Version classiqueVersion mobile

Bijoux à secrets

 | 
Patrizia Ciambelli

Avant-propos

Texte intégral

1Les bijoux ont été présents tout au long de ma vie. Il y eut d’abord ceux que de temps en temps j’avais le droit d’aller « juste regarder » dans la bijouterie de mon père et de mon oncle – lieu interdit aux femmes de la famille – et ceux qui étaient le « trésor » de ma mère, arborés les soirs de sortie, rangés le jour dans le tiroir de sa commode. Les uns et les autres ont été presque tous perdus à jamais. Ensuite, il y eut mes propres bijoux et ceux de ma sœur, mais surtout ceux destinés aux « clientes », inconnues qui ont pourtant pris place dans ma mémoire à travers les récits de mon père. Ce n’est que bien plus tard, lors de mes travaux de recherche, que j’ai à nouveau entendu ce « parler bijoux ».

2J’aimais rester dans la bijouterie – même si c’était rare – afin d’observer mon père s’affairer, muni d’un tas d’outils et de petites balances avec leurs poids menus, attendant le moment où il déroulerait les rouleaux en velours qui laissaient cascader pierres précieuses, perles, brillants, grains de corail. Il les alignait les uns après les autres sur la belle table ovale de style Liberty pour composer colliers, bracelets, boucles d’oreilles, broches. Ces bijoux éphémères étaient mes préférés car ils prenaient forme ou se défaisaient en un clin d’œil sous les gestes savants et brusques de mon père. Ces mêmes gestes, qui m’ont toujours étonnée, il les répétait lors des essayages de joyaux sur les clientes venues du monde entier, qui le laissaient faire et se livraient à lui en toute confiance. La vieille bijouterie de la fin du xixe siècle, dans le quartier de Santa Lucia à Naples, avec ses meubles austères en ébène et ses décorations dorées, ses somptueuses vitrines et ses immenses miroirs, a accueilli pendant un siècle les bonheurs et les adversités, les confidences et les secrets de femmes et d’hommes venus y chercher « la joie ». Beaucoup plus tard, en d’autres lieux et dans un tout autre contexte, j’ai rencontré des femmes qui ont accepté d’ouvrir pour moi leurs coffrets et de laisser parler leurs bijoux. Tout en préservant leur anonymat, je tiens à les remercier particulièrement.

Bijouterie du père de l’auteur à Naples dans les années 1950. Collection Patrizia Ciambelli.

3Ma reconnaissance va à beaucoup de personnes : à ceux qui ont été des interlocuteurs constants, mais aussi à tous ceux et celles que j’ai parfois rencontrés de façon occasionnelle et qui ont voulu me confier leurs histoires et leurs souvenirs.

4Sans l’amitié et la générosité de Claudine Vassas, qui m’a encouragée à écrire, m’a accompagnée tout au long de ce travail et s’est consacrée à une relecture soignée des différentes versions du manuscrit, ce livre n’existerait pas. Avec Marlène Albert-Llorca, j’ai eu le plaisir de partager une bonne partie de mon chemin à l’époque de notre recherche ; je dois beaucoup à ses suggestions et à ses judicieuses remarques pendant le travail de rédaction. Les membres du Centre d’anthropologie de Toulouse ont nourri ma réflexion pendant douze ans avec l’apport précieux de leur pensée lors des séminaires et des différentes occasions d’échanges, en particulier Jean-Pierre Albert, Alain Ballabriga, Dominique Blanc, Josiane Bru, Marine Carrin, Agnès Fine, Annie Paradis, Harald Tambs-Lyche. Je tiens à exprimer ma gratitude à Daniel Fabre qui m’a accueillie à Toulouse et m’a permis d’élargir les frontières d’une discipline, pour moi trop étroite, grâce à son savoir et à la finesse de son intelligence.

5Annabella Rossi, qui m’a fait découvrir l’ethnologie et m’a appris à faire du terrain, m’a toujours accompagnée, malgré sa disparition trop précoce, depuis notre première rencontre il y a vingt-cinq ans. Luciano Blasco, Pasquale et Riccardo De Antonis, Emilia De Simoni, Francesco Faeta, Carla Guida, Annina et Italo Insolera, Daniele Jalla, Cynthia Mancini font partie des collègues et amis italiens avec qui j’ai partagé des discussions stimulantes et des expériences de terrain. Si j’ai pu commencer ce travail, je le dois aussi à Valeria Cottini-Petrucci, qui dirigeait le musée national des Arts et Traditions populaires à Rome lorsque j’ai organisé l’exposition sur la collection de bijoux traditionnels. Pendant les années passées au musée comme conservateur, j’ai eu le privilège de rester toujours sensible aux objets et aux problématiques qu’ils suscitent, tout en remettant chaque fois en cause les tentatives de mise en ordre et de systématisation. L’expérience muséographique, que j’ai essayé de ne jamais dissocier du terrain ethnographique, m’a permis de développer une « bonne vue » et d’accorder une place importante à l’image. Je dois aussi à la force et à la portée des mots des écrivains, des philosophes et des psychanalystes certaines audaces que j’ai pu m’autoriser.

6Ce travail est dédié à mon père et rend hommage à une vie consacrée aux femmes et aux bijoux, précieux objets qu’il continue à créer, même si c’est désormais uniquement dans son imaginaire.

7A Paolo, Nicolo` et Marco qui m’ont accompagnée tout le temps de ce long trajet, j’offre ce livre.

Table des illustrations

Légende Bijouterie du père de l’auteur à Naples dans les années 1950. Collection Patrizia Ciambelli.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4165/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 380k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search