Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les sourds c’est comme ça

 | 
Yves Delaporte

1. Qui sont les sourds ? Histoire d’un mot

Texte intégral

« J’avoue ne pas comprendre votre formulation du thème nouveau qui exerce sur vous un tel attrait ; c’est au point que je doute de ce que je lis : la langue des signes des sourds ( ?) Étant moi-même atteint de cette infirmité, je devrais pourtant être mis sur la voie... mais non ! – ou bien voulez-vous parler des sourds-muets ? »
Lettre d’un ami linguiste, professeur à l’inalco (1994)

1Dans la forêt enchantée, Alice s’offusque de ce que Humpty Dumpty s’attribue le droit de modifier le sens des mots les plus usuels : « La question est de savoir qui a le pouvoir, rétorque Humpty Dumpty, voilà tout. » La loi entendante dit ce que sont les sourds, et ce qu’il faut en faire. Elle dit aussi comment il faut les nommer. L’histoire de la dénomination des sourds est le reflet de la manière dont on les a regardés, et dont on les a traités.

Sourds-muets et sourds-parlants

  • 1 J’utiliserai, comme le font les sourds, l’affectueux raccourci « Saint-Jacques » pour désigner cett (...)
  • 2 Sur l’histoire des sourds jusqu’à la fin du xixe siècle, on pourra consulter Cuxac (1983), Poizat ( (...)

2Après avoir rencontré deux jumelles sourdes-muettes, l’abbé de l’Épée inaugure l’éducation des enfants sourds-muets en recourant à une communication en signes (chapitre 4). Après sa mort, survenue en 1789, son exemple est suivi dans toute la France, bientôt dans toute l’Europe. L’institution fondée à Paris en 1794, rue Saint-Jacques, devient le centre du monde pour ce qui est de l’éducation des sourds-muets1. Le Tout-Paris s’y presse pour assister à des exercices publics au cours desquels des élèves, au premier rang desquels Jean Massieu et Laurent Clerc, répondent par écrit, avec virtuosité, à toutes les questions qu’on leur pose par écrit ou par l’intermédiaire de professeurs entendants faisant office d’interprètes. Les sourds-muets, leur langue, les brillants résultats qu’ils obtiennent, font l’objet d’une curiosité universelle. Ils enseignent dans de nombreuses institutions, en dirigent plusieurs, interviennent dans la grande presse, publient des livres ; une élite se construit, sous l’impulsion de Ferdinand Berthier, professeur sourd-muet à Saint-Jacques. Le monde entendant les reconnaît comme catégorie anthropologique. C’est dans les luttes pour accéder à ce statut qu’ils forgent les instruments de la sociabilité sourde, la tradition des banquets (chapitre 4) et les premières associations2.

3Cette situation ne va pas durer. La reconnaissance de la langue des signes comme moyen d’instruction des enfants sourds-muets est peu à peu supplantée par l’oralisme, une idéologie fondée sur la conviction que, pour s’intégrer à l’humanité, ils doivent renoncer à une gestualité qui les renvoie à l’animalité, et ne plus utiliser que la parole vocale. En 1880, un congrès mondial d’éducateurs réuni à Milan décide d’éradiquer les signes de la surface de la planète. Désormais, le salut des sourds-muets se trouvera dans leur démutisation. Ceux d’entre eux qui avaient obtenu diplômes et titres sont expulsés de l’enseignement. Les sourds-muets disparaissent de l’espace public, et se replient sur une sociabilié interne. Ce ne sont plus que des anormaux que la médecine promet sans cesse de normaliser. La vie des enfants est envahie par des exercices d’articulation d’où la question du sens est évacuée, aboutissant à un illettrisme massif (voir le chapitre 8).

4Jusque dans les années 1880, il n’y a pas d’autre vocable que « sourd-muet » ou « sourd et muet » pour désigner les gens qui utilisent une langue gestuelle comme principal moyen de communication. Après le congrès de Milan, qui s’est conclu au cri de « Vive la parole pure ! », on assiste à une première tentative de renomination. Des établissements abandonnent leur nom d’« Institution des sourds-muets » pour celui d’« Institution des sourds-parlants ». Mais ils restent minoritaires : même si cela déplaît, on est bien obligé de constater que, malgré tous les efforts accomplis, les sourds-muets continuent à être aussi muets que sourds, puisque dans leur immense majorité ils ne parviennent toujours pas à parler et qu’ils continuent à faire des signes dans les cours de récréation, dans les Foyers où ils se réunissent, bientôt dans leurs clubs sportifs.

5Dans leur presse, les sourds-muets revendiquent fièrement cette étiquette. Ils utilisent aussi un synonyme, « silencieux », qui présente le double avantage d’être un mot unique et de pouvoir être utilisé aussi bien comme substantif que comme adjectif. C’est ainsi que, dans les années 1940, la troupe théâtrale de l’Étoile sportive de Saint-Jacques répondait au nom délicieux de « Silencieuses Etoiling Girls ».

6Au cours du xxe siècle, un long débat agite la presse silencieuse autour du mot « sourd-muet ». Il est riche d’enseignements sur la structuration des milieux sourds. Au centre de l’affaire, une catégorie très particulière de sourds-muets, les « sourds-parlants » (que le lecteur veuille bien attendre la suite avant de s’étonner de cette apparente incongruité taxonomique). Ces sourds-parlants n’ont rien à voir avec ceux qui avaient commencé à apparaître dans les noms de quelques institutions. Ce ne sont pas des sourds-muets de fiction, dont on prétend qu’à force d’obstination on va finir par les faire parler. Ce sont des sourds qui parlent. Ils parlent parce qu’ils ont perdu l’audition non pas à la naissance ou à deux ans, mais à six, huit ou douze ans, parfois plus tard. Autrement dit, après qu’ils aient appris à parler et souvent après qu’ils aient appris à lire et écrire. Toute leur vie, ils gardent une voix plus ou moins intelligible, et surtout ils écrivent un excellent français. Lorsqu’ils sont devenus sourds et que la poursuite de leur scolarité en milieu ordinaire est devenue impossible, on les a envoyés dans les institutions pour sourds-muets. Ils y ont appris la langue des signes dans les cours de récréation, au contact de leurs petits camarades. Devenus adultes, ils sont conduits par leur bilinguisme à des fonctions de dirigeants dans le monde associatif des sourds-muets, auprès desquels ils se trouvent plus à l’aise que dans le monde entendant. Ce sont eux qui président aux destinées de l’abondante presse silencieuse. Ils servent d’intermédiaires culturels entre les deux mondes. Dans les situations officielles, ils pratiquent un compromis entre la langue des signes et le français : ce qu’il est convenu d’appeler le « français signé », dans lequel les signes se plient à la logique syntaxique et sémantique du français, et d’où sont évacuées les caractéristiques les plus originales de la langue des signes, telle la grammaticalisation de l’espace.

  • 3 La discussion se poursuit chaque mois dans La Gazette des sourds-muets,de décembre 1942 à décembre (...)
  • 4 C’est ainsi que l’on pouvait lire dans La Gazette des sourds-muets de juin 1916 : « Parmi les silen (...)

7Dans les années 1940, l’étiquette de « sourd-muet » commence à peser à quelques-uns d’entre eux. Ils proposent de ne retenir, pour désigner l’ensemble des sourds-muets et des sourds-parlants, que l’élément commun aux deux appellations, autrement dit « sourd ». Ils provoqueront une levée de boucliers3. La plupart des sourds-parlants, en effet, revendiquent hautement l’étiquette de sourds-muets. Pour eux, « parlant » ne renvoie qu’à une caractéristique individuelle, de bien moindre importance que l’affiliation langagière et culturelle au monde des sourds-muets4. Éduqués avec les sourds-muets, parlant la langue des sourds-muets, dirigeant des associations et des journaux de sourds-muets, rejetés du monde entendant où ils sont regardés comme de malheureux infirmes, ils se considèrent comme sourds-muets même s’ils ne sont pas muets. Dans les discussions qui se poursuivent alors, on ne manque pas de signaler les inconvénients du terme « sourd ». Son adoption introduirait une grave confusion dans l’esprit public, pour qui il signifie simplement « dur d’oreille ». Cette première tentative avortera donc.

De déficient auditif à sourd

8L’offensive resurgira vingt ans plus tard, mais dans un tout autre contexte et à partir d’un tout autre milieu, celui des professionnels de la surdité. Les progrès des appareillages auditifs, le développement de l’orthophonie, les débuts de l’éducation précoce font croire à une prochaine réalisation du programme de Milan. Faire parler les sourds-muets n’est plus un rêve fumeux, c’est un miracle que la science va bientôt accomplir. Dès lors, « muet » devient tabou. Le mot est évacué des noms des institutions, des textes officiels, des diplômes, des publications pédagogiques. Pour le remplacer, on ne reviendra pas au « sourd-parlant » de l’après-Milan. On ne recourra pas davantage à « sourd ». Ce sera « déficient auditif ». Unanimement adoptée, l’étiquette cristallise la vision purement médicale que l’on a des sourds-muets. Le nouveau taxon fait fureur : Association de parents d’enfants déficients auditifs, Union nationale pour l’insertion sociale des déficients auditifs, diplôme de rééducation des déficients auditifs, etc. Entre-temps, et tout à fait indépendamment, la génération dirigeante d’après guerre s’est ralliée à la proposition qui avait été rejetée vingt ans plus tôt. Elle a cru à la bonne nouvelle annoncée par les professionnels de la surdité. Elle y a cru d’autant plus facilement que les sourds n’ont pas plus les moyens de juger de la qualité de leur parole que de celle de leurs compagnons. Ils ne peuvent que croire ce que les entendants leur en disent ; et ceux qui peuvent communiquer avec eux sont toujours des familiers, qui surévaluent grandement les performances vocales. En 1961, à l’occasion d’un changement d’équipe, la Fédération nationale des sociétés de sourds-muets devient la Confédération nationale des sourds de France. Son organe, La Gazette des sourds-muets, est rebaptisé La Voix du sourd, non sans quelques grincements de dents. Changement hautement symbolique, et qui s’accorde bien avec le contenu du journal, qui s’oriente vers la collaboration avec les milieux médicaux. Le langage aussi est symptomatique : on y parle de déshérités de l’ouïe et d’emmurés du silence.

9La publication, dirigée au début par une sourde-parlante et un entendant, ne reflète pas les valeurs de la base, doublement silencieuse. Significativement, les étiquettes de « sourd-muet » et de « sourd-parlant », absentes des colonnes du journal, continueront à être utilisées dans la rubrique des petites annonces de rencontre (fig. 3). Jusque dans les années 1970, ce sont à ces deux étiquettes que les annonceurs continuent de se référer immuablement pour se désigner, et désigner l’ami ou le conjoint qu’ils recherchent. Cela va de soi, puisque ces étiquettes informent de ce qui est essentiel dans toute relation humaine, la langue que l’on utilise.

Fig. 3. Petites annonces de rencontres. La Gazette des sourds-muets, mai 1937.

10À partir de 1975, une succession d’événements va ramener sur le devant de la scène la question sourde, que l’on croyait en passe d’être réglée. Les signes n’avaient pas disparu dans les lieux associatifs, mais tout le monde annonçait leur disparition prochaine. C’étaient les restes d’un passé révolu, qui ne résisteraient plus longtemps aux progrès de la science. Cette période, baptisée en langue des signes « le réveil sourd », va s’accompagner d’un bouleversement de la hiérarchie dans le milieu associatif. Les sourds-parlants vont perdre leur ancienne légitimité et être peu à peu remplacés par une nouvelle génération, élue aux postes de responsabilités en fonction de critères totalement nouveaux : non plus les capacités en français écrit, mais les capacités en langue des signes et une affiliation culturelle sans réserve au monde des sourds-muets. Pour filer la métaphore du centre et de la périphérie, le centre culturel et le centre politique, réunis avant Milan, dissociés ensuite, tendent de nouveau à coïncider.

11Les nouveaux dirigeants, qui ont rompu avec l’idéologie médicale de la surdité, refusent l’étiquette alors triomphante dans les milieux professionnels, celle de « déficients auditifs », qui les définit en négatif. Mais lorsque se produit cette rébellion, le vieux terme « sourd-muet » a disparu de la presse silencieuse depuis plusieurs années. Le terme que l’on cherchera à imposer sera donc celui qui avait été imposé par la génération précédente de dirigeants, et auquel on s’est maintenant accoutumé : « sourd ».

  • 5 Une poignée d’associations maintiennent cependant aujourd’hui encore leur titre traditionnel : le C (...)

12Accorder aux sourds ce qu’ils réclament ne coûte pas grand-chose, à partir du moment où ils ne demandent pas un retour à l’étiquette taboue, celle de « sourd-muet ». On assiste donc à une seconde fièvre baptismale, où tout ce qui avait été renommé « déficient auditif » se voit débaptisé et remplacé par « sourd ». Les anciennes institutions pour sourds-muets, devenues un temps institutions pour déficients auditifs, vont devenir des instituts pour jeunes sourds ; le diplôme de professeur chargé de la rééducation des déficients auditifs devient en 1983 le certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement des jeunes sourds. La plupart des associations de sourds-muets sont de même rebaptisées5.

  • 6 Définitive ? Du Canada, me vient l’information récente que les élites sourdes québécoises revendiqu (...)

13Tels sont les cheminements qui ont conduit à la définitive6victoire de « sourd », effet d’une curieuse conjonction entre deux irréductibles adversaires, les professionnels de la surdité et le mouvement culturel de reconnaissance de la langue des signes. Le paradoxe est que c’est au moment même où les sourds-muets se faisaient à nouveau reconnaître comme membres d’une catégorie anthropologique qu’ils ont entériné un mot qui les fait disparaître comme tels.

  • 7 Le même problème se pose aux aveugles : « On ne peut pas se présenter en disant : Bonjour, je suis (...)

14Sans doute le mot « sourd » présente-t-il quelques avantages symboliques : comme l’ancien « silencieux », c’est un mot insécable qui ne comporte aucun affixe péjoratif ou privatif. Ne renvoyant à rien d’autre qu’à lui-même, il a toutes les caractéristiques formelles d’un ethnonyme. Il est utilisable dans tous les contextes : un taxon comme « déficient auditif » peut être utilisé pour nommer des catégories, il ne peut guère l’être dans la présentation de soi7. Ajoutons que, du point de vue des sourds-muets, ce n’est jamais là qu’une question très accessoire puisqu’il concerne une langue, le français, que la plupart d’entre eux maîtrisent très mal. En langue des signes, ils n’ont jamais cessé de se désigner en référence à la surdité et à la mutité (chapitre 2). Qui sait observer leurs lèvres constatera que, aujourd’hui encore, ceux qui ont plus de cinquante ans continuent à articuler silencieusement le mot « sourd-muet » en même temps qu’ils en produisent la version signée.

15Inévitablement, ainsi que cela avait été prédit dès les années 1940, « sourd » est venu interférer avec l’emploi usuel qu’il avait dans la langue française, où il entrait traditionnellement en opposition avec « sourd-muet ». Qu’un même mot, désignant des réalités aussi éloignées, ait réussi à s’imposer ne peut s’expliquer que par cet éloignement même : les deux sens ne s’emploient pas dans les mêmes milieux ni dans les mêmes contextes. Les sourds au sens usuel, les sourds-muets ne les connaissent tout simplement pas. Pour eux, ce n’est qu’une variété insolite d’entendants, à des années-lumière de ce qu’ils sont eux-mêmes (chapitre 2), et peu leur chaut la manière dont les autres entendants les désignent. De même, dans le milieu de l’enseignement spécialisé, lorsqu’on parle de sourds, on sait fort bien que l’on ne parle pas de presbyacousiques. Le contexte suffit pour lever l’ambiguïté.

  • 8 L’un des sophismes les plus couramment avancés pour défendre ce point de vue est que les sourds-mue (...)
  • 9 Mes recherches dans le milieu des antiquaires, brocanteurs, marchands d’art, pour contribuer à la c (...)

16Là où le problème se pose, c’est lorsque l’on sort de ces deux milieux étroitement circonscrits. C’est pourquoi l’usage courant maintient, contre vents et marées, le vieux vocable « sourd-muet » (et même, en province, « sourd et muet »). C’est lui qui continue à être utilisé avec constance dans la grande presse, ce qui provoque chaque fois l’indignation des milieux professionnels. Dans ces milieux, la première chose que l’on enseigne à tout entendant qui s’en approche est la censure de « sourd-muet »8. Ce n’est pourtant pas un archaïsme, comme je l’entends dire tous les jours ; c’est une nécessité impérieuse pour se faire comprendre9.

Malentendants

  • 10 Lorsqu’il m’arrivera d’employer ce mot par la suite, ce sera toujours avec ce sens.

17L’histoire de la dénomination des sourds ne s’arrête pas là. Un autre terme est apparu, qui n’a fait qu’ajouter à la confusion : « malentendant ». Terme absent de mon édition du Robert de 1967, daté « vers 1960 » dans les dernières éditions, mais dont j’ai trouvé des attestations dès 1940. Comme chacun sait, car cela a souvent été moqué, il appartient au paradigme des termes qui ont pour fonction de masquer une réalité jugée déplaisante, à côté de « technicien de surface » (balayeur), « couches défavorisées » (pauvres), « plan social » (plan de licenciement) et autres « ressources humaines » (personnel), liste qu’un humoriste a proposé d’enrichir de « malcomprenant » (con). Il est parfois utilisé au sens strict pour désigner une catégorie floue mais que l’on peut néanmoins cerner, celle des gens qui ont une perte d’audition partielle, qui ne se situe pas au-dessous du seuil de compréhension de la parole10. Sans doute le malentendant entend-il mal, mais enfin il entend. Son déficit d’audition peut être réduit par le port de prothèses. Il n’a aucun déficit de la parole. Il est ce qu’on appelait naguère un dur d’oreille, celui qui attire les plaisanteries du genre : « Vous allez à la chasse ? – Non je vais à la chasse – Ah bon, je croyais que vous alliez à la chasse... » Avec ce sens, « malentendant » est évidemment légitime. Mais ce vocable cherche aussi à s’imposer comme hyperonyme, au lieu et place de « sourd » dont il n’est qu’une version euphémique particulièrement maladroite. Dès lors, les mots deviennent vides de sens : on voit le Parlement européen souhaiter rencontrer des représentants de la « communauté des malentendants » ; on lit dans la presse que « les malentendants se débrouillent mieux que les entendants sous l’eau » (allusion à la langue des signes) ; un secrétaire d’État chargé des handicapés déclare s’intéresser au sort des « sourds malentendants », monstre logique qui traduit la confusion taxonomique dans laquelle tout le monde s’enferre. La couverture du livre de Jean Grémion, La planète des sourds, hymne à la gloire de la langue des signes, a été ornée par son éditeur d’un dessin montrant un malentendant qui met la main en cornet derrière l’oreille pour mieux entendre... Sans doute l’euphémisme est-il encore de trop : au mois de décembre de l’an 2000, la publicité d’un fabricant de prothèses auditives nous informe que, grâce à lui, « le mot malentendant va disparaître du vocabulaire ».

Conséquences

18Les sourds-muets sont toujours là, mais on ne dispose plus d’aucune étiquette pour les identifier. Or, nous ne pouvons penser le monde qu’au travers du filtre de la langue (Benveniste, 1969: 74) : si plusieurs choses sont nommées d’un même mot, elles sont pensées comme n’étant qu’une seule et même chose. Cet imbroglio n’est pas qu’une offense au plus élémentaire bon sens, il ne cesse d’avoir des conséquences pratiques dans la vie de tous les jours en provoquant des conduites inadaptées.

19Une sourde-muette arrive à l’hôpital en présentant une lettre de son médecin : « Je vous adresse Mme X, qui est malentendante. » Inévitablement, le personnel lui hurle à l’oreille, ce qui non seulement ne produit aucun résultat mais supprime le seul moyen de compréhension possible, la lecture labiale, aggravant l’angoisse de la patiente. Un théâtre national a mis au point un système de sur-titrage qui permet de lire le texte des dialogues pendant le déroulement de la pièce. Comme les promoteurs de l’opération ont entendu dire que les sourds (en réalité les sourds-muets) sont en grande difficulté avec l’écrit, ils ont sur-titré Andromaque avec des textes simplifiés. Mais ce ne sont pas des sourds-muets qui vont voir Andromaque avec sur-titrage, ce sont des malentendants ou des personnes devenues sourdes tardivement. D’où un beau scandale : les spectateurs sont partis au milieu de la pièce, protestant qu’on les prenait pour des débiles. À cause d’une étiquette floue, il y a eu confusion entre deux groupes qui n’ont aucun trait culturel commun. De tels exemples pourraient être multipliés à l’infini.

  • 11 Avec le trait d’union, je me conforme à l’orthographe aujourd’hui en vigueur dans ces milieux.

20Autre conséquence pratique, l’impossibilité de chiffrer la population « sourde ». Chaque fois que la presse écrit que la majorité des sourds sont illettrés, c’est une pluie de protestations de la part des personnes devenues sourdes. Des militants sourds-muets avancent le nombre de quatre millions de sourds. Y compris, bien sûr, lorsqu’ils le font en langue des signes, utilisant donc le signe sans équivoque qui ne peut être traduit que par « sourd-muet ». Inversement, dans les milieux de devenus-sourds11, qui ont longtemps été hostiles à la langue des signes, les sourds significativement baptisés « gestuels » sont sous-évalués à trente-cinq mille personnes, soit 1 % de la population sourde ; leurs revendications spécifiques devant donc être tenues pour négligeables.

  • 12 L’erreur d’Emmanuelle est évidemment tout autre : des dizaines d’ouvrages ont été écrits par des so (...)
  • 13 « Suppression du terme sourd-muet, le remplacer par sourd. Compte tenu des progrès pédagogiques mod (...)

21Lorsque Daniel Gélin dit à la télévision qu’il est le seul comédien sourd à oser avouer publiquement sa surdité (il est malentendant, appareillé), c’est un beau tollé : et Emmanuelle Laborit, alors ? Mais lorsque Emmanuelle écrit dans son livre, Le cri de la mouette (1994 : 9), qu’il est le premier à avoir été écrit par une personne sourde, le tollé n’est pas moindre : on lui oppose Catherine Maury, devenue-sourde qui a livré au public sa souffrance dans L’éclat de rire12... Depuis la récente médiatisation de la langue des signes, les devenus-sourds, ceux-là mêmes qui avaient milité pour la disparition du mot « sourd-muet »13, se plaignent de ce que le public croit que tous les sourds parlent cette langue, et que leur handicap s’en trouve aggravé.

22Inévitablement, le chercheur est englué dans cette inextricable confusion. Il se trouve dans la déplorable situation de ne pouvoir nommer clairement son objet d’étude. Dire « Je fais des recherches sur les sourds » entraîne immanquablement des réponses du genre « Ah oui, je connais bien le problème, ma grand-mère n’entend plus très bien ce qu’on lui dit ». D’où des phrases emberlificotées : « Les sourds, enfin vous savez bien, ceux qui parlent avec les mains, qui ont une langue des signes, ceux qu’on appelait les sourds-muets, quoi... », et la même sempiternelle note infrapaginale à la première page de tous ses articles. On comprendra aisément qu’il est difficile pour un ethnologue d’utiliser un taxon abhorré par une partie des gens qu’il étudie (ceux qui appartiennent aux élites, les autres n’en ayant généralement que faire). Le lecteur devra donc lui pardonner de participer, nolens volens, à la confusion générale en employant « sourd » et « sourd-muet » comme de parfaits synonymes.

  • 14 Ce taxon se trouve sous la plume de Françoise Dolto, dans ses écrits en faveur de la langue des sig (...)

23Le déni de la surdité ne s’est pas limité à la création de « déficient auditif » et à l’usage abusif de « malentendant ». On trouve aussi « non-entendants14 », « sourds non-parlants », « hypoacousiques », « handicapés auditifs », « anacousistes » et autres « personnes avec problèmes auditifs ». La médicalisation de la surdité a produit une taxonomie où les sourds se voient classés en sourds légers, sourds sévères, sourds profonds, avec des combinaisons du type sourds légers-moyens ou sourds moyens-sévères, sans compter une multitude de paliers intermédiaires. L’entreprise d’apprentissage de la parole a entraîné une distinction entre sourds pré-linguaux et sourds post-linguaux (parfois même pré-linguistiques et post-linguistiques).

24Par un double mouvement antagoniste, le vocabulaire s’unifie donc en même temps qu’il se fragmente. Les sourds-muets en sont deux fois occultés. Comme effet de la première tendance, un sourd-muet est devenu un sourd, comme n’importe quel dur d’oreille. Avec la seconde, il devient, par exemple, un sourd congénital sévère-profond.

Sourds et sourds

25Chez quelques sourds lettrés, qui étaient en mesure de saisir l’incroyable confusion induite par les nouvelles appellations, il y a eu au début des réactions ironiques. Dans un texte décapant (Tarabbo, 1987), sont ainsi proposés quelques taxons inédits, tel celui de « sourds doués » pour désigner les élites sourdes, ou quelques combinaisons nouvelles, telles « malsourd » et « demi-entendant », forgés sur le modèle de « malentendant » et « demi-sourd ». Préparant le certificat d’aptitude à l’enseignement des jeunes sourds, l’auteur rapporte avec humour : « Notre promotion comportait trois sourds dont un, c’est-à-dire deux malentendants d’appellation contrôlée et un sourd profond, ainsi que deux entendants profonds eux aussi »...

26Une solution a été proposée. Elle est partie du laboratoire de linguistique de l’université de Gallaudet à Washington (Mottez, 1996 : 114). Autrement dit, d’un groupe d’« initiés » au sens de Goffman (1975 : 41) : personnes placées de l’autre côté de la barrière culturelle mais qui ont su la franchir. Cette solution consiste en une astuce formelle. Utilisé pour désigner un individu porteur d’une déficience physiologique, « sourd » s’écrira avec une initiale minuscule. Pour désigner un membre d’une communauté linguistique, celle qui parle la langue des signes, on l’écrira avec un S majuscule. C’est quelque chose dont les élites sourdes se sont très vite emparées et sur quoi elles se montrent quelquefois pointilleuses, mais qui laisse la majorité de la population sourde complètement indifférente pour la simple raison que, étant donné son degré d’illettrisme, elle n’a aucune idée des emplois que l’on doit faire d’une minuscule et d’une majuscule.

27L’idée de départ, qui est juste, est de prendre acte du fait que les sourds-muets se définissent sur des critères culturels (chapitre 2) ; la conclusion, qui l’est moins, est que, ayant donc quelque chose d’une ethnie, leur nom doit relever des mêmes règles typographiques. Mais, en dichotomisant à outrance une réalité complexe, elle tombe dans les travers qu’elle veut dénoncer. Elle fait fi de la spécificité du groupe culturel des sourds-muets, qui est que l’affiliation se construit au cours de la vie. Elle est tout bonnement inapplicable, hors des discours simplificateurs. Que faire d’un récit tel que celui-ci : « Je suis né sourd mais je suis longtemps resté ignorant du monde des sourds, je croyais que j’étais débile jusqu’à ce que je rencontre d’autres sourds qui m’ont transmis leur langue et leur culture » ? Pour le transcrire en suivant la règle proposée, il faudrait mettre une minuscule au début de la phrase et des majuscules ensuite, avec tous les degrés intermédiaires que l’on peut imaginer. Tous ceux qui s’y sont essayés s’y sont cassé les dents, se contredisant inévitablement d’un paragraphe à l’autre. Je n’aurai pas la cruauté de livrer des citations.

28Ce que traduit l’histoire de ces multiples dénominations – Mottez (1996) parle avec raison de « dé-nomination » –, c’est la difficulté qu’il y a à penser une catégorie constituée par des gens qui ont transmué une déficience sensorielle en productions culturelles ; à commencer par une langue, qui emprunte un canal différent de celui de toutes les autres langues humaines mais présente les mêmes fonctions et la même richesse. C’est une chose pour laquelle on ne dispose d’aucun point de comparaison. Et ce qui est unique est toujours difficile à penser. On est toujours tenté d’en gommer une partie pour le ramener à ce qui est connu.

Que font les sourds avec leurs mains ?

29La pensée s’affole et la langue dérape quand il s’agit de nommer les sourds-muets. Il est inévitable qu’il en aille de même pour nommer ce qu’ils font lorsqu’ils parlent entre eux. Depuis le xviiie siècle et jusque dans les années 1880, les choses sont d’une grande clarté. On parle de langue ou de langage des signes. Dans leurs écrits, les sourds-muets utilisent aussi « mimique » qui, comme « silencieux » ou « sourd », présente l’avantage d’être un mot insécable. Après Milan, ces termes disparaîtront du vocabulaire officiel. Le mot qui va alors s’imposer, avec de multiples dérivations, sera celui de « gestes ». Le mot « signe » implique l’association d’une face signifiante et d’une face signifiée. Cela était déjà clairement énoncé par les premiers grands éducateurs d’enfants sourds, l’abbé de l’Épée ou Bébian ; après Saussure, plus personne ne peut l’ignorer. Considérer que ce que font les sourds avec leurs mains sont des signes, revient à dire qu’ils ont une langue qui leur permet de tout dire ; seul le signifiant leur est spécifique. Avec « gestes » et ses dérivés, on ne considère plus que la manifestation physique du signe, ce trop de corps qui met si mal à l’aise les entendants. Autrement dit, au pied de la lettre, des gestes dépourvus de sens.

30« Gestes » produit « langage gestif », « langue gesticulée », « langage gestuel ». On dit couramment « faire les gestes ». Dans les milieux professionnels, on en tire quelques curieux dérivés : gestuer, gestiver, gestualiser, gesticuler ; d’où, pour nommer ceux qui « font les gestes » : sourds gestuels, sourds gestuants, sourds gestifs, sourds gestualisants, sourds gesticulants... Le terme « mimique » n’a pas été complètement oublié ; on le ressort parfois du placard pour produire le composé « mimo-gestualité ».

31Avec le retour des sourds sur la scène publique, réapparaît le vieux vocable de « langue des signes ». À partir de « signes » sont alors créés de nouveaux dérivés, dont « signer », équivalent commode de « parler en langue des signes ». En cas de besoin, on y recourt pour nommer, dans l’ensemble indistinct des « sourds », ceux que l’on n’ose plus appeler « sourds-muets » et qui deviennent des « sourds signeurs » ou des « sourds signants ».

32Depuis 1998, un débat agite les élites sourdes. Il leur apparaît que « langue des signes » présente l’inconvénient de gommer le mot « sourd ». Or, des entendants aussi ont pratiqué des langues des signes ; les plus connus sont les moines trappistes et les Indiens des plaines. Est donc proposé, pour lever l’ambiguïté, « langue sourde » et même, de manière encore plus radicale, « le sourd », comme on dit « le français ». Cet ultime avatar, parti de Toulouse et pour l’instant très minoritaire, rejoint un certain bon sens populaire : souvent en Bourgogne, des entendants se sont étonnés que je connaisse si bien « le sourd et muet ». Un ami interprète, que sa liberté d’esprit rend imperméable aux censures, se présente dans les commissariats de police où il est appelé, en disant : « Bonjour, c’est moi qui parle le sourd-muet. » Il sait que c’est souvent le plus sûr moyen d’être compris.

Notes

1 J’utiliserai, comme le font les sourds, l’affectueux raccourci « Saint-Jacques » pour désigner cette institution.

2 Sur l’histoire des sourds jusqu’à la fin du xixe siècle, on pourra consulter Cuxac (1983), Poizat (1996), Presneau (1998), Delaporte et Pelletier (2002), ainsi que les thèses non publiées de Karacostas (1981), Virole (1989), Bernard (1999). Avec une thèse de quelque mille cinq cents pages, Yves Bernard a réalisé une œuvre monumentale qui sera une référence incontournable pour la recherche future. Sur le xxe siècle, il n’y a rien ; pas même un mémoire de maîtrise. Les matériaux sont pourtant là, à commencer par la presse silencieuse, aussi prolifique que passionnante, qu’il faudrait recenser, lire, analyser.

3 La discussion se poursuit chaque mois dans La Gazette des sourds-muets,de décembre 1942 à décembre 1943.

4 C’est ainsi que l’on pouvait lire dans La Gazette des sourds-muets de juin 1916 : « Parmi les silencieux et silencieuses en printanières toilettes, on remarqua un sourd-parlant en uniforme d’infanterie, M. Charles Lavaupière, ancien élève d’Asnières. Ceux qui refusent de croire qu’il y a des sourds-muets soldats pouvaient cette fois le voir de leurs propres yeux » (souligné par moi).

5 Une poignée d’associations maintiennent cependant aujourd’hui encore leur titre traditionnel : le Club sportif des sourds-muets de Paris, l’Amicale des sourds-muets de Béziers, l’Association des sourds-muets de Lot-et-Garonne, le Foyer des sourds-muets du Nord...

6 Définitive ? Du Canada, me vient l’information récente que les élites sourdes québécoises revendiqueraient aujourd’hui le retour au vieux vocable « sourd-muet ».

7 Le même problème se pose aux aveugles : « On ne peut pas se présenter en disant : Bonjour, je suis une personne déficiente visuelle, pourriez-vous me laisser votre place ? Ça ferait con » (Blumenfeld, 2000 : 33).

8 L’un des sophismes les plus couramment avancés pour défendre ce point de vue est que les sourds-muets ont des organes vocaux en parfait état : même s’ils ne peuvent parler de façon intelligible, ils peuvent au moins émettre des sons et crier. À ce compte-là, quiconque possède l’usage de ses deux jambes est potentiellement champion olympique du marathon.

9 Mes recherches dans le milieu des antiquaires, brocanteurs, marchands d’art, pour contribuer à la création d’un musée d’histoire des sourds-muets, m’ont prouvé que l’on n’a, aujourd’hui en France, aucune chance d’être compris si l’on demande, par exemple, « de vieux documents sur les sourds ». Cette note n’est pas destinée au lecteur ordinaire, à qui elle semblera trop évidente.

10 Lorsqu’il m’arrivera d’employer ce mot par la suite, ce sera toujours avec ce sens.

11 Avec le trait d’union, je me conforme à l’orthographe aujourd’hui en vigueur dans ces milieux.

12 L’erreur d’Emmanuelle est évidemment tout autre : des dizaines d’ouvrages ont été écrits par des sourds. Mais c’était au xixe siècle, et les sourds du xxe siècle ont toujours été soigneusement tenus dans l’ignorance de ce qui s’était fait lorsque leur langue avait pignon sur rue.

13 « Suppression du terme sourd-muet, le remplacer par sourd. Compte tenu des progrès pédagogiques modernes et du dépistage précoce, on peut affirmer que la surdi-mutité a pratiquement disparu » (Cahier de doléances des devenus-sourds, 1981 : 9).

14 Ce taxon se trouve sous la plume de Françoise Dolto, dans ses écrits en faveur de la langue des signes. C’est celui que rejetteraient le plus violemment les sourds s’ils en avaient connaissance puisque, plus nettement encore que « malentendant », il nomme les sourds en référence à ce qu’ils ne sont pas, avec une négation en forme de pirouette dialectique. Il est symptomatique que les entendants les plus bienveillants à l’égard des sourds sont parfois ceux qui ont commis à leur égard les pires contresens.

Table des illustrations

Légende Fig. 3. Petites annonces de rencontres. La Gazette des sourds-muets, mai 1937.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4141/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

Offert par