Version classiqueVersion mobile

Ateliers de potiers médiévaux en Bretagne

 | 
François Fichet de Clairfontaine

Partie 1. Les sources écrites

Chapitre 2. Le centre potier de Malansac (Morbihan)

(fin xviie‑déb. xxe s.)

Patrick André

Résumé

À l’est de Vannes, Malansac fut pendant plusieurs siècles et jusqu’aux années 1900, un des rares centres potiers de cette région sud de la Bretagne. Les sources écrites permettent de reconstituer en partie le milieu social des potiers, artisans souvent méprisés par la communauté rurale qu’ils côtoient. Ils constituent un isolat, souvent marqué par la misère. Les objets qu’ils fabriquent subissent à la fin du xixe s. la concurrence de nouveaux produits qui précipitent la fin d’une activité aujourd’hui tombée dans l’oubli, voire occultée.

Texte intégral

2.1 Introduction

1L’objet de ce travail est l’étude sociale des artisans potiers de Malansac, un bourg morbihannais situé à 30 km à l’est de Vannes (fig. 1 et 2). Cette étude concerne surtout les xviiie et xixe s. Ce n’est en effet que dans les dernières décennies du xviie s. que les potiers de Malansac apparaissent clairement dans les documents d’archives, et le début du xxe s. marque la fin de cette activité.

FIG. 1 – Situation des ateliers de Malansac en Bretagne.

V.T. del/FMSH

FIG. 2 – Four de potier à Malansac près du Petit Village. Détail d’une carte postale.

cl. J.‑F. Decker

  • 1 La commune de St‑Jean‑la‑Poterie est née en 1850 du démembrement de la commune de Rieux. Située à 4 (...)

2À la fin de l’Ancien Régime, Malansac est l’un des rares centres potiers de cette région sud de la Bretagne, comprise entre les estuaires de la Vilaine et du Blavet. Proche de St‑Jean‑la‑Poterie1, Malansac entretient avec son voisin des liens qui, au‑delà des différences, peuvent laisser croire à la réalité d’une certaine parenté, dans les techniques comme dans la nature des objets fabriqués, Les productions ne sont cependant pas identiques. Pour simplifier (l’étude des produits de ces deux centres n’est pas l’objet de notre travail), on peut préciser que Malansac est spécialisé dans la fabrication de « grosses pièces », des lardiers et surtout des pannes ou bacs à lessive, pouvant mesurer 0,80 m de haut (fig. 3). Rieux (St‑Jean‑la‑Poterie) fournit alors davantage de petites poteries, comme le pot à lait, la ribotte ou buie (pot sans anse) pour l’eau, la padelle à deux anses, les harassoirs à trous pour griller les châtaignes, les écuelles pour pétrir le beurre et enfin les nombreux types de casses ou plats à cuire.

FIG. 3 – Production de l’atelier de Malansac : panne ou bac à lessive (fin XIXe s. ; hauteur : 0,80 m).

  • 2 AMV, DD7 (1780).

3Malansac ne dédaigne toutefois pas les petites formes. Outre les grosses pièces qui assurent sa renommée et dont la confection incombe aux hommes, alors qu’à St‑Jean‑la‑Poterie c’est un travail de femmes (Lailler 1947), Malansac produit des pots à lait, des ribottes, voire des pièces de fantaisie décorées, comme les fontaines d’applique et les épis de faîtage. Vers 1780, le centre potier se lança, sans succès, dans la fabrication de tuyaux pour l’adduction d’eau, sans pouvoir évidemment concurrencer, même sur le proche marché vannetais, les productions en grès de Normandie ou celles de Bordeaux et Quimper2.

2.2 Le monde des potiers

4Au xviiie s., la paroisse de Malansac comprend 1 850 communiants. En 1802, le premier recensement compte 1 883 habitants (2 050 vers 1840, 1 900 aujourd’hui).

  • 3 Registres du Vingtième. ADM, C 82 (1751).
  • 4 Cadastre du XIXe s., État des sections, section 1. ADM, 128 Es 16.

5La plupart des habitants sont agriculteurs (fig. 4). En Bretagne, pays d’habitat dispersé, ils vivent hors du bourg. L’agglomération rassemble les commerçants et les artisans, soit 53 ménages sur les 341 de la paroisse recensés en 17513. Sur les 53 ménages du bourg, 30 sont potiers. La poterie est l’activité artisanale la plus représentée. Elle fait vivre près du dixième de la population paroissiale. Mais, tandis que les agriculteurs sont dispersés sur l’ensemble du terroir, les potiers sont presque tous concentrés au centre du bourg, rassemblés autour de leurs fours bâtis devant leurs maisons, sur de petites aires empiétant parfois sur la chaussée4. Le bourg vit donc au rythme de l’activité potière. Qui pourrait ignorer cette communauté, surtout à l’occasion des cuissons, le plus souvent nocturnes, lorsqu’une épaisse fumée, bientôt suivie d’une flamme claire, alerte tous les habitants ? Les protestations sont fréquentes : la proximité de tas de paille et des basses toitures en chaume n’est pas sans risque. Au xixe s., la migration des installations potières vers des espaces moins exposés, ceux du Petit Village, à l’est du bourg, tentera de pallier ces inconvénients.

FIG. 4 – Imposition des paroissiens de Malansac en 1751. a En noir : les familles de potiers ; b structure professionnelle de la paroisse de Malansac ; A niveau moyen de l’imposition des potiers ; B niveau moyen de l’imposition des laboureurs. Les 31 contribuables imposés à plus de cent livres ne figurent pas sur le graphique (ADM, registres d’imposition du vingtième, 1751).

M.H. del/FMSH

6Observés sur la longue durée –du xviie au xxe s.– les ménages potiers sont des autochtones, nés dans la paroisse de Malansac et épousant presque toujours des filles de cette même paroisse. Constatation sans doute banale, mais qui vient démentir l’hypothèse qui veut faire de Malansac une succursale de St‑Jean‑la‑Poterie. Les mariages entre les deux communautés auraient facilité les échanges technologiques (Labour 1980). Cette opinion, maintes fois exprimée, ne résiste pas à l’épreuve des documents d’archives. Les deux communautés potières voisines ne s’unissent que rarement. Ainsi par exemple à la fin du xixe s., 1 % seulement des mariages célébrés dans les deux communes concerne des unions entre potier(e)s de Malansac et potier(e)s de St‑Jean.

  • 5 Par exemple, des Panhaleux, Maucoueffé, familles potières de St‑Jean, sont signalées à Malansac au (...)

7À quelques exceptions près5, les noms de familles diffèrent donc d’un centre à l’autre. À Malansac, les mêmes patronymes traversent les deux siècles de notre enquête : Busson, Cochard, Dejour, Dobe, Fauchoux, Maleuvre, Meaude, Michel, Petelaud, etc. Tous ces potiers encore en exercice à la fin du xixe s. appartiennent à des dynasties potières solidement enracinées : les Busson sont signalés en 1678, les Dobe en 1679, les Meaude en 1679, les Maleuvre en 1680, les Dejour en 1675, les Cochard en 1677, dates qui pourraient sans doute être reculées si les registres paroissiaux avaient, antérieurement, mentionné les professions.

2.2.1 Un « isolat »

8La remarquable stabilité de ce corps social est aussi l’expression d’une très forte endogamie professionnelle. Le métier de potier se transmet de parents à enfants, d’oncle ou tante à neveu et nièce. Le travail des pots, qui nécessite la transmission du savoir et des techniques, est ainsi générateur d’alliances entre familles de potiers. Il favorise la naissance d’un microcosme professionnel régulièrement réuni au rythme de ces grands moments de la vie que sont les baptêmes, les mariages, les décès : « Tous potiers en ce bourg » note invariablement le curé lorsqu’il inscrit le nom des témoins réunis à ses côtés à l’église (fig. 2). À ces cérémonies, rares sont ceux qui viennent d’autres horizons sociaux. Le monde des potiers est un monde à part. Il vit dans le bourg sans vraiment vivre avec le reste du bourg.

9Une telle endogamie professionnelle se traduit dans les actes paroissiaux et d’état civil par un enchevêtrement des arbres généalogiques (fig. 5). Presque tous les potiers sont ainsi apparentés. Voici par exemple les deux frères Cochard, Joseph et Claude, nés en 1747 et 1750. Un siècle plus tard, la petite‑fille de Joseph épouse le petit‑fils de Claude. Il faut alors réunir un conseil de famille, car la jeune femme est orpheline et mineure. Lors du mariage, c’est donc toute la communauté potière qui est réunie à la mairie, groupée en une famille aux ramifications à ce point complexes que le secrétaire de mairie doit rajouter au registre d’état civil une feuille qui tente d’expliquer les liens qui unissent les Cochard, Maleuvre, Busson, Fauchoux...

FIG. 5 – Généalogie simplifiée d’une famille de potiers de Malansac : les Cochard (les noms en gras sont ceux des potiers).

M.H. del/FMSH

  • 6 Le 9/6/1734, pour le mariage de Joseph Dobé et Françoise Fauchoux, parents au 3e degré, le 1/2/1784 (...)

10Puisque l’on ne se lie qu’entre potiers, les dispenses sont parfois indispensables pour pouvoir contracter mariage. Sous l’Ancien Régime, l’évêque de Vannes doit souvent intervenir6. Il est vrai que la consanguinité des potiers de Malansac en fait un « isolat », au sens génétique du terme, un groupe qui s’autoreproduit sans apport notable de sang extérieur.

11Cette endogamie est révélatrice d’un système corporatif qui assure le contrôle de la production et génère l’immobilisme des techniques et la répétitivité du catalogue des formes. Pour n’avoir pu percevoir à temps les dangers d’une certaine sclérose au niveau de la production, les potiers de Malansac auraient été plus facilement victimes de la concurrence de nouveaux centres et de nouveaux produits. On songe surtout au grès, et à la tôle émaillée dont l’irruption coïncide avec la fin de l’activité potière. À St‑Jean‑la‑Poterie, il y eut un nouveau souffle industriel. Les potiers surent en un premier temps s’adapter aux conditions économiques nouvelles. Puis en 1943, l’entreprise Roret tenta une expérience de renouveau du métier de la terre vernissée. En 1951 enfin, s’ouvrit la faïencerie de St‑Jean de Bretagne, une entreprise industrielle aujourd’hui disparue. À Malansac en revanche, l’activité cessa brutalement à l’aube du xxe s.

2.2.2 Une condition souvent très humble

  • 7 Voir note 1. Les édits de Marly de mai 1749 avaient créé, à la place du Dixième, l’impôt du Vingtiè (...)
  • 8 Registres de capitation, ADM, 21C 535.

12Sur les deux siècles de notre enquête, les sources concordent. À Malansac, le travail de l’argile et la pauvreté vont le plus souvent de pair. Les registres d’imposition du Vingtième7 qui dressent l’inventaire des biens immobiliers de chaque contribuable témoignent, au milieu du xviiie s. de cette humble condition. En 1751, la plupart des 29 ménages de potiers sont au plus bas de l’échelle des revenus de la paroisse ; leur imposition moyenne est de 18 livres, celle des laboureurs de 46. Si, pour ces derniers, 42 sur 44 sont imposés à plus de 50 livres, 2 potiers seulement atteignent ce montant. Les autres artisans du bourg, blanchisseurs, charrons, tisserands sont plus fortunés (fig. 4). Les registres de Capitation8 confirment ceux du Vingtième. Pour la seule période 1786‑1790, l’imposition moyenne de la paroisse est de 6 livres par ménage. Elle n’est que de 3,7 livres pour les potiers.

13À cette pauvreté, voire à ce dénuement, n’échappent que quelques rares fabricants de pots, ceux qui ajoutent à leur travail artisanal une activité de type agricole. Ainsi en 1751, Jean Fauchoux et Julien Busson, parmi les plus riches, possèdent d’importantes étendues de prés et « terres de labeur » où ils élèvent des bestiaux, ce qui leur vaut d’être imposés, l’un à 99 livres et l’autre à 37. À l’opposé, les moins taxés ne disposent que de leur maison située au bourg, dont ils tiennent évidemment tous à souligner le grand état de vétusté, à l’image de cette « petite maison couverte en paille avec son en‑bas, et grenier au‑dessus, avec trois cordes et demi de jardin ».

  • 9 Liste des contribuables qualifiés conformément à l’art. 11 de la loi du 21/3/1831, ADM, 128 Es 27.
  • 10 ADM, 128 Es 16.
  • 11 ADM, 6 M 1054.
  • 12 ADM, S 343.

14La condition des potiers ne s’améliore pas avec le temps. Elle reste très humble au xixe s. En 1846, à la fin de la monarchie censitaire, seuls trois potiers sur les 30 justifient d’un niveau de ressources suffisant pour figurer parmi les 100 électeurs de la commune : François Tavarson, 76 ans, du Fossé Blanc, Joseph Dejour, 61 ans et Joseph Meaude, 58 ans9. Joseph Meaude habite le Petit Village. Lui et sa femme Julienne Fauchoux (1788‑1857) descendent de familles de potiers. Meaude possède, en copropriété, deux fours10, dont un en ruine. C’est, semble‑t‑il, le seul potier de sa génération à employer des ouvriers : trois par jour qu’il nourrit, pendant les neuf mois de l’année où il exerce son activité, car on ne fabrique pas de pots l’hiver. Outre sa propre production, il commercialise celle qu’il achète aux petits potiers du bourg11 ; au total, 2 000 douzaines de pots dans l’année, qu’il vend dans la région et jusqu’à Quimper. Il possède aussi un peu de terre au sud de la commune. Quinze ans après, la construction de la voie ferrée nécessitera son expropriation12.

  • 13 ADM, 6 M 1054.
  • 14 ADM, 6 M 4.
  • 15 ADM, 6 M 1058.

15Pour un Joseph Meaude qui réussit, combien d’autres vivent dans la misère « se livrant d’une manière non continue à la fabrication des pots »13 ? La grande majorité ne semble pas posséder de fours personnels, comme en témoignent les documents fiscaux ; l’écoulement de leur production dépend des marchands potiers, tel Joseph Meaude. Pour le plus grand nombre, la frontière est donc ténue qui sépare la misère de la mendicité. En 1807, le préfet s’étonne du nombre élevé de mendiants et d’indigents à domicile ; ils sont en effet 109 ainsi désignés à Malansac. Interrogé, le maire explique que ce chiffre serait moins élevé si le recensement officiel n’avait pas été fait en hiver : « Le nombre de mandiants surtout dans livère est considérable mais dans des moman autres que celui la il gaigne leur vix, le nombre de personne qui mandit journelment nes pas si considérable »14. De fait, l’hiver est une saison morte, pour la production et la commercialisation. « En hiver, à cause du temps, la poterie devient nulle », et les potiers qui sont très pauvres deviennent mendiants15.

  • 16 ADM, 6 M 1058 (à propos de St‑Jean‑la‑Poterie).
  • 17 ADM, T 439 et 470. Vers 1860, 51 % des enfants de Malansac en âge de fréquenter l’école reçoivent l (...)
  • 18 ADM, 128 Es 27. En 1847, il y avait 100 électeurs à Malansac (dont 3 potiers). En 1848, le suffrage (...)

16Jeanne‑Marie Mary, potière, illustre bien cette catégorie d’artisans qui survit aux marges de la mendicité. En 1861, le recensement la mentionne comme potière, épouse de Joseph Michel, également potier. Cinq ans après, elle est indiquée comme mendiante. C’est qu’entre‑temps, elle est devenue veuve et n’a pu continuer à exercer son activité. Mais quelques années plus tard, remariée à Jean‑Marie Vincent, journalier, la voici à nouveau qualifiée de potière. Potière, mendiante... puis à nouveau potière, Jeanne‑Marie Mary est un exemple parmi d’autres de ces artisans dont la survie dépend de la capacité d’écoulement d’un marché vite saturé, et de plus en plus concurrencé après 1850 par les fabriques qui s’élèvent alors à Rennes, Lorient et au sud de la Vilaine16. Ces petits artisans qui travaillent souvent comme journaliers pour des marchands sont évidemment les premiers atteints par la mévente qui les replonge dans la mendicité. Leurs enfants, employés au travail par les parents en période heureuse, sont alors classés parmi les indigents, sans possibilité bien sûr de fréquenter l’école avant les lois scolaires de 188117 18

  • 19 Cité par Furet 1988.

17Toutefois, ces hommes vivent dans leur siècle et entendent bien profiter des lois qui leur confèrent le statut d’acteurs sur la scène politique. En 1848, lors de l’institution du suffrage universel masculin, au terme de plus de cinquante années de régime censitaire, ils participent en nombre aux opérations électorales. 20 potiers sur les 25 inscrits 18 ont voté et plus de la moitié ont participé aux trois scrutins des 23 avril, 30 juillet et 20 août. Les potiers de Malansac figurent aussi parmi tous ces humbles qui faisaient dire à C. de Remusat (Remusat 1848)19, à propos de ces élections de Pâques 1848 : « Nos communes rurales, tout en restant paisibles, n’étaient pas cependant absolument étrangères au mouvement général [...]. Les ruraux savaient fort bien que l’événement qui venait de s’accomplir intéressait les pauvres, qu’ils allaient compter pour quelque chose et que leur condition allait être modifiée ».

18On observe cependant qu’aucun parmi ces artisans potiers n’a exercé de fonctions municipales, même comme simple conseiller. Ils participent à la vie civique de la commune, mais n’y exercent pas d’influence notable.

2.3 Les potiers au travail

  • 20 Récemment, le professeur P.‑R. Giot a pu caractériser les argiles de St‑Jean‑la‑Poterie (Giot, Quer (...)

19Les deux communautés potières de Malansac et de St‑Jean‑la‑Poterie ont, on l’a vu, vécu séparément, du moins à partir du xviiie s. Toutefois, si les familles s’ignorent, en revanche certaines particularités techniques20 rapprochent Malansac de St‑Jean‑la‑Poterie ; c’est le cas notamment des fours.

2.3.1 Les fours et la cuisson

  • 21 Les fours de Malansac et de St‑Jean‑la‑Poterie ont tous disparu, à l’exception d’un seul situé à St (...)

20Les fours21 de ces deux centres voisins étaient circulaires, à ciel ouvert, d’un diamètre d’environ cinq mètres. À l’extérieur, la maçonnerie s’élève sur une base talutée, ce qui facilite le travail des artisans. À l’intérieur, au centre du cercle, une pile maçonnée sert d’appui à une dizaine de rayons, maçonnés également, qui s’encastrent dans la paroi. Une vue verticale du four donne ainsi l’apparence d’une roue de charrette, disposée horizontalement, et dont les rayons servent de support aux pots pendant la cuisson (fig. 2). Sous la roue se trouve la chambre de chauffe, ouverte sur l’extérieur par deux ouvertures carrées se faisant face dans la maçonnerie.

  • 22 Voir note 3.

21En 1841, 12 fours sont mentionnés à Malansac, pour 30 ménages de potiers. Certains figurent au cadastre comme bien collectif, tel celui de Joseph Meaude « et consorts », ou encore celui que possède « pour trois‑quart » la veuve Le Boux et « pour un quart » Guillemain22. Mais, la plupart des artisans du bourg n’en possèdent pas ; ils dépendent des maîtres potiers pour la cuisson de leur production.

22Aux xviie et xviiie s., avant le déplacement des fours vers la périphérie du bourg, les trente ménages potiers travaillent au contact des autres artisans, les maréchaux ferrants, tanneurs, charrons, tisserands..., mais une telle cohabitation ne va pas sans risque. C’est précisément ce qui impose le transfert de l’activité potière à l’extérieur de l’agglomération.

  • 23 ADM, 5 M 201.
  • 24 ADM, 9 M 5 (p. 13).
  • 25 ADM, o 1079.

23Sans doute certaines de ces nuisances sont‑elles mineures : initialement bâtis sur le domaine public, les fours empiètent sur la chaussée. Au xixe s., on le supporte de plus en plus mal. Aussi lorsque « tombés en ruine à cause des pluies »23, il faut les rebâtir, on leur impose la place du Petit Village. Plus menaçants sont les risques liés au feu. Au xixe s., la réglementation intervient donc. En 1815, une ordonnance24 classe les fours de potiers parmi les établissements insalubres, qui ne peuvent être établis sans permission, en raison ici, de la « fumée au petit feu ». C’est précisément cette ordonnance qui sert de référence à une action en justice introduite en 1872 par un nommé Julien Hamon contre des potiers de Malansac dont les fours menacent son proche débit de boisson. Ayant entreposé de la paille près de son cabaret, Hamon vit dans la hantise permanente du feu. Il alerte le maire, le préfet, le conseil départemental d’hygiène pour obtenir le déplacement des fours, ce qu’il obtient finalement, Mais il est remarquable que dans cette affaire, le maire n’ait pas osé appliquer l’ordre de démolition que lui avait adressé le préfet : « Je tiens à ne pas le faire démolir moi‑même, car je serai haï de tous les potiers de Malansac, vu qu’ils n’ont pour vivre que le produit de leur travail et qu’il leur faut nécessairement un four pour cuire leurs pots (...). Ces pauvres gens ne peuvent pas rester sans four. C’est leur pain quotidien le produit de leur poterie »25. Le risque était trop grand pour le maire de voir se dresser contre lui une corporation d’artisans de plus en plus marginalisés, confrontés de surcroît à une paupérisation croissante.

  • 26 Souvenir rapporté par M. Diquéro.

24La cuisson des pots est un spectacle impressionnant, régulièrement offert par les potiers aux habitants du bourg, déjà avertis par le chargement des fours, puis par la fumée et le feu. Qui aurait pu ignorer ce moment décisif du travail de l’argile ? Le village vit à l’heure de la cuisson : « Quand les potiers de Malansac allumaient leurs fours dans la nuit, alors on pouvait lire son journal à la fenêtre » se rappelle un des derniers témoins26.

  • 27 ADM, 45 J 74, fonds Lehelec. « J’ay soussigné Messire chevalier seigneur comte de Lehelec permit à (...)

25Au xviiie s., le combustible utilisé est surtout la lande et la bruyère. En 1772, par exemple, le seigneur de Léhélec, en Béganne, autorise les marchands potiers Joseph Cochard, Pierre Dobe, Claude Busson et autres à exploiter à cette fin les taillis de Coëtharet27.

26À partir du xixe s. et jusqu’aux derniers moments, on utilise exclusivement les brindilles de pin, poussées sous les rayons du four à l’aide d’une fourche à deux dents. Au‑dessus du foyer, reposant donc sur les rayons, les pots s’appuient au mur circulaire et sont calés par les tessons provenant des ratés précédents. Comme on peut cuire en une seule fournée jusqu’à huit ou neuf cents unités du genre pot à lait, on crée ainsi un dôme qui s’arrondit au‑dessus du mur circulaire, et dont les interstices sont obstrués par des tessons. Autour du four, de longues perches fixées en terre permettent de tendre de lourdes toiles qui les protègent du vent et assurent un meilleur contrôle du tirage.

  • 28 J. Héligon, Les Potiers de Rieux (manuscrit conservé au presbytère de Rieux).

27Une épaisse fumée, bientôt suivie d’une flamme claire, traverse le dôme et sa couverture. La cuisson dans l’obscurité de la nuit permet de mieux contrôler la répartition de la chaleur. Au fur et à mesure que le tirage s’accentue, des aides jettent des aiguilles enflammées et des cendres sur le dôme : « Le spectacle est féérique : alors s’élèvent dans les airs et dans la nuit noire des myriades d’étincelles et ces gens illuminés violemment dans l’ombre semblent de mystérieux génies occupés à quelque œuvre de sabbat »28. La cuisson est brève, parfois moins d’une heure. Dès le lendemain matin, on pourra défourner. Les exemplaires avariés, cassés, sont mis de côté. À la prochaine cuisson, ils serviront à caler les pots et à garnir la carapace du dôme.

28À Malansac, la division du travail n’est pas aussi marquée qu’à St‑Jean‑la‑Poterie où, au moins à partir du xixe s., seules les femmes façonnent les pots. « On chercherait en vain aujourd’hui un homme sachant et voulant façonner. Un seul, vieillard de 85 ans, sait encore manœuvrer une roue. On laisse ce soin exclusivement aux femmes », écrit J. Héligon en 1909 (Héligon 1909). À Malansac au contraire, où se confectionnent de grosses pièces comme les charniers et les bacs à lessive, on voit les hommes aux tours ou devant les plateaux fixes.

2.3.2 La commercialisation

  • 29 ADM, E 647.
  • 30 ADM, 6 M 1054.

29Il est malheureusement difficile d’appréhender faire de diffusion des productions de Malansac. L’indigence des textes, la confusion avec les poteries de St‑Jean‑la‑Poterie imposent la prudence. Une diffusion vers l’ouest, c’est‑à‑dire le littoral sud de la Bretagne est toutefois assurée, dès le xviiie s. Vannes et Hennebont s’approvisionnent en poteries de St‑Jean et surtout de Malansac. En 1741, par exemple, le seigneur du Faouédic (Lorient) écrit à son frère l’abbé Dondel, chanoine de Vannes et futur évêque de Dol : « Je me suis informé des potiers pour faire venir du vin. On m’a dit que de la poterie de Rieux [St‑Jean‑la‑Poterie il n’y avait que les Gaudin qui allassent régulièrement à Vannes, les autres potiers qui vont à Vannes sont de Malansac [...]. Tachez, je vous en prie, mon cher frère, de faire parler à Vannes aux potiers de Malansac [...] et de leur demander s’ils veulent m’apporter du vin et ce qu’ils demanderaient. M. de Kerléau par les potiers de Malansac s’est fait apporter du vin par ceux qui vont ordinairement à Hennebont »29. Il s’agit d’un témoignage précieux qui atteste que les potiers, outre le fait qu’ils viennent ordinairement à Vannes et à Hennebont, servent à l’occasion de commissionnaires pour d’autres produits, ici le vin (de Loire ?). Se heurtant à l’est à la concurrence des productions de St‑Jean, les potiers de Malansac se tournent naturellement vers l’ouest et le nord. En 1846 encore, Jean‑Marie Dejour écoule ses poteries par route sur Pontivy30 tandis que Joseph Meaude qui fabrique alors annuellement 2 000 douzaines de pots (dont il achète une partie aux petits artisans du bourg) vendait la moitié de sa production hors du département, surtout à Quimper « par terre et par eau ».

30De telles ventes lointaines ne concernent qu’une minorité de potiers. En 1841, sur les trente familles recensées, seules douze disposent d’un moyen de déplacement, c’est‑à‑dire un cheval ou une jument. Ce sont eux que les actes signalent souvent comme « absents pour affaires [...] pour son commerce ».

  • 31 ADM, 8 M 84. À la foire de St‑Laurent (10 août).
  • 32 ADM, 128 Es 7 (1838).

31Au xixe s., les potiers vendent directement leurs productions aux épiciers et les proposent aussi dans les foires. En 1849, par exemple, on mentionne des poteries –de Malansac ou d’ailleurs– aux foires morbihannaises d’Allaite, Béganne, Sulniac, La Gacilly, Guémené, Locminé, Muzillac, Sarzeau, Vannes et Silfiac31. On en trouve bien sûr aussi à Malansac, au pâti de St‑Fiacre, les 6 mai, 13 juillet et 25 novembre. Là, les potiers voisinent avec les quincailliers, chapeliers, tanneurs, sabotiers, merciers, rémouleurs, cordiers, marchands de sel, cloutiers, marchands de café, médecins‑ambulants‑dentistes, marchands de complaintes, de sardines, et... de cheveux32. En 1899 encore, les potiers du pays, y présentent leurs productions aux côtés des sabotiers, étaminiers, marchands de cuillères, de fléaux et de châtaignes cuites. Mais c’est déjà, alors, le déclin d’une activité dont les productions s’écoulent de plus en plus difficilement. La fin est proche.

2.4 La fin d’une activité

32Décrire la fin de l’activité potière de Malansac, c’est évidemment illustrer le heurt entre un mode de production, héritier d’une technologie de type traditionnel, et les nouvelles réalités, issues de l’ère industrielle ; un passage brutal qui expose la communauté potière de Malansac à la concurrence d’une offre et d’une demande renouvelées, donc à la réalité d’un marché transformé.

  • 33 La définition même de l’activité potière, assez floue, explique les variations constatées entre les (...)

33Bien sûr, ce fait n’est pas propre à Malansac ; St‑Jean‑la‑Poterie, entre autres, a connu le même déclin mais est parvenu à y remédier provisoirement. Observons les chiffres pour Malansac33 : en 1841, 30 ménages vivent encore du travail des pots, soit le même nombre qu’un siècle plus tôt. Mais à partir de 1850, les effectifs fondent : 17 ménages en 1856, 8 en 1876, 4 seulement en 1901. On vit de moins en moins du travail de l’argile : 110 habitants (soit 30 % de la population) vivaient de la poterie en 1841, 93 en 1858, 70 en 1866, 42 en 1876, et seulement 14 (2 % de la population) en 1901. Une chute éloquente qui fait qu’un habitant sur cinquante, dans le bourg, vit de la terre cuite en 1900 alors qu’en 1850 il y en avait un sur trois.

  • 34 ADM, 6 M 1058.

34Les habitants de Malansac imputent ce déclin à la concurrence. Les maires expliquent : « la fabrication des pots de Malansac est dispendieuse, la vente est presque nulle. Les potiers ne trouvent que difficilement à placer leurs marchandises »34, explication à laquelle, la même année 1856, fait écho le maire de St‑Jean‑la‑Poterie : « La vente a diminué de moitié depuis dix ans. La fabrication est toujours la même. Cause des réductions : les fabriques qui se sont élevées à Rennes, à Lorient et à Niort en Loire inférieure ». À cet égard, on notera encore combien l’utilisation du grès, celle aussi de la tôle émaillée, ont pu accélérer l’agonie des poteries de type traditionnel qui ne satisfont plus une clientèle dont les goûts changent.

  • 35 Dans le respect des règlements en vigueur, notamment la prescription centenaire à la communication (...)
  • 36 ADM, O (Malansac, acquisitions).

35Cette évolution ou révolution met fin à des siècles de traditions sociales. Si on tente de suivre l’histoire des descendants des familles potières de Malansac depuis 184135, on voit par exemple se rompre la vieille règle d’endogamie professionnelle (fig. 6). Les mariages ouvrent dorénavant aux enfants de potiers l’horizon d’autres activités, voire d’autres régions : Marie‑Julienne Petelaud épouse un carrier en 1870, Julien Michel une cultivatrice en 1871, Françoise Michel un couvreur en 1879. Des descendants de Joseph Meaude (mort en 1906) s’installent à Nantes, l’un comme manœuvre, l’autre comme domestique. En 1912, ils vendent à la commune de Malansac le terrain que possédaient leurs ancêtres à l’est du Petit Village36 ; une école de filles s’élèvera à l’emplacement des anciens fours ; d’autres quittent la commune pour devenir employés des chemins de fer, etc.

FIG. 6 – Endogamie professionnelle des potiers de Malansac. Chaque trait correspond à un ou plusieurs mariages contractés entre les familles de potiers, entre 1700 et 1750 (ADM, registres paroissiaux).

V.T. del/FMSH

  • 37 Dans cette amnésie collective, on est heureux de noter une exception, dont a profité notre travail  (...)

36La disparition de cet artisanat séculaire s’inscrit dans le contexte général de la grande mutation des années 1860‑1880, qui élargit les horizons géographiques (Malansac devient une gare sur la ligne Paris‑Quimper en 1862) mais aussi l’espace culturel, avec les lois scolaires des années 1880. Qu’il ait fallu attendre l’aube du xxe s.. pour assister à l’extinction des derniers fours n’a pas au fond grande signification. Depuis au moins une génération, la poterie de Malansac était en sursis. À la différence de St‑Jean‑la‑Poterie, personne ne tenta une reconversion industrielle qui eut pu prolonger son activité, ou au moins la sauver de l’oubli37

Bibliographie

Bibliographie

Bretagne 1951 : BRETAGNE. — Art populaire. Ethnographie régionale : catalogue d’exposition, 21 juin‑23 septembre 1951, Musée des ATP. Paris : Éd. des musées nationaux, 1951.

Giot, Querré 1986.

Furet 1988 : FURET (F.). La Révolution. Paris : Hachette, 1988, p. 396.

Héligon 1909.

Labour 1980.

Lailler 1947.

Plaine et al. 1984 : PLAINE (J.), HALLEGOUET (B.), QUETE (Y.). — Questembert. Orléans : BRGM, 1984 (Carte géologique).

Remusat 1848 : REMUSAT (C. de). — Mémoires de ma vie. Rennes IV, 1848.

Annexes

Annexe

Sources

Les sources imprimées

Aucune étude n’a été publiée sur les potiers et les poteries de Malansac. Le seul ouvrage qui lui consacre quelques lignes (Labour 1980) présente à tort Malansac comme une succursale de St‑Jean‑la‑Poterie, tant pour les productions que pour les liens familiaux entre artisans des deux centres. Les techniques restant toutefois assez semblables dans les deux bourgs potiers, les études consacrées à St‑Jean‑la‑Poterie sont très utiles pour la compréhension du travail à Malansac. Deux témoins des derniers temps de l’activité artisanale de St‑Jean‑la‑Poterie ont laissé des écrits de première importance.

Le chanoine Judicaël Héligon, chargé au début du siècle de la paroisse de Rieux, observateur attentif du monde qui l’entourait, a rédigé un épais ouvrage manuscrit illustré, de plusieurs centaines de pages, dans lequel, entre autres informations, il retranscrit les aveux de potiers de St‑Jean (p. 503‑507) et décrit les potières au travail, telles qu’il les a observées (p. 520‑527). L’original du travail est au presbytère de Rieux. Les archives départementales du Morbihan en possèdent une copie microfilmée. En 1909, le même Héligon publie un travail sur les potiers de Rieux (Héiigon 1909).

En 1947, Dan Lailler, conservateur du musée de St‑Malo a soutenu une thèse de l’École du Louvre sur les potières de St‑Jean (Lailler 1947). En prolongement de ce travail, en 1951, au musée national des Arts et Traditions populaires, une exposition d’art populaire et d’ethnographie régionale bretonne a été en partie consacrée à St‑Jean‑la‑Poterie, village de potières. Elle évoquait également les productions de Malansac (Bretagne 1951).

Les sources d’archives

Les documents d’archives constituent l’essentiel de notre information, mais les renseignements sont extrêmement épars, et se limitent le plus souvent à quelques très brèves indications. Les principales sources consultées ont été les suivantes.

● Pour l’ensemble de la période xviie et xviiie s., les registres paroissiaux et registres d’état civil, de 1669 à 1888 (avec lacune de 1691 à 1717). À partir de 1675, les registres de Malansac mentionnent l’activité de la personne concernée par les actes, indication précieuse qui permet de distinguer tout de suite les potiers. Le dépouillement des actes a permis l’étude généalogique des familles de potiers, la mise en lumière de l’endogamie, l’étude d’unions éventuelles avec des gens extérieurs à Malansac, etc. On y trouve aussi de nombreuses autres indications, ponctuelles, concernant par exemple l’aptitude des potiers à signer, les liens de consanguinité pouvant nécessiter une dispense de l’évêque, ou encore l’absence de tel ou tel artisan, « parti vendre au loin sa production » etc.

Le dépouillement de deux siècles de registres signifie la lecture d’environ 40 000 actes. Ce long travail a été effectué avec la collaboration de scolaires, dans le cadre des activités du service éducatif des archives départementales du Morbihan.

● Pour l’Ancien Régime, outre les registres paroissiaux, ont été utilisés les registres d’imposition du Vingtième pour l’année 1751 (C 82). Il s’agit de documents très riches, qui, à partir des déclarations de chaque contribuable, permettent de connaître la structure professionnelle de la paroisse et de comparer les niveaux de richesse de ses habitants. Enfin, les registres de Capitation ont été utilisés pour les dernières années de l’Ancien Régime (21 C 535).

● L’étude des potiers au xixe s. est fondée, en plus des registres d’état civil, sur les archives communales de Malansac (ADM, 128 Es), sur le fonds de la préfecture concernant Malansac (série O) et sur l’ensemble de la série M (statistiques, industrie, commerce) et P (contributions). Plus précisément, le monde des potiers (statistiques, abandon d’activité, changement de domicile) peut être appréhendé par les dénombrements, les listes nominatives, les statistiques (sous‑série 6 M, et 128 Es 3 à 6), sans oublier l’étude du cadastre, des plans, matrices et des listes de propriétaires (128 Es 12 à 17). L’activité potière transparaît dans la sous‑série 9 M (industrie) et plus particulièrement 9 M 3 qui donne des précisions trimestrielles sur le nombre d’ouvriers, l’importance des productions et la commercialisation. La sous‑série 8 M (commerce, foires et marchés) et 128 Es 7 contiennent quelques (rares) éléments sur l’écoulement des productions, tandis que les séries 3 M (plébiscites, élections), P 1895 (rôles généraux des patentes ; contrôle de Muzillac) et 128 Es 27 (listes électorales) permettent de mieux cerner les potiers dans la société où ils s’insèrent.

Les sources orales

Les derniers fours de Malansac se sont éteints dans les premières décennies du xxe s., mais depuis la fin du siècle précédent, l’activité était fortement ralentie. Alors qu’à St‑Jean‑la‑Poterie le travail de l’argile s’est prolongé, sous forme industrielle après 1942, rien de tel ne se produisit à Malansac, où la mémoire collective semble vouer à l’oubli cette activité. « Je ne sais rien » fut la réponse la plus souvent donnée par les descendants de potiers. Ignorance réelle ou répugnance à évoquer une activité dont l’image est associée à celle de la pauvreté, voire de la misère ? On ne peut en tout cas qu’observer la différence avec St‑Jean‑la‑Poterie où le passé est toujours présent dans la mémoire collective.

Notes

1 La commune de St‑Jean‑la‑Poterie est née en 1850 du démembrement de la commune de Rieux. Située à 4 km de cette ville et à 3 km d’Allaire, elle est constituée des deux anciennes parties de St‑Jean des Marais et St‑Jacques de La Poterie.

2 AMV, DD7 (1780).

3 Registres du Vingtième. ADM, C 82 (1751).

4 Cadastre du XIXe s., État des sections, section 1. ADM, 128 Es 16.

5 Par exemple, des Panhaleux, Maucoueffé, familles potières de St‑Jean, sont signalées à Malansac au XVIIIe s.

6 Le 9/6/1734, pour le mariage de Joseph Dobé et Françoise Fauchoux, parents au 3e degré, le 1/2/1784 pour le mariage de Mathurin Maleuvre et Perrine Busson, parents au 4e degré, etc.

7 Voir note 1. Les édits de Marly de mai 1749 avaient créé, à la place du Dixième, l’impôt du Vingtième de tous les revenus, même dans les provinces à assemblées d’états, ce qui était le cas de la Bretagne. Un arrêt du Conseil du 23 décembre 1751 suspendit l’application de l’impôt sur le clergé.

8 Registres de capitation, ADM, 21C 535.

9 Liste des contribuables qualifiés conformément à l’art. 11 de la loi du 21/3/1831, ADM, 128 Es 27.

10 ADM, 128 Es 16.

11 ADM, 6 M 1054.

12 ADM, S 343.

13 ADM, 6 M 1054.

14 ADM, 6 M 4.

15 ADM, 6 M 1058.

16 ADM, 6 M 1058 (à propos de St‑Jean‑la‑Poterie).

17 ADM, T 439 et 470. Vers 1860, 51 % des enfants de Malansac en âge de fréquenter l’école reçoivent l’instruction primaire. Parmi les absents, un grand nombre sont fils de potiers.

18 ADM, 128 Es 27. En 1847, il y avait 100 électeurs à Malansac (dont 3 potiers). En 1848, le suffrage universel masculin étend le droit de vote à 547 habitants (dont 25 potiers).

19 Cité par Furet 1988.

20 Récemment, le professeur P.‑R. Giot a pu caractériser les argiles de St‑Jean‑la‑Poterie (Giot, Querré 1986). Les spicules, ou restes de squelettes d’éponges, prouvent l’origine marine des sédiments de St‑Jean‑la‑Poterie. Leur présence visible dans la pâte des céramiques pouvait donc passer pour un « label », permettant d’authentifier les productions de St‑Jean et servant à dresser une carte de leur diffusion. En fait, il est apparu que certaines productions de Malansac étaient également « spiculées », donc de même origine, mais pas nécessairement de même qualité plastique, que celles de St‑Jean. Il n’est donc plus évident, comme le dit la notice de la feuille géologique de Questembert (Carte géologique de la France, 1/50 000 ; Plaine et al. 1984) que l’argile de Malansac provienne d’une altération kaolinique du socle.

21 Les fours de Malansac et de St‑Jean‑la‑Poterie ont tous disparu, à l’exception d’un seul situé à St‑Jean‑la‑Poterie (Ouest‑France, Vannes‑Ploermel, 25 août 1988). On lira les descriptions des fours dans l’article de J. Héligon (Héligon 1909) et dans l’étude de Dan Lailler (Lailier 1947).

22 Voir note 3.

23 ADM, 5 M 201.

24 ADM, 9 M 5 (p. 13).

25 ADM, o 1079.

26 Souvenir rapporté par M. Diquéro.

27 ADM, 45 J 74, fonds Lehelec. « J’ay soussigné Messire chevalier seigneur comte de Lehelec permit à Joseph Cochard, Pierre Dobé, Pierre, François, Julien Michel frères, Pierre et Claude Busson marchands potiers demeurant au bourg de Malansac de disposer des landes et bruyères qui ont accoutumés d’être coupés dans les taillis de Coëtharet pour avoir la faculté de les exploiter sans aucunement couper aucune branche [...] taillis dans le dit lieu de Coëtharet et des landes dessus les fossés, dans le delays de ce jour jusqu’au trente un juillet mil sept cent soixante quatorze inclusivement, et avec la permission de prende ce qu’ils trouveront endommagé dans le dit Coëtharet [...] et de pouvoir laisser paturer leurs chevaux lorsqu’ils exploiteront les dites landes et bruyères [...] ».

28 J. Héligon, Les Potiers de Rieux (manuscrit conservé au presbytère de Rieux).

29 ADM, E 647.

30 ADM, 6 M 1054.

31 ADM, 8 M 84. À la foire de St‑Laurent (10 août).

32 ADM, 128 Es 7 (1838).

33 La définition même de l’activité potière, assez floue, explique les variations constatées entre les différentes sources : les documents fiscaux (ADM, P 1895), les dénombrements de population (ADM, 128 Es 3), les enquêtes industrielles (ADM, 6 M 12,1054‑58 et 9 M 3) ne fournissent pas exactement les mêmes chiffres, mais l’orientation est bien la même.

34 ADM, 6 M 1058.

35 Dans le respect des règlements en vigueur, notamment la prescription centenaire à la communication de certains fonds.

36 ADM, O (Malansac, acquisitions).

37 Dans cette amnésie collective, on est heureux de noter une exception, dont a profité notre travail : celle de M. Diquéro, de Rochefort‑en‑Terre, près de Malansac, qui a collecté un ensemble de poteries et d’informations permettant de saisir, au‑delà du simple objet, le geste de l’utilisateur. Notre compréhension de cette civilisation de la terre cuite lui doit beaucoup.

Table des illustrations

Légende FIG. 1 – Situation des ateliers de Malansac en Bretagne.
Crédits V.T. del/FMSH
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41888/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende FIG. 2 – Four de potier à Malansac près du Petit Village. Détail d’une carte postale.
Crédits cl. J.‑F. Decker
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41888/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende FIG. 3 – Production de l’atelier de Malansac : panne ou bac à lessive (fin XIXe s. ; hauteur : 0,80 m).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41888/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende FIG. 4 – Imposition des paroissiens de Malansac en 1751. a En noir : les familles de potiers ; b structure professionnelle de la paroisse de Malansac ; A niveau moyen de l’imposition des potiers ; B niveau moyen de l’imposition des laboureurs. Les 31 contribuables imposés à plus de cent livres ne figurent pas sur le graphique (ADM, registres d’imposition du vingtième, 1751).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41888/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 285k
Légende FIG. 5 – Généalogie simplifiée d’une famille de potiers de Malansac : les Cochard (les noms en gras sont ceux des potiers).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41888/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 535k
Légende FIG. 6 – Endogamie professionnelle des potiers de Malansac. Chaque trait correspond à un ou plusieurs mariages contractés entre les familles de potiers, entre 1700 et 1750 (ADM, registres paroissiaux).
Crédits V.T. del/FMSH
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41888/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 24k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search