Version classiqueVersion mobile

Nécropoles et société au premier âge du Fer

 | 
Jean-François Piningre

Chapitre 1. Introduction

Jean‑François Piningre

Texte intégral

1.1 Le cadre naturel

1Entre Gray et Port‑sur‑Saône, la haute vallée de la Saône développe ses larges méandres à travers un paysage ouvert et mollement ondulé de plateaux limoneux, ponctués par des placages argileux boisés. Seuls les escarpements des rives convexes apportent çà et là quelques contrastes. Au nord‑ouest, le plateau calcaire du Jurassique moyen de Champlitte se relève progressivement. La morphologie karstique, les vallées sèches déterminées par un réseau de failles d’orientation N.‑E./S.‑O., modèlent ici un paysage plus accidenté. Des buttes boisées aux versants pentus culminant autour de 360 m, encadrent des dépressions argileuses aux terres lourdes. Quelques rares affluents de rive droite (Salon, Vannon, Vingeanne), aux cours sinueux, dissèquent le plateau et constituent des voies de pénétration privilégiées vers le nord‑ouest en direction du plateau de Langres, de la Bourgogne septentrionale et de la Champagne (fig. 1).

FIG. 1 – Localisation du tumulus de Courtesoult.

J.‑F.P. del./Culture

2A 8 km environ au nord de la vallée de la Saône, le tumulus de Courtesoult (Haute‑Saône) domine de 20 m environ une petite vallée sèche qui conduit à quelque 3,5 Km de là vers le Salon. Les calcaires oolithiques de l’Oxfordien moyen sont masqués çà et là par une faible couche de limons argileux, totalement arasés par endroits. Le choix de cet emplacement à mi‑pente, en bordure d’une légère terrasse atténuée par les mises en culture, contribuait à accentuer le relief du tumulus pour qui le découvrait depuis le fond de la vallée.

1.2 Le tumulus de Courtesoult

1.2.1 Circonstances de la découverte

3Le tumulus de Courtesoult est connu depuis 1967, année où François Rigolot le signalait à Marcel Demésy, correspondant de la direction des Antiquités préhistoriques de Franche‑Comté. A cette époque, la parcelle était en pâturage et aucune menace ne pesant sur le monument, sa découverte passait pour ainsi dire inaperçue. Quelques années plus tard, le monument faisait seulement l’objet d’une brève mention à l’occasion d’une présentation des âges du Fer dans la vallée de la Saône (Millotte 1983).

4En mars 1987, lors d’une visite de contrôle, M. Demésy remarquait que des labours récents avaient bouleversé plusieurs sépultures. Des ossements humains appartenant à des individus differents, un fragment de plaque de ceinture en bronze décorée au repoussé étaient alors recueillis. L’état d’arasement du tertre, régulièrement labouré depuis environ quatre ans, justifiait une fouille de sauvetage urgent qui était réalisée du 15 août au 30 octobre 1987 (fig. 2).

FIG. 2. – Vue générale du tumulus pendant la fouille.

cl. J.‑F.P./Culture

1.2.2 Composition du tumulus

5Le tertre se présentait avant les fouilles sous la forme d’une légère éminence très étalée, de près de 30 m de diamètre et de 0,70 m de hauteur. Sa localisation en rupture de pente accentuait son relief du côté ouest, alors que le raccord avec le versant est en était sensiblement atténué (fig. 3).

FIG. 3A situation cadastrale du tumulus, B nivellement du tumulus avant la fouille.

L.S. del./AFAN

6Sa composition sédimentaire n’est pas homogène et permet de distinguer deux stades successifs de construction (fig. 4 et 5) :
– un tertre central de 9 m de diamètre environ est formé par une accumulation de limon argileux brun‑jaune, pauvre en cailloux (tertre 1) ; il repose directement sur le rocher qui semble avoir été nettoyé au préalable comme l’indiquent quelques gros fragments de céramiques écrasés à son contact ;
– un dépôt d’argile et de cailloutis fins et denses, parsemé de quelques plaquettes à pendage centrifuge, vient recouvrir partiellement cette première accumulation et compose la masse du tumulus actuel dans son extension périphérique (tertre 2) ; on a pu observer par endroits une structure litée composée de lentilles de granulométrie différente, superposées et bien localisées en plan, résultat des apports successifs de matériaux pendant l’édification du tertre.

FIG. 4. – Coupes du tumulus.

J.‑F.P. del./Culture

FIG. 5. – Coupe du tumulus au contact des tertres 1 et 2. On distingue clairement la composition différente des deux sédiments.

cl. J.‑F.P./Culture

1.2.3 Le fossé

7Un fossé circulaire de 16 m de diamètre, large de 1,5 m environ, aux parois évasées et au fond arrondi, inscrit le tertre 1. Il entaille sur une profondeur de 0,30 à 0,50 m les formations calcaires du Rauracien supérieur superficiellement altérées, constituées de blocailles lâches enrobées par un ciment riche en oolithes. Du côté extérieur, il est bordé par un bourrelet de blocailles, large de 1,50 m et épais de 0,20 m, correspondant aux déblais accumulés lors de son creusement.

8La stratigraphie de ce fossé montre plusieurs étapes de remplissage (fig. 6, coupes 4, 5 et 6) :
– à la base, une couche argileuse grise, riche en oolithes, épaisse de 8 à 15 cm, tapisse le fond et les parois au contact desquels elle est parfois indurée ;
– une couche argileuse brune, caillouteuse et homogène, comble la partie supérieure du fossé.

FIG. 6. – Coupes du fossé nos 4, 5 et 6. Coupe du tertre 1 entre les tombes 6 et 7. Les apports de sédiment de composition différente (lentilles de cailloutis) viennent s’appuyer sur une dalle latérale de la sépulture 6 et passent sous la sépulture 7.

J.‑F.P. del./Culture

9Par endroits, le contact entre ces deux couches est souligné par des éboulis lenticulaires caillouteux de blocailles ou de granules oolithiques issues de la desquamation des parois encaissantes.

10L’évolution de ce fossé peut ainsi être restituée de la façon suivante :
– creusement avec rejet des déblais vers l’extérieur sous la forme d’un cordon continu ;
– évolution à l’air libre avec lessivage, délitage des parois et formation de la couche argileuse grise ; çà et là, éboulement partiel du bourrelet de déblais vers l’intérieur du fossé ;
– apport de la couche brune caillouteuse de composition identique à celle de la seconde étape du tertre.

11Faute d’échantillons représentatifs, les prélèvements polliniques réalisés dans les coupes du fossé de l’enclos ne permettent pas de suivre l’évolution de l’environnement végétal (annexe 1).

1.2.4 Évolution du monument

12Plusieurs observations stratigraphiques permettent de détailler la chronologie relative des deux principales étapes de construction et de fonctionnement du monument.

13Après le nettoyage jusqu’au rocher de l’espace destiné au tumulus, on a procédé au creusement du fossé qui évoluera un temps à l’air libre, ainsi qu’à l’élévation du tumulus 1. Les matériaux rocheux extraits du fossé ne servent pas à la construction du tertre et sont rejetés sur sa bordure externe. Le pendage centrifuge des couches de construction, à la périphérie du coffre de dalles dressées de la tombe centrale no 6 (fig. 6, coupe 7), montre que ce premier tumulus a été érigé tout de suite après ou conjointement à la construction de ce caveau.

14Après un certain temps, difficilement mesurable au vu de la seule stratigraphie, on procède à l’agrandissement du tertre au moyen d’un sédiment différent du premier. Cette terre plus caillouteuse, mais d’origine également locale, indique une exploitation plus complète des matériaux environnants disponibles, alors que seule la couverture de limon argileux avait été utilisée pour le premier tumulus. On sait que cette couche brune caillouteuse a recouvert alors totalement le tertre 1. Les tombes 18 et 38, creusées dans la zone centrale où le remplissage argileux homogène du premier tertre affleurait au moment de la fouille, ont été rebouchées avec un sédiment analogue à celui du tertre 2. Ce dernier a donc été érodé dans sa partie sommitale. Le fossé est sans doute comblé lors de la construction du tumulus 2. En effet, seul un comblement artificiel en une seule fois permet d’expliquer l’homogénéité du remplissage supérieur du fossé et de la seconde étape du tertre, ainsi que la bonne fossilisation du bourrelet de pierres périphérique. Les neuf tombes, installées totalement ou partiellement sur le fossé comblé et à l’extérieur de celui‑ci, montrent que cet agrandissement a eu lieu pendant l’utilisation de la nécropole et bien avant son abandon (sépultures 2, 11, 14, 20, 30, 31, 37, 39, 40) (fig. 7B).

FIG. 7 – Vues du fossé, de son bourrelet de déblais caillouteux (A) et d’un groupe de tombes installées après son comblement (B).

cl. J.‑F.P./Culture

Table des illustrations

Légende FIG. 1 – Localisation du tumulus de Courtesoult.
Crédits J.‑F.P. del./Culture
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41640/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Légende FIG. 2. – Vue générale du tumulus pendant la fouille.
Crédits cl. J.‑F.P./Culture
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41640/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende FIG. 3A situation cadastrale du tumulus, B nivellement du tumulus avant la fouille.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41640/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende FIG. 4. – Coupes du tumulus.
Crédits J.‑F.P. del./Culture
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41640/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende FIG. 5. – Coupe du tumulus au contact des tertres 1 et 2. On distingue clairement la composition différente des deux sédiments.
Crédits cl. J.‑F.P./Culture
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41640/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Légende FIG. 6. – Coupes du fossé nos 4, 5 et 6. Coupe du tertre 1 entre les tombes 6 et 7. Les apports de sédiment de composition différente (lentilles de cailloutis) viennent s’appuyer sur une dalle latérale de la sépulture 6 et passent sous la sépulture 7.
Crédits J.‑F.P. del./Culture
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41640/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende FIG. 7 – Vues du fossé, de son bourrelet de déblais caillouteux (A) et d’un groupe de tombes installées après son comblement (B).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41640/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 174k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search