Version classiqueVersion mobile

Les sourds c’est comme ça

 | 
Yves Delaporte

Remerciements

Texte intégral

  • 1 J’ai quelquefois légèrement modifié la traduction accompagnant les dessins originaux, en fonction (...)

1Ma dette est grande envers les responsables d’instituts, bibliothèques et associations qui ont mis à ma disposition, sans jamais épargner leur peine, les trésors dont ils ont la garde, en particulier pour me permettre d’y puiser des documents iconographiques : Patrick Belissen et Josette Bouchauveau (Académie de la langue des signes française), Michelle Balle-Stinckwich (bibliothèque de l’Institut national de jeunes sourds de Paris), Maria Pyrkosz (centre de documentation de l’Union nationale pour l’insertion des sourds et déficients auditifs), Yves Lathière (Institut départemental de jeunes sourds d’Asnières), Marcel Tonnelier (Association Baguer Culture) ; ainsi qu’envers les personnes qui m’ont autorisé à reproduire les œuvres, dessins ou photographies dont elles sont les talentueux auteurs : Mitko Androv, Guy Bouchauveau, Jean Bruckmann, Daniel Hureau, Pat Mallet, Annette Mégueulle, Vincent Richet, Fabienne Schindler, Bertrand Thomas, Bernard Truffaut. Une mention toute particulière doit être faite pour la générosité de Jean-François Labouverie et l’équipe de l’International Visual Theater (IVT) dont les magnifiques dessins, réalisés par Anne-Catherine Dufour, sont une référence incontournable pour toute recherche sur la langue et la culture des sourds1.

2Les personnes sourdes qui m’ont accueilli dans leur monde pour m’en faire partager les richesses sont beaucoup trop nombreuses pour être toutes nommées ici, mais ce m’est un devoir de citer au moins Daniel et Victor Abbou, Bernard et Huguette Burel, Chantal Callen, Claude Canu, Georges Charbon, Dominique Favre, Bruno Gomila, Marie-Thérèse L’Huillier, Jean Spitéri, ainsi que les familles Geret, Moureau et Pelletier. Que tous les autres veuillent bien me pardonner.

3J’exprime ma gratitude à Pierre Bonnal qui a fait le traitement infographique de la photo 4 pour lui redonner ses couleurs originelles ; à Marc Renard, responsable des éditions de l’Association de réadaptation et de défense des devenus-sourds (ARDDS), pour les stimulantes discussions, souvent passionnées, que nous avons poursuivies au fil des ans, et son amitié jamais démentie malgré nos divergences ; aux directions de Écho Magazine et de Sourd aujourd’hui qui, en accueillant les résultats préliminaires de mes travaux, ont permis de les faire connaître auprès de la population sourde de France et de Suisse ; aux auteurs et associations auprès desquels j’ai trouvé une connivence intellectuelle et nourri mon inspiration : tout particulièrement Christian Cuxac et Benoît Virole, l’Association nationale de parents d’enfants sourds (ANPES) et l’Association de recherches interdisciplinaires en langue des signes (ARILS).

4Mes pensées s’adressent encore, pour différents motifs qu’ils connaissent, à Arlette Chasserez, Henri et Fanny Corderoy du Tiers, Elizabeth Kraut, Paul Milot, Catherine Prabel, Thierry Ruchot (sourds) ; Yves Bernard, Aude de Saint-Loup, Renée Louviot, François-Xavier Nève, Sophie Paillet, Jehan Pinart, Michel Poensin, Jean-Marie Vanzo (entendants) ; à Françoise Bonnal, ma complice dans une autre entreprise en cours, une vaste recherche sur l’histoire de la langue des signes, qui a fait une relecture attentive du manuscrit ; ainsi qu’à Nathalie Fourrier qui, avec une compétence peu commune, a su résoudre toutes les difficultés qui se posent à chacune des étapes de la longue chaîne opératoire de fabrication d’un livre.

  • 2 Les références précises sont indiquées dans la bibliographie.

5Je remercie les éditeurs des revues et actes de colloques qui m’ont autorisé à reprendre, en les remaniant plus ou moins profondément, des textes initialement parus dans Terrain, Ethnologie française, Psychologie clinique, L’Homme, Sociétés et cultures enfantines, Paroles à rire, La Querelle2. Qu’il me soit enfin permis d’exprimer ma reconnaissance à Christine Langlois qui, en accueillant ce livre dans la collection « Ethnologie de la France », contribue à rompre le silence que l’ethnologie avait fait jusqu’ici sur l’existence d’une minorité linguistique composée de quelque quatre-vingt mille citoyens français.

Notes

1 J’ai quelquefois légèrement modifié la traduction accompagnant les dessins originaux, en fonction du contexte auquel ils viennent s’intégrer dans le présent ouvrage.

2 Les références précises sont indiquées dans la bibliographie.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search