Version classiqueVersion mobile

Une ferme de l’Armorique gauloise

 | 
Yves Menez

Chapitre 1. Le cadre méthodologique

Résumé

Le site du Boisanne a été découvert fortuitement lors des terrassements préalables à la réalisation d’une route nationale. Après de la fouille préventive effectuée en 1987, il a été décidé de poursuivre l’étude de cet habitat hors du tracé routier, dans le cadre d’opérations programmées qui, en 1988 et 1989, ont permis de porter la superficie étudiée à 11 200 m2. Après un décapage des terres labourées aussi extensif que possible, désormais classique sur ces sites aux sols détruits, la fouille a permis d’étudier, à l’aide de sondages ou de manière plus complète, les comblements des différentes excavations qui sont apparues, fondations de l’habitat ou vestiges de structures localisées à sa périphérie.

Texte intégral

1.1 Découverte du site

1Le site du Boisanne a été découvert dans le cadre du suivi des travaux de la déviation de la route Nationale 176, à la hauteur de Dinan (fig. 12).

FIG. 1 – Localisation du site du Boisanne.

YM del./MC

FIG. 2 – Localisation du site en bordure de la Ria de la Rance.

BRH del./AFAN

2Dès 1974, la direction des Antiquités de Bretagne avait été associée à l’élaboration de ce projet routier. Elle avait d’ailleurs obtenu de la direction départementale de l’Équipement que soit légèrement modifié le tracé de cette déviation afin de permettre la préservation de l’allée couverte néolithique située près de Bel‑Evan, dans la commune de Plouër‑Langrolay‑sur‑Rance.

3Sur les emprises de la déviation, les premières interventions eurent lieu en 1986. Les prospections au sol qui furent alors entreprises ne mirent en évidence aucune concentration de vestiges caractéristique d’un site enfoui. Des sondages furent néanmoins décidés sur quelques parcelles où de rares indices avaient pu être identifiés. Sur le plateau du Boisanne, il faut bien reconnaître que les vestiges recueillis n’étaient pas très nombreux : un unique fragment d’amphore, que l’on pouvait dater sans certitude du ier s. av. J.‑C.

4La tranchée de 400 m de longueur réalisée à l’aide d’un tracto‑pelle à cet emplacement ne permit pas de progresser dans l’identification d’un site. Seuls deux tessons protohistoriques furent trouvés, ainsi que des carrières alors datées de l’Époque moderne.

5Les recherches sur cette partie de la déviation furent donc abandonnées. Mais le 20 mai 1987, la voûte d’une cavité souterraine s’effondra sous le poids d’un engin de terrassement. Les archéologues de la direction des Antiquités, dépêchés sur les lieux, identifièrent un souterrain du second âge du Fer et demandèrent à l’entreprise de suspendre ses terrassements. Les tranchées réalisées autour de cet effondrement permirent de mettre au jour les vestiges d’un habitat protohistorique et d’en évaluer la superficie menacée à environ 6 000 m2.

FIG. 3 – La fouille de 1987 : conditions inhérentes au sauvetage.

cl. YM/MC

FIG. 4 – Localisation du site sur la photographie verticale IGN ; survol effectué en 1988, après la réalisation des terrassements de la RN 176.

cl. IGN

6Les négociations qui s’engagèrent entre la direction des Antiquités et la direction départementale de l’Équipement conclurent à l’interruption des travaux sur cette partie de la déviation jusqu’au 31 juillet 1987 et à la mise sur pied, pendant cette période, d’une équipe de dix salariés. La fouille fut réalisée sur deux emprises successivement étudiées, afin de permettre le passage des engins du chantier routier à l’emplacement du site archéologique (fig. 5, 6).

FIG. 5 – Vue aérienne des terrassements en juin 1987 ; l’axe de circulation des engins s’infléchit à hauteur de la fouille.

cl. YM/MC

FIG. 6 – Vue aérienne des terrassements en juin 1987 ; la fouille est localisée légèrement au‑dessus du centre du cliché

cl. YM/MC

1.2 Objectifs et méthodes de la fouille d’urgence

1.2.1 Objectifs

7Les premières investigations archéologiques réalisées au Boisanne faisaient de ce site une référence importante pour l’étude des souterrains de l’âge du Fer et plus généralement de l’habitat rural de cette période.

8La présence de souterrains est une des caractéristiques des habitats de l’âge du Fer de l’actuel territoire de la Bretagne. Plusieurs centaines de ces structures ont été découvertes, essentiellement sur les territoires attribués, vers la fin de l’Indépendance, aux Cités des Osismes et des Vénètes. Quelques exemplaires ont été identifiés dans la cité des Coriosolites, mais les exemples connus sur la rive est de la Rance n’ont jamais pu être attribués avec certitude à l’âge du Fer. Le souterrain de Plouër‑sur‑Rance offrait donc l’opportunité de compléter et de préciser la carte de répartition de ces structures.

9Pendant longtemps, les archéologues ont limité leurs investigations uniquement au comblement de ces cavités. Depuis peu, le suivi des travaux d’aménagement, les prospections aériennes, comme celles réalisées sur le site de Castellou‑Perron à Saint‑Jean‑Trolimon (Giot et al. 1979 : 282‑283), et les travaux de J.‑P. Bardel sur les sites de l’Armorique à Plouaret et Pouilladou‑à‑Prat (Côtes‑d’Armor) ont montré que ces souterrains étaient des éléments constitutifs d’habitats gaulois plus difficilement identifiables. Prolongeant ces travaux récents, la fouille du Boisanne pouvait nous permettre, sur une aire de plusieurs milliers de mètres carrés, d’étudier l’environnement d’une de ces structures.

10Le deuxième volet de cette opération concernait bien évidemment l’habitat du second âge du Fer lui‑même. La superficie totale de cet établissement pouvait être estimée à environ 1 ha, dont 6 000 m2 dans l’emprise des travaux de la déviation. Nous étions légitimement en droit d’attendre des fouilles qu’elles nous renseignent sur la chronologie de l’habitat, son évolution et son organisation générale. Les méthodes que nous pouvions mettre en œuvre pour réaliser ce programme dépendaient quant à elles des moyens disponibles et de l’état de conservation des structures archéologiques.

11Ainsi, sur le site du Talhouët à Pluvigner (Tanguy 1988), seuls les secteurs les plus denses en structures archéologiques ont fait l’objet de fouilles extensives. Le reste de l’établissement a été appréhendé de façon plus globale car un grand nombre de talus d’enclos ou de murs de bâtiments étaient particulièrement bien préservés sous la lande. En revanche, l’absence de sols protohistoriques conservés sur le site du Braden I à Quimper a obligé J.‑P. le Bihan à fouiller l’établissement de façon exhaustive. L’étude systématique de toutes les structures subsistantes était le seul moyen d’étudier l’habitat et de pallier le caractère quelque peu lacunaire des vestiges.

12Au cours de cette opération, exemplaire à plus d’un titre, J.‑P. Le Bihan avait fait la preuve que l’on pouvait, sans dommage pour la compréhension du site, enlever à l’aide d’engins mécaniques la partie de la terre végétale brassée par les labours. Dans ces niveaux, les chocs thermiques et le passage répété de la charrue ont détruit de façon presque totale les tessons de céramique qui pouvaient s’y trouver.

13La couche sous‑jacente doit au contraire être décapée de façon plus sélective. Même s’il est presque impossible de repérer dans cette couche des traces de sol ou le contour des structures creusées dans le substrat, une analyse attentive de sa composition montre qu’elle peut contenir, par endroits, des concentrations de pierres ou de tessons de céramiques. Ces vestiges mobiliers ont, dans bien des cas, été quelque peu déplacés notamment par l’action des animaux fouisseurs. Toutefois, leur répartition spatiale est susceptible de fournir des informations sur l’établissement rural et les fosses peu ou pas du tout conservées du fait de leur faible profondeur.

14Enfin, la fouille du site du Braden a montré qu’il fallait réserver la plus grande attention à l’exploration et à l’enregistrement documentaire des structures creusées dans le substrat.

1.2.2 Méthodologie

15La nature des vestiges mis au jour au cours des premières investigations réalisées sur le site du Boisanne nous poussait naturellement à mettre en œuvre une stratégie de fouille inspirée de celle qui avait été mise au point par J.‑P. Le Bihan, sur le site du Braden. Néanmoins, les conditions de réalisation technique du chantier de terrassement, qui continuait parallèlement, nous obligèrent à modifier quelque peu la méthodologie de décapage des niveaux superficiels. Par manque de temps, il fut décidé de décaper, à l’aide d’un engin de terrassement, l’intégralité du site au niveau où apparaissaient les limites des excavations protohistoriques creusées dans le substrat (fig. 7). Le nettoyage de cette surface fut réalisé par une équipe de quinze personnes pendant une douzaine de jours. Ce nettoyage achevé, il fut possible de dresser un plan complet de toutes les structures. Leur remplissage composé de terre brune et parfois de pierres brûlées rendait d’ailleurs leur localisation relativement aisée.

FIG. 7 – Méthodes mises en œuvre lors du décapage : enlèvement de la terre végétale à la pelle mécanique et des limons superficiels au tractopelle, le nettoyage immédiat de la surface étant suivi du marquage des comblements protohistoriques.

cl. YM/MC

16L’abondance des fossés nous obligea à privilégier l’étude de leurs intersections. Ponctuellement, la fouille de tronçons significatifs fut réalisée. De la même façon, le remplissage d’une vaste dépression, interprétée comme une mare du second âge du Fer, ne fut pas fouillé en totalité mais simplement échantillonné à l’aide de tranchées réalisées mécaniquement. Un rapide ratissage des terres extraites de cette mare permit de récupérer une grande partie des vestiges mobiliers. Seuls certains secteurs de cette dépression firent l’objet d’une fouille plus méthodique dont l’objectif était de mettre en évidence des structures creusées dans son comblement. Les carrières gallo‑romaines et modernes furent fouillées de la même façon. En revanche, toutes les autres structures ont fait l’objet de fouilles exhaustives (fig. 8).

FIG. 8 – Méthodes mises en œuvre lors de la fouille : sondages ponctuels dans les fossés et la mare, fouille intégrale de toutes les excavations ponctuelles.

cl. YM/MC

17On peut estimer que, globalement, 75 % des niveaux archéologiques ont été fouillés ; ce qui représente environ 350 m linéaires de fossés, 131 trous de poteaux et une trentaine de fosses (fig. 9, 10).

FIG. 9 – Localisation des zones fouillées et des décapages routiers effectués sous surveillance archéologique. 1 fouille de juin 1987 ; 2 fouille de juillet 1987 ; 3 fouille de juillet 1988 ; 4 fouille d’avril 1989 ; 5 décapage routier 1987 ; 6 décapages routiers 1988.

YM del./MC

FIG. 10 – Localisation des zones décapées et fouillées. 1 non décapée ; 2 non fouillée ; 3 fouille manuelle partielle ; 4 fouille au tracto‑pelle ; 5 fouille manuelle intégrale. NB : la poursuite vers l’ouest du décapage a fait l’objet d’une fouille manuelle intégrale.

YM del./MC

1.2.3 Résultats et limites

18Le rapport de fouilles, rendu en décembre 1987, permit de dresser le bilan de l’opération préventive. L’extrême brièveté du délai qui nous fut accordé pour réaliser ce document explique son caractère lacunaire et les erreurs d’interprétation qui s’y trouvent. La chronologie des différentes phases de l’établissement, décrite dans ce rapport provisoire, s’est avérée par la suite en partie inexacte. Néanmoins, ces imprécisions et ces lacunes ne remettaient pas en question l’intérêt du site du Boisanne, bien au contraire.

19L’opération préventive avait montré, de façon relativement claire, que le premier établissement du Boisanne se composait d’un unique bâtiment d’habitation et d’un enclos de taille fort modeste. Ces deux caractéristiques conféraient au site du Boisanne une certaine originalité par rapport aux autres habitats de l’Armorique préromaine. De plus, les nombreux recoupements constatés entre les différentes structures rendaient possible l’établissement d’une chronologie relative entre les creusements, et donc une restitution assez précise de l’évolution de cet établissement agricole.

20Tous ces éléments finirent par convaincre le ministère de la Culture et le conseil supérieur de la Recherche archéologique qu’il était nécessaire de poursuivre, dans le cadre d’une fouille programmée, la fouille de la partie de l’établissement située en dehors de l’emprise des travaux de la déviation.

1.3 Objectifs et méthodes de l’opération programmée

21Afin de ne pas fausser la vision de l’établissement, nous avons pris le parti de réaliser la fouille programmée selon les mêmes objectifs et les mêmes méthodes que pour la fouille préventive. Cette nouvelle fouille débuta donc par le décapage exhaustif du terrain où s’étendait le reste de l’établissement, ce qui représentait une surface d’environ 3 500 m2.

22Toutefois, il fut également décidé de réaliser quelques sondages sur un enclos repéré lors d’un survol aérien (Menez, Le Potier 1988) et situé en contrebas sur le plateau. Ce site avait livré quelques tessons de céramiques et plusieurs fragments de tuiles. Nous ne pouvions donc écarter a priori l’hypothèse qu’il puisse s’agir d’une extension tardive de l’établissement du Boisanne. Les premiers sondages nous permirent vite d’abandonner cette hypothèse. Les quelques fossés peu profonds correspondaient à des limites parcellaires, et non à un autre établissement.

23La découverte, totalement imprévue, d’un enclos funéraire, d’un édicule sur poteaux et de nombreux chemins bordés de fossés aux environs de la ferme, nous obligea à augmenter de façon non négligeable la surface que nous avions prévue de décaper ou de sonder. De la même façon, la mise en évidence, au cours du printemps 1989, d’une zone particulièrement riche en fragments de statuettes, nous fit adopter une méthodologie de fouille beaucoup plus fine pour ce secteur. Le décapage fut réalisé manuellement et les objets relevés de façon systématique. Ces extensions et ces aménagements inclus, ce sont finalement 5 200 m2 supplémentaires qui ont pu être décapés lors de ces opérations programmées. Dans cet espace, 85 % des remblais protohistoriques ont été fouillés, ce qui représente 300 m linéaires de fossés, une vingtaine de fosses et 58 trous de poteaux.

1.4 Évaluation du coût et critique des méthodes

24Au risque de choquer, nous avons jugé souhaitable d’aborder brièvement dans cette publication le délicat problème du coût de ce chantier archéologique et de sa publication, rarement évoqué en sciences humaines car derrière se profile inévitablement la notion de rentabilité. Les raisons qui nous ont poussés à le faire sont évidentes : les données scientifiques analysées sont nécessairement assujetties aux moyens techniques et humains, et donc aux moyens financiers qu’il a été possible de mobiliser, ce phénomène étant exacerbé par les conditions extrêmes du sauvetage.

25Le coût de cette opération archéologique peut être estimé à 983 000 F, un peu plus de la moitié de cette somme, soit 520 000 F, provenant d’une dotation de la direction des Routes prélevée sur le budget de l’opération routière.

26Un recours accru au personnel bénévole, dans l’hypothèse d’une fouille programmée, aurait probablement permis de faire baisser cette somme à hauteur d’environ 750 000 F. Au‑delà de cette limite, toute diminution des sommes affectées aurait probablement impliqué, en l’état actuel des techniques employées, une baisse en qualité comme en quantité du prélèvement ou de l’analyse des données archéologiques.

27À l’inverse, il est nécessaire de garder à l’esprit que la fouille de 11 200 m2 en quatre mois, avec les moyens dont nous disposions, a nécessairement conduit à une perte de données que des délais ou des crédits supplémentaires auraient probablement permis d’exploiter. Il nous a donc paru important d’essayer de quantifier la perte d’informations imputable aux méthodes utilisées.

1.4.1 Les structures

28De toute évidence, la fouille exhaustive des fossés nous aurait permis de mieux appréhender l’évolution du système de clôture. Il est au moins une section que, a posteriori, et après une analyse de l’ensemble des données, nous aurions aimé pouvoir fouiller afin de vérifier la présence probable d’une porte non décelée au décapage.

29Bien plus grave nous paraît être, malgré l’absence de sols protohistoriques conservés confirmée par les sédimentologues, la perte des informations recelées dans la couche de limon localisée entre la terre végétale et le substrat. L’analyse de la répartition des pierres incluses dans cette strate nous aurait certainement permis d’identifier, grâce à leur calage, l’emplacement de nouveaux poteaux, voire d’identifier, comme cela a été fait sur le site du Braden I, les ultimes traces de solins posés sur le substrat. Le plus faible ancrage des bâtiments dans le sous‑sol au cours des phases tardives de La Tène, phénomène constaté en Bretagne (Le Bihan et al. 1990) comme ailleurs en Europe, nous conduit inévitablement à penser que bien des difficultés que nous avons à percevoir la phase ultime de l’habitat du Boisanne auraient été diminuées à l’issue d’une fouille de ces limons.

30Il faut cependant relativiser ces pertes. Une surveillance continue du décapage au tractopelle a permis de constater, sur l’ensemble de la superficie de la fouille, la relative rareté des pierres dans ce niveau par rapport à des sites comme ceux du Braden I à Quimper ou de Polvern à Hennebont (Menez 1994).

1.4.2 Le mobilier

31La perte du mobilier recelé dans les sections non fouillées, gênante pour l’établissement de cartes de répartition, ne nous paraît cependant pas fondamentale.

32L’absence de ramassage du mobilier recelé dans la couche de limon introduit là encore une distorsion chronologique, le mobilier tardif étant probablement localisé pour l’essentiel dans ce niveau. Enfoui lors du creusement de structures peu profondes ou suite à des phénomènes de tassement dans les comblements des fossés, ce mobilier aurait probablement fourni de meilleurs jalons chronologiques pour l’abandon de l’établissement. De la même façon, l’utilisation presque systématique de la pioche pour fouiller les fossés a entraîné une perte dans la collecte des petits objets.

33Une étude récente réalisée sur le site de Mount Farm près de Dorchester (Grande‑Bretagne) (Lambrick 1984) a montré que plus d’un tiers du matériel présent dans les couches de remplissage des fossés était rejeté avec les déblais si l’on avait recours uniquement à une fouille manuelle, sans tamisage.

34Les témoins matériels les plus petits, et dont la couleur est très proche de celle de la terre, ont toutes les chances d’échapper à la sagacité des fouilleurs. Il n’est pas étonnant que le site du Boisanne ait livré très peu de fragments de fibules en fer ou même de restes de graines.

1.4.3 Préambule à l’analyse des données

35La documentation archéologique réunie à l’achèvement de la fouille comprend 52 relevés stratigraphiques, 35 relevés en plan, plus de 1 000 photographies, 41 prélèvements de terre en vue d’analyses palynologiques ou sédimentologiques, 250 prélèvements de charbons de bois, 1 369 ossements, plus de 9 000 fragments de céramique et une cinquantaine d’objets non céramiques. C’est sans doute bien peu, comparé à ce que produit la fouille d’un site stratifié, en milieu urbain par exemple. Pourtant, il faut avouer que le traitement de cette documentation nous a posé quelques difficultés et que, dans un premier temps, nous n’avons choisi de traiter qu’une partie de ces données. L’interprétation de l’établissement rural, proposée à partir de cette étude partielle, était tellement caricaturale et réductrice que nous avons finalement pris le parti d’analyser l’ensemble des informations archéologiques disponibles. Afin de ne pas infliger au lecteur de fastidieuses descriptions, la partie analytique a été traitée pour l’essentiel à l’aide de dessins qui « constituent en eux‑mêmes un discours autonome » (Rapin 1983). Le rôle du texte sera donc de fournir les clefs permettant de mieux comprendre les documents graphiques qui constituent en quelque sorte la colonne vertébrale du discours interprétatif.

Table des illustrations

Légende FIG. 1 – Localisation du site du Boisanne.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42320/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende FIG. 2 – Localisation du site en bordure de la Ria de la Rance.
Crédits BRH del./AFAN
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42320/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Légende FIG. 3 – La fouille de 1987 : conditions inhérentes au sauvetage.
Crédits cl. YM/MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42320/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende FIG. 4 – Localisation du site sur la photographie verticale IGN ; survol effectué en 1988, après la réalisation des terrassements de la RN 176.
Crédits cl. IGN
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42320/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 234k
Légende FIG. 5 – Vue aérienne des terrassements en juin 1987 ; l’axe de circulation des engins s’infléchit à hauteur de la fouille.
Crédits cl. YM/MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42320/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Légende FIG. 6 – Vue aérienne des terrassements en juin 1987 ; la fouille est localisée légèrement au‑dessus du centre du cliché
Crédits cl. YM/MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42320/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Légende FIG. 7 – Méthodes mises en œuvre lors du décapage : enlèvement de la terre végétale à la pelle mécanique et des limons superficiels au tractopelle, le nettoyage immédiat de la surface étant suivi du marquage des comblements protohistoriques.
Crédits cl. YM/MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42320/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende FIG. 8 – Méthodes mises en œuvre lors de la fouille : sondages ponctuels dans les fossés et la mare, fouille intégrale de toutes les excavations ponctuelles.
Crédits cl. YM/MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42320/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Légende FIG. 9 – Localisation des zones fouillées et des décapages routiers effectués sous surveillance archéologique. 1 fouille de juin 1987 ; 2 fouille de juillet 1987 ; 3 fouille de juillet 1988 ; 4 fouille d’avril 1989 ; 5 décapage routier 1987 ; 6 décapages routiers 1988.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42320/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende FIG. 10 – Localisation des zones décapées et fouillées. 1 non décapée ; 2 non fouillée ; 3 fouille manuelle partielle ; 4 fouille au tracto‑pelle ; 5 fouille manuelle intégrale. NB : la poursuite vers l’ouest du décapage a fait l’objet d’une fouille manuelle intégrale.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/42320/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 146k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search