Version classiqueVersion mobile

La sidérurgie chez les Sénons : les ateliers celtiques et gallo-romains des Clérimois (Yonne)

 | 
Christophe Dunikowski
, 
Sandra Cabboi

Chapitre 4. Chronologie du gisement

Michel Amandry, Sandra Cabboi et Christophe Dunikowski

Texte intégral

1La chronologie du gisement des Clérimois a été établie à partir du mobilier céramique découvert sur les trois sites et d’une série de datations 14C réalisées sur des charbons de bois présents dans toutes les zones. Pour ces dernières, les charbons de bois prélevés proviennent essentiellement de couches situées à la base des fourneaux.

2L’étude du mobilier céramique s’est heurtée à plusieurs difficultés :
– le mobilier céramique est très pauvre en comparaison avec les masses de déchets de production métallurgiques et les horizons chronologiques sont mêlés ;
– la majorité du matériel a été découvert au moment du décapage, donc dans les niveaux les plus récents (US 1001, 2001, 3001) ; de ce fait, il est difficile d’établir des liens chronologiques entre les céramiques et les structures ;
– sur les trois zones, la fragmentation et l’érosion du matériel était considérables ; de plus, un éparpillement des tessons dans les aires de travail et surtout dans les dépôts secondaires a empêché tout remontage et par conséquent toute recherche de relation chronologique entre les ensembles.

4.1 Mobilier associé à la métallurgie

  • 1 Il faut ajouter la présence d’une mâchoire de cheval découverte dans un amas de scories du ferrier  (...)

3Le mobilier archéologique découvert sur les ferriers est constitué pour l’essentiel de tessons de céramique (cf. infra annexe 3), d’un petit dépôt monétaire et de quelques fragments d’objets en fer manufacturés (cf. chap. 6.3)1.

4.1.1 Mobilier de la zone 1, ferrier 1

Céramique

4C’est dans la zone 1 (cf. infra fig. 75, 76, 77) qu’a été mis au jour le plus grand nombre de tessons de céramique : 282 fragments. Au total 114 individus ont été identifiés (cf. infra annexe 3) :
– 25 présentent une cuisson oxydante ;
– 69 présentent une cuisson réductrice ;
– 5 présentent une engobe rouge ;
– 20 ne sont pas tournés.

5La céramique non tournée, très altérée, n’a pas pu être identifiée ; les formes complètes ou caractéristiques étaient totalement absentes. Cependant la présence de cette céramique non tournée atteste une fréquentation du gisement à l’époque protohistorique. Des reliquats de cette phase nous sont parvenus sous forme d’un vase de tradition indigène (cf. infra fig. 75, no 1), ayant des traits morphologiques comparables à ceux de La Tène finale.

6L’époque gallo‑romaine est représentée par un échantillonnage de tessons de céramique commune avec une prépondérance de céramique à cuisson réductrice. Ces exemplaires proviendraient d’ateliers locaux de Sens et de ses environs, attestés par des fouilles anciennes (Perrin 1910 : 133 ; Hure 1935) et récentes (Perrugot 1990a ; 1990b). En l’absence de sigillée, élément de base pour la plupart des datations des sites gallo‑romains, il est difficile de donner une fourchette précise de l’occupation à cette époque. Quelques formes montrent des analogies avec le mobilier découvert dans l’atelier de potier de Sens daté de 50 à 120 ap. J.‑C. (Perrugot 1990a : 25, fig. 42, no 10 et 26, fig. 43, no 11). Il s’agit d’une amphorette balustre (cf. infra fig. 77, no 9) et de fragments de vases imitant le type dit « Besançon » (cf. infra fig. 77, no 1). Des céramiques semblables aux vases découverts dans le remblai postérieur au fonctionnement de la structure F106 (cf. infra fig. 76, nos 1 et 11) ont également été signalées à Sens. Elles ont été attribuées aux périodes s’échelonnant entre le iie et le iiie s. ap. J.‑C. (Perrugot 1990b : 153, fig. 196).

7En conclusion, la fourchette chronologique fournie par la céramique romaine sur le ferrier 1 est assez large, elle va de la première moitié du ier jusqu’au iiie s. ap. J.‑C.

Dépôt monétaire

  • 2 M. M. Amandry, conservateur au cabinet des Médailles de la Bibliothèque nationale nous a fait le pl (...)

8Dans la fosse F147 (située à la limite S.‑O. du ferrier 1), quinze monnaies en bronze ont été découvertes éparpillées dans un sédiment sableux, du sommet jusqu’à la base du remplissage, sans former de concentration définie. La série des monnaies2 est assez homogène du point de vue de la provenance puisqu’elles sont toutes frappées à Rome (cf. infra annexe 3). Seul un As de Vespasien est originaire de Lyon. Elles datent, pour la plus ancienne, de 23 ap. J.‑C. et pour la plus récente de 161 ap. J.‑C. La valeur de ce dépôt correspond à une bourse journalière à Rome (Amandry 1991 : 154). Cette découverte n’est pas isolée ; d’autres trésors et dépôts monétaires sont connus dans la région, notamment sur les communes de Voisines (Quantin 1868 : 231, 232), de Lailly (BSAS 1929‑1930 : 19) et deux dans les environs de Sens (Jacob et al. 1983). Toutefois, les dépôts du Haut‑Empire sont très rares, la majorité date du Bas‑Empire.

4.1.2 Mobilier de la zone 3, ferrier 2

Céramique

9132 fragments de céramique ont été mis au jour dans la zone 3 (cf. infra fig. 78 et 79). L’ensemble des tessons se répartit en trois groupes (cf. infra annexe 3) :
– 70 fragments de céramique commune à cuisson oxydante (29 ont une forme déterminée) 
– 55 tessons de céramique commune à cuisson réductrice ou semi‑réductrice ;
– 7 fragments de céramique non tournée.

10La céramique non tournée a été découverte à la base des deux fours de réduction F11 et F12. Une céramique du même type a été utilisée en faible quantité, en inclusions dans la confection des parois des deux fourneaux.

11Les fragments de céramique romaine proviennent en majorité d’un remblai argileux déposé sur les aires de circulation des fourneaux (F11, F12) après leur abandon. Ce remblai a notamment fourni six fragments de mortiers (cf. infra fig. 79, nos 4, 5) qui auraient pu servir à la préparation du minerai. L’érosion des tessons excluant toute analyse des surfaces ne nous a pas permis de définir la fonction précise de ces récipients. Ces céramiques pourraient provenir de l’atelier de potier de Sens (cf. infra fig. 78, no 9) où une production de grands mortiers dont le diamètre oscille entre 320 et 460 mm, est attestée (Perrugot 1990a : 24). Un fragment de vase imitant le type dit « Besançon » (cf. infra fig. 78, no 4), des ieriie s., appuie cette hypothèse. L’ensemble du mobilier céramique atteste une occupation qui se situerait entre le ier et le iie s. ap. J.‑C.

4.1.3 Mobilier de la zone 2, ferriers 3a, 3b et 4

Céramique du ferrier 3a

12Dans ce ferrier l’ensemble de la céramique se divise en deux groupes (cf. infra annexe 3 et fig. 80, 81) :
– le premier, représenté par de la céramique protohistorique, non tournée ; les quelques tessons recueillis présentent le même type de pâte que les tessons rencontrés sur les autres ferriers ;
– le second, représenté par de la céramique gallo‑romaine attestée par un lot de céramique commune et par un fragment de céramique à paroi fine du ier s. (Mayet 1975 : type 28) (cf. infra fig. 81, no 6) ainsi que par un fragment de Drag. 18/31 découvert dans le F41, attribuable aux ieriie s.

Céramique du ferrier 3b

13La céramique de ce ferrier se détache nettement de l’ensemble gallo‑romain observé sur les autres sites. Ces différences se traduisent avant tout par une augmentation des dégraissants siliceux dans les pâtes et l’apparition de céramique à fond concave portant des traces de décollement à la ficelle (cf. infra fig. 81, nos 8, 9 et 13). Un fragment de tesson décoré à la molette (cf. infra fig. 81, no 5) semble appartenir au Bas‑Empire ou au début du haut Moyen Âge.

4.1.4 Conclusion

14L’analyse de la céramique démontre l’existence de trois horizons chronologiques sur le gisement des Clérimois.

La période protohistorique

15Les éléments précis manquent pour définir cette phase d’installation. Elle est attestée sur les trois sites par des tessons de céramique non tournée découverts dans de petites poches limoneuses incluses dans des dépressions de l’argile à silex. Ce type a également été mis au jour à la base des ferriers 1 et 3b, de même que dans les fondations et les parois d’argile de certaines structures de réduction (zone 1, F106 ; zone 3, F11, F12). Cette occupation a été totalement recouverte par les activités métallurgiques postérieures.

Le Haut‑Empire

16L’implantation gallo‑romaine semble couvrir principalement une période allant du début de notre ère jusqu’à la fin du iie s. ap. J.‑C. Les tessons de cette période ont tous été découverts en position secondaire ; en surface lors du décapage, dans les couches supérieures des amas de scories (ferriers 1, 2 et 3a), dans des remblais déposés après l’abandon des fourneaux F151 de la zone 1, F11 et F12 de la zone 3, dans les couches de destruction des fourneaux F125 de la zone 1 et F41 de la zone 2.

Le Bas‑Empire et le haut Moyen Âge

17Les quelques tessons attribués à ces périodes ont été récoltés uniquement sur le ferrier 3b (zone 2). Bien qu’aucune forme complète n’ait été découverte, ce petit ensemble céramique est très différent des tessons du Haut‑Empire.

18Du fait de la très faible représentativité et de la médiocre qualité du mobilier archéologique (érosion, lessivage), il est difficile de ne prendre en compte que ce matériel pour définir la chronologie des différentes installations métallurgiques sur le complexe des Clérimois. De surcroît, pour l’époque romaine, le type de céramique découvert : un seul fragment de sigillée (Drag. 18/36) et de la céramique commune, n’offre guère de renseignements pour établir une échelle chronologique. En effet, aucune étude complète des productions des ateliers de poterie commune n’a été entreprise pour le département de l’Yonne (Jaulges‑Villiers‑Vineux, Buissy‑le‑Repos et Sens). La rareté du mobilier sur les sites réservés à la production des métaux semble être un phénomène courant. Les fouilles récentes ne peuvent que conforter cette constatation (Pelet 1973 ; Leroy et al. 1990b ; Mangin et al. 1992). Sur le site des Martys dans la Montagne Noire, le matériel datant est plus important ; il est lié à la présence sur le gisement d’un habitat gallo‑romain (Domergue et al. 1973). Or, sur les ferriers des Clérimois, malgré l’étendue de la surface étudiée (1,5 ha) aucune trace d’habitat n’a été observée. L’interprétation avancée par P.‑L. Pelet, qui voit dans la pauvreté du mobilier archéologique les conséquences d’une fréquentation périodique des sites de réduction (Pelet 1973 : 162, 163) est à retenir, sans pour autant que l’on puisse mettre ce fait en évidence sur le gisement des Clérimois.

19Au total, le mobilier archéologique habituel (céramique et monétaire) ne laisserait guère présager la date haute de nombre de structures qu’attestent les datations 14C.

4.2 Datations14C

  • 3 Nous tenons à remercier M. Etienne Gilot pour avoir accepté d’effectuer les datations 14C sur les é (...)

20Vingt‑et‑un échantillons de charbons de bois provenant des trois zones étudiées ont été analysés par E. Gilot3 du laboratoire de Chimie inorganique analytique et nucléaire (INAN) de l’Université catholique de Louvain (tabl. I). Ces échantillons ont été traités par des solutions HCL et de NaOH afin d’éliminer respectivement les carbonates et les contaminants humiques éventuels. L’âge est calculé sur la base de la période conventionnelle de Libby (5568 ans), il est exprimé par rapport à l’année de référence AD 1950. L’imprécision est déterminée en tenant compte uniquement de la variation statistique observée lors des mesures ; elle est exprimée par la valeur de l’écart‑type, soit un intervalle de confiance de 68 %. Ces fourchettes sont données en référence à la courbe de calibrage publiée (Gilot 1987).

4.2.1 Zone 1, ferrier 1 et ensemble A

21Les onze échantillons de charbon de bois soumis à l’analyse proviennent :
– des remplissages à la base des fours en fosse F56, F146 de l’ensemble A (tabl. i, Lv 1953D, Lv 1888), des fourneaux F106, F141 du ferrier 1 (tabl. i, Lv‑1854, Lv‑1965, Lv‑ 1955) ;
– des zones de rejet immédiatement liées au fonctionnement des structures de réduction F125, F151 et F106 du ferrier 1 (tabl. i, Lv‑1886, Lv‑1963, Lv‑1962, Lv‑1887) ;
– des très rares couches de charbon de bois (dépôts secondaires) piégées dans le ferrier 1, situées surtout dans la zone en aval des batteries B et C (tabl. i: ; Lv‑1889 ; Lv‑1964).

22Les dates obtenues couvrent principalement une période allant de 250 av. J.‑C. à 200 ap. J.‑C. (fig. 73). Deux datations s’écartent nettement de cet ensemble :
– l’échantillon provenant de la structure F56 (ensemble A) qui a permis d’établir une estimation de l’installation de l’atelier peu précise, située entre 770 et 310 av. J.‑C. ; cette installation semble correspondre à la première phase de travail du fer sur le site ; il est difficile de tenir compte de la date fournie par cet unique échantillon ; néanmoins, il ne serait pas étonnant que la métallurgie ait débuté, aux Clérimois, dès La Tène I ;
– les échantillons de charbon de bois prélevés dans les couches supérieures du remplissage de destruction du four F151 (batterie D) ont probablement été contaminés par la couche d’humus et les racines ; c’est pourquoi cet échantillonnage sera écarté.

FIG. 73 – Répartition des datations 14C par ferrier. 1.1, 1.2, 2., 3., 4. : type de fourneau, N : niveau charbonneux (dépôt secondaire), Ch : charbonnière, Bf : bas foyer.

Chr. D./AFAN

23Hormis ces deux dates, la moyenne des datations effectuées pour le ferrier 1, oscille entre 86 av. J.‑C. et 41 ap. J.‑C. C’est à cette période chronologique, correspondant à la transition entre La Tène finale, le Gallo‑romain précoce et le Haut‑Empire, que l’on peut attribuer le fonctionnement des trois batteries de fourneaux B, C, D.

4.2.2 Zone 3, ferrier 2

24Deux datations ont été réalisées à partir de fragments de charbon de bois récoltés dans deux niveaux distincts en place correspondant à deux utilisations successives de la structure F11 (tabl. i, 1959D, Lv‑1960). Les dates fournies sont très homogènes, elles sont comprises dans une période allant de 90 av. J.‑C. à 50 ap. J.‑C. (fig. 73).

4.2.3 Zone 2, ferriers 3a, 3b et 4

Ferrier 3a

25Les deux échantillons de charbon de bois qui ont été datés proviennent (tabl. i, Lv‑1956, Lv‑1820) :
– du remplissage à la base de la structure F41 ;
– d’une couche charbonneuse en position secondaire, piégée dans un amas de déchets de production (prélèvement effectué à 2 m du précédent).

26Les dates s’inscrivent dans une fourchette allant de 90 av. J.–C. jusqu’à 130 ap. J.‑C. (fig. 73).

Ferrier 4

27L’analyse 14C a été effectuée sur un ensemble d’échantillons de charbons de bois découverts mêlés au sédiment de déchets de minerai dans la structure F63 (tabl. i, Lv‑1890). La date indique une occupation comprise dans une période allant de 140 à 20 av. J.‑C. (fig. 73).

Ferrier 3 b

28Les analyses pour ce ferrier ont été réalisées à partir de charbons de bois découverts dans les structures suivantes (tabl. i, Lv‑1891, Lv‑1957, Lv‑1892, Lv‑1958, Lv‑ 1818) :
– F21, niveau charbonneux à la base du four ;
– F50, niveau charbonneux qui s’étendait devant la structure ;
– F71, niveau charbonneux à la base du foyer ;
– F73, couche charbonneuse à la base de la fosse de rejet (position secondaire) ;
– F80, remplissage de la charbonnière.

29Les résultats des analyses montrent un regroupement des datations dans une période allant de 180 à 450 ap. J.‑C. (fig. 73). Le bas foyer F71 semble être antérieur au four F21. Ces deux occupations peuvent être regroupées en un seul horizon allant de 244 à 372 ap. J.‑C. (valeurs moyennes). La production de charbon de bois mise en évidence au nord du site où. plusieurs charbonnières ont été découvertes, appartient à cet horizon chronologique.

4.3 Conclusion

30Le facteur chronologique a occupé une place prépondérante dans l’étude de la production du fer sur les sites des Clérimois. En effet, il était important de savoir si les modifications architectoniques et technologiques observées sur l’ensemble des structures étaient le résultat d’une évolution chronologique, la conséquence de besoins économiques différents (productions artisanales ou semi‑industrielles, intensives ou saisonnières) ou encore de la rencontre de plusieurs traditions locales. Cependant, même en confrontant les diverses méthodes de datation employées : étude stratigraphique, étude du mobilier, analyse 14C, la chronologie reste très relative et ne répond que partiellement à nos interrogations.

  • 4 M. Gilot qui a réalisé les études 14C a confirmé qu’il est très difficile par la méthode de datatio (...)

31Le début de la production du fer se situerait avant 310 av. J.‑C. avec l’ensemble A de la zone 1 (fig. 74). Une seule datation 14C (F56) offre la possibilité de dater cette production. La céramique découverte à proximité des fours en fosse et dans la petite fosse de déchets était trop altérée (petits fragments de céramique non tournée) pour pouvoir l’attribuer à une période précise. De surcroît, il est impossible de définir en détail le caractère et la nature précise de cette production à cause du nombre très restreint de structures comprises dans cet ensemble et de la mauvaise conservation des ateliers. Il semble du moins que les fours en fosse utilisés durant cette première occupation sont de petites dimensions et ne possèdent pas de système d’évacuation de la scorie (type I). La structure F146 associée à l’ensemble A, à cause de sa typologie et des déchets qu’elle a fournis très voisins de ceux du four en fosse F56, a été datée par le 14C d’une période allant de 150 à 50 av. J.‑C., c’est‑à‑dire qu’elle serait plus récente que F564 de près de deux cents ans. Si l’on accepte de classer cette structure dans le type I (four de réduction ne possédant pas de système d’évacuation de la scorie), plusieurs hypothèses peuvent être avancées pour expliquer cet écart de datation :
– la structure F146 est contemporaine de l’ensemble A, dans ce cas les charbons de bois du remplissage ont pu être contaminés par des déchets plus récents, voire par les labours ;
– la technique de réduction dans les fours en fosse s’est maintenue durant deux siècles ;
– la structure a été utilisée dans un autre but que la réduction lors de la phase d’occupation suivante.

FIG. 74 – Répartition des datations 14C par type de bas fourneaux. Bf : bas foyer, N : niveau charbonneux (dépôt secondaire), Ch : charbonnière.

Chr. D./AFAN

32La seconde phase d’installation sur le gisement est caractérisée par l’apparition de bas fourneaux de grandes dimensions (type II), mettant en œuvre des techniques de réduction sophistiquées qui comprennent l’évacuation de la scorie à l’extérieur des cuves et des systèmes de ventilation multiples. La production du fer s’accroît de façon considérable et des ateliers sont installés sur une surface d’environ 1 ha. Les trois ferriers 1, 2 et 3a ont été constitués par l’amoncellement des déchets produits lors de cette phase d’installation.

33Si l’on considère les datations 14C réalisées à partir des charbons de bois provenant de la base des fourneaux du type II (fig. 74), on constate que la date la plus ancienne se situe à 230 av. J.‑C. et la plus récente à 180 ap. J.‑C. En ne prenant en compte que les moyennes de ces datations, la date la plus ancienne se situe à 180 av. J.‑C. et la plus récente à 110 ap. J.‑C. Les datations réalisées à partir de charbons de bois récoltés dans les ferriers offrent également des dates qui vont pour la plus ancienne de 250 av. J.‑C. et la plus récente à 200 ap. J.‑C. Toutes ces datations se chevauchent dans une période située entre 110 av. J.‑C. et 80 ap. J.‑C. En considérant le mobilier céramique et le dépôt monétaire, on constate que 
– la céramique découverte à la base des ferriers et des fourneaux est protohistorique (non tournée) mais elle n’a pas pu être déterminée avec précision à cause de son mauvais état de conservation ;
– la céramique gallo‑romaine recueillie dans les niveaux supérieurs des ferriers, dans les remblais de destruction des fourneaux et dans les niveaux qui scellent les fourneaux, est datée pour les trois ferriers du ier au iie s. ap. J.‑C. (dépôt monétaire compris).

34En partant de ces éléments, on peut émettre l’hypothèse que la production du fer à l’aide des structures de réduction du type II a débuté à La Tène finale et s’est poursuivi après la conquête romaine jusqu’au iie s. de notre ère (Gallo‑romain précoce et Haut‑Empire). L’installation d’un ou de plusieurs ateliers dans la zone 1 (ferrier 1) est la plus ancienne, elle daterait de La Tène finale II. À la fin de La Tène III ou au début du Haut‑Empire, la production débute dans la zone 3 (ferrier 2) et la zone 2 (ferrier 3a). La production du fer semble se dérouler de manière intensive sur les trois zones jusqu’au milieu du ier s. ap. J.‑C. Au iie s. ap. J.‑C., seuls un ou plusieurs ateliers de la zone 1 sont encore en activité.

35À La Tène finale ou au début du Haut‑Empire (140 à 20 av. J.‑C.), alors que les fourneaux du type II sont utilisés dans les autres ferriers, des sidérurgistes travaillent dans des structures du type III, plus petites et typologiquement très différentes (fig. 74). Il est difficile de conclure sur cette contemporanéité de deux types d’ateliers. Doit‑on y voir une production moins soutenue ou le résultat d’une tradition différente ?

36A la fin du iie s. ap. J.‑C., la production de fer est interrompue sur le gisement. Une reprise de l’exploitation semble avoir lieu dès la seconde moitié du iiie s. ap. J.‑C. et dans le courant du ive s. ap. J.‑C. C’est donc durant le Bas‑Empire qu’apparaît un autre type de bas fourneau (type IV), typologiquement et technologiquement très différent des précédents. Ces structures munies d’une double soufflerie sont beaucoup plus réduites. La production, concentrée dans la zone 2, ferrier 3b (structures F21, F50, F60, F71) s’est définitivement terminée dans le courant du ve s. ap. J.‑C. (450 ap. J.‑C.).

Notes

1 Il faut ajouter la présence d’une mâchoire de cheval découverte dans un amas de scories du ferrier 1.

2 M. M. Amandry, conservateur au cabinet des Médailles de la Bibliothèque nationale nous a fait le plaisir d’identifier ces pièces (Amandry 1991).

3 Nous tenons à remercier M. Etienne Gilot pour avoir accepté d’effectuer les datations 14C sur les échantillons des Clérimois, sans quoi la chronologie du gisement métallurgique était pratiquement impossible à définir.

4 M. Gilot qui a réalisé les études 14C a confirmé qu’il est très difficile par la méthode de datation 14C, d’obtenir une date vieillie. La qualité des charbons de bois qui lui ont été fournis et leurs bonnes conditions de conservation (charbons prélevés sous les couches de destruction) sont des facteurs contribuant à la fiabilité de son étude.

Table des illustrations

Légende FIG. 73 – Répartition des datations 14C par ferrier. 1.1, 1.2, 2., 3., 4. : type de fourneau, N : niveau charbonneux (dépôt secondaire), Ch : charbonnière, Bf : bas foyer.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41238/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Légende FIG. 74 – Répartition des datations 14C par type de bas fourneaux. Bf : bas foyer, N : niveau charbonneux (dépôt secondaire), Ch : charbonnière.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41238/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 9,4k

Auteurs

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1995

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search