Version classiqueVersion mobile

Les sourds c’est comme ça

 | 
Yves Delaporte

11. La langue et ses usages

Texte intégral

« Et notre langue riche a des beautés secrètes
Que vous, pauvres parlants, ne comprendrez jamais. »
Extrait d’un poème, Banquets des sourds-muets, 1842
« À explorer en première ligne : le code gestuel des
sourds-muets, les gestes des agents de la circulation. »
Georges Mounin, Introduction à la sémiologie,
Éditions de Minuit, 1970

1C’est d’abord par sa langue que se définit tout groupe humain. Cette vérité élémentaire prend une force toute particulière dans le cas des sourds. C’est l’existence de la langue des signes qui empêche de réduire la surdimutité au champ de la déficience. C’est l’incompréhension qui s’est manifestée jusqu’aujourd’hui à l’égard de cette langue qui a façonné l’histoire des sourds. Ce sont ses caractéristiques, uniques dans l’univers des langues humaines, qui en font la figure centrale de la culture sourde. Si cette langue est une langue comme toutes les autres langues, elle n’est certes pas une langue comme les autres.

2Ce n’est pas ici le lieu d’en faire une description exhaustive, en termes techniques. D’autres, qui sont linguistes, le feront mieux que moi. Mais la langue des signes est trop liée à l’identité sourde pour ne pas devoir livrer au lecteur un certain nombre d’indications. Certaines sont déjà connues ; d’autres sont des observations nouvelles, que seule une enquête ethnographique pouvait permettre de dégager, tels les jeux de signes qui exigent une longue intimité avec le terrain. Plus qu’aucune autre langue, celle des sourds est un objet anthropologique autant que linguistique.

3Combien sont-ils aujourd’hui en France à pratiquer cette langue ? Aucun recensement n’a jamais été tenté. Une telle entreprise soulèverait d’ailleurs des problèmes méthodologiques considérables, compte tenu de l’extrême diversité des pratiques. Le nombre de quatre-vingt mille locuteurs sourds est un ordre de grandeur vraisemblable, mais il faudrait y ajouter les enfants entendants dont c’est la langue maternelle. Sans compter les dizaines de milliers d’entendants qui se sont inscrits depuis vingt ans à des cours donnés par des associations sourdes, et qui la pratiquent à des niveaux très inégaux.

4Commençons par réfuter une idée commune. La langue des signes n’est nullement universelle : même à l’intérieur du territoire français, on l’a vu, beaucoup de signes varient d’une institution à l’autre. Il faut toutefois nuancer. Toutes les langues des signes sont plus proches entre elles que ne le sont les langues vocales. Plus précisément, les lexiques diffèrent beaucoup, mais les grandes structures syntaxiques sont voisines, parce qu’elles utilisent l’espace pour visualiser les relations. Un exemple très simple le fera comprendre immédiatement. Le signe je te fais confiance se réalise avec un mouvement orienté depuis le sujet parlant vers son interlocuteur. Le signe faire confiance varie grandement d’une langue des signes à l’autre ; mais il n’est pas concevable d’en découvrir une où le mouvement de je te fais confiance serait dirigé vers le locuteur.

Le lexique

5La question est souvent posée du nombre de signes utilisés par les sourds. Il est difficile de répondre : cinq mille ? dix mille ? bien davantage ? Les meilleurs ouvrages, édités par le Centre socio-culturel des sourds parisiens (Moody et al., 1986, Girod et al., 1990), rassemblent quelque deux mille cinq cents signes, auxquels il faut ajouter ceux qui sont parus ultérieurement dans quatre recueils thématiques. Le dictionnaire personnel que j’ai constitué au cours de mes enquêtes en contient près de six mille. On augmenterait considérablement ces nombres en s’intéressant aux dialectes régionaux et aux différents lexiques spécialisés. En particulier ceux qui concernent les disciplines sportives. Ou bien ceux utilisés dans les métiers traditionnels investis par les sourds, telles l’imprimerie ou la cordonnerie. À quoi il faut encore ajouter des milliers d’anthroponymes et de toponymes, puisque tous les noms propres sont recréés en signes.

6Il existe en outre des signes génériques, dits classificateurs, qui permettent de désigner une multitude d’objets regroupés dans des catégories très hétérogènes. La main en cornes (fig. 1) est ainsi un classificateur pour tous les objets présentant deux parties saillantes : vache, avion, téléphone, escargot... La main ouverte, doigts oscillants, est un classificateur pour toute masse confuse d’être animés, humains ou non. Selon qu’il aura été précédé du signe poisson, abeille ou personne, il représentera un banc de poissons, un essaim d’abeilles ou une foule humaine. L’index pointant vers le haut est un classificateur qui représente un être humain. Soient les énoncés « le père de ma mère » : ma + mère + son + père ; « le fils de mon oncle » : mon + oncle + son + fils. Les parents intermédiaires, ici la mère et l’oncle, peuvent être pronominalisés en recourant à l’index : c’est alors vers lui qu’est dirigé le possessif, et à partir de lui, et non à partir du corps du locuteur, qu’est réalisé le dernier signe (fig. 91).

Fig. 91. « Le fils de mon oncle ». Dessins de l’auteur.

7Des formes aspectuelles, qui précisent la manière dont se déroule une action, permettent d’exprimer ce qui, traduit en français, relève du lexique. Présentes dans de nombreuses langues vocales mais peu fréquentes dans les langues indo-européennes, elles sont absentes du français. Cuxac (1996) a identifié un grand nombre d’aspects de la langue des signes française : duratif, répétitif, résultatif, fréquentatif, irruptif, etc. Le répétitif est souvent exprimé par un triplement du signe correspondant. Il n’y aura donc pas lieu de chercher, dans les futurs dictionnaires de langue des signes, les entrées pour être mythomane, kleptomane, nymphomane, obsédé par quelque chose : ce ne sont rien d’autre que les signes mentir, voler, faire l’amour, penser, mais répétés avec un mouvement très court et très rapide. À peine ébauché, le signe dire prend la valeur de j’allais dire (avant d’être interrompu). Répété avec insistance, il signifie avoir beau dire. Le signe insertion sociale, réalisé lentement, par à-coups, avec une mimique soucieuse, prend la valeur d’avoir des difficultés d’insertion. changer d’avis se fait normalement avec la main plate, paume vers l’avant, qui se retourne vers le visage (fig. 92). Exécuté très lentement puis suivi d’un nouveau retournement brusque vers l’avant, il prend la valeur de : « J’ai longtemps hésité avant de me décider, puis j’ai changé d’avis à la dernière minute. »

8Le lexique découpe le monde d’une manière qui lui est propre, et qui ne doit pas grand-chose à la langue française. Parmi toutes les raisons, fort nombreuses, qui doivent faire considérer la langue des sourds comme une langue à part entière, celle-ci est l’une des plus fondamentales. J’ai déjà signalé la polysémie du signe consistant à se pincer la joue (chapitre 2). De même, se mordre l’index peut signifier, selon le contexte, « être jaloux », « se faire bouler », « gagner de justesse », « habiter sur la frontière entre deux régions ».

Fig. 92. changer d’avis. Dessin A.-C. Dufour.

9Il ne faudrait pas déduire de ces exemples que la langue des signes serait plus polysémique que le français : d’innombrables exemples attestent que pour un même mot français, la langue des signes recourt à des signes différents. Ainsi, « tomber » dans « tomber sur le dos », « tomber sur le ventre », « une bouteille tombe », « la nuit tombe », « ça tombe bien », « tomber enceinte », « tomber d’accord », « tomber sur un os », sera rendu de huit manières différentes. Là où le français n’a à sa disposition que le seul mot « soleil », les sourds distinguent par des signes différents le soleil en tant que corps céleste, dont on peut indiquer les dimensions, le sens de rotation, d’éventuelles taches ou éruptions ; le soleil en tant qu’objet de l’expérience humaine quotidienne ; le soleil qui se couche ; le soleil qui se lève ; le soleil comme métaphore, le soleil dans des synthèmes tels que « lunettes de soleil ».

Fig. 93. toucher. Dessin A.-C. Dufour.

10Des familles de signes se construisent par dérivation. Du signe toucher (fig. 93) dérive un premier groupe de signes qui réfèrent à un contact physique : jeu de dames (les pièces que l’on touche pour les déplacer sur le damier), mademoiselle (rappel du baise-main), velours (doux au toucher), jésus-christ (évocation des plaies) (fig. 94), santé (rappel de l’auscultation de la poitrine), beurre (que l’on étale sur le pain), maniaque (geste d’ôter une poussière de son habit), masturbation féminine d’où dérive un signe argotique pour lesbienne. Un second groupe réfère à des contacts sociaux : avoir des contacts avec quelqu’un, client, quitter. Un troisième groupe appartient au domaine des sentiments : sensible, susceptible, le pauvre ! (fig. 95). Un quatrième groupe réfère à des sens plus abstraits : connaître, ne pas connaître, expérience, culture (fig. 96), avoir expérimenté quelque chose, être malin (fig. 25), ça n’est pas moi, c’est sans importance.

Fig. 94. jésus-christ. Dessin A.-C. Dufour.

Fig. 95. le pauvre ! Dessin A.-C. Dufour.

Fig. 96. expérience, culture. Dessin A.-C. Dufour.

Des paramètres porteurs de sens

11Chaque signe peut être analysé en quatre paramètres : forme de la main ou configuration, emplacement de la main par rapport au corps, orientation de la paume, mouvement. Dans l’exemple qui vient d’être présenté, tous les signes dérivés de toucher ont en commun une même configuration dite en majeur, mais ils entrent en opposition en fonction des autres paramètres. Il y a une trentaine de formes de la main, fournies par le jeu de fermeture et d’ouverture des cinq doigts. Les emplacements sont au nombre d’une vingtaine. L’orientation offre six possibilités. Le nombre des mouvements est plus difficile à cerner. L’expression faciale a une grande importance ; aussi la considère-t-on parfois comme un cinquième paramètre : beaucoup de signes qui paraissent identiques si l’on ne regarde que les mains prennent des sens différents dès que l’on tient compte de l’expression du visage. Dans le dialecte savoyard, étranger et maniaque seraient des homonymes s’ils n’étaient distingués par la mimique, neutre dans le premier cas, péjorative dans le second. De même, Le Mans est dénommé au moyen du signe effort (allusion à la course automobile) ; mais, alors que ce signe est réalisé avec une tension musculaire importante et une mimique appropriée, il l’est de manière beaucoup plus neutre pour désigner la ville. Faut-il donc interpréter l’expression faciale comme un cinquième paramètre permettant de distinguer des paires minimales, ou bien comme faisant simplement partie du contexte de l’énoncé, peut-être comme un équivalent de l’intonation des langues vocales ? Cuxac (1996), qui pose la même question en termes un peu différents, estime qu’« il est bien difficile d’[y] répondre de manière tranchée ». Je proposerai plus loin une hypothèse, découlant de ce qui s’observe dans les productions humoristiques.

12On a voulu voir dans ces paramètres un équivalent des phonèmes des langues vocales. On a donc tenté de transférer à la langue des signes l’analyse phonologique. Ce type d’analyse est certainement utile dans des secteurs limités de la langue. Elle peut permettre de répondre à une question apparemment simple mais en réalité très ardue : combien y a-t-il de configurations de la main ? Il y a une infinité de formes, comme il y a une infinité de sons ; mais il n’y a qu’un nombre limité de formes pertinentes, de même qu’il n’y a qu’un nombre limité de phonèmes (Nève, 1996). La configuration en pince se fait avec le pouce et l’index arrondis dans certains signes, avec le pouce et l’index tendus dans d’autres. Est-on en présence d’une ou de deux configurations ? Le recensement que j’ai fait montre que ces deux formes sont en distribution complémentaire, comme le i bref et le i long du français. Ils n’entrent jamais en opposition. Il s’agit donc d’une seule et même configuration, dont les deux formes sont des variantes distributionnelles.

13La comparaison entre les paramètres d’un signe et les phonèmes d’un mot trouve cependant vite ses limites. Une caractéristique unique de la langue des signes est que les paramètres sont fréquemment porteurs de sens avant même que d’être combinés à d’autres pour produire un signe, alors que les phonèmes sont des unités purement distinctives, sans signification par elles-mêmes. Sans doute la question des traces signifiantes portées par les phonèmes a-t-elle donné lieu à une vaste littérature ; mais ce qui est très accessoire et reste largement discuté en langues vocales, est flagrant, massif et nécessaire en langue des signes.

14Pour reprendre l’heureuse expression de Cuxac (1996), les paramètres sont des atomes de sens. Cela est particulièrement clair avec le paramètre de localisation. La poitrine est l’emplacement des signes ayant un rapport avec les sentiments (aimer, être content, avoir pitié, être vexé...), le front est l’emplacement des signes ayant un rapport avec l’intellect (réfléchir, comprendre, penser, croire, oublier, regretter, être cultivé, philosophie...), tandis que le nez (maniaque, prétentieux, idiot, erreur, naïf, intolérant, putain...) et dans une moindre mesure le cou (laid, piège, échec, caca, bourgeois...) sont les emplacements de nombreux signes à connotation péjorative.

15Cela s’observe aussi dans la forme de la main. Ainsi de la configuration dite en pince (pouce et index formant boucle, autres doigts étendus), qui produit plusieurs centaines de signes dont les sens ont un rapport avec cette forme. Dans un premier groupe, on trouve des signes référant à des objets de forme ronde et de petite taille (pièce, bouton, mamelon, goutte, étoile). Cette configuration peut notamment représenter le maillon d’une chaîne, d’où les signes chaîne de télévision, jeux olympiques et, par métaphore, UNION (photo 25), relation, continuer a faire comme d’habitude, suite a ce qui vient d’être dit. C’est également la configuration utilisée pour le signe zéro, d’où dérivent rien, neutre (fig. 97), stupide. Dans un deuxième groupe on trouve des signes représentant des objets minces de forme cylindrique (baguette de pain, saucisse, préservatif). Dans un troisième groupe on trouve des objets filiformes (fil, cheveu, chewing-gum) et, métaphoriquement, phrase, parler, expliquer (cf., en français, le « fil du discours ») ; puis des signes ayant un rapport avec la finesse (fin, mignon, coquette, précis). Dans un quatrième groupe, on trouve des signes référant à un geste de préhension d’objets de petite taille : voter, être élu (représentés par le geste d’introduire un bulletin dans l’urne ou de l’en sortir), mariage (geste d’enfiler l’anneau nuptial), architecte (geste de tirer un trait sur une table à dessin), raisin (geste d’égrapper), d’où dérive septembre (le mois des vendanges). C’est le sémantisme de cette configuration qui a provoqué d’âpres discussions lorsqu’elle a été choisie pour construire le signe minoritaire, destiné à caractériser la situation des sourds dans le monde entendant (chapitre 4).

Fig. 97. neutre. Dessin A.-C. Dufour

Signes-valises

16Les jeux de signes tiennent une grande place dans la vie sociale. Les sourds en créent tous les jours lors de leurs joyeuses réunions. La structure de leur langue y est pour beaucoup. Ces jeux de signes sont en même temps un bon exemple d’une extraordinaire économie de moyens, souvent prise pour de la pauvreté alors qu’elle est au contraire un indice de très grande densité sémantique.

17Lewis Carroll, l’auteur d’Alice au pays des merveilles, avait imaginé des mots-valises, « grifouiller » condensant par exemple « gribouiller » et « fouillis ». Finkielkraut (1979) a proposé « fainéhantise », peur obsessionnelle de la paresse. C’est sur ce même principe qu’est fondé le jeu de mots « Rothschild m’a traité comme son égal, de manière tout à fait famillionnaire », qui ouvre le livre de Freud sur Le mot d’esprit et sa relation avec l’inconscient. Ces mots-valises obéissent évidemment à la linéarité des langues vocales : les emprunts aux mots d’origine se reconnaissent dans le calembour sous la forme de syllabes qui se succèdent. Échappant à la linéarité, les signes-valises en sont comme la forme achevée, puisque les différents paramètres se fondent simultanément dans un signe unique.

18Le principe en est le suivant : des quatre paramètres qui sont constitutifs d’un signe donné, on en modifie un. Le plus souvent, il est emprunté à un autre signe. Le mélange des paramètres permet d’obtenir un nouveau signe, qui cumule les sens des deux signes initiaux. Parfois, il n’y a pas d’emprunt à un autre signe clairement identifiable : n’entre alors en jeu que la valeur sémantique du nouveau paramètre. C’est parce que les paramètres ont en eux-mêmes valeur signifiante, indépendamment de leur réalisation dans tel signe particulier, que le calembour est compris, et fait rire.

19On peut donc classer les signes-valises en quatre groupes selon le type de paramètre, configuration, emplacement, orientation ou mouvement, qui est modifié. Une contribution de l’enquête ethnologique à la théorie linguistique pourrait être que, sur des centaines de jeux de signes, je n’en ai jamais observé un seul qui porterait sur la modification de l’expression faciale. Celle-ci ne semble donc pas pouvoir faire l’objet d’un libre choix de la part du locuteur, mais être automatiquement déterminée par le sens du signe ; ce qui devrait conduire à lui refuser le statut de paramètre à part entière.

Modification de la configuration

20Un groupe de sourds est attablé dans un café. Marcel signe qu’il va téléphoner. Cette affirmation incongrue de la part d’un sourd est une plaisanterie usée jusqu’à la corde, la proximité dans les cafés des toilettes et du téléphone fournissant une métonymie à fonction euphémique, dont l’effet comique est renforcé par l’emploi d’une configuration de la main commune à téléphone et toilettes. Pour montrer qu’il n’est pas dupe, Jacques, hilare, invente alors sur-le-champ un signe-valise, où la configuration normale de la main droite (pouce déployé) dans déféquer est remplacée par celle du signe téléphone (pouce et auriculaire déployés). Autrement dit : « Téléphoner ? Tu veux dire chier, oui ! » (fig. 98). C’est le même procédé qui permettait de transformer un moustachu en moustachu implanteur (chapitre 7).

21Le signe se disputer est normalement formé par les deux index pointant l’un vers l’autre et effectuant des rotations symétriques. La configuration formée par l’index tendu peut être remplacée par celle de revolver, les pouces appuyant sur des gâchettes imaginaires.

Fig. 98. De gauche à droite : déféquer, téléphoner et jeu de signes condensant les deux précédents en un seul : « Téléphoner ? Tu veux dire chier, oui ! » Dessins de l’auteur.

22Pour parler d’un baptême de l’air, on fait ordinairement baptême (le pouce s’incline vers le front) suivi de avion (pouce et auriculaires tendus). En exécutant baptême avec la configuration d’avion, on obtient un signe-valise ayant le sens de « baptême de l’air ».

23Le signe contraire se fait avec l’index droit se dirigeant vers la gauche, et réciproquement (fig. 99). En donnant aux deux mains la configuration de la lettre manuelle O qui se transforme en K en fin de mouvement, on obtient une forme humoristique, « contraire de ok », pour affirmer un désaccord.

Fig. 99. contraire. Dessin A.-C. Dufour.

24La compréhension, voire l’invention, de signes-valises est accessible à de jeunes enfants sourds, ce qui prouve qu’ils acquièrent très tôt une conscience métalinguistique lorsqu’ils sont éduqués dans leur langue. ruminer se fait avec les deux poings qui tournent l’un sur l’autre. Lorsque les mains prennent la forme de cornes, des enfants de trois ans éclatent de rire.

25Voici maintenant quelques exemples dans lesquels il n’y a pas emprunt à un autre signe, mais exploitation du sémantisme des paramètres. Il y a une fréquente homologie entre le sens d’un signe et sa configuration, notamment le nombre de doigts mis en jeu : prendre mobilise tous les doigts tandis que choisir, qui implique une action plus subtile, ne met en jeu que le pouce et l’index. Cette propriété peut être mise à profit pour des calembours. Le signe tais-toi se fait avec la main en moufle qui se referme en faisceau. Réalisé uniquement avec le pouce et l’auriculaire qui se tapotent, cela devient une forme légère, plus courtoise et bien sûr humoristique.

26Le signe difficile se fait avec un doigt qui parcourt le front (fig. 100). Réalisé avec quatre doigts, il prend la valeur de très difficile. C’est sur ce principe qu’était fondé le signe deux fois pire qu’un entendant (chapitre 6).

27L’un des signes pour marcher se fait avec la main en fourche pointant vers le bas, l’index et le majeur stylisant les jambes. Se plaignant de la trop riche nourriture de l’île de la Réunion, Bernard dit qu’il y est parti maigre et en est revenu obèse. Pour cela il réalise le signe standard marcher, puis, pour représenter son état au retour, il le réalise non pas avec l’index et le majeur mais avec l’index et l’auriculaire, l’espace entre ces deux doigts symbolisant l’augmentation de son tour de taille.

Fig. 100. difficile. Dessin A.-C. Dufour.

Modification du mouvement

28Pour vanter le mérite exceptionnel des quelques sourds qui ont réussi des études universitaires, le signe université (main en U près de la tête) est réalisé avec un mouvement spiralé vers le haut, emprunté à expert, élites.

29Lorsqu’est apparue la maladie de la vache folle, un nouveau signe s’est répandu comme une traînée de poudre : c’est le signe vache, dans lequel a été injecté le mouvement tournant du signe fou. Une touche humoristique supplémentaire a été apportée en réalisant le mouvement des deux mains en sens inverse l’un de l’autre, suggérant la démarche titubante du malheureux animal.

30Au cours d’une discussion sur le nouveau métro à pilotage automatique, Jean fait le signe moderne (fig. 101) mais en lui injectant un mouvement vers l’avant, emprunté à futur. Ce qui peut être traduit par : « Oh là là ! Qu’est-ce que l’avenir nous réserve comme choses de plus en plus modernes ? »

Fig. 101. moderne. Dessin A.-C. Dufour.

31Marie, une fillette de huit ans dont le nom signé est formé par les deux mains jointes, m’explique, très pince-sans-rire, qu’elle l’a reçu en raison de son goût pour la natation et le plongeon. Pour cela, elle a donné à ses mains un petit mouvement vers l’avant, stylisation de la plongée. En fait cet anthroponyme n’est rien d’autre que le nom souvent donné aux petites Marie, et qui, comme elle-même le sait parfaitement, évoque la prière.

Fig. 102. café. Dessin A.-C. Dufour.

32En inversant le sens d’un mouvement, on inverse le sens du signe. Le signe café est une stylisation du geste de moudre, avec une rotation dans le sens inverse des aiguilles d’une montre (fig. 102). Comme je demande à un ami s’il reprend un café, au lieu de répondre simplement par la négative, il réalise le signe café avec une rotation inversée.

33Le signe difficile se fait de droite à gauche (fig. 100). Pour dire que son exposé ne sera guère difficile à suivre, un orateur a le choix entre difficile + non et facile. Déclenchant les rires de l’assemblée, il préfère réaliser difficile à l’envers, de gauche à droite.

34On parle de querelles de ménage. Marc réalise alors le signe ménage (au sens de « faire le ménage »), ce qui est un premier calembour jouant sur la polysémie du mot français, absente en langue des signes. Mais alors que dans ménage les deux mains descendent simultanément (fig. 103), il leur injecte un mouvement alterné haut-bas, symbole de désaccord. Malgré la sophistication du double calembour, tout le monde a compris et éclate de rire.

Fig. 103. faire le ménage. Dessin A.-C. Dufour.

35Le signe oreilles baissées, dans lequel les mains, au lieu de se replier vers l’arrière en signe de soumission, se déplient vivement en partant vers l’avant, prend le sens de « refuser de se laisser faire ». Ce trait d’humour, apparu il y a peu de temps, est en train de se répandre et appartiendra bientôt au lexique standard.

Modification de l’emplacement

36Le signe maladroit se fait avec le poing, auriculaire tendu, qui oscille devant le menton. Réalisé devant le nez, emplacement de faire l’amour (fig. 104), cela devient un signe-valise ayant le sens de « faire l’amour de façon maladroite ».

37Des enfants de huit ans ont transformé le signe de leur école oraliste, d’une notoire médiocrité. Alors qu’il est normalement réalisé par la main droite au-dessus de la main gauche, ils le transfèrent sur le cou, à l’endroit précis où se fait le signe enfantin caca : autrement dit « école de merde ».

38C’est ce procédé qui donne lieu au plus grand nombre de calembours. Le mécanisme qui les fonde est largement utilisé dans la langue usuelle comme procédé de dérivation, quand le signe ouvrir est réalisé devant le front, lui conférant le sens de ouverture d’esprit, ou quand contraception déplace au niveau du ventre le signe éviter. Cela se voit aussi avec le signe transformer, normalement réalisé à distance de la poitrine : la main en fourche, paume vers le bas, se retourne vivement paume vers le haut. Si ce signe est réalisé très près du corps, il prend la valeur de se mettre dans la peau d’un personnage : c’est le signe utilisé pour parler des transferts personnels. Réalisé devant le cou, il devient imiter la voix de quelqu’un (par exemple dans l’histoire du Petit Chaperon rouge, lorsque le loup imite la voix de la grand-mère). Placé dans l’espace à l’endroit où a été précédemment réalisé le signe titre, il indique qu’une association ou un journal ont plusieurs fois modifié leur nom. Réalisé devant la bouche, il prend la valeur de « dire tantôt une chose, tantôt une autre » ; il est lexicalisé pour produire le signe jésuite. Réalisé sur la main gauche, c’est le signe traduire, également utilisé pour se convertir.

Fig. 104. faire l’amour. Dessin A.-C. Dufour.

39C’est donc là que les passerelles sont les plus nombreuses entre les créations humoristiques individuelles et la langue standard. Beaucoup de signes aujourd’hui connus de tous ont été au départ une création qui faisait rire. Ainsi du signe sourd qui pense comme un entendant, qui est le signe entendant déplacé de la bouche vers le front (chapitre 6). En voici deux autres exemples.

40Le signe refuser se fait par une pichenette de la main droite au-dessus de la main gauche. Réalisé devant le front, il prend la valeur de refuser inconsciemment, par exemple à propos des enseignants entendants qui, s’inscrivant en stage de langue des signes, sont notoirement les plus médiocres élèves. Devant la bouche, zone sémantique de la parole vocale, il prend celle de refuser la pédagogie oraliste.

41Le signe dictionnaire est une stylisation du geste, exécuté par la main droite, de feuilleter les pages d’un livre représenté par la main gauche. Déplacé sur la poitrine, il prend la valeur de dictionnaire vivant, par exemple dans la phrase « Les entendants n’arrêtent pas de me demander comment on dit ça ou ça en signes, ils me prennent pour un dictionnaire vivant ! »

42On peut aussi jouer sur l’emplacement relatif des mains, une position haute étant souvent associée à des signes ayant une valeur positive, et une orientation basse à des signes ayant une valeur négative. politique se fait avec la paume de la main droite frottant le dos de la main gauche (fig. 105). Avec le dos de la main droite frottant la paume de la main gauche, on obtient le calembour corruption politique.

Fig. 105. politique. Dessin A.-C. Dufour.

Modification de l’orientation

43Un conférencier entendant parle des problèmes psychologiques des enfants sourds, qui doivent supporter le poids du sentiment de culpabilité éprouvé par leurs parents entendants. Un sourd ironise : « Si je comprends bien, la culpabilité des entendants retombe sur les enfants sourds, et les enfants sourds vont chez le psychologue. Est-ce que ça ne ferait pas gagner du temps à tout le monde si les entendants allaient directement chez le psychologue ? » Le signe coupable se fait avec la main droite en faisceau qui tapote le flanc (fig. 106). Pour dire que le sentiment de culpabilité rejaillit des parents entendants sur les enfants sourds, la main gauche s’empare de la main droite qui vient de réaliser ce signe, la contraint à le reproduire, mais en pointant cette fois vers l’avant, là où avait été réalisé le signe enfant. Les éclats de rire du public sont la garantie la plus sûre que l’on se situe hors de la langue standard.

Fig. 106. coupable. Dessin A.-C. Dufour.

44Après le scandale des volailles belges nourries avec des farines animales contenant de la dioxine, on fait le signe coq (trois doigts tendus vers le haut, pouce sur le front) avec les doigts tendus vers le bas, évocation humoristique de leur piteux état.

Fig. 107. ça va. Dessin A.-C. Dufour.

45Le signe ça va se fait en pliant et dépliant plusieurs fois l’index et le majeur, paume vers le haut (fig. 107). Pour répondre « Non, ça ne va pas », le signe peut être fait à l’envers, paume vers le bas.

Paronomases

  • 1 Ce poème a été présenté dans l’émission télévisée « L’Œil et la main » du 21 janvier 1995.

46D’autres calembours consistent à produire successivement des signes de forme proche. C’est un procédé que la vieille rhétorique avait nommé paronomase. Le signe politique, on l’a vu, se fait en frottant le dos de la main gauche avec la paume de la main droite ; se laver les mains se fait en se frottant les deux mains. Exécuter successivement ces deux signes pour produire l’énoncé « La politique, je m’en lave les mains » est un type de calembour que l’on retrouve, fondé sur une ressemblance phonique, dans les langues vocales : « Allons-y Alonzo », « Qui s’excuse s’accuse ». La paronomase n’est pas réservée à l’humour mais peut être une forme de prosodie gestuelle : dans le poème « Rouge1 », Levent Beskardes utilise la configuration commune à mitrailler et mort pour donner une force poétique à « mitrailler à mort ».

47bougie se réalise avec la configuration en pinceau, index et majeur oscillants. mort se fait avec la même configuration, la main s’abattant vers le bas. Au cours d’un repas d’anniversaire, l’un des convives réalise le signe bougie qui se transforme peu à peu en mort : c’est une amère évocation des années qui passent, jusqu’à la fin inéluctable.

48Je donne à un ami une cassette vidéo, en précisant que le film enregistré est en couleurs : avec une mine réjouie, il signe couleurs (doigts oscillants devant la bouche) suivi de en baver d’envie (doigts oscillants descendant verticalement depuis la bouche).

49Quelqu’un dit que son médecin vient de lui interdire de manger des moules : son interlocuteur réalise successivement les signes moule et papillon, les valves que l’on reconnaît dans le premier devenant les ailes que l’on reconnaît dans le second : « les moules s’envolent », c’est-à-dire « plus de moules pour toi ! »

  • 2 Pour une histoire succulente dont la chute est fondée sur la paronymie pilote d’avion / masturbatio (...)

50Les paronymies à contenu sexuel sont un fréquent sujet de plaisanteries. Elles sont en nombre limité, et fort connues : pilote d’avion, battre les cartes et masturbation ; skier et faire l’amour en levrette ; secret et fellation ; carotte et éjaculation ; notaire et fesses. Elles fournissent la chute de nombreuses histoires drôles2. Telle celle-ci :

Confusion. Deux copains sourds se rendent à la gare pour partir aux sports d’hiver. L’un monte dans le train de Chambéry tandis que l’autre, qui doit prendre le train de Megève, reste un moment sur le quai. Tous deux continuent à bavarder à travers la vitre remontée, privilège de ceux qui parlent une langue gestuelle. Mais celui qui est déjà installé dans le train s’aperçoit qu’il a oublié son portefeuille et n’aura pas de quoi payer le moniteur. « Prête-moi un peu d’argent pour faire du ski ! » signe-t-il à son copain. Mais celui-ci se méprend sur le sens du signe skier et rétorque avec indignation : « Rien à faire, tu n’auras qu’à te branler ! »

51Une orthophoniste pratique couramment la langue des signes, chose plutôt rare dans cette profession dont les sourds adultes ont une représentation très négative, fondée sur des expériences douloureuses. On l’en félicite chaudement : orthophoniste + ôter ses casques + araignée (fig. 108). Traduction libre : « Puisque tu es une si bonne signeuse, tes casques ne te servent plus à rien, autant les mettre au rancard jusqu’à ce qu’ils se couvrent de toiles d’araignées. » Cet énoncé extrêmement drôle est fondé sur l’identité de configuration des signes orthophoniste (référant aux casques à écouteurs utilisés dans les exercices d’entraînement à la parole) et araignée.

Fig. 108. « Les orthophonistes au rancard... » De haut en bas : orthophoniste, ôter ses casques, araignée. Dessins de l’auteur.

52Une personnalité entendante appréciée des sourds se laisse pousser une barbe fournie. Un sourd qui ne le connaissait que glabre le rencontre : amusé, il porte sa main sous le menton puis sur le front en lui donnant une même configuration en croissant, celle qui représente l’épaisseur. Ce qui peut se traduire par quelque chose comme : « C’est pour devenir encore plus intelligent que tu te laisses pousser une si longue barbe ? »

53Lorsque je ne parviens pas à ouvrir une bouteille de champagne, un convive réalise en coulé les signes cultivé et débile (même position et même orientation, seule l’ouverture de la main diffère) : « Toi qui est si cultivé, pour certaines choses tu es vraiment stupide ! »

Des onomatopées visuelles

54Concrète, la langue des sourds semble l’être doublement. D’une part, elle investit le corps : formes de la main, déplacements dans l’espace, balancements du buste, vives expressions faciales. À l’insaisissable flux voci des parlants se substitue un corps visible, trop visible. D’autre part, les signes sont souvent iconiques. Il faut entendre par là que, contrairement aux mots des langues vocales, ils ont très souvent une certaine ressemblance avec la réalité qu’ils nomment. Dans le signe arbre, l’avantbras dressé représente le tronc, et les doigts écartés les branches (fig. 109). Cette langue échappe donc à l’arbitraire sémiotique, caractéristique scandaleuse qui l’a fait occulter par des générations de linguistes. Mais la ressemblance entre le référent et le signifiant n’apparaît qu’après que leur relation a été apprise, comme il est aisé de s’en convaincre en montrant le signe arbre, ou n’importe quel autre, à des entendants qui ignorent cette langue. Le sens ne peut jamais être deviné a priori : les signes sont iconiques et pourtant conventionnels. Ne serait-ce que parce qu’il y a toujours, devant un même objet, une multitude de points de vue. Pour le signe cheval, les sourds français réfèrent aux oreilles du quadrupède ; les femmes passées par l’institut de Chambéry, au mouvement de galop ; les sourds suédois au mouvement de sa tête ; les moines trappistes à la touffe de poils qui recouvre son front ; les Indiens des plaines et les sourds grecs au fait qu’on peut le monter. Pour un signe aussi étroitement monosémique que bowling, les sourds américains réfèrent au lancement de la boule, et les sourds français aux quilles qui s’abattent. Pour le signe maïs, les sourds parisiens imitent le geste de le grignoter, mais les sourds de Bresse, région où se cultive le maïs, celui de l’effeuiller.

Fig. 109. arbre. Dessin A.-C. Dufour.

55Cette convention peut aller très loin, et il y a donc bien des degrés dans l’iconicité. Tous les signes étant réalisés dans un espace compris entre la ceinture et le sommet de la tête, toutes les parties basses du corps (le pied, la cheville, la jambe, le genou...) sont nommées au moyen de signes transférés sur les mains (fig. 90 : pied). Pour dire que l’on s’est tordu la cheville, cassé la jambe ou que l’on a enfilé des pantoufles, il n’y a aucune indication du fait que ce dont on parle se passe vers le bas.

56Le mot stylisation me paraît être celui qui convient le mieux pour nommer le processus de construction des signes. Il rend compte à la fois de la similitude avec le référent, et de l’économie représentée par la combinatoire de paramètres formels. Comme les peuples dont l’art ornemental reproduit des campements ou des animaux à partir d’un petit nombre de figures géométriques (Leroi-Gourhan, 1943b), les sourds parlent du monde avec un nombre nécessairement limité de formes de la main, d’emplacements et de mouvements.

57Le mot « coin-coin » stylise, dans le cadre du système phonologique français, le cri du canard dont la réalité phonique est bien différente – cette part de convention étant prouvée par les représentations fort différentes que d’autres langues donnent du même cri, par exemple « baert-baert » en norvégien ou « rap-rap » en danois. Beaucoup de signes sont l’équivalent de telles onomatopées, mais ce sont des onomatopées visuelles.

58Cela a eu d’immenses conséquences sur la manière dont cette langue a été perçue par les entendants ; et finalement sur la manière dont les sourds ont été traités. Elle a en effet alimenté un énorme contresens. Dans les langues vocales, les onomatopées sont en très petit nombre : cris d’animaux, sons divers (atchoum, cocorico, miam-miam, pin-pon...). Le domaine qu’elles concernent comme leur forme même, fréquent redoublement d’une syllabe, ont quelque chose d’enfantin. De là à conclure que les sourds sont incapables d’abstraction, ont une mentalité infantile et que pour les élever au rang de l’humanité pensante il convient d’interdire leurs signes, il n’y avait qu’un pas qui a été franchi à Milan en 1880, et dont les sourds continuent aujourd’hui à payer le prix.

  • 3 Souligné par moi. Le premier membre de la phrase reflète une illusion commune : moins arbitraire ne (...)

59Or, si les langues vocales recourent très peu aux onomatopées alors que les langues des signes le font massivement, cela n’a rien à voir avec leurs qualités intrinsèques, encore moins avec la psychologie de leurs locuteurs. Cela est simplement dû à une propriété du monde dans lequel nous vivons, monde qui produit fort peu de sons pouvant être stylisés par la voix, mais énormément de formes pouvant être stylisées par les mains. Dès 1762, cette constatation est énoncée avec une grande clarté par Jean-Jacques Rousseau dans son Essai sur l’origine des langues : « Quoique la langue du geste et celle de la voix soient également naturelles, toutefois la première est plus facile et dépend moins des conventions : car plus d’objets frappent nos yeux que nos oreilles, et les figures ont plus de variété que les sons3. » On ne saurait mieux dire, et il est étrange que cette vérité d’évidence ait été si longtemps oubliée.

60Depuis que la langue des signes a fait l’objet de recherches linguistiques aux États-Unis dans les années 1960, cela a été payé d’un prix très élevé. L’iconicité ayant toujours fourni aux détracteurs de la langue des signes leur principal argument, on a cru de bonne guerre de faire l’impasse sur elle. Pour le dire en termes simples, on a essayé, pour donner une caution scientifique à la langue des sourds, de montrer qu’elle n’était, après tout, pas si différente qu’on l’avait cru des langues vocales. Un exemple suffira. Dans l’un des meilleurs ouvrages américains, dont l’un des auteurs est lui-même sourd, l’idée que la langue des signes serait iconique, et donc incapable d’abstraction, est repoussée avec indignation. Pour la contredire, les auteurs donnent quelques exemples de signes dont le sens est abstrait, mais tous ceux qu’ils choisissent appartiennent au petit nombre de ceux que l’évolution a conduits à être non iconiques en synchronie (Lane et al., 1996 : 43 sq.). Il y a donc un contresens, étonnamment partagé par tous les détracteurs de la langue des signes et par nombre de ses plus chauds partisans, sur la nature de l’iconicité. En réalité, iconique n’est pas plus synonyme de concret qu’arbitraire n’équivaut à abstrait. D’innombrables signes au sens parfaitement abstrait procèdent par dérivation sémantique à partir de signes très concrets.

61De même a-t-on rejeté dans le registre non-linguistique de la pantomime un ensemble de faits, regroupés par Cuxac (1996) sous l’étiquette de transferts personnels, qui consistent à se mettre dans la peau d’un personnage. Cela peut durer une fraction de seconde, lorsque le signe obéir s’accompagne d’un coup d’œil vers le haut et d’une brève mimique de soumission. Cela peut durer plusieurs minutes, lorsqu’au cours d’un récit le narrateur investit successivement plusieurs personnages. Parfois jusqu’à abandonner tout signe manuel, sans que l’histoire cesse d’être d’une parfaite clarté pour qui connaît les multiples indices qui signalent le passage d’un rôle à un autre, puis le retour du narrateur dans son propre rôle.

62Beaucoup de signes ne sont d’ailleurs que des transferts personnels lexicalisés : geste de la prière islamique pour musulman, de la prière catholique pour église, lecture répétée d’un texte pour judaïsme, position du lotus pour yoga. Tout discours spontané mêle inextricablement des signes manuels et des transferts personnels. Il est donc impossible de découper arbitrairement, dans ce que font les sourds, entre ce qui serait une partie noble, les signes manuels analysables en paramètres, et une partie honteuse, rejetée dans les limbes d’une pantomime universelle.

63Comment des chercheurs avisés ont-ils pu s’abuser au point d’évacuer de leur objet d’étude ce qui en est la caractéristique la plus originale ? Outre le puissant motif idéologique déjà signalé, ne pas donner d’armes aux détracteurs de la langue des signes, il y a certainement une question de méthode. Décrire une langue en convoquant des informateurs dans un laboratoire pour leur soumettre des questionnaires est une procédure possible en langue vocale. Avec les sourds, cela ne peut aboutir qu’à des résultats biaisés. Les registres de langue forment un éventail incroyablement ouvert, dont il n’y a pas d’équivalent en langue vocale. En situation de face à face avec un chercheur entendant dans des conditions artificielles, les sourds évacuent les productions les plus iconiques, celles qui sont liées à la chaleur et à la complicité de l’entre-soi, pour choisir un registre de langue plus proche du français signé, celui qui a longtemps été associé aux situations officielles.

  • 4 Les allusions que je fais aux questions cruciales de l’iconicité et de la double articulation dans (...)

64Ce n’est pas un hasard si c’est en France qu’est apparu un linguiste, Christian Cuxac, qui a fait porter l’essentiel de ses recherches sur l’iconicité : la répression particulièrement impitoyable de la langue des signes puis la prise en main des cours de langue par les sourds eux-mêmes, spécificité française, imposait la primauté du terrain. Mon travail d’ethnologue m’a fait rejoindre, après quelques années d’enquêtes, les conclusions de Cuxac4 : c’est le privilège de l’ethnologue que de pouvoir observer les productions les plus spontanées, donc les plus authentiques. Or, ce que le terrain enseigne, c’est que, contrairement à ce qui est souvent affirmé par les chercheurs qui cherchent à minimiser la part d’iconicité, celle-ci est parfaitement consciente chez les sourds.

65La preuve en est qu’à tout moment, ils sont capables de remotiver des signes, c’est-à-dire de rendre visible leur origine concrète. C’est ce que nous faisons nous-mêmes lorsqu’il nous arrive de décomposer « connaître » en « connaître » pour rappeler le sens premier de ce mot, « naître avec ». Ou lorsqu’un auteur écrit que « être radical, c’est prendre les choses à la racine ». La vieille rhétorique avait un nom pour cela : la figure étymologique. Mais ce qui en français n’est qu’un procédé rare et littéraire est une pratique quotidienne des sourds.

66Reprenons l’exemple du signe arbre. Si l’on parle d’un arbre en général, l’iconicité du signe n’a pas plus de pertinence dans le cours d’une conversation gestuelle que l’étymologie du mot « arbre » dans une phrase parlée. Mais on peut décomposer le signe arbre en ses différents éléments : l’espace d’un instant, l’avant-bras dressé redevient alors le tronc d’un arbre, chacun des doigts écartés redevient une branche, etc. Une maman sourde raconte l’histoire du Petit Poucet qui monte sur un arbre : les deux doigts tendus de la main gauche en fourche, configuration qui est le classificateur pour être humain en mouvement, montent le long de l’avant-bras droit et viennent s’accrocher à l’auriculaire. On se plaint de la pollution et des pluies acides : les cinq doigts écartés se recroquevillent lentement. Une caractéristique troublante de la remotivation, c’est qu’elle implique que le signe soit regardé par celui qui le produit.

67La remotivation est un ressort puissant de l’humour. Rien de tel pour faire rire. Quelques exemples, parmi les centaines que j’ai observés :

68À partir du signe amoureux (deux mains en faisceaux se touchent par leurs pointes, stylisation d’un baiser), on invente se bécoter partout : la main droite couvre de « baisers » la main gauche. Le signe se faire avoir, je l’ai dit, est une représentation visuelle de « se faire mener par le bout du nez » (fig. 24) : après l’avoir réalisé, on peut faire faire vibrer le fil imaginaire qui vient d’être tracé dans l’espace. Même chose pour le signe paresseux, figuration d’un poil dans la main, auquel on peut donner une taille colossale ou s’en servir comme de la corde d’un instrument de musique...

69Le signe jumeaux se fait avec deux poings côte à côte partant vers l’avant avec un petit mouvement arqué : image transparente lorsque l’on sait que le poing désigne couramment une tête humaine. Mais ce jour-là, Robert dispose les deux poings l’un devant l’autre, au prétexte que l’on n’a jamais vu deux jumeaux sortir en même temps : quitte à iconiciser, autant le faire jusqu’au bout !

70Le signe être cultivé, être intelligent, se fait au moyen de la main en croissant, suggérant la notion d’épaisseur, devant le front. L’iconicité de ce signe ouvre la voie à d’innombrables plaisanteries. Tel un pneu, on peut le gonfler, mais attention : il peut se dégonfler, il peut être tellement lourd qu’il fait pencher la tête vers l’avant, il peut même exploser...

71Le signe se souvenir de quelque chose est normalement réalisé avec le pouce droit qui touche le front puis vient se poser sur le pouce gauche. Dans une conversation où il est question d’une chose importante qu’il convient de ne surtout pas oublier, le mari se tourne vers sa femme et exécute cette petite scène : le pouce droit se colle sur le front, la main gauche s’empare de la main droite, fait mine de tirer dessus, la main droite résiste pendant que le visage mime un effort intense. Équivalent visuel de « Mets-toi bien ça dans la tête, et que rien ne puisse l’en faire sortir ! » (fig. 110).

72Le signe partir se fait de la main droite, pouce et index tendus et écartés ; la main s’éloigne du signeur vers l’avant pendant que le pouce et l’index se rapprochent l’un de l’autre. C’est une évocation visuelle d’un personnage ou d’un véhicule qui, partant au loin, diminuent de taille apparente. Mais aujourd’hui, au terme d’une discussion amicale dans un café, l’un des participants se lève et annonce qu’il est en retard et doit se sauver à toute vitesse. Il réalise alors le signe partir avec un effet comique imparable : le signe est effectué au niveau des yeux qui sont plissés, le mouvement est réalisé rapidement avec une grande tension musculaire, puis la main revient vers le signeur avec les doigts oscillants pour suggérer un énorme nuage de poussière. On songe immanquablement à un dessin animé.

Fig. 110. se souvenir. À gauche : signe standard. À droite : version humoristique. Dessins de l’auteur.

73Pour dire qu’il « ne faut pas être esclave » des gens collants, on réalise le signe esclave, représentation d’une chaîne tendue depuis le cou, puis on fait le signe couper là où était la « chaîne » l’instant d’avant. C’est de la même manière que pour se moquer d’un sourd qui se laisse mener par le bout du nez par sa mère entendante, on réalise le signe couper à l’endroit où l’on vient de vient de faire cordon ombilical.

74Le signe pêcher (fig. 111) s’emploie au figuré avec le sens de « draguer une fille, trouver une épouse ». Mais lorsque Claude raconte comment il a rencontré sa femme, il mime en détail l’action de lancer au loin la ligne, puis de la ramener avec le moulinet : c’est qu’elle habitait fort loin, et qu’il n’a pas été facile de la convaincre.

75L’iconicité de la langue des signes en fait une langue particulièrement pédagogique. Pour expliquer à de petits enfants ce qu’est une sorcière, on réalise le signe standard, peu évocateur, immédiatement suivi de son commentaire, le signe balai, très iconique, puis du classificateur jambes d’un être humain (main en fourche pointant vers le bas) qui enfourche le classificateur objet mince et allonge (index tendu), tous les deux partant de concert vers le haut. C’est comme une petite séance de marionnettes montrant une sorcière chevauchant son balai dans les airs. Les enfants éclatent de rire : ils ont compris.

Fig. 111. pêcher. Dessin A.-C. Dufour

  • 5 Ces deux derniers exemples ont été observés dans les mains de Guy Bouchauveau, animateur à la Cité (...)

76Autre exemple, l’explication du mécanisme qui rend nécessaires les années bissextiles. La main droite exécute le signe soleil, et la main gauche le signe terre. La main droite, index tendu vers le bas, tourne autour de la main gauche qui a gardé la trace du signe terre. Il est alors précisé que ce trajet prend une année. Lorsqu’un tour complet a été effectué, l’index droit s’arrête en cet endroit de l’espace. La réalisation du signe drapeau fait comprendre qu’on plante là un point de repère. L’index gauche fait un second tour, mais s’arrête quelques centimètres avant le « drapeau ». Les deux index se touchent et s’éloignent plusieurs fois pour attirer l’attention sur l’espace manquant. Il n’y a plus qu’à préciser : « C’est pour ça qu’il faut ajouter un jour tous les quatre ans. » La démonstration n’a duré que quelques secondes. Elle a été lumineuse, et l’on se prend à songer que bien des pédagogues entendants pourraient se mettre à l’écoute des sourds5.

77Nos mots sont dominés par l’arbitraire sémiotique, et l’on sait quels usages pervers peuvent en découler, du discours hermétique au jargon médical. Cela n’est guère possible avec la langue des signes, comme le prouve cet exemple amusant : lorsqu’une interprète travaillant en milieu hospitalier (Boussard, 1997 : 3) dit qu’il n’y a pas encore de signe pour « lombalgie », et qu’il lui faut donc décrire un « mal de dos au niveau des lombaires », elle montre malgré elle la fonction de mot-écran de « lombalgie ». Le découpage de ce mot correspond strictement à ce que montrent les signes ; seulement, il faut en connaître l’étymologie, et en avoir conscience lorsqu’on prononce le mot, ce qui n’est évidemment pas le cas du locuteur français moyen.

78Aussi bien, en langue des signes, un chat est-il appelé un chat. Il y a bien des niveaux de langue, soutenu, familier, poétique ou argotique ; mais, dans les conversations entre sourds adultes, je crois bien n’avoir jamais vu de signes qui mériteraient d’être qualifiés d’euphémismes. Si ce n’est dans deux situations déjà évoquées (chapitre 8), lorsque des enfants sourds ou des entendants sont présents. Dans les internats, les adolescentes utilisaient le signe rouge plutôt que règles, « sinon les petites nous auraient demandé ce que voulait dire ce signe ». Dans les conversations qui se déroulent dans un lieu public (cafés, bars), on peut être amené à modifier un signe à connotation sexuelle dont la forme est jugée trop transparente. préservatif se fait avec l’index gauche, figuration du pénis, qui est introduit dans la boucle de la main droite en pince. C’est un signe dont la forme est proche d’un signe à connotation vulgaire pour l’acte sexuel. Dans sa variante euphémique, la pince ne fait que longer l’index. seins (les deux poings, pouces déployés pour figurer les tétons, tapotent la poitrine) peut être réalisé avec un petit mouvement arqué vers l’avant, paumes vers le bas, pouces repliés, pour être rendu méconnaissable : la première fois que j’ai vu ce signe, j’ai cru que l’on me parlait d’un pupitre que l’on soulève. On retrouve ici les paronymes dont il a déjà été question : skier, normalement redoublé, paronyme de l’un des signes pour faire l’amour, sera réalisé une seule fois ; secret, normalement fait avec les deux poings près de la bouche, sera réalisé avec une seule main ou bien devant la poitrine, pour éviter la proximité avec fellation. C’est d’ailleurs surestimer grandement les capacités de compréhension des entendants, qui sont bien incapables de repérer quelque signe que ce soit dans le cours d’une discussion animée.

Quand le signe, c’est la chose

79Une conséquence très étrange du fait que les signes sont visibles est qu’on peut les toucher, et même agir sur eux pour construire le sens. C’est l’équivalent de ce que l’on fait avec un texte écrit, quand on souligne ou qu’on rature un mot ; ou, devant l’écran d’un ordinateur, lorsqu’on le déplace avec la souris.

80Tout signe réalisé par une main peut être pointé par l’autre pour le souligner. Soit la phrase : « Qu’est-ce qui est important, dans le cas du sida ? L’information. » Cela se dira ordinairement : affaires + sida + important (l’index droit effleure l’index gauche relevé) + quoi ? + information. Mais on peut aussi, après avoir exécuté le signe important, laisser en place l’index gauche un bref instant pendant qu’on le désigne de l’index droit.

81On reconnaît dans ce procédé la fonction métalinguistique, qui consiste à prendre du recul par rapport à la langue et à la commenter, et sans laquelle on ne saurait parler de langue véritable. Comme dans cette autre phrase : « L’abbé de l’Épée avait compris que la langue des signes est une belle langue. » Les deux mains produisent parler en langue des signes (fig. 58). Les signes suivants, abbé + de l’épée + comprendre (fig. 129) se font avec la seule main droite. Pendant qu’ils sont émis, la main gauche a conservé la position et la forme qu’elle avait dans le premier signe. La main droite produit alors contempler en direction de la main gauche. Elle réactive ainsi un signe dont la trace a été maintenue dans l’espace, pour introduire le commentaire belle + langue.

82Quelqu’un déclare : « Ça n’est pas mon rôle de regarder ce qui se passe dans cette association » : association + groupe + regarder + rôle + mon + non. Le signe groupe s’est fait avec les deux mains en croissant, réunies en forme de cercle (fig. 37). La main gauche étant maintenue en place pour en garder la trace, la main droite réalise ensuite regarder dans sa direction. Bien plus, le locuteur accompagne ce signe d’un mouvement du corps vers l’avant, en faisant mine d’observer avec curiosité l’intérieur de sa main gauche recourbée. Pour envisager l’éventualité de regarder à l’intérieur de l’association, il regarde à l’intérieur du signe.

83Plusieurs des exemples ci-dessus peuvent être en partie rattachés au phénomène de remotivation que l’on a évoqué plus haut ; mais il s’agit aussi de tout autre chose, puisque cela peut se faire avec des signes entièrement arbitraires en synchronie, et qui ne peuvent donc être remotivés.

84Comme dans cet exemple : « Pendant l’adolescence, on ne veut plus faire d’efforts. » Voici comment cela pourra se dire : la main droite produit successivement les signes effort (fig. 112) + époque + adolescence, et à nouveau effort. À ce moment-là, la main gauche s’empare de la main droite et la repousse vivement vers le bas. Pour dire que l’on rejette tout effort, le locuteur a rejeté le signe effort. Même chose avec le signe impossible, tout aussi arbitraire (la main en moufle, pouce sur le menton, se referme). Comme un jeune garçon affirme que jamais les sourds ne pourront conduire un avion de ligne, son père lui rétorque que « impossible n’est pas sourd » : après que la main droite ait réalisé le signe impossible, la main gauche s’en empare et la repousse violemment vers le bas.

Fig. 112. effort. Dessin A.-C. Dufour.

85Si les signes peuvent donc être jetés, comme un mot que l’on met dans la corbeille d’un ordinateur, ils peuvent également être déplacés de manière à les faire interagir avec d’autres signes. Dans le dialecte de Chambéry, le signe ne pas connaître se fait avec le majeur qui touche la tête avant de s’en éloigner vers la droite. Pour dire « enseigner auprès de gens que l’on ne connaît pas », la main qui a réalisé ne pas connaître se porte devant la poitrine sans changer de forme. Est ensuite produit le signe enseigner (deux mains s’ouvrant et se fermant vers l’avant), en direction de l’endroit où ne pas connaître venait d’être placé un bref instant.

86De tout cela, on peut jouer à des fins humoristiques. Alors que s’achève une conférence sur l’histoire des sourds, il est question de Jean Massieu. Ayant signé son nom, qui est la stylisation du geste de sortir une montre à gousset (allusion à la passion que Massieu éprouvait pour l’horlogerie), le conférencier regarde sa main et s’écrie, sous les rires du public, « Oh là là, il est tard, il est temps que je m’arrête ! » Il a fait mine de prendre le signe pour la montre elle-même.

87L’un des reproches les plus couramment faits à la langue des signes est une supposée confusion entre le signe et le référent, liée à l’incapacité d’abstraire. On frémit à l’idée de ce que les contempteurs de la langue des signes auraient pu tirer de tout cela, s’ils en avaient eu connaissance. Le dernier exemple cité prouve, s’il en était besoin, qu’il faut rien de moins qu’une production métalinguistique pour introduire intentionnellement, à seule fin de faire rire, une telle confusion.

Évolution des signes

88La question étymologique ne se pose pas dans les mêmes termes que pour les langues vocales. Lorsque les signes sont iconiques, ils ne réfèrent à aucun étymon ; ils ne dérivent pas d’autres signes. Si étymon il y a, celui-ci n’est alors rien d’autre que le référent. Des signes qui ont la même forme ou des formes proches, mais des sens distincts, ne relèvent pas nécessairement de l’homonymie ni de la polysémie, au sens que ces termes ont en linguistique des langues vocales, mais de la stylisation d’objets de formes proches ou identiques : maire et MISS sont un seul et même signe (fig. 113) parce que tous deux renvoient à deux objets de même aspect, l’écharpe du maire et celle de la reine de beauté. De même, président (notamment dans « président de la République ») et pâques sont-ils désignés d’un même signe qui stylise le mouvement d’une cloche que l’on agite, clochette d’un président de séance dans un cas, cloche d’église dans l’autre.

Fig. 113. maire, miss. Dessin A.-C. Dufour.

89Beaucoup de signes ont une étymologie obscure : soit que la déformation induite par un usage quotidien ait obscurci leur motivation originelle, soit qu’ils réfèrent à des objets ou des usages aujourd’hui disparus. Les signes femme ou blanc évoquent l’habillement des siècles passés : le premier la bride des coiffures féminines, le second la couleur du jabot. Le signe nom est formé par la main droite en pinceau tapotant en croix la gauche qui présente la même configuration : cette croix est celle qui servait de signature aux illettrés, parmi lesquels figuraient bien sûr les sourds-muets. Le signe vendre (fig. 114) réfère à une pratique gestuelle depuis longtemps disparue, celle des marchands qui agitaient un mouchoir pour attirer les chalands.

Fig. 114. vendre. Dessin A.-C. Dufour.

90Comme dans les langues vocales, des étymologies populaires introduisent de fausses motivations. Ainsi du signe heure, qui consiste à taper de l’index droit le poignet gauche. Qui n’y verrait un rappel de la montre-bracelet ? Pourtant, le signe existait longtemps avant que l’objet n’apparaisse. Lambert (1865) nous en révèle l’origine : « avec l’index droit tinter comme l’heure sur le dos de la main en guise de timbre ». Un autre bel exemple est le signe été, qui consiste à effleurer le front du majeur (fig. 115) : alors que tous les sourds y voient aujourd’hui le geste d’essuyer la transpiration pendant la canicule, c’est en réalité la stylisation d’une couronne de laurier, la distribution des prix se faisant autrefois à Saint-Jacques au mois d’août.

Fig. 115. été. Dessin A.-C. Dufour.

91Voici, en l’état actuel de mes recherches, les quelques grandes tendances, découlant toutes d’une économie gestuelle, que la comparaison entre les descriptions du xixe siècle et les pratiques actuelles permet de dégager :

92– Des signes composés se transforment en signes uniques, par disparition de l’un des composants. C’est le cas de s’excuser, la main droite frottant la paume de la main gauche (fig. 116). Il avait la valeur d’effacer et était précédé de faute. L’omission de ce dernier signe a rendu obscur le sens originel de celui qui a subsisté. Pour hypocrite, le majeur droit frotte la paume de la main gauche (fig. 117). Or, ce signe avait autrefois le sens de facile : c’était la forme répétitive de toucher (fig. 93), avec le sens figuré « avoir l’expérience de quelque chose ». Pour produire le sens « hypocrite », on le faisait précéder de tromper : un hypocrite est celui qui trompe avec facilité. Le signe tromper est tombé, tandis que le sens de facile a été transféré sur un Dufour. signe tout différent. D’où l’obscurité totale du résidu archaïque ayant aujourd’hui la valeur d’hypocrite.

Fig. 116. s’excuser. Dessin A.-C. Dufour.

Fig. 117. hypocrite. Dessin A.-C. Dufour.

93– Des signes composés se transforment en signes uniques, par fusion des deux composants (une comparaison avec le français fournira l’exemple approximatif « je ne sais pas » / « ch’ais pas »). mieux se disait bon (main plate partant de la bouche) suivi de en premier (main fermée, pouce relevé). Exécutés en coulé rapide, ils se sont fondus en un seul, main ouverte se refermant devant la bouche (fig. 118). Le pouce tendu en fin de signe a aujourd’hui perdu tout lien, dans la conscience des locuteurs, avec le sens de premier. Le signe prudent était le geste du cocher qui retient son cheval en tirant sur les rênes. Il a produit le signe composé faire attention, où le signe prudent a été précédé de voir (index placé sous l’œil). Ces deux signes se sont fondus en un seul, la position initiale sous l’œil entraînant un mouvement vertical du geste du cocher, qui s’est ainsi entièrement démotivé (fig. 119).

Fig. 118. mieux. Dessin A.-C. Dufour.

Fig. 119. faire attention. Dessin A.-C. Dufour.

94– Plus généralement, toute modification d’un mouvement pour des raisons de commodité articulatoire suffit pour faire disparaître tout lien entre la forme et le sens. Le signe jour stylisait la course du soleil par l’index, paume vers soi, décrivant une courbe dans un plan vertical. Impliquant une torsion du poignet, il est aujourd’hui réalisé de manière plus économique vers l’avant (fig. 120). Le signe quand même mimait le geste de repousser un obstacle ou une objection ; un ample mouvement dirigé vers l’avant s’est transformé en un petit mouvement vertical (fig. 121). Dans les deux cas, la motivation originelle a disparu.

95– Des signes qui impliquent le contact successif de deux endroits du corps tendent à se raccourcir. Le signe croire, avec une connotation religieuse, se faisait en touchant le front puis le cœur : il provenait d’un signe inventé par l’abbé de l’Épée, qui voyait dans l’acte de croire une double approbation, celle de l’esprit et celle du cœur. À la fin du xixe siècle, l’index touchait le front puis le cou. Aujourd’hui, il touche le front puis le menton.

Fig. 120. jour. Dessin A.-C. Dufour.

Fig. 121. quand même Dessin A.-C. Dufour.

96– Des signes tendent à s’abaisser ou à occuper une position centrale. Il a suffi que le signe élève, consistant à tapoter de l’index sous l’œil (l’élève est celui qui doit regarder attentivement), s’abaisse de quelques centimètres, sur la joue (fig. 122), pour que son origine devienne obscure. Le signe amicale, par exemple d’anciens élèves, consiste en un mouvement alterné des mains au niveau des flancs (fig. 123). Il ne s’explique que si l’on sait qu’il se réalisait autrefois au niveau du cœur, symbolisant, comme l’écrivent les anciens auteurs, un « échange des cœurs ». Cet abaissement s’observe sans cesse en synchronie, dans les conversations relâchées ; il a impulsé en diachronie le changement d’emplacement de nombreux signes. Il est cependant limité par la sémantisation de certaines zones du corps. Ainsi, le signe croire, décrit ci-dessus, a donné les dérivés ne pas croire (l’index part du front pour s’abattre vers l’avant) et y croire vraiment (l’index part du front pour s’abattre vers l’avant en V) : le premier se réalise très souvent depuis le nez au lieu du front, ce qui ne se produit jamais pour le second, puisque le nez a une forte valeur sémantique négative. Les nombreux signes ayant un rapport avec les sentiments, réalisés au xixe siècle sur le cœur et aujourd’hui sur le milieu de la poitrine, ne contredisent pas cette observation : dans ce cas, c’est la zone de sémantisation qui a pu s’élargir, parce que l’emplacement du cœur n’entre pas en opposition avec d’autres zones proches différemment sémantisées, comme peut l’être le nez, situé à proximité des yeux (champ sémantique de la vision), du front (champ sémantique de l’intellect) et de la bouche (champ sémantique de l’oralité).

Fig. 122. élève. Dessin A.-C. Dufour.

Fig. 123. amicale. Dessin A.-C. Dufour.

97– Des signes se rapprochent du corps. je me trompe était le vieux geste moqueur, emprunté aux entendants, de faire les cornes, mais dirigé vers soi. Aujourd’hui réalisé sur le menton (fig. 124), il est devenu opaque. vieillard imitait le geste de s’aider d’un bâton ; aujourd’hui le poing tapote le dessous du menton (fig. 125), ce qui conduit parfois à une fausse étymologie, la barbe du vieillard. Pour profiter, la main en pince, stylisation d’un geste de préhension, faisait mine d’introduire quelque chose dans la poche d’un gilet imaginaire ; aujourd’hui la main en pince tapote le menton (fig. 126).

Fig. 124. se tromper. Dessin A.-C. Dufour.

Fig. 125. vieillard. Dessin A.-C. Dufour.

Fig. 126. profiter. Dessin A.-C. Dufour.

Fig. 127. ville. Dessin A.-C. Dufour.

98– De nombreux signes qui impliquaient au xixe siècle un engagement de tout le corps ont évolué vers une stylisation portée essentiellement par les mains. Ainsi, pour courir, il fallait « en figurer l’acte avec les pieds et le mouvement du corps, tout en restant à la même place » (Lambert, 1865) ; aujourd’hui, seuls les mains et les bras sont engagés.

99– L’initialisation a obscurci l’origine de nombreux signes. Le signe ville se fait avec les deux mains en forme de V qui s’écartent l’une de l’autre (fig. 127) : il est aujourd’hui impossible d’y reconnaître l’ancien répétitif de maison (deux mains plates stylisant un toit s’ouvraient et se refermaient par une torsion répétée des poignets). On l’a vu à propos de l’évolution du signe entendant (chapitre 2) : en langue, les oppositions entre les lettres de l’alphabet manuel sont souvent neutralisées, et certaines d’entre elles deviennent identiques à des configurations naturelles de la langue des signes, ce qui rend leur origine méconnaissable. géographie se réalise au moyen des deux index se rapprochant avec un mouvement oscillant (fig. 128). Personne n’y reconnaît aujourd’hui le signe montagne dans lequel les mains plates ont été remplacées par la lettre manuelle G, initiale de géographie, parce que, lorsqu’elle est intégrée à la langue, cette lettre devient identique à l’une des configurations les plus fréquentes, l’index tendu.

Fig. 128. géographie. Dessin A.-C. Dufour.

100La recherche étymologique est une question neuve en langue des signes. Un article américain, qui fait depuis vingt-cinq ans figure de référence définitive (Frishberg, 1975), a prétendu étendre à l’ensemble de la langue des signes américaine des observations du même genre que celles que l’on vient de faire, et qui ne concernent qu’une minorité de signes. Il s’agissait d’amoindrir le rôle de l’iconicité ; et pour cela, de prouver que la langue évoluait massivement vers l’arbitraire saussurien. En réalité, les exemples de Frishberg montrent davantage une évolution dans le sens d’une plus grande stylisation, que vers un réel arbitraire.

101Cette langue est actuellement en pleine explosion néologique. Il s’agit de rattraper le retard lexical dû à son interdiction pendant un siècle, et en même temps de nommer tous les nouveaux produits de l’activité humaine. Ainsi du domaine de l’informatique (disque dur, fichier, souris, incrustation d’image...) ou de la nouvelle économie (start-up, stock options...). Des signes apparaissent spontanément partout, nés des mains des usagers sourds. Ils entrent en concurrence, font éventuellement l’objet de discussions formelles ou informelles, et un accord tacite se fait généralement au bout de quelques mois. Il n’y a pas d’exemple que les signes finalement retenus ne soient ceux qui sont les plus iconiques. L’évolution vers l’arbitraire ne concerne donc nullement la langue dans son ensemble. Au fur et à mesure qu’une minorité de signes se modifie, perdant tout lien avec la chose signifiée, de nouveaux signes apparaissent chaque jour, tous iconiques. L’iconicité est centrale, l’évolution vers l’arbitraire, conséquence inévitable du caractère non écrit et longtemps clandestin de la langue, n’est qu’accessoire.

Une ou deux mains

102Comme toute langue, celle des sourds se déploie évidemment dans le temps : les signes se succèdent pour produire des phrases gestuelles. Cependant, elle présente aussi la propriété, qui ne peut exister dans aucune langue vocale, de pouvoir produire simultanément deux énoncés. Cela parce que l’espèce humaine n’a qu’un appareil phonatoire, mais possède deux mains. Soit l’énoncé « Je me suis endormi pendant que les lumières s’éteignaient ». Il est possible de le dire avec deux signes produits en même temps : une main réalise le signe s’endormir, tandis que l’autre fait le signe lumières qui s’éteignent. Pour dire « Il le fait exprès, celui-là ! » la main droite réalise faire exprès tandis que la gauche désigne celui dont on parle, éventuellement par une reprise pronominale, en pointant l’endroit de l’espace où on l’a précédemment placé.

103Cette propriété peut être mise à profit dans les productions humoristiques, puisqu’il est possible d’émettre simultanément deux signes contradictoires. Le signe neutralité, qui surgit dans une conversation sur la Suisse, se réalise avec les deux mains en pince, paumes vers la poitrine, qui partent vers l’avant (fig. 97). Par ailleurs la configuration en pince est également celle du signe oui. Un participant à la discussion dit alors en riant : « Ça serait mieux comme ça », et donne à sa main gauche la forme qu’elle a dans le signe non, transformant ainsi neutralité en oui-non. Certains signes sont en principe effectués avec une seule main, d’autres avec deux mains. C’est ainsi qu’ils figurent dans les lexiques publiés par les sourds, qu’ils sont enseignés aux entendants et qu’ils sont réalisés dans les situations officielles. Or, la pratique du terrain montre qu’une stricte opposition ne tient guère. Cela soulève, une fois de plus, la question cruciale des conditions dans lesquelles sont recueillis les matériaux utilisés pour l’analyse de la langue des sourds.

104De nombreux signes qui sont censés n’exiger qu’une main peuvent mobiliser les deux pour leur conférer une valeur emphatique : les signes pour je ne sais pas, ça n’est pas la peine (fig. 27), je suis déçu, tels qu’ils figurent dans les dictionnaires, ne mobilisent en principe qu’une seule main ; mais, dans les conversations spontanées entre sourds, je les vois souvent exécutés avec les deux mains, pour produire le sens de « Je ne sais pas du tout », « Ça n’est vraiment pas la peine » ou « Je suis terriblement déçu ».

105Réciproquement, la plupart des signes réalisés en principe avec les deux mains peuvent l’être tout aussi bien avec une seule, ce qui cette fois ne modifie en rien leur sens mais correspond à un niveau de langue plus relâché.

106Précisons. Pour les signes à deux mains, on rencontre deux cas de figure. Dans le premier cas, une main seule est en mouvement, l’autre servant de support passif (fig. 109 : arbre). Très souvent, lorsque la main passive est mobilisée par une activité manuelle, elle peut être remplacée par n’importe quel support : une autre partie du corps, le volant de la voiture que l’on conduit, la table autour de laquelle des convives sont réunis. Si cela trouble beaucoup les apprenants entendants mais ne pose aucun problème aux sourds, c’est que les premiers cherchent à mémoriser et identifier la forme de chaque signe isolé, tandis que les seconds pratiquent un système structuré par des règles implicites.

107Dans le second cas de figure, les deux mains, qui ont même configuration, réalisent un signe sur des emplacements et avec des mouvements symétriques. On constate également que la communication n’est pas perturbée lorsqu’une seule main est mobilisée, parce qu’à tout signe symétrique effectué par les deux mains ne vient généralement pas s’opposer un autre signe, ayant un sens différent, dont la forme serait identique mais réalisée par une seule main.

108C’est là une propriété très fonctionnelle, puisqu’elle permet de continuer à parler lorsque l’une des deux mains est entravée par le port d’une charge ou la tenue d’un outil, ou lorsqu’on s’est cassé le bras. C’est à l’évidence la nature gestuelle de la langue et les incompatibilités que cela peut entraîner avec l’exécution de tâches pratiques qui ont imposé cette structure linguistique. Il y a cependant quelques exceptions, et c’est sur l’une d’elles que repose l’histoire suivante, qui fait partie de la tradition orale des anciens d’une institution de la région parisienne :

Le prêtre chargé de l’aumônerie faisait un peu de français signé. Tous les ans, à l’occasion des premières communions, il traduisait en signes des passages du Nouveau Testament, la Bible étant posée devant lui sur un chevalet. Une année, il arriva qu’au moment de célébrer l’eucharistie, le chevalet soit introuvable. Qu’à cela ne tienne : le prêtre prit la Bible dans la main gauche, tout en signant de la main droite. Seulement, chaque fois que le nom du Christ (le majeur droit touche la paume gauche, puis le majeur gauche touche la paume droite) apparaissait dans le texte, il jetait le majeur de sa main droite en direction du livre sacré, signant en toute innocence « J’encule la Bible ». Inutile de dire dans quel état de fou rire rentré étaient tous les petits communiants.

109Le signe jésus-christ (fig. 94) est en effet l’un des rares signes à deux mains qui ne peut être réalisé avec une seule main sans entraîner une confusion avec un autre signe, en l’occurrence enculer.

La métaphore

110On a vu que l’accusation qui revient le plus souvent contre la langue des signes est que, portée par le corps et imitant les formes et les mouvements des objets du monde réel, elle serait incapable d’abstraction. Reproche, il ne faut cesser de le répéter, fait par des gens qui n’ont jamais tenté de l’apprendre mais détiennent le pouvoir sur l’éducation des enfants sourds ; et dont les décisions sont orientées par le jugement négatif qu’ils portent sur elle.

111Ce qui permet à un signe, si iconique soit-il, d’exprimer une abstraction, c’est la polysémie, le passage d’un sens concret à un sens figuré. Les langues vocales ne procèdent pas autrement : « comprendre » réfère à l’acte de prendre, « parcourir un livre » réfère à l’acte de courir ; « ça ne marche pas » réfère à l’acte de marcher. Bébian (1817 : 50) observait déjà qu’il « est constant que dans toutes nos langues, il n’y a pas un seul mot abstrait qui n’ait d’abord servi à désigner un mot sensible ». Exactement de la même manière, en langue des signes, comprendre c’est prendre réalisé au niveau du front (fig. 129). Beaucoup de concepts abstraits sont représentés à partir de l’une de leurs manifestations concrètes, souvent liées au vécu en institution. Le signe citoyen est un polysème de civil, dont l’étymologie renvoie aux habits civils, en opposition à ceux des religieux qui ont très largement eu la charge de l’instruction des sourds. Le signe choisir (fig. 130) est le geste du typographe qui choisit les caractères pour la mise en page : les sourds ont toujours excellé dans les métiers de l’imprimerie, et Saint-Jacques avait la sienne.

Fig. 129. comprendre. Dessin A.-C. Dufour.

Fig. 130. choisir. Dessin A.-C. Dufour.

112L’iconicité n’ancre donc nullement les signes dans le concret. Le signe suicide est le geste de quelqu’un qui appuie un revolver sur sa tempe. Il a valeur générique et n’est pas réservé à ce type de suicide : si l’on veut préciser, il suffit d’ajouter « par noyade » ou « par pendaison ». De même pour accident qui stylise la collision de deux véhicules, mais a la même valeur générique que le mot français ; ou pour assassin qui stylise le geste de poignarder, mais s’applique à tous les types de meurtre.

113Beaucoup d’expressions métaphoriques françaises se retrouvent en langue des signes, toujours sous la forme d’un signe unique. La seule différence, mais elle est essentielle, est que ce que disent les mots, les signes le montrent. Qu’il s’agisse de « retrousser ses manches », « jouer du violon » (avec le sens de « c’est du pipeau »), « gober l’hameçon » (avec le sens de « être accro »), « passer à la vitesse supérieure », « enfoncer le clou », « se serrer la ceinture » (avec le sens de « être au chômage »), « s’en laver les mains », « rester bouche bée », « passer de la pommade », « être pris, captivé » ou « prendre des beignes », toutes ces actions sont montrées de manière stylisée. Cela n’empêche pas leurs significations d’être tout aussi figurées, métaphoriques, abstraites, que celles des expressions françaises correspondantes.

114C’est cette monstration qui perturbe le regard des entendants lorsqu’il se porte sur les signes, et qui leur fait croire à du mime incapable d’abstraction. Pourtant, si l’on accepte que la représentation stylisée de l’acte de marcher (fig. 131) est aussi linguistique que le mot « marcher », il n’y a évidemment aucune raison de refuser au signe les capacités d’abstraction que l’on reconnaît au mot.

Fig. 131. marcher. Dessin A.-C. Dufour.

  • 6 Le lecteur me pardonnera cette longue liste d’exemples, qui ne représentent pourtant qu’un faible p (...)

115À côté des métaphores qui ont des équivalents approximatifs en français, bien d’autres sont des métaphores originales : taché (marqué à vie), rhinocéros (foncer tout droit, avoir un caractère trempé), ouvrir (déniaiser), photographier (prendre modèle sur quelqu’un), poisson (être instable ou partir à l’aventure, ou encore s’adapter avec un brin d’hypocrisie à toutes les situations), vache (rester passivement dans une réunion sans rien comprendre de ce qui s’y passe, notamment lorsqu’on est seul au milieu d’entendants), queue qui frétille (être ravi de rencontrer un ami), couleur + silencieuse (couleur terne ou unie), train qui tourne (tourner autour du pot), bavarder + train (bavarder à n’en plus finir), voler (être dans les nuages), boîte (être dogmatique), donner son dentier (passer le relais aux jeunes dans la vie associative, le dentier étant une métaphore de l’âge et de l’expérience), accident + langue des signes (quand en signant on renverse un verre de vin), faire le ménage réalisé par la main droite devant l’index gauche, classificateur pour être humain (rectifier ce que vient de dire quelqu’un), enterré (quand une pièce de théâtre n’est plus jouée), casser (faire une pause), mains dans les poches (refuser de poursuivre plus longtemps une discussion ou une querelle), frein a main (ralentir une activité), fermer un livre (passer à autre chose), mettre quelque chose sous la table (s’en débarrasser comme d’une chose de peu d’intérêt), ouvrir un tiroir (regarder où en sont les finances), distribuer + bonbons (tenter d’apaiser des revendications légitimes en faisant des concessions négligeables), avaler (dissimuler), tirer un coup de revolver en l’air (démarrer une activité), tirer la chasse d’eau (se débarrasser de quelque chose de détestable, par exemple les implants cochléaires), train + chemin (suivre son chemin sans s’occuper des critiques), excrément (activité pénible enfin achevée, qu’on peut laisser derrière soi), matelas (activité confortable), crocodile (dire franchement quelque chose, allusion aux mâchoires ouvertes du reptile), bras coupés a la hache (ne pas pouvoir pratiquer la langue des signes, par exemple quand on part en vacances dans la famille entendante), colle (prendre racine, notamment à propos des sourds qui, emportés par leur soif de communication, ne parviennent pas à quitter une soirée), se laver vigoureusement (se débarrasser de vieilles idées fausses, par exemple sur la langue des signes), jeter sa morve (remettre à plus tard une tâche ennuyeuse), être en fer (résister à tous les tracas quotidiens, par exemple les chamailleries entre sourds), puce (quelqu’un qui se laisse facilement écraser sans protester, en particulier un sourd face aux entendants), faire rebondir une balle (connaître des hauts et des bas), moto (pour désigner un départ foudroyant, par exemple celui d’une association), toupie (se débarrasser de quelque chose, notamment des entendants), etc6. Dès 1865, le dictionnaire de l’abbé Lambert prenait acte de telles métaphores : papillon, « au figuré, tête changeante ou girouette » ; penser + nuit, « être plongé dans l’ignorance » ; cœur + feu, « passion ».

116La pensée métaphorique ne porte pas seulement sur des signes isolés ; elle peut envahir des énoncés entiers. Une association est empêtrée dans de tels problèmes financiers que l’on se demande si elle ne va pas devoir se dissoudre. Elle tient aujourd’hui son congrès à Limoges, dont le nom est un polysème de assiette (fig. 132). J’observe ce commentaire, accompagné d’une mimique interrogative : assiette + ébréchure (en fin de mouvement, la main droite s’écarte vivement de la main gauche). Quelque chose comme : « À Limoges, l’assiette est ébréchée, qu’est-ce qu’elle va devenir ? » C’est une métaphore filée, qui assimile la ville de Limoges, une assiette, le congrès de l’association et l’association elle-même. Un an plus tard, un dirigeant me dit qu’il a redressé la situation de cette même association, dont le sort paraissait désespéré quand il en a accepté la présidence. Cette fois, la métaphore n’est plus une assiette, mais un avion : avion qui monte dans le ciel + avion qui commence a crasher + redresser désespérément le manche a balai + l’avion se remet a monter.

Fig. 132. assiette. Dessin A.-C. Dufour.

117Ceci maintenant, observé dans une discussion à propos des relations entre langue et culture : arbre + racine + sève qui monte + feuillage qui s’épanouit + couper les racines + les feuilles s’étiolent : la culture sourde, « c’est un arbre dont les racines sont la langue des signes. Des racines monte la sève qui fait s’épanouir le feuillage. Si on coupe les racines, l’arbre s’étiole ». On a vu la sève s’élever (l’index qui la représente a longé l’avant-bras qui stylise le tronc), on a vu le feuillage s’épanouir (la main gauche largement ouverte a tourné lentement, doigts oscillants, autour de la main droite qui représente le sommet de l’arbre), on a vu les racines coupées (la main gauche s’est abattue à la base de l’arbre), on a vu les feuilles s’étioler (les doigts de la main ouverte se sont recroquevillés).

118Le signe jusqu’au bout consiste à frapper du poing droit la paume de la main gauche (fig. 133). Avec l’index droit qui passe ensuite entre deux doigts de la main gauche, cela prend la valeur de : « Maintenant que vous avez réalisé votre objectif, qu’est-ce que vous comptez faire ensuite ? » En voici une variante sophistiquée. Un ami s’intéresse à mes recherches, et au livre que je rédige. Il réalise d’abord le signe livre (fig. 134). Puis, comme ci-dessus, il suit du regard son index droit qui passe entre deux doigts de la main gauche. La main droite se transforme alors en pince, fait mine de saisir une chose qui est située de l’autre côté de la main puis de la ramener du côté de la paume, qui n’a cessé de garder la trace du signe livre : « Qu’est-ce que tu vas pouvoir mettre de nouveau dans ton livre ? » Tout cela, je dois le rappeler tant ces descriptions nécessitent de mots, en moins de temps qu’il ne faut pour le dire.

Fig. 133. jusqu’au bout. Dessin A.-C. Dufour.

Fig. 134. livre. Dessin A.-C. Dufour.

119Il y a un gouffre entre les productions des entendants qui signent (à l’exception, évidemment, de la poignée d’interprètes professionnels) et celles des sourds. Même lorsque les entendants se font comprendre, ils encourent le reproche permanent d’être incapables de « penser en images ». Être capable de produire des énoncés imagés, métaphoriques, dans des registres proches de l’humour et de la poésie, n’est pas seulement un critère de bonne compétence langagière, c’est aussi un critère d’appartenance culturelle. Je suis chaudement félicité chaque fois que je recours à de telles images, fussent-elles empruntées à la culture majoritaire comme la parabole des aveugles et de l’éléphant ou le thermomètre que l’on casse quand on ne sait pas soigner la maladie. Je suis critiqué lorsque je m’empêtre dans des énoncés signés que les sourds, tout en en comprenant parfaitement le sens, ressentent comme aussi désincarnés que les mots des entendants. C’est aussi, bien sûr, un critère de catégorisation interne au monde sourd.

Grammaticalisation de l’espace

120Le discours sur la langue des signes a longtemps été monopolisé par des éducateurs et des psychologues sans autre culture linguistique que leurs souvenirs scolaires de la grammaire française. Comme il est de règle dans de tels cas, toute comparaison avec une langue autre revient à y chercher les catégories du français ; et, quand on ne les y trouve pas, à conclure à l’infériorité de la langue en question. Celle des sourds n’a pas échappé à cette règle : pas d’articles, pas de conjugaisons, pas de prépositions, pas de différence bien tranchée entre verbes, noms et adjectifs... On y a vu une pauvreté intrinsèque, liée à une indigence de la pensée. Les richesses propres à la langue des signes, telles que la grammaticalisation de l’espace, n’étaient pas perçues parce qu’elles n’appartenaient pas au cadre de pensée de ceux qui se penchaient avec condescendance sur elle : les énoncés paraissaient pauvres ou ambigus tout simplement parce que l’on ne considérait que la suite des signes traduits en français, sans se soucier de la pertinence de leur position ni des mouvements qui les relient.

121Les actants sont placés en différents endroits de l’espace, et c’est la direction des signes exprimant l’action qui permet de distribuer les rôles. Pour évoquer un actant qui a déjà été nommé, on pointe à nouveau l’index en direction de l’endroit où il a été placé, mais on peut également se contenter d’un bref coup d’œil dans cette direction, ou encore émettre le signe qui le concerne au même endroit. Comme dans cet exemple : « J’ai deux sœurs entendantes et deux frères sourds, mes sœurs ont épousé des entendants, mes frères ont épousé des sourdes. » Traduit mot à signe, cela donnera : deux + sœurs (signe réalisé à la gauche du locuteur) + entendant + deux + frères (signe réalisé à la droite du locuteur) + sourds + épouser (signe réalisé à la gauche du locuteur) + hommes + entendants + épouser (signe réalisé à la droite du locuteur) + femmes + sourdes. Souvent, lorsqu’on est attablé, des objets usuels peuvent être pronominalisés en les pointant du doigt ou simplement en les regardant. Un groupe d’amis discutent longuement d’un sourd qui a eu besoin d’un interprète pour rencontrer un avocat : pendant tout le temps que durera la discussion, un paquet de cigarettes qui traîne sur la table sera le sourd ; une tasse de café, l’avocat ; un verre, l’interprète.

122Le regard joue un rôle essentiel dans la construction du sens. C’est à partir du moment où mon regard croise le regard d’un interlocuteur qu’il y aura un « je » et un « tu », et donc, hors de ce fil tendu entre deux visages, un « il ». Reprenons, pour le développer, l’exemple du signe faire confiance. Mon regard fixé sur le visage de mon vis-à-vis, j’émets ce signe dans sa direction : ce sera compris comme je te fais confiance. Le même signe dirigé vers une autre portion de l’espace, regard toujours pointé sur mon interlocuteur, deviendra je lui fais confiance, référant à une personne présente ou absente, qui a déjà été localisée dans cette direction. Mais si, erreur fréquente des débutants, mon regard se détourne pour suivre inconsciemment le mouvement de mes mains, ce ne sera plus compris comme je lui fais confiance, mais bien comme je te fais confiance, adressé cette fois à une autre personne. Un exercice classique pour les interprètes en formation consiste à masquer le visage d’un sourd qui signe : l’interprétation devient presque impossible.

123Il est donc impossible d’être un bon locuteur en langue des signes si l’on ne sait pas utiliser correctement son regard. En voici un autre exemple. Soit l’énoncé suivant, à propos du sida : beaucoup + jeunes + sourds + aller + conférence + sur + sida + honte + je sais + je sais + après + faire + idiot. Dégager le sens de cette phrase est impossible si l’on ne tient pas compte du fait que le locuteur regarde constamment son vis-à-vis, exprimant donc son opinion propre, sauf dans la séquence je sais + je sais où il détourne très brièvement le regard, indiquant ainsi qu’il rapporte l’opinion d’un tiers : « Beaucoup de jeunes sourds ont honte d’aller aux conférences sur le sida, ils se vantent de tout savoir puis ne font que des idioties. »

124L’expression du temps, qui est bien la chose la plus abstraite dont l’homme puisse parler, se fait selon deux axes. Le premier, orienté de l’arrière du corps (qui représente le passé) vers l’avant (qui représente le futur), permet de parler d’un événement en référence au temps présent : hier, avant-hier, il y a peu de temps, il y a très longtemps, demain, après-demain, dans deux heures, plus tard, dans un avenir lointain. Projeté vers l’avant, le signe samedi devient samedi prochain ; projeté vers l’arrière, il devient samedi dernier. Projeté deux fois avec rebond vers l’avant, il devient dans deux samedis, ou, vers l’arrière, il y a deux samedis à partir d’aujourd’hui.

125Un autre axe horizontal, perpendiculaire au précédent, se déploie de gauche à droite devant le corps : il permet de situer la position respective d’événements sans référence au moment de l’énonciation. Déplacé sur cet axe, le signe samedi devient tous les samedis. Si l’on y ajoute un petit mouvement de rotation répété, rapide et tendu, du poignet, il prend la valeur de tous les samedis sans exception. Pour dire « pendant la première moitié du xxe siècle », on réalise le signe 1900, que l’on place à gauche, puis le signe 2000 que l’on place à droite, la main parcourant ensuite avec insistance la moitié gauche de l’intervalle ainsi défini. N’importe quel signe évoquant un événement peut également servir de point de référence : pour dire « peu de temps après la naissance du Christ », on exécute les signes jésus-christ et naissance (fig. 94 et 56) ; ensuite la main gauche ouverte, doigts oscillants, part un peu en avant du poing droit resté en place, indiquant une courte durée. Le poing étant, dans le signe naissance, une représentation stylisée de la tête d’un bébé, c’est donc ici la tête du Christ qui est utilisée comme borne temporelle.

Aux origines des langues gestuelles

126En 1997, j’ai rencontré Jeanne. Elle est née sourde en 1930 dans un hameau du pays bressan et n’a jamais produit le moindre rudiment de parole vocale. Ses parents ne l’ayant pas scolarisée, elle n’a pu entrer en contact avec la collectivité des locuteurs de la langue des signes française. Elle a passé sa vie dans la ferme familiale, participant à tous les travaux quotidiens, et n’en sortant à peu près jamais, pas même pour aller au bourg, au marché ou à l’église.

127Or, placée devant des difficultés de communication apparemment insurmontables, Jeanne a eu le génie de créer ex nihilo une langue gestuelle. Elle a pour cela bénéficié d’un facteur favorable, des relations affectives très fortes avec sa sœur Yvonne, née deux ans après elle. C’est de la communication entre les deux petites filles, l’une sourde, l’autre entendante, qu’a émergé cette langue, qu’elles ont toujours été seules à parler. Yvonne servait d’interprète entre Jeanne et leurs parents.

128La langue inventée par Jeanne est davantage dominée par l’iconicité que la langue nationale, puisque c’est la transmission sur plusieurs générations qui conduit certains signes à se démotiver. Pourtant, la forme de la plupart des signes créés par Jeanne ne peut pas être prédite à partir de leur sens, pas plus qu’elle ne peut permettre de le deviner. Ils sont souvent fort différents de ceux qui sont pratiqués par la communauté linguistique des sourds français. C’est en particulier le cas du lexique des animaux. Là où les locuteurs de la langue des signes française font appel à une iconicité morphologique, Jeanne recourt fréquemment à une iconicité de mouvement : alors que dans la langue nationale le papillon est stylisé par ses ailes, le cheval par ses oreilles, le mouton par sa toison, la vache par ses cornes, l’oie par son bec, dans la langue de Jeanne le papillon est stylisé par le geste de l’attraper, le cheval par celui de le tirer par le harnais, le mouton par celui de le tondre, la vache par celui de lui passer un collier, l’oie par celui de le plumer (fig. 135).

129Tantôt Jeanne se met dans la peau de l’animal, les différentes parties du corps de ce dernier étant transférées sur les parties homologues de son propre corps : les ailes de la libellule sur les bras, le bec de la volaille devant la bouche. Tantôt les mains seules restituent un trait caractéristique de l’animal : pour pigeon, l’index se dirige vers l’avant, stylisant le mouvement de l’oiseau qui s’introduit dans l’étable. Pour hirondelle, Jeanne pointe l’index en direction de l’emplacement de l’espace où a été réalisé au préalable le signe nid (fig. 135).

130J’évalue à environ mille cinq cents le nombre de signes créés par Jeanne. On peut donc estimer qu’elle a réussi le tour de force d’inventer à elle seule, sans autre recours que sa propre intelligence et un environnement favorable, un système de communication permettant de répondre à tous les besoins langagiers requis par la vie quotidienne d’une famille paysanne, centrée sur les travaux de la ferme et des champs.

131Chaque signe peut être décrit aisément en fonction des paramètres de la langue nationale : forme de la main, emplacement, orientation, mouvement. Jeanne utilise dix-huit configurations, soit environ la moitié de celles de la langue des signes française. La différence s’explique notamment par le fait que, en langue nationale, plusieurs configurations sont héritées de l’alphabet manuel.

132Jeanne a créé sept signes à valeur générique, permettant de désigner de grandes classes d’objets selon leur forme et de leur dimension. Par exemple, le pouce et l’index écartés en forme de petit croissant, autres doigts tendus, désignent des objets présentant une section circulaire. Ce signe se retrouve, entre autres, dans tournesol, saucisson, poutre, faisan (fig. 135), arc-en-ciel... Pour distinguer entre ces objets, Jeanne recourt à deux stratégies. Soit le signe générique est suivi ou précédé d’un autre signe qui en précise la valeur : jaune pour tournesol, couper pour saucisson, volaille pour faisan. Soit elle modifie un paramètre : pour poutre, la paume de la main est dirigée vers le haut ; pour boudin, les deux mains s’écartent l’une de l’autre, indiquant un objet cylindrique.

Fig. 135. Quelques-uns des soixante signes créés par Jeanne pour désigner des animaux. De gauche à droite et de haut en bas : oie, hirondelle, cheval, faisan. Dessins de l’auteur.

133Cela implique un processus sémiotique complexe : la capacité de percevoir l’existence d’un trait commun à différents objets ; de réunir ces objets dans une même classe ; de créer un signe conventionnel pour pouvoir parler de cette classe ; et enfin d’en préciser le sens au moyen d’autres signes.

134Surtout, Jeanne utilise des sens dérivés, métaphoriques, qui échappent donc à l’ancrage du signe dans le concret. Le nom gestuel donné par Jeanne à sa mère est une stylisation de ses longs cheveux ; mais le sens de ce signe a été étendu à femme, indépendamment de la coiffure que porte telle personne particulière. Une reproduction du salut militaire est le signe pour soldat ; mais il peut prendre la valeur de dijon, ville où un frère de Jeanne a fait son service militaire. Le signe chaud stylise la vapeur d’eau qui se dégage d’une casserole d’eau sur le feu ; mais il est utilisé dans des situations où la chaleur est produite par de tout autres causes. On reconnaît là une capacité à décontextualiser un signe pour lui faire dire autre chose que ce qu’il disait initialement (Cuxac, 1997), ce qui fait toute la différence entre une langue et un code ou un mime.

135Bien plus, froid est produit par une inversion du mouvement de chaud : il est construit par une opération purement symbolique, et ne stylise plus rien de réel. nuit peut prendre la valeur de noir, par exemple dans corbeau, représenté par le signe générique animal qui vole suivi de nuit. Un concept aussi abstrait que différent est traduit par une métaphore spatiale : la main, paume vers le bas, se retourne avec un mouvement du poignet amenant la paume vers le haut.

136Jeanne est parvenue à créer des signes pour exprimer l’écoulement du temps. aujourd’hui est représenté par l’index pointant vers le bas, demain et hier par le signe aujourd’hui suivi d’un pointage vers la droite ou vers la gauche. il y a longtemps s’exprime par les deux mains, paumes vers le bas, qui montent en s’écartant : traduction spatiale d’une durée.

137Tous les membres de sa famille ont reçu des noms gestuels, permettant à Jeanne de parler d’eux avec sa sœur. Le père est désigné par sa moustache, une sœur par l’abondance de sa progéniture, une autre sœur par une blessure au pouce, un frère par sa maigreur. Un seul nom, désignant un autre frère, échappe au caractère conventionnel des signes manuels et correspond à un transfert personnel : la bouche reproduit deux baisers, parce que ce frère a été un jour aperçu en train d’embrasser une fille. Ainsi que me le fait remarquer Jeanne en riant, elle est la seule personne de sa famille à ne pas avoir de nom gestuel, puisqu’elle seule a le pouvoir d’en créer, et seulement pour parler d’autrui. Quant à son prénom, il lui est évidemment inaccessible.

  • 7 Yau (1992) a étudié deux cas en Chine et un troisième dans une réserve indienne au Canada. Dos Sant (...)

138Lorsque l’enfant entendant apprend dans les conditions usuelles sa langue, il reçoit en même temps une langue et des outils pour penser le monde. D’où la difficulté du vieux problème des rapports entre pensée et langage, puisque les deux sont indissolublement liées, phylogénétiquement et ontogénétiquement. Ici, on peut voir à l’œuvre des opérations cognitives qui sont à l’origine de créations linguistiques indépendantes de tout apprentissage. Jeanne, et les autres sourds qui sont dans le même cas7, posent aux sciences de l’homme un problème nouveau. Comment nommer ce qu’a inventé par Jeanne pour communiquer avec sa famille entendante ? Langue, protolangue ? La question est inédite, parce qu’elle ne se pose pas pour les langues vocales. On sait depuis Boas que toutes témoignent d’une identique complexité (Galaty et Leavitt, 1991 : 193). C’est qu’elles ont eu quelques centaines de milliers d’années pour arriver à ce stade. Devant un objet aussi insolite qu’un langage créé par un individu en quelques années, on manque de repères comparatifs et de critères d’évaluation. La preuve est en tout cas faite que l’absence d’audition et de voix n’est pas une entrave à la capacité de catégoriser le monde, puis de communiquer ces catégories en les transformant en signes linguistiques.

Notes

1 Ce poème a été présenté dans l’émission télévisée « L’Œil et la main » du 21 janvier 1995.

2 Pour une histoire succulente dont la chute est fondée sur la paronymie pilote d’avion / masturbation, voir Renard (1993 : 26).

3 Souligné par moi. Le premier membre de la phrase reflète une illusion commune : moins arbitraire ne signifie pas moins conventionnel. Il n’est pas un signe qui ne doive faire l’objet d’un apprentissage, et il est notoire que les entendants ne s’initient pas plus facilement à la langue des sourds qu’à n’importe quelle langue étrangère.

4 Les allusions que je fais aux questions cruciales de l’iconicité et de la double articulation dans mes différentes publications montrent mon évolution sur ce point, au fur et à mesure que s’approfondissait ma connaissance des sourds et de leur langue. Christian Cuxac, qui a commencé ses recherches vers 1980, avait suivi le même cheminement intellectuel pour les mêmes motifs méthodologiques. En 1983, il parlait en termes élogieux de l’analyse de type phonologique, avant de consacrer en 1996 sa thèse de doctorat d’État à une défense et illustration de l’iconicité.

5 Ces deux derniers exemples ont été observés dans les mains de Guy Bouchauveau, animateur à la Cité des sciences et de l’industrie de la Villette, où il accueille le public sourd.

6 Le lecteur me pardonnera cette longue liste d’exemples, qui ne représentent pourtant qu’un faible pourcentage de ceux que j’ai observés : il me faut bien apporter la preuve scientifique de ce qui est couramment nié. On pourra les comparer avec cette affirmation parue dans le Bulletin du Centre national de formation des enseignants intervenant auprès des jeunes sourds : « Je n’ai jamais rencontré de signe qui exploite une métaphore originale » (Séro-Guillaume, 1994 : 104).

7 Yau (1992) a étudié deux cas en Chine et un troisième dans une réserve indienne au Canada. Dos Santos Souza (1999) s’est intéressée à un cas brésilien.

Table des illustrations

Légende Fig. 91. « Le fils de mon oncle ». Dessins de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4151/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Légende Fig. 92. changer d’avis. Dessin A.-C. Dufour.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4151/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 93. toucher. Dessin A.-C. Dufour.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4151/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Fig. 94. jésus-christ. Dessin A.-C. Dufour.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4151/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Légende Fig. 95. le pauvre ! Dessin A.-C. Dufour.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4151/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 96. expérience, culture. Dessin A.-C. Dufour.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4151/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 97. neutre. Dessin A.-C. Dufour
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4151/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Fig. 98. De gauche à droite : déféquer, téléphoner et jeu de signes condensant les deux précédents en un seul : « Téléphoner ? Tu veux dire chier, oui ! » Dessins de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4151/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 552k
Légende Fig. 99. contraire. Dessin A.-C. Dufour.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4151/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Fig. 100. difficile. Dessin A.-C. Dufour.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4151/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 101. moderne. Dessin A.-C. Dufour.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4151/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 102. café. Dessin A.-C. Dufour.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4151/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Fig. 103. faire le ménage. Dessin A.-C. Dufour.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4151/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende Fig. 104. faire l’amour. Dessin A.-C. Dufour.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4151/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Fig. 105. politique. Dessin A.-C. Dufour.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4151/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 106. coupable. Dessin A.-C. Dufour.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4151/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 107. ça va. Dessin A.-C. Dufour.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4151/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 108. « Les orthophonistes au rancard... » De haut en bas : orthophoniste, ôter ses casques, araignée. Dessins de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4151/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 656k
Légende Fig. 109. arbre. Dessin A.-C. Dufour.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4151/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 110. se souvenir. À gauche : signe standard. À droite : version humoristique. Dessins de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4151/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Légende Fig. 111. pêcher. Dessin A.-C. Dufour
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4151/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 112. effort. Dessin A.-C. Dufour.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4151/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 113. maire, miss. Dessin A.-C. Dufour.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4151/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 114. vendre. Dessin A.-C. Dufour.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4151/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Fig. 115. été. Dessin A.-C. Dufour.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4151/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 116. s’excuser. Dessin A.-C. Dufour.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4151/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Fig. 117. hypocrite. Dessin A.-C. Dufour.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4151/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 118. mieux. Dessin A.-C. Dufour.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4151/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Fig. 119. faire attention. Dessin A.-C. Dufour.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4151/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Fig. 120. jour. Dessin A.-C. Dufour.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4151/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Fig. 121. quand même Dessin A.-C. Dufour.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4151/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Fig. 122. élève. Dessin A.-C. Dufour.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4151/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 123. amicale. Dessin A.-C. Dufour.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4151/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 124. se tromper. Dessin A.-C. Dufour.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4151/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 125. vieillard. Dessin A.-C. Dufour.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4151/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 126. profiter. Dessin A.-C. Dufour.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4151/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Fig. 127. ville. Dessin A.-C. Dufour.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4151/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Fig. 128. géographie. Dessin A.-C. Dufour.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4151/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Fig. 129. comprendre. Dessin A.-C. Dufour.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4151/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 130. choisir. Dessin A.-C. Dufour.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4151/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Fig. 131. marcher. Dessin A.-C. Dufour.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4151/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Fig. 132. assiette. Dessin A.-C. Dufour.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4151/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Fig. 133. jusqu’au bout. Dessin A.-C. Dufour.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4151/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 134. livre. Dessin A.-C. Dufour.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4151/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Fig. 135. Quelques-uns des soixante signes créés par Jeanne pour désigner des animaux. De gauche à droite et de haut en bas : oie, hirondelle, cheval, faisan. Dessins de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4151/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 84k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search