Version classiqueVersion mobile

Les sourds c’est comme ça

 | 
Yves Delaporte

6. Déclinaisons

Texte intégral

« Un faux sourd, c’est un entendant qui n’entend pas. »
Définition proposée par un ami sourd

1L’affiliation au monde sourd se fait en fonction d’une multitude de paramètres. La plupart d’entre eux peuvent s’exprimer en termes de degrés. On peut donc imaginer de les organiser sur un axe qui, à une extrémité, permet de définir la personne peu sourde et, à l’autre extrémité, la personne très sourde. Les valeurs, positives ou négatives, attribuées à chaque extrémité s’inversent selon que l’axe est évalué par des entendants ou par des sourds. Pour les entendants, être sourd est anormal. Donc, moins on est sourd, mieux c’est. Pour les sourds, être sourd est normal. Donc, plus on est sourd, mieux c’est.

2Quels sont ces paramètres ? En voici quelques-uns, en vrac : la compétence en langue des signes, le mode de communication avec les entendants, le parcours éducatif, le caractère héréditaire ou accidentel de la surdité, son degré, sa précocité, l’existence et le nombre d’autres sourds dans la famille, un mariage endogamique ou exogamique, l’intégration à des réseaux d’interconnaissance, l’implication dans le mouvement associatif, le port ou non de prothèses auditives...

3Il y a là-dedans des paramètres culturels et des paramètres physiologiques. Ils n’ont pas le même statut. Les paramètres physiologiques sont les seuls pris en considération par les experts en surdité. Pour les sourds, ils ne sont pas négligeables mais ne viennent là que par raccroc, parce qu’ils déterminent tout le reste. Au degré de surdité, profond ou sévère, il n’est guère attaché d’importance pour lui-même. Mais c’est lui qui va décider du destin de l’enfant sourd, en orientant la famille vers tel choix éducatif plutôt que vers tel autre. Plus la surdité d’un enfant est importante, plus il y a de chances qu’il ait grandi en internat spécialisé dans la collectivité des enfants sourds, apprenant très tôt la langue des signes et les manières de faire qui permettent aux sourds de se reconnaître entre eux. À l’inverse, plus la surdité d’un enfant a été découverte tardivement et moins elle est importante, plus il y a de chances qu’il ait été scolarisé en milieu ordinaire, et encouragé par la famille, les enseignants, les orthophonistes, à axer sa perception du monde sur ses restes auditifs. La stigmatisation des prothèses, qui scandalise tant les professionnels, a les mêmes causes (fig. 55). L’appareillage oriente la perception du monde vers l’audition et la détourne d’une appréhension visuelle qui est au centre de la définition que les sourds se donnent d’eux-mêmes.

Fig. 55. À l’ouverture d’un colloque sur la langue des signes (Poitiers, juillet 1990), un acte symbolique fera date : une prothèse auditive est écrasée en grande pompe sur un billot. Dessin de Daniel Hureau, paru dans La Voix du sourd, 1990 : 181.

4Une multitude de configurations particulières échappent à ce schéma, qui n’a de valeur que statistique et que je ne présente ici que pour fixer grossièrement les idées. C’est ainsi qu’un enfant ayant d’importants restes auditifs, mais issu de parents sourds étant passés par une grande institution où les signes étaient tolérés, aura plus de chances d’y aller à son tour que si ses parents sont entendants.

5Ici comme ailleurs, le meilleur moyen d’entrer dans un système de pensée est d’examiner la manière dont il se traduit dans la langue. Autant le signe sourd est constant en diachronie, autant il est susceptible de subtiles variations en synchronie. Les sourds se catégorisent très finement entre eux. Ils le font en modifiant le signe canonique, index porté à l’oreille puis à la bouche : soit en modulant son mouvement, soit en l’accompagnant d’expressions faciales fortement sémantisées, soit en le transférant sur d’autres parties du corps, soit enfin en lui adjoignant d’autres signes pour former des syntagmes figés.

6Ce lexique a d’abord une fonction informative. L’immersion et la dispersion n’impliquent pas seulement des modes d’affiliation variés, elles entraînent aussi des difficultés pour cerner l’identité culturelle de tout nouvel interlocuteur. Or il est de première importance de savoir où chacun se situe par rapport aux normes et valeurs collectives. Celui qui possède des informations sur tel ou tel sourd les fait partager aux autres. Le lexique synthétise cette connaissance.

7L’un ou l’autre des signes qui vont être décrits sont presque systématiquement produits chaque fois qu’un sourd est évoqué au cours d’une conversation. C’est l’équivalent, in absentia, du rituel de présentation. C’est une manière d’assigner une place à autrui, de le reconnaître comme un semblable ou de le mettre à distance. Cela permet aussi d’actualiser et de réaffirmer le système de valeurs commun à tous, ou une variante de ce système, propre à un groupe d’amis.

Signes mélioratifs

8À égalité avec l’expression sourd + puissant qui témoigne de l’appartenance à une lignée sourde, celle qui est la plus claire, la plus valorisée, sans appel, atteste d’une surdité de naissance. Le signe naissance se réalise avec le poing droit qui sort de dessous la main gauche. C’est une stylisation de la tête du bébé qui sort du ventre de sa mère (fig. 56). Une forme humoristique est apparue dans les années 1980 : on réalise en premier le signe naissance, puis le signe sourd est produit directement sur le poing, et non sur le visage du locuteur. Ce nouveau signe a eu un tel succès qu’il est aujourd’hui passé dans le langage courant en perdant sa valeur comique. De jeunes sourds sont fort étonnés lorsque je leur apprends qu’il faisait rire il y a quinze ans, comme l’atteste l’enregistrement filmé d’une conférence où Guy Bouchauveau, le plus célèbre des humoristes sourds, fait ce signe devant un public riant à gorge déployée.

Fig. 56. naissance. Dessin A.-C. Dufour.

9Le concept de « sourd de naissance » peut toutefois faire l’objet d’une construction, puisque jusque dans les années 1970, la moitié des cas de surdités sévères ou profondes n’étaient pas encore décelés à l’âge de deux ans (Lepot-Froment et Clerebaut, 1996 : 28). Il y a là parfois une zone d’incertitude pour l’image de soi. Inversement, un homme qui, ayant reçu une éducation oraliste, ne veut pas être confondu avec les sourds signeurs, se dit devenu-sourd, une étiquette ordinairement réservée aux sourds tardifs, alors que sa surdité a été acquise à l’âge de deux ans. Un autre se dit « devenu-sourd de naissance », sa surdité étant due à un accident lors de l’accouchement. Mais il ne s’agit là que de cas très marginaux.

10Plusieurs autres expressions plus ou moins équivalentes à « sourd de naissance », toutes élogieuses lorsqu’elles caractérisent un autre sourd, revendiquent fièrement une authenticité lorsqu’on les utilise pour soi-même : « sourd naturel », « sourd cent pour cent ». On ne craint pas les redondances emphatiques : « sourd cent pour cent naturel » ou « sourd cent pour cent puissant ».

11La surdité de naissance et la surdité héréditaire constituent le centre, autour duquel l’expression « vrai sourd » trace le premier cercle. Son sens peut être maintenu sans produire le signe vrai : c’est alors le signe unique sourd, mais réalisé de manière bien particulière, l’index se portant de l’oreille à la bouche avec un mouvement très ample et assez lent, les épaules remontées, le buste droit et le visage sévère (fig. 53). Il s’oppose à sourd réalisé de manière neutre (fig. 10). Ces deux variantes d’un même signe sont un exemple fascinant de la manière dont on peut jouer de signifiants corporels ténus et non-discrets, tension musculaire ou ampleur d’un mouvement, pour produire des sens distincts. Se rencontre également sourd + pur. Dans le fran-sourd des initiés entendants, tout cela a été rendu par l’expression « sourd-sourd ».

12Renvoyant implicitement à un grand nombre de critères, « vrai sourd » peut avoir les emplois les plus variés. Le type-idéal réunit tous les critères d’affiliation. Par exemple, à propos d’un dirigeant, on me dit : « Il est sourd de naissance, ses parents sont sourds, ses frères et ses sœurs sont sourds, il a une identité forte : c’est un vrai sourd. » Mais il n’est pas toujours exigé que tous ces critères soient réunis, loin s’en faut. Cela varie selon le contexte, les locuteurs et leur propre degré d’affiliation.

13En principe, la personne qui s’auto-désigne ainsi doit pouvoir attester au moins d’une surdité précoce et d’une bonne compétence en langue des signes ; ou, ce qui revient au même, de son passage par l’une de ces grandes institutions qui sont le lieu de transmission de la langue et de la culture des sourds. Mais même ces critères ne sont pas toujours respectés.

  • 1 Les prothèses auditives sont le seul indice qui rende visible la surdité. Elles stigmatisent double (...)

14Plus on se rapproche du centre du monde sourd, plus les critères requis sont d’ordre culturel ; plus on s’en éloigne, plus ils tendent à être physiologiques. André est invité chez un groupe d’anciens élèves d’une école renommée pour sa sévérité à l’égard de la langue des signes. Il raconte ce qu’il a vu : incroyable + vrais + sourds (avec une expression du visage très positive) + tous + prothèses (avec une mimique d’incompréhension scandalisée) : « Incroyable, bien que ce soient de vrais sourds, ils portent tous des prothèses1 ! » Dans ce contexte, « vrai sourd » ne réfère qu’à un degré de surdité – qui n’est d’ailleurs que supposé, puisque, comme je le soulignerai bientôt, le degré de surdité d’un sourd est inaccessible aux autres. André poursuit son récit : « On a bien mangé, mais personne n’a raconté d’histoires drôles. J’ai attendu, je me disais que ça n’était pas possible une chose pareille... Eh bien non, rien n’est venu... » Devant cette entrave aux usages, André conclut rituellement par le signe respect. Autrement dit : « Il faut bien accepter les sourds comme ils sont. » D’autres narrateurs n’auraient marqué aucun étonnement parce que pour eux il n’y aurait pas eu contradiction : ces sourds-là n’auraient tout simplement pas été qualifiés de « vrais sourds ».

15Comme le suggère l’anecdote qui vient d’être rapportée, la capacité de raconter des histoires drôles en langue des signes est l’un des critères d’appartenance au monde sourd. Il n’y a pas de manière plus radicale de se déconsidérer que de se lancer dans une histoire qui sera jugée « typiquement entendante » parce que, fondée sur un jeu de mots et non un jeu de signes, elle devra être ensuite laborieusement expliquée, laissant tout le monde de marbre. Telle celle-ci : « Pourquoi les lunettes ça dépasse l’entendement ? – Réponse : parce que les lunettes c’est mieux que les prothèses, on n’est pas obligé de les porter tout le temps... » Dans une soirée sourde, une telle histoire fait l’effet d’une douche froide. Plus tard, on en reparlera pour apporter la preuve définitive que celui qui a commis l’imprudence de la raconter n’est pas un vrai sourd.

16Les critères de jugement ont évolué depuis vingt ans. Corollairement, ils ne sont pas les mêmes chez les anciens et chez les jeunes, à Paris et en province. Jacques, qui habite un village, présente une surdité évolutive apparue à vingt ans. Âgé aujourd’hui de soixante ans, il a conservé une voix normale mais, devenu sourd profond sans aucune capacité de lecture labiale, il ne peut communiquer autrement que par de petits billets écrits. Il s’est inscrit à un cours de langue des signes, chose qui serait à peu près impensable à Paris, où il aurait probablement rejoint une association de devenus-sourds. Malgré d’énormes efforts, il éprouve les pires difficultés pour apprendre le moindre signe. Même l’alphabet manuel lui reste inaccessible. Or, son formateur sourd parle de lui, y compris en son absence, comme d’un « vrai sourd », faisant fi des critères usuels d’appartenance à cette catégorie. L’unique critère retenu dans ce cas est le degré de surdité. Y contribue sans doute la démarche insolite, pour une personne qui a cet âge et ce vécu, consistant à aller vers la langue des signes.

17À l’inverse, d’autres renforcent la primauté du culturel sur le physiologique : Yannick Lamy (1996 : 2) critique les divisions que les entendants entretiennent entre sourds en les classant selon des critères audiométriques. Mais, dans sa présentation de soi, il tient à préciser, pour prouver son étroite affiliation avec le monde sourd, que sa soeur est « mariée à un sourd profond non appareillé ». Le degré de surdité peut donc, dans la construction de l’ethnicité sourde, être tantôt nié, tantôt utilisé comme « signal et emblème de différence » (Barth, 1995 : 211).

Signes péjoratifs

  • 2 Une histoire drôle le prévient pourtant des risques qu’il encourt. C’est celle d’un sourd qui voudr (...)

18L’expression « faux sourd » désigne des personnes sourdes à qui l’on reproche d’être imprégnées de valeurs entendantes. Le faux sourd est écrasé sous le poids de l’angoisse de sa famille entendante, qui génère déni de la surdité et désir de réparation. Il essaie de se faire passer pour entendant. Il s’imagine qu’il parle bien même si les entendants ne le comprennent pas et se moquent de lui. Il fait confiance à son orthophoniste2 et à son audioprothésiste pour son intégration dans la société entendante. Il connaît peu la langue des signes ou n’utilise que l’une des multiples variantes du français signé. Il se complaît dans la compagnie des entendants (fig. 57) ou, beaucoup plus vraisemblablement, reste isolé. Il est entièrement dépendant de sa famille. Se faire sans cesse aider par un proche parent dans les démarches administratives, se faire accompagner chez le médecin, demander à tout propos avis, conseils et informations à des entendants, sont la marque d’un faux sourd.

Fig. 57. « Un produit de l’orale pure ». La Parisienne : – Paris est une jolie ville. L’Orateur : – Marie est une jolie fille, oh oui ! La France silencieuse, 1894.
Les sourds-muets se moquent de ceux d’entre eux qui, croyant pouvoir s’intégrer au monde entendant par la seule parole vocale, courent le risque d’être ridicules. La figure du perroquet, animal stupide qui peut imiter la voix humaine, est présente depuis Descartes dans les débats sur la question sourde ; elle sera constamment utilisée contre la montée de l’oralisme. En retour, la figure du singe est utilisée contre les sourds signants.

19Pour résumer tout cela d’une formule humoristique, le faux sourd est « un entendant qui n’entend pas ».

20En miroir avec la notion de « vrai sourd », c’est évidemment là une description idéal-typique, pour ne pas dire caricaturale. C’est bien davantage une arme potentielle, à laquelle on recourt dans les querelles privées ou publiques pour stigmatiser un adversaire. Elle est manipulable à l’infini et peut être lancée contre des gens qui sont très loin de présenter toutes les caractéristiques ci-dessus. Je l’ai vue utilisée contre des sourds qui parlent une langue des signes de qualité, mais à qui il est reproché d’avoir un pied dans chacun des deux mondes.

21Deux collègues de travail discutent de la conquête spatiale. Ils sont en désaccord sur la date du premier atterrissage sur la Lune. L’un d’eux promet d’aller vérifier auprès d’un ami entendant : il se fait aussitôt traiter, avec une pointe d’humour, de « faux sourd ».

22Comme « vrai sourd », « faux sourd » peut, selon les contextes et les valeurs personnelles du locuteur, s’orienter tantôt vers le biologique, tantôt vers le culturel. Au cours d’une querelle, l’un des adversaires, sourd profond, se fait traiter de « faux sourd » par un sourd issu de parents sourds, mais qui a des restes auditifs importants. Dans cette injure, il n’y a que le culturel qui entre en jeu, mais la personne insultée proteste en se plaçant, elle, uniquement du point de vue physiologique : « Tu as le culot de me traiter de faux sourd alors que je suis plus sourd que toi ! »

23Antoine, architecte, se scandalise lui aussi d’être qualifié de faux sourd. Il en tire cette amère conclusion : « Apparemment, il est impossible d’être à la fois un vrai sourd et architecte. » Les choses étant ce qu’elles sont aujourd’hui en France, le fait d’avoir pu accéder à cette position, performance exceptionnelle, exclut en effet certains des critères reconnus comme fondamentaux pour appartenir au monde sourd. Trois ans plus tard, Antoine dira l’extrême souffrance dans laquelle le plonge sa surdité et, au cours d’une discussion où sont comparés différents types de handicaps, avouera qu’il échangerait avec joie ses deux jambes contre l’audition. Sans qu’il sans rende compte, cet aveu est bien plus qu’il n’en faut pour valider le jugement qui avait été porté sur lui.

24Le concept de « faux sourd » est un outil pour penser la diversité et la contradiction. Sous la forme fréquente « Normal, c’est un faux sourd ! » il permet d’attribuer une place à des conduites qui ne correspondent pas aux manières de faire reconnues comme légitimes. C’est aussi un outil qui permet de penser le centre et la périphérie. Il sert à délimiter les frontières du groupe, même si ces frontières sont éminemment fluides, variant d’une personne à l’autre, en fonction de sa propre place. Il désigne des individus, non des groupes. Les malentendants, les devenus-sourds ne sont jamais qualifiés de faux sourds. Pour la raison bien simple que les sourds n’ont à peu près aucune relation avec eux. Mais un devenu-sourd qui s’inscrit à un cours de langue des signes court ce risque, s’il montre trop visiblement qu’il vit sa surdité sur le mode de la perte.

25Pendant longtemps, « faux sourd » s’est dit sourd + faux. Depuis une quinzaine d’années, cette expression tend à être remplacée par un signe unique, comme « sourd de naissance » et « vrai sourd ». De manière très révélatrice, ce nouveau signe n’est plus forgé par composition à partir de sourd, mais par dérivation à partir d’entendant. Par sa forme, il tire donc un peu plus le faux sourd du côté des entendants.

26La construction de ce néologisme obéit à une stratégie très productive en langue des signes, en particulier dans le registre de l’humour. Elle consiste à modifier le sens d’un signe en changeant un seul de ses quatre paramètres, préférentiellement le paramètre d’emplacement puisque c’est lui qui est le plus fortement sémantisé (chapitre 11). Ici, le signe entendant, ordinairement réalisé devant la bouche ou l’oreille, est transféré sur le front. Désigner ainsi un sourd revient donc à dire de lui qu’il « pense comme un entendant » ou, dans un registre plus familier, qu’il est « un entendant dans sa tête ». Si cette création lexicale a remporté un beau succès, c’est grâce à sa fulgurance, très loin du plat sourd + faux, dont la construction est proche du français. C’est un signe-valise qui relève d’un très haut niveau de langue, pas du français signé que pratiquent parfois ceux qui encourent le reproche de n’être que de faux sourds.

27Comme beaucoup de signes à valeur humoristique, polémique ou cryptique, celui-ci peut être modulé de bien des manières. À côté de la forme standard, on trouve une forme atténuée, par exemple lorsque l’on veut parler discrètement d’une personne présente dans l’assemblée. La tête est un peu penchée sur un côté, rentrant dans l’épaule, le regard de biais est dirigé de l’autre côté, là où se trouve la personne dont il est question. La main prend la forme du signe entendant et le majeur est jeté, d’un mouvement court et unique, sur la racine du nez. À l’inverse, une forme hyperbolique est utilisée à des fins provocatrices. On pointe de l’index l’accusé, tandis que l’autre main exécute le signe entendant avec des mouvements circulaires répétés de très grande ampleur devant le visage, mouvements lents mais s’accélérant à chaque passage devant le front.

  • 3 Cet auteur s’inspire certainement d’un texte antérieur qui m’a échappé. En effet, Harlan Lane, qui (...)

28L’expression « faux sourd » est souvent citée comme un exemple du supposé sectarisme des sourds. Elle a été soupçonnée de n’être qu’une production militante issue du réveil sourd du début des années 1980. Si cela était le cas, son intérêt pour l’anthropologie de la surdimutité serait bien mince. J’en ai donc recherché des attestations anciennes, au fil de mes lectures de cent années de presse sourde ; du reste sans guère d’espoir de trouver, noir sur blanc, une expression qui relève par excellence de la culture orale. J’ai fini par la dénicher, mais ailleurs : sous la plume d’un vulgarisateur anonyme (1861 : 83), à propos de l’un des héros de l’histoire des sourds, Laurent Clerc3.

29Laurent Clerc (1785-1869) fut le premier sourd à occuper une place enviable dans la société entendante. Communiquant par écrit, il fréquentait les salons et était partout reçu comme un homme aux manières distinguées, d’une brillante intelligence. Instructeur à Saint- Jacques, il se refusait à enseigner autrement qu’en français signé. L’auteur entendant qui témoigne que Clerc était désigné comme « faux sourd-muet » par ses semblables accorde d’ailleurs une valeur élogieuse à cette expression : cela n’étonnera pas, si l’on veut bien se souvenir de l’axe évoqué en introduction de ce chapitre, et dont j’ai dit que chacune de ses extrémités était inversement connotée selon que l’on se place du point de vue sourd ou du point de vue entendant.

  • 4 Le premier chiffre est donné par La Voix du sourd de janvier 1963 ; le second par La Gazette des so (...)
  • 5 Louis Boujeant, dans La Gazette des sourds-muets de décembre 1943. Boujeant (1895-1980) était lui-m (...)

30Autre attestation, autre distorsion. L’expression a été utilisée par des éducateurs entendants, preuve qu’ils la connaissaient, mais retournée pour stigmatiser un sourd-parlant s’intégrant trop à leur gré au monde des sourds-muets. Henri Gaillard (1866-1939), journaliste, écrivain, dirigeant associatif, fondateur de La Revue des sourds-muets, était devenu sourd à l’âge de neuf ou douze ans selon les sources4, donc longtemps après avoir acquis l’usage de la parole vocale. Mais, parce qu’il s’était « découragé à la tâche de se faire assimiler d’égal à égal, par ce monde dont il n’était plus », il se sentit « rejeté vers les infirmes, ses camarades gesticulants, dont le parler grouillant lui paraissait singulier » ; du coup, les maîtres de Saint- Jacques lui reprochaient « de n’être qu’un faux sourd-muet... plus sourd-muet que les sourds-muets, borgne-roi dans le royaume des aveugles, sourd, prince des sourds-muets5 ».

31Si nous sommes impuissants à retracer le cheminement des significations traversant les multiples contextes de deux siècles d’histoire des sourds, nous sommes du moins assurés que le concept de faux sourd y a toujours été présent, pour leur permettre de penser les anomalies d’un monde conçu comme bipolaire.

32Il reste à préciser que beaucoup de sourds, notamment en province, n’utilisent ni même ne connaissent cette expression. La catégorie correspondante est pourtant présente dans les représentations qu’ils se font des différentes manières d’être sourd. Simplement, elle ne s’exprime pas sous la forme de signes produits par les mains. L’expression faciale suffit : quand on parle de telle ou telle personne qui, par d’autres, serait qualifiée des signes que l’on a décrits, le visage présente toutes les marques d’un jugement très négatif, notamment la langue demi-sortie entre les dents.

Demi-sourds

33Beaucoup de sourds sont étiquetés au moyen du signe sourd suivi du signe demi. Voilà bien la plus ambiguë de toutes les étiquettes. Elle ne réfère en principe qu’à un critère physiologique, non à des critères culturels : un déficit d’audition qui n’est que partiel. Elle est la seule dans ce cas, dans toute la taxonomie sourde. Ce n’est donc pas, en soi, une étiquette péjorative, contrairement à faux sourd, même si elle peut le devenir dans certains contextes.

34Mais voici une première difficulté. Les sourds connaissent fort peu le degré de surdité des autres sourds. Souvent, ils l’ignorent tout à fait. Mais ils voient des sourds parler. Ils les voient à l’émission télévisée « L’Œil et la main », ou à l’occasion d’un congrès. De celui avec qui on a toujours bavardé en signes, on découvre soudain qu’il peut parler avec des entendants. C’est chaque fois un étonnement, sinon un choc : qu’est-il donc ?

  • 6 Voir la section « De la confusion entre entendre et parler » du chapitre 3.

35Les sourds profonds surévaluent constamment l’audition des sourds qui peuvent se faire comprendre par la voix, ou dont on croit qu’ils le peuvent : c’est une illusion qu’ils partagent avec les entendants6. Je bavarde avec un ami. La conversation porte sur quelqu’un qui a brillamment réussi et a fait l’objet d’un reportage télévisé. Mon ami prend un mine péjorative : « Normal, c’est un demi-sourd.

  • Non, non, c’est un sourd profond, il a eu une éducation oraliste mais on a beaucoup de mal à comprendre ce qu’il dit, sa voix est très déformée.

  • Ah bon, il est comme X, alors.

  • Pas du tout, X, il n’est pas sourd profond et il parle aussi bien que les entendants.

  • Ah bon, c’est pas croyable, ça ! »

36Lors d’un passage à la télévision, une femme sourde parle d’un collègue : « Il est entendant », puis se reprend : « Non, il est demi-sourd... » L’animatrice sourde doit alors préciser qu’il s’agit en fait d’un « sourd de naissance oralisé ».

37Il y a des sourds profonds qui parlent fort bien, et qui comprennent tout ce qui leur est dit en lisant sur les lèvres. Ce sont de très rares exceptions ; mais ils existent. Aussi le critère qui est retenu est-il celui de l’usage du téléphone, qui supprime la lecture labiale. Un sourd ne peut pas téléphoner, un demi-sourd le peut. D’une apparente simplicité, ce critère est adopté universellement.

38D’où la question rituelle chaque fois que quelqu’un présente une identité floue : « Est-ce qu’il peut téléphoner ? » La réponse est-elle positive que le voilà définitivement étiqueté « demi-sourd ». Avec cet outil, les entendants sont parfois perçus comme disposant d’un pouvoir quasi magique, permettant de régler immédiatement toute difficulté de quelque nature que ce soit. L’usage, supposé ou réel, qu’en font les demi-sourds les met donc plutôt du côté des entendants. Une psychologue sourde soigne un jeune garçon sourd. La surdité de sa thérapeute lui permet de commencer à structurer sa personnalité, jusqu’au jour où il l’aperçoit en train de téléphoner : il entre alors dans une violente colère et l’accuse de lui avoir menti en se présentant comme sourde (Weisser, 1995 : 18).

39Mais voici une seconde difficulté. Il y a bien des moyens, pour un sourd, d’user du téléphone. Il n’y a rien de commun entre une communication téléphonique d’un entendant et celle d’un sourd, presque toujours à destination d’un familier, souvent sa mère. Avec l’aide d’une boucle magnétique, même des sourds profonds peuvent quelquefois téléphoner. La communication est souvent à sens unique : on prononce quelques mots, par exemple pour prévenir la famille d’un retard au dîner, puis on raccroche sans attendre une réponse que l’on n’entendrait pas. Dans ce cas, le critère retenu pour catégoriser quelqu’un comme demi-sourd perd toute pertinence. Mais comment savoir si une personne qui téléphone entend ou non la voix de son interlocuteur ?

  • 7 J’ai dit plus haut que les sourds ne les connaissaient pas. Mais il y a des cas particuliers : par (...)

40Le terme de « demi-sourd » recouvre donc des cas de figure correspondant à des vécus que tout oppose. D’un malentendant qui, bien appareillé, n’a guère de problèmes dans la vie quotidienne7, jusqu’au sourd profond qui, soumis à un forcing orthophonique, a acquis une voix gravement déformée lui permettant tout de même de téléphoner à sa mère dans les conditions drastiques qui viennent d’être décrites : tous sont qualifiés sans nuance de « demi-sourds ».

41Je l’ai souligné, il n’existe pas de signe correspondant aux emplois actuels du mot français « sourd », regroupant toutes les personnes ayant une déficience auditive, puisque ce vaste ensemble flou n’a pas d’existence anthropologique du point de vue des sourds-muets. Le concept et le signe de demi-sourd viennent, tant bien que mal, pallier la difficulté à penser et à nommer un groupe hétérogène, mal défini, auquel il est difficile d’assigner une place.

42Cette étiquette peut s’investir de connotations négatives. Cela en raison du statut privilégié qu’ont eu les demi-sourds, constamment considérés par les éducateurs comme plus intelligents que les sourds profonds, et du rôle qu’on leur a fait jouer au cours de l’histoire. Au congrès de Milan ont été exhibés des malentendants ou des devenus-sourds de fraîche date pour convaincre des vertus de l’oralisme. La tricherie se répète régulièrement jusqu’aujourd’hui, lorsque le directeur de telle institution présente à des parents en souffrance des élèves demi-sourds qui parlent bien, pour vanter les méthodes en usage dans son établissement et leur faire entrevoir un avenir analogue pour leur enfant.

43Les personnes qualifiées de « demi-sourds » s’expriment beaucoup sur leurs difficultés spécifiques. Toutes le disent dans les mêmes termes : elles ne savent pas où se situer. Elles se sentent appartenir aux deux mondes, sans être reconnues dans aucun des deux. Ce sont des êtres « culturellement hybrides, indéfinissables, dont la légitimité n’est jamais nulle part assurée » (Choron-Baix, 2000, à propos d’un tout autre groupe humain). Gabriel est sourd profond, mais excellent labio-lecteur. Sa parole est très compréhensible. Jusqu’à l’âge de onze ans il était scolarisé en milieu ordinaire. Comme tous ceux qui ont subi la même épreuve, il y a appris la souffrance et la honte. Il ne comprenait pas les autres élèves, les faisait sans cesse répéter et était devenu leur souffre-douleur. Lorsque la poursuite de sa scolarité chez les entendants est devenue impossible, ses parents l’ont mis dans la plus oraliste des écoles. Il y a fait des progrès en français, sans jamais fréquenter de sourds locuteurs de la langue des signes. Ces sourds-là, il ne les a rencontrés que beaucoup plus tard, à l’âge adulte :

Ils m’ont demandé si je pensais que ma place est avec les entendants ou avec les sourds. J’ai répondu que c’était avec les entendants, puisque c’étaient eux que j’avais toujours fréquentés.
– Et comment tu communiques avec eux ?
– En parlant, bien sûr.
– Et s’ils sont plusieurs, tu peux suivre facilement la conversation ?
– Ah oui c’est vrai, ça c’est pas possible...
Et là, pour la première fois, j’ai commencé à réfléchir...
– Et ta place chez les sourds ?
– Impossible, je ne comprends pas les signes.
– Oui mais ça, ça peut s’apprendre...
C’est ce que j’ai fait.

44Il les pratique aujourd’hui avec une grande aisance.

Mais ma mère n’a jamais compris ce que ça veut dire, être sourd. Quand je lui parle de bilinguisme, elle me répond : « À quoi ça sert, les signes ? » Tout ce qu’elle voit c’est que je parle bien et ça lui suffit, elle s’imagine qu’il n’y a pas de problèmes pour un sourd profond, à partir du moment où il parle. Savoir si ça me rend heureux ou malheureux, si je n’ai pas davantage de plaisir à parler la langue des signes, elle s’en contrefiche bien.

45Vrai sourd, faux sourd, demi-sourd : aucune de ces catégories n’est figée. Elles sont toutes modulables en fonction du contexte, et en fonction de la position de celui qui parle. Ce même Gabriel dont il vient d’être question a épousé Sylvie, sourde profonde issue d’une famille où la surdité est héréditaire, où les valeurs sourdes constituent la norme et où la seule langue pratiquée est celle des signes. Ils ont un fils de huit ans dont la surdité est à peu près indétectable pour une personne non prévenue : sa voix est celle d’un entendant, et il peut téléphoner à peu près normalement. Ses parents l’ont inscrit dans l’une des très rares écoles où l’enseignement est donné en langue des signes. Lorsque Gabriel parle de son fils, il utilise l’expression mal + entendant, calquée sur le français : son éducation oraliste, sa bonne connaissance du monde entendant le poussent à prendre en compte des paramètres non pertinents pour sa femme, qui le reprend chaque fois vertement : « Non, c’est un sourd. » Il va de soi qu’elle fait alors le seul signe possible, pointant l’oreille puis la bouche, qui a valeur de « sourd-muet ». D’autres sourds le désignent comme demi-sourd. Malentendant, demi-sourd, sourd-muet ou sourd : il s’agit pourtant bien du même enfant.

46D’autres parents sourds souhaitent avoir des enfants entendants, qui les réinscriront dans la chaîne d’une filiation interrompue (chapitre 5). Si leurs enfants sont malentendants, il arrive qu’ils en parlent comme de « demi-entendants » plutôt que demi-sourds, de manière à les situer symboliquement du côté de l’autre pôle culturel.

47Le concept de demi-sourd peut enfin être rendu par un procédé analogue à celui qui permettait de passer de sourd + faux à « entendant dans sa tête », en modifiant l’un des paramètres du signe entendant. Ici, ce sera en remplaçant l’habituel mouvement de rotation de entendant (significativement placé à proximité de l’oreille, y compris chez les locuteurs qui le réalisent d’ordinaire devant la bouche) par un pivotement du poignet qui marque une hésitation, tel qu’on le trouve dans le signe peut-être. Autrement dit, et de manière plutôt péjorative : « plus ou moins entendant », « entendant couci-couça ».

Autres catégorisations

48Voilà recensées quelques catégories fondamentales. Mais il y a bien d’autres manières, pour les sourds, de classer les sourds. Parmi les énoncés, en nombre infini, qui permettent de parler d’autrui, ceux qui prennent la forme d’un binôme dont le premier terme est sourd ont le plus clairement valeur taxonomique : « C’est cette sorte de sourds qui... » Ils réfèrent à des critères multiples, parfois amalgamés. En voici quelques-uns.

49– « Sourd simple », « sourd de base », « sourd des Foyers » : la majorité des sourds, les sourds anonymes, ceux qui suivent leur bonhomme de chemin, qui vivent leur vie sans prendre de rôle dirigeant, de formateur de langue des signes ou d’éducateur dans une école pour enfants sourds. Mais qui participent à la vie collective avec un niveau suffisant de langue ; sans quoi on n’en parlerait pas, ou on en parlerait tout autrement. Cela va souvent de pair avec le fait de ne pas accéder au français écrit. Avoir des parents qui sont des « sourds simples » est mis à l’actif d’un interprète : il saura se faire comprendre de la majorité de la population sourde, qu’il ne confondra pas avec la poignée de ceux que l’on voit sur les écrans de télévision.

50– « Sourd fort », « sourd qui a une identité forte » : sourd qui pratique la langue des signes depuis toujours, qui a une claire conscience de son identité, qui ne se laisse pas gruger par l’idéologie médicale. Il a souvent des attaches familiales avec la surdité. « Sourd fort » n’a pas l’ambiguïté de « vrai sourd » qui peut quelquefois, on l’a vu, référer à un degré de surdité.

51– « Sourd oraliste » : sourd qui pratique la communication vocale, qui ne connaît pas, ou peu, la langue des signes (chapitre 2). Après avoir rencontré un sourd qui ne parle que le français, quelqu’un qui est passé par Saint-Jacques me dit, avec une mimique très négative : sourd + oraliste + exister ? : « Pas possible ! ça existe, une chose pareille ? »

52Une personne recevant ce qualificatif n’est généralement qu’un sourd qui a été délibérément écarté des autres sourds, placé en milieu ordinaire ou éduqué sur le mode du préceptorat. Ce peut être aussi, plus rarement, un sourd qui est satisfait de ce que les entendants ont fait de lui, et qui partage donc l’idéologie oraliste. À propos d’un ancien président d’une association nationale, on me dit : prothèse + oraliste + sourds + inférieurs + entendants + supérieurs + oraliste : « Il était appareillé, c’était un oraliste et pour lui les entendants étaient supérieurs aux sourds : c’est ça les oralistes. » En langue des signes, les deux sens que recouvre le mot français « oraliste », pratique et idéologie, sont fréquemment distingués par l’expression faciale, neutre dans le premier cas, très négative dans le second. Ou bien par des commentaires, tels, dans le premier cas, les rituels « Ça n’est pas sa faute » ou « C’est la faute des entendants », « C’est la faute des médecins ». Réalisé avec tension, le signe oraliste pourra prendre la valeur de « oraliste convaincu » ; avec lenteur et peu d’amplitude, celle de « oraliste, mais pas même fichu de parler correctement ».

53– « Sourd qui aime lire », « sourd cultivé ». Le fait de lire, parfois considéré comme un trait négatif, est souvent mis à l’actif d’un sourd, à condition qu’il n’en tire pas vanité et qu’il présente d’autres traits positifs : partager la sociabilié sourde, avoir un bon niveau de langue des signes. Cette ambiguïté par rapport à la lecture ne saurait mieux être prouvée que par les emplois opposés du signe lire lorsqu’il est réalisé avec la forme aspectuelle dite « intensif » (un mouvement de rotation répétée de la main plate, trace du signe livre, la fait descendre plusieurs fois devant le visage) : je l’ai vu utiliser tantôt pour moquer un sourd toujours plongé dans les livres, tantôt pour moquer un sourd illettré dont on pense qu’il ferait mieux d’aller s’instruire plutôt que de raconter des idioties. On retrouve la même ambiguïté avec le taxon « sourd qui écrit bien » : cette qualité est parfois suspecte, attestant d’une trop grande proximité avec la norme entendante, parfois au contraire citée élogieusement. Tout dépend, encore une fois, du locuteur et du contexte : ne pas savoir écrire est souvent considéré comme de peu d’importance chez les sourds de base, mais comme un défaut majeur dont on se scandalise quand il concerne un dirigeant : car celui-ci est alors inévitablement soupçonné de l’une des pires entorses aux normes sourdes, se faire aider en sous-main par un entendant pour l’indispensable correspondance associative.

54– « Sourd intelligent » : souvent parasynonyme de « sourd cultivé ». Fréquemment utilisé pour désigner des sourds « forts » parce qu’ils ont des parents sourds, ce qui leur a permis d’avoir très tôt toutes les informations leur permettant de s’orienter dans le monde entendant. À propos d’une formatrice en langue des signes, on me dit : intelligente + parents + sourds + forte : « Pas étonnant qu’elle soit intelligente, elle a des parents sourds, elle est forte. »

55– « Sourd prétentieux » : sourd qui, éduqué dans l’oralisme, se croit supérieur aux autres sourds. Par exemple, à propos de l’un des rares sourds qui a réussi des études universitaires : PRÉTENTIEUX + ORALISTE + CULTIVÉ + SIGNER + NON (langue légèrement sortie, ce qui est une marque de péjoration intense) : « C’est un oraliste, prétentieux, cultivé, mais qui ne connaît pas la langue des signes ! » L’hommage à la tête bien remplie est neutralisé par le prix qu’il a fallu payer pour cela : la méconnaissance de la langue des sourds. Dans la région parisienne, cette étiquette est souvent attribuée aux élèves passés par un établissement privé à la politique oraliste pure et dure.

  • 8 En mai 1950, L’Information des sourds-muets propose de fonder une « Académie silencieuse » qui réun (...)

56Les références à l’intelligence, à la culture, aux capacités en français écrit, sont donc marquées au sceau de l’ambiguïté, sinon de la contradiction. Elles sont un hommage sincère rendu aux compétences individuelles, et à ce qu’il a fallu de courage pour les faire reconnaître dans le monde entendant. Elles sont un rappel de ce que tous les sourds seraient capables de faire, si on leur en donnait les moyens. En même temps, elles marquent souvent une certaine méfiance devant ces sourds peut-être trop à l’aise chez l’autre culturel, et facilement donneurs de leçons8. J’ai vu quelqu’un réussir la performance proprement incroyable de produire simultanément une marque méliorative (hochement de tête admiratif) et une marque péjorative (moue dépréciative) lorsqu’il parlait de l’un de ces sourds qui ont réussi.

57– « Sourd bête », « sourd naïf » : sourd qui croit tout ce que les entendants racontent ; et notamment qui intériorise le point de vue entendant sur la surdimutité. Parfois synonyme de sourd peu cultivé.

  • 9 C’est l’un des deux entretiens évoqués dans l’Introduction.

58– « Sourd lèche-botte d’entendants », « sourd lèche-cul d’entendants », « sourd coureur d’entendants » : sourd trop proche des entendants, et qui cherche constamment à se faire bien voir d’eux. Après un après-midi de travail où il avait répondu avec beaucoup de bonne volonté et une infinie gentillesse à toutes mes questions9, un sourd m’a rattrapé sur le palier pour me dire : « Ne cite surtout pas mon nom, je ne veux pas que les autres sourds me traitent de lèche-cul d’entendant. »

  • 10 Correspondant, mais pas nécessairement traduisant. Il y a des disjonctions remarquables, dues au fa (...)

59– « Sourd qui reste bouche close » (la main en pince passe de gauche à droite sur les lèvres fermées) : qui ne recourt pas à la coarticulation labiale, la prononciation silencieuse de mots français correspondant10 aux signes les plus importants. Voilà encore une étiquette très ambiguë. D’un côté, rester bouche close va de pair avec un très haut niveau de langue ; d’un autre côté, cela peut entraver la communication avec les sourds qui ont un niveau plus ordinaire, qui ont été marqués par l’oralisme, ou bien qui pratiquent un dialecte différent. Ce signe est souvent suivi de celui de respect, qui est là comme un déni de ce que l’on pense intérieurement. Quelque chose comme : « C’est sa manière de faire, il n’y a rien à dire là-dessus, mais... »

60– « Sourd replié sur son école » (sourd + boite) : quelqu’un qui ne fréquente que les anciens de son école, qui reste replié sur les traditions propres à cette école, qui n’utilise que les signes qui lui sont propres. Son antonyme est sourd + ouvert : une personne qui fréquente des sourds de différentes écoles et emprunte aisément des signes qui ne viennent pas de la sienne.

Manières de signer

61Les signes pour « parler la langue des sourds » sont eux aussi susceptibles de nombreuses variations, permettant de décrire avec précision un mode particulier d’affiliation au monde sourd, ou référant aux différentes situations dans lesquelles cette langue se pratique. En voici quelques-uns ; il y en a bien d’autres.

  • Les deux mains ouvertes, paumes en regard, effectuent une rotation asymétrique par engagement des avant-bras (fig. 58). C’est le signe standard, neutre, sans connotations positives ni négatives, d’où dérivent la plupart des autres.

  • Le même, combiné avec un mouvement vers l’avant, sur l’axe du temps : « se mettre à signer, faire des progrès en langue des signes ».

  • Le même encore, avec un mouvement plus rectiligne, combiné avec une oscillation des doigts : « signer à plusieurs, dans l’entre-soi », par exemple à propos de la communication dans le contexte du sport sourd.

  • Les avant-bras étant immobiles, la rotation est produite par les poignets, ce qui permet de produire un mouvement beaucoup plus rapide : « signer à toute vitesse ». Utilisé pour décrire les qualités d’un bon locuteur, ou une situation telle que celle-ci : « Dès que les professeurs avaient le dos tourné, on signait entre nous à toute blinde. »

  • Le même, réalisé au niveau de la tête : « penser en langue des signes ». Par exemple : « Quand je ne parviens pas à m’endormir, je signe dans ma tête. »

  • Le signe standard n’est plus réalisé devant soi mais très près du corps, en situation basse et sur le côté : « signer en cachette », dans des situations où la langue est stigmatisée : à l’école, ou dans l’espace public.

  • Le même, réalisé avec un mouvement rapide, engageant les poignets et non les avant-bras : « signer en cachette à toute vitesse », par exemple lorsque les élèves signaient sous les tables de la classe.

  • Le même encore, réalisé avec un mouvement lent et une mimique négative (souvent avec les mains en griffes, paramètre connoté péjorativement), désigne une langue de mauvais niveau, celle de sourds adultes qui sont marqués à vie par l’interdiction des signes. Réfère souvent aux sourds passés par les petites écoles où la répression était particulièrement efficace.

  • La rotation des mains s’effectue avec les poignets collés l’un contre l’autre : « signer malgré les mains liées » : évoque la résistance à la répression de la langue.

  • Les deux poings haut placés et très écartés, paumes en regard, partent vers l’avant en s’ouvrant, avec un mouvement de rotation identique à celle du signe standard : « pratiquer avec une grande souplesse une langue de haut niveau ».

  • La main gauche ouverte, paume vers la droite, est immobile ; le poing droit part vers l’avant en s’ouvrant. Le mouvement est répété plusieurs fois, très rapidement : « parler à très grande vitesse », donc avec aisance.

  • Les doigts de la main droite, paume vers le haut, oscillent sous la paume de la main gauche : « être sous pression à force d’avoir envie de parler en langue des signes ». Réfère souvent aux situations où la langue était interdite.

Fig. 58. parler la langue des sourds. Dessin A.-C. Dufour.

62Il y a aussi un signe spécifique pour « signe, unité lexicale de la langue des sourds » : les deux index pointant vers le haut effectuent des rotations alternées vers le locuteur. Fait d’autant plus remarquable que, comme cela a été souligné à propos d’une autre exception, la paire entendre / entendant, l’opposition verbo-nominale, ici entre signe et signer, est habituellement peu marquée, voire inexistante. Ce n’est évidemment pas un hasard si ces deux anomalies langagières concernent deux des concepts les plus importants de la culture sourde.

Classer les entendants : signes péjoratifs

63Face à la richesse du lexique catégorisant les sourds, celui qui permet de classer les entendants frappe par sa maigreur. Un entendant est un entendant ; il n’y a pas à s’embarrasser de nuances. Comment d’ailleurs le pourrait-on, puisque l’on est plongé dans l’ignorance de ce qu’ils pensent et de ce qu’ils disent ?

64C’est en fonction de leurs rapports avec les sourds, cela va de soi, que les entendants sont jugés. Un signe péjoratif s’applique parfois collectivement à tous, mais il est plus souvent réservé à ceux d’entre eux que l’on juge particulièrement hostiles aux sourds. C’est le signe entendant, mais réalisé à proximité du nez, là où se fait le signe prétentieux (fig. 59). C’est encore un signe-valise, qui, pour produire le sens « prétentieux d’entendant », condense deux signes en un seul.

Fig. 59. prétentieux. Dessin A.-C. Dufour.

  • 11 Il n’y a donc pas moins de sept manières de moduler le signe entendant, dont deux qualifient des so (...)

65Un autre signe péjoratif, très récent, consiste à réaliser le signe entendant avec quatre doigts en extension au lieu de deux. Je l’ai observé à l’institution de Bourg-en-Bresse, sans pouvoir dire quelle est son aire de répartition actuelle. Comme il est surtout populaire chez les jeunes, il est réalisé près de l’oreille ; créé il y a vingt ans, il l’aurait été devant la bouche. C’est un signe humoristique qui joue sur la multiplication par deux du nombre des doigts : « deux fois plus entendant qu’un entendant ordinaire », autrement dit deux fois pire11. On remarquera en passant que cela n’est possible que parce que le signe originel s’est entièrement démotivé, permettant d’assimiler au chiffre deux ce qui était au départ le P de l’alphabet manuel (chapitre 2).

66Ce signe s’utilise tantôt pour étiqueter les enseignants particulièrement incompréhensifs à l’égard des sourds et de leur langue, tantôt pour stigmatiser d’autres sourds. La valeur n’est pas la même, comme le manifestent des expressions faciales distinctes. Pour parler d’un « entendant pire que les entendants », le visage prend une expression d’indifférence méprisante, joues légèrement gonflées, lèvres arrondies. Pour parler d’un « sourd pire que les entendants », c’est la mimique correspondant à la réalisation du signe pire, yeux plissés, lèvres serrées. Un entendant pire que les entendants n’inspire que du mépris ; un sourd pire que les entendants inspire de la colère.

Classer les entendants : signes mélioratifs

67De la foule anonyme et indifférente des entendants se détachent quelques individus, ceux dont on dit qu’ils « comprennent les sourds ». Chaque fois que l’on est contraint d’affronter la complexité du monde entendant, ce sont de tels individus que l’on recherche. Une infirmière qui connaît quelques signes, un employé de banque qui a une sœur sourde, rassurent et donnent le courage de tenter de franchir le mur qui s’élève entre les deux mondes.

68Ils sont rares, ceux qui « comprennent les sourds ». Après avoir longuement discuté de ce concept avec un dirigeant associatif de province, je lui pose la question : « Et ici, dans la région, tu peux me citer des noms ? – Il n’y en a aucun. » Puis, après un moment de réflexion, il ajoute : entendants + risette, « Au mieux, des entendants qui font des sourires de commande ». D’autres sont plus optimistes. Un patron qui accepte d’acheter un Minitel portable pour pouvoir communiquer à distance avec l’un de ses employés sourds, un restaurateur qui met à la disposition de sa clientèle sourde une table de forme circulaire, adaptée à une langue visuo-gestuelle, sont crédités de « comprendre les sourds ». Quitte à déchanter rapidement.

69Pour nommer les entendants qui font preuve d’humanité à l’égard des sourds, auraient pu être choisis d’autres signes. C’est comprendre qui a été élu, parce que c’est là que les sourds situent la source de tous leurs maux. L’absence de communication dans la famille, un enseignement ubuesque, la médicalisation de la surdité, le regard entendant dans lequel se lit le soupçon de débilité : à tout cela, une cause unique est assignée, d’où tout le reste découle logiquement : les entendants ne comprennent pas les sourds. Plus exactement, ils ne comprennent pas ce que c’est que d’être sourd : éprouver un sentiment de normalité et de complétude, mais parler une langue réprouvée du monde dans lequel on est immergé.

70Pour comprendre les sourds, une condition est indispensable : avoir fait l’expérience de la rencontre. Dans les récits portant sur la vie en internat, on cite de temps à autre un surveillant qui était moins dur que les autres, acceptait de rendre un petit service, fermait les yeux sur les gestes interdits. Chaque fois, on précise avec insistance que c’est parce qu’il avait un cousin ou un voisin sourds.

71Réciproquement, si dans leur immense majorité les entendants ne comprennent pas les sourds, c’est simplement parce qu’ils ne les connaissent pas. Toutes leurs croyances fausses découlent de leur ignorance. C’est là-dessus que l’une des plus fortes personnalités de l’histoire des sourds, Ferdinand Berthier, avait fondé sa stratégie politique : pour que les entendants agissent en faveur des sourds, il faut tout simplement leur faire rencontrer les sourds là où ils se réunissent : dans les fêtes et les banquets. Voici dans quel état d’esprit les entendants étaient accueillis au second banquet, celui de 1835 :

Les invités répondirent avec ardeur à cet appel, si nouveau pour la plupart, et accoururent de tous côtés se mêler à leur nouvelle famille. Qui peindra la reconnaissance et la joie des sourds-muets à l’arrivée des parlants ? Avec quel intérêt de curiosité les noms de ces amis étaient demandés aussitôt qu’ils paraissaient dans la salle [...]. Déjà les commissaires silencieux s’évertuaient à recevoir de leur mieux, à grand renfort de gestes, leurs amis parlants. [...] On s’était fait un devoir de céder les places d’honneur aux parlants, exception délicate, politesse exquise qui fait l’éloge des ordonnateurs de la fête » (Banquets des sourds-muets... 1842 : 21).

  • 12 Dominique Gillot, députée du Val-d’Oise, a été en 1998 l’auteur d’un rapport au Premier ministre, L (...)

72Cent soixante ans plus tard, si Claude Allègre et Ségolène Royal « ne disent que des âneries sur les sourds », c’est « parce qu’ils n’en ont jamais rencontré ». D’entendants qui ne connaissent pas les sourds, on ne peut rien attendre. D’où les espoirs démesurés que beaucoup ont mis dans le travail de Dominique Gillot12, parce qu’elle avait fait l’effort de sortir des bureaux, et de rencontrer des sourds.

  • 13 Émission « L’Œil et la main » du 20 mai 1995.

73Dans la majorité de la population sourde (mais non chez les élites, moins facilement dupes), toute rumeur concernant un lien de proximité, souvent familial, entre une personnalité entendante et un sourd est commentée ad nauseam, et fonde des espoirs illimités. Jacques Chirac aurait une nièce sourde, et c’est évidemment pour cette raison qu’il a accepté d’être interviewé par Emmanuelle Laborit pendant la campagne présidentielle de 199513. Lionel Jospin aurait un voisin sourd, qui habiterait juste en face de sa résidence secondaire. Un membre du Conseil d’administration de TF1 aurait une fille sourde. Même chose pour le P-DG d’Air France. Et ainsi de suite. Espoirs vite déçus. Quand, élu, Chirac ne dit plus un mot sur les sourds, quand Jospin tarde à mettre en œuvre les mesures préconisées par le rapport Gillot, quand TF1 diminue ou modifie sans avertissement le sous-titrage des émissions préférées des sourds, quand un groupe de jeunes sourds se voit refusé sur un vol d’Air France au prétexte qu’ils sont un peu trop agités, le monde sourd s’en scandalise comme d’une impensable contradiction.

  • 14 cœur entre de nombreuses expressions : cœur + faux : hypocrite ; cœur + noir : insensible ; cœur + (...)

74À côté de l’expression standard, on rencontre quelques variantes, dont chacune a ses connotations propres : « entendant qui a un cœur sourd14 », « qui protège les sourds », « qui aide les sourds ». Avoir un cœur sourd, protéger les sourds, c’est plus que « comprendre les sourds ». Cela se dit à propos des entendants qui prennent la défense des sourds et de leur langue (et donc qui, nécessairement, la connaissent, ce qui n’est pas exigé de ceux qui « comprennent les sourds »). « Protéger », qui a un relent de paternalisme, est ambivalent : signe positif pour certains, négatif pour d’autres qui, ayant pour valeur suprême l’autonomie, voient dans la « protection » une forme de manipulation.

75Même ambivalence, encore plus marquée, pour « aider ». Un entendant qui « aide les sourds » est encore quelque chose de très positif pour beaucoup de sourds de base. Mais c’est aussi un concept et un signe qui sont violemment rejetés par les élites depuis les années 1980. La relation d’aide, comme celle de protection, implique une relation hiérarchique. Elle implique surtout une confusion dans l’identification des problèmes auxquels sont confrontés les sourds, qui pensent avoir moins besoin d’aide sociale que de la reconnaissance de leur langue.

  • 15 Sans y être courant, ce signe est davantage utilisé aux États-Unis. Comme en France, il peut être r (...)

76Pour être complet, il faut ajouter un signe, sourd réalisé sur le front, qui n’est pour l’instant pratiqué que par une poignée de personnes appartenant aux élites : « entendant qui pense comme un sourd ». Cette création humoristique est l’exact pendant, au plan du signifiant comme à celui du signifié, du signe entendant déplacé sur le front pour produire le sens de « faux sourd ». C’est encore un signe-valise qui réunit deux signes en un seul. Trop de proximité est quelquefois suspect : aussi ce signe peut-il être interprété comme un moyen de maintenir la frontière culturelle15.

Notes

1 Les prothèses auditives sont le seul indice qui rende visible la surdité. Elles stigmatisent doublement ceux qui en portent : aux yeux des entendants, comme n’étant pas assez entendants ; aux yeux des sourds, comme n’étant pas assez sourds. Sans parler des confusions qu’elles génèrent chez les entendants, qui croient communément qu’elles corrigent une surdité comme une paire de lunettes corrige une myopie.

2 Une histoire drôle le prévient pourtant des risques qu’il encourt. C’est celle d’un sourd qui voudrait bien apprendre à parler. Il va donc voir un orthophoniste qui l’examine des pieds à la tête, puis lui demande de se mettre tout nu. Interloqué, le sourd s’exécute. « Penchez-vous et écartez bien les fesses » lui ordonne le spécialiste. De plus en plus ébahi, le sourd obéit. N’a-t-il rien fait d’autre, toute sa vie, que d’accorder sa confiance aux entendants ? Il sent alors un membre viril le pénétrer profondément. « Aaaaah ! » hurle-t-il de douleur. « C’est parfait, dit l’orthophoniste. Rhabillez-vous et revenez me voir demain, on essaiera avec le B… »

3 Cet auteur s’inspire certainement d’un texte antérieur qui m’a échappé. En effet, Harlan Lane, qui a écrit une biographie de Clerc, fait état des violents reproches qu’un jeune sourd lui adresse au moment de son départ pour l’Amérique en 1816 : « Vous ne nous avez jamais aimés. Vous êtes le faux sourd-muet, tout le monde vous traite d’imposteur ! » (Lane, 1991 : 208.) Lane m’a confirmé avoir eu connaissance d’un texte d’époque dont il a oublié la référence, et qui est vraisemblablement celui qui a été utilisé par l’auteur anonyme de 1861.

4 Le premier chiffre est donné par La Voix du sourd de janvier 1963 ; le second par La Gazette des sourds-muets d’avril-juin 1939. Cette incertitude sur l’âge d’apparition de la surdité des élites sourdes est une constante.

5 Louis Boujeant, dans La Gazette des sourds-muets de décembre 1943. Boujeant (1895-1980) était lui-même un hybride culturel, sourd-parlant et fin lettré, pratiquant le français signé, auteur d’innombrables chroniques dans la presse silencieuse. Ironisant contre le « petit-nègre » de la langue des signes, il savait aussi s’en faire le défenseur, après être allé de désillusions en désillusions devant les promesses des oralistes de traiter d’égal à égal les sourds qui parlent. Voir par exemple « Ousqu’il y a de la gêne... », dans La Gazette des sourds-muets d’aoûtseptembre 1955.

6 Voir la section « De la confusion entre entendre et parler » du chapitre 3.

7 J’ai dit plus haut que les sourds ne les connaissaient pas. Mais il y a des cas particuliers : par exemple des enfants malentendants issus de parents sourds.

8 En mai 1950, L’Information des sourds-muets propose de fonder une « Académie silencieuse » qui réunirait « l’élite des sourds-muets, c’est-à-dire les plus avancés, les plus instruits, les plus intelligents d’entre eux », qui aurait notamment la tâche de « conseiller et guider nos amis et leurs sociétés, corriger leurs programmes et leurs prospectus, qui sont souvent rédigés d’une façon déplorable et nous infligent le supplice des fautes d’orthographe et de français ». Les tenants de ce projet étaient évidemment des sourds-parlants.

9 C’est l’un des deux entretiens évoqués dans l’Introduction.

10 Correspondant, mais pas nécessairement traduisant. Il y a des disjonctions remarquables, dues au fait que les emplois d’un signe recouvrent rarement les emplois d’un mot. Dans la phrase en signes « Les soldats ont fait preuve de beaucoup de courage », le signe courage peut être accompagné de l’articulation silencieuse du mot français « bénévole ». C’est en effet le même signe polysémique qui peut être traduit, selon le contexte, par « courage » ou « bénévole », la grande fréquence de ce dernier sens dans le contexte associatif induisant un lien automatique entre le signe courage / bénévole et le mot « bénévole ».

11 Il n’y a donc pas moins de sept manières de moduler le signe entendant, dont deux qualifient des sourds. Il n’est peut-être pas inutile de les récapituler : le signe standard est situé près de l’oreille ; devant la bouche, il a la valeur archaïsante de « parlant » ; sur la joue, c’est une tentative de compromis entre les deux précédents ; devant le nez, il a la valeur péjorative de « prétentieux d’entendant » ; sur le front, celle de « sourd qui pense comme un entendant » ; près de l’oreille mais avec un mouvement modifié, celle de « sourd plus ou moins entendant » ; au même endroit mais avec une configuration modifiée, celle de « double entendant ».

12 Dominique Gillot, députée du Val-d’Oise, a été en 1998 l’auteur d’un rapport au Premier ministre, Le droit des sourds, 115 propositions.

13 Émission « L’Œil et la main » du 20 mai 1995.

14 cœur entre de nombreuses expressions : cœur + faux : hypocrite ; cœur + noir : insensible ; cœur + puissant : bienfaiteur (par exemple à propos de l’abbé de l’Épée) ; cœur + rester : ne pas oublier ; cœur + vide : comportement intéressé ; saint + cœur : Saint-Valentin ; etc.

15 Sans y être courant, ce signe est davantage utilisé aux États-Unis. Comme en France, il peut être réalisé avec une pointe d’ironie à l’égard de certains entendants. Il peut aussi être utilisé pour un sourd, avec la valeur « penser en tant que sourd ». Ainsi d’une formatrice sourde parfaitement bilingue, qui se débrouille à merveille dans le monde entendant ; lorsqu’elle revient dans le monde sourd, elle produit ce signe, dans un contexte tel que : « Maintenant il faut que je me remette à penser comme une sourde » (communication personnelle d’Emily Shaw).

Table des illustrations

Légende Fig. 55. À l’ouverture d’un colloque sur la langue des signes (Poitiers, juillet 1990), un acte symbolique fera date : une prothèse auditive est écrasée en grande pompe sur un billot. Dessin de Daniel Hureau, paru dans La Voix du sourd, 1990 : 181.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4146/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Fig. 56. naissance. Dessin A.-C. Dufour.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4146/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 57. « Un produit de l’orale pure ». La Parisienne : – Paris est une jolie ville. L’Orateur : – Marie est une jolie fille, oh oui ! La France silencieuse, 1894.Les sourds-muets se moquent de ceux d’entre eux qui, croyant pouvoir s’intégrer au monde entendant par la seule parole vocale, courent le risque d’être ridicules. La figure du perroquet, animal stupide qui peut imiter la voix humaine, est présente depuis Descartes dans les débats sur la question sourde ; elle sera constamment utilisée contre la montée de l’oralisme. En retour, la figure du singe est utilisée contre les sourds signants.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4146/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Fig. 58. parler la langue des sourds. Dessin A.-C. Dufour.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4146/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende Fig. 59. prétentieux. Dessin A.-C. Dufour.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4146/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 188k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search