Version classiqueVersion mobile

Bijoux à secrets

 | 
Patrizia Ciambelli

4. Alliances

Texte intégral

Ferrer l’épouse

  • 1 Pour la Provence, Frédéric Mistral (1979) cite le mot ferramento ou farramento, dont l’usage burles (...)
  • 2 Rapporté par Raffaelli (1988) et Gri (1994 : 96).

1Dans certaines vallées alpines de la Savoie et du Dauphiné, ferrer l’épouse désigne jusqu’au début du xxe siècle l’achat des bijoux destinés à la mariée. Cet acte porte d’autres appellations telles « enchaîner l’épouse » ou « aller chercher les fers » et les bijoux sont, dans ce même contexte, qualifiés de « ferrement des femmes », « ferrure », « dorures », « ors »1. L’arc alpin italien offre d’autres exemples du même rapport sémantique : dans les vallées du Trentino oriental, on disait nferar la sposa (Valsugana), ndorar la sposa (Val di Fiemme) ou inzercolare la tosa (cercler la mariée)2. Dans la vallée d’Aoste ferré la poillèìna c’était lui mettre l’anneau au doigt ; le langage populaire en a gardé trace dans l’expression ferrarsi, devenue synonyme de « se marier ».

  • 3 D’autres expressions telles que ferrer les filles, ferrer les femmes prennent place dans différents (...)

2Doter une femme d’une parure à l’occasion du mariage équivaut, donc, à la ferrer et des pratiques rituelles viennent donner corps à l’image évoquée par les mots3 :

L’achat des bijoux pour la fiancée dans la ville voisine se faisait autrefois en cortège et n’y prenaient part que les promis, leurs père et mère, ou leurs garçons et filles d’honneur. Cet achat s’appelait dans la région de Chambéry et dans quelques communes du Chablis faralie, de fara, ferrer. Ferrer l’épouse, c’était lui faire percer les oreilles pour y mettre les boucles (Van Gennep 1981 : 92).

3Le perçage des oreilles, nous l’avons vu, est pratiqué en général entre la naissance et la puberté. Le cas mentionné par Arnold Van Gennep, où l’on repousse cette pratique à une époque plus tardive de la vie de la femme et dans un cadre rituel très déterminé, reste assez singulier, même s’il faut remarquer qu’autrefois les filles se mariaient souvent à l’âge de la puberté. Il ne fournit pas d’autres détails sur la coutume du perçage des oreilles à la veille des noces, soulignant plutôt le sens métaphorique du verbe ferrer.

L’expression signifie, non pas qu’on ferrait les femmes avec un fer à cheval [...], mais tout simplement que par ces cadeaux le fiancé marquait la jeune fille comme lui appartenant. Le parallèle normal est donné par la ferrade des bestiaux, c’est-à-dire par le marquage au fer rouge et les autres parures qui leur sont destinées tels le collier avec la plaque ou le bouton d’oreille pour les moutons (Van Gennep 1932 : 120 ; 1981 : 93).

4Une analogie entre la femme et l’animal s’instaure ainsi à travers l’opération du ferrage, pratique de domestication et métaphore d’appropriation et d’alliance ; l’attribution et la pose de la parure marquent l’accomplissement de l’acte tout en lui conférant une dimension esthétique.

  • 4 Cette définition nous rappelle le mythe d’origine de la première bague : l’anneau en fer de la chaî (...)
  • 5 Voir supra, p. 32.
  • 6 Le rapport entre l’acte de ferrer et la castration est suggéré aussi par une technique mise en œuvr (...)

5« Un instrument circulaire appliqué aux naseaux des cochons et aux doigts des femmes pour les freiner et les assujettir. » Telle est la définition de l’anneau que propose au xviiie siècle le lexicographe anglais S. Johnson4. La langue française utilise les termes « bouclage » et « annelage » pour les bovins et les porcins comme synonymes de « ferrage ». Ferrare lu puorc (ferrer le cochon) c’est lui faire passer dans le nez le ferrittu, un fil de fer bien tordu en forme de boucle au-devant du museau, pour l’empêcher de creuser5. Dans la France rurale, si pour ferrer le cochon on pouvait s’arranger entre voisins et volontaires, pour l’« annelage », qui comportait la castration de l’animal, il fallait faire appel à un spécialiste. Une canne ferrée à la main, le purchaire parcourait la campagne pour châtrer les cochons et leur mettre des anneaux dans le nez (Forot & Carlat 1980, II : 955), consacrant ainsi une sorte d’alliance. « Tant qu’il n’a pas été opéré, le cochon n’est pas de la maison, et maints traits confèrent à son passage la dimension d’une noce » (Fabre-Vassas 1994 : 50). C’est pour cela qu’en Vénétie nous retrouvons l’expression sposare il maiale – marier le cochon (Corrain & Zampini 1963 : 115)6.

  • 7 Pour le détail de ce processus se reporter supra, p. 34-35.

6La pose de l’anneau de nez pour rendre docile le bœuf porteur chez les Dogon est aussi mise en relation par Geneviève Calame-Griaule (1987 : 267) avec la pratique initiatique du percement de la lèvre qu’on fait subir à la petite fille de trois ans pour y poser un petit anneau en cuivre dans le même but de domestication et d’assouplissement qui sert à garantir le mariage7.

  • 8 Terme ensuite utilisé pour désigner bague et bracelet.
  • 9 De nos jours, s’est imposé aussi l’usage de suspendre l’alliance du conjoint disparu à une chaîne f (...)

7L’anneau, premier maillon de la chaîne qui « enchaîne », est aussi devenu le symbole de l’union des conjoints. D’ailleurs, pour « attacher » quelqu’un, on confectionnait des bijoux éphémères, des anneaux de jonc8 ou de métal qu’on glissait au doigt de la personne aimée. Mais on croit encore aujourd’hui que pour préserver l’amour de son époux, il ne faut plus se séparer de l’anneau une fois enfilé au doigt (Nicoloso-Ciceri 1983, II : 211). Ce geste est également redouté car il évoque – voire provoque – la perte définitive du conjoint, le signe du veuvage s’exprimant encore aujourd’hui dans le port de deux alliances juxtaposées9.

  • 10 Le joug est un objet qui exige toutes sortes de précautions, car son traitement n’est pas sans effe (...)
  • 11 Comme le montre le célèbre tableau de Lorenzo Lotto, Portait de monsieur Marsilio (Cassotti) et de (...)

8Le rôle de l’anneau et des fers comme objets qui lient est confirmé par d’autres pratiques destinées à former des couples. C’est le cas de l’attelage, technique d’une grande complexité qui comporte, comme le ferrage, des risques sur le plan matériel (blessures) et sur le plan symbolique (mauvais œil). La métaphore du « joug du mariage » renvoie une fois de plus à l’univers des animaux domestiqués par l’homme10. D’ailleurs, ne dit-on pas subjuguer pour signifier dominer, mettre sous le charme ? Le couple de bovins est « attaché » grâce à deux anneaux d’attelage, le couple de mariés par les deux alliances. Parfois cette équivalence passe dans le rite et les conjoints sont placés réellement sous le joug ou bien on les fait passer sous un arc de fleurs ou de branches tressées11.

  • 12 Voir supra, p. 9-12.
  • 13 Pline s’interroge sur la destination originaire de l’anneau, la bague n’apparaissant pas sur la lis (...)
  • 14 Au xviie siècle, les anneaux nuptiaux avaient une ornementation extérieure florale, en émail, et un (...)

9L’anneau de mariage adopté dans la liturgie chrétienne – l’alliance en français, la fede (la foi) en italien –, autrefois en fer, aujourd’hui en métal noble, est devenu un marqueur d’identité, comme d’autres bijoux chrétiens, telles la médaille et la gourmette12. Limité jusqu’à une époque récente (xixe siècle) à la femme, il est aujourd’hui également porté par les hommes13. Pas de pierres, plus d’ornementation – les motifs des deux cœurs, des mains entrelacées ou des fils tressés ont été abandonnés –, juste un petit cercle dépouillé, qui cache à l’intérieur l’inscription des prénoms des deux époux et la date du mariage14.

10Dans les sociétés rurales, la remise de l’anneau à la mariée constituait un moment du rite qui donnait lieu à un affrontement symbolique entre les deux promis. L’épouse devait essayer d’empêcher son époux de lui passer la bague, en repliant le doigt à la première ou à la deuxième phalange. Dans l’Angoumois, en particulier, si la femme faisait mine de replier le doigt, le marié pouvait le lui enfoncer jusqu’à faire jaillir le sang ; le prêtre, parfois, terminait le geste, la mariée étant « pour moitié à son mari et pour moitié à l’Église » (Leproux 1950 : 361).

  • 15 On connaît le rôle joué par d’autres « fers », tels les clous, les aiguilles, dans les pratiques ma (...)

11La préfiguration du destin du couple passait aussi par la mise en acte de tout un système de conjurations destiné à préserver les mariés des conséquences d’un maléfice opéré pendant le rite. C’était le cas, entre autres, du très redouté nouement de l’aiguillette, une magie mise en œuvre grâce à une autre sorte de fers, les aiguilles à tricoter, et vouée à empêcher la consommation du mariage15.

  • 16 Selon Alain Rey (2000, I : 43), le mot « aimant » procède du latin populaire supposé adima, altérat (...)
  • 17 Voir Les Troubadours. Le Trésor poétique de l’Occitanie commenté et traduit par René Nelly et René (...)
  • 18 Selon Pline l’Ancien, le fer conserve le « pouvoir magnétique de l’aimant et le garde longtemps et (...)

12Grâce à son pouvoir d’attraction, le fer peut servir aussi à accomplir les rites de séparation qui s’imposent à la mariée. À Lugnacco (Piémont) autrefois, pendant la célébration du mariage à l’église, l’époux offrait à la mariée un anneau en fer avec le chaton en aimant16, qui a le pouvoir de l’attirer. Dans le petit traité sur les pierres précieuses du Bréviaire d’amour, Matfre Ermengau attribue à « la pierre de l’aimant » la qualité d’attirer et de repousser : si elle peut rétablir la paix dans un couple en désaccord, elle peut aussi bien opérer une rupture, lorsque l’épouse a trahi son mari, en la précipitant hors du lit17. Comme l’aimant attire le fer, ainsi le marié doit tirer à lui sa bien-aimée en l’arrachant des bras de sa famille (Di Giovanni 1889 : 48). Le mari est ainsi « l’aimant », celui qui aime, mais aussi celui qui peut attirer son épouse car, pouvons-nous ajouter, elle est ferrée18.

  • 19 À propos du pouvoir des anneaux, on recommandait d’en faire bénir plusieurs et de les mettre tous à (...)
  • 20 Sur la propriété des anneaux d’assurer la fécondité, notamment des vaches laitières, ainsi que le b (...)

13L’anneau béni pendant le rite du mariage acquiert des propriétés magiques19 : en Roumanie, après la messe des noces, la mariée regarde son mari à travers la bague de mariage pour ne pas avoir « mal aux yeux », vertu que l’on reconnaît, nous l’avons vu, aux boucles d’oreilles, qui longtemps furent d’abord de simples anneaux20. De nos jours, on se sert de l’anneau de mariage pour soigner l’orgelet et d’autres maux cutanés considérés comme étant la conséquence directe du mauvais œil. Enfin, une alliance fixée à un long cheveu est encore utilisée comme un pendule par les jeunes filles qui cherchent à deviner le nom de leur futur époux et chez les femmes enceintes qui essaient de déceler le sexe de leur enfant.

Fer à cheval

  • 21 D’ailleurs, les clous pour ferrer les chevaux ont aussi la réputation de puissantes amulettes, surt (...)

14Talismans utilisés par toutes les classes sociales, les pendeloques en forme de fer à cheval constituent une amulette indispensable de la prime enfance : aujourd’hui on offre encore ces pendentifs, le plus souvent, en or, avec des petites pierres en guise de clous21. Cet objet est destiné aussi aux hommes sous forme d’épingle de cravate.

15La technique du ferrage des équidés et des bovins demande beaucoup de temps et un toilettage très soigné et délicat. Le maréchal-ferrant retire d’abord le vieux fer et prépare le sabot en le nettoyant et en taillant la corne. Ainsi « paré », le pied de l’animal est ensuite marqué par le fer à cheval, forgé à la mesure et rougi au feu ; ce n’est qu’après un deuxième essayage et une fois le fer refroidi qu’on « broche les clous », opération très délicate car on risque de blesser l’animal. Après le polissage à l’aide de la râpe maréchal, pour éliminer la corne qui dépasse, la bête est enfin « chaussée ».

  • 22 Il est bien connu qu’on attribue aux femmes réglées le pouvoir de faire tourner les œufs dans la pr (...)

16À cette fonction première du fer à cheval s’ajoute donc celle de puissant talisman qui apporte protection et bonheur tant à l’homme qu’à l’animal en conjurant le mauvais œil, grâce aux qualités supposées du fer, à la fois attractif et répulsif. Présage de chance, à condition que l’ouverture du fer « regarde » qui le trouve accidentellement sur son chemin, il s’accroche aux portails des maisons et il décore maints objets domestiques, ainsi que les bouquets de Saint-Éloi. Fers à cheval, à bœuf, âne et mulet montés sur tiges composent ces enseignes de boutiques de maréchaux-ferrants et forgerons, offertes par dévotion le jour de la fête du saint. Posé dans le nid de la poule qui couve, le fer à cheval assure l’éclosion d’une belle et nombreuse couvée en empêchant l’orage de faire tourner les œufs22. Ce pouvoir du fer, qui agit sur le temps – météorologique, périodique et de croissance – se traduit aussi par sa capacité à alourdir, à immobiliser. C’est pour cela qu’en Saintonge on plaçait un morceau de fer à côté des enfants non baptisés pour éviter que les sorcières ne puissent les enlever (Sébillot 1901 : 605 ; Corrain & Zampini 1970 : 178).

17Mettre aux fers, c’est à la fois alourdir et rendre prisonnier. Les fers de captivité, offerts aux saints protecteurs et à la Vierge par les réchappés, étaient fondus pour ériger une grille autour de l’autel ou pour marquer une enceinte, comme dans le sanctuaire de sainte Foy, à Conques. Cette sainte adolescente, que sa statue reliquaire représente assise dans une posture hiératique, comme une idole d’or, incrustée de pierres précieuses et de joyaux (les vœux de ses fidèles), aimait les bijoux et les réclamait en échange de la « délivrance » des femmes en couches et, autrefois, des captifs.

  • 23 Les collections ethnographiques nous offrent des exemplaires extraordinaires de poitrails, têtières (...)

18Cependant, il n’y a pas que les fers qui protègent les chevaux : les têtières, les poitrails et autres harnais en métal doré ou brodés de fils argentés et dorés, ornés de pierres, de petits miroirs, rubans et plumes, rappellent étonnamment le trousseau d’une mariée. En outre, la tête des équidés et des bovins est harnachée de véritables parures contre le mauvais œil en forme de croissant lunaire, clochette, fourche, main serrée munie d’une corne qui prolonge le petit doigt23. Ces amulettes, vouées à maîtriser leur sauvagerie intérieure, mais aussi un monde extérieur qui peut à tout moment les effrayer et les affaiblir, sont très proches des bijoux. Le lexique employé pour désigner la parure de la mariée permet de vérifier l’analogie.

19Nous avons déjà évoqué les « fers », le « ferrement », la « ferrure », la « ferraille », pour désigner les ors de la future épouse. À Laussonne, la fiancée qui avait reçu de beaux bijoux était « bien harnachée » (Van Gennep 1942 : 45). La bardatura (harnachement) dans le Valsesia (Piémont) était l’ensemble formé par les épingles en argent – on les appelle aussi spadini (petites épées) – pour tenir la coiffure féminine, les boutons et les grenats facettés. L’équivalence entre « ferrer la femme » et ferrer les animaux, entre fers et bijoux, permet-elle de considérer les fers à cheval comme une parure « d’or ou d’argent », destinée à protéger et renforcer les parties les plus exposées du corps ?

  • 24 Ménage (1750, I : 583-584) nous rappelle également l’expression proverbiale ferrer la mule signifia (...)
  • 25 Le rituel de la ferrure (le « tasfhih » en arabe tunisien), pratiqué par une vieille femme jusqu’à (...)

20Ferrer un cheval, anciennement, chez les Grecs, c’était poser les fers avec des liens « comme on faisait avec les souliers » et non les fixer avec des clous. « Or quoique ferrare ait été fait de ferrum, on dit, un cheval ferré d’or, un cheval ferré d’argent [...]24. » La notion de protection s’affirme une fois de plus dans un rapport avec la parure. Corrélation qui se lit dans l’acte de renforcer, endurcir, rajouter du métal au corps25.

  • 26 Cité par Forot & Carlat (1980 : 711).

21Ainsi de la ferronnière, ornement en forme de chaînette ou de bandeau avec un joyau en son milieu (Ménaut 1960 : 7), qui ornait le front des femmes à la Renaissance et dont le portrait dit La Belle Ferronnière, attribué à Léonard de Vinci, offre une illustration. Parmi les « ornements de teste », aux xvie et xviie siècles, à la mode des ferronnières s’ajouta celle très diffusée des timplettes : il y en avait de très riches et de toutes simples. Il s’agissait de « [...] résilles recouvrant chacune des tempes, tissus de soie ou d’argent ou d’or, pompons d’or ou de perles, grains de jais au croisement des filets [...] aux lobules des oreilles étaient parfois fixées de fines chaînes laissant pendre des pompons d’or ou des pierreries ou des boutons de jais » (Cayla 1964 : 679-680 ; 514-515). En relisant le passage de Firmin Boissin sur les muletiers du Vivarais, on est frappé encore une fois par la similitude entre les ornements destinés aux femmes et ceux des mulets : « [...] des plaques rondes en laiton, fixées aux tempes et gravées d’arabesques, garantissaient l’animal des rayons trop crus du jour et des ombres soudaines qui provoquent la panique et le bronchement. Entre ses oreilles pointait un superbe pompon [...]26. »

  • 27 Jeter sa gourme se dit aussi, rappelons-le, des jeunes gens qui font leurs premières frasques.

22La gourmette, premier bijou offert, en général, à la naissance ou au baptême aux petits garçons et aux petites filles, nous permet de poursuivre l’analogie. Le terme désigne, en effet, la chaînette à mailles serrées qui fixe le mors dans la bouche du cheval en passant sous la ganache. On l’appelle ainsi à cause de la gourme, une affection qui atteint souvent la bouche du cheval et se caractérise par une inflammation des voies respiratoires. Mais la gourme est aussi le nom des dermatoses qui affectent le visage et le cuir chevelu des enfants, tels l’impétigo ou l’eczéma, qui marquent au rouge le corps27.

  • 28 « Aubépine, aubépine / Tu es bénie par-dessus toutes les racines./ En ce temps-là Pierre et Jean / (...)

23La relation entre parure et maladie – notamment les affections cutanées – a été mise en évidence par Claude Lévi-Strauss (1991: 138-139) qui souligne l’abondance des métaphores empruntées au lexique des bijoux et des matières précieuses dans le vocabulaire médical telles ces « vésicules perlées », « douleurs en bracelets », « lésions en médaillon », « éruptions en collier », ou encore « rubis » pour les boutons (ou élevures rouges) qui viennent au nez et sur le visage. Par « perle » et « maille » – qui signifie aussi l’anneau d’une chaîne, d’un bracelet –, on désigne vulgairement l’albugo ou tache blanche de la cornée qui nourrit légendes, dictons, croyances et remèdes. Il s’agit, en effet, d’une tache (macula), d’une goutte de sang qu’on appelle également « l’ordure de Sainte-Marie » (lè méde de Sainte Méréye). Pour conjurer ce mal, pour sortir cette « fleur », l’éclaircir et rendre l’œil aussi limpide « que le lait de la Sainte Vierge dans la bouche du petit Jésus », il faut prononcer des formules ou des oraisons secrètes28, opérer des gestes, appliquer des remèdes, par exemple des feuilles de verveine au poignet tenues par un bracelet de tissu. Dans certaines familles de la région de Forlı` (Italie), on posait dans la main d’un nouveau-né une fleur ou une bague « fleurie » d’une perle ou d’une gemme, pour le doter de la vertu de guérir « les perles » et les autres maux des yeux (Tassoni 1973 : 291, 300, 332).

  • 29 Le rapprochement entre les fers et les joyaux s’élargit dans d’autres expressions de la langue fran (...)
  • 30 Voir le commentaire de Giorgio Rosati dans l’édition italienne du Livre V consacré aux pierres préc (...)

24Dans le roman d’Alexandre Dumas, Les Trois Mousquetaires, un rôle important est joué par les ferrets de la reine, cadeaux du roi, sorte de broches en diamants, que l’on agrafait sur la robe29. Or, comme l’indiquent les lapidaires, le diamant est la plus dure et la plus brillante des pierres, capable de résister au fer et au feu. Pline (XXXVII : 55-61) le définit adamas en empruntant le mot grec que différents auteurs jusqu’à Théophraste utilisaient mais dans le sens de « corps très dur, fer le plus dur ». En effet ils voulaient ainsi qualifier un métal très dur associé à l’or et non un minéral30.

  • 31 On reconnaît au diamant la qualité de retenir la semence de l’homme dans le ventre de son épouse, d (...)
  • 32 Une page de la revue Elle (décembre 1999), qui propose ces amulettes à l’approche du « bug de l’an (...)

25Le lien entre le fer et le diamant se poursuit de nos jours de façon assez inattendue, dans les publicités. Ainsi de l’une qui joue sur le double sens de l’expression ferrer la truite : l’image nous montre une « pêcheuse » à qui l’on donne des conseils pour « ferrer la truite », métaphore de son époux, qui, ainsi capturé et charmé, ne pourra pas faire autrement qu’offrir un diamant « éternel » à sa « sorcière »31. Le caractère de la femme envoûtante a marqué la production de toutes sortes de bijoux, parfums et accessoires de maquillage en guise de gris-gris, censés « activer ses charmes », que la mode a proposés dans les années 1990 : « fiole totem » dans une plaque-amulette à porter en bracelet, cachant une potion parfumée ; pendentif épicé à la cannelle, au safran et à la girofle « pour mener sa proie par le bout du nez » ; mini-poudrier en guise de baromètre sentimental à serrer dans la main pour mesurer les humeurs du jour qui s’affichent ainsi sur la pierre changeante32.

26Mais, qu’elles ferrent ou qu’elles soient ferrées, pourquoi faut-il recourir au fer pour parfaire le corps féminin ? Pour comprendre cela, il nous faut revenir à l’analogie posée entre la femme et le cheval, en la poursuivant du côté des spécialistes qui pratiquent la technique du ferrage et maîtrisent l’art du fer et des bijoux.

Le maître des liens

  • 33 À Thiers, les couteliers donnaient à la Saint-Éloi d’été (25 juin) le nom de « Saint-Éloi des frais (...)

27La relation entre « ferrer les femmes » et ferrer les animaux est remise en scène à travers la figure emblématique de saint Éloi qui gouverne tous les métiers artisans du savoir et de la maîtrise du feu et du métal. Selon la légende, avant de devenir évêque de Noyon, il aurait été maréchal-ferrant et orfèvre et, à ce titre, il est le saint patron de cette corporation, ainsi que d’autres fort nombreuses : taillandiers, forgerons, maquignons, charretiers, loueurs de carrosses et, plus récemment, mécaniciens et garagistes. Il est aussi le protecteur des chevaux33.

  • 34 Ainsi une autre chanson à l’occasion des baptêmes : « C’est aujourd’hui la Saint-Éloi / Suivons tou (...)

28Dans le nord de la France où il protège les métiers du « marteau » et des chevaux, il guérit de certaines maladies tels les ulcères, les écrouelles, le carreau, le tourteau. L’instrument de l’intervention radicale du saint est le marteau. Mais, comme le dit la chanson, le saint « guérisseur » est aussi un joyeux luron. Les carabins en ont fait leur saint patron et l’invoquent dans des chansons paillardes dont le refrain « Eh ! ben, non, non / Saint Éloi n’est pas mort (deux fois) / Car il bande encore ! (deux fois) » ne laisse aucun doute sur ses pouvoirs sexuels34.

  • 35 Nous ne rentrerons pas dans la délicate question du symbolisme du cheval, en nous limitant à reteni (...)

29La légende hagiographique se fonde sur deux événements miraculeux, liés à la figure du saint maréchal-ferrant et forgeron. Le premier est celui de la patte de cheval coupée et recollée, évoqué dans les représentations artistiques à partir du xive siècle (Réau 1958 : 425). Pour ferrer un cheval rétif, le saint lui coupe une patte antérieure et ferre le sabot sur l’enclume, avant de la ressouder. Cette mutilation, qui provoque une boiterie provisoire, a été figée dans l’image effrayante du cheval triple patte, apparition considérée comme funeste35. L’attribution de ce miracle à saint Éloi est tout à fait anachronique : le saint aurait vécu au viie siècle et donc bien avant l’apparition de la technique du ferrage des chevaux, qui ne s’est diffusée qu’à partir du xie siècle.

  • 36 Pour cette iconographie voir Bibliotheca Sanctorum (1964 : 1071).

30L’épisode du diable « mouché » raconte que celui-ci, métamorphosé en femme, cherche à séduire saint Éloi dans sa forge. Un tableau du xviie siècle de Giacomo Cavedoni, conservé dans l’église de Sainte-Marie-de-la-Piété à Bologne, représente la scène au moment où le saint, à l’aide de longues tenailles rougies au feu de la forge, perce le nez de la femme en qui il a flairé le diable, ce que donne clairement à voir le tableau en la parant d’attributs diaboliques tels cornes, griffes, pied de cheval36. Ne la ferre-t-il pas ?

31Selon Louis Réau (1958, III : 422), la légende du diable « mouché » serait empruntée à celle de saint Apelle, forgeron génois, tandis qu’en Angleterre elle est attribuée à saint Dunstan. Le miracle de la patte recollée se trouve aussi dans le tissu légendaire du Christ venu sur terre. Accepté comme apprenti par Éloi, riche forgeron, très adroit mais très arrogant aussi – « un maréchal-ferrant, maître sur maître, maître sur tous » –, le Christ supplante son maître en habileté. « En une seule chaude », il forge un fer à cheval impeccable avec un vieux morceau de fer rouillé et il ferre un cheval en lui tranchant la patte, sans qu’une goutte de sang jaillisse du sabot, puis en la ressoudant à l’aide d’un crin pris à la queue de l’animal. Le maître, blessé dans son orgueil, veut essayer lui aussi, sûr de la réussite, mais il se découvre inférieur à son apprenti : après avoir failli tuer le cheval du gouverneur, Éloi demande pardon à Dieu (Cl. Leroy 1934 : 228-229).

  • 37 Cette représentation montre des points de rapprochement avec l’iconographie de saint Georges pour l (...)

32Un tableau italien (xve-xvie siècle) conservé à Avignon, dans la pinacothèque du Petit Palais, raccorde les deux épisodes. Dans la partie droite, un personnage barbu habillé de rouge et coiffé du bonnet caractéristique des juifs tient la patte sanglante d’un noble cheval blanc, aux attributs sexuels bien marqués, paré de vert, pendant que le saint est en train de ferrer le sabot mutilé sur l’enclume. À gauche du tableau, où dans l’obscurité sont disposés les instruments de la forge, on distingue au premier plan une figure féminine aux ailes noires et aux pieds griffus, qui actionne le soufflet derrière le saint maréchal37. Les deux « couples » sont ainsi face à face sur le même plan.

  • 38 Parmi les reliques attribuées au saint, les Barnabites conservaient une couverture de lit tachée de (...)

33Le maréchal-ferrant opère de deux côtés, entre deux mondes : dans les deux cas, il s’agit d’une intervention qui fait jaillir du sang, soit du corps de l’animal, soit de celui de la femme tentatrice38. L’un est « ferré », l’autre « mouchée ». Or, moucher c’est aussi rendre par le nez, notamment du sang, un sang qui ne doit pas rester à l’intérieur du corps. Mais « moucher » est en réalité « percer » et, comme nous l’avons vu, « percer » est aussi « ferrer », ce qui, dans le cas des noces, implique un marquage du corps et la pose d’une « boucle » – au doigt ou à l’oreille.

  • 39 Ce tableau est conservé au Metropolitan Museum of Art de New York.
  • 40 Ce rapport si étroit entre les métiers d’orfèvre, bijoutier, forgeron et maréchal-ferrant est prése (...)

34L’image de saint Éloi orfèvre, particulièrement diffusée dans l’iconographie de la Renaissance, le représente dans sa boutique d’artisan ou de marchand. Le célèbre tableau de Petrus Christus commandé en 1449 par la corporation des orfèvres d’Anvers39 montre le saint assis à son plan de travail, une fine balance d’orfèvre à la main gauche, entouré de pierres précieuses et de branches de corail, d’objets sacrés et de joyaux. Derrière lui, un couple de fiancés venus choisir l’anneau, peut-être celui que le saint tient entre ses doigts. Un gros cabochon fait fonction de miroir ou de boule de cristal et offre une vision anticipée : l’image du couple qu’on y voit reflétée préfigure un autre temps de la vie. Ce rôle de faiseur de couples concorde tout à fait avec ses différentes identités de « brûle-fer »40.

Le faiseur de corps

  • 41 Un cas extrême de manipulation du corps féminin, où le but dépasse largement la domestication et la (...)

35Le motif du forgeron qui forge le corps féminin est largement repris dans la tradition iconographique et narrative. Il fait l’objet, par exemple, d’une série de gravures apparues en France en 1660, en réponse à un important mouvement d’émancipation féminine (Beaumont-Maillet 1984 : 24-38). On y voit représentée la forge de Lustucru où les hommes amènent leurs femmes – à vrai dire, leurs têtes décollées – pour les soumettre à « l’Opérateur céphalique » qui, grâce à son secret et en y mettant « Si bien la lime et le marteau / Que la lune en son plein fût-elle en leur cerveau » les rendra « très souples, très humbles et obéissantes à leurs maris » (Brizard 1940 : 37-44). Les textes qui accompagnent ces images imputent ce défaut à la nature lunatique des femmes. À travers cette opération radicale, effectuée avec les outils de la forge et avec le feu, le forgeron, seul capable de réaliser ce prodige, « refait » les femmes et les remet à leur juste place41.

36Un autre exemple des pouvoirs du forgeron est fourni par la version corse du conte de Blanche-Neige (Delarue & Ténèze 1964 : 654661). La sorcière, déguisée et munie de bijoux, se présente chez Anghjiulina qui la fait rentrer et lui offre un bol de café ; pour la récompenser de sa gentillesse, la vieille lui frise les cheveux. Frappée d’enchantement, l’héroïne est comme morte : elle ne parle plus, mais ses yeux sont ouverts. Seul le forgeron avec ses pinces parviendra à détordre sa chevelure rigide, métallisée, et à lui redonner la parole pour la délivrer de l’enchantement maléfique et la réintroduire, ainsi, dans le cycle de la féminité. Elle pourra épouser le fils du roi et accomplir son destin (Desideri 1983 : 101-122).

37Ces allégories et ces contes sont en relation avec des rites largement attestés. En Corrèze, jusqu’au siècle dernier, les femmes se rendaient régulièrement à la forge de Chazal, un forgeron qui pratiquait le martelage des femmes enceintes : allongées sur l’enclume, elles se préparaient à un enfantement moins douloureux en se faisant forger à la nouvelle lune (Vuillier 1899 : 502-528). En Olténie, avant l’accouchement, les femmes mettaient une ceinture, la Brau de strigoi (ceinture des revenants), qui avait le pouvoir de protéger le fœtus contre les mauvais esprits et de soulager les douleurs de l’enfantement. Pour être efficace, cette ceinture devait être forgée dans une seule tige de métal, par un forgeron tzigane, « travaillant toute la nuit complètement nu ». La même nuit, il façonnait des figurines qui représentaient des outils miniatures : couteau, bêche, hache, clefs. Ces pendentifs accrochés à un anneau de métal de la ceinture pouvaient déterminer le sexe du futur enfant (Pop-Câmpeanu 1984 : 139).

  • 42 André Varagnac (1941) souligne le rôle du marteau comme instrument libérateur des âmes. Des pouvoir (...)

38Cette compétence du forgeron à « faire les corps » et à restaurer leur identité sexuelle est aussi illustrée par les pratiques thérapeutiques qu’il met en œuvre. Il nous faut revenir à la figure de saint Éloi maréchal-ferrant qui guérit les bêtes malades et « méchantes, travaillées de quelques frénésies ou rage ». À l’occasion de la fête du saint, dans quelques provinces du nord de la France, on conduisait les chevaux en pèlerinage sur les lieux de son culte. Après une soigneuse toilette, les crinières tressées et ornées de rubans, les sabots astiqués, les animaux étaient soumis ainsi parés au rite du martelage. Avec « le marteau de saint Éloi » – au manche argenté et à la tête dorée – le prêtre touchait le milieu du front du cheval, en faisant le signe de la croix42. Les chevaux « guéris » restaient, ensuite, sous la protection du saint grâce à des colliers bruyants « formés de tubes de plumes et de petites fèves nommées cacliques ou caclitres » (Cl. Leroy 1934 : 231). Or, cette cure au marteau n’était pas réservée exclusivement aux animaux.

  • 43 Les metges limousins, forgerons à la fois « mages et magiciens », étaient les spécialistes de cette (...)

39En effet, on attribue à saint-Éloi la vertu de guérir aussi les ulcères, les écrouelles, le « carreau », le « tourteau », ainsi que les affections de la peau : boutons, furoncles et « clous ». À Béthune, les enfants qui avaient mal à l’estomac ou une « dureté du ventre » était amenés à jeun à la chapelle consacrée au saint pour être soumis à la cure du martelage. Le confrère touchait du pain avec le marteau et le posait sur le ventre malade. L’enfant mangeait ensuite le pain et il « se réjouissait ». Gaston Vuillier (1899 : 505-528) a fourni une description très impressionnante du martelage du ventre des garçons pour soigner la hernie43.

  • 44 À Merano, par exemple, où opère un forgeron qui guérit de la sciatique. Voir Il fabbro Domenico Zam (...)

40En Corse ainsi qu’en Italie44, on fait appel au forgeron qui, avec un fer rougi, « coupe » – on dit aussi qu’il brûle – la sciatique dans le pavillon de l’oreille et entre les orteils (Loux 1978 : 114-115 ; 142143). Il commence par le bas, il sépare les orteils avec un bouchon et il pose la feuille – une plaquette métallique ronde très fine, fendue au milieu, qui doit guider le fer rougi au feu. D’un coup net – « il faut avoir un cœur fort et une main très ferme » – il enfonce le fer dans la feuille qui, à la fois, taille et brûle la chair. La cure se poursuit à l’autre extrémité du corps, en répétant l’opération dans l’oreille interne. Une étonnante coïncidence lexicale crée un lien entre la physiologie de l’oreille et les outils de la forge car cet organe recèle, entre l’oreille moyenne et le labyrinthe, trois petits osselets dénommés marteau, enclume et étriers.

  • 45 Même si tout récemment, en Hongrie, on s’adressait encore au forgeron pour se faire percer les lobe (...)
  • 46 Voir Charachidzé (1968, 1986), Detienne & Vernant (1974), Eliade (1977) et surtout, dans notre pers (...)

41La compétence du forgeron à refaçonner le corps est propre à d’autres spécialistes, comme nous l’avons rappelé à propos des boucles d’oreilles, notamment à l’orfèvre qui, au moyen de la parure, fait des corps « de toute beauté »45. Ce détour par le forgeron, maître des liens et « faiseur » du corps, peut paraître très éloigné de notre propos contemporain. D’une part, pourtant, il est à mettre en relation avec des mythes de la métallurgie appartenant à des sociétés dont la nôtre est l’héritière46 ; de l’autre, il n’est pas sans trouver d’échos dans la modernité la plus actuelle.

42En Grèce ancienne, mais aussi dans l’Europe de l’Est, ces artifex sont toujours marqués par une anomalie physique concernant les yeux ou les membres inférieurs. Projetés à la frontière du ciel ou de la terre, enfermés pendant un temps défini (sept ans, neuf ans) dans une grotte profonde, dans un îlot éloigné de la terre ou dans une tour sans toit au bord de la « mer grande », ils sont condamnés à forger des bijoux et des choses merveilleuses destinés à des déesses, reines et princesses.

43Dans ces jeux d’échanges de propriétés entre la matière même des bijoux et le corps des femmes – leurs « humeurs » notamment, qui ternissent l’or, le corail, la perle – s’énonce, en effet, ce qu’est la « nature » féminine. Une nature excessive, toujours à régler, à corriger, par des objets imposés comme une marque (certains ne seront plus jamais ôtés) et choisis à la fois pour leur faculté de durcir, d’alourdir et leur pouvoir de lier : boucles, bagues, bracelets, colliers, ceinture, sont autant de figures de l’anneau et de l’alliance. Mais leur efficacité se révèle surtout à l’analyse des rites qui, en utilisant une technique, le ferrage, et les compétences d’un spécialiste, le maréchal-ferrant, requis pour des animaux réputés rétifs, réaffirment l’impérieuse nécessité de socialiser les femmes. Elles ne peuvent être « belles » qu’après être passées entre les mains de médiateurs tels les forgerons-orfèvres et avoir reçu les parures qu’ils ont, comme celles qui les portent, façonnées, travaillées, polies et en quelque manière « policées ».

  • 47 Sans compter la place que le maquillage lui réserve également : la ligne de L’Oréal, par exemple, a (...)

44Nous assistons aujourd’hui à un retour au « ferrage » à travers la mode des parures qui font corps avec le tissu ou même avec la peau47 : c’est le cas, par exemple, du top-bijou « papillon », ciselé par le créateur de mode Ungaro ou du justaucorps de Givenchy en métal moulé, orné de roses d’argent. Strass, perles, ressorts de métal, fils d’or et d’argent, broderies de cristal ainsi que de pierres précieuses apportent leur brillance, mais aussi leur poids ; car ces tissus-bijoux, ces vêtements métallisés alourdissent, voire rigidifient, le corps féminin, jusqu’à l’image extrême de la femme sculptée. Le corps devient bijou et les parures – des bijoux de peau aux brillants « tattoos » de strass et paillettes – le recouvrent dans son intégralité. Autrefois réservés à la nuit et à l’événement exceptionnel, les bijoux ont imposé leur présence et leur éclat en plein jour et ont migré sur les accessoires vestimentaires : sacs, lunettes, écharpes, gants, ceintures, chaussures, sans compter le grand succès remporté par les bijoux de cheveux et d’ongles.

  • 48 La dernière tendance de cette mode bestiale est celle des ongles poilus : des postiches couverts de (...)

45La mode intègre aussi le métissage culturel et multiplie les parures exotiques qui permettent d’afficher plusieurs identités culturelles à la fois : de l’Afrique à l’Asie extrême, en passant par l’Inde, sans oublier les emprunts fort provocateurs à tous les folklores du monde. C’est le cas, entre autres, de la tendance exprimée, il y a quelques années, par Christian Lacroix et reprise plus récemment par Christian Dior, qui a mis en scène « les pauvresses de haut luxe » vêtues d’étoffes lacérées, déchiquetées et parées de guirlandes de ficelle d’où pendent des ustensiles ménagers en fer-blanc. Les matières animales reviennent en force dans l’ère cyber et « la belle aime la bête », comme le titre une page de la revue Elle consacrée à ces bijoux en peau de serpent, plumes de coq, peau de vache, poulain et lapin qui coûtent entre trois cent cinquante et presque deux mille francs (cinquante et trois cents euros)48.

46Le corps féminin, dont on évoque la nudité à travers les jeux de la transparence, est un corps qui pourtant se durcit au moyen de parures faisant office, comme dans la tradition, de véritables armures. L’image de la femme proposée par la griffe Caplain Saint André est très emblématique de la double notation offensive et défensive que nous avons jusqu’ici analysée à propos des bijoux. Colliers, bracelets, bagues, pendentifs, boucles d’oreilles sont manifestement les trophées arborés sur le corps à nu et enfilés dans la lance d’une fausse guerrière africaine.

  • 49 « Gli ornamenti stanno a guardia degli orifici del corpo che, delle parti molli, sono più vulnerabi (...)

47Dans un article paru en italien, Claude Lévi-Strauss s’interroge sur les raisons pour lesquelles nous portons des bijoux. Il revient sur la distinction, déjà dégagée dans Histoire de lynx (1991: 190), entre les parties dures et les parties molles du corps. Parmi ces dernières, les orifices – oreille, nez, bouche, organes sexuels – sont les plus vulnérables. C’est pour cela que les ornements assurent la protection de ces ouvertures exposées aux « pénétrations des êtres et des influences maléfiques »49. À l’opposition entre parties dures et parties molles correspond celle qui caractérise les bijoux : le caractère impérissable apporté par la matière – métaux et pierres précieuses sont les corps les plus stables du monde physique – s’oppose à la délicatesse du travail d’orfèvrerie, qui évoque la précarité de la vie.

48Claude Lévi-Strauss (1991: 138-139) a également relevé dans la pensée amérindienne le rapport de corrélation et d’opposition existant entre les blessures et les autres affections de la peau, qui sont un revêtement naturel, et les parures, aussi visibles que les précédentes et qui constituent un revêtement culturel. Les blessures affaiblissent le corps, contrairement aux parures qui augmentent la vitalité de celui qui les porte grâce à leurs vertus. Percer les oreilles affaiblit le corps comme toute blessure, car le sang va couler – même si c’est métaphoriquement –, mais rajouter des parures dures (en métal, os, pierre, bois, etc.) compense la perte et inverse le sens de l’opération : le corps – la personne – est ainsi renforcé.

49Dans la société contemporaine occidentale qui, en relation avec l’image médiatique, développe une esthétique de l’apparence associée à l’image d’une femme libre et juvénile, la rigidification de plus en plus évidente du corps exposé et montré semble à première vue paradoxale. Libre des vêtements qui le contraignaient, dénudé, le corps se recouvre de lourds ornements, se métallise. Certes les figures de mode, qui exhibent à outrance cette nouvelle tendance, ne reflètent pas toujours une réalité tangible. Pourtant, les photographies de mode, les plus extrêmes dans ce domaine, ne sont pas sans faire écho à ce que nous avons dit précédemment.

  • 50 Cette rigidification équivaut à une fixation dans un état, alors qu’autrefois le modelage du corps (...)

50Suivant en cela Claude Lévi-Strauss, ne peut-on pas voir dans cet appareillage un nouvel avatar du « ferrage des femmes » ? Ferrage pour armer et rigidifier les parties vulnérables d’un corps d’autant plus fragilisé qu’il est conjointement soumis à des modelages plus profonds et plus radicaux – raffermissements, soutien, augmentation ou diminution des volumes opérés par la chirurgie esthétique – destinés à interrompre l’action du temps pour lui conférer l’apparence d’une éternelle jeunesse50.

Notes

1 Pour la Provence, Frédéric Mistral (1979) cite le mot ferramento ou farramento, dont l’usage burlesque indique les joyaux d’une nouvelle mariée.

2 Rapporté par Raffaelli (1988) et Gri (1994 : 96).

3 D’autres expressions telles que ferrer les filles, ferrer les femmes prennent place dans différents contextes cérémoniels en dehors du mariage, dont les acteurs principaux sont toujours les jeunes gens des deux sexes (Albert-Llorca & Ciambelli 1995 : 95-98). Voir Desaivre (1908 : 237), Van Gennep (1930 : 127 ; 1976, IV : 2632-2635), Dermenghem (1950 : 77), Devos & Joisten (1978 : 161-169).

4 Cette définition nous rappelle le mythe d’origine de la première bague : l’anneau en fer de la chaîne qui retenait, sur le rocher du Caucase, le corps de Prométhée condamné par les dieux pour avoir volé le secret du feu et pour l’avoir révélé aux hommes. « Pour la première fois un fragment de ce rocher aurait été enchâssé dans le fer et enfilé au doigt : l’un aurait été la première bague, l’autre la première pierre précieuse » (Pline XXXVII, 2).

5 Voir supra, p. 32.

6 Le rapport entre l’acte de ferrer et la castration est suggéré aussi par une technique mise en œuvre par le charron ou par le forgeron en Limousin. Pour ferrer une roue il fallait l’entourer d’un bandage de fer, un cercle légèrement plus petit, qui était soudé autour de la roue pour bien la chausser. Mais après un long usage ou une période de sécheresse, il fallait rattraper le jeu des rayons et des jantes en opérant un châtrage des roues. On devait couper le cercle-bandage pour le raccourcir et le caler, une fois remonté, avec des petits coins en bois (Goursaud 1969, I : 236-237).

7 Pour le détail de ce processus se reporter supra, p. 34-35.

8 Terme ensuite utilisé pour désigner bague et bracelet.

9 De nos jours, s’est imposé aussi l’usage de suspendre l’alliance du conjoint disparu à une chaîne fine.

10 Le joug est un objet qui exige toutes sortes de précautions, car son traitement n’est pas sans effets sur le destin, à la fois, de l’animal et de l’homme. Rangé à l’abri des regards qui peuvent attirer le mauvais œil sur les bêtes, même inutilisé, il faut le laisser pourrir dans le fond de l’étable et non le jeter au feu, sous peine de mourir dans les plus grandes souffrances. Posé sous le traversin du lit, le joug abrège et adoucit les souffrances du moribond.

11 Comme le montre le célèbre tableau de Lorenzo Lotto, Portait de monsieur Marsilio (Cassotti) et de sa femme Faustina (1523. Huile sur toile, 71 X 84 cm. Madrid, musée du Prado) qui représente Cupidon réunissant les époux sous le joug du mariage.

12 Voir supra, p. 9-12.

13 Pline s’interroge sur la destination originaire de l’anneau, la bague n’apparaissant pas sur la liste des objets féminins forgés par Vulcain dans l’Iliade (XVIII : 400-402).

14 Au xviie siècle, les anneaux nuptiaux avaient une ornementation extérieure florale, en émail, et une brève devise à l’intérieur, au contact direct de la peau. Au siècle suivant l’ornementation se déplace à l’intérieur. De nos jours, l’usage a beaucoup évolué et souvent les couples, surtout hors mariage religieux, n’adoptent pas d’anneaux ou alors ils préfèrent choisir d’autres bagues d’alliance plus modernes – style Trinity, les trois ors de Cartier – qui signalent une singularité ou un écart dans le statut social du couple (mariage civil, couple hors mariage, deuxièmes noces).

15 On connaît le rôle joué par d’autres « fers », tels les clous, les aiguilles, dans les pratiques magiques d’attachement amoureux ainsi que de mise à mort. Inversement, le fer expulsé par les possédés soumis à des exorcismes est l’un des signes de délivrance.

16 Selon Alain Rey (2000, I : 43), le mot « aimant » procède du latin populaire supposé adima, altération nécessaire du grec adamas, qui a le double sens de « fer très dur » et « diamant ». Sur les propriétés magnétiques de l’aimant, voir Pline XXXIV : 147 ; XXXVI : 126-30. Voir aussi infra, p. 60 et note 30.

17 Voir Les Troubadours. Le Trésor poétique de l’Occitanie commenté et traduit par René Nelly et René Lavaud (II : 673).

18 Selon Pline l’Ancien, le fer conserve le « pouvoir magnétique de l’aimant et le garde longtemps et devient capable d’attirer d’autres fers » (XXXIV : 147). Sur la relation entre le fer et l’aimant, voir Latry (1996 : 449 sq.). Sur l’équivalence entre le fer et le sang, voir Makarius (1968 : 28-40).

19 À propos du pouvoir des anneaux, on recommandait d’en faire bénir plusieurs et de les mettre tous à l’annulaire de la mariée et, s’il y en avait un seul, de ne pas lui faire dépasser la première phalange, contrairement à ce que nous avons montré à propos du rite de la remise de l’anneau (Franklin 1895 : 34). Le déplacement de la bague de mariage à l’annulaire, ou « médical », de la main gauche dériverait de l’usage de mêler les médicaments avec ce doigt à cause de sa vertu cordiale qui en a fait le doigt du cœur. Sur les origines magiques des anneaux, voir aussi Bloch (1983 : 166 sq.).

20 Sur la propriété des anneaux d’assurer la fécondité, notamment des vaches laitières, ainsi que le bon rendement de la traite et de ses produits, voir Charachidzé (1968 : 578-579).

21 D’ailleurs, les clous pour ferrer les chevaux ont aussi la réputation de puissantes amulettes, surtout s’ils sont recourbés.

22 Il est bien connu qu’on attribue aux femmes réglées le pouvoir de faire tourner les œufs dans la préparation de la nourriture – l’exemple classique étant la réussite de la mayonnaise ; la capacité de déclencher l’orage ou bien de le maîtriser appartient également au domaine du féminin, comme nous l’avons déjà rappelé supra, p. 48 sq.

23 Les collections ethnographiques nous offrent des exemplaires extraordinaires de poitrails, têtières, de dimensions et poids considérables, qui montrent la finesse du travail, la richesse du matériel, la variété des ornementations. D’ailleurs, doter les animaux coûtait parfois aussi cher que doter une épouse.

24 Ménage (1750, I : 583-584) nous rappelle également l’expression proverbiale ferrer la mule signifiant faire des gains illicites, grâce au ferrement des montures.

25 Le rituel de la ferrure (le « tasfhih » en arabe tunisien), pratiqué par une vieille femme jusqu’à une époque relativement récente en Tunisie, visait à fermer symboliquement le corps de la petite fille pour le réserver à l’époux légitime, qui pouvait l’ouvrir après un rituel de descellement, opéré par la même vieille femme. Merci à Josiane Bru de m’avoir fait connaître le travail de Thierry Charnay (à paraître) et à qui je dois aussi les références des travaux d’Adel Khaznaji (1977 : 75-82) et de Fathia Skhiri (1977 : 53-74 ; 1990 : 105-118).

26 Cité par Forot & Carlat (1980 : 711).

27 Jeter sa gourme se dit aussi, rappelons-le, des jeunes gens qui font leurs premières frasques.

28 « Aubépine, aubépine / Tu es bénie par-dessus toutes les racines./ En ce temps-là Pierre et Jean / Étaient assis sur l’arbre d’épine, / Et la Vierge Marie en passant / Leur demande ce qu’ils font : / – Nous souffrons des yeux./ – Si vous avez le mal blanc, je l’enlève / Que Dieu l’enlève ; / Si c’est le mal rouge, je supprime son nom » (Petit dictionnaire des traditions messines 1934 : 803-806).

29 Le rapprochement entre les fers et les joyaux s’élargit dans d’autres expressions de la langue française. Par exemple, « le fer de Berlin » se réfère aux joyaux en fonte produits par la Fonderie de Berlin dès 1804. Cette expression désigne aussi la production française, après la conquête de Napoléon en 1806, qui saisit les formes allemandes utilisées pour la fusion et les réutilisa pour produire colliers et bracelets. Comme on le sait, en période de guerre, les citoyens étaient invités à donner leurs bijoux à la Patrie, l’or fondu permettant de s’équiper des « fers », des armes. Les alliances en or étaient remplacées par des anneaux en fer. « Ferrure » désigne aussi à la fin du xixe siècle le décor en or poli qui orne différents bijoux, parmi lesquels ceux de la collection Boucheron (Néret 1988 : 39).

30 Voir le commentaire de Giorgio Rosati dans l’édition italienne du Livre V consacré aux pierres précieuses (1988, V : XXXVIII, 55 note 1). Pour nommer le diamant, Pline cite aussi l’expression « le nœud de l’or » déjà utilisée par Platon, mais pour désigner adamas. Il explique cet usage lexical par le fait que l’on trouvait le diamant très souvent dans les mines avec l’or, ce qui laissait supposer qu’il ne se formait que dans cette proximité (XXXVII, 55).

31 On reconnaît au diamant la qualité de retenir la semence de l’homme dans le ventre de son épouse, d’aider le fœtus à se développer en protégeant ses membres, donc la partie la plus dure du corps.

32 Une page de la revue Elle (décembre 1999), qui propose ces amulettes à l’approche du « bug de l’an 2000 », légitime cette tendance en reportant, au bas de la page, une information concernant le travail d’un chercheur du CNRS, qui, en faisant les poubelles à Dakar, récupère les amulettes et gris-gris abandonnés par les Sénégalais pour retracer l’histoire des croyances.

33 À Thiers, les couteliers donnaient à la Saint-Éloi d’été (25 juin) le nom de « Saint-Éloi des fraises » et à celle de l’hiver (1er décembre) le nom de « Saint-Éloi des boudins » (Van Gennep 1976 : 2096).

34 Ainsi une autre chanson à l’occasion des baptêmes : « C’est aujourd’hui la Saint-Éloi / Suivons tous l’ancienne loi / Il faut fleurir le marteau / Portons-lui du vin nouveau. / Saint Éloi avait un fils / Qui s’appelait Oculi / Et quand le bon saint forgeait / Son fils O-cu-lui soufflait. / À vot’santé, bons marteleurs, / Sans oublier vos chauffeurs. / Et vous aut’s petit forgerons / Qui passez pour bons garçons. / S’il y a des filles dans nos cantons / Qui aiment bien les forgerons, / Elles n’ont pas peur du marteau / Quand ell’s sont dessus le haut. / Allons à la messe promptement, / Monsieur l’curé nous attend. / La messe il va nous chanter. / Il nous faut aller l’écouter » (Petit dictionnaire des traditions messines : 228-230).

35 Nous ne rentrerons pas dans la délicate question du symbolisme du cheval, en nous limitant à retenir certains caractères de cet animal et son étroite relation avec le monde des morts.

36 Pour cette iconographie voir Bibliotheca Sanctorum (1964 : 1071).

37 Cette représentation montre des points de rapprochement avec l’iconographie de saint Georges pour laquelle nous renvoyons au travail de Georges Didi-Huberman (1994).

38 Parmi les reliques attribuées au saint, les Barnabites conservaient une couverture de lit tachée de sang car saint Éloi « était sujet à saigner du nez » (Réau 1958 : 423).

39 Ce tableau est conservé au Metropolitan Museum of Art de New York.

40 Ce rapport si étroit entre les métiers d’orfèvre, bijoutier, forgeron et maréchal-ferrant est présent dans les mythes de la métallurgie et réapparaît dans les contes et les légendes (Eliade 1977). Ce sont eux, en effet, qui forgent les parures destinées aux femmes. Les opérateurs métallurgiques – divinités ou non – sont marqués par une altérité physique, qui concerne tantôt la vue (borgnes, dotés de trois yeux, aveugles) tantôt les membres inférieurs (boiteux), à laquelle correspond leur pouvoir par le regard et ce, jusqu’à la voyance (M.-M. Leroy 1982 : 291-296 ; Camassa 1983). La figure du forgeron joint ainsi l’art des métaux à celui de la divination.

41 Un cas extrême de manipulation du corps féminin, où le but dépasse largement la domestication et la soumission, nous est offert par la Hongrie où le forgeron et les jeunes gens anéantissent et mettent à mort une sorcière capturée et « ferrée » sous sa forme animale : « Les traces du fer, ou le fer lui-même, apparaîtront à l’aube sur le corps redevenu humain de la sorcière qui en mourra à brève échéance » (Losonczy 1986 : 62).

42 André Varagnac (1941) souligne le rôle du marteau comme instrument libérateur des âmes. Des pouvoirs analogues ou complémentaires sont reconnus au sabot qui se trouve en contact direct avec le sol, le monde du dessous. Dans cette perspective, le fer à cheval est l’intermédiaire entre marteau et sabot au moment du ferrage.

43 Les metges limousins, forgerons à la fois « mages et magiciens », étaient les spécialistes de cette pratique thérapeutique. L’analyse de Claudine Fabre-Vassas (1990 : 3-18) montre comment cette cure par le martelage, et aussi bien par d’autres techniques (le passage à travers une branche fendue ou une pierre), conditionne la croissance : cette castration symbolique permet, paradoxalement, d’accéder à la virilité.

44 À Merano, par exemple, où opère un forgeron qui guérit de la sciatique. Voir Il fabbro Domenico Zampiero brucia la sciatica, 1991, Archives audiovisuelles du musée des Arts et Traditions populaires, Rome.

45 Même si tout récemment, en Hongrie, on s’adressait encore au forgeron pour se faire percer les lobes et se faire forger les boucles d’oreilles comme le rapporte Teréiza Balogh-Horvath (1983). Pour les enfants, il s’agissait d’un membre de la famille ou de la sage-femme. Sur les anneaux magiques forgés par les forgerons, voir Bloch 1983.

46 Voir Charachidzé (1968, 1986), Detienne & Vernant (1974), Eliade (1977) et surtout, dans notre perspective, le travail de Giorgio Camassa consacré à la relation entre l’œil et le métal dans les mythes de la métallurgie (1983).

47 Sans compter la place que le maquillage lui réserve également : la ligne de L’Oréal, par exemple, a lancé la collection Métal Fusion pour vernis à ongles, rouge à lèvres et mascara, accompagné du slogan « Quand rêve et réalité fusionnent, le métal entre en scène » (« Style 2 », supplément à Libération no 5895 du 29 avril 2000).

48 La dernière tendance de cette mode bestiale est celle des ongles poilus : des postiches couverts de poils de poulain, de renard et même de vison. Dernièrement, un styliste japonais a lancé la mode du bijou « deux-en-un », qui consiste en une bague en plume que l’on porte sur l’ongle et qui fait double office de vernis et de bijou (Marie Claire, février 2001).

49 « Gli ornamenti stanno a guardia degli orifici del corpo che, delle parti molli, sono più vulnerabili, esposti alle penetrazioni di esseri o di influenze malefiche. Non è senza ragione che la parola aramaica usata nella Bibbia per designare gli orecchini ha il significato generale di “cosa santa” » (Lévi-Strauss 1991b).

50 Cette rigidification équivaut à une fixation dans un état, alors qu’autrefois le modelage du corps marquait aussi et surtout un passage progressif d’un état à l’autre. Encore aujourd’hui, par exemple, dans la tradition maghrébine les mariées sont progressivement alourdies et immobilisées, figées par des tenues et des parures que l’habilleuse ajoute et superpose sur le corps jusqu’à le faire disparaître. Pour cela, nous renvoyons à la thèse inédite de Noria Boukhobza (1999).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search