Version classiqueVersion mobile

Ateliers de potiers médiévaux en Bretagne

 | 
François Fichet de Clairfontaine

Partie 2. Les productions

Chapitre 4. Le centre potier de Chartres‑de‑Bretagne (Ille‑et‑Vilaine) aux xiexiie s

L’atelier I de Fontenay FIG. 4 FIG. 5 FIG. 14, nos 15 à 20 FIG. 15, nos 21 à 25 (FIG. 16, n° 31)

François Fichet de Clairfontaine et Laurent Beuchet

Résumé

Datable au plus tard de la fin du xie ou du début du xiie s., l’atelier I est un petit atelier rural de faible dimension, le plus ancien actuellement fouillé sur le site potier de Fontenay. Il regroupe un faible nombre de structures qui, mis à part les fours, sont relativement rudimentaires. L’aire de cuisson bien individualisée comprend trois fours longitudinaux à tirage horizontal. Elle se situe entre une aire d’extraction de sable et d’argile située au nord et, au sud, une zone de façonnage qui comprend au moins un édifice sur poteaux porteurs qui a pu abriter un tour de potier. La production, constituée essentiellement de vaisselle de cuisine et de stockage, ainsi que de luminaire (oules, cruches, bassins, jattes etc.) regroupe une douzaine de formes, rarement décorées, très proches de celles des ateliers carolingiens de haute Bretagne.

Texte intégral

4.1 Introduction

1Malgré l’article de F. Aussant, publié en 1873 dans le Bulletin de la Société archéologique d’Ille‑et‑Vilaine (Aussant 1873), le centre potier de Chartres‑de‑Bretagne n’a guère attiré, jusqu’en 1976, l’attention des historiens de l’art ou des archéologues. Pourtant, égal de St‑Jean‑la‑Poterie (Morbihan), de La Poterie Lamballe et de Pabu (Côtes‑d’Armor) ou de Ergué‑Gabéric (Finistère), le centre situé à quelque 9 km au sud de Rennes (fig. la et b) a abondamment diffusé ses productions sur une grande partie de la haute Bretagne et connu jusqu’à l’orée du xxe s. une renommée méritée (Labour 1980). Ses poteries de terre, ses épis de faîtage à la lourde décoration, ses carreaux de pavage et même sa « faïence » se retrouvent sinon chez les antiquaires, du moins dans tous les niveaux archéologiques rennais, du xiie s. au début du xxe s. ; ainsi ceux de la rue St‑Louis (Joubeaux et al. 1987 : 25‑26) et des Portes Mordelaises.

FIG. 1a Plan de situation du site de Fontenay à Chartres‑de‑Bretagne ; b état de la carte communale en 1990. ★ Emplacement des sites antiques recensés ; trame : village de La Poterie de Fontenay, centre potier ; « emplacement de l’atelier I. Les limites du site castrai de Fontenay sont indiquées en tramé.

a V.T. del/FMSH, b M.H. del/FMSH

2En 1976, la création d’une route départementale a en grande partie détruit un atelier de potier à proximité de la ferme de Fontenay. Des sondages archéologiques furent cependant réalisés par J. Héricotte à l’emplacement d’une fosse‑dépotoir visible dans la coupe d’un talus. Ceux‑ci ont confirmé l’existence d’une aire artisanale inédite des xiiiexive s. dans ce secteur de Chartres et démontré son extension probable dans les parcelles voisines. En 1984, les recherches ont repris dans le cadre du PCR Les ateliers de potiers médiévaux et les investigations ont été poussées dans trois directions, de telle manière qu’elles puissent préparer au mieux une fouille archéologique. Elles ont abouti à la réalisation d’un dossier d’étude préalable comprenant un premier examen des archives datables des xviexixe s. (Caziot, Barrère 1985), l’étude du contexte géologique, la caractérisation pétrographique des pâtes recueillies en 1976, enfin une prospection magnétique couplée à une campagne de sondages de reconnaissance.

3Dès le début des fouilles en 1987, nos connaissances sur l’aire artisanale médiévale se sont trouvées bouleversées. Alors que nous pensions mettre au jour un atelier du xive s. c’est un ensemble de structures datant des xiexiie s. qui sont apparues durant la première campagne. Enfin, au bout de quatre années de recherche, ce sont cinq ateliers se succédant du xie au xive s. qui ont été étudiés sur une surface couvrant quelque 1 350 m2 ! Nous pensons aujourd’hui qu’il subsiste des vestiges des activités céramiques médiévales sur près de 5 ha (fig. 2).

FIG. 2a Plan des carrés prospectés sur le site de Fontenay : A limites reconnues de l’atelier en 1987. b Carte magnétique. Les anomalies B et C indiquent l’emplacement de fours de potiers, A la présence d’une vaste aire de rejet ; les autres (E, F, D) signalent des drains remblayés de tessons et de terre cuite. L’anomalie G est due à une aimantation ferromagnétique.

M.H. de//FMSH

4.2 Aperçu historique

  • 1 Les études historiques sur les potiers et tuiliers médiévaux bretons ont fait l’objet d’un DEA sout (...)
  • 2 ADIV, 1F 501/1.
  • 3 Cartulaire de St‑Melaine, charte no 101.

4La commune de Chartres‑de‑Bretagne, l’une des plus petites du district de Rennes du point de vue de la superficie (1 010 ha), est née de la réunion de deux paroisses vers la fin du xiiie s. : Chartres et Fontenay1. Celle de Chartres est sans doute la plus ancienne. Il n’est pas improbable que ses premiers habitants soient des Carnutes déplacés depuis le pays de Chartres (Eure‑et‑Loir). C’est ce que laisse supposer une inscription antique du iie s. qui mentionne l’existence d’un Pagus Carnutenus dans la civitas des Riedones (Chastagnol 1980). À l’emplacement du bourg originel de Chartres‑de‑Bretagne, les prospections archéologiques ont quant à elles révélé l’existence de plusieurs sites datables, pour le plus ancien du début de notre ère (rue du Vieux‑Bourg) et, pour le plus récent, du ive s. (rue Ronsard). Dès la période antique, on y constate l’existence d’activités artisanales basées sur l’exploitation du sous‑sol : production de la chaux à partir des faluns de l’Helvétien. L’occupation a sans aucun doute perduré tout au long du haut Moyen Âge, mais ce n’est qu’à partir de 11522 que Chartres va pour la première fois apparaître ou réapparaître dans les textes. L’abbaye de St‑Melaine de Rennes y possède alors l’église, ainsi qu’une métairie, qui sera affermée à partir de 12403 et deviendra ensuite le domaine de La Retenue.

  • 4 ADIV, 1F 501/1 : f° 137v et 138r.

5Située plus au nord, à l’emplacement du centre actuel de Chartres‑de‑Bretagne, la paroisse de Fontenay apparaît de création plus récente ; les toponymes en ‑ais apparaissant dans les zones de langue romano‑française au cours du xie s. (Souillet 1943). Un site antique qu’elle recouvre, a été localisé aux abords du manoir de Fontenay dont les premiers seigneurs apparaissent en 1148 (Morice 1742‑1746 : 602). Les occupants du château, qui se développera autour d’une motte castrale, ont utilisé les vestiges antiques ; la chapelle, probable première église de Fontenay, reprend un pan de maçonnerie en opus mixtum, lequel pourrait être d’origine gallo‑romaine. Une datation plus basse n’est cependant pas à rejeter et le monument remonterait alors aux xexie s. Là encore, l’absence de textes se fait cruellement sentir et la paroisse de Fontenay n’est surtout attestée qu’à compter du xiiie s. Sa première mention date de 1213, année au cours de laquelle la Charte de Confirmation de Pierre, évêque de Rennes, pour l’abbaye de St‑Melaine, cite parmi les possessions des moines l’église de Chartres et surtout les dîmes, terres et prés concédés par Olivier de Fontenay « in parrochia de Fonteneio »4.

6Du xie au xiiie s., deux paroisses rurales coexistent donc, présentant une histoire différente. Mais l’artisanat tend aussi à les différencier et les fouilles, ainsi que les textes plus tardifs démontrent que si Chartres abrite les « chauffeours » et les carriers implantés au‑dessus des faluns et des calcaires, Fontenay commence déjà à se spécialiser dans la production céramique.

  • 5 BN, Ms 22331 : f° 445.

7L’évolution que connaît par la suite le centre potier est marqué par la disparition de la paroisse de Fontenay, intégrée dans celle de Chartres peu après 1280 et son église paroissiale n’est plus qu’une simple chapelle castrale appelée St‑Aubin de Fontenay. Les ateliers continueront à se développer au sein d’un même village nommé « la Pottery de Fontenay » que mentionne pour la première fois un acte de Jean IV de Bretagne daté de 13805.

4.3 La terre, l’eau et le bois

4.3.1 Le contexte géologique

8Le groupe des ateliers chartrains s’est implanté en bordure sud‑est du bassin tertiaire de Rennes (Carte géologique de Rennes 1966), sur une zone topographiquement plane. Les décapages successifs réalisés sur le site même de Fontenay ont révélé que les niveaux archéologiques recouvraient directement des sables marins jaunes. Cette formation de faible puissance, entre 2 et 3 m d’épaisseur dans ce secteur du bassin rennais, renferme par endroits des plages de graviers et quelques concrétions gréseuses ferrugineuses appellées communément « roussards ». Sur plus d’un tiers de la surface mise au jour, se rencontrent aussi d’importantes lentilles argileuses jaunes interstratifiées, caractérisées par l’assemblage kaolinite dominante (illite). Plusieurs fosses (S. 20, S. 15) ont été creusées dans ces poches qui peuvent atteindre plus de 10 m de long et presque autant de large. Il n’est pas improbable que ce soit cette argile qu’ évoque A. Orain en 1882 lorsqu’il écrit « qu’une argile colorée, mêlée de terre siliceuse et de fer, alimente quelques poteries ».

4.3.2 Hydrographie et hydrogéologie

9Le bassin de Rennes, dont fait partie Chartres‑de‑Bretagne est placé sous l’influence d’un climat océanique doux et humide, caractérisé surtout par des précipitations régulières, relativement importantes de novembre à mars. On doit toutefois noter que cette région est l’une des rares en Bretagne à enregistrer deux, voire trois mois subsecs (avril et juillet, parfois août). Ces conditions influent en partie sur le réseau hydrographique chartrain dont étaient cependant éloignés les potiers de Fontenay. Ce réseau, composé de la rivière de la Seiche et des ruisseaux d’Orson, du Reynel et des Boteriaux forme près d’un tiers des limites communales, ne traversant ni l’aire artisanale, ni celle de l’habitat. Ainsi, le ruisseau d’Orson, qui marque les limites avec la commune de Châtillon‑sur‑Seiche, le plus proche de Fontenay, se trouve néanmoins à quelque 1 100 m à l’est des premiers ateliers médiévaux.

10Les potiers ont surtout profité des très bonnes capacités hydrogéologiques du secteur de Chartres‑de‑Bretagne. Ils ont ainsi pu exploiter sans difficulté les très nombreuses sources qui sont présentes à faible profondeur. Celle du manoir de Fontenay est célèbre pour son débit inchangé tout au long de l’année ; une autre source importante est aujourd’hui exploitée par puits à 20 m au sud du chantier de fouille et plusieurs caves situées à l’emplacement de l’ancien village de la poterie sont équipées de pompes qui évitent leur inondation et témoignent de l’importance des sources. Sur le site archéologique enfin on a pu remarquer la forte humidité du sous‑sol en toute saison, ce malgré la sécheresse des années 89‑90.

4.3.3 La couverture végétale

11Commune rurale à l’origine, Chartres‑de‑Bretagne s’insère aujourd’hui dans un bocage à mailles lâches qui n’a laissé subsisté qu’un bois de 5 ha : celui entourant le château des Marais à 500 m au nord‑ouest des ateliers médiévaux. Il est probable que les potiers du xie s. sont venus exploiter cette silve dont l’étendue était alors plus importante et dépendait de la seigneurie de Fontenay. D’autre part, comme le rappelle Leguay, « il n’y a pas de ville sans forêt domaniale proche, sans plusieurs bosquets » (Leguay 1980) et celle de Rennes dispose alors d’une importante forêt dans laquelle les potiers ont pu venir chercher leur bois de chauffage.

4.4 Les structures de l’atelier I

4.4.1 L’organisation spatiale du site potier et de l’atelier I

4.4.1.1 Organisation générale

12Sur une surface de 1 350 m2, les structures de cinq ateliers qui se sont succédé de la fin du xie au xive s. ont été mises au jour. L’organisation des ateliers I et II, sensiblement contemporains, est actuellement la mieux connue et permet de dégager quelques aspects généraux (fig. 3).

FIG. 3 – Plan général des fouilles en 1990. Les ateliers des XIe‑XIIe s., marqués I et II, se situent principalement au sud.

13Il n’est pas improbable que chaque atelier se soit développé à l’intérieur de petites parcelles, les limites, de direction est‑ouest ou nord‑sud, étant marquées par des fossés et une palissade. On notera au passage que les tracés de ces limites ont peu varié jusqu’au xive s. et qu’elles sont toujours restées visibles. Ainsi, au cours du xive s., un fossé va se superposer au tracé de la tranchée‑palissade qui séparait, à la fin du xie s., les ateliers I et II. Enfin, cette organisation de l’espace pourrait dater du xie s. et être contemporaine de la naissance de l’aire artisanale. On remarque ainsi que les deux seuls fossés qui présentent une direction autre que celle est‑ouest ou nord‑sud sont recouverts par les structures des ateliers I et II et donc antérieurs à la fin du xie s. Les nouvelles limites auraient ainsi remplacé un parcellaire pré‑existant. L’hypothèse demande cependant à être confirmée dans la mesure où ces deux fossés n’ont pu être datés.

14L’organisation de chaque aire de travail présente les même similitudes. Dans les deux cas, l’aire de cuisson sépare l’aire de façonnage, située au sud, des aires d’extraction et de rejet situées au nord et qui sont le plus souvent confondues. Hormis pour la zone de rejet, on remarquera que ces aires se délimitent bien. Les fours ont toujours été réutilisés comme dépotoirs après leur destruction. Dans le cas de l’atelier II, ils ont même été édifiés dans une tessonnière.

15On doit enfin noter l’absence des aires de préparation de l’argile qui ont pu être implantées au sud de la parcelle AK 52. Des prospections réalisées de l’autre côté de la rue de Fontenay ont révélé la présence de productions céramiques des xiexiie s., ce qui suppose une extension des ateliers dans ce secteur. On suppose que l’habitat était présent sur le site de l’atelier I, Le mobilier suggère la présence d’une grande habitation pourvue d’un foyer dans l’atelier II contemporain. Dans l’atelier I, dont les limites sud n’ont pu être fouillées, le bâtiment 2 ou l’édifice incomplet auquel se rattachent quelques trous de poteaux plus à l’ouest peuvent tout aussi bien avoir servi d’habitation.

4.4.1.2 Organisation et limites de l’atelier I

16On peut estimer que 70 % seulement de la surface de l’atelier I a été mis au jour. La présence d’arbres et surtout celle d’une voirie n’ont pas permis de reconnaître les limites sud‑est et est. Couvrant au minimum quelque 510 m2, il est à l’ouest séparé de l’atelier II par une palissade (S. 100). Au nord, il ne semble pas avoir débordé une frontière marquée par un fossé (S. 11) qui, s’il n’a pas livré d’éléments autres que des productions du xive s., nous semble cependant offrir une continuité avec S. 100.

FIG. 4 – Plan de l’atelier I de Fontenay, limité à l’ouest par une tranchée‑palissade et au nord par un fossé ; emplacement des fours 1, 2, 3.

17La tranchée palissade (S. 100), suivie sur une longueur de 20,50 m a été comblée en partie ou totalement à l’abandon de l’atelier, puis partiellement recreusée et élargie au xive s. Il est possible que cet ouvrage ait servi durant le fonctionnement de l’atelier III, datable du xiie ou du début du xiiie s. Cependant, aucun témoin de cette phase ne subsiste et il ne demeure ainsi qu’une stratigraphie constituée, de bas en haut : d’un remblai contemporain de la destruction de la palissade encadré par des terres de calage ; de limon gris témoignant de l’écoulement des eaux ; enfin d’un comblement datable du xive s., les deux dernières couches comblant près des deux‑tiers supérieurs de la structure.

18La tranchée linéaire S. 100, d’axe nord‑sud, est large au minimum de 0,70 m. Elle présente un profil en U dont le fond plat varie de 0,13 à 0,21 m de largeur. Une rigole médiane marque l’emplacement des éléments de la palissade qui étaient calés avec la terre provenant du creusement de la structure. Seule la limite nord a été reconnue. La palissade s’interrompt brusquement sans raison apparente (présence d’une porte ?) à proximité du fossé (S. 11) d’axe est‑ouest. Sur une longueur de 35 m, celui‑ci présente un profil en U et est conservé sur une profondeur moyenne de 0,35 m. En surface, il atteint encore près d’1 m de large. Trois sections ont été étudiées et si plusieurs modes de comblement ont pu être différenciés, aucun n’atteste l’existence du fossé dès le xie s., le mobilier datant essentiellement du xive s.

4.4.1.3 L’extraction de sable et d’argile

19Plusieurs fosses ont été localisées immédiatement au nord‑est de l’aire de cuisson et se distinguent par une forte densité de tessons apparue dès l’enlèvement de la couche cultivée. Leurs parois ne se sont cependant dessinées, après la fouille d’une couche cendreuse les recouvrant et débordant largement sur les alentours, qu’à l’apparition du substrat géologique. Dans leur dernière utilisation, il s’agit de vastes fosses‑dépotoirs dont le comblement relativement complexe a été constitué d’éléments de fours (voûtement de poteries, sole), de couches de sable fin et surtout de ratés de cuisson. Compte tenu des connaissances déjà acquises sur la production, principalement à partir de la fouille des fours et d’un dépotoir attenant à l’un d’eux (S. 15), l’étude s’est davantage attachée à reconnaître la fonction première de ces fosses ainsi que leur mode de comblement.

20La fosse 14 couvre au minimum une surface de 7 m2 ; le reste (entre 2 et 3 m2) n’a pu être accessible. De forme grossièrement ovale et présentant des parois le plus souvent verticales, la structure atteint 2,55 m de large et doit dépasser 2,70 m en longueur. Son fond est irrégulier, résultat de nombreux recreusements. Elle a été creusée dans le substrat géologique jusqu’à la profondeur maximale de 1,50 m. Ce substrat se compose dans ce secteur du site d’une grave argileuse affleurante, épaisse de 0,33 m, qui recouvre un sable fin du Pliocène dans lequel sont interstratifiées des poches d’argile. La fouille des abords de cette fosse n’a pas révélé d’aménagements particuliers. Il en est de même à l’intérieur de cette excavation. La base des parois ne présente pas de signe d’érosion et on note l’absence de toute trace de sédimentation sur le fond. Cette structure paraît bien être une fosse d’extraction. Sa forme est particulièrement éloquente à cet égard ; en plusieurs endroits, elle s’élargit à sa partie inférieure, là où le matériau devait être plus homogène et de meilleure qualité. On estime que les potiers ont pu extraire près de 10 m3 d’argile.

21La fosse 20 n’est qu’un des éléments d’une véritable petite carrière d’argile qui couvre au minimum 40 m2. Cet ensemble est constitué d’au moins deux fosses qui se sont succédé, la fosse 20 étant la plus ancienne des deux comme le montre la stratigraphie de son comblement. De forme quadrangulaire, elle mesure 5,60 m de longueur et atteint au maximum 2,60 m de large. Ses parois ont été le plus souvent taillées à la verticale. Le creusement tend cependant à s’élargir dans sa partie inférieure, présentant un profil en poire. L’étude de sa stratigraphie intérieure révèle que cette fosse a été l’objet de deux phases de creusement, voire d’une troisième. À la fin de la première phase, la fosse mesure seulement 1,95 m de large. Au cours de la seconde phase, elle atteint sa profondeur maximale de –1,40 m et la paroi nord est creusée puis reculée de près de 0,60 m. Ce n’est qu’à l’issue de ces travaux d’excavation, qu’un premier comblement (près des 2/3 de sa hauteur) sera effectué. On note, comme pour la fosse 14, l’absence totale de sédimentation sur le fond. C’est donc un très court laps de temps qui sépare la fin du creusement et le remblaiement partiel. La troisième phase correspond sans doute au creusement de la fosse adjacente (non fouillée) et provoque la disparition d’une grande partie de la paroi nord de la S. 20. La fosse a été creusée dans une importante poche d’argile jaune qui était séparée de la surface par un niveau de sable jaune mêlé de graviers épais de 0,40 m environ. Il ne fait aucun doute que cette fosse et la suivante ont permis d’extraire de l’argile (le cubage extrait pouvant être estimé entre 33 et 40 m3).

4.4.1.4 L’aire de façonnage

22La surface étudiée couvre près de 120 m2 et il est probable que faire s’étend largement vers le sud et le sud‑est. Les structures, toutes de petite dimension et constituant trois groupes bien distincts (trous de poteau, fosses et tranchées de sablière), n’ont pu être associées à des sols d’occupation. Hormis deux trous de poteau et une fosse, elles sont apparues au niveau du substrat géologique. Cette situation stratigraphique ne traduit pas pour autant la contemporanéité de ces vestiges. Pour la majorité d’entre eux, les parties supérieures se trouvaient sans doute « ennoyées » dans la couche archéologique.

Les bâtiments

23Les trous de poteaux, peu nombreux, sont de dimensions et de profondeurs variables, ce qui n’encourage guère la restitution au sol du plan des édifices. L’existence d’un petit édifice en bois, proche du four 2, reste supposée. Il n’est matérialisé au sol que par trois poteaux d’angle d’un diamètre moyen de 0,25 m et profonds de 0,30 à 0,50 m (en restituant l’épaisseur de la couche archéologique enlevée). L’absence d’autres éléments peut être due à la construction du four 2. Aucun sol, aucun aménagement ne subsiste hormis une petite fosse ovale à fond plat, de fonction restée indéterminée. Elle est longue de 1,10 m, large au maximum de 0,70 m et profonde de 0,50 m. Sur les deux‑tiers de sa hauteur, la fosse est remblayée par une couche argileuse compacte, mêlée de graviers, qui contenait quelques particules de terre cuite et de rares tessons. Sans ces éléments, il aurait été difficile de la distinguer du substrat géologique environnant. Elle était recouverte d’un limon gris meuble qui a livré des fragments d’oules du xie s.

24Situé au sud, à quelque 10 m du premier, le bâtiment 2 offre de plus grandes dimensions. D’une surface de 31 m2, il est délimité au sol par cinq poteaux et les vestiges d’une tranchée de sablière. L’avant‑trou des poteaux mesure 0,45 à 0,50 m de diamètre. Les pièces de bois, fichées jusqu’à 0,35 m de profondeur en moyenne, devaient atteindre un diamètre de 0,20 m. Elles étaient calées avec de la grave argileuse provenant du creusement des trous. La tranchée a été mise au jour sur 1,95 m de long et sa profondeur n’excède pas 0,10 m. Le fond en forme de cuvette a été rubéfié et le comblement était constitué de fragments de terre cuite mêlés de charbon de bois. On suppose ainsi que cet édifice de plan rectangulaire a pu être en partie détruit par un incendie. Un trou de poteau a été découvert à l’intérieur du bâtiment, près de l’angle sud‑ouest. Nous ne pensons pas qu’il appartienne à une structure postérieure ou antérieure à l’édifice, laquelle se serait étendue sur la zone non fouillée. D’un diamètre de 0,15 m (l’avant‑trou n’est pas certain), il a pu servir à caler l’axe support d’un tour de potier.

Les autres structures

25Deux autres fosses, sensiblement isolées, ont été fouillées. De forme irrégulière, elles présentent des parois verticales peu élevées et un fond soigneusement aplani. Elles ont été creusées jusqu’à une profondeur n’excédant pas 0,50 m et ont été remblayées avec du sable fin, qui contenait de rares particules de terre cuite. Il ne s’agit pas d’un comblement naturel, dû au ruissellement le long des parois. Ce sable semble bien avoir été traité et pourrait provenir de faire de préparation de l’argile.

4.4.1.5 L’aire de cuisson

Présentation

26Sur le site de Fontenay, l’étude des fours a toujours associé deux méthodes de fouilles successives, du fait que ces structures en partie excavées ne se différencient des simples fosses‑dépotoirs que très tardivement. Après l’enlèvement de la couche de terre cultivée, se dessine à chaque fois une structure ovalaire qui s’individualise par une forte densité de tessons morcelés, mêlés avec des cendres et des fragments de terre cuite. À ce stade, rien ne démontre la présence d’un four, ses parois n’étant pas visibles. La méthode d’approche est d’abord celle utilisée pour les grandes fosses‑dépotoirs. Les premières couches sont différenciées et, dans la mesure du possible, on tente de dégager au sein de la masse formée par les tessons, les fragments d’un même vase brisé sur place. Pour le four 1, ce n’est qu’après l’enlèvement d’une première couche constituée de vases jetés en paquets que les limites rubéfiées d’une paroi sont apparues. Pour les fours 2 et 3, la sole est apparue immédiatement sous un unique remblai de ratés de cuisson (fig. 6). La recherche a été modifiée pour les fours 1 et 2, afin de déterminer rapidement l’axe de ces structures et leur organisation générale. Ce travail permet surtout de choisir l’emplacement des coupes : celle axiale, qui a pour objectif d’étudier les comblements de la fosse d’accès, de l’entrée du four et de faire du foyer et donc l’évolution de cette partie de la structure et celle transversale qui restitue la stratigraphie du comblement de chaque carneau de chauffe et leur évolution commune avec la languette.

FIG. 5 – Aire de cuisson. Vue des fours 2 et 3 après fouille.

FIG. 6 – Plan des fours 1, 2 et 3. a coupes et plans du four 1 ; b four 2 ; c four 3.

27Les ratés de cuisson ayant été le plus souvent rejetés « en paquet », la fouille a produit de nombreux lots céramiques qui permettent chacun de reconstituer une forme. Afin d’éviter des recollages trop partiels et parce que la masse des tessons est relativement peu importante (4 000 fragments), autorisant une étude rapide de la production, tous les fragments de céramiques ont été conservés.

28L’aire de cuisson qui couvre une surface de 52 m2 est représentée, au sein de l’atelier I, par trois fours de type longitudinal. Ceux‑ci présentent les mêmes caractéristiques générales de construction ainsi que les mêmes modes ou presque de réparation. Faiblement excavés dans le sol naturel, pourvus d’une fosse d’accès ou d’une petite fosse à cendres, ils sont constitués d’un foyer qui est séparé de la sole par deux carneaux de chauffe allongés, en forme de fer à cheval aux branches légèrement arrondies, encadrant une languette. À l’issue de la dernière cuisson, après avoir été entièrement vidés de leur chargement de poteries, les fours ont été démontés, vraisemblablement en vue d’une récupération de leurs matériaux de construction. Toutes les parties situées au‑dessus du sol vierge ont ainsi disparu. Ces destructions volontaires ont été suivies d’arasements qui se sont produits principalement entre le xiie et le xive s. Ils ont supprimé toute trace de l’arrière des fours, de la sole et d’une éventuelle porte. En raison de ces suppressions, les mesures qui ont été relevées, tant pour la longueur que pour la largeur, sont celles de structures réduites.

Le four 1 (fig. 7)

29Du fait de son état de conservation et des différentes modifications qu’il a subies et qui ont pu être observées, ce four peut‑être considéré comme le four‑type de l’atelier I et même du site de Fontenay. La datation par archéomagnétisme de la sole et des briques de ses parois situe son abandon au début du xiie s. (Lanos, cf. part. 3, chap. 1).

FIG. 7 – Vue du four 1 depuis l’ouest : entrée du four encadrée par ses murets de briques. On distingue deux vases qui faisaient partie d’une paroi aménagée lors de la réfection générale de l’espace intérieur du four.

État à la découverte

30À l’issue de la dernière cuisson, le voûtement de poteries a été entièrement détruit, de telle manière qu’aucune empreinte de ses éléments n’était visible au‑dessus des parois conservées. Les potiers ont récupéré des briques sur les murets encadrant l’entrée du four et à l’extrémité de la languette dont ils ont bouleversé la partie sommitale. Le fond des carneaux et du foyer n’a pas été nettoyé. Il demeurait donc des couches cendreuses, mêlées de tessons, et liées à la dernière période de fonctionnement du four. Celui‑ci et sa fosse de chauffe ont été remblayés uniquement avec des ratés de cuisson jetés « en paquets ». La fosse a par la suite été vidée et recreusée, sans doute pour extraire de l’argile, puis de nouveau comblée avec des productions dont la fréquence des formes est sensiblement différente de celle découverte dans le four.

Stratigraphie

311 – Terre cultivée contenant de nombreux tessons (xiexive s.) et peu de fragments de terre cuite.
2 – Couche archéologique recouvrant tout le site de Fontenay. Au‑dessus du four, elle livre davantage de tessons morcelés des xiexiie s. Aucun autre indice n’atteste l’emplacement de celui‑ci.

● Le four

323 – Couche de ratés de cuisson avec des cendres. Les vases se sont le plus souvent brisés en place. La production est composée presque exclusivement d’oules globulaires associées à quelques cruches à bec tubulaire.
4 – Couche comblant uniquement les carneaux de chauffe et constituée de débris du voûtement (terre cuite, bouchons de calage et tessons).
5 – Couche de cendres gris clair avec beaucoup de tessons à pâte grésée.
6 – Terre cuite ; niveau relativement meuble et homogène.
7 – Cendres gris clair recouvrant l’aire du foyer. La majorité des tessons recueillis reposait à plat. Cette couche, recouvrant en partie le fond des carneaux, est la seule dont on puisse dire quelle est contemporaine de l’utilisation du four et sans aucun doute de la dernière cuisson.

● La fosse d’accès (S. 15)

338 – Unique couche de comblement constituée de cendres, de fragments de terre cuite et de nombreux tessons, souvent de grande taille. Du limon illuvié est venu remplir la majeure partie des vides intersticiels. La production, si elle est composée en majorité d’oules globulaires, présente aussi de nombreux bassins, des cruches à bec tubulaire, une coupelle et des lampes à huile.

Structure et évolution

34Le four 1 a été édifié à partir d’une excavation, longue de 4,20 m et profonde au maximum de 0,40 m. Il est probable que la fosse de chauffe a été excavée en premier lieu. Du fait de travaux d’extraction d’argile, ses dimensions originelles ont été modifiées. Rien n’indique qu’elle ait été aussi profonde (0,40 m) et de plan ovale. En comparaison, les fosses de chauffe associées aux fours 5, 7 et 8 de l’atelier II sont de plan rectangulaire. Le four couvre les deux‑tiers de l’excavation dont la partie est a été creusée en préalable en forme de fer à cheval (fig. 6). Depuis la fosse de chauffe, on accède au foyer par une ouverture large de 0,90 m et encadrée de deux murets de briques. Les carneaux, que sépare la languette taillée en réserve, sont conservés sur près de 1,70 m de long et leur fond s’élève jusqu’à la tablette arrière (disparue) suivant une pente de 13°.

35On peut supposer qu’une partie des vases à cuire reposait sur la partie sommitale plane de la languette. La majeure partie de ceux‑ci devait cependant être disposée dans le laboratoire constitué d’une galette d’argile et s’étendant à l’est des carneaux et de la languette. Il a été malheureusement entièrement détruit après l’abandon du four. L’examen des débris recueillis dans les carneaux démontre que l’ensemble a été surmonté d’un voûtement constitué de vases retournés et emboîtés maçonnés à l’argile, un revêtement d’argile étant appliqué sur ses parois internes et externes.

36Le four, dont la durée de fonctionnement est difficile, sinon impossible à estimer, a subi de nombreuses réfections. La plupart sont de faible ampleur répondant à des altérations très localisées de la paroi. Les potiers ont rajouté de l’argile pour égaliser une surface ou pour boucher un trou. Les parties les plus fragiles, du moins celles conservées et observées, se situent au contact du foyer. Le sol rubéfié de l’aire du foyer n’a pas livré de traces de réparations ou d’ajouts successifs de couches d’argile.

37Dans la mesure où il est impossible de dater les innombrables réfections apportées au four les unes par rapport aux autres, on ne peut distinguer que l’état primitif de la structure et son état final.

● État primitif

38À l’origine, la fosse de chauffe de plan quadrangulaire semble s’élargir jusqu’aux murets de briques. Constituant les parois latérales de l’entrée du four, ils se présentent chacun sous l’aspect d’un pilier engagé. Le muret nord est conservé sur 0,30 m de haut et 0,38 m de long ; il se compose d’un parement de briques (0,18 x 0,20 x 0,45 m chacune) liées à l’argile, calé contre la paroi de l’excavation par des briques mises de chant. Celui situé au sud n’est calé que par un blocage d’argile et de graviers. L’emploi de la languette contre laquelle bute le feu dénote le souci d’une meilleure répartition des gaz de combustion qui sont guidés par les couloirs latéraux. Cependant, on constate que le carneau nord est large de 0,60 m, soit 0,15 m de plus que la largeur du carneau sud ou de la languette, dont l’axe est dévié de 8° vers le sud‑ouest par rapport à l’axe général du four. Du fait de cette asymétrie, on peut craindre une circulation anormale des gaz de combustion et une mauvaise répartition de la température.

39La réalité a pu être tout autre. Cette architecture intérieure, minimisant peu ou prou le rôle essentiel tenu par la languette, sera cependant modifiée pour obtenir une meilleure symétrie.

● État final

40Le grand programme de travaux, en se portant essentiellement sur les piliers d’entrée et le carneau nord, semble bien démontrer que le principal souci des potiers concerne la circulation des gaz. Pour éliminer les zones de turbulences créées par des angles vifs, les piliers sont dorénavant englobés dans une nouvelle paroi dont la présence diminue la largeur interne du foyer. Il est certain que cette réfection a aussi assuré une meilleure stabilité de ces ouvrages et surtout une meilleure protection de ceux‑ci contre les chocs. Ces mêmes travaux ont rétabli la symétrie entre la languette et les carneaux. La largeur du carneau nord a été diminuée par la pose d’une nouvelle paroi d’argile épaisse de 0,20 m. Pour éviter son effondrement en cours de cuisson, elle a été « armée » à l’aide de deux vases retournés et plaqués contre l’ancienne paroi encore recouverte de son lutage d’argile (fig. 7). On ignore si la languette a été elle‑même l’objet de réfection. Les parois sont lutées d’argile et un petit muret coupe‑feu, monté avec des briques, s’est élevé à son extrémité ouest.

Le four 2 (fig. 8 à 12)

41Ce four et le four 3 présentent les mêmes caractéristiques que le four 1 et, à leur sujet, une analyse générale n’apportera guère d’éléments nouveaux. Il faut cependant insister sur leurs défauts et les réfections dont ils ont été l’objet. Ces données complètent la réflexion menée sur le grand four.

42Le four 2 a été extrêmement réduit par les arasements et ne mesure plus que 2,10 m de long. Faiblement excavé, la languette ayant été taillée en réserve, il est dépourvu de fosse de chauffe. Tout comme pour les fours de l’atelier II, on note ici la présence d’une petite fosse au devant de l’entrée du four. D’un diamètre de 0,40 m, elle est profonde de 0,30 m et a été comblée de cendres, de terre cuite et de nombreux tessons morcelés. L’architecture intérieure présente dans son premier état la même asymétrie constatée pour le four 1. La largeur excessive du carneau nord a été rapidement corrigée par un apport d’argile et de graviers. Rien n’indique l’emploi de vases à l’intérieur de la nouvelle paroi. L’extrémité de la languette a été mieux conservée et l’emploi du muret coupe‑feu dont subsistait une assise de trois briques (fig. 9) se confirme.

FIG. 8 – Vue du four 2 : a après dégagement des terres recouvrant les vases qui le comblent ; b après enlèvement du comblement.

FIG. 9 – Four 2 : vue du muret coupe‑feu dont subsistent trois briques disposées à l’extrémité de la languette.

Le four 3

43Ce four, outre les destructions consécutives à son abandon et la récupération de matériaux, a subi d’importants arasements au xive s. comme le démontre la présence de nombreux tessons glaçurés au sommet de son comblement. Comme le four 2, il est faiblement excavé et au devant de son entrée a été creusée une petite fosse destinée à recueillir les cendres. Les carneaux, encadrant la languette délimitée dès le creusement de l’excavation, ont été détruits à près de 80 % et on ignore si son architecture intérieure a présenté une même asymétrie constatée pour les autres fours. Les rares réfections observées concernent principalement la languette. Elle présente dans son premier état une paroi simplement lutée d’argile et sera par la suite rallongée de 0,20 m vers le nord, par l’adjonction de blocs de granité recouverts d’un lutage d’argile. Outre le foyer dont la surface diminue à cette occasion, on constate que les potiers rétrécissent aussi l’entrée du carneau ouest –de 0,15 m seulement– par l’apport de deux fragments de briques plaqués contre la paroi.

Comparaisons

44Si les fours de Chartres‑de‑Bretagne apparaissent actuellement inédits en Bretagne, cela tient au faible nombre de fouilles réalisées sur les sites potiers et principalement ceux des xiexiiie s. Les rares fours mis au jour appartiennent en majorité au haut Moyen Âge. Datables de la fin du viiie s., ceux de Meudon‑en‑Vannes (Morbihan), à sole suspendue ou non, présentent une chambre de chauffe circulaire (Triste et al. part. 2, chap. 2) dont le diamètre varie de 0,90 à 1,40 m. Le four de Launay Margat en Guipel (Ille‑et‑Vilaine) est de type longitudinal ; il se différencie de ceux de Fontenay par l’absence d’une languette à l’intérieur de la chambre longue de 1,60 m. Il a cessé toute activité dans les années 940 +/‑15 ap. (Lanos et al. 1986).

45Hors de Bretagne, les fours longitudinaux semblables ou presque aux nôtres sont bien connus et n’ont rien d’exceptionnel. Le plus ancien de ce type a été mis au jour à Megiddo et est datable de 1500 av. J.‑C.! (Drews 1978‑1979 : 37). Pour le Moyen Âge, on peut citer les fours de Wierde (Lauwerijs 1967) et Andenne (Borremans, Warginaire 1966) en Belgique, ceux de Wildemath (Lobbedey 1968) et Langerwehe (Janssen 1987) en Allemagne, enfin ceux de St‑Blaize de Bauzon dans le Vaucluse : entre autre les fours 187b et 187d datables du xiiie s. (Thiriot 1986 : 20‑24, 22). Il s’agit dans tous les cas de fours excavés, les excavations étant souvent creusées en préalable en forme de fer à cheval, comme à St‑Blaise de Bauzon ou Wierde. On notera qu’ils présentent tous une architecture intérieure symétrique dès l’origine. Le plus souvent, la languette est suffisamment large et couvre une surface telle qu’il est possible d’y disposer l’ensemble du chargement de cuisson. À St‑Blaise de Bauzon, si la languette du four 187b est plus étroite, la fouille a bien démontré qu’elle avait porté un chargement. Les fours de Chartres‑de‑Bretagne se différencient par la présence d’une sole située au‑delà de la languette et des carneaux. Si quelques vases ont été disposés sur les languettes, entre autres sur celle du four 2 qui est relativement large, la majeure partie du chargement se trouvait dans le laboratoire pourvu d’une sole bien horizontale.

  • 6 Emploi confirmé pour le xive s., à partir de l’étude du mobilier provenant du site potier du Fénica (...)

46Le voûtement de poteries est tout aussi répandu en Europe médiévale. Bien souvent, on a assimilé les bouchons de calage et les prismes de terre cuite portant l’empreinte de panses sur deux faces, à des cales de chargement de cuisson. À St‑Denis (Meyer, Meyer 1987) ou à Neudorf‑Raeren (De Ridder‑Blenska et al. 1977), des voûtes de ce type ont heureusement été en partie conservées. Les ateliers de potiers bretons ont utilisé cette technique de voûtement du xie s. jusqu’aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale6. En 1903, Pierre Roche visitant le village de La Poterie près de Lamballe (Côtes‑d’Armor), décrit les fours qui s’élèvent près des ateliers et sont couverts de vases retournés (Labour 1980 : 115). Enfin, l’enquête de 1946 réalisée à Lannilis mentionne un voûtement « d’arceaux juxtaposés obtenus avec des pots emboités les uns dans les autres » (Lailler 1946).

4.4.1.6 L’aire de rejet

47Le rejet des ratés de cuisson et des débris de fours s’est concentré sur faire d’extraction progressivement abandonnée et à l’emplacement des fours détruits. Trois modes de rejet ont pu être différenciés.

48Les potiers ont utilisé les grandes fosses d’extraction (fig. 10). Elles forment un vaste ensemble clos s’étendant sur près de 47 m2 qui accueillera durant la période d’activité de l’atelier près de 50 m3 de déchets. On constate que la couche de tessons est beaucoup moins dense sur leur pourtour. À l’évidence, le comblement des fosses étant achevé, les potiers ont préféré utiliser d’autres modes de rejet. Dans le cas contraire, une tessonnière se serait élevée avant de se répandre lentement sur les alentours.

FIG. 10 – Coupe stratigraphique de la fosse d’extraction 14, réutilisée en dépotoir.

49Comme sur les sites de Roinville sur Dourdan (Bourgeau 1987) et de St‑Blaise sur Bauzon (Thiriot 1986 : 22‑23), les fours sont réutilisés en dépotoirs après l’arrêt de leur fonctionnement. On ne constate pas en fin de cuisson l’abandon sur place du dernier chargement. Les fours sont d’abord démontés, parfois entièrement nettoyés comme l’ont été les fours 2 et 3. Les céramiques ont ensuite été jetées « en paquets ».

50Une tessonnière de 2,10 m de diamètre s’est élevée immédiatement au nord de faire de cuisson. Elle s’est rapidement affaissée et ses bords se sont dilués dans le niveau archéologique. Elle ne subsistait plus que sur une hauteur maximale de 0,35 m. La plupart des tessons sont de petite taille et surcuits, du même aspect que ceux recueillis dans la couche de cendres qui tapisse le fond des carneaux de chauffe et de faire du foyer du four 1. On suppose que cette tessonnière s’est élevée au fur et à mesure des nettoyages effectués dans les fours et cela durant une longue période.

L’exemple de la fosse 14 (fig. 10 et 11)

51L’étude de la stratigraphie intérieure a permis de distinguer six phases de comblement de cette fosse d’extraction de sable réutilisée en dépotoir.

FIG. 11 – Vue de la fosse‑dépotoir 14, creusée originellement pour extraire du sable. On distingue en coupe le comblement constitué presqu’exclusivement de vases rejetés.

● 1re phase

52Elle suit immédiatement la fin de l’extraction.
1 – Couche constituée essentiellement de fragments pulvérulents de terre cuite et de beaucoup de tessons souvent de grande taille. Plusieurs vases presque intacts ont été retrouvés contre la paroi.

● 2e phase

53On constate le rejet de couches sableuses pouvant provenir de faire de préparation toute proche.
2 – Couche compacte formée de sable jaune mêlé d’argile jaune et de quelques tessons.
3 – Couche sableuse meuble et de texture homogène. Les grains de sable sont de très petite taille, ne dépassant pas l’ordre du millimètre. Il s’agit d’un sable traité, résultat sans doute d’un tamisage.

● 3e phase

54Durant un court laps de temps, le comblement volontaire de la fosse a été interrompu. Les dégradations observées sont dues à l’altération et à l’effondrement des parois après ruissellement.
4 – Grave argileuse provenant de l’effondrement de la paroi.

● 4e phase

55Le comblement reprend avec le rejet de ratés de cuisson, de cendres et de débris de voûtement. Il est difficile de distinguer ce qui provient d’un chargement et ce qui provient d’un voûtement. L’ensemble des couches livre des briques de parois de fours, des bouchons de calage et la même forme céramique à près de 90 % (oule de type 1). Les différences constatées d’une couche à l’autre sont difficilement interprétables. On note de légers changements de couleur dus principalement à la proportion de terre cuite qui entre dans la composition des couches. Plusieurs chargements pourraient avoir été rejetés « en paquet » (formes brisées sur place et vides interstitiels) et s’être mêlés. Enfin, il n’est pas certain qu’ils proviennent du même four. La stratigraphie restituée sur plan et présentée ci‑dessous tient compte des problèmes de lisibilité. La couche 7 pourrait ainsi être formée de la superposition de couches de rejets qui se sont trouvées mêlées.
5 – Importante couche formée essentiellement de ratés de cuisson. La plupart des vases sont brisés sur place et entremêlés. Il y a peu de fragment d’argile cuite, de nombreux bouchons de calage et quelques briques. Cette couche comble la fosse sur 0,40 à 0,50 m de hauteur. S’y mêle peut‑être un cycle de fonctionnement de four comprenant la destruction du voûtement et le rejet d’une partie d’un chargement.
6 – Couche constituée de tessons, souvent de petite taille, et de fragments de terre cuite.

● 5e phase.

56Identique à la troisième, elle est marquée par l’effondrement des parois à l’intérieur de la fosse dont le comblement s’est interrompu.
7 et 8 – Couches colluvionnées constituées de sable et de graviers.

● 6e phase

57Stade de comblement définitif comprend le rejet d’éléments de voûte, de ratés de cuisson et de cendres. Cette superposition des couches nous semble bien liée au cycle de fonctionnement d’un four. La voûte constituée de poteries a été détruite et ses éléments rejetés. On constate ensuite le rejet de ratés de cuisson, après un probable tri. La phase s’achève avec le dépôt de cendres et de terre cuite provenant des nettoyages effectués dans le four.
9 – Couche constituée à sa base de poteries brisées sur place et de bouchons de calage. À son sommet, elle est constituée uniquement de paquet de formes brisées, entremêlées, souvent séparées par des vides intersticiels. Il pourrait s’agir des débris d’une voûte.
10 – Couche meuble constituée d’argile rubéfiée et contenant peu de tessons, souvent de petite taille.
11 – Importante couche constituée du rejet de cendres s’intercalant avec des amas de vases brisés et entremêlés.
12 – Cendres noires charbonneuses mêlées avec de nombreux tessons surcuits de teinte grise. Cette couche pourrait provenir de nettoyages effectués dans des carneaux de chauffe et à l’emplacement d’un foyer. Elle indique la fin du cycle de fonctionnement d’un four, désormais vidé de tous résidus.

4.5 Étude des productions

58L’atelier I, dont près de 70 % de faire de travail a été dégagé, est le mieux défini de tous ceux qui ont été mis au jour sur le site de Fontenay ; c’est le seul dont la période d’activité soit bien cernée. Le four 3 est sans doute le plus tardif des trois structures de cuisson mises au jour ; une datation par archéomagnétisme a pu situer son abandon à la fin du xie s. Les productions de l’atelier I ne paraissent pas avoir été « contaminées » par celles des autres ateliers qui lui sont contemporains ou qui lui ont succédé. Il est séparé de l’atelier II par une palissade et les structures des xiiiexive s. se sont implantées à l’extérieur de son aire de travail. De ce fait, l’atelier I a été conservé pratiquement intact depuis sa destruction au début du xiie s.

4.5.1 Quelques données liminaires générales

59Que ce soit dans les fours ou dans les dépotoirs, les vases ont été jetés à peu près intacts, ce qui a facilité les remontages rapides et surtout les décomptes. Les premiers résultats, qui ont porté sur les contenus des trois fours abandonnés, ont mis en évidence le peu de formes produites par l’atelier I : quatre d’entre elles (types 1, 3, 4 et 10) représentent à elles seules plus de 95 % des lots étudiés, la oule de type 1 formant à elle seule plus de 85 % dans chacun des trois lots. Ceux‑ci ne présentent guère de différence entre eux : l’un contiendra un plus grand nombre de bassins de type 13, l’autre un peu moins de lampes à huile, chacun de ces types ne représentant guère plus de 1 à 4 % du contenu des fours.

60L’étude du contenu céramique des fosses 14 et 20 a conduit à des résultats quantitatifs et qualitatifs presque identiques aux précédents, la oule de type 1 constituant 85 à 90 % de l’échantillonnage recueilli dans ces fosses. Compte tenu de l’abondance des fragments recueillis dans ces dépotoirs, le nombre minimum d’individus qui en proviennent a été défini à partir du comptage des lèvres.

4.5.2 Typologie de la production

61Les potiers ont essentiellement produit une céramique de cuisine et de stockage, ainsi que de luminaire. Quelques très rares formes, chacune représentée par un ou deux exemplaires, pourraient appartenir à de la vaisselle de table. Les formes, en nombre restreint, sont pour la plupart fermées et rarement décorées.

4.5.2.1 Les formes fermées

Type 1 (fig. 12)

62Les vases à cuire ou de stockage, sans anse ni versoir, constituent la majeure partie de la production. Les oules ont toutes été tournées et présentent des traces d’enlèvement au fil. Elles ont une panse globulaire directement reliée à la lèvre, le col étant très peu marqué.

Type 1a : la oule à lèvre à profil carré ou rectangulaire (fig. 12, nos 1 à 5)

63Ce type de vase de taille variée (H = 18 à 25 cm) est largement représenté dans tous les lots : 85 % au minimum. En ce qui concerne les types de lèvre, toutes les nuances de formes peuvent être attribuées aux aléas de la fabrication (Dufournier 1989). Cette oule ne présente aucun décor, à l’exception d’un vase dont la lèvre s’orne d’une molette et d’un autre orné de deux lignes ondées et d’un guillochis. Les rares traces de glaçure observées semblent accidentelles. Parmi toutes les ouïes, quelques‑unes présentent un ressaut marquant la rupture entre la panse et le col (fig. 12, nos 4 et 5) ou sont munies d’un bec pincé (fig. 13, nos 9 et 10).

FIG. 12 – Typologie des oules de type 1 : type 1a nos1 à 5 ; type 1b, nos 6 à 8.

64Cette forme est présente en haute Bretagne dans les ateliers carolingiens de Trans, Guipel et Planguenoual, datés du xe s. (Langoüet et al. 1984, Langouët et al. 1977, Langouët et al. 1978, Lanos et al. 1986). Elle y constitue l’essentiel de la production, tout comme dans l’atelier de Langon (Ille‑et‑Vilaine) que l’on peut dater du xie s. On la retrouve, à la glaçure près, sur le castrum de Fougères où elle prédomine largement dans une couche d’incendie, datée de 1166 (Fichet de Clairfontaine et al. 1990). Hors de Bretagne, cette forme se rencontre au viie s. sur les sites d’île‑de‑France, à Villiers‑le‑Sec (Gentili 1988a et b), au début du ixe s. à Tours (Randoin 1981), dans le Beauvaisis (Frichet 1986), dans le Châlonnais (Renimel 1974, types A et B du groupe II, fig. 21) ou le Loiret (Chapelot 1981), etc. En basse Normandie, « les pots sans préhension ou pots à tout faire ou à réserve, constituent l’essentiel de la vaisselle connue du xie au début du xiiie s. » (Leenhardt 1987). On notera encore que cette forme est abondante dans la région parisienne (Nicourt 1986, types 0.12 et 0.13).

Type 1b : la oule à lèvre en bandeau (fig. 12, nos 6 à 8)

65La fonction de cette forme fut sans doute équivalente de celles des oules de type la. Outre la forme de la lèvre, ces oules, de taille modeste (H = 15 à 17 cm), se distinguent par la présence quasi systématique d’un décor à la molette à motif de losange disposé en haut de la panse. Une seule se distingue par l’association de bandes d’argile rapportées et d’un décor estampé. La oule à bandeau n’est présente qu’en petite quantité dans chaque lot céramique ; ainsi, elle constitue environ 5 % du mobilier céramique issu du four 1. Dans le four 3, le pourcentage baisse pour attendre moins de 2 % et les fosses 14 et 20 en contiennent environ 4 %.

66La oule à bandeau est présente dès l’époque carolingienne dans les ateliers de Trans, Guipel et Planguenoual, le décor à la molette en moins. À Fougères, elle constitue 21 % de la production de la seconde moitié du xiie s. En fait, il semble que cette forme ne soit très largement produite qu’à partir du xiiie s., si l’on en juge par la production des ateliers III, IV et V de Fontenay à Chartres‑de‑Bretagne. En Normandie, elle est présente dans les premiers niveaux du site du Plessis‑Grimoult (Zadora‑Rio 1973‑1974, premier lot, phase 1), et se retrouve en abondance à Sébécourt (Decaëns 1975), Rouen, Évreux ou à Appeville‑Annebault (Eure) au xiie s. (Fichet de Clairfontaine 1984). C’est probablement de cette région qu’elle sera importée en Angleterre et on peut mentionner à ce titre sa présence sur les sites de Castle Neroche dans le Somerset (Davison 1972), d’Exeter ou de Winchester. Davison suggère même la venue d’immigrants potiers qui ont pu produire des ouïes à bandeau. Il semblerait que cette forme apparaisse plus tardivement en Île‑de‑France : au xie s. à Baillet‑en‑France (Gentili 1988a) ou Paris (Nicourt 1986, type 0.14, A et B), associée sur ce dernier site au décor peint. Des oules à bandeau ont enfin été produites ou diffusées dans le Beauvaisis (Frichet 1986), la Loire‑Atlantique et le Châlonnais (Renimel 1974, type E, vers le xexie s.) et on en retrouve jusque dans le bassin rhodanien (Boucharlat et al. 1980), en Belgique (Borremans, Warginaire 1966), Il s’agit donc d’une forme très largement diffusée. Toutefois, l’association de la lèvre à bandeau et du décor à la molette semble plutôt caractériser les productions de l’ouest de la France, principalement la Normandie et la haute Bretagne. Par ailleurs, on constatera que le Bassin parisien et le Beauvaisis livrent surtout des oules associées au décor peint.

Type 2 (fig. 13)

67Ce type de vase à panse globulaire, possédant une ou deux anses et muni d’un élément verseur représente entre 3 et 6 % du matériel recueilli sur l’atelier I. À l’exception d’une unique cruche à bec pincé et d’une autre à bec ponté, il s’agit essentiellement de cruches à goulot verseur.

Type 2a : cruche à bec pincé (fig. 13, no 11)

68Un seul vase associant une anse et un bec pincé a pu être recensé avec certitude. Il s’agit ici d’une cruche globulaire, non décorée, présentant une lèvre à bandeau et une petite anse plate aux bords recourbés. Le col cylindrique peu élevé est bien souligné par l’existence d’un ressaut qui le sépare de la panse.

FIG. 13 – Oule à bec pincé : type 1a, nos 9 et 10 ; typologie des cruches : type 2a, no 11 ; type 2c, nos 12 à 14.

69En Bretagne, la cruche à bec pincé est présente en très petites quantités dans les niveaux carolingiens. Elle n’est pas produite à Guipel, l’atelier le plus ancien découvert en haute Bretagne, et existe en petit nombre dans ceux de Trans et Planguenoual. On la trouve sur le site de Fougères, dans un niveau d’incendie daté de 1166, mais toujours en très faible quantité (2 ex.). Ces exemplaires pourraient provenir d’un atelier qui serait situé dans la forêt de Fougères, près de Landéan. Il faut attendre le xiiie s. pour que la diffusion de cette forme se développe réellement, ce qui est constaté pour l’atelier IV de Fontenay et plus encore pour l’atelier V (xive s.). Il faudrait multiplier l’étude de sites de production comme de consommation pour confirmer dans ce domaine un possible retard de la haute Bretagne par rapport aux régions périphériques. Ainsi, les pichets ou cruches à bec pincé, bien que faiblement représentés par rapport aux oules, sont présentes dans les niveaux des xiexiie s. de basse Normandie (Leenhardt 1987 : 64). Le bec pincé semble être l’unique type de versoir rencontré en Mayenne à partir du xiie s. Plusieurs cruches à bec pincé ont ainsi été découvertes dans le château de Laval (Mayenne), dans des niveaux et des fosses que J. Naveau date approximativement du xiie‑déb. xiiie s. (Naveau 1982 : 103‑107). Dans le Bassin parisien, la cruche ou pichet à bec pincé est présente, entre la fin du viiie et le début du xe s., si l’on en juge par les découvertes de Villiers‑le‑Sec (Gentili 1988a : 235) et sera relativement abondante à partir du xie s. (Nicourt 1986 : 335‑340, pichet de type B).

Type 2b : cruche à bec ponté (non dessinée)

70Un seul exemplaire, très fragmenté, recueilli dans une petite fosse avec des ouïes de type 1a, démontre que cette forme a été produite dans l’atelier I. Hormis la présence du bec ponté, cette forme est semblable aux cruches à goulot verseur. La lèvre est de profil carré et une petite moulure souligne la séparation entre le col et la panse. On ignore cependant si cette cruche était pourvue d’une ou de deux anses.

71Les études comparatives démontrent que cette forme ne se rencontre guère en Europe de l’Ouest après la fin du xie s. En Bretagne, elle est présente sur le site de Guipel, elle est absente des sites potiers de Trans et Planguenoual. Enfin, les rares sites datables des xiexiie s., fouillés en haute Bretagne, n’ont jamais livré cette forme, hormis celui de Fontenay. On constate le même phénomène en Mayenne où la cruche à bec ponté est présente durant la période carolingienne –à Jublains– pour disparaître peut‑être avant le début du xie s. (Naveau 1979). À Tours, on observe la présence de la cruche à bec ponté entre la fin viie s. et le début du ixe s. À partir du milieu du ixe s., il semble qu’elle soit remplacée par les cruches à goulot verseur (Randoin 1981).

Type 2c : cruche à goulot verseur (fig. 13, nos 12 à 14)

72Cette forme, à fond plat et lèvre de profil carré ou rectangulaire, est caractérisée par la présence de deux anses diamétralement opposées et d’un goulot verseur tangent à la lèvre. La séparation entre le col et la panse est toujours soulignée par une petite moulure. Une seule cruche présente un réseau de bandes d’argile appliquées au doigt. Un exemplaire associe la lèvre à bandeau, le goulot verseur et des bandes d’argile ornées par estampage.

73En Bretagne, ce type de cruche est présent au cours de la période carolingienne et on ne la trouve plus à partir de la fin du xiie s. La cruche à goulot verseur est présente sur les sites de Meudon, Guipel, Trans et Planguenoual. On doit cependant mentionner la découverte d’une cruche à goulot verseur et ornée d’estampes étoilées dans la nécropole du haut Moyen Âge de Corseul. Datable approximativement du viiie s., cette forme pourrait cependant avoir été importée du monde anglo‑saxon ou de Normandie (Fichet de Clairfontaine 1989). À Fontenay, les cruches à goulot verseur seront produites dans les ateliers I, II et III. L’atelier III, dont aucun four n’a malheureusement été retrouvé, a pu arrêter de fonctionner dans la seconde moitié du xiie s. Enfin, c’est sur le site de Fougères que cette forme semble apparaître pour la dernière fois ; elle est représentée par un unique exemplaire.

74Hors de Bretagne, la cruche à goulot verseur est une production présente dans des niveaux carolingiens et de la période xexiie s. de l’Europe du Nord et de l’Ouest : en Grande‑Bretagne (Dunning 1959 ; McCarthy, Brooks 1988 : 159), en Allemagne avec, par exemple, les productions de Pingsdorf (Hubener 1950) et en France, à Andonne en Charente (Debord, Leenardt 1975), à Mortroux dans la Creuse (Léger 1981), Paris, Beauvais (Frichet 1986). Dans le Bassin parisien, elle semble connaître la même évolution qu’en Bretagne. Les premières cruches, munies d’une seule anse, sont présentes au viie s. à Villiers‑le‑Sec ou St‑Denis (Gentili 1988a). La cruche à deux anses diamétralement opposées connaît sa plus grande expansion au cours des xe et xie s.

75À Paris, la cruche à goulot verseur s’éteindrait à la fin du xiie s (Nicourt 1986 : 341‑342). La basse Normandie offre une semblable évolution. Cette forme est présente sur le site du Plessis‑Grimoult (Zadora‑Rio 1973‑1974) dont l’occupation s’interrompt vers la fin de la première moitié du xie s., à Cherbourg dans des milieux de la fin du xie s. ou sur celui de St‑Étienne de Caen (Burnouf et al. 1983 ; Couanon et al. 1993).

4.5.2.2 Autres formes fermées

76Ces formes ne sont représentées que par très peu d’exemplaires. Ensemble, elles ne représentent même pas 0,1 % de la production globale de l’atelier. Ces types n’ont pas été rencontrés ailleurs que sur le site de production. Il est vrai que trop peu de fouilles ont été effectuées sur les sites consommateurs.

Type 3 : grand vase globulaire (fig. 14, no 15)

77Cette forme n’est représentée que par deux exemplaires incomplets recueillis dans la couche 7 de la fosse 14. De forme globulaire, présentant à l’ouverture un diamètre interne de 34 cm, elle est caractérisée par la présence de bandes d’argile rapportées, digitées, disposées horizontalement sous la lèvre et verticalement sur la panse.

Type 4 : grand vase ovoïde (fig. 14, nos 16 à 18)

78L’usage réel de ce type de production (5 ex.) n’est que supposé. La présence d’un trou percé à la base de la panse, légèrement au‑dessus du fond plat, lui est caractéristique. Il s’agit d’une forme haute, à panse ovoïde et présentant un petit col cylindrique. Elle peut être pourvue d’une lèvre à bandeau très développée et peu épaisse (fig. 14, no 18) ou d’une lèvre haute à profil ovalaire et légère inflexion externe (fig. 14, nos 16 et 17) qui est séparée de la panse par une légère carène. Ces vases s’ ornent, soit d’une molette à motif losangé répartie en deux registres sur la lèvre et le haut de la panse, soit par une bande d’argile rapportée et digitée qui marque la carène ou par un pincement de la carène. On note la présence d’une anse sur l’un des vases.

FIG. 14 – Typologie des autres formes fermées et des couvercles : type 3, no 15 ; type 4, nos 16 à 18 ; type 5a, no 19 ; type 5b, no 20.

4.5.2.3 Les couvercles

79Ces productions sont peu abondantes au sein de l’atelier I (moins de 0,2 %). Nous ne sommes pas sûrs que la présence d’une face supérieure concave sur les lèvres des ouïes ou des cruches soit nécessairement liée à l’utilisation des couvercles.

Type 5a : couvercle à collerette (fig. 14, no 19)

80Près d’une vingtaine de fragments ont été recueillis dans les fosses 14 et 20. Ce type de couvercle existe déjà durant la période antique (Paunier 1981 : 267, no 702) et on le retrouve aussi bien en Angleterre (xexie s. ; Dunning et al. 1959 : 37) que dans la plupart des régions françaises, au moins du xe au xve s. Des exemplaires identiques ou presque ont été recueillis dans le castrum d’Andonne (xe s. ; Debord, Leenardt 1975 : 237), à Paladru et Marnans en Isère (xie et xive s. ; Colardelle, Reynaud 1981‑1984 : 115 et 207), dans le château de Rubercy (xiie s. ; Lorren 1977 : 151), à Bollène dans le Vaucluse (xiiie s. ; Thiriot 1987 : 131, fig. 10), à Toulouse (Barrère, Rey‑Delque 1990 : 180), à Paris (xiie s. ; Nicourt 1986 : 187). On pourrait multiplier les mentions de découvertes de cette forme qui connut un grand succès en France médiévale ; l’emboîtement permettant de bien clore les vases et évitant le déplacement du couvercle lors d’éventuels transports.

Type 5b : couvercle‑chapeau (fig. 14, no 20)

81Cette forme à bouton de préhension central et dépourvue du système d’emboîtement n’est représentée que par un seul exemplaire, Seule la surface extérieure de la paroi a été lissée.

82Il s’agit là encore d’un type relativement courant que l’on retrouve à la période antique (modèle majoritaire mais plus évasé par rapport au type à emboîtement) et dans les sites médiévaux français comme Bollène (Thiriot 1987 : 131, fig. 10) ou anglais comme Nuneaton (Mayes 1984 : 161).

4.5.2.4 Les formes ouvertes : bassins et jattes

Les bassins et jattes représentent près de 4 % de la production de l’atelier I.

Type 6 : les bassins (fig. 15, nos 23 et 24)

83Cette forme légèrement tronconique est caractérisée par la présence d’une lèvre épaisse de profil carré à légère inflexion externe et l’absence de col (fig. 15, no 23). Les parois des bassins présentent de larges bandes d’argile rapportées et appliquées au pouce (de 25 à 30 mm de large) disposées soit horizontalement sous la lèvre, soit verticalement. Cette forme présente de nombreuses variantes dimensionnelles. Le profil de la lèvre offre aussi de nombreuses nuances.

84Quelques exemplaires sont ornés de molettes imprimées sur la lèvre ou sur les bandes rapportées. Un bassin associe une glaçure jaune, non couvrante, et un petit décor à la molette disposé verticalement sur la panse. Un exemplaire de bassin se distingue des précédents par l’absence de bandes d’argile rapportées et un profil de lèvre différent (fig. 15, no 24).

FIG. 15 – Typologie des formes ouvertes et du luminaire : type 6a, nos 23 et 24 ; type 7, no 25 ; type 8, nos 26 à 30 ; type 9, no 21 ; type 10, no 22.

85En Bretagne, les récipients en forme de bassin sont présents dans les ateliers carolingiens de Trans et Planguenoual. À Chartres‑de‑Bretagne, ils sont produits jusqu’au xive s. En basse Normandie, des formes proches ont été recueillies dans des niveaux des xiie et xiiie s. (Leenhardt 1987).

Type 7 : les jattes (fig. 15, no 25)

86Cette production n’est représentée que par un très petit nombre d’individus, au demeurant très incomplets. Elle est présente sur l’atelier IV (xiiie s.). Les récipients ont une forme tronconique et ne sont pas décorés. Leur lèvre, légèrement infléchie vers l’intérieur, est triangulaire et le profil de la panse est rectiligne.

4.5.2.5 Le luminaire

87Les lampes à huile ont récemment fait l’objet d’une classification technique et morphologique sur le site de St‑Denis (Lefèvre, Meyer 1988). La lampe à huile est un ustensile domestique que l’on découvre presque systématiquement au cours des fouilles. Peu de lampes à huile ont été retrouvées sur l’atelier I de Fontenay ; elles ne forment qu’environ 0,5 % de la production.

Type 8 : lampe à coupelle intermédiaire (fig. 15, no 26)

88Il s’agit d’une lampe sur pied creux qui présente une coupelle intermédiaire relativement grande, surmontée par une petite coupelle‑réservoir. Quelques exemplaires de réservoirs présentent un bec pincé et ils sont parfois ornés d’un petit décor de bandes d’argile rapportées. Des formes similaires, le pied pouvant être ou non évidé, sont présentes dans les ateliers de Trans et Planguenoual. On les retrouve sur le site de Fougères, dans la seconde moitié du xiie s. et au sein de la production de l’atelier III de Fontenay. Ce type de lampe n’est présent à St‑Denis qu’entre 850/900 et 1100 apr. J.‑C.

4.5.2.6 Divers

Type 9 : coupe (fig. 15, no 21)

89D’un diamètre de 190 mm à l’ouverture, cette forme tronconique est représentée par un unique fragment de panse avec sa lèvre. Il a été découvert dans le four 1. La pâte est claire et présente de nombreuses inclusions visibles à l’œil nu qui rendent les surfaces interne et externe rugueuses au toucher. Elle est recouverte d’un décor de molette qui orne la face supérieure de la lèvre et toute la panse. Ce type de vase appartient au catalogue des écuelles, coupes et bols dont on trouve des exemplaires, le plus souvent isolés, au sein des habitats et des rares sites potiers fouillés. Le château de Rubercy (Calvados) a ainsi fourni des bords de coupes ou de jattes dans un lot daté de la fin du xiie s. (Lorren 1977). J. Nicourt mentionne une coupe trouvée dans un puits parisien et datée du xiie s. (Nicourt 1986 : 187). Enfin, le site potier carolingien de Guipel a fourni plusieurs exemplaires d’une coupe ou écuelle d’un type proche (Lanos et al. 1986, fig. 8). Il est de fait que ce type de vase est peu produit aux xexiie s.

Type 10 : coupelle (fig. 15, no 22)

90Cette petite forme de 130 mm de diamètre est de même facture que l’écuelle mais non décorée. Elle se caractérise par une lèvre de profil rectangulaire, infléchie vers l’extérieur. Cette forme ne se retrouve pas sur les autres sites de Bretagne.

Type 11 : fragments de chaufferette ou de réchaud ?

91Ces éléments en forme de X ou de Y sont les fragments d’un vase dans lequel les potiers ont pratiqué, avant cuisson, des ouvertures triangulaires. L’épaisseur de la paroi (10 à 15 mm) et la présence de stries de tournassage démontrent que ces ouvertures se situaient au bas de la panse. Le décor excisé a été réalisé avant le découpage. Un fragment semblable, mais non décoré, a été recueilli au Mans (inédit).

Type 12 : une statuette ? (fig. 16, no 32)

92Il s’agit d’une forme creuse en cloche, percée à son sommet d’un trou. La présence de deux bandes d’argiles rapportées de part et d’autre du trou lui donnent un aspect anthropomorphe. La tête, peut‑être fabriquée à part, était destinée à être emmanchée. Cette hypothèse est présentée avec prudence, du fait de l’état de l’objet. Des statuettes ou des figures humaines ont été fabriquées sur des sites céramiques, cependant plus tardifs, pour orner des vases ou surtout des éléments architecturaux (épis de faîtage). L’atelier de potier de Woodhouse Farm à Winskley dans le Yorkshire a fabriqué des statuettes zoomorphes, vers 1250‑1350, destinées à orner des tuiles faîtières (Bellamy, Le Patourel 1970 : 123). À Rougiers comme à La Gayole, des figures humaines en céramique ont été découvertes dans des milieux attribuables à l’extrême fin du xiiie s. (Démians d’Archimbaud 1980 : 317‑318).

FIG. 16 – Fragments ornés d’un réchaud ? : type 11, no 31 ; fragment de statuette ? : type 12, no 32.

4.6 Conclusion

93Datable au plus tard de la fin du xie s. ou du début du xiie s. (le four 1 a été daté de 1100 ± 20 par archéomagnétisme), l’atelier I de Fontenay est un atelier de petite dimension qui regroupe un faible nombre de structures. Mis à part les fours, les structures apparaissent relativement rudimentaires. Le bâtiment 2 à poteaux porteurs, dont les parois étaient sans doute constituées de torchis‑clayonnage, abrite le tour de potier et peut‑être les vases mis à sécher. S’y adjoignent seulement de petites fosses dans lesquelles a été rejeté du sable traité, prêt à l’emploi. Ces aspects ne sont pas sans rappeler la pauvreté et la simplicité des installations potières décrites par P. Roche à La Poterie près de Lamballe en 1903 (Labour 1980).

94La production de l’atelier I est caractérisée par des pâtes de texture grossière où les inclusions sont visibles à l’œil nu. Elle présente des formes qui s’intégrent dans une période comprise entre la seconde moitié du xie s. et la fin de la première moitié du xiie s. La datation du four 1 par archéomagnétisme est confirmée par les comparaisons qu’il est possible de faire avec les découvertes des régions voisines. Plus généralement, cette production s’inscrit dans le catalogue des céramiques utilisées en Europe de l’Ouest entre le xe et le xiiie s.

95Comme on peut le constater sur la plupart des sites antérieurs au xiiie s., la demande des utilisateurs a surtout favorisé la production de formes fermées, destinées à la cuisine et à la resserre (Chapelot 1987). Le catalogue des formes recueillies sur l’atelier I intègre bon nombre de vases dont on ignore encore quel succès ils ont eu auprès des ménages et surtout quelle part ils ont occupée au sein des mobiliers domestiques. Par ailleurs, la fabrication de bassins semble plus précoce qu’en Normandie ou même qu’en Île‑de‑France mais il est difficile de savoir pour quelle raison. La réponse est à trouver dans le développement des fouilles des sites consommateurs.

96L’atelier a produit une céramique de simple facture, fonctionnelle et destinée à la cuisine. La molette et la glaçure n’apparaissent que sur de rares exemplaires. Le décor peint est totalement absent et n’a jusqu’à présent été recensé en Bretagne que sur trois vases découverts à Fougères, dans des niveaux du xiie s. Le décor estampé n’est guère mieux représenté.

97La production de Fontenay caractérise avant tout un petit atelier rural, héritier des potiers carolingiens de haute Bretagne. On aura pu constater à quel point les formes de Trans sont proches des nôtres. La diffusion des produits de l’atelier I est restée sans doute très limitée et nous n’avons retrouvé ceux‑ci que dans l’ancien bourg de Chartres, dans des fosses appartenant à la basse‑cour du château de Fontenay, ainsi qu’autour de la ferme des Bintinais à Châtillon‑sur‑Seiche. Ce dernier site se situe à quelque 8 km des ateliers, à la lisière de la banlieue rennaise actuelle et marque pour l’heure la limite de l’aire de diffusion. Il serait toutefois étonnant que Rennes n’ait pas été un débouché important des produits de Fontenay, à la fin du xie s.

Bibliographie

Bibliographie

Aussant 1873.

Barrère, Rey‑Delque 1990 : BARRÈRE (M.), REY‑DELQUE (M.). — Archéologie et vie quotidienne aux xiiiexive s. en Midi‑Pyrénées : catalogue d’exposition. Musée des Augustins, 7 mars‑31 mai 1990. Toulouse, 1990.

Bellamy, Le Patourel 1970 : BELLAMY (C.V.), LE PATOUREL (H.E.). — Four Médiéval Pottery‑Kilns on Woodhouse Farm, Winskley, Near Ripon. W. Riding of Yorkshire. Medieval Archaeology, XIV, 1970, p. 104‑125.

Bizien‑Jaglin 1988.

Boucharlat et al. 1980 : BOUCHARLAT (É.), COLARDELLE (M.), FIXOT (M.), PELLETIER (J.‑P.). — Éléments comparatifs de la production céramique du xie s. dans le Bassin rhodanien. In : La Céramique médiévale en Méditerranée occidentale. xexive s. Valbonne 11‑14 septembre 1978. Paris : CNRS, 1980.

Bourgeau 1987 : BOURGEAU (L.). — La Production de céramique médiévale dans la région de Dourdan (Essonne), In : CHAPELOT (J.), GALINIE (H.), PILET‑LEMIÈRE (J.) éd. — La Céramique (vexixe s.), fabrication, commercialisation, utilisation : Ier congrès international d’Archéologie médiévale. Paris 1985. Caen, 1987, p. 77‑86.

Borremans, Warginaire 1966 : BORREMANS (B.), WARGINAIRE (R.). — La Céramique d’Andenne. Rotterdam, 1966.

Bucur et al. 1984.

Burnouf et al. 1983 : BURNOUF (J.), COLIN‑SOUEF (M.), FLAMBARD (A.‑M.), LETELLIER (A.). — Recherches archéologiques sur le site de St‑Étienne de Caen. Archéologie médiévale, XIII, 1983, p. 185‑230.

Caziot, Barrère 1985.

Couanon et al. 1993.

Champagne 1987 : CHAMPAGNE (F.). — Fougères 1987. Rapport de fouille programmée. Rennes, 1987.

Chapelot 1972.

Chapelot 1973.

Chapelot 1981.

Chapelot 1987 : CHAPELOT (J.). — Aspects socio‑économiques de la production, de la commercialisation et de l’utilisation de la céramique. Introduction au thème 3. In : CHAPELOT (J.), GALINIE (H.), PILET‑LEMIÈRE (J.), éd. — La Céramique (ve ‑xixe s.), fabrication, commercialisation, utilisation : Ier congrès international d’Archéologie médiévale. Paris 1985. Caen, 1987, p. 167‑178.

Chastagnol 1980 : CHASTAGNOL (A.). — L’Organisation du culte impérial dans les cités à la lumière des inscriptions de Rennes. In : ROUANET‑LIESENFELT (A.–M.) dir. — La Civilisation des Riedones. Archéologie en Bretagne. Brest, 1980, p. 187‑199 (2e suppl. à Archéologie en Bretagne).

Chédeville, Tonnerre 1987.

Colardelle, Reynaud 1981‑1984 : COLARDELLE (M.), REYNAUD (J.‑F.). — Des Burgondes à Bayard, mille ans de Moyen Âge. Recherches archéologiques et historiques : catalogue d’exposition. 1981.

Davison 1972 : DAVISON (B.K.). — Castle Neroche : An Abandonned Norman Fortress in South Somerset. Somerset Archaeology and Natural History, 116, 1972, p. 16‑58.

Debord, Leenhardt 1975 : DEBORD (A.), LEENHARDT (M.). — La Céramique d’Andonne. Archéologie médiévale, V, 1975, p. 209‑242.

Decaëns 1975 : DECAËNS (J.). — L’Enceinte fortifiée de Sébécourt (Eure). In : Château‑Gaillard : congrès de Castellologie européenne, VII. Caen, 1975, p. 49‑60.

Démians d’Archimbaud 1980 : DÉMIANS D’ARCHIMBAUD (G.). — Les Fouilles de Rougiers (Var). Contribution à l’archéologie de l’habitat rural médiéval en pays méditerranéen. Paris : CNRS, 1980.

De Ridder‑Blenska et al. 1977 : DE RIDDER‑BLENSKA (G.), MAYER (O.‑A.), PAPELEUX (J.). — Spätmittelalterliche Töpferöfen aus Hauset und Raeren. Vereinigung für Kultur. Heimatkunde und Geschichte Im Göhltal, II, 1977, p. 2‑31.

Drews 1978‑1979 : DREWS (G.). — Entwicklung der Keramik‑Brennöfen. Acta Praehistorica et Archaeologica, 9/10, 1978‑1979, p. 33‑48.

Dufournier 1989 : DUFOURNIER (D.). — Céramologie, technologie céramique. In : Travaux du groupe de recherches et d’études sur la céramique dans le Nord‑Pas‑de‑Calais : actes du colloque de Lille, 26‑27 mars 1988. Nord‑Ouest Archéologie, 1989, p. 9‑16 (no hors‑série).

Dunning 1951 : DUNNING (G.C.), FOX (A.). — Twelfth‑Century Pottery From Exeter. The Antiquaries Journal, 31, 1951, p. 180‑187.

Dunning et al. 1959 : DUNNING (G.C.), HURST (J.G.), MYRES (J.N.L.), TISCHLER (F.). — Anglo‑Saxon Pottery : A Symposium. Medieval Archaeology, III, 1959, p. 1‑78.

Estéoule‑Choux 1970 : ESTÉOULE‑CHOUX (J.). — Contribution à l’étude des argiles du massif Armoricain. Mémoires de la Société géologique et minéralogique de Bretagne, 14, 1970.

FiChet de Clairfontaine 1984 : FICHET DE CLAIRFONTAINE (F.). — La Motte castrale du Vieux‑Montfort à Appeville‑Annebault (Eure). Rapport de fouille, 1984 (ex. dactyl.).

Fichet de Clairfontaine 1989 : FICHET DE CLAIRFONTAINE (F.). — La Nécropole de la Salle des Fêtes. Corseul (Côtes‑du‑Nord) au haut Moyen Âge. Les Dossiers du CeRAA, 17, 1989, p. 65‑72.

Fichet de Clairfontaine et al. 1990 : FICHET DE CLAIRFONTAINE (F.), CHAMPAGNE (F.), CUCARULL GAVALDA (J.). — Le Premier château de Fougères, vers 1020‑1166. Revue archéologique de l’Ouest, 1990, p. 337‑337 (suppl. no 2).

Frichet 1986 : FRICHET (H.). — La Céramique du haut Moyen Âge à Beauvais : mémoire de Maîtrise, Paris I, 1986 (ex. dactyl.).

Gentili 1988a : GENTILI (F.). — La Céramique des habitats ruraux du Parisis du viie s. à l’An Mil. In : Un Village au temps de Charlemagne. Moines et paysans de l’abbaye de St‑Denis du viie s. à l’An Mil. Musée des ATP, 1988, p. 318‑331.

Gentili 1988b : GENTILI (F.). — L’Équipement domestique. In : Un Village au temps de Charlemagne. Moines et paysans de l’abbaye de St‑Denis du viie s. à l’An Mil. Musée des ATP, 1988, p. 254‑257.

Janssen 1987 : JANSSEN (W.). — Der Technische Wandel der Töpferöfen von der Karolingerzeit zum Hochmittelalter, Dargestell anhand rheinisher Beispiele. In : CHAPELOT (J.), GALINIE (H.), PILET‑LEMIÈRE (J.) éd. — La Céramique (vexixe s.), fabrication, commercialisation, utilisation : Ier congrès international d’Archéologie médiévale, Paris 1985. Caen, 1987, p. 107‑119.

Joubeaux et al. 1988 : JOUBEAUX (H.), FICHET DE CLAIRFONTAINE (F.), TEIL (G.). — Les Mystères de Condate : catalogue d’exposition du musée de Bretagne. Rennes : musée de Bretagne, 1988.

Labour 1980.

Lailler 1946 : LAILLER (D.). — Enquête sur Lannilis (Finistère). Manuscrit déposé au MATP, 1946.

Langouët et al. 1977.

Langouët et al. 1978.

Langouët et al. 1984.

Lanos et al. 1986.

Lauwerijs 1967 : LAUWERIJS (E.), PETIT (G.). — Un Atelier de potiers du Moyen Âge à Wierde (Namur). Bulletin du cercle archéologique Hesbaye‑Condroz, VII, 1967, p. 11‑19.

Leenhardt 1969 : LEENHARDT (M.). — Code pour le classement et l’étude des poteries médiévales. Caen : Centre de recherches archéologiques médiévales, 1969.

Leenhardt 1987 : LEENHARDT (M.). — Contribution à l’étude de l’habitat en basse Normandie : recherches sur la typologie et la chronologie des céramiques utilisées du xie au xve s. In : CHAPELOT (J.), GALINIE (H.), PILET‑LEMIÈRE (J.) éd. — La Céramique (vexixe s.), fabrication, commercialisation, utilisation : Ier congrès international d’Archéologie médiévale, Paris 1985. Caen, 1987 p. 59‑70.

Lefèvre, Meyer 1988 : LEFÈVRE (A.), MEYER (N.). — Les Lampes en céramique des fouilles urbaines de St‑Denis. Archéologie Médiévale, XVIII, 1988, p. 73‑97.

Léger 1981 : LÉGER (P). — Céramiques médiévales de Mortroux. Mémoires de la Société des sciences naturelles et archéologiques de la Creuse, 41, 1981, p. 54‑57

Leguay 1980 : LEGUAY (J.‑P.). — Le Paysage péri‑urbain au xve s. L’aspect et le rôle de la campagne voisine dans la vie des cités bretonnes au Moyen Âge. Mémoires de la Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, LVII, 1980, p. 63‑127.

Leguay 1981 : LEGUAY (J.‑P.). — Un Réseau urbain au Moyen Âge : les villes du duché de Bretagne aux xiveet xve s. Paris : éd. Maloine SA, 1981. 406 p.

Lobbedey 1968 : LOBBEDEY (U.). — Untersuchungen Mittelalterlichen Keramik vornehmlich aus Südwestdeutschland. Berlin, XII, 1968.

Lorren 1977 : LORREN (C.). — Le Château de Rubercy (Calvados). Étude de la demeure principale (1150‑1204). Archéologie Médiévale, VII, 1977, p. 109‑178.

McCarthy, Brooks 1988 : McCARTHY (M.R.), BROOKS (C.M.). — Medieval Pottery in Britain AD 900‑1600. Leicester : Leicester University Press, 1988.

Meyer, Meyer 1987 : MEYER (N.), MEYER (0.). — Analyse de la distribution de la céramique dans les stratigraphies d’habitat de St‑Denis. In : CHAPELOT (J.), GALINIE (H.), PILET‑LEMIÈRE (J.) éd. — La Céramique (vexixe s.), fabrication, commercialisation, utilisation : Ier congrès international d’Archéologie médiévale, Paris 1985. Caen, 1987, p. 43‑53.

Morice 1742‑1746 : MORICE (H.). — Mémoires pour servir de preuves à l’histoire ecclésiastique et civile de la Bretagne, 3 vol. Rennes, 1742‑1746.

Naveau 1979.

Naveau 1982 : NAVEAU (J.). — Données nouvelles sur le château de Laval : les fouilles de 1980. Revue de la Société d’archéologie et d’histoire de la Mayenne, 4, 1982, p. 79‑140.

Nicourt 1986.

Paunler 1981 : PAUNIER (D.). — La Céramique gallo‑romaine de Genève. De La Tène finale au royaume burgonde (ier s. av. J.‑C. – ve s. ap. J.‑C.). Genève, 1981.

Randoin 1981 : RANDOIN (B.). — Essai de classification chronologique de la céramique de Tours du IVe au XIe s. Recherches sur Tours, I, 1981, p. 103‑ 114.

Renaud 1955 : RENAUD (J.‑G.). — De Pottenbakkersoven te Brunssum, Limburg. Berichten van de Rijksdienst voor het Oudheindkundig Bodenmonderzoek, 1955, p. 106‑116.

Renimel 1974 : RENIMEL (S.). — L’Atelier céramique de Sevrey (ixexixe s.) : un millénaire de tradition céramique en Châlonnais. Chalon‑sur‑Saône : Publication de la Société d’histoire et d’Archéologie, 1974.

Roy 1990.

Roy 1993.

Souillet 1943 : SOUILLET (G.). — Chronologie et répartition des noms de lieux en ‑ière et en ‑ais dans la haute Bretagne. Annales de Bretagne, 50, 1943, p. 90‑98.

Thiriot 1986.

Thiriot 1987 : THIRIOT (J.). — Approche de la typologie de production potière de Bollène (Vaucluse) au xiiie s. : essai sur le four 187 D de St‑Blaize‑de‑Bauzon. In : CHAPELOT (J.), GALINIE (H.), PILET‑LEMIÈRE (J.) éd. — La Céramique (vexixe s.), fabrication, commercialisation, utilisation : Ier congrès international d’Archéologie médiévale, Paris 1985. Caen, 1987, p. 121‑132.

Zadora‑Rio 1973‑1974 : ZADORA‑RIO (E.). — L’Enceinte fortifiée du Plessis‑Grimoult (Calvados). Contribution à l’étude historique et archéologique de l’habitat seigneurial au xie s. Archéologie médiévale, III‑IV, 1973‑1974, p. 110‑ 243.

Notes

1 Les études historiques sur les potiers et tuiliers médiévaux bretons ont fait l’objet d’un DEA soutenu en 1989 à l’université de Rennes.

2 ADIV, 1F 501/1.

3 Cartulaire de St‑Melaine, charte no 101.

4 ADIV, 1F 501/1 : f° 137v et 138r.

5 BN, Ms 22331 : f° 445.

6 Emploi confirmé pour le xive s., à partir de l’étude du mobilier provenant du site potier du Fénicat à Bruz et du drain S. 11 de Fontenay.

Table des illustrations

Légende FIG. 1a Plan de situation du site de Fontenay à Chartres‑de‑Bretagne ; b état de la carte communale en 1990. ★ Emplacement des sites antiques recensés ; trame : village de La Poterie de Fontenay, centre potier ; « emplacement de l’atelier I. Les limites du site castrai de Fontenay sont indiquées en tramé.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41928/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Légende FIG. 2a Plan des carrés prospectés sur le site de Fontenay : A limites reconnues de l’atelier en 1987. b Carte magnétique. Les anomalies B et C indiquent l’emplacement de fours de potiers, A la présence d’une vaste aire de rejet ; les autres (E, F, D) signalent des drains remblayés de tessons et de terre cuite. L’anomalie G est due à une aimantation ferromagnétique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41928/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende FIG. 3 – Plan général des fouilles en 1990. Les ateliers des XIe‑XIIe s., marqués I et II, se situent principalement au sud.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41928/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende FIG. 4 – Plan de l’atelier I de Fontenay, limité à l’ouest par une tranchée‑palissade et au nord par un fossé ; emplacement des fours 1, 2, 3.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41928/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Légende FIG. 5 – Aire de cuisson. Vue des fours 2 et 3 après fouille.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41928/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende FIG. 6 – Plan des fours 1, 2 et 3. a coupes et plans du four 1 ; b four 2 ; c four 3.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41928/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Légende FIG. 7 – Vue du four 1 depuis l’ouest : entrée du four encadrée par ses murets de briques. On distingue deux vases qui faisaient partie d’une paroi aménagée lors de la réfection générale de l’espace intérieur du four.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41928/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende FIG. 8 – Vue du four 2 : a après dégagement des terres recouvrant les vases qui le comblent ; b après enlèvement du comblement.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41928/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Légende FIG. 9 – Four 2 : vue du muret coupe‑feu dont subsistent trois briques disposées à l’extrémité de la languette.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41928/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Légende FIG. 10 – Coupe stratigraphique de la fosse d’extraction 14, réutilisée en dépotoir.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41928/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende FIG. 11 – Vue de la fosse‑dépotoir 14, creusée originellement pour extraire du sable. On distingue en coupe le comblement constitué presqu’exclusivement de vases rejetés.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41928/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende FIG. 12 – Typologie des oules de type 1 : type 1a nos1 à 5 ; type 1b, nos 6 à 8.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41928/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende FIG. 13 – Oule à bec pincé : type 1a, nos 9 et 10 ; typologie des cruches : type 2a, no 11 ; type 2c, nos 12 à 14.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41928/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Légende FIG. 14 – Typologie des autres formes fermées et des couvercles : type 3, no 15 ; type 4, nos 16 à 18 ; type 5a, no 19 ; type 5b, no 20.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41928/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Légende FIG. 15 – Typologie des formes ouvertes et du luminaire : type 6a, nos 23 et 24 ; type 7, no 25 ; type 8, nos 26 à 30 ; type 9, no 21 ; type 10, no 22.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41928/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Légende FIG. 16 – Fragments ornés d’un réchaud ? : type 11, no 31 ; fragment de statuette ? : type 12, no 32.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41928/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 42k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search