Version classiqueVersion mobile

Enceintes romaines d’Aquitaine

 | 
Pierre Garmy
, 
Louis Maurin

Chapitre 5 Cadastres et enceintes urbaines

Pierre Garmy et Max Guy

Résumé

Les méthodes de cartophotointerprétation sont sollicitées pour définir l’extension des principaux systèmes urbains quadrillés et préciser l’implantation des « limites » éventuellement assimilables au tracé de l’enceinte. Cette approche, développée ici de façon préliminaire, permet de répondre à quelques questions simples concernant le mode d’implantation du rempart dans le tissu préexistant : le mur a‑t‑il tenu compte des quadrillages dans lesquels il a pris place et en a‑t‑il engendré de nouvelles formes ? La réponse n’est évidemment pas uniforme : à une situation urbaine antérieure, de manière générale beaucoup plus complexe qu’on ne l’imaginait naguère, correspond une série de solutions variées pour concevoir le rempart et donner vie à la nouvelle agglomération.

Texte intégral

5.1 Introduction : aperçu sur la méthode

1L’application des techniques de l’interprétation à l’étude de l’urbanisme antique n’est plus suffisamment nouvelle pour que l’on éprouve encore le besoin de commencer ici par un exposé méthodologique détaillé. Des contributions théoriques (Darbandi, Guy 1981) ou des études de cas à Nîmes (Benoit 1981) ou Agde (Nickels 1981) ont largement popularisé la méthode même s’il n’existe, à l’heure actuelle, ni ouvrage ni manuel faisant la synthèse de la question en archéologie.

2En peu de mots, il s’agit, à partir de l’observation et de l’étude du tissu moderne d’une ville, actuel ou subactuel, de repérer puis d’isoler les trames urbaines anciennes qui s’y trouvent fossilisées et les objets particuliers, tel un rempart, qui y sont éventuellement perceptibles ; leur ancienneté est déterminée de manière relative par la morphologie des contacts qui les lient puis, de manière absolue, par les découvertes archéologiques qu’on peut leur attacher.

3Les documents utilisables à cette fin sont de trois sortes :
– les clichés aériens, de préférence anciens, pour disposer d’un état du paysage urbain antérieur aux grands bouleversements survenus après la Deuxième Guerre mondiale ;
– les documents cadastraux, anciens et modernes ;
– plus marginalement dans le cas de l’étude d’une ville, les cartes d’Etat‑Major, au 1/25 000 principalement.

4Pour réaliser le travail qui suit, on s’est servi de photographies aériennes verticales prises entre 1924 pour les plus anciennes et 1950 pour les plus récentes, issues du fonds de la photothèque nationale à l’Institut géographique national (Bordeaux XV‑36, mission NP 5 de 1924, au 1/10 000, nos 49‑51 et 62‑64 ; mission NP 5 de 1924, au 1/5 000, centre nos 101‑104, sud nos 85‑88, nord nos 120‑122 – Bazas XVI‑39, mission NP 10 de 1934, R8 du 14‑9‑1934, au 1/15 000, nos 343‑345 – Dax XIV‑43, mission NP 11 de 1937, R 92 du 9‑7‑1938, feuille 26, au 1/20 000, nos 37‑39 – Périgueux XVIII‑34 et XIX‑34, mission Périgueux est‑Juillac de 1950, au 1/25 000, nos 304‑307) et de deux clichés verticaux en couleur de Bordeaux et Périgueux pris en 1981 et 1986 (clichés Aérophotoindustrie, Bordeaux, Bordeaux centre, 1981, éch. approximative du tirage utilisé 1/2 000 ; Périgueux, 1986, éch. approximative du tirage utilisé 1/2 000). Les clichés reproduits infra ont été réduits.

5L’échelle d’origine des cadastres modernes étant le 1/1 000 (ou le 1/2 000 pour les cadastres géométriques récents), il s’est avéré nécessaire de travailler sur des réductions assemblées au 1/4 000. Pour trois villes, Dax, Bazas et Périgueux, l’assemblage au 1/2 000, que l’on a réduit de moitié, avait été réalisé par l’atelier de cartographie du Centre Charles‑Higounet (URA 999‑CNRS) pour les besoins des Plans d’occupation des sols historique et archéologique (POSHA) correspondants ; à Bordeaux, le travail n’ayant pas encore été effectué, on a eu recours à un assemblage au 1/1 000 dessiné pour le dossier de réglement du POS du secteur sauvegardé de la ville que l’on a réduit photographiquement à l’échelle désirée.

6Enfin, à titre de compléments, mais avec toutes les précautions d’emploi requises parce qu’ils sont géométriquement faux, on s’est également servi de tous les plans et cadastres anciens disponibles dont les références sont données à la fin des chapitres précédents.

7L’étude qui suit ne prétend pas, loin s’en faut, avoir épuisé le sujet et fait le tour des questions qui peuvent se poser à propos de l’urbanisme antique des quatre villes choisies. Il s’agit d’une approche préliminaire limitée dans ses ambitions aux seuls aspects suivants : définition et extension des principaux systèmes quadrillés, définition et implantation des « limites » possiblement identifiables aux tracés des remparts, identification des grands axes de circulation et des objets particuliers les mieux individualisés. Dans une perspective plus générale il conviendrait de revoir en détail chacune des quatre villes pour en mieux définir les structures dans tous leurs aspects (Corneille, Guy 1992 : 237‑244) ; les choix de méthode que nous avons faits correspondent aux questions que l’on avait posées en préalable concernant la zone urbaine antique dans son contexte, les cadastres antiques antérieurs à l’édification des enceintes, le mode d’implantation de celles‑ci dans le tissu préexistant et leur interaction, à savoir : le rempart a‑t‑il tenu compte du/des cadastre(s) urbain(s) dans lequel ou dans lesquels il a pris place et a‑t‑il lui‑même engendré une nouvelle structure urbaine ?

8Précaution oratoire et méthodologique : l’extension maximale d’une structure orthogonale répondant à un module et une direction donnés définit seulement une surface cadastrée qu’il convient de ne pas assimiler systématiquement à la surface effectivement bâtie et occupée ; au contraire, on verra que l’une et l’autre sont parfois très dissemblables.

5.2 Bazas

5.2.1 Contexte et structures rurales périphériques

9Aux environs immédiats de l’éperon qu’occupe la ville moderne de Bazas, la campagne montre les vestiges d’un cadastre orthogonal orienté à 21° E. Les clichés aériens rendent compte jusque dans le détail du parcellaire contemporain, de la présence d’un réseau ancien qu’il faudrait bien sûr étudier finement et dont il conviendrait de préciser la chronologie. Celui‑ci se reconnaît aisément sur plusieurs kilomètres, en particulier au sud et au nord du bourg actuel. Il semble cependant qu’à l’intérieur de la trame rurale à 21° E, on trouve, de‑ci de‑là, des formes cadastrées plus limitées dans l’espace : c’est en particulier le cas autour de Sauviac, au sud‑est de Bazas où apparaît un quadrillage à 40° qui s’étend sur quelques kilomètres (fig. 112a et 112b).

FIG. 112a – Bazas, structures rurales. 1 Cadastre à 21°. 2 Structure cadastrée à 42°.

VT del. d’ap. PG et MG/dAf

FIG. 112b – Extrait de la carte IGN, 1/25 000, Bazas 1‑2.

5.2.2 Structures urbaines

10La zone urbanisée moderne de Bazas est distribuée sur deux ensembles topographiques distincts, la partie orientale sur un éperon très marqué par des abrupts de tous côtés, la partie occidentale sur un replat de plateau d’interfluve (fig. 113 et 114).

FIG. 113 – Bazas, cliché vertical de la ville.

Cl. IGN, Bazas XVI‑39, mission NP10 de 1934, R8 du 14.9.1934, nos 343‑345

FIG. 114 – Interprétation de la fig. 113, même échelle. 1 Structure orthogonale à 11°. 2 Limites maximales d’extension de la structure. 3 Voies principales. 4 Cours d’eau.

VT del. d’ap. PG et MG/dAf.

5.2.2.1 La ville haute

11Le quartier situé entre la rue Bragoux et la porte Taillade est structuré par trois axes de circulation principaux, d’orientation est‑ouest : la rue Taillade et, de part et d’autre, la rue de Pontac (ancienne rue des Bancs‑Vieux) au nord, et la rue Grangier (ancienne rue des Clercs) au sud. Ces trois voies s’unissent à leurs extrémités et forment deux pattes d’oies, au niveau du parvis de la cathédrale à l’ouest et de la place Taillade à l’est, celle‑ci se prolongeant à l’extérieur de la porte du même nom par une autre patte d’oie.

12Entre les trois voies ainsi définies qui forment l’ossature du quartier, on observe des parcelles en lanières étirées joignant le plus souvent un axe au suivant. Par contre, aucune structure quadrillée régulière orthogonale n’est décelable. Le quartier haut est limité au sud, à l’est et au nord par les rebords de l’éperon et à l’ouest par une succession de tracés arrondis concentriques qui naissent à hauteur du portail de la cathédrale et disparaissent au niveau de la mairie et de la rue Bragoux.

13Cette organisation de la ville haute ressortit probablement à la période médiévale et ne laisse apparaître aucun trait que l’on puisse attribuer avec quelque vraisemblance à une période plus ancienne. Les tracés concentriques rencontrés à l’ouest peuvent correspondre à plusieurs facteurs de nature différente :
– soit une fortification à fossé et talus d’époque indéterminée, mais dont aucune trace n’est apparue à la fouille lors des travaux menés en 1985 sur place (Pichonneau 1989) ;
– soit des ensellements successifs du socle naturel, ce qui paraît plus probable puisqu’on passe de l’altitude 89 m au pied de la cathédrale à l’altitude 83 m à l’entrée de la rue Bragoux sur une distance en ligne droite d’à peu près 80 m ;
– soit une combinaison des deux.

14Les fouilles récentes (1991) menées par J.‑F. Pichonneau dans le jardin de l’archevêché, jouxtant immédiatement la cathédrale au sud, ont livré les témoins démantelés mais indubitables d’une maçonnerie antique, en petit appareil et rang de briques, de plusieurs mètres d’épaisseur. En fonction de la position topographique de cette découverte et de l’importance des vestiges, il fait peu de doute que l’on soit en présence de l’enceinte antique. Cet élément nouveau du dossier bazadais ne remet pas en cause la lecture du tissu urbain que l’on a faite précédemment, d’autant moins que la stratigraphie relevée aux abords du mur trahit l’absence complète de séquence attribuable au Haut‑Empire traduite par l’absence de structure cadastrale relative à cette période.

5.2.2.2 La ville basse

15Dès l’abord, la nature du tissu urbain apparaît nettement différente à l’ouest de la place de la mairie de ce qu’elle est sur l’éperon. Une structure quadrillée, orientée à 11° E, s’étend de part et d’autre de la route Bordeaux‑Bayonne (cours du Maréchal‑Foch, cours Ausone) sur les anciens quartiers du Mercadil et de la Targue.

16Le module de ce cadastre est difficile à déterminer ; cependant les grands alignements (grosso modo nord‑sud) du système suggèrent, par autocorrélation, une équidistance de 43 m environ, ce qui pourrait correspondre à un module d’un actus avec des voies de 20 ou 24 pieds (6 ou 7 m). La structure prépondérante du parcellaire moderne en îlots quadrangulaires à cour centrale carrée de la ville basse renforce l’image d’un quadrillage orthogonal. Les limites du secteur quadrillé sont difficiles à fixer précisément.

17A l’ouest, deux tracés sont envisageables, tous deux déterminés par la pointe d’une double patte d’oie ; soit au croisement de la vallée d’Ausone (ancien chemin de la Fond’Espan) et du cours du Général‑de‑Gaulle (ancienne rue de l’Eyre‑Vieille), soit à celui de ce même cours avec la rue Paul‑Lamarque au niveau de la rue de l’Eyre‑Vieille (ancienne chaussée de la Gendarmerie).

18La morphologie du parcellaire et la topographie permettent de retenir les deux hypothèses, la première semblant toutefois plus plausible en raison de la raréfaction très nette des vestiges du réseau à 11° à l’ouest de ce tracé intérieur et en fonction de la position de la résolution de la patte d’oie. Un tracé rectiligne coupe en biais le pâté de maisons entre le cours du Général‑de‑Gaulle et le cours Gambetta.

19Aucun indice sûr ne permet au sud d’imaginer un autre tracé que celui suivi par le rempart médiéval au droit de l’ancienne porte Saint‑Martin avec une continuation vers l’ouest qui épouse les contours du quartier de la Targue, topographiquement bien délimité ; on pourrait éventuellement retenir une limite légèrement plus septentrionale immédiatement au sud de l’ancienne église Saint‑Martin.

20Au nord, les traces du quadrillage disparaissent entre la rue Edme‑Monain (ancienne rue des Vibeys) et la rue Pallas (anciennement Paillas) pour faire place à une direction nettement plus à l’est (35‑40°). Toutefois, des vestiges très ténus du système à 11° apparaissent encore juste au nord du cours du Maréchal‑Joffre, dans le quartier de Pichebin.

5.3 Bordeaux

21Suivant les limites que l’on pourra retenir, la surface urbaine quadrillée varie de 7 à 9 ha. En l’absence de toute donnée archéologique récente, il n’est pas possible de dater avec précision la structure quadrillée à 11°. Toutefois, la chronologie relative nous assure qu’elle est antérieure au rempart médiéval, puisqu’elle le traverse sans tenir compte de sa présence ; il semble même qu’une grande longueur de la courtine ouest du rempart médiéval soit un cardo important du cadastre antique. De même est‑elle antérieure à la fondation des trois églises du quartier, Notre‑Dame‑du‑Mercadil, Saint‑Martin et Saint‑Martial, qui ne sont pas orientées à l’est vrai, mais sur le decumanus du quadrillage. Tous ces éléments renvoient donc à un terminus ante quem qui ne peut être postérieur aux vevie s. mais qui est plus probablement du (début du) Haut‑Empire.

22Le tissu urbain moderne de Bordeaux contient des vestiges de cadastres anciens probablement d’origines urbaines et rurales. Aussi n’est‑il pas simple d’examiner a priori, comme on peut le faire sans difficulté pour des agglomérations de moindre superficie, le contexte et les structures rurales périphériques de la ville, en raison même de son étendue actuelle. La surface étudiée ici est limitée par le périmètre approximatif suivant, appuyé sur la Garonne à l’est : quartier Saint‑Michel, place de la Victoire, cours Aristide‑Briand, quartier Mériadeck, quartier Saint‑Seurin, palais Gallien, Jardin public et Quinconces (fig. 115 et 116).

FIG. 115 – Bordeaux, assemblage photographique. Bordeaux centre.

Cl. IGN, mission NP5 de 1924, nos 101‑104

FIG. 116 – Interprétation de la fig. 115, même échelle.1 Structure rouge. 2 Structure verte. 3 Structure liée au cours d’eau dite structure bleue. 4 Tracés de l’enceinte. 5 Voies principales..

VT del, d’ap. PG et MG/dAf.)

23Dans cet ensemble on distingue nettement trois systèmes parcellaires principaux :
– une structure désignée structure bleue, qui suit à peu près le tracé des rues de la Devise et Margaux depuis le parvis de l’église Saint‑Pierre jusqu’à la rue Vital‑Carles ;
– une structure dite structure rouge, que l’on rencontre principalement sur les pentes du mont Judaïque, et suivant laquelle est bâtie la ville du xviiie s. ;
– enfin une structure appelée structure verte qui cerne les deux précédentes.

24A quoi s’ajoutent d’autres systèmes très limités qui ne seront pas étudiés ici.

5.3.1 La structure bleue fig. 117 et 118

25Il ne s’agit pas à proprement parler d’un système cadastral organisé, mais de l’investissement par les constructions de la vallée de deux rivières réunies, le Peugue et la Devèze, affluents rive gauche de la Garonne.

26Le cours sinueux de ces deux ruisseaux se distingue bien dans le parcellaire moderne en amont de leur confluent, au nord de la cathédrale Saint‑André ; celui‑ci a été observé lors des fouilles de l’îlot Saint‑Christoly en 1981‑1982 (Gauthier 1983). Cependant, un cours artificiel du Peugue que la tradition locale explique comme consécutif à l’édification de l’enceinte, est bien visible sur le plan de 1828 dans les îlots qui bordent la place Pey‑Berland et le cours d’Alsace‑et‑Lorraine au sud. Une série de tracés perpendiculaires au fil de l’eau entre la rue des Bahutiers et la rue Sainte‑Catherine peut rendre compte de l’envahissement progressif par la ville de l’espace compris entre les rues du Cancéra et du Parlement‑Sainte‑Catherine dans lequel on reconnaît sans difficulté la forme du port antique.

FIG. 117 – Bordeaux, cliché vertical des quartiers Alsace‑et‑Lorraine, Saint‑Pierre, Sainte‑Catherine, 1981.

Cl. Aérophotoindustrie, Bordeaux centre, 1981

FIG. 118 – Interprétation de la fig. 117, même échelle.
1 Structure verte. 2 Structure rouge.
3 Structure liée au cours d’eau.
4 Autres structures. 5 Tracés de l’enceinte.

VT del. d’ap. PG et MG/dAf

27La topographie et la présence des rivières et du port dans le secteur ont engendré une structure parcellaire irrégulière en bandes donnant des subdivisions longues à « cour arrière », articulée en arc de cercle suivant le fil de l’eau. Les coïncidences, d’ailleurs rares, entre certains tracés de ce parcellaire et les tracés des deux cadastres orthogonaux donnant des îlots proches du carré et à « cour centrale » dont il sera question ci‑dessous, sont fortuites (fig. 118).

5‑3.2 La structure rouge

28Orientée à 7‑8° O, elle occupe largement le centre‑ville ancien autour du mont Judaïque. Ses vestiges, très bien conservés, sont limités de la manière suivante. Au nord, mis à part le secteur des Quinconces où toutes traces anciennes ont été oblitérées par les aménagements médiévaux et modernes, la trame rouge s’arrête au niveau de la rue Hugucrie et légèrement au nord de l’église Saint‑Seurin, qui est elle‑même orientée sur le decumanus du réseau. À l’ouest, elle ne dépasse que rarement l’alignement de la rue de Belfort. A l’est, en rive gauche du port marqué par la structure bleue, on la suit bien jusqu’au niveau du Grand‑Théâtre sur le rebord de la terrasse alluviale. Au sud, ses limites sont moins nettes ; elle englobe la cathédrale qui suit elle aussi son orientation et se poursuit jusqu’à hauteur de la rue Sainte‑Catherine de manière dense ; ses traces deviennent ensuite plus fugaces sur la rive droite du port où elle demeure perceptible sous une forme moins nette jusqu’à la place de la Victoire.

29La structure rouge, bâtie sur un module en actus, généralement avec un pas de 4 actus et quelques « anomalies » à 3, est datée de manière absolue par de nombreuses fouilles récentes au nombre desquelles on retiendra le site de la cli‑ nique Tourny (Gaidon 1987) ou celui de « La France », rue Porte‑Dijeaux (Barraud 1988). Toutes montrent une mise en place du cadastre rouge sous Tibère au plus tard et sans doute dès la période médioaugustéenne.

5 3.3 La structure verte

30Orientée à 0‑2° E et construite également sur la base de l’actus, elle succède sans transition à la structure rouge sur deux de ses côtés :
– au nord, elle paraît immédiatement après la rue Huguerie et se déploie sur le quartier de l’amphithéâtre ;
– à l’ouest, ses traces sont plus furtives mais sa présence est certaine et quelques témoins bien nets existent aux abords de la rue Judaïque et du quartier Mériadeck.

31Au sud, elle se développe loin dans le faubourg Saint‑Eloi et au moins jusqu’à l’église Saint‑Michel qui est construite suivant son orientation. Elle occupe également, de manière dense, la rive droite du port où elle est limitée et ne passe en rive gauche, dans le quartier du Parlement, qu’assez rarement en ne franchissant jamais de manière significative la rupture de talus de la vallée fossile du Peugue et de la Devèze.

32Mais, dans ce quartier, immédiatement au sud du port, les relations qu’elle entretient avec la structure rouge sont complexes et posent problèmes. Postérieure et « enveloppante » si l’on tient compte des quartiers suburbains du nord et de l’ouest, elle apparaîtrait antérieure « en résidus » sous la structure rouge dans le quartier inscrit entre le port et le cours Victor‑Hugo.

33Par ailleurs, les routes au sud montrent plusieurs tracés qui ont sans doute fonctionné successivement. Si l’on admet que la convergence des deux tracés vers Toulouse et Dax peut correspondre à un point de passage obligé, et comme ces tracés empruntent les directions du cadastre vert, ils lui sont postérieurs, alors que le tracé actuel de la route de Toulouse par la porte d’Aquitaine dans le prolongement de la rue Sainte‑Catherine suivant le cadastre rouge apparaît comme le plus récent ; on aurait donc à nouveau, dans ce secteur, « rouge » plus récent que « vert ».

34Ces difficultés rendent compte d’une évolution plus complexe qu’il n’y semble au premier abord : il convient certainement en effet de distinguer une structure rouge initiale qui organise la partie urbaine nord du port ; plus étendu que le cadastre rouge et situé sur sa périphérie, le cadastre vert est sûrement à l’origine rural et, d’après son orientation, il a probablement été construit sur la structure rouge sur la règle des 1/5 selon le principe suivant : partant d’une direction fixée, qui peut être le nord solaire par exemple, il est possible de déterminer une direction selon une déclinaison angulaire particulière, en appliquant la règle d’une unité de base pour x unités de hauteur d’un triangle rectangle. En effet, faute de rapporteur ou d’alidade, un simple cordeau muni de repères équidistants permet de matérialiser les angles dont la tangente est un rapport de nombres entiers simples. Ainsi pour passer d’une orientation 7‑8° O à une autre de 0‑2°  E, il suffit de construire un triangle ayant comme hauteur un axe de direction 7‑8° O sur lequel on compte cinq unités et pour base une unité. L’hypoténuse du triangle sera à 11° 20/2 E. Sans que nous ayons d’argument décisif pour déterminer laquelle des deux structures, rouge ou verte, a servi de base à la construction de l’autre, il est plus logique de concevoir qu’une structure urbaine englobée dans une structure rurale est antérieure, sans qu’il y ait pour autant entre elles de décalage chronologique significatif.

35Dans un dernier temps, lors d’une période d’extension urbaine, la structure rouge est étendue sur la rive droite du port où elle se superpose en certains endroits à la structure verte (fig. 117 et 118).

36Le fait que le schéma régulateur de la ville du xviiie s. ait adopté une direction identique à celle du cadastre rouge ne simplifie pas la lecture des relations chronologiques relatives des cadastres antiques. Les données archéologiques utilisables au sud du port sont rares ; on notera cependant avec intérêt que les structures d’une grande domus de l’extrême fin de l’Antiquité, rue Arnaud‑Miqueu, sont agencées suivant le cadastre vert (Coupry 1965 : 415‑417). De même, les résultats de la récente fouille de sauvetage sur la place Camille‑Jullian montrent que l’urbanisation précoce du quartier, à la période médioaugustéenne, se fait suivant les dispositions de la trame verte ; ce n’est qu’au cours du ve s., voire plus tardivement encore et de manière incomplète que les nouvelles constructions du secteur s’alignent sur la direction de la structure rouge.

5.3.4 Le rempart et son insertion dans le tissu urbain

37Hormis sa façade en bord de Garonne qui pose de nombreux problèmes, nous y reviendrons, le tracé de l’enceinte antique de Bordeaux est assez bien connu. L’examen des documents photographiques et cadastraux n’apporte rien d’inédit pour les courtines ouest et nord que l’on suit sans difficulté dans le parcellaire.

38Au sud, le percement du cours d’Alsace‑et‑Lorraine et la restructuration du parcellaire mitoyen qui s’en est suivie a gommé toute trace du passage de l’enceinte jusqu’à la hauteur de la rue du Pas‑Saint‑Georges ; à l’est de cette dernière, on reconnaît, dans le pâté de maisons qui suit, une césure rectiligne qui partage l’îlot en deux, bientôt interrompue, entre la rue des Bahutiers et la rue des Argentiers, par une forme elliptique qui trahit la présence de l’ancien palais de l’Ombrière (fig. 118, 4).

39Sur la face opposée, au nord, on perd la trace du rempart à hauteur du chevet de l’église Saint‑Rémi, c’est‑à‑dire juste avant l’ensemble de la Bourse qui a profondément modifié la physionomie du secteur. Entre ces points orientaux extrêmes connus de la courtine au nord et au sud, plusieurs hypothèses sont possibles.

40Le tracé traditionnellement admis (Etienne 1962 : 205 sq., d’après Jullian) est aussi le moins probable ; il pose en tous cas de graves problèmes au nombre desquels la discordance quasi constante avec tout le parcellaire n’est pas le moindre.

41A ce tracé, on préférera sans doute un parcours qui, partant de la façade orientale actuelle du palais de la Bourse rejoint l’église Saint‑Pierre légèrement à l’est de l’impasse du même nom ; le tracé au‑delà de Saint‑Pierre peut être parallèle à la rue des Argentiers, en arrière des façades modernes. Cette hypothèse permet de prendre en compte la totalité des vestiges, parfois douteux, qu’on a cru pouvoir dans le passé attribuer à l’enceinte dans ce secteur tout en les inscrivant de manière plausible dans le tissu parcellaire existant. On ne peut cependant écarter franchement une hypothèse plus occidentale, suivant un axe parallèle à la rue des Bahutiers.

42Le rempart est implanté dans le tissu urbain préexistant selon les axes du cadastre rouge : c’est en particulier le cas pour les courtines nord et sud sur la plus grande partie de leur longueur. On ne retrouve pas toutefois un nombre entier de modules de 3 ou 4 actus d’un mur à l’autre, le rempart sur ses quatre côtés ayant coupé des insulae. Selon la trame définie plus haut, la dernière coupure entre deux insulae du côté sud, intra muras, se trouve à égale distance de la rue du Loup et du cours d’Alsace‑et‑Lorraine ; la courtine du rempart ne tombe donc pas « juste ». Cependant, au sud de la cathédrale, on retrouve deux îlots sur un module de 4 actus mais comptés à partir du rempart ; il peut s’agir d’une extension du cadastre rouge après l’édification de l’enceinte. La courtine nord est décalée d’un actus au sud du cours de l’Intendance que l’on peut supposer dès lors superposé à une rue antique.

43Contrairement au cas de Dax, il semble qu’on se soit contenté à Bordeaux du minimum de destructions pour intégrer le rempart dans le paysage urbain et qu’il n’y ait pas eu de véritable no man ’s land constitué tout autour de l’édifice ; c’est du moins ce qu’évoque la très bonne conservation du parcellaire urbain dans les abords immédiats de l’ouvrage.

5.4 Dax

5.4.1 Contexte et structures rurales périphériques

44Aucun cadastre orthogonal régulier d’une étendue notable n’est décelable dans le proche voisinage de la ville de Dax ; néanmoins, en plusieurs endroits, au sud en particulier, apparaissent de petits réseaux organisés de quelques dizaines à quelques centaines d’hectares qui évoquent la présence de domaines cadastrés : ainsi, aux alentours de l’église Saint‑Vincent‑de‑Xaintes, de fondation paléochrétienne sûre d’après les découvertes effectuées aux abords (Watier et al. 1986 : 395 sq.), on observe un petit cadastre orienté 21° E comme l’est d’ailleurs l’édifice lui‑même, ce qui atteste l’antériorité du quadrillage et lui assigne un terminus a quo aux vevie s. (fig. 120, 1).

45Plusieurs routes d’origine très ancienne, puisqu’antérieures à tout le parcellaire contigu qui est –autre signe de grande ancienneté– très morcelé, convergent vers la ville (fig. 119) : – au nord, axe important de Gourbera au moins, vers Saint‑Paul‑les‑Dax où se forme une patte d’oie pour le franchissement de l’Adour avec, en particulier, une route en provenance de Magesq ;
– au sud, une voie en direction d’Oereluy et au‑delà ;
– à l’est enfin, une route depuis Hinx et au‑delà, jusqu’à la ville et à l’Adour par Candresse et Yzosse, et son dédoublement parallèle au nord par les hameaux de Houssat et Lagrange.

FIG. 119 – Dax, cliché vertical.

CI. IGN, Dax XIV‑43, mission NP11 de 1937, R92 du 9.7.1938, feuille 26, nos 37‑39

FIG. 120 – Interprétation de la fig. 119, même échelle. 1 Structure rurale. 2 Structure verte. 3 Structure bleue.

VT del. d’ap. PG et MG/dAf

46On note par ailleurs, à l’est‑sud de la ville, autour du faubourg Saint‑Pierre, la présence d’une très importante composition en étoile à structures en anneaux subcirculaires concentriques qui peut être d’origine protohistorique ou médiévale (Watier et al. 1986 : 479).

5.4.2 Structures urbaines

47La zone urbanisée moderne, telle qu’elle apparaît sur les clichés aériens de 1938 qui ont été utilisés ici, s’inscrit entre l’Adour au nord et la large boucle que décrit la voie ferrée à l’ouest et au sud (fig. 120 et 121). À l’intérieur du tissu urbain, on distingue aisément deux structures cadastrales, l’une, que l’on désignera sous l’appellation structure verte, orientée à 6° E, l’autre structure bleue, à 8° O. Elles sont juxtaposées et ne se recoupent quasiment jamais (fig. 120).

FIG. 121 – Dax, cliché vertical du centre ville dans les limites du rempart antique.

Cl. IGN, agrandissement au 1/2 000 d’une partie du cliché 38 de la fig. 119

5.4.2.1 La structure verte

48Elle s’étend sur la ville ancienne, mais assez loin à l’extérieur du périmètre de la ville close, sur environ 600 m de tous côtés, en particulier à l’est et au sud‑est en direction du faubourg Saint‑Pierre et à l’ouest jusqu’à la voie ferrée ; la limite sud est plus difficile à déterminer : elle peut correspondre à la position en latitude d’une patte d’oie fossile, située avenue Victor‑Hugo, à hauteur de la rue Joseph‑Darqué, sur le cardo maximus de la ville antique. Cette patte d’oie est doublée par une autre, plus au sud, sur le même axe au croisement de l’avenue Paul‑Doumer et de la voie ferrée, au niveau d’un franchissement de ruisseau marqué par la présence d’une structure circulaire probablement assimilable à une motte castrale.

49La structure verte est typiquement de nature urbaine ; elle est construite sur la base de l’actus, avec 30 m d’insula et 5 m de voirie environ. Cependant, la surface couverte par elle marque les limites de la zone quadrillée selon une direction et un module définis, mais n’implique pas pour autant d’urbanisation au sens de construction.

50La structure verte est datée de manière relative : elle est antérieure au rempart du Bas‑Empire ; et de manière absolue parles données de plusieurs fouilles relativement récentes au centre‑ville, en particulier celle de l’Îlot central (Watier 1987), où le podium d’un temple qui suit l’orientation du cadastre est daté du iie s. de notre ère. La structure verte est donc antérieure à cette construction et correspond très probablement à la trame urbaine contemporaine de la fondation de la ville romaine.

5.4.2.2 La structure bleue

51Elle est difficile à interpréter. Si son existence ne fait aucun doute, elle apparaît comme très marginale dans le centre‑ville intra muros où elle ne concerne que les abords immédiats de la courtine ouest du rempart : on relève en effet un passage net de la structure verte à l’est à la structure bleue à l’ouest, au milieu de l’îlot contenu par les rues des Carmes, du Mirailh et des Pénitents. Ailleurs, celle‑ci apparaît de manière sporadique sur des étendues assez faibles, en particulier au sud et au sud‑est de la ville. En l’absence d’autres critères chronologiques, il est seulement possible d’affirmer l’antériorité de la structure bleue par rapport au rempart. La partie septentrionale de la courtine ouest du rempart, à partir de la rue d’Eyrose, est orientée suivant la structure bleue. Les rapports chronologiques avec la structure verte ne sont pas établis.

5.4.2.3 Le rempart et son insertion dans le tissu urbain

52Le tracé précis du rempart antique de Dax est suffisamment connu et ses traces, soit au sol, soit dans le parcellaire, sont assez nettes pour qu’il ne pose aucun problème particulier d’interprétation. Au contraire, le fait de disposer d’un plan exact de l’enceinte permet d’étudier son insertion dans le tissu urbain (fig. 120 et 121).

53Contrairement à ce qui semble se passer à Bordeaux, par exemple (supra), l’édification du rempart a affecté très fortement le paysage urbain, sur une bande de terrain de plusieurs dizaines de mètres de largeur sur laquelle on a fait place nette avant de construire le mur. C’est en tout cas ce que suggère la présence autour du rempart et jusqu’aux cours Maréchal‑Foch, Maréchal‑Galliéni, Maréchal‑Joffre et Saint‑Pierre d’une zone urbaine hybride dont la morphologie est engendrée par la présence du rempart et qui peut en outre correspondre à une zone de fossés, contemporains ou non de la construction de l’enceinte. Par contre, le parcellaire ancien est bien conservé dans le cœur du noyau urbain où l’on peut reconnaître une ou deux insulae antiques à peu près intactes.

54De même, les grands axes structurants de la ville ouverte sont repris dans la trame urbaine close, sans modification, les portes de l’enceinte étant situées sur les voiries antérieures : ainsi, l’axe que recouvrent les actuelles rue du Mirailh et rue du Palais et leurs prolongements extra muros (rue Chanzy et rue des Jardins), apparaît non seulement comme un decumanus important de la ville fermée, mais également comme le decumanus maximus de la structure verte dans sa plus grande extension, dont il constitue un axe de symétrie ; on discerne également un autre decumanus important selon l’axe des rues Saint‑Vincent et Saint‑Pierre ainsi que le cardo maximus (?) avenue Victor‑Hugo, rue de l’Evêché et rue Cazade ; il est d’ailleurs tentant de reconnaître dans les vestiges découverts lors des fouilles de l’Ilot central des éléments du forum, à l’intersection du decumanus maximus et du cardo maximus.

55Les pattes d’oie formées aux extrémités de la rue Saint‑Pierre (rue Labrouquère, rue de la Croix‑Blanche, avenue Georges‑Clémenceau) et de la rue Saint‑Vincent (rue d’Eauze, rue Gambetta) sont sans doute des déformations modernes dues à l’édification d’une barbacane de style Vauban dont on reconnaît le tracé en pointe dans les places Saint‑Pierre et Camille‑Bouvct/Hcctor‑Serres. Ces édifices sont bien visibles sur le plan daté de 1638, Carte du siège présidial de Dax…, par Clasain ; sur ce document, ainsi que sur d’autres plus anciens, des fossés en eau sont parfaitement identifiables tout autour de l’enceinte antique (Watier et al. 1986 : fig. 1‑4).

5.5 Périgueux

5.5.1 Structure urbaine

56La zone urbanisée actuelle de Périgueux, dans la boucle que décrit l’Isle au droit de la ville, est organisée suivant des directions nord‑sud et est‑ouest très prégnantes. Elles sont le reflet d’une structure quadrillée, nord‑sud à quelques degrés près, située de manière prépondérante aux abords immédiats du quartier de Vésone, surtout au sud et au sud‑est (fig. 122).

FIG. 122 – Périgueux, cliché vertical du centre ville.

Cl. IGN, Périgueux XVIII‑34 et XIX‑34, mission Périgueux est – Juillac de 1950, nos 304‑307

57Les limites de la structure sont données au sud par la rivière, à l’est/sud‑est par la rue Littré et l’axe général qu’elle décrit, très fort dans le paysage ; au nord, on la suit jusqu’à la latitude de l’amphithéâtre qu’elle ne dépasse apparemment jamais ; à l’ouest, un grand alignement orienté à 9° O marque la limite d’extension de la structure aux environs de la Cité administrative. Des structures antiques suivant cette orientation ont été découvertes dans le quartier ; c’est en particulier le cas sur le site de la rue Font‑Laurière. La direction à 9° se retrouve à l’est et au nord‑est sous le Puy‑Saint‑Front –c’est en particulier l’orientation de la cathédrale– mais elle ne semble pas avoir engendré de structure homogène d’une étendue notable (fig. 123).

FIG. 123 – Interprétation de la fig. 122, même échelle. 1 Structure urbaine orthogonale. 2 Alignement à 9° ouest.

VT del, d’ap. PG et MG/dAf

58Le quadrillage nord‑sud est celui suivant lequel sont construits les monuments du Haut‑Empire de centre‑ville : forum, temple de Vésone et son péribole, ainsi que de nombreux habitats privés observés en fouille. Il s’agit donc très probablement du cadastre urbain de la fondation romaine de la ville, probabilité renforcée par l’autocorrélation du quadrillage qui donne une équidistance équivalente à l’actus en privilégiant les multiples 2 et 3, ce qui produit des îlots de 2 x 3 ou 3 x 4 actus ; ces données s’accordent bien avec les dimensions connues du péribole du temple qui correspond à une insula de 3x4 actus, hors voirie.

59La direction à 9° arrive du sud depuis le gué de Campniac et disparaît à hauteur de la courtine ouest de l’enceinte ; plus au nord, à l’est du quartier du Toulon, on retrouve un axe de même orientation et dans le prolongement approximatif de celui observé au sud ; en raison de sa localisation et du fait qu’elle limite la structure antique que l’on a reconnue être possiblement celle de la fondation de la ville, on peut penser que l’axe à 9° est très ancien, sans doute protohistorique. La chronologie relative de la structure quadrillée et de l’axe à 9° est confirmée par l’étude récente de l’évolution du forum qui s’agrandit vers l’ouest au détriment d’une voie orientée à 9° (Doreau et al. 1985 : 99).

60On a donc avec Périgueux le cas simple d’un cadastre urbain unique, de type quasi canonique, créé de toute pièce, bien localisé et de dimensions relativement restreintes. La campagne est exempte de tout système généralisé.

5.5.2 Le rempart et son insertion dans le tissu urbain

61Le rempart a pris place dans la partie nord‑occidentale de la zone urbaine quadrillée, en appui sur l’amphithéâtre, qui, lui‑même, n’est pas bâti suivant la même orientation. La non‑insertion des grands édifices de spectacles dans les trames urbaines est d’ailleurs une quasi‑constante ; on doit le constater sans pouvoir fournir au phénomène d’explication satisfaisante.

62Malgré sa forme ellipsoïde très irrégulière, l’enceinte, dont le tracé est lisible dans le parcellaire moderne (fig. 122), par endroit jusque dans les moindres détails, n’a pas suscité de nouveau parcellaire et s’est contentée d’intégrer purement et simplement le cadastre nord‑sud préexistant. Celui‑ci continue à fonctionner quasiment sans retouche dans ses axes structurants et pour les accès de la ville close à l’exception de la porte Normande vers le nord‑ouest qui est complètement décalée. L’église de la Cité, ancienne cathédrale Saint‑Etienne, occupe dans la direction du cadastre du Haut‑Empire, un carrefour important au croisement d’une voie cardinale majeure (peut‑être le cardo maximus) et d’un decumanus.

63Les tronçons rectilignes de courtines identifiables et mesurables montrent une grande systématique dans la conception et la mise en œuvre de l’enceinte qui reposent sur la mesure du pied de 0,296 m, toutes les distances relevées étant des multiples entiers de cette unité.

Bibliographie

Bibliographie

Barraud 1988 : BARRAUD (D.) dir. — Le Site de la France : origine et évolution topographique de Bordeaux antique. Aquitania, 6, 1988, p. 3‑59.

Benoit 1981 : BENOIT (J.). — Nîmes : études sur l’urbanisme antique. Problèmes de méthodes et résultats. Bulletin de l’École antique de Nîmes, 16, 1981, p. 69‑90, 2 pl. h.t.

Corneille, Guy 1992 : CORNEILLE (L.), GUY (M.). — Les Trames quadrillées des parcellaires urbains, suburbains et ruraux : relations et problématiques. In : Villes et agglomérations urbaines antiques dans le Sud‑Ouest de la Gaule : actes du 2e colloque Aquitania, Bordeaux, 1990. Bordeaux : Féd. Aquitania, 1992, p. 237‑244. (6e suppl. à Aquitania.)

Coupry 1965 : COUPRY (J.). — Informations archéologiques. Gallia, 23, 1965.

Darbandi, Guy 1981 : DARBANDI (M.), GUY (M.). — La Contribution des images spatiales et aériennes à la connaissance des mesures utilisées pour la division des terres dans l’Antiquité. Pallas, XVII, 1981, p. 101‑121.

Doreau et al. 1985 : DOREAU (J.), GIRARDY (C‑), PICHONNEAU (J.‑F.). — Contribution à l’étude du forum de Vésone (Périgueux, Dordogne). Aquitania, 3, 1985, p. 91‑104.

Etienne 1962 : ETIENNE (R.). — Bordeaux antique. Bordeaux, 1962.

Gaidon 1987 : GAIDON (M.‑A.). — Archéologie en Aquitaine, 6, 1987, p. 33.

Gauthier 1983 : GAUTHIER (M.). — Informations archéologiques. Gallia, 41, 1983.

Marquette 1966 : MARQUETTE (J.‑B.). — Richesses archéologiques du Bazadais, Bazas. CBazadais, 11,1966.

Nickels 1981 : NICKELS (A.). — Recherches sur la topographie de la ville antique d’Agde (Hérault). Documents d’archéologie méridionale, 4, 1981, p. 29‑50.

Pichonneau 1989 : PICHONNEAU (J.‑F.). — Du nouveau sur le sous‑sol de Bazas. CBazadais, 87, 1989, p. 3‑23.

Watier et al. 1986 : WATIER (B.), CABANOT (J.), MERLET (J.‑C.), SUAU (B.), MARQUETTE (J.‑B.) dir. — Plans d’occupation des sols historique et archéologique d’Aquitaine (POSHA), III, Dax. Bordeaux : Centre de recherches sur l’occupation du sol et le peuplement/université de Bordeaux‑III, 1986, un vol. de texte et un vol. d’illustrations.

Watier 1987 : WATIER (B.). — Dax. Les ruines romaines de l’Îlot central ; visite de la crypte archéologique. Dax, 1987.

Table des illustrations

Légende FIG. 112a – Bazas, structures rurales. 1 Cadastre à 21°. 2 Structure cadastrée à 42°.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41548/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende FIG. 112b – Extrait de la carte IGN, 1/25 000, Bazas 1‑2.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41548/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 327k
Légende FIG. 113 – Bazas, cliché vertical de la ville.
Crédits Cl. IGN, Bazas XVI‑39, mission NP10 de 1934, R8 du 14.9.1934, nos 343‑345
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41548/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 243k
Légende FIG. 114 – Interprétation de la fig. 113, même échelle. 1 Structure orthogonale à 11°. 2 Limites maximales d’extension de la structure. 3 Voies principales. 4 Cours d’eau.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41548/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende FIG. 115 – Bordeaux, assemblage photographique. Bordeaux centre.
Crédits Cl. IGN, mission NP5 de 1924, nos 101‑104
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41548/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 250k
Légende FIG. 116 – Interprétation de la fig. 115, même échelle.1 Structure rouge. 2 Structure verte. 3 Structure liée au cours d’eau dite structure bleue. 4 Tracés de l’enceinte. 5 Voies principales..
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41548/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende FIG. 117 – Bordeaux, cliché vertical des quartiers Alsace‑et‑Lorraine, Saint‑Pierre, Sainte‑Catherine, 1981.
Crédits Cl. Aérophotoindustrie, Bordeaux centre, 1981
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41548/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 243k
Légende FIG. 118 – Interprétation de la fig. 117, même échelle.1 Structure verte. 2 Structure rouge.3 Structure liée au cours d’eau.4 Autres structures. 5 Tracés de l’enceinte.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41548/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Légende FIG. 119 – Dax, cliché vertical.
Crédits CI. IGN, Dax XIV‑43, mission NP11 de 1937, R92 du 9.7.1938, feuille 26, nos 37‑39
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41548/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende FIG. 120 – Interprétation de la fig. 119, même échelle. 1 Structure rurale. 2 Structure verte. 3 Structure bleue.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41548/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende FIG. 121 – Dax, cliché vertical du centre ville dans les limites du rempart antique.
Crédits Cl. IGN, agrandissement au 1/2 000 d’une partie du cliché 38 de la fig. 119
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41548/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 406k
Légende FIG. 122 – Périgueux, cliché vertical du centre ville.
Crédits Cl. IGN, Périgueux XVIII‑34 et XIX‑34, mission Périgueux est – Juillac de 1950, nos 304‑307
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41548/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 245k
Légende FIG. 123 – Interprétation de la fig. 122, même échelle. 1 Structure urbaine orthogonale. 2 Alignement à 9° ouest.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41548/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 43k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search