Version classiqueVersion mobile

Le Paléolithique supérieur de l’abri Pataud (Dordogne)

 | 
Harvey M. Bricker

Chapitre 1. Les fouilles de H. L. Movius Jr. à l’abri Pataud : généralités

1 The excavations of H. L. Movius Jr. at the abri Pataud : Introduction

Harvey M. Bricker, Alison S. Brooks, R. Berle Clay et Nicholas David

Résumé

Les fouilles de l’abri Pataud, dirigées par le Pr H. L. Movius Jr., ont été effectuées entre 1953 et 1964. Une grande tranchée, d’une largeur de 14 m au sommet allant jusqu’à 6 m à la base, a fourni des échantillons du contenu de l’abri proprement dit, des couches récentes jusqu’au lit rocheux. Des tranchées plus petites ainsi que des sondages ont offert des échantillons venant du talus devant l’abri.

Quatorze niveaux archéologiques ont été identifiés, la plupart ayant livré les indices de plusieurs occupations successives. La séquence culturelle s’étend de l’Aurignacien (niveaux 14 à 6) au Solutréen inférieur (niveau 1), en passant par le Périgordien moyen (niveau 5), le Noaillien (niveau 4), le Périgordien VI (niveau 3) et le Protomagdalénien (niveau 2).

Les principaux résultats des études précédemment publiées concernant la géomorphologie (Judson), les sources de silex (Bricker), la palynologie (Donner), la faune des Vertébrés (Bouchud), les Mollusques (Dance) et les restes humains (Billy ; Legoux) sont brièvement résumés. L’étude sédimentologique de Farrand, revue et mise à jour, fait l’objet du chapitre 2.

Près de soixante datations au 14C ont été effectuées en 30 ans par cinq laboratoires dans quatre pays. La première occupation aurignacienne a commencé vers 34 000 BP ; celle du Périgordien moyen s’est achevée vers 28 000 BP et les occupations noailliennes ont commencé vers 27 000 BP. Le Périgordien VI date d’environ 24 000 BP, et le Protomagdalénien de 22 000 BP.

Texte intégral

1.1 Aperçu historique des fouilles

1Le gisement que nous appelons maintenant abri Pataud fut signalé à la fin du siècle dernier par Emile Rivière (Rivière 1899) sous le nom de « la Croze de Tayac ». Rivière (Rivière 1901 ; 1906) et d’autres (Capitan 1902, par exemple) poursuivirent des fouilles mineures sur le gisement durant les premières décennies de notre siècle. D. Peyrony et H. L. Movius rapportent le détail de ces premières fouilles (Peyrony 1949 : 28 ; Movius 1977 : 1). Une grange et diverses autres constructions situées au milieu du site mirent un frein aux recherches jusqu’à la fin des années cinquante. Un commentaire de Peyrony daté de 1909 attribue à l’abri le nom de famille « Pataud », appellation qui a été conservée depuis.

2Pour des raisons brièvement expliquées dans l’avant‑propos et qui sont détaillées ailleurs (Movius 1974 : 87‑93), le Pr Hallarn L. Movius Jr. fit de l’abri Pataud le centre de ce qui allait devenir une longue carrière de recherches sur le Paléolithique supérieur du sud‑ouest de la France. Durant l’été 1953, il effectua des sondages (Movius 1954) et fouilla en premier lieu la pente du talus qui se trouve devant l’abri (tranchée I) et une très petite partie du remplissage à l’entrée même de l’abri (tranchée II) (fig. 2). Ces sondages mirent en évidence de minces niveaux de Noaillien et de Périgordien moyen (des fragments de ce qui allait être appelé plus tard, respectivement, les niveaux 4 et 5) et des traces d’industries aurignaciennes sans stratification précise.

FIG. 2 – Schéma de l’abri Pataud montrant les principales aires fouillées par H. L. Movius et les colonnes d’échantillons sédimentologiques de W. Farrand.

V.T. del./d’Af d’ap. Farrand 1975a : 32, fig. 2 et Movius 1977 : fig. 1

3La propriété Pataud fut achetée en 1957 par un groupe américain qui en fit immédiatement don au gouvernement français. Le rachat de la propriété et la possibilité de démolir certains des bâtiments de la ferme permirent des fouilles scientifiques à grande échelle sur le site. Le nouveau propriétaire du gisement, le gouvernement français, « en confia la responsabilité administrative au Muséum national d’histoire naturelle » (Movius 1975a : 1). Un projet de recherche franco‑américain à long terme fut mis en place en 1958 sous la double égide du musée de l’Homme, représenté par le Pr H. V. Vallois, et du Peabody Museum of Harvard University, représenté par le Pr Movius. Cet accord, aux termes duquel les fouilles Movius furent entreprises, devait durer vingt ans et venait à expiration en 1978.

4Le Pr Movius dirigea six saisons de fouilles, durant les étés 1958, 1959, 1960, 1961, 1963 et 1964. En outre, une équipe professionnelle consacra les hivers 1960‑61 et 1963‑64 ainsi que tous les étés de 1965 à 1971 aux analyses dans le laboratoire installé sur la propriété. Entre 1958 et 1971, les membres de l’équipe et les étudiants associés au projet Pataud étaient plus de quatre‑vingts, venant de onze pays d’Amérique, d’Europe, d’Afrique et d’Asie.

5Les techniques de fouille utilisées par le Pr Movius et les raisons de ses choix en la matière ont été expliquées en détail dans d’autres ouvrages (Movius 1974 ; 1977 : 3‑7). L’efficacité des dites techniques a récemment fait l’objet d’une étude critique très approfondie de Anta Montet‑White, qui remarque fort justement que le projet Pataud « a apporté de nombreuses innovations au répertoire des méthodes de fouille fréquemment utilisées dans les projets plus récents » (Montet‑White 1985 : 5). En résumé, Movius a essayé, dans ses fouilles, d’exposer la plus grande surface possible de strates contemporaines à l’intérieur même de l’abri, d’appliquer à un abri sous roche relativement spacieux et complexe les techniques du décapage horizontal qui avaient livré de si précieuses informations dans d’autres stations de plein air paléolithiques, ailleurs dans le monde. Cette méthode implique un petit nombre de coupes stratigraphiques et un carroyage suspendu au‑dessus de faire de fouille, pour faciliter le contrôle de la localisation horizontale. La première aire délimitée consistait en une tranchée de 12 m de large qui s’étendait de la paroi du fond au sommet du talus. Mais durant la seconde période de fouilles, la largeur en fut réduite à 6 m. Cette aire, qui fut explorée entre 1959 et 1964, fut divisée en différentes parties répondant à des fonctions précises : l’application systématique des techniques de décapage horizontal était limitée à une surface centrale de 4 m de large (les « carrés centraux » ou tranchées III et IV sur la grille) qui partait de la paroi du fond jusqu’au talus (fig. 2). De chaque côté de ces carrés centraux une « tranchée de sondage » d’1 m de large fut établie. La surface de ces tranchées était constamment maintenue à un niveau légèrement plus profond que celle des carrés centraux, afin que la séquence stratigraphique fût déterminée verticalement avant le décapage horizontal des carrés centraux.

6Durant la dernière période de fouilles, en été 1964, des sondages à grande échelle sur le talus devant l’abri (extensions 1, 2 et 3 sur la fig. 2) permirent de mettre en liaison les niveaux d’occupation à l’intérieur de l’abri avec la tranchée du talus datant de 1953 (Movius 1977 : 148‑153). De cette manière, les fouilles Movius mettaient au jour une coupe stratigraphique continue d’environ 28 m de long (avec un coude latéral) qui allait de la paroi du fond de l’abri lui‑même jusqu’au pied du talus, où des sables alluviaux de la Vézère furent trouvés au fond de la tranchée de 1953. De nouveaux sondages en 1964 creusèrent le sommet du talus en une série de petits sondages de 1 m sur 1 m qui s’étendaient jusqu’à 21 m au sud de l’abri (Movius 1977 : fig. 1). Ceux‑ci permirent la découverte de dépôts de pente in situ témoignant d’occupations aux Périgordien VI, Noaillien et Périgordien moyen. On effectua également d’autres sondages très limités en 1958 et 1964, dans des dépôts superficiels près de la paroi du fond, à la fois au sud et au nord des fouilles principales, sans rencontrer de niveaux archéologiques in situ (Movius 1977 : fig. 1). À l’exception de ceux des niveaux aurignaciens, les matériels archéologiques provenant des sondages sur le talus ne sont pas pris en compte dans les descriptifs typologiques présentés dans les différents chapitres de ce rapport.

7Dans la terminologie employée par Movius, les horizons archéologiques majeurs sont appelés « niveaux ». Ils sont numérotés, de haut en bas, en chiffres arabes : niveaux 1 à 14. La plupart de ces niveaux sont divisés en « lentilles » qui sont désignées (ex. : niveau 4 : lentille M‑1, niveau 11 : sombre, etc.) ou numérotées (ex. : niveau 3 : lentille 3). Ce sont ces lentilles, superposées à l’intérieur d’un même niveau, qui forment les plus petites unités d’occupation que l’on puisse distinguer stratigraphiquement. En règle générale, les occupations aurignaciennes de l’abri Pataud sont concentrées autour de dépôts de foyers petits ou moyens mais épais et denses, ou bien autour de structures charbonneuses dans les éboulis s’il n’y a pas de foyers. La structure charbonneuse ou le foyer se dissipent peu à peu horizontalement jusqu’à devenir des éboulis légèrement teintés et, éventuellement, des dépôts d’éboulis que l’on ne peut distinguer à l’œil nu des éboulis qui séparent les niveaux d’occupation dans les coupes verticales. Quand les éboulis sont à peu près à la même profondeur que l’aire d’occupation proprement dite, et quand ils contiennent une quantité significative de matériels archéologiques, le dépôt est inclus dans le niveau d’habitat en tant que matériel de « Zone », Exception faite, peut‑être, du niveau 14, des lentilles comme celles qui caractérisent les niveaux périgordien et noaillien du gisement n’apparaissent pas dans les niveaux aurignaciens. Pour la plupart des niveaux aurignaciens, chaque structure charbonneuse ou foyer, ainsi que le matériel de « Zone » qui l’entourait, forme une unité stratigraphique séparée.

8Les niveaux sont séparés par des dépôts d’éboulis qui ne contiennent généralement pas, ou très peu, de vestiges. Pour ces strates, qui correspondent aux périodes d’abandon de l’abri ou d’occupation très ponctuelle et limitée, on utilise le terme d’« éboulis », combiné avec les chiffres arabes des niveaux qui le délimitent. Ainsi, l’« éboulis 4‑5 » se trouve entre le niveau 4, sus‑jacent, et le niveau 5, sous‑jacent. Le terme d’« éboulis a » fut employé pendant les fouilles pour désigner l’éboulis de base remanié, de 2 à 12 cm, qui recouvrait la plupart des niveaux importants. Une telle formation résulte « ... des derniers vestiges d’occupation dispersés et mêlés, de l’interpénétration des vestiges de la lentille supérieure d’un niveau avec l’éboulis stérile qui la recouvre, et/ou de l’altération de la couche inférieure de l’éboulis par du matériel brûlé ou de l’ocre provenant de la lentille recouverte » (Movius 1977 : 79‑80). Malgré sa nature modifiée, un « éboulis a » était généralement considéré comme la sous‑unité stratigraphique supérieure d’un niveau plutôt que comme la sous‑unité inférieure d’un éboulis. Certaines unités d’éboulis sont subdivisées de la même façon que les niveaux. Par exemple, l’« éboulis 3‑4 : rouge » est une des subdivisions de l’éboulis 3‑4. Pour faciliter l’analyse typologique des matériels archéologiques, les échantillons d’outils provenant de différentes lentilles d’un niveau sont combinés en une « unité d’analyse » (ex. : niveau 5 : avant : supérieur), comme nous le détaillons plus loin dans ce chapitre (cf. infra § 1.2). On n’a pas noté de subdivisions majeures dans les fouilles des quatre niveaux aurignaciens mineurs : 9, 10, 12 et 13.

9La succession stratigraphique mise au jour par les fouilles de H. L. Movius à l’abri Pataud peut être résumée, de haut en bas, par le tableau i et la figure 3 (Movius 1977 : 2‑3). Nous allons maintenant donner de plus amples détails sur la séquence stratigraphique et l’utilisation humaine de l’abri.

TABL. I – Résumé de la séquence stratigraphique et culturelle à l’abri Pataud.

FIG. 3 – Coupe sagittale de l’abri Pataud, le long de la ligne ouest‑est des 6 m (d’ap. Movius 1975a).

1.2 Stratigraphie et histoire de l’occupation de l’abri

10N. B. L’usage des petites capitales dans le texte a été souhaité par les auteurs.

11Les occupations les plus anciennes découvertes par les fouilles Movius se situaient dans une période de climat froid et sec, quand l’abri était beaucoup plus petit qu’à présent. Durant la période d’occupation aurignacienne du gisement, caractérisée par une sédimentation rapide et un faible taux d’altération chimique (cf. infra chap. 2), l’aire de l’abri fut agrandie vers le haut et vers l’arrière (c’est‑à‑dire vers l’est), dans la falaise, sous l’action combinée d’une érosion directe, d’une récession de la paroi du fond et d’effondrements du plafond. Ce processus ne suivait pas un rythme régulier. Sur les coupes ouest‑est (fig. 3), on peut noter trois différentes « terrasses » dans le substratum rocheux tandis que le niveau du sol semble être resté stable pendant un certain temps. La terrasse inférieure, la plus ancienne, forme le soubassement des niveaux 14, 13 et 12, bien que ce dernier niveau ait fort bien pu s’étendre jusqu’à la deuxième terrasse, à l’origine, avant les opérations de nettoyage des habitants du niveau 11. En conséquence de quoi, la partie de ces occupations qui fut mise au jour par les fouilles Movius à l’intérieur de l’abri même fut limitée aux 5 m les plus à l’ouest. Le niveau 12 continuait sur le talus, dans les extensions 1 et 2, tandis que les deux niveaux inférieurs étaient probablement représentés dans l’extension 1, sans toutefois qu’une connection horizontale directe ait pu être établie. Le substratum rocheux à l’intérieur de l’abri fut atteint à une profondeur maximale de 1,5 m au‑dessous du niveau 14. Les extensions n’ayant pas été creusées jusqu’au rocher, des horizons d’occupation antérieurs à l’Aurignacien de base, qui se trouvent peut‑être sur une terrasse plus ancienne encore de l’évolution de l’abri, n’ont pas été mis au jour par les fouilles Movius.

1.2.1 Les occupations aurignaciennes

1.2.1.1 Niveau 14

12La première occupation aurignacienne, le niveau 14, représente une série d’occupations brèves mais intensives, trop rapprochées dans le temps pour être séparées par des accumulations décisives d’éboulis. Ainsi, sur la plus grande partie de l’aire fouillée, on ne put distinguer les différentes périodes d’occupation signalées par la construction de foyers. Les premières occupations se situèrent à la surface des éboulis de base et des éboulis de fond, quasi stériles, qui constituaient le sol et la paroi du fond de la terrasse la plus ancienne. À l’ouest (avant), l’horizon d’occupation était tronqué par des opérations de déblayage et de nivellement datant de l’occupation du niveau 13. Les sédiments du niveau 14, teintés d’ocre et de matière charbonneuse et remplis de débris culturels, n’atteignaient pas à l’origine la limite nord de l’excavation, mais s’épaississaient considérablement vers le sud, jusqu’à un maximum de 30 cm à la limite sud. Au tout début de l’occupation, contre la paroi du fond de l’abri, les habitants avaient creusé ou élargi une dépression déjà existante dans les éboulis de base, sous la forme d’une longue cuvette étroite d’environ 2 m dans l’axe N‑S sur 75 cm O‑E, d’une profondeur allant jusqu’à 25 cm avec une extension vers le sud‑ouest en forme de lobe mesurant à peu près 1 m N‑S sur 75 cm O‑E. Sur le sol de la cuvette se trouvait un petit lambeau d’argile blanche, probablement anthropogénique (Movius 1977 : 141), tandis qu’un dépôt limité d’argile collante rouge‑jaune, probablement d’origine anthropique lui aussi et contenant des cendres et des os brûlés ou non, se trouvait au nord‑ouest de l’extension en lobe.

13Sur cette surface préparée, les occupations du niveau 14 se regroupent autour de cinq foyers, dont quatre se situent dans la cuvette préparée. Ce n’est que dans cette zone que l’on put distinguer, durant les fouilles, des subdivisions du niveau 14. À l’origine, un ou plusieurs brefs épisodes d’occupation laissèrent des traces sous forme de fragments d’os brûlés et non brûlés, de cendres et de silex (subdivisions stratigraphiques Inférieur 3, Inférieur e1, e2 et e3). Elles furent rapidement suivies par une seconde série d’occupations (Inférieur 2, Inférieur d1 et d2), probablement en partie contemporaines de la construction de deux foyers Ω et Ω’ dans des cuvettes peu profondes s’étendant dans l’horizon de l’Inférieur e. Ces derniers étaient localement recouverts 1 d’une mince lentille de sable gris et des traces d’une troisième série d’occupations (Inférieur 1, Inférieur c).

14À la suite de ce premier cycle de dépôt, et au même endroit de l’abri, deux nouveaux foyers à cuvette, de petite taille et peu profonds, furent creusés dans les sédiments de l’Inférieur 1. Bien que l’un d’eux (foyer U) ait manifestement été creusé après remplissage de l’autre (foyer V), ils étaient tous les deux en connexion latérale avec de sombres dépôts cendreux du Supérieur 2 (Supérieur b) et étaient recouverts du sable rouge‑jaune à rouge‑marron et des éboulis des occupations du Supérieur 1, localement teinté d’ocre décomposée, de limonite et de manganèse. Un troisième foyer au nord (foyer T) était également en continuation avec les dépôts du Supérieur 2.

15L’impression que laisse la stratigraphie du niveau 14 est celle d’une série d’occupations séquentielles relativement rapprochées dans le temps, et qui s’effectuèrent dans un arrangement spatial congruent. Les différents épisodes n’ayant pu être distingués en dehors de l’aire de cuvette, le niveau 14 fut considéré comme une seule unité pour les besoins de l’analyse.

1.2.1.2 Éboulis 13‑14 et niveau 13

16Un éboulis (éboulis 13‑14) d’une épaisseur de 7 à 20 cm séparait le niveau 14 du niveau 13 qui le recouvrait. Cet éboulis contenait des lentilles teintées d’ocre et de manganèse, ainsi qu’au moins une lentille localisée, sombre et cendreuse, contenant de l’os brûlé et des produits de débitage, près de la limite sud de l’excavation. Au début de l’occupation du niveau 13, les habitants nivelèrent les éboulis qui formaient le sol et déplacèrent du matériel déposé antérieurement, à la fois à l’avant et vers le fond de l’abri. L’horizon du niveau 13, qui occupait la même terrasse que le niveau 14, était doublement tronqué : par les opérations de nivellement du niveau 11 à l’est et par le niveau 12 à l’ouest, à l’exception d’une marge à l’extrême sud de l’excavation, où le niveau 13 continuait jusqu’à la limite avant de l’abri. Les vestiges de l’horizon d’occupation du niveau 13, qui consistaient en une zone d’occupation rougie et un dépôt d’éboulis plus clair à la surface, ne présentaient pas de foyers, de cuvettes ou de lentilles sombres, éléments généralement caractéristiques des horizons aurignaciens. Comme au niveau 14, la concentration de matériel culturel se faisait plus dense vers la limite sud.

1.2.1.3 Éboulis 12‑13, niveau 12 et éboulis 11‑12

17Au‑dessus du niveau 13, et également tronqué par les niveaux 11 et 12, se trouvait un reste de dépôt d’éboulis, d’une épaisseur allant jusqu’à 30 cm et dans lequel les foyers à cuvette du niveau 12 avaient été creusés. Ces éboulis (éboulis 12‑13) comportaient de gros blocs de calcaire suggérant un effondrement du plafond et un recul du surplomb de l’abri. Les habitants suivants du niveau 12 furent peut‑être les premiers à occuper la deuxième terrasse, puisque le complexe de foyers qui formait le centre de l’occupation fut construit à environ 2 m en arrière du complexe correspondant au niveau 14. Cependant, l’extension originelle du niveau 12 ne nous est pas connue en raison des opérations de nettoyage et de nivellement sur la deuxième terrasse effectuées par les habitants du niveau 11, dont les cuvettes et foyers (K et M) pénétrèrent également le niveau 12. Vers l’avant, la base du niveau 12 déclinait légèrement vers le bas, suivant soit un « tronquage » artificiel des niveaux 13 et 14, soit un talus récemment formé et contemporain du recul de la paroi du fond de l’abri. Les niveaux 12 et 13 furent donc probablement séparés soit par un laps de temps significatif (que ne reflète pas la datation au 14C), soit par une période d’altération particulièrement rapide. Cette séparation est conforme aux résultats de l’analyse des industries aurignaciennes qui révèle des affinités entre le niveau 12 et le niveau 11, mais non entre le niveau 12 et les niveaux 13 et 14.

18Cependant, à l’instar du niveau 14, l’occupation du niveau 12 était centrée autour d’un groupe de foyers à cuvette vers le fond de l’abri. Mis à part un « éboulis a » de couleur plus claire qui recouvrait une partie du dépôt à l’avant, les subdivisions de l’occupation n’étaient pas distinctes sauf autour des foyers où les relations stratigraphiques indiquaient clairement une utilisation diachronique plutôt que synchronique. Les foyers les plus anciens (P et Q) étaient creusés dans la partie ouest des éboulis 12‑13 et remplis de deux ou plusieurs couches de cendre sombre, d’os brûlés et d’autres matériels culturels. Par la suite, un grand foyer à cuvette (R) fut creusé derrière Q, empiétant sur le bord arrière de ce dernier. Il était également rempli de deux couches distinctes d’os brûlés et de cendre, séparées par un intervalle d’érosion. Ces trois foyers étaient recouverts par un faciès sombre de l’horizon d’occupation, qui continuait vers l’avant. Au nord, mais également derrière les foyers P et Q, le foyer S n’était pas recouvert de ce faciès, ce qui pourrait vouloir dire que ce foyer a été utilisé plus tardivement que les autres foyers du niveau 12. La plus grande densité de matériels culturels du niveau 12 se trouve devant les foyers. Comme au niveau 14, l’absence d’horizons d’occupation distincts dans cette zone, ainsi que l’absence d’éboulis entre les différents remplissages des foyers impliquent une séquence rapide d’événements d’occupation selon un schéma spatial congruent. Le niveau 12 est donc considéré comme une unité à part entière dans l’analyse.

19Entre les niveaux 12 et 11 se trouvait un éboulis (éboulis 11‑12) contenant des matériels culturels. Il était divisé en une zone supérieure de couleur jaune, comprenant un gros bloc de calcaire, quelques fragments d’os et des éclats de débitage, et une zone inférieure de couleur rouge‑jaune contenant un matériel culturel plus abondant. Tout comme le niveau 12, l’éboulis 11‑12 était tronqué à l’arrière par le niveau 11 et en partie enlevé par les foyers et fonds de cuvettes du niveau 11.

1.2.1.4 Niveau 11

20Le niveau 11 est l’un des deux horizons d’occupation aurignaciens les plus denses (le second étant le niveau 7). Au début de l’occupation, les habitants du niveau 11 avaient dégagé la deuxième terrasse des débris d’occupation et éboulis antérieurs, de sorte que l’horizon d’occupation du niveau 11 reposait directement sur le rocher de la terrasse. L’occupation était divisée en deux : une unité Supérieure (ou Supérieure et Moyenne), constituée d’une série d’éboulis de couleur plus claire avec des traces charbonneuses mais sans foyers distincts ou autres structures culturelles, et un stratum d’occupation Inférieur qui contenait deux fonds de cuvette situés vers l’avant de l’abri et sept foyers (I, J, K, L, M, N et O). Cinq de ces foyers étaient alignés contre la paroi du fond de l’abri, tandis que les deux autres (M et K) se trouvaient entre cet alignement et les deux cuvettes.

21Mis à part l’« éboulis a », qui couvrait toute la surface de l’excavation, la moitié avant du niveau 11 était séparée de la moitié arrière et donc de l’association cuvettes/foyers par une arête sous‑jacente de l’éboulis 11‑12. Bien que l’association cuvettes/foyers se soit bornée à la partie arrière de l’abri, on trouvait une densité égale sinon plus forte d’outils et de produits de débitage non retouchés dans la partie avant. Et ces pièces de la partie avant n’étaient pas, pour la plupart d’entre elles, des « pièces concassées » ou des fragments à quelques retouches. La partie avant contenait 43 % de l’échantillon étudié de grattoirs, une fréquence légèrement plus élevée que si les grattoirs avaient été distribués sur toute la surface de l’excavation proportionnellement à la densité générale. Si des unités Supérieure (ou Supérieure et Moyenne) et Inférieure étaient reconnues à la fois dans la partie avant et dans la partie arrière, elles ne correspondaient pas forcément dans les deux secteurs. Par exemple, l’unité Inférieure avant, se trouvant dans une matrice de sable fin, micacé et limoneux, correspondrait à un horizon d’altération à la base de l’occupation principale du secteur avant ou, peut‑être, aux débris résultant du nettoyage du fond de l’abri au début de l’occupation. L’occupation Inférieure principale à l’arrière (Inférieur : sombre) correspond de façon tout à fait exacte à l’horizon « Moyen : sombre » de l’« éboulis avant » et à l’unité du talus « Moyen : base », puisque ce sont les seuls horizons du secteur avant qui offrent une concentration semblable d’esquilles d’os brûlés. Ces unités inférieures d’occupation et le « Sable Inférieur » de l’« éboulis avant » contenaient plus de la moitié des pièces cataloguées attribuées aux subdivisions du niveau 11 à la fois à l’avant et à l’arrière.

22Les foyers du niveau 11 étant plus distants les uns des autres que ceux des niveaux 12 et 14, il n’existe pas assez de preuves permettant de déterminer leur mode d’utilisation (diachronique ou synchronique). Le foyer N, situé contre la paroi du fond, constitue une exception : une lentille caillouteuse, contenant des produits de débitage non retouchés et des os, s’accumula après la fin de l’utilisation de ce foyer et avant la construction et l’utilisation du foyer M, devant, dont le remplissage s’étend au‑dessus de la lentille caillouteuse du foyer N. La seule autre preuve d’existence de périodes d’utilisation multiple des foyers est la présence d’os non brûlés dans les couches supérieures du remplissage des foyers I, J et O vers le fond et M vers l’avant. Tous les foyers étaient recouverts d’une matrice de sable marron foncé contenant d’importantes quantités d’os, et qui remplissait également les fonds de cuvettes I et II creusés dans le sommet de l’éboulis à l’avant.

23Un dépôt rougeâtre légèrement teinté recouvrait l’horizon principal d’occupation et contenait des os brûlés, dispersés çà et là, et des traces charbonneuses irrégulières, mais très peu d’autres matériels culturels (Supérieur 2, éboulis d’avant : Moyen rouge, Talus : moyen : 0‑10 cm). Vers l’arrière, le tout passait progressivement à une aire d’éboulis effondrés venant de la paroi du fond (« Faciès caillouteux »). Un dépôt d’éboulis dans une matrice marron (Supérieur 1, éboulis d’avant : Supérieur marron, Talus : supérieur) recouvrait le tout et se transformait peu à peu en « éboulis a ». Cette unité et l’« éboulis a » qui la recouvrait contenaient peu de cendre ou d’os, brûlé ou non, mais une quantité considérable d’outils et de produits de débitage non retouchés. L’« éboulis a », à lui seul, contenait un nombre de pièces égal à la moitié de celles qui avaient été cataloguées pour l’horizon principal d’occupation. Elles provenaient probablement de l’occupation du niveau sous‑jacent, ou de périodes d’occupation brèves et répétées pendant une très longue durée d’amélioration climatique et de freinage conséquent de la sédimentation au sommet du niveau 11. Tous les foyers et les fonds de cuvettes étant cependant associés stratigraphiquement à l’horizon inférieur du niveau, le niveau 11 fut étudié en une seule unité d’analyse.

1.2.1.5 Éboulis 10‑11, niveau 10, éboulis 9‑10, niveau 9 et éboulis 8‑9

24Après l’occupation du niveau 11 et l’amélioration climatique reflétée dans les unités moyennes et inférieures de l’éboulis qui recouvre le niveau 11 (éboulis 10‑11 : lavis et éboulis 10‑11 : marron foncé), un nouveau cycle d’érosion particulièrement rapide repoussa la paroi du fond de l’abri vers la troisième terrasse qui forme l’élément sous‑jacent des secteurs arrières des niveaux 7 et 8. Au début de ce cycle, plusieurs horizons d’occupation mineurs laissèrent de très légères traces dans les éboulis. L’unité supérieure de l’éboulis 10‑11 contenait des lentilles charbonneuses localisées, d’environ 1 m2 chacune et comportant des produits de débitage, des os brûlés ou non ainsi que des outils. Au‑dessus de cette unité, au nord‑est de la deuxième terrasse, se trouvait un horizon d’occupation toujours mineur mais plus épais (jusqu’à 5 cm) et plus étendu : le niveau 10. A la base des sédiments bruns de ce niveau 10, on trouvait deux concentrations non attenantes de cendre noire et grasse entourant un noyau d’argile grise et représentant sans doute les restes de deux foyers de surface. Un dépôt d’éboulis (éboulis 9‑10), de 3 à 30 cm d’épaisseur, quasiment stérile, couvrait le niveau 10 et se trouvait lui‑même recouvert par un autre horizon d’occupation mineur, également limité au secteur nord‑est de la deuxième terrasse, le niveau 9. À la base de cette unité, une petite lentille de cendre noire et grasse dans une dépression naturelle figurait probablement les restes d’un foyer. Une seconde lentille cendreuse, séparée de la lentille inférieure par un mince dépôt d’éboulis, fut également mise au jour. Un dépôt d’éboulis relativement mince (éboulis 8‑9), de couleur claire, contenant quelques matériaux culturels, recouvrait le niveau 9. Toutes les occupations mineures du débutde ce cycle d’érosion se limitant à la même aire d’occupation, nous avons considéré les dépôts entre les niveaux 8 et 11 comme une seule unité d’analyse.

1.2.1.6 Éboulis 7‑8 et niveau 8

25Le niveau 8, à l’intérieur de l’abri, consistait en trois horizons d’occupation relativement bien définis, au milieu d’éboulis secs et meubles. Les incertitudes stratigraphiques engendrées par la nature de ce dépôt furent renforcées par le fait que les subdivisions Supérieure et Moyenne du niveau 8, à l’arrière de la troisième terrasse, avaient été affectées par un large foyer à cuvette creusé aux temps du niveau 7. L’occupation du niveau 8 : Inférieur était centrée autour d’un petit foyer à cuvette (Z) entouré de blocs calcaires et rempli de cendre noire et grasse, de galets de rivière et d’autres matériels culturels. Ce foyer Z se trouvait directement sous le complexe cuvette/foyer du niveau 7 et n’en était séparé que par quelques centimètres d’éboulis 7‑8. Une aire d’occupation sombre, d’environ 10 à 20 cm d’épaisseur et 2 à 3 m de diamètre entourait le foyer et se dispersait latéralement en matériel de « zone ». Un éboulis important, qui pouvait aller jusqu’à 30 cm d’épaisseur et contenait 25 % des pièces cataloguées de la subdivision Inférieure, isolait cette subdivision du reste du niveau 8.

26Le niveau 8 : Moyen était également concentré autour d’un foyer (A), situé à environ 4 m au sud‑ouest du foyer Z et lui aussi entouré de blocs calcaires et de galets de rivière. Le remplissage de cendre noire et grasse contenait un noyau d’argile blanche tirant sur le gris. Une lentille d’occupation gris foncé entourait la cuvette et se dispersait vers l’ouest en matériel de « zone ». Au nord, cette subdivision n’était pas distincte des éboulis au‑dessous de la subdivision Supérieure du niveau 8, tandis qu’à l’arrière le dépôt avait été enlevé par les habitants du niveau 7.

27Le niveau 8 : Supérieur couvrait toute la zone fouillée à l’intérieur de l’abri, à l’exception de l’endroit enlevé par les habitants du niveau 7. Vers le bord sud du secteur arrière de l’abri d’alors, la subdivision Supérieure se distinguait par la présence d’une lentille sombre, tandis qu’ailleurs elle n’était définie que par une très légère décoloration de l’éboulis avec des îlots plus sombres. On ne trouvait pas, dans cette unité, de foyers ni de cuvettes : tout équipement à l’arrière de l’abri aurait de toute façon été enlevé par les excavations faites par les habitants du niveau 7.

28Sur la pente du talus, les subdivisions du niveau 8 n’étaient pas claires, bien que l’unité principale du niveau 8 : Talus semblât être en connection latérale avec le niveau 8 : Zone moyenne de l’abri. En conséquence, l’outillage du niveau 8 : Talus fut seulement inclus dans l’analyse globale du niveau 8. Le niveau 8 comprenait au moins trois périodes d’occupation différentes, qui n’étaient apparemment pas situées aux mêmes endroits à l’intérieur de l’abri, mais des similarités typologiques entre les trois unités, ainsi que la durée desédimentation relativement courte révélée par l’analyse sédimentologique, permettaient de grouper les trois dans l’analyse, tout en tenant compte des différences inter‑subdivisionnelles.

29Le niveau 8 n’était distinctement séparé du niveau 7 que vers le sud de la zone fouillée où un éboulis 7‑8, d’une épaisseur pouvant atteindre 60 cm, recouvrait le niveau 8 : Supérieur. Ailleurs, la fin de l’accumulation du niveau 8 était marquée par la présence de gros blocs non altérés détachés du plafond, et qui servaient également à délimiter l’extension avant du niveau 7. Devant ces blocs, le matériel de « zone » du niveau 7 se dispersait à la surface du matériel de « zone » du niveau 8 (Supérieur et/ou Moyen), avant d’atteindre la limite avant de l’abri. L’absence d’altération entre ces deux horizons implique un laps de temps relativement court entre la fin du niveau 8 et le début de l’occupation du niveau 7.

1.2.1.7 Éboulis 6‑7 et niveau 7

30Le niveau 7, l’occupation la plus dense de tous les horizons aurignaciens, était concentré autour d’un complexe foyer/cuvette dont nous avons déjà noté les effets sur le niveau 8. Une grande cuvette dans le secteur arrière, mesurant plus de 4,50 m sur environ 3 m et s’étendant jusqu’à la subdivision Inférieure du niveau 8, était à l’origine occupée par deux petits foyers (X et Y) et par un troisième (W‑3) au nord du foyer Y. Chacun de ces foyers était bordé de galets de rivière. Le fond du foyer W‑3 était également tapissé de blocs calcaires. Une extension ultérieure de ce dernier foyer (W‑2) avait empiété sur le foyer X et recouvert légèrement le foyer Y. Au moins quatre couches de galets de rivière dans ce foyer W‑2 témoignaient d’usages répétés. Une phase finale, plus petite, du foyer W (W‑1), avec une seule couche de galets de rivière, était latéralement contiguë à la partie supérieure de l’occupation principale (lentille 2) du niveau 7. Bien que l’on ait pu établir la preuve d’usages diachroniques, ceux‑ci devaient être très rapprochés dans le temps puisque les différents remplissages de foyers n’étaient pas séparés par des lentilles d’éboulis. Un deuxième complexe de foyers, également contigu à l’occupation principale du niveau 7, était visible dans la coupe sud de la fouille.

31Au‑dessus de l’horizon principal d’occupation du niveau 7, se trouvait une unité supérieure (lentille 1) qui avait les mêmes caractéristiques qu’un « éboulis a » au‑dessus de la surface d’occupation principale et que du matériel de « zone » vers la limite avant de l’abri. 12 % seulement des pièces cataloguées du niveau 7 provenaient de cette unité. Le niveau 7 fut donc considéré comme une seule unité pour les besoins de l’analyse.

32Les éboulis qui recouvraient le niveau 7 étaient constitués de deux niveaux de blocs d’effondrement à l’arrière de l’abri et d’un seul niveau, plus altéré, à l’avant, où il n’y avait pas de trace du niveau 7 et où le niveau 6 recouvrait directement le niveau 8. L’éboulis 6‑7 contenait au moins une lentille sombre localisée, d’environ 1,60 m de diamètre, qui représentait 40 % de la totalité du matériel culturel du niveau. Là où le niveau 7 était recouvert par le niveau 5, à l’arrière de l’abri, les éboulis, entre les deux niveaux, pauvres en matériels culturels, contenaient des séries de gros blocs calcaires avec des traces de couleur rouge et noire indéchiffrables sur leurs faces inférieures, très près de la surface du niveau 7.

1.2.1.8 Éboulis 5‑6 et niveau 6

33Le dernier horizon aurignacien, le niveau 6, était largement modifié par les opérations de nettoyage et de nivellement des habitants du Périgordien moyen (niveau 5). Toutes les traces de cette occupation avaient été enlevées derrière la ligne des 7 m N‑S, sauf à l’extrême nord de la zone fouillée. Dans ce qui restait de l’horizon du niveau 6, on put reconnaître deux subdivisions, séparées par des lambeaux discontinus d’éboulis stérile. L’horizon supérieur constituait l’occupation la plus significative et était associé à divers îlots de cendres noires vers l’arrière. Toujours à l’arrière de la surface d’occupation qui restait intacte, se trouvait une aire teintée d’ocre contenant très peu de matériel culturel. Malgré la preuve, apportée par le niveau 5 : avant, que des quantités significatives de matériel aurignacien de l’arrière du niveau 6 avaient été enlevées, les endroits non dérangés de l’arrière de la partie conservée du niveau 6 étaient très pauvres en matériel culturel. Sur toutes les pièces cataloguées, 80 % provenaient d’une aire de 4 m en avant de la limite de l’excavation et 50 % d’une aire de 2 m. Le niveau 6 : Inférieur n’existant pas à cet endroit, le matériel du niveau 6 provenait en majorité écrasante de la subdivision Supérieure et fut analysé en une seule unité.

34Tout comme l’éboulis qui recouvrait le niveau 7, l’éboulis entre les niveaux 5 et 6 était fait d’au moins deux importants niveaux de blocs d’effondrement ainsi que de sable éolien provenant en partie de la plaine alluviale de la Vézère. Les faces supérieures de la deuxième série de blocs avaient été émoussées et altérées pendant une période d’amélioration climatique. Sous le niveau inférieur de blocs se trouvaient deux aires sombres contenant de faibles quantités deproduits de débitage non retouchés et d’autres matériels culturels. En tant qu’unité, l’éboulis 5‑6 contenait plus de pièces cataloguées que tout autre éboulis de la série aurignacienne, et même plus de pièces que les niveaux 9, 10 ou 13. À peu près 45 % de ces pièces provenaient des 5 cm qui se trouvaient directement sous le niveau 5, tandis que 30 % d’entre elles se trouvaient sous les blocs inférieurs et pouvaient être rattachées soit au niveau 6, soit à un horizon d’occupation ultérieur et éphémère. Les matériels culturels de l’éboulis 5‑6 étant un mélange d’objets aurignaciens et périgordiens, ils ne font pas partie des séries étudiées.

1.2.2 Le Périgordien moyen

35Niveau 5

36L’occupation du Périgordien moyen à l’abri Pataud commença dans les moments initiaux d’une phase climatique chaude et humide qui faisait suite à une période de climat beaucoup plus rigoureux. Ce climat froid avait été la cause directe des effondrements de plafond répétés dont les débris s’étalent accumulés dans l’éboulis 5‑6 (fig. 3). La topographie des blocs d’effondrement de l’éboulis 5‑6 joua un rôle primordial dans la détermination de l’utilisation de l’espace de l’abri par les hommes, et ce pendant des millénaires. Les sédiments du niveau 5 étaient accumulés à la fois devant et derrière la partie la plus haute des blocs mais ne l’étaient pas au sommet de ces éboulis. Dans faire de fouille, il n’apparaissait pas de liens stratigraphiques directs entre les dépôts du niveau 5 à l’arrière et les dépôts du niveau 5 à l’avant du site. Les études typologiques des objets contenus dans ces dépôts (cf. infra chap. 6) montrent que la série entière des dépôts du niveau 5 dans le secteur arrière correspond seulement aux plus récents de ceux du niveau 5 dans le secteur avant.

37A travers toute la séquence du niveau 5, la nature et le contenu des dépôts archéologiques semblent indiquer que la principale aire d’activité de chaque occupation était située ailleurs que dans la partie du secteur avant qui a été fouillée. Il y a de grandes chances pour que ce point focal, qui était certainement centré autour d’un foyer domestique aux usages multiples, se soit trouvé dans le secteur arrière, entre la hauteur maximale du sol (déterminée par les blocs d’effondrement de l’éboulis 5‑6) et la paroi arrière. Le secteur avant faisait bien entendu partie intégrante de la zone d’occupation, mais une de ses fonctions principales était de servir de dépotoir ou de zone d’évacuation pour les matériels rejetés des parties plus centrales de la zone d’activité. En d’autres occasions, le secteur avant n’était pas un dépotoir domestique mais le siège d’activités spécialisées différentes. Cependant, en l’absence de répartition horizontale et de remontages, nous n’avons réuni que très peu de preuves (comme le foyer de la lentille W‑1 que nous examinons plus loin) concernant de telles activités.

38Les matériels archéologiques du niveau 5 sont regroupés, pour les besoins de l’analyse, en sept grandes subdivisions (Movius 1977 : 79, 88). Les « unités tardives », qui contiennent des industries du Périgordien moyen tardif sont l’arrière : supérieur, l’arrière : inférieur et l’unité équivalente à l’avant, l’avant : supérieur. Les « unités anciennes », qui contiennent des industries du Périgordien moyen ancien et sont uniquement représentées dans le secteur avant, sont l’avant : moyen‑1, l’avant : moyen‑2, l’avant : inférieur‑1 et l’avant : inférieur‑2.

39L’avant : inférieur‑2 contient de bas en haut, les lentilles X, W‑1 (+ W‑1a), V2 (+ V‑2a) et V‑1. Au début de l’occupation la plus ancienne, correspondant à la lentille X, le sol de l’avant de l’abri était constitué des faces exposées des gros blocs calcaires provenant du dernier effondrement de l’éboulis 5‑6. Cette surface montait légèrement de l’entrée de l’abri vers la paroi arrière sur à peu près 6 m de long. Nous ne connaissons pas la configuration de l’arrière de l’abri, puisque tous les dépôts du Périgordien moyen Ancien ont été enlevés par des opérations de nivellement et de déblayage effectuées à plusieurs reprises durant la phase ancienne. Ces excavations pénétrèrent également les dépôts du niveau 6 et les enlevèrent de l’arrière de l’abri ; certains outils de l’Aurignacien évolué, qui se trouvaient dans les déblais de ces excavations, furent inclus dans les niveaux du Périgordien moyen ancien du secteur avant (cf. infra chap. 6). Il y avait la plus grande densité de débris culturels dans la lentille W‑1 (+ W‑1a), qui contenait un petit foyer situé dans une cuvette artificielle et rempli de galets de rivière (Movius 1977 : 87, pl. 50). La lentille V‑2 (+V‑2a) contenait moins de matériel archéologique et la lentille V‑1 était quasiment stérile.

40L’avant : inférieur‑1 comprend les lentilles U‑1 (+ U‑1a et U‑1b), T‑4a et T‑4. Il représente une période durant laquelle la dispersion de matériel de l’arrière vers l’avant continuait, et fait apparaître des preuves stratigraphiques claires du rejet, à l’avant, d’une partie du matériel creusé. Les lentilles U‑1a et U‑1b sont de discrets tas de déblais contenant un mélange d’outils aurignaciens et périgordiens. La lentille U‑1 contenait la plus grande densité de matériel archéologique, densité qui diminuait de façon notable dans les deux lentilles sus‑jacentes.

41L’avant : moyen‑2 comprend les lentilles T‑3, T‑2 et T‑1. Là encore, on trouve des signes de l’utilisation du secteur avant comme zone d’évacuation pour les déchets domestiques du Périgordien moyen. Dans la lentille T‑3, un amas de débris d’environ 60 cm de diamètre contenait des produits de débitage non retouchés et des nucléus bien regroupés ainsi que de très nombreux fragments d’os brûlés ou non (Movius 1977 : 82, pl. 45). La lentille T‑2 révéla une petite concentration de débris d’évacuation du foyer. La lentille T‑1 contenait peu de vestiges culturels.

42L’avant : moyen‑1 comprend cinq unités stratigraphiques ; les lentilles R‑4a(+S‑1), R‑4, R‑3, R‑2(+R‑2a) et R‑1. La plus grande densité de matériel se trouvait dans les lentilles R‑3 et R‑2(+R‑2a), la moins grande dans la lentille R‑1. Plusieurs lentilles contenaient des débris d’évacuation du foyer.

43Les unités tardives du niveau 5 (arrière : inférieur, arrière : supérieur et avant : supérieur) permettaient un échantillonnage plus large de la zone d’occupation en incluant l’aire d’activité principale de l’arrière. En l’absence de connections stratigraphiques entre les deux secteurs de l’abri, on ne peut donner d’équivalences précises, mais l’analyse typologique indique qu’en gros l’arrière : inférieur (les lentilles K, J et I) est contemporain des lentilles les plus anciennes de l’avant : supérieur (Q‑4b et Q‑4a), tandis que l’arrière : supérieur (les lentilles H) est contemporain des lentilles les plus récentes de l’avant : supérieur (Q‑3, Q‑2 et Q‑1). Au moment où commençait la période que représentent les unités tardives, l’arrière de l’abri avait été nettoyé et creusé jusqu’à former une surface d’habitation presque plane ; cette surface s’étendait de la paroi du fond vers l’avant, sur environ 5 m de long, et s’arrêtait au pied de la crête de l’éboulis qui constituait toujours le point le plus haut du sol (fig. 3). La surface de la cuvette artificielle à l’arrière du site était plus profonde d’1 m que la surface correspondante dans le secteur avant. Le remplissage de l’abri avait été si bien creusé pour créer cette surface d’habitation, que la lentille la plus ancienne de l’arrière : inférieur s’accumula, pour la plus grande part, sur une surface artificiellement tronquée dans l’éboulis 6‑7.

44L’arrière : inférieur se compose de cinq lentilles : K‑3, K‑2, K‑1, J‑1 et I‑1. Dans chacune de ces lentilles, on découvrit un foyer, situé à peu près à mi‑chemin entre la paroi du fond et le sommet de la crête de l’éboulis, qui formait la limite avant de l’habitation proprement dite (Movius 1977 : fig. 28, 29). Le petit foyer de la lentille K‑3 se trouvait dans une cuvette peu profonde, mais les quatre autres étaient des foyers grands et plats de combustion des déchets (bonfire hearths) (Movius 1966 ; 1977 : 91, 93, 95, pl. 52, 54, 55). Le remplissage des foyers ne contenait pas ou très peu de galets de rivière. En revanche, on découvrit un tas de ces galets, dont certains avaient été fragmentés et rubéfiés par la chaleur, juste sur le bord intérieur du foyer de la lentille J‑1. Dans les trois lentilles les plus anciennes de l’arrière : inférieur, de grandes quantités d’hématite broyée teintaient les dépôts sur la plus grande partie de l’aire d’habitat. On ne trouve de traces des lentilles plus ou moins contemporaines de l’avant : supérieur (Q‑4b, Q‑4a [inférieur] et Q‑4a [supérieur]) que dans la partie la plus à l’avant de l’abri : une érosion subséquente aux occupations du niveau 5 avait enlevé les parties de ces dépôts les plus hautes topographiquement (fig. 3). Ces trois lentilles contenaient des débris de foyer mais pas de foyer qui pût être identifié comme tel.

45L’arrière : supérieur, comprenant les lentilles H‑3, H‑2, H‑1 et l’« éboulis a » du secteur arrière, complète la séquence de l’occupation du Périgordien moyen dans faire d’habitation située entre la paroi du fond et l’arête formée par l’éboulis. Dans le périmètre de l’aire fouillée par Movius, il n’y avait qu’un seul foyer, celui de la lentille H‑3. C’était un grand foyer plat ne contenant pas de galets de rivière : une couche mince mais compacte de poudre d’hématite en formait la base (Movius 1977 : 89, pl. 51). La plupart des dépôts contemporains de l’avant : supérieur (lentilles Q‑3, Q‑2, Q‑1) avaient été enlevés par érosion subséquente à l’occupation, et les vestiges restants avaient été écrasés et déformés par l’effondrement du plafond de l’éboulis 4‑5.

46Les occupations du niveau 5 de l’abri Pataud furent suivies par une période d’abandon de l’abri et d’érosion, puis, au début de la nouvelle phase de climat plus froid qui précéda l’oscillation de Tursac, par un effondrement de voûte massif. Dans la plus grande partie du secteur avant, cet effondrement de roche, qui formait l’éboulis 4‑5, consistait en une seule et énorme plaque de calcaire d’environ 1 m d’épaisseur (fig. 3). Le bord arrière de cette plaque venait reposer sur le sommet de l’arête d’éboulis qui divisait déjà l’abri en deux secteurs. Les différences avant‑arrière se maintinrent donc durant les occupations noailliennes ultérieures du niveau 4. Au nord et à l’arrière de cette énorme plaque, on identifia, dans l’éboulis 4‑5 (lentilles P‑2 et P‑1), les traces de deux brèves occupations. Les quelques outils non typiques trouvés dans ces lentilles ne permettent pas de rattacher ces occupations à une quelconque tradition de fabrication d’outils (Movius 1977 : 76). Cette partie de l’abri Pataud sondée par les fouilles Movius ne recèle pas d’objets représentatifs du Périgordien supérieur ancien avec pointes de Font‑Robert ou éléments tronqués.

1.2.3 Le Noaillien

47Niveau 4 et éboulis sus‑jacents

48L’occupation noaillienne de l’abri Pataud commence avec le niveau 4 qui comporte trois subdivisions majeures : l’inférieur, comprenant les lentilles O ; le moyen, comprenant les lentilles N ; le supérieur, qui, en plus des lentilles M, comprend également la zone d’ « éboulis a » située au‑dessus des lentilles archéologiques proprement dites (Movius 1977 : 60). Durant la période d’occupations noailliennes, la paroi du fond de l’abri recule rapidement et les subdivisions successives du niveau 4 s’étendent progressivement vers l’arrière, des carrés F aux carrés G (fig, 3). La séparation culturelle entre le Noaillien supérieur et le Noaillien inférieur se situe dans la subdivision moyenne, après le dépôt de la lentille N‑4, qui est la plus ancienne des lentilles du moyen.

49L’effondrement massif du plafond, qui forme l’éboulis 4‑5 et recouvre le niveau 5 à l’avant de l’abri, a eu une très grande influence sur l’habitat noaillien et sur le processus de formation du niveau 4. Cette influence résulte à la fois de la surélévation produite par les blocs de rocher et du fait que l’effondrement de cette partie du plafond permit une pénétration d’eau accrue à l’intérieur de l’abri. L’eau coulait des blocs dans des rigoles naturelles ou artificielles et emportait avec elle les dépôts. Un grand trou, creusé au début de l’occupation à l’arrière de l’abri et atteignant le niveau 5 à travers la mince couche d’éboulis 4‑5, servait peut‑être de puisard (Movius 1977 : fig. 16). L’excavation de ce trou entraîna également le remaniement et le mélange de matériel du niveau 5 avec les sédiments adjacents du niveau 4 : inférieur.

50Les sédiments de la subdivision inférieure se présentaient sous forme de lambeaux isolés dans les interstices au sommet des blocs effondrés et de couches continues dans les autres parties de la zone fouillée. Cette subdivision était particulièrement riche en matériels archéologiques dans la tranchée V et à l’avant des blocs effondrés. À l’arrière de l’abri, au sud du trou, se trouvait un demi‑cercle de grosses roches, qui représente sûrement une cabane circulaire contenant plusieurs petits foyers à cuvette (Movius 1977 : fig. 16). Vers l’avant de l’abri, autour des blocs effondrés, les dépôts de l’inférieur sont notablement plus épais (40 cm au maximum) et stratigraphiquement plus complexes qu’ailleurs. Cela est en partie dû au ruissellement, et probablement aussi au fait que le nettoyage de l’arrière de l’abri au Noaillien impliquait le rejet vers l’avant de matériel déposé antérieurement. Cependant, à la différence de ce qui a été fait pour le niveau 5, on ne peut démontrer stratigraphiquement l’existence de tels épisodes de nettoyage.

51Les sédiments de la subdivision moyenne étaient légèrement plus clairs que ceux du dessus ou du dessous et avaient les mêmes caractéristiques que des éboulis moins altérés par l’occupation humaine. On ne trouve pas de subdivision moyenne ou supérieure formant une unité cohérente à l’avant des blocs effondrés ni dans la pente du talus sous l’abri. Cela révèle un véritable changement dans l’utilisation de l’abri : il est probable que ce changement ait eu lieu après le dépôt de la lentille N‑4, qui ressemble beaucoup à celles de la subdivision inférieure, à la fois dans sa disposition et dans la typologie de certains de ses outils, caractéristiques du Noaillien inférieur. Après le dépôt de la lentille N‑4, il y eut probablement une période relativement courte d’abandon de l’abri, dont les traces furent ensuite anéanties par le piétinement et les autres activités des premiers occupants du Noaillien supérieur. Les lentilles N‑3 à N‑1 étaient associées à un grand foyer plat de combustion des déchets (bonfire hearths) et à un complexe de fossés à l’arrière de l’abri (Movius 1977 : fig. 15)

52Les dépôts de la subdivision supérieure étaient également situés derrière les blocs effondrés. Un autre grand foyer plat se trouvait à l’arrière de l’abri, et du matériel archéologique jonchait le sol entre le foyer et les blocs effondrés (lentilles M‑2 et M‑1). Le ruissellement était toujours important et plusieurs rigoles d’évacuations naturelles se formèrent (Movius 1977 : fig. 13). La lentille supérieure (M‑1a) et la zone d’« éboulis a » étaient des dépôts hétérogènes et largement remaniés qui ne prirent leur forme définitive qu’après l’abandon de l’abri ; les matériels archéologiques qu’ils contenaient provenaient de différentes époques, mais principalement du Noaillien supérieur.

53Les dépôts situés entre le niveau 4 et l’éboulis 3‑4 : jaune (ou, à l’arrière de l’abri, les lentilles les plus anciennes du niveau 3) révèlent des conditions climatiques changeantes durant l’oscillation de Tursac. Les matériels culturels sporadiquement dispersés dans les plus anciens de ces dépôts (fouillés sous les noms d’éboulis 3‑4 : ocre‑brun et de niveau 4b) (Movius 1977 : fig. 6) contiennent des objets laissés sur le gisement durant de brèves occupations épisodiques du Noaillien supérieur, ainsi que des matériels redéposés provenant du niveau 4. Le niveau 4a, qui recouvre l’éboulis 3‑4 : ocre‑brun dans une partie de faire fouillée, consiste en une série de petites lentilles cendreuses et de vestiges de foyers dispersés, de petite taille et très minces (en moyenne 3 à 5 cm d’épaisseur). Nous considérons cela comme la preuve d’une ou plusieurs visites occasionnelles des derniers Noailliens, et peut‑être aussi, comme l’analyse plus en détail David (cf. infra chap. 5), des premiers représentants de la tradition périgordienne à retourner sur le gisement depuis le début de l’occupation du niveau 4. Durant le dépôt de l’éboulis 3‑4 : rouge (45 cm d’épaisseur maximale) et son éventuelle altération in situ pendant la troisième phase, la plus clémente, de l’oscillation de Tursac, l’abri semble avoir été presque entièrement abandonné. Les rares objets provenant de ces sédiments postérieurs au niveau 4 furent groupés en deux unités d’analyse :
– éboulis 3‑4 : moyen + inférieur (éboulis 3‑4 : ocre‑brun, niveau 4b et éboulis 3‑4 : rouge), dont presque tous les objets étaient antérieurs au niveau 4a ;
– le niveau 4a.

1.2.4 Le Périgordien VI

54Niveau 3

55Les vestiges archéologiques des occupations du Périgordien VI à l’abri Pataud étaient concentrés au pied de la paroi arrière de l’abri, dans les diverses lentilles du niveau 3. Les dépôts contemporains de l’avant de l’abri, qui ne contenaient que très peu de matériels archéologiques épars, sont appelés éboulis 3‑4 : jaune (contrairement au système terminologique généralement adopté sur le gisement, l’éboulis 3‑4 : jaune n’est pas plus ancien que le niveau 3, mais date plutôt de la même époque). La série d’au moins six occupations différentes du Périgordien VI (Bricker, David 1984 : 1‑2) avait commencé au début de la période de climat froid et sec qui faisait immédiatement suite à l’oscillation de Tursac, et toute la série se déroula durant cette période.

56On ne connaît pas très bien les deux premières occupations, puisqu’elles semblent avoir été centrées plutôt au nord de l’aire de fouille de Movius. L’occupation la plus ancienne du niveau 3, représentée par la lentille 4, contenait un petit foyer (foyer F), situé dans une cuvette creusée dans l’éboulis 3‑4 : rouge sous‑jacent. Tout à côté du foyer se trouvait un tas de galets de rivière. Après une courte période d’abandon, indiquée par l’éboulis c’, prit place la deuxième occupation, celle de la lentille 3. Elle fut suivie d’une autre période d’abandon du gisement (éboulis c), durant laquelle un effondrement important du plafond déposa une rangée de très gros blocs calcaires sur toute la largeur (12 m) de faire fouillée, à environ 2 m de la paroi du fond de l’abri (Movius 1977 : fig. 12). La zone d’occupation du Périgordien VI fut en conséquence déplacée vers le sud, pour profiter, selon toute probabilité, de l’avantage d’une aire d’habitation abritée derrière ce mur de blocs effondrés (Movius 1977 : 34, pl. 24).

57La lentille 2 du niveau 3, d’une épaisseur de 20 à 25 cm, contenait les vestiges d’au moins trois épisodes d’occupation. La plus ancienne de ces occupations semble avoir été centrée autour d’un petit foyer plat (foyer E), et le dépôt alentour était teinté par de grandes quantités de poudre d’hématite. La quatrième occupation, qui faisait également partie de la lentille 2, est celle qui livra le plus grand nombre de matériels archéologiques du Périgordien VI découverts durant les fouilles Movius. Le centre de faire d’activité domestique était une structure d’habitat presque entièrement naturelle, mais en partie artificielle, à laquelle Movius a donné le nom d’« habitat en long » (long‑house) (Movius 1977 : 43‑44, fig. 12). Deux foyers situés à l’intérieur de cette structure, les foyers C et D, avaient été utilisés au début de l’occupation, tandis qu’un troisième, le foyer B, datait de la fin de l’occupation. Durant la cinquième occupation, qui correspond au sommet de la lentille 2, la structure d’« habitat en long », presque entièrement remplie de débris, n’était plus utilisée ; un petit foyer, A, était situé juste un peu au sud de ce qui en avait été l’entrée. Les études menées sur la faune par Bouchud et Spiess révèlent que, durant toutes les occupations de la lentille 2, l’abri était habité en automne, en hiver et au printemps, et restait inoccupé les mois d’été (Bouchud 1975 ; Spiess 1979).

58Il s’ensuivit une nouvelle période d’abandon, et le dépôt de l’éboulis b –de 8 à 30 cm d’épaisseur– ensevelit le sommet de la rangée de blocs effondrés et effaça les dernières traces topographiques de la structure d’« habitat en long ». La sixième et dernière occupation du Périgordien VI, représentée par la lentille 1, fut apparemment courte : on ne trouve pas de foyer dans l’aire fouillée.

59Après la dernière occupation du niveau 3, des éboulis continuèrent à s’accumuler dans l’abri sous un régime de gel‑dégel ; mais avec une courte période d’un climat plus tempéré, ces sédiments, appelés éboulis 2‑3 : brun clair rougeâtre, furent altérés et commencèrent à former un sol. Cependant le début de la pédogénèse (Farrand 1975a : 63) fut arrêté net par le début d’une nouvelle période de froid intense, qui est enregistrée dans la succession stratigraphique sous la forme d’un nouvel effondrement important du plafond et du dépôt de la principale partie de l’éboulis 2‑3.

1.2.5 Le Protomagdalénien

60Niveau 2

61Les occupations protomagdaléniennes du niveau 2 se déroulèrent pendant la même période de climat froid, quelque peu humide et très rigoureux, qui avait prévalu durant l’accumulation de la partie supérieure de l’éboulis 2‑3. Bien que les sédiments du niveau 2 recèlent sans aucun doute les vestiges d’une série d’occupations différentes, il nous est très difficile de reconnaître, dans le niveau 2, des divisions stratigraphiques consistantes sur toute la largeur de l’aire d’excavation (tranchées II à VII). Ces difficultés sont en partie inhérentes aux différentes méthodes utilisées pour enregistrer les séquences stratigraphiques, entre 1958, où la majorité du niveau 2 fut dégagée, en 1963, où le dernier échantillon de la tranchée VII fut finalement déblayé. Mais elles résultent sûrement aussi de la façon dont l’abri avait été utilisé (probablement en occupations courtes et saisonnières par de petits groupes sociaux).

62La séquence stratigraphique la plus lisible se trouve dans la tranchée VII : deux subdivision majeures, appelées lentille 2 (la plus ancienne) et lentille 1 (la plus récente, reflètent un usage croissant de l’abri avec le temps (Movius 1977 : fig. 8). La lentille 2 avait une épaisseur inférieure à 10 cm, et bien que la surface d’occupation du niveau 2 descendît toujours en pente vers l’arrière de l’abri, la lentille n’était pas plus épaisse au pied de la paroi du fond. Il est impossible de savoir de manière sûre si cette occupation, la plus ancienne du niveau 2, s’étendait sur toute la largeur de l’aire fouillée jusqu’au sud de la tranchée VII. Elle était à la fois plus mince et moins riche en débris culturels que la lentille 1 postérieure. Par endroits, la lentille 2 n’était rien d’autre qu’un noircissement d’origine organique d’éboulis grossiers, qui étaient parfois des éboulis secs.

63L’occupation suivante, la lentille 1, représente l’unité culturelle la plus importante du niveau 2, du moins telle qu’elle a été fouillée dans la tranchée VII. Cette lentille gagnait en épaisseur vers l’arrière de l’abri, où elle atteignait un maximum de 10 cm. Elle se présentait sous forme d’éboulis meubles noircis par des os brûlés et autres matériels charbonneux, et contenait d’abondants débris culturels. Selon toute vraisemblance, la plus grande partie de l’industrie lithique de la lentille 2 provenait de la lentille 1. Il est également probable (bien que, une fois encore, les carnets de fouille ne soient pas assez clairs sur ce point) que cette lentille, divisée par endroits en une unité « supérieure » et une unité « inférieure » séparées par des éboulis de couleur plus claire, se soit étendue vers le sud jusqu’à la tranchée II (mais non au‑delà) (Movius 1977 : 16). Des fragments raccordés d’objets lithiques anciennement cassés semblent apporter une preuve à cette thèse de l’extension latérale de la lentille 1 : des fragments de la lentille 1, provenant des fouilles de 1963 dans la tranchée VII, s’ajustent à des fragments trouvées plus au sud en 1958 (cependant ces derniers ont été notés à plusieurs niveaux différents). Il n’a pas été possible de constituer des échantillons séparés pour la lentille 1 et la lentille 2 sur la totalité du niveau 2.

64Les dernières occupations protomagdaléniennes à l’abri Pataud sont représentées dans la tranchée VII par des lentilles discontinues d’éboulis, légèrement teintées par des matières organiques, et contenant quelques débris culturels. Ces unités, situées au‑dessus de la lentille 1, sont appelées lentilles la, 1b et 1c. Des sédiments similaires, généralement désignés sous le nom de « niveau 2 : éboulis a », se trouvaient également dans les tranchées situées au sud de la tranchée VII. II est important de noter que la plupart du matériel squelettique humain –et surtout la boîte crânienne– fut retrouvé dans ces unités dispersées (Movius 1977 : 17‑19). La nature discontinue de ces lentilles suggère une utilisation humaine de l’abri en intensité décroissante.

65Les différences entre la nature et le contenu archéologique des lentilles 1 et 2 peuvent indiquer que la lentille 2 est le résultat d’une occupation plus courte, ou d’une occupation par un plus petit groupe, ou encore d’une combinaison de ces deux facteurs. Bien que toute interprétation des subdivisions internes du niveau 2 soit purement spéculative, il est probable que les strates archéologiques représentent des occupations répétées et diversifiées. On peut émettre l’hypothèse de la découverte initiale de l’abri par un petit groupe (occupation de la lentille 2), suivie par une utilisation plus intensive de l’abri, peut‑être par le groupe local tout entier, durant une ou plusieurs saisons d’affilée (lentille 1). La dernière occupation, qui conserve un caractère très énigmatique, paraît avoir impliqué une utilisation brève, terminée par quelque drame inconnu au cours duquel plusieurs membres du groupe local trouvèrent la mort et furent abandonnés par les survivants, ou ne furent tout simplement jamais découverts.

1.2.6 Le Solutréen

66Niveau 1

67Durant une partie de la période d’accumulation des sédiments de l’éboulis 1‑2, une amélioration climatique brève et mineure semble s’être produite, réduisant ainsi l’intensité du phénomène gel‑dégel. Mais la relation entre cette période et de probables occupations protomagdaléniennes de l’éboulis 1‑2 n’est pas établie avec précision. À l’époque de l’occupation du niveau 1, un climat froid et rigoureux prédominait à nouveau. Le niveau 1 n’apparaissait qu’au nord de l’aire fouillée (tranchées VI, VII et VIII) et consistait en une mince lentille légèrement plus foncée contenant très peu de matériel archéologique (Movius 1977 : 8). La plus grande partie de l’aire d’occupation connue se situe devant le surplomb rocheux de la portion d’abri restante. Le seul outil caractéristique trouvé, une pointe à face plane atypique, semblerait rattacher l’occupation au Solutréen inférieur (Movius 1977 : 9, fig. a). Le dépôt de l’éboulis qui recouvre le niveau 1 (l’éboulis appelé 0‑1) continua sous un climat de froid rigoureux. Les derniers morceaux restants du plafond de l’abri s’effondrèrent à cette époque et la paroi du fond prit alors, pour l’essentiel, sa configuration actuelle (Movius 1977 : 6, pl. 5).

68L’identification des occupations suivantes est rendue difficile par les conséquences des perturbations de l’époque historique, notamment la construction d’une route au pied de la falaise au Moyen Âge, qui coupait le remplissage de l’abri effondré, et, plus récemment, la construction d’une grange sur cette surface tronquée. Cependant, des sondages effectués à environ 12 m au sud de faire de fouille principale, au pied d’un ancien four en pierre (Movius 1977 : fig. 1), révélèrent que l’utilisation humaine de la partie méridionale du site continua durant l’époque du Solutréen moyen. Bien qu’aucun dépôt in situ n’ait été trouvé dans ces sondages, ce qui apparaissait comme des déblais probables des opérations de construction routière du Moyen Âge se révéla très riche en matériels culturels, dont un certain nombre de feuilles de laurier, pour la plupart fragmentaires. Nous n’avons pas de traces d’occupations paléolithiques ultérieures au Solutréen moyen. L’utilisation au Paléolithique supérieur de l’abri Pataud, telle qu’elle est reconnue et décrite par les fouilles Movius, s’étend donc de l’Aurignacien au Solutréen.

1.3 Résumé des recherches paléontologiques et paléoenvironnementales

69Un aspect important du plan global de recherches du Pr Movius pour l’abri Pataud était l’étude multidisciplinaire du gisement, de son environnement et de ses matériels (Movius 1974 : 92). Les résultats des études effectuées dans différents domaines des sciences naturelles sont présentés en détail dans le premier tome de la série de rapports sur l’abri Pataud publiée par l’université de Harvard (Movius 1975a). Ce qui suit est un résumé des conclusions les plus importantes de ce rapport.

1.3.1 Géologie et sédimentologie

70Sheldon Judson s’est chargé du contexte géologique de l’abri Pataud (Judson 1975). Le gisement se trouve dans la partie nord‑est du Bassin aquitain, sur la rive gauche de la Vézère, à une douzaine de kilomètres en amont du confluent de la Vézère et de la Dordogne à Limeuil. Le chenal d’étiage de la Vézère devant l’abri est aujourd’hui approximativement à 54,5 m au‑dessus du niveau de la mer, L’élévation de la plaine alluviale actuelle est à peu près de + 60 m, et des inondations séculaires ont pu atteindre une élévation de + 62 m. Le point le plus bas du substratum rocheux de l’abri Pataud qui fut atteint par les fouilles Movius se situait à une hauteur de + 66,3 m, et les sédiments du Pléistocène qui remplissent à présent l’abri sont à environ + 75,5 m. Judson n’a pas trouvé de preuves formelles indiquant que le niveau de la Vézère aurait pu dépasser de façon significative son niveau actuel, durant les 35 000 dernières années. Le plus récent haut niveau de la Vézère aux Eyzies (au moins 4 m de plus qu’actuellement) remonte à une époque antérieure au début de l’occupation de l’abri Pataud. En conséquence de quoi, Judson conclut que « la stratigraphie archéologique de l’abri Pataud ne peut être matériellement mise en relation avec l’histoire de la Vézère » (Judson 1975 : 23).

71William Farrand a publié en 1975 son étude des sédiments de l’abri Pataud, et nous renvoyons le lecteur à cet ouvrage pour une présentation exhaustive des données de base (Farrand 1975a ; 1975b). Puisque le rapport mis à jour de Farrand est inclus dans ce volume, nous ne chercherons pas à résumer ici ses publications antérieures.

72Harvey Bricker résume dans une courte note les travaux antérieurs de Lionel Valensi (Valensi 1960) et Paul Fitte sur la provenance du silex utilisé pour la production d’outils à l’abri Pataud (Bricker 1975). Un schéma général, valable pour toutes les occupations, indique que la plus grande partie des silex utilisés peut être rangée en une « Série A » et une « Série B ». Les silex de la Série A, qui proviennent de formations géologiques du Coniacien et du Campanien (Crétacé supérieur), comportent une grande variété de patines et de couleurs (gris, noir, blond). Tous sont des silex locaux, dans le sens où ils pourraient avoir été trouvés dans un périmètre de 12 à 15 km autour du gisement. Les silex de la Série B proviennent de formations du Maestrichtien (plus tard dans le Crétacé supérieur). Ils comprennent, eux aussi, une gamme variée de couleurs et de patines, dont le silex rubané, caractéristique des sites paléolithiques de la région. Tous les silex de la Série B sont vraisemblablement exogènes, puisque les affleurements connus se trouvent dans le Bergeracois (à 35‑40 km des Eyzies), dans la vallée de l’Isle près de Mussidan (à environ 50 km des Eyzies), ou plus loin encore. Les proportions respectives de silex locaux et de silex exogènes varient de façon notable selon les différents niveaux archéologiques de l’abri Pataud.

1.3.2 Palynologie

73L’étude palynologique de Joachim Donner établit une comparaison entre les relevés de pollens du Pléistocène dans les sédiments de l’abri Pataud et les relevés de pollens récents (postglaciaires) dans les échantillons provenant d’une série de carottages dans la vallée de la Beune, à environ 3 km à l’est du gisement (Donner 1975). Nous ne commenterons ici que la partie de cette étude qui concerne l’abri Pataud. Malheureusement, les échantillons de sédiments prélevés dans les coupes verticales de la fouille contenaient très peu de grains de pollen (presque toujours moins de 150, quelquefois moins de 100). Il ne fut donc établi qu’un diagramme de pollens limité (Donner 1975 : 166, fig. 4) ; cependant, un relevé complet est présenté sous forme de tableau (Donner 1975 : 168‑169, tabl. I). Les résultats de l’analyse ne sont que d’une utilité limitée pour la compréhension de l’histoire végétale du Pléistocène final dans les environs de l’abri Pataud. En termes généraux, les plus anciennes (niveaux 14 à 7) et les plus récentes (niveaux 4 à 1) parties de la séquence sont caractérisées par « une steppe boisée comprenant des Betula, des Pinus et des Quercus surtout dans les endroits abrités de la vallée » (Donner 1975 : 170, tabl. II), tandis que la partie moyenne de la séquence (niveaux 5 à 6) révèle un climat plus froid « ... durant lequel les Compositae prédominaient et les arbres avaient régressé... » (Donner 1975 : 167). Il est difficile de trouver des correspondances détaillées entre ces suggestions et les résultats de l’analyse sédimentologique.

1.3.3 Faune

74L’ouvrage de 1975 contient un très long rapport en langue française de Jean Bouchud sur les vestiges de la faune vertébrée non humaine (Bouchud 1975). Nous ne pouvons pas tenter de résumer, dans les limites de cet ouvrage, le luxe de détails paléontologiques ni les sporadiques informations sur les variations saisonnières et les pratiques de décarnisation données par Bouchud dans son traitement monographique. Notre résumé se borne plutôt aux interprétations paléoclimatologiques qui peuvent être utiles en comparaison avec les données sédimentologiques. L’échantillon de faune de l’abri Pataud examiné par Bouchud était très vaste : pour les seuls Rennes on comptabilisait plus de 44 500 pièces, pesant près de 1 600 kg (Bouchud 1975 : 72‑73, tabl. II). Le Renne prédomine à chaque niveau d’occupation. Les pourcentages de Renne (dans les décomptes de fragments) sont supérieurs à 80 % (et souvent même à 90 %) pour tous les niveaux, sauf les niveaux aurignaciens 7 (70 %), 11 (62 %) et 12 (73 %), dans lesquels le Cheval est bien représenté (Bouchud 1975 : 120‑123, tabl. XXXII, XXXIII).

75Dans les niveaux aurignaciens les plus anciens (14 à 11), les vestiges de faune étant à 99 % des restes de Renne ou de Cheval (en raison d’un choix culturel), les autres espèces ne sont pas assez bien représentées pour permettre une interprétation climatique quelle qu’elle soit. De même, la rareté générale des vestiges de faune dans la partie de la séquence qui s’étend de l’éboulis 10‑11 à l’éboulis 8‑9 interdit toute interprétation. Les faunes du niveau 8 et de l’éboulis 7‑8 suggèrent un climat raisonnablement froid mais assez humide. Au niveau 7, la température ne change pas mais l’humidité diminue. Les dernières couches aurignaciennes (niveau 6 et éboulis 5‑6) ne contiennent pas assez de vestiges de faune pour donner lieu à interprétation.

76L’étude de la faune très abondante du niveau 5 est problématique : le total des os trouvés pour chacune des trois grandes unités d’analyse (inférieur, moyen, supérieur) font apparaître une erreur quasi certaine dans les regroupements des matériels de l’avant et de l’arrière de l’abri effectués par Bouchud. Étant donné que les niveaux archéologiques les plus anciens du Périgordien moyen (avant : inférieur et avant : moyen) n’ont été préservés que pour le secteur avant de l’abri, leurs échantillons de faune auraient dû être notablement plus réduits que l’échantillon du Périgordien moyen tardif, qui a livré des niveaux archéologiques très riches, à la fois dans le secteur avant et dans le secteur arrière de l’abri (arrière : inférieur, arrière : supérieur, avant : supérieur). Les données présentées par Bouchud tendent à démontrer exactement l’inverse, ce qui correspond au résultat (erroné) que l’on attendrait dans le cas où les échantillons auraient été regroupés sans prise en compte des secteurs. En raison de cela, l’interprétation de Bouchud sur le changement de climat qui aurait eut lieu à l’intérieur du niveau 5 doit être assortie de la plus grande réserve (Bouchud 1975 : 144). D’un autre côté, sa caractérisation globale du climat sur la durée entière du niveau 5, « froid atténué, un peu humide » (Bouchud 1975 : 148), n’est pas affectée par ces problèmes et est en accord avec les données sédimentologiques de Farrand.

77La faune de l’éboulis 4‑5 indique un changement vers un climat plus froid et sec. Le froid se maintient durant le niveau 4, mais l’humidité croît de façon notable, en particulier dans les unités moyenne et supérieure du niveau archéologique. Les échantillons étant réduits, Bouchud fut obligé de traiter de façon globale tous les matériels de l’éboulis 3‑4, tout en sachant, par d’autres preuves, qu’un important changement de climat avait eu lieu entre l’éboulis 3‑4 : rouge et l’éboulis 3‑4 : jaune (Bouchud 1975 : 148). Cet échantillon global indique une nette amélioration climatique, que Bouchud identifie sans hésitation comme étant l’oscillation de Tursac déjà rencontrée à l’abri du Facteur et dans d’autres gisements du Périgord. Le climat que suggère la faune du niveau 3 est beaucoup plus rigoureux que celui de l’oscillation de Tursac. Cependant il est considérablement plus doux et humide que le climat sec et froid du niveau 2, qui représente le climat le plus rigoureux, selon les indices laissés par la faune, de toute la séquence post‑aurignacienne à l’abri Pataud.

78Les Mollusques de l’abri Pataud, étudiés par S. Peter Dance, comprennent 11 espèces encore vivantes de Mollusques non marins que l’on trouve toutes encore dans le milieu de la France de nos jours (Dance 1975 : 155, tabl. I). Ils apparaissent de façon dispersée dans la plupart des niveaux archéologiques situés au‑dessus du niveau 9. Ils ne semblent pas avoir été altérés de façon visible par une quelconque action humaine. Des Mollusques marins fossiles apparaissent aux niveaux 2, 3, 4, 5, 8 et 12. Certains proviennent de rochers de la région, y compris du calcaire de l’abri lui‑même. Certains fossiles de Gastéropodes des niveaux 2 (Ptychopotamides papaveraceus) et 3 (Tympanotonos margaritaceus et Pirenella plicata) « ... viennent du Miocène inférieur et sont trouvés dans les dépôts aquitaniens et burdigaliens de la région bordelaise » (Dance 1975 : 156). La plupart des Gastéropodes exogènes sont artificiellement percés pour la suspension. Des exemples de plus de 20 espèces différentes de Mollusques marins récents se trouvent largement distribués à travers les niveaux 14 à 3, mais la grande majorité de l’échantillon (en particulier Littorina littoralis et L. littorea) provient du niveau 4 : moyen et supérieur (Dance 1975 : 158, tabl. III). La plupart des espèces représentées sont courantes aujourd’hui sur la côte atlantique française, et l’on pense qu’elles sont apparues durant la période des occupations de l’abri Pataud. Trois espèces (Cyprea pyrum, C. lurida et Neverita josephinia), qui ne se trouvent que dans le niveau 4 : supérieur, sont aujourd’hui recensées sur la côte méditerranéenne française, mais non sur la côte atlantique. Beaucoup de ces coquillages marins récents sont percés ou rainures pour la suspension.

1.3.4 Vestiges humains

79On trouve dans le rapport de 1975 deux études sur les vestiges humains de l’abri Pataud : celle de Ginette Billy sur le matériel squelettique autre que les dents (Billy 1975), et celle de Pierre Legoux sur les dents (Legoux 1975). Ces deux longues études détaillées et bien illustrées sont publiées en français et nous nous bornons ici à un très bref résumé du corpus de matériel étudié. Les restes partiels de ce qui paraît représenter un groupe d’au moins sept personnes furent mis au jour dans le niveau 2. Malgré quelques regroupements spatiaux, ces restes étaient généralement désarticulés et largement dispersés à travers le niveau archéologique, à la fois dans le sens horizontal et dans le sens vertical. Trois individus sont repérés à la fois par les dents et par les os : une jeune femme adulte de 14 à 18 ans, représentée par un crâne quasi complet et des os postcrâniens qui lui sont probablement associés ; un enfant, de 5 à 7 ans, représenté par des fragments de crâne ; un nouveau‑né, de 4 à 6 semaines, représenté par plusieurs fragments de squelette. Trois autres individus (une autre femme adulte, un homme adulte et un enfant de 6 mois) ne sont connus que par les os. Ce qui pourrait être un autre enfant, de 2 à 4 mois, est représenté par un fragment de mandibule et plusieurs dents de lait isolées, mais il n’est mentionné que dans l’étude dentale de Legoux (Legoux 1975). On trouve, en outre, deux dents de lait isolées qui ne peuvent être en toute certitude attribuées à aucun des sept individus mentionnés.

80L’étude anthropologique comparative effectuée par Billy sur les vestiges protomagdaléniens trouvés au niveau 2 met en relief certaines caractéristiques paléanthropiennes du crâne et du squelette postcrânial. L’auteur résume ainsi sa comparaison : « Sans conclure pour autant à une origine néandertaloïde des restes protomagdaléniens de l’abri Pataud, nous nous devions cependant de souligner dans certains détails de leur structure anatomique la persistance en mosaïque de tels caractères paléanthropiens » (Billy 1975 : 259). L’étude dentale de Legoux aboutit à une conclusion similaire : la dentition des fossiles du Protomagdalénien révèle certains traits archaïques, surtout pour les molaires, qui indiquent un statut transitoire d’évolution entre les fossiles néandertaliens et ceux des échantillons magdaléniens et modernes (Legoux 1975 : 286‑288).

81On trouve trois vestiges humains au niveau 4 : un seul fragment de fémur appartenant probablement à un homme adulte, une molaire permanente, attribuée à un adulte d’au moins 30 ans, et un fragment de molaire de lait attribuée à un enfant de 10 à 12 ans. Enfin, on trouve deux restes humains au niveau 5, tous deux isolés : une incisive et un fragment de molaire lactéales.

1.4 Datation au 14C

82Près de soixante datations au 14C ont été effectuées pour l’abri Pataud par cinq laboratoires –aux Pays‑Bas, au Royaume‑Uni, aux Etats‑Unis et en France– sur une période de plus de trente ans (jusqu’en 1986). Un programme de datation d’échantillons de Pataud par le procédé de l’« accélérateur‑spectromètre de masse » (ASM), mis en place par le Radiocarbon Accelerator Unit de l’université d’Oxford (Royaume‑Uni), est toujours en cours (Gowlett et al. 1987 ; Mellars, Bricker 1986 ; Mellars et al. 1987 ; Bricker, Mellars 1987) et l’on peut en attendre de nouvelles datations d’échantillons de Pataud.

83Une liste des datations au 14C de l’abri Pataud déjà existantes a été établie dans le tableau ii (en ordre stratigraphique descendant et en ordre d’âge croissant à l’intérieur d’une même unité stratigraphique). Il apparaît clairement que beaucoup de ces dates sont trop récentes pour être justes : en effet, les contaminants organiques des échantillons n’ont pu être totalement éliminés par les techniques de prétraitement en laboratoire, comme le détaillent plusieurs autres ouvrages (Vogel, Waterbolk 1963 ; 1967 ; Movius 1963 ; Bricker 1973 : 131 ; Bricker, Mellars 1987 ; Mellars et al. 1987). En général, toutes les dates pour le Pléistocène supérieur sont des dates « minimum ». La plus ancienne date trouvée pour un niveau stratigraphique donné est celle qui sera la plus susceptible d’apporter une estimation d’âge presque juste pour l’occupation en question (Waterbolk 1971 : 21, 29). La pertinence de ce principe semble corroborée par le fait que les valeurs centrales des nouvelles datations ASM, données par l’accélérateur (les datations OxA), concordent en général presque parfaitement avec les plus anciennes datations GrN pour une unité stratigraphique donnée.

TABL. II – Liste des datations 14C des échantillons de l’abri Pataud. Les deux dernières colonnes indiquent la nature de l’échantillon et la (les) référence(s) de publication de la datation. Nature de l’échantillon daté : A « cendré » ; B « os brûlé » ; BE os brûlé, « extrait » ou fraction d’« os » ; BR os brûlé, fraction de résidu ; UA os non brûlé, acides aminés ; UC os non brûlé, extrait de collagène ; UR os non brûlé, fraction de résidu ; WC charbon de bois. Références bibliographiques : a Vogel, Waterbolk 1963 ; b Vogel, Waterbolk 1967 ; c Vogel, Waterbolk 1972 ; d Movius 1977 ; e Gowlett et al. 1987 ; f Evin et al. 1971 ; g Rubin, Suess 1955 ; h Bricker 1973.

84Les données du tableau ii suggèrent que la meilleure estimation pour le Protomagdalénien à l’abri Pataud est environ 22 000 BP et que la meilleure estimation pour le Périgordien VI est environ 24 000 BP. La longue séquence des occupations noailliennes commence aux alentours de 27 000 BP et se termine vers 26 000 BP. La phase la plus tardive du Périgordien moyen (celle qui correspond à ce que l’on a appelé le Périgordien IV) s’est terminée aux alentours de 28 000 BP, et les plus anciennes des très nombreuses occupations aurignaciennes à l’abri Pataud ont commencé vers 34 000 BP. En attendant que soit complété le programme de datation d’Oxford, il reste un grave problème dans la séquence au radiocarbone de l’abri Pataud. Il est clair que les périodes représentées par le plus récent Aurignacien (niveau 6) et le plus ancien Périgordien moyen (les « unités anciennes » du niveau 5) n’ont pu être parfaitement datées malgré les efforts de cinq laboratoires de datation.

85Bien que la datation chronométrique de la séquence archéologique de l’abri Pataud soit fondée presque exclusivement sur des techniques de datation au 14C, il existe en outre une datation par racémisation à l’acide aspartique (Bada et al. 1974). Le groupe de Bada a obtenu du laboratoire de Groningen des portions non utilisées d’échantillons de ces os non brûlés, qui ont donné des datations au collagène GrN‑ 4721 (sur la lentille 2a du niveau 3) et GrN‑4719 (sur le niveau 12). Le groupe de Bada a utilisé l’échantillon le plus récent pour établir une valeur de calibration du gisement. Sur la base de cette calibration, l’échantillon le plus ancien donne une date de racémisation d’environ 32 100 BP (Bada et al. 1974 : 916, tabl. II). Cette date est un peu plus récente que la date GrN‑4719 obtenue au collagène : 33 260 BP + 425. Cependant, si l’on accepte la preuve des nouvelles datations d’Oxford selon laquelle l’âge véritable de la lentille 2a du niveau 3 est environ 24 000 BP (c’est‑à‑dire d’environ un millénaire plus ancienne qu’avec l’estimation d’âge fondée sur GrN‑4721) et si l’on calcule une nouvelle valeur de calibration du gisement en utilisant cet âge plus ancien en combinaison avec les données à l’acide aspartique de Bada (Bada et al. 1974 : 916, tabl. II), la datation à la racémisation pour le niveau 12 serait alors aux alentours de 33 350 BP, une date qui est pratiquement identique à GrN‑4719. En attendant les datations au carbone d’Oxford pour le début de la séquence archéologique de l’abri Pataud, la datation à la racémisation du niveau 12 est d’une grande importance, en ce qu’elle vient renforcer notre confiance dans la justesse générale des datations Groningen au carbone pour l’Aurignacien ancien.

Table des illustrations

Légende FIG. 2 – Schéma de l’abri Pataud montrant les principales aires fouillées par H. L. Movius et les colonnes d’échantillons sédimentologiques de W. Farrand.
Crédits V.T. del./d’Af d’ap. Farrand 1975a : 32, fig. 2 et Movius 1977 : fig. 1
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41013/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende TABL. I – Résumé de la séquence stratigraphique et culturelle à l’abri Pataud.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41013/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende FIG. 3 – Coupe sagittale de l’abri Pataud, le long de la ligne ouest‑est des 6 m (d’ap. Movius 1975a).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41013/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende TABL. II – Liste des datations 14C des échantillons de l’abri Pataud. Les deux dernières colonnes indiquent la nature de l’échantillon et la (les) référence(s) de publication de la datation. Nature de l’échantillon daté : A « cendré » ; B « os brûlé » ; BE os brûlé, « extrait » ou fraction d’« os » ; BR os brûlé, fraction de résidu ; UA os non brûlé, acides aminés ; UC os non brûlé, extrait de collagène ; UR os non brûlé, fraction de résidu ; WC charbon de bois. Références bibliographiques : a Vogel, Waterbolk 1963 ; b Vogel, Waterbolk 1967 ; c Vogel, Waterbolk 1972 ; d Movius 1977 ; e Gowlett et al. 1987 ; f Evin et al. 1971 ; g Rubin, Suess 1955 ; h Bricker 1973.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41013/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 156k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search