Version classiqueVersion mobile

Les sourds c’est comme ça

 | 
Yves Delaporte

2. Être sourd, être entendant

Texte intégral

« Les demi-sourds, les malentendants, les sourds qui parlaient bien, on les appelait tous des entendants. »
Interview traduite de la langue des signes, Vu, 1986 : 19

1Le chapitre précédent retraçait la manière dont les sourds ont été perçus et nommés par les entendants. Celui-ci traitera de la manière dont les sourds se perçoivent et se nomment. Il traitera aussi de la manière dont ils nomment et perçoivent les entendants. Cette dernière question n’a pas d’équivalent de l’autre côté. La nomination a toujours deux aspects du point de vue d’un groupe minoritaire, mais un seul du point de vue de la majorité. Les entendants ne se conçoivent évidemment pas comme tels : « entendant » est un surdisme, la traduction d’un terme produit par la minorité sourde – et, comme on le verra, une traduction inexacte.

Deux modes de communication

2Voici comment un ami sourd m’a un jour montré ce que c’est, pour les sourds, qu’être sourd et qu’être entendant. Ce sont de parfaites synthèses, dont j’apporterai ensuite les preuves ethnographiques et linguistiques, de représentations collectives :

  • être sourd : les mains ouvertes vers l’avant sont ramenées vers les yeux en se refermant en faisceaux, puis les index pointant vers l’avant se retournent et viennent toucher les deux côtés de la tête avant de descendre le long du corps ; enfin, les deux mains ouvertes viennent contre la poitrine. Il ne reste plus qu’à réaliser signes. Autrement dit : « Être sourd, c’est percevoir le monde par les yeux, intégrer les informations reçues dans son cerveau qui les diffuse dans tout le corps puis les restitue avec les mains sous forme de signes. »

  • être entendant : les mains ouvertes et écartées sont ramenées vers les oreilles en se refermant en faisceaux, puis les index pointant vers l’avant se retournent et viennent toucher les deux côtés de la tête. Il ne reste plus qu’à réaliser parler. Autrement dit : » Être entendant, c’est percevoir le monde par les oreilles, intégrer les informations reçues dans le cerveau qui les restitue par la bouche sous forme de mots. »

  • 1 Cette manière de voir correspond bien davantage aux récents acquis des sciences neuro-cognitives (S (...)
  • 2 Les valeurs du signe puissant seront précisées dans le chapitre 5.

3Ce qui est présenté là, ce sont deux organisations cognitives différentes et symétriques, aucune n’étant marquée par une déficience par rapport à l’autre : deux manières d’être dans la normalité. Rien de plus, rien de moins1. La même chose se voit souvent sous une forme résumée ou partielle, référant tantôt à l’organe émetteur, tantôt à l’organe récepteur. Par exemple : « Aujourd’hui, de plus en plus d’entendants comprennent ce que sont les sourds : des gens qui ont une autre langue, qui parlent avec leurs mains » (comprennent + sourd + typique + quoi ? + signer). « Nous les sourds, nous sommes des visuels » : telle est la fréquente autodéfinition des sourds, qui aiment à le dire autrement : regard + sourd + puissant2.

4Le vocabulaire entérine, sous forme de paires lexicales, l’existence de ces deux modes de communication. Des différences formelles sont requises dans un certain nombre de signes, en fonction de l’identité du locuteur. Soit le signe être aucourant. Les sourds le font partir de l’œil, mais ce n’est pas admis chez un interlocuteur entendant, dont on attend qu’il le fasse partir de l’oreille (fig. 4). Lorsque, par un effet de mimétisme, je reproduis dans le cours de la conversation le signe je suis au courant tel que mon interlocuteur vient de le réaliser, je me fais parfois reprendre avec un accent de reproche : « Non, toi, tu es entendant ! » – reproche qui ne vaut pas lorsque l’information que j’ai reçue l’a été auprès d’autres sourds, donc par le canal visuo-gestuel. Certains optent pour un compromis : le signe est réalisé à un emplacement intermédiaire entre l’œil et l’oreille. Même chose pour désigner le fait de prêter attention à ce qui vous est dit : la main en forme de croissant est placée derrière l’oreille lorsqu’on réfère à un entendant (écouter), mais devant l’œil lorsqu’il s’agit de sourds.

5De même le signe conférence se réalise-t-il différemment selon que le conférencier est sourd ou entendant : la main a la même forme et est animée du même mouvement, mais son emplacement diffère : devant la bouche pour un entendant, elle s’en éloigne pour un sourd. Le signe interview est la représentation stylisée d’un micro faisant un aller et retour entre une personne interviewée et son interlocuteur s’ils sont entendants ; et par un dérivé de parler en langue des signes, animé du même mouvement que le signe précédent, si les deux personnes sont sourdes. Des expressions telles que « ça entre par une oreille et ça sort par l’autre » sont transposées par une expression imagée montrant quelque chose qui entre par un œil et sort par l’autre. « Ne pas vouloir en entendre parler » se dira en se mettant les mains sur les oreilles pour un entendant, sur les yeux pour un sourd.

Fig. 4. Lesigne être au courant, selon que le sujet de l’action est un sourd (à gauche) ou un entendant (à droite). Dessins A.-C. Dufour.

6On aura peut-être remarqué que la boucle audio-phonatoire impliquée dans la définition de entendant est plus courte que la boucle visuo-gestuelle qui sous-tend la définition de sourd. Ce n’est pas un hasard. La manière de communiquer des entendants est perçue comme plus rudimentaire. Les sourds le disent sans cesse : les entendants sont froids, ils ne savent pas utiliser leur corps, leurs mots sont comme désincarnés, vides de substance. L’expression langagière des sourds est vue comme plus riche, plus élaborée, plus complète, plus vivante, parce qu’elle engage la totalité de la personne. Cette idée est constante depuis plus de deux siècles (fig. 5). Comme bien d’autres traits culturels observables aujourd’hui, elle se rencontre déjà chez Desloges (1779 : 16) :

  • 3 J’ai modernisé l’orthographe de toutes les citations de Desloges, pour les débarrasser de bizarreri (...)

C’est sans contredit le grand avantage de la langue des signes ou du langage mimique, que la clarté et la justesse : c’est par là qu’il l’emporte en quelque façon sur les langues parlées. Celles-ci ne peuvent peindre les idées que par l’intermédiaire des sons ; l’autre les peint immédiatement. [Les langues vocales] ne peuvent nous représenter les choses qu’à travers un voile qu’il faut toujours percer, pour arriver à l’intelligence de la chose exprimée par le mot3.

  • 4 Dans les écoles spécialisées, les enfants aveugles s’auto-désignent sur le mode de la dérision « mi (...)

7Les preuves que c’est le mode de communication qui est retenu comme critère définitoire abondent. En voici quelques-unes. Chaque samedi matin depuis 1994, la cinquième chaîne confie en alternance un même créneau horaire à des aveugles et à des sourds. Les aveugles ont intitulé leur émission « À vous de voir ». J’ignore à peu près tout d’eux, mais il n’est pas besoin d’être grand clerc pour supposer que ce rappel du sens qui leur fait défaut est le produit d’une distanciation teintée d’humour, une manière de gratter là où ça fait mal4.

8Les sourds, eux, ont appelé leur émission « L’Œil et la main ». Les deux titres font donc référence au sens de la vision. Mais pour les aveugles, elle est ce dont ils sont dépossédés ; pour les sourds, elle est ce qui les inscrit dans le langage.

9Plus généralement, c’est en vain que l’on chercherait la moindre référence à l’audition dans les noms des associations où les sourds se regroupent, dans les titres des journaux qu’ils publient. La plupart comportent le mot « sourd », compris comme une catégorie culturelle, les autres évoquent le regard, les mains et les signes qu’elles produisent : Mes mains ont la parole, Un autre regard, Fais-moi signe, Visuel-infos, Théâtre visuel international... Toute référence à l’audition (L’Oreille d’or, Entendre, Écoute-moi...) suffit pour repérer immédiatement une création d’entendants qui s’occupent des sourds, de parents entendants d’enfants sourds, ou encore de devenus-sourds.

10La culture sourde est une culture visuelle. Parce que les entendants disposent également du sens de la vue, il n’est pas sûr qu’ils saisissent ce que cela implique. C’est qu’il n’y a pas grand-chose de commun entre l’utilisation que les uns et les autres font de leur regard. Le regard sourd est investi de fonctions langagières, que l’on commence seulement à recenser et analyser (Cuxac, 1996).

Fig. 5. Gravure par Ferdinand Berthier (1803-1886), élève puis professeur à Saint-Jacques, à l’âge de vingt ans. Cette œuvre troublante, aux confluents de la pensée religieuse, de l’anthropologie et de la psychanalyse, renvoie à la péjoration de la parole – « Ce qui sort de la bouche, c’est ce qui souille l’homme » (Matthieu 15, 11), « Que n’avez-vous gardé le silence ? » (Job 13, 5). La tête du serpent pointe vers l’oreille, le personnage tend un masque mortuaire : « Comme si, pour Berthier, parole et audition représentaient la mort » (Aude de Saint-Loup, historienne, dans une lettre à l’auteur). Archives INJS.

11Il y a une manière spécifiquement sourde de s’imprégner en permanence de ce que le monde peut apporter d’informations visuelles. Le regard n’est jamais passif ni au repos, il est sans cesse sollicité par tout ce qui est en mouvement : feuilles agitées par le vent, objet qui se déplace à la périphérie du champ visuel... À tel point que des sourds se disent capables de reconnaître n’importe quel autre sourd dans l’anonymat urbain, à de minimes mais continuels petits mouvements de la tête, ainsi qu’à une démarche légèrement chaloupée, conséquence de cette extrême sensibilité à l’environnement visuel.

12Irène me parle avec émerveillement d’un petit bébé sourd de six mois qui vient de naître dans une famille sourde. Elle me restitue dans sa langue l’aisance corporelle du bébé, ses petites mains qui se tendent vers tout ce qui bouge, ses yeux qui sont attirés par les lumières et le moindre déplacement, l’intensité et la vivacité de son regard... À la manière dont elle m’en parle, il est aisé de comprendre ce que c’est pour les sourds que d’être sourd : c’est avoir des capacités que les entendants n’ont pas.

13Chantal montre à des amis une photographie d’elle et de sa sœur jumelle entendante, à l’âge de trois ans. Devinette : cherchez la sourde. Réponse : c’est celle dont le regard témoigne d’une appétence visuelle pour le monde qui l’entoure (photo 14). Aucun des sourds à qui la devinette est posée ne s’y trompera.

14Pourtant, à l’époque de l’oralisme triomphant, dans le même temps que des batteries de tests démontraient l’infériorité intellectuelle des sourds, d’autres prouvaient tout aussi scientifiquement leur infériorité dans le domaine de la perception visuelle. Marie-Claude Baur (1970) parle ainsi de « l’extrême difficulté » qu’auraient les sourds « à percevoir correctement les images ».

15Les orthophonistes, en leur jargon professionnel, parlent du montage de la voix, lorsqu’elles apprennent à parler aux sourds. Eux parlent de la construction du regard. Danielle Bouvet (1989 : 218-222, ici paraphrasée) décrit le regard de cinq enfants, à leur arrivée dans la première classe bilingue ouverte en France. Tous avaient perdu l’attention du regard qui caractérise les échanges pré-verbaux avec la mère. L’un, de cinq ans, évite systématiquement le regard de l’enseignante entendante. Un deuxième arrive avec un regard qui se pose dans le vide et ne cherche même plus à s’opposer. Un troisième pose un regard précis sur les objets, mais fuit le regard de l’autre. Un quatrième regarde par en dessous, dans une attente angoissée et une crispation de tout son corps : « Ces enfants ont été agressés dans leur regard, et cela a entraîné chez eux la perte de la curiosité la plus élémentaire. » Après quelques semaines de contacts quotidiens avec une personne sourde qui leur conte des histoires en langue des signes, les enfants retrouvent leur regard.

16La construction du regard dépend donc d’un apprentissage culturel. Alain Bacci (1997 : 46) parle à ce propos, non pas du regard sourd, mais du « regard -langue des signes » : « Une certaine fixité du regard, une distance de communication ad hoc, à l’opposé du regard vagabond, ou orienté vers les sources sonores, de l’entendant. » Il s’agit bien du regard du locuteur d’une langue gestuelle et non pas du regard du sourd, puisqu’il est également partagé par les enfants entendants de parents sourds. Un enfant entendant de huit mois qui va en crèche en semaine perd au cours de la semaine ce « regard -langue des signes », mais le week-end passé en famille permet d’en restaurer la qualité.

17Sans regard partagé, il n’y a pas de communication possible. Mais le regard sourd est perçu comme inquisiteur, ne respectant pas les règles implicites qui en gouvernent l’usage chez les entendants. Alix Bernard (1995) a étudié les représentations que les professionnels ont des enfants sourds. La question du regard est l’objet d’un malaise, imputé aux sourds. L’un des interviewés, qui avait fait un stage auprès d’enfants sourds, « ne pouvait supporter cette attention constante et obligée du regard. Il se sentait agressé, et avait le sentiment que son regard ne lui appartenait plus. Il ne pouvait envisager l’obligation de ce regard mutuel que comme une intrusion de la part des sourds, liée à un manque de tact ou d’éducation ».

18Il arrive que cette acuité du regard donne lieu à des constructions fantasmatiques : le sourd serait capable de lire la vérité de nos intentions inconscientes (Virole, 1990 : 40). Cela traverse aussi maintes œuvres littéraires. Ainsi du best-seller Le cœur est un chasseur solitaire, dont le héros est un sourd-muet : « L’expression de ses yeux incitait à penser qu’il avait entendu des choses que personne n’avait jamais entendues avant lui, qu’il savait des choses que personne n’avait encore jamais devinées » (McCullers, 1995 :39).Or iln’y a nul prodige dans les capacités qu’ont les sourds à utiliser leur regard. Simplement, ils sont experts dans l’art de décoder les plus subtils indices visuels, y compris ceux que nous émettons involontairement par notre regard, nos gestes et nos attitudes. « Il ne faut jamais vendre un cheval à un sourd », me dit une amie, comme si c’était un proverbe du pays des sourds : ils ne s’en laissent pas conter, et savent déchiffrer sur un visage les intentions cachées.

19Ce fantasme est intimement lié à un autre : la langue des signes, langage du corps, rendrait impossible le mensonge. J’ai souvent rencontré cette croyance chez des personnes ayant des contacts épisodiques avec des sourds. Notamment chez des enfants entendants issus de sourds ; il est vrai que, dans ce cas, ce sont leurs parents qui sont censés ne pouvoir mentir... Est-il besoin de préciser que parler avec le corps n’empêche nullement de mentir ? À bien des égards, les sourds sont de fabuleux acteurs. Or, plus on est capable d’exprimer avec vérité des sentiments authentiques, plus on est évidemment capable de les travestir.

  • 5 Les hasards de la vie font que je suis malentendant stricto sensu, atteint d’une surdité moyenne av (...)

20L’absence de référence à l’audition explique beaucoup de choses, qui peuvent paraître très étranges aux non initiés. Par exemple les difficiles relations entre les associations de sourds et celles qui regroupent les devenus-sourds, longtemps marquées par l’indifférence réciproque, voire la franche hostilité. Ce n’est pas l’un des moindres paradoxes de la surdité : pour reprendre le modèle du centre et de la périphérie, les diverses catégories de sourds-parlants sont, d’une certaine manière, plus éloignées du centre sourd que ne le sont les entendants. Si différents qu’ils soient, sourds et entendants ont un point commun : ils ne rapportent pas leur identité personnelle à un degré d’audition. Pour beaucoup de devenus-sourds, au contraire, c’est une pensée obsédante. Il suffit d’avoir assisté aux rituels de présentation dans les deux milieux pour en saisir la radicale opposition. Chez les sourds, on présente ses modes d’affiliation avec le monde sourd : l’internat dans lequel on a grandi, l’existence d’autres sourds dans la famille, etc. (chapitre 4). Chez les devenus-sourds, on se présente en fonction de paramètres audiométriques. Comme me le dit l’un d’eux, avec une ironie amère : « Ils donnent leur pourcentage de surdité pour chaque oreille, l’âge de leur surdité. Ils sont prêts à vous sortir leurs audiogrammes, ils passent leur temps à comparer leur degré de surdité avec celui des autres... » Même chose chez les parents entendants ou les professionnels. Un exemple entre cent, pris dans la revue de l’Association nationale de parents d’enfants déficients auditifs (ANPEDA) : la photographie d’une championne de judo est ainsi légendée : « Je m’appelle Julie, j’ai dix-sept ans et demi, je suis sourde sévère (80 %). » Les entendants ordinaires, ceux qui n’ont aucun lien avec la surdité, au moins ne font pas ça5.

  • 6 Les anthropologues du xixe siècle avaient une définition anthropométrique des Lapons. Or, les Lapon (...)

21Tout cela ne signifie pas, bien sûr, que les sourds – tout du moins les sourds adultes – ne savent pas qu’ils n’entendent pas. Cela signifie simplement que cela ne fait pas partie de leur autodéfinition6.Le fait de ne pas entendre peut être énoncé sous des formes diverses, dans le cadre d’un commentaire ou d’une explication, dans trois situations distinctes.

  • Première situation : lorsque l’on communique avec des entendants. Dans le métro, Martine entre en conversation avec une entendante assise à côté d’elle. Capable de se faire comprendre tant bien que mal au moyen de quelques mots hachés, elle explique à sa voisine ce que c’est qu’être sourd : « Sourd, ça veut dire qu’on n’entend pas. » Pour tout entendant, cela apparaîtra comme une tautologie plutôt comique. Or, c’est exactement le contraire. Si Martine éprouve le besoin de donner cette définition dans ces termes-là, c’est justement parce que, de son point de vue, elle est tout sauf évidente. C’est une tentative pour expliciter, avec les mots et les concepts d’une autre culture, un terme qui, dans la sienne, a un contenu bien différent.

    • 7 LPC : Langage parlé complété. Différentes positions et formes de la main, codant les sons, viennent (...)
    • 8 Le signe origine, utilisé dans ce contexte, sera commenté ci-dessous, sous le titre « Un groupe eth (...)

    Deuxième situation : lors d’un premier contact avec un sourd dont l’identité culturelle est incertaine. En vacances au bord de la mer, Véronique aperçoit sur la plage une fillette communiquant avec sa mère en LPC7. Elle s’approche, l’interroge au moyen de signes transparents : toi + entends (main posée sur l’oreille, ce qui n’est pas le signe usuel) + non ? La fillette ne connaît pas la langue des signes mais elle a compris la question grâce à la lecture labiale et à la simplicité des gestes. Elle n’aurait pas compris le signe sourd. Elle répond par l’affirmative. Véronique rétorque : moi + entends + non + même, « Je suis comme toi, moi non plus je n’entends pas ». Dans les longues conversations qui s’ensuivront cette fois-là puis les jours suivants avec la fillette et sa mère, cette dernière se révélant très désireuse d’apprendre la langue des sourds, il ne sera plus jamais question d’audition, mais seulement de signes. Comment dit-on sable, et pourquoi ? Comment dit-on dit mer, et pourquoi ? Comment dit-on café, et pourquoi ? Souvent, Véronique reviendra sur son identité, mais cette fois dans le registre usuel : moi + origine + sourde8.

    • 9 Lorsque les enfants sont privés de contacts avec d’autres sourds, cela peut durer jusqu’à l’âge de (...)

    Troisième situation, qui n’est pas la moins importante : lors-qu’il s’agit de révéler à un petit sourd ce qu’il est. Le trait le plus impressionnant des enfances sourdes, préalablement à l’entrée à l’école, est en effet que bien souvent l’enfant ne savait pas qu’il était sourd, puisque personne n’avait su le lui dire9. C’était le rôle des grands que de prendre en charge la socialisation des petits, dont la première étape consiste à enseigner au petit sourd qu’il est sourd (chapitre 8). Myriam fait le récit de cet événement fondateur de toute existence sourde, survenu pour elle à Saint-Jacques vers 1960 :

J’ai commencé à me demander pourquoi à l’internat je comprenais si facilement alors que dans ma famille je ne comprenais rien. Ce sont les grands qui m’ont expliqué : « Tu as les oreilles cassées, tu es sourde comme nous, dehors les gens parlent avec leur bouche, ce sont des entendants. » Je suis retournée dans ma famille le dimanche suivant et je me suis demandé : est-ce que mes parents aussi sont sourds ? Ça m’obsédait... Je regardais leurs lèvres qui bougeaient tout le temps et j’ai compris qu’ils n’étaient pas sourds, qu’ils étaient entendants. Ensuite je me suis posé la même question pour ma sœur : et elle, est-ce qu’elle est sourde ? Non, elle aussi faisait bouger ses lèvres quand elle se tournait vers mes parents et vers moi. Elle aussi c’était une entendante. À partir de ce moment, j’ai compris que j’étais la seule sourde dans ma famille, mais qu’il y avait beaucoup d’autres gens qui étaient sourds comme moi. Mes parents n’avaient jamais essayé de me l’expliquer. Plus tard, à mon tour, je l’ai expliqué aux petits.

  • 10 Si tous les noms figurant dans cet ouvrage sont évidemment modifiés, ce n’est pas le cas de celui d (...)

22Ce cas de figure correspond à la situation la plus fréquente, celle de l’enfant qui, arrivant en institution, rencontre pour la première fois la collectivité des sourds. Mais ilyaun autre cas de figure, celui où parents et enfants sont sourds. Armand et Yvette, sourds, ont quatre enfants, tous sourds, qui ont donc reçu la langue des signes comme langue maternelle. Voici comment Armand raconte comment il a enseigné à ses enfants la différence entre sourds et entendants10 :

Je m’étais bien gardé de les prévenir qu’au dehors, la plupart des gens n’étaient pas comme nous. Je préférais les laisser découvrir par eux-mêmes cette chose fondamentale. Je voulais qu’ils fassent leur propre expérience, me tenant prêt à répondre à leurs questions. Et, bien sûr, elles n’ont pas tardé : pourquoi les petits voisins ne comprennent-ils pas quand on leur parle ? Pourquoi restent-ils immobiles en faisant de drôles de mouvements avec leur bouche ? Alors seulement, je leur ai expliqué que nous étions des sourds qui parlions en signes avec nos mains, et qu’eux étaient des entendants qui parlaient autrement, en mots, avec leur bouche. Mais je leur avais aussi expliqué que les entendants percevaient par les oreilles des choses que nous ne pouvons ressentir que par les vibrations qu’elles produisent, tels un camion qui passe dans la rue ou une porte qui claque. À cette révélation stupéfiante, tous les quatre avaient réagi de la même manière : ils voulaient absolument devenir des entendants ! Que les entendants puissent percevoir des choses qui ne nous sont pas accessibles était interprété comme une sorte de pouvoir magique. C’était comme si je leur avais dit que les entendants pouvaient voler dans les airs pendant les nuits de pleine lune... Ce n’était bien sûr qu’une lubie d’enfant, qui n’a pas duré.

23Il n’est pas inutile de préciser comment se dit ce que j’ai traduit par la phrase mise en italiques : les deux mains ouvertes sont rapprochées des oreilles en se refermant, tandis que les joues gonflées et les lèvres vibrantes expriment l’analogie avec ce que les sourds ressentent par la perception kinesthésique. C’est encore un autre paradoxe de la surdité que seuls des sourds soient capables d’expliquer aux enfants sourds ce qu’est l’audition.

Que les entendants sont des parlants : la preuve par les signes

24Chez les sourds de moins de cinquante ans, les entendants sont désignés de la manière suivante : la main droite en fourche effectue un mouvement de rotation près de l’oreille (fig. 6). C’est notamment ainsi que ce signe est enseigné au public entendant qui se presse aujourd’hui aux cours de langue organisés par des sourds. Pourquoi ce signe ? Si la position près de l’oreille paraît relever de l’évidence, la forme de la main et le mouvement de rotation sont parfaitement obscurs.

Fig. 6. entendant. Dessin A.-C. Dufour.

  • 11 À un congrès international de linguistique, un participant affirme que le « » final des pronoms p (...)

25Or, une partie du mystère se dévoile dès que l’on observe des sourds ayant atteint ou dépassé la cinquantaine. Ce signe ne se fait plus devant l’oreille, mais devant la bouche. Cette localisation est un premier indice de ce que si référence à l’audition il y a, elle est toute récente. Comme il arrive souvent en pareil cas11, beaucoup de personnes nient d’ailleurs l’existence de la variante réalisée devant la bouche, y compris quand elles-mêmes ou leurs proches la produisent à tout bout de champ.

26Ce sont les formes anciennes de ce signe qui vont nous éclairer. Observons la représentation qu’en donne en 1856 Pierre Pélissier, professeur sourd-muet à Saint-Jacques : l’index, horizontal, effectue un mouvement de rotation devant la bouche, stylisation du mouvement des lèvres conjuguée à une représentation métaphorique du flux voci qui s’en échappe (fig. 7). Conformément à ce que montre le dessin, la légende n’indique pas « entendant », mais « parlant ». En français, dans les ouvrages écrits par des sourds, on trouvait à cette époque tantôt « entendants-parlants » (symétrique de « sourds-muets »), tantôt « parlants » (symétrique de « muets »).

27On observe des variantes, telle celle où le signe n’est réalisé ni devant la bouche ni à côté de l’oreille, mais sur la joue : compromis entre l’ancienne et la nouvelle manière. Parfois, par économie gestuelle, le majeur se contente de frotter une seule fois la joue, faisant ainsi disparaître toute trace de la rotation originelle.

Fig. 7. Pierre Pélissier, Iconographie des signes, 1856.

28Le mouvement étant maintenant éclairci, il reste à expliquer la forme de la main en fourche, qui en épellation manuelle a la valeur d’un V. Elle est fréquente en langue des signes, et le plus souvent attribuable au phénomène connu sous le nom d’initialisation. De quoi s’agit-il ? Depuis l’abbé de l’Épée, les éducateurs entendants ont injecté dans la langue des sourds des graphèmes français, tels qu’ils sont codés dans le vieil alphabet manuel des sourds-muets (fig. 8). Il s’agissait de civiliser une langue perçue comme sauvage, en la rapprochant du français écrit. Soit, par exemple, le signe libre : les deux mains plates s’écartent comme la porte d’une cage que l’on ouvre. L’initialisation introduit la lettre L, initiale du mot français « libre » : désormais les deux mains prendront la forme du L de l’alphabet manuel, pouce et index tendus, autres doigts repliés. C’est à cet emprunt au français qu’il faut songer chaque fois que l’on a affaire à une forme de la main identique à l’une des lettres de l’alphabet manuel.

Fig. 8. L’alphabet manuel. D’après une affiche du Mouvement des Sourds de France.

  • 12 Ce terme a été introduit par Nève (1992, 1996).

29Nous avons progressé d’un pas, mais pas encore répondu à la question : pourquoi ce qui, pour tous les locuteurs, semble être un V ? Il faut maintenant appeler à la rescousse la phonologie ou, si l’on préfère, la gestémologie12. En épellation manuelle, toutes les lettres sont évidemment distinctes les unes des autres. Mais il n’en va plus nécessairement de même pour celles qui, injectées dans le système de la langue, sont en quelque sorte digérées par lui. Certaines oppositions pertinentes, indispensables en épellation, disparaissent dans le contexte de l’initialisation. Ce phénomène n’est rien d’autre que celui, bien connu en phonologie des langues vocales, de neutralisation. En langue des signes, il touche notamment le groupe de trois lettres V, P, H, qui, présentant la même configuration et ne se distinguant que par le mouvement de la main, deviennent indiscernables lorsqu’elles initialisent des signes. Ainsi, ce que tout le monde croit être un V en raison de l’évidence de la figure produite par l’index et le majeur écartés, et de la grande fréquence de cette forme dans la langue, est en réalité un P emprunté à l’alphabet manuel : l’initiale de « parler », « parlant », « parole »...

  • 13 Pour ne pas heurter les usages, je continuerai à utiliser le terme « entendant » au lieu et place d (...)

30Traduire le signe que font traditionnellement les sourds pour désigner l’autre culturel par « entendant » est donc incorrect. En réalité, il faudrait le traduire par « parlant13 ». Ainsi se trouve dissipée l’apparente incongruité de la citation placée en exergue de ce chapitre, « Les demi-sourds, les malentendants, les sourds qui parlaient bien, on les appelait tous des entendants » (Charlon et Hof, 1986 : 11). C’est un effet de traduction. Ils n’étaient évidemment pas appelés « entendants », mais « parlants ».

31Quelques autres bizarreries se trouvent également levées : par exemple le fait que plusieurs dirigeants associatifs, à l’échelon national ou local, sont apparemment baptisés du signe l’entendant. Des entendants, présidents d’associations de sourds ? Non, mais des parlants. Des parlants, parce que leur surdité est survenue à un âge suffisamment avancé pour qu’ils aient gardé une qualité de voix leur permettant de se faire comprendre des entendants.

32Seuls les sourds qui ont moins de cinquante ans, en réalisant ce signe près de l’oreille, font référence à l’audition. Cela pour un motif d’ordre sociologique : l’accroissement des contacts entre sourds et entendants depuis l’époque du « réveil sourd », et surtout la modification en profondeur de la nature de ces contacts. Lorsque des sourds se sont lancés, à la fin des années 1970, dans la folle entreprise consistant à enseigner leur langue à une poignée d’entendants qui leur en avaient fait la demande, et notamment à leur enseigner le signe entendant, ils ont plié ce signe aux manières dominantes de se représenter la surdité. Il s’agissait de nommer les entendants comme ils s’attendaient à l’être. De ne pas les heurter en les mettant face à une différence non pas langagière mais culturelle. Pour comprendre ce mécanisme, il faut savoir dans quel climat ont été créés ces premiers cours :

J’ai rencontré celui qui avait commencé à organiser des cours pour entendants et il m’a demandé si je voulais le rejoindre. Ça m’a paru une chose insensée : enseigner à des entendants ! Jamais je ne saurais faire une chose pareille. Je ne comprenais pas du tout ce qu’il essayait de mettre sur pied, j’étais persuadé que ça n’avait absolument aucun sens. Bon, je suis quand même venu au premier cours, juste pour voir comment ça se passait. Les entendants se sont assis en demi-cercle autour du formateur. Moi j’étais terrifié, je m’étais planqué dans un coin de la pièce. Puis, petit à petit, j’ai accepté l’idée d’essayer. Mais j’étais encore apeuré, je me disais que j’allais tout le temps faire des erreurs. Je croyais que les entendants savaient tout, que tout ce qu’ils faisaient était juste et parfait, et que nous les sourds, nous ne pouvions que nous tromper.

  • 14 Tout cela est encore plus clair dans le cas américain. La langue des signes américaine a conservé j (...)

33La nouvelle forme, entérinée par le dictionnaire qui est issu de ces cours (Moody et al., 1986), s’est ensuite répandue dans la jeune génération sourde, par l’intermédiaire des formateurs sourds14.Le phénomène qui a produit cette évolution de la langue il y a vingt ans peut encore s’observer ponctuellement. Dans ce Foyer de province où se réunissent chaque semaine des sourds âgés, tous réalisent entendant à l’ancienne mode, devant la bouche. Mais quand arrive l’ethnologue, on lui signale immédiatement la présence d’une entendante, en plaçant le signe à proximité de l’oreille. Que fait-elle ici ? Est-ce une fille de parents sourds, qui pratique la langue des signes ? Non pas : l’ethnologue se trouve confronté à une personne sourde profonde, qui n’est jamais parvenue à apprendre un seul signe, éprouve les plus grandes difficultés à lire sur les lèvres, mais parle normalement. Elle a perdu l’audition à l’âge de quarante ans et vient ici régulièrement parce que, malgré les incroyables difficultés de communication, elle ne s’y sent pas rejetée comme dans le monde entendant : « Les entendants, me dit-elle, ils nous prennent pour des dingues ; ici je me sens comme les autres. » Ça n’est pas une entendante, c’est une parlante. Mais on me l’a présentée comme une entendante, en réalisant le signe sur l’oreille, parce que j’en suis moi-même un. Voulant s’adapter à la situation créée par ma présence, on l’a brouillée. Craignant que je ne me sente perdu dans un milieu si étranger, on a gentiment tenté de me rassurer en me présentant quelqu’un que l’on supposait semblable à moi. Or c’était la seule personne, parmi les dizaines présentes ce jour-là, de qui il m’était impossible de me faire comprendre.

  • 15 Ce dernier signe sera commenté dans la section « Difficultés et atouts » du chapitre 3.

34Céline a appris qu’il y avait dans sa région un professionnel de santé sourd. Tout heureuse de pouvoir enfin rencontrer quelqu’un avec qui la communication sera possible, elle a cherché son adresse et pris rendez-vous par Minitel. Mais lorsqu’elle s’est trouvée face à un sourd parlant, quelle déception ! Elle raconte sa mésaventure : jauger (signe difficilement traduisible, appartenant au champ sémantique de la transparence) + visage + entendant (ici, Céline se met un bref instant dans la peau d’un entendant pour le caricaturer à la manière sourde, visage et corps immobiles) + se demander ce qui se passe + oreilles baissées15 : « Je l’ai regardé, je l’ai évalué, j’ai vu un visage d’entendant, froid, avec un corps figé. Je me suis demandé ce qui se passait, et j’ai compris que je m’étais fait avoir. » Céline a trente ans : elle réalise donc le signe entendant à proximité de l’oreille. L’assimilation entre « sourd qui parle » et « entendant » est complète. Pourtant, la personne dont il est question est sourde profonde.

  • 16 C’est-à-dire de sourds qui sont en difficulté avec la parole vocale. J’ai dit plus haut que des sou (...)

35Les professionnels ne disent jamais qu’un sourd parle : ils disent toujours qu’il « oralise ». Tout aussi absent des dictionnaires de langue française que « entendant », ce terme n’est rien d’autre que le mot « parler », lorsque le locuteur est sourd. Il obéit à la logique du paradigme miauler, aboyer, coasser, dont l’un des sèmes est la nature du sujet. En langue des signes, « parler » se dit différemment, selon que le sujet est entendant ou sourd. S’agissant d’entendants, le signe pour parler a été décrit ci-dessus : l’index tourne devant la bouche pour évoquer les paroles qui s’en échappent. Ce n’est en rien un signe péjoratif. Il est dans l’ordre des choses que les entendants parlent ; c’est même tautologique, puisque que les entendants sont en réalité des parlants. S’agissant des sourds qui oralisent16, la main prend en revanche la forme d’une petite griffe effectuant un lent mouvement de rotation devant la bouche, presque toujours accompagné d’une expression faciale péjorative (fig. 9). Cette forme de la main est sémantisée négativement : on la retrouve dans des signes tels que angoisse, cernes, coûteux, crier...

Fig 9. oraliser, lire sur les lèvres.
Dessin A.-C. Dufour.

36Ajoutons que rien n’est plus difficile, pour quelqu’un qui ne parle qu’une langue visuo-gestuelle, que de comprendre le mécanisme de la boucle audio-phonatoire. Pour des sourds, s’engager dans une communication orale avec un entendant est un exercice doublement périlleux : comme émetteurs, leur voix est difficilement compréhensible ; comme récepteurs, la lecture labiale est un filtre sévère qui ne permet d’identifier que le tiers des sons. Ils ont donc tendance à concevoir comme un tout indissociable les deux phénomènes. Dans les récits que j’observe, on mêle inextricablement, sans paraître voir la différence, le fait d’être compris au moyen de la voix quand on parle à un entendant, et celui de comprendre sur ses lèvres ce que dit l’entendant. D’un devenu-sourd dont je sais, pour l’avoir rencontré, qu’il parle parfaitement mais ne sait pas lire sur les lèvres, on me dit : « Il parle avec difficulté. » Un autre raconte : « Quand je rentrais à la maison, j’étais heureux de dire des mots simples comme papa, maman ou table. Certains jours ça marchait bien, mais d’autres fois je ne comprenais rien de ce qu’essayait de me dire ma mère. »

  • 17 Dans les signes directionnels, c’est l’orientation du mouvement qui permet de distinguer entre, par (...)
  • 18 Tout récemment, j’ai vu le problème résolu de deux manières à Paris : le signe unique je lis sur le (...)

37Cette assimilation entre deux choses qui n’ont rien à voir se reflète dans le vocabulaire : oraliser et lire sur les lèvres sont un seul et même signe. Il est vrai que, pour distinguer le second sens, j’ai quelquefois vu ce signe être réalisé avec la main en fourche : c’est alors un dérivé de lire. Mais le problème n’est que déplacé : ce signe n’étant pas directionnel17, on ne sait trop s’il a pour valeur « Je lis sur les lèvres de quelqu’un » ou « Quelqu’un lit sur mes lèvres »18.

Le signe SOURD

38Contrastant avec la diversité des manières de nommer les sourds en français, le signe qu’eux-mêmes utilisent pour s’autodésigner frappe par sa permanence. L’index pointe l’oreille, puis la bouche (fig. 10). C’est lui que l’on retrouve sur les premiers dessins de signes (Brouland, 1855 ; Pélissier, 1856 ; Lambert, 1865), et il n’a jamais changé depuis.

Fig. 10. sourd. Dessin A.-C. Dufour.

39On pourra s’étonner de ce pointage sur l’oreille qui réfère clairement à un manque d’audition, alors que j’ai montré que celui-ci n’est pas pertinent pour la définition que les sourds ont d’eux-mêmes. L’explication est ici de nature sociolinguistique. C’est exactement la même qui a permis de rendre compte de l’évolution récente du signe entendant, à ceci près que tous les paramètres s’inversent. En situation traditionnelle, entendant n’était pas un signe destiné aux entendants. Il était produit dans l’entre-soi, loin du regard de ceux qu’il dénommait. C’est pourquoi il s’est longtemps réalisé devant la bouche, en contravention avec la manière de penser des entendants qui, face à un sourd, s’attribuent le sens de l’audition ; et c’est pourquoi il s’est modifié dès que des entendants ont appris la langue des signes. sourd, en revanche, est un signe qui a toujours été utilisé dans les rapports avec les entendants. Pour un sourd, il est essentiel de leur faire comprendre ce qu’il est, et par conséquent nécessaire de se placer de leur point de vue à eux, en référant au manque d’audition. Souvenons-nous : « Sourd, ça veut dire qu’on n’entend pas »... La meilleure preuve en est que dans les situations incertaines, celles où il est indispensable de se faire comprendre rapidement (en cas d’accident de la route, au commissariat de police, au service des urgences de l’hôpital), on recourt fréquemment à une forme emphatique du signe sourd : les deux index pointent simultanément l’oreille et la bouche grande ouverte, avec une mimique et un mouvement d’insistance. Il est symptomatique que ce signe, exclusivement réservé aux rapports avec les entendants et ne figurant dans aucun dictionnaire, déroge à l’une des structures de la langue, qui est que lorsque les deux mains sont utilisées pour un même signe, elles ne pointent jamais simultanément deux endroits différents du corps (fig. 11).

Fig. 11. Menu pour un banquet en l’honneur de l’abbé de l’Épée. Par Camille Gaillard. Journal des sourds-muets, supplément au no 62, novembre 1897. C’est la seule représentation que je connaisse du signe sourd réalisé avec les deux mains.

Que le signe ENTENDANT est un ethnonyme

40Les sourds disposent d’un signe pour entendre. Il consiste en un court mouvement de l’index qui se rapproche de l’oreille. Évidemment sans aucun rapport avec la forme ancienne de entendant qui référait à la parole, il n’a de commun avec sa forme récente que l’emplacement. Cette claire distinction entre entendre et entendant est tout à fait remarquable, puisque l’opposition verbo-nominale est très faible en langue des signes : manger et nourriture, boire et boisson, courir et course, etc., sont des signes formellement très proches, voire identiques. Cela contribue à séparer encore un peu plus la notion d’entendant comme figure de l’altérité de la notion d’audition comme phénomène physiologique.

41Le fait que les sourds puissent à tout moment choisir entre ces deux signes très différents permet donc de savoir sans aucune ambiguïté à laquelle de ces deux notions ils se réfèrent. Or, on constate que entendre n’est presque jamais réalisé, dans la plupart des situations où c’est le mot que des entendants emploieraient.

42Sylvie, qui a grandi seule sourde dans sa famille entendante, me raconte un événement mémorable survenu dans son enfance : une proche parente est tombée malade et a perdu quelque temps l’audition. Sa famille entendante a alors, pour la première fois, paru s’apercevoir que Sylvie avait des compétences spécifiques, et qu’elle pouvait les transmettre : « Tu nous montreras comment on se débrouille quand on est sourd. » Sylvie en a éprouvé une grande fierté. Elle conclut son récit : « Hélas, on l’a soignée et au bout d’un mois ou deux elle était redevenue une entendante. » Elle aurait pu dire en signes entendre + a nouveau, l’équivalent de ce que des entendants diraient dans une telle situation : « Elle a recouvré l’audition. » Elle ne l’a pas fait. De même, on aura peut-être remarqué que, dans le récit où Armand rapporte la réaction de ses jeunes enfants à la découverte de la différence culturelle, il dit : « Ils voulaient devenir des entendants. » Il ne dit pas : « Ils voulaient entendre. »

43Juliette sanglote. Elle a soixante-dix ans, elle est sourde, sa fille Françoise est entendante. Françoise a reçu la langue des signes comme langue maternelle. Mais la surdité est réapparue à la troisième génération : Françoise a une fillette sourde de trois ans, qu’elle a décidé de faire implanter. La parenté sourde, le réseau des amis et relations sourds, tout le monde est frappé d’horreur.

  • 19 Voilà une logique inconciliable avec celle des spécialistes de l’implantation, qui présentent les b (...)

44L’implantation résulte presque toujours d’un entourage familial qui ignore tout des sourds. Ceux-ci ont donc là, au moins, un lien causal qui les aide à penser. L’arrogance et l’avidité du corps médical, la naïveté des parents qui croient sur parole les blouses blanches bardées de diplômes : ce sont là autant d’explications constamment mises en avant. Ici, il s’agit de tout autre chose. D’une chose proprement impensable. Comment une maman qui a eu des parents sourds, qui est censée savoir ce que sont les sourds, peut-elle « voler à sa propre mère » une petite-fille sourde qui fait sa fierté ? Juliette, paysanne jurassienne, s’est informée auprès de ses amis sourds. La question n’a pas été : « Est-ce que c’est vrai qu’avec un implant un sourd peut entendre ? » encore moins » entendre un peu ? » mais : « Est-ce que c’est vrai qu’avec un implant, un sourd peut être transformé en un entendant19 ? »

45Le signe entendant réfère donc, sans aucune équivoque, à une catégorie anthropologique. C’est un ethnonyme. Comme tous les ethnonymes, il fait fi des différences individuelles. Les entendants forment la vaste catégorie des autres, ceux qui ne sont pas comme nous. Il n’en est pas de meilleure preuve que les usages qui sont faits de ce terme dans les plus banales conversations quotidiennes.

  • 20 Ce boîtier permet d’utiliser le Minitel pour des conversations en direct.

46Caroline raconte son retour de vacances : « L’avion se pose, je descends, un bus arrive, les entendants montent dedans. » Marcel, à propos d’un accident de voiture auquel il a assisté : « L’entendant qui conduisait est sorti de la voiture, il saignait de partout. » Monique, hospitalisée : « Ma chambre ne désemplissait pas d’amis, mais les entendants, eux, n’avaient pas beaucoup de visites. » On pourrait penser que entendant est utilisé ici parce que le narrateur sourd a participé à l’action ou en a été le témoin. Il n’en est rien, comme le montrent ces autres exemples. Jean, à propos de cambriolages répétés : « C’est facile pour les entendants, quand il n’y a pas de porte blindée. » Sabine racontant une histoire survenue à son neveu parachutiste, évidemment entendant : « Les entendants se pressaient les uns derrière les autres pour sauter chacun leur tour. » Paul : « Je connais une aveugle qui s’est mariée avec un entendant. » À une émission télévisée en langue des signes sur le conflit judéo-arabe : « Les entendants se font du souci pour ce qui va se passer maintenant. » À une autre émission télévisée : « Un Centre d’aide par le travail, c’est un établissement pour les entendants qui ont des difficultés d’adaptation. » Alain entre dans une boutique de France Télécom pour se procurer un boîtier dialogue20. On lui répond qu’il y a rupture de stock. Il s’en va, persuadé que les boîtiers ont été cassés : il n’a compris, de travers, que le mot « rupture ». Il fait part de sa déception à un ami sourd, qui rectifie l’erreur : « C’est un mot d’entendants, ça veut dire que l’usine n’a pas fabriqué assez de matériel. »

47On le voit : il n’y a plus de passagers, plus de conducteurs, plus de malades hospitalisés, plus de parachutistes, plus de cambrioleurs, plus de personnes ayant l’usage de la vue, plus de gens : il n’y a que des entendants. Il n’y a plus de mots français, mais des mots d’entendants. Dans l’avant-dernier exemple, l’interprète a d’ailleurs pris du recul dans sa traduction pour être compris... des entendants : » C’est un établissement pour les gens qui... » Dans une autre situation de traduction, cette fois du français vers la langue des signes, l’interprète fera l’adaptation inverse, pour être compris des sourds : alors qu’un conférencier parle d’« enfants sourds placés en milieu ordinaire », cela est traduit par » enfants sourdsmisavec les entendants ».Dans les deux cas, les interprètes ont excellemment rempli leur rôle. Ils ne se sont pas contentés de traduire des mots et des signes, mais ont su les restituer dans l’autre univers culturel.

Être sourd, être entendant : deux normes

48Pour les entendants, la norme c’est d’entendre. Les sourds sont donc définis par un écart à la norme ; plus exactement, comme le montre la prolifération terminologique, par un degré d’écart à la norme. Les sourds ont une tout autre manière de se représenter. Il n’y a pas une norme mais deux : être sourd et être entendant. Pour résumer en une formule tout ce qui vient d’être dit : être sourd est ontologique, parler avec le corps et comprendre avec les yeux est définitoire, ne pas entendre est de l’ordre du commentaire pédagogique.

49Sous la plume d’un médecin de l’Institut impérial des sourds-muets, on trouve ce joyau anthropologique : « Les sourds-muets se croient nos égaux en tous points. C’est une illusion que l’on comprend et qu’il serait généreux de ne pas détruire » (Ménière, 1854 : 131). L’auteur ne partageait évidemment pas l’opinion des sourds sur eux-mêmes ; mais il la connaissait.

50À la même époque, Puybonnieux, professeur entendant à Saint-Jacques, fin connaisseur de la langue des signes, témoigne de ce que les sourds-muets manifestent « la plus complète indifférence au sujet de l’état exceptionnel et si défavorable dans lequel ils se trouvent placés par leur position, ne comprenant rien à l’espèce de pitié qu’ils inspirent ». De leur point de vue, « ce serait pour nous un véritable malheur de ne pas être nés sourds-muets ». Au milieu du xixe siècle, des éducateurs entendants avaient donc compris cette idée que les sourds ont eu tant de mal à faire admettre depuis Milan, que l’existence de la langue des signes fait perdre sa pertinence à la notion de déficit sensoriel : « Le silence d’ailleurs [...] n’existe plus quand ils sont plusieurs ensemble ; ils ne sont plus en quelque sorte ni sourds ni muets ; et c’est alors que ne s’apercevant pas que, par suite de leur infirmité, ils aient rien perdu, ils croient n’avoir rien à regretter » (Puybonnieux, 1846 : 130 sq.).

51Nous disposons également de rares écrits d’anciens élèves, entrés en institution après avoir entendu dans les premières années de leur vie, et qui décrivent avec étonnement les attitudes qu’ils observèrent, qui contrastaient si étrangement avec ce qu’ils ressentaient eux-mêmes : les enfants sourds-muets étaient « très heureux de cette nouvelle vie » (Millet, 1965 : 51) et « fort peu soucieux de leur infirmité » (Boujeant, 1969 : 29).

52Cent cinquante ans après le témoignage de Puybonnieux, j’explique à une amie sourde que beaucoup d’entendants emploient « malentendant » comme euphémisme au lieu et place de « sourd », parce que pour eux cette dernière étiquette désigne trop clairement une chose déplaisante. Elle est d’abord stupéfaite puis hurle de rire : jamais elle n’avait pensé à une chose pareille. Elle me dit poliment : « C’est bien possible », mais sans y croire. Plus tard, elle me demandera ironiquement si, comme quelques sourds, je ne serais pas devenu paranoïaque à l’égard des entendants...

53En pays bressan, où je commence à m’y perdre un peu avec tous ces sourds et tous ces entendants dans les mêmes familles, je demande sottement à un sourd qui me parle de son frère si ce dernier est entendant. J’aurais dû me souvenir qu’il m’en avait déjà parlé. J’ai commis le pire impair qui puisse s’imaginer. En retour, j’ai droit à une expression d’horreur. Mon interlocuteur me répond en faisant le signe sourd de manière emphatique, tandis que les yeux écarquillés et la bouche affaissée expriment une indignation sans limites.

54L’opposition ontologique entre sourds et entendants se traduit aussi dans l’opinion que l’on a des malentendants et autres devenus-sourds, lorsqu’il arrive qu’on ait vent de leur existence et de leurs difficultés. Une femme qui est dans ce cas a fait la démarche, probablement unique, d’apprendre la langue des signes la cinquantaine passée, et de s’intégrer au milieu associatif sourd. Partout, ce sont les mêmes commentaires désolés dès qu’elle raconte son histoire personnelle : « Ah, la pauvre ! »... C’est une entendante, et elle n’entend plus : elle est évidemment à plaindre. Le regard que les sourds portent sur de telles personnes ne diffère en rien de celui des entendants, même si la logique est différente : si pour les entendants, entendre est la norme, pour les sourds, entendre est la norme quand on est entendant.

55Ces représentations ont donc traversé deux siècles, sans être affectées par les fluctuations de l’attitude du monde entendant à l’égard des sourds. Elles s’étalaient au grand jour lorsque les sourds étaient reconnus comme catégorie anthropologique. Elles se sont maintenues après l’interdiction de la langue des signes, se transmettant à l’écart du monde entendant. Elles ont survécu à ce qui a sans doute été la pire période dans l’histoire moderne des sourds, les trois décennies qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale, lorsqu’ils n’étaient que des anormaux que la médecine allait bientôt normaliser ; lorsque, entrecent autres exemples, L’Express du 25 décembre 1972 s’indignait par humanisme que l’on ne stérilisât point de malheureuses sourdes-muettes. Et lorsque ces représentations sont réapparues au grand jour, cela a été, on vient de le voir, rigoureusement dans les mêmes termes que ceux qui étaient employés cent cinquante ans plus tôt. Si la notion de culture sourde a un sens, c’est bien dans cette permanence qu’il réside.

56Rien de plus révélateur de la conception de la surdimutité comme norme que les revendications et protestations qui ont traversé l’histoire des sourds. En voici quelques-unes.

57L’une des plus anciennes revendications est le rattachement des écoles spécialisées au ministère de l’Éducation nationale (autrefois de l’Instruction publique). La presse silencieuse en porte la trace à toutes les époques. L’éducation des enfants sourds-muets a longtemps dépendu du ministère de l’Intérieur, comme s’ils présentaient un danger pour l’ordre public. Plus récemment, ils ont dépendu du ministère de la Santé, aujourd’hui des Affaires sociales. Pour les sourds, c’est la manifestation la plus scandaleuse du fait que les entendants sont incapables de comprendre ce qu’ils sont.

  • 21 Mais, anecdote éloquente, un sourd-muet étant parvenu à se faire accepter comme volontaire écope d’ (...)

58L’indignation est poussée à son paroxysme chaque fois que l’on introduit dans leurs écoles des enfants présentant des troubles de toute nature, n’ayant rien à voir avec la surdité. À l’époque où les sourds étaient étiquetés « anormaux », eux-mêmes protestaient contre l’entrée d’anormaux dans leurs écoles – des anormaux qui, de leur point de vue, étaient avant tout des entendants. Et lorsque le ministère du Travail décide de baisser le salaire des infirmes en raison d’un moindre rendement, la presse sourde ne s’élève pas contre l’iniquité de la mesure, mais contre l’éventualité que les sourds-muets puissent être assimilés à cette catégorie, eux « qui sont presque toujours des ouvriers très hautement qualifiés » (La Voix des silencieux, juillet 1946). Auparavant, La Gazette des sourds-muets (avril 1942) avait protesté contre le fait que les sourds-muets étaient exclus de l’appel de Laval à partir travailler en Allemagne, se voyant ainsi refuser l’honneur de se rendre utiles à la nation21.

  • 22 Cette activité est plus que jamais florissante, organisée maintenant par des réseaux mafieux d’Euro (...)

59L’attitude la plus constante est le refus de la pitié des entendants, bien longtemps avant que ce thème ne se soit imposé dans le discours moderne sur le handicap (fig. 12). Il renvoie à des racines autrement plus profondes. Tout cas de sourd délinquant qui bénéficie d’un traitement de faveur déclenche des protestations indignées. Cela a été une antienne dans la presse silencieuse pendant des décennies. Un meurtrier est condamné mais dispensé de prison parce qu’il est sourd-muet : pour La Gazette des sourds-muets (août-septembre 1951), cela équivaut à assimiler les sourds-muets « à des imbéciles accentués ». Un autre thème récurrent est la lutte contre la mendicité. Depuis le xixe siècle, des sourds n’ont cessé de distribuer dans les endroits publics des alphabets manuels (fig. 13) en échange de quelques sous22 : on réclame des autorités qu’elles appliquent des sanctions. Sous le titre « Un trafic honteux », L’Information des sourds-muets (mars 1952) écrit : « Cette pratique nous ravale au dernier rang de l’échelle. Le grand public, qui naturellement a tendance à généraliser, se représente les sourds-muets comme des parasites, des incapables et même comme des êtres nuisibles à la Société, bons tout juste à mendier ! » Parfois, les journaux encouragent leurs lecteurs à dénoncer les mendiants à la police. La solidarité entre sourds s’arrête lorsque certains d’entre eux mettent en cause le socle anthropologique qui la fonde. En alimentant les conceptions misérabilistes que les entendants se font de la surdimutité, les mendiants sont comme passés dans l’autre camp.

Fig. 12. Dessin de Louis Boujeant, L’Information des sourds-muets, 1947.

Fig. 13. Inscription au verso d’un alphabet manuel de colporteur sourd. 1996.

60De tout cela, le monde entendant (au premier rang desquels les experts en surdité) ne perçoit que les formulations chocs, celles qui sont diffusées par les médias à l’occasion d’interviews de telle ou telle personnalité sourde qui dit ne pas se regarder comme « handicapée ». Cette attitude est interprétée comme une aberration, un refus de voir la réalité en face. On comprend aisément que les sourds aient autrefois refusé l’étiquette d’anormaux, puisque le terme a maintenant mauvaise presse. On ne comprend pas qu’ils refusent aujourd’hui celle de handicapés. Mais du point de vue des sourds, c’est rigoureusement la même chose : dans les deux cas, ils sont étiquetés par rapport à une norme qui n’est pas la leur.

Règle de symétrie

61Les entendants définissent les sourds en termes de manque, en fonction d’une classification audiométrique où l’audition représente la norme, et le déficit auditif une anormalité d’autant plus grande qu’il est plus élevé. De même la voix de l’enfant sourd est-elle sans cesse évaluée par l’orthophonie en fonction de la normalité entendante : sa voix est altérée, mal contrôlée, assourdie, irrégulière, l’articulation est exagérée, la parole est hachée... Or, il suffit d’appliquer aux entendants une grille d’analyse sourde pour faire sentir toute la relativité de tels jugements. C’est une règle de symétrie, que l’on invoque tantôt sur le registre de la protestation, tantôt sur celui de l’humour.

  • 23 Cela s’étale aussi dans la presse silencieuse : voir notamment les articles de Louis Boujeant dans (...)

62Cela se rencontre dans toutes les conversations quotidiennes23. L’implantation cochléaire des enfants sourds en est souvent le prétexte. Simon, ouvrier garagiste : « Les entendants traitent les sourds comme des rats de laboratoire. Mais je les vois toujours en train de se plaindre du bruit, nous dire qu’on a bien de la chance de ne pas être fatigués par le bruit... Eh bien, ils n’ont qu’à demander à leurs médecins d’inventer des implants qui transforment les entendants en sourds. Mais c’est bizarre, quand je leur propose cette solution pour résoudre leur problème, aucun n’accepte... »

63De nombreuses histoires drôles et plaisanteries proposent d’appliquer cette règle qui juge les entendants du point de vue sourd :

Déficience. Des sourds viennent de fonder une nouvelle association pour apprendre la langue des signes aux entendants. Le premier niveau est baptisé cours pour déficients gestuels profonds. Le second niveau est destiné aux déficients gestuels sévères, le troisième aux déficients gestuels moyens, le quatrième étant réservé aux déficients gestuels légers...

64Cette histoire crée, le temps d’un instant, un monde dont le centre de référence a changé. La surdité n’est plus définie en fonction de critères physiologiques, mais de capacités langagières. Normalité et anormalité ont échangé leurs places (fig. 14).

Fig. 14. Effet de symétrie : « La prothèse visuelle, ou l’appareil à intégrer les entendants chez les sourds ». Dessin de Paul Jouison, paru dans Vivre ensemble, 11, 1986.

65Un patron sourd se propose de faire passer des « visiogrammes » (visuel + graphique) aux candidates entendantes à un poste de secrétaire : ils permettraient de quantifier avec précision leur degré d’attention aux détails visuels. C’est une manière de prendre une revanche sur les humiliants audiogrammes auxquels la personne sourde est souvent résumée. Une autre plaisanterie classique, dont on a vu un exemple dans le chapitre 1, consiste à rebaptiser « entendant profond » tout entendant inapte à comprendre ce que sont les sourds. Puisque « profond » est le qualificatif utilisé pour étiqueter les sourds présentant une distance maximale avec les entendants, les sourds peuvent bien leur retourner le compliment, en appliquant une règle élémentaire de symétrie. Ça n’est pas seulement ironiser sur les classifications audiométriques. C’est aussi, comme dans l’histoire précédente, se placer à partir d’une autre norme.

  • 24 On reconnaît là des anthroponymes sourds (chapitre 7). Sur le premier de ces noms, voir la section (...)

66L’une des premières pièces créées par le Théâtre visuel international de Vincennes avait pour titre Ednom : autrement dit, « Monde » à l’envers. Dans un pays imaginaire entièrement peuplé de sourds, arrivent deux entendants, recueillis par deux âmes charitables, Chef et Bravo24, qui ont pitié de leur détresse :

Chef : Moi aussi, j’ai un entendant ; je l’ai trouvé sur un banc un matin il y a deux ans, il avait l’air complètement perdu.
Bravo : Moi, c’est pareil !
Chef : Le mien est complètement idiot, mais comme il a l’air souvent malheureux et qu’il s’ennuie, ça serait bien qu’il rencontre le tien et qu’ils bougent leurs lèvres ensemble...

  • 25 Le pays des sourds, film de Nicolas Philibert, 1992, Les Films d’ici.

67Dans le documentaire Le pays des sourds25, on voit un jeune homme dire ceci : « Chez nous, on est sourd depuis cinq générations. Mes parents sont sourds, mes sœurs sont sourdes, mes grands-parents sont sourds, mes oncles et tantes sont sourds. Mon oncle a épousé une femme dont toute la famille est sourde. Leurs enfants sont sourds. Mais une de mes tantes a un enfant entendant. Le pauvre ! » On a pris cela pour une provocation ; or, s’il y avait provocation, c’était seulement de le dire face à une caméra, en sachant que ce serait traduit à destination du public entendant. On a pris cela pour un artefact des revendications identitaires des années 1970 ; or, voici ce que l’on pouvait lire dans le compte rendu du premier banquet sourd, celui de 1834 :

Deux parlants seulement avaient obtenu le rare privilège d’assister à cette fête étrangère ; c’étaient M. Eugène de Monglave, récemment appelé à faire partie de la commission consultative établie près l’Institution royale des sourds-muets, parlant leur langue, initié aux us et coutumes de la nation, et M. B. Maurice, alors rédacteur du journal Le Temps, homme incomplet, au dire de ces messieurs, infortuné privé de la parole mimique, paria de cette société, obligé de recourir au crayon pour entrer en conversation avec les héros de la fête. Une expression d’ineffable pitié se lisait dans tous les traits à son approche. Le malheureux, disaient les heureux du moment, il ne pourra pas se faire comprendre (Banquets des sourds-muets... 1842 : 12. Les italiques sont dans l’original).

68Voici enfin un exemple d’une grande violence. Une maman sourde a mis au monde successivement quatre enfants sourds, qui ont tous reçu des noms gestuels référant à quelque particularité physique. Le cinquième est né entendant : elle l’a baptisé d’un signe qui peut se traduire par se faire piéger ou être handicapé. La règle de symétrie est ici appliquée sans distanciation, au pied de la lettre. C’est évidemment un cas limite, et des amis sourds sont d’ailleurs intervenus pour faire modifier ce nom.

Brouillages identitaires

69L’autodéfinition des sourds assimile « être sourd » et « parler la langue des sourds ». Ce sont les deux faces d’une même pièce. Elles constituent un tout indissociable. Leur constante association dans les faits rend difficile, voire impossible, leur séparation conceptuelle.

  • 26 Sans parler des parasitages que l’on reproche aux entendants d’introduire intentionnellement. On l’ (...)

70C’est bien pourquoi les personnes atteintes de déficience auditive mais ne connaissant pas la langue des signes ne sont pas distinguées de la foule des parlants, dont l’immense majorité sont des entendants. Quant aux entendants qui signent, ils parasitent les représentations que l’on se fait de l’être-sourd et de l’être-entendant26. Selon les contextes et les interlocuteurs, cette situation entraîne deux interprétations opposées, qui peuvent être assez bien résumées en deux formules : cette personne est entendante, donc elle ne saurait parler la langue des sourds ; cette personne parle la langue des sourds, donc elle ne saurait être entendante.

  • 27 La langue des signes et le français ayant des structures très différentes, il est impossible de rec (...)

71Commençons par illustrer la première proposition, « Qui est entendant ne saurait parler la langue des sourds ». En cinq ans d’enquête, elle a constitué le seul obstacle de taille que j’aie rencontré sur le terrain. Elle conduit à ne pas voir, littéralement, que l’enquêteur signe, et à tenter de lui parler vocalement en accompagnant la voix d’un niveau de langue des signes considérablement dégradé27. C’est généralement le fait de personnes âgées, pour qui un entendant qui signe constitue une contradiction impossible à penser. De personnes âgées : par conséquent de personnes qui sont celles qui parlent le moins bien, leur français se limitant parfois à quelques cris rauques. L’un de mes plus proches amis est dans ce cas. Chaque fois qu’il commence à hurler des choses inaudibles en s’adressant à moi et que je le sermonne en signes, il prend un air piteux : « Excuse-moi, quand je te regarde, je ne peux pas te voir autrement que comme un entendant » ; avant de recommencer cinq minutes plus tard. Le membre de phrase mis en italiques se dit d’un seul signe que j’ai déjà évoqué, qui appartient au champ sémantique de la transparence (fig. 15). Pourtant, mon ami est formateur auprès d’un public entendant ; c’est assez dire la profondeur de l’énigme que peut représenter un entendant qui pratique la langue des sourds.

Fig. 15. jauger quelqu’un. Dessin A.-C. Dufour.

72J’ai vécu des situations pires, proprement affolantes : devant l’enquêteur entendant, des sourds abandonnent toute tentative d’utiliser leur langue et n’émettent même plus le moindre son, se contentant, dans ce que l’on pourrait appeler un double silence, à la fois vocal et gestuel, d’une articulation excessive des lèvres. Ces personnes me mettaient très exactement, et bien sûr sans en avoir le moins du monde conscience, dans la situation d’un sourd profond placé en face d’un entendant-parlant ; et cela en étant convaincues que la communication en serait facilitée.

73Plusieurs interprètes qui travaillent en province m’ont confié qu’ils se heurtent souvent au même obstacle. Jusqu’au réveil des années 1980, peu de sourds en avaient vu. Des familiers entendants « connaissaient les gestes » et donnaient un coup de main à la mairie, à la banque ou chez le notaire. Ce n’étaient pas des interprètes au sens moderne du mot, et ils n’étaient pas perçus comme tels. Encore aujourd’hui, beaucoup de sourds âgés éprouvent les plus grandes difficultés à comprendre ce qu’est un interprète.

  • 28 Une personnalité sourde peut même soutenir que « la langue des signes, c’est du français » et se ré (...)

74Ai-je même le droit, en référant au point de vue émique, d’utiliser ici l’expression « parler la langue des sourds » ? Probablement pas. La péjoration dont les signes ont été victimes a été intériorisée par un grand nombre de sourds qui n’y voyaient pas une langue, mais seulement la manière usuelle de communiquer entre eux. Ceux qui sont dépositaires du savoir, les enseignants entendants, ne parlaient, pour les réprimer, que de « gestes », et ce mot dépréciatif a été repris par beaucoup de sourds. Je doute même qu’ait existé en situation traditionnelle un signe générique pour « langue », englobant aussi bien le français que ce que font les sourds avec leurs mains. Il existe bien, aujourd’hui, un tel signe ; mais sa forme identique à celui qui se pratique aux États-Unis suggère un emprunt récent. C’est pourquoi la nature de l’interprétation est si difficile à penser28.

75Cela explique aussi que beaucoup de parents sourds n’aient pas transmis leur langue à leurs enfants entendants. Ils ne pouvaient concevoir que des entendants, fussent-ils leurs propres enfants, puissent faire une chose qui est définitoire de l’être-sourd. Depuis que cette langue apparaît sur les écrans de télévision, des enfants entendants, devenus adultes, font spontanément la démarche d’apprendre la langue de leurs parents auprès d’associations de sourds. Les parents peuvent alors manifester une joie éclatante ou mitigée, éprouver le vif remords de n’avoir pas été eux-mêmes les agents de la transmission, parfois aussi réagir de manière inadaptée, révélatrice de lourds malentendus : « Mon père avait toujours refusé de m’apprendre le moindre signe. Et maintenant que j’ai commencé à apprendre sa langue il y a à peine deux mois, il me corrige à tout propos, reprend chacun de mes signes, refait toutes mes phrases depuis le début et me reproche de ne pas être déjà un vrai crack ! »

76Illustrons maintenant la seconde proposition, « Qui parle la langue des sourds ne saurait être entendant ». C’est évidemment la plus troublante. Qu’en est-il donc de ces entendants qui signent ? de ceux qui l’ont reçue comme langue maternelle ? des interprètes ? de l’ethnologue ? Seraient-ils des sourds ?

77La question peut paraître étrange : l’une des règles les plus strictes du rituel de présentation est que tout interlocuteur entendant doive immédiatement signaler ce statut. Ne pas le faire serait une grave entorse aux usages. Tout semble indiquer que les sourds maintiennent très fermement la distinction entre les deux identités, et interdisent tout franchissement de la ligne.

78Voici pourtant un exemple classique, qui nous vient d’Amérique. Dans la rue, un sourd croise un ami interprète sans lui prêter attention. L’interprète se fait reconnaître. Confus, le sourd s’excuse : « Oh, je suis désolé, je t’avais pris pour un entendant »... Voici maintenant quelques observations personnelles. Un groupe d’amis sourds bavardent au café. Parmi eux, une jeune interprète, qui parle une langue parfaite. Survient un sourd qui ne la connaît pas. On la lui présente : elle s’appelle grain de beauté sur la joue, est interprète, travaille dans un service d’interprétariat bien connu des sourds parisiens. On vante ses mérites, en fonction des critères sourds : elle a beaucoup d’amis sourds, elle est très douée en langue des signes, etc. La conversation reprend, à bâtons rompus. Une heure plus tard, le nouveau venu s’adresse à l’interprète et lui demande : « Tu es une ancienne de Saint-Jacques ? » L’information qui lui avait été très clairement livrée pendant le rituel de présentation n’avait pu être assimilée. Elle entrait trop en contradiction avec la grande compétence langagière de la jeune fille.

79Je présente à des amis sourds, qui me connaissent depuis des années, une jeune interprète américaine. L’instant d’après, Danièle lui demande dans quelle école de sourds elle a grandi. Comme les relations sont très décontractées dans ce groupe d’intimes, nous sommes deux ou trois à hurler de rire puis à plaisanter longuement sur son étourderie. Cramoisie, elle se confond en excuses. Un peu plus tard, la conversation vient à porter sur le tty (teletypewriter), équivalent américain du Minitel. Danièle en a un chez elle, qu’elle a acheté autrefois, et dont elle n’a plus l’usage depuis l’apparition du Minitel français. Elle se tourne vers l’interprète et moi et, ayant déjà oublié la cuisante leçon qui venait de lui être administrée : « Si vous voulez, je peux vous le prêter pour que vous puissiez communiquer entre vous »... Être entendant et parler la langue des sourds sont décidément deux choses incompatibles.

80Plus d’une fois, j’ai été présenté comme sourd par des amis sourds, lapsus généralement rectifié, mais éminemment révélateur du parasitage qu’induit le fait, pour un entendant, de parler la langue des sourds. Sa connaissance de la culture sourde ne peut qu’aggraver les choses. Un article exposant quelques observations anthropologiques élémentaires a été affiché sur un mur de Saint-Jacques. Les élèves qui l’ont lu y ont reconnu deux ou trois vérités allant à l’encontre de ce qu’ils pensent être l’opinion unanime des entendants. Ils en ont conclu que j’étais sourd. Une éducatrice sourde qui me connaît a eu les plus grandes difficultés à les convaincre du contraire.

  • 29 C’est peut-être une spécificité française, due à une répression particulièrement implacable de la l (...)

81Jeanne, entendante, fille de parents sourds, très estimée pour les innombrables services qu’elle rend depuis toujours, parle devant un public sourd. À plusieurs reprises, elle signe « Nous, les sourds... » Personne ne la reprendra, et la chose ne fera l’objet d’aucun commentaire dans les conversations qui suivront la conférence. Il est clair qu’elle n’a pas été remarquée. Elle est passée comme allant de soi. Elle se répète régulièrement depuis des années, dans chaque réunion à laquelle participe Jeanne. Plus tard, j’assisterai à une discussion sur ce sujet. L’attitude de Jeanne est vivement attaquée par Simone, qui a eu un parcours de vie très particulier. Devenue sourde à vingt ans puis, chose rarissime, s’étant intégrée au monde des sourds signeurs, elle est bilingue et biculturelle. Simone affirme l’impossibilité, pour une personne entendante, fût-elle fille de parents sourds, de se dire sourde. Dans l’assistance, personne ne bronche. Tout le monde reste de marbre. Chaque fois qu’il sera à nouveau question de Jeanne dans les semaines et les mois suivants, personne ne fera allusion à l’incident. L’argument n’a pas passé. Ce cas de figure, celui d’entendants ayant reçu la langue des signes comme langue maternelle, est le plus troublant. Les élites sourdes s’opposent farouchement à ce que des entendants enseignent la langue des signes à d’autres entendants, et cette interdiction englobe ceux qui sont issus de parents sourds29. Peu d’ailleurs s’y sont essayés ; le cas le plus notable s’est réglé devant les tribunaux et les plaignants sourds ont évidemment perdu. Mais je crois que dans sa grande majorité, la population sourde, qui est tout sauf dogmatique, n’y verrait guère d’inconvénients. Je connais plusieurs enfants de parents sourds, parfaits signeurs, qui sont encouragés par leurs amis sourds à s’investir dans une telle activité.

Fig. 16. Le signe monastique inutile. Précédé du signe jour, il a valeur de « jour de fête ». Précédé de parler en signes, il réfère aux bavardages gestuels excessifs qui pouvaient être dénoncés au chapitre des coulpes. Abbaye de Cîteaux (Côte-d’Or), fondée par Robert de Molesme en 1098. Dessin de l’auteur, 1997.

82En 1997, j’ai fait un voyage de quelques mois dans un autre univers, celui des moines trappistes : j’étais désireux d’apprendre leur langue des signes, apparue il y a mille ans pour contourner les difficultés pratiques que pose la règle de silence. Revenu dans le monde des sourds, j’ai eu beaucoup de choses à raconter et à montrer : des signes très différents de ceux des sourds (fig. 16), d’autres étonnamment semblables. Parmi les spectateurs de mes récits enthousiastes, plusieurs ne sont jamais parvenus à assimiler l’idée que des gens parlant entre eux en signes puissent être des entendants. Régulièrement, ils ne cessent de m’interroger à nouveau sur les « moines sourds ».

83Pour la majorité des enfants sourds, ceux dont ni la famille ni les éducateurs ne connaissent leur langue, l’identification entre signer et être sourd est sans appel. Un second critère est aussi retenu, le port de prothèses auditives. Ces enfants se les voyant systématiquement imposer, y compris lorsque leur surdité est profonde, elles leur apparaissent comme une équivalence avec être sourd, sans considération de degrés. Lucie est née entendante, de parents sourds. Elle parle une langue des signes de grande qualité. Le hasard d’un accident l’a fait devenir malentendante, mais le port de prothèses lui permet de n’avoir guère de problèmes de communication et elle se considère comme entendante. Elle choisit d’être éducatrice auprès d’enfants sourds. Dès son arrivée, les enfants l’entourent : une éducatrice qui parle la langue des signes, c’est un immense événement. Question rituelle : « Tu es sourde ? » – « Non, je suis entendante. » – « Mais alors, comment se fait-il que tu connaisses les signes ? » – « Parce que mon père et ma mère sont sourds. » Mais un enfant découvre les prothèses auditives : « À partir de ce moment, me rapporte Lucie, ça a été fini, ils n’ont plus voulu me croire. » Dans ses affectations ultérieures, elle fera le choix de dissimuler ses prothèses sous de longs cheveux. D’autres enfants ont vu une émission télévisée où un chien comprenait les signes de son maître sourd : ils ont été convaincus que c’était un chien sourd.

84Tout cela se situe dans le domaine de l’entre-deux, de la zone d’incertitude, du lapsus, de la confusion répétée mais de la confusion tout de même. Bref, du brouillage identitaire, non de l’identité.

85Ce sont des cas limites, hautement révélateurs, mais personne n’a jamais pu réellement franchir la frontière. Un entendant ne saurait être un sourd. Pour cela, il lui manquera toujours quelque chose d’essentiel, qui est l’expérience de l’altérité : avoir été socialisé dans la collectivité des enfants sourds, avoir éprouvé de l’intérieur la difficulté de vivre dans un monde entendant. Un entendant peut bien être, sous certains rapports, « plus sourd qu’un sourd », comme certains s’en sont vu décerner l’étiquette élogieuse, il n’en reste pas moins un entendant. Non pas quelqu’un qui entend ; mais qui, parce qu’il entend, est chez lui dans le monde des entendants. Surtout, assimiler de tels entendants aux sourds, ce serait grossir de quelques unités le monde sourd mais se priver d’une catégorie infiniment précieuse, celle des « entendants qui ont un cœur sourd » (chapitre 6) et qui peuvent remplir l’indispensable fonction d’intermédiaires culturels.

86Les nombreuses associations qui diffusent la langue des signes auprès du public entendant, l’apparition d’un corps d’interprètes professionnels, ont apporté des modifications de taille dans les représentations que les entendants se font de la surdimutité et dans la vie quotidienne des sourds. Beaucoup s’en réjouissent. Mais ce n’est pas le cas de tous. Au début surtout, il y eut de très fortes réticences : nombreux sont ceux qui oscillèrent entre scepticisme et opposition. Ce qui précède permet de comprendre pourquoi. Scepticisme parce que les signes sont si étroitement liés au fait d’être sourd qu’il est difficile de dissocier les deux concepts. Opposition parce que en situation traditionnelle, il y avait symétrie. Chacun, sourd et entendant, parlait une langue que l’autre ne comprenait pas. Exclus de tout, les sourds avaient au moins un domaine réservé dans lequel ils excellaient. L’apprentissage de la langue des signes par des entendants casse cette symétrie, et introduit une nouvelle inégalité : il y a maintenant d’excellents bilingues entendants, alors qu’un sourd parlant bien et le français et la langue des signes reste une exception. Avec la langue des signes, me dit-on, entendants + peuvent + double. Comme s’ils n’avaient pas déjà assez de pouvoir comme ça ! Le cas des interprètes professionnels symbolise cette dissymétrie : ce sont nécessairement des entendants. Dissymétrie qui était d’ailleurs officialisée, dans les années 1980, par le fort curieux titre d’Association des interprètes pour déficients auditifs, comme si l’interprétation ne se faisait qu’au bénéfice de l’une des deux parties.

  • 30 Il arrive aussi que des conférenciers sourds s’essayent à parler. La personne qui parle est alors u (...)

87Un conférencier entendant parle devant un public sourd. À côté de lui, un interprète traduit simultanément en langue des signes. Présent dans le public, j’observe le quiproquo qui s’installe et dont quelques sourds discutent avec vivacité : qui est qui, et qui fait quoi ? Certains ont été inattentifs à la présentation qui a été faite du conférencier parce qu’ils étaient engagés dans une conversation gestuelle avec leurs voisins, ou parce qu’ils sont arrivés avec quelques minutes de retard, ou plus vraisemblablement parce qu’ils n’ont pas eu le temps d’assimiler les règles d’un jeu nouveau pour eux, dans une petite ville de province où cette conférence est une première : ils croient que l’interprète est un conférencier sourd, et supposent que l’entendant que l’on voit parler est un interprète qui traduit à destination de ses semblables, qui sont quelques-uns à être présents dans la salle. On ne sait plus qui fait la conférence, qui interprète ; surtout, on ne sait plus qui est sourd et qui est entendant30, avant de réaliser que les personnes présentes sur la tribune, le conférencier et l’interprète, sont toutes deux entendantes... Rien de plus perturbant, rien qui ne s’inscrive davantage contre les manières traditionnelles de concevoir la langue des signes comme la ligne de partage entre deux mondes.

88Que des conférences d’un haut niveau puissent être traduites à destination des sourds est un acquis extraordinaire des vingt dernières années. Mais cela se paie d’un prix qui est quelquefois jugé trop élevé. C’est pourquoi, sans doute, les cours de langue sont apparus et se sont développés hors des Foyers sourds, lieux traditionnels de rencontre et d’échange. Comme si la transmission de ce que l’on a de plus précieux, sa langue, à l’autre culturel ne pouvait pas se faire chez soi, mais chez lui.

Un groupe ethnique ?

89Il y a chez les sourds une conception de ce qu’ils sont que l’on ne peut guère baptiser autrement qu’ethnique. Dans les textes produits par les associations, le mot apparaît de plus en plus fréquemment. L’implantation cochléaire de jeunes enfants sourds est explicitement assimilée à une épuration ethnique (affiches et tracts de l’association Sourds en colère). Pour combattre la politique d’intégration scolaire qui conduit à placer des enfants sourds dans des écoles ordinaires, l’Union nationale des sourds anglais a attaqué en justice son gouvernement pour infraction à la convention des Nations unies sur le crime de génocide, qui interdit aux États de transférer dans un autre groupe des enfants de minorités ethniques (Lane, 1986 : 60). Pour justifier son refus de participer au sport paralympique, la Fédération sportive des sourds de France parle d’une « population autonome » qui ne peut être définie comme handicapée (Kerbourc’h, 1999 : 57).

90De tels termes ont choqué. On les a jugés excessifs. C’est affaire d’appréciation. On les a crus négligeables, en les attribuant à une frange activiste, politisée de fraîche date. Cela est très faux. L’expression « nation sourde-muette » était courante au xixe siècle, notamment sous la plume de Ferdinand Berthier (1803-1886). Elle se trouve dans le premier écrit jamais publié par un sourd-muet : « [L’abbé de l’Épée] s’est considéré comme un homme transplanté tout à coup au milieu d’une nation étrangère, à qui il aurait voulu apprendre sa propre langue : il a jugé que le moyen le plus sûr pour y parvenir, serait d’apprendre lui-mêmela langue du pays »(Desloges, 1779).Boclet, dessinateur graveur, fait en 1839 un voyage d’étude auprès des sourds-muets d’Allemagne, de Suisse, d’Italie et du midi de la France, et constate leur retard, qu’il explique par le fait qu’ils ne se sont pas encore « constitués en nation » (Banquets des sourds-muets... 1842 : 81).

91Faisant ce que l’on appellerait aujourd’hui, dans les sciences de la nature, une expérience de pensée, un professeur entendant de Saint-Jacques imagine en 1820, dans le Moniteur, ce que pourrait être une telle nation :

Si [...] le nombre des muets de naissance eût été assez considérable pour balancer celui des parlants, ils auraient nécessairement formé dès lors un corps de nation, et, en supposant d’égale force ces deux nations rivales, elles se seraient partagé la terre : on aurait eu le pays des parlants et celui des muets ; ou bien, ce qui pouvait arriver si la nation des muets eût été beaucoup plus nombreuse que celle des parlants, elle aurait eu d’abord son langage des gestes, qui, après avoir été perfectionné, aurait eu ses habitudes, ses usages, ses lois et ses sciences ; et je ne fais aucun doute que non seulement elle aurait fait toutes les découvertes, mais encore elle aurait excellé dans les arts de son ressort : la pantomime, le dessin, la peinture et l’architecture. Nul doute même que cette nation, vu son aptitude pour les mathématiques et le grand exercice de la vue, n’eût perfectionné les arts qui en dépendent (Paulmier, 1844 :18).

92La chose vient donc de très loin. Dans les textes produits aujourd’hui par telle ou telle association de province, l’expression « peuple sourd » est récurrente. Il n’y a là aucune volonté de provocation : les sourds sont très sincèrement étonnés des réactions que cela entraîne. Ces termes forts mettent sous les yeux des entendants ce qui est la pensée ordinaire des sourds. On a cru y voir un élément marginal partant à la dérive, alors que c’est la partie visible d’un iceberg.

  • 31 Une interprète s’entretient avec des immigrés sourds (Hof, 1986 : 12). Dans la traduction qu’elle p (...)

93Toutes les citations ci-dessus étaient empruntées à des textes écrits, donc en français. Qu’en est-il en signes ? À une terrasse de café, Denise bavarde avec une amie. Un sourd qui passe par là aperçoit les mains animées et vient se présenter. Denise me commente la scène : normal + origine + même. Le signe que je traduis, en le décontextualisant, par origine, se fait en frottant de l’index droit la veine du poignet gauche. Il dérive de sang, qui a également produit l’un des signes pour famille (fig. 17). C’est l’affirmation d’une identité collective. Ce que me dit Denise, c’est qu’il est normal qu’un sourd qui en aperçoit d’autres vienne les rejoindre, puisqu’ils sont du même sang, de la même famille31. Pourtant Denise est née entendante avant d’être rendue sourde, toute petite, par des médicaments ototoxiques.

Fig. 17. famille. Dessin A.-C. Dufour.

94Il y a les mots français, il y a les signes, il y a aussi les mots utilisés par les interprètes lorsqu’ils traduisent les paroles des sourds. L’expression « race sourde », dans la bouche d’interprètes, a horrifié des parents entendants. Emmanuelle Laborit (1994 : 192) le rapporte à propos de son père, heurté par le discours d’une sourde issue d’une famille où la surdité est héréditaire. Mais cette expression est-elle conforme à la pensée de la personne qui l’a dite en signes ? Il est impossible d’en juger : nous affrontons ici des effets de traduction. Il n’y a pas de signe spécifique pour « race » ni pour « ethnie ». C’est un seul et même signe (fig. 18), extraordinairement polysémique, qui peut être traduit selon le contexte, par « peau », « en chair et en os », « vu de mes propres yeux », « race », « raciste », « être humain », « citoyen », « des gens comme nous ». « dauphin + ce signe + oui + perroquet + ce signe + non », me dit-on : « Les dauphins sont proches de l’homme ; les perroquets, non. » La forme même du signe, un pincement de la joue, témoigne de son importance culturelle. Depuis le milieu du xixe siècle, de très nombreux signes ont évolué en se stylisant, diminuant l’investissement corporel ; celui-ci est aujourd’hui l’un des très rares qui se font encore en embrassant, mordant ou pinçant une partie du corps. Quant à sa polysémie, je la soupçonne d’être tout aussi révélatrice, en ce qu’elle reflète la difficulté d’exprimer au moyen des catégories entendantes ce qu’il y a d’unique dans l’expérience sourde du monde.

Fig. 18. peau, race, être humain. Dessin A.-C. Dufour.

95Tout cela se fonde en partie, cela va de soi, sur la possession d’une langue commune, « immensément plus différente de toutes les langues orales que toutes celles-ci ne le sont entre elles » (Nève, 1992 : 70). Il n’y a donc pas là de quoi fouetter un chat théoricien, puisque Marcel Maget (1968 : 1307) observe que « la communauté linguistique semble être le guide le meilleur pour définir un peuple », tandis que le Dictionnaire de l’ethnologie et de l’anthropologie confirme que, au moins en France, « le critère déterminant de l’ethnie est la communauté linguistique » (Taylor, 1991 : 242). Ce qui, bien sûr, fait problème, c’est qu’un autre critère essentiel, la reproduction biologique allant de pair avec la transmission culturelle, n’est qu’incomplètement réalisé. En 1992, à » La Marche du siècle », un intervenant a choqué en comparant l’implantation cochléaire d’enfants sourds à ce que seraient des greffes de peau blanche sur des peaux africaines pour résoudre la question noire. Ça n’est pas la même chose ! se sont exclamés beaucoup d’entendants. Peut-être. Mais qu’est-ce alors au juste ? Le cas sourd étant sans exemple, il n’entre dans aucun des cadres usuels de la pensée.

  • 32 En réduisant sans cesse la proportion des surdités d’origine inconnue, les données les plus récente (...)

96De même que les sourds savent qu’ils n’entendent pas mais ne se définissent pas par rapport à un déficit d’audition ; qu’ils mettent une barrière entre être sourd et être entendant, mais peuvent se conduire comme si un entendant qui signe était un sourd ; de même, alors qu’ils savent que la surdité n’est pas toujours héréditaire32, ils l’inscrivent symboliquement dans une filiation sourde (chapitre 5). C’est un entre-deux, une tension vers la normalité de l’espèce humaine.

97Les confidences font percevoir dans quel vertige cette situation peut plonger l’âme. Une femme de cinquante-cinq ans, qui s’était toujours crue sourde de naissance, vient d’apprendre qu’elle est née entendante, sa surdité étant consécutive à un bombardement aérien dans sa petite enfance. Elle en a été profondément déstabilisée, avant de résoudre le problème par un recours au « destin » – un concept central dans les représentations que les sourds se font de leur présence dans le monde (chapitre 4). D’autres m’ont confié avoir éprouvé « un choc terrible » lorsqu’une semblable révélation leur a été faite. Parfois, les sourds disent : « Si ma mère n’avait pas eu cette maladie [ou si je n’avais pas eu cet accident], je serais maintenant un entendant. » Ils le font avec un air d’incrédulité, de stupéfaction ou d’incertitude. On est là à la limite de ce qui peut être pensé.

98Les représentations spontanées de l’enfant sourd cristallisent tout cela. Il est fréquent de le voir construire un roman familial : ses parents ne peuvent pas être ses vrais parents puisqu’ils sont entendants (Virole, 1993 : 18), il appartenait à une tribu de sourds avant d’être enlevé par une tribu étrangère entendante (Casati, 1993 : 18), ou bien il a été abandonné par ses parents sourds et recueilli par des entendants.

99Du point de vue des sourds, ces enfants appartiennent à leur monde. Ils ont donc un droit de regard sur eux et sur ce que leurs familles entendantes font d’eux. L’apparition d’un corps d’assistantes maternelles sourdes a été accueillie avec faveur par certains parents entendants : dans un texte éclairant, un père a raconté l’éveil de sa fille au contact d’une nourrice sourde. À l’âge de un an, la fillette était repliée sur elle-même, refusant de regarder ses parents. Elle est alors confiée trois jours par semaine à une nourrice sourde, chez qui elle entre en contact avec d’autres sourds, enfants et adultes. Très vite, la nourrice parvient à capter le regard de l’enfant, regard qui sera dès lors pleinement réinvesti dans la relation avec les parents (Vorros, 1996).

100Pourtant, beaucoup de parents restent profondément hostiles à l’idée que leurs enfants puissent appartenir aussi à un autre ensemble linguistique et culturel que le leur. Certains accusent les sourds de vouloir leur « voler » leurs enfants. Des conflits, parfois d’une grande violence, éclatent avec des nourrices sourdes, lorsque les parents décident une implantation. Même lorsque les parents acceptent l’entrée de leur enfant dans la langue des signes, les choses ne sont jamais simples. Un père qui est dans ce cas me confie son sentiment d’être pris comme dans un étau : « Les médecins me considèrent comme un mauvais père, un irresponsable, un fou qui met en danger l’avenir de mon fils. Mais les sourds me donnent quelquefois l’impression que, parce que je suis entendant, je n’aurais pas le droit d’élever mon fils. » En intitulant un article « Mon bébé est un extraterrestre », une mère entendante également favorable à la langue des signes (Bendayan, 1993), exprime bien que, de ce côté-là aussi, on est à la limite de ce qui peut être pensé.

Notes

1 Cette manière de voir correspond bien davantage aux récents acquis des sciences neuro-cognitives (Sacks, 1990) qu’au discours traditionnel sur la déficience. Elle se retrouve dans les statuts de gestes, groupement de psychothérapeutes pratiquant la langue des signes auprès de leurs patients sourds : « Ce n’est pas le déficit auditif qui peut définir la personne sourde. »

2 Les valeurs du signe puissant seront précisées dans le chapitre 5.

3 J’ai modernisé l’orthographe de toutes les citations de Desloges, pour les débarrasser de bizarreries dues à l’abbé Copineau qui avait aidé Desloges dans l’écriture de son livre, et se piquait de réformer l’orthographe (Presneau, 1998 : 133).

4 Dans les écoles spécialisées, les enfants aveugles s’auto-désignent sur le mode de la dérision « miros », « bigleux », « taupes » (Blumenfeld, 2000 : 37). Une collègue qui travaille auprès d’aveugles me confirme que leur humour est souvent empreint d’autodérision, s’exprimant dans des histoires d’une noirceur absolue centrées sur la perte sensorielle, en totale opposition avec l’humour sourd (chapitre 9).

5 Les hasards de la vie font que je suis malentendant stricto sensu, atteint d’une surdité moyenne avec bonne récupération prothétique. Ce qui vient d’être dit explique que cela n’est en rien, chez les sourds, l’une de ces « accointances » (le mot est de Jacques Gutwirth) qui peuvent donner un sérieux coup de pouce à l’ethnologue pour se faire accepter sur un nouveau terrain. C’est un artefact qui, au mieux, s’est révélé sans pertinence aucune ; et qui, au pire, a constitué un grave inconvénient en induisant des confusions sans fin (voir la section « Demi-sourds » du chapitre 6), de sorte que je préfère le plus souvent ne pas en faire état auprès des sourds. Comme toutes les personnes qui sont dans mon cas, je ne considère pas ma surdité partielle, non plus que ma presbytie, comme des éléments de mon identité personnelle.

6 Les anthropologues du xixe siècle avaient une définition anthropométrique des Lapons. Or, les Lapons savent fort bien qu’ils sont petits et brachycéphales ; mais ce ne sont pas pour eux des critères définitoires.

7 LPC : Langage parlé complété. Différentes positions et formes de la main, codant les sons, viennent soutenir la compréhension de la parole en permettant de discriminer les sosies labiaux. Le nom même, qui commence par « langage », est confusionniste : il s’agit en réalité d’un complément au langage parlé. Technique neutre, n’exerçant pas, à la différence des implants, une violence physique, elle est néanmoins perçue par la plupart des sourds comme une aberration parce qu’elle emprunte ce qui leur appartient en propre, l’usage des mains pour produire du sens, en le mettant au service d’une pédagogie oraliste. Dans un texte critique, intitulé « Lecture Peu Convaincante ou Lecture Peu Communicante ? », une orthophoniste rapporte que l’enfant sourd s’empare des formes et des positions de la main pour les symboliser, le codage manuel soutenant la prononciation du mot « papa » devenant le signe papa (Leys, 1994 :10). On verra qu’il en va parfois de même pour les anthroponymes (chapitre 7) avec les gestes orthophoniques.

8 Le signe origine, utilisé dans ce contexte, sera commenté ci-dessous, sous le titre « Un groupe ethnique ? » (p.69).

9 Lorsque les enfants sont privés de contacts avec d’autres sourds, cela peut durer jusqu’à l’âge de dix ou onze ans. On en trouvera un témoignage dans le récit autobiographique d’une enseignante sourde (Favre, 1994 : 35).

10 Si tous les noms figurant dans cet ouvrage sont évidemment modifiés, ce n’est pas le cas de celui d’Armand Pelletier, dont j’ai écrit la biographie (Delaporte et Pelletier, 2002). Ce passage en est extrait.

11 À un congrès international de linguistique, un participant affirme que le « » final des pronoms personnels français n’est plus prononcé. Un linguiste français s’indigne : « Ceux qui racontent ça, y savent pas ce qu’y disent » (anecdote rapportée par André Martinet).

12 Ce terme a été introduit par Nève (1992, 1996).

13 Pour ne pas heurter les usages, je continuerai à utiliser le terme « entendant » au lieu et place de « parlant », de même que j’utilise « sourd » au lieu et place de « sourd-muet », mais le lecteur voudra bien se souvenir qu’il s’agit là de traductions biaisées.

14 Tout cela est encore plus clair dans le cas américain. La langue des signes américaine a conservé jusqu’aujourd’hui l’ancien signe français, importé par Laurent Clerc en 1816 (chapitre 4). Mais comme les mêmes causes sociologiques ont entraîné les mêmes effets de traduction, on peut voir dans les dictionnaires contemporains la légende hearing sous des dessins qui montrent l’index faisant un mouvement de rotation devant la bouche...

15 Ce dernier signe sera commenté dans la section « Difficultés et atouts » du chapitre 3.

16 C’est-à-dire de sourds qui sont en difficulté avec la parole vocale. J’ai dit plus haut que des sourds étaient baptisés parlants, du même signe que celui qui est utilisé pour les entendants ; mais c’est parce qu’ils avaient été entendants avant de devenir sourds.

17 Dans les signes directionnels, c’est l’orientation du mouvement qui permet de distinguer entre, par exemple, je lui réponds et il me répond.

18 Tout récemment, j’ai vu le problème résolu de deux manières à Paris : le signe unique je lis sur les lèvres de quelqu’un / quelqu’un lit sur mes lèvres pouvait être suivi du signe JE PIGE, permettant donc de sélectionner le premier de ces deux sens. Ou bien il se voyait conférer une directionnalité : réalisé de manière inhabituelle, paume vers l’avant, cela devenait également je lis sur les lèvres de quelqu’un.

19 Voilà une logique inconciliable avec celle des spécialistes de l’implantation, qui présentent les bénéfices que l’on peut attendre de l’opération sous la forme d’un continuum, jusqu’à une problématique « fonction d’alerte », bel exemple de pure construction sociale d’un fait scientifique. Hormis quelques cas notoires de charlatanisme, les chirurgiens ne garantissent plus que l’opération permettra à l’enfant sourd profond d’atteindre le seuil d’audition de la parole. Mais peut-être d’entendre une porte qui claque. On jugera de l’intérêt de la chose, présentée si trivialement ; la baptiser « fonction d’alerte » lui donne évidemment une tout autre allure. On me demande d’intervenir auprès de Françoise, moi un autre « entendant qui comprend les sourds », pour la convaincre de changer d’avis. Peut-être l’aurais-je fait si la maman avait tout ignoré des sourds, comme cela se voit fréquemment. C’est tout le contraire. C’est donc que la décision est mûrement réfléchie, et irrévocable. Pour avoir recueilli les confidences de nombreux enfants entendants de parents sourds, j’en devine la cause : l’humiliation d’avoir eu des parents soupçonnés de débilité mentale par le voisinage, l’école, l’administration. Une souffrance d’autant plus profonde qu’elle remonte à l’enfance et a toujours été dissimulée.

20 Ce boîtier permet d’utiliser le Minitel pour des conversations en direct.

21 Mais, anecdote éloquente, un sourd-muet étant parvenu à se faire accepter comme volontaire écope d’un mois de prison pour avoir tenté de se rendre sans autorisation à Berlin afin d’y visiter un Foyer de sourds-muets (La Gazette des sourds-muets, août-septembre 1943).

22 Cette activité est plus que jamais florissante, organisée maintenant par des réseaux mafieux d’Europe de l’Est. Le démantèlement de quelques réseaux, dirigés par des sourds, a fait plusieurs fois la une des journaux depuis 1999.

23 Cela s’étale aussi dans la presse silencieuse : voir notamment les articles de Louis Boujeant dans La Gazette des sourds-muets, à partir d’octobre 1942.

24 On reconnaît là des anthroponymes sourds (chapitre 7). Sur le premier de ces noms, voir la section « Les chefs » du chapitre 8.

25 Le pays des sourds, film de Nicolas Philibert, 1992, Les Films d’ici.

26 Sans parler des parasitages que l’on reproche aux entendants d’introduire intentionnellement. On l’a vu à propos du LPC. Des emprunts lexicaux à leur langue pour améliorer la communication avec des entendants présentant des troubles du langage ou des troubles psychologiques laissent les sourds plus que perplexes. Un récent tube de Florent Pagny, Savoir aimer, a provoqué un scandale dont la grande presse s’est largement fait l’écho : la chanson est en langue des signes, mais le visage hiératique du chanteur (les paroles « savoir sourire » sont signées avec une tronche de flippé) est perçu comme un contresens absolu.

27 La langue des signes et le français ayant des structures très différentes, il est impossible de recourir simultanément aux deux avec le même rendement. Un entendant peut parler en accompagnant sa voix de quelques signes, mais un sourd qui parle un mauvais français et s’efforce en même temps de signer perd en réalité sur les deux tableaux.

28 Une personnalité sourde peut même soutenir que « la langue des signes, c’est du français » et se réjouir qu’elle ne soit pas inscrite dans la liste des langues minoritaires, tout en réclamant du gouvernement sa reconnaissance officielle (Hof et Liennel, 1986). De si extrêmes confusions montrent que la répression de la langue des signes a fait dans les esprits des ravages autrement plus profonds que celle de toute autre langue.

29 C’est peut-être une spécificité française, due à une répression particulièrement implacable de la langue des signes. En France, l’initiative de cours à destination d’entendants ne pouvait venir que de sourds. Ils ont fondé une tradition, qu’ils entendent perpétuer.

30 Il arrive aussi que des conférenciers sourds s’essayent à parler. La personne qui parle est alors un sourd, tandis que celle qui signe, l’interprète, est un entendant.

31 Une interprète s’entretient avec des immigrés sourds (Hof, 1986 : 12). Dans la traduction qu’elle publie de ce qui lui est dit, « Nous sommes tous sourds, c’està-dire frères de sang », on peut aisément reconnaître le syntagme que j’ai choisi de traduire par origine + même. Traduire par « frères de sang » n’a rien d’abusif : de même que origine et sang, même et frère sont des signes étroitement apparentés (voir chapitre 5).

32 En réduisant sans cesse la proportion des surdités d’origine inconnue, les données les plus récentes de la génétique augmentent celle des surdités héréditaires (Marlin, 1999). Celles-ci peuvent être aujourd’hui évaluées à 70 %.

Table des illustrations

Légende Fig. 4. Lesigne être au courant, selon que le sujet de l’action est un sourd (à gauche) ou un entendant (à droite). Dessins A.-C. Dufour.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4142/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Légende Fig. 5. Gravure par Ferdinand Berthier (1803-1886), élève puis professeur à Saint-Jacques, à l’âge de vingt ans. Cette œuvre troublante, aux confluents de la pensée religieuse, de l’anthropologie et de la psychanalyse, renvoie à la péjoration de la parole – « Ce qui sort de la bouche, c’est ce qui souille l’homme » (Matthieu 15, 11), « Que n’avez-vous gardé le silence ? » (Job 13, 5). La tête du serpent pointe vers l’oreille, le personnage tend un masque mortuaire : « Comme si, pour Berthier, parole et audition représentaient la mort » (Aude de Saint-Loup, historienne, dans une lettre à l’auteur). Archives INJS.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4142/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Légende Fig. 6. entendant. Dessin A.-C. Dufour.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4142/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 7. Pierre Pélissier, Iconographie des signes, 1856.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4142/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Légende Fig. 8. L’alphabet manuel. D’après une affiche du Mouvement des Sourds de France.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4142/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Légende Fig 9. oraliser, lire sur les lèvres.Dessin A.-C. Dufour.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4142/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 10. sourd. Dessin A.-C. Dufour.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4142/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Fig. 11. Menu pour un banquet en l’honneur de l’abbé de l’Épée. Par Camille Gaillard. Journal des sourds-muets, supplément au no 62, novembre 1897. C’est la seule représentation que je connaisse du signe sourd réalisé avec les deux mains.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4142/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 872k
Légende Fig. 12. Dessin de Louis Boujeant, L’Information des sourds-muets, 1947.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4142/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 608k
Légende Fig. 13. Inscription au verso d’un alphabet manuel de colporteur sourd. 1996.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4142/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 14. Effet de symétrie : « La prothèse visuelle, ou l’appareil à intégrer les entendants chez les sourds ». Dessin de Paul Jouison, paru dans Vivre ensemble, 11, 1986.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4142/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Fig. 15. jauger quelqu’un. Dessin A.-C. Dufour.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4142/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Fig. 16. Le signe monastique inutile. Précédé du signe jour, il a valeur de « jour de fête ». Précédé de parler en signes, il réfère aux bavardages gestuels excessifs qui pouvaient être dénoncés au chapitre des coulpes. Abbaye de Cîteaux (Côte-d’Or), fondée par Robert de Molesme en 1098. Dessin de l’auteur, 1997.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4142/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 17. famille. Dessin A.-C. Dufour.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4142/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Fig. 18. peau, race, être humain. Dessin A.-C. Dufour.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4142/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 187k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search