Version classiqueVersion mobile

Nécropoles et société au premier âge du Fer

 | 
Jean-François Piningre

Chapitre 8. Le tumulus de Courtesoult dans son contexte régional

Jean‑François Piningre

Texte intégral

8.1 Les relations et les échanges

1La composition et le nombre des parures reflètent une certaine prospérité qui n’est sans doute pas étrangère à la situation du tumulus de Courtesoult. Il se trouve à quelques kilomètres des sépultures princières d’Apremont, plus proche encore de celles de Mercey et de Savoyeux, donc dans l’environnement immédiat de ce qu’on s’accorde à considérer comme un pôle centralisateur et redistributeur, même si on peut s’interroger ici sur l’existence d’un centre de type Fürstensitz qui reste à caractériser. Les habitants de Courtesoult bénéficient ainsi, à leur niveau de participation, des retombées immédiates de la dynamique de cette région.

2À cet égard, la moyenne vallée de la Saône représente la convergence de différentes voies naturelles de communication qu’il convient de replacer à partir du viie s. av. J.‑C. dans le contexte des importations de productions étrusques puis grecques, reflets unilatéraux d’une intensification des échanges entre la partie occidentale du complexe nord‑alpin et le monde méditerranéen (Millotte 1963 ; Brun 1987 ; 1992).

3Plusieurs études récentes ont contribué à définir une hiérarchie d’entités culturelles au sein du complexe hallstattien occidental (Brun 1988 ; Lambert, Millotte 1989). Au moyen de la répartition de quelques objets de parures diachroniques (brassards‑tonnelets, disques à renflement central d’une part, plaques de ceinture décorées d’autre part), J.‑P. Millotte matérialise un groupe jurassien correspondant aux plateaux du Jura central, composé de petites unités : Salins‑Amancey, Chaux d’Arlier, Combe d’Ain, plaine et plateaux de haute Saône, qui entretient des liens de parenté avec le pays de Vaud, les régions de Neuchâtel et d’Ins et dans une moindre mesure avec la Suisse septentrionale. P. Brun propose, quant à lui, une approche différente dans sa recherche d’une correspondance entre des groupes culturels isolés par des productions propres ou une centralisation de la distribution de certains objets, et des entités socio‑politiques de type princier. L’exploitation d’une documentation de représentativité inégale, alors particulièrement déficitaire pour le secteur de Gray, aboutit à constater l’étroite corrélation « entre le lieu des principaux carrefours d’échanges et la localisation des manifestations d’une forte hiérarchisation sociale ». Au‑delà des spécificités possibles de chacun de ces centres, on remarque à travers la répartition proportionnelle de sept types de fibules choisis, des affinités possibles unissant les groupes orientaux d’une part (Haguenau et Suisse orientale compris) et les groupes de France de l’Est et de Suisse occidentale d’autre part (Brun 1988 : fig. 8).

4Ces études soulignent la spécificité d’un groupe jurassien auquel se rattache sans ambiguïté le mobilier funéraire de Courtesoult.

5Au Ha D1, la répartition de la parure semble mettre en évidence deux ou trois aires de diffusion qui revêtent des implications culturelles différentes. Les brassards‑tonnelets en constituent l’un des éléments les plus représentatifs (Lambert, Millotte 1989 : fig. 6). Indépendamment des variantes morphologiques (type étroit de Suisse orientale...) ou décoratives à partir desquelles on peut envisager l’existence de plusieurs centres de fabrication possibles (Bichet, Millotte 1992), leur large domaine de diffusion entre Saône et Alpes souabes peut aussi se subdiviser en fonction du costume funéraire qui leur est traditionnellement associé : le Jura avec le disque ajouré, l’agrafe de ceinture, les pendeloques ; le Bade-Wurtemberg et Haguenau avec les épingles de coiffure, les grandes boucles d’oreille en ruban, le torque creux, la plaque agrafe de ceinture. Les fibules serpentiformes participent également à la culture du Jura, bien que leur répartition englobe largement l’Italie du Nord et l’Autriche. Les fibules de type S4 A à arc cylindrique et pied vasiforme coulé, les plus anciennes présentes à Courtesoult, représentent une forme dominante dans le Jura et ses abords : Beaujeu (inédit, musée de Vesoul), Bourguignon‑lès‑Morey, Dompierre‑les‑Tilleuls, Ivory, Mouthier-Haute‑Pierre, Refranche, Salins/ Camp du Château, Saraz (fig. 98). Leur distribution dans le Jura vient compléter la carte de H. Parzinger (1988 : fig. 143‑2) et illustre la progression de ce type d’objet en direction de l’ouest et du nord‑ouest. Alors que les exemplaires de Courtesoult reflètent la vitalité de ce type en direction de la Saône, sa représentation est plus discrète dans les sépultures plus occidentales où les ensembles funéraires du Ha D1 ne font toutefois pas défaut. Conjointement quelques autres modèles de fibules représentées dans le domaine jurassien et ses marges font le lien entre le Jura et l’Italie du Nord. C’est le cas de la fibule de type S4 en fer bien représentée dans le Tessin dans la culture de Golasecca (Parzinger 1988 : Taf. 143‑2, 2) : La Rivière‑Drugeon/Le Grand Communal 3 (Bichet, Millotte 1992) et vraisemblablement un fragment à Quitteur (J.‑F. Piningre inédit), également présente en Haute‑Savoie à Saint‑Alban‑Leysse (Willigens 1991). De même la fibule à rosette d’ornement présente à Montmorot (Roulière‑Lambert, Scotto 1989 ; Parzinger 1988 : Taf. 142‑2,2). La Saône joue alors un rôle de frontière dans la diffusion de ces parures supra‑régionales qui illustrent les liens précoces avec l’Allemagne du Sud‑Ouest et la Suisse orientale et l’importance des voies transalpines. Ces relations d’échanges mais aussi de transferts de technologie sont confortées par la présence sur la Saône de céramique inspirée de la tradition Alb‑Hegau et sans doute par la redistribution des parures particulières de verre et de corail. On soulignera à ce sujet l’identité des parures pectorales à barrettes d’écartement multiforées en os ou en ivoire et branche de corail du tumulus 16 des Moidons‑Sepoit (sépulture centrale et sépulture h), de La Rivière‑Drugeon/Les Gentianes et probablement d’Amancey/Camp de Mine avec leurs équivalents à perles d’ambre ou de corail de Bade‑Wurtemberg.

  • 1 J.‑P. Thévenot, communication personnelle.

6À l’ouest de la Saône, les brassards‑tonnelets laissent la place aux bracelets côtelés, dont l’aire de diffusion ne dépasse pas vers l’est le plateau de Langres (Chaume 1987 ; Lepage 1989), exception faite de l’exemplaire recueilli en dragage dans la Saône à Montseugny (Haute‑Saône). À cette exception près, le groupe bourguignon isolé par Millotte (1963), se définit plus au Ha D1 par l’absence de ces éléments supra‑régionaux que par des productions spécifiques nombreuses. En effet, la répartition d’autres objets de parure présents à Courtesoult met l’accent sur une aire géographique beaucoup plus large regroupant la Bourgogne, la plaine supérieure de la Saône et les plateaux du Jura, en excluant la haute vallée du Rhin et le Plateau suisse. On observe ainsi une nette concordance des aires de répartition des agrafes de ceinture en triangle et rectangle décorées au trémolo (fig. 102), des crotales, qu’il convient de distinguer, nous l’avons vu, des modèles alpins (fig. 103), et des anneaux de chevilles ouverts en ruban (fig. 102). Ces derniers montrent une extension en direction du Jura méridional, de part et d’autre de la vallée de l’Ain. Au‑delà d’une certaine homogénéité de style, la diversité de leurs thèmes décoratifs laisse vaine pour l’instant toute recherche de subdivision. On notera cependant la similitude parfaite des exemplaires de Gevingey et de Crançot qui laisse penser à une origine identique. De même les modèles particuliers à perforation d’assemblage se distinguent à Flagey, Amancey et dans la forêt des Moidons. Tous ces exemples reflètent des liens privilégiés S.‑E./N.‑O. entre les plateaux du Jura central d’une part, le bassin supérieur de la Saône, la Côte‑d’Or et le plateau de Langres d’autre part. D’autres objets de parures absents de Courtesoult viennent conforter cette impression, comme les pendeloques en rouelles : Baigneux‑les‑Juifs, Thury (Guillaumet 1984 : fig. 5), Mailly‑le‑Château (Corot 1928), Igé (Chantre 1880), Chassey1, Marcilly‑Ogny (Nicolardot 1994), Montigny‑sur‑Aube (Henry 1933) ; ou les grelots : Gy, Vix/Mont Lassois (Jofifroy 1960a), Chassey (Thevenot 1983). Cette différenciation de part et d’autre de la Saône revêt une importance particulière dans le cadre de la mise en place du courant hallstattien et du développement des pôles économiques respectifs.

7Dans le courant ou vers la fin du Ha D2, la tradition jurassienne englobe sans restriction la Bourgogne et la Haute‑Marne. Elle est représentée par les plaques de ceinture en tôle de bronze décorées de motifs de croisillons ou de pointillés fins organisés en panneaux (groupe décoratif le de I. Kilian‑Dirlmeier ; Lambert, Millotte 1989 : carte 7). Elle est ici confortée par le parallèle entre la ceinture de la tombe 29 de Courtesoult et celle du tumulus 3 de La Rivière‑Drugeon/Le Grand Communal. Il en est de même des armilles fines décorées présentes dans le Jura, la vallée de la Saône, en Côte‑d’Or et en Haute‑Marne. À côté des fibules à timbale simple du type P1w et P3x dont la répartition concerne tout le domaine hallstattien d’Allemagne du Sud‑Ouest, de Suisse et de France de l’Est, les fibules à pied redressé en boule et les fibules à double timbale caractérisent les groupes du Jura central et de Bourgogne avec une extension vers le groupe Aisne‑Marne (Demoulé 1989).

8La simplification de la parure au Ha D3 se constate également dans les nécropoles du Jura (Ganard et al. 1992). C’est aussi le cas à Haguenau où les rapprochements avec le Wurtemberg, étroits jusqu’alors, semblent se distendre (Koenig et al. 1993). Les fibules qui autorisent prioritairement les comparaisons indiquent à Courtesoult des tendances constatées dans les autres groupes occidentaux (Brun 1988 : fig. 8). Les fibules à pied décoré du type F3 sont les mieux représentées avec 6 exemplaires. La variante à pied discoïde (F1), fréquemment réalisée en fer, montre une répartition centrée sur la Bourgogne et la vallée de la Saône (Mansfeld 1973 : liste 270). Il en sera de même pour les fibules à double timbale et à timbale simple sur le pied recourbé pourvues de longs ressorts à fausse corde et bouclettes, puis au début de La Tène pour les fibules à timbale hypertrophiée (Feugère, Guillot 1986 : fig. 36).

9Deux fibules à pied et arc décoré fournissent des indications un peu différentes, mais ces modèles originaux ont pu connaître des distributions particulières. La variante dZ3E à laquelle se rattache l’exemplaire de la sépulture perturbée no 32 connaît une répartition entre Haguenau et la vallée du Rhin supérieure, où ces types sont les plus nombreux, avec des prolongements vers le Jura et la Bourgogne (Mansfeld 1973 : liste 291), régions où la représentation de ce modèle, toutes variantes confondues, est la plus forte. La fibule décorée de quatre spirales (inhumation 44), moins fréquente que les précédentes, trouve des exemplaires identiques dans la même aire géographique, illustrant à cette période des rapprochements vers l’est. La mise en évidence de ces liens occidentaux connaît quelques exceptions dans les parures annulaires qui semblent régies par des modes plus régionales. Comme à la période précédente, les torques font défaut à Courtesoult comme sur les plateaux du Jura où ils apparaissent peu usités, alors qu’ils sont fréquents en Haute‑Marne (Lepage 1984) et à Haguenau.

8.2 Répartition spatiale et évolution des nécropoles

8.2.1 Le Hallstatt C

10La présentation des nécropoles du bassin supérieur de la Saône (cf. supra chap. 7) permet de replacer le tumulus de Courtesoult dans la dynamique régionale des pratiques funéraires du premier âge du Fer.

  • 2 Cette attribution relance le débat en rapprochant l’épée d’Apremont de modèles ibériques du dernier (...)

11Après une carence documentaire importante recouvrant les nécropoles du Bronze final IIb au Bronze final IIIb (Passard et al. 1992), les tumulus du Plateau de Presse à Bucey‑les‑Gy sont représentatifs, aux abords de la plaine de la Saône, des inhumations centrales uniques à épées de fer en petites nécropoles, caractéristiques du Ha C (Gerdsen 1986). Le doute demeure quant à l’identification de l’épée de Charcenne/Les Cariottes (musée de Besançon), dont il ne subsiste qu’un fragment de lame en fer, et d’une autre tombe à épée quelquefois mentionnée à Gy/En Capsio (cf. supra § 7.1.2.2). Il en est de même de la datation controversée de l’incinération à épée de fer ployée et rasoir, retrouvée sous le char d’Apremont, attribuée successivement à une sépulture du Hallstatt ancien antérieure à la tombe à char (Millotte 1983 ; Kimmig 1991), à un ensemble homogène (Mohen et al. 1987), voire même à une sépulture birituelle du Ha D1 (Olivier 1988) ou du Ha D2‑D3 (Pare 1989)2.

12Quoi qu’il en soit, ce petit groupe de tertres dont la richesse demeure modeste occupe une zone intermédiaire entre les importantes concentrations de tombes à épées de fer de Bourgogne et du Châtillonnais au nord‑ouest et au sud‑est celle de la Combe d’Ain aux épées de bronze plus nombreuses, essaimant vers le plateau d’Amancey (Gerdsen 1986 ; 1989). La présence du bracelet en fer à boules dans le tumulus 1 de Bucey‑les‑Gy/Plateau de Fresse renvoie d’ailleurs vers la Bourgogne où cette parure apparaît dans plusieurs ensembles funéraires contemporains (Chaume, Feugère 1990 : 32). Cette situation peut refléter les lacunes de la documentation ou un retrait du bassin supérieur de la Saône au début du premier âge du Fer par rapport aux zones de contrôle, telles qu’elles sont révélées par les concentrations de nécropoles à mobilier aristocratique réparties suivant un axe N./S. entre le sud du Jura, la Côte‑d’Or et le Châtillonnais.

8.2.2 Les nécropoles aristocratiques et princières du Hallstatt D

13Dans le courant du Ha D, le développement du pôle princier de la région grayloise s’inscrit dans le cadre du recentrage vers le nord des zones de circulation et de contrôle, suivant un axe S.‑E./N.‑O., qui permet le franchissement du Jura par la cluse de Pontarlier, les vallées et les reculées de la région de Salins et d’Amancey (Millotte 1963 ; Ganard et al. 1992).

14La localisation des nécropoles met alors l’accent sur trois secteurs coïncidant avec les terroirs les plus favorables, compartimentés par des placages argileux étendus occupés de nos jours par une couverture forestière dense (fig. 124) :
– la dépression limoneuse du bassin de Gy et le rebord septentrional des plateaux de Haute‑Saône ;
– la vallée de la Saône entre sa confluence avec l’Ognon et la région de Seveux‑Savoyeux ;
– les plateaux limoneux et les affluents de rive droite, en particulier la vallée du Salon.

15Les tumulus à caractère aristocratique et princier se regroupent à proximité immédiate de la Saône, autour de deux pôles distants de 25 km (Mantoche‑Apremont et Mercey‑Savoyeux). Cette concentration de sépultures riches, distante de 60 à 130 km des centres équivalents les plus proches (60 km de Salins, 90 km de Vix, 110 km de Saxon‑Sion, 130 km du Britzgyberg et à 70 km de Bragny), s’intégre au modèle territorial des résidences princières, bien que l’existence d’un habitat fortifié ne soit pas identifiée à ce jour, ni sur l’éperon dominant la Saône occupé par la ville de Gray (Kimmig 1969 ; Härke 1979), ni à proximité immédiate des deux groupes de tumulus d’Apremont‑Mantoche (Pare 1989) ou de Mercey‑Savoyeux (Brun 1992). Cette particularité a quelquefois permis aussi d’envisager un lieu de résidence à l’écart des nécropoles (Kimmig 1969).

16En replaçant les principautés du domaine jurassien dans le contexte de l’économie des biens de prestige, le modèle élaboré par P. Brun complète sensiblement le précédent sous la forme d’une image hiérarchisée de l’organisation des nœuds de pouvoir (Brun 1992). Cette approche permet, entre autres, de différencier dans ce schéma les nécropoles riches de Mercey‑Savoyeux et d’Apremont‑Mantoche dont l’éloignement respectif rendait difficile leur rattachement à un pôle unique.

  • 3 Dont un, actuellement arasé, a été repéré en prospection aérienne (Piningre à paraître).

17En bordure de plateau, le tumulus de la Motte aux Fées à Apremont occupe un des sommets de collines le plus élevé du secteur qui domine largement le méandre et la zone de gué d’Apremont et de Mantoche. Au nord‑ouest, sur l’autre rive, la situation des quatre tumulus de Mantoche/Bois d’Apremont, face au Grand Gué d’Apremont, coïncide avec une combe facilitant vers l’ouest l’accès au plateau. La situation en fond de vallée, à proximité d’un gué, est par contre bien caractéristique des quatre tertres de Mercey3, érigés à 700 m environ du lit actuel de la Saône. Le tumulus du Tremblois à Savoyeux, face au gué de Seveux, semble jalonner un franchissement de la Saône emprunté ensuite à l’époque romaine par la voie Besançon‑Langres. Ces monuments reflètent la volonté de marquer l’emprise de la communauté et d’une élite sur des points de passage importants.

18Chronologiquement le développement de ces nécropoles princières dans ce secteur de la Saône met l’accent sur le Ha D2‑D3 (Kimmig 1991 ; Pare 1989 ; 1993 ; Piningre à paraître) en laissant une incertitude sur l’évolution de la structure aristocratique durant le Ha D1. Mis à part des lacunes documentaires liées à l’état de la recherche, on peut évoquer aussi, pour expliquer cette situation, l’hypothèse d’une intégration politique encore morcelée au Ha D1 (Brun 1992) ou celle d’un brusque changement de la structure socio‑économique à l’ouest du Rhin à partir du Ha D2 (Pare 1989 ; 1993).

8.2.3 Les nécropoles tumulaires communautaires

19Les tumulus à caractère communautaire sont érigés à partir du Ha D1, pour ceux dont la chronologie est connue, (Courtesoult, Montarlot-lès‑Champlitte, Venère, Gy). Ils montrent une continuité d’utilisation jusqu’au début de La Tène. Si nous passons sur les tertres anciennement et incomplètement fouillés, qui ne permettent pas une approche satisfaisante du nombre ou de la qualité respective des sépultures, les résultats des fouilles récentes de Courtesoult et dans une moindre mesure de Gy/Les Trois Fontaines, En Capsio illustrent la spécialisation sociale de ces tumulus où seule une petite partie de la population semble être inhumée. Nous avons déjà envisagé la disparition vraisemblable de bon nombre de tumulus qui n’autorise pas une approche spatiale détaillée. Malgré des observations fortement tributaires des résultats de la recherche, on soulignera le petit nombre de tertres composant les nécropoles encore préservées (à l’exception de Venère dont on ne connaît dans le détail ni la structure, ni la chronologie) ; les concentrations telles qu’on peut en observer sur le plateau jurassien (forêt des Moidons, Amancey, La Rivière‑Drugeon) ne sont pas attestées. Cette impression n’est d’ailleurs pas remise en cause par les enclos détectés à ce jour en prospection aérienne, également isolés ou par deux. Faut‑il voir là un caractère funéraire local, propre au domaine de plaine, difficile à interpréter dans la mesure où notre connaissance de l’habitat demeure encore aléatoire ? On constatera aussi que les implantations de ces petites nécropoles dans des secteurs topographiques particuliers, périphériques par rapport aux tertres princiers, coïncident le plus souvent avec des zones de contrôle secondaires à l’écart de la vallée de la Saône :
– zone de franchissement des monts de Gy entre la vallée de l’Ognon et la plaine de la Saône ;
– vallées affluentes de la Saône en des points facilitant l’accès au plateau (Courtesoult, Montarlot, Venère), ou au nord‑est en amont de la Vingeanne, au contact des hautes vallées de la Marne et de l’Aube (tumulus du Montsaugeonnais, Lepage 1984).

20Deux d’entre elles se signalent par des sépultures à parures en or (Gy, Montarlot) alors que les parures exotiques en ambre, corail et les perles de verre confèrent aussi à certaines sépultures féminines de Courtesoult un caractère particulier.

21Au Hallstatt D3 puis à La Tène ancienne, le secteur de Mantoche se distingue particulièrement. Les quatre gros tumulus de terre du Bois d’Apremont fouillés par A. Gasser (1904) témoignent d’un riche mobilier du Ha final et de La Tène : ciste à cordons en bronze, amphores massaliètes, bracelet de lignite mouluré, fibule discoïde en fer plaquée d’or à décor de grènetis, dont le dessin (Gasser 1904 : pl. II) et le moulage conservé au MAN évoquent les modèles de La Tène A, quelquefois agrémentée d’ambre et de corail comme les exemplaires de Mauvilly (Joffroy 1976), Saint‑Sulpice t. 48, Rheinheim, Üctliberg (Kaenel 1990), Dürrnberg t. 42/1 (Penninger 1972), puis dépôt d’armement (dont un fourreau d’épée à bouterolle ajourée) et mors de cheval en fer. Malgré les imprécisions relatives aux conditions de fouilles, à leur publication relativement confuse et à la disparition du mobilier, ces tertres indiquent une certaine prépondérance de cette portion de la Saône jusqu’au début du deuxième âge du Fer. On est tenté de mettre alors en relation ce secteur avec les nécropoles du cours supérieur de la Marne (Courcelle‑en‑Montagne) et de la Vingeanne qui attestent encore un certain dynamisme à la fin du ve s. av. J.‑C. Non loin de là, la petite nécropole de Mantoche/ Champs Rouget appartient également à la Tène A. Son implantation sur la basse terrasse de la Saône laisse penser à une nécropole en tombes plates. D’après les descriptions de Gasser, les inhumations étaient disposées sur une ligne, quelquefois en groupes de deux espacés les uns des autres. Cette organisation lâche n’est pas incompatible avec celle des cimetières en tombes plates de La Tène et pourrait marquer ainsi l’évolution des pratiques funéraires. Les éléments d’appréciation font encore défaut en Franche‑Comté où les sépultures de La Tène ancienne représentent le dernier stade d’utilisation des tumulus dans la Chaux d’Arlier, dans la région salinoise et sur le plateau d’Amancey. La coexistence des deux rites n’est pas incompatible en Suisse occidentale où toutefois les tombes plates se développent à un stade récent de La Tène A (Kaenel 1990 : 234, 279). L’existence de tertres anciennement arasés ne peut toutefois être totalement écartée à Mantoche, mais l’homogénéité chronologique des sépultures connues, qui exclut le Hallstatt D, cadre mal avec la chronologie des tumulus jurassiens du Ha D réutilisés au deuxième âge du Fer.

8.3 Les habitats

  • 4 Prospections conduites depuis 1986 dans différents secteurs du bassin de la Saône, principalement p (...)

22A l’exception de ces témoins particuliers du peuplement qui reflètent une volonté de contrôle des emplacements d’accès et de franchissement principaux ou secondaires de la moyenne vallée de la Saône, la connaissance des habitats, inégalement documentée, ne permet qu’une approche très partielle. Toutefois, des progrès sensibles ont été faits dans le cadre de prospections systématiques, assorties d’évaluations de sites fortifiés et ouverts4.

8.3.1 Les habitats fortifiés

23Bien qu’anciennement détectés, les habitats fortifiés ne sont pas encore aujourd’hui les mieux connus, loin s’en faut (Buchsenschutz 1984). Leur datation, leur évolution chronologique, ainsi que la connaissance de leurs structures, ne reposent que sur quelques approches ponctuelles et souvent anciennes. Quatre d’entre eux présentent des témoins d’occupations de l’âge du Fer (fig. 124 et 134).

24Le site fortifié de Bourguignon‑lès‑Morey/Le Camp Romain est le plus important daté dans cette région, par sa superficie de 17 ha et son rempart imposant de 480 m de long, qui se présente encore actuellement sous la forme d’un bourrelet de pierres haut de 4 à 6 m et large de 30 (fig. 124, no 8 et fig. 134, no 17). C’est aussi celui dont la chronologie est la mieux connue (Bouillerot 1874 ; Millotte 1963 ; Piningre 1995). L’occupation de l’âge du Fer, étalonnée par le matériel métallique, s’échelonne entre le Ha D1 et La Tène A (fibules de type S4, S5, S1, P4, dZ3, fibule à pied libre replié sur un arc plat rainuré), alors qu’une épée et son fourreau de La Tène B2‑C1 reflètent une fréquentation postérieure. Ce site offre en outre une céramique abondante, quelques fragments d’amphore étrusque et de céramique grise monochrome, des témoignages d’artisanat et de métallurgie (lingot et scories de fer, creusets), ainsi que les indices d’une fréquentation importante et de profonds remaniements du rempart à la fin du Ha D3 ou au début de La Tène.

25Dominant la dépression de Vesoul, le Camp de Cita à Echenoz‑la‑Méline est de superficie beaucoup plus restreinte, 3 ha environ (fig. 124, no 4 et fig. 134, no 14). Un sondage réalisé à l’extrémité de l’éperon ainsi que des ramassages de surface ont livré des fusaïoles biconiques, coniques et sphériques, une perle en verre bleu décorée d’un filet sinueux, ainsi qu’une fibule à ressort en arbalète de type F4 qui situe une occupation au Ha D3 (Morin 1971 ; 1973). La céramique fragmentée, à décors incisés et impressionnés rehaussés de pâte blanche, des fragments de gobelets à col évasé et cannelures horizontales sur l’épaule, suggèrent la présence d’une occupation plus ancienne du Ha C ou du début du Ha D qu’il serait intéressant de confirmer.

26Le Camp de la Bridelle à Noroy‑les‑Jussey est le plus petit de ces quatre habitats fortifiés avec une superficie de 2,5 ha (fig. 124, no 1 et fig. 134, no 16). Une occupation de La Tène B1 est datée par une fibule de Dux à arc à section plano‑convexe mouluré, orné sur la partie centrale de cercles estampés. Une occupation hallstattienne limitée n’est pas exclue mais la céramique ne permet pas une attribution précise (sondages J.‑F. Piningre 1990).

27Le Camp du Bois de Lausianne à Montarlot‑lès‑Champlitte (3,7 ha) domine la moyenne vallée du Salon (fig. 124, no 10 et fig. 134, no 18). Une occupation de La Tène A est attestée par la présence d’une fibule en bronze de type Marzabotto, à arc filiforme lisse et pied replié terminé par un disque lisse sans appendice (prospections J.‑F. Piningre).

28Une utilisation à l’âge du Fer du Camp de César à Châtiez, dont la superficie dépasse de loin tous les autres sites fortifiés de Franche‑Comté (30 ha), n’est pas attestée à ce jour, faute de recherches approfondies (fig. 124, no 5 et fig. 134, no 15).

29Tout ces sites de création ancienne (Néolithique moyen) sont classables parmi les habitats fortifiés de rang secondaire, ordinary hillforts (Härke 1979). Ils se distinguent par leur implantation à la périphérie septentrionale et orientale de la plaine ; leur position au contact de deux entités morphologiques et pédologiques, la plaine limoneuse d’une part, et des plateaux calcaires d’autre part, est remarquable. Il serait tentant d’y voir des centres de contrôle en limite de deux systèmes économiques complémentaires. Aucun d’entre eux n’est proche du cours de la Saône et l’hypothèse d’un site princier sur l’éperon de Gray ou dans la région immédiate (Kimmig 1969 ; Brun 1987) n’est pas actuellement confirmée, malgré une surveillance régulière des travaux d’urbanisme. Leur espacement régulier de 15 km environ peut laisser penser à des points de contrôle de territoires sensiblement équivalents. Par contre, les superficies inégales de ces sites, comprises entre 17 et 2,5 ha et l’ampleur différente des retranchements qui les protègent, constituent actuellement les seuls indices de hiérarchie ou de fonction différentes entre ces habitats qui, de plus, ne semblent pas avoir fonctionné toujours aux mêmes moments. Bien sûr, les indices chronologiques fournis par des ramassages et des sondages très limités, n’autorisent pas de conclusions définitives. Dans l’état actuel de nos connaissances, le site fortifié de Bourguignon‑lès‑Morey occuperait une place prépondérante par sa superficie, l’ampleur de son rempart et sa fréquentation de longue durée. Mais sa position très excentrée par rapport aux nécropoles d’Apremont et de Mercey‑Savoyeux n’adhère pas aux cas d’école des pôles princiers tels qu’ils ont été illustrés à travers les exemples de la Heuneburg, de Vix ou du Hohenasperg (Kimmig 1969 ; Härke 1979). Force est de constater aussi notre manque d’information sur les sites fortifiés secondaires et leur insertion dans le système des résidences princières. Le fait que trois d’entre eux indiquent une utilisation courante de l’habitat en éperon barré jusqu’au début de La Tène moyenne, ouvre aussi quelques perspectives d’approche de l’habitat du début du deuxième âge du Fer, particulièrement méconnu. Une étude plus approfondie serait nécessaire pour évaluer le rythme des occupations de ces différents sites et la signification de leur permanence au début de La Tène, peut‑être consécutive au morcellement des centres de pouvoir ? Un contrôle de la chronologie du Camp de César à Chariez, le plus étendu de tous et seulement distant de 3 km de celui de Cita, serait également du plus haut intérêt.

8.3.2 Les habitats ouverts

30A quelques exceptions près, ils sont essentiellement connus sur les basses terrasses de la Saône. Parmi ceux‑ci, celui de Quitteur/Sur la Noue a fait l’objet d’une fouille de sauvetage entre 1985 et 1991 portant sur une superficie de 6 500 m2 (Piningre 1990 ; Passard et al. 1992). Implanté dans un méandre de la Saône, cet habitat montre une succession d’occupations au Campaniforme‑Bronze ancien, au Bronze final IIb‑III et au premier âge du Fer. La mise en évidence de plusieurs phases de l’âge du Fer repose sur un mobilier céramique et métallique provenant de fosses domestiques (silos, dépotoirs, structures de combustion) et d’une sélection typologique de mobilier issu d’un paléosol.

31Une première phase, située au BF IIIb est peu documentée (épingle à tête vasiforme, céramique à décor en damiers estampés, gobelets en bulbe d’oignon).

32Une seconde phase est caractérisée par la présence de céramique excisée, estampée, peinte en rouge qui trouve son inspiration dans la KAHT (Keramik in Alb‑Hegau Tradition) du Ha C et du début du Hallstatt D d’Allemagne du Sud‑Ouest, d’Alsace et de Suisse orientale. Elle marque un horizon encore mal connu au nord‑ouest du Jura, bien qu’une parenté probable avec certaines céramiques de sites d’habitats hallstattiens franc‑comtois et bourguignons puisse être envisagée. La présence de l’épingle à col de cygne et de la fibule serpentiforme de type S4 indique une datation du Ha D1.

33La présence de céramique à décors géométriques peints à la barbotine blanche sur fond noir ou rouge, comparable à celle de Vix ou de Bragny, reflète ensuite à Quitteur une occupation du Hallstatt final (Ha D3), également attestée par la présence de fibules à double timbale, à pied décoré, à long ressorts en arbalète en fer, ainsi que par un tesson de coupe attique à vernis noir de la fin du vie‑début ve s. av. J.‑C. (détermination J.‑J. Maffre).

34Les structures dispersées révèlent avant tout le statut domestique et une organisation lâche de cet habitat. Cependant, la superficie explorée ne fournit qu’un échantillonnage d’un site beaucoup plus étendu, reconnu par sondages sur 800 m le long de la terrasse. La présence d’un tesson de céramique attique, mais aussi d’indices de métallurgie du fer (scories) qui peuvent être mis en relation avec les affleurements plio‑villafranchiens situés à 2 km à l’est de l’habitat, donnent au site de Quitteur une importance économique particulière, Ces témoins nous invitent à reconsidérer le jeu des échanges hors du cadre strict des habitats fortifiés, dans un secteur de la Saône où les tombes aristocratiques sous tumulus toutes proches (Mercey, Savoyeux) illustraient seules jusqu’à présent la vitalité de ce secteur.

35D’autres sites du premier âge du Fer, plus difficiles à dater précisément, reflètent la densité des occupations et des implantations variées, le plus souvent échelonnées sur les terrasses, quelquefois en retrait de la vallée principale ou de ses affluents : Beaujeu/Rang d’Igny, Le Chatelard, La Quenissière, Chantes/Le Buisson, Chasscy‑lès‑Scey/Combe Bazin, Mantoche/Monroillot, Les Vernes, Bourguignon‑les‑Conflans/Le Bois du Mont, Rigny/La Croix Blanche, Venisey/Villières (fig. 134). La céramique recueillie par dragages témoignerait aussi de l’existence d’habitats implantés en bordure immédiate du cours actuel de la Saône, masqués par les alluvions et plus difficiles à détecter : Apremont/Le Grand Gué, Savoyeux/Ile du Gravelot, Vereux/La Forge. Leur implantation est peut‑être à mettre en relation avec des activités particulières nécessitant la proximité immédiate du cours d’eau, voire avec le contrôle de certains points de passage. Le nombre des sites identifiés diminue singulièrement dès que l’on s’écarte de la vallée, en raison (au moins en partie) d’une plus grande difficulté de détection liée à des sols plus argileux : Chevigney, Soing/ Les Grandes Guerguesses.

36La discordance existant actuellement entre la répartition de ces habitats et des nécropoles (fig. 124 et 134) ne permet pas de corrélation à l’échelle régionale. Elle montre aussi que le seuil de représentativité permettant des comparaisons satisfaisantes n’est pas atteint. On constate notamment une densité relativement faible des nécropoles dans la vallée où. les habitats sont les plus denses. Toutefois, la tendance au regroupement des nécropoles dans des secteurs particuliers semble indiquer que leur répartition n’est pas aléatoire. Cette impression est confortée si nous prenons en compte l’implantation des enclos non datés, détectés à l’est de notre zone d’étude. Elle vient compléter cette répartition de façon régulière qui, si nous admettons une contemporanéité de la plupart de ces nécropoles, permettrait d’envisager une aire d’intégration territoriale d’environ 5 à 10 km de rayon. Contre toute attente, à l’exception de Montarlot‑lès‑Champlitte, on ne constate aucun regroupement significatif de nécropoles identifié à proximité immédiate des sites fortifiés.

FIG. 134 – Carte de répartition des habitats ouverts (triangle) et fortifiés (carrés) du premier âge du Fer dans le bassin supérieur de la Saône : 1 Chevigney, 2 Apremont/Le Grand Gué, 3 Mantoche/Montoillot, 4 Rigny/La Croix Blanche, 5 Beaujeu/Rang d’Igny, 6 Beaujeu/ Le Chatelard, 7 Quitteur/Sur la Noue, 8 Vereux/La Forge, 9 Savoyeux/Ile du Gravelot, 10 Soing/Grandes Guerguesses, 11 Chassey‑les‑Scey/Combe Bazin, 12 Bourguignon‑les‑Conflans, 13 Venisey/Villières, 14 Echenoz‑la‑Méline/Camp de Citta, 15 Chariez/Camp de César, 16 Noroy‑les‑Jussey/La Bridelle, 17 Bourguignon‑les‑Morey/Camp Romain, 18 Montarlot‑lès‑Champlitte/Bois de Lausianne.

D.B., J.‑F.P. del./Culture

8.4 Bilan

37La confrontation de l’évolution du tumulus de Courtesoult aux données des nécropoles du Jura et du bassin supérieur de la Saône a permis d’établir une convergence d’évolution des comportements funéraires durant le Hallstatt final et La Tène ancienne. Cette progression est perceptible dès le Ha D1 (avec l’adjonction de sépultures adventices) alors qu’une nouvelle étape peut être située à Courtesoult dans le courant du Ha D2. La continuité du rituel tumulaire jusqu’à La Tène A illustre toutefois une évolution sur place déjà constatée en Suisse occidentale (Kaenel 1990 : 324), dans le Jura, et en Bourgogne où l’inhumation sous tumulus est encore plus tardivement attestée à La Tène B2‑C1 (Baray et al. 1994).

38Ces changements illustrent les mutations internes qui animent la société hallstattienne du Jura conjointement au développement du phénomène princier, dans le sens d’une régression des marques de prestige individuel et d’une réorganisation sociale où le groupe l’emporte sur l’individu (Ganard et al. 1992).

39Dans le contexte d’une concentration du pouvoir entre le Ha C et le Ha D2‑D3 telle qu’elle peut être envisagée en Allemagne du Sud‑Ouest (Frankenstein, Rowlands 1978 ; Wells 1980), les observations faites à partir des nécropoles communautaires de Courtesoult et du Jura rejoignent et complètent les propositions de L. Olivier (1988). Si l’organisation des sépultures des phases 3 et 4 de Courtesoult peut laisser penser que se reproduit sous une forme différente un nouveau regroupement autour d’un individu socialement important, il reste à établir la fréquence du phénomène à travers d’autres études de nécropoles.

40Toutefois la documentation disponible dans la vallée de la Saône et le Jura français n’offre qu’une image incomplète de cette évolution. La reconnaissance de sépultures riches antérieures au Ha D2‑D3, période qui regroupe actuellement la totalité des sépultures aristocratiques et princières datables : Apremont 1 et 2, Mercey 2, Ivory/Champ Peupin, vraisemblablement Mantoche, pose problème même si certaines sépultures à armement (Amancey, Saraz, Marigny...) peuvent venir combler cette lacune. Si la mise en place d’une hiérarchie supra‑locale reste posée avant le Ha D2‑D3 (Pare 1989), l’exemple de Courtesoult montre que dès le Ha D1 la vallée de la Saône est intégrée au domaine culturel hallstattien occidental, par la présence de caractères propres à l’Allemagne du Sud‑Ouest et de Suisse où les marques de concentration du pouvoir sont déjà attestées, comme la redistribution de parures exotiques (ambre, corail, perles en verre) et la diffusion de parures féminine riches (brassards‑tonnelets, fibules).

41Les résultats de cette étude nous incitent à revenir sur l’évolution profonde des pratiques funéraires au début du Ha D qui semblent marquer une rupture par rapport à la phase précédente. On peut toutefois s’interroger sur la rapidité de cette mutation dont on peut rechercher les causes dans les changements économiques et sociaux qui accompagnent la mise en place de la société du Hallstatt final à la charnière du viie et du vie s. av. J.‑C. La réponse à cette question dépend d’une meilleure appréciation de la transition entre le Ha C et le Ha D, notamment de la rapidité de diffusion des composantes du Hallstatt final perceptibles dans la parure et le domaine funéraire (Parzinger 1988 : 83). Ce problème a été soulevé localement à travers les caractères de la sépulture à incinération du Tremblois à Savoyeux qui nous semblent se distinguer à plusieurs égards de la tradition du Ha D. Dans ce contexte, on est tenté de faire des rapprochements avec les récentes propositions faites pour la Suisse occidentale. La sériation de la nécropole de Subingen semble illustrer une mise en place des pratiques funéraires en tumulus communautaires antérieurement au Ha D1 (Lüscher 1983 ; 1991). Toutefois, la corrélation des deux premières phases chronotypologiques, considérées comme représentatives d’une évolution de la parure féminine du Ha C n’est pour l’instant pas assurée de part et d’autre du Jura. On y retrouve associés des objets (grelots, bracelets de lignite larges, agrafes ovalaires, pendeloques à tubes cylindriques) considérés dans le Jura français comme caractéristiques du Ha moyen (Ha D1). On peut alors s’interroger sur la possibilité d’une limite culturelle de part et d’autre de la haute chaîne et d’un décalage chronologique dans la diffusion de certaines parures, ou sur une méconnaissance des ensembles équivalents mal caractérisés en France. En faveur de la seconde hypothèse nous retiendrons :
– qu’une connaissance récente des ensembles funéraires du Ha C les mieux caractérisés repose essentiellement sur des tombes à armement ;
– l’existence d’un nombre important de sépultures à mobilier mal décrit et non conservé où apparaissent fréquemment la mention de céramiques ;
– que certains tertres de la Chaux d’Arlier ont fourni isolément des objets figurant dans les phases 1 et 2 de Subingen : rouelles à rayons multiples et bossette centrale de Chaffois/ Mordeterre, fragments de bracelet large à décors incisés du tumulus 4 du Grand Communal à La Rivière‑Drugeon (Bichet, Millotte 1992) ; on a également souligné la particularité de certaines sépultures de Chaffois/La Censure et la possibilité d’une datation haute (Ganard et al. 1992) ;
– que suivant les critères retenus, certains ensembles pourraient trouver leur place antérieurement au Ha D1 ; c’est le cas de celui d’un tumulus de Bissia (Piroutet 1913) où apparaissent un grelot, une pointe de lance et une épée hallstattienne en bronze à bouterolle à ailettes ; il en est de même de la tombe annexe d’un tumulus de Soyria, fouillée à deux reprises en 1837 par J.‑N. Lemire et en 1978 par P. Pétrequin (Chaix et al. 1980) ; elle associait une agrafe de ceinture munie d’un appendice à double perforation, des appliques circulaires à cannelures concentriques et rectangulaires à bords festonnés décorés au pointillé ; ces dernières n’apparaissent jamais dans les ensembles funéraires du Hallstatt D1, mais sont par contre courantes dans les sites d’habitat du Bronze final IIIb et dans les dépôts de bronze les plus tardifs : Vénat, Petit‑Villatte (Audouze 1976).

42Cette question est pour l’instant ouverte et ces indices mériteront d’être approfondis dans le cadre de recherches futures.

Notes

1 J.‑P. Thévenot, communication personnelle.

2 Cette attribution relance le débat en rapprochant l’épée d’Apremont de modèles ibériques du dernier quart du vie s. av. J.‑C.

3 Dont un, actuellement arasé, a été repéré en prospection aérienne (Piningre à paraître).

4 Prospections conduites depuis 1986 dans différents secteurs du bassin de la Saône, principalement par J.‑F. Piningre, V. Ganard, L. Staniaszek, F. Seara.

Table des illustrations

Légende FIG. 134 – Carte de répartition des habitats ouverts (triangle) et fortifiés (carrés) du premier âge du Fer dans le bassin supérieur de la Saône : 1 Chevigney, 2 Apremont/Le Grand Gué, 3 Mantoche/Montoillot, 4 Rigny/La Croix Blanche, 5 Beaujeu/Rang d’Igny, 6 Beaujeu/ Le Chatelard, 7 Quitteur/Sur la Noue, 8 Vereux/La Forge, 9 Savoyeux/Ile du Gravelot, 10 Soing/Grandes Guerguesses, 11 Chassey‑les‑Scey/Combe Bazin, 12 Bourguignon‑les‑Conflans, 13 Venisey/Villières, 14 Echenoz‑la‑Méline/Camp de Citta, 15 Chariez/Camp de César, 16 Noroy‑les‑Jussey/La Bridelle, 17 Bourguignon‑les‑Morey/Camp Romain, 18 Montarlot‑lès‑Champlitte/Bois de Lausianne.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41705/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 123k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search