Version classiqueVersion mobile

Les amphores du nord-est de la Gaule

 | 
Juliette Baudoux

Chapitre1. Étude du milieu

Texte intégral

1.1 Introduction

1Les raisons qui nous ont amenée à prospecter ce secteur du nord‑est de la France couvrant schématiquement les parties méridionales de la vallée de la Moselle et de la rive gauche du Rhin ; résultent d’un choix sinon arbitraire (vu sous l’angle de l’historien), du moins pragmatique, guidé par les limites administratives de deux provinces françaises modernes (la Lorraine et l’Alsace), limites correspondant également à deux circonscriptions archéologiques. Sous l’Empire romain, ce territoire est globalement intégré à une vaste région économique comportant la Rhénanie, les Champs Décumates et l’Hinterland des cités périphériques. À une échelle plus locale, la réalité des conditions géographiques, humaines et politiques qui ont forgé l’histoire régionale, impose quelques nuances. L’espace rhénan, aux marches du monde barbare, tient un rôle stratégique clé pour la défense de l’Empire. Ce rôle le démarque des autres provinces gallo‑romaines et fait sa véritable originalité. La vallée de la Moselle, moins exposée, connait une destinée différente. Par ailleurs, ces ensembles régionaux se composent d’une multitude d’habitats de nature très diverse : oppida, chefs‑lieux de cité, vici, villae, etc. Cette pluralité des milieux revêt un grand intérêt pour l’étude des importations d’amphores : elle permet de mettre en lumière des axes commerciaux privilégiés, des spécificités locales, des usages de consommation différents. Il est donc important, pour mieux comprendre ces phénomènes, de replacer le nord‑est de la Gaule dans son cadre physique et son contexte humain et historique (fig. 1).

FIG. 1 – Carte générale des voies en Alsace et en Lorraine à l’époque romaine et des sites ayant livré des amphores.
1 Fossé‑des‑Pandours ; 2 Essey‑les‑Nancy ; 3 Saxon‑Sion ; 4 Boviolles‑Côte‑Châtel ; 5 Étival ; 7 Strasbourg ; 8 Rumersheim ; 9 Ungersheim ; 10 Brumath ; 11 Toul ; 12 Naix ; 13 Metz ; 14 Koenigshoffen ; 15 Reichshoffen ; 16 Sarre‑Union ; 17 Saverne ; 18 Seltz ; 19 Biesheim ; 20 Ehl ; 21 Grussenheim ; 22 Horbourg ; 23 Illzach ; 24 Sierentz ; 25 Wittelsheim ; 26 Deneuvre ; 27 Scarponne ; 28 Bliesbrück ; 29 Daspich ; 30 Eincheville ; 31 Grostenquin ; 32 Herapel ; 33 Hettange Grande ; 34 Marsal ; 35 Sarrebourg ; 36 Grand ; 37 Soulosse ; 38 Usspann ; 39 Blitzheim ; 40 Burnaupt ; 41 Wintzenheim ; 42 Pannes ; 43 Verdun ; 44 Conthil ; 45 Arches ; 46 Charmes ; 47 Brett ; 48 Dehlingen ; 49 Domfessel ; 50 Gunstett ; 51 Kleinberg ; 52 Mackviller ; 53 Niederbronn ; 54 Œrmingen ; 55 Habsheim ; 56 Hartmannswiller ; 57 Kœstlach ; 58 Stelnbrunn‑le‑Bas ; 59 Champlgneulles ; 60 Choloy ; 61 Einville ; 62 Flavigny/Moselle ; 63 Gerbewiller ; 64 Mont‑Ste‑Meurthe ; 65 Pompey ; 66 Rosière ; 67 Vallois ; 68 Naix (Gros‑Thermes) ; 69 Naix (Toussotte) ; 70 Rigny‑la‑Salle ; 71 Sorcy ; 72 Adelange ; 73 Bambiderstroff ; 74 Chermery ; 75 Courzerode ; 76 Delme ; 77 Gremecey ; 78 Guenestroff ; 79 Halstroff ; 80 Haute‑Valette ; 81 Lelling‑Heldeneck ; 82 Mittelbronn ; 83 Morsbach‑Forbach ; 84 Roulhing ; 85 St‑Ulrich ; 86 Sarralstroff ; 87 Sarreinsming‑Grosswald ; 88 Sarreinsming‑Heidenkopf ; 89 Teting‑sur‑Nied ; 90 Liffol‑le‑Grand ; 91 Cutry ; 92 Birschwilier ; 93 Krautwiller ; 94 Altkirch ; 95 Eguisheim ; 96 Commercy ; 97 Chieulle ; 98 Thionville ; 99 Êpinal ; 100 Puzieux.

V.T. de/, d’ap. J.B./dAf

1.2 Le cadre géographique, humain et historique

1.2.1 Cadre géographique

2L’Alsace et la Lorraine (six départements français actuels : le Bas‑Rhin et le Haut‑Rhin en Alsace ; la Meuse, la Moselle, la Meurthe‑et‑Moselle et les Vosges en Lorraine) jouissent, dans l’Antiquité, d’avantages géographiques déterminants pour devenir des régions charnières entre des contrées fort diverses et servir de lieux de passage obligés pour les grands courants commerciaux. En Lorraine, les grandes vallées de la Meuse et de la Moselle (cette dernière navigable à partir de Charmes), constituent deux axes de circulation privilégiés entre l’Europe méridionale et septentrionale. L’intérêt économique de l’axe mosellan n’avait d’ailleurs pas échappé aux Romains, puisqu’ils avaient élaboré le projet de relier le Rhône au Rhin inférieur par un canal (Tacite, Annales, XIII, 53). Ces voies fluviales sont complétées localement par un réseau utile de rivières secondaires : l’Ornain, la Nied, la Seille et la Sarre.

3À l’est, l’Alsace, appartenant au fossé rhénan, constitue, entre deux massifs, les Vosges et la Forêt‑Noire, une voie d’accès naturelle, au débouché de la Trouée de Belfort depuis le couloir rhodanien et la Bourgogne vers l’Allemagne et le Danube. Le Rhin, navigable par secteur dans l’Antiquité jusqu’à hauteur de Strasbourg, puis sur tout son cours jusqu’à la mer du Nord, offre un contact direct avec les plaines germano‑polonaises (par ses affluents le Neckar et le Main) et avec la Grande‑Bretagne. L’Ill, rivière alsacienne qu’un court portage relie au Doubs au niveau de Mandeure, et navigable dès sa sortie des collines du Sundgau, revêt, en longeant le cours irrégulier du Rhin jusqu’à Strasbourg, un intérêt économique régional essentiel.

1.2.2 Le peuplement

  • 1 Selon Pétry (1978), les Trévires doivent être considérés parmi les nations celtes, malgré des rappr (...)

4L’époque de La Tène, l’Alsace et le nord de la Lorraine font partie intégrante du monde celtique1. La rive gauche du Rhin est occupée par les Séquanes, les Médiomatriques, et les Trévires, plus au nord (César, B.G., IV‑10‑3). Le nord‑ouest des Vosges forme avec le territoire des Trévires un ensemble régional homogène (Burnand 1983). Après la fixation des peuples sur la rive du Rhin par César, le nord‑est de la Gaule englobe quatre cités (fig. 2) : celle des Leuques (capitale Toul‑Tullum [César, B.G., 1‑40]) s’étend sur les départements de la Meurthe‑et‑Moselle, de la Meuse et des Vosges, celle des Médiomatriques (capitale Metz‑Divodurum) sur le département de la Moselle. Les Vosges forment une frontière naturelle avec les cités voisines : les Triboques (capitale Brumath‑Brocomagus [César, Commentaires, IV‑10‑1]) occupe la basse Alsace ; un petit noyau helvète (à Ehl) et quelques éléments rauraques sont implantés en haute Alsace (capitale Augusta Raurica) (Pétry 1983 : 51).

FIG. 2 – Limites administratives romaines du nord‑est de la Gaule sous Auguste (Extrait de F. Pétry 1978 : 201).

1.2.3 Deux provinces au statut différent

  • 2 Cette incorporation est progressive : sous Auguste, les Séquanes, Lingons et Helvètes ne font pas e (...)
  • 3 Cette ville connait un destin particulier qui marque de son rayonnement les agglomérations et les c (...)

5Auguste impose à la Gaule une nouvelle organisation administrative. Dans ce secteur, les territoires qui seront plus tard les deux Germanies, considérées comme marches frontières plus que comme provinces, sont commandées chacune par un legatus consularis Augusti propraetore ou un seul pour toutes les deux selon les besoins de la concentration militaire (Dion Cassius, Livre III ; Desjardins 1885 : 174). La cité des Triboques est maintenue dans le statut particulier de district militaire et incorporée en 9 av. J.‑C. à la Germanie supérieure. Domitien, en 90 ap. J.‑C., confirme la séparation du commandement des deux Germanies (Suétone, Vie de Domitien, ch. VII). L’Alsace est définitivement incorporée à la Germanie supérieure (Ptolémée, Géographie, III, 9) qui s’étend de Mayence à la Bourgogne et comprend alors les pays des Vangions, Némètes, Triboques (Pline, Livre IV, ch. XVII), Séquanes, Lingons et Helvètes2. Le titre de municipe n’est conféré à aucune agglomération du nord‑est de la Gaule. Sous mainmise militaire, Strasbourg‑Argentorate, quartier général de légions et résidence d’un légat, ne possède aucun statut et demeure sous la tutelle de Mayence‑Mongotiacum qui devient, après la réforme de Dioclétien, capitale de Germanie Ière. La ligne de crête vosgienne sert de limite entre la Germanie supérieure et la Belgique à laquelle se rattachent les Leuques, les Médiomatriques et les Trévires. La juridiction de la Belgique est différente de celle des Germanies puisqu’il s’agit d’une province civile (Ammien Marcellin, Livre XV, ch. XI ; Goudineau et al. 1980 : 387, fig. 125). Ainsi, politiquement, l’Alsace et la Lorraine vont connaître un développement différent. Il sera intéressant de voir si le contrôle permanent de l’armée, exercitus Germanicus superior, sur l’Alsace, zone frontalière et stratégique, a modifié le paysage humain et économique de cette région qui paraît connaître une période d’intense activité, stimulée par la mise en place d’un vaste réseau de communications, et si la nouvelle clientèle composée de militaires, de vétérans et de colons a été le moteur des importations alimentaires dans cette région, et le seul... Pourrons‑nous constater enfin une différence de distribution des marchandises entre la vallée du Rhin et celle de la Moselle bénéficiant de la proximité de Trèves (Augusta Treverorum) ?3

1.2.4 Chronologie des principaux faits politiques et militaires4

  • 4 Pour l’histoire de la Lorraine, voir principalement Liénard 1881 ; Toussaint 1928 ; Lutz 1976 ; Dem (...)
  • 5 Déchelette 1931 : 255. Le même auteur mentionne, chez les Leuques, un camp non fouillé à Nettancour (...)

6En Lorraine, les Leuques et les Médiomatriques sont peu engagés dans les opérations militaires. Soumis à César, ils demeurent fidèles à Rome. Les sources antiques et quelques indices archéologiques indiquent une présence militaire très sporadique : on sait par Florus (Hist. IV, 12‑26) que Drusus a tenu garnison le long de la Meuse. À Metz deux légions rebelles sont signalées en 70 puis la légion Palatine (CIL XIII, 4323) au Bas‑Empire. À Naix, on note les vestiges d’un camp militaire (CIL XIII, 4630) et le poste bénéficiaire d’un légat de la XXIe légion5. Enfin des castra du Bas‑Empire sont repérés à Soulosse et Scarponne (Grenier 1934 : 696‑701).

  • 6 CIL XIII, 11605. Voir Hatt (1980 : 116). La date de l’inscription du cavalier trévire n’est pas cer (...)

7Au contraire, de nombreux troubles agitent l’Alsace avant la conquête. Cette insécurité arrête les échanges au début du ier s. av. J.‑C. (Pétry 1983 : 19). La pression de la confédération des peuples suèves avec à leur tête Arioviste, provoque l’intervention de César qui défait leur chef. Entre les années 20 av. et 20 ap. J.‑C., avec en toile de fond le projet romain de conquête de la Germanie jusqu’à l’Elbe, Drusus, chargé de la défense du Rhin (Tite Live, Épitome, Livre CXXXV) construit une cinquantaine de castella drusiana dont six sont supposés en Alsace : Kembs, Biesheim, Ehl, Strasbourg, Drusenheim, Seltz (Pétry 1988b : 32). Cette phase marque en Alsace les premières arrivées des troupes auxiliaires et la reprise des échanges réguliers avec la Méditerranée. Une inscription de l’ala Petriana est retrouvée à Strasbourg6. Sous Tibère et Néron, des troupes stationnent en Alsace pour des durées variables : la IIe légion Augusta séjourne à Koenigshoffen près de Strasbourg (Hatt 1980 : 117) ; elle en part vers 43 ap. J.‑C. mais un détachement y reste peut‑être jusqu’en 69‑70. Vers 43, quatre légions sont présentes dans le secteur : la XIIIe Gemina à Windisch, la IVe Macédonienne à Biesheim, Strasbourg et Mayence, la XXIIe Primigenia à Mayence, et la XXIe Rapax à Windisch, Kembs, Biesheim, Strasbourg et Seltz. À la même époque, à proximité, sur la rive droite du Rhin, on notera l’importance des camps de Sasbach et Riegel, en connexion avec les fortins du Danube (Bender 1976 ; Fingerlin 1981 : 30).

  • 7 Pour les tuiles de la VIIIe légion à Strasbourg, voir Dardaine et Waton 1987.

8Sur l’ordre de Vespasien, les légions de Germanie Supérieure XIe Claudia (de Windisch), VIIIe Augusta, Ite Adjutrix, XIVe Gemina (de Mayence) et VIIe Gemina d’Espagne, sont rassemblées à Strasbourg sous le commandement du légat Cneius Pinarius Cornelius Clemens, pour la conquête des Champs Décumates situés entre le Danube et le coude du Rhin. Cet événement est capital pour l’histoire économique régionale : le déploiement des forces militaires suscite la création de nouveaux marchés dont bénéficient tous les maillons de la chaîne économique. Strasbourg devient l’un des grands camps légionnaires de Rhénanie entre Windisch et Mayence (Hatt 1980 : 87). La VIIIe légion venant de Mésie s’y installe pour trois siècles7. Tuiles et inscriptions indiquent la présence de détachements de cette même légion à Biesheim, Horbourg, Ehl, Niederbronn et à Reinhardsmunster près de Saverne (Forrer 1935 : 49, 53), pour ne citer que les sites qui nous concernent. Les Champs Décumates étant conquis et le limes s’éloignant vers l’est avec, à sa suite, les effectifs militaires, le camp de Strasbourg a pour mission d’assurer la paix des arrières. Sa fonction économique relaye sa fonction militaire et le trafic commercial s’y fait intense. Afin de rejoindre commodément la Rhétie, une route directe par la Forêt‑Noire est ouverte à partir de Strasbourg par Cornelius Clemens en 74 ap. J.‑C. (CIL XIII, 9082), mettant en contact le Rhin avec le Danube et ultérieurement l’Alsace avec les provinces balkaniques et orientales de l’Empire. Cette région devient ainsi un véritable carrefour pour les relations inter‑provinciales.

9Après une période de prospérité due à la paix romaine sous les règnes de Trajan, Hadrien et Antonin‑le‑Pieux, l’Alsace traverse une phase d’insécurité et de récession. Les épisodes en sont mal connus. L’une des causes probables est la première incursion barbare de la fin du iie s. Au début du iiie s., en raison de la fidélité de la VIIIe légion envers Septime‑Sévère lors des troubles qui affectent une bonne partie de l’Empire dont les provinces danubiennes, Strasbourg connaît une véritable restauration. Mais, déjà ébranlé par l’instabilité politique (entre autres le meurtre d’Alexandre‑Sévère), le nord‑est de l’Empire doit subir des menaces germaines de plus en plus précises. À partir de 233, les Alamans forcent le limes. Des destructions sont observées à Strasbourg (où un fortin est érigé sous l’emplacement de l’église St‑Nicolas [Hatt 1952 : 63]), à Seltz, Ehl et dans de nombreux vici et villae à l’est de la Moselle (Hatt 1967 : 94‑97 ; Beaujard 1976). Sous Gallien, vers 260, le limes est définitivement ébranlé par les nouvelles incursions germaines.

  • 8 D’après Ammien Marcellin, le césar Julien fait un séjour à Saverne (Forrer 1935 : 83),

10Après la destruction totale de Metz et Strasbourg en 352 par l’invasion des Francs et des Alamans (Ammien Marcellin, Livre XVI, ch. II, 9‑12), on assiste, au début du ive s., sous les règnes de Constantin et de Constance II, à une reprise en main de la situation militaire par le césar Julien (victoire romaine à la bataille de Strasbourg en 357) (Eutrope, Livre X) et à un certain renouveau marqué par une vague de constructions. Des vestiges de fortifications tardives sont retrouvés à Metz (mais son enceinte est traditionnellement datée de la fin du iiie s.), Tarquimpol, Sarrebourg, Seltz, Saverne, Brumath… Leurs successeurs, Valentinien et Gratien, réorganisent les défenses le long du Rhin qui, au niveau de l’Alsace, redevient frontière. Au sud et au nord du Kaiserstuhl, les fortifications romaines de Breisach‑Munsterhügel et du Sponeck à Breisgau (Bender 1976), face aux Alamans, verrouillent la rive gauche du Rhin. Les camps de Biesheim‑Oedenbourg et de Horbourg contrôlent les lignes arrières (Forrer 1935 : 79). Des tuiles de la Ière légion Martia y ont été retrouvées. Saverne et Sarrebourg font office de verrous militaires sur la voie Strasbourg‑Metz8. La fin du ive s. est marquée schématiquement par une succession de désordres (usurpation de Maxime, dernier empereur résidant à Trèves, et d’Arbogast) et d’invasions qui se concluent par le déferlement vandale de 406 (St‑Jérôme, Ép. 123 : 15). Il est certain que dès le milieu du iiie s., l’anarchie militaire et les menaces barbares créent un climat de dégradation générale dans tout le nord‑est de la Gaule, affectant profondément son économie et les échanges. On mesurera tout au long de cette étude les implications qu’ont eu dans la région ces événements historiques sur les importations et la consommation des produits alimentaires méditerranéens.

1.2.5 Les grandes voies de communication

  • 9 Pour les routes de ce secteur, voir Lienard 1881 ; Grenier 1934, Il : 468 ; Lévy‑Mertz 1957 ; Lutz  (...)

11La question sera traitée brièvement car ce thème est largement développé dans différents manuels9 et maintenant bien connu (fig. 1). Rappelons que la période précédant l’occupation romaine était, dans cette région, principalement marquée par les relations Est‑Ouest, imprégnées par les courants culturels de l’Europe de l’Est. D’importants passages à gué existaient sur le Rhin au niveau de Brcisach et de Kembs en haute Alsace. Cette circulation marque également la Lorraine (Wolf 1983 : 5 ; Burnand 1983 : 12). Ce n’est qu’à l’époque romaine que la circulation sud‑nord est devenue prééminente. Les communications entre régions unies par une même communauté d’intérêts devenant indispensables, les Romains réaménagèrent le réseau en créant des voies rapides (fig. 3). Plusieurs d’entre‑c ! les sillonnent cette contrée : longeant la Moselle, la grande voie d’Agrippa aménagée en 16 av. J.‑C. rejoint Trêves à Lyon par Metz, Toul et Langres. Une voie directe rejoint Metz à Mayence. En Alsace, une route consulaire passant par Mandeure puis Kembs, relie la vallée du Rhône au Rhin, pour déboucher sur la grande artère militaire de la rive droite, très empruntée à partir de Vespasien. Celle‑ci vient d’Italie par le col du Grand‑St‑Bernard et se dirige par Augst et Heidelberg vers le limes nord. En Alsace également, une autre voie joint la trouée de Belfort à Biesheim en évitant le coude du Rhin. Enfin deux voies principales parallèles longent l’Ill, d’Augst à Strasbourg vers Mayence, Spire et les fortins du limes. Les voies de Reims à Strasbourg et de Strasbourg vers la Rhétie par la vallée de la Kinsig ont un rôle plus stratégique qu’économique.

12Placées au cœur d’une zone stratégique de l’Empire, il n’est donc pas étonnant que la Lorraine et l’Alsace drainent une bonne part du trafic commercial. Dans quelle mesure en ont‑elles profité ? Là est toute la question.

FIG. 3 – Carte des routes reliant le nord‑est de la Gaule au limes germanique, au milieu du iies.

V.T. del. d’ap. J.B./dAf

1.3 Des habitats aux fonctions diverses

  • 10 Pour la bibliographie de chaque site, voir la liste présentée dans l’annexe A.
  • 11 Entre autres exemples, le site d’Ungersheim (n° 9), habité du ier au ive s. : les amphores Dr 1 rec (...)

13La documentation concerne une centaine de points de découvertes d’amphores (fig. 1)10. L’inventaire de ces sites (dont les numéros sont regroupés en annexe 1) est assez représentatif des différents types d’habitats rencontrés à cette époque : oppida, chefs‑lieux de cités, vici, stationes, villae… Cependant leur nature en évolution permanente est parfois difficile à définir. La nature du site retenu correspond à la période où sont arrivées les amphores11. Le classement proposé, résultant donc d’un choix subjectif, correspondant à un moment de la vie d’un site, permet, dans l’objectif d’une étude de la consommation alimentaire, de mieux cerner la nature de la demande selon le type de clientèle. Nous détaillerons le cadre historique et économique de certains sites particulièrement importants pour la suite de l’étude, notamment celui des villes de Strasbourg‑Koenigshoffen et Metz, de certaines agglomérations secondaires comme Biesheim, Sierentz, Grand, et enfin des villae. L’aspect plus proprement archéologique, lié aux trouvailles d’amphores sur ces sites, sera précisé en annexe 1.

1.3.1 Des sites de hauteur hérités de l’époque celtique

14Jusqu’à présent, 6 oppida du nord‑est de la Gaule ont livré des amphores. Notons que du premier au dernier âge du Fer, 38 habitats fortifiés (et fréquentés) ont été identifiés en Lorraine contre 15 en Alsace (Deyber 1984a : 215), mais que certains, hallstattiens, ne nous concernent pas, comme par exemple le camp d’Afrique à Messein. Parmi les sites dont il est question ici, seuls Boviolles et Essey‑les‑Nancy répondent à la définition du grand oppidum tel qu’on l’entend pour La Tène III, c’est‑à‑dire avec des habitats permanents, une fonction politique et religieuse, des activités artisanales et économiques diversifiées (Duval 1978‑81 : 163). D’autres ne semblent occupés (plus ou moins épisodiquement) que tardivement, c’est‑à‑dire à l’époque augustéenne. C’est le cas de la Bure (site no 5), oppidum secondaire peu ouvert aux échanges. Le problème n’est pas encore tranché pour le Fossé des Pandours (site no 1). Les éléments d’informations manquent pour les oppida du nord de la Lorraine comme le Héraple.

  • 12 Le Fossé des Pandours est encore peu fouillé. D’après le matériel de fouilles des dernières années, (...)
  • 13 Bien qu’en pratique, Brumath ait perdu cette prérogative au bénéfice de Strasbourg (Pétry, Kern 197 (...)

15Sion, Essey‑les‑Nancy, Boviolles, en territoire leuque, sont implantés sur des buttes témoins, relativement à l’écart des voies fluviales. Boviolles, placé sur la voie naturelle d’accès vers le Bassin parisien, est considéré comme l’oppidum central des Leuques, en dépit de sa situation excentrique par rapport à leur territoire12. D’importants gisements de fer avoisinent ces sites. Les trois autres oppida recensés s’échelonnent le long du massif vosgien : Etival, aux confins du territoire leuque, commande à l’ouest la porte des Vosges. Sa relation avec le chapelet des importants oppida situés sur la rive droite du Rhin, Breisach‑Hochstetten (Stork 1981) et Bâle‑Munsterhügel (Furger Gunti 1979) a été démontrée par Deyber (Deyber et al. 1984). Étival, contemporain d’Essey‑les‑Nancy, est abandonné vers 15 av. J.‑C. Les vestiges peu connus du Fossé des Pandours occupent, au col de Saverne, une position stratégique de première importance sur la voie de passage privilégiée entre l’espace rhénan et le plateau lorrain, très peuplé à l’époque celtique. Un vaste ensemble défensif courant sur les crêtes lui semble subordonné (Pétry 1978 : 203). On ignore encore la date d’occupation (ou de réoccupation) de cet oppidum (Lafon, Baudoux 1988 : 130)13 et s’il avait une fonction centrale par rapport au territoire médiomatrique (dans l’hypothèse où il aurait été occupé avant la conquête, ce qui n’est pas prouvé) ou bien un rôle d’oppidum frontière à la limite de la Germanie supérieure et de la Belgique. Le matériel récolté sur ces sites intervient pour une part assez faible dans cette étude puisque l’on compte 68 amphores ; il s’agit exclusivement de Dr 1.

1.3.2 Stations et camps militaires

16Certaines localités comme Seltz, Saverne, Koenigshoffen, Ehl, Horbourg, Biesheim, Naix, Soulosse, Scarponne, Metz, ont connu une occupation militaire plus ou moins prolongée, mais deux sites, Rümersheim et Strasbourg (celui de Ungersheim est incertain), ne peuvent être assimilés aux autres catégories de sites : Rümersheim (site no 8) au Bas‑Empire est un burgus en liaison avec le castel d’Illzach, faisant partie au milieu du ive s. de la ligne de défense rhénane. Schweitzer, en 1981, y a décelé la présence d’une garnison d’auxiliaires germaniques.

Strasbourg (site no 7)

  • 14 Selon Roux, 1976 : 329, Ternes (1976 : 18) donne une définition du vicus en Rhénanie ; il s’agit d’ (...)

17Ce centre n’est ni un chef‑lieu de civitas ni un vicus14. Autour du camp légionnaire s’est développée une zone importante de canabae, formant le vicus de Koenigshoffen (vicus canabarum d’Argentorate) (site no 14) (Pétry 1976 : 277‑284). Les destinées de Strasbourg et de son vicus sont étroitement liées sur le plan économique, mais aussi sur un plan historique : le camp primitif dont l’implantation est sujette à caution, pourrait se situer sur la terrasse loessique de Koenigshoffen, à moins qu’il n’ait pris la forme de plusieurs petits castella non encore repérés (Pétry 1988 : 33‑35). Pour ces deux raisons, le matériel amphorique de ces deux sites ne sera pas dissocié.

  • 15 Harmand (1969 : 419) insiste sur l’importance de la Classis Germanica, qui servait d’escadre de rav (...)

18L’agglomération romaine de Strasbourg représente un centre de consommation de premier plan, puisque la présence presque constante de l’armée (Hatt 1980 : 81‑114 ; Pétry 1987 : 34) en relation avec la proximité du limes germanique et la conquête des Champs Décumates et celle d’une population civile importante, a créé un pôle d’attraction économique intense. Le contrôle de l’administration militaire paraît s’y imposer dans tous les secteurs de l’activité, que ce soit celui de la production (Lafon 1988 : 66) ou celui des transports (Harmand 1960 : 419)15. Enfin la ville pourrait, au moment de son intégration à « l’hinterland » au iie s., servir de base de repli et de ravitaillement des troupes au même titre que Trêves pour le limes nord et Augst pour les camps du Danube (selon Hatt [1980 : 87], repris par Schnitzler [1988a : 60]).

  • 16 Lafon (1988 : 66) remarque que les vestiges portuaires sont quasi absents.

19Il s’agira de vérifier si les importations alimentaires ont laissé des traces archéologiques probantes pour étayer cette hypothèse16 et apporter des lumières sur l’histoire locale de la colonisation romaine (cf. annexe 1 infra). Strasbourg est‑elle une plaque tournante du marché alimentaire rhénan et à quelle époque ? Quels parallèles peut‑on établir entre la consommation du site et celle d’autres villes importantes comme Windisch ou Mayence, qui, elles aussi, ont accueilli de façon répétée des légions et des détachements légionnaires ?

1.3.3 Chefs‑lieux de civitates

20Trois villes avaient le rang de chef‑lieu de civitas : Toul, Metz et Brumath. Le cas de Toul est complexe : Ptolémée {Géographie II, 9‑13) associe son nom à celui de Naix‑Nasium pour désigner les agglomérations principales des Leuques et il est possible pour Jullian (1920 : 470) qu’au Haut‑Empire, Naix ait ravi son rang à Toul. Mais au Bas‑Empire, Toul est bel et bien chef‑lieu de la cité des Leuques, dans la province de Belgique Ière (Notitia Galliarum, V‑3). Naix, au pied du grand oppidum de Boviolles, était situé sur la grande voie transversale Reims‑Metz par Toul. Toul occupait une position privilégiée à l’intersection de la Moselle et de la voie Lyon‑Trèves. Ces deux agglomérations figurent sur l’itinéraire d’Antonin et la Table de Peutinger (segments II, A et I, C) (Desjardins 1893 : 126). Ces chefs‑lieux fournissent très peu d’informations sur le commerce des amphores.

21On relève, parmi les faits marquants de l’histoire de Metz, cité des Médiomatriques (site no 13), quelques points essentiels à la compréhension des mouvements économiques locaux. Le problème de l’origine de la création de cette bourgade n’est pas totalement éclairci : les récentes opinions donnant Metz comme une fondation romaine ont été dernièrement remises en cause par la découverte, rue Taison, d’une enceinte gauloise défensive de la fin du iie s. av. J.‑C. (Dreidemy et al. 1988). Celle‑ci, dans son premier état, n’est mise en relation avec aucun habitat mais fournit dans son troisième état un matériel amphorique permettant de faire remonter les importations de vin italique avant la conquête. Jusqu’au Bas‑Empire, la ville n’est pas considérée par les historiens comme un centre militaire (Frézouls 1982 : 343). César n’engage aucune campagne contre les Médiomatriques (Toussaint 1948a : 28). Le passage de l’armée n’est attesté ponctuellement qu’en 68 ap. J.‑C. (Vitellius) et en 70 (révolte de Civilis). La bourgade connaît au ier s. un développement rapide dû à sa position sur l’important axe de communication mosellan aménagé dès Agrippa. On insistera enfin sur le rôle politique et religieux de Metz au Bas‑Empire : lors de la réorganisation de Dioclétien, la ville devient castrum (Toussaint 1948a : 21). Des garnisons détachées de l’armée supérieure de Germanie y séjournent, comme à Trèves, notamment la légion Palatine (CIL XIII, 4323). Dès la fin du iiie s., la cité devient un centre diocésain (Frézouls 1982 ; Gauthier 1986). À cette époque, Metz, en amont de Trèves, bénéficie d’une protection contre les Germains (Beaujard 1976 : 303). La prospérité de la ville est ainsi continue jusqu’à la fin de l’époque constantinienne.

22L’étude des denrées alimentaires importées à Metz (en particulier celles des Hauts‑de‑Ste‑Croix, butte dont l’importance n’est pas encore bien définie) peut se révéler instructive pour connaître la période où la ville s’est ouverte aux influences romaines. On verra également si la cité a réellement bénéficié du trafic mosellan et si la consommation y est différente de celle des villes frontières. Enfin, les grandes périodes d’occupation des quartiers de l’agglomération sont incomplètement connues (Lefèvre Wagner 1984 : 163). Les amphores peuvent contribuer à combler quelques lacunes (annexe 1,3).

1.3.4 Des vici à vocation artisanale et commerçante

  • 17 CIL XIII, 4565. Pour quelques‑unes, nous avons la confirmation d’inscriptions dédiées par des vican (...)
  • 18 A Deneuvre, il s’agit d’un important sanctuaire d’Hercule (Moitrieux 1981). Le culte de Mithra est (...)

23La densité des vici est importante dans le nord‑est de la Gaule (Pétry et al. 1994 ; Massy et al. 1994). En Alsace, Pétry en retient 19 principaux (Pétry 1983 : 59). En Lorraine, un comptage précis est encore impossible (Lutz 1976 : 100). Nous avons recueilli du matériel dans 24 d’entre eux (12 lorrains et 12 alsaciens). Dans ces régions, les petites agglomérations font office de chefs‑lieux de pagi. Elles ont un rôle parallèle à celui des municipia dans des provinces moins rurales17. L’archéologie a particulièrement mis en valeur la fonction économique de Sierentz, Biesheim, Ehl et Koenigshoffen, et le rôle cultuel de Grand, Bliesbrück et Deneuvre18.

  • 19 Pour ne citer que les sites du catalogue, sur l’itinéraire d’Antonin figurent les noms de Vieux‑Bre (...)

24Certains de ces vici sont implantés le long des routes anciennes (Illzach, Ehl, Reichshoffen, Sarre‑Union, Sarrebourg...). Les plus prospères occupent, en plaine, une position clé sur les grands axes routiers ou fluviaux propices aux relations commerciales. Sur 24 vici, 15 sont liés à une voie terrestre principale, 12 à un carrefour fluvial et terrestre, 11 à une voie d’eau principale. Les vici alsaciens sont en général davantage liés au trafic fluvial que les vici lorrains. Les moins favorisés dans leur implantation par rapport aux grands axes utilisés pour le transport des denrées sont Grand, Deneuvre, Grostenquin, Reichshoffen, Le Héraple. Les meilleures conditions sont offertes à Koenigshoffen (situé sur l’Ill à proximité de son confluent avec le Rhin) et Biesheim (au niveau d’un gué rhénan, au débouché de la voie terrestre directe Mandeure‑rive droite du Rhin). Ehl et Sierentz occupent également une position de carrefour, entre la voie transversale menant du gué rhénan au col de Saales et les voies terrestres et fluviales Nord‑Sud pour la première localité, à l’intersection des voies routières Mandeure‑rive droite rhénane et Augst‑Strasbourg par la Heidenstrasse, pour la seconde. Signalons enfin que 16 de ces vici sont mentionnés dans les itinéraires antiques19. En ce qui concerne le domaine des amphores, certains vici n’ont pas livré beaucoup de matériel (notamment Saverne et Sarrebourg). Les plus riches sont Koenigshoffen, Biesheim, Ehl, Horbourg, Sierentz, Bliesbrück, Grand et Scarponne (cf infra : fig. 7 ; annexe 1, tabl. xvii et xx).

  • 20 Cette synthèse n’a pas été faite pour l’Alsace ; néanmoins, on a des preuves de cette occupation au (...)

25Que sait‑on des grandes phases chronologiques du développement de ces agglomérations ? La pérennité de l’occupation du sol depuis l’époque celtique est manifeste pour un certain nombre d’entre‑elles, qu’elles soient implantées au pied des oppida (Soulosse, Naix, Héraple, Saverne, Seltz…) ou en plaine (Sierentz, Ehl, Biesheim, Sarre‑Union…). Quoi qu’il en soit, il est probable qu’elles ne connurent un véritable développement qu’à partir de Claude (Frézouls 1985 : 82 ; Pétiy 1982b : 41). Une étude faite en Rhénanie (Ternes 1976 : 18) permet d’apprécier globalement leur évolution : 16 % des vici rhénans sont attestés avant 79 ap. J.‑G., 84 % entre 190 et 245 ap. J.‑C. ; 75 % sont actifs au iiie s. Chez les Médiomatriques, Beaujard (1976 ; 298) estime que 18 vici possibles subsistent encore au Bas‑Empire, mais parmi ceux‑ci, 11 sont incertains. Dans notre liste, seuls Delme, Héraple, Daspich, Scarponne, Sarrebourg, Bliesbrück en Lorraine, attestent par leurs vestiges archéologiques, de la permanence de l’occupation au ive s.20. Quelques agglomérations plus directement utiles pour la recherche présente, méritent une présentation plus détaillée.

Biesheim‑Oedenbourg (site no 19)

  • 21 Un établissement de La Tène III‑GRP se trouve dans la parcelle 18 (Pétry 1982, Gallia, 40 : 352).
  • 22 Les tuiles de la XXIe légion sont plus nombreuses à Biesheim que celles de la VIIIe légion (elle‑mê (...)

26Lieu‑dit Oedenbourg situé sur les communes de Biesheimet Künheim (Haut‑Rhin). Il pourrait s’agir du vicus Olino, mentionné dans la Notitia Dignitatum (Pétry 1976 : 287 ; Kern in : Pétry et al. 1994 : 159). Ce site, comme Koenisghoffen, est marqué par la présence militaire. L’abondance des vestiges de surface et le nombre remarquable de tuiles légionnaires estampillées découvertes sur ce site inondable, en bordure d’un bras ancien du Rhin, a, depuis plus d’un siècle, suscité l’intérêt des historiens. Les avis divergent encore sur l’importance de l’établissement augusto‑tibérien21 ; Schönberger (1985 : 352) lui attribue un rôle de simple poste de route, tandis que Fellmann en fait un réel camp de troupe. Pferdehirt (1986) suppose l’existence d’un petit castel d’auxiliaires, que Bender (1976), date, quant à lui, de l’époque libérienne. À la période suivante, les nombreuses tuiles de la 21e légion Rapax indiquent certainement l’existence d’un poste pré‑flavien occupé par des détachements de cette légion stationnée à Windisch vers 45 ap. J.‑C. (Pétry 1985 : 423)22. On présume en outre que les IVe, VIe, VIII et XIe légions sont passées à Biesheim au ier s.

27Par ailleurs, cette localité, placée sur la via militaris de la rive gauche rhénane, offre, grâce à sa position sur un gué important du Rhin, une communication directe et aisée avec les camps de Sasbach et Riegel, établis sous Claude et Néron, eux‑mêmes points de connexion de la route stratégique qui menait aux douze camps claudiens fortifiés du Danube supérieur (Schônberger 1985 : 443). Tous ces éléments concordent pour conférer à ce site un rôle de base militaire arrière aux fonctions économiques primordiales, nécessitant une zone portuaire pour le trafic des marchandises. Quelques traces d’un quai ont d’ailleurs été découvertes par Bonnet (Pétry 1985 : 624).

28Aux iie et iiie s., l’agglomération semble être rendue à la vie civile avant qu’au Bas‑Empire un castrum y soit édifié, en liaison avec les camps tardifs du Sponeck, Briesgau et Breisach‑Munsterberg sur la rive droite et Horbourg sur la rive gauche du Rhin, pour soutenir les actions de Valentinien contre les Alamans (présence de tuiles des XIIe et Ière légions Martia) (Bender 1976 ; 319).

29L’étude du mobilier amphorique (annexe 1, 2) peut apporter une contribution non négligeable à la connaissance, jusqu’à présent limitée, d’un des centres névralgiques de l’histoire de l’Alsace romaine, pour lequel il n’existe encore que des renseignements ponctuels.

Bliesbrück (site no 28)

30Cette bourgade médiomatrique de Sarre méridionale, sur la Blies (Petit, Schaub in : Massy et al. 1994 : 173), est un centre administratif secondaire à la vocation essentiellement artisanale et religieuse, dont les fonctions de place commerciale sont limitées à sa seule région (les vici les plus proches sont Schwarzenacker, Hérapel et Sarre‑Union). Bien que faisant partie de la zone arrière pourvoyeuse du limes, Bliesbrück est situé à l’écart des voies d’acheminement des denrées importées et il est intéressant d’avoir un exemple de la consommation d’une communauté civile et rurale dont la situation économique a été prospère du milieu du ier s. jusqu’aux événements de la deuxième moitié du iiie s. (annexe 1,4).

Sierentz (site no 24)

  • 23 Fouilles effectuées depuis 1981 par Wolf et le CRAS (Centre de recherches archéologiques du Sundgau (...)
  • 24 La marque de Dr 1 MOC pourrait être plus ancienne.

31Cette localité (annexe 1), intégrée à l’espace rhénan supérieur (région très fréquentée dès la plus haute Antiquité), est implantée à la périphérie immédiate de Bâle (Wolf 1985 : 42 ; Wolf in : Pétry et al. 1944 : 166)23. À la fin de l’époque celtique, Sierentz connaît deux phases d’occupation dont la première, contemporaine de Bâle, Gas‑Fabrik, s’interrompt vers le milieu du ier s., au moment de la deuxième migration des Helvètes (Wolf 1983 : 22). Aucune amphore ne semble curieusement appartenir de façon sûre à cette phase alors que les Dr 1 sont nombreuses à Bâle24.

  • 25 Ceux‑ci pourraient se situer à l’ouest, dans un secteur non fouillé, mais apparemment plus riche (h (...)

32Un établissement augustéen, remanié sous Tibère et distinct des vestiges laténiens, marque la réoccupation du site dans les années de transition GRP 1 et GRP 2 vers – 15 – 10 av. J.‑C. (chronologie Wolf 1983 : 7). Ces structures (canabae ou fortin ?) seraient en liaison avec le dispositif militaire voisin de Kembs (Wolf 1985 : 51) et pourraient donc être mises en rapport avec le passage de Drusus vers 12 av. J.‑C., lors de l’installation des castella rhénans. Une romanisation précoce du site a été récemment contestée par B. Simon (1988 : 302). Il est sûr qu’il faut s’entendre sur le terme « romanisation » ; la question sera traitée plus loin (cf. infra § 3.3). Au ier s., Sierentz, bénéficiant de sa position au carrefour des voies méditerranéennes et rhénanes devient un vicus actif, aux fonctions économiques développées (forum, halle, quartier artisanal avec foyers, fumoirs). Wolf remarque le caractère gaulois affirmé de ces installations dont il note ensuite une extension au moment de la conquête des Champs Décumates avec la construction vers 70, d’un bâtiment en dur ; ces aires d’activités n’ont revélé aucune trace d’habitat25 ; le site est abandonné sous Alexandre‑Sévère, après un iie s. florissant.

Grand (site no 36)

  • 26 Le vicus n’est raccordé au réseau que par une petite voie secondaire partant de Soulosse.
  • 27 Le sanctuaire est voué à Apollon Grannus.
  • 28 Ces troubles sont peut‑être en rapport avec la révolte des Séquanes, car il n’y a pas de révolte da (...)

33Petite bourgade de la civitas des Leuques au Haut‑Empire, Grand est implanté sur un plateau isolé, à l’écart des axes de communications terrestres et fluviaux, entre les vallées de la Marne et de la Meuse, à la charnière des provinces de Belgique et de Germanie supérieure et à la frontière des cités des Leuques et des Lingons (Frézouls 1982 : 177‑234)26. L’agglomération urbaine doit son développement à la présence d’un sanctuaire antérieur à l’arrivée des romains qu’ils contrôlèrent tardivement27. Sa renommée justifia, sous les Flaviens, la construction d’un amphithéâtre et à l’époque sévérienne d’un ensemble monumental (Frézouls 1982 : 228), témoignant ainsi de la nouvelle vitalité de la ville après les troubles de la fin du iie s. (Olivier 1981 : 38)28, au point que celle‑ci tenta, à l’époque constantinienne, de supplanter Toul comme chef‑lieu de civitas.

34Malgré son caractère romain affirmé, Grand semble peu ouvert aux influences politiques et économiques extérieures. Aucune présence militaire et aucune institution économique n’y sont attestées (Frézouls 1982 : 233) ; les indices d’échanges sont rares. Il se pose évidemment le problème du transport des produits pondéreux. Dans ce contexte, on peut se demander à quel moment et de quelle manière Grand s’est ouvert aux tendances alimentaires méditerranéennes et si les conditions géographiques difficiles y ont généré un véritable isolement économique (annexe 1,6).

Les autres bourgades

  • 29 Horbourg : installation artisanale avec four de potier daté entre 120 et 160 ; Deneuvre : sanctuair (...)

35Au cours de l’inventaire, un matériel disparate a été rassemblé. provenant d’une pléiade d’agglomérations secondaires et de petits centres ruraux qu’il est impossible de traiter individuellement, en raison de la faiblesse des données chiffrées et des informations lacunaires. Parmi les localités recensées, Brumath et Ehl (annexe 1, 7), ne peuvent être considérées comme mineures mais doivent être assimilées aux plus grands centres de consommation régionaux, de par leur statut ou leurs fonctions commerciales reconnues. Dans leur ensemble, néanmoins, ces sites représentent une part importante du marché puisque l’on totalise 348 amphores dispersées sur 33 points de découverte. Les bourgades les plus riches en amphores actuellement sont (hormis Ehl et Brumath qui drainent le tiers de ce matériel), Deneuvre, Scarponne, Horbourg, Usspann et Reichshoffen, mais elles ne livrent pas plus d’une quarantaine de fragments chacune29. Cette documentation permet d’établir des parallèles avec les sites précédents mais le bilan demeure très insatisfaisant.

1.3.5 Desvillae impliquées dans l’économie de marché

  • 30 Comme l’auteur le précise, cette connaissance dépend pour une bonne part de l’activité archéologiqu (...)

36Un bilan récent fait état de 720 villae recensées en Alsace et Lorraine (Poinsignon 1988 : 108). Ce chiffre important masque en réalité la pauvreté de la documentation, inégale, souvent ancienne et limitée, puisque 56 villae seulement ont été fouillées, en partie ou totalement30. Quoi qu’il en soit, trois pôles principaux d’implantation ont été relevés, dépendant en principe de la nature du sol et d’une bonne desserte du réseau de communications.

  • 31 Pour Poinsignon (1988 : 114) la moitié des villae date de cette époque.
  • 32 Cette transformation intervient au moment où les aristocrates trévires s’alliant aux Bataves lors d (...)
  • 33 D’après Corbier (1986 : 688), en Gaule septentrionale, au Bas‑Empire, les villae sont de trois sort (...)
  • 34 Le fundus de St‑Ulrich comporte plus de 30 villae secondaires. Habsheim possède entrepôts et mansio (...)

37La plus forte densité s’observe dans le nord de la Lorraine (les trois quarts des villae recensées par V. Poinsignon), dans les secteurs arrosés par la Nied, la Seille et la Sarre. Lutz en 1976, en dénombre plus de 200 autour de Sarrebourg et Pétry respectivement 100 et 130 dans les régions de Sarreguemines et de Bitche (Pétry 1982 : 214). La plupart est disposée en couronne autour de vici intermédiaires rediffusant les marchandises (Poinsignon 1987 : 112). Un fort contraste d’occupation distingue les parties septentrionale et méridionale de la Lorraine : les villae sont rares chez les Leuques, en particulier dans le secteur amont de la Meuse (Grenier 1934 : 861 ; Burnand 1983 : 4) ; elles se concentrent principalement dans les vallées de la Meurthe et de la Moselle. Le troisième pôle d’attraction concerne le nord du Sundgau en Alsace et la région de Colmar (Pétry 1983 : 60). La collecte d’amphores reflète cette répartition, puisque sur les 44 villae comprises dans la liste, 18 sont implantées dans le nord du territoire médiomatrique (fig. 1). Chronologiquement, l’implantation des premières villae commence dès le début du ier s. (St‑Ulrich). Ce sont principalement des établissements d’importance moyenne (Koestlach, Steinbrunn, Gremecey, Grosswald, Bois‑Lana, Pompey…) qui se multiplient à partir de la deuxième moitié du ie’ s.31 comme dans le pays trévire, au moment de mise en valeur systématique des territoires32. Plusieurs disparaissent au milieu du iiie s. lors des premières crises qui secouèrent cette partie de l’Empire. D’autres, plus fréquentes dans le pays messin, sont de type latifundia33 : Habsheim, St‑Ulrich, Teting, Rouhling34. Ce type d’établissement apparaît précocement comme le montre l’exemple des deux premières villae ; il se généralise lors de la concentration des terres, au iiie s. Les établissements correspondent donc à deux modes différents d’exploitation des terres : d’une part, des villae petites et moyennes, dont la multiplication indique cependant qu’elles sont intégrées dans l’économie de marché et que leur culture (essentiellement céréalière) est tournée vers l’exportation, d’autre part des grandes unités productives très organisées, aux activités polyvalentes, dont la force économique est évidente. Il sera intéressant de voir si ces différents centres agricoles étaient ouverts de la même manière aux échanges.

38Le matériel de 44 villae a été examiné. Cet inventaire porte sur 215 amphores dont le quart provient de la grande villa de St‑Ulrich (Moselle), le plus grand domaine connu des Médiomatriques (annexe 1, 8). Les données de St‑Ulrich pourront‑elles servir de références pour la consommation des autres villae ? Toutes n’ont pas le même degré de romanisation et le même poids économique. Parmi les 150 amphores qui complètent cet inventaire, certaines proviennent d’autres villae de luxe : Koestlach, Hartmannswiller, Mackwiller, Teting. Mais ces villae n’ont fait l’objet que de sondages limités. La majorité du matériel vient de villae plus modestes, fouillées récemment : Bois‑Lana (fouilles Legoff 1972), Pompey (Geindre 1972), Grosswald (Pax 1975‑77), Gremecey (Lutz 1960‑76), Habsheim, (Wolf 1973).

39On se trouve confronté à des données complexes : situations géographiques variées, chronologies différentes, hétérogénéité des conditions de découvertes. Tout en essayant d’établir une comparaison par période entre les types d’amphores présents à St‑Ulrich et ceux des autres établissements ruraux, il s’agit plus ici de mettre en évidence la multiplicité des foyers de consommation que de faire une véritable étude de la consommation dans les campagnes gallo‑romaines.

40Il faut insister sur les limites des investigations : nombre d’agglomérations ne figurent pas à ce catalogue ; elles sont, pour la plupart, pas ou peu fouillées (Pannes, Montsec Flassigny, Montmédy, Vandoncourt, Lamarches, Ritzing, Lorquin, Bischstroff, Sarralstroff…) (Lutz 1976). La documentation est encore nettement insuffisante pour plusieurs sites ayant livré des amphores comme Conthil, Biltzeim, Arches et Charmes, bourgade importante au débouché du portage reliant la Saône à la Moselle. Des sites prometteurs ou nouveaux sont signalés dans la région de Verdun (Senon, Balon), et dans la vallée de la Moselle (le vicus de St‑Marcel, la grande villa de Bival). Une luxueuse villa est repérée également à Lupstein en Alsace (Pétry 1982a : 215), autant de foyers de consommation potentiels qui annoncent de riches perspectives d’étude.

1.4 Conclusion

41Il ressort de ce tableau que cette région très peuplée, particulièrement favorisée par son emplacement géographique, est marquée profondément par la mise en valeur et l’organisation romaine. Stimulée par le passage des légions, elle intègre rapidement la culture romaine dans tous les domaines de la vie. Unie par cette romanisation, elle n’en présente pas moins des milieux divers, voire contrastés : les intérêts militaires prédominent à l’est des Vosges tandis que l’ouest reste une province civile. Des espaces économiques individualisés se dessinent : le dynamique pays des Médiomatriques s’oppose économiquement à celui des Leuques, moins peuplé et demeuré essentiellement rural. La haute vallée de la Sarre forme une entité économique tournée naturellement vers son secteur aval où les vici se succèdent ; l’influence de Trèves s’y fait particulièrement sentir (Kolling 1983 : 52‑65). U est très dommageable que cet espace économique soit tronqué dans cette étude, comme l’est d’ailleurs le territoire médiomatrique, puisque d’importants vici situés de l’autre côté de la frontière actuelle, comme Schwarzenacker, en font partie. Il n’est pas dans l’ambition de cette recherche de faire l’étude des échanges locaux, mais de connaître les aires locales de distribution des produits alimentaires méditerrannéens et s’il existe des différences de consommation dans cet espace peu homogène qu’est l’est de la Gaule. C’est la tâche entreprise dans les parties suivantes.

Notes

1 Selon Pétry (1978), les Trévires doivent être considérés parmi les nations celtes, malgré des rapprochements avec les Germains et les Belges.

2 Cette incorporation est progressive : sous Auguste, les Séquanes, Lingons et Helvètes ne font pas encore partie de la Germanie supérieure.

3 Cette ville connait un destin particulier qui marque de son rayonnement les agglomérations et les campagnes voisines. Claude lui confère le statut de colonie. La ville devient au iie s. un centre administratif important. Depuis Domitien, un légat pro‑préteur et un procurator provinciae Belgicae puis provinciarum Belgicae et duarum Germaniarum ainsi qu’un procurator rationis privatae per Belgicam et duas Germanias y résident. Dans la deuxième moitié du iiie s., la cité des Trévires devient le siège du consularis gouvernant la province de Belgique puis sous la Tétrarchie, capitale d’Empire ; Maximien y fait de fréquents séjours. Dioclétien entreprend la réorganisation administrative de la Gaule et crée 17 diocèses avec 17 capitales provinciales. Trêves dirige les diocèses de Metz, Toul et Verdun (Goudineau et al. 1980 : 119, fig. 67). Trèves connaît son âge d’or au ive s. (Wightmann 1970).

4 Pour l’histoire de la Lorraine, voir principalement Liénard 1881 ; Toussaint 1928 ; Lutz 1976 ; Demarolle 1987. Pour l’Alsace, Forrer 1935 ; Hatt 1978 ; Pétry 1978, 1979, 1983, 1986.

5 Déchelette 1931 : 255. Le même auteur mentionne, chez les Leuques, un camp non fouillé à Nettancourt (Meuse).

6 CIL XIII, 11605. Voir Hatt (1980 : 116). La date de l’inscription du cavalier trévire n’est pas certaine. Forrer et Hatt la donnent comme antérieure à Tibère à cause de la proximité de tombes d’auxiliaires germaniques.

7 Pour les tuiles de la VIIIe légion à Strasbourg, voir Dardaine et Waton 1987.

8 D’après Ammien Marcellin, le césar Julien fait un séjour à Saverne (Forrer 1935 : 83),

9 Pour les routes de ce secteur, voir Lienard 1881 ; Grenier 1934, Il : 468 ; Lévy‑Mertz 1957 ; Lutz 1976 : 63‑63 ; Demarolle 1987 : 361 ; Biehler 1973 ; Hatt 1978 : 57 ; Frézouls 1982 : 204.

10 Pour la bibliographie de chaque site, voir la liste présentée dans l’annexe A.

11 Entre autres exemples, le site d’Ungersheim (n° 9), habité du ier au ive s. : les amphores Dr 1 recueillies datent d’une phase précoce de son occupation, contemporaine de celle d’Ehl, dans les années 30‑20 av. J.‑C. La présence de militaires, si elle n’est pas prouvée, est probable (Schönberger 1985 : 330). Autre exemple : le vicus de Seltz (no 18) se développe au pied d’un petit oppidum et sur l’emplacement d’un camp claudien. Les amphores recensées sont plus récentes, ce qui justifie le classement du site comme vicus. À Usspann, également, se trouvent deux milieux de nature différente : des structures augustéennes et une station routière du ier et du iie s. ; ces milieux ont donc été individualisés (sites nos 1 et 38). Biesheim (site no 19), enfin, est plus qu’un vicus ordinaire. Mais les structures d’un camp militaire du ier s. ne sont suspectées que par la prospection. En revanche, cette agglomération est connue comme un vicus important possédant un plan d’urbanisme régulier, des thermes, un mithreum, etc.

12 Le Fossé des Pandours est encore peu fouillé. D’après le matériel de fouilles des dernières années, il semble que les couches profondes de l’Usspann ne soient pas antérieures au dernier quart du ier s. av. J.‑C.

13 Bien qu’en pratique, Brumath ait perdu cette prérogative au bénéfice de Strasbourg (Pétry, Kern 1974).

14 Selon Roux, 1976 : 329, Ternes (1976 : 18) donne une définition du vicus en Rhénanie ; il s’agit d’une communauté organisée, possédant un culte officiel, des bâtiments publics, un plan de rues orthogonal. La vie économique y dépasse la simple maintenance ou l’autarcie locale. Le vicus est raccordé au réseau routier. Selon Wightmann (1984), la fonction administrative est nécessaire : un magistrat y est établi mais on en a rarement la preuve.

15 Harmand (1969 : 419) insiste sur l’importance de la Classis Germanica, qui servait d’escadre de ravitaillement pour l’armée qui contrôlait en partie la batellerie. Aucune inscription de corporation de nautes n’est signalée dans le secteur. En revanche, une dédicace au Père Rhin offert par un légat de la VIIIe légion a été retrouvée rue de l’Ail à Strasbourg (Gallia 1970, 27 : 322).

16 Lafon (1988 : 66) remarque que les vestiges portuaires sont quasi absents.

17 CIL XIII, 4565. Pour quelques‑unes, nous avons la confirmation d’inscriptions dédiées par des vicani : Marsal (CIL XIII, 4681), Soulosse (CIL XIII, 5967), Koenigshoffen (CIL XIII, 11647a), Saverne (CIL XIII, 5317) et Horbourg.

18 A Deneuvre, il s’agit d’un important sanctuaire d’Hercule (Moitrieux 1981). Le culte de Mithra est célébré à Koenigshoffen, Sarrebourg, Mackwiller, Biesheim, Ehl.

19 Pour ne citer que les sites du catalogue, sur l’itinéraire d’Antonin figurent les noms de Vieux‑Breisach (Olino ?), Ehl, Brumath, Strasbourg, Saverne, Tarquimpol, Metz, Hettange, Soulosse (Desjardins 1893, IV : 40‑41). Sur la table de Peutinger sont mentionnés, dans les segments I et II, Seltz, Saverne, Brumath, Strasbourg, Ehl, Horbourg, Sarrebourg, Metz, Scarponne, Delme, Toul, Grand et Naix (Desjardins 1893 : 126).

20 Cette synthèse n’a pas été faite pour l’Alsace ; néanmoins, on a des preuves de cette occupation au ive s. à Saverne, Ehl, Reichshoffen, Horbourg, lllzach ; il s’agit souvent d’habitats fortifiés.

21 Un établissement de La Tène III‑GRP se trouve dans la parcelle 18 (Pétry 1982, Gallia, 40 : 352).

22 Les tuiles de la XXIe légion sont plus nombreuses à Biesheim que celles de la VIIIe légion (elle‑même stationnant à Strasbourg). Biesheim, à la limite des influences de Windisch et Strasbourg, serait plus dans la mouvance de Windisch. Schônberger (1969 : 155) pense que les troupes de Windisch ont pu se déplacer à Rottweil vers 70.

23 Fouilles effectuées depuis 1981 par Wolf et le CRAS (Centre de recherches archéologiques du Sundgau).

24 La marque de Dr 1 MOC pourrait être plus ancienne.

25 Ceux‑ci pourraient se situer à l’ouest, dans un secteur non fouillé, mais apparemment plus riche (hypocaustes, mosaïques…).

26 Le vicus n’est raccordé au réseau que par une petite voie secondaire partant de Soulosse.

27 Le sanctuaire est voué à Apollon Grannus.

28 Ces troubles sont peut‑être en rapport avec la révolte des Séquanes, car il n’y a pas de révolte dans ce secteur sous Marc‑Aurèle et Commode.

29 Horbourg : installation artisanale avec four de potier daté entre 120 et 160 ; Deneuvre : sanctuaire avec matériel flavien ; vicus avec matériel des iie et iiie s. (Moitrieux 1981). Reichshoffen : matériel venant du four du potier et d’habitats des iiie et ive s. ; Usspann : site‑chantier école de l’université de Strasbourg (fouilles A.‑M. Adam et X. Lafon) ; amphores de l’oppidum et de la station routière du ier et du iie s. ; Scarponne : amphores de la fin du ier s. av. J.‑C. jusqu’au Bas‑Empire venant du gué de la Moselle et d’un secteur de villae bordant la voie Lyon‑Metz.

30 Comme l’auteur le précise, cette connaissance dépend pour une bonne part de l’activité archéologique.

31 Pour Poinsignon (1988 : 114) la moitié des villae date de cette époque.

32 Cette transformation intervient au moment où les aristocrates trévires s’alliant aux Bataves lors de la guerre civile de 69/70, se séparent de Rome et perdent leurs terres (Heinen 1982 : 165).

33 D’après Corbier (1986 : 688), en Gaule septentrionale, au Bas‑Empire, les villae sont de trois sortes : la grande villa de type castel‑azienda, la grosse fattoria (10 en Picardie et en Belgique) et les petites unités productives dépendant d’une grande villa.

34 Le fundus de St‑Ulrich comporte plus de 30 villae secondaires. Habsheim possède entrepôts et mansio (Wolf 1973 : 65).

Table des illustrations

Légende FIG. 1 – Carte générale des voies en Alsace et en Lorraine à l’époque romaine et des sites ayant livré des amphores. 1 Fossé‑des‑Pandours ; 2 Essey‑les‑Nancy ; 3 Saxon‑Sion ; 4 Boviolles‑Côte‑Châtel ; 5 Étival ; 7 Strasbourg ; 8 Rumersheim ; 9 Ungersheim ; 10 Brumath ; 11 Toul ; 12 Naix ; 13 Metz ; 14 Koenigshoffen ; 15 Reichshoffen ; 16 Sarre‑Union ; 17 Saverne ; 18 Seltz ; 19 Biesheim ; 20 Ehl ; 21 Grussenheim ; 22 Horbourg ; 23 Illzach ; 24 Sierentz ; 25 Wittelsheim ; 26 Deneuvre ; 27 Scarponne ; 28 Bliesbrück ; 29 Daspich ; 30 Eincheville ; 31 Grostenquin ; 32 Herapel ; 33 Hettange Grande ; 34 Marsal ; 35 Sarrebourg ; 36 Grand ; 37 Soulosse ; 38 Usspann ; 39 Blitzheim ; 40 Burnaupt ; 41 Wintzenheim ; 42 Pannes ; 43 Verdun ; 44 Conthil ; 45 Arches ; 46 Charmes ; 47 Brett ; 48 Dehlingen ; 49 Domfessel ; 50 Gunstett ; 51 Kleinberg ; 52 Mackviller ; 53 Niederbronn ; 54 Œrmingen ; 55 Habsheim ; 56 Hartmannswiller ; 57 Kœstlach ; 58 Stelnbrunn‑le‑Bas ; 59 Champlgneulles ; 60 Choloy ; 61 Einville ; 62 Flavigny/Moselle ; 63 Gerbewiller ; 64 Mont‑Ste‑Meurthe ; 65 Pompey ; 66 Rosière ; 67 Vallois ; 68 Naix (Gros‑Thermes) ; 69 Naix (Toussotte) ; 70 Rigny‑la‑Salle ; 71 Sorcy ; 72 Adelange ; 73 Bambiderstroff ; 74 Chermery ; 75 Courzerode ; 76 Delme ; 77 Gremecey ; 78 Guenestroff ; 79 Halstroff ; 80 Haute‑Valette ; 81 Lelling‑Heldeneck ; 82 Mittelbronn ; 83 Morsbach‑Forbach ; 84 Roulhing ; 85 St‑Ulrich ; 86 Sarralstroff ; 87 Sarreinsming‑Grosswald ; 88 Sarreinsming‑Heidenkopf ; 89 Teting‑sur‑Nied ; 90 Liffol‑le‑Grand ; 91 Cutry ; 92 Birschwilier ; 93 Krautwiller ; 94 Altkirch ; 95 Eguisheim ; 96 Commercy ; 97 Chieulle ; 98 Thionville ; 99 Êpinal ; 100 Puzieux.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41360/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende FIG. 2 – Limites administratives romaines du nord‑est de la Gaule sous Auguste (Extrait de F. Pétry 1978 : 201).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41360/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Légende FIG. 3 – Carte des routes reliant le nord‑est de la Gaule au limes germanique, au milieu du iies.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41360/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 44k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search