Version classiqueVersion mobile

Une ferme de l’Armorique gauloise

 | 
Yves Menez

Chapitre 2. Les structures

Patrick Galliou

Résumé

En l’absence d’ensembles homogènes et clairement stratifiés, il a été décidé de dissocier l’analyse du mobilier de celle des structures mises au jour. Cette dernière comprend successivement, pour l’habitat proprement dit, la présentation des fossés ou tranchées délimitant les différents enclos, suivie de celle des trous de poteaux, mare ou souterrain. L’étude de l’environnement prend en compte des chemins et un enclos funéraire contemporains de la ferme, des carrières gallo‑romaines ainsi qu’une zone qui a livré de très nombreux fragments de statuettes en terre cuite. Ces vestiges de vénus ou de déesses‑mères, probables ex‑voto, permettent de poser l’hypothèse d’un modeste sanctuaire presque totalement arasé.

Texte intégral

2.1 Description générale

1A l’issue de l’étude de plus de 11 000 m2, le site se présente sous la forme d’un vaste complexe de fossés, de fosses et de trous de poteaux creusés dans le substrat (fig. 11).

2Quatre ensembles se distinguent nettement :
– un enchevêtrement particulièrement complexe de structures, localisé dans la moitié est du site et qui correspond à l’habitat proprement dit ; pour les commodités de l’étude, nous avons extrait de ce premier ensemble un secteur localisé à l’extérieur de faire délimitée par les fossés ; situé à l’extrémité nord du site, cet espace peut correspondre en effet à un lieu de culte et nécessitait une analyse particulière ;
– un enclos carré, à l’extrémité ouest de la fouille, qui correspond à une structure funéraire ;
– un réseau de fossés parallèles deux à deux, distants d’environ 7 à 8 m, localisés dans la moitié ouest du site et qui correspondent à des chemins protohistoriques ;
– deux groupements de vastes excavations qui correspondent à des carrières gallo‑romaines ou modernes.

3Ces lieux de morphologie et de fonction très différentes seront analysés successivement.

FIG. 11 – Plan général de la fouille.

YM del./MC

2.2 L’habitat

2.2.1 Les fossés

2.2.1.1 Principales caractéristiques

4Ce qui frappe avant tout lorsque l’on observe pour la première fois cet habitat (fig. 12), c’est la complexité du réseau de fossés. Il paraît évident, avant même toute opération de fouille, que ces fossés ne peuvent être tous contemporains, et que seule une histoire assez longue pourrait expliquer le plan de cet établissement. La première tâche est de restituer cette évolution. Les sections pratiquées dans les fossés ont mis en évidence une extrême variété tant dans les profils que dans la nature des comblements. L’interprétation de tels phénomènes repose sur plusieurs éléments, dont le premier est le bon sens. En effet, l’expérience des archéologues qui ont été confrontés à ce type de site (Le Bihan 1988 ; Provost 1990), ainsi que la simple observation de phénomènes contemporains, nous conduisent à distinguer deux catégories dans les excavations qui, une fois vidées, apparaissent toujours à l’issue de la fouille comme des fossés. Elles sont par conséquent fréquemment décrites comme telles, sans toujours tenir compte de leur fonction dans l’Antiquité. Or, ces excavations ont pu être creusées pour des finalités différentes.

FIG. 12 – Plan général de l’habitat.

YM del./MC

Les fossés « ouverts »

5Certaines excavations ont effectivement fonctionné « ouvertes » et apparaissaient sous la forme de fossés généralement bordés d’un talus issu des déblais extraits lors de leur creusement. Elles se caractérisent par les traces de phénomènes naturels d’érosion à l’air libre. Cet aspect a été étudié dans le cadre de travaux d’archéologie expérimentale par P. Reynolds sur le site de Butser Hill en Grande‑Bretagne, dont le substrat est constitué de craie (Reynolds 1982). Il a pu observer une érosion, concentrée pour l’essentiel dans la partie sommitale de la paroi du fossé, non protégée par le talus de terre et localisée immédiatement sous la couche de terre végétale (fig. 13) ; elle se traduit par l’effondrement successif, au fil des gels et des dégels, de fragments de craie dans le fond du fossé. Ce phénomène, très accentué les premières années, s’atténue au fil du temps, la végétation et la plus faible profondeur du fossé, progressivement comblé, diminuant l’action de l’érosion. On peut noter de plus que tout nettoyage du fossé, avec évacuation des sédiments accumulés, ravive immédiatement le processus et provoque de nouveaux éboulements. La fouille d’un site de l’âge du Fer sur la commune d’Hennebont (Morbihan) nous a permis d’observer, sur un substrat d’arène granitique et de roche diaclasée cette fois, une stratigraphie résultant de phénomènes d’érosion analogues, avec un profil dissymétrique du fossé et une couche d’arène éboulée qui tapissait, sur une épaisseur de plus de 50 cm, le fond de la structure. Une simple observation de l’action de trois hivers sur ce site a conforté cette analyse, les phénomènes d’érosion ayant été bien évidemment ravivés par le déblaiement de cette structure. Nous nous attendions à rencontrer des caractéristiques d’érosion analogues sur le site du Boisanne dont le substrat est en apparence similaire à celui du site précédemment évoqué. L’observation, durant trois années, de nombreux fossés ou fosses récemment creusés par le chantier de travaux publics sur ce plateau nous a permis de constater la quasi‑absence de phénomènes d’éboulement de particules d’arène ou de roche diaclasée. Par contre, à la moindre averse, une fine pellicule de limons argileux très fins, qui paraît littéralement suinter du substrat, tapisse les parois et permet de plus l’accumulation naturelle de l’eau dans ces excavations. Après plusieurs jours de beau temps, ces limons, en séchant, constituent une véritable croûte qui, en protégeant les parois, freine notablement les phénomènes d’éboulement. Au fil des intempéries, les limons s’accumulent au fond des fossés et des fosses et les comblent relativement rapidement. Ce phénomène est accentué par le piégeage dans ces excavations des poussières très fines générées par les labours ou le travail des engins de travaux publics et dispersées par les vents sur ce plateau exposé. Par conséquent, nous pouvions nous attendre, sur ce site et dans le cas de structures étant demeurées ouvertes un certain laps de temps dans l’Antiquité, à la présence de limons très fins à la partie inférieure des stratigraphies, comme cela a pu être observé, par exemple, sur le site de Paule/Saint‑Symphorien (Côtes‑d’Armor) (fig. 14).

FIG. 13 – Fossé ouvert expérimental à Fishbourne (Grande‑Bretagne), Butser Archaeological Project.

Expérimentation de P. Reynolds ; cl. YM/MC

FIG. 14 – Coupe d’un fossé du site de Saint‑Symphorien à Paule (Côtes‑d’Armor).

cl. HP/MC

Les tranchées de fondation

6La deuxième catégorie est constituée par les excavations de ce type destinées à fonctionner comblées et dans lesquelles était implantée une palissade. Creusées dans le substrat, ces « fossés » ont été immédiatement remblayés après la mise en place des poteaux. Il s’agit en fait de tranchées de fondation plus que de fossés. La caractéristique essentielle de ce type de structure devrait être un comblement fort proche du substrat qui les environne. Aussi de telles structures, observées sur le site du Braden I (Le Bihan 1988) comme sur le site du Boisanne, sont‑elles en général extrêmement difficiles à discerner. Dans le cas de tranchées peu profondes, on peut parfois observer cependant la présence de pierres rapportées qui, enfoncées le long des poteaux, aidaient à les caler. L’identification de telles structures est alors facilitée. Outre cette analyse purement archéologique des comblements observés dans les fossés, nous avons également fait appel à des procédés d’analyse micromorphologique ou granulométrique qui ont permis de confirmer de manière plus ponctuelle la différenciation entre les terres de remblai et les limons de colluvionnement. Les études de pollens fossiles ont parfois également conforté ces hypothèses par la mise en évidence d’une flore particulière caractéristique de fossés où l’accumulation d’eau est épisodique (cf. Marguerie infra § 3.5.1, Gebhardt infra § 3.6). Le fait que les interprétations archéologiques initialement proposées n’aient jamais été démenties sur cette fouille par les résultats des analyses ultérieures ne peut être imputé à une collaboration trop étroite entre le responsable du chantier et les laboratoires. Elle résulte en fait d’une différence assez forte sur ce site entre la texture des colluvions et celle du substrat. Fondée sur l’expérience, le bon sens, la micromorphologie ou la granulométrie, l’interprétation des comblements de fossés a également nécessité un minimum de réflexion car, comme on va le voir, les phénomènes observés se sont révélés autrement plus complexes que ne le laisserait présager cet énoncé théorique. En effet, la tendance est grande à l’issue de la fouille de voir dans les fossés ainsi mis au jour les traces de clôtures simples, ayant toujours fonctionné conformément à l’un des deux modèles élémentaires précédemment définis. Or, l’examen sur le chantier d’une coupe particulièrement significative (fig. 20, no 6) nous a rapidement convaincu de l’existence, sur ce site, de nombreux réaménagements de clôtures ayant systématiquement respecté les mêmes axes. Un tel phénomène ne devrait pas en fait nous étonner. Quel archéologue n’a pu constater, à l’examen de murs de clôtures d’habitats antiques ou plus récents, les nombreuses réfections traduites par le démontage et le remontage de sections de maçonneries, ou le prolongement selon le même axe de murs anciens par des ouvrages de facture plus tardive. Or, si un tel « bricolage » sur des structures somme toute relativement solides et stables peut être fréquemment constaté, que devait‑il en être pour les clôtures de terre et de bois habituelles dans nos régions durant la Protohistoire. Les poteaux des palissades pourrissaient, les talus avaient tendance à s’effriter et il était certainement nécessaire de refaire régulièrement, soit à l’identique, soit de tout autre manière, les clôtures du site. Seuls les axes des structures anciennes pouvaient en fait être approximativement conservés. Aboutir, comme on le verra plus loin, à la restitution d’une accumulation stratigraphique complexe pour les fossés du Boisanne ne nous paraît pas aberrant. Un tel phénomène est en définitive en cohérence avec la longue histoire de ce site et le fait que, si l’on en juge par le plan mis au jour (fig. 12), les enclos successifs se sont accumulés sans jamais remettre en cause de manière importante le tracé des clôtures anciennes.

2.2.1.2 Les stratigraphies

7Afin d’alléger l’analyse des stratigraphies, nous avons regroupé celles que nous jugions de même type sur une seule planche (fig. 16). La partie strictement analytique, pour autant qu’une stratigraphie puisse être purement descriptive, est constituée par ces dessins complétés, dans le texte, par la description des profils et des comblements. Les hypothèses des restitutions proposées sont confrontées, de manière graphique, aux stratigraphies elles‑mêmes. Ce système nous a paru le plus apte à permettre au lecteur d’exercer son esprit critique. Le phasage suggéré pour le système de clôture est présenté, à titre d’exemple, uniquement pour la stratigraphie jugée la plus représentative du lot.

Stratigraphies nos 27, 28, 12 et 16 (fig. 15, 16)

⦁ Les profils

8Les fossés dont les sections sont ici présentées sont parmi les plus imposants du site puisque les profondeurs mesurées sous le niveau du décapage sont comprises entre 1,50 et 2,40 m. En outre, si l’aspect des parois présente de nombreuses variations et irrégularités, dues à l’hétérogénéité du sous‑sol constitué de roche diaclasée parfois très compacte surmontée d’une épaisseur variable d’arène, les profils restent proches d’un triangle dont la pointe aurait été amputée pour former un fond plat large de 0,80 à 1,20 m. On peut en outre noter qu’un petit fossé, qui n’a pu être présenté sur la fig. 16, double généralement à une distance d’environ 1,60 m la face interne du fossé où ont été dessinées ces stratigraphies (fig. 47).

⦁ Les comblements

9Les comblements sont hétérogènes et d’une densité très variable en pierres ou en tessons de céramique. On peut cependant distinguer sur toutes les stratigraphies deux niveaux. Un premier est constitué de limons très fins, plus ou moins chargés en particules d’arène. Cette strate résulte ma nifestement, de par les observations archéologiques et l’analyse sédimentologique d’un échantillon de terre prélevé sur la coupe no 28 (prélèvement no 6, cf. Gebhardt infra § 3.6.1), de l’accumulation des sédiments dans le fond d’un fossé ouvert aux pluies et aux vents. Un deuxième niveau est constitué pour l’essentiel de terres brunes, claires ou foncées, et de texture proche de celle de l’arène granitique. On peut noter la présence fréquente de strates lenticulaires et de rejets localisés de fragments d’argile cuite ou de terres chargées en matières organiques et en tessons de céramiques.

FIG. 15 – Stratigraphie no 27.

cl. YM/MC

FIG. 16 – Stratigraphies nos 27, 28, 12 et 16.1 limon brun mêlé de particules d’arène ; 2 limon brun ; 3 terre brun clair ; 4 terre brune ; 5 terre brun foncé ; 6 terre brun foncé avec de nombreuses particules de charbons de bois ; 7 terre brun jaune ; 8 terre jaune ; 9 fragments d’argile cuite.

YM del./MC

⦁ Hypothèse d’interprétation (fig. 17)

10L’interprétation la plus simple pour cet ensemble de stratigraphies serait celle d’un fossé qui, demeuré ouvert un certain temps, aurait été comblé avec des remblais constitués d’un mélange de matériaux extraits du sous‑sol (arène granitique et pierres) et de détritus provenant des habitations voisines (matières végétales et animales, fragments de poteries et d’argile cuite...). Cette explication ne nous satisfait pas pour deux raisons. Le niveau supérieur des limons a un profil extrêmement différent sur toutes les stratigraphies, notamment sur la stratigraphie no 27. Les variations très marquées, constatées tant dans la forme que dans l’épaisseur de cette couche, s’expliquent mal dans l’hypothèse d’une accumulation progressive de sédiments que seul le tassement, dû aux remblais sus‑jacents, aurait affectés. L’aspect est très différent du profil en cuvette relativement régulier qui caractérise ce type de remplissage (fig. 14). On peut donc penser qu’il y a eu recreusement du fossé, avec évacuation partielle des limons de colluvionnement, préalablement à son comblement. Ce ne peut être, selon nous, que pour implanter les poteaux d’une palissade. Cette hypothèse paraît confirmée par l’interruption, plusieurs fois constatée, des couches de remblais au voisinage de l’axe ou à la verticale d’un des côtés du fond du fossé.

11Nous proposons donc l’interprétation suivante pour l’évolution de ces fossés et des clôtures associées (fig. 17) :
– dans un premier temps (A), un fossé à fond plat est creusé dans le gneiss diaclasé et l’arène à une profondeur comprise entre 1,85 et 2,75 m (compte tenu d’une épaisseur de terre
– limons + terre végétale – voisine de 45 cm à l’époque) ; une palissade à poteaux jointifs (de par la continuité de la petite tranchée de fondation observée au niveau du sous‑sol) est implantée à une distance d’environ 1,20 m du flanc interne de ce fossé et le double sur une partie du tracé (fig. 47) ; faiblement ancrée dans le sous‑sol, elle est en fait calée par les terres extraites lors du creusement et accumulées en talus de part et d’autre de la palissade ; des limons apportés par les vents ou les pluies comblent progressivement le fond de l’excavation ;
–dans un deuxième temps (B), le fossé, en grande partie comblé, est plus ou moins bien curé pour permettre l’implantation d’une palissade, calée à l’aide des matériaux plus compacts du talus, alors arasés et rejetés en remblais ;
– le pourrissement des poteaux au fil du temps oblige à ouvrir à nouveau une tranchée (C) dans ces matériaux de remblai pour extraire la vieille palissade et en implanter une nouvelle ; ce phénomène paraît le seul susceptible d’expliquer les nombreuses interruptions de couche constatées, notamment sur la stratigraphie no 16.

FIG. 17 – Proposition de restitution de l’évolution des clôtures à hauteur de la stratigraphie no 28 et pour les stratigraphies analogues.

YM del./MC

12Certains aspects des schémas d’interprétation ainsi proposés sont, plus que d’autres, sujets à caution. Nous proposons, pour la palissade de phase A, une hauteur d’environ 4 m au‑dessus du sol, soit 4,70 m au‑dessus du fond de la tranchée de fondation pratiquée dans le sous‑sol. La restitution d’une structure de bois aussi imposante nous paraît justifiée par la profondeur constatée des fossés qui présuppose une hauteur de talus presque équivalente. Quant au diamètre des poteaux, voisin de 30 cm si l’on en juge par la largeur du fond de la tranchée où ils étaient implantés, il permet d’imaginer une palissade dépassant d’environ 1,80 m le sommet du talus, taille minimale selon nous pour expliquer le fait que l’on ait pris soin de l’ancrer dans le sous‑sol.

13Nous proposons en outre, toujours pour la phase A, la restitution d’un parement de pierres pour la face externe du talus. Deux raisons à cela : la proximité de la palissade avec le bord du fossé suppose une pente telle pour la face externe du talus qu’elle nécessite la mise en place d’une structure pour contenir les remblais. Or, dans la mesure où le fossé a été entaillé pour partie dans la roche diaclasée, des moellons ont obligatoirement été extraits. On les retrouve peut‑être pour certains d’entre eux dans la phase B, rejetés en calage des poteaux. La présence de parements de pierres, démontrée en d’autres endroits sur le site (cf. infra § 2.2.1.4), est donc ici des plus vraisemblables. Il est néanmoins possible que les remblais du talus soient simplement venus s’appuyer contre la palissade, sans parement externe.

14La hauteur des palissades de phase B et C, qui suppose des poteaux d’une taille supérieure à 5,40 m, peut paraître surprenante. Nous avons estimé que, si la technique utilisée pour l’édification des clôtures changeait, la monumentalité de l’obstacle devait être équivalente. En conséquence, nous avons gardé pour la phase B une hauteur d’environ 4 m au‑dessus du sol, et l’avons portée pour la phase C à environ 3,60 m dans la mesure où la tranchée de fondation était moins profonde. Ces palissades ont été schématisées comme étant « à poteaux jointifs ». Cette hypothèse paraît validée par la présence systématique, sur les stratigraphies observées, des traces d’un obstacle disparu qui ne peut, pour cette raison, être constitué de poteaux espacés servant d’armature à des branchages entrelacés au‑dessus du niveau du sol.

Stratigraphies nos 34, 30, 36, 26, 37, 39 et 38 (fig. 18)

⦁ Les profils

15Signalons tout de suite que, de la stratigraphie no 34, seule la partie droite est à examiner ici, la partie gauche correspondant à un recreusement par une structure d’un autre type, analogue à celles de la fig. 24. La caractéristique essentielle des fossés dont les stratigraphies sont ici réunies est leur faible profondeur, qui n’excède pas 0,80 m sous le niveau de décapage. Le profil type est un triangle dont la pointe aurait été amputée, formant un fond large d’environ 0,40 m. Les rares variations sont dues soit à un recreusement probable et localisé au voisinage de la stratigraphie no 26, soit à la dureté du sous‑sol qui, constitué de roche relativement compacte, empêchait d’atteindre les profondeurs souhaitées pour l’excavation (stratigraphie no 36).

⦁ Les comblements

16Le comblement type est constitué de limons très fins qui résultent manifestement de l’accumulation des sédiments dans le fond de ces fossés laissés ouverts. La présence de quelques pierres dans la stratigraphie no 36 s’explique aisément par la nature rocheuse du substrat qui l’environne. La stratigraphie no 30 présente les traces d’un recreusement des limons qui peut être ponctuel (trou de poteau) ou linéaire (tranchée de fondation d’une palissade ou d’une haie). Le décapage du niveau supérieur de comblement de ce fossé n’a pas permis de trancher entre ces deux hypothèses. Quant à la stratigraphie no 26, la partie supérieure de son comblement est constituée d’un mur de pierres. Le profil en cuvette de la base de celui‑ci tendrait à prouver que, lorsque cette structure a été édifiée, le fossé n’avait pas été vidé des limons qui le remplissaient sur une épaisseur d’environ 30 cm (en tenant compte des phénomènes de tassement). Quoi qu’il en soit, l’édification d’un tel paiement, justifiée par la mise en place à cet emplacement d’un nouveau système de clôture (cf. infra § 2.2.1.4), prouve que ces fossés ont bien fonctionné ouverts.

FIG. 18 – Stratigraphies nos 34, 30, 36, 26, 37, 39 et 38. 1 limon brun : 2 terre brune.

YM del./MC

⦁ Hypothèse d’interprétation (fig. 19)

17La restitution la plus simple pour ces structures est celle de fossés ouverts doublés de talus formés à l’aide des terres extraites lors du creusement. Si l’on estime que le décapage archéologique a mis au jour un niveau localisé à environ 0,45 m sous les sols de l’époque, on obtient des talus d’une hauteur d’environ 1,30 m doublés de fossés d’une profondeur équivalente, ces derniers étant rapidement comblés par les limons de colluvionnement. Il est probable que ces fossés n’ont jamais été nettoyés ni vidés de leur remplissage vaseux. En effet, aucune trace de recreusement n’est apparue à la fouille (excepté au voisinage de la stratigraphie no 30). La reconstitution d’une végétation sur ces talus, tels des arbustes isolés ou des haies plus compactes, n’est fondée sur aucune trace archéologique (des empreintes de racines par exemple). Toutefois, les analyses des pollens et des charbons de bois qui ont mis en évidence la présence probable de haies à cette époque (cf. Marguerie infra § 3.5) rendent cette hypothèse vraisemblable.

FIG. 19 – Proposition de restitution des clôtures à hauteur de la stratigraphie no 37 et pour les stratigraphies analogues.

YM del./MC

Stratigraphies nos 20, 3, 4, 6 et 5 (fig. 20, 22)

⦁ Les profils

18Signalons tout de suite, là encore, que seule la partie droite de la stratigraphie no 5 est à examiner ici. En effet, la partie gauche correspond à une stratigraphie longitudinale d’un autre type de comblement (fig. 29) que ceux examinés dans ce paragraphe. Cette restriction posée, tous les profils réunis sur cette planche sont extrêmement semblables. Caractérisés par une double inflexion de chacun de leurs flancs, ils présentent une section proche d’un triangle sur une hauteur d’environ 0,50 m à partir du fond, puis s’évasent brusquement pour former un trapèze large d’environ 1,60 m à la base et 2,80 m au niveau du décapage.

FIG. 20 – Stratigraphies nos 20, 3, 4, 6 et 5. 1a limon brun mêlé d’arène ; 1b limon brun ; 2 fragments d’argile cuite ; 3 terre brun clair ; 4 terre brune ; 5 terre brun foncé ; 6 terre brun foncé avec de nombreuses particules de charbons de bois ; 7 arène ; 8 arène mêlée de particules d’argile ; 9 limite du substrat ; 10 limite de décapage ; 11 limite de recreusement supposé ; 12 mur de pierres.

YM del./MC

FIG. 21 – Proposition de restitution de l’évolution des clôtures à hauteur de la stratigraphie no 20 et pour les stratigraphies analogues.

YM del./MC

FIG. 22 – Stratigraphie no 6

cl. YM/MC

Les comblements

19On peut distinguer sur toutes les stratigraphies trois types de comblements :
– un premier, constitué de limons très argileux, tapisse les parois du trapèze ;
– un deuxième, constitué de sédiments très voisins des précédents mais légèrement plus chargé en particules d’arène, tapisse le fond du triangle localisé à la partie inférieure de la section ;
– un troisième type de comblement est constitué pour l’essentiel de terres brunes, claires ou foncées, de texture proche de celle de l’arène granitique, mêlées de rejets localisés de fragments d’argile cuite ou de terres chargées en matières organiques et en tessons de céramiques ; il se présente sur les stratigraphies sous la forme d’une section vaguement triangulaire qui prolonge approximativement et surmonte la partie inférieure du fossé.

⦁ Hypothèse d’interprétation (fig. 21)

20Sans revenir en détail sur les arguments qui ont émaillé les analyses des stratigraphies précédentes, nous pouvons considérer comme évidente la succession de deux systèmes de fossés ayant fonctionné ouverts, le premier à section trapézoïdale (A) et le second à section triangulaire (B). La présence fréquente d’interruption des couches constituant le troisième type de comblement, ainsi que l’analyse d’un relevé en plan (fig. 42), nous conduisent en outre à considérer comme certaine la présence d’un troisième remaniement du système de clôture (C), avec la mise en place d’une palissade au cœur même du fossé, les poteaux jointifs étant calés par les matériaux du talus alors arasé et rejetés en remblais. Certains aspects de ces schémas d’interprétation sont néanmoins, plus que d’autres, sujets à caution.

21Dans la phase A, si la présence d’un parement de pierres sur la face externe du talus est indubitable (stratigraphie no 6, fig. 20 ; intersection no 7, fig. 35), la restitution de la structure en bois est quant à elle totalement hypodrétique. Seul le caractère extrêmement fréquent de tels branchages entrelacés entre des poteaux sur les talus protohistoriques reconstitués nous a conduit à imaginer un tel dispositif sur le site du Boisanne. On peut noter cependant que la réalisation d’une telle armature, qui demandait une quantité de bois nettement inférieure à celle d’une palissade à poteaux jointifs, devait prolonger efficacement et à moindres frais l’obstacle que constituaient ces talus hauts d’environ 1,50 m. L’hypothèse d’une haie plantée, éventuellement abritée à l’origine derrière une telle structure de claies, est tout aussi vraisemblable.

22Pour la phase B, la structure du talus avec parement sur la face externe est certaine. Elle apparaît en effet en coupe sur la stratigraphie no 5 (fig. 20), à l’emplacement d’un ancien fossé autrefois ouvert et comblé lors de l’édification de ce nouveau système de clôture (intersection no 7, fig. 35). La largeur apparente de 4,40 m de l’embase du talus n’est pas nécessairement caractéristique de l’ensemble de la structure, un étalement des terres, volontaire ou accidentel, ayant pu affecter les remblais au niveau de cette ancienne excavation. La superstructure en bois est aussi incertaine que celle de la phase A.

23On peut par contre s’étonner du fait que, dans la phase B, on ait pris le soin de recreuser le fossé tout en le laissant ouvert. En effet, on n’a jamais observé de traces d’entretien ou de curage de ces fossés ouverts qui délimitaient l’habitat. Il semble en fait indifférent aux occupants de cet établissement que ces structures se comblent de boues. Ce phénomène, particulier aux stratigraphies réunies sur cette planche (à l’exception probable des stratigraphies nos 18 et 19, cf. infra), n’a pu être compris qu’à l’issue de l’étude de l’ensemble du réseau de fossés. Il apparaît désormais que les matériaux extraits lors de ce nouveau creusement ont servi à rehausser, pour des raisons de continuité dans le système de clôture, un talus de terre situé en face du talus schématisé sur la fig. 21 (intersection no 7, fig. 35).

24La hauteur des palissades de phase C au‑dessus du sol (2,80 m) correspond très exactement à celle des clôtures précédentes. Elle paraît de plus cohérente avec la profondeur de 1,60 m constatée pour la tranchée de fondation, qui paraît suffisante pour caler avec du remblai, et sans apport de pierres, des poteaux hauts, selon cette hypothèse, de plus de 4 m. Notons enfin que, suite à l’étude par plans successifs d’une section de ces fossés (fig. 42), le diamètre de ces poteaux a pu être estimé à environ 0,20 m, soit une dimension analogue à celle constatée pour les palissades du Braden I (Le Bihan 1988).

Stratigraphies nos 32, 13, 18, 19, 23, 14 et 31 (fig. 23, 24)

⦁ Les profils

25Les profils de l’ensemble des fossés dont les stratigraphies sont ici réunies sont proches d’un triangle dont la pointe aurait été légèrement amputée, formant un fond large de moins de 0,30 m. La double inflexion sur la partie droite de la stratigraphie no 13 résulte d’une dureté ponctuellement accrue de la roche à une profondeur d’environ 0,60 m sous le niveau de décapage. La double inflexion que l’on note sur la partie sommitale du flanc gauche de la stratigraphie no 19 est apparue de manière peu accentuée mais pratiquement continue lors de la fouille de ce fossé. Elle marque la présence vraisemblable à ce niveau d’une stratigraphie analogue à celles présentées sur la fig. 29, la section trapézoïdale du fossé de phase A ayant cependant été ici presque détruite lors du creusement du fossé de phase B, à section triangulaire et très profonde (1,80 m). La stratigraphie no 18 peut être considérée, de par sa proximité, comme résultant d’un phénomène analogue, le fossé très vaste de phase B ayant détruit ponctuellement toute trace d’un fossé antérieur.

FIG. 23 – Stratigraphie no 19 .

cl. YM/MC

FIG. 24 – Stratigraphies nos 32,13,18,19, 23,14 et 31. 1 limon brun mêlé de particules d’arène ; 2 limon brun ; 3 terre brun clair ; 4 terre brune ; 5 terre brune mêlée de particules de charbons de bois ; 6 terre brun foncé avec de nombreuses particules de charbons de bois ; 7 arène ; 8 terre jaune ; 9 fragments d’argile cuite ; 10 limite de décapage ; 11 limite de recreusement supposé ; 12 limite du substrat.

YM del./MC

Les comblements

26On note sur toutes les stratigraphies un premier comblement de limons résultant de l’accumulation, parfois sur une épaisseur considérable, des sédiments apportés par les vents ou les pluies. Deux analyses granulométriques (stratigraphie no 32, prélèvement no4 et stratigraphie no 13, prélèvement no 3) ont confirmé cette interprétation archéologique (cf. Gebhardt infra § 3.6.1). Un deuxième type de comblement est constitué de terres brunes, claires ou foncées, mêlées de pierres ou de fragments d’argile cuite et de texture proche de celle de l’arène. Une analyse sédimentologique (stratigraphie no 32, prélèvement no 5) a en effet mis en évidence, pour ce niveau de comblement, une granulométrie caractéristique d’une arène grattée non loin et redéposée dans le fossé.

⦁ Hypothèse d’interprétation (fig. 25)

27Sans revenir en détail sur des arguments avec lesquels, nous l’espérons, le lecteur est désormais familiarisé, nous pouvons considérer comme évidente pour l’ensemble de ces stratigraphies la succession de deux systèmes de clôtures. Le premier (A) est constitué d’un fossé de section triangulaire doublé d’un talus pour lequel la structure parementée comme l’armature de bois sont hypothétiques. Quant au deuxième (B), il résulte là encore du recreusement des sédiments accumulés dans le fossé pour y implanter une palissade calée par les terres issues de l’arasement du talus. Le caractère jointif des poteaux de cette clôture paraît justifié par l’interruption, constatée sur pratiquement toutes les stratigraphies de cette planche, des couches de remblais au voisinage de l’axe de la tranchée de fondation.

FIG. 25 – Proposition de restitution de l’évolution des clôtures à hauteur de la stratigraphie no 18 et pour les stratigraphies analogues.

YM del./MC

28Seules les stratigraphies 19 et, probablement 18, paraissent résulter, malgré leur analogie certaine avec les stratigraphies ici étudiées, d’une évolution légèrement plus complexe, identique à celle schématisée sur la fig. 21.

Stratigraphies nos 35, 17 et 33 (fig. 26)

⦁ Les profils

29Les stratigraphies ici réunies sont celles de fossés peu profonds (1,10 m en moyenne sous le niveau de décapage) et de section triangulaire. Seule la stratigraphie no 33 diffère de ce type par un décrochement du flanc droit, qui résulte de la présence initiale à cet emplacement d’un fossé analogue à ceux présentés sur la fig. 18.

⦁ Les comblements

30On peut noter la présence constante de deux niveaux de comblement :
– un premier, constitué de limons, résulte de l’accumulation des sédiments dans ces fossés laissés ouverts ;
– un deuxième est constitué de terres brunes mêlées de nombreuses pierres ou, pour la stratigraphie no 35, d’un véritable parement de pierres.

FIG. 26 – Stratigraphies nos 35, 17 et 33. 1 limon brun mêlé d’arène ; 2 limon brun ; 3 limite de décapage ; 4 limite supposée de recreusement ; 5 limite du substrat ; 6 terre brune

YM del./MC

⦁ Hypothèse d’interprétation (fig. 27)

31Nous avons pris pour cadre des schémas d’interprétation le fossé à l’évolution la plus complexe et où ont été dessinées les stratigraphies nos 33 et 35. Dans un premier temps (A), un fossé peu profond, analogue à ceux de la fig. 18, est creusé, les terres extraites servant à édifier un talus surmonté d’arbustes ou de haies. Ultérieurement, le creusement d’un fossé de section triangulaire plus profond (1,40 m en moyenne), qui détruit partiellement (stratigraphie no 33) ou totalement (stratigraphie no 35) les traces de l’excavation précédente, permet d’édifier un talus plus imposant, probablement surmonté d’une structure de branches entrelacées entre des poteaux (B). Ce type de clôture correspond probablement au système initial au niveau de la stratigraphie no 17.

FIG. 27 – Proposition de restitution de l’évolution des clôtures à hauteur des stratigraphies 35 et 33.

YM del./MC

32La phase suivante (C) consiste en un comblement partiel de ces fossés, les terres étant contenues par un mur de soutènement (stratigraphie no 35, fig. 28). Lors d’une phase terminale, ces fossés sont remblayés sur l’intégralité de leur tracé par l’accumulation de couches de pierres et de terre qui provoquent un tassement « en cuvette » des limons sous‑jacents (stratigraphies nos 17 et 33).

FIG. 28 – Base de mur recouvrant le remplissage d’un fossé, à hauteur de la stratigraphie no 35.

cl. YM/MC

Stratigraphies nos 2 et 25 (fig. 29)

⦁ Les profils

33Les fossés où ont été dessinées ces stratigraphies, quoique de profondeurs différentes (respectivement 0,30 m et 1 m sous le niveau de décapage), ont tous deux un profil proche d’un trapèze et une largeur à l’ouverture avoisinant les 2,60 m.

⦁ Les comblements

34On note la présence constante de deux niveaux :
– un premier, constitué de limons, résulte de l’accumulation des sédiments dans ces fossés laissés ouverts ; cette interprétation a été confirmée par une analyse granulométrique (stratigraphie no 2, prélèvement no 2) ;
– un deuxième est constitué soit d’une couche d’arène (stratigraphie no 2), soit d’une accumulation de pierres (stratigraphie no 25).

FIG. 29 – Stratigraphies 2 et 25.1 limon brun ; 2 limite du substrat ; 3 arène.

YM del./MC

Hypothèse d’interprétation

35Dans un premier temps, ces fossés ont fonctionné ouverts et doublés d’un talus de terre édifié lors du creusement (fig. 27A). Dans un deuxième temps, ils ont été remblayés afin de permettre le passage d’un talus de terre édifié lors de la mise en place d’un nouveau système de clôture (fig. 20, stratigraphie no 5 et fig. 35, plan de détail no 7), ou, dans le cas de la stratigraphie no 25, afin de permettre l’élargissement d’une porte pour le passage des véhicules (fig. 34, plan de détail no 11 ; fig. 37).

Stratigraphie no 51 (fig. 30)

⦁ Profil

36Cette stratigraphie correspond à un fossé peu profond (1,25 m environ sous le niveau de décapage), de section triangulaire et de profil très voisin de ceux de la fig. 26.

⦁ Comblement

37Ce fossé s’est par contre révélé très particulier par son comblement. Il était en effet remblayé avec un matériau analogue au sous‑sol qui l’environnait (des fragments de roche lors de la traversée de filons de gneiss diaclasé, de l’arène partout ailleurs). Détecter sa présence et le fouiller n’ont donc pas été choses faciles.

⦁ Hypothèses d’interprétation (fig. 30)

38Il s’agit ici pratiquement d’un cas d’école de tranchée de palissade. En effet, seul un remblaiement immédiat de cette structure après la mise en place des poteaux peut justifier une pareille similitude entre les terres de comblement et le substrat.

FIG. 30 – Stratigraphie no 51 et proposition de restitution des clôtures à cet emplacement. 1 arène granitique.

YM del./MC

2.2.1.3 Essai de typologie

39À partir de cette analyse systématique des stratigraphies de fossés, fastidieuse mais nécessaire de par l’extrême variété des profils et des comblements rencontrés, il est possible de tenter une première synthèse des informations recueillies. On peut tout d’abord constater que les systèmes de clôtures proposés ci‑dessus et dont la succession dans le temps a abouti à des stratigraphies variées et complexes ne sont, quant à eux, pas très nombreux. Seuls huit types de limites d’enclos nous paraissent en effet pouvoir être distingués par l’étude des traces archéologiques qu’ils ont laissées dans le sol (fig. 31).

FIG. 31 – Types de clôtures proposés à l’issue de l’étude des profils et des comblements des fossés du Boisanne.

YM del./MC

● Type 1

40Le type 1, le plus imposant, est composé d’une palissade à poteaux jointifs calée par un talus édifié à l’aide des matériaux extraits d’un fossé adjacent.

● Type 2

41Le type 2 correspond également à une palissade à poteaux jointifs mais implantée cette fois dans une tranchée de fondation creusée dans les limons qui comblaient les fossés de la clôture précédente. Pour cette raison, les poteaux sont calés non par une terre similaire au substrat mais à l’aide des matériaux prélevés lors de l’arasement du talus, c’est‑à‑dire des pierres, des fragments de céramiques et une terre correspondant à l’arène oxydée et brunie au contact de l’air, de la végétation et des animaux fouisseurs.

● Type 3

42Le type 3 réunit les talus peu élevés (0,80 m à 1,30 m) édifiés à l’aide des matériaux extraits d’un fossé adjacent. Ils devaient être plantés d’arbustes isolés ou de haies. On peut en outre faire une distinction entre les fossés dont les profils restent proches d’un triangle amputé de la pointe (3A) et les fossés souvent moins profonds à profil « en cuvette » (3B).

● Type 4

43Le type 4 est caractérisé par des fossés à section trapézoïdale, larges (3,30 m environ à l’ouverture) mais peu profonds (1,20 m sous le sol de l’époque). Les matériaux extraits lors de leur creusement ont servi à édifier un talus parementé de pierres et surmonté de branchages entrelacés entre des poteaux ou, peut‑être plus tard, de haies.

● Type 5

44Le type 5 ne diffère du précédent que par la section des fossés qui n’est plus trapézoïdale mais triangulaire. Le volume des matériaux extraits n’étant guère supérieur, le talus devait, là encore, avoisiner 1,60 m de haut.

● Type 6

45Le type 6 correspond à une palissade à poteaux jointifs. Proche du type 2, il n’en diffère que par la forme plus fréquemment triangulaire et la profondeur plus faible des tranchées de fondation comblées, soit avec les matériaux provenant de l’arasement d’un ancien talus de terre (6A), soit à l’aide de l’arène et des fragments de roche issus du creusement de la tranchée dans le substrat (6B).

46Le diamètre des poteaux (20 cm en moyenne) a pu être déterminé lors de l’analyse par plans successifs de deux sections de fossés (fig. 42, plan de détail no 1, terre brun foncé correspondant vraisemblablement au pourrissement in situ de la base des poteaux).

47La première réflexion que l’on pourrait faire sur les systèmes de clôtures ainsi restitués serait de considérer qu’ils sont le reflet de deux techniques fondamentalement différentes.

48En effet, les types 2 et 6 correspondent à des tranchées de fondation immédiatement comblées après l’édification d’une palissade. Seul le caractère périssable de la clôture permet de différencier ces structures des tranchées de fondation de murs si fréquentes à l’Époque gallo‑romaine. Les inconvénients d’une telle technique sont la consommation de bois et la nécessité d’un entretien régulier. Les poteaux devaient en effet pourrir en quelques dizaines d’années. On devait donc périodiquement vider, soit partiellement, soit en totalité, la tranchée de fondation pour remplacer ou renforcer les parties branlantes de la palissade par de nouveaux pieux. En revanche, une clôture de ce type constitue sans aucun doute un brise‑vent efficace et occupe fort peu d’espace.

49Les types 1, 3, 4 et 5 résultent quant à eux de l’association d’un fossé et d’un talus. La fouille a permis de montrer que, à l’inverse d’autres structures de ce type (fig. 84), ces fossés n’avaient jamais été curés. Les boues accumulées les ont par conséquent comblés de manière extrêmement rapide et les profondeurs estimées (jusqu’à 2,75 m sous le sol de l’époque) ont dû n’avoir de réalité que durant quelques mois, voire quelques semaines. On ne peut donc attribuer à ces fossés un rôle défensif, encore moins de drainage ; le maintien de ces deux fonctions aurait supposé un entretien régulier. Ces fossés « ouverts », caractéristiques de ces clôtures, peuvent en fait être considérés comme de simples carrières ayant permis d’extraire à moindres frais les matériaux nécessaires à l’édification des talus. Localisés à l’extérieur des enclos, ils ne devaient être signalés au bout de quelques dizaines d’années que par une dépression linéaire relativement peu profonde et comblée de broussailles.

50Les inconvénients et les avantages de cet autre grand type de clôture sont les symétriques du précédent. Hormis pour le type 1, la consommation de bois comme l’entretien devaient être limités. Un coup de faucille de temps en temps ainsi que le remplacement des quelques pierres éboulées des parements devaient suffire pour conserver à ces talus une allure convenable. I.es claies proposées pour la partie sommitale des clôtures de types 4 et 5 devaient, si l’on souhaitait éviter des problèmes d’entretien, être progressivement remplacées par des haies vives. L’emprise au sol de toutes ces clôtures était cependant considérable, les talus étant larges à la base d’au moins 2,50 m.

51Tranchées de fondation ou carrières : on admettra sans peine que cette première distinction entre deux grands types de fossés est importante. On peut en revanche se demander l’intérêt qu’il y a à affiner cette typologie par l’examen de critères tels que la forme ou la profondeur des fossés et des tranchées. Notre espoir était de distinguer ainsi des différences fonctionnelles ou chronologiques. En effet, s’il est possible d’imaginer que les clôtures les plus modestes ou les moins bien fondées délimitaient des enclos de nature particulière, on peut également penser que les équipes chargées du creusement de ces excavations avaient leur technique propre et que celle‑ci a varié au fil du temps. L’examen de la carte de répartition des différents types de clôture proposés dans le cadre des restitutions ne contredit pas ces hypothèses (fig. 32).

FIG. 32 – Répartition des types de clôtures sur le réseau de fossés rnis au jour.

YM del./MC

52On observe en effet que les sections où un fossé ou une tranchée de nature bien particulière ont pu être identifiés avec quelque vraisemblance ne sont pas isolées mais sont au contraire regroupées dans une partie du site. Il est possible, en restituant la continuité entre ces diverses sections, de dessiner des formes apparemment cohérentes dans le réseau anarchique des fossés et qui ont toutes les chances de correspondre à des enclos de chronologie ou de fonction bien définis.

53Le caractère significatif de ces distinctions typologiques étant ainsi validé, il est déjà possible, à partir des recoupements observés sur les stratigraphies verticales, de tenter une sériation chronologique de ces divers systèmes de clôture. La fig. 33 résume l’ensemble des données déjà recueillies. Si deux types se retrouvent isolés et ne peuvent être intégrés à une chronologie relative (3B et 6B), deux évolutions sont néanmoins perceptibles :
– les clôtures de type 1 sont systématiquement recoupées par les clôtures de type 2 ;
– les autres systèmes de talus ou de palissades se succèdent de la manière suivante : type 3A, puis type 4, puis type 5, puis type 6A.

FIG. 33 – Relations chronologiques entre les types de fossés établies d’après les recoupements observés sur les stratigraphies.

BRH del./AFAN d’ap. YM/MC

2.2.1.4 Analyse des relevés en plan des intersections

54Afin de préciser cette chronologie relative, il est possible d’intégrer les données recueillies lors de l’examen par plans successifs des comblements des fossés, notamment au niveau des intersections. On peut en effet penser que, lorsqu’une clôture d’un type donné recoupe ou modifie les limites d’un enclos plus ancien, il en résulte des traces archéologiques qui prouvent sans ambiguïté l’antériorité d’un système sur un autre.

55La fouille de nombreuses sections de fossés au Boisanne comme sur le site du Braden I à Quimper (Le Bihan 1988) nous a prouvé depuis longtemps les difficultés qu’il y avait à lire de tels décapages horizontaux. Les différences, parfois ténues, entre les diverses couleurs de terre s’observent en général bien mieux sur les stratigraphies verticales que sur ce type de « stratigraphies horizontales ». Ce phénomène a été accentué sur cette fouille par le fait que, la plupart des intersections ayant dû être fouillées en urgence durant le mois de juin 1987, nous n’avons pu faire autant que nous le souhaitions des nettoyages méticuleux par niveaux successifs. Nous nous sommes donc contentés dans la plupart des cas de rectifications à la binette de ces plans horizontaux, suivis de relevés schématiques des recoupements constatés à un stade ou à un autre de la fouille de ces fossés. Il va de soi que seuls les phénomènes majeurs ont pu être mis en évidence de cette façon : recoupement d’un fossé comblé de limons par une tranchée remblayée avec des matériaux détritiques, remblais ponctuels avec des pierres ou de l’arène d’une section de fossé, parements de moellons...

56Nous avons traité cette partie en nous aidant là encore de dessins (fig. 34‑38). L’analyse en plan des dix intersections de fossés et d’une des entrées de l’établissement (plan de détail no 11, fig. 34) est présentée sur des vignettes qui toutes sont disposées de la manière suivante :
– la partie gauche correspond à des plans de détail sur lesquels les différences de texture ou de couleur entre les différents comblements sont schématisées à l’aide de trames ; ces observations ont pu être faites le plus souvent au niveau supérieur de décapage ;
– la partie droite schématise, à l’aide de vues en plan qui se réfèrent à la typologie proposée pour les fossés (fig. 31), les évolutions que nous suggérons pour le système de clôture à l’emplacement de ce plan de détail.

FIG. 34 – Schémas des recoupements de strates observés en vision horizontale lors de la fouille des intersections de fossés ; restitutions de l’évolution proposée pour les clôtures à ces emplacements. 1 limon mêlé d’arène ; 2 limon ; 3 arène ; 4 terre brune ; 5 terre brun foncé ; 6 coupe stratigraphique.

YM del./MC

57Analyser et critiquer les propositions de restitutions pour chacune de ces intersections serait extrêmement fastidieux. En effet, nous avons essayé de tenir compte lors de leur élaboration des variations de comblement et de profil qui avaient pu être observées tant lors des décapages par paliers successifs que lors de l’examen des stratigraphies. Nous nous contenterons par conséquent d’examiner à titre d’exemple un cas particulièrement complexe.

58L’intersection no 7 (fig. 35) présente six fossés réunis sur une superficie d’environ 100 m2. À cette densité remarquable s’ajoute une forte variation dans les profils observés puisque l’on constate la présence de quatre petits fossés à profil triangulaire et fond plat (stratigraphies nos 37 et 38, fig. 18), d’un fossé à profil trapézoïdal (stratigraphie no 2, fig. 29) et d’une tranchée caractérisée par une double inflexion sur les parois (stratigraphie nos 5 et 6, fig. 20). Les comblements sont également très divers. Si les limons restent prédominants et remplissent au moins partiellement tous les fossés, on note également les restes de quatre parements de pierres, d’un épandage d’arène localisé sur le sommet du fossé à section trapézoïdale (stratigraphie no 2, fig. 29) ainsi que la présence d’une tranchée comblée de terre brune mêlée de pierres et de tessons de céramiques (stratigraphies nos 5 et 6, fig. 20). L’évolution proposée est la suivante.

FIG. 35 – Schémas des recoupements de strates observés en vision horizontale lors de la fouille des intersections de fossés ; restitutions de l’évolution proposée pour les clôtures à ces emplacements.

YM del./MC

FIG. 36 – Schémas des recoupements de strates observés en vision horizontale lors de la fouille des intersections de fossés ; restitutions de l’évolution proposée pour les clôtures à ces emplacements. 1 limon mêlé d’arène ; 2 limon ; 3 arène ; 4 terre brune ; 5 terre brun foncé ; 6 coupe stratigraphique.

YM del./MC

FIG. 37 – Empierrements successifs destinés à élargir une porte ; voir le plan de détail no 11 (cf. fig. 34).

cl. YM/MC

FIG. 38 – Intersection de fossés explicitée sur le plan de détail no 4 (cf. fig. 35).

cl. YM/MC

⦁ Phase A

59Il est manifeste, le fait avait été déjà mis en évidence lors de l’examen des stratigraphies verticales, que les petits fossés, qui correspondent au type 3A, sont les plus anciens. Malgré la présence d’une vaste fosse qui est venue tardivement perturber ce secteur, on peut sans peine restituer une continuité, qu’il est d’ailleurs possible de discerner sur la fig. 52, entre les diverses sections fouillées. On obtient ainsi, pour la phase initiale de cette intersection (A), deux limites de type 3A (fossé et talus planté de haies) qui, un temps parallèles, divergent ensuite brusquement.

⦁ Phase B

60Dans un deuxième temps (phase B), la mise en place d’une clôture de type 4, matérialisée par le creusement d’un fossé assez large et de section trapézoïdale, vient fortement perturber le système initial. Deux talus, dont la présence est prouvée par l’existence des parements de pierres, ont été édifiés à l’aide des matériaux extraits du fossé. En effet, si l’on examine le plan de détail ou la fig. 39, on constate sans peine que les parements très modestes qui barrent en trois endroits les anciennes limites de type 3A sont localisés dans le prolongement exact des parois du fossé de section trapézoïdale (voir aussi la stratigraphie no 6, fig. 20). Leur présence ne peut s’expliquer que par le fait que, lorsque l’on a construit les talus parementés, il s’est avéré nécessaire, afin d’éviter des effondrements ponctuels, de renforcer leur fondation au niveau des anciens fossés qui devaient encore apparaître sous la forme de rigoles profondes de quelques dizaines de centimètres. La solution la plus simple a consisté, après un recreusement ponctuel pour éviter les inconvénients dus au tassement des limons encore meubles sous le poids des pierres, en un prolongement du parement à une profondeur suffisante pour procurer une assise solide au dispositif de soutènement. Le talus localisé à l’extérieur du nouvel enclos devait être de taille modeste. Il prolongeait en effet les anciennes clôtures de type 3A et protégeait les animaux qui occupaient l’enclos le plus ancien (fig. 43) d’une chute malencontreuse dans le fossé qui venait de servir de lieu d’extraction. Quant à l’imposant talus intérieur de type 4, il avait probablement englobé en son sein les anciens talus de type 3A.

FIG. 39 – Intersection de fossés explicitée sur le plan no 7 (cf. fig. 35).

cl. YM/MC

FIG. 40 – Intersection de fossés explicitée sur le plan de détail no 8. cf. fig. 36).

cl. YM/MC

Phase C

61Dans un troisième temps (phase C), le creusement d’un fossé de section triangulaire (type 5) perturbe une nouvelle fois cette partie du site. Les terres extraites soit de l’ancien fossé de type 4, soit du substrat, servent à édifier un talus de part et d’autre de cette nouvelle excavation, ces structures prolongeant et englobant partiellement les anciennes clôtures (la raison d’être de telles modifications, qui permettent la création ou l’extension de deux enclos aux limites imposantes, ne pourra en fait être comprise que dans le cadre de la synthèse des données et de l’évolution générale de l’établissement). Ces travaux nécessitent là encore l’édification d’un parement de pierres dans l’ancien fossé de section trapézoïdale et partiellement comblé de boues. On pourra en effet noter sur la stratigraphie no 5 (fig. 20) comme sur la fig. 39 que la face externe de cette construction, destinée à procurer une assise solide au soutènement du talus, prolonge très exactement les parois du fossé de section triangulaire, ce qui montre la contemporanéité des deux ouvrages. La conservation par tassement de la base du talus de terre, fait exceptionnel sur ce site, permet enfin d’observer sa structure de couches d’arène rapportées (stratigraphie no 5, fig. 20).

⦁ Phase D

62La quatrième phase (D) résulte en fait non d’une modification du tracé mais d’un bouleversement dans les techniques utilisées pour édifier les clôtures. En effet, les deux talus sont arasés et remplacés, avec un gain de place évident, par une palissade à poteaux jointifs (fig. 41, 42). Comme on le voit, la dissection de ces intersections de fossés est susceptible de fournir une masse d’informations, parfois très détaillées, sur les diverses techniques de clôture utilisées et leur évolution. Ce phénomène est exacerbé sur le site du Boisanne par l’extrême variété des profils et des comblements de ces excavations. À la différence de l’examen des stratigraphies verticales, qui ne mettent généralement en évidence que des recoupements, l’analyse des « stratigraphies horizontales » montre parfois la nécessaire contemporanéité, en un point donné du site, de deux types de clôtures différents. Il en est ainsi du type 3A et du type 4 pour l’intersection no 7 que nous venons d’examiner à titre d’exemple.

FIG. 41 – Calage de palissade observé au cœur d’une limite de type 6A. Au fond, stratigraphie no 4

cl. YM/MC

FIG. 42 – Plan de détail de calages de palissade. 1 entre les stratigraphies 3 et 4, niveau bas ; 2 niveau intermédiaire ; 3 au débouché d’un des chemins d’accès à la ferme. Légende des trames : 1 pierres ; 2 terre brune ; 3 terre brun clair ; 4 terre brun foncé – emplacement des poteaux ; 5 arène granitique ; 6 couche de cendres.

YM del./MC

2.2.1.5 Chronologie relative de la mise en place du système de clôture

63Il est désormais possible, à l’issue de cet examen des relations stratigraphiques entre fossés, de tenter une restitution de l’évolution du système de clôture. Quatre phases suffisent à présenter toutes les modifications qu’ont connues les tracés ou les techniques d’édification des limites des différents enclos qui composaient l’établissement (fig. 43). Gardons cependant à l’esprit qu’il ne s’agit que d’un schéma commode qui ne reflète au mieux que quelques instants de la longue histoire qu’a connue le site. La mise en place ou la modification des clôtures les plus imposantes ou les plus étendues ne se sont pas faites en un jour, mais se sont étalées sur un laps de temps que la fouille est impuissante à restituer. De même, les palissades comme les talus ont progressivement changé d’aspect, se sont dégradés, ont nécessité un entretien régulier, des réparations ponctuelles ou plus conséquentes qui, n’ayant affecté pour l’essentiel que les structures qui émergeaient du sol, nous échappent totalement.

FIG. 43 – Essai de chronologie relative de la mise en place du système de clôture.

YM del./MC

64Ces schémas d’évolution, malgré leur caractère réducteur, sont cependant bien commodes pour débroussailler l’écheveau que constituent les nombreux fossés qui caractérisent ce site.

● Phase I

65La phase I réunit deux types de clôture bien distinctes qui sont apparemment les plus anciens utilisés sur le site : le type 1 et le type 3A. Nous avons réuni à ce groupe une petite section du type 3B. En effet, la modification ponctuelle du profil, seule différence entre ces catégories de petits fossés, peut aisément s’expliquer par la présence d’un substrat rocheux très compact dans cette partie du site. De plus, la continuité évidente entre les deux ensembles paraît bien valider cette hypothèse. On peut noter que les deux systèmes d’enclos ainsi restitués sont adjacents. Aucune relation, ni en stratigraphie verticale, ni en stratigraphie horizontale, ne permet de les relier. En conséquence, s’il est certain qu’ils sont tous deux les plus anciens de leur secteur, on ne peut être assuré de leur stricte contemporanéité. L’un a nécessairement précédé l’autre au moins de quelques jours, peut être d’une dizaine d’années. Leur imbrication étroite nous paraît cependant justifier leur présentation sur une même planche dans la mesure où il nous semble que la forme d’aucun de ces enclos ne peut se comprendre en l’absence de l’autre, et que leur conception en conséquence, à défaut de leur réalisation, a dû être globale.

● Phase II

66La phase II consiste en l’adjonction au système précédent d’un enclos délimité par une clôture de type 4. On peut noter que, si le fossé d’où ont été extraits les matériaux nécessaires détruit en trois endroits la précédente clôture de type 3A, celle‑ci a dû être englobée sur la majeure partie de son tracé dans le talus parementé nouvellement édifié. Une deuxième modification, qui a pu intervenir quelques jours, peut‑être quelques années après la création de cet enclos, a consisté en l’arasement de l’ancien talus de type 1 pour permettre l’implantation au cœur du fossé adjacent d’une palissade à poteaux jointifs de type 2. Sans bouleversement du tracé, il a été ainsi possible d’augmenter l’espace localisé à l’intérieur de l’enclos.

● Phase III

67La phase III marque une étape dans la vie de l’établissement. L’utilisation presque systématique de clôtures du type 5, caractérisées par l’association d’un fossé ouvert de section triangulaire et d’un talus parementé, a permis d’étendre notablement l’établissement par la délimitation de nouveaux espaces ou l’agrandissement d’anciens enclos, voire par la simple « mise en conformité » d’anciennes clôtures du type 3A. On peut également noter la présence probable à ce stade d’une petite section de palissade à poteaux jointifs du type 6B. En effet, la continuité apparente de la tranchée de fondation caractéristique de ce type de clôture ne doit pas occulter les dimensions plus faibles de celle‑ci sur une partie de son tracé, avec un évasement relativement soudain dans le prolongement exact d’une clôture de type 5. La réalisation en deux temps de cette palissade nous paraît donc tout à fait vraisemblable, et ce même si la technique employée n’a pas subi de modifications. On ne peut toutefois être sûr de ce fait, l’examen des stratigraphies horizontales n’ayant fourni aucune preuve.

● Phase IV

68La phase IV consiste essentiellement en un bouleversement dans les techniques utilisées pour l’édification des clôtures. La plupart des limites de type 5 sont en effet progressivement remplacées par des palissades à poteaux jointifs de type 6A, ce qui permet là encore d’augmenter l’espace intérieur sans modifier le tracé des enclos. On note également une extension vers l’ouest des palissades de type 6B, suivie, probablement un peu plus tard, de la mise en place de cloisonnements internes de type 3 B dans cet espace nouvellement colonisé. Il est pratiquement certain que les palissades du type 2 n’existent plus à ce stade, soit que leurs poteaux aient été arrachés, soit qu’ils aient été sectionnés au niveau du sol. On peut enfin souligner qu’une partie du fossé de type 5 localisé dans la partie nord de l’établissement a été comblé, les remblais étant soutenus par des murs (fig. 28).

69L’évolution des clôtures du site ainsi restituée, si elle demeure un cadre dénué de toute vie et impropre à évoquer l’histoire de cet établissement, nous paraît avoir deux mérites :
– fondée sur une unique analyse des structures, elle propose une chronologie relative pour l’élaboration de laquelle le matériel archéologique n’a jamais été utilisé ;
– la succession des enclos, le fait que tout nouvel espace créé tienne compte systématiquement des précédents, montrent à l’évidence la continuité de l’histoire de cet établissement ; aucun abandon, aucune reconstruction qui aurait fait table rase du passé ne sont perceptibles.

2.2.2 Les trous de poteaux

70Le Boisanne a livré relativement peu de ces structures. Les 11 000 m2 décapés n’ont en effet révélé que 189 excavations suffisamment modestes pour pouvoir être interprétées comme les ultimes traces des fosses où étaient implantés les poteaux des constructions.

71Elles étaient généralement comblées d’une terre brune de couleur homogène et de texture proche de celle de l’arène. Il est évident qu’il s’agit du substrat qui, préalablement extrait, s’est lentement oxydé et bruni au contact du pieu de bois autour duquel il avait été rejeté en calage. La présence de pierres disposées en couronne et destinées à caler le poteau n’a jamais été observée. Il est probable que de tels aménagements, parfois observés sur des sites analogues, ont été détruits par les labours ou lors du décapage.

72Lors de cas évidents de recreusement entre deux trous de poteaux, il n’a jamais été possible de discerner l’antériorité d’une structure sur une autre dans la mesure où les remplissages étaient de couleur et de texture identiques. De plus, aucune trace de pieu pourri en place (cylindre de terre plus sombre au cœur des remblais) n’a pu être mise en évidence. On peut par ailleurs noter que ce genre d’observation a rarement été effectué sur ces sites caractérisés par un substrat d’arène, et ce malgré la fouille de milliers de trous de poteaux (Menez et al. 1990).

73En conséquence, les seuls critères d’analyse que nous pouvions utiliser pour rechercher parmi ces excavations les ultimes traces de constructions disparues étaient leur forme et leur profondeur. Le fait que ces structures, loin d’être dispersées sur l’ensemble du site, aient été trouvées pratiquement toutes regroupées « en paquets » nous a permis de les étudier secteur par secteur (fig. 44). Sept plans de détail (fig. 45‑55) ont donc été effectués, sur lesquels ont été reportées la forme, la profondeur absolue (nivellement par rapport au NGF) et la profondeur relative de chaque trou de poteau. Cette dernière cote correspond à la différence maximale de niveau entre le fond de l’excavation et le substrat décapé qui l’environne. À l’issue de plusieurs tentatives de tri, il s’est avéré que seule la profondeur absolue était un critère efficace pour mettre en évidence quelques associations significatives. Cet aspect a donc été renforcé sur les figures par un tramage approprié.

FIG. 44 – Localisation des plans de détails réalisés pour l’analyse des trous de poteaux

YM del./MC

⦁ Plan no 1 (fig. 45, 46)

74Sept trous de poteaux tranchent nettement au cœur de cet ensemble par leur profondeur. Leur association, évidente, permet de restituer un bâtiment de plan rectangulaire plus probablement qu’ovalaire. En effet, on ne peut qu’être frappé par la similarité de cet ensemble avec celui mis au jour par J.‑P. Le Bihan sur le site du Braden II (1980) où, malgré l’absence de trous de poteaux aux angles de la construction, le plan rectangulaire était indubitable. De plus, le fait qu’un des alignements constatés soit immédiatement adjacent à la tranchée de la palissade de type 1 qui a, un temps, délimité l’enclos rend tout à fait probable l’utilisation d’une section de celle‑ci pour former la paroi nord‑est de l’édifice. Le bâtiment ainsi restitué, large de 5,20 m et long de 7,40 m, aurait eu une superficie au sol légèrement supérieure à 38 m2. Il est possible que le déplacement de la palissade au cœur du fossé, lors de la mise en place d’une limite de type 2 pour cet enclos, ait permis à ce bâtiment de s’étendre vers le nord en utilisant là encore cette clôture comme paroi (fig. 47).

FIG. 45 – Plan de détail no 1. 1 nivellement du fond N < 59,61 ; 2 59,61 < N ≤ 59,80 ; 3 59,80 < N ≤ 59,90 ; 4 59,90 < N ; 5a nivellement par rapport au niveau NGF ; 5b profondeur par rapport au niveau de décapage (en centimètres).

YM del./MC

FIG. 46 – Vue de remplacement du plan de détail no 1.

cl. YM/MC

FIG. 47 – Proposition de restitution de l’évolution du bâtiment localisé sur le plan de détail no 1. 1 construction initiale ; 2 extension possible.

YM del./MC

Plan no 2 (fig. 48)

75Aucun des tris pratiqués sur ce groupement de trous de poteaux n’a permis de dégager des ensembles cohérents. En conséquence, seule la recherche d’alignements si possible cohérents avec les fossés avoisinants nous a guidé pour obtenir deux plans qui ne peuvent être considérés que comme étant, au mieux, une possibilité.

FIG. 48 – Plan de détail no 2. 1 nivellement du fond N ≤ 59,40 ; 2 59,40 < N ≤ 59,50 ; 3 59,50 < N ≤ 59,60 ; 4 59,60 < N ; 5a nivellement par rapport au niveau NGF ; 5b profondeur par rapport au niveau de décapage (en centimètres).

YM del./MC

Plan no 3 (fig. 49)

76Sept trous de poteaux tranchent là encore nettement au cœur de cet ensemble. Alignés presque parfaitement, ils ne trouvent cependant aucun pendant susceptible de définir un plan de bâtiment. Le parallélisme de la ligne ainsi définie avec l’axe de la clôture toute proche nous conduit toutefois à penser que l’on a pu profiter du comblement de ce fossé pour caler sans effort les poteaux de la paroi sud‑est du bâtiment ainsi restitué (le fait que ce fossé n’ait jamais été réutilisé comme tranchée de fondation d’une palissade nous interdit en effet d’imaginer un appentis simplement adossé sur ce type de clôture). L’hypothétique construction ainsi restituée mesurerait environ 10,8 m sur 3,8 m, soit une superficie au sol de 41 m2.

FIG. 49 – Plan de détail no 3. 1 nivellement du fond N ≤ 59,17 ; 2 59,17 ≤ N < 59,33 ; 3 59,33 ≤ N ; 5a nivellement par rapport au niveau NGF ; 5b nivellement par rapport au niveau de décapage (en centimètres).

YM del./MC

Plan no 4 (fig. 50)

77La rareté des trous de poteaux dans ce secteur fait apparaître le plan probable d’un petit bâtiment trapézoïdal d’une superficie au sol de 16,5 m2.

FIG. 50 – Plan de détail no 4. 1 nivellement du fond N ≤ 58,94 ; 2 58,8 < N ≤ 59,05 ; 359,05 N ; 5a nivellement par rapport au niveau NGF ; 5b profondeur par rapport au niveau de décapage (en centimètres).

YM del./MC

Plan Mo5 (fig. 51, 52)

78Cette partie du site, qui correspond aux abords du souterrain, est apparue plus complexe. Toutefois, les trous de poteaux les plus profonds sont pratiquement tous localisés dans un secteur très étroit et semblent s’organiser sous la forme de deux plans successifs apparemment cohérents.

FIG. 51 – Plan de détail no 5. 1 nivellement du fond N ≤ 59,36 ; 2 59,36 < N ≤ 59,45 ; 3 59,45 < N ≤ 59,50 ; 4 59,50 < N ; 5a nivellement par rapport au niveau NGF ; 5b profondeur par rapport au niveau de décapage (en centimètres).

YM del./MC

FIG. 52 – Vue partielle de l’emplacement du plan de détail no 5 .

cl. YM/MC

79Six de ces trous dessinent un rectangle de petite taille (4,1 m x 3,2 m) d’une superficie au sol voisine de 13 m2. Le fait que cette construction soit parallèle et distante d’environ 1,80 m du fossé de type 4 nous fait penser que, contemporaine de cette clôture, elle est la plus ancienne de cet enclos.

80Lors de la modification de cette limite en une palissade à poteaux jointifs de type 5, ce bâtiment a pu s’agrandir. Le nouveau plan, trapézoïdal, attribue à la nouvelle construction une superficie au sol d’environ 29 m2. Il est même possible que, là encore, la proximité d’une palissade ait conduit les constructeurs à prolonger la charpente jusqu’à cette clôture providentielle qui était susceptible de former à elle seule la paroi nord‑est du nouveau bâtiment (fig. 53). Selon cette hypothèse, possible mais non prouvée, la construction aurait alors atteint les dimensions de 7 x 6 m, soit une superficie au sol de 42 m2.

FIG. 53 – Proposition de restitution de l’évolution du bâtiment localisé sur le plan de détail no 5. 1 construction initiale ; 2 et 3 extensions possibles.

YM del./MC

Plan no 6 (fig. 54)

81Aucun des tris pratiqués sur ce groupement de trous de poteaux n’a permis de dégager des ensembles cohérents. Si la présence d’un bâtiment à cet endroit est probable, le plan proposé est tout à fait hypothétique.

FIG. 54 – Plan de détail no 6.1 nivellement du fond N < 58,90 ; 2 58,90 < N < 59,00 ; 3 59,00 < N < 59,10 ; 4 59,10 ≤ N ; 5a nivellement par rapport au niveau NGF ; 5b profondeur par rapport au niveau de décapage (en centimètres).

YM del./MC

• Plan no 7 (fig. 55)

82Il en est de même pour la construction rectangulaire proposée pour cet espace. Le nivellement, qui n’a pu être retrouvé dans les minutes de fouille, aurait peut‑être fourni des éléments d’analyse déterminants.

FIG. 55 – Plan de détail no 7 

YM del./MC

2.2.3 Les fosses

83La plupart des nombreuses fosses mises au jour sur ce site ne seront l’objet d’aucune étude particulière. En effet, ni leur profil, ni leur comblement, ni même leur disposition les unes par rapport aux autres ne présentaient suffisamment de particularités pour tenter une interprétation. Moyennement vastes (diamètre compris entre 1 et 3 m) et peu profondes (entre 10 et 50 cm sous le niveau de décapage), elles étaient le plus souvent remblayées avec une terre brune très homogène qui correspond vraisemblablement à de l’arène oxydée au contact de l’air ou de matières organiques. Les tessons comme les pierres, de dimensions modestes, ne sont guère plus fréquents que dans les trous de poteaux.

2.2.3.1 La mare

84De la cinquantaine de fosses mises au jour lors du décapage, l’une nous a surpris par son ampleur (environ 17 m de diamètre soit, en tenant compte de nombreuses irrégularités dans sa forme, une superficie d’environ 200 m2). Dans la mesure où la fouille manuelle intégrale d’une telle structure paraissait, de par les conditions d’urgence (nous étions en juin 1987), d’ores et déjà impossible, nous avons décidé d’aborder immédiatement son étude par trois tranchées réalisées jusqu’au substrat (fig. 10).

85Ces premiers travaux nous ont permis, après rectification des coupes ainsi effectuées, de relever trois stratigraphies (fig. 56) et, par une étude des remplissages et des profils, d’aborder les raisons d’être d’une telle excavation. On peut tout d’abord noter que son creusement n’a pas eu pour objet premier l’extraction de matériaux. En effet, la caractéristique essentielle d’une carrière est d’épouser au mieux les matériaux qu’elle souhaite extraire du substrat. Or, ce ne peut être le cas ici puisque cette structure a entamé aussi bien des couches d’arène qu’un affleurement de roche diaclasée ou même une bande argileuse très étroite, résultat probable d’une dégradation accentuée de l’arène à l’emplacement d’une ancienne faille. Il est évident que la volonté d’obtenir une forme déterminée, en l’occurrence une cuvette très large et peu profonde, a prédominé ici sur la nature du matériau rencontré (même si les quelques anomalies dans la forme globalement circulaire du pourtour peuvent s’expliquer par la mise au jour d’un substrat relativement compact en profondeur).

FIG. 56 – Coupes à travers la mare. 1 limon brun ; 2 limon mëlè d’arène ; 3 remblai de pierres, d’arène et de terre brune ; 4 terre brune ; 5 arène mèlèe de pierrres ; 6 terre brun clair ; 7 limite du substrat ; 8 limite de recreusement ; 9 limite de décapage.

YM del./MC

86L’hypothèse que nous avons formulée immédiatement sur le terrain a été celle d’une mare. En effet, la présence d’une couche de limon relativement épaisse qui tapissait le fond (fig. 56) suggérait une fosse ouverte aux pluies ou aux vents. Le principal argument s’opposant à une telle interprétation était la nature du substrat qui, majoritairement constitué d’arène, devait selon toute probabilité être perméable et empêcher l’accumulation des eaux pluviales. Les premières averses de l’été 1987 nous ont rapidement détrompés. Les tranchées effectuées au tracto‑pelle, et dont le fond avait été soigneusement nettoyé et brossé, se sont, en l’espace de quelques heures, remplies d’eau sur une épaisseur de quelques dizaines de centimètres, le dépôt presque immédiat de limons très fins ayant rendu étanche la structure.

87L’interprétation comme mare a d’ailleurs été ultérieurement validée par les analyses sédimentologiques et palynologiques effectuées sur un échantillon de terre prélevé au cœur des limons (cf. infra Marguerie § 3.5.1 et 3.5.2 ; Gebhardt § 3.6.1). Ces travaux ont en effet mis en évidence les traces « d’une sédimentation vaseuse au sein d’une eau calme, stagnante » et « la présence de quelques plantes herbacées hygrophiles comme la massette (roseau), la laiche ou le scirpe (jonc) ou encore le potamot ».

88Toutes les strates qui surmontent les limons sont le témoignage d’un comblement méticuleux de cette structure par l’apport de couches successives d’arène et de terres mêlées de nombreuses pierres et de tessons de céramique, l’ensemble étant très compact. Ces remblais ayant été ultérieurement recoupés lors de la mise en place des clôtures de type 5 puis de type 3B dans cette partie du site, il est évident que la mare a cessé de fonctionner dans une phase relativement ancienne et, de toute façon, avant la mise en place des enclos de phase III schématisés sur la fig. 43.

2.2.3.2 Le souterrain

89Le souterrain (fig. 57‑60) n’a livré, lors de l’étude de sa structure ou de son comblement, aucune donnée nouvelle sur ce type d’excavation désormais bien connu sur une partie de la péninsule Armoricaine. En conséquence, l’analyse de cette cavité sera relativement brève, le phénomène particulier que constitue la découverte d’une telle structure au bord de la Rance et au cœur d’un habitat largement décapé étant abordé dans le cadre de la synthèse des données.

90Qu’il nous suffise donc de signaler que cette excavation apparaît comme très classique dans un ensemble de plusieurs dizaines de souterrains récemment fouillés et dont plusieurs synthèses (Giot 1960 ; Giot 1990b ; Giot et al. 1978) ont retracé les principales caractéristiques.

FIG. 57 – Intérieur du souterrain.

cl. YM/MC

91Le puits d’accès, creusé dans la roche diaclasée, a une forme relativement régulière et cylindrique (fig. 58). Profond de 3 m depuis le niveau de décapage, soit environ 3,45 m sous le sol de l’époque, il mesure approximativement 1,30 m de diamètre. On a pu observer les traces, parfois très nettes, de coups de pics sur les parois, le plus souvent orientées suivant une angulation proche de 45o par rapport à l’horizontale (fig. 59).

FIG. 58 – Puits d’accès du souterrain, depuis la surface.

cl. YM/MC

92De la base du puits divergent deux salles qui, taillées dans une roche plus compacte, sont nécessairement plus irrégulières. Leur sol comme leurs parois présentent de nombreuses aspérités (fig. 57) qui ont occasionné, lors des déplacements de fouilleurs dans cette structure, de nombreuses écorchures. On note la présence de deux petites cavités : l’une, localisée à l’extrémité d’une des galeries principales et visible sur la coupe B‑B, correspond probablement à l’amorce du creusement d’une salle qui a été interrompu du fait de la proximité d’un fossé (fig. 53, 60). Quant à l’autre, creusée à partir du puits d’accès (fig. 59, 60, coupe A‑A), elle devait elle aussi correspondre à une tentative de percement qui n’a pu être prolongée de par la nature de la roche qui devient subitement extrêmement dure à cet endroit.

FIG. 59 – Paroi du puits d’accès du souterrain ; en bas, tentative avortée de percement d’une nouvelle salle.

cl. YM/MC

FIG. 60 – Plan et coupes du souterrain. 1 fragments de roche ; 2 terre brun clair mêlée d’arène ; 3 cendres et fragments de céramiques ; 4 terre brune mêlée de pierres ; 5 limite du substrat ; 6 limite de décapage ou d’effondrement.

YM del./MC

93L’absence de sols aménagés et, dans une moindre mesure, celle de réelles chatières entre le puits et les salles sont des phénomènes courants. Aucune trace liée à l’utilisation de cette structure (apports de terre, de tessons de céramiques, voire de charbons de bois) n’a pu être identifiée. Tous les matériaux retrouvés correspondent à deux phases bien distinctes.

94Le rebouchage du puits d’accès est matérialisé tout d’abord par un rejet localisé de terre brun foncé mêlée de nombreux tessons et charbons de bois, résultat probable d’un vidage d’ordures dans cette excavation devenue inutile. Cette couche est immédiatement surmontée d’un important apport de terre brun clair et de pierres qui constituent le réel remblai de scellement du puits.

95Deux strates correspondent à des phénomènes postérieurs à cet abandon. Une petite couche de terre brune résulte probablement des tassements qui ont généré, au fil des ans, l’enfoncement progressif sur quelques dizaines de centimètres des sols anciens. Une strate constituée de plaquettes de roche correspond à l’effritement progressif et multiséculaire des voûtes du souterrain. La finesse de cette couche (environ 10 cm) démontre à elle seule la solidité d’un substrat qui ne s’est que fort peu érodé.

96Aucune trace de protection du puits d’accès au niveau du sol n’a pu être clairement mise en évidence (fig. 51). Il existe bien quelques trous de poteaux, mais les tentatives de tri n’ont pas permis de distinguer parmi ces excavations, souvent peu profondes, les fosses de calage d’une superstructure de bois. Il est pourtant certain que l’accès était soit obturé par un bouchon d’argile et de paille comme les silos, soit protégé par une structure plus élaborée. En effet, aucune trace de ruissellement n’a pu être constatée à l’intérieur. Or la présence de l’effondrement d’une voûte a permis aux averses du mois de juin de remplir les salles d’une épaisse nappe d’eau qui a été ensuite très lente à s’évaporer.

97En l’absence de traces d’utilisation ou de relations clairement établies avec des activités localisées à la surface et à proximité du puits d’accès, la fonction de telles excavations est loin d’être établie. On en revient là encore aux hypothèses formulées par les archéologues : « les souterrains [...] pouvaient constituer des abris momentanés, des caves pour tenir des denrées au frais (l’été) ou des cachettes » (Giot 1960).

98Cette fonction présumée n’est pas très éloignée de celle que Tacite (Germanie, 16) décrit chez les Germains de son temps : « Ils ont [...] l’habitude de creuser des cavités souterraines et ils les chargent en dessus d’un gros tas de fumier, refuge contre l’hiver et resserre pour les grains : car ils adoucissent la rigueur des froids par ces sortes d’abris, et s’il arrive que l’ennemi survienne, il ravage ce qui est à découvert, mais ce qui est caché et enfoui se fait ignorer ou lui échappe, par cela même qu’il lui faut le chercher » (traduction J. Perret).

99Cette hypothèse de cave‑cachette, la plus séduisante à notre avis parmi celles qui sont en vigueur actuellement, explique cependant mal l’absence fréquente du minimum d’aménagements (sols aplanis, supports pour les lampes ou les torches) que l’on s’attendrait à trouver dans une telle structure. Seul le caractère extrêmement rare des visites peut expliquer le fait que l’on ne se soit pas donné la peine d’effectuer ces travaux somme toute modestes. Quant à l’absence quasi générale de restes de céramiques et notamment de grands vases à provision en position fonctionnelle dans ces souterrains, elle nous paraît moins déconcertante. En effet, les heurts fréquents que l’on est en droit d’attendre dans ces excavations obscures et aux sols irréguliers devaient justifier l’emballage des denrées (quand emballage il y avait) dans des récipients confectionnés à l’aide de matériaux moins sensibles aux chocs (vanneries, sacs en tissus, tonneaux...). Le stockage en vrac des grains nous paraît, de par l’irrégularité des sols et la présence de volumes d’air importants piégés sous les voûtes des salles, peu plausible. Si ce procédé a existé, il n’a pu fonctionner en utilisant le principe d’anaérobie utilisé pour les silos et expérimenté par P. Reynolds (1982).

100Quoi qu’il en soit, il est évident que seules la poursuite de fouilles extensives autour de ces structures et, plus probablement encore, l’application d’autres méthodes de recherche (analyse, expérimentation...) peuvent désormais être à même de nous fournir suffisamment d’éléments pour valider, ou infirmer, telle ou telle hypothèse.

2.2.3.3 La fosse 102

101Cette fosse no 102, localisée au‑dessus de l’extrémité d’une des galeries du souterrain, à proximité immédiate d’un bâtiment (fig. 61), est de forme subrectangulaire et de dimensions voisines de 4,80 x 2 m, pour une profondeur proche de 40 cm sous le niveau de décapage. Son profil est donc relativement classique.

FIG. 61 – Extrait du plan de détail de la fig. 53 ; fosse no 102.

YM del./MC

102Elle présente par contre un remplissage en deux temps, avec d’abord un apport de limon brun, puis un recreusement et un comblement constitué de pierres rougies mêlées, et c’est là un fait exceptionnel sur le site, d’importants fragments d’objets en fer malheureusement peu identifiables, peut‑être les restes d’outils ou d’une roue de char qui paraissent comme déchiquetés et ployés (cf. infra § 3.3.1).

103L’interprétation d’une telle structure est très délicate. La couche de limon prouve que cette fosse a été laissée un temps ouverte à l’air libre. Le recreusement de celle‑ci, le rejet d’éléments métalliques (le métal est si rarement retrouvé sur ces sites), puis le remblaiement de la nouvelle excavation par de nombreuses pierres, de dimensions parfois supérieures à 50 cm, sont des phénomènes trop remarquables pour ne pas témoigner d’une utilisation particulière que nous ne pouvons déterminer mais que nous tenions à signaler.

2.2.3.4 Fosses de plantation ou fosses d’arrachage ?

104Deux autres groupes de fosses ont également retenu notre attention.

105Le premier, étudié en 1987, se présente sous la forme d’un alignement de quatre fosses régulièrement espacées d’environ 3,50 m (fig. 62). Elles ont toutes un profil en cuvette, un diamètre voisin de 1,60 m et une profondeur comprise entre 16 et 26 cm sous le niveau de décapage, soit environ 60 à 70 cm sous le sol de l’époque. Leur comblement, là encore identique, était constitué de terre brun foncé, vraisemblablement de l’arène immédiatement remise dans les excavations mais lentement oxydée au contact de matières organiques. Leur isolement, le fait qu’elles forment un alignement strictement parallèle aux clôtures de l’enclos où elles se situent, leur disposition les unes par rapport aux autres comme leur forme nous font assimiler ces fosses à des excavations pratiquées dans le sol pour planter des arbres, probablement des fruitiers dont la présence a par ailleurs été mise en évidence par l’analyse des charbons de bois (cf. Marguerie infra § 3.5.2).

FIG. 62 – Extrait de la fig. 49 ; localisation de fosses de plantation d’arbres (?).

YM del./MC

106Le deuxième groupe pour lequel nous avons tenté une analyse particulière consiste en un ensemble de deux fosses adjacentes et de formes très particulières, jamais rencontrées par ailleurs sur le site (fig. 63). Peu profondes (environ 0,45 m sous le niveau de décapage, soit 0,90 m sous le sol de l’époque), elles présentent un profil très tourmenté, de nombreuses irrégularités, bref, toutes les traces d’un creusement anarchique qui ne paraît justifié, ni par la volonté d’obtenir une excavation de forme particulière, ni par la nature du substrat relativement homogène à cet endroit. On note également la présence, au niveau du fond, de quelques trous de petit diamètre (environ 10 cm) et disposés de manière aléatoire (fig. 46). Les comblements étaient constitués de terre brune mêlée de quelques fragments de roche qui sont le reflet exact, avec une teinte plus foncée et quelques tessons supplémentaires, du substrat environnant.

FIG. 63 – Extrait de la fig. 47 ; localisation de deux fosses d’arrachage d’arbres (?).

YM del./MC

107Pour avoir nous‑mêmes pratiqué ce genre de travail, nous estimons que ces deux fosses présentent un aspect relativement proche des traces que peut laisser l’arrachage d’un arbre de taille relativement modeste (chacune des fosses fait environ 2,70 m de diamètre). Une telle opération nécessite en effet de nombreux creusements localisés au niveau des racines maîtresses (éventuellement matérialisées par les petits trous dans le substrat) pour permettre de les sectionner. Il va de soi que, même si nous considérons cette hypothèse comme vraisemblable, il n’y a pas ici matière à certitude.

2.3 Un sanctuaire ?

2.3.1 Description de la zone « à statuettes »

108Si nous avons décidé de réaliser une étude spécifique pour cet espace immédiatement adjacent aux structures que nous venons de présenter, c’est que, dès le décapage, son caractère inhabituel est devenu évident. La présence d’une excavation de forme très particulière pratiquée dans le substrat rocheux, à laquelle paraissaient associées des fosses nombreuses et remplies de pierres brûlées, l’abondance en fragments de tuiles ou de céramiques gallo‑romaines, enfin la découverte de nombreux fragments de statuettes en terre blanche constituaient autant de particularités qui justifiaient la mise en place d’une procédure de fouille méticuleuse dans ce secteur. Fort heureusement, ce chantier s’est déroulé en 1989, à une date où les conditions de travail étaient celles d’une opération programmée. Des décapages niveau par niveau, des relevés systématiques d’un maximum de données nous ont fourni une information abondante sur un espace pourtant fortement arasé et dont le substrat est intégralement constitué de roche.

109Nous analyserons successivement les structures localisées au cœur de cet enclos délimité par trois fossés, puis les fosses et les trous de poteaux situés à la périphérie, et enfin le mobilier qui peut nous fournir les informations chronologiques et fonctionnelles essentielles à la compréhension de cet espace.

2.3.2 Essai de mise en évidence des bâtiments successifs

110À l’issue du décapage de la terre végétale, un nettoyage de la surface a permis d’effectuer un premier relevé en plan (fig. 64) sur lequel on remarque la présence de nombreux trous de poteaux et d’une excavation assez large en forme de U ouvert vers le sud. Des différences dans la couleur des terres ou dans la répartition des pierres et des tuiles à l’intérieur des remblais de cette fosse apparaissent déjà.

FIG. 64 – Plan de la zone « à statuettes » à l’issue du décapage de la terre végétale. 1 pierres ; 2 terre brun foncé ; 3 fragments de tuiles ou de briques ; 4 terre brun foncé avec charbons de bois ; 5 limite des excavations dans le substrat ; 6 terre brune.

YM del./MC

111La fouille d’une épaisseur constante de 15 cm de terre, après enlèvement des seules pierres et tuiles précédemment relevées, a permis la réalisation d’un second plan (fig. 65). L’ensemble des trous de poteaux est désormais vidé et le comblement de l’excavation la plus imposante n’est plus constitué que d’une terre homogène de couleur brune mêlée de quelques pierres et fragments de tuiles.

FIG. 65 – Plan de la zone « à statuettes » à l’issue d’un décapage sur 15 cm des terres archéologiques. 1 pierres ; 2 limite de la fouille ; 3 fragments de tuiles ou de briques ; 4 terre brune ; 5 limite des excavations dans le substrat.

YM del./MC

112Enfin, l’enlèvement des terres sur une nouvelle épaisseur de 15 cm a permis d’atteindre partout le fond de l’excavation. En conséquence, sur le plan effectué à ce stade de la fouille (fig. 66) ne figurent que les limites des creusements constatés dans le substrat rocheux, à l’exception de quelques pierres qui, trop profondément enfouies, n’avaient pu être relevées sur les documents précédents.

FIG. 66 – Plan de la zone « à statuettes » à l’issue de la fouille.

YM del./MC

113Une coupe réalisée au cœur des remblais de cette structure (stratigraphie no 47, fig. 64) a mis en évidence la superposition de deux couches. L’une, mêlée de nombreuses pierres et tessons de céramiques, surmontée d’un fin niveau de terre brune, parfois très foncée, renferme une plus forte concentration en fragments de tuiles, d’os ou de coquillages et charbons de bois.

114Nous tenions à publier ces documents bruts, simplement mis au net, afin de permettre au lecteur de disposer des éléments de base d’une analyse qui, fondée sur des structures très arasées ou plus exactement très peu profondément ancrées dans le sol, s’est parfois révélée délicate.

115La nature du substrat, constitué de gneiss diaclasé (fig. 67) a été un handicap pour l’identification des trous de poteaux. Cependant, le fait que la roche ait été aplanie dans ce secteur par des phénomènes d’extraction de roche préalables au creusement de ces excavations (cf. infra § 4.2, fig. 143) a permis la mise en évidence, avec une marge d’erreur assez faible, de 27 de ces structures que l’on a tenté de sérier en fonction de leur forme ou de la nature de leur remblai.

FIG. 67 – Vue générale de la zone « à statuettes », à la fin de la fouille.

cl. YM/MC

116Les différences de couleur ou de texture entre les différents comblements, tous constitués d’un mélange de terre brune et de quelques éclats de roche (hormis une couronne de pierres disposées en calage visible à l’angle supérieur gauche de la fig. 64), ne se sont pas révélées pertinentes. Quant aux profils, il faut bien dire que la nature du substrat a nécessairement imposé sa loi lors du creusement des trous et qu’il ne faut donc pas s’attendre, là moins qu’ailleurs, à ce que la forme ou la profondeur de l’excavation reflètent la « manière de faire » d’un ouvrier. L’absence de mise en évidence de groupements significatifs à l’issue de ces tentatives de tri n’est donc pas surprenante.

117Fort heureusement, la mise au jour des fragments de céramiques, lors de la fouille de ces excavations (40 tessons répartis sur 17 trous de poteaux, 10 étant vides de tout mobilier archéologique), nous a permis de tenter un nouvel essai de sériation, Une distinction entre les structures de ce type ayant livré, parfois mêlés à quelques éléments plus anciens, du mobilier de type gallo‑romain (fragment de céramique, de tuile ou de statuette), a permis de mettre en évidence deux groupements distincts (fig. 68) qui ne sont peut‑être pas dénués de signification.

FIG. 68 – Essai de restitution des bâtiments successifs à l’emplacement de la zone « à statuettes » ; I sériation des trous de poteaux en fonction du mobilier qu’ils recelaient ; II proposition de restitution du plan de la construction initiale ; III proposition de restitution (?) du plan de la deuxième construction ; IV traces de construction gallo‑romaine. 1 trou de poteau ayant livré uniquement du mobilier datable de l’âge du Fer ; 2 trou de poteau ayant livré du mobilier gallo‑romain ; 3 paroi possible ; 4 base de colonne à éléments de brique et zone à fragments de briques et de tuiles gallo‑romaines ; 5 trou de poteau sans mobilier ; 6 limite de creusement dans la roche antérieurement aplanie par un phénomène d’extraction de matériaux.

YM del./MC

118Un premier plan tente d’intégrer, comme limite de paroi, les trous de poteaux n’ayant livré que du mobilier de type protohistorique (fig. 68, II). Il ne peut au mieux que suggérer ce qui a dû exister : une construction sur poteaux ancrés dans le substrat.

119Le caractère aléatoire de tels plans est encore renforcé pour le bâtiment suivant, caractérisé au niveau des fondations par une excavation assez vaste pratiquée dans la roche jusqu’à une profondeur d’environ 0,30 m sous le niveau de décapage. Sa forme globale est celle de deux tranchées parallèles, larges d’environ 2,60 m et dont les bords sont relativement abrupts (fig. 64, stratigraphie no 47). La plupart des irrégularités peuvent s’expliquer par la nature du substrat, et notamment par la disposition des diaclases qui a nécessairement conditionné le creusement.

120Nous suggérons de voir dans ces structures les traces de fondations de sablières basses calées avec des matériaux, de la terre et principalement des pierres, extraits lors du creusement. La largeur des deux excavations les plus vastes ne peut s’expliquer, si l’on suit cette hypothèse, que par la présence de quatre poutres parallèles et disposées contre chacune des parois (fig. 68III).

121Les ultimes vestiges de la construction la plus tardive du site étaient quant à eux inclus dans la fine strate qui surmontait les remblais de calage des poutres sablières (fig. 64, stratigraphie no 47). L’aire occupée par cette couche de terre brune plus ou moins foncée et chargée en charbons de bois, en fragments d’ossements ou de coquillages est relativement limitée. La seule structure archéologique mise au jour à ce niveau est la base d’une colonne de brique formée par l’assemblage de quatre éléments préfabriqués à cet usage (fig. 64, 69). Malgré les légers tassements que cette structure a subis, il semble bien qu’elle ait été découverte en place. Toutefois, de nombreux fragments de briques ou de tuiles épars sur une aire limitée (fig. 75) semblent témoigner d’une construction disparue, non ancrée dans le sous‑sol, et de plan indéterminé. Une étude archéomagnétique réalisée par M.L. Goulpeau sur ces fragments de tuiles et de briques a mis en évidence deux données essentielles : ces matériaux semblent avoir appartenu à une unique construction, bâtie antérieurement à 40 ap. J.‑C. et qui a probablement subi une destruction par incendie (Goulpeau 1992).

FIG. 69 – Base de colonne en brique. Au bout de la truelle, fragment de statuette en terre blanche. Cet élément de construction semble bien en place. En effet, les quatre éléments de brique sont restés assemblés malgré l’absence de mortier.

cl. YM/MC

122Il est bon de rappeler ici la présence de 7 trous de poteaux ayant livré un fragment de tuile ou de céramique romaine. Six d’entre eux forment un arc de cercle presque parfait, et sont de plus espacés de manière relativement régulière (fig. 68, IV).

FIG. 70 – Graffites mis au jour parmi les fragments de statuettes.

YM del./MC

2.3.3 Étude des structures périphériques : fosses et trous de poteaux

123Quelques trous de poteaux ont été mis au jour légèrement à l’écart des bâtiments précédemment étudiés. Ils s’organisent en deux groupes distincts apparemment cohérents (fig. 71) :
– trois d’entre eux forment un alignement presque parfait localisé à l’ouest des constructions et perpendiculaire à l’extrémité du fossé principal qui clôture au sud cet espace ; régulièrement espacés d’environ 5 m, ils semblent bien constituer les ultimes traces d’une structure apparemment plus en relation avec les limites de l’enclos qu’avec d’éventuels bâtiments ;
– quatre trous de poteaux, localisés quant à eux dans la partie est de l’enclos (fig. 71), dessinent un rectangle parfaitement régulier ; leurs formes et leurs dimensions presque identiques rendent certaine la présence à cet emplacement d’une construction d’une superficie au sol proche de 24 m2 (4 m par 6 m).

FIG. 71 – Plan élargi de la zone « à tatuettes ».

YM del./MC

124Deux fosses paraissent disposées au niveau des petits côtés de cet édifice :
– celle située au nord (fig. 72), vaste (4,5 m par 1,5 m) mais peu profonde (20 cm sous le niveau de décapage) est de forme très irrégulière ; son comblement était exclusivement constitué de terre brun clair mêlée de nombreux fragments de roche, très proche, quoique de teinte plus sombre, du substrat environnant ; quelques rares fragments d’argile cuite ou de céramiques protohistoriques constituaient tout le mobilier ; il est probable que cette excavation a été très rapidement comblée avec les matériaux extraits lors de son creusement ;
– la fosse localisée sur la face sud (fig. 73) présente un tout autre aspect ; creusée elle aussi dans la roche, et donc de forme légèrement irrégulière, elle est peu profonde (30 cm sous le niveau de décapage) et relativement petite (1,6 x 1 m) ; son comblement, constitué d’une alternance de couches de cendres et d’arène granitique, témoigne vraisemblablement d’une utilisation prolongée et de plusieurs vidanges de la structure ; le seul mobilier découvert est constitué de cinq graines carbonisées de véronique à feuille de lierre et de charbons de bois (cf. Ruas infra § 3.5.3, Marguerie infra § 3.5.2) ; on peut noter la présence de quatre petites excavations, sans doute les restes ultimes de trous de poteaux dont certains conservent quelques pierres disposées en calage ; leur disposition à proximité de la fosse témoigne peut‑être de la présence d’un auvent au‑dessus de celle‑ci, sans certitude cependant car les traces sont faibles et la régularité de l’ensemble n’est pas parfaite ;
– une troisième fosse (no 200, fig. 71), très allongée, était elle aussi peu profonde ; son comblement, constitué exclusivement de terre brune, n’a livré qu’un fragment de céramique protohistorique et de nombreux fragments de charbons de bois, exclusivement des racines de chêne (cf. Marguerie infra § 3.5.2) ;
– une quatrième fosse (fig. 71), située à une distance de 10 m au sud de la précédente, semble formée de la superposition de multiples excavations, toutes comblées avec un mélange de pierres et de terre brun clair comportant quelques rares tessons protohistoriques ;
– enfin, une cinquième fosse se détache nettement de l’ensemble précédent par sa position excentrée à l’ouest de l’espace (fig. 74) ; creusée dans l’arène, elle mesurait approximativement 2,40 m sur 1,80 m, pour une profondeur sous le niveau de décapage d’environ 20 cm ; son comblement, à l’exception d’un rejet localisé de fragments d’argile cuite, était constitué de terre brun foncé et de nombreuses pierres le plus souvent rougies et ayant manifestement subi l’action du feu ; on a pu constater, lors du décapage de ce secteur au tracto‑pelle, la présence d’une nappe peu épaisse (quelques centimètres) mais très vaste (fig. 71) de pierres rougies et de nombreux tessons de céramiques et charbons de bois tout autour de cette structure ; cette particularité nous fait interpréter cette excavation comme une fosse de cuisson à l’intérieur de laquelle les aliments pouvaient être cuits au contact de pierres préalablement chauffées.

FIG. 72 – Fosse no 245, remplie de terre brune ; en noir fragments d’argile cuite.

YM del./MC

FIG. 73 – Fosse no 221.1 terre brune et pierres ; 2 arène granitique ; 3 cendres.

YM del./MC

FIG. 74 – Fosse no 240.1 terre brune et pierres ; 2 nappe de fragments d’argile cuite.

YM del./MC

125Il est pratiquement impossible de proposer des associations chronologiques entre ces structures et les bâtiments supposés ou les fossés limitrophes.

2.3.4 Étude du mobilier

126Le mobilier mis au jour lors de la fouille de cet espace ne fera l’objet d’une étude particulière dans ce chapitre que dans la mesure où il a semblé différer du mobilier issu de la fouille des autres secteurs. Dans le cas contraire, seule sa répartition dans l’espace sera abordée.

2.3.4.1 La céramique protohistorique. pl. 29‑31

127Les seules particularités notées dans cet espace sont une plus grande fréquence des formes basses (écuelles) et le fait que, lorsque des formes hautes sont présentes, il s’agit en général de vases d’un diamètre voisin de 15 cm, soit une taille relativement modeste sur ce site. Nous ne pouvons toutefois déterminer si ces particularités résultent du caractère tardif de la plupart de ces céramiques dans l’âge du Fer, à l’inverse de la majorité de celles découvertes sur l’habitat, ou d’une nature particulière de l’espace où elles ont été mises au jour. Les traces de suie, nombreuses sur ces vases, montrent qu’il s’agit dans bien des cas de récipients à usage culinaire. Leur dispersion (fig. 75) ne reflète aucune concentration, presque toutes les excavations étant concernées.

FIG. 75 – Répartition du mobilier dans la zone de dispersion des fragments de statuettes

YM del./MC
□ niveau supérieur de décapage
□ niveau moyen
□ niveau inférieur

2.3.4.2 La céramique gallo‑romaine. pl. 29‑31

128La céramique gallo‑romaine ne présente en fait que fort peu de particularités. Tout au plus peut‑on noter la présence parmi de nombreuses poteries fines, sigillées et surtout terra nigra, de vases à usage culinaire (marmite tripode) avec des traces de suie. À la différence des céramiques protohistoriques, qui se trouvaient manifestement en remblai, il semble bien qu’une partie du mobilier gallo‑romain ait été préservée de l’érosion grâce à un tassement des niveaux d’occupation. En effet, on peut tout d’abord noter que la plupart des fragments ont été mis au jour dans le premier niveau de décapage et sur la superficie recouverte par une couche de terre de‑ couleur brune plus ou moins foncée (fig. 64). De plus, malgré quelques remaniements certains, dus à des animaux fouisseurs ou à des excavations pratiquées par les occupants de l’établissement et matérialisées par la présence de tessons, en position verticale ou situés à plus de 15 cm de profondeur sous le niveau de décapage, la plupart des fragments ont été trouvés en position proche de l’horizontale. La présence d’une base de colonne à éléments de briques dans cette couche brun foncé renforce cette impression d’un sol d’occupation proche du niveau de décapage. La répartition des fragments de céramiques gallo‑romaines (fig. 75) montre une distribution des découvertes sur la majeure partie de la surface, sans réelle concentration notable.

2.3.4.3 Les statuettes en terre blanche. pl. 32‑34

129Sur les 132 fragments de statuettes qui ont été mis au jour lors de la fouille de cet enclos, seuls 68, ceux qui ont été dessinés par J.‑Y. Cotten, représentaient suffisamment de caractéristiques pour être rattachés à un type de représentation particulière. Ils sont décrits individuellement dans le cadre de l’inventaire, structure par structure, de l’ensemble du mobilier (cf. infra, structure no 199).

130Nous nous contenterons donc ici de souligner l’extrême fragmentation du matériel qui est en outre parfois usé de telle manière que l’on peut penser, pour certains tessons, qu’ils ont été piétinés avant d’être enfouis. Cette hypothèse confirme celle, formulée pour la céramique gallo‑romaine, d’un matériel piégé par le tassement des sols d’occupation. La quasi‑absence de collages, la variété des pâtes (beige rosé, blanc, beige, voire rouge et parfois engobée de blanc) montrent à l’évidence que les tessons recueillis proviennent de nombreuses statuettes différentes (au moins 70 pour les 132 fragments recueillis) et ne sont qu’un pâle reflet du matériel qui a dû être dispersé à cet endroit du site. Il faudrait en effet probablement multiplier le nombre des fragments par 20 ou 30 pour obtenir les morceaux nécessaires à la seule reconstitution des figurines identifiées.

131Nous ne chercherons pas à faire rentrer chaque fragment dans une typologie extrêmement affinée qui n’apporterait rien à la compréhension de ce site et encore moins à l’attribution d’une datation. Une évolution claire de ce type de mobilier est en effet difficile à établir du fait de la pratique systématique du surmoulage, et ce sont plutôt les céramiques gallo‑romaines, que j’attribue au ier s. ap. J.‑C., voire au tout début du iie s., qui fournissent un calage chronologique pour ces figurines. Il est par ailleurs cohérent avec les rares données actuellement recensées ou publiées. La répartition entre ces grands types s’effectue de la manière suivante.

Vénus anadyomènes

132Les Vénus anadyomènes (Rouvier‑Jeanlin 1972 : type II) sont représentées par 42 fragments, deux associations probables entre tessons aux pâtes identiques pouvant ramener au mieux ce nombre à 40 statuettes différentes. Il s’agit du modèle le plus fréquent. La déesse nue, debout sur un socle, laisse pendre une serviette le long de sa jambe gauche et, de sa main droite, tient l’une des mèches qui pendent sur chacune de ses épaules. La coiffure est généralement représentée sous la forme d’un grand bandeau frontal séparé par une raie médiane. Celle‑ci se prolonge à l’arrière où les cheveux sont rassemblés en un petit chignon sur la nuque duquel s’échappent généralement deux mèches. Seule une tête de statuette (no 199 S 8, pl. 32) contredit, par la disposition des boucles autour de son visage, ce schéma traditionnel (Rouvier‑Jeanlin 1972 : groupe AHH).

133Conformément aux canons esthétiques habituels à ce type d’objet, les seins sont petits. Le torse, étroit, s’évase largement au niveau des hanches. Si le nombril n’est jamais marqué, la fente du sexe est le plus souvent indiquée. Les pieds peuvent être soigneusement représentés, avec des orteils individualisés (no 199 S 4, pl. 32) ou, le plus souvent, empâtés. Lors de la fixation de la statuette sur son socle hémisphérique, le coroplathe a dû presser l’argile contre cette extrémité, atténuant ainsi les reliefs en les écrasant, et ne s’est pas donné la peine de retravailler cette partie de la figurine comme il a pu le faire, par exemple, en soulignant d’incisions la disposition de la chevelure. Dans les deux cas où un trou d’évent a pu être remarqué, il se situe toujours sur la face arrière, à la jonction entre la fesse gauche et le bord de la serviette.

134Malgré le caractère affadi des reliefs et la reprise de certains détails après le démoulage, il est possible de distinguer quelques associations probables entre des statuettes issues du même moule : le no 125 avec le no 73, le no 43 avec la no 62 ou encore le no 79 avec les nos 23b et 58 (pl. 32‑34). Cependant, même dans ces cas, la différence de couleur entre les pâtes interdit de voir dans ces productions le résultat d’une même fournée.

Déesses‑mères

135Les déesses‑mères (pl. 32‑34), encore appelées nourrices, sont représentées par 17 fragments, une association probable entre deux tessons de pâte identique pouvant au mieux ramener ce nombre à 16 statuettes. Il s’agit d’un type de représentation extrêmement classique (Rouvier‑Jeanlin 1972 : type I). Une femme est assise sur un fauteuil en osier à dossier élevé et dont la structure est le plus souvent schématisée par l’association de motifs en arête de poisson disposés en figures parallèles. Les deux pieds de la nourrice émergent du bas d’une robe ample, à larges plis, qui la vêt jusqu’au cou, ménageant cependant deux ouvertures par lesquelles tètent deux nourrissons. Elle les soutient de ses bras ramenés sur son ventre et eux‑mêmes semblent presser les seins de leurs mains ramenées devant le visage. L’aspect de la robe au niveau des jambes est représenté le plus fréquemment sous la forme de longs plis tuyautés parallèles (Rouvier‑Jeanlin 1972 : groupe A). Il semble bien toutefois que deux fragments qui ne répondent pas à cette description (nos 34 et 22b, pl. 32 et 33) appartiennent, non aux représentations des serviettes de Vénus anadyomènes dont les ondulations sont assez caractéristiques, mais à des robes de déesses‑mères aux plis plus complexes (Rouvier‑Jeanlin 1972 : groupe B). Le socle, différent de celui des statuettes précédentes, est rectangulaire et guère plus large que la figurine qu’il supporte.

Vénus à gaine

136Les Vénus à gaine (pl. 32 et 33) ou, plus précisément encore, les Vénus de type Rextugenos (Rouvier‑Jeanlin 1972 : 136) sont représentées par cinq fragments de pâtes toutes différentes aux couleurs blanche, crème, voire rouge brique englobée de blanc. Les nombreux exemplaires de figurines de ce type dans l’ouest de la Gaule où elles étaient à l’évidence produites (un atelier est connu à Rennes, Mystères de Condate 1988) ont permis de définir ce type original auquel peuvent être sans peine rattachés les exemplaires du Boisanne. La figuration habituelle représente une femme nue à l’exception d’un collier souvent formé d’une juxtaposition d’étoiles comme c’est le cas ici (no 26b, pl. 33). De posture très hiératique, elle tient parfois les bras le long du corps (Rouvier‑Jeanlin 1972 : type V) ou, le plus souvent, ramène la main droite qui tient un objet indéterminé, entre ses seins petits et pommelés (Rouvier‑Jeanlin 1972 : type III). Le nombril est presque toujours marqué d’une ocelle, à la différence des Vénus anadyomènes. C’est pour cela que nous avons associé à ce type le fragment no 18, sur lequel la fente sexuelle n’est pas figurée (elle l’est parfois).

137La caractéristique la plus remarquable de ces représentations est le décor qui orne de manière envahissante pratiquement toutes les surfaces qui ne sont pas occupées par la Vénus elle‑même. L’association de cercles larges ou petits, et souvent concentriques, la disposition de globules ou de minuscules étoiles, le caractère rayonnant de certaines ocelles, permettent de produire des motifs très différents qui varient, si l’on en juge par les figurines actuellement connues, pratiquement d’une statuette à une autre.

138On peut enfin noter la présence d’une signature sur la face dorsale d’un des fragments (no 13, pl. 32) dont ne subsistent que trois lettres (VOT). Il faut vraisemblablement rattacher cette association de caractères à la signature la plus fréquemment retrouvée sur ce type de figurines : REXTUGENOS SULLIAT AWOT, Rextugenos a fait à (ou pour) Sullias.

Fragments

139Un fragment isolé (pl. 32, 199 S 33), peut quant à lui être assimilé à un type de représentation également très hiératique, rattaché au groupe des Vénus protectrices (Rouvier‑Jeanlin 1972 : 154, type II), où une femme impose sa main sur la poitrine d’un enfant ou d’un adolescent. Debout devant elle ou à sa droite, il se tient très droit, dans une position figée, et laisse pendre ses bras le long de son corps. Un collier orné de trois boules orne le haut de sa poitrine.

140Un autre fragment, lui aussi isolé (pl. 32, 199 S 1), peut quant à lui, être rattaché à un type bien plus classique : celui des Vénus sous édicule (Rouvier‑Jeanlin 1972 : 142). En effet, on peut distinguer sans peine sur ce tesson le sommet d’un chapiteau orné de deux volutes et, probablement, de feuilles d’acanthe stylisées. Il supporte, au‑dessus d’un tailloir orné d’incisions obliques, une épaisse corniche ornée de modillons. On aperçoit la partie droite d’une niche en forme de coquille renversée sous laquelle la déesse se tenait nue, encadrée par les deux piliers.

141Enfin, les deux derniers fragments (no 20a et no 15, pl. 32) représentent probablement les restes de deux bustes (les pâtes sont différentes) posés sur des socles hémisphériques et moulurés. Ils figuraient probablement des femmes ou des enfants si l’on en juge par les représentations de ce type les plus fréquentes en Gaule romaine (Rouvier‑Jeanlin 1972 : 261‑314).

142La carte de répartition de ces fragments de statuettes (fig. 75) met en évidence leur regroupement très net à l’emplacement de la plus forte concentration de fragments de tuiles et de briques.

2.3.4.4 Les restes animaux

143Sans anticiper sur l’étude ostéologique (cf. Krausz infra § 3.4.2), on peut néanmoins signaler que le petit ensemble d’ossements mis au jour lors de la fouille de cet espace diffère quelque peu des restes animaux mis au jour lors de la fouille des fossés de l’habitat. La répartition des os montre que pratiquement tous ont été découverts au cœur de la moins dense des deux concentrations de tuiles et de briques qui ont été observées (fig. 75).

144La présence quasi systématique d’os fracturés et découpés, de petits fragments brûlés intensivement, de pièces anatomiques variées d’espèces exclusivement domestiques, conduisent S. Krausz à interpréter cet ensemble comme le « résultat d’un “balayage” de déchets de cuisine qui seraient restés à l’air libre suffisamment longtemps pour être en partie rongés par les chiens ».

145Quant aux coquillages, au nombre de 18 pour les fragments qui n’ont pas été dissous par l’acidité du sol, ils se trouvaient étroitement mêlés aux ossements (fig. 75). Il s’agit là encore, à l’évidence, de restes d’activités culinaires. La répartition des espèces est intéressante avec une prédominance certaine des huîtres (12 valves) suivies des moules (4 valves) et, d’une manière plus anecdotique, des praires et des coques (1 valve). Ces coquillages doivent leur préservation, et par là même celle des ossements, au calcaire diffusé dans les terres par eux‑mêmes certes, mais aussi probablement par le mortier de chaux qui liait certains éléments de la construction (un fragment a été retrouvé lors de la fouille), ces deux éléments ayant augmenté le PH des sols.

2.3.4.5 Le mobilier métallique

146Sans anticiper sur l’étude de ce mobilier (cf. Rapin infra § 3.3.1), on peut signaler la relative abondance qui a caractérisé la fouille de cet espace : 14 éléments pour 638 fragments de céramiques (2,2 %) comparés aux 13 éléments pour environ 9 000 tessons (0,15 %) mis au jour lors de la fouille du reste du site. Nous ne savons si cette proportion, plus de quinze fois supérieure, résulte d’une réelle fréquence du mobilier métallique dans ce secteur, ou de l’utilisation de méthodes de fouilles plus méticuleuses limitées à cet enclos. L’utilisation de clous (8 exemplaires) pour la probable construction gallo‑romaine permet également de relativiser les résultats d’un tel essai de statistiques. En définitive, ces éléments métalliques, découverts pour la plupart au fond de l’excavation interprétée comme une tranchée de sablière basse (fig. 75), ne diffèrent guère de ceux mis au jour ailleurs sur le site.

2.3.4.6 Les graffites

147Seuls deux graffites ont été découverts sur le site du Boisanne, et tous deux dans l’espace où ont été mis au jour les fragments de statuettes (fig. 70).

148Pour le premier, on peut lire... TOS, les trois lettres étant gravées après cuisson sur un fond de vase probablement d’époque romaine. Ce graffite est incomplet et nous n’avons sans doute là que le dernier élément d’un patronyme gaulois en os, encore très classique au début de l’Époque romaine. On le comparera aux noms Rextugenos, Boduos (sur bagues de fibules du type pseudo‑La Tène II), Priscos, Dagodubnos (graffites sur céramique à Rezé), Vertros (graffite sur amphore à Quimper), etc.

149Le deuxième est également gravé sur la face externe d’un fond de céramique dont la pâte et la facture sont tout à fait analogues aux céramiques protohistoriques attribuées au ier s. av. J.‑C. Le caractère très partiel du fragment ne permet toutefois d’avoir aucune certitude. Il est tentant de voir dans le graffite, complet, un thêta, souvent formé ainsi dans l’épigraphie gallo‑grecque (Lejeune 1985 : 25 [G 3 : Coudoux, Bouches‑du‑Rhône], 136 [G 111 : Cabrières d’Avignon, Vaucluse], 302 [G 217 : Sernhac, Gard], 354‑355 [G 240 : Mont‑Beuvray]). On remarquera toutefois que, s’il s’agit bien d’une lettre grecque, nous avons là un unicum en Armorique et même dans toute la Gaule du Nord‑Ouest.

2.3.5 Faut‑il parler de sanctuaire ?

150Poser cette question à la suite de l’analyse de vestiges aussi arasés peut paraître trop ambitieux. Elle est pourtant fondamentale dans la mesure où c’est la première fois, à notre connaissance, qu’un tel espace pourrait être identifié lors de la fouille d’un petit établissement rural laténien.

151Mais tout d’abord, qu’appelle‑t‑on « sanctuaire » ? Nous reprendrons ici un texte de John Scheid (1990) qui concerne certes la Rome ancienne mais nous paraît bien évoquer le caractère complexe du problème posé. « D’un point de vue formel, un sanctuaire n’est pas nécessairement un bâtiment, ni d’ailleurs simplement un lieu ou un édifice occupés par une divinité. En effet, tout lieu public ou privé peut servir de sanctuaire, de lieu de culte, pour peu qu’il y ait des hommes pour célébrer les rites : souvent un espace purifié avec un autel permanent ou portatif suffit. [...] Pour détecter les indices d’une finalité rituelle, les sources archéologiques sont d’un secours relatif [...]. Il est indéniable que les principaux rituels se déroulent à ciel ouvert, devant les temples et auprès de l’autel central. Cette règle n’empêche toutefois pas que certaines séquences de ces rites prennent place dans d’autres parties du sanctuaire, dans l’entrée, dans les portiques et même dans la cella du temple ».

152À la différence des historiens de l’Antiquité grecque et romaine, les archéologues, attachés à l’étude des sanctuaires protohistoriques, et qui ne peuvent disposer de textes en quantité suffisante pour apprécier le cadre juridique et social, probablement très précis, de la création d’un sanctuaire en Gaule indépendante, semblent fonder l’identification d’un lieu comme cultuel sur la présence, en quantité suffisante, d’un mobilier de type particulier. En effet, selon J.‑L. Brunaux (1989b), « les restes cultuels sont le seul élément déterminant dans la reconnaissance d’un lieu de culte ». À cet égard, il faut bien dire que, sur le site du Boisanne, seules les statuettes gallo‑romaines paraissent susceptibles de répondre à ces critères.

153L’extrême abondance de tessons de statuettes en terre blanche (132 fragments représentant au minimum 70 figurines différentes) est indéniable. Chacun de ces objets n’est bien entendu pas significatif à lui seul de la présence d’un lieu de culte. On en trouve aussi bien dans les ateliers ou les boutiques qui les ont produits et vendus, que dans certaines sépultures ou dans les habitats à l’intérieur desquels ces modestes vestiges sont souvent considérés comme les témoignages de cultes familiaux, voire de la présence d’un laraire à proximité. Seule l’extrême densité de ces figurines (le nombre des fragments de statuettes est supérieur à celui des tessons de céramiques gallo‑romaines) nous paraît caractéristique d’un lieu de culte. Le meilleur parallèle que nous connaissions dans la région pour un tel ensemble mobilier est en effet, à l’exception d’une découverte récente effectuée sur Saint‑Jacut‑de‑la‑Mer/Ile des Haches (Côtes‑d’Armor) (Bizien‑Jaglin, Lejars 1990), le lot de matériel retrouvé dispersé en remblai autour du fanum de la villa de Châtillon‑sur‑Seiche (Ille‑et‑Vilaine) (Provost 1990) et constitué lui aussi, à l’exception d’une lampe à huile, de la même association de céramiques et de nombreuses statuettes en terre blanche. Quelle pouvait être la fonction de ce type d’offrande ? Une première indication nous est donnée par les sujets représentés. En effet, si l’on calcule les pourcentages sur les 68 exemplaires identifiés, la fréquence des figurines est la suivante : Vénus anadyomène (62 %), déesse‑mère (25 %), Vénus de type Rextugenos (7 %), buste de femme ou d’enfant (3 %) et, représentées chacune par un exemplaire, divinité protectrice (1,5 %) et Vénus sous édicule (1,5 %). Ces proportions ne diffèrent pas notablement de celles connues sur d’autres sites ou d’autres régions de la Gaule romaine. Il nous paraît toutefois significatif de rappeler que toutes ces figurines représentent des femmes ou des enfants et, souvent, des femmes associées à des enfants.

154Certes, on peut y voir le témoignage d’un « culte de la fécondité » généralement associé aux couches populaires de la population car considéré comme éminemment traditionnel et proche des préoccupations des petites gens. Ainsi explique t’on la disproportion qui existe, en proportions respectives, entre les différentes divinités représentées par ces statuettes en terre et celles dont témoignent les inscriptions et les textes, ou encore les statues et statuettes en pierre ou en bronze retrouvées sur le territoire de la Gaule romaine. L’expression « culte de la fécondité » a ceci de commode qu’elle est floue. Ces figurines étaient‑elles considérées, au même titre que des effigies plus coûteuses, comme des représentations de la divinité à laquelle était rendu le culte et, à ce titre, placées dans la cella du temple ? Dans ce cas, l’édifice gallo‑romain du Boisanne aurait été dédié à Vénus et aux « Déesses‑mères ». Le caractère fruste de ces statuettes, leur coût extrêmement faible comparé aux sommes engagées dans la construction d’un édifice même modeste, leur rejet en grand nombre sur les remblais dispersés autour du bâtiment où elles ont été de toute évidence piétinées, nous conduisent à rejeter, dans le cas du Boisanne, une telle interprétation.

155Nous les assimilons en fait à des ex‑voto stricto sensu, c’est‑à‑dire, conformément à la définition du dictionnaire Larousse, « des objets quelconques suspendus dans une église ou dans quelque lieu vénéré, à la suite d’un vœu ou en mémoire d’une grâce obtenue ». Au même titre que les nombreuses maquettes de bateaux suspendues dans les églises du littoral breton, les statuettes du Boisanne nous paraissent plus témoigner de la raison pour laquelle on remercie la divinité que de la divinité elle‑même. Si la longue liste des effigies de jambes, de bras ou d’autres parties anatomiques retrouvées par exemple à Chamalière (Puy‑de‑Dôme), ou encore suspendues dans les églises de Rome par exemple, sont à l’évidence des ex‑voto liés à la guérison, les nombreuses figurines du Boisanne, qui peuvent toutes être en effet associées à la fécondité, résultent à notre avis d’un souci commun : la naissance d’un enfant et, éventuellement, sa protection durant les premières années de sa vie.

156Il nous paraît par conséquent illusoire de vouloir préciser la divinité à laquelle était dédié cet édifice. On peut certes penser qu’elle se révélait « efficace » en ce domaine, mais certains menhirs ou certaines fontaines étaient considérés comme tels dans la Bretagne du xixe s. Il est à notre avis également possible de nier le caractère populaire de telles offrandes et, par là même, de la fréquentation de cet édifice. En effet, s’il est bien une obsession qui transcende les diverses classes de la société et affecte aussi bien les puissants que les humbles, c’est bien celle de la naissance d’un enfant. De plus, le caractère plus ou moins luxueux d’un ex‑voto ne reflète pas nécessairement, si l’on en juge par les exemplaires actuels, la plus ou moins grande richesse du donateur. On est souvent frappé de la relative uniformité qui règne aujourd’hui en ce domaine. Rien n’empêche d’ailleurs de compléter cette offrande par un généreux don en espèces si la reconnaissance ou le pouvoir financier du donateur sont particulièrement conséquents.

157Quoi qu’il en soit, l’interprétation comme ex‑voto de ces nombreuses statuettes retrouvées brisées et rejetées à proximité de la construction gallo‑romaine paraît cohérente avec les données archéologiques recueillies. Elle témoigne à elle seule de la présence d’un culte à cet emplacement à l’Époque gallo‑romaine. Le nombre de 70 statuettes qui n’est probablement, rappelons‑le, qu’un pâle reflet de celui des offrandes qui se sont succédé sur ce site, signifie que cet édifice a connu soit une fréquentation très assidue, soit des visites moins nombreuses mais étalées sur plusieurs dizaines d’années.

158Les ossements retrouvés lors de la fouille de cet espace ne sont pas en contradiction totale avec cette interprétation. En effet, conformément à l’étude réalisée par S. Krausz (cf. infra § 3.4.2), ce dépôt résulte d’un « balayage » de déchets de cuisine qui serait resté à l’air libre suffisamment longtemps pour être en partie rongé par les chiens. Les espèces présentes se rapportent uniquement à des animaux d’élevage de boucherie (bœufs, porcs, ovicaprinés) ; leurs os ont été découpés et la consommation des viandes a laissé de nombreuses traces ; les petits fragments brûlés rappellent des vidanges de foyer. Ces caractéristiques rapprochent ces restes de plusieurs ensembles d’ossements retrouvés épars autour de sanctuaires indubitables, par exemple à Bennecourt dans les Yvelines (Bourgeois 1989 ; 1990 ; Bourgeois et al. 1989).

159Sur le site du Boisanne, il est certes impossible de différencier les restes animaux de l’Époque gallo‑romaine des ossements laténiens. Toutefois, on peut penser que, de par leur concentration plus grande dans un secteur où les fragments de tuiles étaient nombreux (fig. 75), le plus grand nombre a effectivement été rejeté après la Conquête. Ainsi s’explique le fait que, mêlés aux débris du mortier de chaux qui liait certains éléments de la construction gallo‑romaine (au moins les tuiles), ils soient parvenus, malgré leur faible enfouissement dans ces terrains acides, jusqu’à nos jours.

160La nature même des vestiges osseux retrouvés près du sanctuaire du Boisanne n’est donc en rien incompatible avec un rituel. Elle ne constitue cependant pas à elle seule une preuve en faveur d’une telle activité sur le site du Boisanne durant l’Antiquité. Si la nature cultuelle de l’unique construction gallo‑romaine paraît établie par l’abondance des fragments de statuettes, il reste à examiner la nature des deux édifices qui l’ont précédée à cet endroit. Il faut bien dire que les données archéologiques sont rares, voire inexistantes. En effet, les plans proposés pour les bâtiments reposent sur trop peu d’éléments pour permettre des analogies avec d’autres constructions considérées comme des temples sur d’autres sites. Quant aux fosses et aux fossés, leurs particularités, quand elles existent, ne peuvent témoigner à elles seules du fait cultuel.

161L’analyse du mobilier n’est guère plus significative. Sa position très remaniée et son caractère fragmentaire rendent toute interprétation délicate. La céramique témoigne d’activités culinaires et de quelques particularités parfois relevées sur des lieux de culte de La Tène tardive (abondance d’écuelles et présence de « petits » vases). La présence de cendres dans une fosse régulièrement curée, voire de racines de chêne carbonisées, n’est peut‑être pas fortuite. La toute relative abondance du mobilier métallique doit être pondérée par la présence de clous probablement gallo‑romains et le caractère plus méticuleux de la fouille à cet emplacement. En définitive, les structures comme le mobilier protohistorique ne paraissent pas particulièrement significatives.

162Cependant, l’abondance des statuettes et le fait que cet espace ait été le seul, sur l’ensemble du site, à continuer à être occupé en pleine période gallo‑romaine, ne sont pas des facteurs à négliger. Si l’on estime que le caractère cultuel de la construction gallo‑romaine est prouvé, et qu’une pérennité d’occupation peut témoigner d’une pérennité d’utilisation, il est possible que, dès son origine, cet espace ait servi de lieu de culte pour l’habitat laténien adjacent. Une telle hypothèse n’a pu ici être prouvée du fait du caractère fugace des vestiges mis au jour.

163Elle mérite néanmoins que les archéologues chargés d’étudier de tels sites s’y attardent. En effet, si l’on sait à peu près comment identifier les sanctuaires associés aux villae gallo‑romaines, grâce à des plans (fana) ou à du mobilier (statuettes) caractéristiques, qu’en est‑il de telles structures à l’âge du Fer ? Rechercher dans ce cadre des sanctuaires guerriers analogues à ceux de Gournay (Brunaux et al. 1985) serait probablement une aberration. Il faudra prendre en compte des traces plus ténues, comme la répartition des ossements humains (Meniel 1989b) ou celle de fragments métalliques caractéristiques telle qu’elle a pu être récemment analysée lors de la fouille de Manching (Sievers 1991), pour commencer à discerner, petit à petit, les éventuels témoignages de sacrifices privés que les textes mentionnent (César, Guerre des Gaules, VI, 13).

2.4 L’enclos funéraire. fig. 76

164Cette structure a été mise au jour à une distance d’environ 70 m de l’habitat, à l’extrémité ouest de la fouille. Si l’on fait abstraction de deux fossés et d’un trou de poteau qui sont venus perturber ultérieurement cet espace, elle se présente sous la forme d’un carré (11 x 11 m) délimité par un fossé profond d’environ 0,55 m sous le niveau de décapage et qui était manifestement ouvert. En effet, les analyses sédimentologiques et micromorphoiogiques de deux échantillons de terre prélevés à des niveaux différents de remplissage (fig. 77, nos 9 et 10) révèlent un apport éolien ainsi qu’une présence d’eau dans ces fossés. Il est en outre certain que ces sédiments, qui présentent une plus forte proportion de graviers au fur et à mesure que l’on s’approche du fond, ont été remaniés et déstabilisés par des curages (cf. Gebhardt infra § 3.6.1).

FIG. 76 – Plan de l’enclos funéraire.

YM del./MC

FIG. 77 – Coupes dans l’enclos funéraire. 1 limon ; 2 terre brune ; 3 limite supposée des curages dans les fossés.

YM del./MC

165Cette constatation rejoint les observations archéologiques effectuées lors de la fouille. En effet, si le comblement nous est bien apparu alors sous la forme de limons analogues à ceux des fossés ouverts de l’habitat, la complexité des profils suggérait quant à elle de fréquents curages de ces structures. On observera ainsi sur la fig. 78 que, si le fond du fossé conserve un alignement correct, les bords sont bien plus fantaisistes. Ils paraissent comme rongés, notamment aux angles, par des creusements qui n’auraient respecté que très vaguement la forme initiale de l’enclos. Il s’agit de toute évidence des traces de curage de ce fossé qui, rapidement comblé par les sédiments dans cette zone légèrement en cuvette et au substrat plus argileux, devenait progressivement évanescent. Il paraît tout à fait probable que le petit fossé qui semble doubler la face interne de la limite principale résulte en fait d’un curage de ce type réalisé à une époque où le tracé initial n’était presque plus perceptible.

FIG. 78 – Vue de l’enclos funéraire et des chemins qui le recoupent.

cl. YM/MC

166Les terres extraites lors du creusement ou de l’entretien de ce fossé ont certainement été rejetées à l’intérieur de l’enclos où elles apparaissaient encore sous la forme d’un léger bombement de la surface. Une fosse, longue de 2,10 m, large d’environ 0,70 m et profonde de 0,45 m sous le niveau de décapage, a été creusée au centre exact de la superficie enclose. Orientée suivant la diagonale nord‑sud du carré, elle était remplie d’une terre brune comportant en surface de nombreuses pierres manifestement rapportées (fig. 78). L’acidité du sol a dissous toute trace d’ossements, au point que même les dosages de phosphates n’ont pu, de par les taux extrêmement faibles, révéler de concentrations particulières. Il demeure pourtant évident que cette fosse correspond à la sépulture à inhumation initiale autour de laquelle cette délimitation de l’espace a été mise en place. En effet, les nombreuses fouilles réalisées sur ce type d’enclos dans l’Europe celtique permettent d’interpréter avec certitude ces structures comme funéraires. Il est probable que deux autres sépultures à inhumation, marquées par les deux fosses situées à proximité immédiate de l’excavation centrale, ont été ultérieurement creusées dans cet espace. Nous restons plus perplexes sur les nombreuses fosses qui sont localisées à la périphérie du fossé, avec une concentration notable dans l’angle est. Il peut certes s’agir, notamment pour les structures de formes allongées, d’inhumations adventices. Mais le faible diamètre de certaines structures comme les nombreux recoupements tendent à rendre une telle interprétation, pour chacune de ces excavations, peu plausible.

167Le mobilier est extrêmement rare. Un petit fragment d’os, dont la conservation n’est due qu’à une carbonisation, a été mis au jour dans le fossé nord‑est de l’enclos. Selon Patrice Courtaud, du Laboratoire d’anthropologie de l’université de Bordeaux I, sa morphologie est compatible avec celle d’un os humain mais on ne peut exclure, de par l’absence d’élément caractéristique, la possibilité d’un os d’animal. On ne peut donc s’appuyer sur cet élément pour évoquer la présence possible d’incinérations. Quant à la céramique, elle n’est représentée que par 62 tessons qui proviennent pour l’essentiel des angles nord et ouest du fossé. Le seul fragment réellement caractéristique (pl. 28, 170 no 1) est un fragment de col de grand vase attribuable à la phase ancienne du site (cf. infra § 3.2.1).

168Il est certain que la quasi‑absence d’ossements comme de mobilier a rendu l’étude de cet enclos funéraire relativement frustrante. Il s’agit pourtant de la première structure de ce type fouillée en Bretagne et son association certaine avec l’habitat tout proche lui confère malgré tout un intérêt.

2. 5 Les chemins

169L’enclos funéraire était recoupé par un réseau de fossés parallèles deux à deux que l’on peut sans peine identifier comme des chemins protohistoriques. Décapés et fouillés sur une partie de leur tracé, ailleurs suivis par des sondages successifs (fig. 10), ils ont fait l’objet d’études particulièrement approfondies en deux endroits.

170Le premier est l’espace localisé à proximité immédiate de l’enclos funéraire. Le tracé est tout à fait caractéristique (fig. 78). Après une courte ligne droite, les deux fossés parallèles et distants d’environ 7 m forment une courbe et filent vers l’ouest. On remarque, au nord du point d’inflexion, un trou de poteau suivi d’un petit fossé perpendiculaire à l’axe du chemin. Il s’agit de toute évidence d’une limite de parcelle, probablement un talus doublé d’un fossé et planté d’arbres ou d’arbustes, qui s’interrompt avant le talus qui bordait autrefois le fossé nord du chemin. L’ouverture ainsi formée, large de 1,50 m, pouvait être close par une barrière pivotant autour du poteau calé contre l’un des talus. La régularité de l’ensemble prouve à l’évidence la contemporanéité de ces différentes structures.

171La structure du chemin est quant à elle apparue, de manière particulièrement nette, dans la partie sud de cet espace (fig. 79). En effet, c’est l’unique endroit de la fouille où il a été possible d’observer entre les deux fossés un empierrement central qui correspond de toute évidence à la voie proprement dite. La réalisation d’une coupe perpendiculaire à l’axe du chemin (fig. 80) a permis de comprendre le caractère exceptionnel de cet aménagement.

FIG. 79 – Détail de l’empierrement de la voie à proximité de la stratigraphie no 46.

cl. YM/MC

FIG. 80 – Coupe no 46 à travers l’un des chemins. 1 limite du substrat ; 2 substrat mêlé de particules de terre et de pierres rougies ; 3 limon ; 4 terre brune ; 5 empierrement ; 6 colluvionnement brun clair ; 7 colluvionnement brun ; 8 terre végétale.

YM del./MC

172A cet endroit, qui se présente comme une légère cuvette dans la topographie, le chemin a tout d’abord fait l’objet d’un aménagement classique (A) avec le creusement de deux fossés latéraux de drainage, partiellement dans le substrat argileux, partiellement dans les structures alors comblées de l’enclos funéraire. Les terres extraites ont été rejetées de part et d’autre pour édifier des talus dont la présence est prouvée par l’espace, large de 1 m, réservé entre le poteau support de barrière précédemment évoqué et le fossé nord du chemin. Le piétinement des humains et des bêtes et le passage des attelages sur ce chemin non empierré ont provoqué, du fait de la nature argileuse du substrat, la création progressive d’une amorce de chemin creux. La cuvette ainsi pratiquée, large d’environ 3 m et profonde d’au moins 0,50 m, était comblée de sédiments très fins et sans cesse remaniés, qui devaient, à la moindre averse, se transformer en boues semi‑liquides.

173Pour remédier à cette situation, qui provoquait certainement l’embourbement des véhicules, de nombreuses pierres ont été jetées dans cette cuvette et compactées pour former une réelle chaussée empierrée (fig. 80B) large d’environ 3,30 m et légèrement bombée pour permettre une évacuation correcte des eaux de ruissellement dans les fossés de drainage latéraux. D’importants phénomènes de colluvionnement ont permis, postérieurement à la désaffection de ce chemin, de fossiliser cette structure en la recouvrant d’une épaisseur de terre considérable (1,20 m en moyenne).

174La fouille d’un autre secteur avait quant à elle plus particulièrement pour objet l’étude des fossés de drainage de ces chemins. La multiplication des coupes a permis d’observer des sections relativement similaires (fig. 81, stratigraphies nos 41‑45) avec un écartement des fossés compris entre 5,50 m et un peu plus de 8 m à l’entre‑axes.

FIG. 81 – Coupes à travers les chemins ; la nature des comblements est explicitée en légende de la fig. 80 (cf. supra).

YM del./MC

175Le profil type (fig. 82) est constitué d’un fossé initial assez profond (entre 0,50 m et 1 m sous le niveau de décapage) perturbé ultérieurement par les traces de curages qui n’ont pu exactement retrouver le tracé originel. Ce dernier ne devait en effet apparaître alors que sous la forme d’une vague dépression recouverte d’herbes et de ronces. On peut cependant observer que, dans les secteurs de roche diaclasée (fig. 81, stratigraphie no 42), ce type de confusion n’a jamais eu lieu. La compacité extrême du substrat a certainement encouragé les « cantonniers » à rechercher le tracé initial plutôt que de creuser un nouveau fossé, même moins profond.

FIG. 82 – Vue d’une stratigraphie, montrant les curages successifs d’un fossé de bord de voie.

cl. YM/MC

176Une constatation faite sur cette alternance de secteurs de roche et de secteurs d’arène nous a d’ailleurs permis d’observer un phénomène anecdotique mais néanmoins intéressant : les fossés de drainage du chemin orienté est‑ouest (fig. 83, 85) ont de toute évidence été creusés en partant de l’habitat pour rejoindre progressivement le secteur de l’ancien enclos funéraire. En effet, les « cantonniers », lorsqu’ils sortaient d’un secteur d’arène pour entrer dans un secteur de roche diaclasée, tentaient dans un premier temps de conserver la profondeur initialement fixée pour le fossé. Puis, épuisés par leur effort, ils diminuaient petit à petit la profondeur de l’excavation. Lorsque, prolongeant toujours le fossé, ils entamaient à nouveau un secteur d’arène, ils mettaient un certain temps (en général quelques mètres) à revenir à la profondeur qu’ils s’étaient initialement fixée. Sur les tracés de ces deux fossés, les secteurs de roche les plus profondément entaillés indiquent tous un creusement venant de l’est, et donc de l’habitat tout proche.

FIG. 83 – Vue générale du carrefour.

cl. YM/MC

FIG. 84 – Détail du comblement de limon des fossés de drainage à l’intersection des deux chemins.

cl. YM/MC

177Cette analyse des profils a été complétée par celle des terres de comblement. Constituées des limons habituellement retrouvés dans les fossés ouverts de l’habitat, elles ont fait l’objet de deux prélèvements (fig. 76, nos 7 et 8). Les analyses sédimentologiques et micromorphologiques (cf. Gebhardt infra § 3.6) ont confirmé le caractère ouvert de ces fossés, ainsi que les remaniements épisodiques des sédiments qui les remplissaient, avec la suppression de la végétation protectrice. Le rôle drainant de ces structures ainsi que leur curage régulier sont donc pleinement confirmés par les analyses.

178Conjointement à l’étude de ces stratigraphies verticales, nous avons tenté d’obtenir des éléments de chronologie relative en observant, en stratigraphie horizontale, un carrefour de deux de ces chemins (fig. 83). Cette opération s’est révélée à la fois difficile et riche d’enseignement. Difficile car il n’a pas été possible, même dans le cas de recoupements manifestes entre fossés, de distinguer de différences de couleur ou de texture entre les comblements, et donc de déterminer de cette façon l’antériorité d’une structure sur une autre. Ceci s’explique aisément dans la mesure où, même distants chronologiquement de plusieurs siècles, tous les comblements résultent de l’apport de sédiments très fins par les vents ou les eaux de ruissellement. Nous n’avons donc pu établir de chronologie relative que par l’étude de la disposition des excavations elles‑mêmes.

179On remarquera tout d’abord que ce carrefour comporte trois groupes de structures (fig. 85) : un chemin orienté nord‑sud bordé de deux fossés de drainage entre lesquels on peut reconnaître une ornière, un deuxième chemin orienté est‑ouest et enfin un édicule signalé par cinq trous de poteaux régulièrement disposés en U. Deux constatations ont suffi pour ordonner dans le temps ces divers ensembles.

FIG. 85 – Plan du carrefour des chemins.

YM del./MC

180En effet, on peut tout d’abord observer que l’un des fossés de drainage du chemin orienté nord‑sud s’infléchit à hauteur de l’édicule. Ce dernier lui est donc contemporain. On peut également remarquer qu’au moins deux curages d’un des fossés latéraux du chemin est‑ouest ont « coupé » le virage à hauteur du carrefour pour poursuivre l’opération dans l’un des fossés du chemin orienté nord‑sud. Ces fossés ont donc été, un temps, contemporains. Le fait que le chemin est‑ouest recouvre de toute évidence les traces de l’édicule sur poteaux montre que la succession des structures a été la suivante :
– édicule sur poteaux ;
– creusement des fossés de drainage du chemin orienté nord‑sud ;
– creusement des fossés de drainage du chemin orienté est‑ouest.

181On remarquera en outre que l’ornière n’est remblayée avec des pierres que dans la partie comprise entre les fossés délimitant le chemin est‑ouest. Elle aura été comblée lors de la mise en place du chemin le plus tardif. On peut enfin noter que l’analyse par sondages d’un autre carrefour situé à une cinquantaine de mètres plus au nord (fig. 11) a elle aussi montré une antériorité certaine des fossés orientés nord‑sud sur ceux orientés est‑ouest.

182Quant au mobilier, les fossés de drainage devant rester, par définition, ouverts le plus longtemps possible, et les sections étudiées étant relativement éloignées de l’habitat, nous nous attendions à ne trouver pratiquement aucun fragment de céramique. Or, curieusement, la fouille de ces structures a livré en tout 196 tessons. Cette quantité, non négligeable et régulièrement répartie tout au long des tracés, témoigne sans aucun doute du passage de matériel détritique sur ces chemins. La plupart des fragments sont petits et usés. Ils n’ont pas été jetés mais ont probablement glissé progressivement de la voie, où ils étaient tombés, aux fossés latéraux.

183Les rares éléments datables sont pratiquement tous caractéristiques de La Tène finale (lèvres à fines cannelures internes : fig. 97, nos 16 et 17 ; vases à anses ; fig. 97, no 20a). Toutefois, la chronologie des entrées du système de clôture de l’habitat où aboutissent ces chemins prouve à l’évidence qu’ils sont, pour certains, de création très ancienne, peut‑être même antérieure à l’habitat (cf. infra § 3.2.1). Le mobilier mis au jour dans les limons n’est en fait caractéristique que des derniers curages des fossés de drainage. Seule l’absence totale de fragments de tuiles ou de céramiques gallo‑romaines peut donc être considérée comme extrêmement significative.

2.6 Les carrières

184Le décapage de 11 000 m2 sur le sommet du plateau du Boisanne a permis de mettre en évidence de nombreuses carrières bien évidemment toutes localisées dans les parties du site où le substrat est constitué de gneiss diaclasé. La plupart, profondes d’environ 2 à 3 m sous le niveau de décapage, datent des xviiie et xixe s. ap. J.‑C. si l’on en juge par les quelques fragments de céramiques trouvés dans leurs comblements. Quelques‑unes, de structure identique quoique moins profondes (1 à 2 m en moyenne), peuvent toutefois être attribuées à l’Époque gallo‑romaine de par les nombreux fragments de tuiles ou ceux, plus rares, de céramiques qui ont été mis au jour lors de leur fouille réalisée au tracto‑pelle.

185Le nettoyage d’une de ces structures (fig. 86) a permis d’observer de manière plus précise les procédés d’extraction utilisés sur le site durant l’Antiquité. On peut distinguer au moins deux paliers successifs à partir desquels la roche était débitée en suivant soigneusement les diaclases, probablement à l’aide de barres de fer, de pics ou de coins enfoncés à force. Une coupe réalisée dans les remblais de cette excavation (fig. 87) a permis de compléter ces premières observations.

FIG. 86 – Vue de la carrière gallo‑romaine, dont la coupe est dessinée sur la fig. 89 (cf. infra).

cl. YM/MC

FIG. 87 – Coupe stratigraphique d’une carrière gallo romaine. 1 terre brun foncé ; 2 terre brun clair mêlée de petits fragments de tuiles ; 3 terre brune ; 4 déchets de taille ; 5 terre brun foncé mêlée de charbons de bois et de tuiles ; 6 déchets de taille mêlés de terre brune ; 7 déchets de taille mêlés de terre brun foncé ; 8 moellons usés mêlés de tuiles ou de briques ; 9 terre noire ; 10 limon brun ; 11 terre végétale ; 12 limite du substrat.

YM del./MC

186On constate tout d’abord qu’un volume assez important de déchets de taille, constitués de nombreux fragments de roche aux angles vifs et aux dimensions moyennes de quelques centimètres, est le premier remblai à venir combler cette excavation. Il est tout à fait probable que les pierres extraites étaient débitées et taillées à proximité immédiate de la carrière pour obtenir des moellons calibrés, aptes à la construction. Les déchets étaient, quant à eux, rejetés au pied des fronts de taille abandonnés.

187Ces couches sont presque uniquement constituées de pierraille s’entremêlant avec d’importants apports de terre brune plus ou moins mêlée de pierres, de tuiles et de briques ou de tessons de céramiques gallo‑romaines. La présence de fragments d’éléments de colonnes en brique ainsi que celle d’un tesson de statuette en terre blanche (pl. 28, nos 198.3 et 198.4) qui recolle par ailleurs avec un fragment retrouvé sur le probable lieu de culte d’époque gallo‑romaine, prouve à l’évidence que la plupart de ces matériaux de remblai proviennent des ruines de l’édifice gallo‑romain. L’usure des pierres et des tuiles ainsi que, dans une moindre mesure, celle des tessons de céramiques, montre que ces vestiges sont restés un certain temps (quelques dizaines d’années ?) exposés aux intempéries avant d’être rejetés dans cette carrière abandonnée.

188Enfin, la dernière strate de comblement, localisée immédiatement sous la terre végétale, est constituée d’une couche de limon d’épaisseur variable (0,15 à 0,5 m). Il semble bien que cette vaste excavation, insuffisamment remblayée, soit restée un temps ouverte aux vents et aux pluies. Elle devait alors se présenter comme une large cuvette fréquemment ennoyée, un peu à la manière d’une mare, et qui s’est progressivement comblée par l’accumulation des boues.

189Pour terminer ce chapitre, nous voudrions signaler la présence à proximité immédiate d’un chemin d’une vaste excavation que nous interprétons comme une carrière liée à l’extraction de l’argile. Découverte lors des sondages réalisés en 1989 dans cette parcelle, elle se présente comme une fosse large d’environ 6 m, profonde d’environ 0,80 m sous le niveau du substrat environnant et longue d’au moins 17 m. Le fait qu’elle suive très exactement les limites d’une ancienne bande de substrat argileux localisée entre un secteur de roche et un secteur d’arène (fig. 161) et que seuls quelques rares fragments de cette argile, apparus comme collés par plaque le long des parois, aient été préservés lors du creusement, prouve à l’évidence que seule la présence de ce matériau justifiait cette excavation. Remblayée avec des pierres rougies par l’action du feu et quelques fragments d’argile cuite ou tessons laténiens, cette carrière a manifestement servi pendant de nombreuses années, voire plusieurs siècles, de lieu d’extraction pour l’argile nécessaire à la confection des parois, des soles de foyer ou d’autres aménagements de l’habitat. Elle n’en est d’ailleurs distante que de 75 m.

Table des illustrations

Légende FIG. 11 – Plan général de la fouille.
Crédits YM del./MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42325/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Légende FIG. 12 – Plan général de l’habitat.
Crédits YM del./MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42325/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Légende FIG. 13 – Fossé ouvert expérimental à Fishbourne (Grande‑Bretagne), Butser Archaeological Project.
Crédits Expérimentation de P. Reynolds ; cl. YM/MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42325/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Légende FIG. 14 – Coupe d’un fossé du site de Saint‑Symphorien à Paule (Côtes‑d’Armor).
Crédits cl. HP/MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42325/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende FIG. 15 – Stratigraphie no 27.
Crédits cl. YM/MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42325/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende FIG. 16 – Stratigraphies nos 27, 28, 12 et 16.1 limon brun mêlé de particules d’arène ; 2 limon brun ; 3 terre brun clair ; 4 terre brune ; 5 terre brun foncé ; 6 terre brun foncé avec de nombreuses particules de charbons de bois ; 7 terre brun jaune ; 8 terre jaune ; 9 fragments d’argile cuite.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42325/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
Légende FIG. 17 – Proposition de restitution de l’évolution des clôtures à hauteur de la stratigraphie no 28 et pour les stratigraphies analogues.
Crédits YM del./MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42325/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 174k
Légende FIG. 18 – Stratigraphies nos 34, 30, 36, 26, 37, 39 et 38. 1 limon brun : 2 terre brune.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42325/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Légende FIG. 19 – Proposition de restitution des clôtures à hauteur de la stratigraphie no 37 et pour les stratigraphies analogues.
Crédits YM del./MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42325/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende FIG. 20 – Stratigraphies nos 20, 3, 4, 6 et 5. 1a limon brun mêlé d’arène ; 1b limon brun ; 2 fragments d’argile cuite ; 3 terre brun clair ; 4 terre brune ; 5 terre brun foncé ; 6 terre brun foncé avec de nombreuses particules de charbons de bois ; 7 arène ; 8 arène mêlée de particules d’argile ; 9 limite du substrat ; 10 limite de décapage ; 11 limite de recreusement supposé ; 12 mur de pierres.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42325/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 181k
Légende FIG. 21 – Proposition de restitution de l’évolution des clôtures à hauteur de la stratigraphie no 20 et pour les stratigraphies analogues.
Crédits YM del./MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42325/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Légende FIG. 22 – Stratigraphie no 6
Crédits cl. YM/MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42325/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Légende FIG. 23 – Stratigraphie no 19 .
Crédits cl. YM/MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42325/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Légende FIG. 24 – Stratigraphies nos 32,13,18,19, 23,14 et 31. 1 limon brun mêlé de particules d’arène ; 2 limon brun ; 3 terre brun clair ; 4 terre brune ; 5 terre brune mêlée de particules de charbons de bois ; 6 terre brun foncé avec de nombreuses particules de charbons de bois ; 7 arène ; 8 terre jaune ; 9 fragments d’argile cuite ; 10 limite de décapage ; 11 limite de recreusement supposé ; 12 limite du substrat.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42325/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
Légende FIG. 25 – Proposition de restitution de l’évolution des clôtures à hauteur de la stratigraphie no 18 et pour les stratigraphies analogues.
Crédits YM del./MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42325/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Légende FIG. 26 – Stratigraphies nos 35, 17 et 33. 1 limon brun mêlé d’arène ; 2 limon brun ; 3 limite de décapage ; 4 limite supposée de recreusement ; 5 limite du substrat ; 6 terre brune
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42325/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende FIG. 27 – Proposition de restitution de l’évolution des clôtures à hauteur des stratigraphies 35 et 33.
Crédits YM del./MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42325/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 221k
Légende FIG. 28 – Base de mur recouvrant le remplissage d’un fossé, à hauteur de la stratigraphie no 35.
Crédits cl. YM/MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42325/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende FIG. 29 – Stratigraphies 2 et 25.1 limon brun ; 2 limite du substrat ; 3 arène.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42325/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Légende FIG. 30 – Stratigraphie no 51 et proposition de restitution des clôtures à cet emplacement. 1 arène granitique.
Crédits YM del./MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42325/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Légende FIG. 31 – Types de clôtures proposés à l’issue de l’étude des profils et des comblements des fossés du Boisanne.
Crédits YM del./MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42325/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende FIG. 32 – Répartition des types de clôtures sur le réseau de fossés rnis au jour.
Crédits YM del./MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42325/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Légende FIG. 33 – Relations chronologiques entre les types de fossés établies d’après les recoupements observés sur les stratigraphies.
Crédits BRH del./AFAN d’ap. YM/MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42325/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Légende FIG. 34 – Schémas des recoupements de strates observés en vision horizontale lors de la fouille des intersections de fossés ; restitutions de l’évolution proposée pour les clôtures à ces emplacements. 1 limon mêlé d’arène ; 2 limon ; 3 arène ; 4 terre brune ; 5 terre brun foncé ; 6 coupe stratigraphique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42325/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende FIG. 35 – Schémas des recoupements de strates observés en vision horizontale lors de la fouille des intersections de fossés ; restitutions de l’évolution proposée pour les clôtures à ces emplacements.
Crédits YM del./MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42325/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 186k
Légende FIG. 36 – Schémas des recoupements de strates observés en vision horizontale lors de la fouille des intersections de fossés ; restitutions de l’évolution proposée pour les clôtures à ces emplacements. 1 limon mêlé d’arène ; 2 limon ; 3 arène ; 4 terre brune ; 5 terre brun foncé ; 6 coupe stratigraphique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42325/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Légende FIG. 37 – Empierrements successifs destinés à élargir une porte ; voir le plan de détail no 11 (cf. fig. 34).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42325/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende FIG. 38 – Intersection de fossés explicitée sur le plan de détail no 4 (cf. fig. 35).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42325/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende FIG. 39 – Intersection de fossés explicitée sur le plan no 7 (cf. fig. 35).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42325/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende FIG. 40 – Intersection de fossés explicitée sur le plan de détail no 8. cf. fig. 36).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42325/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende FIG. 41 – Calage de palissade observé au cœur d’une limite de type 6A. Au fond, stratigraphie no 4
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42325/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Légende FIG. 42 – Plan de détail de calages de palissade. 1 entre les stratigraphies 3 et 4, niveau bas ; 2 niveau intermédiaire ; 3 au débouché d’un des chemins d’accès à la ferme. Légende des trames : 1 pierres ; 2 terre brune ; 3 terre brun clair ; 4 terre brun foncé – emplacement des poteaux ; 5 arène granitique ; 6 couche de cendres.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42325/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Légende FIG. 43 – Essai de chronologie relative de la mise en place du système de clôture.
Crédits YM del./MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42325/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende FIG. 44 – Localisation des plans de détails réalisés pour l’analyse des trous de poteaux
Crédits YM del./MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42325/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende FIG. 45 – Plan de détail no 1. 1 nivellement du fond N < 59,61 ; 2 59,61 < N ≤ 59,80 ; 3 59,80 < N ≤ 59,90 ; 4 59,90 < N ; 5a nivellement par rapport au niveau NGF ; 5b profondeur par rapport au niveau de décapage (en centimètres).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42325/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende FIG. 46 – Vue de remplacement du plan de détail no 1.
Crédits cl. YM/MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42325/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Légende FIG. 47 – Proposition de restitution de l’évolution du bâtiment localisé sur le plan de détail no 1. 1 construction initiale ; 2 extension possible.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42325/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Légende FIG. 48 – Plan de détail no 2. 1 nivellement du fond N ≤ 59,40 ; 2 59,40 < N ≤ 59,50 ; 3 59,50 < N ≤ 59,60 ; 4 59,60 < N ; 5a nivellement par rapport au niveau NGF ; 5b profondeur par rapport au niveau de décapage (en centimètres).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42325/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende FIG. 49 – Plan de détail no 3. 1 nivellement du fond N ≤ 59,17 ; 2 59,17 ≤ N < 59,33 ; 3 59,33 ≤ N ; 5a nivellement par rapport au niveau NGF ; 5b nivellement par rapport au niveau de décapage (en centimètres).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42325/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Légende FIG. 50 – Plan de détail no 4. 1 nivellement du fond N ≤ 58,94 ; 2 58,8 < N ≤ 59,05 ; 359,05 N ; 5a nivellement par rapport au niveau NGF ; 5b profondeur par rapport au niveau de décapage (en centimètres).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42325/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Légende FIG. 51 – Plan de détail no 5. 1 nivellement du fond N ≤ 59,36 ; 2 59,36 < N ≤ 59,45 ; 3 59,45 < N ≤ 59,50 ; 4 59,50 < N ; 5a nivellement par rapport au niveau NGF ; 5b profondeur par rapport au niveau de décapage (en centimètres).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42325/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Légende FIG. 52 – Vue partielle de l’emplacement du plan de détail no 5 .
Crédits cl. YM/MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42325/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Légende FIG. 53 – Proposition de restitution de l’évolution du bâtiment localisé sur le plan de détail no 5. 1 construction initiale ; 2 et 3 extensions possibles.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42325/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Légende FIG. 54 – Plan de détail no 6.1 nivellement du fond N < 58,90 ; 2 58,90 < N < 59,00 ; 3 59,00 < N < 59,10 ; 4 59,10 ≤ N ; 5a nivellement par rapport au niveau NGF ; 5b profondeur par rapport au niveau de décapage (en centimètres).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42325/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende FIG. 55 – Plan de détail no 7 
Crédits YM del./MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42325/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende FIG. 56 – Coupes à travers la mare. 1 limon brun ; 2 limon mëlè d’arène ; 3 remblai de pierres, d’arène et de terre brune ; 4 terre brune ; 5 arène mèlèe de pierrres ; 6 terre brun clair ; 7 limite du substrat ; 8 limite de recreusement ; 9 limite de décapage.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42325/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Légende FIG. 57 – Intérieur du souterrain.
Crédits cl. YM/MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42325/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Légende FIG. 58 – Puits d’accès du souterrain, depuis la surface.
Crédits cl. YM/MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42325/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende FIG. 59 – Paroi du puits d’accès du souterrain ; en bas, tentative avortée de percement d’une nouvelle salle.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42325/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Légende FIG. 60 – Plan et coupes du souterrain. 1 fragments de roche ; 2 terre brun clair mêlée d’arène ; 3 cendres et fragments de céramiques ; 4 terre brune mêlée de pierres ; 5 limite du substrat ; 6 limite de décapage ou d’effondrement.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42325/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Légende FIG. 61 – Extrait du plan de détail de la fig. 53 ; fosse no 102.
Crédits YM del./MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42325/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende FIG. 62 – Extrait de la fig. 49 ; localisation de fosses de plantation d’arbres (?).
Crédits YM del./MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42325/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende FIG. 63 – Extrait de la fig. 47 ; localisation de deux fosses d’arrachage d’arbres (?).
Crédits YM del./MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42325/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende FIG. 64 – Plan de la zone « à statuettes » à l’issue du décapage de la terre végétale. 1 pierres ; 2 terre brun foncé ; 3 fragments de tuiles ou de briques ; 4 terre brun foncé avec charbons de bois ; 5 limite des excavations dans le substrat ; 6 terre brune.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42325/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 206k
Légende FIG. 65 – Plan de la zone « à statuettes » à l’issue d’un décapage sur 15 cm des terres archéologiques. 1 pierres ; 2 limite de la fouille ; 3 fragments de tuiles ou de briques ; 4 terre brune ; 5 limite des excavations dans le substrat.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42325/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende FIG. 66 – Plan de la zone « à statuettes » à l’issue de la fouille.
Crédits YM del./MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42325/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende FIG. 67 – Vue générale de la zone « à statuettes », à la fin de la fouille.
Crédits cl. YM/MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42325/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Légende FIG. 68 – Essai de restitution des bâtiments successifs à l’emplacement de la zone « à statuettes » ; I sériation des trous de poteaux en fonction du mobilier qu’ils recelaient ; II proposition de restitution du plan de la construction initiale ; III proposition de restitution (?) du plan de la deuxième construction ; IV traces de construction gallo‑romaine. 1 trou de poteau ayant livré uniquement du mobilier datable de l’âge du Fer ; 2 trou de poteau ayant livré du mobilier gallo‑romain ; 3 paroi possible ; 4 base de colonne à éléments de brique et zone à fragments de briques et de tuiles gallo‑romaines ; 5 trou de poteau sans mobilier ; 6 limite de creusement dans la roche antérieurement aplanie par un phénomène d’extraction de matériaux.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42325/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Légende FIG. 69 – Base de colonne en brique. Au bout de la truelle, fragment de statuette en terre blanche. Cet élément de construction semble bien en place. En effet, les quatre éléments de brique sont restés assemblés malgré l’absence de mortier.
Crédits cl. YM/MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42325/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende FIG. 70 – Graffites mis au jour parmi les fragments de statuettes.
Crédits YM del./MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42325/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende FIG. 71 – Plan élargi de la zone « à tatuettes ».
Crédits YM del./MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42325/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Légende FIG. 72 – Fosse no 245, remplie de terre brune ; en noir fragments d’argile cuite.
Crédits YM del./MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42325/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende FIG. 73 – Fosse no 221.1 terre brune et pierres ; 2 arène granitique ; 3 cendres.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42325/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Légende FIG. 74 – Fosse no 240.1 terre brune et pierres ; 2 nappe de fragments d’argile cuite.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42325/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende FIG. 75 – Répartition du mobilier dans la zone de dispersion des fragments de statuettes
Crédits YM del./MC□ niveau supérieur de décapage□ niveau moyen□ niveau inférieur
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42325/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Légende FIG. 76 – Plan de l’enclos funéraire.
Crédits YM del./MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42325/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Légende FIG. 77 – Coupes dans l’enclos funéraire. 1 limon ; 2 terre brune ; 3 limite supposée des curages dans les fossés.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42325/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende FIG. 78 – Vue de l’enclos funéraire et des chemins qui le recoupent.
Crédits cl. YM/MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42325/img-68.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Légende FIG. 79 – Détail de l’empierrement de la voie à proximité de la stratigraphie no 46.
Crédits cl. YM/MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42325/img-69.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende FIG. 80 – Coupe no 46 à travers l’un des chemins. 1 limite du substrat ; 2 substrat mêlé de particules de terre et de pierres rougies ; 3 limon ; 4 terre brune ; 5 empierrement ; 6 colluvionnement brun clair ; 7 colluvionnement brun ; 8 terre végétale.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42325/img-70.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Légende FIG. 81 – Coupes à travers les chemins ; la nature des comblements est explicitée en légende de la fig. 80 (cf. supra).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42325/img-71.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Légende FIG. 82 – Vue d’une stratigraphie, montrant les curages successifs d’un fossé de bord de voie.
Crédits cl. YM/MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42325/img-72.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Légende FIG. 83 – Vue générale du carrefour.
Crédits cl. YM/MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42325/img-73.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende FIG. 84 – Détail du comblement de limon des fossés de drainage à l’intersection des deux chemins.
Crédits cl. YM/MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42325/img-74.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende FIG. 85 – Plan du carrefour des chemins.
Crédits YM del./MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42325/img-75.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende FIG. 86 – Vue de la carrière gallo‑romaine, dont la coupe est dessinée sur la fig. 89 (cf. infra).
Crédits cl. YM/MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42325/img-76.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende FIG. 87 – Coupe stratigraphique d’une carrière gallo romaine. 1 terre brun foncé ; 2 terre brun clair mêlée de petits fragments de tuiles ; 3 terre brune ; 4 déchets de taille ; 5 terre brun foncé mêlée de charbons de bois et de tuiles ; 6 déchets de taille mêlés de terre brune ; 7 déchets de taille mêlés de terre brun foncé ; 8 moellons usés mêlés de tuiles ou de briques ; 9 terre noire ; 10 limon brun ; 11 terre végétale ; 12 limite du substrat.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42325/img-77.jpg
Fichier image/jpeg, 112k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search