Version classiqueVersion mobile

Les amphores du nord-est de la Gaule

 | 
Juliette Baudoux

Chapitre 2. Les amphores Morphologie, chronologie et diffusion

Résumé

Ce chapitre met en place le cadre géographique, humain et historique de cette vaste région du nord‑est de la France, couvrant cinq départements français actuels et appartenant dans l’Antiquité à deux provinces au statut différent : l’Alsace intégrée à la Germanie supérieure, district militaire, et la Lorraine à la Gaule Belgique, province civile. À travers la centaine de sites prospectés, sont évoquées la diversité des milieux ainsi que la multiplicité et la spécificité des foyers de consommation.

Texte intégral

2.1 Introduction

1À partir d’un corpus des fragments d’amphores timbrées et non timbrées apparues dans la région pendant toute la période romaine (matériel dans sa grosse majorité inédit), cette partie sera consacrée à l’analyse morphologique, épigraphique et chronologique des types d’amphores présents dans le nord‑est, ainsi qu’à un essai d’attribution aux ateliers producteurs et à l’analyse de leurs réseaux de distribution propres. Les incertitudes découlant de ces analyses (formes non classées, fragments d’origine incertaine...) seront soulignées.

2Les interrogations sur les multiples aspects de la diffusion de ces productions céramiques sont nombreuses : à quel moment apparaît un nouveau type d’amphore dans le nord‑est, et quand et pourquoi, pour un même produit, est‑il remplacé par un autre récipient ? Perçoit‑on, ou non, un décalage chronologique des importations au nord des Alpes par rapport au sud ? Quels sont les pays en rapport commercial avec la Gaule du Nord‑Est ? Existe‑t‑il des courants de distribution préférentiels entre cette région et certaines zones productives ? Peut‑on y voir une zone d’influence particulière de certains propriétaires ou négociants ? Cette région a‑t‑elle produit, elle aussi, des amphores et quel est l’impact du tonneau sur les importations d’amphores ? À toutes ces questions, nous tenterons de répondre. Il est utile, auparavant, de s’interroger brièvement sur la nature du contenu de l’amphore et sur le rôle de cette dernière dans le transport des denrées.

  • 1 Voir les inscriptions peintes du Castro Pretorio (Dressel, 1879), celles trouvées dans les camps mi (...)

3Il est donné pour acquis que la plupart de ces récipients à deux anses destinés, dans l’Antiquité, au transport des denrées alimentaires, contenaient principalement du vin, des salaisons et de l’huile (le blé étant transporté en sacs pour éviter sa fermentation). Pour déterminer les contenus de ces amphores, les archéologues s’appuient sur plusieurs indices comme les inscriptions peintes, l’analyse en laboratoire des substances déposées au fond des amphores et les textes anciens, sources précieuses pour la connaissance des cépages et des régions productrices1 La prospection sur le terrain confirme ces productions. De nombreux ateliers d’amphores sont repérés, proches des installations de pêcheries ou des pressoirs à vin des riches domaines viticoles.

4Toutefois, l’amphore n’était pas le seul type de conteneur utilisé pour le transport de ces denrées. Pour faciliter certains trajets terrestres ou rationaliser l’écoulement d’une production abondante, trois sortes de conteneurs étaient utilisées, parallèlement à l’amphore : l’outre, le dolium fixé sur bateau‑citerne et le tonneau.

5L’emploi de l’outre semble généralisé pour acheminer le vin et l’huile sur une petite distance, notamment en Italie entre les domaines viticoles et Minturnes (Tchernia 1987 : 307), et en Bétique dans le secteur amont du Guadalquivir non navigable (Ponsich 1987). Le produit était ensuite consommé localement ou transvasé en amphore ou en dolium pour être exporté. Dans une province éloignée, l’utilisation de l’outre n’interfère pas sur la courbe des importations.

  • 2 7 épaves de bateaux‑citernes sont citées par Liou (1985 : 26) et Hesnard et al. 1988. Les opération (...)

6Le vin de qualité courante pouvait, en particulier au ier s. ap. J.‑C., être transporté d’Italie et d’Espagne en bateaux‑citernes (ou dolia fixes)2. Les récipients dans lesquels était déversé ce vin ne sont pas connus (peut‑être était‑il distribué « en vrac » dans les grands centres de consommation ?), On ne peut donc pas mesurer localement l’importance de sa consommation.

7L’emploi du tonneau était courant dans les régions septentrionales déjà du temps des Celtes (Tchernia 1986 : 285 ; Laubenheimer 1985 : 65 ; Forrer 1927 : 412 ; Desbat 1991), et celui‑ci est abondamment représenté sur les bas‑reliefs du Nord‑Est de l’époque gallo‑romaine, notamment chez les Médiomatriques (stèles de l’îlot St‑Jacques à Metz figurant le transport d’une cuve de raisin et la fabrication d’un tonneau). Il serait intéressant de savoir à quel moment il fut aussi utilisé en Gaule méridionale et jusqu’à quel point il remplaça l’amphore, ce qui peut avoir une incidence capitale sur l’étude des importations du vin de Narbonnaise à partir du iie s. (au Molard dans la Drôme, un bas‑relief du iiie s. représente une barque chargée de tonneaux) (Lafarges 1985 : 542). Les militaires l’employaient‑ils fréquemment pour approvisionner les camps ? Contenait‑il alors du vinaigre ou de vin ? (Tchernia 1986 : 15). Il est d’ores et déjà certain que tout un pan du commerce alimentaire nous échappe. Il faut donc être bien conscient que l’amphore ne représente qu’un moyen, certes le plus usité, de transporter les denrées dans le monde romain et que d’autres modes de transports sont susceptibles de modifier l’interprétation des données économiques.

2.2 Le vin

8Comme le souligne Tchernia (1986 : 11), « le vin est un élément fondamental de l’alimentation dans l’Antiquité » et, en ce qui concerne les productions agricoles, c’est en grande partie à la vigne que l’Italie, jusqu’à l’époque d’Auguste, doit sa prospérité économique, puis les Provinces leur émancipation, en participant à l’effort de ravitaillement du peuple de Rome et de ses troupes en campagne. La classe aisée des citadins, les officiers et leur entourage, les soldats qui ne se contentaient pas uniquement de la posca, boisson ordinaire à base de vinaigre fournie par l’armée (Tchernia 1986 : 15), disposaient de toutes sortes de vins parvenus des contrées les plus lointaines. Les amphores à vin importées dans le nord‑est de la Gaule reflètent cette diversité. Elles seront traitées par pays d’origine et, autant qu’il est possible, par ordre chronologique d’arrivée, les plus anciennes étant les Dr 1 de la côte tyrrhénienne de l’Italie, remplacées progressivement à partir du troisième quart du ier s. av. J.‑C. par les Dr 2‑4, dont la forme originaire de Grèce est reprise par de multiples ateliers italiens, catalans et gaulois. Les types se multiplient au tournant de l’ère : les Dr 2‑4, les Pascual 1, Oberaden 74 viennent de Catalogne, les Haltern 70 de Bétique, des vins spéciaux de Cos, Rhodes, Cnide, en mer Egée. La Gaule produit à son tour des amphores à fond pointu imitées des formes précédentes, et des formes originales à fond plat dont la plus diffusée sera la Gauloise 4, fabriquée à partir du milieu du ier s. ap. J.‑C. L’analyse morphologique et quantitative du matériel permettra de mesurer l’importance du commerce du vin dans le nord‑est de la Gaule qui, jusqu’à présent, demeurait vierge sur les cartes de répartition, et d’établir une chronologie précise de l’arrivée des types d’amphores afin de la comparer aux dates d’exportation communément admises.

2.2.1 Le vin italien

2.2.1.1 Les Dressel 1

  • 3 En marge des importations italiques, et bien que cette découverte n’entre pas dans le cadre chronol (...)
  • 4 Tchernia 1986 : 312. Sur la chronologie des amphores républicaines, voir Hesnard 1986b.
  • 5 Les critères de définition sont établis principalement à partir des mesures HT, HL HP, angle d’épau (...)

9225 amphores à vin italiques3 ont été identifiées, dont un seul profil complet (M2), et 163 rebords appartenant aux nombreuses variantes du groupe des Dr 1 que Tchernia distingue du groupe des gréco‑italiques par son rapport « hauteur totale moins la pointe » sur « largeur maximale supérieur à 2,9 »4. (Ces deux groupes correspondent aux anciennes formes Républicaines III de Benoit et Lamboglia ainsi qu’aux Républicaines I et Républicaines IIIc dont la typologie n’est plus en vigueur [Benoît 1961 ; Lamboglia 1955 ; Laubenheimer 1980]). Les gréco‑italiques ne semblent pas représentées ici. La fragmentation du matériel interdit une attribution précise aux séries morphologiques définies à partir des amphores intactes trouvées dans les épaves méditerranéennes (Grand‑Congloué 2, Planier 3, Dramont A, Giens…)5. L’évolution continue entre gréco‑italiques (Républicaines I) et Dr 1, et la grande diversité des lèvres dans chaque série rend caduque toute attribution systématique d’une lèvre isolée à un groupe.

10La seule perspective d’étude possible pour les sites de Gaule tempérée est celle de l’analyse des proportions de types de lèvres rencontrées à chaque endroit. Comme on va le voir, Vaussanvin a récemment démontré que l’évolution globale des profils se répartit régulièrement selon les couches chronologiques des sites de la vallée de la Saône et ceci avec une précision d’un quart de siècle (Vaussanvin 1985 : 126). Dans l’est, seul le gisement de Naix (Meuse), récemment découvert, est suffisamment important pour pouvoir effectuer ce travail de sériation. Nous ne connaissons malheureusement que son terminus ante quem, d’ailleurs très lâche. À travers les données chiffrées, des parallèles seront établis avec des sites étudiés à partir des mêmes bases méthodologiques. Les individus restants, géographiquement très dispersés, seront traités sous un angle purement chronologique, en privilégiant l’analyse du matériel associé. Cette recherche aura pour but de situer avec cohérence les importations régionales de vin italique par rapport aux horizons connus des grands gisements septentrionaux.

2.2.1.2 Les amphores de Naix

  • 6 Synthèse des fouilles dans Gilquin 1983.
  • 7 Boviolles était en étroite relation avec la vallée du Rhône, comme le montre la présence de monnaie (...)
  • 8 Elles proviennent de structures anciennes relevées sous le podium d’un sanctuaire édifié à la fin d (...)

11Les fouilles récentes ont été menées à partir de 1970 par Gilquin, puis en 1986 par Legin6. Les structures ayant livré le matériel (déposé à St‑Amand‑sous‑Ornain), se situent sur le plateau de Mazeroy (commune de Naix‑aux‑Forges), dans la haute vallée de l’Ornain, au pied du chaté de Boviolles, le grand oppidum marché des Leuques, fréquenté également par les Rèmes et les Médiomatriques, site très intéressant dont le matériel n’est malheureusement pas accessible7. À Naix, 364 fragments de Dr 1 ont été dénombrés, dont 120 lèvres différentes8.

Analyse morphologique

  • 9 À savoir HL avant ressaut ; EP pris à l’endroit maximal ; DL à l’embouchure.
  • 10 Voir Perrin 1973. Vaussanvin met en évidence les variations de fabrication en établissant des graph (...)

12L’étude métrique des 120 lèvres se fondera sur les paramètres conventionellement retenus9. Le système élaboré par Perrin repris par Vaussanvin et Aulas10, pour le matériel de certains sites d’Auvergne, des vallées du Rhône et de la Saône, propose d’échapper à la classification Dr 1 A et Dr 1 B en créant des groupes établis en comparant l’inclinaison de la lèvre à sa hauteur. Vaussanvin (1979 : 122) met en relation des courbes continues de répartition en nombre selon ces deux critères, en faisant appel à des notions mathématiques relativement complexes. Le classement d’Aulas a le mérite de s’appliquer à un matériel daté, celui des 5 couches stratigraphiques des sites Gilbertes et St‑Joseph à Roanne (Loire) (séquences allant de 80 av. J.‑C. au dernier quart du ier s.) (Aulas 1983 : 223), qu’il compare ensuite au matériel non daté des sites du Terrail et de Ravit, à Amplepuis, dans la vallée du Rhône. Sa méthode, souple, prend en considération des lèvres intermédiaires entre les types A et B, à la fois courtes et droites, dont Tchernia souligne la difficulté d’insertion dans les limites classiques. Nous opterons pour cette approche (Aulas 1983 : 227 ; 1985 : 92) en essayant de voir si toutes les lèvres de Naix entrent dans ce classement morphologique et si, à travers l’évolution des profils, cette méthode a une réelle valeur chronologique. Celle‑ci repose sur la définition des groupes morphologiques suivants :

13– 1er groupe : HL 34 mm – inclinaison entre 49 et 70o ;
– groupe : HL entre 35 et 45 mm – inclinaison entre 55 et 80o ;
– groupe : HL entre 40 et 55 mm – inclinaison > 80o ;
– groupe : HL > 56 mm – inclinaison > 80o.

14À Naix, l’éventail des mesures est très large (fig. 4 ; annexe 2, tabl. xxii, A), toutes les lèvres ont une hauteur comprise entre 32 et 80 mm, et une inclinaison variant de 60o à 103o. Des groupes intermédiaires 1‑2 et 2‑3 ont dû être constitués pour certains exemplaires n’entrant pas dans les groupes proposés par Aulas.

FIG. 4 – Profils de lèvres de Dr 1. A Profils de Dr1 de Naix à l’intérieur de chaque groupe morphologique ; B profils des Dr 1 de Metz. (Échelle 1/2)

V.T. del. d’ap. J.B./dAf

Groupe 1
  • 11 Celles dont le rapport HL/EP est ≤ 1.

153 lèvres, soit 2,5 % du total ; l’inclinaison, entre 65o et 70o, n’est pas très prononcée ; les profils sont triangulaires. Selon Aulas (1983 : 227), ce groupe est plus important entre 80 et 50 av. J.‑C., mais il ne disparaît que vers 20 av. J.‑C. Il n’y a pas ici de lèvres très inclinées caractéristiques des gréco‑italiques (Hesnard 1981)11, qui prédominent à Bâle G.F. et à Variscourt au milieu du ier s. av. J.‑C. (Constantin et al. 1982 : 273).

Groupe intermédiaire 1‑2

164 bords ont une hauteur inférieure à 34 mm mais une inclinaison faible de 75o à 85o. Ils ne trouvent pas leur place dans le classement d’Aulas. Leur profil tend à se rapprocher du bandeau et sont semblables aux groupes B et C de Gilbertès 1 de Roanne, datés de 50 à 30 av. J.‑C.

Groupe 2

1723 lèvres représentent un cinquième du lot ; elles ont une hauteur comprise entre 36 et 42 mm ; l’inclinaison va de 70 à 80o. Sur les sites de Roanne, Aulas constate que ce groupe est plus fort à Gilbertes 1 vers 50‑40 av. J.‑C. et qu’il ne diminue à Gilbcrtès 2 qu’à partir de 30 av. J.‑C., en subissant à travers le temps quelques modifications d’inclinaison (Aulas 1983 : 224). Ce phénomène est inobservable à Nasium, par manque de stratigraphie ; ce groupe est le plus important au Terrail, daté par rapport à Roanne, du milieu du ier s. av. J.‑C.

Groupe intermédiaire 2‑3

18Lèvres à hauteur faible (33 à 39 mm) et inclinaison comprise entre 80o et 87o, ne sont pas incluses dans le groupe précédent. Comme pour les intermédiaires 1‑2, le profil se redresse en petit bandeau.

Groupe 3

1967 lèvres constituent le groupe le plus important de Naix. La hauteur varie de 41 à 55 mm pour une inclinaison de 80o à 101o ; l’épaisseur peut être forte ; 16 exemplaires ont une lèvre légèrement éversée (90o à 95o, voir plus de 100o pour le no 277). Rare avant la conquête, ce type prédomine à Gilbertès entre 30 et 20 av. J.‑C. et représente encore 50 % de toutes les amphores de Roanne dans le dernier quart de ce siècle, l’autre moitié étant constituée uniquement de lèvres du type 4.

Groupe 4

20Comprend 14 exemplaires soit un dizième environ de l’ensemble, 5 lèvres sont éversées. Exception faite de 2 bords hauts de 68 et 80 mm, les autres se situent entre 56 et 61 mm. Le groupe représente la Républicaine III B dont les ateliers de production seraient situés essentiellement en Campanie septentrionale et dans le sud du Latium (Hesnard 1990). Ce type, produit dès la première moitié du ier s., n’apparaît pas avant la conquête à Roanne ; il y est par contre majoritaire à la fin du siècle. Notons qu’il est absent au Terrail qu’Aulas date, par estimation, du milieu du siècle, mais bien présent au Ravit, daté également par le même auteur des dernières décennies du ier s. (Aulas 1985 : 97).

21Ainsi les Dr 1 de Naix appartiennent en majorité au groupe 3. Elles pourraient donc être situées dans le même horizon que les amphores de Gilbertes appartenant au groupe chronologique D, mais antérieures à celles de Ravit et postérieures à celles du Terrail ; en effet, si l’on s’en tient à cette méthode d’analyse, la présence des groupes 1 et 2 (un tiers de l’ensemble), et d’autre part la faible représentation du groupe 4 nous inclinent à penser que ces amphores pourraient dater du troisième quart du ier s. av. J.‑C. Des arguments plaident en faveur de cette fourchette chronologique : l’ancienneté de l’édifice (gaulois), par rapport aux autres vestiges de ce plateau et, d’autre part, d’après les fouilles anciennes, l’abandon de Boviolles pour la plaine au moment de la conquête (Deyber 1984a : 232). Rien ne s’oppose à ce que ce vin ait été consommé sur le plateau de Mazeroy dans les mêmes années ; ces résultats sont donnés à titre d’hypothèse. Il existe, nous l’avons vu, un flottement dans la classification de 14 lèvres dont le bord est petit et peu incliné. De plus ce système repose uniquement sur la stratigraphie de Roanne.

Les autres données

22En comparant avec les données des 22 autres cols trouvés en Alsace et Lorraine, dans des contextes chronologiquement relativement tardifs (annexe 2, tabl. xxii, B), il apparaît que les groupes 3 (11 ex.) et 4 (7 ex.) y sont essentiellement représentés, ce dernier groupe étant le plus faible, comme en Saône‑et‑Loire.

23À cet égard, les 8 lèvres de Metz sont très intéressantes puisque les contextes dont elles proviennent ne sont pas antérieurs au dernier quart du ier s. av. J.‑C. Elles n’incluent aucune amphore des groupes 1 et 2. Contrairement à Naix, les inclinaisons sont ici très proches de la verticalité ou éversées (fig. 4, B). Comme à Ravit, les groupes 3 et 4 s’équilibrent à peu de chose près. Si à Naix, quantitativement, la courbe maximale des hauteurs de lèvres se situe entre 40 et 45 mm, elle semble à Metz nettement supérieure, malgré la faiblesse numérique des fragments.

24Un rapide tour d’horizon de la fourchette des mesures prises sur les lèvres dans d’importants sites du nord de la Loire indique :
– Tournus‑Sept‑Fontaines : 35‑46 mm (daté entre 90 et 40 av. J.‑C.) (Vaussanvin 1985 : 120) ;
– Cersot (Saône‑et‑Loire) : 37‑49 mm (entre 60 et 30 av. J.‑C.) (Vaussanvin 1979 : 111).
– Sion (Meurthe‑et‑Moselle) : 40‑59 mm (troisième quart du ier s.) (Legendre 1983).
– Bâle G.F : 31‑54 mm (av. 50 av. J.‑C.).
– Bâle MH : 36‑66 mm (ap. 50 av. J.‑C.).
– Manching : 35‑46 mm (av. 60 av. J.‑C.) (Stöckli 1979 : 119).
– Alésia : 46‑55 mm (quatrième quart du ier s.) (Mangin 1981).
– Zurich‑Lindenhof : 59‑69 mm (vers 12 av. J.‑C.).

25Metz tendrait à se rapprocher des deux derniers sites. Ces concordances renforcent l’hypothèse du sens chronologique que l’on peut accorder à l’évolution des profils selon les critères de la hauteur et de l’inclinaison. Le système d’Aulas semble donc globalement intéressant, en ce qui concerne tout au moins les Dr 1 du nord‑est de la Gaule.

  • 12 M2 : HL 41 mm ; DL 170 mm ; HL 260 mm ; DP 270 mm ; HP 540 mm ; HA 23 mm ; EA 25 mm ; AL 65 mm ; AA (...)

26Signalons la présence à Metz de l’amphore intacte M2, proche par la morphologie et la pâte12 d’un exemplaire du Grand‑Ribaud portant l’inscription amineum passum, vin doux de Campanie (Carrazé 1975 : 35).

Le problème des Dr 1 A et Dr 1 B

27Les avis ont divergé quant aux limites à adopter pour séparer les A des B dans le cas où les lèvres sont seules conservées (Arcelin 1981 ; Furger Gunti 1979 ; Vaussanvin 1979 : 108 ; Mandy 1988). La distinction faite par Tchernia (1986 : 313) clarifie la situation : « Bien que la parfaite définition de la Dr 1A soit une lèvre inclinée dont la hauteur est comprise entre 35 et 39 mm, sont incluses dans les Dr 1A toutes les lèvres inférieures à 55 mm et ne correspondant pas aux critères de définition de la B et de la C ». Il est tout aussi certain qu’il faut subdiviser le groupe des Dr 1 A, tout au moins pour les petites lèvres, dont certaines sont inclinées et les autres en petit bandeau. Si la hauteur de la lèvre n’est pas un élément chronologique essentiel, le critère de l’inclinaison paraît déterminant : en effet, les très rares lèvres proches des gréco‑italiques et du groupe 1 d’Aulas trouvées dans l’Est, sont toutes issues de contextes antérieurs à 30 av. J.‑C., nous les appellerons Dr 1 A 1 ; elles disparaissent au même moment à Albintimilium, à Bâle‑Cathédrale et en Saône‑et‑Loire. En revanche, les lèvres Dr 1A 2, courtes et droites (localement hauteur comprise entre 32 et 45 mm) perdurent parallèlement aux Dr 1 appartenant au groupe 3 d’Aulas et aux Dr 1 B, jusqu’à la fin des importations des Dr 1. On en trouve à Usspann, Metz (rue Marchant) et à Sarre‑Union (fig. 4, Gr 1‑2).

Les pâtes
  • 13 Limites de Benoît : HL : 56 mm, Stockli 50 mm. Vaussanvin appelle B les lèvres de 47 mm et éversées (...)

28Les moyens d’observation à notre disposition ne permettent qu’une étude approximative des argiles. Divers types de pâtes ont été publiés13, d’après les résultats d’analyses complexes faites en laboratoire, mais parfois aussi, à la suite de classements empiriques donc subjectifs. Afin d’éviter toute erreur d’attribution à ces types, nous avons constitué, par analyse macroscopique, des grands groupes simples à différencier, qui permettent un catalogage élémentaire.

● Type A

29Il se caractérise par la présence de nombreuses particules noires vitreuses, d’origine volcanique associées à quelques petites inclusions de sable blanc et d’oxyde de fer. D’après les dernières analyses, (Hesnard et al, 1989 : 38) cette argile ne provient pas exclusivement de la région du Vésuve. On trouve 12 exemplaires de ce type en Alsace et Lorraine (5,4 % des 222 Dr 1). À Naix, ce groupe représente 3,3 % des 120 lèvres ; son importance régionale est faible. Les formes de lèvres ont une hauteur moyenne ; nous ne distinguons pas de séries homogènes pour les profils (fig. 5).

FIG. 5 – Profils de lèvres de Dr 1 selon les groupes de pâtes ABCF. (Échelle ½)

V.T. del. d’ap. J.B./dAf).

● Type B

30Les particules noires brillantes d’origine volcanique sont éparses et accompagnées d’inclusions sableuses. La pâte est dure et assez fine. Avec 14 amphores (dont 6 à Naix), il concerne 6,3 % du matériel. On n’observe pas d’unité dans les formes.

● Type C
  • 14 Certains points blancs sont en réalité des alvéoles blanches plus ou moins importantes. Il serait n (...)

31La pâte est dure et homogène, de couleur rose sombre ; elle contient de nombreux petits points blancs14 . On compte 12 individus (6 à Naix) soit 5,4 % de l’ensemble. Les profils présentent une certaine similitude : ils sont droits et forment un bandeau peu développé.

● Type D

32Il comprend des pâtes roses, fines, dures, avec un dégraissant peu visible et concerne 35 amphores de Naix (29 % des 120 lèvres).

● Type E

33On distingue cette pâte sableuse par ses plages de couleurs successives et ses gros grains marrons, ronds et opaques, dont la taille varie de 1 à 2,5 mm. Elle concerne 9 amphores de Naix, soit 7,5 %.

● Type F

34Les grosses taches ferrugineuses rondes ou ovales de 3 à 4 mm de diamètre en sont caractéristiques. Sur 17 individus, dont 9 à Naix, elles sont particulièrement importantes. La pâte est fine et claire, de couleur beige.

● Pâtes sans classification (SC)

35Les inclusions, opaques, marrons et blanches, sont de taille et de densité variables ; on peut voir des petits points ferrugineux. Ayant eu des difficultés à introduire des subdivisions précises selon le type des particules, nous avons englobé dans ce groupe toutes les pâtes comprenant un dégraissant multiforme, ce qui explique son importance numérique. Une nouvelle classification de ces pâtes serait nécessaire. Ce groupe prédomine à Naix, avec 46 exemplaires, soit 38,3 % du lot.

  • 15 Sur 155 analyses faites sur du matériel d’Ampurias, Pech‑Maho et Carthage, 17 % seulement viennent (...)

36Pour la plupart des groupes, aucune attribution précise aux ateliers connus de la côte tyrrhénienne de l’Italie n’est envisageable par analyse visuelle. Les analyses en laboratoire se révèlent même être décevantes car de nombreux centres de fabrication d’amphores sont encore inconnus. Selon le dernier bilan, une dizaine d’ateliers de Dr 1 seulement sont connus, alors que les analyses faites à partir de pâtes de Dr 1 prélevées sur quelques lieux de consommation indiquent une centaine d’ateliers différents (Hesnard et al. 1989 : 56)15.

Les marques

37Le corpus régional comprend 14 estampilles imprimées sur les lèvres et les anses des amphores. Excepté celui de SESTIUS, ces timbres n’ont encore pas d’origine connue, en Italie.

Étude chronologique

  • 16 Seule doit être prise en compte dans une couche archéologique, la proportion entre deux types d’un (...)
  • 17 Pour la campanienne, Morel (1990) propose, tout en mettant en valeur les difficultés de datation qu (...)
  • 18 Les monnaies ne donnent que le terminus post quem ; à la Bure, par exemple, les potins sont employé (...)

38Les données actuellement disponibles fournissent quelques points de repère utiles pour la délicate étude des principales étapes de la circulation du vin italien sur les sites régionaux. Cette approche passe obligatoirement par l’analyse des séquences stratigraphiques et de leur mobilier, afin de replacer les amphores Dr 1 dans les phases culturelles connues (ou horizons), dont les composantes principales ont été redéfinies lors de la table ronde de Valbonne (séminaire de Valbonne, oct. 1986). Sans vouloir s’attarder sur les difficultés rencontrées par les fouilleurs dans l’établissement d’une chronologie à partir de séries d’objets, domaine où les connaissances évoluent rapidement, il faut souligner le caractère aléatoire des datations fondées sur la présence d’un seul objet16 ; seules comptent les proportions entre objets), ainsi que sur celle de la campanienne17 et de certaines monnaies gauloises18. On utilisera comme critères typologiques des objets caractéristiques d’une certaine période (les fibules de Nauheim, à coquille, à collerette, le bol de Roanne, les écuelles carénées à profils en S, les présigillées, le gobelet ACO, la céramique terra nigra et gallo‑belge etc.) et leur date d’apparition dans la vallée du Rhin (Colin, Buchsenschutz 1990 : 127‑130) et Duval (1990). Mais en tout premier lieu, on s’appuiera sur les datations stratigraphiques ainsi que sur les précieuses indications fournies par la dendrochronologie (ceci pour quelques Dr 1 trouvées à Metz).

Première étape : av. 58 av. J.‑C.

39Elle correspond aux premières traces observées de l’arrivée des Dr 1 en Alsace et Lorraine. Elle concerne actuellement trois sites : pour deux d’entre eux, les couches ayant donné ces amphores ont été détruites avant cette date ; pour le dernier, la couche est datée par la dendrochronologie.

L’oppidum d’Étival
  • 19 Nouvelle nomenclature adoptée en 1981 (Deyber et al. 1984b : 178) ; elle correspond à l’ancienne co (...)
  • 20 Pour la fibule de Nauheim, voir Duval 1990b. Selon Berger et Furger, les dernières fibules de Nauhe (...)

40Les fouilles ont fourni une Dr 1 A issue du niveau 219 (Deyber et al. 1984b), associée à une fibule de Nauheim20, une monnaie éduenne anépigraphe en argent, de la poterie indigène décorée et des jattes carénées proches de la forme Roanne no 7, ainsi que de la Campanienne A, forme 36. Deyber place le terminus ante quem de cette couche vers 58 av. J.‑C.

● Sierentz
  • 21 Selon Wolf (1983 : 20), la datation des fibules de Nauheim doit être resserrée ici, par la céramiqu (...)

41L’amphore SI porte l’estampille MOC dont la datation à Marseille et à Manching est antérieure à 50 av. J.‑C. À Sierentz, elle pourrait donc dater de la première occupation du site, contemporaine de Bâle G.F., dont le mobilier est constitué de fibules de Nauheim21, de la céramique fine du Rhin supérieur, de céramiques peintes de l’époque de l’indépendance, de potins leuques et séquanes et de l’imitation de campanienne (Wolf 1985 : 46). Wolf situe l’abandon provisoire du site vers le milieu du ier s. av. J.‑C. (1983 : 22).

● Metz‑rue Taison
  • 22 Fouilles 1987 C, Dreidemy, O. Faye, M. Georges, D. Périchon, P. Thion. Couches S3, 1038 et 1033.

424 tessons d’amphores différentes22 ont été trouvés en 1987 dans le remblai de construction du dernier état du rempart gaulois daté par la dendrochronologie de 55 ou 53 av. J.‑C. (Dreidemy et al. 1988). Les amphores y sont résiduelles et sont accompagnées uniquement de quelques fragments de céramique noire de La Tène III.

436 amphores sont donc datables de la fin de La Tène D1. Cette phase correspond à la période finale de Bâle G.F. qui précède de peu la conquête. À cette époque, donc, le vin italique est un produit rare et peu distribué dans la région. Il n’est consommé que sur les sites de hauteur (à Sierentz, il s’agit d’un échange dit de proximité). Ailleurs, dans le même horizon, les Dr 1 sont présentes, par exemple, à Hochstetten et Manching, dans la vallée de la Saône à Varennes‑les‑Mâcon et St‑Symphorien‑d’Ancelles (Barthélémy 1985 : 141), en Seine‑et‑Marne à Vaire‑sur‑Marne (Bulard, Drouhot 1981) et dans certaines sépultures de Champagne et des Ardennes dont Hannogne (Chossenot 1981 : 344).

Deuxième étape : entre la conquête et Auguste (passage La Tène D1 à La Tène D2)
  • 23 Reinecke place la phase récente de La Tène III vers 80‑58 av. J.‑C. Elle est appelée aussi phase mo (...)

44Les amphores de Sion et de Nasium, pour lesquelles Legendre et nous‑même avons donné parallèlement une fourchette chronologique identique (troisième quart du ier s.), semblent appartenir à cette période charnière qu’est le passage de La Tène D1 à La Tène D223 et à celui de la phase 2 à la phase 3 du faciès typologique du mobilier des habitats laténiens (Colin, Buchsenschutz 1986 : 129). Les importations de vin se multiplient ; les Dr 1 A, associées à Sion à 23 tessons de campanienne, sont encore largement majoritaires sur les deux sites.

45Le manque d’objets spécifiques à cette période fait qu’il est difficile de replacer ces ensembles par rapport à la guerre des Gaules. La même hésitation vaut pour le matériel amphorique d’autres sites comme Condé‑sur‑Suippe‑Variscourt (Constantin et al. 1982 : 275).

  • 24 La Tène III se prolonge, selon Vaussanvin jusque vers 20 av. J.‑C. ; elle comprend le GRP ancien de (...)

46Dans le même ordre d’idée, la Dr 1 A d’Ehl du fond de cabane de La Tène III (Helmer 1970 : 41, fig. 5, no 1)24, associée à des jattes carénées, des écuelles en terre grise lustrée et des poteries peintes ou peignées et incisées peut aussi bien être placée av. 58 av. J.‑C. (Pétry pense à un développement important d’Ehl avant cette date) (Pétry 1978 : 212), que provenir d’un milieu des deux décennies suivantes au caractère indigène bien affirmé. À en juger par la chronologie des importations à l’échelle régionale, la deuxième hypothèse paraît plus vraisemblable, et s’accorde mieux avec l’opinion de Schönberger faisant remonter l’installation de cette station aux années 30 av. J.‑C. (Schönberger 1985 : 335).

Troisième étape : « l’Augustéen ancien » (av. 15 av. J.‑C.)

47Quelques ensembles se rattachent de façon plus claire à la phase finale de La Tène finale ou « Augustéen ancien ».

● Étival

48Dans le niveau 1 inférieur (ancien IVa), une Dr 1 B est associée à des fragments d’imitations de campanienne, (série B, forme 5‑6), des marmites et un potin (Deyber 1972 : 74). Ce niveau précède l’abandon du site vers 15 av. J.‑C. Selon Collis (1984 : 218), l’oppidum d’Essey est contemporain d’Étival. On n’a repéré malheureusement que trois Dr 1 B estampillées, bien que de très nombreux fragments aient été signalés dans les habitats du site (Déchelette 1931 : 968).

● Ungersheim

49On y trouve 4 Dr 1 (dont l’estampille SESTIUS au trident), des céramiques « GRP » (chronologie Hatt et Wolf) et un bord de dolium type Zurich‑Lindcnhof (absent de Bâle G.F.) (Wolf 1983 : 7). Comme à Ehl, Schönberger fait remonter l’origine de cette station aux années 30.

  • 25 Ce constat n’est pas étonnant, puisque, comme le remarquait Hesnard à Valbonne, peu de sites romain (...)

50Dans ces milieux antérieurs à Dangstetten (15 av. J.‑C.) et comparables au deuxième horizon de Bâle‑Cathédrale, comme Sasbach, le petit oppidum du Limberg sur la rive droite du Rhin (Bittel, Schiek 1981), la Dr 1 demeure encore localement le seul type d’amphore rencontré, alors que vers 30 av. J.‑C. d’autres types étaient déjà présents, par exemple, au Petrisberg et dans les tombes A et B de Goeblingen‑Nospelt (Metzler 1984 : 92). Aucun lien direct n’est perceptible, à cette époque, entre ces importations de vin et une présence romaine dans le secteur. Selon Pétry (1982b : 41), l’occupation romaine n’est pas effective en Alsace avant le milieu de la période augustéenne vers 10 av. J.‑C.25.

Quatrième étape : les deux dernières décennies du ier s. av. J.‑C.

51Cette étape intéresse trois sites : le Fossé des Pandours, Metz et Sierentz.

● Fossé des Pandours (Usspann, Barbarakopf et Koepfel)

5224 Dr 1 à ce jour (dont 3 lèvres de Dr 1 A), sont associées à un 1/2 as de Nîmes et à la première arétine, dont la date la plus sûre d’arrivée en Gaule tempérée est 20 av. J.‑C. (Duval 1990b). Sur ce site, les premiers éléments caractéristiques de la phase 4 de l’occupation des oppida apparaissent. Bretz place les éléments céramiques les plus anciens vers 12 av. J.‑C. (Bretz 1988). Il se pose le problème de la véritable nature de son occupation : par des indigènes ou des romains ? (Lafon, Baudoux 1988).

● Metz

53Les couches stratigraphiques de la rue Marchant ont livré des Dr 1 avec des gobelets ACO, de l’arétine, de la gallo‑belge, de la campanienne tardive, des bronzes frappés, et les premiers types d’amphores grecques et hispaniques arrivés dans la région. Aux Hauts‑de‑Ste‑Croix se profile le même horizon. Les autres Dr 1 disséminées dans l’agglomération leur sont contemporaines.

● Sierentz (12 Dr 1)

54Wolf mentionne des as de Nîmes, des dolia de type Zurich‑Lindenhof et de la sigillée helvète (Wolf 1985 : 66). Comme à Metz, on trouve d’autres amphores (Dr 2‑4, amphores de Marseille, etc.). Ce matériel correspond à la deuxième période d’occupation du site à partir de 15 ou 19 av. J.‑C.

  • 26 L’association AC0, campanienne, arétine et uniquement Dr 1 B, pour Duval, se retrouve en Gaule temp (...)

55La présence du gobelet ACO place l’ensemble de Metz dans le même horizon qu’Oberaden, Zurich‑Lindenhof et Altenburg‑Rheinau (Fischer 1966). Mais dans la même couche, à Metz, se trouvent également des assiettes du service 1 de Haltern. On ne peut donc donner une datation trop précise aux amphores de la rue Marchant. Par ailleurs, le fait que ce contexte donne, à côté du gobelet ACO et de l’arétine, d’autres amphores que la Dr 1, tend à prouver que ce milieu était gagné à la culture méditerranéenne26.

56Il est intéressant de noter, en conclusion, que les Dr 1 du Fossé des Pandours, de Sierentz et de Metz marquent la dernière étape d’arrivée du vin italique en Alsace et Lorraine, et que ces sites sont actuellement les seuls sites régionaux ayant fourni des amphores datant globalement de la période d’établissement des camps en Rhénanie (tabl. i).

TABL. I – Schéma chronologique de la présence des Dr 1 sur les sites rhénans.

Diffusion

  • 27 Selon Deyber, les Dr 1 de Mulhouse viennent d’III zach.

57S’il est prématuré de tirer des conclusions sur l’importation du vin italique en Gaule de l’Est, un premier bilan des connaissances conduit à faire quelques observations d’ordre général : les Dr 1 du catalogue ont été recueillies sur 25 points de découvertes (fig. 6) (Fitzpatrick en 1985 n’en signalait que 6). À titre comparatif, la Saône‑et‑Loire en recense 34, sur un territoire plus restreint (Tchernia 1986 : 77) ; elles sont issues de sites de hauteur (Étival, Fossé des Pandours, La Bure, Sion, Essey‑les Nancy, Metz) et de plaine (Naix, Marsal, Sarre‑Union, Cutry, Ehl, Biesheim Sierentz, Ungersheim). Les autres points concernent des découvertes fortuites faites dans le Sungau, proche de Bâle27 ou au fond d’étangs (à Puzieux). Avec 225 amphores, on est proche des 250 individus recensés dans l’ouest de la France par Galliou (1982 : 20). La situation y est donc sensiblement identique, à la différence près que la diffusion dans l’est est quantitativement très hétérogène. La grosse concentration de Naix signifie un pôle d’attraction unique dans la région. On remarquera le point d’ancrage que représente Boviolles et ses environs (l’oppidum était habité par les Leuques qui n’ont jamais failli à leur fidélité envers Rome) pour ce négoce et le développement de la romanisation dans ce secteur.

FIG. 6 – Carte de répartition des Dr 1 dans le nord‑est de la Gaule.

V.T. del. d’ap. J.B./dAf

  • 28 La carte de répartition des trouvailles de La Tène en Lorraine, d’après Millotte et Lutz (Lutz 1976 (...)
  • 29 Pour les voies du début de l’âge augustéen, voir Wlghtmann 1984 : 109.

58L’aire de diffusion des Dr 1, à la fin de l’époque celtique, occupe principalement les hautes vallées de la Meuse et de l’Ornain, ainsi que la périphérie de Toul et de Nancy28. Il semble que le sud de la Lorraine et en particulier le Barrois, voie de passage importante entre la vallée de la Saône et la Champagne, est un axe commercial pour les Dr 1. On note des parallèles avec d’autres produits qui paraissent, eux aussi, circuler de Châlon‑sur‑Saône par Langres vers l’Escaut et le Boulonnais29. À la même époque, la route de l’Italie venant de Châlon‑sur‑Saône se dirige, selon Furger (1979 : 145) vers la rive droite du Rhin en évitant l’Alsace. La carte de diffusion des Dr 1 fait transparaître cet état de fait : de très rares exemplaires (3 à Colmar‑Fronholz, 3 à Biesheim, 1 à Strasbourg) jalonnent le réseau hydrographique. Cette rareté confirme les observations de Normand sur la pauvreté du milieu laténien dans le nord de l’Alsace (Normand 1973).

59Il reste néanmoins beaucoup à découvrir : on l’a dit, les amphores d’Essey n’ont pas toutes été retrouvées ; la chaîne de points fortifiés de La Tène III des sommets vosgiens peut apporter des surprises (18 structures ont été dénombrées par Deyber en 1978). Notre connaissance est très lacunaire pour les couches augustéennes, pourtant attestées, de Kembs, Brumath et Seltz. Mais il est sûr d’ores et déjà que la diffusion des Dr 1 ne se limite pas, pour le quart nord‑est, aux sites de la Sâone et du Rhin (selon Frey 1984 : 24).

60Chronologiquement, de rares vestiges témoignent de la pénétration du vin italique chez les Leuques, les Médiomatriques et les Rauraques, dans les dernières années précédant la conquête. Cette pénétration est‑elle plus tardive qu’en Armorique où Galliou place l’arrivée des Dr 1 A vers 130 av. J.‑C. (Galliou 1982 : 23) ? La plupart des amphores italiques seraient diffusées en Bretagne entre 80 et 50 av. J.‑C., ce qui ne semble pas le cas dans l’est. Ce décalage provient‑il du fait que Galliou s’appuie sur la typologie comme critère de datation ? (On sait maintenant que certaines Dr 1 A se rencontrent jusqu’à la fin du ier s. av. J.‑C.). S’agit‑il du fait que les contextes plus anciens n’ont pas été fouillés ? Fitzpatrick (1987) signale à ce sujet que 75 % des Dr 1, chez les Trèvires, proviennent des sépultures. Or, à ce jour, seule la nécropole de Cutry a livré quelques fragments et le matériel vient essentiellement d’habitats ouverts, plus tardifs, Quoi qu’il en soit, quantitativement, il semble que le gros des échanges a lieu à la fin de La Tène D 2, et que les points de diffusion ne se multiplient que vers 30 av. J.‑C. Il est vrai que les importations massives disparaissent ensuite.

61Ces observations montrent le lent développement de la commercialisation du vin italien à partir de points privilégiés de redistribution (dont la richesse provient la plupart du temps des mines environnantes). Ces observations sont également en plein accord avec celles de Mangin (1981) qui souligne que, contrairement aux grands oppida‑marchés, les sites de dimensions plus modestes ne sont touchés qu’après la conquête.

2.2.1.3 Les Dr 2‑4

62Le problème de l’origine des Dr 2‑4 est complexe : ces amphores à vin remplaçant progressivement les Dr 1 à la fin du ier s. av. J.‑C. (Hesnard 1981) ont été produites dans de multiples ateliers du pourtour méditerranéen, notamment en mer Egée, Italie, Catalogne et Gaule. Bien que possédant des caractéristiques communes, leurs caractères morphologiques manquent d’homogénéité, au sein des groupes pompéiens (Hesnard 1981 : 201 ; Guenoche, Hesnard 1983 : 185), comme au sein des groupes grecs, catalans et gaulois (Laubenheimer 1985 : 316). On est loin de situer le lieu d’origine de la plupart des pâtes. Seule la classification des pâtes des groupes Pompéi‑Sorrente (Panella 1984 : 86) et de Tarraconaise, à l’argile rouge à points blancs (Keay et al. 1982 : 45) est bien établie. On tentera, dans chaque chapitre concerné, de mettre en valeur les critères distinctifs de chaque production, parmi les 104 Dr 2‑4 recensées dans l’est de la Gaule (19 lèvres, 60 anses, 25 pieds). L’analyse macroscopique des pâtes sera étayée par les données épigraphiques et par des observations morphologiques parallèles ; seule une analyse minéralogique peut ultérieurement confirmer ces attributions. D’après les observations, une provenance italique a pu être reconnue avec une bonne probabilité pour 25 % du lot des Dr 2‑4 ; aucune ne porte d’estampille.

L’argile Pompéienne

636 exemplaires sont concernés. Mise en évidence par Tchernia et Zévi (1972 : 39) à propos des timbres d’EUMACHIUS, cette pâte aisément identifiable (annexe 2), dont les caractéristiques ne sont pas spécifiques à la seule région du Vésuve, a été authentifiée par Peacock (1977a : 153) comme une utilisation exclusive des secteurs de Pompéi, Herculanum et Sorrente (atelier 2 de Peacock 1986 : 87) ; Hesnard accrédite cette thèse (1982 : 23). Les fragments répondent aux critères morphologiques définis pour les groupes 1‑2‑3‑4 de Panella‑Fano (1977 : 149, 151) à savoir un col cylindrique et une anse bifide modérément coudée (fig. 7, nos 5‑8 ; annexe 2, tabl. xxii). SK 4 présente une trace digitale dans sa partie inférieure, fréquente sur les amphores pompéiennes.

FIG. 7 – Amphores à vin italiennes, 1‑6 Dr 1 ; 7‑13 Dr 2‑4. (Échelle ¼)

J.B. del.

64Chronologiquement, on dispose de deux données précises : SK 4 provient d’un contexte Tibère‑Claude. La fourchette de datation pour l’arrivée de G 137 dans l’amphithéâtre de Grand est étroite : elle se situe à l’époque flavienne, entre la date de fondation de ce monument et l’éruption du Vésuve en 79, qui détruisit pour un temps les vignobles ; les autres fragments sont du ier s. Ces amphores de Campanie sont présentes aussi à Lyon‑Favorite (Desbat in : Becker et al. 1986 : 69), Genève (Paunier 1981 : 235) et Sheepen‑Colchester, sous Claude‑Néron (Sealey 1985 : 41).

Les autres Dr 2‑4 italiennes

  • 30 Cette liste n’est pas limitative.

65Une vingtaine de Dr 2‑4 du catalogue correspond aux groupes 8 et 9 de la région de Falerne et Mondragone, en Campanie septentrionale (Panella, Fano 1977, fig. 39‑50 ; Hesnard 1981 : 26), et aux productions de l’Ager Caecubus (Fondi et Terracine), dans le Latium (Hesnard‑Lemoine 1981, fig. 11)30. Le pied ST 177 (fig. 6, no 12) est caractéristique des productions de Sinuessa (Hesnard 1982 : 30, fig. 201‑202) : un ressaut marque la liaison panse‑pied de ce fragment. Des Dr 2‑4 fabriquées à Lyon reprennent cette même forme de pilon (îlot 24 à Lyon ; Becker et al. 1986 : 150, fig. 4). Mais la pâte de ST 177, brune avec de nombreux points blancs, permet sans hésitation de l’attribuer au territoire de l’Ager Falernus. Un exemplaire similaire a été retrouvé également à Lyon‑Favorite (Desbat, in : Becker et al. 1986 : 71, fig. 73).

66Ces amphores ont des pâtes similaires à celles des Dr 1, correspondant aux argiles A, B, C, E, F de Panella et Fano (1977 : 145‑8) et à l’atelier 1 de Peacock (Sealey 1985 ; 33) (annexe 2, b). Toute attribution du matériel aux différents ateliers d’Italie est incertaine. On peut seulement dire que sur les 26 récipients d’origine italienne, 12 proviennent de régions volcaniques. Les Dr 2‑4 de l’atelier 1 de Peacock transportent les mêmes crus que les Dr 1 (Cécube, Falerne, Apianum…) (Tchernia 1986 : 127).

67Aucune de ces amphores ne provient d’un contexte augustéen alors qu’à Lyon, 5 exemplaires apparaissent dans le dépôt de la Favorite (Desbat, in : Becker et al. 1986 : 87). L’amphore de Sinuessa ST 177 (associée à une Dr 20 à lèvre en bourrelet) et SK 4 se situent dans des milieux Claude‑Néron. 6 autres amphores n’arrivent pas avant les Flaviens à Steinbrunn, Courzerode et Grand. Les vestiges de la rue des Grandes‑Arcades à Strasbourg ne sont pas antérieurs à cette date, Pour les autres fragments, les données sont plus vagues mais se limitent au ier s., alors qu’à Augst, Martin‑Kilcher prolonge les importations de Dr 2‑4 italiques jusqu’à la deuxième moitié du iie s.

  • 31 Pour le vin italien en Angleterre et sur le Rhin, cf. Tchernia 1986 : 147.
  • 32 À Sheepen, la concentration est très forte : 47 % des 44 Dr 2‑4 viennent d’Italie, la plupart du gr (...)

68L’étude de la répartition des Dr 2‑4 italiques indique 10 points de diffusion, avec une propagation privilégiée vers l’axe rhénan par rapport à l’axe mosellan, et notamment vers le sud de l’Alsace où les Dr 1 étaient également plus nombreuses31. Mais seuls trois sites sont communs entre ces deux groupes : Sierentz, Biesheim et Metz. Il y a là sans conteste une modification dans la répartition du marché. Localement enfin, la chute de leur importation se confirme par rapport à celle des Dr 1 : 26 récipients contre 21832.

2.2.2 Le vin hispanique

69Le colloque tenu à Badalona en 1985 et publié en 1987, rend compte de la présence de nombreux ateliers d’amphores à vin en Catalogne, s’échelonnant sur les territoires d’Ampurias, de Gérone, puis, dans la région de Maresme, sur les territoires de Lluro, Baetulo, Barcino et Aquae Calidae et enfin dans les régions de Tarragone, Sagonte, Valence et Dianum (Miro 1988). La Bétique cultivait également plusieurs cépages sur le littoral de la province de Cadiz depuis Puerto‑Real jusqu’à Rinconcillo et Guadarranque, et Arco et Jerez à l’intérieur des terres (Beltran Lloris 1977 : 112 ; Chic Garcia 1983 : 118 ; Marin, Prieto 1987 : 374). Son vin cuit ou defrutum était expédié en Haltern 70.

Le vin catalan

70Plusieurs types d’amphores catalanes servaient à transporter le vin de cette région à la tradition viticole bien établie : outre les Dr 2‑4, exportées de la fin du ier s. av. J.‑C. jusqu’à l’époque de Trajan, on connaît pour la période augustéenne les amphores à fond pointu Léétaniennes 1 (Comas I Sola 1985 : 146 ; Colls 1988 : 205), les Pascual 1 et les amphores à fond plat Oberaden 74 (Nolla 1987 ; Beltran Lloris Lloris 1987 : 58), puis d’autres inspirées des formes gauloises (entre autres, fours d’Oliva, Llafranc [Enguix, Aranegui 1977 ; Gisbert 1987 ; Miro 1988], [Aranegui, Gisbert 1992]). Seules des Pascual 1, des Dr 2‑4 et des Oberaden 74 ont été collectées dans le nord‑est de la Gaule.

2.2.2.1 Les Pascual 1

  • 33 – Laubenheimer (1987b : 140) met en garde contre la confusion entre P 1 espagnoles et gauloises que (...)
  • 34 – Naciri (1986 : 19) cite Aspiran, Corneihlan, Marseille, Montans.

71Cette classification a été donnée par Pascual Guasch (1977) à une forme bien caractéristique (annexe 2). Le groupe des Pascual 1 est représenté par 10 individus (fig. 8, nos 1, 2, 3), dont 3 possèdent une pâte claire (Peacock 1986 : 95, atelier 2), 6 une pâte rouge à gros grains de quartz, typique des productions de Tarraconaise (Keay, Jones 1982) et un seul une pâte jaunâtre (selon Desbat 1987b : 142, aucune Pascual 1 de ce type présente à Lyon ne vient de Narbonnaise)33. Plus d’une dizaine d’ateliers de Pascual 1 a été repérée sur le territoire de Gérone (Nolla et al. 1982 : 147), la région de Maresme et de Tarragone (fours de Reuss et Tivissa) (Nolla et al. 1980 : 193)34.

FIG. 8 – Amphores à vin catalanes. 1‑3 Pascual 1 ; 4‑8 Dr 2‑4 ; 9‑10 Oberaden 74.(Échelle ¼)

J.B. del.

Chronologie et diffusion

  • 35 Dans le même contexte se rencontrent des Dr 1 et des amphores augustéennes de Marseille.
  • 36 Elles sont cependant moins nombreuses qu’annoncées.
  • 37 Tchernia (1986 : 142) a compté 32 fragments sur ce site.
  • 38 Bretagne exceptée, mais elles pourraient être résiduelles selon Miro.

72Le seul indice sûr de leur présence à l’époque augustéenne dans le secteur se trouve à Metz, rue Marchant (la couche de MM 28 est contemporaine d’Hahern). Il est probable que les 2 amphores de Sierentz à pâte rouge sont contemporaines35. Elles correspondent au flux qui, sous Auguste, pénètre depuis Lyon (à La Favorite, vers ‒20), les Pascual 1 sont plus nombreuses que les Dr 2‑4, d’après Desbat (1987b : 408) vers l’axe rhénan : elles sont présentes à Bâle‑Munsterhügel (Furger Gunti 1979 : 94)36, à Neuss (Vegas 1975, pl. 29, fig. 2, 3)37 et à Oberaden (table ronde d’Augst, 1986, non publiée). Les exemplaires SK 69, M 11, MP 1, MA 2, sont tibériens, époque d’édification des habitats où elles ont été trouvées. La villa de St‑Ulrich étant également construite à cette époque, il est vraisemblable que SU 41 date aussi de cette phase. Ces amphores démontrent que l’exportation des Pascual 1 continue après Auguste. Aucun élément n’est postérieur à cette période, ce qui confirme ainsi les observations faites par Miro pour le reste de la France (Miro 1987 : 143 ; 1988)38. On compte 5 points de diffusion dans la région : Sierentz, Biesheim, Koenigshoffen, St‑Ulrich et Metz (5 ex.) (fig. 12), contre 32 en Bretagne d’après Galliou (1982 : 379). Ces amphores sont également très nombreuses à Angers (Siraudeau 1988). Il est évident que l’Alsace et la Lorraine ne constituent pas un pôle d’attraction pour ce commerce (les sites régionaux ayant importé des amphores de types variés à l’époque augustéenne sont d’ailleurs peu nombreux). Mais à Metz comme à Sierentz, les Pascual 1, malgré leur faiblesse numérique, sont aussi bien représentées sinon plus que les Dr 2‑4 hispaniques (4 à Metz et 2 à Sierentz). Sur les autres sites, les Pascual 1 sont chronologiquement antérieures aux Dr 2‑4 qui sont importées pendant tout le ier s.

2.2.2.2 Les Dr 2‑4

7317 exemplaires au minimum, parmi les 104 Dr 2‑4 recueillies, semblent être d’origine espagnole, (26 % des Dr 2‑4 attribuées). Le seul critère morphologique n’est pas fiable au sein du groupe catalan (Liou 1985 : 14). Une importance essentielle sera donc accordée à la constitution des groupes de pâtes.

Les Dr 2‑4 tarraconaises à pâte rouge

74On compte 5 anses pseudo‑bifides, au coude relevé et à angle vif, typiques des productions hispaniques (Tchernia, Zévi 1972 : 57).

Les Dr 2‑4 catalanes à pâte blanche

753 exemplaires sont fait de cette argile utilisée, comme la pâte précédente, pour la fabrication de certaines Pascual 1. Deux cols (fig. 8, no 4) sont renflés dans leur partie supérieure et sont marqués par un petit ressaut à la base ; le bourrelet de la lèvre est légèrement proéminent. Le coude de l’anse présente un écrasement digital. Ces caractères se retrouvent sur des amphores des épaves tarraconaises du Planier 1 (et notamment l’amphore C), (Liou 1985 : 22, fig. 6 ; 23, fig. 8), du Petit‑Congloué (Liou 1985 : 33, fig. 18, no 83/02) et de la Chrétienne H (Liou 1985 : 80, fig. 64, no 14).

Les Dr 2‑4 catalanes à pâtes variées
  • 39 Cette pâte ne peut être confondue avec celle des ateliers lyonnais.

76D’autres argiles sont identiques à celles des cargaisons tarraconaises et vont du beige orangé à dégraissant gris ou noir et paillettes de mica doré avec parfois un engobe (épave de la Fourmigue, Liou 1985 : 66) au brun ou jaune avec dégraissant gris ou blanc (la Chrétienne H, Liou 1985 : 78)39. Des productions récemment individualisées comme celles de Palamos (Tremoleda 1987 : 212‑16) ont une pâte marron clair, un dégraissant noir peu visible et de nombreux micas. Vu la multiplicité des fours qui s’échelonnent sur la côte catalane, du pays de Valence à Llafranc, le catalogue des pâtes est encore loin d’être réalisé. Signalons encore 7 individus caractéristiques.

Le pied ST 115 (fig. 8, no 5)
  • 40 Miro (1987 : 258) hésitait à attribuer cette amphore aux types P 1 ou Dr 2‑4. Il s’agit bien d’une  (...)

77Présente une double estampille imprimée tête‑bêche (fig. 9, no 1). Sur le premier cartouche se lit GEM, sur le second, HILARI (Forrer 1927, II : 608 ; Callender, no 295). La pâte de cette amphore, de texture rugeuse, est beige orangé avec un engobe blanc. Son dégraissant est composé de grains blancs moyennement fréquents. Liou (1985 : 172) authentifie cette double marque de Strasbourg comme l’association de deux noms rencontrés sur l’épave de la Chrétienne H, (GEM étant associé à CALAM sur cette même épave) (Liou 1985 : 163) et attribue GEM de façon indirecte à l’atelier de Can Tintorer. HILARI se rencontre à El Mujal‑Calella (Pascual Guasch 1977 : 68), à Roser et Mas Carboti (Lopez 1987 : 319)40.

FIG. 9 – Estampilles d’amphores à vin catalanes (fig. 8, 5 et 7)

J.B. del.

Le pivot ST 122 (fig. 8, no 6)

78Porte à sa base un graffïte incisé avant cuisson. Ce signe peut être rapproché de ceux de Dr 2‑4 d’Oliva (Enguix Aranegui 1977) ou de Llafranc (Nolla et al. 1982 : 172, fig. 15).

ST 7 (fig. 8, no 7)

79Est par hypothèse inclus dans le groupe hispanique : son argile est brun clair, avec de fines particules grises peu visibles. Sous la lèvre, un cartouche porte la marque SA. O (sans références) (fig. 9, no 2). Son aspect général suggère certaines ressemblances avec des estampilles tarraconaises, notamment SA, sur la Chrétienne H (Liou 1985 : 84, fig. 70) et à Torre‑Llauder, près de Mataro (Prevoti, Clariana 1987 : 199). Une trentaine de centres catalans a été recensée lors du colloque de Badalona. Liou pense que la plupart des épaves viennent de Mataro et de la basse vallée de Llobregat (Liou 1987a : 271).

Le profil triangulaire de B 207 (fig. 8, no 8)
  • 41 Selon Hesnard (1982 : 52), les productions de Dr 2‑4 dans les ateliers de Puente de Garranque et Gu (...)

80Se rencontre à Caldes de Montbui en Tarraconaise (Pascual Guasch 1977 : 82 fig. 9‑7). Sa pâte se rapproche des Haltern 70, mais la production de Dr 2‑4 en Bétique n’est pas encore prouvée, bien que Beltran Lloris mentionne Guadarranque, Rinconcillo de Algeciras (Beltran Lloris 1987 : 56)41 et que Sealey signale le four d’Emphasis (1985 : 42).

Chronologie et diffusion

81MM 35 à Metz, datée de la fin du ier s. av. J.‑C. s’inscrit dans le courant des premières arrivées de vin hispanique sur des sites du limes comme Haltern (où l’amphore Loeschscke no 66 A est espagnole) (Tchernia, Zévi 1972 : 62), ou bien Neuss (Chausa 1987 : 314). Hormis cette amphore, les données concernant tous les groupes de pâtes sont identiques et s’étalent durant tout le ier s. ap. J.‑C. : C06, S 14, M 12, SK 186 sont pré‑flaviennes, et M 13 et G 3 flavicnnes, comme 3 amphores du 4 rue de la Haute‑Montée à Strasbourg. Ces datations concordent avec ce que nous savons déjà sur les importations de ce vin dans les régions septentrionales : il est attesté à Sheepen en Grande‑Bretagne au milieu du ier s. (Sealey 1985 : 36), à Lyon Bas‑de‑Loyasse vers 80 ap. J.‑C. (Dangréaux, Desbat 1988 : 117), et à Vindonissa, aux deux derniers tiers du ier s. (Ettlinger 1977 : 14, fig. 6). 7 points de découvertes s’ajoutent à la carte de distribution de Miro (1987 : 253, 258), dont 2 se situent en Lorraine (Metz et Grand), et 5 en Alsace (Sierentz, Biesheim, Hartmannswiller, Strasbourg et Koenigshoffen) (fig. 10). Si ce recensement n’ajoute rien aux connaissances acquises sur l’orientation des exportations pour lesquelles le marché du Rhin n’est que secondaire par rapport à celui de Rome (Tchernia, Zévi 1972 : 54 ; Liou 1985 : 172), il atteste cependant la présence de ce vin sur des sites de la Gaule de l’Est et permet également un reéquilibrage des données qui, jusqu’à présent, montraient à la suite des recherches de Galliou, une redistribution préférentielle vers le nord‑ouest de la Gaule. En effet, l’est de la Gaule, sur la carte de Miro était vierge de toute découverte. Nous ignorons toutefois si les quantités sont comparables.

FIG. 10 – Compléments à la carte de répartition des Dr 2‑4 catalanes en France.

V.T. del. d’ap. Mira 1987 : 258/dAf

2.2.2.3 Les Oberaden 74

82Deux amphores de Koenigshoffen (SK 169, SK 136) font partie des productions catalanes à fond plat appelées Oberaden 74 (annexe 2 : fiche 2b) et fabriquées à Tivissa (Tchernia 1976 ; Nolla et al. 1980) ou à Sot del Camp (Pascual Guasch 1977 : 90, fig. 6). Elles contenaient probablement du vin de Catalogne (Nolla 1987 ; Beltran Lloris 1987 : 58) (fig. 8, nos 8‑9). On ne peut assurer que ces deux amphores viennent du premier atelier plutôt que du second. Pascual Guasch signale qu’un échantillon estampillé PHILOD, de Sot del Camp, est plus ocre que la pâte de Tivissa, comme c’est le cas pour la fig. 8, no 9.

83La chronologie admise pour cette production est celle du règne d’Auguste comme l’attestent les trouvailles faites sur le limes (Gechter 1979 : 60 ; Chausa 1987 : 312). Les deux amphores de Koenigshoffen sont issues d’un milieu de la première moitié du ier s. (bien que provenant de caves néroniennes, elles sont certainement résiduelles, mais ne peuvent être antérieures à l’installation des habitats, sous Tibère). Cette datation soulève une interrogation : elle semble montrer la prolongation de la commercialisation de ce produit au‑delà de la période la plus généralement admise. Loeschcke (1942 : 78) indiquait déjà l’époque de Tibère pour un exemplaire estampillé MUSSIDI NEPOTIS de Oberaden. La datation assez large donnée également aux Oberaden 74 de Neuss et Hosterhausen (‒12 à 16 ap. J.‑C.) (Miro 1982 : 239) peut concorder.

2.2.3 Le vin de Bétique

2.2.3.1 Les Haltern 70

Analyse morphologique

8431 récipients appartiennent à la série d’amphores ovoïdes caractérisées à Haltern par Loeschcke et attribuées à la Bétique par Colls et al. (1977 : 33) à Port‑Vendres II (selon la classification de Loeschcke [1909 : 256‑ 7]). On dénombre un récipient entier (M 15), 17 lèvres, 3 pieds comportant une boule d’argile proéminente, typique de cette production, et 10 anses de section lenticulaire, marquées par un profond sillon médian (fig. 11, nos 1‑9).

FIG. 11 – Amphores à defrutum de Bétique. 1‑3 Haltern 70 ; 4‑5 variante a ; 6 variante b ; 7 variante c ; 8 variante d (échelle 1/4) ; 9 titulus pictus (no STC1 ; échelle 1/1).

85Les lèvres offrent plusieurs variantes (annexe 2, c).

● Variante a (fig. 11 nos 1, 2, 3)

863 lèvres au bandeau à peine prononcé appartiennent au profil de Haltern 70 d’Oberaden (Loeschcke 1942 : 96, fig. 21, no 10), Rödgen (Schönberger, Simon 1976 : 113), Lyon‑Favorite (Becker et al. 1986 : 76 et fig. 111, nos 1, 2), des niveaux augusto‑tibériens des thermes de Trèves (Goethert Polaschek 1984, no 244), et de Dangstetten (Fingerlin 1986, no 134‑12). La datation augustéenne de MM 33 et MH 10 corrobore la chronologie précoce de cette variante ancienne.

● Variante b (fig. 11 nos 4, 5)

874 amphores au bandeau bien marqué sont similaires au type Camulodunum 185 a (Hawkes, Hull 1947 : 252). Les contextes stratigraphiques locaux indiquent le début du ier s. pour MR 1 et la période Tibère‑Claude pour SK 70 et SK 71. Cette forme paraît donc assez précoce, comme le pensait Sealey (1985 : 59). Il semble que la hauteur des lèvres ne soit pas un critère d’évolution car la Cam. 185 A cohabite avec la variante précédente à Rödgen et Oberaden par exemple.

• Variante c (fig. 11, no 6)

884 amphores ont une lèvre à face interne concave ; le rebord peut être épais et irrégulier.

• Variante d (fig. 11, no 7)
  • 42 Le col de cette amphore présente des erreurs de restauration.

89SK 193 ne comporte pas de ressaut à 75 mm de hauteur conservée. Cette particularité ne correspond pas aux exemplaires de Port‑Vendres II, pour lesquels les lèvres ne dépassent pas une hauteur de 65 mm (Colls et al. 1977 : 33). Elle se retrouve par contre sur le type E de l’épave de la Tour Ste‑Marie en Corse (Colls et al. 1977 : 36) ou à Bas‑de‑Loyasse (Dangréaux, Desbat 1988, pl. III, fig. 8) et à Augst (Martin‑Kilcher 1994, fig. 162, no 4). L’appartenance de SK 193 à cette forme42 dérivée très certainement des premières Haltern 70, de pâte identique, n’est pas exclue. Deux seuls exemples de cette variante seraient alors retrouvés en Alsace et Lorraine. Il n’est pas évident que ce type vienne après les Haltern 70 puisqu’il y est associé dans la cave 47 de Koenigshoffen, dont l’ensemble du matériel n’est pas postérieur au règne de Néron. Cette chronologie est cependant assez basse pour aller dans le sens de Dangréaux et Desbat qui voient dans cette amphore une variante tardive (1988 : 121).

● Variante e (fig. 11, no 9 ; fig. 66, no 1, C)
  • 43 Forrer l’associe dans ses trouvailles à deux fibules d’Auccissa de la première moitié du ier s. (Fo (...)

90ST 10, au profil complet, est plus rare. Sur l’anse, un cartouche porte la marque LI. FO, présentant une certaine ressemblance avec la marque de Dr 20 L. FO (Callender, no 856). À première vue, le long col en entonnoir de cette amphore se rapproche de celui d’une amphore fabriquée peut‑être en Cisalpine et que l’on rencontre à Portorecanati, au musée d’Aquilée (Carre 1985 : 233), et jusqu’à Oberstimm (Schönberger 1978, pl. 103, fig. D523). La forme de la panse, cependant, s’en écarte totalement : l’épaulement de l’amphore estampillée LI. FO est bien marqué, sa panse s’étrangle dans la partie médiane, et son pied est pointu, alors que sur l’amphore de Portorecanati, la panse est ovoïde et le pied en bouton, Pour cette forme peu diffusée, il faut s’orienter de préférence vers une origine espagnole : des spécimens identiques, mais de petit module et non datés, ont été retrouvés dans les fours de Mazarron et Aguilas, près de Carthagène (information Carlos Alonso). Selon Martin‑Kilcher, cette forme présente également à Augst, serait la suite tardive des Haltern 70 de Bétique (fin iie et iiie s.). Celle de Strasbourg gisait dans l’Ill, quai St‑Thomas43.

Contenu

  • 44 Par exemple à Port‑Vendres II (Colls et al. 1977, nos 39‑40) et Amiens (Massy, Vasselle 1976, fig.  (...)
  • 45 Par exemple à Vindonissa (Bohn 1926 : 208).

91Il est reconnu, grâce à plusieurs inscriptions44 que les Haltern 70 contenaient du vin cuit appelé defrutum ou sapa, selon la réduction du jus de raisin à des degrés différents. La question est de savoir si cette réduction permettait la fermentation. À ce sujet, les avis sont divers : pour Parker et Price (1981 : 223), repris par Sealey (1985 : 63), la préparation donne un sirop visqueux non alcoolisé ne pouvant être confondu avec du vin et destiné aux préparations culinaires ou à la conservation des fruits. La découverte de nombreux tituli picti portant la mention « Oliva ex defruto » en témoignent45. Pour notre part, nous admettons comme Liou (1988 : 171) et Van der Werff (1984 : 381), qu’il s’agit avant tout d’un vin cuit, encore fermentable et qu’il entre pour une part importante dans la composition du produit consommé, comme pour les fruits macérés dans l’alcool que l’on trouve aujourd’hui sur le marché.

Inscription

  • 46 – Je remercie Liou pour son autorisation d’utiliser cette correspondance. Le cliché de l’amphore es (...)

92L’amphore STC1 (place Benjamin Zix, Strasbourg) (fig. 11, no 10) porte sur le col un titulus pictus dont il ne reste que la ligne horizontale inférieure et les inscriptions perpendiculaires. La lecture est de Liou46 : dans la partie supérieure mutilée se lit un F dans lequel il est très hypothétique de voir la dernière lettre de l’abréviation DEF, pour defrutum. Sur la dernière ligne se trouve le nom du mercator au génitif : SEX (ti) MAI PAETI. Le nomen MAIUS est bien attesté. S ==–, le long de l’anse, représente la fraction II/12 de l’as. La signification est incertaine. En dessous, le cognomen TACITI indique peut‑être le producteur de vin. À la suite, les lettres CELI ou CEPI n’ont pu être interprétées. Ces noms sont à verser au catalogue des producteurs et exportateurs de Bétique rassemblés par Rodriguez Almeida (1984 : 223).

Chronologie et diffusion

93Les Haltern 70 sont peu répandues dans l’est de la Gaule à l’époque augustéenne. On n’en trouve que 3 exemplaires diffusés à Metz et à Biesheim, alors qu’à la même période, Rödgen et Lyon‑Favorite en comptent 9 exemplaires (Schönberger, Simon 1976 : 112 ; Becker et al. 1986 : 76). Le floruit des importations a lieu pendant la période Tibère‑Néron. 7 amphores sont datées du règne de Tibère‑Claude, et 4 de celui de Néron. Elles sont contemporaines de celles de Port‑Vendres II, Bas‑de‑Loyasse, Genève, Sheepen et Camulodunum (Ettlinger recense dans ce dernier site 20 à 50 Haltern 70 pré‑flaviennes). Elles se concentrent essentiellement à Koenigshoffen (12 ex.) et Bieshein (5 ex.). Leur présence dans des contextes flaviens est incertaine. Cette phase ne concernerait que 2 ou 3 individus de Strasbourg, ce qui exclut toute comparaison avec Nimègue où ce type est encore très bien représenté sous les Flaviens (Van der Werff 1984 : 368).

94En résumé, les 31 récipients collectés sont répartis sur 8 sites régionaux (fig. 12) ; ils sont mieux diffusés en Alsace (25 ex.) qu’en Lorraine (6 ex.). Leur concentration maximale ne dépasse pas, pour l’instant, 13 individus (à Strasbourg, notamment).

FIG. 12 – Carte de répartition des amphores hispaniques dans le nord‑est de la Gaule.

V.T. del. d’ap. J.B./dAf

95Une soixantaine de récipients vinaires espagnols a été identifiée. Les marches du vin catalan (avec 28 amphores) et du vin de Bétique (avec 32 amphores) s’équilibrent dans le nord‑est de la Gaule. Le vin catalan plus précoce, transporté en Pascual 1, semble suivre l’aire de distribution des Dr 1 qui concerne essentiellement l’axe mosellan et la Haute Alsace, alors que les autres amphores vinaires hispaniques s’écoulent plus vers le bassin rhénan que vers la Lorraine.

2.2.4 Le vin de la mer Égée

96On trouve plusieurs formes d’amphores orientales dans le nord‑est (Empereur, Hesnard 1987). À côté des groupes d’amphores relativement bien diffusés comme les Dr 2‑4 coennes et les amphores rhodiennes de gros module, se rencontrent des types plus rares dont certains ne sont pas aisément identifiables. La prospection des ateliers est en cours en mer Égée (Empereur, Picon 1989).

2.2.4.1 La Dressel 2‑4 orientale

9711 amphores (9 lèvres, 3 anses) sur les 61 Dr 2‑4 identifiées, se distinguent des autres par leurs pâtes et certains traits morphologiques des lèvres et des anses. Leur typologie, en particulier pour les formes non timbrées, est encore mal connue (Hesnard 1986a : 74). Les lèvres collectées ont un profil en bandeau étroit ou en amande (fig. 13, nos 1‑6 ; annexe 2, tabl. xxii, g). Les anses, bifides, sont de deux types : légèrement remontantes (fig. 13, no 1) (HH entre 8 et 17 mm), très écartées du col, elles forment un coude brusque (Grace 1979, fig. 62 ; Hesnard 1986a, fig. 2a, 2b ; Benoît 1961 : 33, pl. 1, fig. 2) ; très remontantes (sans toutefois dépasser le sommet de la lèvre) (fig. 13, no 6), elles s’écartent peu du col (Panella, Fano 1974 : 173, fig. 36 ; Dangréaux, Desbat 1987‑88, pl. 1, fig. 2).

FIG. 13 – Amphores à vin orientales. 1‑6 Dr 2‑4 ; 7‑9 Camulodunum 184 ; 10 Dr 43 ; 11 amphore de Gaza ; 12 amphore de Cos ; 13 amphore à bandeau ; 14 tardo‑cnidienne ; 15 petite rhodienne ; 16‑18 divers. (Échelle ¼)

J.B. del.

98Certaines de ces formes coennes (ST 6, ST 5, G 80) sont rattachables au type Maiuri représenté à Pompéi par les groupes 5‑6‑7 (Tchernia 1986 ; 261 ; Hesnard 1986a : 77, fig. 2b). Les autres exemplaires sont trop fragmentés pour déterminer s’ils appartiennent au type Anticythère, encore présent au ier s. ap. J.‑C. (Grace 1979, fig. 69), ou au type Maiuri. Aucun ne se rattache aux variantes du iie s. de type Augst 236 ou Portorecanati (Tchernia 1986 : 261).

Estampille

  • 47 Il existe des Imitations de Dr 2‑4 de type Cos dans l’atelier I de Peacock, avec du sable volcaniqu (...)

99L’amphore timbrée ST 6 (fig. 13, no 4 ; fig. 14) malgré la calligraphie du timbre, ne semble pas être une imitation italique de forme orientale47. Sa pâte est beige rosée, sans inclusions apparentes, finement micacée. Sur la courbure de l’anse, apparaît un double cartouche disposé tête‑bêche, rédigé en caractères latins : sur le premier cartouche, on lit M. OC. TA. ; sur le deuxième : UTER (première lettre U ou N). Il peut s’agir du timbre d’un italien du début de l’Empire ayant acquis des domaines en mer Égée. Cette possibilité est envisagée par Baldacci à propos de marques similaires (Baldacci 1972a : 114).

FIG. 14 – Estampilles sur Dr 2‑4 (fig. 13, 4). (Échelle 1/1)

J.B. del.

100Bien qu’ayant dans l’ensemble des affinités avec l’argile D de Panella et Fano (1977 : 147), les pâtes ne présentent pas entre elles une totale homogénéité : certaines, de couleur rosé vif à ocre, contiennent un petit dégraissant blanc épars, d’autres des points ferrugineux, des inclusions grises et brunes très fines ou du mica. Cette variété indique bien les origines multiples de ces amphores longtemps assimilées aux productions de l’île de Cos. Empereur et Picon (1986 : 103) démontrent un essaimage des ateliers des Dr 2‑4 sub‑coennes à Rhodes même, Myndos et jusqu’en Turquie (à Halicarnasse ?). Certaines amphores coennes de Lyon pourraient venir de Chypre ou de Cilicie (Desbat 1987b : 409).

Chronologie et diffusion

101Les Dr 2‑4 orientales se rencontrent sur 5 sites d’Alsace et de Lorraine : Biesheim, Strasbourg, Naix, Metz et Grand. N 14 et MM 34 sont d’époque augustéenne, comme d’autres importations précoces à Rödgen (Schönberger, Simon 1976, pl. 9, nos 748‑749), Oberaden (Loeschcke 1942, no 78), Neuss et Lorentzberg (Panella 1968 : 145, nos 38‑39). IS 1 est de l’époque de Tibère (Waton 1988 : 132) 5 SK 139 et B 85 des règnes de Claude et Néron. L’exemplaire flavien de Grand (G 80) confirme la continuation de cette importation jusqu’à la fin du ier s., comme à Avenches (Ettlinger 1974 : 10), Hofbeim (Schallmayer 1983 : 306, fig. 1) et Bas‑de‑Loyasse, alors qu’elles sont rares dans l’ouest (Sealey 1985 : 44).

2.2.4.2 L’amphore rhodienne de gros module

102Le lot le plus important (fig. 13, nos 7‑8‑9) est constitué de 36 amphores vinaires de type rhodien (Tchernia 1986 : 100 ; Sealey 1985 : 56) ; aucune n’est timbrée. 2 récipients entiers sont conservés (ST 2, M 8) ainsi que 2 cols, 10 pieds et 21 anses. Elles sont rassemblées sous le terme Camulodunum 184 (Hawkes, Hull 1959, pl. 71, no 184), en attendant qu’une typologie plus précise soit définie sur les lieux de production (Hesnard 1986a : 73).

103On note des variantes au niveau :
– des diamètres d’embouchure allant de 130 mm (ST 2) à 170 mm (ST 145) ;
– de la panse : très fuselée (M 8), comme sur l’exemple type de Camulodunum et ceux de Lyon‑Favorite (Desbat, Picon 1986 : 642), ou plus rebondie dans sa partie supérieure, avec un liseret à la liaison panse‑col (ST 2), comme sur une amphore d’Athènes (Hesnard 1986a : 73, fig. 4).

104Ces deux amphores sont post‑augustéennes.

105Les pâtes (annexe 2, a) trahissent des origines multiples. 6 exemplaires ont une texture rugueuse, les autres ayant une pâte lisse, avec de fines inclusions. Des 6 ateliers définis par Peacock (1977 : 168), on distingue dans le matériel du nord‑est :
– 3 fragments pouvant correspondre à l’atelier 2 (peut‑être originaire de Hisarönü, en Asie Mineure, selon Empereur) et 5 à l’atelier 1 ; ces deux ateliers sont les mieux représentés en Grande‑Bretagne ;
– le groupe le plus important, que l’on ne peut séparer visuellement, est attribuable aux ateliers 3 et 5 de Peacock et à l’atelier 7 de Williams (Sealey 1985 : 54) ; les ateliers 4 et 6, pour lesquels Peacock propose une origine plus précise (l’île volcanique de Nisyros ? et un massif granitique de la Pérée Rhodienne), ne sont pas représentés.

106Desbat et Picon (1986 : 640) ont prouvé que les amphores de ce type trouvées à Lyon venaient de la Pérée Rhodienne constituée de territoires soumis à la politique de Rhodes. Empereur et Picon (1989 : 226) citent Bavir et Callipolis, les îles de Carpathos et Cassos.

107Au début de l’Empire, les importations sont rares : une seule amphore est augustéenne (MM 36), (contre 3 à Rodgen et 11 à Lyon‑Favorite), deux autres (MM 15, M 8) de la période Tibère‑Claude. La majorité arrive à partir du milieu du ier s. : sous Claude‑Néron à Biesheim, sous Néron et les Flaviens à Koenigshoffen, sous les Flaviens à Strasbourg, comme à Lyon‑Bas‑de‑Loyasse où les amphores rhodiennes sont largement présentes dans les années 80 ap. J.‑C. Seul un exemplaire de Grand est datable du début du iie s., période marquant la fin des importations de ce type d’amphores sur tous les sites occidentaux. On les rencontre dans la villa St‑Ulrich (1 ex.), et dans 5 agglomérations : Strasbourg‑Koenigshoffen, Brumath, Metz, Grand et Biesheim (12 ex.). Ce chiffre est relativement faible par rapport aux quantités de Neuss ou de Sheepen (31 ex. sur ce dernier site sous Claude‑Néron, selon Sealey). Le nord‑est de la Gaule semble situé en marge de l’aire principale de diffusion de ce produit.

2.2.4.3 La Dressel 43

108On compte 6 exemplaires (fig. 13, no 10 ; annexe 2, b) de cette amphore de petite dimension, originaire de Crète (Panella 1986c : 615), contenant du lyttium (Liou 1987 : 91). Sa morphologie est bien connue (Liou, Marichal 1978 : 159). L’amphore de Koenigshoffen SK 2 est pré‑flavienne, celle de Grand de la première moitié du iie s. Ces datations correspondent à ce que l’on sait de la période d’exportation de cette amphore (ier et iie s.) (Panella 1973 : 557). Les trois points de diffusion Strasbourg‑Koenigshoffen, Biesheim et Grand complètent la carte de Panella (1986c : 620), en indiquant Grand comme point le plus occidental des trouvailles.

2.2.4.4 L’amphore de Cos

109La présence à Strasbourg, dans un contexte du ier s. ap. J.‑C. (fig. 13, no 12), de cette petite amphore à l’anse circulaire, à la pâte orangée et fine, contenant des grains blancs épars et des paillettes dorées, proche de certains modèles de Pompéi (Grace 1969, fig. 60) s’intégre dans un courant commercial touchant le limes à la même époque, (Hesnard 1986a : 75), mais dont on ignore encore l’ampleur. Sa typologie n’est pas encore bien connue (Empereur, Hesnard 1987 : 23).

2.2.4.5 L’amphore cnidienne

1102 exemplaires (B 114 et NA 4 conservé intact), se caractérisent par un annelet à la base du pied (fig. 13, no 14). NA 4 est similaire à celles d’Athènes (Grace 1961 : fig. 64) et d’Alexandrie (Empereur, Hesnard 1987 : 63, fig. 16). La pâte de B 114, hétérogène, contient de nombreuses particules d’origine volcanique, comme certaines productions d’Egypte de forme cnidienne, mais plus anciennes (Panella 1986 : 560). Le contexte de trouvaille, à Biesheim, est le 1er s. ap. J.‑C. Il s’agit ici d’amphores tardo‑cnidiennes d’époque impériale (Mau XXXVIII) dont la diffusion est rare en Occident (Panella 1986c : 560).

2.2.4.6 Petites amphores orientales

  • 48 Dans les réserves de la Maison de l’Orient que Desbat m’a aimablement ouvertes.

11112 pieds et anses se rattachent plus difficilement à un type morphologique précis : deux pieds courts et cylindriques (CO 8 et BR 46) (fig. 13, no 15) peuvent appartenir au type rhodien du Grand‑Congloué (Benoît 1961 : 33, pl. 1, fig. 1) ou au type coen (Hesnard 1986 : 77), alors que le pied M 9 (fig. 13, no 16), fin et allongé se rapproche des productions chiotes (Empereur, Hesnard 1987 : 63, fig. 18). Sa pâte, poreuse, comporte un dégraissant noir épars. Enfin, une dizaine de petites anses circulaires, à la pâte fine, de couleur ocre ou brique et rosée, sont similaires à des fragments de Lyon48, attribuées par Desbat à des productions de petit module de Mindos, Chios, Cnide et Cos, dont la typologie reste à définir. Localement, l’anse de Metz est augustéenne. Les autres se concentrent à Biesheim, dans un contexte général du ier et début iie s. ; selon Martin-Kilcher, elles sont rares à Augst (Martin‑Kilcher 1994 : 347, groupe 3).

2.2.4.7 Amphore à bandeau

  • 49 Sa lèvre est légèrement éversée, de section triangulaire (DL : 150 mm, HL : 44 mm, EL : 14 mm). La (...)
  • 50 Schwartz (1954 : 340, fig. 17) voit dans l’inscription un signe à destination cultuelle ; cette int (...)

112La lèvre de ST 150 (Strasbourg‑rue de l’Ail) (fig. 13, no 13) forme un bandeau. Elle n’est assimilable à aucune des diverses amphores grecques à la lèvre en bandeau49. Selon Martin‑Kilcher, des amphores proches mais plus tardives sont présentes à Augst et à Cnossos. Cet exemplaire est daté des années 80‑90 ap. J.‑C., époque à laquelle des auxiliaires thraces arrivent dans la cité avec la VIIIe légion (Hatt 1954 : 333). Entre les anses se lit une inscription en caractères grecs (Schwartz 1954 : 340)50.

2.2.4.8 La Kapitän II

113Cette amphore à fond plat de la mer Égée ayant contenu probablement du vin (Riley 1979 : 189), est présente en Lorraine avec un fragment de col (MA 12), reconnaissable grâce à ses stries en relief. Sa pâte est ocre, assez fine, avec un dégraissant de particules noires et marrons. Issue à Metz (Arsenal‑Ney) d’une tranchée de récupération de matériaux du iiie s., elle est contemporaine des trouvailles faites à Ostie, aux thermes du Nageur (Panella 1986c : 617), ainsi que sur le limes, notamment à Niederbieber (Oelmann 1968 : 65) et en Grande‑Bretagne, où elle est mentionnée sur plusieurs sites (Peacock 1977c : 295).

2.2.4.9 Amphore de Gaza (Keay type LIV)

114Cette amphore poissée de Strasbourg (fig. 13, no 11 ; annexe 2, fig. 66, 1, B) contenait du vin de Palestine (Riley 1975 ; Martin‑Kilcher 1987 : 165 ; Bonifay, Villedieu 1989 : 29). Cette forme pouvait aussi contenir de l’huile de sésame (Rothchild Boros 1981). Diffusée aussi à Sion‑sous‑le‑Scex, Augst (Martin‑Kilcher 1994 : 443, groupe 17) et en Grande‑Bretagne (Tomber, Williams 1986 : 50‑51), l’amphore de Gaza est un fossile directeur des importations de denrées lointaines aux ive et ve s.

2.2.4.10 Amphores protobyzantines

115Elles sont au nombre de 5 :
– l’anse circulaire G 151 (fig. 13, no 17), beige à dégraissant noir, porte un monogramme paraissant inédit (fig. 15, no 1) ; son origine pourrait être byzantine ; elle provient de la villa, de Rigny‑la‑Salle (Meuse) (ive s.) (Genot 1971 : 129) ;
– l’anse M159 (fig. 13, no 18) de Metz‑Citadelle, de forme incertaine, recouverte d’un engobe noir, porte un monogramme dont l’origine grecque est possible (fig. 15, no 2) ; le timbre peut être rapproché de celui d’une amphore byzantine de la Schola Praeconum (Keay 1984 : 267) ; à Metz, des vestiges du Ve s. ont été repérés dans ce secteur ;
– 3 amphores (annexe 2, d ; annexe 2, fig. 66, 2) non datées de Metz (M 170) Tarquimpol et Haguenau, se rapprochent du type Carthage L.R.A. 1, variante Egloff 169 (Abadie 1989 : 53, fig. 9).

FIG. 15 – Estampilles orientales du Bas‑Empire (fig. 13, 17 et 18). (Échelle 1/1)

J.B. del.

116Du Haut‑Empire à l’époque paléochrétienne, une douzaine de types d’amphores à vin orientales représentant un total de 72 récipients, a été pour l’instant retrouvée dans le nord‑est de la Gaule (fig. 16) ; 8 sites sont touchés par ces importations.

FIG. 16 – Carte de répartition des amphores orientales dans le nord‑est de la Gaule.

V.T. del. d’ap. J.B./dAf

2.2.5 Le vin de la Gaule romaine

  • 51 Selon Sabir et al. (1983), les Dr 1 de Narbonnaise sont encore à prouver. Sur la liste des ateliers (...)
  • 52 Le prototype vient de Tivissa en Catalogne.

117Ces dernières années, la recherche menée sur le terrain, principalement en Narbonnaise, mais aussi en Gaule tempérée, a mis en évidence des ateliers ayant fabriqué (entre autres matériaux) des amphores destinées au transport de ce vin. Partant des ateliers de Narbonnaise, Laubenheimer (1985) a individualisé des types variés de récipients formant deux groupes distincts : les amphores à fond pointu imitant les formes produites en Italie et en Tarraconaise (Dr 2‑4, Pascual 1)51 et des amphores à fond plat dont la fabrication a connu un essor remarquable en Gaule52. Depuis la publication de Laubenheimer en 1985, de nouvelles formes d’amphores à fond pointu produites en Gaule au début de l’Empire ont été individualisées :
– la « pseudo‑Dr 1 » produite à Lyon (Becker et al. 1986 : 147) et à St‑Just d’Ardèche (Laubenheimer 1989 : 117) ;
– les Gauloises 10, 11, (Laubenheimer 1989 : 131) ;
– le type Augst 21, selon la classification de Martin‑Kilcher (1994 : 391), correspondant au type Haltern 70 similis (classification Desbat 1987a : 162, fig. 2‑2 ; Dangréaux, Desbat 1988 : 122).

118Parmi ces types, seul le dernier est présent dans la région.

119Dans le groupe des amphores à fond plat, les variantes du début de l’Empire sont particulièrement nombreuses : en plus des productions augustéennes de Marseille (Bertucchi 1982), on connaît, par les travaux de Laubenheimer (1985 : 408) des formes Gauloises 6, 7, 8, 9, (au contenu d’ailleurs incertain), des G 3 et des amphores à bandeau difficilement classables par leur manque d’homogénéité morphologique. De nouvelles formes apparaissent dans les Trois Gaules (G 12 en Normandie...).

120Enfin, à partir du ier s., de grandes séries ont été produites en Narbonnaise : les G 1, G 4, G 5 (classification Laubenheimer). Exception faite des G 4, on ne connaît pas encore l’importance de leur production. Quels sont les types utilisés de préférence pour l’exportation ? Leur diffusion s’est‑elle faite sur une petite ou une grande échelle, et à quelle période dans le nord‑est de la Gaule ? C’est l’occasion d’apprécier la portée des édits de Domitien et de Probus relatifs à la restriction du vignoble en Gaule et de voir si ces mesures ont réellement été appliquées. Tout en essayant de répondre à ces questions, on examinera tour à tour les amphores à fond pointu et à fond plat, en commençant par les amphores augustéennes de Marseille qui marqueraient le départ d’une nouvelle production de « type gaulois » sur ce territoire (par rapport à l’ancien type massaliète), éclairant d’un jour nouveau les rapports de filiation qui devaient exister entre le vin « grec » marseillais et la diffusion du vignoble dans le milieu « indigène ». Enfin, on s’interrogera sur le problème de la culture de la vigne dans l’est. À quelle époque la vigne arrive t‑elle ? Laisse‑t‑elle des traces tangibles au niveau des productions céramiques locales ? Cette approche conduira à dresser un rapide bilan des connaissances puis à ouvrir plus loin un chapitre consacré au répertoire des formes de cruches à deux anses au contenu incertain, rencontrées dans la région.

2.2.5.1 Les amphores de Marseille à pâte micacée

  • 53 Picon (1985 : 121) a identifié formellement l’origine de cette pâte, mise en doute par Echallier (1 (...)

121Alors qu’au début du ve s., l’amphore massaliote et la coupe attique de l’ oppidum du Britzgiberg (III‑furth) étaient représentatives, dans la vallée du Rhin supérieure, d’une influence méditerranéenne nouvelle résultant de l’ouverture de l’axe commercial rhodanien (Normand 1978 : 284), les historiens s’interrogeaient sur la disparition de la production de Marseille, à la fin de son indépendance, au iie s. av. J.‑C. (Laubenheimer, in : Sabir et al. 1983 : 110). Bertucchi (1983), a démontré que de nouvelles formes d’amphores sont apparues dans un atelier de la Butte des Carmes à Marseille, dans la deuxième moitié du ier s. av. J.‑C., comblant ainsi le hiatus entre la production de la Marseille grecque et celle de la Marseille gallo‑romaine. Jusqu’à présent, seules les fouilles de Lyon, St‑Romain‑en‑Gal, et plus au nord, Bâle et Dangstetten attestaient la présence de ces amphores à pâte micacée (annexe 2, a)53 sur les sites augustéens. Mais pour le reste, leur diffusion demeurait pratiquement inconnue. À ces découvertes, il faut maintenant ajouter celles d’Alsace et de Lorraine, où plusieurs types de cette production sont identifiables.

La Dressel 2‑4 de Marseille

  • 54 Martin‑Kilcher (1990) signale une Dr 2‑4 de Marseille à Vindonissa dans un contexte tibérien.

122Les anses N 118 et S 16 (fig. 17, no 1) sont pseudo‑bifides avec écrasement digital. Associées à Naix et Sierentz à du matériel augustéen, elles proviennent de l’atelier de la Butte‑des‑Carmes à Marseille (Bertucchi 1982 : 154). Cette production est rarement diffusée dans les régions septentrionales54.

FIG. 17 – Amphores à vin gauloises. 1‑3 amphores augustéennes de Marseille ; 4‑6 Dr 2‑4 ; 7‑8 Haltern 70 similis ; 9‑14 Augst 21. (Échelle ¼)

J.B. del.

Les amphores à double inflexion externe ou G 2

123Deux lèvres à bandeau plus ou moins incurvé –bandeau rentrant pour Bertucchi, ou à double inflexion externe pour Laubenheimer (1989 : 123)– témoignent de la grande variabilité des formes produites à l’époque augustéenne à Marseille. Dans l’état actuel des connaissances, il ne semble pas que ces amphores forment des séries morphologiques « stables ».

124MH 11 (fig. 17, no 2), semblable à un exemplaire de la butte des Carmes appelé Dr 28 par Bertucchi (1983 : 93, fig. 5, no 3) est augustéenne, à Metz, Hts‑de‑Ste‑Croix. Quelques exemples de ce type ont été trouvés vers 30‑20 av. J.‑C. à St‑Romain‑en‑Gal et dans le dépôt augustéen de Lyon‑Favorite (Desbat 1987b : 413).

125MM 17 (fig. 17, no 3), très éversée et au bandeau moins incurvé (Bertucchi 1982 : 149, 1, fig. 13) provient de la couche profonde de la rue Marchant à Metz, correspondant à la première occupation du site vers 20 av. J.‑C. Le dépotoir des Carmes à Marseille en a livré des semblables dans les mêmes années,

126La pâte caractéristique de cette production permet de reconnaître plusieurs autres fragments : un fond plat de grand module à Sierentz (S 152), des fragments de 3 panses à Metz et Naix (MM 18, N 118, N 119).

127Au total, 8 amphores marseillaises augustéennes ont été retrouvées dans l’est de la Gaule, toujours sur des sites livrant des Dr 1 : Metz, Naix et Sierentz (fig. 20). C’est peu (3 exemplaires au maximun par site), mais cette diffusion montre que la production du vin marseillais a repris, même si le volume des exportations demeure secondaire.

2.2.5.2 Les amphores à fond pointu

128L’ensemble comprend 7 Dr 2‑4 et 12 récipients se rattachant aux séries Haltern 70 similis et Augst 21, encore peu connues (elles ne figurent pas dans l’ouvrage de Laubenheimer de 1985), mais, pour le deuxième groupe tout au moins, bien présentes dans nos régions.

La Dressel 2‑4

1298 amphores au moins (fig. 17, nos 4, 5, 6) sont gauloises. Elles représentent 11 % des 61 Dr 2‑4 ayant une détermination d’origine. L’analyse dimensionnelle (annexe 2tabl. xxiiC) fait ressortir une constante de la variable HH (entre 31 et 33 mm), très différente des groupes italique et grec. Un ressaut important marque la base du col sur B 300, comme sur la variante 2 de Corneilhan (Laubenheimer, in : Widemann et al. 1977 : 61, fig. 7). L’anse STN 12 (fig. 17, no 6) n’a qu’un sillon externe. Ce caractère est fréquent sur les productions gauloises (Dangréaux, Desbat 1988 : 117).

  • 55 Desbat a identifié ces amphores comme gauloises.
  • 56 Un atelier de Dr 2‑4 a été récemment découvert dans la villa de Pardigon 2 (Var) (Brun 1988).

130La pâte fine, beige rosé, calcaire ou micacée, peut aussi bien être originaire de l’atelier de Corneilhan que de ceux de Velaux‑Plaine du Levrau et Velaux‑Moulins‑du‑Pont (Laubenheimer 1985 : 316)55 ; 15 ateliers de Dr 2‑4 ont été répertoriés à ce jour en Gaule (Laubenheimer 1986a : 176)56.

131Chronologiquement, BR 28, BR 29 et SK 3 sont issues d’un contexte Claude‑Néron. STN 12 et B 300 sont de la deuxième moitié du ier s. Leur diffusion est limitée, pour l’instant, à 6 centres : Naix Biesheim, Sierentz, Strasbourg et Koenigshoffen. Les données quantitatives recueillies sont faibles en regard de celles fournies par les sites de Lyon, et en particulier Bas‑de‑Loyasse où elles sont majoritaires (Dangréaux, Desbat 1988 : 147). Une production locale de Dr 2‑4 dès l’époque augustéenne a certainement renforcé les pourcentages lyonnais (Becker 1986 : 69).

La Haltern 70 similis

132Le bandeau de la lèvre de M 15 est strié (fig. 17, no 7 ; annexe 2, b) comme un exemplaire du milieu du ier s. à St‑Romain‑en‑Gal (Desbat 1987b : 415, fig. 11) et un de l’époque Tibère‑Claude à Vindonissa (Tomasevic 1970, pl. 21, fig. 3). Desbat fait dériver cette forme, comme la forme suivante Augst 21, des Haltern 70 de Bétique. D’autres variantes sont possibles (SK 6) (fig. 17, no 8) : une comparaison entre des amphores de type Haltern 70 analysées à Augst dont l’origine gauloise est maintenant prouvée (Martin‑Kilchcr 1990 ; Martin‑Kilcher 1994 : 391) et la même pâte orangée très micacée, aux inclusions marrons et grises de SK 6 pousse à lui donner la même attribution. Selon Desbat (1987a), un atelier de Lyon (ou de sa région) aurait pu fabriquer des imitations de ce type espagnol, mais cette production lyonnaise est contestée par Schmitt (1988 : 32) situant les ateliers plutôt dans la basse vallée du Rhône.

133Chronologiquement, il ne semble pas que, localement, la Haltern 70 similis soit antérieure à la Augst 21 devant, selon Desbat, morphologiquement en dériver : pré‑flavienne à Koenigshoffen, SK 6 est contemporaine des Augst 21 du même site. Ces amphores gauloises à defrutum de type Haltern 70 similis (2 ex.) connaissent une diffusion très faible en Alsace et Lorraine. Leur production paraît marginale.

La Augst 21

  • 57 Inscription DUL sur un exemplaire de Nyon. Pélichet 1946, no 17.

1346 amphores de Koenigshoffen, Strasbourg, Biesheim, Gerbewiller (fig. 17, nos 9‑14 ; annexe 2, c ; tabl. xxii, D ; fig. 66, 1, B) font partie de ce groupe classé sous le no 21 à Augst par Martin‑Kilcher (1990 : 196, fig. 13, no 4 ; 1994 : 391, fig. 162, no 6). La forme paraît être un compromis entre le type Pascual 1, dont elle emprunte la hauteur importante séparant l’attache de l’anse de l’embouchure, le type Dr 2‑4 pour la lèvre en bourrelet et enfin le type Haltern 70 avec lequel Dangréaux et Desbat (1988 : 121‑122, fig. 4) montrent une filiation évidente, l’appellant Haltern 70 similis, comme la forme précédente. Des inscriptions peintes indiquent du defrutum57. Signalée pour la première fois à Londres par Wheeler (1930, pl. 55, no 5), la forme a fait l’objet de plusieurs classifications : Wheeler E, London 555 (Sealey 1985 : 167). Une révision de ces appellations était nécessaire, car le type est plus fréquent dans l’est de la Gaule et en Suisse. Le terme Augst 21 est préférable à celui de Haltern 70 similis, car il permet de distinguer cette amphore de la forme transitoire plus proche du type Haltern 70.

135Les pâtes sont fines et similaires à celles des productions gauloises. On peut cependant en observer plusieurs variétés indiquant au minimum 4 ou 5 ateliers. Une origine espagnole semble exclue car la pâte en est très différente. Excepté ST 12 (fig. 17, no 14) pour laquelle il est difficile de se prononcer, les autres pâtes ne ressemblent pas non plus aux pâtes lyonnaises. Les centres producteurs, non encore localisés, pourraient se situer dans la vallée du Rhône (Martin‑Kilcher 1994 : 391). On notera à ce propos la récente découverte, mais dans le Var, d’une installation pour la préparation du defrutum dans la villa de Pardigon (Brun 1988 : 48). Aucun centre de production d’amphore à defrutum n’était encore signalé dans cette région.

Chronologie et diffusion

136Deux amphores de Koenigshoffen (SK 60 et SK 64) sont issues de fosses tibéro‑claudiennes ; elles sont plus précoces que les amphores de Lyon‑Bas‑de‑Loyasse. Il semble donc que leur production soit antérieure au milieu du ier s., période à laquelle Desbat plaçait leur apparition. En revanche, B 324 et GB 17, datées de la deuxième moitié du ier s., montrent bien que leur importation dure jusqu’à la fin de ce siècle. Les Augst 21 sont fréquentes en Suisse (selon Martin‑Kilcher) et en Allemagne (Neuss, musée de Rüsselsheim 1987 : 69). Elles sont signalées en Grande‑Bretagne. Les 10 exemplaires trouvés dans l’est se concentrent dans la plaine alsacienne, principalement dans l’agglomération de Strasbourg-Koenigshoffen (7 ex.) et à Biesheim (2 ex.) ; un seul individu provient de Lorraine (fig. 20). Leur exportation paraît donc particulièrement orientée vers l’axe rhénan.

2.2.5.3 Les amphores à fond plat

137Bien que possédant toutes des fonds annulaires (ou lenticulaires pour certaines G 5), ces amphores sont regroupées en séries morphologiques ayant des caractères propres qui seront détaillées successivement.

La Gauloise 1

  • 58 Ateliers récemment découvert : St‑Julien‑de‑Peyrolas, en Ardèche (Goury, 1988 : 61‑70).

138On trouve 4 exemplaires de cette forme produite pour contenir le vin de la basse vallée du Rhône (Laubenheimer 1985 : 243, 349)58 ainsi qu’un exemplaire de la variante B des G 1. Les critères morphologiques de la variante A sont les plus significatifs.

● Variante A

139Caractérisée par une anse à deux sillons et une lèvre épaisse de section triangulaire à plan supérieur quasi‑horizontal. US 40 et GB 14 (fig. 18, nos 1‑2) sont proches d’exemplaires de Lyon‑Bas‑de‑Loyasse (Dangréaux, Desbat 1988 : pl. IV, fig. 3) et d’Ambrussum (Fiches 1986 : 91, fig. 72). La pâte est soit sableuse comme celles des ateliers de Chusclan, Bagnols, Tresques et une partie des productions de la région de Nîmes, soit très épurée (GB 14) comme celles de Beaucaire, St‑Gilles, Sauveterre, Meynes et St‑Laurent‑des‑Arbres. S 128, à Sierentz, porte la marque MAT (URI) (fig. 18, no 3 ; fig. 19, no 1) (iie s. sur le site). Non mentionnée dans le corpus des G 1 de Laubenheimer, cette marque figure sur une anse à deux sillons à Verulanium (Callender, no 1032).

FIG. 18 – Amphores à vin gauloises. 1‑3 G1, variante a ; 4 variante b ; 9‑12 amphores à bandeau non classées ; 5‑8 G 3 et variantes ; 13‑14 G 5. (Échelle ¼).

J.B. del.

● Variante B des G 1 (ou G 2 ?)
  • 59 Classée G 1 variante B en 1985, puis G 2 à Sienne en 1986.

140L’amphore H11 d’Habsheim (Haut‑Rhin) (fig. 18, no 4), sableuse, présente une double inflexion externe de la lèvre, horizontale et épaisse dans sa partie supérieure. Cette forme de lèvre est intermédiaire entre le groupe G 1 et le groupe des amphores à bandeau, ce qui explique l’hésitation de Laubenheimer59. Elle porte l’estampille s.I.S (Laubenheimer 1985 : 425, no 26), datée sur le site de la première moitié du iie s. (fig. 19, no 2). La distribution de cette marque originaire de la région de Bagnols‑sur‑Cèze n’était jusqu’à présent connue que dans le sud de la Gaule.

FIG. 19 – Estampilles sur G 1 (fig. 18, 3 et 4). (Échelle 1/1)

J.B. del.

141Chronologiquement, la Gauloise 1, produite dès Auguste, n’apparaît dans la région qu’à la fin du ier s. Les quatre exemplaires de la variante A sont issus de contextes de la période Flaviens‑Trajan ; la variante B est légèrement plus récente. Cette fourchette chronologique est en accord avec les datations proposées sur les autres sites septentrionaux (Naciri 1986 : 64). Bien que des fonds de grand diamètre puissent s’ajouter à ces 5 individus, ce type est faiblement représenté dans l’est. Il atteint cependant d’autres foyers de consommation que les centres urbains (Habsheim, St‑Ulrich) (fig. 20). Absentes à Ostie, quelques G 1 sont attestées à Londres, Trêves et sur le Rhin (Gechter 1979 : fig. 24, no 2). Comme le confirme Desbat à Lyon, où elles sont également peu nombreuses, les G 1 ont une production limitée.

FIG. 20 – Carte de répartition des amphores à vin gauloises (sauf G 4) dans le nord‑est de la France. 1 fonds larges indéterminés ; 2 amphores de Marseille ; 3 amphores à bandeau ; 4 G 1 ; 5 G 3 ; 6 G 5 ; 7 Augst 21.

V.T. del. d’ap. J.B./dAf

La Gauloise 3
  • 60 Des G 3 sont fabriquées à Aspiran (Genty, Fiches 1978 : 72, fig. 3, no 2).

142Deux amphores ont une lèvre arrondie présentant dans la partie inférieure une double inflexion externe, caractéristique de la série des G 3 (Laubenheimer 1985 : 257). G 46 (fig. 18, no 5) à l’argile très épurée, est comparable à la variante 2 de Corneilhan (Laubenheimer, in : Widemann et al. 1977 : 70, fig. 7‑1). MP 20 (fig. 18, no 6) est proche de la lèvre G 3 à bandeau de Marseille (Bertucchi 1982 : 149, fig. 13‑4). Ces deux ateliers sont les seuls, avec peut‑être Aspiran60, à avoir produit des G 3.

143Chronologiquement, MP 20 (Metz‑Pontiffroy) se situe entre 40 et 70 ap. J.‑C., et G 46 (Grand) dans la deuxième moitié du ier s. Elles sont contemporaines de celles de Lyon‑Bas‑de‑Loyasse, alors que la production des G 1 est attestée dès la première moitié du 1er s.

● Variante de Gauloise 3 ?

1442 lèvres (fig. 18, nos 7‑8) ont une forme intermédiaire entre les G 1 et G 3, mais cependant plus proche des G 3 (bien que ce classement ne soit pas encore satisfaisant) : les lèvres de hauteur faible et au profil en amande, ont un rebord bien marqué. Le col est plus haut que celui des G 1 et l’anse ne possède qu’un sillon. Les pâtes sont beiges, sableuses, avec un engobe jaunâtre. Cette variante, dont on ne trouve pas de correspondance dans l’ouvrage de Laubenheimer en 1985, se retrouve à Neuss (Filzinger 1972, pl. 25, fig. 6) et Hofheim. Son origine paraît être la zone de Sigean et Narbonne (Laubenheimer et al. 1981 : 166, fig. 11). Non datée à Metz‑Pontiffroy (MP 14), cette variante est pré‑flavienne à Koenigshoffen (SK 23). La diffusion des G 3, très faible dans la région puisque estimée à quelques unités, apporte de nouvelles preuves du caractère limité de cette production précoce que Desbat juge lui aussi éphémère, car transitoire, avant la forme G 4 (Dangréaux, Desbat 1988 : 124).

2.2.5.4 Les amphores à bandeau non classées

145Plusieurs lèvres (fig. 18, nos 9‑12), toutes différentes, ne répondent pas aux critères de définition des G 1 et G 3, mais présentent quelques affinités avec ces séries et se mettent, pour cette raison, à la suite des groupes précédents. Elles ont en commun une lèvre en bandeau assez haute, de faible épaisseur, parfois de section triangulaire (fig. 18, no 10). Les anses à un sillon partent directement sous la lèvre. Un petit ressaut peut marquer le col au niveau de l’attache supérieure des anses (fig. 18, no 12), comme à Neuss (Gechter 1979 : pl. 25, fig. 8). Les pâtes sont variées (annexe 2, d). En l’absence de publications systématiques des formes trouvées sur les lieux de production, les références manquent pour ces amphores, qui rappellent, sans en être, les amphores à bandeau de Marseille (Bertucchi 1982 : 146, fig. 10), certaines inclassées de Laubenheimer (1985 : 311, fig. 169) ou G 2 à double inflexion externe de la lèvre (Laubenheimer 1989 : 125), et enfin certaines productions de Geugnon et Crouzilles. Laubenheimer signale des productions de formes à bandeau et double inflexion externe dans plusieurs ateliers récemment découverts (Puyloubier, Cannes‑St‑Cassien, Cavalaire, Mandelieu…). On doit attendre des informations supplémentaires pour avoir une opinion plus précise sur l’origine des amphores du nord‑est.

146Sur le plan de la chronologie et de la diffusion (fig. 20), de façon plus évidente encore que les G 3, ces amphores non classées précèdent les G 4 dans l’est. Les trois exemplaires datés sont des périodes Claude (SK 206) et Néron (SK 144, BR 26). Ces formes précoces, au caractère non standard, sont aussi bien représentées dans la région que les séries G 1 et G 3, plus connues. Elles témoignent de la vitalité commerciale de la Gaule Narbonnaise dès la première moitié du ier s., alors qu’il nous reste beaucoup à apprendre au niveau des ateliers. Leur diffusion dans l’est concerne uniquement les grands centres urbains.

La Gauloise 5

  • 61 Échantillon remis par Widemann.

1479 amphores (fig. 18, nos 13‑14 ; annexe 2, tabl. xxii, E) appartiennent au groupe des G 5, dont les critères, définis par Laubenheimer (1985 : 293), correspondent à ceux de la forme Ostia LA 2 (Panella 1973 : 553) ou Nimègue 132 b (Stuart 1962, pl. 12, fig. 175). Les G 5 contiennent du picatum et du massicum (Laubenheimer 1985 : 400). Leur zone de production se limite à la Provence (Laubenheimer 1985 : 353). Une comparaison avec les paramètres mesurés sur les amphores de Provence (Laubenheimer 1985 : 332 ; annexe 2, tabl. XXII supra) permet de rapprocher SU 58 (fig. 18, no 14) des productions de Viens. Les pâtes sont, dans l’ensemble, de ton beige rosé, fines et très dures. M 38 et M 39 ont une pâte blanche comme les productions de Marseille61.

148Bien que Desbat (1988, pl. IX, fig. 7‑8) distingue certaines différences dans le profil et l’épaisseur des fonds de G 5, par rapport à ceux d’autres récipients, il est préférable ici de ne pas individualiser 14 fonds d’un diamètre supérieur à 110 mm, certains pouvant également être attribués à des G 1, G 3 et amphores non classées. Ainsi, le nombre des G 5 importées dans l’est est certainement supérieur au chiffre retenu.

149Les contextes chronologiques de ces découvertes sont peu précis mais concernent en général la fin du ier s. ap. J.‑C., comme sur la plupart des autres sites de consommation. S 275, associé, à Sierentz, a la marque de Dressel 20. L.F. S daterait des années 60, donc du début des exportations de cette forme produite à partir de 50 ap. J.‑C. (Laubenheimer 1985 : 390). Aucune ne paraît dater de l’époque antonine. Si les G 5 sont présentes sur au moins 5 sites (Gerbewiller, St‑Ulrich, Metz, Strasbourg, Sierentz), elles demeurent dans le nord‑est de la Gaule une exportation secondaire, car elles n’excèdent pas, dans l’état actuel de nos connaissances, 2 ou 3 individus par site concerné (fig. 20).

La Gauloise 4
  • 62 Le massicum et l’amineum viendraient d’Italie en dolia. F. Laubenheimer pense cependant que cette e (...)

150À côté des formes gauloises préalablement étudiées, marginales dans la région, une plus large documentation est fournie par 454 fragments de Gauloise 4 (abrégé G 4) (fig. 21‑22), amphores à fond plat produites en abondance par de nombreux ateliers de Narbonnaise dès le milieu du ier s. ap. J.‑C. jusqu’au courant du iiie s., dont Laubenheimer (1985 : 261) a souligné le caractère « standard » né de la volonté des potiers de fabriquer des objets identiques (par la pâte comme par la forme), particulièrement conçus pour l’exportation. On ne reviendra pas sur la nature de son contenu, le vin, bien que l’origine des crus exportés dans certaines de ces amphores pose encore des problèmes62. 314 récipients sont individualisés, dont 3 complets, 189 lèvres et 12 estampilles.

Analyse morphologique

151Les critères distinctifs de cette amphore sont maintenant clairement définis (annexe 2 et tabl. xxii, F). Les mesures systématiques de 9 paramètres significatifs ne sont possibles que sur 41 amphores. Elles sont inopérantes pour confronter notre matériel à celui trouvé sur les sites de production (Laubenheimer 1985 : 328, tabl. 11). Le chevauchement des mesures rend toute distinction impossible. Les résultats ne font que démontrer une fois de plus l’homogénéité apparente de cette famille d’amphores. Un classement stratigraphique (tabl. ii) s’avère plus riche d’enseignements : il met en valeur une certaine évolution de l’amphore, notamment au niveau des paramètres DL (diamètre de la lèvre), HH (distance entre le sommet de la lèvre et celui de l’anse) et DF (diamètre du fond). Afin de mieux faire ressortir ces modifications au cours du temps, 14 amphores datées de l’époque flavienne sont confrontées à 11 amphores de la fin du iie s. et du iiie s.

TABL. II – Quelques rapports dimensionnels entre G 4 de l’époque flavienne (a) et G 4 de la fin du IIe s. et du IIIe s. (b).

Groupe flavien (fig. 21, nos 1‑5)

152Toutes les lèvres forment un bourrelet épais dont la hauteur varie de 21 à 31 mm et l’épaisseur de 21 à 28 mm. Le diamètre est, à deux exceptions près, supérieur à 122 mm, c’est‑à‑dire à la limite maximale des variables rencontrés sur les ateliers ; le col est haut ; les anses s’attachent loin de la lèvre ; la distance HH est, pour 7 exemplaires sur 9, supérieure à 34 mm. Les anses ont un sillon bien marqué ; les 2 fonds conservés sont larges (103 et 104 mm) et de forme 5. Ce type se rencontre, avec un caractère de moins en moins affirmé, pendant tout le iie s. 47 lèvres flaviennes sont similaires.

FIG. 21 – Amphores à vin Gauloises 4. 1‑5 G 4 du Ier s. ; 6‑11 G 4 du IIe s. (Échelle ¼)

J.B. del.

Groupe de la fin du iie s. et du iiie s. (fig. 22, nos 1‑4)

153Le diamètre de la lèvre, nettement inférieur, est compris entre 107 et 118 mm. La lèvre est souvent mal faite, irrégulière, ou peu prononcée. L’anse, au bord relevé, a un sillon peu marqué. Parfois collée à la lèvre, elle remonte fortement, réduisant ainsi la distance HH. Les fonds, de forme 4, sont étroits (80 à 86 mm) (fig. 21, nos 10‑11). 6 amphores non datées possèdent une morphologie identique, ainsi que de nombreux fragments de lèvres et de fonds trouvés dans des villae du nord de la Lorraine, en présence de Dr 20 à la lèvre très inclinée (par ex. à Lelling, Grosswald et Heidenkopf). Des anses seules, trouvées dans un contexte tardif (M 40 estampillée MPADII, fin du iiie s. et T 10, ive s.) confirment cette évolution (fig. 22, no 5). On notera que dans les publications de Laubenheimer (1985 : 268 ; 1989 : 34) certaines G 4 produites à St‑Martin‑les‑Eaux, Volonne et Villeneuve dans les Alpes de Haute‑Provence, mais aussi à Sallèles‑d’Aude (Aude) au iiie s., et au Beausset (Var), ont des anses collées à la lèvre.

154Les récipients du iie s. (fig. 21, nos 6‑9) oscillent entre ces deux extrêmes, mais il n’existe aucune G 4 d’époque flavienne présentant les caractères d’une G 4 plus récente. De semblables observations ont été faites notamment à Augst (Martin‑Kilcher 1986 : 198), Lyon (Dangréaux, Desbat 1988 : 125) et Ostie (Naciri 1986 : 73). L’évolution du standard de la G 4 est donc maintenant bien établi.

Pâtes et attribution d’origine

155Les pâtes, à l’œil, se distinguent difficilement entre elles. Les surfaces sont de couleur beige, rosée ou blanchâtre et les cassures beige rosé ou orangées. Comparées aux pâtes des productions italiennes ou espagnoles, celles des G 4, issues de bancs d’argile identiques et très épurées, présentent une homogénéité remarquable. Une première analyse visuelle des pâtes des 189 lèvres montre cependant que 27 d’entre elles appartiennent à la catégorie des pâtes sableuses produites à Cannes, Fréjus et dans les contreforts des Cévennes (Laubenheimer 1985 : 362). Pour cette dernière région, on ne connait pas d’officine ayant produit des G 4. Il n’est pas certain qu’il faille attribuer à Fréjus‑Cannes toutes nos G 4 sableuses. En effet, le répertoire des 22 ateliers de G 4 publiés en 1985 s’est enrichi depuis de 18 nouvelles officines (Laubenheimer 1989 : 128) ; beaucoup restent à découvrir. Il est donc permis de penser que l’aire géographique des sites à pâte sableuse est plus large que prévu. Les pâtes blanches et (ou) rugueuses sont relativement plus fréquentes sur les G 4 de la fin du iie s. et du iiie s. (sur les 11 amphores de la fig. 16, 4 sont blanches et 4 sableuses). Aucune pâte n’est similaire à celle de Crouzilles‑Mougon (Ferdière et al. 1986). On ne peut se prononcer à propos des autres ateliers de Gaule tempérée (Gueugnon [Saône‑et‑Loire] ; Pouillé [Loir‑et‑Cher]).

  • 63 140 échantillons prélevés en Alsace et en Franche‑Comté ont été analysés parallèlement à 136 échant (...)

156Compte tenu des problèmes de distinction d’origine liés à l’uniformité de ce matériel céramique, une détermination des provenances passe nécessairement par une analyse minéralogique et pétrographique des pâtes. Cette étude a été menée par V. Walter à Strasbourg, sur 124 échantillons recueillis sur 21 sites d’Alsace et Lorraine (Walter 1988)63. Les principales étapes de cette recherche sont les suivantes.

  • 64 GANOS : Groupe d’Archéologie nucléaire d’Orsay. Pour la classification par ascendance hiérarchique (...)

157Dans un premier temps, une classification ascendante hiérarchique suivie d’une comparaison avec les groupes de référence du GANOS64, ont permis pour 47 de nos échantillons une attribution d’origine aux ateliers de Fréjus‑Pauvadou, Ste‑Croix‑Lambert, La Crau-d’Hyères (Var), Sallèles‑d’Aude (Aude), St‑Martin‑les‑Eaux (Alpes‑de‑Haute‑Provence), St‑Gilles, Meynes et Beaucaire, Sauveterre (Gard).

158Une deuxième classification par traitement sans éléments de pollution, puis une troisième par ascendance hiérarchique menée sur seulement 10 éléments, ont éliminé le groupe de Sauveterre auparavant bien représenté, et mis en évidence l’importance du groupe St‑Gilles‑Meynes‑Beaucaire (82 échantillons).

159Une quatrième étape de vérification par analyse discriminante, en calculant les distances de Mahalanobis (Walter 1988 : 197), fit disparaître les groupes Pauvadou, Fréjus, Cannes et Marseille. La concordance parut douteuse pour Beaucaire et un rattachement précis ne put être fait aux ateliers de St‑Gilles et Meynes. À la fin, seuls 5 ou 7 échantillons furent retenus pour Sallèles‑d’Aude et 5 ou 6 pour la région St‑Gilles-Meynes‑Beaucaire (numéros non précisés). L’auteur, en conclusion, propose une autre démarche plus performante, en mettant en évidence les phases géochimiques par analyse factorielle. Un premier test est présenté (Walter 1988 : 210), les données en sont provisoires et pas encore exploitables.

  • 65 Les aléas de la prospection n’ont pas permis un choix judicieux.

160Sur le plan morphologique, soulignons que deux amphores à l’anse collée à la lèvre, ont été analysées65. La première, AMP 114 (fig. 22, no 4) est proche de St‑Gilles‑Meyne‑Beaucaire. La seconde, AMP 184 (fig. 22, no 3), datée du iiie s., est distribuée, par mise en évidence des phases géochimiques dans la même classe que Villeneuve (Alpes‑de-Haute‑Provence) dont la production possède également les mêmes caractéristiques typologiques (Laubenheimer 1985 : 269, fig. 124). Cette concordance tend à prouver l’intérêt de cette méthode dont les résultats se révèlent également positifs pour les échantillons associés à Fréjus : il s’agit de deux G 4, effectivement en pâte sableuse (AMP 115 et 127) et de deux amphores de type Fréjus‑Lentzbourg, (AMP 118 et 120) dont Brentchaloff (1988 : 182) vient de déterminer l’origine fréjussienne. On note enfin, dans cette nouvelle distribution, l’importance numérique des échantillons associés aux groupes St‑Gilles‑Meynes‑Beaucaire, Villeneuve.

FIG. 22 – Amphores à vin Gauloises 4. 1‑5 G 4 du IIIe s. ; 6‑12 G 4 non datées. (Échelle ¼)

J.B. del.

FIG. 23 – Graffites sur G 4 dans le nord‑est de la Gaule. (Échelle ½)

J.B. del.

161L’analyse n’apporte pas d’élément nouveau de connaissance pour l’origine des échantillons AMP 117 (fig. 21, no 4), estampillé C D V, et AMP 121 (ST 114), anse estampillé C.M.S. La distribution par phase géochimique les place avec des échantillons de Servian, Meynes, Beaucaire et Sauveterre. La marque A P M de l’amphore AMP 130 (B 65), associée, dans la première classification, au groupe St‑Martin‑des‑Eaux‑Villeneuve puis exclue de ce groupe, a été localisée par Widemann (Laubenheimer et al. 1981 : 158) dans le Gard, vers Chusclan et Marcoule ; 5 timbres de cette marque sont présents dans le nord‑est.

  • 66 Un bas‑relief du iiie s. représentant une barque et un tonneau a été trouvé à quelques kilomètres. (...)

162En conclusion, l’exploitation des données est donc limitée, pour l’instant, à la seule mise en valeur des ensembles de Sallèles‑d’Aude (gros centre producteur situé près de Narbonne, (Laubenheimer 1990) et de St‑Gilles, Meynes, Beaucaire, officines de la basse vallée du Rhône, région d’où proviennent également les 5 amphores estampillées A P M. Walter émet l’hypothèse que les régions d’où proviennent en majorité nos échantillons ne sont pas couvertes par les banques de références de pâtes établies par le GANOS. Cela est vraisemblable, puisque Picon et Desbat rencontrent, pour des échantillons analysés à Lyon, les mêmes difficultés d’attribution aux ateliers connus de Narbonnaise (Dangréaux, Desbat 1988 : 128). Selon Picon, le couloir rhodanien (et notamment la région de Valence) pourrait avoir tenu un rôle important dans les exportations de vin vers le nord‑est de la Gaule. De récentes découvertes comme celle de l’exploitation viticole du domaine du Molard, à Donzère (Drôme), située sur l’aire géographique actuelle des Côtes‑du‑Rhône, et dont la production était vouée à l’exportation (Lasfarges 1985 : 542), renforcent cette hypothèse66. Naciri (1986 : 279) parle d’une exportation préférentielle des vins de Marseille, Fréjus et Cannes vers Ostie, et de celui de Narbonne vers Bordeaux. Peut‑on aussi envisager une meilleure distribution des produits de la vallée du Rhône vers le nord ? Les inconnues sont encore trop grandes. Le problème des attributions d’origine est encore loin d’être résolu pour les amphores du nord‑est. D’un autre côté, la nature des récipients ayant contenu ces vins du couloir rhodanien (en particulier le célèbre picatum de Vienne) n’est pas connue, mais il est vraisemblable qu’il s’agit de G 4 ou de tonneaux.

Les estampilles

163Au nombre de 12 (pour 7 marques), elles sont peu fréquentes, compte tenu de la masse des fragments recensés (cf. infra fin § 2.2). Délimitées par un cartouche, elles figurent toutes sur une anse plate à un sillon.

Les graffites

164Aucun récipient ne porte d’inscription peinte ; en revanche 8 graffites ont été conservés ; 5 d’entre eux, en forme de croix, bâtons et lignes courbes, et situés sur la panse, correspondent à une marque faite au doigt avant cuisson par le potier (fig. 22, nos 6‑9). 3 graffites plus élaborés, ont été incisés après cuisson sur l’anse (fig. 22, no 11) et le haut de la panse (fig. 22, no 12 ; fig. 20, no 6) sur lequel on peut lire le nom du propriétaire de l’amphore.

Chronologie et diffusion

  • 67 Alors que Dangréaux et Desbat (1988) font apparaître les G 4 à Lyon Bas‑de‑Loyasse vers 80 ap. J.‑C
  • 68 La G 4 de Daspich vient de la couche supérieure d’une cave du ive s., rue Otto (Stiller 1970).

165Les récipients antérieurs à la période flavienne sont rares. L’amphore (ST 125) la plus ancienne, datée de l’époque de Claude, provient de la rue du Noyer à Strasbourg (associée à CANAUS, à une Drag. 29 et de la terra nigra claudienne). Deux G 4 de la rue des Comtes, à Koenigshoffen, sont de l’époque de Néron. La précocité de ces importations n’est pas exceptionnelle puisque qu’une G 4 est attestée à Angers pendant la première moitié du ier s. (Laubenheimer 1985 : 391) et à Neuss dans le deuxième quart du ier s. (Naciri 1986 : 70)67. Il est difficile de dire s’il y a prééminence des G 5 sur les G 4 pendant cette période, comme le pense Naciri pour Ostie (Naciri 1986 : 75). Certes, Metz‑Serpenoise a livré, avant les Flaviens, 2 G 5 à l’exclusion de toute G 4, mais ce cas n’est pas significatif, car les G 5 sont peu représentées dans l’ensemble de la région. 54 G 4 sont de l’époque flavienne. Ce chiffre n’est pas limitatif car les tessons non datés sont nombreux. Ainsi, 233 G 4 sont rattachées sans plus de précision à la fin du ier s. et au iie s (fig. 22, nos 13‑19). 28 G 4 sont datées de la fin du iie s. et du début du iiie s., quelques exemplaires de la fin du iiie s, notamment à Bliesbrück, et une du ive s. à Daspich68. Ce cas est rare (Laubenheimer 1985 : 391) car cette amphore n’est plus produite au ive s. La commercialisation des G 4 couvre donc, dans le nord‑est, essentiellement la fin du ier s. et le iie s. avec une disparition progressive, comme sur tous les autres sites occidentaux. L’étendue de leur diffusion locale, importante (fig. 24), concerne 43 sites mais chaque nouvelle fouille décèle la présence de ces amphores que l’on savait abondantes d’une part en Italie (Ostie, Settefinestre…) (Carandini 1985), et d’autre part en Suisse et sur l’axe rhénan, la Grande‑Bretagne absorbant le surplus de cette distribution (Peacock 1978 : 50). Effectivement les G 4 sont très bien représentées dans la plaine alsacienne, mais elles le sont également en Lorraine, notamment à Grand, Metz et dans la vallée de la Sarre méridionale où la villa de St‑Ulrich est un point de consommation important (Baudoux 1987 : 90).

FIG. 24 – Carte de répartition des G 4 dans le nord‑est de la Gaule.

V.T. del. d’ap. J.B./dAf

2.2.5.5 La question du vignoble local

  • 69 Colloque organisé par R. Chevallier et le Centre Piganiol.
  • 70 La vigne se développe en Anjou dès la fin du ier s. : on trouve un pressoir de cette époque à Chêne (...)

166Le colloque de l’université de Tours sur « l’Archéologie de la vigne et du vin en Gaule et dans les provinces voisines », tenu à Paris en 198869 (Chevallier 1990), a fait état d’importantes découvertes révélant une progression relativement précoce de la culture de la vigne en Gaule non méditerranéenne, notamment dans les pays de Loire et en Champagne70. On doit de la même façon s’interroger sur l’implantation du vignoble en Gaule de l’Est, en réunissant les indices archéologiques locaux connus à ce jour.

167Il faut faire, auparavant, deux distinctions capitales : la présence de la vigne ne signifie pas nécessairement vinification du jus de raisin recueilli. S’il y a vinification, la commercialisation du produit n’est pas systématique, car la résistance et la qualité du plant sont essentielles pour que le vin, né en plus d’opérations complexes, soit exporté (outre la nécessité qu’il y ait aussi un marché). Il y a lieu, donc, de ne pas assimiler sous le terme générique de « vignoble » des parcelles d’exploitations de nature très différente.

168Intéressons‑nous tout d’abord aux témoins d’une exploitation viticole à grande échelle en Moselle et en Rhénanie : en pays trévire, les grands bassins de décantation du iiie s. des villae de Lösnich et Dhron et, à Piesport, l’ensemble de sept bassins du ive s., dont certains pouvaient contenir 4 000 litres, sont les preuves irréfutables d’une culture intensive de la vigne sur les coteaux abrités de Moselle (Gilles 1987 : 108 78 ; Ternes 1990). Sur cette base fiable, Ternes retient les années 220 comme période d’apparition de cette culture qui semble toucher la Moselle avant la Rhénanie. C. Wolff (1983 : 447) rejoint l’opinion de Dion (1959 : 161) en estimant que le vignoble pénètre en Alsace par le Palatinat (et non par la porte de la Bourgogne) à une époque tardive (le viie s.). Dion précise à propos des vins alsaciens, qu’il s’agit, à l’époque carolingienne, de vins d’exportation. Cette période est donc le terminus post quem au‑delà duquel la progression du vignoble était reconnue jusqu’à présent dans ces régions.

  • 71 Face à cette documentation, on demeure circonspect à propos d’instruments comme la serpe, d’un usag (...)
  • 72 Deux monuments avec représentation de la vigne au lieu‑dit Rebberg (colline de la vigne).
  • 73 Selon Couderc (1990) la vigne apparaissaît dans les tourbières et proliférait sous forme de lianes (...)
  • 74 Nous ne retenons pas comme indices fiables les entonnoirs de Dachstein et les stèles de vignerons d (...)
  • 75 Il est vrai que les villae ne sont pas encore fouillées.

169On peut cependant penser à une apparition plus précoce. En effet, cette extension ne s’est pas faite du jour au lendemain. Une documentation parallèle, dans laquelle sont éliminés certains éléments dont l’interprétation est douteuse71 fournit quelques dates plus hautes : dans la vallée de la Moselle, une tombe de vigneron de la fin du ier s., située sur le Gaispfad supérieur près de Cobern (Cüppers 1970 : 141), et un socle de vigneron de Trêves du début du iie s. (Loeschcke 1933 : 19, fig. 5), sont les deux plus anciens monuments de ce type dans la région. Selon Thill (1972 : 209), la production viticole locale augmente au iie s. Des cuves à presser le vin de cette époque sont trouvées à Marin‑Noviand ainsi qu’un pilier funéraire de viticulteur à Remerschen‑Emerange (Luxembourg). Les indices sont plus rares pour la Moselle méridionale : Lutz (1987 : 235) admet la présence probable de la vigne dans le haut pays messin à Vic‑sur‑Seille72 et Tarquimpol, site ayant livré un important ensemble de chaudrons et entonnoirs du iiie s. (l’utilisation de ces instruments est depuis peu contestée : il pourrait s’agir d’instruments à bière) ; enfin un sarment de vigne certainement plus tardif est signalé par Guérin à Scarponne (Meurthe‑et‑Moselle)81. En Alsace, il est intéressant de noter dès l’âge du Bronze, la présence de vigne sauvage à Rhinau, sur le bord du Rhin73. Elle ne donnait bien évidemment pas lieu à la vinification. Non loin de là, un important dépôt de pépins de raisin du début du iie s. ap. J.‑C., découvert en 1978 à Biesheim, (Pétry 1978) peut signifier une exploitation destinée à la consommation locale comme à Augst, où un atelier de Dr 2‑4 de la fin du ier s. a récemment été mis au jour (Martin-Kilcher 1992 : 51), c’est l’indice le plus favorable dont on dispose actuellement74. Cependant, comme en Suisse (Martin-Kilcher 1990), il n’y a nulle trace, en Alsace romaine, de pressoir75 ni même de pollens de vitis (vigne supportant la vinification par opposition à la vigne sauvage).

170De ce dossier peu épais, il ressort que dès le iie s., dans la vallée de la Moselle et même en Alsace, quelques vestiges archéologiques suggèrent une implantation de la vigne dans certaines zones d’étendue très réduite. Son exploitation devait être primitive et réservée à un usage local. Il est presque certain que ce vin (s’il existe) ne fut pas mis en amphore, mais plus probablement en tonneau. Il est toutefois intéressant de chercher parmi la céramique locale si un récipient aurait pu également servir pour son stockage, mais vouloir mesurer l’ampleur de cette éventuelle production demeure une entreprise vaine.

2.2.6 Le vin de Maurétanie césarienne

1714 récipients (fig. 25 ; annexe 2) dont un entier trouvé à Scarponne (NA 7), appartiennent au type Keay 1 b (Keay 1984 : 98, fig. 36), produit au Bas‑Empire pour exporter du vin de Maurétanie (Mauretania Caesariensis) et dont on connaît au moins un atelier : Tiklat (ancienne Tubusuctu). Son contenu posait problème : selon Lequément (1980a : 185) et Keay (1984 : 432), la Keay 1 b aurait transporté de l’huile. Nous pensons comme Martin‑Kilcher (1990), que cette petite amphore poissée ne peut contenir que du vin.

FIG. 25 – Amphores à vin Keay 1B de Maurétanie Keay 1B. 1 (échelle 1/6) ; 2‑4 (échelle 1/4).

J.B. del.

Chronologie et diffusion

172À Metz, ces amphores proviennent des chantiers de la Citadelle, du grand amphithéâtre et de la rue du Chanoine Collin (associées à des amphores à huile de Byzacène et, rue du Chanoine Collin, à des sigillées orangées d’Argonne du ive s. et des monnaies de Constantin II César (Billoret 1977 : 353). Ces amphores retrouvées sur deux sites de Lorraine, prouvent par leur présence, que le vin de Maurétanie, qui était de consommation courante selon Lequément, n’a pas seulement été exporté vers Rome et surtout vers le sud de l’Espagne aux iiie et ive s. (Keay 1984 : 436) mais également au nord des Alpes, comme le laissait déjà présager la découverte de Keay 1 b à Trêves et Augst (Martin‑Kilcher 1990 ; 1994 : 377, fig. 153, no 3‑4).

2.2.7 Conclusion

173Globalement, 25 types d’amphores à vin ont été importés dans l’est de la Gaule, sur une période de trois siècles, représentant un total de 806 récipients. Leur origine est italienne (230 ex., soit 31 % de l’ensemble), hispanique (60 ex.), orientale (68 ex.) et principalement gauloise (361 ex. soit près de 47 %) (fig. 26 et 27). Dans l’immédiat, on insistera plus particulièrement sur le problème des Dr 2‑4 et la présence des amphores vinaires gauloises dans cette région.

FIG. 26 – Graphe quantitatif des amphores vinaires par pays.

FIG. 27 – Représentation des amphores vinaires par pays (en %).

2.2.7.1 Les Dr 2‑4

174Les 104 Dr 2‑4 recensées constituent ; avec 13 % de l’ensemble des amphores vinaires, le troisième groupe en importance après les G 4 et les Dr 1. 26 Dr 2‑4 italiques ont été reconnues, ainsi que 17 hispaniques, 11 grecques et 7 gauloises (avec les réserves qu’imposent des analyses fondées sur les études typologiques et macroscopiques). Elles forment l’une des bases de données utilisées pour les futurs histogrammes de cette étude. 42 individus n’ont pu être attribués à une région productrice (annexe 2, d) ; 18 points de diffusion ont été recensés. Une relative concentration s’observe sur les sites les plus proches du limes, avec une densité maximum de 28 à 29 amphores à Biesheim, 22 à Strasbourg et 14 à Sierentz ; Metz en a fourni une dizaine. À Strasbourg et à Biesheim, leur quantité est inférieure à celles des camps les plus anciens du limes comme Neuss (138 fragments) ou Haltern (100 ex.) (Tchernia 1986a : 136).

1758 Dr 2‑4 appartiennent au tout début du ier s. ap. J.‑C. Le floruit de leur importation semble être l’époque de Claude‑Néron : à Koenigshoffen, 8 Dr 2‑4 représentent 17,5 % des 45 amphores vinaires. Ces chiffres sont proches de ceux de Lyon Bas‑de‑Loyasse : 12,5 % des vinaires et 8 % de l’ensemble (Dangréaux, Desbat 1988). Le pourcentage atteint à Sheepen (80, 95 % des vinaires) ne rencontre aucune correspondance dans notre région (Sealey 1985 : 48). Comme à Ostie sous les Flaviens, elles sont encore nombreuses à la fin du ier s. (19 exemplaires datés). On n’en trouve plus au iie s. Les Dr 2‑4 hispaniques se taillent une part non négligeable du marché, après les Dr 2‑4 italiennes. On tentera de voir dans le chapitre suivant comment s’est opérée la montée du vin espagnol et quels sont les autres types d’amphores vinaires importés de la péninsule ibérique.

2.2.7.2 Les amphores vinaires gauloises

176Toutes les formes produites en Gaule ne sont pas exportées dans l’est : parmi les amphores à fond pointu, on ne rencontre aucune pseudo‑Dr 1 d’origine lyonnaise, Pascual 1 de Narbonnaise, Dr 2‑4 de l’atelier de l’îlot 24 de Lyon produisant des formes coennes (Becker 1986 : 148) ou de l’autre atelier lyonnais, non encore localisé, imitant les Dr 2‑4 du Falerne (Becker 1989 : 150), enfin, aucune Dr 2‑4 d’Augst ou de Crouzilles‑Mougon (Ferdière et al. 1986). En revanche, on trouve des Dr 2‑4 de Marseille et quelques formes du début du ier s. dont les ateliers restent encore à identifier. Il faut enfin compter sur 12 amphores à defrutum Augst 21, représentant le tiers des 43 amphores à defrutum recensées. Cette proportion est tout à fait nouvelle et intéressante : chaque découverte montre la part grandissante qu’a tenu la Gaule dans l’exportation d’une grande variété de produits. Au total, on retient 19 amphores à fond pointu d’origine gauloise dont la diffusion dure pendant tout le ier s. Ce chiffre n’est certes pas important, mais il montre, toute proportion gardée, que cette forme de récipient est presque aussi bien représentée localement que les amphores à fond plat qui ont précédé les G 4.

177Parmi les amphores à fond plat, on ne trouve pas trace des G 6, G 7, G 8, G 9, ni même de productions plus septentrionales comme celles de Mougon ou Thésée‑Pouillé ou les G 12 de Normandie. Les autres groupes, excepté celui des G 4, sont faiblement représentés. Tout au plus compte‑t‑on 36 individus. On aurait pu s’attendre à une meilleure distribution d’amphores plus récentes comme les G 1 et G 5 (on note la présence de deux G 5 de Marseille de la fin du ier s. ap. J.‑C.). Enfin, la très forte expansion du commerce du vin mis en G 4 se confirme. On aura l’occasion d’en apprécier le succès.

178Malgré l’aspect incomplet des informations actuelles, il faut d’ores et déjà remarquer l’importance de la vallée du Rhône dans ces importations : cette zone est la plus fréquemment citée quand il est question de l’origine des Dr 2‑4, Augst 21, Haltern 70 similis, G 1, et G4 trouvées dans l’est. Ce secteur s’annonce très prometteur pour les découvertes à venir.

Corpus des marques sur G 4 (Échelle 1/1)

J.B. del.

2.3 Les amphores à salaisons

179Les amphores contenant les saumures et sauces de poissons comme le garum, la muria, le liquamen, l’hallex, etc. Jardin 1961 ; Zévi 1966 ; Beltran Lloris 1970 : 415, 431 ; Ponsich 1988), sont abondantes dans tout l’Occident et relativement bien connues depuis l’établissement de corpus typologiques par Dressel (formes 7 à 14 et 38 du Castro‑Pretorio) et Beltran Lloris (plusieurs sous‑groupes de BI et B II, B III, B IV) (B abrégé de Beltran Lloris). Leur étude demeure néanmoins complexe pour plusieurs raisons.

  • 76 Le sous‑groupe B I A est daté de la fin du ier s. av. J.‑C. Jusqu’au milieu du ier s. ap. J.‑C. Le (...)

180D’une part ces amphores, bien qu’elles aient toutes une panse ovoïde ou piriforme et un fond pointu, ont des formes très variées (produites souvent dans le même ateliers), et, en l’absence de profils complets, une distinction morphologique est difficile à établir en particulier entre les Dr 7, 8 et 11 (dont la différence se situe principalement dans le diamètre du col et dans le volume de la panse) et entre certaines Pompei VII, Pélichet 46 (Beltran Lloris LIA) et Beltran Lloris II B. Se fondant respectivement sur les trouvailles des camps du limes germanique et sur la production du four d’Olivar (près de Cadix), Beltran Lloris et Ramos Millan (1981 : 5) ont démontré une certaine évolution des lèvres ou, en tout cas, une prééminence de certains sous‑types à une époque donnée76. On recherchera la confirmation de cette analyse dans le matériel régional, provenant de contextes stratigraphiques très divers.

181D’autre part, les connaissances sur l’origine de ces amphores à salaisons sont en pleine mutation. Sur la côte occidentale du Maroc et en péninsule Ibérique, du Portugal à la Tarraconaise, les ateliers sont nombreux et peu fouillés. Ils sont particulièrement denses sur le littoral de Bétique (de Gadès à Algésiras) (Ponsich, Tarradell 1965 ; Blazquez 1978 ; Ponsich 1988). En France, des découvertes récentes amènent à reconsidérer le monopole espagnol dans ce domaine. L’hallex et la muria de la côte ligure et d’Antibes étaient connus des auteurs anciens (Naciri 1986 : 32 ; Pline, NH, XXXI, 94‑5 ; Martial, Épig, VI‑88) sans que leurs récipients soient identifiés. Brentchaloff (1988 : 182) vient de mettre en évidence une production d’amphores à salaisons à Fréjus. Des Dr 16 portant la mention liquamen d’Antipolis (Antibes) sont signalées à Rome et à Augst (Martin‑Kilcher 1990 : 40, fig. 5). Enfin à Lyon, Desbat (1987a) soulève le problème, à travers la fabrication locale de récipients à salaisons (notamment dans les ateliers de la Manutention militaire et de la Muette), d’une production ou d’une redistribution de saumures. Il est important d’apprécier l’ampleur de la diffusion de ce matériel dans la région, par rapport à celui d’Espagne.

  • 77 Les amphores entières sont les nos SK 147, 166, 170, 129, 128, 130, EP 4, M 16, SK 211, ST 27, 28, (...)

182Pour mener ces différentes recherches, on dispose de 297 amphores (174 lèvres, 14 récipients complets)77, réparties en deux groupes selon leur origine hispanique ou gauloise et examinées par ordre chronologique de production et d’arrivée dans l’est de la Gaule.

2.3.1 Les amphores à salaisons de la péninsule Ibérique et de Maurétanie tingitane

183La classification adoptée pour les types présentés est celle que l’on rencontre le plus fréquemment : parmi les numéros de Dressel (1879) s’intercalent d’autres classifications rendues nécessaires pour individualiser certains types dont la caractérisation morphologique a été affinée depuis Dressel : on trouve dans l’ordre des Dr 12, 9, 7, Longarina 2 et 3, Dr 8, Pompei VII, Beltran Lloris II A et B, Dr 14 et Almagro 51c.

2.3.1.1 La Dr 12

1843 Dr 12 ont été retrouvés à Metz, dont un profil complet (fig. 28, nos 1‑2 ; annexe 2). Cette forme, appelée plus rarement Beltran Lloris III (Beltran Lloris 1970 : fig. 178, nos 4‑6 et fig. 181, no 17) est originaire de Bétique (un four est connu à Rinconcillo, près d’Algeciras) et contient du garum ou de la muria (Zévi 1966 : 246) ; aucune des pâtes ne correspond à celle des imitations lyonnaises.

FIG. 28 – Amphores à salaisons hispaniques. 1‑2 Dr 12 ; 3‑5 Dr 9 ; 6‑8 Dr 7 ; 9‑10 Longarina 2 et 3 ; 11 Dr 7‑11 (Échelle ¼)

J.B. del.

185Chronologiquement, rue Marchant et aux Hauts‑de‑Ste‑Croix à Metz, les Dr 12 MH 9 et MM 21 sont contemporaines des Dr 1 et Dr 9. M 16 aux anses en volute peut être claudienne comme à El Rinconcillo (Beltran Lloris 1970 : 451). Ainsi, on ne trouve ces amphores que dans des milieux augustéens ou légèrement postérieurs, alors que, selon Beltran Lloris et Peacock (1986 : 114), la période de production des Dr 12 semble assez large (de la période augustéenne à la fin du iie s. ap. J.‑C.). La représentation des Dr 12 est faible dans cette région (un site). On a peu d’informations sur leur distribution en Gaule : quelques exemplaires sont présents à Augst (Martin‑Kilcher 1994 : 398, type 22), mais aucun n’est signalé à Lyon dans le dépôt de la Favorite. En revanche, elles ne sont pas rares en Italie sous Auguste (Ostie, Longarina…). Leur absence sur les sites régionaux plus récents donne raison à Hesnard selon laquelle les Pompei VII remplacent progressivement ces Dr 12 (Hesnard 1980 : 148).

2.3.1.2 La Dr 9

1864 amphores de Metz se classent dans le groupe des Dr 9 (Hesnard 1980 : pl. IV, fig. 1) par leurs lèvres en bandeau très incurvé et incliné, avec un rebord externe inférieur saillant (fig. 28, nos 3‑4‑5 ; annexe 2) similaires à celles d’amphores trouvées à Cerros‑de‑los‑Martires en Bétique (Beltran Lloris 1977 : 121, fig. 6) et dans les plus anciens camps germaniques : à Trèves Petrisberg (nos 17 et 18), dans les niveaux augustéens des thermes de cette même ville (Polaschek 1984 : 145, nos 715, 816), à Oberaden (Loeschcke 1942 : 96, fig. 21a, nos 1‑9), Rödgen (Schönberger, Simon 1976 : forme 68 A, pl, 29, no 759a) et dans le dépôt augustéen de Lyon‑Favorite (Becker et al, 1986 : 83, fig. 16‑1). Cette forme, localement très rare, datée des deux dernières décennies du ier s. av. J.‑C., associée à des Dr 1, est la première des amphores à salaisons importées dans l’est de la Gaule ; elle disparaît des couches postérieures à Auguste.

2.3.1.3 La Dr 7

1873 lèvres (fig. 28, nos 6‑7‑8) au bandeau court, incurvé, bien marqué et d’embouchure moyenne (DL 160 à 174 mm) se classent dans les Dr 7 (Hesnard 1980, pl. IV, fig. 1) et dans le sous‑type B I A B de Ramos Millau (1981 : 13) ; leurs anses sont plates et moulurées. Elles sont semblables à certaines productions des fours de Cerros‑de‑los‑Martires et San‑Fernando (Cadix) (Beltran Lloris 1978 : 173). Sur le limes, on les trouve à Oberaden (sous la forme 80) et Dangstetten (Fingerlin 1986, fig. 380‑9) ; (celles de Lyon‑Bas‑de‑Loyasse sont considérées par Desbat comme résiduelles). Sur les sites d’Istra à Strasbourg et des Hauts‑de‑Ste‑Croix à Metz, elles sont issues de couches du début du ier s. ap. J.‑C. ; leur importation semble s’interrompre localement après Claude.

2.3.1.4 Les Longarina 2 et 3

188La lèvre MP 10 (fig. 28, no 10) au bandeau droit et haut, bien détaché du col, et à la pâte granuleuse, se rattache à la Dr 10, ou Longarina 2 (Hesnard 1980, pl. V, fig. 3). La lèvre MA 1 (fig. 28, no 9) au profil plus incurvé et à la pâte très fine, se rapproche davantage de la Longarina 3 (Hesnard 1980, pl. IV, fig. 3). Deux anses tombantes, de section ronde, à l’étroit sillon médian (B 264, N 175) sont attribuables à ces deux variantes incluses dans le sous‑type B 1 a de Ramos Millan. Ces profils sont rares en Alsace et Lorraine et se rencontrent à l’époque de Tibère‑Claude, c’est‑à‑dire un peu plus tardivement qu’à Longarina.

2.3.1.5 La Dr 8 (Camulodunum 186A)

18932 amphores (fig. 29, nos 1‑6 ; annexe 2) appartiennent au groupe des Beltran Lloris I (Beltran lloris 1970 : fig. 55‑57) différencié au Castro Pretorio par Dressel sous le no 8 et à Camulodunum par Hawkes et Hull sous le no 186 A. Les lèvres en corolle, dont le rebord inférieur peut être mouluré, correspondent au sous‑type B I b de Ramos Millan. De nombreux fours des régions de Cadix et Algésiras en Bétique ont produit ces formes (Beltran Lloris 1977 ; Peacock 1986 : 73‑5). L’anse EH 7, plate et moulurée, porte à sa base l’estampille très dégradée COSL. retro, marque CLSOC de Puerto‑Real (Jimenez Cisneros 1958 : 472) (fig. 32, 1). Un col (fig. 31, no 6) porte une inscription dont il manque la première ligne ; perpendiculairement, on peut lire LVL VI.

FIG. 29 – Amphores à salaisons hispaniques. 1‑6 Dr 8 ; 7‑10 Pompéi VII. (Échelle ¼)

J.B. del.

Chronologie et diffusion

190Bien représenté dans la région, ce type apparaît dans les centres urbains dès Tibère. Il est particulièrement fréquent à Koenigshoffen (17 lèvres sur 43 amphores à salaisons de Bétique) dans un contexte Tibère‑Néron et se rencontre aussi à Sierentz dans des couches GRP (jusqu’à 50 ap. J.‑C.), dans le milieu du ier s. à Metz (MH 67, M 66 associés à la marque de Dr 20 CSR) et à Biesheim (BE 24 associé aux marques de sigillées CRESTIO de la Graufesenque, et MACARRUS). Cette chronologie correspond à celle du floruit des importations de cette forme sur le limes (Hofheim, Rheingönheim) (Schallmayer 1983 : 304). Quelques exemplaires sont flaviens, notamment à Pompey (Meurthe‑et‑Moselle) et Strasbourg, mais ils deviennent rares, comme le remarque Schallmayer, à Okarben et Gross‑Gerau.

2.3.1.6 La Pompei VII (Vindonissa 586)

191Une trentaine de récipients (fig. 29, nos 7‑11 ; annexe 2) peut être attribuée au type individualisé à Port‑Vendres II (Colls et al. 1977 : 40), assimilable au type 586 de Vindonissa (Tomasevic 1970) dont la fabrication est reconnue, entre autres fours, à Puerto‑real et à Cerros‑de‑los‑Martires. Ce type présente des affinités avec les Dr 7‑8 (avec lesquelles il est parfois difficile de le distinguer à partir d’une seule lèvre, pouvant parfois être évasée et peu tombante) (fig. 29, no 11), mais aussi avec les BII A‑Pélichet 46 dont il annonce la forme, en particulier par la lèvre tombante et le col large (fig. 29, no 8). D’après les inscriptions, il partage également le même contenu : ainsi, sur le col de ST 28 (fig. 30, no 5) se lit le titulus (C) OD PORT VET, inscription déjà bien connue puisque Liou en dénombre 18 identiques (Liou 1987 : 68, n. 16). Il s’agit, en abrégé, du nom du produit, cordula (jeune thon de moins d’un an), suivi, selon le même auteur, de port (tuensis), adjectif qualificatif, et de v (etus) signifiant vieilli. En deuxième ligne, des caractères peuvent s’interpréter A III (vieux de trois ans ?).

FIG. 30 – Amphores à salaisons hispaniques Beltran II A–Pélichet 46. 3‑5 tituli picti. (Échelle 1/1)

J.B. del.

192Déjà bien représentée à Lyon‑Favorite à l’époque augustéenne, cette forme se trouve localement dans les milieux datés de Tibère à Néron (où elle est contemporaine des Camulodunum 186 A) et plus rarement dans des contextes flaviens, par exemple à Chéméry (M 21), Usspann (US 12) et Biesheim (B 77).

2.3.1.7 La Beltran II A (Pélichet 46)

19377 individus (dont 46 lèvres) (fig. 30, nos 1‑2, fig. 31, nos 1‑2 ; annexe 2, tabl. xxii, G) appartiennent au type 46 de Nyon (classification Pélichet), appelé également Beltran Lloris II A (Beltran Lloris 1970, fig. 168). Il diffère de la forme Pompei VII par sa panse nettement piriforme, par sa lèvre pendante et même franchement rabattue sur certains exemplaires, sans qu’il soit possible de voir dans leur inclinaison un critère de datation, et par une anse plate, longue et parallèle au col. On distingue des variantes au niveau de la lèvre : MA 4, (fig. 31, no 2) d’époque claudienne, présente une lèvre de section droite comme à la même époque à Puerto‑Real (Beltran Lloris 1970, fig. 172‑2). 6 amphores ont la lèvre collée à l’anse (fig. 31, no 3). ST 34 présente une lèvre atrophiée, tendant à se rapprocher de celle des B II B (fig. 31, no 4 ; fig. 33, nos 1‑2). La pâte de deux exemplaires comporte de grosses plaques rouges d’hématite.

FIG. 31 – Amphores à salaisons hispaniques. 1‑2 B II A ; 3‑5 B II B (Échelle 1/4) ; 6‑7 tituli picti (échelle 1/1).

J.B. del.

194La Pélichet 46 peut porter mention du même produit que la Pompei VII : l’inscription de SK 130 (fig. 30, no 4), incomplète, se termine par D ARG (uta) VE (tus), (arguta signifiant piquant). Cette mention du cordula, tout à fait classique, se retrouve par exemple à Alésia (Lequément 1980b : 256). Des inscriptions mentionnent l’origine de certaines Pélichet 46 : la Maurétanie Tingitane. Le titulus CORD TING VET de ST 32 (fig. 30, no 1, 3) se développe en cord (ula) Ting (itana) ve (tus). (CORD est moins souvent employé que COD). TING indique l’actuelle région de Tanger. Marichal (1974‑5 : 537‑9, nos 25‑32) et Liou (1987b : 67). Sur les lignes suivantes figurent pe… (per se ou penuar), excel (lens) et 6 croix (6 ans ?).

195SK 127 (fig. 30, no 2) porte également l’inscription COD TING. Sur la deuxième ligne, on peut lire Summar comme sur l’inscription no 32 de Vindonissa (Marichal 1974). Sur les troisième et quatrième lignes apparaîssent AccccA puis xxx ; Sur la dernière ligne, une seule lettre du nom du négociant est déchiffrable : E… Verticalement, près de l’anse, figurent trois grandes lettres G E F pouvant correspondre au tria nomina du producteur.

196Une panse du ier s. (ST 42) de gros module comme à Pecio‑Gandolfo (Beltran Lloris 1970 : fig. 171, forme B II A 2) et à pâte rougeâtre avec de nombreux grains blancs, est originaire de Maurétanie. En effet, un four de Beltran Lloris II a été trouvé à Cotta (Beltran Lloris 1970 : 446). Sous l’attache inférieure de l’anse, on lit l’estampille FI…, sans référence pour l’instant (fig. 32, 2).

FIG. 321 Estampille sur B II A (fig. 31,1 et 2) ; 2 estampille sur amphore à salaison hispanique. (Échelle 1/1)

J.B. del.

197Chronologiquement, les 9 exemplaires de Koenigshoffen, contemporains des Pompei VII, sont issus de fosses tibéro‑claudiennes (5 ex.), néroniennes (3 ex.), flavienne (1 ex.). Ce type est encore fréquent à la fin du ier s. et au début du iie s., comme en témoignent D 14 et D 15 (Deneuvre), associés à la marque de Dr 20 AGRICOLAE, G 73 (Grand), BL 48 (Bliesbrück) associé à la marque de Dr 20 MIM, M 26 (amphithêatre de Metz), P 4 (Champigneulles), IS 6 et ST 140 (Strasbourg), B 296 (Biesheim) et U 13 (Usspann). La P 46 est localement l’amphore à salaisons la plus fréquente (35,5 % des salaisons de Bétique et de Maurétanie) ; il est vrai que sa durée d’importation est relativement longue. On la trouve sur 17 sites de consommation, aussi bien dans les milieux ruraux qu’urbains. Elle est également très commune sur l’axe rhénan, par exemple à Nimègue (Van der Werff 1984 : 362) et en Suisse. À Genève cependant, elle est moins bien représentée que les Dr 7‑11 (Paunier 1981 : 236). Cette remarque vaut également pour les sites régionaux où la P 46 ne dépasse pas 19 individus à Strasbourg, 11 à Metz, mais sa prépondérance est manifeste après Néron, et en outre sa large diffusion compense cette faiblesse numérique apparente.

2.3.1.8 La Beltran II B

  • 78 Cette B II B a été identifiée par Desbat et Martin‑Kilcher.

198La morphologie de ce groupe (fig. 31, nos 4‑5, fig. 33, no 1) n’est pas homogène et à partir d’une seule lèvre, il est difficile de la distinguer de la B II A dont la lèvre est soudée à l’anse (pour cette raison, d’ailleurs, Liou [1987 : 68] préfère ne pas toujours donner à ces amphores à saumures une nomenclature précise). 5 amphores peuvent correspondre aux critères définis par Beltran Lloris (1970 : 433 ; fig. 172). Le col est cintré et la lèvre peu développée (annexe 2 ; tabl. xxii, H). Un exemplaire de Biesheim (fig. 33, no 1), non daté, est un exemple rare d’amphore à garum relativement tardive78.

FIG. 33 – Amphores à salaisons hispaniques. 1‑2 B II B ; 3 Parker II ; 4 titulus pictus sur Parker II (échelle 1/1) ; 5‑8 Dr 14 ; 9 Almagro 51c (échelle 1/4).

J.B. del.

199SK 211 (fig. 33, no 3 ; annexe 2, fig. 66, 3), entière, est attribuable à la forme II de Parker (1977 : fig. 19) originaire de Lusitanie (Portugal). De pâte brune, fine, elle porte une inscription très effacée en 4 lignes, illisible. Son flanc, verticalement, porte la mention muria (fig. 33, no 4). La datation de cette amphore, l’époque de Commode, est intéressante dans la mesure où elle signifie une importation relativement tardive par rapport à la chronologie admise.

200ST 33 (fig. 31 nos 5, 7) porte une inscription difficile à déchiffrer, interprétée par Forrer (1927 : 510, fig. 372) et Callender (1965 : 15) comme une mention de vin de Falerne. Cette hypothèse de contenu vinaire pourrait être plausible car plusieurs découvertes récentes montrent que les B II B n’ont pas un contenu spécifique et peuvent contenir des olives confites (Boyer 1986 : 229) ou du vin, comme le prouvent des inscriptions de Fos et de l’épave St‑Gervais 3 (Liou 1987 : 118), ainsi que des B II B trouvées dans le four d’une villa, viticole de Rancho‑Perea à San‑Isidro del Guadalete en Bétique (Chic Garcia et al. 1980 : 489). Pour Tchernia, il faut lire cette inscription : ad hoc Veget et Kalendarium Vegetianum (institution financière en rapport avec les propriétés terriennes et la production alimentaire, crée en Bétique par Valerius Vegetus [Lomas‑Javier, Saez 1981 : 63]). Sur la cinquième ligne de l’inscription se devine le nom du mercator : VALE suivi de E et des traces de deux lettres peu sûres : ELI ? Il peut s’agir d’un Valerius ou d’un Valentini. Cette amphore est associée à une monnaie d’Hadrien.

201Les Beltran Lloris II B, rares dans l’est, viennent de trois sites alsaciens : Ehl, Biesheim et Strasbourg. La chronologie de leur importation, excepté pour l’exemplaire flavien SK 165, concerne le iie s. (sous Hadrien pour SK 33, les Antonins pour EH 5 –peut‑être pour B 168–, enfin sous Commode pour SK 211).

2.3.1.9 La Dr 14

202On compte cinq exemplaires de cette forme destinée au transport du liquamen et de la maria (Zévi 1966 : 219 ; Mayet 1990 : 29). Les deux variantes LXI et LXII d’Ostie sont présentes (classification Panella 1973 : 627, fig. 13‑14) (annexe 2). La forme LXI est la plus fréquente (4 ex.) (fig. 33, nos 6‑7‑8). Appelée aussi Beltran Lloris IVb, elle est produite au iie s. en Lusitanie (Portugal) dans le four de Herdade‑do‑Pinheiro, près de Sétubal (Beltran Lloris 1978 : 170). La variante LXII (fig. 33, no 5) est fabriquée aux ier et iie s. dans les fours de Granada et Motril en Bétique.

203Seule la chronologie de SK 62 est connue : l’époque de Claude‑Néron. Elle attesterait une production lusitanienne relativement précoce. B 81 pourrait être de l’époque automne, si l’on tient compte de sa morphologie. La diffusion des Dr 14, assez limitée dans la région comme sur les autres sites septentrionaux (Genève : 1 ex.), semble concerner principalement l’Alsace (Biesheim, Koenigshoffen, Niederbronn, Bliesbrück).

2.3.1.10 L’Almagro 51c

204Cette amphore piriforme (fig. 33, no 9 ; annexe 2) de Rümersheim (Haut‑Rhin), appartient à la catégorie des amphores du Bas‑Empire. Individualisée par Almagro (1955), elle contiendrait du garum (de scomber golias), comme un exemplaire de l’épave des Catalans à Marseille (Liou 1973 : 585). Les fours producteurs sont situés en Bétique ou en Lusitanie (aires de Faro et de Sétubal) (Mayet 1990 : 33). L’Almagro 51c est très rare au nord des Alpes. Celle de Rümersheim a été trouvée dans le niveau 1 du castel d’Uruncis avec du matériel purement romain et de la sigillée peinte de la première moitié du ive s. (Schweitzer 1981).

2.3.2 Les amphores à salaisons gauloises

2.3.2.1 Variante Dr 9 similis (Vindonissa 577 – Augst 17 – Lyonnaise 4)

20524 amphores (fig. 34, nos 1‑9 ; annexe 2 ; tabl. xxii, i) constituent une série homogène, appelée Dr 9 similis par Dangréaux et Desbat, et caractérisée par une lèvre en bourrelet épais, des anses courtes à un sillon et une pâte beige, granuleuse, comportant de grosses inclusions. Le ressaut sous la lèvre est très prononcé sur les modèles augustéens (fig. 34, no 1) (Desbat 1987a : 163, no 2). Illustrée précisément par l’amphore 577 de Vindonissa (Tomasevic 1970, pl. 21, fig. 1‑2‑8), cette amphore représente une des variantes de Dr 9 similis produites dans la région lyonnaise (Lyon‑Favorite et atelier de la Muette) (Becker 1986, fig. 16, nos 4 à 6 ; Desbat 1987a : 163, fig. 3, no 1 , Martin‑Kilcher 1994 : 380, fig. 154, no 1). 2 lèvres de petit module (fig. 34, nos 6‑7) présentent un profil de lèvre en amande comme la troisième variante de Dangréaux et Desbat (1988, pl. XVI, fig. 4‑5).

FIG. 34 – Amphores à salaisons gauloises Dr 9 similis, variante Vindonissa 577 (échelle 1/4) ; 10‑11 tituli picti (échelle 1/1).

J.B. del.

  • 79 – Elle est aimablement identifiée par Desbat et Martin‑Kilcher.

206L’origine de ces amphores, la haute vallée du Rhône, ne fait plus de doute (Dangréaux, Desbat 1988 : 139 ; Schmitt 1988 : 32) et leur contenu (garum et muria) est confirmé par des inscriptions d’Augst (Bohn 1926 : 202, no 2), de la rue des Farges à Lyon (Desbat et al. 1987 : 154, no L16) et un exemple local : SK145 (fig. 34, no 9 ; annexe 2, tabl. xxiil ; fig. 66, 4), forme précoce, portant sur son col un titulus en caractères épais. Sur la première ligne SC (ombri) devrait être précédé de G (arum). Selon Martin‑Kilcher, la précocité de cette inscription fait qu’elle n’est pas encore systématisée. Elle est suivie en deuxième ligne d’une lettre douteuse (A ?), puis en troisième ligne de M.L ou M.I (le nom du négociant ou M pour modius ?). Le nom du producteur Q. VIRE III apparaît perpendiculairement. Cette inscription mentionnant du garum de maquereau est un élément supplémentaire à ajouter au dossier des productions gauloises transportant des saumures, contenu dont l’origine n’est pas sûre, mais pourraît être espagnole (Martin‑Kilcher 1989)79. Une autre amphore de même type porte verticalement le nom CIUL (?). RNT XVI (fig. 34, no 8).

207Chronologiquement, cette variante à bourrelet se retrouve principalement dans des milieux de l’époque Claude‑Néron comme à Neuss et Aislingen (Schallmayer 1983, fig. 14, nos 5‑7). À Brumath, elle est associée à des Dr 20 de type B et de la sigillée du milieu du ier s. Quelques exemplaires cependant datent de la deuxième moitié du ier s. : à Scarponne, SC 13 et SC 14 sont associés aux marques de Dr 20 PORLAR et HISPANIENSES ; MH 32 et SK 164 sont flaviens. Cette forme, très répandue en Suisse, semble mieux diffusée en Alsace (20 lèvres), qu’en Lorraine (4 lèvres). Cette diffusion concerne sept points de consommation : Daspich (1 ex.), Metz (1 ex.), Scarponne (2 ex.), Brumath (5 ex.) Strasbourg (2 ex.), Koenigshoffen (5 ex.), Biesheim (7 ex.) et Sierentz (1 ex.).

2.3.2.2 Variante Dr 9 similis (Paunier 435), Augst 17 (2e variante)

20829 amphores (fig. 35, nos 1‑9) appartiennent à la variante 1 des Dr 9 similis de Lyon‑Bas‑de-Loyasse (Dangréaux, Desbat 1988 : 142, fig. 18). On la reconnaît sous les formes no 435 de Paunier à Genève, Vindonissa 588 (Tomasevic 1977), no 16 C‑D de Peacock (1986 : 117) et Martin‑Kilcher 1994 : 380, fig. 154, no 2). Elle se distingue de la variante précédente par sa lèvre évasée, épaisse et légèrement tombante, son col cintré et ses anses fréquemment à deux sillons (annexe 2 : fiche 7b ; fig. 86j). Cette série possède soit un fond plat (SK 131), soit un fond pointu (fig. 35, no 1), sa pâte est typiquement lyonnaise.

FIG. 35 – Amphores à salaisons gauloises. 1‑8 Dr 9 similis, variante Paunier 435 ; 7 titulus pictus (échelle 1/1) ; 9‑10 autres variantes de Dr 9 similis ; 11‑12 amphores de type Fréjus‑Lenzburg (échelle 1/4).

J.B. del.

  • 80 L’inscription de l’amphore L11 (Desbat, Lequément, Liou 1987b : 150) se lit plutôt MUR que MUL. Les (...)

209Deux inscriptions de Strasbourg apportent une preuve supplémentaire de son contenu80 : ST 178 (fig. 35, no 2) porte la mention MUR (ia) suivie de deux A A. La dernière ligne est illisible. L’indication MUR (ia) est portée une deuxième fois verticalement ; malheureusement le pied manque. Celui‑ci, selon Desbat, pourrait être un élément distinctif pour deux amphores à contenu différent (Dangréaux, Desbat 1988 : 145), le fond plat étant destiné au garum et à la muria. Il semble ici qu’il y ait deux variantes, mais toujours pour des sauces de poisson, puisque ST 178 contenant de la muria a une anse à deux sillons comme les Paunier 435 à fond pointu, alors que SK 131, à fond plat ne porte qu’un sillon.

210SK 165 (fig. 35, no 6), flavienne, porte l’inscription M HISP, abréviation de m (uria) Hisp (ana). La même inscription est connue à Augst (Martin‑Kilcher 1990 : 41, fig. 7‑2). Si l’on en croit l’origine du contenu indiqué sur cette amphore de forme gauloise, on pourrait tenir ici une preuve du transvasement des sauces espagnoles à Lyon.

  • 81 Information Desbat, table ronde d’Augst, 1986, non publiée.

211Deux de ces Dr 9 similis portent des estampilles : B5 (fig. 35, no 8) porte, au départ de l’anse, la marque I V N (sans référence publiée, mais présente également à Haltern)81 La marque incomplète . . B F est imprimée en haut du col SC 16 (fig. 35, no 10) ; elle semble inédite (fig. 36).

FIG. 36 – Estampilles sur Dr 9 similis (fig. 35, 8 et 10). (Échelle 1/1)

J.B. del.

212Chronologiquement, 4 de ces amphores sont datées du milieu du ier s. (SC 16 est associée à sigillée du potier BIO ECI) ; celles de la deuxième moitié du siècle sont plus nombreuses. Comme à Lyon‑Bas‑de‑Loyasse où elles sont bien réprésentées, ces Paunier 435 forment, à cette époque, le groupe majoritaire des amphores à salaisons gauloises, en remplacement, semble‑t‑il, des Dr 9 similis – Vindonissa 577. Deux exemplaires de Bliesbrück et Seltz sont datés de la première moitié du iie s. (BL 43, SEL 17). 10 sites ont livré ces récipients : Grand, Épinal, Metz, Bliesbrück, Seltz, St‑Ulrich, Brumath, Strasbourg‑Koenigshoffen, Biesheim, Sierentz. On les trouve aussi bien dans les petits centres ruraux que dans les villes. C’est à Sierentz et à Biesheim (9 ex.) que ces amphores sont le plus présentes. Ces deux sites sont proches de la Suisse où cette forme est plus abondante qu’elle ne paraît l’être dans la région.

2.3.2.3 Autres variantes de Dr 9 similis

213Deux récipients de Scarponne et Ehl (fig. 35, no 9) à la pâte lyonnaise ont un profil de lèvre proche des variantes de l’atelier de la Manutention militaire à Lyon (Desbat 1987a : 163, fig. 5‑6) ; la lèvre est en forme de corolle, marquée par un petit ressaut. En dehors de la pâte, aucun trait morphologique distinctif ne s’observe par rapport aux amphores à salaisons espagnoles. Ces deux amphores ne sont pas datées.

2.3.2.4 L’amphore de type Fréjus‑Lenzburg

214Deux amphores de Biesheim et Strasbourg (fig. 35, nos 11‑12 ; annexe 2 ; tabl. xxii, k ; fig. 665) appartiennent à la catégorie de type Lenzburg (Ettlinger 1977, fig. 3), au profil bien caractéristique et nouvellement attribuée à l’atelier de Fréjus Sainte‑Croix‑Aqueduc par Brentchaloff (1988 : 182). D’après une inscription de Vindonissa (Idem : 5), cette production était réservée au transport de la muria (d’Antibes et de la côte ligure). Deux autres fragments ont été trouvés à Soulosse (SO 14) et à Grand (G 132). 3 des récipients datent de l’époque flavienne, comme à Vindonissa ; G 132 provient d’un puits du iie s. Cette forme apparaît également à Wiesbaden (Ritterling 1909, pl. XIV, fig. 35, 36) et Augst (Martin‑Kilcher 1994 : 411, fig. 181, no 5). Le type Fréjus‑Lenzburg est peu fréquent dans ces régions ; sa diffusion peut être comparée à celle des G 1 et G 3.

2.3.3 Conclusion

  • 82 64 fragments de pieds et anses espagnols ainsi que 13 gaulois ne sont pas attribuables à un type do (...)

215Pendant la période romaine, 15 types d’amphores à salaisons au moins sont arrivés dans le nord‑est de la Gaule : 11 types hispaniques et 4 gaulois82. Une courte remarque d’ordre morphologique s’impose au vu des profils de lèvres rassemblées selon les périodes (fig. 38) : les formes correspondant aux groupes B1 A et premier sous‑type B1 AB de Ramos Millan (1981, fig. 3), présentant un bord petit et simple, sont effectivement, comme à Olivar mais aussi à Los Martires et El Rinconcillo, celles que l’on rencontre dans les contextes les plus précoces. On note leur coexistence avec des lèvres très inclinées, dont l’importance numérique est plus faible. La large production de B1 observée par Ramos au iie s. à Olivar, ne trouve pas de correspondance dans la région. En revanche, on trouve des formes qui ne figurent évidemment pas dans le tableau de Ramos, puisqu’elles sont gauloises.

216Sur les 297 objets collectés, dont un histogramme quantitatif est présenté fig. 42, les amphores de Bétique constituent le groupe fort (73,4 %) avec 218 récipients. La Lusitanie est représentée par 5 amphores (1 Parker II et 4 Dr 14) soit 1,68 %. Les importations de Maurétanie ne sont attestées pour l’instant que par 4 exemplaires (1,3 % de l’ensemble) mais il est possible que d’autres Pélichet 46 en proviennent. La nouveauté intéressante réside dans l’importance de la Gaule dont les amphores constituent le deuxième groupe fort des importations avec 70 individus (soit 23,5 % du lot). Une approche chronologique donne une vision plus exacte de la représentation des types en Gaule de l’Est. Schématiquement, on trouve à l’époque d’Auguste des Dr 12 et des Dr 9 de Bétique, puis dans la première moitié du ier s., quelques Dr 7 et Longarina 2 et 3. Les groupes les plus communs sont les Dr 8 et Pompei VII alors qu’apparaissent les premières Pélichet 46. Dans un même temps les productions gauloises Dr 9 similis – Vindonissa 577 envahissent le marché. Dans la deuxième moitié du ier s., quelques rares Dr 8 et Pompei VII de Bétique ainsi que des Vindonissa 577 de Gaule côtoyent encore les deux nouveaux groupes forts que sont les Pélichet 46 de Bétique et les Paunier 235 de la haute vallée du Rhône. Parallèlement, on constate la présence de quelques B II B de Bétique et des amphores de Fréjus. Cette situation se perpétue au début du iie s., à savoir que les Pélichet 46 et Paunier 435 sont prééminentes. Les Dr 14 et B II B, plus fréquentes qu’à l’époque précédente, demeurent néanmoins des groupes faibles, mais que l’on rencontre encore assez tard dans le iie s. L’Almagro 51c, enfin, atteste la continuité des importations des salaisons de Bétique au Bas‑Empire.

217En résumé, on voit que la quantité des amphores à garum et muria de Bétique (les Beltran Lloris 1) diminue sensiblement dès la deuxième moitié du ier s. alors que les amphores gauloises à garum et muria les remplacent progressivement (fig. 37). La question est de savoir si les sauces transportées sont fabriquées en Gaule ou en Espagne, puis retransvasées à Lyon, comme cela pouvait se pratiquer pour d’autres produits. L’exemple de la Dr 9 similis SK 165 pourrait constituer une preuve. Les Pélichet 46, d’Afrique du Nord comme de Bétique, continuent, quant à elles, à arriver régulièrement. Leur embouchure large et les arêtes de poissons fréquemment retrouvées à l’intérieur pourraient indiquer que le produit contenu est moins transvasable que les sauces, ce qui peut expliquer en partie la durée d’exportation de ce type de récipient par rapport aux autres amphores à salaisons espagnoles.

FIG. 37 – Synthèse des amphores à salaisons.

FIG. 38 – Classement des profils d’amphores à salaisons hispaniques et gauloises par périodes chronologiques. A Auguste‑Tibère ; B Claude‑Néron ; C deuxième moitié du 1ers. ; D IIes. ; E Tibère‑Néron ; F Flaviens‑début IIe s. (Échelle ½).

V.T. del, d’ap. J.B./dAf

2.4 L’huile

  • 83 Pour la Bétique : Strabon III, II, 8 ; Pline III, I ; Columelle, de Rustica, V‑81. Pour l’Afrique : (...)
  • 84 Bien qu’il s’agisse autant de problèmes de consommation que de production, le sujet des Dr 20 est i (...)

218Les sources littéraires83 et de nombreux vestiges archéologiques attestent, pour la partie occidentale du monde méditerranéen, une exploitation mixte de l’olivier en Apulie (Baldacci 1972), en Istrie, en Cisalpine, sur la côte adriatique de l’Italie (Bucci 1974 ; Carre 1985 : 219‑225 ; Cipriano, Carre 1989 : 77) et en Provence (Brun 1986), une exploitation intensive en Espagne, dans la vallée du Bétis (Bonsor 1931 ; Ponsich 1983), en Libye et en Tunisie (Zévi, Tchernia 1969 ; Manacorda 1976 ; Panella 1983 : 229, 1er et 2e congrès ; Mattlingy 1988). L’essentiel de l’huile d’olive consommée dans le nord‑est de la Gaule provient de la province de Bétique (Andalousie), spécialisée depuis Auguste dans l’exploitation oléicole (dans un triangle allant d’Hispalis à Cordoue sur le Guadalquivir et Astigi sur le Génil) (Ponsich 1974, 1979). Cette province nouait des relations commerciales étroites avec l’annone, administration chargée du service de ravitaillement de Rome et de ses armées (Pavis d’Escurac 1976), lui fournissant en priorité l’huile dont elle avait besoin, tout en écoulant parallèlement le reste de sa production sur tous les sites occidentaux où les fameuses Dr 20 abondent (Rodriguez Almeida 1984 ; Remesal‑Rodriguez 1986 ; Martin‑Kilcher 1987 ; Remesal‑Rodriguez, Schallmayer, 1988). Les 728 exemplaires retrouvés en Alsace et Lorraine et les 263 timbres recensés constituent une documentation précieuse pour, d’une part, mettre en lumière l’évolution morphologique de ces amphores dont on sait depuis plusieurs décennies (Tchernia 1967), qu’elles présentent une certaine unité de forme à une période donnée, et d’autre part, retracer, grâce aux marques, les courants commerciaux entre ces deux régions éloignées de l’Empire84. Aucun titulus pictus, signe d’un contrôle fiscal de ce commerce, n’a été retrouvé (voir à ce sujet Colls et al. 1977 : 91‑103 ; Colls, Lequément 1980 ; Lomas‑Javier, Saez 1981 ; Rodriguez Almeida 1984 : 175‑251 ; Remesal‑Rodriguez 1986 ; Le Roux 1986 : 249‑250).

219Jusqu’à présent, on ne connaissait aucune imitation de ces fameuses amphores globulaires de Bétique. Quelques spécimens timbrés trouvés en Alsace tendent à prouver que la Gaule aurait cherché une fois de plus à reproduire les formes de récipients importés. Cette intéressante nouveauté fait surgir plusieurs questions sur les raisons de cette production céramique ; le problème paraît spécifiquement rhénan.

220Quelques récipients africains sont présents dans l’est. On connaît l’importance des arrivées d’huile africaine à Ostie : elles s’y montrent intenses dès le iie s. En Gaule, ce commerce a touché Lyon mais les incertitudes sur la diffusion de ce produit dans les régions plus septentrionales sont nombreuses. Ces découvertes permettent d’élargir les secteurs connus de la distribution de cette huile et de connaître l’époque à laquelle le nord‑est de la Gaule s’est ouvert à ce marché.

2.4.1 L’huile de Bétique : les Dr 20

2.4.1.1 Analyse morphologique

221La classification typologique des Dr 20 par s. Martin‑Kilcher est récente (1987a) et parfaitement opératoire. Elle est utilisée pour les Dr 20 du nord‑est, qui sont ainsi subdivisées en groupes A, B, C, D‑E, F‑G, H, selon les variantes de lèvres (plus ou moins développées), leur inclinaison, le diamètre d’embouchure, l’épaisseur du col et la forme des anses pour lesquelles Martin‑Kilcher reconnaît 17 profils (fig. 41 infra). Quelques modifications sont apportées dans le classement par rapport à celui de Martin‑Kilcher pour certaines lèvres légèrement étirées, plus facilement intégrées dans le groupe D que C. L’intérêt du travail de cet auteur réside également dans le fait que ces formes, pour une bonne proportion d’entre‑elles, sont replacées à Augst (ville située à la périphérie de la région), dans des contextes stratigraphiques précis.

Les profils du groupe A

222Deux lèvres en bourrelet (fig. 39, no 1) ont un profil peu épais sans gorge, et un diamètre faible (130 à 150 mm). Un pied (fig. 39, no 2), beige et contenant des petites particules noires, est oblong. Ces trois amphores, d’époque augustéenne, se rattachent aux modèles les plus anciens de Dr 20 (Oberaden 83, Rödgen 70, Haltern 71) présents également à Lyon‑Favorite (Becker et al. 1986 : 79, fig. 10) et Augst (Martin-Kilcher 1987 : 51, fig. 24). Les sites régionaux où l’on trouve trace des premières importations de l’huile de Bétique sont Sierentz, Naix et Metz.

FIG. 39 – Amphores à huile de Bétique Dr20. 1‑2 période augustéenne ; 3‑8 période Tibère‑Néron ; 9‑13 période flavienne ; 14‑17 IIe s. (Échelle ¼)

J.B. del.

Les profils du groupe B

  • 85 Groupe B : MH 37, 38 ; MP 2, 3, 4 ; MA 7, 8, 9 ; 30 1 ; T 3, 8 ; SC 3, 4, 6 ; BL 3, 4, 5, 56, 57 ; (...)

223Le bourrelet de 44 lèvres85 (fig. 39, nos 3‑4‑5 ; annexe 2, tabl. xxii, m) est plus épais, la gorge plus ou moins large et le diamètre relativement faible (entre 148 et 160 mm). Les pâtes sont en général beiges, non compactes et sableuses. Cette forme appelée type 1 de Tchernia (1967), se reconnaît à Port‑Vendres II (Colls et al. 1977 : 24) et à Ste‑Colombe (Helly et al. 1986 : 126). Mal connue au Testaccio où les couches profondes ne sont pas fouillées, elle est caractéristique, à Augst, des années 30‑50 ap. J.‑C. (Martin‑Kilcher 1987 : 57, fig. 1). Localement, ce profil se trouve sous Tibère‑Caligula à Ehl (EH 15), Tibère‑Claude à Sierentz (10 ex.) et Koenigshoffen, sous Claude à Metz‑Arsenal (MA 7), Heidenkopff (SG 1‑2) (avec de la sigillée claudienne et de la gallo‑belge), Scarponne (3 ex. dont QCR, avec Drag 24‑25 et fibule Lerat 83), Brumath (6 ex.) avec sigillée estampillée MONTANI, MACARI), Strasbourg (2 ex.), Toul, Soulosse, Grand, Bliesbrück (6 ex.), Conthil, Biesheim, Niederbronn, soit sur une quinzaine de sites au total.

Les profils du groupe C

  • 86 Groupe C : ST 129 (place Kléber) ; BL2‑ Dr 23.

224Martin‑Kilcher inclut dans ce groupe des profils déjà très allongés, intégrés ici au groupe D. Le groupe C, comprend 20 lèvres86 (fig. 39, no 6 ; annexe 2, tabl. xxii, o), en forme de bourrelet développé annonçant la forme suivante, plus étirée. Ces profils dont le DL augmente (entre 150 et 160 mm) et la gorge devient plus profonde, coexistent avec ceux du groupe B vers 50‑60 ap. J.‑C. à Bliesbrück, puis se rencontrent au début des Flaviens à Strasbourg, Deneuvre, Metz, avant de disparaître. Ils sont contemporains de ceux de Camulodunum (av. 65 ap. J.‑C.), Lyon‑Bas‑de‑Loyasse et Augst (vers 50‑70 ap. J.‑C.). À Augst, ces groupes A, B, C sont associés à des anses de types 1 à 8 (Martin‑Kilcher 1987 : 63). Cette référence sert de base pour le classement de notre matériel très fragmenté.

225Une dizaine d’anses isolées (fig. 39, no 7), très fines et remontantes, se rattachent aux types 1 à 4 d’Augst, associés sur ce site principalement à des amphores du groupe A mais aussi à quelques récipients du groupe B. Nous les trouvons à Metz‑Hauts‑de‑Ste‑Croix et Sierentz dans un contexte Auguste‑Tibère, à Biesheim et Grand sous Claude. Aucune ne porte d’estampille.

22620 anses se rattachant aux types 5‑8 d’Augst, plus épaisses, éloignées du col et remontantes, présentent un bec avant le coude de l’anse (fig. 39, nos 3‑5‑8). Elles sont associées aux lèvres de types B et C, aux estampilles L. FO, EROTS, L. U. TROPIM, QCR, C. SEMPOL, CSR, LCP, C. ANTON. QIET, SAENNIA, et sont fréquentes à Sierentz et Biesheim, mais sont absentes de Strasbourg.

Les profils des groupes D et E

227Ceux‑ci concernent approximativement un ensemble de 198 lèvres réparties dans un premier tri en 41 exemplaires du groupe D, 96 de forme plus étirée et 61 légèrement inclinés. Leur classement est difficile car les formes évoluent imperceptiblement. Certaines lèvres inclinées appartiennent déjà au groupe F de Martin‑Kilcher.

228Le groupe D comprend de nombreuses variantes (annexe 2, tabl. xxii, N) : soit remontantes au début de l’époque flavienne (fig. 39, no 11), soit plates à leur sommet comme le no 64 d’Augst, ou très épaisses et arrondies (fig. 39, no 10) comme le no 63 d’Augst. Une variante comportant un ressaut dans sa partie inférieure paraît nettement être de l’époque de Domitien (fig. 39, no 13). À la même époque et sous Trajan, on rencontre des profils moulurés parfois très allongés (fig. 39, no 9) comme à Augst dans les années 70‑110 ; les gorges deviennent profondes, voire doubles ; le col est long et l’anse bien détachée du col ; la panse est parfaitement sphérique. À Sierentz, Strasbourg et Metz, ces variantes sont associées aux marques LFS, L. A. R, PAHSCAL, PORLAR, ANTON. QUIET. Encore présentes dans les deux premières décennies du iie s. (6 ex.), elles disparaîssent ensuite.

229Le groupe E (fig. 39, nos 14‑17 ; fig. 40, nos 1‑4 ; annexe 2, tabl. xxii, p) a une lèvre plus étirée ou légèrement inclinée (associée aux estampilles QIAFS, MLFCL, SAXOFERRO…) ; le col devient plus court. Cette forme très répandue en Alsace et Lorraine (environ 157 lèvres) est caractéristique des époques d’Hadrien et des Antonins (Rodriguez Almeida 1984 ; Panella 1983 : 242‑250 ; Martin‑Kilcher 1987a : 56). Elle est fréquente à Strasbourg et à St‑Ulrich.

FIG. 40 – Amphores à huile de Bétique Dr20. 1‑4 IIes. ; 5‑8 fin IIe s. et début du IIIes. ; 9‑15 IIIe et IVe s. (Échelle ¼)

J.B. del.

230Les anses associées aux lèvres D‑E et à une partie du groupe F (384 ex.) appartiennent aux types 8 à 13 d’Augst (fig. 41, nos 12‑13). De loin les plus nombreuses, elles portent 161 estampilles. Sous les Flaviens‑Trajan, on trouve les formes 8‑11, coudées, allongées (plus de 170 mm) et bien détachées du col, associées à AGRICOLA, TAN, CHRIS, RUFPO, PQHEHE, PORLUCANI, BELSIL, QMR, PASSERAR etc. Dès le deuxième quart du iie s., les anses de types 11‑13, plus fréquentes avec les lèvres D et E, ont tendance à s’épaissir tout en restant encore allongées (entre 140 et 170 mm), et présentent parfois un léger bec (fig. 39, no 14) ; les sections sont plus irrégulières. Ces anses portent des estampilles des époques trajane et antonine : ENNI, Q. FLAVIANI, L. F. C, QIAF, QFC, DOMS, VIR, PMSA, GNACO. Les anses de types 12 et 13 concernent également des lèvres du groupe F (fig. 40, no 7). Il est impossible comme à Augst d’établir des pourcentages entre les types d’anses et les profils de lèvres, en raison de la fragmentation du matériel.

FIG. 41 – Profils de lèvres de Dr 20 selon les périodes chronologiques. A av. 50 ap. J.‑C. ; B Néron ; C deuxième moitié du IIe s. ; D début du IIe s. ; E milieu IIes. ; F fin IIe s. ; G IIIe s. ; H IIIe et IVe s. (Échelle ½)

V.T. del. d’ap. J.B./dAf

Les profils des groupes F et G

231Difficiles à dissocier à partir de fragments, ils concernent un ensemble de 77 lèvres (fig. 40, nos 5‑6‑7 ; annexe 2, tabl. xxii, q) très inclinées et au faible DL (entre 140 et 170 mm), comme les nos 113 à 116 d’Augst. Les gorges sont peu fréquentes (34 ex. sans gorge). Le groupe G a un col court et des anses invariablement en arc de cercle de types 14 à 16 (81 ex.) associées à 51 estampilles (LQS, GAF, CAMILLI MELISSI, MMCOS, CMA, SCIAM‑NIANO PNN…). Certaines marques de la deuxième moitié du iie s. comme LIT possèdent encore des anses de types 12‑13. Ces formes se rencontrent dans des contextes de la fin du iie s. et de la première moitié du iiie s., principalement à Strasbourg, Reichshoffen, Grand, Metz et dans le nord de la Lorraine.

232L’importante proportion de marques observée par rapport au nombre d’anses (cf. fig. 51) est due à la conservation sélective du matériel timbré lors des fouilles anciennes. En réalité, sur certains sites (Reichshoffen, Deneuvre, Metz), les Dr 20 du iiie s. sont communes (sans toutefois atteindre la concentration observée dans des couches flaviennes), mais ne sont pas timbrées, ce qui confirme l’hypothèse de Martin‑Kilcher (1987 : 82) montrant une possible réduction du timbrage à la fin du iie s.

Les profils du groupe H

  • 87 D’autres ateliers de Dr 23 sont connus.

23312 lèvres (fig. 40, nos 9‑15) et 4 anses appartiennent aux productions du Bas‑Empire, à la lèvre très inclinée et peu détachée de l’anse ; le col est massif. Certains exemplaires d’Ehl (MU 14), d’Heidenkopff (SG 5), de Strasbourg (STM 1), et de Reichshoffen (R 3) (fig. 40, nos 9‑10), à la lèvre plus effilée et au col plus étroit, appartiennent au type Tejarillo 1 (Remesal‑Rodriguez 1983a : 121, fig. 4)87. Les pâtes sont fines et rosées, avec un cœur gris. L’anse de Biesheim B371, petite et de section très irrégulière, correspond au type 17 d’Augst. Le groupe H réunit en fait des Dr 20 tardives et des Dr 23 (type Keay XIIIc) (Remesal‑Rodriguez 1983a ; Keay 1984 : 404 ; Martin‑Kilcher 1987a : 58). La capacité de la Dr 23, à petite panse ovale, est plus faible. Comme à Arva, Tejarillo et Augst, PNNF apparaît à Grand sur deux anses fines de Dr 23 (fig. 43, no 15) alors qu’à Strasbourg et St‑Ulrich, PNN apparaît sur des anses de type 14 (fig. 43, no 16). C’est un témoignage supplémentaire du passage de la production de la Dr 20 à la Dr 23 dans les mêmes ateliers.

Chronologie du groupe H

  • 88 À Bern, no BHMB‑40207, aimablement signalé pars. Martin‑Kilcher.

234La Dr 20 IS 11, postérieure à 235, est l’un des rares témoins de la continuation des importations de ce type dans la région. La Dr 23 SG 5, associée à une monnaie de Maximin (235‑238 ap. J.‑C.) et issue d’un batiment détruit dans le troisième quart du iiie s. (Schaub 1986 : 80), est post‑sévérienne. Celle de Reichshoffen, 14 rue du Cerf, associée à VICTORINUS, est datée du deuxième quart du iiie s. (Rombourg 1985 : 10). Ces datations correspondent aux périodes d’activité connues de cet atelier (Remesal‑Rodriguez 1983a : 122). L’amphore de Saverne SAV 6 (fig. 40, no 16), proche d’exemplaires de l’épave Dramont F (fin ive s.) et du gisement des Catalans (fin iiie et ive s. [Gallia 1973, 2 : 585 ; Joncheray 1973, fig. 108]), associée localement à des monnaies de Valens ou Valentinien et à de la céramique craquelée bleue (fouilles Lévy‑Mertz 1976), date de la deuxième moitié du ive s. La Dr 23 de Grand G 1 (fig. 40, no 15), semblable au no 925 d’Augst daté de la fin du iiie s. ou du début du ive s., pourrait être contemporaine, à Grand, du renouveau de la ville à l’époque constantinienne. Enfin, la Dr 23 d’Horbourg88 provient probablement du castrum du Bas‑Empire.

  • 89 Cette distribution est assez faible cependant par rapport à la quarantaine d’exemplaires retrouvée (...)

235Ces 16 amphores indiquent que l’huile de Bétique atteint encore la région au Bas‑Empire jusqu’au milieu du ive s. Aucun témoignage n’est plus tardif, mais il est possible que les importations locales s’arrêtent à peu près au même moment qu’à Augst où les Dr 20‑Dr 3 les plus récentes trouvées dans le castrum Rauracense datent du début du Ve s. Les Dr 23 proviennent de 8 sites régionaux : Biesheim, Ehl, Horbourg, Strasbourg, Reichshoffen, Saverne, Grand et Heidenkopff. Cette diffusion est assez importante89, si l’on tient compte de la carte de répartition des Dr 23 proposée par Beltran Lloris (1983 : 525) où, en dehors des côtes méditerranéennes, un seul point est signalé, proche de l’embouchure du Rhin. La plupart de ces récipients n’a pas été identifiée car d’autres exemples sont connus à Trêves et Cologne (Remesal‑Rodriguez 1984 : 1299) et Besançon. Cette région pourrait avoir bénéficié des envois plus intenses d’huile de Bétique que Remesal‑Rodriguez (1976 : 120) a constatés sur le limes, au moment de sa chute. Compte tenu de la pauvreté du matériel amphorique au Bas‑Empire en Alsace et Lorraine, ces Dr 20‑23 sont donc relativement bien représentées.

Conclusion

  • 90 Par exemple QC R ; son profil est différent à Scarponne et à Rome (Rodriguez Almeida 1984 : 153, fi (...)

236Des profils de lèvres bien datés d’Alsace et Lorraine (fig. 41) confirment que les tendances morphologiques observées sur les sites de consommation sont, si l’on fait abstraction de certaines exceptions90 et de certaines périodes de chevauchement des types, caractéristiques d’une période chronologique donnée. Mais faut‑il voir à partir de l’époque antonine, comme le suggère Funari (1985 ; 1987 : 220) un processus de codification des formes résultant d’un contrôle de l’administration ? Le rôle d’une organisation supérieure soumettant à des règles de production des ateliers dépendant de cet organisme n’est pas prouvé. Nous optons plus volontiers pour la thèse de Mayet (1988 : 304), selon laquelle cette volonté de rationalisation viendrait des negotiatores qui auraient tenu un rôle non négligeable dans la production.

237Les cartes de diffusion établies selon les types de lèvres (fig. 42) retranscrivent les mouvements d’amplitude et de régression de ce commerce. Il s’agit cependant de rester circonspect sur l’interprétation de cette baisse apparente des importations, comme on le verra plus loin.

FIG. 42 – Carte de répartition des Dr 20 dans le nord‑est de la France. A première moitié du Iers. ap. J.‑C. ; B période flavienne et début du IIe s. ; C fin du IIe s. et IIIe s.

V.T. del. d’ap. J.B./dAf

2.4.1.2 Les pâtes

  • 91 Selon ces auteurs, aucune anse non estampillée ne peut être attribuée,

238Aucune attribution à un atelier ne peut être faite à partir de l’analyse macroscopique des pâtes de Dr 20. Le long du Guadalquivir, toutes les variétés de pâtes sont recueillies sur l’aire d’une officine, sans qu’aucune tendance ne se dessine. Pour déterminer l’origine à partir de l’analyse des pâtes, il serait nécessaire, en premier lieu, de constituer une base de données conséquente en Bétique même, à partir d’un minimum de 5 000 échantillons, pour se servir ensuite de ces références. Des premières analyses chimiques, minéralogiques et pétrographiques ont été accomplies en Suisse sur des anses estampillées91 provenant de cinq centres producteurs de Bétique (soit 5 % des ateliers connus) (Martin‑Kilcher et al. 1985 ; Martin‑Kilcher 1987 : 64‑67). Outre les informations apportées sur la provenance de certaines marques, il ressort de ce travail que la ressemblance entre les pâtes n’est pas géographique, mais qu’elle doit être évaluée chronologiquement. Pour mettre en valeur ces variations dans le temps, onze variétés de pâtes ont été identifiées macroscopiquement à Augst, à partir de cassures fraîches et surfaces propres de tessons placés en stratigraphie fine. Ne disposant pas des mêmes possibilités techniques, on ne peut attribuer sans risque d’erreur les échantillons régionaux à ces types de pâtes. Cette comparaison n’apporterait d’ailleurs rien de nouveau dans ce domaine. On ne peut que souscrire aux constatations de Martin‑Kilcher, à savoir que l’on observe une similitude de l’argile entre les Haltern 70 et les premières Dr 20, une nette dominante sous les Flaviens de pâtes beiges avec des inclusions sableuses de couleur laiteuse et brune, et une constante pour les profils G et H de pâtes bien cuites, plus fines et homogènes, comportant fréquemment de petites inclusions blanches et de ton orangé à brun rouge. Ces tendances sont signalées pour chaque objet estampillé dans le corpus.

2.4.1.3 Les graffites et signes incisés

23950 graffites (fig. 43, 44, 45) ont été recueillis, dont 11 avant cuisson et 39 après cuisson. Les interprétations proposées s’appuient sur le travail de Martin‑Kilcher à Augst (1987a : 71, 152).

Les graffites avant cuisson, exécutés en cours de fabrication

240Deux graffites nominaux sont incisés en lettres cursives, en bas de panse (fig. 43, nos 1‑2). On lit des cognomina communs : SECUNDINI. Il pourrait s’agir, selon Martin‑Kilcher, du nom du potier ou d’un esclave. Une autre série de graffites est représentée par des lettres capitales (fig. 43, nos 3‑5) (abréviation de nom ?) et des signes interprétés comme des marques de repère ou de contrôle interne à la fabrique (fig. 43, nos 4, 6‑11). Excepté le no 11 (sur anse), ils se situent tous sur la panse.

FIG. 43 – Amphores à huile de Bétique Dr 20. 1‑11 graffites avant cuisson (échelle 1/2) ; 12 anse du Ier s. ; 13‑14 anses du IIe s. ; 15‑17 anses du IIIe s. (échelle 1/4).

J.B. del.

FIG. 44 – Graffites après cuisson sur Dr 20. (Échelle ½)

J.B. del.

FIG. 45 – Graffites après cuisson sur Dr 20. (Échelle ½)

J.B. del.

Les graffites incisés après cuisson

24114 exemplaires portent des noms ou des lettres. Tous ces graffites se situent sur la panse, exceptés deux noms gravés en capitales et en toutes lettres sur des lèvres : SURI et SECUNDINIIE. Selon Martin‑Kilcher, ce pourrait être des marques de propriété et les cognomina des marchands ou possesseurs de l’amphore. Ces graffites sont des iie et iiie s. 11 signes sont en forme de bâtons et stries ; ils se répartissent sur les anses et les épaules ; un seul est sur une lèvre ; il pourrait s’agir de comptes d’utilisation. 15 graffites enfin sont des indications de volume (fig. 45, nos 11‑12, 14‑26 ; tabl. iii). Ce volume ne concerne pas celui de l’huile, exprimé en litres. Selon Van der Werff (1988), il pourrait s’agir du poids de grains contenus dans l’amphore, lors d’un marché secondaire. Notons ici 4 ex. de 7 Modii (1 Modius = 8, 6976 1), 3 ex. de 7 Modii s (émis), 3 ex. avec la mention 7 Modii X, 2 ex. de 8 Modii (nos 19, 25), 1 ex. de 8 Modii s (emis), 1 ex. de 9 Modii ainsi que 21 sextarii ? et un M pour Modius.

TABL. III – Indications de volume sur Dr 20.

2.4.1.4 Les marques

  • 92 Des calculs faits sur du matériel de fouilles exhaustives montrent un pourcentage de 32 à 40 % (Emp (...)
  • 93 Pour la signification du terme negotiator, voir Le Roux 1988, 260‑2 ; ce personnage contribue à la (...)
  • 94 Pour Mayet (1988 : 302), certains professionnels de la production pouvaient appartenir à des famill (...)

242Les marques fréquemment imprimées sur les amphores à huile de Bétique92 sont d’un grand intérêt pour comprendre le système complexe d’organisation économique des aires de production de cette province (cf. corpus en fin de § 2.4). Difficiles à interpréter (Tchernia 1989 : 535), les textes de ces estampilles paraîssent indiquer en général soit le nom du propriétaire du fundus et de sa figlina, sous forme de tria nomina (le nom du propriétaire prime alors sur celui de la figlina) ou associé à un individu de la même famille ou à un cognomen indiquant un lien de dépendance entre le propriétaire et le responsable de la production céramique, soit, à partir du milieu du iie s., le nom même de la figlina, unité de production d’amphores devenue indépendante, ou bien de son gérant, soit parfois un nom de lieu (Mayet 1986 ; Remesal‑Rodriguez 1989 : 490). Ces timbres pourraient donc nous renseigner sur les relations entre individus d’une même famille, entre propriétaires, potiers et personnages chargés de la livraison d’huile93, (bien qu’en ce domaine, nous ayons encore beaucoup à apprendre sur le rôle que tenait chacun dans ce marché)94 et enfin sur les relations, difficiles à saisir, qu’entretenaient certains exploitants avec l’annone. Mais, les risques d’erreur sont nombreux et les interprétations susceptibles de révisions,

243L’étude de la provenance des marques, attachées chacune à un seul centre (Remesal‑Rodriguez 1986 ; 1989b), permet en outre d’établir des relations paraissant évoluer au cours du temps, entre les zones productives et les foyers de consommation du nord‑est de la Gaule. Il est possible également d’observer certaines tendances distinctes entre les importations touchant le secteur rhénan, district militaire, et celles du secteur mosellan, intégré à une province civile, et enfin d’établir des corrélations (ou dissemblances) entre Strasbourg et des sites étudiés comme Augst, Mayence, Cologne, Saalburg, Zugmantel, Nida. Ce travail fait suite et complète les recherches entreprises par Remesal‑Rodriguez sur le limes germanique (Remesal‑Rodriguez 1986 ; 1989b, c ; Remesal‑Rodriguez, Schallmayer 1988) et Martin‑Kilcher à Augst (1987a). Le rassemblement de ces données ainsi que celles d’autres travaux en cours permettront à l’échelle de toute une région d’exportation, d’entrevoir comment s’articulent ce commerce et ses réseaux de distributions.

  • 95 Cette méthode est employée par Remesal‑Rodriguez et Martin‑Kilcher.
  • 96 Travaux arrêtés en 1990. Je remercie Remesal‑Rodriguez pour ses informations inédites.

244La première démarche consiste en l’élaboration du corpus de ces estampilles régionales selon la méthode évidente, dans la problèmatique évoquée, de l’ordre alphabétique des gentilices, afin de regrouper entre eux les timbres d’une même famille95. Ainsi sont classés en premier lieu les lettres du nomen, puis du cognomen et du praenomen, en deuxième lieu le nomen développé et en troisième lieu les cognomina seuls et les noms de figlinae. À chaque marque se voit attribué un chiffre, et à chaque variante, une lettre. Dans un souci de commodité d’emploi, un classement alphabétique classique (tabl. ix) précède le corpus (cf. infra). Dans ce corpus, pour chaque anse timbrée, figure le numéro de catalogue de l’amphore sur le site de découverte, puis le groupe de référence typologique d’Augst (Martin‑Kilcher 1987). Les références bibliographiques sont principalement les catalogues de timbres de Callcnder 1965, Amar et Liou (1984), Remesal‑Rodriguez (1986). Les attributions d’origine s’appuient sur les travaux de Ponsich (1974 et 1979), Remesal‑Rodriguez et Martin‑Kilcher96.

2.4.1.5 La composition des timbres

245Le corpus comprend 261 estampilles sur Dr 20 et 2 sur Dr 23. 135 marques ont été identifiées, imprimées sur l’anse, exceptées PRISCI (x2), LCP et SCL, situées sur la panse au niveau de l’attache inférieure de l’anse et LCQ, à la base de l’anse. HELLN semble inédite. PAHSCA S et PORT A portent des additifs non répertoriés dans Callender. 5 timbres figurant dans Callender ne sont connus que dans la région : CFRIDG, CCAECS, MARMAM, VIDARR, ATNA. Malheureusement, les 4 premiers n’ont pu être examinés pour en vérifier la lecture. Seul ATNA est certain. Au total, 23 des 263 estampilles n’ont pu être dessinées. Le classement des marques s’effectue selon cinq catégories d’abréviations (tabl. iv).

TABL. IV – Regroupement des timbres de Dr 20 selon leur composition.

24633 marques sont libellées en tria nomina simples (chaque groupe nominal est représenté par une lettre) et concernent 12 gentilices. Le nomen C est le plus fréquent, suivi du F. Comme à Augst (Martin‑Kilcher 1987 : 91), les marques les plus précoces de la région (LFO, LCP, LCQ, QCR, LFS) se présentent sous cette forme qui reste employée jusqu’au iiie s.

24740 autres tria nomina ont un cognomen développé. Ces textes sont plus complexes dans la deuxième moitié du ier s. Les ligatures se multiplient (nos 12, 15, 16, 37, 62…). Cette tendance s’atténue vers le milieu du iie s. (on trouve encore les nos 41 et 104). Au iiie s., les noms se développent sur deux registres (nos 77, 90, 128).

  • 97 Pour Mayet (1988 : 301), l’interprétation de COL parcolonus ou conductor oleari est un faux problèm (...)

248Une série comprend 33 tria nomina (ou nomen seul) avec additifs d’individus d’une même famille (par ex. MLFCT, PQHEHE) ou d’esclave (LLFRS) ou bien associés aux lettres POR (pour PORTUS), indiquant le lieu de dépôt contrôlé par le fisc (Remesal‑Rodriguez 1977 : *110). 7 familles sont concernées : PORLAR, PORLUCANI, PMHPOR, PORCPR, PQFLFL, PQHEHE, RUFPO. À la marque LFC s’ajoute COL, indiquant une confiscation impériale (Lomas‑Javier, Saez 1981 : 68 ; Remesal-Rodriguez 1986 : no 96)97.

  • 98 Pour Mayet (1988 : 298), CALPURN pourraît être un nom de lieu.

24910 cognomina simples sont représentés. CALPURN98 comporte ici deux additifs. Excepté GALLICI (Remesal‑Rodriguez 1980 : 138), il s’agit d’individus libres. Cette forme est plus rare au iie s. (CALLAIDIS et GEMELLI),

2503 noms de lieux, A (r) VA, ACIRGI et PORODU (cia), et 24 noms de figlinae et/ou fundi sont mentionnés au génitif ou à l’ablatif (Remesal‑Rodriguez 1980 : 134). L’abréviation F n’est pas systématique (OF signifierait officinator [Mayet 1986 : 298]). À partir du milieu du iie s., elles sont proportionnellement plus nombreuses que les autres marques. Il s’agit de AUUGGNNNOLEARIFGR, XIIIIHP, QIAF, LIDFITA, QIMFN, PNN, OPTATIF, PATERNI, MQFF, SAXOFFEREO, SCIAMNIANI, LSPECULAE/FCPM, VIRGINIENSA et peut‑être FOLS.

2.4.1.6 Les zones exportatrices

  • 99 Zones délimitées par Martin‑Kilcher (1987a : 84‑6) : zone A = zone 1 de cet ouvrage ; zone B = zone (...)
  • 100 D’après Ponsich, Penaflor est un municipe riche à la fois par ses mines et son agriculture qui béné (...)

251Les zones (fig. 46) sont délimitées par une concentration des centres producteurs d’amphores autour des ports d’embarquement les plus proches dont les principaux sont Brenes, Tocina, Guadajoz, El Alamo, La Catria, Palma del Rio, Temple, Coreina (Ponsich 1983 : 111, fig. 2). Les zones regroupant le plus grand nombre de fabriques ayant exporté vers le nord‑est de la Gaule, sont celles des municipes de Canama (zone 3) et d’Arva (zone 4), des portus d’Axati et de La Catria (zone 5), et à l’amont du Guadalquivir, les municipes de Detumo et Carbula entre Palma del Rio et Cordoue (zone 9), puis, sur le Génil, la région de Malpica (zone 7) et de La Delicias, proche du municipe d’Astigi (zone 8) (Ponsich 1983 : 111, fig. 2)99. En aval du Guadalquivir, se situent les secteurs du portus de Brenes (zone 1) et du municipe de Naeva (zone 2). Les ateliers riverains sont peu connus car le fleuve, très fluctuant, a dévasté ses abords depuis l’Antiquité. De même, la zone de Celti‑Penaflor (zone 6) est individualisée par rapport aux secteurs voisins, en raison de la puissance et l’organisation de son municipe100.

FIG. 46 – Carte générale des zones productrices de Dr 20 sur le Guadalquivir et le Génil.

V.T. del. d’ap. J.B./dAf

252D’autres points demeurent dans l’ombre : si Ponsich (1987) a mis en lumière l’exploitation de l’olivier en amont de Cordoue, sur les contreforts de la Sierra Morena, (avec un portus probable à Bujalance), le mode de transport usité, l’outre, fait que cette production échappe aux investigations. D’autre part le secteur de La Delicias à Astigi n’est pas complètement prospecté. Il reste donc beaucoup à découvrir. Enfin, dans le domaine de l’exploitation des zones de production, on sait schématiquement que celles‑ci étaient contrôlées par Hispalis, Astigi et Cordoue, comme le montrent les tituli picti du Testaccio. Mais les incertitudes sont nombreuses : la zone 6 (Penaflor, Palma del Rio) est placée à la jonction de ces trois contrôles. D’autre part, certaines amphores du Testaccio de la zone de Cordoue sont parfois marquées du contrôle d’Astigi. Remesal‑Rodriguez, par ailleurs, ignore la ligne de frontière entre le fundus d’Astigi et celui de La Catria. Certains centres faisant partie de la zone d’Astigi exportent par commodité par La Catria, d’autres, comme SNR de La Catria sont sous le contrôle d’Astigi (Brentchaloff, Lequément 1978 : 228). Enfin, Oducia et Lacca ne sont pas encore localisés (selon Chic Garcia [1979‑80 : 255], Lacca pourrait contrôler la vallée du Guadalete). Pour toutes ces raisons, il est vain pour l’instant de tenter une quelconque estimation des aires d’influence de ces cités.

253D’après les découvertes récentes de Remesal‑Rodriguez, on peut attribuer ici 104 marques (sur les 135) et 212 estampilles (sur les 263) à 45 centres producteurs. Cette proportion est suffisamment importante pour permettre une étude approfondie de ces importations, qui s’attachera à retracer leur évolution, zone par zone, et à mettre en valeur les principaux personnages ayant eu une part active dans ce marché. Le tableau récapitulatif de la représentation des centres producteurs et de leurs marques dans le nord‑est de la Gaule est présenté tabl. v.

TABL. V – Ateliers producteurs de Dr 20 et leur représentation dans le nord‑est de la Gaule. * Pour une présentation plus légère, les noms d’auteurs : Ponsich et Remesal‑Rodriguez ont été abrégés respectivement en Pon. et Rem.

  • 101 Certains timbres non datés comme PRISCI x 2, CURUCUNTINI, CIREXOFAR, MARMAM, ne figurent pas sur ce (...)
  • 102 Par exemple, les marques CIALB et SCOROBRES sont concernées par les périodes Hadrien‑Antonins.

254La suprématie de la zone 5 apparaît (82 estampilles), et en particulier celle du centre de La Catria avec 19 marques et 31 estampilles. La zone 4 d’Arva arrive en deuxième position (24 estampilles), suivie des zones 7 et 8 (région du Genil). On trouve autant d’estampilles de la zone 8, avec deux centres, que de la zone 4 qui en comprend six. Cette situation reflète celle généralement observée dans les camps du limes germanique (Remesal‑Rodriguez 1986 : 36). Il est certain que ces tendances peuvent être modifiées en fonction de la chronologie, du type de site étudié et du déroulement des événements historiques. La mise en évidence de ces facteurs sera tentée tabl. vi. Si ce tableau a l’avantage de traiter de façon concise un grand nombre de marques101 et de donner une vision d’ensemble de la présence des zones productrices, il demeure néanmoins très schématique et donne de façon caricaturale la datation des objets importés. Il faut, en fait, prendre en compte une plus grande souplesse de la chronologie et faire s’interpénétrer les périodes, car il n’existe pas de scission entre elles mais une continuité102.

TABL. VI – Chronologie des timbres de chaque zone productrice de Dr 20 trouvés dans le nord‑est de la Gaule.

2.4.1.7 Analyse des importations régionales par phases chronologiques

La période Claude‑Néron

  • 103 Rodriguez Almeida (1980b : 277) démontre que la fiscalisation de l’huile à l’époque de Claude est d (...)

25512 des 249 estampilles figurant sur ce tableau (soit 4,5 %) appartiennent à cette période ; 7 ont une origine connue. On note la présence d’Alcolea del Rio (zone 3) avec CSR. Seules les importations de la zone 5 sont importantes avec QCR x2, L. FO, LVTROPIM de La Catria et LFS x2 d’El Berro. Cette prééminence précoce se retrouvant à Nimègue et Cologne, indique, dès l’époque de Claude, une bonne organisation de l’annone, dont Remesal‑Rodriguez a démontré la relation avec La Catria (Remesal-Rodriguez 1977 ; 1986 : 50)103. La plupart des estampilles de cette zone proviennent des sites de Sierentz, Biesheim et Ehl, situés à la périphérie d’Augst vers laquelle La Catria exporte fortement (Martin‑Kilcher 1987 : 88), mais à l’évidence, les contacts avec la plaine alsacienne sont encore marginaux. L’absence de La Delicias et d’Arva (zones 8 et 4), bien présents à Augst, renforce cette conviction.

La période Flaviens‑ Trajan

256101 estampilles (41 % de l’ensemble), se rattachent globalement à cette période qui voit un brusque accroissement des arrivées d’huile dans tout le secteur ; 18 timbres ne sont pas attribués. 8 zones productrices sont présentes, mais de façon très inégale : les 51 estampilles de la zone 5 (sur les 82 recensées) constituent la moitié des importations de l’époque. Elles proviennent en majorité de La Catria (18 ex. dont 13 portant la mention POR) puis, par ordre décroissant, de Huertas del Rio (13 ex.), Coronel (7 ex.) Madre Vieja (3 ex.), La Mayena (2 ex.). Cette proportion très importante retranscrit la forte activité militaire régnant en Alsace sous les Flaviens, au moment de la conquête des Champs Décumates. En amont du Guadalquivir, la zone 9 (10 timbres et 7 marques parmi lesquelles se détache AGRICOLAE), occupe la deuxième position des importations, alors que le Génil (zones 7 et 8) est très faiblement représenté (4 timbres, 3 marques). Comme à Augst et sur le limes, Villar de Brenes (zone 1) est absent, et la représentation d’Arva‑Tejarillo (zone 4) peu significative. Celle de la zone 3 se distingue par l’importance de ANTONQUIETUS, diffusé sur 7 sites du nord‑est. Ces grandes tendances (aussi bien la montée de la zone 9 que la suprématie de la zone 5) s’observent avec une homogénéité remarquable sur tous les sites rhénans contemporains (fig. 66 infra p. 194). La part de Malpica (zone 7) paraît toutefois plus élevée à Augst et Cologne/Mayence.

Le milieu du iie s.104

  • 104 Martin‑Kilcher préfère appeler cette période concernant les règnes d’Hadrien et Antonin, la premièr (...)

257Cette période concerne 70 estampilles (28,5 % de l’ensemble) pour 29 marques ; 15 timbres n’ont pas d’origine connue. Trois tendances principales se dessinent : les importations de la zone 5 chutent (13 estampilles dont 4 pour La Catria). Le même phénomène s’observe à Augst et Cologne/Mayence alors que les produits de cette zone apparaîssent en force à Nida, Zugmantel et Saalburg, révélant ainsi le déplacement des troupes vers l’est au milieu du iie s. quand le limes s’éloigne de nos contrées. La zone 6 (Pénaflor) entre en relation avec l’Alsace et la Lorraine où l’on trouve 10 estampilles avec 3 marques principales : CNAECOR, SAXOFERR et QFC. Pratiquement absente lors de la période précédente, la zone 7 (Malpica) apparaît en force en étant maintenant la plus fortement représentée, avec 20 estampilles pour 6 marques. Cette courbe correspond à celle de Zugmantel (Remesal‑Rodriguez 1986 : 66). Inversement elle s’infléchit à Augst, Nimègue et Cologne. Les importations des zones 1, 3 et 4 sont secondaires. La firme Virginensia (zone 1, Villar‑de‑Brenes) se distingue.

La deuxième moitié du iie s.

258Les 29 estampilles de cette période (avec 13 marques dont 4 non attribuées) ne représentent plus que 11 % de l’ensemble des importations. Cette fin de siècle est marquée par une modeste distribution des zones 3, 4 et 5 et la domination des marques LQS, ACIRGI et MC (zone 6 ou 9) alors que les zones 1 et 7 ne sont pas représentées (au même moment Malpica chute à Cologne/Mayence et remonte à Augst). Un deuxième timbre de La Delicias (zone 8) apparaît : LFC.

Le iiie s.

259Le nombre des timbres augmente légèrement : 37 exemplaires soit 14,5 % de l’ensemble. Deux tendances s’observent : la zone 4 (Tejarillo‑Arva) arrive pour la première fois au deuxième rang avec 10 estampilles, soit un peu plus de 30 % du matériel timbré en présence. Sa marque PNN se prolonge au ive s. Les données sont similaires dans tous les sites rhénans. La zone 8 (La Delicias) est bien présente (18 estampilles) et, comme la zone 5 sous les Flaviens, remporte 50 % du marché de l’époque. Cette constatation s’impose aussi à Nimègue, Nida et dans une moindre mesure à Augst, Zugmantel. En revanche, sa part est moyenne à Saalburg et franchement faible à Cologne/ Mayence.

  • 105 Pour la politique annonaire de Marc‑Aurèle et la confiscation impériale sous Septime‑Sévère, voir R (...)

260Deux timbres des zones 5 et 8 portent la marque d’une confiscation impériale de l’époque sévérienne : LFCCOL et AUGGGNNN/COL/ EARI (ni)/F (iglinae) GR (umense)105. La zone 2 (Naeva) apparaît avec LSPECULAE/FCPM.

2.4.1.8 Synthèse de la représentation de chaque zone productrice

261Le tabl. vi donne une image globale de la présence des estampilles sur environ deux siècles. Il s’agit ici de résumer les phases d’apogée et de régression de chaque zone telles qu’elles ont pu déjà apparaître précédemment, en les comparant aux autres sites. Toutefois une réduction du timbrage après le milieu du iie s. est possible, sans que nous puissions mesurer son impact sur les tendances qui suivent. La baisse générale de la représentation des zones à cette époque (en particulier la zone 9), peut‑elle lui être imputée ?

262– La zone 1 exporte peu et essentiellement au milieu du iie s., comme à Augst et sur le limes.
– La zone 2 n’apparaît qu’au iiie s., avec un unique timbre. Si cette aire a joué un rôle réel dans la production oléicole, on peut penser que certaines marques sans origine connue en proviennent.
– La zone 3 se caractérise par une présence modeste mais constante, de Néron à la fin du iie s., comme à Augst et sur le limes, confirmant la faiblesse de sa production (Remesal‑Rodriguez 1986 : 66).

263Les relations de la zone 4 avec le nord‑est de la Gaule semblent s’accentuer à partir du milieu du iie s. comme à Nida, Saalburg et Zugmantel : sur 24 estampilles, 18 sont postérieures à Trajan. Ce regain d’activité correspond en Alsace au départ de La Catria. Tout en étant au deuxième rang pour les importations, la zone 4 est diffusée dans un nombre restreint de sites (Strasbourg, par ex.). Cette zone 4 (correspondant aux zones C et D de Martin‑Kilcher) est plus fortement représentée au ier s. à Augst.

264La zone 5 est dominante de Claude à Trajan‑Hadrien, comme à Augst, Nimègue et Mayence, puis, exportant ailleurs (notamment Nida, Zugmantel), passe la main aux zones environnantes.

265Les importations des zones 6 et 7 sont à la fois contemporaines et tout aussi éphémères, se limitant à la période du milieu du iie s. (peut‑être fin iie s. pour MC) ; chronologiquement, elles succèdent, comme pour la zone 4, à celles de La Catria. Remesal‑Rodriguez pense que Malpica est tournée économiquement vers le secteur de La Catria et pourrait être en rapport avec l’annone par mode privé ; il en est probablement de même pour la zone de Celti‑Penaflor. À Augst, les importations de Malpica débutent plus précocement, mais connaissent le même floruit au milieu du iie s.

266Les importations de la zone 8 ne sont significafives qu’au iiie s. La Delicias semble nouer des contacts étroits avec notre région à cette époque, alors qu’à Augst, ce centre producteur est un groupe fort au début du ier s., puis faible ensuite.

267La zone 9 est présente principalement à l’époque flavienne, comme à Augst et Mayence ; après s’être effacée, elle revient au iiie s.

2.4.1.9 Les secteurs rhénan et mosellan : similitudes et différences de distribution

268Après ces données générales, voyons quelques exemples plus précis : tout d’abord les vallées de la Moselle et du Rhin, puis les deux villes de Strasbourg et Metz (tabl. vi).

La Lorraine et l’Alsace

269Pendant la période Claude‑Néron, les données sont aussi réduites en Lorraine (5 ex.) qu’en Alsace (7 ex.). La Catria est représentée de la même façon. Sous les Flaviens, les sites alsaciens sont plus amplement ravitaillés que ceux de Lorraine (66 estampilles pour 35 en Lorraine). Si La Catria fait une percée générale, celle‑ci est plus conséquente le long du Rhin (plus de 30 ex. contre 18), secteur également plus attractif pour la zone 9. Le milieu du iie s. voit un équilibre relatif de part et d’autre des Vosges, avec une même forte présence de Malpica. Les différences de distribution des autres centres sont si faibles qu’elles sont négligeables. La fin du iie s. est peu significative. Les marques LQS de la zone 3 et ACIRGI de la zone 5 semblent se diriger principalement vers la Moselle. Le iiie s. voit une distribution préférentielle de Arva‑Tejarillo (zone 4) en Alsace et de La Delicias (zone 8) en Moselle. En résumé, les zones 4, 5 et 9 semblent dans l’ensemble mieux distribuées en Alsace, mais cette différence n’est sensible qu’à des moments précis (fin du ier s., iiie s.) et pour certains centres de consommation importants tels que Strasbourg. Pour le reste, il ne paraît pas possible de distinguer des particularités dans la distribution entre les secteurs rhénan et mosellan et entre centres urbains et ruraux.

Strasbourg et Metz

  • 106 – Rappelons que les données d’Augst (Martin‑Kilcher 1987a : 87) montrent une représentation de 37 % (...)

270À Strasbourg, sur les 61 estampilles recensées (tabl. vii), 55 sont attribuées à un centre ; 19 appartiennent à la zone 5 (33 %), 10 à la zone 4, 10 à la zone 9 ; ce sont les trois groupes forts de Strasbourg. La représentation des autres centres ne dépasse pas 3 estampilles (La Delicias : 3 ex., et Malpica : 2 ex.)106. On ne rencontre aucune estampille pré‑flavienne alors qu’elles sont nombreuses à Augst, Cologne/Mayence et Nimègue. Près de la moitié des estampilles (48 %) date de l’époque Flaviens‑Trajan. À cette époque, les deux groupes forts sont la zone 5 (54 %) et la zone 9 (16,5 %). Les relations avec ces zones sont identiques à celles de Nimègue et Cologne/Mayence, avec une similitude encore plus grande avec cette dernière ville, en ce qui concerne la zone 9. Au même moment, on le sait, Strasbourg est le quartier général des armées pour la conquête des Champs Décumates et le siège de la VIIIe légion.

TABL. VII – Timbres de Dr 20 présents sur les plus grands sites du nord‑est de la Gaule.

271Les 12 estampilles du milieu du iie s. ne représentent plus que 19 % de l’ensemble (les tendances sont identiques à celles observées sur le plan régional). Celti‑Penaflor remplace La Catria. Deux marques seulement viennent de Malpica. Pendant toute cette période et celle de la fin du iie s., Strasbourg est un centre que rien ne distingue des autres agglomérations civiles. L’occupation permanente de la VIIIe légion ne laisse pas de traces significatives. Le faciès des importations ressemble à celui de Nimègue et Cologne/Mayence (ces dernières qualifiées par Remesal‑Rodriguez de centres urbains atypiques), et se différencie de ceux d’Augst (en particulier pour la présence très faible de Malpica à Strasbourg, mais une meilleure représentation d’Arva) et de Saalburg, Nida et Zugmantel.

27213 estampilles (soit 21 %), dont 2 avec la marque d’une confiscation impériale, datent de l’époque sévérienne (pendant laquelle la ville est marquée par un souffle de restaurations). Arva‑Tejarillo (zone 4) est très bien représentée (la moitié des estampilles). Cette particularité se retrouve à Saalburg et à Nida (Remesal‑Rodriguez 1986 : 62) (fig. 66 infra) alors que cette zone est absente ou peu présente à Genève, Cologne, Metz et dans tous les autres sites alsaciens. En revanche, La Delicias est peu distribuée à Strasbourg (2 ex.) et les courbes s’éloignent de celles de la Moselle, d’Augst et de Zugmantel.

273Metz possède des marques plus précoces que Strasbourg (CSR, LCP, C. SEMPOL). Sous Claude‑Néron, seule la zone 3 est attestée (1 ex. sur 3 estampilles). Sous les Flaviens, Metz bénéficie comme toute la région de l’apport de La Catria (7 ex.), mais en proportion bien moindre qu’à Strasbourg. La zone 9 est totalement absente. À partir du milieu du iie s., Metz est un centre atypique où les estampilles, dans l’état actuel de nos connaissances, sont très rares, alors que le matériel non timbré est aussi abondant qu’à la période précédente. C’est un argument supplémentaire pour conforter l’hypothèse d’une réduction du marquage des Dr 20 à cette époque. Il apparaît ainsi que, contrairement à Strasbourg, rien ne permet de particulariser cette ville civile par rapport aux centres secondaires du secteur.

2.4.1.10 Les noms les mieux représentés en Alsace et Lorraine

274Parmi les 135 marques en présence, 22 individus ou familles semblent prépondérants ; seuls les timbres repérés plus de trois fois ont été retenus (tabl. viii).

TABL. VIII – Les noms de Bétique les mieux représentés dans le nord‑est de la Gaule.

275La zone 3 (Alcolea del Rio) est connue par trois individus C. ANTON. QUIETUS, DOMS, LQS, tous présents en Alsace et Lorraine, comme sur le limes germanique. Chacun est l’unique exportateur de cette zone, à une époque précise. Remesal‑Rodriguez (1986 : 67) pense qu’il pourrait s’agir de conductores vectigalium, sans rapport de parenté entre eux.

276Pour la zone 4 (Arva‑Téjarillo), trois noms dominent : sous les Flaviens, nous trouvons LMVE et au iiie s. CAMILLI MELISSI et PNN. Seul PNN est aussi fréquent dans notre région que sur le limes (Remesal‑Rodriguez 1986 : 58).

277De La Catria se détachent trois noms de la période flavienne : PORLAR, ENNIOR IULIOR, SAENIANS. Aucun n’est signalé comme fréquent sur le limes germanique alors que QCC, contemporain et très abondant dans les camps, n’est présent ici qu’une seule fois. PORPSA, APCO et ALFO sont absents. Dans la deuxième moitié du iie s. se distinguent LIT, SNR et ACIRGI, très communs au nord des Alpes ; en revanche, LCM est rare dans la région.

278La zone 7 est essentiellement représentée, au iie s., par la grande famille de I avec CIALB et QIAF, confirmant ainsi leur puissance, puisque sur le limes, ils font partie des marques les plus diffusées.

279Pour la zone 8, on observe au iiie s. la suprématie des deux familles LIUNIM MELISSI et N et M MELISSI et MELISSE, cette dernière probablement associée à la figlina SCIAMNIANI (Remesal‑Rodriguez 1986 : 72) ; cette domination s’étend sur l’ensemble des sites septentrionaux. Pour les centres producteurs secondaires, la firme Virginensia de Villar de Brenes est toujours bien diffusée ainsi que SAXOFERREO de la zone 6. QFC et AGRICOLAE figurent en bonne place contrairement aux données du limes. Enfin LFC et BELSIL sont curieusement peu connus en Alsace et Lorraine alors que LFC, en particulier, est très connue ailleurs.

280Parmi les timbres non attribués, QPPHRYXI est particulièrement intéressant car sa répartition indique une diffusion préférentielle dans ce secteur alors qu’une seule de ses estampilles est signalée plus au nord (information Remesal‑Rodriguez).

281Signalons enfin la présence de la firme GRUMENSE mentionnée pour la première fois dans ces régions, et l’absence de POPULI et PORTO, ce qui confirme une fois de plus que ces marques sont destinées au ravitaillement de Rome. En résumé, les marques les plus abondantes dans le nord‑est de la Gaule sont C. ANTON. QUIETUS, ENNIOR IUL., LQS, LIT, VIR, QIAF, L. IUNI MELISSI, MELISSI et MELISSI, PNN ; il s’agit des marques les plus fréquentes en général.

2.4.1.11 Conclusion

282En dépit du caractère très aléatoire des circonstances de découverte des estampilles du corpus, et de la faiblesse numérique de ces timbres, l’homogénéité des résultats d’analyse et leur concordance avec les grandes tendances mises en évidence par Remesal‑Rodriguez et Martin‑Kilcher sur d’autres sites occidentaux, sont frappantes et valident cette recherche. Deux observations principales peuvent être dégagées : les zones productrices paraissent s’être succédées dans le temps pour approvisionner les sites de l’est de la Gaule, et des liens privilégiés ont existé entre des centres producteurs précis et quelques sites régionaux, confirmant les analyses faites en Rhénanie par Remesal‑Rodriguez (1986) et en Grande‑Bretagne par Whittaker (1989a : 64). En effet, La Catria noue des liens intenses avec la région au moment où elle les renforce avec Augst, Cologne/Mayence et Nimègue. On peut ensuite suivre son déplacement vers les frontières de l’est, au milieu du iie s., comme sur ces mêmes sites. L’apogée de Malpica prenant la relève au milieu du iie s. et celle de La Delicias au iiie s. sont également sensibles en Rhénanie. Par rapport aux sites de comparaison, quelques fluctuations se font sentir, dues à des particularismes tant géographiques qu’historiques : ainsi, on observe un léger retard dans le ravitaillement des sites du nord de l’Alsace. Les données de Metz suivent de loin celles de Strasbourg jusqu’au milieu du iie s. (plus de timbres de la zone de La Catria), puis s’en éloignent (moins de timbres de La Catria et aucun de la zone d’Arva). Si les courbes de Strasbourg présentent des affinités avec celles d’Augst et Cologne/Mayence pour la présence des zones 5 et 9, elles divergent de ceux d’Augst pour les zones 4 (Arva) et 7 (Malpica). Par la zone 4, Strasbourg se rapproche de Saalburg, et par la zone 7, la ville est proche de Cologne/Mayence. Le bilan des observations donne donc un maximun d’affinités entre Strasbourg et Cologne/Mayence. Ce résultat est logique puisque ces villes occupent toutes des positions clés dans le couloir rhénan et sont intégrées au même district militaire.

  • 107 Selon Tchernia (1987 : 334), un système identique existe à Rome ; les sénateurs commercialisaient e (...)
  • 108 Pour Remesal‑Rodriguez, la réduction des personnages pourrait aussi être la marque de l’interventio (...)

283Cette forte présence, à un moment donné, de La Catria en Alsace, de La Delicias en Lorraine, d’Arva à Strasbourg indique l’existence d’un commerce dirigé. Il est probable, comme le pense Whittaker (1989 : 64), que l’armée en campagne établissait des contrats avec des negotiatores privés pour pourvoir à son ravitaillement d’huile. Etaient‑ils des intermédiaires ? Leurs rapports avec l’annone sont encore à déterminer. La vallée de la Bétis toute entière devait en effet être soumise à la politique de Rome (Remesal‑Rodriguez 1986 : 75 ; Le Roux 1988 : 252). Parallèlement, les données du nord‑est de la Gaule montrent qu’à partir du milieu du iie s. et surtout au iii s., on assiste à une concentration du marché, réparti entre de grosses familles, ce qui est particulièrement visible sur le Génil. Mayet signale à la même époque en Bétique une concentration des fundi (1986 : 301). La distribution relève‑t‑elle alors du pouvoir du propriétaire ou de celle du négociant ? Celui‑ci est‑il à la solde du premier ?107. La puissance des MELISSI de La Delicias pourrait‑elle, par exemple, avoir influé sur la distribution de l’huile au iiies.? Comment expliquer autrement cette soudaine et envahissante présence des marques du municipe d’Astigi108. Leur pouvoir est‑il seulement économique ou politique ? Quelle était leur fonction au sein du municipe ? Nous pensons comme Le Roux (1988 : 264) que les sénateurs provinciaux, dans le cas de l’huile de Bétique, devaient jouer de leur influence pour occuper le marché et imposer leur produit.

2.4.2 Une production régionale d’amphores Dr 20 = Gauloise 14

284Les récipients dont il sera question, trouvent leur place dans ce chapitre consacré à l’huile par la parfaite adéquation de leur forme avec celle des grosses amphores globulaires Dr 20, originaires de Bétique et spécifiquement destinées au transport de l’huile. Il reste cependant à débattre du problème de leur contenu. Jusqu’à présent, seule la Bétique était connue comme productrice des Dr 20, mais l’on sait depuis peu que quelques amphores ont été fabriquées à Sitges de l’Estadi en Catalogne (Oriol Granados, Rovira 1987 : 129). On ignore l’incidence, certainement faible, de cette production. D’autres amphores globulaires, au contenu non défini, de plus petit module et la plupart à fond plat (Gose 418, 419, 442) sont connues en Rhénanie et sont d’origine régionale. Une production d’amphores de type Dr 20 dans cette partie septentrionale de l’Empire aurait pu paraître, à juste titre, invraisemblable, si quelques timbres ne nous avaient permis de mettre le doigt sur cette singularité. Sur sept sites de Basse Alsace une dizaine d’objets a été recueillie, dont un récipient intact et 6 anses estampillées. Un faisceau de présomptions pousse à attribuer la plupart de ces fragments à deux centres producteurs : Rheinzabern (Palatinat) et Reichshoffen (Bas‑Rhin). Le texte de leurs estampilles est un apport intéressant pour mieux connaître l’organisation de la production dans les ateliers de potiers gallo‑romains.

2.4.2.1 Analyse du matériel

Amphores attribuables à Rheinzabern ou à. un atelier alsacien

  • 109 Dimensions de ST 49 : DL : 160 mm ; HL : 39 mm ; EL : 32 mm ; HA : 150 mm ; LA : entre 46 mm et 65  (...)
  • 110 Contrairement à la mauvaise lecture de Forrer (1927 : 608) reprise par Callender (no 1530), donnant (...)

285L’amphore intacte ST 49 (fig. 47, no 1 ; annexe 2, fig. 66, 6) de la rue Salzmann à Strasbourg109 possède une panse volumineuse comme les Dr 20. L’angle d’ouverture interne de sa lèvre est vif : ce trait ne se rencontre sur aucune Dr 20 espagnole. On note l’absence de gorge. L’inclinaison de la lèvre et la morphologie de l’anse, relativement courte et épaisse, sont caractéristiques de l’époque antonine. Le pied est en forme de bouton. La pâte dure, homogène, est de ton beige, jaune clair et comporte un petit dégraissant marron et blanc peu abondant. Sur le coude de l’anse, un cartouche porte l’estampille RESTUTUS F. I aux lettres très fines, inserrées entre deux barres horizontales. Un sigle sépare le nom de la deuxième partie du cartouche où se devine FECI (t)110.

FIG. 47 – Amphores Dr 20 similis/G 14. 1‑8 exemplaires trouvés en Alsace ; 9‑11 autres exemples trouvés en Rhénanie. (Échelle ¼)

J.B. del.

  • 111 Nous écartons toute correspondance avec REST (Callender, no 1350).

286L’anse SK 223 de Koenigshoffen (trouvée par Kern en 1977), également très fine et homogène, porte une estampille du même nom (fig. 47, no 6). Deux cartouches portent séparément les mots RESTUTUS et FECI (t). Les lettres sont comme ciselées, avec un relief plus fort sur la partie interne des boucles. Ce timbre n’est pas connu en Espagne et n’est mentionné qu’une fois dans Callender (no 1350), à Strasbourg111. En revanche, il apparaît comme nom de potier de sigillée à Rheinzabern (Ludowici 1901‑04, no 39 : 854). Ses estampilles sur sigillée ont une calligraphie semblable, comportant les mêmes particularités décoratives sur les T et les U (fig. 48). Enfin, le terme FECI est fréquemment employé par les potiers gaulois. RESTUTUS a exercé à Rheinzabern sous Hadrien et les Antonins.

FIG. 48 – Comparaison entre timbres de Dr 20 similis/G 14 et timbres de sigillée. (Échelle 1/1)

J.B. del.

287L’anse ST 105 de Koenigshoffen (fig. 47, no 3) (forme Augst no 14) a une pâte orangée avec un cœur gris comportant un rare petit dégraissant marron et blanc. Un cartouche parfaitement régulier porte en très petites lettres le nom VITALIS F (Callender, no 1795). Un timbre VITALIS (I et V ligaturés) est mentionné à Alamo Alto en Bétique (Ponsich 1982, Pl. III, no 16) ; il ne s’agit pas du même personnage. L’estampille de Koenigshoffen est probablement attribuable à un potier de sigillée VITALIS (Ludowici 1905‑08, no 7486 : 77). Peut‑être est‑ce celui qui migre entre Avaucourt, Lavoye, Pont‑de‑Rèmes puis vers Rheinzabern ? Son nom apparaît libellé de la même façon sur les sigillées (fig. 48, no 3).

  • 112 L’attribution par Forrer à Heiligenberg est remise en cause par Bémont et Bourgeois dans DAF no 6 : (...)

288Deux anses de Seltz et Brumath (fig. 47, nos 4‑8) ont une pâte blanchâtre, fine et homogène (le cœur de SEL 14 est anthracite) dont l’argile est enroulée sur elle‑même. Cette technique n’est pas celle employée par les potiers ibériques. Les deux anses portent une estampille identique : PERVINCUS (N rétrograde). Cette marque n’est pas répertoriée dans Callender. Il s’agit également d’un potier de sigillée dont l’attribution à l’atelier alsacien Heiligenberg est incertaine112. PERVINCUS est mentionné comme potier à Rheinzabern au iie s. par Ludowici (1908‑12, nos 7745, 7661‑8693 : 50). Les lettres sont identiques à celles de ses poinçons de sigillée, avec le même N rétrograde (fig. 48, nos 4‑5).

  • 113 Sa pâte est orange vif, fine, micacée, avec de rares grains marrons et gris. Les anses en quart de (...)

289Les deux anses d’une même amphore trouvée à Bliesbrück (fig. 47, no 5) ressemblent aux anses de Dr 23. Sa pâte orangée est fine, micacée avec de rares grains marrons et gris113. La datation de l’objet est l’extrême fin du iie s. ou le début du iiie s. On peut lire deux cartouches identiques : FIDELIS. F La seule référence possible acceptable est celle du potier FIDELIS de Rheinzabern (Linckenheld 1934 ; Ludowici 1908‑12, no : 20). Ses produits sont essentiellement exportés vers le limes germanique où l’on compte 25 marques à son nom. Ses sigillées, aux poinçons identiques, sont également présentes à Strasbourg et Niederbronn (Marlye 1938, IV : 192).

290L’origine de l’estampille NI 5 de Niederbronn (Bas‑Rhin) (fig. 47, no 7) est incertaine. Elle présente le même enroulement de pâte que les deux anses de PERVINCUS. Sa pâte dure et homogène, est de ton beige jaunâtre, et comporte des petites inclusions marrons assez fréquentes. Elle porte un cartouche rectangulaire très soigné avec la marque ANTONINUS (fig. 48, no 6). Cette marque ne trouve pas de correspondance parmi les potiers de Gaule et de Germanie supérieure.

Reichshoffen

  • 114 Le site de Reichshoffen est connu par son atelier de sigillée fouillée par Morlet en 1866 puis par (...)

291La partie supérieure d’une grosse amphore proche du type Dr 20 et 3 anses de même pâte ont été découverts à l’entrée d’un des trois fours de céramique commune114 et à proximité d’un dépotoir de ratés de cuisson. La lèvre R 6 (fig. 47, no 2) est inclinée et lourde. L’anse, relativement courte, part directement sous la lèvre ; le cou est trapu. La pâte de ces récipients, de ton orangé, plus vif à la cassure, comportant des inclusions laiteuses et des nodules marrons, se délite en grosses plaques, et présente à la surface comme dans l’épaisseur de l’argile, des zones irrégulières de diverses nuances de gris et de beige, indiquant un défaut d’oxydation dû au gaz carbonique stagnant dans le four lors de la cuisson. Cette mauvaise coloration, jamais rencontrée sur les Dr 20 ibériques importées dans la région, se retrouve sur les nombreux tessons de céramique commune du dépotoir.

292Ce centre secondaire a tenté la production de multiples formes céramiques gauloises comme celle des amphores de Narbonnaise, comme on le verra plus loin. Ces fabrications n’ont pas été faites en séries. Les fours de céramique commune ont fonctionné essentiellement à l’époque antonine.

2.4.2.2 Quelques remarques sur le marquage des amphores

293Le texte des timbres étudiés indique systématiquement un cognomen d’origine gauloise, libellé en toutes lettres au nominatif. Il diffère en cela de celui de la plupart des timbres de Narbonnaise où la forme tria nomina est l’abréviation la plus fréquemment rencontrée (Laubenheimer 1985 : 441). De quel personnage s’agissait‑il ? Il semble que le problème soit plus clair ici qu’en Gaule Narbonnaise où la variété des systèmes pouvait correspondre, selon Laubenheimer (1985 : 445) à des individus aux fonctions différentes, répondant à des organisations diverses, dépendant elles‑mêmes de la taille des ateliers. Le cognomen désigne bien ici le nom du potier de céramique sigillée, ou un membre de son équipe. Cette façon de procéder s’amorce déjà à Gueugnon ; MAGIO, potier de céramique sigillée de Lezoux, y est associé à ADBUCIUS sur une amphore à fond plat (Laubenheimer 1986 : 445). À Rheinzabern, le nom du potier de sigillée apparaît seul sur l’amphore, selon la norme en vigueur dans les officines de sigillée.

294La signification de ces timbres paraît donc différente de celle des timbres de Bétique, qui ne désignent pas le nom de l’artisan potier, mais du propriétaire du domaine oléicole ou du gérant de la figlina, elle‑même consacrée uniquement à la production des amphores. En d’autres termes, l’estampille sert ici à reconnaître l’objet façonné par le potier et non le fundus ou la figlina. Un autre système économique transparaît, plus souple, où chaque potier est indépendant et maître de sa production, comme le démontrent Jacob et Leréddé dans leurs travaux sur l’organisation du travail dans les centres gallo‑romains de production céramique (Jacob 1980 : 89 ; Jacob, Lereddé 1986 : 21).

2.4.2.3 Les raisons de cette production

295Ces raisons sont de deux sortes : la première tient à une volonté de la part des artisans potiers de diversifier leurs productions, la seconde est, comme on peut l’imaginer, de répondre à la demande d’un producteur désirant commercialiser un produit. Mais quel peut être ce contenu ? On peut formuler à ce sujet plusieurs hypothèses.

La diversification de la production

296La grande officine de Rheinzabern (Germanie supérieure) est connue depuis le début du siècle comme productrice de sigillée (Huld‑Zetsche, Oldenstein‑Pferdehirt 1986 : 261). Une officine de céramique commune de moindre importance s’est développée à proximité (Reutti 1983 : 42). Comme dans les autres officines gallo‑romaines, les potiers de Rheinzabern fabriquent donc de la céramique utilitaire car, comme le dit Jacob (1984 : 352) : « si la sigillée était pour le potier un moyen de se faire connaître, il avait intérêt à s’assurer un appoint sérieux et sans aléas, avec des productions de céramique commune destinées à la clientèle locale ». Bien que les débouchés commerciaux pour ce centre fort de plus de cent potiers fussent très larges, celui‑ci n’a pas échappé à la règle, ce qui démontre ainsi l’indépendance de ses artisans.

  • 115 – Le timbre sur mortier Q. AL. IAF trouvé à Rheinzabern et d’origine locale, se retrouve sur des si (...)

297Ces Dr 20 similis, nommées tout récemment G 14 pour les intégrer à la série des amphores produites en Gaule (Baudoux et al. 1995) sont produites dans un laps de temps assez court (entre le milieu et la fin du iie s.). Leur répartition indique une diffusion locale : Seltz, Niederbronn, Brumath, Strasbourg et Koenigshoffen. Bliesbrück est le point le plus éloigné vers l’Ouest (fig. 49). Cependant il est possible que ce marché soit tourné vers le limes germanique où des investigations seront nécessaires115.

FIG. 49 – Carte des ateliers producteurs de gros récipients dans le nord‑est de la Gaule et répartition des trouvailles.

V.T. del. d’ap. J.B./dAf

D’autres exemples en Rhénanie

  • 116 Un atelier de Bad‑Wimfen a produit des cruches à deux anses de gros modules.
  • 117 D’après un entretien avec Remesal‑Rodriguez.
  • 118 Köngen, canton d’Aislingen, amphore RFU 226.

298L’accent n’ayant pas encore été mis sur cet aspect de la production céramique en Rhénanie, les amphores globulaires publiées sont toujours attribuées à la Bétique. Quelques présomptions existent sur l’origine de certaines d’entre elles : un exemplaire de Bad‑Wimfen (Czysz et al. 1981, fig. 10) semble d’origine locale (fig. 47, no 11)116. Une amphore de Saalburg est identifiée comme non‑ibérique par Remesal‑Rodriguez (1986 : 230, fig. 21, no 9) (fig. 47, no 10)117. Au musée de Stuttgart, une amphore de Köngen118 n’est sûrement pas espagnole (fig. 47, no 9) ; sa lèvre inclinée et arrondie, l’angle vif de l’ouverture interne du col se retrouvent aussi sur l’amphore de Reichshoffen et sur certaines cruches régionales à deux anses. Le pied diffère de celui des Dr 20 : le bouton est légèrement aplati ; un petit cercle marque sa base, la pâte est très fine et orangée. Ces caractères morphologiques paraîssent typiquement rhénans.

  • 119 Information aimablement communiquée par Fanette Laubenheimer.

299On peut citer comme autres exemples, une grosse amphore de profil identique, présentée avec une plus petite amphore globulaire à anse plate dans une cave d’Oberriexingen (Filzinger et al. 1986, pl. 21), les amphores de Walldürn (Schallmayer 1985 : 227, fig. 11, nos 4‑5), et de gros récipients à pâte blanchâtre similaires à nos anses estampillées, trouvés à Liberchies en Belgique par F. Laubenheimer119, confirmant ainsi l’étendue de cette production sur le limes germanique et en Belgique.

Le problème du contenu

  • 120 Information J.‑J. Wolf, archéologue départemental du Haut‑Rhin.

300Si l’on part du principe qu’une forme d’amphore répond à un type de contenu, et que la clientèle s’attendait à y trouver le produit correspondant, on peut avancer que ces amphores transportaient effectivement de l’huile. De quelle huile pouvait‑il s’agir ? Plus qu’à l’huile d’olive, nous pensons à l’huile de noix. En effet, pour imaginer de l’huile d’olive dans ces contenants, il faudrait que celle‑ci ait été acheminée dans des outres depuis les huileries du sud de la Gaule, dont Brun a souligné l’important mouvement de construction au iie s., dans les grands domaines comme dans les plus petites exploitations (Brun 1984 : 256 et 1986). Selon le même auteur, cette production oléicole a pu, dans une certaine mesure, alimenter le marché de Gaule intérieure, sans que l’on connaisse la forme de son récipient. Les traces de ce commerce, malheureusement, nous échappent. S’agissait‑il d’huile de médiocre qualité, voir rance, servant à alimenter des lampes à huile ? Là encore, aucun lien n’a pu être établi entre cette huile éventuelle et les nombreuses lampes à huile de Strasbourg dont certaines sont de fabrication locale, car Forrer (1927, II : 623) les dates de la fin du ier s. En revanche, une fabrication d’huile à partir de produits locaux adaptés à nos climats comme les fruits du fresne et du noyer, est probable. L’huile de noix était selon Le Gall (1983 : 216) consommée à Alésia. Localement, des vestiges de moulin à huile gallo‑romain sont mentionnés en haute Alsace dans la villa romaine de Steinbrunn‑le‑Bas (Pétry, Encyclopédie d’Alsace : 11, 7001). La fonction exacte de ce moulin demande cependant à être vérifiée et cette information demeure encore sujette à caution. Mentionnons tout de même que non loin de là, à Stosswihr, dans la vallée de Munster, des meules à huile de noix fonctionnaient encore au xixe s.120, de même que des moulins à huile dans la région de Sarreguemines. Pourquoi ne pas envisager le transport de ce produit dans des recipients fabriqués à Rheinzabern ?

2.4.2.4 Conclusion

  • 121 Notamment à Mathay (Doubs). Communication de Lame et Maziman, congrès de la SFECAG, Mandeure, 1990.
  • 122 À La Buissière‑École (Yvelines) (Dufay et al. 1990 : 206).

301Il ressort de cette analyse que les ateliers de l’est, comme d’autres ateliers céramiques de Gaule tempérée, notamment en Touraine (Ferdière et al. 1986) et en Bretagne (Deniaux 1989 : 586), en Franche‑Comté121 et en Ile‑de‑France122, ont inclus quelques amphores dans leur production. La fabrication d’amphores globulaires de type Dr 20 semble un phénomène circonscrit à la Rhénanie et pourrait avoir un lien avec la présence des militaires (aucun récipient de ce type n’a été repéré à Augst et en Lorraine). C’est une illustration supplémentaire de l’essor de l’industrie céramique qu’a connu cette région frontière de l’Empire, au iie s.

2.4.3 Les amphores à huile africaine

302Une dizaine de récipients témoigne de la pénétration de l’huile africaine dans la région. La mauvaise conservation du matériel ne permet de reconnaître que deux formes dans la gamme étendue de types d’amphores à huile produits en Tunisie (Byzacène et Tripolitaine romaines) dont la zone oléicole la plus productrice était la vallée de Medjerda. (Zévi, Tchernia 1969 ; Panella 1973 : 566 ; Manacorda 1976 ; Carandini, Panella 1981 ; Keay 1984 : 406).

2.4.3.1 L’Africaine grande II A ou Keay type IV/V

  • 123 À la Goulotte, villa de luxe (fouilles J.‑P. Roussel et B. Cournot). Les dimensions de l’amphore (s (...)

303On trouve un exemple complet de ce type originaire de Byzacène (Zévi, Tchernia 1969 : fig. 13a) à la villa la Goulotte à Liffol‑le‑Grand (Vosges)123. Sur le col de L 1 (fig. 50, no 1 ; annexe 2) le timbre LPO est gravé en creux (Spérance 1962 : 417). On n’a aucune référence pour cette marque. L’amphore est datée de la première moitié du iiie s. (monnaies Maximinus Thrax, Gordien III). Le site est abandonné après 256. Contemporaine d’un exemplaire de l’épave A de Monaco, elle témoigne de la précocité de l’ouverture de ce commerce vers le nord car la plupart des découvertes de Gaule du Sud sont de la deuxième moitié du iiie s. (Zévi, Tchernia 1969 : 211). Sa distribution est rare au nord des Alpes, elle est connue à Trêves et en Grande‑Bretagne.

FIG. 50 – Amphores africaines et amphores au contenu incertain. 1‑6 amphores à huile de Tunisie ; 7‑11 Dr 28 ; 12 Dr 18 II ; 13 Schône‑Mau ; 14 Spathéion ; 15 amphore à fruit du Bas‑Empire. (Échelle ¼)

J.B. del.

2.4.3.2 La Keay type XXV

304Deux exemplaires (fig. 50, no 2 ; annexe 2) de cette amphore sont présents à Metz et Brumath (dans un contexte du milieu ive s.) (Kern 1978 : 87). Ces amphores nord‑africaines sont présentes aux thermes du Nageur à Ostie du milieu du iie s. au ive s. ; elles sont signalées à Treves (Manacorda 1977 : 177).

2.4.3.3 Autres amphores de Tunisie

305Les fragments de 7 autres amphores sont répétés à Strasbourg (ST M2) et Metz, où l’on compte 2 pieds à l’amphithéâtre (fig. 50, nos 4‑5), attribuables aux formes Africaines Grandes B ou C (Manacorda 1977), ou à la forme Keay XXV (Keay 1984 : 210, fig. 88). Selon Martin‑Kilcher, cette forme de pied boursouflé, propre à la région de Byzacène, date plus précisément du ive s. À Metz, le contexte de découverte est l’extrême fin du iiie s. ou le début du ive s. 4 autres pieds de Metz (fig. 50, nos 3‑6) de forme moins significative peuvent être attribués à des amphores de Byzacène comme de Tripolitaine (région de Leptis Magna). M 167 provenant de la rue du Chanoine Collin, est associé à du matériel du ive s. (monnaies de Constantin II César, sigillée d’Argonne) (Billoret 1974 : 353). Sur les deux sites de Metz, ces amphores sont associées à des Keay I B de Maurétanie.

306Ces amphores à huile tunisiennes apparaissent donc dans le nord‑est de la Gaule entre le début du iiie s. et le ive s., phase correspondant à la première période des importations du Bas‑Empire, selon Keay (notons que l’huile africaine, et en particulier de Tripolitaine, était déjà présente à Ostie sous les Flaviens (Anselimo et al. 1986 : 66) ; 4 sites seulement sont touchés par cette diffusion : Liffol‑le‑Grand, Metz, Strasbourg et Brumath. Cette répartition est néanmoins intéressante, puisqu’au nord de Lyon, l’huile d’Afrique ne semblait atteindre que Trêves et la Grande-Bretagne (Riley 1979 ; Keay 1984 : 439 ; Carignani 1986 : 273).

FIG. 51 – Classification des anses de Dr 20.

V.T. de/, d’ap. s. Martin 1967a : 63/dAf

TABL. IX – Liste des timbres de Dr 20 par ordre alphabétique avec leur référence au corpus.

Corpus des marques sur Dr 20

307(Échelle 1/1)

Timbres incomplets

Timbres incomplets

J.B. del.

2.5 Amphores et récipients au contenu varié ou incertain

308Ce sous‑chapitre réunit des amphores au contenu encore incertain, comme la Dr 28, d’autres importées d’Espagne, de Gaule, d’Afrique et du Moyen‑Orient, du Haut‑Empire au Bas‑Empire, et destinées au transport des fruits, olives, mollusques etc., et enfin des grosses cruches à deux anses d’origine rhénane rencontrées sur les sites régionaux, dont la fonction n’est pas encore déterminée, mais qui pourraient avoir tenu un rôle important dans le commerce alimentaire rhénan.

2.5.1 Amphores importées

2.5.1.1 La Dr 28

309Cette catégorie d’amphores représentée par 12 individus pouvait contenir du vin, du garum, du miel, des mollusques ou des olives (Zévi 1966 : 210 ; Dangréaux, Desbat 1988 : 145). Des traces de résine sont visibles sur 3 récipients. 4 lèvres (fig. 50, nos 7‑11 supra ; annexe 2) à la pâte grise, hétérogène, et présentant une double incurvation très accentuée, se rapprochent de celles de Port‑Vendres II (Colls et al. 1977 : 44) et de certaines formes d’Hofheim (Schallmayer 1983 : 306, fig. 18) et sont originaires de Bétique. Deux lèvres fragmentées (SK 1, SK 134) peuvent aussi être attribuées à la variante Vindonissa 581 (Tomasevic 1970).

  • 124 Leurs profils sont cependant assez éloignés à Velaux (Tchernia, Villa 1974 : 238, fig. 7) et Marsei (...)

310Les pâtes variées indiquent des origines diverses. Des variantes de la forme Dr 28 ont été fabriquées dans plusieurs ateliers gaulois : Fréjus‑Pauvadou, St‑Côme, Marseille (Buttes-aux‑Carmes), Velaux (Moulin‑le‑Pont), Puyloubier, Corneilhan, Aspiran. Celui de Lyon‑La‑Muette n’est pas prouvé (Schmitt 19 8 8 : 32)124. Aucune détermination d’origine précise n’est donc possible.

311Chronologiquement, ces amphores sont bien spécifiques du milieu et de la fin du ier s. (sous Néron à Koenigshoffen, Biesheim, Sierentz, associées aux marques de Dr 20 CALPURN, PORLAR) ; STN 11 est flavienne. Leur distribution concerne 5 sites : Strasbourg, Biesheim, Sierentz, le Fronholz (Haut‑Rhin), Metz. La concentration ne dépasse pas 6 individus par site (à Strasbourg, par ex.), comme à Lyon‑Bas‑Loyasse et Genève (2 ex.) (Paunier 1981 : 236).

2.5.1.2 Amphores africaines et orientales du Haut‑Empire

La Dr 18 II

3122 exemplaires de Metz et Ehl (fig. 50 , no 12 supra) appartiennent à ce type d’amphore à la pâte brune, au col cylindrique et aux petites anses en oreille fixées au haut de la panse, et qui contenait de l’hallex ou des olives (Beltran Lloris 1970). Cette forme, peut‑être originaire du Moyen‑Orient, a pour antécédent la forme Mana C 1 et perdure au Bas‑Empire (à Carthagène et Ampurias). Un exemplaire semblable se trouve à Vindonissa (Ettlinger, Simonett 1952, no 592) ; EH 2 est issue d’une fosse tibèroclaudienne.

La Schone Mau XV

313Représentée par deux exemplaires à Strasbourg‑St‑Médard et Koenigshoffen (fig. 50 supra, no 13 ; annexe 2), cette petite amphore en forme de carotte originaire probablement d’Afrique du Nord (Égypte ?), contenait des dattes, des olives ou des figues (Reusch 1970 : 61 ; Martin‑Kilcher 1994 : 435, fig. 196‑2). Des formes identiques proviennent de Pompei (Beltran Lloris 1970, fig. 219, no 5) et de Saalburg (Jacobi 1912, Saalburg Jahrbuch 3, pl. 12). ST 44 est datée de l’époque Claude‑Néron (Hatt 1953 : 230, fig. 5).

2.5.1.3 Amphores africaines et orientales du Bas‑Empire

L’amphore néo‑punique Cintas 512

314L’amphore sans col de Metz (M 157) appartient à la forme Cintas 312 de Byzacène (Cintas 1950 ; Guerrero 1986) appelée aussi Mana C (Mana 1951) (annexe 2, fig. 65) ou Van der Werff forme 2 (1978 : 179, fig. 4, no 2). La panse cylindrique, de ton brique avec engobe, sur laquelle sont fixées des petites anses circulaires, se termine par un gros pied creux ; son contenu est inconnu. La diffusion de la forme précoce s’arrête sous Auguste, puis recommence au Bas‑Empire. L’amphore de Metz n’est pas datée.

Le Spathéion ou Keay type XXVL

315ST 46 de Koenigshoffen (fig. 50 , no 14 supra) est le seul exemple de cette petite amphore cylindrique d’Afrique, au corps étroit et allongé. Certaines variantes étaient produites à Ariana près de Carthage (Panella 1982 : 178). Selon Keay (1984 : 215) le spathéion contenait des olives (dans l’épave Dramont E), du vin, de la résine (dans l’épave Dramont G) ou du garum ; ST 46 n’est pas datée. Un gisement découvert récemment à Sion‑Sous‑le‑Scex (Suisse) indique une importation au nord des Alpes au ve s. (Dubuis et al 1987 : 165) ; on rencontre cette forme jusqu’au vie s.

Autres amphores de l’est de la Méditerranée

316Trois anses (fig. 50 , no 15 supra) trouvées en surface sur les sites de Biesheim (B 116, B 148) et Horbourg (BE 9), non loin des castra du Bas‑Empire, présentent de multiples moulurations irrégulières. Les pâtes sont grises ou ocres. Elles peuvent être attribuées à des amphores à fruits du Bas‑Empire comme celle d’Avenches contenant des dattes (Callender 1965, fig. 20‑4) ou des petites amphores à vin de type Knossos 14, Benghasi MR amphora 1 (Panella 1986c : 627), présentes également en Suisse (Dubuis et al 1987, fig. 6, no 22) et dans la basse vallée du Rhin (Riley 1979). Biesheim et Horbourg sont placés à la périphérie de ces sites suisses.

317Une panse entièrement cannelée de ton rouge brique et d’aspect grossier (T 13) provient d’un puits non daté de Sorcy (Meuse). Cette forme proche de la Beltran Lloris 80 pourrait dater du ive s. et viendrait du Moyen‑Orient. Enfin une lèvre et une anse d’amphore égyptienne ont été découvertes en 1990 dans le quartier artisanal ouest de Bliesbrück, dans un contexte de la moitié du iiie s. (fouilles Petit).

318Une douzaine d’amphores témoigne donc de l’importation dans la région de tout une gamme de produits variés provenant de provinces lointaines. Leur présence, bien que faible, se renforce au Bas‑Empire au moment où arrivent les amphores à huile et à vin africaines.

2.5.2 Récipients rhénans

319Comme les autres régions de Gaule, la Rhénanie a, elle aussi, fabriqué des contenants. Ces récipients à deux anses de gros module (diamètre de la lèvre supérieur à 115 mm) que l’on rencontre fréquemment dans le nord de l’Alsace et de la Lorraine sont de plusieurs types : certaines sont globulaires, à fond rond ou plat ; d’autres, à fond plat, sont plus inspirées des modèles fabriqués dans le sud de la Gaule. Le répertoire suivant ne se prétend pas exhaustif : seules ont été retenues d’une part des formes d’amphores suffisamment robustes pour avoir servi à la distribution locale de produits régionaux ou au transport de denrées sur de plus longues distances (jusqu’au limes par exemple), et d’autre part, des formes de cruches morphologiquement très proches des amphores à vin gauloises. La fonction des récipients rhénans reste pour l’instant indéterminée.

2.5.2.1 Amphores globulaires

320Ces amphores globulaires ont toutes un diamètre d’embouchure compris entre 160 et 170 mm. L’anse part directement sous la lèvre (fig. 52). Celle‑ci possède un profil particulier : inclinée, elle présente une légère incurvation dans sa partie inférieure. On distingue plusieures variantes au niveau des anses qui peuvent être de section ronde ou aplatie, et au niveau des fonds qui peuvent être plats ou sphériques.

FIG. 52 – Récipients rhénans. 1 production de Daspich‑Hte‑Yutz (Moselle) ; 68‑10 production de Reichshoffen (Bas‑Rhin) ; 11‑14 production de Brumath (Bas‑Rhin) ; 2‑57,15‑17 ateliers rhénans non connus. 

Pour Brumath E. Kern del. ; échelles 1/4 et 1/10

Variante à anse ronde

  • 125 Daspich (commune de Florange), est une bourgade médiomatrique située sur la voie Trèves‑Metz. Son a (...)

321Sur un exemplaire de Daspich‑Ebange (Moselle) (fig. 52, no 1), l’anse de section quasi‑circulaire portant une fine rainure sur sa face interne part directement sous la lèvre. Celle‑ci, épaisse, est proche de la lèvre de la Dr 20 similis de Reichshoffen. La panse est volumineuse. Une double strie à la base du col et la pâte fine et orangée, sont des traits caractéristiques de la production de ce grand centre comprenant plus de 18 fours de céramique commune (Stiller 1970)125 et signent l’origine locale de ce récipient daté du début du iiie s. (associé à des monnaies de Constance II, Maximien et Postumus). On peut rapprocher cette forme des Gose 419 (Gose 1950, Pl. 40) et Niederbieber 75 (Oelmann 1968 : 64), dont il existe plusieurs variantes à Trèves (Panella 1973 : 602), Holzhausen (dans la première moitié du iiie s.) (Schallmayer 1983, PL 42‑ 43), Heddernheim et Speicher (Pferdehirt 1976 : 140).

  • 126 Quelques anses proches sont trouvées dans le nord de la Lorraine.

322Un récipient de Scarponne (fig. 52, no 2) possède une lèvre plus fine et pendante, détachée de l’anse, elle‑même de section quasi‑circulaire. La pâte présente les même défauts de coloration, dûs à une mauvaise cuisson que l’amphore de Reichshoffen : des zones ocres, beiges et noirâtres zèbrent sa surface. Ce récipient, daté de la deuxième moitié du iie s. (associé à des vases Gose 388 et 19/20) porte sur les deux anses l’estampille M. LIIO (fig. 52, no 2 ; Billoret 1987 : 109, fig. 9). L’origine de ce timbre doit être recherchée localement. La référence la plus proche est celle du potier de sigillée LEO (ou LIIO) connu seulement aux Allieux (Meuse) (Mitard et al. 1986 : 204), centre de production d’Argonne situé non loin du lieu de découverte de SC 18, mais le fouilleur M. Feller ne reconnaît pas cette forme comme locale. À notre connaissance, ce modèle semble peu diffusé126.

Variante à anse aplatie avec un sillon médian

323Sur 4 exemplaires (fig. 52, nos 3‑5), l’anse collée à la lèvre a une section en ruban, avec un sillon médian. Les pâtes sont orangé vif sous l’engobe blanc. Les inclusions sont peu visibles. Ces exemplaires trouvés à Seltz, Bliesbrück, Heidenkopff, Grosswald, Reichshoffen se rapprochent des formes à fond plat rencontrées à Heidelberg (Heukemes 1964, pl. 45, fig. 6‑10), Niederbieber et à Bad‑Wimfen, où des ratés de cuisson de ces grosses cruches ont été signalés par Czysz (Czysz et al, : 83, pl. 48, no 615).

Divers modèles sphériques

  • 127 La forme générale de l’amphore est très proche de celle d’une amphore de Sibari (Mercando 1974 : 28(...)

324Deux amphores diffèrent des variantes précédentes et révèlent la très grande diversité des productions rhénanes dont il est encore difficile d’établir une typologie. R 18 trouvée dans le four du CES de Reichshoffen (fig. 52, no 6), au diamètre d’embouchure large (160 mm), au col cintré et à l’anse en ruban striée par trois petits sillons, est proche des Gose 442 (Gose 1950, pl 61). La pâte blanchâtre, caractéristique d’une certaine production de Reichshoffen, contient quelques inclusions marrons et grises. L’amphore de Brumath BR 9 (cave 2 de la place de l’Aigle) semble être un cas hybride (fig. 52, no 7) ; sa lèvre (DL = 150 mm) présente une double incurvation. La panse sphérique se termine par un bouton identique à celui de la Dr 20 similis de Köngen. Sa hauteur totale est de 630 mm. La pâte est beige jaunâtre à la surface, beige rosé à la cassure. Bien qu’incertaine, son origine pourrait être septentrionale127. Son contexte est tardif (début du vie s.).

2.5.2.2 Formes évoquant les amphores produites en Narbonnaise

Cruches inspirées des Gauloises 4

325Outre les Dr 20 similis, on peut encore attribuer à l’atelier de Reichshoffen 3 lèvres similaires à celles des amphores G 4 de Narbonnaise (fig. 52, nos 8‑9‑10), les pâtes ton orange vif, blanchâtre et beige verdâtre, correspondant aux trois variantes produites par l’atelier. Un raté de cuisson d’un fond plat annulaire identique à celui des G 4 accompagnait ces lèvres. Rappelons que ce four fonctionnait au milieu du iie s.

  • 128 Voir Haffner 1983 : notice 114. Civilisation romaine de la Moselle à la Sarre : catalogue de l’expo (...)

326L’officine de Brumath a également produit pendant la période antonine et jusqu’au iiie s. des cruches de même module que les G 4, avec une lèvre en bourrelet (la variante fig. 52, no 11, possède un petit rebord à son sommet), une anse à deux sillons et une panse en forme de toupie (fig. 52, nos 12‑13‑14) (Kern 1978 : 102, 64, fig. 44). Des modèles identiques, mais de module inférieur, se retrouvent en Rhénanie sous la classification Nimègue 129b (Stuart 1962, pl. 9, fig. 149‑150) à Siesbach à la fin du iie s. (Haffner 1983 : 173)128, Augst, Arenzbourg (Stuart 1962 : 54) et servaient à reconditionner, à entreposer et à conserver des boissons.

Cruches inspirées des Gauloises 5

  • 129 On ne prend pas en compte les multiples variantes de cruches de ton orange vif, à la lèvre en disqu (...)

327Elles possèdent une lèvre en disque (fig. 52, nos 15‑17) comme les Nimègue 132b (Stuart 1962, pl. 12, no 175)129. SEL 3 (fig. 52, no 17) s’apparente à la forme G 5, mais s’en écarte par la finesse de son anse et de sa paroi. Sa pâte recouverte d’engobe, est beige orangé, de texture très fine. Son lieu de fabrication est inconnu. SE1 10 (fig. 52, no 16) représente un plus gros module, à la lèvre inclinée. L’anse en ruban, assez épaisse, est marquée par un sillon. La pâte, orangé vif, est probablement d’origine rhénane. On trouve des formes identiques à Koenigshoffen (contexte du début du iiie s.), à Heidenkopff et à Niederbronn. On ne peut leur attribuer avec certitude une origine locale.

2.5.2.3 Conclusion

328Plusieurs ateliers régionaux ont fabriqué à partir du milieu du iie s. des contenants de gros module : Daspich, Brumath et Reichshoffen. Ces centres complètent la liste des ateliers déjà connus en Rhénanie : Rheinzabern, Bad‑Wimfen, Niederbieber, Speicher, Trèves (Loeschcke 1921‑22), Stcttfeld (non publié). Une récente mise au point sur les ateliers rhénans et leurs productions vient dorénavant enrichir cette étude (Baudoux 1993 ; Baudoux et al. 1995). La première série de récipients, caractérisée par le faciès typiquement régional du profil de la lèvre et l’adaptation de la forme globulaire de la panse à un fond plat, semble commune à la fin du iie s. et au iiie s. dans le nord de la région et en Germanie supérieure. Elle représente la catégorie des récipients locaux les plus robustes, mais il n’est guère possible de déterminer leur fonction (amphores de stockage ou amphores de transport pour les plus solides d’entre elles) et leur contenu (liquides, graisse, poix..). On peut évoquer des similitudes entre l’amphore SC 18, signée MLIIO et la forme 1 de Pouillé‑Thésée, (plus récente que les autres productions de ce centre) (Laubenheimer 1986 : 182, fig. 5, no 1). Aurait‑elle pu contenir aussi du vin ? Les cruches de Brumath et Reichshoffen présentent également une évidente affinité avec les amphores à vin de Narbonnaise ou de Bourgogne. Le choix de leur forme rend le vin probable comme contenu. Mais servaient‑elles à reconditionner pour la clientèle locale les produits arrivés en plus grands conteneurs, (transvaser du vin venant de contrées plus méridionales et arrivé en tonneaux), ou bien à contenir du vin de la région ? Dans ce dernier cas, la production viticole locale devait être très faible car ces grosses cruches n’ont pas été fabriquées en série donc pas commercialisées en dehors de leur secteur de production proche. Enfin, on note l’absence de tout contenant spécifiquement destiné au vin de Moselle. Ceci apporte une nouvelle preuve de l’emploi du tonneau pour son transport.

FIG. 53 – Évaluation quantitative des types d’amphores présents sur quelques sites du nord‑est de la Gaule.

V.T. del. d’ap. J.B./daf

2.6 Conclusion

32955 types d’amphores (sans compter leurs variantes) ont été importés dans la région, dont 25 types d’amphores à vin, 15 types à salaisons, 5 à huile, 10 à fruits ou à contenu incertain. Chronologiquement et quantitativement, ces variétés sont représentées de façon très inégale. Sur le tabl. x apparaît le nombre de récipients recensés pour les principales catégories d’amphores : sur 1 886 individus, 806 contiennent du vin (soit 42,7 % de l’ensemble), 297 contiennent des salaisons, 742 de l’huile et 39 des produits divers ou incertains. Si l’on compare les données quantitatives locales (fig. 53) à celles fournies par Ettlinger (1952) pour certains sites du limes, on en arrive à la conclusion que rares sont les agglomérations du Nord‑Est où les amphores d’un même type sont abondantes (entre 50 et 200 ex.) et que sur aucun site, elles n’atteignent une densité exceptionnelle comme à Haltern (pour les Dr 7‑11), à Camulodunum et Vindonissa (pour les G 4 et les Dr 20).

TABL. X – Tableau quantitatif de toutes les amphores présentes dans le nord‑est de la Gaule.

330Ces récipients viennent avant tout d’Espagne (728 Dr 20, 60 amphores à vin, 218 amphores à salaisons de Bétique et 5 de Lusitanie, 12 Dr 28). La Gaule est représentée par 70 amphores à salaisons et 382 vinaires, l’Italie par 252 exemplaires, l’Orient par 72, l’Afrique par 25 exemplaires. Sur le lot, moins de 50 individus ont une origine ou un contenu inconnus. Ce fait est intéressant, car il montre que, contrairement à Ostie, où les amphores inclassées ou d’origine inconnue sont nombreuses (jusqu’à 20 % selon les périodes), cette région n’est touchée que par une population d’amphores bien connues et bien diffusées. Trois grands groupes d’amphores se distinguent : les Dr 1, les G 4 et les Dr 20. En volume, ces productions sont les seuls témoins d’un commerce important, encore qu’il faille tempérer ces affirmations pour les Dr 1 dont l’importation massive ne concerne qu’un seul site. On note cependant l’intéressante présence de types d’amphores encore peu connus ou nouveaux : amphores à vin précoces de Narbonnaise, amphores à salaisons gauloises de Fréjus ou de la vallée du Rhône, imitations rhénanes d’amphores à huile de Bétique, et productions régionales de récipients globulaires à fond plat. Excepté les Dr 20 dont l’épigraphie permet de connaître les centres producteurs avec plus de précision, la plupart des amphores ne se voient pas attribuées à un atelier déterminé, en raison de la multiplication des lieux de fabrication pour un même type de récipient et du nombre important d’ateliers encore à découvrir. Le recours à l’analyse physico‑chimique est en outre nécessaire pour donner un pays d’origine à 42 des Dr 2‑4, une zone productrice à la totalité des G 4 et aux productions d’amphores à defrutum et à salaisons de la vallée du Rhône. On mesure le chemin immense encore à parcourir pour avoir une idée plus complète des échanges commerciaux dans l’Empire romain.

331Sur le plan morphologique, les critères typologiques ne se révèlent pas fiables pour de nombreux groupes et il faut encore affiner leur étude sur les lieux même de production, notamment pour la plupart des amphores catalanes, grecques (Dr 2‑4, Cam. 184, Cos, petits récipients non identifiés...), pour les B II B, et toutes les amphores gauloises à bandeau non classées. On constate au sein de plusieurs familles d’amphores, la prédominance de certaines variantes selon les époques : ainsi, en dépit de la grande variété des profils à l’intérieur du groupe des Dr 1, une évolution des lèvres apparaît, selon des critères de hauteur et d’inclinaison. Il faut toutefois se garder de généraliser ce phénomène (certains sites de consommation sont en effet plus riches en Dr 1 B que d’autres), et il faut attendre le résultat d’études entreprises sur des gisements importants comme celui du Mont‑Beuvray. Une chose est sûre : la présence de Dr 1 A à lèvre courte et droite est attestée dans des milieux régionaux de l’extrême fin du ier s. av. J.‑C. Cette prédominance de formes selon les périodes se rencontre également pour les Haltern 70 et les Dr 7‑11 dont les profils sont différents à l’époque augustéenne et sous Néron. L’évolution du standard est particulièrement nette pour les G 4 et les Dr 20. Le problème du processus d’unification des formes se pose à propos de ces récipients. Pourquoi, pour un même contenu, certaines formes ont‑elles plus de succès que d’autres ? Certaines sont‑elles plus spécialement destinées à une commercialisation lointaine ? Le potier obéit‑il à « un langage » économique régional ? (On rencontre le même phénomène pour les récipients rhénans, dont toutes les lèvres ont un « air de famille »). Existe‑t‑il, en arrière‑plan, une volonté organisatrice imposant un modèle au potier, afin de mieux insérer son produit sur le marché ? Si oui, de qui procède‑t‑elle ? Du potier lui‑même, du gérant de la figlina ou bien du négociant ? On ne peut envisager une réponse unique : elle diffère certainement selon la période (les premières formes à fond plat narbonnaises ne sont pas « standard »), selon les modes d’organisation sociale en vigueur dans les zones productrices, l’importance de leur production, les problèmes de diffusion, et probablement selon qu’il s’agit aussi d’ateliers urbains ou ruraux ou bien d’ateliers regroupés comme sur le Guadalquivir, ou isolés comme, par exemple, Gueugnon ou Crouzilles, dont les formes d’amphores à fond plat échappent aux critères morphologiques narbonnais. Ces problèmes rejoignent ceux de la diffusion ; de même qu’il y a deux modes de production (« industrielle » à gros moyens, et à petite échelle pour les petits ateliers indépendants), il y a certainement deux systèmes de distribution ; celui où le négociant impose son circuit et celui où le négociant est à la solde de personnages puissants, propriétaires des domaines, comme cela semble être la cas en Italie, à la fin de la République (Tchernia 1989 : 534‑535) et sur le Génil, en Bétique, au iiie s.

Notes

1 Voir les inscriptions peintes du Castro Pretorio (Dressel, 1879), celles trouvées dans les camps militaires (Bohn 1926 ; Marichal 1974) et dans les différents sites occidentaux (Zévi 1966 ; Beltran Lloris Lloris 1970 ; Tchernia, Zévi 1972 : 36 ; Panella 1973 : 558 ; Colls et al. 1977 : 35 ; Liou et Marichal 1978 ; Hesnard 1981 : 16 ; Laubenheimer 1985 : 400). Pour les substances déposées au fond des amphores, voir Colls et al. 1977 : 42 (arêtes de maquereaux dans les Pompei VII) ; Tchernia et al. 1978 : 13 (acide tartrique et produits de dégradation du tanin dans les Dr 1) ; Condamin, Formenti 1976 ; Rothschild‑Boros 1981 (résidus d’huile d’olive sur les parois de Dr 20). Pour les textes de Pline, Collumelle, Martial, voir Tchernia 1986 : appendices II à V. Pour l’hallex de Fréjus, Pline : HN, 31‑94. Pour le vin de Marseille et des Allobroges, voir Strabon : IV, 179 ; Pline : HN, XIV‑8.

2 7 épaves de bateaux‑citernes sont citées par Liou (1985 : 26) et Hesnard et al. 1988. Les opérations de transvasement étant compliquées, il est probable que leur utilisation fut éphémère (Tchernia 1986 : 138 ; Hesnard et al. 1988 : 152). Effectivement toutes ces épaves datent du début du ier s.

3 En marge des importations italiques, et bien que cette découverte n’entre pas dans le cadre chronologique fixé, il faut signaler la présence, au musée d’Épinal, d’une anse d’amphore étrusque au profil caractéristique « en oreille ». Sa pâte, ocre orangé, présente de très nombreux grains noirs vitreux à la surface, alors que la cassure, de texture poreuse, est gris anthracite ; elle est identique à celle d’amphores étrusques de l’épave du Bon‑Porté (Liou 1974 : 10, fig. 1). Cette anse semble se rattacher au type 284 de Cintas, que les Étrusques auraient adapté des formes phéniciennes pour commercialiser leur vin (Gras 1985 : 319), notamment en Gaule méridionale. Bouloumié (1984 : 83) pense à un système d’échanges et non à un trafic organisé entre les Étrusques et les Celtes au début du Halstatt. La provenance locale de cette amphore n’est pas certaine.

4 Tchernia 1986 : 312. Sur la chronologie des amphores républicaines, voir Hesnard 1986b.

5 Les critères de définition sont établis principalement à partir des mesures HT, HL HP, angle d’épaulement… Voir L’épave du Grand‑Congloué : Benoît 1961 ; Dramont A : Santamaria 1961 ; Planier 3 : Tchernia 1968 ; Giens : Tchernia et al. 1978.

6 Synthèse des fouilles dans Gilquin 1983.

7 Boviolles était en étroite relation avec la vallée du Rhône, comme le montre la présence de monnaies de Marseille (marque au taureau), et de statères en or de Philippe de Macédoine. Voir Maxe‑Verly 1877 ; Toussaint 1928 : 17 ; Toussaint 1946 : 97 ; Deroche 1983. Les amphores de Boviolles déposées à St‑Germain‑en‑Laye sont inaccessibles.

8 Elles proviennent de structures anciennes relevées sous le podium d’un sanctuaire édifié à la fin du ier s. av. J.‑C., et détruit sous Claude (foyer, trous de poteaux d’un bâtiment en bois et torchis contenant de nombreuses pièces gauloises) ; une couche postérieure a livré un as de Nîmes. La nature du lieu explique le manque de matériel d’accompagnement. Les fragments d’amphores étalent situés en bas de la fondation du mur 5 (leur disposition en tas ne semble pas, selon Gilquin, correspondre à un vide sanitaire), et en couches, mêlés à des os sous le podium du temple, pour draîner le sol. Quelques fragments viennent de sondages effectués au niveau des galeries et du mur 4. Hors stratigraphie, on trouve des tessons de pâte micacée de Marseille, une amphore grecque et une hispanique. Ces structures, dont un troisième état est possible, sont peut‑être la trace d’un culte en plein air, établi en plaine parallèlement à Boviolles. Les galeries concentriques peuvent correspondre au plan type d’un temple gaulois (Gilquin 1983 : 29). La raison de la présence de ces amphores n’est encore pas élucidée (lieu de libation, présence d’un camp romain, matériau de remploi transporté de Boviolles, distant de 5 km ?) (hypothèse rejetée par les fouilleurs).

9 À savoir HL avant ressaut ; EP pris à l’endroit maximal ; DL à l’embouchure.

10 Voir Perrin 1973. Vaussanvin met en évidence les variations de fabrication en établissant des graphes de distribution selon la loi Gauss (Vaussanvin 1979 : 122).

11 Celles dont le rapport HL/EP est ≤ 1.

12 M2 : HL 41 mm ; DL 170 mm ; HL 260 mm ; DP 270 mm ; HP 540 mm ; HA 23 mm ; EA 25 mm ; AL 65 mm ; AA 230 mm ; HP 160 mm ; anses en volute, col délimité par un ressaut, panse fuselée ; pâte ocre ; grains noirs et blancs.

13 Limites de Benoît : HL : 56 mm, Stockli 50 mm. Vaussanvin appelle B les lèvres de 47 mm et éversées, ou de 80 mm à inclinaison faible (80°) ; il attribue aux Dr 1 A les inclassables. Ainsi, la plupart des études ne peuvent être comparées et les cartes de répartition sont peu fiables. Cette séparation est‑elle d’ailleurs toujours significative ? (Avec la méthode de Benoît, on a à Naix 106 Dr 1 A et 14 Dr 1 B, avec celle de Stockli, 88 A et 32 B).

14 Certains points blancs sont en réalité des alvéoles blanches plus ou moins importantes. Il serait nécessaire de subdiviser ce groupe.

15 Sur 155 analyses faites sur du matériel d’Ampurias, Pech‑Maho et Carthage, 17 % seulement viennent de sites connus (Tchernia 1989). Mandy propose à la suite d’analyses effectuées sur des Dr 1 de Lyon, une corrélation entre certains types de lèvres et de pâtes dont il isole 6 provenances (Mandy 1988 : 56). Les régions productrices sont l’Etrurie, le Latium, une frange du Samnium, la Campanie (Tchernia 1986).

16 Seule doit être prise en compte dans une couche archéologique, la proportion entre deux types d’un même objet comme la fibule par exemple. L’argument a silencio doit être employé avec prudence.

17 Pour la campanienne, Morel (1990) propose, tout en mettant en valeur les difficultés de datation qui lui sont propres, un arrêt des importations vers 40‑30 av. J.‑C. pour le service B, et 30‑20 av. J.‑C. pour le service C. Desbat (1990 : 245) est favorable au décalage de cet arrêt vers les années 15‑10 du ier s. av. J.‑C. Localement Legendre (1987) situe sa présence en Lorraine vers le milieu et le troisième quart du ier s. av. J.‑C. (un seul tesson, à Corny, daterait de La Tène D 1). À Metz, la forme de certains fragments des Hauts‑de‑Ste‑Croix et de la rue Marchant n’étant pas identifiée avec certitude, ils sont mentionnés à titre indicatif. Toutefois, leur présence dans des couches dont le terminus post quem est la fin du ier s., semble donner raison à la chronologie de Desbat.

18 Les monnaies ne donnent que le terminus post quem ; à la Bure, par exemple, les potins sont employés jusqu’au Bas‑Empire. Les bronzes frappés sont présents dans les 1ère et 4e phases de Colin et Buchsenschutz. Le type A des potins séquanes se trouve à Bâle GF, les types B et C à Bâle MH.

19 Nouvelle nomenclature adoptée en 1981 (Deyber et al. 1984b : 178) ; elle correspond à l’ancienne couche III.

20 Pour la fibule de Nauheim, voir Duval 1990b. Selon Berger et Furger, les dernières fibules de Nauheim datent de La Tène D2.

21 Selon Wolf (1983 : 20), la datation des fibules de Nauheim doit être resserrée ici, par la céramique, à 80‑58 av. J.‑C.

22 Fouilles 1987 C, Dreidemy, O. Faye, M. Georges, D. Périchon, P. Thion. Couches S3, 1038 et 1033.

23 Reinecke place la phase récente de La Tène III vers 80‑58 av. J.‑C. Elle est appelée aussi phase moyenne de La Tène finale par Duval (1990 : 332).

24 La Tène III se prolonge, selon Vaussanvin jusque vers 20 av. J.‑C. ; elle comprend le GRP ancien de la chronologie de Hatt.

25 Ce constat n’est pas étonnant, puisque, comme le remarquait Hesnard à Valbonne, peu de sites romains de Gaule tempérée datent d’avant Dangstetten.

26 L’association AC0, campanienne, arétine et uniquement Dr 1 B, pour Duval, se retrouve en Gaule tempérée sur des sites gaulois ou des structures appartenant à la » civilisation gauloise » (Duval 1983 : 330, note 38).

27 Selon Deyber, les Dr 1 de Mulhouse viennent d’III zach.

28 La carte de répartition des trouvailles de La Tène en Lorraine, d’après Millotte et Lutz (Lutz 1976 : 42), correspond à celle des tombes.

29 Pour les voies du début de l’âge augustéen, voir Wlghtmann 1984 : 109.

30 Cette liste n’est pas limitative.

31 Pour le vin italien en Angleterre et sur le Rhin, cf. Tchernia 1986 : 147.

32 À Sheepen, la concentration est très forte : 47 % des 44 Dr 2‑4 viennent d’Italie, la plupart du groupe 1 de Peacock (Sealey 1985 : 40).

33 – Laubenheimer (1987b : 140) met en garde contre la confusion entre P 1 espagnoles et gauloises que ni la pâte ni l’aspect ne suffisent à séparer.

34 – Naciri (1986 : 19) cite Aspiran, Corneihlan, Marseille, Montans.

35 Dans le même contexte se rencontrent des Dr 1 et des amphores augustéennes de Marseille.

36 Elles sont cependant moins nombreuses qu’annoncées.

37 Tchernia (1986 : 142) a compté 32 fragments sur ce site.

38 Bretagne exceptée, mais elles pourraient être résiduelles selon Miro.

39 Cette pâte ne peut être confondue avec celle des ateliers lyonnais.

40 Miro (1987 : 258) hésitait à attribuer cette amphore aux types P 1 ou Dr 2‑4. Il s’agit bien d’une Dr 2‑4 de la deuxième moitié du 1er s.

41 Selon Hesnard (1982 : 52), les productions de Dr 2‑4 dans les ateliers de Puente de Garranque et Guadarranque sont douteuses.

42 Le col de cette amphore présente des erreurs de restauration.

43 Forrer l’associe dans ses trouvailles à deux fibules d’Auccissa de la première moitié du ier s. (Forrer 1927, Il : 514),

44 Par exemple à Port‑Vendres II (Colls et al. 1977, nos 39‑40) et Amiens (Massy, Vasselle 1976, fig. 37‑38).

45 Par exemple à Vindonissa (Bohn 1926 : 208).

46 – Je remercie Liou pour son autorisation d’utiliser cette correspondance. Le cliché de l’amphore est paru dans Liou 1982, 2 : 363.

47 Il existe des Imitations de Dr 2‑4 de type Cos dans l’atelier I de Peacock, avec du sable volcanique (Peacock 1977 : 267, fig. 3, no 9).

48 Dans les réserves de la Maison de l’Orient que Desbat m’a aimablement ouvertes.

49 Sa lèvre est légèrement éversée, de section triangulaire (DL : 150 mm, HL : 44 mm, EL : 14 mm). La paroi est mince, la pâte, jaunâtre, rosée à la cassure et micacée. Elle peut se rapprocher de l’amphore de type 4 de Clazomène, beaucoup plus précoce (Doger 1986, BCH, XIII : 468), de l’amphore grecque de transition publiée par Benoît (1961 : 32, fig. 31) et de la Dr 2‑4 de Pompéi (Panella 1986c : 624, fig. 22).

50 Schwartz (1954 : 340, fig. 17) voit dans l’inscription un signe à destination cultuelle ; cette interprétation paraît douteuse.

51 Selon Sabir et al. (1983), les Dr 1 de Narbonnaise sont encore à prouver. Sur la liste des ateliers de P. 1 ajouter Ste‑Cécile‑des‑Vignes (Vaucluse).

52 Le prototype vient de Tivissa en Catalogne.

53 Picon (1985 : 121) a identifié formellement l’origine de cette pâte, mise en doute par Echallier (1986 : 197), qui donne comme autres lieux d’origine possibles la Catalogne et la région varoise,

54 Martin‑Kilcher (1990) signale une Dr 2‑4 de Marseille à Vindonissa dans un contexte tibérien.

55 Desbat a identifié ces amphores comme gauloises.

56 Un atelier de Dr 2‑4 a été récemment découvert dans la villa de Pardigon 2 (Var) (Brun 1988).

57 Inscription DUL sur un exemplaire de Nyon. Pélichet 1946, no 17.

58 Ateliers récemment découvert : St‑Julien‑de‑Peyrolas, en Ardèche (Goury, 1988 : 61‑70).

59 Classée G 1 variante B en 1985, puis G 2 à Sienne en 1986.

60 Des G 3 sont fabriquées à Aspiran (Genty, Fiches 1978 : 72, fig. 3, no 2).

61 Échantillon remis par Widemann.

62 Le massicum et l’amineum viendraient d’Italie en dolia. F. Laubenheimer pense cependant que cette expérience n’a eu qu’un temps. La G 4 n’est d’ailleurs pas pratique pour une opération de transvasement. On note par ailleurs qu’aucune épave de dolia du iie s. n’a été retrouvée.

63 140 échantillons prélevés en Alsace et en Franche‑Comté ont été analysés parallèlement à 136 échantillons du GANOS provenant des ateliers.

64 GANOS : Groupe d’Archéologie nucléaire d’Orsay. Pour la classification par ascendance hiérarchique et ses applications, voir Laubenheimer 1985 : 250 ; Walter 1988 : 183‑4.

65 Les aléas de la prospection n’ont pas permis un choix judicieux.

66 Un bas‑relief du iiie s. représentant une barque et un tonneau a été trouvé à quelques kilomètres. Seules 4 G 4 sont repérées sur le site.

67 Alors que Dangréaux et Desbat (1988) font apparaître les G 4 à Lyon Bas‑de‑Loyasse vers 80 ap. J.‑C.

68 La G 4 de Daspich vient de la couche supérieure d’une cave du ive s., rue Otto (Stiller 1970).

69 Colloque organisé par R. Chevallier et le Centre Piganiol.

70 La vigne se développe en Anjou dès la fin du ier s. : on trouve un pressoir de cette époque à Chêne‑Hutte (Arnaud 1990, no 14 : 18), un atelier de tonnelier du début iie s. en Touraine (Provost, revue Dromoîse, 443, 1987), deux pressoirs du iie s. à Cheillé et St‑Just‑sur‑Dive (Couderc, Provost 1990 : 92), enfin dans le Cher, des ateliers d’amphores à Gueugnon et Pouilley.

71 Face à cette documentation, on demeure circonspect à propos d’instruments comme la serpe, d’un usage polyvalent (Ternes 1990) et à propos des thèmes bacchiques ornant les stèles et les sarcophages. Ces motifs ornementaux sont fréquents en Alsace (à Niederbronn, Gumbrechtshoffen…). Ferdière note que chez les Rèmes, les zones où ils fleurissent se superposent à celles des ateliers d’amphores. Pour l’instant, la preuve de leur correspondance avec la culture de la vigne n’est pas faite. Leur interprétation semble plus en rapport avec un symbolisme religieux. Les stèles non datées de Metz‑St‑Jacques représentant une cuve à raisin et la fabrication d’un tonneau (Inv. du musée nos 75‑38‑34 et 75‑38‑55) sont intéressantes mais ne prouvent pas une culture dans un secteur proche.

72 Deux monuments avec représentation de la vigne au lieu‑dit Rebberg (colline de la vigne).

73 Selon Couderc (1990) la vigne apparaissaît dans les tourbières et proliférait sous forme de lianes à chaque défrichement.

74 Nous ne retenons pas comme indices fiables les entonnoirs de Dachstein et les stèles de vignerons de Saverne et Marlenheim datés du iiie s. (Espérandieu, 5672, Bach Be8 ; Hatt 1978 : 162).

75 Il est vrai que les villae ne sont pas encore fouillées.

76 Le sous‑groupe B I A est daté de la fin du ier s. av. J.‑C. Jusqu’au milieu du ier s. ap. J.‑C. Le sous‑groupe B I B se rencontre à partir de 50 ap. J.‑C. (Ramos Millan 1991 : 9, fig. 3).

77 Les amphores entières sont les nos SK 147, 166, 170, 129, 128, 130, EP 4, M 16, SK 211, ST 27, 28, 33, 32, 31.

78 Cette B II B a été identifiée par Desbat et Martin‑Kilcher.

79 – Elle est aimablement identifiée par Desbat et Martin‑Kilcher.

80 L’inscription de l’amphore L11 (Desbat, Lequément, Liou 1987b : 150) se lit plutôt MUR que MUL. Les lettres UR sont ligaturées.

81 Information Desbat, table ronde d’Augst, 1986, non publiée.

82 64 fragments de pieds et anses espagnols ainsi que 13 gaulois ne sont pas attribuables à un type donné.

83 Pour la Bétique : Strabon III, II, 8 ; Pline III, I ; Columelle, de Rustica, V‑81. Pour l’Afrique : Pline NH, 15, 2.

84 Bien qu’il s’agisse autant de problèmes de consommation que de production, le sujet des Dr 20 est intégralement dans ce chapitre, par soucis d’homogénéité.

85 Groupe B : MH 37, 38 ; MP 2, 3, 4 ; MA 7, 8, 9 ; 30 1 ; T 3, 8 ; SC 3, 4, 6 ; BL 3, 4, 5, 56, 57 ; SG 1,2 ; SA 17 ; S 34, 35, 255, 189, 292, 315 ; S 283, 314, 225, 297 ; B 50 ; EH 15 ; BR 48 à 51 ; SK 155, 195.

86 Groupe C : ST 129 (place Kléber) ; BL2‑ Dr 23.

87 D’autres ateliers de Dr 23 sont connus.

88 À Bern, no BHMB‑40207, aimablement signalé pars. Martin‑Kilcher.

89 Cette distribution est assez faible cependant par rapport à la quarantaine d’exemplaires retrouvée à Augst. Par ailleurs 1700 Dr 23 étaient intégrées dans les murs de soutènement de la basilique de Cologne.

90 Par exemple QC R ; son profil est différent à Scarponne et à Rome (Rodriguez Almeida 1984 : 153, fig. 61).

91 Selon ces auteurs, aucune anse non estampillée ne peut être attribuée,

92 Des calculs faits sur du matériel de fouilles exhaustives montrent un pourcentage de 32 à 40 % (Empereur 1982 ; Schubach 1983 ; Dangréaux, Desbat 1988 : 133).

93 Pour la signification du terme negotiator, voir Le Roux 1988, 260‑2 ; ce personnage contribue à la livraison de l’huile. Le relais est pris ensuite par le diffusor qui transvase (Loyance 1988).

94 Pour Mayet (1988 : 302), certains professionnels de la production pouvaient appartenir à des familles de negotiatores.

95 Cette méthode est employée par Remesal‑Rodriguez et Martin‑Kilcher.

96 Travaux arrêtés en 1990. Je remercie Remesal‑Rodriguez pour ses informations inédites.

97 Pour Mayet (1988 : 301), l’interprétation de COL parcolonus ou conductor oleari est un faux problème car l’un implique l’autre.

98 Pour Mayet (1988 : 298), CALPURN pourraît être un nom de lieu.

99 Zones délimitées par Martin‑Kilcher (1987a : 84‑6) : zone A = zone 1 de cet ouvrage ; zone B = zone 3 ; zones C et D = zone 4 ; zone E = zone 5 ; zones E et F = zone 6 ; zone G = zone 7 ; zone F = zone 9.

100 D’après Ponsich, Penaflor est un municipe riche à la fois par ses mines et son agriculture qui bénéficiait des investissements de l’argent de la mine. Ainsi s’établissait une stabilité économique.

101 Certains timbres non datés comme PRISCI x 2, CURUCUNTINI, CIREXOFAR, MARMAM, ne figurent pas sur ce tableau.

102 Par exemple, les marques CIALB et SCOROBRES sont concernées par les périodes Hadrien‑Antonins.

103 Rodriguez Almeida (1980b : 277) démontre que la fiscalisation de l’huile à l’époque de Claude est déjà solide. Voir Le Roux 1986 : 252.

104 Martin‑Kilcher préfère appeler cette période concernant les règnes d’Hadrien et Antonin, la première moitié du iie s., par opposition à la période de la fin du iies. Elle y intègre en général les mêmes marques que Remesal‑Rodriguez place dans le milieu iie s., comme c’est le cas dans cette recherche.

105 Pour la politique annonaire de Marc‑Aurèle et la confiscation impériale sous Septime‑Sévère, voir Remesal‑Rodriguez 1986 : 103‑105.

106 – Rappelons que les données d’Augst (Martin‑Kilcher 1987a : 87) montrent une représentation de 37 % pour La Catria, 17 % pour Arva‑Tejarillo, 17 % pour La Delicias et 12 % pour Malpica.

107 Selon Tchernia (1987 : 334), un système identique existe à Rome ; les sénateurs commercialisaient eux‑mêmes par des affranchis ou par des négociants ayant des liens de dépendance.

108 Pour Remesal‑Rodriguez, la réduction des personnages pourrait aussi être la marque de l’interventionnisme de l’annone, permettant un meilleur contrôle.

109 Dimensions de ST 49 : DL : 160 mm ; HL : 39 mm ; EL : 32 mm ; HA : 150 mm ; LA : entre 46 mm et 65 mm ; EA : entre 45 et 50 mm ; DP maximum : 565 mm ; DC : 145 mm.

110 Contrairement à la mauvaise lecture de Forrer (1927 : 608) reprise par Callender (no 1530), donnant le sigle comme un G.

111 Nous écartons toute correspondance avec REST (Callender, no 1350).

112 L’attribution par Forrer à Heiligenberg est remise en cause par Bémont et Bourgeois dans DAF no 6 : 278.

113 Sa pâte est orange vif, fine, micacée, avec de rares grains marrons et gris. Les anses en quart de cercle (LA : 50 mm ; HA : 115 mm). L’épaisseur des parois est importante (10 mm au niveau des anses).

114 Le site de Reichshoffen est connu par son atelier de sigillée fouillée par Morlet en 1866 puis par Forrer (Pétry, Galllia 1972, 30 : 418 ; 1978b : 374). Les fours proches de l’officine de sigillée ont été mis au jour par Rombourg, 14 rue du Cerf (Rombourg 1985 : 95‑6).

115 – Le timbre sur mortier Q. AL. IAF trouvé à Rheinzabern et d’origine locale, se retrouve sur des sigillées diffusées sur le limes.

116 Un atelier de Bad‑Wimfen a produit des cruches à deux anses de gros modules.

117 D’après un entretien avec Remesal‑Rodriguez.

118 Köngen, canton d’Aislingen, amphore RFU 226.

119 Information aimablement communiquée par Fanette Laubenheimer.

120 Information J.‑J. Wolf, archéologue départemental du Haut‑Rhin.

121 Notamment à Mathay (Doubs). Communication de Lame et Maziman, congrès de la SFECAG, Mandeure, 1990.

122 À La Buissière‑École (Yvelines) (Dufay et al. 1990 : 206).

123 À la Goulotte, villa de luxe (fouilles J.‑P. Roussel et B. Cournot). Les dimensions de l’amphore (sous vitrine scellée) sont approximatives.

124 Leurs profils sont cependant assez éloignés à Velaux (Tchernia, Villa 1974 : 238, fig. 7) et Marseille (lèvres à bandeau rentrant : Bertucchi 1982 : 246, fig. 10), mais plus proches à Fréjus‑Pauvadou (Brentchaloff 1980 : 111, fig. 11, nos 11‑12).

125 Daspich (commune de Florange), est une bourgade médiomatrique située sur la voie Trèves‑Metz. Son atelier céramique n’a pas produit de sigillée. L’amphore est publiée par Stiller (1970 : 8, cl. XII).

126 Quelques anses proches sont trouvées dans le nord de la Lorraine.

127 La forme générale de l’amphore est très proche de celle d’une amphore de Sibari (Mercando 1974 : 28e suppl. de Atti della accademia nazionale dei Lincei, CCCLXXI, fig. 349, no 212). La lèvre est toutefois différente.

128 Voir Haffner 1983 : notice 114. Civilisation romaine de la Moselle à la Sarre : catalogue de l’exposition.

129 On ne prend pas en compte les multiples variantes de cruches de ton orange vif, à la lèvre en disque, au col cylindrique et à la panse volumineuse fabriquées à Toul, Metz, Brumath, etc. Ces cruches ne paraissent adaptées ni au stockage du vin ni au transport des denrées.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41365/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 289k
Légende FIG. 4 – Profils de lèvres de Dr 1. A Profils de Dr1 de Naix à l’intérieur de chaque groupe morphologique ; B profils des Dr 1 de Metz. (Échelle 1/2)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41365/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 167k
Légende FIG. 5 – Profils de lèvres de Dr 1 selon les groupes de pâtes ABCF. (Échelle ½)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41365/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Légende TABL. I – Schéma chronologique de la présence des Dr 1 sur les sites rhénans.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41365/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Légende FIG. 6 – Carte de répartition des Dr 1 dans le nord‑est de la Gaule.
Crédits V.T. del. d’ap. J.B./dAf
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41365/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende FIG. 7 – Amphores à vin italiennes, 1‑6 Dr 1 ; 7‑13 Dr 2‑4. (Échelle ¼)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41365/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Légende FIG. 8 – Amphores à vin catalanes. 1‑3 Pascual 1 ; 4‑8 Dr 2‑4 ; 9‑10 Oberaden 74.(Échelle ¼)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41365/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Légende FIG. 9 – Estampilles d’amphores à vin catalanes (fig. 8, 5 et 7)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41365/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Légende FIG. 10 – Compléments à la carte de répartition des Dr 2‑4 catalanes en France.
Crédits V.T. del. d’ap. Mira 1987 : 258/dAf
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41365/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende FIG. 11 – Amphores à defrutum de Bétique. 1‑3 Haltern 70 ; 4‑5 variante a ; 6 variante b ; 7 variante c ; 8 variante d (échelle 1/4) ; 9 titulus pictus (no STC1 ; échelle 1/1).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41365/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Légende FIG. 12 – Carte de répartition des amphores hispaniques dans le nord‑est de la Gaule.
Crédits V.T. del. d’ap. J.B./dAf
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41365/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende FIG. 13 – Amphores à vin orientales. 1‑6 Dr 2‑4 ; 7‑9 Camulodunum 184 ; 10 Dr 43 ; 11 amphore de Gaza ; 12 amphore de Cos ; 13 amphore à bandeau ; 14 tardo‑cnidienne ; 15 petite rhodienne ; 16‑18 divers. (Échelle ¼)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41365/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Légende FIG. 14 – Estampilles sur Dr 2‑4 (fig. 13, 4). (Échelle 1/1)
Crédits J.B. del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41365/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Légende FIG. 15 – Estampilles orientales du Bas‑Empire (fig. 13, 17 et 18). (Échelle 1/1)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41365/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Légende FIG. 16 – Carte de répartition des amphores orientales dans le nord‑est de la Gaule.
Crédits V.T. del. d’ap. J.B./dAf
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41365/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende FIG. 17 – Amphores à vin gauloises. 1‑3 amphores augustéennes de Marseille ; 4‑6 Dr 2‑4 ; 7‑8 Haltern 70 similis ; 9‑14 Augst 21. (Échelle ¼)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41365/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende FIG. 18 – Amphores à vin gauloises. 1‑3 G1, variante a ; 4 variante b ; 9‑12 amphores à bandeau non classées ; 5‑8 G 3 et variantes ; 13‑14 G 5. (Échelle ¼).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41365/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Légende FIG. 19 – Estampilles sur G 1 (fig. 18, 3 et 4). (Échelle 1/1)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41365/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Légende FIG. 20 – Carte de répartition des amphores à vin gauloises (sauf G 4) dans le nord‑est de la France. 1 fonds larges indéterminés ; 2 amphores de Marseille ; 3 amphores à bandeau ; 4 G 1 ; 5 G 3 ; 6 G 5 ; 7 Augst 21.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41365/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende TABL. II – Quelques rapports dimensionnels entre G 4 de l’époque flavienne (a) et G 4 de la fin du IIe s. et du IIIe s. (b).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41365/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende FIG. 21 – Amphores à vin Gauloises 4. 1‑5 G 4 du Ier s. ; 6‑11 G 4 du IIe s. (Échelle ¼)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41365/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Légende FIG. 22 – Amphores à vin Gauloises 4. 1‑5 G 4 du IIIe s. ; 6‑12 G 4 non datées. (Échelle ¼)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41365/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Légende FIG. 23 – Graffites sur G 4 dans le nord‑est de la Gaule. (Échelle ½)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41365/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende FIG. 24 – Carte de répartition des G 4 dans le nord‑est de la Gaule.
Crédits V.T. del. d’ap. J.B./dAf
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41365/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende FIG. 25 – Amphores à vin Keay 1B de Maurétanie Keay 1B. 1 (échelle 1/6) ; 2‑4 (échelle 1/4).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41365/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende FIG. 26 – Graphe quantitatif des amphores vinaires par pays.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41365/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende FIG. 27 – Représentation des amphores vinaires par pays (en %).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41365/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41365/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41365/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 173k
Légende Corpus des marques sur G 4 (Échelle 1/1)
Crédits J.B. del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41365/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Légende FIG. 28 – Amphores à salaisons hispaniques. 1‑2 Dr 12 ; 3‑5 Dr 9 ; 6‑8 Dr 7 ; 9‑10 Longarina 2 et 3 ; 11 Dr 7‑11 (Échelle ¼)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41365/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Légende FIG. 29 – Amphores à salaisons hispaniques. 1‑6 Dr 8 ; 7‑10 Pompéi VII. (Échelle ¼)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41365/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Légende FIG. 30 – Amphores à salaisons hispaniques Beltran II A–Pélichet 46. 3‑5 tituli picti. (Échelle 1/1)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41365/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende FIG. 31 – Amphores à salaisons hispaniques. 1‑2 B II A ; 3‑5 B II B (Échelle 1/4) ; 6‑7 tituli picti (échelle 1/1).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41365/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende FIG. 321 Estampille sur B II A (fig. 31,1 et 2) ; 2 estampille sur amphore à salaison hispanique. (Échelle 1/1)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41365/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende FIG. 33 – Amphores à salaisons hispaniques. 1‑2 B II B ; 3 Parker II ; 4 titulus pictus sur Parker II (échelle 1/1) ; 5‑8 Dr 14 ; 9 Almagro 51c (échelle 1/4).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41365/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Légende FIG. 34 – Amphores à salaisons gauloises Dr 9 similis, variante Vindonissa 577 (échelle 1/4) ; 10‑11 tituli picti (échelle 1/1).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41365/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Légende FIG. 35 – Amphores à salaisons gauloises. 1‑8 Dr 9 similis, variante Paunier 435 ; 7 titulus pictus (échelle 1/1) ; 9‑10 autres variantes de Dr 9 similis ; 11‑12 amphores de type Fréjus‑Lenzburg (échelle 1/4).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41365/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende FIG. 36 – Estampilles sur Dr 9 similis (fig. 35, 8 et 10). (Échelle 1/1)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41365/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 9,7k
Légende FIG. 37 – Synthèse des amphores à salaisons.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41365/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Légende FIG. 38 – Classement des profils d’amphores à salaisons hispaniques et gauloises par périodes chronologiques. A Auguste‑Tibère ; B Claude‑Néron ; C deuxième moitié du 1ers. ; D IIes. ; E Tibère‑Néron ; F Flaviens‑début IIe s. (Échelle ½).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41365/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Légende FIG. 39 – Amphores à huile de Bétique Dr20. 1‑2 période augustéenne ; 3‑8 période Tibère‑Néron ; 9‑13 période flavienne ; 14‑17 IIe s. (Échelle ¼)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41365/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Légende FIG. 40 – Amphores à huile de Bétique Dr20. 1‑4 IIes. ; 5‑8 fin IIe s. et début du IIIes. ; 9‑15 IIIe et IVe s. (Échelle ¼)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41365/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 175k
Légende FIG. 41 – Profils de lèvres de Dr 20 selon les périodes chronologiques. A av. 50 ap. J.‑C. ; B Néron ; C deuxième moitié du IIe s. ; D début du IIe s. ; E milieu IIes. ; F fin IIe s. ; G IIIe s. ; H IIIe et IVe s. (Échelle ½)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41365/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Légende FIG. 42 – Carte de répartition des Dr 20 dans le nord‑est de la France. A première moitié du Iers. ap. J.‑C. ; B période flavienne et début du IIe s. ; C fin du IIe s. et IIIe s.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41365/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Légende FIG. 43 – Amphores à huile de Bétique Dr 20. 1‑11 graffites avant cuisson (échelle 1/2) ; 12 anse du Ier s. ; 13‑14 anses du IIe s. ; 15‑17 anses du IIIe s. (échelle 1/4).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41365/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Légende FIG. 44 – Graffites après cuisson sur Dr 20. (Échelle ½)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41365/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende FIG. 45 – Graffites après cuisson sur Dr 20. (Échelle ½)
Crédits J.B. del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41365/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende TABL. III – Indications de volume sur Dr 20.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41365/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende TABL. IV – Regroupement des timbres de Dr 20 selon leur composition.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41365/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Légende FIG. 46 – Carte générale des zones productrices de Dr 20 sur le Guadalquivir et le Génil.
Crédits V.T. del. d’ap. J.B./dAf
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41365/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41365/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Légende TABL. V – Ateliers producteurs de Dr 20 et leur représentation dans le nord‑est de la Gaule. * Pour une présentation plus légère, les noms d’auteurs : Ponsich et Remesal‑Rodriguez ont été abrégés respectivement en Pon. et Rem.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41365/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41365/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41365/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Légende TABL. VI – Chronologie des timbres de chaque zone productrice de Dr 20 trouvés dans le nord‑est de la Gaule.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41365/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende TABL. VII – Timbres de Dr 20 présents sur les plus grands sites du nord‑est de la Gaule.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41365/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Légende TABL. VIII – Les noms de Bétique les mieux représentés dans le nord‑est de la Gaule.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41365/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende FIG. 47 – Amphores Dr 20 similis/G 14. 1‑8 exemplaires trouvés en Alsace ; 9‑11 autres exemples trouvés en Rhénanie. (Échelle ¼)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41365/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende FIG. 48 – Comparaison entre timbres de Dr 20 similis/G 14 et timbres de sigillée. (Échelle 1/1)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41365/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Légende FIG. 49 – Carte des ateliers producteurs de gros récipients dans le nord‑est de la Gaule et répartition des trouvailles.
Crédits V.T. del. d’ap. J.B./dAf
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41365/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Légende FIG. 50 – Amphores africaines et amphores au contenu incertain. 1‑6 amphores à huile de Tunisie ; 7‑11 Dr 28 ; 12 Dr 18 II ; 13 Schône‑Mau ; 14 Spathéion ; 15 amphore à fruit du Bas‑Empire. (Échelle ¼)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41365/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende FIG. 51 – Classification des anses de Dr 20.
Crédits V.T. de/, d’ap. s. Martin 1967a : 63/dAf
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41365/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende TABL. IX – Liste des timbres de Dr 20 par ordre alphabétique avec leur référence au corpus.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41365/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41365/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41365/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41365/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41365/img-68.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41365/img-69.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41365/img-70.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41365/img-71.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41365/img-72.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41365/img-73.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41365/img-74.jpg
Fichier image/jpeg, 177k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41365/img-75.jpg
Fichier image/jpeg, 199k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41365/img-76.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41365/img-77.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41365/img-78.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41365/img-79.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41365/img-80.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41365/img-81.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41365/img-82.jpg
Fichier image/jpeg, 181k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41365/img-83.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41365/img-84.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41365/img-85.jpg
Fichier image/jpeg, 201k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41365/img-86.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41365/img-87.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41365/img-88.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Timbres incomplets
Crédits J.B. del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41365/img-89.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
Légende FIG. 52 – Récipients rhénans. 1 production de Daspich‑Hte‑Yutz (Moselle) ; 68‑10 production de Reichshoffen (Bas‑Rhin) ; 11‑14 production de Brumath (Bas‑Rhin) ; 2‑57,15‑17 ateliers rhénans non connus. 
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41365/img-90.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Légende FIG. 53 – Évaluation quantitative des types d’amphores présents sur quelques sites du nord‑est de la Gaule.
Crédits V.T. del. d’ap. J.B./daf
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41365/img-91.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende TABL. X – Tableau quantitatif de toutes les amphores présentes dans le nord‑est de la Gaule.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41365/img-92.jpg
Fichier image/jpeg, 80k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search