Version classiqueVersion mobile

Les sourds c’est comme ça

 | 
Yves Delaporte

4. Construire un monde sourd

Texte intégral

« Notre monde du silence est un petit monde dans le monde des hommes. »
Louis Boujeant, La Gazette des sourds-muets,
août-septembre 1943

Un monde rempli par les entendants

1De la province et des petites villes, les sourds disent souvent : « C’est le désert. » Autrement dit : on risque fort de n’y pas rencontrer d’autres sourds. Ils se plaisent dans les grandes concentrations urbaines, là où la population est de taille suffisante pour qu’ils puissent organiser associations et rencontres. C’est une représentation inverse de celle des entendants, qui opposent souvent la convivialité des petites villes de province à l’anonymat parisien. La menace d’une délocalisation pèse sur les sourds qui travaillent dans une administration : « C’est dramatique pour nous, on va devoir quitter nos amis sourds, et si on nous envoie à un endroit où il n’y a pas de sourds, qu’est-ce qu’on va devenir ? Vivre sans rencontrer d’autres sourds, c’est comme se taper la tête contre les murs, il y a de quoi en crever. Les entendants ne peuvent pas comprendre ça, partout où ils vont il y a d’autres entendants... »

2Dans une brochure associative consacrée à Charles-Michel de l’Épée, il est expliqué comment les élèves du bon abbé, « jusque-là perdus dans la foule indifférente des entendants », ont eu le bonheur de se trouver réunis sous sa direction paternelle (La vie de l’abbé de l’Épée... s.d.). « Foule indifférente » : c’est sans doute l’expression la plus juste qui puisse être trouvée pour refléter le sentiment qu’éprouvent les sourds. Dans un autre texte également écrit par une personne sourde, on trouve ceci : « Les entendants sont partout », et pourtant ils apparaissent aux sourds « comme des personnes étrangères, vivant dans un autre monde, hors de leur monde » (Belissen, 1992 : 73 et 77).

3C’est dans les mêmes termes que, tout au long de l’histoire des sourds, cette idée se retrouve, chez les élites comme à la base. En 1839, Claudius Forestier, futur directeur de l’institution de Lyon, apostrophe ses compagnons lors d’un banquet : « Autrefois errants et perdus dans une population immense, on vous remarquait à peine... » (Banquets des sourds-muets... 1842 : 80). Dans La Gazette des sourdsmuets de septembre 1916, les sourds sont décrits comme « dispersés, en individus isolés, perdus dans la masse des entendants... » Sur le terrain, je vois souvent parler de « foule grouillante » : les deux mains ouvertes, doigts oscillants, effectuent des mouvements de rotation en sens inverse l’un de l’autre, dans un plan horizontal. Ce signe s’accompagne d’une expression faciale négative. J’ai aussi rencontré plusieurs fois cette métaphore : « Les entendants sont comme des fourmis. » C’est ce que dit, à sa manière, cette histoire drôle :

Pléthore. Dans un train, un compartiment est occupé par un Américain, un Russe, un Cubain, un sourd. L’Américain sort une bouteille de whisky, en boit quelques gorgées et jette la bouteille aux trois quarts pleine par la fenêtre. Stupeur de ses compagnons. L’Américain explique : « Dans mon pays le whisky coule à flots, on n’est pas à une bouteille près... » Ne voulant pas être en reste, le Russe sort une bouteille de vodka, en avale une lampée puis la balance dehors : « En Russie, la vodka on s’en sert pour prendre sa douche tous les matins. » Puis le Cubain allume un superbe havane, tire quelques bouffées et lui fait suivre le même chemin que les deux bouteilles : « Oh, à Cuba on n’est vraiment pas à un cigare près. » Arrive alors le contrôleur. Le sourd le prend à bras-le-corps et le jette par la fenêtre : « Vous savez, les entendants, il y en a tellement, alors un de plus ou un de moins... »

4À l’indifférence des entendants, les sourds opposent leur propre indifférence. À la limite, on observe un retrait par rapport à un monde qui présente une définitive étrangeté. Je l’ai vu chez beaucoup de jeunes sourds. Faut-il attribuer cela à un comportement transitoire, propre à l’adolescence ? à une déculturation et une désespérance qui ne sont pas le propre des sourds mais les frappent de plein fouet ? Je ne sais, mais les faits sont là. En voici deux. Je dirai plus loin le culte dont l’abbé de l’Épée a toujours été l’objet de la part des sourds. Mais en novembre 1997, à la fête d’hommage qu’une institution organise pour l’anniversaire de la naissance du « bienfaiteur des sourds-muets », une adolescente refuse de regarder les signes d’un conférencier sourd, lui tourne le dos et bavarde ostensiblement avec sa voisine de derrière. Devant les réprimandes d’une éducatrice sourde, elle signe : « J’en ai rien à foutre de ce qu’il raconte, je suis sourde. » Autrement dit : la vie de l’abbé de l’Épée, même contée en langue des signes, c’est encore des histoires d’entendants. Dans le récit qu’il m’a fait de sa vie, Armand m’a dit l’émotion et le bouleversement intellectuel que lui a procurés, à l’âge de soixante-cinq ans, la découverte que des entendants, en l’occurrence les moines trappistes, communiquaient en langue gestuelle. Mais lorsque de jeunes sourds voient l’enregistrement filmé d’un moine montrant des exemples de signes, ils réagissent comme leur congénère de Saint- Jacques : « Qu’est-ce que c’est encore que ces conneries d’entendants ? » Devenue adulte, une femme sourde rapporte la surprise éprouvée lorsqu’elle avait découvert, grâce aux bandes dessinées qui lui ont permis d’entrer dans la lecture, que « ce qui se passait dans la tête d’un entendant était la même chose que ce qui se passait dans la tête d’un sourd » (Abbou, 1992 : 6).

5Exemples extrêmes sans doute, mais qui comme tels ont le mérite de faire apparaître sans fard la profondeur d’un sentiment d’altérité partagé par tous.

6Comment qualifier le mode d’existence des sourds dans le monde entendant ? Aucun des mots en vigueur ne me paraît convenir. Celui d’intégration fait fureur dans la politique officielle d’éducation des sourds. C’est le mot le plus idéologique qui soit, qui confond la réalité et les désirs, et dont la mise en pratique correspond souvent, comme dans la langue orwellienne, à l’exact contraire de ce qui était annoncé. Valant aussi bien pour les handicapés moteurs, les sourds ou les immigrés, il fait partie des priorités définies par les politiques, notamment dans l’univers scolaire. Il est fait de ces bonnes intentions dont la sagesse des nations nous dit qu’elles contribuent quelquefois à paver l’enfer. Dans le cas des sourds, il est fondé sur un déni de la surdité, et sur une constante confusion entre intégration physique et intégration sociale.

  • 1 Vannier et Frances (1983 : 60) annoncent les objectifs de l’intégration, «  l’acquisition par l’enf (...)

7Il y a des intégrations qu’entre professionnels on qualifie significativement de sauvages : un enfant sourd est mis dans une classe d’entendants, sans aucune formation ni même information minimale de l’enseignant. Ce n’est plus de l’intégration, c’est de la désintégration : psychologique, scolaire, sociale. Il y a aujourd’hui des formes plus diverses et plus souples, mais elles sont toutes fondées sur la même illusion, qu’il suffit de mettre en contact sourds et entendants pour que les premiers s’intègrent aux seconds (fig. 30). C’est bien sûr partout le même constat désolé : les élèves sourds de première préfèrent la compagnie des élèves sourds de seconde plutôt que celle de leurs condisciples entendants ; les sourds se regroupent entre eux à la cantine et dans la cour de récréation1, etc. La solution, disent ingénument en 1999 les enseignants de tel établissement, c’est que « les sourds apprennent la langue de la communauté qui les accueille » : autrement dit, que les sourds se décident enfin à faire l’effort de parler, et peut-être même d’entendre. C’est Milan qui continue, enrobé de bons sentiments et du vocabulaire à la mode. C’est comme si deux siècles d’histoire des sourds n’avaient jamais eu lieu.

Fig. 30. Dessin de Pat Mallet. In N. Tagger, La communication avec un jeune sourd. © Presses universitaires de Lyon, 1994.

8Là où les entendants parlent d’intégration, les sourds ont deux signes. Le premier, violent, consiste à jeter la main droite en faisceau, pointant vers le bas, dans la main gauche ouverte (fig. 31). Le second, plus souple, consiste à faire pénétrer l’index droit, pointant vers le haut, entre les doigts de la main gauche ouverte. Il peut être traduit par « insertion sociale », vue comme un processus complexe qui s’oppose à l’idéologie simplificatrice de l’intégration.

9C’est le concept d’immersion, que Patrick Williams (1994 : 6) utilise pour décrire la situation des Tsiganes dans le monde des gadjé, qui me paraît le mieux adapté à rendre compte de celle des sourds dans le monde des entendants. Dans les deux cas, parler d’immersion revient à dire qu’un groupe humain vit dans un monde qu’il ne ressent pas comme le sien, mais qu’il y vit. Williams a proposé ce concept en réaction contre l’idée que les Tsiganes vivraient en opposition avec le monde des gadjé ; il a voulu ainsi marquer qu’il n’y a nul isolat, et que les Tsiganes se construisent aussi dans les relations qu’ils entretiennent avec les gadjé, avec des modalités propres à chaque groupe (communication personnelle). Dans le cas des sourds, la situation s’inverse : parce qu’ils ne seraient que des déficients auditifs, que leurs familles sont le plus souvent entendantes et qu’ils mènent souvent leur bonhomme de chemin dans la société entendante, on dénie leur appartenance à un ensemble collectif. Dans les deux cas, le concept d’immersion vise à décrire une relation, en corrigeant des idées communes ; mais comme ces idées communes sont opposées dans le cas tsigane et le cas sourd, le rééquilibrage se fait à partir des deux extrémités d’un même axe, pour aboutir à une formulation finalement identique.

Fig. 31. intégration. Dessin A.-C. Dufour.

Destin et rencontre

10Les sourds sont rares : une naissance sur mille. Près de 10 % de la population porte un gène de surdité, mais ces gènes sont fort divers et dans 85 % des cas récessifs, ce qui explique la grande rareté des phénotypes de surdité et son faible taux de reproduction : 95 % des sourds sont issus de parents entendants, 90 % des enfants issus de parents sourds sont entendants. La surdité comme produit de la réunion hautement aléatoire de deux gamètes porteurs d’un même gène ancre donc d’emblée, dans la reproduction biologique, les thèmes de la rencontre (fig. 32) et du hasard que nous verrons se déployer dans la pensée sourde.

11« Comment se fait-il que je sois sourd alors que mes parents sont entendants ? » « Comment est-il possible que mon mari et moi, tous deux sourds de naissance, n’ayons que des enfants entendants ? » Voilà quelques-unes des questions que les sourds se posent dans l’intimité. Les surdités qui sautent une génération (les parents sont sourds, les enfants entendants, les petits-enfants sourds) sont les plus troublantes. Elles empêchent de penser en termes d’exception, tout autant qu’en termes de normalité.

Fig. 32. rencontre. Dessin A.-C. Dufour.

12Parce que la représentation que les sourds ont d’eux-mêmes se situe aux antipodes de la médicalisation de la surdité, ils éprouvent généralement des sentiments peu amènes vis-à-vis des spécialistes de l’oreille (voir chapitre 3) ; aussi n’est-ce pas un hasard si le seul médecin chercheur que j’aie jamais vu être invité par une association de sourds à faire une conférence était une généticienne. Sa spécialité la faisait reconnaître comme détentrice d’un savoir essentiel sur les sourds, permettant d’apporter peut-être des réponses à de vraies questions, celles qui portent non pas sur des courbes audiométriques dont les sourds n’ont que faire, mais sur l’être au monde, sur la transmission, ses continuités et discontinuités.

  • 2 Dans La Gazette des sourds-muets de juin 1954, Louis Boujeant déconstruit avec ironie un poème de V (...)

13La mémoire familiale ne porte que rarement la trace d’une autre surdité qui aurait pu annoncer celle qui vient de surgir. La découverte de la surdité du petit enfant, la souffrance parentale, les sentiments de culpabilité (« Qu’ai-je fait pour mériter cela ? »), le travail de deuil de l’enfant rêvé qui succède à un état de sidération, tout cela relève d’une anthropologie du malheur. Mais pour la personne sourde, sa propre naissance s’inscrit dans une anthropologie du hasard et de la destinée2.

  • 3 Lors d’un «  Cercle de minuit  » (Antenne 2, 24 avril 1995) où une jeune femme sourde en témoignait (...)

14La vie de l’enfant sourd, privé dans sa famille des échanges langagiers qui sont le lot normal de tout petit d’homme, sera marquée par un événement prodigieux, celle de la rencontre avec d’autres sourds. Auparavant, n’ayant jamais vu de sourds adultes dans le monde, beaucoup croyaient qu’ils mourraient en grandissant, ou bien qu’ils deviendraient eux-mêmes entendants3.

  • 4 Dans le film Le pays des sourds.

15Cette rencontre avec d’autres sourds est hautement aléatoire. Emmanuelle Laborit a raconté dans son autobiographie (1994 : 50) comment son père a découvert l’existence de la langue des signes en écoutant par hasard France Culture. Une autre actrice sourde, Claire Garguier, a dit devant la caméra4 son émoi lorsqu’elle a aperçu pour la première fois un groupe de sourds adultes dans un aéroport, bavardant avec leurs mains. De semblables récits m’ont été faits par dizaines. Tous se concluent par le signe DESTIN (fig. 33). Ainsi d’un sourd appartenant à la bonne bourgeoisie, éduqué par des précepteurs et soigneusement éloigné de tout contact avec d’autres sourds : « Les voisins du dessus ont déménagé. Est arrivée une nouvelle famille avec un petit sourd, et on a commencé à se faire des signes en cachette quand on se croisait dans l’escalier – destin ! »

Fig. 33. destin. Dessin A.-C. Dufour

16Un cas se détache par sa fréquence : l’entrée à l’école spécialisée, où la rencontre avec la langue des signes se fait dès la première récréation (chapitre 8). Encore faut-il arriver jusque-là. Rien de moins évident, surtout en province, où les parents, désemparés, mal informés, ignorent parfois jusqu’à l’existence d’une institution dans le département voisin. « Mon père allait à la foire mensuelle du bourg, il est entré dans un bistro pour se rafraîchir, il a bavardé avec le patron et voilà que le patron avait un fils à l’école des sourds de Chambéry ! » « Ma mère entre un jour dans un magasin, elle bavarde avec la vendeuse et elle découvre qu’elle avait une fille qui était à l’école des sourds de Villeurbanne ! » Et c’est, à nouveau, la figure du destin qui est invoquée.

L’abbé et les jumelles

17La rencontre d’autres sourds et de leur langue est l’événement fondateur de chaque existence individuelle. Or cet événement se retrouve dans le mythe d’origine de la langue des signes, où l’abbé de l’Épée endosse les habits du héros civilisateur. Ce mythe présente d’innombrables variantes. Voici celle que j’ai vu conter en signes dans une fête sourde en province :

C’était il y a très très longtemps... Un abbé secourait les pauvres. Par une nuit d’orage, où il pleuvait à torrents avec la foudre qui tombait de tous côtés, l’abbé se réfugie sous une porte cochère qui donne sur une cour. De là il aperçoit une fenêtre avec de la lumière. Il monte quelques marches et frappe à la porte. Comme personne ne répond, il pousse la porte et entre dans une pièce où deux jeunes filles qui lui tournent le dos s’affairent à des travaux de couture. Poliment, il se présente et demande s’il peut rester un moment en attendant que l’orage cesse. Bizarrement, les jeunes filles ne répondent pas ni même ne se retournent. Intrigué, l’abbé s’approche, et en le voyant elles sursautent. L’abbé essaye d’engager une discussion mais elles ne prononcent toujours pas un mot. Survient alors la mère, qui se jette aux pieds de l’abbé et, en sanglotant, lui explique que ses filles sont sourdes et muettes. Bouleversé, l’abbé rentre chez lui mais ne parvient pas à s’endormir. Pendant la nuit, il invente la langue des signes, retourne le lendemain chez les jeunes filles et commence à leur enseigner le nouveau langage.

18Les différentes étapes de la narration et le thème central qui est le don de la langue des signes aux sourds, en font un récit des origines qui débouchera sur le culte de l’abbé, paré de titres tels que « Messie d’un peuple trop longtemps déchu », « nouveau Rédempteur » (Banquets des sourds-muets... 1864 : 19), « ange descendu du ciel » (Berthier, 1846 : 8).

Fig. 34. Extrait de « L’abbé de l’Épée », histoire de Liliane et Fred Funcken parue dans le Journal de Tintin en 1959. Ce document a servi de base au cinéaste Michel Rouvière pour la réalisation d’un film sur l’abbé, avec des acteurs sourds. La situation représentée est réaliste, mais le signe que fait l’abbé pour communiquer à distance avec l’une des jumelles est fantaisiste.

  • 5 C’est une version un peu différente qui a été mise en scène par un réalisateur et des acteurs sourd (...)

19À Paris, j’ai vu conter cette histoire par un sourd lettré à des enfants sourds, avec une modification de taille. Lorsque l’abbé s’approche des jumelles, elles s’interrogent en signes : « Qui est-ce ? » puis « elles enseignent quelques signes simples à l’abbé : maison, arbre, pain... L’abbé comprend alors que les sourds ont une langue à eux et forme le projet de les éduquer dans cette langue ». Avec cette dernière phrase, la vérité historique est rétablie au profit des sourds, mais le décor reste inchangé : les ténèbres et les éléments naturels déchaînés qui symbolisent l’état de confusion dans lequel étaient plongés les sourds, la foudre qui annonce la prochaine révélation, la lumière entraperçue qui apporte la promesse d’un passage à l’état de culture5. Le même narrateur en a donné une version écrite : avant de l’Épée, « ce n’était que la nuit, une nuit traversée de rares lueurs fugitives. Et un jour, après des siècles d’attente, le soleil se leva enfin... » (Truffaut, 1987).

20Ce récit fondateur remplit la fonction de tout mythe, qui est de « rassembler un groupe d’hommes et de femmes autour d’un même ordre du monde et d’une même conception de l’existence » (Bidou, 1991 : 499). Contre le scandale d’un monde qui regarde les sourds comme des individus qui n’auraient en commun que leur déficience, les récitants se transmettent de génération en génération une histoire qui donne à voir l’apparition de la langue des sourds et du premier territoire, l’école fondée par l’abbé, où ils se sont trouvés réunis comme membres d’une même collectivité (photo 1).

  • 6 Deux exemples entre cent : une société de secours mutuels fête le deux cent vingt-cinquième anniver (...)
  • 7 Sans doute l’abbé de l’Épée était-il entendant ; mais j’ai rencontré des sourds qui étaient persuad (...)

21Il y a longtemps que l’on sait faire, dans l’histoire de la rencontre de l’abbé et des jumelles, la part du mythe et de la réalité. Or le mythe perdure6, et s’il perdure c’est parce qu’il offre une synthèse parfaite entre une histoire collective et une expérience personnelle, toutes deux fondées sur le thème central de la rencontre. D’une certaine manière, chaque sourd revit pour son propre compte l’histoire des sourds : chaque fois qu’un sourd en rencontre d’autres qui lui transmettent leur langue, ce sont les jumelles qui rencontrent l’abbé de l’Épée7.

22Les thèmes du destin, de la rencontre et du don de la langue se retrouvent dans les récits qui sont faits d’un autre événement majeur de l’histoire des sourds, l’importation du dialecte parisien de la langue des signes sur le continent américain. Les faits appartiennent à l’histoire. Un pasteur, Thomas Gallaudet, a une petite voisine sourde, Alice. Il part sur le Vieux Continent chercher une méthode d’éducation adaptée aux sourds. À Paris, il rencontre Laurent Clerc (1785-1869), professeur sourd à l’institution issue de l’enseignement de l’abbé de l’Épée. Il le convainc de partir avec lui aux États-Unis pour fonder une école destinée aux enfants sourds. Après avoir longtemps tergiversé, Clerc accepte. Et voici le mythe : pendant les cinquante-deux jours que durera la traversée de l’Océan, Clerc et Gallaudet se feront mutuellement don de leurs langues, Clerc apprenant l’anglais, Gallaudet apprenant la langue des signes.

Invisibilité et séparation

23L’invisibilité de la surdité fait aujourd’hui partie de la vulgate du discours sur les sourds. Eux-mêmes savent en rire :

Un bonhomme se présente à la morgue, à l’effet de s’enquérir d’un parent disparu de son domicile depuis plusieurs jours :

  • Pourriez-vous, lui dit-on, nous donner des indications précises sur l’homme que vous recherchez ?

  • Oh ! oui. Il était sourd-muet. (Le Journal des sourds-muets, mars 1904.)

24Mais ce thème est toujours abordé du point de vue des relations entre sourds et entendants, dans le cadre de leurs interactions quotidiennes : cette invisibilité entraîne des représentations fausses, provoque des réponses inadaptées, rend plus malaisée la communication. Or, si elle fait problème pour les sourds, c’est d’abord comme entrave à la rencontre d’autres sourds. Avec cette rencontre, l’invisibilité disparaît : il n’y a rien de plus visible que des sourds communiquant entre eux en langue des signes.

25En décembre 1937, La Gazette des sourds-muets entame un débat sur l’opportunité d’adopter une canne verte analogue à la canne blanche des aveugles. Un participant à la discussion fait valoir que, contrairement à la canne des aveugles qui a pour fonction de signaler leur infirmité aux normaux, ce serait surtout utile aux sourds pour leur permettre de se reconnaître entre eux. En janvier 2000, commentant une émission télévisée sur les sourciers, un ami propose avec humour d’utiliser leurs talents pour aider les sourds à se repérer les uns les autres dans la foule grouillante des entendants.

26Que la surdité soit invisible autrement que par la pratique de la langue des signes induit, on l’a vu, des brouillages identitaires. Mais il peut aussi y avoir, chez certains entendants, volonté de tromperie. C’est le cas de témoins de Jéhovah, qui s’inscrivent à des cours de langue des signes pour pouvoir ensuite prêcher leur bonne parole en se faisant passer pour sourds. La chose est aujourd’hui connue, et elle entraîne une suspicion sur l’identité culturelle de personnes que l’on ne connaît pas : « J’ai rencontré dans un bar un type qui se prétendait sourd. Il signait pas mal, mais ses signes étaient vraiment bizarres. Il disait être passé par Saint-Jacques, mais je ne l’y ai jamais vu, et il avait des signes qui ne sont pas ceux de Saint-Jacques. Il faisait bonjour comme les Arabes, en se touchant la poitrine, pas comme les sourds. Est-ce que c’était un sourd ou un entendant ? »

27D’où l’importance du rituel intangible de présentation qui succède à la rencontre de sourds qui ne se connaissent pas. Un sourd en aperçoit d’autres en train de signer. Ou bien, chez un commerçant, on remarque une personne qui semble articuler de manière excessive. On pose la question « sourd ? », puis chacun précise les différents paramètres de son affiliation au monde sourd : l’école par laquelle il est passé, l’existence éventuelle de parents, d’un conjoint, d’enfants sourds ; la précocité de la surdité, pour ceux qui peuvent s’en prévaloir (chapitre 6) ; les noms des autres sourds qui peuvent être des connaissances communes. Les enfants entendants de parents sourds n’y échappent pas, les questions étant alors transférées sur leurs parents. J’ai une amie dans ce cas, qui parle merveilleusement la langue des signes mais que cela agace prodigieusement : c’est une preuve que l’on peut parler la langue sans adhérer à la culture.

28Mais si les sourds ont des difficultés à se rencontrer, ce n’est pas seulement à cause de leur petit nombre, de leur dispersion, et de l’invisibilité de la surdité hors des situations de communication. C’est avant tout parce que les familles entendantes sont réputées dissimuler les enfants sourds. L’invisibilité est une donnée biologique, mais elle fait aussi l’objet d’une construction sociale de la part du monde entendant.

29Paul a travaillé pendant dix ans pour un patron qui avait un fils sourd et ne le lui a jamais dit. Dans ce hameau bressan où une dizaine d’ouvriers sourds étaient employés à la fabrication de chaises, il fallut des années avant que l’on découvre qu’un enfant sourd vivait dans une famille entendante. Martine, parisienne, a passé toutes les grandes vacances de son enfance dans le même petit village ; vingt ans plus tard, par le hasard de ses relations avec d’autres sourds parisiens, elle a appris qu’une femme sourde vivait dans la maison devant laquelle elle passait tous les jours. Le père de Laurence était médecin ; lorsqu’il y avait des invités, il se débarrassait d’elle en l’envoyant faire la vaisselle, pour que l’on ne s’aperçoive pas qu’elle était sourde. À Saint-Jacques, un élève a un jour disparu sans que l’on sache pourquoi. Des années plus tard, on a appris qu’il venait d’être arrêté par la police pour vol : c’est alors seulement qu’on a su qu’il avait été autrefois retiré de l’institution par ses parents. La conclusion est sans appel : en séparant leur enfant des autres sourds, la famille en a fait un asocial.

30Voilà quelques-uns des exemples qui sont continuellement mis en avant, comme autant d’objets de scandale, pour apporter la preuve que « les entendants cachent les sourds ». Cette conviction est constamment réaffirmée dans toute discussion sur le petit nombre d’écoles spécialisées, ou sur le fait que dans les villages et petites villes de province on ne voit guère d’enfants sourds.

  • 8 Ces trois œuvres en bronze ont été détruites par les Allemands pendant l’Occupation, pour en récupé (...)
  • 9 C’est pourquoi il était indispensable, dans les légendes des illustrations de ce livre, de signaler (...)

31Au xixe siècle, les artistes sourds-muets ont proliféré, et ont obtenu de beaux succès (fig. 35). Mais Eugène Allibert, l’un des meneurs de l’insurrection de 1830 à Saint-Jacques, proteste contre le fait que les organisateurs des salons où sont régulièrement exposées, et souvent primées, des oeuvres de sourds-muets, refusent de mentionner cette qualité à côté de leur nom (Banquets des sourds-muets... 1842 : 163). Il en va de même pour les sculptures qui sont dispersées dans l’espace public, telles les oeuvres de Félix Martin (Le Grand Ferré, à Longueil), Fernand Hamar (Rochambeau, à Vendôme), de Paul Choppin (Un volontaire de 1792 sur la place de Remiremont, Un vainqueur de la Bastille au square Parmentier, la Petite Sirène au parc Montsouris, Paul Broca sur le boulevard Saint-Germain8) : rien n’indique, au moins sur les cartes postales qui les ont reproduites à des milliers d’exemplaires, que leur auteur est sourd-muet. Cela scandalise chaque fois les sourds, qui protestent contre ce qu’ils pensent être une invisibilité consciemment organisée par les entendants9. Sans doute n’ont-ils pas tout à fait tort : un marchand d’art me confie qu’il n’est pas bon d’indiquer « sourd-muet » dans la notice d’une oeuvre, car cela en diminuerait la valeur marchande, le public confondant avec les artistes sans bras qui peignent avec la bouche et les pieds...

Fig. 35. « Le Fauconnier », statue de Fernand Hamar (1869-1943) présentée au salon de 1895. Le Journal des sourds-muets, juillet 1895.

Fig. 36. Les sourds ont toujours été là, et ils sont partout. À gauche et à droite : chez les Touaregs et les Indiens, ils ont été suffisamment nombreux pour que les entendants s’enrichissent de leur langue. En haut, un enfant sourd égyptien est protégé d’un sacrifice par la lumière divine. En bas, abandon des enfants sourds à Sparte. Dessin de Guy Bouchauveau.

Les sourds sont partout

32Invisibles, dispersés, séparés par les entendants, les sourds sont partout (fig. 36). Mais il y a plus. Tout se passe comme si sourds et entendants se partageaient le monde, comme deux ensembles symétriques et équivalents – non pas seulement en droit, mais également en fait. Pour parler des entendants en tant qu’ensemble collectif, les sourds utilisent le même signe que pour parler d’eux-mêmes : deux mains en croissants, paumes en regard, se rapprochant l’une de l’autre (fig. 37). Accompagné du signe entendant, ce signe est souvent traduit en français par les interprètes de conférence, ou dans les écrits des élites sourdes lettrées, par « communauté entendante ». C’est là, bien sûr, une fiction sociologique, mais qui correspond profondément à la manière de voir sourde. Que le monde soit divisé entre sourds et entendants est une évidence si aveuglante qu’il est proprement impensable que les entendants ne puissent la voir. Si bien que ces derniers sont censés se penser en tant qu’entendants. On m’a un jour posé cette étrange question : est-ce que, quand deux entendants se rencontrent, ils commencent par se dire qu’ils sont entendants ? Ce serait en effet, transposé, le rituel qui inaugure toute rencontre inopinée entre sourds. Lors d’une émission télévisée consacrée à Israël, est évoquée l’histoire des premiers kibboutz et leur mode de fonctionnement socialiste. À son interlocuteur entendant, le présentateur sourd demande : « Vous dites que c’était égalitaire, mais est-ce que les entendants apprenaient la langue des signes ? »

Fig. 37. groupe. Dessin A.-C. Dufour.

33Le fait que les sourds n’existent tout simplement pas pour la plupart des entendants, y compris dans les instances décisionnelles, est si impensable que l’on raisonne parfois en termes d’intentionnalité maligne : « Juppé [ou n’importe quel autre homme de pouvoir], il opprime les sourds, il refuse tout ce que les sourds lui demandent, il ne veut pas que les sourds fassent des progrès, il veut les rabaisser. » La disparition de l’alphabet manuel dans les récentes éditions du dictionnaire Larousse est interprétée, par le plus tolérant, le moins militant des sourds, comme un « manque de respect pour les sourds ».

  • 10 Dr Jean Dagron, conférence prononcée devant le premier Congrès des retraités sourds (Caen, avril 20 (...)

34Cette conception d’un monde bipolaire et symétrique transparaît dans la difficulté qu’ont les sourds à penser la disproportion numérique. L’une des pires expériences que font les sourds est celle de l’hospitalisation. À l’initiative du Dr Jean Dagron, un accueil spécifique a été organisé à l’hôpital de la Salpêtrière. Pourtant, beaucoup restent fort mécontents : ils ne voient pas pourquoi, habitant Bondy ou Montgeron, ils devraient faire un long trajet alors que les entendants bénéficient tous d’un accueil dans leur langue, à deux pas de chez eux. Mais il y a en France cent cinquante mille médecins et quatre-vingt mille signeurs : il apparaît irréaliste de demander à chaque médecin d’apprendre la langue des signes pour moins d’un patient sourd10.

  • 11 La configuration en pince se retrouve en effet dans de nombreux signes correspondant à des objets d (...)

35En 1999, les tentatives de la Fédération nationale des sourds de France pour faire admettre la langue des signes dans la Charte européenne des langues régionales et minoritaires se sont heurtées à un obstacle inattendu : l’extrême réticence de beaucoup de sourds à se reconnaître comme minoritaires, qui s’est traduite par d’innombrables discussions dans toute la France sur le signe qu’il a fallu inventer à cette occasion. Il a été modifié de nombreuses fois en quelques mois, la forme de la main passant de la configuration en pince (fig. 1) à une configuration identique à celle du O de l’alphabet manuel (fig. 8), connotée moins péjorativement parce que plus ouverte11. Dans le même temps, le mouvement vers le bas, associé au champ sémantique de l’affaiblissement et du déclin, se réduisait rapidement à un simple contact avec la main gauche.

36Que les sourds répugnent à se penser comme minoritaires ne veut évidemment pas dire qu’ils s’imagineraient être en nombre équivalent à celui des entendants. Mais que c’est qualitativement, et non quantitativement, qu’est pensé leur être au monde. Lorsqu’ils parlent entre eux de leur présence dans le monde entendant, c’est en évoquant Bordeaux, ou Poitiers, ou Chambéry, ou Arras, ou Metz, villes où se trouvent les institutions par lesquelles sont passés des milliers de petits sourds, en pointant successivement différents endroits de l’espace avec le signe répété LA, LA, LA ... C’est lorsqu’ils se pensent en tant qu’individus que les sourds emploient les métaphores de la dispersion et de l’immersion (« perdus dans... »). Mais c’est sur un tout autre mode qu’ils pensent le monde sourd : comme un monde présent dans les interstices du monde entendant. Les sourds ne peuvent être « minoritaires », puisqu’ils sont partout. Exactement de la même manière qu’ils savent qu’ils n’entendent pas mais ne se définissent pas par un manque d’audition, ils connaissent leur petit nombre mais n’intègrent pas cette donnée à leur manière de penser l’ensemble collectif qu’ils constituent.

  • 12 Cette expression est visiblement décalquée, mais en prenant un tout autre sens, sur celle qui est c (...)

37Alain, adolescent en grave échec scolaire, ne se fait aucun souci pour son avenir. Il sera « adulte sourd12 » et ira, de ville en ville, rencontrer d’autres sourds. C’est en tant qu’adulte sourd qu’il trouvera du travail et se fera aider par les autres sourds. Il vivra dans un monde sourd.

38Et dans ce monde, il y a aussi des animaux sourds. Être sourd est une catégorie qui franchit les limites de l’espèce humaine. C’est exactement dans les mêmes termes, avec la même expression ravie, que l’on me parle de bébés sourds et de chats ou de chiens sourds : « Un petit chien sourd, c’est si mignon ! » : pour attirer son attention, il faut courir derrière lui et le tapoter, « comme les sourds le font entre eux ». On vante son appétence visuelle, sa capacité à comprendre les signes. On s’indigne à propos d’un chien sourd que l’on a vu attaché dans un chenil, alors que les chiens entendants étaient laissés en liberté ; et l’on explique longuement comment la vision lui permettrait de se débrouiller aussi bien que les autres. On conclut : sourd + naturel, avant d’enchaîner aussitôt, sur le même ton scandalisé : « Le médecin m’a encore proposé de me faire implanter. » En Amérique, on tue les dalmatiens sourds : les associations sourdes prennent leur défense, et l’indignation franchit les continents. Il y a une solidarité trans-spécifique, qui permet de prendre la mesure de la profondeur du sentiment d’altérité par rapport au monde entendant. Qu’il y ait des animaux sourds ancre encore davantage la surdité dans l’ontologique. Ils contribuent à la réalité d’un monde sourd.

39Comme tous les autres traits culturels, celui-ci peut faire l’objet d’une distanciation humoristique : « Hier à la manif, j’ai vu deux chiens tenus en laisse par des sourds. Je me suis dit : super, maintenant même les chiens sourds manifestent pour la langue des signes... Et puis, à un moment ils ont commencé à aboyer l’un contre l’autre, et là j’ai été déçu, j’ai bien été obligé d’admettre que c’étaient des chiens oralistes... »

Abolir la séparation

40Il y a trois cas où la séparation s’abolit. Quand un sourd naît dans une famille sourde ; mais cela relève du destin. Quand un sourd rejoint la collectivité des petits sourds en institution ; mais cela dépend du bon vouloir des entendants. Quand des rencontres sont librement construites par les sourds.

41Ces rencontres annulent les effets de la dispersion. Effets d’autant plus dévastateurs que l’on ne peut téléphoner, et que l’écrit reste un mode de communication toujours difficile d’accès. Le signe consistant à se pincer la peau de la joue (chapitre 2) a une grande importance culturelle : se rencontrer « en chair et en os », il n’y a que cela qui compte. Cela se perpétue aujourd’hui même chez les sourds lettrés, qui écrivent un excellent français. Pour traiter d’affaires associatives qui pourraient se régler par courrier, on se déplace dans toute la France. L’apparition du Minitel dialogue et du fax n’a que partiellement fait régresser cette tradition.

42Significativement, le fax est souvent qualifié de « froid » : il communique une information mais ne permet pas l’échange direct. Quant au Minitel dialogue, les sourds en font un usage rituel qui l’éloigne des fonctions purement pratiques pour lesquelles il avait été prévu. Cela a été l’une de mes premières découvertes qu’il y a des usages sourds, même lorsqu’on communique en français écrit. Fixant le lieu et l’heure de rendez-vous et estimant que la discussion était arrivée à son terme, je tapais une formule de politesse puis j’appuyais sur la touche fin qui coupe la communication. Le lendemain, on me reprochait ma froideur ou l’on s’inquiétait de mon état de santé. Je devais le découvrir peu à peu : il n’est rien de plus difficile que de conclure une conversation au Minitel. Personne ne prenant l’initiative d’appuyer sur la touche fin, mais renvoyant la balle à son correspondant au moyen de la touche envoi, même après les formules de conclusion, la discussion repart de plus belle. Lorsque j’ai été assez accoutumé à la chose pour pouvoir la caricaturer auprès de mes amis sourds, ils hurlaient de rire tant ils s’y reconnaissaient.

43Pour se rencontrer, les distances ne comptent pas. Les sourds sont de grands voyageurs, aux antipodes des représentations que les entendants s’en font, qui s’imaginent que la surdimutité dresse des obstacles infranchissables. C’est pourquoi la question du permis de conduire avait une telle importance : l’enjeu qu’il représentait allait bien au-delà de l’obtention d’un droit élémentaire. Un groupe part de Paris en voiture, pour des vacances prévues au Pays basque. L’un d’eux a une idée soudaine : et si l’on passait par Marseille, rendre visite à de vieux amis ? À peine arrivés, ils apprennent que ces derniers sont en vacances en Vendée : qu’importe, on y fonce tout de suite. Que sont quelques heures d’autoroute quand il s’agit de rencontrer d’autres sourds ?

44Les rencontres prennent de multiples formes. Il y a les réseaux d’amis, les invitations à domicile, les fêtes d’anniversaire, les sorties au restaurant. Ces dernières tiennent une place importante et ne trouvent leurs limites que dans des motifs pécuniaires. Cela tient à la nature même de la langue des signes. Lors d’une invitation à domicile, la maîtresse de maison doit sans cesse s’absenter pour surveiller la cuisson ou faire la vaisselle, et ne peut suivre les conversations qui se déroulent dans une autre pièce. Lorsqu’elle prépare une sauce ou qu’elle apporte les plats, ses mains ne sont pas disponibles pour parler. Une amie peut bien venir lui donner un coup de main à la cuisine pour éplucher des légumes, mais alors elles sont deux à devoir rester silencieuses. Au restaurant, tout le monde est réuni et aucun temps n’est perdu pour les conversations. Il y a tout lieu de supposer que c’est cette contrainte imposée par les langues visuo-gestuelles qui a conduit l’humanité à faire le choix, il y a quelques centaines de milliers d’années, du canal audio-vocal.

45Il y a les lieux de rencontres, bars ou cafés, où les membres d’un réseau peuvent venir à jour et heure fixes, selon leur disponibilité. Depuis sept ans, je fréquente un tel café, tous les dimanches matin. Certains jours nous sommes une douzaine, plus souvent nous ne sommes que quatre ou cinq. C’est que le samedi est le moment par excellence de la sociabilité sourde, celui où l’on a invité des amis : parce que l’on s’est couché fort tard, on n’est pas parvenu à se lever. Mais peu importe combien viennent. L’essentiel est que ce lieu et ce temps sont un lieu et un temps sourds. Longtemps, la plus grande table, qui occupe une position centrale, nous a été tacitement réservée, avec la connivence d’un serveur qui a appris à nous connaître. Qui a même retenu quelques signes, comme bonjour ou café, ce qui lui a valu de beaux succès. Parti à la retraite, il a été remplacé par un autre qui ne voit pas d’inconvénient à placer à côté de nous des entendants qui viennent déjeuner. Entre eux, les sourds récriminent sur ce qui est interprété comme un manque de respect. Cet espace leur appartient. Autour de nous les entendants vont et viennent, feignant de ne pas nous voir. Il arrive que quelque entendant, un voisin, une connaissance, un habitué des lieux, vienne brièvement nous saluer. C’est comme un microcosme du monde réel, mais dont, par la place et l’étendue que nous occupons, nous serions le centre.

46Il y a les associations. Elles sont si nombreuses qu’il serait bien difficile d’en faire le recensement. Elles se chiffrent certainement par centaines. Beaucoup se soucient fort peu de faire de la publicité, même à l’intérieur du monde sourd. Elles construisent comme des niches écologiques, où l’on est entre soi, à mille lieues de toute forme de militantisme. À côté de deux grandes associations nationales concurrentes, il y a une poussière d’associations locales, que l’on peut classer en cinq catégories :

  • Celles qui regroupent des sourds habitant un même territoire. Celui-ci peut être une région, un département, une grande ville, parfois seulement une petite ville si ce n’est un village : la Fraternelle des silencieux du Limousin, l’Association des sourds de l’Aube, l’Association générale des sourds de Montpellier ou l’Association des sourds de Moulins-Yzeure. Dans certaines villes, il y a plusieurs associations concurrentes. Leur prolifération est l’objet d’une plainte aussi ancienne que le mouvement associatif lui-même : on y voit la conséquence de l’appétence pour les titres honorifiques (chapitre 10). Aussi, tout regroupement de plusieurs associations locales est-il toujours accueilli comme une marque de sagesse. Certaines se fédèrent au sein des associations nationales. Beaucoup d’autres n’en voient pas l’intérêt. Elles ne poursuivent que des buts de chaude sociabilité, encourant souvent le reproche d’individualisme et d’égoïsme à l’égard de la cause des sourds. Payer une cotisation à une association nationale pour accroître leur représentativité auprès des pouvoirs publics, sans en recueillir de bénéfices immédiats, leur importe peu. À en croire les dirigeants nationaux et cent ans de presse silencieuse, c’est un mal endémique.

  • Les amicales qui regroupent les anciens élèves d’une même école, par exemple l’Amicale des anciens élèves de l’institut de Poitiers ou l’Amicale des anciennes élèves de l’institut de Bourgen- Bresse. Certaines sont puissantes, d’autres restent en sommeil, se contentant d’un banquet annuel. En perpétuant pendant toute la vie les liens établis pendant l’enfance, elles jouent un rôle fondamental dans la construction de la culture sourde. L’histoire est ponctuée de conflits entre ces deux premiers types d’associations : les amicales sont longtemps restées sous la coupe des congrégations religieuses qui dirigeaient les écoles, tandis que les regroupements locaux sont par définition détachés de tout lien avec les écoles et leurs directions (chapitre 10).

  • Les clubs sportifs, fédérés dans sept ligues régionales, puis dans la Fédération sportive des sourds de France. La plupart des clubs sont omnisports, d’autres regroupent les pratiquants d’une même discipline, comme le Tennis club des sourds de Paris ou le Ski club des sourds de France. De multiples championnats régionaux et fédéraux permettent aux sourds de Chambéry de rencontrer ceux de Bordeaux, à ceux de Poitiers de rencontrer ceux de Marseille. Les meilleurs sont récompensés par la participation à l’immense fête que constituent les Jeux mondiaux des sourds, copiés sur le modèle olympique, depuis 1924 pour les Jeux d’été et 1948 pour ceux d’hiver.

  • Les Foyers sourds, lieux de réunion mis à la disposition des municipalités auprès des différentes associations locales, où, autour d’un bar, chacun peut bavarder tout un après-midi, ou bien jouer au loto, à la belote, aux petits chevaux. Sur des étagères ou derrière des vitrines s’entassent une multitude de trophées sportifs, souvenirs des matchs de football ou de bowling que l’on a remportés contre d’autres équipes sourdes. Souvent, on est à l’étroit. On réclame un nouveau local à la mairie, mais « le maire ne comprend rien aux besoins des sourds ».

  • Depuis l’époque du « réveil sourd », une multitude d’associations culturelles ont été créées, à l’imitation des deux premières qui ont joué un rôle historique, le Théâtre visuel international et l’Académie de la langue des signes française, pour organiser des cours de langue à destination des entendants, entreprise qui a pris un développement exponentiel epuis quelques années. Par nature, ces associations tissent un réseau étroit de relations avec le monde entendant. Leurs activités ont entraîné une augmentation des mariages mixtes, puisque le principal obstacle qui s’oppose à de telles unions est de nature langagière.

47Prenons un exemple, celui d’une association localisée à Louhans (Saône-et-Loire), créée en 1995. Elle donne des cours à Dole, Mâcon, Dijon, Montceau-les-Mines, Chalon-sur-Saône, Lons-le-Saunier, Digoin, Tournus... En cinq annnées, ce sont plusieurs centaines d’entendants qui ont atteint des niveaux divers dans la pratique de la langue des signes. Le public est varié : parents d’enfants sourds, personnes travaillant dans des hôpitaux ou des maisons de retraite, orthophonistes ; et, ce qui est sans doute le plus significatif, simples curieux mus par le désir d’en savoir plus sur « la langue d’Emmanuelle Laborit ». Des conventions sont signées avec des associations de parents, avec des écoles spécialisées, avec des entreprises employant des sourds. Des journées de formation sont organisées à la demande d’associations confessionnelles ou caritatives. Dans des dizaines d’articles, la presse locale rend très largement compte de ces activités. Dans toute la région, les sourds sont parvenus à réintégrer dans l’espace public la place qu’ils occupaient avant l’interdiction de leur langue et leur repli dans l’espace privé. Plus aucun entendant n’y peut ignorer leur présence.

48À ces cinq grandes catégories, il faut ajouter un nombre croissant d’associations thématiques, qui regroupent les amateurs d’aéronautique (Association européenne des pilotes sourds), de sports aquatiques (Les Plongeurs de l’abbé de l’Épée), de peinture et de sculpture (Atelier d’arts plastiques des sourds), d’Internet (Les Mains à l’informatique), de chiens dressés pour avertir des pleurs d’un bébé ou de coups frappés à la porte (Wouaf signes)...

49Ces différentes catégories n’interfèrent guère. Aux conférences organisées par les associations à but culturel, on voit très peu de membres des amicales d’anciens élèves. Le milieu du sport sourd, qui a longtemps assuré la transmission de la langue des signes pendant la période du « sommeil sourd » et pouvait se targuer d’être le seul à organiser des rencontres entre sourds à l’échelle internationale, s’est vu détrôné par la montée en puissance des associations culturelles et en a manifesté quelquefois de l’amertume. Ce sont des milieux relativement fermés les uns aux autres, et qui exigeraient autant de descriptions ethnographiques.

50Les résultats des tournois de loto ou de pétanque, les comptes rendus des banquets, des anniversaires, des fêtes, de l’élection des reines de beauté sourdes, sont pérennisés par des photographies régulièrement publiées dans les pages centrales d’Écho Magazine, feuille autrefois religieuse passée dans les mains des sourds. Je vois des entendants ironiser sur le contenu de ces pages, le caractère ritualisé des commentaires confinant souvent à la platitude. Pourtant, et cela donne à réfléchir, ce journal est le seul qui, de l’ancien foisonnement de la presse silencieuse, a survécu aux difficultés des temps, à la disparition du bénévolat, au remplacement d’équipes de sourds-parlants par des sourds retenus sur d’autres critères que leurs capacités en français. Malgré les efforts d’ouverture et de modernisation de ce magazine, c’est toujours sur ces pages centrales que se ruent en premier les abonnés. Ce sont elles qui reflètent le mieux les traditions du monde sourd.

  • 13 À l’entrée «  sourd-muet  » de leur Dictionnaire de la bêtise et des erreurs de jugement, Bechtel e (...)

51Il n’y a pas de fête ni de célébration sans banquet (fig. 38). Les banquets ont une histoire : le premier d’entre eux a été fondé en 1834 par Ferdinand Berthier pour forger une élite sourde et la faire reconnaître par la société civile13 ; aujourd’hui ils sont devenus le point d’orgue de la convivialité sourde. Là se retrouvent les amis qui se sont perdus de vue, les élèves d’un même internat qui évoquent les jours anciens. Là on peut communiquer sans entraves, réaffirmer les normes partagées, rendre visible une culture.

Fig. 38. Banquet de sourds-muets parisiens pour fêter le 174e anniversaire de l’abbé de l’Épée. Ernest Dusuzeau, président du banquet, que l’on voit porter un toast à l’abbé, vient d’être expulsé de l’enseignement avec tous les autres professeurs sourds. Par Auguste Colas. Le Monde illustré, 1887.

  • 14 Pas dans toutes, et pas depuis toujours. Ayant été soupçonné en son temps de jansénisme, l’abbé n’a (...)

52La plus ancienne des fêtes est celle qui se déroule dans les institutions14, le jour anniversaire de la naissance de l’abbé de l’Épée. À Saint-Jacques, elle culmine avec le discours gestuel qu’un élève, président d’un comité des fêtes élu par ses camarades, prononce devant la statue de l’abbé. La journée est « autogérée par les sourds », professeurs et éducateurs entendants étant « destitués par les élèves de toute autorité, ce qu’ils acceptent par simple nécessité et par la connaissance, souvent inconsciente, que leur place institutionnelle durant le reste de l’année n’est tolérée qu’au prix de contre-pouvoirs symboliques » (Virole, 1996 : 224).

Notes de terrain. Dans la salle des fêtes, toute l’école est réunie. Les élèves occupent les places assises, les enseignants sont debout, loin derrière. Sur la tribune, le directeur et un représentant du ministère remettent des cadeaux aux élèves qui ont obtenu leur CAP. L’élève sourd, président du comité des fêtes, qui parle et qui signe, tente de remplir la gageure de faire office d’interprète. À chaque élève qui monte sur l’estrade, il est demandé s’il souhaite s’exprimer en parlant ou en signant. Tous font le choix de signer. Le directeur, placé entre l’« interprète » et le représentant du ministère, ne cesse de se tourner vers le second, si bien que le premier, qui n’a accès à ce qui est dit que par la lecture sur les lèvres, est obligé de se pencher et ne peut tout traduire... J’aperçois partout des commentaires acides chez les élèves, mais cela continue comme si de rien n’était.

53Je suis contraint de censurer ces notes, qui montreraient en outre combien Virole (ibid. : 225) a raison lorsqu’il écrit que ces festivités sont la cible d’une ironie aux fonctions défensives manifestes.

  • 15 Les caractéristiques de la communication visuo-gestuelle conduisent à donner spontanément la forme (...)
  • 16 Des sourds utilisent un préservatif avec leurs partenaires entendants, pas entre eux : c’est comme (...)

54Dans le monde associatif, les fêtes se déroulent dans une salle louée pour l’occasion, ou prêtée par la mairie. Tout autour, dans les couloirs, qui s’en trouvent rapidement obstrués, on s’embrasse, on s’étreint, on se congratule. La foule déborde et s’éparpille dehors. Des cercles de parole15 se forment, qui s’étendent puis se disloquent pour se reformer ailleurs (photo 15). Partout ce ne sont que mains qui voltigent dans l’espace, dans un silence impressionnant. L’heure annoncée de la fermeture est depuis longtemps dépassée que la salle est encore pleine. Dehors, on ne parvient pas à se quitter. La seule langue qui s’y parle est celle des sourds. On n’est bien qu’entre sourds16. Si quelques entendants sont présents, il parlent aussi la langue des sourds. C’est une inversion du morne vécu quotidien.

55La fête réalise une condensation symbolique de l’espace réel. Comment pourrait-on se penser en termes de minorité lorsque l’on se retrouve si nombreux, partageant une même langue et communiant avec une telle ferveur ? Le temps d’une ou deux journées, on a réalisé localement un monde sourd.

56Le déroulement des festivités fait l’objet d’une grande ritualisation. Tout commence et finit par des discours. D’innombrables remerciements sont de rigueur. Voici ceux qui ont ponctué la clôture de la commémoration de l’anniversaire d’une association. Le président remercie chacun de ceux qui l’ont aidé dans sa tâche. Chaque conférencier est rappelé sur l’estrade pour recevoir des compliments personnels. Chacun de ceux qui ont successivement présidé aux destinées de l’association fait à son tour un discours de remerciements avant que l’on n’appelle le responsable des festivités qui à son tour remercie chacun de ceux qui ont contribué à leur éclatante réussite. On lui apporte un cadeau. Puis un autre pour l’actuel président, puis on remercie ceux qui se sont occupés de choisir les cadeaux. Le destinataire d’un de ceux-ci est absent : qu’à cela ne tienne, on fait venir l’un de ses amis que l’on embrasse en le chargeant de transmettre le baiser en remettant le cadeau. Et finalement le président remercie le responsable qui vient de passer une demi-heure à remercier tout le monde. À chaque remerciement, tout le monde a applaudi à tout rompre, bras s’agitant en l’air et pieds tapant sur le plancher, de façon que chacun ressente les vibrations produites par l’enthousiasme collectif.

57Cette ritualisation se retrouve même dans des rencontres informelles, telles des invitations à domicile. Pour peu que les participants ne soient pas des habitués ou viennent de loin, l’hôte les accueille par un petit discours de bienvenue, debout, quand tout le monde s’est assis autour de la table. Dans les associations locales, le « mot du président » est de rigueur. En croyant pouvoir y déroger, quelqu’un a récemment fait scandale.

L’histoire retrouvée

58Depuis qu’ils se sont réapproprié leur langue, les sourds partent à la recherche de leur histoire. Ils ne le font pas – comment le pourraientils ? – à la manière des historiens entendants. Ils le font à la manière sourde.

  • 17 Significativement, tous les travaux sur l’histoire des sourds ont été réalisés par des non-professi (...)

59Ces recherches sont menées, avec les moyens du bord, qui sont minces, sur les personnalités sourdes qui ont fondé telle association, telle institution. Elles se focalisent généralement sur les portraits, ainsi que sur les dates et lieux de naissance et de décès. C’est parfois un travail de Romain, à mille lieues de la recherche historique contemporaine et qui ferait sourire les historiens professionnels (mais y en a-t-il qui se sont intéressés à ce qu’ont été les sourds au cours des deux siècles écoulés ?)17. Aussi bien n’est-ce pas le point de vue de la recherche pure qui est pertinent pour les sourds, mais celui de leur réhabilitation comme catégorie anthropologique. L’enjeu est moins de savoir ce qu’ont été les sourds à un moment donné de leur histoire que de montrer ce qu’ils peuvent redevenir.

60Les portraits, picturaux ou plus rarement photographiques, sont la preuve tangible que « ça a été » (Barthes, 1980 : 120) : des sourds directeurs d’écoles, des sourds professeurs, des sourds écrivains, des sourds décorés de la Légion d’honneur, des sourds prix de Rome. Quelqu’un n’existe vraiment qu’à partir du moment où son visage est connu. Surtout, ce visage autorise l’acte fondateur de l’intronisation dans la culture sourde : recréer un anthroponyme gestuel (voir chapitre 7) – puisque celui qui était utilisé, relevant d’une tradition non écrite, s’est le plus souvent perdu. Le portrait de René Dunan, fondateur de l’école de Nantes, trône dans les locaux des associations, et c’est grâce à cela qu’il est aujourd’hui connu par tous sous le nom de celui qui a les cheveux en brosse. De même Ferdinand Berthier est-il le chauve (fig. 39), et Isaac Chomel celui qui a les joues creuses. C’est pourquoi la recherche menée depuis quelques années par les sourds lyonnais sur Claudius Forestier, fondateur de la première école dans cette ville pour enfants sourds, se focalise sur la quête éperdue de son portrait, pour l’instant inconnu. Autour d’un dieu majeur entendant, l’abbé de l’Épée, se constitue ainsi un panthéon de dieux mineurs sourds, qui s’agrandit à chaque nouvelle découverte. Ces recherches se font parfois dans un climat de grande rivalité entre associations et entre individus. Il y a une course à la découverte, celui qui la gagne méritant une place dans l’histoire sourde.

Fig. 39. Portrait de Ferdinand Berthier. Supplément à la Revue internationale de l’enseignement des sourds-muets, 1887.

61La recherche des lieux de naissance et de sépulture permet d’inscrire l’histoire dans un espace visible. Ce sont bien plus que des lieux de mémoire. Ce sont avant tout des lieux où, grâce aux commémorations, inaugurations, hommages publics de toutes sortes, le monde d’où les sourds ont été chassés à partir de 1880 peut être réinvesti. Les temps anciens permettent d’occuper l’espace actuel. Les sourds d’hier sont instrumentalisés pour montrer au monde entendant les sourds d’aujourd’hui.

62Les dates anniversaires permettent de somptueuses commémorations, où la foule rassemblée communie dans la ferveur et l’enthousiasme. Soit la fête d’hommage à Ferdinand Berthier. En mai 1999, cette fête a permis d’inscrire le nom du fondateur de la première association de sourds-muets en quatre endroits de l’espace public, autrement dit l’espace entendant : inauguration d’un buste réalisé par un artiste sourd, face à l’hôtel-Dieu de Louhans, inauguration d’une rue Ferdinand-Berthier à Sagy (Saône-et-Loire), apposition d’une plaque commémorative sur la maison familiale, et d’une autre encore sur sa sépulture qui est devenue un lieu de pèlerinage (photo 24). Des sourds s’agenouillent devant la tombe, la baisent et se relèvent en signant : « C’est grâce à toi que nous pouvons aujourd’hui nous marier. »

63Chacun de ces actes s’est fait en grande pompe, en présence de plusieurs centaines de sourds et, ce qui était peut-être le plus important, de nombreux représentants officiels du monde entendant (maire, député, sénateur, etc.). Ces succès se sont teintés d’une cruelle amertume : la maison natale de Berthier, qui aurait fourni l’occasion d’une cinquième prise de possession de l’espace public, et dont on sait seulement qu’elle se situe dans la grande-rue de Louhans, n’a pu être à ce jour retrouvée.

Un paradoxe anthropologique

  • 18 Même chose dans les internats, où l’espace est organisé à la manière entendante, non à la manière s (...)

64Les sourds sont partagés entre deux univers. Individus isolés, dispersés, séparés les uns des autres, ils construisent un monde sourd dans lequel ils se reconnaissent comme êtres de langage, porteurs d’une dignité identique à celle des entendants. Mais ils ne peuvent y vivre en permanence. Leurs parents, leurs frères et sœurs sont le plus souvent entendants. Plus important encore, neuf fois sur dix, leurs enfants le sont. Qu’ils soient artisans, ouvriers ou employés, leur vie professionnelle se poursuit au milieu des entendants. Leur existence sociale est gouvernée par des entendants. Enfants, leurs enseignants étaient entendants. Adultes, leur patron ou leur clientèle sont des entendants, avec qui ils se débrouillent comme ils le peuvent – souvent fort bien. Les maisons qu’ils habitent, ce sont des entendants qui les ont construites. Elles sont adaptées à un monde entendant18 ; les sourds les auraient-ils bâties qu’elles seraient tout autres, adaptées à une communication visuelle. La télévision qu’ils regardent est faite par des entendants pour des entendants ; leur langue y est confinée à quelques émissions confidentielles, à des heures impossibles. Ils vivent immergés dans un monde entendant, plus immergés que ne l’a jamais été aucune minorité ethnique.

65Lorsque les sourds se sentent étrangers au monde entendant, c’est donc à un monde qu’ils savent être aussi le leur (fig. 40). L’être-sourd est, par essence, un être divisé. La conscience sourde est une conscience déchirée. De ce paradoxe qui résume l’unicité de la situation des sourds dans le monde, découlent bien des manières d’être et de faire.

Fig. 40. À gauche : se tenir debout, être installé. Au milieu et à droite : signes humoristiques pour caractériser la situation des sourds dans le monde entendant. Au milieu : « Hésiter entre deux mondes, ne pas savoir où se poser ». À droite : « N’avoir qu’un pied dans le monde entendant ». Dessin de l’auteur.

66C’est lui qui explique que, contrairement à d’autres minorités culturelles, le monde dominant soit à bien des égards un modèle à imiter et égaler. Ce qu’ont construit les entendants est souvent un objet d’approbation, de fascination, d’envie. La plupart souhaiteraient y accéder. Des membres de mon laboratoire du CNRS, spécialistes de divers groupes ethniques, ironisent quelquefois à propos de la manière dont sont menés les colloques sur l’illettrisme où ils sont invités, parce que se désoler sur leur illettrisme est souvent loin d’être une donnée pertinente pour ces groupes. Ce n’est pas le cas pour beaucoup de sourds, qui éprouvent une authentique souffrance d’être exclus de la culture de leur pays.

67Dans ce contexte, un signe est produit continuellement, celui de « valeur » (fig. 41) : c’est un hommage rendu à toute action, à tout document, à tout témoignage qui prouve de quoi sont capables les sourds. Or, pour construire quelque chose dans le monde sourd, il est indispensable de savoir se débrouiller dans le monde entendant. Un seul exemple : pour réussir l’exploit d’organiser des olympiades d’hiver, il faut savoir s’assurer la collaboration des stations de ski, négocier avec elles des réductions de prix, obtenir l’aide d’entraîneurs entendants, préparer de nombreux dossiers de subventions, avoir l’agrément du ministère de la Jeunesse et des Sports, etc. Tout cela, faut-il le rappeler, sans pouvoir communiquer oralement et encore moins téléphoner, et en ne maniant le français écrit qu’avec grande difficulté.

Fig. 41. valeur. Dessin A.-C. Dufour.

  • 19 Ferdinand Berthier (1803-1886) : professeur à Saint-Jacques, fondateur en 1838 de la première assoc (...)

68L’ambition d’une double réussite, dans les deux mondes, se lit dans les surnoms que les sourds attribuent aux meilleurs d’entre eux : Ferdinand Berthier était « le Napoléon des sourds-muets », Dusuzeau « le Gambetta des sourds-muets », Louise Gaillard « la Jeanne d’Arc des sourds-muets », Eugène Rubens-Alcais « le Coubertin des sourds-muets »19. Dans un registre mineur, il en va de même pour les sportifs : un champion de ski est le « Killy sourd », deux sœurs qui rivalisent avec succès dans ce même sport sont les « Goitschel sourdes », et ainsi de suite. Avec, toujours, la même ambiguïté : c’est par son éloquence en langue des signes que Dusuzeau se montrait l’égal d’un Gambetta ; mais son appétence pour la parole vocale lui avait valu un autre surnom beaucoup moins flatteur, celui de « Dumuseau ». Napoléon, Gambetta, Jeanne d’Arc : oui, mais à la manière sourde, pas à la manière entendante. Il faut savoir se comporter dans le monde entendant sans rien abdiquer des valeurs sourdes. Personne n’y réussit pleinement sans provoquer des rivalités de toute nature.

69Si l’on a à coeur de faire au moins aussi bien que les entendants, ce n’est pas sans un décalage culturel qui n’est d’ailleurs parfois qu’un décalage temporel. Il y a un côté vieille France dans beaucoup de rituels, qui ont évolué plus vite dans le monde entendant que dans le monde sourd. L’obligatoire tenue de soirée dans beaucoup de fêtes ne manque pas d’ébahir les entendants qui y sont invités. Les dépenses somptuaires scandalisent quelquefois. Benoît Virole (1996 : 225) parle d’une « imitation maladroite des rites et des symboles de la culture entendante », de l’appropriation des « symboles d’autorité ou de prestance sociale » que les sourds « s’approprient volontiers en exagérant certaines caractéristiques ».

70« Le monde sourd est décourageant » : c’est par cette remarque désabusée qu’un entendant, dont le fils est sourd, conclut le long récit qu’il me fait de toutes les tentatives qu’il a menées pendant vingt ans pour aider les sourds de sa région à mettre sur pied des structures associatives et éducatives. C’est que sourds et entendants collaborant à un même projet ne poursuivent pas nécessairement, malgré les bonnes volontés affichées, les mêmes objectifs. Chez les sourds, il y a des enjeux de prestige à l’intérieur de leur monde, qui peuvent déconcerter leurs compagnons entendants. Au printemps 1999, une association organise un concours de beauté pour élire une Miss sourde. Des parents entendants suggèrent de le remplacer par une action au profit des enfants sourds du Kosovo. La suggestion est repoussée avec indignation. Pour les sourds, un tel concours est une manière de s’affirmer dans le monde (fig. 42) : organiser les mêmes spectacles que les entendants, et le faire aussi bien qu’eux (il est de fait que la manifestation a été fort réussie). Pour les entendants, fussent-ils partisans de la langue des signes, c’était une manifestation futile et désuète : « Les sourds croient copier les manières entendantes, alors qu’ils n’en copient que ce qu’il y a de plus contestable », me dit le père d’un enfant sourd. Les valeurs ne sont pas les mêmes, et c’est dans les relations avec les entendants qui sont le plus proches d’eux que la chose se manifeste le plus clairement. Les conflits que cela provoque à l’intérieur même du monde sourd (chapitre 10) n’ont rien à voir avec une « psychologie du sourd ». Ils sont la conséquence du paradoxe anthropologique de la surdimutité.

Fig. 42. Programme des fêtes du cinquantième anniversaire (1917-1967) de la fondation de l’Étoile sportive des sourds-muets de Paris.

Notes

1 Vannier et Frances (1983 : 60) annoncent les objectifs de l’intégration, «  l’acquisition par l’enfant de son autonomie, agrandir son champ culturel  » tout en se désolant que des élèves sourds profonds placés au milieu d’entendants éprouvent une véritable angoisse au moment d’affronter la cour de récréation...

2 Dans La Gazette des sourds-muets de juin 1954, Louis Boujeant déconstruit avec ironie un poème de Vigny dédié aux sourds, et qui commence ainsi : «  Enfants, ne maudissez ni Dieu ni votre mère.  » Ce vers «  exprime un sentiment dont les sourds-muets n’ont aucun souci. Tous ont une explication très simple concernant les origines de leur infirmité. Ils l’attribuent tout bonnement au hasard de la naissance, ou à la maladie, sans chercher plus loin et sans se plaindre de leur mère ou du bon Dieu.  » Quant au vers suivant, «  Vous êtes plus heureux que Milton et Homère  », il ne peut trouver «  la moindre résonance dans l’âme des silencieux, car Milton et Homère sont des bonshommes qui leur sont absolument inconnus  »...

3 Lors d’un «  Cercle de minuit  » (Antenne 2, 24 avril 1995) où une jeune femme sourde en témoignait, l’animatrice Laure Adler commenta avec bienveillance : «  Parce que leur différence leur pesait trop...  » Elle transformait ainsi en problème psychologique, bien dans l’air du temps, ce qui est une question sociale.

4 Dans le film Le pays des sourds.

5 C’est une version un peu différente qui a été mise en scène par un réalisateur et des acteurs sourds dans un film inachevé (1980-1984), dont des extraits ont été incorporés au film Sourds à l’image de Brigitte Lemaine (1995), réalisatrice entendante élevée par ses grands-parents sourds (fig. 34). Dans cette variante, c’est l’alphabet manuel que l’abbé invente dans la nuit qui succède à la rencontre. Un récit voisin de la première version rapportée ci-dessus a été recueilli au Foyer sourd de Marseille par Carol Padden, anthropologue sourde américaine, qui en fait une analyse proche de la mienne (Padden et Humphries, 1988 : 27). Maryse Bézagu-Deluy (1990 : 145), biographe de l’abbé, peut en revanche ironiser : «  La météorologie supplante la chronologie [...] On nous parle d’orage, de pluie, voire de tonnerre et d’éclairs, plus que de concordance des calendriers. Les conditions barométriques jouent, pour l’approche d’une circonstance qui va changer la face du monde pour les sourds, le rôle du nez de Cléopâtre.  » Mais l’auteur est entendante.

6 Deux exemples entre cent : une société de secours mutuels fête le deux cent vingt-cinquième anniversaire de la naissance de l’abbé qui, «  en inventant le langage mimé, fut le grand artisan du relèvement des sourds-muets  » (La Gazette des sourds-muets, janvier 1938) ; «  Nous sommes et demeurerons des sourds-muets, usant de la mimique chère à l’abbé de l’Épée qui la créa pour nous  » (idem, octobre 1943). C’est une croyance que j’ai constamment rencontrée sur le terrain.

7 Sans doute l’abbé de l’Épée était-il entendant ; mais j’ai rencontré des sourds qui étaient persuadés que l’abbé était l’un des leurs. Séro-Guillaume (1995 : 31) a proposé une intéressante analogie avec le personnage de Moïse réinterprété par Freud dans Moïse et le monothéisme.

8 Ces trois œuvres en bronze ont été détruites par les Allemands pendant l’Occupation, pour en récupérer le matériau.

9 C’est pourquoi il était indispensable, dans les légendes des illustrations de ce livre, de signaler au moyen d’une convention typographique lesquels de leurs auteurs sont sourds.

10 Dr Jean Dagron, conférence prononcée devant le premier Congrès des retraités sourds (Caen, avril 2000).

11 La configuration en pince se retrouve en effet dans de nombreux signes correspondant à des objets de très petite taille : voir la section «  Des paramètres porteurs de sens  » du chapitre 11. Certains signes sont automatiquement accompagnés d’une expression faciale conventionnelle. Pour parler de la ceinture d’astéroïdes située entre Mars et Jupiter, les deux mains ouvertes, doigts oscillants, tournent l’une autour de l’autre : cette évocation d’un mélange informe détermine une mimique négative, alors que la notion d’astéroïdes n’a évidemment en soi rien de péjoratif. Il en va de même pour le signe minoritaire. C’est un peu comme si, en français, la connotation péjorative du suffixe -ouille dans de nombreux mots s’étendait plus ou moins à tous ceux qui présentent la même forme.

12 Cette expression est visiblement décalquée, mais en prenant un tout autre sens, sur celle qui est couramment utilisée dans les milieux enseignants, où elle traduit l’incapacité à regarder un sourd autrement que comme un ancien élève (chapitre 3).

13 À l’entrée «  sourd-muet  » de leur Dictionnaire de la bêtise et des erreurs de jugement, Bechtel et Carrière (1965) citent ironiquement Ferdinand Berthier se présentant aux élections de 1848 pour défendre les droits des vingt-deux mille sourds-muets français. Bêtise ? Erreur de jugement ? Comme me le fait remarquer Marc Renard, l’ami sourd qui me signale ce texte, c’est le gag de l’arroseur arrosé.

14 Pas dans toutes, et pas depuis toujours. Ayant été soupçonné en son temps de jansénisme, l’abbé n’a jamais été en odeur de sainteté dans les institutions dirigées par des congrégations. Beaucoup de sourds en sortaient en ignorant jusqu’à son existence. L’un d’eux me dit : «  La première fois que d’autres sourds m’ont parlé de l’abbé de l’Épée, j’avais vingt ans, et je me suis dit : Qu’est-ce que c’est encore que ces histoires de curé ?  »

15 Les caractéristiques de la communication visuo-gestuelle conduisent à donner spontanément la forme d’un cercle, d’autant plus parfait que les participants sont plus nombreux, à tout groupe de discussion.

16 Des sourds utilisent un préservatif avec leurs partenaires entendants, pas entre eux : c’est comme si la chaleur des relations préservait du risque (Blanchard, 1997 : 20).

17 Significativement, tous les travaux sur l’histoire des sourds ont été réalisés par des non-professionnels : Yves Bernard est professeur de mathématiques, Alexis Karacostas est psychiatre, Benoît Virole, Jean-René Presneau et Maryse Bézagu-Deluy sont psychologues. Bernard Truffaut, sourd, a été enseignant spécialisé en technologie à l’institution d’Orléans. Thierry Ruchot, sourd, qui a commencé l’énorme travail de dépouillement de la presse silencieuse par quoi tout aurait dû commencer, est électronicien au chômage. Seule Aude de Saint-Loup, directrice d’un collège et lycée pour enfants sourds, spécialiste de la période médiévale, est diplômée d’histoire.

18 Même chose dans les internats, où l’espace est organisé à la manière entendante, non à la manière sourde. Dans telle grande institution, on vient d’innover avec un dortoir fait de lits superposés, ce qui coupe l’espace et empêche la communication visuo-gestuelle. Les protestations des élèves restent évidemment sans effet.

19 Ferdinand Berthier (1803-1886) : professeur à Saint-Jacques, fondateur en 1838 de la première association de sourds-muets. Ernest Dusuzeau (1846-1917) : élève de Berthier, il devint professeur avant d’être exclu de l’enseignement suite aux ukases du congrès de Milan ; il organisa trois congrès internationaux de sourds-muets. Louise Gaillard (1879-1920) : épouse de Henri Gaillard, fondateur de plusieurs journaux silencieux, elle se fit connaître par sa défense passionnée de la langue des signes, notamment au congrès international de 1912. Eugène Rubens-Alcais (1884-1963) : directeur de La Gazette des sourds-muets, il fonda en 1917 la Fédération sportive des sourds-muets de France, et en 1924 le Comité international des sports silencieux.

Table des illustrations

Légende Fig. 30. Dessin de Pat Mallet. In N. Tagger, La communication avec un jeune sourd. © Presses universitaires de Lyon, 1994.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4144/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 712k
Légende Fig. 31. intégration. Dessin A.-C. Dufour.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4144/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 32. rencontre. Dessin A.-C. Dufour.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4144/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Fig. 33. destin. Dessin A.-C. Dufour
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4144/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 34. Extrait de « L’abbé de l’Épée », histoire de Liliane et Fred Funcken parue dans le Journal de Tintin en 1959. Ce document a servi de base au cinéaste Michel Rouvière pour la réalisation d’un film sur l’abbé, avec des acteurs sourds. La situation représentée est réaliste, mais le signe que fait l’abbé pour communiquer à distance avec l’une des jumelles est fantaisiste.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4144/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 35. « Le Fauconnier », statue de Fernand Hamar (1869-1943) présentée au salon de 1895. Le Journal des sourds-muets, juillet 1895.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4144/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Fig. 36. Les sourds ont toujours été là, et ils sont partout. À gauche et à droite : chez les Touaregs et les Indiens, ils ont été suffisamment nombreux pour que les entendants s’enrichissent de leur langue. En haut, un enfant sourd égyptien est protégé d’un sacrifice par la lumière divine. En bas, abandon des enfants sourds à Sparte. Dessin de Guy Bouchauveau.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4144/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Légende Fig. 37. groupe. Dessin A.-C. Dufour.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4144/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Fig. 38. Banquet de sourds-muets parisiens pour fêter le 174e anniversaire de l’abbé de l’Épée. Ernest Dusuzeau, président du banquet, que l’on voit porter un toast à l’abbé, vient d’être expulsé de l’enseignement avec tous les autres professeurs sourds. Par Auguste Colas. Le Monde illustré, 1887.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4144/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Légende Fig. 39. Portrait de Ferdinand Berthier. Supplément à la Revue internationale de l’enseignement des sourds-muets, 1887.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4144/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 40. À gauche : se tenir debout, être installé. Au milieu et à droite : signes humoristiques pour caractériser la situation des sourds dans le monde entendant. Au milieu : « Hésiter entre deux mondes, ne pas savoir où se poser ». À droite : « N’avoir qu’un pied dans le monde entendant ». Dessin de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4144/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Légende Fig. 41. valeur. Dessin A.-C. Dufour.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4144/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Fig. 42. Programme des fêtes du cinquantième anniversaire (1917-1967) de la fondation de l’Étoile sportive des sourds-muets de Paris.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4144/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 344k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search