Version classiqueVersion mobile

Une ferme de l’Armorique gauloise

 | 
Yves Menez

Chapitre 4. Naissance et évolution de l’exploitation agricole

Yves Menez et Hervé Morzadec

Résumé

La synthèse de l’ensemble de ces données permet de restituer les phases principales de l’histoire de cet habitat entre la fin du vie et le ier s. av. J.‑C., période durant laquelle cet établissement agricole, très modeste à l’origine, devient une vaste ferme constituée de plusieurs enclos successivement adjoints les uns aux autres. L’étude de l’environnement de ce site est ensuite abordée, mais ne permet pas d’apporter de réponse convaincante aux questions concernant la localisation et la structure du terroir de cette installation agricole.

Texte intégral

4.1 Essai de corrélation entre les phasages

1Après l’ensemble des réserves que nous venons de formuler, la réalisation d’une synthèse à partir de sources aussi incomplètes, aussi isolées, aussi mal datées, et ce dans l’optique de tenter une restitution de l’histoire de l’établissement qui a autrefois occupé le site du Boisanne, paraît une entreprise presque illusoire. Rappelons cependant que l’analyse des fossés a permis, grâce aux nombreuses stratigraphies verticales et « horizontales » observées, de restituer une évolution relativement précise et cohérente des différents enclos qui constituaient la ferme (fig. 43). La chronologie relative des différentes clôtures n’est donc pas un réel problème sur ce site. Il en est tout autrement du calage de cette chronologie relative dans l’échelle du temps, opération pour laquelle nous ne pouvons nous fier qu’aux cartes de répartition établies pour les différentes phases céramiques restituées (fig. 90). Ces documents ne peuvent nous donner qu’une vision floue de par l’imprécision actuelle des datations attribuées à la plupart de ces récipients, et de par le caractère aléatoire du piégeage de tel ou tel fragment significatif.

2Si nous avons choisi de privilégier la restitution élaborée à partir de l’analyse des fossés pour esquisser les grandes lignes du passé de la ferme, c’est que ces excavations sont les signes les plus apparents, les plus faciles à saisir des mouvements profonds qui ont marqué la vie de l’établissement. Rappelons cependant que les cycles, ainsi déterminés, ne répondent pas à un matérialisme historique qui ferait du creusement de ces fossés le symbole suprême de la vie des hommes de l’âge du Fer. Il ne s’agit, tout au plus, que d’un cadre commode d’interprétation.

3Ce choix étant posé, il nous a fallu, dans un premier temps, adapter le phasage céramique au cadre défini par le cycle des enclos, c’est‑à‑dire proposer une date pour les divers bouleversements constatés dans le système de clôture. Les seules dates qui peuvent être plus clairement établies, malgré les imprécisions chronologiques inhérentes à toute étude du mobilier céramique protohistorique, sont celles du remblai de structures déterminées (fig. 141).

4Le premier calage, avec d’importants apports de détritus, de la palissade de type 2 (fig. 31), qui a dû se situer vers le début de la phase II définie pour l’évolution du site (fig. 43), peut être approximativement situé dans le courant de la 1re moitié du ve s. av. J.‑C. (fig. 90).

5Le comblement de la mare, que nous situons dans le courant de la phase II tardive définie pour la céramique (fig. 96), est une opération qui a dû être effectuée entre les années 350 et 250 av. J.‑C. et, nous serions tentés de le croire, plus probablement vers le début de cette période (seconde moitié du ive s. av. J.‑C.). Or, elle est nécessairement antérieure, un fossé recoupant les remblais rapportés dans cette excavation (fig. 56), à la phase III définie pour l’évolution de la ferme (fig. 43).

6Quant à la mise en place des palissades à poteaux jointifs qui matérialisaient les enclos de la phase IV définie pour l’établissement (fig. 43), elle a nécessairement été progressive, une partie de ces clôtures (celles localisées à l’ouest) pouvant être vraisemblablement attribuée à la phase III ancienne définie pour la céramique (fig. 100) (entre les années 250 et 150 av. J.‑C.), l’autre partie, localisée à l’est ayant été vraisemblablement implantée au cours de la phase IV, soit dans le courant du ier s. av. J.‑C. (fig. 102). Nous serions en fait tentés, afin de rapprocher les deux phases de cette mise en place du nouveau système de limites, de situer le début de la phase IV vers les années 150 av. J.‑C., et la fin de la mise en place de ces structures dès les années 100 av. J.‑C., sans qu’aucune certitude puisse, en ce domaine, être établie.

7L’abandon de l’habitat, comme nous l’avions signalé dans un chapitre précédent, dépend étroitement de la possibilité de remaniements ou de réparations éventuelles de ces dernières palissades à être implantées sur le site, ainsi que de leur résistance à la dégradation, notamment au pourrissement de l’embase des poteaux. Les éléments les plus tardifs retrouvés dans ces fossés sont un col d’amphore Dressel 1b (84.20, pl. 8) et des fragments de céramiques de la phase IV, soit du mobilier datable dans son intégralité du ier s. av. J.‑C. Il est vraisemblable que, si l’habitat avait perduré jusqu’au règne de Tibère, du mobilier typiquement gallo‑romain (fragments de cruches, terra‑nigra ou de sigillée) aurait été piégé soit dans ces structures, soit dans les fossés de bordure des chemins d’accès à la ferme qui, rappelons‑le, n’ont, eux aussi, livré que des tessons de facture protohistorique. Une perduration de l’habitat au‑delà du règne d’Auguste est donc, malgré l’arasement du site, invraisemblable, un abandon durant la seconde moitié du ier s. av. J.‑C. étant par contre tout à fait plausible. Seul l’espace très limité où ont été mis au jour de nombreux fragments de statuettes semble connaître une continuité d’occupation.

8Si l’on en juge strictement par la répartition du mobilier à cet emplacement, l’occupation de ce secteur dès la phase III ancienne, soit entre les années 250 et 150 av. J.‑C., est tout à fait possible (fig. 100). On peut d’ailleurs noter qu’une fosse de cuisson, peut‑être liée à cet espace, a vraisemblablement fonctionné dès la phase II tardive (fosse no 240, fig. 74 ; pl. 34).

9De plus, la succession vraisemblable de trois édifices témoigne en faveur d’une certaine durée d’occupation à cet emplacement. Dater avec précision ces constructions, aux plans mal déterminés, d’après le mobilier retrouvé dans les fondations, est impossible. On peut néanmoins rappeler que le bâtiment gallo‑romain, vraisemblablement un sanctuaire si l’on en juge par l’abondance des fragments de statuettes, a été construit antérieurement à 40 ap. J.‑C. d’après l’étude archéomagnétique des tuiles (Goulpeau 1992). La destruction de cet édifice, vraisemblablement due à un incendie, pourrait être datée de la fin du ier ou du début du iie s. ap. J.‑C., si l’on en juge par les tessons les plus tardifs retrouvés dans ce secteur (fig. 103).

10En conséquence, nous proposons, à partir de la courbe du mobilier (fig. 141) et des considérations évoquées ci‑dessus, le calage chronologique suivant pour le phasage de l’évolution du site (fig. 142).

FIG. 142 – Essai de datation des différentes phases définies pour l’évolution de l’habitat.

VT del./ FMSH d’ap. YM/MC

Phase I

11Elle débute certainement, ne serait‑ce que pour permettre la mise en place de toutes les structures antérieures à l’implantation de la palissade de type 2 au début de la phase II, dès le vie s. av. J.‑C. (cf. analyses des céramiques de phase I ancienne, fig. 89). Nous n’osons pas, eu égard au faible nombre des tessons retrouvés, repousser à une date plus haute les origines de l’établissement.

Phase II

12Elle pourrait être comprise entre la 1re moitié du ve s. av. J.‑C. (gros fragments de céramiques du calage initial de la palissade de type 2, structure 135, pl. 19‑26) et la fin du ive s. av. J.‑C. (présence de deux céramiques de phase II tardive sous le talus de terre d’une clôture de type 5, dans le fossé d’une clôture de type 4 ; stratigraphie no 5, fig. 20, couche 1b et pl. 10, 100 A2 et 100 A. 3), soit une durée de vie assez longue pour un système d’enclos guère plus étendu que celui de la phase précédente.

Phase III

13Elle se caractérise notamment par le creusement de très nombreux fossés à profils triangulaires (type 5, fig. 31) et pourrait se situer entre le tout début du iiie (date fixée par les deux vases précédemment évoqués) et le milieu du iie s. av. J.‑C. (date attribuée au premier calage de palissade identifié sur le site ; cf. supra).

Phase IV

14Quant à cette phase, ultime évolution de l’habitat, son origine doit être recherchée vers le milieu du iie s. av. J.‑C., avec la mise en place progressive du nouveau système de clôture dans le courant de la seconde moitié de ce siècle et le début du siècle suivant, l’abandon de l’établissement agricole étant vraisemblablement effectif dès les dernières décennies du ier s. av. J.‑C. Seul le secteur où seront ultérieurement rejetés des fragments de statuettes continue probablement à être occupé.

Phase V

15Celle‑ci est marquée, à une date antérieure à 40 ap. J.‑C., par la construction d’un édifice de type gallo‑romain (couvert de tuiles et comportant des piliers de briques). Vers la fin du ier ou le début du iie s. ap. J.‑C., un incendie marque la destruction de l’ultime bâtiment dont on ait retrouvé la trace sur le sommet du plateau du Boisanne.

4.2 Interprétation de deux particularités du site

16Un premier caractère particulier à ce site est sa localisation sur la crête. Il diffère en cela de nombre d’habitats laténiens qui sont découverts, le plus souvent, sur les Faibles pentes qui jouxtent les abords abrupts des plateaux. Or, dans le cas de l’habitat du Boisanne, un léger décalage vers l’est lui aurait permis, a priori, de se protéger des vents d’ouest dominants et souvent violents en Bretagne, et lui aurait fait bénéficier de plus d’une exposition est/sud‑est particulièrement agréable. Sans chercher à vouloir à tout prix imposer une logique trop parfaite à la localisation des habitats ou des sites laténiens, pour lesquels plusieurs cas d’expositions théoriquement aberrantes ont pu être récemment constatés, notamment à Quimper (Finistère) (Le Bihan 1988), le caractère particulièrement inhospitalier de la crête nous a, lors de la fouille et sur ces terres remembrées, souvent frappé. Signalons également que les conditions devaient être semblables à l’âge du Fer où, les études palynologiques l’ont montré, le milieu était largement ouvert, couvert de prairies et de landes.

17Un deuxième caractère propre à l’habitat du Boisanne est la forme des enclos restitués (fig. 43) qui apparaissent, pour la plupart, largement ouverts sur une face vers l’extérieur. Il s’agit donc d’enclos « ouverts » ce qui, avouons‑le, est pour le moins une antonymie. Une telle particularité constitue de plus une aberration dans le corpus, relativement vaste désormais, des habitats de ce type, découverts grâce à la prospection aérienne sur l’est de la Bretagne et, d’une manière plus générale, en France du Nord. Il est certes là encore possible que, fait du hasard, nous ayons été obligés d’étudier, dans le cadre d’un sauvetage, un établissement dont les traces aberrantes résultent de considérations que l’archéologie est impuissante à restituer : fantaisie des possesseurs successifs de la ferme, problèmes de propriété du sol... Il demeure que cette originalité, qui s’opposait à la banalité des structures et du mobilier retrouvés, nous a intrigué tout au long de la fouille et des études postérieures.

18La solution n’est venue que tardivement, à l’issue d’une observation élargie à la globalité de ce sommet de plateau. Nous avons en effet décidé, grâce aux nombreuses photographies prises lors de la fouille, et notamment à celles, verticales, réalisées à l’aide d’une benne élévatrice de 16 m, voire d’un hélicoptère, de restituer la morphologie superficielle du sous‑sol telle qu’elle apparaissait à l’issue du décapage (fig. 143). Ce premier plan descriptif a été complété par l’examen de taches sombres, matérialisant d’anciennes carrières, qui apparaissaient sur des clichés verticaux de l’IGN (Institut Géographique National) ou sur plusieurs vues aériennes obliques que nous avions réalisées tout au long de la fouille.

FIG. 143 – Localisation topographique du site et aspect de la surface du sous‑sol après le décapage de la terre végétale.

PP del./AFAN d’ap. YM/MC

19La principale et première observation qui a pu être faite lors de l’analyse du document ainsi obtenu (fig. 143), est que la plupart des fossés qui dessinent des enclos « ouverts » s’interrompent brusquement à proximité immédiate des carrières modernes ou gallo‑romaines. La première hypothèse, évidente, qui pourrait être faite, est celle d’une destruction de ces structures linéaires lors du creusement de ces vastes excavations. Un nettoyage particulièrement soigneux des carrières dans le prolongement des fossés a toujours permis de constater qu’elles n’avaient jamais entamé les comblements protohistoriques, qui ne présentaient d’ailleurs aucun intérêt pour l’extraction des matériaux. Bien au contraire, le fond des fossés remonte toujours nettement avant le bord des carrières (fig. 144).

FIG. 144 – Arrêt d’un fossé au voisinage d’une carrière ; à droite extrémité sud du fossé 100 ; à gauche bord de la carrière.

cl. YM/MC

20Une première hypothèse nous a paru satisfaisante : le creusement des fossés aurait été arrêté dès que la roche apparaissait sous la terre végétale, pour des raisons de difficultés à mener le travail. Une telle interprétation, qui pourrait paraître séduisante, est en totale contradiction avec les divers creusements observés sur l’ensemble du site. Nombre de fossés ont en effet rencontré le gneiss faiblement diaclasé à une profondeur très faible, dès l’enlèvement d’une fine couche d’arène (fig. 145). Le travail n’a jamais été interrompu ou adapté, par une diminution de la profondeur du creusement par exemple. Les fossés sont rectilignes, les parois parfaitement entaillées (fig. 145) et la profondeur souhaitée, hormis pour les fossés de drainage de chemins qui ont rencontré un gneiss particulièrement peu altéré (cf. supra. § 2.5), est toujours atteinte. Visiblement, le travail au pic dans la roche fissurée n’a jamais posé de problèmes majeurs aux anciens habitants du Boisanne, comme en témoigne par ailleurs le creusement du souterrain dans les conditions particulièrement pénibles inhérentes au manque de lumière ou d’oxygène. Cette hypothèse est donc, selon nous, à rejeter.

FIG. 145 – Vue d’un fossé creusé dans la roche ; fossé 114.

cl. YM/MC

21La deuxième hypothèse, la seule satisfaisant à la logique de l’ensemble des observations effectuées, est celle de carrières témoignant, par les excavations qu’elles ont laissées, d’anciens massifs rocheux qui émergeaient autrefois des terres environnantes. L’extraction de la roche se serait ainsi concentrée, à l’époque gallo‑romaine, puis durant la période moderne, sur les affleurements qui désignaient les masses de gneiss les moins altérées et les plus propres à la fabrication de moellons. Le plan sur lequel sont répertoriés les emplacements, certains ou probables, de ces carrières (fig. 143) restituerait ainsi les deux massifs rocheux qui émergeaient jadis, dégagés au fil des millénaires par l’érosion, de la ligne de crête du plateau. L’établissement protohistorique du Boisanne, abrité dès l’origine des vents dominants par le rocher le plus au nord, aurait vu son extension intégralement conditionnée par les deux affleurements de roche qui constituaient les limites naturelles du site.

22Cette hypothèse, séduisante car elle éclaire d’un jour nouveau l’évolution des clôtures et lui rend sa cohérence, s’est vue confirmée, de manière inattendue par l’examen de la carte de Cassini qui mentionne, pour le xviiie s. et à l’emplacement exact des fouilles, le toponyme La Roche (fig. 146). Signalons que la plupart des toponymes de ce type correspondent, sur les deux rives de la Rance, à des affleurements rocheux qui n’émergent, le plus souvent, que de 4 à 5 m des terres environnantes.

FIG. 146 – Extrait de la carte de Cassini. Seuls les toponymes significatifs ont été repris

YM del./MC

23Un des derniers apports de cette hypothèse de massifs disparus est de nous avoir permis de comprendre l’aspect de surface de certains secteurs de la fouille. En effet, plusieurs zones sont apparues au décapage sous la forme d’une surface de gneiss relativement plane et comme régularisée par l’enlèvement des arêtes rocheuses qui caractérisent généralement l’épiderme de tels affleurements sous les labours. Nous avions tout d’abord pensé à un piquetage de la surface destiné à préparer des superficies délimitées du sol en vue de l’implantation de bâtiments. Or, si la fouille de deux de ces secteurs a en effet mis en évidence des trous de poteaux ou des fosses, notamment à l’emplacement du secteur où ont été mises au jour les statuettes, leur principale caractéristique reste néanmoins leur localisation à proximité immédiate des futures carrières. Il nous semble que les surfaces ainsi régularisées représentent en fait les traces d’une extraction de la roche qui, exploitant uniquement les parties émergeant du sol, s’est arrêtée à un niveau constant localisé à 30 ou 40 cm sous les sols de l’époque. La remise en état du terrain était ainsi facilitée, dans la mesure où elle ne nécessitait qu’un simple réétalement de la terre végétale préalablement enlevée. De plus, une exploitation de ce type n’affectait que les niveaux de roche les plus altérés, et donc les plus faciles à extraire. De par la présence, au cœur de telles zones, d’excavations datables de la fin de La Tène moyenne ou de La Tène finale, cette exploitation de la roche, toute superficielle, est nécessairement liée à l’histoire de l’établissement du Boisanne. Il s’agit en fait des traces, ténues, des « carrières » qui ont permis d’obtenir les moellons que l’on retrouve, souvent carbonisés, dans le comblement des différentes excavations et qui étaient nécessaires à l’édification des clôtures, voire de certains bâtiments de la ferme, ou ont été utilisés tout au long de son histoire, par exemple pour cuire certains aliments ou pour bâtir des foyers ou des fours (fig. 143).

24L’établissement du Boisanne, soit en les exploitant, soit en s’abritant derrière eux, a donc su tirer tout le parti possible des massifs rocheux qui, localisés au sommet du plateau, ont totalement conditionné et orienté l’ensemble du développement des différents enclos. Il faudra attendre l’époque moderne pour que, totalement arasés par une exploitation intensive de la roche, ces affleurements disparaissent du paysage puis, progressivement, de la mémoire des habitants du plateau.

4.3 L’environnement historique et géographique

4.3.1 Un établissement à la périphérie d’une « culture » armoricaine

25« Pour qui s’intéresse à l’âge du Fer, et notamment à la civilisation de La Tène, la Bretagne reste un monde un peu à part » (Duval 1990). On a souvent tenté de rapprocher cette originalité, manifeste si l’on s’en tient à quelques données archéologiques, du qualificatif « armoricain » employé notamment par César dans la Guerre des Gaules pour définir un certain nombre de tribus ou de cités qui avaient en commun une relative proximité des rives de l’Atlantique ou de la Manche et qui, face aux dangers de l’invasion romaine, se sont plusieurs fois regroupées ou coalisées.

26Or, le territoire ainsi défini (fig. 147) révèle une entité relativement large, une « grande Armorique » (Duval 1990), qui dépasse nettement l’aire sur laquelle l’archéologie a permis de repérer une « culture » apparemment originale, par certains de ses aspects, dans la civilisation de l’Europe celtique. Rappelons que le terme de « culture » tel qu’il est employé par les archéologues ne présuppose pas la réalité d’une originalité linguistique ou ethnique, impossible à restituer par la fouille (Collis 1977a). Fondée uniquement sur l’examen des vestiges matériels, objets ou structures, cette définition archéologique d’une spécificité « armoricaine », généralement limitée sur le continent à la péninsule bretonne, repose sur les cartes de répartition de quatre critères.

FIG. 147 – Peuples pouvant faire partie de l’Armorique.

YM del./MC d’ap. Duval 1990

27Le premier est constitué par les souterrains (fig. 148) dont « la répartition géographique est péninsulaire, en gros à l’ouest de la Rance et de la Vilaine, et est restreinte aux territoires qui seront à la fin de l’âge du Fer ceux des Coriosolites, des Osismes et des Vénètes. Leur creusement et leur fréquentation normale s’étendent de la fin de l’âge du Bronze à la fin de l’âge du Fer » (Giot 1990b).

FIG. 148 – Carte de répartition des souterrains et des « cliff castles ».

Document réalisé par YM/MC d’ap. B. Cunliffe 1990b, actualisé à partir des découvertes récentes (Giot 1990).

28Le deuxième est constitué par les caps maritimes barrés, encore appelés « Cliff Castles » dont la répartition se limite à la péninsule bretonne, aux îles Anglo‑normandes et au sud‑ouest des îles Britanniques (fig. 148). Ces éperons naturels, qui s’avancent dans la mer bordée de falaises, sont défendus à leur jonction avec le littoral par de multiples remparts doublés de fossés. Une occupation durant l’âge du Fer a pu être prouvée pour plusieurs de ces fortifications, par exemple à Saint‑Pierre‑Quiberon/ Beg‑an‑Aud (Morbihan) ou à Cléden‑Cap‑Sizun/Castel Meur (Finistère).

29Le troisième critère est constitué par les stèles dites « armoricaines ». Ces monolithes régulièrement taillés dans le granite se présentent soit sous la forme de calotte sphérique ou ovoïde au‑dessus d’embases à peine travaillées, soit sous la forme de « fûts de colonne » dont la taille peut dépasser 4 m et qui, souvent cylindriques ou cylindroconiques, montrent parfois des sections quadrangulaires, voire polygonales ou plus complexes (Giot et al. 1979). La répartition de ces stèles (fig. 149) concerne là encore essentiellement la péninsule bretonne, et même plus particulièrement les territoires qui seront, au ier s. av. J.‑C., ceux des Osismes et des Vénètes.

FIG. 149 – Répartition des stèles basses et hautes de l’âge du Fer. d’ap. P.‑R. Giot (Langouët et al. 1990a).

Document réalisé par YM/MC

30Quant à la quatrième particularité, elle concerne les céramiques, objets de prédilection, faute de mieux, des archéologues. L’abondance de caractéristiques propres, sur le continent, aux poteries de la péninsule bretonne est matérialisée, dès La Tène ancienne, par les cartes de répartition de motifs estampés (fig. 150) qui, contrairement à ceux d’Europe centrale, continuent à La Tène moyenne. On pourrait également citer, comme technique d’ornementation particulièrement fréquente dans la péninsule bretonne, les engobes polies au graphite (fig. 151). « D’autres traits morphologiques rattachent certaines céramiques d’Armorique à l’île de Bretagne. C’est le cas des jarres à lèvres saillantes munies d’anses à œillet et à parois renfoncées qu’on trouve aussi bien chez les Osismes, les Coriosolites, les Vénètes et dans une partie du territoire des Namnètes que dans le sud‑ouest de l’Angleterre [fig. 152], C’est aussi le cas des “lèvres en bourrelet” communes à l’actuelle Bretagne septentrionale et au Wessex. C’est enfin le cas des “lèvres à cannelures internes” propres aux Osismes, Coriosolites, Vénètes, mais qu’on retrouve également chez les Redons, les Aulerques Diablintes, en Basse‑Normandie, ainsi qu’en Angleterre du Sud‑Ouest et en Cornouaille insulaire [fig. 153]. » (Duval 1990)

FIG. 150 – Carte de répartition des céramiques estampées.

YM del./MC d’ap. Cunliffe 1990

FIG. 151 – Carte de répartition des céramiques graphitées.

YM del./MC d’ap. Daire 1990

FIG. 152 – Carte de répartition des anses à œillets.

YM del./MC d’ap. Daire 1990

FIG. 153 – Carte de répartition des lèvres à cannelure interne.

HM del./AFAN d’ap. Daire 1990

31Si l’on ne considère que cette Armorique restreinte, dont l’originalité archéologique est définie par les quatre critères exposés ci‑dessus, il est évident que le site du Boisanne est situé en marge de ce « phénomène armoricain » pour lequel la Rance semble pratiquement marquer sur le continent une frontière naturelle. Et pourtant, par plusieurs de ses aspects (souterrain, céramique), l’établissement protohistorique qui s’est implanté vers la fin du premier âge du Fer sur ce plateau pourrait parfaitement être assimilé, au moins dès La Tène ancienne, aux fermes fouillées bien plus à l’ouest dans la péninsule. Malgré sa position dans une zone « de transition », où l’originalité semble s’atténuer (peu ou pas de stèles, quelques rares souterrains de l’âge du Fer connus plus à l’est), l’établissement du Boisanne relève pleinement de ce phénomène armoricain, et ne diffère en rien de ce que l’on aurait pu s’attendre à trouver chez les Osismes par exemple.

4.3.2 Le milieu naturel

4.3.2.1 La géologie1. fig. 154

  • 1 Malgré de nombreux contacts pris avec des pédologues, nous n’avons pu obtenir aucune information si (...)

32Le site du Boisanne domine la vallée de la Rance, qui recoupe les formations géologiques constituant la série métamorphique de Saint‑Malo. Cette série est formée de bandes plus ou moins parallèles de roches à compositions variées et dont le degré de métamorphisme croît du sud vers le nord.

FIG. 154 – Carte géologique schématique. D’après D. Jeannette, 1972. L’étoile correspond à la localisation géographique du site. 1 granite cadomien de Bonnemain, du type classique de Vire, contenant orthose + plagioclase + microcline + quartz + biotite ; 2 métamorphose de contact ; 3 schistes séricitochloriteux ; 4 micaschistes à biotite et muscovite, alternance de bancs gneissiques et micaschisteux semblable à la rythmicité des bancs gréseux et politiques des séries briovériennes, les gneiss : alternance de lits quartzo‑feldspathiques et micacés constituant le faciès dominant sous forme de gneiss lités ou œillés souvent fortement plissés ; ils contiennent essentiellement du quartz et des feldspaths ; 5 gneiss albitique ; 6 gneiss à microcline ; 7 gneiss plaglo‑clasique ; 8 gneiss à cordiérite et sillimanite ; 9 gneiss migmatitique.

HM del./AFAN

33Ce site se situe sur une ceinture de gneiss à cordiérite et silimanite que l’on retrouve au nord dans l’anse de La Richardais. Cette roche a une texture soit fine soit plus granitoïde. Cette bande est incluse dans une ceinture de micaschistes à biotite et muscovite que l’on retrouve au nord jusqu’à Cancale. Au nord, la bande de Saint‑Suliac, constituée de schiste séricito‑chloriteux, se retrouve au sud et constitue le socle de la baie du Mont‑Saint‑Michel. Plus au sud, le granité cadomien de Bonnemain développe à sa périphérie une auréole de métamorphisme de contact affectant les différentes formations encaissantes. L’ensemble de ces formations contiennent des niveaux plus ou moins arkosiques, amphibolithiques et phtanitiques.

34On voit donc qu’il y a dans le socle géologique dans un rayon de 10 km autour du site une grande variété de roches de natures différentes. On doit ajouter le massif de gabbro de Trégomar (Lamballe) qui se trouve à 25 km à l’ouest et a fourni des matériaux pour la fabrication de certaines céramiques présentes sur le site. Tous les produits d’altération qui dérivent du socle et les restes de dépôts de couverture, notamment les limons et les formations de solifluxions quaternaires, ont pu contribuer à fournir des matériaux fort divers aux occupants de l’établissement du Boisanne.

4.3.2.2 La ria de la Rance

35Plouër‑sur‑Rance sur la rive gauche, et Pleudihen sur la rive droite, sont les deux premières communes de la partie proprement maritime de la Rance. Grâce aux différences importantes de l’ordre de 13 m, qui caractérisent dans cette région les niveaux de basse et de haute mer, la remontée de la mer dans cette vallée, deux fois par jour, donne évidemment aux paysages des bords de rivière une allure bien particulière.

36Une des caractéristiques remarquables que l’on peut observer sont les vasières et prés salés, qui résultent du colmatage de certaines anses des rives de l’estuaire par des sédiments fins (vases plus ou moins sableuses) qui proviennent de l’érosion des falaises littorales ou bien d’alluvions apportées par la rivière. Ils sont soumis à des aléas de progression ou de régression qui dépendent des conditions locales, et sont notamment érodés en certains endroits par les chenaux divagants des ruisseaux qui les bordent ou les traversent (fig. 155). On notera, en comparant la carte actuelle (fig. 2) et la carte de Cassini du xviiie s. (fig. 146) que ces prés salés, encore appelés « herbus », se sont notablement dégradés en l’espace de deux siècles, et que les îles de ce type qui affleuraient autrefois au milieu de la rivière ont totalement disparu.

FIG. 155 – Vue de l’enceinte de Saint‑Suliac, au cœur des herbus qui bordent la Rance au pied du site. (cf. fig. 166).

cl. YM/MC

37Si nous insistons sur ces vasières de bord de Rance, c’est que, malgré leur apparence désertique, elles cachent une vie intense à l’intérieur du sédiment. Ainsi, en contrebas du site du Boisanne, on peut noter une densité extraordinaire en coques qui peut dépasser plusieurs centaines d’individus au mètre carré. Il est étonnant, si tel était le cas à l’âge du Fer, que les habitants du Boisanne ne l’aient pas exploitée comme source de nourriture, et aient privilégié les patelles et les moules qui sont également abondantes sur les roches à proximité immédiate des berges.

38On peut également noter qu’au xviiie s. encore, un marais salant était en activité près de Saint‑Suliac, non loin du site (fig. 146). Une exploitation du sel était donc possible, même si aucune trace d’un briquetage protohistorique n’a encore été détectée dans la ria. Signalons en outre que, « depuis le Néolithique [... J, les bergers ont conduit leurs troupeaux (moutons, bovins ou chevaux) sur les schorres ou herbus et se sont livrés à leur fauche pour constituer des réserves de nourriture pour l’hiver. De plus en plus rare en Bretagne, ce type d’élevage se perpétue encore activement dans la baie du Mont‑Saint‑Michel où les bergers aidés de leurs chiens gardent quelques grands troupeaux de moutons [...] dits « de prés salés ». [...] Dans le cas d’élevage traditionnel, c’est‑à‑dire se déroulant quasi exclusivement sur les prés salés, les plantes fournissent 50 à 60 % de la nourriture de l’animal qui doit, de ce fait, recevoir un apport complémentaire » (Jequel, Rouve 1983). Il est donc tout à fait probable que l’établissement laténien du Boisanne, pour lequel les analyses ostéologiques ont prouvé l’élevage de grands ruminants, ait exploité les herbus qui se trouvaient en contrebas du site comme lieu de fauche ou de pâture toujours irrigué, même les années de sécheresse.

39Signalons également, dans le cadre des ressources exploitables et probablement exploitées, les roseaux à balais ou phragmites qui abondent encore actuellement sur les bords de la rivière. « Poussant généralement en eau douce, le phragmite supporte néanmoins de faibles quantités de sel. Les tiges, hautes de 1 à 4 m dans nos régions, [...] donnent lieu à une exploitation commerciale dans plusieurs pays d’Europe [...]. Ils servent à faire des toits de chaume, à couvrir les plantes maraîchères, ou comme litière pour les animaux » (Jequel, Rouve 1983). On mentionnera enfin les possibilités de pêche dans l’estuaire, soit à l’aide de lignes ou de filets, soit à l’aide de barrages destinés à emprisonner le poisson à marée descendante, sans compter les possibilités de chasse aux oiseaux d’eau, nombreux à se nourrir à marée basse sur les bords de la rivière.

40Ainsi, la présence de la Rance à proximité immédiate du site, en ouvrant un milieu écologique riche et particulier aux anciens habitants de la ferme, a certainement permis de varier les potentialités naturelles du plateau du Boisanne et d’en pallier les carences possibles. Ce n’est probablement pas un hasard si les chemins qui menaient autrefois à l’exploitation agricole, perpendiculaires à la rive, semblent dessiner un territoire qui, loin de suivre la rivière, aurait tenté d’englober des terres qui devaient varier considérablement, par la topographie et la nature des sols comme par la végétation, en s’éloignant de la ria.

4.3.3 Le plateau du Boisanne avant l’âge du Fer

41Cette vision du milieu naturel au cœur duquel est censé s’être implanté l’établissement du Boisanne a le désagréable défaut d’être fondée sur notre vision actuelle de la géologie, de la pédologie ou de la végétation de cette micro‑région. « Poser ce tableau géographique [...], c’est figer le mouvement de la nature et de l’histoire alors qu’il s’agit précisément de le mettre en évidence » (Duby 1975). Si la définition de ce cadre peut paraître un préalable fondamental à toute étude de site, il est tout aussi nécessaire de restituer, dans la mesure du possible, la nature de l’espace où se sont installés, vers la fin du premier âge du Fer, les hommes qui ont fondé cette exploitation agricole.

FIG. 156 – Mobilier néolithique mis au jour lors de la fouille du Boisanne

JYT del./MC

42Pour cette tâche délicate, nous ne pouvons nous appuyer que sur les études de sols ou de pollens, ainsi que sur notre hypothèse, fondée sur des observations archéologiques, de massifs rocheux disparus. En effet, les analyses des prélèvements dans les fossés les plus anciens du site où les pollens étaient conservés (analyses palynologiques pal. 1 et pal. 2, fig. 131) ont montré la présence d’éricacées et de papilionacées qui sont autant d’indices de l’existence de lande autour du site. Cette présence prédominante des genêts et des ajoncs dans les phases proches de l’origine du site, par ailleurs confirmée par les analyses anthracologiques (prélèvements 135, 146 et 154, fig. 133), témoigne‑t‑elle du milieu naturel, originel, du plateau du Boisanne ? Rien n’est moins sûr.

43En effet, « les récentes analyses de palynologie et de pédologie relatives au Cap Fréhel par exemple ont montré que les landes n’étaient primitives que tout à fait en bordure du littoral breton et que leur extension n’était due qu’à une dégradation suivant la déforestation de la chênaie, commencée au Néolithique » (Giot, Briard 1969). La réalité du caractère régressif de ce type de couverture végétale a pu être prouvée, sur le site du Boisanne, par l’analyse micromorphologique d’un lambeau de sol ancien (mic. 11, fig. 136), piégé dans une cuvette topographique et qui témoigne de la présence effective sur ces rives de la Rance d’une forêt primaire. Il est probable que le défrichement a affecté ce plateau dès le Néolithique. Peuvent en témoigner les outils de silex ainsi qu’une hache en dolérite polie retrouvés en plusieurs endroits de la fouille, ou encore une probable sépulture matérialisée par une fosse allongée contenant une céramique. L’ensemble de ce mobilier est en effet attribuable au Néolithique moyen (fig. 156) (Tinevez et al 1990). Le sol brun lessivé issu de cette déforestation, probablement très vite colonisé par les genêts et les ajoncs, était déjà sérieusement entamé par l’érosion au moment de l’implantation de l’établissement agricole de l’âge du Fer.

FIG. 157 – Plan de la phase I.

VT del./FMSH d’ap. YM/MC

44Au cœur de ces landes, qui pouvaient être soumises à des phases alternées plus ou moins longues d’exploitation et d’abandon, émergeaient deux massifs de gneiss mis à nu par les intempéries sur la crête du plateau. Nous estimons qu’avant même la fondation de la ferme, un chemin orienté nord‑sud, probablement non bordé de fossés de drainage à cette époque, permettait de traverser cet espace battu par les vents et de se diriger vers un probable passage à gué sur la Rance (fig. 158). En effet, nous avons pu prouver que cet axe de circulation, qui ignore superbement l’emplacement du futur établissement distant d’une centaine de mètres, était sans aucun doute le plus ancien des chemins à avoir pu être étudié sur ce plateau. De plus, il n’a pu être conçu pour desservir la ferme car le premier sentier, orienté est‑ouest, qui permettra d’y accéder sera prolongé bien à l’est de cet axe que l’on aurait pu, un temps, considérer comme une première limite « naturelle » du territoire de cette exploitation agricole. Ce chemin, ou plutôt cette piste non drainée, correspond donc vraisemblablement à un axe très ancien sur lequel circulaient déjà, bien avant la fondation de la ferme et au moins dès le premier âge du Fer, les troupeaux et les charrois qui voulaient traverser du sud au nord le plateau du Boisanne.

FIG. 158 – Restitution graphique de la phase I.

YM del./MC

4.4 La ferme et son évolution

4.4.1 Conventions préalables à un essai de restitution

45Avant de tenter une restitution de l’histoire de la ferme, qui pourra parfois sembler fondée sur des traces bien ténues, il nous faut rappeler que « la fouille ne révèle le plus souvent qu’une image altérée et indirecte des constructions qui ont existé. Le sol même de l’habitat a été bouleversé par les labours ou par l’érosion naturelle, de sorte que l’analyse archéologique doit s’appuyer soit sur des traces de fondations soit sur des [...] annexes de l’habitation proprement dite (silos, fosses‑ateliers, carrières), qui seules conservent des détritus de l’occupation humaine, jetés pêlemêle en guise de comblement. L’interprétation de ces ensembles est donc complexe, et même avec la plus grande prudence, nul ne peut affirmer qu’il est à l’abri d’un contresens dans l’interprétation des structures, ou qu’un élément essentiel du gisement ne lui a pas échappé » (Buchsenschutz 1981).

46Nous demandons donc au lecteur un effort d’objectivité et, sans se laisser guider par le caractère parfois séduisant de telle ou telle hypothèse de restitution, de se rappeler le caractère extrêmement partiel des données que nous avons su extraire de ce site. Nous disposons d’une information très précise sur certains points mais avec des plages d’inconnus énormes. Nous savons ainsi que les fossés latéraux de drainage de certains chemins ont été creusés depuis la ferme et par une équipe que la dureté du sous‑sol rebutait, mais nous sommes incapables de dire à un siècle près quand cet établissement agricole a été créé.

47La réserve essentielle que nous souhaitions formuler concerne les bâtiments. En effet, seules les constructions fondées sur des poteaux profondément ancrés dans le sous‑sol ont pu laisser des traces perceptibles lors de la fouille. Si une architecture de ce type est effectivement généralisée dans toute l’Europe du Nord‑Ouest à cette époque, il ne faudrait tout de même pas oublier l’utilisation possible de la pierre qui a pu être prouvée, sur ce site, notamment en parements sur les talus de terre. Il est donc tout à fait plausible que des constructions édifiées sur des solins de pierres aient totalement disparu, et ce même s’il semble bien que les bâtiments, dont la totalité de la charpente est supportée par des structures de ce type, ne deviennent fréquents dans nos régions qu’au cours du ier s. av. J.‑C. (Le Bihan 1990). Cette disparition totale a également dû affecter tous les appentis ou constructions sommaires qui, peu fondés et bâtis en matériaux légers (genêts, clayonnage...) n’ont probablement jamais engendré de perturbations du sous‑sol.

48Toutefois, et même en étant conscient de la probable réalité de ces édifices disparus sans laisser de traces, nous n’avons intégré dans les restitutions proposées que les constructions matérialisées lors de la fouille par des concentrations significatives de trous de poteaux, et qui ne constituent très vraisemblablement qu’une petite partie des bâtiments qui se sont succédé sur le site.

49Pour cette même raison, et dans la mesure où il est quasiment impossible de dater une construction protohistorique uniquement d’après les rares tessons retrouvés dans les trous de poteaux, nous avons systématiquement et a priori considéré que les bâtiments qui ont pu être identifiés avaient fonctionné de manière strictement contemporaine aux enclos qui les cernaient. Rien ne permet pourtant d’être sûr du caractère aberrant d’un bâtiment bâti en espace ouvert, non encore délimité par des clôtures, et que des talus ou des palissades ne viendront qu’ultérieurement, peut‑être 50 à 100 ans plus tard, protéger. En l’absence d’informations fiables, la « logique », ou plutôt la simplicité, a été systématiquement, et probablement outrageusement, privilégiée, avec notamment l’attribution d’un plan rectangulaire à tous les édifices dont l’emplacement n’était signalé que par une concentration de trous de poteaux sans réelle forme discernable.

50En sus de cette réserve, nous souhaitions également expliciter le graphisme des documents qui illustrent la restitution de l’histoire de la ferme. En effet, chaque phase, définie comme cela a été évoqué précédemment par une modification importante du système de clôture (fig. 43), est présentée par l’association de deux figures :
– un plan de la phase restituée (fig. 157) correspond à la synthèse des données issues de l’analyse et constitue le document « scientifique », ou plutôt mesurable, le seul sur lequel les données non interprétées, fosses ou trous incompréhensibles ou qui ne peuvent être rattachés à des structures en élévation, apparaissent ; apparemment honnête, il a pourtant le défaut, par l’absence de visualisation possible des volumes, d’occulter nombre de points gênants constitués notamment par l’articulation entre les différentes clôtures ou bâtiments restitués ;
– la restitution volumétrique (fig. 158), élaborée primitivement à l’aide d’une maquette de travail dont la photographie a servi d’armature au dessin, a permis par contre de soulever ces quelques points qui avaient été négligés lors d’une analyse limitée aux seules excavations ; leur aspect, qui fait appel aux techniques de la bande dessinée, ne doit pas rebuter l’archéologue ; de telles illustrations livrent « des images à la fois plus séduisantes et plus parlantes pour le non spécialiste comme pour le chercheur ; certes, le nombre de paramètres inconnus ou hypothétiques qui interviennent dans leur mise en scène reste grand ; toutefois, si le scénario imaginé n’est jamais fiable à 100 %, ses vertus informatives et pédagogiques compensent ses inconvénients [...] ; les erreurs inévitables de ces illustrations peuvent être, ici comme ailleurs, source d’une authentique créativité » (Rapin 1983).

51Signalons enfin que ces restitutions graphiques n’ont pour unique objectif que de faire mieux comprendre, grâce à l’illusion du volume, les hypothèses que nous formulons pour les clôtures et les constructions des diverses phases de la ferme. Il ne s’agit pas ici de faire ce qui pourrait être tenté dans le cas d’un ouvrage « grand public », c’est‑à‑dire d’imaginer l’allure que pourrait avoir eu effectivement l’exploitation agricole du Boisanne à telle ou telle époque. Il est bien évident que les talus, les fossés, ou les palissades que nous avons dessinés sont bien trop « neufs » pour être crédibles ; et que dire d’une ferme sans tas de fumier, sans boue, sans outillage usagé ou tas de bois entassé dans le coin d’une cour... De même, les personnages ou les animaux ne sont là que pour permettre au lecteur de visualiser la taille et éventuellement la fonction des constructions ou des enclos restitués, et ne présument en rien du volume du troupeau ou du nombre des habitants effectivement présents sur le site à cette époque, qui sont de toute façon difficiles à évaluer. Le dessin est donc volontairement sobre, réalisé à l’encre de chine et moins séduisant que ne pourrait l’être un document en couleur. Analogues aux portraits reconstitués à partir de crânes, ou encore à ces visions d’animaux disparus patiemment élaborées à partir de fossiles souvent fragmentaires, ces dessins ne peuvent au mieux suggérer que les grandes lignes de l’évolution d’une ferme dont seules les empreintes les plus profondément imprimées dans le sous‑sol nous sont parvenues.

4.4.2 Phase I : vie s. (?) et début du ve s. av. J.‑C.

52À une date que nous ne pouvons préciser à un siècle près, car son identification ne peut être fondée que sur l’éventualité de la chute de quelques tessons de céramiques‑dans les rares fossés alors ouverts, l’exploitation agricole est fondée au sommet du plateau du Boisanne. De cet espace, alors couvert de landes et traversé par un unique chemin orienté nord‑sud, émergeaient quelques massifs de gneiss colonisés par les ajoncs ou les genêts et derrière l’un desquels est venu s’abriter le premier établissement, ainsi protégé des vents d’ouest. La ferme initiale se compose de trois éléments, bien distincts mais adjacents.

53Un premier espace, d’une superficie d’environ 240 m2, est délimité sur trois de ses côtés par un profond fossé doublé d’une palissade à poteaux jointifs calée par un talus de terre (limite de type 1, fig. 31). Malgré l’ampleur de l’obstacle ainsi créé (près de 7 m de dénivelé si l’on tient compte du fossé), il est évident, de par l’absence de clôture équivalente sur la face est, qu’il ne peut s’agir d’une défense contre les hommes ou les bêtes. Il semble bien que ce monticule de terre et de bois n’ait été édifié que pour lutter contre les éléments naturels. Ainsi s’explique le fait que le premier bâtiment identifié, nécessairement une habitation, soit calé contre l’angle nord‑ouest formé par la palissade, angle qui correspond précisément à la direction des vents dominants. Bien ancré dans le sol, cet édifice est fondé sur 6 poteaux implantés à une profondeur que l’on peut estimer à un peu moins de 1 m sous le sol de l’époque. Sa superficie au sol était d’environ 38 m2 (fig. 45).

54Un deuxième espace, plus complexe et localisé immédiatement à l’est du précédent, est délimité par une clôture de type 3 (fig. 31), constituée de l’association de petits fossés et de talus adjacents. Il s’organise autour de deux enclos d’une superficie respective d’environ 240 m2, pour celui du nord, et de 430 m2 pour celui du sud. Ces enclos sont bordés par deux chemins d’une largeur d’environ 4 m qui ne sont drainés qu’à proximité immédiate de la ferme, dans les secteurs où le sous‑sol est constitué d’une arène relativement meuble ou de roche fortement diaclasée. La présence, dès cette époque, de haies plantées sur les limites ainsi édifiées est rendue vraisemblable par les études anthracologiques, qui ont mis en évidence l’existence de chênes croissant en milieu ouvert, de sorbier, de noisetier, de prunellier, de bouleau, d’érable champêtre, de troène, de poirier, de fusain d’Europe, sans compter les espèces caractéristiques de la lande (genêt et ajonc). L’association de plusieurs de ces espèces, analogue à celle mise en évidence par exemple au Louvre (Bonis et al. 1988), paraît bien caractéristique de haies vives qui auraient été plantées et taillées sur ces petits talus édifiés dès l’origine de la ferme à l’aide des terres extraites des fossés adjacents, Ces modestes obstacles ainsi aménagés devaient constituer des brise‑vents efficaces et protéger ces deux enclos. L’absence de trous de poteaux ou de fosses à l’intérieur des espaces ainsi délimités nous les a fait interpréter comme des jardins cultivés ou des lieux où le bétail pouvait être rassemblé soit le soir, soit à des moments déterminés (vêlage, marquage des bêtes, menaces de razzia...).

55La présence d’un cheptel dès l’origine de la ferme, si elle n’a pu être prouvée par l’analyse ostéologique (les ossements sont pratiquement tous dissous dans les fossés les plus anciens), est en effet rendue vraisemblable par la présence d’une mare, qui constitue le troisième élément identifié pour cette phase. Le creusement de cette large excavation, d’une superficie d’environ 200 m2 et qui a constitué une réserve d’eau d’une capacité moyenne de 200 m3, ne peut en effet se comprendre que comme la création d’une infrastructure pour abreuver les bêtes, nécessaire sur ce sommet de plateau dépourvu de sources. La consommation humaine, si elle a jamais été prélevée dans cette mare, se serait en effet satisfait de quantités bien moindres, que l’édification d’une simple citerne, la plupart du temps remplie sous nos climats pluvieux, aurait suffi à fournir. Signalons d’ailleurs que l’existence de telles structures, construites en bois hors du sol, a pu être prouvée dès l’âge du Bronze pour l’Europe du Nord (Audouze, Buchsenschutz 1989 : 182‑183).

56L’association de ces trois ensembles –un enclos d’habitat, deux enclos servant de jardin ou de corral pour le bétail, une mare– semble constituer une infrastructure particulièrement cohérente et, pourrait‑on dire, réfléchie. Ce noyau initial, d’une superficie utile légèrement supérieure à 900 m2 pour 38 m2 de bâti, aura nécessité pour sa construction l’extraction d’au moins 750 m3 de terre et de pierre, en ne tenant compte que du creusement des fossés et de la mare. Il est difficile de savoir si ce volume de travail, déjà conséquent, que présuppose cette fondation n’aura monopolisé que les personnes qui devaient habiter cette première ferme (probablement inférieures à la dizaine si l’on en juge par l’unicité du bâtiment d’habitation), ou si un appel à la main d’œuvre extérieure a pu être fait.

57Nous serions, à ne considérer que l’ampleur des travaux effectués et la probable importance du cheptel apporté (suggérée par l’ampleur de l’enclos « à bétail » et de la mare), tentés de considérer cette première ferme au cœur des landes comme un établissement de défrichement fondé par un groupe disposant de moyens humains ou matériels déjà conséquents, dans le but de mettre en valeur des terres jusqu’alors peu productives. Il est bien évident qu’il sera difficile de prouver, par l’archéologie, une telle hypothèse.

58Quoi qu’il en soit, nous pouvons malgré tout avoir une idée des premières activités pratiquées dans cette ferme. Si le caractère primordial de l’élevage est rendu vraisemblable par la superficie des structures qui peuvent y être rattachées (enclos, mare), l’existence d’une agriculture conjointement développée dès cette époque est tout à fait probable. On notera en effet que les analyses palynologiques effectuées sur un contexte apparemment contemporain (pal. 5, fig. 131) ont permis de constater la présence de pollens de graminées de type céréale, et de préciser qu’il ne s’agissait en aucun cas de seigle. On peut ici rappeler que les analyses carpologiques ont déterminé, au cœur d’une structure ancienne (fossé 135, fig. 135), la présence d’empreintes de grains d’orge vêtue, autrefois dénudés à l’issue d’au moins deux battages successifs. Ces indices, issus de fragments de céramiques qui n’ont pas nécessairement été fabriquées sur le site même, témoignent néanmoins de la culture et de la consommation d’orge à cette époque et, probablement, dans les environs. En effet, l’analyse des matériaux des céramiques a montré, pour ces phases anciennes, l’existence d’un dégraissant gneissique significatif d’une origine locale (échantillon 21), d’autant plus vraisemblable pour les poteries grossièrement modelées qui portent de telles empreintes.

59La rareté des pollens de céréales dans les fossés qui cernent l’habitat, et leur relative abondance à une centaine de mètres de la ferme à proprement parler (pal. 5, fig. 131), constituent peut‑être un phénomène significatif. Constaté pour les phases ultérieures, il témoignerait du relatif éloignement des champs cultivés, et de la présence de prairies aux alentours immédiats de l’habitat et de la mare. Ce pourrait être le signe, soit du caractère privilégié de l’activité d’élevage sur cette exploitation, matérialisé par le souci de nourrir les animaux à proximité immédiate de l’établissement, soit du caractère peu approprié des terres du sommet du plateau, peu profondes, pour la culture des céréales, et du nécessaire rejet des champs cultivés vers les limons plus épais.

60Hormis ces deux activités, fondamentales pour une exploitation agricole, le travail du textile a également pu être prouvé pour ces phases anciennes du site. Sept fusaïoles témoignent du filage des fibres végétales ou animales, les fragments d’au moins trois pesons de tisserand signalant quant à eux la présence d’au moins un métier à tisser. La confection d’étoffes, qui a peut‑être utilisé la laine de moutons élevés sur le site même, est la seule activité « artisanale » connue pour cette période, et uniquement pour cette période, dans la mesure où, fait étonnant, aucune fusaïole n’a été retrouvée dans les contextes plus tardifs.

61Ce n’est pourtant pas le signe d’une autosuffisance pour cette fin du premier âge du Fer. En effet, les fragments de plusieurs meules à grain, retrouvés dans l’un des contextes les plus anciens (fossé 135) et confectionnés dans un grès rose provenant d’un filon distant d’au moins 30 km du site (entre Erquy et le Cap Fréhel), correspondent de toute évidence à une fabrication de type artisanal dans un matériau particulièrement bien adapté et plus résistant que les granites locaux. Il s’agit donc bien, au plein sens du terme, d’importations.

62Signalons enfin, pour conclure les activités dont nous avons connaissance pour les premières phases de la vie de la ferme, une possible activité de chasse, dont peuvent témoigner les probables balles de fronde (petits galets de dolérite le plus souvent), retrouvées dans la vase qui tapissait le fond de la mare.

63Cette vision de la vie de cette première exploitation agricole, nécessairement tronquée car issue des maigres données fournies par l’archéologie pour les phases anciennes, ne pourra être réellement renouvelée que pour l’une des phases tardives (cf. infra, phase IV). En effet, aucune modification notable de ce premier constat ne pourrait être justifiée, pour les phases II et III, par les rares indices qu’ont pu fournir les mobiliers ou les prélèvements recueillis. Nous nous contenterons donc, pour ces deux périodes, de constater l’évolution des structures et l’ampleur nouvelle prise par l’exploitation du Boisanne.

64Il nous faut toutefois, pour parachever la synthèse des données recueillies sur cette phase ancienne de la ferme, élargir le regard aux alentours de l’habitat. Il est en effet tout à fait vraisemblable, par l’orientation prise par les chemins qui bordent les enclos probablement réservés au jardinage et au parcage du bétail, que l’un des axes de circulation, identifié par sondages successifs à une centaine de mètres vers l’ouest, constitue la voie d’accès à cette première exploitation agricole. Les fossés de drainage, qui l’encadraient et n’ont entamé le sous‑sol que dans les secteurs où il était meuble, s’interrompent à hauteur du chemin orienté nord‑sud, pour reprendre immédiatement après l’avoir dépassé. On peut donc dire, également sans ambiguïté, que les fossés de drainage de cet axe antérieur à la ferme étaient déjà, au moins pour une part, creusés à cette époque. Or, dans la mesure où l’un de ces fossés semble éviter un petit édicule bâti sur cinq poteaux le long de cet axe (fig. 85), on peut penser que cette construction était déjà présente lorsque cette amélioration du réseau primitif s’est effectuée, c’est‑à‑dire, selon toute probabilité, durant cette première phase datable de la fin du premier âge du Fer.

65Ce petit édifice n’a laissé aucun vestige significatif de son utilisation. Son seul intérêt est d’être situé le long du chemin, pratiquement en face d’un enclos funéraire également datable des phases les plus anciennes du site, si l’on en juge par les rares tessons retrouvés dans le fossé qui le bordait (pl. 28, 170.1). Pour cette raison, nous serions tentés d’y voir une petite chapelle funéraire analogue à certains monuments signalétiques sur les sépultures identifiés dans l’Oise (Massy et al. 1986), ou, dans une certaine mesure, aux sanctuaires de nécropoles identifiées en Champagne (Lambot 1990). Malgré le décalage inhabituel entre le lieu d’inhumation et la construction sur poteaux, qui pourrait résulter de leur position à proximité immédiate de la voie, l’association entre ces deux structures nous paraît en effet plausible.

66L’enclos funéraire, créé à l’occasion de l’inhumation d’un des premiers habitants de la ferme (dont l’emplacement a pu être identifié en position centrale, cette tombe étant de surcroît la seule à être recouverte de pierres, fig. 78), aurait également eu le rôle de marqueur pour la prise de possession du plateau du Boisanne. Quant à l’édicule localisé de l’autre côté du chemin, il aurait signalé et renforcé cette emprise sur le sol. Le rôle de marqueur qu’ont pu jouer ces deux structures, sans leur attribuer pour autant la fonction d’un bornage du territoire que possédait effectivement la ferme, nous paraît renforcé par les nombreux curages du fossé de l’enclos funéraire qui ont pu être constatés tant lors de l’observation archéologique qu’à l’issue de l’analyse micromorphologique des sédiments (mic. 9, fig. 136). En effet, cet entretien régulier, probablement encore plus fréquent que celui des fossés de drainage des chemins, a certainement permis de rehausser le tertre funéraire à l’aide des limons accumulés par les vents et les pluies dans la limite de l’enclos, et de lui conserver un aspect « soigné », significatif d’une présence humaine alors nouvellement implantée sur ce plateau.

67On pourrait là encore remarquer, pour conclure cet examen des structures périphériques de l’habitat, que le creusement des fossés de drainage des chemins et de l’enclos funéraire a nécessité l’extraction d’une quantité importante de terre, qu’imposera également l’entretien ultérieur de ces structures. Ce phénomène, le seul dont nous soyons certains à l’issue d’une étude limitée au sous‑sol, suppose que, dès l’origine de l’établissement, un temps important ait été consacré à la mise en place de cette infrastructure par le groupe humain, nécessairement modeste, qui habitait alors dans l’unique bâtiment retrouvé, soit, à l’inverse, qu’un appel à une main d’œuvre extérieure et temporairement mise à disposition pour la fondation de l’exploitation agricole ait pu être fait. Cela renforce encore notre impression d’une implantation planifiée d’un établissement de défrichement, même si l’absence de textes ne permet pas de le prouver.

4.4.3 Phase II : 1re moitié du ve s. ‑ fin du ive s. av. J. ‑C. fig. 159, 160

68L’origine de cette nouvelle phase est marquée par l’adjonction d’un nouvel enclos sur la façade sud du précédent établissement. Délimité par un large fossé (type 4, fig. 31) doublé d’un talus de terre parementé de pierres et probablement surmonté de claies, l’espace ainsi créé réduit quelque peu la superficie utile de l’enclos adjacent cerné de haies et interprété comme un corral pour le bétail. Il s’appuie de plus contre un petit massif de gneiss localisé immédiatement au sud, évitant ainsi l’édification d’une clôture sur cette façade.

FIG. 159 – Plan de la phase II.

VT del./FMSH d’ap. YM/MC

FIG. 160 – Restitution graphique de la phase II.

YM del./MC

69Dans ce lieu nouvellement délimité, deux structures, probablement mises en place au cours de cette phase, ont pu être identifiées :
– un bâtiment, de plan rectangulaire et d’une superficie voisine de 13 m2 (fig. 51), a pu être mis en évidence par la disposition des six trous, relativement profonds, dans lesquels étaient implantés les poteaux qui le supportaient ; strictement parallèle au fossé limitrophe de l’enclos, il devait s’appuyer immédiatement contre le talus de terre et être ainsi protégé des vents du nord‑ouest dominants ;
– à une distance d’environ 4 m de l’angle de cette construction, un puits creusé dans la roche permettait d’accéder à un souterrain dont, vraisemblablement, seule une partie des salles a été excavée à l’origine ; en effet, l’aspect ramifié de cette structure témoigne vraisemblablement de son aspect évolutif, les cavités étant provisoirement étendues au fur et à mesure des besoins du groupe humain qui les utilisait ; si la fonction de cave‑cachette de ces souterrains reste hypothétique, l’attribution de celui du Boisanne à la fin du Hallstatt ou au début de La Tène n’est en rien originale ; nombre de ces structures ont en effet été creusées dès le premier âge du Fer, comme en témoigne leur comblement, très fréquemment rencontré, avec du mobilier datable du début du second âge du Fer.

70L’établissement du Boisanne ainsi étendu atteint une superficie d’environ 1 280 m2, dont 51 m2 de bâti. Il est difficile de savoir si cette augmentation de l’espace, somme toute relativement modeste, s’est effectuée au profit de l’habitat ou de toute autre activité. Il en sera de même pour tous les édifices ultérieurement construits dans la ferme, et pour lesquels l’absence de sols conservés rend toute identification fonctionnelle très aléatoire. La présence d’une succession de petits fossés manifestement curés plusieurs fois, parallèles et distants d’un peu moins de 4 m, dans l’alignement exact de la porte de ce nouvel enclos tend à prouver l’existence, dès cette phase, d’un nouveau chemin orienté est‑ouest. Une voie, systématiquement bordée de fossés de drainage cette fois, reprendra cet axe dans les phases les plus tardives de l’habitat, avec toutefois un léger décalage vers le nord. Si l’ensemble du réseau de circulation semble être en place sur ce plateau dès La Tène ancienne, on notera en effet que les aménagements systématiques et presque standardisés liés à l’écoulement des eaux, voire à l’empierrement des voies, n’apparaîtront qu’assez tard. Les fossés de drainage antérieurement connus nous sont en effet toujours apparus comme des solutions ponctuelles apportées à des problèmes d’embourbement générés par la nature du substrat ou la position topographique.

71A une date que nous pouvons situer dans le courant de la 1re moitié du ve s. av. J.‑C., donc très peu de temps après la mise en place du nouvel espace clôturé auquel elle est sans aucun doute postérieure, une modification de l’enclos de l’habitat primitif est intervenue. Les terres de l’ancien talus, arasé, ont servi à caler une palissade à poteaux jointifs implantée au milieu du fossé adjacent. Ce changement structurel, qui n’a en rien bouleversé la physionomie générale de l’établissement, a cependant généré un gain d’espace, évalué à 170 m2, au cœur de cet espace. Si nos hypothèses sont justes, il a peut‑être permis au bâtiment adjacent à l’ancien talus de s’agrandir et, en utilisant comme supports les poteaux de la nouvelle clôture, de porter sa superficie à 60 m2 (fig. 47).

4.4.4 Phase III : début du iiie s.– milieu du iie s. av. J.‑C. fig. 161, 162

72Durant cette phase, l’exploitation agricole s’agrandit de manière notable, et adopte comme clôture, de manière presque généralisée, le talus de terre parementé surmonté de claies, les terres étant extraites de fossés à profil triangulaire et relativement profonds (type 5, fig. 31). L’enclos interprété comme un corral pour le bétail et dont la fondation remonte à l’origine de la ferme est agrandi et cerné par ces limites plus puissantes. Pour ce faire, le chemin qui permettait d’y accéder est abandonné, ainsi que, probablement, l’enclos localisé immédiatement au nord. L’absence de construction, pour autant que la fouille du sous‑sol puisse rendre certain ce type d’absence, nous conduit à interpréter cet espace toujours comme un enclos pour le bétail. La localisation de l’accès à ce corral n’est pas évidente : elle devait s’effectuer par un pont de planches ou de rondins posé au‑dessus des fossés, à moins qu’elle ne soit localisée dans deux sections larges d’environ 6 m et qui n’ont pu être fouillées du fait d’une erreur d’implantation du tracé par la direction départementale de l’Equipement.

FIG. 161 – Plan de la phase III.

VT del./FMSH d’ap. YM/MC

FIG. 162 – Restitution graphique de la phase III.

YM del./MC

73L’espace localisé immédiatement au sud et où est situé le puits d’accès du souterrain voit sa superficie quadrupler. L’ancien fossé qui en constituait la limite est alors recreusé, probablement pour en rehausser le talus de terre adjacent qui, devenu une clôture médiane, sert également à protéger des vents d’ouest les constructions nouvellement bâties. L’enclos, ainsi constitué, s’appuie également sur un massif de gneiss relativement imposant, qui barre sur une distance d’environ 55 m sa façade sud, pour laquelle il n’a donc pas été nécessaire d’édifier de limite artificielle.

74Deux emplacements probables de bâtiments, signalés par des concentrations de trous de poteaux sans réelle association discernable, ont pu être identifiés dans cet espace nouvellement clôturé. À l’ouest de cet enclos, un autre bâtiment, implanté sur les remblais de la mare alors comblée, est protégé du côté des vents dominants par une limite de type 5 (fig. 31), caractéristique de cette phase. De plan trapézoïdal, cette construction a une superficie qui peut être évaluée à 16,5 m2, si l’on en juge par l’alignement des trous de poteaux (fig. 50).

75Malgré l’aspect fondamentalement différent de la technique de clôture employée, il est probable qu’une palissade à poteaux jointifs soit venue, au cours de cette phase, délimiter au sud cet espace nouvellement colonisé. On notera également qu’une porte, localisée immédiatement à l’est du bâtiment et qui permettait autrefois d’accéder à la mare, a été élargie grâce à un rebouchage partiel du fossé à l’aide de pierres (fig. 34, plan de détail no 11). La largeur de l’entrée, ainsi portée à plus de 3 m, devait désormais permettre l’accès des véhicules. La présence d’une interruption dans les fossés, à l’extrême est de la ferme, témoigne quant à elle de la probable existence d’une nouvelle voie vers les terres situées en contrebas de l’exploitation agricole, en direction de la Rance.

76Il est probable que l’occupation de l’espace le plus au nord, matérialisée par le creusement de quelques trous de poteaux dans un substrat préalablement rectifié par une extraction de la roche, débute durant cette phase. Pourraient en témoigner quelques tessons de céramiques (pl. 30, 199.45, 199.85 ; pl. 31, 199.152) ou une grande fibule en fer (pl. 34, 199 M 15). La présence d’une construction quadrangulaire (fig. 68II) est vraisemblable. La nature de l’occupation est impossible à déterminer, malgré la présence ultérieure à cet endroit de multiples fragments de statuettes, témoignage probable d’une activité cultuelle. On notera toutefois la position privilégiée de ce secteur au débouché d’un des chemins d’accès et à l’extrémité de la ligne de crête du plateau, ce qui devait lui assurer une vue très large sur la rivière.

77L’absence d’entretien de l’enclos funéraire et de l’édicule voisin, et par conséquent leur disparition progressive du paysage au cours de cette phase est tout à fait probable. Cette marque de désintérêt, mise en évidence par la nécessaire disparition de ce tertre et de l’édifice associé avant le début de la phase suivante, peut paraître surprenante pour des structures supposées aussi importantes. Il est nécessaire de se rappeler que leur perduration, probable depuis le vie ou, au plus tard, le ve s. av. J.‑C., soit environ trois siècles, est déjà étonnante pour des constructions de terre ou de bois. L’arasement d’un calvaire du xve au cours du xviiie s. ap. J.‑C. ne paraîtrait pas, en soi, aberrante.

4.4.5 Phase IV : milieu du iie s. – fin du ier s. av. J.‑C. fig. 163

78Cette phase est marquée par une nouvelle extension de la ferme vers l’ouest, grâce au prolongement sur une trentaine de mètres d’une palissade à poteaux jointifs partiellement édifiée au cours de la phase précédente. Au cœur de cet enclos, agrandi grâce à l’arasement du talus qui le limitait autrefois à l’ouest et dont la limite nord‑est est désormais constituée par la bordure du massif de gneiss, trois nouvelles constructions sont implantées. Deux d’entre elles ne sont marquées que par des concentrations de trous de poteaux à l’intérieur desquelles des associations sont difficilement discernables (fig. 48). Quant à la troisième construction, dont la façade ouest est marquée par un alignement très net de sept trous de poteaux, les fondations de sa façade est doivent probablement être recherchées au cœur des remblais d’un ancien fossé alors comblé (fig. 49).

FIG. 163 – Plan de la phase IV.

VT del./FMSH d’ap. YM/MC

79Nous avons interprété quatre fosses de formes et de comblements identiques, et qui dessinent de surcroît un alignement remarquable et parallèle au bâtiment adjacent, comme les ultimes traces de plantation d’arbres. Si tel était le cas, ce serait les premières traces, hormis les haies vives identifiées dès la fondation de la ferme, d’une réelle arboriculture pratiquée sur le site à La Tène finale.

80L’enclos de l’habitat primitif, localisé immédiatement au nord de cet espace, paraît bien avoir été déserté au cours de cette phase. En effet, pratiquement aucun tesson datable de La Tène finale n’a pu être identifié dans les nombreuses structures, riches en mobilier, qui ont pu y être fouillées. Plutôt qu’un strict abandon, nous suggérons la colonisation de cette partie du site par un jardin. Un passage, matérialisé par un remblai partiel du fossé à l’aide des terres soutenues par des murs de pierres (fig. 28), permettait l’accès à l’enclos situé immédiatement au nord. L’existence d’arbres à l’intérieur de ce jardin présumé est, si l’on en juge par deux fosses interprétées comme les traces laissées par l’extraction de souches (fig. 63), vraisemblable.

81C’est également durant cette phase, et peut‑être plus précisément à l’extrême fin du IIe s. ou au début du ier s. av. J.‑C., que doit être situé l’arasement de l’ancien édifice et la construction de deux autres au cœur de l’enclos où seront rejetés, plus tard, des fragments de statuettes. Si l’on suit nos hypothèses, précédemment énoncées, d’un bâtiment de plan rectangulaire fondé sur sablières basses (fig. 68), il avait une superficie d’environ 31 m2. Nous considérons le deuxième, localisé immédiatement à l’est (fig. 71), comme un simple auvent supporté par quatre poteaux. Situé en face d’un des accès à cet espace, il recouvrait partiellement deux fosses (fig. 72‑73). De par les orientations relevées, c’est probablement au même moment qu’il faut situer l’implantation de trois poteaux sur la façade ouest de l’enclos, à la perpendiculaire de l’extrémité du fossé sud.

82La seule modification qui affecte les autres parties de l’exploitation agricole est d’ordre structurel. En effet, les anciennes clôtures de type 5 (fig. 31), constituées d’un talus de terre surmonté de claies, sont arasées et remplacées par des palissades à poteaux jointifs implantées au cœur des fossés adjacents. Progressivement effectuée entre le milieu du iie s. et le début du ier s. av. J.‑C., cette mutation permet de porter à environ 6 000 m2 la superficie utile et clôturée de la ferme du Boisanne, soit plus de six fois la surface de l’exploitation primitive de la fin du premier âge du Fer.

83On notera également l’abandon du souterrain, caractéristique de la désuétude de ce type de structure généralisée en Armorique vers le début de La Tène finale, ainsi que l’agrandissement vraisemblable du bâtiment localisé près du puits d’accès alors comblé. En effet, l’arasement du talus de terre a probablement permis, grâce au gain d’espace réalisé et à la présence à proximité d’une palissade à poteaux jointifs (fig. 53) d’augmenter la surface au sol de cette construction.

84Les structures localisées à la périphérie de l’exploitation agricole ne connaissent pas de modifications notables hormis le creusement de fossés de drainage systématiquement effectué le long de tous les chemins. En témoigne l’arrêt de deux de ces structures à hauteur de l’accès pratiqué dans la palissade nouvellement implantée à l’ouest de la ferme. On notera par ailleurs que l’exploitation probable en carrière du massif de gneiss qui bordait cet enclos a permis un léger déplacement vers le nord du chemin matérialisé par ces deux fossés parallèles. Ainsi s’expliquent à la fois le passage de la voie sur l’édicule alors arasé et le recouvrement par l’une de ces structures de drainage de l’enclos funéraire dont l’emplacement devait être, à cette époque, mal localisé. L’existence de petits talus de terre surmontés de haies vives le long de ces fossés, relativement profonds et dont le creusement a permis d’obtenir les terres nécessaires à l’édification des talus, est tout à fait vraisemblable (fig. 80). Ces structures parcellaires, qui constituent l’armature du paysage, sont complétées par de rares limites de parcelles édifiées de la même manière mais qui sont, cette fois, perpendiculaires aux chemins. La présence d’une barrière, dont l’axe était ancré dans un trou de poteau (fig. 76, 78), permet de restituer de vastes champs intégralement clôturés.

85Cette vision du paysage peut être complétée par les analyses effectuées sur plusieurs échantillons prélevés dans des contextes attribuables à ces phases tardives de l’habitat. Toutes témoignent d’un milieu largement ouvert (analyses palynologiques, pal. 4, opposé aux échantillons attribués à des dates plus anciennes, pal. 1 et pal. 2, fig. 131), avec un recul très net de la lande, marqué par une diminution des pollens d’éricacées et qui s’est effectué, avant tout, au bénéfice de la prairie (augmentation en nombre comme en diversité des pollens d’herbacées). Ce n’est probablement pas un hasard si le taux de pollens d’éricacées le plus élevé est détecté dans la mare, à proximité immédiate d’un des massifs rocheux. C’est en effet probablement sur ces affleurements que les landes se sont maintenues le plus longtemps. De même, la présence, malgré tout non négligeable, des pollens d’arbres, en nombre comme en diversité, dans un prélèvement effectué dans un des fossés de drainage de chemin (fig. 81, pal. 4), témoigne, selon toute probabilité, des haies qui surmontaient les talus limitrophes. Elle est par ailleurs confirmée par l’analyse des charbons de bois prélevés dans un fossé de limite parcellaire (analyses anthracologiques, fig. 133, fossé 174), qui a mis en évidence des espèces nombreuses, variées et caractéristiques, pour certaines, du milieu ouvert que constitue une haie vive : chênes caducifoliés ayant poussé en milieu ouvert, noisetier, bouleau, aulne et érable champêtre. Soulignons également la nette augmentation des pollens de céréales dans le prélèvement le plus éloigné de l’habitat (Fig. 131, pal. 4) qui témoigne, pour cette phase tardive, de la présence de champs cultivés à une centaine de mètres de la ferme.

86La vision du paysage qui prédomine pour La Tène finale est donc celle d’un milieu encore largement ouvert, avec des prairies aux alentours immédiats des espaces clôturés et des champs cultivés rejetés un petit peu plus loin de la ferme. Seuls des lambeaux de landes doivent subsister sur les massifs de gneiss impropres à toute culture. Il semble bien cependant que des limites parcellaires, constituées par des petits talus plantés de haies, se mettent progressivement en place d’abord le long des chemins puis, si l’on en juge par un unique petit fossé retrouvé (fig. 76), perpendiculairement à ces premiers axes. L’absence de champs clôturés pour les phases anciennes de l’habitat présuppose vraisemblablement que les cultures, notamment les céréales, aient été jusqu’alors protégées du bétail par des systèmes plus souples, probablement des barrières de claies temporairement édifiées sur l’espace ouvert. De tels systèmes sont en effet couramment rencontrés dans les régions à dominante pastorale, notamment à l’époque médiévale.

87Le piégeage d’un nombre conséquent de mobilier, lors de la mise en place des palissades à poteaux jointifs caractéristiques de cette phase, nous permet d’avoir une idée plus précise des activités pratiquées au iie ou au début du ier s. av. J.‑C. dans la ferme. L’élevage, ou plutôt la consommation des viandes vraisemblablement issues pour la majeure partie de cet élevage, est matérialisé par 1 371 ossements dont l’étude permet, le cas n’est pas si fréquent en Bretagne, une étude statistique. Malgré les problèmes de conservation différentielle, S. Krausz a pu déterminer que le Bœuf semble, pour cette période, constituer l’espèce majoritairement consommée et, sans doute, la base de l’élevage du site. Soulignons que cette prédominance correspond assez bien avec la prépondérance des prairies autour de la ferme, mise en évidence par les analyses palynologiques. Elle semble de plus constituer l’une des caractéristiques des « fermes indigènes » en Picardie, pour lesquelles l’abondance des restes de grands ruminants semble s’opposer au caractère majoritaire du Porc constaté sur les sites plus vastes que constituent les habitats groupés (Meniel 1989c).

88Signalons toutefois que le Porc comme les Ovicaprinés sont présents en des pourcentages non négligeables (entre 4 et 33 % du Nombre Minimal d’Individus), quoique inférieurs à ceux du Bœuf (entre 40 et 66 % du NM1) dans les ensembles de restes osseux mis au jour au Boisanne. Ces deux espèces devaient également constituer l’une des bases de l’alimentation carnée des habitants de la ferme. Les ossements de chiens sont également assez nombreux, plus que ceux de chevaux qui, vraisemblablement, n’ont pas été tous consommés.

89Un des phénomènes étonnants mis en évidence par l’analyse ostéologique est la relative abondance des ossements de cerfs (entre 6 et 9 % du NMI dans certains contextes). Elle contraste en effet avec la grande rareté des espèces sauvages généralement constatée dans les habitats de l’âge du Fer. Des trois hypothèses formulées par S. Krausz à partir des travaux d’A. Grant (1981), deux nous semblent devoir être rejetées.

90La première est celle d’une chasse pratiquée sur un animal nuisible et destinée à éviter qu’il ne s’attaque aux cultures. Le caractère très ouvert de l’environnement de la ferme, confirmé tant par les analyses palynologiques que la micromorphologie ou l’anthracologie, rend l’existence de forêts à proximité du site peu probable. De plus, une chasse aux animaux nuisibles pour cette exploitation qui, rappelons‑le, devait pratiquer majoritairement l’élevage, aurait dû se consacrer surtout aux carnivores, plus susceptibles de s’attaquer aux grands ruminants. Il nous semble donc que c’est l’homme qui s’est déplacé vers le milieu privilégié de l’animal, en l’occurrence les bois ou, pour le moins, les lisières forestières.

91La deuxième hypothèse à avoir été formulée est celle d’une chasse pratiquée pour compenser une déficience de l’agriculture ou de l’élevage et tenter, grâce à l’apport de gibier, de pallier certaines carences alimentaires. La première objection que l’on pourrait faire est que l’on comprend mal qu’une chasse, pratiquée pour la subsistance du groupe humain, se soit limitée à une seule espèce, de surcroît probablement peu fréquente aux alentours immédiats du site. Les lièvres devaient être plus nombreux dans les landes ou les prairies avoisinantes. La deuxième objection est qu’il est difficile d’imaginer, surtout à cette période, une déficience de l’élevage au moment où l’exploitation agricole, dont l’activité semble bien être à dominante pastorale, ressent un besoin d’étendre son infrastructure, espaces clôturés et bâtiments.

92Seule la troisième hypothèse formulée nous semble donc être susceptible de satisfaire à l’ensemble des informations recueillies lors de l’analyse de cette phase : celle d’une chasse pratiquée comme un sport.

93Les témoignages d’une exploitation des ressources marines, ou plus probablement de l’estuaire de La Rance, sont essentiellement constitués par d’importants rejets de coquilles, de patelles ou de moules pour la majorité, qui ont été retrouvés dans les fossés. Ces mollusques, très certainement prélevés sur les rochers qui bordent la rivière, devaient permettre de varier la nourriture. Les quantités retrouvées ponctuellement entassées, et l’absence apparente de mélange entre les espèces, nous font penser, sans certitude, à des préparations culinaires spécifiques, peut‑être une mise en conserve. Il faudrait également ajouter la consommation, attestée par les traces de découpe, d’au moins un mammifère marin, probablement un marsouin ou un dauphin de 3 à 4 m de long. Il peut s’agir d’un animal pêché en mer, voire dans l’estuaire de La Rance, ou d’une bête échouée sur une plage voisine.

94Hormis ces activités de chasse, de pêche ou d’élevage, nous disposons également de rares informations sur l’artisanat. Si aucune trace d’activité liée au textile n’a pu, pour ces phases tardives, être identifiée, la présence d’un creuset de bronzier et d’une scorie de fer témoigne d’un travail, probablement épisodique, du métal. Ces vestiges sont en effet, malgré les phénomènes de conservation différentielle, bien trop maigres pour suggérer l’existence d’ateliers structurés sur le site même. Il nous semble qu’ils résultent plutôt de la visite ponctuelle d’artisans itinérants. Cette relative rareté des déchets métallurgiques doit peut‑être être mise en relation avec la proximité de l’éperon barré d’Alet (Ille‑et‑Vilaine), pour lequel une activité de ce type a pu être mise en évidence pour les phases tardives de La Tène (Langouët et al. 1990). Il était peut‑être plus aisé d’acheminer, par l’intermédiaire de La Rance et sur une distance d’environ 15 km, les objets métalliques nécessaires plutôt que d’entretenir et de loger un ou plusieurs artisans spécialisés à demeure, dans une exploitation principalement tournée vers l’agriculture et l’élevage.

95La consommation du vin est probablement attestée dès le iie s. av. J.‑C. sur le site du Boisanne par un probable fragment d’amphore gréco‑italique ancienne identifié par P. Galliou (pl. 17, 115.21). L’indication fournie par ce modeste tesson semble renforcée par la découverte d’une petite olpé en céramique grise ampuritaine (pl. 16, 115.17) dont la fabrication est également attribuable à une date antérieure au milieu du iie s. av. J.‑C. Ces importations en provenance du pourtour méditerranéen témoignent de contacts économiques certes modestes, probablement ponctuels, mais apparemment précoces pour la péninsule Armoricaine où la plupart des sites n’ont jusqu’ici livré que des amphores datables du ier s. av. J.‑C. (Galliou 1990).

96Si ces indices d’une consommation de vin sur le site semblent augmenter au cours des phases tardives de La Tène (79 fragments d’amphores Dressel la ou Dressel 1b), il est difficile d’estimer dans quelles proportions. En effet, le fait que la plupart de ces tessons aient été enfouis lors de remaniements ponctuels de palissades à poteaux jointifs rend difficile toute évaluation du nombre d’amphores importées à cette époque sur le site, dont seul le minimum (5) est connu.

97On notera que ce relatif essor des échanges est confirmé par la mise au jour d’un fragment de bracelet en verre (pl. 6, 84.1) d’origine indéterminée mais vraisemblablement non locale, ainsi que de trois bracelets et d’une coupelle en lignite, matériau dont les gisements les plus proches sont situés Outre‑Manche, dans les falaises de Kimmeridge dans le Dorset (Grande‑Bretagne). Les échanges à plus courte distance, qui étaient sans aucun doute les plus fréquents, ont pu être mis en évidence principalement par l’analyse des matériaux des céramiques qui ont prouvé, pour les phases tardives du site, l’acquisition de poteries provenant de la région de Trégomar près de Lamballe (Côtes‑d’Armor), localisée à une distance d’environ 35 km du site.

98Il est difficile de savoir si l’unique meule à grains (pl. 9, 93.11) rejetée dans le puits d’accès du souterrain vers le milieu du iie s. av. J.‑C., et par conséquent attribuable à ces phases tardives, doit être considérée comme une importation à courte ou moyenne distance. En effet, si l’hypothèse d’un artisanat spécialisé est vraisemblable, celle d’une fabrication sur le site même à partir d’un bloc de granite prélevé à quelques kilomètres de là n’est pas aberrante. Toujours est‑il que cette partie dormante de meule témoigne d’un bouleversement apporté à une technique domestique dès le début du iie s. av. J.‑C., avec l’abandon de la mouture par va‑et‑vient, pratiquée depuis le Néolithique, pour celle, bien plus rapide, obtenue par rotation.

99La vision fournie par ce mobilier attribuable aux phases tardives de La Tène est celle d’une relative aisance, soulignée par l’abondance des céramiques ornées, enduites de graphite, voire d’hématite, et la présence de quelques importations probablement onéreuses. Malgré tout, il semble bien que le niveau économique de cette exploitation agricole, pour autant que l’on puisse en juger par les rares informations fournies par l’analyse archéologique de ces sites arasés, ne diffère pas fondamentalement de celui de la plupart des habitats enclos qui ont pu être étudiés en Bretagne, et notamment de ceux de Quimper/Le Braden I et II (Finistère) (Le Bihan 1984 ; Le Bihan et al. 1987 ; 1990). Cet aspect de « banalité » est renforcé par la superficie enclose de la ferme du Boisanne à La Tène finale (environ 6 000 m2), très habituelle dans le corpus des habitats de ce type détectés par photographie aérienne ou fouillés en Armorique. Seul le fait qu’elle résulte, dans le cas du Boisanne, d’agrandissements successifs étalés sur environ six siècles pourrait paraître, dans une certaine mesure, original.

100Les phases ultimes de cette évolution de l’habitat (fig. 164, 165), attribuables au ier s. av. J.‑C. sont marquées par l’arasement d’un des bâtiments les plus vastes édifié au début de la phase IV (fig. 49), et la mise en place dans cet enclos localisé dans la partie ouest du site de petites clôtures internes, probablement des haies vives. Il est probable que cette modification ponctuelle a permis d’isoler un petit bâtiment édifié sur la partie nord du comblement de la mare. L’absence de fouille des remblais dans cette partie du site, et ce malgré la présence de trous de poteaux à leur périphérie, rend toute hypothèse sur le plan de cette construction très aléatoire.

FIG. 164 – Plan de la phase IV tardive.

VT del./FMSH d’ap. YM/MC

FIG. 165 – Restitution graphique de la phase IV tardive.

YM de/./MC

101Après ces ultimes remaniements, l’exploitation agricole proprement dite est abandonnée avant la fin du ier s. av. J.‑C. Cette désertion, dont l’archéologie est impuissante à restituer le caractère brutal ou progressif, a pu prendre la forme d’une destruction violente, d’une récupération des matériaux utilisables, voire d’un pourrissement des clôtures et des édifices in situ. De ces trois hypothèses, aucune ne peut être, à partir d’une analyse strictement limitée au sous‑sol, privilégiée. Quant aux terres avoisinantes, leur abandon est peut‑être marqué, sur le sommet du plateau, par l’absence de tout tesson postérieur à la seconde moitié du ier s. av. J.‑C. dans les fossés de drainage des chemins qui permettaient jusqu’ici l’accès à la ferme. Sans témoigner de la désuétude totale de ces chemins, elle marque néanmoins le manque d’entretien de ces fossés et donc, à terme, la dégradation de ces axes de circulation. Le progressif abandon de ces terres, que souligne la désertion de l’exploitation agricole laténienne, trouve peut‑être son origine dans une dégradation des sols. En effet, l’analyse micromorphologique de prélèvements effectués dans un fossé tardif (mic. 7 et mic. 8, fig. 136) a prouvé, pour La Tène finale, une dégradation assez nette par l’érosion du profil pédologique originel. Sans préjuger de la raison exacte pour laquelle la ferme laténienne du Boisanne a été abandonnée, il est néanmoins probable que cette détérioration des sols lœssiques, certainement avivée par le piétinement du bétail sur ce sommet de plateau, a participé à cette décision.

4.4.6 Phase V : fin du ier s. av. J. ‑ C. – début du iie s. ap. J.‑C.

102Si l’habitat est effectivement déserté dans le courant de la seconde moitié du ier s. av. J.‑C., il est intéressant de noter la perduration certaine de l’occupation sur une superficie limitée jusqu’au début du iie s. ap. J.‑C. Cette continuité est matérialisée par l’édification, vers le milieu du ier s. ap. J.‑C., d’un bâtiment à colonnes de briques et toiture réalisée en tegulae et imbrices. Si le plan proposé pour cette construction (fig. 68) reste aléatoire, l’identification d’un lieu de culte est, quant à elle, probable. En témoignent en effet les fragments d’au moins 70 statuettes en terre blanche, représentants ultimes des très nombreux ex‑voto qui se sont succédé dans cette petite chapelle rurale.

103La similitude entre le mobilier retrouvé dans les lambeaux de sols d’occupation rattachés à cet édifice et celui mis au jour sur les sanctuaires de La Guyomerais à Châtillon‑sur‑Seiche (Ille‑et‑Vilaine) (Provost 1990) ou de Saint‑Jacut‑de‑la‑Mer/Île des Haches (Côtes‑d’Armor) est frappante. Or, ces deux derniers sites paraissent bien devoir être rattachés à des habitats localisés à proximité immédiate et dont ils devaient dépendre ; le cas est patent pour la villa de Châtillon‑sur‑Seiche, et demeure possible pour le probable habitat d’époque romaine de l’île des Ebihens (Langouët 1989). Il nous semble donc tout à fait vraisemblable d’envisager l’ultime sanctuaire identifié sur le plateau du Boisanne non comme un sanctuaire isolé, qui aurait survécu à la désertion de l’habitat du second âge du Fer, mais comme la « chapelle domestique » d’un habitat proche, dont l’emplacement est vraisemblablement marqué aujourd’hui par un vaste épandage de tuiles, localisé à environ 300 m en contrebas du site (Langouët et al. 1982 ; 1976) (fig. 166). Actuellement inaccessibles à la fouille car localisés sous le hameau actuel du Boisanne, ces vestiges, si l’on en juge par l’ampleur de la zone couverte par les tessons de céramique, de tuiles, de pilettes d’hypocauste ou encore la présence de dalles dans les labours, correspondent probablement à une villa et pourraient en fait avoir constitué le prolongement dans le temps de l’établissement laténien. Cette hypothèse d’un simple déplacement de site qui aurait affecté, vers la fin du ier s. av. J.‑C., l’exploitation agricole du Boisanne est difficile à prouver. Elle paraît cependant la plus conforme aux traces archéologiques attestées.

FIG. 166 – Environnement immédiat du site. 1 enclos fossoyé, habitat de l’âge du Fer présumé ; 2 murs et fossés détectés par photographie aérienne et présumés d’époque gallo‑romaine ; 3 épandage de tuiles ou de tessons gallo‑romains.

YM del./MC

104Les mesures archéomagnétiques effectuées sur les tuiles et briques de l’édifice du Boisanne (Goulpeau 1992) ont permis de démontrer une destruction par le feu de cette construction d’époque romaine. Le mobilier céramique permet d’attribuer cet incendie aux premières décennies du iie s. ap. J.‑C. Il est probable que la reconstruction de cet édifice, si elle a eu lieu, s’est cette fois effectuée à proximité immédiate de la probable villa, à quelques centaines de mètres au nord du sanctuaire initial.

4.4.7 Phase VI : iie et iiie s. ap. J.‑C.

105A une date qu’il faut probablement situer quelques décennies après l’abandon du sanctuaire, si l’on en juge par l’usure des quelques éléments issus des ruines (fragments de statuette, de tuiles ou de briques) qui ont été retrouvés en remblai dans l’une de ces excavations, une exploitation en carrières des massifs de gneiss est instaurée. Relativement importante de par l’ampleur des nombreuses cavités attribuées à l’époque gallo‑romaine, cette extraction de la roche ne se contentait plus comme à l’âge du Fer d’une attaque superficielle. Des fronts de taille successifs (fig. 86) permettaient en fait d’atteindre un matériau relativement fin, quoique diaclasé, à une profondeur située à environ 2 m sous les sols actuels. Les déchets de taille rejetés au fond de ces excavations témoignent de la confection de moellons régularisés sur le site même. Il est vraisemblable que les matériaux de construction ainsi préparés dépassaient, par leur volume, les stricts besoins de la probable villa gallo‑romaine localisée sous le hameau actuel du Boisanne. Il faut plutôt envisager ces carrières comme une source de profits pour cette exploitation agricole, grâce à l’exportation des moellons ainsi préparés, facilitée par la proximité de la Rance, pour l’édification des nombreux édifices des iie et iiie s. ap. J.‑C. qui ont été identifiés par la prospection en bordure de la rivière (Langouët 1988).

106Ce type d’exploitation sera renouvelé, avec une ampleur accrue, à l’époque moderne, et aboutira à la totale disparition des massifs rocheux qui ont probablement donné, jusqu’au xviiie s., leur caractère et leur nom au sommet du plateau du Boisanne.

4.5 Faut‑il parler du terroir ?

107Il paraîtrait logique, à l’issue de cette synthèse assez brève des données acquises sur le site même, d’élargir quelque peu le champ de vision et de tenter d’appréhender les terres qu’était susceptible d’exploiter ou de contrôler la ferme du Boisanne. Il faut bien dire cependant que toute tentative de restitution de ce finage nous paraît d’avance vouée à l’échec. Elle ne pourrait en effet s’appuyer que sur des a. priori de logique de répartition de l’espace appliquée à l’étude d’une carte topographique de ce secteur (fig. 166). Or, s’il est aisé de définir des territoires homogènes et étendus à l’ensemble du plateau du Boisanne (superficie d’environ 200 ha) ou seulement à la partie est de celui‑ci, limitée par un petit ruisseau orienté nord‑sud (superficie d’environ 100 ha), il est bien plus délicat d’affirmer que l’espace ainsi restitué correspond effectivement aux terres exploitées par l’établissement laténien.

108Une deuxième approche, qui ne tient pas compte cette fois des réalités topographiques du site, est celle des polygones de Thyssen, où les surfaces délimitées par les médianes tracées entre des habitats a priori contemporains sont supposées restituer leurs aires d’influence respectives. Pour satisfaisante qu’elle paraisse être dans l’abstraction, cette méthode nous paraît inadaptée à l’étude d’un terroir pour lequel on ne dispose que d’informations extrêmement lacunaires. En supposant même, et ce n’est pas démontré, que les enclos détectés par photographie aérienne aux environs de la fouille (fig. 166) sont tous attribuables à l’âge du Fer et correspondent tous à des habitats, de surcroît strictement contemporains, rien ne prouve que tel ou tel de ces enclos ne constitue pas les traces d’une simple dépendance de la ferme du Boisanne, et n’est donc en rien susceptible de représenter le noyau d’un autre finage.

109Il est de plus évident que, malgré la qualité de la prospection menée depuis de nombreuses années dans ce secteur par le Centre régional archéologique d’Alet, ces enclos ne constituent fort probablement qu’une faible partie des traces protohistoriques effectivement enfouies. Rappelons à cet égard que, malgré une prospection au sol systématique en période de labours, des survols aériens et une campagne de sondages, le site même du Boisanne était inconnu avant la fouille. Et quand bien même la localisation des vestiges enfouis serait parfaitement connue, nous nous refuserions à tenter une modélisation du territoire à une échelle aussi faible, où les passions humaines, les convoitises, les aléas liés à la possession des terres et à leur mise en valeur ont certainement prédominé sur les schémas trop réducteurs que l’on serait tenté de restituer. La réalité de la propriété du sol nous paraît à la fois trop soumise aux variations et trop peu susceptible de laisser des traces matérielles convaincantes pour relever du domaine de l’archéologie.

110Il faut donc se contenter de noter la direction privilégiée est‑ouest adoptée par les chemins desservant la ferme qui pourrait témoigner d’un finage étendu de manière perpendiculaire à La Rance, ce qui devait lui assurer des potentialités naturelles variées. On peut également signaler la présence extrêmement probable du premier gué sur la rivière à moins de 1 km au nord de l’exploitation agricole (fig. 166). Cet axe de circulation, qui a vraisemblablement justifié la mise en place durant le haut Moyen Age de l’enceinte terroyée de l’anse des Vigneux (fig. 155) au cœur des herbus, n’était très certainement utilisable qu’à marée basse et correspond tout à fait à ces chemins de terre coupés à marée haute par des baies que décrit César (III.9) en Armorique pendant la guerre des Gaules. L’accessibilité de ce cheminement, qui ne peut être emprunté aujourd’hui qu’avec de multiples précautions aux marées de très forte amplitude, devait être facilitée à l’âge du Fer par l’oscillation marine négative d’environ 2 m (Giot 1990a).

4.6 Le pays de Rance durant l’âge du Fer et l’époque romaine

111À l’issue de ce constat d’impuissance à restituer la mise en place progressive d’un finage sur le plateau du Boisanne, nous avons tenté d’examiner les données archéologiques de manière encore plus globale, à l’échelle d’un territoire localisé à une distance inférieure à une vingtaine de kilomètres de part et d’autre de La Rance navigable. Deux cartes ont été dressées à partir des données recueillies jusqu’en 1988 par le Centre régional archéologique d’Alet, tant à l’issue de prospections aériennes sans cesse renouvelées qu’à partir de prospections au sol systématiques (Langouët 1988). La première (fig. 167) dresse l’état des connaissances pour l’âge du Fer et mentionne aussi bien les habitats probables, généralement des enclos fossoyés détectés lors de survols aériens, que des briquetages (sites localisés dans les marais de Dol) ou les sanctuaires connus. Le temple du Haut Bécherel, édifice cultuel majeur de la cité gallo‑romaine des Coriosolites, paraît susceptible de remonter à la période protohistorique. On ne peut cependant en être sûr, et ce malgré la présence d’urnes datables de La Tène ancienne à proximité immédiate. Les retranchements, généralement des éperons barrés, posent également problème. Pour beaucoup, l’attribution à l’âge du Fer de leur édification n’est que plausible. Seul le site d’Alet, qui a fait l’objet de fouilles d’ampleur limitée par L. Langouët (1982), a livré les témoignages d’une occupation apparemment dense et datable de la fin du second âge du Fer. Il est, à ce titre, considéré comme la capitale de la cité des Coriosolites à la fin de La Tène. Localisé sur le littoral de la Manche, cet éperon barré d’une superficie relativement limitée (12 ha) qui servait probablement de plateforme pour les échanges avec la Grande‑Bretagne, et notamment le site d’Hengistbury Head dans le Dorset (Cunliffe 1987), se situait en outre au débouché de La Rance, axe fluvial majeur de la cité.

FIG. 167 – Sites de l’âge du Fer dans le pays de Rance. 1 cimetière ; 2 habitat supposé ; 3 sanctuaire ; 4 sanctuaire possible ; 5 possibles sanctuaires du Boisanne (?) et des Haches ; 6 éperon barré densément occupé à la fin de l’âge du Fer ; 7 fortification en éperon barré.

YM del./MC

FIG. 168 – Sites gallo‑romains dans le pays de Rance. 1 voie romaine ; 2 habitat supposé ; 3 sanctuaire ; 4 possible sanctuaire domestique du Boisanne ; 5 capitale de cité.

YM del./MC

112L’intensité du trafic des matériaux pondéreux ou volumineux sur cette rivière, attestée pour les époques plus tardives entre les agglomérations de Dinan (Côtes‑d’Armor) et Saint‑Malo (Ille‑et‑Vilaine) (Boëll 1984), devait également être de règle au moins pour les phases tardives de La Tène. De la vitalité de ce commerce, qui contribuait à la richesse des populations des bords de la Rance, témoignent encore aujourd’hui de solides et riches demeures édifiées sur les terres qui dominent la ria. Il est d’autant plus surprenant de ne pas retrouver, pour l’âge du Fer, une concentration particulière d’habitats le long de la Rance (fig. 167). L’impression d’un semis de sites, parfois regroupés en quelques points des « hautes terres », prédomine.

113Pour l’époque romaine (fig. 168), le constat pourrait être identique, exception faite de la densité notablement plus forte des vestiges connus, notamment, et cela est compréhensible, autour de la capitale de la cité que constituait alors Corseul et du vicus portuaire de Taden. La mise en parallèle de ces deux cartes amène inévitablement à la conclusion d’une extension considérable de l’occupation du sol depuis la fin de l’âge du Fer. Cependant, cette différence entre les deux documents nous paraît plus résulter d’une méconnaissance générale de l’habitat protohistorique, dont les vestiges peu discernables échappent généralement à toute prospection. Les sites localisés sur les plateaux et délimités par de profonds fossés, les seuls aujourd’hui détectables lors des survols aériens et, plus rarement, grâce aux rares tessons épars dans les labours, ne devaient en effet constituer qu’une infime partie des lieux habités au cours du second âge du Fer. La multiplicité et la diversité des habitats de cette époque ne deviendront en fait perceptible que lorsque l’utilisation relativement généralisée de la tuile pour les toitures permettra, même à des sites modestes, de laisser quelques traces de leur existence après leur abandon.

114Il est bien évident que cette interprétation des données de la prospection, qui repose sur les difficultés inhérentes à cette technique appliquée à l’archéologie, ne peut être prouvée. Elle paraît toutefois cohérente avec l’extrême abondance des sites datables de La Tène finale mise en évidence en Bretagne depuis qu’une surveillance plus systématique des travaux s’est progressivement mise en place. Elle est de plus conforme à l’impression de territoire densément occupé à l’âge du Fer que fournit, pour la partie ouest de la péninsule Armoricaine, la carte de répartition des effondrements des souterrains caractéristiques de cette période. La mise en place d’un paysage humanisé, certainement amorcée depuis le Néolithique, était probablement presque achevée à la fin de La Tène.

Notes

1 Malgré de nombreux contacts pris avec des pédologues, nous n’avons pu obtenir aucune information significative sur les sols actuels du Boisanne. En effet, aucune étude précise et récente n’a été effectuée sur ce secteur des rives de la Rance.

Table des illustrations

Légende FIG. 142 – Essai de datation des différentes phases définies pour l’évolution de l’habitat.
Crédits VT del./ FMSH d’ap. YM/MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42345/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende FIG. 143 – Localisation topographique du site et aspect de la surface du sous‑sol après le décapage de la terre végétale.
Crédits PP del./AFAN d’ap. YM/MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42345/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Légende FIG. 144 – Arrêt d’un fossé au voisinage d’une carrière ; à droite extrémité sud du fossé 100 ; à gauche bord de la carrière.
Crédits cl. YM/MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42345/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Légende FIG. 145 – Vue d’un fossé creusé dans la roche ; fossé 114.
Crédits cl. YM/MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42345/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Légende FIG. 146 – Extrait de la carte de Cassini. Seuls les toponymes significatifs ont été repris
Crédits YM del./MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42345/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende FIG. 147 – Peuples pouvant faire partie de l’Armorique.
Crédits YM del./MC d’ap. Duval 1990
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42345/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende FIG. 148 – Carte de répartition des souterrains et des « cliff castles ».
Crédits Document réalisé par YM/MC d’ap. B. Cunliffe 1990b, actualisé à partir des découvertes récentes (Giot 1990).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42345/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende FIG. 149 – Répartition des stèles basses et hautes de l’âge du Fer. d’ap. P.‑R. Giot (Langouët et al. 1990a).
Crédits Document réalisé par YM/MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42345/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende FIG. 150 – Carte de répartition des céramiques estampées.
Crédits YM del./MC d’ap. Cunliffe 1990
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42345/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende FIG. 151 – Carte de répartition des céramiques graphitées.
Crédits YM del./MC d’ap. Daire 1990
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42345/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende FIG. 152 – Carte de répartition des anses à œillets.
Crédits YM del./MC d’ap. Daire 1990
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42345/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende FIG. 153 – Carte de répartition des lèvres à cannelure interne.
Crédits HM del./AFAN d’ap. Daire 1990
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42345/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende FIG. 154 – Carte géologique schématique. D’après D. Jeannette, 1972. L’étoile correspond à la localisation géographique du site. 1 granite cadomien de Bonnemain, du type classique de Vire, contenant orthose + plagioclase + microcline + quartz + biotite ; 2 métamorphose de contact ; 3 schistes séricitochloriteux ; 4 micaschistes à biotite et muscovite, alternance de bancs gneissiques et micaschisteux semblable à la rythmicité des bancs gréseux et politiques des séries briovériennes, les gneiss : alternance de lits quartzo‑feldspathiques et micacés constituant le faciès dominant sous forme de gneiss lités ou œillés souvent fortement plissés ; ils contiennent essentiellement du quartz et des feldspaths ; 5 gneiss albitique ; 6 gneiss à microcline ; 7 gneiss plaglo‑clasique ; 8 gneiss à cordiérite et sillimanite ; 9 gneiss migmatitique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42345/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 251k
Légende FIG. 155 – Vue de l’enceinte de Saint‑Suliac, au cœur des herbus qui bordent la Rance au pied du site. (cf. fig. 166).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42345/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende FIG. 156 – Mobilier néolithique mis au jour lors de la fouille du Boisanne
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42345/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende FIG. 157 – Plan de la phase I.
Crédits VT del./FMSH d’ap. YM/MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42345/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende FIG. 158 – Restitution graphique de la phase I.
Crédits YM del./MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42345/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende FIG. 159 – Plan de la phase II.
Crédits VT del./FMSH d’ap. YM/MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42345/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende FIG. 160 – Restitution graphique de la phase II.
Crédits YM del./MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42345/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Légende FIG. 161 – Plan de la phase III.
Crédits VT del./FMSH d’ap. YM/MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42345/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Légende FIG. 162 – Restitution graphique de la phase III.
Crédits YM del./MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42345/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Légende FIG. 163 – Plan de la phase IV.
Crédits VT del./FMSH d’ap. YM/MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42345/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende FIG. 164 – Plan de la phase IV tardive.
Crédits VT del./FMSH d’ap. YM/MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42345/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende FIG. 165 – Restitution graphique de la phase IV tardive.
Crédits YM de/./MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42345/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Légende FIG. 166 – Environnement immédiat du site. 1 enclos fossoyé, habitat de l’âge du Fer présumé ; 2 murs et fossés détectés par photographie aérienne et présumés d’époque gallo‑romaine ; 3 épandage de tuiles ou de tessons gallo‑romains.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42345/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 258k
Légende FIG. 167 – Sites de l’âge du Fer dans le pays de Rance. 1 cimetière ; 2 habitat supposé ; 3 sanctuaire ; 4 sanctuaire possible ; 5 possibles sanctuaires du Boisanne (?) et des Haches ; 6 éperon barré densément occupé à la fin de l’âge du Fer ; 7 fortification en éperon barré.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42345/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende FIG. 168 – Sites gallo‑romains dans le pays de Rance. 1 voie romaine ; 2 habitat supposé ; 3 sanctuaire ; 4 possible sanctuaire domestique du Boisanne ; 5 capitale de cité.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42345/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 145k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search