Version classiqueVersion mobile

Bijoux à secrets

 | 
Patrizia Ciambelli

2. Une affaire de femmes1

Texte intégral

Le bijou et le nom

  • 1 Je tiens à remercier Marlène Albert-Llorca qui m’a permis d’intégrer ici, tout en opérant des modif (...)
  • 1 En Italie et en Espagne, on offre encore « beaucoup d’or » aux bébés ainsi que les petits couverts (...)

1C’est seulement pour la naissance ou le baptême que la coutume se maintient d’offrir au nouveau-né, quel que soit son sexe, toujours le même bijou : une petite chaîne avec une médaille ou un petit bracelet en or fin avec une minuscule plaque où est inscrit le prénom de l’enfant1. Cette petite gourmette va aussi remplacer le bracelet portant un numéro d’identification qu’on met au poignet du nouveau-né et à celui de sa mère juste après la naissance, bracelet que certaines femmes conservent par la suite et considèrent comme le premier bijou de leur enfant.

  • 2 Pour le baptême, il s’agit très souvent des grands-parents, ainsi que des oncles et tantes.
  • 3 Nous n’aborderons pas ici la dimension religieuse des bijoux dans le processus de construction de l (...)

2Le choix du bijou de baptême est également lié au sens religieux de ce rite. Le prénom (le christian name, comme le précise la langue anglaise) à lui seul, dans la majorité des cas, suffit à signifier l’identité religieuse et surtout à situer l’enfant dans la famille lorsque s’y ajoute la date de naissance qui très souvent figure aussi sur sa gourmette. La médaille offerte par les parrain et marraine, parents spirituels de l’enfant2, porte fréquemment au recto l’image de la Vierge ou, plus rarement, celle d’un ange ou d’un saint. Signe de l’appartenance religieuse, cette image peut avoir en même temps une visée protectrice : on sait qu’autrefois on vouait volontiers les enfants atteints d’une maladie à la Vierge ou à un saint et l’on peut voir dans le don de la médaille de baptême un écho de cette pratique, tout comme dans le geste de ces grands-parents qui offrent à leurs petits-enfants non baptisés des médailles ornées d’une figure d’angelot3. Ne s’agit-il pas de corriger en quelque sorte l’absence de rite et d’assurer malgré tout à l’enfant une protection surnaturelle – celle de son ange gardien ?

3L’absence de baptême, donc, n’entraîne pas nécessairement la suppression de ce type de don : le nouveau-né reçoit parfois un bijou avec une connotation plus laïque portant, en plus des mentions classiques, son signe astrologique ou son groupe sanguin.

  • 4 Sur la gourmette voir infra, p. 59.
  • 5 C’est plus particulièrement le cas de ce qu’on appelait jusqu’à une date récente la « communion sol (...)
  • 6 La montre, cadeau classique de la communion qui vient introduire la notion du temps, n’est pas touj (...)

4Cet acte d’identification est parfois répété lors de la communion : les parrains, parents ou grands-parents offrent une nouvelle médaille « personnalisée », généralement plus grosse que celle du baptême, et de plus en plus souvent des gourmettes4. Le nouveau statut peut également être signifié lors d’un anniversaire précédant la puberté, très souvent le dixième, qui est choisi et marqué par le don d’un nouveau bijou. On peut y voir le signe du maintien d’un rite qui, en dépit de son affaiblissement, est d’abord considéré comme une forme cérémonielle d’entrée dans l’adolescence5. Un écart important se dessine entre les garçons, qui ont parfois un seul bijou et le plus souvent aucun6, et les filles qui, à côté du bijou « obligé », reçoivent des boucles d’oreilles, une bague, un bracelet, et plus marginalement un collier. Le droit qu’elles acquièrent, également, de garder leurs propres bijoux, jusque-là conservés par la mère, est signifié bien souvent par le don du premier coffret à bijoux.

5Lors du mariage, l’époux, on le sait, se doit d’acheter les anneaux qui portent la date des noces et les prénoms du couple. Qu’il s’agisse d’alliances en or ou d’autres bagues adoptées pour le rite civil ou religieux, ces anneaux signifient le moment où l’individu change de statut.

  • 7 En réaction à cette manière de confisquer – fût-ce en les modifiant – des bijoux jusque-là réservés (...)

6Tous ces bijoux qui viennent marquer l’identité de la personne sont, en général, neufs sauf rares exceptions comme celle d’une jeune fille ayant reçu à sa naissance « des gourmettes de bébé » conservées dans sa famille. Mis à part la naissance, la communion et le mariage, en principe les femmes ne reçoivent plus de bijoux gravés : gourmette ou chevalière sont presque exclusivement réservées aux hommes comme, jadis, la montre de gousset que le père léguait à son fils aîné. Ainsi, la chevalière a d’abord été un signe de statut social : son port était réservé aux familles nobles, dont elle arborait les armoiries. Aujourd’hui démocratisée, elle s’orne des initiales de son propriétaire : à défaut d’armoiries, un homme possède au moins un nom qui, lui aussi, manifeste l’ancienneté d’une lignée. À présent, les bijoutiers poussent bien plus loin ce processus en proposant une version féminine de la chevalière, qui entend signifier le caractère singulier de chaque femme et qui remplace la trace du nom par l’inscription du prénom en entier. Telle est du moins la teneur du message publicitaire revendiqué par la marque Golden Tower qui a créé huit modèles différents, en or blanc dix-huit carats et vingt-huit diamants, de cette bague baptisée « Personality » et dont le slogan est le suivant : « Ton prénom est Laura... Simone, Sylvia, Vanessa, Marthe... tu auras ton bijou original, très personnel, unique, comme toi qui es unique. Personality, le bijou qui parle de toi7. »

7Les bijoux de naissance et de communion figurent parmi ceux que garçons et filles portent constamment et auxquels ils sont attachés car – comme eux-mêmes le disent – ils représentent une référence permanente en dépit des « ruptures » de la vie. Ainsi de cette médaille offerte à Viviane par sa mère pour ses huit ans.

– Cette médaille, je la porte en permanence, c’est celle que je considère la plus jolie et qui me convient le mieux. Ma mère avait trouvé bien de faire mettre juste mon prénom et ma date de naissance. Mon frère aussi a eu la même médaille, mais carrée parce que ma mère trouvait que cela faisait plus masculin ; ma petite sœur, née après la séparation de mes parents, l’a reçue aussi le jour de son baptême.

J’ai eu aussi pour mon baptême deux ou trois médailles avec le portrait de la Vierge qui sont accrochées sur ma petite gourmette de bébé. C’est maman qui les garde parce que je n’en ai pas l’utilité. Elles sont le symbole de la religion catholique et je ne veux pas afficher ça. Je crois que cette coupure dans le port des bijoux va avec la coupure qu’il y a eu dans ma famille. Mes parents ont divorcé, il y a sept ans, alors que j’étais en sixième dans une école catholique. Je me souviens avoir passé mon année à réciter des chapelets pour qu’ils se remettent ensemble. Ça n’a pas marché et, donc, j’ai laissé tomber. Et, depuis, je ne mets plus ces bijoux.

Le temps des cerises

8On n’affiche pas nécessairement une marque d’identité. Les garçons aiment les médailles de naissance ou de communion, disent-ils, parce qu’elles se voient moins tout en rassemblant le maximum de renseignements sur la personne. Ils les portent généralement à même la peau, alors que les filles les montrent plus facilement. Le sens de ces deux manières de porter les bijoux est clairement explicité par un homme à qui sa femme a offert une gourmette pour ses trente ans :

– Ce n’est pas une gourmette habituelle, avec une plaque gravée et je ne la porte pas comme on le fait d’habitude. Elle est très large et je la laisse descendre sur la main : il faudrait faire enlever deux maillons, trois même, pour l’adapter à mon poignet mais je ne le souhaite pas. Elle me plaît et elle plaît aussi. Elle séduit les femmes.

9Un bijou-parure est destiné à être vu parce qu’il doit mettre en valeur celui qui le porte. C’est ce que les femmes attendent des bijoux, aussi privilégient-elles le point de vue esthétique en ce domaine. Il est présent, dans de moindres proportions, dans les appréciations des garçons ou des hommes qui se contentent de préciser : « C’est beau à voir. » Cet énoncé, qui implique une valorisation de l’objet en lui-même, n’apparaît presque jamais dans les discours des jeunes filles et des femmes. Les bijoux, pour elles, doivent compléter et singulariser leurs tenues vestimentaires et surtout mettre en valeur le corps. Les boucles d’oreilles « font ressortir les yeux » ; les bagues « exaltent les mains » ; l’or « va bien avec la peau » ; le collier « embellit un cou nu ».

10À la différence de l’alliance de mariage, dont on possède un unique exemplaire que l’on porte toujours, en principe, les bijoux-parures peuvent se multiplier et être portés ou non. Dans notre société, seules les femmes font (ou faisaient jusqu’à une date récente) usage de tels bijoux et acquièrent le droit de les arborer lorsqu’elles deviennent jeunes filles.

11Cela ne signifie pas, bien entendu, que l’on s’intéresse aux bijoux seulement à ce moment-là. La plupart des fillettes ont de « faux » bijoux ou s’en fabriquent.

12Qui, dans son enfance, n’a pas suspendu des cerises à ses oreilles en guise de pendants flamboyants, comme nous le rappelle une strophe de la chanson bien connue :

  • 8 Il s’agit de la deuxième strophe de la chanson Le Temps des cerises de Jean-Baptiste Clément et Ant (...)

Mais il est bien court le temps des cerises
Où l’on s’en va deux cueillir en rêvant
Des pendants d’oreille,
Cerises d’amour aux robes pareilles
Tombant sous la feuille en gouttes de sang.
Mais il est bien court, le temps des cerises,
Pendants de corail
Qu’on cueille en rêvant8.

  • 9 Nous devons à Claude Lévi-Strauss d’avoir analysé la corrélation entre parure et nourriture dans la (...)

13Ainsi, les fraises des bois avant d’être mangées servent de perles à des colliers éphémères et leur jus de rouge à lèvres, de même que les pétales des fleurs servent de vernis à ongles dans les premiers jeux d’apprentissage de la coquetterie et de la séduction9.

14À côté des premières parures saisies dans la nature, il y a celles que les petites filles façonnent elles-mêmes avec toutes sortes de perles colorées qu’on leur offre volontiers. Mais dans la maison il y a aussi d’autres « merveilles », recueillies et conservées dans la boîte à couture, premier coffret dans lequel tout enfant un jour a fouillé à la découverte des trésors cachés : épingles et bobines de fil de toutes les couleurs, boutons aux éclats nacrés, petits morceaux de dentelle. Walter Benjamin (2000 : 87) a consacré à « la boîte à ouvrage » un magnifique texte, dont nous proposons quelques lignes :

Outre la région supérieure de la boîte où ces bobines étaient rangées les unes à côté des autres, où scintillaient les jeux d’aiguilles et où les ciseaux étaient tous rangés dans leur étui de cuir, il y avait le sous-sol obscur, le fouillis, où régnait la pelote dénouée et où gisaient pêle-mêle des morceaux de rubans élastiques, des agrafes, des œillets et des bouts de soie. Il y avait aussi des boutons dans ce rebut, et nombre d’entre eux d’une forme comme on n’en a jamais vu sur aucun vêtement. J’en ai retrouvé de semblables beaucoup plus tard : c’étaient alors les roues du char de Thor, le dieu du tonnerre, tel que l’avait reproduit un petit maître d’école vers le milieu du siècle dans un livre de classe. Il fallait donc tant d’années pour que le sentiment que j’avais que toute cette boîte était destinée à autre chose qu’aux travaux de couture se confirmât devant une vignette pâle.

15Mais les fillettes aiment aussi s’approprier et essayer, licitement ou en cachette, de « vrais » bijoux. Quand elle était petite, Barbara vidait les coffrets de sa tante paternelle et regardait ses bijoux ; elle faisait pareil avec ceux de sa mère : elle ouvrait toutes les boîtes et, ensuite, remettait tout en place.

– Mais j’allais seulement voir, je ne les mettais pas. J’y allais en cachette, parce que je ne voulais pas qu’on me voie. Peut-être que si je l’avais fait toute seule ma tante paternelle y aurait trouvé à redire, mais je le faisais avec ma cousine, qui était plus grande que moi. Pour nous, c’étaient des secrets qui appartenaient à nos mères. Aujourd’hui, je dirais que c’était quelque chose qui réunissait ce monde des femmes.

16Comme pour toute initiation, l’accès aux bijoux est ici ressenti comme la découverte d’un « secret » qu’il faut dérober. Secret d’un pan de l’existence que l’on devine mais dans lequel on ne peut encore pénétrer : les sorties pour lesquelles les mères se parent sont pour la plupart interdites aux petites filles ; interdit, aussi, le libre accès à la chambre à coucher où se trouve le plus souvent le tiroir ou le coffret à bijoux. Aussi se contente-t-on juste de les regarder ou de les manipuler sans pour autant s’autoriser à les mettre :

Martine : – Quand j’étais malade, ma mère m’apportait sa boîte à bijoux avec un beau satin. J’avais le droit de la vider entièrement et d’accrocher les bijoux sur le tissu. Je me régalais à faire la vitrine du bijoutier. Mais je ne mettais pas les bijoux, je n’en avais pas envie. En fait, j’étais très garçon manqué et je rejetais toute la féminité de ma mère.

17L’apprentissage de la parure peut aussi se faire sous la conduite (et le contrôle) d’une fille un peu plus âgée, qui encourage quelques « essais ». Parfois c’est la mère ou une aïeule qui ouvrent à la fois le coffret à bijoux et l’armoire pour permettre à leur fille ou petite-fille de se déguiser en « dame ».

Le bicarbonate de soude et les bijoux de ma grand-mère

Colette : – Ma grand-mère maternelle, on l’appelait « Ménou », était-elle une « femme à bijoux » ? Coquette, maquillée, chapeautée, elle avait la passion de ces derniers et possédait pour les fixer sur sa tête de longues épingles dont certaines étaient de véritables bijoux. Ses bijoux, elle les gardait dans un tiroir du buffet de sa cuisine et elle nous les montrait régulièrement. L’occasion en était fournie par le « nettoyage » des pierres et des montures. Pour cela, elle gardait au coin de l’évier de la cuisine une vieille brosse à dents et une boîte de bicarbonate de soude, produit réputé redonner aux bijoux leur brillance – et qu’elle utilisait aussi pour blanchir les dents et cuire les pois chiches. Usages domestiques de ce bicarbonate que mon grand-père, souffrant de maux d’estomac, consommait aussi dilué dans un peu d’eau. Le bicarbonate était, pour les bijoux, mis à sec sur la brosse à dents et, tout doucement, on commençait par frotter la monture quand il s’agissait d’une bague par exemple, sans toucher à la pierre. On faisait couler un filet d’eau ensuite pour parfaire le nettoyage. Dans le cas d’une broche encrassée (c’était le cas de la multitude de petites broches en diamants éclats de ma grand-mère – tout un monde animalier : lézards, papillons, scarabées et aussi fleurs et nœuds destinés à égayer les revers d’une veste de tailleur) l’objet était mis dans un verre où on le laissait tremper quelques minutes avant de le brosser, puis on l’essuyait avec un chiffon sec. Ma grand-mère n’omettait pas en cette occasion de nous faire admirer l’éclat des pierres ayant retrouvé leur brillant. Je ne me souviens pas d’avoir pratiqué l’opération sur d’autres objets que les bagues et les broches. Les colliers de perles fines (elle en avait plusieurs) n’étaient jamais soumis à ce traitement. Les bracelets en or – elle en avait aussi de très beaux, très lourds, dans le style « moderne » des bijoux des années vingt, acquis au temps où mon grand-père avait fait fortune – étaient savonnés, je me souviens, avec du « Marseille ».

Au fur et à mesure que je me remémore ce nettoyage auquel mes deux sœurs et moi étions étroitement associées, je me rends compte qu’il s’accompagnait d’une parole, d’un récit – je n’en ai pas le souvenir – retraçant l’histoire de chacun de ces bijoux, son origine, et surtout à qui il était destiné. Ma grand-mère, en effet, partageait entre nous en ces circonstances son trésor. Partage tout à fait imaginaire puisque nous n’avons jamais eu aucun de ces bijoux. La sœur cadette de ma mère a « emporté » ceux qui restaient, car ma grand-mère, qui a dû mener une vie modeste dans ses dernières années, en a, je crois, pas mal vendu.

Partage imaginaire donc, au cours duquel elle nous distribuait les bagues en fonction de la couleur, de la pierre qui selon elle correspondait à notre signe astrologique. Elle était Sagittaire et moi aussi, elle m’octroyait donc ma pierre et ma couleur, « le vert », son émeraude... Ma sœur aînée, Cancer, devait avoir une aigue-marine ou une opale peut-être... Il y avait quelque chose dans le discours tenu sur cette pierre d’un peu dangereux, me semble-t-il. Ma plus jeune sœur, Taureau, avait, elle, un rubis rouge. Les diamants – elle en avait beaucoup en bagues et surtout en boucles d’oreilles – comme les perles revenaient à ses deux filles. Et effectivement, je me souviens ensuite avoir vu sur ma mère un collier de perles que ma grand-mère affectionnait. Elle avait aussi toute une collection de camées, très délicats. Nous les manipulions avec attention. Ils étaient très beaux, roses, bruns, couleur de thé. Ils représentaient des personnages mythologiques. Je me souviens en particulier d’une Minerve casquée. Quand j’ai eu quatorze ans et que j’ai fait ma communion (protestante), ma grand-mère m’a offert un camée d’ailleurs (broche et pendentif). Je l’ai rarement porté car ça faisait très « dame », mais plus tard, je l’ai donné à ma belle-mère qui n’en avait jamais eu et « en rêvait ».

Ces séances de « nettoyage », manipulation, partage des bijoux – tout se faisait par le geste et la parole – préludaient à un jeu lui aussi rituel, celui de nos déguisements avec les chapeaux, les vêtements (des années trente) de ma grand-mère. Là nous pouvions mettre des bijoux de pacotille, elle en avait une grande quantité – dans une boîte à sucre en fer – des sautoirs en jais, de la verroterie, des « clips », grosses boucles d’oreilles qui pinçaient. Bijoux qui nous introduisaient à nos rôles, à nos jeux de rôles, surtout moi, vouée au théâtre et à la danse par cette grand-mère qui aurait souhaité monter sur les planches et qui, dans une tache de naissance que j’ai au cou et que certains qualifiaient de « tache de café au lait », voyait, elle, « un couple de danseurs de flamenco ». Je me souviens qu’elle m’attrapait, me tenant le menton levé, et, dans la lumière, me décrivait la danseuse et son partenaire. Ensuite je me regardais dans la glace, mais tout était inversé et c’était très difficile pour moi de retrouver les personnages. Avec le temps, curieusement, cette tache, assez foncée quand j’étais enfant, s’est éclaircie. Aujourd’hui, on ne la voit presque plus.

À côté des bijoux, et j’ai l’impression qu’à ce moment-là nous leur accordions autant d’intérêt, il y avait les boutons et les rubans. De temps à autre aussi, ma grand-mère nous montrait la grande boîte en fer qui les contenait et ils constituaient autant de merveilles et de trésors chatoyants. Bijoux, rubans aux reflets mordorés dont nous ornions nos nattes, boutons que nous utilisions aussi comme des bijoux, boucles de ceinture fantaisie – il y en avait aussi une boîte – n’avaient d’autre fonction que ces manipulations. On les étalait sur la table, on les commentait. Aujourd’hui, j’y vois bien sûr une manière de nous introduire à notre « féminité » en nous associant à ce qui était tout simplement l’univers de la futilité spécifique à ma grand-mère – elle chantait, était légère, enjouée malgré ses malheurs et on le lui reprochait.

De fait elle nous a ouvertes à un monde de sensations – il y avait aussi les parfums et leurs flacons, et les pierres et leurs formes, le maquillage et ses couleurs –, à un monde sensuel qui était resté le sien et la rendait différente de ce que devait être aux yeux de la famille une grand-mère.

La jeune fille à la perle

18Tout apprentissage se fait dans le respect de règles subtiles que chaque femme doit savoir maîtriser pour adapter sa mise aux circonstances. On ne met pas n’importe quand un « beau » bijou et il faut apprendre à le porter.

19En d’autres temps et d’autres lieux, ces règles ont été adoptées pour signifier les étapes successives de l’accès à la féminité : ainsi en Bulgarie, selon la tradition, seules les femmes mariées possédaient des bijoux faits dans des métaux précieux, les jeunes filles ne pouvant porter que des parures en verroterie, en fleurs ou en paillettes destinées principalement à orner les costumes (Pountev 1975 : 57). Mais même ces modestes parures, ces décorations de pacotille, pouvaient être jugées excessives. Le récit autobiographique de Margit Gari (1983 : 226-229), paysanne hongroise, nous rappelle la vague de « misère dorée » qui traversa dans les années 1920 son village de Mezõkövesd, lorsque les femmes Matyós commencèrent à ajouter frénétiquement à leurs tabliers des perles jaunes et noires et des dentelles dorées. Prêtes à tout pour se les procurer, les femmes, comme « ensorcelées », en perdaient la tête et « les économies des foyers se mirent à s’envoler pour se transformer en “brillants”, comme on nommait toutes ces fioritures [...] ». En conséquence le clergé décida que filles et jeunes mariées ne seraient autorisées à aller à la messe qu’à condition de sacrifier toutes les « dorures » qui leur « avaient coûté tant de peine » car elles avaient travaillé jusqu’à se crever les yeux. Dans la plus grande douleur, les femmes les arrachèrent et les déposèrent dans des corbeilles qui furent brûlées dans le bûcher dressé devant la Grande Église.

20Selon Catalina, originaire d’une famille juive ukrainienne-polonaise émigrée en Argentine et qui vit en France depuis presque vingt ans, une autre règle régit l’acquisition des bijoux. Elle se souvient avoir reçu différentes sortes de bracelets, d’abord très fins et légers, puis de plus en plus gros et lourds, ainsi que des breloques en or en forme de fer à cheval ou de petites étoiles à accrocher aux bracelets. Entre douze et quinze ans, elle a eu un collier et des boucles d’oreilles de perles et, plus tard, sa grand-mère lui a donné des bijoux en pierres précieuses et des boucles d’oreille « spéciales ». Ses deux sœurs ont également reçu leur premier collier de perles à des anniversaires qui marquaient le temps où l’on peut « faire sa jeunesse ».

  • 10 Le collier n’est jamais mentionné parmi les bijoux reçus avant la communion ; ceux-ci ne sont jamai (...)
  • 11 Sur la relation entre la beauté et des caractères tels l’éclat et « le poids », voir le travail de (...)

21Le statut de jeune fille est ici signifié par le don du collier, par l’apparition des perles, enfin par la dimension des bijoux offerts10. Le code esthétique de la parure respecte en effet une progression qui concerne à la fois le type de bijou, la matière, la forme, la taille, le poids et la brillance11.

  • 12 Le partage sexuel qui se fait autour de l’or et de l’argent, destinés, en principe, respectivement (...)

22Lorsqu’une jeune fille est « formée », ses tenues le font apparaître en marquant sa taille et en découvrant sa gorge, l’érotisation du corps reposant toujours sur un jeu subtil entre le caché et le dévoilé. La fonction séductrice propre aux bijoux explique également l’émergence des perles – « associées aux sorties, aux fêtes, à des choses qu’on ne ferait pas étant enfant » – et des pierres précieuses. Plus encore que l’or, elles ont la faculté de réfléchir la lumière et ce qui brille attire le regard. C’est peut-être l’une des raisons pour lesquelles les garçons ont plus souvent des bijoux en argent (et presque jamais ornés de pierreries)12.

23Le droit acquis par la jeune fille de se montrer et de « briller » s’associe au devoir de rester simple et discrète. Aussi prend-on soin de limiter la taille et le nombre de ses bijoux. Avant son mariage, Carole ne possédait qu’une bague en or ornée d’une perle et de petits brillants et une toute petite broche avec deux perles, un petit éclat de rubis et trois petites feuilles d’acanthe. Elle avait aussi reçu de sa tante, qui le tenait de sa belle-mère, un collier en perles de culture qu’elle ne mettait jamais, jugeant les perles « trop grosses » pour une fille de son âge.

24Aujourd’hui encore, en dehors des fêtes et des sorties, les jeunes filles affirment mettre peu de bijoux. Aussi peut-on voir dans la passion de Florence pour ces derniers une volonté de rompre avec l’image traditionnelle de la « vraie » jeune fille.

La Castafiore

– Ça, c’est un cadeau de ma mère ; ça, de mon copain ; ça, c’est moi parce que je craque quelque fois, quand même ; ça, c’est moi aussi ; ça, c’est ma marraine ; ça, ma mère ; ça, moi ; ça, mon père ; ça, je l’ai acheté pour Noël avec l’argent qu’on m’a donné et, donc, je considère que c’est un cadeau ; ça, c’est une chaîne que j’ai achetée pour pouvoir mettre le dauphin. Les bijoux, on me les offre, mais en général c’est moi qui en demande et c’est là que l’on me dit : « Tu n’en as pas encore assez ? »
Quand j’étais petite, ma mère m’appelait la Castafiore parce que j’avais tout le temps des bijoux partout. Mon parrain m’avait offert une boîte avec des perles et je m’étais régalée avec ça. Et, aujourd’hui, je ne peux pas passer devant une bijouterie sans m’arrêter. Je n’achète pas systématiquement, mais si un bijou me plaît et qu’il est dans mes prix, je ne cesse d’y penser. J’accorde presque autant d’importance aux bijoux qu’aux vêtements. L’or ne m’attire pas du tout, je ne sais pas pourquoi j’ai du mal à le porter. Ma sœur a des bijoux en or et je trouve ça très joli mais moi, non. J’ai une gourmette en or que mes sœurs m’ont offerte et je la porterai toujours, je l’aime beaucoup. Mais, quand c’est moi, je choisis des bijoux en argent. Je trouve que l’or et l’argent, ça ne va pas ensemble, et je ne peux pas me dire : je vais mettre l’un et pas l’autre. Parce que je n’arrive pas à changer de bijoux, je porte toujours les mêmes. Tant que j’aurai cette chaîne, par exemple, je la porterai. J’ai un collier en cuivre que j’avais acheté à Peñiscola, en Espagne ; quand mon père m’a offert cette chaîne en argent, comme ça n’allait pas bien avec le collier en cuivre, je ne l’ai plus remis. Mais je le garde. Je garde tous mes bijoux, même ceux qui sont cassés, je ne peux pas les jeter. Ils représentent tous quelque chose, un souvenir.
Ma mère, par contre, n’en porte pratiquement pas, juste son alliance, une montre et, quelquefois, un petit bracelet. Elle met rarement des boucles d’oreilles et n’a pas les oreilles percées. C’est moi qui ai demandé la première à les avoir. Ma mère était complètement contre. En conséquence, le conflit a eu lieu entre ma mère et moi. Il faut dire aussi que, chez moi, ma grand-mère a une influence terrible sur ma mère. Si ma grand-mère a décidé quelque chose, c’est comme ça et elle était contre beaucoup de choses que j’ai voulues, ainsi je ne sais pas si elle était contre les oreilles percées ou contre le fait que ce soit moi qui les voulais. Avec ma grand-mère, c’est la guerre. Elle m’a répété, je ne sais combien de fois, que j’étais déshéritée parce que je portais des jeans déchirés. Je n’étais pas dans le moule.

25Florence représente, à bien des égards, une génération qui affiche son mépris des règles auxquelles devaient souscrire les jeunes filles « rangées ». Fille de parents divorcés, elle a quitté sa mère après le baccalauréat pour vivre avec son compagnon et subvient à ses besoins en donnant des cours particuliers et en gardant de jeunes enfants. Telle qu’elle se décrit, Florence est effectivement couverte de bijoux qu’elle définit non pas par leur nature, mais par rapport à ceux auxquels elle les « rattache ».

26Dans les années 1970, à un âge un peu plus avancé, Carole affirmait d’une manière assez voisine son indépendance : d’une part, en se faisant percer les oreilles, chose que sa mère considérait comme un signe de « ruralité », de l’autre en se couvrant des nombreux bijoux offerts par son époux :

– Michel et moi étions déguisés en permanence. Il y a eu le truc hippie et il m’a offert d’innombrables bijoux en argent, des trucs anciens qu’il achetait aux puces, des chaînes de montre... J’étais couverte de bijoux, non pas de bijoux de famille ou de jeune fille, mais des bijoux exotiques. Mes premières boucles d’oreilles ont été des boucles kabyles que Michel m’avait achetées quand nous étions en Algérie.

27Bijoux exotiques et bijoux en argent ont souvent la préférence. Ce choix ne s’explique-t-il pas aussi comme un désir de marquer la rupture avec les bijoux de l’enfance tout en les distinguant de ceux des « dames » ?

  • 13 Nous n’aborderons pas ici la question de l’analogie entre pierres et végétaux. Dans les collections (...)
  • 14 Peau d’ange (ou Beau) est l’appellation donné au corail asiatique « Boké », très rare et d’une gran (...)

28Le plus souvent en or, ces derniers se caractérisent, nous l’avons dit, par l’apparition progressive des pierres précieuses. L’importance qu’elles prennent ne semble pas seulement liée à l’exigence de rendre la femme de plus en plus « visible ». On peut également y voir une manière de concrétiser la métaphore florale de son épanouissement. Les pierres précieuses sont colorées et les bijoux (les bagues et les broches, en particulier) empruntent souvent leurs formes au monde végétal13. Une femme a reçu pour ses vingt ans une bague en or gris avec un saphir entouré de roses, son premier « beau bijou ». Ces bijoux « fleuris » sont parfois des gages d’amour trop lourds à porter, comme l’anneau offert à Monica par son futur mari : une tulipe avec des pétales en corail peau d’ange14 et des petites feuilles en brillants. Gênée par « cette fleur trop ouverte », elle admet avoir à peine essayé la bague qui préfigurait des fiançailles – qui n’eurent jamais lieu – et la figeait dans un rôle social fort conventionnel.

  • 15 À cette pierre douée de multiples vertus thérapeutiques et prophétiques, on attribuait aussi le pou (...)
  • 16 Nous ne traiterons pas ici la question fort complexe des pierres précieuses et des différentes vert (...)

29L’ordre dans lequel on accède aux bijoux respecte une gradation : de la monochromie à la polychromie, de l’opacité à la brillance. On passe du métal à la pierre, du rouge du corail au blanc de la perle pour atteindre la transparence du bleu de l’aigue-marine et du saphir15. « Les roses » viennent apporter leurs premiers éclats, avant que le « solitaire » – le bijou qui confère un caractère d’engagement définitif – n’ouvre à un autre temps de la vie qui laisse la place au rubis, aux émeraudes et à tout l’éventail des pierres précieuses et semi-précieuses16.

30L’importance accordée à la matière, à la taille et à la valeur marchande de ces bijoux est aussi liée à une « stabilité » progressivement acquise avec l’âge. Les filles ont le droit de « papillonner » et cette légèreté est inscrite dans leurs bijoux comme dans leurs usages. Aussi, elles les cèdent à leur(s) amie(s), le temps d’une soirée : il faut permettre à l’autre d’être belle en lui prêtant un bijou que l’on considère essentiellement comme une parure. Comme les journaux intimes et les confidences amoureuses, les bijoux circulent entre les jeunes filles, contrairement à l’attitude de la plupart des femmes qui s’étonnent, voire s’indignent à l’idée de prêter leurs bijoux.

31Si les filles les échangent volontiers et s’achètent les mêmes bijoux, les garçons, eux, ne les prêtent presque jamais à des amis. Les rares garçons qui le font « prêtent » leurs bijoux les plus personnels – gourmette ou médaille gravées à leur nom – à leur petite amie. Un signe d’identité, en effet, ne peut être concédé à autrui sauf à titre de gage d’amour. Ce qui explique le fait que beaucoup de femmes reçoivent au moment des noces, ou pour signifier une liaison hors mariage, la bague chevalière de leur conjoint qu’elles adoptent telle quelle, en la ramenant juste à la taille du doigt, mais qu’assez souvent elles transforment, en effaçant la trace de l’autre qui y était inscrite.

  • 17 Sur la question de la perte des bijoux, se reporter au chapitre 5.

32Deux jeunes Italiennes, Claudia et Flora, pratiquent le prêt de bijoux occasionnellement sous forme d’échange entre elles, ainsi qu’avec leurs mères et sœurs respectives. Elles aiment aussi acheter des bijoux ensemble, parfois la même bague ou la même paire de boucles d’oreilles. Porter le même bijou ne les gêne pas du tout, au contraire, elles considèrent que ce geste « donne à voir » leur lien privilégié. Cependant, Claudia spécifie qu’elle ne peut pas prêter les bijoux auxquels elle est très attachée, parce qu’elle en est très jalouse et qu’elle a peur de les perdre. En effet, on ne prête pas n’importe quel bijou et le prêter implique de pouvoir s’en séparer, fût-ce temporairement, ainsi qu’admettre la possibilité de ne jamais le récupérer17.

33C’est la raison pour laquelle Monica, une autre Italienne originaire de Naples qui a perdu le « trésor » de ses aïeules, entretient une relation très forte avec les bijoux qui ont joué un rôle important dans l’histoire des femmes de sa famille sur trois générations. Son récit d’une « vie de bijoux », proposé ici, permet de saisir comment ces objets façonnent un destin à la fois singulier et social. Pour trouver sa propre place et se détacher de l’univers pétri de croyances religieuses et superstitieuses qui fut celui de son enfance et de son adolescence, dominé par la figure de sa grand-mère, Monica s’est donné un rôle transgressif et, rompant avec la tradition familiale, a élu un bijou jusque-là rejeté : la boucle d’oreille.

Sacrés bijoux

– Les bijoux, je les ai d’abord imaginés grâce aux récits de ma grand-mère maternelle qui, pendant la guerre, avait perdu un coffret bourré de bijoux hérités de sa grand-mère, une femme très riche. Elle y était restée si attachée qu’elle me les décrivait au point que je les voyais. Je dessinais souvent les bijoux, d’habitude des princesses couvertes de joyaux accordés à leur tenue et entourées de lumière. Ils étaient toujours en or, aussi brillants que possible. Je me souviens d’une vipère en or et très longue, les yeux en rubis, dont me parlait ma grand-mère ; elle la portait tantôt en collier, tantôt en ceinture, tantôt enroulée autour de son bras.
Maman n’a donc hérité d’aucun bijou à cause de la perte du coffret de la grand-mère. Elle avait surtout des bagues. Je me souviens très bien d’un anneau des années quarante, un gros serpent enroulé qu’elle portait souvent. J’adorais cette bague parce qu’elle me rappelait la vipère de ma grand-mère et elle m’impressionnait beaucoup. Je me souviens aussi d’un très gros bracelet à mailles étroites et d’un anneau avec des petits brillants sur tout le tour et deux autres plus gros au milieu : il avait appartenu à ma tante qui à sa mort l’avait destiné à ma mère.
J’aimais beaucoup jouer avec les bijoux de ma mère et je me régalais à fouiller dans son tiroir. J’enfilais la chemise de nuit de ma grand-mère et je mettais les boucles d’oreilles, les anneaux, les bracelets, les colliers, tout, elle me laissait faire. Une fois, j’ai cassé une chaînette ; une autre fois, j’ai même perdu un anneau, mais j’ai continué à le faire, j’adorais ça.
Un autre de mes premiers souvenirs est celui des bijoux déposés sur les images saintes. À la maison, il y avait une petite table d’angle en verre, où un lumignon brûlait en permanence. Sur cette table, qui faisait office d’autel sacré, étaient disposés un tableau de la Vierge des Sept Douleurs, un saint Antoine de Padoue, un buste de saint Janvier, les prières des morts et la « rose de Sainte-Anne », une rose rouge comme le sang, qui servait pour les accouchements : ma grand-mère disait qu’elle s’ouvrait en même temps que le vagin (sic). Cette sorte de petit autel était dans la chambre à coucher de ma grand-mère ; plus tard, à sa mort, il est passé dans celle de ma mère. Elle a hérité aussi d’une Vierge de Pompéi revêtue d’or : on lui avait fait faire un trône d’or, une couronne d’or avec des étoiles et un collier en or. C’était un ex-voto de remerciement, mais je ne me souviens plus très bien pour quelle raison. Je suppose que c’était pour la maladie d’un des enfants ou peut-être une chose plus grave encore, couvrir d’or la Vierge c’était un acte de dévotion important. Ce tableau toujours éclairé par une petite ampoule électrique surplombait le lit de ma mère. La Vierge des Sept Douleurs avait aussi des bijoux, notamment une chaînette avec un crucifix ayant appartenu à ma mère qu’elle lui avait offert en ex-voto pour sa dernière fille, malade depuis sa naissance et morte par la suite. La Vierge arborait aussi l’alliance de ma grand-mère et une breloque d’enfant. C’était toujours pour des grâces accomplies à l’occasion de maladies. Je me souviens très bien de la chaînette qui entourait vraiment le cou de la Vierge et cela m’impressionnait beaucoup : l’image de la Vierge avec une vraie chaîne.

Voilà, donc, pour moi les premiers bijoux ont été les bijoux perdus de ma grand-mère. Après il y a eu ceux qui appartenaient à ma mère et à la Vierge. Mais ces derniers, personne ne pouvait les toucher, pas même les effleurer, car cela était ressenti comme un péché. Ils ne nous appartenaient plus, ils étaient sacrés ; même la grand-mère, en enlevant la poussière, était très attentive. Elle n’a jamais fait sortir aucun bijou de la maison, sauf une fois où elle a porté un anneau à la Vierge de Pompéi. Il faut dire que ma grand-mère était une sorte de prêtresse : tous les soirs, les voisines venaient à la maison réciter les litanies ; à genoux autour de ma grand-mère elles disaient la neuvaine.

  • 18 Coquillage connu aussi sous les noms de nombril de Vénus, pierre de Sainte-Marguerite, fève marine.

Mon premier vrai bijou, je l’ai eu pour mes sept ans, c’était une bague avec une aigue-marine. Je l’ai gardée longtemps et puis elle a disparu. Ensuite, j’ai reçu la montre pour la première communion, une montre carrée qui ne me plaisait pas du tout. Je me souviens d’une petite chaîne où étaient suspendus sept porte-bonheur : il y avait une violette en émail, un petit fer à cheval, un croissant de lune, un trèfle à quatre feuilles, une coccinelle. C’était ma grand-mère qui m’avait fait ce cadeau, je crois, pour un anniversaire. J’ai eu aussi une médaille de naissance que je n’ai jamais portée, je ne sais pas pourquoi, et un bracelet avec la déesse Fortune. À part une période où j’ai mis des bracelets indiens avec des turquoises, maintenant j’en porte rarement. Je ne mets pas non plus de bagues, à part mon alliance : au début, je ne la portais guère, elle me gênait ; puis, j’ai commencé à la mettre et maintenant je ne l’enlève plus. Et je porte aussi une bague que ma mère m’a offerte, au majeur de la main droite ; je n’aime pas les mains pleines de bagues. D’ailleurs, les colliers non plus.
Dès mon adolescence, j’ai commencé à acheter moi-même mes bijoux et à en offrir aussi. À un moment donné, ça m’est arrivé d’offrir des cornes en corail, y compris à des copains ou à mon beau-père car les amulettes, il ne faut pas les acheter soi-même, si l’on veut qu’elles apportent chance. La chance, c’est toujours quelqu’un d’autre qui doit te l’offrir ou, alors, le hasard. L’année dernière, par exemple, lorsque je me promenais avec ma fille à la plage le jour de la Saint-Valentin, un pêcheur qui avait trouvé « deux yeux de Sainte-Lucie18 » les a donnés ma fille, qui à son tour me les a offerts. J’en ai fait deux boucles d’oreilles que je porte souvent. Je les considère comme de précieuses amulettes tout d’abord parce que, en quelque sorte, ils m’étaient destinés, et puis, à cause de toutes les significations que je rattache à ces coquillages : la matière, le fait que c’est la mer qui les a ramenés, le don du pêcheur, le hasard.
Je ne peux pas me séparer de mes bijoux. Je les garde à la maison dans des boîtes, et je garde aussi les premiers bijoux de ma fille. Parmi les autres, une boucle de la première paire qu’elle a mise quand on lui a percé les oreilles ; l’autre, je l’ai perdue, mais je conserve celle-ci en souvenir dans une pochette avec le cordon ombilical, la petite gourmette avec sa date de naissance et son prénom et le bracelet qu’on donne à la clinique pour identifier le bébé. Et je garde aussi l’abitino (scapulaire) que maman avait posé sur mon cœur pour me protéger pendant l’accouchement. À l’intérieur de ce petit sachet, il y des images saintes, notamment celle de sainte Anne. Voilà, donc, les premiers bijoux de ma fille : le cordon, la boucle, les bracelets. En effet, j’étais à peine enceinte, mais je sentais déjà que c’était une fille ; alors j’ai acheté de la laine rose pour lui faire un petit chandail et une paire de petites boucles d’oreilles, avec une pierre bleu clair, un genre d’aigue-marine comme celle qui était sertie dans ma première bague. Je ne les lui ai pas encore données parce qu’elles sont difficiles à porter. Ensuite, j’ai acheté un petit bracelet avec des amulettes. Maintenant que j’y repense, je me rends compte que je lui ai acheté les mêmes bijoux que ceux que j’avais quand j’étais petite. C’est un souvenir qui a dû affleurer. Pendant ma grossesse, ma mère aussi lui a acheté une paire de boucles d’oreilles, avec une petite pierre d’une couleur sombre, que je garde également. Puis, à la naissance, elle a eu plusieurs bijoux offerts par la famille et les amis : des petits bracelets, des breloques, des boucles d’oreilles, ainsi qu’une belle chaîne, cadeau de sa marraine. Maintenant qu’elle a dix ans, ses bijoux préférés sont les boucles d’oreilles ; elle ne porte pas de bagues, ni de bracelets parce qu’elle les casse ou les perd. Comme si les choses se répétaient un peu car moi aussi je préfère les boucles d’oreilles. D’ailleurs, j’ai été la première à en porter dans ma famille où personne n’avait les oreilles percées. Ma grand-mère disait que seuls les gens vulgaires le faisaient ou bien les pauvres, qui devaient se protéger du mauvais œil. Un jour, une de mes copines est venue à la maison et ma grand-mère a immédiatement remarqué qu’elle portait des boucles d’oreilles : « Ah, non, c’est une personne vulgaire, elle porte des anneaux. »
Si ce sont mes bijoux d’élection, j’ai pourtant des goûts très précis ; il faut aussi qu’elles aient une certaine longueur et qu’elles ne se rapprochent pas du cou, autrement elles me gênent. D’abord, j’ai porté des petits anneaux, ensuite des anneaux de plus en plus grands, puis j’ai commencé à acheter des boucles d’oreilles anciennes en or et en corail. Je cherchais des bijoux qui avaient déjà appartenu à quelqu’un. Ceux-là sont destinés à des occasions particulières – des soirées, des fêtes – parce qu’ils doivent s’accorder à une tenue. Pour tous les jours, je continue à mettre les anneaux, je les considère les plus familiers, j’y suis tellement habituée que je les garde même quand je vais me coucher. Les autres me gênent, alors je les enlève et je les remplace par les anneaux avant d’aller au lit. Je ne suis pas à l’aise sans boucles d’oreilles, ce n’est pas pour des raisons esthétiques. Les rares fois que je les ai oubliées, j’ai eu l’impression que mon oreille n’était pas complète, comme si le bijou faisait partie de mon corps.

34Récits et portraits ici présentés, au-delà de la singularité affirmée de chacune des locutrices, offrent un certain nombre de similitudes. Certes, de l’un à l’autre se dessinent bien l’importance, la place et les moments privilégiés d’un apprentissage qui passe d’abord par la découverte des « trésors » gardés et montrés très souvent par une grand-mère. Qu’ils soient seulement offerts aux regards, prêtés ou touchés, voire « essayés » quelques instants par la fillette éblouie, ce maniement s’accompagne d’une parole, d’un discours. Manier les bijoux conduit à les faire parler, actes inséparables dont Pierre Michon rend compte par l’expression « joaillerie verbale » (voir supra, p. 5).

35Supports des histoires de famille dont ils révèlent ou cachent les secrets, leur perte ne suffit pas à les anéantir, ils perdurent par la parole. Cette dernière a le pouvoir de les rendre présents, de les faire voir par la force d’un imaginaire tel que Monica peut conclure son évocation par ces mots : « Voilà, pour moi les premiers bijoux ont été les bijoux perdus de ma grand-mère. »

36Cette dimension imaginaire, qui se déploie plus intensément encore à propos des bijoux racontés, décrits, est tout aussi présente dans les scènes où la grand-mère montre à ses petites-filles des bijoux bien réels – les siens – qu’elle leur assigne. Partage lui aussi totalement fictif, mais où, en attribuant à chacune la pierre qui lui « revient », elle crée entre les destinataires et les pierres qui leur correspondent un rapport, un signe : celui de leur destin. Ce destin qui est comme détenu par « les gardiennes des trésors », il leur incombera de l’accepter ou de le contrarier par le jeu d’oppositions, de refus. Ainsi pour celles qui, mettant fortement l’accent sur cette dimension, révèlent bien toute l’ambivalence d’une transmission pouvant se retourner en son contraire. En effet, la volonté d’affirmation de soi qui anime les jeunes filles les pousse aussi à élire un bijou choisi ou rejeté par la « tradition familiale ».

  • 19 Des femmes se qualifiant elles-mêmes de « pies voleuses » qui ne peuvent se retenir à la vue d’un b (...)

37D’ailleurs, à côté de ces récits où boîtes et coffrets offrent à voir leur contenu de manière licite sous le vigilant regard de l’aïeule, il y a ceux où les fillettes « vident » seules, en cachette, les coffrets, juste « pour voir » sans être vues. Il faut donc, aussi, « dérober » ces trésors, se les approprier par un regard d’envie, de désir que les fillettes apprendront également à maîtriser, mais que certaines femmes, ressaisies par la fascination première, avouent ne pouvoir réprimer19.

38À côté des bijoux réels, qui reviennent de droit ou échoient par élection, restent toujours ceux dont on a fait miroiter dans l’enfance la possible possession, le possible partage. Bijoux fantômes, bijoux revenants, ils n’en occupent pas moins une place fondamentale, tout comme ceux que l’on perd ou que l’on égare, dont nous parlerons plus loin.

39Ces moments inauguraux, toujours situés dans la prime enfance, introduisent au monde des bijoux. Viendra ensuite le temps de l’apprentissage réglé du port personnel, dont maintes jeunes filles nous ont fait parcourir le bon déroulement. Là aussi, des personnages de grand-mère, de tante, de marraine, comme dans les contes merveilleux, offrent à l’héroïne le premier bijou, le premier cadeau. Cette étape essentielle est le plus souvent marquée par une paire de boucles d’oreilles dont le souvenir reste prégnant. Bijou de prédilection des unes, honni des autres, il occupe, en effet, une place centrale dans les vies. Plus encore parce que longtemps il est resté le bijou qui, en venant à faire corps avec la personne, peut être considéré comme l’un des éléments propres à sa constitution.

Notes

1 En Italie et en Espagne, on offre encore « beaucoup d’or » aux bébés ainsi que les petits couverts et la petite assiette, le coquetier et la timbale en argent gravé avec le prénom ou les initiales de l’enfant. Plus rares sont les grelots et les anneaux de dentition en argent et ivoire ou en os, devenus désormais des objets d’antiquité, dépourvus de leur fonction utilitaire.

2 Pour le baptême, il s’agit très souvent des grands-parents, ainsi que des oncles et tantes.

3 Nous n’aborderons pas ici la dimension religieuse des bijoux dans le processus de construction de l’identité féminine dans son rapport avec l’identité chrétienne. Voir sur ce dernier point Albert-Llorca (1995 : 121-144). Sur le modelage de l’identité religieuse et sexuelle, nous renvoyons aux travaux de Giordana Charuty (1985) et Agnès Fine (1994).

4 Sur la gourmette voir infra, p. 59.

5 C’est plus particulièrement le cas de ce qu’on appelait jusqu’à une date récente la « communion solennelle », le plus souvent effectuée entre douze et quatorze ans. Les garçons recevaient leur première bicyclette, un stylographe, une montre ; les filles, leurs premiers « beaux » bijoux, une trousse de toilette, un coffret à bijoux. Sur l’histoire et le sens social de ce rite, voir Delumeau (1987 : 39).

6 La montre, cadeau classique de la communion qui vient introduire la notion du temps, n’est pas toujours considérée comme un bijou. Aujourd’hui parée du statut des objets performants, elle s’éloigne de plus en plus du modèle en or Lip encore en vogue dans les années 1960.

7 En réaction à cette manière de confisquer – fût-ce en les modifiant – des bijoux jusque-là réservés aux hommes –, des marques telles que Baraka continuent à créer gourmettes et chevalières « modernisées » pour eux seuls.

8 Il s’agit de la deuxième strophe de la chanson Le Temps des cerises de Jean-Baptiste Clément et Antoine Renard. Merci à Claudine Vassas de m’avoir rappelé cette chanson et à Sylvia Dupuy de m’en avoir fourni le texte complet.

9 Nous devons à Claude Lévi-Strauss d’avoir analysé la corrélation entre parure et nourriture dans la mythologie amérindienne (1991: 183 sq.). Sur la question de la transformation de la nourriture en parure dans le folklore du Monde Ancien, voir Djéribi-Valentin 1989 : 55-69.

10 Le collier n’est jamais mentionné parmi les bijoux reçus avant la communion ; ceux-ci ne sont jamais ornés de perles ni de pierres précieuses (à l’exception, cependant, des boucles d’oreilles qui peuvent porter une petite pierre). Ces matières ne commencent à apparaître qu’à partir de la communion et augmentent de façon très sensible pour les fiançailles (la bague traditionnellement offerte par le fiancé comporte presque obligatoirement un diamant et/ou un saphir) et le mariage.

11 Sur la relation entre la beauté et des caractères tels l’éclat et « le poids », voir le travail de Marie Mauzé sur la conception du beau dans les sociétés de la côte Nord-Ouest (1999 : 83-98).

12 Le partage sexuel qui se fait autour de l’or et de l’argent, destinés, en principe, respectivement aux filles et aux garçons, peut être aussi complètement renversé. Aujourd’hui beaucoup de garçons n’hésitent pas à porter des chaînes et des gourmettes en or, tandis que les filles – ainsi que certaines femmes – accordent leur préférence aux bijoux en argent.

13 Nous n’aborderons pas ici la question de l’analogie entre pierres et végétaux. Dans les collections européennes de bijoux populaires, on retrouve constamment des représentations miniaturisées de feuillages et fleurs auxquels on reconnaît des significations et des vertus particulières, ainsi que d’autres symboles empruntés à l’univers cosmique.

14 Peau d’ange (ou Beau) est l’appellation donné au corail asiatique « Boké », très rare et d’une grande valeur due à un travail qui n’admet aucun défaut et à sa couleur rose parfaitement uniforme. Sur les différentes appellations du corail, voir entre autres Tescione (1964, 1968) et Liverino (1984).

15 À cette pierre douée de multiples vertus thérapeutiques et prophétiques, on attribuait aussi le pouvoir de contenir le désir sexuel. Dans cette optique, l’offre d’un saphir aux fiançailles entérinerait le lien entre les deux jeunes gens, tout en canalisant la sexualité de la « jeune fille en fleur » dans le couple.

16 Nous ne traiterons pas ici la question fort complexe des pierres précieuses et des différentes vertus qu’on leur a attribuées depuis l’ouvrage fondateur de Pline l’Ancien.

17 Sur la question de la perte des bijoux, se reporter au chapitre 5.

18 Coquillage connu aussi sous les noms de nombril de Vénus, pierre de Sainte-Marguerite, fève marine.

19 Des femmes se qualifiant elles-mêmes de « pies voleuses » qui ne peuvent se retenir à la vue d’un bijou, capables de « se l’approprier » d’un seul regard.

Notes de fin

1 Je tiens à remercier Marlène Albert-Llorca qui m’a permis d’intégrer ici, tout en opérant des modifications dans la présentation, le texte qu’elle a rédigé pour le rapport « Parures des femmes, parures des Vierges » (1995 : 49-58).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search