Version classiqueVersion mobile

La vie des objets

 | 
Thierry Bonnot

De l’usine à la vitrine

Texte intégral

1Le samedi 27 juillet 1974, le tout jeune écomusée de la Communauté urbaine Le Creusot-Montceau-les-Mines (Saône-et-Loire) inaugure une de ses premières expositions « hors murs » – c’est-à-dire en dehors de l’enceinte du château de la Verrerie, siège de l’écomusée – consacrée à l’histoire d’une commune située sur son territoire d’étude : « Pouilloux, un village et son passé ». L’ambition de cette exposition est ainsi présentée : « Un village au cours des temps ; la vie des hommes et des choses à l’intérieur d’un terroir : c’est notre village. Montrer pour connaître et comprendre le déroulement de cette vie, juger la nôtre, et nos enfants rêver la leur. » Les vitrines et panneaux évoquent les Romains, le xiie siècle, la vie quotidienne, les mines du bassin de Montceau, l’artisanat, les commerces, le four à chaux et la céramique.

  • 1 Du nom du lieudit où se situait l’usine, substitué au nom de la commune dans toutes les raisons soc (...)

2La grande majorité des objets exposés représentent l’agriculture, activité principale de cette petite bourgade du Charolais – 706 habitants au recensement de 1968. Des outils, des ustensiles et accessoires plus ou moins archaïques, des photographies et cartes postales anciennes évoquent les travaux des champs, l’élevage, les coutumes rurales. Mais deux vitrines, sous le titre « Fabrique de poteries », rappellent que Pouilloux a aussi un passé industriel : pour la première fois depuis la fermeture de l’usine Langeron en 1957, les produits céramiques du Pont-des-Vernes1 sont élevés au rang d’éléments du patrimoine local, au même titre que les chartes médiévales, les jougs, les faucilles et autres pierres sculptées. Des vases, des récipients alimentaires, des bouteilles à liqueur, des cruches, un service à café, des saloirs de grès... Tous les ustensiles les plus courants sont posés sur socles, soigneusement alignés ou encore suspendus, éclairés et protégés par un verre épais, mis en scènes et légendés. Produits d’un passé récent, ils représentent l’histoire d’une entreprise familiale créée vers 1820 et qui employa jusqu’à 130 personnes, effectif énorme pour un village qui n’a qu’exceptionnellement dépassé 1 000 habitants.

3En 1974, à Palinges, commune distante d’environ quinze kilomètres de Pouilloux, l’usine du Montet produit encore des ustensiles de grès, bien qu’elle soit plutôt spécialisée dans la faïence sanitaire. Elle fait partie, comme jadis le Pont-des-Vernes, de cette kyrielle de manufactures installées sur les rives du canal du Centre, entre Saône et Loire, vouées à la production céramique massive. Des vases, des cruches, des pique-fleurs sortent quotidiennement des fours, sont vendus à des grossistes, puis à des détaillants, quincailliers et droguistes.

4Que peut bien penser l’ouvrier céramiste de Palinges, durant l’été 1974, en voyant les objets qu’il passe alors ses journées à fabriquer devenus collection de musée, en tant que témoins d’un passé révolu, mis en valeur comme pourraient l’être des objets d’art ? Prend-il douloureusement conscience de l’obsolescence – voire de l’anachronisme – de ces accessoires ? Pressent-il que deux ans plus tard, son usine fermera à son tour ses portes, comme Langeron à la fin des années 1950 ?

Pour une biographie des choses banales

5Ainsi, à quelques kilomètres de distance, au même moment, le même objet peut être considéré soit comme un produit industriel, témoignant de la vitalité économique d’un village, soit comme la trace matérielle de l’histoire d’une activité disparue. Et dans de nombreuses maisons de la région, dans les cuisines et les salles à manger, dans les caves et les greniers où sont entreposées les conserves alimentaires, ces mêmes objets sont encore des accessoires indispensables du quotidien. Au-delà du fait que la position de ces objets dans l’espace social – cour d’usine, vitrine, cave ou grenier – participe à la construction de leur statut et le révèle en modifiant le regard posé sur eux, comment appréhender ce phénomène par lequel une chose ne sera jamais seulement un produit industriel, seulement une poterie de grès, seulement un élément du patrimoine de Pouilloux, ni seulement « le vase de la tante Germaine » ? Car l’objet lui-même sera un peu tout cela, mais jamais tout en même temps, ou peut-être ne serat- il jamais rien de tout cela. Comment penser cette diversité de statuts sociaux ?

  • 2 Traduction préférable à marchandise pour le terme anglais commodity.

6Dans son introduction à The Social Life of Things (1986), Arjun Appadurai explique que « [...] les marchandises [commodities], comme les personnes, ont des vies sociales ». Son programme est de considérer l’objet d’échange2 comme une chose dans une certaine situation, dans laquelle le trait qui caractérise socialement la chose est le fait qu’elle soit échangeable : ce statut correspond à une étape dans une trajectoire d’ensemble, et non à une catégorie dans laquelle l’objet est inséré d’autorité dès sa production.

7Cette notion de trajectoire propre à l’objet matériel doit nous aider à penser le contraste né de la mise en patrimoine d’objets qui sont encore, au même instant et presque au même endroit dans l’exemple donné plus haut, des produits industriels et des objets d’échange.

  • 3 « [...] focusing on its total trajectory from production, through exchange/distribution, to consump (...)

8L’objet d’échange n’est pas un type d’objet parmi d’autres, mais une étape dans la vie sociale de quelque chose, étape résultant d’un processus de marchandisation (Kopytoff 1986). Ainsi, en analysant la biographie culturelle des choses, peut-on saisir les constructions sociales à l’œuvre dans les relations entre les individus et les objets. Il s’agit d’amener l’anthropologie à considérer l’objet dans sa trajectoire globale, de sa production à sa consommation, en passant par l’échange et la distribution3. Au cours de la vie d’un objet, celui-ci traverse des sphères d’échange distinctes où il se trouve balancé entre le statut de marchandise et celui d’objet singulier – ou plus précisément singularisé. Tenter de saisir la biographie d’une chose équivaut donc à étudier l’histoire de ses singularisations successives, et des classifications et reclassements qu’elle subit selon les catégories socialement construites.

9C’est cette étude que je me suis proposé de mener à propos d’un ensemble d’objets a priori banals, produits céramiques de petites et moyennes entreprises de Saône-et-Loire, ustensiles du quotidien de la région du bassin industriel de Montceau-les-Mines et Le Creusot, objets considérés aujourd’hui comme partie intégrante du patrimoine local.

La genèse historienne d’une enquête ethnologique

  • 4 Cette définition rapide du sujet de recherche ne doit pas préjuger de la problématique développée e (...)

10L’objectif premier de la recherche pour laquelle j’ai été sollicité en 1995 – en tant qu’historien de formation – par l’écomusée de la Communauté urbaine Le Creusot-Montceau-les-Mines (cucm) était de faire le point des connaissances et de tenter une synthèse sur l’histoire de l’industrie céramique de ce bassin industriel. Au fil de cette enquête historique et technique, faite de dépouillement d’archives, de collecte, de repérages, d’entretiens avec des ouvriers et des entrepreneurs, il est apparu que les produits de l’industrie céramique locale, du moins certains d’entre eux, avaient depuis la fermeture des sites de production acquis une valeur – au sens mathématique du terme – pour une large part supérieure, ou du moins relevant d’un registre très différent, de leur valeur usuelle et commerciale initiale. Le constat empirique né de l’enquête de terrain pouvait alors se résumer en ces termes : des produits de l’industrie céramique de la région, aujourd’hui et depuis une vingtaine d’années sortis du circuit commercial classique, supplantés dans leur fonction initiale par d’autres objets, sont devenus des objets de collection ayant retrouvé une valeur commerciale sur le marché des antiquités, et sont au cœur de discours et de pratiques originales qui leur confèrent un statut social totalement différent de celui qu’ils possédaient à leur sortie d’usine4.

11D’une recherche historique teintée d’ethnologie, il convenait de passer à une enquête ethnologique s’appuyant sur l’histoire, c’est-à-dire non seulement de recueillir auprès d’interlocuteurs directement impliqués dans la production céramique des éléments d’information sur les entreprises, les entrepreneurs et les ouvriers, mais également d’observer avec une attention accrue les pratiques et discours liés aux objets issus de ces usines.

Les objets matériels et l’ethnologie

12L’ethnologie a toujours eu affaire aux objets, dans la mesure où chaque société humaine est par définition composée d’individus qui dans leur vie quotidienne utilisent et côtoient des objets naturels ou des artefacts fabriqués par l’homme. Les objets sont mis à contribution dans les rapports sociaux, participent à la construction des représentations symboliques, s’intègrent aux pratiques comme aux discours. Ils sont, pour une part, constitutifs de la société elle-même. Pour les ethnologues, l’objet fut d’abord l’illustration d’un contexte social, culturel et/ou technique, ce qui a conduit au concept muséographique de l’objet témoin qui apparaît en France dans les années 1930 :

[...] il s’agit de mettre au jour les caractéristiques d’une culture à partir de ses productions matérielles dont Rivet et Rivière (1931) disent qu’elles constituent des archives autonomes et plus sûres que les archives orales ou écrites : l’objet ne peut ni mentir, ni se tromper (Jamin 1985 : 61).

13L’objet devient archive, il représente une civilisation lointaine dont il illustre l’exotisme, puis dans la mouvance intellectuelle des arts et traditions populaires, il devient la matérialisation résiduelle de modes de vie en voie de disparition.

  • 5 Pour une mise au point et une bibliographie récentes sur cette thématique, voir Bromberger & Cheval (...)

14Plus récemment, l’ethnologie a enregistré un net regain d’intérêt pour les objets et la « culture matérielle » (Segalen & Bromberger 1996 ; Miller 1987, 1998), à travers des études sur les techniques (Conein, Dodier & Thévenot 1993), les savoir-faire (Chevallier 1991), ou quelques objets génériques. Sophie Chevalier (1992) cite une bouilloire et un ventilateur. Le jouet (Barbe & Lioger 1999) et, dans un tout autre registre, le violon (Mabru 1995) ont été au centre d’une approche similaire5. C’est également la méthode suivie pour certains objets dits traditionnels, le couteau en Norvège (Rogan 1996) ou le chaudron de cuivre en Amérique (Turgeon 1996). Bref, un champ épistémologique existe autour des objets, même s’il s’attache plus à l’objet individué qu’au produit sériel, et même si finalement, la « chose elle-même », pour reprendre une formule d’Appadurai, est quelque peu négligée au profit des procès de production et des réseaux qui s’y impliquent.

15L’ambition de ce travail n’est pas de remettre en cause la pertinence ou la légitimité des travaux ci-dessus mentionnés, ni de critiquer leur méthode d’approche, ni encore d’ouvrir un champ nouveau pour la discipline ethnologique, mais plus modestement de tenir les objets de plus près, en les suivant dans leur trajectoire individuelle tout en s’appuyant sur un ensemble de pièces produites en série, et non sur un objet type ou exceptionnel. Le propos de la thèse à l’origine de cette publication était d’étudier des objets dans leur parcours biographique, tels que les produisent socialement leurs usagers par leurs pratiques et leurs discours.

L’enquête et sa méthode

16Du fait de la nature avant tout historienne de l’enquête entamée initialement, qui pouvait influencer considérablement le travail ethnographique par l’imposition d’un corpus, l’objectif était d’intégrer la démarche anthropologique selon laquelle « les contours – factuels, historiques, géographiques même parfois – de l’objet sont produits, peu à peu, par le mouvement de l’analyse elle-même » (Fabre 1992 : 49-50). De quels objets, de quels types d’artefacts parlera-t-on ici ?

Un ensemble cohérent d’objets

17La piste problématique dégagée précédemment n’est exploitable que dans la mesure où l’ethnologue s’attache à un ensemble cohérent d’objets, notion qui se veut radicalement différente de celles de type d’objet ou de catégorie d’objet, ou encore de corpus d’objets. Pour la pertinence de l’enquête, il est impossible de traiter de tous les objets détenus par les interlocuteurs, mais il serait de même rédhibitoire d’appliquer artificiellement des catégories sur les discours et de limiter la réflexion à un type d’objet préalablement déterminé, imposé à l’observation et aux entretiens comme un cadre restrictif au travail de terrain. Revenons à l’hypothèse de départ : c’est la valeur patrimoniale et commerciale acquise par les produits céramiques de l’industrie locale qui a incité à engager l’enquête. Empiriquement, certains objets étaient plus directement visés par ce constat : il s’agissait des poteries de grès fabriquées par les usines situées dans la vallée de la Bourbince, sur le territoire des communes de Pouilloux, Ciry-le-Noble et Palinges. C’est sur cet ensemble d’objets, dont nous déterminerons ensuite s’il est cohérent, que s’est appuyée ma démarche.

18Sous peine de se disperser et de perdre toute légitimité, l’ethnologie traitant des objets dans la société doit focaliser a priori sur un groupe d’objets dont le terrain dira par la suite si leur mise en ensemble est pertinente. La démarche de l’ethnologie « classique » n’est-elle pas similaire, qui choisit un groupe social, défini au départ comme groupe, dont elle cherche par l’enquête de terrain à mettre en perspective les cohérences et les spécificités ? Cette logique autorise à s’intéresser à l’ensemble des objets présents chez les interlocuteurs et que le déroulement de l’entretien fait apparaître comme porteurs de sens – une série de casseroles de cuivre, une collection de flacons remplis de sables exotiques, de la vaisselle de faïence, des outils, etc. – en tant qu’ils forment système avec les objets centraux.

Les matériaux et leur traitement

19La démarche ethnographique est de l’ordre de la description : ici, il s’agit avant tout de rendre compte de ce qu’on constate sur le terrain, en intégrant certaines données relatives aux interlocuteurs – l’âge, le milieu social, le parcours professionnel et les liens avec l’industrie céramique locale. Il serait toutefois illusoire, pour une enquête de ce type, de prétendre à une quelconque représentativité des personnes interrogées. En effet, celles-ci sont par la définition même de la recherche celles et ceux qui ont ou ont eu affaire aux objets : ils les ont fabriqués, les utilisent, les collectionnent, les regardent, les vendent, etc. Ce sont tous, en les regroupant sous un terme assez flou pour rendre compte de leur diversité, des manipulateurs des artefacts choisis par l’enquête même. J’éviterai tout au long de ce travail de les qualifier de propriétaires ou de possesseurs d’objets, puisque l’appropriation, l’entrée en possession de poteries de grès est un processus constitutif du statut des objets et de son évolution.

20La quasi-totalité des entretiens se sont déroulés au domicile des détenteurs d’objets céramiques, c’est-à-dire là où les objets sont présents. C’est une condition essentielle de ce travail, dont une des bases est l’observation des objets dans leur environnement quotidien, donc de leur position physique dans l’espace domestique, cet examen minutieux pouvant s’accompagner de croquis ou de photographies. Examen détaillé des abords de l’habitation, de la circulation dans l’espace domestique – où fait-on d’abord asseoir le visiteur, où se porte le regard lorsqu’on pénètre dans chaque pièce –, repérage des pièces visitées pour une mise en plan a posteriori, inventaire des éléments décoratifs de toute nature, des objets visibles et des objets cachés, photographies éventuelles, tout cela se matérialisant par une prise de notes assez abondantes afin d’établir une véritable topographie de l’espace domestique.

21L’entretien lui-même devait s’appuyer sur des bases assez directives, comme l’ont montré les premières expériences : il apparaît assez délicat de nourrir une conversation autour d’objets du quotidien, fussent-ils de collection ; la plupart du temps, on ne parle pas de ces objets, non que ce soit tabou, mais à quoi bon parler de choses qu’on côtoie chaque jour, parfois depuis sa plus tendre enfance ? Sophie Chevalier, enquêtant sur l’aménagement de l’intérieur domestique en région parisienne, a rencontré ce même type de réaction, bien traduite par cette phrase d’un de ses informateurs : « Nous, on n’a rien de spécial... » (Chevalier 1993). Pour pallier ce déficit de parole, j’orientais mes questions vers des sujets plus vastes quoique liés aux industries céramiques – procédés de fabrication, fonction des choses, histoire des usines... –, afin de pouvoir toujours en revenir à l’objet lui-même.

22Des entretiens plus informels, sans enregistrement systématique et menés parfois hors du domicile de l’interlocuteur, des archives d’entreprises, des documents publicitaires constituent une autre partie des matériaux utilisés. Ces éléments étaient recueillis par exemple sur les marchés aux puces ou dans les boutiques des antiquaires ou brocanteurs, auprès d’industriels, chez des proches, à l’intérieur même de l’écomusée, chez des particuliers ne détenant pas d’objets céramiques mais concernés de près ou de loin par le sujet, etc. Il importe en fait de ne rien négliger de ce qui a trait aux objets de l’enquête, ce qui nécessite une attention ethnographique de chaque instant, un regard vigilant sur les aménagements extérieurs des habitations, les vitrines des commerçants, les expositions et les discours des institutionnels – élus, responsables culturels – sur les objets centraux de l’enquête. S’imposait également un examen détaillé de chaque objet présenté, dimensions, formes, traces d’usure, atteintes à l’intégrité physique, poids et maniabilité. Tout ce qui tient à « la chose elle-même » est essentiel à la problématique et susceptible de nourrir l’analyse.

De l’usine au musée : une vie bien vécue ?

23Le suivi biographique des objets impose un minimum de continuité dans le texte, qui ne s’appuierait pas sur une trajectoire type, mais sur une forme de « well-lived life » comme la définit Kopytoff, une « vie bien vécue » ou du moins une vie telle qu’elle est perçue comme bien vécue dans le contexte social où se déroule l’enquête. Qu’est-ce qu’une vie bien vécue pour une poterie de grès de la vallée de la Bourbince selon la plupart de mes interlocuteurs ? L’ambition de ce travail, entre autres, est d’éclaircir ce point dans le détail, mais nous pouvons d’ores et déjà ébaucher cette réponse : une poterie de grès est fabriquée dans une usine, commercialisée par l’industriel, acquise par un premier propriétaire, transmise à d’autres personnes et aujourd’hui collectionnée par des particuliers et susceptible d’être intégrée aux collections d’un musée. C’est sur cette trame non chronologique que je m’appuierai.

24Pour reprendre une heureuse formule, « les objets font quelque chose, et d’abord ils nous font » (Hennion & Latour 1994 : 21). L’anthropologie, quand elle s’intéresse à l’échange, au don, aux structures familiales, à l’intérieur domestique, etc., est amenée à croiser des objets dont elle appréhende la biographie, en quelque sorte, de façon transversale. Je me propose de changer la perspective en suivant la trajectoire des objets, qui permet de croiser ces différentes problématiques. Il s’agit de voir ici comment l’anthropologie peut étudier notre société à travers ses objets/artefacts et la construction de leur statut social. Comment des objets banals deviennent-ils objets de patrimoine, comment cette notion de patrimoine, en amont de la mise en musée, est-elle intégrée aux usages domestiques et comment se confondent ou se côtoient patrimoine familial et patrimoine public ? Le but de ce travail n’est ni de mettre en évidence les supposés particularismes locaux d’une région industrielle, ni de réfléchir à l’approche muséographique du patrimoine industriel vu à travers des productions, et encore moins de pratiquer une sorte d’ethnographie d’urgence visant des objets en voie de disparition. Il est d’appliquer la méthode ethnologique à un questionnement sur les choses dans la société en tentant de mettre en évidence l’implicite, de dévoiler les logiques sociales à l’œuvre derrière les représentations, de dire le non-dit, en l’occurrence d’expliquer ce qui relève de la construction sociale dans les modes de mise en espace, les discours, les transmissions, l’échange et les pratiques des manipulateurs des objets céramiques qui sont au centre de l’enquête. Mais au-delà de l’exemple des poteries de grès dans la vallée de la Bourbince doit se dessiner ici une méthode anthropologique efficace pour d’autres terrains, d’autres types d’objets et d’autres acteurs sociaux.

  • 6 La citation exacte est la suivante : « Comme les dieux souvent, les meubles aussi ont parfois la ch (...)

25Constater, décrire et analyser ces modifications de statut des objets, ce n’est pas pour autant entériner l’idée selon laquelle les objets anciens « ont parfois la chance d’une existence seconde » (Baudrillard 1968 : 23)6, mais bien confirmer la continuité des phases successives d’une seule et même existence, d’une seule et même vie sociale. Objet unique, objet sériel, objet utile évoluant dans les champs sociaux successifs de son existence de chose, l’objet lui-même et sa trajectoire permettent d’accéder à la société par les choses et les hommes qui les rencontrent.

Notes

1 Du nom du lieudit où se situait l’usine, substitué au nom de la commune dans toutes les raisons sociales de l’entreprise et dans les marques de fabrique.

2 Traduction préférable à marchandise pour le terme anglais commodity.

3 « [...] focusing on its total trajectory from production, through exchange/distribution, to consumption » (Kopytoff 1986).

4 Cette définition rapide du sujet de recherche ne doit pas préjuger de la problématique développée ensuite ; elle n’en constitue que le point de départ, daté et pour une bonne part périmé.

5 Pour une mise au point et une bibliographie récentes sur cette thématique, voir Bromberger & Chevallier 1999.

6 La citation exacte est la suivante : « Comme les dieux souvent, les meubles aussi ont parfois la chance d’une existence seconde, passant de l’usage naïf au baroque culturel. »

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search