Version classiqueVersion mobile

Le match de football

 | 
Christian Bromberger

IV La rhétorique des supporters

Le supporterisme comme spectacle total : une mise en scène codifiée et parodique

Texte intégral

« Tutti insieme ! Avanti ! Dietro ! A sinistra ! A destra. »
(« Tous ensemble en avant ! En arrière ! A gauche ! A droite », ordres donnés par le capo tifoso à ses troupes pour composer une chorégraphie.)
« Mamma... Solo il Napoli ti eguaglia. »
(« Maman... Seul le club de Naples t’égale. »)

1Le match de football se singularise, par rapport à d’autres formes de représentation (y compris sportives, le silence est de mise autour d’un terrain de tennis), par une intense participation corporelle et sensorielle des spectateurs. Tous les registres de la communication (verbale, gestuelle, instrumentale, graphique), tantôt associés, tantôt disjoints, sont mis en œuvre pour soutenir son équipe, exprimer sa haine de l’autre et scander le « drame sacrificiel ». La voix sert à commenter la partie, à prodiguer encouragements et insultes, à entonner à l’unisson slogans rythmés et chants ; les instruments (tambours, klaxons, sifflets, trompettes) donnent le tempo des exhortations et de la charge (batterie de tambours), signalent avec emphase les exploits des nôtres et les revers des autres (sonnerie de trompette ponctuant une série de dribbles, un but victorieux ou la blessure d’un adversaire) ; postures et gestes codifiés – parfois figuratifs – expriment la joie, l’enthousiasme, le désarroi, la fidélité, le malheur que l’on souhaite aux autres, l' écriture, ayant pour support des banderoles ou composée à l’aide de lettres amovibles, permet d’adresser des messages d’encouragement aux siens, d’insultes aux autres ou encore de fixer le nom du groupe de supporters auquel on appartient ; le dessin caricature les adversaires, embellit et sacralise les héros ; le vêtement, la parure (écharpes, perruques, grimage des visages...), les accessoires belliqueux (étendards) composent un stade aux couleurs du club que l’on soutient, tandis que divers emblèmes (tête de mort, masque de diable, cercueil réservé à l’équipe rivale) symbolisent le malheur que l’on souhaite à ses adversaires.

Un spectacle total

  • 31 Genre de théâtre shiite où est mise en scène la douloureuse passion de l’êmam Hoseyn et de ses affi (...)
  • 32 Sur les caractéristiques de la « masse en anneau », voir Canetti (1986 : 26). On ne suivra pas cepe (...)

2Il s’agit donc d’un spectacle total qui abolit les frontières conventionnelles de la représentation. Les spectateurs sont aussi les acteurs du drame. Ils trépignent, « vibrent », exultent, interviennent, protestent à l’unisson des joueurs qu’ils soutiennent, comme dans certaines formes de théâtre populaire (les mystères du Moyen Age, les ta’ziye31 du monde iranien, par exemple). Mais ces acteurs sont aussi objets de spectacle pour le public assemblé dans l’enceinte annulaire32 du stade. Les supporters tiennent ainsi trois rôles qu’ils combinent et assument avec plus ou moins d’intensité aux différents moments de la partie : ils regardent, agissent, font le spectacle.

  • 33 Les animateurs des groupes ultras nous disent perdre deux à trois kg par match... comme les joueurs
  • 34 Selon les termes de M. Maffesoli (1991 : 61) qui vont à l' encontre des données d’observation.

3Cette participation mimétique et visible se traduit par une dépense corporelle33 festive, c’est-à-dire excessive, affranchie des pesanteurs de la bienséance et du travail quotidiens. Est-ce à dire pour autant que gestes et vociférations sont des manifestations spontanées, expressions à l’état brut de la force des émotions ? Ces pratiques sont, en fait, pour la plupart, étroitement codifiées et ritualisées, à l’opposé donc du défoulement anarchique, de la « confusion », de la « visco-sité »34 qu’y perçoivent trop facilement une psychologie et une anthropologie sommaires. On distinguera deux grands types de codification de ces émotions partisanes ; au premier registre se rattachent attitudes et comportements programmés, parfois répétés et minutés, qui scandent les séquences constantes du scénario d’un match ; au second, les réactions ponctuelles – stéréotypées elles aussi mais moins élaborées – qui accompagnent le déroulement singulier et imprévisible de la partie.

4Parmi les manifestations visuelles et sonores qui forment la trame fixe de la démonstration partisane, on retiendra, entre autres, les slogans et les chants que les supporters entonnent à un moment bien déterminé (par exemple, les Ultras marseillais exécutent leur hymne, pour la première fois dans la soirée, trois quarts d’heure avant le début de la partie), l’exhibition des étendards, des écharpes, des emblèmes pendant la demi-heure qui précède le coup d’envoi, puis, à l’entrée des joueurs sur le terrain, le retentissement des cornes de brume, l’embrasement des fumigènes multicolores ; à l’annonce de la composition de l’équipe, les Ultras lèvent le bras en cadence, la main ou le poing fermé, et, pendant le match, ils exécutent invariablement des figures gestuelles sous les ordres du capo tifoso. A ces séquences collectives fixes – indépendantes du contexte spécifique de la partie – s’adjoignent des variantes, elles aussi programmées, qui soulignent l’importance particulière d’une rencontre : pendant l’avant-match agiter des ballons ou des pompons aux couleurs du club, baisser la tête, tourner le dos en tenant son voisin par les épaules et donner ainsi à voir au public un immense patchwork qui couvre le virage, composer une chorégraphie bariolée, comme lors du derby Torino-Juve, ou encore une effigie emblématique – une galère phocéenne, lors de la demi-finale de Coupe d’Europe om-Spartak en 1991 – etc., puis, à l’entrée des équipes sur le terrain, déployer l’immense voile, marque des grandes occasions.

5Les émotions et réactions qu’engendre le déroulement aléatoire du match s’expriment à travers une série de gestes et de paroles conventionnels qui laissent, au bout du compte, peu de place à l’explosion erratique des affects : applaudissements pour marquer sa satisfaction, sifflets pour manifester sa désapprobation, embrassades, sautillements pour dire sa joie après le but, bras d’honneur pour souligner la jubilation que suscite un revers adverse, ola pour exprimer l’enthousiasme collectif, mains posées sur la tête pour traduire sa désillusion, bras qui se dresse, la paume ouverte, pour protester, slogans vengeurs pour hurler sa colère ou encore bras parallèles tendus à l’horizontale, mains jointes, doigts formant des cornes pour conjurer le mauvais sort et l’angoisse avant le penalty. Quant aux gestes que s’adressent les chefs ultras des deux camps qui s’opposent, ils forment un véritable langage, une sorte de sémaphore de la provocation : les mains dressées sur la tête (en oreilles de lapin) stigmatisent la couardise des supporters adverses, le balancement des avant-bras la domination (sexuelle) qu’ils subissent, le moulinement des mains annonce qu’ « on se retrouvera à la sortie » pour régler les comptes. Échappent partiellement à cette codification les mêlées qui suivent, dans les virages, un but décisif : les Ultras crient de joie, dégringolent les uns sur les autres, esquissent des bagarres qui dégénèrent rarement, projettent l’un des leurs vers les gradins situés en contrebas, jouant à faire les fous, après d’interminables minutes d’attente et d’anxiété. Mais ce jeu connaît ses limites que l’on se plaît à frôler plutôt qu’à transgresser.

  • 35 Au sens que leur donne J. Huxley (1971 : 9), c’est-à-dire comme des « formalisations et des canalis (...)
  • 36 C’est toujours sur le mode de la confidence que les supporters « avouent » leurs larmes ou leur nui (...)

6Bref les rites35 du supporterisme offrent une gamme limitée de gestes et d’attitudes stéréotypés (une quinzaine, sans compter les manifestations avec emblèmes et instruments) qui canalisent, selon un code culturellement déterminé, les émotions sincères que l’on éprouve au fil du match. Sous ces expressions ostentatoires affleure la part irréductiblement individuelle du sensible : le teint blême, les tremblements, une larme que l’on s’empresse d’écraser, un regard hébété... Or, s’il est convenable, dans le contexte du match, de dire des gros mots, de siffler, d’applaudir à tout-va, il l’est moins, dans cette chambrée d’hommes, de donner des signes tangibles de sa fragilité. La ritualisation collective s’offre comme un rempart au flux des émotions intimes36, à une « féminisation » du spectacle.

  • 37 Selon l’expression de G. Haldas (1981 : 40) qui consacre de belles pages aux émotions ressenties av (...)
  • 38 On n’entend pas par là que le spectacle des gradins présente les mêmes qualités artistiques qu’un o (...)

7« Tendre vert de la pelouse37 » d’où se détache le ballet coloré des joueurs, arabesques des ailiers, développement géométrique du jeu, envolées des gardiens... le match de football prend place parmi les arts visuels, source privilégiée – voire unique pour certains, comme le souligne P. Handke (Handke 1980 : 26) – d’expérience et de sentiment esthétiques. Le spectacle des gradins redouble et amplifie celui du terrain : parures, déguisements, étendards et banderoles, chorégraphies, mouvements ondulants des corps formant une ola, chants, rythmes, roulements de tambour, sonneries de trompettes, etc., composent une sorte d’opéra38, un moment exceptionnel d’esthétisation festive de la vie collective.

8Cette mise en scène spectaculaire de l’engouement témoigne d’un sens aigu du bricolage, c’est-à-dire de cette capacité à « s’arranger avec les moyens du bord » (Lévi-Strauss 1962 : 27), à donner de nouvelles fonctions aux matériaux disponibles. En ce sens la culture du supporterisme est créative : elle transforme en accessoires chorégraphiques des assiettes en carton, des écharpes, que l’on brandit ou que l’on fait tournoyer ; elle emploie le matériel nautique (cornes de brume, bombes fumigènes de détresse) pour saluer l’entrée et les exploits des joueurs ; elle emprunte au folklore ses instruments (les crécelles), à la religion ses emblèmes (crucifix, etc.), à l’armée des étendards, aux manifestants de rue leur tenue de combat, aux organisations politiques leurs symboles les plus provocateurs, aux mouvements révolutionnaires l’image de leurs idoles. Vorace, elle intègre tout élément nouveau susceptible de faire spectacle, d’encourager les siens ou d’intimider l’adversaire.

  • 39 « Le soldat amoureux », célèbre chanson composée par Califano et Cannio en 1915.
  • 40 « Cendrillon ». Les supporters napolitains ont ainsi recomposé les paroles de cette célèbre chanson (...)
  • 41 « Quel est ce petit bouquet de fleurs/qui vient de la montagne ? »
  • 42 Hymne national des pays de langue d’oc, composé par F. Mistral en 1868. C’est sur l’air de La Coupo (...)

9Cette boulimie est particulièrement frappante quand on examine le répertoire vocal et choral des supporters. Rythmes et mélodies, que l’on reprend ou sur lesquels on plaque des paroles partisanes, proviennent des genres populaires les plus hétérogènes : cantiques religieux (Ave Maria de Lourdes), airs d’opéra (Marche triomphale d’Aida de Verdi), hymnes nationaux (on entonne volontiers La Marseillaise à Marseille comme à Naples et on l’exécutait tout particulièrement à Turin pour encourager Platini), musique militaire (Le salut aux chefs de la Marine américaine à Turin), « tubes » internationaux d’hier et d’aujourd’hui (When the Saints Go Marching in, My Darling Clementine, Guantanamera, Yellow Submarine, La Panthère rose, Che sarà sarà, Pomrompompero, La Lambada...), succès locaux ou chansons populaires régionales (O’surdato ’nnammurato39, Gatta Cenerentola...40 à Naples, Quel mazzolin di fiori/Che vien dalla montagna41), chants nationalitaires (les Ultras marseillais ont récemment intégré dans leur répertoire l’air de La Coupo Santo42, naguère mélodie de l’hymne du club), musiques de danses folkloriques (tarentelle à Naples), slogans politiques (le soixante-huitard « Ce n’est qu’un début/Continuons le combat ! » a donné son rythme à « Qui c’est les plus forts/les plus forts c’est l’om ! » et « X, salaud, le peuple aura ta peau ! » s’est transformé, dans les gradins, en « L’arbitre, salaud, le peuple aura ta peau ! »), etc. Cette concrétion et cette réinterprétation de répertoires extraordinairement variés ne sont-elles pas les marques de la version contemporaine, par excellence, du folklore, « cet agglomérat indigeste de toutes les conceptions du monde et de la vie qui se sont succédé », selon la définition d’A. Gramsci ? (Gramsci 1975 : 288.) Le match de football est une des rares occasions où s’expriment, de façon collective, un folklore vivant, un minimum culturel partagé qui scelle une commune appartenance.

10Deux traits méritent encore d’être notés pour prendre la mesure de ce folklore spectaculaire de notre temps : l’uniformité relative d’un stade à l’autre des répertoires gestuels, vocaux, instrumentaux ; la particularisation, par quelques nuances hautement significatives, de chaque « tradition » locale, régionale ou nationale.

  • 43 En employant ce terme, on n’entend pas porter un jugement de valeur et exhausser gestes et chants d (...)

11On a pu justement comparer la « culture43 » des stades à celle des discothèques (Dal Lago 1990 : 102) : de l’une à l’autre on ne se sent guère dépaysé. On y retrouve les mêmes rythmes et les mêmes mélodies entraînantes, facilement mémorisables, dont on fredonne approximativement les paroles. Les répertoires des supporters, qui circulent d’un stade à l’autre, d’un pays à l’autre, se diffusent avec une extrême rapidité (y compris à travers les revues spécialisées, tel Supertifo). On entend ainsi sur tous les gradins des chants similaires, adaptés et traduits. Le « must » est aujourd’hui le couplet suivant sur l’air de... L’uva fogarina, une chanson populaire du Frioul, célébrant les vendanges et les amours qui les accompagnent :

Version italienne

(Naples)

Quando saremo

Nella curva A,

Corne la bomba

Noi esploderemo.

Napoli qua,

Napoli la,

Napoli è forte

E vincerà.

Version française

(Marseille)

Quand le virage

Se met à chanter,

C’est tout le stade

Qui va s’enflammer.

Il faut chanter.

Il faut chanter,

Et notre équipe

Va gagner.

12(Quand nous serons / Dans le virage A,)

13Comme la bombe / Nous exploserons/

14Naples ici, / Naples là/

15Naples est forte / et vaincra.)

  • 44 Cf. supra p. 42.

16Témoin de cette circulation et de ces réinterprétations, l’hymne parodique à Maradona (Oh ! Mamma, mamma, mamma, mamma, (bis). Sai perché mi batt’el corazon ? Ho visto Maradona (bis) / Oh ! Mamma innamorato son) qu’entonnaient les tifosi napolitains44 : il emprunte sa mélodie à un succès populaire des dernières décennies et a été adapté de la façon suivante, au risque de quelques anicroches métriques, par les Ultras marseillais :

Oh! Mamma, mamma, mamma, mamma, (bis)
Sais-tu pourquoi mon cœur bat bleu et blanc ?
J’ai vu jouer l’om,
J’ai vu gagner l’om,
C’est pourquoi mon club
Je l’aime tant.

  • 45 Voir, entre autres, pp. 92 et 145.

17Il existe donc une culture internationale du supporterisme en perpétuelle évolution, dont les groupes ultras se disputent les innovations dans la compétition spectaculaire qu’ils se livrent. Mais cette uniformité moderne n’efface pas l’expression des singularités locales. Celles-ci s’expriment aussi bien à travers des variantes stylistiques, des répertoires spécifiques que l’on a évoqués plus haut45qu’à travers des emblèmes ou des traditions expressives singulières. Couleurs diverses, quelques chansons formant un fond propre (l’hymne des Ultras à Marseille, les emprunts aux mélodies locales à Naples), des tenues qui commémorent un passé auquel on s’agrippe (les supporters lensois portent un casque de mineur), des instruments qui sonnent comme un clin d’œil aux stéréotypes (cloches brandies et agitées pour soutenir son équipe en Suisse), des représentations, bien sûr, des protecteurs du lieu (Notre-Dame de la Garde à Marseille, San Gennaro à Naples, etc.). Plus fondamentales, et involontaires, sont les différences de tradition expressive : le « génie » des supporters britanniques est avant tout choral, domaine où leurs homologues français demeurent médiocres. Ce sont, sans aucun doute, les tifosi italiens qui réalisent la synthèse la plus harmonieuse entre les arts visuels et vocaux, entre le geste et la parole.

Une rhétorique facétieuse et distanciée

  • 46 Sur cet art du simulacre et du chiqué, voir Lamoureux (1985).

18Contrairement au combat de catch, pantomime burlesque46 que l’on vient voir pour rire, le match de football n’est pas une histoire drôle. Intensité du drame, gravité des symboles, angoisse, souffrance, joie semblent laisser bien peu de place au sourire, complice ou détaché.

60. Une esthétisation de la vie collective : se grimer aux couleurs du club. (Marseille, mai 1987, photo C. B.)

61. La parodie. « Titus », le chien d’un supporter revêtu d’emblèmes aux couleurs de l’OM. (Marseille, sept. 1993, photo anonyme, coll. Le Provençal)

  • 47 Les joueurs du Racing Club de France lors de la finale du championnat de France 1987-1988.

19On ne badine pas avec un match. Tel esprit supérieur qui, aux temps forts de la partie, manierait l’ironie l’apprendrait vite à ses dépens. Sur le terrain le ton non plus n’est guère à la plaisanterie. La facétie ne fait irruption qu’en marge de la compétition, dans les vestiaires après une victoire ou à l’entraînement, loin des tensions. Rien cependant, dans le monde du football, qui s’apparente à ces parodies de match qu’organisent d’anciens rugbymen, à ces parures facétieuses qu’ont arborées leurs cadets lors d’une finale de championnat47, à ces troisièmes mi-temps, ludiques, carnavalesques, que ceux-ci organisent régulièrement. En suivant cette comparaison, ne pourrait-on opposer deux points de vue sur le monde, l’un rugbystique, modelé par l’imaginaire de la fête rurale occitane et les facéties de carabin, le second footballistique, pétri dans l’univers du travail industriel et urbain ? Au premier abord donc le rire ne semble guère de mise sur le terrain, comme dans les gradins, comme il déroge et dérange dans les grands genres dramatiques.

20Si le football est un jeu métamorphosé en drame, le comique resurgit pourtant sous deux formes différentes qui atténuent l’intensité des sentiments et ponctuent de dérisoire le sérieux de la confrontation. D’une part, on l’a déjà souligné, ce sport recèle, par ses propriétés intrinsèques, des virtualités comiques qu’alimentent des situations imprévisibles et la duperie, ruse ou tricherie, un des schèmes fondamentaux du jeu. D’autre part, l’adhésion militante n’exclut pas une mise à distance, voire une mise en scène facétieuse, de sa propre pratique. Quand les jeunes supporters déclarent « On s’est bien marré au match ! », cela ne signifie pas, sinon occasionnellement, que la partie a été riche en épisodes cocasses mais qu’ils ont soutenu leur équipe sur un mode emphatique et parodique. Ils ont joué leur rôle avec sincérité mais sans s’interdire un clin d’œil amusé en hurlant des slogans outranciers ou en brandissant des emblèmes agressifs.

21On saisit cette distanciation facétieuse quand les spectateurs réclament bruyamment un penalty en faveur d’un joueur de leur équipe, qui s’est effondré dans la surface de réparation, terrassé par un coup qu’il n’a pas reçu. Leurs vociférations sont entrecoupées de sourires entendus. On perçoit tout autant cette ambiguïté des comportements partisans quand on examine les procédés rhétoriques mis en œuvre pour soutenir les siens et disqualifier les autres. Un supporterisme à l’état brut se contenterait d’encouragements et d’insultes conventionnels : « Allez.... », « Bravo », « Vive... », « A bas... », « A mort... » Parodie, emphase, jeux de mots et jeux de sens qui s’épanouissent dans les stades, introduisent un écart par rapport à cette norme minimale et viennent tempérer la gravité des sentiments et du drame.

  • 48 On trouve là des formes de détournement de supports mélodiques similaires aux parodies de vêpres an (...)
  • 49 Sur la disjonction comme procédé comique, voir Morin (1966) et Bromberger (1986).
  • 50 Alors secrétaire d’État à l’Enseignement supérieur.

22La dépréciation de l’autre, voire le soutien aux siens empruntent souvent la voie de la parodie burlesque : mise en bière symbolique de l’adversaire (on en a donné maint exemple) qui suscite la joie ; détournement et adaptation facétieuse de rythmes, slogans, mélodies relevant d’autres registres (L’Ave Maria de Lourdes converti en « Allez, Allez, Allez-ez les bleus », etc.)48 ; disjonction49 sémantique ou stylistique au sein d’un même message comme dans cette adresse, que l’on a déjà mentionnée : « Oh ! l’arbitre, écoute la voix du Seigneur : Enc... », dont la déclamation souligne l’intention parodique ; la première proposition est dite lentement et mezza voce, le dernier mot est hurlé, on le devine, à pleine voix. On retrouve le même procédé dans une série de gestes quand tel supporter achève chaque salve d’applaudissements par un bras d’honneur ou encore dans la formation des noms que se donnent les groupes ultras où se télescopent références politiques et emblème footballistique : « Settembre bianconero » (« septembre blanc et noir »), etc. Ces amalgames facétieux, entrecroisant genres et registres, franchissent les limites du stade quand, par exemple, des lycéens et des étudiants scandent sur la Canebière lors des manifestations de décembre 1986 : « Devaquet50, salaud, l’om aura ta peau ! » C’est incontestablement à Naples lors des fêtes du scudetto que cet art de la parodie atteint son plus haut degré d’achèvement : cérémonies, folklore, stéréotypes font l’objet, on l’a vu, de réinterprétations bouffonnes et ironiques ; monuments, équipements urbains n’échappent pas à ce bricolage comique : Dante, dont la statue trône sur la place du même nom, est transformé en supporter brandissant un drapeau bleu azur ; dans les quartiers populaires, les panneaux de sens interdit ont été repeints aux couleurs du club, etc.

62. L’ascension et la relégation. Une illustration parodique des exploits et des déboires de l’OM dans les années 1960-1970. (Coll. C. B.)

23L’emphase dans la mise en scène de l’adhésion contribue à cette atmosphère carnavalesque. Grimages, vêtements, parures témoignent souvent d’une exagération consciemment bouffonne. Ainsi l’accoutrement de certains supporters tient-il tout à la fois de la panoplie guerrière et de la mascarade burlesque où le trait est grossi jusqu’à la démesure : perruques et chasubles aux couleurs criardes, profusion d’emblèmes provocateurs et caricaturaux (tels ces étendards ou ces autocollants des Ultras marseillais représentant un gladiateur, une tête de mort un couteau entre les dents, un monstre aux doigts en forme de sabres, etc.).

24La rhétorique facétieuse du supporterisme s’exprime encore à travers le foisonnement des jeux verbaux : jeu sur la forme des mots pour produire un nouveau sens (calembours et àpeuprès), jeu sur le sens des mots pour produire une nouvelle forme (métaphores humoristiques...).

25Au premier registre se rattachent les variations corrosives ou laudatives sur les noms des présidents, des joueurs ou des clubs et l’on a vu à quel point les supporters excellent dans l’exploitation de ces ressources paronymiques. Du second registre relève une floraison d’expressions humoristiques : « En cage les canaris ! », hurle-t-on aux joueurs nantais qui portent un maillot jaune, point de départ de cette chaîne de métaphores. « C’est du pur porc ! », constate-t-on avec un sourire amer quand Strasbourg marque un but à l’om, etc. Ces jeux de sens peuvent encore être mis à profit pour dénigrer ceux qui, parmi les siens, ont démérité. En 1987, l’om recruta un solide milieu de terrain, Delamontagne, dont les exploits ne furent pas à la mesure de ce que suggérait son nom aux esprits sarcastiques ; ceux-là mêmes le rebaptisèrent Delacolline.

  • 51 Truand marseillais qui venait d’être arrêté.

26Au fil des matchs, des commentaires facétieux, qui ne sont ni des éloges ni des insultes, ponctuent des actions de jeu : quand un joueur dégage le ballon « dans les nuages » notre voisin d’un jour s’exclame en filant l’antiphrase : « Oh ! le poète ! » La distanciation comique prend un tour encore plus explicite quand de jeunes supporters scandent des slogans délibérément provocateurs qui n’ont plus rien à voir avec le déroulement de la partie. Ainsi, au cours d’une demi-finale dramatique du championnat d’Europe des Nations (France-Portugal en 1984), vivats et encouragements étaient entre coupés de « Libérez Zampa51 ! » hurlé par une cohorte bouffonne. Formes extrêmes de cette distanciation, ces moments où les supporters en viennent à rire d’eux-mêmes, de leur passion, des stéréotypes qui s’attachent à eux, voire des déboires de leur équipe : tel tifoso brandit une pancarte où l’on peut lire « Mamma sono qui » (« Maman, je suis là »), réflexion bouffonne sur l’anonymat du spectateur ; tel autre une banderole où est inscrit « Mamma solo il Napoli ti eguaglia » (« Maman, seul le club de Naples t’égale ») ; tel autre enfin évoque avec ironie l’histoire peu glorieuse des siens : « Scusate per il ritardo 1926-1987 » (« Excusez pour le retard : 1926-1987 »), le Napoli n’ayant conquis son premier titre qu’après soixante et un ans d’existence.

  • 52 Sur ces « courts-circuits » ludiques de la pensée, voir Bastide (1970).

27Parenthèse festive dans le temps, dans l’espace et les normes de tous les jours, l’effervescence du stade se prête tout particulièrement à l’invention et à l’expression de ces « courts-circuits » ludiques de la pensée52.

  • 53 Par exemple chez les Indiens Chulupi. Voir Clastres (1974).

28Toutes ces manifestations facétieuses tempèrent sans doute, par intermittence, l’intensité du drame mais elles conservent, pour la plupart, une profonde ambiguïté : les quolibets cocasses que l’on adresse aux adversaires relativisent sans doute la portée des insultes mais ils consacrent aussi l’acuité des enjeux. Parodie, emphase, jeux verbaux s’épanouissent d’autant plus que l’adversaire est redoutable et que l’hostilité que l’on éprouve pour lui est forte. Ici, comme ailleurs53, on rit d’abord et surtout de ce que l’on craint : du leader du championnat, d’une équipe honnie à la suite d’une longue tradition d’inimitié, de la vedette adverse, d’autant plus brocardée que menaçante et impériale, ou encore des siens quand la honte subie devient insupportable. Par là même le rire exorcise partiellement le drame, substituant le farcesque au tragique, la dérision à l’expression violente des sentiments ; il joue donc une fonction cathartique mais nous rappelle, par les registres où il puise, que le match nous parle de choses graves : la mort, le sexe, l’identité de l’autre. Si précaire et fragile soit-il, il souligne cependant qu’une participation sincère et militante n’exclut pas une mise à distance sporadique de l’événement et de ses propres émotions.

  • 54 Sur ces comportements « doubles », voir Barel (1989).

29Cette conjonction d’un engagement sérieux et d’une conscience interstitielle du dérisoire est une caractéristique majeure de la partisanerie sportive. Les comportements des supporters apparaissent ainsi comme des compromis ou plus souvent comme des oscillations54entre mobilisation fervente et prise de distance amusée. Au cœur du drame, la participation est, sur un mode ritualisé, ce qu’elle nous dit et nous montre à travers slogans et emblèmes : la guerre, l’amour des siens et la haine des autres ; à d’autres moments, plus relâchés, elle glisse vers une mise en scène satirique de ces mêmes thèmes et comportements, rituels au second degré pour ainsi dire. Les insultes demeurent souvent les mêmes mais le regard et le ton s’infléchissent.

30Les ethnologues ont parfois noté les décalages entre les attitudes des fidèles et la gravité des cérémonies qui les rassemblent.

  • 55 Voir, dans le même sens, les remarques fort pertinentes de M. Douglas (1971 : 24) : « L’anthropolog (...)

Il arrive, remarque Malinowski (1963 : 202), qu’au beau milieu d’une tâche un homme se mette soudain à exécuter rapidement une opération rituelle tandis que ses compagnons continuent à bavarder et à rire sans s’occuper de lui le moins du monde55.

  • 56 Cette expression est d’A. Piette, auteur de deux essais pénétrants (1990, 1992) sur la « latéralité (...)

31C’est bien de cette « implication paradoxale56 », qui s’accommode d’attitudes contradictoires, que relèvent les comportements des supporters. Et c’est cette même ambiguïté qui transparaît quand on envisage le match de football comme un des rituels majeurs de notre temps.

Notes

31 Genre de théâtre shiite où est mise en scène la douloureuse passion de l’êmam Hoseyn et de ses affidés. Pendant les représentations les spectateurs manifestent leur affliction et prennent à partie les acteurs tenant les rôles des « méchants ».

32 Sur les caractéristiques de la « masse en anneau », voir Canetti (1986 : 26). On ne suivra pas cependant l’auteur quand il écrit au sujet des individus formant cette masse : « Ils finissent par se ressembler beaucoup ; ils se comportent similairement » (Ibid. : 26-27). Sur la diversité des attitudes, l’affirmation des différences dans l’espace du stade, voir supra p. 209 et pp. 221-228.

33 Les animateurs des groupes ultras nous disent perdre deux à trois kg par match... comme les joueurs.

34 Selon les termes de M. Maffesoli (1991 : 61) qui vont à l' encontre des données d’observation.

35 Au sens que leur donne J. Huxley (1971 : 9), c’est-à-dire comme des « formalisations et des canalisations adaptatives de comportements à motivation émotionnelle ».

36 C’est toujours sur le mode de la confidence que les supporters « avouent » leurs larmes ou leur nuit agitée après une défaite.

37 Selon l’expression de G. Haldas (1981 : 40) qui consacre de belles pages aux émotions ressenties avant et pendant le match.

38 On n’entend pas par là que le spectacle des gradins présente les mêmes qualités artistiques qu’un opéra mais qu’il combine, comme l’opéra, toutes les ressources des beaux-arts (mouvements corporels, décor, drame, musique, chant).

39 « Le soldat amoureux », célèbre chanson composée par Califano et Cannio en 1915.

40 « Cendrillon ». Les supporters napolitains ont ainsi recomposé les paroles de cette célèbre chanson de De Simone : « Che belle cosce ca tene Maradona » (« Quelles belles cuisses a Maradona »).

41 « Quel est ce petit bouquet de fleurs/qui vient de la montagne ? »

42 Hymne national des pays de langue d’oc, composé par F. Mistral en 1868. C’est sur l’air de La Coupo Santo qu’a été composé le chant de l’OM, enregistré en 1971 par Félix Pironti, une ancienne gloire du club.

43 En employant ce terme, on n’entend pas porter un jugement de valeur et exhausser gestes et chants des Ultras au niveau d’une grande œuvre artistique. A. Finkielkraut a justement dénoncé les dérives ethnologistes aboutissant à reconnaître un égal statut aux différentes productions culturelles. Si les manifestations des Ultras relèvent indéniablement de l’esthétique, nous ne prétendons pas pour autant qu’une belle chorégraphie dans les gradins « vaut un ballet de Pina Bausch » (Finkielkraut 1987 : 138).

44 Cf. supra p. 42.

45 Voir, entre autres, pp. 92 et 145.

46 Sur cet art du simulacre et du chiqué, voir Lamoureux (1985).

47 Les joueurs du Racing Club de France lors de la finale du championnat de France 1987-1988.

48 On trouve là des formes de détournement de supports mélodiques similaires aux parodies de vêpres analysées par J. Cheyronnaud (1988).

49 Sur la disjonction comme procédé comique, voir Morin (1966) et Bromberger (1986).

50 Alors secrétaire d’État à l’Enseignement supérieur.

51 Truand marseillais qui venait d’être arrêté.

52 Sur ces « courts-circuits » ludiques de la pensée, voir Bastide (1970).

53 Par exemple chez les Indiens Chulupi. Voir Clastres (1974).

54 Sur ces comportements « doubles », voir Barel (1989).

55 Voir, dans le même sens, les remarques fort pertinentes de M. Douglas (1971 : 24) : « L’anthropologue attend pour le moins des primitifs qu’ils célèbrent leurs rites avec révérence. Comme le touriste libre penseur en visite à Saint-Pierre, il est choqué par le bavardage irrespectueux des adultes, par les enfants qui jouent aux galets sur les dalles de pierre. »

56 Cette expression est d’A. Piette, auteur de deux essais pénétrants (1990, 1992) sur la « latéralité » et la distanciation dans les rituels contemporains.

Table des illustrations

Légende 60. Une esthétisation de la vie collective : se grimer aux couleurs du club. (Marseille, mai 1987, photo C. B.)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4102/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Légende 61. La parodie. « Titus », le chien d’un supporter revêtu d’emblèmes aux couleurs de l’OM. (Marseille, sept. 1993, photo anonyme, coll. Le Provençal)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4102/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Légende 62. L’ascension et la relégation. Une illustration parodique des exploits et des déboires de l’OM dans les années 1960-1970. (Coll. C. B.)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4102/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 600k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search