.23.260 ; papier, encre, lavis ; 40 x 56 cm.

FIG. 124– « Coupe de la chapelle des Valois à Saint‑Denis telle quelle devoit estre avec ses caves », XVIIe s. Musée de l’Île‑de‑France à Sceaux, no inv. 71.23.260 ; papier, encre, lavis ; 40 x 56 cm.

Une ornementation de marbre était originellement prévue. Dans le cimetière de l’abbaye attendaient, en 1581, 186 pièces de marbre provenant de Carrare (Boislisle 1877 : 269). Quant à la décoration intérieure qui fut réellement exécutée, Félibien nous dit : « Dans six des douzes faces du dome sont comme autant de massifs au devant de chacun desquelles il y a en avant‑corps deux colomnes Corinthiennes dans l’ordre inférieur, et deux composites dans l’odre supérieur ; les unes et les autres isolées et accompagnées de leurs pilastres par derriere. Il y a entre les colomnes de l’ordre Corinthien des niches destinées à placer des figures plus grandes que le naturel, et au dessous des manieres de tables d’attente où il semble qu’on ait eu dessein de mettre des bas‑reliefs ou des inscriptions, pour faire connoistre à la postérité les principales actions des Rois inhumez dans ce lieu. Les pilastres pliez qui sont dans les angles, paraissent d’une composition différente. Les chapiteaux sont ornez de couronnes, de palmes et des chifres du roy Henry II et de la reine Catherine de Médicis. Entre les avant‑corps du second ordre immédiatement au dessus des niches sont des ouvertures couronnées de frontons. Dans les six autres faces au rez de chaussée l’on remarque autant d’arcades soutenues de colomnes Corinthiennes isolées dont l’entablement sert d’imposte aux arcades.
« D’autres arcades dans le second ordre sont soûtenuës par de petites colomnes composites qui répondent à celle de l’ordre inférieur. Les six arcades du rez de chaussée servent d’entrée à autant de chapelles voutées et faites en forme de croix. Chaque chapelle a son autel dans l’enfoncement opposé à l’entrée et au dessous de la fenestre qui est placée entre deux niches. II y a six autres semblables niches dans les deux autres enfoncemens ; et huit colomnes accouplées avec seize pilastres distribuez entre les niches, soutiennent l’entablement qui regne tout autour. Les colomnes de la principale chapelle sont de marbre blanc. Dans le second ordre on voit des chapelles semblables à celles du premier, excepté qu’elles se communiquent les unes aux autres par des arcades qui forment une espece de galerie. Je ne dois pas obmettre que dans les caves il y a des chapelles en pareil nombre et de la même forme que celles de dessus, ornées aussi de niches, mais sans colomnes ni pilastres. »
(Félibien 1706 : 566.)

cl. Musée de l’Île‑de‑France

FIG 125 – Mausolée des Valois avec restitution du dôme, par J. Marot, publié vers 1655. BNF, Cabinet des Estampes, Va 93 t. 7 ; gravures
a – Élévation extérieure ; 11 x 17 cm.
b – Profil des chapelles du rez‑de‑chaussée et de la tribune ; 11 x 19 cm. c – Plan du rez‑de‑chaussée ; diamètre 11 cm.
d – Plan de la tribune ; diamètre 11 cm.
e – Détail montrant la superposition des deux plans ; 11 x 19 cm.

FIG 125 – Mausolée des Valois avec restitution du dôme, par J. Marot, publié vers 1655. BNF, Cabinet des Estampes, Va 93 t. 7 ; gravures a – Élévation extérieure ; 11 x 17 cm. b – Profil des chapelles du rez‑de‑chaussée et de la tribune ; 11 x 19 cm. c – Plan du rez‑de‑chaussée ; diamètre 11 cm. d – Plan de la tribune ; diamètre 11 cm. e – Détail montrant la superposition des deux plans ; 11 x 19 cm.

Selon ce projet gravé par Marot, l’élévation de la rotonde se serait développée sur trois étages. Dans la partie inférieure se superposaient deux séries de colonnes cannelées, d’ordre dorique en bas et ionique en haut. La partie supérieure, jamais réalisée, aurait dû comprendre le tambour supportant le dôme, lui‑même coiffé d’un lanternon. À l’intérieur étaient aménagées six chapelles de plan tréflé.

© cl. BNF, Paris

46L’église Saint‑Michel‑du‑Charnier subsiste. À une date encore inconnue, on lui avait adjoint, sur le flanc nord, une chapelle dédiée à la Vierge.

47Quant aux autres édifices, leur délabrement s’accélère dans le courant du xviiie s. En 1719, une expertise de Robert de Cotte établit que le mausolée des Valois menace ruine et qu’il faut le démolir (BNF, Cabinet des Estampes, Hd 135b ; Martens 1988). L’état de Saint‑Paul est également inquiétant (doc. 23). En 1728 a lieu la translation des chanoines à Saint‑Denis‑de‑l’Estrée (fig. 187). Le 29 mai de la même année, on y transporte « trois cercueils entiers » et douze sacs remplis d’ossements (AN, L 855 : no 117). Puis la collégiale est démolie. Parallèlement, on supprime les paroisses qui n’ont plus beaucoup de fidèles. Ainsi en 1735 la paroisse de la Madeleine est réunie à Saint‑Pierre ; l’église subsistera un certain temps (doc. 32) et, au début du siècle suivant, Gautier nous signale les « vestiges des arcades de l’église de la Magdeleine ; derrière la paroisse Saint‑Pierre, dans le passage qui conduit à la porte Saint‑Remi par le cimetière Saint‑Michel » (Gautier : 174). En 1772, la paroisse de Saint‑Pierre est réunie à son tour à Saint‑Michel et l’église est laissée à l’abandon (doc. 33).

48Aussi, seules les églises Saint‑Michel et des Trois‑Patrons bénéficièrent‑elles durant le xviiie s. de travaux d’entretien que nous résumons ci‑après de manière succincte.

2.3.1 Saint‑Michel et la chapelle de la Vierge

491697 – La paroisse de Saint‑Léger, hors la ville, est réunie à Saint‑Michel‑du‑Charnier, appelée dorénavant Saint‑Michel. L’église est le siège de la confrérie des laboureurs, Saint‑Eloi, et de celle des jardiniers, Saint‑Fiacre (Lombard‑Jourdan 1983b : 54).

501712‑1737 – Les comptes de la fabrique signalent des ouvrages de maçonnerie et la pose d’un lambris de menuiserie en chêne ; la chapelle de la Vierge est couverte d’un toit à double pente ; le clocher a une couverture d’ardoises ; une petite cloche est fondue en 1732 ; un jardin appelé Saint‑Symphorien dépend du presbytère (AMSD, GG 236).

511759 – Début des travaux de réparation et reconstruction des autels. « Dans le temps de l’ancienne église de St. Michel le maître autel étoit dans la forme de celui de l’abbaye, de même que celui de la chapelle de la Vierge qui étoit à côté, à gauche, c’est à dire, qu’ils étoient à l’antique, ornés de rideaux et à colonnes, approchant comme étoit celui de la Ste. Chapelle du palais, à Paris, hors que celui de l’abbaye étoit plus spacieux et avoit meilleure grâce. Lorsque l’église fut réparée on fit un maître autel moderne, mais très simple, en menuiserie sans aucun ornement n’y peinture, si ce n’est un vernis, cet autel étoit ceintré, accompagné de deux colonnes cannelées, et un tableau au milieu. Le devant d’autel étoit en tombeau. La chapelle de la Vierge fut aussi refaite à neuf, mais ayant moins d’étendue. Du reste, cette église étoit fort petite, et très simple en tout. » (Gautier : 63.)

521770 – « Le seize octobre 1770 l’orgue de la paroisse St. Michel de St. Denis fut reçu par dom Bedos religieux bénédictin de l’abbaye (...). Cet orgue fut réparé à la suite des travaux qui eurent lieu plusieurs années auparavant et qui durèrent fort longtemps, lesquels furent pour la réparation de l’église, ils eurent lieu vers 1759 et années subséquentes. L’office de la paroisse St. Michel se fit dans celle des Trois Patrons par arrangement pris respectivement avec les paroissiens des deux églises. On convint des heures, et chacun fit son office séparément ce qu’il y a de certain, c’est qu’à Pâques de la susdite année 1759, qui étoit le 15 avril, on était en activité d’offices dans l’église des Trois Patrons pour les deux paroisses, je ne sais combien de temps cela dura. » (Gautier : 63.)

531772 – Les paroisses de Saint‑Remi et de Saint‑Pierre sont réunies à celle de Saint‑Michel ; la même année estimation de réparations (doc. 31).

541796 – « L’église St. Michel (...) fut toute dévastée, elle sert de magazin ou de chantier de menuisier ou de charpentier. » (Gautier : 256.)

551806 – L’église est vendue, ses derniers vestiges disparaissent en 1842.

2.3.2 Les Trois‑Patrons

56xviiie s. – L’église est le siège de la confrérie des tailleurs d’habits, Saint‑Homelon (Lombard‑Jourdan 1983b : 54).

571784 – On accorde au curé des Trois‑Patrons, pour protéger son église, la permission de « tirer un mur » en droite ligne depuis le coin de l’église jusqu’au bout du jardin du curé de Saint‑Michel (AN, LL 1228).

581788 – « Dans le commencement du mois de mai 1788 fut construit un petit porche couvert en dehors de la porte de l’église des Trois Patrons, vu que la porte de l’église s’est trouvé trop petite pour pouvoir passer un nouveau dais dans l’église, à la procession de la Fête‑Dieu, et ce dais resta là en permanence. » (Gautier : 178.)

591793 – L’église est vendue et transformée en salle de comédie. « L’église, construite en pierres et moellons, couverte de thuiles, est composée d’une seule travée formant nef et cœur en cul de lampe, le clocher est garni de son befroy, la voûte de l’église est a entraits apparents avec plafond en douves, les croisées sont garnies de leurs vitraux. Cette église à des jours et des égouts sur le cimetière et des portes de communication sur l’ancien cimetière. À côté est une sacristie plancheyée avec une porte à barreaux de fer quarré vers le cimetière. Le cimetière clos de murs est en partie planté d’arbres fruitiers et vignes avec treillages ; il y a une issue par une porte à deux vantaux vers le cy‑devant cimetière de l’abbaye ; il contient une crois [sic] de pierre sur son piédestal. Le logement du bedeau ayant entrée par la rue de la Fromagerie » (Commission du Musée 1906 : 12‑13). La même année on démolit le clocher (Gautier : 227).

601818 – École chrétienne, « Pension latine », jusqu’en 1837 (Commission du Musée 1906 : 16‑17).

FIG 126 – Vue du chevet de l’église des Trois‑Patrons, vers 1900.

FIG 126 – Vue du chevet de l’église des Trois‑Patrons, vers 1900.

La ruine a fait récemment l’objet d’une restauration et se trouve actuellement intégrée dans l’extension de l’hôtel de ville.

Commission du Musée 1906 : pl. III ; photographie

FIG.  127 – L’émeute du 2 août 1789 devant l’église des Trois‑Patrons. ADSSD, 6Fi Saint‑Denis 24 ; gravure ; 13 x 19 cm.

FIG.  127 – L’émeute du 2 août 1789 devant l’église des Trois‑Patrons. ADSSD, 6Fi Saint‑Denis 24 ; gravure ; 13 x 19 cm.

L’émeute éclate en raison du prix du pain. Châtelle, lieutenant du maire et chef des receveurs des droits de péage des dames de Saint‑Cyr, est considéré comme le principal responsable de la crise. Il se réfugie dans le clocher situé en façade de l’église des Trois‑Patrons où il se cogne au battant d’une cloche ; fait prisonnier par la foule, il est mis à mort. La scène, qui se déroule rue de la Fromagerie, permet de reconnaître la maison du bedeau, adossée à l’église des Trois‑Patrons.

cl. P.M./ADSSD

Document 31
Estimation des réparations à effectuer en l’église Saint‑Michel et en la chapelle de la Vierge, le 27 juillet 1772.

Depuis 1692, les églises de la ville de Saint‑Denis sont soumises à l’archevêque de Paris. C’est à la requête de ce dernier que Jean Pinard, architecte, et Joseph Bouillesot, greffier, effectuent les 27 et 28 juillet 1772 une estimation des réparations à exécuter dans les églises de l’ancienne exemption. Le premier jour, les experts visitent l’église Saint‑Michel (‑du‑Charnier) ; le lendemain, c’est au tour de Saint‑Pierre (doc. 33), de la Madeleine (doc. 32) et de Saint‑Remi (doc. 61).
Ces procès‑verbaux de visite sont des documents très précieux pour connaître ces églises au xviiie s. Il faut les lire en ayant sous les yeux le plan des édifices par Cabillet (fig. 120). Rappelons que Saint‑Michel a subi des restaurations dans le courant du xviiie s. : pose d’un lambris et construction de nouveaux autels vers 1759.
Source – AN, Z1J 961.

Après quoy nous avons (...) fait la visite de ladite église Saint‑Michel et reconnu qu’elle consiste en un bastiment de quatre travées de profondeur avec comble droit couvert de thuilles à deux égouts. A gauche le joignant (...) est un bas‑costé aussi couvert de thuilles avec comble droit à deux égouts avec gouttière de bois entre, d’un comble conduisant les eaues dans le jardin du presbitère de ladite église. Dans lequel bastiment de bas‑costé est enclavé ledit bastiment du presbitère et le clocher de ladite église, lequel clocher se termine en piramide couvert d’ardoyse avec amortissement en plomb surmonté d’une croix de fer.
Ladite église Saint‑Michel a son entrée sur ladite ruelle en descendant une encoche de pierre près une forte porte batarde à anciens panneaux dans un chassis de menuiserie dont la partie à droitte est aussi à anciens panneaux ladite porte garnye de ses ferrures.
A la suitte de ladite entrée et dans la nef cy après déclarée est un tambour de menuiserie formant vestibulle et avec porte à deux venteaux dans le milieu en face de l’entrée et porte à un vantail de chaque costé.
Ladite église est composée d’une nef de deux grandes travées de longueur pavée et dallée de pierre, plaffonnée en voûte, lambrissée de menuiserie en huit pieds de hauteur ou environ et avec vue à droitte sur ledit cimetière par deux bayes garnyes de vitraux à panneaux de verre et plomb et de grille de fer et encore par deux bayes dans le mur de pignon où est l’entrée de ladite église garnyes de chassis à carreaux de verre et de grilles de fer. Contre et au devant de ce mur de pignon est une tribune en menuiserie avec appuy aussy de menuiserie sur ladite nef au devant duquel appuy est dans le milieu un tableau peint sur toille et dans ladite tribune est un buffet d’orgues. A droite de l’entrée est un bénitier en pierre, à gauche de ladite nef près l’entrée sont les fonts baptismaux dont la cuvette est en pierre de liais supportée par un pied aussy en pierre et fermé d’un couvercle dans un chassis, le tout de menuiserie. A droitte vers le milieu de ladite nef est le banc de l’œuvre avec plaffond le tout en menuiserie, lequel plaffond est couronné de trois petites statues dont celle du milieu représente la Vierge et au‑dessus dudit banc d’œuvre est contre le mur un Christ sur sa croix de bois, et à gauche de ladite nef vis à vis ledit banc d’œuvre est la chaire à prescher en cul de lampe et plaffonné et petite rampe pour y monter, le tout en menuiserie, dans laquelle nef aussy sont les bancs des paroissiens. Ensuite de ladite nef est le chœur aussy de deux travées de proffondeur séparé de la nef et du bas‑costé à gauche cy après déclaré par une cloison de menuiserie à panneaux à hauteur d’appuy couronné de fer à enroullements dans laquelle cloison sont deux portes de fer à enroullements l’une à deux venteaux sur la nef et l’autre à un ventail sur le bas costé. Ledit chœur est pavé en carreaux de pierre et plaffonné en voûte, revestu de chaque costé Jusqu’au sanctuaire d’un lambris de menuiserie peint et de mesme hauteur que celuy de la nef et éclairé par deux bayes garnyes de vitreaux à panneaux de verre et plomb et de grille de fer. De chaque costé de l’entrée dudit chœur est une stalle, l’une pour le curé, l’autre pour le vicaire, et ensuite en retour à droite et à gauche sont des bancs le tout en menuiserie, au milieu dudit chœur est le pupitre pour les chantres avec trois banquettes au devant, le tout en menuiserie.
Au fond dudit chœur est le sanctuaire auquel on monte d’une marche de pierre du chœur carrellé en grands carreaux de pierre et en petits carreaux noirs, il est en outre séparé dudit chœur par une petite balustrade de menuiserie à hauteur d’appuy de chaque costé, au milieu est l’autel composé de son marchepied, coffre en tombeau, gradin, une colonne de chaque costé et un plaffond porté par lesdites colonnes et surmonté d’une croix, le tout en menuiserie. Au milieu du devant du coffre d’autel est un médaillon sculpté représentant le Saint Esprit, dans le plaffond est sculptée une gloire et entre les deux colonnes est un tableau formant retable peint sur toille représentant les pellerins d’Emmaüs. A droitte et à gauche dudit autel est un lambris de menuiserie un peu plus élevé que celuy du chœur.
À gauche du chœur et de partie de la nef est un bas‑costé ou collatéral pavé et dallé de pierres dont le plancher supérieur est à poutres et sollives apparentes, et éclairé par quatre bayes garnyes de vitreaux à panneaux de verre et plomb et grilles de fer et sans séparation de la nef.

Au fond dudit bas‑costé est la chappelle de la Vierge ou l’on monte d’une marche de pierre et dont l’autel est composé d’un marchepied de menuiserie, d’un coffre de menuiserie dont le devant est avec chassis avec bordée [?] sculptée et dorée pour parement d’autel, d’un gradin avec retable saillant en menuiserie où est une niche dans laquelle est la représentation de la sainte Vierge et à droite et à gauche d’un lambris de menuiserie et audessus duquel est de chaque costé une croisée garnye d’un chassis à carreaux de verre et d’une grille de fer. Le costé gauche dudit bas‑costé et d’un sens est revestu d’un lambris de menuiserie de six pieds de hauteur ou environ contre lequel lambris sont deux confessionnaux et dans un des deux sens est une porte joignant au presbitère et dans ledit bas‑costé sont des bancs pour les parroissiens.

A gauche de la nef est une sacristie prise dans le bastiment du presbitère carrelée en grands carreaux de terre cuite, plaffonnée, éclairée sur la pièce cy après qui est dans le bastiment du clocher par une baye garnie d’un chassis ouvrant et à carreaux de verre et d’une grille de fer et sur ledit bas‑costé par une autre baye garnye d’un chassis à coullisses et à carreaux de verre et d’une grille de fer, revestue d’un lambris de menuiserie en son pourtour à hauteur d’appuy et fermé sur ladite nef par une porte pleine garnye de ses ferrures avec seuil de pierre et au fond de ladite sacristie est un coffre pour serrer les ornements avec portes et au dessus des armoires. Joignant et aussy à gauche de la nef est dans le bastiment du clocher une pièce éclairée sur ladite ruelle par deux bayes garnies de grille et treillis de fil de fer et fermé sur la nef par une porte pleine garnye de ses ferrures (...).

Ayant rapporté la consistance de ladite église parroissialle de Saint‑Michel, nous avons visitté et examiné les réparations qui sont à y faire et nous avons reconnu que le mur pignon du fond contre lequel est adossé le maître autel est crevassé en surplomb dégraddé et en mauvais état, et qu’il est nécessaire de le reconstruire à neuf tant en fondation qu’en élévation, et de faire au surplus desdits murs de ladite église et bas‑costé quelques relèvements de crevasses et lézardes et de faire réparations à la couverture en tous endroits des combles de ladite église et dudit bas‑costé. Et au surplus nous avons trouvé ladite église et bas‑costé en bon état.

Après quoy pour parvenir à finir la valleur des réparations que nous venons de constater à faire, nous avons pris les mesures d’après lesquelles ayant fait les calculs détails et appréciations convenables, nous avons estimé en réparations à faire à ladite église paroissialle Saint‑Michel et bas‑costé compris démolition dudit mur à reconstruire et autres réparations la somme de 1.050 livres.

PINARD

Figure 128 – L’église Saint‑Michel‑du‑Charnier et la chapelle de la Vierge d’après le plan d’E. Cabillet (fig. 120).

Figure 128 – L’église Saint‑Michel‑du‑Charnier et la chapelle de la Vierge d’après le plan d’E. Cabillet (fig. 120).

N.L. del./UASD

FIG.  129 – Vue de la sépulture des Valois par Israël Silvestre, vers 1652. ADSSD, 6Fi Saint‑Denis 109 ; gravure ; 17 x 10 cm.

FIG.  129 – Vue de la sépulture des Valois par Israël Silvestre, vers 1652. ADSSD, 6Fi Saint‑Denis 109 ; gravure ; 17 x 10 cm.

Cette vue nous montre, au nord du mausolée des Valois, les deux églises contiguës, Saint‑Michel‑du‑Charnier et Saint‑Pierre. À l’arrière, un clocher s’élève : c’est probablement celui de Saint‑Paul, où fut suspendue jusqu’au XVIIIe s. la cloche que l’on appelait « Chasse‑Ribaud » ; cette cloche sonnait le couvre‑feu à huit heures du soir (Doublet 1625 : 999). Sur les vues anciennes des abords de l’abbatiale, on ne distingue aucune trace de séparation entre les différents cimetières paroissiaux.

cl. P.M./ADSSD

FIG. 130 – L’église de la Madeleine d’après le plan d’E. Cabillet (fig. 120).

FIG. 130 – L’église de la Madeleine d’après le plan d’E. Cabillet (fig. 120).

N.L. del./UASD

Document 32
Estimation des réparations à effectuer en l’église de la Madeleine, le 28 juillet 1772.
Durant l’Epoque moderne, cette église accueille les paroisses de la Madeleine et de Saint‑Jean‑Saint‑Jacques‑de‑Vauboulon. La cure est supprimée en 1735 et les fidèles sont réunis à ceux de Saint‑Pierre. Depuis, l’église est utilisée comme grange.
Source – AN, Z1J 961.

(...) Après quoy nous nous sommes transportés dans le bastiment de l’église parroissialle de Sainte‑Madelaine scituée en ladite ville de Saint‑Denis sur le carrefour Saint‑Paul près ladite église de Saint‑Pierre dont elle n’est séparée que par une partie du jardin du presbitère de ladite église de Saint‑Michel, laquelle église de Sainte‑Madelaine n’est plus à usage d’église depuis très longtemps, et son bastiment renferme actuellement une grange. Il est de trois travées de long et couvert de thuilles à deux égouts, le dedans estoit plaffonné en merain [dans la marge ; et lambrissé] dont il reste encore des parties. L’entrée [dans la marge : dans un des pignons] est sur ledit carrefour de Saint‑Paul par une porte batarde à anciens panneaux dans un chassis de menuiserie dont partie est aussy à anciens panneaux avec seuil de pierre et contre l’autre pignon est addossé l’ancien clocher de ladite église lequel est couvert de thuilles à deux égouts et dont le comble est surmonté d’une croix de fer et le bas dudit clocher avec porte sur le Jardin du presbitère de ladite église de Saint‑Michel. Nous n’avons trouvé d’autres réparations à faire audit bastiment et clocher qu’une recherche à faire aux couvertures de thuilles et le bouchement de plusieurs lézardes et crevasses aux murs que nous avons estimés après mesures prises et calculs la somme de cent cinquante livres cy 150 I.
(...)

61.

Document 33
Estimation des réparations à effectuer en l’église Saint‑Pierre, le 28 juillet 1772.
Un décret de l’archevêque de Paris a supprimé la cure de Saint‑Pierre en 1760.
Source – AN, Z11961.

(...) Nous avons visité et examiné ladite église de Saint‑Pierre et reconnu qu’il ne subsiste plus que le mur susdit de pignon qui la sépare de ladite église Saint‑Michel et qu’il est comme nous l’avons cy devant dit en mauvais état, le mur de pignon opposé qui est sur une ruelle qui conduit dudit cimetière au carrefour Saint‑Paul (...) lequel mur est caducq et le mur de refend entre la nef et le chœur de ladite église Saint‑Pierre qui est en mauvais état. A l’égard des murs de costé, ils sont en partie détruits et en mauvais état pour ce qui en reste. L’entrée de ladite église est une ancienne porte à panneau au‑dessus de laquelle est une baye avec vestige de vitrail (...) on descend de plusieurs marches dégraddées et cassées en ladite église à gauche de laquelle entrée est un bénitier en pierre. Ladite église en tout de six travées de longueur dont quatre pour la nef et deux pour le chœur. La nef est retranchée à la suitte de ladite entrée par une cloison de charpente et maçonnerie avec plancher de charpente et maçonnerie plaffonné, le tout en ruine et formoit une espèce de vestibulle, et une sacristie ensuitte planchée plaffonnée et fermée sur la nef par une ancienne porte à panneaux et éclairée aussy sur la nef par deux bayes garnyes de chassis s’ouvrant et à panneaux de verre et de plomb. Au fond de la sacristie un coffre pour serrer les ornements avec dossier de menuiserie au‑dessus contre le mur le tout en ruine et dans laquelle sacristie sont les débris de ladite église, à la suite desdit vestibulle et sacristie auquel on gaigne par une grande baye sans ferrure dudit vestibule dont ladite cloison est éclairée par trois bayes de chaque costé ou il n’y a plus de vitreau ny grille mais seulement une barre de fer à l’une d’icelles dans ladite nef. Au devant de la sacristie sont les fonds baptismaux dont la cuvette en pierre de liais est feuilletée et avec pied aussy de pierre et couvercle dans un chassis le tout de menuiserie. On gaigne par une grande arcade de ladite nef au chœur ; dans le mur de reffend qui les sépare contre lequel de chaque costé vers l’autel estait une chapelle dont il ne subsiste que des débris, ledit chœur estait éclairé par deux bayes de chaque costé dont celles à droitte sont détruittes et il reste aux deux bayes à gauche de mauvais chassis sans panneau. Il ne reste plus rien que des débris de l’autel, et dans lesdit vestibule, sacristie, nef et chœur sont amoncelés des débris de la charpente pourrie du comble, les gravas des murs et parties de menuiserie pourrie et dans ladite sacristie est déposée une cloche. Veu l’état de laquelle église de Saint‑Pierre nous n’avons déclaré aucune réparation à y faire ny estimation de réparations n’en estant aucunement susceptible mais bien d’une reconstruction total le, de laquelle reconstruction nous n’avons fait aucune estimation notre mission ne s’étendant qu’à l’estimation des réparations. (...)

FIG. 131 – L’église Saint‑Pierre d’après le plan d’E. Cabillet (flg. 120).

FIG. 131 – L’église Saint‑Pierre d’après le plan d’E. Cabillet (flg. 120).

N.L. del./UASD

FIG. 132 – Le cimetière sous la Révolution, par Deveze et Debucourt. MAHSD ; lithographie, 12 x 17 cm.

FIG. 132 – Le cimetière sous la Révolution, par Deveze et Debucourt. MAHSD ; lithographie, 12 x 17 cm.

Plusieurs tombeaux, descellés entre le 6 et le 8 août 1799, furent entassés dans le cimetière des Valois pour être examinés par la commission des Monuments qui choisit les tombes à transporter au dépôt des Petits‑Augustins.

cl. EJ./ UASD

FIG 133 – La glacière, plan et coupe. AN, H54273 ; papier, encre, aquarelle ; 22 x 34 cm.

FIG 133 – La glacière, plan et coupe. AN, H54273 ; papier, encre, aquarelle ; 22 x 34 cm.

En 1771, les religieux firent construire une glacière dans le cimetière des Valois. Le devis, rédigé par Etienne Monvoisin, était accompagné de ce dessin qui montre le plan et la coupe de cette construction. Comme couverture, l’architecte offrait le choix entre une voûte de pierre ou un toit en chaume.

cl. P.M./ADSSD

FIG. 134 – Vue du côté septentrional de l’église abbatiale, par Lemaître, 1827. MAHSD ; lithographie de Delpech ; 19 x 25 cm.

FIG. 134 – Vue du côté septentrional de l’église abbatiale, par Lemaître, 1827. MAHSD ; lithographie de Delpech ; 19 x 25 cm.

Cette vue montre l’un des deux portails de la clôture de la cour des Valois, établie en 1807 par l’architecte Legrand afin de protéger les restes des rois et reines qui y étaient enfouis.

cl. EJ./ UASD

FIG. 135 – « Tombeau de Louis XII, de François Ier, d’Henri IV, de Louis XIV et de tous les rois de France », par E.‑A. Pernot, en 1817. MAHSD ; lithographie.

FIG. 135 – « Tombeau de Louis XII, de François Ier, d’Henri IV, de Louis XIV et de tous les rois de France », par E.‑A. Pernot, en 1817. MAHSD ; lithographie.

En 1814, le sous‑préfet et le maire de Saint‑Denis firent élever dans la cour des Valois un tertre couvert de gazon, de lis et de cyprès sur les deux fosses où les restes des Bourbons et des Valois avaient été jetés (Gilbert 1815 : 87). En 1815, Debret changea la colonne surmontée d’une croix (BHVP, NA ms. 84). A l’arrière, on devine l’un des obélisques du second portail de Legrand.

cl. E.J./UASD

FIG. 136 – « Plan des fouilles qui ont eu lieu à l’occasion de l’exhumation des restes des rois, reines... », par F. Debret en 1817. AMH, Album Debret, no inv. 5796 ; papier, encre, aquarelle ; 44 x 28 cm.

FIG. 136 – « Plan des fouilles qui ont eu lieu à l’occasion de l’exhumation des restes des rois, reines... », par F. Debret en 1817. AMH, Album Debret, no inv. 5796 ; papier, encre, aquarelle ; 44 x 28 cm.

Après la démolition du mausolée des Valois, le terrain servit de « sépulture aux religieux jusqu’en 1767, et (...) depuis ce temps là on y enterroit les gens attachés à l’abbaye, en fait des sécullers et les domestiques. La partie de ce cimetière étoit entouré d’un mur de forme circulaire » (Gautier : 22). En 1771, on établit dans ce cimetière une glacière (fig. 133) marquée sur ce plan par la lettre M. Le mur est démoli dans le courant de l’année 1800. Le terrain fut aliéné la même année, puis racheté par Legrand pour être entouré d’un mur de clôture, indiqué sur le plan par la lettre D. En 1817, on y procéda à l’exhumation des restes des rois et des reines, qui avaient été jetés dans les fosses I et J.

cl. P.M./ADSSD

Document 34
Récit de l’exhumation des restes des rois et des reines de France dans le cimetière des Valois, par François Debret, en 1817.
Le manuscrit est accompagné d’un plan qui est la copie de celui reproduit figure 136, mais qui ne présente pas la même séquence de lettres. Dans l’édition donnée ici, nous rétablissons entre crochets la correspondance entre les deux documents.
Source – AN, P’1451 : 22‑23.

Je fis commencer la fouille des points indiqués, nous reconnûmes bientôt que les renseignemens étaient entièrement faux. La journée entière se passa à sonder infructueusement le terrain, bien que guidés par une foule d’habitants de Saint‑Denis, appelés à cet effet par l’autorité. Sur ma proposition, il fut décidé que la totalité de la largeur du terrain, compris dans un espace déterminé serait parallèlement fouillé depuis le mur de clôture K [c’est le repère L sur la fig. 136] jusqu’à la porte des Valois A. Les travaux, que des pluis fréquentes, et un très‑grand froid rendirent excessivement pénibles se poursuivirent pendant six jours et six nuits, avec la plus grande activité, sans nous présenter d’autres résultats que quelques ossemens épars, ou quelques corps isolés, dont les fragmens de vêtemens de laine ou de grossières sandales indiquaient les restes de frères servant de l’église. (…)
Le 18 [janvier] à minuit lorsqu’il ne nous restait plus que très peu de terrain à fouiller, près de la porte des Valois, nous découvrions près de cette entrée deux masses d’ossemens qu’en tournant avec soin nous reconnûmes d’environ 7 pieds cube chacun. Des courriers furent de suite envoyés aux Tuileries et ramenèrent les personnes qui devaient assister à l’extraction. Les ossemens furent enlevés et déposés dans des coffres richement décorés ; portés par des gardes du corps ils furent placés dans la chapelle ardente H [fig. 136 repère L], Ce transport se poursuivit jusqu’à 3 heures du matin ; pendant que le bourdon ne cessait de tinter.
La nuit extrêmement noire, le terrain entièrement boulversé et souvent à une très grande profondeur, des ponts faits à la hâte, et Jetés de monticules à autres, pour du fond des fouilles pratiquer un chemin aux porteurs décorés de leurs riches costumes, une immense quantité de lampions épars sur le terrain pour guider cette silencieuse cérémonie, me suggérèrent l’idée de faire en ce moment le croquis qui servit par suite à exécuter le tableau de Monsieur Heim, que l’on voit dans la sacristie.

FIG. 137 – Exhumation des restes des rois et des reines de France dans le cimetière des Valois, par François Debret et François‑Joseph Heim. Musée du château de Versailles, no inv. 279 ; papier, encre, lavis.

FIG. 137 – Exhumation des restes des rois et des reines de France dans le cimetière des Valois, par François Debret et François‑Joseph Heim. Musée du château de Versailles, no inv. 279 ; papier, encre, lavis.

cl. RMN

Notes

1 Cloître ou enceinte, c’est‑à‑dire l’ensemble du territoire sur lequel s’exerce la juridiction de l’église.

2 Ils, c’est‑à‑dire les religieux de Saint‑Paul.

3 Aître ou cimetière au sens large d’unité topographique et juridique de l’église.

4 Ableiges, Val‑d’Oise.

5 Bercagny, Val‑d’Oise.

6 Champigny‑sur‑Marne, Val‑de‑Marne.

7 Avant le 22 octobre de cette même année, date de la mort de l’abbé Henri Troon.

Table des illustrations

Titre FIG. 110 – Fouille de la nécropole sous l’église des Trois‑Patrons, 1901. a – Levé des fouilles par A. et G. Cailleux. AMSD, 2R18 ; papier, crayon, encre bleue et rouge ; 30 x 20 cm. b – Levé de la coupe sur A‑B par A. et G. Cailleux. AMSD, 2R1S ; papier, crayon, encre rouge ; 30 x 20 cm. c – Plan des fouilles par A. et G. Cailleux (Commission du Musée 1906 : pl. V) ; gravure ; 36 x 24 cm.
Légende Vers 1901 est créée une commission municipale regroupant une dizaine de notables locaux parmi lesquels se trouvent les historiens Besnard et Monin, ainsi que les architectes A. et G. Cailleux ; elle poursuit plusieurs objectifs : travaux de terrain tels que la fouille de l’église des Trois‑Patrons (a, b), publication des fouilles (c), mise en valeur des découvertes dans le musée municipal nouvellement installé dans la chapelle de l’Hôtel‑Dieu (fig. 203) et dépouillement systématique du fonds archivistique moderne de la ville (Commission des Archives 1906). Cette fouille révèle pour la première fois l’importance de la nécropole ad sanctos. On reconnaît également sur ces levés le mur mitoyen des églises Sainte‑Geneviève et Saint‑Michel‑du‑Degré.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42558/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 209k
Titre FIG. 111 – « La Commission du Vieux Paris et du Vieux Saint‑Denis sur le terrain des fouilles » le 5 juin 1901. AMSD, 2R18 ; photographie.
Légende Les chercheurs reçurent la visite et les félicitations de la Commission du Vieux Paris (Sellier 1902).
Crédits cl. EJ./UASD
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42558/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Titre FIG. 112 – Fouille de la nécropole dans le jardin de la basilique, 1948 (Formigé 1960 : 17) (© Arch. phot. Paris/CNMHS).
Légende En 1948, Jules Formigé fouille une trentaine de sarcophages au nord de l’église abbatiale, dont le seul témoin restent aujourd’hui les clichés conservés dans le fonds photographique des Monuments historiques. La découverte ne semble pas avoir fait l’objet d’un relevé systématique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42558/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42558/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 4,4k
Titre FIG 113 – État des connaissances sur la nécropole et l’ensemble monumental du haut Moyen Âge.
Légende Sur ce document sont figurées les constructions d’époque mérovingienne (la basilique, les églises Saint‑Barthélemy et Saint‑Pierre et leurs galeries) et celles d’époque carolingienne (l’église de Fulrad et le bâtiment carolingien). Parmi les inhumations du haut Moyen Age nous n’avons retenu que les tombes en sarcophage de pierre ou de plâtre. Il faut noter toutefois que le premier type se maintient jusqu’au Moyen Âge. En revanche le second type, majoritaire, est caractéristique de l’époque mérovingienne. La relation étroite qui existe entre les tombes et les constructions mérovingiennes souligne le caractère funéraire de ces dernières.
Crédits A.B. del./UASD
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42558/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Titre FIG. 114 – Relevé pierre à pierre de l’état mérovingien de l’église Saint‑Barthélemy
Légende Dans la nef de l’église, la fouille a permis de reconnaître les empreintes laissées par les sarcophages extraits au début du XIIIe s. Les tombes sont organisées en cinq rangées régulières.
Crédits M.W del./UASD
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42558/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre FIG. 115 – Relevé pierre à pierre du bâtiment carolingien.
Crédits M.W del./UASD
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42558/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42558/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 4,0k
Titre Figure 116 – Plan schématique des constructions mises au jour aux abords du cimetière de l’abbaye.
Légende 1 abbatiale ; 2 église Sainte‑Geneviève ; 3 église Saint‑Michel‑du‑Degré ; 4 église Saint‑Barthélemy ; 5 église des Trois‑Patrons ; 6 égliseSaint‑Michel‑du‑Charnier‑Saint‑Symphorien et chapelle de la Vierge ; 7 église Saint‑Pierre ; 8 église de la Madeleine ; 9 église canoniale Saint‑Paul ; 10 bâtiment carolingien ; 11 aqueduc ; 12 maison de la Cène ; 13 celliers ; 14 maison du chantre de Saint‑Paul.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42558/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Titre FIG. 117 – Limites des aires de fouilles dans le centre monumental et à ses abords.
Crédits A.B. del./UASD
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42558/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Titre FIG. 118 – Plan de l’église Saint‑Paul par Gilles Dumoutier en 1728. AN, S 2248 ; papier, encre, aquarelle ; 33 x 20 cm.
Légende À la suite des dévastations des huguenots en 1567, les chanoines ont été contraints de se retirer dans une chapelle dédiée à saint Pantaléon. En 1728, les chanoines s’installèrent à Saint‑Denis‑de‑l’Estrée et abandonnèrent l’emplacement de leur ancienne église canoniale aux religieux de l’abbaye. Ce plan, dressé pour être joint à l’acte de cession l’année de la démolition de l’église, nous montre l’ancien édifice en apparence complet. Pourtant, le procès‑verbal de 1726 avait décrit un édifice en ruine (doc. 23).
Crédits cl. P.M./ADSSD
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42558/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42558/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 4,3k
Titre FIG. 119 – Vue du chevet par F. Benoist, vers 1845. ADSSD, 6 Fi Saint‑Denis 51 ; lithographie ; 25 x 35 cm.
Légende Au premier plan, on distingue les vestiges non remblayés de l’abside de Saint‑Paul.
Crédits cl. P.M./ ADSSD
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42558/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Titre FIG. 120 – Détail du plan des fouilles effectuées par Debret en 1842‑1844 et levées par E. Cabillet. AMH, no inv. 60408 ; papier, crayon, encre ; 110 x 94 cm.
Légende Cabillet disposait visiblement pour restituer les églises d’un plan d’ensemble ou de plusieurs plans partiels, plus anciens, détaillant la disposition interne des édifices. La légende correspondant aux numéros figurés n’a pu être retrouvée. II faut émettre quelques réserves sur le « relevé d’après nature » des vestiges archéologiques. En effet, si nos fouilles de vérification (fig. 116) ont permis de confirmer l’emplacement des deux églises dégagées (Saint‑Pierre et Saint‑Paul) et celui de la maison du chantre (habitée par monsieur Brochon), elles ont révélé un manque de précision dans le rendu de certains détails tels que les sarcophages et une restitution abusive des sous‑sols de maisons (fig. 116). Ce plan nous révèle la collégiale Saint‑Paul comme une construction du XIIe s., si l’on en juge par les bases des colonnes. Un détail figure l’élévation du mur mitoyen avec l’église Saint‑Pierre. Le document est complété par des dessins d’objets découverts : une maille blanche de Charles IV (1322‑1328) (Duplessy 1988 : no 243), des sarcophages –dont un couvercle avec deux inscriptions et un panneau de tête décoré– et une céramique funéraire de la fin du XIVe‑début du XVe s. Au‑dessus de la porte de la maison du chantre, on note un écusson à un chevron accompagné de trois fleurs de chardons, au chef chargé de trois croissants, daté 1571.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42558/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 406k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42558/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 4,8k
Titre FIG. 121 – Vue de l’église et du mausolée des Valois par Jean Marot (1619‑1679). MAHSD ; gravure ; 26 x 13 cm.
Légende Dans le cimetière, on distingue deux croix monumentales dont l’existence est confirmée par un plan de 1708 (fig. 248). À droite est représentée la maison de la Cène.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42558/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Titre FIG. 122 – Croquis du mausolée par Arnold Van Buchel en 1585. University Library Utrecht, ms. 798 (I) f°182.
Légende Malgré son état d’inachèvement, la rotonde, inspirée de monuments antiques, suscita l’admiration des voyageurs. Van Buchel et Scamozzi (fig. 80) ont tous deux laissé des croquis de l’édifice.
Crédits cl. University Library
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42558/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Titre FIG. 123 – Vue du mausolée des Valois par Martellange en 1641. BNF, Cabinet des Estampes, Ub 9 rés. Format 5, pl. 11 ; papier, encre, lavis ; 52 x 40 cm.
Légende Le dessin montre l’œuvre inachevée : les colonnes du second ordre demeurent sans chapiteau, les ouvertures n’ont jamais été garnies de fenêtres. L’édifice fut sommairement couvert d’une charpente en cône. Ainsi exposé aux injures du temps, le monument se dégrada très rapidement. Au nord, on reconnaît l’église Saint‑Michel‑du‑Charnier.
Crédits © cl. BNF, Paris
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42558/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Titre FIG. 124– « Coupe de la chapelle des Valois à Saint‑Denis telle quelle devoit estre avec ses caves », XVIIe s. Musée de l’Île‑de‑France à Sceaux, no inv. 71.23.260 ; papier, encre, lavis ; 40 x 56 cm.
Légende Une ornementation de marbre était originellement prévue. Dans le cimetière de l’abbaye attendaient, en 1581, 186 pièces de marbre provenant de Carrare (Boislisle 1877 : 269). Quant à la décoration intérieure qui fut réellement exécutée, Félibien nous dit : « Dans six des douzes faces du dome sont comme autant de massifs au devant de chacun desquelles il y a en avant‑corps deux colomnes Corinthiennes dans l’ordre inférieur, et deux composites dans l’odre supérieur ; les unes et les autres isolées et accompagnées de leurs pilastres par derriere. Il y a entre les colomnes de l’ordre Corinthien des niches destinées à placer des figures plus grandes que le naturel, et au dessous des manieres de tables d’attente où il semble qu’on ait eu dessein de mettre des bas‑reliefs ou des inscriptions, pour faire connoistre à la postérité les principales actions des Rois inhumez dans ce lieu. Les pilastres pliez qui sont dans les angles, paraissent d’une composition différente. Les chapiteaux sont ornez de couronnes, de palmes et des chifres du roy Henry II et de la reine Catherine de Médicis. Entre les avant‑corps du second ordre immédiatement au dessus des niches sont des ouvertures couronnées de frontons. Dans les six autres faces au rez de chaussée l’on remarque autant d’arcades soutenues de colomnes Corinthiennes isolées dont l’entablement sert d’imposte aux arcades.« D’autres arcades dans le second ordre sont soûtenuës par de petites colomnes composites qui répondent à celle de l’ordre inférieur. Les six arcades du rez de chaussée servent d’entrée à autant de chapelles voutées et faites en forme de croix. Chaque chapelle a son autel dans l’enfoncement opposé à l’entrée et au dessous de la fenestre qui est placée entre deux niches. II y a six autres semblables niches dans les deux autres enfoncemens ; et huit colomnes accouplées avec seize pilastres distribuez entre les niches, soutiennent l’entablement qui regne tout autour. Les colomnes de la principale chapelle sont de marbre blanc. Dans le second ordre on voit des chapelles semblables à celles du premier, excepté qu’elles se communiquent les unes aux autres par des arcades qui forment une espece de galerie. Je ne dois pas obmettre que dans les caves il y a des chapelles en pareil nombre et de la même forme que celles de dessus, ornées aussi de niches, mais sans colomnes ni pilastres. »(Félibien 1706 : 566.)
Crédits cl. Musée de l’Île‑de‑France
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42558/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Titre FIG 125 – Mausolée des Valois avec restitution du dôme, par J. Marot, publié vers 1655. BNF, Cabinet des Estampes, Va 93 t. 7 ; gravures a – Élévation extérieure ; 11 x 17 cm. b – Profil des chapelles du rez‑de‑chaussée et de la tribune ; 11 x 19 cm. c – Plan du rez‑de‑chaussée ; diamètre 11 cm. d – Plan de la tribune ; diamètre 11 cm. e – Détail montrant la superposition des deux plans ; 11 x 19 cm.
Légende Selon ce projet gravé par Marot, l’élévation de la rotonde se serait développée sur trois étages. Dans la partie inférieure se superposaient deux séries de colonnes cannelées, d’ordre dorique en bas et ionique en haut. La partie supérieure, jamais réalisée, aurait dû comprendre le tambour supportant le dôme, lui‑même coiffé d’un lanternon. À l’intérieur étaient aménagées six chapelles de plan tréflé.
Crédits © cl. BNF, Paris
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42558/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 719k
Titre FIG 126 – Vue du chevet de l’église des Trois‑Patrons, vers 1900.
Légende La ruine a fait récemment l’objet d’une restauration et se trouve actuellement intégrée dans l’extension de l’hôtel de ville.
Crédits Commission du Musée 1906 : pl. III ; photographie
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42558/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Titre FIG.  127 – L’émeute du 2 août 1789 devant l’église des Trois‑Patrons. ADSSD, 6Fi Saint‑Denis 24 ; gravure ; 13 x 19 cm.
Légende L’émeute éclate en raison du prix du pain. Châtelle, lieutenant du maire et chef des receveurs des droits de péage des dames de Saint‑Cyr, est considéré comme le principal responsable de la crise. Il se réfugie dans le clocher situé en façade de l’église des Trois‑Patrons où il se cogne au battant d’une cloche ; fait prisonnier par la foule, il est mis à mort. La scène, qui se déroule rue de la Fromagerie, permet de reconnaître la maison du bedeau, adossée à l’église des Trois‑Patrons.
Crédits cl. P.M./ADSSD
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42558/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42558/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 4,4k
Titre Figure 128 – L’église Saint‑Michel‑du‑Charnier et la chapelle de la Vierge d’après le plan d’E. Cabillet (fig. 120).
Crédits N.L. del./UASD
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42558/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42558/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 4,5k
Titre FIG.  129 – Vue de la sépulture des Valois par Israël Silvestre, vers 1652. ADSSD, 6Fi Saint‑Denis 109 ; gravure ; 17 x 10 cm.
Légende Cette vue nous montre, au nord du mausolée des Valois, les deux églises contiguës, Saint‑Michel‑du‑Charnier et Saint‑Pierre. À l’arrière, un clocher s’élève : c’est probablement celui de Saint‑Paul, où fut suspendue jusqu’au XVIIIe s. la cloche que l’on appelait « Chasse‑Ribaud » ; cette cloche sonnait le couvre‑feu à huit heures du soir (Doublet 1625 : 999). Sur les vues anciennes des abords de l’abbatiale, on ne distingue aucune trace de séparation entre les différents cimetières paroissiaux.
Crédits cl. P.M./ADSSD
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42558/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Titre FIG. 130 – L’église de la Madeleine d’après le plan d’E. Cabillet (fig. 120).
Crédits N.L. del./UASD
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42558/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 9,8k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42558/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 4,3k
Titre FIG. 131 – L’église Saint‑Pierre d’après le plan d’E. Cabillet (flg. 120).
Crédits N.L. del./UASD
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42558/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42558/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 4,4k
Titre FIG. 132 – Le cimetière sous la Révolution, par Deveze et Debucourt. MAHSD ; lithographie, 12 x 17 cm.
Légende Plusieurs tombeaux, descellés entre le 6 et le 8 août 1799, furent entassés dans le cimetière des Valois pour être examinés par la commission des Monuments qui choisit les tombes à transporter au dépôt des Petits‑Augustins.
Crédits cl. EJ./ UASD
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42558/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Titre FIG 133 – La glacière, plan et coupe. AN, H54273 ; papier, encre, aquarelle ; 22 x 34 cm.
Légende En 1771, les religieux firent construire une glacière dans le cimetière des Valois. Le devis, rédigé par Etienne Monvoisin, était accompagné de ce dessin qui montre le plan et la coupe de cette construction. Comme couverture, l’architecte offrait le choix entre une voûte de pierre ou un toit en chaume.
Crédits cl. P.M./ADSSD
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42558/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre FIG. 134 – Vue du côté septentrional de l’église abbatiale, par Lemaître, 1827. MAHSD ; lithographie de Delpech ; 19 x 25 cm.
Légende Cette vue montre l’un des deux portails de la clôture de la cour des Valois, établie en 1807 par l’architecte Legrand afin de protéger les restes des rois et reines qui y étaient enfouis.
Crédits cl. EJ./ UASD
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42558/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Titre FIG. 135 – « Tombeau de Louis XII, de François Ier, d’Henri IV, de Louis XIV et de tous les rois de France », par E.‑A. Pernot, en 1817. MAHSD ; lithographie.
Légende En 1814, le sous‑préfet et le maire de Saint‑Denis firent élever dans la cour des Valois un tertre couvert de gazon, de lis et de cyprès sur les deux fosses où les restes des Bourbons et des Valois avaient été jetés (Gilbert 1815 : 87). En 1815, Debret changea la colonne surmontée d’une croix (BHVP, NA ms. 84). A l’arrière, on devine l’un des obélisques du second portail de Legrand.
Crédits cl. E.J./UASD
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42558/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Titre FIG. 136 – « Plan des fouilles qui ont eu lieu à l’occasion de l’exhumation des restes des rois, reines... », par F. Debret en 1817. AMH, Album Debret, no inv. 5796 ; papier, encre, aquarelle ; 44 x 28 cm.
Légende Après la démolition du mausolée des Valois, le terrain servit de « sépulture aux religieux jusqu’en 1767, et (...) depuis ce temps là on y enterroit les gens attachés à l’abbaye, en fait des sécullers et les domestiques. La partie de ce cimetière étoit entouré d’un mur de forme circulaire » (Gautier : 22). En 1771, on établit dans ce cimetière une glacière (fig. 133) marquée sur ce plan par la lettre M. Le mur est démoli dans le courant de l’année 1800. Le terrain fut aliéné la même année, puis racheté par Legrand pour être entouré d’un mur de clôture, indiqué sur le plan par la lettre D. En 1817, on y procéda à l’exhumation des restes des rois et des reines, qui avaient été jetés dans les fosses I et J.
Crédits cl. P.M./ADSSD
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42558/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42558/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 4,7k
Titre FIG. 137 – Exhumation des restes des rois et des reines de France dans le cimetière des Valois, par François Debret et François‑Joseph Heim. Musée du château de Versailles, no inv. 279 ; papier, encre, lavis.
Crédits cl. RMN
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42558/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 165k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search