Version classiqueVersion mobile

La vie des objets

 | 
Thierry Bonnot

1. L’ethnologue, le terrain, le musée

Texte intégral

1Le bassin industriel de Montceau-les-Mines et Le Creusot est situé au centre du département de Saône-et-Loire, au sud de la région Bourgogne. Ce territoire est loin d’être enclavé : desservi par des axes de communication importants, traversé par la nationale 70 donnant un accès rapide à l’autoroute A6, il bénéficie surtout d’une gare sur la ligne TGV – dénommée Le Creusot-Montchanin, à 1 h 30 de Paris.

Un bassin industriel de l’expansion à la crise

2La région a été façonnée par l’essor industriel des xixe et xxe siècles : création et développement des infrastructures de transports, contrôle de la croissance urbaine par les employeurs principaux (cités ouvrières, uniformité architecturale des équipements publics), transformation des paysages, brassage démographique par vagues successives d’immigration, etc. Le charbon était la richesse naturelle à la base du développement de ce bassin, son extraction et la sidérurgie dépendante de son énergie devinrent les activités motrices et urbanisatrices de cet ensemble de villes « nouvelles » créées à la fin du xviiie siècle ou au cours du xixe (Le Creusot, Montceau-les-Mines, Montchanin). L’essor véritable s’engagea après 1830, lié à une démographie exponentielle. Cette forme de développement n’avait rien d’exceptionnel en Europe occidentale à cette époque, mais elle induit aujourd’hui une surreprésentation de l’histoire courte au détriment de celle des siècles précédents : c’est la populaire imagerie des villes « nées du charbon et de l’acier ».

3Au cœur de ce bassin industriel, la communauté urbaine qui a été créée en 1970 sur une base volontaire pour tenter de prévenir les effets de la crise est constituée surtout de petites villes et de villages. Sur un ensemble de seize communes, onze comptent au dernier recensement moins de 5 000 habitants, et hormis les deux pôles, aucune ne dépasse les 10 000. Les aires d’influence de Montceaules-Mines et Le Creusot dépassent les limites administratives de la cucm, si l’on s’en tient aux bassins d’emploi définis par l’anpe, et la population du bassin industriel se situe volontiers par rapport à ces deux villes, les plus importantes quant à leur poids démographique – respectivement 20 000 et 26 000 habitants pour Montceau-les-Mines et pour Le Creusot. Cette bipolarisation influe sur les discours et les représentations, notamment quand il s’agit de traiter l’histoire locale et de commémorer les événements ou les hommes.

  • 1 Sur l’histoire du Creusot et de ses industries, l’ouvrage le plus récent et le plus complet est le (...)

4L’empire Schneider au Creusot1, la famille Chagot dans le bassin houiller de Blanzy-Montceau ont imprégné la région et son histoire, à l’image d’autres bassins industriels français marqués par le paternalisme. Les deux villes créées à la fin du xviiie siècle pour Le Creusot, en 1856 pour Montceau-les-Mines, constituèrent le cœur d’un des plus grands centres industriels français de la fin du xixe siècle aux années 1960 (Griveau 1977). La population installée dans la région au cours du xixe siècle était issue des campagnes proches, Autunois et Charolais surtout, mais l’expansion et l’appétit de main-d’œuvre des grandes industries amenèrent plusieurs vagues d’immigration : Polonais, Italiens, Algériens, Marocains, Turcs, qui donnent son visage pluriculturel à cet ensemble de villes et de villages. Les années 1980 ont été ressenties comme une rupture, avec le dépôt de bilan de Creusot-Loire et la fin progressive de l’extraction houillère dans le bassin de Blanzy-Montceau. La crise industrielle a frappé d’abord le charbon, dès le début des années 1960, même si le dernier puits ne fermera en fait qu’en 1992. Cette régression inéluctable a eu de lourdes conséquences sur l’emploi. Les Houillères employaient 12 000 personnes en 1947, moins de 10 000 en 1958, 4 700 en 1963.

5De 1982 à 1997, les effectifs de Charbonnages de France dans le bassin minier sont passés de 2 301 personnes à 239. Mais la crise, ancienne, fut diffuse et progressive, et le déclin programmé, sans heurt majeur ou licenciement massif. L’effondrement des usines métallurgiques fut beaucoup plus traumatisant pour Le Creusot. Le dépôt de bilan de Creusot-Loire en 1984 fut vécu comme un drame majeur pour la ville, avec 1 400 licenciés, et la disparition de 6 000 emplois directs et indirects. Le taux de chômage s’est alors installé autour de 15 % des actifs. Les autres symptômes de la crise sont le déclin démographique – de 100 000 habitants en 1990 à 92 000 en 1999 pour l’ensemble de la communauté urbaine – et le relatif vieillissement de la population.

6C’est la grande industrie qui a façonné les paysages et la société sur ce territoire, c’est elle qui a structuré l’espace et créé les villes, c’est de la grande industrie qu’est venu le développement et c’est finalement de la crise qu’elle a traversée surtout au cours des années 1970-1980 que sont venues l’incertitude et la récession.

Outre son effet économique, l’effondrement industriel à l’échelle locale correspond également à l’effondrement d’un modèle social, celui de la grande entreprise pourvoyeuse d’emploi, permettant la reproduction d’une société ouvrière sur un territoire assez fermé sur lui-même (Oth 1994 : 410).

7La crise économique et sociale implique également une crise identitaire dont les effets se font sentir dans les modes de représentation du passé, donnée incontournable dans le cadre de notre enquête.

8Pour urbaine qu’elle soit, cette communauté est encore très imprégnée de ruralité. Il n’est pas exagéré d’évoquer une trilogie fondatrice dans cette région, formée par la mine, la sidérurgie et l’agriculture ou plus précisément l’élevage bovin puisque c’est l’activité agricole principale dans cette partie du Charolais. Le terrain offre ainsi une multiplicité de paysages mêlant bocages et subsistances du passé industriel, bâtiments agricoles et cités ouvrières. L’espace territorial de la cucm se situe au croisement de deux terroirs, l’Autunois- Morvan au nord, le Charolais au sud. La crise industrielle subie par le bassin dans les années 1970-1980 n’a fait que renforcer le caractère essentiellement rural du territoire communautaire en stoppant l’expansion urbaine et en provoquant un début de reconversion axé notamment sur la mise en valeur des paysages. La communauté urbaine est en réalité un « territoire au tissu urbain très distendu » (Oth 1994 : 626). Le relief vallonné, les nombreux plans d’eau et la voie navigable transversale qu’est le canal du Centre incitent les élus locaux à croire au tourisme vert, peut-être afin d’exorciser l’image négative véhiculée par la réputation de région industrielle en crise, avec tout ce que cela implique – friches industrielles, habitats abandonnés ou dégradés, population vieillissante, grisaille, etc. Lorsqu’on parcourt la communauté urbaine, c’est sans aucun doute l’image plus verdoyante de la campagne bocagère qui domine. Les communes du sud de ce territoire n’ont pas subi de profondes modifications de leur structure urbaine au cours de la période industrielle, même si certaines ont accueilli des activités préindustrielles et houillères comme Perrecy-les-Forges ou Ciry-le-Noble. Ces bourgs ruraux anciens ont conservé leur caractère, village groupé et hameaux disséminés. Les pratiques et les représentations des habitants de ce secteur sont directement tributaires de cette ruralité. Les populations des villes ont par ailleurs conservé des liens solides avec les campagnes avoisinantes et les modes de vie gardent trace de cette proximité de la nature, notamment par les pratiques alimentaires ou le rythme saisonnier de certaines activités de loisir (cueillettes diverses, chasse, pêche, jardinage, élevage, etc.).

L’écomusée et l’héritage industriel

  • 2 Écomusée de la cucm, dossier de présentation, 1999, p. 2.
  • 3 Ibid.

9L’écomusée de la cucm a été créé en 1972 pour donner à cette entité administrative récente « un outil culturel de développement au service de la population et recherchant la participation active des habitants2 ». Association loi 1901, l’écomusée a pour but « le recensement et l’étude du patrimoine industriel et culturel local ainsi que sa conservation et sa mise en valeur3 ». L’industrie, son histoire et sa mémoire sont au cœur de ses préoccupations, même si ponctuellement des recherches et des expositions sont organisées sur d’autres thèmes (le monde rural, les œuvres de sculpteurs ou de photographes...).

  • 4 Héran, E., « Les monuments publics du Creusot », in Les Schneider, Le Creusot..., op. cit., p. 80- (...)

10La quasi-totalité des sites patrimoniaux de la cucm mettent en exergue l’histoire de l’industrie, une histoire de deux siècles qui a pris le pas dans la mémoire collective sur l’histoire de longue durée. Même s’il ne se rend pas dans un de ces musées, le visiteur occasionnel de la région de Montceau-les-Mines et Le Creusot ne peut pas ignorer son passé industriel : les sites de production anciens, désaffectés ou réutilisés, les cités ouvrières, les bâtiments publics construits sur un modèle commun sont autant de témoins des activités passées. Mais la mémoire se manifeste plus explicitement à travers les monuments érigés pour célébrer cette histoire courte. A l’entrée sud du Creusot se dresse un énorme marteau-pilon, construit en 1876 (21 mètres de hauteur, 1 300 tonnes), désaffecté et démonté en 1930, puis érigé en monument en 1969 comme emblème de l’activité métallurgique locale, « symbole des moyens de production » (Debary 1996). L’objet technique, la machine-outil, représente ici deux siècles d’histoire industrielle. Dans un autre registre mémoriel sont disséminées dans la ville les statues en pied des quatre Schneider qui ont dirigé l’entreprise, rappels permanents de l’emprise passée de la dynastie sur l’usine et sur Le Creusot4.

  • 5 Encore plus explicite est le chevalement du musée de la Mine, mais il est installé dans la commune (...)
  • 6 Voir Régnier 1986. Voir également Le monument aux morts d’A. Bourdelle à Montceau-les-Mines, servi (...)

11A Montceau-les-Mines, la référence la plus explicite au passé minier de la ville5 est le monument aux morts situé sur la place de l’église. C’est une œuvre du sculpteur Antoine Bourdelle (1861- 1929), collaborateur de Rodin ; elle fut commandée à l’artiste par la direction des houillères en 1919, et inaugurée en 1930. Sur le socle du monument, quatre bas-reliefs sont ornés d’outils de mineurs mêlés à des couronnes de gloire et des symboles militaires ; au-dessus, quatre hauts-reliefs représentent des mineurs de fond, une allégorie patriotique, le retour du soldat-mineur et des poilus dans leur tranchée ; au sommet enfin, une monumentale lampe de sécurité de mineur. Dès le début du projet, le sculpteur a voulu intégrer le travail de la mine à l’œuvre finale. Il s’est documenté pour cela en se faisant envoyer à son atelier des outils et accessoires de mineurs6. Le travail du fond s’inscrit dans la pierre, sa mémoire se confond avec celle des morts au combat et la lampe de mineur, à l’instar du marteaupilon creusotin, devient symbole d’une ville à travers la principale activité industrielle qui s’y est développée. On retrouve ces objets sur des cartes postales, sur des assiettes de faïence et sur tous les supports habituels des « souvenirs » destinés aux touristes. Nous touchons ici à un aspect spécifique du statut social des objets dans la société, au-delà de l’objet témoin et après manipulation physique – déplacement pour le marteau-pilon hors de l’usine, monumentalisation pour la lampe de mineur –, qui réside dans la vocation emblématique de certains objets dotés d’un pouvoir de représentation. Ils expriment une activité humaine, des métiers, une histoire économique et sociale, voire une ville entière à travers l’industrie qui l’a fait naître et se développer.

L’industrie céramique : une industrie du passé, des objets de patrimoine

  • 7 Pour plus de détail, voir l’Itinéraire du patrimoine n° 151, édité en 1997 par l’écomusée et les é (...)
  • 8 Ardouin-Dumazet, en 1901, dans Voyage en France ; Basse-Bourgogne et Sénonais (Paris, Berger-Levra (...)

12Pour en venir plus directement aux objets qui nous intéresseront ici, il faut évoquer l’industrie qui les a produits. Dans le mouvement de développement industriel du milieu du xixe siècle impulsé par les houillères et la métallurgie, d’autres secteurs de production ont su profiter de la relative prospérité locale. La céramique en fut l’un des principaux, avec la verrerie et le textile. L’industrie céramique installa ses bâtiments de production, des années 1850 au début du xxe siècle, à proximité immédiate des voies de communication les plus modernes de l’époque, le canal du Centre et la voie ferrée Chagny-Moulins, lien direct avec le réseau plm. A la charnière des deux siècles, on recense une quarantaine d’usines de fabrication céramique dans les communes traversées par le canal du Centre, dont vingt-cinq pour les onze communes de cette vallée entre Palinges et Saint-Légersur-Dheune, c’est-à-dire pour le bassin du Creusot-Montceau7. Un écrivain-journaliste de l’époque, auteur des Voyages en France, donnera à cette région le nom de Vallée de la Céramique8.

13Les années 1880-1930 constituent pour ces entreprises une sorte d’apogée, mais on ne doit pas perdre de vue leur poids limité dans l’économie locale au regard de la métallurgie et de la mine. Pour prendre un exemple, on peut comparer les effectifs totaux de l’activité céramique dans les communes de l’actuelle cucm avec ceux des grandes industries à une époque donnée. Dans les années 1890-1900, Schneider au Creusot recense entre 10 000 et 15 000 ouvriers ; les houillères du bassin Blanzy-Montceau environ 8 000 ; les usines céramiques locales en comptent sans doute moins de 2 000, dispersés entre deux grosses unités – Montchanin et Écuisses, environ un millier d’ouvriers pour la Grande Tuilerie de Bourgogne et Perrusson-Desfontaines – et des moyennes et petites entreprises regroupant pour la plupart moins de trente personnes. A son apogée, il s’agit donc d’un secteur de production qui est loin d’être prépondérant dans l’activité économique locale, mais la relative concentration des entreprises sur un territoire restreint et surtout les spécificités des produits fabriqués lui confèrent au début du xxe siècle une renommée nationale. Parallèlement, hormis la tuilerie de Montchanin, les entreprises ont conservé, de leur création à leur fermeture, des dimensions le plus souvent réduites et une structure familiale : l’affaire et les savoir-faire se sont transmis de génération en génération durant une centaine d’années, voire plus, grâce à des dynasties de petits entrepreneurs opiniâtres et souvent formés sur le tas. Quant au personnel, il est demeuré peu qualifié, constitué en majorité de manœuvres, recrutés sur les marges des effectifs de la mine et de la métallurgie, voire parmi les petits exploitants agricoles à la recherche d’un complément de revenu.

14L’industrie céramique a disparu du territoire de la cucm, mais la population en conserve le souvenir ou la connaissance empirique : les plus anciens l’ont vue à l’œuvre, les autres ont pu remarquer jusqu’aux années récentes les hautes cheminées subsistantes : « Des usines, le long du canal, il y en avait partout ! » Les interlocuteurs les plus âgés tiennent à témoigner d’une activité jadis foisonnante sur les rives de la voie d’eau. Mme Carnaud, veuve d’un agriculteur de Pouilloux, 85 ans, énumère : « Les poteries, dans la région, il y avait Ciry, il y avait Palinges, il y avait Digoin... à Ciry, il y avait même des usines qui travaillaient beaucoup. Il y avait beaucoup d’ouvriers, il y avait des tuiles, il y avait des poteries. Oh ça ! Ça travaillait, à côté [aujourd’hui] c’est tout mort, il n’y a plus rien, même les malheureux magasins de meubles, ils ne trouvent pas de remplaçant aujourd’hui, hein, c’est malheureux. Vous savez, quand même, la vie a changé, c’est pas du tout ce que c’était dans le temps, hein... Chez Piot, Vairet, c’était la brique, la tuile, mon père était mobilisé pendant la guerre chez Vairet. Oh, ça travaillait à Ciry, il y avait des ouvriers, oh là là... ! » Son gendre, M. Darmon, 62 ans, agriculteur à la retraite résidant à Ciry-le-Noble, confirme ses dires en y ajoutant une pointe de chauvinisme : « Dans le temps, ils faisaient des poteries, maintenant, ça vient tout de Hong Kong... On va dans le Jura ou autre [ailleurs], c’est tout “Made in Hong Kong”. Il y avait surtout du grès, d’ici à Écuisses, à Chagny, y avait la tuile... Il y avait aussi Piessat à Génelard, de la brique. Les gens travaillaient sur place dans le temps, y avait pas besoin de faire 500 km pour trouver un travail. »

15Cette prospérité industrielle est révolue, malgré la référence à des entreprises encore existantes comme la faïencerie de Digoin ou la tuilerie de Chagny. Les usines faisaient pourtant vivre des familles entières, comme nous le confirme M. Paquaux, ouvrier retraité résidant à Pouilloux, 75 ans : « Ma femme a travaillé au Pont-des-Vernes, ma belle-sœur y a travaillé, mon beau-père y a travaillé... », et les patrons étaient riches : « Toutes les maisons du Pont-des-Vernes appartenaient à la famille Langeron, et puis ils ont commencé à avoir des problèmes financiers et ils ont commencé à vendre à leurs ouvriers. Mes beaux-parents ont acheté celle-là en 1923, je crois. Toutes les parcelles du coin, entre Langeron et Ruault, ça devait faire un joli patrimoine ! »

Patrimoine industriel et représentations de l’histoire : exploration d’un réseau

  • 9 Ce sont les mots d’un Lyonnais, propriétaire d’une maison à vendre sur l’autre rive du canal, à qu (...)

16Dans cette représentation collective d’un passé florissant, l’écomusée joue à la fois le rôle du promoteur de la mémoire et celui du possible relanceur. « Vous voulez la faire repartir, l’usine du Pont-des- Vernes ? Ça serait bien, ça en occuperait quelques-uns ! » me lance Mme Dumarais, âgée d’environ quatre-vingt-dix ans et qui habite avec ses deux fils, anciens ouvriers de l’usine Langeron à Pouilloux. Mme Carnaud s’informe : « Alors, vous vous occupez de ça, vous voulez remonter les usines, ou quoi ? » tandis que son gendre me demande si le projet des Touillards à Ciry-le-Noble est bien un projet de relance. Cette interrogation est récurrente parmi les habitants des environs. L’ancienne briqueterie Vairet-Baudot du lieudit Les Touillards a été achetée par l’écomusée en 1995, pour y engager avec l’afpa un programme de réhabilitation qui a permis par la suite d’accueillir un public nombreux. La position de l’usine en bord de route départementale – seul axe routier est-ouest avant les années 1960 –, la hauteur de ses trois cheminées et l’inclinaison de l’une d’entre elles, l’aspect imposant des bâtiments ont fait de l’usine des Touillards un repère visuel essentiel de la commune. Sa ruine progressive, de 1967 à 1995, l’avait transformée en un monstre architectural mystérieux, envahi de ronces, témoignage d’un passé industriel déchu et de la crise traversée par le bassin. Pour certains même, « c’était une honte9 » de voir cette usine délabrée, ce stigmate de l’industrie effondrée.

17Depuis 1995, le chantier de réhabilitation a réinstallé une activité humaine sur le site : les abords ont été défrichés, la cheminée penchante démontée, une partie des toitures restaurée. La présence quasi permanente de travailleurs autour de l’usine, l’avancée sensible des travaux, les ouvertures régulières du site au public ont incité la population à regarder aujourd’hui les Touillards avec un intérêt et une curiosité qui tranchent avec l’étonnement ou l’inquiétude manifestés devant l’usine à l’abandon. Dans les discours, l’alternative quant à l’avenir de la briqueterie consiste à choisir entre un musée et une activité de production : le lien entre industrie et patrimoine passe obligatoirement par ces deux pôles. Industrie du passé, ayant subi la crise en lui succombant, la céramique est perçue dans la communauté urbaine comme le vestige d’une époque prospère sur le plan économique aussi bien que social. A travers le prisme patrimonial, le projet des Touillards matérialise les difficultés actuelles de l’emploi aussi bien que la nécessaire reconversion des sites désaffectés.

18La perspective développée tout au long de ce travail autour des objets dans la société doit être envisagée selon ces données de terrain, cette trame de l’enquête ethnologique qui s’élabore autour des liaisons étroites, multiples et interactives entre techniques, patrimoine, vie sociale et économique, représentations symboliques, liaisons intégrées aux produits de l’industrie, incorporées à leurs statuts sociaux. Cette imbrication problématique peut s’illustrer ainsi : l’évolution technique de la production céramique a amené les industriels de la fin du xixe siècle à adopter un système de fours dits à flamme renversée – en opposition à la flamme directe –, c’est-à-dire dans lesquels les gaz de combustion traversent les produits de bas en haut avant de s’évacuer par la cheminée. Cette dernière, afin d’avoir un tirage suffisamment important pour une cuisson à haute température (1 000 à 1 350 oC selon les produits), était généralement d’une hauteur supérieure à 20 mètres. Cette manifestation ostentatoire de l’industrie céramique était directement liée à des contraintes techniques. Pour la population, les hautes cheminées fumantes étaient les preuves physiques de l’activité industrielle, les témoins marquants du (supposé) plein-emploi – « A l’époque, il y avait du travail ! » – « offert » par les nombreuses usines. Autant de représentations sociales finalement construites par le paysage industriel et ses particularités, elles-mêmes issues du processus technique.

19Nous sommes ici au cœur d’un de ces « réseaux », tels que les définit Bruno Latour, « à la fois réels comme la nature, narrés comme le discours, collectifs comme la société » (Latour 1991 : 15), un de ces « quasi-objets » tenant à la fois de ces trois registres d’appréhension des sciences humaines. La nature (ou le réel) est en l’occurrence représentée par les gisements argileux et houillers qui permettent la création d’une industrie de transformation, la production de céramique ; le discours, c’est la restitution de cette activité par l’histoire des techniques, par le musée et d’autres acteurs du patrimoine, c’est la représentation du passé et de l’histoire d’un lieu élaborée par ses habitants ; la société (ou le collectif), c’est la société industrielle, le travail en usine, l’économie locale, la classe ouvrière et le patronat, etc. Dans ce réseau évoluent les objets/artefacts issus de la fabrication céramique, les produits de l’usine initialement destinés à la vente parce qu’ils répondent aux besoins de la clientèle, donc à la demande d’une société, objets ensuite intégrés à un patrimoine, témoignant dans les discours d’une des facettes d’un passé multiple, objets-témoins d’une période de l’histoire.

Le jeu des allers-retours

20L’enquête de terrain a été menée dans le cadre des activités d’une institution culturelle dont une partie des collections muséales est constituée par les objets étudiés. Ma position jouait donc dès le début un rôle déterminant puisque je me présentais sur le terrain en tant que chercheur, ethnologue ou historien « de l’écomusée » – identité professionnelle et sociale légitimant notamment mon intrusion dans l’espace domestique de mes interlocuteurs –, ce qui pour beaucoup est assimilé à « salarié d’un musée », en dépit des objectifs théoriques spécifiques des écomusées, et finalement à « chargé de collecte ». Ma seule présence dotait ces produits d’une certaine valeur, car

c’est par le musée et par les responsables des musées que la rareté résiduelle est socialement constituée comme valeur artistique et susceptible d’obtenir un prix sur le marché de l’art. [...] Historiens de l’art et ethnologues élaborent la hiérarchie qualitative d’œuvres rares, de statut artistique acquis, pour les premiers, d’objets rares, de statut artistique récemment conquis, pour les seconds (Moulin 1978 : 246-247).

21Ainsi, l’intérêt manifesté par le musée pour ces objets céramiques leur a rendu depuis quelques années une valeur sur le marché, sinon sur celui de l’art, du moins dans les brocantes et chez les antiquaires, comme en témoigne ce brocanteur rencontré au cours de l’enquête : « Vous autres, au musée, vous ne devriez pas dire que vous recherchez ces trucs-là, parce que ça fait monter les prix. Il vaudrait mieux ne rien dire... » « Ne rien dire », c’est ne pas évoquer la rareté des objets qu’on recherche ou dont on aimerait qu’on nous parle, laisser parler ses interlocuteurs sans attribuer « scientifiquement » une valeur intrinsèque aux objets en question. Les rapports entre ethnologue et objets sont en l’occurrence proches de ce qu’Alain Quemin a défini comme le « pouvoir qualifiant » et réciproque des objets et de leurs acheteurs lors de ventes aux enchères (Quemin 1994). Ce phénomène est à intégrer à l’analyse puisqu’il participe du processus de mise en patrimoine qu’on se propose d’étudier. En fait, le musée produit du patrimoine et diffuse cette qualification jusque dans l’espace domestique.

22Dans le cadre de ma problématique ethnologique, les objets sont objets du présent, objets dans le présent et c’est leur intégration à la catégorie « objet de musée » par les discours et les usages de mes interlocuteurs qui est à analyser. De cette situation découle une double série d’interactions, entre l’ethnologue et son terrain d’une part, entre le musée et les objets de l’autre, étant entendu que les liens entre ces différents éléments sont multiples, entrecroisés, et jouent réciproquement d’un acteur à l’autre. Enquêtant dans sa propre société,

l’ethnologue doit tenir compte de sa propre présence, de son irruption dans une réalité sociale qui, forcément, gauchit tous les récits. Toute société a sa propre façon de penser l’Autre, celui qui vient l’interroger, la troubler. Alors entre les deux parties va se dérouler toute une série de processus d’identification et de distinction, où la transparence va le disputer à l’opacité. Il s’agit, dès lors, de prendre en compte cet ensemble complexe de relations qui se nouent entre observateurs et observés (Zonabend 1985).

23Dans le cadre de cette enquête, au classique binôme ethnologue/ informateur s’ajoute un troisième élément, essentiel, les objets, généralement propriétés de l’informateur et qui jouent leur rôle dans l’interaction, d’autant plus que l’enquête se déroule sous l’égide plus ou moins directe d’un musée – ou d’une institution perçue comme telle.

L’ethnologue, le musée et les détenteurs d’objets

24Le premier écueil à éviter dans une telle enquête est la confusion entre la réflexion ethnologique sur les objets dans la société et la recherche historique et technique menée sur l’industrie céramique locale et ses productions. Ce dernier travail intègre à ses objectifs la collecte de ces objets : on conçoit immédiatement la difficulté générée par ce double regard porté sur des produits céramiques identifiés, convoités, collectés et inventoriés selon un processus muséal classique. Le risque est par conséquent de considérer a priori ces objets comme des objets de musée ou de les intégrer à la catégorie « art populaire » ; les voir en fait comme issus du passé, objets témoins d’une industrie disparue et d’une époque révolue. Si l’on n’y prend pas garde, « ce que l’on considère comme des objets de collecte et d’analyse est traité comme relevant d’une société en train de disparaître ; ces objets prennent sens en elle. En réalité, ils appartiennent au présent, c’est en lui qu’ils prennent sens et c’est dans ce contexte présent qu’ils doivent être analysés » (Althabe 1992 : 253).

25C’est bien en effet dans le présent qu’il convient d’appréhender ces objets et leurs statuts, sous peine d’en rester aux principes théoriques des premiers projets d’ethnomuséographie, motivés par la notion d’urgence ethnographique et dominés par l’objet-témoin. C’est la construction d’un patrimoine intégrant ces objets qui doit être analysée à travers les discours et les usages de leurs détenteurs, même si l’intérêt du musée pour ces produits stimule cette construction ; ce sont les usagers des choses d’aujourd’hui qui nous intéressent plus que la destination fonctionnelle initiale des objets, les usages « de jadis ». Une recherche de ce type doit considérer les objets qui sont ici et maintenant pour analyser ce qu’on en fait et ce qu’ils font ici et maintenant, sans négliger pour autant leur passé tel que leur détenteur le raconte, en tant que cette histoire prend sens dans son discours présent. Cela établi, si l’on prétend s’intéresser au parcours biographique des choses elles-mêmes, on ne peut pas se couper de leur matérialité fondamentale : qui les a fabriquées, comment, pour quoi faire ? L’histoire des objets telle qu’on parvient à la retracer par les discours de leurs usagers est un pilier de la construction problématique ; l’histoire des entreprises et de leur production en est la fondation, qu’il ne faut pas négliger sous peine de voir s’écrouler l’édifice.

Les échanges entre musée et informateurs

26Les interlocuteurs détenteurs d’objets hérités ou collectionneurs sont devenus au fil des entretiens des demandeurs d’informations autant que des informateurs. Un des cas les plus éclairants sur ce point est celui de M. Garnier. Ingénieur dans le nucléaire en région parisienne, originaire du bassin minier et âgé de cinquante-deux ans lors des premiers entretiens, Gilles Garnier a acheté en 1989 les anciens bureaux de l’usine du Pont-des-Vernes à Pouilloux, ainsi qu’une vaste parcelle et des bâtiments industriels désaffectés. Il a fait l’acquisition de cette résidence secondaire en ignorant sa vocation première de manufacture de grès, mais l’a rapidement découverte en trouvant de nombreuses poteries enfouies dans son terrain. Collectionneur dans l’âme (« Moi, je collectionne tout... »), il s’est alors mis à amasser les produits de l’usine trouvés chez lui, dans le lit de la rivière proche ou achetés aux brocanteurs et antiquaires. Cette collection s’accompagne d’une recherche rigoureuse sur les objets et leur destination, d’un recensement des marques et d’un classement typologique des poteries, bref, d’une véritable démarche archéologique : « L’intérêt pour moi, c’est de rechercher, de trouver une pièce et de la mettre en valeur. Et puis, l’histoire m’intéresse aussi, tout est lié, l’histoire du site, resituer tout ça dans un contexte. Moi, ce que j’envisage plus ou moins de faire, c’est d’arriver à faire un petit opuscule récapitulatif de tout ça, c’était un peu mon idée. C’est pour ça que je réunis des choses, des éléments... Ça commence à rentrer, les informations arrivent bribe par bribe. Bon, ça peut donner des orientations de recherche. »

27Les échanges entre Gilles Garnier et l’écomusée sont permanents, car si son travail sur les productions du Pont-des-Vernes est précieux pour la connaissance de cette usine, il a besoin des archives de l’écomusée et des données techniques et historiques que nous avons pu collecter, par exemple des dessins sur calque de modèles pour produits calibrés qui lui permettent d’élaborer une typologie précise. Dans ce sens, Gilles Garnier est un informateur de l’écomusée grâce au travail effectué en aval de la collection, un informateur sur les usages, la datation, les marques, la généalogie de la famille des entrepreneurs. Mais l’analyse ethnologique porte précisément sur ses pratiques de collectionneur, sur son statut d’informateur historique et technique, et sur ses échanges d’information avec l’écomusée. Gilles Garnier doit donc être plutôt désigné comme interlocuteur que comme informateur, puisque ce statut est justement partie intégrante de l’objet de l’enquête. Ce cas précis est comparable à la plupart des autres personnes rencontrées, commerçants, anciens ouvriers ou particuliers collectionneurs, qui tous en viennent au cours des entretiens à demander des informations d’ordre historique et technique sur les entreprises et les produits. Les situations d’échanges se sont multipliées sur ce plan au cours de l’enquête, du fait de son objet, et ces relations spécifiques découlant directement de la position de l’enquêteur constituent un élément clé de la problématique.

28Sur un autre plan, le musée est une référence scientifique pour la connaissance des objets et l’attribution d’une valeur – terme sur lequel il nous faudra souvent revenir – ou plus largement d’un intérêt des choses, que le public lui demande régulièrement d’attester ou de confirmer :

Sur le terrain, le conservateur est souvent requis pour venir constater l’intérêt patrimonial et identitaire, comme un autre expert, radiesthésiste ou muni d’un grisoumètre, viendrait relever des traces d’une manière de radioactivité singulière ou d’une émanation invisible aux autres mais que ses appareils lui rendent sensibles : « N’est-ce pas qu’il y en a ? N’est-ce pas que c’est intéressant ? » (Mairot 1997 : 346.)

29Cette réputation d’omniscience du conservateur de musée s’élargit au chercheur rattaché au musée, historien ou ethnologue, voire à tout autre salarié de l’institution culturelle, investi par le public d’un savoir quasi exhaustif sur tout ce qui touche au patrimoine – terme finalement assez vague pour englober des éléments aussi disparates qu’hétéroclites. Il devient également au cours de l’enquête producteur de valeur pour les objets qu’il collecte ou plus simplement auxquels il s’intéresse.

  • 10 Rappelons que les marques de fabrique des établissements Langeron mentionnent uniquement le lieudi (...)

30Les rapports entre les objets, le musée et les collectionneurs sont plus riches et plus complexes qu’une simple concurrence sur le marché de l’ancien ou une rivalité de collectes. Les échanges ne se limitent pas à l’anticipation des collectionneurs sur la valeur des choses. Une exposition initiée par le musée autour de telle catégorie d’objets peut susciter des vocations de collectionneur, comme il semble que ce fut le cas de l’exposition organisée en 1974 à Pouilloux et évoquée en préambule. Cette première mise en valeur muséographique des produits céramiques locaux permettait d’identifier des objets, de localiser une marque de fabrique assez abstraite10, et de rattacher toute une série d’objets à une production locale datée. Selon les antiquaires, brocanteurs et amateurs de ce type d’objets, c’est durant les années 1970 que ces poteries ont commencé à être prisées par les chineurs, c’est de cette époque que date en somme la reconnaissance patrimoniale d’objets banals. On retrouve ici le rôle de diffuseur patrimonial joué par l’écomusée sur son territoire. En produisant du savoir, en faisant partager au public la connaissance d’un patrimoine et des objets qui le constituent, le musée – ici, l’écomusée – gratifie ces objets d’une épaisseur contextuelle et d’une identité temporelle et géographique qui élargit le regard des acteurs sociaux au-delà du simple plaisir esthétique.

31La crise profonde des années 1970-1980 qui a frappé des industries structurantes du bassin industriel de Montceau-les-Mines et Le Creusot joue un rôle considérable dans la construction sociale du patrimoine et le souci de sa préservation. La nécessité de la sauvegarde, voire du sauvetage du patrimoine de l’industrie est au cœur des différentes opérations en cours, au-delà du rôle touristique que les élus espèrent leur voir jouer. Il y a dans les discours, parfois, une prise de conscience qu’on retrouve dans cette formule d’un de mes interlocuteurs, âgé de cinquante-deux ans et qui a vu se produire le désastre : « Et puis d’un coup, tout s’est arrêté, toutes ces entreprises ont fait faillite... Je crois que la prise de conscience de la nécessité de conserver le patrimoine est arrivée de façon assez tardive dans cette génération de 68, particulièrement privilégiée, qui a connu tous les excès et qui s’est dit : “C’est quand même con, tout va disparaître et on n’aura rien.” » Dans le cadre de cette impérieuse sauvegarde interviennent les institutions politiques, les habitants de la région, les commerçants, les institutions culturelles et éducatives – associations, musées, bibliothèques, etc. Parmi ces acteurs, l’écomusée de la cucm joue son rôle dans la sauvegarde du patrimoine industriel du bassin. Il est connu des habitants par son action, et ses salariés sont identifiés à ce rôle : mon statut d’enquêteur directement et explicitement lié à une institution de ce type eut des implications permanentes tout au long de l’enquête de terrain, qu’il est impératif d’intégrer pleinement à la construction de l’objet de la recherche et à l’analyse. Je représentais l’écomusée face à des collectionneurs, à des marchands antiquaires ou brocanteurs, et face à des industriels et anciens ouvriers. Potentiel acheteur ou emprunteur, collecteur, voire connaisseur et expert, historien auquel on a tendance à ne vouloir montrer que le typique et l’archaïque, je me retrouvais au croisement de multiples représentations qui risquaient de fausser la pertinence de la recherche dans ses rapports avec les artefacts et leurs usagers. Le travail de terrain fut donc une combinaison permanente entre l’analyse des données recueillies et celle des interactions à l’œuvre. Le musée, l’ethnologue et les manipulateurs – physiques et symboliques – des objets furent les principaux protagonistes d’un travail dont la focale, rappelons-le, porte d’abord et avant tout sur les choses elles-mêmes et leurs positions dans notre société.

Notes

1 Sur l’histoire du Creusot et de ses industries, l’ouvrage le plus récent et le plus complet est le catalogue de l’exposition organisée en 1995 par le musée d’Orsay et l’écomusée de la cucm : Les Schneider, Le Creusot, une famille, une entreprise, une ville (1836-1960), Paris, Fayard-rmn.

2 Écomusée de la cucm, dossier de présentation, 1999, p. 2.

3 Ibid.

4 Héran, E., « Les monuments publics du Creusot », in Les Schneider, Le Creusot..., op. cit., p. 80-93.

5 Encore plus explicite est le chevalement du musée de la Mine, mais il est installé dans la commune de Blanzy.

6 Voir Régnier 1986. Voir également Le monument aux morts d’A. Bourdelle à Montceau-les-Mines, service éducatif de l’écomusée, 1997.

7 Pour plus de détail, voir l’Itinéraire du patrimoine n° 151, édité en 1997 par l’écomusée et les éditions du Patrimoine : « L’industrie céramique des rives du canal du Centre ».

8 Ardouin-Dumazet, en 1901, dans Voyage en France ; Basse-Bourgogne et Sénonais (Paris, Berger-Levrault).

9 Ce sont les mots d’un Lyonnais, propriétaire d’une maison à vendre sur l’autre rive du canal, à quelques centaines de mètres face à l’usine, s’enquérant du devenir de ces bâtiments. « C’était une honte de voir ça, mais vous ne trouvez pas que c’est triste de voir qu’on en fait un musée plutôt qu’une nouvelle usine ? La France va mal, vous savez ! »

10 Rappelons que les marques de fabrique des établissements Langeron mentionnent uniquement le lieudit où se situait l’usine ; elles ne permettent donc pas de rattacher les objets à un lieu précis pour qui ne connaît pas la toponymie locale.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search