Version classiqueVersion mobile

Une ferme de l’Armorique gauloise

 | 
Yves Menez

Chapitre 5. Épilogue

Résumé

Il est apparu nécessaire, à l’issue de ce travail, de rouvrir le dossier des aedificia, ou des « fermes indigènes », en s’interrogeant sur la nature de ces habitats, leurs fonctions premières et le statut de leurs propriétaires. La question du devenir de ces exploitations agricoles après la conquête est également abordée. Les quelques pistes de recherche soulevées à partir de la documentation publiée, encore rare et trop disparate, permettent cependant, au‑delà de la simple monographie de site, de recadrer les apports de la fouille du Boisanne dans une problématique plus vaste : celle de la formation des campagnes au second âge du Fer.

Texte intégral

La ferme indigène : mythe archéologique ou réalité ?

1Habitat, établissement, exploitation agricole, ferme : tous ces termes ont été successivement employés pour désigner ce que suggèrent les vestiges mis au jour au Boisanne. Si d’autres qualificatifs, plus précis, ont été systématiquement évités, c’est parce qu’il paraissait prématuré de les employer sans en préciser le sens. Il m’est donc apparu nécessaire, à l’issue de cette étude, de rouvrir le dossier des aedificia, ou des « fermes indigènes ». Non pas tant pour élaborer de nouveaux concepts sur la hiérarchisation des habitats du second âge du Fer que pour tenter de mieux cerner ces termes et d’apprécier leur aptitude à définir un type de site bien caractérisé.

2Comme l’ont montré O. Buchsenschutz et I.B.M. Ralston (1986), le terme d’aedificium est utilisé par César dans de multiples sens que seul le contexte permet de déterminer : bâtiment isolé, grange, maison située dans un village, construction de fortune ou ferme isolée. Toutefois, opposé dans la plupart des cas à vicus et oppidum, il semble bien désigner des habitats isolés. Si A. Grenier privilégie, dans son livre sur les Gaulois (1970), l’interprétation comme bâtiment agricole isolé, il écrit cependant, dans son Manuel d’archéologie gallo‑romaine, que « le mot d’aedificium [...] paraît bien l’équivalent de la villa en Italie » (Grenier 1958 : VI, 783). E. Thevenot, dans son Histoire des Gaulois (1966), donne une description plus précise des habitats que, selon lui, recouvre ce terme d’aedificium. Ce « sont des demeures particulières, répondant à deux fins, distinctes ou simultanées. D’une part, elles servaient de lieux de séjour aux grands propriétaires gaulois [...]. D’autre part, le même terme sert à désigner les habitations des cultivateurs gaulois et les bâtiments d’exploitation, granges et écuries ». Ces textes évoquent nettement ce que nous appelons aujourd’hui des fermes. Il est probable que certains aedificia devaient offrir le double caractère de maisons de maître et de centre d’exploitation « agricole ». Ce court chapitre me semble résumer ce que, avant que l’archéologie ne s’en mêle, l’on pensait savoir de ces habitats mentionnés par les textes.

3Les survols effectués dès la fin des années 1960 par R. Agache ont permis, pour la première fois en France, d’observer de vastes habitats délimités par des fossés. Ils apparaissent « sous la forme de grands enclos emboîtés les uns dans les autres et, exceptionnellement, d’enclos accolés. Bien entendu, il n’est pas rare que ces fossés aient été curés et rectifiés au cours des temps, ce qui donne parfois des tracés multiples. On les distingue facilement des enclos agraires ou pastoraux parce que ces enclos d’habitat présentent des plans cohérents, complexes, fort élaborés et associés à des fosses comblées, nombreuses et de dimensions très variées » (Agache 1976b). Observant que « ces établissements ruraux de l’âge du Fer se maintiennent très longtemps pendant l’occupation romaine », R. Agache hésite à les décrire comme des fermes gauloises (ou de tradition gauloise). C’est pourquoi il propose (Agache 1970) le terme de « ferme indigène », traduction littérale de l’expression anglaise « native‑farm ». Très tôt cependant, il estime que « ces grandes fermes isolées en bois et en terre correspondent très certainement à ce que César désigne sous le vocable latin d’aedificium », et que « ces habitats sont des demeures aristocratiques jouant le rôle d’exploitations agricoles Autrement dit, ces aedificia avaient les mêmes caractéristiques que la villa en Italie » (Agache 1976b).

4Les nombreuses photographies aériennes n’ont donc pas, dans un premier temps, modifié l’interprétation historique de ces habitats, mais ont bien plutôt permis de fournir des documents spectaculaires susceptibles d’illustrer ce que l’on pouvait imaginer à la lecture des textes. Le véritable apport des survols est tout autre. Ils ont permis, parmi la multiplicité des traces observées, de dégager un type de site jusqu’ici inconnu et qui est défini par la présence d’un habitat dont les traits distinctifs sont les suivants :
– isolé (et non intégré dans un ensemble d’habitats ou un parcellaire préexistant) ;
– d’une superficie généralement comprise entre 0,5 et 1,5 ha ;
– cerné par un système de fossés délimitant un ou plusieurs enclos, emboîtés ou accolés, compartimentés ou non ;
– marqué par de nombreuses fosses et des ensembles de trous de poteaux apparemment groupés le long des fossés, une partie du ou des enclos semblant souvent vierge de toute structure ;
– parfois enveloppé d’un parcellaire s’organisant toujours autour du site, soit en parcelles adjacentes, soit sous la forme d’un grand enclos concentrique ou d’un parcellaire rayonnant.

5Une intense activité de prospection aérienne au cours de ces vingt dernières années a en outre permis de constater que ce type de site, loin d’être limité à la Picardie, était en fait extrêmement fréquent sur la majeure partie de la France à l’exception, probablement, d’une partie du pourtour méditerranéen. Ce n’est donc pas un phénomène local, mais l’un des faits majeurs de l’histoire des campagnes françaises qui a été ainsi révélé.

6L’ampleur des moyens nécessaires a retardé, en France, la mise en place des premières fouilles extensives sur de tels habitats. Parmi les premières opérations, on peut citer celle concernant le site de Frénésie/ Conchil‑Le‑Temple (Pas‑de‑Calais) (fig. 169, no 4) daté du iie s. et de la 1re moitié du ier s. av. J.‑C., (Leman‑Delerive, Piningre 1981), ou celle de Combe Héret/Beligneux (Ain) (fig. 169, no 8) daté de la 1re moitié du ier s. ap. J.‑C. (Vicherd et al. 1983 ; Vicherd 1986).

FIG. 169 – Quelques‑unes des « fermes indigènes » récemment fouillées en France. 1 d’après Joly 1994 – 70 av. J.‑C. à 10 ap. J.‑C ; 2 d’après Nilesse 1992 – fin du IIe et Ier s. av. J.‑C ; 3 d’après Vauterin 1993 – IIIe s. av. J.‑C. au dernier quart du Ier s. av. J.‑C ; 4 d’après Piningre 1979 – fin du IIe et Ier s. av. J.‑C ; 5 d’après Pion 1986 – Ier s. av. J.‑C ; 6 d’après Mordant 1991 – IIe et début du Ier s. av. J.‑C ; 7 d’après Valais 1992 – 100 à 20 av. J.‑C ; 8 d’après Vicherd et al. 1983 – Ier s. ap. J.‑C ; 9 d’après Carré 1990 – Du mobilier daté du 1er âge du Fer et de l’époque gallo‑romaine a été découvert dans les fosses ou les fossés de l’habitat ; une nécropole datée du IVe s. av. J.‑C. au début du Ier s. ap. J.‑C. a été fouillée à proximité.

YM del./MC

7Les nombreuses fouilles effectuées depuis, pratiquement toutes dans le cadre de sauvetages, ont permis d’observer une diversité de structures bien plus complexe que ne le laissaient prévoir les photographies aériennes : fossés, fosses et trous de poteaux certes, mais également tranchées de fondation de palissades, foyers, fours, silos, caves, souterrains, puits, mares, sépultures... Ces chantiers ont également permis d’analyser, de manière plus fine, les traces suggérées par les clichés, et de discerner, dans les ensembles de trous de poteaux, les plans de bâtiments ou de greniers ou, dans les ensembles de fosses, les vestiges d’ateliers semi‑enterrés,

8Foisonnement des structures donc, mais aussi recoupements entre elles qui démontraient, indubitablement, que nombre de ces sites avaient connu une histoire bien plus complexe qu’on ne le pensait jusqu’alors. Ce fait était d’ailleurs confirmé par le mobilier découvert qui, bien souvent, suggérait une longue durée d’occupation pour ces habitats. Les fouilles, loin d’éclairer le postulat « ferme indigène = aedificium » posé lors de l’étude des clichés aériens, ont donc mis en évidence une diversité difficile à synthétiser. En effet, rares sont les sites où l’on a pu fouiller une superficie suffisante, et dans des conditions optimales, pour permettre de dépasser raisonnablement la simple publication d’un plan « toutes périodes confondues », ou l’examen, certes intéressant mais anecdotique, de quelques fosses ou d’un ensemble de trous de poteaux. La documentation recueillie est donc particulièrement disparate, et aucun des sites fouillés ne peut, et ne doit à l’heure actuelle, servir de modèle.

9De ce semis d’informations, livré par la fouille de milliers d’excavations, il me semble qu’on peut néanmoins faire ressortir quelques constantes propres à ces habitats. Les traces de bâtiments sont bien concentrées dans le ou les enclos situés au cœur du site ; les espaces périphériques, souvent délimités par des tranchées ou des fossés moins profonds, correspondent de toute évidence à des parties non bâties, champs et enclos à bétail. Les fossés ou les tranchées qui cernent les parties habitées correspondent, non à des défenses ou des drainages, mais à des vestiges de clôtures. Les portes ne montrent aucune trace de fortification, mais, parfois, les vestiges de barrières ou de haies destinées à guider les troupeaux. Le nombre des bâtiments, suggéré par celui des ensembles de trous de poteaux attribuables à une même période du site, semble faible par rapport aux superficies encloses. Les points d’eau sont rares (un puits ou une mare), voire inexistants. Le mobilier recueilli, le plus souvent à proximité des entrées et des espaces bâtis, correspond bien à des rejets domestiques caractéristiques d’un habitat. Il est généralement peu abondant (5 000 à 10 000 fragments environ), comparé à celui livré par l’étude d’un habitat groupé, un village, sur une superficie équivalente. Ce mobilier est peu varié, constitué pour l’essentiel de fragments de céramiques, les objets métalliques semblant plus rares que sur les habitats groupés ou fortifiés, particulièrement les monnaies ou les potins. Il en est de même pour les importations, notamment les amphores souvent limitées à quelques unités. Les traces d’artisanat existent (travail de l’os, du textile, des métaux), mais reflètent plus des activités épisodiques ou domestiques, que la présence à demeure de véritables ateliers. Les déchets sont peu nombreux, et souvent localisés dans une fosse ou une section de fossé. Les restes osseux retrouvés dans les fosses ou les fossés montrent de réelles différences avec ceux mis au jour dans les villages (Meniel 1993), et notamment une moindre consommation du porc et une plus forte présence des ossements de moutons, de chèvres et de chevaux sur les fermes indigènes (Meniel 1988). Malgré de rares exceptions, comme la ferme carolingienne de Haucon‑court en Moselle (Jacquemot 1992), la majeure partie des sites de ce type peut être attribuée au second âge du Fer ou, pour les ensembles délimités par des fossés souvent plus rectilignes et moins profonds, à la période gallo‑romaine.

10L’image de la ferme indigène, qui se dégage ainsi progressivement des fouilles, ne met nullement en cause la vision fournie par l’étude des clichés aériens, mais la complète notablement et permet de valider l’existence d’une catégorie de sites bien définie par des caractéristiques qui lui sont propres, ainsi que par ses extensions géographiques et chronologiques. Calquer sur cette image la notion d’aedificium serait toutefois prématuré, voire dangereux (remarque d’A. Ferdière, dans Buchsenschutz 1981 : 208). Ce terme antique a en effet trop longtemps servi à masquer notre ignorance. L’expression même de « ferme indigène » est aujourd’hui remise en question. Elle ne se conçoit que dans un milieu où une opposition avec des exploitations de type allogène, telles les villae où les références architecturales au monde méditerranéen sont nombreuses, est possible. L’adjectif « indigène » semble donc inapproprié pour toutes les périodes antérieures au règne de Claude, où ce dernier type d’exploitation agricole semble quasiment inexistant.

11Le terme de « ferme » lui‑même a été critiqué, non pas tant par les prospecteurs aériens que par certains archéologues de terrain. J.‑P. Le Bihan (1987 ; 1988 ; Le Bihan et al. 1990) a ainsi proposé celui de « hameau » pour les habitats de Quimper/Le Braden (Finistère), arguant de la présence probable de plusieurs cellules familiales sur ces sites vers la fin du second âge du Fer. Comme on le voit, bien des notions, jusqu’ici considérées comme acquises, semblent donc devoir être réexaminées.

12Le cadre de cette étude doit préalablement être établi. Le type de site abordé a été précisément délimité au cours des paragraphes précédents. Il n’est pas question, ici, de traiter de l’ensemble des exploitations agricoles protohistoriques, mais bien de ce que l’on peut provisoirement nommer, même si le terme paraît impropre, « ferme indigène ». Le cadre géographique sera principalement celui de la France actuelle. Je me laisserai toutefois la possibilité, lorsque le besoin s’en fera sentir, de positionner les problèmes par rapport à quelques sites fouillés ailleurs en Europe, notamment en Grande‑Bretagne ou en Allemagne. Quant au cadre chronologique, il sera limité, dans un premier temps, au second âge du Fer. Cependant, quelques références au premier âge du Fer seront parfois nécessaires. Le problème des établissements d’époque romaine fera l’objet d’un chapitre particulier, qui traitera des problèmes fondamentaux de persistance ou de disparition de ces établissements après la Conquête césarienne.

13Il m’a semblé judicieux de procéder par une série de questions plus que par affirmations. En effet, les quelques problèmes que je souhaiterais soulever à l’issue de la fouille de la ferme du Boisanne ne peuvent espérer, en l’état actuel des recherches, trouver de solutions. Les données sont trop maigres, trop disparates, pour que des certitudes puissent être aujourd’hui établies. Ces interrogations me semblent néanmoins mériter d’être posées. Les hypothèses qui les suivent ne sauraient prétendre à la durée. Elles n’ont pour but que de stimuler les recherches ou les analyses destinées à les étayer ou les infirmer, et auront atteint leur but lorsque des éléments de réponse convaincants auront, enfin, permis de les rendre caduques.

Un établissement stable ou éphémère ? Une ferme ou un hameau ?

14La netteté des clichés qui ont longtemps servi de référence, leur « évidence » due à l’absence fréquente de recoupements discernables entre les structures (par exemple, Agache 1981a : Bray‑les‑Mareuil, Somme) (fig. 171, no 5) pouvait suggérer une occupation de courte durée sur ces sites. D’autant que l’on pouvait douter de la capacité de ces établissements, bâtis en terre et en bois, à traverser les siècles sans de fréquentes réfections.

15Malgré des difficultés de datation dues à l’arasement de ces sites par les labours (Menez 1994), il est apparu rapidement que la quasi‑totalité de ces exploitations avait duré pendant au moins un ou deux siècles, et parfois bien plus, presque 800 ans pour l’habitat de Old Down Farm, Andover, Hampshire (Cunliffe 1984) (fig. 170, no 11). Des plans qui semblaient extrêmement simples, comme ceux de Little Woodbury, Wiltshire (Bersu 1940 ; Cunliffe 1984) (fig. 170, no 10) ou de Gussage Ail Saints, Dorset (Wainwright 1979 ; Collis 1990) (fig. 170, no 8) résultaient en fait d’environ cinq siècles d’occupation continue, le fossé majeur de délimitation du site correspondant d’ailleurs, bien souvent, à la phase initiale de l’établissement. Ces habitats ont donc sans nul doute été conçus pour durer.

16La notion de ferme ou de hameau est plus difficile à trancher. Si l’on reprend la définition du Petit Robert (édition de 1986), un hameau est une « agglomération de quelques maisons rurales situées à l’écart d’un village ». Or, très souvent, la fouille de ces sites a montré que, dès l’origine, un vaste espace avait été enclos par une clôture ayant nécessité la mise en œuvre de moyens importants. Cela ne semble pas refléter le regroupement progressif de maisonnées en un lieu donné, mais bien plutôt la création, ex nihilo, d’un établissement conséquent. Le mobilier domestique recueilli suggère la présence d’un groupe humain assez réduit en ces lieux, impossible à chiffrer précisément mais que l’on serait tenté de limiter à une ou deux familles logeant dans un ou deux bâtiments. Certes, les enclos habités comportent souvent des subdivisions internes. Mais rien n’évoque des parcelles où l’on retrouverait, pour chaque maisonnée, l’emplacement d’un habitat et de ses annexes.

17Il me semble donc que le terme de ferme reflète, somme toute assez bien, la vision qui se dégage progressivement des fouilles effectuées sur les habitats de ce type. Il n’exclut nullement d’ailleurs, la présence de plusieurs cellules familiales, pour autant qu’elles correspondent à la famille du propriétaire ou à celle des « ouvriers agricoles ». Il s’agit certes d’un pari, car des relations de parenté ou de dépendance sont impossibles à détecter lors de la fouille de tels sites. Le risque de se tromper me semble néanmoins limité. Trop de convergences existent entre la structure de ces sites, le mobilier découvert, le parallèle avec les grandes exploitations gallo‑romaines ou les comparaisons avec les fermes médiévales ou modernes, pour que l’on s’interdise d’utiliser ce terme de ferme. D’autant qu’il y a un monde entre une ferme bretonne et une ferme de la Beauce, sans parler de certaines fermes américaines, ranchs ou haciendas. Cette dénomination ne peut donc, en aucun cas, servir d’interprétation.

Un établissement de défrichement et de mise en valeur d’un terroir ?

18Un fait frappe tout d’abord lorsque l’on commence à étudier ces sites : leur isolement. Peu ou pas de traces d’habitats antérieurs à l’installation de ces grands ensembles. Lorsque des champs ou un autre enclos apparaissent à proximité, ils semblent toujours postérieurs à la création de la ferme indigène. L’implantation de ces exploitations agricoles ne semble conditionnée que par la topographie, et jamais par un habitat, ou une propriété du sol, qui aurait préexisté. Les remaniements de clôtures eux‑mêmes, lorsqu’ils ont eu lieu, paraissent avoir été effectués sans souci de propriétaires voisins. De plus, lorsque des parcellaires ou des chemins ont pu être observés, ils paraissent toujours avoir été créés, de manière progressive, à partir de ces enclos. Tout semble donc indiquer que les bâtisseurs de ces fermes visaient à la maîtrise, dès la fondation de ces exploitations, d’un vaste terroir, et qu’ils sont à l’origine de son appropriation et de sa mise en valeur progressive.

19Le deuxième caractère frappant est la présence systématique, autour de ces sites, d’un, voire de plusieurs rideaux de clôtures. Les fouilles l’ont montré : il ne s’agit nullement de défenses. Pourquoi donc avoir consacré tant d’énergie à édifier ces palissades ou ces talus de terre et de pierres ? Une des raisons me paraît être la protection contre les intempéries, principalement le vent. En effet, les clichés aériens comme les premières analyses polliniques concordent : ces établissements ont été édifiés dans des paysages ouverts. R. Agache avait donc vu juste en comparant ces vastes exploitations aux rares fermes isolées de l’openfield picard (Agache 1978 : ph. 87). Un deuxième argument en ce sens est fourni par les observations que j’ai pu faire lors des fouilles effectuées en Bretagne : les principales concentrations de trous de poteaux, ou du moins celles qui peuvent correspondre aux maisons, sont situées le plus souvent à proximité de l’angle nord‑ouest des enclos, aux endroits les mieux protégés des vents dominants par les talus et les palissades. Là encore, tout tend à prouver que ces établissements se sont implantés dans un paysage non humanisé, sur des plateaux couverts de landes ou de vaine pâture et où le vent pouvait errer librement.

20Même si elle doit être étayée par de nouvelles analyses polliniques, la notion d’établissement de défrichement me semble donc tout à fait plausible. Quels qu’eussent été les exploitants de ces fermes, ils se sont installés au milieu de terres où ils ont pu aménager d’un seul tenant tout leur domaine, et implanter les bâtiments nécessaires protégés par une clôture durable, symbole d’appropriation d’une exploitation isolée au milieu de terres en friche ou de jouissance collective.

Une exploitation agricole où l’élevage est la première activité ?

21S’agissait‑il d’extraire d’une terre, jusqu’ici inculte, l’alimentation nécessaire pour le groupe humain qui occupait ces établissements ? Souhaitait‑on, champ après champ, progressivement couvrir de cultures vivrières, et notamment de céréales, les terres environnant les enclos habités ? Il me semble que, en réunissant les données extraites des clichés aériens et des fouilles, on peut apporter quelques éléments de réponse à ces questions.

22La forme même des enclos, ainsi que la densité et la nature des structures qui y ont été fouillées, semblent significatives. En effet, la majeure partie de ces établissements est caractérisée par la présence, autour de l’espace habité ou plus rarement contre celui‑ci, d’un enclos très vaste et généralement vierge de toute trace de constructions. On pourrait certes penser à un potager recelant les cultures quotidiennement utiles aux habitants, mais les superficies concernées, souvent de l’ordre de l’hectare, paraissent disproportionnées avec la taille des groupes humains que l’on imagine vivre dans ces établissements.

23Les entrées de ces enclos sont également révélatrices. Elles montrent fréquemment les traces de dispositifs de fermeture, non défensifs, mais cependant robustes, le plus souvent des barrières maintenues par des poteaux solidement plantés dans le sol (fig. 169, no 1 et 7 ; fig. 170, nos 8, 9, 10 et fig. 172, no 2). Devant ces entrées, de petites tranchées, probables vestiges de haies plantées ou de palissades, dessinent fréquemment des « antennes » ou des entonnoirs (fig. 170 no 8 et 10 ; fig. 172, nos 2, 6 et 7 ; fig. 171 nos 2, 4, 5 et 7). Ces dispositifs, parfois remplacés par de véritables chemins bordés de fossés et probablement de haies, semblent bien avoir été édifiés pour guider les troupeaux vers les portes majeures de ces établissements. Un examen des clôtures et de leurs interruptions, caractéristiques essentielles de ces habitats, conduit donc tout naturellement à se demander si ces exploitations agricoles n’ont pas, prioritairement, été conçues pour l’élevage.

FIG. 170 – Fermes de la fin du Ier et du début du second âge du Fer. 1 d’après Fowler 1983 – vers 500 av. J.‑C ; 2 phase ancienne de la ferme – VIe et début du Ve s. av. J.‑C ; 3 plan inédit Y. Menez – phase ancienne du site – Ve et IVe s. av. J.‑C ; 4 d’après Mordant 1992 – fin du VIe et Ve s. av. J.‑C ; 5, 6, et 7 d’après Christlein, Braasch 1982 – fin du Ier et début du second âge du Fer ; 8 phase I du site, d’après Collis 1990, extrait de Wainwright 1979 – Ve s. av. J.‑C ; 9 phase I du site, d’après Collis 1990, extrait de Fasham 1985 – VIe et Ve s. av. J.‑C. ; 10 d’après Bersu 1940 – VIe au Ier s. av. J.‑C. ; 11 phase I du site, d’après Collis 1990, extrait de Davies 1981 – le fossé figuré en noir correspond à la phase des VIe et Ve s. av. J.‑C.

YM del./MC

24En faveur de cette hypothèse, on notera la présence, confirmée par la fouille du Boisanne mais déjà signalée par R. Agache sur de nombreux sites picards (Agache 1978 : 124, ph. 41, 127, ph. 43, 129, ph. 45, 150, ph. 70, 71...), de mares creusées à l’intérieur ou à proximité immédiate de ces enclos. On notera également l’absence quasi constante, autour de ces exploitations et malgré les multiples clichés réalisés, des petits champs celtiques, de format quadrangulaire et d’une superficie allant de 500 à 5 000 m2, caractéristiques de labours à l’araire (Audouze, Buchsenschutz 1989 : 206‑208). Au contraire, lorsque des traces de parcellaires ont pu être identifiées, cela a toujours été, soit des Ranch boundaries, lignes de haies longues de plusieurs centaines de mètres et destinées à limiter la divagation des troupeaux, soit des champs très vastes, d’une superficie dépassant l’hectare. Cela ne veut nullement dire qu’il n’était pas possible, dans ces grandes parcelles ou les espaces non clôturés localisés à la périphérie de ces fermes, de protéger par des clôtures temporaires des superficies destinées à être ensemencées, ne serait‑ce que pour assurer la subsistance des personnes chargées de l’exploitation, voire procurer quelques surplus. Je pense simplement que les structures discernables sur les clichés aériens, celles qui ont été conçues pour durer, donnent une image fort éloignée de celle que l’on attendrait d’une ferme protohistorique orientée vers la polyculture.

25Un dernier argument, enfin : la taille des domaines attribués à ces établissements. B. Lambot (1993) suggère, à partir d’études menées sur des micro‑régions particulièrement bien prospectées en Champagne septentrionale, des superficies comprises entre 500 et 1 000 ha. Même en tenant compte de jachères ou d’une rotation des cultures, le travail que nécessiterait, avec les moyens de l’époque, la culture d’autant de terres, me paraît hors de portée des groupes humains, limités à une ou deux maisonnées, que l’on imagine vivre dans ces fermes. Même en doublant cette capacité de travail à l’aide de personnes extérieures à l’exploitation, on serait encore loin du compte.

26Il me semble donc raisonnable d’estimer, à l’examen de ce faisceau d’arguments, que la part de l’élevage devait être prépondérante dans la plupart de ces exploitations. On pourrait en ce cas s’étonner de l’absence d’étables ou de bergeries bien caractérisées, et ce malgré le grand nombre d’établissements fouillés. De tels bâtiments sont en effet connus, depuis l’âge du Bronze, sous la forme de l’association de la maison et de l’étable sous un même toit (Audouze, Buchsenschutz 1989 : 168). Ils paraissent toutefois bien spécifiques, jusqu’ici, d’une aire comprenant les Pays‑Bas, l’Allemagne du Nord et le sud de la Scandinavie. Reflet d’une économie où la stabulation jouait un rôle important, ces fermes‑étables témoignent d’un élevage qui semble bien différent de celui suggéré par les clôtures discernables sur les clichés aériens, et qui ressemble fort à celui décrit par F. Braudel (1986 : III, 75) pour certaines exploitations du Moyen Âge et du début de l’Époque moderne.

27En effet, « l’élevage d’hier n’est pas celui d’aujourd’hui

28Aujourd’hui, la vie d’un éleveur est sous le signe d’une attention continue [...]. La corvée est continuelle pour atteindre une production maximale, en quantité sinon toujours en qualité. Hier, au contraire, la majeure partie du gros bétail, bœufs, vaches, chevaux, juments, vivaient une portion notable de leur existence livrés aux hasards du dehors, sans surveillance, souvent à l’état quasiment sauvage ». Il cite notamment le sire de Gouberville qui, décrivant son domaine normand du Mesnil au xvie s. (Braudel 1986 : III, 77), signale que « la plus grande partie du bétail se compose de “bestes saulvages [qui] pasturent à la forêt”, mêlés parfois à celles des voisins, et qui s’y reproduisent librement. Le problème est de les récupérer, tant pour les besoins de l’exploitation que les ventes en foire. Chaque fois, il est nécessaire d’organiser une véritable battue, avec vingt, trente hommes [...]. Les notes de Gouberville [...] sont étonnantes. Le 24 juin 1562, c’est le troupeau de bovins qui est rassemblé “presque” au complet, les jeunes produits, les “veaulx saulvages”, furent sans doute marqués au fer ce jour là. [...] et une partie en fut retenue pour les “semmer”, c’est‑à‑dire les châtrer ». Une telle vision appliquée à l’Antiquité ou la fin de la protohistoire ne paraît pas a priori aberrante, puisque Varron signale (Économie rurale, II, 8), pour l’Italie du ier s. av. J.‑C., qu’une partie des bêtes « paissent d’ordinaire sur de grands espaces, dans des lieux fort divers ».

29Ces vastes fermes indigènes, ou du moins les enclos périphériques où débouchent fréquemment ces entrées précédées par des dispositifs destinés à garder le bétail, ont pu, dans un élevage de ce type, servir de corral destiné à recueillir temporairement une partie du troupeau, soit pour la marquer et la châtrer, soit pour la vente ou l’abattage. Quant aux vastes champs que l’on discerne parfois autour de ces fermes, ils ont pu, certes, être cultivés pour assurer la subsistance des exploitants de ces fermes et de leur famille mais ont pu également, et cela serait en accord avec leur superficie, servir de prairies ou, plus probablement encore, de pré de fauche. En effet, Varron signale (Économie rurale, I, 17) que « l’herbe que l’on fait pousser et qu’on cultive dans les prés en vue de la fenaison, non seulement il faut se garder de l’arracher dans le nourrissage, mais même de la fouler. C’est pourquoi, il faut écarter du pré le bétail et toute espèce d’animal de trait, et même l’homme. La semelle de l’homme est la mort de l’herbe ». Comme le souligne F. Sigaut (1985), la faux, qui apparaît au second âge du Fer, est « originellement, un outil de récolte de l’herbe, et non des céréales. La faux, par conséquent, suppose le foin, c’est‑à‑dire la prairie [...]. Rien n’est moins “naturel” que la prairie, qui résulte au contraire d’une longue évolution des techniques et de l’économie, dans laquelle la faux a joué un rôle déterminant ». Le fourrage, préservé par ces limites de parcelle, récolté puis stocké dans des granges (César, Guerre des Gaules, livre VII, 14 ; livre VIII, 10), pouvait permettre à une partie du bétail de passer l’hiver.

30Les analyses des ossements retrouvés lors de la fouille de ces fermes pourraient, malgré les incertitudes inhérentes au mode de dépôt et de conservation de ce type de mobilier (Meniel 1993), apporter quelques arguments en ce sens. Nous l’avons dit, il semble « qu’en dehors des chevaux, les fermes se distinguent des villages [...] par un élevage intensif de moutons et de chèvres, qui prend la place de celui des porcs » (Meniel 1988). « [Les ossements] montrent également “une petite taille des animaux” [qui] résulte d’une longue évolution commencée au Néolithique pour la plupart d’entre eux, due peut‑être aux effets combinés d’une alimentation hivernale déficiente et d’une absence de sélection » (Meniel 1985). Un tel phénomène pourrait concorder avec le type d’élevage évoqué par F. Braudel.

31Aborder de telles questions avant que les analyses effectuées sur ces sites, encore trop rares, aient permis de juger d’une prédominance effective des herbages ou des ruminants, c’est certes risquer d’être démenti dans les années qui vont suivre cette publication. D’autant que les qualités des sols sur lesquels sont prioritairement détectées ces vastes fermes pourraient peut‑être, région par région, apporter des éléments de réponse quant à la fonction primordiale de ces établissements. Rappelons toutefois que la nature des terres influe également sur la détection de ces sites, et que l’absence de telles fermes dans un secteur donné peut être due à l’existence de sols, ou de cultures, peu propices à la découverte de ces sites. De plus, il faudrait être sûr que le caractère plus ou moins favorable des terres à la culture des céréales ou à l’élevage reflète bien, aujourd’hui encore, une situation protohistorique, que les sols n’ont pas notablement changé en 2 000 ans et que la perception qu’en avaient les exploitants du second âge du Fer était voisine de la nôtre. Tout ceci nécessite que de telles études de répartition des fermes indigènes en fonction des qualités des terres, si elles sont un jour entreprises, soient confiées à des pédologues particulièrement au fait des problèmes archéologiques.

32Et pourtant, même si les preuves sont aujourd’hui hors d’atteinte, il conviendrait de se demander si cette phase de défrichement, spectaculaire par les traces qu’elle a laissées dans notre sol, ne s’est pas prioritairement étendue sur des terrains qui exigeaient une approche différente, plus individualiste, de la culture céréalière et de l’élevage, et notamment une prédominance de ce dernier. Si l’on en croit G. Duby (1977 : 174), « la maison isolée, un lot compact de terres entourées de haies (qui non seulement protège les champs contre le bétail étranger, mais enferme celui du maître et lui réserve toute l’herbe), semble bien répondre en effet à un organisme de production où l’élevage sur la prairie naturelle constitue la principale ressource, et où la culture des grains représente un appoint, de grande importance certes, mais secondaire ».

Lieu de séjour de grands propriétaires ou simple exploitation agricole ?

33Les interprétations proposées pour les aedificia, puis, plus tard, les « fermes indigènes » qui leur ont été assimilées, allaient systématiquement dans le sens « de grosses propriétés terriennes des anciens equites », l’exemple le plus souvent cité étant la maison d’Ambiorix que César a décrite entourée de bois (Guerre des Gaules, VI, 30). Quinze années de fouille sur des sites de ce type ont‑elles permis de valider cette interprétation ? Rien n’est moins sûr.

34Malgré l’ampleur des superficies étudiées, le mobilier, cela a été dit, reste assez « pauvre », en quantité comme en qualité, sinon en diversité : des tessons de céramique pour l’essentiel ; peu ou pas de monnaies. Les objets de fer ou de bronze sont assez rares, et ce même à une époque, la fin de La Tène, où la fouille des grands sites fortifiés a montré un moins grand souci de récupération du métal. Les traces de relations économiques dépassant le cadre local paraissent limitées à quelques amphores de vin ou parures, le plus souvent des perles ou bracelets en verre ou en sapropélite qui ne semblent guère somptueux. Les indices d’un « rôle militaire » des possesseurs de ces sites (présence de fortifications, même moins élaborées que sur les places fortes contemporaines, d’armes égarées ou brisées...) restent quasiment inexistants. Il en est de même, semble‑t‑il, des abondants déchets caractéristiques de la présence d’artisans spécialisés chargés, à demeure, de concevoir ou de réparer les armes et les ornements que l’on imagine nécessaires à la vie d’un « seigneur ». Les restes osseux, lorsqu’ils ont pu être analysés, ne témoignent pas d’un intérêt particulier pour la chasse, la part des espèces sauvages étant souvent comprise entre 1 et 3 %.

35On notera également que les sites où on a pu observer les traces d’un bâtiment remarquable, et notamment une maison différant par sa superficie ou sa structure des édifices habituels, restent particulièrement rares. On peut cependant citer la ferme de Grisy‑sur‑Seine/Terres du Bois Mortier (Seine‑et‑Marne) (Mordant 1992), et ce même si un autre bâtiment remarquable vient d’y être découvert hors des enclos. Les cas de partition nette entre deux espaces construits, l’un réservé au maître de l’exploitation, l’autre aux travailleurs agricoles, ne sont également pas fréquents, la différence de statut social entre les deux espaces restant en outre souvent à démontrer. L’existence de tels sites, qui préfigureraient en quelque sorte les grandes villae gallo‑romaines divisées en pars urbana et pars rustica, peut néanmoins être envisagée à Grisy‑sur‑Seine (Mordant 1992) (fig. 170, no 4), Bazoches‑les‑Bray, Seine‑et‑Marne (Mordant 1991, Mordant 1992) (fig. 169, no 6), Herblay, Val‑d’Oise (Valais 1992) (fig. 169, no 7) ou Pouillé, Vendée (Nilesse 1992) (fig. 169, no 2). On le voit, pratiquement rien, dans le mobilier ou les structures mis au jour lors des fouilles de ces « fermes indigènes », ne semble révélateur d’un statut social privilégié de leurs occupants.

FIG. 171 – Plans établis d’après des photographies aériennes de « fermes indigènes » attribuées au second âge du Fer. 1 d’après Agache 1976b ; 2 d’après San Juan 1992 (daté des IIe et Ier s, av. J.‑C. à l’issue de sondages) ; 3 d’après Provost 1991 ; 4 d’après Marsac 1977 ; 5 et 6 d’après Agache 1975 ; 7 d’après Agache 1978 (un bâtiment gallo‑romain, figuré en noir, se surimpose à l’un des fossés)

YM del./MC

36Mais, poser cette assertion, c’est aussitôt inviter à la remettre en question. Une première réserve, tout d’abord : le mobilier archéologique que l’on retrouve sur ces sites n’est, du fait des arasements des sols (Menez 1994), qu’un ultime reflet des ordures rejetées sur l’habitat. Essayer de déterminer un statut social à partir d’un ensemble de matériel probablement très éloigné de celui utilisé dans ces fermes est, bien plus que sur une villa gallo‑romaine, un exercice particulièrement délicat. Il en est de même de la « qualité » d’un bâtiment, notion bien difficile à apprécier lorsque les seuls vestiges qui en subsistent sont les trous dans lesquels étaient implantés les poteaux. Bien souvent, des données essentielles comme le plan au sol de l’édifice ou la section des supports de la charpente ne peuvent raisonnablement être restitués, Quand on songe que, bien souvent, le logis seigneurial d’une maison forte médiévale ne diffère des grosses maisons paysannes voisines que par la présence d’armoiries sur les tabliers des cheminées ou les embrasures (Affolter, Voisin 1986), on voit combien il peut sembler vain, là encore, de déterminer un statut social à partir de quelques excavations.

37D’autant que, de‑ci de‑là, quelques fouilles apportent de rares éléments allant contre l’idée de simples exploitations agricoles. La ferme d’Herblay, dans le Val‑d’Oise, a ainsi livré un umbo de bouclier, une plaque de fourreau d’épée, ainsi qu’un talon de lance (Valais 1992). Dans ce cas précis, on peut raisonnablement envisager la présence d’au moins un « homme d’arme » sur le site. On pourrait rapprocher ce fait de la découverte, somme toute assez fréquente, de restes humains, des crânes en particulier, dans certaines de ces fermes (Cunliffe 1981 : 83), par exemple à Creil (Oise) (Meniel 1989c). Ces restes humains font en effet inévitablement penser aux « têtes coupées » mentionnées comme des trophées par Diodore de Sicile (Bibliothèque historique, V, 29), et ce d’autant que plusieurs de ces crânes présentent, comme à Beauvais‑Le Canada, Oise (Massy 1983), des traces de décollation post‑mortem. Ces indices montrent que les restes humains trouvés dans ces habitats, « s’ils sont rares, sont aussi autre chose que le produit du bouleversement de sépultures anciennes [...] et que les fragments de boîtes crâniennes [...] illustrent une des possibilités du devenir des têtes prélevées » sur les corps exposés dans les sanctuaires où les armes sont fréquentes, tels ceux de Ribemont‑sur‑Ancre (Somme) ou de Gournay‑sur‑Aronde (Oise) (Meniel 1989b).

38Tout cela donne à certains de ces sites, par ailleurs très communs, une connotation « guerrière » fort éloignée de la vision traditionnelle d’une ferme.

39Signalons également la mise au jour, en plein cœur ou à proximité immédiate de ces habitats, de rares dépôts monétaires : au moins 28 monnaies d’électrum et un statère d’or sur le site de Rannée (Ille‑et‑Vilaine) (Meuret et al. 1992) ; 240 monnaies d’or sur la ferme de Saint‑Denis‑les‑Sens, Yonne (Pautrat 1992) (fig. 169 no 1). Les pouvoirs financiers que suggèrent de tels dépôts sont, là encore, bien supérieurs à ceux que l’on imagine être ceux d’un « paysan libre » à la fin du second âge du Fer.

40Un dernier argument, enfin : celui livré par les petits cimetières ou les tombes isolées associées à ces habitats. B. Lambot a débuté, en 1990, des travaux de prospection aérienne destinés « à détecter, à proximité des fermes indigènes, des tombes isolées ou regroupées en petit nombre. Sur une quarantaine de fermes [...], une quinzaine de petites nécropoles correspondant de toute évidence à des sépultures aristocratiques » ont été repérées aux confins des espaces habités (Lambot 1993). Les premières fouilles effectuées sur les tombes manifestement associées à de tels habitats ont effectivement livré un mobilier dénotant un statut social particulier. F. Carré a ainsi découvert à Tournedos (Seine‑et‑Marne), lors de la fouille d’un enclos funéraire utilisé entre le ive s. av. J.‑C. et le début du ier s. ap. J.‑C., une inhumation recelant un poignard (Carré 1990). À Vismes‑au‑Val (Somme), l’environnement d’une villa de petite taille dont les vestiges recouvraient les traces d’une ferme gauloise, a livré deux sépultures datées des années 70‑30 av. J.‑C. et recelant deux épées conservées dans leurs fourreaux, ainsi que deux tombes à incinération plus tardives contenant un très riche mobilier funéraire : vaisselle, miroir, seaux en bronze, chaise pliante, œnochoée... (Service Picardie 1993 ; Coquiole 1991). Sur ces deux sites, le « luxe » des dépôts funéraires ou la présence d’armes semblent en totale divergence avec le caractère très banal de l’habitat.

41Alors, habitat « aristocratique » ou simple exploitation agricole ? Il paraît bien difficile de trancher, l’apparence très « ordinaire » de ces fermes pouvant être à tout instant démentie par la fouille d’une ou deux sépultures, ou la découverte, sur quelques décimètres carrés, d’un ou plusieurs objets remarquables.

42Un fait semble incontournable, cependant : la masse de travail qu’a de toute évidence nécessitée la construction d’une de ces vastes exploitations. L’investissement technologique et économique pour fonder ces établissements de défrichement a été considérable, bien supérieur à celui nécessité par les quelques exploitations isolées connues pour l’âge du Bronze ou le début du premier âge du Fer. Il a supposé l’extraction de centaines de mètres cubes de terre et l’abattage puis l’acheminement de poteaux en quantité, tout ceci en un laps de temps très bref puisqu’il semble que, pour la plupart de ces sites, l’ensemble de l’infrastructure nécessaire à l’exploitation ait été créé dès l’origine. Cet effort, considérable pour l’époque et pour une ferme isolée, témoigne sans aucun doute de l’ambition et des potentialités des fondateurs de ces sites à monopoliser les hommes et les moyens nécessaires. On remarquera enfin que, pour revendiquer et enclore des terres jusqu’ici indivises, il fallait également pouvoir disposer de l’autorité nécessaire.

43Ces derniers arguments nous incitent donc à voir, dans la création de ces fermes, une entreprise générée par la classe dominante, l’aristocratie foncière que décrit César au ier s. av. J.‑C. Certaines ont très probablement servi, au moins un temps, de lieux de résidence pour les equites qui les avaient fondées. Pratiquement toutes ont dû constituer le support économique de leur richesse, le lieu dans lequel ils pouvaient périodiquement, sans nécessairement y vivre, puiser leurs chevaux, leur fourrage, l’argent et les hommes nécessaires à leur prestige.

FIG. 172– « Fermes indigènes » de l’ouest de la France. 1 ferme du Boisanne ; 2 d’après Le Bihan 1990 – IIe s. av. J.‑C. au Ier s. ap. J.‑C ; 3 d’après Le Bihan 1987 – fin du IIe et 1ère moitié du Ier s. av. J.‑C ; 4 plan inédit Y. Menez ; seuls les fossés correspondant à la ferme, phase la plus ancienne du site (Ve et IVe s. av. J.‑C.), ont été noircis ; les autres fossés correspondent aux douves d’une fortification plus tardive ; 5 d’après Meuret 1992 – IIe s. av. J.‑C. au Ier s. ap. J.‑C ; 6 d’après Leroux 1992 ; 7 d’après Langouët 1990 ; 8 d’après Leroux 1991, ces derniers plans ont été établis d’après des clichés aériens.

YM del./MC

La « norme » de l’occupation du sol au second âge du Fer ?

44Devant la multiplicité des vestiges de fermes indigènes que l’on observe, au fil des ans et lorsque le sous‑sol est favorable, dans la plupart des régions densément prospectées, on peut légitimement se demander si la quasi‑totalité des terres n’était pas contrôlée par ces établissements au second âge du Fer. Les seuls sites qui semblent leur disputer ce rôle sont en effet les fortifications, bien plus rares, qui ont été identifiées dès le XIXe s. sur la majeure partie de l’Europe celtique, ou encore quelques villages non fortifiés. On en revient donc, inévitablement, à la trilogie marqué par l’expression « aedificia, vicos et oppida incenderunt », utilisée par César dans la Guerre des Gaules pour mentionner les sites incendiés dans le cadre de la tactique de la « terre brûlée » : fermes isolées, villages et oppida (Buschenschutz, Ralston 1986).

45Comme l’a souligné Ian B.M. Ralston (1992), « les descriptions de César suggèrent que le mot oppidum, tel qu’il l’utilise, recouvre une grande variété de structures ». Il n’y a pas lieu, ici, de rediscuter cette notion, mais il paraît certain que, là encore, le terme latin a, par son « évidence », un temps figé la recherche (Duval 1981). La diversité des « places fortes », terme suggéré par A. Duval, est telle que seul un réexamen critique, région par région, de la taille et de la structure de ces fortifications, ainsi que des sondages ou des fouilles extensives, pourraient permettre d’établir avec certitude les fonctions et le rôle social qui leur sont, bien souvent a priori, attribués. Il est certain, entre autres, que l’importance des petites fortifications, d’une superficie comprise entre 1 et 3 ha, a été notablement sous‑estimée, hormis en Grande‑Bretagne.

46Il en va de même pour les vici, pour la compréhension desquels « le De Bello Gallico apporte peu d’éléments ». (Ralston 1992). Là encore, seule l’archéologie pourrait permettre de mieux percevoir, parmi la diversité des sites que recouvre ce terme, la fréquence, l’ampleur réelle, les fonctions ou le devenir de ces hameaux ou villages, pendant le second âge du Fer et après la Conquête. Les travaux effectués à Levroux (Indre) (Buchsenschutz et al. 1988) ou à Acy‑Romance (Ardennes) (Lambot, Meniel 1992) sont à cet égard extrêmement novateurs. Comme pour les fortifications, l’étude de ces villages se heurte néanmoins au problème de leur ampleur qui limite inévitablement, soit la superficie des fouilles, soit le nombre de sites étudiés.

47Pour ce qui concerne les établissements agricoles isolés, la réalité qui émerge progressivement des nombreux décapages effectués est bien plus complexe que celle suggérée par les premiers clichés aériens. Si la ferme indigène représente un type qui, par les nombreuses caractéristiques qui lui sont propres, paraît cohérent et bien identifié, bien des habitats de superficies plus modestes ne peuvent en aucun cas s’intégrer dans cette catégorie. Quelques trous de poteaux, et deux ou trois tranchées peu profondes, ne définissent en rien une ferme indigène. Or, dans plusieurs cas, les fouilles ont montré la présence de sites du second âge du Fer, d’une superficie modeste, généralement inférieure à 3 000 m2, délimités ou non par des clôtures et recelant des vestiges de rares bâtiments : une maison et un ou deux petits édifices annexes, greniers ou appentis. P. Pion, à partir des recherches effectuées dans la vallée de l’Aisne, a proposé, lors d’un séminaire organisé à Paris en juin 1993, de qualifier ces sites nettement moins élaborés comme étant des « habitats ruraux simples ».

48B. Lambot, à partir d’une étude menée sur la Champagne septentrionale, suggère également la présence de petites fermes ou hameaux qui s’intercaleraient entre les grandes fermes indigènes. En effet, considérant que deux cents personnes sont nécessaires pour exploiter la superficie minimale de 500 ha qu’il définit pour les domaines, il estime qu’un tel groupe humain ne pourrait loger dans les rares bâtiments identifiés dans les fermes. Par conséquent, « la main d’œuvre devait se regrouper en périphérie des grands établissements, et exploiter aussi quelques parcelles pour sa propre subsistance » (Lambot 1993). Ces deux visions, établies à partir d’analyses effectuées sur des régions densément fouillées et prospectées, ont de fortes chances de s’approcher de la réalité des campagnes au second âge du Fer. Seuls émergeraient, lors des survols aériens ou des surveillances de travaux, les vastes sites délimités par les fossés : les « fermes indigènes ». Les « habitats ruraux simples », probablement nombreux mais aux vestiges ténus, ne pourraient quant à eux être identifiés que lors des rares décapages extensifs réalisés sous surveillance archéologique.

49Ce schéma, simple, résiste mal à l’examen de sites d’occupation longue, et notamment à l’analyse de l’évolution de la ferme du Boisanne. Par sa superficie (910 m2 dont 240 m2 habités) comme par la présence d’un unique bâtiment, ce site peut sans ambiguïté, pour sa phase initiale datée des vie et ve s. av. J.‑C., être rapproché des « habitats ruraux simples ». Par contre, la superficie atteinte par les enclos (6 000 m2 dont plus de 5 000 m2 habités) et la présence d’au moins sept bâtiments rendent difficile une telle interprétation pour La Tène finale. Le rapprochement avec certaines « fermes indigènes » armoricaines, comme le site de Quimper/Le Braden I (Finistère) (Le Bihan et al. 1990) paraît plus évident. Seul le phénomène de juxtaposition d’enclos, qui donne à cet habitat un aspect plus complexe que la plupart des établissements révélés sur les clichés aériens, pourrait permettre d’hésiter. Mais il résulte de la longue évolution de ce site, étalée sur six siècles d’occupation.

50On le voit, la partition des établissements isolés entre « habitats ruraux simples » et « fermes indigènes » s’ avère bien moins nette dès que l’on commence à s’intéresser à l’histoire de ces sites. La transition entre ces deux types d’exploitations n’est que progressive, et les plus petites des « fermes indigènes » risquent fort de rejoindre la catégorie des « habitats ruraux simples » les mieux structurés. La réalité est donc bien plus complexe que ne le suggèrent les textes ou les clichés aériens. Il ne faudrait pas que cette diversité occulte le phénomène essentiel qui a justifié cette étude : l’omniprésence du grand domaine dans la plupart des régions françaises au cours des iie et ier s. av. J.‑C. Si ce type de site ne peut prétendre représenter, à lui seul, le mode d’exploitation des terres au second âge du Fer, il en constitue une des particularités fondamentales et mérite, à ce titre, d’être analysé.

Une étape dans la formation des campagnes françaises

Les prémices : un habitat isolé modeste jusqu’au premier âge du Fer

51Le seul objectif de cette étude étant d’inciter à poursuivre les recherches, il convient, après cette succession de questions, de tenter de replacer les fermes indigènes dans une perspective historique, c’est‑à‑dire dans le cadre de la longue évolution des campagnes protohistoriques. Certes, il est encore trop tôt pour le faire. Le nombre de sites fouillés en totalité et publiés est encore très faible, et reflète mal de surcroît les disparités que l’on devine entre les régions. Il me semble néanmoins utile, en gommant parfois de manière outrancière les particularités locales, de proposer un schéma d’évolution dont le caractère provisoire pourra, je l’espère, faire excuser l’imprécision ou la témérité.

52De la situation préexistante, au Bronze final et au premier âge du Fer, nous savons peu de choses. La recherche s’est, dans bien des régions, concentrée sur de rares habitats fortifiés et quelques hameaux ou villages. Les exploitations isolées, difficiles à percevoir lors des prospections terrestres ou aériennes, ont été fort peu étudiées. Seule la Lorraine, où le service régional de l’Archéologie a mis en place ces dernières années une procédure d’archéologie préventive particulièrement ambitieuse, permet d’imaginer ce qu’a pu être l’occupation du sol au cours de ces périodes.

53Pour le Bronze final, une quinzaine de plans d’habitations y ont été découverts. Lorsque des fouilles extensives ont pu être réalisées, il « a été possible de reconnaître l’ensemble des annexes attenant à ces habitations. Ainsi, sur tous les sites non fortifiés étudiés jusqu’à présent [...], on rencontre des bâtiments isolés accompagnés de quelques greniers à 4 ou 6 poteaux, d’un puits ou d’un réservoir à eau et de quelques fosses d’extraction de limon [...]. La céramique semble traduire, pour chaque unité domestique, une durée d’occupation relativement brève, laissant envisager que ce type d’installation était régulièrement déplacé dans l’espace » (Direction Lorraine 1990).

54« Pour le premier âge du Fer, les ensembles de bâtiments découverts peuvent [...] faire penser au modèle de l’habitat isolé tel qu’il a été proposé pour l’âge du Bronze et à partir d’une série plus importante. L’exemple de Woippy (Moselle), où les structures peuvent être interprétées comme une maison et ses annexes (quatre greniers, un silo et une fosse d’extraction), correspondrait tout à fait à l’unité de base proposée par ce modèle. Celui‑ci, qui comprend en outre une délocalisation cyclique de l’habitat, devra être testé sur un plus grand nombre de cas. Quoi qu’il en soit, cette dernière, si elle existe, semblerait se faire suivant un cycle plus long que celui que l’on observe au Bronze final » (Willaume 1991).

55L’image qui ressort de cette modélisation de l’habitat isolé effectuée d’après les vestiges archéologiques rappelle fort la société « primitive » des Germains décrite par César dans la Guerre des Gaules, VI, 22. « Personne ne possède en propre une étendue fixe de terrain, un domaine. Mais les magistrats et les chefs de cantons attribuent pour une année aux clans et aux groupes de parents vivant ensemble une terre dont ils fixent à leur gré l’étendue et l’emplacement. L’année suivante, ils les forcent à aller ailleurs. Ils donnent plusieurs raisons à cet usage : crainte qu’ils ne prennent goût à la vie sédentaire et ne négligent la guerre pour l’agriculture ; qu’ils ne veuillent étendre leurs possessions, et qu’on ne voie les plus forts chasser de leurs champs les plus faibles ; qu’ils ne se préoccupent trop de se protéger du froid et de la chaleur en bâtissant des demeures confortables ; que ne naisse l’amour de l’argent, source de divisions et de querelles ; désir enfin de contenir le peuple en le gardant de l’envie, chacun se voyant, pour la fortune, l’égal des plus puissants. »

56Cette vision d’un habitat isolé très modeste jusqu’au premier âge du Fer est extrêmement fragile. Elle pourrait néanmoins être rapprochée des petits habitats enclos de palissades, eux aussi de superficie très réduite, connus en Grande‑Bretagne. L’exemple type en est Staple Howe dans le Yorkshire (Fowler 1983) (fig. 170, no 1), d’une superficie de 1 500 m2 et comprenant une ou deux maisons et leurs greniers. Ces sites semblent très proches, par leur superficie comme par le caractère extrêmement modeste des structures identifiées, des habitats évoqués précédemment.

L’essor du grand domaine au second âge du Fer

57L’apparition des vastes établissements isolés, de type « ferme indigène », est difficile à dater avec précision. Les disparités régionales ont dû être particulièrement importantes à cet égard. Le cas le plus fréquemment cité est celui des fermes de Bavière (Chrisdein, Braasch 1982) qui apparaissent au Hallstatt final, isolées dans la campagne ou à proximité de petites agglomérations (Audouze, Buchsen – schutz 1989 : 283) (fig. 170, nos 5, 6 et 7). D’une superficie totale comprise entre 5 000 m2 et 10 000 m2, ces habitats, délimités par une ou plusieurs clôtures concentriques, sont souvent interprétés comme des résidences seigneuriales (herrensitz). Depuis quelques temps, les datations, traditionnellement centrées pour les « fermes indigènes » sur les trois derniers siècles avant notre ère, commencent à être remises en question. J. Collis propose ainsi, à partir d’un réexamen du matériel issu des fouilles, de remonter la fondation du site de Little Woodbury dans le Wiltshire (Grande‑Bretagne) (fig. 170, no 10) au vie s. av. J.‑C. Il en serait de même de l’établissement de Gussage Ail Saints (Cunliffe 1984) (fig. 170, no 8). On arrive, en France, à des datations voisines (fin du vie, ve s. av. J.‑C.) pour la ferme de Grisy‑sur‑Seine (Seine‑et‑Marne) (Mordant 1992) (fig. 170, no 4) ou celle correspondant à l’origine du site de Paule (Côtes‑d’Armor) (fig. 170, no 3).

58Le cas du petit habitat primitif du Boisanne (fig. 170, no 2) ne serait donc pas isolé. Le premier essor de ces mises en valeur de terres jusqu’ici indivises ou incultes, si du moins on accepte l’idée d’établissements pionniers pour ces sites, serait à situer dès la fin du Hallstatt et le début de La Tène.

59Quelques arguments vont en ce sens. B. Lambot, à la suite des prospections qu’il a effectuées en Champagne septentrionale, estime que, durant l’âge du Bronze et le premier âge du Fer, l’habitat se concentre dans les plaines alluviales non inondables ou, lorsque la vallée est trop étroite, sur les hauteurs dominant la rivière. L’occupation du territoire se concentre donc, pour une large part, le long des cours d’eau. C’est à « La Tène ancienne que la plaine commence à être véritablement colonisée [...]. Les nécropoles se multiplient, signe évident d’une forte augmentation de la population [et ce même si] les plus importantes de ces nécropoles [...] sont installées sur les grands sites de la période précédente, preuve que les rivières jouent encore un grand rôle » (Lambot 1993). Dater des vie et ve s. av. J.‑C. cette première période d’expansion agricole sur des terres jusque‑là négligées ne semblerait donc pas aberrant. Il est intéressant de noter que, si l’on en juge par les rares établissements fouillés de manière exhaustive, elle se manifeste certes par la construction de petites exploitations analogues à la phase initiale du Boisanne, mais aussi par de vastes enclos remarquables par la taille et la structure des bâtiments qu’ils recèlent. Une part de cette phase de conquête des terres serait donc le fait d’établissements sans commune mesure avec les petits habitats isolés antérieurement connus, et qui, par l’ampleur des moyens engagés, pourraient refléter l’implication de la classe « seigneuriale » dès ce premier essor.

60Au cours de La Tène moyenne (250‑120 av. J.‑C.), le mouvement de fondation de ces exploitations isolées paraît s’amplifier très notablement. C’est à cette période, semble‑t‑il, qu’il faut attribuer, à l’exception des établissements gallo‑romains, la création de la grande majorité des « fermes indigènes » dispersées dans la campagne française. Les fouilles et les sondages, nombreux, qui ont été effectués ces quinze dernières années ne laissent planer aucun doute à cet égard. Est‑il possible, par cette vision chronologique du phénomène, de tenter d’en percevoir, sinon les raisons, du moins les faits qui y ont concouru ?

61Il faut peut‑être voir, dans ces multiples créations d’établissements isolés, la conséquence directe, ou indirecte par l’accroissement de la population, d’une phase d’amélioration climatique qui débute vers 500 av. J.‑C. (Magny, Richard 1992). Sans savoir toujours lequel a précédé l’autre, on peut également noter que ce développement progressif va de pair avec l’amélioration de l’outillage en fer, et l’apparition d’une panoplie d’instruments diversifiés et spécialisés sans commune mesure avec celle utilisée antérieurement. Un fait est également troublant : le développement concomitant de la production du sel. En effet, P.‑L. Gouletquer estime que « l’apparition des briquetages sur la frange occidentale de l’Europe semble avoir été intimement liée à la progression de la métallurgie du fer » (Gouletquer 1971) : « En Armorique, comme en Grande‑Bretagne, l’usage du fer et l’industrie du sel n’ont pénétré qu’au second âge du Fer, et le nombre des sites à sel n’a fait qu’augmenter jusqu’à la Conquête. » Or, le sel « permet l’indépendance économique dans un domaine essentiel pour la conservation des aliments et pour l’élevage » (Perrichet 1990). Cet argument irait dans le sens d’une consommation accrue des viandes, et de fermes prioritairement orientées vers une exploitation plus intensive des herbages.

62On peut également tenter de relier cet essor des fermes indigènes à un développement simultané des échanges. Ceux à longue distance, marqués par les amphores vinaires ; mais surtout ceux à courte ou moyenne distance, pour lesquels les meules à grains ou les céramiques, rares éléments en matériaux non périssables, nous fournissent quelques indications. En effet, il semble qu’« au cours du second âge du Fer, et particulièrement à partir du iie s. av. n.è., les productions d’ateliers spécialisés prennent le pas sur les productions locales ou domestiques » pour ces éléments de la vie quotidienne (Audouze, Buchsenschutz 1989). Il est donc permis de croire que la modification du système d’exploitation du sol, impliquée par l’apparition de ces grands domaines, a été stimulée par l’ouverture des circuits d’échange, et notamment par un commerce plus actif des viandes, des laines, des cuirs et du sel.

63L’idée de voir, dans la fondation de ces établissements, l’œuvre de « l’aristocratie » résiste‑t‑elle à cette vision, plus globale, du phénomène ? Il semble bien que l’on puisse mettre en parallèle l’essor des « fermes indigènes », au cours de La Tène moyenne, avec l’apparition de nouveaux rites funéraires. En Picardie, C. Constantin a ainsi pu noter, « en complète rupture avec les phénomènes rencontrés à La Tène ancienne », la présence de nécropoles correspondant de toute évidence à un petit groupe humain de moins de dix personnes par génération, et dans lesquelles l’ensemble de la population semble présente. « Ce changement dans les pratiques funéraires indique une profonde mutation [...] entre les deux périodes, sans doute signe de bouleversements importants de l’ensemble de la société. » (Constantin et al. 1992). Apparaissent au même moment en Champagne, semble‑t‑il, « des tombes de guerriers, caractérisées par un mobilier dans lequel l’armement en fer est prédominant » (Duval 1989a). A. Rapin (1990) note également, à la charnière des iiie et iie s. av. J.‑C., de profondes mutations dans la panoplie guerrière qui montrent, sans ambiguïté, « le déclin des fantassins » et « l’émergence de la nouvelle classe sociale des cavaliers ».

64Cette modification dans les techniques de combat a, sans aucun doute, profondément bouleversé la société celtique. Ainsi, A. Rapin estime que « la lame de faux, innovation technique capitale [...] peut être mise en relation avec l’augmentation des besoins en fourrage qu’implique le développement de la cavalerie. En outre, celui‑ci suppose aussi des ressources économiques très supérieures à celles que demande l’équipement, même complet, des fantassins. Il faut y ajouter le prix de la ou des montures avec leur harnachement, celui du dressage et surtout celui d’un entraînement spécifique très poussé. Une charge de cavalerie, avec tous les mouvements collectifs qu’elle suppose, ne peut s’improviser et encore moins le combat à la lance ou au sabre droit. Autant de dépenses supplémentaires qui demandent un drainage plus large de la richesse. Si ce large ratissage se fait au profit des cavaliers, il est plus que probable que ce sont eux qui assurent le contrôle de l’économie et de la société toute entière » (Rapin 1990).

65Il est difficile de ne pas rapprocher ce phénomène de l’essor de la chevalerie médiévale au xiie s., lorsqu’« elle s’érige en communauté sociale et réunit, certes l’ancienne aristocratie détentrice du pouvoir mais aussi les vassaux établis sur leurs fiefs, les cadets sans emploi [...], voire des soldats issus de la paysannerie et distingués par leurs exploits » (Favier 1993). « Formée d’alleux ou de fiefs, la terre de ces vassaux [...] était suffisamment vaste et productive pour leur permettre de vivre largement sans mettre eux‑mêmes la main à la charrue. Ils en tiraient assez de ressources pour participer [...] à l’activité politique et militaire. [...] toutefois, entre les membres de cette aristocratie [...], la fortune foncière n’était pas également répartie [...]. On repère deux niveaux économiques, deux échelons bien distincts. [...] [certains] géraient un fonds assez limité et commandaient sans intermédiaire aux travailleurs des champs. [...] un petit groupe de “grands” [...] s’élevait très au‑dessus des autres nobles. Leur famille détenait généralement une fonction de commandement, une part du pouvoir public, [...] la garde d’une forteresse » (Duby 1977 : 2).

66Au premier groupe, celui des propriétés d’une chevalerie modeste, on serait tenté d’attribuer les fermes indigènes les plus petites, celles qui, à La Tène moyenne, avaient une superficie voisine de 5 000 m2 ou ne montrent aucun signe de richesse évident. L’essor de l’établissement du Boisanne au cours de cette période s’expliquerait alors par la participation du possesseur de cet établissement, fondé trois siècles auparavant, au mouvement qui a conduit à généraliser les fermes indigènes sur la majeure partie du territoire. Les plus grandes exploitations, les mieux structurées, devaient quant à elles appartenir à un niveau supérieur de l’aristocratie équestre, celui qui pouvait revendiquer les vastes domaines correspondants et suffisamment investir pour les faire fructifier. Il y a un monde entre une petite ferme de 5 000 m2 et un établissement comme celui de Rannée (Ille‑et‑Vilaine) (Meuret et al. 1992), d’une superficie enclose de 25 000 m2. Un des faits majeurs de ces dernières années a été la mise en évidence, sur le site du Camp de Paule/Saint‑Symphorien (Côtes‑d’Armor), de la transformation brutale, au début du iiie s. av. J.‑C., d’une de ces vastes fermes fondées à la fin du Hallstatt en une fortification, véritable petit « château fort » de l’âge du Fer (Menez, à paraître). Il semble donc bien que, parmi les propriétés des « grands », certains domaines aient été le siège, non seulement d’un pouvoir économique important, mais aussi d’une puissance militaire et politique s’étendant sur plusieurs centaines de kilomètres carrés.

67Tout ceci évoque fortement la Gaule décrite par César vers le milieu du ier s. av. J.‑C. (Guerre des Gaules, VI, 15) : « L’autre classe est celle des chevaliers. Ceux‑ci, quand il le faut, quand quelque guerre éclate [...], prennent tous part à la guerre, et chacun selon sa naissance et sa fortune, a autour de soi un plus ou moins grand nombre d’ambacts et de clients. Ils ne connaissent pas d’autre signe du crédit et de la puissance. »

68Au total, les fermes indigènes seraient donc le reflet d’une fabuleuse colonisation intérieure débutée à la fin du premier âge du Fer, puis développée, au cours de La Tène moyenne, à la suite d’opérations systématiques menées par la nouvelle classe des equites. Ce mouvement devait être pratiquement achevé dans la plupart des régions au moment de la guerre des Gaules, puisque César nous informe (IV, 8), à propos des Germains, qu’« il n’y a pas, en Gaule, de terres vacantes qu’on puisse donner à une telle multitude, sans nuire à personne ».

69Il est très vraisemblable que, comme les granges monastiques médiévales, ces grandes exploitations isolées ont pu, « en échappant notamment aux contraintes de l’exploitation communautaire », jouer le rôle de « creuset d’innovations en matières de techniques d’exploitations » (Beck 1989). « À la vieille économie collective qui, par l’usage des communaux, par la construction et la destruction périodique de clôtures temporaires, faisait alterner, sur les quartiers labourés, la culture individuelle et l’élevage en commun, se substitua un système d’individualisme agraire » (Duby 1977).

70Cette création de multiples « fermes isolées » a été également à l’origine d’une organisation sociale, non plus concentrée dans les sites fortifiés ou les villages, mais hiérarchisée et éclatée sur tout le territoire (Buchsenschutz 1988). Elle a probablement contribué à l’émergence des bourgades fortifiées caractéristiques de « la civilisation des oppida ». En effet, ces agglomérations, comme les villes gréco‑romaines d’ailleurs, « n’ont jamais été avant tout », selon P. Anderson (1977), « des collectivités de fabricants, de négociants ou d’artisans : elles étaient dès l’origine et dans leur principe des rassemblements urbains de propriétaires terriens ». Leur rassemblement en ces lieux n’a été possible que dans la mesure où leur puissance économique, fondée sur une ou plusieurs de ces fermes indigènes, leur permettait de se détacher, au moins temporairement, de la vie rurale et de ses contraintes. La part des mutations du monde rural dans la formation de ces agglomérations de type urbain a vraisemblablement été sous‑estimée, au détriment de l’essor de l’artisanat et du commerce qui n’en sont, peut‑être, que les conséquences...

La ferme indigène après la Conquête : une tranquille évolution vers la villa gallo‑romaine ?

71Quel a été le devenir des grands domaines après la Conquête ? Il semble que la réponse à cette question ait été longtemps biaisée par des a priori liés à l’interprétation historique de ces sites. Dès l’origine des recherches, les aedificia puis les fermes indigènes ont en effet été analysées comme étant les prémices des villae gallo‑romaines. Pour E. Thevenot (1966 : 60), « la ferme gauloise [...], au centre des terres de labours et des pâturages, à l’orée des bois, à portée de la rivière, rappelle irrésistiblement la villa latine. On croit relire les descriptions célèbres de Caton et de Columelle fixant les traits de la villa idéale. Par là s’explique la facilité avec laquelle se répandit, après la Conquête, le type d’exploitation latine : la Gaule du ier s. en avait déjà réalisé les conditions essentielles ». R. Agache (1973), après plusieurs années de prospections aériennes, estime à son tour que « le conquérant n’a fait que développer et rationaliser la grande propriété terrienne existante, probablement plus par émulation que par contrainte et en confirmant dans ses prérogatives la vieille noblesse dans la mesure où elle était prête à se rallier ». L’opinion la plus couramment répandue est donc celle d’une filiation directe entre les fermes gauloises et les grandes villae des iie et iiie s. ap. J.‑C.

72Il faut bien dire que cette idée qui, répétons‑le, a précédé les fouilles exhaustives de ces établissements, a depuis reçu le soutien de quelques indices allant dans le sens d’une continuité. L’archéologie aérienne, tout d’abord, a permis de constater que bien des établissements gallo‑romains observés lors des survols offrent de nombreuses similitudes avec les grandes fermes du second âge du Fer. La superficie, la délimitation par des fossés ou des tranchées, la présence de bâtiments épars à l’intérieur de l’enclos principal, ou de traces de parcellaire à sa périphérie : autant de points communs qui rendent parfois difficile, à partir du seul examen des clichés, l’attribution à l’âge du Fer ou à la période gallo‑romaine de l’habitat repéré. Les principaux critères déterminants, ceux que la plupart des prospecteurs s’accordent à reconnaître, semblent être, pour les enclos tardifs, la présence de vestiges de substructions maçonnées ou le caractère souvent plus régulier, proche du rectangle, des enclos habités. À ces caractéristiques, on ajoutera les dimensions des fondations des clôtures qui, pour les fossés comme pour les tranchées, paraissent souvent plus modestes à l’époque gallo‑romaine que sur les sites laténiens.

73Les premières fouilles extensives menées sur les établissements maçonnés, les villae, ont également apporté quelques arguments allant dans le sens d’une continuité. En Picardie, le service régional de l’Archéologie a mis en place, par le biais de l’archéologie préventive, un programme d’étude sur le monde rural durant l’Antiquité. « Les points forts pour l’évolution des villae sont la continuité avec La Tène [...]. Les grandes surfaces décapées ont permis d’observer des sites d’époques différentes qui, sans se superposer exactement, se succèdent » (Bréart 1991). De plus, certains des petits cimetières associés à ces sites semblent marquer une continuité de part et d’autre de la Conquête. On peut citer, à titre d’exemple, l’ensemble de sépultures de Vismes‑au‑Val, Somme (Service Picardie 1993 ; Coquiole 1991), ou encore celui de Ville‑sur‑Retourne (Ardennes), fouillé par J.‑L. Flouest.

74Tout se serait donc passé sans heurt ? Les vastes exploitations domaniales se seraient lentement romanisées sans que la lignée de leurs propriétaires successifs s’en trouve rompue, et sans que la fonction de ces exploitations agricoles ait été remise en question. Cette tranquille continuité, qui assimilait les fermes gauloises à des « proto‑villae », a trop longtemps servi d’interprétation aux enclos laténiens pour que l’on ne s’oblige pas à la réexaminer de manière plus précise.

75Tout d’abord, il est évident que, là plus qu’ailleurs, l’aspect régional a dû être prédominant. Comme le souligne Ch. Goudineau (1990), il ne faudrait pas oublier le choc de la Conquête. « Comment est‑il possible qu’un pays, devenu province romaine, puisse supporter –économiquement parlant– les contraintes que ses nouveaux maîtres font peser sur lui ? Contributions, corvées, contingents mais aussi dépossessions de sols et, probablement, substitution partielle aux cultures et à l’élevage destinés à l’autosubsistance et au commerce régional de formes différentes d’exploitations [...]. Au sein des mesures générales prises par le proconsul, la redistribution des terres, des domaines, tint un rôle que nous devinons à peine grâce à deux textes de César lui‑même. Le premier, qui concerne Marseille [...] [indique] que la cité phocéenne avait, durant la guerre des Gaules ou à son issue, reçu de César des territoires en Gaule intérieure [...]. Un don analogue avait été fait à deux chefs allobroges (de la provincia) qui avaient ensuite suivi César durant la guerre civile » (Goudineau 1990).

76Ces contrecoups de la guerre ne doivent pas être sous‑estimés. Ils ont pu grandement influer sur le devenir de chacun de ces domaines. Constater des différences entre les régions, et notamment entre les cités libres et exemptes de tribut, les cités fédérées et les autres, ne serait donc pas a priori aberrant. Or, si l’on s’en tient à une analyse purement archéologique de ces sites, il existe également bien des arguments en faveur de certaines discontinuités. Tout d’abord, si l’archéologie aérienne a pu observer tant de fermes laténiennes, c’est que leurs vestiges n’ont été perturbés, après leur abandon, par la construction d’aucun établissement maçonné. L’idée d’abandon de la plupart de ces sites, ou pour le moins de leur non‑transformation en de riches établissements antiques, doit donc primer sur celle d’une stricte continuité avec les villae gallo‑romaines.

77Par ailleurs, et malgré de nombreuses fouilles extensives, les cas de perduration au ier s. ap. J.‑C., sous la forme d’un grand domaine, d’une de ces fermes créées à la fin du premier âge du Fer ou au cours de La Tène moyenne restent assez rares. Au Boisanne, cela a été dit, l’occupation gallo‑romaine est caractérisée par de nombreux fragments de statuettes, traces probables d’un modeste lieu de culte et non d’une exploitation agricole. À Quimper/Le Braden I (Finistère) (Le Bihan et al. 1990), l’occupation de la fin du ier s. av. J.‑C. et du ier s. ap. J.‑C. rompt totalement avec la belle organisation antérieure. Il y a bien continuité d’une présence humaine sur le site, mais discontinuité dans le type, et peut‑être le statut de l’établissement. La ferme, toute proche du Braden II (Le Bihan et al. 1987) semble quant à elle abandonnée après l’incendie de la seule maison fouillée sur ce site.

78Ces cas d’abandon, ou de discontinuité dans le caractère vaste et structuré de l’exploitation, semblent bien plus fréquents que ne laissaient suggérer les clichés aériens et les prospections au sol. La plupart des fouilles extensives sur ces enclos laténiens, qui seules sont à même d’analyser de manière précise ces évolutions, témoignent de ruptures ou de modifications importantes dans ces fermes vers la fin de La Tène ou le début de l’époque romaine.

79On notera par ailleurs que les fouilles menées sur des établissements gallo‑romains tendent fréquemment à confirmer ce schéma. Il y a, certes, des cas de superposition entre une villa gallo‑romaine et des niveaux antérieurs à la Conquête, comme à Saint‑Evarzec/Le Cavardy (Finistère) (Le Bihan et al. 1982). Mais ils restent rares. Le plus souvent, l’exploitation agricole, qu’il s’agisse d’une villa ou d’une exploitation plus modeste, semble trouver son origine dans quelques fossés et fondations de bâtiments sur poteaux ou solins maçonnés créés sous le règne d’Auguste, voire plus tard. R. Boudet, pour la partie méridionale de l’estuaire girondin, estime ainsi que « dans l’état actuel de la documentation archéologique, aucune de ces villae n’a livré de vestiges antérieurs à l’extrême fin du ier s. av. n.è. Il est possible qu’une nouvelle répartition des terres ait été réalisée par les Romains » (Boudet 1987 : 216).

80En définitive, les arguments pour juger d’une continuité ou discontinuité de ces établissements agricoles manquent encore. Rares sont les régions où plus de trois ou quatre fermes gauloises ou villae gallo‑romaines ont été fouillées de manière exhaustive. De plus, pour répondre à de telles questions, il faudrait pouvoir reconstituer de manière fiable, et précisément datée, l’évolution de ces établissements. Or, trop souvent, l’archéologue, peu à l’aise hors de sa période de prédilection, se borne à évoquer la présence d’une « occupation laténienne » sous l’établissement gallo‑romain, ou d’une « perduration à l’époque gallo‑romaine » de la ferme des iie et ier s. av. J.‑C. J’opterai donc pour une vision mitigée. Issue des prospections et des fouilles menées dans quelques régions françaises, elle ne peut être constituée que d’un échafaudage fragile de faits isolés ou mal établis. Là encore, son seul intérêt sera, si cet ouvrage atteint son but, de provoquer les analyses destinées à l’étayer ou la démolir.

81Il est certain que la Conquête eut pour conséquence immédiate, en Gaule, des pertes en hommes et en richesses non négligeables. Les fouilles n’ont que rarement livré des traces de destructions violentes datables du milieu du ier s. av. J.‑C. Qu’en resterait‑il, d’ailleurs, dans les fondations profondes, les seules fouillées sur la plupart des sites ? On peut néanmoins penser que, même en tenant compte des exagérations possibles du conquérant, la tactique de la terre brûlée a nécessairement amené à détruire nombre de ces fermes isolées. De plus, les réquisitions de troupes emportèrent avec elles les equites et les moins enracinés des paysans, les arrachèrent aux fermes et les éparpillèrent. Ce phénomène se poursuivit d’ailleurs, de manière atténuée, après la Conquête, puisqu’une partie des auxiliaires de cavalerie de l’armée romaine fut constituée de cette aristocratie gauloise.

82Il faudrait ajouter, dans les pertes en hommes que purent subir les grands domaines, l’exode rural grandissant que durent générer, probablement dès le règne d’Auguste, les agglomérations urbaines. À pu concourir à ce phénomène une péjoration du climat qui, après la période faste du second âge du Fer, s’est développée « dès la fin du ier s. av, J.‑C., pour s’achever le plus souvent dans la seconde moitié du iie siècle de notre ère » (Magny, Richard 1992).

83Une pression démographique intense avait peuplé ces espaces autrefois incultes ou de jouissance collective. Les effets de la guerre, alliés à la dégradation du climat, ont probablement conduit à l’abandon de certains de ces établissements de défrichement, prélude à une vaste réorganisation des terres. Tout ne s’est pas fait en un jour, ni même en une génération. Le destin de chacune de ces exploitations a dû dépendre, certes de la possibilité de monopoliser les moyens nécessaires à leur bonne marche, mais aussi de la personnalité de leur propriétaire, de l’attachement qu’il ressentait pour la terre, de la perception qu’il avait des mutations économiques et sociales qu’avait engendrées la Conquête.

84Le choc a dû être rude pour une société qui avait trouvé un certain équilibre, avec l’apparition de la nouvelle classe sociale des equites, depuis plus de deux siècles. Un grand nombre de domaines, les plus fragiles, les moins productifs et les moins bien situés, ont dû être abandonnés. D’autres ont dû végéter et se restreindre, progressivement, à de petites exploitations agricoles, sans commune mesure avec les vastes fermes qu’elles étaient autrefois. Certaines, celles dont les propriétaires surent le mieux profiter des décennies de crise qui suivirent la Conquête, purent trouver les moyens nécessaires à la mise en place de nouveaux programmes architecturaux.

85Les cas où les nouvelles constructions, bâtiments ou clôtures, résultent de l’évolution, sur place et sans modification fondamentale, de l’exploitation antérieure, semblent assez rares. Il ne faut pas s’en étonner. Les fouilles l’ont montré : les réfections du bâti dans les fermes gauloises étaient assez fréquentes. Même avec un entretien continu, les palissades et les poteaux des maisons, plantés en terre, ne devaient guère rester stables plus de quelques dizaines d’années. Un abandon ou un défaut d’entretien, même momentanés, ont dû entraîner des dégradations importantes dans la plupart de ces domaines, parfois à un point tel qu’une totale reconstruction a été jugée préférable.

86De nouvelles fermes furent créées sur les anciens domaines, le plus souvent à proximité des anciennes exploitations. Si l’on en juge par les clichés aériens, ces nouveaux établissements semblent peu différer, dans leur structure, des habitats antérieurs : quelques bâtiments cernés par un ou plusieurs rangs de clôtures. Ils s’en distinguent néanmoins par une caractéristique essentielle : installés sur des terres déjà appropriées et exploitées, ils sont les témoins, non d’une nouvelle phase de conquête des terres, mais simplement d’une continuité dans la mise en valeur de certains domaines. Quelques prélèvements de pollens effectués dans les excavations les plus précoces de ces fermes gallo‑romaines, comme celle de Châtillon‑sur‑Seiche (Ille‑et‑Vilaine) (Provost 1990), semblent à cet égard révélateurs.

87Quels ont été les promoteurs de ces nouvelles fermes ? Il est bien difficile de répondre à cette question. La fouille des exploitations agricoles n’apporte que rarement des informations sur le statut social ou l’origine des propriétaires de ces sites. Et lorsque la proximité entre les vestiges d’une ferme gauloise et ceux d’un établissement gallo‑romain peut être prouvée, ce n’est en rien une preuve de continuité dans la lignée des possédants. En définitive, seules quelques inscriptions, la fouille de petits cimetières comme celui de Vismes‑au‑Val dans la Somme (Coquiole 1991) ou, éventuellement, celle du petit lieu de culte édifié sur les ruines de l’établissement du Boisanne, sont là pour témoigner de l’attachement de certains propriétaires terriens à perpétuer le souvenir de leurs ancêtres, fondateurs de ces domaines et equites de la Gaule indépendante.

88Pourtant, bien des choses avaient changé. Le pouvoir politique, désormais centralisé, ne résidait plus, même modestement, dans ces fermes isolées. Quant à la puissance économique de ces exploitations, elle s’est sans aucun doute trouvé ébranlée par les mutations économiques engendrées par la Conquête, l’essor des villes, le développement du grand commerce. Si le grand domaine a survécu, ce n’a pu être qu’au prix d’un renoncement à ses prérogatives, et d’une adaptation rapide aux rythmes de la nouvelle société. Faute d’avoir su trouver cet équilibre, nombre des fermes qui avaient survécu à la Conquête ont dû être désertées ou absorbées dans les exploitations, toujours plus vastes, qui perdureront jusqu’à la chute de l’Empire.

Table des illustrations

Légende FIG. 169 – Quelques‑unes des « fermes indigènes » récemment fouillées en France. 1 d’après Joly 1994 – 70 av. J.‑C. à 10 ap. J.‑C ; 2 d’après Nilesse 1992 – fin du IIe et Ier s. av. J.‑C ; 3 d’après Vauterin 1993 – IIIe s. av. J.‑C. au dernier quart du Ier s. av. J.‑C ; 4 d’après Piningre 1979 – fin du IIe et Ier s. av. J.‑C ; 5 d’après Pion 1986 – Ier s. av. J.‑C ; 6 d’après Mordant 1991 – IIe et début du Ier s. av. J.‑C ; 7 d’après Valais 1992 – 100 à 20 av. J.‑C ; 8 d’après Vicherd et al. 1983 – Ier s. ap. J.‑C ; 9 d’après Carré 1990 – Du mobilier daté du 1er âge du Fer et de l’époque gallo‑romaine a été découvert dans les fosses ou les fossés de l’habitat ; une nécropole datée du IVe s. av. J.‑C. au début du Ier s. ap. J.‑C. a été fouillée à proximité.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42350/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende FIG. 170 – Fermes de la fin du Ier et du début du second âge du Fer. 1 d’après Fowler 1983 – vers 500 av. J.‑C ; 2 phase ancienne de la ferme – VIe et début du Ve s. av. J.‑C ; 3 plan inédit Y. Menez – phase ancienne du site – Ve et IVe s. av. J.‑C ; 4 d’après Mordant 1992 – fin du VIe et Ve s. av. J.‑C ; 5, 6, et 7 d’après Christlein, Braasch 1982 – fin du Ier et début du second âge du Fer ; 8 phase I du site, d’après Collis 1990, extrait de Wainwright 1979 – Ve s. av. J.‑C ; 9 phase I du site, d’après Collis 1990, extrait de Fasham 1985 – VIe et Ve s. av. J.‑C. ; 10 d’après Bersu 1940 – VIe au Ier s. av. J.‑C. ; 11 phase I du site, d’après Collis 1990, extrait de Davies 1981 – le fossé figuré en noir correspond à la phase des VIe et Ve s. av. J.‑C.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42350/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Légende FIG. 171 – Plans établis d’après des photographies aériennes de « fermes indigènes » attribuées au second âge du Fer. 1 d’après Agache 1976b ; 2 d’après San Juan 1992 (daté des IIe et Ier s, av. J.‑C. à l’issue de sondages) ; 3 d’après Provost 1991 ; 4 d’après Marsac 1977 ; 5 et 6 d’après Agache 1975 ; 7 d’après Agache 1978 (un bâtiment gallo‑romain, figuré en noir, se surimpose à l’un des fossés)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42350/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Légende FIG. 172– « Fermes indigènes » de l’ouest de la France. 1 ferme du Boisanne ; 2 d’après Le Bihan 1990 – IIe s. av. J.‑C. au Ier s. ap. J.‑C ; 3 d’après Le Bihan 1987 – fin du IIe et 1ère moitié du Ier s. av. J.‑C ; 4 plan inédit Y. Menez ; seuls les fossés correspondant à la ferme, phase la plus ancienne du site (Ve et IVe s. av. J.‑C.), ont été noircis ; les autres fossés correspondent aux douves d’une fortification plus tardive ; 5 d’après Meuret 1992 – IIe s. av. J.‑C. au Ier s. ap. J.‑C ; 6 d’après Leroux 1992 ; 7 d’après Langouët 1990 ; 8 d’après Leroux 1991, ces derniers plans ont été établis d’après des clichés aériens.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42350/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 100k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search