Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vie des objets

 | 
Thierry Bonnot

3. Conserver, transmettre, choisir

Texte intégral

« ... car il doit bien y avoir, toujours, une raison pour laquelle un objet plaît à un sujet. »
G. Genette (1997 : 119)

  • 1 Pour une mise au point sur cette problématique, voir notamment Ethnologie française 1998.

1La circulation des choses parmi les hommes, l’échange, la symbolique du don, la transmission, l’héritage, l’acquisition constituent une thématique centrale de la réflexion anthropologique, aussi bien sur les terrains exotiques que pour l’ethnologie des sociétés occidentales ; cette thématique a déjà fait l’objet de nombreuses observations et analyses qu’il serait fastidieux d’énumérer ici1. Au cours des entretiens menés autour des produits céramiques, les premiers mots prononcés par leurs détenteurs, sur l’histoire de chacun des objets ou ensembles d’objets présentés concernent le plus souvent les modes d’acquisition divisés en deux catégories principales. Il y a les objets acquis passivement, ceux qui « étaient là » avant même les habitants de la maison, ceux que l’on « tient » des parents, héritage tacite ; et il y a ceux que leur détenteur a désirés – plus ou moins intensément – et a dû rechercher avant de les acquérir, le plus généralement en les achetant. La date de l’acquisition, le donateur, le prix d’achat, les circonstances d’une trouvaille paraissent constituer alors un véritable pedigree pour l’objet. L’acquisition est en fait le moment précis où la trajectoire sociale de l’objet croise celle de son détenteur : c’est le point de jonction entre deux biographies, une rencontre – terme très souvent utilisé par les collectionneurs et amateurs au sujet de l’achat d’un objet.

2Conserver, transmettre et choisir, tels sont les trois modes génériques d’acquisition des objets céramiques dégagés par l’enquête ethnographique. Conserver, c’est décider de ne pas se séparer d’objets hérités, parce qu’ils ont une certaine valeur – sentimentale, économique, historique... Transmettre, c’est donner et recevoir des objets, qui deviennent cadeaux ou souvenirs, ou encore intègrent une collection. Choisir, c’est rechercher un ou plusieurs objets en fonction de critères précis, en vue de compléter une collection ou de satisfaire le désir d’un objet exceptionnel par le biais de l’achat ou de l’échange. A partir de quelques exemples détaillés, nous essaierons de comprendre comment les modes d’acquisition construisent symboliquement l’objet, déterminent son statut et deviennent partie intégrante de sa trajectoire individuelle.

Héritage et conservation des objets

3La conservation d’objets hérités des ascendants ou « trouvés » dans la maison héritée répond à un souci de la sauvegarde que résume la formule utilisée de façon récurrente par mes interlocuteurs : « Ces choses-là, il ne faut pas que ça se perde. » L’objectif primordial est bien de protéger l’objet.

Conserver, mettre en réserve, c’est mettre quelque chose à l’écart pour tenter de le soustraire aux effets réels et symboliques du temps. Cela s’applique à des objets apparus dans un passé plus ou moins lointain, mais aussi à des choses destinées à apparaître comme « objets conservés » dans le futur, donc à traiter dès maintenant comme des objets venus du passé (Guillaume 1990 : 15).

4Une sélection s’effectue parmi les objets reçus en héritage, qui est pour une part le fruit des représentations sociales liées à leur statut. Le mot héritage est employé ici en dehors de toute notion juridique car, dans les milieux populaires qui constituent le terrain de l’enquête, l’héritage formalisé est une exception : la transmission des objets aux descendants s’effectue tacitement, du moins en ce qui concerne le type d’objets qui nous intéresse ici.

Patrimoine local et patrimoine familial

5C’est parfois entre les murs de bâtiments anciens, voire dans le sol d’une propriété que sont trouvés les objets. Gilles Garnier a littéralement découvert les poteries du Pont-des-Vernes, d’abord dans le lit de la rivière Bourbince, puis en les extrayant du sol de sa propriété. La plupart des produits enterrés étaient des invendus, empilés, stockés autour de l’usine, tandis que les poteries trouvées dans la rivière avaient sans doute été jetées là pour assainir le gué : de déchets, elles sont devenues objets de collection. C’est ici une véritable transfiguration du statut des choses au fil du temps, à rapprocher de la récupération de déchets recyclés dans le but de les réutiliser ou d’en faire des objets décoratifs.

Cette joie de la trouvaille, de la récupération, est donc le premier acte créateur de celui qui projette de déplacer le sens afin de créer un objet ayant sa place dans sa vision du monde, alors que cet objet faisait partie de la catégorie du rejet et dont le destin était de se décharger de son sens dans une décharge publique (Martinon 1978 : 207).

6Gilles Garnier oppose son action à celle du précédent propriétaire des lieux, pour qui les objets n’avaient « pas d’intérêt » : « L’ancien propriétaire, qui était transporteur, m’a dit qu’il avait tout démonté, qu’il avait donné des pots à ceux qui en voulaient et puis tout le reste, il l’avait cassé et s’en était servi pour remblayer le terrain. C’est comme ça que j’ai entrepris mes premières fouilles sur ce terrain et ce sont mes premières trouvailles qui en ont entraîné d’autres, et puis j’ai trouvé que c’était une bonne idée de maintenir le souvenir de la poterie en exposant comme ça les choses, en les exhumant du sol pour ne pas que ça se perde. » Le précédent propriétaire était un entrepreneur local, natif de la région et appartenant à une génération qui a connu la poterie du Pont-des-Vernes en activité. Ses rapports avec les produits de l’usine sont demeurés assez pragmatiques, hors de toute considération patrimoniale, directement liés à son activité professionnelle : transporteur, il avait besoin d’espace pour garer ses véhicules, et d’un sol aplani et sain pour rouler sans encombre. Les poteries de grès découvertes sur le site lui ont permis d’assainir le terrain. Gilles Garnier, quoique originaire des environs, vit en région parisienne, il avait dix ans quand la poterie a fermé ses portes, il est ingénieur et collectionneur passionné de choses anciennes : les poteries trouvées dans le sol, intactes ou non, ont suscité chez lui une tout autre réaction, qui a consisté à rassembler les témoignages autour de cette production et à reconstituer des séries d’objets offrant l’éventail le plus large possible de ce qui s’était fabriqué sur place. Gilles Garnier fait partager à ses invités ce mode original d’acquisition des objets anciens, cette archéologie à domicile : « Depuis que j’ai commencé à exposer, je garde tous les modèles uniques, ceux que je n’avais pas encore. Quand j’ai des invités, je leur dis “vous pouvez creuser” et s’ils en trouvent que je n’ai pas, je les garde. Tous les autres, ils peuvent les emporter. Ça leur plaît bien en général de trouver des choses, surtout s’ils savent qu’ils vont emporter ce qu’ils trouvent. » Quant à lui, il conserve également les tessons, les poteries cassées « que je garde parce que c’est une trace de quelque chose, ça prouve quelque chose ou ça peut me prouver quand je trouverai le pot entier que ça a été fait ici ». Avant d’acheter cette maison, M. Garnier ne gardait pas les poteries de grès qu’il trouvait dans le lit de la rivière : il les donnait à ses parents. C’est le fait de posséder ces bâtiments et de vouloir en posséder l’histoire qui a provoqué principalement l’attrait pour ces objets. L’appropriation du site passait par l’accumulation de ses productions. L’achat des bâtiments a d’abord été motivé par leurs vastes capacités qui lui permettaient d’entreposer sa collection d’outils : « C’est après que j’ai appris que c’était une ancienne poterie et que ça correspondait aux petits pots que je trouvais depuis des années dans la rivière. Ces petits pots, je les ramassais et je les laissais chez mes parents ; chez eux aussi, ils sont exposés un peu partout. Ils les trouvaient jolis... on rapporte un petit pot, eh bien, ça peut servir à mettre des fleurs, c’est décoratif, surtout quand ça fait une série sur un meuble ou une cheminée. » Pour les parents de Gilles Garnier, le critère principal qui motive la conservation des pots de la rivière est l’aspect décoratif, conforté par la constitution d’une série. Pour le collectionneur systématique, la constitution de séries axées sur la fonction des objets passe avant tout et le sériel prime sur l’individuel. Afin de compléter les séries, Gilles Garnier n’hésite pas à se dessaisir d’objets dépareillés – il faut dire qu’il en détient une grande quantité – pour échanger avec des habitants du village possesseurs de modèles inédits.

7Dans les familles, les objets restent souvent la propriété de celui qui garde la maison, dans la logique d’une sorte de corrélation intime entre objets et habitation. Cet héritage peut s’inscrire dans un cadre professionnel : tous les objets que m’ont présentés M. et Mme Maton « leur viennent » des parents de madame, qui les avaient reçus eux-mêmes de leurs parents. Dans cette famille d’agriculteurs, on se transmettait l’exploitation et le matériel afférent, dont faisaient partie les ustensiles de grès. La solidité de ces derniers a permis à certains d’être utilisés par trois ménages successifs. Dans le cas de Georges Touilly, dont la famille a travaillé à la poterie de Pont-des-Vernes durant trois générations, les objets sont demeurés entre les murs de la maison dont il est le propriétaire. Pour ces deux exemples, les objets ont été transmis avec le bâti aux enfants qui restaient dans les murs et dans la profession, que celle-ci implique les objets dans un rapport d’utilisation ou de production.

8La sauvegarde d’un patrimoine familial peut coïncider avec le souci du patrimoine local. M. Sivignon motive son intérêt pour les produits céramiques locaux d’une manière bien différente de son épouse, ce qui nous offre l’occasion d’analyser un discours participant pleinement de la patrimonialisation des objets de l’industrie. Que les poteries de grès aient été ou non fabriquées manuellement ne lui importe guère : « Moi, je me dis, bon, que ce soit fait d’une manière ou d’une autre, peu importe ; je suis content de rassembler, moi, ne serait-ce que pour la mémoire du pays, des choses qui ont été faites ici, quoi, sans vouloir rentrer dans le détail de la technique. Mais c’est mon point de vue personnel plus que celui de ma femme. » Outre que ce discours permet à M. Sivignon de se démarquer des préoccupations esthétiques de sa femme quant aux objets céramiques, il le situe socialement parmi les amateurs de patrimoine et les férus d’histoire. Quand Mme Sivignon nous dit : « Il ne faut pas que ça se perde » en évoquant les produits du Pont-des-Vernes, elle invoque la sauvegarde des objets en tant que belles choses, produits anciens, produits de céramique ; lorsque son mari dit : « Il faut garder ce qui a été fait ici », il parle des mêmes produits, mais en tant qu’objets témoignant d’un passé industriel et prospère de la commune qui l’a vu naître, commune aujourd’hui dépeuplée et désertée par les activités autres qu’agricoles. Né à Pouilloux, dont son père fut le premier magistrat, M. Sivignon y a passé sa jeunesse, mais l’ensemble de sa carrière de vétérinaire s’est déroulée dans le département de l’Allier et ce n’est qu’à la retraite qu’il est revenu « chez lui ». Aujourd’hui, il cherche à se réapproprier son territoire par la conservation de ces objets fabriqués à quelques kilomètres de sa maison natale, objets qu’il a vu produire et utiliser. Pourtant, c’est bien son épouse, originaire d’Épinac, petite ville située à une trentaine de kilomètres au nord du Creusot, qui a constitué cette collection et enrichi le patrimoine céramique de la maison. C’est en quelque sorte pour se dédouaner que M. Sivignon tient à souligner son attachement au patrimoine local plus qu’aux objets et à mettre en évidence la différence de nature entre les liens qu’il entretient avec ces objets et les affinités esthétiques de son épouse.

9Pour M. Durand, l’intérêt pour les poteries du Pont-des-Vernes est lié à leur provenance locale : « C’est la région, j’aime ce qui est région. Pour les lampes de mine, c’est pareil, j’ai vécu toute ma vie professionnelle avec des mineurs, que ce soit des clients ou même au travail, des mineurs il y en avait beaucoup... Alors, j’en ai trois, est-ce que c’est une collection ? Il y en a une qui vient de famille, mais c’est pas la première que j’ai eue. J’en ai acheté une. Pourquoi, parce que je voulais une lampe de mineur, sachant que la mine allait disparaître, et c’est vieux la première que j’ai achetée. Je l’ai achetée chez Forest, l’antiquaire qui était rue Barbès, il y a longtemps que c’est fini, ça... La deuxième, je l’ai eue de famille et la troisième c’est ma femme qui me l’a payée pour un Noël. » La poterie de grès émaillé rejoint donc, du moins dans le discours, la lampe de mine au rang des emblèmes du passé industriel de la région montcellienne.

10Il est évident que la distinction entre objets de famille et objets de patrimoine local ne peut se traduire par des catégories strictement déterminées : elle est produite par le détenteur des objets en fonction de sa propre trajectoire sociale et en fonction de l’interaction. Ce qui, dans une conversation anodine, sera présenté comme un héritage familial, pourra devenir face à un interlocuteur plus averti « la mémoire du village » ou encore être investi d’une valeur patrimoniale à la suite d’une conversation avec un brocanteur ou d’une visite de musée. L’objet peut aller et venir au cours de sa trajectoire entre ces deux pôles, privé et public, en fonction des représentations sociales de ses détenteurs successifs et des rapports sociaux dans lesquels il est mis à contribution.

11Les poteries de grès qu’on peut qualifier d’objets immeubles ont été produites dans la région proche ou dans les bâtiments mêmes où elles sont actuellement conservées. Leurs détenteurs cherchent à les protéger en évitant de les éloigner de leur point d’origine, ce lieu de naissance de l’objet artefact, et c’est précisément parce qu’ils sont originaires de ce lieu que les objets sont conservés. Ce critère localiste de conservation, considéré comme une norme sociale – il faut garder ces choses qui font partie du patrimoine de ce village ou de sa région, il ne faut pas que ça se perde – est à rapprocher de la conservation d’objets de famille transmis tacitement – « on a toujours eu ça dans la famille ; je le garde parce que c’était là » – comme élément du patrimoine familial. Dans le cas de familles installées depuis deux ou trois générations dans les environs immédiats des centres de production céramique, patrimoine local et patrimoine familial se rejoignent et se confondent dans une même logique de conservation/ protection des objets.

Le rôle du musée dans la conservation

12Les effets de retour provoqués sur les rapports entre sujets et objets par le travail du musée, et plus généralement par toutes les institutions concernées par l’histoire et la mémoire, jouent directement sur la conservation des artefacts issus du passé. Le regard porté sur les produits céramiques change du fait de l’intérêt historique dont ils sont crédités par le musée. Les pratiques de conservation mises en œuvre par les habitants de la cucm entérinent ainsi la valeur accordée aux choses et suscitent le désir autour d’elles.

13Le fait de conserver certains objets de famille plutôt que d’autres peut s’inspirer des projets scientifiques et découler des centres d’intérêt du musée. « Le rapport aux objets quotidiens et la valeur qui leur est attribuée dépendent de plus en plus d’une qualité : “bon pour le musée” » (Roth 1989 : 135). Ce « label » influence non seulement la cote commerciale de l’objet ancien, mais surtout l’évolution du statut social de l’objet et le regard porté sur lui par ses détenteurs. Objet usuel obsolète, la poterie de grès devient potentiellement objet témoin, objet archive.

14Sur notre terrain, l’écomusée et sa politique de collecte sont couramment invoqués par les marchands. Gilles Garnier me l’a affirmé au sujet du brocanteur Collier : « Vous lui servez de référence. “Cette pièce-là intéresse l’écomusée”, il est content de le dire. » De même, dès qu’il a ouvert boutique dans le centre-ville de Montceau-les-Mines, Jean-Charles Robin a contacté l’écomusée pour nous proposer immédiatement une vente. Il a souhaité entretenir d’emblée une relation privilégiée avec le musée, nous réservant certaines pièces, et utilisant en contrepartie notre caution « scientifique », notamment quant à la provenance des objets – céramiques et autres. Depuis son installation, des liens ont été établis et entretenus, sans pour autant que soit véritablement officialisée la collaboration qu’il désire.

  • 2 Le verbe « prendre » est très souvent utilisé par les marchands et les acheteurs au sujet des obje (...)

15Pour M. et Mme Durand, l’intérêt de l’écomusée pour la céramique a changé la donne sur le plan commercial : « Parfois, à cause de vous, on est obligé de marchander ! Et on nous dit, et vivement : “Ça ne fait rien, on va le porter à l’écomusée”, ça, on y a droit tout le temps ! Ah ça, on l’entend, on l’entend maintenant ! “Ils nous prennent tout, à l’écomusée”, et ça on y a droit à chaque fois ! » La flambée – très modérée – des prix et le refus du marchandage par les brocanteurs, arguant que tous les objets de ce type leur seront de toute façon « pris2 » (argument qui d’ailleurs joue dans les deux sens) sont un effet pervers qui découle directement de la révélation par le musée et ses publications de l’intérêt patrimonial des choses. Les objets sont mis en exergue et soumis par conséquent au désir des collectionneurs et des marchands.

16Le musée joue un rôle prépondérant dans la construction et l’évolution du statut social des objets en suscitant l’engouement. Il agit sur la valeur commerciale des choses autant que sur leur valeur dite patrimoniale et joue ainsi un rôle dans la construction sociale des catégories d’objets dignes d’être conservés.

L’éternel produit
Dans la phase initiale de leur trajectoire biographique, les poteries de grès furent des produits manufacturés, identifiés par leur fonction et leur lieu de fabrication. Dans certains cas, le temps paraît n’avoir pas eu de prise sur les objets, et la façon dont ils sont conservés, ou à l’inverse rejetés, montre qu’ils ont gardé malgré les années leur statut de produit et précisément de produit d’un travail humain. Hermine Chèze refusait de se débarrasser des poteries de grandes dimensions, de les donner ou même de les vendre au musée ou aux brocanteurs. Elle destinait ces objets principalement à ses neveux et nièces à qui elle voulait les offrir. « Je voudrais que ça reste dans la famille, parce qu’on y a passé trop de temps, c’était tellement long, tellement difficile à faire... » Aujourd’hui, la propriétaire des lieux est sa sœur, qui vit à Dijon mais a tenu à conserver l’usine et la maison en les maintenant en état. Très attachée au lieu, elle l’est moins qu’Hermine aux produits de l’usine parce qu’elle est moins concernée par le travail de l’argile. A l’occasion de mes visites, elle n’hésite pas à donner des poteries au musée, ainsi que des archives et des outils en exigeant que la mention « usine Chèze, Palinges » soit systématiquement portée sur les légendes lors des expositions. Mais elle veut que soit conservée sur place la quasi-totalité des stocks : « C’est bien que ça reste là, comme ça, quand des gens viennent, on peut leur donner une poterie, ça fait partie de la vie du pays, c’est le Montet. J’en donne souvent, on a offert beaucoup de séries, alors maintenant, c’est un peu dépareillé. » Hermine Chèze, qui avait conservé d’importants stocks d’invendus, offrait régulièrement des poteries parmi celles qu’elle estimait les plus réussies techniquement, à ses neveux notamment. C’était un moyen de transmettre un héritage familial par le biais du cadeau : « Cela ne coûte rien et ce sont de belles choses, ça fait de beaux cadeaux. » Puisant dans les stocks de l’usine, un de ses neveux avait habillé en bougeoirs des petits pots à rillettes – une bougie, du papier doré, une feuille de houx et du gui – pour les vendre lors des fêtes sur les marchés à Dijon. Les produits de l’entreprise, initialement destinés au commerce, retrouvaient ainsi le marché par le biais de l’anecdotique, ce qui ne choquait pas Hermine Chèze, pour qui le travail que nécessitaient ces poteries ne devait en aucun cas se brader. Pour les héritiers des manufactures de poteries de grès, petites et moyennes entreprises familiales, les stocks d’invendus constituent un ensemble d’objets de famille. Mais l’actuelle propriétaire demeure hésitante sur l’avenir de l’ensemble du stock – vendre en bloc ? vendre par lots ? donner ? conserver ? – et surtout ne veut pas prendre de décision sans l’aval de ses enfants. L’aîné, celui qui vendait les bougeoirs, dans la lignée de sa tante, refuse de donner l’ensemble au musée : il veut « faire le tri », et vendre un lot important en conservant les pièces uniques ou exceptionnelles, susceptibles de constituer un patrimoine familial digne de ce nom. Il ne faut pas voir dans cette décision la volonté d’une exploitation lucrative d’un héritage. Plus qu’une volonté de vendre, il faut voir là un refus de donner, un refus du gaspillage ; les descendants du fondateur de l’usine accordent aux objets une valeur commerciale intrinsèque. Ces poteries de grès ont été fabriquées par des ouvriers qui ont reçu pour ce travail un salaire, elles ont été produites pour être vendues et permettre à l’entreprise familiale de prospérer. Près de quarante ans après la fermeture de l’usine, ces poteries – des invendus et souvent des produits de troisième choix – demeurent irrémédiablement des produits industriels, des marchandises, et les donner serait faire en quelque sorte injure à leurs producteurs, donc aux aïeux. Toutefois, des catégories existent parmi ces objets de famille, qui distinguent la masse des stocks (pots pour conserves, crapauds chauffe-pieds, briques chauffeuses, bouteilles à encre...) des poteries de grès dites flammées, rares et identifiées au grand-père Gabriel Chèze, des poteries de grandes dimensions et des modèles exceptionnels par leur forme ou leur marque. Ceux-ci sont intégrés au patrimoine familial, tandis que la masse peut être vendue au musée, voire à un soldeur. Le statut de l’objet est ici à la croisée de trois notions, celles de l’objet/produit, de l’objet de famille et de l’objet/ Patrimoine. Trancher en faveur de l’une ou l’autre est une décision qui pèse sur l’objet lui-même et sur sa trajectoire biographique individuelle. L’objet conserve son rôle de représentation sociale d’une activité professionnelle et d’un centre de production. Il demeure un produit, avant tout autre statut malgré les années et les variations de valeur.

Donner les choses

17Le don d’un objet implique donateur et donataire dans une relation où la chose intègre les personnes, et finit par les représenter. Dans la conclusion de l’Essai sur le don (1923-1924), Marcel Mauss tente de rapprocher à la société occidentale contemporaine ses analyses portant sur des terrains exotiques.

Une partie considérable de notre morale et de notre vie elle-même stationne toujours dans cette même atmosphère du don, de l’obligation et de la liberté mêlés. Heureusement, tout n’est pas encore classé exclusivement en terme d’achat et de vente. Les choses ont encore une valeur de sentiment en plus de leur valeur vénale, si tant est qu’il y ait des valeurs qui soient seulement de ce genre. Nous n’avons pas qu’une morale de marchands. Il nous reste des gens et des classes qui ont encore les mœurs d’autrefois et nous nous y plions presque tous, au moins à certaines époques de l’année ou à certaines occasions (Mauss 1978 [1950] : 258).

18Même si l’attribution à de supposées « mœurs d’autrefois » d’une « valeur de sentiment » des choses est une idée largement remise en cause ou du moins affinée par les anthropologues depuis ce texte fondateur, l’argument selon lequel les objets ne doivent pas être seulement perçus comme des biens dotés d’une valeur exclusivement économique est déterminant pour notre thématique. Le commerce et l’échange de produits ne se limitent pas au registre monétaire.

Les choses vendues ont encore une âme, elles sont encore suivies par leur ancien propriétaire et elles le suivent. [...] Mais nombre d’autres usages français marquent qu’il faut détacher la chose vendue du vendeur, par exemple : frapper sur la chose vendue, fouetter le mouton qu’on vend, etc. Même on peut dire que toute une partie du droit, droit des industriels et des commerçants, est, en ce temps, en conflit avec la morale. Les préjugés économiques du peuple, ceux des producteurs, proviennent de leur volonté ferme de suivre la chose qu’ils ont produite et de la sensation aiguë que leur travail est revendu sans qu’ils prennent part au profit (ibid. : 259-260).

  • 3 Sur l’Essai sur le don et sa critique par Lévi-Strauss, voir Bazin & Bensa 1994 : 4-7.

19La part « animée » de la chose vendue se traduit donc sur le plan social par le désir du travailleur de retirer véritablement bénéfice de son travail, bénéfice moral plus qu’économique, selon Mauss. Ce qu’on doit principalement retenir de l’Essai sur le don, c’est l’affirmation par un des fondateurs de la discipline ethnologique du caractère non exclusivement exotique des rapports affectifs et symboliques entre sujets et objets, et de l’existence d’une forme d’âme propre aux objets, y compris dans les sociétés occidentales3. Et c’est par l’étude du don et du contre-don, de la transmission d’objets entre sujets que prend corps avec le plus de netteté cette propriété intrinsèque des objets dans la société.

La transmission familiale

20La transmission d’objets au sein des familles répond à des règles précises : le passage d’objets de parents à enfants est considéré comme un fait naturel, normal, qui va de soi, de l’ordre du tacite, du moins en l’absence de relations conflictuelles. Tout différent est le traitement réservé – à la fois dans le discours et dans les pratiques – aux objets offerts par des collatéraux, voire par des descendants. Le fait de recevoir un objet auquel on n’a pas droit prioritairement lui confère une valeur particulière : « Ces deux pichets en faïence étaient chez ma tante Dominique dans sa cuisine et je les avais trouvés jolis, c’est pour ça que je les ai pris puisque la Marthe et la Carmen [filles de tante D.] n’en voulaient pas. » Mme Bouin justifie ainsi le fait qu’elle détienne des objets reçus d’une tante ayant des descendants directs. Elle se défend d’avoir enfreint une norme de transmission et de mettre en valeur des objets obtenus de façon, finalement, un peu irrégulière.

[...] la transmission constitue aujourd’hui, dans notre société, un ensemble de faits normatifs. Elle n’est pas la simple application du droit, d’un code ni d’une règle écrite, mais implique au contraire la mise en œuvre de véritables stratégies et l’intériorisation de conventions morales [...]. L’économie des biens de famille est en partie une économie symbolique, et peut-être de plus en plus une économie symbolique (Gotman 1988 : 6-8).

21Lorsque l’usine du Pont-des-Vernes a été sur le point de fermer, son directeur a donné à son fils, Jacques Langeron, des poteries qu’il conserve mais ne met qu’exceptionnellement en valeur. « Je ne les ai pas choisies ; en 1954, quand je suis revenu d’Algérie, mon père avait fait des lots. Par la suite j’en ai même vendu quelques-uns parce que je n’en avais pas l’utilité. » Hérités en ligne directe, les objets sont en quelque sorte banalisés ; ils ne parviennent que rarement à s’extraire du lot et ne sont jamais mis en valeur en tant que souvenir de famille mais éventuellement pour leurs qualités esthétiques propres. Jacques Langeron a d’ailleurs fait un don important à l’écomusée d’objets qu’il conservait pour la plupart dans la cave de son immense maison.

22La transmission de sa collection n’est pas encore à l’ordre du jour pour M. Durand qui est âgé de cinquante-quatre ans. Toutefois, un de ses deux fils a d’ores et déjà hérité d’objets anciens achetés en brocante. « On a des jumeaux, c’est-à-dire que Philippe est intéressé, Dominique beaucoup moins, alors je vais pas le forcer. Philippe, il réclame souvent, il vient, et si c’est un objet que j’aime bien, qui est mis et installé, il a beau le réclamer, je ne le donne pas. Vous avez vu, il y a pas mal de bazar là-haut dans le tiroir, bon, là éventuellement... Et en général, c’est installé chez lui. Il le met, oui, il le présente. Alors que Dominique, au départ, il osait pas dire non, il en a emporté, et puis souvent c’était pas installé, et un jour il a tout rapporté, alors bon, il ne réclame pas. Philippe réclame. Les Maïténa, non, ils ne bougent pas. Pour l’instant. » Mme Durand précise : « On viendrait à disparaître, il y a un de nos fils qui prendra tout, l’autre ça ne l’intéresse pas du tout. » La transmission des objets, selon le statut dont ils sont dotés, est déterminée par le statut de celui à qui ils sont donnés, le donataire, que le donateur juge intéressé ou non. Les objets jouent finalement un rôle classificatoire dans les rapports familiaux, ils servent de repères à l’intérieur du cercle des proches.

23Les quelques rares objets ayant droit de cité au sein de la collection Pont-des-Vernes de Mme Sivignon sans en posséder la marque de fabrique, le cachet référence, sont des objets offerts par ses enfants ou reçus de son parrain. « Cette théière, c’est ma fille qui me l’a rapportée du Japon ; celui-là je ne sais pas ce que c’est mais il est marrant, il était chez mon parrain ; je ne sais pas ce que c’est mais c’est une poterie et je l’ai trouvée jolie, elle venait de chez mon parrain... » Ces objets côtoient les produits du Pont-des-Vernes, parce qu’ils sont des produits céramiques mais également et surtout du fait de l’identité de leur donateur. C’est là encore un exemple de qualification des objets par les personnes. On conserve les objets parce qu’ils ont été offerts. Ainsi M. Bouin : « Chez nous, on a beaucoup de céramique, c’est peut-être parce qu’on a de la famille qui était du métier... Et puis on ne jette pas la vaisselle parce que bien souvent c’est des gens qui l’offrent alors on y tient, quoi... J’ai un cousin à Montceau, lui il ne garde rien, il jette tout, il ne conserve pas grand-chose entier ! » Conserver des objets de famille constitue un élément de base de la norme sociale, qu’il s’agisse de vaisselle de faïence, de grès ou de meuble ; enfreindre cette norme, c’est faire montre de peu de respect pour les choses et donc pour les gens. Autant d’objets matérialisant une généalogie imagée, une lignée, une maison au sens ancien et noble du terme. Sans doter ces objets d’un quelconque pouvoir religieux ou spirituel, les détenteurs de ces trésors familiaux leur accordent une grande valeur, enrichissant l’histoire de leur famille d’un réel patrimoine.

Le populaire s’est trouvé longtemps maintenu en dehors du circuit des biens reconnus dignes d’être conservés. Aujourd’hui, des familles ordinaires peuvent croire qu’elles sont autorisées à être porteuses d’un patrimoine alors que le patrimoine - fait familial était jusqu’alors réservé aux familles dites « grandes » (Martinet 1982 : 70).

24En vertu de cette nouvelle conception du patrimoine, des objets usuels, objets du quotidien, se transmettent de génération en génération. Le passage du privé au public, de la famille au musée, d’un lot d’objets n’est que l’exacerbation patrimoniale d’une situation sociale conventionnelle.

Donner aux autres

25La destination future des objets a rarement été fixée formellement. Certains ont déjà donné des poteries de grès à leurs enfants, à leurs neveux, voire aux voisins. Dans ce cas, la transmission déborde du seul cadre familial. C’est ainsi que Gilles Garnier a pu acquérir certains produits atypiques de l’usine Langeron – une soupière par exemple : « C’est ma voisine qui me l’a donnée, elle la tenait de ses parents. » Pour Georges Touilly, on ne donne pas aux voisins des choses « de famille » mais on peut donner des objets achetés : « Ma mère en a pas mal donné. Elle en a donné à la voisine. Elle m’a dit “tiens, la voisine les trouve jolies les coquilles d’escargot [en grès]”. Je lui ai dit “bof, t’as qu’à lui donner, de toute façon on ne mange jamais d’escargots”. On les avait pas payées bien cher, on les avait achetées à l’usine. » Une sélection s’opère donc entre ce qui doit rester dans la famille, et notamment les poteries fabriquées par les membres de la famille – le pot à tabac du grand-père, le premier cruchon de Georges Touilly –, et les objets les plus courants, dont on peut se séparer – les « blancs » utilitaires, les poteries ébréchées. Les produits de grès qui étaient dans la maison n’y resteront pas après lui, mais demeureront dans la famille, du moins dans un premier temps : « J’ai des neveux, des nièces, je leur donnerai. S’ils n’en veulent point, ils les vendront. Je ne leur en ai encore pas donné. » Célibataire sans enfants, M. Touilly sait que la maison familiale sera vendue à sa mort et accepte d’avance que les objets qui s’y trouvent soient dispersés, puisqu’on ne peut les vendre avec les murs. Fataliste, il n’a que peu d’illusions sur la valeur accordée aux objets par ses neveux et nièces mais il les leur léguera tout de même puisqu’ils sont ses descendants les plus directs.

  • 4 Sur le « passage des intérêts privés aux intérêts communs » et l’idée de patrimoine collectif, voi (...)

26René Bouin n’a pas de descendance : « ... de toute façon moi ce que j’ai, en principe, ça ira au musée de Palinges, même mes armes de collection... Ça vaut quand même le coup de garder ces choses-là même si ça n’a pas beaucoup de valeur ; on est sûr comme ça que ça ne sera pas monétisé par la suite. Parce que des fois on laisse un héritage à des gens qui vont le brader ou le détruire... » Lorsque M. Bouin parle ici de valeur, c’est évidemment de valeur économique : malgré le bas niveau présumé de celle-ci en ce qui concerne ces objets-là, ils méritent d’être protégés de la monétisation, du marché de l’ancien. Cela serait pour les objets une déchéance sociale dont M. Bouin veut les préserver, ce qu’il a les moyens de faire grâce à l’existence du musée local. Le patrimoine familial deviendra ainsi patrimoine culturel, public et local4, au sein duquel les produits céramiques rejoindront les « choses anciennes » de M. Bouin, armes de collections, lampes de mine, faïences mais aussi le contrat de mariage de ses parents et le livret ouvrier de ses oncles. Tout un bric-à-brac familial élevé au statut de patrimoine par un legs encore à venir, du fait de la rupture du fil des générations – l’absence d’héritiers.

  • 5 Rapport du jury international, Exposition universelle de 1889 à Paris ; Groupe III, classes 17 à 2 (...)
  • 6 Je remercie M. Claude Pichon pour ces précieuses informations. Collectionneur spécialiste des obje (...)

27Il est également des cas exceptionnels, pour lesquels la trajectoire biographique individuelle de l’objet et ses modes de transmission méritent d’être détaillés. Comme je l’ai dit plus haut, Jean- Charles Robin a vendu à l’écomusée trois bouteilles de grès émaillé de grandes dimensions en mars 1999 : un cruchon à anse haut de 96 cm, une bouteille dite « à cidre » haute de 1,10 m et une bouteille à encre de 90 cm, dont le goulot est brisé. Ces poteries d’une taille exceptionnelle proviennent d’après leur marque de fabrique de la poterie Bossot de Ciry-le-Noble. « D’après ce que je sais, elles ont été fabriquées pour présenter à une exposition à Paris, c’était uniquement publicitaire. On a ça depuis plus de vingt ou trente ans dans la famille, je crois que c’est le gardien de l’usine qui nous les avait données », nous informe d’abord M. Robin. Ce type de produit n’était effectivement pas fabriqué en série : les bouteilles de grès, cruchons à liqueur, bouteilles à cidre ou à encre commercialisés par Bossot, Langeron ou Le Montet, ne dépassaient généralement pas la contenance de un litre, pour une hauteur de 30 à 35 cm. Nous ignorons les circonstances précises de la fabrication de ces bouteilles géantes, mais nous disposons tout de même de quelques indices. L’entreprise Bossot a effectivement présenté ses produits à de nombreuses expositions commerciales, et en particulier à l’Exposition universelle de 1889 à Paris, où elle a obtenu deux médailles d’argent dans la classe céramique5. Les industriels n’hésitaient pas, à l’occasion de cet événement promotionnel de grande envergure, à fabriquer des pièces de prestige, illustrant à la fois le savoir-faire de l’entreprise et ses capacités productives. Mais le rôle publicitaire de ces objets pouvait également servir le client, c’est-à-dire l’utilisateur des bouteilles qui commercialisait leur contenu, comme par exemple la maison parisienne Antoine et Fils, producteur d’encre de renom à la fin du xixe siècle et jusqu’aux années 1930. Une gravure publicitaire en couleur pour cette maison, récemment fournie par un collectionneur6, m’a permis de reconnaître une bouteille d’encre géante, auprès de laquelle jouent deux enfants plus petits, posée sur un trottoir devant une boutique. Il semble donc que ce type de produit pouvait servir d’enseigne aux clients des poteries de grès. Nous voyons également ces bouteilles géantes sur les photographies de groupes d’ouvriers du début du siècle, qui répondent toutes à une scénographie quasi immuable : selon le nombre d’ouvriers, ils sont disposés sur deux ou trois rangs ; au premier rang, assis, se trouvent les tourneurs au centre desquels s’est placé le patron ou le contremaître selon les cas ; et posés au sol devant ce premier rang, un échantillon des produits de l’usine. Les poteries géantes encadrent le premier rang : elles sont un témoignage de ce qu’ont été capables de réaliser les ouvriers. Pour les bouteilles vendues par M. Robin, nous avons même un document qui semble les montrer elles-mêmes – oserait-on dire personnellement ? Il s’agit d’une photographie du fonds Grandjean représentant une mise en scène cérémonielle dans le chœur de l’église de Ciry-le-Noble : une pyramide de bouteilles et cruchons de grès émaillé, d’épis de faîtage et de tuiles faîtières à fleurons est encadrée de drapeaux tricolores et surmontée d’une bannière de bénédiction. On reconnaît facilement un ensemble de produits Bossot avec, au premier plan à gauche, le cruchon à anse et au sommet de la pyramide la bouteille à cidre de la même taille que les pièces vendues au musée par Jean-Charles Robin. Nous ne connaissons pas les circonstances ni la date de cette cérémonie, mais la présence des drapeaux incite à la rapprocher de la Première Guerre mondiale : action de grâce de l’entreprise Bossot lors de la déclaration de guerre ? hommage aux ouvriers de l’usine morts pour la France, en 1918 ? Toujours est-il que les deux bouteilles géantes ont participé à l’événement, comme emblème de la poterie.

  • 7 Notons ici la corrélation étroite entre patrimoine d’entreprise et patrimoine familial, corrélatio (...)

28Ces différents éléments sont autant d’indices sur l’origine de ces trois objets d’exception à propos desquels Jean-Charles Robin s’est progressivement souvenu des circonstances précises de leur acquisition : « J’ai demandé à mon père, et il m’a rappelé comment elles étaient arrivées dans la famille. Mon père était inspecteur des impôts, dans la fiscalité des entreprises en charge du secteur de Ciry-le- Noble. Cécile Piot avait eu besoin de son aide pour remplir des papiers, et pour le remercier, elle lui avait offert ces trois bouteilles en lui disant qu’elles avaient été fabriquées pour une Exposition universelle. » Cécile Piot fut la dernière gérante de la briqueterie Vairet- Baudot, à Ciry-le-Noble. Cette entreprise, active de 1863 à 1967, avait en 1930 racheté la tuilerie Bossot, dont le propriétaire désirait quitter le métier : le rachat concernait les bâtiments et l’équipement industriels, la clientèle et les stocks, au sein desquels se trouvaient les trois bouteilles, passées alors du patrimoine de la famille et de l’entreprise Bossot à celui de la famille Vairet et Piot7. Lorsque Cécile Piot, dans les années 1960, en fait cadeau à M. Robin père, ces objets intègrent le patrimoine de la famille Robin. Le fils a d’abord récupéré la bouteille d’encre : « La bouteille d’encre est cassée, parce que j’en avait fait une lampe, et j’avait enfilé une douille dans le goulot. Elle a dû être trop enfoncée et ça l’a éclaté ; depuis j’ai perdu les morceaux. » Et lorsqu’en mars 1999, Jean-Charles Robin ouvre sa boutique d’antiquités, c’est tout naturellement qu’il pense vendre ces bouteilles mais, conscient de leur caractère exceptionnel, il les propose d’abord à l’écomusée, dont il connaît l’intérêt pour l’industrie céramique. Les poteries de grès deviennent alors objets du patrimoine public : aussitôt achetée, une des trois bouteilles a été acheminée à l’Assemblée nationale pour représenter l’écomusée de la cucm lors d’une exposition organisée par la Fédération des écomusées et musées de société. Il est plaisant de supposer que, fabriquée à Ciry-le-Noble, « montée » à Paris en 1889 pour représenter l’entreprise Bossot, revenue en Saône-et-Loire avec la trajectoire sociale que l’on sait, la même bouteille à cidre de 1 mètre de haut soit revenue dans la capitale cent dix ans plus tard pour y représenter l’écomusée et le patrimoine industriel de la communauté urbaine.

29Le suivi biographique individuel des objets par l’étude chronologique détaillée de leurs transmissions successives va au-delà de l’anecdote. Il montre une évolution de statut assez linéaire, même s’il nous manque des éléments de discours à chaque étape de leur vie pour compléter les données ethnographiques : d’article publicitaire, argument de promotion commerciale, l’objet passe au rang des emblèmes d’une entreprise et d’une profession ; il transite d’un patrimoine familial à un autre, voit sa fonction première détournée – de bouteille d’encre à pied de lampe –, retrouve brièvement un statut de produit commercialisé avant d’intégrer les collections d’un écomusée et de représenter celui-ci à l’échelon national. C’est leur transmission d’un détenteur à un autre, d’un acteur social avec ses préoccupations professionnelles et soucieux de sa représentation, qui a dirigé la construction de leur statut de l’objet-promotion à l’objet de collection muséale en passant par le cadeau.

L’acquisition, une rencontre

Les circonstances de l’achat

30L’achat d’un objet est un événement essentiel dans sa biographie telle qu’elle nous est narrée par son détenteur. Serge Durand se souvient très clairement de la première pièce de sa collection : « Le premier que j’ai acheté, la date est dessous, ça doit être 88, quelque chose comme ça. C’est par hasard, disons, c’est ma femme qui faisait plus les brocanteurs, et puis je suis resté devant, c’est un vase avec deux anses, assez volumineux, il est d’une forme, heu... et je suis tombé en arrêt devant ce vase, et sachant que ça sortait de la région du Pont-des-Vernes, je l’ai acheté, mais je ne cherchais rien, je connaissais pas. Eh bien, j’ai d’abord acheté celui-là, voyez c’est marqué dessous, ça fait dix ans. La couleur, les formes m’ayant interpellé, en le retournant, Maïténa, j’ai continué d’acheter chaque fois que j’en trouvais un et dans ce temps-là les prix étaient à 50, 60, 100 balles. J’en ai même eu à 20 francs, en discutant un peu ! Mais celui-ci, à 150 francs, ça faisait déjà cher à l’époque. » Sous le vase, à côté de la marque, il a inscrit au crayon de papier la date (1988), le lieu (brocante Jacquet à Blanzy) et le prix d’achat. Pour chaque objet, sa femme – qui tient un carnet où elle note la plupart de ses achats en brocantes – et lui se souviennent du lieu de l’acquisition (brocanteurs locaux, Cortevaix, Le Creusot, Autun, « On ne va jamais très loin... »), de l’échelle des prix (« Celui-là on l’a payé cher, celui-là rien... »), avec une idée très vague de la date (« Ça fait longtemps... »). Sauf un, un petit vase à haut col, assez atypique, qui leur pose un problème : « Alors celui-là, je ne me souviens pas du tout d’où il vient. » Serge Durand répète ces mots plusieurs fois au cours de la conversation : cet oubli visiblement le tracasse et l’accable. Il stigmatise en quelque sorte une carence dans les liens qui attachent le collectionneur à sa collection, un manquement à l’égard de l’objet. La poterie céramique a été identifiée par son fabricant par une marque renvoyant au lieu de sa production ; lorsqu’elle est devenue objet de collection, son détenteur a adjoint à cette identité les circonstances qui marquent sa rencontre avec l’objet, ce qui constitue pour lui la véritable naissance de celui-ci. Ne plus se souvenir des circonstances d’une acquisition revient à négliger une rencontre, et finalement à mépriser l’objet lui-même, à qui par cet oubli on refuse une identité.

31Gilles Garnier a commencé à acheter des produits de l’usine du Pont-des-Vernes environ deux ans après l’acquisition de sa propriété – les anciens bureaux de l’usine –, c’est-à-dire après avoir déjà accumulé de nombreux objets trouvés en terre, et découvert la diversité de la production grâce à ses nouveaux voisins qui détenaient de nombreux vases, bouteilles et pots à eau. « Les premiers que j’ai achetés, ce sont les marron, celui-ci et celui-là... », me dit-il en me montrant deux petits pots avec anse et bec verseur, de teinte crème et flammés brun. « J’allais chez un brocanteur pour acheter des outils, j’ai vu qu’il avait des poteries, alors comme je n’avais pas de marron, je les ai achetés. Ils étaient particulièrement chers, ils devaient valoir 200- 250... » Ces deux petits pots, les deux premiers achats de la collection, ont été acquis du fait de leur spécificité morphologique, dans le but avoué de compléter l’éventail et d’élargir l’aperçu de la diversité. Mais pour parvenir à illustrer la totalité de la production, « il faudrait que je gagne au Loto ! Ce qui me retient, c’est le prix et les problèmes que ça peut poser parce qu’il faudrait une place dingue. Il va falloir que je rachète un bâtiment. » La quête de Gilles Garnier suit un cheminement rigoureux, s’appuie sur des caractéristiques des objets liées directement aux structures de la collection dans son ensemble. « A chaque brocante, j’achète les modèles qui me plaisent ou qui complètent une série. En ce moment, je suis orienté plutôt vers les étiquettes, pour savoir à quoi servait la poterie ; un modèle avec une étiquette qu’on peut relier à son utilisation, ça m’intéresse un peu plus... mais ça va peut-être changer ! La petite bouteille avec l’étiquette 10 francs, c’est quand même une affaire. Parce que la rencontrer en bon état avec une étiquette lisible, c’est quand même un concours de circonstances assez étonnant. Ça m’apporte une explication du contenu de ce flacon. Parce que la bouteille elle-même je l’ai déjà en de nombreux exemplaires, donc là, j’ai acheté l’étiquette. » L’étiquette apporte un supplément – d’âme ? – à l’objet, complète son histoire, le dote d’une certaine épaisseur biographique.

L’importance du prix

32Dans le couple Durand, c’est madame qui s’occupe de l’achat des objets que monsieur collectionne, c’est aussi elle qui marchande, ce qui provoque une certaine gêne chez son mari :

33Monsieur : « Quand j’y vais, moi, je me mets à deux mètres, je m’éloigne parce qu’elle marchande beaucoup ! »

34Madame : « Oh non... c’est pas vrai, mais je demande quand même ! »

35Monsieur : « Enfin, c’est le principe aussi des brocantes, hein ! Mais moi je ne marchande pas beaucoup. Je ne marchande pas ! Je prends, je dis “C’est... ?” Alors s’il baisse de 20 balles il baisse de 20 balles, s’il me dit c’est le prix... Mais quand je regarde, ils baissent toujours, comme c’est un prix qui est un peu bâtard... »

36Mme Durand n’accorde un intérêt aux poteries de grès émaillées que parce que son mari les collectionne : elle ne rechigne donc pas à les dévaloriser en marchandant leur prix. Pour lui, les Maïténa sont des objets de valeur et chercher à faire baisser leur coût serait en quelque sorte leur manquer de respect et dégrader leur statut social. C’est pourquoi il justifie le bas prix de certains objets soit par la gêne momentanée du vendeur : « Je ne l’ai payé que 30 francs à Collier parce que à l’époque, il avait besoin d’argent » ; soit, avec une condescendance amusée, par son ignorance : « Je l’ai acheté à un brocanteur qui n’est pas du coin, il n’y connaît rien... » L’objet est ainsi revalorisé par le détail des circonstances de son acquisition, et son bas prix justifié par le biais d’une dévalorisation du vendeur.

37Le bas prix, pour dévalorisant qu’il soit, peut inciter à l’acquisition et pousser à acheter des objets qui ne s’intègrent pas à la collection. Un des derniers achats de M. Durand est un petit pot à anse, au bec verseur ébréché qui ne porte pas la marque Maïténa, mais Pont-des-Vernes (marque ronde) : « Celui-là, je n’en voulais pas, j’ai dit au type, non il ne m’intéresse pas, c’est pas un Maïténa, en plus il est ébréché... Il m’a dit, je vous le laisse à 10 balles, alors je ne voulais quand même pas le laisser passer à 10 francs ! » Mais il n’appartient pas à la collection. « J’en ai vingt, sans compter le Pont-des-Vernes, il ne compte pas, ça n’est pas un Maïténa ! » Le pot à eau utilisé quotidiennement a été acheté selon la même logique : « Mais le pot à eau de tous les jours, c’est pas un Maïténa. Mais c’est quelque chose de particulier quand même ! [sa femme nous montre le pot en question.] Il est pas mal, hein ? C’est pas mal comme pot, ça, hein ? Elle l’a acheté au troc, avenue Salengro, mais une affaire, hein, une affaire ! Au petit troc, 30 francs ! Je veux dire pour 30 balles, c’est bien ! » Des coupes de Vallauris ont été également acquises lors de brocante « parce que à 20 francs, on ne peut pas les laisser passer... Et puis revenir d’une brocante sans rien acheter, c’est embêtant ! Alors, si on y laisse 20 balles, ça permet au moins de rentabiliser le déplacement... »

38Même Gilles Garnier, très exigeant sur la cohérence de sa collection et rigoureux quant à sa logique d’acquisition, se laisse parfois tenter par le bas prix : « Celui-ci, je n’ai pas pu lire la marque sur place, ça coûtait 10 francs, je me suis dit : “De toute façon, ça doit être du coin”, et je l’ai pris... Bon, mais en fait, c’est la première fois que ça arrive. Mais je ne veux pas mettre le doigt dans l’engrenage, parce que après je vais avoir un truc de cette usine, un autre de celle-là, etc. Mais ça m’arrive, par exemple, j’ai acheté ce pot qui doit être de l’Auxerrois, c’est la forme qui m’a plu. J’ai trouvé qu’elle était belle et qu’elle ne ferait pas mal ici. » Deux cas sont ici évoqués, celui de l’erreur, faute de pouvoir lire la marque de fabrique, et celui du choix esthétique lié à l’intégration au système mobilier, l’objet s’adaptant au décor par son aspect typiquement rustique. « Celles que j’achète, c’est les poteries du Pont-des-Vernes, c’est parce que je ne l’ai pas, c’est parce que je la situe bien, je sais qu’elle pourra compléter une série avec laquelle je suis en harmonie. Si j’achète un modèle que je n’ai pas, a priori je ne sais pas ce qu’elle a pu contenir. Je dis : “Tiens, je ne connaissais pas celui-là, il a la marque du Pont-des-Vernes, alors je le prends.” Faut pas qu’il soit trop cher, mais c’est souvent le cas avec ces petites poteries-là, en règle générale. » Le prix de vente est un élément essentiel du choix d’objets pour Gilles Garnier : « Chez Collier, quand il fait des trucs à 700 balles, je suis désolé mais je ne mets pas 700 balles. Le flacon, là, il vaut 70 francs avec l’étiquette ; il était marqué 80, j’ai dit bon, allez, vous me le faites à 70, OK... Je ne demande jamais des rabais trop importants parce que, bon, il ne faut quand même pas trop escroquer les gens, mais... Enfin je pense que 70 francs pour ça, c’est quand même un prix raisonnable, c’est bien. Il y a des gens qui abusent, qui vont vous vendre une bouteille 100 balles, eh bien, ils la gardent ! » Le prix raisonnable d’une poterie de grès n’est pas comparable avec celui des outils de collection – qui dépasse souvent 1 000 francs – mais les deux collections se recoupent au moment de l’achat : « Souvent, j’achète des outils à ce brocanteur parisien, et en petit cadeau, j’ai la poterie qui m’intéresse. Quand j’achète des outils, j’en laisse pour une certaine somme parce que lui, il a de belles pièces, il ne vend pas des outils rouillés. » La forte somme investie dans les outils, objets anciens, collectionnés, redevenus produits marchands soumis à la loi de l’offre et de la demande, contraste avec le statut de cadeau de la poterie de grès, non cotée en région parisienne sur le marché de l’ancien, cerise sur le gâteau pour le collectionneur, moyen pour le brocanteur d’entretenir les bonnes relations.

39Le collectionneur, par crainte d’être entraîné par les objets dans des dépenses plus élevées qu’il ne le souhaiterait, se donne de strictes limites, économiques et typologiques. Pour M. Durand aussi, le prix est un critère incontournable, non qu’il soit dans le besoin, mais parce qu’il s’est fixé un niveau raisonnable à ne pas dépasser : « Souvent, le prix m’a arrêté. » Cette retenue a pu provoquer des regrets : « Dans la série Maïténa, je regrette de ne pas avoir acheté à Paray-le-Monial, je me souviens (c’est vieux, ça !), c’était ces genres de cache-pot qu’on met sur les tables... mais gros, circulaire, mettons 50 centimètres de diamètre quand même, Maïténa, des bleus superbes, déjà la pièce volumineuse, importante, hein. Bon, eh bien le prix m’a arrêté ! Les grands vases qui étaient chez l’antiquaire, là, en montant [André à Montceau-les-Mines], j’ai été voir les prix, hein, eh bien ça m’a arrêté aussi... Si vraiment j’avais voulu, j’aurais pu les acheter, mais je me fixe une limite de plus, c’est pas raisonnable de mettre autant d’argent... quand même ! » Sa femme se souvient de ces vases : « 800 francs le tout, je crois, hein ? Il avait baissé à 750 francs, il ne baissait pas plus ! La paire ! Et moi personnellement, je les aimais pas, alors c’est pour ça, j’ai dit je vais aller voir quand même, mais s’il les prend, il va me mettre ça je ne sais où. On n’a pas la place. » Mme Durand justifie cet acte manqué par un problème d’espace, mais il est clair qu’en l’occurrence le prix de vente a pesé lourd pour des objets qu’elle n’estime pas dignes d’un tel investissement. Mme Sivignon rattache également ses objets à une valeur monétaire, les repérant souvent dans le temps et l’espace par des références au prix et au lieu d’achat. « Celui-ci je l’ai acheté 20 francs chez le brocanteur de Saint-Vallier. Vous savez, j’y mets rarement plus de 100 francs. » Sa collection ne l’entraîne donc pas dans des abus financiers : « Je suis très raisonnable. » Le coût d’un objet doit demeurer modeste, car elle n’oublie pas que ce furent là des objets courants, que ses beaux-parents avaient souvent eus « pour rien », comme le lui rappelle son époux.

40Dans le souvenir de la rencontre avec l’objet, dans le cas d’un achat, le lieu de l’acquisition tient moins de place que le prix d’achat, qui dote l’objet d’une valeur universellement saisissable, y compris par ceux qui ignorent tout de ces objets-là et de leur histoire. Le prix doit être « raisonnable ». Trop bas, il dévalorise l’objet et s’il est considéré comme une erreur bénéficiant à l’acheteur, il ne doit en aucun cas être une référence quant à la véritable valeur, connue des seuls initiés. Le bas prix est un accident. Mais un prix trop élevé transforme la relation a priori désintéressée – faite d’affectif, d’attrait esthétique ou de vocation patrimoniale – entre sujet et objet en une spéculation démesurée, qui fait de l’acheteur un accumulateur engrangeant des objets en tant que biens, en tant que produits marchands négociables. Le prix raisonnable, fruit de constructions sociales complexes, se situe donc entre ces deux niveaux.

La quête d’authenticité

41Pour Mme Sivignon, le premier critère de sélection au moment d’acquérir un nouvel objet, c’est l’appartenance à la production du Pontdes- Vernes, certifiée par la marque de fabrique. Me présentant une bouteille de grès vernissé non estampillée, elle m’a ainsi demandé de l’authentifier. Comme j’avais effectivement reconnu une production du Pont-des-Vernes, je l’ai rassurée. « Alors, j’ai fait un bon achat ! Il est joli, je l’aime beaucoup, j’ai acheté ça 20 francs. »

  • 8 Retourner l’objet pour pouvoir lire sa marque de fabrique systématiquement inscrite au tampon encr (...)

42L’achat d’un objet du Pont-des-Vernes, même pour une somme modique, est un investissement d’ordre patrimonial qui doit être rentabilisé. Ayant acquis celui-ci dans le doute, Mme Sivignon est satisfaite de constater que le jeu en valait la chandelle, satisfaction plus affective que financière, on s’en doute. Récemment, elle m’a demandé de me rendre chez un brocanteur afin d’identifier un vase non marqué « qui ressemble beaucoup à un Pont-des-Vernes ». Ce souci de l’authenticité se retrouve chez la plupart des acheteurs de produits céramiques locaux ; l’un d’eux, ayant découvert chez un brocanteur de Normandie deux bouteilles de grès estampillées de marques de fabrique de la région, justifie ainsi son acquisition : « Elles étaient marquées, je savais ce que j’achetais. » Savoir ce qu’on achète, c’est faire un « bon achat », c’est donc choisir l’objet en dehors de tout critère utilitaire ou esthétique pour privilégier sa provenance. On achète tel objet parce qu’il provient de tel endroit. Dans le cas de M. Durand, la sélection est encore plus pointue, puisque ses acquisitions se limitent non seulement aux productions de l’usine du Pont-des-Vernes, mais plus précisément à une gamme limitée de ces produits : « Je n’achète que ce qui est marqué Maïténa. Que ça ! Tout ce que j’ai trouvé marqué “Pont-des-Vernes” je les ai pas achetés ! Ben non, parce qu’il faut se limiter... Si, je vous l’ai fait voir, j’ai acheté un tout petit pichet, tout petit, mignon comme tout, et j’ai dû y mettre 10 balles et il est marqué “Pont-des-Vernes”, c’est le seul Pont-des-Vernes que j’ai. Pourtant, j’en ai vu dans toutes mes sorties... D’ailleurs on trouve beaucoup plus de Pont-des-Vernes que de Maïténa ! Non, je ne prends, pas, bof... » C’est la couleur de la glaçure qui a d’abord attiré l’œil du collectionneur. L’identification de cette catégorie précise passe donc d’abord par le regard et l’esthétique de l’objet ; Serge Durand reconnaît les Maïténa « à l’œil » : « Avant de retourner8, je me suis pas trompé souvent... Mais avant d’acheter, je retourne tout le temps, pour moi, c’est Maïténa, uniquement ! Pour me limiter. Parce que, je vous l’ai dit, en Pont-des-Vernes, j’en ai trouvé beaucoup plus que Maïténa, et c’est sensiblement les mêmes. » L’identification empirique, certifiée par la marque, permet donc d’une part, de conserver à la collection une certaine cohérence esthétique, d’autre part de circonscrire les achats à un nombre restreint d’objets issus, rappelons-le, d’une production industrielle volumineuse.

Une demande d’expertise
M. et Mme Jondot, résidant près de Nolay, à l’extrême nord du département de Saône-et-Loire, se sont présentés à l’écomusée parce qu’ils étaient « intéressés par le projet d’exposition à Pouilloux sur le Pont-des-Vernes ». Ils affirment qu’ils possèdent onze poteries de cette usine, « authentifiées » grâce à leur marque de fabrique et de quelques autres, « peut-être des copies ». Ils viennent au musée chercher des renseignements sur cette production, notamment des catalogues : « Ça nous aiderait bien. » Comme je leur demande s’ils collectionnent ces objets, M. Jondot me répond : « Oh, on ne collectionne pas vraiment ; disons que la grand-mère de ma femme avait une carafe bleue et grise, marquée Pont-des-Vernes. Moi, je croyais que c’était près de Chalon et puis des gens de Montceau nous ont dit que c’était entre Ciry et Génelard. On cherchait un bouchon pour cette carafe, alors on a regardé sur les foires et on a cherché le lieudit Pont-des-Vernes ; sur place, on est allés au café et c’est là qu’un monsieur nous a dit qu’il allait y avoir une exposition dans un an à Pouilloux et qu’on pouvait se renseigner à l’écomusée au Creusot. » M. Jondot est féru d’histoire locale, il possède trois ouvrages publiés par l’association La Mine et les Hommes sur les houillères du bassin de Blanzy et me propose même d’en solliciter l’auteur pour lui faire écrire un livre sur le Pont-des-Vernes. Cette proposition vise à donner une légitimité historique au centre d’intérêt de M. Jondot, à matérialiser par le livre la valeur culturelle de ces objets céramiques et, partant, à valoriser sa propre collection. Celle-ci a été initiée par un objet de famille, ou plus exactement par sa marque de fabrique renvoyant à un lieudit, et rattachant l’objet à une production locale. La marque est prépondérante pour ce que M. Jondot appelle l’authentification de ses poteries : un répertoire de modèles lui permettrait de ne pas se tromper en cas d’achat d’objets sans marque, servirait de support écrit – et légitimé par le musée – à sa quête. Nous sommes ici dans le cadre d’une authenticité au sens juridique du terme, celui que lui donne le marché de l’art, pour lequel un objet authentique est celui dont l’origine – l’auteur ou le lieu de production – est attestée. La marque de fabrique n’est pas une plus-value en tant que telle, mais parce qu’elle prouve la provenance de l’objet et le dote d’une identité territoriale. En venant au musée, M. et Mme Jondot cherchent une expertise et des certitudes, ils viennent puiser dans ce qu’ils considèrent comme une banque de données sur les productions locales afin d’avoir des assurances pour être sûrs d’acheter à bon escient. Le musée est une référence qui joue le rôle de l’expert, comparable à celui du commissaire-priseur dans l’estimation (Bessy & Châteauraynaud 1992). Ici, pas de concurrence explicite entre musée et collectionneur, mais un échange : le musée est un auxiliaire légitimant pour le collectionneur, et ce dernier propose ses objets soit pour information, soit pour exposition.

L’imperfection valorisante

43Il est quasi impossible de dater une poterie de grès à une cinquantaine d’années près, alors qu’un des principaux critères de sélection des collectionneurs et amateurs est l’ancienneté de l’objet. Certains produits comme le cruchon à liqueur ont été fabriqués dès les premières années du xixe siècle et jusqu’aux années 1960. Seules certaines marques de fabrique offrent des fourchettes de datation précises – parfois quatre ou cinq ans –, grâce à la raison sociale d’entreprises ayant eu une durée de vie limitée. Cette méthode de datation n’a fait l’objet d’aucune publication et demeure pour l’instant inconnue du grand public, et les modes de datation généralement adoptés par les détenteurs d’objets sont très empiriques.

44Les éléments de datation constituent une échelle de valeur et imposent une hiérarchisation patrimoniale, l’ancienneté, même seulement supposée, étant une incontestable plus-value. La charnière de l’ancien, y compris pour les personnes les plus âgées, c’est la Deuxième Guerre mondiale : avant 1939, c’est « vieux », après 1945, c’est « moderne ». Il n’y a pas eu pourtant de véritable rupture dans la production entre ces deux dates, mais la guerre représente un tournant dans la mémoire collective sur le plan économique et technique : avant, le travail se faisait « à l’ancienne » et à la main dans de petites entreprises ; après, tout a été mécanisé à outrance dans de grosses usines modernes. Objet témoignant d’une prospérité économique locale révolue, le produit céramique est également la matérialisation d’un savoir-faire disparu – ou considéré comme tel, du moins à l’échelle industrielle. A travers la céramique, le collectionneur et l’amateur recherchent l’objet traditionnel. C’est la même notion qui a présidé – préside parfois encore – à la constitution des collections des musées de société.

On remarquera d’ailleurs que les musées des arts et traditions populaires ont toujours été des musées centrés sur les objets de la vie et des travaux des petites gens. Ce type de musée a toujours voulu être émancipateur et mettre en valeur des coutumes et des traditions vouées à la disparition du fait de l’industrialisation (Roth 1989 : 128).

45La nette préférence de Mme Sivignon pour les objets dont la marque atteste selon elle l’ancienneté s’appuie sur le raisonnement suivant et détermine un critère de qualité incontournable : cette marque prouve que l’objet est ancien, donc cet objet est fabriqué à la main, donc cet objet a plus de valeur. « Si c’est ancien, je suis contente, sinon tant pis, c’est bien quand même. » La modernité de l’objet n’est donc pas rédhibitoire, mais constitue un handicap car elle laisse soupçonner une fabrication éloignée du fait main. Parmi mes interlocuteurs, Jean-Charles Robin, « collectionneur de collections » devenu récemment antiquaire, est le seul à rejeter sèchement l’attrait du fait main et de l’objet artisanal pour son imperfection. « Il y a quelque chose qui est extrêmement clair pour toutes mes collections, ce sont des objets industriels. Petite série, moyenne série, grande série, mais ce sont des objets industriels. J’ai refusé des jouets parce que ces jouets étaient faits à la main. Ça ne m’intéresse pas du tout. Moi, l’objet individuel ne m’intéresse pas. Si la série m’intéresse, c’est peut-être justement parce que j’ai affaire à des objets relativement triviaux, ordinaires, qui ont pratiquement disparu, qui n’avaient d’intérêt que parce qu’il y avait un côté fonctionnel, et je me dis : Il y a beaucoup de gens qui se sont servis des couteaux, des jouets, des bouteilles à encre, et finalement, il n’en reste pas grand-chose. Ça a été produit par centaines, par milliers, avant les grandes séries, et je pense que ce qui m’intéresse c’est une époque industrielle, celle de l’entre-deux-guerres. [...] Je suis toujours très attiré par l’idée de série, mais la notion de série humainement appréhendable. Après on tombe dans des séries qui ont été faites dans le monde entier, ça tourne au n’importe quoi. Il faut qu’il y ait intervention de l’homme, et pas seulement pour appuyer sur des boutons, mais le côté “création de la main de l’homme”, moi je préfère l’esprit de l’homme, à la limite... C’est une équipe qui y a travaillé, un compagnon qui fait une ébauche, un concepteur, un mouleur, mais le fait que quelqu’un l’ait fait de ses mains rugueuses, bof ! » Le niveau d’études, la classe sociale, la formation scolaire et culturelle entrent évidemment en jeu dans cette intellectualisation du rapport à l’objet. La génération joue également un rôle important : né en 1947, Jean-Charles Robin revendique pleinement son appartenance à la « génération 68 », mais il a pris beaucoup de recul quant à la vogue de l’artisanat et du retour à la terre qui a suivi cette date charnière. Au-delà de cette volonté implicite d’individuation et de singularisme, cette attirance pour la série est à rapprocher de celle du collectionneur cherchant finalement à recréer dans son décor la nomenclature industrielle. Dans ce cadre, ce n’est plus tant le défaut issu de la fabrication manuelle qui suscite le désir, mais l’anomalie.

Le désir de l’objet rare

46« J’ai acheté à un ami brocanteur cette bouteille avec le col bleu. Elle a un très beau cachet, c’est un “A. Langeron & ses Fils”. Et moi, je ne l’avais pas celui-là. Je n’avais pas la bouteille avec ce col bleu assez bizarre et je n’avais pas le cachet », nous dit Gilles Garnier. Un col « assez bizarre » et un « très beau cachet » dotent l’objet d’une qualité individuelle suffisante pour ne pas nécessiter l’intégration à une série. Notons le terme de cachet, utilisé pour marque de fabrique, qui montre bien la double valeur recherchée, à la fois celle d’une identité – provenance attestée – et d’une originalité distinctive – cette bouteille a « un certain cachet ». M. Garnier recherche particulièrement un objet, une bouillotte de forme circulaire et plate nommée crapaud. « Enfin bon, je n’en ferais pas une maladie, mais je le cherche plus particulièrement parce que j’ai toujours trouvé ça joli... J’en voudrais un d’ici, fabriqué ici. J’en ai trouvé un à la brocante de Pouilloux mais je ne l’ai pas pris parce qu’il était cassé. Si j’en trouve un, je serai vraiment content. Là, je ne discuterais pas le prix, à la limite. » L’objet d’exception n’a pas de prix, puisque par définition il ne peut être comparé aux autres artefacts de la collection. Plus désiré que tout autre, il mérite un effort supplémentaire, singulier.

Un objet ne saurait à lui tout seul capter mon attention ; il faut pour cela qu’il m’apparaisse comme ayant déjà capté l’attention d’un autre – ne devenant en somme désirable que dans la mesure où ce que je perçois, ou crois percevoir, de l’expérience de l’autre suffit à me persuader qu’il peut lui échoir d’être effectivement désiré. [...] L’objet du désir est un objet à jamais manquant, et l’expérience du désir l’expérience de ce manque même (Rosset 1979 : 46-47).

47Les professionnels du commerce de la récupération ont parfaitement compris ce jeu du désir et de sa naissance. Lors d’une brocante, j’ai entendu cet échange entre marchand et client au sujet d’un support en bois verni pour trophée de chasse :

48Le vendeur : « C’était pour mettre une tête, un gros gibier, un sanglier ou un cerf. »

49Le client : « Mais il n’y a plus de tête ! »

50Le vendeur : « Ah, mais, il y en a qui recherchent ça, c’est du bois, c’est beau, y en a qui recherchent ! »

51Pour vendre un objet dévalorisé – ici, un porte-trophée sans trophée –, le vendeur doit susciter le désir de son interlocuteur en invoquant le désir de l’Autre : cet objet vous apparaît sans valeur, mais c’est un tort, puisque certains le recherchent, donc lui accordent une valeur. Désiré par d’autres, l’objet devient désirable sans qu’on sache pourquoi il l’est : le seul fait qu’il soit recherché est censé rendre l’objet attrayant, susceptible d’être acheté immédiatement, sous peine de voir un autre s’en emparer. Ce même raisonnement entre en jeu dans l’attribution d’un prix de vente. Lorsque le musée veut acheter un objet, la justification du prix par le vendeur réside souvent dans la référence aux autres acquéreurs potentiels : « De toute manière, si vous ne me le prenez pas, je trouverai à le vendre ailleurs. Il y a des collectionneurs qui me le prendront à ce prix-là. » Le marchandage autour d’un objet entre vendeur et acheteur passe obligatoirement par la référence à une tierce personne, dont le désir rend l’objet désirable. Au-delà de la loi de l’offre et de la demande, c’est l’attrait de l’objet qui détermine sa valeur, l’envie éprouvée pour lui en dehors de toute considération économique.

52C’est l’exception morphologique qui guidera en principe les prochaines acquisitions de Serge Durand, dans une logique esthétique visant à donner à l’ensemble de sa collection une certaine variété formelle : « Eh bien, j’ai beaucoup de pichets, mais si j’en retrouve, parce qu’on retrouve tout de même des séries un petit peu identiques, donc si je retrouve, je pense que je vais passer tout droit, je ne m’arrêterai pas. Mais par contre, si je trouve des vases, comme le dernier que j’ai eu là, que M. Bernard m’a rapporté dernièrement, je pense que j’achèterai. Les pichets, j’en ai six, sept... Mais le dernier, le vase, vous l’aviez trouvé pas mal, il est bizarre, il a le col bien lisse et il fait le ventre dessous, quand il me l’a sorti, j’ai dit “oui, il est pas mal”... Mais là oui, si je retrouve des objets comme ça, j’y laisserai un peu d’argent, mais si c’est pour reprendre un pichet identique à ceux que j’ai, non. » Lorsque j’ai demandé à René Bouin si son objet favori, la jardinière de marque Diossin, avait été fabriqué manuellement, il fut catégorique : « Bien sûr, c’était fait à la main ; si ça se trouve même, c’était un essai [un prototype]. D’ailleurs on ne voit pas de trace de moulage. » Vérifiant sur-le-champ ce dernier constat, il devint plus dubitatif : « Ah, quoique... On dirait qu’ici il y a une limite, une empreinte... Je ne sais pas, c’était peut-être moulé. » Mais ce doute d’ordre technique – s’il est moulé, cet objet n’est donc pas unique – fut rapidement balayé : « C’est possible, c’est possible... Mais c’est un objet fragile et même s’il en a été vendu beaucoup, bon, eh bien, c’est parti ailleurs [ça a été exporté], et si ça se trouve à Palinges il y en a peut-être peu. » La certitude de posséder un objet hors du commun, mise en doute un instant par sa genèse technique, est rattrapée par sa rareté résiduelle : bien qu’objet de série, cette jardinière ne doit pas être courante parce qu’elle était fragile et qu’à Palinges on n’en connaît pas d’autre. L’unicité absolue devient unicité localisée mais demeure unicité. Transparaît ici la quête de l’objet unique, ou plus exactement de l’objet créé. Objet ancien, objet imparfait, objet fait main, telles sont les représentations croisées définissant le statut de l’objet unique ou exceptionnel, critères déterminants de sélection des objets par leurs détenteurs, permettant à ces derniers de réfuter l’appartenance à une série et de doter l’objet d’une rareté qu’ils produisent eux-mêmes.

Faire collection

53Parmi les multiples modes d’acquisition des objets, il en est qui relèvent d’une problématique spécifique, mettant parfois en jeu un désir exacerbé – une passion – du sujet pour l’objet ou les objets, désir non contradictoire avec la rationalité de stricts critères de sélection. Cette quête organisée, source de rencontres mémorables entre l’individu et l’objet désiré, c’est la collection.

54L’historien Krzysztof Pomian a apporté par ses travaux une contribution essentielle à l’histoire des collectionneurs et de la collection, pour ce qui est de l’Europe et de l’époque moderne – au sens historien de ce terme. Il nous donne une définition que j’aurai l’occasion de discuter plus loin, mais qui peut nous servir de trame. La collection, nous dit-il, est

un monde étrange d’où l’utilité semble bannie à jamais. On ne peut, en effet, sans commettre un abus de langage, étendre la notion d’utilité au point d’en attribuer une à des objets qui ne font que s’offrir au regard [...]. Même si dans leur vie antérieure elles avaient un usage déterminé, les pièces de musée ou de collection n’en ont plus. Elles s’assimilent ainsi à des œuvres d’art qui sont dépourvues de finalité utilitaire. [...] Tout se passe donc comme si l’on ne poursuivait qu’un seul but : amasser des objets pour les exposer au regard (Pomian 1978 : 4).

55Nous avons vu comment l’exposition aux regards des objets peut être considérée par leurs manipulateurs sur le même plan utilitaire que les fonctions d’ustensiles, et nous savons d’autre part que l’utilité d’un objet, fût-il objet de collection, ne peut pas être « bannie à jamais » : la trajectoire d’un artefact n’est qu’un va-et-vient incessant entre « l’usuel et l’inutile » (Bertaux 1993) et tant qu’un objet est physiquement utilisable, tant que son intégrité physique n’en interdit pas une utilisation quelconque, y compris la plus passive (par exemple un récipient servant à recueillir l’eau d’une fuite de siphon), l’évolution future de son statut peut l’amener à revenir à l’ustensilité.

56Outre cette définition de base, Pomian a notamment tenté de recenser « les critères permettant de distinguer, dans la pratique d’historien, une collection d’un quelconque amas d’objets » (1987 : 294) :

C’est d’abord le fait que les objets qui la composent sont maintenus temporairement ou définitivement hors du circuit des activités utilitaires. [...] pour former une collection, un ensemble d’objets doit, de plus, être soumis à une protection spéciale [et enfin] être exposé au regard dans un lieu clos destiné à cet effet. Exposé au regard, c’est-à-dire inséré dans un circuit d’échanges non utilitaires où la valeur que lui reconnaît son propriétaire est confirmée ou infirmée par d’autres que lui (ibid. : 295).

  • 9 Je ne parle ici évidemment que de la collection d’artefacts situés hors du domaine de l’Art, socia (...)

57Ces critères, sans doute valables pour l’histoire, ne sont pas satisfaisants pour l’anthropologie, mais ils peuvent toutefois servir de base à une réflexion sur les objets collectionnés. Aux trois critères dégagés par Pomian, il me semble qu’on doit ajouter celui de l’imposition aux objets d’une classification déterminée par le collectionneur9. Par son projet, les objets – objets naturels ou artefacts – sont mis en catégorie, puisque sans ordonnancement, si imprécis soit-il, il n’y a pas de collection : on collectionnera les jouets, les outils, les pierres, ou plus précisément les jouets de bois fabriqués par telle ou telle entreprise, les outils de tel métier, les pierres de telle nature géologique. Mais on n’appellera pas collection un ensemble constitué par trois pierres, deux marteaux et cinq jouets, à moins que ces objets puissent être réunis par une ou plusieurs caractéristiques communes – avoir appartenu à un personnage célèbre, par exemple. Pour rassembler des objets, le collectionneur va donc généralement s’appuyer sur une thématique morphologique, fonctionnelle, esthétique, etc.

La collection, entre engrenage et pathologie

58La collection est souvent représentée par deux métaphores, celle de l’engrenage et celle de la maladie. Jacques Hainard, dans son introduction à l’ouvrage Collections passion (1982), évoque ces deux systèmes de référence :

Nous allions enfin saisir cette mécanique, cet esprit de collection et apporter ainsi des explications et des réponses sur le comportement de collectionneur. [...] Comment interpréter l’acte de collectionner, comme un acte pervers qui priverait l’autre de la possession de l’objet convoité ? (Hainard 1982 : 11-12.)

59Dans le même ouvrage, Claude Frère-Michelat rend compte des résultats d’une enquête par questionnaire menée en janvier 1982 lors de la Foire des collectionneurs de Paris :

  • 10 « Eh bien ! j’aimerais mieux la voir mourir... », in Hainard & Kaehr 1982 : 151-162.

Homme raffiné, passionné, désintéressé, chercheur infatigable, fin connaisseur, érudit, telle est l’image que le collectionneur a de lui-même. Fou, marginal, entasseur, spéculateur, telle est l’image qu’il croit que les autres ont de lui10.

60Dans les réponses au questionnaire reviennent de façon récurrente les termes de virus et d’obsession. Certains de mes interlocuteurs parlent également de « collectionnite », propension à accumuler sans trêve des objets hétéroclites. Induit par l’image suspecte de la collection, le profil du collectionneur s’apparente à celui d’une personne affectée par une certaine pathologie, tenant à la fois de l’insatisfaction chronique et de l’obsession. Dans le même ordre d’idée, Pomian évoque quelques registres de perception du collectionneur :

Collectionneur ? Un maniaque inoffensif qui passe son temps à classer les timbres-poste, à épingler les papillons ou à se délecter de gravures érotiques. Ou bien, au contraire, un spéculateur avisé [...]. Ou encore un monsieur de la bonne société, héritier [...] d’une collection de tableaux [...]. Trois images, trois opinions, mais qui ont en commun de présenter un personnage d’anecdote. Le collectionneur n’est pris au sérieux que quand les sommes qu’il brasse deviennent impressionnantes. Seule suscite émerveillement et respect une collection-investissement gardée dans les sous-sols d’une banque et qui vaut plus que son pesant d’or. Autrement, on n’y voit qu’un amusement narcissique et quelque peu frivole. Une bagatelle (Pomian 1987 : 7).

61Maniaquerie, narcissisme : la maladie dont est atteint le collectionneur ne semble pas gravissime, mais explique pourquoi c’est souvent avec réticence qu’on qualifie un proche – ou qu’on se qualifie soi-même – de collectionneur.

Le rassemblement d’objets

62Serge Durand rechigne à se définir comme un collectionneur, même si c’est ainsi que me l’a présenté le brocanteur Bernard : « C’est un collectionneur de Pont-des-Vernes qui habite Blanzy, quelqu’un de très bien, un peintre amateur qui peint très bien. Il ne collectionne que les Maïténa. » Mais dès notre premier entretien, M. Durand a réagi immédiatement au terme collection : « Je ne suis pas un collectionneur, pas du tout ! » pour se raviser avec humour : « Enfin, peut-être : puisqu’on dit qu’à partir de deux objets, on a une collection... » Lors de l’entretien suivant, il est revenu sur cette définition de la collection en forme de boutade, tout en demeurant distant sur ce point : « Oui, oh ! ma collection, c’est un bien grand mot. Disons que c’est une sorte de collection, heu... j’ai rassemblé des objets qui me plaisaient, voilà tout. » M. Durand ne se considère pas comme un « vrai » collectionneur, mais plutôt comme un rassembleur d’objets : « C’est les seuls objets que j’achète et que j’essaie de rassembler. Parce que j’en ai eu un, j’en ai eu deux, j’en ai eu trois, ils me plaisent vraiment et puis, j’ai continué. Je ne cherche pas à en avoir un maximum ni à fouiner de partout pour essayer d’en gratter le maximum, non, c’est plus le hasard qui fait que j’en trouve et que si le prix me convient, je les achète. » Et c’est sur cette formule du « rassemblement d’objets » que nous nous sommes accordés au cours des discussions suivantes.

63Cette forme de méfiance vis-à-vis des termes et des catégories de collection et collectionneur s’explique d’abord par la modestie. Pour Serge Durand, il est clair qu’une collection, pour mériter cette appellation, doit rassembler un grand nombre d’objets, plus en tout cas que les vingt poteries de grès flammé qu’il a lui-même réunies : « J’en ai vingt aujourd’hui ; alors, est-ce qu’à vingt, c’est une collection ? » Il faut rappeler l’importance de la position de l’enquêteur : à travers moi, M. Durand s’entretient avec l’écomusée de la cucm, dont il connaît les collections céramiques, et il lui semblerait présomptueux de s’ériger en collectionneur devant un ensemble qu’il évalue à plusieurs dizaines de pièces. Le nombre d’objets paraît donc être un critère de poids, ce qu’il me confirme en admettant qu’il a intégré à sa collection un objet cassé et réparé artificiellement : « J’en ai vingt, pile. Dont un ou deux que j’ai réparés, qui étaient légèrement cassés, alors j’ai négocié le prix, mais on ne me les a pas donnés quand même... J’ai refait un bec, avec de la pierre reconstituée, et puis, comme j’ai pas mal de peinture, mais ça ne se voit pas tellement, ça manque un petit peu de brillant, mais c’est [satisfaisant]. Bon, c’est parce que ça faisait un objet en plus. » Un objet en plus, c’est un rassemblement d’objets qui se rapproche un peu plus de la collection, sur un plan numérique, sans qu’on puisse déterminer précisément l’éventuel nombre limite entre les deux catégories. Il ne s’appuie pour sélectionner ses poteries de grès que sur un seul critère, mais qui implique une série de caractéristiques. M. Durand recherche exclusivement les produits marqués Maïténa, ce qui implique qu’il s’agit de poteries de grès flammé issues de l’usine Langeron. Il aime ce type de produits avant tout « pour la beauté de leur bleu ».

64Il apparaît que notre « rassembleur d’objets » voit dans la vraie collection une sorte de quête sans limite, et dans le collectionneur un obsédé monomaniaque. Il nous l’a dit, sa méthode n’est pas de « fouiner partout pour en gratter un maximum ». Il s’est imposé des limites et s’en félicite : « Je ne les recherche pas, je les achète comme ça à l’occasion, pas plus de 200 francs, quand je fais les brocantes, parce qu’on aime bien les brocantes, le dimanche... Mais je ne prends que les Maïténa, pas les Pont-des-Vernes, parce que sinon je n’en sortirais plus. » Critère de sélection très restrictif, la marque de fabrique permet à M. Durand de « rester raisonnable » en n’achetant pas les poteries marquées « Pont-des-Vernes », qui relèvent pourtant du même corpus que les Maïténa. Fouineur, accumulateur et investisseur, voilà l’image peu flatteuse qu’a du collectionneur l’esthète rassembleur d’objets, tel que se définit implicitement M. Durand.

65Fabien Normand ne tient pas, quant à lui, à qualifier son épouse de collectionneuse. Il s’est spécialisé dans le commerce d’instruments de musique anciens : il chine, parcourt la région à leur recherche, et les revend dans un réseau assez étroit de collectionneurs. Il n’a pas de boutique et a résidé avec sa femme dans les anciens bâtiments de l’usine du Pont-des-Vernes. « Des parents à ma femme ont travaillé à l’usine Langeron, et quand on habitait là-bas, on en retrouvait dans le terrain. Alors elle s’est mise à s’y intéresser, mais ce n’est pas vraiment une collectionneuse. » D’ailleurs, c’est lui qui aujourd’hui achète les poteries de grès pour sa femme, au cours de ses recherches d’instruments de musique. Rattacher ce rassemblement d’objets aux lieux et à la famille est une façon de se démarquer de la collectionnite. M. Jondot s’intéresse depuis peu aux poteries du Pont-des- Vernes, attrait né là encore d’objets de famille, mais se sent déjà entraîné dans un système inéluctable : « Comme on dit, on y met le doigt, et c’est tout le bras qui y passe ! » L’image de l’engrenage est très souvent invoquée, pas obligatoirement en l’occurrence de manière péjorative.

66Il existe une foule de statuts du collectionneur qu’il ne nous revient pas d’analyser ici de façon exhaustive. Mais qui dit statuts dit positions intermédiaires, notamment entre le vrai collectionneur et le rassembleur d’objets qui se méfie de cette appellation. Mme Sivignon se situe dans cette tranche. Elle a commencé par collecter des tessons de faïence : « Déjà à quatre ans, je collectionnais les bouts d’assiettes. Et à dix-huit ans, j’ai acheté ma première faïence, une assiette qui coûtait 10 francs. » Cette assiette, aujourd’hui un peu ébréchée, est accrochée au mur de la cuisine. La jeune femme a ensuite épousé M. Sivignon, natif de Pouilloux, dont les parents habitaient à environ deux kilomètres de l’usine du Pont-des- Vernes, et s’est mise à collectionner les produits de cette usine. Le mode d’acquisition d’objets par Mme Sivignon ne relève pas véritablement de la quête systématique qui caractérise les collectionneurs. Comme le dit son mari, « c’est l’occasion qui fait le larron ! » dans le sens où elle n’achète les céramiques qu’au hasard des brocantes et des ventes de charité, sans que la fréquentation de ces lieux de marché soit un but de promenade privilégié pour le couple. Mais le rapport sujet / objets entretenu par l’institutrice retraitée avec les poteries de grès possède les caractéristiques fondamentales du rapport collectionneur / objets de collection : désignation d’un ensemble par un terme générique – « C’est un Pont-des-Vernes » –, regroupement physique de l’ensemble dans un lieu délimité de l’espace domestique, hors d’atteinte et donc protégé de fait, critères d’authentification rigoureux. Mme Sivignon est collectionneuse et ne réfute pas l’appellation.

La « vraie » collection : une quête obsessionnelle ?

  • 11 La quasi-totalité des bâtiments de l’usine Langeron ont été rasés, mais une cheminée subsiste, d’e (...)

67Gilles Garnier se définit lui-même comme un collectionneur, sans aucune restriction. Il est même ce qu’on peut appeler un grand collectionneur – sans prétendre évidemment à une quelconque typologie. « Moi, je collectionne tout, j’ai commencé comme tout le monde avec des timbres et j’ai aussi une grosse collection d’étiquettes de vins, j’ai des collections qui continuent, d’autres qui sont plus ou moins en sommeil... » Cependant, il distingue sa « vraie collection », les outils, de ses autres collections, dont les poteries de grès. Sa passion première l’a même poussé à acheter une maison et ses dépendances, en l’occurrence l’ancienne usine Langeron du Pont-des-Vernes : « J’allais à la pêche dans la rivière, près du gué, et en remontant le petit chemin j’ai vu des panneaux “à vendre” sur la maison. Je me suis dit : “Tiens, c’est bien, c’est joli, il y a des arbres partout (la cheminée, ça ne m’interpellait pas trop11)” et en me renseignant, on m’a dit que c’était très grand et moi, je cherchais de la place pour entreposer des collections. » Initialement, il ignorait que ces bâtiments étaient ceux d’une ancienne poterie industrielle : « Non, non, je ne connaissais rien du tout sur la poterie, d’autant plus que ça n’était pas marqué “poterie”. Sur le grand bâtiment, il y avait une enseigne de je ne sais quelle entreprise qui avait loué le bâtiment entre-temps, et moi, j’avais une collection d’outils à entreposer. Ça prend de la place, c’est lourd. A ce moment-là j’avais 400 compas et à peu près 400 ou 500 marteaux, donc c’était important. Tout ça c’était entreposé chez moi ou chez mes parents, ça commençait à bien faire, ça faisait du poids, donc c’était une occasion sur laquelle j’ai sauté puisque ça me convenait tout à fait. »

68Pour chaque collectionneur, y compris les plus hétéroclites dans le corpus des objets recherchés, il y aurait une hiérarchie dans la nature de la collection, une collection propre, et d’autres éventuelles : « Ce brocanteur parisien, il est devenu mon ami, il fait tout l’art populaire. Lui, il collectionne les crémaillères, mais des crémaillères énormes, de château, du xvie et du xviie siècle, ça, c’est sa collection, mais autrement, il fait commerce de tout ce qui est art populaire, y compris les poteries. » Les crémaillères, c’est sa collection, ce qui n’interdit pas de s’intéresser à d’autres types d’objets. La collection de Gilles Garnier, c’est donc avant tout les outils. Mais au sein même de cette catégorie, il établit une hiérarchie : « Ma collection de base, c’était les compas, alors je continue. Il me manque des rainettes, des compas un peu spéciaux, alors je vais chercher plus particulièrement ça. Les compas, j’ai commencé il y a très longtemps, il y a vingt ans. Je me suis toujours intéressé aux outils, mais je n’avais pas de place, les compas ça a été un moyen terme dans le sens où je pouvais me permettre d’en conserver, de les exposer au mur sans être pénalisé par la place, donc je m’étais limité aux compas. Chez moi, à Paris, ça n’est pas très grand, donc j’ai gardé principalement les compas, je dois avoir 300 compas exposés et c’est à peu près tout ce que me permet ma surface habitable : il leur faut pratiquement un panneau, un mur complet. » A chaque collection ses caractéristiques, à chaque type d’objets son type de relation : « C’est beaucoup d’investissement, l’outillage. Les timbres, non ; les étiquettes, c’est l’aspect, c’est la beauté de l’étiquette qui est intéressante, l’esthétique... Bon, ça n’est pas structuré, je les place par catégorie, je les échange avec certains collectionneurs que je connais, j’en ai quand même 50 000, hein ! Les outils, je ne sais pas, plusieurs milliers. » Le nombre, l’investissement personnel, les échanges, le classement structuré : autant de critères pour une définition du statut social du collectionneur par ses objets de collection.

69Jean-Charles Robin, pour qui la collection se matérialise avant tout par une accumulation, établit une claire distinction entre le collectionneur polyvalent et l’« obsessionnel », en fait, entre le chineur et le collectionneur : « Quand je chine, je vais sentir quelque chose, une ambiance, et c’est à l’occasion de la chine qu’éventuellement je vais m’intéresser aux collections. Donc je pense que chine et collection ne vont pas forcément de pair. Parce que vous avez des gens qui délèguent le plaisir de la recherche, de la chasse. A la boutique, des gens nous disent : “J’aimerais que vous me trouviez ça ou ça”, donc on va leur trouver, on va leur présenter en magasin. Je l’ai fait quelquefois. » Selon lui, l’accumulation d’objets qui caractérise la collection ne se satisfait pas de la seule quête qui peut donc être déléguée aux marchands, mais doit être une possession au sens matériel du mot. C’est un besoin d’amasser, dont Jean-Charles Robin se défend à titre personnel : « En ce qui me concerne, je suis un collectionneur de collections, c’est-à-dire que je n’ai jamais été un collectionneur obsessionnel : amasser, amasser, amasser sur un même sujet et qui n’a qu’une quête, c’est d’avoir la somme, la totalité de ce qui a pu se faire. Ce qui m’intéresse c’est, partant de quelque chose, souvent d’ailleurs d’une idée, pas forcément d’un objet, de partir sur une collection et, arrivé à un certain stade, de l’arrêter, parce que j’en ai fait le tour. Et c’est pour ça que j’en ai toujours quatre ou cinq en cours. Par exemple, à l’époque où tous les garçons collectionnaient les timbres, je collectionnais les timbres, mais pas seulement les timbres, je collectionnais aussi les pièces, j’avais x collections. Ça correspond aussi à un souci qui est d’éviter les frustrations : quand vous collectionnez plusieurs choses, vous trouvez toujours. » Cette sommaire typologie permet surtout d’esthétiser son propre attrait pour les objets, de rattacher la quête à une cause noble, le patrimoine, et à un sentiment plus ou moins poétique : la collection part d’une idée, d’une impression. « Pour moi, une collection démarre sur une impression, et puis il y a un support qui est forcément un objet, et puis elle va s’arrêter d’elle-même. Mais est-ce qu’elle s’arrête vraiment ? Elle reste rangée, elle peut ressortir. Quand une collection se range, il n’y a plus le souci d’amasser. A mon sens, le vrai collectionneur est assez monolithique. Il est monomaniaque aussi, et il va vouloir tout au long de sa vie amasser pratiquement le même objet reproduit x fois. La collection ne s’arrête jamais vraiment. » M. Robin ne se considère pas comme un véritable collectionneur, du moins pour ce qui est des poteries : « C’est tout de même une collection, mais ce que fait Garnier pour les poteries, je le fais plutôt pour les jouets : je collectionne certaines marques, une en particulier, je connais l’histoire de l’usine, j’ai trouvé des catalogues, bon, il y a une démarche très structurée, ça a été une usine énorme... » Comme Gilles Garnier le fait avec les poteries, Jean-Charles Robin s’intéresse à l’amont de la trajectoire des jouets qu’il collectionne : c’est aussi une « démarche structurée » qui caractérise la vraie collection.

70Malgré sa défiance vis-à-vis de la « vraie » collection, la monomanie, M. Robin avoue avoir subi au moins une fois la fièvre collectionneuse : « Le point de départ de cette collection, c’est un jour où je rangeais les jouets de mes enfants. Et je me suis souvenu d’une voiture miniature que je n’avais plus, une petite Frégate verte ; et là, c’est devenu une véritable obsession, je suis parti dans une espèce de quête... » Cette voiture était de la marque de jouets Dinky Toys, qui est au cœur d’un véritable marché dans le monde de la collection. « Pour les Dinky Toys, ça m’a pris comme une frénésie, j’étais vraiment investi, tout le temps qui me restait en dehors du travail passait là-dedans. Je faisais des choses délirantes comme faire 200 km dans la journée pour négocier une vieille “Dinky” cassée à 30 francs. Là, ce n’est plus de la chine. C’est la collection. Collection, passion, obsession. Ça m’a tenu deux ans plein pot et si je fais le bilan, il y a eu beaucoup de fébrilité, pas trop de dépense et puis des choses extraordinaires... » Jean-Charles Robin replace cet engouement dans le contexte de son passage professionnel du public au privé, doublé d’une période familiale difficile. Il a selon lui recherché dans la collection un dérivatif en se replongeant dans l’enfance, mais admet que la quête l’avait cette fois-ci un peu dépassé : « Je crois que c’est la seule fois où j’ai été vraiment bouffé. »

71La passion dévorante, qui « bouffe » littéralement le passionné est une image couramment utilisée pour évoquer la vraie collection, irraisonnée par définition et qui peut par conséquent pousser le vrai collectionneur à l’engagement de sommes déraisonnables. Pour Serge Durand, le prix d’achat est déterminant : « Parce que j’en ai laissé passer, j’en ai laissé partir beaucoup, l’argent m’a retenu, j’ai trouvé des objets dans ceux que je recherche, bien supérieurs à ce que j’ai, mais le prix m’a arrêté. Alors peut-être qu’un collectionneur y mettrait un peu plus. » C’est selon lui un caractère distinctif essentiel, qui lui permet de se démarquer des collectionneurs « bouffés » par leur quête. Son épouse, quant à elle, n’hésite pas à se qualifier de collectionneuse : « Non, t’es pas collectionneur, moi je le suis, mais pas toi ! » Elle place dans cette appartenance à une catégorie que son mari considère péjorativement une certaine coquetterie féminine, la petite manie qui fait son charme. Son goût pour la collection est plutôt orienté vers les objets anciens et régionaux, mais ce qu’elle préfère, ce sont ses petits flacons de verre remplis de sables de différentes couleurs, soigneusement rangés sur une petite étagère murale, dans la cuisine. « Ça, c’est mon sable, c’est du sable qui vient de tous les pays. Ah, ça, j’adore cette collection ! Dès qu’une personne va à l’étranger, je lui demande qu’elle me rapporte un peu de sable. Tout le monde le sait, je ne le demande plus, on me le ramène. J’ai cinquante-trois pays, mais en bouteilles, j’en ai plus de cent, l’Amérique j’en ai plein, les gens vont beaucoup en Amérique... » Tous les échantillons de sable accumulés sont répertoriés dans un petit carnet, classés par pays. « Regardez, celui-là, il vient des îles... Grenadines. Le dernier sable qui m’est arrivé, c’est ces deux flacons-là... » Cette collection présente l’avantage d’être double : « C’est une collection de sable et de bouteilles. Les deux ! Les deux collections. » Le sable apporte ses couleurs et son exotisme, il offre un tour du monde dans une cuisine ; les flacons apportent leurs formes et leur ancienneté. « Et la plus grande difficulté, c’est de trouver des bouteilles, parce que c’est des bouteilles anciennes et c’est pas évident à trouver... Il faut que ce soit des bouteilles qui ressemblent un petit peu à quelque chose. C’est des choses de labo, des trucs comme ça... Mais il y a des bouteilles intéressantes, là, je vois il y a des compte-gouttes qui sont superbes. Regardez comment c’est fichu, ça, il y a déjà un premier bouchon avec deux trous, suivant la grosseur des gouttes que vous voulez, et ensuite le petit bouchon au-dessus. C’était des bouteilles à pharmacie, parce que les potions étaient faites en pharmacie et ils vendaient les compte-gouttes en pharmacie. » La recherche de l’ancien intervient donc là encore, ainsi que, paradoxalement le goût prononcé de M. et Mme Durand pour « tout ce qui est région ». « Par exemple, celle-ci je l’ai achetée parce que c’était Le Creusot. Oui, Hôtel-Dieu du Creusot, c’est ce qui vient de la pharmacie. C’est marqué Hôtel-Dieu du Creusot. » Mais si le contenu des flacons est gratuit puisque offert par des amis voyageurs, les contenants, du fait de leur valeur à la fois locale et temporelle, ont vu leurs prix grimper : « Et, c’est pareil, là, c’est le même problème que ses Maïténa, ces petites bouteilles-là, avant vous les aviez à quinze francs, maintenant c’est quarante-cinq, cinquante francs, maintenant je ne les achète plus. Alors vous trouvez ça sur Dijon, à la librairie de l’Université. » La comparaison avec la collection de poteries de grès de son mari ne se limite pas au plan commercial, puisqu’elle permet d’intégrer les sables à l’exercice de la quête indispensable à toute collection : les sables ne font l’objet d’aucune recherche, d’aucun marchandage, et ce sont donc les flacons qui permettent à Mme Durand de s’investir véritablement dans ce projet, puisqu’elle doit aller jusqu’à Dijon – à une centaine de kilomètres – pour trouver aujourd’hui les bouteilles miniatures dont elle a besoin. Dans le cadre d’une collection d’objets naturels – les échantillons de sable – c’est l’artefact contenant qui donne son caractère traditionnel à la collection, qui la rapproche finalement du rassemblement systématique d’objets.

Identité sérielle et unicité

72L’appréciation esthétique des objets céramiques peut devenir un critère d’identification. C’est alors la forme et la couleur de l’objet qui entrent en jeu, comme nous l’a dit Mme Sivignon : « Alors, vous avez vu mon nouveau petit Pont-des-Vernes ? Je l’ai trouvé très rigolo à la brocante du Secours catholique, alors je me le suis acheté. Il a un bleu pas habituel, c’est aussi pour ça que je l’ai pris. » L’objet, petit, rigolo, se singularise par sa taille et séduit par son aspect miniature. Son appartenance au corpus de référence l’intègre de droit dans la collection et sa couleur peu commune pour un Pont-des-Vernes le rend encore plus attrayant. En l’absence de marque, la forme permet de rapprocher l’objet des autres éléments de la collection. Lorsque j’ai montré à Mme Sivignon des planches de catalogue des établissements Revol qui produisaient le même type de bouteilles à liqueur bicolores que Langeron, en dissimulant soigneusement leur provenance, elle n’a pas beaucoup hésité : « Est-ce que ça vient du Pont-des-Vernes ? Je ne sais pas... Cette forme de goulot carré, cette bouteille-là, peut-être oui... Mais ces formes-là non, c’est trop moderne, c’est pas leur genre... » L’œil de la collectionneuse est exercé par des années d’expérience et de proximité quotidienne des objets, qui ont permis de définir un genre Pont-des-Vernes : « Je regarde la marque, mais maintenant je les reconnais à l’œil, je me dis : “Ça doit en être”. » L’esthétique intervient dans la procédure d’identification ; elle est aussi prétexte à l’acquisition d’objets qui n’appartiennent pas au corpus. « Celui-ci, ce n’est pas du tout du Pont-des-Vernes, mais je l’ai pris parce qu’il était joli. Je l’ai trouvé joli et j’ai trouvé qu’il ne déparerait pas, alors... » Non identifié ou exclu de l’ensemble constitué, l’objet céramique doit répondre à deux exigences : être joli, c’est-à-dire réunir les qualités de forme et de couleur communément admises dans les critères esthétiques de Mme Sivignon ; ne pas déparer le reste de la collection, c’est-à-dire ne pas contraster trop vivement avec les produits du Pont-des-Vernes déjà exposés – littéralement, ne pas nuire à la beauté, au bon effet, ne pas gâter.

73Gérard Genette, dans son essai sur la « relation esthétique », affirme la capacité de certains objets à plaire davantage que d’autres, capacité s’expliquant notamment par la durée de vie de l’objet :

L’argument par la postérité est le plus ancien, car il remonte au moins à la doctrine classique. Il énonce que le temps (historique) opère de lui-même la distinction entre le bon grain et l’ivraie, et que, passé les engouements superficiels de la mode et les incompréhensions momentanées dues aux ruptures d’habitudes, les œuvres réellement (et donc objectivement) belles finissent toujours par s’imposer, en sorte que celles qui ont victorieusement subi « l’épreuve du temps » tirent de cette épreuve un label incontestable et définitif de qualité (Genette 1997 : 128).

74Lorsque l’expérience des objets permet à leur manipulateur de rattacher la marque à une époque et ainsi de les valoriser sur le plan de l’historicité, l’individuation qualifiante se double d’une ancienneté qualifiante : cette double qualification permet à l’objet de gagner le registre esthétique par l’identification. La collection de Mme Sivignon regroupe exclusivement des poteries du Pont-des-Vernes et trois ou quatre poteries de grès d’autre provenance, le tout rassemblé dans sa cuisine. Le séjour, salle à manger et salon, est abondamment décoré, avec un goût certain pour le rustique sophistiqué. Et c’est ici qu’on trouve la quasi-totalité des faïences anciennes, assiettes, plats et vases, dont une superbe collection exposée dans un vaisselier vitré. Ce sont donc les produits céramiques socialement reconnus comme objets décoratifs, comme œuvres esthétiques correspondant communément aux canons de la beauté objective, anciens et parfois datés – généralement avant 1800 – qui ont « les honneurs du salon » selon les mots de la maîtresse de maison. Toutefois, regroupés sur une bibliothèque, quelques produits du Pont-des-Vernes complètent le décor : ce sont des miniatures, dont une bouteille à liqueur bicolore, et un petit pot avec couvercle entièrement glaçuré de bleu. La couleur, bleu roi, le brillant, la petite taille sont autant de critères esthétiques qui font que cet objet mérite le salon. Produit techniquement parfait, typologiquement exceptionnel, de la taille d’un bibelot, c’est-à- dire de l’idée qu’on se fait généralement du bibelot – objet petit et décoratif : tout concourt à en faire un pur objet de décor, dont les qualités formelles permettent de surpasser l’appartenance à la collection et de l’en extraire. La valeur esthétique l’emporte sur la valeur locale et historique.

75Pour pouvoir qualifier un objet de courant, rare ou unique, et par cette qualification le doter ou non d’une valeur esthétique, encore faut-il disposer d’un corpus de référence, en ayant une vue d’ensemble de la production par rapport à laquelle l’objet se distingue. Les habitants des villages de Pouilloux, Ciry-le-Noble et Palinges, plus précisément ceux qui y résident depuis au moins une trentaine d’années et mieux encore ceux qui ont vu « tourner les usines », possèdent cette connaissance par le biais de leur pratique des objets utilitaires ou de leurs souvenirs des cours d’usines remplies de stocks. Certains se targuent – avec raison – de savoir reconnaître les produits d’une entreprise sans avoir à lire leur marque de fabrique, qui est la référence absolue pour ceux qui n’ont pas eu de contact direct avec ces poteries – les plus jeunes ou les nouveaux venus dans la région. M. Paquaux n’a pas travaillé à l’usine du Pont-des-Vernes, mais depuis le début des années 1950 et son arrivée à Pouilloux, il en côtoie quotidiennement les produits. Il réside à environ deux kilomètres du site de l’usine. Il a une notion assez restrictive des productions du Pont-des-Vernes, délimitée par un certain nombre de formes et de fonctions, les unes et les autres étant d’ailleurs assez difficiles à dissocier. « Celui-là, c’est un mortier à sel, pour écraser le sel, il y avait un pilon avec. Mais je ne sais pas si ça vient du Pont-des- Vernes, aucune idée, ça n’est pas leur style. » En l’absence de marque de fabrique, l’objet est identifiable par son style, qui dans ce cas précis est une référence à la fois à la forme et à la fonction.

  • 12 Palinges compte 1 494 habitants en 1999, contre 1 630 en 1990. Le canton dans son entier a subi un (...)

76René Bouin sait identifier un produit céramique local par sa couleur, même s’il le rencontre dans un lieu incongru : « Vous ne devinerez jamais où j’avais trouvé une grande carafe bleue avec le cachet Pont-des-Vernes : à Tunis ! Chez des gens qui vendaient un peu n’importe quoi, dans un bazar, et ils la vendaient 300 francs actuels. J’ai vu la couleur, j’ai dit “ça, c’est Langeron”. » Ce mode d’identification empirique doit toutefois être complété par la marque de fabrique, qui authentifie l’objet : « J’ai regardé dessous : cachet Langeron ; P.L., Pierre Langeron. » C’est son attrait pour le passé local qui incite M. Bouin à conserver des produits de l’industrie : il appartient à une association qui anime un musée dit d’arts et traditions populaires et organise des conférences sur des sujets d’histoire locale. Le nom de l’association situe sa vocation : Les Amis du passé de Palinges et de sa région tentent de sauvegarder la mémoire de ce chef-lieu de canton jadis florissant et touché à la fois par l’exode rural et par la crise industrielle12. Mais cette préoccupation première n’interdit pas un regard esthétique sur les objets, car l’ancienneté confère à ceux-ci une forme de beauté pour qui est attaché au passé, tout comme la certitude géographique embellit un produit local pour qui est soucieux de son pays. Pour confirmer cette double valeur, un seul moyen : la marque. Au cours de l’entretien, qui dans la pratique s’est matérialisé par une énumération d’objets céramiques et leur présentation détaillée, j’ai pu constater combien René Bouin est en quelque sorte obnubilé par la marque de fabrique des objets, au point de renoncer à m’exhiber certaines poteries. Ayant remarqué, posé sur une marche d’escalier accédant à l’étage, un petit pot de grès, je lui demande de quoi il s’agit exactement : « Oh, c’est un pot pour la graisse. Mais j’ai regardé, il n’y a pas de marque, ni dessous, ni sur le côté. » L’objet sans marque est négligeable. Les objets placés à l’étage n’en sont pas descendus pour ma visite : « Tout ce qui est en haut, à l’étage, c’est du classique et il n’y a rien de marqué. » Et quand Mme Bouin me montre dans le vestibule un grand pot à anse : « Ce joli pot, il vient de Digoin, c’est du grès », elle semble lui accorder une valeur que réfute son mari : « Mais il n’a pas de marque. » C’est à cette aune que sont jugés tous les objets qu’il possède : les marqués, les non marqués mais identifiés – « Tous ces cruchons n’ont pas de marque mais je suis sûr qu’ils viennent de l’usine Chèze parce que c’est Hermine Chèze qui me les a donnés sur place » – et enfin les non marqués / non identifiés, conservés mais disqualifiés. Identifiable par sa marque, le produit céramique acquiert une plus-value certaine parce qu’il s’en trouve littéralement authentifié. Ce constat est vérifiable chez la totalité des amateurs et collectionneurs de poteries rencontrés lors de cette enquête, mais dans le cas de René Bouin il frôle le registre esthétique dans le sens où la marque surpasse les considérations formelles et finalement les intègre : l’objet devient beau parce qu’il a été produit dans une usine locale, et parce que cette usine a depuis longtemps fermé ses portes. Esthétique du lieu, esthétique de l’ancien se rejoignent alors pour faire de l’objet usuel un objet esthétique.

77Les critères de classement des produits de l’usine Langeron sont pour Serge Durand exclusivement liés à leur couleur et à leur forme : « Il y a moins de bleu, dans le Pont-des-Vernes que dans les Maïténa... J’ai un cendrier tout de même, ce que j’ai trouvé bizarre, Maïténa, et puis un espèce de petit ramequin aussi, j’en ai pas vu souvent de ces petits trucs ramasse-tout... des vide-poches. Maïténa, c’est plus des pichets avec une anse, ou des vases... » Avant d’être une collection de poteries, avant même peut-être la collection d’objets anciens, le rassemblement d’objets de M. Durand est une collection de couleur : « J’aime la couleur, je peins depuis longtemps, j’ai fait partie de l’Atelier, le groupement artistique de Montceau... J’aime le bleu, c’est pour cela que j’aime ces poteries émaillées, surtout les bleus... » Esthète, artiste à ses heures, il trouve dans ce type d’objet un moyen de collectionner du beau, tout en demeurant fidèle à la région et au passé.

Collection et diversité

78Après avoir découvert ses premières poteries de grès sur le site, Gilles Garnier en a acheté deux d’un type différent chez un brocanteur : « Alors, c’était déjà l’idée de montrer la diversité des choses. Il n’y avait pas que du bleu, il y avait aussi d’autres couleurs. C’était déjà un peu un réflexe de collectionneur. » Car si le collectionneur amasse, son but est également d’ordonner la diversité. Abordant à tâtons un corpus initialement mal connu, le premier réflexe d’un collectionneur serait donc de prendre la mesure de l’ensemble en tentant d’en saisir la variété morphologique. Dans la constitution de sa collection, la forme des poteries intervient pour Gilles Garnier au moment de l’achat. « J’avais beaucoup de flammés dans les bleus, et comme je n’avais pas de marron je les ai achetés. » « Dimanche, j’ai acheté un petit pot de moutarde. J’ai pris celui-là parce que c’est une forme que je n’avais pas. » La forme, dans ce cas précis, n’est pas invoquée parce qu’elle complète une série, mais parce qu’elle est différente de toutes les autres formes de la collection ; nous sommes donc très proches du registre esthétique de la singularité, quoiqu’une forme inédite puisse être également le premier élément d’une série restant à constituer.

79« La production de valeur joue la carte du désir mimétique. Ainsi l’objet exerce-t-il un pouvoir de séduction supérieur dès qu’il acquiert un seuil d’originalité qui l’extrait du lot » (Gonseth 1984 : 23). Dans le registre de l’exceptionnalité, les collectionneurs éprouvent une affection toute particulière pour un objet à la couleur « peu commune » ou à la forme « inhabituelle ». Mme Sivignon conserve dans un tiroir à l’abri des regards un cendrier zoomorphe : « C’est mon chat, il vient du Pont-des-Vernes, mais il a l’oreille cassée ; je le garde tout de même. » On constate, avec Nathalie Heinich, que « la “singularité” ne renvoie pas seulement, comme l’indique le dictionnaire, à la notion de “particularité” ou d’“unicité”, mais aussi à la notion de “bizarrerie, étrangeté, originalité”, voire d’“anomalie” » (Heinich 1993 : 42).

80Pour Mme Carnaud, les poteries de grès furent les accessoires quotidiens de la vie active, aujourd’hui obsolètes du fait de l’apparition du plastique et des nouveaux modes de vie – pratiques alimentaires notamment. L’esthétique n’appartient pas à ses modes de perception de ces objets. Mais elle conserve un souvenir marquant de l’activité céramique locale, qui appelle de sa part une véritable appréciation esthétique d’objets bien particuliers : « Je vous parle de quand j’allais à l’école, vers 1920 ; la poterie Saunier, c’était un M. Gaty qui s’en occupait. On avait l’école des filles à côté et quand on sortait de l’école, on allait chercher des petits oiseaux moulés, ça m’a marquée, ça ; c’était joli. » Plus tard dans la conversation, ce souvenir revient un peu plus précis : « Ce M. Gaty, il venait nous chercher si on avait bien travaillé, on était toutes gamines, moi, je m’en rappelle, j’avais sept ans. Il disait : “Je vais vous faire des oiseaux.” Ah ! Il nous faisait un oiseau dans un rien de temps, c’était pas cuit, mais enfin c’était moulé. » La réminiscence émue de ces petits objets, œuvres exceptionnelles d’un contremaître habile – que le temps transfigure en une sorte d’artisan magicien – est la seule référence esthétique de Mme Carnaud en ce qui concerne les produits de grès, parce qu’elle incarne une relation singulière avec une production de série qui dans sa masse – pots, bouteilles, cruches, etc. – matérialise plutôt la vie professionnelle. Les petits oiseaux moulés sont des œuvres, en opposition aux produits : ils représentent l’enfance et l’insouciance, symétriquement à l’âge adulte et aux difficultés du labeur agricole.

81La singularité de la « pièce unique » que M. Bouin a tenu à me montrer avant toute chose ne tient pas à sa forme : « C’est une jardinière de chez Diossin [poterie en activité à Palinges dans la première moitié du xxe siècle] ; regardez la marque “Diossin, Palinge”. Palinges sans s ! Je n’en connais pas d’autre comme ça et elle doit dater des débuts de l’usine parce que certainement qu’il y a eu d’autres cachets chez Diossin, ils ont dû corriger. Cette pièce-là, elle a une certaine valeur pour moi parce que... surtout pour le cachet, Palinges sans s. » Dans ce cas précis, l’anomalie est d’autant plus qualifiante qu’elle n’est repérable que par un connaisseur ; elle est invisible au premier abord et au regard du profane, et ne se révèle que par l’examen pointilleux de l’objet. Ce que veut faire apparaître M. Bouin par ce détail, une marque de fabrique avec une faute d’orthographe, c’est l’unicité de l’objet, la rareté suprême. Cette attribution de valeur aux objets du fait de leur rareté est ce que Prieto (1992) appelle le phénomène du collectionnisme.

L’unicité et la rareté qui intéressent le collectionnisme sont celles de l’objet ou des objets authentiques dans le sens qu’on a défini ci-dessus : un objet est unique, dans le sens que le collectionnisme donne à ce terme, lorsqu’il est le seul à être authentique d’un certain point de vue, et il est plus ou moins rare lorsqu’il est un des objets respectivement moins ou plus nombreux qui partagent une certaine authenticité (Prieto 1992 : 148).

82Dans le cas de la jardinière de M. Bouin, un supplément d’authenticité est apporté par l’anomalie de la marque, du cachet, car dans l’esprit de son détenteur, cette erreur a dû être rapidement corrigée par le fabricant, ce qui tend à démontrer que cet objet est tellement rare qu’il est sans doute unique en son genre.

83Serge Durand, à chacun de nos entretiens, a souvent insisté sur les raisons pour lesquelles il ne collectionnait que les poteries marquées Maïténa, la principale à ses yeux étant que ce strict critère lui permet de limiter ses achats. Un des arguments qu’il n’avance pas explicitement, mais que l’on trouve inscrit en creux dans son discours, c’est que les poteries marquées Maïténa sont moins courantes que celles marquées Pont-des-Vernes. « J’en ai pourtant vu dans toutes mes balades. D’ailleurs on trouve beaucoup plus de Pont-des- Vernes que de Maïténa ! »

  • 13 Tuilerie mécanisée en activité de 1880 à la fin des années 1950 environ, située dans la commune de (...)

84Il est clair que l’attrait du collectionneur pour une série de poteries dont l’une des principales caractéristiques est justement de n’avoir pas esthétiquement l’apparence de la série – variété des formes et des couleurs, malgré la dominante bleue – est né de la rareté de ces produits par rapport aux autres objets dotés d’une autre marque. Ces derniers, les poteries marquées Pont-des-Vernes, sont dévalorisés parce que leur nombre rappelle par-delà les années leur provenance industrielle. Mais l’objet individué doté d’une telle marque mérite considération : « C’est un tout petit pichet, tout petit mignon comme tout, et il est marqué “Pont-des-Vernes”, c’est le seul Pont-des-Vernes que j’ai. » Ce petit objet n’appartient pas à la collection, « il ne compte pas », mais son isolement, seul Pont-des-Vernes parmi les Maïténa, le rend peut-être un peu plus important que les autres aux yeux de son détenteur. Le fait de n’en posséder qu’un seul permet de produire socialement la rareté contre la série industrielle qui entache quelque peu l’esthétique de la collection. Car, lorsqu’on évoque avec M. Durand le caractère sériel de ses objets, il reste dubitatif. Dans le cours de la discussion, il mêle sa collection de pots de grès, les bricoles Schneider et les œuvres picturales qu’il accroche à ses murs, englobant tout cela dans un même souci de préserver le bel objet issu du passé et de la région natale. Il possède même une rareté céramique : « J’en ai une de la tuilerie Baucarnaud13, une petite statuette... Il ne doit pas y en avoir énormément, mais il me semble que j’en ai vu, dans toutes les maisons que j’ai pu voir au cours de ma vie professionnelle, il me semble que j’en ai vu. Celui-ci je l’ai trouvé par hasard, et pas très cher ! 200 balles, 300, pour un truc comme ça, c’est pas cher. » Cette statuette de terre cuite est un moulage signé de l’auteur au stylet, et ainsi élevé au statut de sculpture.

85M. Durand place donc sur le même plan œuvre d’art et artefact industriel. « Ah oui, d’accord, c’était fait en série... Mais parce que vous pensez qu’un vase comme ça le premier venu va pouvoir le faire ? Moi je ne sais pas. » Nous retrouvons ici dans le rapport entre objet unique et série la distinction entre œuvre et produit, qu’admet volontiers Serge Durand. « Oui, c’était assez répétitif. Tandis qu’un modelage comme je fais à la main, c’est différent... Non, mais j’accroche vraiment sur les formes et les couleurs, dans les poteries du Pont-des-Vernes. » C’est encore une fois l’esthétique qui extrait l’objet de la série dégradante, et c’est son goût artistique qui fait qu’un individu a priori plutôt attiré par les œuvres se met à collectionner des produits. D’après ce que nous a appris l’enquête sur les rapports entretenus par les collectionneurs de céramique avec leurs objets et sur leur façon de produire l’unicité par le biais de tactiques sociales très au point, on peut légitimement s’interroger sur la frontière entre l’objet d’art et l’artefact industriel. Peut-on considérer l’état d’œuvre d’art comme une fonction transitoire ?

Un objet inerte ou purement utilitaire peut en venir à fonctionner comme art, et une œuvre d’art peut en venir à fonctionner comme objet inerte ou purement utilitaire. Loin que l’art soit long et la vie courte, peut-être tous les deux sont-ils transitoires (Goodman 1992 [1977] : 82).

86C’est sans doute par l’étude des collectionneurs, de leurs motivations et des représentations qu’ils mettent en œuvre pour la promotion de leurs objets, que l’on parvient le mieux à appréhender cet état transitoire, notion qui convient parfaitement à la problématique biographique. Et c’est bien dans la relation entre objet et sujet que se situe la clé de détermination du caractère esthétique d’un artefact :

Il faut donc manier avec précaution la notion trop courante d’« objet esthétique » : elle a pour mérite, certes considérable, d’élargir le champ de l’« esthétique » au-delà des seules œuvres d’art, mais donne indûment à penser que certains objets seraient « esthétiques » (c’est-à-dire comporteraient la propriété objective, permanente et apparemment positive d’« être esthétiques »), tandis que d’autres ne le seraient pas (ne la comporteraient pas), ce qui pour moi n’a tout bonnement aucun sens [...] : ce n’est pas l’objet qui rend la relation esthétique, c’est la relation qui rend l’objet esthétique (Genette 1997 : 18).

87Les facteurs déterminant l’acquisition ou la conservation d’un objet ou type d’objet permettent de saisir les liens étroits entre sphère publique et sphère privée, entre individu et collectivité, au final entre patrimoine familial et patrimoine public.

On a, en effet, souvent présenté le patrimoine comme étant au service d’un objectif supérieur, la mémoire collective. Il est certain que la conservation des traces sert de support aux mémoires individuelles et collectives, ou plutôt qu’elle sert de réservoir pour alimenter les fictions d’histoire que l’on construit à propos du passé. Au total, la « fonction mémoire » légitime la conservation et lui confère certains de ses traits caractéristiques (Guillaume 1990 : 18).

88Cette fonction mémoire est attribuée aux objets issus du passé, quoique cette dernière formule soit finalement assez floue : quelle durée doit s’être écoulée depuis sa production pour qu’un objet soit considéré comme un objet du passé ? Et comme un objet ancien ?

89Conserver, transmettre, choisir : dans ces trois modes d’appropriation de l’objet interviennent des critères de sélection pour la définition desquels se croisent les constructions sociales issues de la trajectoire personnelle du détenteur et de celle de l’objet lui-même telle qu’elle est connue et interprétée par ses différents manipulateurs. La distinction d’une poterie de grès ou d’un type de poterie de grès parmi la masse des objets dits usuels, plus précisément des artefacts ayant été initialement produits pour leur seule valeur d’usage, résulte d’un réseau d’interactions complexes dont l’analyse des positions successives des objets dans la société peut nous restituer la richesse.

  • 14 « Même dans les économies de pointe, un ancien passé matériel insère ses présences résiduelles » ( (...)

90Conserver des objets que les précédents habitants des lieux n’auraient pas songé à conserver en dehors de leur nécessité usuelle, c’est vouloir sauvegarder la matérialisation d’une histoire, du temps passé d’un lieu. Les objets deviennent alors objets immeubles, dans le sens où ils sont liés comme indissolublement à un village, à un pays, ou à des murs. Ils sont les « présences résiduelles » d’un « ancien passé matériel »14. Par son action – publications et expositions principalement –, l’écomusée attaché à un territoire, ou plus généralement l’institution muséale locale, incite la population des lieux à conserver tout ce qui en constitue ou pourrait en constituer l’histoire. Il définit, en interaction avec cette population et le commerce de l’ancien, ce qui ressort du patrimoine culturel :

Le choix d’objets qui entrent ainsi dans le patrimoine culturel tient à leur capacité de recevoir des significations liées, principalement, à leur histoire antérieure, à leur rareté, à leur apparence externe (Pomian 1990 : 180).

91Le musée établit par ses productions culturelles une norme distinguant ce qui est digne d’être conservé de ce qui ne l’est pas et se retrouve, parfois malgré lui, impliqué dans l’élaboration d’une échelle de valeurs – valeurs non seulement patrimoniales mais également commerciales, voire esthétiques – qui peut se retourner contre ses intérêts en suscitant autour de certains objets des convoitises inédites.

92Qu’il soit conservé, transmis ou choisi, l’acquisition d’un objet n’est pas dans ses rapports avec son détenteur une phase simplement transitoire, mais elle constitue une clé de sa biographie telle que se l’approprie le sujet, qui s’approprie ainsi la chose elle-même. L’appropriation n’est pas non plus un événement ponctuel, mais bien un processus traversant les trajectoires respectives des acteurs sociaux et des objets constituant leur environnement.

Notes

1 Pour une mise au point sur cette problématique, voir notamment Ethnologie française 1998.

2 Le verbe « prendre » est très souvent utilisé par les marchands et les acheteurs au sujet des objets : « Il m’a plu, alors je l’ai pris » ; « Si vous ne me le prenez pas, je trouverai à le vendre ailleurs, un tel me le prendra », etc. Ce vocable est à rapprocher de celui de prise, utilisé lors de ventes aux enchères (Bessy & Châteauraynaud 1992). Dans le registre de la transmission, l’équivalence est le verbe tenir : « Je tiens ça de mes parents. »

3 Sur l’Essai sur le don et sa critique par Lévi-Strauss, voir Bazin & Bensa 1994 : 4-7.

4 Sur le « passage des intérêts privés aux intérêts communs » et l’idée de patrimoine collectif, voir Jeudy 1990 : 2.

5 Rapport du jury international, Exposition universelle de 1889 à Paris ; Groupe III, classes 17 à 29.

6 Je remercie M. Claude Pichon pour ces précieuses informations. Collectionneur spécialiste des objets de l’écriture, il n’exclut pas que ces bouteilles de forte contenance aient pu être destinées à la vente en gros.

7 Notons ici la corrélation étroite entre patrimoine d’entreprise et patrimoine familial, corrélation courante dans la région puisque la plupart des entreprises de fabrication céramique sont demeurées familiales de leur fondation à leur cessation d’activité.

8 Retourner l’objet pour pouvoir lire sa marque de fabrique systématiquement inscrite au tampon encreur sur le fond de la poterie.

9 Je ne parle ici évidemment que de la collection d’artefacts situés hors du domaine de l’Art, socialement reconnu comme tel. Pomian n’établit pas explicitement, sauf erreur de ma part, la distinction.

10 « Eh bien ! j’aimerais mieux la voir mourir... », in Hainard & Kaehr 1982 : 151-162.

11 La quasi-totalité des bâtiments de l’usine Langeron ont été rasés, mais une cheminée subsiste, d’environ quinze mètres de hauteur, sans doute celle de la chaudière de la machine à vapeur.

12 Palinges compte 1 494 habitants en 1999, contre 1 630 en 1990. Le canton dans son entier a subi une chute démographique de 5,3 % entre ces deux dates. A son apogée (sur le plan démographique) en 1911, la commune recensait 2 412 habitants.

13 Tuilerie mécanisée en activité de 1880 à la fin des années 1950 environ, située dans la commune de Saint-Vallier (cucm).

14 « Même dans les économies de pointe, un ancien passé matériel insère ses présences résiduelles » (Fernand Braudel. 1979. Civilisation matérielle, économie et capitalisme, tome I, Les structures du quotidien, Paris, A. Colin, p. 494).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site