Version classiqueVersion mobile

La sidérurgie chez les Sénons : les ateliers celtiques et gallo-romains des Clérimois (Yonne)

 | 
Christophe Dunikowski
, 
Sandra Cabboi

Chapitre 2. Description archéologique

Sandra Cabboi et Christophe Dunikowski

Texte intégral

2.1 Présentation générale du site

Préalable

1Les sites paléométallurgiques sont constitués d’aires de production, lieux où l’on transforme le minerai en métal, et d’aires de rejets, où s’accumulent les nombreux déchets de cette opération. Les aires de production comprennent les bas fourneaux précédés d’une aire de travail, mais peuvent également englober d’autres structures liées à la chaîne opératoire du fer telles que des foyers de « grillage » du minerai, des foyers de forge... (cf. infra Glossaire). Les déchets de ces différentes étapes du travail du fer (scories, vidanges de four ou de foyer, parois altérées) sont évacués à l’extérieur des aires de travail. Généralement, ils sont amoncelés en quantité plus ou moins importante selon l’intensité de la production. Ces amas sont communément appelés « ferriers ». Lorsqu’il y a une succession d’ateliers de production au même endroit, les déchets de production des phases les plus récentes peuvent avoir été rejetés sur les aires de travail des fourneaux abandonnés. Dans d’autres cas, les ateliers plus récents peuvent s’installer directement sur les ferriers antérieurs voire sur les aires de productions abandonnées. L’étude des agencements parfois complexes des amas de déchets et des structures révèlent généralement les étapes de la vie d’un atelier : installation, utilisation, abandon et dans certains cas reprise des activités.

2Le gisement des Clérimois comprend trois ensembles paléométallurgiques bien distincts, alignés d’est en ouest sur le versant nord du talweg, numérotés 1, 3 et 2 et présentés ci‑dessous dans cet ordre (fig. 9, chap. 1).

Zone 1 (ouest)

  • 1 Les altitudes figurant dans le volume sont toutes données en NGF.

3Le premier ensemble (zone 1) se trouve à cheval sur le champ labouré et la parcelle boisée : il comprend un ferrier (ferrier 1) orienté N.‑O./S.‑E., installé sur la pente du talweg jusqu’au fond de celui‑ci (altitude au sommet 225,52 m NGF1, altitude à la base 223,41 m en moyenne). Sa superficie totale était de 6708 m2 ; seuls 3516 m2 se trouvaient sur l’emprise autoroutière (surface explorée : 80 m en longueur d’ouest en est et 40 m en largeur du sud au nord). Six bas fourneaux, groupés deux par deux en trois batteries, sont alignés d’est en ouest en bordure nord de ce ferrier. A 20 m à l’ouest du ferrier, s’étend une petite aire d’extraction de matières premières.

4Au nord de l’emprise autoroutière, un ensemble de trois fours en fosse et une fosse de déchets (ensemble A) semblent être les témoins d’une occupation antérieure.

Zone 3 (centre)

5A 30 m environ vers l’est, le second ensemble (zone 3) comprend un terrier beaucoup plus petit, orienté N.‑O. et S.‑E. (ferrier 2). Il occupe la partie supérieure du versant (altitude moyenne : 226,31 m) jusqu’à mi‑pente du vallon (altitude moyenne : 225,32 m). Avant le décapage il s’étendait apparemment sur une superficie de 3379 m2 ; après le décapage, il est apparu qu’il n’occupait en réalité qu’un espace de 40 m de long (d’est en ouest) sur 30 m de large (du nord au sud). Une batterie de deux bas fourneaux (F11 et F12) a été découverte à 15 m au N.‑O. de l’amas de scories ; elle est sensiblement contemporaine des trois batteries de la zone 1.

Zone 2 (est)

6Le dernier ensemble se trouve 20 m au‑delà, vers l’est. Il comprend un vaste amas de déchets marqué par deux phases d’occupation superposées. Le ferrier supérieur (ferrier 3b) se présentait lors du décapage sous la forme d’un amas de déchets charbonneux et cendreux, orienté E.‑O. ; son étendue était de 50 m de long d’est en ouest sur 40 m de large du nord au sud. Quant au ferrier inférieur (ferrier 3a), il débordait légèrement du premier en se poursuivant au‑delà de l’emprise autoroutière vers le sud. La superficie des deux ferriers avant le décapage était de 3560 m2. Ils comblaient entièrement le talweg qui, à cet endroit, est considérablement rétréci.

7De la première phase d’installation (ferrier 3a), un seul bas fourneau a été conservé (F41). Lors du décapage, cette structure était complètement masquée par les déchets de la seconde occupation. Elle est contemporaine des trois batteries de la zone 1 et des deux fourneaux de la zone 3.

8Pour la seconde occupation (ferrier 3b), trois bas fourneaux et une structure de combustion ont été mis en évidence (F21, F50, F60, F71) : ces structures ne se trouvaient plus rassemblées en batterie comme dans les zones 1 et 3, mais étaient grossièrement alignées au sommet des buttes de scories.

9Au nord de ces ferriers, un quatrième ensemble se distingue (ferrier 4), composé d’une batterie de deux bas fourneaux (F62, F63) précédés par deux petits amas de déchets (F61, F64). Une série de fosses situées au nord de cet ensemble semble indiquer que le site se poursuit vers le nord, au‑delà de l’emprise autoroutière.

2.2 Zone 1

10La zone 1 comprend trois ensembles (fig. 10) :
– à l’ouest, une aire d’extraction de matière première ;
– au nord, un ensemble de trois fours en fosse et d’une fosse de déchets (ensemble A) ;
– au sud‑est, un ferrier (ferrier 1) bordé de six bas fourneaux.

FIG. 10 – Plan de la zone 1.

S.C./AFAN

2.2.1 L’aire d’extraction

  • 2 Cet ensemble de structures excavées devait s’étendre au‑delà de la zone étudiée vers l’ouest ; pour (...)

11Treize fosses et quelques trous de poteau sans alignement précis ont été mis en évidence à l’extrême ouest de la zone 12. Ces structures ont été creusées dans les niveaux de sable marbré et dans les couches d’argile blanche qui affleurent à cet endroit du gisement (fig. 10). À l’exception de la fosse F16, ces excavations sont peu profondes (entre 0,40 m et 0,80 m de profondeur) ; elles sont ovales et ont des dimensions variables. Les remplissages sont composés de sable ou de déchets de minerai : un limon rouge comportant de nombreuses granules métalliques rouges ou violettes. Mis à part les trous de poteau, au nombre de quatre, ces structures ont probablement été excavées dans le but d’extraire du sable et de l’argile nécessaires à la construction des bas fourneaux.

12La fosse F16 se distingue des autres structures par son diamètre (7 m) et sa profondeur (supérieure à 2 m) : creusée au niveau des sables marbrés, elle présentait un remplissage constitué de limon et de sable. Il pourrait peut‑être s’agir, dans ce cas, d’une fosse d’extraction de minerai de fer.

2.2.2 Ensemble A

13L’ensemble A (fig. 10) est situé au sommet du coteau à une altitude moyenne de 228,89 m. Il regroupe trois fours en fosse (F60, F56, F79) aménagés au nord de l’emprise, à 30 m du ferrier principal (ferrier 1). Ces structures sont alignées d’est en ouest à 3 m de distance. Une fosse de déchets de forme ovale (F57) (diamètre : 0,86 m x 0,59 m) est creusée à l’arrière de la structure centrale. Le four F146 qui se trouve à la limite S.‑O. du ferrier 1, bien qu’éloigné de plus de 50 m des précédents, sera par commodité décrit dans ce chapitre. Il présente en effet de nombreuses analogies avec les structures F56 et F79, que ce soit dans ses dimensions, son mode de construction et la nature des déchets qu’il a fournis.

14Les quatre structures étaient fort arasées ; seule la partie creusée dans le sol géologique a subsisté : elles se présentent sous la forme de petites fosses ovales aménagées dans l’argile à silex pour F60, F56, F79, et dans les sables marbrés pour F146. Le sol géologique présente une rubéfaction qui permet de reconnaître relativement bien l’extension de ces fosses. Il ne subsiste que peu de choses de leurs parties en élévation ; les superstructures étaient probablement construites en argile dont quelques fragments ont été découverts au sommet des remplissages.

Four en fosse F60

15La structure F60 (fig. 11) se présente comme une petite fosse ovale d’un diamètre de 0,35 m x 0,40 m en surface. Les parois de la cuve constituées du sol géologique faiblement rubéfié sont verticales à la base sur une hauteur de 0,14 m puis s’évasent légèrement jusqu’au sommet conservé, c’est‑à‑dire sur 0,12 m. Le diamètre à la base est de 0,25 m x 0,28 m. Il est impossible de préciser l’emplacement d’éventuelles tuyères et de restituer la forme de la superstructure.

FIG. 11 – Zone 1, ensemble A : fosse de récupération des scories du four en fosse F60.

S.C. del./AFAN

  • 3 Lors du décapage, le godet de la pelle mécanique a accroché la scorie de fond de four la faisant lé (...)

16Sous une couche de fragments d’argile cuite et de vestiges de parois scoriacées (1,2 kg), le remplissage à la base de la fosse était composé de charbons de bois très fragmentés. Un fond de four de 10,8 kg (cf. chap. 6, fig. 101) se trouvait en place sur cette couche charbonneuse dans la partie surcreusée qui a servi de réceptacle à la scorie3. Unique exemplaire de scorie de fond de four de ce type découvert in situ aux Clérimois, ce vestige est aussi d’un intérêt exceptionnel par sa morphologie (cf. chap. 6.2).

Four en fosse F56

17La structure F56 (fig. 12) est située à 3 m à l’est du four décrit précédemment. La fosse, ovale, orientée N.‑O./S.‑E., mesure 1,05 m sur 0,85 m. Les parois subverticales s’évasent considérablement dans l’axe N.‑E./S.‑O. Les restes d’un revêtement d’argile cuite, dont l’épaisseur ne dépasse guère 5 cm, sont appliqués sur le bord intérieur ouest de la fosse : ce revêtement présente une teinte grise vers l’intérieur de la cuve et jaune vers l’extérieur. La face interne du bord opposé est marquée par les vestiges d’une croûte scoriacée de moins de 3 cm d’épaisseur.

FIG. 12 – Zone 1, ensemble A : plan et profils du four en fosse F56.

Y.A. del./AFAN

18La cuve possède une sole plate sur laquelle gisait une scorie de fond de four : elle se présentait sous la forme d’une plaque allongée (0,45 m x 0,21 m), épaisse de 3 à 4 cm, et pesant 5,6 kg (cf. chap. 6.2). Sur et sous cette plaque, le remplissage était composé d’une couche charbonneuse comprenant des fragments de fond de four (1 kg) et des scories internes en gouttelettes (4,4 kg) (cf. infra tabl. iii). Le remplissage était couronné par une couche de destruction dans laquelle se trouvaient 4,6 kg de fragments de paroi scoriacée.

19Ce four en fosse a vraisemblablement été alimenté par tirage artificiel. En effet, deux fragments de parois découverts dans la destruction, montrent une buse de tuyère (cf. chap. 3, fig. 62, nos 1, 2). Les deux exemplaires présentent un léger évasement de l’extérieur du four (respectivement 2 cm et 2,5 cm) vers l’intérieur (2,5 et 3 cm).

Four en fosse F79

20La structure F79, ovale (62 cm x 81 cm en surface), est creusée dans l’argile à silex. La base et les parois de la cuve ne sont constituées que du sol géologique rubéfié sur 1 à 2 cm d’épaisseur. La cuve, conservée sur 0,10 m de hauteur, n’a livré qu’un peu de charbon de bois et quelques scories coulées internes en gouttelettes, sous une fine couche de destruction.

Four en fosse F146

21La structure F146 (fig. 13) est construite dans une fosse creusée dans le niveau de sable marbré. Son état de conservation est assez mauvais avec une hauteur maximale conservée de 0,20 m ; ovale (0,83 m x 0,55 m), ses parois sont constituées d’argile sableuse cuite grise et noire, épaisse de 7 cm au maximum, appliquée sur toute la bordure interne et le fond de la fosse. Le sol géologique présente une fine rubéfaction de 3 cm d’épaisseur au maximum au contact de la structure (fig. D).

FIG. 13 – Zone 1, ensemble A : plan et coupes du four en fosse F146 (cf. fig. D).

S.C. del./AFAN

FIG. D – Zone 1, ensemble A : four en fosse F146 (cf. fig. 13).

cl. Chr. D./AFAN

22Le remplissage comprend, sous une couche de destruction comportant 7,8 kg de paroi scoriacée (cf. infra tabl. iii), un niveau charbonneux tapissant la base de la cuve. Dans ce dernier, des fragments de fond de four (4 kg), des scories internes en forme de gouttelette (0,7 kg) et quelques agglomérats de minerai partiellement réduit étaient mêlés aux fragments de charbon de bois. Aucun fragment de parois indiquant un emplacement de buse de tuyère n’a été retrouvé.

Conclusion et datation

23La typologie de ces fours en fosse et surtout les scories de fond de four découvertes in situ (F60 et F56) sont caractéristiques de structures de réduction qui ne possèdent pas de système d’évacuation de la scorie. Cette dernière s’accumule à l’intérieur de la cuve, soit dans une « poche » de récupération aux parois verticales (slag‑pit) creusée à la base du four (F60), soit sur la sole du four sans qu’elle ait subi d’aménagement particulier (F56). Le tirage artificiel n’est envisageable que pour le four en fosse F56.

24Les trois fours de l’ensemble A situés au nord de la zone 1 sont nettement détachés du terrier principal ; les déchets produits ont été probablement tous stockés dans la fosse F57. Leur faible masse s’explique par le caractère unique de l’opération de réduction dans chaque fourneau qui se traduit par l’absence de trace de réfection ou de curage des parois et la présence du fond de four en place.

  • 4 Datations effectuées par M.E. Gilot/Lab. univ. catholique de Louvain.

25Les quelques tessons de céramique non tournée découverts à proximité de cet ensemble n’ont pas pu être datés ; toutefois une datation 14C4, réalisée sur les charbons de bois découverts à la base du remplissage du four F56, indique que l’atelier a été installé entre 770 et 310 av. J.‑C (tabl. i).

TABL. I – Tableau récapitulatif des datations 14C.

26Le four en fosse F146, intégré à l’ensemble A, a été daté par 14C de 150 à 50 av. J.‑C. Il semble donc que cette structure soit bien plus récente que les précédentes. Cependant, sa morphologie et la nature des déchets qu’elle a fournis, permettent de la comparer au four en fosse F56.

27Les éléments de datation à notre disposition ne permettent pas de déterminer avec précision le moment de l’installation de ces ateliers au cours de La Tène. Ils correspondent néanmoins à la plus ancienne phase d’occupation du gisement des Clérimois.

2.2.3 Ferrier 1

28La configuration du ferrier principal est fort semblable à celle observée lors de la phase de diagnostic. Il s’étend sur le flanc du vallon jusqu’au fond du talweg (80 m d’est en ouest et 40 m au maximum du nord vers le sud). Dans ce premier ferrier, le labour n’a pas considérablement perturbé les vestiges : six fours, regroupés en trois batteries de deux, sont alignés d’est en ouest, en bordure septentrionale (fig. 10).

29Dans la partie ouest quatre fourneaux sont alignés au bord d’une vaste dépression qui, au moment du décapage, était entièrement comblée par des déchets et des sédiments colluvionnés.

30Les deux fours les plus à l’ouest (batterie B : F106 et F112) présentent des orientations assez semblables (N.‑S.) et des dimensions voisines. L’espace de circulation de ces fourneaux est totalement envahi par des amas de déchets de réduction déposés après l’abandon des structures.

31Dans la partie centrale du ferrier les deux bas fourneaux (batterie C : F125 et F141) qui ont leur ouverture au sud sont plus imposants que les précédents, soit respectivement 3,6 m et 3 m de diamètre externe.

  • 5 Le matériel était étalé par les labours dans le champ. Dans le bois, se distinguaient très nettemen (...)

32À l’est la batterie D (F150 et F151) comprend deux fourneaux orientés N.‑O./ S.‑E., de dimensions relativement importantes (respectivement 3 m et 2 m de diamètre extérieur). À l’ouest de cette batterie, un vaste amas de débris peu épais (au maximum 0,50 m) s’étend sur 25 m2 ; à l’origine, cet amas devait être plus concentré5.

33Sur la bordure sud‑ouest du ferrier, deux fosses similaires, F148 et F147, ont été mises au jour lors du deuxième décapage, de même que la petite structure de combustion F146 décrite dans l’ensemble A.

34Les relevés stratigraphiques (fig. 14) dans les zones de déchets révèlent une grande complexité dans la succession des remblais : ils sont essentiellement constitués de scories coulées, de fragments de scories de fonds de four d’agglomérats de scories de diamètre souvent supérieur à 0,50 m, de parois de four scoriacées, séparées par des niveaux de sable, de l’argile cuite, et de déchet de minerai (minerai en gravillons mêlé à du limon). Ces rebuts sont installés dans une série de fosses et d’amas successifs jusqu’au fond du talweg.

FIG. 14 – Zone 1, ferrier 1.
Coupe C1 : 1 fosse présentant un profil en cloche creusée dans les sables colluvionnés (extraction de sable ?) et comblée à la base par une couche de sable verdâtre (infiltration ? 1a) surmontée de dépôts de scories de réduction en grande majorité des scories coulées, comprises dans une fine matrice de limon mêlé à des déchets de minerai (poussière et granules – 1b) ; 2 même type de fosse à profil en cloche mais de dimensions beaucoup plus importantes, présentant un comblement formé à la base d’une couche de sable verdâtre (2a) sous‑jacente aux dépôts alternant des scories coulées dans une très faible matrice de limon mêlé à du déchet de minerai (2b) et des fragments de parois de four (2c) ; 3 couche de sable verdâtre contenant quelques argiles cuites et des tessons de céramique non tournée, sus‑jacente aux formations d’argile à silex et correspondant peut‑être à une halde arasée ; 4 dépôt formé en majorité de scories coulées mais également d’autres scories de réduction (fragments de fonds de four, scories denses agglomérées...) ainsi que de fragments de parois de four et de quelques éléments lithiques (grès et silex) dans une faible matrice limoneuse rouge avec du déchet de minerai.
Coupe C2 : 1 trou de poteau présentant un calage formé de scories coulées ; 2 fosse au profil irrégulier creusée dans l’argile à silex, peut‑être dans le but d’extraire du minerai de fer, et offrant un remplissage qui se compose, à la base, d’une couche de sable verdâtre (2a) surmontée d’un dépôt de scories coulées comprises dans une très faible matrice de limon et de déchets de minerai (2b) ; 3 fosse au profil en « U » creusée à la convergence entre l’argile à silex et les sables marbrés, probablement dans le but de récolter du minerai de fer, et comblée à la base d’un niveau de sable verdâtre qui a fourni des tessons de céramique non tournée (3a), sous‑jacent aux bordures des couches de fragments de paroi d’argile cuite mêlés à du charbon de bois (3b), eux‑mêmes surmontés à l’ouest par un dépôt d’argile et de limon sableux (3c) et à l’est par un rejet de scories de réduction, essentiellement des scories coulées, dans une très faible matrice de limon mêlé à du déchet de minerai (3d) ; 4 niveau de sable colluvionné faiblement charbonneux (4a), masquant un dépôt de scories de réduction et de fragments de parois de four (4b).

P.P., S.V.‑P. del./AFAN

2.2.3.1 Batterie B : bas fourneaux F106 et F112

35La batterie B comprend deux bas fourneaux (F106 et F112) orientés N.‑S. et distants de 2,5 m (fig. 10). Ils sont installés dans des creusements parallèles effectués à la rupture de pente du talweg, soit à une altitude en amont des structures de 225,51 m et en aval de 224,55 m.

36La zone située en amont de la batterie était vierge de déchets métallurgiques et de structures sur une superficie de 20 m2. En aval, les aires de travail des deux bas fourneaux étaient complètement envahies par des déchets de réduction déposés après leur abandon.

37Les deux structures de réduction sont délimitées chacune, à l’arrière et sur les bords latéraux, par un mur de grès semi‑circulaire. Ce dernier est directement installé sur la bordure interne du creusement et s’appuie contre le sol géologique. À l’intérieur de cette couronne, le four proprement dit, édifié en argile sableuse, présente une forme générale en tronc de cône : seules les parties protégées par la bordure de grès ont été conservées ; les cheminées, les portes et les parties frontales sont détruites.

38En effet, lorsque le processus de réduction du minerai de fer est terminé, on procède à l’ouverture du fourneau en détruisant la « porte » : cette opération provoque un déséquilibre de la structure puisqu’un large orifice est aménagé à la base de la partie frontale du four ; toutefois, grâce à la rigidité des parois, la cheminée reste en place. Ce n’est qu’après l’abandon de la structure qu’il y a affaissement des parties supérieures qui viennent alors combler la totalité de la cuve ; seule la paroi en amont, appuyée contre la couronne de grès se conserve quasiment intacte. Cependant, dans des conditions favorables, la destruction de la cheminée peut contribuer à la conservation des parties latérales, comme c’est le cas pour le bas fourneau F106.

Bas fourneau F106

39La structure F106 (fig. E), d’une superficie de 7,5 m2, est creusée dans le substrat naturel, au contact entre les sables tertiaires et l’argile de décalcification.

FIG. E – Zone 1, ferrier 1, batterie B : bas fourneau F106 au moment du dégagement en vue du prélèvement (cf. fig. 15-18).

cl. Chr. D./AFAN

40La bordure de pierre construite contre le creusement est constituée d’une trentaine de blocs de grès et de rognons de silex disposés en deux assises (fig. 15) : de forme semi‑circulaire elle encadre l’arrière et les bords latéraux de la construction d’argile. Cette couronne est large de 3 m et longue de 2,5 m sur une hauteur de 0,80 m à 0,90 m (mesures effectuées sur les parties latérales). Les dimensions des grès varient entre 0,10 m et 0,95 m de longueur, les blocs les plus longs ont une hauteur moyenne de 0,30 m.

FIG. 15 – Zone 1, ferrier 1, batterie B : plan du bas fourneau F106 avec les éléments de la porte effondrés (cf. fig. E).

Y.A. del./A

41Le four lui‑même, construit à l’intérieur de cette couronne de grès, est formé d’une paroi argilo‑sableuse (ou manteau). En surface, ce manteau est caractérisé par une teinte Jaune vers l’extérieur de la cuve et orange vers l’intérieur. À l’arrière, la paroi argilo‑sableuse est accolée contre la construction de grès. Elle est semi‑circulaire et épaisse de 0,60 m au maximum en surface. Sur les côtés cette paroi s’amincit jusqu’à une épaisseur de 0,20 m et devient presque rectiligne. Le sommet de celle‑ci se détache des grès tandis que la base s’appuie contre le pied de la construction en pierre. Deux buses situées à 0,20 m de hauteur par rapport à la sole du four ont été réservées sur toute l’épaisseur des deux parois latérales à l’endroit où elles sont les plus minces (fig. 17, coupe C‑D). Ces orifices, en forme d’arc en plein cintre, sont hauts de 0,25 m. Leur largeur ne peut être déterminée avec précision car c’est à ce niveau que se situe la fracturation des parois argileuses. Ces buses communiquent avec deux « alcôves » rectangulaires (A1 et A2) réservées de part et d’autre du four entre les grès et le manteau argileux, là où il est aminci et rectiligne. Seul l’aménagement ouest a été fouillé (fig. 16) ; il est large de 0,45 m et long de 0,85 m. La paroi arrière est constituée du sol géologique rubéfié sur toute la hauteur (0,80 m). La base est aménagée par une couche d’argile crue, faiblement rubéfiée.

FIG. 16 – Zone 1, ferrier 1, batterie B : plan du bas fourneau F106 avec le canal d’évacuation et la plaque de scorie trouvée in situ au fond de la cuve (cf. fig. E).

Y.A. del./AFAN

42La cuve en tronc de cône est conservée sur 0,85 m de hauteur (fig. E). Le diamètre intérieur à la base est de 1,40 m, tandis qu’au sommet il est de 0,85 m ; l’inclinaison des parois à l’intérieur de la cuve est donc de 23,5° en moyenne (fig. 17). Le volume conservé est de 0,89 m3 (tabl. ii).

FIG. 17 – Zone 1, ferrier 1, batterie B : coupes du bas fourneau F106 (cf. fig. E).

Y.A. del./AFAN

TABL. II – Tableau synthétique des principales caractéristiques des bas fourneaux découverts sur le gisement des Clérimois. * Lorsque les soles sont concaves, les dimensions sont prises au départ des parois. ** Les volumes ont été calculés en prenant en compte les concavités des soles et l’asymétrie des parois.

43La face interne du manteau argileux est marquée par une croûte scoriacée, épaisse de 3 cm en moyenne à partir de la surface, qui tapisse toute la cuve du sommet jusqu’à 15 cm au‑dessus de la sole du four. Cette croûte présente un aspect et une teinte qui varient suivant le degré d’altération (fig. 18). A l’arrière de la cuve, quatre types de surfaces se succèdent :
– à la base, sur une hauteur de 15 cm à l’ouest et de 5 cm au maximum à l’est, la scorification présente une surface gris‑noir pratiquement lisse avec quelques coulures de petites dimensions ;
– au centre, sur une hauteur de 40 cm, la surface est grise, très altérée, caractérisée par un grand nombre de bulles gazeuses de petites dimensions ainsi que de nombreux trous et crevasses ;
– au‑dessus, sur une hauteur d’environ 10 cm à l’ouest et 25 cm à l’est, la surface devient gris‑noir, plus lisse et montrant des amorces de coulures assez larges ; toute cette zone est fortement magnétique ;
– au sommet de la cuve, jusqu’à la fracture, sur 5 à 10 cm, la scorification présente de larges coulures noires, lisses et épaisses.

FIG. 18 – Zone 1, ferrier 1, batterie B : intérieur de la cuve du bas fourneau F106, les zones soulignées à la craie sont magnétiques (cf. fig. E).

cl. Chr. D./AFAN

  • 6 La scorification surmontant la cavité est s’est effondrée en cours de fouille, mais elle avait les (...)

44Sur les parties latérales de la cuve, au‑dessus et en bordure des deux buses, la scorification de la paroi est fortement marquée par l’impact de la chaleur sur une hauteur d’environ 0,40 m. Elle présente alors de larges coulures lisses ou ridées, de grosses boursouflures, des plissements et des crevasses. Toute cette surface est fortement magnétique. La scorification de la paroi au sommet et en bordure des deux orifices6 ne montre aucune trace de fracturation : les cavités ont bien été aménagées au moment de la construction du four.

  • 7 Aucune mesure précise ne peut être fournie ; comme la structure F106 a été prélevée, aucune coupe n (...)

45Sous la croûte scoriacée, une bande de 0,15 m de hauteur d’argile cuite orange forme la base de la cuve. La sole du four est légèrement concave et en pente vers l’ouverture (fig. 17). Elle est constituée d’une argile sableuse indurée allant du gris clair au gris foncé. Cette surface est nettement délimitée à l’arrière et sur les bords latéraux par les parois de la cuve en élévation. À l’avant, seuls deux lambeaux d’argile cuite orange, hauts de quelques centimètres, dessinent la fermeture du four (fig. 16). Ces restes de paroi argileuse s’interrompent au niveau d’un canal, large de 0,55 m, légèrement creusé dans le sol naturel. Le canal se poursuit devant le four sur une longueur de plus de 1 m selon la pente naturelle du terrain. Il est rubéfié sur une épaisseur de plusieurs centimètres sur toute sa longueur7.

46La sole du four était recouverte d’une importante couche de déchets de minerai (limon rouge contenant une forte proportion de gravillons de minerai violet ou rouge), épais de 0,10 m en bordure des parois, 0,20 m au centre de la cuve et environ 0,40 m vers l’ouverture du four. Au centre de la cuve, une scorie de fond de four (cf. chap. 6.2) reposait sur cette couche de déchets de minerai dans une dépression correspondant à la concavité de la sole (fig. 16 et 17). La scorie, de forme rectangulaire, présentait l’amorce d’une coulée de magma vers l’extérieur de la cuve. Des déchets de minerai tapissaient également le canal d’évacuation sur une épaisseur de 2 cm. À la sortie du four, quelques fragments de scorie coulée étaient incrustés au sommet de cette couche.

Essai de restitution

47Les éléments de destruction qui constituaient la plus grande partie du remplissage de la cuve permettent de fournir quelques indications sur la superstructure, le système d’ouverture et le système de ventilation du fourneau. Les 360 kg de matériel découvert étaient constitués :
– dans le four, de blocs d’argile cuite de couleur orange, jaune ou rouge, de parois argilo‑sableuses rouges ou violettes présentant une ou plusieurs fine(s) couche(s) de vitrification noire ou verte (< 5 cm), de blocs d’argile cuite orange marquée par une scorification allant de 1 à 3 cm, de fragments d’argile cuite marron clair présentant une épaisse scorification (3,5 à 5 cm) ;
– devant le four, de blocs de destruction argileux orange ou Jaune, de fragments d’argile cuite orange marquée par une scorification épaisse de 1 à 3 cm, des scories légères, des fragments de tuyères, d’éléments d’argile cuite orange en forme de « boudins », parfois troués, de fragments de scories coulées, de mobilier céramique.

Élévation
  • 8 Le remontage sera entrepris lors de la mise en valeur du fourneau prélevé.

48Selon le mode de destruction décrit précédemment, il semble que le sommet du four était constitué d’argile sableuse cuite de couleur rouge‑violet faiblement vitrifiée. La fragmentation ne permet aucune reconstitution8, ni une estimation de l’épaisseur de ce revêtement.

49La partie médiane du four était probablement formée d’argile cuite orange et jaune marquée par une scorification épaisse de 1 à 3 cm. Cette scorification, plus fine dans la partie supérieure, devait s’épaissir progressivement vers la base de la cuve jusqu’à atteindre 3 cm au niveau des parois retrouvées in situ. L’épaisseur du manteau argileux, au‑dessus du niveau conservé, est difficile à déterminer à cause de l’altération des fragments d’argile cuite de destruction.

50Aucun élément de grès n’a été découvert dans la masse des produits de destruction du fourneau ; cela pourrait signifier que la bordure en pierre est relativement bien conservée. On peut estimer que la hauteur du creusement dans lequel est installée la structure était de 1 m en moyenne et que la bordure de pierre était haute de 0,80 à 0,90 m dès l’origine.

Partie frontale et porte

51La partie frontale du fourneau a été totalement détruite. Cependant lors de la fouille, une série de blocs d’argile sableuse marron marquée par une scorification épaisse de 3,5 à 5 cm était alignée au niveau de l’ouverture du four. Ces blocs étaient groupés dans le remblai de destruction (fig. 15) à une hauteur de 0,50 m en moyenne par rapport à la sole du four (0,30 m par rapport au niveau de déchets de minerai) (fig. 17). Il s’agit vraisemblablement de la partie surmontant la porte qui s’est affaissée sur place, après que la cheminée se soit effondrée et soit venue partiellement combler l’ouverture du four. Ces fragments d’argile ont une teinte différente (marron) et sont marqués par une scorification plus épaisse que les parois in situ et les autres blocs de destruction.

52Ce fourneau était‑il entièrement ouvert sur toute sa partie antérieure ou bien était‑il fermé provisoirement lors de l’opération de réduction, sauf une porte centrale au‑dessus du canal destiné à l’évacuation de la scorie ? De prime abord, l’ouverture du fourneau semble avoir la forme d’un orifice de 0,50 m de côté, espace qu’a occupé une partie des matériaux issus de l’effondrement de la cheminée. La base de cette ouverture n’est pas au niveau de la sole et en continuité avec elle sur toute la largeur de la partie antérieure du fourneau. En effet, on a vu que deux lambeaux d’argile cuite de couleur orange marquaient la limite de la partie antérieure du four de part et d’autre du canal d’évacuation des scories. Ces traces peuvent correspondre :
– soit aux vestiges d’une paroi qui aurait obturé complètement l’ouverture du four à l’exception de la partie centrale au droit du canal d’évacuation ; en ce cas, il faudrait restituer une fermeture complète par une paroi qui aurait été détruite lors de la récupération du massiau ; 
– soit aux vestiges arasés d’une ressaut –un seuil– destiné à maintenir la masse de déchets de minerai à la base de la cuve, et peut‑être la base de la masse en cours de réduction ; il n’y aurait eu qu’un seul emplacement laissé ouvert au niveau de la sole du fourneau : celui correspondant au canal d’évacuation des scories, large de 0,55 m.

  • 9 Ces briquettes montraient de nombreuses traces de doigt indiquant qu’elles ont été façonnées par de (...)

53Dans les deux cas, l’orifice plus ou moins large, était fermé par les petites briques d’argile orange, grossièrement modelées à la main qui ont été découvertes en grand nombre à la base de la destruction au niveau de cette ouverture9.

Système de ventilation

54En aval de la structure, à la base de la couche de destruction, sept fragments de tuyères ont été découverts. Le nombre minimal des individus n’a pu être déterminé à cause de la très forte fragmentation de ces objets. L’exemplaire le plus complet se présente sous la forme d’un bloc d’argile cuite, fragmenté dans le sens de la longueur, orange, à fond plat et large de 13 cm (conservé sur 7 cm de long). Il est doté d’un large conduit principal qui se divise ensuite en deux canaux divergents : le diamètre du conduit principal à l’embouchure extérieure devait être au minimum de 5 cm ; les deux canaux ont un diamètre constant, de 2,8 cm pour l’un et 2,3 cm pour l’autre ; les becs de la tuyère ont un diamètre de 2 et 2,5 cm, ils présentent des traces de modelage et de pincement de l’argile (cf. chap. 3, fig. 62, nos 8‑13). Une couche de scorification recouvre la partie du dispositif qui entre dans la cuve sur 4 cm de largeur au maximum. La partie non scoriacée du bloc correspond vraisemblablement à l’épaisseur de la paroi dans laquelle la tuyère était installée. La position primaire de ce dispositif sur le four n’a pu être déterminée avec certitude : il devait se situer soit dans les ouvertures latérales à la base des cuves, soit dans la partie frontale au niveau de la porte.

55Si les deux embrasures latérales qui communiquent avec les deux petites fosses rectangulaires (les « alcôves », aux bords légèrement rubéfiés) n’ont pas été aménagées dans le but de recevoir des tuyères, il est possible que ces orifices permettaient une prise d’air dans un système de ventilation par tirage naturel.

Bas fourneau F112

56Le bas fourneau F112 n’a pas fait l’objet d’une fouille exhaustive. Après le décapage de la couche de labour, un premier nettoyage a permis d’effectuer un relevé de surface. Ensuite, la structure, non fouillée, a été coupée longitudinalement selon un axe N./S. correspondant à son orientation.

57En surface, le bas fourneau F112 fait 8,5 m2. La couronne de pierres, bâtie contre la face interne du creusement, est constituée d’une vingtaine de blocs de grès de dimensions variant entre 0,10 et 0,60 m de longueur et de quelques rognons de silex. Elle présente une forme de fer à cheval encadrant l’arrière et les bords latéraux de la construction d’argile et se poursuivant pour former deux murs latéraux à l’avant du four. Sa largeur est de 2,80 m pour une longueur de 3,20 m.

58A son sommet, le manteau argilo‑sableux montre une teinte jaune contre les grès et orange vers l’intérieur de la cuve. De forme semi‑circulaire, il atteint une épaisseur de 0,25 m au maximum.

59En coupe (fig. F), on voit que la structure est installée dans un creusement du substrat, à la convergence entre l’argile à silex, l’argile blanche et les sables marbrés. Le sol géologique à l’arrière de la structure (l’argile à silex) est rubéfié sur une épaisseur de 6 à 8 cm. À la base du fourneau, la rubéfaction des sables marbrés et de l’argile de décalcification atteint 8 à 9 cm d’épaisseur (fig. 19).

FIG. F – Zone 1, terrier 1, batterie B : coupe longitudinale du bas fourneau F112 (cf. fig. 19).

cl. S.C./AFAN

FIG. 19 – Zone 1, ferrier 1, batterie B : coupe du bas fourneau F112 (cf. fig. F).

S.C. del./AFAN

60À l’arrière de la structure, l’espace compris entre le creusement et le manteau argilo‑sableux, est comblé de la base jusqu’à 0,30 m de hauteur par un agglomérat de nodules d’argile cuite mélangé à du limon rubéfié. Le sommet du remplissage est formé de deux assises de grès (dimension moyenne de 0,20 m de long et 0,10 m de large) liées par un limon argileux rubéfié.

  • 10 Cette couche sableuse était très mal conservée, son épaisseur pouvait être plus importante.

61La paroi argilo‑sableuse du four, épaisse de 0,25 m au sommet et 0,15 m à la base est presque verticale. Elle ne présente aucune scorification ou vitrification mais en revanche plusieurs traces d’arrachement se distinguent sur toute la hauteur de la cuve, conservée sur 0,80 m au maximum. La face interne du manteau est tapissée par une couche de limon sableux cru, présentant une fine pellicule de rubéfaction. L’épaisseur de ce revêtement varie entre 5 cm à la base de la cuve et 20 cm au sommet10.

62La sole du four présente une légère pente vers l’ouverture, accentuée par un palier situé à 0,60 m par rapport à la base de la paroi arrière. Elle est constituée d’une argile sableuse indurée, orange et grise, épaisse de 3 à 4 cm sur une longueur de 0,60 m, puis du sol géologique rubéfié. Cette surface était recouverte d’une fine couche de déchets de minerai ne dépassant pas 1 cm d’épaisseur. La rubéfaction du sol naturel se poursuit au‑delà de l’ouverture du four qui devait se situer à un peu plus d’1 m par rapport à la paroi arrière du fourneau.

Essai de restitution

63L’amas de destruction observé à l’intérieur et devant ce fourneau était constitué de blocs d’argile cuite de couleur orange, jaune ou rouge, et de deux « boudins » troués d’argile orange, mêlés à du limon argilo‑sableux cru. Aucun fragment d’argile vitrifiée ou scoriacée n’a été retrouvé.

64L’absence de paroi scoriacée, les traces d’arrachement sur la paroi in situ et la présence d’un revêtement limono‑sableux contre la face interne de la cuve suggèrent que le fourneau avait subi des réfections et était prêt à fonctionner avant son abandon. On peut proposer plusieurs étapes dans ce travail de remise en état du fourneau :
– nettoyage de la sole et du canal d’évacuation ou de l’aire de travail qui consiste à évacuer les déchets de minerai et les fragments de scories résiduelles ;
– curage des parois internes de la cuve en prenant soin de détacher toute la croûte scoriacée ;
– rechapage de la cuve avec un limon sableux ;
– préchauffage du four qui aurait peut‑être pour but d’indurer la couche de rechapage, afin qu’elle ne se délite pas ; cette opération a pour conséquence une légère rubéfaction du revêtement interne.

Conclusion et datation

65La batterie B était donc constituée de deux bas fourneaux similaires qui furent probablement construits au même moment. Il semble que ces fourneaux fonctionnaient en alternance ; lorsque l’on réduisait du minerai dans l’un, on rénovait et préparait le second. Après l’abandon de l’atelier, et après que les structures se soient effondrées naturellement, les surfaces de travail ont servi de dépotoir pour des déchets métallurgiques.

66Cette batterie a été datée du Haut‑Empire : deux datations 14C réalisées à partir de fragments de charbons de bois provenant de deux couches différentes à la base du fourneau du F106 ont fourni les résultats suivants : 40 à 180 ap. J.‑C. et 50 à 130 ap. J.‑C. (tabl. i).

2.2.3.2 Batterie C : bas fourneaux F125 et F141

67Les structures de réduction F125 et F141 constituent la batterie centrale du ferrier 1. Installées dans des creusements parallèles effectués à la rupture de pente du talweg, soit à une altitude moyenne de 225,50 m en amont et de 223,55 m en aval. Elles sont orientées N.‑S. et distantes de 2,50 m.

68Comme pour la batterie décrite précédemment, seules les parties des fourneaux encastrées dans le sol géologique et protégées par une bordure de grès sont conservées ; les cheminées, les portes et les parties frontales sont aussi détruites.

69La zone située en amont de la batterie C n’a livré aucun déchet métallurgique. Une série de cinq trous de poteaux alignés au nord et à l’ouest des structures permet de restituer un abri rectangulaire (12 m x 7 m) couvert ou semi‑couvert, qui devait protéger les deux fourneaux (fig. 10). En aval, à l’avant des fourneaux, l’absence de tout déchet de production dans un rayon de 10 m délimite relativement bien l’aire de travail des deux structures, bordée à l’ouest par les rebuts de réduction accumulés sur les aires de travail des fourneaux de la batterie B, et à l’est, par la butte de déchets associée à la batterie D. Cette aire de travail était intacte. Elle était simplement recouverte par une épaisse couche (1 m) de limon rouge, contenant un fort pourcentage de déchets de minerai. Ce sédiment est peut‑être le résultat de colluvionnements, phénomène qui a souvent été observé sur le site.

Bas fourneau F125

70La structure de réduction F125 (fig. G) occupe une surface de plus de 14 m2. Elle est installée dans un creusement du sol géologique au contact entre les argiles jaunes et les sables tertiaires, à la base, et la craie remaniée et l’argile à silex dans la partie supérieure. Cette structure se compose d’une couronne de grès en forme de fer à cheval à l’intérieur de laquelle furent érigés successivement deux fours, séparés par un limon sablonneux, chacun présentant plusieurs traces d’utilisation (fig. 20).

FIG. G – Zone 1, terrier 1, batterie C : bas fourneau F125 (cf. fig. 20‑22).

cl. Chr. D./AFAN

FIG. 20 – Zone 1, ferrier 1, batterie C : plan du bas fourneau F125 (cf. fig. 20).

Y.A. del./AFAN

71La couronne de grès construite contre la face interne du creusement est composée de près de 250 blocs de grès et rognons de silex. Elle est large de près de 3 m et longue de 4,70 m. À l’arrière de la structure, elle est constituée de dallettes de grès hautes de 0,20 à 0,30 m disposées à plat en huit assises contre le creusement du sol naturel et maintenues par un limon argileux rubéfié. Ce parement est épais au total de 0,60 m pour une hauteur de 1,10 m. Le substrat naturel présente à cet endroit une rubéfaction de 0,10 m. Plus on s’éloigne de l’arrière de la structure, plus les blocs de grès qui composent la couronne sont imposants. C’est ainsi que le parement latéral droit est construit à l’aide de trois monolithes de grès, de 0,80 m de hauteur et de 0,70 à 1,20 m de longueur disposés de chant. Le parement latéral gauche est constitué au nord, sur une longueur de 1,50 m, de deux assises de blocs de grès (dimensions moyennes des blocs : 0,50 m x 0,60 m x 0,40 m), puis d’un monolithe disposé de chant (dimensions : 0,90 m x 0,45 m x 0,90 m) et enfin, à l’extrémité sud de ce mur ouest, d’une plate‑forme construite à l’aide de silex, de fragments de scories coulées et de scories de fond de fours. Cet aménagement est contemporain du second four.

Le premier four F125 a

72Très peu de témoins sont parvenus du premier four. Seule la paroi arrière érigée contre le parement de grès à été conservée. En surface (fig. 20), le manteau argilo‑sableux, épais de 0,65 m, se présente de la manière suivante :
– deux lambeaux de paroi jaune insérés dans la construction de grès suivis par une fine bande de paroi de teinte orange (5 cm) ; la paroi est marquée au centre sur 0,15 m de largeur, par les restes d’une croûte scoriacée épaisse de 2 cm ;
– une bande d’argile orange de 0,30 m en moyenne ; une seconde croûte de scorification épaisse de 3 à 4 cm marque cette seconde paroi ;
– une autre bande d’argile orange de environ 15 cm.

73L’observation du four en surface permet de déceler au moins trois phases d’utilisation définies par deux croûtes scoriacées. En coupe, on s’aperçoit que chaque phase est marquée par plusieurs rechapages. Au total, huit utilisations sont observables (fig. 21 et fig. H).

FIG. 21 – Zone 1, ferrier 1, batterie C : coupes du bas fourneau F125 (cf. fig. GH et I).

Y.A. del./AFAN

FIG. H – Zone 1, terrier 1, batterie C : coupe longitudinale du bas fourneau F125 (cf. fig. 20‑22).

cl. Chr. D./AFAN

74De la première paroi (fig. 21, coupe a‑b, I), construite contre la construction de grès, il ne reste que la partie supérieure de la cuve ; la base de cette dernière et la sole ont été arrachées et remplacées par des blocs de grès qui constituent la bordure arrière de la structure ; de toute évidence, les lambeaux d’argile cuite jaune piégés dans le parement lithique sont des vestiges de cette première paroi ; une croûte scoriacée épaisse de 2 cm marque la face interne de la cuve.

75A la suite de cette première utilisation, on observe les traces de trois rechapages successifs (fig. 21, II, III, IV) dessinés chacun par une bande alternant de l’argile cuite orange et grise.

76La paroi de la cinquième utilisation (fig. 21, V) est relativement bien conservée en coupe ; épaisse de 0,15 m en moyenne, elle se compose d’une bande d’argile cuite de couleur orange (5 cm) suivie par une bande plus épaisse grise (10 cm). La cuve est délimitée par une scorification de 2 à 3 cm, conservée sur 0,80 m de hauteur ; le profil de la cuve est légèrement convexe et vertical à la base, sur une hauteur de 0,50 m ; au‑delà, il se rétrécit considérablement, ce qui correspond vraisemblablement au départ de la cheminée ; cette dernière possède des parois légèrement obliques, qui donnent à l’ensemble une forme générale en bouteille ; la sole et la base de la cuve ont été complètement retirées lors des réfections postérieures.

77La fin de cette cinquième utilisation du four est marquée par une séquence de trois rechapages successifs (fig. 21, VI, VII, VIII), dessinés chacun par une alternance de couches d’argile cuite orange et grise. Les bases des cuves et les soles ont été arrachées et remplacées par un limon rubéfié et induré.

Préparation en vue de la construction du second four

78La croûte scoriacée et la sole du dernier fonctionnement du premier four (F125 a) ayant été arrachées, la base de la structure a été remblayée par un agglomérat de nodules de craie, épais de 0,30 à 0,35 m, sur une longueur de 2,30 m. Au‑delà, l’aire de travail du fourneau a été tapissée d’une couche de fragments d’argile cuite. Ce remblai créa une plate‑forme sur laquelle a été construit le second four (F125b). Par la suite, la face interne du premier four a été comblée par une couche de limon sableux large de 0,20 à 0,35 m (fig. H, et fig. 21, coupe a‑b) dans laquelle le second four est encastré. Cette couche intermédiaire montre, au contact de la paroi argilo‑sableuse du second four, une rubéfaction de 3 à 10 cm.

Le second four F125b

79La paroi d’argile cuite (fig. 20), épaisse de 0,30 m en moyenne, est conservée sur le demi‑périmètre arrière du four. Elle est caractérisée par une couleur noire à l’extérieur de la cuve et grise vers l’intérieur. Sur les bords latéraux, à la rupture de la paroi de part et d’autre, deux petites cavités sont inscrites dans l’argile (10 cm de longueur, 3 cm de largeur pour une profondeur de 3 à 5 cm). Ces entailles (fig. I) semblent être des mortaises destinées à maintenir la partie frontale détruite du fourneau (cf. chap. 3). A cet endroit, les teintes de l’argile cuite sont oranges vers l’intérieur de la cuve puis jaunes et ensuite rouges vers l’extérieur.

80La cuve de ce fourneau est tronconique (tabl. ii) : le diamètre à la base est de 1,36 m ; au sommet, il se réduit à 1,07 m sur une hauteur conservée de 0,60 m. Le tronc de cône n’est pas symétrique, la portion occidentale étant plus à l’oblique que l’orientale (fig. 21, coupe C‑D).

FIG. I – Zone 1, ferrier 1, batterie C : intérieur de la cuve du bas fourneau F125 (cf. fig. 20‑22).

cl. S.C./AFAN

81Deux croûtes scoriacées séparées par un fin rechapage de 2 à 3 cm (fig. 21, coupe A‑B, I, II) attestent l’existence de deux phases d’opérations de réduction successives. La seconde croûte (II) qui marque la face interne de la cuve est épaisse de 2 à 3 cm et s’arrête à 7 cm au‑dessus de la base du four. Elle présente un aspect qui varie sur le pourtour de la cuve de la manière suivante de la gauche vers la droite (fig. I) :
– à l’ouest, sur une bande verticale d’environ 0,20 m de large et sur toute la hauteur de la cuve, la scorification montre de larges coulures gris‑noir ;
– elle est suivie par une bande plus étroite (0,10 m) et moins irrégulière présentant des amorces de coulure plus fines.
– ensuite, une nouvelle bande irrégulière (0,15 m de largeur) est composée de larges coulures ;
– puis, une plage (0,50 m de largeur) présente une scorification plus lisse, légèrement ridée et surmontée à peu près au centre de la cuve par une surface rectangulaire vitrifiée (0,17 x 0,18 m) ;
– enfin, la scorification montre de nouveau de larges coulures sur une largeur de 0,20 m jusqu’à la fracture de la paroi orientale.

82Le magnétisme se concentre sur deux bandes obliques de 10 cm de large qui débutent de part et d’autre sur les bords latéraux de la cuve à une hauteur de 0,30 m par rapport à la base du four et qui s’étendent sur une longueur d’environ 0,20 m vers le centre de la cuve qui ne montre aucun magnétisme.

  • 11 Cette pratique est également attestée sur les bas fourneaux des Martys (Domergue 1993).

83La première croûte scoriacée (fig. 21I) observée en coupe, est large de 2 à 4 cm. Elle tapisse toute la hauteur conservée de la cuve et se confond à la base avec le fond du four, lui‑même scorifié. Ce dernier, partiellement conservé, a été maintenu lors de la seconde phase d’utilisation. Il est formé d’une épaisse croûte de 5 à 6 cm dans laquelle sont incrustés quelques charbons de bois. Ce fond a été arraché lors de la dernière utilisation du fourneau au moment du curage de la sole11, laissant apparaître le remblai crayeux sur lequel a été érigé le four. Seuls des fragments de charbon de bois, mélangés à de la cendre et quelques fragments du fond de four au centre de la structure, dans une petite dépression, ont subsisté lors du nettoyage de la base de la cuve.

84À la sortie du four sur le bord est (fig. 20), une couche de charbon de bois épaisse de 10 cm s’étend en pente douce à l’extérieur de la structure jusqu’au niveau du centre du four. Elle pourrait correspondre à l’évacuation ou aux traces de nettoyage de la sole du four.

Essai de restitution

85L’amas qui constituait la plus grande partie du remplissage de la cuve du four F125b était sans conteste, le résultat de sa destruction. Au total, 441 kg de matériel (tabl. iii) constitués de blocs d’argile cuite de couleur orange et jaune et noire, de blocs d’argile cuite orange et noire marquée par une scorification allant de 1 à 3 cm, de fragments d’argile cuite marron clair présentant une épaisse scorification (3,5 à 6 cm), de fragments de scories coulées et du mobilier céramique. Aucun élément de grès n’a été découvert dans la masse de produits de destruction du fourneau ; cela pourrait signifier que la bordure de pierre est bien conservée.

TABL. III – Tableau quantitatif et qualitatif des déchets présents à l’intérieur de bas fourneaux (*le calcul concerne uniquement l’intérieur de la cuve).

86La partie frontale du fourneau a été entièrement détruite. Cependant lors de la fouille, une série de blocs d’argile sableuse marron marquée soit par une scorification épaisse de 3,5 à 6 cm, soit par une pellicule de vitrification, étaient regroupés dans la partie antérieure de l’amas de destruction. Ces fragments de paroi scoriacée, bien conservés, ont pu être remontés. Ainsi, la partie frontale du second four a été partiellement restituée. Elle est constituée de deux blocs d’argile scoriacée. Le bloc supérieur présente à la base un biseau oblique qui s’emboîte parfaitement sur une surface inversement oblique aménagée au sommet du bloc inférieur, la partie haute se posant simplement sur la partie basse. Les deux parois superposées font 0,81 m de haut (fig. 22).

FIG. 22 – Zone 1, ferrier 1, batterie C : face interne de la partie frontale du bas fourneau F125 reconstituée à partir des fragments de destruction (cf. fig. GH et I).

cl. Chr. D./AFAN

87Le diamètre intérieur de ces blocs reconstitués est de 1,02 m à la base. La paroi inférieure se rétrécit pour atteindre un diamètre de 0,90 m à 0,60 m de haut par rapport à la base des blocs. A ce niveau, la paroi s’élargit de nouveau pour arriver à un diamètre de la partie supérieure de 1,03 m. La partie frontale restituée était à l’origine à une hauteur qui n’a pu être déterminée précisément. Si l’on compare le diamètre de la partie supérieure du tronc de cône de la cuve en place soit 1,07 m, au diamètre de la base de la partie frontale restituée soit 1,02 m, on peut en déduire que les blocs reconstitués devaient se situer à une hauteur légèrement supérieure à celle du four conservé in situ, soit un minimum de 0,60 m de hauteur par rapport à la sole.

88La scorification de la face interne des blocs (fig. 22) évolue du sommet à la base : dans la partie supérieure, sur une hauteur de 0,10 m, elle se présente comme une fine vitrification ne dépassant pas 0,5 cm, tandis que la base montre une scorification épaisse de 6 cm en moyenne, c’est‑à‑dire plus importante que celle de la partie de four toujours en place. L’argile de couleur marron clair présente des traces d’outil, probablement une spatule, et de clayonnage.

89Le remontage apporte des éléments complétant les parties de la cuve conservée in situ, en particulier, en ce qui concerne la configuration générale du four : un tronc de cône à la base, surmonté d’un autre tronc de cône renversé ; la partie supérieure après le rétrécissement forme une cheminée évasée. L’ouverture du four se présente comme un large orifice d’au minimum 0,60 m de haut. Aucun fragment de destruction n’a permis de fournir des renseignements sur un éventuel système de fermeture.

Bas fourneau F141

90La structure F141 (fig. 23) couvre une surface de 9 m2. Elle est installée dans un creusement effectué au contact et entre les éboulis crayeux et les sables tertiaires, à la base, et l’argile à silex dans la partie supérieure. Comme pour la structure F125, deux fours ont été bâtis successivement à l’intérieur de la couronne de grès. Le premier four a été presque entièrement détruit lors de la construction du second.

FIG. 23 – Zone 1, ferrier 1, batterie C : plan du bas fourneau F141 (cf. fig. J).

S.C. del./AFAN

FIG. J – Zone 1, ferrier 1, batterie C : intérieur de la cuve du bas fourneau F141, la flèche indique la buse (cf. fig. 23‑25).

cl. L. de Cargouët/AFAN

91La couronne de grès élevée contre la face interne du creusement se présente sous la forme d’un rectangle ouvert qui encadre l’arrière et les parties latérales des constructions d’argile et se prolonge latéralement au‑delà du second four. Elle est large de 3 m pour une longueur de 2,6 m et une hauteur de 1 m. Le parement latéral ouest est composé de deux monolithes (0,60 m x 1 m et 0,70 m x 1 m) posés de chant. À l’est trois assises de blocs de grès, dont les dimensions moyennes sont de 0,50 m x 0,30 m x 0,20 m, se superposent. Une dalle longue de 1,50 m, large de 0,60 m et haute de 0,50 m vient couronner l’ensemble pour former une plate‑forme. De la même manière que pour le F125, la taille des blocs de grès se réduit progressivement vers l’arrière de la structure. À cet endroit (fig. 24, coupe A‑B), une centaine de dalles de grès (dimensions moyennes : 0,30 m x 0,20 m x 0,10 m) sont disposées à plat en deux rangs sur sept assises. Cette construction de 0,40 à 0,50 m de large sur environ 1 m de haut, est maintenue par un limon sableux fortement rubéfié.

FIG. 24 – Zone 1, ferrier 1, batterie C : coupes du bas fourneau F141 (cf. fig. J).

Y.A. del./AFAN

Le premier four F141 a

92Seule une mince couche de paroi argilo‑sableuse cuite collée contre la couronne de grès à l’arrière de la structure, sur une hauteur de 1 m, a subsisté du premier fourneau (fig. 24, coupe A‑B). Cette paroi porte les traces de deux utilisations ; chacune se reconnaît par une bande orange à l’extérieur et une jaune à l’intérieur. Au sommet du four, sur une hauteur de 10 cm, les restes du premier manteau sont conservés sur 4 cm d’épaisseur. Ensuite, jusqu’à la base, l’épaisseur des deux parois ne dépasse pas 0,12 m. La base de la première paroi, sur une hauteur de 0,20 m, s’appuie directement contre le creusement du sol géologique qui présente une rubéfaction sur 6 cm.

93La sole de ce four a été retirée, afin d’aménager la base du second fourneau. Le sol géologique, qui présente une rubéfaction de 5 à 10 cm, a été creusé et comblé par une première couche de nodules de craie mélangés à des fragments d’argile cuite surmonté d’un autre niveau de nodules de craie, sur lequel le second fourneau a été érigé. Ce remblais crayeux épais de 0,20 m en moyenne a été déposé à partir de la base du premier four, sur une longueur de 1,50 m.

94Le second four est séparé du premier par un sédiment limoneux, épais de 10 cm au maximum. Ce dernier était induré et rubéfié sur toute son épaisseur.

Le second four F141 b

95Seule la paroi arrière du second four érigée contre le limon intermédiaire est conservée, les parois latérales se dessinent à peine (jusqu’au niveau de la coupe C‑D pour la paroi occidentale, (fig. 24). En surface, le manteau argilo‑sableux, épais de 0,43 m au maximum, présente une variété de teintes composée, de l’extérieur vers l’intérieur de la cuve (fig. 23) :
– d’une bande orange bordée de jaune, large de 9 cm ;
– de trois bourrelets gris épais d’1 cm, interrompus par trois cavités (deux dépressions latérales d’environ 10 x 6 cm et l’embouchure d’une buse conservée, large de 10 cm) ;
– d’une bande d’argile jaune de 13 à 10 cm ;
– d’une bande grise (11 à 14 cm) marquée par une scorification de 4 cm.

96En coupe (fig. 24, coupe A‑B), on voit que ces variations de couleur n’affectent que le sommet de la paroi. A la base et sur une hauteur de 0,60 m, le manteau est caractérisé par une teinte grise vers l’intérieur de la cuve et noire à l’extérieur. On remarque également qu’il s’amincit considérablement vers la base où il ne présente plus que 0,15 m d’épaisseur. Au niveau des cassures latérales les parois offrent plusieurs teintes : gris à l’extérieur de la cuve, jaune, ensuite orange puis gris‑bleu et enfin une croûte scoriacée de 1 à 3 cm d’épaisseur à l’intérieur (fig. J). À cet endroit, le sommet du four (0,30 m d’épaisseur) se détache nettement de la couronne de grès, tandis que la base de la paroi d’argile (0,15 m d’épaisseur) s’évase en tronc de cône et vient s’appuyer contre les pieds de la construction de grès (fig. 24, coupe C‑D).

97La cuve (fig. J) tronconique est conservée jusqu’à 0,95 m de hauteur. Au niveau de la sole, le diamètre est de 1,29 m (fig. 24, coupe C‑D). Le volume conservé est de 1,01 m3 (tabl. ii).

98La croûte scoriacée (fig. J), épaisse de 4 cm en surface, tapisse toute la cuve jusqu’au fond du four. Une buse située à 0,80 m au‑dessus de la sole a été aménagée à travers la paroi. Le conduit long de 0,25 m est disposé à l’oblique vers l’intérieur du fourneau (32°) ; il est plus large à sa partie externe (10 cm de diamètre) qu’à son embouchure dans la cuve (7 à 8 cm de diamètre). Une légère proéminence de la scorification interne souligne la base de l’orifice. Deux autres buses non conservées devaient être aménagées de part et d’autre à une distance d’environ 0,25 m (fig. 23). Leurs emplacements sont marqués par deux légères dépressions au sommet de la paroi.

99La croûte scoriacée présente un aspect et une teinte qui varient de la base au sommet suivant le degré d’altération. A l’arrière de la cuve, quatre types de surfaces se succèdent (fig. J) :
– à la base, au centre de la cuve et sur une hauteur de 15 cm, la scorification présente une surface gris‑noir caractérisée par de nombreuses bulles gazeuses éclatées ;
– au‑dessus, toujours au centre de la cuve, sur une hauteur de 5 à 20 cm, la surface est grise, caractérisée par un grand nombre de bulles gazeuses entières et des amorces de goutte ; cette zone est moyennement magnétique ;
– cet ensemble est surmonté sur une hauteur de 40 cm en moyenne sur les bords et 20 cm au centre de la cuve, d’une surface gris‑noir présentant de longues coulures (15 cm au maximum) d’environ 1 cm de large qui se détachent de la paroi ; toute cette zone est fortement magnétique ;
– au sommet de la cuve et jusqu’à la fracture, sur 50 cm, la scorification est lisse et régulière, bleu‑verdâtre avec quelques petites amorces de coulures ; seule une petite surface au‑dessous de la buse est magnétique.

100La sole a été intégralement arrachée lors du nettoyage du four, laissant apparaître le sédiment crayeux sur lequel le fourneau avait été construit.

Essai de restitution

101D’importants fragments de scories et de fond de four (au total 162,6 kg) ont été mis au jour devant la structure au niveau de la partie frontale présumée du four neau (fig. 24, coupe H‑G). Ces éléments proviennent sans aucun doute du curage de la sole et ont été abandonnés, du moins partiellement, devant la structure. Le remontage de près de la moitié de ces fragments a permis de reconstituer un fond de four incomplet montrant l’amorce du canal d’évacuation de la scorie vers l’extérieur (fig. 25). Ce dernier n’est pas situé à la base du bloc mais bien à une hauteur d’environ 0,30 m (cf. § 6.2.3, fond de four F141).

FIG. 25 – Zone 1, ferrier 1, batterie C : profil d’un bloc de scorie remonté à partir des éléments de la destruction situés devant le bas fourneau F141.

cl. Chr. D./AFAN

Système de ventilation

102Le four possède une buse aménagée dans la paroi à 0,80 m au‑dessus de la sole du four (fig. J). Cet orifice de 8 cm de diamètre devait être bordé de part et d’autre par deux buses semblables. Aucun autre élément susceptible d’indiquer le système de ventilation n’a été mis en évidence.

103Plusieurs hypothèses peuvent être faites à propos de ces trois orifices :
– il pourrait s’agir d’orifices permettant de faciliter l’évacuation des gaz lors du processus de réduction ; ils ne joueraient pas de rôle direct dans la ventilation du fourneau ;
– ou bien le fourneau est alimenté par un tirage naturel et ces orifices permettent une circulation d’air dans la structure ;
– ou bien ces conduits sont des buses de tuyère, dans un système à ventilation forcée ; toutefois aucun fragment de tuyère n’a été découvert à proximité de la structure.

104Cependant ces buses étaient enduites d’un revêtement argileux peut‑être suffisamment réfractaire pour éviter d’utiliser une pièce intermédiaire. Elles pourraient recevoir directement les embouchures des soufflets. La couronne de grès pouvait être la base adéquate pour installer un système de soufflerie ; si l’on tient compte de l’inclinaison de la buse de 32° vers l’intérieur du four, l’air devait être distribué dans une zone se situant assez haut dans le fourneau, entre 0,50 et 0,60 m au centre de la cuve ; mais comme le montre le fragment de fond de four décrit précédemment, lorsqu’elle est encombrée de scorie, la base du four est relevée au minimum de 0,30 m.

Conclusion et datation

105Les deux bas fourneaux de cette batterie semblent avoir subi les mêmes grandes étapes de réfection :
– construction d’un premier four utilisé plusieurs fois ;
– destruction de ce dernier ;
– même aménagement de la surface ;
– construction du second four ;
– abandon de l’atelier.

106Les deux datations 14C (tabl. i) qui ont été réalisées pour cette batterie, la première à partir de charbons de bois retrouvés devant F125 au niveau de l’aire de travail, la seconde sur des charbons de bois retrouvés sur le remblai crayeux à la base du four F141, fournissent respectivement les dates de 230 à 70 av. J.‑C. et 120 av. J.‑C. à 20 ap. J.‑C. Les fourneaux seraient donc datés de La Tène finale ou du début du Gallo‑Romain précoce.

2.2.3.3 Batterie D : bas fourneaux F150 et F151

107La batterie D est le dernier ensemble de fourneaux du ferrier 1 ; elle est située au nord‑est de celui‑ci. Elle comprend deux structures de réduction (F150 et F151) orientées N.‑O./S.‑E. et distantes de 2 m (fig. 10). Elles sont installées dans des creusements parallèles effectués à la rupture de pente du talweg, soit à une altitude de 225,51 m en amont des structures et de 224,55 m en aval.

108La zone située en amont de la batterie était complètement vierge de déchets métallurgiques et de structures sur une superficie de 30 m2. En aval les aires de travail des deux bas fourneaux étaient partiellement comblées par des rebuts de réduction provenant de l’étalement de la butte de déchets située à 5 m à l’ouest (butte de 25 m2). Au sud et à l’est de la batterie, au‑delà des aires de travail (environ 5 m2 chacune), on trouve trois trous de poteau et cinq fosses sans organisation précise.

109Les deux structures de réduction, comme celles des batteries décrites précédemment (batteries B et C), sont constituées, à l’arrière et sur les bords latéraux, d’un mur de grès semi‑circulaire installé sur la bordure interne du creusement et s’appuyant sur le sol géologique. À l’intérieur de cette couronne, le four proprement dit, édifié en argile sableuse, a conservé sa paroi arrière protégée par la bordure de grès ; les cheminées, les portes et les parties frontales sont effondrées.

Bas fourneau F150

110Le bas fourneau F150 a été mis au jour lors de la phase de diagnostic du site. Son état de conservation paraissait alors peu satisfaisant, c’est pourquoi la structure n’a pas fait l’objet d’une fouille. Les observations présentées dans ce paragraphe, sont fondées sur le plan de surface réalisé lors de la première phase d’approche du site et sur l’étude d’une coupe longitudinale effectuée selon un axe N.‑O./S.‑E., correspondant à l’orientation de la structure.

111La structure (fig. 26) est installée dans un creusement du substrat naturel, l’argile jaune à silex. Elle est entourée d’une couronne lithique mal conservée, constituée d’une dizaine de blocs de grès disposés en une seule assise au sommet du creusement. Les blocs présentent des dimensions qui varient entre 0,50 et 0,10 m de longueur et de largeur pour une hauteur de 0,20 à 0,30 m environ.

FIG. 26 – Zone 1, ferrier 1, batterie D : plan du bas fourneau F150

S.C. del./AFAN

112En surface, le manteau argilo‑sableux était épais de 0,70 m à l’arrière et d’environ 0,50 m sur les bords latéraux à peine conservés. Il se composait d’une succession de bandes oranges et jaunes difficilement lisibles à cause des nombreux dommages causés par des terriers et des racines d’arbres. Toutefois, une croûte scoriacée de 3 cm en moyenne marquait la face interne de la cuve.

113En coupe (fig. 27 et 28), on voit que la structure est installée dans un creusement profond de 0,55 m. Le substrat naturel sous l’action des fortes températures présente une rubéfaction sur une épaisseur de 20 cm au maximum à la base et seulement 5 à 10 cm à l’arrière. La paroi arrière, épaisse de 0,70 m sur toute sa hauteur, montre au minimum six utilisations marquées par une série de réfections de la cuve et de la sole.

FIG. 27 – Zone 1, terrier 1, batterie D : coupe du bas fourneau F150.

S.C. del./AFAN

FIG. 28 – Zone 1, terrier 1, batterie D : coupe longitudinale du bas fourneau F150.

cl. Chr. D./AFAN

114La première paroi (fig. 27, I et 28), est relativement bien conservée. Elle est composée d’un revêtement argilo‑sableux cuit, de couleur orange, appliqué directement contre la face interne du creusement sur toute la hauteur de la cuve (0,50 m) et en partie sur la sole du four (sur 0,25 m de longueur). Au sommet, ce revêtement est épais de 12 cm, tandis qu’à la base il s’étend sur 2 à 3 cm.

115Deux croûtes scoriacées larges toutes deux en moyenne de 2 cm indiquent que le fourneau a fonctionné deux fois sans pour autant qu’il ait subi de réfection. Les croûtes tapissent uniformément toute la surface de la cuve et, sans interruption, la partie de la sole du four revêtue d’argile sableuse.

116Après ce fond scoriacé, la sole du four est composée du sol géologique rubéfié sur 0,20 à 0,15 m d’épaisseur ; horizontale sur 0,70 m de longueur, elle dessine ensuite un palier. Celui‑ci pourrait signaler l’emplacement de la partie frontale de ce premier four, ce qui indiquerait que le diamètre à la base de la cuve était de 0,90 m environ. Les traces de rubéfaction du sol naturel se poursuivent devant le four (fig. 27) sur une longueur supérieure à 2 m (épaisseur maximale 3 cm). À 0,30 m de la base du palier, une légère dépression creusée sur 0,70 m de longueur servait probablement à accueillir la coulée de scorie. Toute la sole (partie scorifiée comprise) de même que toute cette aire de travail était recouverte d’une couche de déchets de minerai (épaisseur moyenne 5 cm) qui est, sans aucun doute dans ce cas, un aménagement de la base du four et des surfaces sur lesquelles s’écoulait la scorie.

117Après cette première utilisation, on observe les traces de deux rechapages successifs (fig. 27, Il et III) marqués par une épaisse paroi formée de plusieurs lits d’argile grise suivie par un revêtement jaune, puis gris vers l’intérieur de la cuve.

118Les bases de ces deux fours ont été complètement arrachées lors de la réfection ultérieure. Toutes les dépressions aménagées lors des utilisations précédentes ont été comblées par un sédiment sableux afin d’obtenir une surface à peu près horizontale sur laquelle a été construite la quatrième paroi.

119La paroi de la quatrième utilisation (fig. 27, IV) est relativement bien conservée. Épaisse de 8 cm en surface, elle s’épaissit progressivement pour atteindre 15 cm à la base du four. Elle est formée d’une bande d’argile sableuse cuite de couleur orange, suivie par deux fins lits d’argile grise. La cuve est délimitée par une scorification de 2 à 3 cm, conservée dans l’angle entre la base de la cuve (sur 0,10 m de hauteur) et le début de la sole (sur une longueur de 5 cm), le reste ayant été retiré lors de la réfection ultérieure. La cuve est préservée sur une hauteur de 0,60 m. La base du four est tapissée par de l’argile, cuite sur une longueur de 1,40 m, formant une sole horizontale (grise) longue de 0,60 cm, suivie d’un palier (jaune‑orange). La position de la partie frontale de ce four est difficile à estimer.

120La fin de cette quatrième utilisation du four est marquée par un rechapage très mal conservé (fig. 27, V), dessiné par une couche d’argile cuite grise sur laquelle des traces d’arrachement de la croûte scoriacée sont visibles. La base de la cuve et la sole ont été retirées et remplacées par un limon rubéfié et induré et des fragments d’argile cuite sur lesquels la sixième paroi (fig. 27, VI) a été érigée.

121Cette séquence de rechapages correspond à la dernière utilisation de la structure avant son abandon. La paroi de ce four est composée de plusieurs lits d’argile sableuse grise bordée d’une fine bande d’argile jaune au contact avec la paroi de l’utilisation précédente. Ce revêtement, épais de 0,12 m sur toute sa hauteur, se poursuit et vient tapisser la sole du four sur 1,10 m de longueur.

122Une croûte scoriacée, large d’environ 2 cm, indique l’intérieur de la cuve. Elle en tapisse uniformément toute la surface et en partie la sole du four sur une longueur de 0,30 m. La cuve, préservée sur une hauteur de 0,55 m, présente une forme générale en tronc de cône.

123La sole du four est horizontale sur 0,30 m de longueur, c’est‑à‑dire sur toute la longueur de la scorification. Ensuite un palier se dessine (l’argile cuite qui le compose est irrégulière). Toute la sole (partie scorifiée comprise) est recouverte d’une couche de déchets de minerai dans laquelle étaient mêlés quelques fragments d’argile cuite. Ce remblai nivelle la base du four afin d’obtenir une surface horizontale.

124Essai de restitution : la partie frontale surmontant la porte, s’est affaissée sur place, après que la cheminée se soit effondrée et soit venue partiellement combler l’ouverture du four. Ces fragments d’argile tout comme pour les fours décrits précédemment ont une teinte différente (marron) et sont marqués par une scorification plus épaisse (7 cm) que les parois conservées in situ et les autres blocs de destruction. Ici encore l’ouverture apparaît comme haute de 0,45 m. Aucun élément pouvant indiquer une quelconque fermeture de la porte n’a été mis en évidence.

Bas fourneau F151

  • 12  Fouille et observation réalisées par M. Leroy.

125La structure de réduction F151 (fig. 29) couvre une surface d’environ 6,5 m2. Elle est installée dans un creusement effectué dans l’argile jaune à silex, dans la partie supérieure, tandis que la base repose sur un éboulis crayeux, les niveaux de sable et d’argile12.

FIG. 29 – Zone 1, ferrier 1, batterie D : plan du bas fourneau F151 (cf. fig. K).

S.C. del./AFAN

FIG. K – Zone 1, ferrier 1, batterie D : coupe longitudinale du bas fourneau F151 (cf. fig. 29‑31).

cl. Chr. D./AFAN

126La couronne lithique est constituée d’une centaine de dalles de grès (dimensions maximales : 0,30 m x 0,40 m x 0,15 m) disposées en deux assises contre la face interne du creusement, sur une hauteur de 0,35 m. Elle est de forme semi‑circulaire et encadre l’arrière et les bords latéraux de la construction d’argile. L’ensemble de la couronne mesure 2,50 m de large et 2,30 m de long.

127Le four, construit à l’intérieur de cette couronne de grès, est formé d’une paroi argilo‑sableuse (fig. 29) qui, en surface, est caractérisée par des bandes de teintes variées se présentant de la manière suivante de l’extérieur de la cuve vers l’intérieur :
– une bande marron de 15 cm d’épaisseur ;
– une bande grise de 14 cm d’épaisseur ;
– une bande jaune de 4 cm d’épaisseur ;
– une bande orange de 5 cm d’épaisseur ;
– une bande rouge‑violet marquée par une vitrification (0,7 cm) ;
– une bande orange de 6 cm d’épaisseur ;
– une bande grise de 3 cm d’épaisseur ;
– une bande orange de 15 cm d’épaisseur ;
– une bande grise de 3 cm d’épaisseur.

128Au total la paroi à l’arrière du four est épaisse d’environ 0,70 m (fig. 29). Sur les bords latéraux elle s’amincit pour atteindre une épaisseur de 0,40 à 0,50 m. Le manteau d’argile cuite encadre le demi‑périmètre arrière de la cuve. Les bords latéraux et la partie frontale du fourneau sont construits à l’aide d’une argile sableuse jaune qui ne montre aucune trace de cuisson. De toute évidence, ces parois ont été entièrement reconstruites lors de la dernière réparation du fourneau.

129Ces parois latérales s’interrompent au niveau de l’ouverture du four, large de 0,55 m (fig. 29). La portion de paroi ouest est épaisse de 0,40 m en moyenne ; appliquée contre la face interne de la couronne de grès, au sommet et contre le creusement à la base, elle s’avance devant la cuve pour en dessiner la fermeture. La portion est, également appliquée contre la couronne de pierres et le creusement, devient plus large ; 0,45 m à la convergence avec le manteau cuit, 0,90 m au niveau de l’ouverture du fourneau.

130La cuve (cf. infra fig. 31) est conservée sur une hauteur maximale de 0,70 m. Son diamètre à la base est de 1 m (tabl. ii), tandis qu’au niveau du sommet conservé, il se réduit à 0,80 m. Dans son état de conservation son volume est de 0,75 m3. La principale caractéristique de la paroi de la cuve est qu’elle ne présente aucune scorification. En revanche, une couche sablo‑limoneuse beige non cuite a été appliquée sur toute la face interne de la cuve et sur une partie de la sole (sur 0,30 m). Ce rechapage (fig. 30, coupe A‑B), épais de quelques centimètres en surface, atteint à peu près 0,15 m à la base. Il est probable que ce revêtement s’est partiellement délité et accumulé à la base de la cuve.

FIG. 30 – Zone 1, ferrier 1, batterie D : coupes du bas fourneau F151 (cf. fig. K).

Y.A. del./AFAN 

FIG. 31 – Zone 1, ferrier 1, batterie D : intérieur de la cuve du bas fourneau F151 (cf. fig. K).

cl. Chr. D./AFAN 

131La sole du fourneau a également subi des réfections. Une argile sableuse blanchâtre non cuite a été appliquée sur 1,70 m de longueur à partir de 0,30 m de la paroi arrière du four. Ce revêtement a été chauffé comme le montrent les traces de rubéfaction au centre de la sole.

132En coupe (fig. 30 et fig. K), on voit que la structure est installée dans un creusement profond de 1 m. Le substrat naturel, sous l’action des fortes températures, présente une rubéfaction sur une épaisseur de 0,20 m au maximum à l’arrière et seulement 5 à 10 cm à la base. Outre la dernière réfection qui vient d’être décrite, la paroi arrière, épaisse de 0,70 m sur toute sa hauteur, montre au minimum cinq phases d’utilisation dessinées par une série de rechapages de la cuve et de la sole (fig. K).

133La première paroi (fig. 30, coupe A‑B, I) est relativement bien lisible. Elle est composée d’un revêtement argilo‑sableux cuit, de couleur gris‑jaune, appliqué directement contre la face interne du creusement sur toute la hauteur de la cuve (sur 0,80 m de hauteur) et en partie sur la sole du four (sur 0,45 m de longueur). Au sommet, ce revêtement est épais d’une dizaine de centimètres, tandis qu’à la base il s’étend sur 2 à 3 cm d’épaisseur.

134La croûte scoriacée large de 2 cm en moyenne est préservée sur une hauteur de 0,12 m, à partir de 0,53 m au‑dessus de la sole. Elle indique que la cuve, élargie à la base, se rétrécit considérablement à une hauteur d’environ 0,40 m, pour aboutir à un étranglement à 0,55 m. Ensuite, elle s’élargit de nouveau, ce qui pourrait correspondre au départ d’une cheminée en entonnoir.

135La partie de la base du premier four recouverte d’argile sableuse est horizontale et scorifiée sur une épaisseur de 2 à 3 cm. Par la suite la sole horizontale est composée du sol géologique rubéfié sur 5 à 10 cm d’épaisseur. Les traces de rubéfaction du sol naturel se poursuivent devant le four sur une longueur supérieure à 2 m (épaisseur maximale 5 cm). À 1,50 m de la base de la paroi arrière du four, une légère dépression creusée sur 0,70 m de long, servait probablement à accueillir la coulée de scorie. Cette aire de travail était recouverte d’une très fine couche de déchets de minerai ne dépassant pas 2 cm.

136Une série de traces de rechapages succède à cette première utilisation. Leur nombre est difficile à estimer tant les parois ont été endommagées lors des différentes réfections. On peut en compter clairement deux :
– une épaisse paroi formée de plusieurs lit d’argile grise (fig. 30, II) ;
– un revêtement jaune puis gris vers l’intérieur de la cuve suivi d’une bande grise surmontée d’un revêtement rouge‑violet marqué par de fins lits de vitrification (fig. 30, III).

137Les bases de ces fours ont été arrachées lors des réfections ultérieures. Toutes les dépressions aménagées lors des phases d’utilisation précédentes ont été comblées par un sédiment sableux afin d’obtenir une surface presque horizontale sur laquelle a été construite la quatrième paroi lisible.

138La paroi de la quatrième utilisation (fig. 30, IV) est très endommagée. Elle montre plusieurs traces d’arrachements sur toute sa hauteur. En revanche, la sole est conservée dans son ensemble. Elle est constituée d’un revêtement argilo‑sableux épais de 6 cm, légèrement en pente vers l’ouverture, sur une longueur de 1,30 m.

139La fin de cette utilisation du four est marquée par un rechapage bien conservé (fig. 30, V), dessiné par une bande d’argile cuite jaune (6 à 9 cm) suivie d’une bande grise vers l’intérieur de la cuve (3 à 4 cm). Toutefois, la croûte scoriacée a été retirée afin de placer le dernier revêtement avant l’abandon de la structure.

Essai de restitution

140Tout comme pour le bas fourneau F112 de la batterie B, l’amas de destruction comprend très peu de fragments de parois scorifiées. Le revêtement sablo‑limoneux tapissant la face interne de la cuve ainsi que les aménagements de la sole et des parois suggèrent que le fourneau avait subi un ensemble de réfections avant son abandon. Or ce dernier rechapage correspond au minimum à la sixième réfection du fourneau. Les différentes étapes de ce travail de rénovation peuvent se résumer comme suit :
– destruction des parois latérales du four, soit parce qu’elles étaient trop endommagées, soit dans le but de retirer aisément le massiau de fer et de restaurer la cuve ;
– curage des parois internes en ôtant toute la croûte scoriacée ;
– nettoyage de la sole ;
– rechapage de la cuve avec un limon sableux et de la sole avec une argile sableuse ;
– reconstruction des parois latérales à l’aide d’argile sableuse.

Système de ventilation

141Trois fragments de tuyères ont été mis au jour devant le four, dans la couche de destruction du côté est. Il s’agit de tuyères uniques (cf. chap. 3, fig. 62, nos 5‑7) dont le mode de fabrication ainsi que les caractéristiques techniques rappellent celles découvertes à proximité du bas fourneau F106. L’exemplaire le mieux conservé (cf. chap. 3, fig. 62, no 6) se présente sous la forme d’un bloc d’argile large de 9 cm. La hauteur et la longueur n’ont pu être déterminées à cause de la mauvaise conservation du bloc. Celui‑ci est pourvu d’un conduit central d’un diamètre de 2,3 cm. Un léger pincement de l’argile souligne le bec qui possède un diamètre un peu inférieur (environ 20 mm). Une croûte scoriacée marque sur 3,2 cm de longueur toute la partie de la tuyère qui était introduite dans le four. La position de ce dispositif dans le fourneau n’a pas pu être déterminée. Au vu de sa situation dans l’amas de destruction, il devait être placé dans les parties frontale ou latérale du fourneau. Ces fragments indiquent toutefois que la ventilation forcée à l’aide de soufflets était utilisée.

Conclusion et datation

142La batterie D était constituée de deux bas fourneaux similaires, probablement construits au même moment et ayant subi un nombre de réfection sensiblement égal. Comme pour la batterie B, il semble que ces fourneaux fonctionnaient en alternance ; lorsque l’on réduisait du minerai dans l’un, on rénovait et préparait le second.

143Deux datations 14C ont été réalisées à partir de deux lots de fragments de charbons de bois récoltés dans les sédiments du fourneau F151 (tabl. i) :
– le premier lot, qui provient de la destruction du fourneau F151 à proximité de la couche d’humus, a été probablement contaminé par cette dernière ; il a fourni une date se situant entre le vie et viie s. ap. J.‑C. ;
– le second lot prélevé dans la couche charbonneuse à la base de la cuve indique une utilisation du fourneau entre 120 et 20 av. J.‑C. La seconde datation qui paraît moins douteuse indique donc une date allant de La Tène finale au Gallo‑Romain précoce.

2.3 Zone 3

144La zone 3 ne comporte qu’une seule batterie de deux fourneaux en relation avec un ferrier (ferrier 2).

2.3.1 Ferrier 2

145Après le décapage, l’extension de cet ensemble s’est révélée inférieure de moitié à celle que donnait la vision de surface, fondée sur la répartition apparente des déchets étalés superficiellement. Le ferrier se présente sous la forme d’un vaste amas de déchets peu profond (0,60 m au maximum) comprenant essentiellement des scories coulées mais également des scories de fonds de four et des concentrations de gros blocs de parois de four qui occupent essentiellement la partie centrale du monticule. Ces déchets sont étalés en deux zones de plus forte densité de matériels (D1, D2, fig. 32).

FIG. 32 – Plan de la zone 3, ferrier 2.

S.C. del./AFAN

146Une première concentration de débris au sud est composée de l’amas de déchets proprement dit (D2). La seconde concentration de déchets (D1), au nord correspond à deux fosses irrégulières de 5 m de longueur et 0,40 m de profondeur, contenant uniquement de la scorie coulée. Ces deux excavations pourraient avoir été creusées dans l’intention d’extraire le limon argileux nécessaire à la construction des parois des fourneaux. Une série de trous de poteau et de petites fosses disposées sans organisation précise borde les deux structures. Au sud‑ouest, une fosse rectangulaire n’a fourni que peu de matériel : des scories coulées et des déchets de minerai.

147Entre ces deux zones de rejet s’étend une surface aménagée et damée, de forme irrégulière et longue de 19 m. Le sol est composé de scories fortement fragmentées, mêlées à du charbon de bois. Au centre de cette zone se dresse un bloc de grès ; il s’agit manifestement d’une enclume (Barbanson et al. 1990). Le bloc porte en effet des traces prononcées de bouchardage (fig. 33). Des enclumes similaires ont été découvertes sur des sites de réduction en Pologne et en Suède (Pazda 1976 : 79, 80 ; Magnusson 1986 : 97, fig. 52, site de Myssjö Raä). Dans les deux cas, ces blocs ont été interprétés comme des enclumes dormantes qui auraient servi à briser les scories encombrant le massiau ferreux.

FIG. 33 – Zone 3 : bloc de grès, interprété comme une enclume pour épurer des éponges, montrant des traces de travail ?

M.‑E. Collin del./AFAN

148À l’extrémité sud de la zone, un fond de fosse de 2 m de diamètre présentant une fine couche de charbon de bois, qui reposait sur de l’argile rubéfiée, peut être interprété comme une charbonnière.

2.3.2 Batterie des bas fourneaux F11 et F12

149Une batterie de deux fours (F11 et F12) a été découverte à 15 m au N.‑O. de l’amas de scories (fig. 32). Ces deux structures sont distantes de 2 m et orientées N.‑O./S.‑E. Elles ont été bâties dans deux creusements parallèles, au sommet du coteau, juste à l’amorce de la pente du talweg, soit à une altitude de 227,65 m en amont et 226,45 en aval des structures.

  • 13 La présence d’arbres de grande dimension ne nous a pas permis de fouiller ces structures.

150La zone située en amont de la batterie était complètement dépourvue de déchets et de structures. En aval, les aires de travail étaient scellées par un remblai contenant de nombreux fragments de céramiques gallo‑romaines du ier s. de n. è. (cf. chap. 4). La fonction de ce nivellement, postérieur à la destruction des fourneaux, reste indéterminée. Les aires de travail proprement dites étaient aménagées à l’aide d’une couche de déchets de minerai dont l’épaisseur varie entre 3 et 20 cm, délimitant parfaitement l’extension des ateliers sur environ 25 m2 chacun. Deux fosses contenant de l’argile cuite se dessinaient devant les fourneaux13.

151Comme pour les batteries B, C, et D du ferrier 1 (cf. supra) seules les parties des fours encastrées dans le sol géologique sont conservées, c’est‑à‑dire la partie arrière des cuves. Les cheminées, les portes et les parties frontales des fourneaux sont également détruites, du fait d’un mode de destruction similaire.

2.3.2.1 Bas fourneau F12

152La structure F12 (fig. 34) couvre une surface de 4 m2. Elle est installée dans un creusement du substrat naturel, à la limite de l’argile à silex et de l’argile de décalcification.

FIG. 34 – Zone 3, ferrier 2 : plan du bas fourneau F12 (cf. fig. L).

Chr. D./AFAN

FIG. L – Zone 3, ferrier 2 : coupe longitudinale du bas fourneau F12 (cf. fig. 34‑37).

cl. Chr. D./AFAN

153À l’arrière de la structure, la construction argilo‑sableuse s’appuie directement contre le sol géologique qui présente une rubéfaction d’environ 0,10 m (fig. L). Latéralement (fig. 34), bordant le four en argile, des parements de grès sont érigés en deux assises sur la face interne du creusement. Ils sont constitués respectivement d’une dizaine de blocs dont les dimensions varient entre 0,20 m et 0,65 m de long, 0,20 m et 0,40 m de large et 0,30 m de haut en moyenne ; au total ces assises sont longues de 2 m et hautes d’environ 0,60 m.

154Le four (fig. 34 et cf. infra fig. 36) proprement dit est constitué d’une paroi argilo‑sableuse cuite dont l’épaisseur varie en surface de 0,95 m (épaisseur maximum à l’arrière de la structure) à 0,12 m au niveau des cassures latérales. De plan semi‑circulaire à l’arrière, où il est accolé au sol géologique, il devient rectiligne sur les cotés. Le sommet des parois latérales se détache nettement des parements de grès tandis que la base s’en rapproche. La couleur du manteau argileux, en surface, varie de l’extérieur du fourneau vers l’intérieur de la manière suivante (fig. 34) :
– une bande orange de 24 cm de large ;
– une bande grise de 5 cm ;
– une bande marron de 18 cm ;
– une bande grise de 3 cm ;
– une bande orange de 12 cm ;
– cinq croûtes scoriacées d’une épaisseur moyenne de 4 cm, séparées par de minces couches d’argile de moins d’un centimètre, interrompues par trois cavités (une dépression latérale à l’est d’environ 0,15 m x 0,40 m et deux embouchures de buse large de 0,14 m) comprises dans une bande d’argile orange de 33 cm ;
– une scorification de 3 cm d’épaisseur qui marque la face interne de la cuve.

155En coupe longitudinale (fig. 35), une quinzaine de couches successives d’argile cuite gris‑bleu, parfois bordée de jaune, se distinguent (fig. L). Elles ont une épaisseur qui varie entre 3 et 16 cm. D’après les observations réalisées par A. Ploquin en laboratoire, sur un fragment de cette paroi, il semble que les rechapages successifs ne soient pas formés comme pour les fours décrits précédemment par une seule couche argilo‑sableuse relativement épaisse, mais bien par plusieurs fins lits argileux appliqués à la main. Il n’a pas été possible toutefois de définir le nombre de fines couches comprises dans un seul rechapage ; de plus, comme seule la dernière scorification qui marque l’intérieur de la cuve est parvenue intacte, il est pratiquement impossible de discerner les limites des réfections successives. Les traces d’arrachements de la croûte scoriacée, au nombre de six, fournissent tout de même une estimation minimum du nombre de rechapages. On peut également observer que les métallurgistes n’ont pas hésité à entamer l’épaisseur de la paroi afin de conserver à la cuve des parois présentant toujours une oblique identique.

FIG. 35 – Zone 3, ferrier 2 : coupe du bas fourneau F12 (cf. fig. L).

S.C. del./AFAN

FIG. 36 – Zone 3, ferrier 2 : bas fourneau F12, les flèches indiquent les buses (cf. fig. L).

cl. Chr. D./AFAN

156Le fourneau présente une forme générale de tronc de cône, conservé sur 0,90 m de hauteur. Le diamètre intérieur au sommet est de 0,90 m et 1,14 m à la base (fig. 35).

157La scorification de la dernière utilisation est épaisse de 3 cm en moyenne (4 cm à la base et 1 cm au sommet conservé). Elle s’étend sur toute la portion de la cuve en place jusqu’à 0,10 m au‑dessus de la sole (de 5 à 13 cm). La base de la cuve se caractérise par une argile cuite orange. La croûte présente une surface qui varie de la base au sommet de la manière suivante :
– à l’ouest, la scorification de la paroi est très homogène sur 0,55 m de hauteur ; toute cette surface est lissée à la main ; les traces de doigts sont en majorité disposées horizontalement ;
– à l’est, toujours sur environ 0,50 m de hauteur, la scorification est plus irrégulière ; la surface interne de la cuve a subi une réfection partielle : il s’agit d’un revêtement grossièrement appliqué sur la surface à rénover après arrachement de la scorification endommagée ; lors de l’opération de réduction, ce plaquage a fondu et s’est soudé avec le reste de la croûte scoriacée ;
– au‑dessus, sur tout le périmètre conservé, jusqu’au sommet de la cuve, la croûte scoriacée est irrégulière, caractérisée par de longues coulures relativement larges.

158La paroi ouest (fig. 34) s’interrompt au niveau d’un orifice en forme d’arc en plein cintre (hauteur 0,28 m) aménagé sur toute l’épaisseur du manteau à 0,24 m par rapport à la sole. Cette cavité communique avec une « alcôve » rectangulaire (0,40 cm x 0,90 m) réservée entre les grès et le manteau argileux. La bordure arrière de cet aménagement est constituée par le sol géologique rubéfié. À ce niveau, à l’intérieur du four, une masse d’argile vitreuse déformée par les hautes températures a été mise au jour. Il est probable que le même dispositif existait du côté est ; cependant la paroi est n’étant pas conservée, seule « l’alcôve » se dessinait entre les grès et le four.

159En surface quelques lambeaux des scorifications des parois précédentes ont été conservés (cinq couches) uniquement entre les espaces consacrés aux buses arrières. Des trois cavités qui se dessinent à l’arrière de la structure, seule la buse centrale est complètement conservée (fig. 37). Le conduit long de 0,35 m est disposé légèrement à l’oblique vers l’intérieur du fourneau selon un angle de 29°. L’orifice externe a un diamètre de 14 cm ; il se rétrécit progressivement et a une forme ovale (6 cm x 7 cm de diamètre) à son embouchure dans la cuve. II apparaît à l’intérieur de la cuve à 0,81 m au‑dessus de la sole du four. Une légère proéminence de la scorification s’avance sous celui‑ci. Les buses disposées de part et d’autre (distantes d’environ 0,20 m) débouchent également sur le même axe. Le canal situé à l’ouest n’est pas conservé mais une légère dépression marque son emplacement. La buse orientale par contre était obstruée par deux bourrelets d’argile cuite provenant de l’ultime rechapage qui a fondu lors du dernier fonctionnement du four. Les trois cavités étaient enduites d’une argile sablonneuse de teinte orange.

FIG. 37 – Zone 3, ferrier 2 : vue verticale des emplacements des buses aménagées dans la paroi arrière du bas fourneau F12 (cf. fig. L).

cl. S.C./AFAN

160La sole du fourneau, irrégulière, est formée d’argile cuite de teinte gris‑bleu. De petites cavités rectangulaires ou triangulaires, inscrites dans l’argile, se répartissent sur toute la surface sans organisation précise. Les plus grandes ont des dimensions avoisinant les 6 à 7 cm pour une profondeur de 3 à 4 cm, tandis que les plus petites mesurent 4 à 5 cm et sont profondes de 2 cm. Il s’agit probablement d’empreintes laissées par un étayage fait de piquets, destiné peut‑être à soutenir les parois lors de la construction ou des réfections.

161La sole dessine, vers la sortie, une légère pente accentuée par un palier, à 0,50 m de la paroi arrière (fig. 35 et fig. L). Cette différence de niveau de quelques centimètres correspond en fait à l’unique réfection de la base du four. Une fine couche de déchets de minerai, de 5 à 10 cm, tapissait toute la sole et débordait à l’extérieur de la structure. Sur ce « minerai », à l’intérieur du fourneau, reposaient plusieurs fragments de scories lourdes classées dans la catégorie fond de four. Au total, 15,5 kg ont été récoltés (cf. § 6.2.3, fond de four F12).

Essai de restitution du système de ventilation14

  • 14 Comme la structure F12 a été fouillée dans la précipitation, il n’a pas été possible de faire une é (...)

162Il est difficile de soutenir que les deux embrasures latérales qui communiquent avec les deux petites fosses rectangulaires, les « alcôves », aux bords légèrement rubéfiés ont été aménagées dans le but de recevoir des tuyères : aucun fragment n’a été découvert, ni à proximité du fourneau, ni dans le ferrier 2. Ces orifices permettaient peut‑être une prise d’air pour une ventilation par tirage naturel.

163Comme le fourneau F141 de la batterie C de la zone 1, la cuve est percée par trois orifices situés à 0,81 m au‑dessus de la sole du four (fig. 36 et 37). Distants de 0,20 m, ils sont aménagés sur un même plan dans la paroi arrière. Les orientations de ces buses, inclinées en moyenne à 30° vers la base des cuves sont convergentes. L’intersection se situe au niveau de la partie frontale de la cuve à environ 0,40 m de hauteur par rapport à la sole du four.

164Sur la fonction de ces orifices on peut émettre les mêmes hypothèses que supra (cf. § 2.2.3.2, F141) :
– évacuation des gaz lors du processus de réduction ;
– système de circulation d’air dans la structure, dans l’hypothèse d’une ventilation naturelle ;
– buses de tuyère, dans un système à ventilation forcée.

2.3.2.2 Bas fourneau F11

165Le bas fourneau F11 (fig. 38) dont la superficie totale est de 3 m2, est construit dans un creusement du sol géologique, à la transition entre l’argile à silex et l’argile de décalcification. Le sol naturel présente une rubéfaction de 10 cm au contact de la structure qui n’a aucun parement de grès. L’arrière de la construction en matériaux argilo‑sableux s’appuie directement sur le sol géologique.

FIG. 38 – Zone 3, ferrier 2 : plan du bas fourneau F11 (cf. fig. M).

S.C. del./AFAN

FIG. M – Zone 3, ferrier 2 : coupe longitudinale du bas fourneau F11 (fig. 38‑40).

cl. Chr. D./AFAN 

166En surface (fig. 38), la paroi argilo‑sableuse est conservée sur le demi‑périmètre du four (1,40 m de diamètre extérieur). A l’arrière, elle est légèrement anguleuse et d’une épaisseur de 0,65 m. Sur les bords latéraux, les parois sont rectilignes et s’amincissent considérablement jusqu’à 0,20 m au niveau des cassures. La coloration de ce manteau argileux évolue de l’extérieur du fourneau vers l’intérieur de la manière suivante :
– contre le sol naturel rubéfié, on distingue une bande orange de 18 cm d’épaisseur ;
– elle est suivie d’une bande marron de 3 cm ;
– puis une bande orange de 7 cm ;
– ensuite une nouvelle bande rouge de 9 cm ;
– précédant une nbouvelle bande orange de 7 cm ;
– suivie d’une bande jaune de 21 cm marquée par deux croûtes scoriacées d’une épaisseur moyenne de 3 cm, séparées par de minces couches d’argile de moins d’un centimètre ; cet ensemble est interrompu par trois dépressions indiquant les emplacements de buses non conservées ; celles‑ci sont situées à environ 20 cm de distance comme pour le fourneau F12 ; elles étaient également enduites d’une argile sablonneuse orange ;
– enfin une scorification de 2 cm d’épaisseur dessinant l’intérieur de la cuve.

167Pour les mêmes raisons que pour le fourneau voisin F12, il est difficile d’estimer le nombre de réfections qu’a subi la structure. Exceptée la scorification de parois de la dernière utilisation qui est parvenue intacte, il ne subsiste, en coupe (fig. 39, coupe A‑B et fig. M), que les restes de deux croûtes scoriacées conservées sur quelques centimètres de hauteur dont on ne peut tirer aucune information. De surcroît, les rechapages successifs ne sont pas constitués d’une seule couche argilo‑sableuse relativement épaisse, mais de plusieurs fins lits argileux gris‑bleu. Seules les traces d’arrachement (cinq bien lisibles ; fig. 39 et fig. M) permettraient de fournir une estimation minimum du nombre de réfections. Il serait cependant hasardeux d’en conclure que le four n’a subi que cinq réfections. Ici encore, ces traces d’arrachement démontrent la volonté des métallurgistes de conserver une cuve dont des parois présentent toujours une oblique identique.

FIG. 39 – Zone 3, ferrier 2 : coupes du bas fourneau F11 (cf. fig. M).

S.C. del./AFAN

168La forme générale de la cuve (fig. 39) est un tronc de cône, conservé sur 0,75 m de hauteur. Son diamètre au sommet intérieur est de 0,75 m, tandis qu’à la base, il est de 1,30 m (fig. 39, coupe C‑D). Le volume conservé est de 0,65 m3 (tabl. ii).

169La dernière scorification de la cuve (fig. 39) est conservée sur 0,50 m de hauteur, c’est‑à‑dire du sommet conservé jusqu’à environ 0,25 m au‑dessus de la sole. Elle est épaisse de 2 cm en moyenne en surface ; vers le centre de la cuve, elle atteint 3 à 4 cm, puis elle s’amincit de nouveau vers la base (1 cm).

  • 15 La présence d’un arbre à proximité de la structure ne nous a pas permis de fouiller la partie extér (...)

170De part et d’autre, sur les parois latérales de la cuve, deux orifices en plein cintre sont aménagés à 0,15 m de hauteur par rapport à la sole du four (fig. 38 et fig. M). Ils sont hauts de 0,25 m environ et larges de 0,15 m. La cavité ouest communique avec une « alcôve » rectangulaire (0,32 m x 0,80 m), entièrement creusée dans le sol naturel15. La bordure arrière de ce dispositif est formée d’argile cuite orange et grise directement appliquée sur toute la hauteur du creusement ; sa paroi est est composée du sol géologique rubéfié ; la base, en pente vers la structure de réduction, était recouverte de plusieurs lits de déchets de minerai (fig. 40).

FIG. 40 – Zone 3, ferrier 2 : intérieur de la cuve et emplacement de l’alcôve latérale du bas fourneau F11 (cf. fig. M).

cl. S.C./AFAN

  • 16  Fouille et observation réalisées avec le professeur M. Mangin.

171La sole du fourneau (fig. 39, coupe A‑B), légèrement concave, est constituée d’argile cuite d’une teinte gris‑bleu. Elle est en pente vers la sortie du four, soulignée par un palier situé à 0,90 m de la paroi arrière. Comme pour le fourneau F12 cette différence de niveau résulte d’une réfection de la base de la cuve. Une couche de résidus de minerai tapissait la surface sur une épaisseur de 0,20 m à 0,30 m (fig. 39 et fig. M). On peut parler ici d’un réel aménagement de la base du four qui se traduit par un rehaussement du niveau de la sole. La couche de déchets de minerai se poursuit à l’extérieur de la cuve sur une épaisseur de 0,40 m. Au niveau de la sortie du four16, un canal, large de 0,40 m et profond de 5 à 6 cm, a été excavé au sommet de cette couche. Sur ce dernier, des fragments de scories coulées étaient incrustés.

172En coupe (fig. 39, coupe A‑B), on peut voir que la surface d’écoulement de la scorie à l’origine se situait 0,40 m plus bas, au niveau du sol géologique. Pour une raison inconnue, il semble qu’à l’occasion des différentes réfections les métallurgistes ont relevé d’une manière importante le niveau d’évacuation de la scorie par une succession de couches de déchets de minerai. L’important fragment de scorie coulée découvert in situ dans une petite dépression (fig. 32, F38), située à près de 2 m de la sortie du four, pourrait correspondre au reste d’une des premières évacuations de déchets effectuées alors que la surface d’écoulement se situait encore au niveau du sol géologique.

Essai de restitution

  • 17 Comme la partie qui précédait le fourneau a été fouillée à la pelle mécanique, les éléments de dest (...)

173L’amas de destruction qui constituait la plus grande partie du remplissage de la cuve comprenait 106,4 kg17 (tabl. iii) de matériel constitués de blocs d’argile cuite de couleur orange, jaune et marron, de blocs d’argile jaune, orange ou verdâtre montrant une très fine vitrification (< 0,5 cm), de blocs d’argile cuite orange marquée par une scorification allant de 1 à 3 cm, de fragments d’argile cuite marron clair présentant une épaisse scorification (3,5 à 5 cm).

174Partie frontale et porte : la partie frontale du fourneau a été totalement détruite. Cependant deux blocs d’argile sableuse marron marquée par une scorification épaisse de 3,5 à 5 cm étaient effondrés au niveau de l’ouverture du four, dans le remblai de destruction, à une hauteur de 0,50 m en moyenne par rapport à la sole (0,30 m par rapport au niveau de déchets de minerai), (fig. 39 et 40). Il s’agit vraisemblablement du linteau de la porte qui s’est affaissé après que la cheminée se soit effondrée et soit venue partiellement combler l’ouverture du four. Cette dernière est constituée d’un orifice de 0,30 m de hauteur donnant accès au canal d’évacuation de la scorie. Celui‑ci creusé dans le niveau de déchets de minerai se trouve dans le même axe que le four.

Système de ventilation

175Ce fourneau possède des dispositifs de ventilation très proches de ceux de la la structure F12, sa voisine, qui comprend deux ouvertures latérales situées à 0,15 cm de hauteur par rapport à la sole et trois traces de buses (non conservées) visibles sur la paroi arrière à 0,75 m de hauteur.

2.3.2.3 Conclusion et datation

176Comme pour les batteries précédentes, il est probable que les deux fourneaux ont été construits en même temps et ont fonctionné durant un laps de temps identique. Les analogies entre les structures sont très nombreuses : dimensions des cuves, technique de construction, nombre de réfections sensiblement voisins et surtout le double système de ventilation. Après leur abandon, les deux surfaces de travail ont été remblayées pour une raison inconnue. D’après son matériel céramique, ce remblai peut être attribué au ier s. ap. J.‑C.

177Deux datations 14C ont été faites à partir de sédiment charbonneux mis au jour dans deux couches situées à la base du fourneau F11. Elles indiquent que la structure aurait été utilisée entre 90 av. J.‑C. et 50 ap. J.‑C. (tabl. i). Cette structure serait donc datée de La Tène finale ou du Haut‑Empire.

2.2 Zone 2

178La zone 2 est certainement la plus complexe du gisement (fig. 41), marquée par trois phases d’occupation successives. Cette zone comprend :
– le terrier 3a, auquel est associé un fourneau (F41) ;
– le ferrier 4 qui comprend une batterie de fourneaux (F62, F63) ;
– le terrier 3b qui comprend quatre fourneaux et un bas foyer, installés sur le ferrier 3a.

FIG. 41 – Plan de la zone 2.

S.C. del./AFAN

2.4.1 Ferrier 3a

179Un seul fourneau appartenant à la première occupation du ferrier 3 a été mis au jour (F41). Une probable utilisation ultérieure des matériaux de construction ou de l’espace a entraîné la destruction des autres structures de réduction éventuelles.

180La première occupation est essentiellement attestée par des déchets de réduction de toutes sortes conservés dans une suite de fosses et d’amas comblant la totalité du talweg, comme dans le ferrier 1 (fig. 42, C5). À l’ouest du site, une butte assez importante est formée par une succession de rejets d’argiles cuites, de scories coulées et de déchets de minerai (fig. 42, C4). Le flanc sud de cette butte a été creusé afin d’y édifier les fondations du bas fourneau F60, lors de l’occupation qui a suivi.

FIG. 42 – Zone 2, ferriers 3a et 3b.
Coupe C3 : 1 niveau caractéristique du terrier 3b composé d’un limon charbonneux comprenant des scories de réduction (scories coulées en majorité mais aussi scories de fond de four, scories rouillées, gouttes...) ainsi que des fragments d’argile cuite, des tuiles, des fragments de tuyères et quelques rognons de silex et blocs de grès ; 2 dépôts de déchets de réduction du terrier 3b comprenant des rejets alternant des scories coulées dans une très faible matrice limono‑charbonneuse (2a), du limon très charbonneux contenant des scories de réduction (scories coulées, gouttes, scories rouillées – 2b) et des couches d’argile culte, de tuiles avec parfois des fragments de tuyères (2c) ; 3 sommet d’un niveau de rejet du terrier 3a composé de limon rouge mêlé à des déchets de minerai et des scories coulées.
Coupe C4 : 1 dépôt du terrier 3a formé successivement de scories coulées comprises dans une très faible matrice de limon rouge mêlé à du déchet de minerai (1a), de couches de déchets de minerai (1b) et de fragments de parois de four (argile cuite et argile scorifiée – 1c) ; 2 éléments architecturaux du bas fourneau F60 (ferrier 3b) installé dans un creusement aménagé sur le flanc de la butte de déchet du terrier 3a,
Coupe C5 : 1 amas de destruction du bas fourneau F50 (ferrier 3b) composé d’argile cuite, d’argile scorifiée, de tuiles et de quelques rognons de silex ; 2 niveau de circulation du fourneau F50 formé d’une alternance de fines couches charbonneuses et sableuses ; 3 fossé de drainage F104 (ferrier 3b) présentant un profil en « V » et comblé de scorie et d’argile cuite dans une matrice sableuse en lentille témoignant de la circulation d’eau ; 4 fosse présentant un profil en « U » (ferrier 3b) comblée à la base par une couche de limon charbonneux comprenant des déchets de réduction (4a) sous‑jacent un niveau de sable limoneux (4b) ; 5 dépôt caractéristique du terrier 3b composé d’un limon charbonneux comprenant des scories de réduction, des fragments d’argile cuite, des tuiles, des fragments de tuyères et quelques éléments lithiques ; 6 couche de déchets de réduction du ferrier 3b formée d’une matrice de limon très charbonneux contenant des scories de réduction (essentiellement des scories coulées mais aussi des scories de fond de four, des scories rouillées, des gouttes...) ; 7 niveau de limon rouge mêlé à du déchet de minerai caractéristique pour le ferrier 3a ; 8 fosse (ferrier 3a) comblée à la base par une couche de paroi d’argile cuite (8a) surmontée par un niveau de déchet de minerai dans une matrice limoneuse (8b), lui‑même sous‑jacent à un dépôt de scories coulées (8c) chapeauté par une couche hétérogène comprenant des scories de réduction en tout genre et des fragments de parois de four mêlés à un sédiment sableux (8d) ; 9 sommet d’un niveau de rejet du terrier 3a composé de limon rouge mêlé à des déchets de minerai et des fragments de parois de four.

S.V.‑P. del./AFAN

2.4.1.1 Bas fourneau F41

181Aucun indice de surface ne laissait présager une bonne conservation de cette structure : les blocs de grès qui devaient former une couronne encadrant les bordures arrière et latérales de la construction d’argile étaient totalement recouverts par une épaisse couche de limon jaune de colluvionnement. La partie ouest de cette bordure a été détruite par un creusement aménagé lors de la phase d’exploitation ultérieure (ferrier 3b), probablement dans le but de récupérer les blocs de grès. Par la suite la fosse a été comblée par une épaisse couche de déchets (scories coulées mélangées à du charbon de bois). La cuve était elle‑même remplie (fig. 43) dans sa partie supérieure de déchets indéniablement liés à l’exploitation du ferrier 3b (remplissage caractéristique à dominante de charbon de bois et comprenant un fragment de tuyère typique des fourneaux du ferrier 3b). Ces déblais ont protégé le sommet du fourneau et ont donc permis une exceptionnelle conservation de la structure.

FIG. 43 – Zone 2, ferrier 3a : coupes du bas fourneau F41 (cf. fig. N et fig. R).

S.C. def./AFAN

FIG. N – Zone 2, ferrier 3a : bas fourneau F41 (cf. fig. 43, 44).

cl. Chr. D./AFAN 

FIG. R – Zone 2, ferrier 3a : paroi de four et alcôve latérale du bas fourneau F41 (cf. fig. 43, 44.

cl. Chr. D./AFAN

182Le fourneau présente une orientation N.– O./S.‑E. (fig. 44). Avec la couronne de grès, il devait couvrir une surface de près de 6 m2. Cette structure a été dressée contre un creusement pratiqué dans le substrat naturel, du limon jaune. La couronne de grès, conservée sur le bord est uniquement, est constituée de deux assises installées contre la face interne du creusement. Les dimensions des blocs varient entre 0,50 et 0,90 m de long sur une hauteur moyenne de 0,40 m.

FIG. 44 – Zone 2, ferrier 3a : plan du bas fourneau F41 (cf. fig. N et fig. R).

S.C. del./AFAN 

183Le four proprement dit se compose de deux troncs de cône opposés et reliés par leur petit diamètre (en forme de sablier), la base étant plus haute et plus large que la partie supérieure (fig. 43).

184Le four est conservé sur une hauteur de 1,25 m au maximum (tabl. ii). Les dimensions de la base de la cuve ovale sont de 1,13 m et 1,24 m. Le rétrécissement s’accentue vers 0,60 m de hauteur par rapport à la sole. À 0,95 m de hauteur, au niveau du resserrement maximum, les dimensions ne sont plus que de 0,45 m et 0,75 m. Ensuite la paroi s’élargit de nouveau pour former une cheminée large, au sommet conservé de 0,66 m x 1,15 m (fig. N).

185En surface, le manteau argileux est caractérisé par une teinte jaune vers l’extérieur de la cuve et orange vers l’intérieur (fig. 44). A l’endroit où il est le mieux conservé (bordure est), il a une épaisseur maximale de 0,30 m. La paroi arrière (où le four a été endommagé) est épaisse de 0,60 m au maximum. Elle présente alors des teintes qui vont de l’orange au noir, de l’extérieur vers l’intérieur de la cuve (fig. N).

186La face interne du four est marquée par une scorification qui varie selon sa position (fig. 43). La croûte scoriacée débute à environ 0,20 m au‑dessus de la sole. Elle tapisse uniformément toute la portion de la cuve conservée sur 0,60 cm de hauteur. Cette scorification est épaisse de quelques centimètres et présente de nombreuses coulures ; de 0,60 m à l’étranglement maximum son épaisseur prend de l’importance (4 à 5 cm), elle est alors très irrégulière et montre de petites plages vitreuses. Ensuite sur les parois de la cheminée, cette croûte s’amincit peu à peu pour finalement n’être qu’une fine couche de vitrification (> 0,5 cm). Le sommet de la cheminée ne présente plus aucune vitrification à partir de 1,20 m de hauteur (fig. N).

  • 18 Cette fosse était remplie d’un limon sableux jaune, rencontré déjà à plusieurs reprises sur le gise (...)

187La paroi orientale est interrompue par une cavité située à 0,20 m de hauteur par rapport à la sole. Il est probable qu’un dispositif similaire perçait la paroi occidentale mais il n’a pas été conservé. Cet orifice, réservé sur toute l’épaisseur de la paroi (fig. 43) est en forme d’arc en plein cintre. Il communique avec une « alcôve » rectangulaire aménagée entre les grès et le manteau argileux. Seul l’aménagement est a été conservé (fig. N). Cette « alcôve »18 se présente sous la forme d’une petite fosse, large de 0,40 m en surface, et s’élargissant progressivement jusqu’à atteindre 0,60 m à la base. La paroi arrière de ce dispositif se compose au sommet d’un revêtement argileux orange et gris appliqué sur la face interne du creusement et à la base du sol géologique rubéfié.

188La sole du four est ovale et légèrement concave. Elle est constituée d’une argile sableuse indurée allant du gris clair au gris foncé. Une légère pente se dessine en direction de la porte. Une couche de déchets de minerai en tapissait la surface sur environ 5 cm d’épaisseur et débordait à l’extérieur du fourneau.

189Le reste du remplissage était constitué de couches alternant des fragments de parois de fours et des déchets de minerai dont de nombreux fragments de diamètres importants (10 kg), (tabl. iii).

Essai de restitution

190Partie frontale et porte : les informations concernant le système d’évacuation des scories sont relativement sommaires. La fouille de la surface qui précède le fourneau n’a pu être faite avant le prélèvement de ce dernier. Cependant, la partie frontale étant conservée, l’ouverture aménagée au‑dessous peut être décrite avec précision : haute de 0,57 m, de la sole jusqu’à la base de la paroi, et large de 0,50 m. Presque tout le demi‑périmètre frontal de la cuve est donc ouvert sur un demi‑mètre de hauteur. Parmi les fragments de destruction obstruant l’orifice aucun n’a fourni de renseignements sur un éventuel système de fermeture.

191La surface d’évacuation de la scorie était encore une fois tapissée d’une couche de déchets de minerai.

Système de ventilation

192Un fragment de tuyère (cf. chap. 3, fig. 63, no 2) présentant un conduit de 2 cm de diamètre a été mis au jour dans le remplissage du four, à proximité de la porte. Cette tuyère présente des analogies (dimensions, morphologie, couleur, aspect de vitrification) avec celles des fourneaux du ferrier 1 (F106, F151). Ce fragment étant très mal conservé, on ne peut préciser s’il provient d’une tuyère unique ou à plusieurs conduits. Ici encore, la position de ce dispositif sur le four n’a pu être déterminée avec certitude. Il devait se situer soit dans les ouvertures latérales à la base de la cuve, soit dans la partie frontale au niveau de la porte.

193Si l’orifice latéral aménagé à la base de la cuve et communiquant avec « l’alcôve » n’est pas destiné à recevoir la tuyère, il pourrait correspondre à une prise d’air dans un système de ventilation par tirage naturel.

2.4.1.2 Conclusion et datation

194Ce bas fourneau exceptionnellement conservé est l’unique exemplaire découvert en association avec le ferrier 3a. Cependant, au vu des très nombreuses analogies avec les fourneaux des batteries décrites précédemment, on peut formuler l’hypothèse que cette structure appartenait également à une batterie. Le fourneau voisin aurait été détruit lors de l’occupation suivante, peut‑être afin de récupérer les matières premières (grès) ou de réoccuper l’espace.

195La datation, à partir de charbons de bois piégés à la base de la cuve, est comprise entre 30 av. J.‑C. et 130 ap. J.‑C. (tabl. i). Ce fourneau serait donc daté de l’époque gallo‑romaine précoce ou du Haut‑Empire.

2.4.2 Ferrier 4

  • 19 Ces déchets n’ont pas été détectés lors de la prospection pédestre car ils étaient totalement ensev (...)

196A 20 m au nord des ferriers 3a et 3b (fig. 41), une batterie de deux fourneaux associés à plusieurs fosses de déchets a été mise au jour19. Les fourneaux se distinguent des constructions décrites précédemment par leur architecture et leurs dimensions relativement réduites. Contrairement aux structures de réduction du ferrier 1, 2 et 3a, elles ne sont plus semi‑enterrées mais totalement construites au‑dessus du niveau du sol géologique (un limon jaune). Elles sont distantes de 1,80 m au maximum et présentent exactement la même orientation N.‑O./S.‑E. Devant chaque structure deux trous de poteaux de 0,50 m de diamètre sont creusés de part et d’autre de la couronne de grès. Cet aménagement correspond probablement à un abri qui devait recouvrir les deux structures. À l’arrière, deux fosses de 1 m de diamètre ont été excavées en bordure des deux fours.

197La batterie est précédée de deux petits amas de déchets (F61 : 2 m de diamètre et F64 : 2,5 m de diamètre). Ceux‑ci sont constitués de blocs de parois de four, de grès et d’argile rubéfiée mêlés à du minerai de fer. Des traces de déchets de minerai sur le sol relient chacune de ces buttes au fourneau qui lui fait front.

  • 20 Lors de la fouille, nous avons improprement qualifié cet ensemble de structures de « ferrier » malg (...)

198La caractéristique de cet ensemble est l’absence totale de remblai de scories aux alentours20. Il est possible que les résidus de réduction aient été évacués dans le ferrier 3a, soit à une distance minimum de 20 m. Six fosses circulaires d’environ 1 m de diamètre et profondes en moyenne de 0,60 cm sont creusées au nord de l’ensemble de fourneaux. Leur remplissage était constitué exclusivement de déchets de minerais.

2.4.2.1 Batterie des bas fourneaux F62 et F63 : bas fourneau F62

199Construite en forme de fer à cheval (fig. 45), la structure repose directement sur le limon jaune en suivant la légère pente du sommet du talweg sur une superficie de 4 m2.

FIG. 45 – Zone 2, ferrier 4 : plan du bas fourneau F62 (cf. fig. O).

S.C. del./AFAN

FIG. O – Zone 2, ferrier 4 : intérieur de la cuve du bas fourneau F62 (cf. fig. 45, 46).

cl. L. de Cargouët/AFAN

200La paroi du four se compose d’une couronne de dalles de grès disposées en deux assises. La hauteur de ces blocs ne dépasse pas 0,40 m et leur longueur peut atteindre 0,70 m. Ils sont posés à plat ou légèrement en oblique. Seul un grès (0,70 m de long et 0,30 m de haut) est posé de chant sur le mur latéral gauche.

  • 21  F62 et F63 sont les seuls fours présentant ce type de paroi.

201La face interne (fig. 45 et fig. O) de la construction de grès est tapissée par un manteau d’argile cuite, épais au maximum de 0,10 m. L’argile présente des couleurs qui varient selon sa position. La paroi ouest, contre le grès posé de chant, a une teinte noire qui devient verte à proximité de la croûte scoriacée. Les parois nord et est montrent en revanche à proximité des grès une couleur orange, jaune ensuite, puis noire, gris‑bleuté et enfin verte contre la croûte scoriacée. Ces différences peuvent s’expliquer par l’apport d’oxygène et par les altérations dues aux hautes températures21.

202Ce manteau argileux est marqué par une croûte scoriacée dont l’épaisseur varie également selon la position dans le four. Au nord, à l’arrière de la cuve, elle est large de 3 cm tandis que sur les bords latéraux, elle ne dépasse pas 1 cm (fig. 45).

203La cuve est semi‑ovale en surface. Les parties frontales sont complètement détruites. Les parois latérales dessinent à la base une cuvette aux parois évasées vers le parement de grès. Ensuite, à environ 0,30 m de hauteur par rapport à la sole, elles amorcent un rétrécissement (retour de 30°) et s’élèvent régulièrement en refermant le sommet du fourneau (parois obliques de 20°). La croûte scoriacée se termine à 0,10 m au‑dessus de la sole (fig. 46).

FIG. 46 – Zone 2, ferrier 4 : coupes du bas fourneau F62 (cf. fig. O).

S.C. del./AFAN 

204La paroi arrière n’est conservée qu’au niveau de la cuvette. La scorification qui marque toute cette portion de paroi, vient également tapisser la base du four sur une longueur de 0,10 m. Cette scorification de la base est de couleur grise et verdâtre. La face supérieure montre des traces de liquéfaction du magma tandis que la face inférieure, très rugueuse, est constituée de « déchets de minerai », sous forme de graviers gris et violets agglomérés. Son épaisseur oscille entre 2,5 et 3,5 cm ; à partir du départ des parois elle diminue très rapidement.

205Outre la scorification formant une cuvette au nord du four, la sole est plane et n’a subi aucun aménagement visible. Elle est formée du sol naturel fortement rubéfié ou induré, présentant alors une teinte bleu‑noir. Une fine couche de déchets de minerai en tapissait toute la surface et s’étendait légèrement à l’extérieur de celui‑ci. Au niveau de l’ouverture des fragments de fond de four et quelques scories coulées reposaient sur ce remblai.

206Essai de restitution : les fragments de destruction (au total 168,2 kg) remplissaient la totalité de la cuve et débordaient sous la forme d’une nappe allongée sur 2 m devant la structure. Le niveau supérieur de cette destruction (tabl. iii) comprenait essentiellement des fragments d’argile rouge‑violacé présentant soit une fine scorification soit une vitrification verdâtre de moins de 0,5 cm d’épaisseur et qui doivent probablement provenir des parties les plus hautes du fourneau, au niveau du gueulard. Le reste de la destruction est composé d’argile cuite orange et jaune et de fragments d’argile marron clair de grande taille présentant une scorification large de 5 à 6 cm. Ces derniers semblent correspondre à la destruction de la porte et des parties antérieures du four.

207Le fourneau est construit sur un terrain en légère pente. Il semble que cette légère déclivité ait suffi à l’écoulement de la scorie. Toutefois, on peut remarquer qu’une petite dépression précède le fourneau. Celle‑ci a peut‑être été utilisée comme une cuve de réception de la scorie. La scorie a probablement coulé sur des déchets de minerai qui tapissaient le fond du four et la petite cuve sur une épaisseur de 3 cm.

208Aucun fragment de tuyère, ni traces de leur emplacement dans la paroi n’ont subsisté. L’arasement de la structure explique cette absence : seule la partie inférieure du four est conservée. Le tirage naturel n’est pas à écarter.

2.4.2.2 Batterie des bas fourneaux F62 et F63 : bas fourneau F63

209Cette structure est fort arasée ; de la couronne primitive, seuls cinq blocs de grès ont subsisté, disposés à plat, ou de chant pour deux d’entre eux, sur le sol géologique. Les longueurs de ces blocs varient de 0,20 m à 0,40 cm. Quelques fragments de petites dimensions (5 cm x 10 cm en moyenne) sont regroupés à l’arrière de la structure. Certains d’entre eux sont intégrés à la paroi argileuse (fig. 47).

FIG. 47 – Zone 2, ferrier 4 : plan du bas fourneau F63.

S.C. del./AFAN

210La paroi du four est constituée d’une couronne d’argile très inégalement conservée, en forme de fer à cheval. Sur la bordure est, où la couronne de grès est conservée, ce revêtement est appliqué contre la face interne de la bordure de pierres, sur une épaisseur de 0,10 à 0,15 m. Elle présente alors une variation de couleur, du gris‑bleuté à l’orange, de l’intérieur vers l’extérieur de la cuve.

211La hauteur de la cuve conservée ne dépasse pas 0,30 m (fig. 48). La scorification intérieure a presque totalement disparu ; seul un petit fragment en place sur la paroi nord démontre son existence. La paroi arrière tapisse sur 8 cm de longueur la base du fourneau, elle forme à cet endroit une cuvette aux parois évasées.

FIG. 48 – Zone 2, ferrier 4 : coupe du bas fourneau F63.

S.C. del./AFAN

212La sole du four, tout comme pour le fourneau F62, ne présente pas d’aménagement particulier : la base est plane, légèrement en pente vers la sortie ; aménagée dans le substrat qui est rubéfié au contact des hautes températures et à certains endroits induré (teinte bleu‑noir), elle en suit le pendage naturel. Une légère dépression ovale (0,30 cm x 0,50 cm) a été creusée dans le sol devant le fourneau, à environ 1,10 m par rapport à la paroi arrière (fig. 48). Cette légère cavité (5 à 6 cm de profondeur) est rubéfiée sur 3 cm d’épaisseur.

Essai de restitution

213La caractéristique principale de ce fourneau est la nature de son remplissage. Il était constitué à près de 60 % de déchets de minerai. Une épaisse couche de ce matériau emplissait toute la cuve sur 0,20 m d’épaisseur. Par contre l’amas de destruction ne comprenait que 10 kg de matériel (tabl. iii), en grande partie composé d’argile cuite et de la scorie. Comme toute la croûte scoriacée était arrachée, que des grès manquaient dans la couronne et que l’amas de destruction était extrêmement réduit, on peut penser que ce fourneau fut détruit volontairement, afin peut‑être de récupérer des matériaux de construction.

Conclusion et datation

214La datation 14C a été réalisée à partir de charbons de bois qui se trouvaient mêlés à la couche de déchets de minerai du four F63. Elle indique que la structure aurait été utilisée entre 140 et 20 av. J.‑C. (tabl. i). Cette structure serait donc datée de La Tène finale ou du Gallo‑Romain précoce.

2.4.3 Ferrier 3b

215Les trois emplacements de fourneaux mis en évidence dans ce niveau, ne sont plus regroupés en batterie mais sont dispersés sur toute la largeur du ferrier (fig. 41). Les techniques architecturales sont différentes de celles observées sur les autres ensembles. On assiste à une diminution du volume des fours (entre 0,15 et 0,33 m3). Les orientations sont variables : les ouvertures se font tantôt au sud (F60), tantôt à l’est (F50) ou au nord (F21).

216Les fondations de ces trois fourneaux sont creusées dans les déchets de la première période d’utilisation (ferrier 3a). Devant deux structures, F50 et F21, une tranchée de drainage a été creusée sur environ 7,5 m de longueur (F104 et F99). Le remplissage est constitué pour l’une de blocs d’argile cuite et pour l’autre de fragments de scories coulées. Ces tranchées ont probablement été aménagées afin d’assainir les surfaces de travail des deux fourneaux. Ces dernières ont été explorées par coupes stratigraphiques ; elles sont constituées de couches alternativement charbonneuses et sableuses. Ces niveaux pourraient correspondre à des épandages de vidanges de four sur lesquels était déposé un remblai sableux probablement pour réaménager les aires de circulation. Celles‑ci s’étendent sur une surface de 4 m2 devant les deux fourneaux.

217Signalons également la présence d’une structure (F22), qui se présentait sous la forme d’un amas d’argile cuite et de tuiles dont seul un alignement de grès et de tuiles a subsisté. Il est probable que cette structure correspond à un fourneau contemporain, complètement arasé.

218La majorité des déchets métallurgiques de ce ferrier était regroupée en un vaste amas charbonneux et cendreux, orienté E.‑O., de 50 m de long d’est en ouest, sur 40 m de large du nord au sud. Il comprenait essentiellement des niveaux de scories coulées mélangées à du charbon de bois, des fragments de tuiles et des fragments de tuyères (fig. 42, C3 et C5). De plus rares couches qui présentaient dans un milieu charbonneux des petites scories oxydées et des scories en gouttes semblaient correspondre à des vidanges de four.

219Les autres déchets étaient entreposés dans des fosses (0,80 m de diamètre) creusées soit dans l’amas de déchets de l’occupation précédente, soit dans les niveaux limoneux, et dans les bas fourneaux abandonnés.

220Les autres structures du ferrier étaient composées de trous de poteau grossièrement alignés au voisinage du four F21 (aucune structure n’a pu être restituée), d’une série de fosses creusées dans le limon naturel au N.‑O. du ferrier (elles ont essentiellement livré des restes de minerai mêlé à du charbon de bois) et enfin à l’est, d’un foyer rectangulaire, présentant une orientation N.‑S. (F71). Deux fosses excavées à proximité, semblaient être en relation avec cette dernière structure.

221Au nord du ferrier, un petit ensemble de quatre charbonnières indique une zone consacrée à la fabrication du charbon de bois (cf. chap. 6.1.1.1, fig. 85).

2.4.3.1 Bas fourneau F50

  • 22 Les restes du premier fourneau ont été observés en coupe lors du dégagement à la pelle mécanique de (...)

222Le fourneau est bâti sur les remblais de destruction d’un autre fourneau du même type22. Ce dernier était lui‑même érigé contre un creusement effectué sur le flanc d’un amas de scories provenant des phases antérieures de l’exploitation du ferrier (ferrier 3a).

223Les fours ont été installés sur une surface préalablement aménagée par une couche d’argile sableuse jaune de 0,20 m d’épaisseur et délimitée par un fossé de drainage (F104).

224Le fourneau F50 couvre une superficie de 4 m2 et est orienté E.‑O., avec son ouverture à l’est (fig. 49). Il présente une forme générale ovoïde (2,30 m et 1,40 m de diamètres externes).

FIG. 49 – Zone 2, ferrier 3b : plan du bas fourneau F50 (cf. fig. P).

S.C. del./AFAN 

FIG. P – Zone 2, ferrier 3b : emplacement du soufflet (premier plan) et de la tuyère latérale du bas fourneau F50 (cf. fig. 49‑52).

cl. Chr. D./AFAN 

225La paroi est formée d’un manteau construit à l’aide de tegulae, de dallettes de grès (10 cm x 10 cm x 2 cm) et de fragments de scories coulées disposées à plat et maintenues par un mortier sablo‑argileux rubéfié. Cette construction est épaisse en moyenne de 0,30 m à l’arrière et sur la bordure nord. À l’avant du four elle s’interrompt au niveau de l’ouverture qui est large de 0,50 m. A l’arrière, le manteau est renforcé par une construction sableuse rubéfiée qui s’épaissit progressivement du nord vers l’ouest. Son épaisseur maximale est de 0,45 m. Elle est elle‑même bordée à l’extérieur par des blocs de grès de taille moyenne (diamètre inférieur à 0,40 m) et des fragments de scories de dimensions voisines. Sur la bordure sud, ce revêtement extérieur s’interrompt au niveau d’un aménagement trapézoïdal construit à l’aide de briques et de tegulae.

226Cette construction précède (fig. P) une buse de tuyère aménagée sur toute l’épaisseur de la paroi qui à cet endroit, est relativement étroite (10 cm). La construction trapézoïdale est longue de 0,75 m et large à l’extérieur de 0,45 m tandis qu’au niveau de la buse sa largeur est de 0,20 m. Les bordures sont constituées de deux assises de tuiles et de briques d’environ 15 cm de large, disposées à plat et maintenues par un mortier sableux. La base est aménagée avec des tuiles et des fragments de scories coulées posées à plat sur un lit de mortier. Cette niche correspond vraisemblablement à l’emplacement d’un soufflet et devait assurer une bonne stabilité au système de soufflerie.

227La buse de tuyère présente un diamètre extérieur de 13 cm. Le diamètre de l’orifice à l’intérieur de la cuve est d’environ 7 à 8 cm. Sa dimension ne peut être précisée car un bec de tuyère était en place dans la paroi (diamètre du bec : 5 cm). Celui‑ci pénètre dans la cuve sur environ 5 cm, et est entièrement recouvert d’une scorification. Il est perpendiculaire à l’axe de la paroi, mais en pente de 23° vers la base de la cuve (fig. 50).

FIG. 50 – Zone 2, ferrier 3b : coupes du bas fourneau F50 (cf. fig. P).

S.C. del./AFAN 

228La cuve est elliptique, les dimensions intérieures sont de 0,41 m de large et 0,11 m de long (tabl. ii). Elle présente sur sa face interne une croûte scoriacée de 3 à 5 cm d’épaisseur (fig. 49), les parties les plus minces étant situées sur les parois latérales. Cette scorification est relativement uniforme, seulement marquée par des coulures. Le remplissage était composé d’une couche de destruction épaisse de 0,20 à 0,30 m (fig. 50), sous laquelle a été découvert un remblai charbonneux comprenant de nombreuses scories coulées. Ce dernier indique clairement que la structure a servi de dépotoir après son abandon. Le niveau sous‑jacent était composé d’un lit de scories qui paraissait en place.

  • 23 La reprise de la fouille permettra notamment de fournir des données complémentaires sur la cuve, la (...)

229Ce fourneau a été prélevé et déposé au musée des Antiquités nationales (Saint‑Germain‑en‑Laye) ; la fouille en sera terminée ultérieurement23.

Système de ventilation

230Lors de la fouille de la bordure sud, un fragment de tuyère bien Conservé a été mis au jour. De nombreux fragments similaires avaient auparavant été découverts dans les zones de rejet, mais leur fragmentation n’avait jamais permis de définir leur type (cf. chap. 3, fig. 63, nos 1, 3, 5 et fig. 69, nos 45). Cet exemplaire est le seul qui peut être décrit avec précision (cf. chap. 3, fig. 63, no 4).

231Le bloc a une forme générale d’entonnoir (fig. 51). Il a été façonné à l’aide d’une argile de bonne qualité comprenant de fins grains de quartz. Sa couleur est rose‑orange. La longueur maximale de la tuyère est de 14 cm. Le départ du conduit à l’extérieur est large de 12 cm de diamètre. Il se rétrécit fortement sur une longueur de 7,4 cm pour atteindre un diamètre de 7 cm. Ensuite, le conduit se resserre faiblement sur 7 cm et à l’embouchure arrivant dans la cuve, le diamètre est réduit à 6 cm. Il semble que toute la tuyère était intégrée dans l’épaisseur de la paroi de la cuve. Seul le bec pénétrait de 2 à 3 cm dans la cuve et est par conséquent scorifié. Cette scorification est perpendiculaire à l’axe du bloc.

FIG. 51 – Zone 2, ferrier 3b : schéma de la tuyère latérale (en entonnoir) du bas fourneau F50 (cf. fig. P).

Chr. D. del./AFAN

232Or si l’on compare les dimensions de cette tuyère avec le diamètre de la buse réservée sur la paroi latérale au sud du four F50, on s’aperçoit que ces dimensions concordent parfaitement :
– diamètre externe de la buse : 13 cm > diamètre extérieur de l’extrémité externe de la tuyère : 12 cm ;
– longueur de la buse : 10 cm < longueur de la tuyère 14 cm ;
– diamètre interne de la buse : 7 à 8 cm ? > diamètre extérieur de l’extrémité interne de la tuyère : 7 cm ;
– partie du bec présent dans la cuve : 5 cm de longueur > partie scorifiée du bec de la tuyère : 3 cm de longueur.

233Un second fragment d’une tuyère toute différente a été mis au jour à la base de la destruction au niveau de l’ouverture du fourneau (cf. chap. 3, fig. 72, no 2). Encore une fois, des fragments similaires ont été retrouvés en grand nombre dans les zones de rejet (cf. chap. 3, fig. 69, nos 1‑3 et fig. 70‑72), mais cet exemplaire du four F50 est le seul qui puisse fournir suffisamment d’informations pour comprendre son utilisation.

234Cette tuyère se présente sous la forme d’un bloc semi‑cylindrique avec une base plate, partiellement conservée (fig. 52). Il a été modelé avec une argile kaolinique blanche qui devient gris‑bleuté à noir suivant le degré d’altération dû aux hautes températures. Des végétaux (paille ?), des fragments de silex et du sable ont été utilisés en inclusions. Des traces parallèles à l’extérieur du bloc font penser qu’il a été façonné dans un moule de bois.

FIG. 52 – Zone 2, ferrier 3b : schéma de la tuyère frontale (cylindrique) découverte devant le bas fourneau F50.

Chr. D. del./AFAN

235La longueur maximale du bloc est de 32,5 cm et la hauteur de 11 cm (cf. chap. 3, fig. 72, no 2). La largeur à la base est estimée à 10 cm, Le conduit percé au centre du bloc possède un diamètre de 8,4 cm à l’extérieur ; il se réduit progressivement à 2,5 cm pour le bec qui pénètre dans la cuve. Sur la partie voûtée de la tuyère on observe une couche de scorification longue de 20 cm qui correspond à la partie du dispositif qui a séjourné à l’intérieur de la cuve.

236La scorification n’est pas perpendiculaire à l’axe de la tuyère (fig. 52). Ce phénomène a été étudié sur des tuyères de même type découvertes sur le site de Boécourt (Eschenlohr, Serneels 1991 : 62). « En calculant les angles que forme cette scorification sur le plan horizontal par rapport à l’axe de la tuyère et sur le plan vertical, par rapport à l’axe horizontal de la pièce, on peut définir la position du bloc par rapport à la paroi du four ». La situation de la tuyère du four F50, lors de sa découverte et le fait que, outre la buse décrite précédemment, il n’y avait pas d’autre orifice aménagé dans la paroi, indiquent que cette pièce devait être insérée dans la partie frontale du fourneau. En tenant compte de l’angle horizontal de la scorification, elle devait être introduite dans le côté sud de la partie frontale du fourneau, à 30° à l’oblique par rapport à l’axe horizontal de la paroi, vers l’intérieur du four (au nord). De plus, elle était disposée à une certaine hauteur (non déterminée), en pente vers la base de la cuve. Comme la base du bloc n’était que partiellement conservée, il n’a pas été possible de calculer l’angle de cette pente.

237En conclusion, ce fourneau possède un double système de soufflerie : un latéral et un frontal. Il est impossible de déterminer si ces deux dispositifs étaient utilisés en alternance ou en même temps, ni même de savoir si ils avaient des fonctions différentes. Toutefois dans les deux cas on peut supposer que les systèmes fonctionnaient à l’aide de soufflets.

Datation

238Une datation 14C a été réalisée à partir de charbons découverts dans la couche de destruction de ce fourneau. La fourchette va de 190 à 350 ap. J.‑C. (tabl. i). Cette structure serait donc datée du Bas‑Empire.

2.4.3.2 Bas fourneau F60

239Le fourneau (fig. 53) est construit dans un creusement pratiqué à la rupture de pente artificiellement créée par une butte de déchets des réductions des phases antérieures (fig. 42, C4). La surface occupée par la construction ne dépasse pas 4 m2. L’orientation de cette dernière est N.‑S. avec l’ouverture au sud.

FIG. 53 – Zone 2, ferrier 3b : bas fourneau F60.

cl. Chr. D./AFAN

240Une bordure rectangulaire de pierres installée directement contre le creusement soutient l’arrière et les parois latérales du four proprement dit (fig. 53 et 54). Elle est constituée de deux assises de blocs de grès dont les dimensions varient de 0,10 à 0,40 m de longueur et de 0,10 à 0,20 m de largeur. La hauteur est souvent de l’ordre d’une dizaine de centimètres. Ces éléments lithiques sont maintenus par un mortier sablo‑argileux formant un parement externe d’environ 0,40 m de large à l’arrière de la structure et 0,60 m sur les bords latéraux.

FIG. 54 – Zone 2, ferrier 3b : plan du bas fourneau F60.

S.C. del./AFAN

241Le manteau du four, érigé contre la face interne du parement lithique, est construit à l’aide de briques et de tuiles romaines (imbrices et tegulae) disposées à plat (huit assises conservées) ; une argile sableuse maintient l’ensemble de la construction. L’épaisseur de ce manteau est d’environ 0,25 m (fig. 54) mais on peut observer un rétrécissement considérable (0,10 m) des parois latérales. La partie frontale n’est pas conservée, toutefois à cet endroit a été mis au jour une concentration de briques et de tuiles correspondant vraisemblablement aux vestiges de la porte (fig. 53).

242La cuve n’est préservée que sur 0,40 m de hauteur du côté nord. Les parois, verticales à l’arrière, s’évasent légèrement sur les bordures latérales (fig. 55). La croûte scoriacée n’est pas uniforme ; elle est caractérisée par des plages de vitrification et des zones oxydées. Plusieurs lits vitrifiés, séparés par de fines couches sableuses (< 1 cm) indiquant probablement une succession d’utilisations affectent directement la paroi d’argile. Une croûte scoriacée (3 à 5 cm d’épaisseur) marque cette vitrification Jusqu’à 0,08 m au‑dessus de la sole du four, sur la paroi arrière et jusqu’à 0,20 m sur les parois latérales. Cette scorification montre des traces de forte oxydation qui peuvent atteindre 4 à 5 cm d’épaisseur.

FIG. 55 – Zone 2, ferrier 3b : coupes du bas fourneau F60.

S.C. del./AFAN

243La base de la cuve est quadrangulaire ; elle est aménagée à l’aide d’une grande dalle de grès carrée de 0,50 m de côté (fig. 55). Toute la sole était tapissée d’une couche relativement épaisse de charbon de bois dans laquelle étaient mêlées des scories oxydées et des scories en gouttelettes. Cette couche s’étendait également à l’extérieur du four sur une longueur minimale de 1 m.

2.4.3.3 Bas fourneau F21

  • 24 Un arbre a poussé dans la cuve du fourneau, y causant de nombreux dommages.

244Le bas fourneau F2124 (fig. Q) est installé dans un léger creusement pratiqué au sommet d’une butte de déchets de minerai rejetés lors de la phase d’occupation précédente (terrier 3a). La construction qui occupe une surface de 5 m2 est orientée S.‑N. avec son ouverture au nord (fig. 56).

FIG. Q – Zone 2, ferrier 3b : cuve du bas fourneau F21 (cf.  fig. 56, 57).

cl. L. de Cargouët/AFAN

FIG. 56 – Zone 2, ferrier 3b : plan du bas fourneau F21 (cf. fig. Q).

S.C. del./AFAN

FIG. 57 – Zone 2, ferrier 3b : coupes du bas fourneau F21 (cf. fig. Q).

S.C. del./AFAN

245La paroi de ce fourneau est relativement complexe. Sur la bordure est, elle est composée à l’extérieur d’un parement de blocs de grès (diamètre moyen < 0,40 m) maintenus par un liant sablo‑argileux. À l’intérieur, une construction de briques et tuiles (imbrices et tegulae) disposées à plat et maintenues par un mortier sableux rubéfié, a été établie sur une épaisseur d’environ 0,35 m. Cette construction se poursuit à l’arrière du four. Sur la bordure ouest, elle s’interrompt brutalement au niveau d’un creusement. L’extérieur de ce parement, à l’arrière, a été renforcé par une construction sableuse rubéfiée qui s’épaissit progressivement de l’est vers l’ouest. À l’extrémité orientale, il forme une niche encadrant l’arrière du creusement. La face interne de la construction de briques et de tuiles est tapissée sur 0,20 m d’un manteau argilo‑sableux de couleur grise. Celui‑ci est marqué par la croûte scoriacée indiquant l’intérieur de la cuve.

246La cuve (fig. Q) conservée sur une hauteur de 0,60 m au maximum présente des parois verticales (fig. 57). Comme pour le fourneau F60, la croûte scoriacée est très irrégulière, montrant des plages de vitrification et des zones oxydées. Une succession de trois croûtes scorifères indique au minimum trois utilisations du fourneau se présentant comme suit (fig. 56 et 57, coupe A‑B) :
– le manteau argileux gris est marqué par une crôute de 2 cm d’épaisseur moyenne ;
– celle‑ci a été rechapée par une couche d’argile sableuse de 2 cm au maximum, ce rechapage est vitrifié ou teinté de gris ;
– une seconde crôute scoriacée se dessine, montrant des traces d’oxydation ;
– un nouveau rechapage (> 1 cm) a été appliqué ;
– enfin la dernière scorification porte elle‑même d’importantes plages d’oxydation. Une masse de métal était piégée dans l’épaisseur de la paroi mêlée à la scorie oxydée (cf. chap. 6.3).

247La base de la cuve est constituée d’une couche de déchets de minerai qui provient de l’amas sur lequel le fourneau est installé. Une couche de charbon de bois dans laquelle se trouvaient mêlées des scories oxydées et des scories en gouttelettes tapissait toute la sole et débordait à l’extérieur du fourneau.

248Conclusion et datation : ces deux fourneaux F21 et F50 étant très mal conservés, il n’a pas été possible de discerner le système d’évacuation des scories et les dispositifs de ventilation. Toutefois les analogies que l’on peut faire avec le fourneau F50, surtout dans la technique de construction, dans les dimensions et l’organisation de l’atelier laissent supposer qu’ils résultent d’une technologie très comparable. Une datation 14C a été réalisée à partir de charbons de bois prélevés à la base du fourneau F 21. Elle indique que la structure a fonctionné entre 330 et 450 ap. J.‑C. (tabl. i). Cette structure semble donc être du Bas‑Empire.

2.4.3.4 Bas foyer F71

249Ce foyer en forme de fosse rectangulaire est creusé à la limite N.‑E. du ferrier. Il présente une orientation N.‑O./S.‑E. (fig. 58).

FIG. 58 – Zone 2, ferrier 3b : plan et coupe du bas foyer F71.

S.C. del./AFAN

250Conservée à 0,30 m de profondeur maximale, sa cuve est longue de 1,60 m et large de 0,95 m. Les parois sont obliques et le fond plat forme un rectangle aux angles arrondis.

251Au sud de la cuve, la sole et la paroi du foyer montrent un aménagement constitué de scories coulées et de silex brûlés, disposés à plat. Ils sont fortement rubéfiés et noircis par le feu sur une épaisseur de 2 à 10 cm. La rubéfaction diminue progressivement vers le bord nord. Ce phénomène semble indiquer que la source de chaleur la plus forte était concentrée sur la bordure sud où devait se situer la soufflerie.

252Le remplissage est composé au sommet d’une couche de remblais indiquant que la structure à servi de dépotoir après son abandon. À la base la sole est tapissée par une couche charbonneuse dans laquelle de petites scories oxydées étaient mêlées.

253Conclusion et datation ; ce foyer a probablement été utilisé dans une phase du travail du fer postérieure à la réduction, soit lors de l’épuration de la loupe de fer, soit lors de la fabrication d’objets en fer. L’analyse des déchets n’a pas fourni d’indication sur la fonction de la structure. Des foyers comparables ont été découverts dans un atelier daté du iieiiie s. ap. J.‑C. à Rémilly (57) où le travail de post‑réduction est attesté (Leroy 1993 : 327‑332).

254Une datation a été réalisée à partir de charbons de bois prélevés à la base du remplissage. Elle indique que la structure aurait fonctionné entre 180 et 320 ap. J.– C. (tabl. i). Ce bas foyer serait donc daté du Bas‑Empire.

Notes

1 Les altitudes figurant dans le volume sont toutes données en NGF.

2 Cet ensemble de structures excavées devait s’étendre au‑delà de la zone étudiée vers l’ouest ; pour des raisons d’acquisition des terrains, le champ d’investigation n’a pas pu être étendu.

3 Lors du décapage, le godet de la pelle mécanique a accroché la scorie de fond de four la faisant légèrement pivoter hors de la petite fosse surcreusée à la base du four.

4 Datations effectuées par M.E. Gilot/Lab. univ. catholique de Louvain.

5 Le matériel était étalé par les labours dans le champ. Dans le bois, se distinguaient très nettement les traces d’une petite tranchée d’exploitation des scories qui n’avait cependant pas trop endommagé l’amas de déchets.

6 La scorification surmontant la cavité est s’est effondrée en cours de fouille, mais elle avait les mêmes caractéristiques que celle de la paroi ouest.

7 Aucune mesure précise ne peut être fournie ; comme la structure F106 a été prélevée, aucune coupe n’a été effectuée sur celle‑ci.

8 Le remontage sera entrepris lors de la mise en valeur du fourneau prélevé.

9 Ces briquettes montraient de nombreuses traces de doigt indiquant qu’elles ont été façonnées par des femmes ou des enfants.

10 Cette couche sableuse était très mal conservée, son épaisseur pouvait être plus importante.

11 Cette pratique est également attestée sur les bas fourneaux des Martys (Domergue 1993).

12  Fouille et observation réalisées par M. Leroy.

13 La présence d’arbres de grande dimension ne nous a pas permis de fouiller ces structures.

14 Comme la structure F12 a été fouillée dans la précipitation, il n’a pas été possible de faire une étude approfondie du matériel composant l’amas de destruction qui remplissait la totalité de la cuve.

15 La présence d’un arbre à proximité de la structure ne nous a pas permis de fouiller la partie extérieure à l’ouest du fourneau.

16  Fouille et observation réalisées avec le professeur M. Mangin.

17 Comme la partie qui précédait le fourneau a été fouillée à la pelle mécanique, les éléments de destruction qui se trouvaient sur cette surface n’ont pas été pesés. Les 106,4 kg de matériel relevés formaient la couche de remplissage de la cuve (déchets de minerai non compris).

18 Cette fosse était remplie d’un limon sableux jaune, rencontré déjà à plusieurs reprises sur le gisement des Clérimois, et lié à la phase d’abandon du site et au lessivage des surfaces placées en amont des structures.

19 Ces déchets n’ont pas été détectés lors de la prospection pédestre car ils étaient totalement ensevelis par un limon jaune.

20 Lors de la fouille, nous avons improprement qualifié cet ensemble de structures de « ferrier » malgré l’absence de scories dans les alentours ; cette dénomination est conservée ici.

21  F62 et F63 sont les seuls fours présentant ce type de paroi.

22 Les restes du premier fourneau ont été observés en coupe lors du dégagement à la pelle mécanique de la structure F50 en vue de son prélèvement pour le musée des Antiquités nationales (Saint‑Germain‑en‑Laye).

23 La reprise de la fouille permettra notamment de fournir des données complémentaires sur la cuve, la sole, la partie frontale et le remplissage.

24 Un arbre a poussé dans la cuve du fourneau, y causant de nombreux dommages.

Table des illustrations

Légende FIG. 10 – Plan de la zone 1.
Crédits S.C./AFAN
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41228/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende FIG. 11 – Zone 1, ensemble A : fosse de récupération des scories du four en fosse F60.
Crédits S.C. del./AFAN
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41228/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende FIG. 12 – Zone 1, ensemble A : plan et profils du four en fosse F56.
Crédits Y.A. del./AFAN
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41228/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Légende FIG. 13 – Zone 1, ensemble A : plan et coupes du four en fosse F146 (cf. fig. D).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41228/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende FIG. D – Zone 1, ensemble A : four en fosse F146 (cf. fig. 13).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41228/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende TABL. I – Tableau récapitulatif des datations 14C.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41228/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende FIG. 14 – Zone 1, ferrier 1. Coupe C1 : 1 fosse présentant un profil en cloche creusée dans les sables colluvionnés (extraction de sable ?) et comblée à la base par une couche de sable verdâtre (infiltration ? 1a) surmontée de dépôts de scories de réduction en grande majorité des scories coulées, comprises dans une fine matrice de limon mêlé à des déchets de minerai (poussière et granules – 1b) ; 2 même type de fosse à profil en cloche mais de dimensions beaucoup plus importantes, présentant un comblement formé à la base d’une couche de sable verdâtre (2a) sous‑jacente aux dépôts alternant des scories coulées dans une très faible matrice de limon mêlé à du déchet de minerai (2b) et des fragments de parois de four (2c) ; 3 couche de sable verdâtre contenant quelques argiles cuites et des tessons de céramique non tournée, sus‑jacente aux formations d’argile à silex et correspondant peut‑être à une halde arasée ; 4 dépôt formé en majorité de scories coulées mais également d’autres scories de réduction (fragments de fonds de four, scories denses agglomérées...) ainsi que de fragments de parois de four et de quelques éléments lithiques (grès et silex) dans une faible matrice limoneuse rouge avec du déchet de minerai. Coupe C2 : 1 trou de poteau présentant un calage formé de scories coulées ; 2 fosse au profil irrégulier creusée dans l’argile à silex, peut‑être dans le but d’extraire du minerai de fer, et offrant un remplissage qui se compose, à la base, d’une couche de sable verdâtre (2a) surmontée d’un dépôt de scories coulées comprises dans une très faible matrice de limon et de déchets de minerai (2b) ; 3 fosse au profil en « U » creusée à la convergence entre l’argile à silex et les sables marbrés, probablement dans le but de récolter du minerai de fer, et comblée à la base d’un niveau de sable verdâtre qui a fourni des tessons de céramique non tournée (3a), sous‑jacent aux bordures des couches de fragments de paroi d’argile cuite mêlés à du charbon de bois (3b), eux‑mêmes surmontés à l’ouest par un dépôt d’argile et de limon sableux (3c) et à l’est par un rejet de scories de réduction, essentiellement des scories coulées, dans une très faible matrice de limon mêlé à du déchet de minerai (3d) ; 4 niveau de sable colluvionné faiblement charbonneux (4a), masquant un dépôt de scories de réduction et de fragments de parois de four (4b).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41228/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Légende FIG. E – Zone 1, ferrier 1, batterie B : bas fourneau F106 au moment du dégagement en vue du prélèvement (cf. fig. 15-18).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41228/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende FIG. 15 – Zone 1, ferrier 1, batterie B : plan du bas fourneau F106 avec les éléments de la porte effondrés (cf. fig. E).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41228/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende FIG. 16 – Zone 1, ferrier 1, batterie B : plan du bas fourneau F106 avec le canal d’évacuation et la plaque de scorie trouvée in situ au fond de la cuve (cf. fig. E).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41228/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende FIG. 17 – Zone 1, ferrier 1, batterie B : coupes du bas fourneau F106 (cf. fig. E).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41228/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Légende TABL. II – Tableau synthétique des principales caractéristiques des bas fourneaux découverts sur le gisement des Clérimois. * Lorsque les soles sont concaves, les dimensions sont prises au départ des parois. ** Les volumes ont été calculés en prenant en compte les concavités des soles et l’asymétrie des parois.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41228/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Légende FIG. 18 – Zone 1, ferrier 1, batterie B : intérieur de la cuve du bas fourneau F106, les zones soulignées à la craie sont magnétiques (cf. fig. E).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41228/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende FIG. F – Zone 1, terrier 1, batterie B : coupe longitudinale du bas fourneau F112 (cf. fig. 19).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41228/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende FIG. 19 – Zone 1, ferrier 1, batterie B : coupe du bas fourneau F112 (cf. fig. F).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41228/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Légende FIG. G – Zone 1, terrier 1, batterie C : bas fourneau F125 (cf. fig. 20‑22).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41228/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende FIG. 20 – Zone 1, ferrier 1, batterie C : plan du bas fourneau F125 (cf. fig. 20).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41228/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende FIG. 21 – Zone 1, ferrier 1, batterie C : coupes du bas fourneau F125 (cf. fig. GH et I).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41228/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Légende FIG. H – Zone 1, terrier 1, batterie C : coupe longitudinale du bas fourneau F125 (cf. fig. 20‑22).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41228/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende FIG. I – Zone 1, ferrier 1, batterie C : intérieur de la cuve du bas fourneau F125 (cf. fig. 20‑22).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41228/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende TABL. III – Tableau quantitatif et qualitatif des déchets présents à l’intérieur de bas fourneaux (*le calcul concerne uniquement l’intérieur de la cuve).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41228/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Légende FIG. 22 – Zone 1, ferrier 1, batterie C : face interne de la partie frontale du bas fourneau F125 reconstituée à partir des fragments de destruction (cf. fig. GH et I).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41228/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Légende FIG. 23 – Zone 1, ferrier 1, batterie C : plan du bas fourneau F141 (cf. fig. J).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41228/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende FIG. J – Zone 1, ferrier 1, batterie C : intérieur de la cuve du bas fourneau F141, la flèche indique la buse (cf. fig. 23‑25).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41228/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende FIG. 24 – Zone 1, ferrier 1, batterie C : coupes du bas fourneau F141 (cf. fig. J).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41228/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Légende FIG. 25 – Zone 1, ferrier 1, batterie C : profil d’un bloc de scorie remonté à partir des éléments de la destruction situés devant le bas fourneau F141.
Crédits cl. Chr. D./AFAN
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41228/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende FIG. 26 – Zone 1, ferrier 1, batterie D : plan du bas fourneau F150
Crédits S.C. del./AFAN
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41228/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende FIG. 27 – Zone 1, terrier 1, batterie D : coupe du bas fourneau F150.
Crédits S.C. del./AFAN
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41228/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende FIG. 28 – Zone 1, terrier 1, batterie D : coupe longitudinale du bas fourneau F150.
Crédits cl. Chr. D./AFAN
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41228/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende FIG. 29 – Zone 1, ferrier 1, batterie D : plan du bas fourneau F151 (cf. fig. K).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41228/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende FIG. K – Zone 1, ferrier 1, batterie D : coupe longitudinale du bas fourneau F151 (cf. fig. 29‑31).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41228/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende FIG. 30 – Zone 1, ferrier 1, batterie D : coupes du bas fourneau F151 (cf. fig. K).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41228/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Légende FIG. 31 – Zone 1, ferrier 1, batterie D : intérieur de la cuve du bas fourneau F151 (cf. fig. K).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41228/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Légende FIG. 32 – Plan de la zone 3, ferrier 2.
Crédits S.C. del./AFAN
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41228/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende FIG. 33 – Zone 3 : bloc de grès, interprété comme une enclume pour épurer des éponges, montrant des traces de travail ?
Crédits M.‑E. Collin del./AFAN
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41228/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende FIG. 34 – Zone 3, ferrier 2 : plan du bas fourneau F12 (cf. fig. L).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41228/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende FIG. L – Zone 3, ferrier 2 : coupe longitudinale du bas fourneau F12 (cf. fig. 34‑37).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41228/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende FIG. 35 – Zone 3, ferrier 2 : coupe du bas fourneau F12 (cf. fig. L).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41228/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende FIG. 36 – Zone 3, ferrier 2 : bas fourneau F12, les flèches indiquent les buses (cf. fig. L).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41228/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Légende FIG. 37 – Zone 3, ferrier 2 : vue verticale des emplacements des buses aménagées dans la paroi arrière du bas fourneau F12 (cf. fig. L).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41228/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Légende FIG. 38 – Zone 3, ferrier 2 : plan du bas fourneau F11 (cf. fig. M).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41228/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende FIG. M – Zone 3, ferrier 2 : coupe longitudinale du bas fourneau F11 (fig. 38‑40).
Crédits cl. Chr. D./AFAN 
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41228/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Légende FIG. 39 – Zone 3, ferrier 2 : coupes du bas fourneau F11 (cf. fig. M).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41228/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende FIG. 40 – Zone 3, ferrier 2 : intérieur de la cuve et emplacement de l’alcôve latérale du bas fourneau F11 (cf. fig. M).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41228/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende FIG. 41 – Plan de la zone 2.
Crédits S.C. del./AFAN
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41228/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende FIG. 42 – Zone 2, ferriers 3a et 3b. Coupe C3 : 1 niveau caractéristique du terrier 3b composé d’un limon charbonneux comprenant des scories de réduction (scories coulées en majorité mais aussi scories de fond de four, scories rouillées, gouttes...) ainsi que des fragments d’argile cuite, des tuiles, des fragments de tuyères et quelques rognons de silex et blocs de grès ; 2 dépôts de déchets de réduction du terrier 3b comprenant des rejets alternant des scories coulées dans une très faible matrice limono‑charbonneuse (2a), du limon très charbonneux contenant des scories de réduction (scories coulées, gouttes, scories rouillées – 2b) et des couches d’argile culte, de tuiles avec parfois des fragments de tuyères (2c) ; 3 sommet d’un niveau de rejet du terrier 3a composé de limon rouge mêlé à des déchets de minerai et des scories coulées. Coupe C4 : 1 dépôt du terrier 3a formé successivement de scories coulées comprises dans une très faible matrice de limon rouge mêlé à du déchet de minerai (1a), de couches de déchets de minerai (1b) et de fragments de parois de four (argile cuite et argile scorifiée – 1c) ; 2 éléments architecturaux du bas fourneau F60 (ferrier 3b) installé dans un creusement aménagé sur le flanc de la butte de déchet du terrier 3a, Coupe C5 : 1 amas de destruction du bas fourneau F50 (ferrier 3b) composé d’argile cuite, d’argile scorifiée, de tuiles et de quelques rognons de silex ; 2 niveau de circulation du fourneau F50 formé d’une alternance de fines couches charbonneuses et sableuses ; 3 fossé de drainage F104 (ferrier 3b) présentant un profil en « V » et comblé de scorie et d’argile cuite dans une matrice sableuse en lentille témoignant de la circulation d’eau ; 4 fosse présentant un profil en « U » (ferrier 3b) comblée à la base par une couche de limon charbonneux comprenant des déchets de réduction (4a) sous‑jacent un niveau de sable limoneux (4b) ; 5 dépôt caractéristique du terrier 3b composé d’un limon charbonneux comprenant des scories de réduction, des fragments d’argile cuite, des tuiles, des fragments de tuyères et quelques éléments lithiques ; 6 couche de déchets de réduction du ferrier 3b formée d’une matrice de limon très charbonneux contenant des scories de réduction (essentiellement des scories coulées mais aussi des scories de fond de four, des scories rouillées, des gouttes...) ; 7 niveau de limon rouge mêlé à du déchet de minerai caractéristique pour le ferrier 3a ; 8 fosse (ferrier 3a) comblée à la base par une couche de paroi d’argile cuite (8a) surmontée par un niveau de déchet de minerai dans une matrice limoneuse (8b), lui‑même sous‑jacent à un dépôt de scories coulées (8c) chapeauté par une couche hétérogène comprenant des scories de réduction en tout genre et des fragments de parois de four mêlés à un sédiment sableux (8d) ; 9 sommet d’un niveau de rejet du terrier 3a composé de limon rouge mêlé à des déchets de minerai et des fragments de parois de four.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41228/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Légende FIG. 43 – Zone 2, ferrier 3a : coupes du bas fourneau F41 (cf. fig. N et fig. R).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41228/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Légende FIG. N – Zone 2, ferrier 3a : bas fourneau F41 (cf. fig. 43, 44).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41228/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende FIG. R – Zone 2, ferrier 3a : paroi de four et alcôve latérale du bas fourneau F41 (cf. fig. 43, 44.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41228/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende FIG. 44 – Zone 2, ferrier 3a : plan du bas fourneau F41 (cf. fig. N et fig. R).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41228/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Légende FIG. 45 – Zone 2, ferrier 4 : plan du bas fourneau F62 (cf. fig. O).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41228/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Légende FIG. O – Zone 2, ferrier 4 : intérieur de la cuve du bas fourneau F62 (cf. fig. 45, 46).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41228/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende FIG. 46 – Zone 2, ferrier 4 : coupes du bas fourneau F62 (cf. fig. O).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41228/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende FIG. 47 – Zone 2, ferrier 4 : plan du bas fourneau F63.
Crédits S.C. del./AFAN
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41228/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende FIG. 48 – Zone 2, ferrier 4 : coupe du bas fourneau F63.
Crédits S.C. del./AFAN
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41228/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende FIG. 49 – Zone 2, ferrier 3b : plan du bas fourneau F50 (cf. fig. P).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41228/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Légende FIG. P – Zone 2, ferrier 3b : emplacement du soufflet (premier plan) et de la tuyère latérale du bas fourneau F50 (cf. fig. 49‑52).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41228/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Légende FIG. 50 – Zone 2, ferrier 3b : coupes du bas fourneau F50 (cf. fig. P).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41228/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Légende FIG. 51 – Zone 2, ferrier 3b : schéma de la tuyère latérale (en entonnoir) du bas fourneau F50 (cf. fig. P).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41228/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende FIG. 52 – Zone 2, ferrier 3b : schéma de la tuyère frontale (cylindrique) découverte devant le bas fourneau F50.
Crédits Chr. D. del./AFAN
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41228/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende FIG. 53 – Zone 2, ferrier 3b : bas fourneau F60.
Crédits cl. Chr. D./AFAN
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41228/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Légende FIG. 54 – Zone 2, ferrier 3b : plan du bas fourneau F60.
Crédits S.C. del./AFAN
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41228/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Légende FIG. 55 – Zone 2, ferrier 3b : coupes du bas fourneau F60.
Crédits S.C. del./AFAN
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41228/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Légende FIG. Q – Zone 2, ferrier 3b : cuve du bas fourneau F21 (cf.  fig. 56, 57).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41228/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende FIG. 56 – Zone 2, ferrier 3b : plan du bas fourneau F21 (cf. fig. Q).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41228/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Légende FIG. 57 – Zone 2, ferrier 3b : coupes du bas fourneau F21 (cf. fig. Q).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41228/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende FIG. 58 – Zone 2, ferrier 3b : plan et coupe du bas foyer F71.
Crédits S.C. del./AFAN
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41228/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 69k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search