Version classiqueVersion mobile

Le Paléolithique supérieur de l’abri Pataud (Dordogne)

 | 
Harvey M. Bricker

Chapitre 6. Le Périgordien moyen de l’abri Pataud niveau 5

6 The Middle Perigordian of the abri Pataud, Level 5

Harvey M. Bricker

Résumé

Les épisodes répétés de nettoyage et vidange durant l’occupation du Périgordien moyen de l’abri a provoqué quelques mélanges avec du matériel de l’Aurignacien dans les dépôts les plus anciens du niveau 5, le remaniement total du fond de l’abri ne laissant que les vestiges de l’occupation la plus tardive. L’ensemble archéologique appelé Pataud : 5, qui représente plusieurs lentilles et des subdivisions plus grandes, a été regroupé en unités inférieures (avant : inférieur et avant : moyen) et en unités supérieures (avant : supérieur et arrière).

L’inventaire typologique d’environ 5 600 outils retouchés montre que grattoirs et burins (surtout dièdres) sont en proportions presque égales dans la plupart des unités. Les pointes de La Gravette sont très nombreuses (20 à 30 %) dans toutes les unités sauf les plus anciennes, qui contiennent beaucoup de fléchettes.

La description des grattoirs, burins, outils à dos, etc. donnée ici résume les résultats de l’analyse d’attributs détaillée. Les coupoirs, couteaux asymétriques, fléchettes et pointes de La Gravette sont typiques de l’industrie de Pataud : 5. L’industrie osseuse est très pauvre et les sagaies sont pratiquement absentes.

Les analyses d’attributs détaillées indiquent que le matériel des niveaux du Gravettien classique à La Gravette (Noire, Rouge, Jaune) est très proche, voire contemporain, de celui des unités tardives de Pataud : 5. Les industries telles que celles de la plupart des unités les plus anciennes ne sont pas présentes à La Gravette, à part le niveau appelé par Lacorre « Bayacien », très riche en fléchettes, proche du matériel de avant : inférieur ‑2.

Texte intégral

Je dois faire part de toute ma gratitude au Pr Hallam L. Movius Jr. Depuis les années 1960, pendant lesquelles j’ai commencé ma formation professionnelle sous sa direction, jusqu’aux années 1980, quand nous avons pensé à cet ouvrage, j’ai profité de son soutien et de son aide. Durant toutes les années où j’ai étudié les matériels du Périgordien moyen de Pataud et d’autres gisements, j’ai été aidé dans les longues tâches d’établissement de données par Victoria Bricker, Alison Brooks, John Yellen et Mary Pohl, à qui j’exprime ma reconnaissance. Pour la permission qu’ils m’ont donnée d’examiner les matériels du Périgordien moyen de La Gravette, je suis redevable à Henri Delporte (musée des Antiquités nationales de Saint‑Germain‑en‑Laye) et à André Algans (musée de Préhistoire d’Aurignac). Je remercie la U. S. National Science Foundation pour son soutien financier pendant plusieurs années. Et, enfin, je voudrais remercier tout spécialement les familles Bouyssou et Lisiak de Lespinasse pour leur soutien inestimable.

6.1 Introduction

1Cette description des industries du niveau 5 de l’abri Pataud (ou Pataud : 5) se fonde sur une étude qui remonte à la fin des années 1960. Les résultats de ces recherches ainsi que de l’étude comparative d’un certain nombre d’autres industries périgordiennes du sud‑ouest de la France ont été présentés dans ma dissertation de doctorat (Bricker 1973). Ce travail était avant tout typologique, au sens large (et plus précisément, peut‑être, subtypologique) ; il s’agissait en fait de développer et d’éprouver la valeur de l’« analyse d’attributs » (Movius et al. 1968 ; Movius, Brooks 1971 ; Clay 1976) pour une description plus précise et une comparaison plus utile des industries en silex du Paléolithique supérieur. La description des industries de Pataud : 5 en termes de variations d’attributs étant très longue (Bricker 1973 : 219‑1002), ce chapitre ne saurait contenir une présentation exhaustive des données détaillées d’attributs. Je me réfère toutefois à certains des résultats de l’analyse d’attributs tout au long de ce rapport, et le lecteur doit garder à l’esprit que mes conclusions sur les industries de Pataud : 5 reposent sur une documentation bien plus riche qu’il n’y paraît ici.

2L’interprétation des industries de Pataud : 5 est compliquée dès l’abord par le fait qu’il n’y ait aucune connection stratigraphique directe entre les secteurs avant et arrière du niveau archéologique. Cependant, une étude séquentielle de l’analyse détaillée, calibrée par la séquence stratigraphique inhérente à chaque secteur, m’a permis de comprendre très précisément les relations entre l’avant et l’arrière. Cette analyse se fonde sur six séries d’attributs de pointes de La Gravette, et cinq séries d’attributs de grattoirs sur bout de lame, choisis précisément parce qu’ils subissent un changement unidirectionnel pendant la durée de la longue séquence avant. Les fréquences d’attributs ont été notées séparément pour chacun des 14 échantillons qui consistent en outils provenant d’une seule lentille (par exemple, lentille H‑2 de l’arrière : supérieur) ou –afin d’éviter des échantillons de témoins trop réduits– de lentilles superposées adjacentes (par exemple, lentilles K‑2 et K‑3 à l’arrière : inférieur). Les grandes unités d’analyse sont arrière : supérieur, arrière : inférieur, avant : supérieur et avant : moyen‑1. Les résultats des études séquentielles révèlent que l’échantillon le plus ancien de l’arrière (lentilles K‑2 et K‑3) est définitivement plus récent que l’échantillon le plus récent de l’avant : moyen‑1 (lentille R‑1). Les plus récentes lentilles de l’arrière pourraient être légèrement plus récentes que les plus récentes lentilles survivantes de l’avant : supérieur (l’érosion a peut‑être totalement fait disparaître les débris des dernières occupations du secteur avant), mais la sériation ne peut apporter de réponse certaine à cette question. En général, tout l’arrière n’est contemporain que de l’unité supérieure du secteur avant.

3La longue séquence stratigraphique du secteur avant fournit un excellent relevé des changements typologiques de Pataud : 5. Le rythme ou schéma de ce changement fut étudié d’après 56 séries d’attributs de pointes de La Gravette, grattoirs sur bout de lame et burins. Pour environ les deux tiers de ces séries, les distributions d’attributs ne révèlent que des variations minimes de fréquence d’une unité à l’autre, mais pour le tiers restant, on note une pointe de « saltation », une augmentation soudaine de l’ampleur ou du rythme de changement dans le temps. Dans presque tous les cas, la pointe de saltation se situe entre l’avant : moyen‑1 et l’avant : supérieur (bien que la partie la plus récente de l’avant : moyen‑1 marque d’une certaine façon une transition).

4Ces données justifient la périodisation de Pataud : 5 en deux phases représentées par ce que nous appelons les « unités anciennes » (avant : inférieur‑2, avant : inférieur‑ 1, avant : moyen‑2 et avant : moyen‑1) et les « unités tardives » (avant : supérieur, arrière : inférieur et arrière : supérieur). Les changements sur lesquels se fonde la périodisation commencent à être visibles au début du moyen‑1a et ont déjà été effectués à la fin du moyen‑1a (= au début du supérieur). Dans cette étude, j’ai placé la ligne de séparation à la limite supérieure (récente) de la période de transition.

5Bien que l’on puisse ainsi diviser de façon objective les industries de Pataud : 5, la présence de phase de transition ainsi que les nombreuses répartitions d’attributs –qui ne révèlent que peu de changements– indiquent bien que nous avons affaire à une seule tradition technique. L’identification de cette tradition et la question du nom qui lui serait le plus approprié font l’objet de la dernière partie de ce chapitre (cf. infra § 6.4).

6Un autre fait rend l’interprétation des industries de Pataud : 5 plus difficile encore : certains des niveaux archéologiques de la séquence ont été l’objet de dérangements et de mélange de matériaux archéologiques durant les occupations du Périgordien moyen. Dans le secteur arrière de l’abri, le niveau 6, qui contient une industrie aurignacienne « évoluée », fut totalement arasé par les habitants du Périgordien moyen au début de leur occupation de l’abri. Les dépôts les plus anciens du Périgordien moyen à l’arrière reposent donc directement sur les dépôts d’éboulis qui séparaient à l’origine les niveaux 7 et 6. Certains des objets aurignaciens, qui se trouvaient à l’origine dans la partie du niveau 6 qui a été arasée par les occupants du Périgordien moyen, ont été incorporés aux sédiments du niveau 5, probablement à cause du rejet dans d’autres parties de l’abri de certains sédiments creusés près de la paroi. On trouve des traces à la fois stratigraphiques et typologiques de plusieurs épisodes de creusage et de rejet durant la longue période que représentent les occupations du niveau 5. Je parle dans les prochaines lignes de ces traces et des effets des mélanges ainsi créés, en commençant par les traces typologiques du mélange aurignacien.

7On a dénombré 42 outils typiquement aurignaciens dans les niveaux d’occupation de Pataud : 5 : 14 grattoirs carénés (ou carénés atypiques) (fig. 56e, g, h), 11 grattoirs à museau (fig. 56d, f), 5 burins busqués (fig. 56a, b), 3 burins busqués atypiques, 1 burin caréné, 2 outils composites comprenant un grattoir caréné et un burin dièdre et 6 lamelles Dufour. Ces 42 outils ne représentent que 0,74 % de tous les outils représentés sur le graphique global de Pataud : 5, mais ils sont très inégalement répartis dans le niveau. Les outils qui sont caractéristiques de l’Aurignacien sont concentrés dans les dépôts les plus anciens, ceux de l’avant : inférieur‑2 (n = 19 ; 3,80 % des outils représentés sur graphique) et de l’avant : inférieur‑1 (n = 13 ; 1,95 %), et diminuent rapidement dans les unités avant : moyen‑2 (n = 3 ; 0,67 %) et avant : moyen‑1 (n = 4 ; 0,48 %), pour virtuellement disparaître dans les unités tardives de l’avant : supérieur (n = 0), l’arrière : inférieur (n = 1 ; 0,10 %) et l’arrière : supérieur (n = 2 ; 0,20 %). Ces données indiquent un apport aurignacien mineur, mais non négligeable, à l’avant : inférieur, surtout si nous tenons compte du fait que l’identification des seuls outils caractéristiques de l’Aurignacien doit sûrement conduire à sous‑estimer l’étendue réelle du mélange.

8L’apport aurignacien dont nous venons de parler n’est qu’un exemple parmi d’autres des effets engendrés par des épisodes répétés de nettoyage et de rejet au Périgordien moyen. On a pu déterminer trois stades de cette activité.

Stade I

9Pataud : 6 : arrière et une partie de l’éboulis sous‑jacent furent enlevés par les premiers habitants du Périgordien moyen durant la période d’accumulation des dépôts de Pataud : 5 : avant : inférieur. Il devait s’agir d’un procédé incrémentiel, renouvelé à plusieurs occasions. Deux grands tas discrets d’éboulis de couleur claire (lentilles U‑1a et U‑1b, sous‑jacentes à la lentille U‑1 de l’avant : inférieur‑1 ou intrusives dans celle‑ci) correspondent apparemment aux déblais d’un épisode ancien de nettoyage du stade I. Les objets archéologiques qui font partie de ces tas d’éboulis sont très peu nombreux (et ne font pas partie des séries inventoriées ici), mais ils comprennent des types d’outils à la fois périgordiens et aurignaciens. L’effet principal du stade I du nettoyage fut l’apport aurignacien, dont nous avons déjà évoqué les traces typologiques ; mais il dut également s’effectuer un transfert de matériels du Périgordien moyen ancien du secteur arrière vers les surfaces presque contemporaines du secteur avant.

Stade II

10Durant le laps de temps que représente l’avant : moyen‑2, un nouveau nettoyage du secteur arrière déplaça des matériels contemporains de l’avant : inférieur, qui furent incorporés à l’avant : moyen‑2. Il semblerait qu’il s’agisse d’un nettoyage en profondeur et qu’il ne soit resté que très peu ou même aucun objet de l’Aurignacien ou du Périgordien moyen ancien dans le secteur arrière. On trouve quelques traces stratigraphiques qui semblent suggérer des rejets mineurs vers l’avant durant cette période, mais rien n’est très clair. La meilleure preuve du stade II est typologique : il s’agit des résultats d’une analyse sériationnelle de 56 séries d’attributs de pointes de La Gravette, grattoirs sur bout de lame et burins. De nombreuses inversions dans les tendances des attributs (31 sur 56) entre l’avant : inférieur‑1 et l’avant : moyen‑2 donnent à penser que la série d’outils de l’avant : moyen‑2 est « contaminée » par des matériels plus anciens (mais toujours du Périgordien moyen). La source la plus probable de matériel plus ancien est le secteur arrière de l’abri. Plus précisément, les principaux contaminants seraient des objets plus ou moins contemporains de l’occupation inférieure‑2 du secteur avant. À la fin du moyen‑2, des débris d’occupation se seraient à nouveau accumulés dans le secteur arrière et auraient continué pendant la période du moyen‑1.

Stade III

11Au début ou autour du début de la période que représente l’avant : supérieur, le secteur arrière fut apparemment à nouveau nettoyé en profondeur, jusqu’à un niveau moyen de l’éboulis 6‑7. Puisque l’étude séquentielle détaillée (dont nous avons parlé plus haut) démontre de façon concluante que tous les dépôts qui se trouvaient dans le secteur arrière au moment des fouilles sont contemporains seulement de ceux du supérieur dans le secteur avant, on ne peut mettre en doute l’existence de ce stade III du nettoyage, même si l’on ne trouve pas de trace stratigraphique ni typologique d’un rejet de matériel de ce nettoyage vers la partie de l’avant fouillée par H. L. Movius. La conclusion qui s’impose est que les déblais du stade III de nettoyage furent rejetés ailleurs. Après ce nettoyage, les déchets d’occupation continuèrent à s’accumuler dans ce secteur arrière jusqu’à la fin de l’occupation de Pataud : 5.

12En résumé, donc, il est apparent que les collections de Pataud : 5 : avant sont un mélange complexe de matériels archéologiques en positions stratigraphiques primaires et secondaires. Les circonstances qui ont conduit à ce mélange sont loin d’être inhabituelles dans un abri sous roche, mais seul un contrôle stratigraphique serré combiné avec une analyse détaillée d’attributs permet de remarquer un mélange mineur. Car il ne faut pas exagérer l’ampleur de ce mélange ; les répartitions d’attributs de Pataud : 5 : avant ne laissent aucun doute sur la valeur fondamentale de la séquence temporelle représentée. De plus, les lentilles de Pataud : 5 : avant sont fondamentalement des « sols d’habitation » et font partie intégrante de l’espace d’habitation abrité par le surplomb de la falaise.

6.2 Graphiques cumulatifs et indices

13L’étude typologique des industries de Pataud : 5 –qui constitue l’objet du présent travail– se limite à l’outillage lithique et aux vestiges de matières premières autres que le silex. Les éclats de débitage non retouchés ont fait l’objet d’une étude séparée de Michael Collins (Collins 1975). Les inventaires typologiques (Sonneville‑Bordes, Perrot 1954 ; 1955 ; 1956a ; 1956b) et les indices (Sonneville‑Bordes 1954 : 200‑201) des outils en silex retouchés sont indiqués pour chaque unité d’analyse et pour Pataud : 5 dans son ensemble au tableau xix. Les inventaires apparaissent également dans une série de graphiques cumulatifs (fig. 41 à 43). Les plus grandes différences entre deux unités stratigraphiquement adjacentes sont celles que l’on note entre l’avant : moyen‑1 et l’avant : supérieur, ce qui confirme quant aux fréquences‑types la périodisation de Pataud : 5 en unités « anciennes » et unités « tardives ». Le tableau xx fait état des inventaires séparés des témoins façonnés autres que les silex et les manuports.

FIG. 41 – Graphiques cumulatifs pour les industries de Pataud : 5 : arrière : supérieur (ligne continue ; N = 1 015), arrière : inférieur (ligne à tirets ; N = 1 023) et avant : supérieur (ligne en pointillés ; N = 1151).

FIG. 42 – Graphiques cumulatifs pour les industries de Pataud : 5 : avant : moyen‑1 (ligne en pointillés ; N = 836) et avant : moyen‑2 (ligne continue ; N = 450).

FIG. 43 – Graphiques cumulatifs pour les industries de Pataud : 5 : avant : inférieur‑1 (ligne en pointillés ; N = 665) et avant : inférieur‑2 (lignecontinue ; N = 500).

TABL. XIX – Inventaire typologique et indices des industries de Pataud : 5.

TABL. XX – Inventaire des témoins façonnés et des manuports en matières autres que le silex dans les industries de Pataud : 5.

14Les paragraphes suivants comprennent quelques commentaires sur les caractéristiques générales des industries que permet de discerner un examen des inventaires et des indices : il s’agit d’un résumé typologique descriptif des industries du Périgordien moyen de Pataud : 5. Des informations descriptives plus détaillées sont énoncées plus loin dans ce chapitre (cf. infra § 6.3).

15On peut voir aux indices que les grattoirs représentent généralement moins de 20 % des séries représentées sur les graphiques, mais les pourcentages varient considérablement. La diminution avec le temps de l’indice IGa reflète l’influence de plus en plus faible de l’apport aurignacien dans des unités de plus en plus récentes. Les fréquences relatives de burins et de grattoirs sont généralement proches (moins de 5 % de différence), sans schéma de prédominance particulier. Dans toutes les unités de Pataud : 5 on trouve plus de burins dièdres que de burins sur troncature. L’index des perçoirs est variable mais toujours faible. Les outils inclus dans l’Indice du Groupe Périgordien représentent d’un tiers à presque la moitié de la série sur graphique, selon l’unité d’analyse. La plupart de ces outils sont des outils à bords abattus et les pièces tronquées ne sont pas très nombreuses.

16D’après les inventaires, on peut voir que dans presque toutes les unités les grattoirs typiques (type 1) sont les plus nombreux et que l’utilisation de pièces‑supports à retouche marginale (type 5) pour des grattoirs n’est pas courante. L’échantillon de grattoirs discoïdaux (type 8) comprend les outils appelés « coupoirs » qui ressemblent à des couteaux. Des outils un peu semblables appelés « couteaux asymétriques » sont inclus dans les graphiques comme type 92. Les perçoirs (fig. 52p, q, s) et becs (fig. 52n) ont à peu près les mêmes fréquences.

17Les burins dièdres sont le plus souvent orientés asymétriquement (type 28). Le type 30 du lexique original (Sonneville‑Bordes, Perrot 1956a : 408) a été modifié pour faire la distinction entre les burins sur cassure, le type 39‑A, et les burins sur pans naturels, le type 30‑B. Les burins sur troncature présentent le plus souvent une troncature droite et oblique (type 35). On ne trouve pas de burins de Noailles (type 42) dans Pataud : 5. La présence de deux ou plusieurs biseaux de burins, de la même sorte ou différents, sur une même pièce‑support (types 31, 40 et 41) est généralement plus courante dans les unités tardives. En conformité avec le lexique original, tous les burins plans sont inclus dans le type 44, quelle que soit la technique de manufacture.

18Les pointes de La Gravette (y compris les pointes de La Gravette atypiques et les microgravettes, types 48, 49 et 51) sont très nombreuses dans toutes les unités de Pataud : 5. Les fléchettes (type 54) sont nombreuses à l’avant : inférieur‑2 (et dans la lentille la plus ancienne de cette unité, la lentille X, elles sont même plus nombreuses que les pointes de La Gravette, cf. Bricker 1976), ensuite la fréquence décroît rapidement. Les lames et lamelles à bords abattus (types 58, 59 et 85) sont rares et les lamelles à dos tronquées (type 86) plus rares encore. En bref, la plupart des outils à bords abattus de Pataud : 5 sont des pointes de La Gravette.

19Les « pièces tronquées » des inventaires comprennent des outils fortement modifiés dont la pièce‑support a réellement été tronquée par une retouche abrupte ou semi‑abrupte ainsi que deux catégories d’outils moins fortement modifiés qui s’apparentent aux pièces tronquées. Ces dernières sont des pièces aux extrémités partiellement ou irrégulièrement tronquées et des pièces légèrement retouchées (mais pas vraiment tronquées) à une extrémité. Même en comptant toutes ces catégories, les pièces tronquées ne sont pas nombreuses à Pataud : 5. La forme de troncature la plus courante est concave (type 62) ; on ne trouve presque pas de pièces bitronquées (type 64).

20Sur les quelques pièces à retouche marginale que l’on trouve, la retouche est habituellement sur un seul bord (type 65). Les pièces à encoche (type 74) sont nombreuses dans toutes les unités, mais beaucoup de ces coches sont petites, souvent formées d’un seul coup et peuvent représenter en fait des accidents. Les outils composites sont en général plus courants dans les unités tardives ; les deux combinaisons les plus fréquentes sont grattoir + burin (type 17) et burin + pièce tronquée (type 19). Le type 92 des listes d’inventaire sert ici à désigner les couteaux asymétriques, quelques choppers et chopping‑tools, les pointes retouchées et les outils composites auxquels ne correspond aucun type particulier de la liste (par exemple, pièce tronquée + pointe retouchée).

6.3 Description des principales catégories d’outils

21Dans cette partie, je m’attache à décrire plus en détail les principales catégories d’outils des industries de Pataud : 5, souvent selon les termes des résultats de l’analyse détaillée d’attributs du matériel (Bricker 1973 : 219‑1002). La plus grande partie de la terminologie pour les attributs que j’utilise ici devrait se comprendre d’elle‑même ; on trouvera ailleurs des explications et des exemples plus complets (Movius et al. 1968). Il est important que le lecteur comprenne bien que les échantillons d’outils utilisés dans les analyses d’attributs, et donc étudiés ici, ne sont pas les mêmes que les échantillons utilisés pour l’inventaire des 92 types. Une des raisons de cette différence est l’exclusion des outils trop endommagés des séries d’analyse. Par exemple, un burin dièdre droit dont l’extrémité distale a été brisée peut être désigné, malgré un léger doute, comme type 27, mais les attributs de son biseau (manquant) ne pourront pas être pris en compte. Une autre raison à cette différence est la divergence des points de vue relative aux buts et méthodes de la classification typologique. Pour le niveau 5, on note des divergences de ce genre dans mon traitement des outils à bords abattus. En résumé, le lexique standard de Sonneville‑Bordes et Perrot et les classifications (généralement beaucoup plus globales) utilisées par les chercheurs de Pataud pour faciliter leurs analyses d’attributs sont des schémas cohérents en eux‑mêmes. Bien qu’ils présentent de nombreux points de convergence, ils sont destinés à des objectifs différents et donnent des descriptions de collections préhistoriques quelque peu différentes.

6.3.1 Grattoirs sur bout de lame ou sur éclat

22L’échantillon total de grattoirs sur bout de lame comprend 490 tranchants de grattoirs. La forme la plus courante de tranchant de grattoir est l’arc de cercle (fig. 44b, e ; 45a, d, e, i) dans toutes les unités, mis à part l’avant : inférieur‑2, et l’on note une augmentation générale, bien que pas tout à fait régulière, du taux de ces grattoirs en arc de cercle avec le temps. La deuxième forme la plus courante de tranchants de grattoirs est la forme irrégulière (fig. 44f, g ; 45f, k, m) et la forme asymétrique (fig. 44c, i, k ; 45c, o). La forme ogivale (fig. 45b‑en bas), qui est d’une importance majeure dans les industries du Noaillien au niveau 4, n’est pas courante (moins de 10 %) au niveau 5. Dans toutes les unités, l’angle modal pour la retouche du tranchant est « moyen » (entre 51 et 75°) mais les grattoirs aux tranchants irréguliers ont des angles beaucoup plus raides (émoussés) que les autres. La configuration de la retouche du tranchant est essentiellement non convergente (fig. 44d, g, j, l ; 45d, h, n) dans toutes les unités. La retouche convergente (fig. 44e) n’est importante (7 à 13 %) que dans les unités tardives. Pour l’échantillon total, la majorité des tranchants sont montés asymétriquement sur la pièce‑support –c’est‑à‑dire qu’une ligne tracée entre les coins du tranchant ne serait pas perpendiculaire à l’axe long de la pièce‑support (fig. 44b‑d ; 451, m)– mais avec des variations selon la forme du tranchant. Les grattoirs en arc de cercle tendent à être montés symétriquement (90°) (fig. 44h ; 45e) tandis que ceux qui ont un front asymétrique ont tendance à être orientés un peu plus à droite (80°). Au fil du temps, la largeur du tranchant augmente de façon irrégulière et passe d’une moyenne de 21,63 mm à l’avant : inférieur‑2 à 26,71 mm à l’avant : supérieura. L’épaisseur moyenne du tranchant est d’environ 8 mm dans toutes les unités. Elle est liée à la fois à l’angle et à la délinéation de la retouche du tranchant : les tranchants les plus émoussés sont plus épais que les plus aigus, et les configurations (délinéations) de retouche convergente et semi‑convergente apparaissent de préférence sur les pièces les plus épaisses.

FIG. 44 – Grattoirs sur bout de lame ou d’éclats de Pataud : 5 : arrière : supérieur (acdghjk) et arrière : inférieur (befil).

P. Laurent del./CNRS ; éch. 2/3

FIG. 45 – Grattoirs sur bout de lame ou d’éclats de Pataud : 5 : avant : moyen‑1 (a‑cghm), avant : inférieur‑1 (eikno) et avant : inférieur‑2 (dfjl).

P. Laurent del. ; éch. 2/3

23La plupart des tranchants de grattoirs sur bout de lame ou d’éclats sont taillés à l’extrémité distale de la pièce‑support (75 à 91 %, selon les unités) et la plupart des pièces‑supports sont des lames (70 à 80 %). La longueur et la largeur moyennes de la pièce‑support augmentent de façon irrégulière avec le temps, de 54,52 mm et 25,89 mm, respectivement, à l’avant : inférieur‑2, à 71,42 mm et 33,14 mm à l’avant : supérieura. La moyenne de l’épaisseur maximale varie peu, entre 9 et 11 mm environ. La majorité des grattoirs sur bout de lame ont des marges rectilignes, dont la sorte la plus courante est celle des côtés parallèles (fig. 44f, k ; 45h, l) et l’on note que le taux de marges rectilignes augmente avec le temps. Dans certaines unités, mais non dans toutes, les pièces au tranchant irrégulier ont tendance à apparaître sur des pièces‑supports à marges non rectilignes. La coupe transversale de la pièce‑support, juste derrière le tranchant, est généralement trapézoïdale (55 à 64 %) (fig. 44a‑ haut, ghk ; 45d, g, i, l) dans toutes les unités sauf les plus anciennes. Un quart à peu près des grattoirs sur bout de lame de Pataud : 5 présentent une retouche marginale, souvent partielle (fig. 44e, f, k ; 45e, j, k), mais leur fréquence varie de façon irrégulière. La retouches écailleuse (fig. 44e, k‑gauche) et la retouche fine (fig. 44f ; 45e) (ainsi que les variantes inverses des deux) en sont les variétés les plus courantes, suivies par la retouche semi‑abrupte (fig. 44k‑droite). Bien que la retouche marginale soit plus courante à l’avant : inférieur‑2, on ne trouve pas de retouche aurignacienne sur les grattoirs sur bout de lame des plus anciennes unités de Pataud : 5. On trouve des coches marginales sur environ 20 à 25 % des grattoirs sur bout de lame, selon les unités. Les coches apparaissent, soit seules, soit en paires opposées (une sur la marge de gauche, une sur la marge de droite) sur le tiers postérieur de la pièce‑support (fig. 45a, k, m), plus souvent que si le hasard seul avait dicté leur emplacement. Sans être concluantes, ces données sont en accord avec l’idée que les coches marginales étaient parfois créées pour faciliter l’emmanchement des grattoirs sur bout de lame. Entre 6 et 10 % des 940 grattoirs sur bout de lame étudiés font partie de grattoirs doubles (fig. 44a ; 45b, j), et entre 3 et 14 % d’entre eux font partie d’outils composites (fig. 46c ; 47d, h ; 491 ; 52g).

6.3.2 Autres grattoirs

24Les grattoirs autres que les grattoirs sur bout de lame sont très peu courants à Pataud : 5 et ne totalisent que 2 % des outils représentés sur le graphique de chaque unité. Sur les grattoirs‑racloirs (n = 10), un tranchant régulier de grattoir se trouve au bout de la pièce‑support, mais la même sorte de retouche de « grattoir » continue sans interruption sur une partie d’une ou des deux marges (fig. 46g). La plupart des 27 racloirs sont façonnés sur des éclats, souvent corticaux. 4 sont des racloirs doubles (fig. 46e) et les autres sont des racloirs simples (fig. 46f). La forme du tranchant de racloir est généralement convexe. On trouve en outre des grattoirs divers sur éclats ou résidus de nucléus qui présentent souvent une retouche semi‑abrupte du tranchant. Bien que ces grattoirs épais divers soient inclus dans l’inventaire des 92 types sous le type 12, ce ne sont pas des outils caractéristiquement aurignaciens.

FIG. 46 – Coupoirs et autres outils de Pataud : 5 : arrière : supérieur (a‑c), arrière : inférieur (deg) et avant : moyen‑2 (f). abd coupoirs ; c outil composite (burin sur troncature en haut + grattoir sur bout de lame en bas) ; ef racloirs ; g grattoir‑racloir.

P. Laurent del./CNRS ; éch. 2/3

6.3.3 Coupoirs

25L’outil que nous appelons ici coupoir (fig. 46abd ; 47g) a souvent été considéré par les typologistes comme un grattoir circulaire ou subcirculaire, et il apparaît dans l’inventaire standard sous le type 8. La meilleure description jusqu’ici de ces outils est due à Lacorre dans son étude des industries des niveaux supérieurs de La Gravette (Lacorre 1960 : 224‑225 et pl. XLIX‑LI). Il y inclut ce que je préfère appeler des coupoirs dans une catégorie d’outils qu’il appelle grattoirs‑tranchets ou grattoirs‑coupants. Il émet l’hypothèse qu’ils étaient destinés à couper plutôt qu’à gratter, et il fait remarquer leur ressemblance morphologique avec les couteaux d’acier utilisés à notre époque dans le travail du cuir par les bourreliers ou les corroyeurs.

26Les coupoirs ne se trouvent que dans les unités tardives de Pataud : 5 (n = 34, dont 20 sont assez complets pour être étudiés), et même dans ces unités ils sont rares puisqu’ils n’y totalisent que 2 % des outils représentés sur les graphiques. Plus de la moitié des coupoirs de l’échantillon étudié ont un saillant ou point sur la circonférence à l’extrémité distale (fig. 46a), presque directement à l’opposé du talon (s’il existe). Si l’on place les outils dans une orientation standard (pointe en haut et/ou bulbe en bas), 16 des 20 exemples présentent le bord tranchant retouché totalement ou en grande partie dans le demi‑cercle gauche (fig. 46abd), ce qui vient confirmer les observations de Lacorre sur la préhension de ces outils (Lacorre 1960 : 225). 7 des 11 coupoirs à pointe ont une large coche, généralement façonnée par retouche obverse, juste à côté de la pointe mais dans le demi‑cercle opposé au tranchant retouché (fig. 46a), et la surface ventrale de cette partie présente souvent des enlèvements d’utilisation inverse. L’angle de la retouche du tranchant lui‑même peut être d’aigu à moyen (seulement). Les tranchants de coupoirs sont généralement plus acérés que ceux des grattoirs sur bout de lame ; ils sont également moins épais que ceux des grattoirs sur bout de lame. La moyenne de l’épaisseur maximale de tous les coupoirs est de 5,75 mm, à comparer aux valeurs de 7,24 à 8,27 mm pour les grattoirs dans les unités tardives. Tous les coupoirs sont façonnés sur des éclats, souvent corticaux. Les longueur, largeur et épaisseur moyennes de l’échantillon sont respectivement de 73,35 mm, 60,90 mm et 10,25 mm.

6.3.4 Couteaux asymétriques

27Ces outils ne faisaient pas jusqu’ici l’objet d’une catégorie d’outils distincte. Lacorre les incluait dans la catégorie grattoirs‑tranchets de sa description du matériel de La Gravette (Lacorre 1960 : 224‑227, pl. XLIX, nos 3 et 8). Les couteaux asymétriques (fig. 47abef) sont façonnés sur des lames ou sur des éclats allongés semblables à des lames. Des retouches de la sorte de celles que l’on trouve sur les coupoirs créent un tranchant mince et acéré qui décrit un arc asymétrique autour de l’extrémité de la pièce‑support et continue sans interruption sur un tiers ou la moitié d’une des marges de la pièce, le plus souvent à gauche. Le coin droit (sur les exemples retouchés à gauche) de l’extrémité antérieure met fin plus ou moins abruptement à la ligne asymétrique de la retouche et est souvent assez pointu. Le tiers antérieur de la marge de droite porte le plus souvent des traces d’usure, une retouche obverse très limitée et/ou de petites coches (fig. 47af). On totalise 31 couteaux asymétriques dans Pataud : 5 et ils se trouvent dans toutes les unités sauf celle de l’avant : inférieur‑2. La moyenne de l’épaisseur maximale du tranchant n’est que de 3,85 mm, ce qui est plus mince que les valeurs des coupoirs ou des grattoirs sur bout de lame.

FIG. 47 – Couteaux asymétriques et autres outils de Pataud : 5 : arrière : supérieur (b), arrière : inférieur (adfg), avant : moyen‑1 (c), avant : moyen‑2 (e) et avant : inférieur‑1 (h), abef couteaux asymétriques ; c lame à retouche marginale ; d outil composite (burin dièdre en haut + grattoir sur bout de lame en bas) ; g coupoir ; h outil composite (grattoir sur bout de lame en haut + lame tronquée en bas).

P. Laurent del./CNRS ; éch. 2/3

6.3.5 Burins

28L’analyse de l’échantillon de burins de Pataud : 5, qui comprend un total de 1 153 biseaux de burins, fut généralement effectuée séparément pour les burins de différents « types SRS ». Comme H. L. Movius et ses collaborateurs l’expliquent plus longuement (Movius et al. 1968 : 23‑24), la SRS ou le « plan de frappe du coup de burin » est la surface sur laquelle le dernier (ou unique) coup de burin est donné pour terminer la taille d’un biseau de burin. Les types SRS que l’on appelle majeurs sont les burins dièdres, les burins sur troncature retouchée et les burins sur cassure ; les types SRS mineurs sont les burins sur bords et/ou bouts retouchés (que les autres typologistes incluent souvent dans la catégorie des burins sur troncature) et les burins sur bords ou bouts non retouchés (les burins sur pans naturels).

29Les burins dièdres (fig. 48b, d, h ; 49e‑g, k ; 50a, b, e, f, i, j ; 51abdgj ; 52abd‑fi), le type SRS le plus courant de Pataud : 5, voient leur taux diminuer avec le temps passant de 70,37 % de tous les biseaux de burins à l’avant : inférieur‑ 2 à un taux situé entre 30 et 40 % dans les unités tardives. On note une augmentation parallèle mais beaucoup moins importante du taux des burins sur troncature (fig. 48afgk ; 49ch ; 50h ; 51eik ; 52h), de 10‑12 % dans les unités anciennes à 18‑30 % dans les unités tardives. Les burins sur cassure (fig. 48el ; 49i ; 51f ; 52c) gardent un taux compris entre 20 et 30 % dans toutes les unités sauf celle de l’avant : inférieure‑2 (9,26 %). Les types SRS mineurs représentent à peu près 15 % de toutes les unités, les bouts retouchés et non retouchés (fig. 49a ; 50g‑bas) étant généralement plus fréquents que les bords retouchés ou non retouchés (fig. 48i ; 49bd ; 51ch). La modification tertiaire des biseaux de burins (Movius, David 1970 : 446, 448), une importante caractéristique technologique des séries de burins de la tradition noaillienne, ne se trouve que sur 19 biseaux de burins (1,57 %) dans Pataud : 5. Les angles moyens du biseau des burins dièdres et sur troncature sont très proches, et deviennent légèrement plus aigus avec le temps (juste au‑dessus de 70° dans les unités anciennes et juste au‑dessous de 70° dans les unités tardives). Les burins sur cassure sont toujours plus émoussés (environ 73°). Les biseaux de burins de tous les types SRS, sauf les bouts non retouchés, deviennent plus étroits avec le temps. Les biseaux les plus larges se trouvent sur les burins dièdres (moyenne de 8,75 mm dans les unités anciennes et de 6,66 mm dans les unités tardives), suivis par les burins sur troncature (de 5,77 mm à 5,40 mm) et les burins sur cassure (de 5,08 mm à 4,24 mm).

FIG. 48 – Burins de Pataud : 5 : arrière : supérieur (c‑eg‑ik) et arrière : inférieur (abfjl). af (deux extrémités), g (deux extrémités), k burins sur troncature ; b, dh burins dièdres ; c burin mixte (burin dièdre en haut + burin sur troncature en bas) ; el burins sur cassure ; i burin sur bord retouché ; j burin mixte (burin sur bord non retouché en haut + burin dièdre en bas).

P. Laurent del./CNRS ; éch. 2/3

FIG. 49 – Burins et outils composites de Pataud : 5 : arrière : supérieur (ac‑eikl) et arrière : inférieur (bf‑hj). a burin sur bout retouché ; b burin sur bord retouché ; c, h burins sur troncature ; d burin sur bord non retouché ; e‑gk (deux extrémités) burins dièdres ; i burin sur cassure ; j burin mixte (burin dièdre en haut + burin sur cassure en bas) ; l outil composite (burin dièdre en haut + grattoir sur bout de lame en bas).

P. Laurent del./CNRS ; éch. 2/3

30La forme la plus courante de biseau de burin pour tous les types SRS dans toutes les unités est la forme droite (fig. 49h). Les biseaux courbés (fig. 50e) ou arrondis (fig. 481) sont d’importance moindre sauf sur les burins dièdres, et les parties actives biseautées (fig. 48k ; 51i) sont plus courantes sur les burins sur troncature. Pour les types SRS majeurs, le taux de biseaux droits augmente au cours du temps. Sur les burins dièdres, le côté SRS du biseau de burin est le plus souvent formé par une seule facette d’enlèvement de la chute de burin. Le côté non‑SRS subit un changement quantitatif avec le temps passant d’enlèvements généralement multiples dans les unités anciennes à un seul enlèvement en général dans les unités tardives. La plupart des burins sur troncature (60 à 65 %) sont façonnés par un seul enlèvement. La préférence pour un enlèvement unique s’affirme avec le temps pour tous les types SRS sauf les bouts non retouchés. L’obliquité des biseaux de burins sur troncature (la mesure selon laquelle la facette d’enlèvement de la chute de burin incline vers la surface dorsale ou ventrale ou lui est perpendiculaire) change de façon spectaculaire avec le temps. La majorité (58,06 %) des biseaux des unités anciennes sont perpendiculaires (« latéraux ») à la surface ventrale (fig. 51ek ; 52h), tandis que la plupart de ceux des unités tardives (51,71 %) sont inclinés vers la surface ventrale (fig. 48f‑haut). L’obliquité des burins dièdres, qui pose problème, n’a pas été bien contrôlée par le système des attributs utilisé pour cette étude. Pour les burins sur cassure, les fréquences d’obliquité latérale et dorsale augmentent avec le temps. L’inclinaison ventrale extrême n’est jamais très importante quantitativement pour aucun des types SRS et est presque absente des unités tardives.

31La majorité de tous les types SRS, excepté les burins sur troncature, ont une SRS droite (fig. 49i ; 51cdf). Cependant, une faible majorité de burins sur troncature ont une SRS généralement concave, ne serait‑ce que légèrement. L’angle SRS (ou non SRS) moyen des burins dièdres diminue avec le temps et passe d’environ 55° à l’avant : inférieur‑2 à environ 45° dans les unités tardives. Les angles SRS moyens des burins sur troncature restent stables à environ 65°, tandis que ceux des burins sur cassure augmentent, partant d’environ 73° dans les unités anciennes pour aboutir à environ 79° dans les unités tardives. Les burins dièdres ont une répartition équilibrée d’orientations sur la gauche (fig. 50j), médiane (fig. 50i ; 52i) et sur la droite (fig. 49e), bien que les formes médianes soient moins fréquentes dans les unités anciennes. Les burins sur troncature médians sont absents, sauf dans les unités tardives, et l’orientation sur la gauche (fig. 48ag‑bas ; 50d‑bas) domine toujours nettement (60‑80 %) sur l’orientation à droite (15‑30 %) (fig. 48c‑bas, f‑bas ; 50c‑haut). La situation est très semblable pour les burins sur cassure mais les différences droite‑gauche ne sont pas aussi marquées.

FIG. 50 – Burins de Pataud : 5 : avant : moyen‑1 (ahj), avant : moyen‑2 (bcg), avant : inférieur‑1 (dfi) et avant : inférieur‑2 (e). a (deux extrémités), b (deux extrémités), ef (deux extrémités), ij burins dièdres ; c burin mixte (burin sur troncature en haut + burin sur cassure en bas) ; d : burin mixte (burin dièdre en haut + burin sur troncature en bas) ; g burin triple mixte (burin dièdre en haut + burin multiple sur bout non retouché en bas) ; h burin sur troncature.

P. Laurent del./CNRS ; éch. 2/3

32Certaines des séries d’attributs dont je viens de parler s’entre‑influencent d’une manière qui fournit parfois des informations intéressantes sur la technologie de la fabrication des burins utilisée par les tailleurs de Pataud : 5. L’étude préliminaire de David sur les burins du Périgordien de l’abri Pataud (David 1966 : 217‑219, 222‑224) suggérait que l’obliquité des enlèvements de chutes de burins et la concavité de la SRS étaient peut‑être utilisées pour façonner des angles du biseau de burin plus aigus dans certains cas, mais ses échantillons réduits ne lui permettaient pas de démontrer d’une façon statistiquement valable ce qu’il avançait. J’ai pu étudier le problème plus avant, surtout grâce à plusieurs analyses de variances, dans un échantillon de 157 burins sur troncature à biseau de burin droit provenant de Pataud : 5. Dans cet échantillon, l’angle du biseau de burin moyen est de 69,78°, tandis que l’angle moyen de la SRS n’est que de 63,06°. On peut donc dire qu’il y a eu perte d’acuité, l’angle du biseau étant de 7° plus émoussé, en moyenne, que l’angle SRS. Pour tout biseau de burin donné, la différence entre l’angle du biseau et l’angle de la SRS peut être décrite comme l’acuité relative du biseau. Une acuité relative positive indique un certain degré de perte d’acuité, et une valeur négative indique un certain degré de gain d’acuité. Le résultat des analyses entreprises (qui ne figurent pas ici pour des raisons de place) montrent que l’effet sur l’angle du biseau de burin d’une certaine concavité de la SRS ou d’une certaine inclinaison de l’enlèvement du coup de burin vers la surface ventrale constitue un gain d’acuité, qui est encore plus grand quand ces deux moyens sont combinés. Dans l’échantillon étudié de Pataud : 5, la fréquence d’utilisation de ces deux moyens est plus importante pour les pièces qui ont des angles SRS élevés (émoussés), que sur celles qui ont des angles bas (aigus), et David a montré la même chose pour les burins sur troncature du Périgordien VI de Pataud : 3 (David 1966 : 223‑224, tabl. 45). Il semble donc vraisemblable que l’obliquité et la concavité soient des techniques employées délibérément par les tailleurs de burins du Périgordien moyen et supérieur à l’abri Pataud, pour obtenir une acuité maximale de leurs biseaux.

33Si l’on ne prend pas en compte les exemples pour lesquels l’orientation bulbaire est indéterminée, la plupart des biseaux de burins (60‑70 %) se trouvent sur l’extrémité distale de la pièce‑support. Les burins transversaux, et en particulier les burins transversaux sur éclats épais, sont une variante distincte dans la série de burins de Pataud : 5 (fig. 48i ; 51ag) mais sont d’une importance quantitative mineure. Le taux de lames servant de pièces‑supports de burins augmente de façon irrégulière et passe de 30‑40 % à l’avant : inférieur à environ 70 % à l’avant : supérieur, mais on note des différences latérales importantes dans les unités tardives (environ 70 % de lames à l’avant : supérieur contre seulement 49‑57 % à l’arrière). Les longueur, largeur et épaisseur moyennes des burins sur troncature diminuent légèrement : de 57,37 mm, 32,58 mm et 13,00 mm, respectivement dans les unités anciennes, à 56,87 mm, 30,16 mm et 10,59 mm dans les unités tardives. Les burins dièdres sont généralement un peu plus grands dans les trois dimensions que les burins sur troncature (longueurs moyennes de 56,15 mm et 58,89 mm dans les unités anciennes et tardives respectivement, largeurs moyennes de 35,16 mm et 30,91 mm et épaisseurs moyennes de 14,76 mm et 11,34 mm) et deviennent plus longs, plus étroits et plus minces (plus graciles) avec le temps. Les dimensions des pièces‑supports pour les types SRS mineurs varient beaucoup mais sont en général plus grandes, dans tous les sens, que celles des types SRS majeurs.

34A peu près 30 % de tous les burins simples de chaque unité portent de la retouche marginale (fig. 48bjk ; 49bghj ; 50adh ; 51k ; 52ad), sauf à l’avant : supérieurb, où le taux est anormalement bas (10 %). Dans les unités tardives, la retouche marginale se situe significativement plus souvent sur la marge de droite, ce qui n’est pas le cas dans les unités anciennes. Pour la série des burins dans son ensemble, la retouche fine (fig. 49h ; 52d) (la plus courante), la retouche semi‑abrupte (fig. 49b ; 51k) et la retouche écailleuse (fig. 48bk ; 50d) totalisent environ 90 % de toute la retouche marginale sur burin, mais la variété de la retouche marginale change de façon significative selon le type SRS de burin sur lequel elle apparaît. Les burins dièdres ont plutôt la retouche semi‑abrupte et les burins sur troncature plutôt la retouche fine. Le cochage marginal n’est pas une caractéristique importante des burins de Pataud : 5 (seulement 10‑20 % par unité). Les coches d’arrêt, que l’on ne trouve que sur cinq exemples (0,41 % de toute la série de burins), doivent être considérées ici comme des accidents ; l’utilisation de la coche d’arrêt comme technique délibérée n’existe pas dans la série de burins de Pataud : 5. On trouve, en général, plus de burins doubles (fig. 48f ; 49k ; 50abf ; 52d), multiples, triples (fig. 50g) et mixtes (fig. 48cj ; 49j ; 50cd) dans les unités tardives que dans les unités anciennes, mais on ne peut pas déceler de ligne de changement régulière. Quand on trouve sur une même pièce‑support plus d’un seul burin, un type SRS donné tend à s’associer avec son propre type, mis à part les types SRS mineurs qui s’associent de préférence avec un burin dièdre.

FIG. 51 – Burins de Pataud : 5 : avant : moyen‑1 (ehj,) avant : moyen‑2 (i), avant : inférieur‑1 (bcg) et avant : inférieur‑2 (adfk). abdgj burins dièdres ; c burin sur bord retouché ; eik burins sur troncature ; f burin sur cassure ; h burin sur bord non retouché.

P. Laurent del./CNRS ; éch. 2/3

FIG. 52 – Burins et autres outils de Pataud : 5 : arrière : supérieur (r), arrière : inférieur (t), avant : moyen‑1 (acknpq), avant : moyen‑2 (bfo), avant : inférieur‑1 (glm) et avant : inférieur 2 (deh‑js), abd (deux extrémités), efI burins dièdres : c burin sur cassure ; g outil composite (burin dièdre en haut + grattoir sur bout de lame en bas) ; h burin sur troncature ; j‑mort pièces tronquées ; n bec ; pqs perçoirs.

P. Laurent del./CNRS ; éch. 2/3

6.3.6 Pointes de La Gravette

35Les outils à bords abattus les plus importants et les plus nombreux de Pataud : 5 sont les pointes de La Gravette (fig. 53a‑z ; 54a‑u) et la majorité des autres pièces à bords abattus, que l’on peut assimiler aux pointes de La Gravette, proviennent du processus de fabrication des dites pointes (cf. infra § 6.3.7 pour les autres pièces à bords abattus). L’étude des pièces à bords abattus cassées ou non terminées a permis de reconstituer la séquence de taille qui permettait de fabriquer des pointes de La Gravette. La première étape de modification de la pièce‑support était l’abattement d’une extrémité, suivi de l’abattement de l’autre extrémité, pour laisser le milieu de la marge de la pièce‑support non abattu. La deuxième étape consistait normalement à affiner la morphologie des deux extrémités par une retouche sur le bord opposé à l’abattement, à la fois à la pointe et à la base (si la pièce venait à se casser durant l’exécution d’une de ces deux étapes, il en résultait le plus souvent une lame ou lamelle à cran partiellement abattue). Après la finition des deux extrémités de la pièce, la troisième étape consistait à abattre le milieu de la pièce‑support, parfois en plusieurs reprises. Ainsi était créée une pointe de La Gravette terminée (si, durant cette étape, l’abattement du milieu de la marge n’était pas effectué de manière à rejoindre harmonieusement les extrémités déjà abattues, il en résultait une pièce gibbeuse).

36L’échantillon étudié de pointes de La Gravette (y compris les « pointes de La Gravette atypiques » et les « microgravettes » de la liste standard) de Pataud : 5 comprend 1 404 pièces : 161 exemples complets ou presque (fig. 53a‑ce‑kq‑z ; 54ace‑lnpq), 243 pointes fragmentaires (fig. 53p ; 54t), 467 segments, 514 bases (fig. 53d, lo ; 54bdmorsu) et 19 extrémités indéterminées. Les bases sont de deux à quatre fois plus nombreuses que les pointes, selon les unités. Presque toutes les Gravettes (environ 96 %) sont complètement abattues. L’abattement à droite prédomine toujours, mais l’abattement à gauche augmente irrégulièrement depuis un minimum de 1,82 % à l’avant : inférieur‑2 jusqu’à un maximum de 14,38 % dans l’arrière : supérieur. Presque toutes les Gravettes (environ 97 %) sont orientées conformément à l’axe bulbaire de la pièce‑support : la base est proximale, la pointe distale. L’abattement fort et l’abattement bidirectionnel se font plus nombreux avec le temps. L’augmentation d’abattements forts est régulière dans la séquence avant, de 30,67 % à l’avant : inférieur‑2 à 75,31 % à l’avant : supérieura. L’abattement bidirectionnel augmente moins régulièrement, mais les valeurs extrêmes sont de 1,33 % à l’avant : inférieur‑ 2 et 44,44 % à l’avant : supérieura. La coupe transversale originelle ou résultante de la pièce‑support est en général (60‑70 %) triangulaire dans toutes les unités. Très peu de pièces (moins de 2 %) sont gibbeuses (fig. 53d).

FIG. 53 – Pointes de La Gravette de Pataud : 5 : arrière supérieur (bdfi‑ln), arrière : inférieur (aceghmop), avant : moven‑1 (ru‑x) et avant : moyen‑2 (qstyz). a‑c, e‑k, q‑z Gravettes entières ou presque ; dl‑o bases de Gravettes ; p pointe d’une Gravette.

P. Laurent del./CNRS ; éch. 2/3

FIG. 54 – Pointes de La Gravette et autres outils à bords abattus de Pataud : 5 : arrière : supérieur (z), arrière : inférieur (y), avant : moyen‑1 (a‑c, aa, bb, ee), avant : moyen‑2 (cc, dd), avant : inférieur‑1 (e‑jlstv‑x) et avant : inférieur‑2 (dkm‑ru). ace‑lnpq Gravettes entières ou presque ; bdmorsu bases de Gravettes ; t pointe d’une Gravette ; v lamelle à dos ; w segment d’une Gravette non terminée ; x lame à dos partiel bitronquée ; y pointe à cran périgordienne ? ; z élément tronqué ; aa pièce à dos tronquée qui porte une extrémité de pointe de La Gravette ; bb, cc pointes de Gravettes non terminées ; ddee bases de Gravettes non terminées.

P. Laurent del./CNRS [a‑u, y, z], H. Bricker del. [v‑x, aa‑ee] ; éch. 2/3

37Sur le bord opposé au bord abattu (à l’exclusion des parties adjacentes aux extrémités), on note dans l’échantillon global des fréquences égales de la retouche, de traces d’usure et d’absence de modification, mais cela varie beaucoup en fonction des niveaux. La retouche du bord opposé se situe de préférence au milieu de la pièce. Dans les unités anciennes, la retouche inverse, généralement continue (fig. 53u ; 54cnp), est dominante, mais dans les unités tardives la retouche directe, et généralement partielle (fig. 53a), domine. La plupart (80‑95 %) des bases sont formées à l’aide d’une retouche sur le bord opposé au bord abattu à l’extrémité postérieure. Ce type de retouche est en général inverse (sauf pour quelques lentilles des unités tardives). La retouche « Vachons » à la base (fig. 53o) est rare (fréquence maximale de 9,00 % à l’arrière : supérieur, mais moins de 3 % dans la plupart des unités) et ne peut être considérée comme une importante caractéristique de la série de pointes de La Gravette de Pataud : 5. La majorité des pointes (70‑80 %) sont formées avec l’aide d’une retouche, le plus souvent inverse, sauf à l’extrême fin de la séquence. La retouche Vachons à la pointe (fig. 53c, e) reste dans des taux peu importants durant toute la séquence et n’a pas valeur de fossile indicateur. On ne trouve aucune pointe de La Gravette entière dans Pataud : 5 qui présente la retouche Vachons aux deux extrémités.

38L’étude des dimensions métriques de ces outils à bords abattus nous amène à considérer la distinction traditionnelle entre les « pointes de La Gravette » et les « microgravettes ». Dans Pataud : 5, les dimensions des outils en question varient sans que ces variations correspondent à une définition généralement applicable de « pointes de La Gravette » par opposition aux « microgravettes », La répartition des longueurs (et le schéma de dispersion de la longueur et de la largeur sur un diagramme de dispersion) est plutôt multimodale, mais le point de division entre les modes est différemment situé dans des échantillons de provenances stratigraphiques différentes. Au début de la séquence de Pataud : 5, la plupart des pointes de La Gravette sont relativement petites mais de deux sortes différentes : celles de ce que j’appelle le sous‑groupe A ont une longueur moyenne d’environ 31 à 35 mm et celles, un peu plus nombreuses, du sous‑groupe B ont une longueur moyenne d’environ 45 à 51 mm. Les chevauchements dans les répartitions des longueurs sont peu fréquents jusqu’à l’avant : moyen‑1 où la distinction métrique entre les sous‑groupes tend à s’estomper. En fait, au moment de l’avant : moyen‑1a et ensuite, la distinction disparaît et laisse un sous‑groupe unique et indifférencié appelé AB (longueur moyenne d’environ 42 à 50 mm) dans la gamme de tailles occupée auparavant par les sous‑groupes séparés A et B. Quand ils sont métriquement distincts, les sous‑groupes A et B diffèrent, d’une façon significative, dans le traitement du bord opposé au bord abattu, dans la façon dont est formée la base et dans leur morphologie grossière. Depuis l’avant : moyen‑1b, une nouvelle forme beaucoup plus grande de pointe de La Gravette, le sous‑groupe C, apparaît dans les séries de Pataud : 5. La longueur moyenne du sous‑groupe C varie entre 89 et 96 mm. Ces grandes pointes de La Gravette diffèrent de façon significative des plus petites dans la manière dont est produit l’abattement, dont sont façonnées les extrémités (moins souvent retouchées) et dans la morphologie grossière (plus souvent une morphologie de dos courbe, semblable au type de Châtelperron).

39Dans un échantillon d’ensemble de toutes les pointes de La Gravette (de tous les sous‑groupes), on note une légère mais irrégulière augmentation de la longueur avec le temps, depuis des moyennes de 43,67 mm à l’avant : inférieur‑2 à 55,86 mm à l’arrière : supérieur ; mais les pièces les plus petites proviennent de l’avant : inférieur‑1 (40,70 mm) et de l’avant : moyen‑2 (39,02 mm). La largeur et l’épaisseur suivent généralement la même ligne. Ces données globales sur les dimensions des pointes de La Gravette sont intéressantes par ce qu’elles ne montrent pas. Pour être plus précis, il n’y a pas à Pataud : 5 d’argument soutenant l’hypothèse selon laquelle les pointes de La Gravette se transformeraient, avec le temps, de grandes (surtout épaisses et larges) pièces plutôt grossières en pièces mieux venues, plus étroites et plus élégantes. Ce que l’on note plutôt à Pataud, c’est l’apparition ancienne de petites pièces bien faites, qui se développent en pièces plus grandes dans toutes les dimensions. Sur la seule base des relations de taille, rien dans les niveaux anciens de Pataud : 5 ne rappelle les pointes de Châtelperron ni ne fait transition entre ces dernières et les pointes de La Gravette des dernières unités.

40La description de la morphologie grossière des pointes de La Gravette de Pataud : 5 est rendue difficile par le fait que peu d’entre elles sont intactes. Les formes aux côtés parallèles et subparallèles (fig. 53cgkv ; 54f, r) prédominent dans tous les niveaux, les formes aux larges parties mésiales (lancéolées et ventrues) (fig. 53ehirw ; 54g) viennent ensuite. La forme à dos courbe semblable au type de Châtelperron (fig. 53bf ; 54a) est associée presque exclusivement aux grandes pointes de La Gravette du sous‑groupe C, surtout telle qu’elle apparaît dans les unités tardives. Bien que la véritable morphologie châtelperronienne soit presque absente des échantillons de pointes de La Gravette les plus anciens de Pataud : 5, ces pointes de La Gravette du début du Périgordien moyen font effectivement la transition à partir des pointes de Châtelperron du Périgordien inférieur, par le degré de courbure de la ligne d’abattement, qui est moins courbée que sur les pointes de Châtelperron mais plus courbée que sur les pointes de La Gravette du Périgordien IV classique des unités tardives de Pataud : 5 (Bricker 1978 : 173, fig. 3).

6.3.7 Autres outils à bords abattus

41La plupart des objets qui apparaissent sur les inventaires standards en tant que lames ou lamelles à bords partiellement abattus et pièces à cran sont en fait manifestement des pointes de La Gravette cassées en cours de confection et/ou non terminées. Ces pièces comprennent 27 bases (fig. 54ddee), 58 segments (fig. 54w) et 52 pointes (fig. 54bbcc). On trouve en outre 48 pièces à abattement partiel et/ou irrégulier qui sont probablement liées à la fabrication (défectueuse) de pointes de La Gravette, mais elles ne présentent pas d’extrémités retouchées distinctives ni d’autres signes qui pourraient permettre de les identifier ainsi en toute connaissance de cause. Les appellations « lame à dos » (n = 6) et « lamelle à dos » (n = 6) sont réservées ici pour les lames ou lamelles non pointées ou très grossièrement pointées qui présentent un abattement complet et régulier (fig. 54v). Ces quelques pièces pourraient bien être des outils finis mais ne sont pas des pointes de La Gravette.

42Les industries de Pataud : 5 comprennent 7 lames et 11 lamelles qui sont à la fois abattues et tronquées. L’une de ces pièces est bitronquée (fig. 54x) ; 6 autres sont complètes, au sens où l’extrémité non tronquée présente une extrémité de Gravette distincte (2 pointes, 4 bases), et semblent donc être des produits de fracture de pointes de La Gravette retravaillés (fig. 54aa). On ne peut en toute sûreté lier les autres aux pointes de La Gravette. Les lames abattues et tronquées peuvent être considérées, techniquement, comme des « éléments tronqués » (fig. 54z), mais elles ne ressemblent ni par la taille ni par les détails de modification aux éléments tronqués de Ferrassie : K décrits par Peyrony (Peyrony 1934 : 86‑87) comme étant caractéristiques de ce que l’on appellera plus tard le Périgordien Vb (Bordes 1968b : 152). Pataud : 5 n’a pas d’éléments tronqués de cette sorte. Les pièces abattues et tronquées façonnées sur des lamelles sont techniquement des « lamelles à dos tronquées ». Dans les industries plus récentes du Périgordien VI (Bricker, David 1984) et du Protomagdalénien (Clay 1968), une technique spéciale de production était employée pour produire des lamelles segmentées à bords abattus (Clay 1968 ; Movius et al. 1968 : 49‑53 ; Movius 1968), dont les produits finis étaient souvent les lamelles à dos tronquées. Cependant, la présence de la technique de lamelle segmentée à bord abattu n’est pas seulement attestée pour les produits finis mais également pour des sous‑produits caractéristiques partiellement abattus (à cran). On ne trouve pas de série convaincante de telles pièces dans Pataud : 5, qui ne présente pas de traces d’emploi de cette technique de la lamelle segmentée à bord abattu.

43Un des objets provenant de Pataud : 5 : arrière : inférieur correspond à la définition typologique de la pointe à cran périgordienne (fig. 54y), mais il pourrait tout aussi bien s’agir d’une pointe de La Gravette non terminée.

6.3.8 Fléchettes

44L’échantillon étudié de fléchettes (fig. 55a‑r) de Pataud : 5 comprend 123 pièces concentrées dans les unités anciennes et plus spécialement à l’avant : inférieur‑2. Les deux tiers de ces pièces sont fragmentaires. Les bases sont plus nombreuses que les pointes et l’on ne trouve presque pas de segments mésiaux : quand les fléchettes se cassaient, elles se cassaient normalement en deux morceaux seulement. La forme pointue de la base de la fléchette est presque toujours créée par la retouche d’au moins un des deux bords (fig. 55e, k, p). La retouche obverse est plus fréquente que la retouche inverse, sur les deux côtés, mais la différence est particulièrement marquée pour le côté droit. La moitié des bases sont appointées symétriquement (fig. 55c, d, o) et presque la moitié de celles‑là sont façonnées par retouche obverse sur les deux côtés (fig. 55j, o, p). Quand une base appointée symétriquement est formée par retouche inverse sur les deux côtés, le résultat est souvent un traitement très spécial de l’extrémité distincte que l’on trouve non seulement à la base mais aussi à l’extrémité antérieure de l’outil. Cette caractéristique stylistique, que l’on peut appeler une « proue », provient de l’utilisation de la retouche oblique (non pas abrupte) inclinée vers la surface ventrale (fig. 55bf). Près d’un tiers des fléchettes de l’échantillon ont des bases asymétriquement appointées (fig. 55aq), très semblables en forme à beaucoup de bases de pointes de La Gravette. Certaines bases de fléchettes ne sont pas appointées, le plus souvent parce que le talon de la pièce‑support est toujours présent, en totalité ou en partie (fig. 55h, m). Comme la base, la pointe de la fléchette est presque toujours formée par retouche. La retouche sur la droite est en majorité obverse, tandis qu’on trouve des proportions égales de retouche obverse et inverse sur la gauche. Les deux tiers des pointes sont symétriques. La majorité des pointes façonnées par retouche inverse des deux côtés ont un style en « proue inverse » très caractéristique.

45La marge de gauche des fléchettes (dans la partie qui ne se situe pas tout à côté des extrémités) est généralement non modifiée (20,33 %) ou modifiée seulement par des enlèvements d’usure (43,09 %) ; la marge de droite, toutefois, est généralement retouchée (61,79 %). La retouche marginale du côté droit est morphologiquement analogue à l’abattement (généralement à droite) des pointes de La Gravette et, comme cet abattement, est le plus souvent obverse (fig. 55k, p‑r). Lacorre a étudié une série de fléchettes de La Gravette qui ont des coches marginales placées de telle sorte qu’elles auraient pu servir, d’après lui, à faciliter l’emmanchement (Lacorre 1960 : 59). Sur les fléchettes de Pataud : 5, les coches marginales (fig. 551or) sont plus souvent situées sur le tiers postérieur de l’outil ; généralement, à une coche sur la marge de gauche correspond une coche similaire ou une retouche obverse sur la marge de droite. L’hypothèse de l’emmanchement proposée par Lacorre est tout à fait plausible et en accord avec les données sur les coches dont nous disposons de Pataud : 5.

FIG. 55 – Fléchettes et autres outils de Pataud : 5 : arrière : supérieur (rt), avant : moyen‑1 (d), avant : moyen‑2 (bs), avant : inférieur‑1 (cejlu) et avant : inférieur‑2 (af‑ikm‑q). a‑r fléchettes ; s lame à retouche marginale ; t lame tronquée ; u retouchoir.

P. Laurent del./CNRS ; éch. 2/3

FIG. 56 – Enclume en os et outils typiquement aurignaciens de Pataud : 5 : avant : supérieur (c), avant : inférieur‑1 (dfh) et avant : inférieur‑2 (abeg), ab burins busqués ; c enclume en os ; df grattoirs à museau ; egh grattoirs carénés.

P. Laurent del./CNRS ; éch. 2/3

46Les fléchettes entières ont une longueur qui varie entre 30 et 60 mm, la moyenne de l’échantillon total étant de 46,58 mm. Les moyennes de la largeur oscillent entre 10,36 et 12,58 mm et celles de l’épaisseur entre 2,73 et 3,00 mm. 38 fléchettes dans tout l’échantillon sont assez complètes pour que l’on puisse en déterminer la morphologie grossière. Sur ces 38 pièces, 17 sont foliacées ou subfoliacées (fig. 55bdfijln), 18 ont des côtés parallèles ou subparallèles (fig. 55 agkm) et 2 sont irrégulières. Cette répartition montre que les deux morphologies régulières sont également caractéristiques des fléchettes. Les pièces parfaitement foliacées avec deux extrémités pointées symétriquement se situent à un pôle de la gamme de variation des fléchettes mais ne constituent pas le seul modèle, et le terme de fléchette ne doit pas être limité à ces pièces seulement. La gamme de variation morphologique des fléchettes du Périgordien moyen est aussi étendue que celle des pointes de Châtelperron du Périgordien inférieur dont elles dérivent (Bricker 1978).

6.3.9 Pièces tronquées

47L’échantillon étudié de pièces tronquées compte 170 objets (les pièces légèrement modifiées qui s’apparentent aux pièces tronquées dont on parle au § 6.2, cf. supra, ne sont pas étudiées ici). Entre 20 et 30 % des troncatures de chaque unité ont des formes complexes (fig. 52kt) (par exemple, un côté de la troncature est concave et l’autre est droit, etc.). Les autres troncatures sont simples. La forme simple la plus courante (environ 50 % de l’échantillon) est la forme concave (fig. 52j, m ; 55t), suivie par la forme droite (fig. 52lo). Les troncatures convexes sont rares. Les taux de concavité prononcée augmentent un peu avec le temps. Pour l’échantillon total, l’angle de troncature moyen augmente des unités anciennes (64,76°) aux tardives (72,15°), mais on note des différences intéressantes entre les formes de troncature. Les angles de troncature des pièces aux formes de troncature concave et convexe sont répartis de façon unimodale, mais pour les pièces aux troncatures droites, les angles sont répartis de façon bimodale, avec des modes à 60° et 90°. Les pièces qui forment le mode le plus petit (aigu) sont sans doute pour la plupart des outils perçants (fig. 52k) du même genre que ceux que David définit comme « perçoirs sur troncature » dans la série du Périgordien VI de Pataud : 3 (David 1966 : 303‑304). D’autres pièces de Pataud : 5, avec des angles de troncature plus élevés et des traces d’usure et de polissage sur presque toute la jonction entre la retouche de troncature et la surface ventrale, sont probablement des outils de grattage (fig. 52r). Des différences significatives d’attributs laissent penser que très peu des pièces tronquées du niveau 5 sont des burins sur troncature (inachevés) qui n’ont pas reçu de coup de burin.

48La plupart des pièces tronquées sont façonnées sur des lames, et les trois dimensions de la pièce‑support augmentent légèrement, des unités anciennes aux tardives. Près de 25 % des outils présentent une retouche marginale et, le plus souvent (dans environ 50 % des cas), il s’agit d’une retouche fine. On ne trouve quasiment pas de pièces bitronquées. Les outils composites comprenant des pièces tronquées (fig. 47h) sont particulièrement fréquents à l’arrière (25‑50 % des séries d’outils composites de ces unités).

6.3.10 Pièces à retouche marginale

49Les « pièces à retouche marginale » sont des lames ou des éclats qui présentent une sorte de retouche marginale régulière mais qui ne peuvent être classés dans une autre catégorie d’outils. En ce qui concerne les industries de Pataud : 5, la question principale est de savoir si les lames à retouche marginale entières forment une catégorie d’outils distincte et fonctionnellement cohérente ou si ce sont simplement des pièces comportant de nombreuses retouches diverses qui se trouvent par hasard être façonnées sur des lames. L’échantillon étudié comprend 202 pièces, mais 22 seulement sont complètes. Ces dernières présentent beaucoup de variantes et n’ont pas d’uniformité morphologique (fig. 47c ; 55s). La plupart du temps, la retouche marginale est partielle et la retouche fine prédomine. Quelques pièces qui présentent une retouche écailleuse sur toute une marge ou sur la partie distale d’une marge –et dont la morphologie est plus ou moins pointue– pourraient être des couteaux (fig. 55s), mais ces pièces sont trop peu nombreuses pour permettre de reconnaître une catégorie distincte d’outils ; de toute façon, cette hypothèse des couteaux ne peut s’appliquer à la majorité des exemples et certainement pas à ceux qui présentent des bords émoussés.

50Les éclats à retouche marginale (n = 117) forment une catégorie strictement résiduelle composée de pièces dont la retouche marginale est légèrement plus régulière ou plus importante que celle des pièces que l’on classe comme éclats à quelques retouches.

6.3.11 Nucléus et variétés de silex

51Avant de résumer les caractéristiques typologiques des nucléus de Pataud : 5, il convient de parler brièvement des sortes de matériels que les tailleurs du Périgordien moyen utilisaient pour façonner leurs outils en silex. J’ai déjà publié dans un autre ouvrage (Bricker 1975) quelques informations sur les sortes de silex utilisés à l’abri Pataud. Ce qui suit est un résumé des données particulières de Pataud : 5.

52On trouve, en général, deux séries de silex dans les industries de Pataud : 5. Les silex de la série A, qui datent du Coniacien et du Campanien (Crétacé supérieur), comprennent essentiellement des silex sombres (noirs ou gris) et des silex blonds ou couleur de miel qui se patinent de blanc mat ou tacheté (« poivre et sel »). Les silex de la série B, qui datent du Maestrichtien (Crétacé supérieur plus tardif), comprennent des variétés couleur chamois et un silex rubanné très facilement reconnaissable. Bien que l’on n’ait pas encore déterminé les affleurements précis qu’exploitaient les artisans de Pataud : 5, il semble clair que les silex campaniens ou coniaciens sont des matériels de base locaux que l’on pouvait trouver à une distance maximale de 12 à 15 km de l’abri Pataud. Les silex maestrichtiens, en revanche, doivent être considérés comme des matériels de base exogènes. On trouve aujourd’hui des sources connues dans la vallée de la Couze, à 20‑25 km des Eyzies, ainsi qu’au nord de Bergerac, à une distance de 30 à 40 km. Il est donc probable que les artisans de Pataud : 5 trouvaient généralement le silex maestrichtien dans une ou plusieurs aires situées à l’ouest et au sud‑ouest de l’abri Pataud.

53L’échantillon de nucléus utilisé comprend en tout 661 objets. La forme la plus courante, dans toutes les unités, sauf l’avant : inférieur‑2, est la forme prismatique (39‑53 %), suivie par la forme irrégulière (30‑38 %). À l’avant : inférieur‑2, les nucléus irréguliers (environ 45 %) sont plus nombreux que les prismatiques (environ 35 %). Les formes plates et tabulaires ne sont fréquentes (moins de 15 %) dans aucune unité et les nucléus pyramidaux sont encore plus rares (3 % ou moins). Le taux de nucléus prismatiques augmente avec le temps (plus de 50 % dans les unités tardives) mais très irrégulièrement. La majorité des nucléus n’ont qu’un plan de frappe et les nucléus qui en présentent plus de deux sont très rares. La plupart des nucléus à plusieurs plans de frappe ont bien entendu une forme autre que prismatique, mais seule la forme irrégulière présente une majorité d’exemples à plusieurs plans. La grande majorité (80‑93 %) des nucléus de chaque unité sont faits de silex campanien ou coniacien, mais les taux en varient irrégulièrement et l’on ne décèle aucune ligne de changement régulière avec le temps.

54Il est très intéressant de comparer la répartition des variétés de silex des nucléus avec celles de certaines classes d’outils (grattoirs, coupoirs, couteaux asymétriques, burins, pièces tronquées, perçoirs et becs, pièces à retouche marginale, pointes retouchées et pièces esquillées). Les principaux résultats de ces comparaisons apparaissent dans le tableau xxi : on note deux circonstances bien différentes selon les parties de Pataud : 5. À l’avant : moyen‑2 et dans les unités plus anciennes, les taux de silex maestrichtien pour les outils et les nucléus sont à peu près égaux. À l’arrière et à l’avant : supérieur, le silex maestrichtien est deux fois plus fréquent dans les échantillons d’outils que dans ceux de nucléus. L’avant : moyen‑1 est un intermédiaire entre ces deux extrêmes mais se rapproche plus des unités tardives. Bien que l’on ne puisse totalement expliquer ces différences, tant que les données sur les produits de débitage non retouchés de Pataud : 5 ne seront pas disponibles, il semble probable que durant la période représentée par les unités tardives du niveau 5, en commençant avec l’avant : moyen‑1, les outils finis (ou du moins les pièces‑supports partiellement préparées) en silex maestrichtien étaient apportés à l’abri Pataud après avoir été taillés (ou du moins détachés du nucléus) ailleurs. Ces données laissent à penser que les liens qui existaient entre l’abri Pataud et la région située au sud‑ouest des Eyzies (la source la plus probable de silex maestrichtien) étaient particulièrement forts et développés durant le Périgordien moyen tardif, plus que durant le Périgordien moyen ancien. Cette suggestion concorde avec le fait que l’on observe de grandes similitudes typologiques entre les industries des unités tardives de Pataud : 5 et celles des trois niveaux tardifs (« Périgordien IV » classique) du gisement de La Gravette dans la vallée de la Couze, au sud‑ouest des Eyzies (Bricker 1976).

TABL. XXI – Taux du silex maestrichtien dans les échantillons de nucléus et d’outils retouchés de Pataud : 5. * Les outils retouchés qui sont inclus dans les totaux comprennent tous les exemples de grattoirs sur bout de lame, d’autres grattoirs, de couteaux asymétriques, de coupoirs, de perçoirs et becs, de pièces à retouche marginale, de pointes retouchées et de pièces esquillées. Les outils à bord abattu, les outils composites, les pièces à encoche et les pièces à quelques retouches ne figurent pas dans les totaux.

6.3.12 Objets lithiques autres que les silex

55On n’a trouvé au niveau 5 que 3 percuteurs : 1 en granit, 1 autre en gneiss et 1 dernier en quartz ; la quasi‑absence de ces outils reste inexplicable. On trouve 7 retouchoirs plus petits en pierre : un exemple provenant de l’avant : inférieur‑1 (fig. 55u) porte des traces très visibles de détérioration due à l’usage. Bien que l’on trouve très souvent des fragments d’hématite dans les collections de Pataud : 5 (335 endroits différents offrant plus de 500 fragments individuels), on ne peut identifier comme crayon, et de façon certaine, qu’un seul fragment qui présente les facettes et les stries résultant de l’abrasion. La quasi‑absence de crayons donne à penser que l’hématite était surtout utilisée sous forme pulvérisée.

6.3.13 Coquillages

56Bien qu’on ait trouvé un certain nombre de coquillages marins et de coquilles de mollusques terrestres à Pataud : 5 (Dance 1975), seul un Littorina littorea de l’arrière : supérieur était véritablement perforé.

6.3.14 Dents

57On a trouvé 20 dents d’animaux modifiées (18 perforées et 2 rainurées pour la suspension) à Pataud : 5, presque exclusivement à l’avant : moyen‑1 et dans les unités tardives. Les dents appartiennent à des animaux variés dont le Cheval, les Bovidés, le Cerf rouge, le Bouquetin (fig. 57k), le Loup (fig. 57i) et l’Ours. La technique standard de perforation des dents consistait en un amincissement ou biseautage préliminaire de la racine et un rainurage gravé des deux côtés de la racine, au fond de laquelle était pratiquée une perforation biconique.

6.3.15 Objets d’os et de bois de Renne

58L’industrie d’os et de bois de Renne de Pataud : 5 est très pauvre. À l’exception d’une sorte d’ornement en os, les différents articles ne sont ni très nombreux ni très stylisés. Les polissoirs de bois de Renne sont représentés par un long fragment (fig. 57a) et trois bouts plus petits (fig. 57d). On trouve 3 poinçons frustes en os très peu modifiés, sauf à la pointe qui est usée et polie. Une sorte de gros poinçon solide plus travaillé est représenté par 2 exemples complets (fig. 57c). Une pièce fine et délicate serait peut‑être plutôt une épingle qu’un poinçon (fig. 57e).

FIG. 57 – Objets en os et en bois de Renne et dents façonnées de Pataud : 5 : arrière : supérieur (acdgm), arrière : inférieur (bhkl), avant : supérieur (jn), avant : moyen‑1 (ef) et avant : supérieur‑1 (i). ad polissoirs en bois de Renne ; bh sagaies en bois de Renne ; c poinçons en os ; e poinçon ou épingle en os ; f fragment d’os incisé ; g compresseur en os ; i dent perforée de Loup ; jl pendeloques en os de style « pépin de citrouille » ; k dent rainurée de Bouquetin ; m pendeloque en os ; n perle tubulaire en os.

P. Laurent del./CNRS ; éch. 2/3

59Les sagaies à Pataud : 5 sont rares et mal définies, et tous les exemples en sont fragmentaires. L’objet le plus complet est en bois de Renne (fig. 57h) : il manque l’apex et la base semble en être grossièrement biseautée, mais peut‑être n’est‑elle pas terminée ; la section de la hampe est subcirculaire mis à part un léger aplatissement au milieu : cette surface aplatie porte une courte cannelure artificielle. Plusieurs autres fragments semblent représenter des sagaies plus grosses. L’une d’elles (fig. 57b) est une hampe de bois de Renne légèrement courbée, très pointue à une extrémité et dont la section est subovale ; elle est cassée vers le milieu et l’on n’en connaît pas la base. Plusieurs fragments plus petits et corrodés provenant d’autres unités semblent appartenir à la même sorte d’objet. Enfin, on trouve un fragment de bois de Renne travaillé, à l’arrière : supérieur, qui est probablement une base de sagaie coupée et grossièrement façonnée en une forme conique ; la section en est subcirculaire, mais le fragment est trop court pour que l’on puisse savoir si le profil est droit ou courbé. Plusieurs segments d’os aux côtés parallèles présentant des rainures naturelles et des incisions transversales (fig. 57f) pourraient être des fragments de poinçons ou de sagaies.

60Il y a deux sortes de pendeloques ou d’éléments de colliers en os à Pataud : 5. La première sorte (n = 2) est une imitation de dents animales, 1 canine (fig. 57m) et 1 incisive ; toutes deux ont été perforées selon les techniques de rainures de guidage et de perçage biconique qui sont utilisées pour les dents véritables. La deuxième sorte est une série (n = 10) de pendeloques plates, subovales en « pépin de citrouille » (fig. 57jl). La plupart des perforations ont été pratiquées par découpage ou évidement plutôt que par perçage, sans doute parce que le matériau était moins épais. Les pièces plus épaisses étaient, elles, percées. On a 3 exemples de perles d’os tubulaires (fig. 57n), 2 en os d’oiseau et 1 en os de petit mammifère. On peut enfin mentionner plusieurs compresseurs (fig. 57g) et des enclumes (fig. 56c) en os.

6.4 Relations entre Pataud : 5 et La Gravette

61Les comparaisons entre les industries de Pataud : 5 et celles des autres gisements (Bricker 1973 : 1003‑1808) dépassent largement le cadre de cet ouvrage dont le but principal est de présenter un bref résumé des résultats des fouilles de H. L. Movius. Cependant, comme (pour l’instant) les stades moyens de la tradition du Périgordien moyen ne sont représentés à grande échelle que par deux gisements (l’abri Pataud et La Gravette), quelques courtes considérations sur les relations entre les séries de ces deux gisements semblent appropriées. Je résume ici des informations contenues dans une publication antérieure (Bricker 1976) qui, bien qu’elle fut plus particulièrement centrée sur les niveaux les plus anciens de Pataud : 5 et le niveau « bayacien » de La Gravette, traitait également des relations générales entre les deux gisements.

62Les résultats de toute une série d’analyses d’attributs donnent à penser que les industries des unités tardives (seulement) de Pataud : 5 sont très semblables aux niveaux du Gravettien classique de La Gravette (Noire, Rouge, Jaune) et leur sont probablement presque contemporaines. En outre, l’avant : moyen de Pataud n’a pas d’équivalent à La Gravette et l’avant : inférieur (et surtout l’avant : inférieur‑2) est semblable (en taux de fléchettes ainsi qu’en d’autres façons) au niveau appelé « bayacien » de La Gravette. À La Gravette, on ne trouve que la partie la plus ancienne et la partie la plus récente de la séquence totale mise en évidence à Pataud : 5. Ces extrêmes étant si différents, Lacorre a jugé nécessaire de proposer une tradition « bayacienne », distincte de la tradition « gravettienne » bien connue des niveaux supérieurs (Lacorre 1960). Avec les étapes intermediaires que l’on connaît maintenant à Pataud : 5, il est évident que nous avons affaire à une seule tradition en évolution.

63Quel est le terme le plus approprié pour désigner l’entité culturelle de Pataud : 5 et de La Gravette ? En utilisant le terme de « Périgordien IV », Peyrony désignait des industries comme celles de La Gravette : Noire, Rouge et Jaune (Peyrony 1936 ; 1946). Le Gravette : Bayacien était spécifiquement exclu par Peyrony de son « Périgordien IV » et servait de second faciès de son « Périgordien III » que l’on connaît surtout par Laugerie‑Haute. Si le terme de « Périgordien IV » est utilisé dans le sens qu’a proposé Denis Peyrony, seules les unités tardives de Pataud : 5 peuvent être attribuées au Périgordien IV. Il n’est évidemment pas possible de ressusciter le terme de « Périgordien III » qui a été définitivement enterré à Laugerie‑Haute et à Pataud, pour parler du pré‑Périgordien IV de la séquence périgordienne de Pataud et de La Gravette. Les réalités typologiques et culturelles seront mieux servies par une terminologie différente et plus simple. Comme François Bordes l’a suggéré il y a plus de vingt ans (Bordes 1968b), les informations que donne La Gravette concernent le Périgordien moyen, et nous savons maintenant que les industries de Pataud : 5 nous ont donné de plus amples informations. Les industries des unités anciennes de Pataud : 5 peuvent être assignées au Périgordien moyen ancien et celles des unités tardives au Périgordien moyen tardif.

Table des illustrations

Légende FIG. 41 – Graphiques cumulatifs pour les industries de Pataud : 5 : arrière : supérieur (ligne continue ; N = 1 015), arrière : inférieur (ligne à tirets ; N = 1 023) et avant : supérieur (ligne en pointillés ; N = 1151).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41058/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Légende FIG. 42 – Graphiques cumulatifs pour les industries de Pataud : 5 : avant : moyen‑1 (ligne en pointillés ; N = 836) et avant : moyen‑2 (ligne continue ; N = 450).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41058/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende FIG. 43 – Graphiques cumulatifs pour les industries de Pataud : 5 : avant : inférieur‑1 (ligne en pointillés ; N = 665) et avant : inférieur‑2 (lignecontinue ; N = 500).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41058/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende TABL. XIX – Inventaire typologique et indices des industries de Pataud : 5.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41058/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 383k
Légende TABL. XX – Inventaire des témoins façonnés et des manuports en matières autres que le silex dans les industries de Pataud : 5.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41058/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende FIG. 44 – Grattoirs sur bout de lame ou d’éclats de Pataud : 5 : arrière : supérieur (acdghjk) et arrière : inférieur (befil).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41058/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 283k
Légende FIG. 45 – Grattoirs sur bout de lame ou d’éclats de Pataud : 5 : avant : moyen‑1 (a‑cghm), avant : inférieur‑1 (eikno) et avant : inférieur‑2 (dfjl).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41058/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 227k
Légende FIG. 46 – Coupoirs et autres outils de Pataud : 5 : arrière : supérieur (a‑c), arrière : inférieur (deg) et avant : moyen‑2 (f). abd coupoirs ; c outil composite (burin sur troncature en haut + grattoir sur bout de lame en bas) ; ef racloirs ; g grattoir‑racloir.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41058/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 250k
Légende FIG. 47 – Couteaux asymétriques et autres outils de Pataud : 5 : arrière : supérieur (b), arrière : inférieur (adfg), avant : moyen‑1 (c), avant : moyen‑2 (e) et avant : inférieur‑1 (h), abef couteaux asymétriques ; c lame à retouche marginale ; d outil composite (burin dièdre en haut + grattoir sur bout de lame en bas) ; g coupoir ; h outil composite (grattoir sur bout de lame en haut + lame tronquée en bas).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41058/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende FIG. 48 – Burins de Pataud : 5 : arrière : supérieur (c‑eg‑ik) et arrière : inférieur (abfjl). af (deux extrémités), g (deux extrémités), k burins sur troncature ; b, dh burins dièdres ; c burin mixte (burin dièdre en haut + burin sur troncature en bas) ; el burins sur cassure ; i burin sur bord retouché ; j burin mixte (burin sur bord non retouché en haut + burin dièdre en bas).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41058/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 230k
Légende FIG. 49 – Burins et outils composites de Pataud : 5 : arrière : supérieur (ac‑eikl) et arrière : inférieur (bf‑hj). a burin sur bout retouché ; b burin sur bord retouché ; c, h burins sur troncature ; d burin sur bord non retouché ; e‑gk (deux extrémités) burins dièdres ; i burin sur cassure ; j burin mixte (burin dièdre en haut + burin sur cassure en bas) ; l outil composite (burin dièdre en haut + grattoir sur bout de lame en bas).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41058/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende FIG. 50 – Burins de Pataud : 5 : avant : moyen‑1 (ahj), avant : moyen‑2 (bcg), avant : inférieur‑1 (dfi) et avant : inférieur‑2 (e). a (deux extrémités), b (deux extrémités), ef (deux extrémités), ij burins dièdres ; c burin mixte (burin sur troncature en haut + burin sur cassure en bas) ; d : burin mixte (burin dièdre en haut + burin sur troncature en bas) ; g burin triple mixte (burin dièdre en haut + burin multiple sur bout non retouché en bas) ; h burin sur troncature.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41058/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 226k
Légende FIG. 51 – Burins de Pataud : 5 : avant : moyen‑1 (ehj,) avant : moyen‑2 (i), avant : inférieur‑1 (bcg) et avant : inférieur‑2 (adfk). abdgj burins dièdres ; c burin sur bord retouché ; eik burins sur troncature ; f burin sur cassure ; h burin sur bord non retouché.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41058/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 241k
Légende FIG. 52 – Burins et autres outils de Pataud : 5 : arrière : supérieur (r), arrière : inférieur (t), avant : moyen‑1 (acknpq), avant : moyen‑2 (bfo), avant : inférieur‑1 (glm) et avant : inférieur 2 (deh‑js), abd (deux extrémités), efI burins dièdres : c burin sur cassure ; g outil composite (burin dièdre en haut + grattoir sur bout de lame en bas) ; h burin sur troncature ; j‑mort pièces tronquées ; n bec ; pqs perçoirs.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41058/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende FIG. 53 – Pointes de La Gravette de Pataud : 5 : arrière supérieur (bdfi‑ln), arrière : inférieur (aceghmop), avant : moven‑1 (ru‑x) et avant : moyen‑2 (qstyz). a‑c, e‑k, q‑z Gravettes entières ou presque ; dl‑o bases de Gravettes ; p pointe d’une Gravette.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41058/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende FIG. 54 – Pointes de La Gravette et autres outils à bords abattus de Pataud : 5 : arrière : supérieur (z), arrière : inférieur (y), avant : moyen‑1 (a‑c, aa, bb, ee), avant : moyen‑2 (cc, dd), avant : inférieur‑1 (e‑jlstv‑x) et avant : inférieur‑2 (dkm‑ru). ace‑lnpq Gravettes entières ou presque ; bdmorsu bases de Gravettes ; t pointe d’une Gravette ; v lamelle à dos ; w segment d’une Gravette non terminée ; x lame à dos partiel bitronquée ; y pointe à cran périgordienne ? ; z élément tronqué ; aa pièce à dos tronquée qui porte une extrémité de pointe de La Gravette ; bb, cc pointes de Gravettes non terminées ; ddee bases de Gravettes non terminées.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41058/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende FIG. 55 – Fléchettes et autres outils de Pataud : 5 : arrière : supérieur (rt), avant : moyen‑1 (d), avant : moyen‑2 (bs), avant : inférieur‑1 (cejlu) et avant : inférieur‑2 (af‑ikm‑q). a‑r fléchettes ; s lame à retouche marginale ; t lame tronquée ; u retouchoir.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41058/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 210k
Légende FIG. 56 – Enclume en os et outils typiquement aurignaciens de Pataud : 5 : avant : supérieur (c), avant : inférieur‑1 (dfh) et avant : inférieur‑2 (abeg), ab burins busqués ; c enclume en os ; df grattoirs à museau ; egh grattoirs carénés.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41058/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 174k
Légende TABL. XXI – Taux du silex maestrichtien dans les échantillons de nucléus et d’outils retouchés de Pataud : 5. * Les outils retouchés qui sont inclus dans les totaux comprennent tous les exemples de grattoirs sur bout de lame, d’autres grattoirs, de couteaux asymétriques, de coupoirs, de perçoirs et becs, de pièces à retouche marginale, de pointes retouchées et de pièces esquillées. Les outils à bord abattu, les outils composites, les pièces à encoche et les pièces à quelques retouches ne figurent pas dans les totaux.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41058/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende FIG. 57 – Objets en os et en bois de Renne et dents façonnées de Pataud : 5 : arrière : supérieur (acdgm), arrière : inférieur (bhkl), avant : supérieur (jn), avant : moyen‑1 (ef) et avant : supérieur‑1 (i). ad polissoirs en bois de Renne ; bh sagaies en bois de Renne ; c poinçons en os ; e poinçon ou épingle en os ; f fragment d’os incisé ; g compresseur en os ; i dent perforée de Loup ; jl pendeloques en os de style « pépin de citrouille » ; k dent rainurée de Bouquetin ; m pendeloque en os ; n perle tubulaire en os.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41058/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 210k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search