Version classiqueVersion mobile

Le Paléolithique supérieur de l’abri Pataud (Dordogne)

 | 
Harvey M. Bricker

Chapitre 3. Le Protomagdalénien de l’abri Pataud niveau 2

3 The Protomagdalenian of the abri Pataud, Level 2

R. Berle Clay

Résumé

Le matériel archéologique du niveau 2 indique de brèves occupations hivernales (octobre à mars). Il n’y a pas de foyers. En plus d’un petit échantillon d’outils et de restes de faune, le niveau 2 contenait des restes partiels de plusieurs squelettes humains dont un crâne de jeune femme très bien conservé.

Sur un assemblage de plus de 18 000 objets lithiques et organiques (à part les déchets de faune), 1150 outils lithiques retouchés sont étudiés en détail. Burins, burins dièdres dominent l’inventaire typologique (IB = 24,91) et les grattoirs sont très rares (IG = 3,37).

Les nucléus et les principales classes d’outils sont décrits et illustrés (burins, grattoirs, etc.). Une technique spécifique était utilisée pour la production de microlithes typiques appelés lamelles à dos. Des sagaies de différents types sont bien représentées dans l’industrie osseuse.

En tous points, y compris les caractères stylistiques détaillés, le Protomagdalénien de l’abri Pataud est très similaire à celui de Laugerie Haute. Mis à part quelques caractéristiques des outils à dos, aucun de ces sites n’appartient au Périgordien VI et ne peut être considéré comme un précurseur du Magdalénien.

Texte intégral

Mon étude sur l’industrie protomagdalénienne du niveau 2 a été rendue possible financièrement grâce au soutien du Harvard Dordogne Project, de la Graduate School of Southern Illinois University (Carbondale, Illinois) et de la United States National Science Foundation. Je tiens tout particulièrement à remercier le Pr Hallam L. Movius Jr., de Harvard University, et le Pr Walter Taylor, de la Southern Illinois University. C’est le Pr Movius qui m’a permis l’accès aux matériels de l’abri Pataud et, durant toute la période d’étude sur le terrain, j’ai bénéficié de son intérêt et de ses continuels encouragements, ce dont je lui suis profondément reconnaissant. J’ai eu accès aux matériels comparatifs de Laugerie‑Haute au Musée national de la Préhistoire des Eyzies grâce à l’aimable permission du conservateur, M. Elie Peyrony. Enfin, les autres matériels des fouilles de Laugerie‑Haute, conservés à l’institut de Préhistoire de l’université de Bordeaux, ont été mis à ma disposition, pour analyse, par François Bordes et par Denise de Sonneville‑Bordes. Tout le temps qu’a duré l’analyse dans leur laboratoire de Bordeaux, ma femme et moi avons été considérablement encouragés par leur hospitalité et leur vif intérêt pour le Protomagdalénien.

3.1 Nature de l’occupation protomagdalénienne

1Le niveau 2 de l’abri Pataud présente les restes d’un camp de chasse temporaire et intermittent. L’occupation protomagdalénienne fut la dernière à l’abri Pataud à se situer, tout du moins au début, sous le surplomb d’un grand plafond dont de grandes parties s’effondrèrent par‑dessus les derniers dépôts du niveau 2. La stratigraphie complexe, semblable à celle que Bordes avait rapportée pour le niveau 36 du Protomagdalénien de Laugerie‑Haute : Est (Bordes 1958a), se composait de lentilles discontinues de vestiges culturels et de blocs d’effondrement noircis de taches charbonneuses dans des éboulis secs. Il ne fut pas possible d’établir des subdivisions stratigraphiques conséquentes pour ce niveau archéologique, dont l’épaisseur totale ne dépassait pas 50 cm par endroit. Au contraire, il fut nécessaire de considérer les matériels archéologiques trouvés comme une seule série globale commune à tout le niveau 2.

2Il est probable que les vestiges archéologiques du niveau 2 représentent les produits de plusieurs occupations brèves et successives, certainement du même groupe culturel et peut‑être de la même unité sociale, qui retournait chasser à proximité des Eyzies, selon un cycle vraisemblablement saisonnier (Movius, Vallois 1959). L’étude de Bouchud sur les vestiges de faune du niveau 2, dont 80 % sont du Renne, fournit peu de preuves quant au caractère saisonnier des occupations (Bouchud 1975 : 79‑85) : le squelette partiel d’un fœtus de Renne de 4 mois suggère une occupation durant les mois de janvier ou février. Les travaux de Spiess fournissent beaucoup plus d’informations (Spiess 1979 : 186‑196). En s’appuyant sur les données concernant à la fois le Renne (rythme d’éruption et cercles de croissance des dents, taille des os longs de fœtus) et le Saumon, Spiess assigne toutes les occupations protomagdaléniennes de Pataud à une période allant de la fin de l’automne au début du printemps (octobre à mars).

3Plusieurs aires définies par des concentrations d’os et de témoins façonnés apparaissaient au niveau 2 (Movius 1977 : fig. 9), mais on ne peut y identifier spécifiquement aucun foyer discret (alors qu’ils sont nombreux au niveau 3 –Périgordien VI– juste au‑dessous [Movius 1966]). En l’absence de foyers, ces aires, qui comprennent des dépôts spécifiques de témoins façonnés ou d’os humains, fournissent une certaine structure de l’occupation. Mais elles ne reflètent pas forcément des activités contemporaines ou coordonnées durant toute l’occupation protomagdalénienne.

4On a noté trois concentrations de restes humains (Billy 1975 : 200). La première, située sur la limite du surplomb dans les carrés V‑F et VI‑F, consistait en un crâne de jeune femme (Billy 1975 : 202‑221 ; Movius 1977 : 24, pl. 16). La deuxième comprenait un bras d’adolescent, un squelette de nouveau‑né et les fragments d’un crâne d’enfant dans les carrés II‑F et II‑G, juste à l’intérieur de la limite du surplomb (Movius 1977 : 23, pl. 15). La troisième était un ensemble de 117 os désarticulés et dispersés représentant environ deux individus, près de la paroi du fond de l’abri, dans le carré VII‑G. En plus de ces restes groupés, d’autres os humains dispersés ailleurs dans le niveau comprenaient, par exemple, un fragment pelvien situé contre la paroi du fond dans le carré VI‑G, et au moins un humérus à l’extérieur de la limite du surplomb dans le carré II‑F. Aucune interprétation satisfaisante n’a encore fait la lumière sur la présence de restes humains au niveau 2. L’abri ne semble pas avoir été un site mortuaire, et les restes humains ne se présentent ni comme des enterrements préparés, ni comme des corps délibérément exposés, ni comme des produits du cannibalisme. Au contraire, ce niveau archéologique contient toute la gamme des outils du Paléolithique supérieur, de nombreuses preuves de leur production, et une concentration de déchets culturels résultant de l’habitation humaine. On suggère que la mort d’un certain nombre d’individus de ce groupe local aurait mis fin à l’occupation protomagdalénienne de l’abri Pataud, peu avant la chute massive du plafond qui réduisit grandement la taille de l’abri en détruisant la plus grande partie du surplomb. Cette importante modification du gisement a peut‑être joué un rôle primordial dans la préservation des restes humains.

5Les autres aires et objets dignes d’un intérêt particulier sur le sol de l’occupation (Movius 1977 : fig. 9) sont une cache mystérieuse de 3 crânes de Cerf élaphe située dans une niche de la paroi du fond dans le carré III‑G (Movius 1977 : 25, pl. 17), le bâton de commandement dans le carré VII‑G (Bouchud 1975 : 80, fig. 1 ; Movius 1977 : 26, pl. 18), un récipient en ivoire de Mammouth (Elephas primigenius) devant la limite du surplomb du carré IV‑F et un biface acheuléen retravaillé, qui se trouvait également à l’avant de l’abri dans le carré II‑F, et, enfin, une concentration de 34 fragments de lamelles à bords abattus devant l’abri, dans le carré V‑D.

6Tous ces types de vestiges sont concentrés le long de la paroi du fond de l’abri, sur la pente arrière de l’aire d’occupation. La hauteur intérieure réduite de l’abri à l’époque suggère que cette répartition provient soit du fait que des outils ont glissé vers l’arrière, soit du fait que les outils et les débris de production étaient rejetés vers l’arrière par ceux qui travaillaient devant, sur et derrière la limite du surplomb. La nature stratigraphique du niveau archéologique étant confuse, il ne nous a pas été possible de mener à bien une étude significative de la répartition des outils sur la (ou les) surface(s) d’habitation.

3.2 L’industrie lithique

7L’industrie protomagdalénienne du niveau 2 contient 18 486 pièces (outils et produits bruts de débitage) provenant des fouilles de 1958 et 1963 (tabl. IV) et une quantité indéterminée de lames, éclats et autres produits bruts de débitage provenant des fouilles de 1963. Ces derniers matériels n’étaient pas encore disponibles en 1964 et ne sont donc pas pris en compte ici.

TABL. IV – Inventaire de l’industrie du niveau 2
provenant des fouilles de 1958 et 1963.

8Bien que les mesures et autres observations (caractéristiques technologiques spéciales et catégories de silex) aient été effectuées en 1958 pour les produits bruts de débitage, ces données n’ont pas été totalement analysées et ne sont pas résumées ici, à une exception près : je parle des nucléus (cf. infra § 3.3.1) à cause des données qu’ils fournissent sur l’approvisionnement de matériels de base. Les 1 633 outils retouchés, pièces‑supports utilisées et nucléus provenant des fouilles de 1958 et 1963 sont répertoriés dans le tableau iv en suivant la terminologie typologique de mon étude de 1968 de l’industrie du niveau 2. On trouvera une description plus détaillée des grandes catégories d’objets lithiques et de l’industrie osseuse (non comprise dans le tabl. iv) plus loin, § 3.3.

9Mon travail sur l’industrie du niveau 2 ne comprenait pas la compilation d’un inventaire d’outils sur le modèle de la liste des 92 types de Sonneville‑Bordes et Perrot (Sonneville‑Bordes, Perrot 1954 ; 1955 ; 1956a ; 1956b), mais H. L. Movius a fait un inventaire de ce type pendant les années 1960. Cet inventaire, qui n’avait pas encore été publié, m’a été fourni par Harvey M. Bricker et se trouve ici dans le tableau v. On trouve figure 13 un graphique cumulatif sur la base de ces données. Il existe, et ce n’est pas étonnant, des différences entre l’inventaire de Movius (tabl. v) et le mien (tabl. iv), deux inventaires faits à deux moments différents par deux chercheurs différents et selon deux schémas de classification différents. Toutefois, ces différences sont mineures, et toutes les caractéristiques majeures de l’industrie d’outils retouchés, que je résume dans le paragraphe suivant, apparaissent aussi clairement dans l’un et l’autre des deux inventaires.

TABL. V – Inventaire typologique des outils retouchés en silex dans l’industrie du niveau 2 et indices : IG = 3,37 ; IB = 24,91 ; IBd = 17,73; IBt = 4,84 ; IP = 3,46 (d’après H.L Movius).  Le type 30 comprend ici à la fois les burins sur cassure et les burins sur pan naturel.

FIG. 13 – Graphique cumulatif pour l’industrie du niveau 2 à l’abri Pataud ; N = 1156.

10Les grattoirs, dont la plupart sont des grattoirs sur bout de lame ou d’éclat, sont peu représentés. La fréquence élevée du type 5 (tabl. v) souligne l’importance de la retouche marginale dans l’industrie du niveau 2. Les outils composites, quels qu’ils soient, ne sont pas nombreux ; la plupart de ceux que l’on a retrouvés combinent un grattoir sur bout de lame et un burin. Une des caractéristiques majeures de cette industrie est la fréquence élevée des burins (IB domine largement IG). Parmi les burins, les burins dièdres sont beaucoup plus nombreux que les burins sur troncature, et c’est là une différence importante entre le Protomagdalénien et le Périgordien VI à Pataud. Les outils à bords abattus dominent dans l’inventaire d’industrie du niveau 2 ; environ 40 % des outils retouchés sont des outils à bords abattus. Ils comprennent à la fois les outils finis (la plupart des objets inventoriés sous les types 85‑87) et les sous‑produits de leur fabrication (surtout le type 57). On ne trouve pas dans le Protomagdalénien du niveau 2 ces pointes de La Gravette (sensu lato) qui sont caractéristiques de la tradition du Périgordien supérieur. Les pièces tronquées en général sont rares. Les pièces à retouche marginale, dont la plupart sont des lames, sont bien représentées. La grande importance de la retouche marginale dans l’industrie du niveau 2 constitue une des grandes différences entre le Protomagdalénien à Pataud et le Périgordien VI. Les 3 objets inventoriés dans le type 92 sont des pointes retouchées.

3.3 Description des principales catégories d’objets archéologiques

11L’approche utilisée en 1968 pour tous les outils protomagdaléniens suivait les lignes de l’« analyse d’attributs », telle qu’elle fut pratiquée par les chercheurs de Pataud (Movius et al. 1968). La description des principales catégories d’outils que je présente dans cette section résume les conclusions tirées de l’analyse de 1968, sans mentionner la présentation détaillée des données quantitatives qui se trouve dans une dissertation non publiée (Clay 1968).

3.3.1 Nucléus

12Il y a 142 nucléus dans la collection. 82 % (n = 117) d’entre eux sont de variétés de silex coniaciens/campaniens (« locaux ») provenant des alentours des Eyzies, 3 % (n = 4) sont des silex maestrichtiens (« vallée de l’Isle ») provenant peut‑être de la vallée de l’Isle, à 50 km à l’ouest, et 15 % (n = 21) sont des matériels implicitement non coniaciens/campaniens, non maestrichtiens (« indéterminés ») considérés comme des matériaux exogènes, c’est‑à‑dire étrangers aux Eyzies (Valensi 1960; Bricker 1975). Ainsi, au Protomagdalénien à Pataud c’est en grande majorité le silex local qui était collecté et taillé pour produire des outils. Sur toute la collection, 21 % des nucléus (n = 30) furent utilisés comme percuteurs après avoir été substantiellement réduits par enlèvement de lames ou d’éclats. Tous ceux‑là, sauf un, sont des silex locaux. Au contraire, les nucléus de silex exogènes étaient réduits en très petits fragments, une différence qui souligne leur supériorité sur le silex local, comme matériels bruts.

13Bien que les nucléus proviennent en grande partie de matière locale, la plupart des outils retouchés étaient faits de silex exogènes. Cela souligne le fait que Pataud n’était qu’un camp dans une organisation d’habitats plus générale durant l’occupation protomagdalénienne de la Dordogne. La plus grande partie de l’outillage était sans doute apportée à l’abri Pataud sous sa forme définitive, bien que dans certains cas elle ait été retouchée ou modifiée en cours d’utilisation. Quelle qu’ait été la structure de l’organisation régionale générale, elle comprenait sûrement à la fois des centres de fourniture de matériel, près des sources de silex éloignées, et d’autres centres où l’on fabriquait et utilisait les outils ou encore, peut‑être, une stratégie de ramassage du silex comprise dans un cycle de chasse saisonnier.

3.3.2 Burins

14Il y a 370 biseaux de burins dans la collection, montés sur 310 outils (burins simples, burins multiples ou mixtes et outils composites). Ils sont analysés en quatre sous‑catégories, groupées d’après la nature de la « SRS » (spall removal surface, soit le plan de frappe du coup de burin) (Movius et al. 1968 : 22‑23) : burins dièdres (n = 202), burins sur troncature (n = 67), burins sur cassure (n = 77) et une sous‑catégorie résiduelle appelée « autres burins » (n = 20), composée pour la plus grande partie de burins sur pan naturel. Dans quatre autres cas, le biseau du burin manque et ils ne peuvent être classifiés : ils sont inclus dans le décompte total des burins comme sous‑catégorie « inconnue ». Comme je le suggère ailleurs (Clay 1976), l’angle et la largeur du biseau de burins au Paléolithique supérieur variaient parmi les sous‑catégories SRS, en fonction probablement des activités auxquelles ils étaient destinés. Les burins du Protomagdalénien ne font pas exception à la règle (tabl. vi). Si l’on regarde l’angle et la largeur du biseau de burins comme des dimensions primordiales d’outils comparables à celles des instruments de gravure contemporains, on se rend compte que les quatre sous‑catégories de burins couvrent des portions différentes d’un continuum dimensionnel. Cela laisse à penser qu’ils étaient utilisés pour des activités différentes (Clay 1976 : 306), et l’on peut distinguer trois groupes de burins correspondant à des activités spécifiques et présentant des dimensions de biseaux fort différentes. Ce sont : les burins dièdres pour les gros travaux de découpage (biseaux larges et bien aigus), les burins sur troncature pour le découpage léger (largeur et angle intermédiaires), et les burins sur cassure pour les gravures fines (biseaux étroits, plus en angle droit). Alors qu’il n’était pas possible de faire une analyse répartitionnelle détaillée des sous‑catégories de burins dans ce niveau, ce qui aurait pu fournir des données contextuelles sur l’utilisation des outils, les activités nécessitant un burin allaient du ciseau de bois de Renne aux fines incisions requises pour la fabrication de perles d’os. Il est probable que les burins dièdres étaient utilisés pour la première activité (une phase préliminaire dans la production d’autres outils de bois de Renne) et que les burins sur cassure servaient aux fines incisions et aux découpages légers.

TABL. VI – Dimensions moyennes des biseaux de burins du niveau 2.

15Sur les 333 burins dont on a analysé le matériel brut, 112 étaient façonnés à partir de silex local, 91 de silex de la vallée de l’Isle et 130 de silex indéterminé. Ainsi, les burins étaient à la fois façonnés à l’abri Pataud avec des matériels locaux et apportés au gisement sous leur forme définitive. Le tableau vii montre la répartition par matériel des sous‑catégories de burins. On considère que les outils de silex local ont été fabriqués à Pataud, et que ceux de la vallée de l’Isle et les indéterminés ont été pour la plupart importés, probablement sous leur forme définitive. Les données du tableau vii indiquent que la répartition des biseaux de burins sur les pièces‑supports apportées au gisement était différente, d’une façon significative d’après le test c2, de celle des burins locaux. Les burins dièdres sont associés aux variétés de silex importées, tandis que les burins sur troncature ou sur cassure sont associés au silex local. On peut donc penser que les burins fabriqués à Pataud étaient plus souvent des burins sur troncature ou sur cassure que des burins dièdres.

TABL. VII – Lieu de fabrication (sources de silex) des burins du niveau 2.

16L’analyse des matériels bruts des burins soulève la question importante de la relation entre le choix du biseau de burin et le lieu de fabrication : comment pouvons‑nous expliquer les différentes fréquences des biseaux importés et fabriqués localement, si nous partons de l’hypothèse que les diverses sous‑catégories étaient utilisées pour des tâches spécifiques ? Il y a deux explications possibles. Tout d’abord, les répartitions différentes peuvent refléter proportionnellement la nature des tâches auxquelles l’outillage global était destiné. Ainsi, la plus grande fréquence de burins à biseaux étroits fabriqués à partir de silex local pourrait indiquer leur fabrication volontaire en vue de ce que j’ai appelé les tâches de gravure fine, durant des occupations comme celle du niveau 2 à l’abri Pataud. L’outillage transporté, d’un autre côté, pourrait refléter l’anticipation de tâches nécessitant des burins plus robustes, probablement les tâches répétitives qu’impliquait le gros travail de dépeçage journalier. Deuxièmement, les burins à biseaux plus étroits fabriqués localement étaient peut‑être ainsi à cause de la nature même du silex disponible sur place, sous forme de nodules plus petits. Les données disponibles ne permettent pas d’opter pour l’une ou l’autre de ces solutions. En fait, les deux facteurs, activités anticipées et limitations dues au matériel, ont peut‑être eu un effet sur les fréquences de biseaux de burins produits.

17Si l’on prend les dimensions des pièces‑supports, les burins dièdres et sur troncature tendent à être fabriqués à partir de lames plus grandes, les burins sur cassure et les autres burins à partir de lames plus petites. 42 à 55 % de toutes les sous‑catégories de burins ont des pièces‑supports retouchées marginalement. Il est intéressant de noter que les pièces‑supports de burins de matériels importés sont retouchées plus souvent que l’on ne pourrait s’y attendre et ceux de matériels locaux moins souvent, et cette différence est significative si elle est testée par c2. Les variations de la fréquence de la retouche marginale semblent être liées au lieu de production. Que ce soit pour des raisons pratiques ou esthétiques, les outils fabriqués ailleurs et importés sous leur forme définitive tendent à porter la retouche marginale, tandis que ceux qui sont fabriqués à Pataud ne la portent pas.

18En résumé, les burins protomagdaléniens de Pataud ont un style propre qui peut être quantifié grâce à ces attributs. Ils sont plutôt des outils grands, à retouche marginale, souvent fabriqués à partir de matériels exogènes pour Les Eyzies. La sous‑catégorie la mieux représentée, et qui tend à caractériser l’industrie protomagdalénienne, est celle des burins dièdres (Bordes 1958a ; Bordes, Sonneville‑Bordes 1966 : 116 ; Movius 1961 : 564 ; Sonneville‑Bordes 1960 : 224). Toutefois, les burins sur troncature et sur cassure sont aussi assez nombreux, et, mis ensemble, sont plus nombreux que les burins dièdres. Mais il reste que le burin dièdre au Protomagdalénien était un outil de valeur, souvent fabriqué à partir du meilleur matériel de base, sur une pièce‑support de lame retouchée, et qu’il était transporté d’un gisement à l’autre. Ce n’est pas le cas des burins sur troncature ou sur cassure, qui, plus souvent que les burins dièdres, ont été façonnés sur place, à partir des matériels disponibles, puis jetés.

19Les figures 14 et 15 montrent des exemples de burins du niveau 2. La figure 14a, un outil reconstitué à partir de pièces trouvées à des endroits différents, illustre à la fois la relation entre un SRS dièdre et sa grande pièce‑support de burin, et l’histoire complexe de cette pièce‑support. Typique de beaucoup de pièces‑supports de burins dièdres, celle‑ci est grande et droite et fut probablement abondamment retouchée des deux côtés (un des bords est masqué par des modifications ultérieures). Le biseau dièdre était placé vers le milieu de la pièce‑support, là où elle est la plus épaisse. La pièce‑support se cassa, probablement pendant que le coup de burin fut donné. La portion proximale fut alors retravaillée en burin sur cassure et produisit un petit biseau de burin près de la marge de la pièce‑support, donc moins épaisse.

FIG. 14 – Burins du niveau 2. a, b (deux extrémités), e (deux extrémités),  (deux extrémités), h burins dièdres ; cf (haut) burins sur troncature ; d outil composite (burin dièdre + grattoir) ; f (bas) burin sur cassure.

P. Laurent del./CNRS ; éch. 2/3

20La figure 14h est un autre exemple de burin dièdre sur une grande pièce‑support de silex de la vallée de l’Isle. Le biseau de burin était là aussi taillé dans la partie la plus épaisse de la pièce‑support, produisant un large biseau. À cause de son épaisseur, il a fallu quatre enlèvements de coups de burin pour mener la fabrication du biseau à terme.

21La figure 14b est un troisième burin dièdre et indique à nouveau la façon dont le biseau dièdre était positionné vers le centre de la pièce‑support pour en augmenter la largeur. Dans ce cas, il a fallu sept enlèvements de coups de burin pour produire le biseau sur le bout distal de la pièce‑support. Il y a des indications d’une retouche marginale sur la très petite portion de marge qui n’est pas modifiée par des enlèvements de coups de burin. Le bout proximal de la pièce‑support a été modifié par un autre burin dièdre plus petit impliquant cinq enlèvements de coups de burin.

22La figure 15d est un petit burin sur cassure produit par un seul enlèvement de coup de burin latéral. Il est façonné sur une pièce‑support de silex local, et le biseau de burin représente soit la production d’un outil à biseau volontairement étroit, soit une tentative d’utilisation d’une pièce‑support cassée par ailleurs inutile.

FIG. 15 – Objets de bois de Renne et objets lithiques du niveau 2. a poinçon en os ; b hache polie en pierre ; cd burins sur cassure ; e (haut) burin sur troncature ; e (bas) burin dièdre (tentative échouée ?) ; f grattoir.

P. Laurent del./CNRS ; éch. 2/3

23Les figures 14c et 15e sont des burins sur troncature. Le premier est façonné sur une large lame de silex de la vallée de l’Isle. La SRS est une troncature retouchée concave dont on a taillé un seul enlèvement de coup de burin. La pièce‑support s’étant cassée pendant l’usage, les fragments furent jetés. Une pièce‑support plus longue et mince fut utilisée dans le cas de 8e et la chute de burin fut enlevée d’une troncature concave. Les deux côtés de la pièce‑support furent retouchés. On distingue une tentative hésitante, et probablement vaine, de production d’un burin dièdre sur l’épaisse extrémité proximale de la pièce‑support. Il n’y eut pas de modifications des fragments de la pièce‑support après que l’outil se fut cassé.

24La figure 14g est un grand burin dièdre double fabriqué sur une pièce‑support de silex de la vallée de l’Isle. Le plus important des deux biseaux de burin fut taillé sur l’extrémité proximale de la pièce‑support par deux enlèvements de coups de burin. Un autre biseau de burin plus étroit, et probablement non achevé, fut fabriqué sur l’extrémité distale, plus mince, de la pièce‑support. Les deux marges de la pièce‑support furent sans doute totalement retouchées.

25La figure 14f illustre la modification d’un burin sur troncature par la création d’un burin sur cassure à l’autre extrémité. En effet, dans bien des cas, la fabrication d’un burin sur cassure peut être un moyen technique de récupérer une pièce‑support d’outil cassé. En revanche, la figure 15c représente un burin sur cassure fabriqué intentionnellement. Dans ce cas, le biseau fut taillé par un seul enlèvement de coup de burin, à une extrémité d’une surface de fracture se trouvant en angle oblique par rapport à l’axe longitudinal de la pièce.

26Les figures 14d et e fournissent d’autres exemples de biseaux de burins dièdres. Les deux ont été produits par de multiples enlèvements de coups de burin dans la partie la plus épaisse de la pièce‑support. Des facettes d’enlèvements de chutes de burin antérieurs, associées à un biseau d’outil préalable sur l’extrémité proximale de la pièce‑support, sont préservées sur une des marges. La figure 14d est un burin dièdre, façonné soit sur le reste d’une pièce‑support plus longue, soit sur une pièce‑support presque circulaire, combiné avec un tranchant de grattoir. Il est au moins possible que le biseau de burin représente l’étape finale de l’histoire de cet outil, étant le produit de nombreuses tailles et retailles qui ont réduit la longueur de la pièce‑support. La petite taille de 14e, tel qu’il nous est parvenu, est, au moins en partie, due à des ravivages répétés.

27116 biseaux se combinent avec d’autres biseaux sur la même pièce‑support d’outils pour former 58 burins « doubles » (biseaux de la même catégorie SRS) ou « mixtes » (biseaux de catégories SRS différentes) de typologie conventionnelle. La répartition des combinaisons de biseaux de burins apparaît dans le tableau VIII. Le Protomagdalénien se caractérise par un grand nombre de combinaisons de burins. Il y eut plus de burins multiples produits à Pataud, durant le Protomagdalénien, qu’à Laugerie‑Haute : Est ou Ouest. Pour nous, cette différence suggère l’importance à l’abri Pataud de l’emploi parcimonieux des pièces‑supports préparées préalablement, ce qui peut étayer, tout comme d’autres preuves déjà évoquées, l’hypothèse d’une occupation brève. Cependant, une analyse statistique des sous‑catégories de burins multiples indique qu’il n’y a pas de combinaison spécifique d’une sous‑catégorie SRS avec une autre. Les burins multiples représentent plutôt des combinaisons aléatoires des différentes SRS.

SRS représentées

Nombre

Dièdre/Dièdre

34

Dièdre/Sur troncature

24

Dièdre/Sur cassure

31

Dièdre/Autre

4

Sur troncature/Sur troncature

4

Sur troncature/Sur cassure

6

Sur cassure/Sur cassure

11

Sur cassure/Autre

2

TOTAL

116

TABL. VIII – Combinaisons des biseaux de burins du niveau 2 ; Nombre nombre de biseaux.

3.3.3 Lamelles à bords abattus

28Une deuxième catégorie d’outils spécifiques est celle des lamelles à bords abattus (n = 487). En s’inspirant principalement d’une de mes études (Clay 1968), Movius a déjà indiqué la nature technologique de cet outil au Protomagdalénien (Movius 1968). Les exemples de lamelles à bords abattus de Pataud suggèrent un procédé technologique adapté à la fabrication de lamelles segmentées à bords abattus destinées à être montées sur une armature de bois ou d’os (fig. 16).

FIG. 16 – Étapes de la production de lamelles segmentées à bords abattus du niveau 2. A lamelle à bord partiellement abattu avec préservation des deux extrémités naturelles ; B même chose qu’en A, mais segmentée en trois parties ; C déchet distal ; D pointes, tronquées ou cassées ; E base tronquée, partiellement abattue ; F déchets proximaux ; G segments de lamelles à bords abattus avec une troncature retouchée à une extrémité et une surface cassée à l’autre ; H segments à bords abattus bi‑tronqués ; I segments de lamelles à bords abattus cassés aux deux extrémités.

R.C. d’ap. Movius et al. 1968 : 51, fig. 28

29Le produit typique de ce procédé, comme nous l’avons interprété est le segment à bords abattus bitronqué de longueur variable (fig. 17a‑f). Mais l’on n’a retrouvé que 12 exemples complets de ce type. On a également retrouvé 4 lamelles à bords abattus pointues et tronquées qui sont très probablement aussi des exemples « finis » de lamelles segmentées à bords abattus, peut‑être des extrémités de pointes (fig. 17g). Nous considérons que toutes les autres lamelles à bords abattus (n = 471) représentent des sous‑produits du procédé de fabrication de lamelles segmentées à bords abattus. Ces sous‑produits comprennent des lamelles à bords abattus se terminant en une extrémité tronquée et une autre non travaillée (fig. 17h‑o), ou seulement en cassures (fig. 17p). 3 exemples (fig. 17p‑r) présentent une retouche denticulée sur le bord non abattu de la lamelle, ce qui est une forme rare dans cette industrie. Une autre catégorie importante consiste en pièces à bords totalement ou partiellement abattus, se terminant en une extrémité non travaillée, que ce soit la proximale ou la distale (fig. 17s‑v, x‑z). Selon le modèle technologique présenté ici, ces pièces devraient représenter des déchets de fabrication de segments bitronqués. Enfin, les figures 17w et 17bb représentent des lamelles tronquées en leur milieu mais gardant deux extrémités non modifiées, tandis que les figures 17aa et 17cc représentent des lamelles à une extrémité tronquée et une extrémité non modifiée. Les premières pourraient être des lamelles « expérimentalement abattues » jugées inadéquates et rejetées durant la fabrication, et les dernières pourraient représenter des éléments d’outils entiers sur lesquels l’extrémité non travaillée formait une variante stylistique de l’objet.

FIG. 17 – Outils à bords abattus du niveau 2. a‑f segments à bords abattus bitronqués ; g lamelle à bord abattu tronquée et pointue ; h‑o segments de lamelles à bords abattus avec une troncature retouchée à une extrémité et une surface cassée à l’autre ; p segment de lamelle à bord abattu denticulée cassé aux deux extrémités ; q, r lamelles à bords abattus denticulées tronquées à une extrémité ; s‑v lamelles à cran et à bords partiellement abattus (déchets proximaux) ; wbb lamelles à bords partiellement abattus avec préservation des deux extrémités naturelles ; xy lamelles à bords partiellement abattus tronquées à une extrémité (déchets ?) ; z lamelle à cran à bords partiellement abattus (déchet distal) ; aacc lamelles à bords partiellement abattus, avec une troncature retouchée à un bout et l’extrémité naturelle à l’autre, a‑g éléments finis de lames segmentées à bords abattus ; h‑cc fragments de cette catégorie d’outils ou sous‑produits rejetés de la fabrication de lamelles segmentées à bords abattus.

P. Laurent del./CNRS ; éch. 2/3

30La production de lamelles à bords abattus au Protomagdalénien se démarque assez nettement de la tradition gravettienne plus ancienne d’outils à bords abattus (à cette exception près, que les lamelles à bords abattus bitronquées se trouvent bel et bien au Périgordien VI du niveau 3 de l’abri Pataud (Bricker, David 1984 : 105). Les exemples du Protomagdalénien représentent très probablement les éléments d’une pointe de projectile composite et plus grande. En tant que tels, ce n’étaient probablement pas des outils, de même que les segments individuels n’étaient pas des pointes complètes (à la différence, par exemple, des pointes du Périgordien VI de La Gravette). L’importance numérique d’une catégorie composée principalement de sous‑produits à Pataud indique que la fabrication d’outils à bords abattus était une des activités principales de l’abri. Il n’est pas étonnant que 49 % des segments à bords abattus aient été façonnés à partir de silex local, puisqu’ils étaient fabriqués sur place à cause de leur taille.

31La fabrication de lamelles à bords abattus était une activité d’entretien destinée à remplacer les armes utilisées pour chasser dans la vallée de la Vézère. Cependant, le taux élevé de sous‑produits dans la collection indique l’importance de l’activité de production d’outils à l’abri mais non forcément d’utilisation des pointes composites. On a retrouvé, par exemple, une concentration importante de lamelles à bords abattus (n = 34, 7 % de toutes les lamelles à bords abattus du niveau 2) à l’entrée de l’abri dans le carré V‑D. Parmi celles‑ci, 13 (38 %) étaient des segments à bord abattu se terminant en une pointe ou une troncature à l’une des extrémités et en cassure à l’autre, 13 (38 %) étaient des segments à bord abattu se terminant seulement en cassures, et 8 (24 %) étaient des segments à bord partiellement abattu se terminant en une cassure et une extrémité brute. On ne trouvait pas, dans cette aire d’activité, de ces formes d’outils (segments bitronqués ou segments pointés/tronqués) que l’on a interprétées plus haut comme étant des éléments d’outils finis. Cela indique un lieu de fabrication d’outils situé, comme l’on pourrait s’y attendre, vers l’avant de l’abri, à la lumière, et non dans ses renfoncements obscurs. La composition de cette concentration discrète, sans éléments finis qui ont probablement été retirés de faire de fabrication des outils pour être utilisés ailleurs, vient renforcer le modèle de production proposé.

3.3.4 Grattoirs

32On dénombre 65 tranchants de grattoirs dans l’industrie du niveau 2. Ils sont fabriqués sur 64 pièces‑supports, comme suit : 42 grattoirs simples, 1 grattoir double, 19 grattoirs faisant partie d’outils composites et 2 grattoirs discoïdaux simples. La plupart des grattoirs de cette série ne correspondent pas à un modèle préconçu du grattoir sur bout de lame du Paléolithique supérieur (Sackett 1966). Ce ne sont pas des outils symétriques montés à l’extrémité de la pièce‑support. Ce sont des outils à lame, dont beaucoup sont fabriqués sur de grandes pièces‑supports de silex de la vallée de l’Isle mais les tranchants de grattoirs ne sont généralement pas bien définis, sont retouchés de façon irrégulière et ne sont que rarement montés carrément au bout d’une pièce‑support. Il est souvent difficile de faire la distinction entre le tranchant du grattoir et la retouche marginale là où les deux coexistent ou forment une intersection sur les bords de l’outil. Cette déviation du grattoir protomagdalénien par rapport aux normes conventionnelles constitue un style distinct qui le différencie des outils analogues dans les industries antérieures et postérieures.

33Les figures 18 et 15 présentent une sélection de grattoirs. La figure 18a est un exemple de tranchant de grattoir typiquement protomagdalénien monté sur une pièce‑support tout aussi typique, de silex de la vallée de l’Isle. Le tranchant de l’outil est un produit technologique minimal, en partie masqué à une extrémité par du cortex qui n’avait pas été enlevé avant la fabrication. Les deux bords de la pièce‑support furent modifiés, à des degrés variables, par la fine retouche marginale, et le tranchant d’outil à l’extrémité de cette pièce‑support n’est guère plus qu’une « intensification » de cette retouche. La figure 18f est l’un des deux grattoirs discoïdaux. Les figures 18c et 18e sont des grattoirs au tranchant retouché étroit ; tous deux sont fabriqués à partir d’extrémités distales de pièce‑support relativement étroites. Tandis que 18e est proche d’un grattoir en « arc de cercle », 18c est de forme aplatie ; la figure 15f illustre également un grattoir en arc aplati sur une pièce‑support plus grande de silex exogène. Tandis qu’en figure 18e on note une nette distinction entre le tranchant retouché du grattoir et les marges de la pièce‑support non modifiées, en figure 18c et 15f la retouche du tranchant du grattoir se mêle à la retouche marginale fine. Enfin, la figure 18d illustre la transformation d’un grattoir ogival en burin sur cassure à biseau relativement étroit, produit sur la surface de fracture du segment distal de la pièce‑support de grattoir, probablement après une fracture durant l’utilisation.

FIG. 18 – Grattoirs et lames retouchées du niveau 2. ac‑e grattoirs ; b lame à retouche marginale sur les deux bords ; grattoir discoïde ; g fragment de lame corticale à retouche marginale sur un bord, d a été rejoint ; la portion médiane cassée d’un grattoir a été réutilisée comme pièce‑support d’un burin sur cassure.

P. Laurent del./CNRS ; éch. 2/3

34Tout comme les burins dièdres, la majorité (78 %) des grattoirs sont fabriqués à partir de silex d’origine indéterminée, et la plupart ont été probablement fabriqués ailleurs. Le taux relativement peu élevé de grattoirs dans l’industrie du niveau 2, par opposition aux industries du Périgordien VI et du Magdalénien II‑III en Dordogne, est frappant. Il indique soit une utilisation différente des grattoirs au Protomagdalénien, une nette tendance à Pataud à conserver les grattoirs et à les transporter de là au prochain lieu d’occupation, soit une structure d’activités à Pataud où les tâches de grattage n’étaient pas très importantes. Si l’on accepte la première hypothèse, on admet l’existence d’une autre forme d’outil utilisée pour les tâches de grattage qui sont si répandues au Paléolithique supérieur. Il semble toutefois plus probable que la faible fréquence de cet outil au niveau 2 soit le résultat d’un usage prolongé. Les données sur les grattoirs, les burins et les lamelles à bords abattus du niveau 2 suggèrent des occupations brèves de l’abri. Le site n’était pas un camp de base où avaient lieu toute une gamme d’activités de subsistance sur une longue durée. Il semblerait plutôt que des chasseurs arrivaient à Pataud avec un équipement (toolkit) tout prêt, auquel ils ajoutaient des éléments peu nombreux et spécialisés en fonction des tâches immédiates (notamment des lamelles à bords abattus et des burins sur cassure) puis repartaient avec le même équipement dûment modifié. Une troisième hypothèse, selon laquelle le grattage n’aurait pas été une activité importante sur ce gisement, fait concurrence à cette dernière explication. Il est difficile d’évaluer cette hypothèse par rapport à l’autre. Intuitivement, on peut penser que le grattage était associé au dépeçage de gibier dont on a des preuves évidentes à Pataud.

3.3.5 Pièces‑supports retouchées et utilisées

35On totalise 106 pièces classées comme pièces‑supports retouchées, et 331 comme pièces‑supports utilisées. On considère que les premières ont été intentionnellement retouchées à des fins utilitaires, et les deuxièmes accidentellement modifiées par l’usage. Parmi les pièces retouchées, on compte 102 (96 %) lames, dont seulement 9 (9 %) sont des produits initiaux de la taille (des trimming products, cf. Movius et al. 1968 : 5), c’est‑à‑dire des lames corticales ou des lames à crête. Les pièces‑supports utilisées incluent 272 (73 %) lames dont 92 (34 %) sont des produits initiaux ou rectificatifs de la taille.

36Les lames retouchées (fig. 18bg) rappellent le caractère modal des outils de premier rang (burins, grattoirs et perçoirs) et on les interprète comme pièces‑supports d’outils potentiels non utilisés par ailleurs. Les pièces‑supports utilisées, avec moins de lames et plus de produits initiaux ou rectifiés, sont considérées comme des rejets de production d’outils. Bien que l’analyse des matériels de base qui pourrait confirmer cette hypothèse n’ait pas été faite, il est certain que les pièces‑supports retouchées comprennent de nombreuses grandes lames de silex de la vallée de l’Isle (fig. 18b). Le caractère et l’étendue de la retouche sont très semblables, qu’il s’agisse de modifications marginales sur des pièces‑supports retouchées ou de la retouche marginale sur des outils. Par exemple, il n’y pas de différence significative, en général, entre la retouche sur des pièces‑supports et la retouche sur des burins. Cela veut dire que la retouche marginale ne faisait pas spécifiquement partie du « style » d’une catégorie d’outils donnée. Il semblerait plutôt, comme nous l’avons suggéré pour les burins sur cassure, que la sorte de retouche marginale qui est une manifestation stylistique ait été effectuée principalement sur les outils qui étaient transportés d’un gisement à l’autre.

37Cependant, le caractère des pièces‑supports retouchées peut varier. Tandis que la figure 18b est très proche de la pièce‑support d’outil typique, 18g est un exemple d’un produit initial de la taille dont 50 % du cortex est intact, et qui constitue une pièce‑support d’outil tout à fait atypique. Cette lame a été fortement retouchée sur une marge. Cassée à l’extrémité proximale, elle comportait peut‑être un tranchant d’outil sur la partie manquante.

38La présence de grandes pièces‑supports retouchées au niveau 2 semble indiquer qu’une partie de l’outillage portatif du chasseur se composait peut‑être d’une ou plusieurs pièces‑supports préparées, prêtes à être converties en outils spécifiques si besoin était. Les données du niveau 2 indiquent que la pièce‑support était en silex sélectionné de valeur et que, comme les autres outils transportés, elle portait souvent de la retouche marginale. Certaines pièces‑supports étaient également préparées localement, probablement encore en tant qu’étapes dans la production d’outils.

3.3.6 Perçoirs

39La collection du niveau 2 comprend 46 extrémités d’outils classifiées comme perçoirs, montées sur 44 pièces‑supports. Ils sont technologiquement semblables à des grattoirs dans la mesure où la modification affecte l’extrémité de la pièce‑support, mais pour les perçoirs cette modification vise le dégagement d’une pointe à partir de la marge de la pièce‑support. Un examen superficiel des perçoirs au microscope suggère que la plupart des outils étaient tournés en vrilles.

40La plupart des perçoirs sont fabriqués à partir de matériels exogènes. Tout comme les grattoirs ou les burins dièdres, les perçoirs semblent avoir été une catégorie d’outil que l’on transportait souvent d’un gisement à l’autre. Ils étaient probablement utilisés à Pataud pour la fabrication de perles d’os, dont on a trouvé un grand nombre dans les horizons archéologiques et que nous étudions plus loin. Ils étaient peut‑être aussi utilisés pour d’autres travaux.

41Les perçoirs du Protomagdalénien ont des formes variables. Les exemples les plus grands, fabriqués à partir de larges pièces‑supports de lame typiquement protomagdaléniennes (fig. 19b), sont situés à une extrémité de la pièce‑support, en position médiane ; comme pour les autres catégories d’outils, les marges de la pièce‑support sont souvent retouchées. Les exemples plus petits ont des pointes perforantes asymétriques. Ceux‑ci sont parfois façonnés sur des éclats (fig. 19m), plus typiquement sur de petites lames (fig. 19eh), ou des lamelles (fig. 19g). Il y a cependant une variation dans la catégorie des perçoirs (fig. 19c, d) qui fait écho à la variation des grattoirs. On trouve également des perçoirs multiples, généralement sur de petites pièces‑supports (fig. 19h) ; l’exemple illustré est typologiquement très semblable à la forme Zinken définie dans d’autres ouvrages (Brézillon 1971 : 379, par exemple).

FIG. 19 – Perçoirs et autres objets du niveau 2. a pic ; b‑eghm perçoirs et becs ; f éclat à encoche ; i lame à encoche ; j ornement en coquille fossile perforée ; k pendeloque de pierre (perforation non terminée) ; l polissoir de pierre ; n noyau de silex (nucléus usé ?).

P. Laurent del./CNRS ; éch. 2/3

3.3.7 Association d’outils sur la même pièce‑support

42On trouvera une liste complète des associations de deux sortes d’outils sur une seule pièce‑support dans le tableau IX. Cet inventaire de 166 parties actives d’outils (c’est‑à‑dire biseaux, tranchants, pointes perforantes, etc.) sur 83 pièces‑supports comprend des burins multiples et mixtes, des grattoirs doubles et des perçoirs multiples, ainsi que toutes les sortes d’outils associés que l’on appelle souvent « outils composites » (burin + grattoir, burin + perçoir, etc.). Les données suggèrent que, dans l’industrie du niveau 2, les différentes catégories d’outils tendaient à ne pas se combiner. Il apparaît plutôt que les parties actives d’outils semblables se combinaient entre elles. Dans une certaine mesure, cela peut s’expliquer par les différences de taille moyenne entre les diverses sortes d’outils (par exemple, la disparité de dimensions entre les perçoirs et les burins) qui rendraient les combinaisons d’outils différents matériellement improbables. Une raison plus importante, toutefois, que cette limitation matérielle est que la combinaison d’outils spécifiques pour créer un outil composite bien défini n’était pas un concept couramment appliqué par les auteurs de l’industrie protomagdalénienne. Le taux de catégories d’outils en association reflète plutôt, tout simplement, la fréquence générale d’utilisation dans l’industrie d’une catégorie d’outil donnée, dans les limites imposées par la taille des pièces‑supports. Dans ce cas, les pièces comportant deux parties actives d’outils ne devraient pas être considérées comme une catégorie différente (outils composites) mais plutôt incluses, comme ici, dans la (ou les) catégorie(s) d’outils représentée(s) sur la pièce‑support.

Combinaisons d’outils

Nombre

Burin/Burin

58

Burin/Grattoir

18

Burin/Perçoir

3

Grattoir/Perçoir

1

Grattoir/Grattoir

1

Perçoir/Perçoir

2

TOTAL

83

TABL. IX – Combinaisons des classes d’outils du niveau 2 ; Nombre nombre de pièces‑supports.

3.3.8 Objets lithiques divers

43Cette catégorie comprend une grande variété d’articles. Les 146 pièces à encoche varient considérablement en dimensions. Certains des exemples les plus grands étaient sans doute employés comme vastringues pour la fabrication d’outils en os ou en bois de Renne (fig. 19i), tandis que les plus petits (fig. 19f) servaient peut‑être à des tâches plus délicates. D’autres, et en particulier ceux dont les encoches sont plus petites, ne sont peut‑être que des sous‑produits de débitage utilisés, et non véritablement des outils retouchés. La majorité des pièces à encoche sont fabriquées sur du matériel local. On trouve aussi 3 pics de silex (fig. 19a), qui ont probablement d’abord servi de nucléus puis de pics. Enfin, on trouve 1 biface de l’Acheuléen moyen qui avait visiblement été ramassé par des chasseurs protomagdaléniens. Bien qu’il y ait eu une tentative pour enlever un éclat du bout pointu, aucune autre modification ne fut apportée après cette étape initiale, peut‑être parce que le silex était très patiné.

44Les objets lithiques autres qu’en silex comprennent 1 pendeloque de pierre incomplète (fig. 19k), 15 polissoirs (fig. 191) et ce qui pourrait être un objet d’art (Movius 1977 : 28, pl. 21 et fig. e). Cet objet suggère une forme d’animal bien qu’il n’ait été que très peu travaillé. On trouve encore 3 exemples classés comme pierres travaillées diverses, 5 pièces de calcaire roulé, 9 cristaux de calcite, 1 boule de pierre, qui semble être un rognon de silex concassé (fig. 19n) et 1 hache de pierre polie (fig. 15b). 1 crinoïde fossile et 2 coquillages fossiles sont percés, probablement pour servir d’ornements (fig. 19j).

45En résumé, les objets lithiques divers du niveau 2 comprennent des catégories de témoins façonnés très hétérogènes. Les pièces à encoche sont attendues au Paléolithique supérieur mais les autres sont des objets qui n’ont été que sporadiquement signalés, probablement parce qu’ils ne sont pas fréquents.

3.3.9 Objets d’os et de bois de Renne travaillés

46On a trouvé au niveau 2 une série variée de 180 outils et ornements de bois de Renne et d’os (tabl. x). Les 7 pointes ou chasse‑lame, toutes faites en os de Renne, se distinguent par leurs extrémités très émoussées (fig. 20h). En revanche, les 11 perçoirs, qui sont tous faits à partir d’éclats d’os de Renne, ont des extrémités aiguës. Leurs dimensions et leurs préhensions assez délicates laissent à penser qu’ils ne servaient pas d’instruments de chasse. Les 5 véritables poinçons sont des exemples plus robustes de la même catégorie d’objets. Une extrémité est pointue et l’autre est émoussée (fig. 20m et 15a), ce qui suggère fortement que l’objet n’était pas utilisé pour la chasse mais qu’on le tenait plutôt en main comme un outil. Le seul ciseau est fragmentaire (fig. 20d). Les poinçons et le ciseau sont faits à partir d’os longs de Renne.

Catégories d’objets

Nombre

Pointes émoussées ou chasses‑lames

7

Perçoirs

11

Poinçons

5

Ciseau

1

Sagaies (pointes de chasse)

18

Epingles

22

Andouillers détachés de bois de Renne

9

Ramures travaillées de bois de Renne

3

Ramures coupées diverses de bois de Renne

9

Bâton de commandement

1

Os incisés

4

Os peint

1

Récipient façonné de défense de Mammouth

1

Perles (carrées à rectangulaires)

82

Perles (dents)

5

Tête de fémur percée

1

TOTAL

180

TABL. X – Inventaire des objets d’os, de bois de Renne, et des dents du niveau 2.

FIG. 20 – Objets d’os, de bois de Renne et dents du niveau 2. a fragment d’os incisé ; bcl sagaies de bois de Renne ; d ciseau d’os ; e tête de fémur de Renne percée ; f épingle d’os ; g dent perforée ; h pointe émoussée ou chasse‑lame d’os ; i pendeloque d’os perforé (imitation de dent) ; jk perles d’os ; m poinçon d’os.

P. Laurent del./CNRS ; éch. 2/3

47L’industrie du niveau 2 comprend 18 sagaies (fig. 20bcl), dont la plupart sont des fragments, consistant en extrémités antérieures ou bases biseautées et polies. Elles sont toutes faites en bois de Renne, mais elles présentent de considérables variations morphologiques, ce qui pourrait indiquer des usages différents. Les exemples illustrés montrent les principales variantes stylistiques. La figure 20b est aplatie en son milieu, arrondie et pointue aux deux extrémités. La figure 20c, malheureusement incomplète, présentait une base biseautée comme alternative d’extrémité de l’outil. Enfin, la figure 20l illustre une variante élancée et arrondie, très différente des deux premières. On suppose que les sagaies du niveau 2 étaient des pointes de chasse, mais les hypothèses sont encore ouvertes en ce qui concerne la façon dont elles étaient emmanchées.

48Les 22 épingles sont pour la plupart des pièces fragmentaires. Les quelques exemples relativement complets (fig. 20f) montrent de longs outils minces, bien travaillés et polis, à l’extrémité pointue. Elles sont toutes faites d’esquilles d’os.

49Les andouillers détachés (n = 9), ramures travaillées diverses (n = 3) et ramures coupées diverses (n = 9) sont probablement des sous‑produits de la fabrication d’autres outils, essentiellement de sagaies. Les andouillers sont les produits spécifiques de la préparation des bois destinés à la fabrication d’outils. Ils étaient tous détachés selon la technique de l’incision profonde, technique qui consistait à rainurer l’andouiller des deux côtés de sa base (probablement à l’aide d’un burin), puis à le détacher de la ramure. Les spécimens de l’abri Pataud gardent les marques des rainures à la base et semblent avoir été jetés après avoir été détachés, sans avoir eux‑mêmes servi d’outils. La largeur des rainures donne à penser que les burins employés pour cette technique étaient des burins à biseaux assez larges, et peut‑être des burins dièdres.

50Un objet très important du niveau 2 à l’abri Pataud est un bâton de commandement entier et bien conservé en bois de Renne (Bouchud 1975 : 80, fig. 1). Mesurant plus de 60 cm de long, il est perforé à la base d’un andouiller secondaire et n’est pas décoré.

514 objets d’os incisés (fig. 20a) sont des fragments d’os de Renne. 1 des pièces comporte des éraflures diverses qui pourraient être le résultat de la décarnisation. Les 3 autres ont été intentionnellement gravées et portent des rainures parallèles tout le long de l’axe de l’os, et vaguement groupées par deux. Ce sont peut‑être les différentes parties d’un même objet aujourd’hui cassé. On a retrouvé un fragment d’os peint à la base de l’éboulis 1‑2, à quelques centimètres au‑dessus du niveau 2, mais je crois que l’on peut le considérer comme faisant partie de l’industrie protomagdalénienne à Pataud. C’est un fragment d’omoplate de Renne qui a été uniformément recouvert de points de peinture ocre‑rouge (Movius 1977 : 10, fig. c).

52Un grand objet unique est considéré comme un récipient façonné dans un morceau de défense de Mammouth (fig. 21). Il a été trouvé au niveau 2, au sud de la principale concentration d’outils, sous le surplomb de l’abri. Durant les fouilles, on trouva à l’intérieur un fragment d’os aiguisé, peut‑être une partie de poinçon ou d’épingle, mais il n’y avait pas d’autre objet associé au récipient.

FIG. 21 – Récipient en défense de Mammouth du niveau 2.

P. Laurent del./CNRS ; éch. 1/2

53Les 82 perles carrées à rectangulaires (fig. 20j, k) que l’on a retrouvées au niveau 2 sont remarquablement uniformes. Elles étaient regroupées, pour la plupart, à l’arrière de l’abri. Elles sont faites en os de Renne aminci, percé des deux côtés. J’émets l’hypothèse que les os étaient amincis et percés avant d’être séparés en perles individuelles. L’uniformité des perles d’os rectangulaires du niveau 2 donne à penser qu’elles proviennent peut‑être du même vêtement et qu’elles peuvent être l’œuvre du même artisan ou d’une même période de travail. Les 5 perles de dents faites en canines de Renne véritables (fig. 20g) ou imitées (fig. 20i) illustrent un concept de perles tout à fait différent. Elles sont percées à partir de la racine et polies. Enfin, la tête de fémur percée (fig. 20e) est la surface articulaire de l’extrémité proximale d’un fémur de Renne, séparée à l’épiphyse. Le centre a été percé des deux côtés par un trou grossier.

54En résumé, l’industrie osseuse du niveau 2 est dominée en quantité par des objets considérés comme des ornements ou des articles de parure. On trouve cependant une grande variété d’outils qui, comme l’on pouvait s’y attendre, semblent avoir servi pour la chasse.

3.4 Résumé comparatif

55Dans ma première publication sur le Protomagdalénien à l’abri Pataud (Clay 1968), je comparais l’industrie du niveau 2 avec les industries du niveau F et des niveaux 36 et 38 de Laugerie‑Haute : Est, fouillés respectivement par Peyrony et Bordes (Peyrony, Peyrony 1938 ; Bordes 1958a). En ce qui concerne les dimensions stylistiques de toutes les catégories d’outils, on notait une nette similarité entre les industries protomagdaléniennes des deux abris, qui ne provenait pas seulement des attributs des outils mais aussi des pourcentages des diverses catégories d’outils. Les différences concernaient plutôt, par exemple, des écarts de pourcentage dans les matériaux bruts.

56Bien que la question ne soit pas tout à fait claire, j’ai trouvé quelques indications qui laisseraient à penser que les occupations protomagdaléniennes de Laugerie‑Haute : Est étaient plus permanentes, c’est‑à‑dire que peut‑être l’abri était utilisé plus intensivement ou qu’il l’était durant une partie de l’année plus longue. La logique admet les deux hypothèses dans la mesure où l’abri de Laugerie‑Haute était beaucoup plus grand. Cependant, il n’y avait presque pas d’indications de grandes différences temporelles entre les industries de Pataud et de Laugerie‑Haute, et certainement aucune indication de transformations stylistiques avec le temps. Cette dernière interprétation est peut‑être conditionnée par la nature stratigraphique des niveaux archéologiques du Protomagdalénien dans les deux gisements qui ne permettaient pas de subdivision des collections d’outils. Il est malgré tout toujours raisonnable de supposer que les vestiges culturels des deux abris ont été produits par le même groupe culturel.

57Dans le même projet de recherche, j’avais comparé le Protomagdalénien de Pataud avec le Périgordien VI de Pataud et Laugerie‑Haute et avec le Magdalénien II‑III de Laugerie‑Haute : Est. Pour la plupart des catégories d’outils, l’analyse stylistique fournissait très peu de raisons, pensais‑je, de supposer que le Protomagdalénien « dérivât » du Périgordien VI. Les attributs stylistiques des burins (essentiellement) et des grattoirs supposent des solutions de production différentes pour ces catégories d’outils qui apparaissent fréquemment au Paléolithique supérieur. Le seul point de ressemblance entre le Protomagdalénien et le Périgordien VI repose sur les lamelles à bords abattus, qui sont nombreuses dans les deux cas. La ressemblance serait fondée sur le taux important de lamelles segmentées à bords abattus au Protomagdalénien et sur l’existence de quelques exemples de cette forme d’outil au Périgordien VI. Cependant, pour la plus grande partie, la technologie des outils à bords abattus au Périgordien VI concernait la fabrication de petites pointes de La Gravette, des outils comprenant des pointes à bords abattus simples au lieu d’être composites. La fabrication d’outils à bords abattus au Protomagdalénien, telle que nous l’avons interprétée ici, était tout à fait différente.

58Le Protomagdalénien fut ainsi nommé par Peyrony à cause des prétendues ressemblances entre l’industrie de Laugerie‑Haute : Est et diverses caractéristiques du Magdalénien à Laugerie‑Haute et dans d’autres gisements (burins dièdres, œuvres d’art, techniques de travail de l’os) (Peyrony, Peyrony 1938 : 32). L’analyse ultérieure de Sonneville‑Bordes sur les industries du Paléolithique supérieur dans le Périgord ajoutait les lamelles à bords abattus comme nouveau point de ressemblance entre le Protomagdalénien et le Magdalénien, et plus particulièrement le Magdalénien II de Laugerie‑Haute : Est (Sonneville‑Bordes 1954 : 221‑223), ce qui venait renforcer l’hypothèse antérieure de Peyrony.

59Tandis que l’identification des lamelles à bords abattus effectuée ultérieurement par Bordes, dans d’autres niveaux du Magdalénien à Laugerie‑Haute, tend à minorer l’hypothèse qui voulait faire des lamelles à bords abattus du Protomagdalénien les précurseurs des formes d’outils du Magdalénien (Bordes 1958a: 242‑243), un argument plus fort contre cette hypothèse de la continuité culturelle est le fait que ces petits outils à bords abattus sont totalement absents de l’Aurignacien V et tardifs au Solutréen (supérieur et final), où ils apparaissent peut‑être comme le résultat de contacts avec le Magdalénien inférieur (Smith 1966 : 369). En outre, mon analyse des burins et grattoirs du Magdalénien à Laugerie‑Haute : Est suggère qu’ils sont stylistiquement très éloignés des outils du Protomagdalénien. En bref, les seuls outils offrent très peu de preuves stylistiques de l’ascendance du Magdalénien sur le Protomagdalénien. Bien qu’il y ait des similitudes dans le taux d’occurrence des catégories d’outils (par exemple, un taux élevé de burins dièdres), on peut donner des exemples de dissemblances tout aussi grandes dans le taux d’occurrence d’autres catégories d’outils (par exemple, le taux très faible de grattoirs au Protomagdalénien et très important au Magdalénien).

60En résumé, il semble qu’il soit peu justifié de continuer à appeler protomagdaléniens le niveau 2 de Pataud et les niveaux stylistiquement similaires de Laugerie‑Haute. Ils ne sont, d’après mon analyse, ni « proto » ni « Magdaléniens ». En même temps, je ne pense pas qu’il existe de raisons suffisantes pour rebaptiser ces industries « Périgordien VII », comme l’ont fait Bordes et Sonneville‑Bordes (Bordes, Sonneville‑Bordes 1966). Je me contente de laisser ouvertes les questions terminologiques en attendant d’autres études comparatives intégrant des matériels des alentours des Eyzies et d’autres régions dans une séquence culturelle plus générale. Je suis sûr que, dans cette perspective, les analyses des gisements de Corbiac (Bordes, Sonneville‑Bordes 1966 Bordes 1968a ; 1970) et du Blot (Delporte 1972 ; 1976) seront importantes.

Table des illustrations

Légende TABL. IV – Inventaire de l’industrie du niveau 2 provenant des fouilles de 1958 et 1963.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41043/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende TABL. V – Inventaire typologique des outils retouchés en silex dans l’industrie du niveau 2 et indices : IG = 3,37 ; IB = 24,91 ; IBd = 17,73; IBt = 4,84 ; IP = 3,46 (d’après H.L Movius).  Le type 30 comprend ici à la fois les burins sur cassure et les burins sur pan naturel.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41043/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 525k
Légende FIG. 13 – Graphique cumulatif pour l’industrie du niveau 2 à l’abri Pataud ; N = 1156.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41043/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende TABL. VI – Dimensions moyennes des biseaux de burins du niveau 2.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41043/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende TABL. VII – Lieu de fabrication (sources de silex) des burins du niveau 2.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41043/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Légende FIG. 14 – Burins du niveau 2. a, b (deux extrémités), e (deux extrémités),  (deux extrémités), h burins dièdres ; cf (haut) burins sur troncature ; d outil composite (burin dièdre + grattoir) ; f (bas) burin sur cassure.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41043/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 233k
Légende FIG. 15 – Objets de bois de Renne et objets lithiques du niveau 2. a poinçon en os ; b hache polie en pierre ; cd burins sur cassure ; e (haut) burin sur troncature ; e (bas) burin dièdre (tentative échouée ?) ; f grattoir.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41043/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 190k
Légende FIG. 16 – Étapes de la production de lamelles segmentées à bords abattus du niveau 2. A lamelle à bord partiellement abattu avec préservation des deux extrémités naturelles ; B même chose qu’en A, mais segmentée en trois parties ; C déchet distal ; D pointes, tronquées ou cassées ; E base tronquée, partiellement abattue ; F déchets proximaux ; G segments de lamelles à bords abattus avec une troncature retouchée à une extrémité et une surface cassée à l’autre ; H segments à bords abattus bi‑tronqués ; I segments de lamelles à bords abattus cassés aux deux extrémités.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41043/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende FIG. 17 – Outils à bords abattus du niveau 2. a‑f segments à bords abattus bitronqués ; g lamelle à bord abattu tronquée et pointue ; h‑o segments de lamelles à bords abattus avec une troncature retouchée à une extrémité et une surface cassée à l’autre ; p segment de lamelle à bord abattu denticulée cassé aux deux extrémités ; q, r lamelles à bords abattus denticulées tronquées à une extrémité ; s‑v lamelles à cran et à bords partiellement abattus (déchets proximaux) ; wbb lamelles à bords partiellement abattus avec préservation des deux extrémités naturelles ; xy lamelles à bords partiellement abattus tronquées à une extrémité (déchets ?) ; z lamelle à cran à bords partiellement abattus (déchet distal) ; aacc lamelles à bords partiellement abattus, avec une troncature retouchée à un bout et l’extrémité naturelle à l’autre, a‑g éléments finis de lames segmentées à bords abattus ; h‑cc fragments de cette catégorie d’outils ou sous‑produits rejetés de la fabrication de lamelles segmentées à bords abattus.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41043/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende FIG. 18 – Grattoirs et lames retouchées du niveau 2. ac‑e grattoirs ; b lame à retouche marginale sur les deux bords ; grattoir discoïde ; g fragment de lame corticale à retouche marginale sur un bord, d a été rejoint ; la portion médiane cassée d’un grattoir a été réutilisée comme pièce‑support d’un burin sur cassure.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41043/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 235k
Légende FIG. 19 – Perçoirs et autres objets du niveau 2. a pic ; b‑eghm perçoirs et becs ; f éclat à encoche ; i lame à encoche ; j ornement en coquille fossile perforée ; k pendeloque de pierre (perforation non terminée) ; l polissoir de pierre ; n noyau de silex (nucléus usé ?).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41043/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 243k
Légende FIG. 20 – Objets d’os, de bois de Renne et dents du niveau 2. a fragment d’os incisé ; bcl sagaies de bois de Renne ; d ciseau d’os ; e tête de fémur de Renne percée ; f épingle d’os ; g dent perforée ; h pointe émoussée ou chasse‑lame d’os ; i pendeloque d’os perforé (imitation de dent) ; jk perles d’os ; m poinçon d’os.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41043/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 201k
Légende FIG. 21 – Récipient en défense de Mammouth du niveau 2.
Crédits P. Laurent del./CNRS ; éch. 1/2
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41043/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 140k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search